Version classiqueVersion mobile

Jean de Berry et l’écrit

 | 
Olivier Guyotjeannin
, 
Olivier Mattéoni

Introduction

Jean de Berry et l’écrit diplomatique

Olivier Guyotjeannin et Olivier Mattéoni

Texte intégral

  • 1 Sur la Sainte-Chapelle de Bourges, Béatrice de Chancel-Bardelot et Clémence Raynaud (dir.), Une fon (...)
  • 2 Voir par exemple l’éloge posthume, en demi-teinte, que Michel Pintoin dresse du duc de Berry au mom (...)

1Né en 1340, Jean de Berry meurt le 15 juin 1416, à l’âge de 76 ans, à Paris, dans son hôtel de Nesle, entouré de sa fille Marie, duchesse de Bourbonnais, et de deux de ses petits-enfants, Charles de Bourbon et Bernard d’Armagnac. Conformément à sa volonté, il est inhumé dans la Sainte-Chapelle de Bourges, qu’il avait fondée en 1392 et qui avait été consacrée, une fois achevée et dotée, à Pâques 14051. Jean de Berry est l’une des figures politiques marquantes du royaume de France de la seconde moitié du xive et du début du xve siècle. Il n’est que de lire les auteurs du temps, Jean Froissart, Enguerrand de Monstrelet, Christine de Pizan ou encore Michel Pintoin2, pour évaluer la place qui fut la sienne et le rôle qu’il joua dans les affaires du pays.

2Jean de Berry est le troisième fils de Jean II le Bon et de Bonne de Luxembourg. Il est le frère de Charles V. Comme ses autres frères, Louis d’Anjou et Philippe le Hardi, son père l’avait doté de plusieurs territoires en apanage : en 1356, il est fait comte de Poitiers. En 1359, son frère Charles, alors régent du royaume, lui donne le comté de Mâcon. En 1360, Jean reçoit en apanage les duchés de Berry et d’Auvergne lorsque le Poitou est cédé aux Anglais après le traité de Brétigny-Calais. Une fois sur le trône, Charles V lui confirme l’apanage, auquel il ajoute le comté de Poitou, à charge pour Jean de le reconquérir. C’est ce qu’il s’emploie à faire. En décembre 1372, il prête hommage pour le Poitou à son frère le roi, qui récupère le comté de Mâcon. Jean est désormais, jusqu’à sa mort, duc de Berry et d’Auvergne et comte de Poitou. La reconquête effectuée, Jean de Berry est chargé de plusieurs commandements sous forme de lieutenance générale. À la mort de Charles V, en 1380, il est au nombre des oncles du nouveau roi qui prennent en charge le gouvernement du royaume. Jean de Berry se spécialise dans les affaires de Languedoc après la mort de son frère Louis d’Anjou, auquel il succède comme lieutenant du roi dans cette province et, de façon nominale, en Guyenne. Mais son gouvernement des terres du Sud est mal jugé pour son recours à une fiscalité pesante. Il est démis de la charge en septembre 1389 quand Charles VI visite le Midi de son royaume. Les premières crises de folie du roi à partir de 1392 le ramènent sur le devant de la scène politique, avec son frère Philippe le Hardi. Dans la tension qui apparaît entre Philippe et le frère de Charles VI, Louis d’Orléans, il adopte d’abord le parti de Philippe, mais à partir de 1404, quand le conflit devient plus tendu avec le nouveau duc de Bourgogne, il se présente en médiateur. Après l’assassinat de Louis d’Orléans en 1407, il se range du côté des Armagnacs, même s’il n’est pas indifférent aux tentatives de Louis de Guyenne pour créer un tiers parti, dans les années 1412-1413.

  • 3 Françoise Autrand, Jean de Berry. L’art et le pouvoir, Paris Fayard, 2000. Le chapitre i est intitu (...)
  • 4 Ibid. C’est le titre du chapitre xviii, p. 393-417.

3Sur Jean de Berry, l’historiographie n’a pas toujours été tendre3. Il a pu être présenté, à partir du récit de plusieurs chroniqueurs contemporains, ici comme un piètre politique, là comme un prince dépensier, ailleurs comme un dirigeant sans grand scrupule. L’image est sans doute plus complexe, et les questionnements des historiens, selon les époques et les points de vue, ont mis en avant tel ou tel aspect du personnage. Tous cependant ont retenu une caractéristique : le goût du duc pour les arts et son amour des livres. Son dernier biographe, Françoise Autrand, insiste sur deux choses. D’abord l’image d’un prince au service de l’État royal. Jean de Berry sert le roi. Plus précisément, c’est son action au service de la diplomatie royale qui est mise en avant par Françoise Autrand. Sous sa plume, Jean de Berry a droit au qualificatif de « diplomate de carrière4 ». Il y a ensuite la signification de son activité de commanditaire, de protecteur des arts et de bibliophile. Loin d’être seulement une forme de magnificence, l’art est aussi un message politique. Rappelons le sous-titre du livre de Françoise Autrand : « L’art et le pouvoir ». Cette dimension éclate particulièrement dans le manuscrit des Très Riches Heures, dont la réalisation doit être replacée dans son contexte – celui de la guerre civile entre Armagnacs et Bourguignons –, d’où une possible lecture politique. Pour Françoise Autrand, les Très Riches Heures constituent un manifeste pour la paix. Plus généralement, le souci du beau chez Berry renvoie à une « dimension esthétique du pouvoir ».

