Version classiqueVersion mobile

Guerre du toit et modernité architecturale

 | 
Christine Mengin

Notices biographiques

Texte intégral

Hans Bechly (1871-?)

1Fils d’un petit commerçant du Mecklembourg propriétaire d’un magasin de porcelaine et d’articles de ménage, Hans Bechly fait son apprentissage à Rostock (1889- 1893), puis exerce la profession d’employé de commerce dans différentes villes d’Allemagne. Mais au lieu de reprendre le commerce paternel, il s’engage dans le mouvement professionnel des employés de commerce et adhère au DHV en 1896, dont il devient permanent en 1900. Il est également membre du Mouvement de Berlin (Berliner Bewegung), défendant un antisémitisme « modéré » et dirigé par le pasteur Adolf Stoecker, prédicateur à la Cour et proche du parti conservateur de Prusse.

2En 1908, Bechly est élu secrétaire général adjoint puis, en 1911, secrétaire général du DHV. Refusant de soutenir un parti politique en particulier, même s’il est proche du DNVP, il privilégie l’action syndicale et joue un rôle essentiel dans la création en 1919 de la Confédération allemande des syndicats ouvriers et employés chrétiens-nationaux (DGB) et en 1920 de l’Union générale des syndicats d’employés allemands (Gedag), dont il est le président. Auteur de nombreux ouvrages, Bechly s’intéresse de près aux questions des assurances sociales (dès le 10e congrès des employés de commerce en 1907, il définit les lignes directrices de ce que serait l’assurance retraite de l’employé), de la formation professionnelle et civique, et du logement de l’employé. Sous sa houlette, le DHV développe une ambitieuse politique de formation et d’éducation culturelle. Auteur avec Hermann Frank de la brochure « Le foyer de l’employé » en 1917, il est à l’initiative de la création de la Gagfah, dont il préside le conseil de surveillance de la création jusqu’en 1933.

Hermann Frank (1871-1941)

3Hermann Frank est né dans une vieille famille hambourgeoise, d’un père inventeur et chef d’une petite entreprise qui produisait des emballages de luxe ; il a grandi dans une ruelle étroite et sombre du vieil Hambourg. D’abord employé de commerce, il adhère au DHV en 1896. Rapidement, il s’intéresse aux questions sociales - au problème du logement notamment - et devient permanent du syndicat pendant treize ans, puis membre de son conseil de surveillance. La visite en 1909 d’une exposition sur les cités-jardins anglaises le décide à s’engager dans la création de la Société de la cité-jardin de Wandsbek en 1910, puis dans la Société de construction d’utilité publique d’Altona-Ottensen en 1913, dont il devient directeur.

4Pendant la guerre, il prononce une série de conférences en faveur de l’édification de Heimstatten pour les soldats, et rédige avec H. Bechly le mémorandum de 1917 qui aboutira l’année suivante à la création de la Gagfah, dont il est le membre du directoire chargé des questions techniques et d’organisation. D’un caractère difficile, il quitte la Gagfah dès 1921, sans doute en désaccord avec la décision prise par la société de construction de construire des immeubles collectifs. Au chômage, prononçant des conférences sur l’économie du logement, il fonde en 1923, en association avec son frère Paul Frank, architecte né en 1878, sa propre société de construction, la Société de petites cités d’habitation d’utilité publique (Gemeinnützige Kleinsiedlungs-gesellschaft) ; ensemble, ils construiront plusieurs milliers de logements, sous la forme de maisons en bandes et de foyers. Un projet de Paul Frank est primé au concours organisé par la RFG pour la cité expérimentale d’Haselhorst à Berlin.

Hans Gerlach (1888-?)

5Né en Prusse orientale d’un père commerçant, Gerlach fait ses études d’architecture à Munich et Berlin-Charlottenburg, dont il est diplômé en 1914. Mobilisé de 1914 à 1918, il est en 1921 reçu au concours d’architecte du gouvernement. Recruté par la Société d’encouragement à la construction de logements d’Allemagne centrale (Mitteldeutsche Heimstätte) à Magdebourg, il en devient directeur en 1924, avant de suivre Knoblauch à la Gagfah. En 1927, il en devient directeur en 1924, tion de la Gagfah, pour laquelle il signe quelques projets : une maison double et six maisons en bande dans la cité Fischtalgrund, où il réside (1928) ; la cité Camaraderie pour la SS en 1938-1940. Il fait de nombreux voyages d’études sur la question du logement en Autriche, Hollande, Angleterre, France et Italie. Rédacteur en chef de la revue Die Wohnung, il est membre du Comité allemand pour l’économie de la construction (Deutsche Ausschuss für wirtschaftliches Bauen) et de la RFG.

