Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Les vivants et les morts dans les sociétés médiévales

 | 
Société des historiens médiévistes de l’Enseignement supérieur public

Memoria et commémoration

Nomina viventium, nomina defunctorum : les interactions entre vivants et morts dans les libri memoriales carolingiens

Nomina Viventium, Nomina Defunctorum: Interactions between the Living and the Dead in the Libri Memoriales of the Carolingian Era

Régine Le Jan

Résumé

Les libri memoriales, apparus sur le continent à la fin du viiie siècle dans des monastères étroitement liés au pouvoir politique, ont permis d’intégrer leurs bienfaiteurs en inscrivant leurs noms dans un même livre de vie. Leur succès tient à ce qu’ils permettent le développement d’échanges flexibles et polymorphes entre les moines/moniales, leurs confrères/consœurs, leurs amis vivants et défunts. Il tient aussi au mode d’intégration « en groupe » des vivants et des morts, qui révèle la capacité d’une société holiste et chrétienne à concevoir des formes d’inscriptions mémorielles collectives à côté des formes d’inscriptions individuelles conformes à l’idée que chacun sera jugé à l’aune de ses propres mérites. Les changements intervenus dans la seconde moitié du ixe siècle et au xe siècle traduisent les changements politiques et la nécessité toujours plus grande d’intégrer les défunts aux interactions des vivants.

The Libri Memoriales that emerged on the continent at the end of the 8th century in monasteries with strong links to the political powers, were a means for the monasteries to integrate their benefactors by inscribing them in a single book of life. Their success was largely due to the fact that they gave rise to the development of flexible and polymorphic relations between the monks and/or nuns and their colleagues and friends both living and dead. It was also due to a type of “group integration” of the living and the dead which reveals the capacity of a holistic Christian society to develop collective forms of memorial inscription together with individual forms in keeping with the idea that each person is judged according to his merits. The changes that took place in the second half of the 9th and during the 10th centuries reflect the political changes of the period and the constantly increasing necessity to associate the dead with the interactions of the living.

Texte intégral

  • 1 M. Halbwachs, La mémoire collective, édition critique établie par G. Namer et M. Jaisson, Paris, 19 (...)
  • 2 Memoria. Der geschichtliche Zeugniswert des liturgischen Gedenkens im Mittelalter, dir. K. Schmid e (...)
  • 3 M. Lauwers, Naissance du cimetière. Lieux sacrés et terre des morts dans l’Occident médiéval, Paris (...)

1Le christianisme, tendu vers le Jugement dernier et la résurrection des corps, a changé le rapport des sociétés à leurs morts, entraînant dès le ive siècle de gigantesques transferts de biens aux églises, afin d’obtenir, par le biais de la commémoration liturgique des défunts et de la médiation des saints, leur conversion en biens spirituels. Les nombreux travaux qui ont été consacrés à ce phénomène se sont inscrits dans la perspective de la mémoire sociale1. Ils ont conduit à dépasser la représentation d’une société articulant deux mondes séparés, celui des vivants et celui des morts, pour celle d’une présence des morts dans le monde des vivants2. Parallèlement, l’archéologie et l’épigraphie ont permis de mieux comprendre comment les morts avaient été progressivement réintégrés dans l’espace des vivants, entre le viie et le xie siècle3.

  • 4 R. McKitterick, History and Memory in the Carolingian World, Cambridge, 2004, p. 173-174.
  • 5 G. Constable, « The Commemoration of the Dead in the Early Middle Ages », Early medieval Rome and t (...)
  • 6 J. Raaijmakers, The Making of the Monastic Community of Fulda, c. 744-c. 900, Cambridge, 2012.
  • 7 Liber vitae et nécrologe dont il ne reste que des fragments (Libri anniversariorum et necrologium m (...)
  • 8 D. Geuenich, « A Survey of the Early Medieval Confraternity Books from the Continent », The Durham (...)
  • 9 Ms Salzburg, Erzabtei St. Peter, Archiv Hs. A 1 saec. IX.
  • 10 Confraternitates Sangallenses, éd. P. Piper, MGH, Necr., Libri Confraternitatum Sancti Galli Augien (...)
  • 11 St. Gallen, Stiftarchiv (Abtei Pfäfers), Cod. Fab. 1. Liber viventium. A. von Euw, Liber viventium (...)
  • 12 Das Verbrüderungsbuch von Reichenau, éd. J. Autenrieth, MGH, Libri mem. et Necr. NS. 1, Munich, 197 (...)
  • 13 Liber memorialis von Remiremont, t. 1 et 2, éd. E. Hlawitschka, K. Schmid et G. Tellenbach, MGH, Li (...)
  • 14 Der Memorial- und Liturgiecodex von San Salvatore/Santa Giulia in Brescia, éd. D. Geuenich et U. Lu (...)
  • 15 Concile d’Attigny, 762, MGH, Conc. 11/1, p. 72 et Dingolfing, 770, ibid., p. 96. K. Schmid et O.-G. (...)

