Version classiqueVersion mobile

Guerre du toit et modernité architecturale

 | 
Christine Mengin

Chapitre VIII. Le IIIe Reich et le logement du Volksgenosse

Texte intégral

1Pour situer plus généralement la contribution des sociétés de construction syndicales à l’habitation au xxe siècle, il convient de présenter quelques éléments de l’évolution ultérieure, pour tenter de déterminer dans quelle mesure le IIIe Reich marque, dans ce domaine spécifique, une césure de l’histoire allemande. Nous décrirons donc rapidement l’évolution de la politique du logement dans les années 1930 et 1940, la « mise au pas » des syndicats et de leurs sociétés de construction, ainsi que le destin du Neues Bauen et du Heimatschutz sous le régime nazi.

De la crise à la guerre : le logement rudimentaire

2Par rapport à l’ambitieuse politique du logement menée dans les années 1920, les années 1930 marquent un double recul, quantitatif et qualitatif. Le gouvernement Brüning interrompt l’effort colossal accompli au cours des années précédentes et se borne à offrir aux chômeurs un logement précaire.

3Au début des années 1940, le IIIe Reich promeut un logement pour tous uniforme, déniant toute stratification sociale, avec des normes de confort inférieures à celles des années 1920. Finalement, les contraintes de l’économie de guerre amplifient brutalement cette régression, en définissant ce qui n’est plus qu’un abri d’urgence.

La colonie d’habitation périurbaine, réponse à la crise économique

  • 1 T. Harlander, K. Hater et F. Meiers, Siedeln in der Not. Umbruch von Wohnungspolitik und Siedlungs (...)

4Au début des années 1930, la politique nationale en matière de logement connaît un tournant : la nouvelle priorité est l’édification de petites colonies d’habitation périurbaines au confort réduit1.

5Dès son arrivée au pouvoir, le gouvernement Brüning (1930-1933) abroge la législation antérieure et réduit la part de l’impôt sur les loyers consacrée à la construction. Ce coup d’arrêt n’est pas uniquement dû à la crise économique, sensible en Allemagne à partir de la fin de l’année 1930, mais procède de considérations politiques, les préoccupations sociales du gouvernement Brüning étant en recul par rapport à celles du gouvernement précédent et les propriétaires prônant le retour à l’économie libérale dans le logement. Rapidement, l’impôt sur les loyers va en totalité au budget général des communes, ce qui entraîne la chute de la construction de logements neufs : alors que le nombre de logements annuellement construits dépassait les 300 000 unités pour chacune des trois années 1928, 1929 et 1930, il tombe à 230 000 en 1931 puis à 130 000 en 1932 et en 1933. Parallèlement, la qualité des logements aidés est revue à la baisse : en 1930, les nouvelles directives nationales limitent la superficie des logements éligibles à trente-deux ou quarante-cinq mètres carrés (soixante mètres carrés au maximum pour les familles nombreuses). Le confort se résume à une douche et au chauffage par un poêle ; l’immeuble à coursives extérieures (Laubenganghaus) se multiplie.

6Progressivement, l’aide de l’État se concentre sur la petite colonie périurbaine (vorstädtische Kleinsiedlung), à ne pas confondre avec la colonisation agraire menée sous l’égide du ministère de l’Agriculture. Dans la colonie agraire, culture et élevage constituent la principale source de revenus du colon, tandis que, dans la petite colonie périurbaine, ces activités sont conçues comme un appoint à son activité salariée. L’objectif politique du gouvernement Brüning est de réduire l’agitation des chômeurs, qui se radicalisent, au moyen de ces petites colonies construites dans les environs des grandes villes et des aires industrielles au fort taux de chômage, où l’on peut se bricoler une maison sur un bout de terrain cultivable. En 1931, le commissaire du Reich pour la petite colonie périphérique, nouvellement nommé, se voit octroyer de larges pouvoirs d’expropriation. Le sans-abri qui obtient une place de colon (Siedlerstelle) reçoit une subvention de 2 500 marks pour se construire une maison sans eau courante ni électricité, au moyen d’une technique fruste. La caractéristique la plus marquante de ces réalisations, généralement en autoconstruction, est la combinaison d’une partie habitable et de locaux destinés à l’activité économique autarcique, renouant ainsi avec certaines formes d’habitat rural. Dans un contexte économique sinistré, les besoins minimaux sont redéfinis. Salle de bains, baignoire et W.-C. à chasse d’eau font bien souvent les frais de l’urgence. La séparation entre cuisine et salle de séjour est abandonnée et la Wohnküche remise en selle. Deux petites chambres sont destinées l’une aux parents, l’autre aux enfants. Une sorte de palier (Wirtschaftsflur) sert à faire bouillir la lessive et à préparer la nourriture des animaux, logés dans une étable dont l’emplacement est débattu. Semences et arbres fruitiers sont fournis par les communes. A la différence des cités du Neues Bauen, la colonie n’est pas envisagée comme une communauté et les équipements collectifs en sont absents. Les relations de voisinage n’y sont pas encouragées : la famille du colon constitue une entité repliée sur elle-même. Bien que rudimentaires, ces colonies ne sont pas considérées comme provisoires, comme le prouve la large utilisation du droit de superficie héréditaire, qui en fait les héritières des biens de famille pour anciens combattants d’après-guerre. De 1931 à 1933, 30 000 places de colons sont ainsi créées.

Les réticences des sociétés de construction syndicales

7Cette politique de la petite cité périurbaine avec ses habitations de fortune est loin de séduire les professionnels du logement social. Ni la Gagfah ni la Gehag ne s’engagent de gaîté de cœur dans cette voie.

  • 2 Gagfah, rapport d’activité pour 1929.
  • 3 Cf. GAGFAH 1918-1968..., op. cit., p. 379.

8Au début de la crise économique, la relative indépendance de la Gagfah par rapport aux subventions publiques lui permet de continuer à construire. En mettant à profit la baisse des coûts consentie par les entreprises du bâtiment, elle conserve des loyers accessibles et résiste au rétrécissement des superficies. Par la suite, la situation de l’emploi se détériore et les employés qui en ont les moyens hésitent à se lancer dans l’achat d’une maison2. Mais, alors que la construction enregistre une baisse d’activité spectaculaire et que les perspectives d’emploi pour sa clientèle se raréfient, la Gagfah demeure extrêmement réticente à abaisser le confort de ses réalisations et exprime de vives réserves quant au programme du gouvernement. Dans l’hypothèse où ce programme serait prolongé, elle insiste pour que des aides publiques continuent à aider le logement pour employés et persiste à plaider en faveur de la maison individuelle3. La société de construction maintient la salle de bains pour les tout petits appartements (Kleinstwohnung) qu’elle construit à son corps défendant. Cela dit, les pertes dues aux logements vides deviennent considérables en 1932.

  • 4 Wohnungsbauten der Heimat 1928-1929, op. cit., p. 4.

9La Heimat de son côté annonce dès 1930 que toute participation de sa part au programme gouvernemental de logements minimaux est exclue : la réduction drastique des superficies, la détérioration de la qualité constructive et un équipement sanitaire revu à la baisse lui paraissent lourds de menaces pour l’avenir4.

  • 5 « Reichswohnungsprogramm der Gewerkschaften », Soziale Bauwirtschaft, a. 6, n° 21, 1er novembre 19 (...)

