Version classiqueVersion mobile

L’émigration française

 | 
Nicole Fouché

États-Unis

Conscrits en Amérique. Le cas de l’arrondissement de Sarrebourg (Meurthe) 1829 – 1870

Camille Maire

Texte intégral

"Si vous voulez attendre quelques mois, vous tirerez à la conscription, et vous perdrez comme les autres (...). Mais si vous partez tout de suite pour l’Amérique, en prenant le chemin du Havre, vous arriverez là-bas sains et saufs.
ERCKMANN-CHATRIAN, Le Blocus (1867).

  • 1 En ce qui concerne le département de la Meurthe on trouve aux Archives dép. de Meurthe-et-Moselle :(...)

1Si nous avons une idée assez précise de l’ampleur du mouvement de l’émigration française aux Etats-Unis grâce aux chiffres des services de l’immigration américains, l’estimation est autrement malaisée lorsqu’il s’agit des expatriations à partir d’une région donnée. Dans le premier cas, les émigrants ont été comptés à leur arrivée dans le pays d’accueil, dans le second on tente de les repérer au départ, dans leurs départements d’origine, ce qui implique l’exploitation des documents qui portent trace de déplacements hors des frontières : demandes de passeports à l’étranger et, accessoirement, statistique des passeports1. Malheureusement les demandes, dispersées dans des dépôts variés, couvrent rarement de longues périodes et, en tout état de cause, ne représentent que des intentions d’émigrer. Or nous savons bien que tous les candidats à l’exil ne mettaient par leur projet à exécution et que, à l’inverse, de nombreux migrants quittaient leur région munis d’un simple passeport à l’intérieur ou même sans aucun document officiel. Dès lors, les données fournies par les demandes se trouvent faussées dans les deux sens, et le nombre des titulaires de passeports ayant renoncé au voyage ne compense généralement pas celui des émigrations clandestines. Quant à la statistique, ses chiffres secs englobent à la fois les émigrants et les voyageurs ordinaires, sans que la distinction entre les deux catégories puisse être faite.

2Il nous a donc semblé intéressant, et original, de baser la présente étude sur le dépouillement des listes annuelles du recensement des jeunes gens susceptibles d’être enrôlés. Ces tableaux, où figurent tous les garçons vivants ou présumés tels, offrent en effet l’avantage de livrer les noms d’individus effectivement établis en Amérique – ou en Algérie – à l’époque de leur vingt-et-unième année.

  • 2 Huit communes seulement resteront françaises et font actuellement partie du département de Meurthe- (...)

3L’enquête prend en compte les opérations annuelles du recensement des jeunes de 1829 à 1870 (classes 1828 à 1869). Le début de la période (42 ans au total) coïncide avec les premières apparitions d’ "Américains" dans les tableaux ; 1870 correspond à la dernière levée opérée par les autorités françaises dans un arrondissement bientôt occupé, puis annexé dans sa plus grande partie2.

LES CONSCRITS ET L’EMIGRATION

  • 3 Circulaire aux sous-préfets et maires du 26 juillet 1834 ; Recueil des Actes administratifs de la M (...)

4Conserver au pays les citoyens susceptibles de porter les armes pour le défendre en cas de besoin, telle fut une constante de la politique des gouvernements français en matière d’émigration. Ainsi, c’est à regret que le préfet de la Meurthe doit reconnaître, en 1834, que "le contingent de ce département éprouve chaque année un déficit assez considérable à raison des jeunes gens qui se sont expatriés pour aller, avec leur parents, se fixer en Amérique"3. Il en résulte une surveillance spéciale des jeunes approchant l’âge du service militaire.

La levée.

5Les opérations de la levée se déroulent selon un plan immuable. Les tableaux de recensement sont d’abord dressés par les maires dans chaque commune, puis vérifiés et arrêtés par le sous-préfet qui organise et préside le tirage au sort au chef-lieu de canton. Un arrêté préfectoral a, au préalable, fixé le contingent cantonal proportionnellement au nombre des recensés. Dans l’arrondissement de Sarrebourg, ce contingent se situe aux environs du quart des inscrits jusqu’au début du Second Empire (avec un minimum à 18 % pour la classe 1829), puis il avoisine le tiers dans les années suivantes, avec des maxima à plus de 45 % lorsque la France est en guerre (classes 1853 et 1854).

  • 4 Article 5 de la loi du 21 mars 1832.

6Après les réunions du conseil de révision, le préfet communique aux maires le "tableau indicatif du dernier numéro compris dans le contingent de la classe" et les listes d’émargement où figurent, pour tous les conscrits, les décisions du conseil. Les jeunes gens concernés sont ceux "qui auront atteint l’âge de vingt ans révolus dans le courant de l’année précédente"4. Ainsi, une jeune homme né en 1835, qui fait partie de la classe 1855, sera-t-il recensé, "numéroté", examiné et éventuellement désigné au cours des premiers mois de 1856.

Règlements appliqués aux jeunes émigrants.

  • 5 Lettre du 20 juin 1818, citée dans un courrier du min. de l’intérieur, 8 mai 1819 ; Arch. dép. Meur (...)

7En 1818, le ministre de la police générale invite les préfets à "exiger des garanties pour les jeunes gens qui doivent concourir au tirage pour le recensement de l’armée"5, sans d’ailleurs préciser lesquelles. L’année suivante, le ministre de l’intérieur, d’accord avec son collègue de la guerre, fait les recommandations suivantes au préfet de la Meurthe :

  • 6 Lettre du 8 mai 1919 : ibid.

"Ce n’est que lors de l’appel de la classe à laquelle (les jeunes) appartiennent qu’on doit suspendre leur départ jusqu’à ce qu’ils aient satisfait à la loi. En cas d’absence au moment de la levée, les parents sont responsables"6".

8C’est donc à l’âge de vingt ans révolus que les garçons se voient fermer les frontières et interdire l’émigration ; il n’existe par contre aucune entrave à la liberté d’émigrer des plus jeunes.

9Ces dispositions sont applicables en temps de paix. Mais lorsque les circonstances l’exigent, quand il y a menace de conflit ou, a fortiori, quand l’armée se bat, il faut plus que jamais, comme l’écrit le ministre de l’intérieur Billault en 1854, que le gouvernement

  • 7 Circulaire confidentielle aux préfets du 21 déc. 1854 ; Arch. dép. Moselle 106 M 2.

