Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Jean de Berry et l’écrit

 | 
Olivier Guyotjeannin
, 
Olivier Mattéoni

La signature de Jean de Berry : marque de prestige, signe de pouvoir

Claude Jeay

Texte intégral

1Le roi Jean le Bon et ses fils, le futur Charles V et le duc de Berry, comptent parmi les premiers princes de l’Occident médiéval à avoir leur propre signature. Par signature, il convient d’entendre l’écriture du nom associé à un paraphe, le tout autographe, à tout le moins dans un premier temps. Dès lors, plusieurs questions se posent : comment se présente la signature des premiers Valois – et plus particulièrement celle de Jean de Berry ? Comment celui-ci choisit-il son propre signe graphique (peut-on déterminer les influences et les modèles qui ont inspiré le prince) ? Où l’appose-t-il ? Il conviendra aussi de poser la question de l’usage (ou des usages) de la signature.

L’invention de la signature

  • 1 BnF, ms. lat. 448, fol. 289, Petrus Lombardus, Commentarius in Psalmos. L’histoire du manuscrit est (...)

2Les signatures des grands personnages de la seconde moitié du xive siècle apparaissent encore sous le regard de l’historien d’aujourd’hui comme autant d’épiphanies sur le papier ou le parchemin – ce qu’elles étaient du reste déjà à l’époque où elles ont été apposées : définitives, parachevées, elles ne fournissent aucun indice sur ce qui a motivé tel choix graphique ou l’adoption de tel paraphe. Tout au plus peut-on, en les comparant à d’autres, deviner un modèle ou supposer une influence. Il n’en va heureusement pas de même pour Jean de Berry, puisque nous disposons d’essais de plume du prince dans la marge d’un manuscrit (fig. 1)1. Léopold Delisle a proposé d’attribuer ces recherches graphiques autour du nom de baptême Jehan au roi Jean le Bon, mais une étude comparée des signatures du père et du fils qui ont, il est vrai, le même saint patron, permet d’y voir à coup sûr la main du futur duc de Berry. La plupart des essais de signature sont partiels et portent soit sur la première, soit sur la seconde syllabe du nom. Ils montrent que le choix de la signature se cache dans les détails, mais ces seules tentatives sont insuffisantes pour autoriser une attribution. En revanche, si l’on considère les deux paraphes les plus aboutis – qui sont des signatures à part entière –, la situation s’éclaire singulièrement. L’une rappelle effectivement la signature de Jean le Bon, le paraphe en moins, l’autre apparaît comme une version édulcorée, encore imparfaite, de la signature définitive de Jean de Berry. Inscrites l’une et l’autre dans la continuité, placées entre les deux signatures définitives de ces princes, celle de Jean le Bon à une extrémité, celle de Jean de Berry à l’autre, elles constituent bien les jalons jusqu’alors manquants qui montrent comment, partant de la première, le jeune prince entreprend peu à peu d’imaginer sa propre marque. Tout est déjà en puissance dans la « dernière » tentative : la lettre « E » mise en valeur, le nom de baptême encadré sur trois côtés, le jeu sur le module des lettres, l’alternance de traits fins ou plus épais pour donner du rythme et de l’élégance à la composition. Le prince tire immédiatement parti du potentiel graphique surgi de l’association du nom de baptême et du paraphe et, reprenant l’exemple paternel, va plus loin encore. De cette signature-là à la signature définitive du prince, équilibrée et parfaite, il ne manque pas grand-chose et l’on peut supposer que le résultat final est rapidement atteint moyennant quelques tentatives supplémentaires qui, celles-là, ne nous sont pas parvenues.

Figure 1 — Essais de signature de Jean de Berry (BnF, ms. lat. 448, fol. 289)

Figure 1 — Essais de signature de Jean de Berry (BnF, ms. lat. 448, fol. 289)

3Fausses signatures et signatures imitées facilitent une compréhension « intériorisée » de ce signe graphique encore bien neuf à l’époque du duc de Berry : il ne suffit pas de reproduire le plus fidèlement possible la signature originelle, ni de faire preuve d’un mimétisme servile, d’habileté ou de virtuosité graphique. Imiter parfaitement la signature de Jean de Berry (ou toute autre signature, d’ailleurs) implique avant tout de bien décomposer le geste, d’assimiler le ductus. Il faut combiner précision et vitesse d’exécution : le bon geste et la juste pression. L’une sans l’autre révèle au premier coup d’œil une pâle tentative de reproduire l’original. L’œil travaille avant la main. C’est lui qui, au moment de saisir la plume, la guidera avec toute la précision requise.

  • 2 BnF, ms. fr. 159, fol. 545v. La fille du duc de Berry, Marie de Bourbon, hérite du précieux manuscr (...)

4Imiter la signature du prince n’est pas donné à tout le monde, ce que révèle la tentative sans prétention, dilettante, du duc de Savoie Philibert II à la fin de la grande bible historiale complétée, juste en dessous de la signature de Jean de Berry (fig. 2)2. L’essai date de 1504 au plus tard, année de la mort du prince, qui appose sa propre signature, Le duc de Savoie. Phili [Phil ?], sur le même feuillet. Jean de Berry ayant reçu le manuscrit en cadeau de la part de Raoulet d’Anquetonville avant 1402, les deux signatures sont séparées par un siècle environ. La signature personnelle de Philibert de Savoie est très cursive et peu soignée ; le duc s’y reprend parfois à plusieurs reprises pour tracer une lettre (en particulier le « c » et le « e » finaux) ; les lettres sont de grande taille et le paraphe est dépouillé, sans ornements, à peine formé par un trait de soulignement et une boucle finale. Cette signature contraste donc fortement avec la marque de Jean de Berry, toute de mesure, d’équilibre et de maîtrise. Il n’est que de considérer ensemble la signature authentique de ce prince avec l’imitation du duc de Savoie pour mesurer tout ce qui les sépare. Le résultat auquel parvient Philibert de Savoie est maladroit, grossier ; il manque de précision (l’élément final du paraphe), ne maîtrise ni la vitesse d’exécution ni l’épaisseur du trait, tantôt fin, tantôt presque gras de la signature originale. Comme pour sa propre signature, il lui faut s’y reprendre à plusieurs fois pour former certaines lettres. Le duc de Savoie a reproduit à main levée et spontanément la signature de Jean de Berry par amusement, geste gratuit insuffisamment nourri par l’observation attentive de ce qu’il a sous les yeux. Philibert n’a pas compris les gestes derrière le dessin ; il n’a pas non plus réalisé que le nom de baptême du prince est encadré par deux véritables petits « n » qu’il transforme en serpentins. Au final, le résultat est raté, pour dire les choses un peu brutalement. Cet essai surprise met de fait en lumière la maîtrise graphique requise pour arriver à un résultat satisfaisant, à plus forte raison lorsqu’il s’agit de la signature d’un autre – et qu’elle s’inscrit dans une tradition, une mode alors révolues.

