Version classiqueVersion mobile

L’émigration française

 | 
Nicole Fouché

États-Unis

Les passeports delivres a bordeaux pour les États-Unis de 1816 à 1889

Nicole Fouché

Texte intégral

Je remercie chaleureusement Jean Heffer de l’Université de Paris I, pour ses précieux avis et conseils tant sur le plan méthodologique que sur le plan scientifique, et, Dominique Aubriot, étudiante, qui a largement contribué au dépouillement de la série 4M des archives départementales de la Gironde.

  • 1 Cruchet (René), "Aperçu historique sur les relations de la Louisiane et de Bordeaux", in France et (...)

"Pour les quelques Bordelais connus ou quelques personnalités de la région garonnaise ou pyrénéenne qui ont eu pignon sur rue à La Nouvelle-Orléans (...) combien qui n’ont fait que passer et dont on ignore même les noms. Car la Louisiane continua pendant tout le XIXe siècle à exercer sur nos populations du Sud-Ouest une attraction étrange et toujours effective. (...) On serait surpris, certainement, de constater que le nombre de ces éternels chercheurs d’aventures fut plus grand qu’on ne le croit".
René Cruchet1.

Critique et limites des sources

  • 2 Archives départementales de la Gironde, Répertoire numérique détaillé de la série M. Administration (...)

1La série des Archives départementales de la Gironde contenant les passeports à l’étranger est la série 4 M2. Les souches des passeports délivrés par la préfecture de la Gironde de l’an VIII à 1889 sont conservées dans cent quatre grands registres : 4M677 à 4M780. Sur ces souches figurent le nom, le prénom, l’âge, le domicile, le lieu de naissance, la destination du demandeur de passeport ainsi que la date à laquelle le passeport a été délivré. L’épouse et les enfants sont portés sur le passeport du père en cas de départ en famille. Le nombre total de passeports délivrés à Bordeaux, toutes destinations confondues, est de l’ordre du millier par an. De 1816 à 1889, il a été relevé plus de 5.000 passeports pour les Etats-Unis qui arrivent loin derrière les Antilles et les pays de l’Amérique du Sud comme choix de destination.

2Le sondage. Il a d’abord été procédé à un comptage annuel des passeports pour les Etats-Unis. Le comptage nous a permit d’établir la courbe chronologique des passeports de Bordeaux pour les Etats-Unis. Pour l’étude des informations de nature sociologique contenues dans les demandes de passeport, il a été procédé par sondage : les années 1816, 1823, 1830, 1837, 1844, 1851, 1858, 1865, 1872, 1879, 1886 ont été entièrement dépouillées. Toutes les informations figurant sur les souches de passeport (voir supra : paragraphe Sources) ont été systématiquement relevées. Plusieurs années de crise, tant en France qu’aux Etats-Unis, ont été incorporées à ce dépouillement : 1848, 1854, 1857, 1862, 1871, 1882.

  • 3 Le programme permet d’obtenir, entre autres, des tris simples, des tris croisés, des tests de khi 2 (...)

3Le Traitement informatique. Les informations ainsi obtenues ont été classées, codifiées, recopiées sur carte perforées puis traitées par le programme SPSS du Centre de Calcul de l’Université de Paris I3.

  • 4 On trouve des critiques très fondées dans Vidalenc (Jean), "Une source d’histoire économique et soc (...)

4Les séries françaises des passeports sont généralement très critiquées par les historiens attachés à l’histoire quantitative et sérielle des mouvements de population. Ces historiens, par exemple, expliquent que la législation des passeports a été très laxiste, qu’elle a été irrégulièrement et mal appliquée, qu’elle est tombée très tôt en désuétude. Les passeports disent-ils, ne permettent pas de faire la distinction entre simple passager et émigrant... quantité d’individus ont pu partir sans passeport, le passeport ne garantit pas le départ, la destination peut n’être qu’une escale4.

  • 5 Guillaume (Pierre), La Population de Bordeaux au XIXe siècle, Paris, Armand Colin, 1972, pp.82-88.

5Dans son livre sur La Population de Bordeaux au XIXe siècle, Pierre Guillaume expose l’ensemble de ces arguments et conclut : "Une étude statistique sans nuance pourrait conduire aux erreurs les plus grossières (...)"5.

6Certes, il ne faudrait pas croire qu’avec la seule étude des passeports on puisse règler la question de l’émigration française, d’autant moins qu’en ce qui concerne la série des passeports de Bordeaux pour les Etats-Unis on entre dans le domaine "de l’infiniment petit", de la "micro-histoire" et des difficultés y afférant. En effet, les chiffres annuels sont parfois très faibles, de l’ordre de la dizaine.

7Bien que les sources permettent de faire le relevé des passeports sur tout le XIXe siècle, nous avons choisi de limiter l’analyse de notre courbe à la période 1825- 1869. Avant 1825, plusieurs registres de passeports, en effet, sont incomplets et défectueux. A partir de 1870, la législation des passeports, après avoir été dans les premiers jours des hostilités, appliquée avec beaucoup de sévérité, tombe définitivement en léthargie. Enfin, à compter du 3 juillet 1874, les citoyens américains, sont "officiellement admis, par réciprocité", à entrer en France et à circuler sans passeport. C’est ce qui explique qu’à partir de 1874, la courbe des passeports de Bordeaux pour les Etats-Unis tende vers zéro :

  • 6 Heffer (Jean), Robert (Jean-Louis) et Saly (Pierre), Outils statistiques pour les historiens. Publi (...)

