Version classiqueVersion mobile

Guerre du toit et modernité architecturale

 | 
Christine Mengin

Chapitre V. Trois cités d’habitation exprimant l’idéologie syndicale

Texte intégral

1Le précédent chapitre a présenté le mode de fonctionnement des sociétés de construction créées par les syndicats d’employés. Nous allons à présent illustrer la pratique architecturale de chacune d’entre elles par l’étude d’une cité d’habitation choisie pour sa valeur d’exemplarité. La cité-jardin de Steenkamp (Siedlung Steenkamp) constitue la source de la pratique architecturale de la Gagfah. Elle est au fondement des propositions formulées par Hans Bechly et Hermann Frank au moment de la création d’une société de construction pour les employés ; elle constitue le terrain d’essai de la toute nouvelle société, car la poursuitr du projet constitue son premier chantier ; enfin, elle demeure le modèle de référence pour les cités que construit la Gagfah après la Première Guerre mondiale. Autant cette cité-jardin de Steenkamp inscrit l’architecture de la Gagfah dans la tradition, autant la première grande cité de la Gehag, la cité du Fer à cheval (Hufeisensiedlung), instaure sur bien des plans une dynamique de rupture avec la pratique antérieure. Conçue au moment où l’impôt sur les loyers procure une source de financement sans précédent, elle tente d’apporter une réponse aux conditions nouvelles de ce programme inédit : l’habitat de masse. Quant à la cité de la Spree (Spreesiedlung) construite pour la Heimat par Paul Mebes, elle constitue en quelque sorte le chaînon manquant entre la tradition du logement coopératif de qualité, dont les fonctionnaires sont les hérauts avant la Première Guerre mondiale, et la modernité des cités de la Gehag : l’évolution de l’architecture de Mebes, dont la cité de la Spree est un jalon important, illustre de façon exemplaire l’histoire de l’architecture du premier tiers du xxe siècle.

Le modèle originel de la Gagfah : la cité-jardin d’Altona-Steenkamp

Hermann Frank et la mise au point d’un modèle

2La cité-jardin de Steenkamp, commencée avant la Première Guerre mondiale, est l’une des premières réalisations de ce type en Allemagne. Malgré le nom de cité-jardin dont elle qualifie cette opération, la Société de construction d’AltonaOttensen dirigée par Hermann Frank prend rapidement ses distances et avec la Société allemande pour la cité-jardin et avec ses origines patronales. Au moment de lancer Steenkamp, Frank voit dans l’Exposition des jardins organisée à Altona en 1914 le moyen de gagner un vaste public à la typologie sophistiquée et destinée avant tout aux classes moyennes des logements qu’elle s’apprête à construire. Nous évoquerons donc les maisons modèles construites dans ce cadre avant de nous intéresser aux débuts de la cité de Steenkamp, poursuivie à partir de 1919 par la Gagfah.

  • 1 Entretien de l’auteur avec Anneliese Frank, belle-fille d’Hermann Frank, à Ottensen, le 3 juin 199 (...)
  • 2 Cf. « Satzung der Gartenstadt-Gesellschaft Hamburg-Wandsbek », 1910 ; H. Frank, « Gartenstadtgesel (...)
  • 3 Cf. T. Schmidt, « Kontinuität und Brüche... », op. cit., p. 100-101.

3Si Hermann Frank est, ainsi qu’on l’a vu, le second initiateur de la Gagfah avec Hans Bechly, c’est à son expérience de maître d’ouvrage qu’il le doit : il a en effet, avant la Première Guerre mondiale, dirigé successivement les sociétés de construction de Wandsbek et d’Altona-Ottensen, toutes deux imprégnées de réformisme social. La légende familiale rapporte que l’appartement habité par les Frank dans une ruelle étroite du vieux Hambourg ne recevait jamais le soleil, ce qui aurait décidé Hermann et son jeune frère Paul à construire des maisons aérées et ensoleillées1. Quoi qu’il en soit, Hermann Frank est d’abord employé de commerce, ce qui le conduit en 1896 à adhérer au DHV. Rapidement, il s’intéresse aux questions sociales, au problème du logement en particulier. Permanent du syndicat pendant treize ans, puis membre de son conseil de surveillance, il est en 1909 l’un des visiteurs enthousiastes d’une exposition sur les cités-jardins anglaises. Avec une dizaine d’autres zélateurs de cette alternative à la grande ville, il fonde début 1910 une coopérative de construction dévolue à la réalisation de cités-jardins, localisée à Wandsbek, commune encore indépendante et qui vient d’acquérir un vaste domaine2. Malgré un apport élevé (500 marks), le nombre d’adhérents dépasse la centaine à la fin de l’année et double en 1912. À cette date, la société peut acheter à la commune de Wandsbek un terrain d’une petite vingtaine d’hectares, relié à Hambourg par le tramway dès l’année suivante. À la veille de la guerre, près de deux cents logements et une dizaine de magasins sont sortis de terre. La cité, au tracé pour l’essentiel orthogonal, comprend des espaces plantés inspirés de l’ouvrage de Raymond Unwin, Garden Cities of Tomorrow, traduit en allemand en 1910. Superficie et confort sont généreux : les maisons, doubles, sont dotées d’un sous-sol avec buanderie, installation pour le bain, cave à charbon et réserve à provisions. Le rez-de-chaussée comprend une ou deux pièces, cuisine, garde-manger, W.-C. et véranda ; l’étage supérieur, mansardé, trois chambres. L’équipement est sophistiqué : outre l’arrivée d’eau à l’étage supérieur, il se compose d’un système d’épuration des eaux usées au moyen d’une pompe électrique et d’une installation de chauffage central. La conception des maisons crépies et couvertes d’un toit de tuiles rouges en demi-croupe ou à la Mansart, probablement due à Paul Frank, trouve également son inspiration chez Unwin. L’opération innove sur le plan constructif : les maisons sont édifiées en béton armé, par l’entreprise hambourgeoise Sachs Polmann3. Les difficultés rencontrées dans la mise en œuvre conduisent toutefois à l’abandon de cette technique et les tranches de construction ultérieures se conforment à la tradition régionale de Basse-Saxe. Sur le plan légal, les maisons restent propriété de la coopérative afin d’empêcher toute spéculation, mais les locataires ont un bail à vie, transmissible à leurs héritiers. L’architecture évoque les villas construites au même moment en périphérie urbaine (ill. 53).

