Version classiqueVersion mobile

Guerre du toit et modernité architecturale

 | 
Christine Mengin

Épilogue

Texte intégral

1Nous évoquerons pour finir le mouvement de patrimonialisation des cités d’habitation étudiées, qui a conduit à la protection et à la restauration de nombre d’entre elles.

2Les cités d’habitation de la république de Weimar ont été épargnées par les nazis, qui se sont généralement bornés à les coiffer d’un toit pentu (ill. 158). Leur situation en périphérie urbaine a permis à nombre d’entre elles de traverser les combats et les bombardements sans trop de dommages. En revanche, quel qu’ait été le souci des maîtres d’oeuvre et des maîtres d’ouvrage de constituer des ensembles architecturaux homogènes et pensés, les cités d’habitation de la république de Weimar ont après la guerre connu toutes sortes de modifications, dues pour les unes aux occupants, pour les autres aux sociétés de construction elles-mêmes, jusqu’à ce qu’une prise de conscience précoce de leur valeur patrimoniale aboutisse à un vigoureux mouvement de documentation et de restauration. D’abord dirigé vers les cités modernes, il s’est plus récemment étendu aux cités traditionalistes.

  • 1 K.-P. Kloss, « Vier Berliner Siedlungen der 20er Jahre als Projekt der Denkmalpflege », dans N. Hu (...)
  • 2 H. Pitz et W. Brenne, Die Bauwerke und Kunstdenkmaler von Berlin : Siedlung Onkel-Tom, Zehlendorf. (...)
  • 3 M. Stöhr et B. Drescher, « Untersuchung des Gehölzbestandes der Onkel-Tom-Siedlung », Berlin, Tech (...)
  • 4 N. Huse (dir.), Vier Berliner Siedlungen..., op. cit.