2La commémoration des défunts et la prise en charge de la mémoire des morts par l’Église participent au développement à long terme du dominium ecclésial, entre le viie et le xiie siècle, mais on voudrait souligner ici l’importance du moment carolingien, entre viiie et xe siècles, quand se développent des formes d’écrits nécrologiques. Car si la mémoire généalogique pouvait être entretenue oralement dans la famille, par la médiation des femmes essentiellement, la commémoration liturgique des défunts, qui était du ressort des clercs et des moines, ne pouvait l’être efficacement sans support écrit, à usage liturgique4. Sous l’influence des moines anglo-saxons qui sont arrivés sur le continent à la fin du viie siècle, on établit donc des listes qui ont pris des formes multiples5 : annales nécrologiques, nécrologes, listes d’anniversaires, obituaires, rouleaux des morts, livres mémoriaux se multiplient et coexistent, parfois au sein des mêmes établissements, comme à Fulda6, Saint-Gall7 ou Saint-Sauveur de Brescia. Dans cet ensemble, je m’intéresse ici aux libri memoriales, qui sont apparus sur le continent à la fin du viiie siècle8. En 784, dans la Bavière ducale, les moines du monastère Saint-Pierre de Salzbourg réalisent un Liber memorialis9, puis, en Alémanie et en Rhétie, les moines de Saint-Gall produisent un Liber vitae en 81310, ceux de Pfäfers un Liber viventium vers 82011 et ceux de Reichenau un Liber Confraternitatum en 82412. Au même moment, vers 820, les moniales de Remiremont, dans les Vosges, commencent un Liber memorialis, qui est continué en 862/313, tandis qu’en 856, en Italie du Nord, les moniales du Sauveur de Brescia, également monastère royal, établissent un Liber vitae conservé dans un codex entièrement consacré à la liturgie des morts14. Ces établissements se conformaient ainsi à la législation conciliaire des années 76015, puisque les évêques et les abbés présents aux synodes d’Attigny et de Dingolfing s’étaient engagés à conclure des accords de confraternité, à la manière anglo-saxonne, pour assurer la commémoration liturgique de leurs confrères et consœurs défunts. Cependant, ce n’est évidemment pas le fruit du hasard si les livres mémoriaux ont été réalisés par des établissements étroitement liés à la royauté et dotés d’une très forte centralité géopolitique, chacun dans leur espace. Si le souci de commémorer les défunts y est central, ils traduisent aussi le développement d’une structure intégrative au service du politique, avec la volonté d’ordonner en réformant qui caractérise cette période. Surtout, à la différence des nécrologes, des annales nécrologiques et des rouleaux des morts, dans lesquels on inscrivait seulement les noms des défunts, les libri memoriales intègrent les vivants et représentent ainsi une société spirituelle des vivants et des morts dont les points d’ancrage sont les monastères royaux. Le genre est donc complexe puisqu’il permettait de garder en mémoire les noms des confrères et consœurs des établissements associés pour les commémorer (libri confraternitatum), mais aussi d’intégrer par le biais de la commémoration tous ceux, vivants et morts, qui devaient ainsi entrer dans la vie éternelle comme bienfaiteurs de la communauté (libri vitae). La commémoration « en groupe » des vivants et des morts permettait enfin d’identifier des groupes, de les intégrer en un même livre de vie, tout en les ordonnant en une même hiérarchie.

Vivants et morts, clercs et laïcs

  • 16 Cette indifférenciation des morts a été bien mise en lumière par Michel Lauwers ; Lauwers, Naissanc (...)
  • 17 Id., La mémoire des ancêtres. Le souci des morts. Morts, rites et société au Moyen Âge, Paris, 1997 (...)

3Chaque institution a fait ses propres choix. Le Liber vitae de Salzbourg commence ainsi par les vivants, placés avant les défunts. Celui de Pfäfers est intitulé Liber viventium et s’articule sur les quatre Évangiles, richement ornés, les noms des vivants et des morts ayant été inscrits dans les doubles arcades. À partir de la seconde moitié du ixe siècle, on y a ajouté les objets du trésor et les livres de la bibliothèque, qui contribuaient aussi à la sacralité de la communauté. De son côté, le Liber Confraternitatum de Reichenau a été prévu en deux parties : les 97 premières pages contiennent les capitula, c’est-à-dire les listes des membres des communautés associées au monastère par des accords de contraternité. Puis vient la deuxième partie du livre, elle-même divisée en deux sections intitulées nomina amicorum viventium et nomina amicorum defunctorum, écrites en même temps que les premières listes et de la même main pour les premières pages. Le terme amici se réfère ici au lien créé par l’association à la fraternité monastique de ceux qui, clercs et laïcs, hommes et femmes, l’ont fait bénéficier de leurs « bienfaits », en échange de leur commémoration : les transferts participent ainsi à la construction sociale des liens, par toute une série d’échanges entre les vivants et les morts. L’inscription ordonnée des noms des amici dans le livre de la communauté permet de sortir certains bienfaiteurs de l’indifférenciation des morts16, elle « publicise » les liens, elle distingue et crée de la hiérarchie. En même temps, les groupes de noms qui ont été ajoutés, ici comme dans tous les livres mémoriaux, dans les marges, entre les colonnes, donnent aux pages un aspect très désordonné et renvoient d’une certaine manière aux champs des morts, proches de l’église, où les tombes se recouvraient et se recoupaient17. On peut y voir le reflet de la distance entre un monde imaginé et les réalités qui conduit à l’échec de cette construction, ou la représentation d’un livre de vie pour les vivants et les morts, qui crée de la hiérarchie et qui la dissout en même temps.

  • 18 R. Le Jan, « Les cérémonies carolingiennes : symbolique de l’ordre, dynamique de la compétition », (...)
  • 19 Saint-Gall, p. 30-34.
  • 20 Ibid., p. 8.
  • 21 M. Lauwers, Monastères et espace social. Genèse et transformation d’un système de lieux dans l’Occi (...)