10La gauche refuse elle aussi les logements minimaux (Kleinstwohnung) et plaide pour la construction de logements populaires (Volkswohnung) dotés d’un minimum de confort. Cette position est dans la droite ligne de ce que les syndicats libres avaient défendu dès leur mémorandum de 19265 : la superficie des logements destinés aux couches modestes de la population (ouvriers, employés et fonctionnaires) doit être comprise entre soixante et cent mètres carrés. En 1928, les syndicats libres s’étaient élevés avec vigueur contre les prescriptions du ministère du Travail concernant les logements minimaux composés d’une pièce et d’une cuisine. En conséquence, l’AfA-Bund déplore que l’ordonnance d’urgence de décembre 1930 fasse passer la superficie habitable minimale, jusque-là de quarantecinqhuit mètres carrés, à une fourchette comprise entre trente-deux et quarantecinq mètres carrés, ce qui la situe au-dessous du seuil acceptable sur le plan des normes de superficie et de confort (wohnkulturell). Dans la conviction que la crise ne durera pas, la Gehag organise en 1931 une exposition remarquée (ill. 44), qui présente son bilan et met efficacement en valeur les types que son expérience lui a permis d’affiner. Toutefois, le nombre de mises en chantier décélère et la Gehag se résout à construire des colonies périphériques de plusieurs centaines de places dans les quartiers berlinois de Weissensee et Neukölln.

Du chômeur au pionnier : le colon sous le IIIe Reich

  • 6 Laub, « Einleitung », Reichsheimstättenamt der deutschen Arbeitsfront, Die Siedlung. Planungsheft (...)

11Sous le IIIe Reich, ces colonies pour chômeurs sont bientôt destinées à des pionniers pleins d’enthousiasme et d’abnégation, assez forts pour renoncer aux séductions de la ville et changer radicalement d’existence. Les Allemands productifs, respectables, politiquement sûrs, racialement et héréditairement « sains » à qui sont réservées les places de colons sont désormais triés sur le volet. Pendant près de dix ans, le nouveau régime poursuit la construction de colonies, non plus aux abords des grandes villes, mais à proximité de petites et moyennes agglomérations. Les objectifs poursuivis par le national-socialisme sont en effet la dissolution des grandes villes par le transfert des installations industrielles et la « réagrarisation ». Au DAF, le Reichsheimstättenamt, chargé de la réflexion sur ce type d’habitat, élabore des solutions rustiques, destinées à « replacer la Siedlung au coeur des liens entre communauté et paysage, dont la conception libérale du sol et de la race l’a exclue6 ». Le travail sur les places de colon concerne non seulement la maison (ill. 150), mais aussi l’organisation des installations d’élevage et des cultures vivrières. Au total, les réalisations concernent plus de 80 000 familles de colons.

Ill. 150. — DAF : maison pour colon avec installations d’élevage, élévations et plan, 1938.

12À partir de 1936, la marche à la guerre infléchit le programme des colonies, qui deviennent un privilège accordé aux « fidèles » ouvriers de l’armement. À côté de la maisonnette, l’immeuble collectif est réhabilité : ses appartements locatifs « pour le peuple » (Volkswohnung), au loyer réglementé, ont une superficie et un confort minimaux. Le parc édifié de 1933 à 1938 se compose en gros de 350 000 logements d’une superficie comprise entre trente-deux et quarante-cinq mètres carrés, de 150 000 places de colons et de 100 000 logements « pour le peuple ». La part des moyens publics dans les investissements en logement, qui atteignait 50 % de 1924 à 1930, tombe à 10 % entre 1934 et 1939.

Économie de guerre et modernisation de la construction

  • 7 T. Harlander, Zwischen Heimstatte und Wohnmaschine. Wohnungsbau und Wohnungspolitik in der Zeit de (...)

13Un tournant dans la politique du logement menée par le IIIe Reich se produit en 1940, lorsque Hitler promulgue un décret sur la « construction sociale de logements ». En application de ce décret, les années 1941-1942 voient l’élaboration de projets pour l’après-guerre, dans le cadre du programme « Construction de logements du Fuhrer » (Führer-Wohnungsbau). À partir de 1943 en revanche, l’État nazi se concentre exclusivement sur les logements de guerre provisoires7.

14Le décret du 15 novembre 1940, signé du Führer, vise la « préparation de la construction du logement allemand après la guerre, dans le sens d’une rationalisation et d’une modernisation accrues du bâtiment, du point de vue de la conception, de la technique constructive et de l’organisation ». Annoncé à grand renfort de propagande, il tourne résolument le dos aux méthodes antérieures et prévoit la construction de 300 000 logements dans la première année d’après-guerre, puis de 600 000 par an, selon trois formules : l’appartement « populaire » dans un immeuble collectif, la petite maison avec jardin ou la colonie avec terrains et installations pour le petit bétail. Dans tous les cas, le « logement allemand de l’avenir doit correspondre aux conditions requises pour que les familles nombreuses mènent une vie saine ». Le programme qui en découle décline la gamme typologique de ces logements familiaux de trois à cinq pièces, dont les quatre cinquièmes comprendront quatre pièces dans une superficie de soixante-quatorze mètres carrés.

  • 8 G. Fehl, Kleinstadt..., op. cit., p. 132-141.
  • 9 J. Jacob, « Erprobungstypen », Der soziale Wohnungsbau in Deutschland, a. 1, n° 9, 1941, p. 290-30 (...)
  • 10 Reichsheimstättenamt der deutschen Arbeitsfront, Die Siedlung, op. cit., p. 63.

15La mise en œuvre du programme est confiée au directeur du Deutsche Arbeitsfront (voir infra), Robert Ley, également commissaire du Reich pour le logement et à ce titre placé sous l’autorité directe de Hitler. Ley a aussi pour mission de coordonner les efforts régionaux impulsés par les Gauleiter. Au DAF, le Reichsheimstättenamt élabore normes et plans types, et programme les grandes cités d’habitation. En son sein, le bureau d’architecture est dirigé par un disciple de Schmitthenner, l’architecte Julius Schulte-Frohlinde8. Les directives données au DAF sont extrêmement précises : les quatre pièces se décomposent en une Wohnküche de vingt-deux mètres carrés, une chambre pour les parents (seize mètres carrés) et deux chambres d’enfants de dix mètres carrés chacune. Le logement comprend en outre une douche avec W.-C., un vestibule de six mètres carrés, un balcon et un débarras/garde-manger. Les six plans types élaborés par le DAF et diffusés en avril 1941 se fondent sur les prescriptions du Fuhrer, tout en s’en écartant légèrement. En particulier, les services de Ley ménagent la possibilité de choisir entre Wohnküche et séparation séjour/cuisine, et de remplacer la douche par une baignoire : les hommes de l’art se montrent plus sensibles que leur chef à l’évolution socioculturelle (ill. 151)9. Concession symbolique au Heimatschutz, il est précisé que la rationalisation des méthodes de construction ne doit pas s’opérer au détriment des traditions constructives locales, ni de la variété des formes architecturales régionales. Enfin, les nazis renouent à leur façon avec l’éducation par le bâti : il faut cette fois construire nazi et habiter nazi, car le logement éduque à l’ordre, au goût, à la propreté et développe la productivité. Son foyer ne doit pas couper l’habitant de la communauté nationale, mais au contraire lui rappeler qu’il est partie intégrante du combat et du destin de son peuple. L’équipement et la décoration du logement deviennent un enjeu politique : le label « ustensile de ménage allemand » (Deutsche Hausrat) signale les articles et meubles « simples et allemands » chargés de diffuser la nouvelle culture de l’habitat. Pour le mobilier, la plus grande sobriété est de mise (ill. 152). À titre d’exemple, le dessus de la commode pour le linge, placée à côté du lit d’enfant, sert de table à langer, « la coiffeuse étant superflue dans la maison du colon10 » (ill. 255). Cet intense effort de propagande marquera durablement l’ameublement allemand.