Figure 2 — Imitation de la signature de Jean de Berry par Philibert II de Savoie (BnF, ms. fr. 159, fol. 545v)

Figure 2 — Imitation de la signature de Jean de Berry par Philibert II de Savoie (BnF, ms. fr. 159, fol. 545v)

Figure 3 — Fausses signatures de Jean de Berry et de Charles V (BnF, ms. lat. 589 A, fol. 63v)

Figure 3 — Fausses signatures de Jean de Berry et de Charles V (BnF, ms. lat. 589 A, fol. 63v)
  • 3 BnF, ms. lat. 589 A, fol. 63v, Garnerius de Sancto Victore, Gregorianum. Le faussaire a également r (...)
  • 4 « Celui-ci [“un fonctionnaire du département des manuscrits” de la Bibliothèque nationale, M. C. Co (...)
  • 5 Henri Omont, « Origine frauduleuse du manuscrit 191 Ashburnham-Barrois », Bibliothèque de l’École d (...)
  • 6 « Un volume muni de certificats d’une aussi glorieuse origine méritait d’être présenté à l’éditeur (...)
  • 7 Léopold Delisle, « Origine frauduleuse… », p. 550. Cet autre exemple est signalé à Delisle par Henr (...)
  • 8 BnF, ms. fr. 5707, fol. 367v, second volume de la bible historiale complétée, copiée pour Charles V (...)
  • 9 Dans une stratégie globale, on pourrait même imaginer que le faussaire, ayant de la suite dans les (...)

5Léopold Delisle avait déjà repéré une fausse signature de Jean de Berry dans un manuscrit du xiiie siècle, dont la qualité tranche singulièrement avec la réalisation approximative du duc de Savoie (fig. 3)3. Toute la question est de savoir s’il est possible de la juger vraie sans avoir au préalable eu connaissance de la supercherie. La signature passe certainement pour authentique auprès d’un non-spécialiste, mais il semble qu’un professionnel soit à même de faire la différence puisque, lorsqu’elle a été mise sous les yeux d’un conservateur des manuscrits de la Bibliothèque nationale, celui-ci y a immédiatement vu un faux, jugement conforté aussitôt par Delisle4. L’imitation peut donc sauter aux yeux, à condition d’être tout de même un tant soit peu spécialiste de la question. L’histoire rocambolesque de ce manuscrit a été parfaitement reconstituée par Léopold Delisle et Henri Omont5 : il a été volé au cabinet des manuscrits de la Bibliothèque nationale avant d’être enrichi des marques de possession apocryphes de Charles V et de Jean de Berry – signatures, mention autographe pour le premier, écus fleurdelisés – afin de séduire le bibliophile et collectionneur Joseph Barrois et en tirer le meilleur prix6. Le faussaire ne s’en est pas tenu là. Ravi de la bonne affaire qu’il venait de conclure, il a récidivé en proposant au collectionneur crédule un autre manuscrit également « déshonoré par l’addition de fausses signatures », pour reprendre la formule de Delisle7. Le vendeur malveillant (ou le faussaire auquel il a fait appel) reproduit à nouveau la signature de Jean de Berry, presque à la perfection, et lui associe celle de Henri III, autre possesseur imaginaire du manuscrit. En parfait connaisseur des ouvrages conservés au cabinet des manuscrits, Léopold Delisle a identifié avec certitude la source d’inspiration du faussaire, une bible de la librairie royale qui présente sur la même page les deux signatures, ainsi que les ex-libris de Charles V, Louis XIII et Louis XIV8. Mis à part la marque du duc, l’imitateur avait le choix pour la signature royale et a eu l’intelligence, si l’on peut dire, de ne pas en faire trop : associer à nouveau les seules signatures de Charles V et de Jean de Berry aurait pu cette fois paraître suspect9.

6Les deux fausses signatures de Jean de Berry apposées sur les manuscrits vendus au bibliophile Joseph Barrois, de facture habile, mettent en évidence la dextérité requise (ou en tout cas l’exercice nécessaire) pour écrire le nom du prince et tracer tout autour le paraphe. Une analyse graphique approfondie montre que le geste a été bien compris, décomposé, intériorisé, réalisé à la bonne vitesse d’exécution, ce qui témoigne d’un travail assidu pour arriver à un tel résultat. Faire un faux est un exercice particulièrement compliqué, car il faut doser le moindre trait de plume, l’inscrire dans la réalisation globale, avec toujours le risque d’en faire trop. L’alternative est simple : faire une signature trop parfaite jusque dans ses moindres détails, trop lisse, équilibrée, sans plume qui dérape, chaque élément bien à sa place ; ou essayer de donner à la fausse signature un côté naturel, réaliste, au risque qu’elle s’éloigne par trop du modèle original et qu’elle apparaisse d’emblée comme une pâle imitation de celui-ci.

7Du point de vue stylistique, un faussaire est souvent démasqué parce qu’il s’efforce de trop bien faire, excluant de sa réalisation les petits aléas qui justement président à l’apposition de toute signature : la concentration plus ou moins grande, les imperfections du papier, l’utilisation d’une nouvelle plume, le fait d’être dérangé ou pris par le temps – le fait de signer sans penser précisément à ce que l’on est en train de faire, aussi ; ou en tout cas de signer sans se dire qu’il faut à tout prix « faire vrai ». Lorsque Jean de Berry signe, à aucun moment il n’imagine que sa signature peut ne pas être prise pour ce qu’elle est, son geste n’est pas conditionné par cette préoccupation-là. Il convient tout de même de signaler que, lorsqu’il écrit son nom entre les pages d’un livre, le prince prend son temps, il soigne sa signature et fait les choses bien comme il faut. C’est pourquoi, aussi, une fausse signature très appliquée fait autant illusion entre les pages d’un manuscrit.

  • 10 BnF, ms. fr. 2608, fol. 543. La notice est consultable sur le site Gallica à l’adresse suivante : h (...)