4D’autres distinctions viennent recouper celle des vivants et des morts. À Salzbourg, chaque liste forme un ordo, pour les évêques, les abbés, les prêtres et, enfin, les rois et les ducs. Cela renvoie aux colonnes des amis vivants de Reichenau qui distinguent et ordonnent, mais sans titre, la famille royale, les évêques, les abbés, les prêtres et les comtes, l’ensemble apparaissant comme une sorte de projection de la cour carolingienne des années 824-826, représentée sur le modèle de la Jérusalem céleste18. En revanche, la section des amis défunts, ouverte par le groupe des fondateurs, est nettement moins ordonnée. Par ailleurs, dans le livre de Pfäfers, comme dans celui de Saint-Gall, une autre distinction vient recouper celle des vivants et des morts, conforme au schéma des ordines patristiques, puisqu’on distingue ici les laïcs. Sur la liste royale qui ouvre le livre de Pfäfers, les noms royaux sont suivis de quatre noms, chacun avec le qualificatif laicus. Cette mention, qu’on retrouve dans d’autres listes de Pfäfers, apporte une qualification de même nature que celles des prêtres, diacres, sous-diacres et celle des rois. Elle renvoie aussi à la rubrique nomina feminarum laicorum du Liber vitae de Saint-Gall19, à laquelle correspondait probablement une rubrique perdue nomina virorum laicorum, avec des mentions de laici après celles des presbiteri et des diaconi20. Ces qualifications expriment la volonté d’intégrer les bienfaiteurs laïques à la fraternité monastique, ce qu’il faut mettre en relation avec le plan de Saint-Gall, réalisé exactement au même moment à Reichenau, qui traduit lui-même, selon Michel Lauwers, la volonté d’intégrer les laïcs au monastère, en leur réservant des espaces particuliers21.

  • 22 Pfäfers, Liber viventium, p. 66, de deux mains différentes : Heberardus dux, puis Ghisela et Unroch(...)
  • 23 Saint-Gall Liber Vitae A, fol. 18r (Cod sangallensis, op. cit. n. 10, col. 57) : Eburhart com. Unro (...)
  • 24 Brescia, fol. 25r.

5À partir de la seconde moitié du ixe siècle, le statut est également signalé par des titres, qui se multiplient au xe siècle, sans être systématiquement appliqués, et qui révèlent ainsi des identités multiples portées par chaque individu. Ainsi, en 858, à l’occasion d’un voyage à Ulm, où il a été envoyé ès qualités par Louis II avec l’évêque de Brescia Noting pour représenter le roi lors de la restauration du monastère royal par Louis le Germanique, Évrard (marquis de Frioul) s’est fait inscrire à Pfäfers, où il porte le titre de dux, avec son épouse Gisèle (fille de Louis le Pieux et de Judith) et son fils aîné Unroch22, ainsi qu’à Saint-Gall, où il porte celui de comes23. Dans celle-ci, après son fils et son épouse, sans titre, vient Adalpert, lui aussi qualifié de comes (de Thurgau), avec d’autres noms sans qualificatifs. Il s’agit ici d’une entrée double, initiée par deux personnages qui ne sont pas directement apparentés, auxquels on donne leur titre, parce qu’ils agissent dans le cadre d’une mission officielle et qu’ils rendent aussi publique leur amicitia. De même apparaissent dès la seconde moitié du ixe siècle, comme dans les nécrologes, les mentions de comitissa : notons ainsi dans une entrée dont on peut déterminer l’initiateur, les noms d’Évrard, Unroch et Abba (épouse d’Unroch), cette dernière portant le titre de comitissa, alors que ni son beau-père et ni son mari ne portent celui de comes24.

Construire l’identité de la communauté

  • 25 Liber Confraternitatum S. Petri Salisburgensis Vetustior, éd. S. Herzberg-Fränkel, MGH, Necrologia (...)

6En rédigeant ces listes, en sélectionnant et en agençant les noms des vivants et des morts, les communautés monastiques écrivaient leur propre histoire, construisaient leur propre identité et s’inscrivaient dans le jeu politique, à différentes échelles. Quand Virgil, évêque de Salzbourg, fit compiler le Liber vitae de Saint-Pierre, les tensions entre le duc Tassilon et son cousin Charlemagne étaient extrêmement fortes. La chute du royaume lombard en 774, puis le couronnement du jeune Pépin comme roi d’Italie ne laissaient guère de doute sur le sort du duché et de la famille ducale. Pourtant, les ordines des rois inscrits sur le Liber vitae mettent en lumière la famille royale lombarde, qui était celle de la duchesse Liutberge. L’ordo des rois vivants et de leurs épouses commence par les Carolingiens : Charles et son épouse Fastrade, puis Pépin, Charles, Louis, Pépin. On note qu’a été inscrit en tête le fils aîné de Charlemagne, Pépin le Bossu, qui s’est ensuite révolté en 792, avec l’aide des Bavarois, pour avoir été écarté de la succession. On a aussi inscrit Adelchis, fils du roi Didier et frère de la duchesse Liutberge, définitivement vaincu en 788, ainsi qu’Ansa, leur mère, veuve du roi Didier. En face de la colonne des rois, celle des ducs de Bavière, au grand complet. L’ordo des rois défunts n’est pas moins signifiant. Charles Martel vient en tête, comme à Reichenau, avec sa troisième épouse, Swanahilde, qui était nièce du duc de Bavière. Pépin (le Bref) suit avec son épouse Bertrade, puis Charlemagne. Enfin vient Didier, père de la duchesse Liutberge, et dernier roi des Lombards. La liste des ducs suit avec Tassilon, Liutberge et leurs enfants Theodon, Cotani, Hrodrude25. Ainsi l’évêque Virgil et la famille ducale ont utilisé la liste pour construire une histoire où l’ancienne famille royale lombarde, abattue par Charlemagne, avait autant de place que celle des Carolingiens. Ces listes font écho au fameux calice de Kremsmünster, monastère fondé en 777 par le couple ducal, sur lequel était portée l’inscription Tassilo dux fortis et Liutpirc virga regalis.

