Version classiqueVersion mobile

Guerre du toit et modernité architecturale

 | 
Christine Mengin

Conclusion

Texte intégral

1Lorsque la république de Weimar prend d’énergiques mesures en faveur du logement, les acteurs chargés de la mise en œuvre de cette politique, c’est-à-dire les sociétés de construction, ont essentiellement deux modèles à leur disposition : d’une part la cité d’habitation, qui provient pour l’essentiel du logement patronal, et d’autre part la Heimstätte, promue par les organisations professionnelles de fonctionnaires et défendue par le mouvement pour la réforme foncière qui parvient à l’inscrire dans la Constitution adoptée en 1919. Ce double héritage est donc ancré dans l’univers professionnel, que ce soit celui de l’entreprise ou celui de l’administration. La définition de modèles pour le logement social relève, dès l’origine, d’instances qui ne sont pas municipales mais liées au monde du travail.

2Sous la république de Weimar, ce caractère socioprofessionnel de l’effort en matière d’habitat se renforce du fait de l’intervention active des syndicats, qui font du logement une priorité nouvelle au sein de leurs revendications. Parmi les syndicats, ce sont les organisations professionnelles d’employés qui jouent un rôle dominant dans la constitution d’une maîtrise d’ouvrage syndicale, les syndicats ouvriers privilégiant pour leur part l’action corporative dans le secteur du bâtiment.

3Cette étude a tenté de cerner l’ampleur historique de ce phénomène mal connu : la construction, par les syndicats, de logements pour les employés. Si l’on additionne les réalisations de nos trois maîtres d’ouvrage, en considérant que la moitié des réalisations de la Gehag sont occupées par des employés, on arrive au chiffre de cinquante mille logements. Si l’on admet que l’affirmation de Linneke, selon laquelle la moitié des 80 000 logements construits par les filiales de la Dewog sont habités par des employés, est toujours valable en 1932, ce sont, en tout, près de 90 000 logements pour employés qui sont construits sous l’égide des syndicats sous la république de Weimar, soit environ 3,5 % des logements construits entre 1919 et 1932. Cette modestie quantitative ne doit pas masquer l’importance de cette maîtrise d’ouvrage destinée aux employés pour l’élaboration d’une distribution du logement moderne et d’une véritable culture de l’habitat de l’employé.

4En effet, même si les syndicats qui les ont fondées s’opposent sur le plan idéologique et politique, les sociétés de construction étudiées partagent un certain nombre d’idéaux, par-delà le conflit architectural qui oppose les réalisations Heimatschutz de la Gagfah à la Neue Sachlichkeit de la Gehag. En effet, toutes rejettent la grande ville industrielle et rêvent de ressourcer l’homme moderne dans un environnement de nature. Corollaire de cet anti-urbanisme, l’idéal de la cité-jardin avec ses maisons individuelles avec jardin, cadre rêvé pour le foyer allemand. Pour tous ces maîtres d’ouvrage, il faut éduquer l’habitant, lui fournir un espace de vie qui exalte les valeurs de la communauté, dont il se sente coresponsable. En outre, tous sont animés par la volonté d’abaisser les coûts de construction, afin de transformer le rêve d’un chez-soi en réalité pour l’employé. Ce désir va avoir des conséquences similaires à la Gagfah et à la Gehag : l’élaboration de quelques plans types, rationnels et peu nombreux, et l’expérimentation de normes pour certains éléments de construction. Il est à noter que ces plans types se fondent, à droite comme à gauche, sur les mêmes valeurs distributives : l’organisation du logement, de taille modeste, est la transcription sur une superficie réduite de l’habitation bourgeoise. A la différence de l’habitat populaire traditionnel et de l’habitat ouvrier de mêmes dimensions (sans entrée, sans sanitaires, avec une Wohnküche), chaque logement comprend entrée, cuisine indépendante, salle de bains, salle de séjour et, pour chaque membre de la famille, un lieu d’intimité : une chambre à coucher conjugale et des chambres d’enfant, plus petites. Ce modèle distributif est particulièrement bien adapté aux besoins et aspirations de la nouvelle classe moyenne que forment les employés, au mode de vie moderne, dont le comportement anticipe la société de masse. Il connaîtra un grand succès après la Seconde Guerre mondiale et s’imposera lors de la Reconstruction dans la plupart des pays européens.

