Version classiqueVersion mobile

Matières premières et gestion des ressources

 | 
Sarra Ferjani
, 
Amélie Le Bihan
, 
Marylise Onfray
, 
et al.

Des matières premières à la mise en évidence de réseaux et d’enjeux sociopolitiques

L’extraction minière en Asie centrale entre le viiie et le xiie siècle : enjeux économiques et politiques

Pierre Siméon

Résumé

Dans les steppes et les montagnes de l’Asie centrale, des hommes ont exploité des minerais depuis la fin du ve siècle. Leur exploitation connaît une augmentation après la conquête arabo-musulmane, à la période médiévale, notamment aux ixe-xie siècles. Cinq grandes régions alimentent les marchés en minerais ferreux ou non (mercure, étain, et plomb) et en métaux précieux (or et argent). Jusqu’à 10 000 mineurs ont travaillé dans certaines mines et la production d’une partie de ces mines d’argent, notamment pour la frappe de monnaies, est estimée à plusieurs dizaines de tonnes par an. Nous analysons l’exploitation de ces régions minières et leurs particularités dans leur contexte politique et historique qui s’insère dans une perspective d’histoire socio-économique.

Texte intégral

1À plus de quatre mille kilomètres à l’est de l’Europe, aux portes de la Chine, dans les steppes et les montagnes de l’Asie centrale, des hommes ont exploité depuis la fin du ve siècle les minerais ferreux ou non (mercure, étain, et plomb) et les métaux précieux (or et argent). Jusqu’à 10 000 mineurs ont travaillé dans certaines mines (Panjhîr). L’exploitation de ces ressources naturelles, notamment l’argent, est un élément majeur de l’économie de la Transoxiane médiévale.

2Mon but est de présenter l’ensemble de ce secteur artisanal et d’éclairer un aspect de l’histoire politique régionale étroitement liée aux mines. Nous présenterons les principales régions minières où l’on extrait l’or et l’argent, puis une sélection d’aspects techniques artisanaux spécifiques en utilisant les textes contemporains et les travaux archéologiques locaux publiés en russe. Enfin, nous aborderons rapidement le monnayage, véritable clé de voûte de l’économie médiévale dans cette partie du monde islamique.

Cadre de l’étude

3Le relief de l’Asie centrale est formé par un ensemble homogène de plissements calédoniens et hercyniens marqué à l’est par l’Hindû Kush et les Pamirs (culminant à plus de 7 000 m) et au sud/sud-ouest par le Kopet Dagh jusqu’au nord de l’Afghanistan. Une dépression régulière vers la mer Caspienne s’étend depuis la mer d’Aral jusqu’au désert du Karakum. L’Ouzbékistan est au centre, entre les deux grands fleuves de l’Âmû Daryâ et du Syr Daryâ, qui après 2 000 km, se jettent dans la mer d’Aral. Le climat est continental avec des amplitudes thermiques importantes.

4L’Asie centrale est à la marge la plus orientale du califat médiéval aujourd’hui sur les territoires de cinq anciennes républiques soviétiques : d’ouest en est, le Turkménistan, le sud du Kazakhstan, l’Ouzbékistan, le Kirgizistan et le Tadjikistan (fig. 1).

5L’histoire de la période médiévale est dense, nous en brossons les grandes lignes : l’Asie centrale est intégrée au califat musulman à partir de 712 par la prise des grandes villes comme Samarcande. Au ixe siècle s’épanouissent plusieurs dynasties locales, dont celles des Sâmânides, à partir de 850 au nom des califes ‘Abbâside. De nombreuses villes connaissent une très forte croissance urbaine notamment celles de la région minière du Talas au sud du Kazakhstan. C’est une période de développement de l’artisanat et du commerce entre les villes et les régions mais également à l’échelle internationale entre le Proche-Orient et la Chine. Au xie siècle deux grandes dynasties turques se partagent l’Asie centrale : les Qarakhânides et les Ghaznawides. La prise de Pékin par Ghingiz-khân au début du xiiie siècle annonce les bouleversements liés aux invasions mongoles en Asie centrale et en Iran à partir de 1220.

Les apports des textes

6Nous avons à notre disposition deux types de textes contemporains : des ouvrages de géographie (sous forme de récits de voyage) et des traités de chimie ou de minéralogie. Nous présentons ici les textes écrits en arabe ou en persan qui mentionnent la nature et la localisation des lieux d’extractions, et ceux qui nous renseignent sur les pratiques minières ou la transformation des minerais. Ces textes sont plus abondants dans la seconde moitié du xe siècle. Ils montrent que les régions minières et les minerais de l’Asie centrale, fer, cuivre, étain, antimoine, or et argent, mais aussi des métaux volatiles comme le mercure et le zinc, sont un aspect important visible de l’économie locale.

7Le géographe voyageur, Ibn Ḥawqal dans son livre Kitâb surat al ‘ard (Image de la terre) accompagné de cartes et écrit entre 967 et 977 est le plus prolixe à ce sujet. Sur la carte du Khurâsân, on voit Andarâba et les montagnes du Panjhîr, tandis que sur celle du Mâ warâ al-nahr (la Transoxiane) nous voyons les montagnes du Buttam, la région de Čač et du Talas (fig. 2).

Ibn Ḥawqal décrit à plusieurs reprises les richesses locales des montagnes du Mâ warâ’ al-nahr :

  • 1 Dans les citations de cet article, l’orthographe des toponymes est celle choisie par les éditeurs d (...)

« Les montagnes du Ghur se prolongent à travers le Khorasan, au-delà de Bamian, jusqu’à Bandhjhir, puis pénètrent dans le pays de Wakhkhan, se poursuivent au milieu des campements des Turcs et dépassant les limites de Shash finissent chez les Kirkhiz. D’un bout à l’autre, cette chaîne renferme des mines d’argent et d’or : les gisements les plus productifs se rencontrent dans les parties les plus proches des Khirgizes, et aussi dans les territoires de Ferghana et d’Usrushana. S’ils étaient exploités, ils donneraient de meilleurs résultats qu’à Bandjhir […]1. »

  • 2 Comme l’indique l’étude numismatique, des monnaies sont frappées dans ces deux villes.

