Version classiqueVersion mobile

Guerre du toit et modernité architecturale

 | 
Christine Mengin

Chapitre VI. Wohnungskultur de l’employé et définition des normes de confort et de distribution de l’habitat moderne

Texte intégral

1Les rivalités politiques et les différences architecturales entre les trois sociétés de construction que l’on a présentées au chapitre IV ne doivent pas occulter les nombreuses connivences qui existent dans leur action, tant sur le plan idéologique que sur celui, abordé au chapitre V, de la pratique architecturale. Sur le plan idéologique, tous les protagonistes, maîtres d’ouvrage comme maîtres d’œuvre, sont baignés par la culture réformatrice. Refusant la grande ville, honnissant ses casernes locatives, ils adhèrent à l’idée qu’il faut régénérer la population allemande par un environnement de nature et par un cadre propice au renforcement de la vie de famille. Sur le plan de la culture architecturale, tous sont imprégnés des mots d’ordre de lutte contre l’historicisme et l’éclectisme, de renouvellement, de simplification, de purification de l’architecture. Parallèlement, l’adoption de l’organisation scientifique du travail dans les méthodes de production industrielle incite les architectes à s’intéresser à la normalisation, la standardisation, la typisation du bâti, l’expérimentation technique, ainsi qu’à la rationalisation des méthodes de construction et de conduite des chantiers. Enfin, la conception des plans d’habitation repose sur l’analyse préalable du mode de vie et/ou des besoins de l’habitant, en l’occurrence l’employé. La démarche rationalisatrice entraîne la typisation des plans, aboutissant à l’élaboration d’un petit nombre de plans types. La vertu pédagogique du bâti étant insuffisante, il convient enfin d’éduquer l’habitant non pas tant à l’usage de son logement, puisque celui-ci est censé combler ses attentes, qu’à l’usage de son environnement, c’est-à-dire la cité d’habitation, forme de lotissement adoptée par les trois sociétés de construction. Ce chapitre se propose donc de présenter les composantes consensuelles de la culture de l’habitat propre à l’employé, mise en œuvre sous la république de Weimar par les trois sociétés de construction de logements fondées par les syndicats d’employés, alors que le prochain chapitre aura pour objectif de revenir sur les éléments de conflit. Les thématiques étudiées ne sont certes pas propres aux maîtres d’ouvrage et aux maîtres d’œuvre qui construisent pour les employés, mais traversent l’époque. Nous tenterons ici de situer le tour particulier qu’elles prennent dans les convictions de nos protagonistes par rapport à la toile de fond du débat architectural.

Vers la maison individuelle dans un faubourg-jardin

Le refus de la grande ville

2L’un des traits les plus marquants de la réforme architecturale est son hostilité à la grande ville. Ce refus revêt chez les architectes deux formes distinctes : du côté des traditionalistes, il s’inscrit dans le courant anti-urbain très répandu dans l’Allemagne wilhelminienne. Du côté des modernes, le refus de la ville n’a pas les mêmes sources idéologiques : il est provoqué par la désorganisation de la ville de l’ère industrielle, perçue comme scandaleuse.

  • 1 Sur la critique de la grande ville, voir : K. Bergmann, Agrarromantik und Groβstadtfeindschaft, Me (...)
  • 2 Le premier tome du Déclin de l’Occident paraît en 1918, le second en 1922 (trad. française Paris, (...)

3Nous avons déjà indiqué que la philosophie de la Gagfah se situe dans la tradition d’hostilité à la grande ville qui s’est développée en Allemagne dès le milieu du xixe siècle, avant de devenir l’un des traits les plus marquants de la culture de l’ère wilhelminienne. Cette haine de la grande ville se prolonge sous la république de Weimar1. Trouvant sa source dans les travaux très largement diffusés de W. H. Riehl, le courant anti-urbain a pris toute sa mesure à la fin du siècle, au moment où l’urbanisation de l’Allemagne battait son plein. La pensée dominante rend les grandes villes contemporaines responsables du Déclin de l’Occident, selon le titre de la synthèse anti-urbaine publiée dans l’immédiat après-guerre par Oswald Spengler2. La ville y est tenue pour responsable de tous les maux frappant la société moderne : abâtardissement de la race, baisse de la natalité, déracinement, perte des repères sociaux et communautaires, désagrégation de la famille, perversion des valeurs. Les fondateurs de la Gagfah se font clairement l’écho de cette idéologie anti-urbaine, comme en témoigne cet extrait de la brochure écrite par Hans Bechly et Hermann Frank en 1917, et repris par Bechly dans sa préface au recueil publié en 1928 pour les dix ans de la Gagfah :

  • 3 Gagfah, 16.000 Wohnungen..., op. cit., p. 9.

« Le responsable de tous les phénomènes de dégénérescence dans la vie de notre peuple est essentiellement la grande ville avec ses casernes à loyers. Si l’on veut fortifier la force des mœurs au sein du peuple allemand, il faut donner aux masses urbaines la possibilité de revenir à un contact durable avec la nature. Chaque famille arrachée depuis plusieurs générations à la glèbe finit fatalement par périr. Un être qui a passé sa jeunesse et continue à vivre dans les hautes casernes à loyers et les sombres maisons, sans pouvoir appeler sien le moindre petit coin de pays (Heimat), ne peut pas vraiment aimer sa patrie. Les jardins ouvriers aux portes des grandes villes témoignent de cette indéracinable nostalgie de la terre nourricière et fortifiante3. »

  • 4 A. Knoblauch, « Die Gagfah », Deutsche Selbstverwaltung, a. 1, n° 8, 1er mai 1928, p. 175. Cette r (...)

4Cette hostilité à la grande ville va de pair avec des préoccupations d’ordre eugénique et, pour rendre sa force et sa santé au peuple allemand, il faut l’arracher à la métropole, afin qu’il retrouve ses racines rurales. Ainsi Arnold Knoblauch, directeur général de la Gagfah à partir de 1924, indique-t-il que le travail accompli par la Gagfah constitue une contribution pratique à la résolution d’un problème particulièrement important sur le plan de la politique démographique (bevölkerungs-politisch)4. En effet, la construction de logements sains poursuit aussi des objectifs politiques car il faut, comme l’explique Hans Gerlach, au moment où il s’apprête à devenir directeur du service de Construction de la Gagfah, procurer à l’homme force et productivité :

  • 5 H. Gerlach, « Die beste Wohnform », dans H. Brüning, F. Dessauer, K. Sander (dit), Das nationale B (...)

« Notre peuple, appauvri par la guerre et par l’inflation, doit particulièrement veiller à conserver sa force de travail, qui garantira son expansion économique dans la concurrence entre nations. Notre bien le plus précieux est la santé de notre peuple ; l’entretenir est notre devoir le plus sérieux5. »

  • 6 Sur la réforme urbaine, voir : J. Rodriguez-Lores et G. Fehl (dir.), Stadtebaureform 1865-1900. Vo (...)
  • 7 Sur les conceptions urbanistiques de L. Mies van der Rohe et L. Hilberseimer, voir : C. Mencin, «  (...)
  • 8 Cf. chapitre I, n. 97.
  • 9 Dans ce contexte de refus de la ville contemporaine, rares sont parmi les modernes ceux qui, sans (...)

5Quant à l’avant-garde architecturale, sans reprendre la rhétorique de la décadence, elle entretient avec la grande ville des rapports pour le moins ambigus, non dénués d’hostilité. La plupart de ses membres reprennent à leur compte les analyses et les mots d’ordre des hygiénistes et des réformateurs sociaux en vue d’un nouvel urbanisme6. Bien qu’applaudissant aux thèmes du progrès technique et de la modernité, les modernes rejettent la métropole industrielle, ses arrière-cours sombres et ses fumées d’usine. Leur perception de la grande ville est dominée par l’idée de chaos. Pour Bruno Taut, pour Ludwig Mies van der Rohe comme pour Ludwig Hilberseimer, la ville de l’ère industrielle est caractérisée principalement par sa désorganisation (Planlosigkeit) : rien en effet n’a canalisé l’explosion urbaine, si bien qu’initiative privée et spéculation immobilière ont produit au hasard ces conglomérats urbains où les quartiers d’habitation sont infestés par les usines et envahis par la circulation provoquée par les bureaux7. Face à cette situation intolérable, les architectes modernes veulent, comme les traditionalistes, offrir à tout un chacun air, lumière et verdure. La recherche d’une alternative à la ville existante prend des formes différentes selon les architectes du Neues Bauen. Le refus d’une culture urbaine et matérialiste conduit, on l’a vu, un Bruno Taut à concevoir, à la fin de la Première Guerre mondiale, le cadre idéal pour une vie communautaire à la campagne. Pour parvenir à la « Dissolution des villes », titre de l’ouvrage qu’il publie en 1920, il groupe, dans Une couronne pour la ville, les édifices incarnant l’Esprit, tandis que l’espace périphérique accueille les activités du peuple8. Hannes Meyer, futur directeur du Bauhaus, demeure marqué par son voyage en Angleterre, qui lui a fourni l’occasion de se familiariser avec le mouvement anglais des cités-jardins, auquel fait écho le village coopératif de Freidorf qu’il construit en 1919-1924 à proximité de Bâle. Ludwig Hilberseimer, qui fait, pour ce mouvement architectural, office de théoricien de l’urbanisme, élabore plusieurs projets radicaux, de la Ville-satellite (1923) à la Ville verticale (1924), avant d’aboutir à des formes de lotissement mixte dans un environnement de verdure. De 1925 à 1930, Ernst May, également très impressionné par son séjour en Angleterre, construit le « Nouveau Francfort » sous forme de cités-satellites reliées au centre ancien de la ville, auquel les plans d’urbanisme élaborés par les édiles ne touchent pas. Quant à Walter Gropius, son objectif est de réconcilier ville et campagne, par la construction d’immeubles de dix étages dans une Ville dans la verdure (1929-1931) qui constitue un réel projet de ville idéale. En dépit de leur diversité, tous ces projets urbains ont en commun d’ignorer le tissu urbain existant au profit de solutions localisées dans des lieux neufs, vietges de toute construction antérieure9. Si donc la condamnation de la grande ville ne repose pas, chez les architectes traditionalistes et les architectes modernes, sur les mêmes phénomènes, tous refusent en définitive la ville industrielle contemporaine.

Ill. 85. — Vue aérienne d’un quartier de Berlin publiée en 1926 dans la revue de la Dewog.

Ill. 86. — « L’Homme et la grande ville : le Moloch », illustration parue en 1930 dans la revue de la Confédération des syndicats d’employés (GdA).

Ill. 87. — « L’Homme et la grande ville : la Circulation », illustration parue en 1930 dans la revue de la Confédération des syndicats d’employés (GdA).

6Même son de cloche du côté des syndicats, dont les revues ont recours à d’éloquentes illustrations. Ainsi, Wohnungswirtschaft, la revue de la Dewog, utilise la vue aérienne d’un quartier de Berlin pour dénoncer les ravages de la spéculation immobilière, qui densifie les vastes parcelles berlinoises au moyen de sombres arrière-cours (ill. 85). La GdA n’est pas en reste et sa revue, Materialblätter, publie différentes illustrations sur la thématique de la grande ville, du Moloch (ill. 86) au problème de la circulation (ill. 87).

Ill. 88. — Vue aérienne de « casernes à loyers » publiée en 1926 dans la revue de la Dewog.

Le repoussoir : la caserne locative (Mietskaserne)

  • 10 Werner Hegemann, théoricien de l’urbanisme, publie en 1930 un ouvrage intitulé Das steinerne Berli (...)

7L’une des composantes de la grande ville qui focalise les critiques est l’immeuble de rapport, surnommé « caserne locative » par ses innombrables détracteurs. La caserne locative semble en effet incarner tous les maux de la grande ville ; elle est l’ennemi juré tant des tenants de la réforme sociale que des réformateurs architecturaux. Ce type d’immeuble a proliféré pendant la révolution industrielle et le boom économique qu’a connu le règne de Guillaume Ier : il est la forme d’habitat la plus fréquemment construite à Berlin depuis la seconde moitié du xixe siècle, faisant de la capitale la plus grande « ville de casernes locatives au monde », selon l’expression de l’un de ses plus implacables ennemis, Werner Hegemann10. En effet, seule la bourgeoisie aisée pouvait se permettre d’habiter les luxueuses maisons édifiées dans les opulents « faubourgs de villas » (Villenvororte). En centre-ville, les casernes locatives de cinq étages se succèdent à perte de vue le long des artètes berlinoises. En dépit des différences dans le décor de la façade sur rue, ces immeubles présentent une très forte homogénéité architecturale. Sur le plan social en revanche, la population de ces immeubles forme un large spectre, grâce à la variété des plans d’appartement (ill. 89). L’appartement situé au premier étage de l’immeuble sur rue, le « bel étage » (Beletage), très spacieux, à la décoration luxueuse, accueille une famille aisée. Les pièces de réception sont situées sur la rue, tandis que les pièces de service, les chambres et les domestiques se trouvent dans l’aile en retour, sur la cour. À l’intersection des deux ailes se trouve la fameuse « pièce berlinoise » (Berliner Zimmer), traversante et chichement éclairée. Au fur et à mesure que l’on monte les étages et que l’on s’enfonce dans les cours, le statut social des occupants décroît. Cela dit, l’ensemble des appartements sur rue, avec leur pluralité de pièces, leur salle de bains et leurs W.-C. intérieurs, garantissent aux bourgeois du bel étage un voisinage acceptable. Ce n’est pas le cas des ailes sur cour, qui ne comportent que des logements modestes, composés d’une seule pièce (Stube) avec cuisine, fréquemment dépourvus d’entrée et de W.-C. privatifs, les latrines étant au mieux situées sur le palier. Les réformateurs reprochent à la caserne locative ses logements obscurs, mal aérés, malsains, son environnement minéral, son inhumanité. Elle leur paraît incarner le mépris dans lequel la spéculation immobilière tient les valeurs liées au respect de la personne et de la famille. Le terme de caserne rend compte de cette annihilation de l’individu par une forme de bâti redevable au seul profit.

Ill. 89. — Une « caserne locative » berlinoise typique, fin du xixe siècle : plan d’un étage courant.

Ill. 90. — « Images de la grande ville : la Société par actions », caricature de Franz Masereel parue en 1928 dans la revue de la Confédération des syndicats d’employés (GdA).

8Là aussi, les syndicats d’employés reprennent cette antienne et la Dewog dénonce les « casernes locatives » comme la production honteuse des sociétés immobilières animées par la seule recherche du profit (ill. 88). De même la revue de la GdA dénonce-t-elle dans sa série « Images de la grande ville » la société par actions comme productrice d’un environnement urbain inhumain (ill. 90).

9Ces critiques sont reprises par les architectes, qui blâment également les élévations de ces immeubles, perçues comme les morceaux de bravoure d’hommes de l’art indifférents aux préoccupations sociales. Est particulièrement visée la profusion d’erkers, de balcons, de loggias, de décorations sculptées, bref de tous les artifices employés par les architectes désireux d’évoquer l’architecture du palais urbain traditionnel. Cette variété des motifs que l’on peut observer à Berlin constitue pour partie la réponse des architectes au souci du maître d’ouvrage d’individualiser son immeuble. Or ces décors, non contents d’assombrir les logements de devant et de grever les coûts de construction, provoquent un désordre stylistique intolérable, ainsi décrit par Mebes :

  • 11 P. Mebes, Um 1800, op. cit., vol. 1, p. 12, cité par E. Meyer, Paul Mebes, op. cit., p. 12.

« Des quartiers entiers s’élèvent dans les grandes villes à une allure effrayante, avec des façades qui cherchent à se damer le pion par un luxe accablant de pignons, de tourelles, d’erkers et de colonnes. Une promenade sur le Kurfürstendamm, la célèbre artère de l’ouest berlinois, nous montre clairement l’évolution des dix dernières années en matière d’architecture de l’habitation dans les grandes villes : une image peu réjouissante et peu prometteuse ! Tous les styles imaginables sont représentés dans un fouillis bigarré, et un ornement souvent incompréhensible a pris possession du dernier mètre carré de façade encore libre11. »

10À dire vrai, comme le montre cette citation de Mebes, la littérature de l’époque ne distingue pas toujours nettement entre les immeubles à la plus forte densité — ceux des quartiers populaires de Wedding ou de Kreuzberg par exemple, qui constituent à proprement parler les casernes locatives — et les immeubles de rapport plus bourgeois, avec une seule cour parfois plantée d’arbres. Ces derniers, situés dans l’ouest berlinois, à Charlottenbourg ou Wilmersdorf notamment, constituent pour de nombreuses familles bourgeoises une étape en direction des quartiers de villas du sud et du sud-est. Néanmoins, la condamnation de l’immeuble de rapport est unanime et réformateurs sociaux comme architectes se lancent dans une croisade en faveur de la maison individuelle avec jardin, dans des cités éloignées de la ville et situées dans un environnement de nature.

11C’est le cas de la Gagfah, dont les dirigeants condamnent sans appel l’immeuble collectif, forts du constat que :

  • 12 H. Gerlach, « Die beste Wohnform », op. cit., p. 114.

« la tuberculose, la mortalité infantile et de nombreuses autres maladies menacent la population des casernes locatives bien davantage que les habitants des quartiers où il y a davantage d’espace. De même, les statistiques des naissances montrent clairement l’hostilité des casernes locatives aux enfants12 ».

12Toutefois, Martin Wagner, dans les propositions qu’il formule pour améliorer la situation, souligne qu’une politique centrée sur l’aménagement de la périphérie urbaine serait injuste si elle oubliait les citadins :

  • 13 M. Wagner, « Die Sanierung des Mietskasernen », dans C. J. Fuchs (dir.), Die Wohnungs-und Siedlung (...)
  • 14 Idem, p. 402.

« Ce serait rendre un très mauvais service aux neuf dixièmes de la population que de faire miroiter des réformes concernant le logement sur les seuls terrains neufs et de laisser les casernes à loyers demeurer des casernes locatives13 », « avec leurs cinq bâtiments sur cour, les uns derrière les autres, et leurs logements qu’on ne peut pas aérer14. »

13Ce sentiment qu’habiter une cité de la Gehag est un privilège est exprimé par le président de l’association des habitants de la Case de l’Oncle Tom, à l’occasion de la fête annuelle de la cité, organisée pour les enfants :

  • 15 J. König, « Willkommen zum Fest im Fischtal », Fest im Fischtal, 1930, p. 5-6, recueil édité par l (...)

« Aussi est-ce en l’honneur des enfants, dont les yeux rayonnant de joie vous saluent, que les fanions sont déployés. Nous voulons nous aussi participer à cette joie ; nous voudrions également y faire participer tous les enfants qui sont encore condamnés à vivre dans les logements les plus malsains de cet océan minéral qu’est Berlin. Air, lumière et soleil, conditions préalables au sain épanouissement d’une génération qui va devenir adulte ; bois et pièces d’eau qui obligent les citadins à de longs voyages sont généreusement présents dans notre cité15. »

14Et le président de remercier les syndicalistes ayant eu le courage d’agir en faveur du logement. L’année suivante, même tonalité chez Martin Wagner, qui se fait l’écho de ces propos :

  • 16 M. Wagner, « Meine lieben Zehlendorfer Freunde », Fest im Fischtal, 1931, p. 3.

« Lors de la fête dans votre cité inondée de lumière et égayée par la couleur, observez cinq minutes de silence pour penser à ces pauvres enfants que la nuit des casernes locatives plonge dans une situation de misère16. »

15Les critiques contre les formes revêtues par l’urbanisation durant la période wilhelminienne sont au fondement, sous la république de Weimar, de la doctrine officielle des pouvoirs publics qui, par l’intermédiaire de leurs instances répartissant l’aide publique, sont à même d’exercer un contrôle sur la forme du bâti. Les prescriptions édictées par les Sociétés provinciales d’encouragement à la construction de logements, de même que la plupart des règlements municipaux d’urbanisme pris dans les années 1920, interdisent arrière-cours et îlots fermés, et limitent la densité du bâti et la hauteur des immeubles, conformément aux refus des réformateurs. Mais au-delà de ces mesures pragmatiques, la réforme de l’habitat, pour contourner le processus d’urbanisation par l’alignement de casernes locatives, se tourne vers le remède que constitue la cité-jardin.

La cité-jardin : les avatars d’un idéal

  • 17 Sur le mouvement allemand pour la cité-jardin, voir A. Schoumeier, Gartenstâdte in Deutschland. Ih (...)

16La haine de la métropole a favorisé, dès le début du xxe siècle, l’intérêt pour une solution alternative : la cité-jardin. D’origine anglaise, ce modèle est introduit en Allemagne par la Société allemande pour la cité-jardin (Deutsche Gartenstadt-gesellschaft), qui préconise une répartition plus équilibrée des industries et des villes sur le territoire, et prône l’édification de faubourgs-jardins (Gartenvorstädte) pour faire face aux problèmes posés par l’extension des grandes villes17. Nos sociétés de construction sont imprégnées de cet idéal, mais la leçon qu’elles en retiennent diffère, sinon dans la pratique, du moins dans l’idéologie.

  • 18 À titre d’exemple, citons les deux articles qu’Hermann Muthesius, envoyé en 1896 comme attaché à l (...)
  • 19 E. Howard, To-Morrow : A peaceful path ta real reform, 1898 ; id., Garden Cities of To-Morrow, 190 (...)
  • 20 T. Fritsch, Die Stadt der Zukunft, Leipzig, 1896 (2e éd. 1912). Sur Fritsch, cf. chapitre II, n. 4 (...)

