Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Les vivants et les morts dans les sociétés médiévales

 | 
Société des historiens médiévistes de l’Enseignement supérieur public

Écritures funéraires

La mort et sa commémoration dans l’Arménie médiévale : premières approches d’un vaste corpus épigraphique1

Death and its Commemoration in Medieval Armenia: First Approach to the Vast Epigraphic Corpus

Isabelle Augé

Résumé

Une partie importante des sources épigraphiques arméniennes concerne la mort et sa commémoraison.

Les épitaphes sont fréquemment associées à des croix de pierre qui portent souvent des textes plus longs. Ils peuvent s’arrêter sur les circonstances du décès, sont parfois le réceptacle de l’affliction des vivants qui, rarement il est vrai, s’épanchent en décrivant le disparu.

Aux inscriptions présentes sur les deux volets de ce diptyque pierre tombale-xač‘k‘ar s’ajoute un nombre important d’inscriptions de donations. Le donateur lègue au monastère une partie de ses biens en échange d’un nombre d’offices qui seront célébrés pour lui ou pour les membres de sa famille. Ces inscriptions de donations, fort nombreuses, se trouvent bien souvent sur les murs d’une partie de l’édifice ecclésial que l’on désigne comme le gawit‘ ou le žamatun, salle voûtée attenante à l’église dans laquelle on trouve de nombreuses sépultures.

Il semble intéressant de s’attarder un peu sur les formules récurrentes de ces différents types d’inscriptions, alors que les études sur la mort dans l’Arménie médiévale ne sont encore que trop peu nombreuses.

A large part of the Armenian epigraphic sources deals with death and its commemoration. Epitaphs are frequently found on stone crosses which often carry longer texts. They can evoke the circumstances of the death and at times will express the distress of the living. On rare occasions they may even contain a description of the deceased.

To the inscriptions found on the two panels of the tombstone-xackar diptych must be added a large number of inscriptions concerning donations. The donor would leave a part of his worldly goods to the monastery in exchange for masses to be said for him or for other members of his family. These inscriptions, of which there are a great number, are often found on the walls of a part of the church called the gawit or the zamatum, an arched hall adjoining the church and which contains many graves.

It would be of interest to consider at length the recurring phrases that occur in the various types of inscriptions at a time when we still have very few academic works extant on death in medieval Armenia.

Texte intégral

  • 1 Nous avons utilisé, pour les termes arméniens, le système de translitération de la Revue des études (...)
  • 2 Les fouilles ont été menées entre 2009 et 2015. Les différents rapports sont consultables, par exem (...)

1Les études sur la mort dans l’Arménie médiévale, d’un point de vue historique comme archéologique, sont encore bien peu nombreuses. Alors que les fouilles de sépultures concernant les périodes anciennes sont légion et ont donné de très nombreux résultats, les travaux concernant le Moyen Âge sont encore rares. Le seul site chrétien à avoir bénéficié d’une étude anthropologique est celui de la basilique paléochrétienne d’Ereruyk‘ et de son cimetière associé. Là, une équipe d’archéologues du LA3M (Laboratoire d’archéologie médiévale et moderne en Méditerranée, Aix-Marseille Université), emmenée par Patrick Donabedian, a fouillé de manière systématique 72 sépultures. Il est souhaitable, et les résultats très probants de cette étude en sont le meilleur argument, que se développe, dans les années à venir, l’archéologie funéraire de l’Arménie médiévale2.

2Au-delà de cet aspect, les problématiques évoquées lors de ce congrès peuvent être approchées, pour ce qui concerne l’Arménie, à travers les sources épigraphiques, qui sont particulièrement riches. Cette richesse du corpus épigraphique était déjà notée, au xixe siècle, par les voyageurs occidentaux, nombreux à visiter ce pays. Dans une missive adressée, à la fin de l’année 1831, à son collègue Alexandre Humboldt, le géographe Louis Vivien de Saint-Martin notait par exemple :

  • 3 P. Mouradian, « Le patrimoine épigraphique arménien », Arménie. La magie de l’écrit, dir. C. Mutafi (...)

De tous temps, les Arméniens ont commémoré les événements de la vie publique ainsi que les hauts faits historiques en les inscrivant sur la pierre. En un sens, leur histoire est gravée dans la pierre et sur la roche de leur pays. Les anciens palais royaux, les forteresses, les ponts, les murs des édifices religieux et publics sont, je le sais, couverts d’inscriptions, dont les reproductions seront d’une grande importance. J’en ai réuni quelques-unes qui me sont parvenues de Grande Arménie, ce qui est suffisant pour me faire une idée de l’utilité de ce type de recueil3.

3Le recueil que l’académicien appelait ici de ses vœux a vu le jour dans le sillage de l’équipe d’archéologues travaillant à Ani, capitale de l’Arménie médiévale ; encore en cours d’élaboration, il compte aujourd’hui neuf volumes dont sept concernent l’Arménie médiévale, ce qui couvre à peu près la moitié du territoire. Pour les régions non couvertes par ce corpus, il faut pour le moment se contenter de monographies, sous forme d’articles ou d’ouvrages consacrés aux différents sites. Les volumes, qui ont été publiés à partir de 1966, sont soignés, mais on peut regretter des photographies de qualité médiocre, qui, de plus, ne concernent qu’une partie des textes dont la transcription est donnée.

4C’est toutefois à travers l’analyse de ce matériau que nous allons faire ici des remarques d’ordre encore général sur la mort dans l’Arménie médiévale, en nous intéressant dans un premier temps aux épitaphes et inscriptions gravées sur les croix de pierre arméniennes que l’on appelle les xač‘k‘ars, avant de faire le point sur les nombreuses inscriptions de donation présentes sur les murs des monuments qui composent les complexes monastiques. Les textes étudiés concernent une période qui va du xe au xive siècle, et se situent dans le territoire de la « Grande Arménie », après la chute du royaume bagratide, en 1045. Les Arméniens, fidèles à leur Église nationale, séparée de l’Église byzantine, vivent alors en relative autonomie sous domination arabe, concurrencée, à partir de la fin du xiie siècle, par les Bagratides de Géorgie.

  • 4 Voir sur ce xač‘k‘ar et son inscription, la notice donnée par Y. Mkrtchian et P. Donabedian, « Khat (...)
  • 5 E. Vardanyan, « The žamatun of Hoṙomos and the žamatun/Gawit‘ Structures in Armenian Architecture » (...)
  • 6 D’après le Kanonagirk‘ : V. Hakobyan, Kanonagirk‘ Hayoc‘ (Le livre des canons des Arméniens), vol.  (...)
  • 7 Le terme arménien employé est celui de dambaran.
  • 8 Diwan Hay Vimagrut‘yan III, Vayoc‘ Jor, Eregnajori ez Azizbekovi šrǰanner (Corpus des inscriptions (...)
  • 9 Nous nous permettons de renvoyer à notre article qui fait le point sur les Ōrbēlean inhumés dans le (...)

