Version classiqueVersion mobile

L’émigration française

 | 
Nicole Fouché

Algérie

Le voyage "organise" d’emigrants parisiens vers l’Algérie 1848 – 1849

Yvette Katan

Texte intégral

1Le dimanche 8 octobre 1848 s’embarquaient Quai de Bercy huit cents Parisiens en route pour l’Algérie. Ce premier convoi devait être suivi de seize autres. En tout, près de 14.000 personnes quittaient ainsi la capitale pour l’aventure coloniale. Un décret voté quelques jours auparavant, le 19 septembre 1948 prévoyait un crédit de 50 millions de francs affecté à la création de quarante deux colonies agricoles dans les trois provinces d’Algérie, au transport, à l’installation et à l’entretien pendant trois ans des colons. Il s’agissait donc du lancement d’une véritable entreprise de peuplement en Algérie. En même temps qu’on soulageait Paris de nombreux chômeurs victimes de la crise qui sévissait, on espérait diminuer la tension créée à Paris par la fermeture des ateliers nationaux. Dès le 1er août 1848 une réunion de maires des arrondissements de Paris, rapporte le Sémaphore de Marseille du 12 septembre 1848, soulignait :

"les avantages qu’il y aurait à favoriser l’émigration en Algérie d’un certain nombre d’ouvriers... Plusieurs des citoyens maires ont fait connaître que dans leurs arrondissements des ouvriers laborieux ont témoigné le désir de se rendre en Algérie, dans le cas où le gouvernement les aiderait, pour chercher dans les travaux de la colonisation d’honorables moyens d’existence".

2L’un des maires informait la réunion qu’une association, le Comité Central pour la Colonisation en Algérie, s’exprimant au nom de "20.000 familles d’ouvriers honnêtes et laborieux" tentait d’influencer l’Assemblée Nationale afin qu’elle prenne des "mesures tendant à la réalisation de ce projet..."

TABLEAU 1 Les seize départements de province ayant envoyé le plus de dossiers de demandes d’admission forment quatre groupes. (Ces quatres groupes totalisent 6.270 demandes sur 8.029 émanant de province.)

nombre de dossiers % par rapport aux 8.029 dossiers de province
Rhône 1.640 20,42
Nord 1.117 13,91
I Somme 1.200 14,95
Total 3.957 49,28
Pas de Calais 428 5,34
Saône 356 4,43
II Seine Inférieure 328 4,08
Total 1.112 13,85
Bouches du Rhone 245 3,05
Aisne 218 2,72
Seine & Oise 204 2,54
III Seine & Marne 160 2
Rhin 116 1,44
Total 943 11,75
Meuse 84 1,05
Jura 52 0,65
Isère 52 0,65
IV Loire 52 0,65
Ain 18 0,22
Total 258 3,22
TOTAL GENERAL 6.270 78,1

3 L’entreprise de colonisation officielle, subventionnée et contrôlée par l’Etat, lancée par le décret du 18 septembre 1848 apparaît comme le dernier recours pour tenter de peupler l’Algérie après l’échec ou le semi-échec des années précédentes. Au cours de ces années s’étaient multipliées diverses tentatives de colonisation : peuplement par les soldats de Bugeaud transformés en soldats laboureurs, colonisation capitaliste qui ne réussit qu’à geler des terres autour des grandes villes, colonisation fouriériste (dont l’Union Agricole de St Denis du Sig fournit un exemple de semi-réussite) Aucune n’avait réussi à installer durablement une population française suffisamment nombreuse.

  • 1 En tout : 8.375 dossiers concernant 26.056 personnes.

4En 1846, il n’y a en Algérie que 15.000 colons ruraux (dont seulement 9.000 Français) sur une population totale européenne de 109.380. L’ambition du gouvernement était donc de doubler le peuplement rural français, l’Etat se substituant à l’initiative privée défaillante. Par ailleurs l’urbanisation grandissante en France et le chômage dû à la crise créaient une inquiétude favorable au dessein du gouvernement en incitant au départ essentiellement des éléments urbains encore mal intégrés dans la ville. Le Trésor ne pouvant débloquer pour l’année 1848 que 5 millions de francs, le chiffre des colons qui devaient être admis fut fixé à 12.000 ; on décida de ne les prendre que dans la capitale conciliant ainsi des préoccupations politiques et sociales concernant Paris et le désir de faciliter cette énorme entreprise d’émigration. Pourtant des milliers de demandes affluèrent des départements les plus touchés semble-t-il par la crise économique : sur 8.029 dossiers de demandes arrivés de province1 (en dehors de la Seine), 20,42 % provinrent du Rhône, 13,91 % du département du Nord, 14,95 % de la Somme... principalement on le voit des grandes régions d’industrie textile.

  • 2 Katan (Yvette) – "Les colons de 1848 en Algérie – Mythes et Réalités" in Revue d’histoire moderne e (...)

5Nous avons pu établir à partir des archives de la préfecture de la Seine (sous série VD6)2, et des archives nationales concernant les colonies agricoles d’Algérie (sous série F80), qui étaient ces Parisiens qui avaient répondu à l’appel du gouvernement.

PARIS ET LES COLONS

Des émigrants parisiens.

  • 3 F 80 1324. Discussion du projet de décret. Rapport du Citoyen FOY, représentant du peuple.

6On refusait le terme d’émigrants à ces colons afin "d’effacer des esprits toute pensée d’expatriation ; car l’Algérie est une terre à jamais française" lit-on dans un projet de décret3. Toute une propagande, dirions-nous aujourd’hui, par voie d’affiches, dans la presse, dans les mairies, sollicitait le sentiment patriotique des Français pour aller peupler la "nouvelle France", présentée sous les couleurs chatoyantes d’un pays de cocagne. A cela s’ajoutait l’attrait des promesses du décret du 18 septembre 1848 : une terre de 7 à 10 hectares à mettre en culture, une maison construite aux frais de l’Etat, le transport gratuit jusqu’à la colonie agricole souvent baptisée d’un nom familier aux oreilles des Parisiens comme Saint-Cloud, Saint-Leu, Rivoli, etc., la nourriture assurée pendant trois ans au colon et à sa famille.

FIG. 1 : DÉPARTEMENTS DE NAISSANCE POUR 1000 PARISIENS DÉCÉDÉS EN 1983. d’après les données de L. Chevalier : La formation de la population parisienne au XIXème siècle.

FIG. 1 : DÉPARTEMENTS DE NAISSANCE POUR 1000 PARISIENS DÉCÉDÉS EN 1983. d’après les données de L. Chevalier : La formation de la population parisienne au XIXème siècle.

FIG. 2 : DÉPARTEMENTS DE NAISSANCE POUR 1000 ASPIRANTS-COLONS NÉS EN PROVINCE. (d’après VD 6)

FIG. 2 : DÉPARTEMENTS DE NAISSANCE POUR 1000 ASPIRANTS-COLONS NÉS EN PROVINCE. (d’après VD 6)
  • 4 Archives de la Préfecture de la Seine, Sous-série V.D.6.

7On pourrait penser qu’il n’en fallait pas tant pour attirer essentiellement cette frange de population nouvellement arrivée à Paris lors de l’ouverture des ateliers nationaux et qui se trouvait depuis la fermeture de ces derniers totalement inactive et disponible pour l’aventure algérienne. En fait il est apparu d’après l’étude que nous avons faite des candidats au départ du second arrondissement de Paris, (aujourd’hui 9e)4 que les ouvriers des ateliers nationaux n’ont formé, vraisemblablement, qu’une infime minorité des partants. En effet la liste des candidats est assortie pour le plus grand nombre de leur date d’arrivée à Paris ; ceci nous a permis d’établir que tous les candidats sauf 2,25 % d’entre eux habitaient Paris avant 1848.

  • 5 Chevalier Louis. – La Formation de la population parisienne au XIXe siècle, INED 1950.

8Le plus fort contingent est arrivé de province entre 1836 et 1845 comme pour l’ensemble de la population parisienne étudiée par Louis Chevalier5.

TABLEAU 2 : Dates d’arrivée à Paris de 443 candidats du Ile arrondissement nés en Province, (d’après VD6 171).

