Version classiqueVersion mobile

L’émigration française

 | 
Nicole Fouché

Canada

L’emigration française au Canada (1882 – 1929)

Bernard Penisson

Texte intégral

  • 1 De 1885 à 1888, il s’intitule Canada, Résumé statistique ; de 1889 à 1904, Annuaire statistique du (...)

1Si l’on en croit les statistiques officielles, tant françaises que canadiennes, l’émigration de France à destination du Canada représente fort peu de chose. Elle ne s’élevait par exemple qu’à 0,95 % du total des immigrants venus au Canada pour la décennie 1901-1910. Et pourtant ce mouvement a suscité une forte hostilité de la part du gouvernement français. Les dates qui encadrent cet article correspondent d’une part à la fondation du Commissariat canadien à Paris, dont l’un des buts était de favoriser l’émigration des Français vers le Dominion, et d’autre part à la grande crise économique, qui accentue la chute d’un courant migratoire déjà fort compromis par la grande guerre. Les statistiques canadiennes sont fournies par le ministère de l’intérieur et publiées dans l’Annuaire du Canada 1. Nous utilisons aussi la correspondance consulaire française avec le ministère des Affaires étrangères, et celle des commissaires canadiens à Paris avec les premiers ministres fédéraux. Nous étudierons d’abord la politique de migration, puis les moyens mis en oeuvre pour la réaliser, et enfin ses résultats.

Les politiques Française, Canadienne et Quebecoise

2Elles sont totalement divergentes. La France cherche à conserver ses nationaux ou, à la rigueur, à les orienter vers ses colonies. Le Canada désire au contraire recruter des agriculteurs expérimentés et aisés pour mettre en valeur la Prairie. Quant au Québec, il songe surtout à freiner l’exode de ses fils vers les Etats-Unis.

La politique française.

  • 2 Olivar Asselin, Rapport sur une mission accomplie par lui en Europe concernant l’émigration au Cana (...)
  • 3 Bulletin des Lois, vol. 171, 1860, n° 7899, 182-184.

3Bien connue des autorités responsables canadiennes2, elle repose sur une loi générale assez libérale et sur des circulaires ministérielles plutôt restrictives consacrées au Canada. La loi sur l’émigration du 18 juillet 1860, article premier, stipule que : "Nul ne peut entreprendre les opérations d’engagement ou de transport des émigrants sans l’autorisation du ministre de l’agriculture, du commerce et des travaux publics"3.

  • 4 Rapport Asselin, 21.

4Le décret du 9 mars 1861 précise que les compagnies ou agences d’émigration devront fournir un cautionnement variant de 15.000 à 40.000 F. Ainsi, en 1912, les compagnies de transport maritime avaient versé la caution de 40.000 F, et leurs agents locaux celle de 3.000 F4.

  • 5 Paris-Canada, 31 mars 1886.
  • 6 Bulletin Officiel du Ministère de l’intérieur, 1886, circulaire n° 644, 25 février 1886, 50-51.
  • 7 Ibid., 1898, 178-180.
  • 8 Rapport Asselin, 17-18.
  • 9 B.O.M.I., 1909, 384-386.
  • 10 Archives du ministère des Affaires étrangères (A.M.A.E.), Canada NS 20, fo 144, 21 août 1911.
  • 11 Pas-de-Calais, Nord, Loire, Saône-et-Loire, Aveyron, Allier, Gard, Tarn, Puy-de-Dôme, Haute-Loire, (...)
  • 12 Ibid., fo 162.

5Par une circulaire du 16 janvier 1886, le ministre de l’intérieur Sarrien dénonçait l’émigration vers le Mexique, la République dominicaine, le Vénézuela, le Brésil et les Etats-Unis. Il ajoutait’ à sa liste le Canada le 25 février suivant, à la suite d’une intervention du commissaire canadien Hector Fabre qui lui avait signalé les actes malhonnêtes de certains agents d’émigration français. Ces derniers dirigeaient vers le Canada, "en leur faisant des promesses mensongères, des malheureux dénués de ressources"5. Sarrien notait que le Canada ne convenait qu’à deux catégories d’émigrants, les ouvriers agricoles et "ceux qui disposent de ressources pécuniaires suffisantes pour s’établir à leur propre compte"6. L’essentiel de la circulaire dénonçait les promesses fallacieuses des agents d’émigration. Le 5 mai 1898, une nouvelle circulaire du ministère de l’intérieur, alors occupé par Louis Barthou, mettait en garde les émigrants français cette fois-ci contre la ruée vers l’or au Klondyke7. Le Rapport Asselin signalait aussi une circulaire qu’il attribuait au ministère Combes en 1905, et qui soulignait les risques de l’émigration abusive vers "diverses contrées de l’Amérique"8. Clemenceau rappelait aux préfets, le 25 juin 1909, les dangers que recelait l’émigration au Canada. D’après les autorités françaises, la situation des émigrants avait empiré par rapport à 1886. Clemenceau déconseillait fortement l’émigration des commis de magasin, des employés de bureau, des "fils de famille" dépourvus de qualification. Il tolérait le départ de quelques ouvriers ou de "fermiers vigoureux et expérimentés qui possèdent une dizaine de mille francs et ont une famille pouvant les dispenser de recourir à la main d’oeuvre salariée". Les candidats, à ces conditions, ne devaient pas être nombreux. Clemenceau demandait aux préfets de "prendre des mesures pour enrayer les progrès d’une propagande active" en faveur de l’émigration française au Canada9. Le 21 août 1911, Joseph Caillaux, président du Conseil et ministre de l’intérieur, transmettait aux préfets, "à titre officieux, une notice qu’il serait utile de faire insérer, sans mention d’origine et comme une information quelconque dans les journaux des villes et régions où se recrutent principalement les émigrants français, employés, ouvriers de l’industrie et travailleurs agricoles, – à destination du Canada10". Enfin, le 24 septembre 1912, le ministre de l’intérieur, Théodore Steeg, envoyait une note confidentielle aux préfets de plusieurs départements miniers11 pour les mettre en garde contre l’embauche de mineurs français par des compagnies houillères de Nouvelle-Ecosse. Il insistait à cinq reprises en une page sur le caractère confidentiel ou officieux de cette opposition au départ des Français vers le Canada12.

6Ces informations alarmistes étaient abondamment fournies par la correspondance des consuls de France à Montréal. Par exemple, le 4 mai 1899, le consul Alfred Kleczkowski écrivait au ministère des Affaires étrangères à propos d’un projet de colonisation dans le Nord-Ouest canadien :

  • 13 A.M.A.E., Canada NS 19, fo 5-7, 4 mai 1899.

"Depuis une quinzaine d’années, de grands efforts ont été faits pour attirer une émigration française dans les plaines de l’Ouest. On peut évaluer à deux mille le nombre des Français qui se sont laissés séduire par les promesses, souvent fallacieuses, des agents d’émigration. Parmi ceux-là, ceux qui se plaignent de leur sort sont légion ; les privilégiés qui, ayant réussi, grâce à des qualités exceptionnelles, se déclarent satisfaits, sont l’exception. (...) Il importe néanmoins d’apporter beaucoup de discrétion dans les moyens employés afin d’empêcher le mouvement de se développer"13.

  • 14 Ibid., NS 20, fo 128-129, 13 juin 1911.
  • 15 Ibid., fo 44-47, 25 mars 1908.
  • 16 Ibid., fo 49-52, 14 avril 1908.

7En ces quelques lignes, presque toute l’analyse française du phénomène d’émigration française vers le Canada se trouve résumée : le danger présenté par l’intense propagande des agents canadiens d’immigration en France ; le trop grand nombre de compatriotes qui, mal renseignés, ont gagné le Canada ; le triste sort de l’immense majorité des immigrants français outre-Atlantique ; et, comme il se doit, le très petit nombre des élus ; mais, pour ménager le patriotisme des Canadiens, les mesures de restriction à l’émigration devront se faire discrètes par nécessité. Faut-il alors se réjouir de la réussite de certains ? Que non pas ! En cas de succès, les Français acquièrent la nationalité canadienne, et leurs fils, devenus sujets canadiens, ne satisfont pas à l’obligation du service militaire14. Comme à contrecoeur, les autorités consulaires reconnaissent que les domestiques et les agriculteurs réussissent bien au Canada, mais c’est aussitôt pour minimiser ce succès, en notant les doléances des pionniers sur la rigueur du climat hivernal, les différences d’habitudes, la nourriture anglo-saxonne. Elles conseillent de ne faire le voyage d’aller qu’à la condition d’avoir aussi de quoi payer le billet de retour15. Face à l’arrivée croissante de Français au Canada, le consulat suggère la suppression des agences d’émigration en France16.

  • 17 Ibid., fo 60-61, 8 mai 1908.
  • 18 Ibid, , note du consul au ministre des Affaires étrangères, fo 73-74, 2 août 1908.
  • 19 Le Sénat l’avait ratifiée le 1er avril 1909 et la Chambre des députés allait le faire le 13 juillet
  • 20 Ibid., fo 122, 28 mai 1909.

8Ainsi alerté, le ministère des Affaires étrangères réclame au consulat de Montréal une note résumant tous les insuccès des émigrants français, les souffrances qu’ils ont endurées, et surtout le nombre approximatif des demandes de rapatriement adressées au consul17. Ces informations ont pour but d’avertir le ministre de l’intérieur et par son intermédiaire les préfets ; elles sont à l’origine directe de la circulaire de Clemenceau du 25 juin 190918. Pourtant, le ministère de l’intérieur ne tenait pas à gêner la liberté d’action des agents canadiens au moment même où le Parlement français ratifiait la convention commerciale franco-canadienne du 19 septembre 190719. De plus, le même ministère objecte que le nombre de Français en détresse et rapatriés du Canada aux frais de l’Etat est minime par rapport au total des émigrants, et il cite les chiffres suivants20 :

Années Français rapatriés du Canada Français émigrés au Canada
1904 1.806
1905 6 1.973
1906 7 1.832
1907 5 2.129
1908 11 2.671
  • 21 Ibid., fo 138, 8 juin 1909.
  • 22 Ibid.

Ce à quoi le consul réplique que "l’amour-propre retient ici le plus grand nombre des Français qui se sont laissé attirer par les promesses des agents canadiens". Quant à ceux qui se décident à demander leur rapatriement, ils "sont découragés neuf fois sur dix par la lenteur des formalités"21. Enfin, les institutions charitables opèrent plus de rapatriements que le consulat. "C’est ainsi que l’Union nationale française de Montréal a rapatrié 33 de nos compatriotes en 1906-1907 et 27 en 1907-1908"22. Et les consuls de France à Montréal, de 1908 à 1912, ne cessent de réclamer au ministère des Affaires étrangères, mais sans succès, la fermeture de l’agence canadienne d’immigration à Paris.

  • 23 Ibid., Canada 1918-1940, vol. 71, fo 75, 23 octobre 1924.
  • 24 Ibid., fo 98-100, 5 mars 1926.

9Pendant et après la guerre, l’arrivée des Français au Canada diminua fortement, si bien que le consulat de Montréal fut moins préoccupé par ce problème migratoire. Mais le réflexe d’hostilité face à l’émigration française demeure bien ancré chez les responsables diplomatiques. Ainsi, en 1924, le consul Régis de Vitrolles envoie au ministère deux lettres de Français immigrés qui demandent leur retour dans la métropole, avec ce commentaire : "Il ne serait peut-être pas sans intérêt de les utiliser, avec toutes les réserves d’usage et toutes les précautions requises, pour détourner nos compatriotes de venir chercher fortune au Canada"23. D’autre part, il dénonce lui aussi le danger d’assimilation rapide qui guette les immigrés. "Une propagande incessante est faite, écrit-il, pour amener les jeunes français (...) à renoncer à leur nationalité d’origine (...) Au Canada, l’assimilation se fait vite et nos compatriotes sont rapidement gagnés par les théories américaines condamnant la guerre et le service militaire obligatoire"24.

  • 25 Ibid., f° 130-131, 5 janvier 1929.
  • 26 Ibid, , vol. 72, fo 45, 5 décembre 1930.

10Quant au ministère des Affaires étrangères, il continue de décourager les rares candidats à l’émigration qui s’adressent à ses services, en leur signalant le climat très rigoureux du Canada et l’isolement des exploitations agricoles. Il essaie de les orienter vers les colonies françaises ou les protectorats de Tunisie et du Maroc25. A partir de 1930, la crise économique, le chômage et la politique canadienne de restriction de l’immigration vinrent réduire à quelques dizaines par an le nombre des Français qui tentèrent l’aventure du départ vers le Dominion du Nord26.

La politique canadienne.

11Deux lois principales, celles de 1869 et de 1910, la définirent au cours de cette période. Elles furent complétées par quelques règlements, particulièrement de 1902 à 1910, et par les ordres en conseil de janvier 1923.

  • 27 L’immigration dépendit d’abord du ministère de l’Agriculture (1867-1896), puis de celui de l’intéri (...)
  • 28 Jean Hamelin, "Québec et le monde extérieur", Annuaire du Québec, 1968, 6-12.

12En vertu de la Constitution de 1867, la juridiction en matière d’immigration relève du gouvernement fédéral27 et des gouvernements provinciaux. Dès le 30 octobre 1868, les délégués d’Ottawa et des provinces avaient élaboré un compromis sur le partage des pouvoirs et des responsabilités. Le gouvernement fédéral devait établir et entretenir une agence d’immigration à Londres et d’autres sur le continent européen. Les provinces pourraient nommer en Europe des agents d’immigration accrédités par Ottawa ; elles devraient renseigner ces agents "sur le système de colonisation et d’établissement, désignant les terres assignées aux colons par des octrois gratuits", et s’engager à ne pas modifier sans préavis les conditions d’attribution de terres28. En fait, les provinces préférèrent se consacrer en priorité à la construction de chemins de fer pour conquérir de nouvelles terres de colonisation. Elles laissèrent au fédéral, par la convention de 1875, "le contrôle absolu dans la direction de tout ce qui se rattache à l’émigration venant du Royaume-Uni de la Grande-Bretagne et du continent de l’Europe". Les agences d’immigration provinciales étaient abolies, mais les provinces pourraient nommer un sous-agent travaillant sous le contrôle de l’agent fédéral de l’immigration à Londres. Ce dernier dépendait du ministre de l’Agriculture.

  • 29 Annuaire du Canada, 1956, 164-178.
  • 30 Ibid., 167.

13La loi sur l’immigration de 186929 maintenait le principe du droit d’admission imposé à chaque immigrant, autorisé en 1831, et celui de la quarantaine pour les navires transportant des malades contagieux. Le droit d’admission servait à constituer un fonds destiné à payer les frais d’entretien des malades et des indigents descendus des navires, ainsi que le prix du voyage pour leur destination finale. La loi fixait le nombre de passagers transportés par navire : "un adulte par douze pieds carrés de pont dégagé et réservé aux passagers (...) ou encore une personne par deux tonneaux de jauge"30. La loi désignait comme adulte une personne âgée de plus de 14 ans ou deux personnes âgées de plus d’un an mais de moins de 14 ans. A l’arrivée au port, le capitaine du navire devait fournir une liste des passagers, comprenant le nom des célibataires et celui des chefs de famille, le nombre de personnes les accompagnant, leur métier, leur pays d’origine et leur destination. Le bâtiment était alors inspecté par les fonctionnaires de la quarantaine. Chaque immigrant devait verser un droit d’entrée de $ 1 ou de $ 1,50, selon que son départ avait eu lieu "avec ou sans l’approbation des autorités du port d’embarquement". Certaines catégories de passagers étaient soumises à des restrictions. Le capitaine devait signaler si le bateau transportait "des alinénés, des idiots, des sourds-muets, des aveugles ou des infirmes, et si ces gens étaient accompagnés de parents en état de les soutenir". La loi interdisait de débarquer des indigents ou des pauvres, sauf si le capitaine déposait les fonds nécessaires "pour accorder de l’aide provisoire à ces immigrants et les transporter à destination". C’est l’origine du principe de l’exclusion.

  • 31 AMAE, Canada NS 19, f° 198-199, 17 mai 1910.

14Le 14 mai 1910 a été promulguée une nouvelle loi générale sur l’immigration qui est restée en vigueur jusqu’à celle de 1952. Elle codifiait les différents règlements qui avaient complété la loi de 1869. La loi refusait l’entrée aux immigrants infirmes, faibles d’esprit, de mauvaises moeurs ou qui auraient subi une condamnation pour un crime de droit commun. Les individus dont le voyage aurait été subventionné par une oeuvre charitable ne pourraient entrer que s’ils avaient été acceptés, avant leur embarquement, par un fonctionnaire canadien du département de l’immigration. Cette disposition visait les personnes envoyées de Londres par l’Armée du Salut. Le montant du capital que devaient posséder les arrivants était augmenté et porté pour les adultes à $ 25 en été et $ 50 en hiver. Cette somme était réduite de moitié pour les enfants de 5 à 18 ans. Les travailleurs agricoles assurés d’un emploi, et venant de Grande-Bretagne, de France, d’Allemagne et de Belgique étaient exemptés de cette somme31.

15La politique d’immigration canadienne, de 1882 à 1929, consistait à choisir principalement les personnes aptes à cultiver la terre. Puis, après la première guerre mondiale, on ajouta, pour l’entrée au Canada, la notion de "préférence" qui favorisait les citoyens de Grande-Bretagne et des Etats-Unis. Ce n’est qu’en 1948 que les Français bénéficièrent de cette préférence, par l’ordre en conseil C.P. 4186 du 16 septembre. Jusqu’en 1923, le Canada exigeait des immigrants, sauf des agriculteurs et des domestiques, la possession d’un certain capital. Un décret en conseil du 1er janvier 1923 exigea le passeport et le visa comme condition d’entrée, sauf pour les citoyens des îles britanniques et des Etats-Unis ; un autre décret daté du même jour abolit l’exigence relative au capital possédé.

  • 32 Annuaire du Canada, 1956, 170.

16La crise de 1929 entraîna une politique de restriction progressive de l’immigration. Un ordre en conseil du 14 août 1930 arrêta l’immigration européenne au Canada à cause du chômage, "sauf dans le cas des cultivateurs de profession ayant un capital suffisant pour s’établir sur les fermes et s’y suffire, ainsi que dans le cas des femmes et des enfants de moins de 18 ans de chefs de famille déjà établis au Canada"32. Les restrictions ne s’appliquaient pas aux citoyens britanniques et américains.

  • 33 AMAE, Canada 1918-1940, vol. 72, f° 153-160, 30 juillet 1936.

17Avant la première guerre mondiale, les Français bénéficiaient d’un statut particulier. A la suite d’une entente entre les gouvernements français et canadien, "un Français fixé au Canada était autorisé à prendre la petite naturalisation. Il était de ce fait considéré comme Canadien sur le seul territoire du Dominion mais restait Français au regard de son pays d’origine (...) C’est l’accord Paris-Londres"33. De nombreux Français établis à Montréal et à Québec, ainsi que dans une quarantaine de villages du Manitoba, avaient demandé à bénéficier de cette disposition. L’accord Paris-Londres avait été dénoncé en 1914 par le gouvernement fédéral à la suite de la loi sur la naturalisation votée par le Parlement d’Ottawa. Mise en vigueur en 1915, cette loi stipulait que tout naturalisé canadien était sujet britannique dans le monde entier. Si bien qu’un Français naturalisé canadien depuis 1915 devenait sujet britannique avec tous les droits et les devoirs se rapportant à ce statut, mais en général il perdait la qualité de Français. Ceux qui avaient obtenu la petite naturalisation avaient pu la garder après 1915.

La politique québécoise.

  • 34 J. Hamelin, id.
  • 35 Raoul Dandurand, Mémoires, Québec, P.U.L., 1967, 143.
  • 36 Rapport Asselin, 23-24.