5Avant d’entrer dans le détail des textes gravés sur les pierres tombales et les xač‘k‘ars, il faut faire quelques remarques sur les emplacements de ces sépultures. Elles se situent dans trois types de contextes : le premier est celui des cimetières qui, de dimension plus ou moins importante, se trouvent à proximité des églises et monastères. Certains sites arméniens sont particulièrement remarquables de ce point de vue, comme le cimetière de Noradus, qui se situe près du lac Sevan et compte plusieurs centaines de plates-tombes et de croix de pierre. Un xač‘k‘ar, daté de 991, provenant de Noradus est conservé au Musée d’histoire de l’Arménie et le site est occupé pendant toute la période étudiée (fig. 1)4. Pour ce qui concerne les inhumations à l’intérieur, il convient de faire une place aux bâtiments que l’on appelle les gawit‘ ou žamatuns, qui sont particuliers à l’architecture arménienne. Ces bâtiments, adjacents à l’église, du côté ouest, suivent tous peu ou prou un plan quadrangulaire et sont souvent ornés d’une coupole reposant sur quatre colonnes. Le plus ancien monument répondant à cette typologie, daté de 1038, se trouve dans le monastère de Hoṙomos, actuellement en Turquie. Il a fait récemment l’objet d’une publication très complète qui contient une étude détaillée sur les žamatuns et les gawit‘, cherchant notamment à comprendre ce qui peut justifier la distinction entre les deux termes5. Qu’il suffise de rappeler, pour ce qui concerne notre propos, qu’y sont installées de nombreuses tombes et que ce phénomène a été accentué par le fait que, dès le second concile de Dvin, il était proscrit de se faire enterrer dans les églises6. Enfin, les membres des familles aristocratiques avaient pour habitude de privilégier, au cœur de leur domaine, un monastère qu’ils fondaient de toutes pièces ou dont ils assuraient le développement. Ils étaient alors à l’origine d’un véritable programme architectural avec l’érection de bâtiments parmi lesquels on pouvait trouver un mausolée7. L’exemple le plus achevé est celui qui fut construit dans le monastère de Noravank‘, au cœur des domaines de la noble famille des Ōrbēlean, par Tarsaič pour son frère Smpat en 724 de l’ère arménienne (1275). L’inscription de fondation, qui se trouve sur le tympan, mentionne simplement : « Moi, Tarsaič, prince des princes, j’ai construit ce mausolée pour mon frère le roi Smpat, dont je [vous] prie de vous souvenir. En l’année 7248. » Dans ce mausolée se trouvent les sépultures de certains membres éminents de la famille9.

Fig. 1 — Tombes et xač‘k‘ars à Noradus (photo Isabelle Augé, août 2016)

Fig. 1 — Tombes et xač‘k‘ars à Noradus (photo Isabelle Augé, août 2016)
  • 10 L’étude la plus complète est celle de H. Petrosyan, Xač‘k‘ar. Cagumǝ, gorcauyt‘ǝ, patkeragrut‘yunǝ(...)

6Les monuments funéraires, en Arménie, présentent la particularité d’associer, parfois en lien avec les plate-tombes, des croix de pierre (xač‘k‘ar) qui peuvent comporter ou non une inscription. Ces monuments ont fait l’objet de nombreuses études qui en décrivent les spécificités, notamment du point de vue du décor, et les historiens de l’art ont établi des typologies permettant, en l’absence d’inscription, de les dater de manière plus ou moins précise10. Beaucoup sont des stèles funéraires placées à l’extrémité orientale de la tombe, où se trouvent les pieds du défunt, alors que sa tête est à l’ouest. Avant de nous arrêter sur les textes qui accompagnent ces croix, il faut faire un bref rappel sur leur décor. Malgré des évolutions notables entre leur apparition, à la fin du ixsiècle, et la fin du Moyen Âge, quelques constances sont remarquables : la plaque de pierre porte toujours la croix, arbre de vie sur sa face ouest. Cette croix, en général une haute croix arborescente, n’est pas l’instrument des souffrances humaines de Jésus-Christ crucifié, mais cette image de la croix, faite du bois de l’arbre de vie, est plutôt le signe de la victoire sur la mort.

  • 11 S. Barxudaryan éd., Divan Hay Vimagrut‘yan. Prak V, Arc‘ax (Corpus des inscriptions arméniennes, t. (...)

7Malgré l’association fréquente du xač‘k‘ar et de la tombe, peu d’inscriptions font état de l’érection concomitante des deux monuments, à l’exception notable des xač‘k‘ars de l’Arc‘ax puisque le volume V du corpus des inscriptions arméniennes en compte une vingtaine renseignant un tel phénomène, que le commanditaire soit le défunt ou un de ses proches. C’est ainsi, par exemple, que l’on peut lire, sur un xač‘k‘ar d’Hakoba vank‘ : « En l’année 661 [1212], moi, Hasan, fils de Eškar, j’ai dressé cette croix sur ma tombe. Souvenez-vous dans vos prières11. » Et sur un autre :

  • 12 Ibid., no 4 : Թ(վ)ի(ն) :ՈՀԲ : ես Տ(է)ր Սարգիս կանգնեցի զխաչս ի տապանի եղբաւր իմո տ(է)ր Յակովբոսի ար (...)

En l’année 672 [1233], moi, le seigneur Sargis, j’ai dressé cette croix sur la tombe de mon frère le Seigneur Yakovbos, archevêque et éminent patriarche. Souvenez-vous dans vos prières12.

8Les inscriptions des xač‘k‘ars font plus souvent allusion à la force de la croix et au fait que, par le sacrifice du Christ, elle a sauvé l’humanité. On pouvait lire, par exemple, sur le socle d’un très gros xač‘k‘ar se trouvant à l’extérieur de la ville médiévale d’Ani, érigé par un dénommé Kazer :

  • 13 Divan Hay Vimagrut‘yan. Prak I. Ani K‘ałak‘ (Corpus des inscriptions arméniennes, Livre I, La ville (...)

[Voici] la croix sainte et immaculée qui a reçu Dieu, sur laquelle a été cloué le mort immortel, notre Christ qui, par sa mort, a rendu les mortels immortels13.

9Cet aspect se trouve encore, et parfois formulé de manière plus emphatique, sur d’autres monuments. On lit, par exemple, sur un xač‘k‘ar encastré dans le mur d’enceinte du monastère de Tat‘ew :

  • 14 Divan Hay Vimagrut‘yan. Prak II. Gorisi, Sisiani ev Łap‘ani šrǰanner (Corpus des inscriptions armén (...)