« Viennent ensuite dans l’ordre d’importance Warwaliz, puis Andarâba, tapie dans une gorge des montagnes : c’est là qu’on dépose l’argent extrait de Djârbâya et à Bandjhir2. […] Djârbâya est une agglomération plus petite que Bandjhir. Les deux villes possèdent des mines d’argent, et l’aisance de la population dépend de la quantité d’argent extraite des mines […] » (Kramers et Wiet, 2001, p. 434-435).

  • 3 Le mercure (Zā’ ūq) est nécessaire pour l’extraction de l’or, on en trouve également dans le Fars à (...)

« Il y a dans le pays des gisements de fer, dont l’exploitation est excédentaire et dépasse les demandes du commerce ; les mines d’or, d’argent, de mercure3, y sont d’une richesse qu’aucune mine des autres mines des pays de l’Islam n’égale […]. Les gisements signalés à Usrushana, au Farghana, dans l’Ilaq […] et jusque dans le territoire des Khirkhiz, se trouvent tous dans la chaîne principale de ces montagnes […]. C’est le cas du sel ammoniac dans le canton de Buttam ; du verre, du fer, du mercure, du cuivre, du plomb, de l’or, de l’argent, du naphte, du goudron, des turquoises  ; des pierres dont je parle ailleurs et qu’on brûle comme du charbon » (Kramers et Wiet, 2001, p. 447).

« Dans le Wakhkhan, on trouve des gisements productifs d’argent. Dans les vallées du Khuttal, le sable aurifère est abondant et forme le lit des torrents qui descendent de la région du Wakhkhan » (Kramers et Wiet, 2001, p. 458).

« Sur le territoire de l’Ilaq on trouve des gisements d’or et d’argent, dans une chaîne de montagnes dont l’extrémité opposée touche aux limites du Ferghana. Il y a dans l’Ilaq un hôtel des monnaies pour la frappe de l’or et de l’argent, et il en sort une grande quantité des deux espèces, de très bon aloi » (Kramers et Wiet, 2001, p. 487).

« Il est dit ailleurs que des gisements d’or et d’argent existent dans le Ferghana, principalement à Nuqad et à Akhsikath. On se procure du mercure dans les montagnes de Sukh, du bitume dans la région de Nasaya-le-haut, ainsi que de l’abseste, de l’argent, de l’or, des turquoises, du fer, du cuivre et du plomb […] » (Kramers et Wiet, 2001, p. 492).

8À l’autre extrémité de la période qui nous intéresse : au milieu du xiie siècle Al-Idrîsî dans le Kitâb Nuzhat al-Mushtâq (Agrément de celui qui est passionné pour la pérégrination à travers le monde) achevé en 548/1154 ( ?) décrit la ville minière d’Andarâba et les mines du Panjhîr :

« Cette dernière ville est bâtie au pied d’une montagne. C’est là qu’on emmagasine l’argent provenant de Hariana et de Bendjehir. […] Les habitants de Hariana ne possèdent ni arbres ni jardins fruitiers ; ils ne cultivent que quelques légumes ; mais ils se livrent à l’exploitation des mines. Il est impossible en effet de voir rien de plus parfait que le métal qu’on en extrait et que celui qu’on tire des mines de Bendjehir, petite ville située sur une éminence à une journée de distance de la précédente et dont les habitants se font remarquer par la violence et la méchanceté de leur caractère […]. Les ouvriers qui travaillent à l’une et à l’autre de ces mines s’occupent avec beaucoup de persévérance, d’industrie et d’habileté de cette exploitation, de la fonte, de l’extraction du métal des scories, et en général de ce qui concerne leur art » (Jaubert, 1836-1840, vol. 1, p. 475- 476).

9Les textes mentionnent cinq grandes régions minières (numérotées de 1 à 5 sur la carte de la fig. 1) : les régions du Talas ; de Čač-Ilaq, du Farghânâ ; la Sogdiane et enfin les régions du Pamir. On voit sur cette carte que la dynastie dominante des Sâmânides ne possède physiquement qu’une seule de ces cinq régions minières. Les autres sont sous le contrôle de petites dynasties (Bânidjûride, Muḥtâdjde) qui leur sont subordonnées en théorie mais qui, dans les faits, ont une relation conflictuelle avec eux (Siméon, 2012). Les mines et ce qu’elles produisent permettent à ces dynasties une indépendance financière et des privilèges, dont la frappe de monnaie. Elles sont au centre des tensions politiques en Asie centrale pendant 200 ans entre 850 et 1050, nous y reviendrons ci-après.

Fig.1. Carte des régions minières 

Fig.1. Carte des régions minières 

1. Talas ; 2. Čač et Ilaq ; 3. Farghânâ ; 4. Sogdiane Usrûshana, 5. Pamir et Wakhân.

Carte D. Dalet et P. Siméon.

La région du Talas (au sud Kazakhstan)

10Bubnova a étudié soixante-dix-huit sites miniers, occupés entre le ixe et le xie siècle comme celui de Babakan (dans le Haut Talas) où travaillaient plusieurs centaines de mineurs et où se rejoignent environ trente carrières (Bubnova, 1963, p. 243-245). Principalement pour l’extraction d’argent, on trouve également des filons et des galets aurifères. Par ailleurs des traces de transformation et de fonte des minerais ont été observées sur le terrain. Les mines les plus importantes se trouvent dans la région de Sheldzhi à proximité de Taraz (actuelle Dzhanbul). Des galeries ont été fouillées, étayées de bois, elles présentent parfois des traces de patins de traîneaux et des marques d’arpentages, des outils, ont également été trouvés dans certaines galeries abandonnées (Buriakov, 1999, p. 269).

Les régions de Čač -Ilaq (autour de Tashkent et Farghânâ, ouest de l’Ouzbékistan)

  • 4 Il s’agit de la plus grande mine d’argent du Farghânâ, trois cent galeries anciennes ont été identi (...)
  • 5 C’est la plus grande mine d’argent plombifère de la région exploitée entre le ier et le xive siècle (...)