  • 5 Françoise Autrand, Jean de Berry…, op. cit., p. 328.
  • 6 AN, J 185, no 45, édité dans René Lacour, Le gouvernement de l’apanage de Jean, duc de Berry (1360- (...)
  • 7 Ibid., p. xiv-xvi (liste des chanceliers et des secrétaires).
  • 8 Françoise Lehoux, Jean de France, duc de Berri. Sa vie, son action politique (1340-1416), Paris, Pi (...)

4Prince serviteur du roi, Jean de Berry a été récompensé par un riche apanage qui, une fois constitué, « avait besoin moins d’élargissement que de gouvernement5 ». À cette fin, Jean de Berry, comme les autres princes, apanagistes ou non, a mis sur pied dans sa principauté des institutions qui prennent exemple sur l’administration royale. L’imitatio regis se manifeste clairement dans le cas de la chambre des comptes que le duc crée à Bourges en 1379. À plusieurs reprises, la charte de fondation renvoie à la « Chambre des comptes de monseigneur le roy a Paris », dont les pratiques doivent servir de modèle aux nouveaux conseillers de la chambre berruyère6. Un autre organe de gouvernement a sans doute été le lieu du déploiement de cette imitatio regis : la chancellerie. En tout cas, on peut le penser à partir de mentions rassemblées, ici et là, dans les travaux relatifs au duc. C’est qu’aucune étude n’existe sur la chancellerie du duc de Berry. Dans sa monographie sur le gouvernement de l’apanage de Jean de Berry, parue en 1934, René Lacour, bien qu’il fournisse en annexe une liste des chanceliers et une liste des secrétaires fort utiles, ne consacre aucun développement à la chancellerie ducale et à l’écriture des actes en chancellerie7. Il en est de même dans l’ouvrage de Françoise Lehoux, Jean de France, duc de Berri. Sa vie, son action politique (1340-1416). Paru en 1966, véritable bible sur la vie du duc en trois volumes de texte et un d’index, l’ouvrage ne s’intéresse pas aux structures de l’administration de l’apanage et il ne comprend pas non plus de présentation de la chancellerie8. Ce constat n’est certes pas étonnant. Il est le reflet d’un état de fait ancien : la diplomatique princière n’a finalement retenu l’attention que depuis peu, s’inclinant devant la diplomatique royale, en tout cas en France. C’est cette lacune qui nous a conduits à envisager un travail d’édition et d’analyse des actes de ce prince des fleurs de lis.

  • 9 Commémorations nationales 2016, Paris, Centre des monuments nationaux/Éditions du patrimoine, 2015. (...)

5Notre enquête, qui s’inscrit dans le cadre d’un séminaire de recherche commun à l’université Paris 1 Panthéon-Sorbonne et à l’École nationale des chartes lancé en 2011, s’est voulue dès l’origine une contribution à une meilleure connaissance de l’acte princier des xive et xve siècles, un domaine dont il faut reconnaître que, s’il a été illustré par divers historiens et diplomatistes, il ne le fut que de façon discontinue, incomplète, et en se privant de surcroît des frissons du comparatisme. En ce sens notre préoccupation était de pouvoir tester ce que d’aucuns appellent une nouvelle histoire politique plus étroitement liée aux questionnements de la diplomatique. Il nous a semblé que le sixième centenaire de la mort du duc de Berry, retenu au titre des commémorations nationales pour l’année 2016, pouvait être l’occasion d’un premier bilan pour nos travaux9. Dans quelle mesure la collecte et le traitement des actes du duc de Berry permettent-ils de vérifier et de prolonger certains paradigmes bien reçus, comme le rôle de relais des chancelleries apanagistes, de leur production dans la construction du territoire et dans l’accoutumance aux méthodes royales de gouvernement ? Tel est le questionnement qui a motivé notre démarche.

La diplomatique princière : la lente construction d’un champ de recherche

  • 10 Voir Sébastien Barret et Benoît Grévin, « Regalis excellentia ». Les préambules des actes des rois (...)