Ceci est un monument béni par le sang du créateur, élevé comme un trophée puissant et victorieux pour le salut… Vous qui le rencontrez, souvenez-vous toujours dans le Christ. Moi Łaraman, j’ai dressé cette croix pour mon père14.

10Se développent parfois, sur certains xač‘k‘ars, de véritables prières à la croix pour en faire un médiateur de salut, un intercesseur. Le meilleur exemple se trouve à Arak‘eloc‘ vank‘, où une grande inscription fait le tour de la croix centrale et peut être traduite comme suit :

  • 15 Divan Hay Vimagrut‘yan. Prak VI, Iǰevani šrǰan (Corpus des inscriptions arméniennes, Livre VI, Régi (...)

Ô glorieux saint [signe] à quatre ailes, sauveur de l’humanité, image de la gloire ineffable, lorsque tu brilles dans les nuées célestes, sois l’intercesseur auprès du Seigneur Jésus. Celui qui t’a dressé, Karapet, son épouse Almkan et leurs louables enfants, sois pour eux et leur peuple un signe expiant les péchés15.

11Les inscriptions qui accompagnent les xač‘k‘ars sont gravées en divers endroits. Elles se trouvent souvent sur le socle sur lequel le monument est établi, ou sur la pierre qui porte la croix elle-même, intégrées au décor de la face ouest ou sur les trois autres faces. Ainsi, compte tenu de la taille relativement conséquente de certains de ces monuments, on peut avoir des textes assez longs, qui remplacent ou complètent les informations données sur la plate-tombe.

  • 16 C. Treffort, Mémoires carolingiennes. L’épitaphe entre célébration mémorielle, genre littéraire et (...)
  • 17 Treffort, Mémoires carolingiennes…, op. cit. n. 16, p. 181.

12Considérons donc, dans un second temps, les informations fournies par les inscriptions des plate-tombes et des xač‘k‘ars prises comme un tout. D’un point de vue général, on peut noter, de manière classique, le caractère ténu des informations concernant le défunt. La plupart du temps, lorsque l’on a une inscription, elle se résume à la mention du nom du défunt et de la date du décès. On retrouve dans le contexte arménien médiéval des constantes déjà notées par les historiens occidentalistes qui se sont intéressés aux épitaphes, au premier rang desquels Cécile Treffort et Vincent Debiais16. L’âge précis qu’avait le défunt au moment de son trépas n’est que rarement mentionné, et n’apparaissent souvent que des catégories d’âge17 ; la plupart du temps, les rédacteurs de l’épitaphe insistent sur ce point lorsque la mort semble survenue trop tôt. Dans ce cas précis, les exemples sont nombreux et nous pouvons en citer un. La tombe se trouve autour de la chapelle Surb Dawit‘ située au sud-est du village de Zolak‘ar. La pierre tombale, en bâtière, porte le texte suivant :

  • 18 Divan Hay Vimagrut‘yan. Prak. IV, Gełark‘unik‘. Kamoyi, Martusu ev Vardenisi šrǰanner (Corpus des i (...)

Ceci est le [lieu] de repos de Musaēl qui, à un âge tendre, est parti rejoindre le Christ. Il avait 21 ans et a laissé ses parents dans un deuil inconsolable. Vous qui lisez, souvenez-vous dans vos prières18.

13Ici l’âge précis accompagne le constat de la jeunesse du défunt, mais c’est un cas assez rare et on se contente souvent de rappeler qu’il a quitté trop tôt sa vie terrestre. De même, les circonstances de la mort n’apparaissent dans les textes que lors de morts violentes, essentiellement dans un contexte militaire. La situation de l’Arménie médiévale, toujours exposée à des conflits et subissant de nombreuses invasions, des Turcs aux Mongols, entraîne toutefois la multiplication de ce type de circonstances. Ainsi les aspects martiaux sont fréquents et certains détails très intéressants peuvent être relevés.

  • 19 Divan Hay Vimagrut‘yan I, op. cit. n. 13, no 213 : Արդ ես Կազերս, որդի Մեւոնի կանգնեցի զսա կարողութ (...)

Si nous revenons au xač‘k‘ar de Kazer évoqué plus haut, on peut lire, en prolongeant la citation : « Maintenant, Moi, Kazer, fils de Mewon, je l’ai dressée [la croix] pour que, par la puissance de son fardeau [c’est-à-dire le Christ], on se souvienne de moi et de mes parents et plus encore de Sargis, nageant dans le sang, qui est mort en martyr de la main des Turcs impies en un lieu inhabité. J’ai trouvé mon frère semblable au soleil enseveli sous un tas de pierres, dans une fosse très profonde. Je n’ai pas pu reconnaître son corps ensanglanté. Avec beaucoup d’efforts je l’ai ramené et placé en ce lieu. Je vous prie de vous souvenir19. (fig. 2)

Fig. 2 — Tombe d’Elikum Ōrbēlean à Noravank‘ (photo Isabelle Augé, avril 2013)

Fig. 2 — Tombe d’Elikum Ōrbēlean à Noravank‘ (photo Isabelle Augé, avril 2013)

14Le caractère de martyr se trouve ainsi fréquemment mentionné sur les pierres tombales, de même que, surtout pour les grands princes, les aspects guerriers. Le meilleur exemple à ce propos est bien connu et concerne un prince de la lignée des Ōrbēlean, Elikum. Sa pierre tombale, qui se trouve dans le mausolée de Smbat, à Noravank‘, présente la particularité d’être très décorée, ornée d’une figure de lion ; le texte qui l’accompagne, faisant le tour de la figure animale, joue sur cette comparaison léonine :

  • 20 Divan Hay Vimagrut‘yan III, op. cit. no 8, no 775 : Թվիս : ՉԽԹ : Զգեղեցկատիպն Էլիկում, որդի մեծի Տա (...)

En l’année 749 [1300], [ceci est le lieu de repos] du bel Ēlikum, fils du grand Tarsaič, qui depuis son jeune âge a courageusement rugi contre les troupes étrangères. Je vous prie de vous souvenir [de lui] dans vos prières20.

  • 21 Ibid., no 743 : անյաղթ հռետորի.
  • 22 Ibid., no 247 : անյաղթ փիլոսոփայի.

15Si les qualités guerrières sont ainsi parfois mises en avant, il en va de même pour certaines qualités intellectuelles. Les sources offrent ainsi plusieurs occurrences dans lesquelles le rédacteur de l’épitaphe mentionne, par exemple, que le défunt était doué de qualités oratoires. Sargis, évêque de Siwnik‘ décédé en 747 de l’ère arménienne (1298), est présenté comme un « invincible rhéteur21 ». À Tanati Vank‘, un très beau xač‘k‘ar mentionne, quant à lui, le fait que le défunt, un certain Xač‘atur, mort prématurément, était un « philosophe invincible22 ». Le terme arménien, qui signifie littéralement « invincible », employé pour souligner des qualités intellectuelles, mérite d’être relevé.

