Version classiqueVersion mobile

L’émigration française

 | 
Nicole Fouché

États-Unis

Les milieux d’origine de l’emigration aveyronnaise vers l’Amerique dans le dernier quart du xixe siècle

Roger Beteille

Texte intégral

1En 1880, quand s’amplifie rapidement la plus forte vague de départs vers l’étranger qu’ait jamais connue l’Aveyron, celui-ci se trouve en pleine effervescence migratoire.

2En effet, alors que ses voisins, comme le Cantal, subissaient depuis longtemps une émigration endémique, le département n’avait vu partir vers l’extérieur qu’une proportion très réduite de sa population. Si bien que le dix-neuvième siècle est en Rouergue une phase, sans précédent dans l’histoire locale, d’accumulation démographique. Nous rappellerons seulement ici que l’Aveyron est passé de 331.000 habitants en 1806 à 394 183 en 1851, pour atteindre un maximum de 415.826 en 1886. Or, en 1901, malgré un solde naturel important, on n’y dénombrera plus que 382.074 personnes. C’est dire la brutalité de la ponction humaine due à l’émigration qui a sévi en Aveyron dans le dernier quart du dix-neuvième siècle.

  • 1 Nous renvoyons le lecteur à notre thèse : Les Aveyronnais. Essai géographique sur l’espace humain, (...)

3Dans ce contexte de déstabilisation d’une population restée jusque là traditionnellement repliée sur elle-même les mouvements vers les pays lointains ne constituent qu’une part secondaire des flux migratoires1. Il est difficile d’évaluer précisément celle-ci, mais nous donnerons cependant deux éléments d’appréciation. En premier lieu les calculs sur la base des recensements permettent de fixer les déficits migratoires globalement. Ils sont évidemment très forts, notamment dans la décennie 1885-1896 (-21.638 de 1886 à 1891, – 11.516 encore de 1891 à 1896, 9.000 à 10.000 par période de cinq ans jusqu’à la Grande Guerre). Donc, dans chacune des années de plus fort exode, il semble que plus de 4.500 personnes aient quitté le département.

4Par ailleurs, essayant d’évaluer l’émigration vers l’étranger à partir des divers documents dont nous avons pu disposer, nous ne pouvons pas avancer de chiffre supérieur à 600 départs dans les années les plus fortes, après 1885. Ainsi, même pour cette période, réduite soulignons le à quatre ou cinq ans, l’émigration lointaine tous pays d’accueil confondus n’a pas draîné beaucoup plus d’un huitième des flux totaux de départs.

5Or, tous les documents montrent que l’émigration aveyronnaise vers l’étranger s’est trouvée assez rapidemment freinée pour de multiples raisons : plus grande difficulté d’accès aux pays d’immigration, mais surtout réussite de l’exode vers Paris, où les métiers de la Limonade assurent rapidement la promotion socio-professionnelle de beaucoup d’Aveyronnais. D’ailleurs, sur le plan des motivations individuelles et collectives, le mythe américain semble n’avoir eu en Aveyron qu’un retentissement ponctuel et limité dans le temps, sans commune mesure avec la faveur de Paris et des métiers du "Commerce", qui déferle alors parmi les candidats au départ.

6Cependant, il faut aussi souligner les nouveautés qui caractérisent l’émigration aveyronnaise vers l’étranger de la fin du dix-neuvième siècle, par rapport aux courants réduits de départs hors de France qui avaient pu exister en Rouergue avant 1850.

7Outre que les flux d’après 1880 sont incontestablement plus nourris, l’émigration ancienne vers l’étranger avait eu des directions tout à fait différentes et moins lointaines. Les Rouergats ne furent jamais de grands pourvoyeurs des courants migratoires français. Cependant, il convient de rappeler quelques périodes historiques ou quelques domaines géographiques dans lesquels ils figurent en bonne place, par exemple à côté d’autres originaires du Massif Central :

  • 2 Dermigny L., Cargaisons indiennes, Solier et Cie, 1781-1793, Paris SEVPEN, 1960, 2 vol.
  • 3 Plusieurs études ponctuelles traitent de ce sujet. On consultera par exemple :
    – Deffontaines P., "L (...)

– Les Protestants du Millavois et du Camarès participèrent à la migration huguenote2.
– On retrouve aussi d’assez nombreux Rouergats membres du Clergé, officiers subalternes ou hobereaux aventuriers, aux Isles durant tout l’Ancien Régime.
– La conquête de l’Algérie, à laquelle participent des corps de troupes aveyronnaises, déclenche un mouvement de colonisation agricole. Il en sera de même en Tunisie.
– Mais le pays qui a le plus durablement attiré les Rouergats est sans aucun doute l’Espagne, vers laquelle se dirigeaient des équipes de migrants saisonniers ou temporaires et des trafiquants de bétail, mais où on s’établissait aussi à plus long terme (artisans, colporteurs et boutiquiers, affairistes, personnel de service)3.

8Les courants nouveaux, qui apparaissent en Aveyron à la fin du Second Empire et qui dureront avec une certaine force jusqu’à la crise mondiale de 1930, sont passés par quatre stades successifs :

– Dans la période 1870-1883 ou 1884 il s’agit surtout de départs isolés, mais le flux départemental reste très mince. Très souvent d’ailleurs nous avons pu constater en examinant les dossiers individuels ou les histoires de vie que l’émigration vers l’étranger avait été précédée d’un départ vers une grande ville, surtout à Paris. Là les hasards des rencontres décidaient tel ou tel à tenter l’aventure lointaine. Cependant, quelques-uns de ces pionniers seront à l’origine des filières migratoires ultérieures, notamment lorsqu’ils avaient pu réussir dans le commerce ou les affaires.

  • 4 Andreu J., Benassar B., Gaignard R., Les Aveyronnais dans la Pampa, Toulouse, Privat, 1977, 325 p.