  • 26 Das Verbrüderungsbuch, op. cit. n. 12, p. 98. Une autre main a ajouté, probablement après 825, les (...)
  • 27 Ibid., p. 114.
  • 28 U. Ludwig, Transalpine Beziehungen der Karolingerzeit im Spiegel der Memorialüberlieferung, Hanovre (...)

7Les listes de Reichenau furent écrites dans un contexte différent, puisque la chute du duché d’Alémanie remontait aux années 740, mais la mise à l’écart brutale de la famille ducale, puis sa remontée dans les années 780, après le mariage de Charlemagne avec Hildegarde et les tensions entre les groupes en compétition avaient laissé des traces encore bien visibles. Si la liste des Carolingiens vivants avec leurs épouses est conforme à celle qu’on attendait d’un monastère royal qui était en lien direct avec la cour26, celle des défunts n’est pas aussi complémentaire de la première qu’il y paraît27. Elle commence par Charles Martel, maire du palais, présenté comme l’ancêtre fondateur de la dynastie en même temps que celui du monastère. Il est suivi par ses deux fils, Pépin roi et Carloman maire du palais ; Charlemagne est ensuite cité comme empereur, tandis que son frère Carloman ne porte pas le titre de roi. Charles le Jeune et Pépin, roi d’Italie, portent le titre de roi, tout comme le fils de Pépin, Bernard, qui mourut en 818, après avoir été condamné par son oncle Louis le Pieux. Ainsi sont soulignées les connexions étroites de Reichenau avec la famille de Pépin et de Bernard d’Italie, qui avaient été en charge de l’Alémanie, mais que Louis le Pieux avait écartée. Les épouses défuntes des Carolingiens sont enregistrées après les hommes, avec le titre de reine, à l’exception des deux premières épouses de Charles Martel et de Rothais, épouse de Pépin d’Italie. La bavaroise Swanahilde, troisième épouse de Charles Martel, est ici présentée comme regina, ce qu’elle ne fut jamais. Les moines ont ainsi voulu souligner sa centralité pour le monastère. Swanahilde renvoie en effet au duc des Alamans Lantfrid, qui a été inséré dans la liste, sans titre, et dont elle était la nièce. Les moines de Reichenau le revendiquaient donc comme fondateur, au même titre que Charles Martel, et dans ce réseau, la « reine » Swanahilde occupait une place centrale, comme médiatrice entre les deux familles. Après Lantfrid et quatre noms de Carolingiennes, une autre main a ajouté Imma, nom qui avait été porté par la mère du duc Lantfrid et par celle de la reine Hildegarde et du comte Gerold. Ce dernier fut l’un des principaux bienfaiteurs du monastère, ce qui lui valut d’être inhumé dans l’église du monastère. Le tombeau du comte Gerold à Reichenau renvoyait aux membres de sa famille inscrits sur les listes, intégrant passé et présent dans une même construction identitaire et conférant au monastère une forte centralité dans un réseau de relations mémorielles ancré en Allemagne du Sud, relié à l’Italie28, projeté dans l’empire et centré sur la cour.

Liber viventium, Pfäfers, Stiftarchiv St-Gallen, fol. 24

Liber viventium, Pfäfers, Stiftarchiv St-Gallen, fol. 24
  • 29 Pfäfers, Liber viventium, p. 24 : arcade de gauche : Pipinus rex Karolus imp. Ludouuicus imp. Pipin (...)

8En revanche, l’entrée de la famille royale du Liber viventium de Pfäfers, inscrite dans les doubles arcades29, ne distingue pas les défunts des vivants, soulignant ainsi que tous sont inscrits dans le même livre de vie : la liste des hommes, placée dans l’arcade de gauche, s’ouvre par le roi Pépin (et non Charles Martel), puis l’empereur Charles, suivi de l’empereur Louis le Pieux et du roi Pépin (Pépin d’Italie, décédé en 811, ou Pépin d’Aquitaine). Suivent trois administrateurs de l’Alémanie des années 760 (Ruthard, Warin, Isembard), tous trois décédés, qui avaient mis au pas l’Alémanie du temps de Pépin et de Carloman, mais qui avaient été écartés par Charlemagne, après son mariage avec Hildegarde, et trois membres des plus puissantes familles de la région, qui étaient peut-être en charge à ce moment. Dans l’arcade de droite, celle des femmes, deux défuntes seulement ont été inscrites, Hildegarde et Fastrade, épouses de Charlemagne, avant l’impératrice Judith, tandis que la première, épouse de l’empereur, Ermengarde, est omise, sans doute parce qu’on la rendait responsable de la mort de Bernard d’Italie. Par la sélection opérée, cette ligne souligne à sa manière l’inscription du monastère dans l’espace régional et ses liens avec la lignée carolingienne italienne.

Intégrer les groupes

  • 30 Catégorie définie par G. Althoff, Amicitiae…, op. cit. n. 23.
  • 31 U. Ludwig, « Krise des Karolingerreichs und Gebetsgedenken. Anmerkungen zum Problem der ‘grossen Pe (...)
  • 32 Gisèle est la fille de Louis le Pieux et de Judith, la sœur de Charles le Chauve et la demi-sœur de (...)
  • 33 Le Codex comprend aux fol. 42r à 45r les notices d’oblation.
  • 34 C. La Rocca, L. Provero, « The Dead and Their Gifts. The Will of Eberhard, Count of Frioul, and His (...)
  • 35 S. Airlie, « The Palace of Memory. The Carolingian Court as Political Center », Courts and Regions (...)
  • 36 Ludwig, Transalpine Beziehungen…, op. cit. n. 28, p. 30-31.

