Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Jean de Berry et l’écrit

 | 
Olivier Guyotjeannin
, 
Olivier Mattéoni

Écritures de chantier

La chambre des comptes de Bourges et la politique monumentale de Jean de Berry

Thomas Rapin

Texte intégral

  • 1 Françoise Autrand, Jean de Berry. L’art et le pouvoir, Paris, Fayard, 2000.

1L’occasion était assez rare pour être soulignée : Jean de Berry, le prince mécène, se trouve être également un passionnant sujet pour l’étude de la diplomatique. Il y a dix-sept ans déjà, Françoise Autrand réconciliait dans sa biographie le politicien et le mécène1, mais force est de constater que les clichés restent tenaces. La politique monumentale, l’esthétique architecturale et la définition du décor faisaient partie intégrante de l’exercice du pouvoir et Jean de Berry était avant tout un prince de son temps. Il appartenait à une génération d’aristocrates traumatisée par la défaite de 1356, les révoltes parisiennes et les ravages désastreux des compagnies. Il subit en outre les affres du traité de Brétigny, qui amputait son apanage, et vécut une longue captivité à Londres. Plongés dans la tourmente de la guerre de Cent Ans, les gouvernements des fils du roi Jean II formaient pour ainsi dire un ensemble aux fondations fragiles. Mais d’une manière pour le moins surprenante, cette génération tira parti d’une longue période de trêve pour mettre l’art à son service afin de restaurer sa légitimité. Inscrire Jean de Berry dans ce contexte paraissait un préalable nécessaire avant de se pencher sur notre sujet d’étude : ses comptes de construction ou plus largement ses « écritures de chantier ».

  • 2 Thomas Rapin, « Les relations entre les artistes de Jean de Berry et les tuiliers mudéjars du royau (...)
  • 3 Thomas Rapin, « Les artistes du bâtiment installés à la cour du duc de Berry : Un privilège ? », da (...)
  • 4 Anjou : Angers (1360), Aix-en-Provence (1381) ; Bourgogne : Dijon et Lille (1386) ; Bourbonnais : M (...)
  • 5 AN, J 185 A, no 45 ; René Lacour, Le gouvernement de Jean, duc de Berry (1360-1416), Paris, Picard, (...)

2Ces documents sont singuliers à deux égards. Le premier ne tient pas à la personnalité du prince, mais aux quatre dernières décennies du xve siècle. Comme nous l’évoquions plus haut, l’importance prise alors par la rénovation du paysage monumental chez les Valois fit que nombre d’entreprises dérogèrent à la règle traditionnelle du marché, c’est-à-dire de la délégation. Dans ce cas de figure, le commanditaire se contentait de charger un commis ou un proche de la surveillance de l’ouvrage. Selon les cas, celui-ci jouissait d’une autonomie plus ou moins importante pour veiller au respect des contrats passés avec les entreprises du bâtiment, au besoin avec l’appui d’artisans jurés locaux. Mais pour les grandes constructions de Jean de Berry comme de ses contemporains, on superposa, voire on substitua aux marchés la conduite en régie. Elle est le signe de l’importance qu’avaient ces entreprises aux yeux des potentats. Cette modalité conduisait le commanditaire à recruter du personnel qualifié, à l’installer sur site et à lui fournir la matière d’œuvre. L’autorité entendait ainsi exercer un contrôle « artistique » notamment sur les corps de métiers liés à l’esthétique architecturale (tailleurs de pierre, charpentiers) comme à l’iconographie (peintres, sculpteurs). Elle encadrait aussi la production et l’approvisionnement de matières onéreuses comme les pierres à sculpter, le plomb, les carreaux de faïence2, etc. Ce dispositif exigeait le recrutement de techniciens au sein de l’appareil d’État. Les princes aux fleurs de lys recrutèrent systématiquement de véritables spécialistes du bâtiment pour les placer à la tête d’administrations non sans les avoir chargés de titres et de fonctions honorifiques3. La politique Valois eut rapidement pour effet de favoriser l’émergence de dynasties de maîtres d’œuvre comme les Du Temple, les Dammartin, les Darne, les Morel ou les Poncelet, dont l’importance s’inscrivait dans la grande lignée des Montreuil, entre autres exemples fameux. Cette contribution propose d’orienter le champ d’étude non pas sur ces figures tutélaires de l’architecture flamboyante, mais sur leur entourage administratif et sur le rôle central des chambres des comptes. La deuxième singularité de notre documentation tient justement à la chambre des comptes de Jean de Berry. Contrairement à la majorité de ces institutions4, elle fut fixée en un lieu unique à Bourges par l’ordonnance ducale du 11 mai 13795. L’intégralité des comptes de construction fut donc, comme toute comptabilité émise entre 1379 et 1416, visée et contrôlée par une institution unique et centralisée.

3Nous proposons d’approcher en trois points le problème posé par les écritures de chantier. Tout d’abord, nous montrerons la récurrence de l’écriture de chantier dans les archives. Dans un deuxième temps, nous proposerons une présentation générique des comptes de construction. Enfin nous établirons l’état de conservation de cette comptabilité et nous tenterons de cerner comment ses lacunes peuvent affecter nos interprétations.

Emprise de la construction dans la comptabilité

4L’historien s’intéressant à l’histoire de l’architecture ou à l’histoire économique des chantiers dispose d’un assez large panel de sources, notamment lorsqu’il s’agit de traiter de la fin du Moyen Âge. Pour cette période, il n’est pas rare que le chercheur ait accès à des vestiges de comptabilités, sources dont on a coutume de penser qu’elles relatent les faits de manière bien plus objective que les témoignages des sources narratives ou diplomatiques.

5En premier lieu, les documents les plus recherchés sont les comptes de construction ou comptes des payeurs des œuvres. Dans le cas de Jean de Berry, ces documents constituent aujourd’hui un ensemble de 294 feuillets. Un seul est complet. Le reste provient de quinze volumes dispersés (tabl. 1). L’avantage de cette documentation est de fournir une riche information sérielle qui se prête bien à une exploitation autant chronologique que statistique. Cependant les pièces comptables mentionnant des ouvrages ne se limitent pas aux seuls comptes de construction et il convient de bien distinguer « compte de chantier » et « écriture de chantier ». Cette dernière expression ne fait pas référence à un type de document en particulier, mais aux mentions ayant trait à la construction dans les documents comptables en général. C’est donc l’organisation administrative dans son ensemble qu’il faut considérer, chaque niveau étant en mesure de fournir un large éventail d’informations des plus détaillées aux plus générales. Si l’on tente de reconstituer, dans une vue d’ensemble, la circulation des archives comptables que généraient les chantiers de Jean de Berry, on voit se dessiner un réseau aussi vaste que tentaculaire.

  • 6 Une exception intéressante à cette règle se trouve dans les comptes de Macé Darne, maître des œuvre (...)
  • 7 BnF, PO 2580, Le Roy 57437, no 134v ; PO 678, Chardon 15886, nos 2 et 3 ; coll. Clairambault, 218, (...)
  • 8 AD Puy-de-Dôme, 5C 184, fol. 62 et Paris, BnF, ms. fr. 22389, no 97, édition dans Rapin, op. cit., (...)
  • 9 AD Puy-de-Dôme, 5C 179, fol. 4-7v, édition dans Rapin, op. cit., texte no 4.
  • 10 Les arbitrages ne modifient que très peu la part de la construction. Le premier avis prévoyait une (...)

6À la base de cette organisation, les chantiers eux-mêmes produisaient les pièces que l’on qualifiera de « première main » : devis, contrats d’adjudication, certificats, quittances, journaux, etc. Ces pièces justificatives formaient la matière première à partir de laquelle les comptables produisaient leurs registres puis justifiaient leurs dépenses. Nous verrons que la masse impressionnante que représentait ce matériau de première main est aujourd’hui réduite à la portion congrue. Notre principal matériau d’étude – les comptes de construction rendus par les payeurs des œuvres – se situe en fait à un niveau intermédiaire et constitue par essence un témoignage indirect rédigé dans un temps second par des hommes qui n’étaient pas des techniciens de la construction. Effectivement, les comptes de construction n’étaient pas rendus par les maîtres d’œuvre mais par les payeurs des œuvres, c’est-à-dire par des comptables affectés aux chantiers6. Les comptes de construction entretiennent avec le reste du réseau comptable des liaisons qui sont de précieux atouts. En toute logique, les comptes des receveurs enregistraient la trace des versements concédés aux payeurs des œuvres. Ces mentions, même très laconiques, compensent ainsi de manière très précieuse la disparition des comptes de construction dont souffrent de nombreux sites. Par exemple, les comptes du receveur de Berry, Guillaume de Chauvigny, mentionnent les dotations faites au chantier de Mehun-sur-Yèvre. Des pièces émises par les services du trésorier ducal nous révèlent, ici, l’existence d’un projet d’aménagement de la Sèvre à Niort ou, là, d’une subvention accordée par le prince aux chanoines de Saint-Étienne de Gien et destinée à réparer leur église7. Ces documents mettent au jour les mouvements de fonds dont certains sont pour le moins inattendus. Ainsi, la règle ne voulait pas nécessairement qu’un chantier fût financé par une caisse située dans ses proches environs. En 1403, les travaux du château de Mehun-sur-Yèvre reçurent 1 000 francs d’or du receveur des fouages d’Auvergne ; en 1405, la collecte de la vicomté de Falaise abondait les finances du chantier ducal de l’hôtel de Bicêtre en Île-de-France8. Le grand absent de notre documentation se situe loin des chantiers et proche du prince. Il s’agit des comptes généraux, qui nous permettraient d’évaluer la part de la construction dans le gouvernement de Jean de Berry. Seuls subsistent deux avis généraux de dépense (budgets) pour l’année 13749. Ces témoignages très précieux nous dévoilent les arbitrages politiques qui étaient opérés au sein du conseil ducal, notamment en matière de construction10.