"place en première ligne tout ce qui tend à ménager les ressources futures de notre effectif militaire"7

et, pour ce faire, qu’il refuse les passeports à tous les jeunes ayant atteint l’âge de 19 ans qui en feraient la demande. C’est naturellement dans de telles circonstances, lorsque le contingent exigé des cantons enfle au point de doubler, que la tentation de se soustraire à l’obligation militaire est la plus grande ; et l’émigration est un moyen d’éviter le risque de tirer un mauvais numéro. Billault en tout cas en est convaincu qui note :

  • 8 id.

"Les nombreuses demandes de passeports à l’étranger formées par des jeunes gens ne permettent pas de douter qu’elles n’aient pour cause déterminante le désir d’échapper au service militaire"8.

10Mais le procédé s’utilise également quand les canons sont silencieux et les autorités en sont parfaitement conscientes.

  • 9 Aux préfets, 29 août 1856 ; Arch. dép. Moselle 106 M 2.

"Il est positif, écrit Billault dans une circulaire, que même en temps de paix, un certain nombre de jeunes gens cherchent à quitter la France pour se soustraire à la loi du recrutement"9.

11Et il ne se prive pas de flétrir ceux qui se rendent coupables d’un si honteux oubli de leurs devoirs en demandant que des mesures énergiques soient prises pour s’opposer à ce qu’il considère comme "une sorte de désertion anticipée" ; ce faisant, il vise tout spécialement les habitants des départements frontaliers.

12En 1856, la paix revenue, le ministre estime que les dispositions précédentes peuvent être assouplies mais, toujours attentif aux trop nombreux départs de jeunes en âge de servir, il recommande aux préfets de faire usage de

  • 10 id.

"moyens dilatoires pour maintenir la restriction jusqu’à la clôture des listes départementales du contingent, envers ceux qui, devant participer au tirage (...), solliciteraient des passeports à l’étranger"10.
On revient par conséquent à la réglementation antérieure à la guerre.

Le problème des absents.

13Qu’ils soient présents ou absents, tous les jeunes gens âgés de 20 ans doivent figurer sur les tableaux de recensement. A la fin de la Restauration, le préfet rappelle aux maires de ne pas omettre ceux qui ont quitté la commune et, dans la mesure du possible, de noter leur nouvelle adresse.

14Quelques années plus tard, le législateur abonde dans le même sens dans l’article 6 de la loi sur le recrutement de l’armée de mars 1832. Il y stipule en effet que devront être considérés comme domiciliés dans le canton non seulement ceux qui y demeurent effectivement, mais aussi

"les jeunes gens, même émancipés, engagés, établis au dehors, expatriés (...) si d’ailleurs leurs père, mère ou tuteur ont leur domicile dans une des communes du canton ou s’ils sont fils d’un père expatrié qui avait son dernier domicile dans une desdites communes".

Il ne saurait donc être question de rayer des listes les absents sous prétexte qu’ils ont émigré, le critère retenu étant le domicile avant l’expatriation.

15Peu après la publication de la loi, le préfet mentionne explicitement, et pour la première fois, "les jeunes gens partis pour les Etats-Unis d’Amérique", que les maires doivent veiller à faire apparaître sur les tableaux. En effet, précise la circulaire, qu’ils aient émigré avec ou sans leurs parents, leur installation dans un pays étranger ne leur a nullement fait perdre leur qualité de Français. Ainsi, de par la nationalité qu’ils conservent, ceux qui résident outre-Atlantique seront-ils inscrits à côté de ceux qui sont restés et la même disposition s’appliquera aussi à ceux qui habitent en Algérie, seuls ou avec leur famille.

  • 11 Circulaire du 26 juillet 1834 ; R.A. Meurthe, 1834, pp.187-188.

16En 1834 une nouvelle circulaire préfectorale prescrit de faire la distinction, parmi les absents, entre ceux qui ont émigré peu avant l’époque de leur inscription sur les listes et ceux qui ont quitté la commune des années auparavant et dont on ne sait pas ce qu’ils sont devenus, ni même s’ils sont encore en vie11. C’est au conseil de révision qu’il incombera de décider si l’existence des absents de longue date peut être considérée comme "notoire" ou si, faute de cette certitude, il convient de les retrancher des tableaux. Chaque cas doit faire l’objet d’une enquête du maire auprès des habitants fourni de gros contingents, proportionnelle de la commune, à la suite de laquelle il s’efforce de répondre aux questions suivantes : untel est-il parti seul ou avec ses parents ? A quelle date a-t-il (ont-ils) émigré ? S’il a de la famille dans la commune, a-t-il donné de ses nouvelles et quand ?

17Ces instructions sont renouvelées périodiqueent avec, il est vrai, des variations de détail. Mais les exigences essentielles demeurent ; l’autorité entend savoir si les jeunes absents sont des émigrants isolés ou non et à quelle époque remonte leur départ.

LE CADRE DE L’ENQUETE

18L’arrondissement de Sarrebourg constitue l’extrémité orientale du département de la Meurthe et touche au département du Bas-Rhin au nord et à l’est, à celui des Vosges au sud. Composé de cinq cantons et coupé en deux par la frontière linguistique, il compte un peu plus de 75000 habitants en 1846. Un extrait d’un rapport préfectoral de 1839 résume bien le champ d’activités des hommes, centrées sur une agriculture peu rémunératrice et les travaux forestiers :

  • 12 Note statistique sur le département de la Meurthe (situation de 1837) ; Arch. dép. Meurthe-et-Mosel (...)

"Le sol et la température se ressentent beaucoup du voisinage des Vosges qui, à l’Est, bordent une grande partie de son territoire. Ce n’est que dans le canton de Fénétrange, dans celui de Réchicourt et dans une partie de celui de Sarrebourg que l’Agriculture peut offrir quelques avantages. Les habitants du canton de Phalsbourg trouvent principalement leurs moyens d’existence dans l’exploitation des forêts. Il en est de même des habitants du canton de Lorquin"12.

19Malgré un embryon d’industrie (forges, verreries et faïenceries) qui occupe quelque 3000 ouvriers, les conditions sont telles qu’elles obligent chaque année

  • 13 id.

"un très grand nombre de jeunes gens (à aller) dans les départements de l’intérieur se présenter devant les Conseils de révision pour servir en qualité de remplaçants"13.

La population.