8Voici enfin une autre velléité, anonyme celle-ci (décidément, la signature de Jean de Berry a inspiré de nombreux imitateurs – et il n’est pas sûr que cette présentation soit exhaustive…). Il ne semble pas que cet autre essai de plume à la fin des Grandes Chroniques de France réalisées pour Charles VI soit de la main de Jean du Mas (vers 1437-1495), seigneur de l’Isle, chambellan du roi et fidèle de Pierre de Beaujeu, qui appose son ex-libris sous la marque de possession de Jean de Berry (fig. 4) : il use d’une plume large alors que le mot « Berry » et le petit « n » à la fin de la souscription tout au bas de la page sont tracés par une plume fine, dans une encre plus sombre10. Une fois encore, ces essais de longtemps postérieurs à la marque princière tentent de décomposer le geste originel pour, en le déconstruisant, réussir à le reproduire de façon juste, même s’il s’agit là d’une réalisation fantaisiste et sans prétention. Vu la réflexion qui préside au choix de la signature et l’exercice que requiert son apposition – et à plus forte raison son imitation –, le moins que l’on puisse dire est que l’on ne se met pas à signer au hasard. Il convient à présent de voir dans quelles circonstances est utilisée la signature et pour quels usages. Nous allons pour commencer rester dans l’univers feutré de la bibliothèque du prince.

Figure 4 — Essais de plume dans les Grandes Chroniques de France (BnF, ms. fr. 2608, fol. 543)

Figure 4 — Essais de plume dans les Grandes Chroniques de France (BnF, ms. fr. 2608, fol. 543)

La signature marque de prestige

  • 11 Il existe par conséquent un excellent moyen pour gagner les faveurs du prince : lui offrir un manus (...)
  • 12 La collection de livres de Jean de Berry est documentée par plusieurs inventaires réalisés entre 14 (...)

9À l’époque de Jean de Berry, dans la mouvance du « style gothique international » et de « l’effervescence emblématique », le livre occupe une place de choix, œuvre d’art et objet de prestige à la fois. Le mécénat du prince, sa passion des beaux objets, l’amènent à enrichir sa bibliothèque, commandant, achetant, recevant aussi en cadeau de nombreux manuscrits11, sa collection comptant environ trois cents ouvrages à la fin de sa vie12. Il poursuit la grande tradition remise au goût du jour par les premiers Valois en suscitant la traduction de textes latins, à l’image de son frère Charles V, qui prolonge aussi en ce domaine une politique de commande volontariste. La bibliothèque – ou pour reprendre le mot de l’époque : la librairie – du prince qui contient autant d’ouvrages de prix est une mine de connaissances, une synthèse des savoirs du temps dans de nombreux domaines, sans oublier les ouvrages de fiction, poésie, romans… Mais elle est tout autant imaginée comme un instrument de prestige et, partant, de pouvoir. Tout comme Charles V qui fait visiter son trésor et notamment sa collection d’une quarantaine de couronnes brillant de mille feux à son oncle l’empereur Charles IV, Jean de Berry présente ostensiblement sa collection. Bibliothèques, trésors, cabinets de curiosités participent de l’exercice du pouvoir et sont des emblèmes à part entière. Rien de surprenant, donc, à ce que Jean de Berry appose sa marque dans ses livres. Il semble que le roi de France Jean le Bon et ses fils, Jean de Berry et son frère Charles, le futur Charles V, soient parmi les premiers à apposer leur ex-libris entre les pages de certains manuscrits. Faire figurer sa marque personnelle, autographe ou non, dans un manuscrit, lui associe le nom de son heureux possesseur, un peu comme si la qualité, voire la splendeur de l’ouvrage, rejaillissait de ce fait quelque peu sur lui.

  • 13 Le site est accessible à l’adresse suivante : www.gallica.bnf.fr. Il a été consulté en mars et avri (...)

10Pour constituer un corpus d’étude et analyser les marques de possession du prince en ses manuscrits, j’ai choisi de m’intéresser aux seuls ouvrages dont la possession est attestée, qui ont été numérisés et sont accessibles en ligne sur le site de la Bibliothèque nationale de France, Gallica13. Ils constituent un ensemble de soixante et un volumes dont la quasi-totalité provient des collections de la Bibliothèque nationale même, quatre sont conservés à la bibliothèque de l’Arsenal, un à la bibliothèque Sainte-Geneviève, un dernier à la bibliothèque municipale de Bourges. Ce corpus en vaut un autre – il a l’avantage d’offrir tout de même un nombre de manuscrits non négligeable et, qui plus est, tous consultables à distance. Soit dit en passant, la numérisation (de qualité) a en outre ceci d’intéressant qu’elle permet d’agrandir considérablement les ex-libris, de reconstituer parfois les formules grattées, de faire apparaître des détails, bref de rendre visible le moindre trait de plume. La signature s’offre ainsi au regard sous un jour nouveau, un angle inédit profitable à la recherche et autorisant au final une analyse graphique très fine, plus pointue en tout cas qu’en consultant les manuscrits originaux (à la condition, bien sûr, de mettre de côté le bonheur rare, tactile, irremplaçable, procuré par ces derniers).

Figure 5 — Ex-libris de Jean de Berry (BnF, ms. fr. 263, fol. 480v, Tite-Live, Ab Urbe condita, trad. française par Pierre Bersuire)

Figure 5 — Ex-libris de Jean de Berry (BnF, ms. fr. 263, fol. 480v, Tite-Live, Ab Urbe condita, trad. française par Pierre Bersuire)
  • 14 BnF, ms. fr. 574, fol. 141, Gossuin de Metz, Image du monde, 1320-1325. Le manuscrit est réalisé po (...)
  • 15 Voir infra le dernier paragraphe de la présente communication.
  • 16 Cet ex-libris est parfaitement lisible dans seize cas ; six mentions ont été grattées et sont deven (...)

11Le premier constat est que le prince ne signe pas tous ses manuscrits, puisqu’il appose – ou fait apposer – sa marque dans 38 ouvrages sur 61 (23 ne possèdent de ce fait ni signature ni ex-libris). Le geste, symbolique, n’est donc pas systématique. Parmi les ouvrages que Jean de Berry a choisi de distinguer, les usages sont multiples. En voici un rapide aperçu, en commençant par le plus simple. Il n’est qu’un seul manuscrit, en effet, dans lequel le duc se contente d’apposer sa signature14, qui est en tout point identique à celle qui vient d’être présentée et dont il use également pour valider et authentifier les documents15. La marque la plus courante, et de loin, est l’apposition, de la propre main du prince, d’une courte formule autographe suivie de sa signature. Cet ex-libris se trouve dans 22 manuscrits de la sélection (sur 38 ouvrages, soit dans plus de la moitié des cas)16. La mention, courte et très simple, tient tout entière dans les mots suivants : « Ce livre est au duc de Berry » (fig. 5). Quels sont les ouvrages heureusement rehaussés par la volonté et de la propre main du prince ? La liste est longue. Sur la vingtaine de titres revêtus de cette brève mention, ce sont pour un quart environ des ouvrages religieux (psautier, bible historiale, ouvrages d’exégèse biblique : Miracles de Notre Dame, commentaires, Saint-Augustin) ; un autre quart est constitué d’ouvrages d’histoire ancienne (Flavius Josèphe en premier lieu, avec trois titres, Tite-Live…) ; un troisième quart est composé d’ouvrages de philosophie (avant tout Aristote, Boèce avec un prologue et des commentaires de Nicolas Trévet, Valère Maxime, Faits et dits mémorables…) ; un quart enfin regroupe des titres récents ou redécouverts et appréciés au temps du prince (parmi d’autres : le Roman de la rose, la Cité des dames de Christine de Pisan, Boccace, le Miroir des princes de Vincent de Beauvais, le Jeu d’échecs moralisé de Jacques de Cessoles, le Livre des bonnes mœurs de Jacques Legrand et les Pèlerinages de Guillaume de Digulleville).