– L’appel de l’émigration, notamment le rêve américain, touche l’Aveyron dans la décennie 1885-1895. Les départs individuels se font beaucoup plus nombreux, comme l’attestent les dossiers de passeports et la multiplication des cas d’insoumission ou des demandes d’examens de Conseil de révision hors de France. Mais on voit aussi fonctionner activement tous les processus de recrutement de migrants : filières familiales ou villageoises, offres des compagnies d’immigration, tentatives de création de colonies aveyronnaises comme celle de C. Cabanettes à Pigüe, en Argentine4.

9A la veille de la guerre les flux de départ se sont certes réduits, mais les filières créées fonctionnent bien encore, notamment au niveau de la famille.

– Les cinq ou six années qui suivent la fin de la guerre voient une relance de l’émigration aveyronnaise, en particulier aux Etats-Unis et vers le Canada. La cohésion de la colonie de San Francisco, sa volonté de maintenir ses liens avec la France y sont sans doute pour beaucoup.

– Enfin, dernière phase, dans les années trente l’émigration aveyronnaise vers l’étranger s’étiole. Trois types d’explications rendent compte de ce tarissement rapide des flux : la plus grande difficulté de réussir hors de France, notamment en Amérique du Nord, toutes les lettres d’émigrés que nous avons parcourues en font foi ; la concurrence des emplois publics et de l’Armée aux Colonies, alors que les jeunes Aveyronnais disposent désormais des diplômes de base pour y accéder ; enfin l’effondrement démographique du département, l’exode rural suffisant à lui seul à drainer la quasi-totalité des candidats au départ.

10Les directions de l’émigration aveyronnaise lointaine apparaissent très diverses. Certains événements politiques, comme par exemple les lois sur les Congrégations, alimentent parfois de façon quelque peu artificielle tel ou tel courant migratoire. Ainsi vit-on alors de nombreux frères des écoles chrétiennes ou autres clercs de Saint-Viateur, ainsi que des religieuses rouergates, se disperser dans plusieurs établissements français de Turquie, du Moyen-Orient, d’Egypte, voire d’Asie orientale. Cependant, trois grands domaines géographiques accueillent le gros des migrants, ce sont par ordre d’importance l’Amérique, l’Europe dans laquelle l’Espagne garde encore une faveur notoire et l’Empire colonial.

11A n’en pas douter l’émigration outre Atlantique constitue le flux dominant quelles que soient les sources consultées. Largement plus de la moitié des partants y aboutissent. Ainsi en se fiant aux dossiers militaires, qui offrent le plus de continuité et d’homogénéité, on obtient les indications suivantes :

Amérique

Europe

Empire
Colonial

Autres

Conscrits déclarés insoumis à l’étranger 1857-1891(%)

56,3

30,8

9,3

3,6

Jeunes gens demandant à être examines hors de France (classes 1904 à 1907)(%)

55,1

17,8

5,5

21,6

FIG.1 : LES INSOUMIS A L ETRANGER (1857 – 1891) REPARTITION PAR PAYS

FIG.1 : LES INSOUMIS A L ETRANGER (1857 – 1891) REPARTITION PAR PAYS

12Courant dominant, l’émigration américaine ne pouvait s’alimenter durablement qu’en plongeant ses racines dans des secteurs géographiques et des milieux humains assez homogènes pour que s’y vivifient les filières de recrutement et l’espoir de chances nouvelles pour les individus. En effet le rassemblement des témoignages personnels aussi bien que la lecture des journaux d’époque et des prises de position favorables ou hostiles à l’émigration montrent bien qu’en Aveyron comme ailleurs la vision de l’Amérique procède d’abord du mythe de la réussite.

13Voici ce qu’écrivait dans son journal Julien Poujade, petit paysan – galochier, qui s’embarqua en direction de la Californie, via les Antilles, en 1889 :

  • 5 Extrait du journal de J. Poujade aimablement communiqué par sa famille.
    Document présenté dans Betei (...)

"Quant à moi j’étais toujours en train de travailler à mon métier, je devenais meilleur ouvrier petit à petit, mais il fallait travailler bien des longues heures pour pouvoir faire quelques sous... Je ne voyais pas beaucoup d’avenir devant moi tant que je travaillerais pour les autres. Mais je ne pouvais pas non plus m’établir pour moi-même car je n’avais pas assez d’argent pour acheter des marchandises.
Enfin un beau jour je me décide de partir pour l’Amérique. Mais après que j’ai eu réfléchi je me suis décidé d’aller en Californie car en Amérique du Nord l’argent ne perdait pas (ne se dévaluait pas) soi-disant, et au Sud il fallait gagner beaucoup pour pouvoir avoir un peu d’argent en France"5.

LES ZONES GEOGRAPHIQUES DE DEPART ET LES PHENOMENES DE FILIERE

L’Amérique des Aveyronnais ; Californie et Argentine

14On retrouve des traces des migrants aveyronnais dans de nombreux pays d’Amérique. Seuls les petits pays de l’isthme ne paraissent pas les avoir attirés.

15Il semble que dès le début du Second Empire quelques individus mieux informés, plus hardis et sans doute aussi quelque peu marginaux, aient entendu parler de l’or californien car dès 1855 on rencontre la mention "Californie" dans les dossiers de passeport. C’est aussi une sorte de tradition minière qui a poussé certains originaires de Decazeville et des environs à s’installer au Chili, en Colombie, au Pérou. Pour certains ce départ n’a d’ailleurs rien à voir avec la fièvre de l’or car ils sont tout simplement embauchés par une société d’extraction et qui les emploie comme simples ouvriers. Nous avons relevé également qu’un petit nombre de métallurgistes du bassin houiller aveyronnais furent engagés dans les Appalaches.