17Le mouvement pour la cité-jardin est né en Angleterre, où le problème de la croissance urbaine s’est posé un demi-siècle plus tôt. Plusieurs solutions pour décentraliser la ville ont été envisagées au cours du xixe siècle et de nombreux réformateurs allemands s’y sont intéressés18, mais c’est la proposition d’Ebenezer Howard qui va donner son élan au mouvement pour la cité-jardin, tant en Angleterre que sur le continent. Son livre, « Demain : une voie pacifique vers la vraie réforme », paru en 1898 et réédité en 1902 sous le titre de Les cités-jardins de demain19, propose la création d’unités de trente mille habitants réunissant les avantages de la ville et de la campagne. Autonomes sur le plan industriel, agricole et culturel, ces villes, entités administratives indépendantes, devaient à terme couvrir toute l’Angleterre. Un schéma illustre la répartition radioconcentrique des activités : un premier cercle, autour d’un jardin, concentre les édifices administratifs et culturels, puis, en s’éloignant du centre, les commerces, la zone résidentielle, composée de maisons individuelles avec jardin, les industries, et enfin la périphérie, constituée d’espaces verts et de zones agricoles. En Allemagne même, l’idéologue antisémite déjà mentionné, Theodor Fritsch, avait en 1896 développé des thèmes similaires dans « La ville de l’avenir20 ». En écho à la publication de Howard dont elle se réclame explicitement, la Société allemande pour la cité-jardin est fondée en 1902 par les membres d’un cercle littéraire. Ces gens de lettres s’enthousiasment pour l’orientation pratique de cette promesse de retour à la nature, de vie communautaire. Selon ses statuts, la Deutsche Gartenstadtgesellschaft est une société de propagande, qui a pour but essentiel de gagner le peuple à la création de cités-jardins, la cité-jardin étant définie comme :

« une cité conçue conformément à un plan sur un terrain bon marché, qui demeure en dernier ressort propriété de la collectivité, afin d’empêcher toute spéculation sur le sol et le terrain. C’est un type de ville nouveau, qui permet une réforme radicale de l’habitation, garantit à l’industrie et à l’artisanat des conditions de production avantageuses, et destine de façon permanente une grande partie de son territoire à la culture des jardins et des champs ».

18Et les statuts d’ajouter que la création de cités-jardins ressortit d’une politique globale d’aménagement du territoire :

  • 21 Statuts de la Société allemande pour la cité-jardin dans la version révisée de 1907, paragraphe 1, (...)

« Le but ultime d’un mouvement pour la cité-jardin progressiste est la colonisation intérieure (Innenkolonisation) qui, par la fondation planifiée de cités-jardins, vise la décentralisation de l’industrie et donc une répartition plus égale de l’activité industrielle dans le pays. De telles cités rendront la vie urbaine plus saine et plus variée, et diffuseront à l’économie agricole qui leur sera rattachée les valeurs culturelles et l’équipement technique de la ville, ainsi que les avantages des débouchés commerciaux directs21. »

19Contrairement à ce que prétend fréquemment une vision un peu réductrice du mouvement pour la cité-jardin, le pragmatisme des réformateurs allemands n’a pas effacé l’allégeance originelle à la pensée de Howard. Les thèmes howardiens, bien qu’infléchis dans le sens de la réforme foncière, perdurent et la création de faubourgs-jardins n’est qu’un des volets de l’action de la Société allemande pour la cité-jardin. Bien sûr, la critique a porté sur l’insuffisance de la taille des villes préconisée par Howard, trop petites pour attirer les industries, et sur l’aspect irréalisable de cette réforme d’ensemble. Sur la foi de ces critiques, on considère souvent que le mouvement allemand pour la cité-jardin aurait simplement adapté le modèle de départ aux conditions suburbaines des villes industrielles. Ainsi, les promoteurs de l’idée de cité-jardin n’auraient pas songé à déconcentrer les villes, et notamment Berlin, mais au mieux à contrôler, planifier la croissance urbaine. Or la Société pour la cité-jardin est restée fidèle à son idéal de départ, bien que le label anglais soit difficile à porter et qu’elle doive en permanence se défendre d’être esclave du modèle britannique. Même si aucune des cités-jardins construites en Allemagne n’a eu l’ampleur souhaitée par Howard, il n’en demeure pas moins que les très réalistes faubourgs-jardins résidentiels n’ont pas gommé le but ultime poursuivi par l’organisation : la décentralisation de l’industrie. En 1927, un prospectus émanant de la Société allemande pour la cité-jardin affirme :

« Le faubourg résidentiel ne constitue pas une solution aux besoins d’extension et de transport du développement industriel, qui nécessite de l’espace, des connections ferroviaires, des voies fluviales. La solution réside bien plutôt dans la décentralisation des lieux d’habitation et de travail. »

  • 22 Deutsche Gartenstadt-Gesellschaft, « Ziele der Dezentralisation im Siedlungswesen », février 1927, (...)

20Et, à nouveau, de citer la réussite que constituent les cités-jardins de Letchworth et Welwyn, tant sur le plan économique qu’alimentaire, et de conclure que « l’Allemagne, elle aussi, pourrait et devrait suivre l’exemple anglais de la cité-jardin dans les régions industrielles avec des terres disponibles22 ».

  • 23 H. Kampffmeyer, Wohnungs- und Siedlungspolitik, Munich/Berlin, 1920, p. 75-77.

21Malgré ses efforts pouf propager cet idéal en Allemagne, la Société ne compte, fin 1905, que deux cents membres. Pourtant, elle ne ménage pas ses efforts tactiques pour se rapprocher de la nébuleuse réforme de la vie, en présentant l’idéal qu’elle défend comme la synthèse des aspirations diffuses de ses différentes composantes, du Heimatschutz aux Wandervogel en passant par le mouvement coopératif. L’un des zélateurs les plus actifs de la cité-jardin, Hans Kampffmeyer, contribue dans ses nombreux écrits à rapprocher les aspirations du mouvement des positions des différentes composantes de la réforme du logement. Cette opération de relations publiques, conduite avec beaucoup d’habileté, comprend également un volet en direction de la réforme foncière, par la revendication d’une utilisation du sol conforme à l’intérêt général et d’une colonisation intérieure pour repeupler les provinces orientales. Adolf Damaschke compte du reste parmi les membres fondateurs de la Société pour la cité-jardin23. Par rapport à la réforme du logement, l’originalité du mouvement pour la cité-jardin est de ne pas limiter ses préoccupations au logement ouvrier : tous les citadins étant concernés, seule une approche d’ensemble est pertinente. L’accent mis par les partisans allemands de la cité-jardin sur les points d’accord avec la réforme du logement vient progressivement à bout des préventions contre un mouvement perçu au départ comme utopique et assujetti à l’Angleterre. Parmi les moyens mis en œuvre par la Société pour la cité-jardin pour convaincre édiles réticents, réformateurs incrédules et autres architectes sceptiques quant à l’efficacité du modèle howardien figurent en bonne place les voyages d’études en Angleterre.

  • 24 K. Hartmann, Deutsche Gartenstadtbewegung, op. cit., p. 31.
  • 25 H. Kampffmeyer (dir.), Die deutsche Gartenstadtbewegung, s.l. (Berlin), 1911, p. 3, cité par A. Sc (...)
  • 26 H. Kampffmeyer (dir.), Die deutsche Gartenstadtbewegung, Leipzig/Berlin, 2e éd., 1913, p. 8286, ci (...)

22Les efforts de la Société pour la cité-jardin finissent par porter leurs fruits, et une vague de fondation de sociétés ayant pour objectif l’édification de cités-jardins survient dans de nombreuses villes entre 1908 et 191124. Dès lors, le mouvement pour la cité-jardin devient l’une des composantes de la réforme sociale et l’accent est mis sur les valeurs communautaires, avec l’idée que des équipements vont profiter à tous : aires de jeux et de sport, jardins d’enfants, maisons communes, salles de lecture25. L’hygiène et la morale sont également mises en avant : la cité-jardin, avec ses maisons saines, viendra à bout des maux répandus dans les casernes locatives sombres et non aérées, c’est-à-dire qu’elle permettra d’éradiquer la tuberculose et autres maladies infectieuses, de supprimer le phénomène du sous-locataire, si préjudiciable à la vie de famille, et de lutter contre l’alcoolisme, conséquence fatale de conditions de vie désastreuses26. Le jardin attenant à chaque maison garantira une alimentation saine, dont la variété constituera une véritable compensation à un travail monotone à l’usine ou au bureau. Quant à la fréquentation des bistrots, peu présents dans la cité-jardin, elle sera avantageusement remplacée par la lecture et l’éducation artistique, car Kampffmeyer préconise qu’y soient dispensés des cours de dessin, de peinture et de bricolage. Sur le plan architectural, les promoteurs allemands de la cité-jardin citent en exemple, outre les réalisations anglaises, certaines cités construites par Krupp ainsi que la cité de Gmindersdorf construite par Theodor Fischer et à laquelle, on s’en souvient, le jeune Bruno Taut avait collaboré. Fischer est du reste, à partir de 1907, membre du comité de direction élargi, en compagnie de Peter Behrens, Richard Riemerschmid et Hermann Muthesius. Les protagonistes de la réforme architecturale sont donc largement impliqués dans le mouvement pour la cité-jardin mais, à la différence de la situation anglaise, où l’architecture de la cité-jardin se confond largement avec celle de Raymond Unwin et de Barry Parker, il n’y aura pas en Allemagne d’unité formelle des réalisations. Le programme se borne à la conception de maisons avec jardin offrant des conditions d’habitation exemplaires et formant un tout, de façon à exprimer l’esprit communautaire de la cité-jardin. Le rôle de l’architecte est de donner une forme artistique à cet ensemble, et le mouvement se refuse à formuler des directives urbanistiques ou stylistiques par trop précises. D’une façon générale, il se contente de plaider pour une architecture simple et pratique.

  • 27 H. Lindemann, « Arbeiterschaft und Gartenstadt », dans H. Kampffmeyer (dir.), Die deutsche Gartens (...)

23Pour démontrer l’excellence de ses thèses, la Société allemande pour la cité-jardin décide de concentrer ses forces sur la construction d’une cité-modèle : la cité-jardin d’Hellerau près de Dresde, mise en chantier en 1909 et construite par Richard Riemerschmid et Heinrich Tessenow, aura de fait un très grand retentissement, notamment sur le plan architectural (ill. 24). Avec la cité patronale construite au même moment par Georg Metzendorf à Margarethenhôhe près d’Essen pour Krupp, Hellerau est considérée comme l’expression la plus aboutie de ce qu’est une cité-jardin avant la guerre. En 1915, Kampffmeyer annonce que trente et une sociétés de construction de cités-jardins, coopératives pour la plupart, existent et qu’elles ont construit cinq mille cinq cents logements. Si ce chiffre doit être accueilli avec prudence, car certaines réalisations ne sont pas sorties de terre, ou ne correspondent qu’approximativement à la définition de la cité-jardin, il est en revanche indéniable que l’idée a touché de larges cercles. Tant le public que les urbanistes y voient la solution idoine pour l’amélioration de l’habitat et l’extension des villes. Même le socialiste Hugo Lindemann, qui avait d’abord critiqué les objectifs irréalistes de l’idéal howardien, se rallie à la cause et décrit l’habitat approprié à l’ouvrier : une maison individuelle avec son jardin27. Nous avons déjà rencontré une demi-douzaine de cités construites dans les années 1910 et ressortissant de l’idéal de la cité-jardin : Hellerau (H. Tessenow), Altona-Steenkamp, la cité de fonctionnaires de Zehlendorf (R Mebes), la cité coopérative de Falkenberg (B. Taut), Staaken (P. Schmitthenner), Lindenhof (M. Wagner).

24Après la guerre, la pratique des trois sociétés de construction fondées par les syndicats d’employés montre une grande continuité avec le mouvement des cités-jardins de l’avant-guerre, à la fois personnelle et institutionnelle. Toutefois, les attitudes par rapport à l’idéal d’origine de la cité-jardin sont différenciées.

  • 28 Gemeinnütziger Bauverein Altona-Ottensen, « Vertrag mit der Stadt Altona », 12.3.1914, op. cit., p (...)
  • 29 H. Koch, « Beiträge zur Lösung der Kleinwohnungsfrage. I. Die Gartenvorstadt Steenkamp-Bahrenfeld  (...)
  • 30 Gagfah, « Eigenheim und Wohnung fûr Angestellte », Berlin, s.d. (1930), p. 3.

25Nous avons vu que le modèle originel pour l’habitation de l’employé, sur lequel s’accordent tous les syndicats d’employés pendant la guerre, est la cité-jardin d’Altona-Steenkamp. Or cette cité constitue précisément un exemple où le pragmatisme s’est éloigné de l’idéal howardien, défendu par le mouvement pour la cité-jardin, pour aboutir à un faubourg-jardin résidentiel formant une cité. Pourtant, elle était bien à l’origine conçue comme une cité-jardin, ainsi qu’en témoigne le texte introductif à la publication du contrat passé entre la Ville d’Altona et la Société de construction d’utilité publique d’Altona-Ottensen, qui précise que cette Société a été créée « pour réaliser l’idée qui est à la base du mouvement pour la cité-jardin28 ». Et la Société de construction d’Altona-Ottensen fait partie de la trentaine d’organismes de construction de cités-jardins recensés par Kampffmeyer en 1915. Néanmoins, la société de construction d’Hermann Frank se tient à distance de la Société allemande pout la cité-jardin et les responsables du mouvement n’intetviennent à aucun moment du projet, à la différence de ce qui se passe pour la plupart des autres cités-jardins construites avant la guerre. Les rapports entre la cité-jardin de Steenkamp et le modèle howardien sont précisés en 1915 par le théoricien de l’urbanisme Hugo Koch. Koch explique que l’on a un temps cru pouvoir résoudre les problèmes du logement et de la spéculation foncière par la création de cités-jardins sur le modèle anglais, c’est-à-dire de petites villes de trente mille habitants, autonomes. Il note que ces cités-jardins, procédant de l’hostilité à la grande ville et à ses casernes locatives, se voulaient le havre d’une humanité fatiguée par la ville, mais considère que les expériences, le plus souvent menées à grande échelle dans le cadre du logement patronal (Port Sunlight ou les réalisations de Krupp), n’ont pas été très concluantes. Et même s’il lui paraît souhaitable que l’évolution future rééquilibre les rapports entre ville et campagne en développant l’industrialisation à la campagne, Koch affirme qu’il est inutile de nier que les grandes villes sont les pôles de la production économique et de la vie intellectuelle. La solution au problème du logement réside dans la construction de cités-jardins en périphérie des villes, comme lieu de résidence des citadins et organiquement liées à la grande ville. Il ne faut pas se méprendre sur le caractère fondamentalement urbain de la cité-jardin et ce serait une erreur que de lui appliquer un style rural, comme le font les tenants d’un Heimatschutz mal compris. Tel est le fondement des éloges décernés par Hugo Koch à Steenkamp, exemple d’architecture parfaitement réussie et d’actualité29. C’est donc cette forme de lotissement, déchargée de sa force utopique, que la Gagfah fait sienne après la guerre. Il ne lui a pas échappé que les grandes villes sont de véritables réservoirs d’emplois pour ses protégés. Pour elle, il s’agit avant tout de soustraire l’employé à la métropole en le transplantant dans un faubourg-jardin sain. Ce projet constitue sa contribution à la réforme planifiée de l’habitation, seule à même de libérer durablement le peuple des ravages causés par les logements malsains construits avant la guerre. La Gagfah décrit donc sa mission comme la réalisation progressive de faubourgs-jardins pour employés à proximité de toutes les villes importantes d’Allemagne, afin de tendre à la partie du peuple allemand déracinée par la croissance des grandes villes son ancrage à la terre30.

26Si la Gagfah se tient à distance du Mouvement pour la cité-jardin, elle est en revanche proche des thèses de Damaschke : le retour de l’employé au sol allemand doit s’effectuer en conformité avec les exigences du Mouvement pour la réforme foncière. Afin d’éviter qu’une telle œuvre de salubrité publique ne soit entravée par la spéculation, les acquéreuts des maisons de la Gagfah ne sauraient donc bénéficier d’une quelconque plus-value enregistrée par leur bien. Tant que le propriétaire, ses enfants ou petits-enfants occupent le logement, ils en ont la pleine jouissance. Mais lorsqu’ils décident de le vendre, la société fait jouer son droit de rachat au prix d’origine. Cette allégeance aux thèses de la réforme foncière est clairement manifestée par le choix du nom de Damaschke pour baptiser la place centrale d’une opération de la Gagfah à Augsbourg : place Damaschke. La Gagfah récidive quelques années plus tard avec un chemin dédié au même penseur : Damaschkeweg. De même la cité construite à Zittau en 1926-1927 a-t-elle sa rue Damaschke.

  • 31 H. Kampffmeyer, Grunflâchenpolitik und Gartenstadtbewegung, Berlin-Friedenau, 1926, Anhang, cité p (...)
  • 32 B. Taut, Dre Stadtkione, op. cit.
  • 33 A. Jaecci, « Hufeisensiedlung Britz », dans N. Huse (dir.), Vier Berliner Siedlungen..., op. cit., (...)

27La Gehag pour sa part ne partage pas les réticences de la Gagfah vis-à-vis de la Société allemande pour la cité-jardin. Les deux figures qui dominent la société à sa création, Martin Wagner et Bruno Taut, en sont de fervents partisans ; ils appartiennent de surcroît à son comité de direction élargi31. Nous savons que Taut est, depuis 1912, architecte conseil de la Société allemande pour la cité-jardin et nous connaissons son engagement dans les deux projets de Magdebourg et Falkenberg. Ajoutons que son ouvrage paru en 1919, Une couronne pour la ville, comporte plusieurs références à la cité-jardin. Taut reproduit le plan schématique de centre-ville dressé par Howard dans son « ouvrage pionnier » et le centre de la cité-jardin de Letchworth, qui « montre la liaison entre l’église et l’hôtel de ville32 ». Il indique aussi que la partie résidentielle de sa ville idéale est conçue dans le caractère de la cité-jardin, avec des rangées de petites maisons individuelles et un jardin profond pour chaque maison. Différentes perspectives de la cité-jardin de Falkenberg, construite sur le modèle anglais, y figurent également. La persistance du modèle howardien dans la pensée de Taut est clairement montrée par un plan que l’architecte élabore en 1925 pour la cité du Fer à cheval, directement inspiré du diagramme concentrique publié par Howard en 189833.

  • 34 M. Wagner, « Englische Gartenstädte », Wohnungswirtschaft, a. 2, n° 17, 1er septembre 1925, p. 136 (...)
  • 35 M. Wagner, « Englische Gartenstädte », op. cit., p. 139.

28Quant à Martin Wagner, membre de longue date de la Société allemande pour la cité-jardin, il reste dans les années 1920 fidèle à l’idéal howardien. En 1925, il participe à deux voyages d’étude organisés, après dix ans d’interruption, par la Société allemande pour la cité-jardin et découvre ainsi les cités-jardins anglaises, ainsi que les réalisations hollandaises. Ces voyages l’incitent à souligner l’intérêt des réalisations britanniques au regard des problèmes urbains de l’Allemagne34. D’entrée de jeu, il s’en prend à l’acception courante et superficielle du terme de cité-jardin, devenu par un effet de mode synonyme de « groupement esthétique de maisons individuelles avec jardin ». Pour Wagner, cet usage vide de son sens l’idée de cité-jardin, seule à même de résoudre les problèmes du développement urbain. Après une présentation rapide de la pensée de Howard, Wagner décrit avec enthousiasme les cités-jardins de Letchworth, fondée en 1903, et Welwyn, mise en chantier en 1920. Letchworth, à une cinquantaine de kilomètres au nord de Londres, compte en 1924 treize mille habitants, une quarantaine d’entreprises dans une zone industrielle bien séparée des maisons et une douzaine d’exploitants dans la ceinture agricole. La cité comprend en outre un complexe scolaire avec théâtre, piscine, équipements sportifs ; toutes sortes de clubs assurent une riche sociabilité. Pour Wagner, « ici germent un nouvel esprit communautaire, une nouvelle culture, un sain développement de la nation », ce qui l’amène à des considérations démographiques : le taux de natalité est de dix pour mille à Berlin et de dix-huit pour mille à Letchworth, preuve éclatante de la supériorité sanitaire des cités-jardins anglaises sur les casernes locatives allemandes. En conclusion, Wagner s’interroge sur la raison pour laquelle l’Allemagne ne s’est pas lancée dans des réalisations comparables et appelle à l’action. Dans l’impossibilité de réaliser le projet de la cité-jardin dans son intégralité, Wagner retient dans l’immédiat la leçon de la maison individuelle anglaise. Nous avons vu que, chargé de la cité de Lindenhof, il infléchit le projet de la municipalité de Schôneberg dans le sens des prescriptions du mouvement pour la cité-jardin et transforme autant que faire se peut les immeubles de quatre niveaux en maisons. Son voyage en Angleterre le conduit à affirmer la supériorité de la culture anglaise de l’habitat, d’ancienne tradition — où il n’est même pas question de construire des immeubles collectifs car ils sont rejetés tant par le gouvernement que par le peuple tout entier. Wagner reconnaît que les maisons produites par la spéculation immobilière en Angleterre sont ennuyeuses, mais proteste que les casernes locatives ne le sont pas moins. Il ne faut pas se placer sur le plan architectural et artistique, mais comparer l’espace vital (Lebensraum) qu’offrent au peuple les promoteurs anglais et allemands : de ce point de vue, la petite maison de la promotion immobilière anglaise est infiniment supérieure à la caserne locative allemande35.