Ill. 151. — DAF : exemples de plans types pour l’appartement de quatre pièces conforme au décret du Führer, avril 1941.

Ill. 152. — Wohnküche

16Les conséquences de la démarche rationalisatrice sont tragiques : l’abaissement des coûts de construction est obtenu par l’intégration du bâtiment à l’organisation économique mise en place à partir de 1940, qui repose sur l’exploitation d’une main-d’œuvre esclave (Sklaven-Wirtschaft). Le pourcentage d’étrangers et de déportés dans l’économie de la construction passe de 12 % en 1940 à 34 % en 1941 et à 48 % en 1944.

17Puis l’économie de guerre conduit à la réduction drastique de la construction de logements, finalement interdite début 1943. Le nombre de logements construits décroît : de 60 000 en 1941, il passe à 40 000 en 1942 et 30 000 en 1943. À cette date, la défaite de Stalingrad ayant anéanti l’espoir d’une victoire rapide, l’édification de logements est stoppée au profit de l’habitat d’urgence, qui en devient la forme unique. Dans l’esprit du pouvoir, la construction d’habitations d’urgence constitue une arme psychologique d’une importance comparable à celle de la construction d’usines d’armement. C’est dans cette perspective qu’un décret de mars 1943 autorise la production industrielle d’un million d’abris d’un type unique, le « chez-soi » de guerre (Befehlsheim), envisagé comme un bien de consommation de masse courant et provisoire. Pour les produire, outre les déportés de certains camps de concentration, les membres des Jeunesses hitlériennes âgés de 10 à 14 ans sont réquisitionnés. Mais sur le million d’exemplaires prévu la première année, seules 300 000 « baraques de Ley » (Ley Buden) sont achevées ou commencées fin 1944.

...estampillé « Deutsche Hausrat »

...estampillé « Deutsche Hausrat »

Ill. 153. — Chambre des parents avec lit d’enfant et commode à langer.

La mise au pas des syndicats et de leurs sociétés de construction

Suppression des syndicats et création du Front allemand du travail (DAF)

18À l’arrivée de Hitler au pouvoir, l’une des priorités pour asseoir le régime totalitaire est, parallèlement à l’instauration du parti unique, la mise au pas (Gleichschaltung) des syndicats. Leur existence même contredit la notion nationale-socialiste de « communauté du peuple » ( Volksgemeinschaft) transcendant les antagonismes. C’est le Front allemand du travail (Deutsche Arbeitsfront, DAF) qui se substitue aux organisations syndicales.

  • 11 Sur tous ces points, voir : J. Kocka, Les employés en Allemagne 1850-1980, op. cit., p. 165-179 ; (...)

19En mars 1933, les élections aux comités d’entreprise montrent que, en dépit de ses efforts, l’Organisation nationale-socialiste des cellules d’entreprise (Nationalsozialistische Betriebszellenorganisation, NSBO) n’a pas réussi à s’implanter dans le monde de l’entreprise. Son score de 25 % est nettement plus élevé que celui de 1932, où elle n’avait obtenu que 4 % des suffrages, mais témoigne de la réticence des ouvriers et employés à l’égard du national-socialisme. En réaction, la loi du 4 avril 1933 supprime toute consultation électorale au sein des entreprises et autorise les patrons à remplacer les élus salariés par des membres nommés. Cette mesure, qui dépouille les comités d’entreprise de leurs prérogatives, réduit considérablement le pouvoir des syndicats dans l’entreprise. Parallèlement, l’opération de séduction lancée par Goebbels en direction des ouvriers culmine le 1er mai 1933 : Hitler déclare le premier mai jour chômé et rémunéré, satisfaisant ainsi une revendication de longue date du mouvement ouvrier. Une grande fête populaire est organisée pour toutes les « forces productives » du pays : le discours du Führer dénonce la notion marxiste de lutte des classes, glorifie le travail « national » et promet paix sociale et réduction de la détresse matérielle. Cette manifestation est en réalité destinée à mettre l’opinion en confiance, afin qu’elle ne réagisse pas à la spoliation des syndicats libres. Car, dès le 2 mai 1933, les locaux appartenant aux syndicats de gauche sont pris d’assaut par des sections de SA et de SS assistées par des membres de la NSBO, qui s’emparent dans tout le Reich des maisons du peuple, bureaux, banques et rédactions. L’occupation des lieux se double de la saisie de tous les biens et avoirs de la Confédération générale des syndicats allemands (ADGB) et de l’arrestation des dirigeants de premier plan. Ces attaques violentes et radicales, préparées de longue date, incitent la plupart des autres syndicats à se soumettre dans les jours suivants. On se souvient que le mouvement syndical des employés représentait sous la république de Weimar trois courants politiques : socialiste avec l’AfA-Bund, libéral avec la GdA et chrétien-national avec la Gedag dominée par le DHV. Tandis que l’AfA-Bund s’autodissout et que la GdA est liquidée, les organisations idéologiquement proches du NSDAP, dont le DHV, sont dans un premier temps épargnées11.

20Porté sur les fonts baptismaux dès le 10 mai 1933 et dirigé par Robert Ley, le Front allemand du travail (Deutsche Arbeitsfront, DAF) a pour mission d’embrigader ouvriers et employés, puis patrons de l’industrie et Mittelstand traditionnel. La loi du 20 janvier 1934 fait obligation à tout salarié d’adhérer au DAF. Cette gigantesque organisation, affiliée au NSDAP à partir de mars 1935, rassemble l’ensemble des travailleurs, manuels comme intellectuels, tous « soldats du travail » — les appellations traditionnelles des professions étant désormais proscrites. Le DAF est censé réaliser le rêve du « grand syndicat unitaire ». De fait, il finira par enrôler vingt-quatre millions d’Allemands, soit plus de la moitié de la population active. Son rôle est à la fois d’apporter des améliorations à la situation des travailleurs allemands et d’encadrer leurs loisirs. Pour cette dernière mission, il est relayé par l’organisme national-socialiste de vacances « Force par la joie » (Kraft durch Freude). Lorsqu’il rallie le DAF en 1934, le DHV rejoint la petite dizaine d’organisations d’employés reconstituées à partir des débris des trois centrales syndicales. Jusqu’en 1935, ils forment la corporation des « Employés allemands » au sein du DAF et le DHV y occupe une position dominante. Son appareil administratif, ses nombreux centres d’éducation et un grand nombre de ses permanents forment le noyau du DAF en matière de formation. Mais l’ambition du DHV de fédérer les autres organisations d’employés sous sa bannière se heurte à la volonté de Ley de niveler les différences entre ouvriers et employés par l’unification de tous les « producteurs ». Début 1935, le secteur « Employés » est dissous en tant qu’organisation distincte à l’intérieur du DAF et ses membres réinscrits à titre individuel. L’enrégimentement conjoint des ouvriers et des employés dans le DAF procède en effet de la volonté nationale-socialiste de gommer les différences entre ces deux statuts sociaux, qu’elles concernent les salaires, les avantages professionnels ou les loisirs. De ce point de vue, les employés idéologiquement proches du NSDAP ne retirent aucun bénéfice du soutien qu’ils lui ont apporté. Bien au contraire, ils font les frais du rapprochement de l’Etat nazi avec la grande industrie et de son souci de rallier les ouvriers, dont l’hostilité constitue une menace pour le régime. Mais dans les faits, quels qu’aient été ses efforts en ce sens, le national-socialisme échouera à assimiler les deux catégories sociales.