6La diplomatique de l’acte princier s’est d’abord constituée en Allemagne, dès la fin du xixe siècle, où elle gagna sa légitimité à analyser la compétition documentaire entre princes (et/ou évêques) et empereur, une compétition qui devait donner à la production scripturale princière des formes, une langue, une présentation captées de celles des privilèges impériaux. Les diplomatistes français emboîtèrent le pas à leurs voisins, et concentrèrent leur étude sur le rapport d’usurpation/imitation des formes et formules royales, à commencer par la formule dévotionnelle gratia Dei, utilisée par certains princes tant aux ixe-xe siècles qu’aux xive-xve siècles. Illustré par quelques grands savants, ce domaine de recherche, qui rencontrait sur son chemin le paradigme dominant de la principauté territoriale usurpatrice, peina bientôt à réunir des corpus, à étudier les chancelleries. Mais, plus récemment, il bénéficia de la vague d’études sur les pratiques de l’écrit, sur la communication entre le prince et ses sujets, en somme sur l’un des ingrédients de la genèse de l’État moderne, ses agents, ses modes opératoires : la diplomatique y lit des phases successives d’emploi d’un « style haut », d’une rhétorique d’État, l’emprunt à double sens de formules, d’un lexique typé, la constitution d’un corps de hauts commis de l’État, polyvalents dans leur maîtrise linguistique10, aptes à intégrer le premier cercle de l’entourage du prince et à partager ses secrets – bref, des secrétaires.

  • 11 Les chartes des comptes de Saint-Pol (xie-xiiie siècle), Jean-François Nieus (éd.), Brepols, Turnho (...)
  • 12 Feudal Society in Medieval France. Documents from the County of Champagne, Theodore Evergates (éd.) (...)
  • 13 Recueil des actes de Jean IV, duc de Bretagne, Michael Jones (éd.), Paris/Rennes, université de Hau (...)
  • 14 Lettres et mandements de Jean V duc de Bretagne (1402-1442), René Blanchard (éd.), Nantes, Société (...)
  • 15 Actes de Pierre de Dreux, duc de Bretagne (1213-1237), Marjolaine Lemeillat (éd.), Rennes, PUR/Soci (...)
  • 16 Jean Kerhervé, « La chancellerie de Bretagne sous Louis XII et Anne de Bretagne, 1499-1514 », dans (...)
  • 17 Chantal Reydelet, « La chancellerie d’Humbert II dauphin de Viennois (1333-1349) », Archiv für Dipl (...)
  • 18 Anne-Lise Rey, « La chancellerie et les actes d’Eudes IV duc de Bourgogne (1315-1349) », Bibliothèq (...)
  • 19 Ordonnances de Philippe le Hardi, Marguerite de Maie et de Jean sans Peur, 1381-1419, Paul Bonenfan (...)
  • 20 Henri Stein, Catalogue des actes de Charles le Téméraire, 1467-1477, mit einem Anhang, Urkunden und (...)
  • 21 Pierre Cockshaw, Le personnel de la chancellerie de Bourgogne-Flandre sous les ducs de Bourgogne de (...)
  • 22 Signalons encore pour les comtés de Flandre et de Hainaut la thèse de Els De Paermentier, soutenue (...)
  • 23 Sébastien Barret et Benoît Grévin, « Regalis excellentia »…, op. cit.

7Si le programme est alléchant, le bilan reste déséquilibré. De trop rares études se sont concentrées, pour les xiie-xiiie siècles, sur la maîtrise et l’investissement croissant des « princes » et hauts barons dans l’écrit documentaire – actes et documents de gestion au plus large, ainsi Jean-François Nieus pour Saint-Pol11, Theodore Evergates pour la Champagne12 –, mais sans guère débusquer de spécificité diplomatique ni d’influence royale. Pour la fin du Moyen Âge, études et corpus sont encore très dispersés, même s’ils ont pris depuis quelque temps des couleurs. Les actes des ducs de Bretagne ont été mis en valeur par les éditions de Michael Jones, pour les actes concernant le duc Jean IV (1357-1399), soit 3 volumes pour un total de 1 442 actes13, de René Blanchard pour les lettres et mandements de Jean V, duc de Bretagne (1402-1442), en 5 volumes14, et, plus récemment, de Marjolaine Lémeillat pour les actes de Pierre de Dreux (1213-1237) et de Jean Ier (1237-1286)15. À ces éditions s’ajoutent les études de Jean Kerhervé sur la chancellerie de Bretagne au temps de François II (1458-1488), de Louis XII et de la duchesse Anne16. D’autres chancelleries princières ont été scrutées, et on possède, pour certaines d’entre elles, de belles analyses ponctuées d’éditions. Ainsi en est-il de l’étude très riche de Chantal Reydelet sur la chancellerie dauphinoise d’Humbert II (1333-1349)17, ou encore de celle d’Anne-Lise Rey pour la Bourgogne pré-Valois18 – mais le travail porte ici principalement sur les chanceliers et les secrétaires. Pour les ducs Valois de Bourgogne, les publications, bien qu’importantes, ne couvrent qu’une partie de la documentation princière : citons l’édition des ordonnances de Philippe le Hardi, Jean sans Peur et Philippe le Bon19 – mais le matériau concerne surtout les pays de par-deça (Flandre, Brabant, Hainaut) –, le catalogue des actes de Charles le Téméraire (1467-1477) par Henri Stein, actualisé, pour les mandements de Charles, comte de Charolais, par Sonja Dünnebel20, sans oublier l’étude de Pierre Cockshaw dédiée au personnel de la chancellerie de Bourgogne-Flandre pour la période 1384-147721. La chancellerie de Louis de Bourbon, prince contemporain et compère de Jean de Berry, dont l’édition des actes est en cours d’achèvement, a déjà fait l’objet de contributions, et les actes des journées d’études de Bourges en comprennent une nouvelle. Malgré la progression notable du nombre de travaux sur les chancelleries princières22, si l’on compare cette production à celle qui s’attache aux actes et à la chancellerie des rois de France, perce toujours en négatif le poids écrasant d’une royauté riche, centralisée, unificatrice, rhétorique, comme l’atteste avec vigueur sur ce dernier point la publication de Sébastien Barret et Benoît Grévin sur les préambules des actes des rois de France au xive siècle23.