Cité-jardin de Wandsbek, maisons doubles, 1910.

4Enhardi par cette expérience, Hermann Frank participe à la création en 1913 d’un nouvel organisme : la Société de construction d’utilité publique d’Altona-Ottensen (Gemeinnütziger Bauverein Altona-Ottensen). Cette société de construction a pour objectif l’édification de petites maisons individuelles avec jardin ; sa principale réalisation est la cité-jardin Steenkamp. Nous avons déjà mentionné son impact sur Bechly et la brochure de 1918, mais nous allons voir que, en outre, la poursuite de cette cité-jardin constituera la première opération de la toute nouvelle Gagfah.

  • 4 Cette collaboration est matérialisée par un contrat entre la Ville et la société de construction : (...)
  • 5 Vom Fischmarkt zum Klövensteen. Altonas topographische Entwicklung, Altonaer Museum in Hamburg-Nor (...)

5Fondée conjointement par des industriels et par la Ville d’Altona, la Société de construction d’Altona-Ottensen ambitionne au départ la construction de maisons pour les ouvriers de l’industrie. En fait, cet objectif initial est rapidement redéfini, sans doute sous l’impulsion d’Hermann Frank, nommé directeur en 1914. Son étroite coopération avec la municipalité d’Altona vise à satisfaire les « besoins en logement principalement des ouvriers, des fonctionnaires, petits et moyens, et des employés », par la construction de maisons individuelles avec jardin4 La forme que reçoit la Société de construction d’Altona-Ottensen est particulièrement originale, puisqu’il s’agit d’une entreprise d’économie mixte. Il faut préciser qu’Altona, qui a, à la fin du xixe siècle, connu un remarquable décollage économique en raison à la fois de sa situation stratégique dans le réseau ferroviaire allemand et du dynamisme de son port de pêche hautière, se distingue par la prévoyance et l’audace de ses édiles. Le réaménagement du centre-ville concentre autour de la place Kaiser les édifices représentatifs d’une grande ville moderne, tandis que le plan d’urbanisme confié en 1894 à Joseph Stübben fixe pour plusieurs décennies les grandes lignes du développement urbain d’Altona. La réalisation en est grandement facilitée par une politique résolue de constitution de réserves foncières : en 1918, la Ville possède le tiers de son territoire5. La société de construction d’Altona est donc en mesure de lui acheter un terrain de dix-sept hectares situé dans la commune rurale de Bahrenfeld, incorporée en 1890, pour y édifier une ambitieuse cité-jardin baptisée du nom de l’ancien lieu-dit : Steenkamp. Le terme employé à l’origine par la société de construction dirigée par Frank est celui de « foyer dans un jardin » (Gartenheim), défini comme « petite maison unifamiliale avec jardin » (Einfamilien-Kleinhaus mit Garten) — celui de Heimstätte n’étant adopté que plus tard. C’est l’enracinement de l’habitant qui est ici visé et non, comme ce sera le cas pour la Gagfah, sa mobilité. Le contrat de location-vente stipule que « le possesseur du “foyer dans un jardin” doit dès l’origine, et pour toujours, considérer le bien comme sa propriété exclusive, lui garantissant, à lui et à ses descendants, un foyer durable sur son propre coin de terre ». L’habitant peut choisir d’acheter ou de louer la maison mais, dans les deux cas, il doit acquitter au moins 10 % de la valeur de la maison. Les acquéreurs sont en outre tenus d’adhérer à l’association des copropriétaires. Les pourparlers avec la municipalité sont fructueux : non seulement cette dernière se porte garante de 75 % des prêts obtenus, mais elle prend à sa charge la construction, l’entretien et l’éclairage des rues et des trottoirs.

  • 6 Führer durch die Kleinwohnungshàuser des Gemeinnutzigen Bauvereins Altona-Ottensen G.m.b.H. auf de (...)