Année Nombre %
jusqu’en 1815 14 (dt 4 av. 1800) 3 %
1816 – 1825 58 13,10 %
1826 – 1835 92 20,80 %
1836 – 1845 196 44,25 %
1846 – 1848 83 18,73 %
dt 2,25 % en 1848

Les départements d’origine.

9On voit que près des deux tiers des candidats habitaient Paris depuis moins de douze ans, ainsi nos colons ne formeraient pas une population à part dans l’ensemble de la population parisienne telle qu’elle s’est formée au XIXe siècle et telle que l’a étudiée Louis Chevalier. Il nous a paru intéressant de confronter une carte des origines géographiques de nos émigrants de 1848 avec celle que nous avons pu établir d’après les données de cet auteur sur les origines des décédés parisiens de 1833. On ne peut qu’être frappée par les concordances (Cartes I et II).

10Les vingt trois départements situés au Nord d’une ligne partant de la Baie Saint-Michel, passant par Orléans, Besançon et Montbéliard ont fourni 57,4 % des colons de notre échantillon et 57,8 % des décédés de 1833 étudiés par Chevalier.

UNE DEMANDE D’ADMISSION (AN F80-1335)

UNE DEMANDE D’ADMISSION (AN F80-1335)

TABLEAU 3 Le TABLEAU 3 montre, pour 1.000 colons, les départements de naissance les plus représentés.

I
de 49,20 % à 23,57
Seine et Oise 49,20
Seine et Marne 42,86
Aisne 36,5
Seine inférieure 33,33
Calvados 33,33
Pas de Calais 31,75
Moselle 30,15
Somme 28,57
II
de 25,40 à 17,46
Manche 25,40
Nord 23,80
Meurthe 23,80
Eure et Loire 23,80
Gironde 23,80
Côte d’Or 22,22
Meuse 20,63
Haute Saône 20,63
Haute Marne 19,04
Oise 19,04
Rhône 19,04
Aube 17,46
Marne 17,46
III
de 15,90 à 12,08
Puy de Dôme 15,90
Yonne 15,90
Sarthe 15,90
Ile et Vilaine 14,28
Ardennes 14,28
Eure 14,28
Loiret 14,18
Mayenne 12,7-0
Bas Rhin 12,70
Indre et Loire 12,70
Vosges 12,08
IV
9,52 à 11,11
Orne 11,11
Nievre 11,11
Charente 11,11
Maine et Loire 11,11
Jura 11,11
Allier 9,52
Cantal 9,52
Herault 9,52
V
7,93 à 4,76
Var 7,93
Haut Rhin 7,93
Saône et Loire 7,93
Isère 7,93
Ardèche 7,93
Doubs 6,34
Aveyron 6,34
Aude 6,34
Ain 6,34
Loire inférieure 6,34
Vendée 4,76
Drôme 4,76
Morbihan 4,76
Côte du Nord 4,76
Loire 4,76
VI
3,7 à 0
Bouches du Rhône 3,17
Gard 3,17
Basses Pyrénées 3,17
Haute Garonne 3,17
Gers 3,17
Landes 3,17
Lot et Garonne 3,17
Lot 3,17
Corrèze 3,17
Haute Vienne 3,17
Charente 3,17
Vienne 3,17
Indre 3,17
Haute Loire 3,17
Loir et Cher 3,17
Hautes Pyrénées 1,58
Cher 1,58
Deux sèvres 1,58
Creuse 1,58
Dordogne 1,58
Tarn et Garonne 1,58
Corse 1,58
Vaucluse 1,58
Pyrénées Orientales 1,58
Ariège 0
Finistère 0
Tarn 0
Hautes Alpes 0
Basses Alpes 0
Lozère 0

Les colons parisiens : d’anciens ruraux.

  • 6 Gossez Rémi. – "Diversité des antagonismes sociaux vers le milieu du XIXe siècle in Revue Economiqu (...)
  • 7 V.D.6. 171.

11Les lieux de naissance indiqués le plus souvent sont des petites communes rurales. Même si l’on tient compte de la remarque pertinente de Rémi Gossez6 sur le fait que beaucoup de femmes de Paris allaient faire leurs couches en province et y laissaient leurs jeunes enfants en nourrice, nos statistiques sont en fait concluantes. En effet grâce à l’indication de la date d’arrivée à Paris qui accompagne la date de naissance pour 411 candidats-colons du Ile arrondissement de Paris7 nous pouvons établir l’âge auquel ces provinciaux arrivaient dans la capitale. Huit seulement ont un an ou moins, douze ont de un à quatre ans.ainsi vingt candidats au maximum peuvent entrer dans la catégorie de ces faux provinciaux "laissés en nourrice" par leurs mères parisiennes. Cela ne représente que 4,66 % du total, alors que 66,42 % ont entre seize et trente six ans lorsqu’ils arrivent à Paris.

COURBE 1 : AGE D’ARRIVEE A PARIS DES CANDIDATS DU IL ARRONDISSEMENT.

COURBE 1 : AGE D’ARRIVEE A PARIS DES CANDIDATS DU IL ARRONDISSEMENT.

12Nous sommes amenés à penser que tous ces néo-citadins attirés par le retour à la terre (même africaine) avaient en même temps qu’un furieux désir d’être propriétaire et ainsi d’échapper à la condition de prolétaire, une expérience (et une nostalgie) de la vie à la campagne.

  • 8 F80 1792.

"On se tromperait grandement-affirme la Commission des colonies agricoles – si l’on croyait que tous les ouvriers de Paris sont étrangers à la culture. Beaucoup d’entre eux nés et élevés dans les départements ont exercé leur jeunesse au maniement de la charrue ou de la bêche. L’industrie les avait pour leur malheur, appelés à elle, la Commission les a rendus à l’agriculture"8 ;

  • 9 V.D.6. 259.
  • 10 F80 1392 – Une lettre de colon indique : "forcés (les colons) d’être cultivateurs. Ces pauvres gens (...)

13Nous avons pu vérifier à partir d’un autre registre des archives parisiennes9, celui du IVe arrondissement (1er aujourd’hui) qu’un tiers des candidats entrent bien dans la catégorie des colons ayant une expérience des travaux agricoles. En effet la liste des 317 candidats comporte face à 91 noms l’indication "a travaillé la terre" ou bien "ancien cultivateur" et lorsqu’il y a un doute "prétend avoir travaillé la terre". Si l’on ajoute à ces anciens ruraux attirés par les promesses de la ville, les petits cultivateurs maraîchers ou autres de la banlieue parisienne10, on voit qu’un grand nombre de colons pouvaient être exclus de ceux dont on disait méchamment "qu’ils ne savaient planter que des arbres de la liberté". L’expérience acquise en France n’allait évidemment pas toujours suffire dans un pays aux conditions climatiques et aux aptitudes agricoles très différentes. De cela on se garda bien d’avertir nos colons à qui au contraire on présenta une image de l’Algérie tout à fait idyllique qui ne pouvait éveiller en eux que l’idée d’abondance et de facilité dont ils allaient revenir brutalement en mettant les pieds sur la terre africaine.

Les colons parisiens : des hommes "sûrs".

14La Commission des colonies agricoles prit grand soin d’éliminer tous les éléments susceptibles de compromettre les nouvelles installations en Algérie. Elle procédait à l’interrogatoire des candidats présentés par les mairies qui elles-mêmes semblent avoir déjà fait un tri. Il fallait présenter en plus d’une fiche d’état civil, un certificat médical, et un certificat de bonne vie et moeurs. On ne pouvait emmener avec soi sa concubine sauf à contracter mariage avant le départ. Mais surtout on prit garde de ne pas accepter de candidats aux idées subversives et pour cela un témoignage autorisé que l’on avait participé aux journées de juin 1848 au côté des forces de l’ordre pouvait être tout à fait déterminant. Ainsi en mars 1849, un postulant met en avant ses excellents services pour demander son admission dans une colonie agricole.

  • 11 F80 1343.

