Version classiqueVersion mobile

L’émigration française

 | 
Nicole Fouché

États-Unis

Une emigration insolite au xixème. Les soldats des barricades en Californie 1848 – 1853

Madeleine Bourset

Texte intégral

1Dans l’un des ses célèbres dessins – Les émigrants, souvenirs de Juin 48 – Honoré Daumier, sensible aux souffrances du petit peuple qu’il côtoyait chaque jour rue Saint-Louis-en-l’Ile, a esquissé d’un trait alerte les silhouettes pressées d’hommes et de femmes qui partent. Ce sont les enfants d’une Europe surpeuplée, appauvrie par la crise, ébranlée par les mutations que subit son économie. Ce sont aussi les héros déchus des révolutions du "printemps des peuples" qui espéraient une ère nouvelle et un sort meilleur.

2Les années 1848-1853 constituent le premier sommet de l’émigration européenne au XIXème. Des Irlandais faméliques, de pauvres tisserands anglais ruinés par la concurrence de la grande industrie textile, des Allemands des villes et campagnes rhénanes s’entassent sur les bateaux à destination de l’Amérique. La France, si réticente à l’égard des départs à l’étranger, participe à cet exode. Ses fils vont être les pionniers de la toute jeune Californie.

3Parmi les Français qui s’embarquent à Bordeaux, Nantes, Marseille et le Havre, il en est dont la situation rappelle les suspects des régimes passés, nobles émigrés dans les villes de l’Est américain pendant les sanglantes années révolutionnaires et infortunés soldats des armées impériales réfugiés au Texas dans la colonie du "Champ d’Asile", au lendemain de la "Terreur Blanche". Ce ne sont pas des proscrits officiels mais les réprouvés d’une politique qui depuis 1789 change régulièrement de solistes et de partition. Leur rôle passé, leurs convictions, leur rancoeur parfois les obligent à s’expatrier.

4 Mais, à bien des égards, les suspects de 1848 ne ressemblent pas à leurs aînés qui étaient les fidèles d’un prince ou les nostalgiques d’une épopée, amis d’une seule et même cause. Les militants et les insurgés républicains côtoient leurs bourreaux d’un moment, les soldats, et plus encore les jeunes hommes de la Garde Mobile. Les combattants furieux des barricades partagent désormais le même sort. Ces suspects ne sont pas non plus les privilégiés d’une société révolue ou les fervents partisans d’un empereur déchu, mais des pauvres gens défenseurs d’une République sociale prématurée en 1848. Enfin, s’ils vont en Amérique, c’est par les soins bienveillants de l’Etat qui, rompant avec sa traditionnelle réserve, organise et finance leur exil en leur proposant un avenir flatteur. La création de sociétés patronnées par le Gouvernement est un épisode insolite de l’histoire de l’émigration française au XIXème siècle.

5Elle s’inscrit dans le climat de "peur des rouges" que les journées de juin, les élections législatives de mai 1849, le "complot" du 13 juin ont amplifié. Le gouvernement, de concert avec l’assemblée, a utilisé tous les moyens légaux de répression, mais aux yeux du ministre de l’intérieur, Jules Baroche, et du préfet de police Pierre Carlier, ceux-ci paraissent insuffisants, la capitale concentre des éléments que nulle loi, nul tribunal ne peuvent atteindre. Il ne s’agit pas des militants des sociétés secrètes républicaines recherchés par les services de la police, mais d’anciens insurgés trop peu compromis pour être condamnés, de chômeurs que la timide reprise économique laisse de côté et, plus encore, de tous ceux que l’embauche refoule en raison de leur passé : "montagnards" de Caussidière, "artilleurs rouges" exclus de la Garde Nationale, soldats travaillés par la propagande des "démocs-socs", anciens gardes mobiles enfin. Licenciés par la loi du 31 janvier 1850, ces "prétoriens du provisoire" recrutés en février 1848 dans les milieux les plus divers, ont mauvaise réputation. La rage avec laquelle ils ont manié le fusil contre les insurgés de juin les a rendus suspects. Privés de leur solde, leur unique moyen d’existence, mécontents, gagnés par l’esprit d’opposition, ils représentent pour les autorités, des séditieux en puissance.

6Lorsqu’un armateur parisien, Jules Langlois, propose au préfet de police, la création d’une société d’émigration officielle en Californie, il ne peut trouver meilleure écoute. L’offre est d’autant plus séduisante que ces nouvelles de Californie dépêchées par le vice-consul Guy sont rassurantes : une communauté française évaluée à 25.000 personnes existe déjà là-bas. Carlier perçoit l’intérêt d’une opération qui, sous le couvert d’une philanthropie de bon ton, permet un assainissement politique et social semblable à celui que John Oglethorpe tenta de réaliser en créant, en 1732, la colonie américaine de Géorgie. Le miracle californien est à même de dissimuler les intentions politiques du gouvernement. Que l’Etat s’associe au courant d’émigration en patronnant des sociétés d’émigration ne suscite, au début du moins, aucune surprise, aucun soupçon. C’est pourtant une idée d’ordre qui, au premier chef, a guidé les auteurs du projet.

  • 1 Lettre de l’Agent de la Loterie des Lingots d’Or au Piémont, 14 avril 1851. APP. A.437, dossier XX, (...)

7L’agent de la principale des sociétés officielles, celle des "Lingots d’Or", l’explique sans ambages dans une lettre au roi : Par décret du 3 août 1850, le gouvernement a autorisé une "Loterie des Lingots d’or" dont le but apparent est de procurer le passage et l’établissement en Californie de 5.000 ouvriers sans travail, mais dont l’esprit principal et réel est de débarrasser la France et l’Europe de 5.000 individus dangereux qui n’ont d’autre profession que celle de "soldats des barricades"1. On ne saurait être plus clair. D’une manière plus générale, cette opération s’insère dans la politique de réaction qui, partout en Europe, vise à éliminer les idées et les hommes des révolutions du "printemps des peuples".

UNE TENEBREUSE AFFAIRE.

"Les origines de la Loterie sont peu connues. (.) On peut contester que ce fût un acte de bienfaisance de transporter, même gratuitement, 5.000 Français indigents en Californie, d’exciter par ce transport sous la responsabilité du gouvernement, les rêves, les illusions, les erreurs auxquelles la misère est sujette. (.) Mais si la Loterie des Lingots d’Or est, aux yeux du Ministre, une loterie de bienfaisance, elle est incontestablement, aux yeux de ceux qui l’avaient entreprise, une spéculation commerciale".
La République, 5 octobre 1951.

  • 2 La Patrie, Paris, 20-21 mai 1850, p. 3, d’après Le Courrier de Marseille.

8La "Société des Lingots d’Or" n’est pas la pionnière des compagnies d’émigration patronnées par l’Etat. Une "Compagnie des Gardes Mobiles" réservée aux seuls officiers et soldats de l’ancienne garde dissoute, envoie en mai 1850, 200 volontaires à San Francisco, sur les corvettes La Sérieuse et La Capricieuse. Leur départ de France est discrètement rapporté dans un entrefilet de La Patrie : "Un grand nombre de jeunes gens – deux cents environ qui ont fait partie de l’ancienne garde mobile – sont arrivés depuis peu à Marseille. Ils doivent bientôt se diriger sur Toulon d’où ils seront embarqués pour la Californie. Le gouvernement paie les frais du voyage"2. Ces jeunes gens épris d’aventure, impatients de retrouver une activité, atteints par la fièvre de l’or, ont été spécialement recommandés à l’autorité consulaire, par le président de la république. Le vice-consul obtient pour eux un traitement de faveur : à leur arrivée, en novembre, ils sont dispensés des formalités d’entrée dans le port et ceux qui se rendent sur les placers n’ont pas à acquitter la taxe sur les mineurs étrangers instituée depuis peu par la législature de Californie. De telles conditions ne peuvent être consenties qu’à une minorité d’hommes considérés à juste titre comme d’anciens militaires. Des raisons d’ordre financier, politique, diplomatique interdisent la répétition de cette expérience. La proposition d’une société ouverte à tous et financée par le moyen d’une loterie répond mieux aux objectifs de l’Etat. Encore faut-il qu’elle soit, dès sa naissance, exempte de tout soupçon.

L’apparence de l’honnêteté.

  • 3 Annonce publicitaire, Loterie des Lingots d’Or, in La République, 16 Septembre 1850, p. 4.

9La finalité assignée à la "Société des Lingots d’Or", créée le 3 août 1850, est le secours aux "travailleurs sans emploi". Elle se distingue d’emblée des compagnies à but lucratif. Les annonces qui paraissent dans la presse, dès les premiers jours de septembre, la qualifient "d’oeuvre éminemment nationale et philanthropique"3 émanant de la sollicitude du gouvernement envers les classes laborieuses.

10Pour écarter les doutes sur les mobiles des fondateurs, la publicité officielle insiste sur le volontariat des candidats et les garanties qui leur sont offertes. Il ne s’agit en aucune façon d’une nouvelle "transportation" ; les émigrants ont à remplir un imprimé portant la mention "émigration volontaire en Californie" et peuvent revenir sur leur décision. Les registres d’inscription témoignent du respect de cette disposition : les raisons du désistement figurent parfois en face des noms barrés.

  • 4 Annonce dans La République, 16 septembre 1850, p. 4.
  • 5 Ibid.

11Libres au départ, ils le sont aussi à l’arrivée, tout en profitant d’un voyage et d’un premier séjour gratuits. Les annonces le précisent ainsi : "Il ne s’agit pas ici d’une spéculation sur le travail des émigrants", la "Société des Lingots d’Or" ayant "pour objet de faciliter le transport et l’établissement libre de 5.000 travailleurs en Californie"4. Les bénéficiaires de cette faveur ne ressemblent pas aux travailleurs-associés contraints, du moins en théorie, de rembourser les frais avancés par les compagnies privées. Cette prise en charge gratuite explique l’afflux des demandes dès l’ouverture des registres d’inscription le 3 septembre ; 600 candidatures sont déposées en quelques jours. Une promesse supplémentaire encourage les futurs émigrants : "le produit de leur travail ou de leur industrie leur appartiendra sans que les paresseux prélèvent une part sur l’oeuvre des laborieux"5. L’association, idéal des socialistes romantiques qui croient en l’égale aptitude et bonne volonté de tous est pour les fondateurs de la société, ennemis déclarés du socialisme, une chimère génératrice de parasitisme social auquel toutes les expériences des communautés saint-simoniennes ou fouriéristes se sont heurtées. Ils ne confondent pas les devoirs d’entr’aide et de solidarité avec les contraintes liées à l’idée associative.

12Instruits de l’exemple des compagnies privées, les organisateurs ont pris soin d’obtenir le patronage d’autorités connues et fiables : deux représentants du peuple, Louis Porion, maire d’Amiens, et le Vicomte 3. Clary ex-commandant de la garde mobile, Decaen – maire du IIIe arrondissement de Paris, De Vaux – ancien préfet et membre du conseil de la préfecture de la Seine et Adolphe Gense – chevalier de la Légion d’honneur. C’est sous leurs auspices que les émigrants dûment munis de passeports seront acheminés vers la Californie. L’oeuvre sociale et philanthropique présentée à la presse de toutes tendances quelques mois après sa conception, revêt toutes les apparences de la légalité.

  • 6 J. Maurain, Baroche, Un bourgeois de Paris au XIXème, Paris, 1936, in 8°, p. 91.

13Il en est de même de l’opération financière indispensable à sa réalisation. Le projet a posé en effet un délicat problème de financement. Le ministre des finances Achille Fould –, artisan laborieux de l’équilibre budgétaire après la crise de 1848, ne pouvait consentir à une prise en charge directe des dépenses évaluées à la somme de sept millions de francs. Certes il possède des relations dans le milieu de la haute banque, mais celle-ci prudente dans ses prêts ne s’intéresse pas à une opération philanthropique qui par nature ne rapporterait rien. Restait l’appel au grand public, déjà largement sollicité par les compagnies privées et méfiant, par le moyen d’une loterie de bienfaisance dont les lots en rapport avec le lieu de destination des émigrants, seraient des lingots d’or. D’après le témoignage de Baroche, l’idée première de la loterie revient au capitaine Langlois. En jouant sur l’attrait et la baisse du prix du métal précieux qui facilite l’achat des lingots, il a pensé réunir aisément la somme requise. Le préfet Carlier transmet le 21 juillet cette proposition à Baroche qui l’accepte et la rend officielle par l’arrêté du 3 août6. L’obstacle législatif, la loi du 16 mai 1836 n’a pas été retenu : le gouvernement de juillet avait, par souci de moralité publique interdit les loteries, exceptant toutefois celles dites "de bienfaisance". La "Société des Lingots d’Or", par le but qui lui est assigné, justifie le recours à ce moyen de financement, sans que la loi soit enfreinte. C’est du moins l’analyse rapide qu’en fait le ministre sans considérer que la somme demandée dépasse de loin celles des loteries de bienfaisance. On peut s’étonner de la précipitation et de la légèreté avec lesquelles la décision est prise.

  • 7 Registre de délibérations du Conseil, séance du 3 septembre 1850. APP. A.436, pièce 3, p. 8.

14Toutefois le préfet de police, désormais chargé de la responsabilité de la société confondue dans les termes avec la loterie qui en permet la réalisation, écrit le même 3 août une lettre à Langlois, directeur de la loterie, pour lui signifier les exigences de son administration. Toutes les questions relatives à l’organisation et la gestion de la société, au choix et au départ des émigrants doivent être soumises à un conseil de surveillance qui délibère chaque semaine et consigne ses décisions par écrit et à un commissaire spécial du gouvernement, nommés par le préfet. Le ton impératif de la lettre trahit une certaine méfiance à l’égard de l’armateur et la volonté de limiter sa capacité d’action. Le commissaire spécial, Clément Reyre, secrétaire général de la préfecture de police et homme de confiance du préfet, est nommé le 28 août et le conseil qui réunit tous les parrains de la société tient sa première séance le 3 septembre : il élit son président, le Vicomte J. Clary et choisit A. Gense pour être le chef de la comptabilité ; en sa qualité, il doit permettre un état mensuel des recettes et des dépenses au préfet7. Toutes les précautions semblent être prises pour que la surveillance de l’Etat soit effective.

  • 8 Registre de délibérations du Conseil, séance du 13 septembre 1850. APP. A.436, pièce 5, p. 14.

15Les premières annonces dans les journaux, les affiches apposées à Paris et dans les communes de banlieue qui lancent publiquement la loterie portent en exergue l’autorisation du gouvernement pour susciter la confiance des souscripteurs, et leur donnent des renseignements précis : les billets à prix unique de 1 franc concourent tous également au tirage des 224 lots, des lingots d’or achetés par l’Etat et déposés comme les fonds recueillis, à la Banque de France. Quant aux dépositaires accrédités des billets, ce sont les agents de l’administration, les maires auxquels les souscripteurs peuvent directement s’adresser et, à l’étranger, le personnel consulaire8. Tout ce qui par la suite peut entacher la réputation de la société fait l’objet de discussions et éventuellement de révisions de la part du conseil ; l’exposition du gros lot, un lingot d’or de 400.000 francs, prévue du 21 février au 31 mars 1851, au bureau central de la loterie, passage Jouffroy, est fermée le 20 mars, sur demande de Reyre, pour motif d’ordre et de moralité publique.

  • 9 J. Maurain, Op.cit., p. 91.

16Malgré ces précautions, les doutes s’insinuent dans l’esprit des députés dès le mois d’octobre 1850 et, un an après sa création, l’affaire de la loterie défraie la chronique. Auparavant, Baroche a été par deux fois interpellé à la Chambre9. Il attribue les reproches qui lui sont adressés à "l’esprit d’opposition". Pourtant, les soupçons des députés ne sont pas sans fondement : dès sa conception, la "Société des Lingots d’Or" est, sous les dehors de l’honnêteté, une affaire frauduleuse.

La marque de l’illégalité.

  • 10 Ibid., p. 91, Note 1.
  • 11 Registre de délibérations du Conseil, séances des 13 septembre et 11 octobre 1850. APP. A.436, pièc (...)
  • 12 La République, 5 octobre 1850, p. 1, d’après Le Moniteur, 23 décembre 1850.

17Quelques semaines après le lancement de l’opération, deux de ses parrains, les députés Porion et Clary se retirent du conseil surveillance. Le premier invoque dans sa lettre de démission du 11 octobre, les affaires qui le retiennent à Amiens ; il est vrai qu’il s’est constamment fait représenter par De Rheims qui refuse de le remplacer comme membre actif. Mais sommé par les représentants, ses collègues, d’expliquer son geste, il avoue s’être démis de ses fonctions" parce que le contrôle du gouvernement lui parait tout à fait insuffisant"10. Le vicomte de Clary qui démissionne à son tour le 22 octobre nourrit le même grief à l’égard du directeur de la société mais en plus, il lui reproche d’avoir ajourné sine die le départ prévu pour novembre d’un contingent de gardes mobiles auprès desquels, en tant qu’ancien officier, il s’est personnellement engagé. Il est vrai qu’à deux reprises, le conseil a décidé l’envoi d’un premier convoi de 200 à 250 travailleurs en Californie11. Aucune suite n’a été donnée à cette résolution Clary, ne "voulant pas tromper le public plus longtemps"12 remet sa démission au préfet, malgré les supplications de celui-ci, conscient de l’effet désastreux de ces deux retraits.

  • 13 Séance à la Chambre du 27 décembre 1850, cité dans J. Maurain, Op.cit., p. 94.
  • 14 Ibid, p. 93.

18Saisissant l’occasion qui est ainsi offerte le député montagnard, Pascal Duprat, interpelle violemment le ministre de l’intérieur qui a autorisé la loterie. Sans doute le différend entre le gouvernement et la chambre trouve-t-il, dans cette affaire, un nouvel aliment, mais les questions posées par Duprat embarassent visiblement Baroche, tant elles sont fondées. Elles portent sur les irrégularités commises ou tolérées par l’administration préfectorale, l’honnêté douteuse des auteurs du projet et de leurs associés anonymes" dont le public, très curieux, voudrait avoir le nom"13. Si les députés s’intéressent tous à l’affaire comme le prouve la proposition de Benjamin Delessert de voter un blâme pour le gouvernement14, c’est néanmoins le parti montagnard qui attaque avec le plus de virulence.

19L’un de ses organes parisiens La République publie dans ses numéros d’octobre 1851 une histoire très critique de la "Loterie des Lingots d’Or" qui, en dépit de son caractère tendancieux à certains égards, contient des vérités que confirment les papiers de la loterie et les notes de Baroche. Sa création comporte de graves irrégularités qui mettent en cause la responsabilité morale du gouvernement : en l’autorisant, il déroge à la loi du 16 mai 1836 qui stipule que les lots proposés par les loteries de bienfaisance ne peuvent être que des produits des industries et des arts. La Loterie des Lingots d’Or" placée sous les auspices de l’Etat joue au contraire sur l’avidité du public.

  • 15 Autorisation d’une loterie de 7 millions par le préfet de police Carlier, 3 août 1850. APP. A.436, (...)
  • 16 La République 5 octobre 1851, p. 1.

20Par ailleurs, l’arrêté du 3 août dont se réclame la publicité officielle ne figure nulle part dans Le Moniteur. Il n’est connu que par la lettre de Carlier à laquelle Baroche fait allusion dans ses réponses aux députés. La raison du silence du journal officiel est claire : elle se trouve dans la concession d’un marché de 5,8 Mfr. – soit 1,2 Mfr. pour les frais de publicité et 4,6 Mfr. pour le transport à forfait des 5.000 émigrants – à Jules Langlois selon toutes ses propositions. Carlier a accepté, sans discuter, les conditions de l’armateur relatives à l’émission et à la répartition du produit de la loterie15. Il lui accorde une commission de 20 % sur les deux premiers millions émis, de 15 % sur les deux seconds et de 10 % sur les trois derniers, soit 1 million au total en supposant que tous les billets soient placés16. Bien plus, il n’est pas précisé dans cette lettre qui n’est pas un contrat, que l’administration se réserve le choix du transporteur. Lorsque la question se pose, le conseil de surveillance et Clément Reyre ne peuvent se référer à aucun texte pour rejeter la prétention de Langlois à se charger lui-même du transport des émigrants, d’où le différend durable qui oppose l’administration au directeur de la société.

  • 17 Ibid., 7 octobre 1851, p. 7.
  • 18 Séance du 21 décembre 18 50, cité dans J. Maurain, Op. Cit., p. 94.

21Comment s’explique la légèreté coupable avec laquelle l’affaire a été engagée ? Par l’incompétence du préfet en la matière et son souci de réaliser au plus vite l’opération qui lui était confiée, mais il aurait pu prendre conseil auprès de Reyre, ancien négociant lyonnais et membre du conseil général du Rhône "homme plein d’expérience" dans le domaine des affaires17. Par des influences occultes qui l’obligeraient à garder le secret du marché conclu ? Dans son interpellation du 21 décembre, Pascal Duprat insinue que Langlois prêtait "sans doute son nom à des organisateurs anonymes"18. La République, dans les articles consacrés à la loterie reprend la même accusation.

  • 19 J. Maurain, Op. Cit., p. 94.

22Parmi les nombreuses compromissions auxquelles la loterie a donné lieu, l’une mérite d’être citée parce qu’elle montre que, dès sa naissance, la "Société des Lingots d’Or" a été conçue comme une entreprise de spéculation, malgré les dénégations officielles. Baroche, dans ses notes, avoue avoir reçu le 23 juillet 1850, soit deux jours après le rapport de Carlier, une lettre du président lui intimant de lui remettre le dossier en ces termes : "Aladenize m’a dit hier qu’on vous avait remis le projet de loterie pour favoriser l’émigration en Californie. Je voudrais que vous me le remissiez après l’avoir éprouvé. Je vous dirai de vive voix pourquoi je désire qu’Aladenize ait le bénéfice de l’entreprise"19. Un profit était donc espéré qui devait revenir à cet ami du prince, compagnon du complot de Boulogne, gratifié plus tard par l’empereur de sommes importantes. Le nom de ce personnage figure dans la liste des nombreux débiteurs de la loterie, en 1851-1852, pour une somme modeste d’ailleurs. Il l’a acquittée puisqu’on ne le trouve pas dans la liste de 1853. Les difficultés financières de la loterie et le scandale auquel elle donna lieu, les recherches actives de Louis Oudiné nommé le 12 septembre 1851 liquidateur officiel de la société, empêchèrent la réalisation du voeu présidentiel.