18Dans le domaine de l’immigration, la province de Québec, qui aurait pu chercher à faire venir des francophones, brille surtout par son absence. Pourtant une tentative avait été faite au début des années 1870. Le Québec avait alors nommé deux agents temporaires "pour aller en Europe travailler à diriger l’émigration vers cette Province". Edouard-A. Barnard devait parcourir la Belgique, la France et l’Allemagne, et M. Jones le Royaume-Uni, de février à octobre 1871. En 1872, le Québec envoya en Belgique et en France un missionnaire belge, l’abbé Verbist, qui prit contact à Paris avec Gustave Bossange, agent de la compagnie maritime Allan. Son succès fut mince. Le gouvernement du Québec alors se tourna paradoxalement vers la Grande-Bretagne. Puis il ferma ses agences d’immigration en 187534. Ce n’est qu’en 1907 que le Québec se réveilla à la voix des députés nationalistes Bourassa et Lavergne. En avril, Henri Bourassa fit à l’Université Laval de Montréal une conférence sur l’immigration. Il dénonça l’importance de l’invasion britannique pour laquelle le gouvernement fédéral dépensait $ 300.000 à $ 400.000 par an, alors qu’il ne consacrait que $ 13.000 à la propagande en France35. Québec réagit tout comme Ottawa et décida en 1907 de financer une agence d’émigration et de placement à Paris, dirigée par J.E. Deslauriers. Le ministre de la Colonisation du Québec, Charles Devlin, recommanda Deslauriers au commissaire du Canada et représentant du Québec à Paris, Hector Fabre. Ce dernier autorisa Deslauriers à installer son bureau au siège du commissariat canadien à Paris, 10 rue de Rome. Première imprudence qui allait attirer l’attention des autorités françaises. Deslauriers était en effet lié d’amitié avec un membre de l’agence canadienne d’immigration, Arthur Geoffrion. Avec son aide, il publia à Paris pour le compte du Québec une brochure d’émigration, dont les informations furent empruntées presque mot pour mot aux publications fédérales. Il utilisa aussi l’expression d’"Agence d’émigration et de placement" que la loi française interdisait. Il donna enfin dans sa brochure l’adresse du commissariat du Canada, qui était aussi celle de l’agence canadienne d’immigration, comme centre de ses activités. L’action ostentatoire de Deslauriers suscita donc l’intérêt du gouvernement français. "Après quatre mois d’opérations, sans autre résultat d’ailleurs que de provoquer une recrudescence et une accentuation de la mauvause humeur des autorités de ce pays, le gouvernement fédéral, comprenant tout ce que cette situation avait d’anormal, intima à M. Fabre d’avoir à prier M. Deslauriers et son agence d’aller s’établir ailleurs que dans les locaux du commissariat général"36.

  • 37 AMAE, Canada NS 19, f° 126-127, 28 mai 1909.
  • 38 Rapport Asselin, 49-50.

19Par la suite, les relations se détériorèrent entre le ministre québécois Devlin et le chef de l’agence d’immigration canadienne à Paris, Paul Wiallard. En novembre 1908, malgré la visite de Devlin en France, Wiallard avait refusé de faire distribuer par son agence une brochure, intitulée Vers le Canada, publiée par le ministère de la Colonisation du Québec. Wiallard prétendait que "certaines réclames en faveur de sociétés financières canadiennes pouvaient l’exposer à des poursuites judiciaires". Devlin avait alors fait distribuer lui-même la brochure en question37. Ces péripéties n’accentuaient pas l’efficacité de l’action du Québec et le député nationaliste Armand Lavergne se chargeait de le rappeler le 26 mai 1909 devant le Parlement provincial. Dans son Rapport de 1912, Asselin dénonçait à la fois la maladresse et l’inertie du Québec à l’égard de la France et de la Belgique : "La vérité semble que les autorités provinciales du Québec, ne faisant aucune propagande d’émigration dans les autres pays d’Europe, ne voient pas la nécessité d’en faire davantage dans les pays de langue française. Les semblants de tentatives qu’elles ont faites de ce côté ont du reste donné, en l’absence de tout renseignement exact et de tout système de placement, des résultats si pitoyables, qu’il est fort douteux qu’il faille, dans l’état actuel des choses, déplorer leur inaction38".

LES MOYENS MIS EN OEUVRE

Le rôle du commissariat canadien à Paris39

  • 39 Bernard Pénisson, "Le commissariat canadien à Paris (1882-1928)", Revue d’histoire de l’Amérique fr (...)
  • 40 Paris-Canada, 23 décembre 1885.

20Dans les années 1880, c’est le commissaire du Canada à Paris, Hector Fabre, qui était chargé de la propagande en faveur de l’émigration française au Canada. Ses instructions fédérales datées du 3 octobre 1882 le précisaient expressément. Fabre entreprit des tournées de conférences sur le Canada à travers la France. Leur compte-rendu paraissait dans le bimensuel publié par le commissariat, Paris-Canada. Le journal insérait dans ses colonnes la publicité offerte par le gouvernement canadien sur les concessions gratuites de lots de terre de 64 hectares, les homesteads. On peut lire par exemple dans les numéros de 1885 l’annonce suivante : "Le Nord-Ouest canadien et le Manitoba – Concessions gratuites – 60.000.000 d’hectares de terres à blé les plus fertiles du monde et 20.000.000 d’hectares en prairies. Le chemin de fer du Pacifique est maintenant à 900 milles à l’ouest de Winnipeg, et atteint le sommet des Montagnes Rocheuses. (...) Climat très salubre. 65 hectares sont concédés gratuitement aux colons dans la province du Manitoba et les territoires du Nord-Ouest"40. D’autre part, dès 1884, Paris-Canada publiait les annonces publicitaires des compagnies de navigation qui effectuaient le trajet du Royaume-Uni au Canada, comme la ligne Allan Brothers et la ligne Dominion, de Liverpool à Québec.

  • 41 Paris-Canada, 15 décembre 1899.

21De plus, de nombreux articles de fond, dus à la plume de Fabre, de Pierre Foursin et de quelques autres, traitaient la question de l’émigration française au Canada. Par exemple, le 15 novembre 1899, un article de Fabre déplore l’importance de l’immigration française aux Etats-Unis, car ces citoyens sont perdus pour la France. Au Canada par contre, les émigrés français restent français, car "ce n’est point au milieu de Canadiens restés Français après une si longue séparation de la France, qu’on puisse oublier sa langue et abdiquer ses sentiments (...). La conclusion s’impose : ce courant d’immigration française, au lieu de se diriger vers les Etats-Unis, devrait prendre la route du Canada, (...)" Hector Fabre savait d’ailleurs introduire l’humour dans ses articles, comme dans cet éditorial : "L’Européen est pris d’un léger refroidissement lorsqu’il sort des châteaux anciens et des vieilles cathédrales, pour parcourir les plaines de l’Ouest. Aussitôt, l’imagination se glace. Mais qu’il secoue ce premier frisson, et il sentira bientôt une autre sensation l’envahir, une sensation de bien-être et d’heureuse liberté"41.

22Un des moyens de propagande le plus efficace consistait à reproduire des témoignages de colons français qui avaient réussi dans l’Ouest canadien. Voici deux lettres d’un Parisien immigré dans les Territoires du Nord-Ouest. Il écrit à un ami resté en France pour le décider à venir le rejoindre :

  • 42 Wolseley est situé à l’Est de Régina, dans l’actuelle province de Saskatchewan.

"Ma réponse à ta lettre est celle-ci : vous pouvez venir sans crainte, car voilà trois ans (1899-1902) que je suis dans le pays et je me porte toujours bien. J’ai pris une terre et il y a des terres à prendre dans les environs : mais si vous voulez venir, venez immédiatement, car si vous tardez, elles seront prises quand vous viendrez. Les terres sont très bonnes, et il y a assez proche une église française. Mon beau-frère et sa famille, ainsi que ma mère et une autre soeur se disposent à venir au mois d’Avril ; va les voir, vous pourrez venir ensemble. Le pays où je suis est à 50 kilomètres de Wolseley42. Allez au Commissariat général du Canada, 10 rue de Rome, près de la gare Saint-Lazare, pour tous les renseignements. Il faut vous attendre à une vie un peu dure pour commencer ; mais enfin c’est faisable ; avec du courage on y arrive. Je suis content d’y être".

23Le journal publie à la suite une seconde lettre qui apporte de nombreux détails précis. On dirait un tract publicitaire habilement déguisé en lettre de pionnier :

  • 43 Les lettres, transmises par le correspondant à Paris-Canada, ont été amputées du nom de l’auteur, d (...)

" (...) le climat est tout ce qu’il y a de plus sain. Il ne faut pas craindre pour l’hiver, car voici le troisième hiver que je passe ici. J’aime dix fois mieux le froid sec de par ici que le froid humide de France. Je suis toujours dehors et je fais souvent de grands voyages. On peut toujours travailler dehors quand on est à l’abri du vent, car le vent est très froid. Pour la fertilité du sol, cela ne fait pas de doute. Cependant toutes les terres ne sont pas les mêmes ; il y en a de bonnes et de mauvaises. Les terres qui sont ici sont bien loin de la station, mais quand vous aurez du blé à vendre il y aura un chemin de fer, car on commence la construction du chemin de fer ce printemps qui passera près d’ici dans deux ou trois ans. Apportez vos extraits de baptême, car ici il n’y a que le mariage religieux, et je tâcherai de vous trouver le plus tôt possible des bourgeoises. J’en connais quelques unes, des Françaises ou des Anglaises ; il ne faut pas regarder la nationalité. C’est une pauvre vie d’être ainsi tout seul. Moi je vais me marier ce printemps (1902). Si vous avez de la literie ou de la batterie de cuisine qui ne soient pas neuves, vous pouvez les apporter, mais pas de meubles. N’achetez pas des outils, car ils sont meilleur marché ici qu’en France (...). Dis moi le nom des jeunes gens qui veulent venir. Renseignez-vous au commissariat général du Canada, 10, rue de Rome, Paris. Il faut vous attendre à des difficultés (...) ce n’est pas Paris...43".

  • 44 Archives Publiques du Canada (APC), Fonds Laurier, f° 37410 – 37411. Il s’agit de l’Exposition univ (...)

24Avec la victoire des libéraux aux élections fédérales de juin 1896, le manitobain Clifford Sifton, ministre de l’intérieur du cabinet Laurier de novembre 1896 à février 1905, et son sous-secrétaire d’Etat James A. Smart, donnèrent une forte impulsion au mouvement d’immigration pour peupler l’Ouest. Smart fut envoyé à plusieurs reprises en mission en Europe et il vint en France en septembre 1899, en janvier 1902 et en mars-avril 1904. Il rencontra naturellement le commissaire Fabre qui lui demanda d’augmenter les moyens mis à sa disposition en faveur de la propagande d’immigration. "Notre entente est complète pour les mesures à prendre pour l’immigration, écrivait Fabre au premier ministre Wilfrid Laurier le 15 septembre 1899. (...) Il doit faire agréer ses idées à Sifton, sur qui il me parait avoir grande influence. Il n’accorderait pour commencer que quelques frais de voyage et de publicité. J’augure bien de mon entente avec Smart pour le développement de l’immigration française, surtout au moment de l’Exposition"44.

  • 45 Ibid., f° 56836. Fabre indique que pour l’agence d’immigration les frais de bureau (loyer, taxes, c (...)
  • 46 Ibid., f° 56843.

25Le 12 juin 1901, Fabre demandait à Laurier de "modestes ressources"45 pour obtenir des résultats réels. "Le champ est plus vaste qu’on ne croit en France et le moment opportun, à cause du malaise que crée l’état incertain de la politique"46.

  • 47 Ibid., f° 56836 – 56837.

"Lorsque M. Smart était ici, et comme il me demandait des suggestions, je lui ai proposé, quand les colons qui écrivent paraissent sérieux, d’aller visiter leur localité, dans l’espoir d’y déterminer, à leur exemple, un courant. Il y a aussi les Expositions départementales, – comme celle de Cherbourg cette année – qu’il faudrait aller visiter, pour y cultiver et développer la connaissance du Canada comme suite de l’Exposition de 1900"47.

26Dans son rapport spécial à Smart sur l’émigration française au Canada pour 1901 et le premier trimestre de 1902, Fabre proposait quatre moyens d’action pour étendre le mouvement :

  • 48 Ibid., f° 63982, 31 mars 1902.

"1°. Faire de la publicité dans les journaux de province, en particulier à l’aide d’annonces et d’articles, ce qui en somme n’a jamais été fait, (...)
2°. Visites aussi fréquentes que possible dans les régions qui fournissent le plus de colons, (...) plus particulièrement à celles où se trouvent des cultivateurs qui entrent en correspondance avec moi, (...) les encourager, les décider et les guider ; et par l’entraînement de leur exemple, déterminer un mouvement plus général.
3°. Participation aux Expositions locales, (...)
4°. (...) Aider dans une mesure étroite les colons à qui il manquerait un peu de ressources pour aller s’établir au Canada et dont on jugerait l’exemple utile48".

27Mais déjà Ottawa songeait à fonder une agence officielle d’immigration en France.

L’agence canadienne d’immigration à Paris, 1903-1914.

  • 49 Ibid., Paul Fabre à Laurier, f° 59745, 5 novembre 1901.
  • 50 Ibid., Hector Fabre à Laurier, f° 59466, 24 octobre 1901 ; Paul Fabre à Laurier, id., 5 nov. 1901.
  • 51 R. Dandurand, op.cit., 144. Wiallard était né à Lyon en 1851.
  • 52 Documents relatifs aux relations extérieures du Canada, vol. 1, 1909-1918, 9.
  • 53 Rapport Asselin, 23.

28Le commissaire Fabre avait reçu, peut-être dès 1887, l’aide d’un agent d’immigration français originaire d’Ille-et-Vilaine, Auguste Bodard. Ce dernier percevait pour ce travail un salaire annuel de $ 1.200, plus $ 310 de frais de déplacement et une allocation annuelle de séjour de $ 1.277,5049. Mais il fut révoqué en 1901 pour désaccord avec le gouvernement canadien sur la politique d’immigration50. Paul Fabre, le fils du commissaire, avait alors sollicité du premier ministre Laurier le poste d’agent d’immigration canadien à Paris, le 5 novembre 1901. Sans succès. Le sénateur Raoul Dandurand, ami de Laurier, avait mieux réussi avec son protégé. "J’avais obtenu en 1903, écrit-il dans ses Mémoires, la nomination de Paul Wiallard comme agent d’immigration à Paris. Né en France, intelligent, actif, très familiarisé avec les lois, les us et coutumes du pays, il adopta ses méthodes de propagande aux exigences de son milieu avec un tact parfait"51. L’agence, officiellement fondée le 1er septembre 1903, dépendait du ministère de l’intérieur52. Elle fut abritée dans les locaux du commissariat jusqu’en 1907, puis au 3, rue de l’Isly. Le journaliste Olivar Asselin, envoyé en mission de contrôle en 1912, notait dans son rapport le manque de cohérence qui caractérisait le travail de cette agence. "Tantôt il faut des conférences et tantôt il n’en faut pas ; tantôt les annonces de journaux sont jugées néessaires et l’instant d’après dangereuses ; et ainsi de suite". L’agent canadien était en effet tiraillé entre les directives d’Ottawa et de Londres, et les réclamations des partis politiques canadiens ; il devait surtout tenir compte de "l’arbitraire des gouvernements dans une république césarienne comme la France", écrivait Asselin, non sans pertinence53.

  • 54 Asselin note que les deux employés supérieurs de l’agence, le Français Foursin et le Canadien Bélan (...)

29De quels moyens d’action disposait-il ? Chaque année le ministère de l’intérieur lui envoyait deux délégués-conférenciers, laïques ou religieux. Il pouvait bénéficier aussi de l’appui des agents des compagnies de navigation pour distribuer les brochures officielles du Canada, mais il le refusait le plus souvent par crainte des réactions du gouvernement français. Wiallard préférait utiliser ses propres agents54 qui dirigeaient les émigrants vers les bureaux des compagnies maritimes, en particulier vers la ligne canadienne Allan. D’ailleurs la loi de 1860 n’autorisait que les agences maritimes reconnues à recruter des émigrants, ce qui n’était pas le cas de l’agence d’immigration canadienne.

  • 55 Ibid., 40.

30L’agence était dotée d’un budget annuel55 qui s’établit ainsi de sa fondation à mars 1912 :

  • 56 1905-1906 et 1906-1907 sont des années d’économies budgétaires canadiennes.
septembre 1903 – mars 1904 5.460,80 F.
avril 1904 – mars 1905 20.784,10 F.
avril 1905 – mars 1906 12.661,90 F.
avril56 1906 – mars 1907 13.206,50 F.
avril 1907 – mars 1908 20.752,70 F.
avril 1908 – mars 1909 41.344,95 F.
avril 1909 – mars 1910 38.741,50 F.
avril 1910 – mars 1911 61.033,55 F.
avril 1911 – mars 1912 85.275,00 F.
TOTAL 298.361,00 F.

31Depuis 1908-1909, le budget comprend le traitement du personnel qui jusque là était à la charge de l’agence de Londres, et depuis 1910-1911 il englobe le loyer de l’agence qui dépendait auparavant du commissariat. En 1911, les salaires ont représenté 35.000 F, dont ceux de l’agent, des deux employés supérieurs (Foursin gagne $ 900 par an depuis 1905) et du petit personnel, très modestement rétribué. Déduction faite du loyer, Asselin reconnaît que ce budget convient, mais que le chapitre de la publicité est maigre, de 1.000 F à 1.200 F par an.

  • 57 Par exemple, le R.P. Dumond, les abbés Jean Gaire et Paul Le Floch, qui avaient vivement critiqué l (...)

32Asselin présentait dans son Rapport l’historique de l’agence. De 1903 à 1905, sous la direction active du ministre de l’intérieur Sifton, Wiallard fit une tournée de conférences en province, en Bretagne et en Savoie particulièrement, avec l’aide de prêtres français délégués57. Les conférenciers distribuaient des brochures officielles ; des annonces étaient faites dans les journaux. Puis, de 1905 à 1908, à la suite de la démission de Sifton, l’agence de Paris passa sous la coupe de l’agence générale de Londres, dirigée par Preston. De 1905 jusqu’au milieu de 1907, l’activité de Wiallard fut à peu près nulle, faute d’argent, comme le montre le budget. Du milieu de 1907 à février 1908, Wiallard dépendit de 3.-Bruce Walker, nouvel agent général de l’immigration en Angleterre. A la suite d’un voyage à Paris de William D. Scott, directeur général de l’immigration d’Ottawa, Wiallard reçut un adjoint, Arthur Goeffrion, nommé en octobre 1907 sous-agent d’immigration et conférencier. Il fut aussi activement secondé par Edouard Montpetit, alors étudiant à l’Ecole de sciences politiques, et nommé en avril 1908, grâce à Fabre et à Dandurand, conférencier du Canada en France par le ministère de l’intérieur. Avec Geoffrion, Montpetit donna des causeries devant les chambres de commerce et les écoles d’agriculture. Wiallard fit aussi faire de nombreuses annonces dans les journaux de Paris et de province. Pour expliquer ce regain d’agitation, il faut rappeler qu’à la Chambre des Communes, en avril 1907, les députés nationalistes Lavergne et Bourassa s’étaient étonnés de la faiblesse du recrutement des immigrants français. Le sénateur Dandurand écrivit aussitôt à Wiallard, le 3 mai 1907 :

  • 58 Frank Oliver, ministre de l’intérieur d’avril 1905 à octobre 1911.
  • 59 R. Dandurand, op.cit., 146-147.

"Je viens vous dire que Lemieux (ministre fédéral des postes) et moi sommes décidés à aller au fond des choses, et sans perdre un moment. Nous désirons savoir de vous combien il vous faut d’argent pour annoncer convenablement en faisant faire des articles éditoriaux dans les journaux de province, etc. (...) Nous désirons aussi savoir si vous n’avez pas besoin de quelques sous-agents permanents pour les placer en province. Il y en a cinq en Angleterre et vous n’avez personne en province. (...) Monsieur Oliver58 proteste de son désir de faire le nécessaire. Je veux que ce nécessaire soit fait dès maintenant"59.

  • 60 APC, Fonds Laurier, Fabre à Dandurand, f° 150439, 15 janvier 1909. Malgré cette inactivité de l’age (...)

33Mais de février à septembre 1908, sous la direction de J.-Obed Smith qui remplaçait Walker en Angleterre, le travail de l’agence fut presque nul, par suite de désaccords entre Wiallard et Smith, doublés d’une mésentente entre Wiallard et Geoffrion60. Celui-ci mit fin à sa mission en mars 1909.

  • 61 AMAE, Canada NS 19, f° 168-169, 2 novembre 1909.

34A partir de septembre 1908 et jusqu’à sa fermeture le 15 octobre 1914, l’agence de Paris fut de nouveau placée sous la direction immédiate d’Ottawa. Elle retrouva une activité saccadée qui faillit entraîner l’expulsion de Wiallard par les autorités françaises. Ce fut la reprise des conférences économiques, géographiques et historiques. A cette fin, Wiallard conclut un arrangement avec le bureau national des conférences populaires, pourtant subventionné par le gouvernement français61. Il distribua des cartes murales du dominion aux instituteurs qui acceptaient de faire, devant leurs élèves et surtout devant les parents, un exposé sur le Canada. Au cours de l’année scolaire 1909-1910, les instituteurs auraient ainsi donné cinq cents conférences. Les élèves qui rédigeaient les meilleurs comptes rendus de ces exposés recevaient un atlas du Canada.

