Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Jean de Berry et l’écrit

 | 
Olivier Guyotjeannin
, 
Olivier Mattéoni

Fils et filles de roi de France, du xiie au xve siècle : du lignage au royaume

Olivier Guyotjeannin

Texte intégral

  • 1 Andrew W. Lewis, Le sang royal : la famille capétienne et l’État (éd. orig., Royal Succession in Ca (...)

1Très tôt, les cadets capétiens se sont proclamés, dans leurs actes et sur leur sceau, « fils de roi » ou plus tard « fille de roi », un usage qui en dit long sur la solidarité, au moins proclamée, au sein d’un lignage dont Andrew Lewis a finement interprété les stratégies familiales avisées au plan anthroponymique, patrimonial, politique…, au regard des pratiques nobiliaires du temps, dans une large première période qui court du xe au xiiie siècle1.

  • 2 C’est ainsi que Andrew Lewis, Le sang royal…, op. cit., p. 216-218, rend compte du fait que Robert (...)
  • 3 Voir désormais la belle étude d’Anne-Hélène Allirot, Filles de roy de France : princesses royales, (...)

2L’affaire est presque entendue : les « fils de roi » sont partout, ou presque, et presque de tous les temps. Dans une première période au moins, jusqu’au règne de Louis IX, qui dit « fils » dit avant tout « héritier », voire « apanagiste »2. La généralisation du titre, dans le même temps étendu aux filles3, entre les règnes de Louis IX et de Philippe IV, traduit concurremment l’appartenance à un sang, à un lignage, à un lignage saint, à une nation qu’il subsume et dont il prend le nom, « de France » – un quasi-patronyme, réduit à « Capet » par la dérision révolutionnaire. Ces usages royaux sont d’autant plus visibles que les dignitaires non-capétiens du royaume n’affichent que minoritairement des formules équivalentes, dévoilant, de façon aussi explicite que ponctuelle, des filiations qui assoient revendications et argumentations dans le cadre de successions embrouillées ou contestées, dans le cadre parfois aussi de mariages hypergamiques.

3Du coup, la formule qui s’impose très vite après quelques flottements, non pas seulement « fils/fille du roi », mais « fils/fille de roi de France », et encore, collectivement, « enfants de France », semble importante moins par son emploi lui-même que par son caractère massif, presque systématique, que par les étapes de sa fixation, que par sa rigidité assortie d’une marge de variation, parfois lourde de sens ou de sous-entendus.

4La formule frappe, en effet, par sa dépersonnalisation : « fils de roi de France » n’est pas « fils du roi de France », une variation occultée, à vrai dire, dans tous les actes rédigés en latin (filius regis dans les deux cas), mais aussi sur les sceaux, qui persistent dans l’emploi du latin pendant tout le Moyen Âge (seuls les sceaux de filles du roi passent au français dans les années 1360).

Les sources

5Les sources sont nombreuses et dispersées, et se répartissent en deux grands ensembles – actes et sceaux – qui ont leur caractère, leur tempo, leurs codes propres, et se trouvent parfois en discordance.

Les sceaux

  • 4 La constatation vaut d’autant plus aux siècles les plus anciens, où la fréquente rédaction par le d (...)
  • 5 Archives nationales, Corpus des sceaux français du Moyen Âge, t. II, Les sceaux des rois et de rége (...)
  • 6 Archives nationales, Corpus des sceaux français du Moyen Âge, t. III, Les sceaux des reines et des (...)

6Je mets en tête les sceaux des intéressés, qui forment une série fournie (surtout à compter du xiiie siècle) ; tout récemment recensés et publiés avec soin, ils sont globalement plus homogènes et plus stables que les actes, plus rigides aussi : sans doute, leur commande était-elle plus centralisée (face aux titulatures parfois plus volatiles que des rédacteurs occasionnels pouvaient mettre en tête des actes4) et, du coup, leur message plus ferme, moins inventif aussi et d’autant plus marqué d’une certaine inertie que leur détenteur n’est pas grand prince (un sceau ancien peut être utilisé après un changement de titulature). Pour la France médiévale, ces sceaux nous sont connus par deux volumes de la même entreprise : d’une part, le corpus des sceaux des rois, qui intègre les sceaux utilisés avant leur avènement, comme fils aînés du roi, héritiers présomptifs (primogenitus apparaît pour le futur Louis VIII), mais plus jamais associés au trône du vivant de leur père, à partir du règne de Philippe Auguste, autrement dits leurs sceaux ante susceptum, employés avant leur accession au trône (et la plupart du temps jusqu’à leur sacre)5 ; d’autre part, les sceaux des fils cadets et des filles, recensés conjointement avec ceux des reines6.