20Au milieu du siècle, plus de 85 % de la population de l’arrondissement de Sarrebourg est rurale (contre 80 % dans l’ensemble du département). On ne compte que quatre localités de plus de 2000 habitants (Phalsbourg, Sarrebourg, Dabo, Cirey) et dix gros bourgs (entre 1000 et 2000 âmes), en 1846. A l’inverse, il y a peu de très petites communes ; deux seulement ont moins de 100 habitants.

21Le canton le plus peuplé est celui de Phalsbourg, à l’est, où l’on recense une population deux fois plus nombreuse que dans celui de Réchicourt-le-Château (18415 contre 9281). Entre ces deux extrêmes, les trois autres cantons regroupent respectivement 12516 habitants (Fénétrange), 17739 (Sarrebourg) et 18189 (Lorquin). On observe une disparité similaire dans les densités entre l’Est et l’Ouest : 80 à Phalsbourg contre 44 à Réchicourt en 1831.

Les langues.

22Les régions de forte densité – et de forte natalité – correspondent grosso modo à la zone de parlers germaniques (Nord et Est) et forment le sud de ce que l’on a coutume d’appeler la "Lorraine allemande". Un seul canton pourtant est entièrement germanophnoe (Phalsbourg), deux sont bilingues avec de faibles minorités "françaises", les deux derniers (Sud et Ouest), dont le moins peuplé, sont exclusivement francophones.

23Cette situation amène un déséquilibre en faveur des patois allemands, parlés dans 62 communes sur 116, disproportion confirmée si l’on considère l’ensemble des locuteurs : 6 sur 10 sont germanophnes (58, 1 % / 41, 9 %).

LES CONSCRITS "EN AMERIQUE".

Les sources.

  • 14 42 registres ont été dépouillés ; de la cote 1 R 550 (cl. 1828) à 1 R 755 (cl. 1869) (chiffres term (...)

24Les listes de tirage du département de la Meurthe (sous-série IR aux Archives départementales de Meurthe-et-Moselle) se trouvent groupées, par arrondissement et par classe, dans de volumineux registres14. Le terme liste après tirage serait d’ailleurs plus approprié car les conscrits d’un canton s’y trouvent rangés non par ordre alphabétique mais d’après les numéros attribués par le tirage au sort.

25Les renseignements concernant chaque individu recensé figurent sur une double page du registre. A gauche six colonnes avec, dans l’ordre : 1. le numéro ; 2. les nom et prénoms (et, éventuellement, le surnom) ; 3. la profession ; 4. le domicile ; 5. des remarques propres à éclairer le conseil sur l’état de santé du conscrit et les motifs possibles d’exemption ou de dispense ; 6. Les date et lieu de naissance, la résidence actuelle, les noms des père et mère, leur résidence et enfin, la taille du conscrit. L’émigration est signalée dans la colonne 5. et se trouve confirmée par l’indication de la résidence dans la colonne 6. Par exemple pour le conscrit Joseph Barbé, de Saint-Quirin (cl. 1855) on trouve successivement : "En Amérique seul depuis le 17 avril 1852" et "résidant en Amérique seul". Dans le cas de Pierre Aubry, originaire de Cirey (cl. 1857) figure la mention : "En Amérique avec ses parents depuis le mois d’août 1847" (col.5). Sa résidence et celle de sa famille (col.6) : "La Nouvelle-Orléans (Amérique)". Ce sont là deux cas typiques de conscrits ayant émigré ; le premier est parti seul à l’âge de 17 ans, le second avec ses parents alors qu’il avait dix ans.

  • 15 En 1831 un maire zélé fournit des précisions non sollicitées : "Etant parti pour l’Amérique avec to (...)

26Ces exemples permettent de se rendre compte que les consignes venues de la préfecture étaient appliquées à la lettre. Avant 1833 n’apparaissent, sauf exception15, que des remarques laconiques telles que "en Amérique", "aux Etats-Unis", "parti pour l’Amérique". L’année suivante on notera si les émigrés sont des isolés ou si c’est toute la famille qui se trouve à l’étranger, la date de départ et, en deux occasions, en 1834 et 1835, si les expatriés ont donné de leurs nouvelles et à quelle époque. Plus tard on consignera quelques adresses précises aux Etats-Unis avec, parfois, des déformations orthographiques telles que, dans certains cas, l’identification des lieux en est rendue impossible.

  • 16 4 en 1868 ; 11 en 1869 ; 13 en 1870.

27Au cours des dernières années du Second Empire on rayera des listes les morts, certains ou supposés. Mais le nombre de ces "retranchements" restera toujours limité16.

  • 17 Cas relevés à Fleisheim et Richeval.

28Quel crédit peut-on accorder aux informations recueillies sur les listes ? En d’autres termes, ne risque-t-on pas de considérer comme partis pour l’Amérique des conscrits, des familles, qui se seraient installés ailleurs ? Des sondages effectués dans l’état civil de plusieurs localités il résulte que les erreurs – dates de départ erronées, émigration de familles confondue avec une expatriation individuelle, ou l’inverse – ne concernent qu’un nombre restreint de cas. D’une manière générale, les maires apportaient tout le sérieux voulu au travail demandé. Le cas échéant, ils avouaient leur ignorance ; ainsi dans les remarques suivantes relevées à propos de deux conscrits des classes 1828 et 1833 : le premier est "absent, on ne peut dire où" et le second est "parti depuis 10 ans avec toute sa famille sans avoir reçu de nouvelles"17. Des absents sont régulièrement signalés dans divers pays d’Europe, à Paris ou dans d’autres villes de France. Des corrections sont apportées dans certains cas ; une liste contient une mention "en Amérique" biffée et remplacée par "à Alger". A de nombreuses reprises l’existence et la résidence des jeunes gens sont attestées par les témoignages de membres de leur famille restés au pays. Des procès verbaux officiels sont même rédigés par la gendarmerie après enquête. Certains jeunes expatriés sont toujours propriétaires de quelques biens au village et un émigrant originaire de Kerprich-aux-Bois, parti en 1831, est revenu deux fois en France au cours des dix années qui séparent son départ de la réunion du conseil de révision.

  • 18 Arch. dép. Meurthe-et-Moselle 4 M 234.
  • 19 Arch. dép. Seine-Maritime 6 P 6/152.
  • 20 Saint Vincent-de-Paul, New York ; mariages des 5 nov. 1865 et 25 janvier 1863.

