Versión clásicaVersión móvil

Les vivants et les morts dans les sociétés médiévales

 | 
Société des historiens médiévistes de l’Enseignement supérieur public

Memoria et commémoration

Commémoraisons familiales dans les monastères féminins à Byzance (xiie-xive siècle)

Family Commemorations in the Convents of Byzantium (12th-14th Centuries)

Élisabeth Malamut

Resumen

Le rôle le plus important joué par les monastères fondés par les femmes aristocrates était celui des prières et des intercessions pour les morts de la famille. À partir du xiie siècle, la construction et la dotation de grands monastères cénobitiques fut de plus en plus répandu au sein de l’aristocratie impériale. Nous examinerons les typika (chartes de fondation) des monastères fondés par Irène Doukaina (Kécharitoméné), Théodora Synadénè (Bebaia Elpis) et Théodora Paléologina (Lips).

Nous analyserons les noms retenus pour les commémoraisons les noms retenus parmi les morts et les vivants selon la parenté et jusqu’à quel degré de parenté : ancêtres, enfants, petits enfants, parents, époux, frères et sœurs, beaux-frères, belles sœurs, oncles et tantes, neveux et nièces. Les liens privilégiés étaient-ils verticaux ou horizontaux ? La famille de l’époux était-elle représentée ? Y avait-il une surreprésentation des femmes de la famille ? Lors des commémoraisons, quelles étaient les distributions de luminaire, la quantité d’argent et de pains distribuée à la communauté ou aux pauvres : une telle énumération équivalait-elle à une hiérarchisation ? Quels étaient les exclus (que l’on attendrait être cités) et quelles en étaient les raisons ? Existait-il une relation entre les commémoraisons et les sépultures prévues dans le monastère et jusqu’à quel point ? Les tombes de ces grands monastères étaient-elles individuelles ou familiales ? Y avait-il des emplacements réservés ? L’ensevelissement des membres de la famille était-il prévu dans le cimetière du monastère, dans une chapelle ou dans un mausolée ? L’emplacement et la construction de la tombe dépendaient-elles de la volonté du défunt ? Ainsi nous aborderons l’autoreprésentation du groupe familial, de sa lignée et ses moyens de distinction après la mort. En tentant quelques comparaisons avec les monastères masculins de la même période (en particulier le Pantocrator fondé par le couple impérial Jean II et Irène Pyroska), nous conclurons sur l’existence ou non d’une spécificité des monastères féminins vis-à-vis de leurs morts.

Texto completo

  • 1 L. Garland, « “Till Death do us Part?” Familly Life in Byzantine Monasteries », Questions of Gender (...)
  • 2 P. Gautier, « Le Typikon de la Théotokos Kécharitôménè », Revue des études byzantines, 43 (1985), p (...)
  • 3 Le manuscrit enluminé du typikon de la Bébaia Elpis – connu sous le nom de Lincoln College Typikon (...)
  • 4 Delehaye, op. cit. n. 3, p. 106-136 ; trad. A.-M. Talbot, « Lips: Typikon of Theodora Palaiologina (...)
  • 5 Garland, « “Till Death…” », loc. cit. n. 1, p. 40-41 et 49-50.

1Les monastères féminins sont mentionnés au nombre d’une petite soixantaine dans l’empire entre le xiie et le xve siècle. Une trentaine se trouve à Constantinople, parmi lesquels une dizaine a été fondée par des femmes de la famille impériale et dont seuls cinq typika (chartes de fondation) ont été conservés1. Nous avons examiné trois grandes fondations féminines de Constantinople entre le xiie et le xive siècle, celles de la Kécharitôménè par l’impératrice Irène Doukaina2 et de la Bébaia Elpis par la grande aristocrate Théodora Synadènè3 et de la Théotokos de Lips par l’impératrice Théodora Palaiologina4. Nous nous intéresserons au rôle joué par les fondatrices dans les commémoraisons desdits monastères et examinerons si, au-delà du rôle dévolu aux femmes pour la commémoraison des défunts dans toute famille byzantine, les typika mettent en relief une idéologie aristocratique féminine spécifique. N’était-ce pas, en effet, un moyen de promouvoir leur identité sociale dans le monde et leur autorité spirituelle sur le monastère, et d’exprimer en même temps leur profond attachement à leur lignée5 ? Ces fondations féminines mettent, en effet, l’accent sur les donations, la préservation du patrimoine du monastère et, enfin, les commémoraisons des membres de la famille.

  • 6 A.-M. Talbot, « Byzantine Women, Saints’ Lives and Social Welfare », Women and Religious Life in By (...)

2Les commémoraisons concernent les vivants et les morts et ordonnent les services liturgiques qui célèbrent ou célébreront les parents de la fondatrice au jour anniversaire de leur mort, avec un certain nombre de prescriptions concernant le luminaire, les prières, les aumônes, les repas des nonnes à ces occasions. Ces donations de pain, vin, monnaies ainsi que luminaire fourni pendant les prières sont considérées comme contribuant au salut des défunts. Leurs mentions nous permettent de considérer quels membres de la famille ont été retenus, quels sont ceux qui ont été écartés et quelle hiérarchie a été ordonnée par la fondatrice6. Ce sont donc des données précises qui ont une portée voulue et qui nous éclairent sur la place donnée aux femmes par rapport aux hommes et sur la branche de la famille qui a été privilégiée. Les conséquences sont d’ordre social et anthropologique.

Irène Doukaina et la fondation de la Kécharitôménè (Notre-Dame-Pleine-de-Grâce)

  • 7 Gautier, « Le Typikon… », loc. cit. n. 2, chap. 71, p. 120-124.

3Irène Doukaina, de la célèbre lignée des Doukai et épouse de l’empereur Alexis Ier Comnène, fut élevée au trône en 1081 avec son époux, alors qu’elle n’avait que quinze ans. Elle fonda du vivant de son époux, en 1110, un monastère dédié à la Théotokos dit de la Kécharitôménè (Notre-Dame-Pleine-de-Grâce). C’est à cette date que fut rédigée la première partie du typikon à laquelle appartient le chapitre des commémoraisons. Le typikon de la Kécharitôménè énumère les commémoraisons à célébrer comme suit7 :

Tableau 1. Les commémoraisons de la Kécharitôménè

Tableau 1. Les commémoraisons de la Kécharitôménè

B : Boisseaux (modioi)
N : Nomismata trachéa (nouvelle monnaie d’Alexis Ier 30 % or et 60 % argent 1/3 H). Ici monnaie de compte car distribuée en petite monnaie (noummia).

  • 8 D. I. Polemis, The Doukai: A Contribution to Byzantine Prosopography, Londres, 1968, no 26.

4Nous relevons d’abord la fondatrice Irène Doukaina8 et son époux Alexis avec un « luminaire abondant » et, comme distribution aux pauvres, dix boisseaux de pain, huit mesures de vin et douze nomismata trachéa : c’est le couple impérial qui a la plus importante commémoraison.

  • 9 Ibid., no 107.
  • 10 B. Hill, Imperial Women in Byzantium 1025-1204: Power, Patronage and Ideology, Harlow/New York, 199 (...)