8Les choses évoluent heureusement, et des rencontres commencent à attirer l’attention. Deux sont à signaler, qui reflètent l’intérêt plus soutenu porté à la diplomatique princière depuis trente ans :

    • 24 Publication accessible sur le site de l’École des chartes en numérisation texte : http://elec.enc.s (...)

    d’une part le congrès international de diplomatique de Munich, 1983, publié un an plus tard sous le titre : Landesherrliche Kanzleien im Spätmittelalter (VI. internaz. Kongreß für Diplomatik, München, 1983), Munich, 1984, 2 vol., publication doublée d’un catalogue d’exposition24 ;

    • 25 Guido Castelnuovo et Olivier Mattéoni (dir.), « De part et d’autre des Alpes » (II)…, op. cit.

    d’autre part, la table ronde de Chambéry de 2008, publiée en 2011 sous le titre : « De part et d’autre des Alpes » (II). Chancelleries et chanceliers des princes à la fin du Moyen Âge25. Placée sous le signe de la comparaison entre espaces italien et français, cette confrontation a permis de dégager similitudes et différences, spécificités et convergences, dans les profils des hommes d’écrit ou les organisations internes des instances d’écriture, même s’il convient de noter que les différences entre les deux espaces sont sans doute moins nombreuses que les points de rapprochement.

9Après que l’on s’est longtemps focalisé sur les captations de formats et de formules (telle la célèbre formule de légitimation « par la grâce de Dieu ») qui seraient les « symptômes » d’une faiblesse royale dramatique autant que temporaire, et ce tant aux xe-xie siècles qu’au xve siècle, les travaux suscités ont permis un recentrage du questionnement. En rapportant les actes à leur contexte et en sondant leurs silences, s’est finalement dévoilé, derrière les tensions et l’émulation, certes bien réelles, entre princes et rois, un large espace de connivence et de collaboration, d’emprunt et d’hommage tacites à une chancellerie royale inventive, relativement normée et cohérente, qui a permis de transmuer actes et lettres en outils de domination, en épiphanie du pouvoir. Ce serait donc par nécessité que les gens du prince ont capté des traits royaux d’écriture. Miroir, mais aussi kaléidoscope de l’acte royal, l’acte princier parcourt le trajet de la grâce récapitulative : il se charge en traits royaux, avant de s’en faire le relais dans le royaume. Ce mouvement est d’autant plus sensible que la diplomatique princière est très syncrétiste, qu’elle crée parfois de véritables patchworks, une marqueterie juxtaposant traits diplomatiques traditionnels (pris jusqu’à l’acte privé) et emprunts royaux, quelquefois à la limite du contresens et de l’« aberration diplomatique ».

Les actes de Jean de Berry

10Aux xive et xve siècles, l’évolution est exacerbée, et parfois différente, chez les princes apanagistes, surtout chez ceux qui n’héritent pas de territoires déjà structurés, de modes d’exercice du pouvoir rôdés, de traditions diplomatiques consistantes : les apanagistes créent alors, largement de toutes pièces, de nouveaux standards rédactionnels – c’est peut-être le cas de Louis d’Orléans, c’est le cas à coup sûr de Jean de Berry. Pour ce dernier, il faut noter la faiblesse des traditions diplomatiques princières dans ses territoires, avec, en guise de principauté, un assemblage de dominations hétérogènes que le duc va s’attacher à centraliser avec détermination autant qu’il le peut, un duc dont le lien qui l’unit au roi – son père d’abord, son frère ensuite, son neveu enfin – est très fort. Berry y répond avec l’appui de la cour royale, par l’importation de modèles diplomatiques, d’outils administratifs et d’hommes, hommes semble-t-il toutefois peu nombreux, mais il est vrai que leurs collègues « locaux » jouent souvent la même partition.