  • 11 L’acte de vente (1380) stipule que l’hôtel se situait rue de la Narette (actuelle rue de l’Hôtel-La (...)
  • 12 « Messages envoyés de Bourges a Clermont et a Riom de part meistre Guy de Dampmartin, meistre dezdi (...)
  • 13 AD Cher, F 222, no 4, édition dans Jacques Soyer, « Documents inédits sur le séjour et la demeure à (...)
  • 14 AD Loiret, 3 E 14329, 11 février 1413.

7L’administration en charge de la maîtrise d’œuvre formait, quant à elle, une organisation beaucoup plus simple à décrire. Au centre des décisions se tenait le général maître des œuvres. Outre son primat artistique, cet officier gérait les affectations d’un personnel très compétent, qu’il engageait en fonction des besoins. Pour chaque site, il déléguait en outre son pouvoir à ses lieutenants – maîtres des œuvres de maçonnerie et de charpenterie –, qui prenaient la direction effective des travaux en son nom. Ces lieutenants dirigeaient les équipes en régie et contrôlaient les marchés ; ils étaient assistés dans leur tâche par des payeurs des œuvres, ceux-là mêmes qui assuraient l’intendance du chantier et qui rédigeaient les comptes de construction (tabl. 2). Pour mener à bien sa mission, le général maître des œuvres visitait les sites lors des étapes importantes : visite du prince, pose de première pierre, taille des gabarits, réception de travaux importants, etc. Cependant l’essentiel des travaux se déroulait hors de sa présence ; son contrôle s’exerçait à distance grâce aux pièces comptables qui remontaient vers la chambre des comptes à Bourges. Pour ce faire, Guy de Dammartin logea, en sa qualité de premier général maître des œuvres, dans le voisinage immédiat de la chambre des comptes11. De fait, la chambre des comptes et le bureau du général maître des œuvres ont fait partie des rares administrations sédentaires et centralisées du gouvernement de Jean de Berry. Les pièces jugées par les « gens des comptes » témoignent de sa besogne : elles sont mentionnées comme ayant été contrôlées par lui ; elles portent sa signature, la seule ayant valeur aux yeux des juges. Ainsi les quarante-trois marchés passés à Poitiers entre 1382 et 1388 par l’intermédiaire de son lieutenant Jean Guérart – donc en l’absence de Guy – comportaient tous la signature du général maître des œuvres. Au vu du nombre de chantiers, la tâche devait être gigantesque et nous sommes bien en peine d’estimer aujourd’hui le volume des pièces qu’il aurait eu ainsi à traiter – probablement plusieurs milliers –, une tâche qui suppose aussi qu’il était secondé par des aides ou des secrétaires. Les fonctions du général maître des œuvres ne se limitaient pas à assister les gens des comptes dans leurs contrôles. Ces officiers étaient dépositaires de certains pouvoirs. Lorsqu’il était informé de difficultés financières affectant les chantiers, Guy de Dammartin savait faire jouer ses appuis pour décider les financeurs récalcitrants12. Le général maître des œuvres disposait d’importants relais ; il était un familier des premiers membres du personnel de la chambre des comptes de Bourges : Pierre Quatrecou et Ascellin de Mache, le premier entérinant la vente de son hôtel à Bourges, le second attestant le « pouvoir de mestre Guy » d’après une ordonnance du prince13. Plus tard signalons encore qu’Arnoul Belin, président de la chambre des comptes, figurait parmi les obligés de Drouet de Dammartin (1413)14.

  • 15 AD Cher, 8 G 2122, fol. 64.
  • 16 Au lendemain du siège de 1412, les chanoines de la Sainte-Chapelle de Bourges furent contraints de (...)
  • 17 Thomas Rapin, « Les horloges publiques : un aspect méconnu du mécénat du duc Jean de Berry », Livra (...)
  • 18 Contrat entre les consuls d’Aigueperse et le maçon Jean Attour pour l’achèvement de la tour de la C (...)
  • 19 Thomas Rapin, « Les demeures parisiennes du duc de Berry », dans Valentine Weiss, Etienne Hamon (di (...)
  • 20 Compte d’un receveur anonyme, 1369 (BnF, ms. fr. 23902) : paiements versés aux peintres Jean d’Orlé (...)
  • 21 Compte d’Étienne Valée, maître de la Chambre aux deniers du duc de Berry, 1370-1373 (AN, KK 251) : (...)

8Cette première description de l’administration gérée par le général maître des œuvres ne permet cependant pas de lever entièrement le voile sur les processus en action autour des chantiers. Dans l’univers curial médiéval, les fonctions demeurent rarement fixées et les limites des compétences reconnues aux serviteurs comme aux donneurs d’ordre paraissent souvent floues. Cette porosité brouille la figure du maître d’ouvrage lui-même. Dans l’entourage de Jean de Berry, d’autres commanditaires apparaissent à la faveur de la présence d’une main d’œuvre hautement qualifiée : les proches du prince comme la duchesse15, des institutions telle que la chambre des comptes de Bourges ou la Sainte-Chapelle de Bourges16 ; des communautés urbaines comme celles de Poitiers17 ou d’Aigueperse18. Par ailleurs, le prince faisait réaliser aussi ses propres projets par d’autres services que les siens. C’est notamment le cas pour les constructions qu’il engagea à Paris, qui furent prises en charge par l’administration de Charles VI19. Mais au sein même de la cour de Jean de Berry, la question de la construction n’était pas uniquement l’affaire des seuls spécialistes. Parallèlement aux seize comptes de construction conservés, une vingtaine de passages de diverses comptabilités mentionnent clairement l’intervention d’autres officiers qui ne relevaient pas de l’administration du général maître des œuvres. Ainsi, les receveurs ne se contentaient pas uniquement de verser leur dotation aux chantiers ; plusieurs mentions prouvent qu’ils reçurent également l’ordre de payer en direct certains artistes présents sur le chantier. Jean de Berry semble du reste avoir systématiquement employé ce procédé lorsqu’il s’agissait de rémunérer des artistes de haut rang comme André Beauneveu ou Jean de Cambrai, par exemple20. À la différence de la majorité des ouvriers présents sur les chantiers, ces artistes renommés étaient pensionnés dans l’Hôtel. Ils étaient rétribués à la discrétion du prince21. Ils jouissaient d’un traitement administratif particulier et d’une forme d’autonomie quant à leur contribution aux programmes architecturaux. Ainsi, une meilleure compréhension des mécanismes de décision ayant guidé les grandes entreprises architecturales nous révèlent l’importance de plusieurs fonds d’archives comptables, les plus anodins pouvant même contenir des informations capitales.

  • 22 Le fonctionnement de la chambre des comptes d’Angers dans ce domaine est décrit par Françoise Robin (...)
  • 23 Jean Rauzier, Finances et gestion d’une principauté au xive siècle, le duché de Bourgogne de Philip (...)
  • 24 AD Cher, 8 G 2119-2132. À ce sujet, voir Alfred de Gandilhon, « Les terres de Vatan et de Graçay, e (...)
  • 25 Jean de Saint-Germain, capitaine de château et écuyer (1372-1379), Jean Vacherat (1389-1405) et Jea (...)

9Afin d’être le plus complet possible, il faut également rechercher les traces comptables de travaux plus ordinaires, de réparation ou d’entretien. Dès lors que l’on prend en considération cette catégorie d’ouvrages, la collecte des écritures de chantier devient particulièrement vaste, et pour cause : elle concernait la majorité des officiers déployés sur les domaines. Une institution se substituait ici à la figure du prince mécène : il s’agit de la chambre des comptes, qui avait la charge de garantir le rendement du domaine. Elle devait ainsi veiller à l’entretien des équipements et du patrimoine bâti (étangs, moulins, ponts, granges, petits ouvrages défensifs, etc.), en enquêtant, en diligentant des expertises et en déléguant les travaux aux officiers domaniaux22. Contrairement aux travaux engagés dans les domaines bourguignons et bien renseignés par les riches fonds de l’ancienne chambre des comptes de Dijon23, ceux de l’apanage de Jean de Berry sont moins documentés et, par voie de conséquence, très largement méconnus. Il existe néanmoins une très belle série de comptes de la baronnie de Graçay (Berry) couvrant les années 1372-1379, 1389-1401 et 1404-141624. Cette comptabilité fut tenue successivement par un officier de Jean de Berry, puis par des bourgeois de Graçay ayant pris la fonction de receveur à ferme25. Les ouvrages engagés se soldaient uniquement sur les excédents du domaine. En moyenne ces hommes engageaient environ 10 % des recettes (en nature et en deniers) dans des marchés qu’ils contractaient avec des entrepreneurs locaux et dont ils assuraient le contrôle. Les travaux en question faisaient alors l’objet de quelques items dans les rubriques « ouvrages » ou « réparations » (fig. 1).

  • 26 Compte de Jean Vacherat, receveur de la baronnie de Graçay (13 janvier 1397-13 janvier 1398) : AD C (...)
  • 27 Thomas Rapin, Les chantiers de Jean de France, duc de Berry…, op. cit., graphique no 22. Précisons (...)
  • 28 AD Cher, 8 G 2122, fol. 64-82v.