5Vient ensuite l’énumération des enfants et de leurs conjoints éventuels à commémorer le jour où ils mourront : sa fille Anna la Césarissa9 et son époux Nicéphore Bryennios, son fils Jean le basileus et son épouse Irène de Hongrie, ses fils Andronic le sébastocrator et Isaac le César, sa fille Maria et son époux Nicéphore Katakalôn Euphorbénos, et, enfin, sa fille Eudocie avec cinq boisseaux de pain et six nomismata trachéa. Mais Irène ne commémore pas toute sa progéniture de la même façon : sa fille Théodora et son époux Constantin Kourtikios ont une commémoraison inférieure, avec trois boisseaux de pain et trois nomismata trachéa10. De même les autres brus d’Irène de Hongrie ne sont pas à égalité avec les premiers commémorés : ainsi la sébastocratorissa Irène, épouse d’Andronic, et la césarissa Irène, épouse d’Isaac, seront commémorées avec une distribution de trois boisseaux de pain.

  • 11 Polemis, The Doukai…, op. cit. n. 8, no 79.

6La petite-fille, Irène Doukaina11, qui a pris le nom de sa grand-mère et non celui de Comnène ou celui de son père, Bryennios, la seule citée parmi les petits-enfants, a une position intermédiaire privilégiée : sa commémoraison sera accompagnée d’un luminaire abondant et d’une aumône de quatre boisseaux de pain et quatre nomismata, car c’était celle qu’Irène Doukaina, sa grand-mère, désigna comme héritière, nous y reviendrons.

7Le défunt père d’Irène Doukaina, Andronic Doukas, et sa défunte mère Marie de Bulgarie ainsi que ses beaux-parents défunts Jean Comnène et Anne Dalassène ont, eux aussi, une célébration inférieure au couple impérial avec une distribution aux pauvres de cinq boisseaux de pain et six nomismata. Sont également mentionnés à ce rang son frère défunt Michel et sa sœur défunte Théodora, ainsi que son frère Jean le Pansébaste et sa sœur Anna Doukaina encore en vie, dont le typikon prévoit la commémoraison avec cinq boisseaux et six nomismata.

8Les commémoraisons soudent par conséquent la famille autour d’Irène Doukaina, qui en est le nœud. Les ancêtres ne dépassent pas la première génération : père et mère, beau-père, belle-mère. Si les sœurs et frères d’Irène, morts ou vivants, sont commémorés, on constate qu’il n’y a absolument aucune mention de leurs conjoint(e)s. Il n’y a pas mention non plus de la famille Comnène, exception faite d’Alexis Ier et de ses parents Jean Comnène et Anne Dalassène. Il n’y pas mention d’oncles ni de tantes. Comme il en est de la prescription d’Irène Doukaina dans ce chapitre 71 du typikon : « Nous édictons maintenant des prescriptions au sujet de nos parents, de nos frères selon la chair ou de nos enfants qui sont morts ou qui mourront. » Sont évoqués ici par l’impératrice ses deux enfants déjà morts Manuel et Zoé, mais sur lesquels elle ne revient pas ensuite. Donc c’est la famille Doukas et les enfants issus de l’union Doukas-Comnène qui sont commémorés, et non la famille Comnène. Les petits-enfants ne sont pas mentionnés, sauf la petite-fille, Irène Doukaina, fille d’Anne Comnène et de Nicéphore Bryennios.

  • 12 Gautier, « Le Typikon… », loc. cit. n. 2, chap. 79 et 80 : partie rédigée entre 1120 et 1130.
  • 13 Elle pensait être la clé de cette succession, comme il en était pour le monastère de la Kécharitômé (...)

9Dans une seconde partie du typikon rédigée après la mort de sa fille, la moniale Eudocie, qui avait été désignée patronne du monastère et héritière des demeures somptueuses privées réservées aux femmes de la famille impériale et à leur suite, Irène Doukaina prescrit qu’après sa mort cet héritage incombera à Anne, sa fille, et après la mort d’Anne, à sa petite-fille Irène Doukaina12. Ensuite les droits passeront aux petites-filles et arrière-petites-filles d’Anne la Porphyrogénète, qui devient donc le nœud central dans l’héritage de la Kécharitôménè, faute d’avoir pu l’être dans l’héritage impérial, et, si la lignée féminine s’éteint, alors ces droits passeront à l’épouse de l’un des descendants de la lignée, à condition qu’elle n’ait pas contracté un second mariage. Ces dispositions de l’impératrice Irène Doukaina témoignent de la volonté d’une transmission du pouvoir matri­linéaire, ce qui est d’autant plus intéressant que cela rejoint l’idée qu’elle eut de transmettre le pouvoir impérial à sa fille Anna après la mort d’Alexis Ier son époux13.

Théodora Synadènè et la fondation de la Bébaia Elpis

  • 14 Les miniatures de ce typikon ont fait l’objet de nombreuses études, à commencer par I. Spatharakis, (...)
  • 15 Pour la concomitance entre le passage de Théodora à son état de nonne Théodoule, investie de l’auto (...)
  • 16 Talbot, « Bebaia Elpis… », loc. cit. n. 3, à partir du chap. 146 ; Hutter, « Die Geschichte… », loc (...)
  • 17 Talbot, « Bebaia Elpis… », loc. cit. n. 3, chap. 158-159 : le typikon est donc l’œuvre de trois gén (...)
  • 18 Ayant dans l’esprit que les enluminures, qui se trouvent au début du typikon, ont été déplacées et (...)

10Théodora Comnène Palaiologina Synadènè était la nièce de l’empereur Michel VIII. Les détails de sa vie et de sa famille nous sont en grande partie connus par le typikon de la Bébaia Elpis et les douze enluminures qui se trouvent en tête du typikon14. Née autour de 1265, Théodora perdit ses parents dans son jeune âge et fut élevée au sein de la famille impériale. Elle fut mariée en 1281, à l’âge de quinze ans, au stratopédarque Jean Synadènos, grand aristocrate au service de l’empereur. Elle eut trois enfants, une fille, Euphrosyne, et deux fils, Théodore et Jean. C’est en 1290 qu’elle devint veuve, à l’âge de vingt-cinq ans. Elle avait fondé, dès 1285, le monastère de la Théotokos de la Bébaia Elpis (traduit selon les ouvrages, comme du Sûr Espoir ou de la Bonne Espérance), situé dans le quartier d’Heptaskalon, dans la partie sud de la ville. C’est entre 1295 et 1300 que Théodora rejoignit la communauté de nonnes de la Bébaia Elpis sous le nom de Théodoule. Elle fit entrer en même temps qu’elle sa fille Euphrosyne, âgée d’une dizaine d’années, qu’elle avait consacrée à la Théotokos dès sa naissance. Elle composa autour de 1300 une première version du typikon15. Vers 1330, elle révisa le typikon et mit à jour les commémoraisons. C’est à cette date qu’une version enluminée du typikon fut publiée, destinée à son fils Théodore, et aujourd’hui disparue. Peu après la mort de Théodora en 1332, sa fille Euphrosyne, âgée de quarante-sept ans et devenue l’abbesse du monastère, reprit le typikon original de sa mère et ajouta un addendum16. Elle aurait alors copié les enluminures du précédent luxueux manuscrit pour les mettre en tête du manuscrit : c’est ce manuscrit original, complété au fil des générations par les notices d’autres membres de la famille17, que nous possédons aujourd’hui, conservé à Oxford. Les enluminures sont au nombre de douze dont quatre portraits religieux et austères et huit laïcs en couleur et raffinés, représentant le couple fondateur Théodora et Jean Synadènos, les parents de la fondatrice, Constantin Paléologue et Irène Komnènè Vranaina, les deux fils de la fondatrice avec leurs épouses, et, enfin, quatre de ses petites-filles avec leurs époux18. Nous disposons donc de deux types de documents : les commémoraisons du typikon et les portraits des enluminures que nous avons regroupés dans le tableau suivant, qui prend comme point d’ancrage la fondatrice :