Les actes

  • 7 Intitulatio, t. I : Lateinische Königs- und Fürstentitel bis zum Ende des 8. Jahrhunderts ; t. II : (...)

7En parallèle, il convient d’examiner les titulatures auto-référentielles données en tête des actes – que leur libellé vienne de l’auteur de l’acte lui-même ou d’un rédacteur plus ou moins proche, agissant de son initiative ou suivant les directives de la chancellerie… ou tout à la fois. Cette partie du discours où se dévoile l’auteur, dite en jargon « suscription » ou intitulatio, a de tout temps fasciné les diplomatistes, qui ont consacré trois congrès, et autant de volumes d’actes, aux intitulationes des souverains latins jusqu’au seuil du xiiie siècle, sous le sobre titre d’Intitulatio7.

  • 8 Histoire générale du Languedoc, 2e éd., revue sous la dir. d’Auguste Molinier, Toulouse, Privat, 18 (...)
  • 9 Mémoire inédit, 2e partie, Traités, correspondance et extraits de chroniques illustrant les relatio (...)

8Cette source, foisonnante et éclatée, plus sujette à variations que les sceaux, dépend de l’avancement et même de l’existence de corpus d’édition et d’instruments de recherche adéquats… Elle demande en tous cas, pour un recensement large, plus de temps que je n’ai pu y consacrer : ont été prospectées des éditions de tout genre et de bon rapport, des Preuves de l’Histoire générale du Languedoc8 à la récente enquête de Philippe Charon, qui a consacré un volume entier de son habilitation à diriger des recherches aux documents « illustrant les relations diplomatiques de Charles de Navarre »9 ; mais aussi quelques filons archivistiques : Trésor des chartes du roi (Archives nationales, série J) pour les layettes désignées par un nom de principauté ; Trésor des chartes des ducs de Bretagne (inventaire détaillé et reproductions numérisées en ligne) ; actes du Cabinet des manuscrits de la Bibliothèque nationale de France accessibles en ligne via Gallica…

9Les données ainsi recueillies, sceaux et actes confondus, figurent au tableau donné en annexe, dont on redit tout le caractère lacunaire et provisoire.

Jean de Berry

10À tout seigneur, tout honneur. L’appellation « fils de roi de France » est particulièrement prégnante dans le corpus des actes de Jean de Berry (au moins dans la modeste part que nous avons déjà en mains) : en confondant les actes déjà transcrits ou simplement numérisés, nous jouons ici sur un corpus de sept sceaux et 86 actes, étagés sur un demi-siècle, de 1365 à 1415, 74 en français, 12 en latin.

  • 10 Tableaux ci-après en annexe.

11Au premier abord, le corpus des titulatures d’actes frappe par sa systématicité : exception qui confirme la règle, les deux seuls actes qui n’ont pas le titre « filial » sont tous deux des « lettres de par le duc », un genre d’acte en forme de lettre, qui sert à la communication et à l’injonction pressante, autant que dépersonnalisée, et qui exclut par principe tout autre ingrédient de la titulature, comme c’est le cas des « lettres de par le roi » françaises et anglaises ; encore le contexte troublé peut-il amener à donner un surcroît de force à la formule, ainsi pour le futur Charles V (tabl. no 3310), mais en laissant tomber le « fils de roi ». Pour le reste, le titre « filial » est toujours présent, dans la même forme, à la même place (en tête de la titulature) : « filz de roy de France » ; une qualité naturelle, suivie parfois de fonctions de gouvernement (régent, lieutenant) et toujours de dominations territoriales.