Walter Gropius (1883-1969)

6Issu d’une famille d’architectes berlinois, Gropius, à l’issue de ses études d’architecture, entre en 1907 dans l’agence de Peter Behrens. Au bout de trois ans, il s’établit à son compte comme designer industriel et architecte. Ses nombreux projets d’avant-guerre ont été occultés par la suite, à l’exception des usines Fagus (Alfeldsur-Leine, 1911 -1912, avec Adolf Meyer), dont le mur-rideau est resté célèbre, et de l’usine modèle construite pour l’exposition du Werkbund à Cologne en 1914. Mobilisé pendant la guerre, il prend en 1919 la succession d’Henry van de Velde à la tête de l’École des arts décoratifs de Weimar (Kunstgewerbeschule) qu’il transforme en Bauhaus et dirige jusqu’en 1928. Sous son impulsion, l’école devient le creuset de l’expérimentation pédagogique et plastique radicale. Très actif dans les différentes organisations prônant le renouveau de l’architecture, propagandiste efficace, Gropius joue un rôle essentiel dans la structuration de l’avant-garde architecturale. En 1934, il émigré en Angleterre et de là aux États-Unis, où il enseigne l’architecture à l’université de Harvard, de 1937 à 1952.

Hugo Häring (1882-1958)

7Fils d’un ébéniste souabe, Häring fait l’essentiel de ses études à Stuttgart avant de s’établir à Hambourg où il reçoit essentiellement des commandes d’architecture intérieure (1904-1915). Après avoir travaillé, dans un cadre militaire, à la reconstruction de la Prusse orientale (1916-1920), il s’installe à Berlin en 1921 où il participe à la création du Ring, mouvement de promotion de l’architecture moderne, dont il devient le secrétaire en 1926. Proche des milieux artistiques, Häring, avec sa recherche de la germanité en architecture et ses aspirations mystiques, incarne un courant de la modernité architecturale différent de la tendance bientôt dominante, celle de Gropius et Mies van der Rohe. Il introduit la notion d’organhafte Bauen en 1925, en réaction à Vers une architecture de Le Corbusier, dont la traduction vient de paraître ; son œuvre bâti illustre les racines romantiques de la modernité en Allemagne. En conflit permanent avec Le Corbusier, Häring est finalement exclu de la délégation allemande des CIAM, ce qui marginalise le Ring.

Arnold Knoblauch (1879-1963)

8Descendant d’une grande lignée d’architectes berlinois, Knoblauch fait ses études d’architecture à Berlin-Charlottenbourg (1899-1902) puis à Karlsruhe (1902-1903) auprès de Cari Schäfer, qu’il révère. Ses fonctions de conducteur de travaux d’État (Regierungsbauführer) le déçoivent et il passe en 1908 le concours d’architecte du gouvernement (Regierungsbaumeister). Il est reçu, mais démissionne et entre dans l’agence de son père comme chef de chantier et expert auprès des banques hypothécaires. Mobilisé de 1914 à 1918, il devient en 1919 directeur de la Siedlungsgesellschaft Sachsen (Mersebourg) puis, dès sa création en 1920, de la Société d’encouragement à la construction de logements d’Allemagne centrale (Mitteldeutsche Heimstätte), compétente pour la Saxe et sise à Magdebourg. Il en fait l’une des plus puissantes Sociétés d’encouragement à la construction de logements de l’époque.

9Directeur général de la Gagfah de 1924 à 1956, il occupe d’innombrables fonctions dans tout le réseau des institutions s’occupant du logement en Allemagne, tant publiques que financières. Cette autorité dans le domaine de la construction lui vaut d’être décoré, avec la bénédiction du ministre du Travail du IIIe Reich, Franz Seldte, et de Fritz Todt. Après la Seconde Guerre mondiale, il est appelé par le premier ministre fédéral du Logement, Eberhard Wildermuth, à siéger au sein du Conseil pour l’économie du logement, qu’il préside de 1951 à 1962. Auteur de nombreux livres et articles, Knoblauch est un fervent partisan de la cité d’habitation composée de maisons individuelles.