29Enfin, l’exactitude des informations fournies par les listes a pu être vérifiée dans de nombreux cas. Des conscrits réputés "en Amérique" ont été repérés soit dans les demandes de passeports, soit au rôle des navires français partis du Havre, soit enfin dans les actes des registres paroissiaux de l’église Saint Vincent-de-Paul de New York. C’est ainsi qu’Hippolyte Pargny (Vasperviller, cl. 1868) dont la liste de tirage porte qu’il est à Louisville avec sa famille, figure avec sa soeur Appoline sur le passeport de son père Joseph, délivré le 1er septembre 1863 pour la même destination18. Désiré Dopelman, de Trois Fontaines (cl. 1853), parti seul selon le tableau, quitte Le Havre le 22 septembre 1849 sur le trois-mâts Pescatore à destination de New York. Le rôle du navire précise qu’il a 17 ans et qu’il est ciseleur19. Quant à Auguste Bournique, natif d’Abreschviller (cl. 1854) et Antoine Redinger, de Hultehouse (cl. 1861) qui ont émigré sans leur famille en 1854 et 1861, ils se marient à New York, le premier avec une jeune fille originaire du canton de Fénétrange, le second avec une Irlandaise20.

30Ce qui précède montre à l’évidence que le tissu des relations ne se rompait que rarement du fait de l’émigration et qu’en France on savait parfois dans le détail ce qu’il était advenu des partants. On apprenait ainsi, par exemple, en 1868, qu’Eugène François, de Cirey (cl. 1867) était mort au cours de la traversée. La précision de certaines adresses – ville, comté, état – confirme d’ailleurs qu’un courrier s’échangeait entre les deux rives de l’Atlantique, au moins dans les premières années de la séparation.

Les chiffres.

  • 21 On n’a pas tenu compte des conscrits rayés des listes. Six émigrants se trouvaient en Amérique lati (...)

31Au cours de la période de 1879 à 1870, 31.754 jeunes gens ont été recensés et ont concouru au tirage pour un contingent global de 9348 hommes. 869 d’entre eux se trouvaient alors en Amérique21, ce qui représente une perte de 20 individus par classe. Il paraît dès lors surprenant que le préfet Arnault ait estimé en une occasion, on s’en souvient, que le déficit était "assez considérable". Cette année-là (1834) on avait constaté l’absence de 24 "Américains" ; mais il est juste de dire qu’il y en avait eu 32 en 1831, soit plus de 15 % du contingent (et 4 % des recensés).

32En fait, ce sont les levées des années 1850 qui se trouvent les plus amputées par l’émigration. On recense en effet 60 défections en 1855 (classe 1854), ce qui équivaut à près d’un conscrit sur dix, 50 en 1858 et 56 en 1860 (sur un contingent de 250). C’est donc sous le Second Empire que les pertes enregistrées peuvent être vraiment jugées inquiétantes (près de 30 par classe entre 1852 et 1870) alors que la moyenne atteint tout juste la moitié au cours de la période 1832-1851.

Les conscrits de l’arrondissement de Sarrebourg en Amérique (1829-1870)

Les conscrits de l’arrondissement de Sarrebourg en Amérique (1829-1870)

La contribution des cantons.

33La disparité observée en ce qui concerne les densités de la population se répète dans les chiffres bruts des émigrés des cinq cantons. Le nombre des absents décroît d’Est en Ouest avec un maximum à Phalsbourg et un minimum cinq fois moindre à Réchicourt. La tendance est confirmée si l’on rapporte le nombre des émigrés à celui des recensés ainsi que le montre le tableau ci-dessous :

Cantons

Recensés

Emigrés

%

Fénétrange

5137

185

3,6

Lorquin

7556

139

1,8

Phalsbourg

7873

253

3,2

Réchicourt

3838

54

1,4

Sarrebourg

7350

238

3,2

Ensemble de l’arrondissement

31754

869

2,7

Ainsi trouve-t-on deux fois et demie plus de conscrits absents à Fénétrange qu’à Réchicourt.

34Il n’en reste pas moins que l’émigration intéresse la quasi totalité des communes (87 %), et rares sont les familles, au sens large du terme, qui ne comptent pas au moins un des leurs en Amérique.

Les deux types d’émigration : les isolés et les familles.

  • 22 61,8 % contre 38,2 %.

35En gros, six émigrants sur dix22 ont quitté la région seuls, c’est-à-dire sans être accompagnés de leurs père et mère ou de l’un d’entre eux. Il est remarquable de constater qu’à cet égard les comportements sont, à peu de chose près, identiques dans les cinq cantons. Il n’y a que dans celui de Phalsbourg que la proportion des isolés est sensiblement plus forte (65,5 %). Cela s’explique par le fait que dans les deux groupes les plus importants d’émigrants de ce canton, originaires du chef-lieu et de la localité voisine de Lixheim, on compte une majorité de jeunes célibataires juifs rejoignant, parfois fort jeunes, des établissements gérés en Amérique par des membres de leur famille déjà expatriés (de ces deux communes partent 62 isolés sur un total de 76).

36Dans d’autres localités la situation se trouve totalement inversée ; à Berthelming (canton de Fénétrange) 22 absents sur 26 ont émigré avec leurs parents, de même dans le petit village de Zilling (Phalsbourg) et à Haut-Clocher (Sarrebourg) où l’émigration est familiale dans respectivement 12 cas sur 13 et 16 cas sur 18.

Les fluctuations du mouvement.

37Dans 529 cas (60 % de l’ensemble), l’époque de l’émigration nous est connue, parfois avec une grande précision. Il est probable que les dates complètes portées sur les listes correspondent à celles de la délivrance des passeports, souvent remis aux demandeurs par les maires. En certaines occasions, seule l’année du départ définitif apparaît, mais on peut se fier à la mémoire des villageois, basée sur des événements précis, entre autres la vente, par les émigrants sur le départ, de leurs biens immobiliers (fig.2).

  • 23 Un cas repéré en 1817.

38De l’étude des courbes des deux types d’émigration on peut dégager les observations suivantes. Le mouvement des familles se déclenche d’abord, dès le milieu des années 182023 pour atteindre un premier maximum au moment des années difficiles, avant et après la révolution de 1830. Après une accalmie, un deuxième sommet se dessine après 1840 et la courbe culmine au moment de la crise économique, en 1845-1847. Enfin, une dernière pointe de moindre ampleur se situe en

Emigration des conscrits en Amérique (1826-1865)

Emigration des conscrits en Amérique (1826-1865)

39Chez les isolés, on n’observe pour ainsi dire pas d’émigration avant 1830. La progression ne s’amorce, ici, qu’aux approches de 1840. Un sommet (1846) qui coïncide avec un moment fort de l’émigration familiale est suivi d’un creux précédant l’envolée de 1854 (84 départs cette seule année). La courbe fléchit alors nettement jusqu’en 1865 avec, il est vrai, des valeurs toujours supérieures à celles de l’émigration familiale.