9La fonction intégratrice des monastères carolingiens a été maintes fois soulignée. L’inscription des groupes dans les libri memoriales y participe directement, qu’il s’agisse de groupes familiaux, de ceux qui associent parents et amis ou de grands groupes comprenant souvent plusieurs dizaines de noms dépassant largement le cadre familial30 et apparaissant dans la seconde moitié du ixe siècle, en Germanie, en Lotharingie et en Italie31. Parmi les entrées composites, on trouve ainsi au folio 8r du Liber vitae du Sauveur de Brescia une liste qui a peut-être été inscrite à l’occasion de la rédaction du Liber, en 856, et de la venue du couple impérial et de la cour au monastère. Elle commence par l’empereur Louis II (Domnus Lodouicus imperator en onciales rouges) avec l’impératrice Engelberge, en rouge aussi d’une autre main (Domna Ingelberga imperatrix). La colonne de gauche, de la même onciale rouge que le nom de l’empereur, commence par Évrard (de Frioul) qui était, par son épouse Gisèle, l’oncle par alliance de Louis II. Il est suivi par Liutfrid, oncle maternel de Louis II, et par Adelchis, père de l’impératrice. Viennent ensuite vingt autres noms masculins. À droite de cette colonne, une troisième main a inscrit, à côté d’Évrard, le nom de son épouse Gisèle32 et, à côté de Liutfrid, les noms d’Unroch (fils aîné d’Évrard) et d’Ava, épouse d’Unroch et fille de Liutfrid. Suivent les noms de Bérenger, Adalard, Engiltrude, Raoul (Rodulfus diac. d’une autre main), Judith, Heilwich, qui sont les enfants d’Évrard et de Gisèle, avant cinq noms masculins et féminins fréquents chez les Unrochides, les Étichonides et la famille de l’évêque Noting de Brescia. Bien que d’une autre main, les noms de la colonne de droite sont donc étroitement associés à Évrard et Liutfrid. En revanche, les noms masculins de la colonne de gauche, qui sont ceux de grands laïcs et de titulaires d’honores ecclésiastiques en Italie du Nord, ont en commun avec Évrard, Liutfrid et Adelchis d’une part, d’avoir déjà offert, ou d’être sur le point d’offrir une fille, une sœur, une nièce au monastère du Sauveur et de compter ainsi parmi les plus importants bienfaiteurs du monastère33, d’autre part de faire partie du cercle des grands proches du couple impérial. L’entrée a évidemment une forte tonalité unrochide, comme on l’a noté34. Mais elle met en avant les liens avec Louis II, surtout si les noms des deux abbesses qui ont été ajoutés entre ceux de l’impératrice Engelberge et Évrard lui-même – Domna Berta abba., Domna Adelaide abba. – correspondent, pour la première, à la sœur de l’empereur, qui fut privée de son abbatiat d’Avenay par Charles le Chauve, et, pour la seconde, peut-être à une parente du duc Liutfrid, non identifiée par ailleurs. L’entrée pourrait donc tout aussi bien avoir été initiée par l’abbesse Gisèle, sœur de Louis II, nièce de Gisèle et Liutfrid. Quoi qu’il en soit, l’ensemble produit une représentation mémorielle de la cour de Louis II et d’Engelberge35 qu’elle inscrit au cœur du réseau du monastère du Sauveur, un réseau de vivants et de défunts, dont la force intégratrice et stabilisatrice était considérable dans le royaume d’Italie36. La cour de Louis II apparaît ici comme coextensive de la communauté monastique qu’elle rejoint avec ses vivants et ses défunts.

  • 37 Remiremont, 5v-6r.
  • 38 K. Schmid, « Unerforschte Quellen aus quellenarmer Zeit. Zur amicitia zwischen Heinrich I. und dem (...)