  • 17 BnF, ms. fr. 176, fol. 247v.
  • 18 BnF, ms. fr. 20090, fol. 218v.
  • 19 BnF, ms. fr. 9221, fol. 238.

12À deux reprises, Jean de Berry substitue à cette rapide formule une mention plus circonstanciée, qui fait explicitement référence à l’ouvrage distingué ou lui offre l’occasion de développer sa prestigieuse origine et ses titres (ou les deux à la fois). Il écrit ainsi dans le Rational des divins offices de Guillaume Durand traduit par Jean Golein : « Ce livre est a Jehan filz de roy de France duc de Berry et d’Auvergne conte de Poitou et d’Auvergne17 ». Ou encore : « Ceste Bible est a Jehan filz de roy de France duc de Berry et d’Auvergne conte de Poitou et d’Auvergne et de Boulongne18 » (fig. 6). Il appose aussi une marque un peu plus étoffée dans un recueil d’œuvres de Guillaume de Machaut qu’il appréciait tout particulièrement : « Ce livre est au duc de Berry et d’Auvergne conte de Poictou et d’Auvergne19 ».

Figure 6 — Ex-libris de Jean de Berry (BnF, ms. fr. 20090, fol. 218v, Bible historiale)

Figure 6 — Ex-libris de Jean de Berry (BnF, ms. fr. 20090, fol. 218v, Bible historiale)
  • 20 BnF, ms. fr. 1210, fol. de garde A et fol. 170.
  • 21 BnF, ms. fr. 21013, fol. 1 et 298v.
  • 22 BnF, ms. fr. 13091, fol. 1 et 272v.
  • 23 BnF, ms. fr. 263, ms. fr. 380, ms. fr. 598, ms. fr. 1023, ms. fr. 2810, ms. fr. 6446, naf 15944.

13Il est également d’autres pratiques, qui combinent ou démultiplient formules et signatures. Jean de Berry appose deux fois son ex-libris, le désormais bien connu « Ce livre est au duc de Berry », au commencement et à la fin du Livre de l’information des princes, traduit du latin par Jean Golein20. Il associe aussi, sur des feuillets différents, sa signature à son ex-libris, composé lui d’une mention autographe et d’une signature : au premier folio des Antiquités judaïques de Flavius Josèphe se trouve toujours la signature du prince, qui appose une courte phrase signée de sa main (aujourd’hui disparue) à la toute fin de l’ouvrage21. Dans un psautier, le duc place simplement sa signature à la fin du volume, confiant l’inscription de l’ex-libris sur le folio de garde à son secrétaire Jean Flamel, qui lie le nom du prince et sa titulature au manuscrit : « Le psaultier qui est en latin et en françois est a Jehan filz de roy de France duc de Berry et d’Auvergne conte de Poitou d’Estampes de Bouloigne et d’Auvergne22 » (fig. 7). Sept manuscrits conservent entre leurs pages un double ex-libris, celui, toujours ramassé ,de Jean de Berry (« Ce livre est au duc de Berry ») et celui, plus développé et circonstancié, toujours différent, de Jean Flamel23.

Figure 7 — Ex-libris de Jean de Berry, par Jean Flamel et le duc (BnF, ms. fr. 13091, fol. 1 et 272v, Psautier)

Figure 7 — Ex-libris de Jean de Berry, par Jean Flamel et le duc (BnF, ms. fr. 13091, fol. 1 et 272v, Psautier)
  • 24 BnF, ms. fr. 5707, fol. 367v et 368v.
  • 25 BnF, ms. fr. 159, respectivement fol. de garde Bv, fol. 545v et fol. de garde Br.
  • 26 BnF, naf 3431, respectivement fol. 4v, fol. 4r et fol. 7.
  • 27 BnF, ms. lat. 919, premier folio de garde.
  • 28 BnF, ms. lat. 10426, folio de garde F et folio de garde en fin de volume.

14Quelques manuscrits enfin comptent trois marques de possession. Jean de Berry tient à distinguer plus particulièrement les bibles de sa collection par une formule plus choisie, démultipliée. Le prince insiste sur la page d’une bible historiale pour citer à deux reprises le précédent possesseur de celle-ci, qui n’est autre que son frère le roi de France : « Ceste Bible est au duc de Berry et fust au roy Charles son frere » (la formule est reprise au verso de la page suivante) ; Jean Flamel, son secrétaire, apposant la troisième inscription24. Dans une autre bible, Jean de Berry écrit successivement : « Ceste Bible est au duc de Berry » et « Ce livre est au duc de Berry », Flamel rédigeant ici encore la troisième mention25. Enfin, dans une autre bible encore, le prince distingue l’ouvrage par la formule suivante : « Ceste Bible est au duc de Berry », son secrétaire Flamel se chargeant des deux autres ex-libris26. Dans plusieurs manuscrits le prince et son secrétaire apposent leur marque entre les pages de prestigieux manuscrits. Jean de Berry ne laisse qu’à deux reprises à Flamel l’exclusivité, dont la seule signature figure dans le désormais prestigieux et bien connu volume des Grandes Heures27 et – à deux reprises – dans la bible dite de Saint Louis (fig. 8)28.