8Les rapports existant entre les séries publiées (figure 1, tableau 1 et note 6) de l’immigration française aux Etats-Unis et à la Nouvelle-Orléans et la série des passeports de Bordeaux ont pu être mis en évidence grâce au calcul qui permet de mesurer le coefficient de corrélation entre deux séries de variables6. Plus le coefficient de corrélation se rapproche de 1, meilleure est la corrélation. Nous pouvons voir que les résultats sont excellents :

. 0,80 dans le cas de la corrélation entre la série des passeports de Bordeaux et celle de l’émigration française à La Nouvelle-Orléans.
. 0,67 dans le cas de la série des passeports de Bordeaux et celle de l’émigration française aux Etats-Unis.
. 0,85 dans le cas de la série de l’émigration française à La Nouvelle-Orléans et de celle de l’émigration française aux Etats-Unis.

9Ces chiffres qui valent pour la période 1825-1860 sont meilleurs pour la première partie du siècle (1825-1848). Dans ce dernier cas, ils deviennent respectivement 0,77 ; 0,73 et 0,95.

10Les calculs de corrélation ne donnent pas d’indication sur la nature des liens qui unissent les séries entre elles ; ici on peut simplement conclure que de tels résultats consolident l’idée qui était à l’origine de cette étude, à savoir, que la série des passeports de Bordeaux pour les Etats-Unis peut, avec les précautions et les ménagements nécessaires, être exploitées avec profit pour l’étude de l’émigration française aux Etats-Unis.

  • 7 Comment ont-été constituées ces séries statistiques ?
    a) La série sur l’immigration française aux E (...)

TABLEAU 1 Tableau Comparé de la série des passeports délivrés à Bordeaux pour les Etats-Unis et de l’immigration française à la Nouvelle-Orléans et aux Etats-Unis7.

TABLEAU 1 Tableau Comparé de la série des passeports délivrés à Bordeaux pour les Etats-Unis et de l’immigration française à la Nouvelle-Orléans et aux Etats-Unis7.

11note 6

ETUDE CHRONOLOGIQUE DU MOUVEMENT DES PASSEPORTS

12La courbe des passeports délivrés à Bordeaux pour les Etats-Unis est très irrégulière, très accidentée. Elle témoigne de fluctuations brusques y compris dans les périodes au cours desquelles peu de passeports sont délivrés. Dans les années 1825-36, 1842-46, 1860-69, le nombre de passeports varie entre 11 et 120, c’est peu. (La première période 1825-36 connaît un sommet en 1832). Les phases intermédiaires : 1837-41 et 1847-59 voient intervenir un accroissement important des demandes de passeports. En 1839, le sommet de tout le siècle est atteint avec 307 passeports accordés. Déjà, en 1837 une brutale élévation avait porté le nombre de passeports, de 15 en 1836 à 238 en 1837. La période 1847-59 culmine en 1850 avec 243 demandes de passeports. Elle est plus longue, plus régulière et moins haute que la précédente.

13Il est extrèmement difficile de dire quelles sont les causes qui suscitent de telles variations. Une seule chose est sûre, c’est qu’il n’y a pas, pour toute la période une cause unique.

14Plusieurs cas de figures se présentent :

15Le premier sommet, très relatif, est celui de 1832, c’est une très mauvaise année pour Bordeaux et sa région, qui luttent en vain pour retrouver leur niveau économique du XVIIIe siècle. En 1832, le commerce régresse, quantité de faillites interviennent, le choléra s’acharne sur la ville. On peut donc penser que l’augmentation des passeports, cette année là est due à la fuite des bordelais vers un avenir meilleur.

16Il n’est pas possible d’expliquer la brusque montée des demandes de passeports de 1837-1841 par des arguments du même type :

17L’économie de Bordeaux s’est remise de la crise de 1832 et connaît une croissance lente mais sûre. Les récoltes de vin sont bonnes. Les quantités expédiées par mer augmentent. L’importation des vins bordelais aux Etats-Unis n’est pas encore entravée par le tarif prohibitif américain qui n’interviendra qu’à partir de 1842. Bordeaux occupe la troisième place sur la liste des ports français. Son commerce avec les Etats-Unis se maintient à un bon niveau bien que les Etats-Unis soient secoués par une crise financière majeure. Cette crise qui ébranle profondément l’économie américaine n’a pas de conséquences durables sur Bordeaux qui s’en remet en quelques mois.

  • 8 Brunet (Roger), Les Campagnes toulousaines. Etude géographique, thèse de doctorat ès lettres, Toulo (...)
  • 9 Poussou (Jean Pierre), Bordeaux et le Sud-Ouest au XVIIIe siècle, Croissance économique et attracti (...)
  • 10 Guillaume (Pierre), Op. Cit.

18Si l’on quitte Bordeaux pour s’intéresser aux campagnes du Sud-Ouest la situation est très différente. Les campagnes se paupérisent : la Haute-Garonne8 et les régions submontagnardes particulièrement. En 1836, les récoltes en blés ont été insuffisante pour la consommation. Ce déficit a été rendu plus cruel aux paysans du fait de deux autres très mauvaises récoltes, celle du maïs et celle de la pomme de terre. A l’été 1836 succéda un hiver très rigoureux, qui vit les populations rurales, en même temps que la pression démographique s’alourdissait, connaître un très bas niveau de vie. Pas d’autres solutions pour les populations agricoles sous-employées et pauvres que d’aller grossir le flot mouvant de la population bordelaise. Cette solution n’est pas nouvelle. Etablie dès le XVIIIe siècle9, elle s’enracine au XIXe siècle10.

  • 11 L’ouvrage de Théophile Malvezin, Histoire du commerce de Bordeaux depuis les origines jusqu’à nos j (...)

19La troisième période, qui connaît une forte élévation du nombre de passeports (1849-1856) est encore différente. La révolution de 1848 qui a interrompu provisoirement la croissance de l’économie bordelaise est vite oubliée. La vraie prospérité est au rendez-vous malgré quelques petites difficultés passagères dues en 1853 et 1854 à l’oïdium de la vigne qui occasionna un déficit de la récolte en vins – et à la maladie des vers à soie11.

  • 12 Guillaume (Pierre), Op. Cit., p. 232, tableau II.