Le destin des sociétés de construction syndicales sous le IIIe Reich

21La dissolution des syndicats s’accompagne de la saisie de tous leurs avoirs, dévolus au DAF : c’est donc l’organisation de Ley qui coiffe désormais la plupart des organismes impliqués dans le logement, dont la Gehag, l’Einfa, la Dewog et la Heimat. La Gagfah en revanche, dans cette situation critique, réussit à préserver son existence en affichant ses affinités idéologiques avec le nouveau régime.

22Le conseil de surveillance de la Gagfah est dissous en 1933. La nouvelle composition du conseil de surveillance nommé en octobre 1933 exclut les juifs et les membres des syndicats de gauche affiliés à l’AfA-Bund. Seuls les représentants de la RfA (Haenel) et de la Baubo (Otto Kämper) sont maintenus. Cependant, malgré la présence en son sein de membres du NSDAP, la Gagfah tente à tout prix de maintenir son indépendance, ce qui implique le rachat de ses actions par la RfA. Après de longues et difficiles négociations entre le nouveau président du conseil de surveillance de la Gagfah, le ministre-président de Thuringe Willy Marschler, et le DAF, le capital de la Gagfah est en 1934 transféré à la RfA. Afin de soustraire son activité au contrôle croissant exercé par l’Etat nazi, la Gagfah décide en 1935 de transférer son siège social à Weimar où il demeurera jusqu’à son transfert à Essen en 1949. Le choix de Weimar s’explique par le fait que le ministre-président de Thuringe préside, comme on l’a vu, le conseil de surveillance. La suppression des filiales commencée en 1924 a presque abouti : en 1937, les quatre émanations régionales qui demeurent sont celles d’Autriche, de Danzig, la Heimag de Munich et la filiale nouvellement créée à Weimar, la Thüringische Gemeinnützige Heimstätten-Aktiengesellschaft. En 1934, la Gagfah rachète la caisse d’épargne-logement Heimstatt, qu’elle transforme en 1938 en société par actions, pour faire face aux difficultés de financement croissantes. En effet, les formules de logement promues par les nazis ne correspondent pas à l’idéal défendu par la Gagfah, qui prétend maintenir les normes de qualité développées tout au long des années 1920. Ces exigences l’excluent de facto des aides publiques. Les prêts consentis par la RfA ne couvrant que les deux tiers des coûts, il lui faut trouver le tiers restant. En la quasi-absence de moyens publics, c’est donc la Heimstatt, dont les épargnants sont pour la plupart des employés, qui fournit les prêts sur seconde hypothèque.

Ill. 154. — Gagfah, cité de la Camaraderie SS à Berlin-Zehlendorf, perspective, 1937.

  • 12 Sur cette cité SS, voir D. Machule, « Die Kameradschaftsiedlung der SS in Berlin-Zehlendorf - eine (...)

23Cependant, cet éloignement tactique va de pair avec l’adhésion globale du maître d’ouvrage au national-socialisme, comme en témoigne sa collaboration sans états d’âme à la cité d’habitation Camaraderie construite en pour la SS à Berlin-Krumme Lanke (SS-Kameradschaftssiedlung, ill. 154)12. De même la Gagfah construit-elle pour le personnel des industries d’armement. Et si la revue que lance la Gagfah en 1933 ne publie pas d’articles à contenu politique ou antisémite, elle est fondamentalement en phase avec l’idéologie au pouvoir, comme le montrent ses arguments en faveur de la maison individuelle, forme d’habitat selon elle la mieux appropriée au projet de société nazi :

  • 13 Kp [Otto Kämper ?], « Der deutschen Familie ein eigenes und gesundes Heim », Die Heimstatt, n° 1, (...)

« Le logement doit pour la famille être un foyer, au sens le plus authentique du mot, une demeure durable où le sens de la famille, l’amour du chez-soi et l’intimité puissent s’épanouir. Il est donc naturel que l’idée de la maison individuelle à soi avec son petit coin de terre ait trouvé un appui renouvelé dans le nouveau climat culturel et moral de la nouvelle Allemagne13. »

  • 14 « Zwanzig Jahre Gagfah », Die Heimstatt, n° 12, décembre 1938, p. 184-185.

24De façon symptomatique, la revue cherche à tracer une ligne de continuité avec les origines de la Gagfah. Dans un article publié à l’occasion de son vingtième anniversaire, elle retrace l’histoire de la société en gommant toute solution de continuité entre les deux guerres14. La création de la Gagfah en 1918 est ainsi présentée :

« Alors qu’en 1918 la guerre mondiale tendait vers sa fin, quelques hommes clairvoyants ont bien vu la crise du logement qu’allait provoquer le retour des millions de soldats de l’armée. Tous ne se contentèrent pas de constater : les cercles dirigeants des organisations d’employés de l’époque se réunirent à l’invitation de l’Association nationale-allemande des employés de commerce et décidèrent la création d’une société qui construirait des maisons individuelles pour leurs membres. »

25Suit une longue citation de Bechly, extraite de la brochure de 1918, qui rend l’urbanisation responsable de la décadence et voit dans la maison avec jardin le moyen d’un nouvel attachement du peuple allemand à la glèbe, à la patrie. Et la revue de remarquer :

« En conséquence, nous voulions construire des maisons, pas des immeubles collectifs. Mais il en a été autrement. Ce ne sont pas seulement les Feldgrau qui sont rentrés au pays, mais aussi les expulsés des colonies allemandes, les réfugiés en provenance des régions perdues à l’ouest, au nord et à l’est du Reich et ceux qui ont fui l’armée d’occupation. »

26Si bien que le nombre d’appartements en immeubles construits par la Gagfah a été supérieur à celui des maisons. La date de retour en force de la maison individuelle coïncide avec l’arrivée du nouveau régime, que la société de construction ambitionne de servir :

  • 15 Idem.

« La construction de maisons individuelles demeure le premier objectif de la Gagfah — maison qui, contre paiement d’une quote-part tout à fait raisonnable, entre en possession de l’habitant et dans laquelle le compatriote (Volksgenosse) peut élever ses enfants dans sa propre maison, sur son sol à lui, en faire de vrais Allemands, des soldats d’Adolf Hitler15. »

  • 16 « Die neuen Heimstatten-Typen der Gagfah », Die Heimstatt, a. 2, juillet 1934, n° 2/3, p. 71.

27Cette lecture militaire de l’histoire de la Gagfah tend à présenter les années 1926-1933 comme une parenthèse, l’essentiel étant de relier les soldats démobilisés au lendemain de la Première Guerre mondiale aux soldats de Hitler. L’univers Gagfah, sous la Terreur brune, est fait de maisons confortables, entourées de riants jardins dans lesquels jouent des enfants en bonne santé garantissant la « saine croissance des générations à venir16 ». Ses objectifs coïncident, notons-le, avec l’idéologie du DAF :

  • 17 « Die Wohnungs-Unternehmen der deutschen Arbeitsfront erbauten 71 941 Wohnungen », brochure du DAF (...)

« L’objectif premier des sociétés de construction du DAF est d’offrir à la famille allemande des maisons (Heimstätten) belles et saines. Leurs logements sont les serres de la vie de famille, offrent aux actifs un abri pour le repos, à la mère de famille un domaine rationnellement conçu pour l’accomplissement de ses tâches, et à la jeunesse un foyer sain. La qualité des lieux d’habitation détermine largement la capacité d’un peuple à être armé, physiquement et spirituellement, pour la lutte pour la vie17. »

  • 18 Idem, n.p.