Paul Mebes (1872-1938)

10Né à Magdebourg en 1872, fils d’un menuisier devenu ébéniste, Mebes fréquente l’École professionnelle des métiers du bâtiment (Baugewerks-schule) de Magdebourg et l’École des arts décoratifs de Nuremberg (1890-1894), avant d’entreprendre des études d’architecture à Brunswick puis à l’Université technique de BerlinCharlottenbourg (1894-1899). Après son diplôme, Mebes accomplit comme tout architecte son service obligatoire au service de l’État (1902-1905). Auteur en 1908 de l’ouvrage « Autour de 1800. Architecture et artisanat au cours du dernier siècle de leur évolution traditionnelle », membre du Deutscher Werkbund, il s’associe en 1911 à son beau-frère Paul Emmerich (1876-1958), fils de Julius Emmerich, célèbre architecte berlinois : dès lors, tous les projets portent en réalité les deux signatures. L’agence, qui marche bien, compte dans les années 1920 une vingtaine de collaborateurs.

11L’œuvre bâti de Mebes s’inscrit pour l’essentiel dans le programme du logement, qu’il infléchit de façon croissante vers une écriture architecturale et urbaine moderne. De 1906, date à laquelle il est recruté comme directeur architectural par la plus puissante coopérative de construction active à Berlin au début du siècle, la Société berlinoise pour l’habitation des fonctionnaires (Beamten-Wohnungs-Verein zu Berlin) au milieu des années 1930, Mebes mène de très nombreuses opérations de construction de logements. En 1928, il est l’un des architectes invités par la Gagfah à participer à la cité de Fischtalgrund. Membre de la RFC, il collabore à la cité expérimentale de Berlin-Haselhorst. De 1918 à 1933, Mebes est membre du Parti du peuple allemand (DVP).

Leberecht Migge (1881-1935)

12Né en 1881, Migge est le douzième des treize enfants d’une famille du grand commerce de Dantzig. À l’issue de sa formation d’architecte de jardins à Hambourg, il travaille dans l’agence Ochs, où il conçoit les jardins de villas cossues, tout en s’intéressant aux parcs publics et aux espaces verts de la cité-jardin. En 1913, il fonde sa propre agence et publie Die Gartenkultur des 20. Jahrhunderts. La guerre l’amène à développer une thématique nationaliste selon laquelle le jardin allemand régénérera la nation. Après la défaite, Migge met au point une méthode de culture vivrière intensive du jardin individuel, visant le ravitaillement autarcique de l’habitant. Ses différentes publications sur ce thème retiennent l’attention.

13En 1920, il quitte Hambourg pour Worpswede près de Brème, où il fonde une École internationale du colon (Siedler). Au fur et à mesure que la situation économique s’améliore, Migge apparaît comme l’un des rares paysagistes à s’intéresser aux espaces collectifs des cités d’habitation. À partir de 1926, date où il ouvre une succursale à Berlin, son travail se concentre sur l’aménagement des espaces communs des grandes cités d’habitation à Celle, Francfort-sur-le-Main et Berlin (notamment Lindenhof, Fer à cheval, Oncle Tom, Haselhorst, Siemensstadt). Outre de nombreux écrits, il publie la revue Siedlungswirtschaft (1923-1929). La crise économique remet l’auto-subsistance en selle, mais les nazis ferment son agence berlinoise dès 1933. Il se retire à Worpswede où il meurt d’un cancer en 1935.

Otto Rudolf Salvisberg (1882-1940)

14Salvisberg est né à Köniz près de Berne, en Suisse, en 1882, dans une famille d’exploitants agricoles et de minotiers. Tenté par la peinture, Salvisberg, benjamin d’une famille de huit enfants, s’oriente néanmoins vers l’architecture. Diplômé de l’école d’architecture de l’Université technique de Biel en 1904, Salvisberg choisit de compléter sa formation à l’Université technique de Munich, avant de travailler dans l’agence Curjel et Moser de Karlsruhe. C’est en 1908 qu’il s’installe à Berlin et travaille chez l’architecte du somptueux grand magasin Kaufhaus des Westens, Johann Emil Schaudt, puis chez Paul Zimmerreimer. Parallèlement, Salvisberg prend part à des concours et est remarqué par l’historien de l’art Paul Westheim, qui lui consacre un article élogieux dans la revue Moderne Bauformen en 1914.

