Version classiqueVersion mobile

Les vivants et les morts dans les sociétés médiévales

 | 
Société des historiens médiévistes de l’Enseignement supérieur public

Tombes et cimetières médiévaux

Pratiques funéraires des communautés juives d’Europe à la période médiévale : l’apport des sources archéologiques

Funeral Practices in the Jewish Community in Europe in the Medieval Period: The Contribution of the Archaeological Sources

Philippe Blanchard

Résumé

Les récentes interventions archéologiques sur des cimetières juifs médiévaux en Europe ont permis de renouveler nos connaissances sur ces espaces funéraires connus jusqu’à il y a peu de temps uniquement par les sources textuelles. Ces nouvelles données du sol confirment certains points évoqués par les archives, mettent en lumière des pratiques funéraires originales mais semblent aussi contredire certains aspects du rituel funéraire juif évoqué dans les textes.

Texte intégral

  • 1 Art et archéologie des juifs en France médiévale, dir. B. Blumenkranz, Toulouse, 1980, p. 307-387.
  • 2 La seule exception pour l’époque reste la fouille du cimetière juif de Barcelone en 1946 et connue (...)

1Les cimetières juifs étaient particulièrement peu nombreux au Moyen Âge, à la différence des cimetières chrétiens. Les spécialistes en dénombrent, d’après les sources écrites, 116 pour la France1. Jusque dans les années 1980, ces espaces funéraires n’étaient appréhendés quasiment que par les sources textuelles avec de rares interventions archéologiques, limitées à quelques tombes, et des informations peu exploitables en raison de méthodes peu fiables. Les publications elles-mêmes étaient peu détaillées ou de mauvaises qualité2.

  • 3 E. Benbassa, Histoire des juifs de France, Paris, 1997, p. 53 ; S. Schwarzfuchs, Les juifs de Franc (...)
  • 4 Art et archéologie…, op. cit. n. 1, p. 318.

2Avec le développement de l’archéologie préventive dans les années 1990, les opportunités de fouilles ou de diagnostics sont devenues plus importantes et ont permis de recueillir des données autres que textuelles ou iconographiques, contribuant ainsi à un renouvellement des connaissances. Pour autant, le nombre d’interventions reste très limité, à la différence des cimetières chrétiens. Cette rareté des sites est liée à plusieurs facteurs. Le premier est celui de la population juive, qui est estimée à moins de 1 % de la population totale sur le territoire français au début du xive siècle3. Le deuxième point est en relation avec l’implantation des cimetières, car chaque communauté ne bénéficiait pas de son propre espace funéraire. Enfin, les derniers écueils sont liés à la localisation de ces cimetières et à leur identification. En effet, ceux-ci sont généralement un fait urbain et s’ils ont pu être placés initialement à la périphérie des villes, ils se retrouvent presque tous aujourd’hui sous nos actuels centres-ville. De plus, dans beaucoup de cas, si la présence d’un cimetière juif est attestée au Moyen Âge, sa localisation précise demeure inconnue, comme à Blois par exemple4.

3Toutes ces raisons rendent difficile l’acquisition de nouvelles données archéologiques. Le travail que nous développons depuis quelques années a pour objectif de montrer ce que l’archéologie pourrait apporter à la connaissance des cimetières juifs en proposant notamment de nouvelles clés/pistes pour l’identification des cimetières juifs médiévaux.

4L’analyse qui est développée ici propose une présentation à différentes échelles, celle du cimetière, celle de la fosse et celle, plus générale, des pratiques funéraires. Elle est établie à partir d’une soixantaine de sites en Europe, mais les données analysées proviennent des mieux documentés (10 à 15), essentiellement situés en Espagne. La chronologie comprend théoriquement un large Moyen Âge même si, dans les faits, les données de la première partie (vie-xie siècles) sont inexistantes et que celles du second Moyen Âge prédominent (xiie-xve siècles).

Les cimetières

  • 5 Luc 7, 12.
  • 6 G. Nahon, « Les cimetières », Art et archéologie…, op. cit. n. 1, p. 77-78.
  • 7 J. Casanova Miro, « Las necropolis judias hispanas. Nuevas aportaciones », Remembering Sepharad. Je (...)
  • 8 J.-A. Riquelme Cantal, D. Botella Ortega, « La nécropole médiévale de Lucena : contributions à l’ar (...)
  • 9 Ph. Blanchard, P. Georges, « Le cimetière juif de Châteauroux redécouvert : apports de l’archéologi (...)

5Tous les cimetières étudiés étaient situés à l’extérieur des villes, au-delà de l’enceinte. Ils n’ont jamais été proches des synagogues, comme c’était le cas pour les cimetières chrétiens autour de l’église. Des mentions sur la localisation des espaces funéraires apparaissent dans la Bible5 : « Comme il approchait de la porte de la ville, voilà qu’on emportait un mort » et confirment ainsi l’éloignement des cimetières des centres urbains depuis des temps anciens. Quand la topographie le permettait, les cimetières étaient localisés dans des lieux agréables et, si possible, sur des positions de hauteur (collines, buttes…)6. Les sites de Barcelone, Ségovie, Bienne (Zaragoza)7 et Lucena8 sont de bons exemples de cette localisation extra muros et sur des hauteurs. L’étude des noms de lieux est intéressante et ne doit pas être négligée. Plusieurs sites archéologiques semblent avoir conservé la mémoire d’une relation avec une communauté juive. C’est le cas à Châteauroux, où le terme « cimetière de la juiverie » figure sur une carte du xviiie siècle9. Le toponyme évoque parfois aussi la position de hauteur comme à Barcelone avec « Montjuic », ou à Marseille avec « Mont-Jusiou ».

  • 10 Nahon, « Les cimetières… », loc. cit. n. 6, p. 77.
  • 11 C. Alder, Ph. Matt, Der mittelalterliche Friedhof der ersten jüdischen Gemeinde in Basel, Bâle, 201 (...)
  • 12 Art et archéologie…, op. cit. n. 1, p. 363.
  • 13 J. Casanova Miro, « Las necropolis judias hispanas. Las fuentes y la documentacion frente a la real (...)

6Chaque communauté n’avait pas obligatoirement son propre cimetière. Par conséquent, il y avait moins de cimetières que de communautés10. En revanche quelques villes ont possédé plusieurs cimetières11, mais il n’est pas assuré qu’ils aient été contemporains, comme à Paris12, où ils semblent s’être succédé. Dans certains cas, les sources textuelles suggèrent deux cimetières, mais le second pourrait être une extension du premier, comme ce fut certainement le cas à Barcelone13.