10Les grands groupes, qui se multiplient au xe siècle, traduisent des changements dans le cadre des royaumes postcarolingiens. Deux entrées du Liber memorialis de Remiremont aux folios 5v et 6r présentent ainsi des différences notables avec celles du ixe siècle37. Elles ont été analysées en détail par Karl Schmid, qui a montré qu’elles étaient complémentaires. La première date du début de 922, avant l’élection du marchio Robert de Neustrie comme roi de Francie occidentale et s’ouvre par la commémoration du décès du très célèbre comte Guntram le jour de Noël (921), de celui du comte Hugues (de Tours † 937) et de l’impératrice Judith († 843), qui sont par ailleurs tous trois inscrits au nécrologe de Remiremont. Ces trois personnes sont les points de rattachement qui fixent l’identité et l’alliance des groupes inscrits dans l’entrée, à savoir les Robertiens, les Étichonides et les Welfs, et, par le biais des alliances, les Bosonides, les Conradins, les Popponides. L’entrée a probablement été faite à l’initiative de Robert Ier à l’occasion de la commémoration de Guntram, puisque les premiers noms cités sont ceux des grands-parents maternels de Robert Ier, l’étichonide Hugues de Tours et son épouse Ava (Ugo comes et Ava), sa tante maternelle Berta et ses parents Ruotbert com et Adelaide, cette dernière étant la fille d’Hugues et ayant été mariée en premières noces au Welf Conrad, frère de l’impératrice Judith. Le caractère commémoratif de cette entrée ne dissimule pas son aspect politique, puisque les Carolingiens en sont absents, de même que les Ottoniens, mais que sont présents les fils du duc de Bourgogne Richard le Justicier, le roi Rodolphe II de Bourgogne, des Étichonides alsaciens et des Conradins, qui semblent avoir formé une opposition au traité de Bonn conclu en novembre 921 entre le roi Henri Ier de Germanie et le roi de Francie occidentale Charles le Simple. Ce regroupement, que d’autres sources auraient pu qualifier de conjuration, s’est formé autour de la commémoration de ses défunts et du réseau des moniales de Remiremont ; il conduit à l’élévation de Robert à la royauté en juin 922 et à la seconde entrée, écrite d’une même main et commençant par les mêmes ancêtres de Robert (Ugo com Aua comes Ruoitbertus com, Adelcdis com). Celui-ci apparaît cette fois en tant que rex (34e), suivi de son fils Hugues (35e), avec les rois Henri Ier de Germanie (18e) et Rodolphe II de Bourgogne jurane (28e), lui-même suivi de son frère Louis et des trois fils de Richard le Justicier, avec leur mère Adelheide. L’entrée a dû être faite juste après le pacte d’amicitia conclu sur la Ruhr au début de 923 entre Henri Ier et Robert Ier, en présence au moins des représentants de Rodolphe II de Bourgogne jurane38.

11Pour notre propos, il faut analyser et comprendre la mention Nomina viventium qui se trouve au début de la deuxième entrée en 6r et qui fait le pendant avec l’entrée 5v qui commémore les défunts :

Liber memorialis, Remiremont, fol. 6r

Liber memorialis, Remiremont, fol. 6r
  • 39 J. Baschet, Corps et âmes. Une identité de la personne au Moyen Âge, Paris, 2016.

12Car les noms qui introduisent la liste des vivants sont en réalité des défunts : Ugo comes, Ava comitissa, Ruotbertus comes et Adelaidis comitissa, c’est-à-dire les grands-parents et les parents de Robert Ier, qui se trouvaient aussi dans l’entrée 5r où ils faisaient partie des défunts commémorés. Et si la première entrée correspond bien à celle des défunts, introduite par la commémoration du comte Guntram, elle comprend aussi des vivants, de même qu’il y a des défunts dans l’entrée des vivants, ce qui rappelle l’entrée de Pfäfers introduite par la mention nomina viventium qui comprenait aussi des défunts. Cette « confusion » n’en est pas une, si on envisage le rapport entre les vivants et les morts d’un point de vue anthropologique. Pour comprendre la signification profonde des listes 5v et 6r de Remiremont, il faut en effet considérer d’une part que les défunts sont des acteurs, membres à part entière des réseaux sociaux, participant directement à des échanges avec les vivants, avec des droits et des devoirs, d’autre part qu’il y a une dynamique entre les deux listes. La liste 5v est effectivement celle des défunts commémorés en tête, qui attendent des vivants qui sont à leur suite et qui portent en eux une part de leur propre identité39 les prières nécessaires à leur salut. En retour, les défunts soutiennent les liens entre les vivants, donnant ainsi force et cohésion au groupe. Au contraire, la liste 6r est organisée autour des vivants qui viennent de remodeler leurs réseaux d’alliance. Les défunts qui sont placés en tête de la liste partagent avec eux les succès auxquels ils ont contribué et dont ils doivent aussi récolter les fruits en termes de fama.

  • 40 Althoff, Amicitiae…, op. cit. n. 23, p. 188.
  • 41 Reichenau, pages 24 et 25 d’une même main.
  • 42 Althoff, Amicitiae…, op. cit. n. 23, p. 190-192.
  • 43 Ibid.

13Une autre entrée révèle comment l’intrication des liens entre vivants et morts donne forme aux groupes qui soutiennent les équilibres politiques et religieux, dans un monde instable où les hiérarchies se reconfigurent. L’évêque Baldéric d’Utrecht (918-975), apparenté à la famille saxonne de la reine Mathilde de Germanie40, apparaît dans une entrée de Reichenau41, de peu postérieure à la mort d’Henri Ier et à l’avènement de son fils Otton Ier, en 936. L’entrée comprend 136 noms et commence par Otton, sa première épouse Édith et leur fils Liudolf. Le nom de Baldéric vient ensuite, suivi des noms de son père, de son frère et de deux archidiacres. Sa mère apparaît plus loin, ainsi que les noms d’autres parents, sur plusieurs générations42. Les derniers noms de l’entrée (99-106), qui répètent des noms du début de la liste, correspondent à des défunts, hypothèse renforcée par le fait que les mêmes noms reviennent deux ou trois fois. Sont ainsi nommés des membres du clergé d’Utrecht. Nombre de ces personnages sont également inscrits dans des annales des morts ou dans des nécrologes saxons43. Il s’agit bien d’une entrée des vivants, au milieu desquels on trouve de nombreux défunts, ce qui donne à l’entrée un caractère d’indifférenciation plus grand que dans les entrées de Remiremont dont il a été question auparavant et ce qui confirme l’extrême fluidité du genre.