  • 62 Ibid., f° 49-52.
  • 63 Ibid., f° 75, 22 août 1908.
  • 64 Ibid., f° 80-81.
  • 65 Ibid., f° 91, 16 novembre 1908.
  • 66 Ibid., f° 93, 23 février 1909.
  • 67 Ibid., f° 107.
  • 68 Ibid., f° 148-149.
  • 69 Ibid.

35Le consul de France à Montréal, Joseph de Loynes, en poste de 1908 à 1911, suivait avec une inquiétude croissante les progrès de l’immigration française. Il dénonçait dépêche après dépêche, le rôle, nocif à ses yeux, de Wiallard. "Les français arrivent ici plus nombreux que jamais", écrit-il le 14 avril 190862. Il transmet à Paris, en août suivant, un article du journal Le Canada, porte-parole officieux du gouvernement Laurier, qui décrivait la tournée de conférences entreprise par l’agence canadienne. Et le ministère français de s’inquiéter et de faire rédiger une note sur la propagande canadienne en France : "Mr Wiallard aurait parcouru dernièrement le Nord de la France, les Charentes et la Loire inférieure. Mr Arthur Geoffrion aurait fait une tournée à travers la Bretagne et les départements du Centre. Mr Montpetit se proposerait d’aller faire une série de conférences dans les Vosges. Enfin M. Deslauriers ferait depuis plusieurs mois une propagande suivie dans les régions de Bordeaux, de Nantes et de Clermont-Ferrand"63. Le 6 octobre 1908, le consul signale à son supérieur que Wiallard "vient de faire un séjour à Montréal", où "il était l’hôte de M. Dandurand, président du Sénat, qui se rend lui-même prochainement à Paris", et qui est "partisan plus zélé que prudent de l’émigration française au Canada"64. Par contre le ministère français du Commerce s’opposait à toute campagne de presse contre les agents canadiens tant que la convention commerciale franco-canadienne n’aurait pas été adoptée65. En février 1909, le consul revient à la charge contre l’agence d’immigration : "De concert avec le commissaire du Gouvernement canadien à Paris, un certain nombre d’agents travaillent (...) à recruter de nouveaux colons. M. Paul Wiallard, chef de ces agents, est assité de MM. Geoffrion, Foursin, et (...) des maisons Hunter et Hernu Péron, (...) le gouvernement fédéral a dépensé en 1908 $ 4,30 par tête d’immigrant venant des Etats-Unis ; $ 2,25 par tête d’immigrant venant de la Grande-Bretagne, $ 7,70 par tête d’immigrant français et $ 5,66 par tête d’immigrant belge"66. Le 17 mars 1909, le consul dénonce encore les tournées de propagande d’Arthur Geoffrion, "l’un des agents les plus zélés" du Canada, dans le Midi, devant la chambre de commerce d’Angoulême, l’Alliance française de Paris et plusieurs écoles d’agriculture67. Le ton se fait plus vif le 25 août 1909 ; le consul s’emporte contre "la propagande criminelle des agents du Dominion", victimes des "mensonges" de Wiallard68. Et la conclusion s’imposait d’elle-même au diplomate : "En présence du succès déplorable des manoeuvres des agents du gouvernement canadien, je considère comme un devoir de conscience de suggérer à Votre Excellente de proposer à M. le Ministre de l’intérieur d’expulser M. Wiallard du territoire français"69.

  • 70 Ibid., f° 156-157, 11 septembre 1909.

36Le ministre des Affaires étrangères répondit au consul qu’il trouvait la mesure excessive au moment où le Parlement canadien s’apprêtait à ratifier la convention commerciale de 1907. De plus, ajoutait le ministre, "M. Brodeur (ministre fédéral de la Marine et des Pêcheries) au cours d’une visite récente dans les bureaux de mon Département, a fait savoir que M. Wiallard, sujet britannique, est agent du gouvernement du Dominion". Le ministre a prévenu cependant Brodeur que "la suppression de tout agent d’émigration du Canada" lui "paraissait très désirable, la France n’ayant pas d’excédent de population70.

  • 71 Ibid., Canada NS 5, f° 8-10, 23 février 1911.

37Après la ratification du traité de commerce par les Communes et le Sénat d’Ottawa (1er et 2 décembre 1909), le gouvernement français put se montrer plus rigoureux envers Wiallard. Hector Fabre étant décédé à Versailles le 2 septembre 1910, Paul Wiallard, qui portait le titre de sous-commissaire, assura l’interim du commissariat général avec l’espoir d’une nomination définitive. Mais le ministère des Affaires étrangères ne voulait absolument pas de lui comme successeur de Fabre et il le fit savoir à l’ambassade britannique à Paris. En effet, en septembre 1910, le Quai d’Orsay fit parvenir à l’ambassadeur d’Angleterre une note dans laquelle il envisageait l’expulsion de Wiallard pour propagande en faveur de l’émigration française au Canada71. Très inquiet, Wiallard fit appel au sénateur Dandurand et à Rodolphe Lemieux. Le ministre fédéral des Postes écrivit donc à Dandurand, le 4 octobre 1910 :

  • 72 Depuis 1908, le sénateur de l’Ariège Auguste Delpech dénonçait dans la presse l’émigration français (...)
  • 73 R. Dandurand, Mémoires, 151.

"Je reçois ce matin une lettre fort alarmante de Wiallard.
Je suis sous l’impression que nous sommes un peu les victimes de l’extrême gauche anticléricale72, car il ne me paraît pas possible que le ministre des Affaires étrangères prenne ainsi la mouche contre nous.
Il est évident qu’il va falloir jouer ferme et serré pour sauver notre agence à Paris"73.

  • 74 Op.cit., 152-153.

38Dandurand vint alors à Paris rencontrer Aristide Briand, ministre de l’intérieur, pour défendre la cause de l’émigration française au Canada. Briand se montra fort réticent. Pour lui, l’Ouest canadien était un pays perdu où les Français ne pourraient jamais s’acclimater. Il citait en exemple le Manitoba. "Briand ne pouvait s’opposer à ce qu’on fit connaître le Canada en France, mais il ne voulait pas d’un appel direct à l’émigration française"74.

  • 75 Op.cit., 153.

39Wiallard fit encore part de son inquiétude à Dandurand et au premier ministre Laurier dans un long rapport du 21 octobre 1910. Il y écrivait que la situation, de délicate, était "devenue extrêmement critique par suite de l’animosité de plus en plus marquée d’une partie de la presse française"75. Il ignorait évidemment que l’origine des attaques provenait du consulat de France à Montréal. Pour calmer la tempête, il proposait trois mesures à son gouvernement :

  1. – suppression du bonus par tête d’émigrant aux agents des compagnies maritimes ;
  2. – recommandation à la presse canadienne "de ne pas agiter à tout propos (...) cette question de l’immigration française" ;
  3. – décision péremptoire, définitive et irrévocable de ne plus envoyer d’agents temporaires d’émigration en France", ni de fermiers délégués, ni de conférenciers.
  • 76 Op.cit., 155-156.

Pour sauver la tête de son agent, Laurier prévint aussitôt le consul de France que le gouvernement fédéral respecterait les lois françaises76.

  • 77 Rapport Asselin, 28-29.
  • 78 AMAE, Canada NS 20, f° 148-150, 3 octobre 1911.
  • 79 Rapport Asselin, 29.

40L’année 1911 aurait donc été caractérisée, d’après le Rapport Asselin, par une inaction quasi totale de l’agence, pour tenir compte de la protestation du gouvernement français auprès de l’ambassade de Grande-Bretagne77. Ce qui n’avait pas empêché le ministre de l’intérieur d’envoyer aux préfets sa circulaire confidentielle du 21 août 1911 pour prévenir les émigrants français des déboires qu’ils rencontreraient au Canada. Mais le consul, qui lisait les rapports de Wiallard publiés par les services d’immigration, continuait à s’inquiéter : que Wiallard ait la possibilité de faire donner "dans nos casernes ou nos écoles des conférences" sur les avantages de la colonisation au Canada, "voilà qui semble aller au-delà (...) des choses tolérables"78. Et pourtant en 1912 Wiallard reprit sa propagande dans les milieux scolaires. En mars, il avait déjà obtenu 500 conférences faites par des instituteurs et en espérait 300 autres d’ici les grandes vacances ; il avait distribué 4.500 atlas du Canada79.

  • 80 APC, Fonds Laurier, Roy à Laurier, f° 176799-176800, 14 novembre 1910.

41La tâche n’était cependant pas facile car, après le consul de Loynes, Wiallard s’était fait un autre ennemi en la personne du nouveau commissaire du Canada à Paris, Philippe Roy, nommé par Laurier le 1er mai 1911. Avant d’accepter le poste, Roy avait posé ses conditions au premier ministre. Il désirait le titre de haut commissaire "ayant à son service un secrétaire pour la branche du commerce et un secrétaire pour l’immigration", ce qui entraînait la fermeture des deux agences en question80. Mais il n’était pas dans la manière de Laurier de céder à ce genre de pression. A la suite de la victoire du parti conservateur aux élections fédérales de septembre 1911, Roy tenta sa chance auprès du premier ministre Borden pour obtenir la fermeture de l’agence d’immigration. II prétextait la maladresse de Wiallard qui avait failli être expulsé de France en raison de sa propagande trop directe pour l’émigration.

  • 81 APC, Fonds Borden, Roy à Borden, f° 99507, 17 octobre 1911.

"This explains, Sir, écrivait Roy, why I had recommanded to Sir Wilfrid Laurier to abolish our spécial émigration agency and to replace it by a general publicity branch, under the control and authority of the Commissioner"81.

  • 82 Ibid., f° 99616-99618, 22 décembre 1911.

Il s’agissait en réalité d’une querelle d’autorité, Wiallard portant le titre de sous-commissaire et oeuvrant indépendamment de Roy. Borden fit la sourde oreille ; et Roy fut très irrité lorsqu’il reçut du directeur général de l’immigration à Ottawa, Scott, la notification d’accueillir dans ses bureaux du commissariat Wiallard et son personnel. 11 refusa tout net et protesta auprès de Borden. Scott avait en effet précisé à Wiallard qu’il ne relèverait de Roy "en aucune manière", situation "intolérable" aux yeux de Roy82.

  • 83 Rapport Asselin, 38-39.
  • 84 APC, ibid., Roy à Borden, f° 99590.

42Lors de son enquête de 1912, motivée en partie par la querelle Roy-Wiallard, Asselin conseilla à Scott de maintenir séparés, pour le moment, les locaux du commissariat et de l’agence. Mais, à plus long terme, il envisageait de réunir sous une même tête les services du commerce et de l’immigration, et de placer le nouvel agent "sous la direction ou tout au moins sous le contrôle unique du commissaire"83. Roy, dans son rapport à Borden du 9 janvier 1913, réclamait encore une fois sans succès la fermeture de l’agence d’immigration qui, à son avis, était "une anomalie"84. Puis les choses évoluèrent rapidement dans ce sens, d’abord à cause de la maladie de Wiallard, puis de la déclaration de guerre.

  • 85 Ibid., Roy à Pelletier, ministre des Postes, f° 21978-21979.

"Je suis allé, hier, écrivait Roy le 9 mars 1914, voir ce pauvre M. Wiallard, qui est cloué dans son lit par une maladie qui, j’en ai bien peur, ne pardonnera pas. Il a tout le côté gauche paralysé, et c’est la troisième attaque qu’il subit depuis deux ou trois ans"85.

  • 86 Ibid., f° 21933.

Enfin, le 29 septembre 1914, Roy signalait sans tristesse excessive la fermeture de l’agence : "Monsieur Corry le député Ministre de l’intérieur, de passage à Londres, m’a donné l’ordre de fermer notre agence d’immigration à Paris"86. Et il précisait à Borden :

  • 87 Ibid., Roy à Borden, f° 21930, 29 septembre 1914. Paul Wiallard mourut à Paris le 27 mars 1915.

"The lease of that office at 3 Rue de L’Isly expires on the 15th october ; from that date, the Canadian Emigration Office in France will be closed"87.

Sociétés, écrits et missions de propagande.

43La politique canadienne d’immigration bénéficiait aussi de l’influence des sociétés de propagande, principalement françaises, de l’impact, difficile à mesurer, d’articles de revue et de livres, et plus directement des rapports des missions officielles d’information.

Sociétés de propagande.

  • 88 Pierre Savard, Le consulat général de France à Québec et à Montréal de 1859 à 1914, Québec, P.U.L., (...)

44La première société d’immigration française, "association nationale fondée en France, en Belgique, en Suisse et en Canada pour favoriser l’immigration française en Canada", a été fondée au printemps de 1887. Le gouvernement français la reconnut d’utilité publique le 2 août 1887. Son siège social se trouvait à Montréal. Elle fut présidée par le sénateur C.E. Casgrain d’Ontario. Auguste Bodard en devint le secrétaire général avant de partir comme agent d’immigration à Paris. La société publiait des rapports annuels depuis 1888. Elle s’efforça de détourner le courant d’émigration français d’Argentine vers le Canada. Elle cherchait à recruter des agriculteurs88.

  • 89 AMAE, Canada NS 19, f° 80, 6 octobre 1908.
  • 90 Eugène Guénin, Cavelier de la Salle, Paris, Challamel, 1898, 127 p., C.R. dans Paris-Canada, 1er av (...)
  • 91 Rapport Asselin, 6.
  • 92 APC, Fonds Laurier, Fabre à Laurier, f° 142287, 4 juillet 1908. Laurier répondit à Fabre le 16 juil (...)
  • 93 APC, Fonds Laurier, Fabre à Laurier, f° 142287, 4 juillet 1908. Laurier répondit à Fabre le 16 juil (...)

45L’explorateur de l’Asie centrale Gabriel Bonvalot fonda en 1894 le Comité Dupleix, "dans le but d’attirer l’attention publique sur les colonies françaises et préparer à la vie coloniale les Français susceptibles de devenir colons, non seulement dans les colonies françaises, mais aussi dans tous les pays où les Français peuvent s’établir avec succès89. Très vite, le Comité Dupleix s’intéresse au Canada. Il publie une série de volumes sur "les hommes d’action" (C’est le titre de la collection). Le premier titre, paru en 1898, est une biographie de Cavelier de la Salle, par l’historien de la Nouvelle-France Eugène Guénin ; il est suivi la même année par une vie de Montcalm90. Le Rapport Asselin cite le Comité Dupleix parmi les sociétés qui ont favorisé l’émigration française au Canada91. Fabre le considère comme un "groupe influent et actif"92. Le Comité Dupleix propose d’ailleurs à Fabre de faire des conférences sur le Canada dans les lycées, les collèges et les régiments en 1908. Pour cela il demande au gouvernement canadien une subvention de 8.000 F pour la première année de propagande et de 4.000 F pour la seconde93.

  • 94 AMAE, Canada NS 19, f° 80, 6 octobre 1908.
  • 95 APC, Fonds Borden, Roy à Borden, f° 99520, 17 octobre 1911.

46Le consul de Loynes voit évidemment cette activité d’un mauvais oeil et la dénonce au ministre des Affaires étrangères : "je crois devoir surtout signaler aujourd’hui à Votre Excellence la mission confiée par le Gouvernement fédéral au Comité Dupleix en vue d’encourager l’émigration des colons français au Canada. (...) je puis ajouter (...) que le Comité Dupleix se verrait allouer pour cette oeuvre si regrettable une somme annuelle de 8.000 francs. (...) Votre Excellence (...) se demandera peut-être comme moi si cette association se rend bien compte de la lourde responsabilité qu’elle assume en attirant nos nationaux vers un pays où ils ne rencontrent, à bien peu d’exceptions près, que déboires et misère"94. Le consul était à n’en pas douter agacé par la lecture de certains articles de journaux. La Presse de Montréal, du 11 avril 1908, publiait que le Comité Dupleix était "en mesure de contribuer largement à la création d’un courant d’immigration" en Nouvelle-France. Le journal recommandait quand même la prudence et la discrétion : "agir autrement c’est risquer une campagne d’opposition de la part d’une certaine presse (...). Le Comité Dupleix, à cause de son caractère particulier, pourrait beaucoup aider nos agents dans leur discrète campagne". Le Comité Dupleix, décidément très dynamique en 1908, avait projeté un voyage d’hommes d’affaires français au Canada. Il avait dû l’annuler en raison de l’ajournement par le Sénat français du traité de commerce franco-canadien. En 1911 encore, le commissaire Roy qualifiait le Comité Dupleix d "excellent organisme", capable de bien faire la propagande d’émigration et intéressé à le faire95.

  • 96 AMAE, ibid., f°111, 2 avril 1909, ibid., f°133, 28 mai 1909.
  • 97 Rapport Asselin, 6, 24, 27,.30, 32.
  • 98 Ibid., 24.
  • 99 Ibid., 27.
  • 100 APC, Fonds Borden, f° 99520, 17 octobre 1911.

47Une autre société se montra encore plus active dans la propagande en faveur de l’émigration française au Canada, ce fut La Canadienne, fondée à Paris le 14 décembre 1902 par Léopold Léau, professeur au Collège Stanislas. Elle avait pour but de développer les relations d’ordre moral et économique entre la France et le Canada. Le siège social était situé au 81 boulevard Montparnasse. Son premier président, le journaliste Jean Lionnet, la dirigea de 1902 à sa mort en 1910. Rédacteur à La Quinzaine, revue catholique ralliée à la démocratie chrétienne, il était aussi correspondant à Paris de La Presse de Montréal. Jacques Bardoux, alors professeur à l’Ecole libre des sciences politiques, en fut le second et dernier président, car en 1918 La Canadienne fusionna avec le Comité France-Amérique de Gabriel Hanotaux. La Canadienne entretenait en effet les meilleures relations avec nombre d’associations concernées par les relations franco-canadiennes ou américaines. L’Alliance française, par exemple, mit ses locaux du 186 boulevard Saint-Germain à la disposition de La Canadienne une fois par semaine à partir d’avril 1904. La société publiait une revue, intitulée précisément La Canadienne, qui parut de 1903 à 1914. Elle fut subventionnée par le commissariat général du Canada, par l’agence canadienne d’immigration et par la Banque nationale du Canada à Paris. Dès le début de la guerre, en 1914, la revue cessa de paraître et fut remplacée par France-Canada ; les bureaux de La Canadienne furent alors transférés au siège social de France-Amérique, prélude à l’absorption de 1918. Le consul de Loynes dénonçait aussi dans une dépêche les agissements de Jean Lionnet, "l’un des plus actifs agents d’émigration, qui ne craint pas de se targuer hautement de l’impunité qui couvre ses agissements". Lionnet donnait en moyenne une conférence par mois sur le Canada, avec "projections électriques" ; par exemple, de novembre 1908 à mai 1909, il avait parlé deux fois à Paris, puis une fois à Tourcoing, Nancy, Lyon et Marseille96. Le Rapport Asselin cite cinq fois La Canadienne97 "société qui depuis dix ans au prix des plus grands sacrifices, sert les intérêts du Canada en France"98 mais son action indépendante est "malheureusement trop restreinte"99 constate Asselin. L’un de ses dirigeants, probablement Léopold Léau, fournit à Asselin trois conseils que celui-ci jugea bon de suggérer au ministre fédéral de l’intérieur : l’envoi périodique en France de colons français ayant réussi au Canada ; des expositions itinérantes de produits agricoles ou industriels dans les petites villes ; l’utilisation des compétences françaises pour la rédaction de brochures adaptées au goût français, et pour les communiqués aux journaux de province, en particulier des lettres d’émigrés originaires de cette même province et ayant réussi outre-Atlantique. La Canadienne obtint elle aussi un satisfecit du commissaire Roy qui écrivait à Borden à son sujet : "La Canadienne, particularly, has already done very good work for Canada and at the same time of course for France"100.

48Ces trois sociétés furent les plus importantes. Mais d’autres encore participèrent au mouvement en faveur de l’émigration française au Canada, comme la Société canadienne d’immigration et de placement. Formée à Montréal en 1907 pour attirer au Canada des ouvriers agricoles et des domestiques français, elle était financée par le gouvernement du Québec.

Livres et articles.

