Version classiqueVersion mobile

L’émigration française

 | 
Nicole Fouché

Introduction

Claude Fohlen

Texte intégral

Les Français émigrent-ils ? Où vont-ils ? Quels sont les Français qui émigrent ? Paysans ? Artisans ? Citadins ? Ruraux ?
Autant de questions que l’on peut se poser auxquelles la présente étude tente d’apporter quelques éléments de réponse.

1 Il ne s’agit nullement d’une étude exhaustive de l’émigration française du XVIIIe siècle à nos jours, mais d’une série d’éclairages sur certains aspects de cette émigration. Ce volume est l’aboutissement d’un projet collectif mené dans le cadre du Centre de recherches d’histoire nord-américaine à l’Université de Paris I, Panthéon-Sorbonne, projet désigné comme prioritaire et, en tant que tel, doté d’un modeste fonds. Etant donné l’aire sur laquelle opère le centre, priorité a été accordée aux Etats-Unis et au Canada, auxquels sont consacrés la plupart des articles. Il a pourtant semblé intéressant de dépasser ce cadre géographique du côté de l’Algérie, afin de faciliter une approche comparative. Restreindre, l’étude à la seule Amérique du Nord aurait limité le phénomène migratoire au risque de le déformer, voir de le trahir.

2 S’il n’y a pas d’unité de lieu, il n’y a pas davantage d’unité de temps. L’émigration échappe aux divisions classiques et très discutables entre une histoire dite "moderne" et une histoire dite "contemporaine". Même la coupure classique de la Révolution française n’a pas grand sens : ce fut certes un temps fort de l’émigration, en particulier vers les Etats-Unis où l’on rêva d’accueillir aussi bien Louis XVI que Napoléon, mais rares furent les émigrés de cette époque qui se fixèrent définitivement en pays étranger, mis à part les colons français des Antilles, en particulier ceux de Saint-Domingue chassés par la révolte de Toussaint-Louverture. L’histoire de l’émigration est demeurée un parent pauvre en France, et il faut le regretter (1). Les historiens français ont accordé une place importante au phénomène colonial et à l’expansion politique qui sont évidemment les aspects les plus spectaculaires, et aussi les plus faciles à suivre. L’émigration elle est affaire individuelle, familiale, parfois collective – s’il s’agit d’un groupe relativement nombreux et son étude exige une recherche au niveau des personnes concernées, ce qui n’est guère facile.

3 En gros, plusieurs types de documents permettent de détecter les émigrants. Au départ, une demande de passeport est nécessaire pour se rendre à l’étranger. Les demandes de passeports sont conservées dans certains dépôts d’archives départementales, comme par exemple en Gironde ou dans le Haut-Rhin, mais jamais sur une période longue, et dans la plupart des départements il n’existe plus rien. En outre, la demande de passeport ne comporte pas toujours la destination du demandeur. Au point d’embarquement, les capitaines des navires français dressent souvent la liste des passagers qu’ils transportent. Ils remettent cette liste ainsi que le rôle d’équipage de leur batiment au bureau de l’inscription maritime des ports français où ils désarment. Ces documents sont conservés dans les dépôts d’archives des départements maritimes. A Rouen par exemple pour les navires désarmés au Havre. Les listes sont le souvent incomplètes et décevantes. Restent, bien sûr, d’autres moyens d’investigations. Celui auquel on songe d’abord est la consultation des archives des compagnies maritimes. Quelle déception ! Rien ne subsiste pratiquement des multiples petites compagnies, ni des armateurs qui ont transporté les émigrants au XIXe siècle. Et la Cie générale transatlantique, ancêtre de la Cie générale maritime, a trop souffert des guerres et des ans pour autoriser une approche chiffré du phénomène migratoire français. Marthe Barbance a, semble-t-il, tiré le maximum des documents conservés, mettant un point final à la recherche dans ce domaine (2).

4 La seule source exhaustive, quoique limitée aux Etats-Unis, est la série continue, depuis 1820, des listes d’arrivée dans les ports américains. Une loi de 1819 faisait obligation aux capitaines de déposer au port of entry la liste des passagers qu’il transportait. Les listes originales se présentent navire par navire, ce qui rend fastidieuse l’identification des immigrants. Un premier travail d’élaboration a été accompli au moment du New Deal, consistant à classer les arrivants par ordre alphabétique, par année et port d’entrée. Actuellement, ces listes sont traitées par ordinateur afin de pouvoir retrouver facilement nationalité, lieu de départ, état-civil, métier.... On pourra ainsi approcher de façon plus systématique l’immigration française aux Etats-Unis (4).

