Version classiqueVersion mobile

Guerre du toit et modernité architecturale

 | 
Christine Mengin

Chapitre VII. L’architecture des cités, de la Kultur à la Zivilisation

Texte intégral

  • 1 J. Herf, Reactionary Modernism. Technology, Culture and Politics in Weimar and the Third Reich, Ca (...)

1Nous avons vu au chapitre précédent que la définition d’un habitat destiné à l’employé procède de convictions largement consensuelles en Allemagne. Cet habitat est idéalement conçu sous la forme d’une maison individuelle avec jardin, partie prenante d’une cité d’habitation située dans un faubourg-jardin. Dans l’esprit des maîtres d’ouvrage, il s’adresse à un habitant averti de la qualité de son habitation et pénétré du sens de la communauté que forme la cité. Cette formule de logement fait la synthèse de plusieurs thèmes propagés avant la Première Guerre mondiale par les différentes composantes de la nébuleuse réformatrice : refus de la métropole et de ses immeubles de rapport, idéal de la cité-jardin, souci de salubrité et hygiénisme (lumière, air, soleil), à quoi s’ajoutent dans les années 1920 la volonté de typifier les plans et de standardiser les éléments de construction, ainsi que le souci d’éduquer l’habitant. À partir de ces préalables communs, et au sein même des préoccupations partagées par nos sociétés de construction, nous avons aussi repéré le plus grand pragmatisme de la Gagfah, qui renonce à aller jusqu’au bout de ses positions idéologiques, tandis que la Gehag a tendance à inscrire son action dans une démarche radicale, davantage imprégnée d’utopie. Mais là n’est pas la seule différence entre les pratiques et positions de la Gagfah et de la Gehag. Les questions de forme, violemment débattues tout au long de la république de Weimar, sont au cœur de leur rivalité. À travers Paul Schmitthenner, maître à penser de la Gagfah, et Bruno Taut, architecte conseil de la Gehag, nous verrons comment les positions formelles s’argumentent et s’opposent. Nous tenterons de montrer qu’elles s’inscrivent dialectiquement dans le couple conceptuel Kultur/Zivilisation, central en Allemagne depuis la fin du xviiie siècle. Le retour sur l’épisode de la guerre du toit de Berlin-Zehlendorf, mentionné au premier chapitre, met en lumière le fait que cette confrontation architecturale n’est pas seulement d’ordre formel, mais recoupe des antagonismes d’ordre idéologique et social. Nous verrons ensuite comment les sociétés de construction divergent sur les méthodes de construction, la Gehag de Martin Wagner se lançant dans l’industrialisation du bâtiment, la Gagfah restant fidèle aux méthodes artisanales. Toutefois, nous présenterons plusieurs exemples qui dérogent à la pratique habituelle de la Gagfah, expérimentations constructives ou cités confiées à des architectes modernistes. Notant enfin qu’un même parcours mène les trois sociétés de construction pour employés de la Heimstätte à l’immeuble-barre, nous formulerons l’hypothèse que la Gagfah se situe dans le courant que l’historien américain Jeffrey Herf a qualifié de reactionary modernism, dont la particularité est précisément de réconcilier Kultur avec Zivilisation, entendue au sens de progrès technique1.

De la forme architecturale : des langages en opposition

2L’idéal architectural de la Gagfah se situe du côté de la maison individuelle, incarnée par la villa à la Schmitthenner, tandis que les recherches de la Gehag concernent avant tout l’immeuble collectif pour lequel se passionne Bruno Taut. Mais ce hiatus dans la hiérarchie des valeurs n’explique pas que les deux sociétés de construction aient opéré des choix esthétiques aussi tranchés. Nous allons donc interroger les lignes de fracture qui opposent innovation à tradition, international à germanique, coloration à vérité du matériau.

Le canon architectural de la Gagfah : Paul Schmitthenner

  • 2 Les façades inspirées des traditions locales ne constituent au demeurant pas la seule marque de l’ (...)
  • 3 On ignore tout des premiers maîtres d’œuvre recrutés par la Gagfah : Theodor Hamacher et son colla (...)

3L’architecture des cités pavillonnaires de la Gagfah est inspirée des principes du Heimatschutz, parti pris tout à fait compatible avec sa politique décidée de plans types. À chaque opération, l’intervention d’un architecte local acclimate l’habillage de l’habitation et empêche la monotonie de maisons à la distribution répétitive. Dès l’origine, la Gagfah déclare accorder la plus grande attention au paysage, au climat et aux particularités constructives du lieu2 : toutes les brochures qu’elle édite affirment ce souci de variété régionale. Néanmoins, par rapport aux réalisations des sociétés de construction dirigées par Hermann Frank avant la guerre, la pratique de la Gagfah atténue l’estampillage régionaliste. Ainsi, alors qu’à Steenkamp la première tranche de construction le long de la rue Emmich était fortement imprégnée de la tradition architecturale de l’Allemagne septentrionale, nous avons vu que la Gagfah, lorsqu’elle reprend le chantier au lendemain de la guerre, épure ce pittoresque prononcé (comparer les ill. 60 et 67, 66 et 68, C11 et C12). La cité-jardin de Steenkamp constitue le prototype auquel se réfère le service Construction, dépourvu à ses débuts de forte personnalité3. Le modèle de Steenkamp est donc décliné selon des nuances locales dues aux architectes chargés des élévations. Dans cette optique, l’architecte hambourgeois est encouragé à construire en brique, celui d’Augsbourg à crépir les façades, celui de Königsbergen-Prusse à prévoir des fenêtres en chien-assis. De même, une consigne lie en 1925 l’emploi de tuiles ou d’ardoises à la tradition vernaculaire.

Ill. 120. — Cité à Genthin, Fritz Keller arch. ; Société d’encouragement à la construction de logements de Saxe, 1928-1929.

  • 4 Gerlach participe à Fischtalgrund en 1928 (ill. 16) et construit en 1930-1932 la cité de la Gagfah (...)

4À compter du recrutement en 1927 d’Hans Gerlach comme directeur du service Construction, la doctrine architecturale de la Gagfah est précisée et, plus qu’au régionalisme, explicitement rattachée au courant traditionaliste. Son impact tient moins aux opérations de construction qu’il mène4 qu’à la formalisation des conceptions de la Gagfah au fil des numéros de Die Wobnung, dont il est rédacteur en chef. Si la variété des élévations, dans l’esprit du Heimatschutz, reste la règle, l’architecture de la Gagfah se veut désormais :

  • 5 « Wohnungsbauten der Gagfah, Gemeinnützige Aktien-Gesellschaft für Angestellten-Heimstätten », Die (...)

« d’une simplicité honnête, s’écartant tant de l’ornementation superflue de l’avant-guerre que des effets éphémères d’une certaine architecture moderne qui a depuis longtemps quitté le terrain de la véritable fonctionnalité5 ».

5Volumétrie simple, fenêtres à croisillons, pentes de toit inclinées, lucarnes traditionnelles, treillages pour lierre et vigne vierge sont les maîtres mots de cette architecture discrète. Gerlach cite en exemple une cité d’habitation construite en 1928-1929 par la Société d’encouragement à la construction de logements de Saxe (Mitteldeutsche Heimstätte) à Genthin. Le projet est dû à Fritz Keller, l’un des architectes invités à participer à la construction de la cité Fischtalgrund (ill. 120). Ce sont les façades que Gerlach juge particulièrement réussies :

  • 6 H. Gerlach, « Die Siedlung der Mitteldeutschen Heimstätte in Genthin », Die Wohnung, a. 5, n° 10, (...)

« L’extérieur est spécialement charmant et attirant. Les élévations des maisons, clairement articulées, délimitent plaisamment, dans leur belle simplicité, l’espace des rues et des cours. La succession forte de pignons bien dessinés apporte une note tout à fait marquante à l’ensemble. [...] Les arbres verts devant les murs clairs accentuent l’impression de bien-être et de confort. Ici, on habite sainement et dans la joie. Quelle différence entre ces édifices traités avec tant de charme et les boîtes à ossature sans âme, au moyen desquelles nos collègues les plus modernes prétendent faire notre bonheur6 ! »

  • 7 H. Gerlach, « Baugestaltung », Die Wohnung, a. 7, n° 12, mars 1933, p. 263-270.

6Le maître, celui dont l’oeuvre constitue la référence architecturale absolue et trace la voie de la régénération de l’architecture, est Paul Schmitthenner. Pour Gerlach, l’apport de Schmitthenner réside dans sa fidélité à l’héritage architectural allemand, qu’il oppose à la manie contemporaine de concevoir le logement à grand renfort de calculs, de fonctions et de formules d’ensoleillement. Gerlach déplore que, au nom de la supériorité de la raison sur la sensibilité, considérée comme inadaptée au monde de la machine7

  • 8 Idem, p. 263.

« une maison ne soit plus conçue en fonction de sa commodité et de sa beauté, mais des rapports de la superficie au volume et du nombre de lits au cubage. Le comptable remplace l’artiste, la fraction ou la racine carrée remplace la beauté8 ».

  • 9 G. [H. Gerlach], « Berliner Wohnungsbauten von Mebes und Emmerich », Die Wohnung, a. 4, n° 2, mai (...)
  • 10 À ce propos, il raille les maisons construites par Le Corbusier au Weissenhof, leurs grandes baies (...)

7Dans ce paysage sinistré, « où les productions de la jeune génération d’architectes se croient obligées de transformer jusqu’à l’habitation en édifice industriel de fer, verre et béton9 », Gerlach salue dans le livre de Schmitthenner, qualifié d’« aube d’une nouvelle époque », le message rayonnant d’un artiste qui s’adresse à l’homme. Contre le fonctionnalisme, Gerlach exprime son admiration pour les maisons construites par le « magicien » Schmitthenner ; il salue en particulier leur parfaite adaptation à l’environnement, tant naturel que climatique10 leur souci du détail, leur beauté, leur dignité, leur classe. Il n’est donc pas surprenant que le directeur du service Construction de la Gagfah habite dans la maison construite par Paul Schmitthenner à Fischtalgrund, comme son adresse, am Fischtal 4 (ill. 121 et C28), permet de le constater.

Ill. 121. — P. Schmitthenner, maison individuelle, cité Fischtalgrund (Gagfah), façade arrière, 1928.

  • 11 P. Schmitthenner Das deutsche Wohnhaus, Stuttgart, 1932. Le livre a fait l’objet de réimpressions (...)
  • 12 Voir W. Voigt, « Vom Ur-Haus zum Typ. Paul Schmitthenners "deutsches Wohnhaus" und seine Vorbilder (...)
  • 13 Merci à W. Voigt d’avoir attiré mon attention sur ces « irrégularités ».

8Dans son ouvrage « La maison allemande », promis à un succès populaire durable, Schmitthenner présente une vingtaine de ses maisons11. Comme ses prédécesseurs, il tente d’actualiser la maison de Goethe à Weimar, promue au rang d’archétype de la culture allemande de l’habitat et propagée par le Heimatschutz12. À son tour, il publie l’image de cette maison de campagne Biedermeier qui, avec son crépi, ses trois fenêtres en rez-de-chaussée, son haut toit à croupes percé d’une lucarne son environnement d’arbres et la tranquillité bourgeoise qui en émane (ill. C22), inspire les recherches des ténors de l’architecture nouvelle au début du xxe siècle, à commencer par un Tessenow. Les maisons de Schmitthenner empruntent à ce modèle la blancheur des murs, le haut toit abritant des combles et percé d’une lucarne, les fenêtres à croisillons. Persiennes, balcon, treillages et cour pavée complètent le dispositif. Cette architecture est toutefois plus complexe que son ostentatoire simplicité ne le laisse paraître. Avec leur symétrie axiale, leurs façades animées par des persiennes et des portestres, fenêtres, leur brique blanchie au lait de chaux et leurs espaliers en mélèze, les mai- sons de Schmitthenner semblent de prime abord se situer dans le droit-fil de la maison bourgeoise cossue. À y regarder de plus près pourtant, on s’aperçoit que plusieurs éléments viennent démentir cette apparente quiétude : les cheminées ne sont pas égales, la lucarne est légèrement désaxée, les fenêtres ne sont pas tout à fait alignées à la verticale. Ces irrégularités sont les indices d’une pensée hostile à tout système, à tout rationalisme, à toute exactitude industrielle. Dans l’esprit de Schmitthenner, la maison doit conserver la même part d’imprécision que la nature elle-même13.

  • 14 G. Fehl, Kleinstadt, Steildach, Volksgemeinschaft. Zum « reaktionären Modernismus » in Bau- und St (...)

9Sous l’influence de Gerlach, l’aspiration à la maison traditionnelle, quasi intemporelle, prend donc le pas sur le marquage localiste, ou, si l’on suit la typologie des recherches Heimatschutz mise au point par Gerhard Fehl, le type régional (das Regional-Typische) le cède au type originel (Ur-Typische)14.

Bruno Taut, architecte conseil de la Gehag

  • 15 Cf. K. Junghanns, Bruno Taut 1880-1938, Berlin (RDA), 1970, p. 63-64.
  • 16 Taut rapporte sa découverte de la nouvelle architecture hollandaise dans « Die Architektur der Arb (...)

10L’architecture des habitations de la Gehag, avec leur toit plat, leur volumétrie cubique, leur blancheur parfois rehaussée de crépis aux couleurs vives et leurs huisseries métalliques, tranche avec celle de la Gagfah. Elles sont dessinées par l’un des architectes d’avant-garde les plus engagés, Bruno Taut. Dès la création de la société de construction en effet, sa position d’architecte conseil lui permet d’y exercer une influence déterminante, jusqu’à la mise au pas de la Gehag sous le IIIe Reich. Nous avons aux chapitres I et V évoqué le parcours de Bruno Taut, de l’activisme littéraire à la cité de Lindenhof. Revenons à présent sur ses convictions architecturales, exprimées dans les très nombreux édifices et écrits qui jalonnent sa carrière. Un événement central, tant pour Bruno Taut que pour nombre de ses collègues du Neues Bauen, est la découverte des réalisations des architectes hollandais de la mouvance De Stijl pendant la guerre et immédiatement après. Alors que l’activité architecturale a, dans de nombreux pays d’Europe, marqué un temps d’arrêt en raison de la Première Guerre mondiale, il en va autrement aux Pays-Bas, demeurés neutres pendant le conflit. À la différence de la plupart de leurs collègues européens, les architectes néerlandais, qui ne sont pas mobilisés, poursuivent la réflexion amorcée avant guerre sur la modernité plastique et architecturale. Deux groupes informels — et rivaux — se constituent alors : l’École d’Amsterdam et le groupe De Stijl, dont le centre de gravité se situe à Rotterdam. La plastique de brique mouvementée et inventive du premier est souvent qualifiée d’expressionniste, tandis que le second regroupe différents artistes d’avant-garde autour de la revue éponyme fondée en 1917 par le peintre Theo Van Doesburg. Partisans d’un art abstrait destiné à créer un environnement totalement nouveau, bannissant les éléments figuratifs de la représentation, refusant toute affirmation d’individualité de la part de l’artiste, les membres du Stijl décomposent les moyens plastiques jusqu’à l’identification des éléments « incompressibles », dont l’articulation permettra d’élaborer un langage plastique universel. En peinture, cette démarche aboutit au néoplasticisme : la combinatoire orthogonale de couleurs primaires et de non-couleurs, pratiquée par Mondrian dès 1920, constitue une référence fondamentale pour tous les plasticiens du mouvement, quelle qu’en soit leur interprétation propre. Sur le plan architectural, la mise en œuvre la plus aboutie des principes néoplastiques est la spectaculaire maison Schröder construite par Gerrit Rietveld à Utrecht en 1924. Plus généralement, volumétries cubiques, béton enduit dépourvu d’ornementation, rehauts de couleurs primaires, intérieurs dépouillés sont les caractéristiques de cette architecture, à la recherche d’un langage objectif et universel. L’un des architectes en vue est Jacobus Johannes Pieter Oud, dont la revue De Stijl publie les audacieux projets de maisons en bande. Nommé architecte en chef de Rotterdam en 1918, Oud construit plusieurs opérations de logement social aux strictes formes géométriques. Au début des années 1920, il est l’un des architectes néerlandais sollicités par leurs confrères allemands, renversés par la puissance novatrice des projets du Stijl ; les conférences que Oud et Van Doesburg donnent à Berlin et au Bauhaus se révèlent particulièrement stimulantes pour le milieu de l’avant-garde15. Lors de ses voyages en Hollande en 1923, Taut visite différentes opérations de logement social à Amsterdam et Rotterdam, dont la cité Tusschendijken, à l’austère architecture de briques (ill. C23). Il se lie alors d’amitié avec Oud qui l’a construite, et dont il avait publié plusieurs projets dans Frühlicht. Les répercussions de cette découverte sur l’architecture de Taut sont immédiates16 et se donnent à voir dans la cité du parc Schiller à Berlin-Wedding, construite en 1924-1926 (ill. 122). Pour la première fois, il laisse la brique apparente, renonce à la corniche, adopte le toit plat, jusque-là du ressort de la spéculation immobilière, et transforme balcons et loggias en éléments plastiques, dont certains ne sont pas sans rappeler les réalisations de Michel De Klerk à Amsterdam. À la même époque, Taut recourt pour une petite cité à Berlin-Mahlsdorf au motif néerlandais de l’arête de brique délimitant les surfaces de mur recouvertes de crépi coloré (ocre et bordeaux, en l’occurrence). Dès lors, Bruno Taut devient l’avocat le plus flamboyant de l’architecture colorée en Allemagne et utilise la couleur aussi bien pour les maisons en bande que pour les immeubles d’habitation de cinq et six niveaux dont il obtient la commande à partir de 1926. Toutefois, la palette colorée de Bruno Taut diffère de celle du Stijl, qui s’en tient aux couleurs primaires.

Ill. 122. — B. Taut, cité du parc Schiller (Berliner Spar- und Bauverein/Gehag), Berlin-Wedding, 1924-1926.

11À partir des recherches de Bruno Taut, les caractéristiques formelles des cités de la Gehag s’orientent vers la sérialité, une volumétrie cubique animée par la mise en valeur des cages d’escalier, le soulignement de l’étage-grenier sous le toit, la géométrie irrégulière des croisées de fenêtres, les pleins et les vides des balcons et des loggias. Dans leur ensemble, les dix mille logements construits par la Gehag à Berlin de 1924 à 1933 sont autant de variations sur les éléments plastiques constituant le langage de la nouvelle architecture.

Les termes de l’opposition tradition/innovation

12D’un côté donc, la tradition, comprise comme congénitalement allemande ; de l’autre, l’innovation qui se joue des frontières et cherche son inspiration du côté des arts plastiques et de l’esthétique industrielle. Face à un Taut qui revendique la modernité, Schmitthenner incrimine les architectes qui se sont dégagés de la tradition, entravant le mouvement qui, à partir de 1900, s’était concentré sur la forme la plus simple, naturellement belle :

  • 17 P. Schmitthenner, « Tradition und neues Bauen », Deutsche Kulturwacht. Blätter des Kampfbundes für (...)

« Cette évolution de l’architecture qui, bien que progressiste, procédait de la tradition et était allemande a été détruite et combattue par la soidisant Neue Sachlichkeit. À un art de bâtir national au meilleur sens du terme, on a opposé des objectifs internationaux. [...] Toute obligation envers la tradition, le paysage, le ciel et la terre a été oubliée17. »

Ill. 123. — P. Schmitthenner : contraste entre la « machine à habiter » et la « gentilhommière » de Goethe, 1932.

13À l’évidence, la maison de Goethe (ill. C22) et la cité Tusschendijken (ill. C23) n’inscrivent pas l’idéologie architecturale dans la même sphère (ill. 121 et 122). À la maison de campagne de Goethe, incarnant l’idéal humaniste d’une culture nationale ininterrompue, Schmitthenner oppose la villa construite par un collègue de Bruno Taut, Hans Scharoun, à la cité du Weissenhof (ill. 123). Il qualifie cette dernière de « machine à habiter », dictée par la fausse rationalité et l’absence de racines d’un Neues Bauen devenu international. La villa de Scharoun, emblématique de la « raison calculatrice, de la machine, de la masse et du collectivisme », est l’exact contre-pied de la maison de campagne de Goethe, « sentiment, vie chaleureuse, être humain, personnalisation ». De fait, les sources d’inspiration des architectes modernistes ne se situent pas du côté de l’artisanat et de la maison allemande traditionnelle, mais bien plutôt du côté de la construction en série et des productions plastiques contemporaines, comme l’a montré l’exemple de Bruno Taut. Ce que Schmitthenner incrimine, c’est la recherche par les architectes modernistes d’une architecture exempte de toute subjectivité, déduisant « exactement » le projet des fonctions et des besoins ; c’est leur désir d’adapter l’architecture au monde industriel. Les traditionalistes au contraire, même s’ils sont sensibles à la beauté des ouvrages d’art contemporain, considèrent que les productions de l’ingénieur ne sauraient constituer une source d’inspiration pour l’habitation contemporaine et s’en tiennent aux méthodes, éprouvées et sûres, de l’artisanat. Pour les uns, l’architecte doit adopter les méthodes de travail de l’ingénieur ; pour les autres, il doit perpétuer la tradition humaniste incarnée par l’artisan.

  • 18 R. Pommer et C. Otto, Weissenhof 1927 and the Modem Movement in Architecture, Chicago/Londres, 199 (...)
  • 19 W. Gropius, Internationale Architektur, Munich, Bauhausbücher n° 1, 1925.
  • 20 L. Hilberseimer, Internationale neue Baukunst, Stuttgart, 1927.
  • 21 H.-R. Hitchcock et P. Johnson, The International Style: Architecture since 1922, New York, 1932 (t (...)