14Les libri memoriales participent au développement des écrits à caractère commémoratif et apparaissent sur le continent à la fin du viiie siècle, dans des monastères étroitement liés au pouvoir politique. Ils ne devaient pas seulement faciliter la commémoration des confrères et consœurs défunts, mais aussi créer une structure intégrative soutenant l’entreprise ecclésiale carolingienne. En même temps, ils ont permis d’intégrer un nombre toujours plus grand de bienfaiteurs dans un même livre de vie. Le souci d’ordonner a conduit à multiplier les distinctions entre vivants et morts, hommes et femmes, clercs et laïcs, et à soutenir les hiérarchies, tandis que s’intégraient des groupes et que se configuraient des réseaux dont les monastères royaux étaient les pôles intégrateurs et stabilisateurs, en relation étroite avec les cours royales.

15Le succès des libri memoriales tient avant tout à ce qu’ils ont contribué au développement d’échanges flexibles et polymorphes entre les moines/moniales, leurs confrères/consœurs, leurs amis et leurs patrons, vivants et défunts. Car ce qui distingue ce genre d’autres écrits nécrologiques consacrés aux seuls défunts, c’est l’inscription conjointe des vivants et des morts dans une même societas. L’apparition des grandes entrées, comprenant plusieurs dizaines de noms, dans la seconde moitié du ixe siècle, n’a pas transformé le rapport des vivants à leurs morts, mais elle révèle les transformations politiques qui s’accélèrent au siècle suivant, dans le cadre des royaumes postcarolingiens. L’indifférenciation plus grande des vivants et des morts exprime peut-être l’échec de l’ordonnancement carolingien, mais éclaire aussi davantage la nature et la forme des échanges entre les vivants et les morts, considérés comme des acteurs sociaux : les défunts ont besoin des vivants pour les commémorer ; en retour non seulement ils légitiment le statut de leurs descendants, mais ils font aussi tenir les groupes qui soutiennent les accords d’amicitia.

16Les libri memoriales ont enfin permis des intégrations « en groupe », qui caractérisent une société holiste. Cependant, ils ne peuvent être dissociés des autres écrits nécrologiques, en particulier des nécrologes, qui assurent la commémoration individuelle des défunts. Les uns et les autres révèlent ainsi comment une société holiste et chrétienne a conçu parallèlement des formes d’inscriptions individuelles conformes à l’idée que chacun sera jugé à l’aune de ses propres mérites, et des formes d’inscriptions collectives qui considèrent les personnes à travers le groupe de vivants et de défunts qui les fait exister, dans un cadre et un moment donnés. L’abandon progressif de ce type d’inscriptions « en groupe » pourrait alors traduire un basculement vers un modèle de société plus individualiste.

Notes

1 M. Halbwachs, La mémoire collective, édition critique établie par G. Namer et M. Jaisson, Paris, 1997.

2 Memoria. Der geschichtliche Zeugniswert des liturgischen Gedenkens im Mittelalter, dir. K. Schmid et J. Wollasch, Münster, 1984. O.-G. Œxle, Memoria als Kultur, Göttingen, 1995.

3 M. Lauwers, Naissance du cimetière. Lieux sacrés et terre des morts dans l’Occident médiéval, Paris, 2005. C. Treffort, Mémoires carolingiennes. L’épitaphe entre célébration mémorielle, genre littéraire et manifeste politique, milieu viiie-début xie siècle, Rennes, 2007.

4 R. McKitterick, History and Memory in the Carolingian World, Cambridge, 2004, p. 173-174.

5 G. Constable, « The Commemoration of the Dead in the Early Middle Ages », Early medieval Rome and the Christian West, éd. D. A. Bullough et J. M. H. Smith, Leyde, 2000, p. 169-195, p. 179-180.

6 J. Raaijmakers, The Making of the Monastic Community of Fulda, c. 744-c. 900, Cambridge, 2012.

7 Liber vitae et nécrologe dont il ne reste que des fragments (Libri anniversariorum et necrologium monasterii Sancti Galli, éd. F. Baumann, MGH, Necr., t. 1, diocèse de Constance, Berlin, 1888, p. 462-487).

8 D. Geuenich, « A Survey of the Early Medieval Confraternity Books from the Continent », The Durham Liber Vitae and its Context, dir. D. Rollason, A. Piper, M. Harvey, R. Rollason, Woodbridge, 2004.

9 Ms Salzburg, Erzabtei St. Peter, Archiv Hs. A 1 saec. IX.

10 Confraternitates Sangallenses, éd. P. Piper, MGH, Necr., Libri Confraternitatum Sancti Galli Augiensis Fabariensis, Berlin, 1884, p. 1-144 (désormais Saint-Gall).

11 St. Gallen, Stiftarchiv (Abtei Pfäfers), Cod. Fab. 1. Liber viventium. A. von Euw, Liber viventium Fabariensis. Das karolingische Memorialbuch von Pfäfers in seiner Liturgie- und Kunstgeschichtlichen Bedeutung, Berne/Stuttgart, 1989 (désormais Pfäfers, Liber viventium).

12 Das Verbrüderungsbuch von Reichenau, éd. J. Autenrieth, MGH, Libri mem. et Necr. NS. 1, Munich, 1979 (désormais Reichenau).

13 Liber memorialis von Remiremont, t. 1 et 2, éd. E. Hlawitschka, K. Schmid et G. Tellenbach, MGH, Libri mem., Munich, 1970 (désormais Remiremont).

14 Der Memorial- und Liturgiecodex von San Salvatore/Santa Giulia in Brescia, éd. D. Geuenich et U. Lugwig, MGH, Libri mem. et Necr. NS, Hanovre, 2000 (désormais Brescia).

15 Concile d’Attigny, 762, MGH, Conc. 11/1, p. 72 et Dingolfing, 770, ibid., p. 96. K. Schmid et O.-G. Oexle, « Voraussetzungen und Wirkung des Gebetsbundes von Attigny », Francia, 2 (1974-1975), p. 71-122.