16Il faut ensuite s’interroger sur l’identité de la personne qui s’occupe de l’érection du monument, lorsque celle-ci est mentionnée puisque, quelquefois, le texte est formulé à la tournure indirecte, laissant la parole à la pierre, qui semble s’adresser au lecteur potentiel, le priant d’intercéder par ses prières pour le défunt. Mais, fréquemment, les commanditaires sont nommément cités, de même que sont explicités les liens de parenté qui les relient au défunt. Le premier cas, rare, est celui de la personne qui, de son vivant, s’occupe de la confection de sa dernière demeure, comme le grand marchand Tigran Honenc‘, qui a laissé, dans la ville d’Ani, un nombre important de témoignages monumentaux et épigraphiques. Il a fait creuser, dans la falaise de Całkoc‘jor, à Ani, un tombeau rupestre où on peut lire l’inscription suivante :

  • 23 Voir le texte de l’inscription dans Divan Hay Vimagrut‘yan I, op. cit. n. 13, no 211. La traduction (...)

Seigneur Dieu, renforce et élève au-dessus des ennemis de la croix du Christ, l’amirspasalar Zakare ainsi que son frère Ivane, et accorde longue vie à ton serviteur Tigran et à ses fils. Amen23.

  • 24 Concernant les démêlés qu’il eut avec le catholicos Grigor IV, voir I. Augé, Églises en dialogue : (...)

17Le théologien Grigor Tuteordi, connu notamment pour sa farouche opposition à toute union de l’Église arménienne avec l’Église byzantine24, a également laissé une longue inscription sur le xač‘k‘ar attenant à sa tombe, dans le monastère de Sanahin dont il a été le supérieur, dans laquelle il explique clairement ses intentions lorsque, de son vivant, il s’est occupé de l’érection du monument. Le texte mérite d’être lu en son entier :

  • 25 Divan Hay Vimagrut‘yan. Prak IX. Lou marz (Corpus des inscriptions arméniennes, IX. Province de Lo(...)

L’année où survint la mort du roi des Géorgiens Giorgē, moi, le vardapet Grigor, fils de Tutē, du Xač‘en, habitant au [couvent] de la sainte Mère de Dieu, j’ai dressé cette croix sur ma tombe ayant à l’esprit la sortie de la vie. Et maintenant, étendu à tes pieds, signe de Dieu, je te prie avec des lèvres muettes pour que lors de ta grande apparition, tu sois intercesseur pour ton indigne serviteur auprès du Christ et vous qui vous prosternez souvenez-vous dans le Christ Jésus. Dressé alors que Yovannēs était le supérieur et lorsqu’il restaura la kat‘ołikē sainte. En l’année 633 [1184]. Souvenez-vous du constructeur Mxit‘ar dans le Christ. Awetis25.

18Ce texte gravé au dos de la dalle du xač‘k‘ar et, de ce fait, assez long, montre bien que le commanditaire, encore vivant, s’était préoccupé de la confection de la tombe et de la croix, signe intercesseur, ceci répondant à une inquiétude légitime sur la « sortie de vie ». Le texte, ici particulièrement complet, mentionne aussi l’artisan constructeur du monument, Mxit‘ar, et probablement le graveur, Awetis.

19Dans la majorité des cas cependant, ce sont les proches du défunt qui s’occupent de la confection de la dernière demeure et, bien souvent, mentionnent leur lien avec le défunt. Les cas les plus fréquents sont les tombes ou les xač‘k‘ars mis en place par des parents pour leurs enfants – dans ce cas, des marques d’affliction sont quasi systématiquement présentes –, par des enfants pour leurs parents, par des hommes ou des femmes pour leurs conjoints ou pour les membres de leur fratrie. Il y avait certainement une obligation morale, pour les enfants, à faire mémoire de leurs parents en dressant une croix de pierre, marquant l’emplacement de la sépulture et jouant le rôle d’intercesseur, puisqu’un homme prend soin de noter, sur le xač‘k‘ar qu’il a fait dresser à Akunk‘ :

  • 26 Divan Hay Vimagrut‘yan IV, op. cit. n. 18, no 1427 : ի թվ(ին) :ՉԽԶ : կամաւն Ա(ստուծո)յ ի պարոնութ(ե (...)

En l’année 746 [1297] par la volonté de Dieu sous le gouvernement du prince des princes Grigor, moi, Tašurak, fils de Bazumša, seigneur de Miporel, j’ai dressé cette croix pour moi et mon épouse T‘amt‘a pour le salut de nos âmes car nous sommes restés sans enfant. Vous qui vous prosternez, souvenez-vous dans vos prières26.

20Ainsi, ces inscriptions de xač‘k‘ars et de plate-tombes mêlent inextricablement vivants et morts, que la mort soit déjà survenue et que l’on s’occupe d’un proche défunt ou que l’on se préoccupe de son propre trépas. Quelquefois, on trouve même, associés, le souci des morts et celui des vivants. Le personnage de T‘amt‘a Xat‘un, épouse d’Ēlikum Ōrbēlean, est, à ce propos, un exemple intéressant car les inscriptions dont elle est la commanditaire, dans le monastère de Noravank‘, montrent une femme très attentive aux membres de sa famille, pour lesquels elle demande, à plusieurs reprises, l’intercession de la croix. Sur un gros xač‘k‘ar confectionné par un artiste célèbre, Momik, au début du xive siècle, on peut ainsi lire :

  • 27 Divan Hay Vimagrutyan III, op. cit. n. 8, no 794 : ես Թամթա Խաթունս կանգնեցի զխաչս ի Փրկութիւն հոգո (...)

Moi, T‘amt‘a Xat‘un, j’ai dressé cette croix pour le salut de l’âme de l’atabeg Tarsayič et la bonne santé de mes fils, Biwrt‘ēl et Bułtay. En l’année 757 [1308]. Souvenez-vous du vardpet Momik27.

  • 28 Ibid., no 795.

21Elle se préoccupe ici de l’âme de son défunt beau-père et de la santé de ses fils. Sur un autre xač‘k‘ar, de facture approchante, elle fait mémoire non plus de son beau-père, mais d’Ēlikum, son époux défunt (la date de sa mort, survenue en 1300, est donnée sur la plate-tombe décrite plus haut), et demande à nouveau la bonne santé pour ses deux fils28.