  • 24 2500 départs entre décembre 1816 et avril 1817 dans les arrondissements de Sarrebourg (Meurthe) et (...)

40Les départs relativement nombreux de familles, à la fin des années 20, semblent prolonger, dix ans après, l’exode vers la Pologne russe24, exclusivement familiale. Il faut y voir le résultat d’une succession de récoltes médiocres qui, sans provoquer de véritable disette comme en 1817, n’en amenèrent pas moins une gêne intolérable pour une population en pleine croissance.

41La poussée de 1846, elle, est due aux méfaits de la maladie de la pomme de terre qui commence alors à exercer ses ravages dans les campagnes lorraines. Les déficits considérables subis par les récoltes d’un aliment de base, la montée des prix qui en découle, un chômage qui progresse, toutes ces données conjuguées ont contribué à déterminer les populations des régions pauvres, ainsi que l’a bien noté le rédacteur d’une feuille messine :

  • 25 Gazette de Metz et de Lorraine, n° 2434, 29 nov. 1846, p. 2bc.

Une profonde misère se fait maintenant sentir dans les contrées de la Meurthe qui avoisinent les Vosges (...). Le prix des céréales s’élève encore à chacun de nos marchés : les pommes de terre, cette ressource du pauvre, se vendent à raison de dix ou douze francs l’hectolitre ; d’un autre côté le travail devient plus rare, et l’avenir présente un aspect inquiétant. Dans les communes situées au pied des Vosges, on remarque un nouveau mouvement d’émigration : beaucoup de familles vendent le peu qu’elles possèdent et se dirigent vers l’Amérique"25.

  • 26 Espérance Courrier de Nancy, n° 1, 2 janiver 1853, p. 3a. L’article cite également le cas de la com (...)

42Quelques années plus tard encore un de ses confrères nancéiens, frappé par la détresse des habitants de la partie allemande de son département, n’hésitait pas à prédire à cette région le sort funeste de "la malheureuse Irlande". On y observait, écrivait-il, une émigration qui prenait "chaque jour de plus fortes proportions" et un seul village (qu’il ne nomme pas) avait même perdu 60 habitants au cours de l’année précédente (1852)26.

43Ces évocations pessimistes n’empêchaient pas l’apparition d’un certain mieux. Les grands travaux de construction des canaux, puis du chemin de fer, apportent certains débouchés à la main d’oeuvre régionale. Insuffisants cependant pour mettre un terme à l’émigration qui demeure une solution pour un, voire deux garçons d’une même famille qui ne trouvent pas à se placer. Les lettres écrites par des parents, des voisins, l’exemple de ceux qui rentrent en France pour de courtes visites ont influencé les insatisfaits. De même les échos venus de Californie et un certain attrait de l’aventure qui gonflent les rangs des isolés. En 1854, tous ces motifs s’ajoutent à une certaine volonté d’éluder les aléas de la vie militaire, nous y reviendrons.

L’émigration dans les deux zones linguistiques.

44Sur les 869 conscrits établis en Amérique, 619 (71 %) étaient originaires de localités situées dans la partie germanophone de l’arrondissement. La présence d’une population plus nombreuse dans cette dernière région, dans la proportion de 6 sur 10 rappelons-le, n’explique pas seule ce déséqulibre. En fait, rapporté au chiffre de l’ensemble des habitants (population de 1846), le nombre des conscrits absents est presque le double dans la partie allemande (1,39 %) que dans la zone francophone (0,79 %).

  • 27 Lettre de l’Administrateur de la justice du Luxembourg au Prince Henri des Pays-Bas, 29 mars 1856 ; (...)

45Pourquoi cette plus grande propension à s’expatrier dans la région de dialecte germanique ? Pourquoi d’ailleurs, sur un plan plus général, les Allemands quittent-ils plus volontiers leur pays que les Français, les Alsaciens plus facilement que les Lorrains ? Certains ont voulu y voir la manifestation d’un trait de caractère propre à la "race germanique", dont les représentants "ont de tout temps montré un penchant marqué à changer de patrie". C’est cet atavisme qui réapparaîtrait dans les émigrations de l’Allemagne, du Luxembourg "et de la partie germanique de la France"27. Il se trouve que, dans les limites géographiques de notre étude, le facteur linguistique se trouve combiné à une natalité et à des densités plus élevées qui, elles, ont sans doute plus pesé dans le comportement de la population.

L’âge des émigrants isolés.

46Au moment de leur départ, quatre conscrits sur dix sont dans leur vingtième année, âge où, selon la loi, l’émigration est prohibée. Trois sur dix sont âgés de dix-neuf ans et peuvent, normalement, se voir délivrer un passeport. Le tiers restant regroupe des émigrants plus jeunes (quatre sont âgés de moins de dix ans) qui ont entrepris le grand voyage en compagnie de voisins ou d’amis de la famille. Parmi ceux-ci, une forte proportion de juifs de Phalsbourg et des environs (de 12 à 17 ans) qui avaient sur d’autres l’avantage non négligeable de connaître leur destination.

  • 28 Quelques cas émaillent les comptes rendus des sessions du conseil de révision ; par exemple celui d (...)

47L’attitude la plus communément adoptée paraît avoir été de repousser le moment du départ jusqu’à l’extrême limite, avec tous les risques qui pouvaient en découler. Pour ceux dont les origines sont modestes, la majorité, un remplaçant est un luxe inaccessible. Plus tard – à partir de 1856 – on ne peut pas songer à payer le prix de l’exonération, c’est beaucoup trop cher (1800 F. en 1858, 2500 F. dix ans après). L’expatriation reste l’échappatoire à laquelle on a le plus ordinairement recours, car elle n’a jamais le caractère infâmant de la mutilation volontaire, utilisée ici et là28.

48On peut dès lors penser que ce comportement est le signe d’une certaine lassitude devant les exigences sans cesse renouvelées de l’autorité militaire, ce qui ne laisse pas de surprendre dans une région dont le patriotisme n’est généralement pas mis en doute et où, par conséquent, les jeunes n’ont pas la réputation d’être enclins à l’insubordination.

Origine socio-professionnelle des conscrits29.