14Or la maison de Scharoun au Weissenhof montre que les architectes du Mouvement moderne, grâce à l’« objectivité » de leur démarche, sont parvenus à un vocabulaire homogène, dont la validité leur paraît universelle. Dès 1922, un Congrès international des artistes progressistes organisé à Düsseldorf avait revendiqué la définition internationale de l’art. Au nombre des organisateurs de ce congrès, Van Doesburg, qui jouera ensuite un rôle moteur dans la création de l’internationale constructiviste. Richard Pommer et Christian Otto ont montré que l’internationalisme est pour l’architecture l’équivalent de l’abstraction en peinture18. Proclamée par Gropius dès 192519 la vocation internationale de l’architecture moderniste est affirmée par l’exposition de Stuttgart20 et s’organise sous la forme des Congrès internationaux d’architecture moderne (CIAM) fondés en 1928. En 1932, le terme de « style international » est consacré par l’exposition que le critique Henry-Russell Hitchcock et l’architecte Philip Johnson consacrent à l’avant-garde européenne au musée d’Art moderne à New York21. Il n’est donc pas surprenant que le Werkbund ait fait appel, pour la cité du Weissenhof, à des architectes de différentes nationalités (Victor Bourgeois est belge, Oud hollandais, Josef Frank autrichien, Mart Stam suisse, Le Corbusier suisse naturalisé français), alors que, pour la cité de Fischtal l’année suivante, la Gagfah invite exclusivement des architectes allemands.

  • 22 Sur la couleur en architecture dans l’Allemagne de l’entre-deux-guerres, l’étude fondamentale deme (...)
  • 23 Idem, p. 52-53.
  • 24 « Aufruf zum farbigen Bauen », Die Bauwelt, a. 10, 1919, n° 38, p. 11.

15Un autre volet qui oppose les traditionalistes aux modernistes est la question de la couleur. Revenons donc sur la façon dont elle est appréhendée et pratiquée dans l’Allemagne de Weimar22. Nous avons au chapitre I mentionné le courant utopiste des années d’après-guerre, dont la couleur constitue un thème d’élection. Pour les cercles architecturaux révolutionnaires en effet, la couleur, comme le verre et les formes cristallines, doit contribuer à la régénération spirituelle du corps social. Le Conseil ouvrier pour l’art, qui interroge ses adhérents à ce sujet, est convaincu que l’architecture colorée rapprochera le peuple de l’art23. C’est dans ce contexte qu’est, en 1919, lancé un « Appel à l’architecture en couleur », inspiré par Bruno Taut et signé par de nombreux artistes, critiques, réformateurs du logement et architectes, dont Paul Mebes24. Le manifeste proclame la volonté des signataires de ne plus construire de maisons incolores, « mais de redonner au maître d’ouvrage comme à l’habitant le goût du plaisir procuré par la couleur à l’intérieur comme à l’extérieur de la maison. À la différence des moulures et motifs sculptés, la couleur n’est pas onéreuse ; elle est joie de vivre » — qualité particulièrement bienvenue en ces temps difficiles.

  • 25 R. Pommer et C. Otto, Weissenhof 1927, op. cit., p. 79.

16Malgré cet appel, le blanc gagne bientôt du terrain. Si les premières réalisations de l’avant-garde utilisent la brique, la pratique d’enduire le mur, pour en accentuer l’aspect lisse, se répand bientôt. De Stijl comme Le Corbusier jouent un rôle important dans ce que Fernand Léger a baptisé la « révolution du mur blanc ». Au Weissenhof, la plupart des architectes se conforment à la prescription de Mies d’utiliser un blanc net ou cassé ou légèrement teinté de rose, d’ocre ou de jaune. Seuls Le Corbusier, Bruno Taut et Mart Stam utilisent des couleurs saturées, à la teinte plus foncée25. Mais, d’une façon générale, le programme de la villa, cadre aseptisé d’un mode de vie « hygiénique », semble appeler le blanc, dont le Bauhaus comme la RFG sont d’efficaces promoteurs. La couleur blanche finit par s’imposer, notamment pour les cités d’habitation ; elle est efficacement relayée par les reproductions en noir et blanc de cette architecture photogénique.

  • 26 Sur la Fédération pour la promotion de la couleur dans le paysage urbain (Bund zur Förderung der F (...)
  • 27 E. Meier-Oberist, « Die Farbe im Ortsbilde », Die farbige Stadt, a. 4, n° 1, 20 avril 1929, p. 22.

17En sens inverse, la blancheur des cités périphériques suscite des réticences, notamment de la part de la Fédération pour la promotion de la couleur dans le paysage urbain. Créée en 1926 à l’instigation des industries chimiques de la couleur, elle a pour vocation de ressusciter la coloration des centres-villes anciens, en prenant appui sur les traces colorées qui subsistent, notamment en Allemagne du Sud26. L’accent est mis sur l’animation visuelle plus que sur la restitution historique circonspecte. En cela, la Fédération s’oppose au « blanc pur que les architectes modernes emploient avec prédilection ». S’il est « beau pour la ferme de Westphalie », il produit une impression étrange sur les grandes surfaces de nos paysages urbains modernes, en raison de l’absence du soleil, qui, au sud, illumine le blanc soutenu27.

18De façon plutôt inattendue, cette critique est relayée par Bruno Taut, tout aussi réticent au blanc intégral :

« À sa place sous le soleil du Sud, il l’est moins en Allemagne, où le défaut de luminosité le fait paraître triste et sale. Les jours gris et pluvieux du climat germanique appellent des couleurs intenses. À Magdebourg par exemple, on peut constater que, par temps de pluie, les rues du centre-ville nouvellement colorées contrastent avec les façades demeurées grises, qui forment un spectre brumeux, abstrait et inquiétant. »

  • 28 B. Taut, « Die Farbe in der Siedlung », Fest im Fischtal, 7 septembre 1930, p. 8-12.
  • 29 H. J. Rieger, op. cit., p. 134-135.

19Au premier abord, Taut semble donc rallier les objectifs de la Fédération. Toutefois, il apparaît rapidement que l’emploi de la couleur, qui a ses partisans parmi les architectes d’avant-garde aussi bien à la Gehag que dans des municipalités comme Francfort-sur-le-Main ou Celle, obéit à des préoccupations différentes. Chez Taut, l’utilisation savante et plastique de la couleur n’obéit pas qu’à des impératifs plastiques : la couleur a une fonction sociale et il n’existe pas de césure entre beauté et valeur d’usage28. La couleur a pour fonction de modeler l’espace, de lier l’habitation à la nature, le logement à l’espace extérieur. Elle manifeste la cité comme unité spatiale et spirituelle. Le problème n’est pas seulement de mettre en valeur un élément de construction, mais de permettre à l’habitant de s’identifier à la cité, de s’y sentir en sécurité29.

  • 30 P. Mebes, « Technisches vom Aussenputz », Bauwelt, 23 février 1928, n° 8, p. 158-160.

20Bien que signataire de l’Appel de 1919 en faveur de l’architecture colorée, Mebes est avant tout partisan de laisser paraître la brique, aux merveilleux effets de matière et de couleur30. Mais elle revient cher, est rarement de bonne qualité, et le public la rejette, car il l’assimile aux constructions collectives du type caserne, école ou hôpital. Si bien que le recours au crépi est indispensable. Mebes explicite donc lui aussi l’utilité du crépi, à préparer artisanalement, et recommande les pigments minéraux produits par l’entreprise Keim, à la fois résistants aux intempéries et garantissant des couleurs franches. Pour Mebes, l’ambiance est un élément très important : elle permet de donner aux rues, bien souvent monotones, un aspect plus vivant et plus gai, grâce à un crépi coloré.

21Pour de tout autres raisons, les véritables promoteurs du Heimatschutz sont eux aussi réticents non seulement à la promotion de la coloration voyante des centres-ville par la Fédération, mais à l’emploi de couleurs autres que vernaculaires.

  • 31 P. Schmitthenner, « Geschlemmter Ziegelbau », Bauwelt, a. 18, n° 51, 1927, p. 1262-1263.

22Schmitthenner en premier lieu s’oppose à la couleur, qu’elle soit historiciste ou d’avant-garde. L’enduit masquant les différentes techniques employées au Weissenhof (ossature d’acier, bois, maçonnerie de briques) est pour lui une imposture. Pour Schmitthenner, la couleur est périssable et, au sens strict du terme, superficielle. Si une coloration manquée est réversible, elle est à l’inverse impuissante à sauver une maison ratée. Certes, un revêtement est nécessaire lorsque les briques ne résistent pas aux intempéries, comme c’est le cas en Allemagne du Sud. Mais, trop épais, il masque les aspérités du mur de briques et empêche les jeux de surface. Il ne faut toutefois pas le remplacer par la peinture à l’huile, à bannir, car, outre son coût élevé, elle empêche la maçonnerie de respirer et exige un entretien régulier. Son aspect lisse prive la brique de sa rugosité caractéristique. Plutôt que le crépi ou la peinture, Schmitthenner recommande de blanchir les façades au lait de chaux, à la teinte modulable31. Cette attention à la matière vaut souvent à son architecture le qualificatif de rustique. Elle témoigne de sa connaissance et de sa maîtrise des techniques de construction artisanale.

  • 32 P. Mebes, Um 1800, op. cit., vol. 1, p. 10.
  • 33 Sur le rôle de l’architecture industrielle au sein du Werkbund avant la Première Guerre mon- diale (...)
  • 34 W. Nerdinger, « Walter Gropius, de l’américanisme au nouveau monde », dans J.-L. Cohen et H. Damis (...)

23Ce respect de l’artisanat, la conviction de son actualité par rapport aux questions contemporaines l’opposent aux modernistes, qui s’enthousiasment pour l’esthétique industrielle. Dans la culture d’avant-garde, l’intérêt pour le monde des formes propres à l’ère industrielle est sensible dès avant la Première Guerre mondiale. Dans son ouvrage Autour de 1800, Paul Mebes, pour ne citer que lui, fait l’éloge des ouvrages d’art et des édifices tels que gares et halls d’exposition, construits par des ingénieurs sans l’intervention d’un architecte : ils provoquent admiration et jouissance esthétique32. La thématique industrielle est inséparable des débuts de la modernité en architecture ; au sein du Werkbund, elle revêt une importance cruciale33. Dans ce contexte, la transformation par Gropius de la façade de l’aile de bureaux des usines de chaussures Fagus à Alfed-sur-Leine en une paroi de verre, considérée comme le tout premier mur-rideau de l’histoire de l’architecture, fait sensation. Par la suite, cette réalisation de 1911-1912 deviendra une icône de la « forme exacte34 ». Outre les usines, les architectes modernes admirent le silo à grains, dont Gropius publie des photos dans l’annuaire du Werkbund en 1913. La fascination pour l’industrie se reflète dans le programme de l’exposition de Cologne, qui comprend une usine modèle. L’introduction dans la pratique architecturale de matériaux et de techniques courants dans l’architecture utilitaire, mais considérés comme inesthétiques, constitue un enjeu supplémentaire. Gropius et Taut s’attachent à en démontrer les qualités esthétiques. Si la guerre suscite un désenchantement provisoire quant aux performances de l’industrie, le succès du fordisme et du taylorisme dans les années 1920 oriente l’intérêt des architectes vers la production en série. Dans un article intitulé « De la beauté architecturale de la construction en série », Bruno Taut déclare :

  • 35 B. Taut, « Von der architektonischen Schönheit des Serienbaues », Der Aufbau, a. 1, 1926, n° 24, p (...)

« Étant donné que le développement de la construction en série est un phénomène historiquement nouveau, les formes qu’elle prendra doivent également être d’un genre nouveau, ce qui enrichira le monde des formes architecturales. L’univers formel en gestation, engendré par la production en série, doit correspondre au processus de production ; il est fondé sur l’alignement d’éléments [...]. C’est à ce prix seulement que nous pourrons nous situer, en tant que créateurs, dans notre propre présent. Sinon, la génération à venir pourrait un jour formuler à notre encontre ce reproche majeur, exprimé par la formule de Schinkel : “L’art n’est absolument rien, s’il n’est pas nouveau”35. »

24À l’appui de cette affirmation, Taut oppose la colonnade d’un château baroque à un aéroplane Farman (ill. 124).

  • 36 P. Schmitthenner, « Die Werksiedlung », Süddeutsche Zeitung, 5 mai 1926, cité par R. Pommer et C. (...)

25Certes, Schmitthenner admire lui aussi le fuselage des machines modernes et refuse le pastiche historique. Plaquer une façade Renaissance allemande sur une caserne locative n’en résorbe pas la misère ; construire des brasseries comme des châteaux forts et des bureaux de poste avec l’architecture du Graal est ridicule. Par contraste, les machines, dans leur simplicité fonctionnelle, ont une beauté qui va de soi. Mais Schmitthenner s’oppose aux architectes qui transposent dans l’architecture leur fascination pour la rationalité de l’automobile, de l’avion, de la machine, et font passer cette rationalité pour totalement nouvelle36. Transcrire ces formes dans l’art de bâtir et proclamer la « machine à habiter » comme objectif ultime, ainsi que s’y emploient à grand renfort de slogans les plumitifs de l’architecture, n’ont aucun sens.

Ill. 124. — B. Taut : désuétude de la colonnade baroque, actualité de l’aéroplane, 1926.

  • 37 P. Schmitthenner, « Sachliches über die neue Sachlichkeit », Das deutsche Wohnhaus, Stuttgart, 193 (...)

« Dans le feu roulant du fonctionnalisme, du constructivisme, de la dynamique et du rationalisme, le dernier reste de raison s’est perdu... Aujourd’hui, on transforme les caractéristiques propres au travail de l’ingénieur et à la machine en un nouveau formalisme, aussi bien pour la construction d’églises, d’écoles que de maisons d’habitation. S’il était difficile en 1890 de distinguer un palais de justice d’une brasserie, il est aujourd’hui tout aussi difficile de ne pas confondre certaines églises avec un silo ou une centrale électrique, et il n’est pratiquement plus possible de différencier les écoles des usines de chaussures. N’y aurait-il plus de différence aujourd’hui entre la fabrication des chaussures et l’éducation des enfants ? Le problème de la caserne locative sera-t-il résolu par la forme fonctionnelle ? Pas besoin d’un détour trompeur par la machine et les ouvrages d’ingénieur pour découvrir une nouvelle rationalité. La véritable rationalité se trouve du côté de la pratique artisanale qui, en toute décence et dignité, contribue à créer de la beauté. La meilleure ossature métallique n’est pas plus fonctionnelle qu’un bon colombage médiéval, mais ce qui est irrationnel, c’est de construire des petites maisons en métal37. »

  • 38 B. Taut, « Architekt und Wohnungsbau », Jahrbuch des Akademischen Architektenvereins, Berlin, 1928 (...)

26Ces convictions ne sont pas sans conséquence sur la conception du rôle de l’architecte. Certes, Taut, à la différence d’un Gropius, ne renonce pas à l’individualité créatrice et conçoit chaque cité comme un ensemble unique. Néanmoins, il est convaincu que le temps est révolu où le rôle de l’architecte du logement se bornait à dessiner l’élévation et à modifier à la marge le plan fourni par le maître d’ouvrage. Désormais, l’architecte est sociologue autant qu’organisateur des aspects techniques et constructifs. Il est concerné par les besoins des habitants, leurs revenus et s’intéresse à leur environnement. Il doit aussi maîtriser les détails techniques, les problèmes structurels, la construction en série et planifier tant le chauffage central que la buanderie collective38. Schmitthenner, lui, met l’accent sur la formation de ses étudiants à l’artisanat : la maîtrise des techniques traditionnelles est le meilleur bagage à leur transmettre.

27Les termes opposant novateurs et traditionalistes, qui tous sont à la recherche de solutions contemporaines, semblent à y regarder de plus près recouper la ligne de partage tracée par nombre d’intellectuels allemands entre Kultur et Zivilisation. Il faut noter que si le conflit architectural qui divise les milieux de l’architecture sous la république de Weimar n’a, à ma connaissance, jamais été interprété selon ce clivage, la référence à ces deux valeurs antagonistes apparaît parfois sous la plume des architectes impliqués.

  • 39 Sur l’antithèse entre les notions allemandes de Kultur et de Zivilisation, voir N. Elias, La civil (...)
  • 40 E. Vermeil, Doctrinaires de la révolution allemande 1918-1938, Paris, 1948 (1re éd. 1938), p. 46-4 (...)
  • 41 J. Herf, Reactionary Modernism, op. cit., p. 35.

28Le conflit entre Kultur et Zivilisation est à l’œuvre dans la société allemande depuis la fin du xviiie siècle. Selon Norbert Elias, Kant est le premier à avoir distingué la « culture », fruit des arts et des sciences, et la « civilisation », productrice de convenances sociales39. Par la suite, l’antithèse évolue et la « civilisation » en vient à désigner les défauts des deux nations industrialisées et démocratiques que sont la France et l’Angleterre, par opposition à la « culture », expression de la conscience nationale allemande. De façon croissante, Kultur exprime la fierté que l’Allemand a de ses réalisations et de sa nature, tandis que Zivilisation est associée à l’évolution technique, au savoir-vivre, à la science. La défaite ranime cette opposition entre la Kultur, domaine de la communauté, du sang, de la volonté, de la spontanéité, et la Zivilisation, synonyme de raison, d’intellect, de cosmopolitisme, de matérialisme, de finance. Sous la république de Weimar, on la trouve à l’œuvre chez des écrivains tels que Thomas Mann, pour qui « culture » équivaut à vraie spiritualité, tandis que « civilisation » veut dire mécanisation. La culture, œuvre du génie, se situe pour lui entre les deux formes de décadence que sont la barbarie et le déchaînement des instincts, d’une part, et l’intellectualisme desséché et sans contact avec la nature, de l’autre. Cette dernière forme de décadence, le trop-plein de « civilisation », est propre à l’Occident, tandis que la première, l’abandon aux puissances chaotiques de l’existence, est propre à la Russie. La « civilisation » n’est que raison pure, activité de l’intellect, philosophie dite des Lumières, adoucissement artificiel et mensonger des moeurs, décomposition des valeurs par excès d’esprit critique40. Dans les années 1920, le contour de l’antithèse se politise : Kultur devient synonyme de peuple, de communauté de sang, de race, tandis que Zivilisation est connotée d’américanisme, de cosmopolitisme, de libéralisme, de parlementarisme, de partis politiques — pour, finalement, être assimilée à la république de Weimar elle-même41.

29À nouveau, aucune étude sur l’architecture de Weimar n’adopte cette grille de lecture, dont la pertinence apparaît pourtant clairement dans les extraits suivants, qui manifestent la résonance de ces concepts dans les débats de l’époque.

  • 42 K. [A. Knoblauch], « Zwei Bücher von Bruno Taut », Die Wohnung, a. 2, n° 6, octobre 1927, p. 199.
  • 43 R. Pfister, « Paul Schmitthenner und seine Arbeit », Die Baukunst, a. 7, 1931, p. 329. Cette citat (...)

30Lorsque le directeur de la Gagfah, Arnold Knoblauch, critique deux ouvrages récents de Bruno Taut, il reproche à l’auteur, qui n’a pas publié un seul exemple de maison Heimatschutz, sa partialité. Plus encore, il s’indigne de ce que Taut ne sente pas qu’« un architecte de l’importance de Paul Schultze-Naumburg, valeureux défenseur des valeurs culturelles (kulturell) » travaille sur de tout autres bases que Taut lui-même, « qui ne représente rien d’autre que le progrès civilisateur (zivilisatorisch)42 ». De même l’architecte Rudolf Pfister, dans l’article qu’il consacre en 1931 à Schmitthenner, oppose-t-il la vision du monde proletarischzivilisatorisch des zélateurs de la cité expérimentale de Dammerstock à l’esprit « bourgeois-culturel » des admirateurs de Schmitthenner43.

  • 44 Hugo Häring, lettre à Carl-Christoph Lörcher datée du 23 octobre 1933, archives Hugo Häring, Berli (...)

31Enfin, la défense de la modernité architecturale que tente Hugo Häring auprès des autorités nazies s’articule elle aussi sur l’opposition entre Kultur et Zivilisation. Dans la lettre qu’il adresse en octobre 1933 à Carl-Christoph Lörcher, membre de la SA nommé par le nouveau pouvoir à la tête du Werkbund et du BDA, Häring défend la germanité du Ring, contre le reproche d’« avoir nourri et promu un art de bâtir non allemand et international44 ». Or, selon Häring, le Ring a fait exactement le contraire, en « préparant le terrain pour une culture architecturale spécifiquement nordique et germanique, et combattant l’influence des cultures méditerranéennes sur notre univers formel ». Dans le collimateur, bien sûr, Le Corbusier, méditerranéen et hostile à l’architecture organique, auquel se rallient « les peuples latins, slaves compris, et les Japonais, ce qui est fondamentalement civilisatorisch ». Mais tous les autres pays représentés sont germaniques, et Häring argue que la scission du Ring et du groupe allemand des CIAM s’explique par le fait que, en Allemagne,

« seul Gropius, avec toutes ses connexions étrangères, a suivi une direction aboutissant à l’esthétisation du monde technique et civilisatorisch, pour l’essentiel un art intellectuel et international ».

32Il conclut :

  • 45 Idem.

« Gropius n’est pas du côté d’une culture (Kultur) organique comme je le suis, mais du côté de la civilisation (Zivilisation) urbaine45. »

33La Kultur n’est donc pas l’apanage du Heimatschutz, puisque la sensibilité organique au sein du Mouvement moderne s’en réclame également ; à l’inverse, ces quelques exemples montrent que l’utilisation du terme Zivilisation est toujours péjorative et sert à disqualifier l’attention des modernistes à la technique, au prolétariat, à la ville et à l’internationalisation.

Architecture des cités et symbolique sociale

  • 46 R. Pommer, « The flat roof: A modernist controversy in Germany », Art Journal, 43, n° 2, été 1983, (...)

