Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Jean de Berry et l’écrit

 | 
Olivier Guyotjeannin
, 
Olivier Mattéoni

Imitatio regis ?

Pour une diplomatique des actes de Jean de Berry

Mélissa Barry, Cléo Rager, Élisabeth Schmit, Marie-Émeline Sterlin et Clémence Lescuyer

Texte intégral

  • 1 Cet atelier, commun à l’université Paris 1 Panthéon-Sorbonne et à l’École nationale des chartes, se (...)
  • 2 La bibliographie sur la chancellerie royale française au Moyen Âge est extrêmement riche, qu’il s’a (...)

1Cette enquête s’appuie sur le travail mené depuis janvier 2011 dans le cadre du séminaire de paléographie et édition de textes consacré aux actes du duc Jean de Berry1. Dans la perspective des journées d’études dédiées à Jean de Berry et l’écrit les 16 et 17 juin 2016, nous avons entrepris d’analyser le corpus ainsi constitué, ce qui a permis de dégager comme problématique centrale la comparaison entre la chancellerie ducale de Berry et la chancellerie royale française. Si le contenu des actes de Jean de Berry a été largement étudié, il n’en va pas de même pour leur contexte de production et leur forme, qui n’ont jamais fait l’objet d’analyses spécifiques, à l’inverse des actes de la chancellerie royale2. Dans cette entreprise encore largement en chantier, nous avons simplement tenté de dégager quelques pistes de réflexion, qui doivent être pensées comme autant d’invitations à l’étude. Nous présenterons le corpus étudié, sa composition, ses caractéristiques et ses limites, ainsi que la méthode employée pour l’exploiter, avant de nous attarder sur son analyse interne et d’émettre quelques remarques sur les liens entre la chancellerie ducale de Berry et la chancellerie royale française.

Présentation du corpus et de la méthode

  • 3 Il ne s’agit que d’une part minime de l’ensemble du corpus des actes de Jean de Berry dont il est d (...)

2Le corpus étudié est composé de 67 actes, datés entre 1365 et 14153. Ces documents de la chancellerie ducale sont conservés aux Archives nationales, à la Bibliothèque nationale de France, aux archives départementales du Cantal et du Cher, ou encore aux archives communales de Bourges et de Riom, dispersion qui en rend l’inventaire difficile.

3Pour appréhender ce corpus, nous avons mis au point une grille d’analyse permettant de saisir, outre les données d’identification de chaque acte (lieu de conservation, cote), un ensemble de caractères externes : le format de l’acte, la justification, la présence de mots coupés en fin de ligne, de points d’ouverture ou de fermeture du discours, de traits sur les parties non écrites, la présence de majuscules, de décorations et d’abréviations. Puis les caractères internes et les parties du discours ont retenu notre attention : le type d’action juridique, le ou les bénéficiaires de l’acte, l’auto-désignation de l’acte, la suscription, l’adresse, le salut, l’exposé, les verbes du dispositif et les formules liées à ce dispositif, la clause injonctive ; les signes de validation : la corroboration, le sceau et l’attache, et enfin les mentions hors teneur : signature éventuelle du duc, mention de commandement, signature du secrétaire (puisque c’est là le titre exclusif des rédacteurs des actes ducaux), présence éventuelle du visa du chancelier, et enfin mention d’enregistrement.

  • 4 Pour une mise en perspective avec d’autres princes contemporains, voir Guido Castelnuovo et Olivier (...)

4Soulignons d’emblée deux limites à notre travail. D’une part, il va de soi que les actes étudiés ne représentent qu’un petit échantillon (autour de 10 à 15 %) de l’ensemble des actes émanant de la chancellerie de Jean de Berry ; et même si cet échantillon couvre une période de cinquante ans, correspondant à l’essentiel de la vie politique du duc (1360-1416), sa représentativité reste incertaine4. Par ailleurs, il faut noter le poids important des actes du fonds de la Sainte-Chapelle de Bourges qui semblent présenter, comme nous le verrons, certains caractères spécifiques. D’autre part, une limite à l’analyse de ce corpus réside dans l’absence de photographies pour une partie des actes (20 environ), ce qui a réduit l’étude précise des caractères externes à 46 actes sur 67, soit un peu moins de 70 % du corpus.

AD Cher, 8 G 1986 [TSC 1538], 1402

AD Cher, 8 G 1986 [TSC 1538], 1402

5Du point de vue des caractères externes, on constate tout d’abord une certaine homogénéité formelle, avec une constance du format horizontal, une justification au moins partielle pour la quasi-totalité d’entre eux (45 sur 46), et une très grande rareté des mots coupés en fin de ligne. Les actes de ce corpus témoignent donc d’une réalisation soignée. L’usage de points d’ouverture et/ou fermeture du discours est fréquent (32 sur 46 soit 70 % des actes). Tous les actes, à l’exception de deux, font l’objet d’abréviations usuelles et répétées, comme dans la plupart des chancelleries contemporaines. Un peu plus de la moitié des actes (26 sur 46) ont été décorés, qu’il s’agisse de simples hastes et hampes sur la première ligne, d’un traitement graphique particulier soulignant les différentes parties du discours, d’oculi signalant l’emplacement de l’attache ou, surtout, de premières lettres richement décorées de cadelures.

  • 5 La typologie reprend ici celle établie par la Commission internationale de diplomatique, voir Rober (...)

6Par ailleurs, si l’intégralité des actes est auto-désignée par le terme de « lettres », on distingue en réalité trente-cinq mandements, vingt-quatre lettres patentes (en majorité des lettres de donation), et cinq chartes, sans répartition chronologique significative5. Concernant la répartition des actes par bénéficiaires, on dénombre vingt-huit actes en faveur de laïcs (dont treize agents ducaux et trois membres de la famille de Jean de Berry), et dix-sept autres dédiés à des clercs ou institutions religieuses. Enfin, cinq actes sont adressés au roi de France et font l’objet d’un traitement particulier de la part des secrétaires.

7Une fois les données réunies et harmonisées, nous avons d’abord procédé à une analyse interne du corpus, en cherchant à percevoir pour chaque critère de possibles variations en fonction de la chronologie, mais aussi des bénéficiaires des actes, des secrétaires, ou du type d’action juridique. De là, il a été possible d’établir un bilan intermédiaire sur les pratiques de chancellerie et de mise en page, et de dégager quelques actes ou ensembles d’actes spécifiques au sein du corpus.