  • 14 Blanchard, Georges, « Le cimetière juif… », loc. cit. n. 9.
  • 15 A. Colet Marcé, J. Ruiz Ventura, O. Saula Brianso, E. Subira de Galdacano, « Les fosses communes de (...)
  • 16 D. Parent, « Le “champ des juif” à Ennezat », L’archéologie…, op. cit. n. 8, p. 235-246, p. 241.
  • 17 A. Romo Salas, E. Garcia Vargas, J.-M. Vargas Jimenez, J.-M. Guijo Mauri, « Inhumaciones de grupos (...)
  • 18 J.-M. Lilley, G. Stroud, D. R. Brothwell, M. H. Williamson, The Jewish Burial Ground at Jewbury, Yo (...)
  • 19 À Sens, Mâcon, Dijon ou Brie-Comte-Robert dans la première moitié du xisiècle (voir Nahon, « Les (...)
  • 20 J. Jacobs, Houses of Life. Jewish Cemeteries of Europe, Londres, 2008, p. 43, 60, 67 et 84.
  • 21 I. Santana Falcon, « Excavaciones Arqueologicas en el cementerio de la aljama judia de Sevilla (199 (...)
  • 22 Nahon, « Les cimetières… », loc. cit. n. 6, p. 78.
  • 23 Jacobs, Houses of life…, op. cit. n. 20, p. 85.
  • 24 Nahon, « Les cimetières… », loc. cit. n. 6, p. 78.
  • 25 M. Metzger, T. Metzger, La vie juive au Moyen Âge, New York, 1982, p. 80, 82 et 84.

7Les cimetières étaient généralement proches de l’entrée de la ville, à l’exemple de celui de Châteauroux14, et s’inscrivent très certainement dans un paysage de faubourgs peu urbanisés. Des espaces de circulation limitent parfois les cimetières comme à Tarrega15 et Ennezat16, où des routes longeaient les deux côtés du cimetière. À Séville17, un sentier longeait le cimetière au nord, un ruisseau à l’est et un rempart à l’ouest. Outre les chemins et les routes, les limites étaient parfois matérialisées sous forme de fossés, comme à York18. De même, les textes et l’iconographie médiévale témoignent de la présence de murs qui délimitent les espaces funéraires19. Des vues postérieures (xviie ou xviiie siècle)20 représentent également des cimetières enclos. Ce type de structure maçonnée n’a été reconnu qu’à Séville21, pour un mur nord-sud en adobe (mortier terre et chaux). L’accès au cimetière (portail, portes) n’a jamais été observé en contexte archéologique. Les édifices internes au cimetière ont parfois été mentionnés par des textes médiévaux22 ou par des documents iconographiques23 de la période moderne, et évoqués, comme un bâtiment utilisé pour la préparation des corps ou, éventuellement, pour loger le gardien du cimetière. L’archéologie n’a jamais livré de traces de tels édifices. De même, de la végétation est évoquée dans les textes24 ou dans l’iconographie25, mais l’archéologie n’a jamais révélé d’indices de cette réalité.

  • 26 Lilley et al., The Jewish Burial…, op. cit. n. 18, fig. 187.
  • 27 D. Botella Ortega, J. Casanova Miro, « El cementerio judio de Lucena (Cordoba) », MEAH sectio Hebre (...)
  • 28 Romo Salas et al., « Inhumaciones… », loc. cit. n. 17, p. 375.
  • 29 A. Ruiz Taboada, « La necropolis medieval del Cerro de La Horca en Toledo », Sefarad, 69 (2009), p. (...)

8Dans la plupart des cas, l’organisation des cimetières semble très rigoureuse. Le plus souvent, les tombes apparaissent en rangées parfois très nettes, comme à York26, ou moins régulières, comme à Lucena (fig. 1), où l’organisation semble plus lâche27. On trouve quelquefois des regroupements de sépultures avec une organisation minimale (Tarrega, Séville28) ou des maçonneries quadrangulaires (Tolède29) semblant délimiter des concessions pour des catégories particulières (familles ?).

  • 30 Lilley et al., The Jewish Burial…, op. cit. n. 18, p. 332.
  • 31 Nahon, « Les cimetières… », loc. cit. n. 6, p. 86.
  • 32 Blanchard, Georges, « Le cimetière juif… », loc. cit. n. 9.

9Quelle que soit la forme d’organisation des tombes, le point le plus marquant dans les cimetières juifs est la rareté du recoupement des sépultures, à la différence de ce que l’on observe chez les chrétiens. Le meilleur exemple est le site d’York où, sur 482 tombes fouillées, seules 25 fosses présentent un recoupement et, sur ces dernières, seulement huit ont affecté les ossements du défunt30. Toutefois, dans des cas extrêmes, notamment en cas de saturation de l’espace sépulcral, il était permis, selon les sources textuelles31, de superposer les corps. Pour cela, un artifice était trouvé en déposant sur l’ensemble du cimetière un niveau de remblais qui permettait, en conservant la même profondeur de fosse, de ne pas porter atteinte aux os du squelette précédemment inhumé. Le cimetière de Bâle présente une gestion assez proche de ce que nous venons d’évoquer avec trois niveaux d’inhumations en fonction des classes d’âge : les adultes au plus bas, les adolescents et préadolescents en position intermédiaire et, enfin, les enfants proches de la surface. Cette disposition semble traduire une forme d’organisation très poussée car cela suggère un système de gestion basée sur une rotation des fosses en fonction des âges des défunts. Cette organisation dans le cimetière suisse semble être une exception car, dans la majorité des cas, on observe des espaces dévolus uniquement aux classes les plus jeunes, comme à Châteauroux32.

Fig. 1 — Plan des tombes fouillées dans le cimetière juif de Barcelone (fouilles 1947 et 2002)

Fig. 1 — Plan des tombes fouillées dans le cimetière juif de Barcelone (fouilles 1947 et 2002)

© X. Maese Fidalgo / Servei d’Arqueologia de Barcelona.

  • 33 Lilley et al., The Jewish Burial…, op. cit. n. 18, p. 333-334.
  • 34 Le terme Cohanim désigne les personnes portant le patronyme de Cohen. Selon la Torah, il s’agit d’u (...)