34En dépit de sa célébrité dans l’histoire de l’architecture moderne, le conflit divisant modernistes et traditionalistes sur l’inclinaison du toit, baptisé « guerre du toit », n’a jamais fait l’objet d’études spécifiques, à l’exception des pages que lui ont consacrées Barbara Miller-Lane et Richard Pommer46. Ni l’un ni l’autre toutefois ne traitent de façon approfondie de la « guerre du toit » de BerlinZehlendorf, qui en constitue un épisode central et particulièrement médiatisé. Nous planterons d’abord le cadre général du débat sur le toit, avant de retracer spécifiquement la « guerre du toit de Berlin-Zehlendorf », évoquée au chapitre I. La Case de l’Oncle Tom est en effet la première opération où des maisons en bande ont un toit plat. Si cette solution a été adoptée pour de rares maisons privées, notamment les quatre villas construites en 1922-1923 par Erich Mendelsohn et Richard Neutra le long de la rue Oncle Tom (et que l’on aperçoit à gauche de la maquette de 1926, ill. 5, p. 36), Taut l’avait réservée dans les opérations antérieures (parc Schiller et Fer à cheval) aux immeubles collectifs. Il n’est donc pas surprenant que la polémique se déchaîne à l’occasion du chantier de Zehlendorf.

Ill. 125. — Les différents types de toits, Die Wohnung, 1931.

Toit en pente ou toit plat : la polémique sous la république de Weimar

  • 47 Mitteilungen des deutschen Werkbundes, 22 juillet 1922, p. 6-7, cité par R. Pommer, « The flat roo (...)
  • 48 Voir Bauwelt (mai 1925), Die Baugilde (novembre 1925), et la polémique dans Deutsche Bauzeitung (a (...)

35Dans les exemples qu’il évoque dans son article, R. Pommer note que, au cours de l’histoire, et notamment aux xviiie et xixe siècles, le toit plat, ou du moins à très faible inclinaison, procède du goût italianisant ou du néo-classicisme et incarne pour ses partisans la supériorité de la culture antique sur la culture nationale allemande. C’est à la fin du xixe siècle seulement qu’il attire les foudres du Heimatschutz, préoccupé de défendre une germanité associée à la nature et au pittoresque, symbolisée par le toit en pente. Après la Première Guerre mondiale, le Heimatschutz s’emploie à discréditer l’origine orientale et méditerranéenne du toit plat. Dans le même temps adopté par les modernistes, il fait l’objet d’un premier refus en 1922, le conseil municipal de Weimar jugeant les toits plats du projet de cité soumis par Gropius inappropriés au paysage47. Mais Mais c’est à partir de la fin de l’année 1925 que les articles sur la question du toit, plat ou pentu, commencent à remplir les colonnes des revues spécialisées (ill. 125). En 1926, les prises de position se multiplient ; les rédactions mènent l’enquête auprès des architectes et publient leurs réponses ; les pamphlets s’accumulent48.

36Nous limiterons cette présentation aux principaux moments de cette polémique, soit les dossiers respectivement parus dans Bau welt (enquête de Gropius), Deutsche Bauzeitung (enquête contradictoire de Schultze-Naumburg) et le numéro spécial de la revue Das Neue Frankfurt.

  • 49 W. Gropius, « Das flache Dach. Internationale Umfrage über die technische Durchführbarkeit horizon (...)

37Le questionnaire envoyé par Gropius à ses collègues modernistes, allemands et européens, se place résolument sur le terrain technique. Les arguments énoncés en faveur du toit sont d’ordre pratique : l’espace sous le toit, grâce à la volumétrie cubique, est plus logeable ; l’absence de charpente en bois diminue les risques d’incendie ; le toit-terrasse est accessible ; il offre moins de prise au vent. Les questions concernent l’étanchéité, les alternatives au zinc, l’évacuation des eaux de pluie et l’isolation thermique. À l’appui de leurs réponses, les architectes sont invités à produire croquis et dessins techniques. Les réponses de dix-sept d’entre eux sont publiées, dont, pour les Allemands, celles d’Erich Mendelsohn, Bruno et Max Taut, Ludwig Hilberseimer, Richard Döcker, Otto Haesler, Karl Schneider49.

  • 50 P. Schultze-Naumburg, « Zur Frage des schrägen und des flachen Daches bei unserem Wohnhausbau », D (...)
  • 51 P. Schultze-Naumburg, Flaches oder geneigtes Dach? Mit einer Rundfrage an deutsche Architekten und (...)

38En novembre 1926, c’est à Paul Schultze-Naumburg que la parole est donnée50 ; ses arguments sont repris dans l’ouvrage qu’il publie l’année suivante51. Le fondateur du Block décrète que le toit plat est inadmissible pour l’habitat courant. S’il couvre nombre de châteaux du xviiie siècle, c’est parce que ces somptueuses demeures, échappant à la loi de la rationalité économique, cherchaient à imiter l’Italie. Mais cette forme de toit, qui a sa logique dans les pays méridionaux où le problème est de se protéger du soleil, n’a aucun sens dans l’Europe du Nord et du Centre. Là, il faut se protéger de la pluie, de la neige, du gel : les versants du toit permettent aux précipitations de glisser vers le sol, préservant ainsi le corps de bâtiment qu’il couvre et le grenier, à la fonction d’isolant thermique. Mais les considérations développées par Schultze-Naumburg ne se bornent pas au registre technique :

  • 52 Idem, p. 10.

« Introduire chez nous les toits plats de l’Orient équivaudrait à peu près à nous recommander comme costume folklorique des costumes en lin blanc avec un casque colonial ou un burnous arabe52. »

39L’auteur trace un parallèle entre les visages humains et les maisons d’habitation :

« De même que chaque homme a un visage, chaque maison a une physionomie. Et de même que la physionomie humaine diffère selon la race, tout en permettant une grande diversité d’expression, les maisons, au-delà de leur variété, ont un dénominateur commun. »

40Les maisons occidentales, qu’elles soient médiévales ou récentes, appartiennent donc à une même famille, tandis que les exemples méridionaux produits par Schultze-Naumburg sont clairement les « enfants d’un autre ciel et d’un autre sang ». Et Schultze-Naumburg d’attaquer en ces termes ses collègues modernistes :

  • 53 Ibid., p. 64.

« Il y a aujourd’hui toute une école qui se sent tellement loin de nos origines allemandes qu’elle tente de créer artificiellement un style n’ayant rien à voir avec ce qui faisait jusqu’à présent du peuple une communauté de culture53. »

41Rendant à Gropius la monnaie de sa pièce, il mène à son tour l’enquête auprès de collègues conservateurs cette fois, avec cinq questions à la formulation quelque peu tendancieuse : « Voyez-vous une raison fondamentale d’adopter le toit plat pour les édifices, les maisons individuelles notamment, pour lesquels on utilisait jusqu’à présent un toit plus ou moins incliné ? » « Voyez-vous un avantage à couvrir une maison individuelle avec un toit plat étanche et isotherme lorsque, pour le même prix, on peut avoir un toit en pente avec une couverture solide, de type tuile ou ardoise, qui en outre abrite un grenier ? » Etc. Les réponses des architectes Bestelmeyer, Blunck, Bonatz, Bräuning, Breslauer, Brurein, Caesar, Dernburg, Theodor Fischer, Gessner, Goeschel, Ludwig Hoffmann, Emil Högg, Mühlfeld, Muthesius, Sattler, Schmitthenner, Steinmetz et Straumer abordent l’étanchéité, l’évacuation des eaux pluviales, la longévité d’une charpente bien entretenue, le rôle isothermique du grenier, son importance comme lieu pour étendre le linge et comme réserve d’espace, l’installation des cheminées. Sans surprise, l’enquête rejette résolument l’apparence étrangère de la maison à toit plat. Cette carence de germanité est également stigmatisée par la très officielle Zentralblatt der Bauverwaltung, pour qui les inventions des novateurs à tout crin bousculent la tradition et l’âme allemandes en imitant la Hollande ou les ÉtatsUnis, mais :

  • 54 K. Rössler, « Steildach — Flachdach — Horizontaldach. Die Wirtschaftlichkeit der Dachformen », Zen (...)

« Autres pays, autres édifices ! Nous en Allemagne devons construire avec un autre point de vue que les Arabes ou les Brésiliens : lorsque nous couvrons nos maisons d’un toit protecteur, c’est bien pour tenir compte de la réalité, plus rude sur l’Elbe ou la Weser que sur le Tage ou le Tibre54. »

  • 55 Walter Gropius, « Das flache Dach. Eine Entgegnung », Deutsche Bauzeitung, n° 22, 17 mars 1926, p. (...)

42Les modernes plaident au contraire que le toit plat est répandu dans les pays les plus divers, méditerranéens certes, mais également septentrionaux. Gropius cite l’exemple de la Hollande, au climat similaire, et de l’Allemagne elle-même, où l’on construit depuis un demi-siècle des immeubles de rapport avec un toit plat55.

  • 56 « Das flache Dach », Das Neue Frankfurt, n° spécial, a. 1, 1926-1927, n° 7 (octobre-décembre 1927) (...)

43Sur ces entrefaites, l’inauguration de la cité du Weissenhof à l’été vient alimenter la polémique, apportant de nouveaux arguments visuels, la seule consigne donnée par le directeur artistique, Mies van der Rohe, concernant précisément la couverture des maisons, ainsi qu’on l’a vu au chapitre I. L’homogénéité stylistique de ces réalisations est frappante et abondamment commentée dans la presse. Au même moment, le responsable des services d’urbanisme de FrancfortMain,surMain,leMain, Ernst May, consacre un numéro de la revue « Le Nouveau Francfort » à la défense du toit plat, en réplique aux violentes attaques des artisans locaux, ardemment opposés au programme municipal de cités fonctionnalistes56. Une vingtaine d’articles viennent à la rescousse de la couverture horizontale. Là aussi, des collègues étrangers sont appelés en renfort : Le Corbusier, André Lurçat, Frank Lloyd Wright, J. J. P. Oud, Josef Frank. Aux côtés des architectes de Francfort, on note les contributions d’Adolf Behne, Paul Westheim, Richard Döcker. Plusieurs articles mettent en avant la contemporanéité du toit plat, particulièrement bien adapté au mode de vie moderne. Pour Leberecht Migge, il compense le rétrécissement contemporain de l’espace habitable, particulièrement dans le cadre de la petite maison en bande. Le toit vert permet au citadin de profiter des bienfaits de l’air pur et du soleil, l’éloigné des regards, des bruits et des odeurs. Il peut y faire de la gymnastique, prendre son petit déjeuner, danser, dans un environnement de plantes choisies. May tire également argument des conditions de vie modernes pour disqualifier la nostalgie du toit en pente, inutile depuis que les laveries collectives se substituent à l’étendage sous le toit — au demeurant, May plaide que le toit-terrasse est le meilleur antidote au stress généré par la vie urbaine (ill. I). La déclaration des architectes du Ring est assez modérée : soulignant la banalité du toit horizontal dans nombre de programmes et prenant acte que la tendance est « naturellement » à son adoption, le Ring refuse de prendre systématiquement parti dans l’absolu : il faut décider au cas par cas. Tessenow met en garde contre le slogan du toit plat, arguant que le toit en bâtière demeure techniquement et économiquement la meilleure solution pour la maison d’habitation. Tout en précisant qu’il n’est pas par principe hostile au toit plat, il s’en prend au mépris systématiquement professé à l’encontre d’un mode de couverture adapté au climat et ménageant un grenier à la précieuse valeur d’usage.

Ill. 126. — Association nationale des artisans couvreurs allemands, couverture des noues (à l’intersection des pans rentrants de toiture), 1929.

  • 57 R. Pietzsch, « Flaches oder steiles Dach. Teilbetrachtung über die Tagung für wirtschaftliches Bau (...)
  • 58 Reichsverband der Deutschen Dachdecker-Handwerker, Das schöne deutsche Dach, Berlin, s.d. (v. 1928 (...)

44Durant toute la période, la question des coûts de construction respectifs du toit en pente et du toit plat est vivement controversée ; les syndicats de couvreurs y prennent une part active, par le truchement de leurs organismes professionnels. Inquiète de la diffusion du toit en pente, l’Association nationale des artisanscouvreurs allemands s’invite dans ce débat crucial pour l’avenir de la profession57 et fait la démonstration de son indispensable savoir-faire, au moyen d’une somme, dont les croquis mettent en scène la complexité de la couverture allemande (Ill. 126)58. La sobriété du dessin contraste avec le frontispice coloré de l’ouvrage, qui évoque avec une nostalgie naïve la ville allemande préindustrielle, aussi escarpée que ses toits irrégulièrement disposés (ill. C24).

La « guerre du toit » de Zehlendorf

45C’est dans ce contexte que survient la guerre du toit de Zehlendorf évoquée au chapitre I ; du battage qui accompagne la construction des deux cités rivales Oncle Tom et Fischtalgrund, nous allons à présent retenir les arguments spécifiquement liés au toit. La polémique baptisée « guerre du toit de BerlinZehlendorf » permet en 1928 d’en mesurer l’écho dans les quotidiens comme dans les revues spécialisées.

  • 59 « Zehlendorfer Bezirksversammlung... », op. cit.; « Die Wahrheit... », op. cit.; « Das flache Dach (...)

46Le toit plat est perçu dès l’origine comme un élément central dans la mise au point d’un vocabulaire formel moderne. Dès la polémique initiale qui avait entouré le projet de cité de la Gehag à Zehlendorf, la presse locale avait relayé les inquiétudes des élus de Zehlendorf et le soutien bruyamment apporté par la gauche. Le toit plat, violemment mis en cause à l’été et à l’automne en avait été l’un des éléments59.

  • 60 « Eine Mustersiedlung in Berlin », Der Baumeister, a. 26, n° 5, mai 1928, supplément p. 97.
  • 61 E. Fader, « Ausstellung "Bauen und Wohnen"... », op. cit., p. 120-123.
  • 62 A. Behne, « Der Krieg um die Dachform. Die Ausstellung am Fischtalgrund », Die Welt am Abend, 5 se (...)
  • 63 E. Fader, « Die Gagfah-Siedlung Fischtalgrund, Berlin-Zehlendorf », Der Neubau, 10 novembre 1928, (...)
  • 64 E. Gloeden, « Nochmals die Gagfah-Siedlung im Fischtalgrund », Deutsches Bauwesen, a. 4, novembre (...)
  • 65 K. Scheffler, « Dächerkrieg und Universum », Kunst und Künstler, a. 27, n° 2, novembre 1928, p. 77 (...)

47Mais la véritable « guerre du toit » de Berlin-Zehlendorf démarre au printemps 1928, lorsque la cité de la Gagfah commence à prendre tournure. Elle se prolonge jusqu’à la fin de l’année 1928. En réalité, seule une minorité d’articles sur la petite centaine parue à cette occasion prend réellement position sur la question du toit. Dans son ensemble, la presse professionnelle est modérée : pour Der Baumeister, il n’y a pas lieu de commenter les toits en croupe recouverts de tuiles rouges, car un toit plat n’est en rien le garant de la modernité ni même de la qualité d’un bâtiment60. Der Neubau considère que, pour les édifices monumentaux et les grandes halles, le toit plat n’est plus un problème. Il s’est imposé en peu de temps, pour des raisons plus artistiques que techniques. Dans le jeu des verticales et des horizontales, l’oblique du toit en pente détonne, là où le toit plat, loin de déranger, accentue la pureté de composition. Et l’exemple de Schinkel montre que, si le toit oblique est bienvenu dans les régions montagneuses, le toit plat peut s’adapter aux paysages sans relief. En l’occurrence, le chroniqueur se satisfait tout à fait de l’absence de toit à Oncle Tom : les façades parfois très réussies des maisons avec leur nette délimitation horizontale forment un contraste heureux avec la verticalité des pins et des bouleaux : le toit en pente ne manque pas. Et de conclure : « Nous nous trouvons au milieu d’une évolution : peut-être donnera-t-on la préférence au toit plat pour la cité de la grande ville et au toit en pente pour la cité en milieu rural61 ? » Même modération chez Behne, pour qui il n’y a rien de plus ennuyeux que le débat sur le toit plat et le toit en pente. Il note que certains architectes qui construisent plat parce que cela fait moderne sont en réalité de fieffés réactionnaires. À l’inverse, aucun architecte authentiquement moderne n’optera pour le toit plat si les conditions économiques s’y opposent. C’est précisément le sens de l’architecture nouvelle que de se garder de tout dogmatisme formel et de tout signe stylistique distinctif. Le toit plat est tout à fait logique et s’impose pour la construction en béton monolithe, mais demeure controversé pour la maçonnerie en brique, aussi serait-ce une erreur de traiter de réactionnaire l’architecte qui s’y montrerait réticent. L’extension de l’espace habitable au moyen d’un toit-terrasse constitue indéniablement un progrès technique, mais ce n’est pas le dispositif d’Oncle Tom. Il est donc logique que les architectes de la Gagfah s’en soient tenus au toit à deux versants, tout aussi acceptable que le toit plat de la Gehag. Comment, après avoir vainement lutté pendant des années pour que le toit plat puisse côtoyer le toit en pente — en arguant que les bâtiments de caractère se tolèrent même lorsqu’il y a antagonisme formel —, comment retourner brutalement l’argument lorsque le toit plat devient toit en pente ? À Britz, les mêmes Martin Wagner et Bruno Taut ont eu recours aux deux solutions dans la même cité62. Six mois après son premier article sur la question, le chroniqueur de Der Neubau conclut que si la cité de la Gagfah a relancé le débat, la question du toit n’intéresse plus guère les architectes. Sa forme a cessé de jouer un rôle dans la conception plastique de l’architecte, qui met en œuvre l’une ou l’autre solution selon le souhait du maître d’ouvrage. De ce point de vue, la sensibilité artistique joue un rôle central, car l’argument économique n’est pas décisif. Sous un toit plat, on peut installer grenier et séchoir ; sous un toit en bâtière, aménager une mansarde en chambre de bonne, en chambre pour le locataire ou en pièce pour coudre. Mais il y aura toujours des habitants, même d’une grande ville, qui, dès lors qu’ils ont un toit au-dessus de la tête, veulent le voir. Autrement dit, ils veulent rester fidèles à la forme ancienne de la maison allemande parce que cette forme incarne pour eux, depuis leur prime jeunesse, le concept même de maison, de foyer. Et à la fin de leur journée de travail dans le quartier des affaires, ils se refusent à retrouver une cité d’habitation qui leur rappelle la forme des monumentaux immeubles de bureaux à toit plat63. Deutsches Bauwesen se demande si, au sein des cercles qui combattent aujourd’hui les toits en pente de Fischtalgrund, une seule voix s’était élevée lorsque le grand Messel avait, vingt ans plus tôt, défiguré le merveilleux ensemble de la Leipziger Platz avec son toit à la Mansart. Un siècle auparavant, Schinkel avait montré tout aussi peu d’égards pour la Pariser Platz, alors entièrement baroque. Selon l’auteur de l’article, cette lutte entre toit plat et toit en pente, loin d’être nouvelle, constitue l’un des principaux moteurs de l’art de bâtir pratiqué par les peuples cisalpins depuis le début de leur histoire. Elle ne fait que prolonger la tension entre horizontal et vertical, entre classique et local, entre classicisme et romantisme propre aux peuples du Nord64. Pour un critique d’art comme Karl Scheffler, la guerre du toit est comparable à la dispute lilliputienne sur le sens de l’œuf : faut-il le casser par le haut ou par le bas ? L’auteur cite une jolie formule de Tessenow sur la politisation du conflit : aujourd’hui, lorsqu’un architecte construit un toit haut, pointu et à larges bords, c’est signe de conviction nationale-allemande ; s’il abaisse le toit, cela devient une maison démocratique, mais s’il l’aplatit tout à fait, alors il affirme des convictions radicalement communistes. En réalité, conclut Scheffler, il n’y a pas de loi en la matière et le bon architecte doit être capable de faire les deux, en fonction des besoins. La vraie modernité est ailleurs ; au demeurant, le toit plat n’a rien de nouveau. Si l’on regarde Berlin d’en haut, on constate que la moitié des maisons ont des toits plats — ce qui n’empêche pas leur architecture d’être démodée65.

  • 66 M. Deri, « Die hinkende Siedlung », Berliner Zeitung am Mittag, 17 juillet 1928.
  • 67 « Leben heisst Wohnen », Volkszeitung, 13 septembre 1928.
  • 68 G. Stein, « Dächer als Rebellen. Ausstellung "Bauen und Wohnen" », Berliner Tageblatt, n° 212, sup (...)
  • 69 « Bauen und Wohnen in der Wagschale. Internationale Kritik der Zehlendorfer Siedlungen am Fischtal (...)
  • 70 S. Giedion, « Der Zehlendorfer Dächerkrieg », Neue Zürcher Zeitung, 2 décembre 1928.
  • 71 W. Gropius, « Zur eröffnung... », op. cit., cf. ch. I, n. 54.