  • 101 Cité par Donatien Frémont, Les Français dans l’Ouest canadien, Winnipeg, Editions de la Liberté, 19 (...)
  • 102 Paris-Canada, 3 février 1894.
  • 103 Jean du Saguenay (pseudonyme de Léopod Léau), La terre pour rien. Renseignements pratiques sur la c (...)
  • 104 Chez les Français du Canada : les émigrants, Québec, Montréal, Ottawa, le Grand Ouest, Vancouver, P (...)
  • 105 Louis Arnould, "La politique canadienne d’émigration française", Revue des Deux Mondes", 15 mars 19 (...)
  • 106 L. Arnould, Nos Amis les Canadiens. Psychologie-Colonisation, Paris, Oudin et Cie, 1913, LIII – 364 (...)
  • 107 AMAE, Canada NS 4, f° 66, 21 novembre 1906 ; f° 84, 21 mai 1907.
  • 108 Ibid., NS 19, f°60, 8 mai 1908.
  • 109 Revue des Deux Mondes, 15 mars 1908, 404-405.
  • 110 Montréal, Editions Edouard Garand, 1925, X-346 p. Voir Etudes Canadiennes/Canadian Studies, n° 10, (...)

49Des livres et de nombreux articles ont été consacrés à l’immigration française au Canada, en dehors des brochures spécialisées. En 1884, un jeune journaliste de Gourdon (Lot), Frédéric Gerbié, publie à Québec, chez Darveau, un livre de 448 pages sur Le Canada et l’émigration française. Hector Fabre en fait un compte rendu favorable dans Paris-Canada du 3 décembre 1884. Le livre est édité en France en 1885, chez Challamel aîné. Gerbié avait passé près de cinq ans au Canada. Deux régions lui paraissent intéressantes pour la colonisation : les environs du lac Saint-Jean au Québec, mais le terrain est très boisé ; et surtout le Manitoba et le Nord-Ouest. Il conseille aux Français de s’intégrer aux familles canadiennes françaises et non de rester groupés à part. Il leur recommande de n’emporter avec eux "ni idées prêtrophobes, ni idées socialistes", et de ne se répandre dans les comtés anglo-saxons qu’après être devenus des Canadiens français. Enfin, écrivait-il, "les Français qui émigreraient au Canada ne seraient nullement perdus pour nous" et contribueraient à "étendre sur le continent américain l’influence de notre race et de notre langue"101. Dix ans après, Charles Gailly de Taurines fait paraître en janvier 1894, à Paris, chez Plon, l’ouvrage intitulé La Nation canadienne, 338 pages, dans lequel il encourage lui aussi l’émigration des Français vers le Canada102. Parmi les ouvrages partisans de la colonisation outre-Atlantique, signalons encore La Terre pour rien de Jean du Saguenay103, le livre de Jean Lionnet, Chez les Français du Canada 104, l’article de Louis Arnould dans la Revue des Deux Mondes du 15 mars 1908105, repris et développé dans le volume publié en 1913, Nos amis les Canadiens 106. Arnould, petit-fils de l’architecte Victor Baltard, maître de conférences de littérature française à l’Université de Poitiers depuis 1889, avait été professeur invité à l’université Laval de Montréal de 1905 à 1908. Très apprécié lors de son séjour par le public canadien et par les autorités consulaires107, il s’était consacré à son retour en France à l’oeuvre de l’émigration française au Canada. Le consul de Loynes s’inquiéta de la répercussion dans la presse canadienne de l’article d’Arnould qui, s’il était mieux renseigné, pensait-il, pourrait bien "éclairer l’opinion publique sur les conséquences désastreuses qu’entraîne presque nécessairement pour nos compatriotes dénués de capitaux une émigration irréfléchie au Canada"108. Arnould se distingue en effet de ses prédécesseurs en conseillant l’installation des Français non dans la Prairie mais dans le Québec en particulier dans "trois belles régions de colonisation en plein essor, (...) le Temiscamingue, le Nominingue, le Lac Saint-Jean. (...) Il est de mode parmi les partisans de la Prairie de décrier la Forêt. (...) mais la forêt, ce sont aussi tous les matériaux de construction, c’est le bois de chauffage (...), c’est le commerce du bois en gros et la moderne industrie de la pulpe. (...) si, outre la vente du blé et de l’avoine, l’on ajoute l’industrie laitière (...) et la récolte du sucre d’érable (...) on s’assure que le cultivateur français ne peut trouver nulle part ailleurs de meilleur emploi à son initiative"109. Enfin en 1925, le Québécois Damase Potvin publie Le Français. Roman paysan du pays de Québec 110. A la manière de Louis Hémon, il retrace la vie d’une fille de fermier canadien, Marguerite Morel, du comté de colonisation du Témiscamingue, qui épouse un Français immigré, ouvrier agricole chez son père.

  • 111 Georges Forestier, La Pointe-aux-rats, Paris, Plon, 1907, 474 p.
  • 112 Op.cit., 42-43.
  • 113 Armond Yon, Le Canada français vu de France (1830-1914), Québec, P.U.L., 1975, 93.
  • 114 Par exemple dans Le Rappel, 24 mars 1908, et La Dépêche de Toulouse, 14 août 1908.
  • 115 AMAE, Canada NS 19, f° 49-52, 14 avril 1908.
  • 116 Ibid., f° 80-81, 6 octobre 1908.

50Dans ce concert favorable, quelques fausses notes se font entendre. C’est d’abord la publication en 1907 de La Pointe-aux-rats de Georges Forestier111. D’après Donatien Frémont, l’auteur serait un colon français, Georges Schoeffer, établi à Sainte-Rose-du-Lac, au sud du Lac Dauphin (Manitoba)112. Fils d’un bijoutier parisien, il exerçait la profession de journaliste. Arrivé au Manitoba vers 1900, il s’installa à Sainte-Rose, à 265 km au Nord-Ouest de Winnipeg, et envoya des articles sur la faune de l’Ouest au Chasseur français. Il aurait en même temps composé son roman où il met en scène un groupe de colons français venus à la fin du XIXe siècle dans la région du Lac Dauphin. Ses héros sont des citadins, commerçants, officiers, employés, non préparés au travail de la terre. Aigris et découragés, ils sombrent dans l’ivrognerie, se brouillent avec les Canadiens français et vivent misérablement. Forestier brosse le tableau d’ "une terre meurtrière par le climat, par les moustiques, par les loups et par les usuriers canadiens, plus loups que les loups"113. Il est dommage que ce livre semble avoir échappé à la vigilance du consulat de Montréal. Ce n’est pas le cas des articles du Sénateur Auguste Delpech. En 1908, le sénateur de l’Ariège, du parti de la gauche démocratique et violemment anticlérical, entreprit une campagne de presse contre l’émigration française au Canada114. Mal informé, il croyait que le consultat de France ne s’opposait pas au mouvement migratoire. Il mettait en cause Alfred Kleczkowski, consul général à Montréal de 1894 à 1906. Le gérant du consulat écrivit alors au ministère : "Je rappelle simplement que des séries de rapports extrêmement détaillés ont été adressés au Département, à différentes époques, par M. Kleczkowski, qui s’est toujours montré opposé à l’immigration française au Canada, et s’est attaché notamment à signaler les dangers de la propagande faite par les (...) agents d’immigration du Canada à Paris"115. Les journaux canadiens reproduirent l’article de Delpech pour le critiquer et l’opposer à celui si favorable d’Arnould dans la Revue des Deux Mondes. Delpech ayant poursuivi son offensive dans la presse française, le consul de Loynes constatait dans une dépêche que "La campagne entreprise (...) par M. le Sénateur Delpech cause ici une assez vive inquiétude et un journal qui n’a pourtant aucune attache ministérielle, La Patrie, engage les agents canadiens en France à redoubler de zèle et d’activité pour paralyser les efforts de M. Delpech"116.

  • 117 Louis Hémon, Maria Chapdelaine, Le livre de poche 162-164. Voir le n° 10 d’Etudes Canadiennes/Canad (...)

51Peut-on citer parmi les livres opposés à l’émigration française au Canada Maria Chapdelaine, de Louis Hémon, "récit du Canada français" publié d’abord en feuilleton dans Le Temps, en janvier-février 1914, puis en volume en 1916 chez Lefèvre à Montréal et enfin en 1921 chez Grasset à Paris ? Au chapitre XII, l’auteur met en scène trois Parisiens, un accordeur de pianos et ses fils, l’un employé de bureau, l’autre commis de magasin. Peu doués pour le métier de colon, ils avaient cependant acheté de la terre sur le front pionnier du Lac Saint-Jean. Il est à noter que Louis Arnould conseillait aux Français de s’installer dans cette région, à condition de ne pas se décourager au commencement. Pourquoi donc venir au Canada ? A cause de "la parole émouvante, entendue par hasard, d’un conférencier prêchant sans risque l’évangile de l’énergie et de l’initiative, de la vie saine et libre du sol fécondé. (...) Ils n’avaient pas prévu les mouches noires, ni compris tout à fait ce que serait le froid de l’hiver, ni soupçonné les mille duretés d’une terre impitoyable. (...) Tous trois avaient l’air de tourner et de retourner dans leurs esprits le bilan mélancolique d’une faillite"117. Belle critique de l’agence canadienne d’immigration !

  • 118 Le Livre de poche, 16, 1966.
  • 119 Op.cit., 56.
  • 120 Ibid., 61.

52Enfin, Maurice Constantin-Weyer, prix Concourt 1928 pour son roman Un homme se penche sur son passé, évoque dans ce livre ses années d’immigrant au Manitoba, de 1904 à 1914, et l’arrivée massive des colons dans le Nord-Ouest. "Avec leur saprée immigration, déclare l’éleveur David Laprugne, maintenant qu’à l’Est toutes les terres sont prises par la culture, les fermiers s’amènent icite. Il en vient de tous les bords"118. Et d’évoquer la ruée des Yankees, des Bretons, des Mennonites, des Doukhobors, des Canayens, des Français et des Anglais des Vieux-Pays. Le héros de l’histoire, Monge, fait comme eux et se rend à l’Office des terres pour acquérir un homestead. "La concession que j’avais choisie s’adossait à l’immensité bleue et bistre de bois quasi inviolés"119. Au lieu de cultiver son lot, Monge préfère lire Suétone et Shakespeare dans le texte, et employer un métis à défricher ce qu’il lui faut de terre pour se "mettre en règle avec le gouvernement canadien. Le blé y poussera comme il voudra., ou l’avoine... Cela m’est égal !"120.

53Au total, les romans célèbres véhiculent une image plutôt négative de la colonisation au Canada, à cause surtout de la rigueur et de la longueur des hivers.

Missions de colonisation.

54Nous évoquerons ici trois missions officielles fédérales : la mission du curé Labelle en 1885, celle du journaliste d’Hellencourt en 1901 et celle d’Olivar Asselin en 1912.

  • 121 Il fut sous-ministre de l’Agriculture chargé de la colonisation dans le gouvernement du Québec en 1 (...)
  • 122 Sur cette mission en France et dans l’Ouest canadien, voir : Pierre Savard, op.cit., 62-63, 85-86 ; (...)
  • 123 D. Frémont, ibid., 8.
  • 124 P. Savard, ibid., 86.

55En mars-juin 1885, le curé Antoine Labelle, célèbre missionnaire colonisateur de la province de Québec121 est envoyé en France par Ottawa afin de recruter des colons pour l’Ouest canadien122. C’est, notons-le, l’année de l’achèvement du premier transcontinental canadien, le Canadien Pacific Railway, ce qui justifie la mission Labelle ; c’est aussi l’année de l’insurrection et de l’exécution de Louis Riel, événement lourd de conséquences, qui donne une image fort négative du Canada anglais dans le Québec et en France. D’autre part la Halifax Steam Navigation Company projetait d’ouvrir une ligne de navigation directe entre le Havre et Halifax-Québec. Elle organisa donc une excursion d’hommes d’affaires et d’économistes français à travers le Canada, jusqu’aux montagnes Rocheuses. Cinquante quatre touristes français s’embarquèrent au Havre le 4 août 1885 sur le paquebot Damara et arrivèrent à Halifax après onze jours de traversée. Ils furent reçus à l’Hotel de VIIIe de Montréal en même temps que le général Middleton, vainqueur de Louis Riel. Le curé Labelle guida vers les Rocheuses onze touristes distingués, dont l’économiste Gustave de Molinari, du Journal des Débats et E. Agostini, délégué du syndicat maritime et fluvial de France. "Les excursionnistes furent émerveillés par la belle apparence de Winnipeg, aux rues larges et aux magasins débordant de marchandises"123. La délégation constate, comme Gerbié, la fertilité de la Prairie. Mais de Molinari se demande si les petits fermiers français auront le courage de traverser l’Atlantique pour venir cultiver un homestead, même gratuit, au Manitoba. Cependant le consul de France à Québec, Ripert-Monclar, s’inquiète de cette opération publicitaire qui a l’inconvénient "d’avoir appelé l’attention des émigrants sur une région désolée par un climat meurtrier"124.

  • 125 Sur d’Hellencourt, voir Bernard Pénisson, "Un hebdomadaire libéral : L’Echo duManitoba (1898-1905) (...)
  • 126 APC, Fonds Laurier, d’Hellencourt à Laurier, f° 51926, 28 décembre 1900.
  • 127 Ibid., Laurier à d’Hellencourt, f° 52464, 14 janvier 1901.
  • 128 Ibid., d’Hellencourt à Laurier, f° 53298, 7 février 1901.

56En 1901, à la suite de difficultés survenues entre l’agent d’immigration Auguste Bodard et Ottawa, Henri d’Hellencourt fut envoyé en mission en France et en Belgique par le ministre de l’intérieur Sifton125. Lieutenant français émigré au Manitoba en 1891, colon improvisé devenu rédacteur de l’hebdomadaire libéral L’Echo du Manitoba en 1898, d’Hellencourt servit fidèlement le premier ministre Laurier avec l’espoir de revenir un jour en France à titre d’agent d’immigration ou d’agent commercial du Canada à Paris. Il partit donc pour l’Europe en janvier 1901, avec l’intention d’ "amener au Manitoba des renforts en immigrants et en capitaux"126. Laurier lui demanda aussi "une étude approfondie du mouvement commercial entre les deux pays et des moyens de l’étendre"127. Au départ d’Hellencourt se montre optimiste sur les résultats de sa mission et se propose "de visiter les différentes chambres de commerce des villes les plus importantes et d’y donner des conférences pratiques", suivies de distribution de brochures précises128. C’est la manière de faire habituelle des agents fédéraux.

57De retour au Canada après trois mois de séjour en France et en Belgique, il soumit un rapport très favorable à l’immigration française et belge à Clifford Sifton, le 11 mai 1901. En voici les cinq points principaux :

58– L’immigration française est désirable mais difficile à obtenir. Le paysan français, ouvrier agricole ou fermier, constitue "un excellent colon, travailleur, économe, persévérant, qui, de plus, a cette qualité précieuse de s’attacher au sol qu’il cultive". C’est pourquoi il s’expatrie peu, car il reste très lié au sol de France et se méfie de la propagande de tout agent d’immigration.

59– Il faut donc trouver un bon agent d’immigration du Canada en France pour remplacer Auguste Bodard. Cet agent devra se renseigner sur les communes d’origine des immigrants. Chaque année, des colons ayant bien réussi seraient envoyés en France par le gouvernement canadien. L’agent les emmènerait en tournée dans leurs provinces respectives pour gagner la confiance des paysans français. L’expérience a été couronnée de succès en Belgique.

60– Il faut insister auprès des paysans sur la facilité avec laquelle on peut devenir propriétaire terrien au Canada ; "c’est à notre avis le point le plus important à développer si l’on veut faciliter l’immigration française au Canada".

61– Certaines régions françaises ont conservé un taux de natalité nettement excédentaire. Ce sont elles que l’agent d’immigration doit parcourir. Et d’Hellencourt de citer le pays basque, les départements du Nord, la Bretagne et la Loire-Inférieure, l’Auvergne, la Franche-Comté, la Savoie, le Limousin, les Vosges et les Ardennes.

  • 129 Rapport publié dans L’Echo de Manitoba, 27 août 1901.

62– Enfin, la publicité doit être améliorée. Il faut d’abord adapter les brochures de propagande aux paysans français et non traduire celles qui sont destinées aux Irlandais, aux Anglais ou aux Canadiens des Etats-Unis ; ces brochures seront brèves, de petit format, de style concis, et contiendront surtout des témoignages de colons français déjà établis au Canada. Il faut ensuite faire beaucoup de publicité dans la presse, pas dans la presse provinciale contrairement à ce que préconisait le commissaire Fabre, mais dans les journaux à bon marché et à gros tirage, comme Le Petit Journal ou Le Petit Parisien ; une carte du Canada, avec l’annonce des homesteads offerts aux colons, devrait paraître trois ou quatre fois par semaine dans les journaux. L’agent d’immigration donnera enfin des conférences publiques, avec ou sans cartes et vues, à l’usage des bourgeois des villes, car le paysan français consulte les notables de province avant d’émigrer. Il faut aussi éviter deux erreurs : la première consiste à décrier les régions voisines de celle où l’on veut attirer les colons, car à ce jeu toutes les provinces canadiennes acquièrent rapidement la réputation d’être inhospitalières ; la seconde est de laisser certains agents d’immigration favoriser une compagnie maritime aux dépens des autres, ce qui entraîne la corruption de l’agent au détriment des immigrants129.

  • 130 APC, ibid., f° 60875, 18 décembre 1901.
  • 131 Ibid., f° 64622, 25 avril 1902 ; L’Echo de Manitoba, numéro spécial, août 1900, et 15 mai 1902.
  • 132 "En réalité, écrit d’Hellencourt, nous n’avons aucun agent d’immigration en France, car M.H. Fabre (...)

63Grâce à un travail mené suivant ces recommandations, conclut d’Hellencourt, on pourrait espérer voir débarquer un contingent annuel de deux mille colons français au Canada. De retour au Manitoba, le journaliste se mit à envoyer chaque semaine près de 200 copies de L’Echo du Manitoba en Belgique, en France, aux Etats-Unis et au Québec à des adresses fournies par des abonnés, en particulier par des colons. "Le seul sujet de grief à noter est le peu de bienveillance que je rencontre au département de l’immigration", écrit-il à Laurier130. D’autre part, le clergé catholique du Manitoba préférait faire appel à l’immigration québécoise plutôt que française, cette dernière étant suspecte d’anticléricalisme131. Le commissaire Fabre quant à lui ne fit dans Paris-Canada aucune publicité à l’enquête de d’Hellencourt. Par respect des circulaires ministérielles, ou parce qu’il voyait dans ce journaliste remuant un rival pour son fils Paul dans la course au poste d’agent d’immigration ?132.

  • 133 APC, ibid., f° 88134, 19 juillet 1904.

64Déçu par le choix de Wiallard par le fédéral, d’Hellencourt, s’il se montrait encore optimiste dans les colonnes de son journal, écrivait à Rodolphe Boudreau, le secrétaire privé de Laurier : "J’ai hâte de fuir ce pays du nord ouest, où nous sommes nous autres de langue française fort peu favorisés par les circonstances, et qui n’est bon en somme pour le moment que pour les cultivateurs ou les commerçants"133.

  • 134 Voir la note 2.

65Enfin, à cause de graves différends survenus entre le commissaire du Canada à Paris, Philippe Roy, et l’agent d’immigration Paul Wiallard, à cause aussi de l’hostilité du gouvernement français à la propagande canadienne, le journaliste Olivar Asselin fut chargé d’une mission d’enquête en France par le directeur général de l’immigration à Ottawa, Scott. Parti le 11 janvier 1912, Asselin passa d’abord trois semaines à Liverpool, Birmingham et Londres pour se renseigner sur les moyens de propagande utilisés en Angleterre et voir dans quelle mesure ils seraient utilisables en France et en Belgique. Il resta ensuite une semaine en Belgique, en particulier à l’agence d’Anvers. Puis il demeura pendant huit semaines en France où il put se livrer à une enquête approfondie, malheureusement abrégée par la maladie. Il revint au Canada le 23 avril 1912. Pour raisons de santé, il ne put rédiger son rapport que le 17 décembre suivant134.

66Après avoir rappelé les lois et circulaires françaises concernant l’émigration, Asselin faisait l’historique de l’agence canadienne. Puis il traçait un programme d’action, dont voici les grandes lignes :

67– Provoquer un courant sérieux d’émigration agricole en employant les moyens appropriés au paysan français.