La révélation d’une spéculation.

  • 20 Ibid., p. 91.
  • 21 La République, 5 octobre 1851, p. 1.
  • 22 Registre de délibérations du Conseil, 23 mai 1851, APP. A.436, pièce 5, p. 32.

23Le principal bénéficiaire de la loterie est incontestablement Langlois. Le ministre le soupçonne d’avoir voulu, dès le lancement de l’entreprise, en faire "l’objet d’une spéculation privée sans doute peu honorable"20. les craintes des députés Porion et Clary étaient fondées : l’armateur jouit pendant des mois d’une grande liberté d’action. Les précautions prises par Carlier sont vaines d’autant que les deux hommes en désaccord avec lui se retirent. Le préfet annonce à Clary, au moment où celui-ci lui remet sa démission, le changement "d’une administration un peu douteuse" en faisant nommément allusion à Langlois mais cette intention n’est suivie d’aucune mesure21. Cette négligence contribue sans aucun doute à son remplacement à la préfecture par un homme plus énergique et fiable, De Maupas, le 26 octobre 1851, quelques semaines avant le coup d’Etat. Quant au conseil, il se borne souvent à entériner les propositions du directeur dans des séances qui s’espacent dès le mois de novembre. Reyre ne le contrarie pas davantage jusqu’en mai lorsque, rappelant l’objectif premier de la société occulté par les questions financières, il 139 presse le conseil de choisir un transporteur22.

  • 23 Registre de délibérations du Conseil, 13 décembre 1850. APP. A.436, pièce 5, p. 25.
  • 24 Alexandre Dumas fils, Histoire de la Loterie depuis la première jusqu’à la dernière. La loterie des (...)
  • 25 A. Dumas, Op. Cit., p. 14.
  • 26 Ibid., p. 15.
  • 27 Ibid., p. 14.

24Sans doute le faible succès initial de la loterie dont les émissions s’échelonnent de septembre 1850 à juillet 1851 a-t-il permis à l’armateur d’accroître sa capacité d’action. Ses relations et son expérience des affaires l’autorisent "à prendre les mesures nécessaires pour développer le placement des billets"23. Il n’hésite pas à imiter les compagnies privées en lançant une vaste campagne de publicité à Paris, dans les communes de banlieue et les grandes villes de province au prix d’un accroissement des dépenses : les annonces dans les quotidiens politiques et les feuilles spécialisées des théâtres, les affiches apposées en 2.820 endroits de la capitale et de sa périphérie, les expositions et revues des théâtres parisiens participent à cette difficile conquête d’un public réservé. Mais plus encore, la brochure d’Alexandre Dumas fils qui parait en même temps que l’exposition publique du gros lot relève de cette littérature de mystification commune à toutes les compagnies. Il faut vaincre la réticence spontanée du public entretenue par les correspondances du Journal du Hâvre, inspirées des chroniques californiennes qui n’altèrent pas la vérité sur le pays de l’or. Cet opuscule intitulé "Histoire de la loterie depuis la première jusqu’à la dernière, la Loterie des Lingots d’Or" 24, en retrace l’origine de façon tellement extravangante qu’on s’interroge bien évidemment sur les intentions de l’auteur. Pour tenter de relever un crédit déjà fort ébranlé, il glisse l’éloge de Langlois "l’un des hommes les plus honorables et des plus honorés de la marine marchande... qui a rendu d’éminents services à son pays"25. Puis vient l’appel au public, non à sa générosité pour une oeuvre dont la finalité n’apparait pas, mais à l’instinct de profit le plus vil et le plus contestable lorsqu’on se rappelle les efforts déployés par l’Etat pour présenter la société comme un oeuvre de bienfaisance nationale. La description du lingot "éclatant comme le soleil et nu comme la vérité"26, doit forcer "les esprits timides et les poches craintives"27. Les résultats de ce tapage sont décevants : le tirage est à maintes reprises différé – du 1er août au 1er octobre puis au 16 novembre – sans que les sept millions soient réunis. Beaucoup de billets reviennent invendus.

  • 28 Note de M. Oudiné, liquidateur de la loterie. APP. A.437, Dossier XVI, pièce 112, p. 6.

25Parallèlement à cet effort publicitaire, Langlois a donné une dimension internationale à la diffusion des billets, abandonnant la règle primitive qui voulait que seuls les maires et les consulats soient habilités à la faire. Il a sollicité, moyennant de généreuses remises, le concours des directeurs des compagnies de chemin de fer, des bureaux des messageries nationales et des messageries générales, puis des cafés et débits de boisson, des libraires, imprimeurs et finalement des simples particuliers. Ainsi les Messageries Nationales, pour ne citer qu’un exemple, ont réalisé un bénéfice de 25.000 francs en vendant des billets à leurs clients dans le cadre de leurs relations habituelles sans dépenser un seul denier. En développant le réseau des dépositaires en France et à l’Etranger, Langlois a multiplié les risques de fraude et d’erreur. Il s’est porté garant d’escrocs qui, au moment de la liquidation de la loterie, s’enfuient à l’étranger ou refusent de verser les sommes dues affirmant qu’ils n’ont jamais été des concessionnaires agréés. Des billets doubles circulent, conséquence presque inévitable d’une émission de 7 millions de coupures répandues "sur toute la surface du globe"28.

  • 29 Arrêté du 12 septembre 1851, In Le Droit, Gazette des tribunaux, 28 septembre 1851, p. 3.

26Alerté par Reyre, le préfet Carlier signe le 12 septembre 1851 un arrêté qui révoque Langlois de ses fonctions de directeur de la loterie, considérant que sa gestion "a donné lieu à des reproches extrêmement graves"29, et nomme Oudiné – liquidateur de la loterie. 11 s’emploie aussitôt à dresser la liste de tous les dépositaires qui restent débiteurs afin de faire rentrer les sommes dues. Il n’hésite pas, malgré l’interdiction du préfet, à poursuivre la vente des billets à 1,25 Francs puis 1,15 Fr. avec l’accord de Reyre qui remplace Langlois à la direction de la société.

  • 30 La Patrie, 6 octobre 1851, rapport du 29 septembre 1851 à M. le ministre de l’intérieur, p. 1.
  • 31 La République, 5 octobre 1851, p. 1.

27D’après le rapport financier présenté au ministre de l’intérieur, le 29 septembre 1851, la société ne dispose que de 4.161.256 francs en caisse sur les 7 millions émis30. Ce rapport publié dans la presse suscite l’indignation de l’opinion. A ce propos La République écrit : "La loterie est allée solliciter dans les hôtels et dans les mansardes, dans les ateliers et dans les salons pendant treize mois. Il n’est pas étonant qu’aujourd’hui l’opinion s’occupe beaucoup plus d’elle, dans toutes les classes de la société"31.

28Les rumeurs les plus diverses circulent sur le changement de destination des émigrants. On parle des forêts corses, des Landes, de la Sologne, de l’Algérie ! Dans son numéro du 25 septembre La Patrie suggère que l’on affecte l’argent à la construction des villages de colons en Algérie. Pour démentir ces rumeurs, Reyre fait insérer dans les journaux l’annonce d’un prochain départ d’émigrants le 11 octobre. Mais, compromis comme le préfet par une action trop tardive, il doit quitter à son tour la préfecture de police en vertu du décret du 12 novembre. Toutefois, son retrait reste longtemps ignoré à San Francisco et le consul continue de s’adresser à lui régulièrement au cours des premiers mois de l’année 1852. Il est vrai aussi qu’il demeure responsable du départ des émigrants avant que de Bullemont ne le remplace officiellement à cette tâche.

  • 32 Composition de la commission de liquidation de la loterie des Lingots d’Or. APP. A.438, dossier IX, (...)
  • 33 Relevé des dépenses effectuées par M. le Consul de France à San Francisco. APP. A.437, dossier XXII (...)
  • 34 Lettre de Drouhyn de Lhuys au préfet de police, 1er juin 1854. APP. A.437. dossier XXIII, pièce 5, (...)

29Oudiné et la commission de liquidation de six membres qui l’assiste32 travaillent à démêler l’écheveau des plaintes et récriminations émises par les personnes lésées et à apurer les comptes de la loterie. Les liquidateurs jettent un regard de suspicion sur tous les collaborateurs de la société : la maison Marziou – le transporteur – accusée de réclamer des dédommagements abusifs pour les imprévus des voyages, les agents consulaires français en Californie chargés d’accueillir et de secourir les émigrants. Le ministre des affaires étrangères Drouyn de Lhuys, doit défendre le consul Patrice Dillon soupçonné d’avoir surévalué la piastre dans l’état justificatif des dépenses pour secours qu’il envoie à la commission33 et le chancelier Daugny accusé d’avoir surestimé ses services34.

30Une chose est claire cependant, la "Société des Lingots d’Or" n’a pu tenir ses promesses quant au nombre d’émigrants envoyés et aux avantages consentis. Treize mois se sont écoulés entre l’ouverture des registres d’inscriptions et le départ du premier contingent sur le Malouin, treize mois au cours desquels les inscrits ont vécu dans le dénuement et l’amertume et surtout, la scène californienne a changé. Lorsque le tirage a lieu au cirque des Champs-Elysées, faisant d’un honnête vigneron champenois le gagnant du lingot de 400.000 francs, l’émigration vient à peine de commencer. Quant à Langlois, s’il dut rendre les sommes abusivement perçues, il toucha finalement sa commission. Les émigrants ont été à tous égards, les malheureuses victimes de cette ténébreuse affaire.

GENS INUTILES OU DANGEREUX

"J’ai l’honneur de vous exposer que les nombreuses et actives démarches qu’en ma qualité d’ancien militaire je fais depuis environ quatre ans (...) étant restées jusqu’à ce jour, sans résultat, je suis actuellement sans espoir (...).
Permettez-moi, Monsieur le Préfet, de prendre la respectueuse liberté de solliciter de vos bontés, avec les avantages accordés aux émigrants volontaires, le passage gratuit pour mon fils et moi sur un bâtiment à destination de la Californie".
A. Gibon au préfet de police, 21 avril 1852.

31Le départ vers la Californie résulte d’un double choix, celui des émigrants qui ont rempli une demande officielle, et celui de l’administration qui a effectué une sélection parmi les candidatures reçues. Qui s’est inscrit, et quelle demande a été satisfaite ? L’analyse des motivations révèle une rencontre, pour des raisons totalement opposées, du choix des candidats et des options des autorités.

Les raisons d’un départ.

  • 35 Alexandre Dumas, Californie, Un an sur les bords du San Joaquin et du Sacramento, impressions de vo (...)
  • 36 Ibid,

32Si les débuts financiers de la société sont difficiles, celle-ci en revanche n’a aucun mal à recruter des émigrants. Les demandes affluent vite, corroborant l’idée développée par la propagande officielle que le projet répond à une attente des travailleurs sans emploi. Ceux qui, faute de moyens, ne peuvent envisager de partir avec les compagnies privées, accueillent la proposition gouvernementale avec empressement. On peut sans hésitation, leur prêter les sentiments qui animent le héros de la brochure d’Alexandre Dumas père.35 : "J’avais vingt quatre ans, l’ouvrage manquait, il n’était question en France que des mines de Californie. A tous les coins de rue des compagnies s’organisaient pour le transport des voyageurs (...) Je n’étais pas assez riche pour me croiser les bras, j’étais assez jeune pour perdre deux ans à la recherche de la fortune"36. La jeunesse qui autorise toutes les audaces et aime l’aventure, l’influence d’un climat incitant au départ, l’espoir d’un enrichissement rapide suivi d’un retour en France, ont dû motiver plus d’une résolution prise par ailleurs dans la perspective d’une réalisation immédiate.

33Mais les désistements portés sur les listes d’inscriptions indiquent que tous les candidats n’envisagent pas un voyage aussi lointain avec autant d’enthousiasme, ils s’y résignent plutôt. Il suffit que la famille s’y oppose avec fermeté ou que l’intéressé ait trouvé du travail entre le temps de sa demande et celui de son départ, pour qu’il revienne sur son intention de quitter la France. La décision d’émigrer résulte davantage des contraintes auxquelles elle permet d’échapper que d’un attrait irrésistible du Nouveau Monde. La liberté de choix est donc toute relative. Certes les émigrants ne sont pas des bannis mais, outre les influences qui peuvent s’exercer sur eux, ils subissent la pression d’un contexte économique et politique qui tend à les exclure.

34La raison la plus fréquemment invoquée par eux est la misère liée à un chômage prolongé. Les métiers les plus vulnérables à la crise fournissent les plus gros contingents d’émigrants : les journaliers agricoles dont l’emploi est incertain et mal rémunéré, les métiers de service dans lesquels la concurrence est serrée, les professions du bâtiment qui en 1850 continuent de souffrir de l’arrêt des travaux. Les plus jeunes dans ces emplois et les nouveaux venus dans la capitale sont licenciés les premiers. Le départ est parfois le fruit d’une concertation familiale ou amicale. Il ne faut pas négliger le rôle des facteurs d’entraînement que sont l’entourage, les relations professionnelles, le lieu de résidence ou, pour les provinciaux, le pays d’origine. Les couples d’âge mûr sont rassurés par la présence d’un fils célibataire capable de les aider à s’adapter dans ce pays lointain. Les ménages répugnent à laisser en France un père ou une mère veufs et dépourvus de ressources, une jeune soeur, une nièce, un neveu, un filleul dont ils sont responsables. Les listes d’inscriptions montrent que des camarades de travail, des voisins ou gens d’une même région sont allés s’inscrire ensemble : ainsi sept Jurassiens originaires de communes voisines, domiciliés au même endroit à Paris, un père et ses deux fils, trois frères et un de leurs amis sont-ils affectés, sur leur demande, au départ du Magellan.

  • 37 Lettre de Cl. Reyre au Consul de France à San Francisco, 19 novembre 1851, p. 1.
  • 38 Honoré de Balzac, La Rabouilleuse, Paris, 442p., 1980, Gallimard, Collection Folio, p. 310.
  • 39 Lettre de M. Michelin à M. Henriey, 12 mars 1852, APP. A.442.

35Mais la misère peut être aussi la conséquence de l’inadaptation sociale. Certains ont perdu l’habitude du travail, d’autres ne l’ont jamais acquise beaucoup de jeunes gardes mobiles n’ont jamais exercé d’emploi fixe. Licenciés en janvier 1850, ils n’ont pour la plupart ni l’envie ni la volonté de chercher du travail. Reyre note à leur propos qu’ils se sont laissés "détourner de leur carrière par des habitudes révolutionnaires"37. Le cumul d’un service dans l’armée et dans la garde compromet davantage leur réinsertion sociale. Plus dramatique encore est le sort des vieux soldats libérés des différents régiments après de longues années de service. En dehors des hôpitaux civils de la Seine en nombre insuffisant pour les recevoir tous, il n’existe aucune institution de prévoyance qui puisse les secourir. Réduits à la désoeuvrance et à la pauvreté, ils n’ont d’autre solution que l’exil. Beaucoup d’entre eux pensent comme Philippe Brideau, le héros balzacien, que l’émigration en Amérique est préférable au sort misérable que leur réserve l’ingrate patrie qu’ils ont servie pendant de longues années38. Ils remplissent le formulaire ou écrivent à Henriey pour obtenir un passage gratuit vers la Californie qui a le visage de la fortune et de la liberté. Il affecte, sur leur demande, les époux Carraguet au départ de l’Oscar : l’homme a servi quatorze ans dans le corps des zéphyrs et se trouve depuis plusieurs mois sans ouvrage39. Des cas semblables sont nombreux parmi les militaires qui sont passagers de la loterie.

36D’autres exclus de la société, les déclassés, les faillis, les spéculateurs ruinés, les nobles appauvris par le jeu ou un train de vie dispendieux, forment un petit groupe que le mirage californien séduit. Ils souhaitent à l’exemple du comte de la Villatèle qui ayant perdu toute sa fortune s’embarque sur L’Indépendance, oublier là-bas leur passé et recommencer une nouvelle existence.

37Les désordres politiques ajoutent en France des raisons de partir. Le coup d’Etat met fin aux espoirs des démocrates-socialistes qui attendaient l’échéance électorale de 1852 avec impatience. Ils croyaient en une belle victoire populaire qui ouvrirait une ère nouvelle. L’ordre bonapartiste rapidement mis en place convainc les opposants qui ont échappé à la répression mais n’en sont pas moins suspects de chercher ailleurs une patrie où ils puissent exprimer leurs idées en toute liberté. Certains comme le Dr. Gornet, médecin de bord du Malouin qui emmène avec lui sa femme et sa fille, ont occupé une fonction officielle sous la République. Pour désirer partir, il n’est pas besoin d’être insurgé, consipirateur ou militant d’une société secrète.

  • 40 Lettre d’Henriey au préfet de police, 28 mars 1852. APP. A.445, dossier 41, p. 3.
  • 41 Lettre de J. Menant à Henriey, 27 mars 1852. APP. A.445, dossier 41, p. 3.
  • 42 Lettre d’Henriey, 28 mars 1852, Op. Cit., p. 3.

38D’autres par contre ont exprimé trop bruyamment leurs opinions pour ne pas se sentir obligés de le faire. Pierre Cauwet qui a rédigé un manifeste contre l’élection présidentielle du 10 décembre appartient à cette catégorie d’exilés. Au printemps 1852, les nostalgiques de "la Sociale", tous ceux qui se savent surveillés par la police se décident à quitter la France. Partagés entre le désir de l’exil et la répugnance à accepter une faveur du gouvernement, ils invoquent leur misère pour que leur demande soit agréée. Le 28 mars 1852, Henriey signale l’incidence des événements du 20 décembre sur l’afflux et la nature des candidatures : "Il est déjà parti pour la Californie un très grand nombre d’anciens officiers, sous-officiers et soldats de l’ex-garde mobile, de l’ex-garde républicaine et quelques anciens montagnards de Caussidière... Mais depuis les événements du 2 décembre, il s’en est présenté de ces derniers beaucoup plus qu’auparavant"40. Le Sieur Menant, ex-Capitaine des montagnards, écrit à Henriey en ces termes : "Ayant depuis 1848 vendu pour manger tout ce que j’avais, je vous prie Monsieur de vouloir avoir égard à ma position car en vérité nous n’avons plus rien, pas même des souliers aux pieds"41. Renseignements pris, Henriey reçoit favorablement sa demande en notant ce qui suit : "Le Sieur Menant auteur et signataire de la demande ci-jointe est un ancien conspirateur qui s’était montré le plus récalcitrant et qui malgré son dénuement n’aurait rien voulu accepter du gouvernement"42. Les responsables du choix des émigrants retiennent ce type de requête qui répond tout à fait au but secret de la Société, celui de débarraser la France d’éléments indésirables.

Les moyens d’une sélection.

  • 43 Instructions pour des personnes ayant des billets de la Loterie. APP. A.436, dossier VI, pièce 30, (...)
  • 44 Lettre de Cl. Reyre au Consul, 19 novembre 1851, Op. Cit., p. l.
  • 45 Ibid., p. 4.

39"Il y a des malheureux sans travail (...) des mécontents que leur passé fait repousser des ateliers et des manufactures (...), ils sont suspects, dangereux mais ils souffrent. Soulageons-les mais éloignons-les"43. Tels sont les principes qui guident les autorités dans leur sélection. Les premières listes d’inscription ne mentionnant pas de date, les variations temporelles des demandes restent inconnues. A l’époque de la clôture des registres en novembre 1851, le nombre des bénéficiaires fixé par le conseil de surveillance n’est pas atteint44. La confidence de Reyre au consul : "parmi ceux qui se présentent, nous les choisissons avec soin"45, laisserait penser que la première sélection a été rigoureuse, mais une autre analyse est possible ; les demandes nombreuses au moment du lancement de la loterie se sont ensuite ralenties. L’attente anxieuse d’un départ sans cesse différé, les bruits colportés dès juillet par L’Estafette selon lesquels une autre destination que la Californie serait donnée aux fonds recueillis, les nouvelles de San Francisco, détruite deux fois par l’incendie en l’espace de quelques mois ont sans doute contribué à cette désaffection passagère. Mais les hésitants rassurés par les départs réguliers à partir d’octobre, se sont inscrits et après le coup d’Etat, les opposants au régime se sont adressés à Henriey par lettre en l’absence de registres officiels.

  • 46 Les listes sont contenues dans APP. A.442.
  • 47 Rapport du chef de la comptabilité de la préfecture de police, 30 mai 1860. APP. A.444, dossier 33, (...)

40Plusieurs listes ont été élaborées des listes provisoires qui ne portent que 2.820 noms et ne prévoient qu’onze départs46, des listes en apparence complètes qui signalent 4.840 noms et enfin les contrôles nominatifs établis pour chacun des dix-sept convois qui précisent le nombre des partants soit 4.016 auxquels il convient d’ajouter 9 passagers envoyés en 1854 à bord de navires appartenant à la compagnie Marziou, le Notre Dame des Victoires pour sept d’entre eux et le Saint-Joseph pour les deux autres47. Encore s’agit-il d’une évaluation administrative : les enfants de moins d’un an ne sont considérés à titre de passagers qu’à raison de un pour quatre.

41Ces documents autorisent une double approche de la sélection administrative, l’une externe par le rejet de certaines candidatures, l’autre interne aux demandes agréées, selon les préférences des autorités. La différence entre les émigrants inscrits et réellement partis n’est pas seulement due aux désistements parfois explicités, aux abandons qu’impliquent les dossiers incomplets et aux absences le jour du départ. La préfecture a repoussé les demandes qui ne répondaient ni à ses exigences ni à ses priorités ou ne revêtaient pas un caractère urgent.