10Pour ajouter à la complexité, les deux systèmes de maîtrise d’œuvre – l’un contribuant aux grands ouvrages commandés par le prince, l’autre participant à l’exercice d’un bon gouvernement – ne fonctionnaient pas de manière hermétique et des passages de l’un à l’autre étaient possibles. La parfaite illustration nous en est fournie précisément par le compte du receveur de Graçay pour l’année 1397-139826. Durant cette période, la duchesse Jeanne de Boulogne décida de faire engager d’important travaux dans le manoir de Genouilly, localisé dans la baronnie. L’importance de l’ouvrage (50 % des recettes y furent employées, graph. 1)27, les délais exigés (trois mois) et le statut particulier du commanditaire excluaient de recourir aux procédures ordinaires. En conséquence, le général maître des œuvres dépêcha sur place des équipes de maçons, de charpentiers, ou encore de huchiers et les confia à la direction de son lieutenant général, Jean Guérart (fig. 2). On voit clairement une forme de comptabilité étrangère à la première venir s’insérer dans le compte du receveur sous la forme d’un cahier additionnel de vingt feuillets28. Contrairement à la présentation des travaux dans la comptabilité domaniale, les œuvres sont présentées sous forme de rubriques hebdomadaires typiques des travaux dirigés en régie rendus par les payeurs des œuvres (fig. 3). La typologie de cette comptabilité additionnelle trahit le statut des travaux. L’en-tête de ce cahier fournit du reste tous les éléments. Si la duchesse est présentée comme maître d’ouvrage, son degré d’autonomie apparaît néanmoins très relatif. Son ordonnance de travaux est jointe à celle de Jean Guérart et le mandement de paiement nécessitait l’approbation de la chambre des comptes. Par ailleurs, le chantier ne bénéficia d’aucune subvention particulière, provoquant par voie de conséquence un large déficit sur l’exercice (graph. 1). Jean Guérart se chargea personnellement de ce chantier dont il consigna toutes les étapes dans un cahier de feuillets papier signés et scellés par lui. C’est la copie de ce document, aujourd’hui disparu, que Jean Vacherat fit insérer à la fin de son compte.

Les comptes des payeurs des œuvres

  • 29 Alfred de Champeaux, Paul Gauchery, Travaux d’art exécutés pour Jean de France, duc de Berry avec u (...)
  • 30 Josiane Teyssot, « Un grand chantier de construction à la fin du xive siècle en Auvergne : le palai (...)
  • 31  BnF, ms. fr. 20686, fol. 13v.
  • 32  AD Vienne, C 408.
  • 33  Thomas Rapin, Les chantiers de Jean de France, duc de Berry…, op. cit., n. 1696.
  • 34 BnF, ms. fr. 26023, no 1348-1352.
  • 35  BnF, PO 678, Chardon 15886, no 2.
  • 36 Thomas Rapin, « La maîtrise d’ouvrage de Jean de France, duc de Berry (1340-1416) : reconstitution (...)
  • 37 Voir le cas de la comptabilité municipale de Dijon dans Patrice Beck, « Les comptabilité de la comm (...)

11Nous devons aux payeurs des œuvres l’essentiel de ce que nous savons des chantiers de Jean de Berry (tabl. 1). Leurs comptes fournirent la principale matière documentaire sur laquelle s’appuient tous les travaux historiques depuis la publication en 1894 de la célèbre monographie d’Alfred de Champeaux et de Paul Gauchery29. Mais peu a été dit au sujet des payeurs eux-mêmes et sur la nature des liens qu’ils entretenaient avec les chantiers qu’ils géraient. Comme nous l’évoquions précédemment, ces hommes n’appartenaient pas aux métiers du bâtiment. Leur terminologie technique était directement issue des pièces fournies par les maîtres d’œuvre. Ils étaient des comptables recrutés parmi les élites locales et commis à la gestion des chantiers. Certains d’entre eux occupaient déjà des offices pour le compte du prince, d’autres des charges électives. Jean de Savignon était consul de Riom30, Étienne Gervais était chanoine et sous-chantre de Sainte-Radegonde de Poitiers31, Jean Aubereau était garde du sceau aux contrats de Lusignan32 et Gilles de Chalemaigne appartenait à la bourgeoisie de Mehun-sur-Yèvre33. On sait peu de chose sur Jean Bouton, bourgeois de Nonette34. Jean Chardon, payeur des œuvres du port de Niort, était lieutenant du trésorier, c’est-à-dire, à notre connaissance, le seul payeur des œuvres pensionné par l’Hôtel du duc35. Les payeurs des œuvres de Jean de Berry n’appartenaient à aucun corps professionnel distinct et formaient un groupe totalement hétérogène. Pourtant leurs registres révèlent tous une remarquable homogénéité typologique conférant au passage une facilité de dépouillement36. Leur structure invariante, que nous présentons ci-après, laisse clairement supposer qu’un formulaire ou plutôt un modèle a circulé sur les différents sites, probablement à l’instigation de la chambre des comptes de Bourges37, désireuse de faciliter le contrôle des registres précédant leur jugement. L’étude de ce corpus documentaire a permis de mettre en évidence trois procédures : le chantier, l’écriture et le jugement, qu’il nous paraît important de bien décrire maintenant.

Le chantier

  • 38 Huguenin Meschin (Bourges et Mehun-sur-Yèvre) et Étienne Gervais (palais et château de Poitiers).
  • 39  « […] et pour faire le payement de la mise desdites œuvres ledit payeur fait receptes de deniers e (...)
  • 40  « Un grand papier acheté pour ecrire la mise et la depense que ce feroit en chacune semaine par ma (...)
  • 41  « […] lesquelles euvres ont este faites, parfaites et receues par ledit Jehan Guerart en la forme (...)

12En règle générale, les payeurs des œuvres se voyaient attribuer un ou deux chantiers lorsque la proximité géographique le permettait38. La première tâche du payeur des œuvres était de répondre aux ordonnances de paiement, c’est-à-dire d’assurer la solvabilité du maître d’ouvrage. L’autre tâche du payeur était de collecter soigneusement toutes les pièces reçues sur le chantier comme la copie des pièces émises afin de justifier ultérieurement de sa dépense. Le maître d’œuvre qui encadrait la régie produisait une comptabilité journalière « alternativement » désignée comme « livre de contrôle », « papier » ou « cahier ». En 1380 par exemple, Guy de Dammartin produisait deux documents : un pour le chantier du palais de Bourges et l’autre pour celui du château de Mehun-sur-Yèvre39. Au printemps 1384, Pierre Juglar reçut un grand papier pour écrire les dépenses hebdomadaires du chantier de Riom40. Jean Guérart consigna les dépenses de l’hôtel de Genouilly sur « un quayer de papier41 ». Ces documents certifiaient le nombre de journées effectuées par chacun des ouvriers durant la semaine ainsi que le montant de leur salaire. Par ailleurs, le payeur regroupait toutes les pièces relatives aux marchés contractés par le maître d’œuvre : contrats d’adjudication, certificat de réception des travaux et quittances émises par les entreprises.

L’écriture

  • 42 Le compte KK 255 des Archives nationales est le seul volume à avoir conservé sa belle couverture de (...)
  • 43 Jacques Lemaire, Introduction à la codicologie, Louvain-la-Neuve, Institut d’études médiévales de l (...)

13Les registres des payeurs des œuvres étaient la transcription ordonnée de ces anciennes pièces justificatives. Ces volumes couverts de cuir42 étaient d’une facture relativement soignée. Les formats variaient entre 23 × 33 et 31 × 39 centimètres. Tous les registres étaient faits de feuillets de parchemin pliés in-4o et réunis en cahiers de huit feuilles (deux bi-feuillets). Aucun payeur n’a pris le soin de folioter les feuillets car l’essentiel de la présentation résidait dans la correspondance entre les articles ou items retranscrits et les pièces justificatives qui accompagnaient le compte. Ils suivaient l’ordre chronologique pour les papiers de la régie (semaines) et l’ordre des paiements pour les marchés. On note la présence de signatures – c’est-à-dire une numérotation des cahiers43 – en chiffres romains ou lettres minuscules qui permettaient au relieur de les assembler dans l’ordre.

  • 44 BnF, ms. fr. 20686, fol. 13-13v ; ms. fr. 11488, fol. 1-1v et 14-14v.
  • 45 « Copie du pouvoir de maistre Guy de Dampmartin… », ibid., fol. 14v.
  • 46 Mois de février (Poitiers), mai (Bourges et Mehun-sur-Yèvre), août (Riom), décembre (Lusignan), etc

14Les comptes étaient introduits par un en-tête présentant le nom du payeur, le cas échéant son appartenance à la cléricature, l’autorité qui l’avait nommé ainsi que le ou les bâtiments qui lui avaient été affectés. Ensuite, l’en-tête faisait référence à la lettre de commission que le payeur prenait généralement soin de copier dans son premier compte44. Cette autorité était très souvent corrélée à celle du général maître des œuvres, dont une transcription du « pouvoir » pouvait également suivre la commission du payeur45. Enfin, on rappelait les termes de l’exercice comptable. Aucune règle n’a semblé prévaloir à ce sujet sinon que chaque chantier s’organisait selon un calendrier local46. Les exercices s’entendaient généralement sur une durée d’un an. Comme la plupart des registres comptables, ceux des payeurs des œuvres se divisaient en deux ensembles : recettes et dépenses (tabl. 3).

15L’étude des recettes est très instructive. Elle permet de statuer sur l’origine des fonds : receveur général, receveur des aides pour le roi laissant apprécier le degré d’implication du prince, notamment pour obtenir la bienveillance du souverain. Ensuite, la régularité ou l’irrégularité des versements nous renseignent sur le dynamisme du binôme que formaient le payeur des œuvres et le maître d’œuvre. Par exemple, durant l’année 1386, le chantier de Riom bénéficiait d’une rente mensuelle régulière versée par le receveur. Ces versements couvraient très largement l’activité en régie et permettaient au payeur des œuvres de payer les marchés. De son côté, le chantier de Poitiers connaissait une situation totalement inverse : 75 % de l’activité était assurée par la régie. En conséquence, le payeur des œuvres devait réclamer au receveur jusqu’à deux ou trois versements par semaine pour pouvoir garantir à la caisse de solder les équipes à l’œuvre.