11Buriakov documentent trente sites miniers, le long de la rivière Akhangaran (Buriakov, 1965). On extrait de ces mines les minerais d’or (à Karamazar, Ak-tepe4, Lashkerek5 et Kyzlama), d’argent plombifère (à Ak-tepa) ainsi que de cuivre et de fer (à Chatkal).

Les mines de la Sogdiane-Usrūshana (centre de l’Ouzbékistan et ouest du Tadjikistan)

  • 6 Au niveau de Matcha, Yagnob étudié par Bubnova au milieu des années 1980. Zaravshan en persan signi (...)

12Dans les montagnes du Zerafshan6, entre huit et seize mines ont été identifiées et datées entre les ix-xe siècles (le Buttam des géographes arabes) et plus au nord dans la chaîne de Nurata, à proximité de Samarcande. Il s’agit de mines d’or et d’argent plombifère. On y trouve également du cuivre et du minerai de fer, des turquoises et d’autres pierres semi-précieuses.

La région du Pamir Oriental (à l’est et au sud du Tadjikistan et nord de l’Afghanistan)

  • 7 Par exemple les gisements antiques d’étain des montagnes de Ziaddin-Zerabulak et du bassin de la ri (...)
  • 8 Entre 1962-1964, 1972-1975 puis jusqu’en 1984 (Bubnova, 1993  ; Bubnova, 2001, p. 178).

13Elle comprend le Panjhîr, le Wakhân et le Shughnân dans les sources médiévales. On y extrait du cuivre, de l’étain7, de l’argent plombifère et de l’or. Ces régions ont été prospectées par Bubnova8, et comprennent des mines de haute montagne entre 3 000 et 6 000 mètres d’altitude, dont six sites principaux : Karadara, Zurčercek-Karadimur, Aličur, Akdžilga-Bazardara et Sasyk situés à 5 000 mètres d’altitude. L’exploitation peut-être en tranchées de 200 à 250 mètres de long et jusqu’à 1,5 à 2,5 km de long, ou bien en galeries sur de petites zones de carrières.

Fig.2. Cartes du Khurâsân (avec les villes de montagnes Andarâba et Panjhîr) et de la Transoxiane (montagnes du Buttam, région de Čač et du Talas)

Fig.2. Cartes du Khurâsân (avec les villes de montagnes Andarâba et Panjhîr) et de la Transoxiane (montagnes du Buttam, région de Čač et du Talas)

Par Ibn Ḥawqal, Kitâb surat al ‘ard (Image de la terre).

Apports croisés de l’archéologie et des textes : des villages de mineurs aux pratiques minières

  • 9 La documentation graphique (cartes, plans et photos) est de qualité moyenne, en noir et blanc et ne (...)

14La localisation des régions minières est relativement simple d’après les sources historiques comme nous l’avons vu. Les nombreuses prospections et les fouilles archéologiques9 menées depuis le milieu des années 1960 par nos collègues archéologues tadjik et ouzbèke, Mira Alexeievna Bubnova et Youri Buriakov permettent de comprendre ce qu’étaient la vie des mineurs et l’organisation du travail dans ces mines entre le ixe et le xiie siècle.

  • 10 Une étude récente de géoarchéologie a eu lieu sur ce site par J. M. Deom (Deom, 2004). La vallée es (...)

15Les archéologues ont découvert plusieurs centaines d’établissements de mineurs ou associés aux activités de raffinage des minerais, mieux conservés dans les régions de l’est du Tadjikistan en raison de la faible densité de population, de la haute altitude et de la nature même des constructions en pierre. Le site le plus exceptionnel est sans doute le village de Bazardara : il se trouve dans le Pamir Oriental, la cinquième grande région minière qui se situe à l’ouest du Tadjikistan10.

Fig.3.

Fig.3.

Bazardara ; plan du gros bâtiment Bazarbada (Bubnova, 1963, p. 46) ; Axonométrie et plan de la maison no 2 (Bubnova, 1993, pl. 11, p. 168)  ; pics en fer, pelle en bois, lampe en bronze et en céramique (Bubnova, 1993, pl. 13, p. 179).

Photo : Deom, 2004.

  • 11 Vingt-trois monnaies ont été découvertes en 1963 (Bubnova 1993, p. 62) onze ont pu être identifiées (...)

16Le site de Bazardara se trouve à 3 900 mètres d’altitude au fond d’une étroite vallée. Il est construit sur une terrasse rocheuse d’environ 13 hectares. Bubnova a estimé sa population, comprenant femmes et enfants, à 1 500 personnes d’après une étude d’un cimetière de plus de 500 tombes. Un gros bâtiment fortifié de 50 mètres de côté domine le village ; il est isolé des autres habitations et abritait sans doute un contingent militaire. Dans les 80 maisons relevées, beaucoup d’artefacts ont été découverts, des pics en fer, des objets en bois et des lampes en argile (fig. 4) ainsi que plus de 3 000 fragments de vanneries ou de textiles. Les monnaies datent l’occupation entre 987 et 107511. Dans ce village, Bubnova a également mis en évidence des scories de fluorite et de sidérite à proximité des maisons no 2 et no 3 qui indiquent qu’on pratiquait la fonte des minerais sur place.

  • 12 Narshakhî (Frye, 2007, chap. 26, p. 129) donne son nom complet : Malik Muzaffar abû Salih Mansûr ib (...)
  • 13 Narshakhî (Frye, 2007, chap. 25, p. 128) donne son nom complet : amîr Rashid Abu’l-Fawaris ’Abd al- (...)

17Dans le bâtiment principal du village, soixante-sept fragments de documents papiers portant des inscriptions en persan ont été découverts par les archéologues. Traduits par l’orientaliste russe Akimushkin en 1977, il n’avait pu identifier aucun des expéditeurs et des destinataires, il s’était conformé à la datation large des niveaux archéologiques entre le ixe et le xie siècle. C’est grâce au texte de Narshakhî sur l’histoire de Bukhârâ que j’ai pu les identifier au cours de mes recherches récentes. Sur le premier fragment (no 20), il s’agit de la correspondance adressée par le sâmânide (émir ou roi selon la titulature) ’Abû al-Muzaffar bin Abû al-Fawâris plus connu sous le nom d’al-amîr ar-Ridâ Nûh II12 à un fonctionnaire et/ou militaire, probablement en charge de la gestion des mines depuis Bazardara. Sur le second fragment (no 23), on peut lire le nom du destinataire : il s’agit d’Hussein bin Abû al-Fawâris, un des fils de l’émir sâmânide al-amîr al-Hamîd Nûh Ier13. Cette correspondance qui lui est adressée, pourrait indiquer que cet émir se trouvait sur place à Bazardara pour contrôler l’exploitation minière ou l’envoi vers les villes du minerai d’argent enrichi et concentré.