48En règle générale donc, les périodiques d’architecture adoptent une tonalité modérée. Le ton de la presse quotidienne en revanche est nettement plus polémique. Le journaliste du Berliner Zeitung am Mittag note que ceux qui aspirent à une ascension sociale et croient au progrès n’ont rien contre le toit plat. Mais les romantiques de l’âme nordique habitent sous de hauts toits en pente et considèrent que la cité médiévale de Rothenburg vaut encore le voyage. On peut comprendre les raisons de ces nostalgiques : la pluie s’écoule plus rapidement sur un toit à forte pente ; le grenier procure un surcroît d’espace utile. De plus, le style gothique a valorisé les hauts pignons. À l’inverse, lorsqu’on est converti au toit plat, le toit en pente devient aussi incompréhensible que la coiffure à macarons. On a aujourd’hui les moyens techniques de faire un toit plat de la même façon qu’on a les moyens de faire de charmantes coupes à la garçonne66. Le Volkszeitung considère que les prosaïques maisons de la Gagfah avec leur toit incliné sont une mauvaise publicité pour le toit en pente et ce d’autant plus que les bâtiments de la cité d’en face, très plastiques avec leurs toits plats, sont bien plus beaux67. Le critique Georg Stein, toujours en première ligne, raille les progrès techniques version Gagfah : d’une unique toiture à deux versants ne sortent pas moins de treize tuyaux68 ! La plume n’est pas sa seule arme, car outre le photomontage déjà mentionné (ill. 19), il est sans doute l’auteur d’une caricature mettant en scène l’affrontement entre les deux cités (ill. 18). À gauche, les décalages de hauteur des maisons à toit en pente, dont le caractère rural est souligné par le foin qui jonche les abords ; à droite, les toits plats des cubes de la Gehag dominent fièrement leur vis-à-vis. Le dessin illustre un article paru dans le Berliner Börsen-Courier, qui donne la parole à plusieurs personnalités internationales. À la clôture de l’exposition, le quotidien leur demande de prendre position sur la guerre du toit de Zehlendorf, « afin qu’ils aient le dernier mot ». C’est ainsi que les architectes Hermann Jansen, Ernst May, Sigfried Giedion, J. J. P. Oud, Adolf Behne et Josef Frank se prononcent. Oud est d’avis que le toit plat se généralisant, le toit en pente deviendra l’exception. La position de l’Autrichien Josef Frank est originale : il est le seul à revendiquer les motivations formelles du toit plat et considère comme une tricherie le reniement de ces légitimes aspirations esthétiques par des architectes qui se prétendent ingénieurs. Pour lui, les partisans du toit en pente sont des Heimatkünstler qui mènent un combat d’arrière-garde69. Sur ce sujet, l’architecte le plus vindicatif est le Suisse Sigfried Giedion, pour qui il est évident que les villes seront dominées par le toit plat. Il concède toutefois qu’un toit incliné pourra parfois être choisi pour des raisons fonctionnelles (mais plutôt en carton bituminé qu’aligné sur l’inclinaison d’un haut pignon). Dans le cas de Zehlendorf, ce n’est évidemment pas le programme qui a dicté le toit en pente, mais bien le petit-bourgeois, qui le considère comme sorti de terre. Toutefois, Giedion préconise que ce dernier aussi viendra au toit plat et que ses enfants voudront en sus y prendre des bains de soleil et s’y doucher. C’est lui qui publie l’un des derniers articles de cette polémique célèbre, dans un quotidien de Zurich. Désireux de sensibiliser le lectorat helvétique à l’épineuse question du toit, il rappelle que le pignon, tel qu’utilisé aujourd’hui pour les cités d’habitation, les villas, les immeubles ou les écoles, n’a plus rien à voir avec celui de la maison rurale. S’il avait son utilité à la ferme, il n’est plus désormais que mimétisme tyrannique. Le pignon est désormais aussi ridicule que l’artifice par lequel on ajoute une deuxième cheminée sur un bateau à vapeur qui n’en utilise qu’une. Et Giedion d’affirmer que nombre de ses concitoyens ont désormais conscience que le noble tracé vallonné autour du lac est défiguré par les pignons d’opérette des villas construites sur la rive70. Cela dit, l’intransigeance de Giedion est l’exception, car Gropius lui-même, dans le discours inaugural de la cité de Fischtalgrund, avait indiqué que la forme du toit relevait de critères techniques et économiques, et mis en garde contre sa transformation en dogme71.

Architecture pour la corporation des employés ou pour la classe sociale des employés ?

49La verve polémique des journalistes alimentant la guerre du toit met la puce à l’oreille sur le fait que ce qui se joue derrière la question du toit n’est peut-être pas tant esthétique ou technique qu’idéologique.

50Ainsi, le journaliste du Berliner Zeitungétablit-il un lien entre la forme du toit et la trajectoire sociale des habitants :

  • 72 M. Deri, « Die hinkende Siedlung », Berliner Zeitung am Mittag, 17 juillet 1928, n° 194, 1er suppl

« Le côté toit plat paraît être habité par des gens qui sont parvenus, à la force du poignet, au statut d’occupant d’une petite maison. Le côté toit en pente par d’aucuns que l’inflation et la cherté de la vie ont ravalés au rang d’occupants d’une petite maison72. »

51Se gardant de vouloir simplifier la structure sociale de l’époque, où « se superposent une demi-douzaine de couches socioprofessionnelles », il oppose la tendance conservatrice à celle qui veut le progrès et n’a rien contre les toits plats. En conséquence, les maisons de la Gehag sont fraternellement accolées, tandis que celles de la Gagfah s’étirent égoïstement vers le ciel. Il y aurait donc, d’un côté, progrès et fraternité ; de l’autre, conservatisme et égoïsme.

  • 73 F. Huth, « Bauen und Wohnen. Ergebnisse der Gagfah-Ausstellung in Berlin-Zehlendorf », Deutsche Ba (...)

52Sociologiquement, la volonté de la Gagfah de proposer à la clientèle des employés conservateurs des façades évoquant la tradition régionale ou la maison Biedermeier trahit sa nostalgie de la société préindustrielle. Ce choix, cohérent avec sa vision d’une société corporative, dénote en effet la volonté d’identifier l’employé aux anciennes élites urbaines. L’égoïsme dont il est question rime avec individualisme, justifié en ces termes dans Deutsche Bauhütte ; les employés refusent l’uniformité de leur habitation et exigent, au titre de l’amélioration de leur qualité de vie, des pavillons qui se différencient en fonction de leurs revenus et de leurs attentes73.

  • 74 « Der Gewerkschaftler: die sozialpolitische Untersuchung (Die Gagfah-Mustersiedlung "Bauen und Woh (...)
  • 75 A. Jaecgi et J. Tomisch, op. cit., p. 196.
  • 76 B. Taut, Bauen. Der neue Wohnbau, Leipzig/Berlin, 1927, p. 46.
  • 77 Cité par H. J. Rieger, op. cit., p. 139.
  • 78 B. Taut, « Architekt und Wohnungsbau », Jahrbuch des Akademischen Architektenvereins, Berlin, 1928 (...)
  • 79 B. Taut, « Der Auβenwohnraum. Zur städtebaulichen Gestaltung der Gehag-Siedlungen », Einfa, a. 2, (...)
  • 80 H. J. Rieger, op. cit., p. 127.

53À l’inverse, les commentateurs notent l’esprit collectif qui semble régner à Oncle Tom. C’est le cas du syndicaliste anonyme à qui la revue de la Dewog, Wohnungswirtschaft, donne la parole74. Taut s’est à plusieurs reprises expliqué sur sa recherche d’une architecture donnant sens à la collectivité et a exprimé sans ambages sa fascination pour les réalisations hollandaises susmentionnées, qui forment un ensemble homogène, grâce à l’utilisation du moyen plastique qu’est la répétition. Du coup, même lorsque les maisons sont construites par des architectes différents, elles interagissent comme des « camarades75 » : « La beauté d’une cité réside essentiellement dans l’ensemble que forment les groupes et les rangées. » Les maisons sont « liées l’une à l’autre comme les maillons d’une chaîne76. » La rhétorique politique affleure dans son vocabulaire : l’architecte du logement de masse doit donner forme à la solidarité77. Dans les cités de la Gehag, l’importance des équipements collectifs s’oppose au quant-à-soi qui règne dans les cités de la Gagfah. Pour Taut, l’architecte doit être attentif aux compléments du logement proprement dit : magasins, jardins d’enfants, crèches, aires de jeu, bibliothèques, salles de réunion, buanderie collective78. De même, alors que, dans la cité Gagfah, chaque habitant règne sur son propre jardin, la Gehag invente la notion d’espace extérieur habitable (Auβenwohnraum) où balcons, loggias et jardins participent de l’environnement global de l’habitant, où tout ce qui prolonge le logement est pensé : la qualité de l’espace compris entre les façades extérieures des maisons et des immeubles, son ensoleillement, son exposition au vent, la tranquillité, les différents points de vue ménagés dans la cité79. La couleur participe de cette expression de la collectivité : elle empêche la monotonie et la froideur de la cité, et accroît la joie d’y vivre80.

  • 81 P. Bröcker, « Wohnungsbau als Ausdruckskultur. Eindrücke und Gedanken beim Rundgang durch die Gagf (...)

54Sur les objectifs sociologiques divergents de nos deux cités, le commentaire le plus éclairant est celui que publie l’organe du DHV, Deutsche-Handelswacht. L’auteur de cet article, P. Bröcker, analyse l’opposition des deux cités en les rapportant aux convictions sociales et politiques de leurs commanditaires. Ainsi, les seize architectes sollicités par la Gagfah, loin de rechercher une solution de masse au problème général de la crise du logement, ont-ils élaboré des plans et des élévations correspondant aux besoins matériels et intellectuels de l’employé allemand. Le hasard a voulu qu’en face se trouve une cité socialiste, qui tranche au premier coup d’œil avec celle de la Gagfah. Vorwärts a proclamé le caractère progressiste-socialiste du toit plat et le caractère bourgeois-réactionnaire du toit en pente, mais la question n’est pas là. Cette « double ville du salarié » relève de deux visions différentes : le mouvement corporatiste national mené par le DHV d’une part et la conscience de classe internationale des syndicats soi-disant libres, en réalité marxistes, de l’autre. Leurs deux conceptions du monde, de la culture et de l’économie s’entrechoquent à Zehlendorf. Une majorité des employés place la conscience de la corporation (Stand) au-dessus de la conscience de classe (Klasse), ce que reflètent bien les réalisations de la Gagfah. À l’inverse, le mouvement des salariés marxistes étant dominé par les ouvriers de l’industrie, il inhibe toute volonté propre des employés. Les maisons de la Gagfah donnent à voir l’être spirituel du groupe social des employés, dans sa recherche d’une expression corporatiste. Les maisons d’en face veulent au contraire exprimer l’être d’une classe sociale. Ce qui influe sur le volume des opérations : la Dewog met en chantier des opérations comprenant le plus grand nombre de logements possible en utilisant un seul et même plan. La Gagfah multiplie les petites opérations, cherchant à offrir à chacun son propre toit, selon des plans qui tiennent compte de la diversité interne au Stand. Bröcker conclut en disant que la démarche de la Gagfah cherche à élever l’employé de la masse au Stand, afin que sa personnalité s’exprime. À la Dewog, marxiste, chacun se considère au contraire comme un atome au sein de la masse et de la classe sociale ; personne ne se sent membre d’une corporation. L’avenir dira qui a raison81.

  • 82 F. Forbat, « Wohnform und Gemeinschaftsidee », Wohnungswirtschaft, a. 6, n° 10/11, 25 mai 1929, p. (...)
  • 83 Die Baugilde, 25 octobre 1928, cité par H. J. Rieger, op. cit., p. 126.
  • 84 H. Haring, « "Bauen und Wohnen". Bemerkungen zu der Ausstellungssiedlung der Gagfah », Zentralblat (...)
  • 85 Cité par H. J. Rieger, op. cit., p. 144.

55Dans son effort pour décrypter la symbolique sociale à l’œuvre derrière l’architecture des cités Oncle Tom et Fischtalgrund, l’analyse de Bröcker est extrêmement perspicace, ce qu’au demeurant lui concède Fred Forbat dans la revue de la Dewog, Wohnungswirtschaft82. Toutefois, il faut noter que la notion de classe sociale ne semble pas appartenir au registre des architectes. Si l’on s’en tient aux trois architectes impliqués dans la conception d’Oncle Tom, on constate qu’il sont tous attachés à l’idée de construire dans l’intérêt général, notion qui ne recouvre pas de réalité sociologique précise. Pour Salvisberg, « à notre époque, l’architecte du logement ne construit plus pour Schulze ou pour Müller, mais pour tout le monde (die Allgemeinheit)83 ». Häring va plus loin et s’oppose à la notion défendue par la Gagfah de « besoins culturels du Mittelstand » : selon lui, le besoin de lumière, d’air, d’hygiène, de confort et le souci d’une économie domestique avantageuse sont communs à tous les groupes sociaux. La réponse de la Gagfah entretient le rêve de la maison bourgeoise. Or, maçonnerie de briques, toit en pente, lucarnes, petites fenêtres à petits carreaux, cave s’étendant sous toute la maison, grenier à bric-à-brac et vestibule sont les vestiges d’une époque révolue. La question n’est pas de réduire la villa ou l’appartement bourgeois, mais d’inventer des logements abordables pour la masse de la population active, pour l’habitant actuel de la grande ville84. Taut va encore plus loin, en voulant voir dans la cité d’habitation moderne une vision de la société nouvelle, à même d’abolir la division en États (Stand) et en classes85 :

  • 86 B. Taut, Bauen, op. cit., p. 46.

« Les toits à la même inclinaison et les dégradés de couleur mélodieux pourvoient à la suprême harmonie de l’ensemble. Ce sont à ne pas s’y tromper les caractéristiques d’une construction réellement collective, d’une architecture qui résume la collectivité et qui est la plus belle expression du sentiment supra-individuel86. »

56À la différence de Bröcker, Taut ne trace donc pas de ligne de partage entre une vision de la société organisée en corporations (Standesgesellschaft) et une vision de la société organisée en classes (Klassengesellschaft). Comme la Gehag, il emploie aussi bien la notion d’esprit collectif et de masse que celle de communauté (Gemeinschaft). Pourtant, les termes ne sont pas interchangeables.

  • 87 F. Tonnies, Gemeinschaft und Gesellschaft. Abhandlung des Communismus und des Sozialismus als empi (...)

57Revenons sur cette notion de Gemeinschaft, traditionnellement opposée à Gesellschaft dans la sociologie allemande. Cette opposition remonte à l’essai publié par Ferdinand Tönnies en 1887, dans lequel il décrit la modernisation comme le passage irréversible de la communauté (Gemeinschaft) à la société (Gesellschaft) en tant que mode d’organisation collective, introduisant une distinction fondamentale entre deux notions jusque-là peu différenciées en philosophie87. Voulant faire œuvre de définition des concepts sociaux, Tönnies décrit la communauté traditionnelle comme l’organisme vivant de la famille, de la maisonnée, du village et de la religion dans lequel le peuple est enraciné. Il l’oppose à la société, agrégat et artefact mécaniques, dont le cadre est la grande ville et dont les corollaires sont l’État-nation, l’industrialisation, l’ouverture cosmopolite et la science. Là où les liens communautaires valaient renoncement aux égoïsmes individuels, la société est la juxtaposition d’individus sans lien entre eux. La société, liée à la métropole, est négativement connotée : désintégration, déshumanisation et mort du peuple en sont les conséquences. Tönnies est convaincu que l’étape historique de l’organisation sociale en communautés, avec leurs costumes, leurs coutumes folkloriques et leur religion, est révolue et remplacée par l’organisation en société, avec les conventions, la politique et l’opinion publique. Mais tout retour en arrière étant chimérique et insensé, Tönnies prend fait et cause pour la république de Weimar et contre le national-socialisme. Néanmoins, sa définition de la communauté a identifié ce concept au refus de la société industrielle moderne. Malgré sa prétention affichée à travailler pour la communauté des habitants, la vision sociale de la Gehag ne relève-t-elle pas en réalité du concept de Gesellschaft ? Étant donné la connotation péjorative liée à la notion de Gesellschaft, on comprend qu’elle hésite à s’en faire le porte-drapeau. Mais l’importance qu’elle accorde aux valeurs communautaires n’est pas nostalgique du cadre préindustriel ; ses cités veulent au contraire les inscrire dans un cadre nouveau, la société contemporaine.

  • 88 Zehlendorfer Wohngemeinschaft, 11 mai 1929.
  • 89 B. Taut, « Die Farbe in der Siedlung », Fest im Fischtal, 1930 (7 septembre), p. 8-12 (également p (...)

58Au demeurant, divers observateurs de la « double ville des employés » de Zehlendorf doutent que l’heure soit encore à la communauté ; la grande ville est anonyme, et chacun y vit pour soi. L’individualisme des habitants est régulièrement montré du doigt et la Gehag réitère les mises en garde contre la tendance des habitants à agir sur leur cadre de vie, en fermant les pergolas avec des matériaux différents88. Taut lui-même déplore le fait que les habitants encombrent vérandas et loggias de toutes sortes d’objets, fassent pousser des haies, voire érigent des barrières peintes sur le gazon devant la maison. L’esprit communautaire est grignoté par l’égoïsme et le chacun pour soi. Bien sûr, la bonne communauté doit ménager à l’individu suffisamment d’espace, mais l’harmonie d’une société dépend de la façon dont chaque évolution individuelle s’intègre dans la communauté89.

  • 90 G. Lampmann, « Neue Siedlungen in Berlin, II. Die Gagfah-Siedlung in Fischtalgrund », Zentralblatt (...)

59L’image idyllique de la petite-bourgeoisie proposée par la Gagfah ne paraît au demeurant pas mieux adaptée aux conditions de vie dans une métropole — plusieurs critiques ne se privent pas de pointer l’« anachronisme de cette réminiscence sentimentale, de ce romantisme pittoresque90 ». À l’inverse, d’autres mettent la Gehag en garde contre une prise en compte insuffisante des aspirations profondes de sa clientèle :

  • 91 A. Schwab, « Zur Gehagsiedlung Zehlendorf. Grundsätzliches und Wirtschaftliches », Die Form, a. 4, (...)

« Même si la construction de logements aujourd’hui est organisée sur une base coopérative, cela ne veut pas dire pour autant que l’on veuille habiter communaurairement. Une cité urbaine moderne n’est pas une communauté au sens idéologique : elle héberge des gens qui n’ont professionnellement rien à faire les uns avec les autres et qui, à la maison, veulent vivre une vie aussi isolée que possible, sans déranger les voisins, sans être dérangés par eux et si possible sans même remarquer leur existence. Les gens qui forment cette clientèle sont ensemble dans l’entreprise, le syndicat, l’association mais, à la maison, c’est chacun chez soi. Économiquement, c’est irréalisable si l’on fait dériver la maison individuelle du manoir seigneurial et du coup, comme cela s’est produit ici, avec l’extrême réduction d’échelle, on est arrivés à la villa prolétarienne91. »

  • 92 F. Forbat, « Wohnform und Gemeinschaftsidee », Wohnungswirtschaft, a. 6, n° 10/11, 25 mai 1929, p. (...)

60Notons que cette réaction condamne la maison en bande pour des raisons sociologiques plus qu’économiques. Dans Wohnungswirtschaft, Fred Forbat va plus loin et affirme que la seule forme de logement réellement adaptée à la majorité des citadins est l’immeuble, cadre historique où est née la solidarité du prolétariat. Au Fer à cheval et à Oncle Tom, la preuve a été apportée que l’immeuble locatif peut être clair et joyeux. Mais sa supériorité ne provient pas seulement de ses performances techniques et économiques : l’immeuble est la forme d’habitat qui sert le mieux la solidarité entre les classes sociales et entre les êtres humains92.

61Le débat Stand/Klasse recoupe à l’évidence une échelle des valeurs collectif/ individuel dont la hiérarchie à la Gagfah et à la Gehag est inverse.

Gagfah et reactionary modernism : de la Heimstätte à la barre

62Il est temps à présent de s’interroger sur différentes anomalies, qui dénotent un hiatus entre l’idéologie völkisch déclarée du DHV et de la société de construction qu’elle domine, la Gagfah, et plusieurs opérations, fort éloignées de la sensibilité régionaliste. Comment expliquer que le DHV édifie un gratte-ciel à Hambourg ou que la Gagfah commande une cité à Gropius ? De même, quelle que soit son allégeance à l’artisanat, la Gagfah procède à une expérimentation constructive d’importance, à Mersebourg, et la grande cité qu’elle construit au début des années 1930 face à Oncle Tom adopte la barre. Quel sens peut-on donner à toutes ces réalisations qui dérogent si nettement au couple völkisch/Heimatschutz ?

Construction artisanale ou industrialisation du bâtiment ?

  • 93 Sur les techniques de construction de l’entre-deux-guerres : W. Triebel, Geschichte der Bauforschu (...)

63Pour cerner le contexte des expérimentations constructives de la Gagfah, revenons sur une autre question qui divise modernistes et traditionalistes : l’industrialisation de la construction. La rationalisation de la construction est l’un des principaux mots d’ordre de l’époque et les propositions pour y parvenir remplissent les colonnes des revues spécialisées. En effet, à la différence de la standardisation, objectif consensuel sous la république de Weimar, la question de la construction en série divise le milieu93. À gauche, nombre d’acteurs du logement sont convaincus que, à l’image d’autres secteurs de production, la construction doit être industrialisée. Cette conviction prolonge sur un autre terrain la fascination mentionnée plus haut pour l’esthétique industrielle. Les traditionalistes pour leur part refusent toute expérimentation hasardeuse et s’en tiennent aux méthodes éprouvées. Examinons donc la position des maîtres d’ouvrage sur l’industrialisation du bâtiment et, corollaire de ces positions tranchées, leur attitude face à l’américanisme répandu sous la république de Weimar : naturel aux premiers, il est sans objet pour les autres.

64Nous allons voir que, en ce qui concerne l’utilisation du béton comme l’organisation rationnelle du chantier, la pratique de nos deux sociétés de construction diffère, la Gehag, du moins pendant la période Wagner, s’efforçant de rationaliser, la Gagfah restant fidèle aux petites opérations artisanales. Néanmoins, dans deux cas au moins, la Gagfah expérimente à grande échelle la construction en béton : à Mersebourg en 1928-1929 et à Berlin-Zehlendorf en 1930-1931.

  • 94 R. Banham, A Concrete Atlantis. U.S. Industrial Building and European Modem Architecture, Cambridg (...)

65Dans l’Allemagne des années 1920, la fascination pour les formes produites par l’ingénieur et pour la sphère industrielle s’étend aux méthodes de production américaines94. À partir de la traduction, en novembre 1923, du livre d’Henry Ford, Mein Leben und Werk, l’américanisation devient synonyme de rationalisation de l’économie. Véritable catéchisme de la phase de stabilisation, y compris pour les sociaux-démocrates, l’œuvre de Ford devient, avec ses halles de montage et ses méthodes tayloristes de travail à la chaîne, le modèle par excellence de l’organisation du travail et de la production, permettant l’harmonie du capital et du travail. Plusieurs architectes d’avant-garde se donnent pour tâche d’accomplir l’œuvre du fordisme dans le domaine du bâtiment, tandis que tous cherchent à rationaliser un secteur économique demeuré artisanal. Le chevau-léger en est Martin Wagner, fervent avocat depuis la fin de la guerre de l’adoption des méthodes de Ford et de Taylor par le bâtiment, qui fonctionne pour lui selon des modalités rétrogrades. L’expérience de Lindenhof ayant révélé les limites de l’impact de la typisation et de la normalisation sur la réduction des coûts de construction, Wagner se tourne vers l’expérimentation de nouveaux matériaux et de nouvelles méthodes de construction, et vers la mécanisation du chantier. À l’été 1924, juste après la création de la Dewog, les syndicats libres lui offrent un voyage aux États-Unis pour étudier les méthodes de production américaines. En 1925, il publie ses conclusions dans Économie américaine de la construction, où il relate sa découverte des « méthodes de construction les plus modernes » et notamment de la préfabrication lourde :

  • 95 M. Wagner, Amerikanische Bauwirtschaft, Berlin, 1925, p. 14-19, cité par A. Jaeggi, « Das Grosslab (...)