20Là encore, le dynamisme de la ville nous cache la misère des campagnes. Dans les années 40, le surpeuplement est à son comble. Les mauvaises récoltes de l’année 1845-46, la grande dépression de 1848-51, la crise agricole de 1853 précipitent "l’appel" de Bordeaux qui voit dans le même temps sa population augmenter considérablement12.

21De l’autre côté de l’Atlantique et c’est celà surtout qui marque la différence avec la période précédente, les Etats-Unis ne sont plus en crise. Ils connaissent une phase d’intense expansion (territoriale, démographique et économique) marquée, entre autre, par la découverte de l’or en Californie.

22La crise de 1857-58, aux Etats-Unis, est sans doute une des causes de la diminution du nombre de passeports pour l’Amérique. La Guerre de Secession qui suit presque immédiatement consolide cette baisse, et, par la suite la courbe des passeports de Bordeaux n’est plus significative.

ETUDE SOCIOLOGIQUE DE LA SERIE DES PASSEPORTS (1816 – 1889)

Le domicile et le département de naissance des passagers.

23Une étude portant sur l’ensemble des demandes de passeport permet de voir que les lieux de naissance sont nettement plus variés que le domicile (92 % de gens sont domiciliés en Gironde dont 90 % à Bordeaux).

TABLEAU 2 : Répartion des passeports en fonction du département de naissance.

TABLEAU 2 : Répartion des passeports en fonction du département de naissance.
  • 13 Pinède (Christiane), "L’Emigration dans le Sud-Ouest vers le milieu du XIXe siècle, in Annales du M (...)

24La carte des départements de naissance des demandeurs de passeports est intéressante à plus d’un titre. On y voit (figure 3) que presque toute la France à fourni des migrants à Bordeaux. En très petite quantité bien sûr pour certains départements, mais, comme nous savons par ailleurs que Bordeaux a exercé au XVIIIe comme au XIXe une force d’attraction urbaine considérable, cette situation ne nous surprend pas. Elle nous surprend d’autant moins que, comme l’ont montré Jean-Pierre Poussou pour le XVIIIe siècle, et Pierre Guillaume pour le XIXe siècle, ce sont les départements du Sud-Ouest qui sont les plus concernés par l’envoi de migrants à Bordeaux. Dans le cas des demandeurs de passeports, ce sont (Gironde exceptée) les départements de l’extrême Sud qui ont envoyé le plus d’individus à Bordeaux : Hautes et Basses Pyrénées : ensembles 13 % : Haute Garonne, 14 %. Ces régions sont également touchées, au cours du XIXe siècle, par un fort courant d’émigration à l’étranger13. Les pays de montagnes sont souvent les premiers intéressés par les mouvements migratoires, qu’ils soient pour l’intérieur ou pour l’étranger.

FIGURE 3 : DEPARTEMENTS DE NAISSANCE DES DEMANDEURS DE PASSEPORTS

FIGURE 3 : DEPARTEMENTS DE NAISSANCE DES DEMANDEURS DE PASSEPORTS

25Le tableau suivant permet de comparer l’origine géographique de la population des demandeurs de passeports à celle de la population de Bordeaux.

TABLEAU 3 : Répartition en fonction du lieu de naissance

  • 14 Guillaume (Pierre), Op. Cit., p. 250.
de la population demandeurs de passeports de la pop ulation de Bordeaux (1853)14
41 % Gironde y compris
Bordeaux
53 %
57 % autres départements 44 %
2 % étranger 3 %

26On constate que notre série de passeports est globalement représentative de la population bordelaise. L’inversion que l’on remarque entre les deux premières catégories pourrait signifier que le voyage aux Etats-Unis attire une population bordelaise native d’autres départements de préférence aux Bordelais de vieille souche.

27Les migrants arrivant à Bordeaux et ayant ultérieurement demandé un passeport pour les Etats-Unis sont essentiellement des ruraux. 90 % des migrants du Midi-Pyrénées, 74 % des migrants du Poitou-Charentes, et environ la moitié des migrants de l’Aquitaine vivaient à la campagne. Bordeaux n’est semble-t-il qu’une halte, qu’une escale plus ou moins longue avant leur départ aux Etats-Unis. N’ont-ils pas trouvé à Bordeaux ce qu’ils y cherchaient ? probablement du travail... combien de temps y sont-ils restés ?... autant de questions auxquelles nos sources ne donnent pas de réponse.

Sexe, âge et situation de famille des passagers.

2885 % des passeports sont accordés à des individus de sexe masculin, 15 % à des individus de sexe féminin. Ces chiffres qui représentent des moyennes sont très significatifs. En effet, la proportion d’hommes et de femmes reste stable au cours de notre période.

29Les adultes représentent plus des trois quarts des demandeurs de passeport (75 % pour les hommes, 77 % pour les femmes).

TABLEAU 4 : Répartion en fonction du sexe et de l’âge.

Age Sexe masculin Sexe féminin
de 12 à 21 ans 21 % 16 %
de 21 à 50 ans 75 % 77 %
de plus de 50 ans 4 % 7 %

30On voit par ailleurs que les hommes sont majoritaires dans toutes les catégories d’âges. Leur représentativité décroît légèrement avec l’âge, alors que pour les femmes la situation est exactement inverse : leur proportion croît avec l’âge. Ce sont donc essentiellement des hommes jeunes qui demandent des passeports, on sait également que 92 % des passeports sont accordés à des individus qui voyagent seuls (8 % seulement à des couples). Le pourcentage de passagers demandant à partir avec des enfants est très faible (9 %) : 1 enfant : 5 %

312 enfants : 3 %

323 enfants : 1 %.

33Il ressort très clairement de tous ces chiffres que la catégorie des adultes, et tout particulièrement celle des hommes voyageant seuls est la plus représentative de notre série. Sans doute une émigration de célibataires ?

