Version classiqueVersion mobile

L’émigration française

 | 
Nicole Fouché

États-Unis

Les voyageurs Français et l’emigration Française aux Etats-Unis (1870-1914)

Jacques Portes

Texte intégral

  • 1 On trouve, dans les revues, quelques articles consacrés à l’immigration aux Etats-Unis, surtout à p (...)
  • 2 G. de PARDONNET, Emigration au Kansas, Montbéliard, 1873, 43 p. ; Guide de poche franco-américain i (...)

1Parmi les immigrants qui arrivent en nombre toujours croissant dans les ports des Etats-Unis de 1870 à 1914, les Français sont bien peu nombreux à contempler avec émotion la grande silhouette de la Statue de la Liberté. Un sur huit mille nouveaux arrivants, moins de dix mille par an, au début du siècle, quand plus d’un million de personnes nouvelles se déversent sur le sol américain. Alors même qu’un certain nombre d’observateurs sont fascinés, au cours de cette période, par la diversité de la marée humaine que les Etats-Unis accueillent1, l’émigration française a peu retenu l’attention des contemporains. On ne trouve, par exemple, guère de guides pour les émigrants français, ni de brochures alléchantes pour les attirer2.

  • 3 Pendant la période près de 200 récits de voyage ont été publiés, sous diverses formes ; sans grande (...)

2Toutefois, il existe une colonie française aux Etats-Unis, dispersée, peu voyante et les Français, touristes ou en mission, qui voyagent aux Etats-Unis, peuvent avoir eu à faire, au cours de leurs pérégrinations, à certains de ses membres. D’ailleurs à travers leurs notes – et nombreux sont ces voyageurs qui se sont empressés de publier le récit de leurs aventures3 – se dresse parfois l’ombre d’un Français émigré, se ressent l’émotion d’une brève rencontre. Ces témoignages sont à peu près les seuls dont nous pouvons disposer ; ils ne sont pas très fréquents, ni toujours bien significatifs, et il ne saurait être question d’en déduire une typologie de l’émigration française aux Etats-Unis. Ils permettent néanmoins d’examiner quelques cas individuels et de percevoir ce que ces représentants de l’opinion française pouvaient penser du sort de leurs compatriotes fixés en terre américaine.

LE VOYAGE

3Les contacts des voyageurs avec les immigrants peuvent se produire à différentes étapes de leurs itinéraires, mais les plus fréquents ont lieu sur le navire qui amène ce petit monde.

4En effet tous les paquebots qui vont d’Europe vers les Etats-Unis, transportent, en troisième classe, des immigrants. Les voyageurs sont, quant à eux en première et ne font pas toujours attention à ces groupes anonymes qui n’ont pas accès aux mêmes sections de pont, ni aux mêmes services. Pourtant un assez grand nombre de ces privilégiés remarque les chants des émigrants, s’émeut de la naissance d’un enfant, pendant la traversée, et n’hésite pas à donner sa contribution ou se glace quand le corps d’un malheureux, décédé pendant la nuit, glisse à la mer. Bien entendu les sonorités rauques des Allemands et des Scandinaves, ou les chants mélodieux des Italiens, sont plus fréquents que l’accent de Belleville ; pourtant à l’occasion des "Français parlent aux Français". Ces rencontres, aussi rares soient-elles, n’ont lieu qu’avant 1900-1905, pendant une période où il est encore possible d’isoler quelques cas du groupe ; ensuite la multitude étrangère est trop massive.

  • 4 Edmond COTTEAU, Promenade dans les deux Amériques, Paris, Charpentier, 1880, p. 20.
  • 5 Madame Léon GRANDIN, Impressions d’une parisienne à Chicago, Paris, Flammarion, 1894, p. 18.
  • 6 Christophe Allard, Promenade au Canada et aux Etats-Unis, Paris, Didier, 1878, p. 2.
  • 7 E. de Mandat-Grancey, En visite chez l’oncle Sam, Paris, Plon, 1885, p. 15.