Tableau 2. Les commémoraisons et enluminures de la Bébaia Elpis (1330)

Tableau 2. Les commémoraisons et enluminures de la Bébaia Elpis (1330)

en italiques : non commémorés
en gras : les patrons du monastère
souligné : commémoraisons ultérieures à la rédaction du typikon
C : Candélabre ; L : Liturgie ; V : Vin (en tétartia) ; B : Boisseaux ; N : Nomismata or

  • 19 Talbot, « Bebaia Elpis… », loc. cit. n. 3, chap. 113, 114 et 116.
  • 20 Sur le nom de Kantakouzenè : D. M. Nicol, The Byzantine Family of Kantakouzenos (Cantacuzenus) 1100 (...)
  • 21 Voir la miniature représentant la famille impériale bénie par la Vierge et l’Enfant dans le manuscr (...)

11Les parents défunts de la fondatrice sont les premiers à être commémorés dans le typikon19 : il s’agit du sébastocrator Constantin Paléologue (Kallinikos sous son nom de moine), frère de l’empereur Michel VIII, et de son épouse la sébastocratorissa Irène Vranaina, qui sont représentés dans une enluminure en habits cérémoniaux avec leur titulature complète20. Ils sont bénis par la Vierge à l’Enfant, comme il en est sur nombre de portraits impériaux21. On remarque que le sébastocrator porte un diadème impérial et son épouse une couronne à pendeloques (prépendoulia). La commémoraison fait état de six candélabres, de kollyba (pains liturgiques). Onze prêtres seront invités en sus du prêtre ordinaire. Les dépenses supplémentaires sont fixées à deux nomismata d’or et les distributions aux pauvres à quatre modioi annoniques de pains de blé et à trois tétartia de vin.

Constantin Komnènos Palaiologos Sébastocrator et Irène Komnènè Vranaina Palaiologina Sébastocratorissa

Constantin Komnènos Palaiologos Sébastocrator et Irène Komnènè Vranaina Palaiologina Sébastocratorissa

Lincoln College Typikon : Oxford, ms. gr. 35, fol. 1v.

  • 22 Talbot, « Bebaia Elpis… », loc. cit. n. 3, chap. 116, 117.
  • 23 Lincoln College Typikon, Oxford, ms. gr. 35, fol. 2r.

12L’époux défunt de la fondatrice, le grand stratopédarque Jean Synadènos (Joachim), est commémoré juste après dans le typikon. Il est dit qu’il a droit exactement aux mêmes dispositions concernant le luminaire, les kollyba (pains liturgiques) et l’ensemble des autres dispositions. Et c’est de la même façon qu’est commémorée la fondatrice Théodora Synadènè22. Juste après le portrait des parents de la fondatrice, cette dernière est représentée avec son époux en habits d’apparat23. Il n’existe ni commémoraison des beaux-parents de Théodora Synadènè, ni enluminure où ils seraient représentés. Il n’y a pas non plus de commémoraisons d’oncles ou de tantes.

  • 24 Prosopographisches Lexikon der Palaiologenzeit, Verlag der Österreichischen Akademie der Wissenscha (...)
  • 25 PLP 27126.
  • 26 Talbot, « Bebaia Elpis… », loc. cit. n. 3, chap. 119.
  • 27 Lincoln College Typikon, Oxford, ms. gr. 35, fol. 8r : Eudokia Synadènè Protostratôrissa, épouse de (...)
  • 28 PLP 10944 ; Talbot, « Bebaia Elpis… », loc. cit. n. 3, XXIII, chap. 135 ; Nicol, The Byzantine Fami (...)
  • 29 Talbot, « Bebaia Elpis… », loc. cit. n. 3, chap. 153.

13Pour la génération suivante, la fondatrice donne les instructions pour son fils Théodore Doukas, le protostratôr24, son autre fils Jean Paléologue, le grand connétable25, et « leurs épouses » sans précision. Ils seront célébrés de la même manière que les fondateurs et les parents des fondateurs26. Ils sont représentés dans les enluminures en couple avec leurs titulatures complètes27. La première épouse défunte de Jean Paléologue, Thomaïs Kantakouzènè (Xénè), a droit à une commémoraison particulière dans le typikon, car elle a donné une vigne28. Le luminaire doit être plus somptueux. Quant à Euphrosyne, la fille de la fondatrice, consacrée dès l’enfance, si elle refusa du vivant de sa mère toute commémoraison, elle se ravisa par la suite dans le second typikon qu’elle ajouta à celui de sa mère, mais il n’y a aucun détail sur le contenu de cette commémoration après sa mort29.

  • 30 Ibid., chap. 137.
  • 31 Talbot, « Bebaia Elpis… », loc. cit. n. 3, chap. 138.

14La fondatrice mentionne ensuite les commémoraisons de ses frères défunts : d’abord Michel Vranas Palaiologue (Makarios), qui a donné au couvent une icône en bronze doré de l’archange Michel, deux lampes d’argent et 300 hyperpères, Sa commémoraison comprend deux candélabres, sept liturgies et un rafraîchissement doit être servi aux nonnes30 ; ensuite son autre frère défunt Andronic Vranas Palaiologos (Arsénios), qui a offert au couvent un vaisseau à huile en or pur avec un couvercle de jaspe et les neuf rangs des pouvoirs célestes ainsi que cent hyperpères. Sa commémoraison comprend un éclairage important et quatre liturgies31.

  • 32 Ibid., chap. 139 et 140.
  • 33 Ibid., chap. 141.

15Sa sœur défunte Maria Vranaina (Mariamme) a droit également à une commémoraison, ainsi que son beau-frère défunt, époux de la précédente, Isaac Tornikès (Joasaph), le 8 janvier avec sept liturgies, deux candélabres, car le couple a donné pour leur commémoraison 1 000 hyperpères, une icône du buste de la sainte Mère de Dieu décorée de trois pierres précieuses et de perles, et 72 hyperpères pour un pressoir à vin situé à Péra. La commémoraison doit être accomplie de façon incomparable32. Sera aussi commémoré leur fils, donc le neveu de Théodora Vranaina, Andronic Tornikès (Antoine), le parakoimomène, qui avait donné au monastère 500 hyperpères et une lampe d’argent. Il a droit à deux candélabres et six liturgies33.

  • 34 Cette despoina était la fille de Constantin Palaiologos, Na Palaiologina (PLP 26265), qui fut tsari (...)
  • 35 Talbot, « Bebaia Elpis… », loc. cit. n. 3, chap. 142. L’icône de la Théotokos avec son voile était (...)

16Son autre neveu défunt, Jean Vranas (Joasaph), fils de la très éminente despoina des Bulgares34, a fait de grandes donations au couvent lors de sa mort : une icône en or de la Théotokos décorée de perles avec huit pierres précieuses, quatre rouges et quatre bleues, avec un voile couvert de perles portant l’image de la Théotokos ; une autre icône de la Dormition de la Théotokos ; un podea brodé d’or décoré des quatre fêtes de la Théotokos avec, au milieu, un cercle de perles. Il a également donné une vigne près du Kosmidion et une maison près de Kaligria, pour l’éclairage de la lampe sur sa tombe. Sa commémoraison comprend sept liturgies, deux candélabres et quatre mesures de vin. Y est ajoutée une commémoraison hebdomadaire constituée de pains consacrés distribués aux pauvres35.