5Les conditions de la production architecturale du programme de l’habitation sont profondément modifiées par l’introduction de l’impôt sur les loyers. Jusqu’alors, la construction de logements en Allemagne était pour l’essentiel le fait de maîtres maçons formés dans des écoles techniques du bâtiment. Au mieux, on faisait appel à un architecte pour la façade. Mais, à partir du moment où l’initiative n’est plus privée ou artisanale, mais relève des pouvoirs publics qui édifient à grande échelle des cités d’habitation, l’intervention d’un architecte est systématique et concerne toute l’opération, du plan de masse à la distribution des logements. Loin de se limiter aux aspects formels du projet, l’architecte prend en charge les aspects techniques et constructifs. Si bien que son rôle a, dans la seconde moitié des années 1920, tendance à se déplacer : d’homme de l’art, il devient organisateur d’opération. Dans ce nouveau cadre de conception des opérations de logements, la cité d’habitation devient le mode habituel de lotissement, alors qu’elle était jusque-là avant tout le fait du logement patronal.

6Ce travail a également retracé le parcours architectural qui mène de la source du logement de l’employé, c’est-à-dire la cité-jardin d’Altona-Steenkamp, à la cité de la Spree, composée d’immeubles-barres au toit plat, à l’esthétique moderne, disposés dans la verdure. L’histoire de cette architecture, celle de l’habitation de l’employé sous la république de Weimar, exprime un moment de transition dans l’histoire sociale. Cette transition, c’est la mutation de l’employé des origines qui, à travers son habitat, cherchait à être socialement valorisé, à se rapprocher du prestige du fonctionnaire, aspirait à être reconnu comme une élite sociale, en employé du monde moderne. Ce nouvel employé est l’un des éléments de la vaste nébuleuse des classes moyennes, devenue la caractéristique des sociétés occidentales de la seconde moitié du xxe siècle, le vecteur central de ce que l’on appelle la société de masse.

7L’outillage mental du DHV, informé à la fois par la tradition de la réforme sociale du xixe siècle et par la nostalgie d’une société corporative, est en perte de vitesse. Il faut dire que ses adhérents, les employés du petit commerce (Handlungsgehilfen), qui ne sont pas les vendeurs des grands magasins modernes, forment le noyau le plus ancien du nouveau Mittelstand. À l’origine, leur idéal était de rejoindre à terme l’ancien Mittelstand, en devenant à leur tour patrons d’un petit commerce. C’est pour eux que la Gagfah construit ses maisons en bandes. Mais cette clientèle est socialement en perte de vitesse ; au terme de cette période de mutation sociale rapide, l’idéologie de la Gagfah est teintée d’anachronisme. Dans son désarroi, la Gagfah fait appel à l’« ennemi » idéologique et architectural qu’est Walter Gropius pour s’adapter à la formidable accélération que provoque l’impôt sur les loyers. C’est au prix de la trahison de son objectif de départ qu’elle y parvient. Mais si la réalité sociale la contraint à construire avant tout des immeubles collectifs, la Gagfah continue à privilégier les pavillons en accession à la propriété.