15Cette même année, Salvisberg ouvre sa propre agence d’architecture à Berlin. Pendant la guerre, après un temps de service dans l’armée suisse, il est rendu à la vie civile et peut participer à la construction de la cité-jardin de Staaken, sous la responsabilité de Schmitthenner. En 1916, Salvisberg reçoit la commande d’une cité patronale à Piesteritz près de Wittenberg, première d’une longue série de cités d’habitation qu’il réalisera dans l’immédiat après-guerre à Berlin, en Saxe, en Bavière, dans la Ruhr et jusqu’en Bohême. Son style traditionaliste et son savoir-faire lui valent l’estime des maîtres d’ouvrage et il reçoit de très nombreuses commandes de logement social.

16Ce succès lui permet d’ouvrir sa propre agence à Berlin en 1922, ainsi qu’une succursale à Berne. Parallèlement aux villas privées et équipements de santé, programmes dans lesquels il réussit très bien, Salvisberg est l’architecte des puissants laboratoires Hoffmann-Laroche. En 1923, Sommerfeld lui demande de concevoir une maison type et, en 1926, il est l’un des architectes d’Oncle Tom. Il est membre de la RFG et adhère au Werkbund en 1928. En 1929, sa nomination comme professeur à l’École d’architecture de Zurich l’incite à rentrer en Suisse. À côté de nombreuses opérations de logements, Salvisberg a également construit plusieurs hôpitaux.

Paul Schmitthenner (1884-1972)

17Schmitthenner, né à Lauterbourg, fils d’un officier de justice originaire du Palatinat, à l’issue de sa jeunesse alsacienne, entame des études d’architecture à l’Université technique de Karlsruhe puis à Munich, avant d’être nommé directeur du service municipal de Construction de Colmar. En 1909, il est engagé dans l’agence de Richard Riemerschmid alors en train de construire la cité-jardin d’Hellerau. De là, il devient architecte en chef d’une société de construction à Breslau. Lié avec Tessenow et Poelzig, il est comme eux membre du Deutscher Werkbund. En 1913, Poelzig le recommande comme architecte des cités-jardins au ministère de l’Intérieur ; il construit celle de Staaken, avec Salvisberg comme collaborateur.

18Démobilisé en 1918, il est appelé à l’École de Stuttgart fondée par Theodor Fischer et occupe la chaire de construction et projet jusqu’à sa destitution par les Américains en 1945. Avec son collègue Paul Bonatz, il fait de cette école le centre de l’architecture traditionaliste. En 1918 toujours, membre de l’Arbeitsrat für Kunst, il collabore au périodique du mouvement, Die Volkswohnung - et publie sous ce titre un manifeste en faveur de la Siedlung en 1920. En 1924, il est vice-président de la section wurtembergeoise du Werkbund, dont il se retire en 1927. En 1926, il est nommé membre de la Commission nationale de normalisation. Parallèlement aux commandes de villas bourgeoises, il travaille sur la maison préfabriquée (système Fafa). Excédé par les manœuvres du Werkbund et de la RFG, il est en 1928 l’un des cofondateurs du Block, dont il se retire en 1931, par désapprobation de l’antisémitisme de Paul Schultze-Naumburg. En 1932 paraît Das deutsche Wohnhaus, livre dirigé contre l’avant-garde. En 1933, Schmitthenner adhère au NSDAP et est chargé de la construction de la cité Kochenhof, dans le cadre de l’Exposition sur le bois allemand. Sous le IIIe Reich, ses prises de position architecturales, récusées par les architectes au pouvoir, le marginalisent. Il se voit confier la reconstruction de Lauterbourg. Après la guerre, son parcours sera au cœur de nombreuses polémiques et son activité s’en trouvera sensiblement réduite.

Paul Schultze-Naumburg (1869-1949)

19Fils d’un portraitiste de Naumbourg établi dans un village de Saxe-Anhalt, Paul Schultze-Naumburg commence tôt à dessiner les paysages d’Allemagne orientale. De 1886 à 1893, il reçoit à Karlsruhe une formation en arts appliqués, peinture et architecture, et découvre les édifices de Friedrich Weinbrenner et les environs de la ville. Il séjourne ensuite à Munich puis à Berlin, où il est actif dans les milieux de la Sécession, avant de s’établir en Thuringe, dans le village de Saaleck. La publication à partir de 1901 des Kulturarbeiten («  Travaux de culture ») en neuf volumes, opposant au fil des pages les exemples d’un passé harmonieux au désordre contemporain, lui vaut une célébrité immédiate. Membre fondateur de la Fédération pour la défense du patrimoine local (Deutscher Bund Heimatschutz), qu’il préside à partir de 1904, il est également membre fondateur du Werkbund en 1907. L’essentiel de son activité d’architecte concerne la maison individuelle, avec un penchant pour la demeure seigneuriale, dont la plus connue est le château de Cecilienhof à Potsdam (1913-1917).