18Cette découverte apporte ainsi une preuve supplémentaire sur la gestion directe des mines d’argent exercée par les émirs sâmânides sur une période de 60 ans (309/915 et 365/976). On comprend donc l’importance des centres administratifs, comme Bazardara, au cœur des grandes régions minières au xe siècle.

19Sur l’ensemble de la chaîne opératoire, quatre aspects techniques ont retenu mon attention ici : l’extraction et l’aménagement des galeries (ventilation et éclairage), le transport et la transformation des minerais d’or et d’argent.

L’extraction et l’aménagement des galeries

20L’extraction varie en fonction de la minéralisation des roches, lorsque du minerai était visible en surface deux méthodes sont remarquables en Asie centrale :

  • La première méthode consistait à creuser des tranchées de prospections horizontales (de 10 à 15 mètres de long sur 4 mètres de large) dans le sens du ravin. Comme le rapportent les textes (ci-dessous) et les archéologues, une fois le minerai repéré on creusait en tunnel en suivant la veine sur une longueur pouvant atteindre 100 à 150 mètres. Il était également possible de creuser des fosses en cloche jusqu’à la veine souterraine. La fosse joue alors le rôle d’un entonnoir d’environ 3 mètres de profondeur qui donne accès à des pièces souterraines de 3 à 4 m3.

  • La seconde méthode d’extraction consistait à creuser des puits verticaux puis des galeries horizontales : c’est la mine proprement dite. À Babakan (Talas), par exemple, des puits de 30 à 100 mètres de profondeur et des galeries de 5 à 10 mètres de large ont été explorés par les archéologues.

Un voyageur du xiiie siècle, Yaqût (mort en 626/1229) décrit deux mines du Pamir :

  • 14 En arabe uniquement : Wüstenfeld, 1866-1873, vol. 1, p. 743.

« Hariana est construite sur une montagne près de la mine, 10 000 habitants exploitent les minerais. Toute la montagne est percée de puits qui permettent d’accéder à un labyrinthe de tunnels ou les mineurs travaillent à la lumière de leurs torches14 ».

Par la suite il décrit la mine d’argent de Panjhîr :

  • 15 Traduction de Meynard, 1861, p. 116-117.

« La mine est au sommet d’une montagne […] et cette montagne, à force d’avoir été creusée, ressemble à une vaste caverne […]. Les habitants se livrent à la recherche de l’argent avec ardeur […] souvent l’irruption d’un torrent ou une autre cause vient détruire tout le travail commencé et les réduit à la misère. Lorsque deux mineurs suivent deux ramifications d’un même filon, l’usage veut que celui qui arrive le premier au métal devienne le propriétaire de la mine […]. S’ils arrivent en même temps, ils possèdent la mine en commun. Ils pénètrent dans les entrailles de la terre aussi longtemps que leurs torches peuvent rester allumées ; mais dès qu’elles s’éteignent, ils s’arrêtent et reviennent sur leurs pas, car quiconque irait plus loin serait frappé de mort subite. Aussi on ne rencontre dans cette ville que des gens riches le matin et réduits le soir à mendier leur pain […]15 ».

  • 16 On trouve dans le livre des procédés ingénieux (kitâb al-iyal) d’Amad b. Mûsâ un Iraquien du mili (...)
  • 17 Dans son ouvrage cité précédemment Amad b. Mûsâ décrit également un modèle de lampe dont la mèche (...)

21Les galeries de mines étaient creusées à l’aide de pics en fer et de marteaux en pierre ou en métal, les archéologues ont également découvert des traces d’arpentage, et même un plan gravé sur une ardoise (fig. 4). Les conduites de mines les plus longues et les plus profondes nécessitaient un système de ventilation et le drainage de l’eau d’écoulement des galeries, dangereuse comme le rapporte l’extrait de texte cité, sous forme de rigole centrale ou latérale. On trouve dans ces mines des systèmes d’étayage en bois et des puits verticaux, pour l’aération, afin de créer des courants d’air. Des constructions en bois pour la ventilation des galeries ont pu être également utilisées16. L’éclairage se faisait à l’aide de torches ou de lampes à huile qui sont fréquentes dans les ensembles archéologiques17. Elles servaient également à détecter les gaz de mines nocifs comme l’atteste l’extrait de texte ci-dessus.

Fig.4. Marteaux et pics mines de Čač (Buriakov, 1999, p. 271) ; plan gravé sur une ardoise

Fig.4. Marteaux et pics mines de Čač (Buriakov, 1999, p. 271) ; plan gravé sur une ardoise

Bubnova, 1963, fig. 8, p. 237.

Le transport et la transformation

  • 18 Également dans plusieurs mines du Čač, à Kochbulak (Buriakov, 2008, p. 266)  ; à Lashkerek découver (...)

22Le transport des minerais se faisait en partie mécaniquement, à l’aide de traîneaux, dont les traces ont été retrouvées dans de nombreuses mines des régions du Talas et des Pamirs18. Des treuils existaient sans doute pour remonter les minerais des puits.

  • 19 Des fours datables du xie siècle ont été découverts dans les régions d’Ilaq et de Čač (de forme ova (...)

23Une fois le minerai sorti de la mine, il est lavé, puis trié au tamis. Les minerais de cuivre, d’or et d’argent sont fondus dans un four simple par le procédé de réduction19. J’ai identifié pour l’instant très peu d’études précises relatives à ces fours pour la fonte et l’affinage des minerais. L’or est obtenu par lavage des minerais de plomb, puis on réalise l’amalgamation avec du mercure ou technique de la coupellation (qui consistait à chauffer le métal fondu dans des petits creusets en cendre d’os). Al-Bîrûnî (362-426/973-1048), qui a vécu en Asie centrale, décrit plusieurs moyens pour trouver de l’or dans la nature. Il a fait plusieurs découvertes de grosses pépites (dans la vallée de Sharasht, dans les mines de Sarshanak et de Zarûbân). Il décrit également comment affiner l’or :

  • 20 Dans son traité de minéralogie achevé en 1035, intitulé, Al-djamâhir fi ma’rifat al-djawâhir (livre (...)