« Le remplacement de l’homme par la machine dans le bâtiment a fait de grands progrès en Amérique. C’est particulièrement frappant dans la construction avec panneaux de béton préfabriqués, encore peu répandue. À la place des petites briques, dont la fabrication consomme beaucoup de travail manuel et qui exigent, de la part des maçons et de leurs aides, d’innombrables mouvements pour l’édification d’un mur, ce sont des panneaux de béton pesant une à trois tonnes qui sont utilisés [...] et déplacés à l’aide de grandes grues. Le travail qui requiert chez nous soixante-sept travailleurs manuels est là-bas effectué par huit hommes manœuvrant les machines et les grues. Si bien qu’il est possible à un ingénieur américain, sur le fondement de méthodes de production testées scientifiquement, de produire en une journée le gros œuvre d’un logement et de réduire le coût de ce logement de 40 % et plus par rapport à la moyenne95. »

66Au retour de son voyage aux États-Unis, Wagner, désireux d’introduire en Allemagne les façons de faire américaines, crée, avec ses collègues Ernst May, Bruno Taut et Walter Gropius, une sorte de brain trust de la Dewog, chargé d’élaborer différents prototypes et de les tester sur un chantier expérimental en vue de leur construction en série. Dans l’idée de Wagner, ces maisons formeraient le noyau d’une cité-jardin indépendante d’au moins cinq cents logements. Son objectif est de tester la construction de maisons en bandes au moyen de panneaux de béton, en quinze jours tout compris. Wagner soumet le projet aux trois centrales des syndicats libres et leur demande cinquante mille marks pour financer la construction de quatre à six maisons expérimentales. En avril 1925, l’ADGB refuse, au motif que la rationalisation envisagée supprimerait des emplois. L’équipe se sépare et chacun mène ses expériences de son côté. Après l’échec de sa démarche auprès des syndicats libres, Wagner, convaincu depuis son voyage aux États-Unis de la supériorité des grands panneaux préfabriqués, tente d’adapter au contexte allemand la méthode sur laquelle il a jeté son dévolu, le système hollandais Atterburys. S’il échoue à convaincre la Gehag d’essayer le procédé pour la cité du Fer à cheval, il parvient en 1925 à persuader la Fédération nationale des invalides de guerre de l’adopter pour sa cité de Berlin-Friedrichsfelde. Mais la petite échelle de l’opération interdit tout gain significatif sur le coût du gros œuvre. Les problèmes techniques rencontrés pour lever les panneaux, longs de sept mètres cinquante et moulés sur place, au moyen d’une grue à portique, achèvent de décourager Wagner qui se concentre désormais sur l’organisation du travail et tente de faire de la cité du Fer à cheval le banc d’essai du taylorisme dans le bâtiment :

  • 96 M. Wagner, « Wohnungsbau im Grossbetrieb », Wohnungswirtschaft, 1924, p. 73-75, cité par N. Huse, (...)

« Le bâtiment est avant tout une activité d’assemblage. Ce que Ford a réussi avec l’industrie américaine est possible dans les mêmes proportions pour la construction de logements — en particulier de petits logements — si le travail est logique. En Amérique, on a d’ores et déjà abordé le problème des coûts de construction d’une façon radicalement différente. Là-bas, on a su reconnaître l’importance du montage dans la production artisanale du bâtiment96. »

  • 97 Du reste, il semble que l’excavatrice à roue-pelle n’ait pas été utilisée pour les chantiers sui- (...)
  • 98 M. Wagner, « Rationalisierter Wohnungsbau », Wohnungswirtschaft, a. 2, 1er novembre 1925, n° 21/22 (...)

67En conséquence, il faut, pour augmenter la productivité, économiser en temps et donc en coût de main-d’œuvre, étudier les gestes des ouvriers, les décomposer, les chronométrer. À Britz, Wagner tente de rationaliser l’organisation d’un chantier confié à plusieurs entreprises travaillant selon des méthodes traditionnelles. Les entreprises sociales du bâtiment créent à l’occasion de cette opération un nouvel organisme, la Deutsche Bauhütte, dont le capital est apporté par les syndicats, afin d’acheter des machines modernes. La Deutsche Bauhütte, qui supervise le chantier, fait l’acquisition d’une excavatrice à roue-pelle pour déblayer et aplanir le terrain (ill. 127). Ses performances sont de six à sept fois supérieures à celles des ouvriers et elle peut être utilisée l’hiver, mais sa technique encore rudimentaire entraîne de nombreuses pannes97. Des transporteurs à courroie acheminent la terre aux wagonnets, remplis en trente secondes (ill. 128). Une grue transporte la chaux et les briques du dépôt aux pieds des ouvriers. Mais ces différents dispositifs ne parviennent pas à abaisser significativement les coûts de construction : la manutention des quelque vingt-cinq millions de briques nécessite à chaque fois dix à douze gestes manuels (ill. 129). Britz marque une étape dans la concentration du chantier, non dans la rationalisation qui remplacerait le travail de l’ouvrier par la machine. En revanche, l’organisation du calendrier, fixé à l’avance, est assez efficace. Le respect des cadences est assuré par la pénalité due en cas de retard. Les échéances sont tenues et le temps de construction moyen pour les maisons est de quarante-cinq jours. En moyenne, chaque logement revient à treize mille RM, soit une somme sensiblement égale à celle des logements que la DeGeWo construit sur le terrain situé en face. Pour sa défense, la Gehag note que la DeGeWo a fait appel à l’une des plus puissantes entreprises du bâtiment du pays, dans laquelle un énorme volume d’activité permet de maintenir des prix compétitifs. Et Martin Wagner conclut que d’avoir atteint les mêmes coûts est, dans ces conditions, un exploit. Avec ce chantier, Wagner fait l’expérience des limites de l’action syndicale alternative. Trop dépendante des conditions de financement et des règlements d’urbanisme, et trop précaire pour permettre la mécanisation des chantiers, la maîtrise d’ouvrage syndicale peut d’autant moins mener des projets à grande échelle que l’industrialisation de la construction se heurte à l’opposition des entrepreneurs et des ouvriers du bâtiment, qui ont tout à y perdre98. Prenant acte de ces diverses insuffisances, Wagner décide de quitter la scène syndicale pour agir au cœur même du système, en tant qu’édile. Il pose sa candidature au poste de responsable de la Construction et de l’Urbanisme de la Ville de Berlin, avec la volonté d’influer sur la politique d’urbanisme et de contrer l’action dispersée de la WFGB en faisant de la municipalité le commanditaire de projets de grande ampleur.

La mécanisation du chantier du Fer à cheval

Ill. 727. — L’excavatrice à roue-pelle fabriquée par l’entreprise Humboldt, début des années 1920.

Ill. 128. — Les wagonnets évacuant mécaniquement les déblais, 1926.

Ill. 129. — La réalité du chantier : la pénible manutention des matériaux, 1927.

  • 99 Gagfah, « Geschaftsbericht uber dus vierzehnte Geschaftsjahr vom 1. Januar bis 31. Dezember 1931 » (...)

68À la Gagfah, l’usage du terme rationalisation, que l’on rencontre parfois dans les brochures de présentation de la société de construction, revêt en réalité deux sens : normalisation d’éléments de construction et typisation des plans. Nous avons vu que c’est ce dernier aspect qui constitue sa contribution de loin la plus substantielle à la rationalisation de la construction. Mais pour ce qui est de la mise en œuvre, la Gagfah, instruite par ses expériences malheureuses de la période de l’inflation, a renoncé à la fourniture centralisée de matériaux et d’éléments de construction : elle confie ses chantiers à des entreprises locales, qui construisent selon des procédés artisanaux éprouvés, datant d’avant la Première Guerre mondiale. L’emprise de la Gagfah se manifeste en amont par la remise de plans types auxquels les entreprises ont l’obligation de se conformer et l’examen des plans d’exécution par les services des succursales. Pendant la réalisation, la Gagfah surveille le chantier, soit en passant un contrat avec un architecte local, dûment rémunéré, soit en déléguant sur place un conducteur de travaux appartenant à la société. D’une façon générale, la Gagfah prescrit une maçonnerie ordinaire et solide, avec des murs de vingt-cinq centimètres d’épaisseur et, pour la couverture, un toit en tuiles avec une pente de quarante-cinq degrés. Toutes les pièces, cuisine comprise, ont doubles fenêtres et éclairage électrique. Malgré l’implication de Knoblauch et de Gerlach dans les organismes de rationalisation, la pratique de la société reste très en retrait de ce qui s’expérimente à l’époque. Le choix d’une activité répartie sur tout le Reich, dans plus de deux cent cinquante villes, qui suscite la confrontation quotidienne avec les compétences et le savoirfaire des entreprises locales du bâtiment, explique sans doute ce pragmatisme. À la différence de la Gehag, la Gagfah ne cherche généralement pas à concentrer ses réalisations dans de très grandes opérations. À la fin de l’année la Gagfah a construit vingt-huit mille logements dans quatre cent quarante cités d’habitation, dont 84 % comprennent moins de cent logements. À l’inverse, vingt seulement, c’est-à-dire moins de 5 %, comptent de deux cents à cinq cents logements et huit opérations, soit 2 %, dépassent les cinq cents logements99. Quant à l’Amérique, le moins qu’on puisse dire est qu’elle n’a, pour Knoblauch, rien d’un miroir aux alouettes. À part un étonnement partagé quant à la toute-puissance du dollar sur les mœurs américaines, l’effet qu’elle produit sur le directeur de la Gagfah n’a rien de comparable avec les traces qu’elle laisse chez Martin Wagner. Dans le journal qu’il tient à l’été 1927, lors d’un voyage d’études d’architectes et d’ingénieurs aux États-Unis, Knoblauch note laconiquement, à propos du logement :

  • 100 A. Knoblauch, « Reisetagebuch eines Architekten », manuscrit dactyl., 1927, n.p., à la date du 25 (...)

« Vu des logements, chers et mal construits. Ici, on achète une maison à toute vitesse et puis on s’en défait dès qu’elle ne plaît plus, c’est du moins l’impression qu’on a100. »

69Et, deux jours plus tard :

  • 101 Idem, à la date du 27 août 1927.

« Nous avons visité toutes les catégories possibles de logements : des appartements dans des hôtels, des logements locatifs, des maisons individuelles. Dans le bâtiment, un dollar = un mark, c’est-à-dire que ça coûte quatre fois plus cher qu’en Allemagne ! La plupart du temps de mauvaise qualité, totalement insuffisants, pas d’aération, mauvaise exécution — très peu de bonnes choses au sens où nous l’entendons, pourquoi101 ? »

Gagfah et expérimentation constructive

70Même si, pour les raisons précédemment décrites, la Gagfah ne met pas en avant les immeubles collectifs qu’elle construit, nous avons vu qu’ils prennent dès 1927 le pas sur la maison individuelle. L’immeuble, introduit à l’origine à la demande exprès des syndicats d’employés, n’est pas pour la Gagfah un objet de théorisation, à la différence de la maison, dont la typologie élaborée est sans cesse raffinée. Certes, il doit éviter les défauts de la caserne locative, mais sa conception est bien moins recherchée qu’à la Gehag. Les premiers tâtonnements s’inspirent des recherches du Heimatschutz, comme le montrent les opérations construites en 1922 à Stettin-Zabelsdorf ou à Berlin-Lankwitz en 1925 (ill. 41). Dans un contexte urbain, il s’assagit rapidement (ill. 130). En vitesse de croisière, la Gagfah adopte généralement une construction en pourtour d’îlot, trois ou quatre étages courants au-dessus d’un socle foncé, percé de soupirails. Les fenêtres, à battants, ont des petits-bois, et l’ensemble est surmonté d’un toit de tuiles percé de lucarnes. Le balcon est devenu la règle, surtout à Berlin ; il donne le plus souvent sur la cour intérieure, aménagée en jardin (ill. 131). La mise en oeuvre reste fidèle aux techniques de l’époque. Mais, en plusieurs occasions, la Gagfah déroge et à sa fidélité à la construction artisanale, et à l’interprétation de l’esthétique Heimatschutz. Nous présenterons deux chantiers dérogatoires des procédés habituels de la Gagfah : la cité qu’elle construit pour les usines Leuna et la cité de quatre cents logements qu’elle construit à l’ouest de la rue Oncle Tom.

Ill. 130. — Un immeuble typique de la Gagfah, façade sur rue, Berlin-Lichterfelde, B. Langkeit arch., 1926.

Ill. 131. — Un immeuble typique de la Gagfah : la cour aménagée en espace vert, Berlin-Tempelhof, A. W. Bretschneider arch., 1930.

Ill. 132. — Gagfah, cité expérimentale pour les usines Leuna, Mersebourg, 1927-1928, plan de masse, H. Gerlach arch.

  • 102 Lindemann, « L’aménagement des régions industrielles de l’Allemagne centrale », Wohnen und Bauen, (...)
  • 103 A. Knoblauch, « Erfahrungen mit Gussbauweisen », dans Vom wirtschaftlichen Bauen. Jahresbericht de (...)
  • 104 H. Gerlach, « Rationeller Wohnungsbau. Die Grosssiedlung Merseburg der Gagfah », Die Wohnung, a. 3 (...)

71En 1927, la Gagfah reçoit une commande exceptionnelle, qui lui permet de se lancer dans un grand chantier expérimental à Mersebourg, au coeur du bassin industriel d’Allemagne centrale, en Saxe-Anhalt, au sud de Halle. Cette opération est totalement atypique des réalisations de la société de construction par son ampleur, son montage financier, sa technique de construction et par les plans des logements. La commande émane des usines Leuna, grand complexe chimique portant le nom d’une petite ville située au sud de Mersebourg. Le puissant développement de cette région industrielle pendant la guerre, en attirant ouvriers et mineurs par dizaines de milliers, a provoqué une violente crise du logement. En réponse à cette crise de croissance, un plan d’aménagement régional du territoire est en 1925 adopté par les industriels saxons, dont les activités couvrent l’extraction de lignite et de potasse, et la production d’essence, de pierres précieuses artificielles et de films102. C’est dans ce contexte que la Gagfah est amenée à construire une cité d’habitation de sept cent cinquante logements pour les employés et ouvriers de l’entreprise Leuna, à proximité de la gare et des usines. Les prêts publics pour cette opération financée par l’industrie locale sont insignifiants, ce qui libère la Gagfah du cahier des charges défini par la RfA. Sur un terrain de dix hectares, la Gagfah construit des immeubles de quatre niveaux, pour environ trois mille personnes. Deux éléments vont amener la Gagfah à innover sur le plan constructif : l’obligation de maintenir les loyers à un niveau particulièrement peu élevé, qui l’incite à abaisser les coûts de construction, et la difficulté de trouver des ouvriers du bâtiment, la main-d’œuvre étant absorbée par les usines. D’où la nécessité, exceptionnelle pour la société de construction, de remplacer le travail manuel par des machines. En association avec l’entreprise de Sommerfeld, l’Ahag, la Gagfah conçoit un procédé tout à fait original. Ce procédé reprend l’une des expériences de béton banché les plus connues de l’immédiat après-guerre, due au directeur des services de construction de Mersebourg, Zollinger, et à laquelle Knoblauch, en sa qualité de membre du directoire du Comité allemand pour l’économie de la construction, s’était dès 1922 intéressé103. Zollinger avait utilisé, pour le béton des habitations d’urgence, le très bon gravier présent dans la région, économisant ainsi 40 à 45 % sur le gros œuvre. À Leuna, la Gagfah reprend pour l’agrégat du béton les graviers, qui affleurent et peuvent donc être ramassés à même le chantier, et les mélange au mâchefer abondant dans la région. Mais le problème est de couler ce type de béton, jusqu’ici employé pour des maisons de faible hauteur. Parmi les entreprises qui ont soumissionné, le devis le moins cher est celui de Sommerfeld, avec son pont roulant en bois (Bauschiff) permettant le remplissage des banches mobiles sur trois niveaux, ce qui économise 40 % du travail humain. S’ajoutant à la normalisation des éléments de construction, l’efficacité est telle qu’un étage peut pratiquement être construit en une seule journée par cinq ouvriers104. En conséquence, le plan de masse conçu par Gerlach dispose les barres de part et d’autre d’un mail central, dans un alignement qui permet de déplacer le pont roulant sur des rails (ill. 132). Il montre l’hésitation de la Gagfah à tirer toutes les conséquences urbanistiques de ce mode de construction : la construction en pourtour d’îlot est comme éclatée, décomposée en éléments pouvant être coulés par le pont roulant (ill. 133). Le chantier commence en mars 1928 et les premiers logements sont livrés à la fin de l’année. Les quatre plans types définis pour cette réalisation diffèrent assez sensiblement des types habituels : la superficie réduite oblige à rapetisser l’entrée, si bien que la plupart des pièces sont commandées. Ces solutions sont adoptées de façon à proposer une palette de logements accessibles à tout le personnel (mais tous les logements comprennent une salle de bains). Ce chantier expérimental est un succès, puisque la Gagfah livre les sept cent cinquante logements en un an (ill. 134).

Ill. 133. — Gagfah, cité expérimentale pour les usines Leuna, Mersebourg, 1927-1928 : le pont roulant.

Ill. 134. — Gagfah, cité expérimentale pour les usines Leuna, Mersebourg, 1927-1928 : vue d’ensemble.

  • 105 « Die neue Waldstadt Zehlendorf bei Berlin », Deutsche Bauzeitung, a. 64, 3 décembre 1930, n° 97-9 (...)

72Dans le prolongement de cette aventure, la Gagfah se lance dans l’expérimentation d’une qualité de béton mieux adaptée au banchage que celui mis en œuvre à Mersebourg. Début 1930, elle décide de construire quatre cents logements à proximité de la Case de l’Oncle Tom. Pour cette opération, à nouveau construite au moyen du pont roulant de l’Ahag, la Gagfah essaie une nouvelle qualité de béton de ponce. À l’époque, deux sortes de bétons légers (également appelés poreux) sont utilisés, selon que l’agrégat est fait d’un matériau volcanique ou de résidus de combustion. La première catégorie, celle des bétons volcaniques, comprend le béton de ponce (Bimsbeton), dont l’agrégat est constitué par de la ponce naturelle ou artificielle, et le béton de pouzzolane, dont l’agrégat est constitué par un matériau d’origine volcanique présent notamment dans la région de Pouzzole près de Naples. La deuxième catégorie de béton léger emploie des granulats de récupération : laitier (résidus de fabrication de la fonte) ou mâchefer (résidus imbrûlés et solides de la combustion du charbon, Schlackenbeton). C’est également dans les années 1920 qu’est inventé le béton cellulaire (Gasbeton), dans lequel la réaction chimique entraînée par un dégagement gazeux produit des porosités. En l’occurrence, cette expérience, qui dose savamment ciment, ponce du Rhin et graviers, cherche à augmenter l’isolation thermique et phonique. Elle est suivie avec attention par le groupe d’experts « béton léger », copiloté par la Fédération allemande du ciment et la RFG105.

Ill. 135. — Plan de masse originel pour le terrain situé au nord d’Argentinische Allee et à l’est de la rue Riemeister, auteur et date inconnus.

Ill. 136. — Gagfah, cité de Berlin-Zehlendorf : troisième plan de masse pour le terrain situé au nord d’Argentinische Allee et à l’est de la rue Riemeister, A. Klein et H. Gerlach arch., 1929.

  • 106 Volter, « Neue Grundriss-Studien von Arch. BDA Alexander Klein: Aufteilungs- und Bebauungspläne fü (...)
  • 107 C’est sur ce terrain que la Gehag construira finalement la cinquième tranche de la Case de l’Oncle (...)
  • 108 En 1934, l’opération sera doublée au nord par un lotissement de maisons en bandes et de maisons do (...)
  • 109 B. Taut, « Durchhalten », Fest im Fischtal, 1931, p. 9 ; et « Siedlungsmemoiren », op. cit., p. 19

73Sur un terrain qui échoira finalement à la Gehag, Gerlach, grâce à l’aide d’Alexander Klein, élabore successivement plusieurs plans de masse, qui transforment le plan d’origine, composé de petites maisons (ill. 135), en alignement d’immeubles106. Alors que les deux premières versions se fondaient encore sur l’agencement de maisons en bandes avec jardins, le troisième plan change radicalement d’optique (ill. 136). Les maisons en bandes ne sont conservées que pour la partie nord du lotissement et les architectes se convertissent à l’immeuble. Les immeubles, desservis par des voies piétonnes, sont disposés parallèlement, sans réminiscence de la construction en pourtour d’îlot. L’opération est traversée par deux grandes rues est-ouest. Lorsque le terrain envisagé échoit à la Gehag, la Gagfah déplace le projet à l’ouest de la rue Riemeister107. Pour le plan de masse définitif de l’opération, construite en 1930-1931, Hans Gerlach montre qu’il a retenu la leçon urbanistique de son travail avec Klein, car il conserve une série de petits immeubles orientés nord-sud (ill. 137). Deux barres avec un bâtiment en retour encadrent Argentinische Allee. À l’extrémité est de l’opération, la configuration triangulaire de l’immeuble constitue toutefois un rappel de l’îlot cher à la Gagfah108. Pour cette opération composée d’immeubles, Gerlach utilise une profondeur de corniche importante et encadre de moulures les portes d’entrée, de facture traditionnelle (ill. 138). Néanmoins, cette réalisation témoigne d’une certaine contamination par les éléments d’un vocabulaire plus contemporain. Le plus spectaculaire est l’abandon du toit à deux versants, deux ans après la guerre du toit qui a fait rage quelque cinq cents mètres plus loin. De bonne guerre, Bruno Taut ne manque pas de railler la Gagfah qui, « à présent, dans son amitié de voisine, s’est aussi convertie au toit plat109 ».