3Épargnées par la guerre, les cités du Fer à cheval et de la Case de l’Oncle Tom sont dans un premier temps gérées par des administrateurs nommés par les forces d’occupation, avec pour mission de dénazifier la Gehag. À l’ouest, les cités retombent dans l’escarcelle de la Gehag épurée en 1952. Mais au fil du temps, le renouvellement de personnel émousse la mémoire de l’état originel, si bien que la maintenance de l’après-guerre tend à remplacer les enduits à coloration minérale d’origine par un enduit gratté et à revêtir d’un blanc uniforme les petits-bois colorés des fenêtres. La brutalité de ces mesures d’entretien n’est toutefois pas seule en cause et un deuxième type de modifications dénature les cités. Elles sont le fait des occupants eux-mêmes : dans les années 1970, les habitants historiques de la cité ont dans une large proportion été remplacés par une nouvelle génération de jeunes couples, dépourvus de sensibilité à l’architecture d’origine et désireux de moderniser leur habitat selon le goût du jour : clôtures discordantes, garages de fortune, remplacement — voire agrandissement — des fenêtres, extension de la salle de séjour grâce à une véranda, crépis fantaisistes ont au fil des années gravement altéré l’apparence de la cité (ill. 159). Dans ce contexte, la restauration approximative d’une demi-douzaine de maisons de la Case de l’Oncle Tom par l’administration berlinoise des Monuments historiques suscite la réaction d’un architecte ulcéré par cette méconnaissance de l’œuvre de Taut. Helge Pitz est alors chargé, avec son associé Winfried Brenne, de documenter l’état d’origine de la cité et de préparer les lignes directrices d’une restauration plus scrupuleuse (ill. C25)1. En 1976-1977, leur enquête sur les maisons en bandes construites en 1929 au nord de la cité fait apparaître que 40 % des fenêtres ont perdu leur forme originale et 80 % leurs trois couleurs d’origine. Elle est publiée sous la forme d’une monographie inaugurant une collection lancée par l’administration des Monuments historiques2. En dépit des inquiétudes que cette initiative fait naître chez certains propriétaires, H. Pitz et W. Brenne obtiennent en 1978 le soutien de l’administration berlinoise du patrimoine. Naît alors le projet de rendre quatre cités à leur état d’origine. Le Fer à cheval et Oncle Tom sont du nombre, ainsi que les cités de Siemensstadt et de Weisse Stadt, construites en 1929-1931 et gérées par la GSW (Gemeinnutzige Siedlungs- und Wohnungsbaugesellschaft Berlin). Seules quelques tranches d’Oncle Tom sont alors en propriété, le reste appartenant aux sociétés de construction. Cette opération peut s’appuyer sur la loi berlinoise de protection des monuments historiques entrée en vigueur début 1978, dont un article permet la protection des grandes cités d’habitation. La même année s’engage la restauration des façades de l’immeuble de quatre cent cinquante mètres de long, surnommé « Coup de fouet », le long d’Argentinische Allee. L’opération est un succès et convainc les sociétés de construction de la pertinence technique de l’enduit d’origine. L’année suivante, la maison située au n° 2 Treibjagdweg est classée monument historique. En 1980, le service des Monuments historiques commande une étude sur les espaces paysagers de la cité à l’Institut d’écologie de l’Université technique de Berlin3. Ces transformations inquiètent certains habitants et les incitent à procéder à des modifications à toute allure, tant qu’elles sont licites. Dans une atmosphère conflictuelle, la restauration de la cité devient un enjeu électoral. Soucieux de compromis, le décret du 21 juillet 1982 instaure deux types de protection. Les immeubles collectifs, propriété de la Gehag, sont classés, tandis que les maisons en bandes, à l’exception de l’unique maison classée, sont inscrites dans un périmètre protégé (geschützter Baubereick) divisé en deux zones, respectivement au nord et au sud de la partie centrale de la cité (ill. C27). Dans ce dernier cas, moins contraignant, seuls les façades et les espaces extérieurs sont concernés. Les lignes directrices de la restauration se fondent sur l’étude du bureau d’architecture de H. Pitz et W. Brenne, financée pour moitié par la Gehag et pour moitié par l’administration des Monuments historiques. Elles concernent non seulement l’architecture, mais aussi les jardins, les rues et places. Outre la campagne photographique menée en 1982-1983, l’enquête comprend une vaste recherche dans les archives et une minutieuse analyse du bâti : la production finale est un rapport de neuf volumes totalisant plus de deux mille pages. Peu après, l’initiative concernant la restauration des quatre cités donne lieu à une exposition aux archives du Bauhaus et à la publication d’un catalogue4. Menée par phases, la campagne de restauration permet de fil en aiguille de restituer l’état d’origine de l’essentiel de la cité. Les premières années, les subventions accordées par l’administration des Monuments historiques pour l’intervention sur les immeubles couvraient un quart des frais engagés par la Gehag. Après 1991 en revanche, la société de construction doit financer de ses seuls deniers la restitution colorée des maisons individuelles dont elle est propriétaire (Am Fischtal, Auerhahnbalz et Eisvogelweg notamment), les moyens publics étant désormais réservés à la sauvegarde du patrimoine de Berlin-Est. Quant aux particuliers désireux de restaurer leur maison, ils ne peuvent plus obtenir de subventions. Alors que les premières restaurations avaient fait l’objet de plaintes d’habitants déroutés par les couleurs vives, les difficultés se sont aplanies au fur et à mesure que la restitution du concept original a gagné du terrain. Au cours des dix années d’une intervention visant à recréer le parti architectural originel, le visage de la cité a changé.

Ill. 159. — Cité de l’oncle Tom : transformation et dégradations (vers1982).

  • 5 Gehag, « Baudenkmal in Privateigentum. Informationen fur den Privateigentumer : Waldsiedlung Zehle (...)

4Aujourd’hui, le succès de cette opération patrimoniale est menacé, dans la mesure où la Gehag, seule société de construction d’utilité publique à avoir été privatisée après la réunification de l’Allemagne, a vendu aux occupants l’essentiel des maisons en bandes, s’interdisant ainsi de garantir dans la durée l’homogénéité architecturale retrouvée. Malgré les brochures destinées à guider l’intervention des acquéreurs5, des discordances malvenues commencent à apparaître dans la texture des briques, les châssis des fenêtres et la coloration des enduits (ill. C26). En effet, alors que les précédentes campagnes de restauration faisaient intervenir la même entreprise pour chaque registre d’intervention, l’obligation qu’ont les nouveaux propriétaires de se conformer à la palette définie par H. Pitz et W. Brenne n’exclut pas le recours au prestataire de leur choix. Si l’entente forgée au fil des années entre le personnel de la Gehag et l’administration du patrimoine perdure actuellement, il est en revanche clair que la privatisation de la Gehag a relégué au second plan les préoccupations patrimoniales si prégnantes lors des deux décades précédentes.