Figure 8 — Ex-libris de Jean Flamel pour Jean de Berry (BnF, ms. lat. 10426, fol. de garde F et fol. de garde en fin de volume, bible de Saint Louis)

Figure 8 — Ex-libris de Jean Flamel pour Jean de Berry (BnF, ms. lat. 10426, fol. de garde F et fol. de garde en fin de volume, bible de Saint Louis)

15On l’a vu, le prince se contente d’ordinaire d’une brève mention, quelque peu étoffée l’une ou l’autre fois, tandis que les ex-libris de Flamel présentent la double caractéristique d’être très développés, s’étirant en longues formules sur la page tout entière et très travaillés, tout de lettres ornées, de cadelures, de motifs (géométriques, végétaux, poissons…). Quelques exemples valent mieux ici que des descriptions longues et détaillées, forcément en deçà de la réalité (fig. 9-10). Les ex-libris, marques de possession apposées dans une bonne moitié du corpus (sans que l’on puisse expliquer le choix du prince : pourquoi la marque figure-t-elle dans tel ouvrage mais fait-elle défaut dans tel autre ?), associent le nom du prince aux précieux volumes, marque autographe ou non qui ouvre le texte, l’inaugure, s’offre en premier au regard sur les feuillets de garde et qui parfois aussi clôt l’ouvrage, l’enserrant de part et d’autre comme un écrin. Il s’agit à présent de s’intéresser aux documents d’archives proprement dits pour déterminer l’usage que le prince y fait de sa signature.

Figure 9 — Ex-libris de Jean Flamel pour Jean de Berry (BnF, naf 3431, fol. 4, bible en français)

Figure 9 — Ex-libris de Jean Flamel pour Jean de Berry (BnF, naf 3431, fol. 4, bible en français)

Figure 10 — Ex-libris de Jean Flamel pour Jean de Berry (BnF, ms. fr. 380, fol. 160, Roman de la rose)

Figure 10 — Ex-libris de Jean Flamel pour Jean de Berry (BnF, ms. fr. 380, fol. 160, Roman de la rose)

Signature et pouvoir

  • 29 Au sujet de la typologie documentaire, du rôle de la signature et de ses rapports avec les différen (...)
  • 30 BnF, ms. fr. 20437, fol. 1-3.
  • 31 Les signatures ne sont jamais annoncées (au demeurant pas plus que dans les lettres royales), pas p (...)

16Entrons donc ensemble dans les bureaux de la chancellerie de Jean de Berry, où sont établis les actes du pouvoir ducal : chartes, lettres sur double queue de parchemin et mandements, validés normalement par le grand sceau en cire verte ou rouge ; approchons-nous de l’entourage du prince dans lequel gravitent quelques secrétaires chargés de la préparation de sa correspondance29. L’apparition de la signature sur les documents s’explique en premier lieu par la multiplication des actes hors chancellerie : lettres closes (ou lettres « de par le duc ») et lettres missives. Le roi signant de plus en plus de lettres closes, les secrétaires du duc produisent eux aussi, par mimétisme, un nombre croissant de lettres sur lesquelles le duc appose sa signature30. Car les lettres hors chancellerie jouent un rôle de plus en plus important dans la manière de gouverner, ce dont témoigne par exemple la correspondance soutenue entre le roi Charles V et ses frères. Plusieurs lettres closes sont donc signées du nom du duc, exactement de la même façon qu’il appose son ex-libris dans un manuscrit. Les secrétaires du duc de Berry se conforment quant à eux en tous points à la pratique de leurs homologues au service du roi : lettre signée par le prince, contresignée par un secrétaire, close (et validée) par le sceau du secret31.

Figure 11 — Traité d’alliance entre Isabeau de Bavière, Jean de Berry et Louis d’Orléans (d’après Musée des Archives nationales…, Paris, 1872, p. 250)

Figure 11 — Traité d’alliance entre Isabeau de Bavière, Jean de Berry et Louis d’Orléans (d’après Musée des Archives nationales…, Paris, 1872, p. 250)

Figure 12 — Signatures de Jean le Bon, Charles V et Charles VI (reproductions)

Figure 12 — Signatures de Jean le Bon, Charles V et Charles VI (reproductions)
  • 32 AN, K 55, no 36. Les signatures sont reproduites dans Musée des Archives nationales : documents ori (...)
  • 33 « Il est ensi Jehan filz de roy de France, duc de Berry et d’Auvergne conte de Poitou “n” de notre (...)
  • 34 « Nous Jehan desus noumé jurons et prometons garder ses alianses. Jehan » et « Nous Charles dessus (...)
  • 35 « Nous Bonne de Berry avons signé ces presentes de notre prope [sic] main » (AN, J 186, no 91, quit (...)
  • 36 Voir par exemple AN, J 1048, no 15 (avril 1389).

17Le duc signe également certains documents diplomatiques, qui engagent la parole du prince, pour confirmer la portée de l’acte et garantir, promettre son bon accomplissement. Jean de Berry, Isabeau de Bavière et Louis d’Orléans, frère du roi Charles VI, signent tous les trois, le 1er décembre 1405, un traité d’alliance défensive et un engagement à s’entraider dans le climat politique tendu, pour ne pas dire à couteaux tirés, de la guerre entre Armagnacs et Bourguignons (fig. 11)32. La signature de Jean de Berry rappelle incontestablement celle de son père Jean le Bon, quoique davantage ouvragée ; un air de famille rapproche la signature de Louis d’Orléans de celle de Charles VI, son frère, elle-même directement inspirée du paraphe de Charles V (fig. 12). La signature d’Isabeau de Bavière se distingue quant à elle par sa sobriété et l’absence de tout paraphe. Le prince appose sa marque sur un autre document diplomatique au moins (sans doute en existe-t-il d’autres) ; il ne s’agit pas d’une signature à proprement parler, mais d’une formule autographe (fig. 13)33. Elle figure sur un traité d’alliance conclu avec le duc de Bretagne Jean IV, dans la marge inférieure, à droite sous le repli et juste au-dessus de son sceau (qui a disparu). Cette pratique connaît au moins un autre exemple, puisqu’un traité d’alliance entre Jean de Bourbon, comte de Clermont, et Charles d’Orléans est aux deux noms des princes et porte leurs deux mentions autographes34. Bonne de Berry, fille du duc, authentifiera d’une façon similaire une quittance (fig. 14)35. Toujours dans le domaine de la diplomatie, qui requiert tout à la fois dissimulation et contrôle, Jean de Berry signe des instructions à ses ambassadeurs pour que leur authenticité ne soit pas mise en cause, signature à laquelle s’ajoute parfois le contreseing d’un secrétaire (là encore, la pratique n’est pas systématique)36.

Figure 13 — Traité d’alliance entre Jean de Berry et le duc de Bretagne (AD Loire-Atlantique, E 177-4, 8 mai 1387)

Figure 13 — Traité d’alliance entre Jean de Berry et le duc de Bretagne (AD Loire-Atlantique, E 177-4, 8 mai 1387)

Figure 14 — Mentions autographes de Jean de Berry (1387), Bonne de Berry (1394) et Jean de Bourbon (1410)

Figure 14 — Mentions autographes de Jean de Berry (1387), Bonne de Berry (1394) et Jean de Bourbon (1410)
  • 37 Je remercie vivement Mikaël Milhorat, qui a procédé à un dépouillement exhaustif des séries ancienn (...)
  • 38 Le traité de mariage est conservé sous la cote AN, J 1105, no 8 (= AE II, 411). Voir aussi d’autres (...)
  • 39 Jean de Berry « [quitte, renonce et delaisse ] a [sondit] seigneur le roy les contez et païs de Xan (...)
  • 40 Même si la signature prend rapidement de l’importance et va s’affirmant, le sceau conserve une plac (...)
  • 41 Claude Jeay, Signature et pouvoir…, op. cit., p. 70-73, 77-87, 96-99, 102-105.