29Une relative divergence de vues entre la Gagfah et les fondateurs de la Gehag apparaît donc en ce qui concerne la validité du modèle de la cité-jardin dans son intégralité économique. A la différence d’un Wagner, pour qui l’autonomie agricole et industrielle de la cité-jardin en fait réellement la solution aux problèmes tant urbains qu’économiques de l’Allemagne, la Gagfah s’est approprié la version tranquille de la cité-jardin : le faubourg-jardin résidentiel.

Le consensus : la maison avec jardin procure lumière, air, soleil

30Si les ambitions économiques du modèle intégral de la cité-jardin ne font pas l’unanimité, tout le monde s’accorde en revanche et sur la forme d’habitat qu’elle développe, la maison individuelle avec jardin attenant, et sur sa vertu principale, qui est de procurer à ses occupants lumière, air et soleil. Or cette antienne « lumière, air, soleil » (Licht, Luft und Sonne) revient sans cesse sous la plume de tous les zélateurs de la réforme du logement, dont elle constitue le véritable slogan. Elle semble résumer ce qui manque à la caserne locative et ce qu’offre par contraste la maison individuelle du faubourg-jardin. C’est l’idéal de la Gagfah comme de la Gehag, même si le contexte les contraint à construire également des immeubles collectifs.

  • 36 La complexité des formalités prévues par la loi, les servitudes de toutes sortes qui en résultent (...)

31La Gagfah a choisi, pour qualifier les maisons qu’elle construit, le terme de Heimstätte : précisons qu’il ne doit pas être confondu avec celui de Reichsheimstätten, ces biens familiaux inaliénables dont le statut juridique est régi par la loi du 10 mai 1920, mentionnée au chapitre III36. Dans l’esprit du fondateur de la Gagfah, Bechly, la maison avec jardin est une panacée : la propriété suscite l’épargne, épanouit la famille, détourne l’employé du café et autres plaisirs douteux offerts par la grande ville. Elle sauve les malheureux que l’ordre social moderne a plongés dans la détresse et fait d’eux des concitoyens (Volksgenossen) libres, allemands, réenracinés dans leur sentiment patriotique. Pour cela, il faut doter leur habitat d’étables, de clapiers, de poulaillers : ces activités agraires offriront à l’employé, dont le travail devient sans cesse plus automatique, une compensation et un délassement. Mais le jardin ne doit pas non plus être trop vaste, de façon à ce qu’il puisse l’entretenir par ses soins, sans aide extérieure. Le bonheur de l’habitant d’une telle maison est exprimé dans le recueil que les habitants de la cité-jardin de Steenkamp publient pout les dix ans de la cité. Même si la Gagfah ne gère plus alors que la cinquantaine de logements d’origine, l’esprit Steenkamp, qui s’enracine avant-guerre dans l’idéalisme des promoteurs de la cité, perdure au seuil des années 1930 :

  • 37 A. Kunde, « Licht, Luft und Sonne im Steenkamp », dans Heimstätter-Vereinigung Steenkamp, Zehn jah (...)

« En 1920, nous avons quitté la mer de maisons grises avec un cœur plein d’attente et amoureux de la nature. Notre corps devait se rétablir et se fortifier. Notre âme aspirait au repos et à un bien-être heureux. Les rares heures libres que nous laisse notre profession allaient s’écouler dans la détente de l’esprit et du corps. Une maison à soi avec jardin dans un environnement calme et sain nous libérerait des expériences vécues pendant la terrible guerre et nous donnerait de la force pour les obligations s’accumulant dans la vie économique de notre peuple. Et surtout, nous voulions épanouir nos enfants en leur offrant une jeunesse gaie et proche de la nature. La grisaille de la vie dans une grande ville devait céder la place à une vie ensoleillée dans un air frais et pur. Et tout cela est arrivé37 ! »

32Cet héliotropisme passionné pour un soleil plutôt rare en ces latitudes relève d’une croyance quasi médicale : « Les rayons ultraviolets du soleil inondent le Steenkamper et lui donnent sa force curative et tonifiante. »

33Hans Getlach, alors chef du service Construction à la Gagfah, décrit en ces termes le contraste entre les constructions basses (Flachbau) et la caserne locative :

  • 38 H. Gerlach, « Die beste Wohnform », op. cit., p. 115.

« Ici, des logements ensoleillés, accueillants, confortablement lovés dans la verdure, des enfants aux joues roses, des gens en bonne santé, produisant dans la joie sur un terrain à eux ; là-bas, d’affreux murs gris, des puits de lumière malodorants, des escaliers sales, des pièces sans lumière, des enfants blafards aux joues creuses, l’envie, la malveillance, les ragots et les querelles, des gens déracinés chez qui les bons sentiments sont étouffés et les mauvais penchants mis en éveil. L’immeuble collectif est l’ennemi de l’homme ; il est malfaisant pour son corps et pour son âme38. »

  • 39 C. Nordmeier, dans Heimstâtter-Vereinigung Steenkamp, Zehn lahre Steenkamp, op. cit., p. 3.

34Tout le monde s’accorde sur le fait que le jardin est l’élément central d’une alternative à la vie dans la grande ville. Le président de l’Association des habitants de la cité-jardin de Steenkamp, dans sa préface au recueil publié par l’association pour les dix ans de la cité, décrit avec commisération le contact du citadin avec la nature, à laquelle il est « relié par quelques plantes posées au bord de la fenêtre ou par le vert blafard des arbres des cours et des rues39 ». Les ombres chinoises qui illustrent le recueil déclinent le bonheur promis par la cité (ill. 91). Car, comme l’explique Gerlach :

  • 40 H. Gerlach, « Die beste Wohnform », op. cit., p. 113.

« l’homme est une partie de la nature et ne peut réellement s’épanouir qu’en étroit contact avec elle ; c’est pourquoi un logement sain doit en premier lieu remplir une condition : relier l’habitant à la nature et non l’en séparer. En d’autres termes : à la maison, il faut un jardin directement lié au logement. Le jardin doit en quelque sorte être considéré comme un élément de l’espace habitable. Il peut être petit, mais immédiatement accessible des pièces où l’on vit. Il est le lieu où les petits s’ébattent, où les grands, qui doivent procurer une quantité suffisante de soleil et de lumière à leur corps et de l’air pur et frais à leurs poumons, se détendent après un travail harassant à l’usine, à la mine ou autre lieu de travail40 ».

Ill. 91. — Silhouettes illustrant le recueil publié en 1930 pour les dix ans de la cité de Steenkamp (Georg Hempel).

Ill. 92. — Caricatures illustrant la plaquette éditée à l’occasion de la fête annuelle des cités Oncle Tom et Fischtalgrund, 1931.

35Même tonalité à la Gehag, dont les brochures utilisent des termes similaires :

  • 41 Brochure de l’Einfa, « Einfa Wohnungen im Stadtbild von Berlin », Berlin, s.d. (c. 1932).

« Jardins et espaces verts entourent nos logements et étendent l’espace de vie à l’air libre. Les maisons individuelles et une partie des appartements en étage ont leur propre jardin à vivre (Wohngarten). Là les enfants, heureux et en bonne santé, peuvent s’ébattre. Partout où se porte le regard, un tableau de sérénité et de plénitude ; partout de la lumière, de l’air et du soleil ! Ici, vous ne risquez pas de voir de grises casernes locatives : pas d’arrière-cour, pas d’ailes latérales ou transversales où ni la lumière ni l’air ne pénètrent. Et comme un journaliste étranger connu l’a écrit à propos des cités de l’Einfa : “Bien sûr, les maisons seules ne font pas le bonheur, mais tout au moins, elles invitent à être heureux”41. »

  • 42 Siedlerverein Zehlendorf, Fest im Fischtal, édité par la Siedlerverein Zehlendorf-Fischtalgrund (B (...)

36Comme à la Gagfah, les bienfaits de cet environnement vert illustrent les recueils célébrant les cités (ill. 92)42.

  • 43 M. Wagner, « Neusiedlungen — ein wirtschaftlicher Wahnsinn. Programmatische Richtlinien fur die Si (...)

37Nous savons déjà que Wagner est un fervent partisan de la maison individuelle, dont le jardin permet à l’occupant de s’autoravitailler, car « il manque au citadin un second métier, celui de paysan de la ville (Stadtlandwirt)43 ». C’est également le cas de Bruno Taut, de longue date converti à cette forme d’habitat. N’en prenons pour preuve que ce tract présentant la cité-jardin Réforme à Magdebourg :

  • 44 Prospectus de 1913 pour la cité-jardin Réforme, avec une vue à vol d’oiseau signée Bruno Taut, pub (...)

« Nous construisons pour nos adhérents la maison individuelle avec jardin à un prix de location qui défie toute comparaison avec le prix du logement le plus exigu dans un immeuble collectif. Le jardin de la maison permet d’être autant qu’on le veut à l’air libre, offre la possibilité de jardiner sainement et est d’un bon rapport. L’espace du jardin attenant laisse air et soleil pénétrer dans le logement et crée un environnement d’habitants en bonne santé et heureux de vivre. Si bien que pour le locataire du petit logement, la caserne locative n’est en rien une fatalité économique44. »

38Pour la Gagfah comme pour la Gehag, l’idéal est donc la maison individuelle avec jardin — ce qui correspondrait à la notion française de pavillon — dans une cité située à distance de la grande ville et parsemée d’espaces verts.

La typisation des plans aboutit à une distribution identique

39Pour cet idéal partagé, les deux maîtres d’ouvrage mettent au point des plans types, correspondant au mode de vie de leur clientèle. Cette analyse des besoins sociologiques rejoint une préoccupation économique, liée à l’abaissement des coûts de construction. Bien que l’idéologie politique des syndicats diffère, la réflexion menée par leurs sociétés de construction aboutit à des solutions distributives étonnamment similaires.

La Gagfah : trois plans types pour tout le Reich

40Les affinités de la Gagfah avec les différentes composantes de la réforme de l’habitat vont de pair avec une démarche radicale : la Gagfah définit un modèle unique d’habitation correspondant au mode de vie de l’employé et l’impose dans toute l’Allemagne sous la forme de plans types, relayés comme on le verra par la standardisation de certains composants. L’idée directrice de cette centralisation spectaculaire revêt un aspect social original : faciliter le déménagement de l’employé qui, assuré de trouver le même logement dans toutes les régions du Reich, peut conserver l’intégralité de son mobilier, rideaux compris. Pour la Gagfah, il s’agit de favoriser une culture de l’habitat homogène et pratique, parallèlement à la mobilité professionnelle de l’employé.

41Nous avons vu que la typisation est à l’œuvre dès qu’est envisagée la construction de la cité-jardin de Steenkamp, avec ses huit plans types correspondant à des statuts socioprofessionnels différenciés, de l’ouvrier au fonctionnaire aisé. Trois de ces plans — A, B et C — avaient été proposés en 1918 par Bechly et Frank aux syndicats d’employés ; ils ont été présentés au chapitre V (ill. 63). La poursuite par la Gagfah de la cité-jardin de Steenkamp en 1919-1920 lui sert de champ d’expérimentation. Après quelques tâtonnements, la société de construction sélectionne trois plans parmi la huitaine de types qu’elle pratique à Steenkamp : les plans nos 20, 32 et 40, qui ne seront modifiés qu’une seule fois sous la république de Weimar. Ce perfectionnement a lieu peu après la réorganisation de la Gagfah en 1924 et les nouveaux types seront désignés par les lettres E, F et G.

42À la Gagfah, c’est Theodor Harnacher, premier responsable technique en poste, qui conçoit la typisation des maisons individuelles et la normalisation des principaux éléments de construction. Le rapport annuel daté de juin 1920 indique que les filiales disposent à présent des plans de construction et d’exécution pour les sept plans types retenus, ainsi que des calculs de statique et de coût. La mise en chantier d’une opération ne nécessite plus que l’agencement esthétique du lotissement et le dessin des élévations, à confier à des architectes locaux de renom. Le rapport annuel daté de septembre 1921 précise que le service Construction a poussé encore plus loin la typisation et la définition de normes, et que les types ont été acceptés par le ministère. La même année, la Gagfah demande au Bund deutscher Architekten et à l’Architektenverein d’expertiser les types nos 5, 20, 32, 40, 1208, plusieurs solutions pour le groupement des maisons, certains plans d’aménagement et une sélection de documents d’exécution. Chacune des associations professionnelles a nommé deux experts chargés d’examiner les documents soumis. Les résultats de cette expertise ne sont pas connus, mais nous savons que les efforts de la Gagfah, par rapport à la gamme typologique d’Altona, se concentrent sur les plans nos 20, 32 et 40 (ill. 93 à 95). Ce n’est que ponctuellement qu’elle a recours à des variantes et types spéciaux adaptés aux réglementations locales. Cela dit, cette insistance de la Gagfah sur la diffusion de trois plans types principaux tend à masquer l’existence, réelle bien que non documentée, d’autres types, dont on ignore le nombre total et l’importance dans le volume initial d’activité de la Gagfah.

43Les trois types de base ont une profondeur de huit mètres. La largeur est de cinq mètres cinquante pour la maison n° 20, de six mètres cinquante pour la maison n° 32, de sept mètres cinquante pour la maison n° 40. Toutes trois ont le même nombre de niveaux : un sous-sol d’une hauteur sous plafond de 2,06 mètres s’étendant sous toute la maison, où sont aménagées deux caves et une buanderie, un rez-de-chaussée de 2,96 mètres de haut, un étage supérieur de 2,76 mètres de hauteur sous plafond. De là, un escalier mène au grenier, dont le toit est percé d’une lucarne en vue de son aménagement ultérieur. La surface habitable de la maison n° 20 est de soixante-dix mètres carrés, celle de la maison n° 32 de quatre-vingt-quatre mètres carrés, celle de la maison n° 40 de quatre-vingt-dix-neuf mètres carrés.

Ill. 93. — Gagfah : maisons de type 20, 32 et 40, plans, 1920.

Ill. 94. — Gagfah : maisons de type 20, 32 et 40, élévations, 1920.

Ill. 95. — Gagfah : maisons de type 20, 32 et 40, coupes, 1920.

  • 45 Il semble que la Gagfah ait modifié ces plans types pour les adapter au Sud de l’Allemagne, car le (...)
  • 46 Rapport de la Gagfah pour 1925.

44Le type n° 20 comprend Wohnküche sur jardin et pièce de séjour sur rue, les deux autres types deux pièces de séjour et une cuisine indépendante (ill. 93). Dans ces deux derniers cas, la pièce de séjour sur jardin est commandée. Il est curieux de constater la disparition sur certains plans de la porte de communication entre la cuisine et le séjour. Dans le type n° 20, il n’y a pas de salle de bains, mais une buanderie avec baignoire au sous-sol et des W.-C. dans l’entrée. À l’origine, tous les types ont un W.-C. dans l’entrée. La rationalité constructive, afin de regrouper les canalisations, place la salle de bains sur rue, juste au-dessus des waters de l’entrée, également sur rue. Tous les types ont deux petites chambres sous le toit, et un sous-sol avec caves à provisions et buanderie45. À la suite de la réorganisation de la Gagfah en 1924, les types d’origine sont modifiés, de façon à tenir compte des desiderata transmis à la société de construction46. L’expérience acquise conduit donc au perfectionnement des types d’origine, nos 20, 32 et 40, qui deviennent respectivement les modèles E, F et G (ill. 96). L’idée directrice est de diminuer le front de rue des maisons afin d’économiser sur ce poste, onéreux en raison des diverses canalisations et taxes sur la voirie. Cette réduction de la largeur de la façade principale s’opère au bénéfice de la profondeur qui, passant de huit mètres à huit mètres soixante-dix, permet une série d’améliorations dans l’organisation du plan. Les W.-C. sont translatés du rez-de-chaussée à la salle de bains dans les types F et G, ce qui a deux conséquences. La première est l’adjonction, dans ces deux types, d’un sas d’entrée pour renforcer l’isolation thermique et servir de vestiaire. La seconde est le déplacement de la salle de bains, qui migre vers le jardin, au-dessus de la cuisine, de façon à regrouper les canalisations d’eaux usées. Dans le type E, le plus modeste, la salle de bains fait son apparition. Mais dans ce type, elle est située, toujours pour des raisons d’économie constructive, sur rue, car la cuisine se trouve côté rue. En effet, le type E a inversé le dispositif séjour-cuisine du type n° 20 : la cuisine, sur rue, devient indépendante et le séjour, sur jardin, est beaucoup plus spacieux. La Wohnküche a disparu. Bien que cuisine et salle de bains ne soient pas dans ce type exactement superposées, l’idée de rapprocher les pièces humides est présente : on en veut pour preuve, au sous-sol, le déplacement de la buanderie sous la cuisine. Dans les trois nouveaux types, l’augmentation de la profondeur permet de rendre la cuisine indépendante de l’emprise des escaliers : l’accès à la cave se fait désormais par le hall d’entrée. De même, dans le type G, on est parvenu à donner à la pièce de séjour, qui était commandée dans le type n° 40, un accès direct au vestibule. Le type G accède au souhait fréquemment exprimé d’avoir une pièce de séjour plus grande que l’autre ; l’une fait 18,20 mètres carrés, l’autre 13,70 mètres carrés seulement. Une mesure d’économie supprime l’un des deux quarts tournants (Wendelung) de l’escalier : la construction en est simplifiée et moins onéreuse. Dans tous les types est créé un accès direct de la cave au jardin, qui préserve la cuisine d’incessants va-et-vient. Pour l’étendage du linge notamment, la ménagère n’est plus obligée de traverser la cuisine avec ses baquets qui dégouttent. L’introduction dans deux des types d’un sas d’entrée, comme la diffusion des doubles fenêtres dans les régions où le climat l’exige témoignent du souci de la Gagfah d’éviter les déperditions de chaleur.

Ill. 96. — Gagfah : maisons-types E, F et G, plans du rez-de-chaussée et de l’étage, 1930.

45Le percement préventif de lucarnes au grenier dans la perspective de son aménagement futur cherche à préserver dans le temps l’unité architecturale de la cité. Afin de ne pas en augmenter le prix, les maisons sont livrées avec des combles non aménagés : le propriétaire pourra y construire une chambre lorsque sa situation financière le lui permettra.

46Ce sont bien sûr les types L et G qui rencontrent le plus de succès. Mais les difficultés financières croissantes remettent en selle le type E. À partir de 1927-1928, le type G n’est plus considéré comme petit logement par les organismes qui distribuent l’aide au logement. La transformation du type n° 40 en type G le rapproche du modèle de maison mis au point par la Société d’encouragement à la construction de logements d’Allemagne centrale (Mitteldeutsche Heimstätte), en particulier dans le volume et le découpage des pièces. Ce qui montre à nouveau l’influence de Gerlach sur l’activité édificatrice de la Gagfah et la tendance au normativisme des organismes d’encouragement à la construction de logements, chargés, rappelons-le, de distribuer les prêts hypothécaires provenant de l’impôt sur les loyers, en vérifiant au passage la conformité des projets des sociétés de construction d’utilité publique aux normes qu’ils ont édictées. Cette démarche normative est tellement prégnante que Gerlach l’importe à la Gagfah, où il introduit nombre des caractéristiques des plans élaborés pour l’Allemagne centrale. Cette directivité accrue se manifeste aussi, on l’a vu, par la figuration de mobilier sur les plans. Les modifications apportées aux trois types de base semblent aller dans le sens d’un repliement autour de la vie familiale, au détriment de la vie sociale. D’une part, de façon renforcée, toutes les maisons sont organisées autour de la cheminée, valeur clé du foyer. C’est l’élément central, qui détermine nombre des choix distributifs. Par ailleurs, la disparition des W.-C. du rez-de-chaussée oblige le visiteur à pénétrer à l’étage de l’intimité familiale, celui où sont regroupées les chambres à coucher et la salle de bains. Enfin, le mobilier figuré sur les plans illustre l’interventionnisme de la Gagfah et là où, à Altona, les deux espaces de séjour permettaient d’en réserver un à la famille et l’autre à la sociabilité, les nouveaux plans de la Gagfah attribuent les deux espaces à la famille, avec la salle à manger comme seul lieu pour prendre les repas et le séjour comme seul lieu où se tient la famille. Si l’on analyse les mutations du plan type le plus fréquent, B dans la plaquette de création de la Gagfah, 32 dans les premières années de la Gagfah, F à partir de 1925, on constate un raffinement des trajectoires au sein de la maison (ill. 97).

Tableau n° 7 : Transformation de la maison type de base à la Gagfah

Tableau n° 7 : Transformation de la maison type de base à la Gagfah
  • 47 Rapport d’activité de la Gagfah pour la 14e année d’activité (1931), p. 20. Le pourcentage donné p (...)

47À nouveau, les spécifications régionales obligent la Gagfah à développer des types appropriés. C’est ainsi que la succursale ouest construit à grande échelle des maisons de type K, en particulier à Aix-la-Chapelle, Krefeld et Siegen. Avec leur superficie de 57,5 mètres carrés, elles constituent un modèle réduit du type E, qui aurait perdu un mètre de front de rue et quarante centimètres de profondeur. Un type P est conçu pour les communes dont les autorités n’autorisent que la construction de maisons d’un étage et demi, sans grenier. C’est le cas notamment à Brème et à Pasing. D’autres types spéciaux répondent à des terrains à la pente particulièrement raide (Hanghaus et Bergtyp). Mais le recours à ces types spéciaux demeure marginal : sur les 9 151 maisons construites par la Gagfah de 1918 à 1931 compris, 30 % sont des types n° 20 ou E, 33 % des types n° 32 ou F et 21,5 % des types n° 40 ou G. C’est-à-dire que 84 % des maisons édifiées par la Gagfah sur le territoire du Reich entre 1918 et 1933 le sont selon trois plans types47. L’un des objectifs de cette typisation directive est, ainsi qu’on l’a vu, de faciliter à l’employé le choix de son emploi en fonction de ce qui s’offre à lui. En 1928, il a été procédé à de nombreux échanges de logements entre employés contraints de déménager, ce qui conduit le président de la Gagfah, Bechly, à espérer que le temps est proche où l’employé pourra déménager d’une cité de la Gagfah à une autre, grâce à la gestion centralisée du parc de logements.