  • 6 G. Weinmiller, « Gutachten Gagfah-Siedlung im Auftrag des Stadtplanungsamtes Zehlendorf », décembr (...)

5Par rapport à la démarche pionnière et militante de H. Pitz et W. Brenne, la prise en compte des cités traditionalistes est plus tardive. En ce qui concerne Fischtalgrund, ce n’est qu’en 1995 que la cité, très transformée, a été protégée. De nombreuses modifications ont été opérées dans le plus grand désordre, au gré de la fantaisie des propriétaires successifs. En particulier, l’adjonction de garages, d’appentis et de murs entre les maisons brouille le plan d’origine. L’aménagement de l’étage sous le toit a généralisé les Velux (ill.. C29). En plusieurs endroits, les fenêtres d’origine ont été remplacées par des fenêtres à cadre plus large, dépourvues de petits-bois, plus faciles d’entretien (ill. C30). Comme à Oncle Tom, les terrasses ont fréquemment été couvertes. En 1996, le bureau d’Urbanisme de la mairie d’arrondissement a confié à l’architecte Gesine Weinmiller une étude historique et architecturale de la cité de la Gagfah6. L’individualité plus marquée des maisons, voulue, on l’a vu, par les promoteurs du projet, freine la prise de conscience par les habitants qu’il y avait un projet d’ensemble pour Fischtalgrund. Face à l’homogénéité architecturale d’Oncle Tom, il leur est difficile d’intégrer la conviction que leur maison est l’élément d’un tout. Actuellement, le service municipal d’Urbanisme de Zehlendorf tente d’inciter les propriétaires à solliciter une assistance technique pour la restauration de leur bien.

  • 7 V. Billess, D. Grubsch et T. Raschke, « Denkmalpflegerische Bestandserfassung Spreesiedlung, Niede (...)

6L’ensemble des opérations dues à Paul Mebes est protégé. En ce qui concerne la cité de la Spree, l’administration des Monuments historiques a en 1996 commandité une analyse historique du bâti7, prélude à la restauration soigneuse menée en 1999 conformément au cahier des charges défini par l’agence de Winfried Brenne, sous le contrôle des Monuments historiques. Les loggias vitrées, sur- nommées Mebes-Lauben, qui avaient été dans les années 1960-1970 remplacées par des revêtements synthétiques, ont été restituées dans leur peau de verre et leur découpe. Les enduits ont repris leur teinte originelle : l’alternance du blanc et de l’ocre rehausse les jeux sur les volumes (ill. C20 et C21). Le réaménagement des espaces extérieurs a restauré plantations, chemins piétons, aires de repos et promenade le long du fleuve. Parallèlement, les appartements, jusque-là locatifs, ont été vendus.

  • 8 C. Mengin, « Le patrimoine du pauvre : l’habitat social en France et en Allemagne », dans J.-Y. An (...)
  • 9 H. Pitz, « Erhalt und Instandsetzung von Bruno Tauts Wohnsiedlungen », dans W. Brenne (dir.), Brun (...)
  • 10 Voir en particulier F. Bollerey et K. Hartmann, Siedlungen aus den Regierunsbezirken Arnsberg und (...)
  • 11 J.-L. Cohen, « Le Neues Bauen restauré », Monuments historiques, n° 166, novembre-décembre 1989, p (...)