6Pour donner à ce projet tout le lustre qu’il mérite, Frank, formidable propagandiste, met à profit l’Exposition des jardins organisée à Altona en 1914 pour permettre au public de découvrir les maisons que sa société de construction s’apprête à édifier. Cette grande Exposition des jardins (Jubiläums-Gartenausstellung) est organisée pour célébrer le deux cent cinquantième anniversaire du statut de ville octroyé à Altona par Frédéric II en 1664. Elle se situe dans la politique d’espaces verts particulièrement dynamique que mène la Ville, sous l’égide de son directeur des jardins, Ferdinand Tutenberg. En 1913, le conseil municipal avait décidé la création d’un parc public, destiné tout à la fois à la détente, au jeu, au sport et à la santé du public. Cette création s’inscrit dans la lignée de la réflexion menée en Allemagne depuis le début du siècle sur la nécessité de doter des villes de plus en plus densément bâties et polluées de « poumons verts ». L’exposition, qui présente les nouveautés en matière d’espaces verts, connaît un grand retentissement. Frank obtient donc que trois maisons témoins, entièrement équipées et meublées, soient intégrées à l’exposition, afin de « présenter sous une forme tangible l’idylle de la petite maison aux habitants des casernes locatives des grandes villes6 ». La Ville ayant obligé la Société de construction d’Altona-Ottensen à faire appel à des entreprises et maîtres d’œuvre locaux, Frank confie le projet à l’architecte Fritz Neugebauer et à son collaborateur Kurt F. Schmidt. Les trois maisons modèles, dont les plans sont datés de mai 1914, relèvent de la typologie plus vaste mise au point pour Steenkamp et présentent trois plans types : le plus modeste, le plus confortable et un type intermédiaire (ill. 54 et 55). Dans sa version intégrale, la typologie comprend six plans, à l’enchaînement cohérent et continu, du plus simple au plus élaboré. La distribution s’affine au fur et à mesure qu’augmente la superficie. La largeur croît progressivement de cinq à sept mètres cinquante, la profondeur de six à huit mètres. Les maisons sont organisées en fonction de la rue, qui détermine un avant, et du jardin, qui détermine un arrière. Les quatre premiers types sont des maisons en bande, les types nos 5 et 6 des maisons doubles, sans que l’acquisition d’une troisième façade, latérale, mette en cause la prégnance de cette double orientation.

7Le type n° 1, le plus modeste, construit sur une parcelle de deux cents mètres carrés, a une largeur de cinq mètres et une profondeur de six mètres cinquante, soit une emprise au sol de trente-trois mètres carrés (ill. 55, à droite). Au rez-de-chaussée, la Wohnküche de dix-huit mètres carrés se distingue par un « coin-cuisine » spatialement distinct du « coin-salle à manger » dont il peut être séparé par un rideau ou une cloison (ill. 56). Côté jardin, cette Wohnküche est bordée par une bande de pièces de service, comprenant réserve, salle d’eau (buanderie-dispositif pour se laver) et W.-C. À l’étage, les chambres, de quatorze et douze mètres carrés, ont un accès indépendant. Une alcôve permettant de coucher un enfant est aménagée dans la chambre des parents : elle est éclairée naturellement. Enfin, deux caves à provisions sont aménagées en sous-sol. Ce type rudimentaire est destiné aux couches sociales les plus humbles, habituées à vivre dans la cuisine et n’ayant pas besoin de pièce de réception. À l’autre extrémité de la gamme, le type supérieur (n° 6) étend ses soixante mètres carrés d’emprise au sol sur une parcelle de quatre cents mètres carrés (ill. 55, à gauche). Le rez-de-chaussée comprend, en plus de la cuisine, deux pièces, l’une de dix-sept et l’autre de quinze mètres carrés, conformément à la tradition allemande des deux pièces de séjour, l’une destinée à l’intimité familiale et l’autre à la réception. À l’étage se trouvent une salle de bains, ainsi que trois chambres, respectivement de seize, douze et huit mètres carrés. Et la buanderie a migré au sous-sol. Ce type de maison est conçu comme habitation pour le Mittelstand, fonctionnaire ou employé aisé. Le type intermédiaire (n° 4), qui combine Wohnküche et salon, est présenté comme particulièrement adapté aux ouvriers spécialisés, contremaîtres, employés et fonctionnaires subalternes (ill. 55, au centre). Si la cuisine ne s’y est pas autonomisée, il comprend en revanche, comme le type supérieur, des W.-C. d’invités accessibles de l’entrée et une salle de bains à l’étage. Cette hiérarchisation sociale est soulignée par l’ameublement : la table à ouvrage, placée dans le bow-window côté jardin, se retrouve dans le type n° 4 et dans le type n° 6. En revanche, seul le type n° 6 comporte un bureau avec fauteuil dans le bow-window côté rue, signe du statut de Monsieur (ill. 57). L’ameublement du salon (ill. 58) et la coiffeuse dans la chambre à coucher conjugale (ill. 59) procèdent de cette même aspiration à la valorisation sociale. Le choix opéré par Hermann Frank pour les prototypes de l’Exposition des jardins n’est pas innocent et insiste sur le haut de la gamme élaborée par la Société de construction d’Altona-Ottensen, le type le plus fruste apparaissant dès lors comme l’alibi d’un maître d’ouvrage n’œuvrant en réalité que marginalement pour les plus démunis. Le choix du type n° 2 ou 3, à la place du type n° 4, aurait tiré vers le bas la palette offerte par la société de construction. Selon Frank, ces maisons, visitées par plus de cinquante mille personnes, ont considérablement contribué à populariser l’idée de la maison individuelle avec jardin.

Les trois maisons-modèles construites par la Société de construction d’Altona-Ottensen à l’Exposition des jardins, Altona, 1914, perspective cavalière, F. Neugebauer arch.
À gauche le type n° 6, au centre le type n° 4, à droite le type n° 1.

