Version classiqueVersion mobile

Adoption et adaptation

 | 
Charlène Bouchaud
, 
Quentin Borderie
, 
Thibault Valette
, 
et al.

II. Espaces et dynamiques des interactions culturelles

Expressionnisme et naturalisme à Cacaxtla-Xochitecatl et Xochicalco (Mexique)

Une approche des interactions culturelles pendant l’Épiclassique

Juliette Testard

Résumé

Ce travail est une réflexion sur les interactions culturelles entre l’Altiplano Mexicain, la côte du Golfe et le centre de la zone maya pendant l’Épiclassique (600 à 900 apr. J.-C.).

L’approche iconographique ici dévelloppée s’applique à cinq pièces archéologiques provenant de deux sites emblématiques de la période, Cacaxtla-Xochitecatl et Xochicalco. Après avoir introduit la récurrence historique des interactions culturelles entre ces deux aires culturelles, la spécificité de cette relation est soulignée par des facteurs naturels, sociaux et idéologiques, se réfletant dans les choix iconographiques préhispaniques. Grâce à une modélisation conceptuelle qui met en lumière l’opposition entre les systèmes de l’Altiplano/du Golfe et maya, une analyse iconographique est menée. Les cinq pièces présentent des caractéristiques naturalistes ou expressionnistes spécifiques à la côte du Golfe ou à l’aire maya plutôt qu’un style Teotihuacan. De ce fait, ces exemples intègrent chacun de deux ensembles iconographiques « éclectiques » de Cacaxtla-Xochitecatl et Xochicalco. Il semble que les élites de ces cités ait adopté un « langage allochtone » comme une stratégie politique de légitimation visant à transcender les frontières terrestres du commun des mortels.

Les formats HTML, PDF et ePub de cet ouvrage sont accessibles aux usagers des bibliothèques et institutions qui l'ont acquis dans le cadre de l'offre OpenEdition Freemium for Books. L’ouvrage pourra également être acheté sur les sites des libraires partenaires, aux formats PDF et ePub, si l’éditeur a fait le choix de cette diffusion commerciale. Si l’édition papier est disponible, des liens vers les librairies sont proposés sur cette page.

Extrait du texte

L’espace mésoaméricain, défini par P. Kirchhoff en 1943 (Kirchhoff, 1943), correspond au sud du Mexique, au Guatemala, au Belize, au Salvador, à l’ouest du Honduras et à une partie du Nicaragua et du Costa Rica. Dans cette aire culturelle, la multitude des écosystèmes semble avoir favorisé les échanges dès 2500 av. J.-C. Les travaux concernant les problématiques d’interactions culturelles s’appuient fondamentalement sur les recherches économiques de K. Polanyi (Polanyi et al., 1957) et d’I. Wallerstein (Wallerstein, 1974). Ils tendent à s’accorder sur le fait que la mobilité des peuples et de leurs symboles a été motivée par le commerce, l’échange, le tribut de biens de subsistance et de « prestige/luxe » (Attolini Lecón, 2010, p. 51-53).

L’analyse iconographique est donc particulièrement utile dans l’étude des interactions culturelles.

Notre étude se concentre sur les relations qu’ont entretenues les sociétés des hauts plateaux et celles de l’Orient mésoaméricain (côte du Golfe et ce...

Auteur

Université Paris 1 Panthéon-Sorbonne – UMR 8096 : Archéologie des Amériques. Sujet de thèse : Identités, interactions et dynamiques culturelles : des iconographies et des techniques comme marqueurs de traditions exogènes sur les hauts plateaux mésoaméricains.
Directrice : B. Faugère. Soutenance prévue fin 2013.

© Éditions de la Sorbonne, 2013

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search