20Après la Première Guerre mondiale, Schultze-Naumburg défend le paysage et la tradition allemands contre l’avant-garde. Le conflit culmine au moment de l’exposition du Weissenhof, entraînant en 1927 sa démission du Werkbund. L’année suivante, il crée le Block, dont il est président. Toujours en 1928, il développe dans son ouvrage « Art et race » (Kunst und Rasse) des thématiques raciales et antisémites, avant de se livrer à une attaque en règle contre l’architecture moderniste dans « Le visage de la maison allemande » (Das Cesicht des deutschen Hauses) paru en 1 929. Militant actif du Kampfbund fur deutsche Kultur dès sa création, il adhère au NSDAP en 1930 et est nommé directeur de l’École d’art de Weimar. Cependant, bien que partisan convaincu du national-socialisme, il joue sous le IIIe Reich un rôle plus honorifique que décisionnel. Après la saisie de ses biens par les armées américaine puis soviétique, Schultze-Naumburg, devenu aveugle, termine sa vie dans le dénuement.

Adolf Sommerfeld (1886-1964)

21Fils d’un coutelier de Colmar « monté » comme apprenti-charpentier à Berlin, Sommerfeld s’inscrit dans une école d’ingénieurs de la construction dont il sort diplômé. En 1910, il crée sa propre société, Adolf Sommerfeld Bauausführungen, et devient rapidement l’un des principaux entrepreneurs berlinois du bâtiment. Pendant la Première Guerre mondiale, il est rapidement démobilisé afin de construire les hangars en bois dont l’industrie de l’armement et l’aéronautique ont besoin : les prouesses techniques dont ses scieries et entreprises de menuiserie sont capables garnissent ses carnets de commandes. À la fin de la guerre, Sommerfeld fait l’acquisition de deux navires de guerre qu’il transforme en bâtiments commerciaux. Au début des années 1 920, il acquiert la majorité du capital d’une entreprise de bâtiment, la Société générale de construction de maisons (Allgemeine Häuserbau AG), fondée en 1872. Rebaptisée « ssociété générale de construction de maison fondée en 1872-Adolf Sommerfeld », surnommée Ahag, elle devient la société-holding du consortium Sommerfeld, composé d’une nébuleuse de sociétés immobilières, scieries, d’une briqueterie, etc. destinées à permettre à Sommerfeld de maîtriser l’ensemble du processus d’édification.

22En 1924-1925, la SDN retient son procédé pour la construction en Macédoine de dix mille maisons pour les Grecs déplacés dans le cadre de l’échange de populations entre la Grèce et la Turquie. Payé en livres, Sommerfeld devient le plus gros détenteur privé de devises étrangères. Fasciné par l’architecture navale, l’économie d’espace, la distribution rationnelle, il allie à son audace dans le domaine des affaires une certaine ouverture aux formes d’expression modernes. Elomme de coups, il apprécie les aventuriers du Bauhaus, qu’il soutient par des dons et des commandes. C’est ainsi qu’il confie en 1921 à Walter Gropius et Adolf Meyer la construction de sa maison à Berlin-Lichterfelde : les ateliers du Bauhaus collaborent à cette oeuvre tributaire du matériau de construction (le bois de teck récupéré sur un navire de guerre) et considérée comme un manifeste expressionniste. En 1923, Sommerfeld finance la construction de la Haus am Horn dans le cadre de l’exposition du Bauhaus. En 1924-1925, il confie à Salvisberg la construction d’une série de maisons le long du Jardin botanique à Berlin. Grâce à la revente de l’immense terrain acquis à Zehlendorf en 1924, il est bien placé pour obtenir les chantiers de la plupart des cités qui y sont construites : Case de l’Oncle Tom, Fischtalgrund et l’autre cité de la Gagfah ; il finance en outre l’extension de la ligne de métro. En revanche, l’ambitieux projet de maisons fabriquées industriellement, pour lequel il envoie Gropius aux États-Unis, ne voit pas le jour. Toujours à l’affût de nouvelles solutions pour moderniser la construction, il participe à la construction à partir de 1928 de la cité construite par la Gagfah à Mersebourg pour les usines Leuna et, l’année suivante, à la grande cité conçue par Alexander Klein à Bad-Dürrenberg : un « pont roulant » permet la construction de barres à grande échelle.