  • 36 Ibid., chap. 143.

17Une commémoraison sera faite en l’honneur du beau-père de son fils, le protostratôr, Théodore Mouzakios (Théodorétos), car lui aussi a fait des donations au couvent : une icône décorée de saint Onouphrios et 100 hyperpères. Et pour la commémoraison de son père, sa fille, la belle-fille de la fondatrice, a donné en plus 200 hyperpères pour la réparation des cellules36.

  • 37 Ibid., chap. 136 ; PLP 21382.
  • 38 Talbot, « Bebaia Elpis… », loc. cit. n. 3, chap. 158 ; PLP 29737 ; Nicol, The Byzantine Family…, op (...)
  • 39 Lincoln College Typikon, Oxford, ms. gr. 35, fol. 4r. Son époux est mort en 1332 ; Nicol, The Byzan (...)

18Deux petites-filles sont commémorées : Théodora Raoulaina (Théodosia) défunte. Elle a droit, elle aussi, à un éclairage somptueux même si elle n’a rien donné personnellement, car son père, Théodore Doukas, a fait de nombreuses donations dans le passé et il en fera encore dans le futur37. On rappellera qu’il fut désigné comme patron du monastère par la fondatrice. Il n’y a pas d’enluminure au nom de cette petite-fille sans doute morte prématurément. En second lieu, Anna Kantakouzenè Philanthropènè (Xénè), fille de Jean Palaiologos Synadènos et de sa première épouse Thomaïs Kantakouzenè Palaiologina, défunte, a restauré à ses frais, en 1392, le couvent et est spécialement commémorée après sa mort à la demande de sa fille, Eugénie Kantakouzènè, qui se présente comme donatrice. Cette dernière a, en effet, transformé une grande cour du patrimoine familial en champ de blé d’une valeur de 300 hyperpères et l’a donnée au monastère pour ladite commémoraison38. Anna Kantakouzènè Philanthropènè est, par ailleurs, représentée aux côtés de son époux Michel Laskaris Bryennios Philanthropènos39.

  • 40 Ibid., fol. 5r. ; PLP 1524 : avant 1335, car disgrâce et emprisonnement de Manuel Asan de 1335 à 13 (...)
  • 41 Ibid., fol. 6r ; PLP 21372.
  • 42 Ibid., fol. 9 v. ; PLP 1527 ; Nicol, The Byzantine Family…, op. cit. n. 20, no 41.

19Trois autres petites-filles de la fondatrice non commémorées sont représentées dans les miniatures en habits cérémoniaux : Anna Asanina, protostratôrissa, fille de Théodore Doukas Synadènos le protostratôr, représentée auprès de son époux Manuel Asan grand primicier40 ; Euphrosyne Palaiologina Doukaina représentée avec son époux Constantin Raoul Palaiologos, protosébaste41 ; Irène Kantakouzènè Asanina, fille de Jean Paléologue et de Thomaïs, avec son époux Michel Tornikès Asan, gouverneur de Lesbos42.

  • 43 Talbot, « Bebaia Elpis… », loc. cit. n. 3, chap. 158.

20Enfin, la dernière patronne mentionnée est la susdite arrière-petite-fille de la fondatrice, Eugénie Kantakouzènè Philanthropènè, tonsurée dans son jeune âge, qui fit de nombreuses donations au couvent, outre celle offerte en commémoraison de sa mère Anna Kantakouzenè Philanthropènè (Xénè). Ainsi une donation en or, en 1398, et le produit de la vente de la maison dite de Marachas qu’elle avait reçue de l’empereur Manuel II en 1400 ont contribué à la restauration de l’église du couvent, qui menaçait de s’écrouler : la somme est exactement précisée à 200 H. Il est dit que, tonsurée à un très jeune âge, elle consacra finalement toute sa fortune à Bébaia Elpis et devint la patronne du monastère. Elle fut commémorée au jour de sa mort le 11 février 140243.

  • 44 La prostratôrissa Glabaina est mentionnée comme étant la sœur de la fondatrice : Talbot, « Bebaia E (...)

21En conclusion, comme pour Irène Doukaina et même davantage, puisque les beaux-parents de la fondatrice ne sont pas commémorés, nous avons affaire à un typikon, qui ignore entièrement la belle-famille dont son époux serait le centre. Comme Irène Doukaina, la fondatrice, Théodora Synadènè est le nœud primaire des liens familiaux. Comme dans le typikon de la Kécharitoméné, après son époux et ses enfants, ce sont ses quatre frères et sœurs qui sont commémorés sans que nous sachions si l’ensemble des membres de la fratrie y figurent. Nous savons qu’au moins une sœur (?) de la fondatrice résidait dans un monastère voisin et qu’une autre sœur avait été la despoina des Bulgares44.

  • 45 Talbot, « Bebaia Elpis… », loc. cit. n. 3, chap. 18 et 19.

22Nous constatons à la génération suivante deux nœuds secondaires : le premier est le fils de la fondatrice, Théodore le protostratôr, qu’elle nomme éphore du monastère en raison, invoque-t-elle, de la « faiblesse de la nature féminine45 », ce qui distingue sur ce point précis le typikon de Théodora Synadènè de celui d’Irène Doukaina. Du fait du statut particulier de Théodore, son beau-père est commémoré. Le second nœud est l’autre fils de la fondatrice, Jean Paléologue, qui est pressenti pour succéder comme patron à son frère Théodore et dont les deux épouses sont commémorées dans le typikon. De cette deuxième génération, il faut également relever deux neveux commémorés, fils de deux sœurs de la fondatrice.

23À la troisième génération, celle des petits-enfants, le rôle essentiel revient aux petites-filles. Ce sont elles qui sont mises en avant, soit dans les commémorations, soit dans les enluminures. Il n’y a aucune mention de petit-fils.

24Enfin, à la quatrième génération, le patronage n’est plus le fait des « hommes » gardiens de la faiblesse féminine, mais il revient à une arrière-petite-fille de la fondatrice, qui appartient à la lignée de Jean Paléologue Synadènos et de sa première épouse, Thomaïs Kantakouzènè.

  • 46 Ibid., chap. 149.

25On soulignera l’exceptionnelle mise en relief de la famille de la fondatrice dans un sens essentiellement vertical. Dans le typikon secondaire de la fille de la fondatrice ajouté après 1330, il y a un chapitre surprenant, dans lequel cette dernière s’adresse aux nonnes, au nombre de cinquante, et leur dit explicitement que sa mère a consacré l’essentiel de son typikon aux commémoraisons familiales et qu’il n’est pas bien, selon elle, de ne pas commémorer les nonnes, puis elle prend les dispositions nécessaires pour leur commémoraison après leur mort46.

  • 47 P. Gautier, « L’obituaire du typikon du Pantocrator », Revue des études byzantines, 27 (1969), p. 2 (...)

26Si l’on compare les commémoraisons du typikon du Pantocrator fondé par l’empereur Jean II Comnène et daté du milieu du xiie siècle avec ce que nous avons dit des commémoraisons des typika de la Kécharitôménè et de la Bébaia Elpis, nous constatons que l’obituaire du Pantocrator est beaucoup plus long avec les mentions de grands-parents, d’oncles et de tantes, de beaux-frères et belles-sœurs et même de nombreux proches47.