12La généralisation, pourtant, est trompeuse, car les actes latins sont affectés de variations inattendues, plutôt à la marge :

  • le balancement entre Francorum (que la chancellerie maintenait pour le roi) et Francie ;

  • et plus encore, en trois occurrences, l’apparition d’un titre long, regis quondam Francorum filius, « fils du feu roi de France », qui ancre la formule dans l’histoire familiale (je ne suis pas arrivé à déterminer si et pourquoi cette variante était en rapport avec le contenu des actes concernés).

La génération Berry

13Les communautés sont frappantes avec les congénères du duc de Berry. Il semble simplement, mais il y faudra des dépouillements complémentaires, que les titulatures du duc de Bourgogne Philippe le Bon soient plus volatiles (de même que des quatre frères/beau-frère de Charles V, il est le seul à ne pas se faire représenter debout sur l’un ou l’autre de ses sceaux).

14Le latin des légendes de sceaux, qui montre de remarquables synchronies entre les trois fils cadets de Jean le Bon (Anjou, Berry et Bourgogne), est lui aussi bigarré :

  • ici encore l’on relève des allers-retours entre Francorum et Francie, rétifs à toute tentation d’explication ;

  • au-delà, se forgent des formules limitées apparemment aux sceaux, et apparemment concertées entre (ou pour) les trois cadets, avant tout filii regis et paris Francie – la dernière qualité étant aussi systématique sur les sceaux que quasi absente des actes écrits (tabl. nos 34-36).

  • 11 « Aux origines de la noblesse et des princes de sang. France et Angleterre au xive siècle », dans L (...)
  • 12  Andrea Stieldorf, Siegelkunde: Basiswissen, Hanovre (Hahnsche Historische Hillfswissenschaften, 2) (...)

15Le lien se fait rapidement avec l’un des types sigillaires de Berry (troisième grand sceau), une manière de demi-majesté, là encore commune avec Anjou (et plus loin Bourbon), qui insiste, sceau et titulature confondus, sur la position éminente, près du roi, de ceux que l’on appelle aussi « princes du sang » – à compter des années 1340, au cœur du conflit franco-anglais, pour Charles de Miramon, qui voit une flexure majeure dans la conception de « sang héréditaire » au début du xive siècle, dans la littérature de fiction11. Encore faut-il remarquer que plusieurs nobles du royaume (Rohan, Coucy…), tout comme Pierre d’Alençon, Jean IV de Bretagne, le futur Charles VII en sa qualité de dauphin (1422), empruntèrent le même mode de représentation, exactement comme on le voit dans l’Empire12.

16C’est par contre le français qui se montre (une fois seulement) instable quand la référence au père est doublée d’une référence au frère alors sur le trône : « filz de roy de France, frere de monseigneur le roy », dit Berry en 1374 (pour un accord territorial avec Charles V). Le trait se répète en 1372 chez Louis d’Anjou (tabl. no 34) et en 1404 chez Louis d’Orléans (tabl. no 40), là encore pour un acte patrimonial/familial fort, le mariage de son fils Charles d’Orléans.

17Systématique, rigoureuse, mais parfois plastique, souvent concertée avec celle de ses frères, la titulature « filiale » de Berry et de ses frères s’enracine aussi dans une vieille pratique, que nous ne pouvons décrire qu’à l’aide des sceaux, complétés de quelques actes.

Le temps des créations

  • 13 Éd. Pierre Bougard et Bernard Delmaire, Le cartulaire et les chartes de l’abbaye de femmes d’Avesne (...)
  • 14 Ludovicus, domini regis Francorum primogenitus… Quod ut perpetuum robur obtineat, presentem paginam (...)

18Remontons dans le temps. Le « moment » Philippe Auguste est important, Andrew Lewis y a déjà insisté, à la mesure de la modification des pratiques de la succession royale. Un acte rare vient montrer que les rapports de pouvoir et de titulature entre le roi et son fils, héritier non associé à la couronne comme l’avaient été, tôt ou tard, les sept premiers Capétiens, conditionnent avec beaucoup de précision et de cohérence les actes du prince Louis, futur Louis VIII : faute d’original, deux copies nous font connaître un acte délivré par celui-ci en 1212, en faveur des moniales d’Avesnes-lès-Bapaume13 : « aîné du roi de France » (Francorum, disent les copies, alors que le sceau ante susceptum de Louis porte Francie), le prince royal a un sceau (de type équestre), un monogramme propres, mais l’année de règne, les grands officiers, la chancellerie sont ceux de son père. Le Guido d’Acheres cité dans la souscription de chancellerie anime sans doute le service d’écriture délégué de la chancellerie royale auprès du prince14.