5Quelques figures floues apparaissent de temps en temps, tels ces deux Franc-Comtois qui s’expatrient sans trop savoir pourquoi4 en 1877 ; cette famille de six enfants qui fuit le chômage en 18935 ; des "titis" parisiens dont le visage reflète le vice et l’abrutissement6. Sous une plume plus alerte un portrait plus précis apparait : une parisienne du Faubourg Saint Antoine, gouailleuse et truculente, dont la haine pour les Etats-Unis grandit au fur et à mesure que la rive américaine se rapproche, elle va rejoindre son mari qui gagne bien sa vie en Caroline du Nord, mais ce n’est pas une émigrante enthousiaste7. Dans l’ensemble un échantillon médiocre, balloté par les événements et leurs compatriotes plus fortunés plaignent ces pauvres gens, déplorent qu’ils aient à s’exiler ; cette impression persiste longtemps.

  • 8 Paul TOUTAIN, Un Français en Amérique, Paris, 1876, Plon, p. 2.
  • 9 Cf. C. ALLARD, op.cité, et Joseph von Hübner, Promenade autour du monde, 1871, Paris, Hachette, 187 (...)
  • 10 Gabriel-Paul OTHENIN CLERON comte d’Haussonville, A travers les Etats-Unis : notes et impressions, (...)
  • 11 Emile MARTIN, ouvrier tordeur, in Exposition internationale de Saint Louis, 1904, Délégation ouvriè (...)

6Entre les années 1870 et la fin des années 1880, un groupe de Français revient assez souvent ; il s’agit d’Alsaciens. Il peut s’agir, en 1875, de malheureux chassés par l’Allemand et qui n’ont connu que ces déboires en Algérie8 ; ou quelques années plus tard d’un groupe misérable9. Mais en 1881 ou en 1886, le comte d’Haussonville ou l’abbé Vigneron – lors de la première traversée de "La Champagne" – rencontrent encore des Alsaciens10, bien que la guerre de 1870 s’éloigne dans le temps. Par ailleurs, à l’occasion de visites d’usines nos visiteurs rencontrent des Alsaciens, comme chez Baldwyn, à Philadelphie, ou chez le brasseur Busch, en 1904, dont on déplore la nécessité qu’ils ont eu de s’expatrier11. Sans doute tous ces Alsaciens ne sont-ils pas Français, et beaucoup sont difficiles à distinguer des Allemands, surtout ceux qui sont brièvement rencontrés à bord des navires qui cinglent vers New York ; pourtant ces quelques individus forment bien le seul groupe régional identifié de façon précise par les voyageurs. Pour ceux-ci il est facile d’évoquer l’émigration "patriotique", mais rien ne permet de dire que la véritable raison de leur départ se situe bien là.

LES IMMIGRANTS FRANÇAIS

7Une fois débarqués aux Etats-Unis les voyageurs oublient la traversée, pris par la nouveauté des scènes de la rue, par la démesure des immeubles, par la diversité des types physiques ; toutefois ils retrouvent, à l’occasion, des Français. Le plus souvent il s’agit de cas isolés : un hotelier à Buffalo, avant d’aller voir les chutes du Niagara, un passant dont on surprend l’accent à Chicago, lors de l’exposition universelle de 1893 et quelques autres. Néanmoins trois groupes d’immigrants français sont assez fréquemment remarqués ; ceux de New York, de San Francisco et quelques fermiers de l’Ouest. Bien sûr le petit nombre de voyageurs qui passent à la Nouvelle-Orléans se mêlent à une importante colonie française, mais elle est essentiellement composée de créoles ou de Cajuns, parmi lesquels quelques véritables immigrants sont parfois repérés sans qu’il soit possible de savoir si leur situation est très différente de celle des Français de vieille souche.

New-York.

  • 12 A.M.R.E., C.C.C., New York, 11 mai 1869.
  • 13 Courrier des Etats-Unis, 31 mai 1885.
  • 14 Multiples renseignements dans C.C.C. New York, de 1871 à 1887.