28À la Gehag, la « mise au pas » est nettement plus musclée. Son directeur, Franz Gutschmidt, est limogé ; le DAF saisit les actions, modifie la composition du conseil de surveillance et nomme un nouveau directeur : le nazi Ernst von Stuckrad. Au sein du DAF, la Gehag devient l’organisme coiffant le secteur du logement, en même temps que la principale société de construction (et la deuxième d’Allemagne pour le capital et le nombre de logements construits)18. Grâce aux filiales d’Aix-la-Chapelle, Gleiwitz, Brunswick et Ludwigshafen, et aux succursales de Dessau et Kottbus, l’activité de la Gehag, auparavant concentrée à Berlin, s’étend à tout le Reich. La plupart des opérations qu’elle construit le sont pour le compte d’autres sociétés de construction d’utilité publique, notamment la Einfa à Berlin. Quant aux cités « Front du travail » (près d’Aix-la-Chapelle, en Haute-Silésie, en Rhénanie-Palatinat), elles comprennent pour l’essentiel des places de colons. À Berlin, la Einfa gère le parc immobilier comprenant, outre les cinq cités construites dans les années 1920 (Fer à cheval, Oncle Tom, AfA-Hof rebaptisée et deux cités à Prenzlauer Berg et Weissensee), les quelque 2 500 logements construits depuis 1933. Quant à la Dewog, qui, on s’en souvient, ne construisait pas elle-même, mais fournissait une assistance financière et technique aux sociétés affiliées, elle est devenue maître d’ouvrage.

Ill. 155. — Titre de la revue Einfa : entré mars-avril et mai-juillet 1933…

29Von Stuckrad n’a pas la réputation d’un nazi fanatique ; il tente même dans un premier temps de plaider la cause du toit plat auprès de ses autorités de tutelle. Mais la pression idéologique est trop forte et la Gehag doit pourvoir certaines cités de toits pentus. La revue de l’Einfa continue à être publiée, mais la nouvelle typographie, gothique, visualise une rhétorique tendant à intégrer les réalisations et les principes d’action du maître d’ouvrage dans le nouvel ordre des choses (ill. 155). Il faut rattacher l’homme à la nature, en particulier l’habitant de la grande ville, dont :

  • 19 « Die Einfa-Wohnung ein Kulturgut », Einfa-Nachrichtenblatt, a. 4, n° 8/9, août-septembre 1933, p. (...)

« le foyer ne doit pas seulement être un abri au sein de l’océan de pierres des casernes locatives étroites, hautes et grises, mais [il] doit être situé et conçu de façon à rayonner de la puissance qui rend l’homme, la femme et la jeune génération forts dans la lutte du peuple allemand pour la vie19 ».

Ill. 156. — Robert Ley posant la première pierre d’une cité.

30De ce point de vue, le parc immobilier de l’Einfa, présent et futur, est, au sein de l’Etat national-socialiste, un « bien culturel national » au service de tous les Volksgenossen, sans distinction de classe sociale. Dessaisie de son capital au profit du DAF, la Gehag conserve toutefois la gestion d’un parc d’environ six mille logements à Berlin. En 1940, elle est fusionnée avec l’Einfa.

31En 1934-1935, l’expérience acquise par la Gehag en matière de logement précaire conduit à lui confier le programme spécial de construction de cités du DAF. En effet, la Gehag, moins exclusivement liée aux employés que la Gagfah, avait, malgré ses réticences vis-à-vis de la réduction du confort acquis dans les années 1920, participé au mouvement de construction de cités périphériques pour chômeurs, dans l’intérêt de la classe ouvrière. Ces cités lui paraissaient permettre aux ouvriers de surmonter les temps de grande précarité et les variations de la conjoncture par la possibilité de cultiver un lopin de terre et d’élever quelques animaux. En 1934-1935, la Gehag édifie pour le compte du DAF trois mille logements d’urgence dans les régions frontalières : près d’Aix-la-Chapelle, en Haute-Silésie, en Rhénanie, dans le Palatinat bavarois, en bordure de la Sarre.

  • 20 « Die Wohnungs-Unternehmen der deutschen Arbeitsfront... », op. cit., n.p.

32La Heimat également est reprise par le DAF. Sans mentionner qu’elle construisait pour les employés, la brochure de propagande publiée vers 1939 par le DAF indique que sa priorité est d’offrir à ses locataires un « foyer authentique, et donc la condition indispensable à une vie de famille heureuse avec des conditions de vie saines et beaucoup de lumière, d’air et de soleil ». L’opuscule ajoute que les 12 000 logements de la Heimat, dont les immeubles sont répartis dans toute l’Allemagne, ont un intérieur qui tient compte des aspirations de toutes les couches du peuple — les opérations dernièrement construites correspondant même aux besoins des travailleurs de l’industrie20 ! Le nombre de mises en chantier ne cesse de baisser, jusqu’à la cessation d’activité à partir de 1937. En 1941, la Heimat est fusionnée avec la Gehag.

Ill. 157. — DAF, construction d’une cité pour travailleurs : la cérémonie du repas du bouquet.

Ill. 158. — Brochure « Les sociétés de construction du DAF » : couverture, 1938.

  • 21 Idem.

33Ainsi le DAF, sous la houlette de Ley, s’est-il doté d’outils efficaces pour mettre en oeuvre la politique du logement du IIIe Reich. Le logement du travailleur est bien devenu une affaire d’État, comme le montre la pompe avec laquelle la pose de la première pierre (ill. 156) et le repas du bouquet (ill. 157) sont célébrés. La mainmise sur les grandes sociétés de construction syndicales permet au DAF de bénéficier du savoir-faire développé dans les années 1920 et 1930, tant en ce qui concerne les immeubles d’habitation que les installations pour colons. Les plans développés par le Reichsheimstättenamt témoignent d’une grande continuité avec les places de colons pour chômeurs des années 1930. En 1938, une brochure propose fièrement le bilan de ses réalisations21 : la couverture décline les types de logements du nouveau Reich, de la toute petite maison à l’immeuble de la Gehag « mis au pas » — c’est-à-dire recouvert d’un toit en pente (ill. 158). Le grand absent est bien sûr le Zeilenbau, expérimenté à partir de la fin des années 1920.

La nazification des cités d’habitation

34À idéologie politique opposée, destin des cités distinct. Là où la Gagfah déploie tout son savoir-faire pour loger confortablement les SS, les cités de la Gehag connaissent un brutal processus de nazification, que nous évoquerons brièvement.

  • 22 Témoignages recueillis par T. Hilpert, « Hufeisensiedlung Britz... », op. cit., p. 94-95.
  • 23 L’écrivain anarchiste Erich Mühsam (1878-1934) s’installe en 1910 à Munich, où il écrit pour le th (...)