Ill. 97. Évolution du type de maison le plus construit par la Gagfah : B/32/F (1917-1930).

48La stricte détermination des types n’empêche pas une certaine souplesse, qui fait droit à la fois aux coutumes régionales et aux desiderata de l’acquéreur. Ce dernier peut en effet exprimer un souhait particulier mais, si ce souhait entraîne une modification par rapport au projet de la Gagfah, il doit en payer le surcoût à la Gagfah avant le début du chantier. Ces modifications concernent le plus fréquemment une fenêtre en encorbellement, un balcon, une véranda.L’erker des maisons doubles construites par la Gagfah à Gleiwitz a été expressément voulu par les habitants. Il peut aussi s’agir d’une Wohnküche. C’est également à demande de l’acquéreur que la Gagfah installe le chauffage central, qui n’est normalement pas prévu.

49Si les plans types doivent impérativement être repris pour toutes les opérations locales de la Gagfah, l’architecte privé chargé du projet a en revanche toute latitude pour prendre en compte les traditions esthétiques régionales et les prescriptions locales de la police de construction en matière d’urbanisme.

50La Gagfah se dévoue donc passionnément à la maison individuelle, qui fonde son identité. Mais bien qu’elle soit le lieu de tous ses efforts et hante toutes ses déclarations d’intention, le prix des terrains et les exigences de nombreuses municipalités la contraignent à construire une proportion sans cesse croissante d’immeubles collectifs.

  • 48 Gagfah, rapport annuel pour l’exercice 1925.
  • 49 A. Oeckl, Die deutsche Angestelltenschaft..., op. cit., p. 86.
  • 50 Idem, p. 86.

51On a vu que la pression des organisations d’employés avait contraint Bechly et Frank, dans la version corrigée de la brochure de propagande, à introduire l’idée que la future Gagfah pourrait construire du collectif, en introduisant des illustrations en ce sens. L’une des deux élévations publiées dans la plaquette de 1918 était du reste celle d’un immeuble construit en 1908-1909 par Mebes pour la Société berlinoise pour l’habitation des fonctionnaires (ill. 76). Dès 1921, les pourparlers engagés avec les chantiers navals Vulkan aboutissent à une première opération de ce type : des immeubles de plusieurs étages pour les salariés de l’entreprise à Stettin. Par la suite, la Gagfah, sous peine d’être exclue des chantiers dans les grandes villes, se résigne à développer cet aspect de son activité, à son corps défendant. Au départ, elle incrimine les propriétaires fonciers, rassemblés dans l’organisation Archiv für Wohnungswesen, qui édite une revue de propagande pour le maintien de l’immeuble de rapport, ainsi que les municipalités elles-mêmes48. Par la suite, elle justifie ce manquement aux principes qu’elle défend par le prix des terrains et la concentration urbaine des employés. Dans son rapport pour l’exercice 1928, la Gagfah constate l’augmentation des coûts de construction, la diminution des aides publiques et du montant des prêts accordés par la RfA : le renchérissement des charges accrues qui pèsent sur l’acquéreur écarte la Gagfah de sa vraie mission, l’édification de maisons pour les employés. Néanmoins, et bien que les appartements en immeubles collectifs représentent fin 1931 les deux tiers des logements qu’elle a édifiés, la Gagfah montre de fortes résistances à cet aspect de son activité constructive. Elles se marquent notamment par le fait que, à la différence de la maison unifamiliale, la Gagfah ne se soucie pas de concevoir un plan type pour les appartements en immeuble. Les principes qu’elle fait prévaloir témoignent de son aversion pour les modèles antérieurs à la guerre, qualifiés d’affligeants. Il faut en particulier rompre avec la densité de ces réalisations. Les immeubles collectifs sont disposés autour de vastes cours plantées. Ils ne comptent en règle générale pas plus de trois étages d’habitation (Wohngeschosse). Pas d’aile en retour, ni de bâtiment sur cour, comme il était fréquent à Berlin sous l’Empire. L’espacement des immeubles doit permettre l’ensoleillement et l’aération de tous les étages, y compris inférieurs. L’orientation solaire privilégiée est l’ouest pour le séjour et les chambres d’enfants, l’est pour la cuisine et la chambre des parents. Chaque palier ne dessert généralement que deux appartements. Les appartements sont spacieux, du moins jusqu’en 1929, car l’employé est prêt à consacrer une part importante de son revenu à son habitation. Et même si les employés ont des revenus inégaux, ils forment un groupe social à la grande homogénéité culturelle, en particulier les employés de commerce, cible privilégiée de la Gagfah. En fonction des exigences locales, les appartements ont de deux à quatre pièces et demie, sans compter la demi-pièce supplémentaire (Kammer), l’entrée, la cuisine, la salle de bains, où se trouvent le plus souvent les W.-C. En outre, de chaque appartement dépendent une cave au sous-sol et un local à l’étage sous le toit, qui sert de grenier ou de séchoir. La Wohnküche, fréquente au début, cède peu à peu la place à une cuisine séparée, accessible de l’entrée. La distribution semble s’orienter autour de deux modèles : l’un privilégiant l’indépendance des différentes pièces, l’autre regroupant les pièces humides. A vrai dire, les occupants préfèrent généralement que la cuisine soit proche du séjour et la salle de bains liée aux chambres, mais cette solution est plus onéreuse que celle qui consiste à placer cuisine et salle de bains côte à côte. Enfin, le raffinement consiste à donner un éclairage naturel à l’entrée par une loggia, coûteuse mais considérée par la Gagfah comme le meilleur ersatz à la maison individuelle49. Fin 1931, la Gagfah a construit 18 895 appartements en immeuble collectif. Sur ce total, 32 % des appartements sont des deux pièces-cuisine d’une superficie de 54-55 mètres carrés (alors que la maison la plus fréquemment construite a une superficie de 87 mètres carrés). 27 % sont des deux pièces et demie et 19 % des trois pièces. C’est-à-dire que 78 % des appartements de la Gagfah sont des deux à trois pièces. Signalons enfin les exemples de lotissements mixtes construits par la Gagfah : les bordures extérieures de la cité sont bâties d’immeubles, séparés des maisons situées au centre de l’opération par des rangées d’arbres fruitiers : cet aménagement permet aux locataires de profiter des avantages propres à la maison individuelle : air, lumière, soleil, jardin50.

La typisation à la Gehag

52À la Gehag aussi, l’élaboration de plans types constitue une activité centrale, aussi bien pour les maisons individuelles que pour les appartements en immeuble collectif. Toutefois, la typologie se concentre sur des types plus modestes qu’à la Gagfah ; les logements de quatre pièces et demie y sont l’exception.

  • 51 Wohnungsfürsorgegesellschaft Berlin, « Merkblatt betr. Anträge auf Gewährung von Hauszinssteuer-Hy (...)
  • 52 B. Taut, « Siedlungsmemoiren », op. cit., cité par A. Jaeggi, « Hufeisensiedlung Britz », dans N. (...)
  • 53 Statistisches jahrbuch der Stadt Berlin 1926, cité par idem, p. 121.

53À Britz, les plans des mille logements, théoriquement de quatre types, se conforment aux prescriptions de la Société berlinoise d’encouragement au logement, qui finance plus de la moitié de l’opération. Or nous savons que cette dernière joue un rôle clé, en exerçant un contrôle direct sur tous les logements neufs construits à Berlin avec une aide publique, par la distribution de crédits provenant de l’impôt sur les loyers, en fonction de critères auxquels les projets doivent se conformer. Les appartements doivent avoir au minimum une pièce habitable de vingt mètres carrés, les maisons, de dix-huit mètres carrés. La superficie minimale des pièces est de quatorze mètres carrés (à moins, elles sont comptabilisées comme Kammer), de dix mètres carrés pour la cuisine, de six mètres carrés pour la Kammer, de quatre-vingt-dix centimètres carrés pour les W.-C. La présence d’une salle de bains, large d’un mètre quarante au moins, est impérative. Salle de bains et W.-C. doivent bénéficier d’une aération et d’un éclairage directs. La surface totale des logements ne saurait dépasser cent trente mètres carrés pour les quatre pièces, cent quarante mètres carrés pour les maisons de cinq pièces. La Société berlinoise d’encouragement au logement souhaite en outre que le sous-sol des maisons soit totalement aménagé. Une subvention supplémentaire rétribue l’aménagement partiel ou total de l’étage sous le toit51. À Britz, toutes les maisons ont cave, buanderie et sont chauffées par des poêles. Les deux types d’appartements les plus petits, d’une pièce et demie ou deux pièces et demie, sont concentrés dans le fer à cheval et les immeubles bordant les limites extérieures de la parcelle. La typologie de ces logements est caractérisée par la présence d’une petite entrée distribuant toutes les pièces (sauf dans l’appartement d’une pièce et demie). Le séjour et la cuisine sont contigus, et donnent tous deux sur la loggia, elle-même située côté jardin. Les chambres se trouvent du côté des cages d’escalier. Ce plan, que la Gehag ne cessera d’employer en l’améliorant, a, selon Taut, montré sa pertinence par le fait que de nombreuses sociétés de construction et entrepreneurs l’ont copié52. Les grands logements, respectivement de trois et quatre pièces, sont répartis dans les maisons individuelles en rangées (ill. 98). Les maisons ont un sous-sol s’étendant sous toute la surface au sol avec deux caves et une buanderie. A l’étage : deux chambres (ou une chambre et une Kammer) et salle de bains avec baignoire, chauffe-bain à gaz et waters. Sous le toit : un grenier et une chambre d’amis (Fremdenzimmer), dépourvue de chauffage et, selon la police du bâtiment, destinée à n’être pas occupée de façon permanente. La seule différence notable entre le type III (trois pièces, cinq mètres de large) et le type IV (quatre pièces, six mètres de large) se situe au rez-de-chaussée. Dans le type III, la cuisine, de quinze mètres carrés, conçue comme une Wohnküche, est desservie par la pièce de séjour, d’une superficie de quinze mètres carrés. Dans le type IV, la cuisine de dix mètres carrés, accessible du vestibule, ouvre sur une salle à manger de neuf mètres carrés, la pièce principale ne faisant là aussi que quinze mètres carrés. L’aménagement de la cuisine se limite à un garde-manger sous la fenêtre et à un évier. Pour se soumettre aux exigences de la Société berlinoise d’encouragement au logement, le type III comporte une pièce de dix-huit mètres carrés et le type IV une pièce de vingt mètres carrés : c’est la chambre située sur la façade principale. Toutes les pièces où l’on se tient sont chauffées par un poêle en céramique (Kachelofen), traditionnel à Berlin. Les critiques des premiers habitants concernent, pour le type III, le départ de l’escalier du grenier, situé dans une chambre, et, d’une façon générale, l’impossibilité d’habiter sous le toit. Le rez-de-chaussée a une hauteur sous plafond de trois mètres, l’étage de deux mètres quatre-vingt-dix. L’indépendance des pièces est une constante, qui conduit par exemple dans le type de deux pièces et demie IIA de Britz à donner une forme de baïonnette à la cloison séparant la chambre parentale de la demi-pièce. Et si dans le type IA de Britz, pour un appartement d’une pièce et demie, la chambre à coucher est commandée par le séjour, ce dispositif est rapidement abandonné et l’allongement de l’entrée permet d’y ménager un accès autonome. Les loyers, qui s’étagent, on l’a vu, entre 48 marks pour un appartement d’une pièce et demie et 88 marks pour une maison de quatre pièces et demie, sont nettement supérieurs à ceux pratiqués au même moment dans l’ancien, soit en moyenne en 1926 : 22 marks pour une pièce, 33 marks pour deux pièces, 48 marks pour trois pièces, 64 marks pour quatre pièces53.

Ill. 98. — Gehag : cité du Fer à cheval, plans des maisons de type III et IV, 1927.

Ill. 99. — Gehag : plans types d’appartements, 1931.

  • 54 « Die Gehag-Wohnungen », brochure publiée par la Gehag et l’Einfa à l’occasion de l’exposition « L (...)

54Dans une publication de 1931, la Gehag annonce qu’elle a pour but l’édification rationnelle de types de logements standard (Standardwohnungstypen) dans de grands chantiers. Elle détaille la plupart de ses grandes opérations de logement et publie quelques plans types54. À l’évidence, la Gehag ne partage pas l’ostracisme de la Gagfah pour le logement collectif. Cette planche de plans types (ill. 99) présente quatre plans pour des appartements et un type de maison individuelle en bande. Les quatre plans d’appartement, tous traversants, comprennent respectivement une pièce et demie (49 m2 de surface habitable), deux pièces (53 m2), deux pièces et demie (64 m2), trois pièces et demie (78 m2). L’entrée, qui n’a pas d’éclairage naturel, distribue toutes les pièces. Les appartements comportent un balcon dont la superficie varie entre cinq et dix mètres carrés. Dans trois cas, il est accessible et de la cuisine et du séjour. Une table et des sièges y sont figurés, indiquant qu’il s’agit d’un véritable lieu de vie.

  • 55 Rapport de la Gagfah pour 1925, op. cit., p. 20.
  • 56 « Die Gehag-Wohnungen », op. cit.

55L’élaboration de quelques plans types, rationnels et peu nombreux, caractérise donc la pratique de la Gagfah comme celle de la Gehag. Qu’ils concernent la maison ou l’appartement, on assiste à la mise au point d’une distribution nouvelle du logement, distincte tout à la fois de la distribution des habitations des couches aisées de la société, de la structure traditionnelle de l’habitat ouvrier ainsi que des modèles élaborés par les réalisations patronales du début du siècle. La proximité des sociétés de construction syndicales avec leur clientèle, d’employés en l’occurrence, aboutit à une distribution pratiquement identique à la Gagfah et à la Gehag, comme en témoigne la comparaison de la maison de type 20 de la Gagfah55 avec la maison individuelle de type II construite par la Gehag à la Case de l’Oncle Tom56. Alors que les façades obéissent à des choix formels aux antipodes l’un de l’autre (ill. 100 : il s’agit en réalité d’une élévation de type F, dont la fenêtre de cuisine est un peu plus large, et 101), la distribution des quatre niveaux, comme les dimensions, en sont identiques, à dix et vingt centimètres près (ill. 102). Cette distribution se caractérise par un certain nombre de dispositifs spatiaux spécifiques : une cuisine indépendante, une entrée, une salle de bains, des W.-C, une salle de séjour subdivisée en « coins », une chambre conjugale, des petites chambres d’enfants. La présence, au sein de chaque logement, d’une cuisine indépendante et proche de la salle de séjour est une innovation dans la mesure où, dans l’habitat populaire, une seule et même pièce remplissait la fonction de salle, où se tenaient les membres de la maisonnée, et de cuisine : la Wohnküche. Dans les immeubles locatifs de la fin du xixe siècle destinés aux couches sociales les plus pauvres, la cuisine n’était pas toujours située au sein du logement mais sur le palier ; elle était parfois commune à deux familles ou plus. Au sein de l’habitation bourgeoise enfin, la mise à l’écart des espaces de service l’avait éloignée des pièces où se tenait la famille, et reléguée au fond de l’appartement ou dans une aile particulière de la maison. Outre cette tendance à faire de la cuisine un espace spécialisé dans la préparation des repas, nos maîtres d’ouvrage systématisent la présence d’une entrée, absente de l’habitat populaire traditionnel, d’une salle de bains et de W.-C. L’unicité de la salle de séjour se substitue à la pluralité des lieux de séjour et de réception de l’habitat bourgeois (salle à manger, salon de réception, salle de séjour familiale, sans parler de l’habitat de luxe avec salon de musique, boudoir, fumoir, bureau...), mais l’idée de subdiviser son usage en « coins » en est clairement une réminiscence. Enfin, par rapport à l’habitation bourgeoise, la chambre à coucher de Madame et celle de Monsieur sont réunies en une chambre à coucher conjugale, tandis que les chambres d’enfants se multiplient. Au total, la famille constitue bien, pour tous, une valeur centrale.

Ill. 100. — Type F de la Gagfah, 1925, perpective.

Ill. 101. — Type II de la Gehag, 1926-1927, élévation.

Standardiser pour abaisser les coûts de construction

  • 57 Le doctorat de S. Fleckner, « Die Reichsforschungsgesellschaft fur Wirtschaftlichkeit im Bau-und W (...)

56L’objectif des deux sociétés de construction étant de construire des maisons individuelles, elles vont s’efforcer d’en abaisser le coût et de prouver que le prix de revient peut n’être pas plus élevé que celui de l’appartement en immeuble. Pour cela, nous avons vu qu’elles élaborent un nombre limité de plans types. Nous allons à présent aborder les corollaires de l’effort de typisation : la standardisation et l’établissement de normes pour certains éléments de construction. En revanche, les questions liées à la préfabrication, à l’organisation du chantier et à l’expérimentation technique seront traitées au prochain chapitre, car autant la normalisation est un sujet partagé, autant les attitudes de nos maîtres d’ouvrage vis-à-vis de la rationalisation de la construction divergent. Ces différentes préoccupations, largement répandues à l’époque, n’ont été que tardivement et partiellement étudiées par l’histoire de l’architecture ; bien des zones d’ombre demeurent. Pour ne citer qu’un exemple, la société créée en 1927 par le gouvernement, pour encadrer et tenter de fédérer les efforts nombreux mais épars en vue de la rationalisation de la construction, n’a à ce jour fait l’objet d’aucune publication monographique57. En l’absence de travaux de synthèse, nous nous contenterons donc de présenter l’effort national de définition de normes, initié dès la Première Guerre mondiale, et d’évoquer la pratique de la Gagfah et de la Gehag en matière de standardisation.

Ill. 102. — Type E de la Gagfah (1925) et type II de la Gehag (1926-1927).

L’effort national de définition de normes

57L’effort de normalisation (Normierung) dans le bâtiment n’est pas le secteur réservé des architectes d’avant-garde, mais bien au contraire un chantier national, mené par l’administration, en concertation avec la Commission allemande de normalisation, qui définit les normes industrielles. Il convient de distinguer entre deux types d’éléments de construction : ceux du second œuvre et ceux du gros œuvre. Ce sont pour l’essentiel les premiers qui font l’objet d’une standardisation effective, tant au plan national qu’au sein des sociétés de construction. La normalisation des éléments de construction du gros œuvre au contraire, dont l’avant-garde réclame à cor et à cri la préfabrication industrielle, reste tout à fait marginale. Nous la mentionnerons donc pour mémoire. Alors que la guerre, comme nous allons le voir, marque le début d’un effort général de normalisation au sein de l’industrie allemande, la normalisation du bâtiment constituera dans les années 1920 l’un des volets de l’action gouvernementale en faveur de la construction de logements. En effet, nous avons vu qu’à la fin de la guerre les autorités, particulièrement préoccupées par la crise du logement, ont pris une série de mesures visant à intensifier la production de logements. Tant la législation de contrôle du logement que le recours à des matériaux de substitution ont constitué des mesures provisoires et controversées. En revanche, le troisième volet de l’action du gouvernement finit par s’imposer : il s’agit de la normalisation d’éléments de construction pour les petits logements.

  • 58 Cette présentation de l’histoire de la normalisation doit beaucoup à la conférence prononcée par W (...)

58Les rapports entre architecture et normalisation au xxe siècle sont mal connus. On sait toutefois que les ingénieurs ont été les pionniers en matière de normalisation, dans le cadre de la grande industrie. Dans cette première phase, le rôle des architectes, qui ont par la suite pris le train en marche, a été négligeable58. Dès le début du siècle, les entreprises électriques et métallurgiques les plus en avance du point de vue de la structure du capital et de l’innovation technique, telle l’AEG, avaient défini des normes propres. Cette normalisation privée avait été prolongée, dans les années précédant la Première Guerre mondiale, par un accord entre industriels aboutissant à sous-traiter et surtout à regrouper, en l’harmonisant, la fabrication de différentes pièces détachées (telles que vis, boulons et filets) convenant à leurs machines afin d’obtenir des prix compétitifs. À partir de ces prémices, c’est l’organisation de l’économie de guerre, confiée au directeur de l’AEG, Walter Rathenau, qui est réellement à l’origine de la mise au point de la normalisation, car les combats extrêmement dispendieux en armes et en munitions exigent une réorganisation de la production de l’armement. Dès 1916, on cherche les moyens d’augmenter les rendements pour faire face à une guerre qui s’annonce longue. L’Office de guerre, créé en 1914 par Walter Rathenau, fonde en décembre 1916 le Bureau royal de la production (Kônigliches Fabrikationsbùro) à Spandau, avec pour mission d’augmenter la fabrication d’armes, de munitions et de matériel militaire par la standardisation. Même si elle ne permet pas à l’Allemagne de remporter la victoire, cette première normalisation organisée marque un tournant dans l’histoire de l’industrie allemande. Les résultats obtenus à Spandau aboutissent en mai 1917 à la création de la Commission de normalisation de l’industrie allemande (Normen-Ausschuβ der deutschen Industrie) chargée de définir les normes industrielles allemandes (Deutsche Industrienormen, DIN) qui deviendra en 1926 la Commission allemande de normalisation (Deutscher Normenausschuβ). Dès 1918 sont éditées les premières feuilles de description de normes (Normblatt-Verzeichnissen). L’Office de guerre est également à l’origine, quelques mois plus tard, de la normalisation du bâtiment. En 1917, une réunion historique a lieu au Service de contrôle des bâtiments (Bautenprüfstelle), créé en 1916 à l’Office de guerre. Elle rassemble les architectes du service, qui se trouvait regrouper les premiers partisans de la normalisation. Hermann Muthesius, l’un des fondateurs du Werkbund, s’était dès 1913 fait le promoteur actif de la typisation en architecture et avait défendu l’idée d’une standardisation compatible avec l’esthétique. L’architecte Petet Behrens avait été le premier « designer » de l’AEG. Ouverte également aux représentants officiels du Deutscher Werkbund, cette réunion aboutit à la création, au sein de la Commission de normalisation de l’industrie allemande, du Comité d’experts pout la normalisation du bâtiment (Fachnormenausschuβ Bauwesen), dont le premier travail est de préparer la standardisation des poutres, des gabarits de fenêtres et de l’épaisseur des murs pour les logements ouvriers.