42Les étrangers venus de Suisse, des villes et pays allemands, de Belgique, de Savoie et les candidats nés à l’étranger mais incapables de prouver leur ascendance nationale doivent être Français. Des dérogations sont toutefois accordées à des missionnaires belges, des Polonais réfugiés après l’insurrection de 1831 et des sujets étrangers ayant servi la France. Mis à part ces cas exceptionnels, trois critères ont été considérés ; la situation individuelle ou familiale, les recommandations, et au premier chef les exigences de la sécurité publique.

Les critères d’un choix.

  • 48 La République, 5 octobre 1851, p. 1.
  • 49 Lettre de Cl. Reyre au Consul, 19 novembre 1851, Op. Cit., p. 4.

43"Il faut rendre service le plus possible à l’humanité" confiait Carlier au Vicomte de Clary pour essayer de le persuader de rester membre du conseil de surveillance48. Nul doute que le préfet et son secrétaire général ne soient intimement convaincus d’accomplir une oeuvre de charité en expédiant ces malheureux chômeurs en Californie. Reyre attribue leur départ au surpeuplement de la vieille Europe, à "nos désordres politiques [qui]ont tari les sources où s’alimentaient en grand nombre nos classes populaires" et à "l’espoir de trouver en Californie les moyens d’exitence qui leur manquent en France"49. Il faut en quelque sorte réparer les torts causés par une mauvaise conjoncture économique et politique. L’avenir dirait si ce bienfait invoqué par les parrains de la loterie mais contesté par leurs adversaires politiques était réel ou non. Ce sont donc les demandes des plus démunis qui sont retenues, les secours distribués par l’administration avant le départ et par le consul à l’arrivée en témoignent. Ceux qui ont les moyens de payer leur traversée ne sont pas pris en charge. L’épouse et la fille du Dr. Gornet ne sont admises sur le Malouin qu’à titre onéreux. De même la commission le liquidation refuse d’acquitter le prix du passage pour sept émigrants du Sacramento que la maison Marziou a admis gratuitement. Mais la misère génératrice d’émeutes est aussi considérée sous l’angle politique par Reyre, ancien adjoint au préfet du Rhône et témoin des insurrections lyonnaises des années 1831-1834.

44La recommandation du préfet, de Reyre, ou d’Henriey après son retrait, d’un maire, d’un représentant du peuple, ou plus rarement de l’armateur, distingue certaines demandes et en évince d’autres plus obscures par conséquent. Les maires de quelques communes du canton de Castelnaudary témoignent des mérites de plusieurs émigrants finalement admis sur l’Adèle au départ de Marseille. Presque tous les passagers de L’Indépendance sont proposés. Mais la recommandation est plus une mesure d’exclusion qu’une faveur : ce sont ceux que les autorités désirent voir partir qui en bénéficient. Les maires connaissent les fortes têtes de leur localité qu’il est prudent d’éloigner. Henriey appuie après enquête les demandes d’individus suspects : ainsi le Sieur Menant s’embarque-t-il avec sa femme sur L’Indépendance.

  • 50 Lettre du chef de service à la division de la sûreté générale au chef de la comptabilité à la préfe (...)
  • 51 Lettre du chef de direction de la sûreté générale au préfet de police, 19 octobre 1853. APP. A.444, (...)

45L’ordre public exige qu’une priorité soit accordée aux fauteurs de troubles dont le passé est connu. Tous les services responsables de la tranquillité publique collaborent à leur recherche : sur l’insistance du chef de service à la division de la sûreté générale, un passage gratuit est donné à un ancien marin déserteur, Louis Chevalier, qu’il convient d’éloigner "pour motifs de sécurité publique (...) avant qu’il ne soit une autre source de chagrin pour sa famille"50. Le même souci justifie l’envoi autoritaire d’Hénéna Gaussain, Dme Patey qui, d’Algérie où elle avait été déportée est renvoyée en métropole puis, sur décision de l’empereur, expédiée en Californie51. Les préoccupations d’ordre moral et politique se rejoignent dans ces deux cas.

46Les listes nominatives provisoires, bien qu’incomplètes pour ce qui est du nombre des inscrits, sont assez précises quant à l’identité, les antécédants militaires, l’état civil, la profession et le lieu de résidence des postulants pour qu’il soit permis d’apprécier la sélection interne faite par l’administration. Chaque nom – ou famille sur les listes de départ des ménages –, est affecté d’un double numéro, celui de l’inscription qui détermine l’ordre du départ. Les changements parfois explicités dans la partie réservée aux observations, révèlent les priorités.

47La plupart du temps, l’ordre initial a été respecté. Les premiers inscrits sont les premiers partants. Les reports de départ à une date ultérieure dus aux nécessaires permutations concernent des hommes mariés affectés aux convois des ménages ou à ceux qui les précèdent immédiatement lorsque rien ne s’oppose à ce changement : tandis que Le Malouin emmène des célibataires, des hommes mariés sont embarqués sur L’Alphonse-Nicolas Cézard, que suit à deux semaines d’intervalle le Courrier de l’Inde, premier convoi des ménages.

48Dans la sélection interne les recommandations ont peu d’influence. Elles ne s’exercent qu’en faveur des émigrants jugés dignes de faire partie du personnel d’encadrement en tant que chefs d’escouade ou médecins et de ceux qui par leur état répondent aux besoins urgents de la communauté française de San Francisco. Le Dr Gornet inscrit sur la cinquième liste accompagne les hommes du Malouin et des missionnaires belges sont envoyés dans les premiers convois.

  • 52 Lettre de Cl. Reyre au consul, 19 novembre 1851, p. 6.

49En revanche une priorité est accordée aux hommes de la garde mobile, de la garde républicaine et de l’armée. Le fait que l’administration ait prévu la mention des états de service dans ces formations militaires montre l’importance qu’elle attache à cette catégorie d’émigrants. Sur 250 "mobiles" les deux-tiers se répartissent sur les premiers navires selon le respect de la hiérarchie des grades. Ce choix se justifie par la crainte que suscitent leur mécontentement et leur turbulence, l’espoir d’une adaptation rapide et réussie qu’autorise leur jeunesse, et le désir pour Reyre spécialement, de réparer des injustices commises à leur égard : l’ajournement de leur départ, alors qu’excités par certaines personnalités connues d’eux – le Vicomte de Clary par exemple – ils ont été parmi les premiers à s’inscrire, l’ingratitude de l’Etat qui, après les avoir utilisés, les a remerciés. Reyre le ressent ainsi lorsqu’il écrit : "On peut le dire, le pays a été forcément un peu ingrat envers ces jeunes militaires dont la plupart détournés de leur carrière par des habitudes révolutionnaires et la vie de soldat, pouvaient difficilement se plier à rentrer dans la vie civile et à chercher dans quelque profession tranquille, les ressources qui leur manquaient (...). C’est à eux que s’appliqueront toujours de préférence les choix qui seront faits pour nos envois"52. Les gardes républicains – peu nombreux –, les 818 soldats et militaires, les 100 marins et hommes ayant servi dans la marine, sont plus harmonieusement répartis. Encore peut-on remarquer que les vétérans des régiments d’Afrique partent avant les jeunes gens qui, ayant tiré "le billet noir", ont été pendant sept ans tenus à l’écart de la vie civile.

  • 53 Lettre de Marziou (San Francisco), à Marziou (Paris), 13 mars 1852. APP. A.444, dossier 35, pièce 4 (...)
  • 54 Lettre de Cl. Reyre au Consul, 19 novembre 1851, p. 3.
  • 55 Lettre de M. Cousin au commissaire du gouvernement, 31 juillet 1852. APP. A.437, dossier XVI, pièce (...)

50Enfin à tous ces éléments ont été mêlés des prisonniers de droit commun. Le consul le savait et devait garder le secret mais les intéressés l’ont devoilé au cours d’une scène que conte le représentant de la maison Marziou à San Francisco : "Malgré la promesse qui nous avait été faite, il parait certain qu’il y avait à bord au moins une douzaine de passagers qui avait été au bagne et qui étaient capables de tout, et qui, au dire du capitaine, avaient formé le projet d’enlever le navire. A peine à terre ils se sont saoûlés, et dans les querelles qui s’en sont suivies, se sont traités de forçats. Ces faits sont venus à la connaissance du comité de Vigilance et des journalistes et il a fallu tout mettre en ordre pour détruire la mauvaise impression produite53. Effectivement les différentes instances américaines responsables du maintien de l’ordre dans la ville ont accusé le gouvernement français d’envoyer des "convicts". Celui-ci a démenti par la voix du consul qu’il y ait" quelque analogie entre les émigrants de la loterie (...) et ceux que l’Angleterre expédie en Nouvelle Zélande"54. Cette affaire mal conduite du côté français a envenimé localement les relations franco-américaines. Cousin, chef d’expédition de L’Alphonse-Nicolas Cézard, se fait l’écho des plaintes réitérées de la justice américaine : "elle sait maintenant que la lettre du consul pour nier l’envoi de repris de justice manque de sincérité et que chaque navire en amène plus ou moins"55.

  • 56 Sommier judiciaire. APP. A.444, dossier 35, pièces 163 à 176.

51Les protestations n’étaient pas sans fondements ces individus se signalant souvent par des délits graves. Les archives de la société contiennent les extraits de sommier judiciaire de deux douzaines de personnes, hommes et femmes, qui ont voyagé sur Le Courrier de l’Inde et le Sansonnet : quelques uns ont été condamnés antérieurement aux troubles de 48 à des peines de prison légères pour des délits mineurs liés à une mauvaise condition sociale (vols, vagabondages) ; d’autres ont fait l’objet de poursuites pour abandon d’enfants, émission de fausse monnaie, détention d’armes, escroquerie, participation à des associations de malfaiteurs et ont subi des peines plus lourdes, les travaux forcés dans certains cas. L’un d’eux, Joseph Lambert, est un familier des prisons parisiennes réservées aux condamnés politiques56.

  • 57 Lettre du consul, 14 septembre 1850. APP. A.437, dossier XXIII, pièce 26, p. 2.

52Dans une lettre au ministre des affaires étrangères, Drouhyn de Lhyus, le consul Dillon se vante d’avoir rendu "un service (...) à la France en facilitant l’établissement à l’étranger d’éléments dont l’éloignement importait à la métropole"57. On peut penser qu’il désigne à la fois les suspects politiques et ces repris de justice. Cet envoi contribue à la mauvaise réputation des émigrants de la loterie dont la majorité est pourtant formée d’honnêtes travailleurs. La Californie à petite échelle, ressemble à la Louisiane qui au XVIIIème recevait les Manon et les Des Grieux – mais elle était alors terre française –. C’est dans la capitale que cette opération de police est conçue et réalisée. A bien des égards, l’émigration de la loterie, formée de miséreux et de réprouvés, est un étonnant raccourci du Paris populaire de 1848.

GENS DE PARIS ET D’AILLEURS

"Je n’ai pas besoin de vous faire ressortir tout ce que cette opération pourra avoir d’utile et de réellement philanthropique en faisant participer un nombre notable de nos concitoyens dépourvus de ressources aux avantages que l’avenir de la Californie parait leur offrir (...). Il s’agit de cinq mille ouvriers sans ouvrage qui se trouvent maintenant à Paris".
Le préfet de police aux Maires du département de la Seine.

  • 58 Registre de délibérations du Conseil, séance du 6 septembre 1850. APP. A.436, pièce 3, p. 11.

53Le projet d’une société d’émigration patronnée par l’Etat a été d’emblée conçu et organisé à l’intention des habitants de la capitale. La publicité orchestrée par la presse, les affiches, les théâtres incite les candidats à l’émigration gratuite vers la Californie à s’inscrire au siège central de la loterie, au Palais National. Le conseil de surveillance, sous l’influence de Porion, maire d’Amiens, a émis le voeu que quelques places soient officiellement réservées aux départements mais sa proposition a été rejetée58. L’option parisienne de la préfecture et du gouvernement s’explique par leurs intentions politiques.

  • 59 Louis Chevalier, Classes laborieuses, Classes dangereuses, le livre de Poche, Paris, 1978, p. 36., (...)

54Paris est au milieu du XIXème la ville malade où "toutes les misères s’accumulent, s’exaspèrent, se confondent"59, la misère biologique que deux épidémies de choléra ont mise à jour, la misère morale qui fait de la ville le haut lieu du crime dépeint par Eugène Sue, la misère sociale qui se rencontre dans les quartiers populaires du centre et, plus encore, autour des barrières.

  • 60 Lettre d’A. Gibon au préfet de police, 21 avril 1852. APP. A.445, dossier 40, pièce 103, p. 1.
  • 61 Maxime du Camp, cité dans Louis Hautecoeur, Paris de 1715 à nos jours, Paris, F. Nathan, 1972, T. I (...)

55Paris qui dépasse le million d’habitants en 1848 connaît les déséquilibres d’une croissance trop rapide, celui des âges dû à l’afflux de provinciaux adultes qui gonfle les tranches d’âges intermédiaires, celui des sexes très sensible dans les quartiers de garnis où s’entassent les jeune hommes en quête d’un emploi. L’idée que la ville corrompt et fait mal est couramment répandue dans le milieu des notables parisiens chargés de l’administration et des premiers services statistiques. L’un des émigrants de la loterie qui sollicite d’Henriey un passage, attribue tous ses malheurs et ceux de son fils "aux affreuses conditions de l’adversité qui nous accable à Paris, notre ville natale"60. Résumant cette situation, Maxime du Camp écrivait "qu’en 1848, Paris allait devenir inhabitable. Sa population étouffait dans des ruelles putrides, étroites, enchevêtrées où elle était forcément parquée. Tout souffrait de cet état de choses, l’hygiène, la sécurité, la rapidité des communications, la morale publique"61. Un plan de rénovation de tissu urbain est soumis dès 1848, au conseil municipal par Rambutteau. Mais cela suffit-il ? Le rejet de quelques milliers de personnes n’entre-t-il pas dans le projet présidentiel d’assainir la capitale ?

Parisiens, provinciaux de Paris et des départements.

  • 62 Lettre du préfet de police à MMrs les maires du département de la Seine, Op. Cit., p. 13.
  • 63 Martin Nadaud, Mémoires de Léonard, garçon maçon, Paris, Hachette, 1970, pp.166-167.
  • 64 Ces listes de secours se trouvent dans APP. A.444 et A.445.

56Les provinciaux invités à participer par l’achat des billets à "une oeuvre utile et nationale"62 n’en bénéficient pas, du moins directement. L’examen des listes de passagers qui signalent conjointement les lieux de naissance et de résidence laisse apparaître une disparité entre les deux. Si les émigrants sont pour la grande majorité domiciliés à Paris et dans les communes du département de la Seine, ils sont en revanche nés en province : la proportion de parisiens de naissance varie entre le cinquième et le quart des inscrits. Les vieilles dynasties parisiennes d’artisans dont le métier est qualifié, la famille "établie" de longue date dans la ville, l’emploi moins vulnérable aux crises prolongées que celui des nouveaux venus contribue peu à l’émigration de la loterie. Encore faudrait-il pouvoir distinguer parmi ces parisiens ceux qui, très jeunes en 1850, sont nés de parents immigrés. Paris est déjà le rendez-vous des provinces avant même que ne commence le grand exode rural de la deuxième moitié du XIXème. Ces provinciaux sont arrivés entre 1834 et 1846 au temps où "l’industrie privée s’aventurait dans les grandes entreprises"63 et où l’emploi était assuré. D’autres les ont rejoints en 1848, attirés par l’expérience des ateliers nationaux et y sont restés. D’autres encore dont les nourrissons sont nés en province viennent tout juste de s’y établir. Mal intégrés dans un milieu peu accueillant aux nouveaux, sans relations dans la ville, sans métier parfois, ils ont grossi le nombre des miséreux. Venant des départements voisins de la capitale (Seine et Oise, Seine et Marne, Oise) de Normandie et de Flandre, d’Alsace, de Lorraine et de Franche Comté, ils composent un parfait échantillon de l’immigration parisienne en ce milieu du siècle. Les gens du Massif Central, si chers à Balzac, sont encore peu nombreux. C’est la France septentrionale, celle des "cheveux blonds" des romans d’Eugène Sue, celle des écoles multipliées par la loi Guizot qui contribue à l’accroissement de la population de Paris. Les émigrants de la loterie, tout démunis qu’ils soient, n’en savent pas moins remplir le formulaire qui leur est proposé, rédiger des lettres de sollicitation ou signer lisiblement leur nom sur les listes de secours qui leur sont accordés64. Mais l’administration et plus encore le consulat n’entrent pas dans ces distinctions et cette confusion correspond d’ailleurs à la réalité : au milieu du siècle, les provinciaux dispersés dans les quartiers de la capitale perdent assez vite leur identité régionale. Par le nombre de Parisiens qu’elle envoie en Californie, la "Société des Lingots d’Or" se distingue des autres compagnies dont la composition est plus équilibrée.

57Toutefois les navires de la compagnie Marziou emmènent à bord des gens des départements. Certes, il ne s’agit que d’une minorité qui regroupe quelques 320 hommes, femmes et enfants. Leur répartition sur les bateaux n’obéit à aucune règle précise, elle se situe entre quelques unités et deux ou trois dizaines de personnes. Plus de la moitié d’entre eux sont des citadins issus des ports maritimes Le Havre, Nantes, Marseille où la maison Marziou possède une succursale, Rouen, le couple Saint-Malo, Saint-Servan et des ports fluviaux, Orléans, Chalon-sur-Saône, Mâcon.

  • 65 Lettre du consul, 3 décembre 1851. AMAE. SF I : 1849-1851, n° 43.

58La France rurale n’est guère représentée – si l’on se réfère à la résidence et non à la profession – que par une poignée de cultivateurs des provinces maritimes embarqués à bord du Sansonnet, du Cachalot et du Moïse. Le consul qui s’est personnellement engagé auprès du maire de San Francisco à obtenir l’envoi de jeunes paysannes à l’occasion des départs de la loterie, n’a pu tenir sa promesse65. L’information par voie de presse pénétre peu dans la France profonde des villages et des bourgs et les migrations traditionnelles suffisent à maintenir l’équilibre économique qui retient les populations sur place. Les trois cultivateurs de Glaizil d’Alpes qui partent sur le Cachalot font exception. Ce groupe de provinciaux s’insère donc dans un courant d’émigration française essentiellement urbain.

59L’énumération des villes de provenance laisserait croire à une très grande diversité régionale que l’analyse numérique corrige aussitôt. Les deux-tiers des provinciaux appartiennent à la France de l’Ouest, à la Bretagne et à la Normandie où il existe une tradition ancienne d’exode vers l’Amérique : les gens sont habitués aux départs lointains. Les villes jumelles de Saint-Malo et Saint-Sevran envoient une trentaine d’émigrants qui peuvent facilement gagner le Havre, port d’embarquement de quatorze navires sur les dix-sept qu’affrète la compagnie Marziou. Le Havre contribue à lui seul à la moitié des départs des émigrants non parisiens. Dans ce port qui s’est spécialisé dans les relations avec l’Amérique du Nord, il existe une population flottante et instable de marins prêts à participer à l’aventure californienne. Les autres sont des artisans, des journaliers agricoles qui, informés des nouvelles californiennes par les journaux locaux, se laissent tenter par les hauts salaires mentionnés par les dépêches consulaires.

  • 66 Lettre non signée à la maison Marziou au Havre, 16 juillet 1852. APP. A.445, dossier XLIII, pièce 3 (...)
  • 67 Lettre d’Henriey à M. de Bullemont, 12 octobre 1852. APP. A.445, dossier 45, pièce 5, p. 2.

60La maison Marziou peut aussi recruter sur place des passagers pour complèter les convois lorsque les candidats inscrits manquent à l’appel, soit qu’ils aient changé d’avis ou qu’ils n’aient pas été prévenus à temps. Mais l’administration lui rappelle sèchement qu’elle se réserve le choix exclusif des émigrants66. Ses points de vue sont contradictoires puisqu’elle enjoint le représentant du transporteur à se rendre à la mairie du Havre pour obtenir les noms des personnes disposées à partir sur le champ67. Ce recrutement impromptu explique que les noms des résidents des provinces figurent généralement en fin de liste.

Jeunes célibataires et ménages.

  • 68 A. Dumas, Californie, Op. Cit., pp.42-48.

61Les émigrants de la loterie composent un groupe à forte majorité de jeunes hommes célibataires. Les hommes représentent 88 % de l’effectif total. La prédominance de l’élément masculin est liée tout d’abord à l’image de la Californie : elle est toujours associée aux mines c’est à dire à un travail d’homme, à l’aventure commençant par un long périple dont les récits de voyage ne dissimulent pas les dangers68, et à la violence des moeurs. En vain le maire de San Francisco demande-t-il l’envoi de femmes pour stabiliser la population de sa ville, elles répugnent à partir et les compagnies hésitent à les emmener. Cette émigration reflète également le déséquilibre de la démographie parisienne constatée par les auteurs du recensement de 1851. Dans les quartiers pauvres et les barrières du Sud d’où viennent les émigrants, ce sont les hommes qui sont au chômage ; dans les quartiers riches de l’Ouest, les femmes majoritaires trouvent des emplois domestiques. Enfin les choix du gouvernement sont aussi responsables de la disproportion des sexes. Bien que, selon le témoignage de Tocqueville, les femmes aient activement participé à l’insurrection de juin, elles n’entrent pas qu’exceptionnellement dans la catégorie des suspects. L’importance accordée aux membres des formations militaires renforce l’élément masculin.

62Parmi les onze premiers convois, huit d’entre eux sont exclusivement réservés aux hommes : le pourcentage de célibataires est alors très élevé, de 85 % à 95 % sur les navires de tête qui emmènent beaucoup de gardes mobiles et de jeunes chômeurs que l’administration, par souci d’ordre, a voulu expédier en premier. Les cinq derniers bateaux transportent une majorité d’hommes et quelques ménages. Les célibataires forment encore de 70 à 78 % des effectifs. Le célibat des uns est lié à leur jeune âge – les simples soldats de la "Mobile" ont moins de trente ans – celui des autres, militaires ou marins, à leur état de service ou à leur condition incompatible avec le mariage.

  • 69 Lettre de CL Reyre, 19 novembre 1851, pp.2-3.
  • 70 Lettre du Consul, 13 janvier 1851. AMAE. SF II : 1852-1853, n° 51.