18Quelques actes de chancellerie sont à la fois scellés du grand sceau et signés par le prince, mais il faut dire d’emblée que la marque princière est rare. Aucun des actes de Jean de Berry et relatifs à la Sainte-Chapelle de Bourges conservés aux archives départementales du Cher n’est signé de sa main, qu’il s’agisse de chartes ou de mandements37 ; il en va de même d’actes prestigieux conservés aux Archives nationales, comme le traité de mariage du prince avec Jeanne de Boulogne38. Voici tout de même un acte du 8 septembre 1374, par lequel le duc cède certaines terres, acte qui est à la fois signé, donc, et scellé du grand sceau, sceau et signature étant exceptionnellement annoncés, le sceau avant la signature toutefois : « En tesmoing de laquelle chose, nous avons fait seeller ces lettres de notre seel secret en l’absence de notre grant et les avons signees de notre main39. » Sans doute en existe-t-il quelques autres, mais une fois de plus il n’y a pas de règle établie et les signatures sont encore rares, alors, sur les actes de chancellerie40. Il en va de même, du reste, de la signature des rois Jean le Bon et Charles V qui est exceptionnelle sur les actes de chancellerie41.

  • 42 Ibid., p. 57-66.
  • 43 BnF, ms. fr. 20437, fol. 1-3. La signature, tracée avec soin, presque dessinée, fait environ 4,5 ce (...)
  • 44 L’usage n’est là encore pas bien arrêté, codifié, puisque d’autres quittances sont validées par le (...)

19Jean de Berry signe également des documents financiers et des pièces comptables, à l’instar de son frère Charles V, qui a promulgué de nombreux textes pour fixer les usages en la matière et en définir les principales caractéristiques, dont les signes de validation et la place de la signature42. Des ordres aux gens des comptes, ou au président des gens des comptes, c’est-à-dire aux officiers du duc, sont à la fois signés par Jean de Berry dans la marge inférieure à gauche, et contresignés par un secrétaire dans le coin droit (ce sont les lettres closes dont il a été question plus haut)43. Jean de Berry ne signe en revanche aucune quittance, il laisse le soin à l’un de ses secrétaires d’apposer sa propre marque, accompagnant l’un de ses sceaux, le plus souvent le sceau du secret (appendu ou plaqué directement sur le document), cachet personnel attaché à la personne du prince, quand il n’est pas fait usage de l’un de ses nombreux autres sceaux44.

Conclusion

  • 45 Claude Jeay, Signature et pouvoir…, op. cit., p. 351-353.

20Le roi de France Jean le Bon et ses fils, son successeur Charles V et le frère de celui-ci, le duc de Berry, comptent donc au nombre des princes qui, les premiers, ont apposé leur signature sur les documents et entre les pages de manuscrits. Jean de Berry signe en ses livres comme sur les documents – exactement de la même manière. Le nom du prince est choisi une fois pour toutes, mis en forme et en écriture, pour se décliner invariablement d’une page à l’autre, d’une pièce de parchemin à l’autre. La signature quitte progressivement les chancelleries pour s’étendre aux puissants, princes et souverains, en ce milieu du xive siècle – ce dont témoigne le petit « n », qui orne le paraphe de Jean de Berry, pur produit de chancellerie45. La signature met en forme le nom personnel du duc, qui la choisit avec un soin tout particulier. Dans un livre, elle est marque de possession, signe de prestige ; sur un document elle exprime l’autorité du signataire, témoigne de sa volonté expresse et s’impose peu à peu, de signe d’authentification à signe de validation aux côtés du sceau. L’augmentation exponentielle des lettres hors chancellerie contribue sans aucun doute à promouvoir cette marque au début nécessairement autographe. De fausses signatures de Jean de Berry mettent en lumière le geste, le ductus, qui associe précision, vitesse d’exécution et, l’âge venant, force de l’habitude. Prince raffiné, mécène amateur d’œuvres d’art, de manuscrits et de beaux objets, le duc installera sa signature dans sa constellation emblématique en lui donnant une place de choix aux côtés de l’héraldique et du portrait. Grâce à la signature, le nom du prince, « Jehan », devient dans un manuscrit ou sur un document un emblème à part entière.

Notes

1 BnF, ms. lat. 448, fol. 289, Petrus Lombardus, Commentarius in Psalmos. L’histoire du manuscrit est peu documentée, mais il est certainement entré dès le xive siècle dans la bibliothèque royale, où Jean, fils du roi de France Jean le Bon, aurait pu le consulter, voire l’utiliser dans l’apprentissage de la lecture. Il a été relié au xviiie siècle aux armes royales, qui attestent cette provenance.

2 BnF, ms. fr. 159, fol. 545v. La fille du duc de Berry, Marie de Bourbon, hérite du précieux manuscrit, qui entre dans la collection du duc de Savoie avant d’appartenir à la bibliothèque des ducs de Bourbon. Philibert devenant duc en 1497, la fourchette de datation de la signature est très resserrée : 1497-1504. Il est le fils de Philippe II de Savoie et de Marguerite de Bourbon. Le manuscrit faisait partie de la bibliothèque des ducs de Bourbon conservée au château de Moulins lors de la confiscation des biens du connétable Charles de Bourbon en 1523 (d’après la notice du manuscrit consultable sur le site Gallica à l’adresse suivante : http://gallica.bnf.fr/ark:/12148/btv1b8449691v.r=%22fran%C3%A7ais%20159%22?rk=42918;4.

3 BnF, ms. lat. 589 A, fol. 63v, Garnerius de Sancto Victore, Gregorianum. Le faussaire a également réalisé un ex-libris de Charles V avec signature sur cette même page (Léopold Delisle, « Origine frauduleuse du ms. 191 Ashburnham-Barrois », Bibliothèque de l’École des chartes, 62, 1911, p. 543-554, et du même, Recherches sur la librairie de Charles V, Paris, 1907, t. 1, p. 412-416).