Analyse interne du corpus

Jean de Berry à travers sa titulature

  • 6 Cette titulature concerne dix actes du corpus, émis entre 1377 et 1391. AN, P 1357², no 425, 13 aoû (...)
  • 7 Cette titulature concerne dix-huit actes du corpus, émis entre 1400 et 1415. AN, P 13632, no 1248, (...)

8Dans l’ensemble des actes étudiés, deux formes de titulature se distinguent par leur fréquence et leur longévité : « Jehan, filz de roy de France, duc de Berry et d’Auvergne, conte de Poitou6 », et « Jehan, filz de roy de France, duc de Berry et d’Auvergne, comte de Poictou, d’Estampes, de Boullongne et d’Auvergne7 ». Ces deux formes permettent de relever deux constantes dans l’expression de la titulature du duc de Berry : d’abord du point de vue de la structure qui, à de rares expressions près, adopte toujours le même ordre : Jehan / fils de roi de France / titres ducaux / titres comtaux, suivis, éventuellement, de la mention de sa lieutenance et/ou de ses titres seigneuriaux.

  • 8 AN, J 166, no 32, février 1365 : « Jehan, filz de roy de France, duc de Berry et d’Auvergne ».
  • 9 AN, J 187 A, no 4, 7 août 1372 : « Jehan, filz de roy de France, duc de Berri et d’Auvergne, conte (...)
  • 10 AN, J 382, no 3, 8 septembre 1374 : « NOUS, Jehan, filz de roy de France, frere de monseigneur le r (...)
  • 11 AN, P 13721, no 2048, 11 juin 1397 : « Jehan, filz de roy de France, duc de Berry et d’Auvergne, co (...)
  • 12 AN, P 13632, no 1248, p. [1]-[5], 3 décembre 1400 : « Jehan, filz de roy de France, duc de Berry et (...)
  • 13 « Jehan, filz de roy de France, duc de Berry et d’Auvergne, conte de Poictou, d’Estampes, de Boullo (...)

9En dépit de ces similitudes, c’est bien plutôt le terme de diversité qu’il faudrait utiliser pour qualifier l’ensemble des titulatures du duc : en effet, dans le corpus étudié, pas moins de vingt-quatre formes différentes peuvent être isolées. Le vocabulaire de la titulature n’est donc pas figé, ni à l’échelle de la chancellerie, ni à l’échelle des secrétaires, puisque des actes rédigés par la même personne sont introduits par des titulatures différentes. Cette diversité s’explique en premier lieu par l’actualisation de la titulature au gré des expansions territoriales – effectives ou en cours – du prince. En 1360, Jean de Berry, troisième fils de Jean II, se voit attribuer en apanage le duché de Berry et d’Auvergne nouvellement formé, et c’est bien ce titre qui figure dans le premier acte de notre corpus8. Cette titulature initiale est ensuite modifiée à chaque évolution territoriale : en 1369, lors de la reconquête des territoires cédés aux Anglais lors du traité de Brétigny, Charles V accorde en apanage à son frère le comté de Poitou et, à titre viager, les comtés de Saintonge et d’Angoumois, une donation dont fait écho la titulature de 1372, « conte de Poitou, de Xanctonge et d’Angoulesme9 », alors même que la conquête du Poitou par le duc n’est pas encore effective. La titulature est une nouvelle fois modifiée pour retirer l’Angoumois et la Saintonge après que le duc y a renoncé en 1374 à Villepèque, en faveur de son frère le roi10. Y sont ajoutés en 1389 les comtés d’Auvergne et de Boulogne acquis par Jean de Berry grâce à son remariage avec Jeanne de Boulogne11. On aboutit en 1400 à la titulature finale du duc, lorsque ce dernier hérite du comté d’Étampes12. Cette dernière forme est régulièrement utilisée jusqu’en 1416, où on la retrouve sur le testament ducal13.

  • 14 AN, P 13632, no 1248, p. [6]-[11], novembre 1410 : « Jehan, filz de roy de France, duc de Berry et (...)
  • 15 AN, J 186 A, no 52, 15 juillet 1381 ; J 182, no 111, 19 mars 1388 (n. st.) ; J 182, no 109, 15 avri (...)

10La titulature suit donc les fluctuations du pouvoir territorial de Jean de Berry. Elle est aussi adaptée en fonction de la nature de la décision et du statut juridique en vertu duquel intervient le duc : certains titres de moindre importance (« seigneur de Carlat ») ou certaines fonctions (notamment celle de lieutenant) ne sont mentionnées que lorsque le duc agit en tant que tel14. De 1377 à 1391, bien que la titulature la plus utilisée soit « Jehan, fils de roi de France, duc de Berry et d’Auvergne, conte de Poitou », les lieutenances en Languedoc et en Guyenne sont précisées à quatre reprises, dans un ordre différent selon les cas. Dans trois cas sur quatre, le document en question est un mandement : il y a donc adéquation entre l’action et la mention du statut de lieutenant du roi15.

  • 16 AN, J 382, no 3, 8 septembre 1374, et J 186 A, no 52, 15 juillet 1381.
  • 17 AN, J 186 B, no 78, 22 juin 1411.
  • 18 AD Cher, 8 G 1452 [TSC 817], 5 juin 1415.

11Enfin d’autres variations, plus rares à l’échelle du corpus étudié, traduisent une adaptation de la titulature à des situations spécifiques. À titre d’exemple, le pronom personnel « nous » est utilisé à quatre reprises pour introduire la titulature. Les deux premières occurrences de cette pratique – en 1374 et en 1381 – laissent penser que le « nous » était utilisé comme un moyen d’affirmer l’autorité du duc par une personnalisation du discours diplomatique, à un moment où cette autorité était justement fragilisée. En 1374, en effet, le duc doit renoncer à la Saintonge et à l’Angoumois au profit du roi ; en 1381, Jean de Berry conclut une paix avec Gaston de Foix, moyennant d’importantes concessions de la part du duc16. De ce point de vue, les deux autres occurrences sont plus surprenantes et ne peuvent être expliquées de la même manière, puisqu’il s’agit de deux actes a priori moins prestigieux. Dans l’un, daté de 1411, le duc atteste avoir reçu plusieurs lettres de la part de « noz […] gens des comptes17 » ; dans l’autre, de 1415, il accuse réception de deux tableaux de la part du trésorier et du chapitre de la Sainte-Chapelle, qu’il offre à son neveu Louis, duc de Guyenne18. Ces deux actes étant rédigés par le même secrétaire, faut-il y voir une habitude individuelle, liée à un scripteur particulier ? Ou ces quatre exemples doivent-ils être considérés dans leur ensemble, constituant la marque de l’influence d’autres chancelleries ?