  • 48 On nuancera ce constat socio-économique en rappelant l’idéologie ancrée chez les Byzantins, y compr (...)
  • 49 Talbot, « Bebaia Elpis… », loc. cit. n. 3, chap. 145 ; P. Magdalino, « The Byzantine Aristocratic O (...)

27Néanmoins l’accent est mis dans le typikon de Théodora Synadènè sur le lien des commémoraisons avec les donateurs et nous constatons une commémoraison proportionnelle à l’importance de la donation, qui est précisément détaillée. Ceci témoigne certainement d’un changement d’époque et d’un appauvrissement certain de l’empire et de ses dirigeants au xive siècle, comparé au xiie siècle, et qui s’accroît d’ailleurs au fil du siècle48. On voit, en effet, que vers 1400 l’arrière-petite-fille répare les fondations du monastère alors que dans le typikon de la Kécharitôménè, on avait davantage l’impression d’aménagements pour la somptuosité des lieux. Une autre raison à cette importance des donations dans ce typikon est sans doute que le couvent se situait originellement dans l’oikos familial : il est dit, en effet, que la porte principale du couvent se trouve en face des « grandes demeures » des deux fils de la fondatrice Théodore et Jean49. Ainsi les donations proviennent en grande partie des domaines possédés par les membres de l’oikos. Il est donc assez surprenant qu’aucune mention ne soit faite d’une chapelle funéraire, comme nous le voyons dans le typikon de la Kécharitôménè, et surtout celui de Lips, qui est notre dernier exemple.

  • 50 Talbot, « Bebaia Elpis… », loc. cit. n. 3, chap. 6.
  • 51 Lincoln College Typikon, Oxford, ms. gr. 35, fol. 9r.
  • 52 Pseudo-Codinos, Traité des Offices, éd. J. Verpeaux, Paris, 1966, p. 152-153 ; C. Hilsdale, Byzanti (...)
  • 53 Lincoln College Typikon, Oxford, ms. gr. 35, fol. 7r.
  • 54 Ibid., fol. 11r.
  • 55 Talbot, « Bebaia Elpis… », loc. cit. n. 3, chap. 11.
  • 56 Lincoln College Typikon, Oxford, ms. gr. 35, fol. 12r. et 1v.
  • 57 Paris, BNF, ms. grec 1242, fol. 123v, daté de 1370-1375 ; Byzance. L’art byzantin dans les collecti (...)
  • 58 Hennessy, « The Lincoln College Typikon… », loc. cit. n. 14, p. 97. Il est à noter que sur la minia (...)

28Une autre question subsiste, celle du rôle des enluminures dans le typikon de Théodora Synadènè. Quelle était leur fonction exacte ? Il s’agit ici d’une famille aristocratique et même impériale, puisque le père de la fondatrice était le frère de l’empereur, ce qu’elle n’oublie pas de mentionner dans son typikon50. L’important était, pour les deux rédactrices, Théodora, puis sa fille Euphrosyne, d’illustrer et de sauvegarder les liens de cette famille avec le monde laïc. Ce n’est pas un hasard si nous pouvons dater ces enluminures antérieurement à 1335, date à laquelle Manuel Asan le grand primicier, époux d’Anna Asanina, fille de Théodore Synadènos et petite-fille de Théodora Synadènè, a été arrêté et emprisonné pour conspiration. Il n’aurait pas figuré dans l’album familial après cet événement51. Il n’y a pas de doute que ces enluminures représentant la famille en son état laïc étaient des images de propagande de la grande aristocratie. Le port du skaranikon, c’est-à-dire de la coiffe où était gaufré le portrait impérial, par une grande partie des hommes de la deuxième génération – dont les fils de la fondatrice, l’un protostratôr, l’autre grand connétable, mais aussi certains de ses gendres dont un grand primicier et un autre protosébaste – témoigne certainement de la volonté de ces dignitaires de montrer leur appartenance à la plus haute classe, celle qui détenait les offices impériaux, ainsi que leur proximité avec l’empereur. La générosité de l’empereur permettait à celui qui recevait ce don de manifester publiquement son allégeance au souverain52. Le typikon comporte néanmoins quatre enluminures religieuses de style entièrement différent, dont la fondatrice et son époux en habit monastique sous les noms respectifs de Théodoule et Joachim53, enluminure qui est, en quelque sorte, le pendant austère du portrait flamboyant du couple en habit laïc, ainsi que la fondatrice et sa fille en habit monastique54. On remarquera qu’Euphrosyne, la fille de Théodora Synadènè, entrée enfant dans le monastère pour accompagner sa mère – est-il dit expressément dans le typikon55 – est toujours représentée en habit monastique, une fois avec ses deux parents, l’autre fois avec sa mère. Ces enluminures ont très certainement une autre fonction que la précédente, d’autant qu’il existe une enluminure représentant l’ensemble des moniales ainsi qu’une autre avec la Vierge et l’Enfant56. Si nous ne disposons pas d’autre typikon original enluminé, nous pouvons cependant faire appel à quelques exemples de manuscrits enluminés ayant appartenu à de grands aristocrates de condition impériale qui témoignent bien de cette dissociation entre portraits laïcs et religieux et de leur portée distincte, l’une politique, l’autre religieuse. Ainsi à la même époque pratiquement, au milieu du xive siècle, l’empereur Jean VI Cantacuzène est représenté sur une miniature en un double portrait dans l’une de ses collections de traités théologiques, l’un comme basileus, avec sceptre, mappa et vêtements de cérémonie, l’autre comme moine Joasaph57. D’un côté le pouvoir suprême sur terre, de l’autre la dévotion suprême qui mène à Dieu. Pour les douze portraits du typikon, huit représentent le pouvoir que les membres de la famille ont détenu, quatre témoignent de la condition monastique de trois de ses membres, Théodora-Théodoule et Euphrosyne œuvrant par leur dévotion – fondation du monastère et rédaction du double typikon – au salut de la famille tout entière58.

  • 59 Connor, Women of Byzantium…, op. cit. n. 14, p. 303 ; Gaul, op. cit. n. 14, p. 262-268. La prokypsi (...)

29Enfin, il semble bien que toutes ces enluminures étaient recouvertes d’un voile de soie, comme en témoignent des traces de piqûre de soie rouge en haut des pages. Ces enluminures étaient donc, comme certaines icônes, dévoilées en certaines occasions, lors de cérémonies liturgiques où justement on allumait ces candélabres si soigneusement mentionnés pour chacun des parents commémorés ou même pendant certaines fêtes, quand étaient rassemblés visiteurs et nonnes. Ce dévoilement, souligné par le fond doré des images, pouvait alors être assimilé à une prokypsis de la lignée de Théodora Synadènè, une branche de la lignée impériale qui était mise en retrait sous les règnes d’Andronic II et même désavouée au début du règne d’Andronic III et dont la représentation dans toute sa splendeur évoquait sa double fonction sociale et spirituelle59.

Constantin Komnènos Raoul Palaiologos le protosébaste et Euphrosyne Doukaina Palaiologina la protosébaste

Constantin Komnènos Raoul Palaiologos le protosébaste et Euphrosyne Doukaina Palaiologina la protosébaste

Lincoln College Typikon : Oxford, ms. gr. 35, fol. 6r.