Les trois maisons-modèles construites présentées à l’Exposition des jardins, Altona, 1914, plans du rez-de-chaussée et de l’étage, F. Neugebauer arch.
À gauche le type n° 6, au centre le type n° 4, à droite le type n° 1.

Wohnküche (type n° 1)

Bureau placé au droit du bow-window (type n° 6)

Salon (type n° 6).

Chambre à coucher des parents (type n° 6)

8C’est donc précédée d’une opération de lancement couronnée de succès, ayant attiré plus d’une centaine d’acquéreurs potentiels, que la cité de Steenkamp est mise en chantier. La première tranche de construction comprend une cinquantaine de maisons de différents types, construites de part et d’autre d’une rue en impasse. La volonté de tester plusieurs types de maisons, sept au total, provient du souci des maîtres d’ouvrage de mélanger différentes catégories de population. Mais, en dépit de ce côté catalogue expérimental grandeur nature, les maîtres d’œuvre parviennent à donner une unité architecturale à un ensemble de maisons ressortissant de types différents (ill. 60). Les moyens plastiques employés sont le profil de toit homogène, recouvert des mêmes tuiles rouges, l’emploi d’un revêtement unique (construites en briques silico-calcaires (Kalksandsteine), les maisons sont recouvertes d’un crépi nouvellement breveté, en ciment Grana avec des agrégats colorés) et des menuiseries uniformément peintes en blanc (ill. C11). De plus, un motif récurrent contribue à l’homogénéité de l’ensemble : le bow-window.

9La configuration du terrain, marquée par une forte dénivellation, explique le dispositif de liaison entre les deux rues de l’opération, reliées par des passages publics ménagés sous des maisons. De ce fait, la rue Emmich est une impasse, dont l’extrémité, entourée de maisons en bande, forme une place (ill. 61). Le choix de la rangée n’est pas présenté comme un pis-aller ; au contraire, Frank fait valoir que, en plus de ses vertus économiques, elle permet une meilleure isolation thermique des maisons, de surcroît moins exposées aux orages que les maisons isolées. Dans la partie inférieure de la rue Emmich, les rangées font place à des groupements irréguliers de maisons, par deux, quatre ou cinq, de façon à ce que les interstices ne se fassent pas face : ainsi, le vent est arrêté et les plantations protégées. La rue est large de cinq mètres, le jardin de devant profond de quatre, si bien qu’une distance de treize mètres sépare les maisons situées en vis-à-vis, garantissant un ensoleillement satisfaisant.

Cité-jardin d’Altona-Steenkamp, Société de construction d’utilité publique d’Altona-Ottensen, rangée de maisons rue Emmich, 1914, F. Neugebauer arch.
De droite à gauche : maison d’angle de type n° 5, puis maisons de type n° 4, n° 3, n° 2.

Cité-jardin d’Altona-Steenkamp, première tranche de construction, rue Emmich, plan de masse, 1914.

10Le jardin constitue d’emblée un aspect essentiel du projet, car il doit permettre au propriétaire de la maison de renouer avec « mère Nature ». Les jardins de devant, fermés par une haie toujours verte, sont plantés de façon unitaire par la société de construction, qui a placé devant chaque maison un cerisier « unissant l’utile à l’agréable » et réparti équitablement arbres fruitiers et arbustes à baies. L’association des habitants supervise l’entretien des jardins, afin de garantir l’unité visuelle de la cité. Quant au jardin de derrière, il est spacieux, sans toutefois nécessiter d’aide extérieure pour l’entretien, et comprend une cabane de jardin livrée avec une petite basse-cour (ill. 66). Le caractère urbain de la cité interdisant de se livrer à l’élevage du porc, ce cabanon est dévolu aux poules, aux outils de jardin et aux clapiers. Le thème de l’éclairage naturel détermine l’orientation est-ouest de la plupart des maisons et le choix de percements traditionnels dans le Nord de l’Europe : les bow-windows formés de grandes baies à petits carreaux permettent de recueillir chaque rayon d’un soleil avare. Car, selon Frank, on ne saurait assez souligner l’importance d’un bon éclairage pour les pièces à vivre : « Là où le soleil ne pénètre pas, le médecin arrive ! »

  • 7 Information donnée par Anneliese Frank à l’auteur, 3 juin 1992.
  • 8 « Über die neue Gartenstadt in Bahrenfeld », Hamburger Echo, 14 décembre 1915.