Le voyage et la destination.

34Sur l’ensemble du siècle, on constate que légèrement plus de la moitié des passeports est accordée en automne, c’est-à-dire au cours des mois de septembre, octobre et novembre. Le reste (48 %) se répartit à peu près également sur les autres mois de l’année.

TABLEAU 5 :

janv. 5 % Mai 39 6 Sept. 21 %
fev. 6 % juin 59 6 oct. 19 %
mars 5 % juil. 5 % nov. 12 %
avril 5 % août 9 % 6 déc. 5 %

Répartition de l’ensemble des demandes de passeports en fonction du mois de délivrance des passeports.

35Cette distribution mensuelle implique que le voyage ait lieu à la fin de l’automne, voire au début de l’hiver, ce qui, à priori surprend, car, en principe, la meilleure époque pour faire la traversée est celle qui s’étend de mars à septembre. On trouve l’explication de ce phénomène dans le fait que la grande majorité (76 %) des demandeurs de passeport désirent se rendre à La Nouvelle-Orléans. La répartition des passeports pour La Nouvelle-Orléans en fonction du mois de délivrance des passeports donne d’ailleurs le même schéma que précédemment ; les écarts sont sensiblement plus accentués.

TABLEAU 6 :

janv. 5 % Mai 2 % Sept. 25 %
fev. 6 % juin 2 % oct. 23 %
mars 4 % juil. 3 % nov. 13 %
avril 3 % août 9 % déc. 5 %

36L’importance incontestable de La Nouvelle-Orléans dans la distribution mensuelle des passeports est bien mise en évidence dans le tableau suivant.

TABLEAU 7 :

MOIS DESTINA TION
de délivrance du passeport Nouvelle Orléans New York San Francisco et Californie Divers
janvier 77,9 % 7,8 % 11,7 % 2,6 %
février 75,3 % 11,2 % 13,5 %
mars 65,3 % 13,9 % 20,8 %
avril 52,3 % 16,9 % 26,2 % 4,6 %
mai 47,7 % 20,5 % 31,8 %
juin 40,0 % 18,5 % 30,8 % 10,8 %
juillet 47,7 % 23,1 % 21,5 % 7,7 %
août 81,3 % 10,2 % 7,0 % 1,6 %
septembre 93,0 % 2,3 % 3,7 % 1,0 %
octobre 91,7 % 4,0 % 3,2 % 1,1 %
novembre 84,8 % 5,3 % 8,8 % 1,2 %
décembre 82,4 % 5,9 % 10,3 % 1,5 %
  • 15 Fossier (Albert A.), New Orléans. The Glamour Period. 1800-1840, Plantation Book Shop, Natchez (Mis (...)

37En s’organisant pour arriver pendant la saison froide, les passagers pour La Nouvelle-Orléans espèrent éviter les risques de fièvre jaune et de choléra, certes endémiques à La Nouvelle-Orléans, mais de beaucoup moins virulents pendant les mois froids. La fièvre jaune, tout particulièrement est la "bête noire" du port de la Louisiane. A partir de juin, et même un peu avant, "le port est déserté, toutes les activités sont réduites au minimum, l’exode annuel a commencé et les bateaux à vapeur sont remplis de passagers qui quittent La Nouvelle-Orléans"15. La maladie est très grave si on la contracte de mai à août. Les fièvres de septembre sont moins violentes. De décembre à avril la ville n’est plus considérée comme insalubre. Les plus exposés aux dangers de la maladie sont évidemment les étrangers.

38New-York et San Francisco ne sont pas marqués par la même fatalité et les passagers qui demandent des passeports pour ces deux ports, s’organisent pour les recevoir de mars à juillet, ce qui leur permet de voyager pendant la bonne saison. New-York attire, en moyenne un dixième des passagers. Pendant la Guerre de Secession, alors que le nombre de passeports accordé est très bas (29 passeports), la proportion des passagers pour New-York augmente mais les contacts ne sont pas rompus pour autant avec la Louisiane.

39San Francisco et la Californie font irruption dans la série des passeports au moment de la ruée vers l’or. Il n’y a pas de passeports pour ces destinations jusqu’en 1848 compris, et brusquement, en 1851, La côte pacifique confisque un tiers des passagers.

40Ce tableau montre que la force d’attraction de la Californie décline rapidement, que celle de New-York est assez vive au début de la période mais qu’aucune destination ne concurrence vraiment La Nouvelle-Orléans, qui, envers et contre tout, occupe toujours, en fréquence, la première place y compris comme nous l’avons vu pendant la guerre civile américaine.

  • 16 Guillaume (Pierre), Op. Cit., p. 39.
  • 17 Cruchet (René), Op. Cit., pp.7-10.

41L’attachement des Bordelais pour La Nouvelle-Orléans est d’ordre historique. Par sa proximité avec Les Antilles, La Nouvelle-Orléans fut dans la deuxième moitié du XVIIIe siècle le port américain le plus en relation avec le port de Bordeaux. Une très longue et très fructueuse tradition commerciale, culturelle et linguistique lia Bordeaux et La Louisiane. Après la révolution de Saint-Domingue, de très nombreux Français, souvent originaires du Sud-Ouest de la France se réfugièrent en Louisiane. La Nouvelle-Orléans est aussi une ville créole... et, dans "chaque Bordelais il y a un créole qui sommeille..."16. Les passagers embarquant à Bordeaux pour La Nouvelle-Orléans sont donc, presque toujours assurés de trouver à l’arrivée, une communauté française prête à les accueillir et à les guider. Il faut ajouter à celà qu’avant la guerre civile, La Nouvelle-Orléans était une ville, un port extrêmement actif et dynamique, qui rivalisait avec New-York sur deux points : La Nouvelle-Orléans drainait toutes les récoltes de la vallée du Mississipi, et grâce à son rôle dominant dans les exportations de coton, arrivait devant New-York comme port exportateur. La Nouvelle-Orléans était aussi, chose très souvent oubliée, un port d’immigration qui permettait d’accéder relativement facilement grâce à sa situation géographique, aux terres nouvellement colonisées de l’Ouest ; La Nouvelle-Orléans n’arrivait dans ce domaine qu’au second rang, la première place restant à New-York. Avant 1861, La Nouvelle-Orléans est donc une place commerciale, un marché très animé et un port d’immigration qui stimule manifestement l’intérêt des Bordelais. "Il y avait toujours, dans nos familles bordelaises – dit René Cruchet – un oncle d’Amérique. Cet oncle d’Amérique n’allait pas à New-York ou à Boston : il ne pouvait se rendre semble-t-il qu’en Louisiane et plus spécialement à La Nouvelle-Orléans...17.