Ill. 137. — Gagfah, cité de Berlin-Zehlendorf : plan de masse définitif pour le terrain situé au nord d’Argentinische Allee, mais à l’ouest de la rue Riemeister, H. Gerlach arch., vers 1930.

Ill. 138. — Gagfah, cité de BerlinZehlendorf : l’architecture des immeubles, H. Gerlach arch., 1930-1931.

  • 110 « Stadt der 14 000. Ausbau der "Gehag" und "Gagfah". - Siedlungen in Zehlendorf. - Villenstadt des (...)
  • 111 W. Voigt, « Gartenstadt, Volkswohnung und fabriziertes Fachwerk : Paul Schmitthenner und die Ratio (...)

74Malgré le succès technique des ces deux opérations expérimentales, la Gagfah reste convaincue que le béton banché est économiquement indéfendable pour les opérations de taille restreinte — au demeurant, le Berliner Tageblatt note avec malice que les quatre cent cinquante nouvelles maisons construites par la Gehag en maçonnerie de brique, commencées plus tardivement, sont déjà achevées110. L’expérimentation ne concerne que les immeubles ; à la différence même d’un Schmitthenner, qui invente un colombage préfabriqué111, la Gagfah se refuse à toute démarche expérimentale en ce qui concerne les maisons individuelles, y compris à Fischtal. Ce n’est qu’après la Seconde Guerre mondiale que la Gagfah adoptera le tout-béton.

75À Zehlendorf comme à Mersebourg, l’une des conséquences frappantes de l’expérimentation technique concerne le plan de masse. Dans les deux cas, la tension entre nostalgie de l’îlot et tentation de la barre est perceptible. Même lorsque la Gagfah s’oriente vers une combinaison d’immeubles-barres, la réminiscence de l’îlot et de la cour aménagée en espace vert pour les habitants affleure. Toutefois, chaque tentative entraîne la Gagfah un peu plus loin vers les solutions prônées au même moment par les modernistes.

L’idéologie völkisch au risque du modernisme

76Après avoir présenté le contexte des chantiers expérimentaux de la Gagfah, nous allons évoquer les cités qu’elle confie à un architecte moderniste, dont l’esthétique tranche nettement avec le reste de ses réalisations.

  • 112 La RFG lance en 1928 un concours pour une cité expérimentale de 4 000 logements sur le terrain de (...)

77Dans plusieurs grandes villes, la Gagfah construit des opérations qui se différencient nettement des autres. C’est d’abord le cas à Magdebourg, avec les immeubles construits par Johannes Göderitz (1926, ill. 139). À Francfort-sur-le-Main, l’ensemble d’immeubles conçu par Ludwig Bernoully en 1928 se situe tout à fait dans la ligne formelle du Nouveau Francfort (rue An der Hügel, ill. 140). Idem à Stuttgart en 1930 (ill. 141). Mais la plus spectaculaire de ces opérations est sans conteste la cité Lindenbaum construite en 1930-1931 par Walter Gropius (ill. 142 et 143) à Francfort-sur-le-Main. Elle se compose de deux cents logements répartis dans huit immeubles de quatre niveaux disposés en peigne, ce qui permet une organisation autour de trois cours plantées. Les immeubles, stricts parallélépipèdes, articulent l’horizontalité des baies avec la verticalité des cages d’escalier. Selon le type de façade, les percements revêtent la forme de fenêtres-bandeaux divisées en quatre parties égales ou d’une alternance ternaire de baies à un, deux ou trois vantaux. Les étages courants sont surmontés d’un étage sous le toit régulièrement percé de petits jours carrés alignés sous la corniche en très léger débord. Par contraste, la verticalité répétitive des cages d’escalier vitrées dans la hauteur est soulignée par un renfoncement abritant les loggias. Ce vocabulaire formel d’avant-garde est, comme il se doit, complété par la blancheur des façades et le toit plat. Précisons toutefois que cette esthétique moderne n’est pas liée à l’emploi du béton : la cité de Gropius, de même que les logements de Ludwig Bernoully sont construits en briques enduites de chaux ; le socle est revêtu de briques recuites de couleur chocolat. La destruction des archives francfortoises pendant la guerre ne permet pas de retracer les conditions de la commande. On peut imaginer que les péripéties ayant évincé Gropius du chantier de Haselhorst, alors que son projet était lauréat, ont pu jouer un rôle dans cette opération atypique112. Mais même si la cité de Lindenbaum a pu faire fonction de dédommagement de la part de la Gagfah, il n’en reste pas moins que, à cette étape de son évolution, l’éventail de ce qu’elle construit pour l’employé intègre les formes de l’architecture moderne la plus radicale.

Ill. 139. — Gagfah, immeubles, Magdebourg, J. Göderitz arch., 1926.

Ill. 140. — Gagfah, immeubles, Francfort-sur-le-Main, L. Bernoully arch., 1928.

Ill. 141. — Gagfah, immeubles, Stuttgart, 1930.

Ill. 142. — Gagfah, cité Am Lindenbaum, Francfort-sur-le-Main, W. Gropius arch., 1929-1930, vue aérienne (photo Stefan Rosenbauer).

Ill. 143. — Gagfah, cité Am Lindenbaum, Francfort-sur-le-Main, W. Gropius arch., 1929-1930, façade arrière d’un immeuble.

Ill. 144. — Le siège du DHV, Hambourg, 1904, W. Lundt et G. Kallmorgen arch.

78Nous avons vu que la société de construction déroge à plusieurs reprises à ses propres principes. Qu’en est-il du syndicat qui la domine ? Voyons donc si les commandes atypiques de la Gagfah trouvent leur équivalent dans les immeubles de bureaux du DHV.

  • 113 U. Höhns, « Das Erbe der Handlungsgehilfen », dans Architektur in Hamburg. Jahrbuch 1992, Hamburgi (...)
  • 114 W. Blumenthal, E. Keller et K. Kuba, Mit den Groschen, op. cit, p. 94-98.
  • 115 O. Gisbertz, Bruno Taut und Johannes Göderitz in Magdeburg: Architektur und Städtebau in der Weima (...)

79L’ouverture paradoxale du DHV à une relative modernité culturelle a été mentionnée au chapitre II. Si nous nous tournons à présent vers l’architecture de son siège social, sis à Hambourg, nous nous apercevons qu’il s’agit de l’un des premiers gratte-ciel construits en Allemagne dans les années 1930. Cette extension de l’immeuble d’origine s’inscrit dans une tradition d’innovation architecturale de la part du syndicat, quel que soit par ailleurs le conservatisme de nombre de ses positions. Au demeurant, l’histoire de l’édification du siège social du DHV à Hambourg montre que le syndicat a toujours fait des choix innovants. Le premier siège social du DHV avait en 1904 été conçu dans un style historiciste par les architectes Werner Lundt et Georg Kallmorgen (ill. 144). La toute nouvelle puissance de cette organisation conservatrice et réactionnaire se manifestait par une élévation monumentale. L’organisation intérieure toutefois, avec de grands plateaux divisés par des cloisons amovibles et un éclairage naturel pour tous les postes de travail, se situait à la pointe du programme de l’immeuble de bureaux. Mais dès 1912, le syndicat, en pleine croissance, se trouve à l’étroit dans ses locaux et lance un concours restreint pour la construction d’un second édifice, relié au premier mais sans réminiscence de l’ancienne architecture. Le projet retenu prolonge le siège existant en s’alignant sur la hauteur du soubassement et du couronnement, avec une architecture de brique massive et économe d’ornements (ill. 145). La guerre empêche la réalisation du projet. En 1921, les mêmes architectes, Ferdinand Sckopp et Wilhelm Vortmann, sont chargés de surélever l’édifice d’origine et de le doter d’une nouvelle façade. Dès 1925 cependant, le besoin d’espace se fait à nouveau sentir et l’idée de construire un nouvel édifice resurgit. Sckopp et Vortmann proposent alors de compléter l’édifice agrandi par leurs soins par un nouveau corps de bâtiment, de grande hauteur. Ce projet de gratte-ciel de quinze étages développe les thématiques cristallines répandues dans les années 1920, ainsi que les arcades en ogives caractéristiques de l’architecture hambourgeoise de l’entre-deux-guerres (ill. 146). Quatre ans s’écoulent avant que le chantier ne soit finalement lancé, selon des plans très modifiés par rapport au projet de 1925. Le gratte-ciel construit entre 1929 et 1931 est le premier édifice de cette ampleur construit avec une ossature d’acier à Hambourg (ill. 147). Son aspect fonctionnel et moderne tranche sur son environnement : c’est la dimension professionnelle du combat mené par le DHV qu’il met en valeur, au détriment de l’expression plastique de sa « germanité113 ». Le siège de la centrale du syndicat n’est pas un cas isolé : pour la construction de l’antenne berlinoise du DHV (rue Oberwasse, 1912-1915), les mêmes architectes Sckopp et Vortmann, sélectionnés par un jury auquel appartenait Hermann Muthesius, alors viceprésident du Werkbund, avaient construit un immeuble coloré, bleu et brun, recouvert de céramique114. De même à Magdebourg, les bureaux du syndicat construits en 1931-1932 par Ludwig Thiele adoptent-ils un langage moderne, avec un bloc parallélépipédique d’étages courants en léger débord sur le socle de briques et le recours à des motifs publicitaires. Les percements, composés de baies séparées par des trumeaux en brique, s’apparentent à la fenêtre-bandeau chère aux modernistes115.

Ill. 145. — Projet pour le nouveau siège du DHV, Hambourg, 1913, F. Sckopp et W. Vortmann arch.

Ill. 146. — Projet de complexe pour le siège du DH V, Hambourg 1925, F. Sckopp et W. Vortmann arch.

80Dans l’univers völkisch, la Gagfah n’est donc pas isolée dans ses tentations modernistes et l’exemple, si l’on peut dire, vient d’en haut. Mais, tout de même, comment expliquer que la Gagfah, si impliquée dans la définition d’une architecture réminiscente de l’ancien Mittelstand préindustriel, expérimente l’ancêtre du chemin de grue et construise des immeubles-barres à l’esthétique fonctionnaliste ?

  • 116 P. Mebes, « Die Feuer- und Rauchlose Siedlung in Berlin-Steglitz », Wasmuths Monatshefte für Bauku (...)

81Si l’on regarde ce qui se passe dans les trois sociétés de construction pour employés, il est frappant de constater qu’un même parcours mène de la Heimstätte à la barre. Les premières opérations de la Gehag combinent des maisons par bien des aspects traditionnelles et la recherche de solutions modernes. Au début des années 1930, ses grandes cités adoptent résolument la barre. La Heimat adhère plus précocement au principe de l’immeuble, mais le fait d’abord dériver de la maison de maître. Le parcours de Mebes est exemplaire de cette évolution. Alors qu’il a construit avant guerre et au début des années 1920 des cités de maisons individuelles, il se convertit progressivement à l’immeuble, puis à la barre. La barre en effet, dont il note qu’elle est particulièrement adaptée à la construction industrielle, domine toutes les opérations qu’il construit à Berlin à partir de la fin des années 1920116. La même évolution est donc en cours à la Gehag et à la Heimat. Notons toutefois que si toutes nos sociétés de construction ont recours à la barre, seule la cité Sans feu ni fumée adopte l’agencement parallèle d’immeubles-barres (Zeilenbau, ill. 83), si l’on excepte le projet non réalisé de Klein et de Gerlach (ill. 136). À l’époque, ce mode de lotissement fait l’objet de concours ; il est expérimenté à Francfort-sur-le-Main (cité Westhausen, Karl Kramer et Ernst May, arch., 1928-1930) et Kassel (cité Rothenberg, Otto Haesler, arch., 1929-1931). Lors des concours pour les cités de Haselhorst et de Dammerstock à Karlsruhe, Gropius fait sensation avec ses variations sur ce dispositif, qui garantit à chaque habitant un ensoleillement optimal et identique. Le diagramme qu’il publie dans Das Neue Berlin en 1929 illustre lapidairement la supériorité des solutions de l’urbanisme progressiste sur les dispositifs antérieurs (ill. 148). Ses propositions font l’objet de débats passionnés lors du 3e CIAM, consacré au « lotissement rationnel », qui se tient en 1930 à Bruxelles. Pour la cité Lindenbaum toutefois, en dépit de la photo aérienne mettant en scène la disposition parallèle des immeubles, le plan de masse en peigne organise la cité autour de cours plantées (ill. 149). Cette concession de Gropius témoigne de la réticence des sociétés de construction pour employés à abandonner toute référence à l’îlot et à la rue.

Ill. 147. — Le gratte-ciel du DHV, Hambourg, 1931, F. Sckopp et W. Vortmann arch. (photo Hans Hartz).

Ill. 148. — W. Gropius, diagramme paru dans Das Neue Berlin, 1929.

82Mais tout de même, Gropius construisant pour la Gagfah ! Cette surprenante coopération s’inscrirait-elle dans la logique qui semble irréversiblement mener de l’îlot à la barre ?

  • 117 Sur la « révolution conservatrice », voir chapitre II, n. 43 à 45.
  • 118 R. Hamann et J. Hermand, Stilkunst um 1900, op. cit.

83Nous formulerons ici une hypothèse sur cette alliance a priori contre nature, en nous inspirant de la démonstration de Jeffrey Herf : la Gagfah n’est-elle pas, en matière d’architecture, le vecteur du reactionary modernism, courant idéologique central sous la république de Weimar ? On se souvient que le DHV appartient à cette révolution conservatrice, qui, sous la république de Weimar, succède au pessimisme culturel de l’époque wilhelminienne. Herf a identifié, au sein de la révolution conservatrice des années 1920, un courant spécifique, réconciliant l’idéologie völkisch avec le progrès technique, l’extrayant de la sphère si décriée de la Zivilisation pour l’incorporer dans l’univers de la Kultur et de son mode d’organisation sociale, la communauté (Gemeinschaft). Les ouvrages qui se sont intéressés à la konservative Révolution, pour reprendre le terme d’Hermann Rauschning117, à la « réaction moderne » (Louis Dupeux), ont jusqu’ici privilégié les penseurs, idéologues, écrivains et hommes politiques, à l’exception de Richard Hamann et Jost Hermand, qui ont parlé d’une « réaction progressiste » [fortschrittlische Reaktion) à propos de certains courants artistiques allemands118. À la suite de Gerhard Fehl, mais différemment, nous proposons ici de cerner le prolongement de ce courant de pensée dans l’architecture du logement.

  • 119 G. Fehl, Kleinstadt, Steildach, Volksgemeinschaft..., op. cit., notamment p. 7-25.
  • 120 Cf. Introduction, n. 18.

84Il convient ici de préciser le contexte dans lequel Gerhard Fehl utilise, pour la contester, la notion de « modernisme réactionnaire », dans son ouvrage « Petite ville, toit en pente, communauté du peuple : à propos du “modernisme réactionnaire" dans l’art de bâtir et l’art de bâtir les villes ». L’objectif de Fehl est de combattre la réhabilitation par Vittorio Magnago Lampugnani de la « moder nité des traditionalistes119 », objet de l’ambitieuse exposition en trois volets organisée au Musée allemand d’architecture de Francfort-sur-le-Main et intitulée de façon programmatique « Architecture moderne en Allemagne 1900-1950 ». Le premier volet était consacré à « Réforme et tradition » (1992), le second à « Expressionnisme et Neue Sachlichkeit » (1994), le troisième à « Pouvoir et monument » (1998)120. Le but de cette trilogie était d’entamer une réécriture de l’histoire de la modernité architecturale en Allemagne, en y introduisant la composante traditionaliste, dont l’historiographie l’avait jusque-là exclue. Dans sa préface au premier catalogue, le maître d’œuvre de l’entreprise, alors directeur du musée, V. M. Lampugnani, affirmait que la modernité, condition à laquelle nous ne pouvons échapper, est certes la conséquence de l’industrialisation, mais qu’elle a aussi à voir avec l’écologie, c’est-à-dire avec la nécessité d’épargner les ressources naturelles. En tant que phénomène culturel, la modernité a, selon Lampugnani, fondamentalement à voir avec la simplicité. Ce principe plastique de la simplification a été, bien avant l’avant-garde et les architectes de la Neue Sachlichkeit officielle, au cœur des recherches d’architectes comme H. Tessenow, P. Mebes et Friedrich Ostendorf. Quant à la protection du paysage et aux questions écologiques afférentes, elles ont dès 1902 été abordées de façon intelligente et prospective par le même Schultze-Naumburg qui se fera le chantre de l’idéologie Blut und Boden dans les années 1930. En fonction de cette grille de lecture, l’exposition « Réforme et tradition » cherche à cerner le phénomène allemand d’une architecture qui, venant du mouvement pour la réforme de la vie et du Heimatschutz, s’est développée en une sorte d’« avant-garde traditionaliste modérée », relevant les défis de l’éthique sociale, de la préservation de l’environnement naturel, de la nouvelle esthétique du dépouillement, à l’exclusion de l’architecture rétrograde, médiocre ou académique. De ce point de vue, tant l’exposition que le catalogue ont été remarquables en termes de production de connaissances historiques nouvelles.

Ill. 149. — Gagfah, cité Am Lindenbaum, Francfort-sur-le-Main, W. Gropius arch., 1929-1930, plan de masse.

  • 121 G. Fehl, idem, p. 8.

85Dans sa réfutation de l’entreprise de réhabilitation menée par Lampugnani, Gerhard Fehl l’accuse de défendre la cause d’une « réaction » prétendument « progressiste » — terminologie à vrai dire absente de l’introduction de Lampugnani — et d’en diffuser sournoisement le message auprès d’un public friand de motifs de nostalgie121. Fehl expose donc le concept défini par Herf, qu’il tient à clarifier en éclairant différents aspects du retour à la tradition, dont il note qu’il est en plein essor chez les architectes et urbanistes. Fehl reproche à Lampugnani un dessein qui, loin d’être seulement cognitif, cherche à bouleverser l’ordre des valeurs.

  • 122 Ibid., p. 8.

« Quel est le cœur de la modernité en architecture et en urbanisme ? Ni le toit plat, ni le motif paquebot, ni l’utilisation de l’acier et du verre, ni la fonctionnalité trempée dans le blanc ; pas davantage la thèse séduisante de Lampugnani, la protection écologique du paysage ou l’esthétique de la réduction [...] ; ni l’éthique sociale de la construction de cités pour les faibles revenus, ni l’utilisation des conquêtes techniques novatrices122 »

  • 123 Cité par G. Fehl, ibid., p. 17, sans indication de source.
  • 124 Notamment « "Führer-Wohnungsbau" und "Landschaftsnorm". Zum Scheitern des Heimat- schutzes im Nati (...)

86Pour Fehl, tous ces éléments sont secondaires, car le cœur de la modernité réside dans la distance prise par les architectes par rapport aux modèles et aux styles du passé. En décrétant que le Heimatschutz est une « avant-garde traditionaliste modérée » sur le chemin de la modernité, Lampugnani opère non pas une révision, mais une inversion des valeurs, afin de mettre en avant une architecture contemporaine « néo-moderne ». Cette architecture « néo-moderne » renouerait avec la « tradition de la qualité et la qualité de la tradition123 » ; avec des caractéristiques, « solidité, modestie, nouvelle simplicité, uniformité, convention », à même de sortir de la crise du post-modernisme et du déconstructivisme. En réponse, Fehl conteste le bien-fondé de la notion de reactionary modernism et se donne pour tâche de mettre en lumière l’idéologie qui est au fondement de cette « avant-garde traditionaliste modérée », à savoir son nationalisme fondé sur le mythe de l’« être allemand ». Même s’il confond un concept historiographique, celui de reactionary modernism, avec la dénonciation des fondements idéologiques de l’architecture traditionaliste, l’ouvrage de Fehl présente un grand intérêt pour notre recherche, comme nous le verrons au prochain chapitre124. Toutefois, ce n’est pas le rôle de l’historien que d’entrer dans cette manipulation des concepts aux fins de réhabiliter ou justifier une pratique contemporaine de l’architecture et c’est sur le terrain de l’histoire que nous aurons recours à la notion de reactionary modernism.

  • 125 Gagfah, « Eigenheim und Wohnung für Angestellte », Berlin, s.d. (1930).

87La réalité historique d’une sensibilité allemande combinant convictions réactionnaires et moyens d’action progressistes est avérée ; elle souhaite éclairer les contradictions internes à la Gagfah et au DHV par la grille de lecture proposée par Jeffrey Herf. Les valeurs sur lesquelles se fondent les deux organisations sont la défense de la corporation des employés, un nationalisme viscéral, l’attachement aux valeurs familiales, le natalisme, l’enracinement par la propriété. La nostalgie de l’ère préindustrielle les conduit à refuser la métropole, l’industrialisation, le développement d’une société égalitaire. Sur le fondement de ces valeurs, l’activité constructive en direction des employés conduit la Gagfah à privilégier la Heimstätte, le faubourg-jardin au tracé pittoresque, la communauté des habitants. Elle adopte un habillage traditionaliste ou régionaliste et reste fidèle aux méthodes artisanales de construction. Mais cette activité s’inscrit dans le cadre de la politique du logement définie par la république de Weimar et de ses moyens de financement. Elle se fonde sur une organisation centralisée, qui définit un nombre limité de plans types conformes aux exigences de confort qui tendent à devenir la norme dans les années 1920. Elle définit des standards pour la plupart des éléments de construction. La Gagfah poursuit certes des objectifs réactionnaires, mais avec des moyens d’action contemporains. Mais ce que montrent Mersebourg, Haselhorst et Lindenbaum oblige à s’interroger plus avant sur l’adéquation des fins aux moyens : la nécessité de prendre en compte le contexte contemporain semble insensiblement amener la Gagfah à emprunter des chemins qu’elle récuse dans ses prises de position officielles. Cette tension entre la Heimstätte et l’immeuble-barre se donne à voir dans la brochure qu’elle édite en 1930 : vingt pages d’illustrations concernent certes des maisons individuelles, mais plus d’une dizaine montrent des opérations d’immeubles collectifs — dont Mersebourg et les immeubles de Göderitz et Bernoully125. L’environnement social oblige à des compromis, comme la Gagfah l’exprime dans la brochure précitée : l’immeuble locatif est particulièrement adapté aux grandes villes, où l’on peut constater une plus grande demande pour des appartements locatifs, et où la construction de maisons individuelles est irréalisable. On le construit particulièrement là où les associations d’employés et les pouvoirs publics le favorisent. Nécessité faisant loi, la Gagfah apprivoise partiellement la réponse aux besoins des employés des grandes villes : des opérations groupant plusieurs immeubles. À cet égard, la Gagfah, comme son mentor syndical, relève bien de ce que Herf a décrit comme reactionary modernism.