"Combattant de juin... j’ai reçu... une mention honorable pour la part que j’ai prise au combat partout où il a été le plus meurtrier., le 15 mai à la tête de ma compagnie... j’ai pénétré le premier, à l’étage où se trouvaient Barbès, Albert et autres, que Prévost un de mes sergents et quelques gardes faisaient prisonniers"11.

  • 12 F80 1343.

15De même une lettre de recommandation au Ministre de la guerre qui la renvoie à la Commission des colonies agricoles, signée Baron James de Rothschild, souligne pour son protégé "sa fermeté et sa bravoure dans les journées de mai et juin 1848"12. Il semble que peu d’émeutiers de juin ont pu échapper à la vigilance des maires et se faufiler parmi les colons. Rémi Gossez qui étudie les inculpés de juin 1848 affirme n’avoir jamais rencontré d’inculpés essayant comme on pourrait s’y attendre d’échapper à une condamnation en sollicitant un départ pour l’Algérie. Néanmoins nous avons trouvé un mandat d’amener du 17 juillet 1849 délivré contre le sieur Duvillard du 3e convoi

  • 13 F80 1378.

"ex-élève en pharmacie et ancien chef de compagnie aux ateliers nationaux, inculpé de juin 1848 parti par le 3e convoi de colons dirigé sur Rivoli... pour le village d’Aïn Tedeles"13.

16Le sieur Duvillard semble une exception, et les colonies ne furent pas peuplées comme on l’a trop souvent dit de "clubistes" enragés mais au contraire d’hommes "sûrs" qui se révéleront conservateurs, très attachés à la propriété individuelle allant jusqu’à refuser le travail en commun même quand il aurait été fort utile pour les travaux de défrichement par exemple.

Des Parisiens des quartiers populaires.

17Si nos émigrants parisiens ne se sont pas recrutés parmi les "échappés des barricades", "les énervés" de Paris comme on le croira ou feindra de le croire ensuite, ils sont néanmoins issus essentiellement d’une partie de la capitale : l’Est populaire, démographiquement surchargé, blessé par la crise. Un rapport de la Commission des colonies agricoles nous donne pour l’ensemble des candidats parisiens la répartition par arrondissement suivante :

  • 14 Tableau établi à partir de F80 1792 qui indique en plus le départ de 29 gardes républicains ; 952 f (...)

TABLEAU 4 : Répartition par arrondissement des 3.607 familles parties de Paris14.

TABLEAU 4 : Répartition par arrondissement des 3.607 familles parties de Paris14.
  • 15 Pourcentages calculés d’après les chiffres de population des arrondissements en 1846, donnés par Lo (...)

18* Le pourcentage qui apparaît dans la colonne arrondissement indique la proportion des départs de chaque arrondissement par rapport à la population totale de l’arrondissement15. On voit que même en tenant compte de la population des arrondissements pour évaluer les départs, le classement laisse apparaître, de la même façon, la très forte prépondérance des quartiers ouvriers de Paris.

Une émigration de la misère.

  • 16 F80 1324 la dépense totale fut de 33.078 francs et 34 centimes.
  • 17 V.D.6. 474.

19L’émigration parisienne fut une émigration de la misère : il fallut donner 20 francs à de nombreux candidats pour retirer du Mont de Piété, qui un matelas, qui des objets de première nécessité16. Ainsi cet ouvrier Huchet autorisé à emporter une enclume "qui se trouve engagée au mont de piété pour vingt francs"17. Le chirurgien à bord du 14e convoi ne peut s’empêcher de noter dans son rapport :

"Nous avons eu la douleur de surprendre bien des misères pendant ce voyage, ... Nous avons vu des mères lavant sans savon les linges de leurs enfants, des hommes et des femmes marchant presque nu-pieds..."

20Cependant tous les colons n’étaient pas dans un tel dénuement ce que nous laisse penser un inventaire des effets laissés par un colon décédé à l’hôpital.

Une majorité d’ouvriers.

  • 18 F80 1792.

21Nous pouvons constater la très forte prépondérance des ouvriers d’après les tableaux suivants établis à partir des données de la Commission des colonies agricoles chargées des admissions18.

TABLEAU 5

Profession Total %
I Manoeuvres et
sans Qualification 496 10,25
Il Ouvriers
plus ou moins qualifiés 2.470 51,00
III Ouvriers très qualifiés 486 9,91
Total 3.452 71,16
IV Non ouvriers : dont
employés-com merçants 543 11,20
professions libérales 95 1,96
gardes mobiles-républicains 305 6,30
V Agriculteurs 454 9,38
TOTAL GENERAL 4.849 100

22Sur soixante deux professions ou secteurs professionnels cités par cette Commission on en remarque un certain nombre qui paraissent avoir été particulièrement touchés par la crise et avoir fourni un très grand nombre de candidats colons :

TABLEAU 6 : Les professions

TABLEAU 6 : Les professions

TABLEAU 7 : Cette liste peut être regroupée selon trois groupes de professions, par ordre d’importance décroissante :

GROUPE I : de 9,3896 à 15,30 % GROUPE II : de 4,23 % à 6,30 %
1) Bois et Ameublement = 15,30 6) Garde Mobiles, Gardes Répu-
2) Pierre et Bâtiment = 12,57 blicains sans profession = 6,30
3) Petit commerce et Employés = 11,21 7) Textile et Confection = 5,76
4) Métallurgie et Mécanique = 10,90 8) Manoeuvres = 5,33
5) Terre = 9,38 9) Marchands ambulants = 4,91
10) Fabriques de Paris =4,44
11) Cuirs et chaussures =4,23
GROUPE III : de 1,96 % a 2,97
12) Graveurs, dessinateurs sculpteurs = 2,97
13) Imprimerie = 2,90
14) Petites Industries diverses = 2,23
15) Professions libérales = 1,96

23On voit par les tableaux 6 et 7 que les professions qui ont fourni le plus fort contingent sont les secteurs du bois et du bâtiment. On est frappé par le nombre élevé de menuisiers-ébénistes qui arrivent en tête de liste. Ont-ils été spécialement touchés par la crise économique ? Le petit commerce et les employés viennent ensuite ; on connaît par ailleurs, par des témoignages, des boutiquiers ayant pignon sur rue qui se sont laissés tenter par la perspective de devenir propriétaires d’une terre. Il est certain que le commerce fut touché par la crise et le nombre élevé de négociants traduit l’angoisse d’une population qui pouvait craindre la ruine et la prolétarisation. On peut s’étonner par ailleurs de la faible représentation des manoeuvres, marchands ambulants (toutes personnes sans qualification (en tout 10 % seulement) dont on aurait pu penser qu’ils seraient plus disponibles pour le départ et plus tentés par la perspective d’acquérir une maison et une terre en Algérie. Ont-ils été en grande partie éliminés par la Commission de colonisation au profit d’ouvriers qualifiés sur le sérieux desquels on pouvait davantage compter pour asseoir l’entreprise de peuplement ?

24Les professions très spécialisées dont on s’effrayait en Algérie qu’elles ne puissent donner des colons agricoles ("on nous envoie des artistes, des artisans impropres aux travaux agricoles" se lamentait-on !), ne sont finalement que peu représentés (2,97 % des partants sont graveurs, dessinateurs, sculpteurs et 4,44 % travaillent dans ce qu’il est convenu d’appeller "la fabrique de Paris"). Néanmoins on peut imaginer les difficultés d’adaptation à la vie dans le bled algérien et aux travaux agricoles dans un pays aux conditions de sol et de climat plus dures qu’en France, des 21 passementiers, des 27 chapeliers, des 83 imprimeurs-typographes... La rubrique "ne connaît rien aux travaux agricoles" qui apparaîtra souvent dans le motif de renonciation de nombreux colons sollicitant leur retour après quelques mois en Algérie, a dû le plus souvent concerner ces hommes que la profession initialement pratiquée avait peu préparés aux durs travaux de défrichement.

  • 19 F80 1316 – La liste des professions pour Marengo ne comporte pas de tailleur. Celle du village de Z (...)