22Il faut s’arrêter, pour finir, sur les fonctions de l’inscription pour lesquelles on retrouve, là encore, un certain nombre d’éléments déjà soulignés par les historiens et épigraphistes de l’Occident médiéval.

  • 29 Sur cette question voir l’analyse de V. Debiais, Messages de pierre. La lecture des inscriptions da (...)

23Les inscriptions, qu’elles se trouvent sur les xač‘k‘ars ou sur les tombes, se terminent fréquemment par des formules demandant au lecteur de prier29. Très souvent, le commanditaire demande que l’on se souvienne de lui dans les prières. Ce caractère performatif de l’inscription se trouve aussi bien sur les xač‘k‘ars que sur les plate-tombes avec, pour ces dernières, la nécessité, selon la disposition de l’inscription, de faire le tour de la pierre pour pouvoir la lire en totalité. Quelquefois, le rédacteur du texte prend soin d’indiquer au lecteur les paroles qui doivent être prononcées. C’est le cas par exemple d’une pierre tombale dans un lieu-dit Moz sur laquelle est gravée l’inscription suivante :

  • 30 Divan Hay Vimagrutyan III, op. cit. n. 8, no 47 : Թվ :ՉԾԵ : մեծ է Աստուած. Այս է հանգիստ Էլասլանայ, (...)

En l’année 755 [1306] Dieu est grand. Ceci est le repos de Elaslan. Vous qui lisez, dites d’une seule bouche « Seigneur Dieu, aie pitié d’Elaslan. Amen »30.

24Les précisions quant aux paroles à prononcer ne vont guère au-delà de ce type de mentions. Quelquefois – on retrouve là encore une pratique présente en Occident –, l’inscription peut avoir valeur d’édification, enseigner au lecteur la fragilité de la vie terrestre et lui rappeler qu’en priant pour les défunts, il s’assure, en quelque sorte, les prières des vivants lorsque lui-même se trouvera dans la situation d’en avoir l’utilité. Si ce type de mentions est assez rare, il est tout de même présent, par exemple sur un xač‘k‘ar à Odzun :

  • 31 Divan Hay Vimagrut‘yan IX, op. cit. n. 25, no 618 : Կամաւ ամենակալին Ա(ստուծո)յ ես Պետրոս ծառա Ք(րի (...)

Par la volonté de Dieu tout-puissant, moi, Petros, serviteur du Christ, et mon épouse T‘amar, nous avons érigé, sur nos propres ressources, cette croix pour le salut de nos âmes et la longue vie de notre baron Šahnšah. Vous qui vous prosternez, demandez le pardon de nos péchés à Dieu et Dieu se souviendra de vous. En l’année 693 [1244]31.

25Les inscriptions des tombes et des xač‘k‘ars, la plupart du temps gravées à la demande d’un tiers pour intercéder pour les morts, comme d’ailleurs pour les vivants, ont une valeur performative, enjoignant au lecteur quel qu’il soit d’intercéder, par sa lecture, pour le bénéficiaire auprès de Dieu. Les interventions en faveur des morts ne s’arrêtent pas là et prennent aussi fréquemment la forme de donations, faites par le bénéficiaire ou, là encore, un tiers, en faveur d’une communauté monastique. Ces donations permettent l’obtention d’un certain nombre de suffrages de la part des membres de ladite communauté.

  • 32 Divan Hay Vimagrut‘yan. Prak VI, op. cit. n. 15, nos 23, 24, 25, 26, 27, 28, 29, 30, 31, 32, 33.

26Les inscriptions de donation sont particulièrement nombreuses sur les murs des bâtiments qui composent les complexes monastiques arméniens, surtout sur les murs des gawit‘, à l’intérieur comme à l’extérieur. L’exemple du portail d’entrée du gawit‘ du monastère d’Hałacin, situé dans le nord-est de la république d’Arménie, dans le canton du Tavuš, près de la ville de Diliǰan, est particulièrement parlant, couvert qu’il est, sur tous les éléments qui le composent, d’inscriptions. Si on dénombre celles qui se trouvent partout sur le portail et autour, sur le tympan, de part et d’autre des colonnettes, sur les voussures, on en compte onze au total, dont une seule, celle du tympan, est datée de 120632 (fig. 3). Dix des onze inscriptions ont pour but la commémoraison. Il est en général expliqué que le commanditaire s’est affilié à la communauté monastique, parfois avec son épouse, et a reçu, en échange, la promesse d’un nombre variable d’offices pour son âme, parfois dans toutes les églises du monastère. Dans quelques cas seulement, la donation faite en contrepartie, ici toujours un bien foncier, est mentionnée. Le portail du gawit‘ d’Hałacin se présente donc comme un « livre du souvenir » sur lequel sont commémorés, à une place prestigieuse, un nombre important de personnages qui, pour certains, sont des anonymes.

Fig. 3 — Portail d’entrée du gawit‘ du monastère d’Hałacin (photo Isabelle Augé, avril 2012)

Fig. 3 — Portail d’entrée du gawit‘ du monastère d’Hałacin (photo Isabelle Augé, avril 2012)

27Si l’on passe la porte des gawit‘ et que l’on pénètre dans ces salles, en général très vastes, à la typologie variable, on est encore une fois frappé par le nombre très important d’inscriptions qui viennent se loger partout, sur les colonnes, les tores, les chapiteaux, les arcs, parfois dans des endroits inaccessibles, impossibles à déchiffrer à l’œil nu. Les inscriptions en extérieur, sur les façades des monuments, peuvent être très longues, l’un des meilleurs exemples étant celui de la façade méridionale de l’église bâtie à Ani par Tigran Honenc‘ en 1215, qui court sur 25 lignes continues et occupe l’espace disponible sous trois arcatures aveugles. On pourrait multiplier les exemples à l’envi, tant les contextes épigraphiques sont nombreux et divers, de l’inscription de quelques mots dans un coin de xač‘k‘ar, à l’inscription monumentale, qui peut même être matérialisée dans un cartouche de couleur.

  • 33 J.-P. Mahé, « Les inscriptions de Hoṙomos », Le couvent de Hoomos d’après les archives de T‘oros T (...)
  • 34 N. Sargisean, Tełagrut‘iwnk‘i P‘ok‘r ew i Mec Hays (Enquêtes topographiques en Arménie Mineure et M (...)
  • 35 S. Karapetyan et J.-P. Mahé, « The Hoṙomos inscriptions », Hoomos Monastery: Art and History, éd. (...)