11Ajoutons que, s’il y a une diplomatique princière, s’il y a une diplomatique apanagiste, il y a aussi une diplomatique de lieutenance – la lieutenance générale –, dont les actes semblent encore beaucoup plus proches du strict modèle royal. Cela tient-il aux équipes ou à la production particulièrement standardisée que délivre par essence un lieutenant général : levée et exemptions d’aides, mises en défense de villes et de territoires, sauvegardes, etc. ? Ce point est bien sûr important puisque le duc de Berry a été à plusieurs reprises dès les années 1370 lieutenant du roi en Languedoc et ailleurs : une part des actes du corpus, dont la proportion est pour l’instant difficile à évaluer, relève de cette charge.

  • 26 Voir plus loin, pour la question des sources, Olivier Guyotjeannin et Olivier Mattéoni, « Le corpus (...)

12À tous ces titres, le corpus des actes et lettres de gouvernement de Jean de Berry, bien que difficile à rassembler26, constitue une base documentaire diversifiée. Celle-ci est, en effet, à la fois massive (étendue spatiale d’un apanage prolongé de quelques belles acquisitions, mais aussi agrégat de terres rétives aux pouvoirs centraux, confrontés à une sourde hostilité : « pacification » du Poitou, lieutenances en Languedoc), centrale (par ses remplois éclatants et aussi son rôle de relais), spécifique (diplomatique d’apanage gérée par des clercs tantôt pris aux élites locales, tantôt « prêtés » par l’administration royale, absence de tradition). Bref, plus encore qu’un acte princier, le produit fini à analyser serait un acte de « fils de roi de France » – occasion de mesurer la force de pénétration de l’acte Valois des temps de guerre.

13Un dernier trait enfin, bien connu : comme celles d’Alphonse de Poitiers, les dépouilles de Berry passent au roi, et l’on sait toute l’importance qu’elles auront rapidement dans la construction et dans la consolidation du « royaume de Bourges », quand il s’est agi pour Charles VII, coupé de ses bases parisiennes, de s’imposer face à l’Anglais et au Bourguignon.

14Au total, Jean de Berry présente bien des atouts : une multiplicité des charges, un large spectre d’activités, un arc chronologique important compte tenu de la longévité du prince (une séquence de quasiment soixante ans pour la production scripturale, ce qui est un riche avantage pour scruter permanences et évolutions).

  • 27 Mélissa Barry, Cléo Rager, Élisabeth Schmit, Marie-Émeline Sterlin, Clémence Lescuyer, « Imitatio r (...)
  • 28 Thomas Rapin, « Écritures de chantier. La chambre des comptes de Bourges et la politique monumental (...)
  • 29 Claude Jeay, « La signature de Jean de Berry : marque de prestige, signe de pouvoir », p. 37-58.
  • 30 Clément Blanc-Riehl et Marie-Adélaïde Nielen, « Sigillum Iohannis filii regis et paris Francie. Les (...)
  • 31 Olivier Guyotjeannin, « Fils et filles de roi de France, du xiie au xve siècle : du lignage au roya (...)
  • 32 Clément Blanc-Riehl et Marie-Adélaïde Nielen, « Sigillum Iohannis filii regis… », art. cité.
  • 33 La cire rouge remplace souvent la « jaune » qu’osait la chancellerie royale ; les lacs de soie vert (...)
  • 34 La duplication de certaines formules débouche sur des reprises de broderies plus ou moins voyantes, (...)
  • 35 Comme par exemple l’adjonction d’une corroboration (annonce de sceau) aux mandements (alias lettres (...)

15Les textes ici rassemblés sont à lire comme un premier bilan d’un travail en cours. La diplomatique de Berry y est analysée sous un angle complet (structure des actes27 et des écritures comptables28, signature29, sceaux et pratiques de scellement30). Des éléments fournis, il ressort un poids important du tropisme royal, jusque dans la signature du duc ou les lettres ornées et historiées, façon pour le prince des fleurs de lis que Berry est et dont il revendique le statut, de manifester son appartenance à la maison de France et au sang royal, et de dire la place éminente qu’il occupe auprès du roi. Une position que le titre de « fils de roi de France », utilisé quasi systématiquement dans l’intitulatio des actes, renforce31. Et même si le duc sait innover – ainsi pour les deux sceaux en pied qu’il adopte –, l’innovation n’est pas mise au service d’une revendication souveraine princière excessive. Au contraire, elle sert à magnifier la fidélité de l’apanagiste, qui reste fondamentalement sous la souveraineté royale32. Retenons néanmoins que, si les traits royaux dans l’acte princier, chez Berry, sont évidents, sorte d’hommage à la chancellerie royale, des variations existent aussi – ainsi en matière de cire et d’attache de sceaux33, on encore dans la duplication de formules34 –, sans parler de certaines aberrations par rapport aux usages royaux35, comme si le duc voulait faire mieux ou différemment, comme si une part de routine et d’indolence devait avoir aussi sa place dans nos reconstitutions.