7La cité-jardin de Falkenberg, Lindenhof, la cité Sans feu ni fumée figurent elles aussi parmi les centaines d’ensembles d’habitation inscrits sur la liste des monuments berlinois. Ailleurs, les autres cités que nous avons rencontrées, telles Altona-Steenkamp ou Lindenbaum à Francfort-sur-le-Main, sont également protégées. Certaines, comme Falkenberg, ont fait l’objet d’une restauration soigneuse (ill. C13 à L’ampleur de la protection dont bénéficient les Siedlungen désigne l’Allemagne comme pionnière en matière de préservation du logement social, perçu ailleurs comme le produit d’une architecture anonyme et dépourvue d’ambition esthétique8. Les initiatives individuelles, telles que celle d’H. Pitz et W. Brenne, locales, associatives ou scientifiques ont, dès la fin des années 1970, provoqué une prise de conscience de la valeur des cités d’habitation des années 19209. Dès le milieu des années 1980, l’inquiétude quant au sort de ces ensembles remarquables a suscité diverses enquêtes historiques, dictées par le souci d’inventorier, de documenter et éventuellement de protéger les Siedlungen construites dans les années 192010. Cet effort s’explique par plusieurs facteurs, au premier rang desquels la structure fédérale des instances de protection du patrimoine, très enracinées localement et soucieuses de préserver les édifices d’intérêt se trouvant dans leur aire de compétence. De plus, la réception de l’architecture moderne s’opère sans anicroche11, que ce soit par les historiens de l’architecture, les conservateurs du patrimoine ou même les dirigeants de sociétés de construction : les exemples ne manquent pas où le maître d’ouvrage, conscient de la qualité esthétique et de la valeur d’usage des ensembles de logements qu’il gère, a encouragé la recherche historique sur ces objets. Ce mouvement inclut jusqu’aux moyens modernes de mise en valeur : ainsi le fer à cheval de Britz fournit-il le motif du logo de la Gehag d’aujourd’hui, décliné par la société privatisée sur une gamme de produits dérivés (ill, C31). Notons à l’inverse la fidélité du logo de la Gagfah à la forme du toit en bâtière (ill. C32) — et le sous-titre du recueil paru en 1993, à l’occasion de ses 75 ans : « Innovation aus Tradition » !

  • 12 J. Haspel, « Baudenkmale von Bruno Taut — Berliner Kanditaten für die Welterbeliste », dans W. Bre (...)
  • 13 Les deux autres sont les cités de Weisse Stadt (Gemeinnützige Heimstättengesellschaft « Primus »/G (...)

8Il a ici été question d’authentique protection patrimoniale, à ne pas confondre avec la rénovation par les maîtres d’ouvrage de leur parc de logement social, bien souvent menée sans respect de l’architecture d’origine des opérations. Et lorsque la maîtrise d’ouvrage semble faillir à sa mission, face à la menace qui plane sur des cités d’habitation désormais bien connues du public, c’est à présent l’administration du Patrimoine qui monte en ligne : ainsi les services berlinois préparent-ils actuellement la demande d’inscription de six cités d’habitation berlinoises sur la liste du patrimoine de l’humanité12. Bruno Taut et la Gehag sont à l’honneur, puisque Falkenberg, l’ensemble du parc Schiller, le Fer à cheval et la cité Cari Legien (ill. C28) sont concernés13. Les travaux préparatoires à cette demande adressée au Centre du patrimoine mondial de l’Unesco seront publiés sous la forme d’une monographie.

9Cette ouverture partagée à l’« esthétique Bauhaus » provient de ce que la modernité formelle, liée à la république de Weimar, est perçue comme l’architecture du premier régime démocratique que l’Allemagne ait connu. La dimension symbolique en demeure prégnante. De plus, le mouvement de patrimonialisation des cités d’habitation qui bat son plein outre-Rhin constitue, pour l’Allemagne réunifiée, un sujet civique et consensuel.

Notes

1 K.-P. Kloss, « Vier Berliner Siedlungen der 20er Jahre als Projekt der Denkmalpflege », dans N. Huse (dir.), Vier Berliner Siedlungen..., op. cit., p. 91-106.

2 H. Pitz et W. Brenne, Die Bauwerke und Kunstdenkmaler von Berlin : Siedlung Onkel-Tom, Zehlendorf. Einfamilienreihenhäuser 1929. Architekt : Bruno Taut, Florence/Rome/Berlin, 1980 éd. : Bezirk Zehlendorf, Siedlung Onkel-Tom : Einfamilienhäuser 1929 : Architekt Bruno Taut, Berlin, 1998).