8Le groupe des Français de New York existe à travers tout le XIXe siècle ; le consulat de France l’évalue, vers 1870, à 15.000 personnes au maximum, et le nombre ne semble pas varier beaucoup dans les années ultérieures12. Les voyageurs qui arrivent et qui repartent, le plus souvent, de New York ne cherchent nullement les Français, toutefois certains d’entre eux sont ravis de descendre à l’hotel Marin qui leur assure une cuisine de chez nous, avec le confort américain, tout particulièrement quand ils reviennent dans la ville impériale après quelques semaines de plongée dans l’Amérique profonde. D’ailleurs un nombre assez important des Français de New York travaille dans les métiers de l’alimentation et du tourisme, ce qui n’est pas sans entraîner les plaintes du Courrier des Etats-Unis, dont l’éditorialiste trouve que ses compatriotes se contentent de bien peu et ne sont pas représentés dans le haut commerce, ni dans la finance13. Et parmi les rares guides d’émigrants conçus pour des Français, une large place est accordée à ces petites professions où excellent les immigrants venus de France. Du fait de cette situation les Français de New York ne sont guère visibles, ils n’ont pas d’association nationale et sont dispersés dans de multiples et petites sociétés de bienfaisance14.

  • 15 Ernest MICHEL, Le tour du monde en 240 jours, Nice, Lib. du patronage Saint Pierre, 1882, vol. I, p (...)
  • 16 Le rapport des consuls mentionne même qu’aux Etats-Unis, au moment du grand incendie de Chicago de  (...)

9Pourtant, pendant une dizaine d’années, quelques groupuscules français attirent l’attention de certains visiteurs, comme celle des représentants de la République ; il s’agit des communards exilés aux Etats-Unis, et tout particulièrement à New York. Ils se tiennent à part, avec leur organisation et ils ont bien mauvaise réputation, ce qui rejaillit sur les autres Français de la ville15. Mais la communauté retrouve assez vite son calme et son anonymat, puisque après l’amnistie de 1883, tous ces dangereux révolutionnaires – sauf un sur près de 90 – regagnent la mère patrie, prouvant que les Etats-Unis ne sont pas favorables à leurs idées16.

San Francisco.

  • 17 Jean d’ALBREY, Du Tonkin au Hâvre, Paris, Plon, 198, p. 190 ; l’auteur se montre particulièrement a (...)
  • 18 Edmond LEUBA, La Californie, Paris, Sandoz, 1882, p. 30.
  • 19 Thérèse, Impressions d’une parisienne sur la côte du Pacifique, Paris, Juven, 1902, p. 182.

10Plus apparents, plus hauts en couleur sont les Français de San Francisco, ils sont les survivants et les descendants de la grande époque de la ruée vers l’or, environ 6.000 dans la ville, plus de 30.000 en Californie vers 189517. Dans l’atmosphère presque latine de la ville, que beaucoup de voyageurs découvrent après la monotonie des plaines et la froideur anglo-saxonne des villes de l’Est, les Français se remarquent, avec leurs boutiques et leurs restaurants ; ils sont moins incongrus que leurs collègues de New York, plus adaptés mais non assimilés. Les visiteurs remarquent leur attachement à la France, l’émotion qu’ils manifestent quand ils rencontrent un Français du Vieux Pays. Par contre ils sont aussi divisés en petites associations et ne savent pas se défendre en tant que groupe, d’aucun trouvant même qu’il leur manque "cet air de liberté, d’indépendance, mais surtout d’égalité" qui caractérise des Américains ou ceux qui aspirent à le devenir18. Ainsi ces Français représentent-ils comme un havre de France, sur les bords du Pacifique, dont on savoure les bons côtés, ou dont on apprécie l’hopital qu’ils ont financé – malgré tout – à la fin du siècle et qui permet d’être soigné avec tout le modernisme possible mais dans sa langue et avec courtoisie19.