  • 36 Jean-Michel Matz, « La chancellerie d’Anjou-Provence d’après le journal de Jean Le Fèvre (1381-1388 (...)
  • 37 Olivier Mattéoni, « Écrire et signer à la chancellerie d’un contemporain de Jean de Berry, Louis II (...)
  • 38 Michael Jones, « The Chancery of the duke of Brittany around 1400: personnel, practices and policy  (...)
  • 39 Philippe Charon, « Pratiques diplomatiques chez les premiers rois de Navarre de la dynastie des Évr (...)

16La comparaison avec d’autres corpus princiers, qui est ensuite proposée, montre que le modèle royal d’écriture a largement irrigué les chancelleries princières contemporaines, et que le « cas Berry » doit s’analyser en contexte. Qu’ils soient « fils de roi de France » comme Louis d’Anjou36, « pair et chambrier de France » comme Louis de Bourbon37, duc « souverain » dans son duché comme Jean IV de Bretagne38, les écrits de ces princes ont su capter bien des usages et des pratiques de la chancellerie royale. Témoin de la force de celles-ci : Charles, roi de Navarre et comte d’Évreux, s’est attaché à mettre en place dans son royaume ibérique des pratiques de chancellerie calquées sur celles de la chancellerie royale française39.

  • 40 Parmi les projets d’édition de corpus princiers en cours, on signalera celui de Pierre Courroux sur (...)
  • 41 Olivier Canteaut et Jean-François Moufflet, « Les éditions d’actes princiers (xiie-xve siècle) : bi (...)
  • 42 Voir infra, Olivier Guyotjeannin, Olivier Mattéoni et Xavier Laurent, « Le corpus des actes de Jean (...)

17Au-delà, le présent volume est une invite à prolonger un chantier qui n’en est qu’à ses débuts. Et le constat ne vaut pas seulement pour Berry. Il vaut aussi pour bien d’autres princes et grands seigneurs40. Mais, pour pister au mieux les formules et leur incessante recomposition, le chantier doit aller, d’une part, vers des analyses lexicométriques plus systématiques – et les outils informatiques sont là désormais pour y aider –, et, d’autre part, vers une étude des secrétaires pour mieux les fixer aux actes afin de dégager itinéraires professionnels et savoir-faire diplomatiques. Pour ce faire, la constitution de corpus et d’éditions est un préalable. C’est sur cette question que se clôt le colloque. La présentation des corpus diplomatiques royaux et princiers actuellement disponibles, qui déborde vers des questions heuristiques d’édition, dit le travail accompli et les chantiers à ouvrir41. Celui de Berry – cette publication le montre – est en cours. L’édition de dossiers paléographiques effectués par les étudiants de notre séminaire et mis en ligne sur le site des archives départementales du Cher, en est une illustration, à côté de l’édition du corpus à laquelle nous continuons de travailler42.

Notes

1 Sur la Sainte-Chapelle de Bourges, Béatrice de Chancel-Bardelot et Clémence Raynaud (dir.), Une fondation disparue de Jean de France, duc de Berry. La Sainte-Chapelle de Bourges, Paris/Bourges, Somogy Éditions d’art/Musée du Berry, 2004.

2 Voir par exemple l’éloge posthume, en demi-teinte, que Michel Pintoin dresse du duc de Berry au moment de sa mort : Chronique du religieux de Saint-Denis, Louis Bellaguet (éd. et trad.), t. 6, Paris, Imprimerie De Crapelet, 1852 (rééd. CTHS, 1994, vol. 3, avec une préface de Bernard Guenée), p. 28-35 (liv. XXXVII, chap. vi).

3 Françoise Autrand, Jean de Berry. L’art et le pouvoir, Paris Fayard, 2000. Le chapitre i est intitulé : « Une mauvaise réputation », p. 11-26.

4 Ibid. C’est le titre du chapitre xviii, p. 393-417.

5 Françoise Autrand, Jean de Berry…, op. cit., p. 328.

6 AN, J 185, no 45, édité dans René Lacour, Le gouvernement de l’apanage de Jean, duc de Berry (1360-1416), Paris, Picard, 1934, p. 66-70.