19Il faut encore remonter d’une génération, car c’est en fait l’époque de Louis VII qui voit naître la pratique du « titre filial », dans l’usage comme dans l’éventuel abandon : ainsi de son frère cadet Henri (tabl. no 1) quand il passe de la très patrimoniale charge de trésorier de Saint-Martin-de-Tours à l’état d’évêque – ce qui surviendra plus tard, avec des variantes multiples, quand un cadet « fils de roi de France » deviendra roi hors de France (en dehors de droits héréditaires), par exemple Charles d’Anjou/Provence (tabl. no 11).

20Louis VI avait eu un sceau spécial, mais comme rex designatus (Sc. t. II, 65). Louis VII et Philippe Auguste, les deux derniers à jouir de l’association au trône par un roi affaibli, n’en eurent pas, de connu tout du moins – il est vrai que leur accession au trône comme seul roi régnant intervint peu de temps après leur association.

21L’effervescence est donc frappante durant le règne de Louis VI et surtout de Louis VII, où, il est vrai, l’usage du sceau se diffuse ; mais elle ne trahit aucune concertation sur la titulature : un seul Francie (qui déjà, notons-le, s’oppose au Francorum) ; un comme fils de roi (sans doute du vivant de son père), deux comme frères (de Louis VII), un comme fils et frère ; aux cas cités, il faut ajouter celui de Constance (Sc. t. III, 51), épouse puis divorcée de Raimond V, qui ne se dit pas « fille de roi », mais se fait représenter trônant en majesté… Pour les abandons, le cas de Courtenay n’est pas clair ; celui de Henri l’est : fils de roi quand il tient la prestigieuse et très lignagère charge de trésorier de Saint-Martin de Tours, il abandonne le titre quand il entre dans un autre état, l’épiscopat.

22Les filles de Louis VII, malgré de beaux mariages, gardent la mention de leur père. Plus tard par contre, celles qui deviennent reines d’Angleterre laissent tomber la référence « filiale ».

23La situation se clarifie sous Philippe Auguste, qui, on l’a déjà rappelé, inaugure le régime de la succession automatique, sans association au trône : deux sous-corpus se forment alors : les sceaux des aînés, dits simplement fils, puis « aînés » (sceau ante susceptum), ceux de leurs cadets, sur qui rejaillit la rigoureuse définition du statut de l’aîné. Pour le primogenitus, on peut créditer l’expression d’un relief assez visible pour se voir empruntée par des cousins ambitieux (le futur Philippe VI, aîné de son père Charles de Valois), mais il est vrai qu’elle est aussi utilisée en dehors de la famille royale (Bretagne, Dauphiné, Flandre) dès les années 1260-1290. Quant aux cadets et aux bâtards, ils n’avaient que des choix limités, mais une petite marge de manœuvre : du vivant de son père Philippe Auguste, Philippe Hurepel se dit « fils du seigneur roi de France » (et « fils du roi de France » sur son sceau), un titre qu’il abandonne au profit de ses seuls titres comtaux dans les actes qu’il passe sous Louis VIII et Louis IX.

  • 15 Andrew Lewis, Le sang royal…, op. cit., p. 215 et 234-235.

24Les formules sont standardisées pour les fils de Philippe Auguste et de Louis VIII : filii regis Franc’. Mais dans le courant du xiiie siècle, il demeurait encore une certaine souplesse, comme en témoignent plusieurs cas relevés par Andrew Lewis. Le frère de Louis IX Robert d’Artois est ainsi le seul de sa génération à se dire « frère du roi de France » ; et encore le fait-il sur son sceau, alors que la suscription de ses actes ne souffle mot d’un rapport au père ou au frère. Cela tient pour Lewis au fait qu’il fut de sa génération le seul à ne pas recevoir une terre conquise par le roi. Une génération plus tard, Robert de Clermont, fils de Louis IX, offre un cas plus riche encore : il est désigné comme « fils du roi de France, comte de Clermont », puis, après la canonisation de son père, comme « fils de monseigneur Saint Louis » ; son héritier Louis est « fils aîné du comte de Clermont, seigneur de Bourbon » avant de succéder à son père ; il se dit alors simplement « comte » et plus « fils »15.