L’Ouest américain.

11Dans le reste de l’Ouest américain, peu de Français savent que des bergers basques ou des Hautes Alpes réussissent et viennent apporter un démenti à la vision plutôt sombre qu’ils ont de l’émigration française, mais venant de régions isolées, suivant des filières villageoises, ils sont peu connus par des voyageurs le plus souvent parisiens et privilégiés. Ceux-ci néanmoins ont connaissance de deux groupes de Français fixés dans l’Ouest avec des fortunes diverses.

  • 20 G. de PARDONNET, op.cité, il est alors "Agent spécial d’émigration de l’Etat du Kansas" puis il réc (...)
  • 21 Il vante alors les terres de l’Oregon faites pour les prolétaires qui n’ont jamais rien eu à eux, c (...)
  • 22 A.M.R.E., C.C.C., New York, 16 janvier 1875.
  • 23 Notice sur les Français de Florence, Kansas, Etats-Unis d’Amérique, Publication complétant la broch (...)

12Le premier se situe dans le Kansas et il est possible de suivre son évolution pendant des années. En 1873 paraît à Montbéliard – peut-être en raison de la proximité de l’Alsace – une brochure consacrée à l’Emigration au Kansas ; dans celle-ci l’auteur, Georges de Pardonnet20, décrit les ressources de cet Etat, donne le texte de la loi du Homestead, qui est effectivement très méconnue en France, et incite des Français à venir coloniser cette terre qui offre une chance pour tous. La description est certes très favorable, mais honnête. Ces données sont reprises quatre ans plus tard par le même personnage, qui les accompagne de renseignements sur l’Oregon, dont il est devenu commissaire d’émigration21. Tout cela serait assez banal en Allemagne ou en Scandinavie, mais est plus inhabituel en France, surtout à un moment où quelques Français avaient connu des déboires au Kansas justement22. Quoiqu’il en soit une petite colonie française survit au Kansas puisqu’elle se manifeste à l’occasion de l’Exposition universelle de 1889 ; elle publie deux brochures, non seulement vantant les richesses de l’Etat, mais indiquant qu’une quarantaine de familles forme la "colonie française de Florence"23. Les rédacteurs ne cachent pas les difficultés de l’installation, pendant laquelle il ne faut compter sur aucune aide du gouvernement américain, mais ils souhaitent attirer des gens munis d’un petit pécule qui pourront venir gonfler la petite colonie et y perpétuer la langue et les coutumes françaises :

"... ils conserveraient et feraient pénétrer autour d’eux, ce que les Français peuvent avoir de supérieur dans leur esprit, leurs moeurs, leur goût et mêmes leurs amusements".

Pendant l’Exposition un bureau de Florence est à la disposition des candidats à l’émigration.

  • 24 Paul de Rousiers, La vie américaine, T. 1, Ranch, fermes et usines, Paris, F. Didot, 1892, p. 142-4 (...)
  • 25 Idem, ibidem, p. 143.

13Il n’est pas possible de savoir ce qu’il est advenu de cet appel, mais une dizaine d’années plus tard un de nos voyageurs à l’occasion de visiter une colonie française au Kansas, près de Kansas City. Il s’agit d’un groupe de maraîchers venus du Gard et du Jura (peut-être grâce à la brochure publiée à Montbéliard) "vignerons ou montagnards durs au travail, âpres au gain", dont les premiers ont été chassés de chez eux par le phylloxera ; ils ont passablement réussis vers 1879, profitant du boom du Kansas ; puis les affaires ont ralenti, mais ils avaient amassé un petit pécule qui leur a permis d’acheter des terres, dont ils louent une partie, et de vivre passablement. Pour Paul de Rousiers, qui nous fournit ces renseignements24, ces maraîchers ont réussi parce qu’ils sont restés groupés entre eux – condition essentielle pour des Français -mais se contentent de bien peu ; ils ne manifestent aucune envie d’essayer leurs chances sur des terres neuves comme le font la plupart des autres colons, se satisfaisant d’une épargne parcimonieusement amassée, ce qui suffit à les distinguer des autres immigrants irlandais, anglais, Scandinaves, ou même allemands ; "en revanche, il lui manque l’esprit d’entreprise ; il est sage, mais non hardi ; économe, mais pusillanime"25.