12Ces remarques sur l’affirmation du pouvoir du duc à travers la titulature amènent à poser la question de la façon dont ce dernier prend ses décisions et de la manière dont ces actes sont produits.

Pratiques de chancellerie et mentions hors teneur

  • 19 Entre autres exemples : « Par monseigneur le duc en son conseil », AN, KK 251 (1370), ou encore « P (...)
  • 20 BnF, ms. fr. 26006, no 192 (1365).
  • 21 Par exemple : AN, J 166, no 32 (1365), J 1118, no 21 (1367), J 181 B, no 93 (1373), J 185 B, no 38 (...)
  • 22 AN, J 186 B, no 78 (1411).

13Concernant la prise de décision, le duc peut agir seul, en présence de quelques grands ou de son conseil, ou « a la relation » de celui-ci, formule qui, comme chez le roi, indique que Jean de Berry lui a délégué son pouvoir19. On trouve même en 1365 la mention d’un mandement pris « par le conseil », sans le duc20. Jusqu’en 1403, dans la mention de commandement, le nom du duc est très souvent associé à celui du conseil ou de conseillers. Sur quarante-six actes, outre trois sans mention de commandement, le duc n’est seul que treize fois21. À partir de 1405 en revanche, le duc est beaucoup plus souvent le seul nommé (une seule exception sur dix-huit actes22). Surtout, le conseil disparaît de la mention de commandement à partir de 1399, marquant l’affirmation de l’autorité du duc, à un moment où celui-ci est de plus en plus actif dans le gouvernement de Charles VI.

  • 23 René Lacour, Le gouvernement de l’apanage de Jean, duc de Berry (1360-1416), Paris, Picard, 1934, a (...)
  • 24 BnF, ms. Dupuy, vol. 620, cité par Raimond Thomassy, Essai sur les écrits politiques de Christine d (...)
  • 25 Jules Guiffrey (éd.), Inventaires de Jean, duc de Berry (1401-1416), op. cit., t. 1, p. 246, item 9 (...)
  • 26 P. de Gyves, E. Moriset et M. Le Beuf.

14En ce qui concerne les secrétaires qui ont écrit ces actes, on observe tout d’abord qu’ils sont très nombreux (vingt-trois en tout). La fonction est marquée par une grande instabilité. Il ne semble pas y avoir de spécialisation en fonction du type d’acte. On note tout de même un allongement de la période d’activité de chaque secrétaire au tournant du xve siècle, notamment en la personne de Pierre de Gyves, actif durant quatorze ans (1398-1412) ou d’Érart Moriset, qui rédige dix actes de 1398 à 1411. Il est recensé par René Lacour comme secrétaire du duc de 1397 à 1401, mais le corpus étudié permet d’allonger encore la période de son activité23. En janvier 1412, Jean sans Peur contrôlant Paris fait don au dauphin d’une « maison avec cours, jardins, etc., appartenant a maistre Erart Moriset, secretaire du duc de Berry24 », qui avait quitté la capitale pour suivre le duc. Il s’agit donc manifestement d’un personnage important. Par ailleurs, l’inventaire de la collection du duc établi en 1412 évoquait déjà quatre secrétaires, Pierre de Gyves, Michel Le Beuf, Jean de Candé et Érart Moriset s’associant pour lui offrir un livre relié pour les étrennes en 140325. Trois d’entre eux sont représentés dans le corpus26.

  • 27 Françoise Autrand, Jean de Berry. L’art et le pouvoir, Paris, Fayard, 2000, p. 194-195.
  • 28 Ibid., p. 467. Par exemple, voir son travail sur la page de garde du manuscrit suivant : BnF, ms. f (...)

15D’autre part, Françoise Autrand souligne la présence parmi les secrétaires de Jean de Berry, de juristes et diplomates compétents, tels que l’humaniste Gontier Col, ainsi que de grands professionnels de l’écriture27. La réalisation très soignée de la plupart des actes et le caractère élaboré de leurs signatures en témoignent. Plus que tout autre, Jean Flamel apparaît comme « un véritable artiste de la calligraphie28 », responsable de la décoration des actes mais aussi des ex-libris raffinés figurant en tête des ouvrages acquis par le duc, célèbre bibliophile.

Le roi face au duc

  • 29 AD Cher, 8 G 2657 [TSC 321] (1411) ; 8 G 278 [TSC 102] (1411) ; 8 G 1452 [TSC 816] (1412) ; 8 G 184 (...)
  • 30 AN, J 382, no 3.
  • 31 Une exception : AN, P 1357², no 438 (1379).

16La nature composite du corpus rend toute élaboration d’une typologie particulièrement complexe, même si quelques ensembles de documents se distinguent des autres, que ce soit par leur thème – comme ceux qui concernent la Sainte-Chapelle, très abondants après 141029 – ou par leur destinataire – le duc s’adressant de manière différente à ses officiers, aux ecclésiastiques, ou au roi. Dans cet ensemble, un acte attire l’attention par son caractère exceptionnel30. Unique exemple de la sorte au sein du corpus, il permet d’éclairer en creux les similitudes des autres documents. Émis à Villepèque le 8 septembre 1374, il ne semble pas – au premier regard – sortir de l’ordinaire : comme la plupart des actes de Jean de Berry, il est rédigé sur un format oblong, le texte est encadré de grandes marges de chaque côté, le premier mot et la première ligne sont enjolivés par des hastes allongées. Une lecture plus approfondie permet toutefois de constater une forte personnalisation du discours et de la forme diplomatique. Cela transparaît notamment dans la titulature, non seulement introduite par le « Nous, Jehan » déjà évoqué plus haut, mais aussi marquée par une insistance sur la filiation personnelle du duc en associant au canonique « fils de roi de France » l’expression « frère de monseigneur le roy », que l’on ne retrouve dans aucun autre document analysé. Cette personnalisation se manifeste également dans les signes de validation : l’acte est le seul du corpus à être signé de la main du duc. Enfin, le document se distingue dans le langage utilisé, les expressions « de nostre bon gré et de bonne volanté, comme bien conseillié et sanz contrainte » et « en bonne foy et en parole de filz de roy » étant absentes des autres actes, qui évoquent plutôt la « certaine science » et la « grace especial » du duc31.