  • 29 Il s’agit des conscrits partis seuls ; ceux qui sont partis avec leurs parents sont presque tous sa (...)
  • 30 Camille Maire, op.cit., pp.63-65.

49Comme des études précédentes l’ont déjà montré30, la majorité des émigrants font partie de la classe des travailleurs manuels (manoeuvres/journaliers, artisans et ouvriers). Si on leur ajoute ceux qui ne déclarent aucune profession, ou dont le métier est inconnu, la proportion frise les trois quarts (73 %).

50De par la situation même de l’arrondissement, le contingent des cultivateurs est fort réduit, 6,5 %, alors que, paradoxalement, les partants employés dans le commerce comptent pour 10 % de l’ensemble. Il s’agit, on l’a déjà signalé, des jeunes juifs originaires de Phalsbourg, Lixheim, Fénétrange et Schalbach, où les communautés Israélites sont importantes.

Professions des émigrants isolés (537)

Professions des émigrants isolés (537)
  • 31 De Biberkirch, Plaine-de-Walsch et Troisfontaines.

51Parmi les ouvriers des manufactures, il faut mentionner les nombreux verriers (en particulier les tailleurs sur verre) qui quittent le canton de Sarrebourg31 et dont on peut se demander s’ils n’étaient pas plus attirés par les hauts salaires promis en Amérique aux ouvriers spécialisés, que chassés par une situation particulièrement insupportable en Lorraine.

Destinations.

  • 32 A la mi-novembre 1845, sur 1500 personnes qui attendent un embarquement à Toulon, moins de la moiti (...)

52Pendant la presque totalité de notre période de référence, l’Algérie vient pour ainsi dire concurrencer l’Amérique comme lieu d’installation possible. Les autorités ne manquent pas, d’ailleurs, de déployer tous leurs efforts pour favoriser l’émigration vers "la France nouvelle qui s’élève sur les côtes de l’Afrique", tout en contrariant celle qui se dirige outre-Atlantique. Cette politique de recrutement au profit de l’Afrique du Nord vise non seulement les émigrants nationaux, mais aussi les étrangers, particulièrement les Allemands et les Suisses, dont on essaye sans grand succès de détourner le courant qui se dirige vers Le Havre en direction des ports français de la Méditerranée. Tous les avantages offerts, indemnités de route jusqu’au point d’embarquement, passage gratuit au départ de Marseille ou de Toulon, se révèlent peu efficaces, car les lenteurs de l’administration et l’impéritie des fonctionnaires chargés de l’organisation du transport et de l’accueil des colons32 concourent rapidement à discréditer "les sables de l’Afrique" aux yeux de toute l’Europe.

  • 33 Un journal prussien signale ainsi le sort dramatique d’une famille du Palatinat qui a émigré en Alg (...)

53Les journaux allemands en particulier noircissent comme à plaisir les tableaux qu’ils brossent de la situation des nouveaux arrivants, confrontés, dans un climat malsain, aux fièvres et à l’hostilité déclarée des indigènes, et trop souvent obligés de rentrer chez eux dans la plus grande misère33.

54Pour les Lorrains, en dehors des avantages évoqués ci-dessus, la distance trois fois moindre et l’impression de ne pas quitter vraiment leur patrie auraient pu jouer en faveur de l’Afrique. En fait, les contraintes pécuniaires liées à l’installation – l’administration exige en effet des futurs colons la possesion d’un capital minimum de 1200 à 1500 francs pour une famille "peu nombreuse" – suppriment, pour la plupart, toute possibilité de choix : l’émigration en Amérique demeure la seule possible parce que beaucoup moins coûteuse. L’absence de dépaysement – argument souvent invoqué par la propagande officiellle : l’Algérie c’est la France – est pour ainsi dire sans valeur pour les germanophones et rebute ceux dont le dessein est de se dérober à l’épreuve du conseil de révision.

  • 34 Camille Maire, op.cit., pp, 105-106.
  • 35 Dans le canton de Lorquin, francophone, on ne recense que 18 % des conscrits en Algérie.

55Les conscrits de l’arrondissement de Sarrebourg optent donc pour l’Amérique dans une très grande majorité (83,5 %). Comme nous l’avons déjà montré à l’échelle de l’ensemble de la Lorraine34, l’Algérie attire un peu plus les habitants des régions de langue française que ceux de la partie allemande de l’arrondissement (35 % à Réchicourt contre 9 % seulement à Phalsbourg)35.

56L’administration obtient donc quelques maigres succès qui ne masquent pourtant pas l’échec global de la propagande gouvernementale, impuissante à infléchir le sens du courant migratoire.

57En Amérique, les lieux d’installation nous sont connus dans le cas de 59 conscrits. 51 se trouvent aux Etats-Unis, 6 en Amérique latine, 2 au Canada (voir tableau ci-après).

  • 36 Camille Maire, op.cit., pp. 146-149.

58Remarquons y simplement le nombre élevé d’isolés en Californie (les jeunes juifs originaires du canton de Phalsbourg) et l’absence de familles dans cet état lointain ; la préférence pour un domicile peu éloigné des ports d’arrivée (13 cas à New York et à La Nouvelle-Orléans) et le choix des régions d’accueil déjà entrevues36 : Saint Louis et les comtés voisins de l’Illinois (7 familles et 1 isolé).

Lieux d’installation pour 59 conscrits

Lieux d’installation pour 59 conscrits
  • 37 Trois toponymes résistent à l’investigation ; les autres se trouvent multipliés dans divers états ( (...)

59Note37

CONCLUSION

  • 38 En estimant la taille des familles à 4 personnes, ce qui doit être considéré comme un minimum. (Un (...)

60L’exploitation des listes de conscrits de l’arrondissement de Sarrebourg nous a permis de recenser quelque 900 jeunes gens ayant manqué la révision pour cause d’émigration en Amérique. Si l’on ajoute à ce total les parents -pères, mères, frères et soeurs – d’environ 350 d’entre eux, nous aboutissons à un chiffre voisin de 2000 personnes38, ce qui représente, pour une période légèrement supérieure à quarante ans, un peu moins de 50 départs annuels. On ne s’étonnera pas de la faiblesse de cette moyenne puisque tous les émigrants qui n’appartiennent pas, à quelque titre que ce soit, à la famille d’un conscrit absent, échappent à l’investigation.

  • 39 Exactement 2172 émigrants. P. V. des délibérations du conseil de l’arrondissement de Sarrebourg, 18 (...)