  • 59 K. Sander, « Die deutsche Hochbaunormon », dans H. Brüning, F. Dessauer, K. Sander, Das nationale (...)
  • 60 Voir par exemple Deutscher Normenausschuβ, Die deutschen Baunormen 1929.
  • 61 M. Ruck, « Die öffentliche Wohnungsbaufinanzierung... », op. cit., p. 168.

59L’effort de normalisation dans le bâtiment se laisse appréhender à partir de quelques articles publiés à l’époque par le secrétaire général de la Commission de normalisation de l’industrie allemande, Karl Sander59. La volonté de normaliser les éléments de construction s’est tout d’abord heurtée à une forte opposition, les architectes arguant que la conception de petits logements, acte de création individuelle, est incompatible avec l’emploi de fenêtres, de portes et d’escaliers standard, et les artisans craignant qu’une production industrialisée ne les réduise au chômage. Mais le ralliement de l’organisation professionnelle dominante, la fédération des architectes allemands (Bund deutscherArchitekten, BDA), à la normalisation apaise quelque peu les réticences. Toutefois, la définition de normes nationales pour certains éléments de construction se heurte à la disparité des normes régionales. Afin de les harmoniser, les différentes instances régionales sont en 1918 réunies dans une Commission nationale pour la normalisation de la construction (Reichshochbaunormung). Cette Commission nationale est intégrée dans la Commission allemande de normalisation (Deutscher Normenausschuβ) en tant que groupe de travail indépendant, chargé d’homogénéiser les normes locales. Les commissions régionales regroupent des architectes, des représentants de l’administration, de l’artisanat et de l’industrie. Après débat, elles sont invitées à transmettre leurs conclusions à la Commission nationale, qui formule des propositions de normes universelles. Cette procédure de concertation aboutit, à la fin de l’année 1919, à un accord sur la plus grande partie des éléments de construction dont la standardisation avait été étudiée : fenêtres, portes, escaliers, ferrures, gouttières, colonnes montantes, tuiles, poutres en bois, etc. Les premières feuilles de normes concernent les fenêtres à châssis pour petits logements, limitées à un très petit nombre de types (Ill. 103). Mais si ces normes sont adoptées en Prusse orientale, en Bavière, dans le Brandebourg et en Saxe, les autres régions se dérobent. Le Land de Saxe définit des normes qui diffèrent du standard national par l’épaisseur du bois, en raison de la survivance dans le commerce du bois de poids et mesures locaux. Le Schleswig-Holstein, la Rhénanie, le Wurtemberg, le Bade et la Silésie préfèrent édicter leurs propres normes, convaincues que les normes nationales sont inadaptées aux particularités climatiques et aux traditions locales. Si bien que la Commission nationale, dont la tendance était au départ de limiter le plus possible le nombre de types, est, à la fin des années 1920, contrainte de faire marche arrière et de réviser ses feuilles de normes pour y introduire des standards supplémentaires. En ce qui concerne les fenêtres, par exemple, la Commission nationale, confrontée aux objections de certaines régions et à la permanence de types locaux, doit en 1929 revoir les normes. L’intégration d’une plus grande variété dans l’épaisseur des cadres et des vitres semble convaincre les provinces récalcitrantes de renoncer à leur particularisme. La normalisation des différents composants se poursuit et connaît des bonheurs divers, selon qu’il s’agit des portes, de l’escalier, des tuiles de couverture, des sanitaires ou des canalisations. Là où elle fonctionne, la standardisation permet d’abaisser les coûts de construction. La fabrication en série entraîne un gain de 28 % pour les fenêtres à châssis double DIN 279 et de 39 % pour les portes intérieures DIN 1140 (Ill. 104). Le recueil général des normes DIN sert de référence aux administrations, municipales notamment ; il est assez largement utilisé par la construction privée. L’ensemble des normes et prescriptions pour la construction est publié par la Commission allemande de normalisation60. Néanmoins, leur influence sur la pratique effective des entreprises de construction est limitée. Pour la construction de logements, les entreprises du bâtiment, généralement de petite taille, restent fidèles aux habitudes locales et répugnent à recourir à la centaine de DIN définies entre 1918 et 1931. La production industrielle d’éléments standard demeure confidentielle, tant la conviction est répandue que la fabrication en série mettra l’artisan au chômage. Par ailleurs, le caractère partiel des éléments standardisés pose la question de leur intégration au reste du bâti. En conséquence, la normalisation est restée largement en deçà de l’industrialisation de la production de logements, à laquelle aspirent nombre d’acteurs du monde de la construction et les pouvoirs publics eux-mêmes. En définitive, on estime à la fin des années 1920 que les efforts entrepris en vue d’abaisser les coûts de construction, par la standardisation des plans et des éléments de construction, sont parvenus à réduire le prix de revient des logements de 15 à 20 % environ61. L’heure de la normalisation ne sonnera réellement qu’au début de la Seconde Guerre mondiale, en septembre 1939, lorsqu’un décret donnera tout pouvoir aux autorités compétentes dans chaque domaine pour imposer le respect des normes DIN, auxquelles sera ainsi conférée une valeur réglementaire. La totalité des architectes allemands seront alors brutalement contraints d’assimiler la standardisation.

Ill. 103. — Une feuille de normes d’éléments de construction DIN : les fenêtres en bois pour petits logements, 1923.

Ill. 104. — « La normalisation abaisse les coûts », publicité, 1926.

Standardisation et maîtrise d’ouvrage syndicale

60En attendant, nos maîtres d’ouvrage, s’ils sont convaincus que la standardisation d’éléments, tels que les portes ou les fenêtres, est indispensable pour construire des logements au meilleur prix, tendent à pratiquer une sorte de standardisation privée plutôt que de se conformer aux normes officielles.

  • 62 G. Lance, « Die Gagfah im Auf und Ab der Wohnungspolitik », dans J. Fischer-Dieskau (dir.), op. ci (...)

61Dès le départ, la Gagfah, en sus de la typisation des plans de logements, accorde la plus grande importance à la définition de normes pour les éléments de construction. Les deux sont évoquées dès 1918, dans le programme de travail rédigé en vue de la création de la société de construction. Au mois de juin 1920, la Gagfah rapporte qu’elle a fait fabriquer des composants standard susceptibles d’être utilisés pour la majorité des projets conduits par ses filiales. Le prix de revient en est supérieur à celui d’avant-guerre, mais nettement moins élevé que les tarifs pratiqués au même moment. Toutefois, au cours des toutes premières années d’existence de la Gagfah, le problème n’est pas tant la standardisation que la pénurie et le coût astronomique des matériaux de construction. Dans une première phase, la Gagfah tente, par des prises de participation, de se rapprocher de fabricants de portes, fenêtres et ferrures, d’entreprises de rabotage et de rainurage de parquet. Elle s’efforce aussi de constituer des stocks et crée en son sein une centrale d’achats qui acquiert portes, fenêtres, ferrures, poêles, fourneaux, baignoires, ainsi que de grandes quantités de bois non équarri, à couper en fonction des besoins des filiales. Mais ces tentatives de la Gagfah pour fournir ses filiales en éléments de construction sont de 1918 à 1923 battues en brèche par les municipalités, soucieuses de faire travailler l’artisanat local. Les filiales passent outre, mais les économies réalisées par l’achat centralisé sont anéanties par le coût du stockage et de l’acheminement sur le lieu de construction, sans rien dire des dommages causés par le transport et l’entreposage62. Si bien qu’en 1924, lors de la réorganisation, la Gagfah dissout toutes les structures d’approvisionnement en matériaux de construction car, à la stabilisation, le problème n’est plus le coût des matériaux de construction, mais celui du crédit.

Ill. 105. — Feuille de normes Gagfah : construction de la lucarne à croupe.

Ill. 106. — Feuille de normes Gagfah : l’escalier principal.

  • 63 K. Weishaupt, « Die technischen Leistungen der Gagfah », dans Gagfah, 16.000 Wohnungen, op. cit., (...)

62L’effort de standardisation en revanche se poursuit et concerne fenêtres, portes, escaliers, longueur des poutres, charpentes et lucarnes. Très mal connu, cet effort est évoqué dans le recueil que publie la Gagfah pour ses dix ans d’existence. L’auteur chargé de décrire les aspects techniques du travail de la Gagfah mentionne les centaines de « feuilles de détails » (Detailblättern) d’architecture et d’aménagement intérieur63. La sélection qu’il publie comprend notamment la feuille de normes détaillant la construction de la lucarne à croupe (ill. 105) et de l’escalier principal (ill. 106).

  • 64 Dans le discours qu’il devait prononcer lors de la grande manifestation pour le logement organisée (...)
  • 65 Gagfah, « Auftragsbedingungen », document dactyl. datant des années 1930, conservé par M. Nowottny (...)

63Cette standardisation est encouragée par la RfA, qui se soucie fort peu d’avoir à examiner des demandes de prêt pour des maisons de toute sorte. Dès la création de la Gagfah, la RfA avait insisté sur la nécessité de standardiser les éléments de construction tels que les portes, les fenêtres, les poêles et les escaliers, et de simplifier le processus de construction64. L’objectif, pour la RfA, est d’ordre économique : fixer le montant du prêt pour chaque type de maison et comparer les coûts de construction dans les différentes régions du Reich. La commande massive d’éléments de construction standardisés permet également d’abaisser les prix. L’unification des documents exigés par la Gagfah, lorsqu’elle s’entremet auprès de la RfA pour le compte d’une société de construction, permet de comparer les projets. En revanche, on ignore si les normes de la Gagfah se conforment aux DIN. Pour ce qui est de l’exécution des travaux, en revanche, nous avons trouvé la preuve du respect par la Gagfah des règles fixées par la Commission nationale de réglementation des prestations : un cahier des charges pour les travaux confiés aux entreprises locales exige bien que l’entreprise adjudicataire se conforme aux directives techniques nationales65.

  • 66 Schmitthenner, on l’a vu, est l’un des pionniers de la rationalisation constructive. Dès la cité-j (...)
  • 67 « Deutscher Ausschub fur wirtschafltiches Bauen », Bauamt und Gemeindebau a 13 n° 12 12 juin 1931, (...)
  • 68 Cf. H. Gerlach, « Zum 20jahrigen Bestehen der deutschen Akademie fur Bauforschung », Siedlung und (...)

64Les deux personnalités dominantes de la Gagfah, Arnold Knoblauch et Hans Gerlach, sont très actives dans les organismes de rationalisation de la construction. Les deux hommes appartiennent depuis sa fondation en 1920 au Comité allemand pour l’économie de la construction (Deutscher Ausschuffur wirtschaft-liches Bauen), créé par des responsables du logement social avec l’aval du ministère prussien de l’Assistance publique. Constitué en réaction à la pénurie de matériaux de construction, le comité se donne pour mission d’explorer les matériaux de substitution et l’abaissement des coûts de construction. Très dynamique, l’organisation obtient le concours de l’Union nationale des sociétés d’encouragement à la construction de logements, du BDA, de la Commission allemande de normalisation, de l’Union centrale des coopératives de construction, de l’Association allemande pour la réforme de l’habitation, ainsi que de toute une série d’organisations professionnelles de l’artisanat et de l’industrie des matériaux de construction. Ses recherches sont régulièrement publiées dans la série Vom wirtschaftlichen Bauen (« De la construction économique »). De même Gerlach et Knoblauch font-ils partie de la Société nationale de recherche pour l’économie dans le bâtiment et l’habitat (Reichsforschungsgesellschaftfur Wirtschaftlichkeit im Bau- und Wohnungswesen, RFG), créée en 1927 et dotée par le Reichstag d’un budget de dix millions de marks pour subventionner la construction de bâtiments expérimentaux. Toutefois, tous deux demeurent en retrait de cet organisme dont la création a suscité une vive émotion dans les rangs du Comité allemand pour l’économie de la construction et qui refuse d’apporter à la cité de Fischtalgrund un soutien autre que moral. De même la RFG n’accorde-t-elle pas à Schmitthenner, pourtant pionnier de la typisation et de la standardisation, les subsides nécessaires à la cité expérimentale en bois qu’il projette à Stuttgart66. Ni Knoblauch, ni Gerlach ne contribuent aux nombreux rapports de la RFG ; leur appartenance à la société, qui a la haute main sur la distribution des crédits pour l’expérimentation constructive, semble avant tout tactique. Les deux hommes restent fidèles au Comité allemand pour l’économie de la construction, devant lequel Gerlach prononce en mai 1931 une conférence à Salzbourg67. Alors que la RFG sera supprimée en 1931, le Comité allemand pour l’économie de la construction obtiendra sous le IIIe Reich l’autorisation de s’appeler Académie allemande pour la recherche dans le bâtiment (Deutsche Akademie für Bauforschung) et verra son rôle auprès des instances gouvernementales renforcé68.

  • 69 W. Brenne, « Wie die Siedlungen gebaut wurden... », op. cit., p. 47-48.
  • 70 Publicité reproduite par L. Scarpa, « La razionalizzazione e la sua forma », Rassegna, n° 5, numér (...)

65À la Gehag aussi, l’une des préoccupations essentielles est d’abaisser les coûts de construction par la fabrication en série d’éléments de construction. Toutefois, bien que régulièrement mentionnées dans la littérature sur la société de construction, les normes définies par la Gehag pour ses éléments de construction n’ont pas fait l’objet de publications spécifiques. L’auscultation technique, à laquelle ont procédé les deux architectes berlinois chargés de la restauration des cités de Taut, Helge Pitz et Winfried Brenne, a permis de distinguer entre les normes propres à la Gehag et les normes DIN adoptées par la société de construction. Dans le cas de la cité de Britz, la Gehag se conforme pour les fenêtres aux prescriptions de la Commission allemande de normalisation, tant en ce qui concerne la forme de la fenêtre, l’épaisseur des vitres que le nombre de vantaux et de meneaux. De même toutes les portes des pièces habitables sont-elles identiques : il s’agit de portes pleines en bois. A l’inverse, l’escalier est spécialement dessiné par Taut pour les maisons en bandes, de façon à occuper le moins d’espace possible. Cet escalier, prêt à être posé, est Pun des éléments standardisés propres à la Gehag. Il est utilisé pour les maisons des cités de Britz et d’Oncle Tom69. L’importance que la société de construction accorde à la standardisation se traduit par la création d’un département spécialisé. Toutefois, dans la pratique, elle demeure un vœu pieux. Alors que le projet de cité du Fer à cheval reposait sur des normes de base, dont l’architecte pouvait dériver des variantes, la gamme de fenêtres utilisée à Zehlendorf est plus large. Taut revient à la fenêtre à croisée et dessine lui-même la fenêtre de la cuisine, dont les vantaux permettent une ventilation différenciée en fonction des odeurs. Faut-il incriminer le départ de Martin Wagner ? ou le fait que certaines tranches de construction sont réalisées par la Deutsche Bauhùtte et d’autres par l’Ahag d’Adolf Sommerfeld ? Une publicité parue en 1926 dans la revue Wohnungswirtschaft indique que des fenêtres et portes conformes aux normes nationales sont disponibles auprès du département Matériaux de construction de la VsB70 mais, dans l’univers de l’économie communautaire, la fabrication en série sur le fondement des DIN ne semble pas avoir été étendue à d’autres éléments de construction.

66Il est curieux que les maîtres d’ouvrage, si prompts à s’exprimer sur la typisation des plans et la nécessité de rationaliser la construction, soient à ce point discrets sur leur effort, pourtant bien réel, de normalisation. En particulier, on ignore généralement si certaines des normes se réfèrent, et de quelle façon, aux DIN couvrant le champ du bâtiment. Sans doute cet aspect du travail est-il moins médiatique que d’autres. Et bien des obscurités demeurent sur les conditions de production de ces éléments de construction normalisés.

Éduquer l’habitant au bon usage des lieux

67L’investissement idéologique de nos maîtres d’ouvrage, dont la démarche se caractérise par le militantisme réformateur, dans des opérations de logements conçues comme exemplaires, suscite une double préoccupation : que les occupants soient dignes de leur habitation et qu’ils forment une communauté. On retrouve là l’une des thématiques fondamentales de l’idéologie anti-urbaine : la cité d’habitation et la communauté des habitants viennent se substituer au couple grande ville/société. Les moyens développés par la Gagfah et la Gehag pour « éduquer l’habitant à la culture de l’habiter » revêtent plusieurs formes : associations d’habitants à la mission éducative, édition d’un journal propre à la cité ou à la société de construction.

L’habitant Gagfah : le Heimstâtter

68D’entrée de jeu, l’acquéreur ou le locataire d’un logement de la Gagfah doit s’impliquer financièrement dans le projet d’habiter et ce par le truchement d’un apport personnel obligatoire. Cet apport personnel, déjà présenté, s’élève à 10 % au moins du financement de la maison. Certes indispensable sur le plan économique, il revêt en outre, dans l’esprit des fondateurs de la Gagfah, une valeur morale :

  • 71 H. Bechly, Die Heimstiitte des Angestellten..., op. cit., p. 14.

« Cette petite participation, qui peut être versée à tempérament, est indispensable pour lier plus intimement l’habitant à son bien. Une chose qui demande une participation, même petite, paraît plus précieuse que la même octroyée gratuitement71. »

  • 72 Gemeinnütziger Bauverein Altona-Ottensen, « Vertrag mit der Stadt Altona », 12.3.1914, op. cit.
  • 73 Contrat de vente entre la Heimag et M. Heinrich Munk, daté du 26 juin 1922.
  • 74 Lettre de la Heimag Altona à M. Munk, habitant 19, rue Emmich depuis 1914, datée du 18 mars 1922.
  • 75 P. T. Hoffmann, Neues Altona 1919-1929. Zehn lahre Aufbau einer deutschen Groβstadt, léna, 1929, p. (...)

69La création d’associations d’habitants (Angestellten-Heimstàtten-Vereinigungen) est prévue dès la brochure de Frank et Bechly. Cette proposition s’inspire de la pratique en vigueur à la cité de Steenkamp, particulièrement active de ce point de vue. Nous avons vu que le contrat passé en mars 1914 entre la Ville d’Altona et la Société de construction d’utilité publique d’Altona-Ottensen avait instauré l’association d’habitants (Heimbesitzer-Vereinigung) obligatoire, tous les habitants étant tenus d’y adhérer. La mission qui lui est assignée est clairement éducative et ses statuts précisent qu’elle doit organiser des conférences sur le logement, le jardinage, l’hygiène ; présenter des expositions sur la culture des jardins et l’entretien de la maison ; distribuer des prix couronnant les jardins et les productions des habitants ; entretenir la sociabilité par des jeux et des manifestations sportives ; coopérer avec la société de construction pour la création de nouveaux équipements collectifs, arbitrer enfin les conflits de voisinage72. L’association est une sorte de réplique, à l’échelon de la cité, de l’autonomie administrative municipale. Elle encadre l’entretien des maisons, laissé à la charge de chaque habitant, qu’il soit locataire ou propriétaire, car c’est par cette responsabilité que l’habitant entretient une relation adéquate (das richtige Verhàltnis) avec sa maison. Les habitants des cinquante premières maisons de la cité, construites le long de la rue Emmich, créent une telle association, dont les statuts sont après guerre reproduits dans le contrat passé en 1919 entre la Heimag et la Ville d’Altona. Les occupants des logements construits par la Heimag doivent adhérer à cette association, et cette obligation figure sur les baux et contrats de vente, au même titre que l’interdiction de vendre des boissons alcoolisées ou de sous-louer73. Mais les intérêts de ce noyau initial d’habitants ne recoupant que partiellement ceux des nouveaux arrivants, une nouvelle association est créée en septembre 192074. Bien que la cité de Steenkamp n’ait dans les années 1920 pratiquement plus de rapport administratif avec la Gagfah, nous nous attarderons sur la vie associative qui s’y développe, car elle constitue pour les fondateurs de la société de construction le paradigme de la communauté des habitants. En outre, la plupart des occupants ont été sélectionnés par la Heimag d’Altona, avant son retrait de l’opération75. Au sein de la nouvelle association, pas moins de neuf sous-commissions sont instituées : coopérative d’achats, scolarité, expositions, vie sociale, médiation. La sous-commission juridique vérifie les baux, celle de presse édite le journal de la cité, Der Steenkamper. Les difficultés de l’heure, politiques et économiques, se reflètent dans la création d’une milice (jusqu’en novembre 1921, des rondes nocturnes menées à tour de rôle par les hommes valides protègent la cité en ces temps troublés), d’une coopérative d’achats et d’une instance chargée de louer des terres agricoles à l’extérieur de la cité, l’approvisionnement demeurant un souci majeur. L’association cherche à obtenir de la société de construction un dédommagement pour les couvertures défectueuses, l’installation dans la cité d’un bureau de poste, d’un médecin, d’un poste de secours, l’enlèvement biquotidien des ordures, etc. À Steenkamp, l’émulation maraîchère implique que soient prodigués des conseils sur la façon d’arranger un parterre ou de faire pousser des fleurs sur ce sol ingrat. Les jardins en lice sont régulièrement examinés par les jurys de concours, composés de professionnels du jardinage, d’architectes et de Steenkamper. Les prix sont décernés en grande pompe lors de la fête de la récolte qui, chaque année, réunit toute la cité : le défilé des charrettes ornées de fleurs qui convoient en grande pompe les productions horticoles primées est suivi par les enfants couronnés et déguisés. Des jeux variés sont organisés (recherche d’oeufs, escalade d’arbres, concerts de casseroles), ainsi que des représentations de guignol, des spectacles de plein air et des tombolas. A la tombée de la nuit, les enfants allument lampions et lanternes, et forment un cortège en chantant la chanson rituelle. Lorsqu’ils sont couchés, les parents prolongent la fête en dansant au bal organisé à la maison commune. À partir de 1926, la fête de la récolte se transforme en simple fête sportive, car l’aspect alimentaire du jardinage a fait place, après la période de l’inflation, à la mise en valeur décorative du jardin d’agrément : fleurs et cascades ont remplacé les pommes de terre. En revanche, le succès de la « guilde des enfants », fête annuelle pour les enfants de 5 à 15 ans, ne se dément pas. Elle rassemble chaque année plusieurs centaines de participants. Rituellement, le cortège défile, musique en tête, jusqu’à l’ancien terrain militaire où prennent place diverses activités ludiques (ill. 107).