  • 26 E. de Mandat-Grancey, Dans les Montagnes Rocheuses, Paris, Plon, 1884, p. 170.
  • 27 Paul BOURGET, Outremer, Paris, A. Lemerre, 1895, Tome 2, p. 49-70, la description de la vie des cow (...)

14La situation est sensiblement différente pour un deuxième petit groupe de Français installés dans l’Ouest, plus au Nord, dans le Dakota. Quelques aristocrates, lassés de l’inaction en France, hostiles à la République, sont partis dans ces terres lointaines, certains devenant des cow-boys anonymes et aventureux, d’autres ayant les moyens d’acheter des terres et de devenir rancheros. Ils sont quelques uns dans le Dakota constituant, d’après le baron de Mandat-Grancey, qui est en sympathie avec eux, une sorte de confrérie aux liens très lâches qui porte bien haut le nom de la France26. Le baron persifleur, lors de son voyage en 1883, évoque le duc d’Auzias-Turenne, qui a fait la manchette des journaux locaux en arrêtant un dangereux malfaiteur qui avait blessé ses gens. Mais c’est Paul Bourget qui popularise le personnage, sans le nommer, en publiant "Confession d’un cow-boy", dans laquelle on apprend que le jeune aristocrate est parti fonder un haras dans le Dakota, mais n’y est parvenu qu’au prix de multiples aventures au milieu des bandits des Black Hills, après des bagarres mémorables dans des salons miteux et des conflits avec les Grangers. De fait, Auzias-Turenne met sur pieds un ranch d’élévage qui fonctionne très bien et acquiert une certaine célébrité dans la région ; à la fin des années 1880 il part s’établir au Canada, où il devient directeur des haras de Montréal, montrant à ses visiteurs ébahis sa selle du Dakota27. Ainsi des Français ont participé à la rude vie de l’Ouest américain, non pas seulement en humbles fermiers mais en aventuriers, trouvant dans la république américaine une liberté qu’ils pensaient ne plus avoir dans la république française.

TROP BIEN POUR L’AMERIQUE...

15Ces quelques exemples permettent de mieux comprendre ce que peuvent être les réactions des Français à l’égard de leurs compatriotes immigrés aux Etats-Unis.

16Quelques-uns expriment bien une certaine nostalgie en pensant à ce qu’aurait pu être une Amérique peuplée de Français de la trempe des rancheros du Dakota et ils se consolent avec le contre-exemple du Canada où la "race" française croît et se multiplie.

  • 28 Jules HURET, En Amérique, Tome 1, Paris, Charpentier, 1913, p. 15 ; les rapports des consuls répète (...)
  • 29 P. TOUTAIN, op.cité, p. 25.
  • 30 P. BOURGET, op.cité, p. 285.

17Mais la plupart pensent bien que les Français ne sont pas faits pour l’émigration aux Etats-Unis. C’est la position officielle des consuls français pendant toute la période, qui estiment que les Français n’ont rien à faire aux Etats-Unis28. C’est aussi l’avis de nombreux observateurs ; ils ont, souvent, un grand mépris pour les immigrants "déclassés, désespérés, rêveurs", parmi lesquels il est donc "normal" de ne pas trouver de bons Français, tout au plus si leurs compatriotes qui s’apparentent à ces catégories hâtives étaient partis, il n’y aurait pas eu la Commune...29. Et Paul Bourget, qui vient de rencontrer un prisonnier français à New York, à l’air particulièrement lamentable, regrette moins que peu de Français émigrent sur cette "terrible terre"30. Pour ceux-là les Etats-Unis ne sont pas faits pour les Français, ils n’y trouvent pas assez de distraction, pas assez de finesse et ne songent qu’au retour dans leur pays d’origine ; ils sont trop bien pour l’Amérique et l’on ne peut que regretter que certains, comme les Alsaciens, aient été obligés de s’exiler.