La répartition socio-professionnelle.

  • 18 Guillaume (Pierre), Op. Cit., p. 37.

42La première remarque qui s’impose est que la rubrique "profession" est, de toutes les rubriques étudiées (âge, sexe, destination...), celle qui fournit le plus grand nombre de "sans réponse". Un cinquième des passeports ne répond pas à la question de la profession. Le problème est évidemment de savoir si ces 20 % de passagers sont réellement des gens qui n’ont pas d’activité professionnelle ? Certes parmi les "sans réponse" on compte un tiers de femmes. Nous savons que le sous-emploi féminin est une des caractéristiques de Bordeaux au XIXe siècle18. Il est donc permis de penser qu’une partie de ces femmes étaient sans profession. Il faut leur ajouter un pourcentage d’enfants et d’adolescents entre 12 et 21 ans (un quart d’entre eux ne répond pas à la question) et une partie des individus, hommes ou femmes, de plus de 50 ans qui atteignent peut-être l’âge limite pour exercer un métier. Les hommes de 21 à 50 ans, qui sont en âge de travailler, ne comptent parmi eux que 15 % de "sans réponse". Il faut signaler que tous nos chiffres de "sans réponse" sont toujours, qu’il s’agisse du total, de la répartition par âge ou par sexe, et de très loin, supérieurs aux chiffres d’individus sans profession répertoriéss par Pierre Guillaume dans la population bordelaise d’après les différents recensements du XIXe siècle. Prenons l’exemple du recensement de 1856 : la catégorie des sans profession ne représente que 7,39 % de la population totale. Deux interprétations sont possibles : soit une partie des "sans réponse" de notre série des passeports néglige simplement d’indiquer sa profession, soit le voyage aux Etats-Unis attire des personnes sans profession... dans l’espoir d’en chercher et d’en trouver une à l’arrivée.

43Le tableau suivant permet de connaître la répartition socio-professionnelle de l’ensemble des demandeurs de passeports pour les Etats-Unis au XIXe siècle :

TABLEAU 9 :

si l’on exclut les primaire secondaire tertiaire
sans réponse 10 % 36 % 54 %

44On voit bien la très nette suprématie du secteur tertiaire, et la faiblesse du secteur agricole. De nouveau, la comparaison avec les chiffres de Pierre Guillaume s’impose, particulièrement en ce qui concerne les Bordelais :

TABLEAU 10 :

  • 19 id. pp.237-239.
primaire secondaire tertiaire
les Bordelais de la série des passeports 7,1 % 34,6 % 58,3 %
la population bordelaise19 3,2 % 35,5 % 61,3 %

45Cette comparaison montre que les demandeurs de passeport domiciliés à Bordeaux se recrutent dans la population bordelaise dans son ensemble et non dans une catégorie professionnelle particulière.

46Voyons maintenant, page suivante, la répartition professionnelle des demandeurs de passeports domiciliés dans les communes rurales de la Gironde :

TABLEAU 11 :

primaire secondaire tertiaire
Communes rurales de la Gironde 17,5 % 50,5 % 32 %

47L’augmentation du secteur primaire est naturelle. La proportion des individus exerçant des activités agricoles est plus importante à la campagne qu’à la ville. L’augmentation du secteur secondaire s’explique par le fait que l’industrie est encore dans ces régions de type artisanal : beaucoup d’objets sont fabriqués sur place ; les métiers du bois, du fer, du bâtiment, du cuir et de l’habillement sont nombreux, sans oublier le travail à domicile très vivace au XIXe siècle.

48La répartition professionnelle des passeports d’individus domiciliés en dehors de la Gironde est plus équilibrée que celle des Bordelais. La place du tertiaire (40,8 %) est bien inférieure à ce qu’elle est à Bordeaux (58,3 %). C’est que Bordeaux au XIXe siècle est encore une ville essentiellement commerciale et portuaire. Bordeaux n’a pas pris le virage industriel du XIXe siècle, et son secteur secondaire est resté, comme celui de la Gironde, très artisanal : Bordeaux est encore au début du XIXe siècle un des grands centres français du compagnonnage. De la Restauration à la fin du Second d’Empire, l’activité économique de Bordeaux est très nettement dominéepar ses fonctions de marché, d’entrepôt, de navigation, et de place financière, d’où l’importance de son secteur tertiaire.

TABLEAU 12 :

primaire secondaire tertiaire
Autres départements 20,3 % 38,9 % 40,8 %
Bordeaux 7,1 % 34,6 % 58,3 %

49L’analyse fine et détaillée de la répartition professionnelle de l’ensemble des demandeurs de passeports donne, les chiffres suivants :

50On s’attendrait à trouver parmi les individus répertoriés dans le secteur primaire, un certain nombre de vignerons. Il n’en est rien. Par contre il y a de nombreux jardiniers et maîtres jardiniers. Ce métier est particulièrement fréquent parmi les demandeurs de passeport du secteur primaire domiciliés à Bordeaux où, malgré la densité urbaine, se sont très longtemps maintenues, à l’intérieur même des limites de la ville, des petites parcelles de terrain sur lesquelles les Bordelais cultivaient une partie des légumes consommés dans la ville.