  • 32 Françoise Autrand, Jean de Berry…, op. cit., p. 137-140.
  • 33 Françoise Lehoux, Jean de France, duc de Berri : sa vie, son action politique (1340-1416), 4 t., Pa (...)
  • 34 Françoise Autrand, Jean de Berry…, op. cit., p. 139.

17Le contexte politique et les conditions d’écriture de l’acte peuvent apporter quelques éléments d’explication. En ce mois de septembre 1374, la place forte de Lusignan, dernier verrou avant la fin de la reconquête du Poitou amorcée en 1369, est sur le point de céder. Mais pour traiter avec les assiégés, Jean de Berry doit absolument obtenir du roi le prisonnier d’importance qu’est Thomas Percy, ancien sénéchal anglais de Poitou, dont la rançon servira à financer la reddition de Lusignan. Pour cela, le duc rencontre son frère Charles V, qui lui demande alors de lui céder l’Angoumois et la Saintonge32. Cet acte entérine donc la renonciation du duc à ces territoires en faveur du roi ; pour autant, à aucun moment le sort de Thomas Percy n’est évoqué. On peut donc interpréter l’importante personnalisation de l’acte comme une tentative du duc d’atténuer le caractère obligé de cette renonciation pour en faire l’équivalent d’une donation « de bonne volanté » et « sanz contrainte ». Il semble toutefois que l’acte ait été rédigé dans une certaine précipitation : le duc, pris de court, n’avait pas son chancelier avec lui ; il scelle de son sceau du secret et promet de rédiger de nouvelles lettres patentes33. L’acte étant signé à Villepèque, une ferme appartenant à Gilles Malet34, célèbre libraire de Charles V, on peut également supposer des influences des notaires et secrétaires royaux ; ce qui pose la question de l’imitation éventuelle des pratiques de la chancellerie royale par la chancellerie ducale.

Imitatio regis ?

Le corpus royal

  • 35 Georges Tessier, Diplomatique royale française, op. cit., p. 224 (AN, K 53, no 3), p. 232 (AN, K 49 (...)

18Afin de dégager quelques pistes de comparaison avec les actes émis par la chancellerie royale française et en l’absence d’un corpus prédéfini, nous nous sommes appuyées sur des actes jugés suffisamment représentatifs de la production de la chancellerie royale pour être édités et reproduits dans des manuels classiques de diplomatique35. La prise en compte de ces actes a avant tout été dictée par la nécessité de disposer d’outils de comparaison sur le plan des caractères externes aussi bien que des caractères internes, puisque les actes retenus sont strictement contemporains de la période d’activité de Jean de Berry (1360-1416), et se rapprochent du corpus ducal par leur typologie et par la nature de leur action juridique.

  • 36 Olivier Guyotjeannin et Serge Lusignan (éd.), Le formulaire d’Odart Morchesne dans la version du ms (...)
  • 37 Paul Guérin (éd.), Recueil des documents concernant le Poitou contenus dans les registres de la cha (...)

19Selon les mêmes critères, nous avons sélectionné pour l’étude des caractères internes un certain nombre d’actes compilés dans le formulaire établi par Odart Morchesne, notaire et secrétaire de Charles VII à Bourges dans les années 1420, afin de mieux cerner les usages en vigueur à la chancellerie royale, certes à une date plus tardive que celle du corpus ducal36. Ils ont eux aussi été choisis pour leur objet proche de celui des actes étudiés (donation, fixation des gages d’un officier, amortissement, collation d’une chapellenie). En complément et pour la période 1360-1416, nous avons également eu recours, de manière moins systématique, aux actes royaux du Poitou édités au xixe siècle par Paul Guérin37. La comparaison entre les actes ducaux et le corpus des actes royaux ainsi constitué fait apparaître de nombreuses similitudes, aussi bien du point de vue des caractères externes que des caractères internes.

Caractères externes

20La proximité avec les usages de la chancellerie royale contemporaine est manifeste. En effet, la plupart des actes témoignent d’une réalisation soignée et parfaitement conforme au modèle royal, avec une écriture très proche, un format horizontal, des abréviations essentiellement canoniques et relativement peu nombreuses, des coupures de mots en fin de ligne limitées à quatre occurrences par acte dans les deux corpus mis en rapport, la présence d’oculi destinés à indiquer l’emplacement de l’attache, les majuscules signalant l’ouverture des différentes parties du discours, et surtout le traitement graphique particulier réservé à l’initiale et à la première ligne.

  • 38 AD Cher, J 771, pour la Sainte-Chapelle de Bourges, et AN, II AE 401 A pour la fondation de la Sain (...)
  • 39 Ghislain Brunel, Images du pouvoir royal…, op. cit., p. 42-47. Le griffon apparaît en 1364 au plus (...)
  • 40 AC Saint-Affrique, 2 E 216 AA2, et AN, J 382, no 8 ; AD Cher, Chap. Saint-Étienne, liasse 1 [TSC 77 (...)
  • 41 AD Aveyron, C 1521, 3, et AD Cher, 8 G 1935 [TSC 1436].

21De plus, on trouve dans la production de la chancellerie ducale de Berry des chartes ornées semblables à celles qui étaient émises par la royauté. Comme Charles V, figuré dans l’initiale historiée de l’acte de fondation de la Sainte-Chapelle de Vincennes en 1379, le duc de Berry est représenté dans l’initiale J de l’acte de fondation de la Sainte-Chapelle de Bourges en 140538. Cette miniature est l’œuvre des frères Limbourg, responsables des enluminures des Belles Heures et des Très Riches Heures du duc de Berry, ce qui suggère l’emploi polyvalent de ces grands artistes, travaillant aussi bien aux livres enluminés qu’à l’ornementation d’un acte certes particulièrement solennel. Par ailleurs, on constate que Jean de Berry utilise les motifs typiques de l’iconographie des chartes royales contemporaines. On trouve ainsi des fleurs de lis, un griffon, ainsi que de nombreux poissons39. La fleur de lis est présente dans le fonds des archives communales de Saint-Affrique et aux Archives nationales, avec une initiale ornée d’une demi-fleur de lis, ainsi qu’aux archives départementales du Cher, dans un acte qui porte également des profils humains, des figures humaines et animalières, et même une couronne40. Le poisson, pour sa part, se retrouve dans des actes conservés aux archives départementales de l’Aveyron et du Cher41.