Aux marges du lignage capétien

  • 16 Par le truchement de la détention du comté de Flandre, on bénéficie ici des mises au point solides (...)

25Les ducs Valois de Bourgogne offrent une riche palette de solutions, où sans l’ombre d’un doute se traduit de façon progressivement plus marquée leur souci d’afficher leur différence16.

  • 17 Laurent, t. I/2, Bourgogne 12 et 13.
  • 18 Laurent, t. I/2, Bourgogne 14.
  • 19 Laurent, t. I/2, Bourgogne 21.
  • 20 Laurent, t. I/2, Bourgogne 46.

26Philippe le Hardi suit d’abord l’usage commun imposé aux fils de Jean le Bon : filii regis Francorum sur son premier sceau secret, filii regis et paris Francie sur le deuxième (1385) et sur son premier grand sceau (1385-1386) ; puis il laisse tomber le paris Francie sur ses grands sceaux suivants, à compter de 1389, pour toujours demeurer fils de roi de France, filii regis Francie, regis Francorum filii, alors que Berry et Anjou gardent le « pair de France » presque sans exception (tabl. no 36). Ce modeste indice d’une prise de distance encore très limitée se renforce sous ses successeurs. Dès 1390, en la personne du futur Jean sans Peur, alors comte de Nevers et baron de Donzy, le « patronyme » de Burgondia apparaît comme une réplique du « de France », sur les deux premiers d’une série de petits sceaux armoriaux (1390 et 1399)17 ; il est combiné, sur le troisième type, en primogeniti Burgundie18. Toujours avant leur avènement, toujours sur des sceaux armoriaux et tous deux comme comtes de Charolais, Philippe le Bon se dira primogeniti ducis Burgundie (1412-1419)19 et Charles le Téméraire, à nouveau, de Burgundia (1451-1467)20.

  • 21 Louis Douët d’Arcq, Catalogue de sceaux [des Archives de l’Empire], Paris, 1863-1868, 3 vol. [désor (...)

27En dehors du lignage capétien et de ses différentes branches, la pratique est diffuse, mais au total rare, relativement normalisée encore que plus variée, à la fois segmentaire et lourde de sens. Un rapide dépouillement de la collection des moulages entrepris et catalogués par Louis Douët d’Arcq aux Archives nationales suffit pour s’en convaincre21.

Alençon
DdA 887. Jeanne de Châtillon. 1271. Filie comitis Bles’.

Comtes d’Auvergne
DdA 392. Robert fils du comte Robert. 1314 ? Filii comitis R. Claromontis.

Bourgogne
DdA 465. Eudes, futur Eudes III. 1190. Filii comitis Burgundie.

DdA 447. Eudes de Bourgogne, duc de Bourbon par mariage. 1255. Filii Hugonis ducis Burgundie. – Voir aussi une empreinte de 1259, Filii ducis Burgondie, reproduite par un copiste de Gaignières (BnF, ms. lat. 17133, p. 312).

Bretagne
DdA 535. Yolande fille de Pierre Mauclerc. 1253. Filie P. comitis Britanie.

DdA 540. Arthur fils aîné de Jean II. 1296. Primogeniti J. ducis Britanie.

Champagne
DdA 571. Edmond, comte de Champagne par alliance. 1286. Filii regis Anglie.

Dauphiné
DdA 600. Jean aîné d’Humbert. 1295. Primogeniti Humberti Dalphini Viennensis.

Les Châtillon comtes de Saint-Pol
DdA 366. Gui de Châtillon, futur comte de Saint-Pol. 1221. Filii com[itis Sancti Pau]li. – DdA 365. Même appellation pour son frère Hugues, 1221.

DdA 372. Jacques, deuxième fils du comte Gui III. 1289. « Fil le comte de Saint Pol ».

  • 22 R. Laurent, t. I/1.

28Couverte par une enquête récente et nourrie, la Flandre montre encore mieux la conjonction de ces différents traits22.

Laurent, t. I/1, Flandre 23. Baudouin, futur Baudouin IX. 1193-1194. Filius marchionis Namurci.