16 Cette indifférenciation des morts a été bien mise en lumière par Michel Lauwers ; Lauwers, Naissance…, op. cit. n. 3, p. 127.

17 Id., La mémoire des ancêtres. Le souci des morts. Morts, rites et société au Moyen Âge, Paris, 1997, p. 153.

18 R. Le Jan, « Les cérémonies carolingiennes : symbolique de l’ordre, dynamique de la compétition », Le corti nell’alto medioevo, Spolète, 2105, p. 167-195. Ead., « Reichenau and its amici viventes, Competition and Cooperation? », Religious Franks: Religion and Power in the Frankish Kingdoms: Studies in Honour of Mayke de Jong, éd. R. Meens, Manchester, 2016, p. 551-585.

19 Saint-Gall, p. 30-34.

20 Ibid., p. 8.

21 M. Lauwers, Monastères et espace social. Genèse et transformation d’un système de lieux dans l’Occident médiéval, Turnhout, 2014.

22 Pfäfers, Liber viventium, p. 66, de deux mains différentes : Heberardus dux, puis Ghisela et Unroch.

23 Saint-Gall Liber Vitae A, fol. 18r (Cod sangallensis, op. cit. n. 10, col. 57) : Eburhart com. Unroch Cysala Adalpertus com. Ruadlind Oadalrichus Hadaperht Ruadpold Erchampert Liutfrid Pabo. Quatre noms suivent, mais sont douteux selon G. Althoff, Amicitiae und Pacta. Bündnis, Einung, Politik und Gebetsgedenken im beginnenden 10. Jahrhundert, Hanovre, 1992, p. 180 (Williho Reginho Engilpreht Alpger).

24 Brescia, fol. 25r.

25 Liber Confraternitatum S. Petri Salisburgensis Vetustior, éd. S. Herzberg-Fränkel, MGH, Necrologia Germaniae 2, Berlin, 1904, p. 4-44.

26 Das Verbrüderungsbuch, op. cit. n. 12, p. 98. Une autre main a ajouté, probablement après 825, les noms de Louis le Jeune, fils aîné de Lothaire et Ermengarde, né en 825, de Charles et de Gisèle, les deux enfants de Louis et Judith qui avaient été omis en 824. Cet ajout est assurément le fruit d’une négociation entre Lothaire et le couple impérial. D’autres membres de la famille royale, ainsi que des parents de l’impératrice Judith, ont été ajoutés ensuite, à la fin de la colonne.

27 Ibid., p. 114.

28 U. Ludwig, Transalpine Beziehungen der Karolingerzeit im Spiegel der Memorialüberlieferung, Hanovre, 1999, p. 150-152.

29 Pfäfers, Liber viventium, p. 24 : arcade de gauche : Pipinus rex Karolus imp. Ludouuicus imp. Pipinus rex Rothardus laic. Uuarinus laic. Isimbardus laic. Humfredus laic. Adalbertus laic. Luto laic. ; arcade de droite : Hildigarda reg. Liutcarda reg. Iudith regi Itta Liuthcarda.

30 Catégorie définie par G. Althoff, Amicitiae…, op. cit. n. 23.

31 U. Ludwig, « Krise des Karolingerreichs und Gebetsgedenken. Anmerkungen zum Problem der ‘grossen Personengruppen’ in den frühmittelalterlichen Libri Vitae », Les élites au haut Moyen Âge. Crises et renouvellement, dir. F. Bougard, L. Feller, R. Le Jan, Turnhout, 2006, p. 439-452.

32 Gisèle est la fille de Louis le Pieux et de Judith, la sœur de Charles le Chauve et la demi-sœur de Lothaire, Louis le Germanique et Pépin d’Aquitaine. Elle a épousé Évrard vers 836.

33 Le Codex comprend aux fol. 42r à 45r les notices d’oblation.

34 C. La Rocca, L. Provero, « The Dead and Their Gifts. The Will of Eberhard, Count of Frioul, and His Wife Gisela, Daughter of Louis the Pious (863-864) », Rituals of Power from Late Antiquity to the Early Middle Ages, éd. F. Theuws et J. Nelson, Leyde, 2000, p. 225-280.

35 S. Airlie, « The Palace of Memory. The Carolingian Court as Political Center », Courts and Regions in Medieval Europe, dir. S. Rees Jones, A. J. Minnis, R. Marks, York, 2000, p. 1-20, p. 17-18.

36 Ludwig, Transalpine Beziehungen…, op. cit. n. 28, p. 30-31.

37 Remiremont, 5v-6r.

38 K. Schmid, « Unerforschte Quellen aus quellenarmer Zeit. Zur amicitia zwischen Heinrich I. und dem westfränkischen König Robert im Jahre 923 », Francia, 12 (1985), p. 119-147.

39 J. Baschet, Corps et âmes. Une identité de la personne au Moyen Âge, Paris, 2016.

40 Althoff, Amicitiae…, op. cit. n. 23, p. 188.

41 Reichenau, pages 24 et 25 d’une même main.

42 Althoff, Amicitiae…, op. cit. n. 23, p. 190-192.

43 Ibid.

Table des illustrations

Titre Liber viventium, Pfäfers, Stiftarchiv St-Gallen, fol. 24
URL http://books.openedition.org/psorbonne/docannexe/image/53783/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 48k
Titre Liber memorialis, Remiremont, fol. 6r
URL http://books.openedition.org/psorbonne/docannexe/image/53783/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 99k

© Éditions de la Sorbonne, 2018

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540