Version classiqueVersion mobile

Jean de Berry et l’écrit

 | 
Olivier Guyotjeannin
, 
Olivier Mattéoni

Les archives départementales du Cher et la commémoration du 600e anniversaire de la mort de Jean de Berry

Xavier Laurent

Texte intégral

1N’en déplaise aux esprits chagrins, Jean de Berry n’est pas victime d’un acharnement commémoratif ! Les cinq cents ans de la mort du duc sont passés inaperçus : en 1916, les yeux étaient braqués sur Verdun et la Somme. Le 600e anniversaire de sa naissance n’a donné lieu à aucune réjouissance : en 1940, les Allemands défilaient dans Bourges occupé. Les circonstances étaient moins tragiques un demi-siècle plus tard, en 1990, mais le bicentenaire de la Révolution française avait sans doute épuisé les institutions culturelles, qui passèrent le 650e anniversaire de Jean de Berry sous silence.

  • 1 « Jean de Berry et son temps : 550e anniversaire de la mort du duc de Berry », Almanach de la maiso (...)

2En fin de compte, le souvenir du prince n’a été célébré qu’en 1966. Le 550e anniversaire de sa mort a donné lieu à une exposition à la maison de la culture de Bourges, dont les locaux avaient été inaugurés par André Malraux deux ans plus tôt1. Jean Favière, conservateur des musées de Bourges, et Jean-Yves Ribault, directeur des archives départementales, avaient conçu un parcours historique visible dans la galerie d’exposition et la mezzanine. Le cinéma de la maison de la culture diffusait le Henry V de Laurence Olivier, une messe de Guillaume de Machaut était donnée dans la chapelle des Annonciades et les comédiens de la troupe de Gabriel Monnet interprétaient un florilège de textes du xve siècle.

  • 2 Jean Favière (dir.), Chefs-d’œuvre des peintres enlumineurs de Jean de Berry et de l’école de Bourg (...)

3Hors de tout cycle commémoratif, ce sont deux expositions, organisées à Bourges à cinquante ans d’intervalle, qui ont le mieux servi la connaissance de Jean de Berry2. En 1954, Jean Favière, sous le titre Chefs-d’œuvre des peintres enlumineurs de Jean de Berry et de l’école de Bourges, était parvenu à rassembler au musée du Berry le Psautier, Les Petites Heures et Les Grandes Heures de Jean de Berry prêtées par la Bibliothèque nationale de France, ainsi que les Très Belles Heures venues pour l’occasion de Bruxelles. Il avait même rassemblé les fragments des Très Belles Heures de Notre-Dame partagés entre le musée de Turin, le Louvre et la Bibliothèque nationale de France ! En 2004, une exposition conçue par Béatrice de Chancel-Bardelot et Clémence Raynaud dressait le bilan des recherches portant sur le palais ducal de Bourges. Alors que se tenait à Paris l’exposition sur les arts au temps de Charles VI, la maquette et les sculptures de la Sainte-Chapelle bénéficiaient au musée du Berry d’une scénographie rénovée et d’un catalogue de référence.

4En tenant compte de cet héritage, quel pouvait être le parti à adopter pour le 600e anniversaire de la mort de Jean de Berry ?

5À l’été 2014, une première réunion aux archives départementales du Cher rassemblait le service du patrimoine de Bourges, labellisée ville d’art et d’histoire, les musées municipaux, la bibliothèque, le Centre des monuments nationaux, gestionnaire du palais Jacques-Cœur et de la crypte de la cathédrale, le château-musée de Mehun-sur-Yèvre, des représentants de la société d’archéologie et d’histoire du Berry et de l’association des amis de la cathédrale.

6L’idée qui s’imposa fut celle d’une année Jean de Berry, avec un cycle de conférences en guise de fil rouge, les « mercredis Jean de Berry », des expositions dans chacune des institutions participantes, consacrées à des thématiques directement liées à leurs fonds ou collections, des visites guidées organisées par le service du patrimoine, un concert de musique médiévale à la cathédrale, des rendez-vous à Mehun-sur-Yèvre et une invitation adressée aux associations pour qu’elles s’emparent du sujet.

7Les vicissitudes de la vie politique – les élections municipales venaient d’avoir lieu et les cantonales étaient à venir – et les réalités financières ont retardé ces projets sans les transformer radicalement. Le soutien intellectuel et financier de la direction régionale des Affaires culturelles a constitué un élément de continuité apprécié de tous les partenaires.

  • 3 Michel Pastoureau, L’ours. Histoire d’un roi déchu, Paris, Seuil, 2007 (La librairie du xxie siècle (...)

8Le programme de l’année Jean de Berry a pu paraître en mars, au moment où était inaugurée l’exposition sur l’ours au muséum d’histoire naturelle. Initialement présentée à Toulouse, cette exposition, dont les ours des Pyrénées, Cannelle et Paloma, constituaient l’attraction principale, consacrait une section à l’utilisation du plantigrade comme animal emblématique par Jean de Berry. Dans la lignée des travaux de Michel Pastoureau3, elle montrait un moulage de l’ours du gisant, une charte ornée de Louis d’Orléans avec un ours portant l’étendard du duc de Berry, ainsi que des prêts de la bibliothèque municipale de Bourges et du château-musée de Mehun-sur-Yèvre.