25Des professions firent cruellement défaut dans certains villages19, ainsi les cordonniers (au bout de quelques mois beaucoup de colons et d’enfants vont pieds nus), les tailleurs qui auraient pu retoucher les vêtements réformés de l’armée que l’on fut obligé de distribuer à ces pauvres colons affublés bientôt comme des épouvantails à moineaux ! Pourtant notre liste indique 131 cordonniers-chaussonniers et 130 tailleurs ; nombre suffisant pour 42 villages. Mais il semble que la répartition harmonieuse des professions ne fut pas le souci principal de la Commission.

LE VOYAGE

Le nombre des partants.

  • 20 Voir lettre autographe (fac.sim.). Certaines traduisent d’une manière pathétique la misère des cand (...)

26On ne peut l’établir avec une rigoureuse précision. On dépassa sous la pression des demandes20 le chiffre de 12.000 fixé initialement. Une loi du 18 novembre 1848 porta ce chiffre à 13.500. Finalement la Commission des Tuileries admit 13.972 candidats après avoir "examiné et interrogé" les 16.115 personnes présentées par les mairies qui elles-mêmes, nous l’avons vu, avaient procédé à un tri. En effet, malgré la recommandation du Ministre de la guerre au citoyen Trélat représentant du peuple, Président de la Commission des colonies agricoles de "rester dans les limites de 13.500 personnes" avec la formation du 16e convoi, on dépassa ce chiffre pour former après une interruption de plusieurs mois un 17e convoi avec 200 Parisiens et 200 Lyonnais, qui partit le 17 mars 1849. Mais on apprend que l’on ne compta pas dans ce convoi les enfants de moins de cinq ans et dans les autres ceux de moins de deux ans !..

  • 21 F80 1324.
  • 22 F80 1792.
  • 23 F80 1325

27Un "état général des colons embarqués" nous donne21 : 10.409 colons de Paris, 3.064 des arrondissements de Sceaux et de Saint Denis auxquels s’ajoutent 499 de divers départements. Nous retrouvons notre chiffre de 13.972 personnes comprenant 4.738 chefs de famille ou célibataires, 4.109 enfants dont 679 de moins de deux ans. Mais par suite de défections le nombre total de personnes embarqués fut réduit à 13.70022. Ce chiffre cependant ne semble pas comprendre le 17e convoi. En mars 1849 (qui est le mois de départ du 17e convoi) un autre rapport nous donne le chiffre global de 14.200 personnes embarquées ce qui doit comprendre les partants du dernier convoi... Du moins ceux inscrits au secrétariat de la Commission de colonisation car de diverses sources (journaux, archives) nous parviennent un chiffre des arrivées différent qui est de 12.666. Ainsi 12 % environ des colons (1.534 personnes) ne se seraient pas embarqués ou bien se seraient égayés en route car les décès, il y en eut on le verra, ne furent qu’un petit nombre. Un rapport du Commandant du cercle de Cherchell indique quelques jours après l’arrivée du 13e convoi que "74 personnes inscrites au 13e convoi ne sont pas arrivées à destination"23. Or nous savons par ailleurs que pour le 13e convoi, 841 personnes étaient inscrites au secrétariat de la colonisation : ici donc il y eut 8,7 % de défections. Mais celles-ci ne semblent pas avoir été compensées par les présences clandestines et frauduleuses signalées dans nos sources de temps à autre. Par ailleurs on changea au dernier moment la destination de tout ou partie d’un convoi lorsque le village qui devait les accueillir se révélait inaccessible à cause des intempéries ou pas du tout prêt à les recevoir.

28On voit donc la difficulté qu’il y a d’établir le chiffre exact de colons transportés par les 17 convois de 1848 et 1849 et arrivés à destination.

La composition familiale.

29Les témoignages alarmés sur le nombre excessif d’enfants en bas âge doivent être tempérés par l’étude des chiffres. Nous avons pour la province d’Alger une statistique indiquant que sur 4.240 personnes il y avait 1.946 hommes, 1.413 femmes, 601 enfants de deux à sept ans, et 280 enfants de moins de deux ans, dirigés vers les différents villages, soit une proportion pour ces derniers, de 6,6 % seulement.

30On peut voir par ailleurs d’après le tableau suivant que 60 % des colons partent sans enfants (célibataires 39, OS et couples sans enfants 20 %).

  • 24 Katan (Yvette) – "Les colons de 1848 en Algérie – Mythes et Réalités" in Revue d’histoire moderne e (...)

TABLEAU 8 : Composition familiale des candidats colons du Ile arrondissement (d’après VD6 171)24.

1 personne 39,08 % 5 personnes 5,75 %
2 personnes 20,09 % 6 personnes 3,05 %
3 personnes 17,50 % 7 personnes 1,17 %
4 personnes 12,45 % 8 personnes 0,47 %

31Il y eut certainement peu de "faux célibataires" laissant femmes et enfants et précédant en éclaireurs leur famille en Algérie car ils n’auraient pu bénéficier d’une concession comprenant une maison de deux pièces réservée aux familles.

  • 25 F80 1316 et F80 1329 (Rappelons que les enfants de moins de 2 ans n’étaient, le plus souvent, pas c (...)

32Le chiffre de 4.109 enfants signalé précédemment ramené aux 3.158 colons-titulaires non célibataires (et excluant les vieillards, pères ou beaux-pères amenés avec soi) donne un enfant en moyenne par famille. Dans un certain nombre de convois pour lesquels nous avons le nombre de personnes et le nombre des enfants ce chiffre même n’est pas atteint. Exemple pour le 10e convoi nous avons les chiffres de : 877 personnes, 41 enfants "en bas âge" ; pour le 11e convoi : 920 persones, 29 enfants...25.

  • 26 Katan (Yvette) – "Les colons de 1848 en Algérie – Mythes et Réalités" in Revue d’histoire moderne e (...)

33En ce qui concerne l’âge des colons, les calculs établis à partir de notre échantillon du Ile arrondissement ancien de Paris dans lequel les dates de naissance sont données pour tous les candidats font apparaître que la plupart des colons ont entre 23 et 44 ans26.

Le départ.

34Il se fit pour les dix-sept convois des quais de la Seine, du Quai Saint-Bernard le plus souvent. L’embarquement des bagages avait lieu la veille du départ. Dans la limite de 50 kilos par personne (sauf pour les enfants au-dessous de deux ans) les bagages devaient consister "uniquement en effets de lingerie, de literie, d’habillement". Pas de meuble, mais les colons pouvaient "emporter des outils d’un poids raisonnable et de transport facile".

  • 27 F80 1792.

35Il était tout à fait irréaliste de souhaiter que "les paquets ne dépassent pas 40 à 50 centimètres de côté" ! et on n’aurait bien pu éviter d’interdire tout "objet de literie où entre de la plume, sans emploi en Algérie" !27.

  • 28 F80 1315.

36En fait les bagages souffriront de nombreux transbordements et d’une grande inorganisation. Beaucoup se sont perdus. Le médecin du 14e convoi écrit de Marseille "dans le tohubohu général, je n’ai pu moi-même retrouver la caisse de médicaments qui contenait ma trousse de chirurgie"28.

37Le colon devait échanger une carte blanche qu’on lui avait remise la veille avec son numéro d’admission contre une carte de couleur indiquant le nombre de pièces de sa future maison. Il savait le nom de "son" village agricole qui était brodé de plus sur le drapeau flottant au mât de son bateau. Tout cela pouvait lui faire croire que maison et village étaient prêts à le recevoir. Il y aura bien des désillusions.

  • 29 F80 1792.

38Le même cérémonial accompagna le départ des 17 convois. Les maires de Paris se rendaient à l’embarcadère, ainsi qu’une foule de badauds. "Les berges, les quais, les ponts étaient couverts d’une population immense qui ne s’élevait pas à moins de 40.000 âmes29 lit-on dans un rapport sur le 4e convoi. Les spectateurs allaient jusqu’à monter sur "une multitude d’embarcations pavoisées" pour accompagner le plus loin possible nos émigrants. Certains même s’embarquèrent un moment avec nos colons !...

  • 30 F80 1792.

39Des discours enflammés et patriotiques d’un représentant de l’Etat exaltaient la "mission des colons"... au bénéfice de la France et de la civilisation"30.