35À la cité du Fer à cheval, tous les locataires juifs sont expulsés dès 1933 et la rue Moses Löwenthal, du nom d’un personnage juif du poète Reuter, est rebaptisée rue Pastor-Behrend. Une auberge pour les jeunesses hitlériennes est en septembre 1933 inaugurée en grande pompe. La cuisine collective installée dans la cité doit cesser son activité « illégale » : tenue par des épouses de syndicalistes de gauche et des adhérentes du SPD, cette cuisine préparait de la nourriture bon marché pour les chômeurs. D’après les témoignages d’habitants ayant vécu cette période22, les logements vacants sont attribués aux fonctionnaires du DAF et à des responsables nazis, deux chefs de canton (Ortsgruppenleiter) notamment. L’écrivain anarchiste Erich Mühsam23, qui habitait dans la cité, est, ainsi que plusieurs écrivains et universitaires marqués à gauche, arrêté au lendemain de l’incendie du Reichstag. La plaisanterie des nazis de la cité est de traiter de KZ (« camp de concentration ») les immeubles les plus récents, en ajoutant qu’« il n’y a plus qu’à mettre des barbelés autour ». L’intense vie communautaire qui animait la cité est anéantie et les résidents nazis font régner un climat de terreur et de méfiance réciproque.

  • 24 Sur la Case de l’Oncle Tom sous le nazisme, voir G. Silbereisfn, « Die Waldsiedlung "Onkel- Toms H (...)

36Même scénario à Oncle Tom, où le groupe de combat créé par les adhérents du SPD et du KPD était parvenu à tenir les nazis en échec et à diffuser dans la cité le journal Einheitsfront, malgré la chasse à l’homme menée par les SA. En novembre 1933, le groupe tombe et deux cent quarante personnes sont arrêtées. De nombreux syndicalistes et membres du SPD perdent leur logement : dénonciations et perquisitions rythment la vie de la cité24. En 1934, les occupants juifs sont expulsés, ainsi que les locataires qui manifestent leur solidarité. Les nazis emménagent dans les logements vacants, afin de « contrôler la forteresse rouge ». L’association des habitants est dissoute et les fêtes annuelles (Fischtalfest) suspendues, car elles expriment un sens exacerbé de la communauté. Elles cèdent la place aux manifestations de masse organisées par les nazis, pour qui « l’on ne peut imaginer endroit plus beau et plus adapté à une revue militaire » que Fischtalgrund. Les enfants des écoles, les associations de gymnastique de l’arrondissement, les Jeunesses hitlériennes s’y rendent en défilant le long de la rue Riemeister. Dans les années suivantes, c’est également le lieu que choisissent les organisations nazies locales pour célébrer la fête du solstice. A l’achèvement de la cité Camaraderie toute proche, la SS s’installe dans le voisinage immédiat d’Oncle Tom.

37En conclusion, il apparaît que le IIIe Reich poursuit l’effort public entamé sous la république de Weimar en matière de construction de logements, mais avec un net infléchissement dans le sens de la diminution des normes de confort généralement adoptées dans les années 1920 d’une part et d’une standardisation accrue d’autre part. L’une comme l’autre peuvent s’expliquer par le nivellement social recherché par l’idéologie nationale-socialiste, qui nie jusqu’à l’existence des classes sociales : dès lors, il suffit d’une gamme typologique restreinte pour satisfaire aux besoins du Volksgenosse. La typisation a pour corollaire la définition de programmes de construction quantitativement très importants, avec l’ambition non dissimulée de venir à bout de la myriade de petites entreprises qui peuplent le secteur du bâtiment, demeuré largement artisanal. Ces programmes n’ont pu être menés à bien, mais ils n’en ont pas moins eu des conséquences décisives sur l’industrie allemande du bâtiment. En effet, les transformations radicales provoquées par l’économie de guerre dans l’appareil de production allemand ont initié un processus de modernisation de l’ensemble de l’économie, qui se fait sentir jusque dans le bâtiment. La réhabilitation, pendant la guerre, de l’industrie et de la technique par l’idéologie nazie aboutit au remplacement progressif de l’idéal volkisch par le réalisme technocratique. Cette acceptation de la technique, en se diffusant lentement dans le corps social, et la modernisation de l’économie entamée pendant la guerre peuvent sans doute être considérées comme les préalables au miracle économique allemand.

L’architecture sous le IIIe Reich

L’éclectisme architectural du NSDAP

  • 25 B. Miller-Lane, Architecture and politics..., op. cit.; H. Frank (dir.), Faschistische Architektur (...)

38Souvent considérée comme une entité chronologique et stylistique, l’architecture de la période 1933-1945 a fait depuis une trentaine d’années l’objet d’une révision qui montre une réalité diversifiée et complexe25. Elle nuance en particulier l’idée, qui a longtemps prévalu chez les historiens de l’architecture moderne, d’une rupture totale avec le Neues Bauen, dont les protagonistes sont contraints à l’exil.

39À partir de 1933, la propagande nazie tend à faire croire que tout a changé et que le nazisme va créer une architecture et un monde nouveaux. En dépit de cette intense propagande, les nazis ne parviennent pas à opérer de réelle rupture avec la culture architecturale de la république de Weimar — tout au plus opèrent-ils une sélection stylistique. Les aspirations déçues d’Adolf Hitler sont bien connues. Néanmoins, en dépit de ses assertions déplorant la disparition de la tradition monumentale allemande et promettant de créer les monuments symbolisant la nouvelle idéologie et sa volonté de puissance, exprimées dès Mein Kampf c’est tardivement que la thématique architecturale fait son entrée dans le programme du NSDAP. Encore cette propagande n’est-elle pas le fait de Hitler, mais d’Alfred Rosenberg et de sa Ligue de combat pour la culture allemande (Kampfbund für deutsche Kultur) créée en 1929, qui rassemble un groupe d’intellectuels sur lesquels mise Rosenberg pour étendre l’influence du parti dans le domaine de la culture. Dans un premier temps relativement ouverte à l’architecture moderne, sa revue, Der Völkische Beobachter (« L’Observateur populaire »), radicalise à partir de 1930 les arguments des architectes conservateurs opposés au Ring, sous la double influence de Richard Walter Darré et Paul SchultzeNaumburg. Darré, futur ministre de l’Agriculture, se fait le héraut d’un monde rural idéalisé, peuplé de paysans nordiques, vivante condamnation de la technologie et de la ville modernes. Quant à Schultze-Naumburg, il est devenu le porte-parole architectural de la Ligue de combat pour la culture allemande. Dans sa virulente campagne contre la nouvelle architecture, il développe une thématique raciale et oppose les réalisations des « nomades urbains » à la maison allemande enracinée dans le sol. Schultze-Naumburg présente le Neues Bauen, qui a perdu le contact avec les traditions de l’art allemand, comme le symbole d’une société de masse dont les membres ont perdu leur identité par l’urbanisation et leur sécurité économique par la prolétarisation et le chômage. Peu à peu, le Neues Bauen en vient à être décrit comme la cause, et non plus comme le symbole, de cette maladie culturelle et sociale — comme l’instrument utilisé par le gouvernement de la république de Weimar pour provoquer la décadence de la nation et de la race allemandes. La très large diffusion du Völkischer Beobachter donne une vaste audience aux attaques de plus en plus violentes contre les architectes modernes et contre le Ring, « organisation architecturale judéo-bolchévique ». Désormais, l’architecture supplante les thèmes artistiques et culturels précédemment abordés par la revue.

  • 26 M. Schirren, « Was ist deutsche Baukunst? Zu den Auseinandersetzungen um das Neue Bauen 1933/34 », (...)
  • 27 Sommerfeld, juif, doit fuir dès l’arrivée des nazis au pouvoir ; de même, Erich Mendelsohn se réso (...)