  • 47 Dans les papiers des payeurs des œuvres, on ne conserve pas de notes émises dans ce sens. Cependant (...)
  • 48 Le changement de méthode se distingue très clairement dans les registres d’Étienne Gervais, payeur (...)
  • 49 Des chantiers de Jean de Berry, il ne subsiste plus qu’un unique contrat de maçonnerie relatif à l’ (...)
  • 50 AN, KK 257 B, fol. 84.

16Les dépenses occupent l’essentiel du compte et se divisent elles-mêmes en deux ensembles. Le premier est occupé par la régie, appelée autrement « journées » ou « semaines » étant donné que les rétributions se faisaient à un rythme hebdomadaire. Les marchés (dépenses pour œuvres baillées en tâche) occupent le deuxième ensemble. Ces deux ensembles devaient être enregistrés séparément du fait de la nature des pièces justificatives respectives. La comptabilité de la régie s’appuie sur une somme de salaires quotidiens (journées) auxquels s’ajoute le paiement des matériaux et des outils (dépenses communes). Le marché est plus simple puisqu’il se résume à un paiement à réception de l’ouvrage visé au contrat. La régie avait la conséquence fâcheuse d’alourdir le volume des registres, car elle obligeait le payeur à reproduire pour chaque semaine le nombre de jours travaillés par corps de métier et par individu (hiérarchisé par niveau de salaire). Lorsque les comptes tendaient à devenir trop volumineux, la chambre des comptes recommandait visiblement au payeur de ne faire apparaître que les dépenses par semaine puis par corps de métier47. Ce passage d’une méthode que l’on peut qualifier de « développée » à « restreinte » engendre bien évidemment une perte sèche pour l’historien qui voit ainsi disparaître la quasi-totalité des patronymes48. Les marchés étaient enregistrés sur les derniers feuillets des registres. Les pièces originales de ces contrats étaient de grand format49 et fixaient avec beaucoup de détails les dimensions des ouvrages, le type de modénature, voire le répertoire stylistique attendu. Ces documents extrêmement précieux pour l’histoire de l’architecture ont été malheureusement retranscrits avec une grande brièveté, assortie éventuellement de quelques détails techniques qui pouvaient paraître au payeur éclairants voire pittoresques, comme la transformation du plan des pièces logées dans les tours du château de Poitiers du « rond au carré50 ». La plupart du temps, le payeur se contentait de mentionner les dates de signature, de certification et d’émission des quittances afin de faciliter la vérification des gens de la chambre. En toute fin de registre, les dépenses communes regroupaient des éléments importants, soit parce qu’il s’agit des gages des officiers en charge de l’encadrement de chantier, soit parce qu’ils se rapportent aux frais d’écritures du compte. Sachant que la plupart des registres nous sont parvenus incomplets, cette toute dernière mention s’avère extrêmement précieuse pour connaître le nombre de feuillets que contenait le registre à l’origine.

Le jugement

  • 51 En 1371, la reddition du compte du receveur de Berry a engendré de lourdes dépenses : « pour les de (...)
  • 52 Ordonnance de 1389, § 23, enjoignant de présenter ses comptes dans l’année (Henri Jassemin, La cham (...)
  • 53 Les archives municipales de Poitiers conservent une très belle collection de pièces justificatives (...)
  • 54 Parmi les payeurs des œuvres de Jean de Berry, trois ont mentionné avoir eu recours à un procureur (...)

17Le jugement et les annotations laissées par les auditeurs constituaient pour ainsi dire une deuxième écriture qui, en se superposant à celle du payeur, vient nous éclairer sur le regard que posait l’institution sur les écritures de chantier. On regrettera à cet égard le peu de place que leur octroient nombre d’éditions de textes. L’obligation faite aux comptables de rendre leurs comptes était assortie de plusieurs dispositions que la création de la chambre des comptes à Bourges en 1379 a grandement facilitées. Avant cette date, les officiers étaient dans l’obligation de rédiger leurs registres en trois exemplaires. L’un était destiné à la chambre des comptes du roi à Paris, le deuxième était appelé à rejoindre la cour ducale itinérante, le dernier restait en possession de l’officier51. L’installation de la chambre des comptes à Bourges réduisit considérablement ces contraintes. Le nombre d’exemplaires se montait désormais à deux. Toutes les conditions de reddition et de jugement de la comptabilité de chantier étaient portées sur chaque registre à des emplacements bien définis. Les premières annotations permettent d’identifier le propriétaire du registre, la chambre des comptes (pro camera ou pro curia) ou l’officier (pro receptore pour le receveur par exemple). Nous ne conservons aucun des registres que les payeurs des œuvres ont gardés par-devers eux. Les dates de reddition (traditus), d’audition et de clôture (auditus et clausus) étaient portées respectivement sur les premier et dernier feuillets. Elles témoignent de retards relativement importants pris par la chambre des comptes dans son fonctionnement (tabl. 4). Ainsi l’écriture des comptes du payeur des œuvres Étienne Gervais (palais et château de Poitiers, 1382-1388) fut en fait produite sous la forme d’un lot de six comptes écrits d’un même tenant après 1390 et probablement même peu de temps avant d’être présentée à la chambre des comptes au printemps 1392, soit dix ans après. On rencontre des délais similaires à Riom. Le retard n’était pas le fait des comptes de chantier ; certains comptes domaniaux attendirent trente ans ! Néanmoins après 1400, les délais parurent plus acceptables : six ans à Mehun-sur-Yèvre et quatre ans à Lusignan. Ces chiffres montrent deux faits. Premièrement, ils permettent de constater que les délais imposés par les ordonnances ne furent jamais respectés52. Ils montrent aussi que, dans le cas qui nous intéresse ici, les payeurs des œuvres rédigeaient leur comptabilité de manière différée, par lots et probablement au moment d’être convoqués par les gens des comptes. Ces dispositions facilitaient le contrôle, mais contraignaient le payeur des œuvres à venir en personne avec son lot de comptes (en double exemplaire) et le volume de pièces qu’il fallait déplacer dans des sacs53. En attente du jugement, le comptable restait à Bourges le temps de l’examen des comptes. Certains d’entre eux préféraient faire appel aux services d’un procureur pour l’occasion54.

  • 55 Exception faite des comptes de la baronnie de Graçay, annotés en français entre 1407 et 1412.
  • 56 Bertrand Schnerb, « L’activité de la chambre des comptes de Dijon entre 1386 et 1404 d’après le pre (...)
  • 57 Les auditeurs du compte du receveur de la baronnie de Graçay Jean Jagaut (1411-1412) rayèrent ainsi (...)
  • 58 Radiatur quia sine mandato : AD Cher, 8 G 2119, fol. 127.
  • 59 Sophie Cassagnes-Brouquet, Louis XI ou le mécénat bien tempéré, Rennes, PUR, 2007, p. 34.
  • 60 Le lot présenté en 1392 par Étienne Gervais contenait les comptes finissant au mois de février 1383 (...)

18Le jugement, quant à lui, était préparé par un contrôle qui apparaît à travers les annotations laissées en marge des différents articles. Il s’agit d’annotations latines le plus souvent55videatur, loquatur, corrigatur, etc. – qui orientaient les questions des auditeurs. Elles se fondaient sur la validité des pièces justificatives fournies par le payeur et requéraient probablement l’avis du général maître des œuvres. L’opération était relativement rapide : un mois et demi pour contrôler les six comptes d’Étienne Gervais (tabl. 4). La lecture des annotations nous permet de constater que ce type de pièces n’était pas exempt d’oublis voire de fraudes. Les archives de la chambre des comptes de Dijon conservent ainsi la trace d’une tentative de Jacques de Neuilly – ancien collaborateur de Drouet de Dammartin – de se faire octroyer des rémunérations indues. Les gens de la chambre diligentèrent une enquête et firent corriger ses gages56. Les archives de Bourges révèlent de telles tentatives : peu de détails échappaient finalement au contrôle57. Les procédures d’attribution de marché étaient particulièrement regardées58. Si la prodigalité d’un Jean de Berry est partout soulignée, la méfiance d’un Louis XI à l’égard des maîtres maçons qui « devisent à leur avantage » et qui profitent du statut du commanditaire pour « y gagner le plus » et y avoir « bonne bourse59 » reflète probablement un préjugé partagé ou du moins l’état d’esprit des gens de comptes. C’est seulement une fois le jugement prononcé et les pièces suspicieuses validées ou écartées que les soldes étaient finalement calculés et portés à la fin de chaque partie (summa recepte, dietarum, tascharum, vadiorum, etc.) et la balance du compte inscrite au bas du dernier feuillet. Le jugement déterminait si la balance du compte penchait en faveur du payeur (Debentur solutori) ou du trésor ducal (Debet solutor). En cas de comptes audités par lot, comme ceux de Poitiers, les soldes de chacun des comptes étaient reportés et calculés sur le dernier60.

Appréhender et critiquer une comptabilité dispersée et lacunaire 

  • 61 Michel Nortier, « Le sort des archives dispersées de la Chambre des comptes de Paris », Bibliothèqu (...)
  • 62 AD Puy-de-Dôme, 5 C 184 et 179.
  • 63 Ibid., 1 F 186, no 1.