  • 31 Georges d’AVENEL, Aux Etats-Unis : les champs, les affaires, les idées, Paris, A. Colin, 1908, p. 8 (...)

18D’autres s’interrogent de façon plus approfondie et tentent de comprendre pourquoi peu de Français émigrent alors que les représentants de toutes les autres nations sont si nombreux à le faire. Peut-être le Français n’affectionne-t-il, lorsqu’il s’expatrie, que les emplois de tout repos ?31. Peut-être a-t-il besoin de retrouver d’autres Français et refuse-t-il de s’assimiler, ce qui expliquerait qu’il soit si accueillant à l’égard des Français de passage aux Etats-Unis.

  • 32 P. de ROUSIERS, op.cité, p. 138-39.

"Règle générale, on trinque ensemble à quelques heures du jour que ce soit, et on daube sur les Yankees prohibitionnistes, qui boivent de l’eau glacée et souffrent de la dyspepsie ; si vous voulez voir la vie américaine par son côté le moins favorable, allez vous asseoir à ces tables hospitalières, vous l’entendrez critiquer dans tous ses détails..."32.

Pour Paul de Roussiers la responsabilité incombe surtout à la femme française dont toute l’éducation l’a bien mal préparée à une vie comme celle des Etats-Unis.

"Elevées dans des habitudes contraires, dont elles se sont fait une sorte de code inviolable, elles ne comprennent pas les moeurs qu’elles ont sous les yeux et, ne les comprenant pas elles les blâment sans réserve".

L’explication ne manque pas d’intérêt, car c’est sans doute dans le domaine des traditions féminines que l’écart est le plus grand entre Français et Américains ; les Américaines sont libres dès leur enfance, habituées à une vie sportive, prêtes à partir dans l’Ouest pour y vivre isolées alors que les Françaises, plus tenues, sont habituées à une vie plus casanière.

  • 33 C. de VARIGNY, La femme aux Etats-Unis, Paris, A. Colin, 1893.

19Il est possible que les hommes se soient mieux habitués que les femmes françaises, à la vie américaine, mais l’hypothèse de de Rousiers33 convient surtout aux colons de l’Ouest, qui s’établissent en famille et beaucoup moins à ceux qui choisissent les villes, ou tout simplement qui sont célibataires. Par ailleurs les voyageurs français, dont de Rousiers, sont tous particulièrement impressionnés par l’allure, la liberté, le dynamisme des Américaines qui contrastent avec l’attitude habituelle des Françaises qu’ils ont laissées de l’autre côté de l’Atlantique, aussi n’est-il pas étonnant que ce soit dans ce domaine qu’ils aient pu chercher la raison profonde de la faiblesse de l’émigration française aux Etats-Unis.

  • 34 Urbain GOHIER, Le peuple du XXe siècle, Paris, Fasquelle, 1903, p. 10 bis et 264.
  • 35 Hugues LE ROUX, Le Wyoming, Paris, F. Juven, 1904, souhaite que des Français aillent travailler aux (...)
  • 36 Thérèse, op.cité, p. 283.

20Dans ce contexte, les Français qui prônent l’émigration française furent rares. Si le regret d’Urbain Gohier – il aimerait que les Français soient plus nombreux à venir aux Etats-Unis – s’apparente à la nostalgie de quelques aristocrates, malgré ses positions anarchisantes34, si l’appel de quelques hommes d’affaires pour que des Français viennent trouver du travail aux Etats-Unis se comprend35, plus insolite est le souhait de Thérèse ; cette jeune personne courageuse va, à l’été 1901, ouvrir un bureau commercial français à Seattle, et à l’issue de ce séjour de quelques mois elle n’hésite pas à inciter les jeunes Françaises à venir à Seattle, où elles sont sûres de trouver de "beaux gars"36. On ne sait si l’appel a été entendu et suivi d’effet ; il reste tout à fait exceptionnel.