8À partir de racines idéologiques et de modèles architecturaux identiques, la Gehag donne pour sa part une réponse convaincante au problème posé par le logement de masse. Lorsqu’elle entre dans la course, en 1924, ce problème commence en effet à se poser dans toute son ampleur, en raison de la soudaine disponibilité de moyens financiers. Là où la Gagfah construit pour le Mittelstand, la Gehag construit théoriquement pour l’ensemble du « prolétariat », selon le vocabulaire employé par les syndicats qui l’ont créée, et notamment par l’AfA-Bund, pour qui les trois composantes du prolétariat sont les ouvriers, les employés et les fonctionnaires. Si le terme de prolétariat employé par les syndicats libres constitue un malentendu historique, car il semble tirer l’évolution de la société vers le bas de l’échelle sociale, alors que c’est l’inverse qui se produit, c’est-à-dire un embourgeoisement global, il n’en reste pas moins que son refus d’établir une hiérarchie entre employés, fonctionnaires et ouvriers correspond fondamentalement au sens de l’évolution sociologique. Le IIIe Reich va accentuer cet effet de nivellement, en refusant de distinguer entre nouveau Mittelstand et ouvriers. Le terme même de Mittelstand tendra à disparaître après la guerre ; il n’y a plus d’« État » (Stand), mais seulement des salariés. Cette valorisation objective du travail, cette recomposition de l’identité sociale à travers l’emploi est lisible dans l’architecture des logements de la Gehag, métaphore du monde de la production économique. Sur le plan architectural comme sur le plan social, il y a historiquement un gagnant : la Gehag, et un perdant : la Gagfah. Du reste, et cela est moins paradoxal qu’il y paraît, c’est la première qui sera mise au pas sous le IIIe Reich, tandis que la seconde parviendra à maintenir son indépendance. La production de logements sous la république de Weimar symbolise donc l’arrachement de l’employé au Mittelstand et la constitution d’une société de masse, caractérisée par l’extension du salariat.

9Du point de vue de l’histoire du logement, ce logement des classes moyennes est défini comme une généralisation des normes de confort et de distribution déterminées pour l’habitat de l’employé, les épisodes du logement minimal et du logement nazi pouvant de ce point de vue être considérés comme une parenthèse, dont le manque de pertinence au regard de l’histoire sociale est avéré. Ces programmes sont du reste refusés par les syndicats. À la fin de la république de Weimar, et alors même que les syndicats libres dénoncent l’inaccessibilité des logements construits aux ouvriers, l’annonce du programme de logement minimum suscite une levée de boucliers. La précarité des cités périurbaines pour chômeurs suscite moins de protestations, car leur édification est fondamentalement perçue comme adaptée à une situation de crise, par nature exceptionnelle et provisoire, ce qui n’était pas le cas des Kleinstwohnungen, éléments à part entière d’une redéfinition de la politique nationale du logement pour en faire bénéficier la classe ouvrière. Or l’augmentation des normes de confort et le raffinement de la distribution de l’habitation — ce qu’exprime le terme allemand de Wohnkultur — sont irréversibles ; ils constituent un acquis qui ne saurait être remis en question, sauf par un régime autoritaire.

10La forte implication des syndicats témoigne donc de la force du lien qui existe entre logement et conscience de classe liée à l’activité professionnelle.

11Au regard de l’évolution sociale postérieure à la Seconde Guerre mondiale, la seule source cohérente pour l’architecture du logement est celle de la Gehag, et non le pavillon. La Heimstätte signifie morphologiquement la fragmentation ; du point de vue de l’habitant, elle met en valeur l’individu, la cité permettant au mieux de donner l’idée du groupe, tandis que la barre exprime la société de masse. L’immeuble de la Gehag peut s’inscrire dans l’imaginaire de l’ouvrier, avec sa rhétorique mécanique, au demeurant voulue et pensée par le maître d’ouvrage et le maître d’oeuvre, et ses allusions à l’univers de la production industrielle, du travail à la chaîne. Mais il peut également s’inscrire, même si ces connotations ne sont cette fois pas exprimées, dans l’imaginaire de l’employé, car il renvoie aussi aux notions d’égalité, d’homogénéité, de régularité, d’uniformité, de répétitivité des tâches accomplies dans le cadre d’un emploi de bureau.

12Le passage de la Heimstätte à l’immeuble-barre moderne est dans le second tiers du xxe siècle irréversible, car il correspond à une mutation sociale profonde.