19La plupart des écritures des chantiers de Jean de Berry ont disparu et seul un compte nous est parvenu en entier. Le reste est aujourd’hui réduit à l’état d’épaves dispersées qu’il a fallu reconstituer. Plusieurs raisons semblent expliquer cette dispersion. La première tient à la courte histoire de la chambre des comptes de Bourges, institution éteinte précocement avec la rétrocession de l’apanage avant d’être rétablie dans la hâte par le dauphin Charles. Les archives de l’institution subirent donc plusieurs déplacements avant d’être finalement expédiées à Paris après 1436. On imagine aisément les pertes que subirent les fonds qui nous intéressent ici, et qui s’aggravèrent au dépôt de Paris. Ne revenons pas ici sur le sort des anciennes archives de la chambre des comptes de Paris, sujet sur lequel Michel Nortier a dit l’essentiel61. Toutefois, certains documents intéressant les constructions de Jean de Berry n’ont pas suivi le retour des archives à Paris et demeurèrent dans ses anciennes provinces. Par exemple, les archives départementales du Cher conservent les comptes de la baronnie de Graçay pour la raison qu’elle fut détachée du domaine princier pour être réunie au temporel de la Sainte-Chapelle de Bourges. Par ailleurs, certains dépôts d’archives départementales possèdent toujours les doubles des registres que produisirent les comptables. Les archives départementales du Puy-de-Dôme conservent ainsi plusieurs doubles de comptes du receveur des fouages et un cahier de papier contenant la comptabilité du trésorier général entre 1374 et 137762. Enfin, les services d’archives municipales ou départementales ont cherché à récupérer dans les ventes publiques des pièces intéressant l’histoire régionale. Ainsi, en 1933, une association d’historiens auvergnats fit l’acquisition d’un mandement du prince relatif au chantier de Riom et de Nonette63.

  • 64 AD Cher, 8 G 1116, éd. Paul Cravayat, « Fragments d’un compte de l’œuvre du palais de Bourges (1381 (...)
  • 65 BM Saint-Étienne, ms. 109.
  • 66 Thomas Rapin, Les chantiers de Jean de France, duc de Berry…, op. cit., p. 298.

20Une autre raison de cette dispersion tient à la nature des comptes des constructions qui semblent avoir présenté un intérêt somme toute relatif pour les institutions de l’Ancien Régime. Les remplois en reliure des anciens comptes de construction de Jean de Berry attestent un abandon précoce de ces registres avant même les pillages des généalogistes et les destructions du bureau de triage révolutionnaire. Dans les années 1950, l’archiviste Paul Cravayat découvrit que la reliure d’un registre du chapitre Saint-Étienne réalisé dans la seconde moitié du xve siècle provenait d’un compte du payeur des œuvres du palais de Bourges64. Beaucoup plus récemment, à la faveur d’une campagne de numérisation, plusieurs feuillets d’un compte de construction du palais de Riom ont réapparu dans les pages de garde d’un manuscrit65. Le fonds constitué par les écritures de chantier fut donc très tôt dispersé. Il est possible d’estimer la perte à près de 95 %66. Cependant, même réduit à 5 %, le corpus documentaire (294 feuillets de comptabilité et 19 pièces justificatives) reste très exceptionnel pour la fin du Moyen Âge et contribue à faire du mécénat de Jean de Berry un sujet d’étude tout à fait privilégié.

  • 67 Jacques Lemaire, Introduction à la codicologie, op. cit.
  • 68 Olivier Mattéoni, « Approche codicologique des documents comptables au Moyen Âge », Comptabilités, (...)
  • 69 Odette Chapelot, Jean Chapelot, Jean-Pascal Foucher, « Un chantier et son maître d’œuvre : Raymond (...)
  • 70 BnF, ms. fr. 11488, fol. 2-5v, et AN, KK 255.
  • 71 Thomas Rapin, Les chantiers de Jean de France, duc de Berry…, op. cit., p. 653-654.

21Si les documents ont beaucoup à dire, les lacunes en apprennent autant sinon davantage. Sans une étude préalable de celles-ci, c’est-à-dire sans une reconstruction du corpus original, l’édition des contenus reste de portée limitée. Une des techniques récemment éprouvée pour l’étude des sources médiévales est la codicologie ou étude du codex et de ses éléments externes67. Elle a récemment fait la preuve de sa pertinence dans le domaine des comptabilités médiévales68. Un très bon exemple des capacités de la codicologie appliquée aux comptes de construction est illustré par l’étude des deux feuillets issus des anciens comptes de la Sainte-Chapelle de Vincennes69. Dans le cas de Jean de Berry, cette investigation permit de mettre en évidence l’existence de seize comptes de construction différents et de les attribuer (sauf un) à huit payeurs des œuvres (tabl. 1). Mais l’un des résultats les plus intéressants de l’analyse codicologique concerne le compte de Jean de Savignon, payeur des œuvres du palais de Riom (1382-1384). Ses huit cahiers furent séparés puis dispersés entre le département des manuscrits de la Bibliothèque nationale de France et la série KK des Archives nationales70. L’accès aux volumes originaux et l’examen des éléments externes (signature des cahiers, reliure, réglure, justification, graphie, etc.) ont révélé la soustraction de onze feuillets et donc plusieurs ruptures chronologiques que la seule édition de texte n’avait pas pu mettre en évidence (tabl. 5)71. Les informations issues des écritures de chantier, une fois corrélées à un examen codicologique, peuvent ainsi se trouver considérablement enrichies. Cependant, comme toute source, elles ne peuvent être éditées sans un important apparat critique.

22Il est tout d’abord indispensable de rappeler que par nature les documents comptables visés par la chambre des comptes n’avaient pas vocation à établir des mémoires techniques mais à apporter des garanties de bonne gestion. Pour cette raison, ils n’éclairent en rien ou de manière très indirecte le lecteur sur les choix artistiques, stylistiques ou iconographiques du commanditaire. Par ailleurs, les comptes des payeurs des œuvres, pour ne prendre qu’eux, n’enregistraient que les ouvrages de gros œuvre qui nécessitaient une logistique importante. Comme nous l’évoquions plus haut, les paiements faits aux artistes ne relevaient pas de la compétence des payeurs des œuvres mais d’officiers directement mandatés par le prince. En conséquence, si un beau jour la comptabilité complète du chantier de la Sainte-Chapelle de Bourges venait à être découverte, il est fort probable que les travaux des sculpteurs Jean de Cambrai et André Beauneveu n’y figureraient pas. Par essence, le compte de payeur des œuvres est incomplet et il le demeurera tant qu’il ne sera pas relié au reste des comptes produits dans l’apanage.

  • 72 Jean Longnon, Les Très Riches Heures du duc de Berry, Paris, Draeger, 1970.

23Un deuxième aspect critique tiendrait dans notre confiance trop vite acquise à la bonne foi des institutions de vérification des comptes au prétexte qu’elles œuvraient pour le bien public. Même les comptables de la chambre des comptes de Bourges n’étaient pas exempts d’inexactitudes et ils contribuèrent, malgré eux, à la « mauvaise réputation » de leur seigneur. Il suffit de reprendre la litanie de reproches dont on accable Jean de Berry concernant sa gestion désastreuse notamment à propos des chantiers. L’étude des sources sembla un temps donner raison aux détracteurs : en février 1386, Étienne Gervais présentait à la chambre des comptes un déficit de 3 944 l. t. pour une recette de 6 000 l. t. (tabl. 6) ! Non content d’être « le pilleur du bien public » comme l’écrivait Jean Longnon72, Jean de Berry payait les services d’incompétents ! L’analyse codicologique et la prise en compte des annotations rendent justice au payeur. Tout d’abord, rappelons que les calculs et les soldes portés dans les registres n’étaient pas le fait des payeurs des œuvres, mais des auditeurs de la chambre des comptes, et ceux-ci sont le produit d’une totale falsification dans le cas qui nous intéresse. On s’aperçoit tout d’abord que le déficit abyssal présenté par le payeur en février 1386 est compensé à la livre près lors du jugement du compte suivant en février 1387, produisant une balance totalement équilibrée sur les deux exercices. Cette singularité cache en fait une opération de réécriture comptable par les clercs de la chambre des comptes lors de l’audition des registres au printemps 1392. Pour s’en convaincre, il faut revenir aux recettes du compte finissant au mois de février 1386. À cet endroit, les auditeurs ont biffé les deux feuillets de recettes pourtant attestées par les lettres du payeur, et leur ont substitué un bref article « Recettes » inscrit sur le premier feuillet. Par cette opération, les auditeurs annulaient les sommes prises sur la recette générale du Poitou et les reportaient sur la caisse du receveur des aides pour la guerre en Poitou. De ce fait, la recette diminuait de moitié et générait le déficit. Dans le compte finissant au mois de février 1387, on remplaça également la recette générale du Poitou par celle des aides pour la guerre, mais cette fois, l’opération engendra un important excédent. Ces modifications, artificielles et faites a posteriori, étaient donc de nature à fausser totalement les balances générales. Une preuve du coût réel du chantier existe pourtant bel et bien : avant de rendre son compte, le payeur des œuvres avait reporté sa propre balance. Mais pour le constater il faut accéder au volume original et consulter le verso de la couverture (non microfilmé) sur lequel on discerne sans équivoque le solde correct.

24Les auditeurs, qui géraient l’intégralité des finances de Jean de Berry, avaient certainement l’habitude de ce genre d’opérations de « rééquilibrage » entre comptabilités pour aboutir à la présentation convenable de la gestion de l’apanage. Cet exemple doit nous inciter à la prudence la plus extrême lorsqu’il s’agit d’employer des notions de déficit ou d’excédent provenant de comptabilités incomplètes.