Théodora Palaiologina et la fondation de Lips

  • 60 A.-M. Talbot, « Empress Theodora Palaiologina, Wife of Michel VIII », Dumbarton Oaks Papers, 46 (19 (...)
  • 61 La volonté de Théodora était d’ériger un nouveau mausolée impérial qui devait remplacer les grands (...)
  • 62 Talbot, « Lips: Typikon of Theodora Palaiologina… », loc. cit. n. 4, chap. 42.
  • 63 Ibid., chap. 30.
  • 64 Georges Pachymérès, Relations historiques, VII, 19, éd. A. Failler, Paris, 1999, p. 66 et n. 40-41. (...)
  • 65  Talbot, « Lips: Typikon of Theodora Palaiologina… », loc. cit. n. 4, chap. 3.
  • 66 Ibid., chap. 16.

30L’impératrice Théodora Palaiologina, veuve de Michel VIII en décembre 1282, restaura peu après le monastère de Lips, érigé au xe siècle dans la vallée du Lykos, au centre de la ville, et dédié à la Théotokos. La rédaction du typikon, daté entre 1294 et 1301, semble avoir été liée à la mort de sa fille Anna, qui fut la première ensevelie dans l’église de Saint-Jean le Baptiste qu’elle avait ajoutée au katholikon60. Théodora envisagea sa sépulture et celles des membres féminins de la famille, mais également celles des membres masculins s’ils en faisaient la demande, et elle cite enfants, gendres et brus, petits-enfants et leurs conjoints, qui tous seraient alors commémorés. Ainsi ces commémoraisons sont liées, contrairement aux deux autres typika que nous avons étudiés, à l’ensevelissement des membres de la famille dans le monastère61 : la fondatrice elle-même, sa fille Anne défunte, sa mère, tous ceux dans le futur, enfants et gendres, qui feront la requête d’être enterrés dans le monastère, et également petits-fils et petites-filles, belles-filles, époux des petites-filles si tel est leur désir : pour tous ceux-là il y aura des commémoraisons annuelles, dont nous n’avons pas le détail62. Le dimanche, les jours de fête et lors des quatre liturgies de la semaine, cinq miches de pain seront également distribuées au nom de ses ancêtres défunts, de son fils l’empereur, de sa belle-fille la despoina, de ses enfants, d’elle-même et de sa mère. De plus, chaque samedi, des stauria (pains en forme de croix) leur seront offerts63. Il y aura des chants selon le typikon de Saint-Sabas. Nous savons néanmoins – sans que cela soit dit dans le typikon – que Théodora ne pourra pas commémorer son époux, Michel VIII, puisque cela lui a été interdit par l’Église dans la profession de foi orthodoxe qu’elle a dû prêter en 1283, au lendemain du rejet de l’Union, au concile des Blachernes, profession de foi qui prit la forme officielle d’un chrysobulle signé par elle64. Comme dans les deux autres typika examinés, le nœud est Théodora et sa descendance verticale. Quant au patron, ce sera son fils Andronic II, l’empereur, du fait de sa souveraineté voulue par Dieu65, et, ensuite, ce seront les empereurs qui lui succéderont. Si le monastère était interdit aux hommes, néanmoins l’empereur, sa suite de nobles et les parents masculins de la fondatrice étaient autorisés à visiter l’église et les tombes familiales66. Comparé aux deux typika précédents, le chapitre concernant les commémoraisons est très bref.

  • 67 Gautier, « Le Typikon… », loc. cit. n. 2, p. 19-20.
  • 68 Delehaye, op. cit. n. 3, chap. 2, 14, 15, 16, etc.,
  • 69 Ibid., chap. 3. Il s’agit de Michel VIII (1259-1282), Andronic II corégnant depuis 1272 et seul emp (...)
  • 70 Talbot, « Lips: Typikon of Theodora Palaiologina… », loc. cit. n. 4, chap. 11.
  • 71 Ibid., chap. 30.
  • 72 Talbot, « Bebaia Elpis… », loc. cit. n. 3, chap. 6.
  • 73 Ibid., chap. 7-8.
  • 74 Pour le don, voir les raisons explicitées par Théodora Synadènè (Talbot, « Bebaia Elpis… », loc. ci (...)
  • 75 Garland, « “Till Death…” », loc. cit. n. 1, p. 42. Sur le rôle du typikon comme élément de sacralis (...)

31Il n’y a pas de doute que, par ces chartes de fondation, Irène Doukaina, Théodora Palaiologina et Théodora Synadènè ont promu leur identité aristocratique et impériale. La première, qui se qualifie de « très pieuse augousta », remercie dans le préambule la Mère de Dieu de sa bonté envers elle depuis le berceau : elle a été dotée du privilège de sa naissance (génos) puis de la basileia67 ; la seconde, Théodora Palaiologina, se désigne elle-même par son titre « Ma Majesté impériale » (è basileia mou)ou « Notre Majesté » (è èmetera basileia)68 et fait référence à son époux défunt le basileus, son fils le basileus, son petit-fils co-régnant69. Par la grâce de Dieu il est arrivé qu’elle fût despoina70, titre qui est désormais celui de sa bru, Irène de Montferrat71. Enfin, Théodora Synadènè mentionne en tout premier son père, du noble génos des Paléologues, qui avait le titre de sébastocrator et était le frère de l’empereur72, puis souligne la grande renommée du lignage aristocratique de sa mère, les Vranas, et mentionne, enfin, expressément le rang de son époux le stratopédarque de lignage Komnènos et Synadènos73. Toutes les trois ont affirmé que la règle qu’elles donnaient à leur monastère s’accordait avec leur rang dans le monde. Pour les laïcs la fondation monastique était, en effet, un cadeau de remerciement pour leur carrière glorieuse et le typikon un mémorial familial74. Texte et images ont comme but de promouvoir la fondatrice et ses idéaux féminins. C’est pour cela que le typikon sera lu à haute voix aux nonnes, le public féminin du monastère75.

Notas

1 L. Garland, « “Till Death do us Part?” Familly Life in Byzantine Monasteries », Questions of Gender in Byzantine Society, éd. B. Neil et L. Garland, Farnham, 1995, p. 29-55 ; M. Loukaki, « Monastères de femmes à Byzance du xiie siècle jusqu’à 1453 », Les femmes et le monachisme byzantin, éd. J. Y. Perreault, Athènes, 1991, p. 33-42 ; E. C. Koubena, « A Survey of Aristocratic Women Founders of Monasteries in Constantinople between the Eleventh and the Fifteenth Centuries », ibid., p. 25-32.

2 P. Gautier, « Le Typikon de la Théotokos Kécharitôménè », Revue des études byzantines, 43 (1985), p. 5-165.

3 Le manuscrit enluminé du typikon de la Bébaia Elpis – connu sous le nom de Lincoln College Typikon gr. 35 – est aujourd’hui conservé à la Bodleian Library d’Oxford. Voir I. Hutter, Corpus der Byzantinischen Miniaturhandschriften: Oxford College Libraries 5.1 et 5.2, Stuttgart, 1997 ; H. Delehaye, Deux Typica byzantins de l’époque des Paléologues, Bruxelles, 1921, p. 18-105. Pour la traduction anglaise à laquelle nous nous référons, voir A.-M. Talbot, « Bebaia Elpis: Typikon of Theodora Synadene for the Covent of the Mother of God Bebaia Elpis in Constantinople », Byzantine Monastic Foundation Documents, éd. J. Thomas et A. Constantinidès Hero, Washington D.C., 2000, no 57, p. 1512-1578.