7 Ibid., p. xiv-xvi (liste des chanceliers et des secrétaires).

8 Françoise Lehoux, Jean de France, duc de Berri. Sa vie, son action politique (1340-1416), Paris, Picard, 1966-1968, 4 vol.

9 Commémorations nationales 2016, Paris, Centre des monuments nationaux/Éditions du patrimoine, 2015. La notice de présentation sur Jean de Berry est due à Françoise Autrand, p. 38-40 : « Jean, duc de Berry. Vincennes (Val-de-Marne), 30 novembre 1340-Paris, 15 juin 1416 ». Pour une mise en contexte de cette commémoration, voir dans le présent volume, Xavier Laurent, « Les archives départementales du Cher et la commémoration du 600e anniversaire de la mort de Jean de Berry », p. 5-8.

10 Voir Sébastien Barret et Benoît Grévin, « Regalis excellentia ». Les préambules des actes des rois de France au xive siècle, 1300-1380, Paris, École des chartes, 2014 (Mémoires et documents de l’École des chartes, 98).

11 Les chartes des comptes de Saint-Pol (xie-xiiie siècle), Jean-François Nieus (éd.), Brepols, Turnhout, 2008 (ARTEM, 11).

12 Feudal Society in Medieval France. Documents from the County of Champagne, Theodore Evergates (éd.), Philadelphie, University of Pennsylvania Press, 1993, et Littere Baronum. The Earliest Cartulary of the Counts of Champagne, Toronto, University of Toronto, 2003 (Medieval Academy Books, 107).

13 Recueil des actes de Jean IV, duc de Bretagne, Michael Jones (éd.), Paris/Rennes, université de Haute Bretagne-Rennes 2, 1980-1983, 2 vol., et t. III, Supplément, Bannalec, Société d’histoire et d’archéologie de Bretagne, 2001.

14 Lettres et mandements de Jean V duc de Bretagne (1402-1442), René Blanchard (éd.), Nantes, Société des bibliophiles bretons, 1889-1895 (Archives de Bretagne, 4-8), 5 vol.

15 Actes de Pierre de Dreux, duc de Bretagne (1213-1237), Marjolaine Lemeillat (éd.), Rennes, PUR/Société d’histoire et d’archéologie de Bretagne, 2013 (Sources médiévales de l’histoire de Bretagne, 1), et Actes de Jean Ier, duc de Bretagne (1237-1286), Rennes, PUR/Société d’histoire et d’archéologie de Bretagne, 2013 (Sources médiévales d’histoire de Bretagne, 2).

16 Jean Kerhervé, « La chancellerie de Bretagne sous Louis XII et Anne de Bretagne, 1499-1514 », dans Powerbrokers in the Late Middle Ages/Les courtiers du pouvoir au bas Moyen Âge, Robert Stein (éd.), Turnhout, Brepols, 2001 (Burgundica, IV), p. 199-233.

17 Chantal Reydelet, « La chancellerie d’Humbert II dauphin de Viennois (1333-1349) », Archiv für Diplomatik, 20, 1974, p. 241-383.

18 Anne-Lise Rey, « La chancellerie et les actes d’Eudes IV duc de Bourgogne (1315-1349) », Bibliothèque de l’École des chartes, 135, 1977, p. 23-71.

19 Ordonnances de Philippe le Hardi, Marguerite de Maie et de Jean sans Peur, 1381-1419, Paul Bonenfant, John Bartier, Andrée Van Nieuwenhuysen (éd.), Bruxelles, Commission royale pour la publication des anciennes lois et ordonnances de Belgique, 1965-1974, 2 vol. ; Ordonnances de Jean sans Peur, 1405-1419, Jean-Marie Cauchies (éd.), Bruxelles, Commission royale pour la publication des anciennes lois et ordonnances de Belgique, 2001 ; Les ordonnances générales de Philippe le Bon (1430-1467), Jean-Marie Cauchies (éd.) (avec la collaboration de Gilles Docquier), Bruxelles, Commission royale pour la publication des anciennes lois et ordonnances de Belgique (Recueil des ordonnances des Pays-Bas, 1re série, 2e section, t. 1), 2013.

20 Henri Stein, Catalogue des actes de Charles le Téméraire, 1467-1477, mit einem Anhang, Urkunden und Mandate Karls von Burgund, Grafen von Charolais, 1433-1467, bearb. von Sonja Dünnebeil, Sigmaringen, Jan Thorbecke, 1999 (Instrumenta, 3).

21 Pierre Cockshaw, Le personnel de la chancellerie de Bourgogne-Flandre sous les ducs de Bourgogne de la maison de Valois, 1384-1477, Kortrijk-Heule, U.G.A., 1982 (Anciens pays et assemblées d’états, 79) ; Prosopographie des secrétaires de la cour de Bourgogne, 1384-1477, Ostfildern, Jan Thorbecke, 2006 (Instrumenta, 16).