10Si une organisation de l’espace sépulcral en fonction de l’âge apparaît dans la majorité des cimetières, le critère du sexe des individus ne semble pas influer sur la gestion des tombes et leur placement. Seul le cimetière d’York a révélé cette anomalie33, mais plus que le sexe, il pourrait s’agir d’un critère social et/ou religieux (Cohanim)34 qui en est à l’origine.

Les fosses sépulcrales

  • 35 Lilley et al., The Jewish Burial…, op. cit. n. 18, p. 338.
  • 36 M. Calvo Galvez, « Necropolis Judia de Valencia ; Nuevos datos », Juderias y sinagogas…, op. cit. n (...)

11La loi juive proscrit la crémation et l’inhumation est donc d’usage. Comme pour les chrétiens, la sépulture individuelle est la règle, mais des circonstances particulières obligent parfois à recourir à une sépulture multiple, notamment en cas d’épidémie35 ou de pogrom36. Généralement, les inhumations doivent être pratiquées dans un sol vierge, ce qui est une des raisons de la localisation extra muros des cimetières.

  • 37 Ruiz Taboada, « La necropolis medieval… », loc. cit. n. 29, p. 38.
  • 38 M. Selmi Wallisova, « Le cimetière juif médiéval du quartier de Nové Mesto à Prague », L’archéologi (...)

12L’archéologie n’a révélé que deux exemples de crémation, mais l’interprétation n’est pas complètement assurée. À Tolède, les restes d’un corps carbonisé avec du bois et des clous brûlés ont été mis au jour37, mais il n’est pas assuré que l’action du feu soit liée au mode d’inhumation. De la même façon, la fouille de Prague a livré les restes humains de quatre individus inhumés dans un coffre38. Toutefois, la présence d’ossements d’animaux dans le même contenant suggère qu’il pourrait s’agir d’un ramassage d’os dans les ruines d’une maison incendiée.

13Différents modes d’inhumation sont reconnus dans les cimetières juifs, mais leur répartition ne semble pas homogène entre le nord et le sud de l’Europe. Ainsi, le cercueil cloué apparaît comme quasi exclusif dans le nord et l’est européen alors que d’autres modes sont proposés en Espagne, même si le contenant de bois assemblé par des clous est très fréquent. Cette différence entre nord et sud s’explique très certainement par la répartition des communautés et de leurs espaces funéraires. Ainsi, le maillage des cimetières apparaissant comme plus important sur le pourtour méditerranéen (cas du sud de la France et de l’Espagne), les distances entre lieux de vie des communautés et lieux d’inhumation ont probablement influé sur le mode d’inhumation. En effet, le recours quasi exclusif au cercueil est peut-être lié à la nécessité de transporter les corps sur de longues distances, comme à York où les juifs de Lincoln, ville dépourvue de cimetière, inhumaient leurs morts malgré une distance à vol d’oiseau de 90 kilomètres !

  • 39 Casanova Miro, « Las necropolis judias… », loc. cit. n. 13, p. 515 ; Riquelme Cantal, Botella Orteg (...)
  • 40 Suggérant la plupart du temps une couverture de dalles en pierre ou de planches de bois. Observé à (...)
  • 41 Fosse simple dont une à deux parois possèdent un surcreusement latéral permettant de déposer un cad (...)
  • 42 Maçonnerie de briques sur la périphérie du corps et/ou en avant de celui-ci (voûte). Le lucillo peu (...)
  • 43 Site de Ségovie, I. Burdiel De Las Heras, « Ecavaciones en el antiguo fonsario u osario de los judi (...)

14En Espagne, en revanche, les modes d’inhumation sont plus diversifiés : simple fosse sans cercueil39, fosses anthropomorphes à banquettes latérales40, fosses avec cavité(s) latérale(s)41, architectures maçonnées (lucillo)42 ou tombes à hypogées43.

  • 44 Nahon, « Les cimetières… », loc. cit. n. 6, p. 84.
  • 45 Lilley et al., The Jewish Burial…, op. cit. n. 18, p. 341 ; Duran Sanpere, Millas Vallicrosa, « Una (...)

15La rationalisation de l’espace, la gestion rigoureuse et le non recoupement des tombes prescrit par la loi juive imposent de recourir à une signalisation pérenne des inhumations. Celle-ci se pratiquait le plus souvent à l’aide de stèles (verticales) chez les ashkénazes ou de dalles (horizontales) pour les sépharades44. Toutefois, d’autres formes de signalisation comme des poteaux, des clôtures ou des délimitations de périmètres par des tuiles, sont soupçonnées dans de rares cas45.

16Assez peu de marqueurs de type stèle/dalle ont été reconnus en contexte archéologique. À Bâle, Prague, Barcelone et Lucena, des stèles/dalles ou des fragments de ces dernières ont été mis au jour avec des caractères hébraïques. Ces marqueurs pouvaient être aériens (à la surface du sol) et/ou aussi internes à la fosse (enterrés). Ces multiples dispositifs étaient destinés à signaler ou alerter le fossoyeur sur la présence d’une fosse ancienne.

Population archéologique

  • 46 Lilley et al., The Jewish Burial…, op. cit. n. 18, p. 533.

17L’estimation du nombre de défunts est difficile à préciser car aucun cimetière n’a fait l’objet d’une fouille complète. Le nombre dépend bien évidemment de la communauté locale, mais aussi de celles plus éloignées qui étaient autorisées à inhumer leurs défunts dans cet espace funéraire. Ainsi, il est hasardeux d’extrapoler la taille d’une communauté urbaine même si l’on dispose d’une estimation du nombre de défunts et de la durée réelle du cimetière. Ainsi, à York et Tarrega, les estimations de tombes sont respectivement de 1 000 et 785. Dans le premier cas, il est estimé que 55 à 65 % correspondent à des adultes46, avec un fonctionnement probable d’environ un siècle et un partage avec la communauté de Lincoln. Dans le deuxième cas, une durée de fonctionnement de 214 ans est reconnue pour ce cimetière.

  • 47 Alder, Matt, Der mittelalterliche Friedhof…, op. cit. n. 11, p. 49.
  • 48 A. Colet, J.-X. Muntané, O. Saula, J. Ruiz, E. Subira, « La necropolis medieval jueva de les Roquet (...)
  • 49 Lilley et al., The Jewish Burial…, op. cit. n. 18, p. 430.