61Il serait illusoire de prétendre chiffrer l’émigration dans son ensemble à partir des résultats obtenus dans le présent travail. Contentons-nous, pour introduire un élément de comparaison, de citer les seules données officielles en notre possession, qui portent sur la période du 1er janvier 1828 au 18 juin 1834. Au cours de ces six années et demie, l’arrondissement perd plus de 2000 habitants qui gagnent l’Amérique39, une moyenne supérieure à 300 par an ! Mais il convient de souligner que ces chiffres concernent un moment particulièrement fort de l’émigration familiale – ainsi que le montre la courbe – dont l’intensité ne perdure pas.

62Pourtant, en dépit des insuffisances signalées ci-dessus et d’un certain sous-enregistrement des conscrits absents révélé par des sondages opérés dans les cahiers du recensement de 1846, les listes de tirage ont le mérite de se présenter sous forme de séries complètes, ce qui n’est jamais le cas des états de demandeurs de passeports ou de la statistique. Lorsque ces deux catégories de sources font défaut – c’est la situation la plus couramment rencontrée pour de longues périodes-, les listes de conscrits se trouvent être les seuls documents nominatifs susceptibles de pallier cette absence regrettable. Leur exploitation permet, en outre, de compléter les informations sèches des états statistiques départementaux lorsque, par chance, ceux-ci sont parvenus jusqu’à nous.

  • 40 En application de l’article 22 du décret du 15 janvier 1855. Notons que l’obligation faite aux capi (...)
  • 41 Eloignement du dépôt... Ampleur de la tâche (675 rouleaux de microfilm pour le seul port de New Yor (...)

63Il faut déplorer la disparition, apparement irrémédiable, des listes réglementaires de passagers dressées dans les ports français à partir de la seconde moitié du siècle dernier40 et dont l’étude aurait pu lever bien des équivoques. D’un autre côté, le dépouillement de documents similaires, les Passenger Lists des Archives nationales de Washington (pendants, à l’arrivée, de celles rédigées à l’embarquement et conservées, sans lacune, depuis 1820) rendrait d’inestimables services, mais semble irréalisable pour de multiples raisons41. Dans ces conditions les états dressés à l’occasion des levées annuelles peuvent être considérées comme un matériau utile, voire indispensable, à qui étudie l’émigration à partir d’une région donnée.

  • 42 Un sondage effectué dans les listes du département de la Moselle donne, par exemple, pour la classe (...)

64Il reste que les dimensions de notre travail sont modestes, puisqu’il n’embrasse que le territoire d’un arrondissement et une durée inférieure au demi-siècle. Appliquée à des aires géographiques plus vastes et étendue aux années 1871-1914, une recherche semblable pourrait ajouter à notre connaissance, encore bien floue et partielle, de l’émigration française en Amérique. On pense en particulier aux foyers déjà connus de l’Est (Alsace, Lorraine42, Franche-Comté) et du Sud-Ouest (départements pyrénéens), mais sans exclure d’autres régions ayant contribué, elles aussi, à grossir les rangs des désenchantés partis pour les rivages lointains de l’Eldorado américain.

Annexe

Annexes

Exemple des opérations de recrutement, en 1842-1843 (classe 1842 – jeunes gens nés en 1822), dans l’arrondissement de Sarrebourg.

1) Ordre de procéder au recensement des jeunes gens de la classe 1842.

Arrêté préfectoral du 21 novembre 1842.

2) Tirage aux chefs-lieu de cantons du 20 au 24 février 1843.

Arrêté du 17 janvier 1843.

3) Sous-répartition du contingent assigné au département dans l’appel de la classe 1842.

Arrêté du 10 avril 1843.

4) Fixation de l’itinéraire du conseil de révision (12 au 15 mai 1843).

Arrêté du 13 avril 1843.

5) Le préfet transmet aux maires le tableau indicatif du dernier numéro compris dans le contingent de la classe.

Circulaire du 3 juillet 1843.

6) Envoi des listes d’émargement de la classe où figurent pour chaque conscrit les décisions du conseil de révision.

Circulaire du 14 octobre 1843.

Notes

1 En ce qui concerne le département de la Meurthe on trouve aux Archives dép. de Meurthe-et-Moselle :
– un cahier contenant des listes nominatives de demandeurs de passeports (ensemble du département) couvrant la période de septembre 1861 à mai 1866 (80 passeports) ; 4 M 234.
– la statistique des passeports, 1856 à 1861 ; ibid.
– six états de demandeurs de passeports (délivrés par les maires en contravention avec les règlements en vigueur) dont quatre intéressent des communes de l’arrondissement de Sarrebourg (Brouviller, Phalsbourg, Saint-Louis et Sarraltroff), 1853 ; 6 M 288.
aux Archives nationales :
– une liste des voyageurs sortis du Havre en 1848 (quelques émigrants orginaires de la Meurthe) ; F 12218 ;
– une autre liste ; passeports délivrés par le préfet de Seine Inférieure en 1849 ; F 12206.

2 Huit communes seulement resteront françaises et font actuellement partie du département de Meurthe-et-Moselle (les autres ont été rattachées au nouveau département de la Moselle en 1918).

3 Circulaire aux sous-préfets et maires du 26 juillet 1834 ; Recueil des Actes administratifs de la Meurthe (cité ci-après : R.A. Meurthe), 1834, p. 187.

4 Article 5 de la loi du 21 mars 1832.

5 Lettre du 20 juin 1818, citée dans un courrier du min. de l’intérieur, 8 mai 1819 ; Arch. dép. Meurthe-et-Moselle 4 M 224.

6 Lettre du 8 mai 1919 : ibid.

7 Circulaire confidentielle aux préfets du 21 déc. 1854 ; Arch. dép. Moselle 106 M 2.

8 id.

9 Aux préfets, 29 août 1856 ; Arch. dép. Moselle 106 M 2.

10 id.

11 Circulaire du 26 juillet 1834 ; R.A. Meurthe, 1834, pp.187-188.

12 Note statistique sur le département de la Meurthe (situation de 1837) ; Arch. dép. Meurthe-et-Moselle 1 M 602.

13 id.

14 42 registres ont été dépouillés ; de la cote 1 R 550 (cl. 1828) à 1 R 755 (cl. 1869) (chiffres terminés par 0 et 5, réservés à l’arrondissement de Sarrebourg).

