Desktop versionMobile Version

L’émigration française

 | 
Nicole Fouché

Avant-propos

Nicole Fouché

Volltext

1 En 1982, lorsque Claude Fohlen me confia, dans le cadre d’un crédit alloué par le Ministère des Universités (Mission de la Recherche), le soin de regrouper une équipe de chercheurs travaillant sur l’émigration française du XIXe siècle à nos jours, j’avais le sentiment que peu d’universitaires s’intéressaient à cette question. Je ne tardais pas à m’apercevoir que tel n’était pas le cas. On pouvait même constater un regain d’intérêt pour ce sujet chez quelques intellectuels français. Ils ne sont pas tous représentés ici malgré la qualité de leurs travaux, car nous avons choisi de centrer notre objectif sur l’Amérique du Nord (Etats-Unis et Canada). Le seul article qui échappe à cette "destination" est celui d’Yvette Katan sur l’Algérie. Mais comment en effet, laisser de côté, en plein XIXe siècle le peuplement de cette colonie officielle. Il est d’ailleurs tout à fait intéressant de noter que c’est le même Paris des quartiers populaires qui envoie une partie de sa population en Algérie et en Californie.

2 Le problème de la "statistique" est le problème numéro un des historiens de l’émigration française car il n’existe pas de sources continues et fiables susceptibles de donner une excellente approche chiffrée du phénomène. Notre ouvrage n’a donc pas d’ambition statistique globalisante. Nous avons très simplement choisi de donner une série d’exemples de la continuité de l’émigration française dans le temps, de la diversité des départements concernés, de la variété des causes de l’émigration, et à chaque fois que cela a été possible, de l’importance numérique et sociale du phénomène.

3Il résulte de ces courtes monographies que, contrairement à ce qui est souvent affirmé, l’émigration française pour le continent nord-américain ne peut être réduite à la simple addition de cas individuels. Certes la France ne fut pas balayée par de puissants courants d’émigration de masse, comme le furent à diverses époques ses proches voisins, la Grande-Bretagne et l’Allemagne pour ne citer qu’eux, mais elle fut le lieu d’un foyer d’émigration latente, prêt à s’enflammer à la moindre occasion de rupture ou de crise, libérant ainsi une masse importante de ressortissants français pour l’aventure de l’émigration.

4 Bien sûr, ce volume ne clôt pas définitivement la question. De nombreux départements n’y sont pas représentés (Haut-Rhin, Bas-Rhin, Savoie...), l’Amérique du Sud n’y est pas étudiée en tant que pays de destination... Par contre cet ouvrage présente plusieurs méthodes d’investigation du phénomène "émigration française" : essai statistique sur la série des passeports de Bordeaux, histoire orale et interview des Basques de Baïgorri, analyses de sources variées et jusqu’à ce jour peu ou pas utilisées telles que les archives militaires (arrondissement de Sarrebourg en Lorraine), archives de la police parisienne en 1848, celles de la préfecture de la Seine. Les auteurs ont aussi utilisé des sources plus classiques, celles du ministère des Affaires Etrangères, les séries M des Archives départementales, et des sources imprimées (récits et commentaires de voyageurs français aux Etats-Unis) pour en tirer des informations nouvelles sur l’émigration française. La variété des sources et les différentes méthodes d’approche font l’originalité du présent volume. Elles contribuent à donner, une image concrète de l’émigration et montrent bien les différentes voies d’accès à la connaissance du sujet. Souhaitons que ce recueil ne soit qu’une étape.

© Éditions de la Sorbonne, 1986

Nutzungsbedingungen http://www.openedition.org/6540

Diese digitale Publikation wurde durch automatische optische Zeichenerkennung erstellt.
Suche in OpenEdition Search

Sie werden weitergeleitet zur OpenEdition Search