51Dans le secteur industriel, ce sont les travailleurs du bois qui arrivent en tête. Parmi eux, il y a de très nombreux tonneliers. Ce métier, très qualifié est typique des régions de vignoble et surtout des ports exportateurs de vins. Il y avait en effet à Bordeaux, quantité de tonneliers employés au port, à fabriquer les fûts nécessaires au transport des alcools. Cette industrie est donc assez largement liée à la situation maritime de Bordeaux.

52Dans la confection on rencontre des métiers féminins dont beaucoup peuvent être exercés à domicile : brodeuse, couturière, culottière. Le bâtiment compte de nombreux peintres et platriers. Quant aux vingt-cinq métiers répertoriés dans l’industrie des métaux et dans la chimie, ils sont extrèmement diversifiés et très artisanaux. Citons comme exemples le forgeron, l’étameur, le cloutier, le fabricant de limes, le maréchal-ferrant, le fabricant de vernis.

53La partie commerce et services n’est pas composée d’individus liés au grand commerce. Certes quelques négociants, hommes d’affaires ou banquiers figurent parmi les demandeurs de passeports, mais la masse des passeports du secteur tertiaire concerne des petits commerçants : revendeurs, marchands de parapluies, fleuristes, marchands de livres... Les commis négociants sont assez nombreux. Quant aux boulangers et bouchers, ils comptent pour une part importante dans les commerces de l’alimentation, eux-mêmes largement représentés.

  • 20 Herpin (Jacqueline), La Fortune bordelaise en 1911, thèse de troisième cycle, dact., Bordeaux, 1970 (...)
  • 21 Guillaume (Pierre), Op. Cit., p. 40.

54Il est délicat, dans une étude sur le XIXe siècle, de tirer de l’exercice d’une profession une conclusion sur le niveau de vie ou la condition sociale des individus étudiés. Il est nécessaire de passer de l’une à l’autre de ces notions avec beaucoup de précautions. Néanmoins, plusieurs historiens de la société bordelaise20, ont réussi à dégager, par des voies différentes, une même conclusion : "La société bordelaise se partage de manière très brutale entre la bourgeoisie et le peuple" (...) "il est peu de cités où l’opposition soit aussi nette tant est profond le contraste entre la grande fortune des uns et la médiocrité du sort des autres21. Les chiffres qui sont donnés à l’appui de cette démonstration sont éloquents. La bourgeoisie, qui englobe les notables et la moyenne bourgeoisie représentent 6 % de la population de Bordeaux en 1831 et 7,4 % en 1911. Pierre Guillaume a proposé, en se gardant de tout automatisme, une grille des catégories sociales d’après les métiers. Il eût été possible de faire un classement détaillé de nos passeports en fonction de cette grille qui distingue très nettement la bourgeoisie des classes populaires. Nous nous sommes contentés d’évaluer le pourcentage de nos passeports entrant dans la première catégorie : la bourgeoisie, et par soustraction nous avons une idée de la place occupée par les classes laborieuses et populaires chez nos passagers. L’évaluation est la suivante :

TABLEAU 14 : La bourgeoisie dans les demandes de passeport

Milieux du grand négoce et de la finance 1,5 %
Intellectuels et Professions libérales 3 %
Fonctionaires (officiers et magistrats) 2 %

ce qui fait un total de 6,5 % pour la classe bourgeoise qui compte environ 16 professions différentes alors que les classes (93,5 %) populaires sont présentes dans 194 métiers aussi variés que diversifiés.

Une année intéressante : 1837.

  • 22 Archives Nationales (Paris), F 12-4476 A.

55Les traits que nous avons précédemment définis sont d’une étonnante stabilité au cours de notre période. La seule année à se démarquer un peu des autres est l’année 1837, d’abord parce que, comme nous l’avons déjà signalé, le nombre de passeports passe brutalement de 15 en 1836 à 238 en 1837 ce qui est la plus violente fluctuation du siècle ; ensuite, parce que cette subite augmentation intervient précisément au moment où les Etats-Unis, et la Nouvelle-Orléans en particulier connaissent une des plus graves crises financières de toute leur histoire : en Louisiane la panique est totale, les banques ne remboursent plus, l’argent manque, les transactions deviennent de plus en plus difficiles. La nouvelle de la première banqueroute donne l’alarme, à La Nouvelle-Orléans, le 13 mai 1837. On peut donc penser que l’information est connue en France dans les mois qui suivent. En effet, dès le 14 juin 1837, le préfet de la Gironde écrit au ministre des travaux publics, de l’agriculture et du commerce, à Paris et lui signale que le commerce bordelais connaît des secousses et que "les causes de cette situation viennent en partie de la révolution financière qui s’est opérée aux Etats-Unis"22. Or c’est justement le moment que choisit un contingent tout à fait inhabituel de gens originaires de Haute-Garonne pour faire irruption dans la série des passeports pour les Etats-Unis.

56Ajoutons à cela, qu’en cette même année 1837, 20 % des demandeurs de passeports – contre 8 % en moyenne – ne sont ni domicilés à Bordeaux ni même en Gironde.

57L’examen rapide des demandeurs de passeport originaires de Haute-Garonne montre que beaucoup d’entre eux sont encore domiciliés dans leur village d’origine. Ils firent donc leur demande de passeport à leur lieu réel de résidence et ne séjournèrent probablement à Bordeaux que dans l’attente du bateau pour les Etats-Unis.

TABLEAU 15 : Répartition en % sur le total des principaux départements de naissance des demandeurs de passeport (années du sondage).

TABLEAU 15 : Répartition en % sur le total des principaux départements de naissance des demandeurs de passeport (années du sondage).
  • 23 Brunet (Roger), Op. Cit., p. 385.