40Toutefois, l’arrivée au pouvoir du NSDAP ne répond que partiellement aux attentes du Kampfbund. Certes, au printemps 1933, le nouveau gouvernement destitue les architectes radicaux de leurs postes dans l’enseignement, les sociétés de construction et les municipalités, ainsi que de leurs positions dominantes dans les organisations professionnelles nationales, mais aucun texte n’empêche les architectes d’obtenir des commandes. Les mesures d’interdiction professionnelle se fondent sur des critères raciaux et non esthétiques. Les purges ne concernent que le premier cercle de l’avant-garde ; collaborateurs et étudiants peuvent poursuivre leur carrière sous le nouveau régime. Et alors que les architectes conservateurs espèrent le retour aux traditions historicistes progressives d’avant-guerre, le flou des propos officiels encourage même dans un premier temps certains architectes modernistes à proposer — en vain — leurs services au nouveau régime26. Les dissensions entre dirigeants nazis empêchent que le Kampfbund prenne le contrôle du secteur culturel ; la rivalité entre Rosenberg et Goebbels se solde par la victoire de ce dernier, qui se voit confier la présidence de la Chambre de culture du Reich. Dès lors, Goebbels développe une politique artistique de compromis : en se gardant de réhabiliter les architectes du Ring ou de rejeter les conceptions du Kampfbund, il adopte une voie médiane. En conséquence, les architectes d’avant-garde ne sont pas arrêtés, ni même inquiétés, pas plus qu’ils ne sont légalement déchus du droit de pratiquer l’architecture. Toutefois, n’obtenant quasiment plus de commandes après 1933, presque tous émigrent27.

41Mais si les vedettes du Neues Bauen sont de facto empêchées de construire, l’architecture moderne n’est pas absente des bâtiments construits sous le IIIe Reich, notamment dans le cadre de l’architecture industrielle. Dans les faits, différents partis formels coexistent, du néoclassicisme choisi pour les édifices administratifs à l’architecture Heimatschutz qui caractérise le programme de l’habitation. Contrairement à ce que tente de faire accroire une propagande efficacement orchestrée, le régime n’a pas inventé de style architectural à proprement parler nazi. Les tentatives les plus caractérisées ont concerné l’architecture monumentale, « héroïque », ces Führer-Bauten à l’échelle disproportionnée.

Logement de masse et échec du Heimatschutz

42Sous le IIIe Reich, l’architecture du logement prolonge la pratique dont nous avons observé la généralisation sous la république de Weimar : des cités d’habitation construites dans la périphérie des villes. Certes, le toit plat et les détails architecturaux les plus connotés sont abandonnés : c’est le courant à la fois traditionaliste et fonctionnel de l’École de Stuttgart qui domine. Les architectes conservateurs regroupés au sein du Block, s’ils sont exclus des commandes de prestige, jouent en effet un rôle essentiel dans l’architecture quotidienne du nouveau régime, du moins jusqu’aux années 1940.

  • 28 Voir G. Fehl, Kleinstadt, op. cit., p. 131-142.

43Quelles que soient ses multiples affinités avec l’idéologie national-socialiste (l’antisémitisme, le refus de l’industrialisation, de la démocratie et du capitalisme), le mouvement Heimatschutz échoue à imposer son point de vue lorsqu’est lancé le Führer-Wohnungsbau. Malgré la présence stratégique de J. Schulte-Frohlinde à la tête du bureau d’architecture du DAF, les architectes régionalistes, sommés de définir un programme de masse, ne parviennent pas à élaborer de réponse pertinente28. La contradiction patente entre leur attachement aux particularités du terroir et la volonté politique de façonner un logement pour la « communauté du peuple » apparaît bientôt. Le Führer veut une architecture dans laquelle chaque Allemand puisse se retrouver, une architecture où la conscience d’être allemand prime sur le sentiment d’être bavarois ou saxon. Son objectif est d’enraciner la main-d’œuvre de souche germanique affluant de toute part vers les bassins industriels d’Allemagne centrale et de la fondre en une « nouvelle lignée ». Or l’attention des Heimatschützer aux particularités locales, leur difficulté à dégager des constantes dans un bâti dont les siècles ont diversifié les détails les empêchent de répondre à cette exigence. L’échelle microscopique des terroirs qu’ils auscultent, liée aux infinies variations du bâti qu’ils observent, les disqualifie. Les traditions vernaculaires n’offrent pas de modèle pour l’immeuble, qui gagne du terrain, le type historique de la caserne locative étant exclu. Enfin, leur nostalgie d’un artisanat ayant recours aux matériaux locaux heurte de front l’évolution vers la production de masse. Certes, la raréfaction des matériaux et les difficultés de transport liées à l’économie de guerre encouragent l’utilisation des ressources locales mais, en lieu et place du bois et de la pierre, il s’agit du béton, obtenu à partir du sable et de la chaux, que l’on trouve partout. Entre l’abaissement des coûts de construction et l’éducation du peuple à l’artisanat régional, le NSDAP, en la personne du délégué à l’économie de la construction, Albert Speer, a vite fait de trancher. Dès lors, la Fédération pour la défense du patrimoine local (Deutscher Bund Heimatschutz), épurée et rebaptisée Heimatbund en 1937, est cantonnée à la production d’éléments de décor régionalistes, destinés à donner une coloration locale à des bâtiments d’habitation standardisés. Le toit en pente, globalement nordique, est un élément essentiel de cette teinture. C’est dans une germanité abstraite et anecdotique que doit se parachever le nivellement d’une société sans classes et sans « pays ». En dernière analyse, la patrie du Volksgenosse est le Reich.

Notes

1 T. Harlander, K. Hater et F. Meiers, Siedeln in der Not. Umbruch von Wohnungspolitik und Siedlungsbau am Ende der Weimarer Republik, Hambourg, 1988.

2 Gagfah, rapport d’activité pour 1929.

3 Cf. GAGFAH 1918-1968..., op. cit., p. 379.

4 Wohnungsbauten der Heimat 1928-1929, op. cit., p. 4.

5 « Reichswohnungsprogramm der Gewerkschaften », Soziale Bauwirtschaft, a. 6, n° 21, 1er novembre 1926, p. 257-259; « Richtlinien der Gewerkschaften für ein Wohnungsbauprogramm », Wohnungswirtschaft, a. 3, n° 22, 15 novembre 1926, p. 181-185.

6 Laub, « Einleitung », Reichsheimstättenamt der deutschen Arbeitsfront, Die Siedlung. Planungsheft der DAF, Berlin, 1938, s.p.

7 T. Harlander, Zwischen Heimstatte und Wohnmaschine. Wohnungsbau und Wohnungspolitik in der Zeit der Nationalsozialismus, Bâle/Boston, 1995; M. Walz, Wohnungsbau- und Industriean- siedlungspolitik in Deutschland 1933-1939. Dargestellt am Aufbau des Industriekomplexes Wolfsburg-Braunschweig-Salzgitter, Francfort-sur-le-Main/New York, 1979.

8 G. Fehl, Kleinstadt..., op. cit., p. 132-141.

9 J. Jacob, « Erprobungstypen », Der soziale Wohnungsbau in Deutschland, a. 1, n° 9, 1941, p. 290-300, reproduit dans T. Harlander et G. Fehl (dir.), Hitlers sozialer Wohnungsbau 1940-1945. Wohnungspolitik, Baugestaltung und Siedlungsplanung, Hambourg, 1986, p. 198-208.

10 Reichsheimstättenamt der deutschen Arbeitsfront, Die Siedlung, op. cit., p. 63.

11 Sur tous ces points, voir : J. Kocka, Les employés en Allemagne 1850-1980, op. cit., p. 165-179 ; K. D. Bracher, La dictature allemande. Naissance, structure et conséquences du national-socialisme, Toulouse, 1986 (éd. orig. allemande 1969, rééd. française Paris, 1995) ; M. Broszat, L’État hitlérien. L’origine et l’évolution des structures du troisième Reich, Paris, 1985 (éd. orig. allemande 1969).