13La république de Weimar a transformé le logement en affaire de l’État, non seulement au sens de préoccupation, mais au sens financier du terme ; la maîtrise d’ouvrage syndicale a défini ce que pouvait être l’architecture d’une société de masse, où les classes moyennes sont prédominantes ; par la modernisation économique, le IIIe Reich a créé les conditions d’une production industrielle du logement : dans les années 1940, tous les éléments qui serviront à reconstruire l’Allemagne dévastée sont en place. L’après-guerre renouera avec une modernité architecturale qui apparaît désormais comme liée à la démocratie et au progrès.

Ill. C1. — O. R. Salvisberg.

Ill. C2. — B. Taut.

Ill. C3. — H. Häring.
Cité Case de l’Oncle Tom, maisons en bande 1926-1927 (élévations colorées :
— C1 : Atelier d’architecture Pitz/ Brenne 1986 ;
— C2 et C3 : Winfried Brenne Architekten, 2001).

Ill. C4. — Cité Case de l’Oncle Tom, façade donnant sur la cour des Pins, B. Taut arch., 1926-1927 (photo W. Brenne, 2000).

Ill. C5. — Cité Case de l’Oncle Tom, maisons individuelles en bandes, B. Taut arch., 1929-1930 : façades sur jardin (photo W. Brenne, 2000).

Ill. C6. — Cité Case de l’Oncle Tom : B. Taut, immeubles perspective colorée : Atelier d’archive Pitz/Brenne,1987

Ill. C7. — B. Taut, Pavillon de verre, exposition du Werkbund, Cologne 1914 : intérieur de la coupole (photo de la maquette reconstituée, 1993).

Ill. C8. — Cité Fischtalgrund, détail : fenêtre (photo C. Mengin, 2003).

Ill. C9. — Cité Fischtalgrund : E. Grabbe, maisons en bande, façades sur la rue (photo C. Mengin, 2003).

Ill. C10. — « Le Foyer de l’employé », couverture de la brochure de H. Bechly, 1918 (dessin Kurt F. Schmidt).

Ill. C11. — Cité-jardin d’Altona-Steenkamp, maison rue Emmich (1914-1916), Société de construction d’utilité publique d’Altona-Ottensen, F. Neugebauer arch. (photo Ross, 1992).

Ill. C12. — Cité-jardin d’Altona-Steenkamp, maisons allée Ebert, Heimag Altona, 1922 (photo Ross, 1992).

Ill. C13. — Cité-jardin de Falkenberg, Berlin-Treptow, chemin de la Cité-jardin : maisons en bandes, B. Taut arch., 1914-1915 (restitution colorée et photo W. Brenne, 1998).

Ill. C14. — Cité-jardin de Falkenberg, Berlin-Treptow, chemin de la Cité-jardin : entrée d’un petit immeuble, B. Taut arch., 1914-1915 (restitution colorée et photo W. Brenne, 1998).

Ill. C15. — Cité-jardin de Falkenberg, Berlin-Treptow, petit immeuble : façade sur jardin, chemin de la Cité-jardin, 1914-1915, B. Taut arch. (restitution colorée et photo W. Brenne, 1998).

Ill. C16. — Gehag, cité du Fer à cheval, Berlin-Britz : plan de masse pour les deux premières tranches de construction, M. Wagner et B. Taut arch., 1925.

Ill. C17. — Gehag, cité du Fer à cheval, Berlin-Britz : le « Front rouge », B. Taut arch., 1926-1927 (perspective colorée Atelier d’architecture Pitz/Brenne, 1986).

Ill. C18. — Gehag, cité du Fer à cheval, Berlin-Britz : maisons en bande rue Paster-Behrens, B. Taut arch., 1926-1927 (perspective colorée d’époque).

Ill. C19. — Gehag, cité du Fer à cheval, Berlin-Britz : revers de l’immeuble en fer à cheval, B. Taut arch., 1926-1927 (perspective colorée Atelier d’architecture Pitz/Brenne, 1986).