63Quatre navires, Le Courrier de l’Inde, l’Oscar, l’indépendance et le Sansonnet ont été affectés aux ménages et aux femmes seules : l’élément féminin est alors prépondérant. Reyre expose les raisons de cette présence féminine dans une lettre au consul : "Vous remarquerez que le Courrier de l’Inde se compose de ménages c’est à dire de femmes d’émigrants accompagnant leur chef de famille déjà en Californie. On a pensé que l’oeuvre ne serait utile et morale qu’autant qu’elle pourrait s’étendre à la famille"69. Outre les convictions de l’auteur, la réunion des époux et des familles offre deux garanties : en facilitant l’adaptation d’éléments dont on souhaite le départ définitif, on prévient leur retour intempestif en France. L’arrivée des ménages est pour le consulat l’espoir" d’une population fixe, honnête, sérieuse" au lieu "d’une multitude nomade et débraillée"70. la présence de femmes au sein de ce groupe d’émigrants ôte tout fondement aux insinuations émises par la gauche selon lesquelles la "Société des Lingots d’Or" réaliserait une "transportation" déguisée. En réalité, les femmes d’insurgés ou de repris de justice participent aux soupçons qui pèsent sur leur mari.

64Ainsi les 468 femmes qui figurent sur les listes de passagers se répartissent-elles en deux grandes catégories. L’une, la plus nombreuse, est formée d’épouses qui vont rejoindre ou accompagnent leur mari, avec les enfants. Le départ anticipé des hommes leur permet de commencer à s’établir avant l’arrivée de la famille. Beaucoup réclament leur femme "avec insistance", lui envoient quelque argent ou signalent leur réussite pour l’encourager à supporter la fatigue du voyage. Les épouses des hommes partis sur Le Malouin, L’Alphonse-Nicolas Cézard et les corvettes de l’Etat quittent la France sur Le Courrier de l’Inde. Mais la séparation des époux est éprouvante pour les femmes et les enfants. Aussi lorsque rien ne s’oppose au départ collectif, les couples préfèrent-ils affronter ensemble les longs mois de traversée et le débarquement sur une terre inconnue. Pour les femmes mariées, l’administration a pris soin de vérifier les actes et contrats de mariage afin d’éviter les fraudes.

65Une seconde catégorie se compose de femmes seules, jeunes filles adultes qui accompagnent leurs parents, mères ou belles-mères veuves, soeurs, tantes, nièces, les combinaisons étant des plus variées. La jeune Dame Sauffrignon épouse d’un capitaine de l’ex-garde mobile parti sur La Capricieuse emmène avec elle sa soeur, la demoiselle Hutin. Les familles se regroupent avant le départ ou comme les Maige et Diacre qui forment à elles seules une véritable colonie, se retrouvent à l’arrivée en Californie. Les femmes célibataires ou veuves qui partent seules sans attache à un émigrant sont peu nombreuses. Encore sont-elles rarement isolées : là deux soeurs ou deux amies qui ont le même métier, là une veuve et ses filles décident d’émigrer ensemble. La Californie attire celles qui, quel que soit leur âge, fort avancé parfois, nourrissent l’espoir de se marier dans un pays où les femmes sont peu nombreuses et où les unions se font vite. Dans des villes qui s’ouvrent à la civilisation, elles entrevoient la chance d’exercer avec profit leur métier.

66Si le célibat est l’état le plus fréquent des hommes, il est par contre exceptionnel chez les femmes, les quatre-cinquièmes d’entre elles étant mariées. Les listes de passagers des navires affectés aux ménages n’indiquant pas la situation matrimoniale, l’appréciation de celle-ci ne peut se faire qu’à partir de deux éléments : la mention en abrégé de "Dme" ou "Delle" devant le nom et l’indication du nom de jeune fille pour les femmes mariées.

  • 71 Ces pourcentages ont été calculés d’après les dossiers APP. A.444 et A.445.

67Les deux groupes s’opposent donc par leur importance et leur état. En revanche, ces adultes de plus de quinze ans71 sont jeunes : ils ont pour la plupart entre 20 et 40 ans. Cette répartition conforme à celle de l’émigration en général, reproduit fidèlement la réalité démographique parisienne du milieu du XIXème siècle.

68Il existe toutefois des variations selon les convois qui appellent plusieurs remarques. Les émigrants des premiers navires, hommes et femmes, sont plus jeunes que ceux des suivants : les hommes âgés de 20 à 30 ans et de 31 à 40 ans forment les trois-quarts des passagers, parfois davantage (93 % sur Le Malouin, 85 % sur L’Alphonse-Nicolas Cézard, et L’Antonio). Les pourcentages féminins, dans les mêmes tranches d’âge, sont semblables (89 % sur Le Courrier de l’Inde et 87 % sur L’Oscar). Les derniers convois à l’exception du Sacramento présentent une composition plus équilibrée due à l’accroissement des très jeunes adultes (15 à 19 ans) et de ceux qui ont dépassé quarante ans (12 à 18 % des passagers). Sur ces navires, 70 % des émigrants appartiennent aux tranches d’âge précitées. Ces nuances s’expliquent par la présence de groupes qui abaissent ou élèvent la moyenne d’âge, le classement de l’administration et, pour les hommes seulement, l’incidence de la situation matrimoniale. Il est possible aussi que les plus jeunes se soient inscrits les premiers dans le feu de l’enthousiasme tandis que leurs aînés mûrissaient leur décision. Les "mobiles" contribuent en partie à la jeunesse des premiers contingents au contraire des militaires de carrière, libérés des régiments d’Afrique qui, nombreux sur La Foi et La Vesta, élèvent l’âge moyen des passagers. Sur les navires des ménages, le pourcentage des hommes mariés âgés de 31 à 40 ans est plus important que celui des 20 à 30 ans.

Gens de métiers et manoeuvres.

69L’Administration a demandé à tous les candidats d’indiquer leur profession. Ils se sont soumis docilement à cette exigence qui n’est parfois qu’une simple formalité. Tous les hommes mentionnent l’exercice d’un métier, seules quelques femmes déclarent être "sans profession". On peut s’interroger sur la valeur de ces renseignements. Quelle expérience les "mobiles" qui ont été enrôlés très jeunes ont-ils réellement ? Les auteurs de lettres qui énumèrent tous les emplois qu’ils ont occupés n’avouent-ils pas implicitement leur instabilité, leur manque de qualification et leurs échecs répétés ? Les soldats qui ont quinze ou vingt années de service connaissent-il le métier qu’ils ont indiqué ? Autant de situations concrètes que la correspondance des émigrants et les listes, malgré leur sècheresse, laissent apparaître en filigrane. Mais pour l’administration, tous ces émigrants sont sans distinction, des "travailleurs".

  • 72 Lettre de Gabriel Ferry de Bellemare, 21 août 1851. APP. A.437, dossier XXII, pièce 13, p. 4.

70La répartition professionnelle des gens des départements est simple : aux marins du Havre se joignent quelques artisans et surtout des paysans, pour la plupart journaliers agricoles. Les hommes et les femmes qui appartiennent aux catégories les plus pauvres du monde rural espèrent trouver en Amérique des terres à cultiver pour leur propre compte. La création d’une colonie agricole n’est pas l’objectif premier de la Société. Mais elle est envisagée comme une heureuse solution de rechange à proposer aux mineurs déçus. Le commissaire à l’émigration, Gabriel Ferry de Bellemare, écrivait à ce propos bien avant l’arrivée des premiers convois d’émigrants : "l’élément français dispersé, dégoûté de la vie d’aventurier peut (...) se réunir au besoin et former un tout compact à l’aide du seul travail qui ne trompe jamais, celui de la terre"72.

71Les Parisiens donnent du Paris de l’artisanat et de la boutique une image pittoresque et vivante. Toutes les activités de la ville qui, au milieu du XIXème s’ouvre à peine à la grande industrie, sont énumérées composant un étonnant "Livre des Métiers" moderne. Toutefois ce sont les professions les plus touchées par la crise conjoncturelle ou les mutations qui sont le plus souvent citées.

  • 73 Lettre du 15 février 1851. AMAE. SF I : 1849-1851, n° 14, p. 3.
  • 74 Dr P. Garnier, Voyage médical en Californie (1851), Paris, 1854, p. 3.
  • 75 Lettre du Consul, 3 mars 1851. AMAE. SF. I : 1849-1851, n° 15, p. 2.

72Deux groupes n’appartiennent pas à ce monde de l’artisanat et du petit commerce parisiens, les professions "à talents" et les domestiques. Ils sont faiblement représentés sur les navires de la société. Médecins, apothicaires, avocats, instituteurs et professeurs, gens de lettres et artistes se comptent à l’unité. Sans doute les professions libérales et artistiques ont-elles subi la crise de 1848, par manque de clientèle ou de commandes. Mais la "Société des Lingots d’Or" s’adresse en premier lieu aux indigents et hésite à accepter les candidatures d’hommes appartenant à des catégories professionnelles dont toutes les dépêches consulaires signalent les difficultés d’insertion dans la société californienne : "les seuls qui soient vraiment à plaindre ici ce sont les gens de lettres, les savants, les architectes, les hommes d’éducation libérale en un mot"73. Le médecin de bord n’est pas inclus dans le dénombrement des passagers mêmes lorsqu’il émigre comme le Dr Gornet du Malouin74 ou le Dr Toubin de l’Oscar. Quelques enseignants s’exilent, encouragés par la présence d’une communauté française qui a besoin d’écoles. Mais titres et talents sont dérisoires dans un pays où n’importe quel guérisseur se fait appeler "Docteur" et où un ancien garde mobile, Fayolle, fonde le premier théâtre français75. Ce sont les artistes sans commande ou de vieux acteurs sans contrat que la société accepte au titre d’émigrants gratuits. Elle envoie comme ultimes passagers deux pensionnaires de la Comédie Française qui arrivent à San Francisco en 1854.

73Un autre groupe, celui des domestiques, est tout aussi minoritaire, mais pour des raisons très différentes. Valets, femmes de chambre, cuisiniers et cochers particuliers jouissent dans les hôtels aristocratiques et bourgeois, d’une sécurité qu’ils ne veulent pas troquer contre l’aventure californienne. Attachés à une famille, ils n’ont pas vécu, pour la plupart, les convulsions politiques de la ville.

74Les émigrants citadins de la loterie sont donc principalement des salariés de l’artisanat et de la boutique ainsi que des manoeuvres ou "gens à tout faire". Mais tandis que les activités masculines sont extrêmement diversifiées, l’éventail des métiers féminins est réduit.

75Près des trois-quarts des femmes travaillent dans les métiers de l’habillement. Couturières et lingères, modistes, giletières, corsetières, passementières, toutes ces "grisettes" subissent depuis 1840 les effets de la concurrence de la confection anglaise qui s’ajoutent aux caprices de la mode. Sous-payées, inégalement occupées suivant la saison, elles se disputent nombreuses, la clientèle parisienne. Les fleuristes et les bouquetières, les humbles blanchisseuses introduisent à San Francisco, des métiers longtemps considérés comme des spécialités françaises.

76Les métiers masculins conservent leur diversité d’antan. Les artisans des métaux, ferblantiers et bronzeurs, ciseleurs et doreurs, coûteliers, et serruriers côtoient les mécaniciens des ateliers récemment installés dans les quartiers nord, en direction de La Chapelle. La cordonnerie domine les métiers du cuir, les tailleurs nombreux sur les derniers bateaux, représentent une profession en pleine crise. Ce sont les menuisiers, des charpentiers des charrons, des tonneliers et non les ébénistes du célèbre "faubourg" que l’on rencontre parmi les artisans du bois. Maçons, peintres, tailleurs de pierres, terrassiers composent le groupe important des ouvriers du bâtiment, en souffrance jusqu’en 1852. Les maçons et les peintres des premiers convois qui ont souvent servi dans la garde mobile, laissent la place ensuite aux simples manoeuvres, terrassiers surtout. Quelques typographes et imprimeurs, lithographes, relieurs et teneurs de livres représentant l’élite parisienne, s’exilent par conviction politique. Ainsi Emile Marque jeune typographe de 25 ans, part sur L’Alphonse-Nicolas Cézard ; il sera l’un des pionniers de la presse française avec Léonard et Denis Albin venus plus tard, sur Le Moïse.

77Aux métiers de l’alimentation à mi-chemin entre l’artisanat et le petit commerce parisiens, se joignent d’humbles marchands ambulants, des colporteurs, gens besogneux et toujours suspects que la perspective d’un voyage lointain n’effraie pas. Enfin, parmi ces "travailleurs sans ouvrage" se pressent les commis, garçons de course, employés, portefaix et hommes de peine qui n’ont aucun mal à laisser une condition médiocre et instable.

  • 76 Lettre du consul Gautier, 20 avril 1858. AMAE. SF. III : 1854-1859, n° 3, p. 3.

78Sur les bâteaux qui transportent les émigrants de la "Société des Lingots d’Or", tous les métiers se côtoient. Mais des nuances dues aux effets inégaux de la reprise qui s’affirme à partir de l’année 1852, existent d’un convoi à l’autre. Il faut certes considérer l’échelonnement des départs, d’octobre 1851 à janvier 1853. Entre temps, les privilégiés de la relance économique, peuvent se raviser tandis que les "oubliés" dont l’avenir reste menacé par une évolution des structures se confortent dans l’idée d’un départ ou décident en dernier ressort d’émigrer. La réalité est moins disparate qu’il n’y parait à première vue. Le dénuement de ces petites gens "ramassées dans les rues, les bouges de la capitale et de quelques villes départementales"76 estompe les différences d’origine, d’âge et de profession.

Résidents des quartiers populaires.

79Les noms des rues, des barrières, des communes de banlieue ressuscitent le Paris populaire à la fois pittoresque et sordide que Napoléon III et le Baron Haussmann vont agrandir et remodeler. Les émigrants de la loterie habitent les quartiers sales, infects, mal aérés, les barrières les plus misérables qui les cernent et les communes proches de la Seine, La Chapelle, Montmartre, Belleville, La Villette au Nord, Montrouge, Ivry, Issy, Bercy au Sud. Sur la rive droite de la Seine, les noms qui reviennent le plus souvent sont ceux du Marais, à l’Ouest de la rue Vieille du Temple, du quartier des Arcis et de l’Hôtel de Ville, le "faubourg" berceau de toutes les émeutes et plus au Nord, les rues Saint-Martin, Saint-Denis, Saint-Honoré, le faubourg Poissonière. Sur la rive gauche, la place Maubert et les ruelles sordides qui l’entourent, la Montagne-Sainte-Geneviève, la rue Mouffetard, le quartier de la Salpétrière et du boulevard de l’Hôpital, les cloaques de la rue de Bièvre et du quartier des mégissiers, le faubourg Saint-Marceau et enfin les barrières méridionales, la barrière d’Italie, la barrière Croulebarbe et la barrière Saint-Jacques où la guillotine a été récemment installée.

  • 77 Honoré de Balzac, La Fille aux yeux d’or, Gallimard, Collection Folio, Paris, 1976, p. 249.

80Cette liste ne saurait être exhausive, elle offre cependant l’intérêt de mieux situer les émigrants socialement. Ce sont les VIIème, VIIIème, IXème et XIIème arrondissements, les plus malsains, qui les libèrent. L’air vicié de la capitale alanguit les constitutions les plus robustes, la fréquentation régulière des cabarets, véritable rite du Lundi sans lequel "le gouvernement (serait) renversé tous les Mardis77 émousse le sens de l’effort. Ces hommes et ces femmes portent les stigmates de la grande ville. Sortant de leurs taudis, ils ne sont pas des mieux préparés à affronter les six mois de traversée qui les séparent de la Californie.

LE VOYAGE DE PARIS A SAN FRANCISCO

"L’intérieur du Magellan a (...) continuellement offert l’aspect d’une nombreuse famille bien unie. Ce résultat (...) est la conséquence de l’accomplissement réciproque de nos obligations : les passagers en observant les règlements du bord, et nous, en ayant pour eux beaucoup de sollicitude qui a constamment eu pour-but de rendre moins pénible à ces pauvres émigrants une traversée de cinq à six mois".
Rapport de mer du Capitaine Cazalis.
10 janvier 1853.

81Le Capitaine Cazalis du Magellan termine en ces termes le Rapport de mer qu’il remet au Consul à son arrivée à San Francisco. Cette paisible entente entre le Capitaine, son équipage et les passagers est assez exceptionnelle. Le consul Patrice Dillon est plutôt habitué aux plaintes des parties, aux récits de voyage ponctués d’incidents, de débarquements forcés dans les ports d’escale d’individus dont la présence menaçait la sécurité de tous. Les voyages de Paris à San Francisco ne se ressemblent pas, ni par leur durée qui dépend de la saison et du déroulement de la vie à bord, ni par leur histoire tissée de menus événements ou de drames comme le relatent de façon inégale les dépêches consulaires, les rapports des Capitaines publiés par la presse française de Californie ou, plus rarement, les lettres du médecin du convoi.

82Les parrains de la "Société des Lingots d’Or" souhaitaient la prompte exécution d’un projet mis sur pieds en quelques semaines. Dès le mois d’octobre 1850 le conseil de surveillance prend contact avec des transporteurs. Puis les démarches sont interrompues et l’ajournement des départs prévus pour novembre entraîne, nous l’avons vu, la démission de deux députés et la déception des inscrits. Les difficultés financières de la loterie, le différend entre Reyre et Langlois, retardent d’autant la réalisation de projet.

  • 78 Registre de délibérations du conseil, 30 mai 1851. APP. A.436, pièce, p. 1.
  • 79 Registre de délibérations du conseil, 17 juin 1851. APP. A.436, pièce 5, p. 36.

83C’est en mai seulement que sur l’insistance du secrétaire général de la police, le conseil lance un appel aux armateurs des grands ports français par l’intermédiaire des chambres de commerce. Le 17 juin, ayant écarté les propositions les plus coûteuses, (1.025 francs par émigrant au maximum), les moins précises et les moins adaptées aux conditions du cahier des charges78, il se prononce en faveur de la compagnie Marziou du Havre qui a accepté les conditions présentées et proposé le forfait global le moins cher de tous, 795 francs par émigrant adulte79. Elle offre aussi l’avantage d’avoir une filiale à San Francisco avec laquelle le consul pourra traiter directement. La soumission définitive est faite le 21 juillet 1851 et acceptée le 23.

les engagements de l’armateur.

  • 80 Cahier des charges présenté aux armateurs. APP. A.444, dossier 34, pièces 14- 15.

84En vertu du cahier des charges80, l’armateur s’engage à transporter les émigrants de Paris à San Francisco, par voie ferrée jusqu’au port en voiture de 3ème classe, puis sur les voiliers français de 400 tonneaux au minimum, par la route du Cap Horn.

85Arrivés au port ; ils doivent être embarqués immédiatement pour éviter les frais de séjour au Havre. Ils seront considérés comme des passagers de seconde classe et logés à l’entrepont. Un encadrement quasi militaire est prévu pour prévenir les désordres : un chef d’expédition ayant sous ses ordres des chefs et sous-chefs d’escouade choisis par la préfecture de police assistera le capitaine dans sa fonction du maintien de l’ordre. Le capitaine peut en cas d’indiscipline grave menaçant la sécurité de tous débarquer les fauteurs de troubles dans un port ayant une légation ou un consulat français.

86Les conditions d’admission à bord, la vie matérielle des passagers, leur sécurité sont réglées dans le menu détail. Ils doivent passer une visite médicale et seront assistés, pendant le voyage, par un médecin qui dispose d’un coffre de médicaments. Leur alimentation se compose de denrées fraîches – pain, boeuf bouilli – et de conserves, salaisons et biscuits servis en alternance. Ils recevront une distribution bihebdomadaire de thé ou de café et la ration journalière de vin et d’eau de vie accordée aux matelots. Du tabac est prévu pour les hommes mais il leur est interdit de fumer ailleurs que sur le pont.

87Le forfait couvre le transport, la prise en charge matérielle pendant le voyage et quinze jours de planche à l’arrivée. Ceux qui voudront se reposer et chercher du travail avant de débarquer pourront être logés et nourris sur le bateau. Par contre les frais engagés par l’armateur pour les fournitures livrées aux passagers avant le départ et la distribution à l’arrivée d’un matelas, d’un paletot de laine, d’un chapeau ciré et d’outils nécessaires au travail dans les mines ainsi que le paiement de la capitation de 5,25$ ou 6$ exigée par les autorités californiennes sont à la charge de l’administration. Il en est de même pour toutes les dépenses imprévues. Le cahier des charges prévoit le paiement échelonné du forfait : un quart au moment de la signature du contrat, la moitié au départ et le quart restant à l’arrivée.

88Ces dispositions ont-elles été efficaces et respectées ? Le transporteur a d’abord exigé une modification des termes du contrat à son profit : les neuf-dixièmes sont versés au départ et le reste à l’arrivée ce qui limite les possibilités de recours du consul en cas de défaillance de la maison Marziou. D’autre part, l’administration qui n’a pas envisagé les départs retardés pour cause de mauvais temps, se voit réclamer par l’armateur les frais de séjour au Havre pour quelques jours, voire quelques heures. Un duel serré s’engage entre le transporteur et la commission de liquidation à propos des dépenses effectuées : l’un qui a proposé un prix relativement bas par rapport à ses concurrents entend bien ne pas rester sans dédommagement pour les frais supplémentaires qu’elle engage, l’autre dont les disponibilités financières sont réduites, évalue au plus juste les dépenses consenties. Réclamations et refus se croisent au fil de relations épistolaires peu courtoises.

  • 81 Lettre du 12 mars 1852. APP. A.444, dossier 35, pièce 46, p. 1.
  • 82 Lettre du commissaire à l’immigration de San Francisco. APP. A.444, dossier 35, pièce 122, p. 1.