70La philosophie de la cité est soutenue par la revue, qui s’efforce d’éduquer aux bons rapports de voisinage, d’éradiquer ragots et potins. A cet égard, elle conseille de garder ses distances, de se contenter de souhaiter bonjour et bonne route au voisin, et de lui offrir aide et conseils lorsqu’il le demande. Le mode d’emploi du parfait voisin est décliné au long des pages, qui précisent droits et devoirs : les fruits du voisin qui penchent au-dessus de mon jardin sont-ils à moi ? Puis-je changer la haie, laisser mes poules se balader en liberté, mes chiens fouiner et aboyer à volonté ? battre mes tapis lorsque la voisine d’à côté fait sa lessive ? Les appels à la vertu et au sens collectif du Steenkamper sont légion : celui qui tient son foyer en harmonie avec l’entourage, c’est-à-dire celui qui respecte les règles de conduite en vigueur à Steenkamp, connaît le prolongement bénéfique de ces contraintes en son for intérieur. La cité est un cadeau pour celui qui y habite — un cadeau qui se mérite sans cesse, par l’entretien de la maison et du jardin certes, mais aussi par la conscience des devoirs envers la communauté de Steenkamp. La coopération entre habitants, notamment en ce qui concerne le jardinage, concourt, selon le président de l’Association des habitants, à l’émergence d’un « authentique esprit de cité » (Siedlergeist). Néanmoins, cette belle harmonie connaît des limites. D’une part, la participation à la vie de Steenkamp n’intéresse pas tous les habitants : la vingtaine de volontaires qui anime l’association ne se renouvelle guère. Par ailleurs, dans un rapport sur la fête de la moisson, le directeur municipal des jardins, Tutenberg, mentionne l’existence, inévitable, d’habitants apathiques et indifférents. Enfin, l’activité de la sous-commission d’arbitrage des conflits, qui veille notamment au respect des règlements, témoigne des conflits qui scandent la vie de la cité, sans cesse perturbée par la négligence de locataires qui laissent les herbes folles envahir leur jardin de devant, bricolent sans autorisation un appentis ou une véranda, entourent leur jardin de fil de fer pour protéger leur potager contre les chapardages. Il lui faut trancher les querelles entre voisins, qui portent le plus souvent sur la propriété de baies ignorantes des limites de propriété.

Ill. 107. — Cité de Steenkamp : défilé des enfants lors de la fête de la récolte.

  • 76 Gagfah, « Haus- und Wohnordnung », document non daté (début des années 1920), conservé aux Archive (...)

71La Gagfah attache la plus grande importance à l’administration des cités. Elle exerce un contrôle étroit sur les occupants, qu’ils soient locataires ou propriétaires, en diffusant un règlement intérieur extrêmement précis. Ce règlement indique la conduite à tenir dans des situations aussi variées que l’incendie, le gel, le mauvais temps ou la perte de clé76. L’habitant doit le faire respecter aux siens, à ses domestiques (« V !) et sous-locataires éventuels. Il est tenu d’aérer son appartement et le personnel de la Gagfah peut à tout moment, entre dix heures et dix-huit heures, inspecter les lieux. L’entretien des escaliers, paliers, sols et fenêtres des parties communes ainsi que des trottoirs est assuré à tour de rôle par les locataires. Il est interdit de chanter ou de faire de la musique entre vingt-trois heures et sept heures du matin, et lorsqu’un voisin est malade. Les instruments de musique doivent être situés à distance des murs mitoyens. On ne peut battre les tapis, couvertures et meubles rembourrés qu’entre huit et treize heures, à l’exception du vendredi, où l’on a le droit de le faire entre quatorze et dix-neuf heures et, en tout état de cause, à distance respectable de la maison. Toute modification de l’aspect extérieur de la maison — adjonction d’une marquise, annexe, gouttière, enseigne, affiche ou jardinière — nécessite l’autorisation écrite de la Gagfah. Cette dernière détermine les plantations appropriées aux jardins de devant et veille à la bonne tenue des jardins, dont les mauvaises herbes et les insectes nuisibles doivent être éliminés. L’autorisation de la Gagfah est nécessaire pour déplacer les arbres fruitiers qu’elle a plantés et les enfants n’ont pas le droit de jouer aux emplacements prévus pour le fumier. La possession d’animaux domestiques fait l’objet d’une autorisation, mais il est en tout état de cause exclu d’élever des abeilles et de laisser errer son chien.

72Ce modèle, mis au point par Hermann Frank, inspire directement les associations d’habitants (Heimstätter-Vereinigungen) que la Gagfah crée pour gérer les logements sortis de terre ; l’obligation d’y adhérer est spécifiée dans le bail ou le contrat de vente. Les associations d’habitants encaissent les loyers, assurent la maintenance — petites réparations en particulier. L’objectif de la Gagfah est d’éduquer l’occupant à l’auto-administration, de le responsabiliser, en l’impliquant dans l’entretien des bâtiments et des abords, de créer un esprit communautaire entre habitants d’un même lotissement ou immeuble. Plus prosaïquement, la direction de la Gagfah espère économiser sur la gestion du parc bâti, très onéreuse, et protéger l’homogénéité des cités, des crépis aux clôtures en passant par les plantations. Lors de la réorganisation de la Gagfah en 1924-1925, ces associations d’habitants sont supprimées. La partie administrative de leur activité, l’encaissement des loyers notamment, est directement prise en charge par un service ad hoc à la Gagfah. Quant aux travaux d’entretien et de jardinage, ils échoient aux Associations locales pour l’habitat des employés (Ortsvereinigungen), à l’origine de la plupart des opérations construites par la Gagfah. Les expériences d’autogestion par les habitants sont dès lors sporadiques. A Cologne, Halle et Bochum sont créées des communautés de gestion (Verwaltungsgemeinschaften) qui passent avec la Gagfah des contrats pour l’administration de cités entières. À Halle, la communauté de gestion a été créée à la demande de la Ville : elle a pris en charge le recouvrement des intérêts des prêts hypothécaires municipaux provenant de l’impôt sur les loyers. La désillusion de la Gagfah, qui rêvait de communautés d’habitants motivées et responsables, renforce son pragmatisme. Le motif retenu pour la couverture de la revue « Foyer et travail. Mensuel pour la construction de maisons et de cités sur des bases syndicales », mentionnée au chapitre IV, illustre cette vision méritante du Heimstätter Gagfah : le pavillon de l’employé trouve graphiquement sa contrepartie dans les rayons de la ruche, soulignant ainsi le côté industrieux de l’abeille Gagfah, pour qui habiter est un travail (Ill. 108). Mais cette première expérience éditoriale, tentée en 1922, ayant tourné court, la Gagfah, en dépit de sa prospérité et de l’efficacité de son organisation centralisée, ne la renouvelle pas après l’inflation. Ce n’est qu’en 1933 qu’une telle revue verra durablement le jour, à un moment où l’idéologie revient en force sur le devant de la scène.

Ill. 108. — Revue de la Gagfah, « Foyer et travail. Mensuel pour la construction de maisons et de cités sur des bases syndicales », couverture, 1922.

La Gehag et l’homme nouveau

  • 77 B. Taut, « Wie sich Gemeinschaftsgeist in einem Bau verkörpern kann », Wohnuneswirtschaft 1924, n° (...)
  • 78 Cf. « Ein “Festder Arbeit” in der Grobsiedlung », Wohngemeinschaft, a. 3, n° 35, 30 août 1929 ; T. (...)

73Nous avons vu que pour Martin Wagner et Bruno Taut, la cité du Fer à cheval doit démontrer l’exemplarité de la démarche de la Gehag, tant sur le plan constructif et architectural que sur celui de l’expression de valeurs morales et sociales. Cette démonstration est renforcée par l’organisation de fêtes, qui reprend une pratique particulièrement vivante à Falkenberg77. Au Fer à cheval, l’espace central de la cité étant conçu comme un lieu de rassemblement, les syndicats y organisent en septembre 1929 une fête du travail destinée à renforcer l’esprit communautaire de la cité, que Taut a cherché à exprimer par l’architecture. Mais cette fête du travail organisée à Britz ne relève pas de la seule convivialité ; elle veut célébrer le succès de l’initiative syndicale et sociale-démocrate. Pas moins de dix-sept organisations politiques, syndicales, de jeunesse, associations d’amis de la nature et de l’enfance sont impliquées dans l’organisation. Fe programme comprend un défilé, des chœurs ouvriers, un spectacle de la troupe de Piscator, des jeux pour les enfants, des concours sportifs, un bal et une exposition de photos illustrant la vie de la cité. Fa Deutsche Bauhütte a édifié une tour du Travail, haute de dix mètres78. Fa fête se conclut par l’Internationale, chantée par tous les participants. À Zehlendorf également, la fête annuelle réunit les habitants d’Oncle Tom et de Fischtalgrund autour de jeux et d’un défilé mené par le poisson géant (Fisch), emblème de la cité (ill. 109).

Ill. 109. — Défilé lors de la fête annuelle des cités Oncle Tom et Fischtalgrund, photo-montage, 1932.

74Dans la rhétorique des promoteurs de ces manifestations, il s’agit de retrouver des attaches et d’intensifier l’aspiration à un lieu où l’on est chez soi (Heimatwille). Les cités modernes, propres et saines, développent en effet, dans l’esprit de leurs concepteurs, les valeurs morales, spirituelles et physiques de ceux qui les habitent.

75Un autre vecteur de diffusion de ces valeurs est la littérature destinée aux habitants : en 1930, l’Einfa, société chargée de la gestion des cités construites par la Gehag, décide de publier une revue destinée aux locataires, « Einfa. Feuille d’information de l’Einfa, Société berlinoise pour la promotion de la maison individuelle » (ill.155). Le premier numéro paraît en avril 1930, et la rédaction formule les objectifs de la revue en ces termes :

  • 79 Einfa-Nachrichtenblatt der Einfa, Berliner Gesellschaft zur Fôrderung des Einfamilienhauses a. 1, (...)

« Étant donné l’importance, tant économique que culturelle, que revêt la satisfaction des besoins de chaque famille en matière de logement, il paraît souhaitable qu’un journal maison informe sur toutes les questions concernant la construction de logements, la façon d’habiter et l’entretien des espaces d’habitation. Nous avons donc l’intention de publier chaque mois une « Feuille d’information de l’Einfa » et de la distribuer gratuitement à nos locataires au moment du paiement des loyers. Nous avons, avec la publication de notre propre journal, la conviction de remplir un devoir qui s’impose à nous en raison de notre secteur d’activité et nous espérons servir ainsi la cause de nos amis et partisans de l’économie communautaire dans le logement79. »

76Cette revue, qui paraît jusqu’en septembre 1933, aborde toutes sortes de questions, tout en mettant l’accent sur les conseils pratiques, notamment en matière de jardinage. Elle joue un rôle d’organe de liaison entre le gestionnaire des cités et les locataires. Sur la vie des cités, Einfa relate toutes sortes de faits, de la coopération avec la Gehag à l’installation expérimentale de boîtes aux lettres dans les immeubles par la Poste. La revue met en garde contre le risque de cambriolage et indique que les employés et ouvriers de l’Einfa ont une carte d’identité professionnelle, dont le locataire doit exiger la présentation. Mais à l’inverse, elle indique que le personnel de l’Einfa a le droit de pénétrer dans les logements, ce que le Bureau de la maintenance rappelle aux locataires qui refusent l’entrée de leur appartement au personnel de service. L’Einfa critique aussi les locataires qui en prennent à leur aise avec les ordures, mais elle est obligée de répéter à plusieurs reprises l’interdiction de jeter le compost, utile à la culture, et les journaux, qui peuvent le plus souvent être brûlés dans les poêles, car ils renchérissent le coût d’enlèvement des ordures. Elle rappelle qu’il faut veiller aux braises encore incandescentes, qui embrasent les poubelles, et met en garde quant à la combustion des aiguilles du sapin de Noël dans le poêle, extrêmement dangereuse. De même, Einfa tente de responsabiliser les occupants des immeubles collectifs en matière d’usage des fluides : eau, pour laquelle il reviendrait trop cher d’installer des compteurs individuels, gaz et électricité. Einfa note qu’il est bien connu que l’on fait davantage attention à ce que l’on a en propre qu’à ce qui ne nous appartient pas directement. Il en va de même selon que l’on paye directement ou au forfait sa propre consommation. Einfa déplore le gâchis, d’eau en particulier : le personnel de l’Einfa a constaté le manque d’étanchéité de nombreux joints, or un robinet qui goutte gaspille beaucoup. De même, les caves restent-elles fréquemment allumées toute la nuit dans les immeubles collectifs, ce qui n’arrive jamais dans les maisons individuelles. Et les mères, vigilantes dans les maisons individuelles où elles veillent à ce que leur progéniture n’arrache pas les plantations ni n’abîme le gazon, sont bien plus négligentes lorsque les espaces collectifs sont en cause. Au titre des nuisances de voisinage, la radio est fréquemment évoquée. La cacophonie culmine aux beaux jours, lorsque fenêtres ouvertes et utilisation intensive du balcon laissent filtrer les effluves musicaux :

  • 80 Einfa-Nachrichtenblatt..., a. 2, n° 5, mai 1931, p. 7. Voir aussi K. Würzburger, « Rundfunkfreuden (...)

« Au rez-de-chaussée, on a de l’opéra ; chez le voisin, de la musique à danser et le locataire du premier étant cultivé, il offre à qui veut l’entendre des conférences entières, gratuitement et en direct chez soi80. »

Ill. 110. — Les nuisances de la vie dans la cité, caticatutes illustrant la plaquette éditée à l’occasion de la fête annuelle des cités Case de l’Oncle Tom et Fischtalgrund, 1931.

77Le succès de ce nouveau média se mesure aux appels réitérés de l’Einfa à l’endroit des possesseurs de poste, qui n’hésitent pas à en faire profiter leur voisinage, comme en témoigne cette caricature issue du recueil édité à l’occasion de la fête annuelle d’Oncle Tom. Ce qui au demeurant ne constitue pas la seule nuisance de la vie en cité (ill. 110).

  • 81 La Wohnungskultur est à proprement parler la culture de l’habiter, c’est-à-dire l’ensemble des usa (...)

78Dans la définition de la nouvelle Wohnungskultur81 promue par la Gehag, un rôle central est dévolu au jardin. La société de construction tient à la disposition des habitants, le plus souvent novices en matière de paysagisme, des plans pour les jardins. Les conseils se succèdent au fil des pages de la revue. S’il est bon de clôturer le jardin vers l’extérieur par une haie et des arbres fruitiers, il faut en revanche éviter que des plantations trop hautes ne gênent la vue que l’on a de la fenêtre ou de la terrasse, de façon à ce que le jardin soit réellement le prolongement du logement. Il est hors de question de l’individualiser par des figurines de jardin ; il faut au contraire harmoniser le dessin des plates-bandes et les plantations avec celles du voisin. L’entretien du jardin est détaillé chaque mois : du meilleur moment pour couper les roses aux trucs pour obtenir des cerises saines, le guide du potager occupe une place centrale dans la revue et fournit mois après mois le calendrier des graines à semer. Corollaire de cette économie horticole : les recettes pour consommer les fruits et légumes de saison, et mettre le surplus en conserve. À la lecture de Einfa, la ménagère n’ignore rien de l’art de mettre en bocaux les groseilles, la rhubarbe, les pommes et autres productions du jardin. De même, la revue communique-t-elle les recettes de la confiture de pommes aux airelles rouges, de la gelée de mûres, de la marmelade de potiron, des quetsches au vin, des pruneaux à l’étouffée. Attention toutefois au botulisme provoqué par les conserves avariées... Le balcon, suffisamment vaste pour accueillir des plantes et pour que la famille puisse s’y tenir en été, à l’écart de la circulation et du bruit de la grande ville, est également un aspect essentiel des cités de la Gehag. C’est le balcon qui fait du logement un havre de paix, et de nombreux articles en présentent l’utilisation optimale. Le soleil doit y pénétrer : ni construction parasite, ni treillage, ni vigne vierge. La latitude laissée aux locataires pour fleurir leur balcon connaît des limites, car fleurs et plantes se voient de l’extérieur et interfèrent avec l’architecture des immeubles. L’individualisme des locataires doit s’effacer devant l’intérêt du voisinage, car le but ne saurait être de perturber un ordonnancement architectural mûrement réfléchi par une décoration florale disparate. En outre, il faut choisir des plants qui fleurissent de mai à octobre, comme les géraniums, les bégonias, les pélargoniums et autres pétunias. Myosotis et pensées sont déconseillés, car ils ne tiennent pas assez longtemps, ce qui est également le cas des tulipes. Quant aux œillets, ils poussent tout en feuilles sur les balcons. Les conseils prodigués s’étendent aux bacs, à la peinture pour les caisses à fleurs, au choix des engrais, à l’arrosage, à la pose de tuteurs, à la protection des plants contre le gel. Ailleurs, la revue recommande l’adoption du fauteuil pliant pour se tenir sur le balcon. C’est dans la proximité du logement avec la verdure que la Gehag voit son principal apport à une nouvelle Wohnungskultur. Pour célébrer ce contact entre habitant et jardin, l’Einfa organise en 1932 un concours de photos intitulé « L’habitation Einfa dans le soleil, l’art et le jardin », qui a pour but d’illustrer les liens étroits des habitants Gehag avec la nature.

79De nombreux conseils concernent l’entretien du linge, le détachage de toute nature, le lavage de tissus délicats, le repassage, mais aussi l’utilisation de la buanderie collective. Une notation révèle le manque d’expérience des ménagères, auxquelles la revue explique que les installations de la laverie ne dispensent pas de mettre de la lessive, qu’elles peuvent se procurer auprès du surveillant. Par ailleurs, l’Einfa s’étonne du nombre proprement ahurissant de vêtements oubliés à la laverie collective et non réclamés par leur propriétaire, à tel point qu’elle doit organiser une exposition afin que les ménagères distraites récupèrent leur bien. Et de prévenir que le linge qui reste sera donné à des associations charitables. De même, la revue explique comment nettoyer les baignoires entaillées, adoucir l’eau calcaire, et donne des conseils pour constituer une pharmacie de base. L’hygiène ne s’arrête pas à la propreté du linge, mais s’étend au mode de vie et à l’alimentation. La température du logement doit tourner autour de dix-sept ou dix-huit degrés, avec un taux d’humidité contrôlé ; la nécessité d’aérer le logement fait l’objet d’avis réitérés, y compris sous la forme d’un dialogue fictif entre deux habitantes. Au titre de la lutte contre les bactéries, Einfa insiste sur le fait qu’il faut absolument se laver les mains soigneusement et fréquemment, en particulier au moment de préparer le repas. L’hygiène alimentaire passe par la consommation de riz complet, de farine non raffinée, de sucre roux. Il ne faut pas faire tremper les pommes de terre épluchées à l’avance. Ces conseils rejoignent une question également abordée par la revue : la rationalisation du travail ménager. Et la revue insiste pour que la femme au foyer fasse de la gymnastique : c’est un devoir qu’elle ne prend pas assez au sérieux, se contentant généralement de répliquer qu’elle fait suffisamment de mouvements toute la journée, alors qu’elle devrait rectifier mauvaises positions et gestes fatigants, et apprendre à bien respirer. Il faut créer chez la femme au foyer un nouveau sentiment de son corps.

  • 82 Einfa-Nachrichtenblatt..., a. 3, n° 6, juin 1932, p. 2.
  • 83 La « joue » du fauteuil est le panneau latéral situé entre le siège et les bras.