Caractères internes

  • 42 On trouve ainsi fréquemment des formules telles que « comme », « nous avons receu l’umble supplicac (...)

22La désignation des actes par « ces presentes lettres », des introductions semblables pour l’exposé, les clauses injonctives et de corroboration, ou encore les notifications de type « a tous presens et a venir » ou « a tous ceux qui ces presentes verront », marquent une nouvelle fois une grande proximité entre les pratiques des chancelleries de Berry et du roi de France42. On y trouve indifféremment des clauses d’intention de type « car tel est nostre plaisir », et la mention « de grace especial » accompagne souvent le dispositif.

  • 43 Olivier Guyotjeannin et Serge Lusignan (éd.), Le formulaire d’Odart Morchesne…, op. cit., p. 43-51.

23Si des variations apparaissent, pour un même type d’acte, au sein de la production d’une même chancellerie, les différences sont minimes en ce qui concerne l’organisation des parties du discours, les principales formules et le vocabulaire utilisé dans un contexte comparable. En outre, les actes de collation de bénéfices ecclésiastiques, adressés à des clercs, sont rédigés en latin par le roi comme par le duc de Berry. Cette distinction de langue est caractéristique du début du xve siècle, où les actes en français dominent largement la production de chancellerie, le latin étant réservé aux clercs et à certains actes très solennels, souvent destinés à des institutions religieuses ou à des universités43.

  • 44 Par exemple, AD Cher, 8 G 1447 (D) (septembre 1403), 8 G 1447 (H) (novembre 1401). Également l’acte (...)

24On ne trouve pas de préambule dans le corpus ducal ici retenu, à l’inverse des usages de la chancellerie royale, qui l’utilise en certaines occasions pour marquer l’importance des décisions, mais certains actes en sont bien pourvus44. La datation par l’année de règne est une autre caractéristique réservée aux actes royaux, tout comme la formule « par la grace de Dieu », systématiquement utilisée par le roi de France.

Le personnel de chancellerie

  • 45 Françoise Autrand, « Gontier Col, un “conseiller diplomatique” de Charles VI », dans Denis Clauzel, (...)
  • 46 Paul Guérin (éd.), Recueil des documents concernant le Poitou…, op. cit., t. 6, DCCCXIII (AN, JJ 14 (...)
  • 47 Jean Des Bordes : ibid., t. 5, DCXXVII (AN, JJ 113, no 349, fol. 170, 1378) et DCCXIV (AN, JJ 132, (...)
  • 48 Jean Greelle : ibid., t. 4, DLXXXVI (AN, JJ 107, no 321, fol. 161, 1375), DXCIII (AN, JJ 108, no 27 (...)

25Une analyse du personnel de la chancellerie de Jean de Berry semble offrir un premier élément d’explication pour cette évidente parenté. En effet, plusieurs secrétaires responsables de la réalisation des actes du corpus ducal sont également passés par la chancellerie royale, avant, après, ou pendant leur période d’activité au service de Jean de Berry. C’est ainsi le cas de Gontier Col, homme de confiance que le duc « place » à la chancellerie royale au moment de la maladie de Charles VI45. Sa signature figure ainsi à trois reprises dans le corpus des actes royaux du Poitou entre 1396 et 139846. Parmi les noms moins célèbres, on peut relever ceux de Jean Des Bordes et Pierre de Manhac qui apparaissent simultanément dans le corpus des actes royaux du Poitou et le corpus ducal47. Les cas de Jean Greelle et d’Érart Moriset sont différents, dans la mesure où ils sont attestés d’abord à la chancellerie ducale, puis au service du roi48. Jean Greelle est responsable de la réalisation d’un acte à la chancellerie ducale en 1365 et de trois actes dans le corpus royal du Poitou, datés entre 1375 et 1377. Jean Des Bordes, attesté au service du duc de 1372 à 1387, réalise deux actes royaux en 1378 et 1388. Pierre de Manhac, qui travaille pour le duc entre 1387 et 1397, rédige sept actes du corpus royal entre 1381 et 1395. Enfin Érart Moriset, mentionné à la chancellerie ducale de 1397 à 1411, signe deux actes royaux du Poitou après la mort de Jean de Berry, en décembre 1416 et en 1417.

  • 49 AN, AE II 406, Ghislain Brunel, Images du pouvoir royal…, op. cit., p. 53.
  • 50 Olivier Guyotjeannin et Serge Lusignan (éd.), Le formulaire d’Odart Morchesne…, op. cit., p. 8.

26Il en va de même pour l’artiste anonyme responsable de l’ornementation de la charte au griffon datée de 1386, qui a également travaillé sur plusieurs chartes ornées émises par la royauté dans les années 1360 et 1370, de telle sorte qu’il semble être passé au service du duc à la mort de son frère Charles V49. Enfin, Odart Morchesne lui-même est d’abord secrétaire de Martin Gouge de Charpaigne, évêque de Clermont, un temps au service de Jean de Berry avant de devenir chancelier de Charles VII en 142250. Les pratiques de chancelleries semblables s’expliquent donc par le passage des mêmes secrétaires au service des princes.

Conclusion

  • 51 Françoise Autrand, Jean de Berry…, op. cit., p. 487. Chronique du Religieux de Saint Denys, L.-F. B (...)

27Les pratiques documentaires de Jean de France, duc de Berry, révèlent donc une imitation des modèles royaux par un prince des fleurs de lis. En effet, il semble que le duc ait été très fier de son appartenance au sang de Saint Louis et à la maison royale. Ce thème est déjà visible à travers la titulature employée dans ses actes : le duc ne manque jamais d’y rappeler sa filiation et son statut de « fils de roi ». Le thème est également développé dans son testament, où Jean de Berry remercie Dieu de lui avoir « donné de naitre de la tres noble et tres chretienne lignee de France ». Enfin, dans une anecdote rapportée par le Religieux de Saint-Denis, dans laquelle le duc se présente comme « fils, frère et oncle de rois de France », des « titres », dit-il, « dont je puis à bon droit me glorifier51 ».

  • 52 Bulle de Clément VII (1392), AD Cher, 8 G 1447.