4 « Celui-ci [“un fonctionnaire du département des manuscrits” de la Bibliothèque nationale, M. C. Couderc] n’eut pas plus tôt jeté les yeux sur la note de Charles V et la signature du duc de Berri qu’il n’hésita pas à en déclarer la fausseté. Il voulut bien me consulter à ce sujet : je n’eus qu’à le féliciter de la perspicacité avec laquelle il avait découvert une falsification, exécutée d’ailleurs avec une rare perfection » (Léopold Delisle, « Origine frauduleuse… », art. cité, p. 544).

5 Henri Omont, « Origine frauduleuse du manuscrit 191 Ashburnham-Barrois », Bibliothèque de l’École des chartes, 72, 1911, p. 220-221. Henri Omont reprend mot pour mot le titre choisi par Léopold Delisle dix ans plus tôt.

6 « Un volume muni de certificats d’une aussi glorieuse origine méritait d’être présenté à l’éditeur du livre publié en 1830 sous le titre de Bibliothèque protypographique, ou librairies des fils du roi Jean, Charles V, Jean de Berri, Philippe de Bourgogne et les siens. En effet, Barrois attachait le plus grand prix à posséder dans sa bibliothèque des livres ayant appartenu aux princes dont il avait fait connaître la composition des librairies. Le culte dont il honorait ces reliques, vraies ou fausses, est attesté par le luxe des reliures dont il aimait à les orner […]. Notre manuscrit 589 A, transformé en relique de Charles V et du duc de Berri, dut singulièrement flatter les goûts de Barrois. Ce bibliophile ne devait pas se lasser d’y contempler les signatures qui en ornaient la dernière page et de constater qu’elles étaient identiques aux signatures reproduites par lui en fac-similé au commencement de sa Bibliothèque protypographique » (Léopold Delisle, « Origine frauduleuse… », art. cité, p. 548-549).

7 Léopold Delisle, « Origine frauduleuse… », p. 550. Cet autre exemple est signalé à Delisle par Henri Omont. Thomae [Malleoli a Kempis] Dialogus novitiorum, cum vitis magistri Gherardi magni et domini Florentii [Radewijns] Daventriensis ; le manuscrit est aujourd’hui conservé à la BnF, nal 728. Peut-être est-ce aussi le contraire, cette supercherie-là ayant précédé l’autre.

8 BnF, ms. fr. 5707, fol. 367v, second volume de la bible historiale complétée, copiée pour Charles V par Raoulet d’Orléans. Léopold Delisle, « Origine frauduleuse… », art. cité, p. 551-552.

9 Dans une stratégie globale, on pourrait même imaginer que le faussaire, ayant de la suite dans les idées, a d’abord proposé ce manuscrit à Barrois avant de lui présenter encore mieux, pour augmenter le prix du volume revêtu des fausses signatures de Charles V et Jean de Berry.

10 BnF, ms. fr. 2608, fol. 543. La notice est consultable sur le site Gallica à l’adresse suivante : https://gallica.bnf.fr/ark:/12148/btv1b8451604g. Elle précise que l’ex-libris de Jean du Mas « a été ajouté sur celui du comte d’Armagnac, après grattage, au fol. 543 : « Et de present est a Jehan Dumas, seigneur de Lisle. Dumas ». Une autre inscription de la même main figure sur le recto du fol. 544 : « Encore le veult. Dumas. » Le livre entre ensuite dans la collection d’Anne de Beaujeu, qui inscrit son ex-libris aux folios 543v et 544v.

11 Il existe par conséquent un excellent moyen pour gagner les faveurs du prince : lui offrir un manuscrit – mieux, un manuscrit commandé exclusivement pour lui.

12 La collection de livres de Jean de Berry est documentée par plusieurs inventaires réalisés entre 1402 et la mort du prince en 1416 et bien connue puisqu’elle a fait l’objet de plusieurs études.

13 Le site est accessible à l’adresse suivante : www.gallica.bnf.fr. Il a été consulté en mars et avril 2016 pour la présente communication.

14 BnF, ms. fr. 574, fol. 141, Gossuin de Metz, Image du monde, 1320-1325. Le manuscrit est réalisé pour Guillaume Flote, chancelier de France, puis entre dans la collection de Jean de Berry (avant 1401).

15 Voir infra le dernier paragraphe de la présente communication.

16 Cet ex-libris est parfaitement lisible dans seize cas ; six mentions ont été grattées et sont devenues peu lisibles (voire illisibles), mais il semble bien que ce soit la même formule qui y avait été portée.

17 BnF, ms. fr. 176, fol. 247v.

18 BnF, ms. fr. 20090, fol. 218v.

19 BnF, ms. fr. 9221, fol. 238.

20 BnF, ms. fr. 1210, fol. de garde A et fol. 170.

21 BnF, ms. fr. 21013, fol. 1 et 298v.

22 BnF, ms. fr. 13091, fol. 1 et 272v.

23 BnF, ms. fr. 263, ms. fr. 380, ms. fr. 598, ms. fr. 1023, ms. fr. 2810, ms. fr. 6446, naf 15944.

24 BnF, ms. fr. 5707, fol. 367v et 368v.

25 BnF, ms. fr. 159, respectivement fol. de garde Bv, fol. 545v et fol. de garde Br.

26 BnF, naf 3431, respectivement fol. 4v, fol. 4r et fol. 7.

27 BnF, ms. lat. 919, premier folio de garde.

28 BnF, ms. lat. 10426, folio de garde F et folio de garde en fin de volume.

29 Au sujet de la typologie documentaire, du rôle de la signature et de ses rapports avec les différents sceaux, voir Claude Jeay, Signature et pouvoir au Moyen Âge, Paris, École des chartes, 2015 (Mémoires et documents de l’École des chartes, 99), p. 277-286, qui donne notamment les références et les cotes précises des documents dont il est question rapidement dans le présent paragraphe.

30 BnF, ms. fr. 20437, fol. 1-3.

31 Les signatures ne sont jamais annoncées (au demeurant pas plus que dans les lettres royales), pas plus que le sceau du secret qui clôt les missives (on n’en voit souvent plus aucune trace, même si l’on discerne encore les petites entailles dans le papier).

32 AN, K 55, no 36. Les signatures sont reproduites dans Musée des Archives nationales : documents originaux de l’histoire de France exposés dans l’hôtel de Soubise (ouvrage enrichi de 1200 fac-simile des autographes les plus importants depuis l’époque mérovingienne jusqu’à la Révolution française publié par la Direction générale des Archives nationales), Paris, Direction générale des Archives nationales, 1872, p. 250.

33 « Il est ensi Jehan filz de roy de France, duc de Berry et d’Auvergne conte de Poitou “n” de notre main escript “n” » (AD Loire-Atlantique, E 177-4, acte du 8 mai 1387).