« Après l’avoir pilé ou broyé, l’or est débarrassé de ses pierres. Le mercure et l’or sont combinés puis pressés dans un morceau de cuir jusqu’à ce que le mercure suinte à travers les pores du cuir. Le reste du mercure est éliminé par le feu20. »

24Une partie de la transformation était effectuée sur place tandis que la suite du procédé de raffinage se faisait probablement dans les villes proches. L’argent était extrait à partir du plomb argentifère oxydé en litharge (c’est-à-dire oxyde de plomb). Puis on le purifiait par le principe de coupellation.

  • 21 Je ne sais pas si la technique d’abattage par le feu (pour attaquer le filon) était employée en Asi (...)

25Dans tous les cas, le bois est le combustible principal pour le grillage ou la fusion des minerais. Il est essentiel pour l’étayage ou l’abattage par le feu21 et conditionne les activités minières comme le rapporte Ibn Ḥawqal au milieu du xe siècle :

« Le Mont d’argent est situé sur une montagne où l’on trouvait une mine d’argent, mais on a cessé son exploitation faute de bois » (Kramers et Wiet, 2001, p. 426).

Al-Idrîsî dans le Kitâb Nuzhat al-Mushtâq est encore plus précis :

« La montagne d’argent (jabal al-fida) est située sur la route de Hérat à Sarakhs, non loin des lieux nommés Kau et Kâwakir ; elle porte ce nom parce qu’il existe sur son sommet une mine d’argent très riche, très productive, mais qu’on a cessé d’exploiter à cause de la profondeur de la mine et du manque du bois nécessaire pour la fusion du métal » (Jaubert, 1836-1840, vol. 1, p. 464-465).

De l’artisanat local à la monnaie internationale

26À partir de la fin du ixe et au xie siècle les villes et les réseaux de commerce qui se développent, génèrent une forte dynamique pour les activités artisanales. Plus d’une dizaine d’ateliers métallurgiques importants, encore mal connus, produisent une large gamme d’objets (récipients en bronze, harnachements et armes en fer, orfèvrerie en bronze, argent et or). On oublie souvent dans la réflexion d’autres artisans qui utilisent les oxydes métalliques tout au long des ixe-xiiie siècles notamment les verriers et les potiers (plus d’une cinquantaine d’ateliers inventoriés à ce jour), qui utilise de l’oxyde de plomb, comme fondant principal et les oxydes de cuivre, de fer, de chrome pour la coloration du verre ou de la glaçure.

  • 22 Selon Yaqût IV, Wüstenfeld, p. 696-696.
  • 23 Muqadasi, BGA III, p. 324.

27Une partie de la demande artisanale est directement liée à la croissance urbaine. Ainsi la citadelle de Bukhârâ fondée par Naṣr Ier (874-892) possédait 7 portes ou grilles de fer forgé22, les toitures des minarets pouvaient être en cuivre23 et les conduits de canalisation en plomb, à Samarcande par exemple :

« Les eaux pénètrent en ville par des conduits en partie en plomb et surélevés […] Le lit de ce canal est entièrement en plomb » (Ibn Ḥawqal : Kramers et Wiet, 2001, p. 472).

28Nous avons vu quels étaient les minerais disponibles localement et leurs provenances, les cadres de leur exploitation. La question de la quantité de métaux, extrait de ces mines, fait également débat parmi les historiens de l’histoire économique, des dizaines de tonnes par mines aux cumuls de centaines de tonnes par région. Il est bien souvent difficile de faire confiance aux chiffres avancés par manque de preuves convaincantes. Une rare mention quantitative nous est fournie dans le texte des Chahar Maqala écrit par Nizâmi ‘Arûdî Samarqandî (mort en 1157) et concernant les mines de plomb du Warsad dans les vallées du Hari Rud, à l’est d’Herat en Afghanistan. À la suite de poèmes récités au roi celui-ci lui fait cadeau du revenu d’une mine de plomb :

  • 24 Traduit de l’anglais (Browne, 1921, p. 61).

« J’ai donné la mine de plomb de Warsd depuis ce festival jusqu’au festival du sacrifice du mouton. Envoie un agent là-bas. J’ai envoyé Ishaq le juif. C’était le milieu de l’été, période de travail intense, et de fonte de beaucoup de minerais, de sorte qu’en soixante-dix jours 12 000 mannes de plomb se sont accumulées pour moi, tandis que l’opinion du roi à mon encontre c’était décuplé par mille24. »

29E. G. Browne remarque qu’il s’agit d’une période de 2 mois et 10 jours, soit 12 000 mannes de plomb. Cela correspondrait, à 36 tonnes de plomb en 70 jours, sans doute la période majeure d’extraction estivale dans ces hautes vallées de montagne (ce chiffre correspondrait à 216 tonnes par an pour une exploitation continue). D’autres estimations existent mais sont basées sur les impôts perçus par le calif auprès des dynasties locales, elles ne sont donc pas directement transposables aux ressources minières.

  • 25 Les salaires des fonctionnaires représentent la dépense la plus importante des Sâmânides et des Gha (...)

30L’essentiel de la demande en argent est destinée à la frappe de monnaies. Celles-ci sont primordiales au commerce de longue distance et aux dynasties locales pour financer leurs armées et leur administration (Barthold, 1968, p. 238)25. Elles permettent également de payer une partie de l’impôt au pouvoir central à la tête du califat.

31La plupart des monnaies islamiques du ixe siècle frappées en Asie centrale, sont des dihrams d’argent, qui portent le nom du calife, associé au nom de l’émir local qui possède les mines. Elles portent aussi la date et la mention de l’atelier monétaire où elles ont été frappées (fig. 1). Les textes médiévaux permettent d’associer les mines d’argents et d’or avec les ateliers monétaires.