89La visite médicale était une sage précaution mais elle impliquait une organisation coûteuse, aussi est-elle abandonnée. On ne trouve sur les listes de passagers qu’une seule mention de refus d’admission pour raison médicale : il s’agit d’un homme scrofuleux qui n’est pas autorisé à embarquer sur l’Adèle. L’état sanitaire des passagers est parfois déplorable comme en témoigne une lettre du transporteur à San Francisco : "Ces passagers auraient dû passer une visite de santé avant d’avoir quitté Paris. A peine partis, il s’en est trouvé une quarantaine atteints de maladies vénériennes et un aussi grand nombre de la gale ; aussi ont-ils exigé des soins supplémentaires"81. L’absence de visite médicale va à l’encontre des dispositions prises par les autorités du port de San Franciscoo, qui, soucieuses de réglementer une immigration jusque là "sauvage", exigent pour chaque bateau un rapport circonstancié du capitaine signalant la présence éventuelle à bord d’infirmes et de malades82.

  • 83 Lettre du légat de France à Rio au ministre des affaires étrangères, 13 janvier 1852. APP. A.444, d (...)

90L’organisation disciplinaire prévue par l’administration pour contrôler les éléments dont elle connaît l’esprit de rébellion, se révèle inadéquate aux conditions d’un voyage maritime. Elle provoque au contraire des incidents que déplore le légat de France à Rio de Janeiro. Il regrette "cette malheureuse création des chefs d’expédition"83 qui entraîne un conflit d’autorité avec le capitaine et la présence de chefs d’escouades "nommés ou soit disant nommés par la préfecture de police" qui, dans les premiers convois chargés de gardes mobiles, s’érigent en meneurs. Effectivement, l’administration qui a choisi les chefs d’escouades sur simple recommandation s’est montrée fort imprudente. Les passagers obéissent plus volontiers à ceux qu’ils connaissent, d’anciens sous officiers de la "mobile", qu’à l’autorité maritime. Cette initiative est d’ailleurs très vite abandonnée.

  • 84 Décret pour réglementer le transport des passagers sur les navires de commerce passant par les trop (...)
  • 85 Ces chiffres sont extraits des dossiers APP. A.444 et A.445.

91Le transport des 4.016 émigrants s’échelonne sur 15 mois, du 11 octobre 1851 au 25 janvier 1853. Le dernier navire, L’Alphonse-Nicolas Cézard, arrive à San Francisco le 15 mai 1853. Le tonnage des navires, les exigences américaines relatives au transport des passagers qui traversent les tropiques84, la rotation des bateaux, expliquent ce décalage. Les dix-sept convois, suivant leur capacité et la composition du contingent prévu par l’administration, emmènent un nombre inégal de passagers gratuits auxquels s’ajoutent des voyageurs payants. Si l’on excepte L’Indépendance (dixième départ) qui ne prend à bord que dix neuf personnes de la loterie, la répartition des émigrants s’établit ainsi : les premiers navires ont moins de 200 passagers (Le Malouin – 146, L’Alphonse-Nicolas Cézard – 170 ; Le Courrier de l’Inde – 30) ; les navires suivants et l’avant dernier plus de 300 (La Foi – 310 ; La Vestia -349 ; Le Lormont 302 ; L’Antonio – 323, et Le Sacramento – 315) ; les autres, un nombre qui varie entre 220 et 26885.

92De même les voyages ne sont-ils pas réguliers. Cinq départs bi-mensuels ont lieu entre lesquels s’intercalent deux départ isolés : Le Malouin et l’Alphonse-Nicolas Cézard en octobre 1851, le Courrier de l’Inde en novembre, La Foi en décembre, LaVesta et Le Lormont en février 1852, L’Antonio et L’Oscar en mars, L’Adèle et L’Indépendance en mai, Le Magellan et Le Sansonnet en juillet. Seuls les cinq derniers convois partent à un mois d’intervalle environ : Le Cachalot en septembre, Le Damblat en octobre, Le Moïse en novembre, Le Sacramento en décembre et L’Alphonse-Nicolas Cézard en janvier 1853. Le rythme des voyages ne tient pas compte des impératifs de la navigation difficiles à harmoniser en raison de la route parcourue. Les navires qui partent en automne et en hiver subissent les effets de l’équinoxe ou des grandes tempêtes de l’Atlantique Nord mais abordent le Cap Horn dans de bonnes conditions. Ceux qui quittent la France au printemps et en été risquent d’affronter les tempêtes rugissantes de l’Atlantique Sud.

  • 86 Lettre du secrétaire d’Etat au départment de police générale d’après une dépêche consulaire, 10 mar (...)

93Malgré l’insistance du consul, les départs ne sont pas davantage prévus en fonction du rythme de travail saisonnier en Californie. Les travaux dans les mines du Nord sont interrompus par la neige ou les pluies de novembre-décembre à mars-avril. Les émigrants qui débarquent à San Francisco en hiver se trouvent dans "un état de détresse alarmant"86. Les avertissements sont vains, la volonté de l’administration de se débarrasser des émigrants au plus vite impose le calendrier des départs.

Les préparatifs d’un voyage.

94L’aventure commence pour la grande majorité d’entre eux sur les quais d’une gare parisienne où ils ont été convoqués par lettre et par les annonces dans la presse. Seuls les premiers passagers du Malouin ont droit à une réception solennelle à la préfecture de police pour compenser un peu la longue attente qu’ils ont subie. Le départ de France se déroule en trois étapes, le voyage de Paris au Havre ou vers un autre port (Nantes et Marseille), les préparatifs à l’embarquement et la mise à voile lorsque le capitaine en donne l’ordre.

95Le parcours de Paris au Havre, en un ou plusieurs convois s’effectue au tout début de la matinée. Au contraire, celui de Paris à Marseille dure cinq à six jours en changeant de moyen de transport : le train jusqu’à Chalon, le bateau à vapeur de Chalon et Avignon avec transbordement à Lyon sur un autre bâtiment, puis le train de nouveau jusqu’à Marseille.

  • 87 Rapport du Consul sur l’arrivée du Sansonnet à San Francisco, 9 février 1853. APP. A.445, dossier 4 (...)

96Quelque soit le port de départ – Le Havre pour quatorze bateaux sur dix-sept –, les représentants de la préfecture de police – Henriey –, et du transporteur – Louis Reynaud –, accueillent les émigrants et procèdent à leur dénombrement. Il permet de constater les désistements et parfois la présence inattendue d’individus non inscrits sur les listes que l’administration fait partir à la dernière minute ou qui se sont glissés parmi les passagers officiels. Les défections de l’ordre de 16 % en moyenne varient d’un convoi à l’autre sans qu’on puisse toujours en percevoir la raison. Le Cachalot a le plus faible pourcentage d’abandons (6,6 %), tandis que Le Courrier de l’Inde n’emmène que 74 % des inscrits. L’Oscar et Le Sansonnet, autres navires réservés aux ménages, n’ont que respectivement 8 et 9 % de manquants. Il apparaît toutefois que les quatre derniers bateaux ont un pourcentage d’abandons nettement supérieur aux précédents. Sans doute est-ce la reprise économique qui, en redonnant du travail à ceux qui en étaient dépourvus, accroît le nombre de défections. C’est la raison la plus fréquemment invoquée par ceux qui ont pris soin de prévenir de leur absence. D’autres ont cédé à des raisons sentimentales, la pression d’une épouse ou d’une mère qui ne veut pas les voir partir. Il en est qui se ravisent alors qu’ils sont déjà en mer : le capitaine du Sansonnet doit débarquer à Brest 25 passagers dont 3 femmes enceintes sur le conseil du médecin, et 22 autres personnes qui refusent de continuer87. Le dénombrement permet d’établir les contrôles nominatifs que le capitaine remettra au consul à l’arrivée.

  • 88 Lettre du Sieur Malissot, coiffeur au Havre, 11 octobre 1851. APP. A.444, dossier 35, pièce 291. p. (...)

97Les départs sont plus improvisés que véritablement organisés. Il faut procéder à une inspection des émigrants afin que les règles élémentaires d’hygiène soient respectées. Et ce n’est pas une mince affaire ! Un coiffeur du Havre décrit l’état de malpropreté des gens qui lui ont été confiés en termes pittoresques : "Je soussigné (...) avoir reçu de Henriey la somme de 60 francs pour avoir rasé, coupé les cheveux, et nettoyé pendant plusieurs jours afin de les mettre en état de propreté convenable, la majeure partie des hommes faisant partie du premier convoi pour la Californie, lesquels étaient dans l’état le plus déplorable du point de vue de la propreté"88. Ce sont de pauvres hères vêtus de haillons qu’Henriey accueille à leur arrivée de bonne heure au port. La distribution de secours est indispensable. Les commerçants du Havre livrent à la maison Marziou une quantité impressionnante de vêtements, linge, chaussures, objets de toilette, habits de femmes et d’enfants, dont la répartition s’échelonne sur plusieurs jours, différent d’autant la mise à voile.

  • 89 Lettre d’Henriey à M. de Bullemont, 28 décembre 1851. APP. A.444, dossier 36, pièce 81, p. 2.
  • 90 Lettre du médecin de bord de l’Adèle à M. de Bullemont, 15 juin 1852. APP. A.445 dossier 40, pièce  (...)

98Dans une lettre à De Bullemont, chef de la comptabilité et secrétaire de la commission de liquidation, Henriey détaille cette tâche ingrate : "J’ai fait laver les individus des pieds jusqu’à la tête (...) et distribuer, selon les besoins, le linge, les chaussures et vêtements en quantité suffisante pour garantir les hommes du froid et les maintenir en état de propreté"89. Toutefois les émigrants ne sont pas tous aussi bien pourvus. Le médecin Dalliez de l’Adèle signale à ce propos : "Les pantalons ont manqué et surtout les souliers car avec ceux achetés à Marseille, il n’y avait à bord que 220 paires pour 252 passagers, il y en a bientôt qui seront nu-pieds, à cause de la mauvaise qualité des souliers"90.

  • 91 Dépenses pour les navires en partance. APP. A.444 et A.445.

99D’après les comptes officiels, l’administration a dépensé pour ces achats une somme qui varie entre 818 francs et 904 francs. Les passagers des derniers convois sont moins bien partagés et surtout ils ne reçoivent aucun recours en espèces91. Les frais de restaurant et d’hôtel, lorsque le temps ne permet pas aux émigrants de loger à bord du bateau pendant le séjour au port, contribuent aussi à vider les caisses de la société.

  • 92 Lettre d’Henriey à M. de Bullemont, 4 mars 1852. APP. A.444, dossier 38, pièce 86, p. 2.

100Les nourritures spirituelles ne sont pas oubliées. L’ultime précaution qui précède le départ est l’assistance à la messe et l’écoute d’un sermon de circonstance. A Marseille, les homme de L’Antonio réunis sur le quai de la Canebière, sont conduits militairement à Notre-Dame de la Garde où des médailles bénies leur sont distribuées pour "les préserver du malheur mais également leur inspirer de bons sentiments"92. Ils continent d’être assistés sur le bateau, par un aumônier qui dit la messe chaque Dimanche et célèbre les fêtes liturgiques.

  • 93 La Patrie, 7 octobre 1851, p. 1.
  • 94 Lettre d’Henriey, 4 février 1852. APP. A.444, dossier 37, pièce 208, p. 1.
  • 95 La Patrie, 78 octobre 1851, p. 1.

101Reste la levée de l’ancre dont la décision revient au seul capitaine. Elle fait souvent l’objet d’un litige lorsque le départ est différé par suite de mauvais temps, entre l’autorité navale et Henriey qui craint un surcroît de dépenses. Un compromis intervient la plupart du temps et le navire quitte le port, dès qu’une éclaircie se produit ou que le vent se calme, sous le regard du maire ou parfois du sous-préfet. Presque tous les navires qui partent en automne ou en hiver sont retardés au départ. La Patrie du 7 octobre signale : "Des vents contraires n’ont point permis encore au Malouin de se mettre en route pour la Californie"93. De même Le Lormont part-il du Havre avec un retard de quatre jours provoqué par "un temps impitoyablement mauvais"94 et un mois plus tard, L’Antonio est retenu à Marseille par un fort mistral. Lorsqu’il a terminé sa mission, Henriey envoie à Paris une dépêche laconique et rassurante qui est publiée dans la presse du lendemain à l’intention des familles. Ainsi peut-on lire dans La Patrie du 12 octobre : Le Malouin est en route ; temps magnifique ; tous bien portants et contents"95. Mais pour les émigrants l’aventure se poursuit dont nul, pas même le capitaine, ne peut prévoir la durée et le déroulement.

Les péripéties d’une traversée.

102La vie à bord est faite d’événements qui se répètent chaque jour comme les trois repas et la prière du soir ; d’incidents personnels, – une querelle avec un compagnon de voyage, – une maladie, – une naissance d’imprévus, parfois de véritables drames, vécus dans la solidarité avec l’équipage ou au contraire dans la haine lorsque surgit un conflit exaspéré par le sentiment de claustration qui s’installe vite chez les passagers. C’est l’événement exceptionnel lié à la navigation ou à la vie des passagers que consigne le capitaine dans son rapport de mer ou le médecin dans son journal de bord.

  • 96 D’après APP. A.443 et A.444 et A.445.

103Tous ces navires arrivent à bon port après une traversée fort inégale en durée – 118 jours à 193 jours –96. Certes les navires qui partent en France au printemps ou en été doublent le Cap Horn au moment des grandes tempêtes et mettent près de six mois ou davantage pour rallier San Francisco.

  • 97 Lettre du consul au ministre des affaires étrangères, 28 février 1852. APP. A.444, dossier 35, pièc (...)

104La saison et les imprévus de la navigation ne sont pas, dans la majeure partie des cas, les seuls responsables de leur retard. L’expérience du capitaine, son autorité sur l’équipage, sa fermeté et son tact vis-à-vis des passagers, décident souvent de la bonne marche du navire. On peut sans hésitation attribuer aux qualités du capitaine Le Bozec les records de vitesse de L’Alphonse-Nicolas Cézard. Parti la première fois quelques jours après le Malouin, il arrive deux mois avant lui à San Francisco en amenant "169 passagers en bonne santé"97. Le voyage à duré 122 jours, sans escale. La seconde fois, il entre dans la rade avec la totalité de ses passagers après 118 jours de mer.

  • 98 Lettre du légat de France à Rio, 13 décembre 1851. APP. A.444, dossier 35, pièce 44, p. 2.
  • 99 Lettre du ministre de la police, 22 avril 1853. APP. A.445, dossier 43, pièce 46, p. 1.

105Au contraire le consul informé des troubles graves qui se sont passés sur Le Malouin les impute au manque de caractère du capitaine Daniel qui, par crainte d’un complot, a failli abandonner son bateau à l’escale de Rio98. De même la faiblesse ou l’inconduite des officiers est-elle en cause. Le second et le lieutenant du Sansonnet ont toléré ou partagé des "scènes de débauche et les actes de la plus honteuse immoralité (qui se) produisaient chaque jour"99. L’entente entre le capitaine et le chef d’expédition des premiers convois est aussi primordiale. Tandis que Cousin seconde avec efficacité le capitaine Le Bozec sur l’Alphonse-Nicolas Cézard, De Preaud, chef d’expédition du Courrier de l’Inde, se heurte au capitaine De Beauveau, perturbant la vie des passagers. La mentalité de ceux-ci peut influer sur le bien-être de tous les émigrants du Magellan considérèrent leur capitaine comme un père de famille alors que les jeunes hommes des premiers convois voyaient en lui un chef contraignant.

  • 100 Lettre du médecin de bord de L’Adèle, 14 mai 1852. APP. A.445, dossier 40, pièce 9, p. 2.

106Les risques au départ sont communs à tous les émigrants. Ce sont d’abord la lassitude, la démoralisation qui guettent des hommes et des femmes mal préparés à la longueur du voyage, peu enclins à respecter les consignes impératives de sécurité, découragés par la monotonie des jours qui se rassemblent. La seule détente est la promenade sur le pont lorsque le temps l’autorise, les distractions consistent en jeux d’échecs ou de dominos, en concerts et chants improvisés, parfois en cours de langue anglaise et espagnole sur l’initiative de quelques uns100.

107La tentation est grande alors d’exiger une escale pour satisfaire le besoin de changement et l’esprit de curiosité. Mais elle comporte bien des écueils, la dispersion voire l’égarement des passagers descendus à terre, l’abandon précipité du voyage sur l’illusion de trouver sur place un emploi, la contagion d’une maladie épidémique. Le Capitaine Le Bozec l’a bien compris qui effectue ses deux voyages en droiture malgré les demandes des hommes.

  • 101 Procès verbal des débarquements volontaires à Rio de 109 passagers de l’Oscar. APP. A.444, dossier  (...)

108Le capitaine Cazalis du Magellan part avec la ferme intention de ne pas relâcher, sauf en cas de force majeure. L’expérience montre que c’est là un point de vue sage qui assure à tous un voyage plus rapide, dans de meilleurs conditions. L’Adèle contraint de s’arrêter à Rio pour une réparation urgente subit les effets récurrents de l’épidémie de fièvre jaune. Le capitaine de La Foi obligé de faire escale dans le port brésilien pour remplacer des vivres avariées a toutes les peines du monde à récupérer 172 passagers sur 310, le lendemain du jour du départ prévu. L’Oscar laisse à Rio 109 de ses passagers qui invoquent une raison de santé ou le désir d’exercer leur profession pour ne pas remonter à bord101. La lassitude du voyage et l’attrait des ports d’escale se conjuguent, entraînant des abandons hâtifs. Ces pays d’Amérique du Sud, l’Uruguay, le Chili sont parés du prestige de leur jeune liberté et de leur rapide essor économique. Valparaison, principal port d’escale des navires qui se rendent en Californie, connait au milieu du siècle une intense activité maritime. C’est aussi un grand marché de denrées agricoles qui approvisionne la Californie, à ses débuts. Mais les rêves s’évanouissent rapidement et certains émigrants imprudents qui ont voulu débarquer attendent avec impatience le bateau suivant pour reprendre leur voyage.

  • 102 Lettre du médecin de L’Adèle à M. de Bullemont, 15 juin 1852. APP. A.445, dossier 40, pièce 1., p.  (...)
  • 103 Lettre de L. Reynaud à M. de Bullemont, 16 août 1852. APP. A.445, dossier 43, pièce 42, p. 1.
  • 104 Lettre de L. Reynaud à Cl. Reyre, 28 octobre 1851. APP. A.444, dossier 35, pièce 148, p. 1.
  • 105 Lettre de M. Cousin à Cl. Reyre, 31 juillet 1852. APP. A.437, dossier XVI, pièce 81, p. 2.

109Un autre risque commun à tous les convois est la fréquence des malaises due à l’état de la mer, à la qualité défectueuse des aliments et à des maladies non signalées au départ. Dalliez, médecin de L’Adèle qui écrit régulièrement au préfet dans l’espoir de recevoir une gratification, mentionne l’existence" d’indispositions fréquentes (qui) lui donnent beaucoup de travail"102. Parfois, la présence de contagieux à bord est une menace pour tous : "Il y a (...) des galeux, des vénériens, des enfants qui ont la rougeole"103 déplore Louis Reynaud au départ du Sansonnet sans pourvoir empêcher leur embarquement. Le docteur Toubin a la délicate mission de s’occuper de nombreuses femmes enceintes, parmi les passagères de L’Oscar et de cinquante sept enfants pour lesquels il a fallu prévoir du lait en conserve, des farines, bouillons, pruneaux et raisins secs104. La médiocrité des vivres provoque des intolérances digestives. Les denrées fraîches s’épuisent vite et, devant la menace du scorbut que tous les navires connaissent au XIXème, les capitaines prévoient des escales qui permettent de se ravitailler en produits frais. Dalliez remarque que "les vivres sont en quantité mais que la maison Marziou a économisé sur la qualité" et les passagers de La Vesta créent une commission de sept membres pour veiller à une meilleure distribution des repas105.

  • 106 Lettre du médecin de L’Adèle à M. de Bullemont, 21 juillet 1852. APP. A.445, dossier 40, pièce 60, (...)

110La situation devient très critique lorsque la fièvre jaune, fléau des pays tropicaux, atteint un bateau. L’Antonio doit débarquer 60 passagers dont 37 succombent à Rio et L’Adèle qui fait une longue escale forcée dans le port n’échappe pas à la contagion évoquée par son médecin : "la fièvre jaune s’est déclarée à bord : quatre hommes de l’équipage ont abandonné le navire, trois sont malades, quatre passagers sont morts (...) beaucoup se démoralisent"106. Pourtant les pertes en vies humaines sont relativement limitées l’on ne déplore qu’une quarantaine de victimes, parmi les sujets les plus fragiles. Ces maladies achèvent d’ébranler les passagers nerveusement fatiguées par les caprices de la mer.

  • 107 Lettre du médecin de l’Adèle, 15 juin 1852. APP. A.445, dossier 40, pièce 1, p. 1.

111La route maritime réserve une succession de tempêtes, de pluies torrentielles et de calmes. Seuls les vents alizés, dans la zone tropicale, permettent aux navires de progresser régulièrement. Si les tempêtes effraient, les calmes qui immobilisent le bateau pendant une durée indéfinie sont plus éprouvants encore. Au 37ème jour du voyage de L’Adèle le médecin, remarquant l’effet démoralisateur de ceux-ci écrit : "Nous sommes dans cette partie de l’océan que l’on nomme "le pot au noir" à cause des calmes et des raffales de pluie qui se succèdent presque sans cesser"107. Ces épreuves et les récits que font les matelots du pasage tumultueux du Cap Horn accroissent le nombre de demandes de débarquements volontaires à Rio. Seule la bienveillance du capitaine et le dévouement du médecin peuvent avoir raison des paniques ou du découragement.

  • 108 Lettre du Marziou (San Francisco) à Marziou (Paris), 13 mars 1852. APP. A.444, dossier 35, pièce 46 (...)
  • 109 Lettre du légat de France au Brésil au ministre des affaires étrangères, 13 décembre 1851. APP. A.4 (...)
  • 110 Lettre du médecin de l’Adèle, 12 juillet 1852. APP. A.445, dossier 40, pièce 1, p. 3.