  • 135 Rapport Asselin, 34.
  • 136 Ibid., 41.

68– "Favoriser au début l’émigration d’une ou deux bonnes familles dans une localité déterminée, et (...) s’attacher à faire réussir ces premières familles, qui se transformeront ensuite en excellents agents de propagande"135. Les régions recommandées par Asselin recoupent en partie celles proposées par d’Hellencourt. Ce sont la Bretagne, la Savoie, le pays basque, le Nord ; il y ajoute l’Aveyron et les Charentes, mais laisse tomber le Limousin, l’Auvergne, la Franche-Comté, les Vosges et les Ardennes136.

69– Utiliser au maximum l’aide des sociétés françaises (le Comité Dupleix, La Canadienne) pour ne pas exposer l’agence aux regards du gouvernement de la République.

  • 137 Ibid., 36.

70– Faire disparaître les malentendus avec les autorités françaises137.

  • 138 Ibid., 43.
  • 139 Ibid., 45.
  • 140 Ibid., 46-49.

71– Faire un effort pour correspondre dans la langue des colons et non systématiquement en anglais138, former des agents d’immigration ayant une bonne culture générale139, améliorer nettement, comme le souhaitait déjà d’Hellencourt, la qualité des brochures destinées aux futurs immigrants140.

  • 141 Ibid, , 50.

72– Améliorer l’accueil des Français au Québec, les familiariser ainsi avec le Canada avant de les diriger vers l’Ouest, car "pour beaucoup la transition immédiate des vieilles civilisations d’Europe à la vie du Canada central est trop violente ; les moeurs, la langue diffèrent, et encore davantage peut-être les conditions économiques"141.

  • 142 AMAE, Canada NS 20, f° 173, 28 janvier 1913.
  • 143 Ibid., f° 175-176, 12 mars 1913.

73Le Rapport Asselin fut déposé à la Chambre des Communes par le ministre de l’intérieur en janvier 1913 et aussitôt publié par la presse. Ce qui permit au nouveau consul de France à Montréal, Charles Bonin, d’en avertir son Département, et de dénoncer le "racolage" canadien avec la collaboration du personnel enseignant français142. Le ministre des Affaires étrangères écrivit alors à son collègue de l’instruction publique le 12 mars suivant pour l’avertir de l’existence de conférences données sur le Canada par des instituteurs. Il lui demandait de mettre en garde "les recteurs, inspecteurs d’académie et inspecteurs primaires, contre la propagande d’émigration par la conférence, le livre et l’image. Il appartiendrait aux inspecteurs d’académie et aux inspecteurs primaires de faire verbalement connaître à leurs subordonnés qu’ils concourrent parfois, sans le savoir, à des entreprises intéressées de dépeuplement français"143. Le consul fut en mesure d’envoyer au ministre le texte complet du Rapport Asselin le 7 août 1913. Il qualifiait avec pertinence son auteur d’ "esprit indépendant". Il attirait l’attention sur les difficultés de Wiallard avec le commissaire Philippe Roy. Il s’étonnait enfin de voir que les circulaires officieuses du gouvernement français fussent bien connues d’Asselin. Mais celui-ci n’était-il pas un excellent journaliste ?

Les conditions de transport.

74Quelles sont les lignes de navigation entre la France et le Canada, la façon de recruter les émigrants et les conditions de vie à bord des navires ?

Les lignes de navigation.

  • 144 Paris-Canada, 1er octobre 1903.

75L’un des principaux obstacles matériels à l’émigration française au Canada était l’absence de ligne directe entre la France et le Dominion. Le voyageur devait d’abord s’embarquer pour l’Angleterre et rejoindre Liverpool avant de pouvoir débarquer à Halifax ou à Montréal. Ou bien il partait du Havre pour débarquer à New-York et de là il gagnait Montréal par voie ferrée. Plusieurs tentatives ont été faites à partir de 1885 pour relier en droiture le Havre à Montréal, mais sans succès durable jusqu’en 1905. Dès 1880, sous l’inspiration d’Adolphe Chapleau, alors premier ministre du Québec, le gouvernement fédéral avait inscrit dans le budget une subvention annuelle de $ 50.000 au profit d’une ligne directe. Cette subvention fut en partie touchée par les compagnies maritimes qui avaient créé des commencements de service. Par contre le gouvernement français ne leur accorda aucun encouragement particulier, sauf celui qui découlait de l’application de la loi générale sur les primes144.

  • 145 Ibid., 25 février, 6 mai, 3 juin, 15 juillet, 23 décembre 1885.
  • 146 Ibid., 12 mai, 28 juillet 1887, 8 mars 1888.
  • 147 Ibid., 26 août, 16 septembre 1893.
  • 148 Ibid., 15 mai, 1er juin, 15 juillet 1901.

76Quelques compagnies ont donc assuré tant bien que mal la liaison directe France-Canada pendant une ou plusieurs années. Ce fut d’abord la Halifax Steam Navigation Company, en 1885, sur la ligne le Havre-Halifax en hiver, et le Havre-Halifax-Québec en été. Elle disposait de 4 paquebots : le Damara et l’Ulunda, de 2.250 tx, l’Olympia, 2.300 tx, et le Stanmore, 2.650 tx145. Elle ne semble pas avoir connu une grande réussite, et fut relayée en 1887-1888 par la compagnie Bossière frères, qui armait 3 navires, le Comte d’Eu, le Henri IV, et le Château Léoville de 4.500 tx, sur la ligne Le Havre-Québec-Montréal. La chambre de commerce française de Montréal avait participé à la fondation de la compagnie Bossière, qui reçut aussi la subvention annuelle de $ 50.000 du gouvernement canadien146. Puis la compagnie franco-canadienne de navigation à vapeur ouvrit en 1893 la ligne Rouen-La Rochelle-Québec-Montréal avec le paquebot Olbia 147, et, en 1900-1901 elle assura la liaison le Havre-Bordeaux-Québec-Montréal. Le gouvernemnt fédéral lui offrit la subvention de $ 50.000 en 1900 et en 1901 pour un minimum de dix huit voyages aller et retour. La prime fut portée à $ 100.000 en 1901 à la condition d’effectuer un service hebdomadaire en été et bimensuel en hiver. Les ports d’attache étaient Le Havre et Marseille, et les terminus Montréal ou Québec en été, Halifax ou Saint-Jean en hiver148.

  • 149 APC, Fonds Laurier, f° 81927, mémoire de l’avocat Le Moyne de Martigny, 1er mars 1904, transmis par (...)
  • 150 Paris-Canada, 15 septembre 1903.

77La compagnie Colombier fit en 1903-1904 une tentative d’établissemnt de ligne directe qui sombra dans les manoeuvres douteuses. En mai 1903, le spéculateur québécois Charles Eugène Carbonneau, président de la chambre de commerce canadienne à Paris, prit contact avec André Colombier, courtier maritime à Bordeaux et frère de l’armateur Gustave Colombier. Carbonneau décida André Colombier à négocier avec le gouvernement canadien l’ouverture d’une ligne de navigation subventionnée entre la France et le Canada. Gustave Colombier devait être le directeur de la compagnie à fonder pour exécuter le contrat, Carbonneau s’engageant à fournir le capital nécessaire149. Parti le 11 juin 1903 au Canada avec Carbonneau, André Colombier discuta de l’ouverture de la ligne directe France-Canada avec les autorités fédérales. Le 27 août 1903, le ministre du Commerce, sir Richard Cartwright, signait donc un contrat avec André Colombier agissant au nom de son frère Gustave. Une ligne de paquebots serait ouverte entre Dunkerque ou Bordeaux et Québec et Montréal en été, et Halifax ou Saint-Jean en hiver. La ligne disposerait de quatre navires de 3.500 tx, deux battant pavillon français et deux pavillon britannique. Le service devrait commencer en avril 1904 ; il serait bimensuel jusqu’en septembre de chaque année, et mensuel de septembre à avril. Le subside pour 18 voyages complets serait de $ 100.000, mais pourrait être porté à $ 133.333 pour 24 voyages. Le contrat était valable pour dix ans150.

  • 151 APC, ibid., f° 81928.
  • 152 Paris-Canada, 1er octobre 1903.
  • 153 APC, ibid., Fabre à Préfontaine, f° 80989-809990, 12 janvier 1904.
  • 154 Ibid., f° 81930-81931, 1er mars 1904.

78Or, dès le 28 août, André Colombier cédait son contrat à Carbonneau et aux Messageries maritimes France-Canada à condition que son frère "Gustave Colombier soit directeur statutaire de la Compagnie et que Carbonneau fournisse le capital nécessaire pour remplir les conditions imposées par le contrat"151. Le gouvernement fédéral, connaissant la réputation de Carbonneau, n’aurait pas voulu traiter avec lui. Et en septembre 1903 le premier ministre Wilfrid Laurier dut préciser à la Chambre des Communes que le gouvernement avait traité avec Colombier seul et qu’il s’était réservé le droit de donner son consentement à tout transfert opéré par Colombier au profit d’un tiers. Quant au commissaire Fabre, il laissa poindre publiquement son inquiétude dans un article de Paris-Canada qui embarrassa aussi bien Ottawa que Colombier. Il écrivait que le gouvernement canadien avait signé "un contrat avec cette maison honorablement connue dans le monde maritime français. Il va de soi que cette maison n’aurait point mis sa signature au bas d’un pareil contrat si elle n’avait eu raison de croire qu’elle serait en mesure de le remplir. (...) la question est donc nettement posée devant le public français. Le Canada a fait, comme toujours, sa part ; (...) il reste à voir dans quelle mesure le public français répondra à l’appel qui lui est fait par ses propres congénères"152. Piqué au vif, Gustave Colombier demanda alors à Fabre une entrevue au cours de laquelle il fut entendu, écrivit Fabre au ministre de la Marine Raymond Préfontaine, "que M. Colombier me ferait connaître ses dispositions lorsqu’elles seraient définitivement arrêtée et qu’il pouvait compter sur mon entier concours. (...) je n’ai jamais songé à dire ou à faire quelque chose qui fût en opposition directe ou indirecte au projet et au concessionnaire acceptés par le Gouvernement"153. Gustave Colombier rompit avec Carbonneau le 18 janvier 1904, ce dernier n’ayant pas fourni le capital promis pour la constitution de la compagnie maritime, soit $ 950.000154.

  • 155 Ibid., Fabre à Laurier, f° 80993, 18 janvier 1904.
  • 156 Ibid., Laurier à Fabre, f° 80997, 23 janvier 1904.
  • 157 Ibid., f° 81757.
  • 158 Ibid., f° 81758, 9 février 1904.
  • 159 Ibid., f° 81934.
  • 160 Ibid., f° 81935, 1er mars 1904.
  • 161 Ibid., f° 83188.
  • 162 Ibid., f° 81923-81926, 2 février 1904.
  • 163 Ibid., f° 83220, 10 mars 1904.
  • 164 Paris-Canada, 1er avril 1904.

79Le 28 janvier 1904, Fabre télégraphiait à Laurier pour lui annoncer que Gustave Colombier était en mesure d’exécuter le contrat à la date fixée et qu’il dénonçait son accord avec Carbonneau155. Laurier répondit à Fabre : "Je vous avoue que je ne comprends pas grand’chose à tout ce qui se passe à Paris relativement à cette affaire de la ligne française. Malgré le ton optimiste de votre câblegramme, je crains que nous ne soyions mal embarqués. Si Colombier a rompu avec Carbonneau, il a justement fait la chose qui me donnerait le plus de confiance en son entreprise"156. Fabre, maintenant désireux de voir aboutir le projet français, câblait à Laurier le 5 février 1904 que Colombier avait acheté trois excellents bateaux anglais et un bateau français neuf ; un autre bateau français était en chantier ; "ai confiance absolue (, ) conseille acceptation d’urgence"157. Méfiant, Laurier répliqua : "Colombier est un beau joueur, mais il me paraît de plus en plus évident qu’il vaut mieux ne pas jouer avec lui"158. Le 1er mars 1904, Gustave Colombier se déclarait en mesure de remplir son contrat avec le gouvernement fédéral159 en établissant une ligne de navigation entre la France et le Canada. Fabre prit encore auprès de Laurier la défense d’André Colombier, qui ignorait les antécédents de Carbonneau lorsque ce dernier avait été mis en rapport avec lui. Quant à Gustave Colombier, écrit le commissaire, "il s’assure le capital nécessaire pour l’organisation de la Compagnie et le service régulier de la ligne. Il répare ainsi le temps perdu par suite des agissements de M. Carbonneau, et se met aujourd’hui aux ordres du Gouvernement"160. Laurier, toujours sceptique, rétorquait avec clairvoyance le 10 mars 1904 à Fabre : "J’avoue que Colombier ne me fait pas l’effet d’avoir une forte compagnie derrière lui pour mener à bonne fin cette entreprise. La demande qu’il nous fait de modifier la vitesse convenue des navires est certainement de nature à créer une mauvaise impression. Communiquez lui ce que je viens de vous dire et insistez beaucoup sur le fait que, que s’il veut avoir le contrat, la première condition qu’il doit remplir est celle de nous donner la preuve qu’il a les moyens de l’exécuter"161. Colombier avait en effet demandé que la vitesse minimale de 12 noeuds exigée par le contrat sur tout le parcours soit ramenée à une vitesse maximale de 12 noeuds. Le contrat prévoyait aussi que "tous les navires" devraient "avoir des compartiments frigorifiques convenables". Or deux vapeurs sur les quatre n’en possédaient pas et Colombier sollicitait un délai indéterminé pour procéder à l’installation des frigorifiques manquants162. Fabre, qui qualifiait désormais Colombier d’ "homme très sérieux, très sympathique", soutenait le point de vue du Français. "La modification, ou plutôt l’interprétation du contrat réclamée par M. Gustave Colombier, écrivait-il à Laurier, est tout à fait conforme à l’opinion des gens autorisés en la matière ici"163. Paris-Canada du 1er avril 1904 annonçait pour le même jour le départ du paquebot de 5570 tx le Malou de Saint-Malo pour Halifax. "Sa longue dunette est aménagée pour recevoir 500 émigrants dans des couchettes de fer". Et le chroniqueur de commenter : "Dans les essais de ligne française un peu informes qui ont été faits jusqu’ici, la marine française était toujours représentée par de fâcheux bateaux, disons le mot par des sabots qu’elle ne chaussait certainement qu’à son corps défendant, et qui n’arrivaient à destination que fort essouflés. (...) enfin apparaît en M. Colombier un armateur français sérieux"164. Mais cet optimisme était prématuré.

  • 165 AMAE, Canada NS 9, f° 38-40, 14 décembre 1909 ; f° 74, 20 mars 1912.
  • 166 Paris-Canada, 15 mars 1905.
  • 167 Ibid, , 1er mai 1905.
  • 168 AMAE, ibid., f°24, 5 mars 1909.
  • 169 Rapport Asselin, 44.
  • 170 AMAE, ibid., f° 75, 21 mai 1912.
  • 171 Ibid., f° 44, 28 février 1910.
  • 172 Ibid., f° 124, 12 mars 1915.

80Finalement, c’est la compagnie canadienne Allan qui obtint les faveurs du gouvernement d’Ottawa. Elle avait été fondée en 1860 par sir Hugh Allan, sous le nom de Allan Steamship Line pour relier Québec en été et Portland en hiver à Liverpool. Elle signa le 9 février 1905 un contrat de 3 ans pour faire 18 voyages annuels aller-retour France-Canada, soit 2 voyages complets par mois, de mai à novembre inclusivement, le reste pendant les 5 mois restants. La subvention publique était calculée sur la base de 18 voyages et s’élevait à $ 100.000. Elle reçut en fait un subside de $ 130.000 par an de 1905 à 1908 car elle atteignit le rythme de 24 voyages annuels. Son contrat fut renouvelé en 1908 et en 1912, avec une prime annuelle de $ 200.000165. Elle mit en service sur cette ligne 4 steamers : le Laurentian, 4.500 tx ; le Sardinian, 4.350 tx ; le Pomeranian, 4.250 tx ; le Buenos-Ayrean, 4.150 tx. Les ports d’attache étaient Londres, avec une escale au Havre, et Québec ou Montréal l’été, Halifax ou Saint-John l’hiver. Fabre pouvait enfin conclure : "Le Canada apporte ainsi une solution qu’on peut considérer comme définitive, à cette affaire de la création d’un service régulier entre le Canada et la France, depuis si longtemps pendante. (..) La Compagnie Allan, qui assume la charge de ce service, est la plus ancienne de nos compagnies maritimes, elle a derrière elle un solide passé de plus de cinquante ans ; (...) dans la campagne qui s’ouvre, le Canada met en ligne sa plus puissante compagnie"166. Et Paris-Canada de constater avec fierté que, contrairement aux navires des autres compagnies, le Sarmatian était parti au jour fixé et à l’heure dite du Havre, le 24 avril 1905, pour Québec et Montréal167. Mais une fois n’est pas coutume, et les autres départs furent irréguliers. La traversée du Havre à Montréal demandait alors, à la vitesse de 10 à 12 noeuds, douze à quinze jours, comme dans les années 1880. En 1909, le gouvernement fédéral offrit, sans succès, à la ligne Allan, de porter la subvention de $ 5.555 à $ 6.666 par voyage à condition de faire faire la traversée par des vapeurs filant 15 noeuds168. Ce n’est qu’en 1912 que le Sardinian et le Pomeranian furent remplacés par l’Ionian et le Scotian plus gros et moins lents169. Puis, en mai 1912, la compagnie Allan annonçait qu’elle faisait construire, pour les mettre en service au printemps 1913, deux paquebots d’une capacité de 19.000 tx et d’une vitesse de 20 noeuds, l’Alsatian et le Parisian, les plus grands et les plus rapides des navires rattachés au port de Montréal170. Dès 1909, la ligne Montréal-Liverpool avait son terminus européen au Havre171. Mais la compagnie Allan ne put maintenir ses voyages hebdomadaires d’été entre le Havre et Montréal à partir d’août 1914, le gouvernement fédéral ayant réquisitionné un certain nombre de ses navires172.

  • 173 Ibid., f° 32, 26 mai 1909.
  • 174 Ibid., f°38-40, 14 décembre 1909.

81La France allait quand même se manifester de façon plus positive avec la ligne ouverte par la Compagnie générale transatlantique, mais après bien des atermoiements. "Aucun bâtiment français n’est venu la saison dernière", soit en 1908, dans le port de Montréal, écrit le consul de Loynes au ministère. "Le bruit avait couru, toutefois, à la fin de 1908, que la Compagnie Générale Transatlantique allait inaugurer un service direct entre Le Havre, Québec et Montréal"173. A la fin de 1909, le consul signale qu’il est question dans la presse canadienne de l’achat de la ligne Allan par la Canadian Pacific Railway Company pour la somme de $ 22.000.000. Et il prévient "que si le C.P.R. à la suite de cette absorption améliorait le service assuré actuellement par l’Allan Line sur le Havre, l’entrée en scène de notre Compagnie transatlantique, qui hésite depuis si longtemps à établir des relations directes sous pavillon français entre la France et le Canada, se heurterait à des difficultés que d’importantes subventions pourraient seules l’aider à surmonter"174. Le consul ne veut sans doute pas voir que cette nouvelle ligne directe favorisera l’émigration que par ailleurs il combat résolument.

  • 175 APC, Fonds Laurier, Fabre à Laurier, f° 167213, 18 février 1910.

82Le scepticisme était aussi de mise dans les milieux canadiens. Le commissaire Fabre, déçu par ses expériences répétées avec les compagnies françaises, écrivait à Laurier le 18 février 1910 : "Je crois peu à ce qu’on espère de la Compagnie transatlantique. La malencontreuse (...) s’entend mieux à perdre des paquebots qu’à en lancer"175. De son côté, le consul de Loynes dénonçait les insuffisances de la compagnie canadienne :

  • 176 AMAE, ibid., f°46, mars 1910.

"Le service du Havre au Canada assuré par l’Allan Line est loin de satisfaire aux exigences de la situation nouvelle ; cette compagnie ne s’en est d’ailleurs chargée que sous l’empire de considérations politiques, et il est peu probable qu’elle l’améliore. La vitesse, le tonnage et le nombre des voyages devraient être augmentés, la vitesse moyenne obligatoire devrait être portée à 14 noeuds, et un service hebdomadaire en toute saison doit être considéré comme indispensable"176.

83Comme rien ne bouge du côté de la Transatlantique, le consul signale le 29 novembre 1910 un projet de la C.P.R. Company visant à établir une ligne directe entre le Canada et la France :

  • 177 Ibid., f°55, 29 novembre 1910.