28De la même manière, la fondation de la Sainte-Chapelle de Bourges, projet initié en 1392 et qui occupe une place considérable dans le corpus étudié, se fait ad instar capelle regie parisiensis, selon le modèle institué par Louis IX pour la Sainte-Chapelle de Paris à partir de 1246, ce qui souligne une nouvelle fois l’appartenance dynastique de Jean de Berry52.

29Surtout, loin de traduire un simple attachement familial de la part du duc, l’omniprésente imitatio regis, visible à la fois dans la fondation dynastique de la Sainte-Chapelle de Bourges, dans le fonctionnement des institutions et dans les pratiques documentaires de Jean de Berry, revêt une importance politique capitale, puisqu’il s’agit bien, pour le duc, d’asseoir son pouvoir dans le cadre de son apanage.

Notes

1 Cet atelier, commun à l’université Paris 1 Panthéon-Sorbonne et à l’École nationale des chartes, se fixe comme ambition l’édition des actes de Jean de Berry et consiste en la préparation de nombreux dossiers, combinant édition, transcription paléographique et commentaire historique et diplomatique. Il a notamment donné lieu à une édition en ligne sur le site des archives départementales du Cher : http://www.archives18.fr/article.php?larub=369&titre=les-actes-de-jean-de-berry-dans-le-fonds-de-la-sainte-chapelle-de-bourges. La présente enquête a donc bénéficié des conseils des organisateurs du séminaire, Olivier Mattéoni et Olivier Guyotjeannin, ainsi que des travaux effectués par les étudiants ayant fréquenté le séminaire ces cinq dernières années. Nous les remercions tous chaleureusement.

2 La bibliographie sur la chancellerie royale française au Moyen Âge est extrêmement riche, qu’il s’agisse de travaux généraux ou d’études qui éclairent des aspects spécifiques comme les pratiques d’écriture, de validation ou d’enregistrement des actes, certains types documentaires particuliers ou le personnel de chancellerie. D’autres études se sont attachées à une période ou un règne particulier. Il est difficile d’en dresser une liste exhaustive, mais on peut citer Georges Tessier, Diplomatique royale française, Paris, Picard, 1962 ; Kouky Fianu, DeLloyd J. Guth (dir.), Écrit et pouvoir dans les chancelleries médiévales : espace français, espace anglais. Actes du colloque international (Montréal, 1995), Louvain-la-Neuve, Fédération internationale des instituts d’études médiévales, 1997 (Textes et études du Moyen Âge, 6) ; Olivier Guyotjeannin, « L’écriture des actes à la chancellerie royale française, xive-xve siècles », dans Marie-Clotilde Hubert, Emmanuel Poulle et Marc H. Smith (éd.), Le statut du scripteur au Moyen Âge, Paris, École des chartes, 2000 (Matériaux pour l’histoire, 2), p. 97-110 ; Claude Jeay, Signature et pouvoir au Moyen Âge, Paris, École des chartes, 2015 (Mémoires et documents de l’École des chartes, 99) ; Hélène Larcher, « Tam Parisius quam alibi ». Unité et pluralité de la chancellerie royale au temps de Charles VII, 1418-1461, thèse de l’École des chartes, 2008 ; Sébastien Barret et Benoît Grévin, « Regalis excellentia ». Les préambules des actes des rois de France au xive siècle, 1300-1380, Paris, École des chartes, 2014 (Mémoires et documents de l’École des chartes, 98). Pour un bilan sur les éditions du corpus diplomatique royal, voir la contribution d’Olivier Canteaut et Jean-François Moufflet dans ce même volume, p. 253-286.

3 Il ne s’agit que d’une part minime de l’ensemble du corpus des actes de Jean de Berry dont il est difficile de dire, en raison de la dispersion documentaire, à combien il s’élève exactement au total. Une première pesée effectuée par Olivier Mattéoni et Olivier Guyotjeannin situe le corpus entre 500 et 600 actes.

4 Pour une mise en perspective avec d’autres princes contemporains, voir Guido Castelnuovo et Olivier Mattéoni (dir.), « De part et d’autre des Alpes » (II). Chancelleries et chanceliers des princes à la fin du Moyen Âge, Chambéry, université de Savoie, 2011.

5 La typologie reprend ici celle établie par la Commission internationale de diplomatique, voir Robert-Henri Bautier, « Typologie diplomatique des actes royaux français (xiiie-xve siècles) », dans Diplomatique royale du Moyen-Âge, xiiie-xive siècles, Porto, Faculdade de Letras da universidade do Porto, 1996 (consultable sur le site de l’École des chartes : http://elec.enc.sorbonne.fr/cid/cid1991/art_01).

6 Cette titulature concerne dix actes du corpus, émis entre 1377 et 1391. AN, P 1357², no 425, 13 août 1377 ; P 1357², no 435, 13 août 1377 ; J 185 B, no 38, 2 septembre 1378 ; J 187 A, no 5, 29 avril 1383 ; J 187 A, no 6, 28 février 1385 (n. st.) ; J 187 A, no 11, 3 mars 1385 (n. st.) ; J 186 A, no 66, 2 mai 1386 ; J 382, no 8, 7 juillet 1386 ; P 1381, no 3358, 5 novembre 1387. AD Cher, 8 G 1985 [TSC 1537], 12 juillet 1391.

7 Cette titulature concerne dix-huit actes du corpus, émis entre 1400 et 1415. AN, P 13632, no 1248, p. [1]-[5], 3 décembre 1400 ; P 13641, no 1298, 28 août 1402 ; J 187 B, no 40 bis, 10 avril 1403 (n. st.) ; J 274, no 24 ter, 18 juin 1403 ; J 186 B, no 75, 18 juin 1403 ; J 188 A, no 66, février 1405 (n. st.) ; P 1363², no 1248, p. [5]-[6], 1er décembre 1410 ; J 186 B, no 77, 4 décembre 1410 ; P 1381, no 3338, 19 février 1411 (n. st.) ; P 13752, no 2588, 7 novembre 1414 ; P 13641, no 1297, 11 mai 1415. AD Cher, 8 G 1173 [TSC 198], 7 décembre 1404 ; 8 G 1423 [TSC 92], janvier 1405 (n. st.) ; 8 G 1452 [TSC 816], 17 mai 1412 ; 8 G 1844 [TSC 236], juin 1414 ; 8 G 1450 [TSC 193], 4 juin 1414 ; 8 G 1452 [TSC 1450], 12 janvier 1415 (n. st.) ; Sainte-Chapelle, 32, février 1415 (n. st.).