22 Signalons encore pour les comtés de Flandre et de Hainaut la thèse de Els De Paermentier, soutenue en 2010 à l’université de Gand, Charter Production and the Organisation of the Comital Chancery in Flanders and Hainaut (1191-1244), et celle d’Aurélie Stuckens soutenue en 2016 à l’université de Namur, Les hommes de l’écrit. Agents princiers, pratiques documentaires et développement administratif dans le comté de Flandre (1244-1305). Pour les principautés d’empire, Ellen Widder, Kanzler und Kanzleien im Spätmittelalter: eine histoire croisée fürstlicher Administration im Südwesten des Reiches, Stuttgart, W. Kohlhammer Verlag, 2016 (Veröffentlichungen der Kommission für geschichtliche Landeskunde in Baden-Württemberg, Reihe B, 2014). Pour les « seigneuries » italiennes, points de départ commodes dans le volume dirigé par Guido Castelnuovo et Olivier Mattéoni, « De part et d’autre des Alpes » (II). Chancelleries et chanceliers des princes à la fin du Moyen Âge, Chambéry, université de Savoie, 2011.

23 Sébastien Barret et Benoît Grévin, « Regalis excellentia »…, op. cit.

24 Publication accessible sur le site de l’École des chartes en numérisation texte : http://elec.enc.sorbonne.fr/cid/cid1983/.

25 Guido Castelnuovo et Olivier Mattéoni (dir.), « De part et d’autre des Alpes » (II)…, op. cit.

26 Voir plus loin, pour la question des sources, Olivier Guyotjeannin et Olivier Mattéoni, « Le corpus des actes de Jean de Berry. L’état des sources », p. 287-293.

27 Mélissa Barry, Cléo Rager, Élisabeth Schmit, Marie-Émeline Sterlin, Clémence Lescuyer, « Imitatio regis ? Pour une diplomatique des actes de Jean de Berry », p. 21-35.

28 Thomas Rapin, « Écritures de chantier. La chambre des comptes de Bourges et la politique monumentale de Jean de Berry », p. 85-112.

29 Claude Jeay, « La signature de Jean de Berry : marque de prestige, signe de pouvoir », p. 37-58.

30 Clément Blanc-Riehl et Marie-Adélaïde Nielen, « Sigillum Iohannis filii regis et paris Francie. Les sceaux de Jean de Berry, entre tradition et innovation », p. 59-83.

31 Olivier Guyotjeannin, « Fils et filles de roi de France, du xiie au xve siècle : du lignage au royaume », p. 113-131. La situation française est comparée dans le présent volume avec la situation anglaise : Paul Dryburgh et Sean Cunningham, « Sons of the King of England. Personal Identity and Family Relationships of Three Princes of Wales in Late Medieval England », p. 133-158.

32 Clément Blanc-Riehl et Marie-Adélaïde Nielen, « Sigillum Iohannis filii regis… », art. cité.

33 La cire rouge remplace souvent la « jaune » qu’osait la chancellerie royale ; les lacs de soie verte (très rarement verte et rouge) se voient parfois tisser en cordons.

34 La duplication de certaines formules débouche sur des reprises de broderies plus ou moins voyantes, de retouches aboutissant à des résultats parfois incertains, comme pour la « certaine science et grace especial », où toute une série de variations sont possibles.

35 Comme par exemple l’adjonction d’une corroboration (annonce de sceau) aux mandements (alias lettres patentes sur simple queue).

36 Jean-Michel Matz, « La chancellerie d’Anjou-Provence d’après le journal de Jean Le Fèvre (1381-1388) », p. 187-209.

37 Olivier Mattéoni, « Écrire et signer à la chancellerie d’un contemporain de Jean de Berry, Louis II de Bourbon (1356-1410) », p. 159-185.

38 Michael Jones, « The Chancery of the duke of Brittany around 1400: personnel, practices and policy », p. 211-226.

39 Philippe Charon, « Pratiques diplomatiques chez les premiers rois de Navarre de la dynastie des Évreux (1328-1387) », p. 227-251.

40 Parmi les projets d’édition de corpus princiers en cours, on signalera celui de Pierre Courroux sur les actes des seigneurs d’Albret.

41 Olivier Canteaut et Jean-François Moufflet, « Les éditions d’actes princiers (xiie-xve siècle) : bilan à l’heure du numérique », p. 253-286.

42 Voir infra, Olivier Guyotjeannin, Olivier Mattéoni et Xavier Laurent, « Le corpus des actes de Jean de Berry dans le fonds de la Sainte-Chapelle de Bourges », p. 295-312.

© Éditions de la Sorbonne, 2019

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search