"Bien qu’il ait été amélioré cette année, le service effectué par l’Allan Line entre Montréal et le Havre, assuré par des unités de faible tonnage, laisse encore à désirer au point de vue du luxe et de la vitesse, tandis que la nouvelle entreprise pourrait, affirme-t-on, rivaliser avec la ligne transatlantique française du Havre à New-York, à laquelle elle enlèverait sa clientèle canadienne, heureuse d’éviter le détour par la métropole des Etats-Unis"177.

84L’agent d’immigration Wiallard voyait avec regret venir l’ouverture d’une ligne en droiture par la Transatlantique, car il travaillait en liaison avec la compagnie Allan. Olivar Asselin, alors en mission en France, dut faire pression sur Wiallard pour qu’il acceptât de diriger des émigrants vers la compagnie française. Celle-ci avait d’ailleurs menacé Wiallard de faire intervenir le gouvernement de la République contre l’agence canadienne. Contraint et forcé, Wiallard écrivit donc au ministère fédéral de l’intérieur, le 13 mars 1912, la lettre suivante afin de rassurer la Transatlantique :

  • 178 Rapport Asselin, 25-26. Asselin voyait à juste titre dans cette lettre "un souci exagéré des intérê (...)

"Personnellement, je n’ai pas de doute que, loin de compliquer le problème du transport, l’établissement d’une nouvelle ligne sur le Canada profitera à tous, surtout au Canada. J’espère que les Allan conserveront la faveur dont ils jouissent et qu’ils ont gagnée par leur travail passé, tandis que, d’un autre côté, la Compagnie Générale Transatlantique, avec ses relations nombreuses et puissantes, amènera un renouvellement d’activité entre les deux pays"178.

  • 179 AMAE, ibid., f°74, 21 mai 1912.
  • 180 Ibid., f°79, 4 avril 1913 ; f°80, 26 mai 1913.
  • 181 Ibid., f°124, 12 mars 1915.

85Le 21 mai 1912, le consul Charles Bonin, récemment débarqué à Montréal, pouvait enfin écrire au ministère des Affaires étrangères que le paquebot français Niagara, parti du Havre le 11 mai, était arrivé en droiture à Québec le 21, "inaugurant le service régulier qui vient d’être établi par la Compagnie Générale Transatlantique entre le Canada et la France"179. Le service de paquebots devait partir dans chaque sens toutes les quatre semaines. De novembre à mai les navires s’arrêteraient à Halifax. La Compagnie allait essayer maintenant d’obtenir un quai d’accostage à Montréal. Le service direct Le Havre-Montréal, inauguré par le Touraine le 22 mai 1913, n’était que mensuel et pour mai, juin et juillet seulement. Le reste de l’été, les navires s’arrêtaient à Québec180. En 1915 encore, le consul constatait que la Transatlantique n’avait toujours pas constitué un service à date fixe181.

Les agents maritimes et les émigrants.

  • 182 J. Hamelin, op.cit., 12.

86D’après l’article 7 de la convention relative à l’immigration signée en 1875 entre Ottawa et les gouvernements provinciaux, le fédéral devait faciliter les transports d’immigrants et conclure à cette fin certains arrangements avec les compagnies maritimes ou avec leurs agents182. Ces derniers touchaient en effet des primes sur les billets vendus aux émigrants.

  • 183 Rapport Asselin, 25.

87Les compagnies de navigation anglo-canadiennes avaient à Paris des agences autorisées, elles-mêmes représentées dans les provinces françaises, particulièrement au Havre. C’étaient Currie et Cie, agents de la ligne Allan, 2 rue Pleuvry, Le Havre, et 10 rue Auber, Paris ; Hernu, Péron et Cie, 61 boulevard Haussmann, Paris ; Pitt et Scott, 47 rue Cambon, Paris. Cés deux dernières représentaient non seulement la ligne Allan, mais aussi d’autres compagnies, dont la ligne Dominion183.

  • 184 AMAE, Canada NS 19, f°36, 13 janvier 1908.
  • 185 AMAE, Canada NS 20, f°109, 21 mars 1911.

88Les agents maritimes recevaient en 1907, pour les personnes qu’ils envoyaient au Canada, une commission de 10 shillings par adulte de 18 ans et plus, et de 5 shillings par mineur184. Le montant des primes versées aux agents travaillant en France pour le Canada s’était élevé à $ 2.240 en 1910, ce qui représenterait l’envoi de 928 adultes185. En réalité, c’était l’agence canadienne dirigée par Wiallard qui effectuait surtout le travail de recrutement des voyageurs français et les dirigeait vers les compagnies maritimes qui encaissaient la prime d’immigration. On a vu plus haut le différend qui opposa Wiallard à la Transatlantique. Il survint précisément à propos de la prime. A la fin de l’hiver 1912, la compagnie française offrit sa collaboration à Wiallard. Elle lui demanda en retour le bénéfice de la prime garantie par la loi canadienne à tous les agents maritimes. Wiallard refusa d’abord, ce qui entraîna les menaces de la Transatlantique à l’encontre de l’agent canadien et l’intervention d’Asselin en faveur de la compagnie. Dans son rapport, le journaliste confirma nettement sa position favorable à la réclamation de la Compagnie Générale Transatlantique :

  • 186 Rapport Asselin, 42.

"Cette compagnie, écrivait-il, composée de Français, et naturellement mieux en cours auprès des autorités gouvernementales du pays, est plus que tout autre en état de nous être utile en France, et quels que soient les lois et règlements. Inutile d’ajouter qu’elle peut aussi nous faire un tort incalculable dans les milieux officiels français si nous voulons avantager à ses dépens la ligne canadienne subventionnée. (...) Refuser la prime à la Compagnie Générale, ce serait, en effet, virtuellement conférer à l’Allan Line un caractère officiel, une situation privilégiée (...)"186.

  • 187 Ibid., 43.
  • 188 AMAE, Canada NS 19, f°93, 23 février 1909.
  • 189 Ibid., 43.
  • 190 Ibid., Canada 1918-1940, vol. 71, f°76-79, 2 octobre 1924.

89Le Rapport Asselin dénonçait deux des abus les plus fréquents commis par les agents maritimes. L’un consistait à spéculer sur les taux de change ; les agents demandaient 5,25 F pour un dollar, alors que la succursale parisienne de la banque nationale se contentait de 5,18 F. L’autre abus était d’envoyer l’émigrant directement dans l’Ouest du Canada, au moins jusqu’à Winnipeg, "pour toucher la plus forte commission possible, peu importe ce qu’il advienne ensuite du malheureux"187. Le consul de Loynes signalait dans une dépêche cette "commission qui donne un caractère particulièrement fâcheux à cette triste propagande" et l’indifférence du gouvernement du Dominion pour "le triste sort de nos compatriotes attirés par les promesses intéressées des agents d’émigration canadiens"188. Il constatait lui aussi que "la plupart de ces immigrants (étaient) immédiatement dirigés sur l’Ouest, souvent à leur insu. Beaucoup reviennent (à Montréal, ...) maudissant les mensonges dont ils ont été leurrés, notamment par M. Wiallard"189. Mais parfois aussi les émigrants allaient dans l’Ouest car des relations les y avaient attirés, comme cet ouvrier sellier parisien, Eugène Ponchon, parti du Havre le 18 avril 1914 sur le navire lonian de la ligne Allan : "Comme les amis qui m’avaient renseigné étaient dans l’Ouest, écrit-il au consultat, à mon arrivée à Québec, je me suis donc dirigé vers l’Ouest"190.

Les conditions de vie à bord.

  • 191 Les tarifs de lè classe entre Liverpool et Québec s’échelonnaient de 318 F à 477 F pour la ligne Al (...)
  • 192 Paris-Canada, 23 décembre 1885.

90Elles s’étaient améliorées depuis la publication du Rapport de lord Durham en 1839. Mais on constatait encore certaines insuffisances, particulièrement en 3e classe, parfois aussi en 1ère191. Gustave de Molinari, lors de son voyage de 1885 à bord du Damara, note que les meilleures cabines ont été "réservées à des passagers venus d’Angleterre". Le capitaine irlandais "ne possède pas un traître mot de notre belle langue. Il y a encore un steward, un anglais pur sang, celui-là, qui affiche un dédain britannique pour les frenchmen et se refuse absolument à les servir". Quelques passagers manifestent vivement leur colère et le steward "menace de les faire arrêter à leur arrivée à Halifax et traduire devant une Cour de l’amirauté". Au total, la traversée a duré onze jours192.

91Quant aux émigrants, passagers de 3e classe, les autorités consulaires souhaitaient voir le gouvernement fédéral imposer aux compagnies de navigation de les traiter avec plus d’humanité.

  • 193 AMAE, Canada NS 19, f° 44-47, 25 mars 1908.

"j’ai reçu, écrivait en 1908 le gérant du consulat de France, depuis dix ans, un grand nombre de plaintes de la part d’émigrants français, transportés par les principales compagnies, surtout par les compagnies allemandes, américaines et anglaises, je suis persuadé qu’une bonne part de ces réclamations est fondée. Il résulte de l’ensemble des déclarations faites au consulat général que les malheureux, parqués à fond de cale, sont traités plutôt comme des animaux que comme des êtres humains ; qu’à New York, ils sont à la merci d’employés dont la brutalité est notoire, et que, lorsqu’ils finissent par arriver à Montréal, à bout de force et de patience, leurs bagages, pour lesquels aucun reçu ne leur a été délivré, sont dans bien des cas introuvables"193.

  • 194 D. Frémont, Les Français dans l’Ouest canadien, 116.

92Mais les compagnies françaises ne se montraient pas toujours plus prévenantes à l’égard de leurs nationaux. Par exemple, le Malou de la compagnie Colombier avait embarqué à son premier voyage 1.200 pêcheurs, qui allaient à Saint-Pierre-et-Miquelon pour la campagne de pêche à la morue, et 300 émigrants recrutés en Bretagne par l’abbé colonisateur Paul Le Floch. "A peine achevé, il manquait des commodités les plus essentielles et les passagers de l’entrepont se plaignirent justement du peu d’égards que l’on eut pour eux"194.

  • 195 Rapport Asselin, 44.
  • 196 Rapport Asselin, 44.

93Asselin suggérait aussi au ministère du Commerce, "dans ses conventions avec les compagnies de navigation, (...) de faire améliorer les conditions de transport des émigrants". Avant 1912, la compagnie Allan n’employait pas de cuisiniers français ; elle ne disposait pas d’interprètes sur ses bateaux. "Pour une traversée de douze à quinze jours, (elle) prenait le même prix que d’autres compagnies pour une traversée de sept ou huit. Chose plus grave encore, le premier départ du Havre était retardé jusqu’au milieu et souvent jusqu’à la fin de mai, et les domestiques agricoles recrutés durant l’hiver en vue de l’ouverture des travaux, se lassant d’attendre, renouvelaient leurs engagements en France"195. Sur les navires mis en service en 1912, l’Ionian et le Scotian, des cuisiniers français furent embauchés. Le premier départ de l’année eut lieu le 27 avril. "Mais ces améliorations, note Asselin, (...) sont dues uniquement à l’établissement d’un service concurrent par la Compagnie Générale Transatlantique"196.

  • 197 AMAE, ibid.

94Les autorités consulaires, quant à elles, conseillent aux émigrants jusqu’en 1912 de faire la traversée à bord des navires de la compagnie Allan "non pas qu’elle soit meilleure que les autres, mais elle évite le trajet par les Etats-unis". Par contre, s’ils veulent passer par New York, ils ont avantage à utiliser les paquebots de la Compagnie Générale Transatlantique. Or l’agence Hernu, Péron et Cie les pousse "à voyager sur l’American Line, où ils sont plus mal traités". Il faut enfin exiger des compagnies maritimes "qu’elles délivrent aux émigrants un billet de bagage". Car un émigrant environ sur vingt perd ses bagages et les réclamations "sont rejetées la plupart du temps avec un cynisme parfais, et l’absence de coupons ou reçus rend tout recours à la justice généralement inefficace"197.

LES RESULTATS

95Nous étudierons ici l’évolution du courant migratoire français vers le Canada, l’origine géographique et la profession des émigrants, enfin la province de destination choisie par ces derniers.

Le courant migratoire.

96Nous avons retenu le critère de "nationalité", qui donne le nombre minimum des émigrants français, allant au Canada. Ce nombre est en effet plus faible que celui indiqué sous la rubrique "origine ethnique" ou "pays de dernière résidence permanente". Le lecteur peut ainsi disposer d’une base minimale assurée. Les tableaux suivants retracent l’évolution générale de l’émigration française vers le Canada.

TABLEAU 1 Emigrants de Nationalité française vers le Canada 1881 – 1930*

TABLEAU 1 Emigrants de Nationalité française vers le Canada 1881 – 1930*

* De 1881 à 1900, il s’agit uniquement des Français arrivés dans le port de Québec et placés dans la province du même nom, d’après Annuaire statistiquedu Québec, 1914, 102-104. Renseignements aimablement fournis par Pierre Savard, de l’Université d’Ottawa

Annuaire du Canada pour 1901 – 1930

(suite du Tableau l)

TABLEAU 2 Immigrants Français par rapport au total des immigrants au Canada 1901-1930

TABLEAU 2 Immigrants Français par rapport au total des immigrants au Canada 1901-1930

97Si l’on retient (cf. Tableau 1) les trois premières décennies du XXe siècle, le nombre des émigrants dépasse 1.000 par an à treize reprises en 30 ans. Il franchit même six fois le cap des 2.000 entrées, dont quatre fois dans les annés 1911-1914. Ainsi, 26.475 Français sont arrivés au Canada de 1901 à 1915 (soit en moyenne 1765 par an), et 7.117 de 1916 à 1930 (soit 474 par an). La croissance est continue de 1901 à 1908, ce qui explique les inquiétudes du consulat de Montréal ; une courte baisse se produit en 1909 et en 1910, puis une reprise vigoureuse de 1911 à 1913 est suivie d’une nouvelle diminution en 1914 et en 1915, due cette fois aux événements militaires européens. Mais l’année 1915 fournit encore un contingent appréciable de migrants, ce qui semble étonnant en cette période d’hostilités et de première guerre sous-marine (torpillage du Lusitania le 7 mai 1915). La chute brutale des années 1916-1919 apparaît nettement, ainsi que la reprise vite essouflée de 1920. Dès 1921, on tombe au-dessous du chiffre de 1903 qui ne sera pas dépassé avant 1948. Puis c’est de nouveau l’érosion de 1922 à 1927, à peine freinée par la légère reprise de 1928 à 1930, avant la grande et durable chute de 1931 à 1945.

98Le tableau 2 met en valeur l’extrême faiblesse de l’immigration française au Canada en regard de l’immigration totale de ce pays. Elle ne dépasse 1 % au total des entrées qu’à sept reprises, dont curieusement en 1915, où elle atteint 3,29 %, ce qui reste à expliquer.

TABLEAU 3 Evolution de la colonie française au Canada de 1881 à 1931

TABLEAU 3 Evolution de la colonie française au Canada de 1881 à 1931

Recensements du Canada ; pour 1914 : APC, Fonds Borden, Le consul de France Charles Bonin à Borden, f° 110161, 19 janvier 1917.

99Le tableau 3 indique la montée progressive des effectifs entre 1881 et 1914. De 1881 à 1901, en 20 ans, le doublement n’est pas atteint, mais la tendance est à l’accélération ; par exemple l’augmentation passe de 22,5 % entre 1881 et 1891 à 47,7 % de 1891 à 1901. Puis on note une forte progression de 1901 à 1911 : le doublement est dépassé en 10 ans, soit + 121,8 %. On s’achemine de 1911 à 1914 vers un nouveau doublement pour la décennie 1911-1921 (+ 41,9 % en 4 ans), ce qui explique les inquiétudes des consuls de France. L’estimation consulaire de 25.000 Français installés au Canada en 1914 semble vraisemblable si l’on ajoute au chiffre du recensement de 1911 les arrivées de Français de 1911 à 1914 : compte non tenu des retours, on aboutit au total de 27.192.

100Le consul Charles Bonin évalue, en janvier 1917, à environ 5.000 le nombre de Français établis au Canada repartis dans la métropole depuis le début de la guerre pour accomplir leur devoir militaire. La composition par sexe (prédominance masculine) et par âge (importance des 20-30 ans) des émigrants explique le pourcentage élevé (20 %) des mobilisés dans la colonie française. Beaucoup de soldats ne reviendront pas, certains sont tombés au champ d’honneur, d’autres ont opté pour la fixation définitive en France après la guerre. Les rapatriés rappellèrent alors auprès d’eux leur famille demeurée au Canada pendant les hostilités, ce qui explique le chiffre de 1921 ; il traduit cette perte d’environ 5.000 personnes (5.753, soit 23 %). La faiblesse de l’émigration dans les années 20 n’a pas pu compenser ce mouvement de rapatriement, d’où le chiffre encore plus faible de 1931 ; il traduit une perte de 2.491 personnes, soit 12,9 %.

101Ainsi la grande guerre a brisé pour 30 ans l’expansion de la colonie française au Canada.

Origine géographique et profession des émigrants.

Origine géographique.

102Une enquête systématique reste à faire. Les provinces et les départements cités à la fois par le rapport de d’Hellencourt en 1901 et par celui d’Asselin en 1912 semblent donc les plus prometteurs en émigrants, aux yeux des autorités canadiennes.

TABLEAU 4 Régions ou départements à prospecter pour l’émigration (d’après d’Hellencourt et Asselin)

TABLEAU 4 Régions ou départements à prospecter pour l’émigration (d’après d’Hellencourt et Asselin)

* Région ou départements cités dans l’ordre donné par les rapporteurs.

103De plus, de nombreux candidats à l’émigration écrivent au commissaire canadien à Paris pour s’informer des conditions d’un établissement possible au Canada. En 1902, par exemple, Hector Fabre envoie à Laurier et à Smart un volumineux résumé de la correspondance arrivée au commissariat et concernant l’émigration pour l’année 1901 et le 1er trimestre de 1902. Fabre semble d’ailleurs tenir en bonne estime la plupart des futurs immigrants.

  • 198 APC, Fonds Laurier, Fabre à Laurier, f° 63973, 31 mars 1902.

"Le colon français, écrit-il au premier ministre, soutient la comparaison avec tous les autres groupements de colons, à cause de ses habitudes laborieuses, son esprit d’économie, sa frugalité, sa recherche assidue du gain, et cet amour instinctif, profond, de la terre, qui l’en a rendu le possesseur et le maître à un degré que nul autre paysant n’a atteint"198.

104Ainsi 132 lettres ont été reçues par le commissaire Fabre. Elles proviennent de 52 départements différents. Mais elles n’expriment qu’une intention de départ ou une simple demande d’information. Il est intéressant de rapprocher le total des lettres reçues en 1901, soit 97, écrites d’ailleurs exclusivement par des hommes, du nombre d’émigrants pour cette même année, 360 personnes y compris femmes et enfants. Prudent, l’émigrant français tient à se renseigner auprès des autorités officielles avant un éventuel voyage.

TABLEAU 5 Origine des lettres adressées au commissariat canadien à Paris concernant une demande française d’émigration en 1901 et au premier trimestre 1902.

TABLEAU 5 Origine des lettres adressées au commissariat canadien à Paris concernant une demande française d’émigration en 1901 et au premier trimestre 1902.

APC, Fonds Laurier, Fabre à Laurier, f° 63968 – 64024, 31 mars 1902

  • 199 Op.cit., 157.
  • 200 P. Foursin, La colonisation française au Canada, Ottawa, Imprimeur de la Reine, 1891, sans paginati (...)

105Il faut maintenant confronter les départements considérés comme intéressants par les agents canadiens et ceux dont certains habitants manifestent de la curiosité pour le Canada, ou même l’intention de s’y établir, avec la réalité. Nous prendrons deux exemples : le village de Sainte-Rose-du-Lac et celui de Grande-Clairière, au Manitoba. Frémont cite en appendice de son livre sur Les Français dans l’Ouest canadien la liste des colons français, belges et suisses arrivés à Sainte-Rose de 1891 à 1932. Nous avons retenu uniquement les noms des Français de sexe masculin, car leur département d’origine y est accolé. Le nom de la femme figure en effet après celui du mari, mais sans mention d’origine, et "cela, écrit Frémont, n’implique pas nécessairement que le mariage a précédé l’émigration au Manitoba"199. Quant à l’agent de colonisation Pierre Foursin, il cite dans une brochure200, avec leurs lieux d’origine, les colons de Grande-Clairière auxquels il a rendu visite en septembre 1890, liste complétée par celle des colons arrivés au printemps de 1891.