112Mais c’est l’insubordination qui est la cause principale des désordres, des arrêts forcés et des retards qui en résultent. La présence d’individus qui s’érigent en meneurs, le partage de l’autorité sur les premiers bateaux, la promiscuité des sexes et les distributions généreuses d’alcool pour pallier la rareté de l’eau potable sont autant de facteurs de désordres. Ils vont de la simple rixe née d’une saoûlerie aux troubles graves qui compromettent la sécurité de tous. Tous les convois mêlent, selon des proportions variées, une majorité de braves gens à quelques mauvais sujets qui sèment l’esprit de rébellion. Le capitaine réussit parfois par des menaces et des mesures à les neutraliser : ainsi le capitaine Le Bozec a-t-il rapidement fait cesser le trafic clandestin d’alcool qui s’était organisé en promettant aux vendeurs sobres, le versement à l’arrivée d’une somme correspondante au bénéfice escompté !108 La plupart du temps, les sanctions s’imposent. C’est le débarquement dans un port d’escale où se trouve un poste consulaire français. Rares sont les bateaux qui ne "sèment" pas quelques rebelles impénitents ou forcenés, parfois même tout un groupe. Le capitaine Daniel confie à De Lisle, légat de France à Rio, 61 hommes qui selon lui, ont fomenté un complot109. Le Sansonnet laisse à Brest deux individus dangereux et en débarque six autres à Rio qui sont mis aux fers à bord d’un batiment français ou en prison. On comprend l’irritation du diplomate contre les expéditions de la loterie qui ne lui causent que des soucis110.

113Ainsi les traversées calmes sont-elles l’exception. L’Alphonse-Nicolas Cézard par deux fois et Le Magellan, en dépit de treize jours de calme pour ce dernier, ont une route paisible. Le Malouin, Le Courrier de l’Inde et Le Sansonnet font un parcours mouvementé et long. L’Adèle cumule toutes les infortunes : les calmes désespérants du Golfe du Lion, les tempêtes par deux fois au large des côtes espagnoles, l’insubordination d’une poignée d’hommes, la panne technique due au non respect des consignes qui oblige le bateau à faire une relâche forcée de dix-sept jours à Rio, la fièvre jaune heureusement limitée à un petit nombre de passagers et enfin, un passage difficile du Cap Horn à la mauvaise saison. Il met plus de six mois pour atteindre San Francisco.

114Quels que soient le bateau et la saison, l’arrivée en Californie est une délivrance pour tous les passagers. Les uns sont impatients de débarquer, les autres comme les hommes du Malouin découragés par la mauvaise ambiance à bord, tous également fatigués.

115A l’approche de San Francisco, les émigrants entrent dans la baie par les soins d’un pilote qui, évitant les courants, les conduit à bon port. Des chaloupes, contrariées en hiver par l’état de la mer, le vent ou le brouillard, viennent chercher les passagers qui sont accueillis par le représentant local du transporteur et un agent au consulat.

116Dans le rapport précis qu’il adresse à Paris, le consul mentionne le nombre des arrivants, celui des émigrants débarqués en route volontairement ou non, les pertes à déplorer et les naissances survenues à bord. Sur dix-sept navires, trois amènent la totalité de leurs passages, L’Alphonse-Nicolas Cézard par deux fois et, Le Sacramento ; quatre autres n’enregistrent que des défections minimes : La Vesta, Le Magellan, Le Moïse et Le Damblat. Six bateaux dont la route a été perturbée ont laissé 15 à 30 % de leur monde : il s’agit du Courrier de l’Inde, du Lormont, de L’Antonio, de L’Adèle, du Sansonnet, et du Cachalot. Quatre convois enfin ont perdu plus de 40 % de leurs passagers : Le Malouin, La Foi, l’Oscar, et l’indépendance. La majeure partie des manquants est restée à Rio, à Valparaiso, plus rarement à Montevideo encore troublée par l’indépendance.

  • 111 Lettre du consul de France à San Francisco au préfet de polide, 14 septembre 1853. APP. A.437, doss (...)

117Le nombre total des émigrants portés sur les registres consulaires est de 3.293, tandis que les certificats envoyés par l’intermédiaire de la maison Marziou ne mentionnent que 3.286 personnes, différence minime que le diplomate attribue à l’absence de contrôles nominatifs pour les derniers convois, et aux erreurs qui ont pu se glisser111.

  • 112 Lettre des passagers du Magellan au capitaine Cazalis, 10 janvier 1853. L’Echo du Pacifique, janvie (...)

118Le capitaine et son équipage se séparent alors de tous ceux qui souhaitent descendre immédiatement à terre. Les uns le font avec soulagement, les autres avec regret. Les passagers du Magellan écrivent au capitaine Cazalis une lettre touchante de remerciements affirmant que la joie d’être arrivés en Californie "n’est diminuée que par le regret d’être privés désormais de (sa) bienveillante sollicitude"112.

119Les émigrants de la loterie, habitués à être pris en charge depuis Paris, attendent maintenant les secours du consul. Il doit veiller à ce que l’oeuvre se poursuive dans les meilleures conditions. C’est une exigence dont les administrateurs parisiens ne peuvent mesurer toute la lourdeur.

LES DESTINEES DES EMIGRANTS DEBRAILLES

"Les émigrants qui arrivaient en 1850 avaient à peu près tous quelques moyens ; ceux de la Loterie des Lingots d’or, dépourvus de ressources, souvent de fierté et de courage, sont à la charge du Consulat auquel ils demandent des secours et du travail".
Lettre de Patrice Dillon, 1er janvier 1853.

  • 113 Lettre du secrétaire général de la police au préfet de police, 14 juin 18 53. APP. A.437, dossier X (...)

120Patrice Dillon est chargé d’accueillir et de secourir les milliers de Français jetés par la loterie sur les rivages californiens. Excédé par les exigences de 168 l’administration qui pourtant n’accorde ni le personnel ni les subsides nécessaires à la poursuite de l’oeuvre, assailli de demandes de secours et de plaintes qui émanent des autorités californiennes, partagé entre le souci de défendre le prestige national et la crainte d’être désavoué par Paris, le consul porte un jugement passionnel, d’une sévérité excessive, sur ces hommes et ces femmes confondus sous l’étiquette railleuse "d’émigrants de la Loterie des lingots d’Or". Il le fait d’autant plus volontiers qu’il cherche légitimement à faire apprécier un service exceptionnel par rapport à la mission habituelle des représentants diplomatiques et que la commission de liquidation ne tient pas les promesses du conseil de surveillance. Le consul qui ne peut quitter son poste devait être secondé par un commissaire spécial à l’émigration. Il a été choisi avec soin et a rejoint son poste. Mais Gabriel Ferry de Bellemare a péri dans l’incendie du navire "Amazone" à Rio et il n’a pas été remplacé113. Il s’ensuit une correspondance assez sèche entre Dillon, le Ministre des affaires étrangères qui défend ses diplomates et les membres de la commission de liquidation qui les soupçonne d’exagération et parfois, de malhonneteté.

  • 114 Lettre du consul au ministre des affaires étrangères, 28 septembre 1952. APP. A.437, dossier XXIII, (...)

121Pourtant si la réputation de "cette avalanche d’émigrants débraillés"114 est mauvaise, le consul ne manque pas de signaler les succès qui parviennent à sa connaissance. Il fait en effet distinguer de ce groupe ceux qui ont su abandonner l’espoir d’une fortune acquise rapidement et sans efforts, se séparer à temps des éléments instables et rebelles, quitter les habitudes pernicieuses contractées dans le Paris de 1848, s’habituer à leur nouvelle patrie en apprenant sa langue et saisir la chance la mieux adaptée à leurs possibilités. La Californie a été en quelque sorte le vrai révélateur de qualités et d’aptitudes qui n’avaient pu s’épanouir dans la capitale.

Les handicaps d’une course à la fortune

122Certes pour la majorité, les premiers pas en Californie sont difficiles, n’apportant pas la réalisation des rêves caressés au cours de l’attente d’un départ et des cinq ou six mois de voyage. Les émigrants de la loterie partent dans cette course à la réussite à laquelle participent des milliers d’autres personnes, avec de sérieux handicaps. Les uns tiennent à leur provenance, leur passé et leur pauvreté, les autres aux défaillances et à l’irresponsabilité de l’Etat qui les a envoyés.

  • 115 Lettre du vice consul Guy, 30 avril 1850. AMAE. SF I : 1840-1851, p. 2.
  • 116 G. de Molinari, Article sur la Californie in La Patrie, 18 octobre 1851, p. 1.
  • 117 Lettre du consul, 30 avril 1852. N° 60, p. 24. AMAE. SF II : 1852-1853.

123L’arrivée tardive est le premier obstacle à une adaptation facile. A cet égard, les gardes mobiles débarqués en novembre 1850 étaient mieux partagés que leurs suivants. Ils trouvaient une contrée dans laquelle l’élément français évalué à 25.000 personnes réparties entre les centres miniers et San Francisco115, figurait au second rang des nationalités après les Américains, où la langue française était d’usage courant. La Californie n’étant alors qu’une "immense manufacture d’or"116, dépendant de l’extérieur pour son approvisionnement en denrées alimentaires et en produits manufacturés, les talents artisanaux et les vocations agricoles trouvaient facilement à s’employer. Quant aux mineurs de cette première phase du "Gold Rush", il leur suffisait de quelques outils rudimentaires ou d’un tamis pour exploiter les gisements superficiels et ramasser des pépites dans les eaux des rivières. Le mineur pouvait travailler isolément et, avec de la persévérance, il "obtenait aisément une moyenne de 80 francs par jour"117. Les Français les plus ingénieux avaient crée de petites entreprises de transport pour amener leurs concitoyens de San Francisco aux placers. Les "mobiles" venus sur les corvettes de l’Etat, ont connu ce temps-là et contribué au peuplement des bourgades minières du Sud. Cette "belle époque" est en 1852-1853, en partie révolue.

  • 118 Rapport consulaire, 15 mars 1853. N° 30. AMAE. SF II : 1852-1853.

124Dans une population qui s’accroît rapidement – le recensement de 1852 donne le chiffre de 308.507 habitants contre 120.000 évalués en 1850118 – les français sont submergés par les Américains des Etats de l’Est venus par la route de Panama ou les grandes plaines et des étrangers, Australiens, Irlandais, gens d’Amérique du Sud, Mexicains, Péruviens, Chiliens. La concurrence, tant dans les mines qu’à San Francisco, devient plus rude et la coexistence entre ces émigrants de langues et de moeurs si différents, plus délicate. Depuis 1850, le gouvernement californien soucieux de favoriser l’élément anglo-saxon perçoit une taxe de 20$ par mois sur les étrangers, contre la remise d’une licence indispensable à l’exploitation individuelle de l’or. Cette mesure à caractère discriminatoire provoque un vif mécontentement chez les mineurs étrangers qui aboutit à des émeutes dans le comté de Mariposa, en juin 1851, que les autorités locales sont, comme à l’ordinaire, impuissantes à réprimer. Les Français entrent en compétition avec les Américains qui ont du travail et de la réussite, une conception moins individualiste, plus austère et contraignante.

  • 119 Lettre du consul à Cl. Reyre, 10 mars 1852. APP. A.437, dossier XXIII, pièce 83, p. 1.
  • 120 Lettre du consul, 30 avril 1852. N° 61, p. 31, AMAE. SF II : 1852-1853.

125Mais surtout l’exploitation minière a évolué. Les dépôts aurifères superficiels ne rapportent plus autant et l’or des rivières activement recherché pendant trois ans se fait plus rare. L’avenir est à la prospection des riches gisements aurifères logés dans les roches de quartz qui exigent une véritable artillerie industrielle et un vaste déploiement des capitaux. Dans les montagnes du Nevada, au nord de San Francisco, le long de la Feather’s river et de la Yuba, des société capitalistes américaines les exploitent à l’aide de machines mues à la vapeur ou à la force hydraulique et d’importantes équipes de travailleurs salariés. Le mineur isolé qui continue de rechercher l’or selon les moyens traditionnels ne gagne plus que 20 à 25 francs par jour. C’est pourquoi le consul écrit en mars 1852, à l’époque où les premiers émigrants de la loterie arrivent que "les chances, dans les placers sont variables"119 et dans une dépêche suivante" que la situation des Français dans les mines ne s’améliore pas"120. L’évolution du travail dans les mines entraîne un reflux vers San Francisco et les zones agricoles.

  • 121 Lettre du consul à Cl. Reyre, 10 mars 1852. Op.cit., p. 2.
  • 122 Ibid., p. 2.
  • 123 Lettre du consul, 30 avril 1852. Op.cit., p. 31.

126Le temps n’est plus où la Californie dépendait totalement de l’extérieur pour son approvisionnement, elle produit une partie des biens consommés. De petits ateliers se sont organisés à San Francisco, les salaires sont élevés, de 20 à 25 francs par jour au minimum, mais les prix en rapport avec eux, sont douze fois supérieurs à ceux de la France121. Des Français déçus par les mines se sont souvenus qu’ils étaient autrefois charpentiers, forgerons, tailleurs, cordonniers et ont su profiter de cet essor industriel. Certains d’entre eux sont bien établis à San Francisco et dans les villes minières122. Pour les nouveaux venus, la concurrence est plus dure et, s’il y a touours du travail, la recherche d’un emploi nécessite du temps et de l’argent. L’agriculture et le jardinage ont attiré d’autres Français dans la plaine qui s’étend de San Francisco à San José autour de la baie où bon nombre d’entre eux possèdent du terrain123. Mais le travail de la terre ne convient guère au citadin et n’est pas d’un rapport immédiat.

  • 124 Rapport de M. de Saint Amant au consul sur les mines du Nord, juin 1852. AMAE. SF II : 1852-1853.
  • 125 H. Ferry, Description nouvelle de la Californie, Paris, 1850, in 16°, 386 p.

127La scène californienne a changé et elle continue d’évoluer au cours de l’année 1852 et au début de 1853. Cette extrême mobilité avantage l’homme qui sait s’adapter, ne s’abondonne pas au découragement et possède" quelques capitaux, de l’ardeur au travail et une bonne santé"124. Ces atouts, les émigrants de la loterie les réunissent rarement. Bien entendu cette "nouvelle donne" californienne n’était pas ignorée en France. Quelques semaines avec le départ du Malouin, Amédée Rebattu, l’un des rédacteurs de La Patrie, suggérait que l’on destine les fonds de la loterie à l’Algérie plutôt qu’à la Californie. C’était l’époque où le scandale de la gestion de Langlois était sur toutes les lèvres et où les journaux se perdaient en conjectures sur l’emploi de la somme recueillie. La destination initiale est maintenuue mais l’administration n’essaie pas de pallier les difficultés futures des émigrants en leur donnant une bonne information sur le pays qu’ils allaient devoir connaître, son climat, ses localités, ses moeurs. Le conseil de surveillance avait prévu de distribuer à chaque groupe de cinq émigrants un livret descriptif qui puisse les renseigner utilement. Le ministre de l’intérieur Baroche, avait proposé l’un des meilleurs ouvrages récemment publié sur la Californie, un guide illustré d’Hippolyte Ferry, la Description nouvelle de la Californie 125. Mais cette initiative a été abandonnée, toujours faute d’argent, et les émigrants arrivent là-bas en ignorant tout du pays.

  • 126 Lettre du ministre des affaires étrangères au ministre de police générale, 3 février 1853. APP. A.4 (...)

128Quant aux outils qui leur sont distribués, une pelle, une pioche et un marteau, ils ont été prévus en octobre 1850, lors de la première soumission d’un cahier des charges aux armateurs. Deux ans plus tard, ils sont tout à fait inadaptés à un travail fructueux dans les mines. Enfin, la somme mise à la disposition du consulat pour l’aide des émigrants est dérisoire : elle doit permettre de payer le transport vers les placers et de dispenser les secours les plus urgents. Avec cent francs par personne, il est impossible d’équiper les futurs mineurs d’un matériel plus utile. Encore le consul doit-il protester avec vigueur contre l’intention de la commission de liquidation d’abandonner les émigrants à leur sort à leur arrivée à San Francisco. Le ministère des affaires étrangères, instruit de cette menace, écrit au préfet de police Pietri, la lettre suivante : "il est impossible qu’on puisse jeter sur un rivage étranger des masses plus ou moins considérables de Français sans leur avoir à l’avance garanti la nourriture et l’abri jusqu’à ce qu’ils aient trouvé à s’employer d’une manière convenable"126.

  • 127 Lettre du capitaine du Sacramento au consul de France, 2 juin 1853. APP. A.437, dossier XXIII, pièc (...)
  • 128 Lettre du consul à Cl. Reyre, 10 mars 1852. Op.cit., p. 6.

129Outre l’handicap d’une arrivée tardive, les émigrants de la loterie ont également celui de la pauvreté. "Je m’empresse de vous informer (...) que la position financière de la presque totalité de ces émigrants, est vraiment déplorable et que je n’en connais pas dix qui aient une piastre à leur disposition" confie à Patrice Dillon, le capitaine du Sacramento 127. La pauvreté collective qui ne souffre guère d’exception quel que soit le bateau, désigne ces malheureux à la risée des autres Français qui ont pu venir à leurs propres frais et au mépris des autorités américaines. Nul doute que le débarquement de ces hordes déguenillées – les pauvres vêtements distribués au départ s’étant élimés au cours du voyage – "n’excite la curiosité" selon les propos d’un consul visiblement agacé128. Les avances en argent consenties aux hommes des premiers convois ont été dépensées en beuveries dans les ports d’escale. Quant aux suivants, ils n’ont rien reçu ou presque et manquent des choses les plus élémentaires à l’existence. Les dépenses du consulat sont en partie consacrées à l’achat de vêtements. Le dénuement extrême des émigrants suscite chez Dillon des sentiments mêlés : la pitié et la défense de l’honneur national l’amènent à accorder des aides et à intervenir auprès de la société de bienfaisance mutuelle et de l’hôpital français pour qu’ils offrent le gîte et le couvert aux plus nécessiteux ; la crainte souvent justifiée que ces malheureux ne se livrent à des désordres l’incline à expédier hors de la ville, vers les mines, tous ceux qui désirent s’y rendre immédiatement. La misère accroît les difficultés d’adaptation.

  • 129 Ibid., p. 6.
  • 130 Lettre du ministre de la police générale au préfet de police, 10 mars 1853. APP. A.437, dossier XXI (...)
  • 131 Lettre du consul au ministre des affaires étrangères, 15 mai 1852. APP. A.444, dossier 36, pièce 79 (...)

130Elle est plus dramatique encore en mauvaise saison quand, les travaux étant interrompus dans les mines du Nord et ralentis dans les mines du Sud, les mineurs refluent vers San Francisco. Alors tandis que les affaires stagnent, la cherté de la vie augmente et l’emploi se fait rare. Une fois les quinze jours de planche terminés, les nouveaux venus sont condamnés à errer dans les rues de la ville à la merci de toutes les tentations. Les passagers de L’Alphonse-Nicolas Cézard, obligés de passer la nuit en ville à cause de l’état de la mer qui empêchait les chaloupes de venir les chercher, se sont livrés à "quelques désordres, résultats ordinaires de l’ivresse (qui) ont valu à leurs auteurs quelques jours de prison"129. De novembre 1852 à mars 1853 L’Adèle, L’Indépendance, Le Magellan, Le Cachalot, Le Damblat successivement, débarquent des centaines d’hommes et de femmes qui sont pour le consul "l’occasion d’embarras fâcheux et de dépenses indispensables pour prévenir les nouveaux débarqués des privations et des souffrances auxquelles les exposent l’intempérie de la saison et la suspension des travaux dans les mines"130. Par contre dès que la saison l’autorise, les émigrants sont dépêchés vers les mines. Arrivés le 28 février, 89 des hommes de L’Alphonse-Nicolas Cézard sont envoyés le 4 mars vers Sacramento et Marysville, munis de cartes de transport achetées par le chancelier Daugny. Dillon explique la raison de ces départs précipités à l’occasion de la réception des passagers de La Foi : "Je ferai pour ces derniers comme pour leurs devanciers. Je les acheminerai au plus vite vers les placers afin de les éloigner d’une ville où leur passage manque rarement d’être signalé par des désordres"131.

  • 132 Lettre de M. Cousin au commissaire du gouvernement, 31 juillet 1852. APP. A.437, dossier XVI, pièce (...)

131Ceux qui arrivent à la belle saison ne sont pas mieux partagés. Pressés de gagner un peu d’argent, nourris de l’illusion fallacieuse d’être riches en quelques semaines, beaucoup se précipitent vers les mines sans prendre la précaution de se reposer en restant quelques jours à bord du bateau. La maison Marziou ne les retient d’ailleurs pas : son intérêt est de donner à tous ceux qui le souhaitent une somme forfaitaire bien inférieure à celle qu’entraîne les quinze jours de planche. Le consul très complaisant à son égard se garde bien de lui rappeler les engagements précis du cahier des charges. Ainsi existe-t-il entre eux une complicité que dénonce Louis Cousin, l’un des meilleurs chefs d’expédition que l’administration ait choisi ; il le déplore dans l’une de ses lettres, écrite peu de temps après l’arrivée de La Vesta et du Lormont, en juillet 1852 : "La grande majorité des émigrants s’est aussi tôt dirigée vers les mines du Nord et du Sud. Malheureusement, à cette époque de la saison, la chaleur est très forte et l’on m’assure que trois hommes sont morts en route, dans les plaines du Sacramento, exténués par la chaleur et la fatigue. Mon opinion est que l’autorité consulaire devait suivre en tous points le cahier des charges et laisser ces hommes se reposer, les quinze jours qui leur sont alloués"132. Plusieurs centaines de kilomètres séparent en effet San Francisco des centres miniers et le voyage en bateau à vapeur puis à dos de mulet est une épreuve supplémentaire aux fatigues déjà subies. La forte chaleur qui règne l’été à l’intérieur, dès que l’on s’éloigne de la baie de San Francisco parcourue par des brises fraîches, les fièvres et le dur labeur de mineur ont vite raison des constitutions les plus fragiles. Mais les sages conseils de Cousin ne sont pas écoutés.

  • 133 Lettre du consul au ministre des affaires étrangères, 5 mai 1852. APP. A.444, dossier 35, pièce 47, (...)