16Cependant, la grande aventure américaine s’ouvrit pour les Aveyronnais essentiellement en Californie et en Argentine, accessoirement au Canada. Lancés en 1883-1884 ces deux courants majeurs atteignirent leur apogée autour de 1890, correspondant donc fidèlement au temps le plus fort de l’émigration lointaine dans le département.

17Nos sources nous inclinent à penser que les départs vers l’Argentine furent vraisemblablement plus nombreux que ceux vers la Califonie. Par contre il paraît tout aussi certain que les émigrés de San Francisco formèrent des groupes socialement plus homogènes et plus cohérents que leurs compatriotes fixés sur la Plata ou dans la Pampa. En particulier le gros des demandes de rapatriement gratuit, lorsqu’il y a échec, provient d’Argentine. D’autre part les émigrés en Californie ont constitué rapidement des Sociétés de type amicaliste et ont gardé jusqu’à la seconde guerre mondiale des liens réguliers avec leurs communes et leurs familles d’origine. Ainsi les voit-on par exemple envoyer des subsides en France en cas de calamité ou d’événement exceptionnel.

18Chacun des deux courants dominants de l’émigration aveyronnaise en Amérique offre donc des caractéristiques sensiblement différentes. Nous nous bornerons ici à en rappeler les principales.

l’insertion géographique. En Californie les Rouergats se sont surtout fixés dans les villes, principalement dans l’agglomération de San-Francisco-Oakland. Les installations rurales ont été plus rares, concernant soit des réussites rapides (éleveurs de moutons, pépiniéristes, céréaliculteurs) soit des semi-marginaux (diggers, chasseurs de serpents, montreurs de curiosités).
Au contraire en Argentine on constate une grande mobilité apparente entre les rives de la Plata et les provinces éloignées. Par ailleurs l’établissement exemplaire d’une colonie aveyronnaise par un aveyronnais, Clément Cabanettes, à Pigüe n’a pas d’équivalent aux Etats-Unis. On garde le sentiment que les émigrés rouergats se sont beaucoup plus dispersés et dilués dans la masse des migrants en Argentine qu’en Californie.
le devenir socio-professionnel. Dans ce domaine également il y a opposition entre les colonies aveyronnaises d’Argentine et d’Amérique du Nord. En effet on peut assez bien comparer l’émigration en Californie à ce qu’a été l’installation dans les métiers de la "Limonade" à Paris pour les migrants intérieurs. Peu à peu les Rouergats de Californie s’orientent vers les petites et moyennes affaires individuelles de l’hôtellerie, de la blanchisserie, des agences immobilières, certains accèdent à la notoriété locale, possédant par exemple plusieurs établissements d’une centaine de chambres chacun. Ces milieux font preuve d’une grande cohésion à base de prêts et de garanties personnels, mais aussi d’une savante politique de mariages entre familles émigrées déjà fixées en Californie ou avec des familles des communes d’origine. Ces liens personnels familiaux et de groupe sans cesse revivifiés entretiendront longtemps un système migratoire fonctionnant en filières, entre parents ou pour le recrutement d’une partie de la main d’oeuvre.
Au contraire l’émigration en Argentine n’aboutit pas à la formation de groupes rouergats bien structurés. Elle est socialement et professionnellement beaucoup plus disparate. Les grands propriétaires fonciers dans la Pampa, les aventuriers de l’argent ayant rapidement fait fortune à Buenos-Aires ne fréquenteront bientôt plus les milieux modestes dans lesquels stagne la majorité des arrivants : ouvriers toutes mains des ports, employés, sous-officiers dans l’armée argentine, petits boutiquiers des villes de province souvent cités dans nos sources, telles Mendoza, Rosario ou Cordoba.

19Pourtant, émigrés en Californie et émigrés en Argentine provenaient en Aveyron indifféremment de la ville et de la campagne.

La géographie des départs en Amérique

20Alors que la tradition des départs temporaires ou de plus longue durée vers l’Espagne touchait pour l’essentiel le Haut-Rouergue, du Lot à l’Aubrac, et le Sud-Est du département, l’émigration lointaine de la deuxième moitié du dix-neuvième siècle élargit le recrutement. Mais dans le même temps les épicentres principaux se déplacent, se localisant plutôt vers l’Ouest et le Nord-Ouest aveyronnais.

21Nos sources militaires, qui nous ont fourni près de 800 cas d’insoumis ou de conscrits examinés à l’étranger entre 1857 et 1907, permettent de délimiter clairement les aires nouvelles de recrutement de l’émigration à l’étranger. Ainsi en considérant les insoumis, 148 communes, soit la moitié du total, ont vu partir au moins un jeune conscrit hors de France, avant le service militaire. Cependant, les départs vers l’Amérique du Nord ou du Sud apparaissent plus regroupés, le nombre de communes concernées par notre statistique se réduisant à une centaine.

22C’est que le jeu des filières migratoires devient essentiel dans ce type d’émigration. De fait, sur une carte du département, les communes ayant enregistré le plus grand nombre de départs vers l’Amérique se regroupent par deux ou trois. Elles sont d’ailleurs le plus souvent contigües ou en tout cas très proches l’une de l’autre, comme l’indiquent conjointement toutes nos sources d’archives et nos enquêtes sur le terrain. Le rapprochement des chiffres communaux d’insoumission les plus forts illustre bien l’importance du recrutement de proche en proche grâce au bouche à oreille, aux relations familiales ou villageoises, aux mariages. On voit par exemple plusieurs soeurs épouser chacune un migrant à quelques années d’intervalle.

Exemples de groupements de communes proches

Bassin houiller

Ségala de Naucelle

Dorsale du Ségala

Aubin

Camjac

Colombiès

Auzits

Castelmary

Moyrazès

Decazeville

Crespin

Firmi

Naucelle

23L’inertie qui résulte du phénomène de filière migratoire explique d’ailleurs que le Nord Aveyron, spécialement l’Aubrac et son avant-pays de la Viadène, aient en grande partie échappé à l’attraction de l’Amérique. En effet, les départs vers l’Espagne restent ici prépondérants même en cette fin du dix-neuvième siècle où, nous l’avons assez souligné, les habitudes migratoires rouergates venaient d’être bouleversée.