18Certains sites ont bénéficié d’études sur l’âge au décès comme à Bâle47, Tarrega48 ou York49. En général, toutes les classes ont été trouvées, mais on observe souvent un pourcentage beaucoup plus faible dans les groupes d’âge les plus jeunes. À York, on dénombre 301 adultes pour 154 immatures mais, à l’inverse, Bâle a livré 33 enfants/adolescents pour 24 adultes.

  • 50 Colet et al., « La necropolis medieval jueva… », loc. cit. n. 48, p. 266.
  • 51 Lilley et al., The Jewish Burial…, op. cit. n. 18, p. 431-433.

19L’estimation de la répartition par sexe est peu pertinente en raison notamment de la part d’individus de sexe indéterminé dans les études anthropologiques, comme, par exemple, à Tarrega où il y a 29 % d’individus masculins, 42 % de féminins et 29 % d’indéterminés50. Toutefois, à York, le grand nombre de tombes fouillées (314 adultes) autorise, malgré des méthodes anthropologiques moins fiables qu’actuellement, un dénombrement réaliste avec 151 femmes pour 163 hommes51.

Pratiques funéraires

  • 52 Casanova Miro, « Las necropolis judias… », loc. cit. n. 13, p. 513.
  • 53 Riquelme Cantal, Botella Ortega, « La nécropole médiévale… », loc. cit. n. 8, p. 268.
  • 54 Casanova Miro, « Las necropolis judias… », loc. cit. n. 13, p. 520 ; Selmi Wallisova, « Le cimetièr (...)

20Les corps étaient orientés principalement d’ouest en est, les pieds orientés à l’est, comme pour la majorité des chrétiens. Quelques variantes ont été observées à York (crâne au sud-ouest), à Valence (crânes au sud) et inversement à Deza52. Dans la plupart des cas, les défunts étaient couchés sur le dos. Des cas archéologiques de position ventrale n’ont, à notre connaissance, jamais été identifiés. En revanche, un ou deux exemples de position latérale sur les sites de Lucena53, Valence, Teruel et Prague ont été reconnus54.

21Dans la très grande majorité des cas, les membres supérieurs sont mis au jour en extension le long du corps ou légèrement fléchis avec une à deux mains reposant sur le pubis ou l’abdomen. Les positions de mains croisées ou jointes sur la poitrine ou les épaules sont extrêmement rares. Ainsi à York, 72,5 % des individus ont les mains le long du corps, 19,1 % ont une main sur le pubis et seulement 5,1 % ont les deux mains disposées sur le pubis. Au total, ce sont donc 96,7 % des squelettes qui ont des membres supérieurs en position basse. Ces résultats ont été comparés à ceux des cimetières chrétiens d’York contemporains du cimetière juif : les pourcentages, là, sont situés entre 40 et 60 %. Les autres sites en Europe ne semblent pas contredire ce constat. Il s’agit donc, très probablement, d’un très bon marqueur pour identifier un espace funéraire dévolu aux communautés juives.

  • 55 O. Harck, Archäologische Studien zum Judentum in der europäischen Antike und dem zentraleuropäische (...)
  • 56 G. Gendrenas, E. Ozalas, Vilnius 2002, Karaliaus Mindaugo tilto Priegos. Zvalgomieji archeologiniai (...)
  • 57 P. Fijalkowski, « Les cérémonies d’enterrement des juifs de Pologne à la lumière des recherches arc (...)
  • 58 K. Skora, « A Habit of Providing the Dead with Padlocks against the Background of Ashkenazi Funeral (...)
  • 59 Fijalkowski, « Les cérémonies d’enterrement… », loc. cit. n. 57, p. 343 ; Skora, « A Habit of Provi (...)

22Des indices de gestes très spécifiques relatifs à la préparation du corps sont occasionnellement observés. Ainsi, l’obturation des cavités oculaires par de petites pierres plates ou des tessons de céramique a été observée à Prague (fig. 2), Prostejov (République tchèque)55, Vilnius (Lituanie)56 et deux autres sites en Pologne57. Précisons toutefois que l’utilisation de ces sites, hormis celui de Prague, est plutôt moderne que médiévale. Il est assez tentant de rapprocher cette dernière pratique de celle du dépôt d’un cadenas près du crâne, observée parfois sur des sites modernes de Pologne et sur le site de Prostejov (République tchèque)58. Que ce soit pour l’obturation oculaire ou pour les cadenas, aucune de ces pratiques n’est reconnue archéologiquement pour la péninsule Ibérique. Les sources textuelles relatives au cimetière de Coblence (Allemagne) daté des xviie-xviiie siècles mentionnent la pratique de la fermeture des yeux et des recherches ethnographiques suggèrent que ces gestes sont mis en place pour que le mort ne raconte pas dans l’au-delà ce qu’il a vu sur terre59.

Fig. 2 — Vue d’une tombe du cimetière juif de Prague

Fig. 2 — Vue d’une tombe du cimetière juif de Prague

Source : M. Wallisova, « Prvni etapa vyzkumu zidovskeho hrbitova na Novem Meste Prazskem », Archeologica Pragensia, 14 (1998), p. 141-148 et fig. 2 et 5.

  • 60 Duran Sanpere, Millas Vallicrosa, « Una necropolis judaica… », op. cit. n. 41, p. 252.
  • 61 Casanova Miro, « Las necropolis judias hispanas… », loc. cit. n. 7, p. 210 ; Palahi et al., « Excav (...)
  • 62 Alder, Matt, Der Mittelalterliche Friedhof…, op. cit. n. 11, p. 31.
  • 63 Selmi Wallisova, « Le cimetière juif médiéval… », loc. cit. n. 38, p. 279-280.
  • 64 Colet et al., « La necropolis medieval jueva… », loc. cit. n. 48, p. 255.
  • 65 Casanova Miro, « Las necropolis judias… », loc. cit. n. 13, p. 522.
  • 66 Romo Salas et al., « Inhumaciones… », loc. cit. n. 17, p. 376.

23La préparation du corps s’observe aussi au travers des différents vestiges textiles mis au jour par les archéologues dans l’environnement immédiat des crânes. Les sites de Barcelone60, Girone61, Bâle62, Prague63, Tarrega64, Valence65 et Séville66 ont livré des résidus plus ou moins importants et plus ou moins bien préservés. Les interprétations de ces résidus textiles sont celles de coiffes, de bandeaux de tête ou parfois d’un châle de prière (Tallit) et l’hypothèse du linceul n’est pas retenue.