23Juif lié aux milieux socialistes, directement menacé par les nazis qui veulent l’arrêter et mettre ses biens sous séquestre, Sommerfeld doit fuir l’Allemagne dès mars 1933. Au terme d’un périple par la France et la Palestine, il parvient en Grande-Bretagne en 1937 et devient citoyen britannique sous le nom d’Andrew Sommerfield.

Georg Steinmetz (1882-1936)

24Originaire de Kassel, Steinmetz est pendant la Première Guerre mondiale chargé d’élaborer les lignes directrices de la reconstruction en Prusse orientale, dont il tire en 1917 « Fondements de l’art de bâtir en ville et à la campagne », qui fait dans les années 1920 l’objet de plusieurs compléments et rééditions. Figure de proue du Heimatschutz, docteur honoris causa de l’École de Stuttgart, Steinmetz est considéré comme l’un des architectes régionalistes les plus doués de sa génération. L’essentiel de son œuvre bâti se situe en Prusse orientale, à Berlin et Stettin. Steinmetz est en 1928 l’un des architectes invités par la Gagfah à participer à la cité Fischtalgrund.

Bruno Taut (1880-1938)

25Taut est né à Königsberg-en-Prusse (aujourd’hui Kaliningrad), d’un père commerçant qui, ayant fait faillite, vivote grâce à différents gagne-pain assez peu rémunérateurs. Aîné de quatre enfants, dont l’un, son frère cadet de quatre ans, Max, devient également architecte, Bruno Taut quitte le lycée de Königsberg en 1 897, à l’âge de 17 ans. L’hiver, il fréquente l’École professionnelle des métiers du bâtiment (Baugewerksschule; l’été, il travaille comme apprenti-maçon dans une entreprise de construction, qui ne s’effraie pas des techniques de mise en œuvre du béton armé les plus modernes. Ses aptitudes à la pratique constructive sont telles qu’il achève sa scolarité en trois semestres au lieu de six. En 1903, il est employé dans l’agence de Bruno Möhring, architecte de Königsberg parvenu à la célébrité dans la capitale, qui l’introduit dans le Cercle de Chorin, petite ville du Brandebourg située près d’un lac. En sont également membres des écrivains, des peintres (notamment Max Beckmann) et le critique Adolf Behne. Ces contacts avec de jeunes artistes incitent Taut à peindre et il réalise quelque deux cents aquarelles inspirées des paysages de Prusse orientale.

26En 1904, il parvient à entrer chez Theodor Fischer, alors au faîte de sa gloire. Les quatre années qu’il y passe revêtent une importance considérable, tant sur le plan de la pratique que sur celui des relations sociales. Fischer l’introduit au Deutscher Werkbund, qu’il préside, ainsi qu’auprès de son premier client, le mécène Karl-Ernst Osthaus. En 1909, Taut ouvre sa propre agence. Architecte de la Deutsche Gartenstadtgesellschaft, il participe à la conception de plusieurs cités-jardins. À l’exposition du Werkbund à Cologne en 1 914, son Pavillon de verre lumineux semble matérialiser les aspirations de son ami, le poète Paul Scheerbart.

27À la fin de la guerre, il publie plusieurs écrits, à la portée utopique : Une couronne pour la ville, Architecture alpine, « La dissolution des villes ». Responsable des services de Construction de la Ville de Magdebourg en 1921, il y pratique une architecture colorée. Devenu architecte conseil de la Gehag à partir de 1924, il construit pour elle près de dix mille logements. En 1930, Taut est nommé professeur à l’Université technique de Berlin-Charlottenbourg, avant d’être tenté par l’expérience soviétique : à l’issue d’un concours pour un hôtel à Moscou, il fait la navette entre Berlin et l’Union soviétique, où un bureau est mis à sa disposition. En 1932, il s’y installe avant de décider, fin février 1933, de rentrer à Berlin, un mois après l’arrivée d’Hitler au pouvoir.