132Parfois la démoralisation provoquée par une mauvaise traversée, l’esprit d’aventure poussent des émigrants à s’engager à leur arrivée dans une expédition lointaine dont ils ne mesurent pas les dangers. Trente hommes du Malouin suivent ainsi un noble français, le comte de Raousset-Boulbon, chargé par une société et des dignitaires mexicains de s’emparer d’un riche gisement aurifère situé dans la province de Sonora, en territoire apache. L’aventure déjà tentée sans succès par un Français comporte des risques que le consul, en poste depuis trois ans, ne peut ignorer. Néanmoins, il est heureux d’éloigner des hommes de réputation fort douteuse, d’après le rapport de mer du capitaine Daniel133.

133Si l’on accepte les femmes attendues par un mari qui est déjà établi, les émigrants de la loterie abordent les rivages californiens dans des conditions difficiles. Ils ne sont pas les seuls : les Américains venus de l’Est à travers les grandes plaines et les montagnes, au prix d’un voyage épuisant, sont souvent aussi pauvres qu’eux au départ. Mais ce sont des "natives", non des étrangers ; leur conception austère du travail, leur sens du groupe et leur solidarité décident de leur réussite.

Le mirage de l’or : échecs et réussites.

134Les sociétés patronnées par l’Etat destinaient les bénéficiaires de leur sollicitude à la profession de mineurs. Que sont devenus tous ceux qui, à peine débarqués, ont effectivement choisi la carrière qu’on leur proposait ? L’historien peut sans trop de mal suivre les premiers pas des apprentis mineurs, à travers des récits de voyage du chancelier Daugny et des agents consulaires bénévoles, De Saint-Amant à Marysville, de la Rivière aux Fourcades, et d’Achard à Murphey.

135Les "Mobiles" débarqués en novembre 1850 ont été dirigés vers les centres miniers du Sud, en bordure de la vallée du San Joaquin, qui avaient alors la faveur des Français. Lorsque les émigrants de la loterie arrivent à leur tour, ils sont répartis suivant la saison soit vers le San Joaquim et ses affluents accessibles toute l’année soit vers le Sacramento et les montagnes de Nevada au Nord où l’on commence à exploiter les mines à quartz. Après les avoir escortés jusqu’aux bourgades minières, et leur avoir distribué quelques piadstres, Cousin ou Daugny les quitte. Leur trace est dès lors difficile à suivre et leur destin n’est plus guère évoqué qu’au hasard des lettres des correspondants du consulat qui signalent, davantage les méfaits et les échecs que les succès.

136Les almanachs franco-californiens ne sont pas d’un grand secours pour la recherche des mineurs, en raison de l’extrême dispersion de l’élément français. Le rêve d’une grande fortune acquise en quelques mois s’évanouit très vite au contact des dures réalités. La plupart du temps, les mineurs travaillent isolément, exploitant au pic et à la pelle les dépôts superficiels ou lavant les sables aurifères, le long des rivières. Après une période d’initiation, les mineurs de la région du San Joaquin peuvent s’enfoncer à l’intérieur vers les placers de la Mariposa et de la Merced. Ceux du nord gagnent après quelques semaines les centres des rivières Feather, Yuba. Les Français ont tendance à se déplacer beaucoup pour tenter d’échapper à la taxe perçue sur les étrangers, très impopulaire parmi eux.

137Aux reproches habituellement adressés aux Français, l’esprit d’indépendance, l’instabilité, les émigrants des sociétés gouvernementales s’attirent des critiques spécifiques à leur groupe. Les unes émanent de leurs compatriotes et relèvent souvent de préjugés solidement ancrés à l’égard des émigrants de la loterie. Cette étiquette péjorative s’attache à leur personne pendant plusieurs années comme le révèle la correspondance consulaire. Les autres sont des remarques objectives touchant à un comportement ou à une mentalité qui distingue et isole une partie d’entre eux.

138Ces Parisiens qui ont connu la misère et le chômage prolongé montrent trop souvent une indolence, une incapacité à l’effort continu très préjudiciables à leur adaptation. Peu habitués au travail manuel pénible effectué au grand air, ils supportent mal les contraintes et les privations qu’impose la vie dans les camps miniers. Il n’est pas étonnant que les journaliers agricoles et les terrassiers réussissent mieux que les commis, les employés ou les artisans qualifiés.

139Les gardes mobiles et les insurgés de 1848 n’ont rien perdu de cet esprit bruyant, excessif et gouailleur que l’on attribue volontiers aux parisiens. Il irrite les autres Français et, plus encore, les étrangers. Le chancelier Daugny qui accompagne les hommes de l’Alphonse-Nicolas Cézard jusqu’à Marysville redoute des heurts entre eux et l’équipage américain du bateau à vapeur surpris par les éclats de voix des Français.

  • 134 Cité dans L. Lemonnier, La Ruée vers l’or en Californie, Paris, 1944, 467 p., chapitre 7, p. 361.

140Les événements de 1848 ont laissé des souvenirs durables dans l’esprit de ceux qui les ont vécus. Ils alimentent les discussions et réveillent chez les compatriotes l’hostilité "aux rouges" et "aux barricadeurs". Les rapports des agents consulaires se font l’écho des conversations qui se tiennent dans les camps miniers comme Murphy "Des hommes exilés de leur patrie ont conservé toute la violence sauvage des passions politiques qui les ont fait courir aux barricades en 1848. Ce ne sont partout que des conversations sur les événements qui ont amené leur émigration, discussions interminables et bruyantes sur les principes ténébreux du socialisme, souhaits et tirades en faveur de la République universelle et démocratique (...). Il n’est pas un héros déguenillé de Murphy qui ne parle des gardes nationaux qu’il a descendus aux journées de juin"134.

  • 135 Rapport de M. de Saint Amant sur les mines du nord, Op.cit.

141Les mineurs déçus retournent à San Francisco et s’en remettent aux bons soins du consulat. D’autres essaient d’exercer leur métier dans les bourgades minières, de fonder des petits commerces ou des "French Bars". Beaucoup doivent se contenter d’être les salariés d’une société américaine qui les embauche parce qu’ils sont moins exigents : d’anciens émigrants de la loterie sont employés à irriguer les terres qui bordent la rivière Feather et à détourner le cours des affluents du Sacramento pour en fouiller ensuite le lit desséché135.

142Sans doute est-il nécessaire, en présence de sources fragmentaires, de nuancer ce tableau assez sombre. Tous les émigrants ne sont pas des instables ou des paresseux. Ceux qui se sont fait ainsi remarquer forment une minorité, les autres étant de bons et honnêtes travailleurs qui se distinguent assez vite de leurs compagnons de voyage. Malgré des débuts difficiles, ceux-là ont fini par s’adapter, gagner leur vie aux mines et envoyer, par l’intermédiaire des maisons de banque françaises à San Francisco, le fruit de leur travail à leur famille.

  • 136 William F. Shepard, "Parisian paupers", california Historical Society Quarterly, 1960, pp.31-48.

D’après l’Almanach franco-californien en 1876, les mineurs français sont nombreux dans les comtés de Calaveras, Nevada, Placer, Plumes, Yuba au Nord, Tuolumne à l’Est, Mariposa et Merced au Sud. Plusieurs anciens émigrants de la loterie y sont recensés comme votants en 1870136. Mais comme ces hommes ont tous changé de profession depuis leur départ de France, il est hasardeux de vouloir citer des noms à partir d’un seul élément de renseignement, l’identité du patronyme et du prénom sur les contrôles nominatifs d’une part, et les Almanachs de l’autre. Il y a donc des mineurs qui se sont fixés, au moins pour un temps car dans ces Etats et territoires de l’Ouest, les déplacements d’une ville d’un comté à l’autre sont chose courante. D’autres ont continué d’errer à la poursuite de la fortune fabuleuse et ont répondu à tous les appels que suscitaient les découvertes de gisements d’or dans les Etats ou territoires voisins, courant toujours vers de nouveaux déboires.

  • 137 Lettre du consul britannique à San Francisco au ministre des affaires étrangères, Earl of Mamelsbur (...)
  • 138 Rapport consulaire, 12 novembre 1858. N° 49, p. 3, AMAE. SF III : 1854-59.

143En 1858, lorsque parvient la nouvelle de la découverte de l’or du Frazer en Colombie Britannique, 5.000 à 6.000 français, au nombre desquels se trouvent d’anciens émigrants de la loterie137 quittent la Californie. Ils en reviennent désenchantés et la maison Marziou projette de fonder avec eux un établissement à Coulterville, dans le comté de Shasta138. On ignore si cette intitiative a réussi.

144Enfin, après de longues pérégrinations dans les comtés miniers, certains reviennent à San Francisco, rejoignant les compagnons de voyage dont ils s’étaient séparés à l’arrivée. Ceux-ci avaient manifesté leur intention de ne pas aller aux mines et ils étaient libres de leur choix. Sur ce point, la propagande officielle n’avait pas menti.

San Francisco : les types de destins.

  • 139 Lettre d’un émigrant français publiée dans la Patrie, 23 décembre 1851, p. 2.
  • 140 Lettre du secrétaire général de la police, 16 mars 1853. APP. A.437, dossier XXIII, pièce 53, p. 1.

145A l’arrivée de chaque bateau, San Francisco retient les artisans qualifiés attachés à leur métier plus que les manoeuvres, les familles plus les célibataires et, de façon plus nette encore, les passagers des derniers convois très vite avertis de la baisse des gains dans les mines. Les premiers pas des émigrants à San Francisco ne sont pas des plus faciles. Le décor changeant d’une ville comparée à "une fourmilière tourmentée"139, son état semi-anarchique qui a conduit les citoyens à former un comité de vigilance pour lutter contre les bandes de pillards, la profusion de maisons de jeux où les gains d’une journée s’engloutissent en quelques heures, ne constituent pas un cadre accueillant pour les nouveaux. La vie est chère, la concurrence serrée même au sein de la communauté française privilégiant ceux qui, ayant un pécule à l’arrivée, "peuvent se créer des moyens d’existence en quinze jours indépendamment de l’intervention du consulat"140. Les plus pauvres doivent consentir à faire quelques métiers de fortune, commissionnaires, portefaix, pour gagner un peu d’argent et surbsister en attendant de trouver un emploi.

  • 141 Lettre du consul au préfet de police, 14 septembre 1853. APP. A.437, dossier 26, p. 4.

146Pourtant la ville offre des avantages que découvrent et apprécient tous ceux qui veulent travailler. C’est d’abord la possibilité de recevoir des secours immédiats de la part du consulat ou des institutions françaises de bienfaisance. Le consul dispense une aide sélective qui est accordée en priorité aux familles et aux émigrants jouissant d’une bonne réputation. Les rapports des capitaines le renseignent utilement sur le comportement de chacun. Les uns méritent qu’on leur fasse confiance et qu’on les aide au besoin financièrement. Mais les avances en espèces sont refusées à tous ceux qui ont une propension connue à l’ivrognerie ou au jeu. Le consul intervient cependant auprès des sociétés de bienfaisance pour que ces derniers ne soient pas laissés à l’abandon. Il justifie ainsi ses choix dans une lettre au préfet de police : "En cherchent les moyens de faciliter les premiers pas des émigrants honnêtes, sobres et laborieux, j’ai cru devoir songer aussi un peu à ceux qui livrés à des habitudes vicieuses, presqu’incurables, se voyaient menacés de manquer des choses nécessaires à la vie, comme des secours de toutes espèces, sur un sol étranger et parmi une population dont ils ignoraient à la fois les usages et la langue (...). Des indemnités ont été accordées par moi dans ce but à des hôpitaux fondés par des français philanthropes dans quelques uns des principaux centres de l’intérieur, ainsi qu’au comité de bienfaisance de cette ville. Cela valait mieux que de donner des secours en argent qui n’auraient servi qu’à activer l’industrie, si commune en Californie, des cabarets et des maisons de jeu"141. La maison Marziou de San Francisco peut également recommander aux établissements français ceux qui se sont fait remarquer au cours de la traversée par leur bonne conduite et leurs moeurs réglées.

  • 142 Lettre du consul à Cl. Reyre, 10 mars 1852. APP. A.437, dossier XXIII, pièce 83, p. 2.
  • 143 Rapport consulaire, 15 mars 1853. N° 30, p. 10, AMAE. SF II : 1852-1853.
  • 144 Lettre du consul au ministre des affaires étrangères, 31 mai 1853. APP. A.445, dossier 47, pièce 25 (...)

147La présence d’une importante communauté française dont les besoins sont multiples et les goûts connus, est un atout supplémentaire pour les nouveaux. "Cette ville est à moitié française (...), les cafés, les restaurants, les hôtels, sont aux trois-quarts français. Nos habitudes, nos goûts prennent peu à peu le dessus parmi cette population composée d’éléments hétérogènes" écrit Patrice Dillon non sans quelque exagération, au début de l’année 1852142. L’année suivante il note l’existence "d’une petite bourgeoisie française, laborieuse, intelligente, sachant tirer parti de toutes les occasions qui se présentent"143. Elle propose des emplois à tous ceux qui ont une spécialité considérée sur place comme française : la couture, la mode, les commerces d’alimentation, l’hôtellerie, la restauration. Un architecte, le Sieur Huerne, auquel d’importants travaux ont été confiés, emploie une main d’oeuvre française144.

  • 145 Lettre d’un émigrant français publiée dans La Patrie, 23 décembre 1851, p. 1.

148La communauté de langue française offre aussi l’occasion aux professeurs de fonder des écoles, aux journalistes et aux imprimeurs d’associer leurs talents, aux prêtres de desservir la cathédrale Sainte-Marie où les catholiques français, italiens et espagnols viennent entendre la messe avant que ne soit construite en 1856 l’église Notre-Dame des Victoires. Sans doute ces perspectives ne sont-elles pas illimitées. Le repliement exclusif sur le milieu français peut être à long terme sclérosant. Un jeune Français parfaitement adapté à sa nouvelle patrie émet un jugement sévère sur les compatriotes trop timorés, peu estimés "à cause de leur amour du bavardage et de leur goût pour le café" et conclut "il n’y a rien à faire avec eux". Pourtant, toujours selon lui, "on peut faire de très belles et rapides fortunes, mais c’est en travaillant avec les Américains"145. Mais pour les émigrants de la loterie, sans ressources au départ, le milieu français représente une chance réelle.

  • 146 Lettre du consul au préfet de police, 14 septembre 1853. AMAE. SF II : 1852- 1853.

149Enfin, San Francisco dont les besoins s’accroissent vite, permet à tous ces citadins d’exercer un métier urbain, celui qu’ils ont appris, pour un salaire qu’ils n’ont jamais perçu en France. Les plus prévoyants peuvent envisager, parfois rapidement, la promotion à l’entreprise individuelle : le consul cite comme exemple la réussite du Sieur Boverat, passager du Damblat, qui grâce à l’aide du consulat et à son travail a pu monter un petit atelier, possède 10.000 francs quelques mois après son arrivée" et voit sa position s’améliorer chaque jour"146. Sans doute les chances sont-elles fluctuantes d’une année à l’autre, d’une saison à l’autre même, et inégales selon les spécialités, les aptitudes et la volonté de réussir de chacun. Ici, comme ailleurs, les travailleurs manuels sont avantagés. Mais la capacité à s’adapter compte autant que l’habileté professionnelle.

150Charles Daugny, gérant du consulat, chargé de la répartition des émigrants, signale leur présence dans les comtés agricoles de l’intérieur dont la mise en valeur progresse tout au long des années cinquante. Ils peuvent travailler d’abord comme salariés, puis comme fermiers car le prix des terres est bas. Les colonies françaises d’Oakland, de San Jose, Santa Clara et plus au sud de Santa Barbara et Los Angeles, sont autant de point d’appui pour les nouveaux venus. La crise commerciale qui frappe San Francisco en 1854-1855 hâte la dispersion vers l’intérieur des Français qui n’ont pas encore trouvé une activité régulière. A cette date, les trois communautés s’équilibrent, celle des mines, celle de San Francisco et celle des comtés agricoles (147). Leur dispersion est l’obstacle majeur à la connaissance de leur destin.

151Toutefois, dans les villes qui possèdent une colonie française bien étoffée, il est possible de suivre le chemin parcouru grâce à trois fils conducteurs. Le premier est constitué par les Almanachs franco-californiens édités dès 1853 pour San Francisco, 1872 pour Los Angeles, plus tard pour l’ensemble de l’Etat et des territoires voisins. On doit les utiliser avec prudence, sachant qu’ils présentent des lacunes et des erreurs, et se garder des homonymies. Les émigrants qui sur les contrôles nominatifs portent plusieurs prénoms ont très bien pu n’en garder qu’un, pas obligatoirement le premier. Seule l’identité du nom, correctement orthographié, du prénom et la vraissemblance des autres renseignements, l’âge par exemple, retiennent l’attention du chercheur.

  • 147 Courrier de San Francisco, 9 septembre 1868, p. 3, BLUB.

152Les annonces publicitaires parues dans les journaux français de Californie les notices consacrées à l’état civil, les activités des sociétés françaises sont un précieux moyen d’enquête qui prolonge et enrichit les données sèches des Annuaires. Les journaux informent des voyages ou retours définitifs en France, des mariages, naissances, décès, lorsqu’ils sont enregistrés au consulat, des réussites ou reconversions professionnelles, du rôle de telle personnalité au sein de la communauté française. On y voit d’étonnantes professions de foi en complète discordance avec les opinions d’antan : ainsi Pierre Cauwet, auteur d’un manifeste contre Louis Napoléon regroupant face aux républicains, tous les amis du régime impérial !147.

  • 148 Lettre du consul, 1er janvier 1853 ; n° 23, AMAE. SF II : 1852-1853.
  • 149 Lettre du secrétaire d’Etat au département de la police générale, 10 mars 1852, p. 2 et 3.

153Enfin la correspondance consulaire signale les réussites individuelles et les échecs suivis de retours amers en France que l’on ignorerait sans elle. Ces revers qui ne sont pas numériquement appréciés sont toujours attribués "au manque de fierté et de courage"148 à l’absence "de tact, d’énergie et d’intelligence"149, d’individus qui quel que soit le pays d’accueil, auraient manifesté les mêmes défaillances. Tandis que les échecs restent anonymes, les succès s’attachent à une personne ou à une famille. Ils composent un tableau pointilliste qu’il ne saurait être question de reproduire. Il faut toutefois en retenir les figures types et se rappeler pour mieux les apprécier, la situation initiale médiocre des émigrants.

  • 150 Cité dans Le Guide français de Los Angeles et du Sud de la Californie (1872), Los Angeles, 1932, th (...)
  • 151 W.F. Shepard, Op.cit., p. 40.
  • 152 Ibid., p. 40-41.

154Pour les femmes, le succès prend la forme de l’exercice du métier de couturière, modiste, blanchisseuse, fleuriste, et dans une contrée où elles sont cent fois moins nombreuses que les hommes, du mariage des célibataires. Il est vain de vouloir retrouver dans les Annuaires les noms des femmes non mariées à leur départ de France. Le consul rapporte à ce propose le mariage éclair des demoiselles Nyvet trois semaines après l’arrivée à San Francisco pour l’une, et quelques mois pour l’autre. L’aînée épouse un français, propriétaire de l’un des principaux restaurants de la ville, la cadette un major de l’armée américaine. Le mariage peut aussi décider de la fortune d’un émigrant : François Henriot, jardinier, épouse en 1858 Théresa Bry d’origine genevoise, plus âgée que lui et très instruite. Ils fondent ensemble une école privée à Los Angeles que fréquentent les fils des meilleures familles françaises de la Californie du Sud150. Pour les artisans qualifiés, la chance réside dans le fait de retrouver leur métier. Isidore Boudin, apprenti boulanger, venu sur le Moïse, fonde une boulangerie qualifiée par le Franco-Californien de janvier 1907 de "Boulangerie française la plus ancienne de San Francisco"151. Victor Ansous, Albert Aubert, restent bouchers, Marc Gaidon, Alex Contet, chapeliers, Camille et Emile Bee, Désiré Lecordier, Joseph Auer, tailleurs, François-Nicolas Belhomme, ferblantier tous à San Francisco152.

  • 153 Ibid., p. 39.

155Imprimeurs et journalistes rivalisent dans le lancement de journaux qui informent leurs lecteurs des nouvelles locales et maintiennent les liens avec la mère-patrie. Les imprimeurs Léonard et Denis Albin dirigent successivement Le Messager, l’organe des républicains et le rival de l’Echo du pacifique et en 1858, la Bibliothèque Populaire. Emile Marque vient à vingt cinq ans sur L’Alphonse-Nicolas Cezard ; dédaignant les mines, il se lance dans le journalisme et réalise une très belle carrière. Co-éditeur du Courrier de San Francisco, il fonde plus tard le Petit Californien. Théodore Thiele édite Le National et Almire Gandonniere, le Phare de San Francisco, anti-napoléonien. Les émigrants de la loterie ont donc largement contribué au développement de la presse de langue française et animé les luttes politiques qui, sous l’Empire, divisent la colonie153.

  • 154 Extrait de sommier judiciaire. APP. A.444, dossier 35, pièces 163-176.

156D’autres sans métier bien défini au départ, ont dû faire un apprentissage. Jules De Saint Denis qui accompagne à l’âge de 18 ans ses parents sur Le Courrier de l’Inde, entre comme peintre chez Edouard Dubourque, autre émigrant de la loterie, puis fonde sa propre affaire. Sa réussite efface le souvenir de la banqueroute de son père Athanase, condamné à un an de prison de 1850 et envoyé avec le groupe des repris de justice154.

157Pour beaucoup d’émigrants, le succès passe par une reconversion. L’ex-capitaine Sauffrignon crée une école à San-José et sa femme, venue "sans profession", exerce alors le métier de blanchisseuse. La famille Lantheaume ouvre d’abord une boulangerie, puis un café transformé en restaurant par la veuve Lantheaume, en 1873. Lorsque les Desneufbourg arrivent à San Francisco, ils sont respectivement commis-marchand et couturière. Le mari pourvu d’une instruction correcte s’oriente quelques années plus tard vers l’enseignement : il est professeur jusqu’à son retour définitif en France vers 1885.