11Dans le prolongement de la typologie présentée à l’Exposition des jardins, qui s’est enrichie d’un type supérieur, les maisons sont réparties en sept catégories, en fonction de leur largeur, respectivement de cinq mètres, cinq mètres soixante-quinze, six mètres cinquante, sept mètres et sept mètres cinquante pour huit mètres de profondeur — sauf le type n° 1, moins profond. Les prix s’échelonnent de 5 000 marks pour la première catégorie à 12 000 marks pour la version la plus luxueuse. À l’exception du type n° 1, le sous-sol comprend buanderie et cave à provisions. Au rez-de-chaussée, la hauteur est de deux mètres quatre-vingt-quinze sous plafond, tandis que l’étage n’est haut que de deux mètres cinquante. Par rapport à la maison témoin de l’Exposition des jardins, le type n° 1 construit à Steenkamp est modifié par la suppression de la bande de service et la translation de la salle d’eau au sous-sol. En sus de la cuisine, séparée du séjour, elle compte deux chambres. Trois pièces constituent en effet pour Frank un minimum pour que parents et enfants de sexe différent dorment séparément. Un grenier est aménagé sous le toit : on peut y étendre le linge et, le cas échéant, l’aménager en chambre. Le prototype n° 4 a également subi quelques modifications : la grande Wohnküche a été scindée en séjour et cuisine, et la Kammer de l’étage réduite, de façon à ce que toutes les chambres soient accessibles du palier. Ces modifications indiquent que la société de construction renonce à une clientèle par trop populaire et s’adresse à toute la gamme des classes moyennes. Dans la cuisine, l’antique fourneau a fait place à la cuisinière à gaz moderne qui, outre ses feux, offre un four et un gril à gaz. Dans la salle de bains et la cuisine, l’eau chaude provient d’un chauffe-eau à gaz qui se met en route automatiquement lorsque l’on ouvre le robinet d’eau chaude. La société de construction a le souci d’éviter à la ménagère toutes sortes de tâches fastidieuses, de l’époussetage de la corniche — les maisons en sont dépourvues — à l’astiquage des poignées de porte. L’innovation concerne aussi les matériaux de construction, et le procédé de revêtement en ciment breveté par la société hambourgeoise Grana est ici utilisé pour la première fois. Il est non seulement inaltérable et résistant au gel, mais n’a pas besoin de couches ultérieures. La fête pour l’achèvement de ces premières maisons, le long de la future rue Emmich, a lieu au moment de la déclaration de guerre et Hermann Frank y emménage en famille7. Cette réalisation connaît un vif succès. La presse publie d’innombrables photos de la cité, soulignant l’allure coquette des maisons, l’enchantement des cerisiers en fleur surgissant derrière les haies soignées et les barrières peintes en blanc. Il semble que la Société de construction d’Altona-Ottensen ait su donner forme à des aspirations largement partagées, tout en ayant soin de créer l’événement autour des prototypes de la rue Emmich. Même le SPD se déclare finalement convaincu par l’opération, comme en témoigne un article paru dans Hamburger Echo en décembre 19158. Les réticences initiales des sociaux-démocrates face aux « messieurs de la Société de construction d’Ottensen [...], qui avaient clairement le projet de renforcer la dépendance des ouvriers vis-à-vis de leur employeur et de restreindre leur liberté de mouvement », s’étant révélées infondées, l’auteur reconnaît que les cinquante maisons déjà habitées sont un succès, à telle enseigne que plus d’un millier de familles se sont déjà inscrites pour les six cents logements projetés, « dont des gens de notre camp ». Suit une description détaillée et élogieuse de ces « charmantes maisons », qui ont permis à leurs « heureux habitants d’échapper à la misère des casernes locatives et à la tyrannie des propriétaires ». En conclusion, l’article souhaite que soit trouvé à l’avenir un moyen pour que les couches défavorisées, c’est-à-dire la plus grande partie de la population, puissent profiter des bienfaits de la cité-jardin : lumière, air, soleil et joie de vivre renforcée.

12Les espérances placées de toutes parts dans la cité-jardin, que la société de construction dirigée par Frank a de l’avis général préfigurée de façon si parlante, sont également célébrées de façon plus martiale lors de l’inauguration de la fontaine ornant la place située en contrebas des cinquante premières maisons. En effet, cette rue est baptisée von Emmich, du nom du général ayant emporté la place de Liège, et les industriels d’Altona ont décidé de parrainer une fontaine avec un relief en bronze représentant l’homme de guerre. La fontaine est dévoilée le 7 août 1916, en présence du maire d’Altona. Dans son discours, le président du conseil de surveillance de la Société de construction d’Altona-Ottensen, le sénateur Marlow, exprime le vœu que cette matérialisation de la « pensée de la Heimstätte puisse se frayer un chemin aussi triomphant que le vainqueur de Liège ! »

  • 9 Hamburger Ausschuß für Krieger-Heimstätten, Krieger-Heimstätten, op. cit. (cf. chapitre 4, n. 4).

13Mais Frank ne veut pas en rester là et, malgré le contexte défavorable, met tous ses talents de propagandiste au service de la cause. Il entend prouver que les maisons construites par la Société de construction d’Altona-Ottensen ne reviennent pas plus cher que les casernes locatives et ont une longévité supérieure. Selon lui, la durée de vie d’un immeuble ne dépasse pas soixante à quatre-vingts ans, tandis que des maisons plus que centenaires sont toujours habitables. La guerre, ainsi qu’en témoigne le mouvement d’opinion favorable à la Heimstätte, offre à Frank l’occasion d’intéresser de larges cercles de la population à la maison avec jardin, et il se rapproche des organisations qui militent pour une loi garantissant aux anciens combattants la propriété d’un bien de famille insaisissable. Dès 1916, Frank mène une activité de conférencier en faveur de l’édification de biens de famille insaisissables pour les soldats, en s’appuyant sur l’exemple de Steenkamp pour prouver que ce n’est pas pure utopie. Dans les articles qu’il publie, une trentaine d’illustrations — photos, plans de masse, plans et élévations des maisons, dessins d’ameublement — cherchent à persuader le lecteur que la solution est trouvée9. Des données chiffrées précises, confortées par un tableau des annuités de remboursement, renforcent la conviction que l’on peut concrétiser cette revendication. Le terme de Gartenheim est abandonné au profit de celui de Heimstätte, qui fera florès bien au-delà de l’armistice : nous savons que c’est le terme retenu dans la brochure publiée en 1917 par Bechly et Frank pour susciter la création d’une société de construction pour les employés.