FIG 2 : L EMIGRATION AVEYRONNAISE EN AMERIQUE d’après l’origine des insoumis (1857 – 1891)

FIG 2 : L EMIGRATION AVEYRONNAISE EN AMERIQUE d’après l’origine des insoumis (1857 – 1891)

24De façon très significative plus d’un tiers des insoumis en Espagne que nous avons dénombrés sont originaires de cinq ou six communes seulement, toutes localisées le long de la Truyère d’Entraygues à Mur-de-Barrez.

25Les filières migratoires vers l’Amérique ont été particulièrement actives dans deux zones géographiques : le Bassin houiller et ses abords autour de Décazeville d’une part, et le Ségala d’autre part. Ailleurs, notamment dans la moitié méridionale du département, les départs sont beaucoup moins nombreux et les partants proviennent de communes souvent assez éloignées les unes des autres.

Le Bassin houiller et ses annexes migratoires

26Le véritable pôle de l’émigration en Amérique est constitué par l’agglomération decazevilloise et les gros bourgs satellites qui l’entourent, tels Aubin, Firmi, Viviez ou des villages plus petits comme Flagnac. Chacune de ces localités figure sur notre liste des insoumis à l’étranger avec de 5 à 10 cas. Decazeville, à elle seule, s’adjuje 44 dossiers d’insoumission et 40 demandes de conseil de révision hors de France pour la courte période 1904-1907. En outre les départs vers l’Amérique sont abondamment commentés pendant une dizaine d’années dans la presse du Pays Noir. De même les demandes de passeport en provenance de cette zone abondent parmi les dossiers qui nous ont été transmis. On a le sentiment que le Bassin houiller et ses abords ont connu alors une authentique effervescence migratoire et que l’attraction de l’Amérique y a réellement affecté la vie locale par l’espoir qu’elle représentait.

27La répartition des migrants dont l’origine communale nous est connue esquisse un espace de départ à trois composantes :

. D’abord l’agglomération industrielle elle-même, notamment les communes contigües de Décazeville, Aubin, Firmi, Viviez. Nous verrons qu’elle abritait alors de nombreux individus instables ou à la recherche d’un travail rémunérateur.
. Autour de l’agglomération decazevilloise se dessine une couronne de communes également fortement touchées par la vague de départs en Amérique : Almon-les-Junies, Livinhac, les Albres, Montbazens. En fait ces secteurs ruraux dépendaient directement du Bassi houiller car ils alimentaient ses marchés en produits de consommation courante et hébergeaient de nombreux ouvriers-paysans. On notera que la population agricole de toute cette zone de plateaux et de vallées proches de Décazeville avait fourni une grande partie de la main-d’oeuvre du premier développement industriel. Donc c’est là un milieu relativement moins ancré à la terre qu’on ne l’était dans le reste de l’Aveyron.
. Mais le pôle migratoire decazevillois a diffusé le rêve américain beaucoup plus loin. En effet les communes bordières de la vallée du Lot, vers Capdenac à l’aval, et jusqu’à Saint-Geniez-d’Olt en amont fournissent un nombre appréciable de migrants. Les phénomènes de filières y apparaissent avec une grande pureté dans certaines d’entre elles, par exemple à Lassouts ou à Saint-Côme, en amont d’Espalion, pour les départs en Argentine ; ou à Grandvabre, Noailhac et Conques pour l’émigration à San Francisco. Par contre, avant même Saint-Geniez d’Olt, quand on aborde les confins de la Lozère et des Grands Causses, l’attraction américaine faiblit nettement car prévalent ici l’exode vers le Midi de la France et l’émigration vers l’Afrique.

28Par ailleurs, de façon générale, il apparaît que la proximité de Decazeville a eu une influence sur les destinations des partants. Les communes urbaines et la couronne immédiate ont plutôt choisi les Etats-Unis, tandis que dans les communes éloignées on se déterminait au coup par coup en fonction des filières familiales existant dans chacun de ces micro-espaces. L’Argentine fut ici bien souvent plus attirante que San Francisco.

Le Ségala central

29Dans le Ségala central la vague migratoire semble se propager à partir de la dorsale de hautes terres qui court de Villefranche à l’Ouest à Rodez à l’Est. Peut-être d’ailleurs y a-t-il eu contagion à partir des communes périphériques du bassin houiller, puisque seule la vallée moyenne de l’Aveyron sépare ces deux zones géographiques.

30Sur la dorsale les secteurs les plus touchés par les départs correspondent aux communes de Rieupeyroux, de Colombiès, de Moyrazès. Une seconde zone forte s’esquisse dans le sens méridien en direction de Naucelle, par Sauveterre et Gramond, s’épanouissant ensuite jusqu’au Viaur (Camjac, Crespin, Castelmary, Camboulazet, Carcenac). On notera que la route Albi-Naucelle-Rignac-Decazeville-Figeac semble constituer une épine dorsale pour cette zone migratoire du Ségala central. En fait les relations de bourg à bourg étaient actives le long de cet axe d’intérêt local. On peut invoquer en particulier le rôle probable des foires et, sans doute aussi, des relations matrimoniales fréquentes de part et d’autre de la vallée de l’Aveyron ou entre les hauts plateaux et des communes comme Gramond ou Sauveterre par exemple. Par contre au-delà des gorges du Viaur, vers Lédergues ou Réquista, les populations étaient tournées vers d’autres directions.

31De même l’émigration américaine a très peu touché l’extrême Ouest du département. Il est significatif par exemple que le canton de Najac et la vallée de l’Aveyron, en aval de Villefranche-de-Rouergue, n’apparaissent que rarement dans les dossiers d’archives. La sollicitation migratoire cheminant depuis les hauteurs de Colombiès – Rieupeyroux s’est très vite affaiblie, dans un rayon de 20 kilomètres en direction de l’Ouest, ne dépassant guère La Salvetat-Peyralès.