58En 1837, 93 % du contingent de Haute-Garonne est originaire de l’arrondissement de Saint-Gaudens. Nous avons évoqué, dans l’analyse de la courbe chronologique des passeports, le problème des campagnes toulousaines. L’arrondissement de Saint-Gaudens est précisément une de ces régions submontagnardes, très humides (850 mm de pluies), aux reliefs accidentés, aux versants boisés, aux terres ingrates, particulièrement pour les céréales. Dans cette région, les populations se nourissent presque exclusivement de pommes de terre et de maïs dont les récoltes, du fait des intempéries de 1836 et 1837 ont presque entièrement manquées23. D’où le choix du départ pour les Etats-Unis. Nous nous trouvons ici dans le cas typique de l’émigration de la misère rurale.

CONCLUSION

59Cette série des passeports, à priori très austère et très dépouillée, nous a permis de définir le profil "moyen" du demandeur de transport pour les Etats-Unis. Dans ce profil, compte tenu de l’excellence de la corrélation entre notre série et celle de l’émigration française à la Nouvelle-Orléans, il n’est pas abusif de distinguer les traits d’un émigrant : cet homme jeune, originaire des campagnes du Sud-Ouest, pauvre, venu préalablement à Bordeaux, y gagnant un temps sa vie grâce à la multiplicité et à la diversité des activités commerciales, maritimes et portuaires de la ville, se rend à La Nouvelle-Orléans, lieu d’établissement définitif, ou peut-être lieu de transit pour de nouvelles destinées....

Notes

1 Cruchet (René), "Aperçu historique sur les relations de la Louisiane et de Bordeaux", in France et Louisiane, Baton Rouge, 1939, 299p., p. 39.

2 Archives départementales de la Gironde, Répertoire numérique détaillé de la série M. Administration générale et économie du département, 1800-1940, par Françoise Giteau et Hélène Avisseau et al., Bordeaux, 1979, 225 p., pp.13-14.

3 Le programme permet d’obtenir, entre autres, des tris simples, des tris croisés, des tests de khi 2. Dans le cas de la série des passeports de Bordeaux, ces opérations ont été réalisées sur l’ensemble des informations de la période, puis, année par année. Neuf séries de variables avaient été retenues : année, mois, sexe, âge, destination, domicile, région de naissance, profession. L’analyse systématique de tous les résultats ne présentait aucun intérêt : nous n’avons retenu que les liaisons significatives.

4 On trouve des critiques très fondées dans Vidalenc (Jean), "Une source d’histoire économique et sociale, les passeports. Problèmes d’utilisation, limites et lacunes" in Bulletin de la section d’histoire moderne et contemporaine, fasc. 8, Comité des travaux historiques et scientifiques, Paris, 1971, 8°, ppl 187-202 ; et dans Maire (Camille), L’Emigration des Lorrains en Amérique, 1815-1870, Centre de relations internationales de l’Université de Metz, 1980, pp.88-91. (Voir aussi note 5).

5 Guillaume (Pierre), La Population de Bordeaux au XIXe siècle, Paris, Armand Colin, 1972, pp.82-88.

6 Heffer (Jean), Robert (Jean-Louis) et Saly (Pierre), Outils statistiques pour les historiens. Publications de la Sorbonne, Paris, 1981, pp. 147-168. Dans le cas de cette étude on a employé la formule logarithmique.

7 Comment ont-été constituées ces séries statistiques ?
a) La série sur l’immigration française aux Etats-Unis a été publiée par Imre Ferenczi, International Migrations, Vol. I, Statistics, New York, National Bureau of Economie Research, 1929, in 8°, pp.374-499. Ferenczi a tiré son information des statistiques américaines (Reports of the Immigration Commission, vol. 3, S. Doc. 756, 61st Cong., 3d Sess., Serial n° 5878, Washington, 1911), basées elles-mêmes sur les listes de passagers que chaque capitaine de navire était tenu de fournir à son arrivée aux Etats-Unis aux services des douanes américaines.
Henri Bunle a commenté cette série dans une publication intitulée : "L’Immigration française aux Etats-Unis" in Bulletin de la statistique générale de la France et du service d’observation des prix, vol. 14, janvier 1925, pp.199- 222.
b) L’Immigration française à La Nouvelle Orléans a été étudiée et publiée par Alan A. Conway, New Orléans as a Port of Immigration, Thèse de l’Université de Londres, 1949, microfilms Limited, Wakefield, England. Conway a également travaillé sur les statistiques américaines.
c) Le relevé annuel des passeports délivrés à Bordeaux pour les Etats-Unis au XIXe siècle (série 4M des Archives départementales de la Gironde) a été effectué par Dominique Aubriot et Nicole Fouché (Centre de Recherches d’Histoire Nord-Américaine, Paris I).
d) La comparaison de ces séries entre elles impliquait de tenir compte de deux phénomènes, qui, s’ajoutant l’un à l’autre menaçaient de fausser notre analyse, premièrement, l’année fiscale américaine retenue pour le comptage de l’immigration aux Etats-Unis, ne correspond pas toujours à l’année civile. La période sur laquelle porte notre étude se découpe de la manière suivante :
finissant le
Année fiscale commençant le
1er octobre de l’année
1820-1831 30 septembre de l’année civile en cours civile précédente
1er octobre 1831 31 décembre 1832
 1832 31 décembre
1er janvier
1833-1842
 1843 30 septembre 1843
1er janvier 1943 30 septembre de l’année
1er octobre 1843
 1844-1849 civile en cours 31 décembre 1850
 1850
1er octobre 1849 31 décembre
1er janvier
1851-1867
 1868 30 juin 1868
1er janvier 1868 30 juin 1869
1er juillet 1868
 1869
Deuxièmement, le comptage systématique des passeports de Bordeaux a montré que chaque année, 36 % environ des passeports sont délivrés d’octobre à décembre, ce qui, pour les années fiscales cessant le 30 septembre obligeait à décaler d’un an 36 % du contingent des passeports.
e) Dans le tableau 1, le chiffre entre parenthèse correspond à 76 % du chiffre corrigé des passeports délivrés. Ce chiffre a servi au calcul du coefficient de corrélation entre la série de l’immigration française à La Nouvelle Orléans et la série des passeports bordelais pour La Nouvelle-Orléans qui représentent 76 % des passeports bordelais pour les Etats-Unis.
f) Série entière, non corrigée des passeports :
1854
 184
1873
85
 1835
60
 1816
61
 1817
 1855
 121
1874
70
66
 1836
15
 1818
40
 1837
 238
1856
 156
1875
28
 1838
 187
1857
94
 1876
25
 1819
29
 1820’
307
 1858
78
 1877
12
 1839
 1821
 1840
 123
98
 1878
20
 1859
 1822’
1841
 164
74
3
 1860
 1879
11
 1842
 1880
6
 18231
74
 1861
38
14
 1824 ;
1843
 1862
 1881
59
29
 1825
11
 1844
58
28
 1882
4
 1863
 1864
 1826
26
 1845
58
45
 1883
3
 1827
 1846
60
 1865
85
 1884
3
19
 1828
 107
4
37
 1847
 1866
90
 1885
SR
1848
 124
1867
 1886
5
 1829
89
 1830
30
 225
1868
32
 1887
0
 1849
 1831
44
 1850
 243
30
 1888
4
 1869
 1832
 120
1851
 157
1870
1
23
 1889
 1833
64
 1852
 228
1871
70
 1834
72
 1853
 172
1872
53