8 AN, J 166, no 32, février 1365 : « Jehan, filz de roy de France, duc de Berry et d’Auvergne ».

9 AN, J 187 A, no 4, 7 août 1372 : « Jehan, filz de roy de France, duc de Berri et d’Auvergne, conte de Poitou, de Xanctonge et d’Angoulesme ».

10 AN, J 382, no 3, 8 septembre 1374 : « NOUS, Jehan, filz de roy de France, frere de monseigneur le roy, duc de Berry et d’Auvergne, et conte de Poitou ».

11 AN, P 13721, no 2048, 11 juin 1397 : « Jehan, filz de roy de France, duc de Berry et d’Auvergne, comte de Poitou, de Bouloigne et d’Auvergne ».

12 AN, P 13632, no 1248, p. [1]-[5], 3 décembre 1400 : « Jehan, filz de roy de France, duc de Berry et d’Auvergne, conte de Poictou, d’Estampes, de Boullongne et d’Auvergne ».

13 « Jehan, filz de roy de France, duc de Berry et d’Auvergne, conte de Poictou, d’Estampes, de Boullongne et d’Auvergne », testament du 25 mai 1416, édité dans Jules Guiffrey, Inventaires de Jean, duc de Berry (1401-1416), Paris, Ernest Leroux Éditeur, 1894-1896, t. 2, p. 191-195. Cette titulature est également reprise le 7 juin 1416, lorsque le duc apporte quelques ultimes modifications à son testament : ibid., p. 187-196.

14 AN, P 13632, no 1248, p. [6]-[11], novembre 1410 : « Jehan, filz de roy de France, duc de Berry et d’Auvergne, conte de Poictou, d’Estampes, de Boullongne et d’Auvergne et seigneur de Carlat ». La fonction de lieutenant est mentionnée dans onze actes du corpus. AN, J 211, no 41, 1er décembre 1372 ; J 186 A, no 52, 15 juillet 1381 ; J 182, no 111, 19 mars 1388 (n. st.) ; J 182, no 109, 15 avril 1388 ; J 382, no 17, 13 mai 1401. BnF, ms. lat. 26021, no 923, 8 septembre 1386. AD Cher, 8 G 1986 [TSC 1538], février 1402 (n. st.) ; 8 G 2657 [TSC 321], mai 1411 ; 8 G 278 [TSC 102], 20 juin 1411. AC Bourges, AA 7, no 1, août 1368. AC Riom, BB 124, 13 janvier 1375 (n. st.).

15 AN, J 186 A, no 52, 15 juillet 1381 ; J 182, no 111, 19 mars 1388 (n. st.) ; J 182, no 109, 15 avril 1388. BnF, ms. lat. 26021, no 923, 8 septembre 1386.

16 AN, J 382, no 3, 8 septembre 1374, et J 186 A, no 52, 15 juillet 1381.

17 AN, J 186 B, no 78, 22 juin 1411.

18 AD Cher, 8 G 1452 [TSC 817], 5 juin 1415.

19 Entre autres exemples : « Par monseigneur le duc en son conseil », AN, KK 251 (1370), ou encore « Par monseigneur le duc, monseigneur le conte de Sancerre, vous et plusieurs autres de son conseil estant en Auvergne presens », AN, P 1357², no 425 (1377).

20 BnF, ms. fr. 26006, no 192 (1365).

21 Par exemple : AN, J 166, no 32 (1365), J 1118, no 21 (1367), J 181 B, no 93 (1373), J 185 B, no 38 (1378). AD Cantal, série E, 43 (1399). AD Cher, 8 G 1452 [TSC 817] (1415).

22 AN, J 186 B, no 78 (1411).

23 René Lacour, Le gouvernement de l’apanage de Jean, duc de Berry (1360-1416), Paris, Picard, 1934, annexes, xvi.

24 BnF, ms. Dupuy, vol. 620, cité par Raimond Thomassy, Essai sur les écrits politiques de Christine de Pisan, Paris, Debécourt Libraire-Éditeur, 1838, p. xxix.

25 Jules Guiffrey (éd.), Inventaires de Jean, duc de Berry (1401-1416), op. cit., t. 1, p. 246, item 939 : « lequel livre les IIII secreteres de Monseigneur, c’est assavoir maistres Pierre de Gynes, Michiel Le Boeuf, Jehan de Candé et Erart Moriset lui donnerent, ausdictes estraines mil CCCC et III. »

26 P. de Gyves, E. Moriset et M. Le Beuf.

27 Françoise Autrand, Jean de Berry. L’art et le pouvoir, Paris, Fayard, 2000, p. 194-195.

28 Ibid., p. 467. Par exemple, voir son travail sur la page de garde du manuscrit suivant : BnF, ms. fr. 380 (Roman de la Rose). Voir figure 10 dans le présent ouvrage, infra, p. 53.

29 AD Cher, 8 G 2657 [TSC 321] (1411) ; 8 G 278 [TSC 102] (1411) ; 8 G 1452 [TSC 816] (1412) ; 8 G 1844 [TSC 236] (1414) ; 8 G 1450 [TSC 193] (1414) ; SC, 32 (1415) et 8 G 1452 [TSC 817] (1415).

30 AN, J 382, no 3.

31 Une exception : AN, P 1357², no 438 (1379).

32 Françoise Autrand, Jean de Berry…, op. cit., p. 137-140.

33 Françoise Lehoux, Jean de France, duc de Berri : sa vie, son action politique (1340-1416), 4 t., Paris, Picard, 1966-1968, t. 1, De la naissance de Jean de France à la mort de Charles V, p. 340.

34 Françoise Autrand, Jean de Berry…, op. cit., p. 139.

35 Georges Tessier, Diplomatique royale française, op. cit., p. 224 (AN, K 53, no 3), p. 232 (AN, K 49, no 10 et AN, K 49, no 14) ; Olivier Guyotjeannin, Jacques Pycke, Benoît-Michel Tock, Diplomatique médiévale, Turnhout, Brepols, 2006 (L’atelier du médiéviste, 2), acte no 7 (AN, J 151, no 96), acte no 8 (AN, J 185 A, no 10), acte no 9 (AN, K 53, no 72). À ces deux titres s’ajoute Ghislain Brunel, Images du pouvoir royal. Les chartes décorées des Archives nationales, xiiie-xve siècle, Paris, Somogy Éditions d’art/Centre historique des Archives nationales, 2005, acte no 14 (AN, K 49 C, no 71), acte no 15 (AN, K 49 A, no 1), acte no 27 (AN, K 49 C, no 62), acte no 28 (AN, M 163, no 11), acte no 39 (AN, K 532 B, no 17), acte no 40 (AN, M 257 C, no 61).