  • 26 Sur les 35 dirhams analysés par spectrométrie, puis inclus avec les analyses précédentes soit quara (...)
  • 27 L’or et le bismuth étant peu sensibles aux procédés de raffinages médiévaux, ils caractérisent bien (...)

32Les coins pour battre la monnaie étant mobiles, ces monnaies peuvent être battues sur un lieu différent que celui indiqué sur les coins. Pour établir ou réfuter ces connexions, Cowell et Lowick ont analysé par spectrométrie le métal de quarante-six monnaies de la fin du ixe et du xe siècle26. Ils constatent que les monnaies frappées en Asie centrale à cette période, ont un niveau de pureté du métal argent de 90  %, ce qui indique une source d’argent en position primaire (extrait du plomb argentifère-galène). Ils ont également mis en évidence des anomalies sur les monnaies frappées au Pamir (atelier d’Andarâba comprenant les mines de Panjhîr et de Jârbâya) : une composition basse en or et en cuivre ainsi que des traces importantes de bismuth (jusqu’à 0,5 %)27.

  • 28 À ce sujet voir les travaux de Noonan, 1974 et Kovalev, 2002.

33En conséquence d’une économie très dynamique et du commerce de longue distance, on trouve des centaines de milliers de dirhams en argent, frappées en Asie centrale (Samarcande, Čač et Andarâba) hors de l’Asie centrale jusqu’en Norvège et en Finlande28.

  • 29 Les monnaies d’argent frappées à Andarâba sont à la troisième place des monnaies les plus représent (...)

34L’exemple des mines d’Andarâba montre bien comment celles-ci ont été un enjeu stratégique récurent entre deux dynasties locales (sâmânides et bânîdjûride), pendant près d’une centaine d’années, comme l’indiquent les monnaies qui y ont été frappées entre le dernier tiers du ixe et le milieu du xe siècle29 (fig. 5).

Fig.5. Noms des émirs sâmânide et bânidjûride sur les monnaies frappées à Andarâba pour la période comprise entre 261/875 et 345/957

Fig.5. Noms des émirs sâmânide et bânidjûride sur les monnaies frappées à Andarâba pour la période comprise entre 261/875 et 345/957

35Comme nous l’avons vu, trois des cinq grandes régions minières se trouvent hors des frontières de la dynastie dominante des Sâmânides (850-1005), ce qui génère des tensions et une situation conflictuelle quasi permanente avec les petites dynasties locales pour le partage de ces ressources.

  • 30 J. Allan considère qu’en dépit du peu de source à ce sujet, les exploitations privées étaient le pl (...)

36Notre réflexion apporte un éclairage inédit sur la gestion des matières premières précieuses et des mines d’argent, administrées par les émirs sâmânides qui contrôle directement son extraction et l’acheminement des matières premières « rares » comme l’argent et l’or contrairement à l’idée développée par J. Allan à partir des sources du début de la période islamique30.

37L’exploitation des métaux précieux est au centre de l’économie de l’Asie centrale à la période médiévale. En dépit du travail considérable accompli par les archéologues locaux et russes, ces recherches sont souvent restées confinées au monde russophone. Peu abordées dans l’historiographie européenne, elles le sont encore moins dans les études sur l’histoire socio-économique du monde islamique. Ce champ de recherche est désormais ouvert et nécessite de croiser plusieurs approches, dont celle de l’archéologie minière et de l’archéo-métallurgie. Les travaux récents entrepris en Afghanistan par la Délégation archéologique française en Afghanistan (DAFA) dans la région du Wahdak permettront sans doute de renouveler nos connaissances.

Bibliographie

Allan J. W. (1979) – Persian Metal Technology 700-1300 AD, Londres.

Bacharach J. L. (1976) – Andarâb and the Banîjûrids, Afghanistan Journal, 3/4, p. 147-150.

Barbier De Meynard C. (1861) [1994] – Dictionnaire géographique, historique et littéraire de la Perse et des contrées adjacentes : extrait du Muʻgam al-Bulân de Yâqût, Frankfurt am Main.

Barthold W. (1968) – Turkestan Down to the Mongol Invasion, Londres.

Bosworth C. E. (1996) – Les dynasties musulmanes, Sindbad.

Browne E. G. (1921) – Revised translation of the Chahar Maqala (“Four Discourses”) of Nizami-i Arudi of Samarqand, Londres.

Bubnova M. A. (1963) – Dobicha serebro-svintsovikh rud v Shel’dzhi v ix-xiii vv, (extraction de minerais de plomb argentifère à Shel’dzhi au ixe-xiiie s.), Arkheologishekie pamiatniki Talaskoj Doliny, Frunze ed Khozem, p. 225-262.

Bubnova M. A. (1993) – Drevnie rudoznatcy Pamira (Gîtes métallifères anciens du Pamir), Donish.

Bubnova M. A. (2001) – L’extraction des minerais et le mode de vie des mineurs au xie siècle : l’exemple du Pamir oriental, Cahiers d’Asie centrale, 9, p. 177-187.

Buriakov Y. F. (1999) – Dobyca zolota I serebra v srednej azii v srednevekovie (Extraction de l’or et de l’argent en Asie centrale au Moyen âge), IMKU, 30, p. 264-274.

Buriakov Y. F. (2008) – L’extraction minière en Asie central aux viiie-xie siècles de notre ère, dans Islamisation de l’Asie centrale, processus locaux d’acculturation du viie au xie siècle, Paris, p. 257-274.

Cornu G. (1985) – Atlas du monde arabo-islamique à l’époque classique ixe-xe siècles, répertoire des toponymes, Leyde.

Cowell M. R. et Lowick N. M. (1988) – Silver from the Panjhîr mines, dans Metallurgy in numismatic, vol. 2, Londres, p. 65-74.

Davidovic P. A. (1978) – O monetah dihkanov Ilaka konca X-nacala XIv (k metodike ih interpretascii M. H. Fedorovym) (à propos des monnaies des Dikhan de l’Ilaq du xe au début du xie s.), Drevnosti I srednevekoie narodov Srednej Azii, 80-100, Moscou, p. 80-100.