  • 31 F80 1792.

40Pour le premier convoi ce fut le Ministre de la Guerre lui-même, le Général Lamoricière, initiateur de cette émigration organisée qui fit un grand discours. Ensuite une personnalité ecclésiastique (Monseigneur Sibour, Archevêque de Paris accompagné du clergé de Notre Dame pour le 4e convoi) procédait à la bénédiction du drapeau portant le nom de la commune qui allait être fondée en Algérie et dispensait "de pieuses paroles qui ont profondément ému tous les assistants..."31.

L’itinéraire.

  • 32 F80 1314 ; F80 1393 ; F80 1792. V.D.6. 474.

41Le voyage des Parisiens allait se dérouler successivement par canaux sur des péniches à fond plat tirées par des hâleurs ; par la Saône et le Rhône sur des bateaux à vapeur, par chemin de fer d’Arles à Marseille avant d’embarquer sur des bateaux à vapeur pour les différents ports de la côte algérienne. Tout le long de ces quatre étapes des officiers accompagnateurs et des médecins à bord rédigèrent pour la Commission de colonisation des rapports qu’elle avait dû exiger et qui nous sont parvenus par fragments nous permettant de reconstituer les péripéties du voyage au moins pour quelques convois ; en particulier pour le 7e et le 14e32.

  • 33 Tinthoin Sidi Ben Okba 1848-49, Oran 1849.
  • 34 F80 1792.

42Monsieur Tinthoin qui aurait recueilli les souvenirs d’un colon par la bouche d’un de ses descendants a évoqué33 un itinéraire de l’étape par canaux différent de celui de nos sources. Après avoir atteint Moret, par la Seine, le 11e convoi aurait emprunté l’Yonne jusqu’à Laroche, le canal de Bourgogne jusqu’à St-Jean-de-Losne avant de descendre la Saône et le Rhône. C’est d’un parcours un peu différent que nous parlent, tant les rapports des officiers accompagnateurs et des médecins, que celui d’un employé de l’entreprise de batellerie Gaudry, chargée du transport des colons jusqu’à Chalon sur Saône, Monsieur Oouvelier qui ira avec le 17e convoi jusqu’en Algérie nous laissant un témoignage intéressant sur le voyage et sur les premières installations des colons34.

43En effet, nous voyons les bateaux à fond plat tirés par des hâleurs remonter la Seine jusqu’à Moret, emprunter ensuite le canal du Loing jusqu’à Montargis, le canal de Briare, le canal latéral à la Loire et de Digoin sur ce fleuve, le canal du Centre jusqu’à Chalon-sur-Saône. Ce fut "le parcours le plus long et le plus épineux nous dit Monsieur Jouvelier... 505 kilomètres à travers neuf départements par canaux (coupés de) 106 écluses..." Ce trajet durait selon les convois et les péripéties de 11 à 13 jours soit 40 à 45 kilomètres par jour.

  • 35 F80 1792.

44Les bateaux à fond plat étaient surchargés malgré la décision de la Commission après inspection de diminuer le nombre de personnes prévu initialement à 200 personnes par péniche et ramené à 170 personnes35. Longs de 30 mètres et large de 6, les bateaux grâce à la bienveillance de la Commission qui fit des essais avec des soldats reçurent non plus six rangs de banquettes mais quatre :

"deux appuyés aux parois de bateau, deux placés dos à dos au milieu de la barque... chaque banquette aurait 50 centimètres de profondeur au lieu de trente et chaque place une superficie de 45 centimètres".

  • 36 F80 1792.

Un espace de 1,90m était réservé entre les banquettes pour la circulation. Ceci était néanmoins insuffisant car les matelas et les paquets encombraient trop souvent les deux allées. On devait faire dormir les enfants sur des planchettes fixées en hauteur (les "voltiges"). En fait les gens devaient, pour se déplacer passer sur le bord du bateau. Or, le médecin du 14e convoi se plaint qu’il n’y ait pas de cordes pour s’accrocher, non plus que des cordes de sauvetage pour aider à repêcher les malchanceux qui tombaient et qui souvent, pris de boisson, se noyaient. Dans le 5e convoi on assiste aussi à des chutes d’enfants qui furent mortelles mais le record semble avoir été atteint dans le 11e convoi où "14 personnes tombent à l’eau par imprudence ou par ivresse.." Dans le 17e convoi, encore, "quatre personnes sont mortes des chutes dans l’eau dues à l’imprudence"36. L’obscurité la nuit était aussi un facteur de risque nous dit le rapporteur du 10e convoi.

45Les nombreuses écluses qui arrêtaient les bateaux permettaient heureusement aux colons de se dégourdir les jambes mais certains en profitaient trop souvent pour fréquenter les auberges et revenir ivres ce qui, étant données les conditions du voyage, représentait un réel danger comme nous venons de le voir. Cette partie du voyage en canaux se passe dans la bonne humeur malgré ces conditions matérielles précaires aggravées par les intempéries, pluie et même neige, puisque la traversée de la France se fit pour seize convois entre le 8 octobre et le 28 décembre.

46Les officiers se plaisent beaucoup plus que les médecins à souligner l’optimisme des voyageurs :

  • 37 F80 1792.

"depuis trois jours nous sommes contrariés par le mauvais temps, nous dit l’officier accompagnateur du 1er convoi, mais... la plus grande gaîté règne parmi les colons. Ils sont pleins d’espoir et de bonne volonté..."37.

Par contre les rapports des chirurgiens à bord dénoncent les conditions, tant de sécurité que d’hygiène, qui sont responsables des nombreux accidents et des maladies contractées par les colons. Ainsi le chirurgien du 14e convoi parlant de l’aménagement des bateaux remarque qu’il "se ressent trop de la précipitation urgente d’envoyer les colons en Afrique"...

  • 38 F80 1315.

En effet "les planches qui forment les barraques sur ces bateaux"38 laissent suinter l’eau entretenant une humidité constante responsable de véritables épidémies.

  • 39 F80 1315.

"Les pluies constantes n’ont cessé de nous assiéger pendant onze jours... (elles) ont déterminé surtout chez les enfants des dyarrhées, des amygdalites, quelques rougeoles et chez les adultes beaucoup de fluxions dentaires"39.

47De plus la nécessité de fermer les fenêtres rendait l’air étouffant.

"L’air se vicie facilement la nuit... par le rassemblement de tant de personnes dans un si petit local dont on ne peut laisser ouvertes les fenêtres"

  • 40 F80 1324.

écrit Ferdinand Barrot qui attribue la forte mortalité des enfants après l’arrivée dans les villages agricoles de la subdivision de Bône, à la rougeole contractée sur les bateaux..."surtout les enfants du 16e convoi qui, parti de Paris le 16 décembre, a effectué son trajet dans les circonstances les plus défavorables",40 écrit-il.

  • 41 F80 1792.

48On avait prévu qu’un bateau par convoi comporterait "par la suppression de quarante places, une infirmerie et une chambrette pour l’officier, le médecin et l’officier d’administration"41.

49A cause des écluses, les bateaux étaient parfois très éloignés les uns des autres et le médecin avait bien du mal à apporter ses soins à tous les malades du convoi. Quant à l’infirmerie son équipement était le plus souvent des plus rudimentaires. Pour le 10e convoi le médecin accompagnateur écrit :

  • 42 F80 1792.

"l’infirmerie est tout à fait impropre à son usage... je n’ai ni matelas, ni couverture, ni drap"42.

  • 43 F80 1792.
  • 44 F80 1792.
  • 45 Archives de l’Armée (Vincennes) H.125.