28Il n’est pas lieu ici d’entrer dans le détail des contenus de ces inscriptions, mais plutôt de faire le point sur la publication et l’exploitation historique de ce corpus. Nous avons vu plus haut que la totalité des inscriptions était encore loin d’être publiée et il faut considérer comme premier ce travail nécessaire de publication exhaustive des inscriptions. Pour ce qui concerne, dans un second temps, leur exploitation historique, en l’état actuel de la recherche, seuls quelques sites ont pu faire l’objet d’une étude, comme le monastère d’Hoṙomos dont les 63 inscriptions ont été traduites et commentées par le professeur Jean-Pierre Mahé. Pour réaliser cette traduction, celui-ci s’est fondé, dans un premier temps33, sur une édition du xixe siècle publiée par le père Nersēs Sargisean34. En 2008, l’équipe de recherche arménienne Research on Armenian Architecture a visité le site qui se trouve en Turquie, sous contrôle militaire très strict, et qui est aujourd’hui, si l’on compare avec des photographies anciennes, très dégradé. Dans des conditions difficiles, les membres de cette équipe ont pu prendre des photos du matériel épigraphique. Certaines inscriptions relevées par le père Sargisean ont disparu et seul son témoignage – assorti parfois de photographies anciennes sur plaque de verre, conservées au Musée d’histoire d’Arménie – en garde le souvenir. Pour d’autres, de nouveaux relevés ont pu être réalisés pour former une publication récente qui comporte la photographie, un dessin, une transcription et une traduction anglaise35. Jean-Pierre Mahé, qui a donné la traduction des inscriptions en 2002 en se fondant sur les relevés du père Sargisean, puis en 2015, cette fois, quand cela était possible, sur des photographies de l’inscription elle-même, a pu noter des différences parfois importantes entre les deux versions d’un même texte.

29Cette étude de Jean-Pierre Mahé concerne la totalité des inscriptions du monastère dont la majeure partie est représentée par des inscriptions de donation, qui répondent de manière plus ou moins complète à un formulaire. En voici un exemple :

  • 36 J.-P. Mahé, « Les inscriptions… », loc. cit. n. 33, p. 178 : ՈՁ (680) շնորհիւն ք(րիստոս)ի ես Ասլանս (...)

680 [1231]. Par la grâce du Christ, moi Aslan, fils de Šeranik, et mon épouse Asušah, nous avons donné le bien immobilier que nous avions acheté à prix d’argent – un douzième des revenus de Godis, avec son sol et son eau – à Surb-Yovhannēs/[Fait] sous la prélature de l’archevêque Tēr Barseł, fils d’Amir Erkat‘/Les desservants de ce lieu nous ont donné en échange de célébrer quatre messes par an : deux pour moi, Aslan, et deux pour Asušah/Si quelqu’un des nôtres ou des étrangers fait obstacle à notre mémoire, il sera maudit par Dieu. Ceux qui garderont ceci en vigueur seront bénis par le Christ36.

30Des textes comme celui-ci sont des milliers, partiellement édités, rarement traduits, et non encore exploités d’un point de vue historique, sauf rares cas. Le travail à accomplir est donc considérable et prometteur, comme l’est celui portant sur les inscriptions tumulaires et gravées sur les xač‘k‘ars, dont je n’ai fait ici que souligner bien rapidement la richesse. Cette première approche des inscriptions funéraires, loin d’être exhaustive, met bien en évidence le dialogue constant entre les vivants et les morts, le lien qui perdure par l’intermédiaire de ces textes à valeur performative, la force des rapports familiaux. Les textes arméniens différent finalement peu, dans leur contenu, de ceux que l’on peut trouver dans les sources occidentales de même type. On regrette que, pour cette aire géographique, et malgré leur richesse, ils ne soient complétés par aucune source d’archive.

31Il faut également que les chercheurs se penchent sur les plate-tombes d’un point de vue formel puisqu’il n’existe à ce jour aucune étude, ne serait-ce que sur la typologie de ces dernières. Enfin, comme l’ont souligné les membres de l’équipe emmenée à Ereruyk‘ par Patrick Donabedian, tout reste encore à faire pour ce qui concerne les études archéologiques portant sur les espaces funéraires de l’Arménie médiévale. La richesse des sources et, en parallèle, leur sous-exploitation, mettent bien en exergue l’urgence à ouvrir ce chantier, ceci d’autant plus que certains monuments font l’objet de restaurations souvent destructrices, alors que d’autres sont dans un état de délabrement qui entraînera, à terme, la disparition des informations.

Notes

1 Nous avons utilisé, pour les termes arméniens, le système de translitération de la Revue des études arméniennes.

2 Les fouilles ont été menées entre 2009 et 2015. Les différents rapports sont consultables, par exemple le dernier qui fait la synthèse sur l’ensemble des campagnes : P. Donabédian, H. Hansen, A. Hartmann-Virnich, C. Jorda, F. Krähenbühl, D. Martinez, Fouilles et investigations à Ereruyk 2015 : mission archéologique franco-arménienne du LA3M à Ereruyk. Rapport de la campagne 2015 <hal.archives-ouvertes.fr/halshs-01223227>. Voir aussi P. Donabédian, « Ereruyk‘ : nouvelles données sur l’histoire du site et de la basilique », Mélanges Jean-Pierre Mahé, dir. A. Mardirossian, A. Ouzounian et C. Zuckerman, Paris, 2014, p. 241-284.

3 P. Mouradian, « Le patrimoine épigraphique arménien », Arménie. La magie de l’écrit, dir. C. Mutafian, Paris, 2007, p. 190-199, ici p. 190.

4 Voir sur ce xač‘k‘ar et son inscription, la notice donnée par Y. Mkrtchian et P. Donabedian, « Khatchkar de Noraduz », Armenia Sacra. Mémoire chrétienne des Arméniens (ive-xviiie siècle), dir. J. Durand, I. Rapti et D. Giovannoni, Paris, 2007, notice 46, p. 162-163.

5 E. Vardanyan, « The žamatun of Hoṙomos and the žamatun/Gawit‘ Structures in Armenian Architecture », Hoomos Monastery: Art and History, éd. E. Vardanyan, Paris, 2015, p. 209-236.

6 D’après le Kanonagirk‘ : V. Hakobyan, Kanonagirk‘ Hayoc‘ (Le livre des canons des Arméniens), vol. 1, Erevan, 1964, chap. 20, p. 486.

7 Le terme arménien employé est celui de dambaran.

8 Diwan Hay Vimagrut‘yan III, Vayoc‘ Jor, Eregnajori ez Azizbekovi šrǰanner (Corpus des inscriptions arméniennes 3, Vayoc‘ Jor, Autour de Ełegnajor et Azizbekovi), éd. S. G. Barxudaryan, Erevan, 1967, no 763.