9À partir du mois de juin, le musée du Berry mettait également en valeur ses collections de sculptures avec l’exposition Jean de Berry et les tailleurs de rêves. Les vestiges de la Sainte-Chapelle étaient complétés par le prêt de la Vierge à l’Enfant des Célestins de Marcoussis, œuvre majeure de Jean de Cambrai, et du panneau du maître de la chute des anges rebelles, mis en dépôt par la ville de Bourges au Louvre en 1967.

10Au moment des journées du patrimoine, la bibliothèque municipale inaugurait une exposition consacrée aux manuscrits offerts par Jean de Berry à la Sainte-Chapelle, soit neuf volumes, dont sept ont été réalisés du vivant du duc, et deux sont de facture plus ancienne. À la découverte des originaux, rarement exposés, s’ajoutait la révélation de détails iconographiques et matériels par des tirages photographiques soigneusement choisis.

11Les archives départementales se sont, quant à elles, chargées de deux expositions.

12Montrée au palais Jacques-Cœur en partenariat avec le Centre des monuments nationaux, Jean de Berry, prince des images était une exposition biographique, qui présentait les principaux épisodes de la vie de Jean de Berry et les resituait dans leur contexte. Trois thématiques étaient abordées : le duc de Berry était présenté comme un acteur de la guerre de Cent Ans, comme un seigneur dans la France féodale et comme un mécène. En l’absence de gardiennage et de conditions de température et d’hygrométrie contrôlables, cette exposition ne présentait pas de documents originaux mais faisait largement appel à des images provenant des manuscrits enluminés commandés par Jean de Berry et ses contemporains. Pour s’adresser au public familial, des jeux étaient insérés dans le parcours et un illustrateur pour la jeunesse, François Place, était intervenu pour représenter des scènes jamais montrées dans les manuscrits et tisser un lien entre les images médiévales et les créations d’aujourd’hui. Ces illustrations étaient principalement utilisées dans de courts films d’animation de cinq minutes projetés dans des salles du palais. Le mobilier avait été réalisé avec l’aide d’un scénographe par l’équipe des archives départementales.

13Pour l’exposition Jean de Berry, le pouvoir de l’écrit, présentée dans la salle d’exposition temporaire des archives départementales du Cher, le parti pris consistait à exposer une sélection d’actes scellés provenant en majorité du fonds de la Sainte-Chapelle de Bourges, en introduisant des notions de diplomatique et de sigillographie accessibles au grand public. Le parcours, largement conçu par un stagiaire de l’École nationale des chartes, Pierre Pocard, a puisé dans le travail de transcription, d’édition et de commentaire réalisé dans le cadre du séminaire dirigé par Olivier Guyotjeannin et Olivier Mattéoni.

14Le programme de l’année Jean de Berry a été suffisamment fourni et cohérent pour attirer un public nombreux et fidèle. Les expositions ont totalisé plus de 50 000 entrées, les conférences du mardi et les visites du service du patrimoine étaient fréquentées par 80 auditeurs en moyenne. La Missa de Franza donnée par l’ensemble Scandicus dans la cathédrale le 17 juin a fait forte impression. Les animations organisées à Mehun-sur-Yèvre ont rencontré le même succès. En revanche, le public scolaire a été peu présent, ce qui ne manque pas d’étonner tant les commandes de Jean de Berry sont bien représentées dans les manuels scolaires. Les élus du département et de la ville de Bourges ont trouvé le projet assez fédérateur pour lui ajouter un volet touristique et convivial, les fêtes médiévales, qui ont animé le centre-ville de Bourges les 10 et 11 juin. Preuves de réussite, des événements qui n’avaient pas été inscrits au programme sont venus s’y greffer, comme les restitutions de Bourges au début du xve siècle par l’aquarelle et l’animation en trois dimensions, présentées dans la salle du duc Jean, siège du conseil départemental. L’armée de l’Air a même baptisé du nom de Jean de Berry un avion AWACS stationné à une quinzaine de kilomètres de Bourges, sur la base d’Avord !

15Pour les archives départementales du Cher, il était surtout important de sortir d’une vision du prince confinée à son rôle de mécène, de mieux faire connaître les documents qu’elles conservent et de contribuer au progrès de la recherche historique. Les journées d’études des 16 et 17 juin 2016 correspondaient parfaitement à ces trois objectifs. La publication des communications prononcées lors de ces rencontres et la présentation, sur le site Internet des archives départementales du Cher, du travail de transcription et d’édition mené dans le cadre du séminaire universitaire dirigé par Olivier Guyotjeannin et Olivier Mattéoni prouvent que l’année Jean de Berry n’était pas un feu de paille. Elles sont un encouragement à poursuivre la recherche, sans attendre 2040 et le 700e anniversaire de la naissance du duc Jean !

Notes

1 « Jean de Berry et son temps : 550e anniversaire de la mort du duc de Berry », Almanach de la maison de la Culture de Bourges, 1966.

2 Jean Favière (dir.), Chefs-d’œuvre des peintres enlumineurs de Jean de Berry et de l’école de Bourges, catalogue d’exposition, Bourges, 23 juin-4 septembre 1951 ; Béatrice de Chancel-Bardelot et Clémence Raynaud (dir.), Une fondation disparue de Jean de France, duc de Berry. La Sainte-Chapelle de Bourges, Paris/Bourges, Somogy Éditions d’art/Musée du Berry, 2004.

3 Michel Pastoureau, L’ours. Histoire d’un roi déchu, Paris, Seuil, 2007 (La librairie du xxie siècle).

© Éditions de la Sorbonne, 2019

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search