4 Delehaye, op. cit. n. 3, p. 106-136 ; trad. A.-M. Talbot, « Lips: Typikon of Theodora Palaiologina for the Convent of Lips », Byzantine Monastic Foundation Documents, op. cit. n. 3, no 39, p. 1254-1286.

5 Garland, « “Till Death…” », loc. cit. n. 1, p. 40-41 et 49-50.

6 A.-M. Talbot, « Byzantine Women, Saints’ Lives and Social Welfare », Women and Religious Life in Byzantium, éd. A.-M. Talbot, Aldershot/Burlington, 2001, p. 105-122, p. 118-119. D’où la pertinence de nos deux tableaux.

7 Gautier, « Le Typikon… », loc. cit. n. 2, chap. 71, p. 120-124.

8 D. I. Polemis, The Doukai: A Contribution to Byzantine Prosopography, Londres, 1968, no 26.

9 Ibid., no 107.

10 B. Hill, Imperial Women in Byzantium 1025-1204: Power, Patronage and Ideology, Harlow/New York, 1999, p. 148.

11 Polemis, The Doukai…, op. cit. n. 8, no 79.

12 Gautier, « Le Typikon… », loc. cit. n. 2, chap. 79 et 80 : partie rédigée entre 1120 et 1130.

13 Elle pensait être la clé de cette succession, comme il en était pour le monastère de la Kécharitôménè ; voir Jean Zonaras, Ioannis Zonarae Epitomae Historiarum, XVIII, 24, 17-18 : « Il était arrangé que tout le pouvoir et le gouvernement de l’empire seraient transférés sur elle après le décès de son époux et que même l’empereur son fils lui serait soumis », éd. M. E. Pinder, Bonn, III, 1897, p. 747.

14 Les miniatures de ce typikon ont fait l’objet de nombreuses études, à commencer par I. Spatharakis, The Portrait in Byzantine Illuminated Manuscripts, Leyde, 1976, p. 190–207 ; C. L. Connor, Women of Byzantium, New Haven/Londres, 2004, p. 277-308 ; I. Hutter, « Die Geschichte des Lincoln College Typikons », Jahrbuch der österreichischen Byzantinistik, 45 (1995), p. 79-114 ; C. Hennessy, « The Lincoln College Typikon: The influences of Church and Family in an Illuminated Foundation Document for a Palaiologan Convent in Constantinople », Under the Influence: The Concept of Influence and the Study of Illuminated Manuscripts, éd. J. Lowden et A. Bovey, Turnhout, 2008, p. 97-109 ; N. Gaul, « Writing “with Joyful and Leaping Soul”: Sacralization, Scribal Hands and Ceremonial in the Lincoln College Typikon », Dumbarton Oaks Papers, 69 (2015), p. 243-271.

15 Pour la concomitance entre le passage de Théodora à son état de nonne Théodoule, investie de l’autorité spirituelle, et la sacralisation du typikon, texte et objet, voir Gaul, op. cit. n. 14, p. 246-250.

16 Talbot, « Bebaia Elpis… », loc. cit. n. 3, à partir du chap. 146 ; Hutter, « Die Geschichte… », loc. cit. n. 14, p. 103-105.

17 Talbot, « Bebaia Elpis… », loc. cit. n. 3, chap. 158-159 : le typikon est donc l’œuvre de trois générations.

18 Ayant dans l’esprit que les enluminures, qui se trouvent au début du typikon, ont été déplacées et ne sont pas dans l’ordre primitif, nous suivrons le texte du typikon en y associant les portraits. Pour une synthèse de la question des enluminures et une nouvelle hypothèse, voir Hennessy, « The Lincoln College Typikon… », loc. cit. n. 14, p. 101-106. L’auteure est d’avis qu’il ne s’agit pas de copies réalisées par Théodora vers 1330, mais qu’il y eut deux phases : les quatre premiers portraits d’Euphrosyne et de ses parents en habit monastique (fol. 7r), d’Euphrosyne et sa mère en habit monastique (fol. 11r) et des moniales (fol. 12r) ainsi qu’une Vierge à l’Enfant (fol. 10v) datent de 1300 et les huit portraits laïcs cérémoniaux ont été insérés par Euphrosyne lors de l’ajout de son typikon vers 1335.

19 Talbot, « Bebaia Elpis… », loc. cit. n. 3, chap. 113, 114 et 116.

20 Sur le nom de Kantakouzenè : D. M. Nicol, The Byzantine Family of Kantakouzenos (Cantacuzenus) 1100-1460, Washington, 1968, no 11 ; sur la vêture impériale, Connor, Women of Byzantium…, op. cit. n. 14, p. 279-280.

21 Voir la miniature représentant la famille impériale bénie par la Vierge et l’Enfant dans le manuscrit offert par Manuel II à l’abbaye de Saint-Denis en 1407-1408, Spatharakis, The Portrait…, op. cit. n. 14, p. 139-144.

22 Talbot, « Bebaia Elpis… », loc. cit. n. 3, chap. 116, 117.

23 Lincoln College Typikon, Oxford, ms. gr. 35, fol. 2r.

24 Prosopographisches Lexikon der Palaiologenzeit, Verlag der Österreichischen Akademie der Wissenschaften, Vienne, 2001, [ci-dessous PLP], 27120. Mort vers 1345.

25 PLP 27126.

26 Talbot, « Bebaia Elpis… », loc. cit. n. 3, chap. 119.

27 Lincoln College Typikon, Oxford, ms. gr. 35, fol. 8r : Eudokia Synadènè Protostratôrissa, épouse de Théodore Doukas Vranainos Synadènos (PLP 27096) et fol. 3r. : Irène Palaiologina Laskarina, seconde épouse du grand connétable Jean Paléologue (PLP 21362).

28 PLP 10944 ; Talbot, « Bebaia Elpis… », loc. cit. n. 3, XXIII, chap. 135 ; Nicol, The Byzantine Family…, op. cit. n. 20, no 39.

29 Talbot, « Bebaia Elpis… », loc. cit. n. 3, chap. 153.

30 Ibid., chap. 137.

31 Talbot, « Bebaia Elpis… », loc. cit. n. 3, chap. 138.

32 Ibid., chap. 139 et 140.

33 Ibid., chap. 141.

34 Cette despoina était la fille de Constantin Palaiologos, Na Palaiologina (PLP 26265), qui fut tsarine des Bulgares comme épouse de Smilec, puis régna seule et revint ensuite à Constantinople. Son fils, qui porte ici sa titulature complète Jean Doukas Komnènos Angelos Vranas Palaiologos, était donc le neveu de Théodora Synadènè.

35 Talbot, « Bebaia Elpis… », loc. cit. n. 3, chap. 142. L’icône de la Théotokos avec son voile était un cadeau exceptionnel rappelant la fameuse icône de la Vierge des Blachernes.

36 Ibid., chap. 143.

37 Ibid., chap. 136 ; PLP 21382.

38 Talbot, « Bebaia Elpis… », loc. cit. n. 3, chap. 158 ; PLP 29737 ; Nicol, The Byzantine Family…, op. cit. n. 20, no 40.