12 Sur cette cité SS, voir D. Machule, « Die Kameradschaftsiedlung der SS in Berlin-Zehlendorf - eine idyllische Waldsiedlung ? », dans H. Frank (dir.), Faschistische Architekturen. Planer und Bauen in Europa 1930 bis 1945, Hambourg, 1985, p. 251-270 ; H. Gerlach, « Die Kameradschaftssiedlung der SS am Vierling in Berlin-Zehlendorf », Siedlung und Wirtschaft, a. 19, n° 11, 1937, p. 699- 711 ; et G. Petrick, « Neue Wohnhausbauten der Reichshauptstadt », Bauen-Siedeln-Wohnen, a. 19, 1939, p. 1091-1099.

13 Kp [Otto Kämper ?], « Der deutschen Familie ein eigenes und gesundes Heim », Die Heimstatt, n° 1, janvier 1938, p. 3.

14 « Zwanzig Jahre Gagfah », Die Heimstatt, n° 12, décembre 1938, p. 184-185.

15 Idem.

16 « Die neuen Heimstatten-Typen der Gagfah », Die Heimstatt, a. 2, juillet 1934, n° 2/3, p. 71.

17 « Die Wohnungs-Unternehmen der deutschen Arbeitsfront erbauten 71 941 Wohnungen », brochure du DAF, Berlin, s.d. (1938), n.p.

18 Idem, n.p.

19 « Die Einfa-Wohnung ein Kulturgut », Einfa-Nachrichtenblatt, a. 4, n° 8/9, août-septembre 1933, p. 1-2.

20 « Die Wohnungs-Unternehmen der deutschen Arbeitsfront... », op. cit., n.p.

21 Idem.

22 Témoignages recueillis par T. Hilpert, « Hufeisensiedlung Britz... », op. cit., p. 94-95.

23 L’écrivain anarchiste Erich Mühsam (1878-1934) s’installe en 1910 à Munich, où il écrit pour le théâtre et le cabaret. Lié à Paul Scheerbart et à Custav Landauer, il joue un rôle actif dans la République bavaroise des conseils en avril 1919. Emprisonné, condamné à quinze ans de prison, il est amnistié en 1924 et se rapproche des partis de gauche. Arrêté fin février 1933, il est interné dans plusieurs camps. Sauvagement torturé pendant des mois, il est finalement assassiné à l’été 1934.

24 Sur la Case de l’Oncle Tom sous le nazisme, voir G. Silbereisfn, « Die Waldsiedlung "Onkel- Toms Hutte" », dans Historische Kommission zu Berlin, Zehlendorf, 1992, p. 135.

25 B. Miller-Lane, Architecture and politics..., op. cit.; H. Frank (dir.), Faschistische Architekturen.. op. cit. (notamment la contribution de G. Fehl, « Die Moderne unterm Hakenkreuz. Ein Versuch, die Rolle funktionalistischer Architektur im Dritten Reich zu klären », p. 88-122); W. Nerdincer (dir.), Bauhaus-Moderne im Nationalsozialismus. Zwischen Anbiederung und Verfolgung, Munich, 1993; id., Architektur, Macht, Erinnerung. Stellungnahmen 1984 bis 2004, Munich, 2004.

26 M. Schirren, « Was ist deutsche Baukunst? Zu den Auseinandersetzungen um das Neue Bauen 1933/34 », dans P. Hahn (dir.), Bauhaus Berlin, 1985, p. 253-287; W. Nerdinger, « Versuchung und Dilemma der Avantgarden im Spiegel der Architekturwettbewerbe », dans H. Frank (dir.), Faschistische Architekturen, op. cit., p. 65-87; H. Frank, « Neues Bauen im Nazi-Deutschland? Anmerkungen zur deutschen Architektur in den dreiftiger Jahren », dans S. Gerner et A. Preiss (dir.), Giuseppe Terragni 1904-1943. Moderne und Faschismus in Italien, Munich, 1991; et W. Nerdinger, « Bauhaus-Architekten im ″Dritten Reich″ », dans id. (dir.), Bauhaus-Moderne..., op. cit., p. 153-178.

27 Sommerfeld, juif, doit fuir dès l’arrivée des nazis au pouvoir ; de même, Erich Mendelsohn se résout-il à l’exil dès mars 1933 (France, Angleterre, Palestine, puis San Francisco). W. Gropius part en 1934, d’abord en Angleterre puis à Harvard où il enseigne l’architecture ; M. Wagner se rend en Turquie en 1935 puis est en 1938 à son tour appelé à Harvard pour y enseigner l’urbanisme ; L. Mies van der Rohe est recruté à l’Illinois Institute of Technology (Chicago) en 1937, où Ludwig Hilberseimer le rejoint en 1938. Bruno Taut et Ernst May, qui se trouvent en URSS, ne peuvent rentrer en Allemagne : Taut gagne le Japon puis la Turquie et May émigré en Afrique de l’Est. Hannes Meyer reste en URSS jusqu’en 1936 puis regagne la Suisse avant de s’installer au Mexique en 1939. Après la Seconde Guerre mondiale, la seule figure éminente du Mouvement moderne allemand à rentrer en Allemagne est Ernst May.
Sur l’émigration des architectes allemands, voir B. Nicolai (dir.), Architektur und Exil. Kulturtransfer und architektonische Emigration von 1930 bis 1950, Trèves, 2003.

28 Voir G. Fehl, Kleinstadt, op. cit., p. 131-142.

Table des illustrations

Légende Ill. 150. — DAF : maison pour colon avec installations d’élevage, élévations et plan, 1938.
URL http://books.openedition.org/psorbonne/docannexe/image/528/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 187k
Légende Ill. 151. — DAF : exemples de plans types pour l’appartement de quatre pièces conforme au décret du Führer, avril 1941.
URL http://books.openedition.org/psorbonne/docannexe/image/528/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 272k
Légende Ill. 152. — Wohnküche
URL http://books.openedition.org/psorbonne/docannexe/image/528/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 212k
Titre ...estampillé « Deutsche Hausrat »
Légende Ill. 153. — Chambre des parents avec lit d’enfant et commode à langer.
URL http://books.openedition.org/psorbonne/docannexe/image/528/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 223k
Légende Ill. 154. — Gagfah, cité de la Camaraderie SS à Berlin-Zehlendorf, perspective, 1937.
URL http://books.openedition.org/psorbonne/docannexe/image/528/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 154k
Légende Ill. 155. — Titre de la revue Einfa : entré mars-avril et mai-juillet 1933…
URL http://books.openedition.org/psorbonne/docannexe/image/528/img-6.jpg
Fichier image/jpeg, 1,7M
Légende Ill. 156. — Robert Ley posant la première pierre d’une cité.
URL http://books.openedition.org/psorbonne/docannexe/image/528/img-7.jpg
Fichier image/jpeg, 107k
Légende Ill. 157. — DAF, construction d’une cité pour travailleurs : la cérémonie du repas du bouquet.
URL http://books.openedition.org/psorbonne/docannexe/image/528/img-8.jpg
Fichier image/jpeg, 339k
Légende Ill. 158. — Brochure « Les sociétés de construction du DAF » : couverture, 1938.
URL http://books.openedition.org/psorbonne/docannexe/image/528/img-9.jpg
Fichier image/jpeg, 350k

© Éditions de la Sorbonne, 2007

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search