34 « Nous Jehan desus noumé jurons et prometons garder ses alianses. Jehan » et « Nous Charles dessus nommé jurons et prometons garder ces aliances. Charles » (AN, K 56 D, no 25/8, acte de février 1410 [n. st.]). Je remercie Olivier Guyotjeannin de m’avoir signalé ce document et de m’en avoir fourni une reproduction et Ghislain Brunel pour les précisions diplomatiques qu’il m’a apportées au sujet de ce dernier acte.

35 « Nous Bonne de Berry avons signé ces presentes de notre prope [sic] main » (AN, J 186, no 91, quittance du 30 juin 1394).

36 Voir par exemple AN, J 1048, no 15 (avril 1389).

37 Je remercie vivement Mikaël Milhorat, qui a procédé à un dépouillement exhaustif des séries anciennes G et H aux archives départementales du Cher afin de recenser tous les actes établis au nom de Jean de Berry et m’a communiqué le résultat de ses travaux.

38 Le traité de mariage est conservé sous la cote AN, J 1105, no 8 (= AE II, 411). Voir aussi d’autres actes de chancellerie : AN, J 188, no 65 ; J 382, nos 4, 8 et 9 ; J 383, nos 4 et 5 ; S 3788, no 4. Mandements non signés conservés à la Bibliothèque nationale de France : BnF, ms. fr. 20368, fol. 15-18 ; ms. fr. 20412, fol. 15-16, 18-19 et 21 ; ms. fr. 20414, fol. 3, 6, 11-13 ; charte non signée : BnF, naf 3642, no 687.

39 Jean de Berry « [quitte, renonce et delaisse ] a [sondit] seigneur le roy les contez et païs de Xantonge et d’Engolesme avecques toutes leurs appartenances et appendences, lesquelx mondit seigneur nous avoit donnez a notre vie » (AN, J 382, no 3).

40 Même si la signature prend rapidement de l’importance et va s’affirmant, le sceau conserve une place prédominante, les deux signes coexistant parfois jusqu’à la fin de l’époque moderne dans les milieux du pouvoir, même si leur présence conjointe ira en se raréfiant. Au total, la typologie des actes et la diversité des usages rappellent cependant la pratique royale érigée en modèle incontournable.

41 Claude Jeay, Signature et pouvoir…, op. cit., p. 70-73, 77-87, 96-99, 102-105.

42 Ibid., p. 57-66.

43 BnF, ms. fr. 20437, fol. 1-3. La signature, tracée avec soin, presque dessinée, fait environ 4,5 centimètres de long pour 3 centimètres de haut.

44 L’usage n’est là encore pas bien arrêté, codifié, puisque d’autres quittances sont validées par le sceau spécial de cire verte, le sceau ordonné, ou encore par le grand sceau et le contre-sceau en cire rouge (BnF, ms. fr. 20368, fol. 19, 21, 27 ; PO 308, nos 2 et 3).

45 Claude Jeay, Signature et pouvoir…, op. cit., p. 351-353.

Table des illustrations

Titre Figure 1 — Essais de signature de Jean de Berry (BnF, ms. lat. 448, fol. 289)
URL http://books.openedition.org/psorbonne/docannexe/image/54178/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 1,0M
Titre Figure 2 — Imitation de la signature de Jean de Berry par Philibert II de Savoie (BnF, ms. fr. 159, fol. 545v)
URL http://books.openedition.org/psorbonne/docannexe/image/54178/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 616k
Titre Figure 3 — Fausses signatures de Jean de Berry et de Charles V (BnF, ms. lat. 589 A, fol. 63v)
URL http://books.openedition.org/psorbonne/docannexe/image/54178/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 1,2M
Titre Figure 4 — Essais de plume dans les Grandes Chroniques de France (BnF, ms. fr. 2608, fol. 543)
URL http://books.openedition.org/psorbonne/docannexe/image/54178/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 480k
Titre Figure 5 — Ex-libris de Jean de Berry (BnF, ms. fr. 263, fol. 480v, Tite-Live, Ab Urbe condita, trad. française par Pierre Bersuire)
URL http://books.openedition.org/psorbonne/docannexe/image/54178/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 556k
Titre Figure 6 — Ex-libris de Jean de Berry (BnF, ms. fr. 20090, fol. 218v, Bible historiale)
URL http://books.openedition.org/psorbonne/docannexe/image/54178/img-6.jpg
Fichier image/jpeg, 840k
Titre Figure 7 — Ex-libris de Jean de Berry, par Jean Flamel et le duc (BnF, ms. fr. 13091, fol. 1 et 272v, Psautier)
URL http://books.openedition.org/psorbonne/docannexe/image/54178/img-7.jpg
Fichier image/jpeg, 1,0M
Titre Figure 8 — Ex-libris de Jean Flamel pour Jean de Berry (BnF, ms. lat. 10426, fol. de garde F et fol. de garde en fin de volume, bible de Saint Louis)
URL http://books.openedition.org/psorbonne/docannexe/image/54178/img-8.jpg
Fichier image/jpeg, 956k
Titre Figure 9 — Ex-libris de Jean Flamel pour Jean de Berry (BnF, naf 3431, fol. 4, bible en français)
URL http://books.openedition.org/psorbonne/docannexe/image/54178/img-9.jpg
Fichier image/jpeg, 432k
Titre Figure 10 — Ex-libris de Jean Flamel pour Jean de Berry (BnF, ms. fr. 380, fol. 160, Roman de la rose)
URL http://books.openedition.org/psorbonne/docannexe/image/54178/img-10.jpg
Fichier image/jpeg, 488k
Titre Figure 11 — Traité d’alliance entre Isabeau de Bavière, Jean de Berry et Louis d’Orléans (d’après Musée des Archives nationales…, Paris, 1872, p. 250)
URL http://books.openedition.org/psorbonne/docannexe/image/54178/img-11.jpg
Fichier image/jpeg, 84k
Titre Figure 12 — Signatures de Jean le Bon, Charles V et Charles VI (reproductions)
URL http://books.openedition.org/psorbonne/docannexe/image/54178/img-12.jpg
Fichier image/jpeg, 224k
Titre Figure 13 — Traité d’alliance entre Jean de Berry et le duc de Bretagne (AD Loire-Atlantique, E 177-4, 8 mai 1387)
URL http://books.openedition.org/psorbonne/docannexe/image/54178/img-13.jpg
Fichier image/jpeg, 3,7M
Titre Figure 14 — Mentions autographes de Jean de Berry (1387), Bonne de Berry (1394) et Jean de Bourbon (1410)
URL http://books.openedition.org/psorbonne/docannexe/image/54178/img-14.jpg
Fichier image/jpeg, 822k

Auteur

Archives départementales d’Île-et-Vilaine

© Éditions de la Sorbonne, 2019

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540