  • 67 Alder, Matt, Der Mittelalterliche Friedhof…, op. cit. n. 11, p. 70.
  • 68 Ruiz Taboada, « La necropolis medieval… », loc. cit. n. 29, p. 33.
  • 69 Ch. Amiel, « La “mort juive” au regard des Inquisitions ibériques », Revue de l’histoire des religi (...)
  • 70 Alder, Matt, Der Mittelalterliche Friedhof…, op. cit. n. 11, p. 70.
  • 71 Amiel, « La “mort juive”… », loc. cit. n. 69, p. 403.

24Il convient enfin de mentionner la pratique de coussins funéraires déposés sous le crâne des défunts. À la différence des cimetières chrétiens où cette pratique est parfois identifiée lors d’analyses polliniques pour des coussins de végétaux, dans les cimetières juifs, le coussin serait rempli de sédiments. Cela a été mis en évidence à Bâle (fig. 3)67et à Tolède68. L’hypothèse de terre d’Israël est parfois évoquée dans certaines sources et se retrouve dans des documents du milieu du xve siècle pour l’Espagne et le Portugal69. Toutefois, les analyses de laboratoire ont prouvé que les prélèvements de sédiments avaient été réalisés à seulement quelques kilomètres du site70. Il s’agit donc plus probablement d’un dépôt symbolique de terre vierge dans les tombes de la diaspora71.

Fig. 3 — Cimetière juif médiéval de Bâle (Suisse)

Fig. 3 — Cimetière juif médiéval de Bâle (Suisse)

Vue du coussin de sédiment mis en place sous le crâne du défunt (partie sombre).

© Foto Catrin Glaser/Archäologische Bodenforschung Basel-Stadt.

  • 72 A. Colet, J. Ruiz, O. Saula, E. Subira, M. Piera, « Els amulets de la necropolis medieval jueva de (...)
  • 73 Duran Sanpere, Millas Vallicrosa, « Una necropolis judaica… », loc. cit. n. 41, p. 242 et 251 ; J.  (...)
  • 74 Duran Sanpere, Millas Vallicrosa, « Una necropolis judaica… », loc. cit. n. 41, p. 243 et 251 ; l.  (...)
  • 75 Casanova Miro, « Las necropolis judias hispanas… », loc. cit. n. 7, p. 211.
  • 76 Colet et al., « Els amulets… », loc. cit. n. 72, p. 1021-1022.
  • 77 Blanchard, Georges, « Le cimetière juif… », loc. cit. n. 9, p. 308 ; Selmi Wallisova, « Le cimetièr (...)
  • 78 Ils peuvent être portés par le défunt ou déposés dans la tombe comme les éventuels couteaux mis au (...)

25D’une manière générale, le mobilier funéraire est peu fréquent dans les cimetières juifs. Toutefois, les fouilles en Espagne ont livré un nombre d’objets plus important que dans le « monde » ashkénaze. Les objets se répartissent en objets portés par le défunt avec le mobilier de parure très présent en Espagne (colliers72, anneaux et bagues73, boucles d’oreilles74, pendentifs75 ou bracelets76), des pièces vestimentaires (boucles de ceinture dans toute l’Europe)77 et des outils ou ustensiles78.

Éléments de datation

26En raison du peu de recoupement des tombes et de la rareté des éléments funéraires dans les sépultures, il est difficile d’effectuer un phasage des sépultures au sein d’un site et d’observer l’évolution du cimetière et des pratiques funéraires. En général, les résultats de datations ont été largement fondés sur des sources textuelles et complétés par des données archéologiques (rare mobilier, épigraphie) et parfois par quelques analyses (radiocarbones).

  • 79 M. Lauwers, Naissance du cimetière. Lieux sacrés et terre des morts dans l’Occident médiéval, Paris (...)
  • 80 Ibid., p. 25 ; E. Lorans, « Le monde des morts de l’Antiquité tardive à l’époque moderne (ive-xixe  (...)
  • 81 Lauwers, Naissance du cimetière…, op. cit. n. 79, p. 166.

27Il est toutefois intéressant de souligner que la totalité des sites funéraires associés à des communautés juives sont compris dans un large horizon chronologique qui s’étend du xie au xvie siècle. L’absence de cimetières au-delà de cette période s’explique aisément avec les différentes expulsions (Angleterre en 1290, France en 1394, Espagne en 1492). En revanche, que penser de l’absence de cimetières entre les vie et xe siècles alors que des juifs sont mentionnés dans les sources textuelles ? Il est très probable que l’absence de cimetières soit liée à l’absence de communautés structurées et de règles relativement souples en matière funéraire. Comme pour les chrétiens avant l’arrivée du cimetière paroissial (vers les xie-xiie siècles79), le choix du lieu d’inhumation est probablement libre et multiple80 et les modes d’inhumations sont vraisemblablement empruntés aux chrétiens. Il est surprenant de constater que la mise en place des cimetières juifs semble se faire au moment même où apparaissent les cimetières chrétiens81. Il s’agit probablement d’une réaction d’une communauté vis-à-vis de l’autre ou, peut-être, de causes ou d’origines identiques qui amènent à la structuration de ces cimetières communautaires.

28Il conviendrait de ré-analyser les sépultures mises au jour à la périphérie des villes au haut Moyen Âge. Certaines d’entre elles pourraient correspondre à des juifs, mais inhumés avec le critère familial plus que communautaire.

  • 82 H. Galinie, « Chronique d’archéologie urbaine. Cimetières juifs », Revue archéologique du Centre de (...)

29L’étude des cimetières juifs à partir d’une approche archéologique livre donc de nouvelles informations sur l’organisation, la gestion et les pratiques funéraires de ces communautés. Il y a quelques années, certains archéologues pensaient qu’il était impossible de distinguer une tombe juive d’une tombe chrétienne82, à la différence du cimetière qui pouvait être reconnu par l’absence de recoupement des fosses. Une analyse attentive à l’échelle de la tombe permet, selon nous, quand on dispose des clefs de lecture, de déceler des gestes et un rituel propres au monde juif. Ainsi, la position des mains semble revêtir une signification particulière pour les inhumants, tout comme le dépôt d’un coussin de terre sous le crâne des défunts. De la même façon, les premiers travaux de synthèse semblent montrer que certaines pratiques pourraient être propres au monde ashkénaze et/ou relativement tardives, comme semblent l’être l’obturation des cavités oculaires ou les dépôts de cadenas près du crâne.

  • 83 Lilley et al., The Jewish Burial…, op. cit. n. 18, p. 382.