  • 37 Lazare WEILLER, Les grandes idées d’un grand peuple, Paris, Juven, 1903, p. 156 ; les Français arri (...)

21Ces quelques exemples et les avis de certains voyageurs ne permettent pas de comprendre totalement l’émigration française aux Etats-Unis de 1870 à 1914, (pourquoi en 1904, les immigrants français arrivent-ils à New York avec plus d’argent que les autres37 ?). Mais ils sont le signe de l’étrangeté du phénomène de l’émigration pour la plupart des Français. Pourtant à travers ces quelques cas on peut percevoir la diversité des expériences des Français aux Etats-Unis ; la plupart sont restés là-bas, et, bon an mal an, quelques milliers sont allés les rejoindre, démentant ainsi les jugements fragmentaires des quelques voyageurs de la fin du XIXe et du début du XXe siècles.

Notes

1 On trouve, dans les revues, quelques articles consacrés à l’immigration aux Etats-Unis, surtout à partir des chiffres du Census, ainsi Gabriel MARCEL, "L’immigration aux Etats-Unis", Journal des économistes, 15 février 1874, 14 p. ; mais rien n’est précisément dit sur le cas des Français. Emile Levasseur leur consacre deux pages évaluant leur nombre à 5.000 par an vers 1899 in L’ouvrier américain, Paris, Larose, 1898, T. 1, pp.474-475.

2 G. de PARDONNET, Emigration au Kansas, Montbéliard, 1873, 43 p. ; Guide de poche franco-américain illustré des Etats-Unis, New York, Lib. Dermigny, 1897, 267 p. et quelques autres...

3 Pendant la période près de 200 récits de voyage ont été publiés, sous diverses formes ; sans grande profondeur ils fournissent la vision des seuls témoins directs de la réalité américaine.

4 Edmond COTTEAU, Promenade dans les deux Amériques, Paris, Charpentier, 1880, p. 20.

5 Madame Léon GRANDIN, Impressions d’une parisienne à Chicago, Paris, Flammarion, 1894, p. 18.

6 Christophe Allard, Promenade au Canada et aux Etats-Unis, Paris, Didier, 1878, p. 2.

7 E. de Mandat-Grancey, En visite chez l’oncle Sam, Paris, Plon, 1885, p. 15.

8 Paul TOUTAIN, Un Français en Amérique, Paris, 1876, Plon, p. 2.

9 Cf. C. ALLARD, op.cité, et Joseph von Hübner, Promenade autour du monde, 1871, Paris, Hachette, 1873, tome 1 ; cet ouvrage d’un Allemand a eu beaucoup de succès en France.

10 Gabriel-Paul OTHENIN CLERON comte d’Haussonville, A travers les Etats-Unis : notes et impressions, Paris, C. Lévy, 1883 ; et abbé Lucien VIGNERON, De Paris à Washington, Paris, Plon, 1887, ou Archives du Ministère des Relations Extérieures (A.M.R.E.), C.C.C. New York, novembre 1872.

11 Emile MARTIN, ouvrier tordeur, in Exposition internationale de Saint Louis, 1904, Délégation ouvrière française au Canada et aux Etats-Unis, Paris, E. Cornély, 1907, p. 286 ; c’est le même E. Martin qui crie : "Vive la Sociale !", dans le port du Hâvre, quand il voit partir vers le Canada des soeurs des Congrégations, fuyant la France du "petit père Combes".