Cité-jardin d’Altona-Steenkamp, projet d’extention : plan de situation, 1915, F. Neugebauer, arch.

  • 10 Fin 1916, la société possède quarante-deux hectares et a mis en chantier la cité-jardin d’Altona-S (...)
  • 11 La rue Lauenburger est devenue Ebert-Allee, la rue Möllner s’appelle rue Notke.

14Le succès rencontré par la première opération construite par la société de construction d’Altona-Ottensen, tant auprès des habitants qu’auprès du public, conduit à l’étendre. La société de construction étant membre du mouvement allemand pour la cité-jardin, c’est tout naturellement sous cette forme et avec cette dénomination, ou plus exactement celle de faubourg-jardin (Gartenvorstadt), que va évoluer le projet de Steenkamp10. En septembre 1916, elle passe un nouveau contrat avec la Ville, qui lui cède à prix coûtant un terrain de dix-huit hectares situé à proximité immédiate de la rue Emmich et délimité par Osdorfer Weg, les rues Möllner et Lauenburger11. Proche du grand parc public d’Altona, situé à une distance de trois kilomètres de la gare principale d’Altona, ce terrain remplit en outre, selon les termes de Frank, la première condition pour le bon développement d’un faubourg-jardin, car il est relié par les transports en commun aux lieux de travail situés dans la grande ville proche. Par ailleurs, le terrain satisfait à un autre mot d’ordre de la réforme du logement : l’air. En effet, localisé à l’ouest de Hambourg, il est épargné par les fumées d’usines et autres émanations industrielles, rabattues vers l’est par les vents dominants. Il est également exempt de brouillard, car situé à quarante mètres au-dessus du niveau de la mer. Si bien que Steenkamp jouit d’un air pur.

  • 12 Hamburger Ausschuß für Krieger-Heimstätten, Krieger-Heimstätten..., op. cit., p. 4.

15En 1916, le plan de masse est élaboré conjointement par les services municipaux d’Altona, la société de construction et les deux architectes, qui précisent que « percement et tracé des rues, situation des places et groupement des maisons tiennent compte des conceptions urbanistiques actuelles12 ». Outre l’édification de six cents maisons, magasins et écoles sont prévus. Et avec son habileté coutumière, Frank ajoute qu’il est sans doute possible d’ajouter des foyers pour invalides de guerre ! Le projet (ill. 62) distingue entre rues de circulation et rues d’habitation. Les premières sont assez larges pour accueillir le terre-plein central du tramway et permettre la circulation des voitures à cheval et des automobiles. Les rues d’habitation n’accueillent que les livraisons. Les cinq mètres de largeur des chaussées, bordées de trottoirs de cinquante centimètres, permettent à deux voitures à cheval de se croiser. Les jardins sont desservis par des chemins larges d’un mètre cinquante. Les rues sont orientées nord-sud, de façon à ce que les pièces d’habitation donnent à l’est et à l’ouest, et puissent jouir du soleil du matin et de l’après-midi. Le terrain est loti en parcelles de deux cents à cinq cents mètres carrés. La profondeur des parcelles atteint quarante à cinquante mètres, de façon à ce que les jardins des maisons en bandes ne soient pas trop petits. Le front de rue est relativement étroit, afin d’économiser sur l’installation des réseaux de canalisation. Les six cents logements prévus accueilleront deux mille cinq cents habitants. Ils sont destinés à différentes catégories de population et cette idée de mixité sociale s’exprime par le fait qu’une même rangée combine différents types. Toutefois, la diversification s’opère vers le haut de l’échelle sociale : de nouvelles catégories de maisons, plus grandes et plus chères, sont adjointes aux sept types de base et la société de construction envisage d’offrir des catégories encore supérieures, dont les prix atteindraient seize à vingt mille marks. Conçues selon le même principe distributif (deux pièces de séjour et une cuisine en rez-de-chaussée, un vestibule desservant les privés et un vestiaire ; davantage de chambres à l’étage), elles feraient droit à la demande d’habitations plus spacieuses. La guerre empêche la réalisation du projet, que la Gagfah reprend après l’armistice.

Steenkamp, archétype de la cité d’habitation

16Nous avons vu au chapitre précédent comment, à l’automne 1917, le président du DHV, Hans Bechly, s’était adressé à Hermann Frank et comment leur connivence sur la question du logement de l’employé avait abouti au projet de création de la Gagfah. Nous allons à présent revenir sur les propositions architecturales du mémorandum de 1918, qui se fondent sur l’opération de Steenkamp, et en particulier sur trois des modèles conçus par la Société de construction d’Altona-Ottensen. Ces trois plans types sont désignés par les lettres A, B et C (ill. 63).