28Toujours lié à la Gehag et publiquement stigmatisé comme « bolcheviste de la culture », il est menacé. Rayé des listes de l’Académie des arts de Prusse, il trouve refuge chez Bonatz avant de s’exiler au Japon. Au bout de trois ans, un avenir meilleur s’offre à lui en Turquie, où il est, grâce à Martin Wagner, nommé professeur d’architecture à l’Académie des beaux-arts d’Istanbul. Également architecte du ministère turc de l’Éducation, il peut à nouveau construire, et une exposition lui est consacrée en 1938. Malade, il meurt le 24 décembre 1938, trois mois après qu’un tribunal du IIIe Reich a déclaré le « défaitiste apatride et internationaliste » Taut « indigne de la cause de la culture allemande, du genre allemand et de l’être allemand », en le condamnant à payer une taxe d’exil de 32 000 marks.

Heinrich Tessenow (1876-1950)

29Né à Rostock en 1876, Tessenow est d’abord apprenti-charpentier puis en bâtiment, avant de compléter sa formation à l’Université technique de Munich. Il visite différents lieux d’Allemagne, dans le sillage des Kulturarbeiten de Paul Schultze-Naumburg, enseigne un peu et réfléchit à la question de la petite maison d’habitation, à laquelle il consacre plusieurs articles et un opuscule paru en 1909, « La construction de la maison », manifeste pour une nouvelle simplicité en architecture. La même année, il est, à l’instigation de Theodor Fischer, appelé à collaborer au projet de cité-jardin d’Hellerau sous la direction de Richard Riemerschmid. Le succès des petites maisons ouvrières et de l’institut Jacques-Dalcroze, impressionnants de sobriété, est tel qu’il reçoit de nombreuses commandes de cités d’habitation. En 1913, il accepte un poste de professeur à l’École des arts appliqués de Vienne, où il demeure jusqu’en 1919.

30La publication de Hausbau und Dergleichen en 1916 et de Handwerk und Kleinstadt en 1919 confirme l’écho de l’architecture de Tessenow, figure révérée par tous les architectes novateurs. En revanche, son projet de fonder une communauté d’artisans à Hellerau échoue. À son retour en Allemagne, il signe plusieurs manifestes révolutionnaires, mais prend rapidement ses distances avec l’avant-garde. En dépit de sa notoriété et du respect général dont il est l’objet, il reçoit peu de commandes et vit essentiellement de son activité d’enseignant, à Dresde puis Berlin- Charlottenburg. La cité Fischtalgrund, dont il est le directeur artistique, provoque une polémique, dont il tente de se distancer. Sous le IIIe Reich, protégé par son ancien étudiant Albert Speer, il peut participer à plusieurs concours, ce qui n’empêchera pas la RDA après la guerre de lui confier divers chantiers de reconstruction.

Martin Wagner (1885-1957)

31Né à Königsberg-en-Prusse, Wagner fait ses études d’architecture à Dresde puis à Berlin-Charlottenbourg. Directeur des services de construction de Rustringen, il entre en 1914 dans les services du Syndicat intercommunal de Berlin, tout en préparant un doctorat d’urbanisme sur la politique des espaces verts en milieu urbain. Nommé dans les services de Construction de la commune de Schöneberg (qui sera incorporée au Grand-Berlin en 1920), Wagner construit en 1918-1919 la cité Lindenhof. En réponse à la crise du logement qui sévit dans l’Allemagne défaite, Wagner lance le mouvement des Guildes de bâtisseurs, fédérées en 1920 dans la VsB (Union des entreprises sociales du bâtiment), et plaide pour la levée d’un impôt sur le logement. Le souci de rationaliser la construction l’incite en 1925 à créer la Dewog et la Gehag, dont il est le premier directeur.

32Jugeant décevante l’expérience de mécanisation du chantier dans les cités du Fer à cheval et d’Oncle Tom, Wagner décide en 1926 de postuler à la direction des services d’urbanisme du Grand-Berlin, qu’il obtient. Dans le cadre de la restructuration de la métropole, il lance des concours pour l’aménagement d’Alexanderplatz et du quartier des ambassades, et promeut la construction de grandes cités d’habitation en périphérie urbaine. Si la revue qu’il crée en 1929, Das Neue Berlin, fait long feu, il publie de nombreux articles dans la presse professionnelle et quotidienne. Démis de ses fonctions par les nazis dès 1933, il émigré en Turquie puis, à partir de 1935, aux États-Unis, où il enseigne à l’université de Harvard.

© Éditions de la Sorbonne, 2007

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search