5 La faiblesse relative de l’émigration française explique que son histoire soit peu connue, surtout si on la compare aux hordes de Britanniques, d’Allemands, d’Italiens, de Polonais, de Russes qui ont traversé l’Atlantique aux XIXe et XXe siècles, et à qui de très nombreux travaux ont été consacrés (5). Rien d’analogue n’existe pour les Français. Les raisons en sont complexes. L’augmentation de la population dans la France du XIXe siècle est la plus faible par rapport aux autres pays européens, onze millions d’habitants, alors qu’en Grande-Bretagne, en Allemagne, en Italie on constate un doublement, un triplement, voire d’avantage. De pays le plus peuplé d’Europe, au XVIIIe siècle, la France au XXe passe à un rang inférieur, avec l’une des plus faibles densités. La pression démographique donc était moins forte dans les campagnes françaises que dans d’autres pays, et il existait toujours une soupape de sécurité, l’exode vers les villes. Il est probable aussi que la survie des industries rurales a contribué à fixer les habitants dans les campagnes plus longtemps qu’ailleurs en Europe. Quand les Français émigrèrent, ils privilégièrent les possessions d’outre Méditerranée, en particulier l’Algérie, plus tard la Tunisie et le Maroc. En gros, un million de Français se sont établis en Afrique du Nord, ce qui est loin d’être négligeable, et explique les convulsions douloureuses du retour des Pieds-Noirs. La plus grand similarité du climat, l’usage de la langue française, la certitude de retrouver sur place d’autres compatriotes ont certainement facilité cette émigration. Ces hypothèses demandent certes à être vérifiées, car, pour le moment, elles traduisent plutôt une impression générale.

6 Ce qu’on peut affirmer d’ores et déjà, c’est que la contribution des régions françaises à l’émigration est très inégale. Les zones côtières sont loin d’avoir fourni le plus d’émigrants, à l’exception du Pays Basque d’où est parti un contingent important, qualitativement, en direction du Mexique. Ni les Bretons ni les Vendéens, ni les Languedociens n’ont émigré en grand nombre. Par contre, l’Alsace et la Lorraine ont largement contribué à la colonisation de l’Algérie, de même qu’à certaines régions des Etats-Unis. C’est là que Henri Castro recruta, dans les années 1840, une grande partie de ses émigrants du Texas, où son souvenir s’est perpétué dans la toponymie, avec Castroville.

7 Ce qui apparait, du même coup, c’est l’abolition des frontières politiques dans les courants d’émigration. Pour reprendre les deux cas cités, Pays Basque et Alsace-Lorraine, les partants viennent des deux côtés de la Bidassoa comme des deux rives du Rhin. Dès la fin du XVIIe siècle, on constate un mouvement de départ qui affecte une vaste région comprenant une partie de la Suisse alémanique, le Bade et le Wurtemberg, l’Alsace, le Palatinat, avec un grand nombre d’Anabaptistes, Mennonites, Amish, qui vont s’établir en Pennsylvanie où ils peuplent le Penn-Dutch Country qui a préservé sont originalité en plein XXe siècle. L’émigration alsacienne et lorraine du XIXe siècle se situe dans la continuité de ce courant ancien transnational. Les solidarités linguistiques et religieuses l’ont-elles emporté sur l’appartenance nationale, c’est probable, mais l’hypothèse demeure à vérifier.