9 Nous nous permettons de renvoyer à notre article qui fait le point sur les Ōrbēlean inhumés dans le gawit‘ de l’église Surb Karapet et ceux qui le sont dans le mausolée de Tarsaič : I. Augé, « Les lieux de mémoire des princes Ōrbēlean : mémoire écrite, mémoire inscrite », Mélanges Jean-Pierre Mahé, dir. A. Mardirossian, A. Ouzounian et C. Zuckerman, Paris, 2014, p. 65-82, en particulier la figure de la page 77.

10 L’étude la plus complète est celle de H. Petrosyan, Xač‘k‘ar. Cagumǝ, gorcauyt‘ǝ, patkeragrut‘yunǝ, imastabanut‘yunǝ (Xač‘k‘ar. Origines, fonctions, iconographie, sémantique), Erevan, 2008. Voir aussi les très nombreux travaux de Patrick Donabedian parmi lesquels on peut citer : P. Donabedian, « La croix et le khatchkar dans l’art monumental de l’Arménie », Armeniaca. Études d’histoire et de culture arménienne, dir. R. Dermerguerian, Aix-en-Provence, 2004, p. 24-47.

11 S. Barxudaryan éd., Divan Hay Vimagrut‘yan. Prak V, Arc‘ax (Corpus des inscriptions arméniennes, t. V, Arc‘ax), Erevan, 1982, no 3 : Թ(վին) : ՈԿԱ : ես Հասանս, Եշկարա որդի կանգնեցի խաչս ի տապանիս իմոյ յաղաւթս յիշեցէք :

12 Ibid., no 4 : Թ(վ)ի(ն) :ՈՀԲ : ես Տ(է)ր Սարգիս կանգնեցի զխաչս ի տապանի եղբաւր իմո տ(է)ր Յակովբոսի արհիեպիսկոպոսի եվ մեծարանց հայրապետի : Յաղաւթս յիշեցէք :

13 Divan Hay Vimagrut‘yan. Prak I. Ani K‘ałak‘ (Corpus des inscriptions arméniennes, Livre I, La ville d’Ani), éd. I. Orbeli, Erevan, 1966, no 213. À la date de la publication de cet ouvrage, la croix n’était déjà plus visible et l’éditeur cite l’édition de N. Sargisean, Tełagrut‘iunk‘ i p‘ok‘r ew i mec Hays (Enquêtes topographiques en Arménie mineure et majeure), Venise, 1881 et K. Basmajian, « Les inscriptions arméniennes d’Ani, de Bagnaïr et de Marmachen », Revue de l’Orient chrétien, 23 (1922-1923), p. 329-330.

Զսուրբ եւ զանարատ զխաչս Ա(ստուա)ծընգալ ու բեւեռեալ եւ ի սմա անմահ մեռեալ տէրն մեր Քրիստոս որ մահուամբն իւրով անմահացոյց զմահացեալքս :

14 Divan Hay Vimagrut‘yan. Prak II. Gorisi, Sisiani ev Łap‘ani šrǰanner (Corpus des inscriptions arméniennes, Livre II. Régions de Goris, Sisian et Łap‘an), éd. S. Barxudaryan, Erevan, 1960, no 59 : Այս արձան աւծեալ արեամբ արարչական կանկնեալ աղթող քաջ ախոան ի փրկութիւն

Որք հանդիպէք միշտ իշեցէք ի Ք(րիստո)ս. Ես Ղարամանս կանկնեցի զխաչս հաւրն իմ.

15 Divan Hay Vimagrut‘yan. Prak VI, Iǰevani šrǰan (Corpus des inscriptions arméniennes, Livre VI, Région d’Iǰevan), éd. S. Avagyan et H. Óanp‘oladyan, Erevan, 1977, no 340 : Ով քառաթեւ սուրբ պանծալի, փրկագործող մարդկան ազգի, տեսիլ փառաց անճառելի, յորժամ փայելս ընդ ամբս երկնի, լեր բարեխաւս Տ(եառ)ն Յ(իսուս)ի, Կարապետին քո կանգնողին Ալմկանն իւր կենակցին, եւ զաւակացն գովելի, համայն ազգացն, որ ի կարգի, քաւիչ մեղաց լեր ամենի :

16 C. Treffort, Mémoires carolingiennes. L’épitaphe entre célébration mémorielle, genre littéraire et manifeste politique (milieu viiie-début xie siècle), Rennes, 2007 ; V. Debiais, Messages de pierre. La lecture des inscriptions dans la communication médiévale (xiiie-xive siècle), Turnhout, 2009.

17 Treffort, Mémoires carolingiennes…, op. cit. n. 16, p. 181.

18 Divan Hay Vimagrut‘yan. Prak. IV, Gełark‘unik‘. Kamoyi, Martusu ev Vardenisi šrǰanner (Corpus des inscriptions arméniennes, Livre IV, Régions de Gełark‘unik‘, Kamoy, Martuni et Vardenis), éd. S. Barxudaryan, 1973, no 819 : Այս է հանգիստ Մուսաէլի, որ տղահասակաւ փոխեցաւ ի ք(րիստո)ս էր ամաց :ԻԱ : եւ եթող սուք անմխիթար ծնողաց իւրոց. Որք կարդայք յաղաւթս յիշեցէք :

19 Divan Hay Vimagrut‘yan I, op. cit. n. 13, no 213 : Արդ ես Կազերս, որդի Մեւոնի կանգնեցի զսա կարողութեամբ բեռին սորա յիշատակ ինձ եւ ծնողաց իմոց եւս առաւել արենաթաւ[ալ] Սարգսի, որ յանաւրէն Թուրքաց նահատակ եղեւ յանմարդաձայն տեղիս. Զոր ընդ ոտիւք դիզաշխարհաւն դրելով զարեգակնանման եղբայրն իմ զոր գտի ի խորագուն հորի քարաթաղ արարած. Մազորտնո արենաթաթախ մարմնոյն ոչ կարի ի ծանել զնա բազում աշխատութեամբ բերե(ա)լ եդի յայսմն տեղի. Աղաչեմ յիշել : Nous n’avons pas trouvé la signification du terme Մազորտնո. Peut-être y a-t-il une erreur de transcription, mais toute vérification est impossible.

20 Divan Hay Vimagrut‘yan III, op. cit. no 8, no 775 : Թվիս : ՉԽԹ : Զգեղեցկատիպն Էլիկում, որդի մեծի Տարսաիճին, որ առոյծաւրէն խրոխտ մռընչէր ընդէմ այլասէռ գնդին : Աղաչեմ յիշել յաղաւթս :

21 Ibid., no 743 : անյաղթ հռետորի.

22 Ibid., no 247 : անյաղթ փիլոսոփայի.

23 Voir le texte de l’inscription dans Divan Hay Vimagrut‘yan I, op. cit. n. 13, no 211. La traduction est donnée dans J.-P. Mahé, « Le testament de Tigran Honenc‘ : la fortune d’un marchand d’Ani aux xiie-xiiie siècles », Académie des Inscriptions et Belles-Lettres. Comptes rendus des séances de l’année 2001 – juillet-octobre, Paris, 2001, p. 1319-1342, ici p. 1323, n. 19.