32Un fait est également certain : le Ségala est d’abord une zone de départs vers l’Argentine. Ainsi plusieurs communes fournirent à Piguë deux ou trois familles, y compris parmi le convoi pionnier attiré par Clément Cabanettes.

Le Sud-Aveyron

33Toute la moitié méridionale du département, orientée traditionnellement vers l’Albigois ou le Midi languedocien, notamment pour ses échanges commerciaux, ne réagit que très modérément à l’appel américain. Comme nous l’avons déjà souligné, on n’y décèle pas de filières migratoires durables. On n’y voit pas non plus opérer les quelques compagnies d’immigration qui sévirent à Decazeville par exemple. De plus il semble que l’émigration la plus notable soit ici plus tadive (1890-1914) que dans le bassin houiller ou, même, le Ségala. Les traces des originaires des communes méridionales apparaissent notamment dans les demandes de secours venues d’Argentine, ce qui pourrait indiquer une réussite locale pus difficile que pour les émigrés d’autres régions aveyronnaises. Sans doute les départs tardifs et isolés expliquent-ils ces échecs.

34Au total l’organisation archaïque de l’espace traditionnel rouergat rend assez bien compte de l’extension géographique de l’émigration vers l’Amérique comme de ses limites. Les filières nécessaires à la réussite d’aventures individuelles aussi insolites pour des ruraux repliés sur eux-mêmes se sont trouvées jouer au mieux dans des micro-espaces de relation, par une sorte de contagion migratoire de proche en proche. Mais celle-ci semble faiblir très rapidement quand elle se heurte à un élément de discontinuité : un obstacle naturel servant de ligne de partage ancienne aux rapports de communauté à communauté, l’éloignement ou l’isolement de telle ou telle zone, enfin d’autres habitudes migratoires vers l’étranger. Il est vrai aussi que l’émigration américaine ne pouvait drainer que des effectifs réduits tant à l’échelon local que départemental, puisqu’elle s’est déclenchée au plus fort de l’exode rural vers Paris et les grandes villes françaises, alors que la population connaissait une instabilité surprenante dans des sociétés locales réputées immobiles.

LES MILIEUX SOCIAUX ET HUMAINS DE L’EMIGRATION VERS L’AMERIQUE

Un contexte de crise aggravée par la pression démographique

  • 6 On peut comparer la crise des campagnes aveyronnaises avec celle qui sévit aussi à la fin du siècle (...)

35Les années 1880-1890 apparaissent comme des années noires dans l’histoire économique aveyronnaise. Cette crise brutale aggrave les difficultés habituelles de l’existence dans les milieux populaires. Par ailleurs la population continue de progresser, notamment dans la partie centrale et occidentale du département, alors que l’exode sévit déjà depuis deux décennies dans la moitié orientale et dans le Haut-Rouergue montagnard. Or, ce sont justement les cantons surpeuplés de l’Ouest qui voient se disloquer les bases traditionnelles de leur économie : l’activité industrielle dans le bassin de Decazeville, les vignobles et la petite polyculture dans la vallée du Lot, l’élevage dans le Ségala. Tout se passe comme si cette crise avait tellement ébranlé ces régions qu’un contingent important des candidats à la migration est prêt à passer outre aux sentiments habituels de prudence, en préfèrent l’émigration lointaine à l’exode vers les villes6. De plus ce dernier est trop récent dans le Centre et l’Ouest aveyronnais pour y avoir créé des réseaux d’accueil et des systèmes d’embauche qui capteraient l’essentiel des flux comme cela s’est produit dès 1860- 1870 dans le Nord-Aveyron tourné vers la "Limonade" et le "Commerce" à Paris. Donc, dans l’Ouest rouergat les candidats au départ les plus hardis étaient disponibles pour des trajets migratoires neufs.

36Dans le bassin houiller de Decazeville les difficultés sont d’origine industrielle, mais elles ont un profond retentissement dans tous les secteurs de l’agglomération et débordent largement dans les campagnes environnantes puisque de nombreux ouvriers en sont originaires ou y résident. L’artisanat, le petit commerce rural et de quartier furent particulièrement touchés, d’autant que beaucoup de ces boutiques avaient été créées par des individus sans arrières financiers. Or la crise du Pays noir a duré au moins une quinzaine d’années après 1880. La période 1886-1890 y fut la plus agitée et la plus lourde de conséquences. Les forges ferment leurs portes, l’extraction charbonnière est réduite. En 1886 une grève de cent huit jours assortie de violences, dont la défenestration mortelle d’un ingénieur, ébranle la population locale. Les ruraux nouveaux arrivés dans le bassin industriel avec l’espoir d’y vivre honnêtement sont désorientés. Il en va ainsi par exemple de Julien Poujade, installé alors auprès de son frère artisan. Le futur émigrant à San Francisco dit clairement dans son journal qu’il se sent dérouté par ces conflits. De leur côté les ouvriers sont désespérés par l’impossibilité absolue de se faire réembaucher sur place. Beaucoup d’émigrants se recrutent parmi eux, comme en témoigne la presse locale et les dossiers individuels. Par exemple le Courrier Républicain du 10 juin 1886 affirme que la quasi-totalité des trois cent quarante six licenciés des mines sont partis en Amérique.

37En milieu rural la déstabilisation de la population, notamment des jeunes, s’explique par la crise ambiante, mais aussi par des facteurs internes : surpopulation et faiblesse des revenus individuels.