8 En dernière analyse, pour expliquer l’émigration, il faut en revenir à la problématique proposée par les Scandinaves il y a déjà près d’un demi-siècle et adoptée par tous les spécialistes de cette question. Deux facteurs interviennent dans la décision d’émigrer, consciemment ou non : ceux qui décident du départ, le push, ceux qui déterminent le point de chute, le pull (6). L’étude du phénomène doit d’abord porter sur l’interaction de ces deux facteurs. L’émigrant est-il attiré par les conditions de vie dans le pays de son choix, ou poussé à partir par la misère là où il vit actuellement ? Pour les Irlandais, eu égard à la pénurie de la pomme de terre dans les années 40, c’est le désespoir qui les a poussés à fuir. Il est fort probable qu’il en fut de même pour les Juifs russes dont la vie était menacée par les pogroms du début de ce siècle. Par contre, la découverte de l’or en Californie en 1848 entraina immédiatement une polarisation sur cette région, quelles que fussent les conditions de vie dans le pays d’origine : dans ce cas, c’est le pull qui a été le facteur dominant. Pour les Français, en dehors du rush vers la Californie qui mobilisa des hommes de toutes conditions, de toutes origines, de toutes régions, il est difficile de dire quel fut le facteur dominant, insuffisance des ressources ou attrait de l’eldorado. La misère en France n’a aucune commune mesure avec celle qui affecta les fermiers irlandais ou les moujiks russes, ni, semble-t-il, les ouvriers du Lancashire. Il est cependant certain que, dans l’Est de la France, la disette de 1817 fut si profondément ressentie qu’elle poussa des milliers d’Alsaciens, de Lorrains et de Francs-Comtois à tenter leur fortune ailleurs. Entre 1846 et 1848, les rapports des préfets font souvent état de l’insuffisance des ressources dans les secteurs ruraux et de la nécessité pour les paysans de tenter leurs chances ailleurs. La conjonction entre la crise alimentaire et la découverte de l’or en Californie est une coincidence unique dans l’histoire de l’émigration. En 1848 ce ne sont pas les ruraux qui ont traversé l’Atlantique, contourné le Cap Horn et remonté le long des côtes du Chili jusqu’à San Francisco. Mais s’agissait-il vraiment d’émigration ? N’était-ce pas plutôt une aventure ? Et les victimes de la misère n’ont-elles pas préféré l’Algérie, où elles se sont installés massivement en 1848 ? Savaient-elles au juste ce qu’elles allaient y trouver ? D’une façon générale, les émigrants connaissaient bien ce qu’ils laissaient, tout en ne pouvant imaginer que rarement ce qu’ils allaient trouver. Le "facteur pull" serait plus facile à évaluer si l’on disposait en France de documents sur le pays choisi. Les Scandinaves et les Allemands ont fait une abondante collecte de lettres envoyées par des émigrants dans le Nouveau Monde à leurs parents et amis demeurés dans le pays d’origine. Il n’en existe pour ainsi dire pas en France (7). Nombre d’émigrants sont partis parce qu’ils ont été attirés par des parents, amis ou connaissances déjà installés, avec lesquels ils ont correspondu. Quitte à partir, mieux valait ne pas se retrouver isolé dans un pays inconnu et lointain. Les nouveaux venus ont toujours cherché à se regrouper, Irlandais, puis Italiens dans les ports de débarquement de la côte Est, Polonais à Chicago, Scandinaves dans le Wisconsin et le Minnesota, Français en Californie ou à la Nouvelle-Orléans. La déchirure était moins pénible quand on savait se retrouver avec des êtres connus et parlant la même langue. Pour les Français, beaucoup reste encore à faire dans ce domaine.

9 Le sujet est immense, nombre d’interrogations demeurent encore sans réponse en dépit d’une problématique relativement bien définie. Les contributions rassemblées dans le présent recueil ne se veulent qu’une timide approche à une grande page d’histoire sociale héritée du passé et encore largement ouverte sur l’avenir.

10 (1) La meilleure approche est l’article de Louis CHEVALIER, L’émigration française au XIXe siècle, Etudes d’histoire moderne et contemporaine, Paris, 1947, pp.127-171.

11L’ouvrage le plus récent : Camille MAIRE, L’émigration des Lorrains en Amérique, 1815-1870, Metz, 1980. (Centre de recherches internationales de l’Université de Metz, 13).

(2) Marthe BARBANCE, Histoire de la Compagnie Générale Transatlantique, Un siècle d’exploitation maritime, Paris, 1955. Sur les émigrants pp.155-162.

(3) Ces listes se trouvent dans les séries RG 36 du Department of the Treasury et RG 85 du Department of Justice. Pour plus de détails, cf. Catalog of NationalArchives Microfilm Publications, Washington, National Archives Trust Fund Board, 1974., pp.99 et 110-111. Une récente utilisation de ces listes a été faite pour les Hollandais, Dutch Immigrants in United States, Ship passenger manifest, 1820-1880 : an alphabetical listing of household heads and independent persons, compiled by Robert P. SWIERENGA, Wilmington, Del., Scholarly Resources, 1983, 2 vol., XLIV – 1223 p.

(4) Ce projet est conduit par The National Immigration Archives à Temple University, Philadelphie.

(5) Gérarl ARLETTAZ, Emigration et colonisation suisses en Amérique, 1815-1918, Bern, 1979 (Studien und Quellen). La "questione" dell-immigrazione negli Stati Uniti, a cura di Anna-Maria Martellone, Bologna, Il Mulino, 1980. Germans to America, 300 Years of Immigration, 1683 to 1983, ed. by Gunter Moltmann, Stuttgart, Institut für Auslandsbeziehungen, 1982.

(6) La meilleure mise au point se trouve dans Harvard Encyclopedia of American Ethnie Groups, Stephan Thernstrom ed., Cambridge, Harvard University Press, 1980. Il faut cependant toujours en revenir à Marcus L. HANSEN, The Atlantic Migration, 1607-1860, Cambridge, Mass., Harvard University Press, 1940, qui a le premier défini la problématique de la question.

(7) Un des très rares exemples : Charles-Marc BOST, Les derniers puritains, pionniers d’Amérique, 1851-1920, Lettres de Théodore Bost et Sophie Bonjour, Paris, Hachette, 1977.

Auteur

© Éditions de la Sorbonne, 1986

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search