Conclusion

25La bonne conservation des sources comptables de la fin du Moyen Âge reste un atout majeur pour les recherches à venir. En dépit du fait que ces sources sont les premières à avoir été éditées, la richesse des fonds offre toujours la possibilité de nouvelles investigations voire de découvertes ; le cas des sept feuillets du compte de construction de Riom retrouvés à Saint-Étienne en a récemment apporté la preuve. Depuis une quarantaine d’années, le regain d’intérêt pour les architectures civiles et religieuses de cette période et l’opportunité offerte par l’accès aux sources comptables ont largement contribué au renouvellement de nos connaissances. Cependant, la typologie propre à ces sources modifie les champs de recherche. Contrairement aux chantiers des grands établissements ecclésiastiques des xiie et xiiie siècles, l’histoire de la construction du xve siècle fait aussi la part belle aux constructions plus modestes ; elle se tourne davantage vers le chantier, ses modèles, son organisation et son économie. C’est encore plus récemment – au tournant des années 2000 – que de nouvelles approches des sources ont été mises en œuvre, permettant des avancées significatives. La codicologie, domaine d’abord cantonné aux manuscrits « littéraires », a su montrer toute sa pertinence sur les comptabilités, notamment parce qu’elle est particulièrement adaptée aux sources dispersées et lacunaires. Outre cet aspect technique, son atout principal est d’induire un questionnement sur des domaines aussi fondamentaux que le fonctionnement administratif, diplomatique, voire politique des institutions princières. La codicologie a permis également de mettre en évidence le formalisme intrinsèque aux comptes de construction. À travers le cas des payeurs des œuvres, il montre l’émergence d’une profession – les comptables – qui vint s’immiscer entre les officiers et les institutions et qui éloignait de fait l’écriture de chantier du chantier lui-même. Cet aspect doit être intégré à l’apparat critique au moment d’éditer le contenu technique du texte. A contrario ce formalisme offre au chercheur le très grand avantage de produire un ensemble de données sérielles facilement exploitables et qui se prête remarquablement bien au traitement informatique. Dans le cas de Jean de Berry, la saisie a été conduite à travers deux fiches de bases de données, l’une s’attachant aux caractères externes (archivage, données codicologiques, etc.), la deuxième aux caractères internes (texte, annotations, toponyme, patronyme, dates, salaires, etc.). Dès lors, l’édition de texte devient une matière exploitable par requêtes multiples : toponymiques, onomastiques, sémantiques, chronologiques et bien évidemment statistiques. Ce dernier point étant grandement facilité par la possibilité d’intégrer des calculateurs dans les fiches permettant de travailler directement avec les données chiffrées. C’est dire si la forme même de ces registres comptables est une véritable opportunité pour les actuels programmes TEI et le balisage XML des sources anciennes.

26Enfin, questionner l’écriture de chantier sur son histoire revient à interroger l’administration ducale dans son ensemble et le rôle de ses agents dans la politique monumentale du prince. L’apanage de Jean de Berry eut beau être administré d’une manière remarquablement centralisée, la recherche d’une procédure unique en matière de construction est une entreprise vaine. L’administration adaptait les chantiers à leur environnement propre. Ainsi, les chantiers auvergnats connurent une autonomie très large ne serait-ce que pour des raisons logistiques évidentes : lorsqu’un problème exigeait une expertise du général maître des œuvres, il fallait douze jours pour qu’un messager puisse rallier Bourges et pour ensuite revenir sur le chantier. Cependant les raisons qui régissent l’encadrement des chantiers n’étaient pas dictées uniquement par le contexte. On peut même dire que, d’une manière générale, les comptabilités trahissent bien souvent le désir plus ou moins pressant du commanditaire de voir aboutir ses projets. La volonté du prince est une dimension souvent insaisissable des documents comptables et pourtant elle portait les projets. Le sujet le plus emblématique est celui de l’iconographie, domaine sur lequel les écritures de chantier apportent un témoignage des plus précieux en montrant un commanditaire, aussi cultivé que jaloux de son image, qui se passe de ses services techniques et traite directement avec les artistes. Le prince n’entendait pas laisser à autrui le soin de bâtir son propre mythe.

Annexes

Annexe 1. Les écritures de chantier du duc de Berry

Tableau 1 — Les comptes des payeurs des œuvres de Jean de Berry, 1380-1408 (294 feuillets au total). Seul le compte indiqué en gras est complet

Tableau 1 — Les comptes des payeurs des œuvres de Jean de Berry, 1380-1408 (294 feuillets au total). Seul le compte indiqué en gras est complet

Tableau 2 — Les maîtres des œuvres de maçonnerie de Jean de Berry (1369-1416)

Tableau 2 — Les maîtres des œuvres de maçonnerie de Jean de Berry (1369-1416)

Tableau 3 — Structure des comptes des payeurs des œuvres

Tableau 3 — Structure des comptes des payeurs des œuvres

Tableau 4 — Poitiers. Dates de reddition et de clôture des comptes d’Étienne Gervais à la chambre des comptes de Bourges

Tableau 4 — Poitiers. Dates de reddition et de clôture des comptes d’Étienne Gervais à la chambre des comptes de Bourges

Tableau 5 — Reconstruction du premier compte de Jean de Savignon (1er août 1382-1er août 1384) et schémas des quatre premiers cahiers incomplets

Tableau 5 — Reconstruction du premier compte de Jean de Savignon (1er août 1382-1er août 1384) et schémas des quatre premiers cahiers incomplets

P : côté poil ; C : côté chair ; les feuillets disparus sont indiqués en gris pâle

Tableau 6 — Poitiers, résultats présentés (en livres tournois) par Étienne Gervais à la chambre des comptes de Bourges

Tableau 6 — Poitiers, résultats présentés (en livres tournois) par Étienne Gervais à la chambre des comptes de Bourges

La deuxième partie du tableau montre ces mêmes résultats après correction par les auditeurs lors de la clôture des comptes en mai 1392 (en gris).

Annexe 2. Comptes de la baronnie de Graçay (duché de Berry)

Figure 1 — Compte de la baronnie de Graçay (1396-1397)

Figure 1 — Compte de la baronnie de Graçay (1396-1397)

Deux marchés au chapitre « œuvres » (procédure ordinaire). Bourges, AD Cher, 8 G 2122, fol. 60, cl. T. Rapin.

Figure 2 — En-tête du cahier additionnel enregistrant les travaux commandés par la duchesse de Berry et conduits par Jean Guérart, lieutenant de Drouet de Dammartin

Figure 2 — En-tête du cahier additionnel enregistrant les travaux commandés par la duchesse de Berry et conduits par Jean Guérart, lieutenant de Drouet de Dammartin

Bourges, AD Cher, 8 G 2122, fol. 64, cl. T. Rapin

Transcription

« Euvres et reparacions faites en l’ostel de Genouilly par le commandement et ordonnance de ma dame la duchesse de Berry es moys de septembre, octobre et novembre de CCC IIIIXX et dix sept et aussi par l’ordenance de Jehan Guerart, lieutenant general de maistre Dreux de Dampmartin, general maistre des euvres de mon seigneur le duc de Berry et d’Auvergne, comte de Poitou et de Boulongne, paiez par mandement tant de madite dame comme pour la chambre des comptes ; lesquelles euvres ont esté faites, parfaites et receues par ledit Jehan Guerart en la forme et maniere contenue en ung quaier de papier certiffié soubz son saing manuel et scellé de son seel le XXIIe jour de juillet mil CCC IIIIXX dix et huit, rendu a court. »

Figure 3 — Présentation caractéristique de travaux menés en régie : nombre de jours travaillés, par individu et par corps de métier

Figure 3 — Présentation caractéristique de travaux menés en régie : nombre de jours travaillés, par individu et par corps de métier

Journées de maçons et de manœuvres, semaine du 8 octobre 1396. AD Cher, 8 G 2122, fol. 69v, cl. T. Rapin.

Graphique 1 — Graçay et Genouilly, part allouée aux travaux dans les dépenses annuelles (en livres tournois) d’après les comptes de la baronnie de Graçay (1372-1416)

Graphique 1 — Graçay et Genouilly, part allouée aux travaux dans les dépenses annuelles (en livres tournois) d’après les comptes de la baronnie de Graçay (1372-1416)

Notes

1 Françoise Autrand, Jean de Berry. L’art et le pouvoir, Paris, Fayard, 2000.

2 Thomas Rapin, « Les relations entre les artistes de Jean de Berry et les tuiliers mudéjars du royaume d’Aragon », Bulletin monumental, 176/1, 2018, p. 21-23.

3 Thomas Rapin, « Les artistes du bâtiment installés à la cour du duc de Berry : Un privilège ? », dans Dagmar Eichberger, Philippe Lorentz (dir.), The Artist between Court and City (1300-1600). L’artiste entre la cour et la ville. Der Künstler zwischen Hof und Stadt, Petersberg, Michael Imhoff, 2017, p. 110-119.

4 Anjou : Angers (1360), Aix-en-Provence (1381) ; Bourgogne : Dijon et Lille (1386) ; Bourbonnais : Moulins (1374) ; duché d’Orléans : Hôtel de Bohème à Paris (1388), Blois (1409) : voir Philippe Contamine, Olivier Mattéoni (dir.), La France des principautés : les chambres des comptes, xive-xve siècles, Paris, Comité pour l’histoire économique et financière, 1996.

5 AN, J 185 A, no 45 ; René Lacour, Le gouvernement de Jean, duc de Berry (1360-1416), Paris, Picard, 1932, pièce justificative no 15.

6 Une exception intéressante à cette règle se trouve dans les comptes de Macé Darne, maître des œuvres du duc d’Anjou. Elle s’explique par la double fonction de Macé Darne comme maître d’œuvre et receveur (André Joubert, Étude sur les comptes de Macé Darne, maître des œuvres de Louis Ier duc d’Anjou et comte du Maine [1367-1376], Angers, imp. Germain et G. Grassin, 1899).

7 BnF, PO 2580, Le Roy 57437, no 134v ; PO 678, Chardon 15886, nos 2 et 3 ; coll. Clairambault, 218, no 6, édition dans Thomas Rapin, Les chantiers de Jean de France, duc de Berry : maîtrise d’ouvrage et architecture à la fin du Moyen Âge, thèse de doctorat dirigée par Claude Andrault-Schmitt, université de Poitiers, 2010, textes nos 11, 32 et 33.

8 AD Puy-de-Dôme, 5C 184, fol. 62 et Paris, BnF, ms. fr. 22389, no 97, édition dans Rapin, op. cit., textes nos 31 et 34.