50Les médecins n’épargnent aucun détail pour décrire les conditions d’hygiène déplorables : lieux d’aisance qui ne sont pas équipés et pas étanches... les "ustensiles pour entretenir la propreté" qui manquent... De même pour la nourriture qui trop souvent dépend des fournisseurs de vivres locaux ; ceux de Lyon n’ont livré que de la charcuterie pour trois jours entraînant les protestations des colons. Mais c’est surtout l’alimentation des enfants en bas âge qui est mal assurée. La Commission de colonisation avait imposé une distribution de lait (non prévue aux cahiers des charges nous dit-on) mais celle-ci fut le plus souvent insuffisante et il fallut en trouver dans la campagne environnante à la faveur des arrêts aux écluses. De bonnes âmes offrent du lait. On voit même une Comtesse, Madame de Neverlé dont le fils était brigadier au premier Chasseur d’Afrique offrir des fromages, du tabac, du lait, des noix et des pommes aux colons43. Les réactions au passage des colons n’étaient pas toujours favorables. On voit bien le maire de Champagne faire donner un feu d’artifice44 en l’honneur des colons mais les manifestations d’hostilité ou au moins de froideur ou de méfiance ne sont pas rares, en particulier lorsque quelques colons (une infime minorité) crient : "Vive la République démocratique et sociale, vive Barbès, vive Raspail". Le préfet de Montargis mobilise un piquet de dragons et donne l’ordre d’empêcher les colons de mettre pied à terre45. Parfois comme à Melun, des jets de pierre exprime l’hostilité contre les colons que l’on confond semble-t-il avec les déportés condamnés de juin 1848.

51Les conflits avec les hâleurs sont les plus vifs et mènent parfois à des rixes avec les colons qui auraient voulu gagner quelques argent en hâlant malgré le mauvais temps. Ceci et la rivalité entre hâleurs de différentes localités traversées en dit long sur la misère et le chômage de ce moment.

  • 46 F80 1792.

52Mais si l’on en croit Monsieur Jouvelier, l’employé de l’entreprise de transport, la partie de voyage la plus pénible commençait à Chalon-sur-Saône : "Les colons-dit-il-, étaient entassés dans des bâteaux de plus en plus étroits et livrés à l’arbitraire brutal des mariniers"46. Quand on songe aux cinquante centimètres par personne des chalands, on a peine à imaginer espace plus petit. Le rapport du 16e convoi confirme les dires de Monsieur Jouvelier : "Le trajet de Lyon à Avignon est le seul qui nous ait donné quelques souffrances" y lit-on. Mauvaise volonté du personnel de bord qui méprise les colons, difficultés d’hébergement à Lyon et à Arles ; les colons doivent dormir sur la paille humide ou accepter de se "faire pressurer" par les Lyonnais... Les eaux du Rhône ayant baissé, des bateaux du premier et du seizième convoi se sont enlisés...

53A Arles nouveau transbordement pour prendre le chemin de fer. On avait enlevé les vitres des wagons de peur que les colons ne les brisent !... Beaucoup d’enfants et d’adultes prirent froid... A Marseille, les colons durent le plus souvent rester deux ou trois jours dépensant leurs faibles ressources et couchant au Lazaret sur la paille humide.

L’ARRIVEE

54Enfin après trois ou quatre jours sur mer, embarqués sur de vieux raffiots à vapeur et roues à aube nos colons exténués arrivaient "à bon port". Le trajet avait duré, selon les péripéties, de quinze jours à un mois. A nouveau là, une réception en grande pompe, commandée par le gouverneur général, devait leur "relever le moral". Voici le récit d’un "accueil" tel qu’on peut le lire dans le Moniteur algérien du 10 novembre 1848 :

"Ce matin, 9 novembre, à six heures et demie, trois coups de canon ont annoncé à la population algérienne que la frégate portant le convoi destiné aux colonies agricoles de l’Afroun et de Bou-Ismaël était en vue. Depuis trois jours la population d’Alger qui avait préparé à ces nouveaux hôtes un accueil fraternel, attendait ce convoi avec sollicitude. Au premier coup de canon, toute la ville a été sur pied. Les troupes de service ont pris les armes. Dès que le Montézuma a eu jeté l’ancre dans le port, Monsieur le gouverneur général, Monsieur le directeur général des affaires civiles, Monseigneur l’évêque d’Alger, le contre-Amiral commandant supérieur de la marine, Monsieur le chef de l’état-major général, le maire d’Alger et d’autres autorités supérieures, se sont dirigés vers la frégate... La musique saluait le passage du canot amiral ; les colons hissés sur les bastingages et sur les tambours de la frégate, agitaient leurs chapeaux en l’air et chantaient en choeur les hymnes républicains".

55Parfois, comme pour le douzième et le treizième convoi, la réception fut accompagnée de dons généreux de la part de la population européenne d’Algérie mais aussi des notabilités indigènes comme on peut le lire dans le journal El Akhbar du 22 février 1849 (journal favorable au gouvernement) :

  • 47 Blanc Paul – La vie d’un colon en Algérie, Alger, 1874 pp.48.

"Les français de Cherchell avaient ouvert une souscription entre eux pour subvenir aux premiers besoins des émigrants et pour leur faire une brillante et cordiale réception. En apprenant cela, le Vieil Agha Enohrini souscrivit pour 500 francs et tous les indigènes de Cherchell se mêlèrent à la population française pour fêter et accueillir les arrivants. Il était curieux de voir ces ménages parisiens invités par les Arabes à aller manger gaiement le couscous et la diffa qui leur étaient offerts tantôt dans une maison, tantôt dans l’autre...".
"A voir l’empressement avec lequel on nous accueillait dans ce pays, nous croyions entrer de plein pied dans le paradis terrestre" raconte un colon47.

56Mais cet accueil, à l’enthousiasme plus ou moins commandé, s’accompagnait d’une certaine méfiance vis-à-vis des Parisiens. Ainsi les autorités refusèrent l’offre des habitants (français) de Ténès de loger les colons du 13e convoi en attendant leur départ pour leur village respectif. On parqua les colons dans les casernes dont on délogea les soldats, pour les isoler des populations locales. On craignait la contagion de "l’esprit de démagogie des Parisiens" comme on disait alors. Le trajet des ports d’arrivée, Arzew, Cherchel, Alger etc... à l’emplacement des villages se fit aussi à la mauvaise saison. Certains sites de villages se révélèrent même inaccessibles par les grosses pluies. Les hommes firent le chemin à pied vers les villages proches de la côte, les femmes et les bagages dans les voitures tirées par des chevaux et des prolonges d’artillerie.

L’installation.

  • 48 Ibid. p. 50.

57Après la réception exaltante au port d’arrivée et les discours galvanisants, c’était la prise de contact brutale avec la réalité. Point de cocotiers, ni de bananiers, des buissons, des brousailles, des aloès, des figuiers de Barbarie... épars dans une campagne "qui nous paraissait bien nue, l’absence d’arbres nous frappait et nous affectait sensiblement" raconte un colon de Tefeschoun48 qui dit les déceptions des colons en apprenant que les maisons n’étaient pas construites... Nombreux furent les convois qui arrivèrent avant même la construction des baraques et dont les colons campèrent sous la tente dans des villages dont seul le fossé d’enceinte indiquait l’emplacement. Certains convois restèrent plusieurs mois sous la tente par ce premier hiver pluvieux.

58Les baraques, lorsqu’elles furent construites n’offrirent pas non plus un abri agréable. Elles devaient loger chacune plusieurs familles mal isolées les unes des autres par des cloisons qui n’allaient pas jusqu’au toit (il n’y avait pas de plafond). La promiscuité rendait la vie difficile. Le bruit, la turbulence des enfants provoquaient des disputes. Les maisons ne seront construites, par le génie, qu’au bout de plusieurs mois avec l’aide d’entrepreneurs civils.

  • 49 Ibid. p. 51.

59Les habitations souffriront de la presse qui présida à leur construction et de l’avidité des entrepreneurs qui économisaient au maximum sur les matériaux. Les tuiles, mal jointes, l’absence de plafond, rendaient l’étanchéité très relative. La terre battue pour plancher laissera ressurgir le têtu palmier-nain au milieu des chambres. Pas d’abri isolé pour les animaux, ni pour l’outillage, ni pour les semences. Tout cela s’entassait dans les deux pièces attribuées pour une famille, "pas de hangar, pas de grange., sauf à les construire de nos propres deniers"49. Ce que feront certains, de même qu’ils creuseront des puits.