17Le plan type A est le plus modeste : il comprend au rez-de-chaussée une cuisine qui a la taille d’une véritable Wohnküche — même si la légende renonce à ce vocable désormais connoté — et une pièce de réception. À la différence du type n° 2 dont ce plan s’inspire, la cuisine n’est plus commandée par la pièce de séjour. W.-C. et jardin sont accessibles par un sas auquel on accède par la cuisine. Les deux chambres de l’étage sont accessibles par un petit palier, mais il n’y a pas de salle de bains : buanderie et installation pour le bain se trouvent au sous-sol, également aménagé en cave à provisions. Le plan B est présenté comme particulièrement adapté à l’employé. Il provient essentiellement du type n° 5, appauvri par une situation non plus en maison double, mais en bande. Le bow-window de la cuisine disparaît, ainsi que l’éclairage naturel de la cage d’escalier. Par rapport au plan A, les deux différences essentielles sont la division de la Wohnküche en petite cuisine et pièce de séjour, et l’existence d’une véritable salle de bains, située à l’étage, lequel compte une Kammer en sus des deux chambres. Autres signes classants, qui indiquent que l’on monte en gamme : les deux pièces de séjour sont dotées d’un bow-window, l’escalier tourne deux fois, les W.-C. sont accessibles de l’entrée. Le plan C, enfin, s’adresse à l’élite des employés. Il provient du type n° 6. À la différence du précédent, il n’est pas inséré dans une rangée, mais constitue la moitié d’une maison double. Ce qui en fait le prix est, outre la possibilité d’avoir des percements sur une façade latérale, la générosité des superficies et un équipement de chauffage sophistiqué, qui fournit en même temps l’eau chaude dans toute la maison — le parti distributif, lui, ne diffère guère de la solution précédente. La sélection opérée par Bechly et Frank atteste la haute idée qu’ils se font de l’habitat de l’employé : deux des trois modèles présentés constituent le haut de gamme de la série. La maison double, cossue, abrite une cuisine soigneusement équipée (ill. 64) et deux pièces de séjour : le décor du salon témoigne des goûts « bourgeois » de l’employé (ill. 65). À la Gagfah, le plan A deviendra le type n° 20, le plan B le type n° 32, le plan C le type n° 40 : nous y reviendrons au prochain chapitre. Dans tous les cas, le jardin procure un environnement de nature aux habitants et a une vocation nourricière, le potager se doublant d’un poulailler (ill. 66).

Brochure « Le Foyer de l’employé » : proposition de maisons-modèles A, B et C, plans du rez-de-chaussée et de l’étage, 1917.

Brochure « Le Foyer de l’employé » : la cuisine de la maison-modèle C, 1917 (perspective Kurt F. Schmidt).

  • 13 J. Matthiessen, « Zehn Juhre Steenkamp », dans HoimstättenVereinigung Steenkamp, Zehn lahre Steenk (...)
  • 14 Gemeinnützige Heimstätten-A.-G. Altona, FFeimstätten-Siedelung [sic] Steenkamp, n° 2, mars 1920, p (...)
  • 15 Idem, p. 2-25.

18En 1918, c’est la Gagfah tout nouvellement créée qui reprend le projet de cité de Steenkamp. Ainsi qu’on l’a vu, l’une des premières Heimags fondées par la Gagfah est, en mars 1919, celle d’Altona. Le capital est souscrit à part égale par la Ville et par la Gagfah. Au mois d’août 1919, les droits de la Société de construction d’Altona-Ottensen concernant la cité de Steenkamp sont transférés à la Gagfah, qui reprend donc la cinquantaine de maisons édifiées juste avant la guerre et hérite de la totalité du terrain de Steenkamp, avec pour mission d’y construire six cents maisons. Les fonds, à l’exception des 10 % incombant à l’acquéreur, sont promis par la RfA, et la Gagfah reçoit des pouvoirs publics des subventions destinées à couvrir une partie des coûts de construction. La Heimag commence par réaliser une maison modèle de référence pour les quelque cent cinquante entrepreneurs impliqués dans le chantier. L’édification est suivie avec beaucoup d’intérêt par la population et draine tous les dimanches une foule de curieux désireux de voir le chantier, pourtant fermé au public13. Au départ, le projet comprend cinq cent vingt-cinq maisons, deux foyers d’une cinquantaine de logements et trois magasins14. Une école, des ateliers et une aire de jeux pour les enfants complètent le projet, ainsi qu’une maison commune avec salle de réunion, restaurant et maison des jeunes. Avec les commerces, ils sont regroupés autour de la place centrale, véritable cœur de la cité. Comparée aux maisons de la rue Emmich, l’élévation est modifiée : outre l’alignement vertical des murs, le bow-window, trop cher, a disparu et un crépi jaune a remplacé le revêtement Grana (ill. C12 et 67 ; pour la façade arrière, comparer les ill. 66 et 68). Par rapport aux ambitions de départ, le projet doit s’adapter aux conditions d’attribution des prêts dans une période de crise du logement aiguë : les prescriptions officielles encouragent les petits logements avec Wohnküche, aussi la cuisine indépendante est-elle rare dans les premiers logements construits par la Heimag. Malgré ces contraintes, le chantier du faubourg-jardin de Steenkamp sert de chantier expérimental à la Gagfah, qui y teste en grandeur nature les types élaborés par la centrale et les améliore progressivement. Les types employés sont au nombre de sept : n° 5 (avec deux variantes, a et b), n° 6, n° 10, n° 20, n° 30, n° 31, n° 32, n° 40. Significativement, la brochure qui présente ces maisons les classe à partir du type le plus luxueux, le type n° 4015. Tous les types, même les plus étroits, ont huit mètres de profondeur, deux mètres quatre-vingts de haut pour le rez-de-chaussée, deux mètres cinquante à l’étage, deux mètres quarante dans la partie centrale du grenier, un mètre quatre-vingt-cinq au sous-sol. La variable est la largeur qui augmente graduellement, passant de quatre mètres vingt-cinq pour la maison la plus modeste à sept mètres cinquante pour le type le plus spacieux. Toutes les maisons, couvertes d’un toit en pente à 45 degrés, sont reliées aux réseaux de distribution de gaz, d’eau, d’électricité, ainsi qu’au tout-à-l’égout. Le jardin attenant est planté et pourvu d’arbres fruitiers par les soins du maître d’ouvrage, qui y installe également une cabane-poulailler de quatre mètres carrés (ill. 68). L’étage, au lieu d’être en retrait, a désormais la même superficie que le rez-de-chaussée, ce qui permet d’aménager un plus grand nombre de chambres, conformément à une revendication fondamentale de la réforme du logement : toute habitation doit comprendre au moins trois chambres, afin de séparer parents et enfants de sexe différent. Nous reviendrons au prochain chapitre sur cette question de la distribution du logement. À ce stade, notons qu’à Steenkamp toutes les maisons ont un sous-sol au moins partiellement aménagé et que seul le type n° 5b, le plus modeste, n’a pas de buanderie. La lucarne permet à terme l’aménagement d’une chambre supplémentaire. La césure sociale s’établit entre les types n° 20 et n° 30 ; les traits les plus saillants de cette ligne de démarcation sont la scission de la salle d’eau entre buanderie au sous-sol et salle de bains à l’étage, la séparation entre la cuisine et la salle à manger, et la présence d’une petite chambre à l’étage, en sus des deux chambres à coucher.