12 A.M.R.E., C.C.C., New York, 11 mai 1869.

13 Courrier des Etats-Unis, 31 mai 1885.

14 Multiples renseignements dans C.C.C. New York, de 1871 à 1887.

15 Ernest MICHEL, Le tour du monde en 240 jours, Nice, Lib. du patronage Saint Pierre, 1882, vol. I, p. 2.

16 Le rapport des consuls mentionne même qu’aux Etats-Unis, au moment du grand incendie de Chicago de 1871, certains journaux portaient la responsabilité sur les révolutionnaires français ; et C. de Varigny exprime tout son soulagement dans Les Etats-Unis (Esquisses historiques), Paris, E. Kolb, 1892.

17 Jean d’ALBREY, Du Tonkin au Hâvre, Paris, Plon, 198, p. 190 ; l’auteur se montre particulièrement attentif au sort des immigrants Français dans tous les Etats-Unis, il n’ignore ni les bergers, ni les immigrants récents en Louisiane ; il trouve tout ce petit monde divisé et ayant des difficultés à s’assimiler.

18 Edmond LEUBA, La Californie, Paris, Sandoz, 1882, p. 30.

19 Thérèse, Impressions d’une parisienne sur la côte du Pacifique, Paris, Juven, 1902, p. 182.

20 G. de PARDONNET, op.cité, il est alors "Agent spécial d’émigration de l’Etat du Kansas" puis il récidive en 1877 avec Amérique du Nord et du Sud ; "Renseignements généraux sur les diverses contrées où se dirige l’émigration européenne, conseils pratiques aux émigrants". Paris, Agence générale maritime, 48p. ; il est alors commissaire de l’Oregon.

21 Il vante alors les terres de l’Oregon faites pour les prolétaires qui n’ont jamais rien eu à eux, car données par le gouvernement, et reprend ses données sur le Kansas.

22 A.M.R.E., C.C.C., New York, 16 janvier 1875.

23 Notice sur les Français de Florence, Kansas, Etats-Unis d’Amérique, Publication complétant la brochure, le Kansas en 1889 par Emile Firmin, Impr. R. Beau et C. Dillet, Issy sur Seine, 8p. ; l’illustration de la couverture représente la petite école de Florence, symbole du maintien de la langue française.

24 Paul de Rousiers, La vie américaine, T. 1, Ranch, fermes et usines, Paris, F. Didot, 1892, p. 142-43.

25 Idem, ibidem, p. 143.

26 E. de Mandat-Grancey, Dans les Montagnes Rocheuses, Paris, Plon, 1884, p. 170.

27 Paul BOURGET, Outremer, Paris, A. Lemerre, 1895, Tome 2, p. 49-70, la description de la vie des cow-boys est excellente.

28 Jules HURET, En Amérique, Tome 1, Paris, Charpentier, 1913, p. 15 ; les rapports des consuls répètent souvent les mêmes remarques.

29 P. TOUTAIN, op.cité, p. 25.

30 P. BOURGET, op.cité, p. 285.

31 Georges d’AVENEL, Aux Etats-Unis : les champs, les affaires, les idées, Paris, A. Colin, 1908, p. 87 ; et E. LEVASSEUR insiste sur l’isolement des Français, sur leur désir de retour, même quand ils réussissent assez bien dans le "skilled labor", op.cité, p. 475-76.

32 P. de ROUSIERS, op.cité, p. 138-39.

33 C. de VARIGNY, La femme aux Etats-Unis, Paris, A. Colin, 1893.

34 Urbain GOHIER, Le peuple du XXe siècle, Paris, Fasquelle, 1903, p. 10 bis et 264.

35 Hugues LE ROUX, Le Wyoming, Paris, F. Juven, 1904, souhaite que des Français aillent travailler aux Etats-Unis pour y apprendre des méthodes nouvelles.

36 Thérèse, op.cité, p. 283.

37 Lazare WEILLER, Les grandes idées d’un grand peuple, Paris, Juven, 1903, p. 156 ; les Français arrivent avec 200 F. alors que la moyenne de tous les immigrants se situe à 70 F., ils ont plus que les Allemands ou les Anglais ; mais le petit nombre de Français nuit à la démonstration.

© Éditions de la Sorbonne, 1986

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search