TABLEAU 6 Origine géographique des colons français de Sainte-Rose-du-Lac, Manitoba, 1891-1932.

TABLEAU 6 Origine géographique des colons français de Sainte-Rose-du-Lac, Manitoba, 1891-1932.

Remarque : Il s’agit uniquement des chefs de familles.

  • 201 Centre-Ouest : Charente, Charente-Inférieure, Deux-Sèvres, Vendée, Vienne.
  • 202 En y incluant Le Calvados, l’Orne et le Maine-et-Loire.

106Sur 133 chefs de famille, 61, soit 46 %, viennent de Bretagne et de Loire-Inférieure ; 13, soit 10 %, du Centre-Ouest201 ; 11, soit 8 %, du Nord-Pas-de-Calais ; et 9, soit 6,5 %, de Savoie et Haute-Savoie. La France de l’Ouest202 a donc fourni au total 77 chefs de famille, soit 58 % de l’ensemble.

TABLEAU 7 Origine géographique des colons français de Grande-Clairière, Manitoba, au printemps de 1891

TABLEAU 7 Origine géographique des colons français de Grande-Clairière, Manitoba, au printemps de 1891

Remarque : il s’agit des familles complètes.

107La paroisse de Grande-Clairière a été fondée en 1888 par un prêtre colonisateur, originaire du Bas-Rhin, devenu curé de Loisy-Bezaumont en Meurthe-et-Moselle, l’abbé Jean Gaire, ce qui explique la forte représentation de l’Est de la France et du Luxembourg. Sur 239 colons enregistrés par Foursin au printemps de 1891, 77 viennent en effet du Luxembourg et 26 de Belgique. Chez les 136 Français, deux groupes arrivent en tête, celui des Lorrains (37, soit 27 %) et celui des Bretons (37 aussi). La France du Sud-Est est également bien représentée avec la Savoie et l’Ardèche.

108Si l’on fait la synthèse des trois cartes précédentes, la région qui arrive largement en tête est la Bretagne, avec 109 mentions. Il est à noter que le seul département de Loire-Inférieure est cité 45 fois. Viennent ensuite, loin derrière, la Lorraine (48 mentions), la Savoie (23 mentions) et le Nord (19 mentions). Cette synthèse limitée recoupe la carte établie à partir des rapports de d’Hellencourt et d’Asselin, sauf pour la Lorraine.

Profession des émigrants.

109On peut’estimer la profession des émigrants français par les déclarations faites au commissariat canadien à Paris et au consulat général de France à Montréal.

TABLEAU 8 Métiers déclarés par les colons français passés au commissariat canadien à Paris en 1901 et au premier trimestre 1902.

Cultivateurs 77 96,25 %
Représentants de commerce 2 2,50 %
Tapissier 1 1,25 %
TOTAL 80 100 %

APC, Fonds Laurier, Fabre à Laurier, f° 64010-64013, 31 mars 1902.

TABLEAU 9 Métiers déclarés dans les lettres adressées au commissariat canadien en 1901 et au premier trimestre 1902

A. Profession exercée par 100 français désireux d’émigrer
Primaire 49 49 %
Secondaire 20 20 %
Tertiaire 31 31 %
Total 100 100 %
B. Profession envisagée par 86 français désireux d’émigrer
Primaire 57 66 %
Secondaire 13 15 %
Tertiaire 16 19 %
Total 86 100 %

ibid. f ° 63969-64023.

110Le tableau 8 indique le nombre de Français qui sont passés au commissariat avant leur départ effectif pour le Canada. La prépondérance des cultivateurs est écrasante. Le tableau 9 présente seulement des intentions d’émigration. Sur 132 lettres adressées au commissariat, 100 indiquent la profession de l’expéditeur et 86 le métier qu’il aimerait exercer outre-mer. La part des agriculteurs, qui représentent la moitié des correspondants, passe aux deux tiers pour la profession envisagée. Ce changement, voulu sans doute avec plus ou moins de conviction, traduit l’attrait exercé sur les candidats éventuels au départ par les homesteads gratuits et souligne probablement le succès de la propagande d’émigration canadienne. Tous les cultivateurs français veulent rester fermiers au Canada. Quels sont donc ceux qui désirent changer de métier pour devenir fermiers à leur tour ? Deux officiers, deux employés, un pharmacien, un comptable, un cheminot, un commerçant, un étudiant et un maréchal-ferrant, en bref essentiellement des gens du secteur tertiaire. Les ouvriers qualifiés demandent en effet à exercer leur propre métier au Canada. Ces choix correspondent aussi aux mises en garde exprimées par le consultat de Montréal et les circulaires du ministre de l’intérieur, sans que l’on puisse noter une relation de cause à effet.

TABLEAU 10 Métiers déclarés au consulat de France à Montréal par les français émigrés.

Fermiers en 1909
462
44 % Primaire 68,2 %
Journaliers 176 17 %
Servantes 75 7,2 %
Mécaniciens 158 15 % Secondaire 17 %
Mineurs 22 2 %
Commis 77 7,4 % Tertiaire 7,4 %
Non classés 78 7,4 % Divers 7,4 %
Total 1048 100 % Total 100 %

AMAE, Canada NS 20, f° 35-38, 7 novembre 1910.

TABLEAU 11 Profession des émigrants français au Canada en 1906-1910

Agriculteurs 41,8 % Primaire 57,1 %
Manoeuvres, journaliers 11,0 %
Servantes
Mineurs
4,3 %
2,5 %
Secondaire 18,7 %
Métiers industriels 16,2 %
Commerçants, employés 7,0 % Tertiaire 7,0 %
Divers 17,2 % Divers 17,2 %
Total 100 % Total 100 %

Etudes démographiques, N° 4. Mouvements migratoires entre la France et l’étranger, Paris, Imprimerie Nationale, 1943, 48.

111Le tableau 10 considère les émigrants d’une seule année, 1909 ; le tableau 11 fait état de l’ensemble des Français installés au Canada en 1906-1910. Ces deux tableaux présentent des résultats assez voisins pour les secteurs secondaire et tertiaire, la catégorie "divers" faisant sans doute la différence pour le primaire. Nous avons inclus les "servantes" dans le secteur primaire, un certain nombre d’entre elles étant "domestiques de ferme" ; mais une quantité indéterminée de "servantes" peut aussi être classées dans le tertiaire comme "employées de maison". Le secteur agricole représente donc plus de la moitié des occupations des Français émigrés. Le tableau 11, qui traduit une réalité confirme curieusement le tableau 9 B qui présente une hypothèse de départ.

TABLEAU 12 Métiers des émigrés français estimés par le consulat de France à Montréal en 1935

Agriculteurs 8.500 69,7 %
Commerçants, artisans 2.000 16,4 %
Prêtres et religieux 1.000 8,2 %
Mineurs 500/600 4,9 %
Professeurs 100 0,8 %
Total 12.100/12.200 100 %

AMAE, Canada 1918-1940, vol. 72, f° 98/100, 11 février 1935.

112Le tableau 12, reproduit une estimation établie par le consulat de France à Montréal en 1935. La composition professionnelle des émigrés ne s’écarte pas du schéma d’avant la première guerre mondiale. Le secteur primaire reste prédominant, avec une légère tendance à l’augmentation. Or, l’ensemble de la population active primaire diminue au Canada au profit du tertiaire, le secondaire restant stable. Mais cette estimation du consulat est-elle fiable ? L’écart avec le tableau 13 semble vraiment trop grand.

TABLEAU 13 Evolution de la population active canadienne en % de 1901 à 1931

Primaire 1901
42,8
1911
37,5
1921
34,7
1931
30,9
Secondaire 29,4 32,6 27,3 29,1
Tertiaire 27,8 29,9 38 40

Canada. Un siècle. 1867-1967, Ottawa, 1967- 281.

Destination des émigrants.

113Si en 1980 près de 74 % des émigrants français au Canada ont choisi de s’installer dans la province de Québec, il n’en allait pas de même au début du siècle, comme le montrent les tableaux suivants.

TABLEAU 14 Destination envisagée par les candidats émigrants en 1901 et au premier trimestre 1902

Provinces maritimes 0 0 %
Province du Québec 12 31 %
Ontario 2 5 %
Manitoba 11 28 %
Saskatchewan 2 5 %
Alberta 4 10,5 %
Colombie-britannique 3 7,5 %
Ouest (sans autre précision) 4 10,5 %
Nord 1 2,5 %
Total 39 100 %

APC, Fonds Laurier, f° 63968-64024, 31 mars 1902.

TABLEAU 15 Destination réelle d’émigrants ayant signalé leur départ au commissariat en 1901 et au 1er trimestre 1902

TABLEAU 15 Destination réelle d’émigrants ayant signalé leur départ au commissariat en 1901 et au 1er trimestre 1902

ibid.

  • 203 Jusqu’en 1905, les Territoires du Nord-Ouest comprennent aussi l’Alberta, et la Saskatchewan qui ne (...)

114Note203

115Le tableau 14 indique que sur les 39 correspondants qui ont envisagé de partir au Canada, 24 (soit 61,5 %) ont choisi de s’installer dans l’Ouest. Le tableau 15 montre la destination réelle de 79 chefs de famille pour 1901 et le premier trimestre de 1902. L’attraction de l’Ouest se confirme, 55 émigrants (soit 69,5 %) en ont fait leur point d’arrivée. Il s’agit en effet d’une majorité de fermiers qui espèrent obtenir un homestead gratuit ; l’Ouest est encore en mesure de leur fournir ce lot.

116Mais l’on dispose d’informations portant sur un beaucoup plus grand nombre d’émigrants pour l’année 1909. Elles proviennent du consulat de France à Montréal. Et le tableau change alors.

TABLEAU 16 Destination des émigrants français arrivés au Canada en 1909

Provinces maritimes 265 15,9 %
Québec 703 42,2 %
Ontario 133 8 %
Manitoba 244 14,6 %
Saskatchewan 138 8,3 %
Alberta 131 7,8 %
Colombie-britannique 53 3,2 %
Total 1.667 100 %

AMAE, Canada NS 20, f° 35-38, 7 novembre 1910.

  • 204 AMAE, Canada NS 20, f°35-38, 7 novembre 1910.

117Le tableau 16 signale en effet deux traits nouveaux : les Provinces maritimes ne sont plus totalement délaissées ; et la province de Québec arrive cette fois nettement en tête, pour d’évidentes raisons linguistiques. L’Ouest dans son ensemble, avec près de 34 % des émigrants vient cependant au deuxième rang, car son attrait reste encore grand sur les agriculteurs, mais moins que dans les années 1890-1900. Le consul note à propos de l’année 1909 : "360 (émigrants) se sont fait inscrire pour des homesteads dans l’Ouest"204. Mais il déconseille fortement cette région malgré sa fertilité, dans une dépêche au ministère :

  • 205 Ibid., f° 93-94, 30 décembre 1910.

"Le Manitoba, la Saskatchewan et l’Alberta (...) offrent des parties très fertiles. Mais l’exploitation en convient surtout aux cultivateurs américains du Montana et du North Dakota qui, attirés par le bas prix des concessions, franchissent chaque année (en) grand nombre la frontière toute conventionnelle du 49e parallèle, avec leur bétail, leurs machines agricoles et tout leur attirail de ferme, apportant l’argent produit par la vente dé leurs anciennes exploitations, connaissant la langue et les usages d’un pays si voisin du leur et accompagnés généralement d’une famille dans laquelle ils trouvent la main-d’oeuvre nécessaire, si chère lorsqu’il faut la rétribuer.
Bien différentes sont les conditions dans lesquelles se trouvent nos colons, qui arrivent presque toujours seuls, avec peu d’argent, complètement ignorants de la langue et des méthodes de culture !"205.

118Le commissaire Fabre se montrait plus optimiste au sujet des fermiers français. Il écrivait à leur sujet au premier ministre Laurier le 12 juin 1901 :

  • 206 APC, Fonds Laurier, Fabre à Laurier, f° 56840-56843, 12 juin 1901.

"Il y a un peu partout des colons français dans le Nord-Ouest, et ce sont de bons colons. Seulement, quand ils réussissent on a pris l’habitude de dire que ce sont des Belges, et quand les Belges ne réussissent pas de dire que ce sont des Français"206.

119Si les agriculteurs réussissent dans l’Ouest, ce n’est pas le cas de ceux qui s’improvisent fermiers, comme le montre l’exemple d’Eugène Ponchon. Ce sellier parisien était devenu fermier à Fisher Branch, au Manitoba, faute de pouvoir exercer son métier à Winnipeg. Dix ans après son arrivée au Canada, il écrivit au consulat de Montréal pour demander son rapatriement :

  • 207 Eugène Ponchon est un insoumis du temps de guerre, le consul lui refuse donc le rapatriement.
  • 208 AMAE, Canada 1918-1940, vol. 71, f° 76-79, 2 octobre 1924.

"J’ai suivi les conseils de l’immigration, j’ai pris un homestead et là a commencé ma misère, ensuite la guerre207 les maladies dans ma famille et faire une terre neuve, ne se fait pas le temps de le dire, les prix des produits ont été bons pendant deux et trois ans au plus, mais comme pour en vendre, il fallait ouvrir du terrain et ensuite les prix sont tombés et les frais restaient faits et les machines agricoles des prix fous, les animaux achetés à des prix exorbitants sont tombés à rien et plusieurs mauvaises récoltes, les unes après les autres (...)"208.

120Quant au Québec, il ne trouve pas davantage grâce aux yeux du consul de France, pour des raisons économiques et psychologiques :

  • 209 AMAE, Canada NS 20, f° 92, 30 décembre 1910.

"En somme, la province de Quévec au dur climat, au sol d’une valeur très inégale, contient dès aujourd’hui toute la population qu’elle peut nourrir, de n’en veux pour preuve que le million de Canadiens français qu’elle a déversés depuis un demi-siècle sur les Etats de la Nouvelle-Angleterre. La similitude du langage y exerce une attraction dangereuse sur nos compatriotes qui s’aperçoivent bien vite de la défiance, sinon de l’antipathie, dont ils sont l’objet et qui paralyse tous leurs efforts"209.

121L’adaptation au Québec n’était pas facile pour certains émigrants pourtant qualifiés, comme en témoigne la lettre suivante. L’auteur est un Français, Joseph Bastien, arrivé au Canada vers 1910. Il est installé à Saint-Hyacinthe et se plaint au consul de France le 20 octobre 1924 :

  • 210 AMAE, Canada 1918-1940, vol. 71, f°80-84, 20 octobre 1924. Marié, père de 4 enfants, Bastien a fait (...)

"Je suis mécanicien ainsi que mon fils aîné et depuis deux ans, je suis obligé de partir de tous les côtés travailler avec mon fils de toutes sortes d’ouvrages qui n’est pas de notre métier (peu payés), ma fille aînée de 22 ans travaille à l’usine Pulman à un maigre salaire, soit 7 dollars 50 par quinze jours, ma seconde fille de 19 ans n’a pas pu trouver de travail depuis le mois de mai dernier, qu’elle a dû quitter une place à cause des injustices continuelles qu’on lui faisait pour l’obliger de partir. (...) nous voulons tous travailler pour pouvoir retourner en France, nous avons trop souffert ici depuis notre arrivée pour nous fixer ici"210.

122Il nous reste pour terminer à présenter un tableau d’ensemble de la répartition des émigrants français par province canadienne de 1881 à 1931, d’après les recensements du Canada, (cf. tableau 17).

123En 1881, le Québec rassemble 51 % des Français émigrés au Canada. L’Ontario arrive en seconde position (35 %). L’Ouest, avec 6,87 % se trouve alors à égalité avec les Provinces maritimes (6,83 %).

124En 1901, la répartition a nettement changé. Si le Québec reste encore en tête avec 40,07 %, l’Ouest se place au second plan (39,69 %), presque à égalité avec la belle province. L’Ontario a régressé en nombre absolu et en pourcentage (15,78 %). Quant aux Maritimes, elles restent au dernier rang et déclinent en pourcentage (4,46 %).

125En 1911, l’Ouest arrive largement en tête, avec 52,07 %. Le Québec est passé au deuxième rang et loin derrière (33,64 %) ; après avoir accueilli la moitié des Français, il n’en héberge plus que le tiers. L’Ontario (10,66 %) et les Maritimes (3,11 %) voient leur part continuer à décliner.

126En 1931 enfin, un mouvement de léger reflux de l’Ouest s’est amorcé (48,71 %), au profit du Québec (35,15 %), de l’Ontario (11,66 %) et même des Maritimes (4,11 %).

127Ce tableau traduit donc bien, à l’échelon numériquement réduit des colons français, le mouvement de mise en valeur agricole de la Prairie, consécutif au développement des chemins de fer transcontinentaux et à la politique canadienne d’immigration.

TABLEAU 17 Répartition des émigrants français selon les provinces de 1881 à 1931. Nombre et pourcentage.

TABLEAU 17 Répartition des émigrants français selon les provinces de 1881 à 1931. Nombre et pourcentage.

Recensement du Canada, 1881, 1901, 1911, 1931.

  • 211 Voir note 201.

128Note211

CONCLUSION

129Cinq caractéristiques se dégagent de cette vue d’ensemble. Tout d’abord le mouvement d’émigration française au Canada paraît insignifiant sur le plan de la quantité au cours de la période 1882-1929. Cette impression est justifiée si l’on compare la place du courant migratoire français avec celui du montant global de l’immigration dans le Dominion. Mais si l’on considère la part des Français émigrés par rapport à la population canadienne-française établie dans les provinces de l’Ouest, leur présence devient nettement plus visible ; leur proportion parmi les francophones de l’Ouest passe de 2 % en 1881 à 11 % en 1911.

130Ensuite cette émigration a été stimulée par le gouvernement canadien et ses agents en France, comme l’a montré le rôle joué par le commissariat canadien à Paris et par l’agence canadienne d’immigration. La troisième caractéristique s’oppose diamétralement à la précédente : les autorités françaises (consulat général de Montréal, ministère des Affaires étrangères, ministère de l’intérieur) freinent de tout leur pouvoir, dans les limites compatibles avec le maintien des bonnes relations franco-canadiennes, l’émigration des Français vers le Canada. Celle-ci est perçue comme une perte totale de substance démographique pour la métropole ; de plus, directement concernés par le rapatriement de quelques compatriotes malchanceux, les consuls ont tendance à brosser un tableau plus sombre de l’adaptation des colons au Canada que ne le montrent les témoignages de ceux, plutôt nombreux, qui ont réussi.

131Quatrièmement, l’émigration française se destine en majorité à la culture de la terre et se dirige de plus en plus vers l’Ouest. Et il faut reconnaître que la colonisation agraire est la seule vraiment encouragée par Ottawa et tolérée par le gouvernement français et ses agents. Dans la mesure où ce furent des fermiers qui émigrèrent, cette colonisation rencontra le succès. Enfin, l’émigration fut quasi arrêtée par la première guerre mondiale puis par la crise de 1929, et elle ne reprit qu’à partir de 1946. Mais elle avait alors oublié en grande partie le chemin aventureux de l’Ouest pour se concentrer désormais sur la belle province du Québec.

Notes

1 De 1885 à 1888, il s’intitule Canada, Résumé statistique ; de 1889 à 1904, Annuaire statistique du Canada ; depuis 1905, Annuaire du Canada.

2 Olivar Asselin, Rapport sur une mission accomplie par lui en Europe concernant l’émigration au Canada en 1912, manuscrit dactylographié, Montréal, 17 décembre 1912, 52 p. Cité comme Rapport Asselin.

3 Bulletin des Lois, vol. 171, 1860, n° 7899, 182-184.

4 Rapport Asselin, 21.

5 Paris-Canada, 31 mars 1886.

6 Bulletin Officiel du Ministère de l’intérieur, 1886, circulaire n° 644, 25 février 1886, 50-51.

7 Ibid., 1898, 178-180.

8 Rapport Asselin, 17-18.

9 B.O.M.I., 1909, 384-386.

10 Archives du ministère des Affaires étrangères (A.M.A.E.), Canada NS 20, fo 144, 21 août 1911.

11 Pas-de-Calais, Nord, Loire, Saône-et-Loire, Aveyron, Allier, Gard, Tarn, Puy-de-Dôme, Haute-Loire, Meurthe-et-Moselle.