38Les zones de forte émigration vers l’Amérique ont été particulièrement touchées par la crise agricole et rurale. Dans la vallée du Lot par exemple les petits vignobles, ruinés par le phylloxéra, voient d’autre part leurs débouchés traditionnels vers le bassin houiller se réduire du fait du marasme industriel. Il en est de même pour la petite arboriculture qui était une ressource non négligeable de ces terroirs abrités. Par ailleurs de nombreux ateliers textiles cessent leur activité au même moment.

39A cet égard le cas de L. est exemplaire. Modeste manufacturier de drap à Saint-Geniez-d’Olt il fait faillite parce que trop endetté. Il crée ensuite une scierie qui périclite ; mais il est ruiné par l’affaire de Panama dans laquelle il s’était imprudemment engagé pour, pensait-il, relever rapidement ses finances par une heureuse spéculation. Si bien que la seule issue pour ce malchanceux fut l’exil volontaire.

40Dans le Ségala les prix des céréales ont baissé régulièrement, les porcs se vendent mal et de nombreux ménages pauvres se trouvent endettés vis-à-vis des riches agriculteurs ou des notables des bourgs proches. Ainsi avons-nous trouvé assez souvent mention de cet endettement dans les dossiers d’émigration. Certains sont forcés de vendre leurs champs. N’ayant plus rien à perdre on comprend qu’ils aient accepté de s’expatrier. Ainsi en va-t-il par exemple des époux M. de Colombiès. "Ils possédaient dit un rapport, une petite maison et deux champs qu’ils durent vendre à la suite de mauvaises affaires, ce qui les détermina à s’expatrier par l’entremise d’une agence d’émigration".

  • 7 Voir l’analyse détaillée de ces indices de richesse moyenne dans notre thèse : Les Aveyronnais... o (...)

41Cependant le Ségala, la vallée moyenne du Lot, l’agglomération de Decazeville sont aussi des zones où la pression démographique s’est sensiblement accentuée par accumulation de population depuis une ou deux générations. Celle-ci impliquait deux conséquences qui ne pouvaient que rendre ces milieux humains très sensibles aux sollicitations migratoires. D’une part ces communes not toutes un fort contingent de jeunes à la recherche d’un travail ; d’autre part le niveau de vie moyen stagne ou régresse. Et ce n’est pas un hasard si l’analyse de l’évolution de la richesse moyenne par le truchement des revenus cadastraux place le Haut Ségala ou les communes bordières du Lot dans le groupe des moins favorisés7.

Des milieux de départ modestes

42L’examen des structures socio-professinonelles de la population rurale révèle l’existence dans toutes les communes de professions nombreuses et précaires. A Grandvabre, haut lieu de l’émigration à San Francisco, les listes nominatives de 1886 montrent bien l’importance des éléments jeunes et en apparence instables du fait de leur condition sociale. Parmi les 369 personnes ayant une occupation propre la répartition s’établit comme suit :

– Retraités rentiers :

2

,
– Instituteurs, prêtres, religieuses :

12

– Artisans et commerçants :

53

– Ouvriers :

4

– Agriculteurs exploitants ;

224

– Domestiques :

74

Nous soulignerons plus particulièrement :
– La grande variété des professions de la commune, si on les examine en détail. Les métiers de l’artisanat et du commerce sont très nombreux, mais on sent bien que la division apparente des activités est artificielle, ne laissant à chacun que le minimum vital. Ainsi les 7 couturières, 3 modistes, 7 aubergistes pouvaient-ils compter sur une clientèle étoffée ? Il est évident que les habitants de Grandvabre pratiquent alors une parcimonie de tous les instants. Julien Poujade est d’ailleurs très clair sur ce sujet. Ainsi, pour gagner quelques sous, ses soeurs allaient vendre des boutons et des menus produits de broderie dans les foires du Cantal.
– On est frappé également par l’importance du groupe des agriculteurs-exploitants. Pourvus de biens exigus, ils n’ont pu qu’être très sensibles à la crise qui les atteint dès 1880.
– Enfin les domestiques constituent une catégorie jeune et très founie. Pour la plupart ils sont employés dans les fermes. Mal payés, soumis à un dur labeur, ils seront évidemment les moins attachés à la commune. De fait, durant toute la fin du XIXe siècle, on les voit partir en grand nombre parmi les migrants de l’intérieur ou les expatriés.

43La crise de l’emploi dans le Bassin houiller comme les déconvenues de l’agriculture dans la même période, la précarité de la situation des jeunes générations ne ouvaient qu’être perçues comme plus préoccupantes encore du fait de la lourdeur des charges de famille. En effet la fécondité moyenne des ménages combinée aux pratiques sociales et familiales traditionnelles gonflait les maisonnées. Si nous reprenons le cas de Grandvabre à titre d’exemple, les chiffres relevés montrent bien la difficulté qu’il devait y avoir alors à nourrir ces grandes familles. D’autant que les plus étoffées ne correspondent pas forcément bien sûr aux fermes les plus étendues. En 1886 les 271 ménages se répartissent de la façon suivante :

Nombre de personnes par ménage

Nombre de ménages (1886)

1

21 (7,8 %)

2 et 3

67 (24,7 %)

4 et 5

68 (25,0 %)

6 à 9

106 (39,2 %)

9 et plus

9 (3,3 %)

44Les ménages les plus chargés d’enfants et de collatéraux sont ceux des paysans et des aubergistes. Par contre les artisans ou les petits commerçants de Grandvabre ont alors des charges de famille nettement moins lourdes. Par ailleurs ces familles nombreuses abritent globalement, à Grandvabre comme ailleurs, un fort contingent d’individus en situation dépendante, pour qui l’émigration représente l’espoir d’une libération personnelle. Agés de 20 à 30 ans ou plus, ces célibataires apparaissent clairement dépendants du "chef de ménage", par rapport à qui les listes nominatives les situent avec précision comme "fils majeur" "frère" "soeur", "domestique", "protégé".