30Les fouilles archéologiques permettent donc de confirmer certaines sources textuelles, mais semblent aussi infirmer certains points. Ainsi, selon les pratiques juives courantes, le contact avec le métal pour le défunt est proscrit83 et il serait donc logique ne pas retrouver de clous de cercueil dans les tombes. Pourtant, la majorité des inhumations en Espagne montre que le contenant de bois cloué était privilégié, tout comme dans le reste de l’Europe médiévale pour la quasi-totalité des sépultures.

  • 84 M. Polonovski, « L’archéologie juive en France et en Europe : enjeux et perspectives », L’archéolog (...)

31Ce travail de synthèse mérite désormais d’être développé en prenant en compte la totalité des informations disponibles et la fouille de nouveaux sites en dehors de la péninsule Ibérique serait souhaitable afin de compléter l’acquisition des données. Pourtant, il est extrêmement difficile d’intervenir archéologiquement sur des cimetières juifs car les autorités juives s’y opposent dans la très grande majorité des cas. Toutefois, ce sont surtout les aménageurs, les autorités politiques ou administratives (Service régionaux de l’archéologie par exemple) qui rechignent à développer des projets de cette nature afin d’éviter les éventuels problèmes avec les communautés juives actuelles. On arrive donc, comme le soulignait Max Polonovski84, à un paradoxe : au xixe siècle, cela ne posait pas de difficultés de fouiller ou de détruire un cimetière juif parisien malgré l’absence de méthodes scientifiques, mais, aujourd’hui, alors que nous disposons de méthodes et de laboratoires performants, on empêche les archéologues de recueillir les données qui complèteraient notre connaissance sur ces espaces funéraires disparus.

Notes

1 Art et archéologie des juifs en France médiévale, dir. B. Blumenkranz, Toulouse, 1980, p. 307-387.

2 La seule exception pour l’époque reste la fouille du cimetière juif de Barcelone en 1946 et connue principalement en raison d’une publication de qualité dans la revue Sefarad en 1947.

3 E. Benbassa, Histoire des juifs de France, Paris, 1997, p. 53 ; S. Schwarzfuchs, Les juifs de France, Paris, 1975, p. 89 ; J. Dupaquier, Histoire de la population française, t. 1, Paris, 1988, p. 261.

4 Art et archéologie…, op. cit. n. 1, p. 318.

5 Luc 7, 12.

6 G. Nahon, « Les cimetières », Art et archéologie…, op. cit. n. 1, p. 77-78.

7 J. Casanova Miro, « Las necropolis judias hispanas. Nuevas aportaciones », Remembering Sepharad. Jewish Culture in Medieval Spain, Madrid, 2003, p. 211-212.

8 J.-A. Riquelme Cantal, D. Botella Ortega, « La nécropole médiévale de Lucena : contributions à l’archéologie juive en Séfarad », L’archéologie du judaïsme en France et en Europe, dir. P. Salmona, L. Sigal, Paris, 2011, p. 261-271, p. 262.

9 Ph. Blanchard, P. Georges, « Le cimetière juif de Châteauroux redécouvert : apports de l’archéologie et confrontation des sources », ibid., p. 301-313, p. 309.

10 Nahon, « Les cimetières… », loc. cit. n. 6, p. 77.

11 C. Alder, Ph. Matt, Der mittelalterliche Friedhof der ersten jüdischen Gemeinde in Basel, Bâle, 2010, p. 6 et 19.

12 Art et archéologie…, op. cit. n. 1, p. 363.

13 J. Casanova Miro, « Las necropolis judias hispanas. Las fuentes y la documentacion frente a la realidad arqueológica », Juderias y sinagogas de la Sefarad medieval, dir. A.-M. Lopez Alvarez, R. Izquierdo Benito, Cuenca, 2003, p. 493-532, p. 504.

14 Blanchard, Georges, « Le cimetière juif… », loc. cit. n. 9.

15 A. Colet Marcé, J. Ruiz Ventura, O. Saula Brianso, E. Subira de Galdacano, « Les fosses communes de la Necropolis Medieval Jueva de les Roquetes I el pogrom de 1348 a Tarrega », Urtx, revista cultural de l’Urgell, 23 (2009), p. 105-123, p. 105.

16 D. Parent, « Le “champ des juif” à Ennezat », L’archéologie…, op. cit. n. 8, p. 235-246, p. 241.

17 A. Romo Salas, E. Garcia Vargas, J.-M. Vargas Jimenez, J.-M. Guijo Mauri, « Inhumaciones de grupos marginales en Sevilla. I. La minoria hebrea », Archeologia Medievale, 28 (2001), p. 373-381, p. 373.

18 J.-M. Lilley, G. Stroud, D. R. Brothwell, M. H. Williamson, The Jewish Burial Ground at Jewbury, York, 1994, p. 322-323.

19 À Sens, Mâcon, Dijon ou Brie-Comte-Robert dans la première moitié du xisiècle (voir Nahon, « Les cimetières », loc. cit. n. 6, p. 78).

20 J. Jacobs, Houses of Life. Jewish Cemeteries of Europe, Londres, 2008, p. 43, 60, 67 et 84.

21 I. Santana Falcon, « Excavaciones Arqueologicas en el cementerio de la aljama judia de Sevilla (1992-2006) », Anales de Arqueologia Cordobesa, 17/II (2006), p. 317-330, p. 325.

22 Nahon, « Les cimetières… », loc. cit. n. 6, p. 78.

23 Jacobs, Houses of life…, op. cit. n. 20, p. 85.

24 Nahon, « Les cimetières… », loc. cit. n. 6, p. 78.

25 M. Metzger, T. Metzger, La vie juive au Moyen Âge, New York, 1982, p. 80, 82 et 84.

26 Lilley et al., The Jewish Burial…, op. cit. n. 18, fig. 187.

27 D. Botella Ortega, J. Casanova Miro, « El cementerio judio de Lucena (Cordoba) », MEAH sectio Hebreo, 58 (2009), p. 3-25 ; Riquelme Cantal, Botella Ortega, « La nécropole médiévale… », loc. cit. n. 8.