80En outre, Einfa a une vocation plus ambitieuse d’éducation à l’architecture et à la décoration intérieure. Quelques articles de vulgarisation sont rédigés par Bruno Taut mais, le plus souvent, c’est la rédaction qui tente de familiariser le lecteur avec la notion de Neue Sachlichkeit architecturale. En réponse aux interrogations supputées des nouveaux habitants sur l’ameublement de leur logement, la revue avertit le locataire auquel cela aurait échappé que le bureau-fumoir masculin est une pièce désormais superflue et recommande que l’une des trois pièces du logement devienne une chambre d’enfants, bien plus importante que le bureau, car la lettre que l’on a de temps en temps besoin d’écrire peut être rédigée dans la salle de séjour. La courroie de transmission de la Wohnungskultur visée par l’Einfa est la femme82. À son endroit, l’aménagement du logement fait ainsi, pièce pat pièce, l’objet d’une description normative au fil des numéros. La décoration de l’entrée doit être l’objet d’un soin particulier, puisque c’est cette pièce qui communique au visiteur la première impression sur le logement. Dans un intérieur soigné, elle est un modèle d’ordre et de simplicité pratique. La revue conseille un papier peint bleu-gris, d’une nuance claire, sans galon, couvrant également le plafond, ce qui lui donne l’air d’une véritable petite boîte, bien nette et accueillante. Il y faut très peu de meubles : un petit banc ou un tabouret en paille, un guéridon. Un portemanteau peut être fixé au mur : plein de goût, il se composerait d’un miroir haut et étroit, d’une étagère en verre pour déposer les chapeaux et de crochets mobiles en nickel. Le miroir serait bordé en haut d’un tube lumineux, en bas d’un bloc-tiroir pour poser sac à main, peigne et brosse à cheveux. Comme plafonnier, une coupelle en opaline. Cette décoration transforme l’entrée en une symphonie de verre et de nickel, rehaussée par le gris du papier peint et le bleu du linoléum. Pour le séjour, la feuille d’information de l’Einfa plaide pour l’aménagement de coins (Ecké), très fréquents à l’époque Bidermeier. Elle retrace l’histoire de ces coins : à la suite des guerres napoléoniennes, une crise du logement aiguë avait conduit à subdiviser les espaces, et la proximité de la fenêtre s’était vu conférer le statut de pièce à part entière, matérialisée par la surélévation du sol. Cet endroit, surnommé estrade (Tritt), accueillait le fameux fauteuil à joues83, la table à ouvrage de la maîtresse de maison ainsi que des plantes en pot, redevenues à la mode depuis. C’est sur l’estrade que Monsieur lisait son journal et que Madame cousait et raccommodait ; les enfants n’y avaient pas accès. Alors que ce dispositif spatial est, selon la revue, perçu comme suranné, il n’en va pas de même du « coin-séjour » (Wohnecke), dont la revue signale le retour en grâce. Dans l’ameublement du séjour moderne, la table ne doit pas être placée au milieu du séjour, où elle entrave la liberté de mouvement, mais dans un angle. Avec un canapé, trois fauteuils et des bacs à fleurs, l’ensemble forme un lieu très accueillant pour que s’y tienne la famille. Un autre coin de la salle de séjour peut être consacré au travail et à la lecture. Dans le séjour, autrefois encombré par les bibelots disposés sur chaque coin de meuble, Einfa recommande de placer une vitrine pour montrer la belle vaisselle fragile. Un coup d’œil à la vitrine de la maîtresse de maison révèle sa façon d’être. Dans ce royaume, elle peut aussi exposer cadeaux et bibelots. Une autre pièce préoccupe beaucoup la revue : il s’agit de la chambre d’enfant. Aucun dispositif de rangement n’étant efficace si l’enfant est dépourvu de discipline, la première condition pour qu’une chambre soit en ordre est un enfant bien élevé. Dès qu’il apprend à ranger, vers 3 ou 4 ans, il faut lui fabriquer une armoire à sa mesure, ce qui lui facilite la tâche. Les colonnes d’Einfa cherchent également à justifier la présence dans les logements d’une demi-pièce, si petite soit-elle. Elle sert à s’isoler, à fermer la porte derrière soi, à s’adonner à l’activité de son choix en toute tranquillité. Et la revue donne des conseils pour son aménagement, en rappelant des règles optiques de base. Elle propose plusieurs solutions, selon que l’on choisit d’utiliser la demi-pièce comme chambre d’enfant, chambre d’invités, lingerie ou bureau. Pour une chambre d’enfant, il faut éviter les couleurs sombres et les gros motifs, choisir un papier clair, à petits motifs, et prévoir pour le plafond un ton légèrement plus foncé. Le mobilier comprend un lit rabattable, une petite armoire basse et aux angles arrondis, une table de travail devant la fenêtre. Pas de voilage, ni de lampe en forme de nain ou de champignon, mais une sphère en opaline avec suspension. Au sol : du linoléum. L’ameublement de la chambre d’amis comprend un lit, une table qui sert à écrire, à lire et à poser ses affaires, une chaise, un petit placard, une chaise longue, un miroir et, pour unique décoration, une assiette de Copenhague ornée d’un motif central. Mais si l’on opte pour une lingerie, la pièce contient la machine à coudre, une table à repasser, une table pour la coupe, une commode pour ranger patrons et tissus, la corbeille de raccommodage, la table à ouvrage, la collection de boutons, de galons et d’aiguilles. Si la pièce au contraire est le repaire de Monsieur, un plateau d’érable posé sur deux tréteaux peut accueillir tout l’attirail du travailleur manuel ou intellectuel : plans, dessins, outils, fil de fer, carton, compas. Dossiers et journaux sont entreposés sur des étagères. Les nombreux articles de la revue consacrés à l’ameublement plaident pour un mobilier fonctionnel, adapté aux dimensions des pièces de la nouvelle architecture, larges et basses de plafond, mieux éclairées et chauffées qu’autrefois. L’espace gagné ne doit pas être encombré par un surcroît de mobilier et de lourds rideaux ne sauraient masquer les larges fenêtres. De même qu’il serait comique de voir monter dans un autobus une femme habillée comme autrefois, il est intempestif d’accrocher ses vieux rideaux, conçus pour un appartement ancien, dans le logement d’une cité neuve en périphérie urbaine. Les doubles rideaux à l’ancienne, avec leurs riches motifs, leurs broderies, leurs franges, leur dais, leur lambrequin masquant les crochets, tombant jusqu’au sol et encadrant les voilages, convenaient à des appartements très hauts, à fenêtres étroites, dont le vis-à-vis (usines, immeubles uniformes) n’était pas précisément réjouissant. Mais ils ne sont plus de mise dans des pièces plus basses avec larges fenêtres et vue sur la verdure :

  • 84 « Eine Gardinenpredikt », Einfa-Nachrichtenblatt..., a. 4, n° 3-4, mars-avril 1933, p. 5.

« Nous nous faisons du tort, à nous et à notre famille, lorsque nous nous coupons artificiellement de la lumière et de l’air que l’urbanisme moderne cherche à nous procurer84. »

81La feuille d’information de l’Einfa développe au fil des numéros une véritable théorie des couleurs pour la décoration intérieure. En général, elle recommande des tapis aux couleurs chaudes, des couleurs claires et calmes pour les murs, et un plafond peint un ton au-dessous. Pour les pièces orientées au nord, la revue recommande la gamme des jaunes, entendue au sens large, de l’écru à l’orangé sombre. Au sud au contraire, le gris est bien vu. Le nord-est a besoin de couleurs chaudes (tous les rouges, roses, bruns, dorés), le sud-ouest de couleurs froides (bleu, clair ou foncé, bleu-vert, violet, clair ou foncé, gris pâle, argenté). Et lorsque l’orientation solaire n’est pas franche, il faut préférer des couleurs neutres (ivoire, chamois, ocre, mastic). Attention toutefois aux couleurs foncées : un rouge sombre ne réfléchit que 16 % de la lumière, un crème clair 70 %, un vert clair entre 40 et 50 %. L’utilisation des couleurs comporte un volet psychologique abondamment développé au fil des pages : le gris foncé, autrefois très prisé pour les chambres à coucher et les chambres d’amis, s’est révélé déprimant. En revanche, toutes les nuances du jaune, du crème à l’ocre, ont un effet bénéfique sur l’humeur. Plus apaisante, la gamme des verts, à utiliser pour les chambres et lieux de lecture. Les tons de rouge ont l’avantage de renforcer la joie et la vitalité, mais sont à déconseiller chez les personnes nerveuses : il faut à tout prix éviter de placer un abat-jour rouge dans la chambre d’un malade.

82À intérieur moderne, mobilier moderne, mais également vaisselle moderne : loin des enjolivements compliqués du passé, la vaisselle est devenue simple et pratique. Les verres et carafes d’apparat qui ne servaient que d’ornements, genre verres de Venise, sont en voie de disparition. La beauté des nouveaux objets provient de ce qu’ils sont parfaitement adaptés à leur fonction technique. Et Einfa déplore l’inconséquence de qui se serait converti aux meubles de cuisine modernes tout en continuant à boire dans des tasses à guirlandes de fleurs. La revue se livre également à une véritable propagande pour le mobilier en acier, tout en regrettant son prix élevé, et accorde une grande attention à l’éclairage. Dans la cuisine par exemple, plan de travail, évier et cuisinière doivent être bien éclairés, et le plafonnier central évité, car il provoque des ombres mal venues. Le temps des lampes romantiques est passé : qui souhaite encore être éclairé par un chimpanzé brandissant une ampoule ? Tant que l’on a été préoccupé de cacher l’aspect technique d’un appareil d’éclairage sous une belle parure, on n’a pas été convenablement éclairé. Depuis que l’on ne cherche plus à dissimuler la technique, on a trouvé des formes à la fois belles et fonctionnelles : globe, tube lumineux, lampe de bureau, applique à bras articulé. Cet effort d’éducation à la culture de l’habitation est du reste relayé par l’ameublement de logements témoins pour montrer aux nouveaux locataires des logements de la Gehag dans quel esprit agencer leur intérieur (ill. ni à 114). Mais, en dépit de ces efforts de propagande et d’éducation, force est à Einfa de constater que, « jusqu’à présent, peu de ce que nous entendons par Neue Sachlichkeit àzns la maison s’est répandu dans le monde des femmes au foyer ». Et la revue déplore cette incompréhension de la part de ses locataires :

  • 85 Einfa-Nachrichtenblatt..., a. 2, n° 10, octobre 1931, p. 2.

« Je ne peux pas à la fois m’enthousiasmer pour les avantages et les conquêtes de l’époque en matière de technique, science, hygiène, etc. et en même temps les refuser en affichant les apparences extérieures du siècle dernier85. »

L’intérieur Gehag

L’intérieur Gehag

Ill. 111. — Gehag : cuisine équipée (maison en bande aménagée par B. Taut, cité Case de l’Oncle Tom, vers 1928, photo A. Köster).

Ill. 112. — Gehag : salle de séjour (appartement témoin aménagé par B. Taut, cité Case de l’Oncle Tom, 6e tranche, vers 1930, photo A. Köster).

L’intérieur Gehag (suite et fin)

L’intérieur Gehag (suite et fin)

Ill. 113. — Gehag : chambre à coucher conjugale (appartement témoin aménagé par B. Taut, cité Case de l’Oncle Tom, 6e tranche, vers 1930, photo A. Köster).

Ill. 114. — Kammer aménagée en chambre d’enfant (appartement témoin aménagé par B. Taut, cité Case de l’Oncle Tom, 6e tranche, vers 1930, photo A. Köster).

L’intérieur Gagfah (vers 1930)

L’intérieur Gagfah (vers 1930)

Ill. 115. — Double salle de séjour.

Ill. 116. — L’ouverture de la salle de séjour sur le jardin.

Ill. 117. — Cuisine

L’intérieur Gagfah (vers 1930) (suite et fin)

L’intérieur Gagfah (vers 1930) (suite et fin)

Ill. 118. — Chambre à coucher conjugale.

  • 86 Gagfah, « Eigenheim und Wohnung für Angestellte », Berlin, s.d. (1930), p. 24-25.

83Notons que la Gagfah, si elle est moins diserte sur la décoration et l’ameublement, fait montre d’une sobriété similaire, à en juger par les photos d’intérieur publiées dans une plaquette commerciale (ill. 113 à 118)86.

84Raffinement ultime du bonheur chez soi, la feuille d’information de l’Einfa incite à découvrir les joies du commerce intime avec les œuvres d’art par la constitution d’une collection. Elle suggère le découpage dès l’enfance d’images choisies dans les revues, à coller sur un papier gris ou sombre, et recommande, dès que l’on a un peu d’argent, de s’acheter une bonne gravure, une eau-forte ou un bois gravé : c’est un « moyen facile de développer de façon saine et naturelle notre compréhension de l’art ». Sans rien dire de la fierté du collectionneur qui le soir ouvre les cartons contenant ses trésors ou contemple dans sa chambre les œuvres qu’il a encadrées avec simplicité. Cette familiarité progressive avec les grands noms de l’art et leur œuvre, cet entraînement de l’œil conduiront certains à se lancer dans la création.

Ill. 119. — Tract électoral du SPD, 1929.

85Enfin, la revue se fait régulièrement l’écho des grandes évolutions de la politique du logement, de la législation, du marché. Une série d’articles présente longuement le droit du sol et la construction de nouveaux logements en URSS. Un volet plus politique présente la vie de Cari Legien, grande figure du syndicalisme éponyme d’une cité construite à Berlin par la Gehag, et tente de convaincre les locataires qui veulent continuer à habiter dans de tels ensembles résidentiels de voter, lors des élections au Reichstag en septembre 1930, « pour un parti ayant un programme social et démocratique ». D’autres supports ont vocation à mener une propagande plus directe en faveur du SPD, ainsi ce tract de 1929 (ill. 119).

86En dépit des divergences dans leurs choix architecturaux, qui seront examinées au chapitre suivant, et malgré leurs positions politiques antagonistes, la Gagfah et la Gehag partagent bien des convictions et élaborent, dans les années 1920 et au début des années 1930, une « culture de l’habitat » homogène. La version idéale est la cité d’habitation dans un faubourg-jardin, avec des pavillons construits selon un nombre restreint de plans types, caractérisés par des normes de surface et de confort élevées. Dans la version collective de cet idéal, les appartements en immeuble transcrivent les mêmes exigences en matière d’air, de lumière et de verdure dans l’habitat collectif, notamment en compensant l’absence de jardin par un balcon ou une loggia et par des espaces verts. Quant aux plans types, ils se fondent, à droite comme à gauche, sur les mêmes valeurs distributives : l’organisation du logement, de taille modeste, est une transcription, sur une superficie réduite, de l’habitation bourgeoise. A la différence de l’habitat populaire traditionnel et de l’habitat ouvrier (sans entrée, sans sanitaires, avec une Wohnküche), chaque logement comprend une entrée, une cuisine indépendante, une salle de bains, une salle de séjour et pour chacun un lieu d’intimité : chambre à coucher conjugale et chambres d’enfant, plus petites. Mais ces convictions communes, qui procèdent des idéaux de la réforme de l’habitation et de la réforme foncière, sont mises en œuvre de façon différenciée à la Gagfah et à la Gehag : la Gagfah, plus pragmatique, renonce rapidement à nombre de ses idéaux de départ et s’adapte aux conditions réelles de la maîtrise d’ouvrage, tandis que la Gehag demeure fidèle à la dimension utopique de son projet. Dans les deux cas, la proximité de la maîtrise d’ouvrage syndicale à la cible socialement visée aboutit à une forme d’habitation en phase avec les aspirations de la clientèle : la distribution du logement de l’employé, similaire à la Gagfah et à la Gehag, à forte pertinence socioculturelle, constituera pour le logement européen la norme usuelle jusque dans les années 1980.

Notes

1 Sur la critique de la grande ville, voir : K. Bergmann, Agrarromantik und Groβstadtfeindschaft, Meisenheim am Glan, 1970 ; D. Schubert, « Romantisme agraire et hostilité à la ville de l’urbanisme de l’entre-deux-guerres », Les cahiers de la recherche architecturale, n° 9, janvier 1982, p. 72-81 ; M. Cluet, L’architecture du IIIe Reich. Origines intellectuelles et visées idéologiques, Berne, 1987 ; C. Zimmermann et J. Reulecke (dir.), Die Stadt als Moloch ? Das Land als Kraftquelle ? Wahrnehmungen und Wirkungen der Groβstädte um 1900, Bâle, 1999.

2 Le premier tome du Déclin de l’Occident paraît en 1918, le second en 1922 (trad. française Paris, 1948).

3 Gagfah, 16.000 Wohnungen..., op. cit., p. 9.

4 A. Knoblauch, « Die Gagfah », Deutsche Selbstverwaltung, a. 1, n° 8, 1er mai 1928, p. 175. Cette revue, « Autonomie administrative allemande », est publiée par le Parti national du peuple allemand (DNVP).

5 H. Gerlach, « Die beste Wohnform », dans H. Brüning, F. Dessauer, K. Sander (dit), Das nationale Bauprogramm, op. cit., p. 113.

6 Sur la réforme urbaine, voir : J. Rodriguez-Lores et G. Fehl (dir.), Stadtebaureform 1865-1900. Von Licht, Luft und Ordnung in der Stadt der Gründerzeit, Hambourg, 1985.

7 Sur les conceptions urbanistiques de L. Mies van der Rohe et L. Hilberseimer, voir : C. Mencin, « Modelle für eine moderne Grofetadt : Ludwig Mies van der Rohe und Ludwig Hilberseimer », dans V. M. Lampugnani et R. Schneider (dir.), Moderne Architektur in Deutschland 1900 bis 1950. Expressionismus und Neue Sachlichkeit, op. cit., p. 185-203.

8 Cf. chapitre I, n. 97.

9 Dans ce contexte de refus de la ville contemporaine, rares sont parmi les modernes ceux qui, sans aller jusqu’à célébrer la métropole moderne, tout au moins ne la vilipendent pas et pratiquent une architecture qui lui soit destinée. Citons à cet égard Erich Mendelsohn et Ludwig Mies van der Rohe.

10 Werner Hegemann, théoricien de l’urbanisme, publie en 1930 un ouvrage intitulé Das steinerne Berlin. Geschichte der gröβten Mietskasernenstadt der Welt (« Le Berlin de pierres. Histoire de la plus grande ville de casernes locatives du monde ») : l’expression fera florès.

11 P. Mebes, Um 1800, op. cit., vol. 1, p. 12, cité par E. Meyer, Paul Mebes, op. cit., p. 12.

12 H. Gerlach, « Die beste Wohnform », op. cit., p. 114.

13 M. Wagner, « Die Sanierung des Mietskasernen », dans C. J. Fuchs (dir.), Die Wohnungs-und Siedlungsfrage..., op. cit., p. 398.

14 Idem, p. 402.

15 J. König, « Willkommen zum Fest im Fischtal », Fest im Fischtal, 1930, p. 5-6, recueil édité par l’Association des habitants (Siedlerverein Zehlendorf-Fischtalgrund) à l’occasion de la fête de la cité, le 7 septembre 1930.

16 M. Wagner, « Meine lieben Zehlendorfer Freunde », Fest im Fischtal, 1931, p. 3.

17 Sur le mouvement allemand pour la cité-jardin, voir A. Schoumeier, Gartenstâdte in Deutschland. Ihre Geschichte, städtebauliche Entwicklung und Architektur zu Beginn des 20. jahrhunderts, Münster, 1990 ; T. Krückemeyer, Gartenstadt als Reformmodell. Siedlungskonzeption zwischen Utopie und Wirklichkeit, Siegen, 1997 ; K. Hartmann, Deutsche Gartenstadtbewegung : Kulturpolitik und Gesellschaftsreform, Munich, 1976.

18 À titre d’exemple, citons les deux articles qu’Hermann Muthesius, envoyé en 1896 comme attaché à l’ambassade d’Allemagne à Londres, avec pour mission d’« étudier » les performances anglaises en matière d’architecture et d’artisanat, publie en 1899 sur Port Sunlight. En 1904, son livre Das englische Haus (« La maison anglaise ») suscite l’intérêt des architectes engagés dans le renouvellement de la culture architecturale.

19 E. Howard, To-Morrow : A peaceful path ta real reform, 1898 ; id., Garden Cities of To-Morrow, 1902 (trad. française : Les cités-jardins de demain, Paris, 1969, rééd. 1998).

20 T. Fritsch, Die Stadt der Zukunft, Leipzig, 1896 (2e éd. 1912). Sur Fritsch, cf. chapitre II, n. 43. Sur sa contribution au concept de cité-jardin, voir, en français, D. Schubert, « Theodor Fritsch ou la version nationaliste allemande de la cité-jardin », Les cahiers de la recherche architecturale, n° 15/16/17, 1er trimestre 1985, p. 154-161.

21 Statuts de la Société allemande pour la cité-jardin dans la version révisée de 1907, paragraphe 1, reproduit dans H. Kampffmeyer, « Die Gartenstadtbewegung », op. cit., p. 335.

22 Deutsche Gartenstadt-Gesellschaft, « Ziele der Dezentralisation im Siedlungswesen », février 1927, document conservé dans les archives Hilberseimer, Chicago, Art Institute, Séries 9/2, boîte 6, dossier 2/2.

23 H. Kampffmeyer, Wohnungs- und Siedlungspolitik, Munich/Berlin, 1920, p. 75-77.

24 K. Hartmann, Deutsche Gartenstadtbewegung, op. cit., p. 31.

25 H. Kampffmeyer (dir.), Die deutsche Gartenstadtbewegung, s.l. (Berlin), 1911, p. 3, cité par A. Schollmeier, Gartenstädte, op. cit., p. 67.