158Parmi les Français, certains nourrissent l’espoir de revenir dans leur pays. D’autres au contraire se font naturaliser et, s’intégrant dans la société californienne, fondent de véritables dynasties. Ces quelques exemples suffisent à montrer la diversité des destins des émigrants de la loterie qui sont parvenus pour beaucoup à surmonter les handicaps du départ et à démentir la mauvaise réputation dont ils étaient l’objet.

  • 155 F. Shepard, Op.cit., p. 41.

159Quelques uns ont connu la réussite personnelle alliée à un rôle actif dans la communauté française. Il s’agit pour la plupart d’émigrants arrivés très jeunes à San Francisco ou de leurs fils. Jules De Saint Denis est l’un d’eux. Il est propriétaire d’une entreprise de "Peinture et Décoration", d’un domaine foncier et d’une belle bibliothèque qu’il perd dans l’incendie de 1906155. Son fils, Robert, reprend son affaire en 1932 et visite la France avec sa femme, d’origine louisianaise ignorant probablement tous des antécédents de ses grands parents.

  • 156 Listes d’inscription provisoires. APP. A.442, pièce 60.
  • 157 Cl. H. Bissel, "The French Language Press in California", in California Historical Society Quarterl (...)

160L’exemple des Bergerot, orginaires d’Oloron Sainte-Marie, est plus étonnant La veuve Bergerot "bien notée par Reyre"156 obtient un passage gratuit encore pour elle et son fils, Jean-André Bergerot est l’un des fondateurs de la banque franco-américaine. Son fils, Pierre-Alexandre, né à San Francisco en 1867, reçoit une éducation soignée, en Californie d’abord, puis à Pau et à l’Université de Bordeaux où il étudie le droit. De retour en Amérique, il est l’un des avocats les plus en vue de San Francisco et une personnalité de premier plan dans la colonie française. Parfaitement bilingue, il est président du Board of Education en 1897 et participe à la vie politique locale dans les rangs du parti républicain. Il crée en 1895 la Ligue Henri IV qui regroupe les Français d’origine pyrénéenne, se donne un but à la fois culturel et charitable157. Mais elle est aussi la rivale de la Ligne Nationale fondée en 1871 par les Alsaciens-Lorrains émigrés après le Traité de Francfort.

161En cette fin de siècle, l’émigration française en Californie, numériquement très affaiblie par rapport à celle des années cinquante, est essentiellement d’origine provinciale et le souvenir des misérables parisiens du "Gold Rush" est complètement oublié.

  • 158 Lettre du consul au préfet de police sur le bilan de l’émigration, 14 septembre 1853, p. 3.

162En septembre 1853, Patrice Dillon donne une première appréciation de "l’oeuvre nationale et philanthropique" dont il était l’exécutant en Californie. Surpris d’un résultat que ne laissait pas augurer le pitoyable débarquement des émigrants quelques mois plus tôt, il affirme qu’au moins "50 % de ces voyageurs se félicitent hautement d’être venus se fixer dans cet état"158. Encore certains n’entrevoient-ils à cette époque que les prémices d’un succès.

163Née de la peur des "classes laborieuses et dangereuses" auxquelles les notables refusaient d’accorder les droits de citoyenneté complète, l’éviction habilement déguisée de quelques milliers de Parisiens, représente comme la répression des insurrections ouvrières des années 1830 et 1840, l’impuissance de l’Etat libéral à trouver une réponse au mal social.

164En une quinzaine d’années, la France enrichie par l’or californien et conduite pr une équipe d’économistes saint-simoniens désireux d’oeuvrer pour le bien-être de tous, changea de visage. Les grands travaux d’équipement et l’industrie stimulés par le crédit employèrent les bras autrefois inoccupés. Chacun, quelle que soit sa condition, était désormais utile à son pays. Alarmé par les conseils généraux, l’empereur limita le nombre d’agences d’émigration autorisées et édicta une réglementation restrictive des départs. Il invita par plusieurs amnisties les proscrits à rentrer.

  • 159 Lettre du consul de France à San Francisco, 20 avril 1858, n° 25, p. 3, AMAE. SF III : 1854-1859.

165Dans le Paris remodelé d’Haussmann "la fête impériale" faisait oublier que jadis, "l’on se débarrassait (...) en France des gens inutiles ou dangereux"159.

Annexes

Abréviations utilisées :

AMAE : Archives du Ministère des Affaires Etrangères. Correspondance Consulaire. San Francisco I, II, III.

APP : Archives de la Préfecture de Police. Société des Lingots d’Or. A.436 à A.445.

BLUB : Bancroft Library, Université de Berkeley.

Notes

1 Lettre de l’Agent de la Loterie des Lingots d’Or au Piémont, 14 avril 1851. APP. A.437, dossier XX, pièce 34, p. 1.

2 La Patrie, Paris, 20-21 mai 1850, p. 3, d’après Le Courrier de Marseille.

3 Annonce publicitaire, Loterie des Lingots d’Or, in La République, 16 Septembre 1850, p. 4.

4 Annonce dans La République, 16 septembre 1850, p. 4.

5 Ibid.

6 J. Maurain, Baroche, Un bourgeois de Paris au XIXème, Paris, 1936, in 8°, p. 91.

7 Registre de délibérations du Conseil, séance du 3 septembre 1850. APP. A.436, pièce 3, p. 8.

8 Registre de délibérations du Conseil, séance du 13 septembre 1850. APP. A.436, pièce 5, p. 14.

9 J. Maurain, Op.cit., p. 91.

10 Ibid., p. 91, Note 1.

11 Registre de délibérations du Conseil, séances des 13 septembre et 11 octobre 1850. APP. A.436, pièce 5, p. 13 et 19.

12 La République, 5 octobre 1850, p. 1, d’après Le Moniteur, 23 décembre 1850.

13 Séance à la Chambre du 27 décembre 1850, cité dans J. Maurain, Op.cit., p. 94.

14 Ibid, p. 93.

15 Autorisation d’une loterie de 7 millions par le préfet de police Carlier, 3 août 1850. APP. A.436, pièce 1, pp.1-3.

16 La République 5 octobre 1851, p. 1.

17 Ibid., 7 octobre 1851, p. 7.

18 Séance du 21 décembre 18 50, cité dans J. Maurain, Op. Cit., p. 94.

19 J. Maurain, Op. Cit., p. 94.

20 Ibid., p. 91.

21 La République, 5 octobre 1851, p. 1.

22 Registre de délibérations du Conseil, 23 mai 1851, APP. A.436, pièce 5, p. 32.

23 Registre de délibérations du Conseil, 13 décembre 1850. APP. A.436, pièce 5, p. 25.

24 Alexandre Dumas fils, Histoire de la Loterie depuis la première jusqu’à la dernière. La loterie des lingots d’or, Paris, 1851, in 8°, 16 p., Paris, tous les libraires.

25 A. Dumas, Op. Cit., p. 14.

26 Ibid., p. 15.

27 Ibid., p. 14.

28 Note de M. Oudiné, liquidateur de la loterie. APP. A.437, Dossier XVI, pièce 112, p. 6.

29 Arrêté du 12 septembre 1851, In Le Droit, Gazette des tribunaux, 28 septembre 1851, p. 3.

30 La Patrie, 6 octobre 1851, rapport du 29 septembre 1851 à M. le ministre de l’intérieur, p. 1.

31 La République, 5 octobre 1851, p. 1.

32 Composition de la commission de liquidation de la loterie des Lingots d’Or. APP. A.438, dossier IX, p. 1.

33 Relevé des dépenses effectuées par M. le Consul de France à San Francisco. APP. A.437, dossier XXIII, pièce 40.

34 Lettre de Drouhyn de Lhuys au préfet de police, 1er juin 1854. APP. A.437. dossier XXIII, pièce 5, p. 8.

35 Alexandre Dumas, Californie, Un an sur les bords du San Joaquin et du Sacramento, impressions de voyage rédigées sur les récits d’un émigrant. Bruxelles, Méline Cans et Cre, 1852, p. 25.

36 Ibid,

37 Lettre de Cl. Reyre au Consul de France à San Francisco, 19 novembre 1851, p. 1.

38 Honoré de Balzac, La Rabouilleuse, Paris, 442p., 1980, Gallimard, Collection Folio, p. 310.

39 Lettre de M. Michelin à M. Henriey, 12 mars 1852, APP. A.442.

40 Lettre d’Henriey au préfet de police, 28 mars 1852. APP. A.445, dossier 41, p. 3.

41 Lettre de J. Menant à Henriey, 27 mars 1852. APP. A.445, dossier 41, p. 3.

42 Lettre d’Henriey, 28 mars 1852, Op. Cit., p. 3.

43 Instructions pour des personnes ayant des billets de la Loterie. APP. A.436, dossier VI, pièce 30, p. 9.

44 Lettre de Cl. Reyre au Consul, 19 novembre 1851, Op. Cit., p. l.

45 Ibid., p. 4.

46 Les listes sont contenues dans APP. A.442.

47 Rapport du chef de la comptabilité de la préfecture de police, 30 mai 1860. APP. A.444, dossier 33, pièce 1, p. 2.

48 La République, 5 octobre 1851, p. 1.

49 Lettre de Cl. Reyre au Consul, 19 novembre 1851, Op. Cit., p. 4.

50 Lettre du chef de service à la division de la sûreté générale au chef de la comptabilité à la préfecture de police. APP. A.444, dossier 33, pièce 24, p. 2.

51 Lettre du chef de direction de la sûreté générale au préfet de police, 19 octobre 1853. APP. A.444, dossier 33, pièce 45.

52 Lettre de Cl. Reyre au consul, 19 novembre 1851, p. 6.

53 Lettre de Marziou (San Francisco), à Marziou (Paris), 13 mars 1852. APP. A.444, dossier 35, pièce 46, p. 1.

54 Lettre de Cl. Reyre au Consul, 19 novembre 1851, p. 3.

55 Lettre de M. Cousin au commissaire du gouvernement, 31 juillet 1852. APP. A.437, dossier XVI, pièce 81, p. 4.

56 Sommier judiciaire. APP. A.444, dossier 35, pièces 163 à 176.

57 Lettre du consul, 14 septembre 1850. APP. A.437, dossier XXIII, pièce 26, p. 2.

58 Registre de délibérations du Conseil, séance du 6 septembre 1850. APP. A.436, pièce 3, p. 11.

59 Louis Chevalier, Classes laborieuses, Classes dangereuses, le livre de Poche, Paris, 1978, p. 36., Collection "Pluriel", 729 p.

60 Lettre d’A. Gibon au préfet de police, 21 avril 1852. APP. A.445, dossier 40, pièce 103, p. 1.

61 Maxime du Camp, cité dans Louis Hautecoeur, Paris de 1715 à nos jours, Paris, F. Nathan, 1972, T. II, p. 496.

62 Lettre du préfet de police à MMrs les maires du département de la Seine, Op. Cit., p. 13.

63 Martin Nadaud, Mémoires de Léonard, garçon maçon, Paris, Hachette, 1970, pp.166-167.

64 Ces listes de secours se trouvent dans APP. A.444 et A.445.

65 Lettre du consul, 3 décembre 1851. AMAE. SF I : 1849-1851, n° 43.

66 Lettre non signée à la maison Marziou au Havre, 16 juillet 1852. APP. A.445, dossier XLIII, pièce 34, p. 1.

67 Lettre d’Henriey à M. de Bullemont, 12 octobre 1852. APP. A.445, dossier 45, pièce 5, p. 2.

68 A. Dumas, Californie, Op. Cit., pp.42-48.

69 Lettre de CL Reyre, 19 novembre 1851, pp.2-3.

70 Lettre du Consul, 13 janvier 1851. AMAE. SF II : 1852-1853, n° 51.

71 Ces pourcentages ont été calculés d’après les dossiers APP. A.444 et A.445.

72 Lettre de Gabriel Ferry de Bellemare, 21 août 1851. APP. A.437, dossier XXII, pièce 13, p. 4.

73 Lettre du 15 février 1851. AMAE. SF I : 1849-1851, n° 14, p. 3.

74 Dr P. Garnier, Voyage médical en Californie (1851), Paris, 1854, p. 3.

75 Lettre du Consul, 3 mars 1851. AMAE. SF. I : 1849-1851, n° 15, p. 2.

76 Lettre du consul Gautier, 20 avril 1858. AMAE. SF. III : 1854-1859, n° 3, p. 3.

77 Honoré de Balzac, La Fille aux yeux d’or, Gallimard, Collection Folio, Paris, 1976, p. 249.

78 Registre de délibérations du conseil, 30 mai 1851. APP. A.436, pièce, p. 1.

79 Registre de délibérations du conseil, 17 juin 1851. APP. A.436, pièce 5, p. 36.

80 Cahier des charges présenté aux armateurs. APP. A.444, dossier 34, pièces 14- 15.

81 Lettre du 12 mars 1852. APP. A.444, dossier 35, pièce 46, p. 1.

82 Lettre du commissaire à l’immigration de San Francisco. APP. A.444, dossier 35, pièce 122, p. 1.

83 Lettre du légat de France à Rio au ministre des affaires étrangères, 13 janvier 1852. APP. A.444, dossier 235, pièce 150, p. 2.

84 Décret pour réglementer le transport des passagers sur les navires de commerce passant par les tropiques, 22 février 1847, traduit au Havre le 5 septembre 1851. APP. A.444, dossier 34, pièce 11.

85 Ces chiffres sont extraits des dossiers APP. A.444 et A.445.

86 Lettre du secrétaire d’Etat au départment de police générale d’après une dépêche consulaire, 10 mars 1852. APP. A. 437, dossier XXIII, pièce 53, p. 1.

87 Rapport du Consul sur l’arrivée du Sansonnet à San Francisco, 9 février 1853. APP. A.445, dossier 43, pièce 5.

88 Lettre du Sieur Malissot, coiffeur au Havre, 11 octobre 1851. APP. A.444, dossier 35, pièce 291. p. 1.

89 Lettre d’Henriey à M. de Bullemont, 28 décembre 1851. APP. A.444, dossier 36, pièce 81, p. 2.

90 Lettre du médecin de bord de l’Adèle à M. de Bullemont, 15 juin 1852. APP. A.445 dossier 40, pièce 1, p. 2.

91 Dépenses pour les navires en partance. APP. A.444 et A.445.

92 Lettre d’Henriey à M. de Bullemont, 4 mars 1852. APP. A.444, dossier 38, pièce 86, p. 2.

93 La Patrie, 7 octobre 1851, p. 1.

94 Lettre d’Henriey, 4 février 1852. APP. A.444, dossier 37, pièce 208, p. 1.

95 La Patrie, 78 octobre 1851, p. 1.

96 D’après APP. A.443 et A.444 et A.445.

97 Lettre du consul au ministre des affaires étrangères, 28 février 1852. APP. A.444, dossier 35, pièce 66, p. 1.

98 Lettre du légat de France à Rio, 13 décembre 1851. APP. A.444, dossier 35, pièce 44, p. 2.

99 Lettre du ministre de la police, 22 avril 1853. APP. A.445, dossier 43, pièce 46, p. 1.

100 Lettre du médecin de bord de L’Adèle, 14 mai 1852. APP. A.445, dossier 40, pièce 9, p. 2.

101 Procès verbal des débarquements volontaires à Rio de 109 passagers de l’Oscar. APP. A.444, dossier 36, pièce 39, p. 1. et 2.

102 Lettre du médecin de L’Adèle à M. de Bullemont, 15 juin 1852. APP. A.445, dossier 40, pièce 1., p. 1.

103 Lettre de L. Reynaud à M. de Bullemont, 16 août 1852. APP. A.445, dossier 43, pièce 42, p. 1.

104 Lettre de L. Reynaud à Cl. Reyre, 28 octobre 1851. APP. A.444, dossier 35, pièce 148, p. 1.

105 Lettre de M. Cousin à Cl. Reyre, 31 juillet 1852. APP. A.437, dossier XVI, pièce 81, p. 2.

106 Lettre du médecin de L’Adèle à M. de Bullemont, 21 juillet 1852. APP. A.445, dossier 40, pièce 60, p. 1 et 2.

107 Lettre du médecin de l’Adèle, 15 juin 1852. APP. A.445, dossier 40, pièce 1, p. 1.

108 Lettre du Marziou (San Francisco) à Marziou (Paris), 13 mars 1852. APP. A.444, dossier 35, pièce 46, p. 2.

109 Lettre du légat de France au Brésil au ministre des affaires étrangères, 13 décembre 1851. APP. A.444, dossier 35, pièce 44, p. 2.

110 Lettre du médecin de l’Adèle, 12 juillet 1852. APP. A.445, dossier 40, pièce 1, p. 3.

111 Lettre du consul de France à San Francisco au préfet de polide, 14 septembre 1853. APP. A.437, dossier XXIII, pièce 27, p. 5.

112 Lettre des passagers du Magellan au capitaine Cazalis, 10 janvier 1853. L’Echo du Pacifique, janvier 1853 ;

113 Lettre du secrétaire général de la police au préfet de police, 14 juin 18 53. APP. A.437, dossier XXIII, pièce 2, p. 1.

114 Lettre du consul au ministre des affaires étrangères, 28 septembre 1952. APP. A.437, dossier XXIII, pièce 59, p. 2.

115 Lettre du vice consul Guy, 30 avril 1850. AMAE. SF I : 1840-1851, p. 2.

116 G. de Molinari, Article sur la Californie in La Patrie, 18 octobre 1851, p. 1.

117 Lettre du consul, 30 avril 1852. N° 60, p. 24. AMAE. SF II : 1852-1853.

118 Rapport consulaire, 15 mars 1853. N° 30. AMAE. SF II : 1852-1853.

119 Lettre du consul à Cl. Reyre, 10 mars 1852. APP. A.437, dossier XXIII, pièce 83, p. 1.

120 Lettre du consul, 30 avril 1852. N° 61, p. 31, AMAE. SF II : 1852-1853.

121 Lettre du consul à Cl. Reyre, 10 mars 1852. Op.cit., p. 2.

122 Ibid., p. 2.

123 Lettre du consul, 30 avril 1852. Op.cit., p. 31.

124 Rapport de M. de Saint Amant au consul sur les mines du Nord, juin 1852. AMAE. SF II : 1852-1853.

125 H. Ferry, Description nouvelle de la Californie, Paris, 1850, in 16°, 386 p.

126 Lettre du ministre des affaires étrangères au ministre de police générale, 3 février 1853. APP. A.437, dossier XXIII, pièce 52, p. 2.

127 Lettre du capitaine du Sacramento au consul de France, 2 juin 1853. APP. A.437, dossier XXIII, pièce 46, p. 1.

128 Lettre du consul à Cl. Reyre, 10 mars 1852. Op.cit., p. 6.

129 Ibid., p. 6.

130 Lettre du ministre de la police générale au préfet de police, 10 mars 1853. APP. A.437, dossier XXIII, pièce 51, p. 1.

131 Lettre du consul au ministre des affaires étrangères, 15 mai 1852. APP. A.444, dossier 36, pièce 79, p. 1.

132 Lettre de M. Cousin au commissaire du gouvernement, 31 juillet 1852. APP. A.437, dossier XVI, pièce 81, p. 2.

133 Lettre du consul au ministre des affaires étrangères, 5 mai 1852. APP. A.444, dossier 35, pièce 47, p. 2.

134 Cité dans L. Lemonnier, La Ruée vers l’or en Californie, Paris, 1944, 467 p., chapitre 7, p. 361.

135 Rapport de M. de Saint Amant sur les mines du nord, Op.cit.

136 William F. Shepard, "Parisian paupers", california Historical Society Quarterly, 1960, pp.31-48.

137 Lettre du consul britannique à San Francisco au ministre des affaires étrangères, Earl of Mamelsbury, n° 37, june 21, 1858. Public Records Office Archives of London Sériés F05 V699, Folio 478-481, BLUB.

138 Rapport consulaire, 12 novembre 1858. N° 49, p. 3, AMAE. SF III : 1854-59.

139 Lettre d’un émigrant français publiée dans la Patrie, 23 décembre 1851, p. 2.

140 Lettre du secrétaire général de la police, 16 mars 1853. APP. A.437, dossier XXIII, pièce 53, p. 1.

141 Lettre du consul au préfet de police, 14 septembre 1853. APP. A.437, dossier 26, p. 4.

142 Lettre du consul à Cl. Reyre, 10 mars 1852. APP. A.437, dossier XXIII, pièce 83, p. 2.

143 Rapport consulaire, 15 mars 1853. N° 30, p. 10, AMAE. SF II : 1852-1853.

144 Lettre du consul au ministre des affaires étrangères, 31 mai 1853. APP. A.445, dossier 47, pièce 25, p. 1.

145 Lettre d’un émigrant français publiée dans La Patrie, 23 décembre 1851, p. 1.

146 Lettre du consul au préfet de police, 14 septembre 1853. AMAE. SF II : 1852- 1853.

147 Courrier de San Francisco, 9 septembre 1868, p. 3, BLUB.

148 Lettre du consul, 1er janvier 1853 ; n° 23, AMAE. SF II : 1852-1853.

149 Lettre du secrétaire d’Etat au département de la police générale, 10 mars 1852, p. 2 et 3.

150 Cité dans Le Guide français de Los Angeles et du Sud de la Californie (1872), Los Angeles, 1932, the Franco-American, BLUB.

151 W.F. Shepard, Op.cit., p. 40.

152 Ibid., p. 40-41.

153 Ibid., p. 39.

154 Extrait de sommier judiciaire. APP. A.444, dossier 35, pièces 163-176.

155 F. Shepard, Op.cit., p. 41.

156 Listes d’inscription provisoires. APP. A.442, pièce 60.

157 Cl. H. Bissel, "The French Language Press in California", in California Historical Society Quarterly, March-September 1960, Vol. 39, p. 238).

158 Lettre du consul au préfet de police sur le bilan de l’émigration, 14 septembre 1853, p. 3.

159 Lettre du consul de France à San Francisco, 20 avril 1858, n° 25, p. 3, AMAE. SF III : 1854-1859.

© Éditions de la Sorbonne, 1986

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search