24 Concernant les démêlés qu’il eut avec le catholicos Grigor IV, voir I. Augé, Églises en dialogue : Arméniens et Byzantins dans la seconde moitié du xiie siècle, Louvain, 2011, p. 51-52.

25 Divan Hay Vimagrut‘yan. Prak IX. Lou marz (Corpus des inscriptions arméniennes, IX. Province de Loi), éd. S. Barxudaryan, K. Łafadaryan et S. Sałumyan, Erevan, 2012, no 201 : Յամի յորում եղեւ կատարումն արքային վրաց Գիորգէ, ես Գրիգոր վարդապետ, որդի Տուտէ Խաչենացւո, բնակեալ ընդ հովանեաւ սրբո Ա(ստուա)ծածնիս, կանգնեցի զխաչս ի վերա հանգստարանի իմո ակն ունելով ելից ի կենցաղոյս : եւ արդ անկեալ դնիմ առ ոտս քո նշանդ Ա(ստուծո)յ եւ աղաչեմ անբարբառ շրթամբք, զի ի մեծի երեւման քո լիցիս բարեխաւս անարժան ծառաիս Ք(րիստոս)ի եւ որք երկրապագէք յիշեցէք ի Ք(րիստո)ս Յ(իսու)ս : Կանգնեցաւ ի հայրութեանս Յովաննիսի, յորում ամի նորոգեցաւ կաթուղիկէս ս(ուր)բ : Ի թու(ին) : ՈԼԳ : ԶՄխիթար կազմիչ յիշեսջիք ի Ք(րիստո)ս : Աւետիս :

26 Divan Hay Vimagrut‘yan IV, op. cit. n. 18, no 1427 : ի թվ(ին) :ՉԽԶ : կամաւն Ա(ստուծո)յ ի պարոնութ(եամ)բ իշխանաց իշխանին Գրիգորոյ ես Տաշուրակս, որդի Բազումշահի, տէր Միփորելաց կա[ն]գնեցի զխաչ[ս] ինձ եւ ամուսնին իմոյ Թամթայ ի փրկութե(ան) հոգոյ մերոյ, զի էաք անզաւակ որք երկիր պագանէք յաղաւթս յիշեցէք :

27 Divan Hay Vimagrutyan III, op. cit. n. 8, no 794 : ես Թամթա Խաթունս կանգնեցի զխաչս ի Փրկութիւն հոգո աթապակ Տարսաիճին եւ յարեւշատութիւն որդոց իմոց Բիւրթէլին եւ Բուղտային թիվն :ՉԾԷ : Մոմիկ վարդպետ յիշեցէք :

28 Ibid., no 795.

29 Sur cette question voir l’analyse de V. Debiais, Messages de pierre. La lecture des inscriptions dans la communication médiévale (xiiie-xive siècle), Turnhout, 2009, particulièrement p. 197.

30 Divan Hay Vimagrutyan III, op. cit. n. 8, no 47 : Թվ :ՉԾԵ : մեծ է Աստուած. Այս է հանգիստ Էլասլանայ, ով կարդէք ասացէք մի բերան թէ Տ(է)ր Ա(ստուա)ծ ողորմի Էլասլանայ ամեն :

31 Divan Hay Vimagrut‘yan IX, op. cit. n. 25, no 618 : Կամաւ ամենակալին Ա(ստուծո)յ ես Պետրոս ծառա Ք(րիստոս)ի եւ ամուսին իմ Թամար ի մեր հալալ արդեանց կանկնեցաք զխաչս վասն փրկութե(ա)ն հոգոց մերոց եւ յերկար կենդանութե(ա)ն պարոնի մեր Շահնշահի : Որք երկրպագէք մեզ մեղաց թողութի(ւ)ն խնդրեցէք յԱ(ստուծո)յ եւ Ա(ստուա)ծ զձեզ յիշէ : ՈՂԳ : թւիս :

32 Divan Hay Vimagrut‘yan. Prak VI, op. cit. n. 15, nos 23, 24, 25, 26, 27, 28, 29, 30, 31, 32, 33.

33 J.-P. Mahé, « Les inscriptions de Hoṙomos », Le couvent de Hoomos d’après les archives de T‘oros T‘oramanian, éd. A. T. Baladian, J.-M. Thierry et J.-P. Mahé, Académie des Inscriptions et Belles-Lettres, Paris, 2002, p. 147-214.

34 N. Sargisean, Tełagrut‘iwnk‘i P‘ok‘r ew i Mec Hays (Enquêtes topographiques en Arménie Mineure et Majeure), Venise, 1864.

35 S. Karapetyan et J.-P. Mahé, « The Hoṙomos inscriptions », Hoomos Monastery: Art and History, éd. E. Vardanyan, Paris, 2015, p. 361-496.

36 J.-P. Mahé, « Les inscriptions… », loc. cit. n. 33, p. 178 : ՈՁ (680) շնորհիւն ք(րիստոս)ի ես Ասլանս որդի շերանկանն եւ զիւգակից իմ ասուշիս տուաք զմեր գանձագին հայրենիքն զգոդեցն զկէս դանգն իւր հողովն եւ ջրովն ի ս(ուր)բ յովաննէս յառաջնորդութեանս տ(է)ր Բարսղի արհիեպիսկոպոսի որդւո ամիր երկաթա և սպասաւորք սորա փոխարէնս հատուցի մեզ ի տարին ։ դ ։ պատարագ կատարել զբ ինձ Ասլանիս եւ բ Ասուշահին եթէ ի մերոց կամ յաւտարաց զյիշատակս մեր խափանէ նզովի յա(ստուծո)յ հաստատ պահողքն աւրհնին ի ք(րիստոս)է

Table des illustrations

Titre Fig. 1 — Tombes et xač‘k‘ars à Noradus (photo Isabelle Augé, août 2016)
URL http://books.openedition.org/psorbonne/docannexe/image/53758/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 312k
Titre Fig. 2 — Tombe d’Elikum Ōrbēlean à Noravank‘ (photo Isabelle Augé, avril 2013)
URL http://books.openedition.org/psorbonne/docannexe/image/53758/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 356k
Titre Fig. 3 — Portail d’entrée du gawit‘ du monastère d’Hałacin (photo Isabelle Augé, avril 2012)
URL http://books.openedition.org/psorbonne/docannexe/image/53758/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 361k

© Éditions de la Sorbonne, 2018

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540