26 H. Kampffmeyer (dir.), Die deutsche Gartenstadtbewegung, Leipzig/Berlin, 2e éd., 1913, p. 8286, cité par A. Schollmeier, ibid., p. 68.

27 H. Lindemann, « Arbeiterschaft und Gartenstadt », dans H. Kampffmeyer (dir.), Die deutsche Gartenstadtbewegung, op. cit., 1911, p. 90-91, cité par A. Schollmeier, ibid., p. 70.

28 Gemeinnütziger Bauverein Altona-Ottensen, « Vertrag mit der Stadt Altona », 12.3.1914, op. cit., p. 1.

29 H. Koch, « Beiträge zur Lösung der Kleinwohnungsfrage. I. Die Gartenvorstadt Steenkamp-Bahrenfeld », Bau-Rundschau, a. 1915, n° 44-46, 25 novembre 1915, p. 181-182.

30 Gagfah, « Eigenheim und Wohnung fûr Angestellte », Berlin, s.d. (1930), p. 3.

31 H. Kampffmeyer, Grunflâchenpolitik und Gartenstadtbewegung, Berlin-Friedenau, 1926, Anhang, cité par A. Schollmeier, op. cit., p. 220.

32 B. Taut, Dre Stadtkione, op. cit.

33 A. Jaecci, « Hufeisensiedlung Britz », dans N. Huse (dir.), Vier Berliner Siedlungen..., op. cit., p. 126.

34 M. Wagner, « Englische Gartenstädte », Wohnungswirtschaft, a. 2, n° 17, 1er septembre 1925, p. 136-139 ; et n° 18, 15 septembre 1925, p. 145-147 ; et id., « Das Problem der reinen Gartenstadt », Wohnungswirtschaft, a. 3, n° 18/19, 1er octobre 1926, p. 156-159.

35 M. Wagner, « Englische Gartenstädte », op. cit., p. 139.

36 La complexité des formalités prévues par la loi, les servitudes de toutes sortes qui en résultent et le délai d’obtention du permis de construire ont considérablement limité sa portée. Au 1er janvier 1933, le nombre de telles Reichsheimstätten construites par la Gagfah s’élève à 784 seulement.

37 A. Kunde, « Licht, Luft und Sonne im Steenkamp », dans Heimstätter-Vereinigung Steenkamp, Zehn jahre Steenkamp, op. cit., p. 14.

38 H. Gerlach, « Die beste Wohnform », op. cit., p. 115.

39 C. Nordmeier, dans Heimstâtter-Vereinigung Steenkamp, Zehn lahre Steenkamp, op. cit., p. 3.

40 H. Gerlach, « Die beste Wohnform », op. cit., p. 113.

41 Brochure de l’Einfa, « Einfa Wohnungen im Stadtbild von Berlin », Berlin, s.d. (c. 1932).

42 Siedlerverein Zehlendorf, Fest im Fischtal, édité par la Siedlerverein Zehlendorf-Fischtalgrund (Berlin), 1931.

43 M. Wagner, « Neusiedlungen — ein wirtschaftlicher Wahnsinn. Programmatische Richtlinien fur die Siedlungspolitik der Gegenwart und Zukunft », Wohnungswirtschaft, a. 1, 1924, n° 5, p. 4146, cité par A. Jaeggi, « Das Groβlaboratorium für die Volkswohnung. Wagner. Taut. May. Gropius. 1924/25 », dans N. Huse (dir.), Vier Berliner Siedlungen..., op. cit., p. 29.

44 Prospectus de 1913 pour la cité-jardin Réforme, avec une vue à vol d’oiseau signée Bruno Taut, publiée par F. Bollerey et K. Hartmann, « Bruno Taut. Vom phantastischen Ästheten » op cit p. 58.

45 Il semble que la Gagfah ait modifié ces plans types pour les adapter au Sud de l’Allemagne, car les variantes des plans nos 20, 32 et 40, publiées dans une plaquette régionale intitulée « Der Heimstättenbau in Bayern » (« La construction de maisons en Bavière ») et éditée en 1925, présentent un confort accru. Le plan n° 20 notamment préfigure ce qu’en sera la version améliorée et rebaptisée plan E : la cuisine quitte le jardin pour venir sur la rue et ce rétrécissement transforme la Wohnküche en cuisine spécialisée, tandis que l’unique pièce de séjour du rez-de-chaussée, sur jardin, gagne en superficie. À l’étage, fait nouveau : une salle de bains avec W.-C., organisée différemment de celle du futur type E. Enfin, le type n° 40 comprend un sas d’entrée (Windfang) pour mieux conserver la chaleur de la maison. Faut-il y voir le signe d’une culture de l’habitat avec des exigences propres à la Bavière ou un effet de l’évolution en cours à la Gagfah ?

46 Rapport de la Gagfah pour 1925.

47 Rapport d’activité de la Gagfah pour la 14e année d’activité (1931), p. 20. Le pourcentage donné par Oeckl pour la période allant jusqu’en 1934 est cohérent, puisque, selon ses calculs, près de 82 % des maisons construites par la Gagfah entre 1918 et 1934 sont des types 20/E (28 %), 32/F (34 %) et 40/G (20 %).

48 Gagfah, rapport annuel pour l’exercice 1925.

49 A. Oeckl, Die deutsche Angestelltenschaft..., op. cit., p. 86.

50 Idem, p. 86.

51 Wohnungsfürsorgegesellschaft Berlin, « Merkblatt betr. Anträge auf Gewährung von Hauszinssteuer-Hypotheken », reproduite dans N. Huse (dir.), Vier Berliner Siedlungen..., op. cit., p. 209.

52 B. Taut, « Siedlungsmemoiren », op. cit., cité par A. Jaeggi, « Hufeisensiedlung Britz », dans N. Huse (dir.), Vier Berliner Siedlungen..., op. cit, p. 114.

53 Statistisches jahrbuch der Stadt Berlin 1926, cité par idem, p. 121.

54 « Die Gehag-Wohnungen », brochure publiée par la Gehag et l’Einfa à l’occasion de l’exposition « Logements conformes aux directives nationales sur la construction de logements minimaux », Berlin, s.d. (1931), p. 1.

55 Rapport de la Gagfah pour 1925, op. cit., p. 20.

56 « Die Gehag-Wohnungen », op. cit.

57 Le doctorat de S. Fleckner, « Die Reichsforschungsgesellschaft fur Wirtschaftlichkeit im Bau-und Wohnungswesen 1927-1931 : Entwicklung und Scheitern », Aix-la-Chapelle, 1993, n’est publié que sous la forme d’un article : id„ « Reichsforschungsgesellschaft fur Wirtschaftlichkeit im Bau-und Wohnungswesen. Anspruch und Scheitern », dans Zukunft aus Amerika. Fordismus in der Zwischenkriegszeit. Siedlung, Stadt, Raum, Dessau, 1995, p. 220-233.

58 Cette présentation de l’histoire de la normalisation doit beaucoup à la conférence prononcée par W. Voigt au centre Georges-Pompidou le 20 septembre 1988, « Du Bauhaus à Albert Speer : Ernst Neufert et la normalisation ».

59 K. Sander, « Die deutsche Hochbaunormon », dans H. Brüning, F. Dessauer, K. Sander, Das nationale Bauprogramm, op. cit., p. 137-146 ; id., « Die Normung im Hochbau », 5oz/a/e Bauwirtschaft, a. 7, n° 7, 1er avril 1927, p. 101-108 ; id., « Normung im Hochbau », dans G. Albrecht (dir.), Handwôrterbuch..., op. cit., p. 563-567.

60 Voir par exemple Deutscher Normenausschuβ, Die deutschen Baunormen 1929.

61 M. Ruck, « Die öffentliche Wohnungsbaufinanzierung... », op. cit., p. 168.

62 G. Lance, « Die Gagfah im Auf und Ab der Wohnungspolitik », dans J. Fischer-Dieskau (dir.), op. cit., p. 228.

63 K. Weishaupt, « Die technischen Leistungen der Gagfah », dans Gagfah, 16.000 Wohnungen, op. cit., p. 64.

64 Dans le discours qu’il devait prononcer lors de la grande manifestation pour le logement organisée par les syndicats d’employés le 10 novembre 1918 et annulée en raison des événements politiques, le représentant de la RfA, H. Thissen, plaidait pour la standardisation, « ainsi que le préconisent depuis des années des experts reconnus comme Paulsen et Wagner-Grùnewald (sic) », cf. chapitre IV, n. 16.

65 Gagfah, « Auftragsbedingungen », document dactyl. datant des années 1930, conservé par M. Nowottnyk, fils d’un collaborateur berlinois de la Gagfah. Ce cahier des charges stipule que les directives techniques en question (DIN 1962-85), édictées par la Commission nationale d’engagement, soient publiées aux éditions Bauwelt.

66 Schmitthenner, on l’a vu, est l’un des pionniers de la rationalisation constructive. Dès la cité-jardin de Staaken, il définit cinq plans types, ainsi que des normes pour les éléments de construction, à un moment où la normalisation du bâtiment n’existait pas encore. Cette expérience conduit en 1926 le ministère du Travail à le nommer à la Commission nationale de normalisation (Reichstypenausschuβ) et, l’année suivante, à la RFG. C’est à ce moment qu’il invente un système de préfabrication d’ossatures en bois connu sous le nom de système « Fafa ».

67 « Deutscher Ausschub fur wirtschafltiches Bauen », Bauamt und Gemeindebau a 13 n° 12 12 juin 1931, p. 185.

68 Cf. H. Gerlach, « Zum 20jahrigen Bestehen der deutschen Akademie fur Bauforschung », Siedlung und Wirtschaft, a. 22, n° 4, avril 1940, p. 92-94.

69 W. Brenne, « Wie die Siedlungen gebaut wurden... », op. cit., p. 47-48.

70 Publicité reproduite par L. Scarpa, « La razionalizzazione e la sua forma », Rassegna, n° 5, numéro spécial « Riviste, manuali di architettura, strumenti del sapere tecnico in Europa, 1910-1930 », a. 3, janvier 1981, ill. 19, p. 21.

71 H. Bechly, Die Heimstiitte des Angestellten..., op. cit., p. 14.

72 Gemeinnütziger Bauverein Altona-Ottensen, « Vertrag mit der Stadt Altona », 12.3.1914, op. cit.

73 Contrat de vente entre la Heimag et M. Heinrich Munk, daté du 26 juin 1922.

74 Lettre de la Heimag Altona à M. Munk, habitant 19, rue Emmich depuis 1914, datée du 18 mars 1922.

75 P. T. Hoffmann, Neues Altona 1919-1929. Zehn lahre Aufbau einer deutschen Groβstadt, léna, 1929, p. 133-138 ; Heimstàtter-Vereinigung Steenkamp, Zehn lahre Steenkamp 1920-1930, op. cit. ; H. G. Bluhm, « Wohnungsreform und Heimatidyll... », op. cit., p. 133-162.

76 Gagfah, « Haus- und Wohnordnung », document non daté (début des années 1920), conservé aux Archives régionales du Brandebourg, cote Pr. Br. Rep. 69 Gagfah Nr. 63.

77 B. Taut, « Wie sich Gemeinschaftsgeist in einem Bau verkörpern kann », Wohnuneswirtschaft 1924, n° 11, p. 105-106.

78 Cf. « Ein “Festder Arbeit” in der Grobsiedlung », Wohngemeinschaft, a. 3, n° 35, 30 août 1929 ; T. Hilpert, « Hufeisensiedlung Britz 1926-1930. Ein alternativer Siedlungsbau der 20erjahre als Studienobjekt », Université technique de Berlin, 1980, p. 92.

79 Einfa-Nachrichtenblatt der Einfa, Berliner Gesellschaft zur Fôrderung des Einfamilienhauses a. 1, n° 1, avril 1930, p. 2.

80 Einfa-Nachrichtenblatt..., a. 2, n° 5, mai 1931, p. 7. Voir aussi K. Würzburger, « Rundfunkfreuden und Rundfunkleiden », Fest im Fischtal, 1930, p. 22-24.

81 La Wohnungskultur est à proprement parler la culture de l’habiter, c’est-à-dire l’ensemble des usages et modes d’appropriation du logement, ainsi que son aménagement. Le terme de Wohnkultur est plus restrictif : il se réfère à la superficie, à la distribution et l’équipement technique du logement.

82 Einfa-Nachrichtenblatt..., a. 3, n° 6, juin 1932, p. 2.

83 La « joue » du fauteuil est le panneau latéral situé entre le siège et les bras.

84 « Eine Gardinenpredikt », Einfa-Nachrichtenblatt..., a. 4, n° 3-4, mars-avril 1933, p. 5.

85 Einfa-Nachrichtenblatt..., a. 2, n° 10, octobre 1931, p. 2.

86 Gagfah, « Eigenheim und Wohnung für Angestellte », Berlin, s.d. (1930), p. 24-25.

Table des illustrations

Légende Ill. 85. — Vue aérienne d’un quartier de Berlin publiée en 1926 dans la revue de la Dewog.
URL http://books.openedition.org/psorbonne/docannexe/image/526/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 1,1M
Légende Ill. 86. — « L’Homme et la grande ville : le Moloch », illustration parue en 1930 dans la revue de la Confédération des syndicats d’employés (GdA).
URL http://books.openedition.org/psorbonne/docannexe/image/526/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 394k
Légende Ill. 87. — « L’Homme et la grande ville : la Circulation », illustration parue en 1930 dans la revue de la Confédération des syndicats d’employés (GdA).
URL http://books.openedition.org/psorbonne/docannexe/image/526/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 359k
Légende Ill. 88. — Vue aérienne de « casernes à loyers » publiée en 1926 dans la revue de la Dewog.
URL http://books.openedition.org/psorbonne/docannexe/image/526/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 778k
Légende Ill. 89. — Une « caserne locative » berlinoise typique, fin du xixe siècle : plan d’un étage courant.
URL http://books.openedition.org/psorbonne/docannexe/image/526/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 393k
Légende Ill. 90. — « Images de la grande ville : la Société par actions », caricature de Franz Masereel parue en 1928 dans la revue de la Confédération des syndicats d’employés (GdA).
URL http://books.openedition.org/psorbonne/docannexe/image/526/img-6.jpg
Fichier image/jpeg, 205k
Légende Ill. 91. — Silhouettes illustrant le recueil publié en 1930 pour les dix ans de la cité de Steenkamp (Georg Hempel).
URL http://books.openedition.org/psorbonne/docannexe/image/526/img-7.jpg
Fichier image/jpeg, 2,2M
Légende Ill. 92. — Caricatures illustrant la plaquette éditée à l’occasion de la fête annuelle des cités Oncle Tom et Fischtalgrund, 1931.
URL http://books.openedition.org/psorbonne/docannexe/image/526/img-8.jpg
Fichier image/jpeg, 387k
Légende Ill. 93. — Gagfah : maisons de type 20, 32 et 40, plans, 1920.
URL http://books.openedition.org/psorbonne/docannexe/image/526/img-9.jpg
Fichier image/jpeg, 2,8M
Légende Ill. 94. — Gagfah : maisons de type 20, 32 et 40, élévations, 1920.
URL http://books.openedition.org/psorbonne/docannexe/image/526/img-10.jpg
Fichier image/jpeg, 847k
Légende Ill. 95. — Gagfah : maisons de type 20, 32 et 40, coupes, 1920.
URL http://books.openedition.org/psorbonne/docannexe/image/526/img-11.jpg
Fichier image/jpeg, 964k
Légende Ill. 96. — Gagfah : maisons-types E, F et G, plans du rez-de-chaussée et de l’étage, 1930.
URL http://books.openedition.org/psorbonne/docannexe/image/526/img-12.jpg
Fichier image/jpeg, 883k
Titre Tableau n° 7 : Transformation de la maison type de base à la Gagfah
URL http://books.openedition.org/psorbonne/docannexe/image/526/img-13.jpg
Fichier image/jpeg, 147k
Légende Ill. 97. Évolution du type de maison le plus construit par la Gagfah : B/32/F (1917-1930).
URL http://books.openedition.org/psorbonne/docannexe/image/526/img-14.jpg
Fichier image/jpeg, 744k
Légende Ill. 98. — Gehag : cité du Fer à cheval, plans des maisons de type III et IV, 1927.
URL http://books.openedition.org/psorbonne/docannexe/image/526/img-15.jpg
Fichier image/jpeg, 498k
Légende Ill. 99. — Gehag : plans types d’appartements, 1931.
URL http://books.openedition.org/psorbonne/docannexe/image/526/img-16.jpg
Fichier image/jpeg, 4,2M
Légende Ill. 100. — Type F de la Gagfah, 1925, perpective.
URL http://books.openedition.org/psorbonne/docannexe/image/526/img-17.jpg
Fichier image/jpeg, 371k
Légende Ill. 101. — Type II de la Gehag, 1926-1927, élévation.
URL http://books.openedition.org/psorbonne/docannexe/image/526/img-18.jpg
Fichier image/jpeg, 207k
Légende Ill. 102. — Type E de la Gagfah (1925) et type II de la Gehag (1926-1927).
URL http://books.openedition.org/psorbonne/docannexe/image/526/img-19.jpg
Fichier image/jpeg, 1,3M
Légende Ill. 103. — Une feuille de normes d’éléments de construction DIN : les fenêtres en bois pour petits logements, 1923.
URL http://books.openedition.org/psorbonne/docannexe/image/526/img-20.jpg
Fichier image/jpeg, 137k
Légende Ill. 104. — « La normalisation abaisse les coûts », publicité, 1926.
URL http://books.openedition.org/psorbonne/docannexe/image/526/img-21.jpg
Fichier image/jpeg, 100k
Légende Ill. 105. — Feuille de normes Gagfah : construction de la lucarne à croupe.
URL http://books.openedition.org/psorbonne/docannexe/image/526/img-22.jpg
Fichier image/jpeg, 665k
Légende Ill. 106. — Feuille de normes Gagfah : l’escalier principal.
URL http://books.openedition.org/psorbonne/docannexe/image/526/img-23.jpg
Fichier image/jpeg, 502k
Légende Ill. 107. — Cité de Steenkamp : défilé des enfants lors de la fête de la récolte.
URL http://books.openedition.org/psorbonne/docannexe/image/526/img-24.jpg
Fichier image/jpeg, 970k
Légende Ill. 108. — Revue de la Gagfah, « Foyer et travail. Mensuel pour la construction de maisons et de cités sur des bases syndicales », couverture, 1922.
URL http://books.openedition.org/psorbonne/docannexe/image/526/img-25.jpg
Fichier image/jpeg, 61k
Légende Ill. 109. — Défilé lors de la fête annuelle des cités Oncle Tom et Fischtalgrund, photo-montage, 1932.
URL http://books.openedition.org/psorbonne/docannexe/image/526/img-26.jpg
Fichier image/jpeg, 898k
Légende Ill. 110. — Les nuisances de la vie dans la cité, caticatutes illustrant la plaquette éditée à l’occasion de la fête annuelle des cités Case de l’Oncle Tom et Fischtalgrund, 1931.
URL http://books.openedition.org/psorbonne/docannexe/image/526/img-27.jpg
Fichier image/jpeg, 389k
Titre L’intérieur Gehag
Légende Ill. 111. — Gehag : cuisine équipée (maison en bande aménagée par B. Taut, cité Case de l’Oncle Tom, vers 1928, photo A. Köster).
URL http://books.openedition.org/psorbonne/docannexe/image/526/img-28.jpg
Fichier image/jpeg, 786k
Légende Ill. 112. — Gehag : salle de séjour (appartement témoin aménagé par B. Taut, cité Case de l’Oncle Tom, 6e tranche, vers 1930, photo A. Köster).
URL http://books.openedition.org/psorbonne/docannexe/image/526/img-29.jpg
Fichier image/jpeg, 789k
Titre L’intérieur Gehag (suite et fin)
Légende Ill. 113. — Gehag : chambre à coucher conjugale (appartement témoin aménagé par B. Taut, cité Case de l’Oncle Tom, 6e tranche, vers 1930, photo A. Köster).
URL http://books.openedition.org/psorbonne/docannexe/image/526/img-30.jpg
Fichier image/jpeg, 772k
Légende Ill. 114. — Kammer aménagée en chambre d’enfant (appartement témoin aménagé par B. Taut, cité Case de l’Oncle Tom, 6e tranche, vers 1930, photo A. Köster).
URL http://books.openedition.org/psorbonne/docannexe/image/526/img-31.jpg
Fichier image/jpeg, 906k
Titre L’intérieur Gagfah (vers 1930)
Légende Ill. 115. — Double salle de séjour.
URL http://books.openedition.org/psorbonne/docannexe/image/526/img-32.jpg
Fichier image/jpeg, 527k
Légende Ill. 116. — L’ouverture de la salle de séjour sur le jardin.
URL http://books.openedition.org/psorbonne/docannexe/image/526/img-33.jpg
Fichier image/jpeg, 532k
Légende Ill. 117. — Cuisine
URL http://books.openedition.org/psorbonne/docannexe/image/526/img-34.jpg
Fichier image/jpeg, 534k
Titre L’intérieur Gagfah (vers 1930) (suite et fin)
Légende Ill. 118. — Chambre à coucher conjugale.
URL http://books.openedition.org/psorbonne/docannexe/image/526/img-35.jpg
Fichier image/jpeg, 126k
Légende Ill. 119. — Tract électoral du SPD, 1929.
URL http://books.openedition.org/psorbonne/docannexe/image/526/img-36.jpg
Fichier image/jpeg, 213k

© Éditions de la Sorbonne, 2007

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search