39 Lincoln College Typikon, Oxford, ms. gr. 35, fol. 4r. Son époux est mort en 1332 ; Nicol, The Byzantine Family…, op. cit. n. 20, no 40.

40 Ibid., fol. 5r. ; PLP 1524 : avant 1335, car disgrâce et emprisonnement de Manuel Asan de 1335 à 1341.

41 Ibid., fol. 6r ; PLP 21372.

42 Ibid., fol. 9 v. ; PLP 1527 ; Nicol, The Byzantine Family…, op. cit. n. 20, no 41.

43 Talbot, « Bebaia Elpis… », loc. cit. n. 3, chap. 158.

44 La prostratôrissa Glabaina est mentionnée comme étant la sœur de la fondatrice : Talbot, « Bebaia Elpis… », loc. cit. n. 3, chap. 145, mais il semble qu’elle fût plutôt sa cousine (PLP 4202/27511) ; quant à la despoina des Bulgares, voir sa mention chap. 122 et 142.

45 Talbot, « Bebaia Elpis… », loc. cit. n. 3, chap. 18 et 19.

46 Ibid., chap. 149.

47 P. Gautier, « L’obituaire du typikon du Pantocrator », Revue des études byzantines, 27 (1969), p. 235-262.

48 On nuancera ce constat socio-économique en rappelant l’idéologie ancrée chez les Byzantins, y compris pour les plus pieux d’entre eux, d’une proportionnalité entre le don et la commémoraison : ainsi, dans son testament de 1098, la riche veuve Pakourianè, qui avait adopté un style de vie semi-monastique plusieurs années auparavant, prend des mesures pour la commémoraison régulière et perpétuelle de son époux à Iviron en donnant au monastère un très grand domaine, que ce dernier lui avait légué, voir A.-M. Talbot, « Une riche veuve à la fin du xie siècle. Le testament de Kalè Pakourianè », Impératrices, princesses, aristocrates et saintes souveraines. De l’Orient chrétien et musulman au Moyen Âge et au début des Temps modernes, éd. É. Malamut et A. Nicolaïdès, Aix-en-Provence, 2014, p. 201-215, p. 205.

49 Talbot, « Bebaia Elpis… », loc. cit. n. 3, chap. 145 ; P. Magdalino, « The Byzantine Aristocratic Oikos », The Byzantine Aristocracy ix to xiii Centuries, éd. M. Angold, 1984, p. 92-111, p. 103.

50 Talbot, « Bebaia Elpis… », loc. cit. n. 3, chap. 6.

51 Lincoln College Typikon, Oxford, ms. gr. 35, fol. 9r.

52 Pseudo-Codinos, Traité des Offices, éd. J. Verpeaux, Paris, 1966, p. 152-153 ; C. Hilsdale, Byzantine Art and Diplomacy in an Age of Decline, Cambridge, 2014, p. 10-13 ; Pseudo-Kodinos and the Constantinopolitan Court: Offices and Ceremonies, éd. R. Macrides, J. A. Munitiz et D. Angelov, Farnham/Burlington, 2013, p. 332-336.

53 Lincoln College Typikon, Oxford, ms. gr. 35, fol. 7r.

54 Ibid., fol. 11r.

55 Talbot, « Bebaia Elpis… », loc. cit. n. 3, chap. 11.

56 Lincoln College Typikon, Oxford, ms. gr. 35, fol. 12r. et 1v.

57 Paris, BNF, ms. grec 1242, fol. 123v, daté de 1370-1375 ; Byzance. L’art byzantin dans les collections publiques françaises, éd. J. Durand, Paris, 1992, no 355, p. 461.

58 Hennessy, « The Lincoln College Typikon… », loc. cit. n. 14, p. 97. Il est à noter que sur la miniature représentant Théodora-Théodoule et Euphrosyne en habit monastique, la première tient le modèle du monastère, la seconde tient le typikon, les deux pour l’offrir à la Théotokos (Lincoln College Typikon, Oxford, ms. gr. 35, fol. 11r).

59 Connor, Women of Byzantium…, op. cit. n. 14, p. 303 ; Gaul, op. cit. n. 14, p. 262-268. La prokypsis était l’apparition en majesté de l’empereur ou de l’impératrice lors de certaines cérémonies, comme le couronnement ou le mariage.

60 A.-M. Talbot, « Empress Theodora Palaiologina, Wife of Michel VIII », Dumbarton Oaks Papers, 46 (1992), p. 295-303, p. 298.

61 La volonté de Théodora était d’ériger un nouveau mausolée impérial qui devait remplacer les grands mausolées impériaux de Constantin et de Justinien de la basilique des Saints-Apôtres (Talbot, « Empress Theodora Palaiologina… », loc. cit. n. 60, p. 298-301). En qui concerne les sépultures du monastère de Lips, voir le dernier article sur la question : V. Marinis, « Tombs and Burials in the Monastery tou Libos in Constantinople », Dumbarton Oaks Papers, 63 (2009), p. 147-166.

62 Talbot, « Lips: Typikon of Theodora Palaiologina… », loc. cit. n. 4, chap. 42.

63 Ibid., chap. 30.

64 Georges Pachymérès, Relations historiques, VII, 19, éd. A. Failler, Paris, 1999, p. 66 et n. 40-41. Sa fondation devait contribuer à l’expiation de ses péchés (Talbot, « Lips: Typikon of Theodora Palaiologina… », loc. cit. n. 4, chap. 52) dont le fait d’avoir quelque temps participé à l’hérésie de son époux (Talbot, « Empress Theodora Palaiologina… », loc. cit. n. 60, p. 303).

65  Talbot, « Lips: Typikon of Theodora Palaiologina… », loc. cit. n. 4, chap. 3.

66 Ibid., chap. 16.

67 Gautier, « Le Typikon… », loc. cit. n. 2, p. 19-20.

68 Delehaye, op. cit. n. 3, chap. 2, 14, 15, 16, etc.,

69 Ibid., chap. 3. Il s’agit de Michel VIII (1259-1282), Andronic II corégnant depuis 1272 et seul empereur (1282-1328) et Michel IX corégnant depuis 1281.

70 Talbot, « Lips: Typikon of Theodora Palaiologina… », loc. cit. n. 4, chap. 11.

71 Ibid., chap. 30.

72 Talbot, « Bebaia Elpis… », loc. cit. n. 3, chap. 6.

73 Ibid., chap. 7-8.

74 Pour le don, voir les raisons explicitées par Théodora Synadènè (Talbot, « Bebaia Elpis… », loc. cit. n. 3, c. 5) : « J’ai fait cela comme un petit remboursement de ma grande dette, en remerciement de la protection et des grandes bénédictions, au-delà de tout calcul quantifiable, que j’ai reçues d’Elle pendant toute ma vie. » Mais c’est le typikon qui donne le droit de faire les prières pour les membres de la famille – le lignage – et les commémoraisons pour le salut de leurs âmes (M. Angold, « The Autobiographical Impulse in Byzantium », Dumbarton Oaks Papers, 52 [1998], p. 225-257, p. 243).

75 Garland, « “Till Death…” », loc. cit. n. 1, p. 42. Sur le rôle du typikon comme élément de sacralisation de la fondatrice et des nonnes : Gaul, op. cit. n. 14, p. 246-250. 

© Éditions de la Sorbonne, 2018

Condiciones de uso: http://www.openedition.org/6540

Buscar en OpenEdition Search

Se le redirigirá a OpenEdition Search