Laurent, t. I/1, Flandre 38. Marguerite de Constantinople avant son accession au comté. 1229-1244. Sororis comitisse Flandrensis et au contre-sceau Filie comitis Flandrie.

29Le cas le plus exceptionnel est celui de Guillaume de Dampierre, régent du comté de 1246 à sa mort en 1251, et dont le sceau porte Heredis Flandrie – un sceau qu’il continue à utiliser quand, après avoir prêté hommage au roi de France, il prend en tête de ses actes le titre de « comte de Flandre » (Laurent, t. I/1, Introduction, p. 111 = Flandre 42-43).

Laurent, t. I/1, Flandre 45-46. Guy de Dampierre, frère et successeur de Guillaume, comme régent avant son accession au comté. 1249-1250, au contre-sceau Filii comitisse Flandrie.

Laurent, t. I/1, Flandre 53-54, 55-56, 57-58, 59-60. Robert de Béthune avant son avènement. 1265, 1265-1272, 1273-1295, 1296-1305. Primogeniti comitis Flandrie.

Essai d’interprétation

30Andrew W. Lewis a bien démonté la logique de l’appellation « filiale » ; sa variabilité aussi, de forme et d’emploi, due largement à la polyphonie d’actes établis en « chancellerie » ou par les destinataires. Toute sa démonstration est centrée sur la relation entre les titres (possiblement déformés par les traditions « de chancellerie ») et l’aménagement lignager de la famille capétienne, en tout premier lieu autour du droit en construction de l’apanage, qui se fixe par à-coups sous les derniers Capétiens directs depuis le règne de Louis VIII.

31Ce volet « patrimonial » de l’usage est incontestable, mais il ne saurait rendre compte de tout : on voit mal pourquoi donner du « fille de roi », ou encore du « fils de roi » à des non-apanagistes. Inversement, la stricte attribution du titre à des fils/frères de roi, à l’exclusion des descendants, rapproche du droit de l’apanage, qui revenait au roi en l’absence d’héritier de l’apanagiste ; en cas contraire, la qualité de fils de roi se dissolvait dans la succession.

32Les motifs sont donc pluriels.

33La force des relations manifestée par l’épithète « fils de roi » se combinait à la généralisation du même titre à tous les membres de la famille, pris génération par génération, et relevait de la gestion lignagère plus largement que des politiques patrimoniales.

  • 23 Andrew Lewis, Le sang royal…, op. cit., p. 218.

34Il y avait eu auparavant des princes capétiens (fondus dans la noblesse et pas forcément éminents), et qui dans une titulature variée pouvaient ou non renvoyer au roi (dont ils se disaient fils, ou frère, voire oncle…). Ces fluctuations étaient en rapport avec le caractère de la production des actes. Elles se modelaient aussi sur les circonstances de l’acte : en plein xiiie siècle encore, le contexte précis (par exemple des affaires réglées dans des terres d’Empire : tableau, nos 10 et 12) explique l’absence de titre « filial » chez Alphonse ou Charles, ou au contraire son emploi (par exemple quand l’acte concernait l’apanage de l’intéressé23). En bref, elles étaient fonctionnelles, avant d’être normalisées.

  • 24 AN, J 179 B, no 104, or.

35Le sens de l’évolution semble s’écrire dans la normalisation (incomplète) des formules. Incomplète parce que, même plus tard, elles gardent potentiellement le pouvoir de s’orner de précisions, et montrent, en bref, un mélange de rigueur et (parfois) de flottement ou de jeu personnel, de traditions plus ou moins gauchies, ainsi quand, en 1475, « Charles d’Anjou, filz et neveu de roy de Jherusalem, de Sicile, d’Aragon… » déployait et condensait les titulatures pour dire sa fierté d’être angevin24.

36Le titre, d’ailleurs, ne recouvrait pas tout ; il visait le court terme d’une première génération ; il était par nature immergé dans le présent : il n’y avait pas de « petit-fils de roi ».

  • 25 Andrew Lewis, Le sang royal…, op. cit., p. 235.