Ill. C20. — Heimar, cité de la Spree, Berlin-Niederschöneweide : façade sur jardin avec loggias, P. Mebes arch., 1929-1930 état après restauration (Photo U. Ganse, 2003)

Ill. C21. — Heimat, cité de la Spree, Berlin-Niederschöneweide : façade principale avec cages d’escalier, P. Mebes arch., 1929-1930, état après restauration (photo U. Ganse, 2003).

Ill. C22. — La maison de Goethe à Weimer, construite au xviiie siècle, source d’inscription pour les architectes traditionalistes (photo W. Voigt, 1995).

Ill. C23. — J. J. P. Oud, cité Tusschendijken, Rotterdam, 1920 (photo R. Dettingmeijer, 2004).

Ill. C24. — La ville allemande vue par les couvreurs partisans du toit en pente, perspective, vers 1930.

Ill. C25. — Restauration de la cité de l’Oncle Tom : études préparatoires (Atelier d’architecture Pitz/Brenne, 1982).

Ill. C26. — Cité de l’Oncle Tom, maisons en bande, H. Häring arch. : des discordances apparaissent dans le crépi à l’origine d’un vert uniforme (photo C. Mengin, 2003).

Ill. C27. — Dispositif de protection de la cité de l’Oncle Tom : en rouge les immeubles classés, en rose les périmètres inscrits.

Ill. C28. — Gehag, cité Carl Legien, Berlin-Prenzlauer Berg, B. Taut et F. Hillinger arch., 1928-1930 maquette restituant la coloration d’origine, 1994.

Ill. C29. — Cité Fischtalgrund : le toit de la maison de Schmitthenner percé de velux (photo C. Mengin, 2003)

Ill. C30. — Cité Fischtalgrund, maisons en bande, Fritz Keller arch., 1928 : des vitrages modernes remplacent les fenêtres d’origine (photo C. Mengin, 2003).

Ill. C31. — Le logo de la Gehag dans les années 2000 : l’actualité du Fer à cheval.

Ill. C32. — Le logo de la Gagfah dans les années 2000 : la permanence de la diagonale du toit.