45L’émigration aveyronnaise vers l’Amérique touche donc des milieux populaires modestes, bien que quelques employés moyens, quelques fils de la bourgeoisie locale apparaissent ici et là dans les documents. L’essentiel des effectifs provient de quatre groupes sociaux dont les ressources ont été plus ou moins durablement affectées par la crise agricole et industrielle :

Le milieu ouvrier a fourni de gros contingents, proportionnellement beaucoup plus forts que ne l’aurait laissé supposer la faible industrialisation du département. Il est vrai cependant que les migrants ouvriers sont dans leur quasi-totalité originaires du bassin de Decazeville. On observe aussi qu’il s’agit d’ouvriers licenciés ou durement déçus par leur métier. De ce fait le désir de rupture avec ce milieu d’origine défavorisé est fort et apparaît souvent dans les histoires de vie ou les clichés véhiculés par la presse locale. L’Amérique représente aux yeux de beaucoup une chance essentielle d’échapper à la condition de prolétaire. Ainsi les journaux mentionnent avec complaisance la réussite en Californie de tel ou tel ou insistent sur l’aisance apparente des "Américains" qui, de retour au pays, marquent leur passage par des largesses ou de bruyantes agapes.
Les artisans et les compagnons figurent très tôt parmi les partants. Ils étaient en effet très nombreux aussi bien à la ville qu’à la campagne et leur groupe se gonflait régulièrement du fait de l’arrivée de nombreux ruraux sans terre, en particulier de cadets pour qui "prendre un métier" était alors la seule soutien pour échapper à la condition de domestique de ferme. L’émigration offre l’espoir d’utiliser au mieux des compétences spécifiques dans des pays d’accueil encore dépourvus de "bons ouvriers", comme l’affirme une lettre de François Issaly, le second de Clément Cabanettes en Argentine. Le même mène d’ailleurs campagne pour recruter des charrons et des charpentiers.
Les petits agriculteurs alimentèrent sans doute le courant migratoire le plus important après les ouvriers. Dans le Ségala en particulier la perspective de constituer en Amérique une propriété importante ne pouvait que mettre en effervescence de nombreux paysans modestes. On retrouvera d’ailleurs des espérances comparables et un flux notable d’installations à la terre chez les Ségalis dans les années 1950-1960, quand le Toulousain et l’Aquitaine aparaîtront comme des campagnes vides d’hommes, où l’hectare était très bon marché.

46Les agents recruteurs des Compagnies d’immigration ou de Cabanettes, comme leurs rabatteurs locaux, ont d’ailleurs parfaitement compris que la paysannerie du Ségala ou celle des plateaux bordiers du Lot seraient spécialement réceptives à la promesse d’obtenir de belles surfaces en Amérique. Ainsi pour Pigüé la propagande insiste sur la qualité de la terre, la possibilité pour chaque émigrant d’agrandir éventuellement son lot initial et sur le fait que son savoir-faire de petit polyculteur lui permettra de rester totalement indépendant. Notons d’autre part que le souci de l’indépendance personnelle s’alliait aussi à la solidité des concepts familiaux en usage dans le milieu agricole aveyronnais et au goût prononcé de l’individualisme.

47Cependant, la dernière catégorie bien caractérisée de partants vers l’Amérique est celle des jeunes isolés, pour qui l’émigration était autant la fuite de certaines contraintes que la recherche de chances personnelles plus grandes, traditionnellement un contingent notable de jeunes Aveyronnais refusaient le service militaire. Par exemple des filières d’insoumission fonctionnaient depuis l’Ancien Régime à destination de l’Espagne. Or, les rapports de police montrent qu’au milieu du dix-neuvième siècle l’arrivée d’une population d’origine espagnole dans les usines de Decazeville vivifie singulièrement ces filières, en permettant tout un trafic de fausses identités et de faux papiers. Mais l’émigration vers l’Amérique offre de nouvelles opportunités et dès 1885 le nombre d’insoumis en Amérique dépasse celui des jeunes gens réfugiés en Espagne. Aux insoumis s’ajoutent des marginaux, des individus sans travail et, plus communément, des jeunes condamnés à une vie de dépendance personnelle dans le cadre des structures familiales archaïques. Il est significatif en particulier que dès 1890 on assiste fréquemment à des mariages entre des émigrés et de jeunes Aveyronnaises, restées célibataires dans leur famille ; ou servantes de ferme par exemple. Julien Pou jade raconte dans son journal, comment, dans ce contexte, il se maria à son premier retour en France, après quatre mois de fiançailles seulement, avec une jeune fille sans profession bien définie, restée dans sa famille en situation dépendante.

CONCLUSION

48Les milieux sociaux de départ des émigrants rouergats vers l’Amérique ne sont pas fondamentalement différents de ceux du reste du département à la même époque.

49Pourtant les communes d’origine de cette émigration forment des ensembles géographiques assez nettement délimités, homogènes et bien typés, dans l’Ouest et le centre de l’Aveyron, autour d’un pôle principal : l’agglomération decazevilloise. Par contre, le Haut-Rouergue, les Grands Causses et tout le Sud semble être restés à l’écart de la vague de départs en Amérique, même si cette dernière est modeste en regard de l’exode rural.

50En fait l’établissement dans les années 1885-1890 d’une aire de recrutement privilégié de l’émigration américaine dans le Centre-Ouest aveyronnais paraît relever de deux dynamiques :

. L’une tient aux circonstances particuières de l’époque dans les espaces concernés : bassin houiller, Ségala et vallée du Lot. Ces petites régions sont frappées par une crise propre, brutale et aigüe. Dans l’agglomération industrielle et les communes qui la ceinturent des centaines de personnes jetées au chômage sont prêtes à partir vite. En zone purement rurale, notamment dans le Ségala, la baisse des prix des diverses dentrées intervient alors que la surpopulation devient lourde à supporter, à l’échelon local en particulier. Il y a déstabilisation d’une partie des effectifs dans ces communautés rurales.
En clair dans un cas comme dans l’autre, les candidats au départ sont devenus très nombreux et l’émigration vers les villes ne suffit pas à canaliser les flux potentiels existants. D’autant que des filières bien établies, du type "Limonade" pour le Nord-Aveyron, n’existent ni dans le Ségala, ni en milieu ouvrier.
Aussi comprend-on facilement que les possibilités d’émigrer en Amérique touchent ces cantons aveyronnais à un moment tout à fait opportun.
. Cependant, la cohérence de l’aire migratoire aveyronnaise vers l’Amérique s’explique aussi à notre sens par la dynamique des filières, qui s’organisent rapidement à partir de l’action d’un agent recruteur ou qui suivent des cheminements familiaux et des réseaux de voisinage.