36 Olivier Guyotjeannin et Serge Lusignan (éd.), Le formulaire d’Odart Morchesne dans la version du ms. BnF fr. 5024, Paris, École des chartes, 2005 (Mémoires de documents de l’École des chartes, 80), [1.1], [1.6], [4.1], [4.4], [4.5], [7.1], [7.2], [9.7], [13.3], [14.10], [14.20], [14.26], [17.10], [17.17], [17.19], [17.22], [17.28].

37 Paul Guérin (éd.), Recueil des documents concernant le Poitou contenus dans les registres de la chancellerie de France, Poitiers, Archives historiques du Poitou, 1881-1919, 12 vol.

38 AD Cher, J 771, pour la Sainte-Chapelle de Bourges, et AN, II AE 401 A pour la fondation de la Sainte-Chapelle de Vincennes.

39 Ghislain Brunel, Images du pouvoir royal…, op. cit., p. 42-47. Le griffon apparaît en 1364 au plus tard dans les actes royaux. Le thème du poisson se développe vers 1350 à la chancellerie royale avant de se répandre largement.

40 AC Saint-Affrique, 2 E 216 AA2, et AN, J 382, no 8 ; AD Cher, Chap. Saint-Étienne, liasse 1 [TSC 770].

41 AD Aveyron, C 1521, 3, et AD Cher, 8 G 1935 [TSC 1436].

42 On trouve ainsi fréquemment des formules telles que « comme », « nous avons receu l’umble supplicacion », « si donnons en mandement », « et afin que ce soit chose ferme » ou « en tesmoing de ce ».

43 Olivier Guyotjeannin et Serge Lusignan (éd.), Le formulaire d’Odart Morchesne…, op. cit., p. 43-51.

44 Par exemple, AD Cher, 8 G 1447 (D) (septembre 1403), 8 G 1447 (H) (novembre 1401). Également l’acte de fondation de la Sainte-Chapelle de Bourges, perdu mais connu par une copie-lithographie sur papier du xixe siècle : AD Cher, J 771 (reproduction dans Béatrice de Chancel-Bardelot et Clémence Raynaud (dir.), Une fondation disparue de Jean de France, duc de Berry. La Sainte-Chapelle de Bourges, Paris/Bourges, Somogy Éditions d’art/Musée du Berry, 2004, p. 41).

45 Françoise Autrand, « Gontier Col, un “conseiller diplomatique” de Charles VI », dans Denis Clauzel, Charles Giry-Deloison et Christophe Leduc (éd.), Arras et la diplomatie européenne, xve-xvie siècles, Arras, Artois Presses Université, 1999, p. 27-45.

46 Paul Guérin (éd.), Recueil des documents concernant le Poitou…, op. cit., t. 6, DCCCXIII (AN, JJ 149, no 89, fol. 61v, 1396), DCCCXXXVII (AN, JJ 153, no 77, fol. 37, 1398) et DCCCXXXVIII (AN, JJ 153, no 94, fol. 46, 1398) ; Gontier Col apparaît dans le corpus ducal en 1386-1397.

47 Jean Des Bordes : ibid., t. 5, DCXXVII (AN, JJ 113, no 349, fol. 170, 1378) et DCCXIV (AN, JJ 132, no 81, fol. 45, 1388) ; il apparaît dans le corpus ducal en 1372-1387. Pierre de Manhac : ibid., t. 5, DCXLI (AN, JJ 118, no 395, fol. 211v, 1381), DCXLII (AN, JJ 118, no 442, fol. 233, 1381), DCLXXI (AN, JJ 124, no 277, fol. 161, 1384), DCLXXVI (AN, JJ 125, no 134, fol. 79v, 1384), DCCV (AN, JJ 131, no 1, fol. 1, 1386) ; t. 6, DCCCIV (AN, JJ 153, no 105, fol. 51, 1395) et DCCCLXXXVI (AN, JJ 158, no 334, fol. 182v, 1403) ; il est présent dans le corpus ducal en 1387-1397.

48 Jean Greelle : ibid., t. 4, DLXXXVI (AN, JJ 107, no 321, fol. 161, 1375), DXCIII (AN, JJ 108, no 276, fol. 155v, 1376) ; t. 5, DCXVI (AN, JJ 112, no 28, fol. 23, 1377) ; présent dans le corpus ducal en 1365. Érart Moriset : ibid., t. 7, DCCCCLXXXIV (AN, JJ 169, no 416, fol. 278, 1416) et DCCCCLXXXVI (AN, JJ 170, no 54, fol. 81, 1417) ; il apparaît dans le corpus ducal en 1397-1411.

49 AN, AE II 406, Ghislain Brunel, Images du pouvoir royal…, op. cit., p. 53.

50 Olivier Guyotjeannin et Serge Lusignan (éd.), Le formulaire d’Odart Morchesne…, op. cit., p. 8.

51 Françoise Autrand, Jean de Berry…, op. cit., p. 487. Chronique du Religieux de Saint Denys, L.-F. Bellaguet (éd.), t. 6, Paris, 1852 (Collection de documents inédits de l’histoire de France), p. 32-33 (rééd. Paris, CTHS, 1994, avec une introduction de Bernard Guenée) : Francie regum filius, frater et patruus, quorum possum titulis merito gloriari.

52 Bulle de Clément VII (1392), AD Cher, 8 G 1447.

Table des illustrations

Titre AD Cher, 8 G 1986 [TSC 1538], 1402
URL http://books.openedition.org/psorbonne/docannexe/image/54148/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 42k

Auteurs

Université Paris 1 Panthéon-Sorbonne/LaMOP (UMR 8589)

Université Paris 1 Panthéon-Sorbonne/LaMOP (UMR 8589)

Université Paris 1 Panthéon-Sorbonne/LaMOP (UMR 8589)

Université Paris 1 Panthéon-Sorbonne/LaMOP (UMR 8589)

École nationale des chartes

© Éditions de la Sorbonne, 2019

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540