37D’autres expressions apparurent alors. Le qualificatif « de France », qu’Andrew Lewis appelle joliment le « nom de famille » des Capétiens, permettait d’élargir l’emprise du lignage capétien quand d’autres titres venaient à manquer. Ce qualificatif « de France » semble apparaître subrepticement en 1299 (à propos de Louis d’Évreux, dit « Louis de France ») puis en 130325. L’évolution s’accélère aux années 1310. Pour Lewis, la pratique trouverait son origine dans un processus oral, diffus, adopté et contingenté plus tard par la chancellerie. Il permet de regrouper, alors que le titre « filial » dénote et sépare. Il faudrait vérifier aussi une possible coïncidence chronologique avec le moment (sous Philippe le Bel ?) où le connétable du roi devient « connétable de France ».

38Les « princes debout » de l’époque de Jean de Berry forment un état intermédiaire entre roi et princes territoriaux ; ils participent de la sainteté lignagère (Saintes-Chapelles), sont éminents, prêts à assurer le rôle de conseil, disponibles pour assurer une régence. Le concept de « prince du sang » confortait le mouvement, même si l’expression était d’emploi plus large et diffus, et n’avait pas vocation à pénétrer l’intitulatio.

39Inscrit au plus intime de la succession des générations, et au plus contemporain de la politique, expression parmi d’autres d’une construction familiale brillante et fragile, le « fils de roi » fut ainsi l’un des multiples outils qui permit aux Capétiens de projeter le lignage sur le royaume.

Annexes

Tableau des appellations des fils et filles du roi sur leurs sceaux et dans leurs actes

Abréviations pour les types de sceaux : gs = grand sceau ; ps = petit sceau ; cs = contre-sceau.

Notes

1 Andrew W. Lewis, Le sang royal : la famille capétienne et l’État (éd. orig., Royal Succession in Capetian France: Studies on Familial Order and the State, 1981), trad. fr. Paris, Gallimard (Bibliothèque des histoires), 1986.

2 C’est ainsi que Andrew Lewis, Le sang royal…, op. cit., p. 216-218, rend compte du fait que Robert d’Artois, qui est le seul de sa génération et de la suivante à ne pas recevoir de terres conquises par le roi, est aussi le seul à ne jamais se dire fils ou frère du roi dans ses actes (et seulement sur deux sceaux).

3 Voir désormais la belle étude d’Anne-Hélène Allirot, Filles de roy de France : princesses royales, mémoire de saint Louis et conscience dynastique (de 1270 à la fin du xive siècle), Turnhout, Brepols (Culture et société médiévales, 20), 2010. L’auteur a souligné avec force que l’apparition et la rapide diffusion du titre « filial » chez les femmes remonte à la génération des filles de Louis IX, qu’il accompagne la mise au point des règles de succession royale, et qu’il a très vite à faire avec la proclamation (officieuse puis officielle) de la sainteté du roi ; on peut insister aussi sur le fait que, au rebours des garçons, l’accession à la qualité de reine, par mariage avec un souverain étranger, n’entraîne pas l’abandon du titre… sauf, semble-t-il, en Angleterre.

4 La constatation vaut d’autant plus aux siècles les plus anciens, où la fréquente rédaction par le destinataire brouille les cartes et doit rendre extrêmement prudent. Andrew Lewis, Le sang royal…, op. cit., p. 204, rappelle ainsi que, sur neuf chartes intitulées au nom de Robert Ier, duc de Bourgogne, cinq ne mentionnent rien d’autre que le titre ducal, quand les quatre autres proposent des variations qui vont de « fils du roi Robert » à « fils du roi Robert, frère de son fils le roi Henri ». À l’opposé, dans les deux derniers siècles du Moyen Âge, il faut avouer l’ignorance où nous sommes des modalités et des effets exacts de la présence de notaires et secrétaires du roi dans les « chancelleries » des princes du sang, une fois que l’on a posé l’hypothèse de leur rôle dans l’homogénéisation des pratiques.

5 Archives nationales, Corpus des sceaux français du Moyen Âge, t. II, Les sceaux des rois et de régence, Martine Dalas (éd.), Paris, Archives nationales, 1991 [désormais : Sc. t. II]. Les deux seuls rois médiévaux qui n’ont pas attendu leur sacre pour se faire représenter en majesté sont Philippe III et Charles VII.