60Dans un premier temps on se contenta de distribuer vingt cinq ares de jardins et ce n’est qu’au bout de plusieurs mois que l’achèvement des lotissements permit de distribuer au sort des lots de première et de seconde zone, terres couvertes de broussailles et de ce récalcitrant palmier-nain que même les soldats n’arrivaient pas toujours à déraciner :

  • 50 Ibid. p. 54.

"on nous attribua deux hectares de broussailles et un lot de jardin en broussailles... la plupart (des colons) se bornèrent à défricher leur jardin, attendant que l’Etat leur remit les deux hectares immédiatement cultivables qui leur avaient été promis. D’autres se mirent bravement à arracher les souches... D’autres enfin se croisèrent complètement les bras et vécurent sans souci sachant qu’ils avaient trois ans de nourriture assurée"50.

61Ce témoignage est intéressant car il donne la clef de la divergence des rapports et récits qui tantôt insistent sur le courage des colons (il fallait 4 à 5 mois pour défricher un hectare seulement), tantôt dénoncent leur paresse.

62La nourriture était en effet assurée pour trois ans. Dans ce domaine aussi les contradictions entre les témoignages permettent difficilement de se faire un jugement. Les rations semblent à la lecture des chiffres suffisantes : 750g de pain de munition, 150g de pain blanc, 250g de viande de boeuf, 60g de riz, 3g de sel, un quart de litre de vin. Mais qu’en était-il de la qualité ? Souvent la viande est déclarée immangeable... le riz rempli de petites pierres, etc... et on se plaint du manque de légumes. D’autre part, les enfants de moins de dix ans n’avaient droit qu’à une demie ration et la suppression de vivres pendant un certain nombre de jours pour paresse ou non fréquentation de la messe semble avoir été pratiquée par quelques directeurs.

  • 51 Ibid. p. 54.

"Les vivres qui nous étaient fournis ne brillaient pas plus par leur fraîcheur que par leur qualité ; nous devions toujours prendre sur notre bourse les compléments nécessaires... En somme au lieu de nous enrichir nous dépensions peu à peu notre argent"51.

63On est frappé par le dénuement grandissant des colons à qui on dut remettre une petite somme quotidienne (10 centimes) pour les achats de savon, sel, tabac.

  • 52 Ibid. p. 54.
  • 53 Le nombre des évictions est très discuté : 300 ? 3.000 ?

64Le matériel de culture arriva tardivement. Le cheptel était insuffisant. Un boeuf par famille alors "qu’il en faut quatre pour tirer dans nos terres rouges du Sahel nos charrues les plus légères"52. Les semences ne furent souvent pas fournies à temps. Dans le meilleur des cas la récolte n’était pas vendable et la concurrence des prix des céréales cultivées par les Arabes était peu encourageante pour les colons à qui on aurait dû conseiller d’autres cultures plus spécialisées. Un certain nombre se découragèrent vite, mais il semble que ce ne fut qu’une minorité. Ce qui aggravait les conditions d’adaptation était le régime d’encadrement militaire. On allait au champ dès l’aube au son du tambour. Il fallait une autorisation de l’officier directeur de villages pour s’absenter ; en cas de délit on passait devant une juridiction spéciale – que les Parisiens indépendants, au parler franc, supportaient mal. L’incompatibilité entre le caractère frondeur de certains colons et l’autoritarisme des capitaines directeurs de villages se traduisit par un certain53 nombre d’évictions à la fin de l’année 1849.

La population des villages.

65Ce qui allait briser ce premier élan de la colonisation ce fut l’épidémie de peste. Elle fit des ravages. L’effectif initial de nos colons diminua fortement.

66Les tableaux ci-après permettent de voir ce qu’il en a été des villages de la province d’Alger dans la période 1848-1849.

TABLEAU 9 s Pourcentage des départs et des décès du 31.12.49

TABLEAU 9 s Pourcentage des départs et des décès du 31.12.49

67Le Tableau 9 indique la diminution de la population totale des villages. On voit que certains d’entre eux connurent une perte importante. Zurich voit sa population passer de 405 habitants à 153 du fait de 178 départs et 114 décès mal compensés par 4 naissances et 36 arrivées.

68Comment expliquer la très forte proportion des décès dans certains villages : Zurich (28,14 %), Marengo (21,6 %). On ne peut s’empêcher d’évoquer les vitupétrations du journal d’opposition l’Atlas qui dénonçaient les mauvais choix des emplacements en général

"les uns plantés dans les palmiers-nains, sans terre, sans eau, comme dans la province d’Oran... les autres confinés loins des centres de population comme Marengo, Jemmapes, Mondovi... ou bien établi ? dans des lieux insalubres comme Zurich, Robertville..."

  • 54 F80 1325.

69Bien d’autres villages ont.souffert des mauvais emplacements décidés par les autorités militaires ainsi que le dit, après une tournée de contrôle en mars 1849 le général commandant la division de Constantine lui-même : "les colonies sont généralement dans une position insalubre..." et à propos du village de Millesime n° 2.. "tel qu’il avait été établi lors de l’arrivée des colons, de leur installation sous la baraque, (le village) remplissait toutes les conditions d’insalubrité et d’impossibilité désirables"... à propos de Mondovi n° 2 "les traces de constructions romaines que l’on trouve à 150 mètres plus haut révéleraient l’emplacement sur lequel devraient être établies nos nouvelles constructions. Le village romain commençait là où finit le village de Mondovi. A chaque saison la pluie, les eaux sont transformées en ruisseau et en cloaques"54.

  • 55 F80 1131.

70On incrimine également l’éloignement des grands centres qui fit que les villages "se sont trouvés isolés, sans communication facile. Ainsi se sont accrus les frais de transport des matériaux" lit-on dans une "observation de la situation en Algérie de mars 1849"55. L’absence de bois se fit en effet sentir pour la construction de nombreux villages.

71Dans le tableau 10 en ne considérant que la population masculine on a tenté de chiffrer la proportion des départs de colons. On retrouve Zurich en tête de liste des villages abandonnés par une partie importante de ses colons : 44,8 %. Le découragement dû à la peste qui décimait les familles à surement joué un grand rôle. Nous voyons que la moyenne des départs pour l’ensemble de cette région se situe à 22,2 % des colons donc pas un tiers comme on l’a souvent dit, de même que pour les décès (12,9 % seulement de la population restante après les départs ou 11,3 % de la population initiale).

TABLEAU 10 : Pourcentage de départs et de décès dans la population masculine.

TABLEAU 10 : Pourcentage de départs et de décès dans la population masculine.
  • 56 Rapport de L. Reybaud, in le Moniteur Universel, 12 avril 1850.
  • 57 Reybaud Louis, Rapport Confidentiel, F80 1324.
  • 58 Rapport fait à la Commission des colonies agricoles de l’Algérie, 1850.

72La loi du 19 mai 1849 prévoyait la reprise des convois et l’envoi de 6.000 nouveaux colons et la construction de douze villages nouveaux. Mais son application était subordonnée au rapport d’une Commission d’enquête qui arriva en Algérie en juin 1849 et qui donna lieu à trois rapports. Deux signés du rapporteur Louis Reybaud, l’un officiel56 et rendu public, l’autre qui demeura secret57. Un contre-rapport fut rédigé par un membre de la commission, Monsieur Dutrone. Celui-ci très en faveur des colons58.

73La confrontation de ces trois rapports permet de faire un bilan rapide de cette première tentative de peuplement. Le dépouillement des journaux d’Algérie de l’époque apporte sinon des certitudes du moins des éclairages sur les divers points contestés de cette colonisation par des Parisiens et en particulier sur l’adaptabilité de nos partants et leur responsabilité dans le destin de ces villages. On doit pour apprécier cette première colonisation considérer l’influence des conditions écologiques (sols, eaux, climat) difficiles, du mauvais emplacement des villages, du régime d’encadrement militaire à la fois rigoureux et arbitraire.

  • 59 Rapport du Général Vemaux sur la subdivision de Bône en Juin 1849 – F80 1325.

"Je dois reconnaître dit le général commandant de la division de Constantine qu’il y a eu dans quelques (villages) mauvaise direction, inintelligence dans l’application des moyens que l’Etat mettait à la disposition des directeurs..."59.