8 Brunet (Roger), Les Campagnes toulousaines. Etude géographique, thèse de doctorat ès lettres, Toulouse, Imprimerie Boisseau, 1965, 728 p., in 4°.

9 Poussou (Jean Pierre), Bordeaux et le Sud-Ouest au XVIIIe siècle, Croissance économique et attraction urbaine, Paris, EHESS, 652 p.

10 Guillaume (Pierre), Op. Cit.

11 L’ouvrage de Théophile Malvezin, Histoire du commerce de Bordeaux depuis les origines jusqu’à nos jours, quatrième volume, XIXe siècle, Bordeaux, 1892, 390 p., et celui de Louis Desgraves et Georges Dupeux, Bordeaux au XIXe siècle, Bordeaux, 1969, 583 p. permettent de suivre l’évolution de l’économie de Bordeaux et de sa région au cours du XIXe siècle.

12 Guillaume (Pierre), Op. Cit., p. 232, tableau II.

13 Pinède (Christiane), "L’Emigration dans le Sud-Ouest vers le milieu du XIXe siècle, in Annales du Midi, vol. 69, n° 39, 1957, pp.237-255.

14 Guillaume (Pierre), Op. Cit., p. 250.

15 Fossier (Albert A.), New Orléans. The Glamour Period. 1800-1840, Plantation Book Shop, Natchez (Miss.), 1957, 526 p., p. 58.

16 Guillaume (Pierre), Op. Cit., p. 39.

17 Cruchet (René), Op. Cit., pp.7-10.

18 Guillaume (Pierre), Op. Cit., p. 37.

19 id. pp.237-239.

20 Herpin (Jacqueline), La Fortune bordelaise en 1911, thèse de troisième cycle, dact., Bordeaux, 1970.
Loupes (Philippe), Composition socioprofessionnelle de l’agglomération bordelaise en 1911 ; DES dact., Bordeaux 1962.
Papy (Michel), Eléments d’enquête sur la bourgeoisie bordelaise aux environs de 1845, DES dact., 1961.
Cités par Pierre Guillaume in Op. Cit., pp.228-229.

21 Guillaume (Pierre), Op. Cit., p. 40.

22 Archives Nationales (Paris), F 12-4476 A.

23 Brunet (Roger), Op. Cit., p. 385.

Table des illustrations

URL http://books.openedition.org/psorbonne/docannexe/image/53051/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 7,0k
Titre FIGURE I
URL http://books.openedition.org/psorbonne/docannexe/image/53051/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 55k
Titre TABLEAU 1 Tableau Comparé de la série des passeports délivrés à Bordeaux pour les Etats-Unis et de l’immigration française à la Nouvelle-Orléans et aux Etats-Unis7.
URL http://books.openedition.org/psorbonne/docannexe/image/53051/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 108k
URL http://books.openedition.org/psorbonne/docannexe/image/53051/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 47k
Titre TABLEAU 2 : Répartion des passeports en fonction du département de naissance.
URL http://books.openedition.org/psorbonne/docannexe/image/53051/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 28k
Titre FIGURE 3 : DEPARTEMENTS DE NAISSANCE DES DEMANDEURS DE PASSEPORTS
URL http://books.openedition.org/psorbonne/docannexe/image/53051/img-6.jpg
Fichier image/jpeg, 103k
URL http://books.openedition.org/psorbonne/docannexe/image/53051/img-7.jpg
Fichier image/jpeg, 10k
URL http://books.openedition.org/psorbonne/docannexe/image/53051/img-8.jpg
Fichier image/jpeg, 10k
Titre TABLEAU 8 :
URL http://books.openedition.org/psorbonne/docannexe/image/53051/img-9.jpg
Fichier image/jpeg, 38k
Titre TABLEAU 13 :
URL http://books.openedition.org/psorbonne/docannexe/image/53051/img-10.jpg
Fichier image/jpeg, 25k
Titre TABLEAU 15 : Répartition en % sur le total des principaux départements de naissance des demandeurs de passeport (années du sondage).
URL http://books.openedition.org/psorbonne/docannexe/image/53051/img-11.jpg
Fichier image/jpeg, 20k

© Éditions de la Sorbonne, 1986

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search