9 AD Puy-de-Dôme, 5C 179, fol. 4-7v, édition dans Rapin, op. cit., texte no 4.

10 Les arbitrages ne modifient que très peu la part de la construction. Le premier avis prévoyait une dépense globale de 61 244 l. dont 4 940 l. pour œuvre (8,06 %) ; le deuxième une dépense globale de 78 036 l. dont 4 900 l. pour œuvre (6,27 %) (Rapin, op. cit., tableau no 9).

11 L’acte de vente (1380) stipule que l’hôtel se situait rue de la Narette (actuelle rue de l’Hôtel-Lallemant), paroisse du Fourchaud, et qu’il s’entendait de la chapelle de Saint-Augustin jusqu’au cimetière de l’église Saint-Pierre-le-Puellier (AD Cher, F 222, no 4, édition dans Jacques Soyer, « Documents inédits sur le séjour et la demeure à Bourges de divers artistes », Mémoires de la Société des antiquaires du Centre, 27, 1903, p. 305-328, notice no 1). Dans la note qu’il fait sur la chambre des comptes du duc de Berry, René Monestier localise son implantation au 15, rue de l’Hôtel-Lallemant (René Monestier, « Note sur une maison de Bourges, l’ancienne chambre des comptes du duc Jean de Berry », Mémoires de la Société archéologique du Centre, 40, 1921, p. 215).

12 « Messages envoyés de Bourges a Clermont et a Riom de part meistre Guy de Dampmartin, meistre dezdites euvres, liquieux apourta lettres clouses de part mon seigneur et de part luy a Raymond Coustave tresorier general contenant qu’il baillast argent pour fere ouvrer aus bastimens de Riom et de Nonnete […], liquel meistre Guy ne voulast point venir pour fere ouvrer jusques ad ce qu’il eust response du dit treshaurier […] » (AN, KK 255, fol. 9).

13 AD Cher, F 222, no 4, édition dans Jacques Soyer, « Documents inédits sur le séjour et la demeure à Bourges de divers artistes », art. cité, notice no 1, et BnF, ms. fr. 11488, fol. 14v.

14 AD Loiret, 3 E 14329, 11 février 1413.

15 AD Cher, 8 G 2122, fol. 64.

16 Au lendemain du siège de 1412, les chanoines de la Sainte-Chapelle de Bourges furent contraints de remettre sur pied les moulins de Saint-Privé-lès-Bourges. Ils recrutèrent trois des plus importants maîtres d’œuvre alors engagés sur les chantiers du prince. Bourges : AD Cher, 8 G 1952, fol. 1-11v (Philippe Goldman, « La reconstruction des Moulins-le-Roi à Bourges en 1412 », L’almanach de Brioude, octobre 2015, p. 85-90).

17 Thomas Rapin, « Les horloges publiques : un aspect méconnu du mécénat du duc Jean de Berry », Livraisons d’histoire de l’architecture, 25, 1er semestre 2013, p. 97-108.

18 Contrat entre les consuls d’Aigueperse et le maçon Jean Attour pour l’achèvement de la tour de la Chaussade sous le contrôle du lieutenant de Drouet de Dammartin : AD Puy-de-Dôme, 3 E PS 8, édition dans Thomas Rapin, Les chantiers de Jean de France, duc de Berry…, op. cit., texte no 35.

19 Thomas Rapin, « Les demeures parisiennes du duc de Berry », dans Valentine Weiss, Etienne Hamon (dir.), La demeure médiévale à Paris, Paris, Somogy/Archives nationales, 2012, p. 160-162.

20 Compte d’un receveur anonyme, 1369 (BnF, ms. fr. 23902) : paiements versés aux peintres Jean d’Orléans et Étienne Lannelier, aux maîtres d’œuvre Guy et Drouet de Dammartin (fol. 2v-3v). Compte de Guillaume de Chauvigny, receveur de Berry, 1385-1386 (BnF, PO 2580, Le Roy 57437) : paiements versés à Guy de Dammartin, aux sculpteurs André Beauneveu et Jean de Cambrai, aux enlumineurs Jean Muiere (sic) et Pierre de Constance (pièce no 133v), au couvreur Jean Le Prestre, au charpentier Étienne Pain (pièce no 134v) et à la veuve du sculpteur Jacques Collet (pièce no 135), édition dans Thomas Rapin, Les chantiers de Jean de France, duc de Berry…, op. cit., textes nos 2 et 11.

21 Compte d’Étienne Valée, maître de la Chambre aux deniers du duc de Berry, 1370-1373 (AN, KK 251) : paiements versés au maçon Jean Bertaut, au maître des œuvres de charpenterie Colin de Villars, au verrier Pierre (fol. 34v-35). Compte de Nicolas Mengin, maître de la Chambre aux deniers du duc de Berry, 1374-1378 (AN, KK 258) : paiements versés aux valets de Guy de Dammartin (fol. 61v), au peintre Guillaume Deschamps (fol. 66v), à Drouet de Dammartin (fol. 145 et 167) et au charpentier Guyart (fol. 167v), édition ibid., textes nos 3 et 6).

22 Le fonctionnement de la chambre des comptes d’Angers dans ce domaine est décrit par Françoise Robin, « Les chantiers des princes angevins (1370-1480) : direction, maîtrise, main d’œuvre », Bulletin monumental, 141/1, 1983, p. 21-65.

23 Jean Rauzier, Finances et gestion d’une principauté au xive siècle, le duché de Bourgogne de Philippe le Hardi (1364-1384), Paris, Comité pour l’histoire économique et financière de la France, 1996.

24 AD Cher, 8 G 2119-2132. À ce sujet, voir Alfred de Gandilhon, « Les terres de Vatan et de Graçay, et Jean de France, duc de Berry (1370-1405) », Mémoires de la Société des antiquaires du Centre, 30, 1907, p. 55-86.

25 Jean de Saint-Germain, capitaine de château et écuyer (1372-1379), Jean Vacherat (1389-1405) et Jean Jagaut (1406-1416), voir à ce sujet Françoise Michaud-Fréjaville, « Enchères et enchérisseurs à Graçay au temps du duc Jean (1372-1394) », Cahiers d’archéologie et d’histoire du Berry, 75, 1989, p. 15-39.

26 Compte de Jean Vacherat, receveur de la baronnie de Graçay (13 janvier 1397-13 janvier 1398) : AD Cher, 8 G 2122, fol. 1-97.

27 Thomas Rapin, Les chantiers de Jean de France, duc de Berry…, op. cit., graphique no 22. Précisons que le chantier ne bénéficiait d’aucune subvention particulière et provoqua un important déficit.

28 AD Cher, 8 G 2122, fol. 64-82v.

29 Alfred de Champeaux, Paul Gauchery, Travaux d’art exécutés pour Jean de France, duc de Berry avec une étude biographique des artistes employés par ce prince, Paris, Honoré Champion, 1894.

30 Josiane Teyssot, « Un grand chantier de construction à la fin du xive siècle en Auvergne : le palais ducal de Riom », Bulletin historique et scientifique de l’Auvergne, 174, 1992, p. 162.

31  BnF, ms. fr. 20686, fol. 13v.

32  AD Vienne, C 408.

33  Thomas Rapin, Les chantiers de Jean de France, duc de Berry…, op. cit., n. 1696.

34 BnF, ms. fr. 26023, no 1348-1352.

35  BnF, PO 678, Chardon 15886, no 2.

36 Thomas Rapin, « La maîtrise d’ouvrage de Jean de France, duc de Berry (1340-1416) : reconstitution et analyse critique d’une documentation dispersée », Tabularia, 6, 2006, p. 33-73 (http://www.unicaen.fr/mrsh/craham/revue/tabularia).

37 Voir le cas de la comptabilité municipale de Dijon dans Patrice Beck, « Les comptabilité de la commune de Dijon », Comptabilités, 2, 2011 (http://comptabilites.revues.org/371).

38 Huguenin Meschin (Bourges et Mehun-sur-Yèvre) et Étienne Gervais (palais et château de Poitiers).

39  « […] et pour faire le payement de la mise desdites œuvres ledit payeur fait receptes de deniers en grosses parties escriptes ci aprés en cest present compte ensemble pour les deux lieux dessus dis, lesquels deniers ont esté despensez particulierement tant a journees et autres menues parties par sepmaines comme en tasche et a preffait par ordennance de mestre Guy de Dampmartin general mestre d’ycelles œuvres comme plus a plain est escript et contenu ou livre de chascun desdiz lieux certiffiez soubz son saing manuel en la fin de chascune desdites sepmaines et de chascun desdits marchés. Le livre de contrerolle a esté rendu par ledit payeur avec cest present compte en ladite chambre » : BnF, ms. fr. 20686, fol. 8.

40  « Un grand papier acheté pour ecrire la mise et la depense que ce feroit en chacune semaine par maniere de contrerolle par ledit maître Pierre Juglar comme lieutenant dudit maitre Guy es œuvres dudit palais […]. A Guillaum de Couza espontiquarre [apoticaire] pour ledit papier qu’il vendit a ecrire les choses davant dites […] » : AN, KK 255, fol. 28v.

41  « […] lesquelles euvres ont este faites, parfaites et receues par ledit Jehan Guerart en la forme et maniere contenues en ung quayer de papier certiffié soubs son saing manuel et scellé de son seel […] » : AD Cher, 8 G 2122, fol. 64.

42 Le compte KK 255 des Archives nationales est le seul volume à avoir conservé sa belle couverture de cuir avec une étiquette de parchemin.

43 Jacques Lemaire, Introduction à la codicologie, Louvain-la-Neuve, Institut d’études médiévales de l’université catholique de Louvain, 1989.

44 BnF, ms. fr. 20686, fol. 13-13v ; ms. fr. 11488, fol. 1-1v et 14-14v.

45 « Copie du pouvoir de maistre Guy de Dampmartin… », ibid., fol. 14v.