  • 60 Idem.

74Il dénonce aussi l’absence de moniteurs d’agriculture ou lorsqu’ils existent leur incompétence. De même dans le rapport confidentiel de Louis Reybaud il est dit nettement : "Partout où le directeur est bon, la colonie est bonne. Dans le cas inverse, le résultat l’est aussi"60.

  • 61 Lettre d’un père à sa fille restée en France, F80 1356.

75Les résultats que l’on obtiendra avec la deuxième vague des colons choisis cette fois parmi les agriculteurs des départements français et d’Algérie et les soldats libérés en Afrique, tout à fait comparables à ceux obtenus par "nos colons du décret" tendent à apporter la preuve que ces derniers, les émigrants de 1848, ont su courageusement affronter des difficultés que l’on aurait pu juger insurmontables par des ouvriers parisiens transportés en Afrique. On lira une lettre d’un colon à sa fille pour s’en convaincre61.

Héliopolis, le 20 mai 1850
"Ma Chère Louise,
L’inquiétude que tu témoignes dans ta lettre du 25 novembre 1849 ne m’étonne point (...).
Nous avons été cruellement éprouvés l’année dernière. Nous étions cinq cents dans notre colonie, trois cents environ sont morts, d’autres sont partis pour la France et en ce moment nous restons une centaine. Ce qu’on vous a rapporté que les Arabes nous auraient attaqués et massacrés est un véritable conte, nous dormons ici bien tranquilles. La fièvre, le typhus, le choléra ne nous ont pas .épargnés, quoique la fièvre nous reprenne de temps en temps. J’ai eu le malheur de perdre ma femme et mon petit enfant. Des familles entières ont disparu.
(...) Résignation.
 Tu me recommandes de revenir promptement. Certes nous n’hésiterons pas si le trimestre de juillet à octobre se présente aussi terrible que l’année dernière, nous voulons encore attendre car si la santé revient, si nous pouvons résister nous pourrons un jour être heureux (...).
Ton père (...)".

Notes

1 En tout : 8.375 dossiers concernant 26.056 personnes.

2 Katan (Yvette) – "Les colons de 1848 en Algérie – Mythes et Réalités" in Revue d’histoire moderne et contemporaine", n° spécial, la France et ses Colonies, Avril/Juin 1984, Vol. XXXI, pp.177-201.

3 F 80 1324. Discussion du projet de décret. Rapport du Citoyen FOY, représentant du peuple.

4 Archives de la Préfecture de la Seine, Sous-série V.D.6.

5 Chevalier Louis. – La Formation de la population parisienne au XIXe siècle, INED 1950.

6 Gossez Rémi. – "Diversité des antagonismes sociaux vers le milieu du XIXe siècle in Revue Economique, mai 1956, pp.454-457.

7 V.D.6. 171.

8 F80 1792.

9 V.D.6. 259.

10 F80 1392 – Une lettre de colon indique : "forcés (les colons) d’être cultivateurs. Ces pauvres gens font ce qu’ils peuvent (...). Quant à moi, le commandant (...) me fait toujours compliment de ma culture, car vous n’ignorez pas que j’ai cultivé assez longtemps (...) à Paris".

11 F80 1343.

12 F80 1343.

13 F80 1378.

14 Tableau établi à partir de F80 1792 qui indique en plus le départ de 29 gardes républicains ; 952 familles des arrondissements de Sceaux et de St Denis et 143 seulement des départements.

15 Pourcentages calculés d’après les chiffres de population des arrondissements en 1846, donnés par Loua Toussaint in Atlas statistique de la population de Paris, Paris, 1876.

16 F80 1324 la dépense totale fut de 33.078 francs et 34 centimes.

17 V.D.6. 474.

18 F80 1792.

19 F80 1316 – La liste des professions pour Marengo ne comporte pas de tailleur. Celle du village de Zurich, pas de cordonnier.

20 Voir lettre autographe (fac.sim.). Certaines traduisent d’une manière pathétique la misère des candidats.

21 F80 1324.

22 F80 1792.

23 F80 1325

24 Katan (Yvette) – "Les colons de 1848 en Algérie – Mythes et Réalités" in Revue d’histoire moderne et contemporaine", n° spécial, la France et ses Colonies, Avril/Juin 1984, Vol. XXXI, pp.177-201.

25 F80 1316 et F80 1329 (Rappelons que les enfants de moins de 2 ans n’étaient, le plus souvent, pas comptés.

26 Katan (Yvette) – "Les colons de 1848 en Algérie – Mythes et Réalités" in Revue d’histoire moderne et contemporaine", n° spécial, la France et ses Colonies, Avril/Juin 1984, Vol. XXXI, pp.177-201.

27 F80 1792.

28 F80 1315.

29 F80 1792.

30 F80 1792.

31 F80 1792.

32 F80 1314 ; F80 1393 ; F80 1792. V.D.6. 474.

33 Tinthoin Sidi Ben Okba 1848-49, Oran 1849.

34 F80 1792.

35 F80 1792.

36 F80 1792.

37 F80 1792.

38 F80 1315.

39 F80 1315.

40 F80 1324.

41 F80 1792.

42 F80 1792.

43 F80 1792.

44 F80 1792.

45 Archives de l’Armée (Vincennes) H.125.

46 F80 1792.

47 Blanc Paul – La vie d’un colon en Algérie, Alger, 1874 pp.48.

48 Ibid. p. 50.

49 Ibid. p. 51.

50 Ibid. p. 54.

51 Ibid. p. 54.

52 Ibid. p. 54.

53 Le nombre des évictions est très discuté : 300 ? 3.000 ?

54 F80 1325.

55 F80 1131.

56 Rapport de L. Reybaud, in le Moniteur Universel, 12 avril 1850.

57 Reybaud Louis, Rapport Confidentiel, F80 1324.

58 Rapport fait à la Commission des colonies agricoles de l’Algérie, 1850.

59 Rapport du Général Vemaux sur la subdivision de Bône en Juin 1849 – F80 1325.

60 Idem.

61 Lettre d’un père à sa fille restée en France, F80 1356.

Table des illustrations

Titre FIG. 1 : DÉPARTEMENTS DE NAISSANCE POUR 1000 PARISIENS DÉCÉDÉS EN 1983. d’après les données de L. Chevalier : La formation de la population parisienne au XIXème siècle.
URL http://books.openedition.org/psorbonne/docannexe/image/53001/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 106k
Titre FIG. 2 : DÉPARTEMENTS DE NAISSANCE POUR 1000 ASPIRANTS-COLONS NÉS EN PROVINCE. (d’après VD 6)
URL http://books.openedition.org/psorbonne/docannexe/image/53001/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 114k
Titre UNE DEMANDE D’ADMISSION (AN F80-1335)
URL http://books.openedition.org/psorbonne/docannexe/image/53001/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 117k
Titre COURBE 1 : AGE D’ARRIVEE A PARIS DES CANDIDATS DU IL ARRONDISSEMENT.
URL http://books.openedition.org/psorbonne/docannexe/image/53001/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 27k
Titre TABLEAU 4 : Répartition par arrondissement des 3.607 familles parties de Paris14.
URL http://books.openedition.org/psorbonne/docannexe/image/53001/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 45k
URL http://books.openedition.org/psorbonne/docannexe/image/53001/img-6.jpg
Fichier image/jpeg, 121k
Titre TABLEAU 6 : Les professions
URL http://books.openedition.org/psorbonne/docannexe/image/53001/img-7.jpg
Fichier image/jpeg, 96k
Titre TABLEAU 9 s Pourcentage des départs et des décès du 31.12.49
URL http://books.openedition.org/psorbonne/docannexe/image/53001/img-8.jpg
Fichier image/jpeg, 58k
Titre TABLEAU 10 : Pourcentage de départs et de décès dans la population masculine.
URL http://books.openedition.org/psorbonne/docannexe/image/53001/img-9.jpg
Fichier image/jpeg, 42k

Auteur

Université de Paris I.

© Éditions de la Sorbonne, 1986

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search