3 M. Stöhr et B. Drescher, « Untersuchung des Gehölzbestandes der Onkel-Tom-Siedlung », Berlin, Technische Universität, Institut für Ökologie, 1980, dactyl.

4 N. Huse (dir.), Vier Berliner Siedlungen..., op. cit.

5 Gehag, « Baudenkmal in Privateigentum. Informationen fur den Privateigentumer : Waldsiedlung Zehlendorf "Onkel-Toms Hutte" », brochure, Berlin, s.d. (v. 2001) ; et Gehag, « Baudenkmal in Privateigentum. Informationen fur den Privateigentumer : Hufeisensiedlung Britz », Berlin, s.d. (v. 2001).

6 G. Weinmiller, « Gutachten Gagfah-Siedlung im Auftrag des Stadtplanungsamtes Zehlendorf », décembre 1996, 48 p. dactyl.

7 V. Billess, D. Grubsch et T. Raschke, « Denkmalpflegerische Bestandserfassung Spreesiedlung, Niederschöneweide, Bezirk Treptow », Deutsche Gesellschaft, Bereich Kultur und Denkmalpflege, 1996, dactyl. ; et Agence d’architecture Winfried Brenne, « Spreesiedlung Berlin-Niederschöneweide. Architekten Mebes & Emmerich, erbaut 1927-1930 : Denkmalpflegerische Bestandaufnahme und Massnahmenkatalog », 5 volumes dactyl., Berlin, 1998.

8 C. Mengin, « Le patrimoine du pauvre : l’habitat social en France et en Allemagne », dans J.-Y. Andrieux (dir.), Patrimoine et société, Rennes, 1998, p. 133-141.

9 H. Pitz, « Erhalt und Instandsetzung von Bruno Tauts Wohnsiedlungen », dans W. Brenne (dir.), Bruno Taut. Meister des farbigen Bauens, Berlin, édité par le Deutscher Werkbund, Berlin, 2005, p. 30-31.

10 Voir en particulier F. Bollerey et K. Hartmann, Siedlungen aus den Regierunsbezirken Arnsberg und Münster. Beitrag zu einem Kurzinventar, Dortmunder Architekturhefte n° 8, Dortmund, s.d. (1978) ; N. Huse (dir.), Vier Berliner Siedlungen..., op. cit. ; Deutsches Nationalkomitee für Denkmalschutz (dir.), Siedlungen der 20er Jahre, actes du colloque tenu à Berlin-Ouest les 13-15 mai 1985, Bonn, Schriftenreihe des deutschen Nationalkomitees fur Denkmalschutz, n° 28, 1987 ; Siedlungen der Zwanziger Jahre in Niedersachsen, Arbeitshefte zur Denkmalpflege in Niedersachsen, vol. 4, 1988. Dès la fin des années 1980, la bibliographie sur le sujet est collationnée : Denkmalgeschutzte Wohnsiedlungen in der Bundesrepublik Deutschland, IRB Literaturauslese, n° 1969, Stuttgart, 2e éd. 1990.

11 J.-L. Cohen, « Le Neues Bauen restauré », Monuments historiques, n° 166, novembre-décembre 1989, p. 22-25.

12 J. Haspel, « Baudenkmale von Bruno Taut — Berliner Kanditaten für die Welterbeliste », dans W. Brenne (dir.), Bruno Taut..., op. cit., p. 26-27.

13 Les deux autres sont les cités de Weisse Stadt (Gemeinnützige Heimstättengesellschaft « Primus »/GSW ; O. R. Salvisberg, Wilhelm Btining, Bruno Ahrends, arch., 1929-1931) et Siemensstadt (Gemeinnützige Baugesellschaft Berlin Heerstrasse ; Hans Scharoun, W. Gropius, H. Häring, Otto Bartning, Fred Forbat, P. R. Henning, arch., 1929-1931).

Table des illustrations

Légende Ill. 159. — Cité de l’oncle Tom : transformation et dégradations (vers1982).
URL http://books.openedition.org/psorbonne/docannexe/image/530/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 598k

© Éditions de la Sorbonne, 2007

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search