Deom J.-M. (2004) – Geoarchaeological Survey of Ancient Metallurgic Centers of the Bazar-Dara Valley (Eastern Pamir), Unesco Report (http://Pgazk.org/Texts/LivesTexts/Geoarchaeology%20Bazar-dara.htm (page consultée le 17/05/2012).

Frye R. (2007) [1964] – The History of Bukhara by Narshakhi, Abu Bakr Muhammad ibn Ja`far, 899-959, Princeton.

Hill D. R. (1979) – The Book of Ingenious Devices (Kitâb al-hiyal) by the Banu (Sons of) Mûsâ bin Shâkir, Londres.

Jaubert A. (1836-40), Géographie d’Edrisi d’après deux manuscrits de la Bibliothèque du Roi et accompagnés de notes, Paris, 2 vol. 

Kovalev R. K. (2002) – Dirham Mint Output of Samanid Samarqand and its Connection to the Beginnings of Trade with Northern Europe (10th century), Histoire & mesure, 17, 3/4, p. 197-216.

Kramers J. H. et Wiet G. (2001) [1964] – La configuration de la terre, 2 vol. , Ibn Hawqal, Paris.

AL-Maqdisî, M. (seconde moitié du xe siècle) – Ahsan al-Taqâsîm fî Ma`rifat al-Aqâlîm, éd. de Goeje, BGA 3, Leyde, 1906.

Noonan T. S. (1974) – Medieval Islamic Copper Coins from European Russia and Surrounding Regions : The Use of Fals in Early Islamic Trade with Eastern Europe, Journal of the American Oriental Society, 94/4, p. 448-453.

Rehren T. et Papakhristu O. (2000) – Cutting Edge Technology - The Ferghana Process of Medieval Crucible Steel Smelting, Metallica, 7, p. 55-69.

Papakhristu O. et Rehren T. (2002) – Techniques and Technology of Ceramic Vessel Manufacture – Crucibles For Wootz Smelting in Central Asia, dans V. Kilikoglou, A. Hein et Y. Maniatis (éd.), Modern Trends in Scientific Studies on Ancient Ceramics, Oxford, p. 69-74.

Said H. M. (1989) – The Book Most Comprehensive in Knowledge on Precious Stones, Al djamâhir fi ma’rifat al djawâhir by Al-Birûnî, Islamabad.

Siméon P. (2012) – Hulbuk : Architecture and Material Culture of the Capital of the Bânijûrids in Central Asia (9th-11th centuries), dans Muqaenas, An Annual on the Visual Cultures of the Islamic World, 29, p. 385-421.

Surgai V. T. (1951) – Kistorii gornogo promyslo v Kirgizii, Frunze.

Yaqut Al-Hamawi (première moitié du xiiie siècle) [1866-1873] – Kitab Mu`jam al-Buldan, 6 vol. , éd. Wüstenfeld, Leipzig.

Notes

1 Dans les citations de cet article, l’orthographe des toponymes est celle choisie par les éditeurs des textes, tandis que dans le corps du texte celle-ci suit l’Encyclopédie de l’Islam (The Encyclopaedia of Islam, 2e édition, Leyde, 1960).

2 Comme l’indique l’étude numismatique, des monnaies sont frappées dans ces deux villes.

3 Le mercure (Zā’ ūq) est nécessaire pour l’extraction de l’or, on en trouve également dans le Fars à Istakhr et dans le Farghânâ.

4 Il s’agit de la plus grande mine d’argent du Farghânâ, trois cent galeries anciennes ont été identifiées, sur une surface de 2,4 km2, celles-ci étaient parfois étayées de bois avec des rigoles pour l’évacuation de l’eau. Les traces d’habitats sont datées des xe-xiie siècles, des creusets et des scories de fer trouvés à proximité des galeries indiquent des activités de raffinage (Surgai, 1951, p. 12).

5 C’est la plus grande mine d’argent plombifère de la région exploitée entre le ier et le xive siècle. L’exploitation se fait sous forme de carrières ou de puits pouvant atteindre 120 à 130 m de profondeur. Le rendement est compris entre quelques grammes d’argent à 2 kg par tonne (Buriakov, 1999, p. 267).

6 Au niveau de Matcha, Yagnob étudié par Bubnova au milieu des années 1980. Zaravshan en persan signifie le fleuve d’or, peut-être en référence aux sables aurifères de la rivière.

7 Par exemple les gisements antiques d’étain des montagnes de Ziaddin-Zerabulak et du bassin de la rivière Zaravshan d’après les travaux d’Alimov, Boroffka, Buriakov et Parzinger, 2003.

8 Entre 1962-1964, 1972-1975 puis jusqu’en 1984 (Bubnova, 1993  ; Bubnova, 2001, p. 178).

9 La documentation graphique (cartes, plans et photos) est de qualité moyenne, en noir et blanc et ne permet pas toujours d’aller plus loin dans l’étude de ces mines.

10 Une étude récente de géoarchéologie a eu lieu sur ce site par J. M. Deom (Deom, 2004). La vallée est exploitée depuis l’âge du bronze et l’âge du fer ancien. La géologie locale se compose de granodiorite qui favorise la présence de minerais polymétalliques. Depuis le 1er janvier 2014, nous coordonnons une prospection sur ce site avec F. Téreygeol, G. Sarah de l’IRAMAT (UMR 5060 du CNRS – Institut de recherche sur les Archéomatériaux, Laboratoire Métallurgies et Cultures) et l’UMR 8167 du CNRS, Orient & Méditerranée, laboratoire Islam médiéval, dans le cadre du projet LARS financé par la MSH Val de Loire.

11 Vingt-trois monnaies ont été découvertes en 1963 (Bubnova 1993, p. 62) onze ont pu être identifiées : la plus ancienne est datée de 987, trois datent de 1004-1005, six du premier quart du xie, et la plus récente de 1075, il s’agit de dirhams et de fels Qarakhânides étudiés par Davidovič.

12 Narshakhî (Frye, 2007, chap. 26, p. 129) donne son nom complet : Malik Muzaffar abû Salih Mansûr ibn Nûh ibn Naṣr ibn Aḥmad ibn Ismâ’il al-Sâmâni, al-amîr ar-Ridâ Nûh II qui a régné entre 349/962 et 365/976 d’après la généalogie des sâmânides (Bosworth, 1996, p. 148).