15 En 1831 un maire zélé fournit des précisions non sollicitées : "Etant parti pour l’Amérique avec toute sa famille le 28 juin 1830" (Berthelming, cl. 1830).

16 4 en 1868 ; 11 en 1869 ; 13 en 1870.

17 Cas relevés à Fleisheim et Richeval.

18 Arch. dép. Meurthe-et-Moselle 4 M 234.

19 Arch. dép. Seine-Maritime 6 P 6/152.

20 Saint Vincent-de-Paul, New York ; mariages des 5 nov. 1865 et 25 janvier 1863.

21 On n’a pas tenu compte des conscrits rayés des listes. Six émigrants se trouvaient en Amérique latine et deux au Canada.

22 61,8 % contre 38,2 %.

23 Un cas repéré en 1817.

24 2500 départs entre décembre 1816 et avril 1817 dans les arrondissements de Sarrebourg (Meurthe) et de Sarregumines (Moselle), cf. Camille Maire, L’émigration des Lorrains en Amérique 1815-1870, Centre rech. Rel. Intem. de l’Univ. de Metz, n° 13, Metz, 1980, pp.78-79.

25 Gazette de Metz et de Lorraine, n° 2434, 29 nov. 1846, p. 2bc.

26 Espérance Courrier de Nancy, n° 1, 2 janiver 1853, p. 3a. L’article cite également le cas de la commune de Bettborn (canton de Fénétrange) où huit maisons sont complétement abandonnées du fait de l’émigration.

27 Lettre de l’Administrateur de la justice du Luxembourg au Prince Henri des Pays-Bas, 29 mars 1856 ; Arch. de l’Etat, Luxembourg (G.D.), H 795.

28 Quelques cas émaillent les comptes rendus des sessions du conseil de révision ; par exemple celui de Henry Mathis, de Gosselming, "présumé s’être mutilé volontairement le doigt indicateur de la main gauche" et qui est déféré au tribunal de Sarrebourg "comme ayant eu l’intention de se rendre impropre au service militaire". Arch. dép. Meurthe-et-Moselle 1 R 361 (c. de Fénétrange, 9 juin 1849). Des complices subissent également les rigueurs de la justice ; ainsi les médecins Benoist et Toussaint, de Lunéville et Saint-Nicolas-de-Port, convaincus de délit d’escroquerie en matière de recrutement. Journal de la Moselle, 28 mars 1826.

29 Il s’agit des conscrits partis seuls ; ceux qui sont partis avec leurs parents sont presque tous sans profession du fait de leur jeune âge.

30 Camille Maire, op.cit., pp.63-65.

31 De Biberkirch, Plaine-de-Walsch et Troisfontaines.

32 A la mi-novembre 1845, sur 1500 personnes qui attendent un embarquement à Toulon, moins de la moitié trouvent place à bord des bâtiments de l’Etat ; et les émigrants continuent de se présenter "par troupe". On signale aussi que, déjà en 1844, "on a blâmé l’imprévoyance de l’administration qui délivre des permis de passage sans s’être assuré les moyens de transport nécessaires". La Dunkerquoise, n° 3506, 6 déc. 1845, p. 1 cd.

33 Un journal prussien signale ainsi le sort dramatique d’une famille du Palatinat qui a émigré en Algérie en novembre 1845 et dont trois membres (le père et deux enfants) sont morts à Alger. La mère est rentrée dans son pays dans le plus grand dénuement avec quatre enfants. Le dernier est resté en Algérie, malade, à l’hôpital. Wochenblatt für die Kreise Saarlouis Merzig und Saarburg, n° 50, 26 avril 1846, p. 2a. Même commentaire d’un Suisse dans un discours prononcé en septembre 1844 à Zurich (il évoque des familles allemandes rencontrées sur la route de Toulon, "hommes, femmes, enfants, demi-nuds, haves, minés par la fièvre, exténués de fatigue et de faim (et qui) tendaient à l’aumône des mains suppliantes"). John Huber-Saladin, Discours fait à la réunion de la Société d’utilité publique fédérale, Lausanne, 1845, p. 38.

34 Camille Maire, op.cit., pp, 105-106.

35 Dans le canton de Lorquin, francophone, on ne recense que 18 % des conscrits en Algérie.

36 Camille Maire, op.cit., pp. 146-149.

37 Trois toponymes résistent à l’investigation ; les autres se trouvent multipliés dans divers états (Saint Charles, 7 fois ; Milford, au moins 17 fois !).

38 En estimant la taille des familles à 4 personnes, ce qui doit être considéré comme un minimum. (Un contrôle portant sur 38 familles d’émigrants originairs de 14 localités des cantons de Fénétrange, Lorquin et Sarrebourg, nous donne une moyenne de 6,2 personnes par ménage. Recensement de 1846 ; Arch. dép. Meurthe-et-Moselle 6 M 88, 89 et 92).

39 Exactement 2172 émigrants. P. V. des délibérations du conseil de l’arrondissement de Sarrebourg, 1834 et 1835 ; Arch. dép. Moselle 10 N 4.

40 En application de l’article 22 du décret du 15 janvier 1855. Notons que l’obligation faite aux capitaines de fournir une liste des passagers reçus à leur bord ne concernait que les "navires à émigrants" transportant au moins 40 passagers.

41 Eloignement du dépôt... Ampleur de la tâche (675 rouleaux de microfilm pour le seul port de New York pour les années 1820-1897)... Repérage des émigrants d’une nationalité ou région donnée souvent aléatoire..

42 Un sondage effectué dans les listes du département de la Moselle donne, par exemple, pour la classe 1855, 48 conscrits "absents en Amérique" dans l’arrondissement de Sarreguemines et 14 dans le seul canton de Faulquemont (arrondissement de Metz) ; Arch. dép. Moselle 1 R 222.

Table des illustrations

Titre Les conscrits de l’arrondissement de Sarrebourg en Amérique (1829-1870)
URL http://books.openedition.org/psorbonne/docannexe/image/53056/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 83k
Titre Emigration des conscrits en Amérique (1826-1865)
URL http://books.openedition.org/psorbonne/docannexe/image/53056/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 39k
Titre Professions des émigrants isolés (537)
URL http://books.openedition.org/psorbonne/docannexe/image/53056/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 21k
Titre Lieux d’installation pour 59 conscrits
URL http://books.openedition.org/psorbonne/docannexe/image/53056/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 29k

Auteur

Lycée de Fameck, Moselle.

© Éditions de la Sorbonne, 1986

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search