  • 126 H. Heynen, Architecture and Modernity: a Critique, Cambridge (É.-U.), 1999.

88Pour terminer, revenons sur la question soulevée par le désaccord entre G. Fehl et V. M. Lampugnani : peut-on pour autant prétendre que l’architecture de la Gagfah relève d’une « avant-garde traditionaliste modérée » ? Les divergences qui opposent le traditionalisme et l’avant-garde ont fondamentalement à voir avec leur rapport à la condition moderne, telle qu’elle se présente dans l’Allemagne du début du xxe siècle. Mais il convient de s’entendre sur le terme de moderne. Retenons que la modernité, ainsi que l’indique Hilde Heynen dans son lumineux et fondamental ouvrage, Architecture and Modernity : a Critique126, est l’élément intermédiaire entre la modernisation socio-économique et le modernisme culturel — la relation entre les deux demeurant une question ouverte.

  • 127 Idem.

89De ce point de vue, l’architecture agit à la fois dans le monde de la modernisation, entendue comme phénomène socio-économique, et dans celui du modernisme, entendu comme réponse subjective de différents mouvements artistiques à la situation nouvelle, sur le plan social et sur le plan économique, engendrée par les mutations du xixe siècle127.

  • 128 Voir, en français, D. Peukert, La république de Weimar. Années de crise de la modernité, Paris, 19 (...)
  • 129 H. Heynen, op. cit.

90La situation économique et sociale de l’employé sous la république de Weimar a été évoquée au chapitre II. S’il est particulièrement concerné par les mutations profondes dont l’époque est le témoin, c’est l’ensemble du corps social qui est confronté à ces données nouvelles. Sur le plan artistique, les années de la république de Weimar sont d’une extraordinaire fécondité dans tous les domaines. Tout moyen d’expression est questionné, exploré, réinventé : arts plastiques, littérature, musique, théâtre, cinéma. Les années 1920 connaissent une explosion de créativité, où les artistes d’avant-garde semblent faire reculer les frontières du connu, du vu, de l’entendu, du perceptible, du dicible, du pensable. Cette effervescence culturelle a été largement étudiée128. En ce qui concerne plus spécifiquement l’architecture, nous avons au chapitre I donné un aperçu de l’évolution qui prend place pendant la république de Weimar, en identifiant en son sein une avant-garde architecturale. En réalité, ce terme d’avant-garde, fréquemment utilisé dans ce travail pour la commodité de l’exposé, est, en toute rigueur de terme, dépourvu de pertinence en ce qui concerne l’architecture. Même si le Mouvement moderne a eu dans sa phase initiale des liens étroits avec les mouvements d’avant-garde comme le futurisme, le néoplasticisme, le dadaïsme et le constructivisme, il est confronté à la nécessité de construire des habitations, aussi son statut dans la vie quotidienne diffère-t-il forcément de celui des productions plastiques ou littéraires129. L’obligation de donner forme au cadre de vie désamorce la volonté de destruction de l’ordre bourgeois propre à l’avant-garde, et l’architecture est forcée de faire des compromis. Suggérer que l’avant-garde puisse être modérée est un non-sens, puisque ce qui caractérise l’avant-garde est précisément sa radicalité.

91Revenons à présent à nos cités d’habitation, pour voir comment elles se situent par rapport à la modernisation comme phénomène socio-économique et par rapport au modernisme comme phénomène culturel.

92Examinons d’abord la réponse des uns et des autres à la modernisation comme phénomène socio-économique. Confrontées à la nécessité de loger un groupe social en plein essor près des centres d’emploi, généralement situés en ville, les deux sociétés de construction cautionnent pleinement la politique du logement menée par la république de Weimar (tout au moins avant son inflexion vers le logement minimal) et utilisent les moyens financiers qu’elle dégage. Unies dans le refus de la grande ville, elles emploient la forme de la cité d’habitation planifiée par un seul architecte — et donc très homogène, quel que soit le parti architectural. Le plan de masse aère et élargit l’îlot traditionnel.

93La nécessité de répondre à une demande pressante conduit les sociétés de construction à réfléchir à des plans types et à standardiser certains éléments de construction. Toutefois, l’acceptation des méthodes de production modernes n’est pas identique : les hommes de la Gehag sont fascinés par la fabrication en série et les méthodes américaines ; à la Gagfah, on reste fidèle aux méthodes traditionnelles, sauf dans les deux cas mentionnés plus haut.

94Quant à la vision sociale, elle diffère profondément, puisque la Gagfah place le développement individuel de l’employé avant son appartenance au groupe, tandis que la Gehag met l’accent sur la collectivité formée par le prolétariat.

95Si l’on se tourne à présent vers la réponse culturelle élaborée par le modernisme architectural, on constate l’impact des recherches des autres plasticiens sur l’appréhension des volumes et des couleurs, l’ambition d’une esthétique de la série, fondée sur la répétition et l’exactitude, l’invention d’un vocabulaire simulant la production industrielle et recourant à une orthogonalité dépourvue de symétrie ainsi qu’au toit plat. L’effort des architectes modernistes procède de la conviction que l’époque est nouvelle et qu’il faut universellement en exprimer l’esprit.

  • 130 Cf. S. Giedion, Befreites Wohnen, Zürich, 1929 (rééd. Francfort-sur-le-Main, 1985).

96Notons toutefois que, par rapport aux thématiques défendues au même moment par les idéologues du Mouvement moderne, l’inscription des cités d’habitation dans les préoccupations sociales et techniques de la maîtrise d’ouvrage disqualifie les mots d’ordre que l’on trouve sous la plume d’un Giedion. Ce que ce dernier met en exergue : le nouveau sens du temps et de l’espace déjà à l’œuvre en peinture et en mathématiques, la transcription en architecture de la dynamique, de la flexibilité, de la transparence, la vie sociale fondée sur l’art130, qui constituent des thématiques expérimentées dans la villa et quelques autres programmes exceptionnels, sont absents du logement social.

97À partir de préoccupations communes — le refus de l’historicisme, la recherche de la simplicité, l’authenticité (même si elle s’exprime de façon très diverse) -, les traditionalistes veulent actualiser la culture architecturale en prenant appui sur les valeurs de la nature, du climat, de la région, de la germanité. L’artisanat est le garant de ces valeurs identitaires. La transmission s’effectue par la tradition, dans un cadre où chacun connaît ses racines. Les modernistes au contraire s’intéressent aux valeurs du présent : massification, technique, production industrielle, mobilité, disparition du savoir transmis de personne à personne au profit de la construction d’un savoir fondé sur la raison.

98En conséquence, la réponse que les deux sociétés de construction donnent aux phénomènes les plus marquants, le progrès technique et le déracinement de l’individu, diffère profondément.

99Quelle que soit la teneur réactionnaire de ses convictions sur bien des plans, la Gagfah, plus nettement que la gauche, s’attaque au phénomène de la mobilité moderne, au déracinement de sa clientèle. Confrontée au dilemme de l’employé moderne, — bouger pour des raisons professionnelles/se fixer pour des raisons familiales -, elle élabore des solutions plus sophistiquées que les propositions contemporaines des architectes d’avant-garde. De ce fait, elle œuvre pour l’inscription d’une conscience sociale sectorielle dans sa réponse au bouleversement de la société traditionnelle. En règle générale, la Gehag tend à mettre en valeur l’aspect collectif de son architecture et notamment les équipements ; la Gagfah, elle, souligne l’individualité de l’occupant. Là où la Gehag défend l’idée d’égalité, la Gagfah préfère les plans de masse pittoresques, aux rues courbes, afin d’éviter monotonie et uniformité. Seule la Gagfah est attentive à la définition sociale de sa clientèle, la Gehag semblant toujours se situer dans un univers social solidaire : le peuple est une communauté idéalisée, d’où tout conflit catégoriel est absent. Cette différence d’attitude par rapport aux habitants reflète une appréhension des employés fondamentalement opposée ; alors que, pour la Gagfah, ils forment un « État », au sens que ce terme avait dans la société préindustrielle, ils constituent pour la Gehag une classe sociale, membre du prolétariat au même titre que les ouvriers et les fonctionnaires. Pour la Gagfah, la forme de logement adapté à l’employé propriétaire est la maison couverte d’un toit en pente, aux solides matériaux de construction, tandis que la Gehag loge l’employé locataire dans des immeubles ou des maisons en bandes à toit plat, qui expriment avant tout la logique de la série.

100Peut-on dès lors parler de modernité des traditionalistes ? La question est délicate, et cette étude ne prétend pas apporter de réponse. Contentons-nous de reprendre les éléments à notre disposition. La condamnation par la Gagfah de la grande ville, des méthodes de production industrielle, sa nostalgie de l’employé comme élite pré-urbaine sont autant de refus de la modernisation comme phénomène socio-économique. Son rejet du modernisme en architecture est clairement argumenté, malgré quelques compromis dans la pratique. Quant à sa volonté d’une architecture fondée sur l’édification artisanale, elle est condamnée par le développement économique en cours. En revanche, son attention aux attentes de sa clientèle lui fait prendre en compte un mode de vie marqué par la modernisation, ce qui se manifeste dans la distribution de l’habitation, parfaitement en phase avec l’évolution du mode de vie des employés, tout comme le sont les opérations d’immeubles collectifs qu’elle se résout à construire.

101Peut-on dès lors suggérer que le reactionary modernism revêt également une dimension sociologique ? Que les convictions réactionnaires n’étant pas incompatibles avec la prise en compte de l’évolution sociale, la modernité de la Gagfah, si l’on veut chercher ce qui pourrait la constituer, se situerait du côté de cette proximité aux besoins réels d’un groupe social identifié ?

102Nous verrons au chapitre VIII que, ayant adopté au compte-gouttes une esthétique et une organisation urbaines éloignées de sa pente naturelle, la Gagfah parviendra sous le IIIe Reich à préserver un héritage architectural à cheval entre Kultur et Zivilisation, et, par là, à sauvegarder l’identité du groupe social des employés contre la tentation nazie de nivellement social intégral. Finalement, ce grand écart entre la Heimstätte de l’élite préindustrielle et l’immeuble-barre moderniste se révélera plus efficace que la nostalgie des Heimatschützer.

Notes

1 J. Herf, Reactionary Modernism. Technology, Culture and Politics in Weimar and the Third Reich, Cambridge (G.-B.), 1984.

2 Les façades inspirées des traditions locales ne constituent au demeurant pas la seule marque de l’adhésion de la Gagfah au mouvement de protection du patrimoine régional : un volet sémantique promeut, pour la dénomination des rues, l’emploi de termes provenant du bas allemand.

3 On ignore tout des premiers maîtres d’œuvre recrutés par la Gagfah : Theodor Hamacher et son collaborateur Ferdinand Köhler, qui préparent la première génération de plans types, et l’on n’est guère mieux renseigné sur le prédécesseur de Gerlach, l’architecte Bruno Langkeit, mort pré- maturément en 1928.

4 Gerlach participe à Fischtalgrund en 1928 (ill. 16) et construit en 1930-1932 la cité de la Gagfah jouxtant Oncle Tom, voir infra (ill. 137 et 138).

5 « Wohnungsbauten der Gagfah, Gemeinnützige Aktien-Gesellschaft für Angestellten-Heimstätten », Die Wohnung, a. 5, n° 5, août 1930, p. 134-144.

6 H. Gerlach, « Die Siedlung der Mitteldeutschen Heimstätte in Genthin », Die Wohnung, a. 5, n° 10, janvier 1931, p. 299-303.

7 H. Gerlach, « Baugestaltung », Die Wohnung, a. 7, n° 12, mars 1933, p. 263-270.

8 Idem, p. 263.

9 G. [H. Gerlach], « Berliner Wohnungsbauten von Mebes und Emmerich », Die Wohnung, a. 4, n° 2, mai 1929, p. 37.

10 À ce propos, il raille les maisons construites par Le Corbusier au Weissenhof, leurs grandes baies vitrées et leur toit-terrasse totalement en contradiction avec le climat allemand, et les affuble du sobriquet « catarrhal », dans un article intitulé « Vers une architecture : le style nez qui coule ! » : H. Gerlach, « Kommende Baukunst : der katarrhalische Stil », Die Wohnung, a. 2, n° 9/10, janvier-février 1928, p. 261-269.

11 P. Schmitthenner Das deutsche Wohnhaus, Stuttgart, 1932. Le livre a fait l’objet de réimpressions en 1940 et 1950, et d’une réédition en 1984, avec une préface d’H. Frank. Cf. C. Weller, « Paul Schmitthenners Buch Das deutsche Wohnhaus : Zur Rezeption eines umstrittenen Textes », dans W. Voigt et H. Frank (dir.), Paul Schmitthenner, op. cit., p. 47-65.

12 Voir W. Voigt, « Vom Ur-Haus zum Typ. Paul Schmitthenners "deutsches Wohnhaus" und seine Vorbilder », dans V. M. Lampugnani et R. Schneider (dir.), Moderne Architektur in Deutschland 1900 bis 1950. Reform und Tradition, op. cit., p. 244-265.

13 Merci à W. Voigt d’avoir attiré mon attention sur ces « irrégularités ».

14 G. Fehl, Kleinstadt, Steildach, Volksgemeinschaft. Zum « reaktionären Modernismus » in Bau- und Stadtbaukunst, Brunswick/Wiesbaden, 1995, p. 157-160.

15 Cf. K. Junghanns, Bruno Taut 1880-1938, Berlin (RDA), 1970, p. 63-64.

16 Taut rapporte sa découverte de la nouvelle architecture hollandaise dans « Die Architektur der Arbeiterbewegung », Soziale Bauwirtschaft, a. 4, n° 17, 1er septembre 1924, p. 179-182.

17 P. Schmitthenner, « Tradition und neues Bauen », Deutsche Kulturwacht. Blätter des Kampfbundes für deutsche Kultur, a. 2, n° 17, 29 juillet 1933, p. 11-12.

18 R. Pommer et C. Otto, Weissenhof 1927 and the Modem Movement in Architecture, Chicago/Londres, 1991, p. 160-161.

19 W. Gropius, Internationale Architektur, Munich, Bauhausbücher n° 1, 1925.

20 L. Hilberseimer, Internationale neue Baukunst, Stuttgart, 1927.

21 H.-R. Hitchcock et P. Johnson, The International Style: Architecture since 1922, New York, 1932 (trad. française Le style international, Marseille, avec une préface de C. Massu, 2001).

22 Sur la couleur en architecture dans l’Allemagne de l’entre-deux-guerres, l’étude fondamentale demeure : H. J. Rieger, « Die farbige Stadt », op. cit. (ch. I, n. 16).

23 Idem, p. 52-53.

24 « Aufruf zum farbigen Bauen », Die Bauwelt, a. 10, 1919, n° 38, p. 11.

25 R. Pommer et C. Otto, Weissenhof 1927, op. cit., p. 79.

26 Sur la Fédération pour la promotion de la couleur dans le paysage urbain (Bund zur Förderung der Farbe im Stadtbild), voir H. J. Rieger, op. cit., p. 145-183.

27 E. Meier-Oberist, « Die Farbe im Ortsbilde », Die farbige Stadt, a. 4, n° 1, 20 avril 1929, p. 22.

28 B. Taut, « Die Farbe in der Siedlung », Fest im Fischtal, 7 septembre 1930, p. 8-12.

29 H. J. Rieger, op. cit., p. 134-135.

30 P. Mebes, « Technisches vom Aussenputz », Bauwelt, 23 février 1928, n° 8, p. 158-160.

31 P. Schmitthenner, « Geschlemmter Ziegelbau », Bauwelt, a. 18, n° 51, 1927, p. 1262-1263.

32 P. Mebes, Um 1800, op. cit., vol. 1, p. 10.

33 Sur le rôle de l’architecture industrielle au sein du Werkbund avant la Première Guerre mon- diale, voir S. Müller, Kunst und Industrie. Idéologie und Organisation des Funktionalismus in der Architeklur, Munich, 1974.

34 W. Nerdinger, « Walter Gropius, de l’américanisme au nouveau monde », dans J.-L. Cohen et H. Damisch (dir.), Américanisme et modernité. L’idéal américain dans l’architecture, 1993, p. 147-170.

35 B. Taut, « Von der architektonischen Schönheit des Serienbaues », Der Aufbau, a. 1, 1926, n° 24, p. 106.

36 P. Schmitthenner, « Die Werksiedlung », Süddeutsche Zeitung, 5 mai 1926, cité par R. Pommer et C. Otto, Weissenhof 1927, op. cit., p. 262.

37 P. Schmitthenner, « Sachliches über die neue Sachlichkeit », Das deutsche Wohnhaus, Stuttgart, 1932, p. 10-12. Cette préface polémique n’est pas reproduite dans les éditions ultérieures. Merci à W. Voigt de me l’avoir procurée.

38 B. Taut, « Architekt und Wohnungsbau », Jahrbuch des Akademischen Architektenvereins, Berlin, 1928, p. 28-29, reproduit dans M. Speidel (dir.), Bruno Taut. Natur und Fantasie 1880-1938, Berlin, 1995, p. 227.

39 Sur l’antithèse entre les notions allemandes de Kultur et de Zivilisation, voir N. Elias, La civilisation des mœurs, Paris, 1973, p. 11-60 (éd. orig. allemande 1939), et, plus précisément dans les cercles intellectuels du début du siècle : R. Hamann et J. Hermand, Epochen deutscher Kultur von 1870 bis zur Gegenwart, vol. 4: Stilkunst um 1900, Munich, 2e éd. 1973, p. 102-120.

40 E. Vermeil, Doctrinaires de la révolution allemande 1918-1938, Paris, 1948 (1re éd. 1938), p. 46-49.

41 J. Herf, Reactionary Modernism, op. cit., p. 35.

42 K. [A. Knoblauch], « Zwei Bücher von Bruno Taut », Die Wohnung, a. 2, n° 6, octobre 1927, p. 199.

43 R. Pfister, « Paul Schmitthenner und seine Arbeit », Die Baukunst, a. 7, 1931, p. 329. Cette citation a été relevée par Norbert Huse à l’appui du lien entre position achitecturale et vision du monde et de la société, mais pour noter que, dans l’esprit de Pfister, les cités de la nouvelle rationalité prolétarisent la bourgeoisie, tandis que celles de Schmitthenner embourgeoisent le prolétariat. Neues Bauen..., op. cit., p. 12.

44 Hugo Häring, lettre à Carl-Christoph Lörcher datée du 23 octobre 1933, archives Hugo Häring, Berlin, Akademie der Künste.

45 Idem.

46 R. Pommer, « The flat roof: A modernist controversy in Germany », Art Journal, 43, n° 2, été 1983, p. 158-169; B. Miller-Lane, Architecture and Politics, op. cit.

47 Mitteilungen des deutschen Werkbundes, 22 juillet 1922, p. 6-7, cité par R. Pommer, « The flat roof... », op. cit., p. 163.

48 Voir Bauwelt (mai 1925), Die Baugilde (novembre 1925), et la polémique dans Deutsche Bauzeitung (a. 60, 1926) : K. HAGER, « Das flache Dach », n° 16-17, 24 février 1926, p. 151-152 ; W. Gropius, « Das flache Dach. Eine Entgegnung », n° 22, 17 mars 1926, p. 188-192 ; dossier « Nochmal das flache Dach », n° 33, 24 avril 1926, p. 276-279.

49 W. Gropius, « Das flache Dach. Internationale Umfrage über die technische Durchführbarkeit horizontal abgedeckter Dächer und Balkone », Bauwelt, a. 17, 1926, n° 8, p. 162-168, et n° suivant.

50 P. Schultze-Naumburg, « Zur Frage des schrägen und des flachen Daches bei unserem Wohnhausbau », Deutsche Bauzeitung, a. 60, n° 94, 24 novembre 1926, p. 761-766, et n° 96, 1er décembre 1926, p. 777-781.

51 P. Schultze-Naumburg, Flaches oder geneigtes Dach? Mit einer Rundfrage an deutsche Architekten und deren Antworten, Berlin, 1927.

52 Idem, p. 10.

53 Ibid., p. 64.

54 K. Rössler, « Steildach — Flachdach — Horizontaldach. Die Wirtschaftlichkeit der Dachformen », Zentralblatt der Bauverwaltung, a. 47, n° 12, 23 mars 1927, p. 138-139.

55 Walter Gropius, « Das flache Dach. Eine Entgegnung », Deutsche Bauzeitung, n° 22, 17 mars 1926, p. 188-192.

56 « Das flache Dach », Das Neue Frankfurt, n° spécial, a. 1, 1926-1927, n° 7 (octobre-décembre 1927), p. 149-211.

57 R. Pietzsch, « Flaches oder steiles Dach. Teilbetrachtung über die Tagung für wirtschaftliches Bauen in Stuttgart », Bauwelt, a. 18, n° 48, 1er décembre 1927, p. 1188-1189. Cf. B. Miller-Lane, Architecture and Politics, op. cit., p. 135-136.