Table des illustrations

Légende Ill. C1. — O. R. Salvisberg.
URL http://books.openedition.org/psorbonne/docannexe/image/529/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 94k
Légende Ill. C2. — B. Taut.
URL http://books.openedition.org/psorbonne/docannexe/image/529/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 78k
Légende Ill. C3. — H. Häring.Cité Case de l’Oncle Tom, maisons en bande 1926-1927 (élévations colorées :— C1 : Atelier d’architecture Pitz/ Brenne 1986 ;— C2 et C3 : Winfried Brenne Architekten, 2001).
URL http://books.openedition.org/psorbonne/docannexe/image/529/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 122k
Légende Ill. C4. — Cité Case de l’Oncle Tom, façade donnant sur la cour des Pins, B. Taut arch., 1926-1927 (photo W. Brenne, 2000).
URL http://books.openedition.org/psorbonne/docannexe/image/529/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 281k
Légende Ill. C5. — Cité Case de l’Oncle Tom, maisons individuelles en bandes, B. Taut arch., 1929-1930 : façades sur jardin (photo W. Brenne, 2000).
URL http://books.openedition.org/psorbonne/docannexe/image/529/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 290k
Légende Ill. C6. — Cité Case de l’Oncle Tom : B. Taut, immeubles perspective colorée : Atelier d’archive Pitz/Brenne,1987
URL http://books.openedition.org/psorbonne/docannexe/image/529/img-6.jpg
Fichier image/jpeg, 329k
Légende Ill. C7. — B. Taut, Pavillon de verre, exposition du Werkbund, Cologne 1914 : intérieur de la coupole (photo de la maquette reconstituée, 1993).
URL http://books.openedition.org/psorbonne/docannexe/image/529/img-7.jpg
Fichier image/jpeg, 365k
Légende Ill. C8. — Cité Fischtalgrund, détail : fenêtre (photo C. Mengin, 2003).
URL http://books.openedition.org/psorbonne/docannexe/image/529/img-8.jpg
Fichier image/jpeg, 213k
Légende Ill. C9. — Cité Fischtalgrund : E. Grabbe, maisons en bande, façades sur la rue (photo C. Mengin, 2003).
URL http://books.openedition.org/psorbonne/docannexe/image/529/img-9.jpg
Fichier image/jpeg, 296k
Légende Ill. C10. — « Le Foyer de l’employé », couverture de la brochure de H. Bechly, 1918 (dessin Kurt F. Schmidt).
URL http://books.openedition.org/psorbonne/docannexe/image/529/img-10.jpg
Fichier image/jpeg, 406k
Légende Ill. C11. — Cité-jardin d’Altona-Steenkamp, maison rue Emmich (1914-1916), Société de construction d’utilité publique d’Altona-Ottensen, F. Neugebauer arch. (photo Ross, 1992).
URL http://books.openedition.org/psorbonne/docannexe/image/529/img-11.jpg
Fichier image/jpeg, 275k
Légende Ill. C12. — Cité-jardin d’Altona-Steenkamp, maisons allée Ebert, Heimag Altona, 1922 (photo Ross, 1992).
URL http://books.openedition.org/psorbonne/docannexe/image/529/img-12.jpg
Fichier image/jpeg, 323k
Légende Ill. C13. — Cité-jardin de Falkenberg, Berlin-Treptow, chemin de la Cité-jardin : maisons en bandes, B. Taut arch., 1914-1915 (restitution colorée et photo W. Brenne, 1998).
URL http://books.openedition.org/psorbonne/docannexe/image/529/img-13.jpg
Fichier image/jpeg, 264k
Légende Ill. C14. — Cité-jardin de Falkenberg, Berlin-Treptow, chemin de la Cité-jardin : entrée d’un petit immeuble, B. Taut arch., 1914-1915 (restitution colorée et photo W. Brenne, 1998).
URL http://books.openedition.org/psorbonne/docannexe/image/529/img-14.jpg
Fichier image/jpeg, 152k
Légende Ill. C15. — Cité-jardin de Falkenberg, Berlin-Treptow, petit immeuble : façade sur jardin, chemin de la Cité-jardin, 1914-1915, B. Taut arch. (restitution colorée et photo W. Brenne, 1998).
URL http://books.openedition.org/psorbonne/docannexe/image/529/img-15.jpg
Fichier image/jpeg, 177k
Légende Ill. C16. — Gehag, cité du Fer à cheval, Berlin-Britz : plan de masse pour les deux premières tranches de construction, M. Wagner et B. Taut arch., 1925.
URL http://books.openedition.org/psorbonne/docannexe/image/529/img-16.jpg
Fichier image/jpeg, 342k