46 Mois de février (Poitiers), mai (Bourges et Mehun-sur-Yèvre), août (Riom), décembre (Lusignan), etc.

47 Dans les papiers des payeurs des œuvres, on ne conserve pas de notes émises dans ce sens. Cependant dans un compte de construction rendu par le chevalier du roi Yves Du Fou, commis à payer 2000 l. t. pour les réparations du château et du parc de Lusignan (1463-1464), nous trouvons cette mention : « […] lequel papier veu et visité par messires desdits comptes […] pour eviter les fraiz de la façon dudit compte qui seroient grans se toutes lesdites singulieres parties estoient escriptes au long et pour autres causes qui a ce les ont meuz, ont ordonné et appoinctié que, pour abregier l’expedicion de ce present compte, ledit chevalier feroit faire de tout ledit compte ung estat abregié par maniere de compte particulier, ouquel seroient en bref declairees et contenues les singulieres parties des ouvraiges et distributions desdites 2 000 l. t. par ledit chevalier pour le paiement d’iceulx […] » : BnF, ms. fr. 6737, fol. 35v.

48 Le changement de méthode se distingue très clairement dans les registres d’Étienne Gervais, payeur des œuvres du palais et du château de Poitiers, avant et après la date du 12 février 1385 (AN, KK 256 et 257 A).

49 Des chantiers de Jean de Berry, il ne subsiste plus qu’un unique contrat de maçonnerie relatif à l’achèvement de la porte de la Chaussade à Aigueperse (1407). Il se présente sous la forme d’une grande pièce de parchemin de 53,5 sur 37 centimètres : AD Puy-de-Dôme, 3E PS8.

50 AN, KK 257 B, fol. 84.

51 En 1371, la reddition du compte du receveur de Berry a engendré de lourdes dépenses : « pour les depens dudit receveur, I vallet et II chevaulx qui vont de Bourges a Riom pour rendre ces presents comptes [la cour ducale est alors en Auvergne] et pour porter le triple en la chambre des comptes du roy notre sire a Paris […] » (BnF, ms. fr. 23902, fol. 4v).

52 Ordonnance de 1389, § 23, enjoignant de présenter ses comptes dans l’année (Henri Jassemin, La chambre des comptes de Paris au xve siècle, Paris, Picard, 1933, p. 106).

53 Les archives municipales de Poitiers conservent une très belle collection de pièces justificatives des xive et xve siècles. Elles se présentent encore dans leur état d’origine par liasse de 10 à 60 pièces maintenues par un cordon de parchemin tressé. Pour le déplacement des archives des chambres des comptes dans des coffres, des sacs ou des tonneaux, on pourra lire le récit de Joseph Croy, Notice historique sur les archives de la chambre des comptes de Blois, Blois, J. de Grampé, 1937.

54 Parmi les payeurs des œuvres de Jean de Berry, trois ont mentionné avoir eu recours à un procureur pour présenter leur comptabilité : Huguenin Meschin (Bourges et Mehun-sur-Yèvre), Jean Aubereau (Lusignan), Gilles de Chalemaigne (Mehun-sur-Yèvre).

55 Exception faite des comptes de la baronnie de Graçay, annotés en français entre 1407 et 1412.

56 Bertrand Schnerb, « L’activité de la chambre des comptes de Dijon entre 1386 et 1404 d’après le premier registre de ses mémoriaux », dans Philippe Contamine, Olivier Mattéoni (dir.), La France des principautés…, op. cit., p. 60-61.

57 Les auditeurs du compte du receveur de la baronnie de Graçay Jean Jagaut (1411-1412) rayèrent ainsi une dépense de 8 l. t. destinée à une vacation « de plusieurs jours par soy donnees » afin de « faire faire lesdites reparacions dudit lieu de Genouilly, ou ledit receveur a vaqué l’espace de III jours ou environ par chacune sepmaines dudit temps deux ou III jours et aussi pour paier lesdits ouvriers de leurs journees […] ». La mention marginale apposée indique : « Soit parlé a messire [Vacherat] sur cette partie raié par l’ordonnance de mes seigneurs, heu regart que ledit hostel de Genouilly est en la terre de Graçay et pres dudit lieu » (AD Cher, 8 G 2129, fol. 79v).

58 Radiatur quia sine mandato : AD Cher, 8 G 2119, fol. 127.

59 Sophie Cassagnes-Brouquet, Louis XI ou le mécénat bien tempéré, Rennes, PUR, 2007, p. 34.

60 Le lot présenté en 1392 par Étienne Gervais contenait les comptes finissant au mois de février 1383, 1384, 1385, 1386, 1387 et 1388. Sur les derniers feuillets des comptes 1385, 1386 et 1387, après le debet/debentur, nous voyons l’annotation suivante : « Redduntur ei in fine sui computi finiti ad ultimam [diem] februarii CCC IIIIXX VII [1388 n. st.] […] » : AN, KK 256, fol. 56v, KK 257 A, fol. 39v, et KK 257 B, fol. 85v.

61 Michel Nortier, « Le sort des archives dispersées de la Chambre des comptes de Paris », Bibliothèque de l’École des chartes, 123, 1965, p. 460-537.

62 AD Puy-de-Dôme, 5 C 184 et 179.

63 Ibid., 1 F 186, no 1.

64 AD Cher, 8 G 1116, éd. Paul Cravayat, « Fragments d’un compte de l’œuvre du palais de Bourges (1381-1382) », Mémoires de l’union des sociétés savantes de Bourges, 1953-1954, p. 7-23.

65 BM Saint-Étienne, ms. 109.

66 Thomas Rapin, Les chantiers de Jean de France, duc de Berry…, op. cit., p. 298.

67 Jacques Lemaire, Introduction à la codicologie, op. cit.

68 Olivier Mattéoni, « Approche codicologique des documents comptables au Moyen Âge », Comptabilités, Revue d’histoire des comptabilités, 2, 2011 (http://comptabilites.revues.org/382), et Thomas Rapin, « La maîtrise d’ouvrage de Jean de France, duc de Berry (1340-1416) », art. cité.

69 Odette Chapelot, Jean Chapelot, Jean-Pascal Foucher, « Un chantier et son maître d’œuvre : Raymond Du Temple et la Sainte-Chapelle de Vincennes en 1395-1396 », dans Odette Chapelot (dir.), Du projet au chantier : Maîtres d’ouvrage et maîtres d’œuvre aux xive-xvie siècles, Paris, EHESS, 2001, p. 433-488.

70 BnF, ms. fr. 11488, fol. 2-5v, et AN, KK 255.

71 Thomas Rapin, Les chantiers de Jean de France, duc de Berry…, op. cit., p. 653-654.

72 Jean Longnon, Les Très Riches Heures du duc de Berry, Paris, Draeger, 1970.

Table des illustrations

Titre Tableau 1 — Les comptes des payeurs des œuvres de Jean de Berry, 1380-1408 (294 feuillets au total). Seul le compte indiqué en gras est complet
URL http://books.openedition.org/psorbonne/docannexe/image/54197/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 3,0M
Titre Tableau 2 — Les maîtres des œuvres de maçonnerie de Jean de Berry (1369-1416)
URL http://books.openedition.org/psorbonne/docannexe/image/54197/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 188k
Titre Tableau 3 — Structure des comptes des payeurs des œuvres
URL http://books.openedition.org/psorbonne/docannexe/image/54197/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 192k
Titre Tableau 4 — Poitiers. Dates de reddition et de clôture des comptes d’Étienne Gervais à la chambre des comptes de Bourges
URL http://books.openedition.org/psorbonne/docannexe/image/54197/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 180k
Titre Tableau 5 — Reconstruction du premier compte de Jean de Savignon (1er août 1382-1er août 1384) et schémas des quatre premiers cahiers incomplets
Légende P : côté poil ; C : côté chair ; les feuillets disparus sont indiqués en gris pâle
URL http://books.openedition.org/psorbonne/docannexe/image/54197/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 1,8M
Titre Tableau 6 — Poitiers, résultats présentés (en livres tournois) par Étienne Gervais à la chambre des comptes de Bourges
Légende La deuxième partie du tableau montre ces mêmes résultats après correction par les auditeurs lors de la clôture des comptes en mai 1392 (en gris).
URL http://books.openedition.org/psorbonne/docannexe/image/54197/img-6.jpg
Fichier image/jpeg, 188k
Titre Figure 1 — Compte de la baronnie de Graçay (1396-1397)
Légende Deux marchés au chapitre « œuvres » (procédure ordinaire). Bourges, AD Cher, 8 G 2122, fol. 60, cl. T. Rapin.
URL http://books.openedition.org/psorbonne/docannexe/image/54197/img-7.png
Fichier image/png, 330k
Titre Figure 2 — En-tête du cahier additionnel enregistrant les travaux commandés par la duchesse de Berry et conduits par Jean Guérart, lieutenant de Drouet de Dammartin
Légende Bourges, AD Cher, 8 G 2122, fol. 64, cl. T. Rapin
URL http://books.openedition.org/psorbonne/docannexe/image/54197/img-8.png
Fichier image/png, 453k
Titre Figure 3 — Présentation caractéristique de travaux menés en régie : nombre de jours travaillés, par individu et par corps de métier
Légende Journées de maçons et de manœuvres, semaine du 8 octobre 1396. AD Cher, 8 G 2122, fol. 69v, cl. T. Rapin.
URL http://books.openedition.org/psorbonne/docannexe/image/54197/img-9.png
Fichier image/png, 244k
Titre Graphique 1 — Graçay et Genouilly, part allouée aux travaux dans les dépenses annuelles (en livres tournois) d’après les comptes de la baronnie de Graçay (1372-1416)
URL http://books.openedition.org/psorbonne/docannexe/image/54197/img-10.png
Fichier image/png, 21k

Auteur

Campus des Métiers et de l’Artisanat Indre-et-Loire,
chercheur associé CESR (Tours) UMR 7323

© Éditions de la Sorbonne, 2019

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540