28 Romo Salas et al., « Inhumaciones… », loc. cit. n. 17, p. 375.

29 A. Ruiz Taboada, « La necropolis medieval del Cerro de La Horca en Toledo », Sefarad, 69 (2009), p. 25-41, p. 35.

30 Lilley et al., The Jewish Burial…, op. cit. n. 18, p. 332.

31 Nahon, « Les cimetières… », loc. cit. n. 6, p. 86.

32 Blanchard, Georges, « Le cimetière juif… », loc. cit. n. 9.

33 Lilley et al., The Jewish Burial…, op. cit. n. 18, p. 333-334.

34 Le terme Cohanim désigne les personnes portant le patronyme de Cohen. Selon la Torah, il s’agit d’un titre conféré à Aaron, frère de Moïse, et à sa descendance masculine afin de les désigner comme dévoués au service du Temple de Jérusalem. Il s’agirait donc de membres du clergé hébreu. Ces personnes suivent des règles très particulières, notamment en matière de pureté rituelle, qui leur interdisent de pénétrer dans un cimetière de leur vivant, ce qui semble avoir obligé les gestionnaires du cimetière à placer leur sépulture en périphérie de l’espace funéraire pour permettre à la famille de se recueillir sans pénétrer dans ce dernier.

35 Lilley et al., The Jewish Burial…, op. cit. n. 18, p. 338.

36 M. Calvo Galvez, « Necropolis Judia de Valencia ; Nuevos datos », Juderias y sinagogas…, op. cit. n. 13, p. 583-610 ; Colet et al., « Les fosses communes… », loc. cit. n. 15.

37 Ruiz Taboada, « La necropolis medieval… », loc. cit. n. 29, p. 38.

38 M. Selmi Wallisova, « Le cimetière juif médiéval du quartier de Nové Mesto à Prague », L’archéologie du judaïsme…, op. cit. n. 8, p. 273-285, p. 277.

39 Casanova Miro, « Las necropolis judias… », loc. cit. n. 13, p. 515 ; Riquelme Cantal, Botella Ortega, « La nécropole médiévale… », loc. cit. n. 8, p. 264 ; A. Ruiz Taboada, « La nécropole juive de Tolède : type, construction et distribution des tombes », L’archéologie du judaïsme…, op. cit. n. 8, p. 287-300, p. 294-296. La présence de cercueils dans la fosse est toutefois reconnue dans de nombreux cas.

40 Suggérant la plupart du temps une couverture de dalles en pierre ou de planches de bois. Observé à Barcelone, Girone, Lucena, Ségovie ou Tarrega, ce mode se retrouve dans les cimetières chrétiens en Europe aux environs des xi-xiie siècles ; Ph. Blanchard, G. Poitevin, « Restitution d’une architecture en bois dans les tombes à banquettes (xe-xie s.) : l’exemple du site de la Madeleine à Orléans (Loiret) », Le bois dans l’architecture et l’aménagement de la tombe : quelles approches ?, dir. F. Carré, F. Henrion, Saint-Germain-en-Laye, 2012, p. 389-396.

41 Fosse simple dont une à deux parois possèdent un surcreusement latéral permettant de déposer un cadavre. La cavité est ensuite obturée par des dalles de pierre ou des tuiles. Ce type n’est reconnu que dans les cimetières juifs d’Espagne de Barcelone, Girone et Lucena : A. Duran Sanpere, Y. J. M. Millas Vallicrosa, « Una necropolis judaica en al Montjuich de Barcelona », Sefarad, 7 (1947), p. 231-241 ; L. L. Palahi, M. F. Jimenez, A. Prados, P. Freixas, « Excavacions al cementiri jueu de Girona », V Jornades d’Arqueologia de les Comarques de Girona, Olot, 2000, p. 244 ; Riquelme Cantal, Botella Ortega, « La nécropole médiévale… », loc. cit. n. 8, p. 264.

42 Maçonnerie de briques sur la périphérie du corps et/ou en avant de celui-ci (voûte). Le lucillo peut associer un cercueil. Cette architecture a été observée uniquement en Espagne à Cordoue, Séville et Tolède : Casanova Miro, « Las necropolis judias… », loc. cit. n. 13, p. 517-518 ; id., « Las necropolis judias hispanas… », loc. cit. n. 7, p. 212 ; Ruiz Taboada, « La nécropole juive… », loc. cit. n. 39, p. 295-299.

43 Site de Ségovie, I. Burdiel De Las Heras, « Ecavaciones en el antiguo fonsario u osario de los judios (Segovia) », Noticiario Arqueologico Hispano, 6 (1962), p. 216-226 ; S. Fernandez Esteban, « El cementerio judio de la ciudad de Segovia en el medievo », Juderias y sinagogas…, op. cit. n. 13, p. 557-582.

44 Nahon, « Les cimetières… », loc. cit. n. 6, p. 84.

45 Lilley et al., The Jewish Burial…, op. cit. n. 18, p. 341 ; Duran Sanpere, Millas Vallicrosa, « Una necropolis judaica… », loc. cit. n. 41, p. 248-249 ; Palahi et al., « Excavacions al cementiri… », loc. cit. n. 41, p. 244 ; Ruiz Taboada, « La nécropole juive… », loc. cit. n. 39, p. 292.

46 Lilley et al., The Jewish Burial…, op. cit. n. 18, p. 533.

47 Alder, Matt, Der mittelalterliche Friedhof…, op. cit. n. 11, p. 49.

48 A. Colet, J.-X. Muntané, O. Saula, J. Ruiz, E. Subira, « La necropolis medieval jueva de les Roquetes (Tarrega, Urgell) », Tribuna d’Arqueologia 2008-2009, Barcelona, 2010, p. 237-273, p. 265.

49 Lilley et al., The Jewish Burial…, op. cit. n. 18, p. 430.

50 Colet et al., « La necropolis medieval jueva… », loc. cit. n. 48, p. 266.

51 Lilley et al., The Jewish Burial…, op. cit. n. 18, p. 431-433.

52 Casanova Miro, « Las necropolis judias… », loc. cit. n. 13, p. 513.

53 Riquelme Cantal, Botella Ortega, « La nécropole médiévale… », loc. cit. n. 8, p. 268.

54 Casanova Miro, « Las necropolis judias… », loc. cit. n. 13, p. 520 ; Selmi Wallisova, « Le cimetière juif médiéval… », loc. cit. n. 38, p. 276.

55 O. Harck, Archäologische Studien zum Judentum in der europäischen Antike und dem zentraleuropäischen Mittelalter, Petersberg, 2014, p. 373.

56 G. Gendrenas, E. Ozalas, Vilnius 2002, Karaliaus Mindaugo tilto Priegos. Zvalgomieji archeologiniai Tyrimai, Ataskaita. IV dalis. Desinysis Neries Krantas. Rinktines ir Olimpieciu gatviu rekonstrukcija ties zydu senosiomis kapinemis, http://www.lietuvospilys.lt/data/zydai.htm, 2003.