Légende Ill. C17. — Gehag, cité du Fer à cheval, Berlin-Britz : le « Front rouge », B. Taut arch., 1926-1927 (perspective colorée Atelier d’architecture Pitz/Brenne, 1986).
URL http://books.openedition.org/psorbonne/docannexe/image/529/img-17.jpg
Fichier image/jpeg, 312k
Légende Ill. C18. — Gehag, cité du Fer à cheval, Berlin-Britz : maisons en bande rue Paster-Behrens, B. Taut arch., 1926-1927 (perspective colorée d’époque).
URL http://books.openedition.org/psorbonne/docannexe/image/529/img-18.jpg
Fichier image/jpeg, 363k
Légende Ill. C19. — Gehag, cité du Fer à cheval, Berlin-Britz : revers de l’immeuble en fer à cheval, B. Taut arch., 1926-1927 (perspective colorée Atelier d’architecture Pitz/Brenne, 1986).
URL http://books.openedition.org/psorbonne/docannexe/image/529/img-19.jpg
Fichier image/jpeg, 249k
Légende Ill. C20. — Heimar, cité de la Spree, Berlin-Niederschöneweide : façade sur jardin avec loggias, P. Mebes arch., 1929-1930 état après restauration (Photo U. Ganse, 2003)
URL http://books.openedition.org/psorbonne/docannexe/image/529/img-20.jpg
Fichier image/jpeg, 224k
Légende Ill. C21. — Heimat, cité de la Spree, Berlin-Niederschöneweide : façade principale avec cages d’escalier, P. Mebes arch., 1929-1930, état après restauration (photo U. Ganse, 2003).
URL http://books.openedition.org/psorbonne/docannexe/image/529/img-21.jpg
Fichier image/jpeg, 329k
Légende Ill. C22. — La maison de Goethe à Weimer, construite au xviiie siècle, source d’inscription pour les architectes traditionalistes (photo W. Voigt, 1995).
URL http://books.openedition.org/psorbonne/docannexe/image/529/img-22.jpg
Fichier image/jpeg, 279k
Légende Ill. C23. — J. J. P. Oud, cité Tusschendijken, Rotterdam, 1920 (photo R. Dettingmeijer, 2004).
URL http://books.openedition.org/psorbonne/docannexe/image/529/img-23.jpg
Fichier image/jpeg, 388k
Légende Ill. C24. — La ville allemande vue par les couvreurs partisans du toit en pente, perspective, vers 1930.
URL http://books.openedition.org/psorbonne/docannexe/image/529/img-24.jpg
Fichier image/jpeg, 911k
Légende Ill. C25. — Restauration de la cité de l’Oncle Tom : études préparatoires (Atelier d’architecture Pitz/Brenne, 1982).
URL http://books.openedition.org/psorbonne/docannexe/image/529/img-25.jpg
Fichier image/jpeg, 739k
Légende Ill. C26. — Cité de l’Oncle Tom, maisons en bande, H. Häring arch. : des discordances apparaissent dans le crépi à l’origine d’un vert uniforme (photo C. Mengin, 2003).
URL http://books.openedition.org/psorbonne/docannexe/image/529/img-26.jpg
Fichier image/jpeg, 291k
Légende Ill. C27. — Dispositif de protection de la cité de l’Oncle Tom : en rouge les immeubles classés, en rose les périmètres inscrits.
URL http://books.openedition.org/psorbonne/docannexe/image/529/img-27.jpg
Fichier image/jpeg, 332k
Légende Ill. C28. — Gehag, cité Carl Legien, Berlin-Prenzlauer Berg, B. Taut et F. Hillinger arch., 1928-1930 maquette restituant la coloration d’origine, 1994.
URL http://books.openedition.org/psorbonne/docannexe/image/529/img-28.jpg
Fichier image/jpeg, 161k
Légende Ill. C29. — Cité Fischtalgrund : le toit de la maison de Schmitthenner percé de velux (photo C. Mengin, 2003)
URL http://books.openedition.org/psorbonne/docannexe/image/529/img-29.jpg
Fichier image/jpeg, 375k
Légende Ill. C30. — Cité Fischtalgrund, maisons en bande, Fritz Keller arch., 1928 : des vitrages modernes remplacent les fenêtres d’origine (photo C. Mengin, 2003).
URL http://books.openedition.org/psorbonne/docannexe/image/529/img-30.jpg
Fichier image/jpeg, 374k
Légende Ill. C31. — Le logo de la Gehag dans les années 2000 : l’actualité du Fer à cheval.
URL http://books.openedition.org/psorbonne/docannexe/image/529/img-31.jpg
Fichier image/jpeg, 350k
Légende Ill. C32. — Le logo de la Gagfah dans les années 2000 : la permanence de la diagonale du toit.
URL http://books.openedition.org/psorbonne/docannexe/image/529/img-32.jpg
Fichier image/jpeg, 45k

© Éditions de la Sorbonne, 2007

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search