58 Reichsverband der Deutschen Dachdecker-Handwerker, Das schöne deutsche Dach, Berlin, s.d. (v. 1928-1930).

59 « Zehlendorfer Bezirksversammlung... », op. cit.; « Die Wahrheit... », op. cit.; « Das flache Dach vor dem Forum einer Berliner Bezirksversammlung », Wannsee-Zeitung, 17 octobre 1926; « Der moderne Kubus ohne Dach », mémorandum du Deutches Dachdecker-Handwerk, automne 1926, archives municipales de Zehlendorf, Tiefbauamt, 410-27, vol. 1, p. 113-116.

60 « Eine Mustersiedlung in Berlin », Der Baumeister, a. 26, n° 5, mai 1928, supplément p. 97.

61 E. Fader, « Ausstellung "Bauen und Wohnen"... », op. cit., p. 120-123.

62 A. Behne, « Der Krieg um die Dachform. Die Ausstellung am Fischtalgrund », Die Welt am Abend, 5 septembre 1928. Voir par exemple l’ill. C19.

63 E. Fader, « Die Gagfah-Siedlung Fischtalgrund, Berlin-Zehlendorf », Der Neubau, 10 novembre 1928, p. 255.

64 E. Gloeden, « Nochmals die Gagfah-Siedlung im Fischtalgrund », Deutsches Bauwesen, a. 4, novembre 1928, n° 11, supplément, p. 2.

65 K. Scheffler, « Dächerkrieg und Universum », Kunst und Künstler, a. 27, n° 2, novembre 1928, p. 77-79.

66 M. Deri, « Die hinkende Siedlung », Berliner Zeitung am Mittag, 17 juillet 1928.

67 « Leben heisst Wohnen », Volkszeitung, 13 septembre 1928.

68 G. Stein, « Dächer als Rebellen. Ausstellung "Bauen und Wohnen" », Berliner Tageblatt, n° 212, supplément, 9 septembre 1928.

69 « Bauen und Wohnen in der Wagschale. Internationale Kritik der Zehlendorfer Siedlungen am Fischtalgrund », Berliner Börsen-Courier, 4 novembre 1928.

70 S. Giedion, « Der Zehlendorfer Dächerkrieg », Neue Zürcher Zeitung, 2 décembre 1928.

71 W. Gropius, « Zur eröffnung... », op. cit., cf. ch. I, n. 54.

72 M. Deri, « Die hinkende Siedlung », Berliner Zeitung am Mittag, 17 juillet 1928, n° 194, 1er suppl.

73 F. Huth, « Bauen und Wohnen. Ergebnisse der Gagfah-Ausstellung in Berlin-Zehlendorf », Deutsche Bauhütte, a. 32, 1928, n° 22 p. 338-342, et n° 23 p. 356-357.

74 « Der Gewerkschaftler: die sozialpolitische Untersuchung (Die Gagfah-Mustersiedlung "Bauen und Wohnen" in Berlin-Zehlendorf, Fischtalgrund) », Wohnungswirtschaft, a. 5, n° 19-20, 1er octobre 1928, p. 287.

75 A. Jaecgi et J. Tomisch, op. cit., p. 196.

76 B. Taut, Bauen. Der neue Wohnbau, Leipzig/Berlin, 1927, p. 46.

77 Cité par H. J. Rieger, op. cit., p. 139.

78 B. Taut, « Architekt und Wohnungsbau », Jahrbuch des Akademischen Architektenvereins, Berlin, 1928, p. 28-29, reproduit dans M. Speidel (dir.), Bruno Taut. Natur und Fantasie 1880-1938, Berlin, 1995, p. 227.

79 B. Taut, « Der Auβenwohnraum. Zur städtebaulichen Gestaltung der Gehag-Siedlungen », Einfa, a. 2, 1931, n° 4, p. 2-4 ; et Gehag-Nachrichten, a. 2, n° 1-2, avril 1931, p. 9-11.

80 H. J. Rieger, op. cit., p. 127.

81 P. Bröcker, « Wohnungsbau als Ausdruckskultur. Eindrücke und Gedanken beim Rundgang durch die Gagfah-Ausstellung », Deutsche Handelswacht, a. 35 n° 18, 25 septembre 1928, p. 372-374.

82 F. Forbat, « Wohnform und Gemeinschaftsidee », Wohnungswirtschaft, a. 6, n° 10/11, 25 mai 1929, p. 141.

83 Die Baugilde, 25 octobre 1928, cité par H. J. Rieger, op. cit., p. 126.

84 H. Haring, « "Bauen und Wohnen". Bemerkungen zu der Ausstellungssiedlung der Gagfah », Zentralblatt der Bauverwaltung, a. 48, n° 47, 21 novembre 1928, p. 759-761.

85 Cité par H. J. Rieger, op. cit., p. 144.

86 B. Taut, Bauen, op. cit., p. 46.

87 F. Tonnies, Gemeinschaft und Gesellschaft. Abhandlung des Communismus und des Sozialismus als empirischer Culturformen, Berlin, 1887. Cf. U. Linse, « "Gemeinschaft" und "Gesellschaft" von Ferdinand Tönnies bis Theodor Geiger », dans D. Kerbs et J. Reulecke (dir.), Handbuch der deuts- chen Reformbewegungen, op. cit., p. 161-165.

88 Zehlendorfer Wohngemeinschaft, 11 mai 1929.

89 B. Taut, « Die Farbe in der Siedlung », Fest im Fischtal, 1930 (7 septembre), p. 8-12 (également paru dans Die Farbige Stadt, a. 6, n° 3, 20 juin 1931, p. 29-30).

90 G. Lampmann, « Neue Siedlungen in Berlin, II. Die Gagfah-Siedlung in Fischtalgrund », Zentralblatt der Bauverwaltung, a. 48, n° 47, 21 novembre 1928, p. 753-759.

91 A. Schwab, « Zur Gehagsiedlung Zehlendorf. Grundsätzliches und Wirtschaftliches », Die Form, a. 4, n° 1, 1er janvier 1929, p. 8-14.

92 F. Forbat, « Wohnform und Gemeinschaftsidee », Wohnungswirtschaft, a. 6, n° 10/11, 25 mai 1929, p. 142-143.

93 Sur les techniques de construction de l’entre-deux-guerres : W. Triebel, Geschichte der Bauforschung : die Forschung für das Bau- und Wohnungswesen in Deutschland, Hanovre, 1983 ; et K. Sorgenfrei, « Soziale Wohnungsbaue razionalizzazione », Rassegna, n° 5, n° spécial « Riviste, manuali di architettura, strumenti del sapere tecnico in Europa, 1910-1930 », a. 3, janvier 1981, p. 27-32. Sur la question plus spécifique de la maison préfabriquée, G. Herbert, The Dream ofthe Factory-made House, Cambridge (É-U.), 1984 ; K. Junghanns, Das Haus für alle. Zur Geschichte der Vorfertigung in Deutschland, Berlin, 1994.

94 R. Banham, A Concrete Atlantis. U.S. Industrial Building and European Modem Architecture, Cambridge (É.-U.)/Londres, 1986; J.-L. Cohen et H. Damisch (dir.), Américanisme et moder- nité. L’idéal américain dans l’architecture, 1993; H. Kegler, « Fordismus und Bauhaus », dans W. Hofmann et G. Kuhn (dir.), Wohnungspolitik und Städtebau, op. cit., p. 245-264; Zukunft aus Amerika. Fordismus in der Zwischenkriegszeit. Siedlung, Stadt, Raum, Dessau, 1995.

95 M. Wagner, Amerikanische Bauwirtschaft, Berlin, 1925, p. 14-19, cité par A. Jaeggi, « Das Grosslaboratorium », op. cit., p. 27.

96 M. Wagner, « Wohnungsbau im Grossbetrieb », Wohnungswirtschaft, 1924, p. 73-75, cité par N. Huse, « Grosssiedlungen... », dans id. (dir.), Vier Berliner Siedlungen..., op. cit., p. 9.

97 Du reste, il semble que l’excavatrice à roue-pelle n’ait pas été utilisée pour les chantiers sui- vants. Cf. A. Jaeggi, dans N. Huse (dir.), Vier Berliner Siedlungen..., op. cit., p. 122-123.

98 M. Wagner, « Rationalisierter Wohnungsbau », Wohnungswirtschaft, a. 2, 1er novembre 1925, n° 21/22, p. 171-173.

99 Gagfah, « Geschaftsbericht uber dus vierzehnte Geschaftsjahr vom 1. Januar bis 31. Dezember 1931 », Anlage 3, p. 20.

100 A. Knoblauch, « Reisetagebuch eines Architekten », manuscrit dactyl., 1927, n.p., à la date du 25 août 1927 (conservé par son fils Paul Knoblauch, Ostfildern).

101 Idem, à la date du 27 août 1927.

102 Lindemann, « L’aménagement des régions industrielles de l’Allemagne centrale », Wohnen und Bauen, 1931, n° 1-2, p. 81-87.

103 A. Knoblauch, « Erfahrungen mit Gussbauweisen », dans Vom wirtschaftlichen Bauen. Jahresbericht des deutschen Ausschusses für wirtschaftliches Bauen 1922, Sorau, 1922, p. 30-33.

104 H. Gerlach, « Rationeller Wohnungsbau. Die Grosssiedlung Merseburg der Gagfah », Die Wohnung, a. 3, n° 8, 15 janvier 1929, p. 222-232; « Versuchs-Grosssiedlung Merseburg der Gagfah », Der Baumeister, supplément au n° 11, novembre 1928, p. B221.

105 « Die neue Waldstadt Zehlendorf bei Berlin », Deutsche Bauzeitung, a. 64, 3 décembre 1930, n° 97-98, supplément « Stadt und Siedlung », n° 18, p. 130-131.

106 Volter, « Neue Grundriss-Studien von Arch. BDA Alexander Klein: Aufteilungs- und Bebauungspläne für das Gagfah-Gelände Onkel-Tom’s Hütte Berlin-Zehlendorf », Die Baugilde, a. 11, n° 8, 1929, p. 604-605.

107 C’est sur ce terrain que la Gehag construira finalement la cinquième tranche de la Case de l’Oncle Tom, celle où Bruno Taut fait alterner les tonalités de brun avec les dégradés de vert, en fonction de la situation des maisons par rapport à la course du soleil (cf. ill. C23).

108 En 1934, l’opération sera doublée au nord par un lotissement de maisons en bandes et de maisons doubles, également conçues par Hans Gerlach.

109 B. Taut, « Durchhalten », Fest im Fischtal, 1931, p. 9 ; et « Siedlungsmemoiren », op. cit., p. 19.

110 « Stadt der 14 000. Ausbau der "Gehag" und "Gagfah". - Siedlungen in Zehlendorf. - Villenstadt des kleinen Mannes », Berliner Tageblatt, 6 mai 1931 ; et « 25 000 statt 14 000. Der Umfang der Zehlendorfer Siedlung », Berliner Tageblatt, 7 mai 1931. Merci à M. Borgert de m’avoir communiqué ces deux articles.

111 W. Voigt, « Gartenstadt, Volkswohnung und fabriziertes Fachwerk : Paul Schmitthenner und die Rationalisierung », dans id. et H. Frank (dir.), Paul Schmitthenner, op. cit., p. 9-25.

112 La RFG lance en 1928 un concours pour une cité expérimentale de 4 000 logements sur le terrain de Haselhorst (Berlin-Spandau). Le projet de Gropius, variation sur l’ordonnancement strictement parallèle d’immeubles-barres, est lauréat et la Gagfah, par l’intermédiaire de la Heimag du Grand-Berlin, chargée de la construction. Pour des raisons obscures, Gropius est dessaisi de la maîtrise d’œuvre et la Gagfah finalement évincée du chantier. Du fait de son importance et de nombreux rebondissements, la cité Haselhorst bénéficie d’une abondante couverture dans la presse. Voir par exemple R. Heiligenthal, « Der Wettbewerb um Vorentwürfe fur die Forschungs-Siedlung Haselhorst », Der Städtebau, a. 24, 1929, p. 92-96 ; G. Wellershaus, « Forschungssiedlung Spandau-Haselhorst », Die Wohnung, a. 6, juin 1931, n° 3, p. 55-67 ; et H. Kammler, « Die Forschungssiedlung Berlin-Haselhorst », Deutsche Bauzeitung, 19 octobre 1932, n° 43, p. 841-843.

113 U. Höhns, « Das Erbe der Handlungsgehilfen », dans Architektur in Hamburg. Jahrbuch 1992, Hamburgische Architektenkammer, 1992, p. 126-129.

114 W. Blumenthal, E. Keller et K. Kuba, Mit den Groschen, op. cit, p. 94-98.

115 O. Gisbertz, Bruno Taut und Johannes Göderitz in Magdeburg: Architektur und Städtebau in der Weimarer Republik, Berlin, 2000, p. 218-219 et 325.

116 P. Mebes, « Die Feuer- und Rauchlose Siedlung in Berlin-Steglitz », Wasmuths Monatshefte für Baukunst und Städtebau, a. 16, mars 1932, p. 115.

117 Sur la « révolution conservatrice », voir chapitre II, n. 43 à 45.

118 R. Hamann et J. Hermand, Stilkunst um 1900, op. cit.

119 G. Fehl, Kleinstadt, Steildach, Volksgemeinschaft..., op. cit., notamment p. 7-25.

120 Cf. Introduction, n. 18.

121 G. Fehl, idem, p. 8.

122 Ibid., p. 8.

123 Cité par G. Fehl, ibid., p. 17, sans indication de source.

124 Notamment « "Führer-Wohnungsbau" und "Landschaftsnorm". Zum Scheitern des Heimat- schutzes im National-Sozialismus », ibid., p. 132-175.

125 Gagfah, « Eigenheim und Wohnung für Angestellte », Berlin, s.d. (1930).

126 H. Heynen, Architecture and Modernity: a Critique, Cambridge (É.-U.), 1999.

127 Idem.

128 Voir, en français, D. Peukert, La république de Weimar. Années de crise de la modernité, Paris, 1995 (éd. orig. allemande 1987) ; P. Gay, Le suicide d’une république : Weimar 1918-1933, Paris, 1995 (éd. orig. américaine 1968) ; J. Willett, L’esprit de Weimar. Avant-gardes et politique 1917- 1933, Paris, 1991 (éd. orig. anglaise 1978) ; L. Richard, D’une apocalypse à l’autre, Paris, 1976.

129 H. Heynen, op. cit.

130 Cf. S. Giedion, Befreites Wohnen, Zürich, 1929 (rééd. Francfort-sur-le-Main, 1985).

Table des illustrations

Légende Ill. 120. — Cité à Genthin, Fritz Keller arch. ; Société d’encouragement à la construction de logements de Saxe, 1928-1929.
URL http://books.openedition.org/psorbonne/docannexe/image/527/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 1,0M
Légende Ill. 121. — P. Schmitthenner, maison individuelle, cité Fischtalgrund (Gagfah), façade arrière, 1928.
URL http://books.openedition.org/psorbonne/docannexe/image/527/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 4,3M
Légende Ill. 122. — B. Taut, cité du parc Schiller (Berliner Spar- und Bauverein/Gehag), Berlin-Wedding, 1924-1926.
URL http://books.openedition.org/psorbonne/docannexe/image/527/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 2,9M
Légende Ill. 123. — P. Schmitthenner : contraste entre la « machine à habiter » et la « gentilhommière » de Goethe, 1932.
URL http://books.openedition.org/psorbonne/docannexe/image/527/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 1000k
Légende Ill. 124. — B. Taut : désuétude de la colonnade baroque, actualité de l’aéroplane, 1926.
URL http://books.openedition.org/psorbonne/docannexe/image/527/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 2,1M
Légende Ill. 125. — Les différents types de toits, Die Wohnung, 1931.
URL http://books.openedition.org/psorbonne/docannexe/image/527/img-6.jpg
Fichier image/jpeg, 237k
Légende Ill. 126. — Association nationale des artisans couvreurs allemands, couverture des noues (à l’intersection des pans rentrants de toiture), 1929.
URL http://books.openedition.org/psorbonne/docannexe/image/527/img-7.jpg
Fichier image/jpeg, 143k
Légende Ill. 727. — L’excavatrice à roue-pelle fabriquée par l’entreprise Humboldt, début des années 1920.
URL http://books.openedition.org/psorbonne/docannexe/image/527/img-8.jpg
Fichier image/jpeg, 157k
Légende Ill. 128. — Les wagonnets évacuant mécaniquement les déblais, 1926.
URL http://books.openedition.org/psorbonne/docannexe/image/527/img-9.jpg
Fichier image/jpeg, 177k
Légende Ill. 129. — La réalité du chantier : la pénible manutention des matériaux, 1927.
URL http://books.openedition.org/psorbonne/docannexe/image/527/img-10.jpg
Fichier image/jpeg, 220k
Légende Ill. 130. — Un immeuble typique de la Gagfah, façade sur rue, Berlin-Lichterfelde, B. Langkeit arch., 1926.
URL http://books.openedition.org/psorbonne/docannexe/image/527/img-11.jpg
Fichier image/jpeg, 409k
Légende Ill. 131. — Un immeuble typique de la Gagfah : la cour aménagée en espace vert, Berlin-Tempelhof, A. W. Bretschneider arch., 1930.
URL http://books.openedition.org/psorbonne/docannexe/image/527/img-12.jpg
Fichier image/jpeg, 434k
Légende Ill. 132. — Gagfah, cité expérimentale pour les usines Leuna, Mersebourg, 1927-1928, plan de masse, H. Gerlach arch.
URL http://books.openedition.org/psorbonne/docannexe/image/527/img-13.jpg
Fichier image/jpeg, 196k
Légende Ill. 133. — Gagfah, cité expérimentale pour les usines Leuna, Mersebourg, 1927-1928 : le pont roulant.
URL http://books.openedition.org/psorbonne/docannexe/image/527/img-14.jpg
Fichier image/jpeg, 332k
Légende Ill. 134. — Gagfah, cité expérimentale pour les usines Leuna, Mersebourg, 1927-1928 : vue d’ensemble.
URL http://books.openedition.org/psorbonne/docannexe/image/527/img-15.jpg
Fichier image/jpeg, 281k
Légende Ill. 135. — Plan de masse originel pour le terrain situé au nord d’Argentinische Allee et à l’est de la rue Riemeister, auteur et date inconnus.
URL http://books.openedition.org/psorbonne/docannexe/image/527/img-16.jpg
Fichier image/jpeg, 114k
Légende Ill. 136. — Gagfah, cité de Berlin-Zehlendorf : troisième plan de masse pour le terrain situé au nord d’Argentinische Allee et à l’est de la rue Riemeister, A. Klein et H. Gerlach arch., 1929.
URL http://books.openedition.org/psorbonne/docannexe/image/527/img-17.jpg
Fichier image/jpeg, 112k
Légende Ill. 137. — Gagfah, cité de Berlin-Zehlendorf : plan de masse définitif pour le terrain situé au nord d’Argentinische Allee, mais à l’ouest de la rue Riemeister, H. Gerlach arch., vers 1930.
URL http://books.openedition.org/psorbonne/docannexe/image/527/img-18.jpg
Fichier image/jpeg, 88k
Légende Ill. 138. — Gagfah, cité de BerlinZehlendorf : l’architecture des immeubles, H. Gerlach arch., 1930-1931.
URL http://books.openedition.org/psorbonne/docannexe/image/527/img-19.jpg
Fichier image/jpeg, 113k
Légende Ill. 139. — Gagfah, immeubles, Magdebourg, J. Göderitz arch., 1926.
URL http://books.openedition.org/psorbonne/docannexe/image/527/img-20.jpg
Fichier image/jpeg, 225k
Légende Ill. 140. — Gagfah, immeubles, Francfort-sur-le-Main, L. Bernoully arch., 1928.
URL http://books.openedition.org/psorbonne/docannexe/image/527/img-21.jpg
Fichier image/jpeg, 229k
Légende Ill. 141. — Gagfah, immeubles, Stuttgart, 1930.
URL http://books.openedition.org/psorbonne/docannexe/image/527/img-22.jpg
Fichier image/jpeg, 132k
Légende Ill. 142. — Gagfah, cité Am Lindenbaum, Francfort-sur-le-Main, W. Gropius arch., 1929-1930, vue aérienne (photo Stefan Rosenbauer).
URL http://books.openedition.org/psorbonne/docannexe/image/527/img-23.jpg
Fichier image/jpeg, 208k
Légende Ill. 143. — Gagfah, cité Am Lindenbaum, Francfort-sur-le-Main, W. Gropius arch., 1929-1930, façade arrière d’un immeuble.
URL http://books.openedition.org/psorbonne/docannexe/image/527/img-24.jpg
Fichier image/jpeg, 71k
Légende Ill. 144. — Le siège du DHV, Hambourg, 1904, W. Lundt et G. Kallmorgen arch.
URL http://books.openedition.org/psorbonne/docannexe/image/527/img-25.jpg
Fichier image/jpeg, 402k
Légende Ill. 145. — Projet pour le nouveau siège du DHV, Hambourg, 1913, F. Sckopp et W. Vortmann arch.
URL http://books.openedition.org/psorbonne/docannexe/image/527/img-26.jpg
Fichier image/jpeg, 207k
Légende Ill. 146. — Projet de complexe pour le siège du DH V, Hambourg 1925, F. Sckopp et W. Vortmann arch.
URL http://books.openedition.org/psorbonne/docannexe/image/527/img-27.jpg
Fichier image/jpeg, 367k
Légende Ill. 147. — Le gratte-ciel du DHV, Hambourg, 1931, F. Sckopp et W. Vortmann arch. (photo Hans Hartz).
URL http://books.openedition.org/psorbonne/docannexe/image/527/img-28.jpg
Fichier image/jpeg, 384k
Légende Ill. 148. — W. Gropius, diagramme paru dans Das Neue Berlin, 1929.
URL http://books.openedition.org/psorbonne/docannexe/image/527/img-29.jpg
Fichier image/jpeg, 164k
Légende Ill. 149. — Gagfah, cité Am Lindenbaum, Francfort-sur-le-Main, W. Gropius arch., 1929-1930, plan de masse.
URL http://books.openedition.org/psorbonne/docannexe/image/527/img-30.jpg
Fichier image/jpeg, 75k

© Éditions de la Sorbonne, 2007

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search