51Cette capacité de créer et de faire durablement fonctionner des filières est en effet caractéristique des comportements migratoires rouergats, tant en matière d’exode rural que d’émigration à l’étranger. La filière américaine a fonctionné pendant plus de trente ans de façon exemplaire et on peut ainsi la comparer au système migratoire vers Paris dans l’ensemble des déplacements de Rouergats vers les villes.

  • 8 Béteille R., "Une nouvelle approche géographique des faits migratoires : champs, relations, espaces (...)

52Or, il est maintenant prouvé que les champs de migration et les filières les plus actifs caractérisent les milieux de départ humainement les plus originaux, les plus cohérents et les plus typés8. Le cadre physique a certes de l’importance dans la délimitation de ces aires migratoires homogènes, parce qu’il a servi de support spatial à la définition des relations traditionnelles dans les communautés concernées. Mais, c’est surtout la cohérence des systèmes de valeurs qui est en cause. Dans le cas des deux milieux privilégiés de l’émigration averyonnaise en Amérique l’homogénéité des espaces humains considérés est évidente : un microcosme ouvrier et sa zone d’influence immédiate d’une part, des terroirs émiettés en très petites exploitations progressivement plus surchargées d’hommes d’autre part.

BIBLIOGRAPHIE

Bibliographie

Outre les références citées dans le texte, qui permettent de préciser tel point particulier du sujet, nous rappellerons ici seulement quelques ouvrages généraux nécessaires aux lecteurs peu familiers de l’Aveyron pour situer la période d’étude dans l’évolution du département.

Enjalbert H. (sous la direction de) : Histoire du Rouergue, Toulouse, Privat 1979, 508 p.

Meynier A., Ségalas Lévezou, Châtaigneraie, Aurillac, U.S.H.A., 1931, 490 p.

Sources

– Archives Départementales de l’Aveyron
– affaires militaires
– correspondance préfectorale
– fonds émigration
– listes nominatives
– passeports
– recensements, résultats généraux.

– Journaux
– Bulletin d’Espalion
– Le Courrier du Rouergue
– Le Journal de l’Aveyron
– Le Pays Noir.

– Nous avons eu aussi la possibilité de dépouiller une abondante correspondance privée et de réaliser des enquêtes sur le terrain (Decazeville, canton de Conques, Ségala).

Notes

1 Nous renvoyons le lecteur à notre thèse : Les Aveyronnais. Essai géographique sur l’espace humain, Poitiers, 1974, dans laquelle l’exode aveyronnais est présenté en détail.

2 Dermigny L., Cargaisons indiennes, Solier et Cie, 1781-1793, Paris SEVPEN, 1960, 2 vol.

3 Plusieurs études ponctuelles traitent de ce sujet. On consultera par exemple :
– Deffontaines P., "L’émigration française en Catalogne et à Barcelone", Estudios geograficos, 1966, pp.561-578.
– Granier R., "Une agence d’émigration en Espagne en Bas-Rouergue", Actes du 94e Congrès des Soc. Sav., Pau 1969, Hist. Mod. et Contemp. I, pp.99-114.

4 Andreu J., Benassar B., Gaignard R., Les Aveyronnais dans la Pampa, Toulouse, Privat, 1977, 325 p.

5 Extrait du journal de J. Poujade aimablement communiqué par sa famille.
Document présenté dans Beteille R., "Julien Poujade émigrant", Revue du Rouergue 1981, n° 139.
Précisons que cet émigrant se montra toujours très avisé. D’abord trimardeur sur les chantiers urbains, puis ouvrier blanchisseur, il parvint à acquérir plusieurs hôtels à San Francisco. Ruiné par le tremblement de terre de 1906, il réussit à reconstituer sa fortune, parvenant même à acheter en Aveyron le château et la grande ferme dont son père avait été un parcellier. Il y installa d’ailleurs sa femme et ses enfants, menant une fin d’existence inattendue, partageant son temps entre l’Amérique et sa terre rouergate.

6 On peut comparer la crise des campagnes aveyronnaises avec celle qui sévit aussi à la fin du siècle dans le Lot voisin.
Toujas-Pinède C., "L’émigration des habitants du Lot en Amérique du Sud à la fin du XIXe siècle", Rev. Géog. des Pyrénées et du Sud-Ouest, 1954, pp.277-292.

7 Voir l’analyse détaillée de ces indices de richesse moyenne dans notre thèse : Les Aveyronnais... op.cit., pp.81-97.

8 Béteille R., "Une nouvelle approche géographique des faits migratoires : champs, relations, espaces relationnels, "L’Espace géographique", 1981, n° 3, pp.187-197.

Table des illustrations

Titre FIG.1 : LES INSOUMIS A L ETRANGER (1857 – 1891) REPARTITION PAR PAYS
URL http://books.openedition.org/psorbonne/docannexe/image/53031/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 28k
Titre FIG 2 : L EMIGRATION AVEYRONNAISE EN AMERIQUE d’après l’origine des insoumis (1857 – 1891)
URL http://books.openedition.org/psorbonne/docannexe/image/53031/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 31k

© Éditions de la Sorbonne, 1986

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search