13 Narshakhî (Frye, 2007, chap. 25, p. 128) donne son nom complet : amîr Rashid Abu’l-Fawaris ’Abd al-Malik ibn Nûh ibn Naṣr ibn Aḥmad ibn Ismâ’il al-Sâmâni. D’après la généalogie il s’agit d’al-amîr al-Hamîd Nûh Ier qui a régné entre 302/915 et 331/943 (Bosworth, 1996, p. 148).

14 En arabe uniquement : Wüstenfeld, 1866-1873, vol. 1, p. 743.

15 Traduction de Meynard, 1861, p. 116-117.

16 On trouve dans le livre des procédés ingénieux (kitâb al-iyal) d’Amad b. Mûsâ un Iraquien du milieu du ixe siècle une construction comprenant un soufflet qui envoyait de l’air propre dans la mine. Traduction par D. R. Hill 1979, The Book of Ingenious Devices. Illustration dans Hassan et Hill 1991. p. 236-237, fig. 9.6, p. 240.

17 Dans son ouvrage cité précédemment Amad b. Mûsâ décrit également un modèle de lampe dont la mèche était protégée du vent ou de l’eau, ceci fait état de recherches menées depuis le ixe siècle.

18 Également dans plusieurs mines du Čač, à Kochbulak (Buriakov, 2008, p. 266)  ; à Lashkerek découverte de patins de traîneaux (Buriakov, 1999, p. 267) ainsi que dans la région du Talas (Bubnova, 1963, p. 34).

19 Des fours datables du xie siècle ont été découverts dans les régions d’Ilaq et de Čač (de forme ovale et d’environ 1 à 2,2 m de diamètre). Les gaz sulfurés s’échappent par les cheminées du four, l’argent fertile se forme après 800 °C et les impuretés du métal se déposent dans les scories qui sont jetées. Pour le fer au creuset c’est un sujet à part entière, un atelier important a été étudié à Ahsikent dans le Farghânâ (voir Rehren et Papakhristu, 2000 et 2002).

20 Dans son traité de minéralogie achevé en 1035, intitulé, Al-djamâhir fi ma’rifat al-djawâhir (livre sur la connaissance des pierres précieuses). Traduction anglaise par Said, 1989, p. 203-204, chapitre intitulé « Stories about gold and gold mines».

21 Je ne sais pas si la technique d’abattage par le feu (pour attaquer le filon) était employée en Asie centrale. L’abondance de charbons sur place aurait sans doute été notée par les archéologues.

22 Selon Yaqût IV, Wüstenfeld, p. 696-696.

23 Muqadasi, BGA III, p. 324.

24 Traduit de l’anglais (Browne, 1921, p. 61).

25 Les salaires des fonctionnaires représentent la dépense la plus importante des Sâmânides et des Ghaznawides soit 20 millions de dihrams environs.

26 Sur les 35 dirhams analysés par spectrométrie, puis inclus avec les analyses précédentes soit quarante-six monnaies, ces analyses confirment la provenance de minerais différents (Cowell et Lowick, 1988, p. 65, 70).

27 L’or et le bismuth étant peu sensibles aux procédés de raffinages médiévaux, ils caractérisent bien les sources des minerais d’argent d’origine (Cowell et Lowick, 1988, p. 70).

28 À ce sujet voir les travaux de Noonan, 1974 et Kovalev, 2002.

29 Les monnaies d’argent frappées à Andarâba sont à la troisième place des monnaies les plus représentées dans les collections de monnaies islamiques entre 260-350/874-961 (Bacharach, 1976, p. 149).

30 J. Allan considère qu’en dépit du peu de source à ce sujet, les exploitations privées étaient le plus répandues et le pouvoir politique prélevait une taxe lors de l’exploitation (Allan, 1979, p. 15).

Table des illustrations

Titre Fig.1. Carte des régions minières 
Légende 1. Talas ; 2. Čač et Ilaq ; 3. Farghânâ ; 4. Sogdiane Usrûshana, 5. Pamir et Wakhân.
Crédits Carte D. Dalet et P. Siméon.
URL http://books.openedition.org/psorbonne/docannexe/image/5250/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 608k
Titre Fig.2. Cartes du Khurâsân (avec les villes de montagnes Andarâba et Panjhîr) et de la Transoxiane (montagnes du Buttam, région de Čač et du Talas)
Crédits Par Ibn Ḥawqal, Kitâb surat al ‘ard (Image de la terre).
URL http://books.openedition.org/psorbonne/docannexe/image/5250/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 1,3M
Titre Fig.3.
Légende Bazardara ; plan du gros bâtiment Bazarbada (Bubnova, 1963, p. 46) ; Axonométrie et plan de la maison no 2 (Bubnova, 1993, pl. 11, p. 168)  ; pics en fer, pelle en bois, lampe en bronze et en céramique (Bubnova, 1993, pl. 13, p. 179).
Crédits Photo : Deom, 2004.
URL http://books.openedition.org/psorbonne/docannexe/image/5250/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 880k
Titre Fig.4. Marteaux et pics mines de Čač (Buriakov, 1999, p. 271) ; plan gravé sur une ardoise
Crédits Bubnova, 1963, fig. 8, p. 237.
URL http://books.openedition.org/psorbonne/docannexe/image/5250/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 360k
Titre Fig.5. Noms des émirs sâmânide et bânidjûride sur les monnaies frappées à Andarâba pour la période comprise entre 261/875 et 345/957
URL http://books.openedition.org/psorbonne/docannexe/image/5250/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 107k

Auteur

Université Paris 1 Panthéon-Sorbonne – UMR 8167 : Orient et Méditerranée. Sujet de thèse : Étude du matériel de Hulbuk (Mā warā’ al nahr-Khuttal), de la conquête arabe jusqu’au milieu du xie siècle (90/712-441/1050). Contribution à l’étude de la céramique islamique d’Asie centrale.
Directeur : A. Northedge.
Thèse soutenue le 19 janvier 2008.

© Éditions de la Sorbonne, 2014

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search