12 Ibid., fo 162.

13 A.M.A.E., Canada NS 19, fo 5-7, 4 mai 1899.

14 Ibid., NS 20, fo 128-129, 13 juin 1911.

15 Ibid., fo 44-47, 25 mars 1908.

16 Ibid., fo 49-52, 14 avril 1908.

17 Ibid., fo 60-61, 8 mai 1908.

18 Ibid, , note du consul au ministre des Affaires étrangères, fo 73-74, 2 août 1908.

19 Le Sénat l’avait ratifiée le 1er avril 1909 et la Chambre des députés allait le faire le 13 juillet.

20 Ibid., fo 122, 28 mai 1909.

21 Ibid., fo 138, 8 juin 1909.

22 Ibid.

23 Ibid., Canada 1918-1940, vol. 71, fo 75, 23 octobre 1924.

24 Ibid., fo 98-100, 5 mars 1926.

25 Ibid., f° 130-131, 5 janvier 1929.

26 Ibid, , vol. 72, fo 45, 5 décembre 1930.

27 L’immigration dépendit d’abord du ministère de l’Agriculture (1867-1896), puis de celui de l’intérieur (1896-1917) et enfin de celui de l’immigration (1917- 1936).

28 Jean Hamelin, "Québec et le monde extérieur", Annuaire du Québec, 1968, 6-12.

29 Annuaire du Canada, 1956, 164-178.

30 Ibid., 167.

31 AMAE, Canada NS 19, f° 198-199, 17 mai 1910.

32 Annuaire du Canada, 1956, 170.

33 AMAE, Canada 1918-1940, vol. 72, f° 153-160, 30 juillet 1936.

34 J. Hamelin, id.

35 Raoul Dandurand, Mémoires, Québec, P.U.L., 1967, 143.

36 Rapport Asselin, 23-24.

37 AMAE, Canada NS 19, f° 126-127, 28 mai 1909.

38 Rapport Asselin, 49-50.

39 Bernard Pénisson, "Le commissariat canadien à Paris (1882-1928)", Revue d’histoire de l’Amérique française, vol. 34, n° 3, décembre 1980, 357-376.

40 Paris-Canada, 23 décembre 1885.

41 Paris-Canada, 15 décembre 1899.

42 Wolseley est situé à l’Est de Régina, dans l’actuelle province de Saskatchewan.

43 Les lettres, transmises par le correspondant à Paris-Canada, ont été amputées du nom de l’auteur, de la date et du lieu de départ. Elles sont intéressantes dans leur naïveté, car elles ne semblent pas avoir été provoquées, comme d’autres, par les responsables canadiens de l’immigration. Cependant, la mention du commissariat du Canada introduit un doute sur la spontanéité de l’auteur, qui pourrait être Paul Fabre, le fils du commissaire, Paris-Canada, 15 mai 1902.

44 Archives Publiques du Canada (APC), Fonds Laurier, f° 37410 – 37411. Il s’agit de l’Exposition universelle de 1900.

45 Ibid., f° 56836. Fabre indique que pour l’agence d’immigration les frais de bureau (loyer, taxes, chauffage, éclairage, correspondance, dépêches, téléphone, garçons de bureau) s’élèveront par an à $ 3.000 et les frais de voyage et de publicité à $ 1.000.

46 Ibid., f° 56843.

47 Ibid., f° 56836 – 56837.

48 Ibid., f° 63982, 31 mars 1902.

49 Ibid., Paul Fabre à Laurier, f° 59745, 5 novembre 1901.

50 Ibid., Hector Fabre à Laurier, f° 59466, 24 octobre 1901 ; Paul Fabre à Laurier, id., 5 nov. 1901.

51 R. Dandurand, op.cit., 144. Wiallard était né à Lyon en 1851.

52 Documents relatifs aux relations extérieures du Canada, vol. 1, 1909-1918, 9.

53 Rapport Asselin, 23.

54 Asselin note que les deux employés supérieurs de l’agence, le Français Foursin et le Canadien Bélanger, sont "honnêtes, instruits, connaissant à fond le milieu français". Rapport Asselin, 41.

55 Ibid., 40.

56 1905-1906 et 1906-1907 sont des années d’économies budgétaires canadiennes.

57 Par exemple, le R.P. Dumond, les abbés Jean Gaire et Paul Le Floch, qui avaient vivement critiqué la politique anticléricale du gouvernement français en 1904. Ibid., 22.

58 Frank Oliver, ministre de l’intérieur d’avril 1905 à octobre 1911.

59 R. Dandurand, op.cit., 146-147.

60 APC, Fonds Laurier, Fabre à Dandurand, f° 150439, 15 janvier 1909. Malgré cette inactivité de l’agence, 1908 fut l’année-record de la décennie pour l’arrivée de Français au Canada.

61 AMAE, Canada NS 19, f° 168-169, 2 novembre 1909.

62 Ibid., f° 49-52.

63 Ibid., f° 75, 22 août 1908.

64 Ibid., f° 80-81.

65 Ibid., f° 91, 16 novembre 1908.

66 Ibid., f° 93, 23 février 1909.

67 Ibid., f° 107.

68 Ibid., f° 148-149.

69 Ibid.

70 Ibid., f° 156-157, 11 septembre 1909.

71 Ibid., Canada NS 5, f° 8-10, 23 février 1911.

72 Depuis 1908, le sénateur de l’Ariège Auguste Delpech dénonçait dans la presse l’émigration française au Canada.

73 R. Dandurand, Mémoires, 151.

74 Op.cit., 152-153.

75 Op.cit., 153.

76 Op.cit., 155-156.

77 Rapport Asselin, 28-29.

78 AMAE, Canada NS 20, f° 148-150, 3 octobre 1911.

79 Rapport Asselin, 29.

80 APC, Fonds Laurier, Roy à Laurier, f° 176799-176800, 14 novembre 1910.

81 APC, Fonds Borden, Roy à Borden, f° 99507, 17 octobre 1911.

82 Ibid., f° 99616-99618, 22 décembre 1911.

83 Rapport Asselin, 38-39.

84 APC, ibid., Roy à Borden, f° 99590.

85 Ibid., Roy à Pelletier, ministre des Postes, f° 21978-21979.

86 Ibid., f° 21933.

87 Ibid., Roy à Borden, f° 21930, 29 septembre 1914. Paul Wiallard mourut à Paris le 27 mars 1915.

88 Pierre Savard, Le consulat général de France à Québec et à Montréal de 1859 à 1914, Québec, P.U.L., 1970, 85.

89 AMAE, Canada NS 19, f° 80, 6 octobre 1908.

90 Eugène Guénin, Cavelier de la Salle, Paris, Challamel, 1898, 127 p., C.R. dans Paris-Canada, 1er avril 1898 ; id, Montcalm.

91 Rapport Asselin, 6.

92 APC, Fonds Laurier, Fabre à Laurier, f° 142287, 4 juillet 1908. Laurier répondit à Fabre le 16 juillet qu’il n’avait jamais entendu parler d’une subvention au Comité Dupleix : "Il y a dans tout cela un peu de besogne pour faire mousser une affaire. Ne vous en préoccupez pas davantage". Ibid., f° 142290.

93 APC, Fonds Laurier, Fabre à Laurier, f° 142287, 4 juillet 1908. Laurier répondit à Fabre le 16 juillet qu’il n’avait jamais entendu parler d’une subvention au Comité Dupleix : "Il y a dans tout cela un peu de besogne pour faire mousser une affaire. Ne vous en préoccupez pas davantage". Ibid., f° 142290.

94 AMAE, Canada NS 19, f° 80, 6 octobre 1908.

95 APC, Fonds Borden, Roy à Borden, f° 99520, 17 octobre 1911.

96 AMAE, ibid., f°111, 2 avril 1909, ibid., f°133, 28 mai 1909.

97 Rapport Asselin, 6, 24, 27,.30, 32.

98 Ibid., 24.

99 Ibid., 27.

100 APC, Fonds Borden, f° 99520, 17 octobre 1911.

101 Cité par Donatien Frémont, Les Français dans l’Ouest canadien, Winnipeg, Editions de la Liberté, 1959, 7.

102 Paris-Canada, 3 février 1894.

103 Jean du Saguenay (pseudonyme de Léopod Léau), La terre pour rien. Renseignements pratiques sur la colonisation agricole française au Canada, Paris, Bloud et Gay, 1907, 128 p., cartes. Il écrivit aussi un roman de propagande, L’aisance qui vient. Vie du colon dans la prairie canadienne, Paris, Bloud, 1912, 214 p., où il met en scène un ménage de colons français, initié aux coutumes du pays par des compatriotes, et s’intégrant au milieu canadien français du Manitoba.

104 Chez les Français du Canada : les émigrants, Québec, Montréal, Ottawa, le Grand Ouest, Vancouver, Paris, Plon, 1908, 284 p.

105 Louis Arnould, "La politique canadienne d’émigration française", Revue des Deux Mondes", 15 mars 1908, 375-407.

106 L. Arnould, Nos Amis les Canadiens. Psychologie-Colonisation, Paris, Oudin et Cie, 1913, LIII – 364 p., 9 gravures, carte.

107 AMAE, Canada NS 4, f° 66, 21 novembre 1906 ; f° 84, 21 mai 1907.

108 Ibid., NS 19, f°60, 8 mai 1908.

109 Revue des Deux Mondes, 15 mars 1908, 404-405.

110 Montréal, Editions Edouard Garand, 1925, X-346 p. Voir Etudes Canadiennes/Canadian Studies, n° 10, juin 1981, 115-116.

111 Georges Forestier, La Pointe-aux-rats, Paris, Plon, 1907, 474 p.

112 Op.cit., 42-43.

113 Armond Yon, Le Canada français vu de France (1830-1914), Québec, P.U.L., 1975, 93.

114 Par exemple dans Le Rappel, 24 mars 1908, et La Dépêche de Toulouse, 14 août 1908.

115 AMAE, Canada NS 19, f° 49-52, 14 avril 1908.

116 Ibid., f° 80-81, 6 octobre 1908.

117 Louis Hémon, Maria Chapdelaine, Le livre de poche 162-164. Voir le n° 10 d’Etudes Canadiennes/Canadian Studies, juin 1981, consacré à L. Hémon.

118 Le Livre de poche, 16, 1966.

119 Op.cit., 56.

120 Ibid., 61.

121 Il fut sous-ministre de l’Agriculture chargé de la colonisation dans le gouvernement du Québec en 1888.

122 Sur cette mission en France et dans l’Ouest canadien, voir : Pierre Savard, op.cit., 62-63, 85-86 ; Léopold Lamontagne, "Le Roi du Nord et sa suite française à Winnipeg en 1885", Canadien Historical Society Report, 1954, 36- 44 ; Donatien Frémont, op.cit., 8-9 ; et le témoignage de Gustave de Molinari, Au Canada et aux Montagnes Rocheuses, Paris, C. Reinwald, 1886, 334 p.

123 D. Frémont, ibid., 8.

124 P. Savard, ibid., 86.

125 Sur d’Hellencourt, voir Bernard Pénisson, "Un hebdomadaire libéral : L’Echo duManitoba (1898-1905)", Revue d’histoire de l’Amérique française, vol. 28, n° 3, décembre 1974, 367-384.

126 APC, Fonds Laurier, d’Hellencourt à Laurier, f° 51926, 28 décembre 1900.

127 Ibid., Laurier à d’Hellencourt, f° 52464, 14 janvier 1901.

128 Ibid., d’Hellencourt à Laurier, f° 53298, 7 février 1901.

129 Rapport publié dans L’Echo de Manitoba, 27 août 1901.

130 APC, ibid., f° 60875, 18 décembre 1901.

131 Ibid., f° 64622, 25 avril 1902 ; L’Echo de Manitoba, numéro spécial, août 1900, et 15 mai 1902.

132 "En réalité, écrit d’Hellencourt, nous n’avons aucun agent d’immigration en France, car M.H. Fabre notre distingué représentant à Paris, ne peut, étant donné son caractère officiel, s’occuper activement de propagande". L’Echo de Manitoba, 15 mai 1902.

133 APC, ibid., f° 88134, 19 juillet 1904.

134 Voir la note 2.

135 Rapport Asselin, 34.

136 Ibid., 41.

137 Ibid., 36.

138 Ibid., 43.

139 Ibid., 45.

140 Ibid., 46-49.

141 Ibid, , 50.

142 AMAE, Canada NS 20, f° 173, 28 janvier 1913.

143 Ibid., f° 175-176, 12 mars 1913.

144 Paris-Canada, 1er octobre 1903.

145 Ibid., 25 février, 6 mai, 3 juin, 15 juillet, 23 décembre 1885.

146 Ibid., 12 mai, 28 juillet 1887, 8 mars 1888.

147 Ibid., 26 août, 16 septembre 1893.

148 Ibid., 15 mai, 1er juin, 15 juillet 1901.

149 APC, Fonds Laurier, f° 81927, mémoire de l’avocat Le Moyne de Martigny, 1er mars 1904, transmis par Fabre à Laurier.

150 Paris-Canada, 15 septembre 1903.

151 APC, ibid., f° 81928.

152 Paris-Canada, 1er octobre 1903.

153 APC, ibid., Fabre à Préfontaine, f° 80989-809990, 12 janvier 1904.

154 Ibid., f° 81930-81931, 1er mars 1904.

155 Ibid., Fabre à Laurier, f° 80993, 18 janvier 1904.

156 Ibid., Laurier à Fabre, f° 80997, 23 janvier 1904.

157 Ibid., f° 81757.

158 Ibid., f° 81758, 9 février 1904.

159 Ibid., f° 81934.

160 Ibid., f° 81935, 1er mars 1904.

161 Ibid., f° 83188.

162 Ibid., f° 81923-81926, 2 février 1904.

163 Ibid., f° 83220, 10 mars 1904.

164 Paris-Canada, 1er avril 1904.

165 AMAE, Canada NS 9, f° 38-40, 14 décembre 1909 ; f° 74, 20 mars 1912.

166 Paris-Canada, 15 mars 1905.

167 Ibid, , 1er mai 1905.

168 AMAE, ibid., f°24, 5 mars 1909.

169 Rapport Asselin, 44.

170 AMAE, ibid., f° 75, 21 mai 1912.

171 Ibid., f° 44, 28 février 1910.

172 Ibid., f° 124, 12 mars 1915.

173 Ibid., f° 32, 26 mai 1909.

174 Ibid., f°38-40, 14 décembre 1909.

175 APC, Fonds Laurier, Fabre à Laurier, f° 167213, 18 février 1910.

176 AMAE, ibid., f°46, mars 1910.

177 Ibid., f°55, 29 novembre 1910.

178 Rapport Asselin, 25-26. Asselin voyait à juste titre dans cette lettre "un souci exagéré des intérêts de la Compagnie Allan".

179 AMAE, ibid., f°74, 21 mai 1912.

180 Ibid., f°79, 4 avril 1913 ; f°80, 26 mai 1913.

181 Ibid., f°124, 12 mars 1915.

182 J. Hamelin, op.cit., 12.

183 Rapport Asselin, 25.

184 AMAE, Canada NS 19, f°36, 13 janvier 1908.

185 AMAE, Canada NS 20, f°109, 21 mars 1911.

186 Rapport Asselin, 42.

187 Ibid., 43.

188 AMAE, Canada NS 19, f°93, 23 février 1909.

189 Ibid., 43.

190 Ibid., Canada 1918-1940, vol. 71, f°76-79, 2 octobre 1924.

191 Les tarifs de lè classe entre Liverpool et Québec s’échelonnaient de 318 F à 477 F pour la ligne Allan et de 267 F à 480 F pour la ligne Dominion en 1884. La compagnie de Navigation à vapeur d’Halifax affichait les prix suivants en 1885 : le classe, 300 F ; 2è classe, 160 F ; 3è classe, 80 F.

192 Paris-Canada, 23 décembre 1885.

193 AMAE, Canada NS 19, f° 44-47, 25 mars 1908.

194 D. Frémont, Les Français dans l’Ouest canadien, 116.

195 Rapport Asselin, 44.

196 Rapport Asselin, 44.

197 AMAE, ibid.

198 APC, Fonds Laurier, Fabre à Laurier, f° 63973, 31 mars 1902.

199 Op.cit., 157.

200 P. Foursin, La colonisation française au Canada, Ottawa, Imprimeur de la Reine, 1891, sans pagination.

201 Centre-Ouest : Charente, Charente-Inférieure, Deux-Sèvres, Vendée, Vienne.

202 En y incluant Le Calvados, l’Orne et le Maine-et-Loire.

203 Jusqu’en 1905, les Territoires du Nord-Ouest comprennent aussi l’Alberta, et la Saskatchewan qui ne deviennent provinces qu’à cette date.

204 AMAE, Canada NS 20, f°35-38, 7 novembre 1910.

205 Ibid., f° 93-94, 30 décembre 1910.

206 APC, Fonds Laurier, Fabre à Laurier, f° 56840-56843, 12 juin 1901.

207 Eugène Ponchon est un insoumis du temps de guerre, le consul lui refuse donc le rapatriement.

208 AMAE, Canada 1918-1940, vol. 71, f° 76-79, 2 octobre 1924.

209 AMAE, Canada NS 20, f° 92, 30 décembre 1910.

210 AMAE, Canada 1918-1940, vol. 71, f°80-84, 20 octobre 1924. Marié, père de 4 enfants, Bastien a fait toute la campagne de 1914. Le consul décide donc de lui venir en aide.

211 Voir note 201.

Table des illustrations

Titre TABLEAU 1 Emigrants de Nationalité française vers le Canada 1881 – 1930*
Légende * De 1881 à 1900, il s’agit uniquement des Français arrivés dans le port de Québec et placés dans la province du même nom, d’après Annuaire statistiquedu Québec, 1914, 102-104. Renseignements aimablement fournis par Pierre Savard, de l’Université d’Ottawa
Crédits Annuaire du Canada pour 1901 – 1930
URL http://books.openedition.org/psorbonne/docannexe/image/53016/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 34k
URL http://books.openedition.org/psorbonne/docannexe/image/53016/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 25k
Titre TABLEAU 2 Immigrants Français par rapport au total des immigrants au Canada 1901-1930
URL http://books.openedition.org/psorbonne/docannexe/image/53016/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 30k
Titre TABLEAU 3 Evolution de la colonie française au Canada de 1881 à 1931
Crédits Recensements du Canada ; pour 1914 : APC, Fonds Borden, Le consul de France Charles Bonin à Borden, f° 110161, 19 janvier 1917.
URL http://books.openedition.org/psorbonne/docannexe/image/53016/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 9,8k
Titre TABLEAU 4 Régions ou départements à prospecter pour l’émigration (d’après d’Hellencourt et Asselin)
Légende * Région ou départements cités dans l’ordre donné par les rapporteurs.
URL http://books.openedition.org/psorbonne/docannexe/image/53016/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 29k
Titre TABLEAU 5 Origine des lettres adressées au commissariat canadien à Paris concernant une demande française d’émigration en 1901 et au premier trimestre 1902.
Crédits APC, Fonds Laurier, Fabre à Laurier, f° 63968 – 64024, 31 mars 1902
URL http://books.openedition.org/psorbonne/docannexe/image/53016/img-6.jpg
Fichier image/jpeg, 48k
Titre TABLEAU 6 Origine géographique des colons français de Sainte-Rose-du-Lac, Manitoba, 1891-1932.
Légende Remarque : Il s’agit uniquement des chefs de familles.
URL http://books.openedition.org/psorbonne/docannexe/image/53016/img-7.jpg
Fichier image/jpeg, 33k
Titre TABLEAU 7 Origine géographique des colons français de Grande-Clairière, Manitoba, au printemps de 1891
Légende Remarque : il s’agit des familles complètes.
URL http://books.openedition.org/psorbonne/docannexe/image/53016/img-8.jpg
Fichier image/jpeg, 24k
Titre TABLEAU 15 Destination réelle d’émigrants ayant signalé leur départ au commissariat en 1901 et au 1er trimestre 1902
Crédits ibid.
URL http://books.openedition.org/psorbonne/docannexe/image/53016/img-9.jpg
Fichier image/jpeg, 14k
Titre TABLEAU 17 Répartition des émigrants français selon les provinces de 1881 à 1931. Nombre et pourcentage.
Crédits Recensement du Canada, 1881, 1901, 1911, 1931.
URL http://books.openedition.org/psorbonne/docannexe/image/53016/img-10.jpg
Fichier image/jpeg, 49k

Auteur

Lycée Victor Hugo (Poitiers).

© Éditions de la Sorbonne, 1986

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search