6 Archives nationales, Corpus des sceaux français du Moyen Âge, t. III, Les sceaux des reines et des enfants de France, Marie-Adélaïde Nielen (éd.), Paris, Service interministériel des Archives de France, 2011 [désormais : Sc. t. III].

7 Intitulatio, t. I : Lateinische Königs- und Fürstentitel bis zum Ende des 8. Jahrhunderts ; t. II : Lateinische Herrscher- und Fürstentitel im 9. und 10. Jahrhundert ; t. III : Lateinische Herrschertitel und Herrschertitulatur vom 7. bis zum 13. Jahrhundert, Graz/Cologne, 1967-1989 (Mitteilungen des Instituts für österreichische Geschichtsforschung, Ergänzungsbände, 21, 24, 29).

8 Histoire générale du Languedoc, 2e éd., revue sous la dir. d’Auguste Molinier, Toulouse, Privat, 1872-1904, 16 vol. [désormais : HgL].

9 Mémoire inédit, 2e partie, Traités, correspondance et extraits de chroniques illustrant les relations diplomatiques de Charles de Navarre (Rouen, janvier 2016, garante Élisabeth Lalou) [désormais : Charon, HdR, t. I].

10 Tableaux ci-après en annexe.

11 « Aux origines de la noblesse et des princes de sang. France et Angleterre au xive siècle », dans L’hérédité entre Moyen Âge et époque moderne. Perspectives historiques, dir. Ch. de Miramon et Maaike van Der Lugt, Florence, Sismel (Micrologus Library), 2008, p. 157-210. On peut remonter à 1332-1335 pour l’expression « seigneurs du sang de France », mais dans une pièce de circonstance, l’appel à la croisade de Philippe de Vitri : Anne-Hélène Allirot, Filles de roy…, op. cit., p. 14, n. 4, qui s’appuie sur Bernard Guenée.

12  Andrea Stieldorf, Siegelkunde: Basiswissen, Hanovre (Hahnsche Historische Hillfswissenschaften, 2), 2004, p. 79.

13 Éd. Pierre Bougard et Bernard Delmaire, Le cartulaire et les chartes de l’abbaye de femmes d’Avesnes-lès-Bapaume, 1128-1337, Turnhout, Brepols (Artem, 19), 2014, no 68, p. 127. Il est d’autant plus difficile de trouver d’autres témoins de ces pratiques que le catalogue des actes de Louis VIII donné en annexe de la biographie de Charles Petit-Dutaillis, Étude sur la vie et le règne de Louis VIII, 1187-1226, Paris, Émile Bouillon (Bibliothèque de l’École des hautes études, Sciences philologiques et historiques, 101), 1894, ne porte que sur les années du règne.

14 Ludovicus, domini regis Francorum primogenitus… Quod ut perpetuum robur obtineat, presentem paginam sigilli nostri auctoritate et nostri nominis karactere inferius annotato precepimus confirmari. Actum apud Bapalmas anno Domini Mo CCo duodecimo, regni vero karissimi domini et genitoris nostri anno tricesimo tercio, astantibus in palatio ejusdem patris nostri quorum nomina supposita sunt et signa

15 Andrew Lewis, Le sang royal…, op. cit., p. 215 et 234-235.

16 Par le truchement de la détention du comté de Flandre, on bénéficie ici des mises au point solides de René Laurent, Les sceaux des princes territoriaux belges du xe siècle à 1482, Bruxelles, Archives générales du royaume, 1993, 3 vol. [désormais : Laurent], spéc. t. I/2.

17 Laurent, t. I/2, Bourgogne 12 et 13.

18 Laurent, t. I/2, Bourgogne 14.

19 Laurent, t. I/2, Bourgogne 21.

20 Laurent, t. I/2, Bourgogne 46.

21 Louis Douët d’Arcq, Catalogue de sceaux [des Archives de l’Empire], Paris, 1863-1868, 3 vol. [désormais : DdA].

22 R. Laurent, t. I/1.

23 Andrew Lewis, Le sang royal…, op. cit., p. 218.

24 AN, J 179 B, no 104, or.

25 Andrew Lewis, Le sang royal…, op. cit., p. 235.

© Éditions de la Sorbonne, 2019

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540