57 P. Fijalkowski, « Les cérémonies d’enterrement des juifs de Pologne à la lumière des recherches archéologiques », La mort et ses représentations dans le judaïsme, éd. D. Tollet, Paris, 2000, p. 338-342.

58 K. Skora, « A Habit of Providing the Dead with Padlocks against the Background of Ashkenazi Funeral Rites », Fasciculi Archaeologiae Historicae, 29 (2016), p. 131-146, p. 134.

59 Fijalkowski, « Les cérémonies d’enterrement… », loc. cit. n. 57, p. 343 ; Skora, « A Habit of Providing… », loc. cit. n. 58, p. 135-136.

60 Duran Sanpere, Millas Vallicrosa, « Una necropolis judaica… », op. cit. n. 41, p. 252.

61 Casanova Miro, « Las necropolis judias hispanas… », loc. cit. n. 7, p. 210 ; Palahi et al., « Excavacions al cementiri… », loc. cit. n. 41, p. 244.

62 Alder, Matt, Der Mittelalterliche Friedhof…, op. cit. n. 11, p. 31.

63 Selmi Wallisova, « Le cimetière juif médiéval… », loc. cit. n. 38, p. 279-280.

64 Colet et al., « La necropolis medieval jueva… », loc. cit. n. 48, p. 255.

65 Casanova Miro, « Las necropolis judias… », loc. cit. n. 13, p. 522.

66 Romo Salas et al., « Inhumaciones… », loc. cit. n. 17, p. 376.

67 Alder, Matt, Der Mittelalterliche Friedhof…, op. cit. n. 11, p. 70.

68 Ruiz Taboada, « La necropolis medieval… », loc. cit. n. 29, p. 33.

69 Ch. Amiel, « La “mort juive” au regard des Inquisitions ibériques », Revue de l’histoire des religions, 207/4 (1990), p. 389-412, p. 395, http://www.persee.fr/web/revues/home/prescript/article/rhr_0035-1423_1990_num_207_4_1700.

70 Alder, Matt, Der Mittelalterliche Friedhof…, op. cit. n. 11, p. 70.

71 Amiel, « La “mort juive”… », loc. cit. n. 69, p. 403.

72 A. Colet, J. Ruiz, O. Saula, E. Subira, M. Piera, « Els amulets de la necropolis medieval jueva de les Roquetes (Tarrega) », Actes del IV Congres d’Arqueologia Medieval i Moderna a Catalunya, Tarragona, 2011, p. 1021-1024 ; Casanova Miro, « Las necropolis judias hispanas… », loc. cit. n. 7, p. 214. 

73 Duran Sanpere, Millas Vallicrosa, « Una necropolis judaica… », loc. cit. n. 41, p. 242 et 251 ; J. Casanovas Miro, « Anell Amb el nom Boneta », Tragèdia al call, Tarrega 1348, Museu Comarcal de l’Urgell-Tarrega, 2014, p. 262 ; Casanova Miro, « Las necropolis judias hispanas… », loc. cit. n. 7, p. 211 et 215.

74 Duran Sanpere, Millas Vallicrosa, « Una necropolis judaica… », loc. cit. n. 41, p. 243 et 251 ; l. Amenos Martinez, « Parella d’arracades », Tragèdia al call…, op. cit. n. 73, p. 265.

75 Casanova Miro, « Las necropolis judias hispanas… », loc. cit. n. 7, p. 211.

76 Colet et al., « Els amulets… », loc. cit. n. 72, p. 1021-1022.

77 Blanchard, Georges, « Le cimetière juif… », loc. cit. n. 9, p. 308 ; Selmi Wallisova, « Le cimetière juif médiéval… », loc. cit. n. 38, p. 275 ; Casanova Miro, « Las necropolis judias hispanas… », loc. cit. n. 7, p. 211 ; Alder, Matt, Der Mittelalterliche Friedhof…, op. cit. n. 11, p. 29.

78 Ils peuvent être portés par le défunt ou déposés dans la tombe comme les éventuels couteaux mis au jour à Bâle et en Pologne (Alder, Matt, Der Mittelalterliche Friedhof…, op. cit. n. 11, p. 33 ; Skora, « A Habit of Providing… », loc. cit. n. 58, p. 135).

79 M. Lauwers, Naissance du cimetière. Lieux sacrés et terre des morts dans l’Occident médiéval, Paris, 2005, p. 139, 157 et 159.

80 Ibid., p. 25 ; E. Lorans, « Le monde des morts de l’Antiquité tardive à l’époque moderne (ive-xixe s.) », Archéologie funéraire, dir. A. Ferdière, Paris, 2007, p. 190.

81 Lauwers, Naissance du cimetière…, op. cit. n. 79, p. 166.

82 H. Galinie, « Chronique d’archéologie urbaine. Cimetières juifs », Revue archéologique du Centre de la France, 36 (1997), p. 189-190, p. 190.

83 Lilley et al., The Jewish Burial…, op. cit. n. 18, p. 382.

84 M. Polonovski, « L’archéologie juive en France et en Europe : enjeux et perspectives », L’archéologie du judaïsme…, op. cit. n. 8, p. 31-42, p. 40.

Table des illustrations

Titre Fig. 1 — Plan des tombes fouillées dans le cimetière juif de Barcelone (fouilles 1947 et 2002)
Crédits © X. Maese Fidalgo / Servei d’Arqueologia de Barcelona.
URL http://books.openedition.org/psorbonne/docannexe/image/53793/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 140k
Titre Fig. 2 — Vue d’une tombe du cimetière juif de Prague
Légende Source : M. Wallisova, « Prvni etapa vyzkumu zidovskeho hrbitova na Novem Meste Prazskem », Archeologica Pragensia, 14 (1998), p. 141-148 et fig. 2 et 5.
URL http://books.openedition.org/psorbonne/docannexe/image/53793/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 280k
Titre Fig. 3 — Cimetière juif médiéval de Bâle (Suisse)
Légende Vue du coussin de sédiment mis en place sous le crâne du défunt (partie sombre).
Crédits © Foto Catrin Glaser/Archäologische Bodenforschung Basel-Stadt.
URL http://books.openedition.org/psorbonne/docannexe/image/53793/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 252k

© Éditions de la Sorbonne, 2018

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search