Brochure « Le Foyer de l’employé » : le salon de la maison-modèle C, 1917 (perspective Kurt F. Schmidt).

Brochure « Le Foyer de l’employé » : jardin potager avec poulailler, 1917 (perspective Kurt F. Schmidt).

Cité-jardin d’Altona-Steenkamp, extension par la Gagfah, 1920.

  • 16 A. Obenhaupt, « Wie Steenkamp entstand », dans Heimstâtter-Vereinigung Steenkamp, Zehn Jahre Steen (...)
  • 17 « Kaufvertrag » zwischen Heimag und Heinrich Munk, 26 juin 1922.
  • 18 Sur l’histoire de Steenkamp, voir P. Hoffmann, Neues Altona 1919-1929. Zehn lahre Aufbau einer deu (...)

19L’ambition de la Heimag en matière de confort et de qualité constructive se heurte à la difficile situation d’après-guerre, aussi le système de chauffage est-il très économique : un poêle à charbon avec conduit central chauffe à la fois les pièces de séjour et les chambres. En outre, les maisons sont équipées d’une cuisinière à gaz à trois feux et four. Les buanderies reçoivent une lessiveuse à vapeur. Les types nos 40, 32 et 30, seuls à avoir une salle de bains à l’étage, ont baignoire, douche et chauffe-bain à gaz, ainsi que des W.-C. supplémentaires dans la salle de bains. Malgré ce haut degré de confort, le matériel équipant les maisons construites est fréquemment défectueux ; poêles comme lessiveuses ont dû être améliorés. Sur le plan des matériaux, les mésaventures de la Gagfah illustrent la pénurie qui sévit dans l’Allemagne vaincue. Le point le plus critique concerne la mauvaise qualité des couvertures, ersatz de toits de tuiles. En effet, tant la déperdition de savoir-faire chez les ouvriers du bâtiment durant la guerre que le manque de matériaux de construction obligent à en rabattre par rapport à la qualité constructive des maisons d’avant-guerre. La Heimag évite autant que faire se peut l’emploi de matériaux de substitution, mais tout manque : chaux, ciment, briques, tuiles, bois, clous, tuyaux, peinture, sanitaires. Elle ne peut se procurer de ciment qu’auprès du gouvernement du Schleswig, qui délivre des bons d’attribution avec tant de parcimonie qu’elle en vient à remplacer le ciment par du trass, sorte de tuf volcanique utilisable pour le mortier. Pour les murs des caves, elle a même recours aux résidus de l’usine d’incinération des ordures. En ce qui concerne les briques, la situation est plus favorable, car la Ville avait en octobre 1918 racheté une briqueterie. Le chaume pour la fabrication des toits fait également défaut et une commande passée en Hollande ne procure pas les quantités suffisantes. Si bien que la Heimag se résout à poser des toits brevetés, pour lesquels il faut des clous. Mais le wagon de clous vendu par un quincaillier de Hambourg à un concurrent d’Altona (la société de construction a l’obligation de faire appel à des entreprises et fournisseurs d’Altona) est une déception : les clous sont trop courts. Si bien que la pose de ces toits de fortune s’est révélée une véritable plaie durant les premières années. En effet, le problème majeur étant la pénurie de tuiles en S, introuvables16, la Gagfah a recours, pour couvrir les maisons, à des expédients défectueux qui provoqueront nombre de litiges avec les habitants. Par ailleurs, la valeur fluctuante du mark ne permet pas à la Heimag Altona de tirer des conclusions financières ; tout juste estime-t-elle en mars 1920 que le prix de vente des maisons est de douze fois supérieur à ce qu’il était en 1914. Tant que la valeur du mark n’est pas stabilisée, elle se refuse à vendre les maisons et il faut attendre 1922 pour que les contrats de vente soient conclus entre la Heimag et les occupants17. Lors de ces années de rodage, en 1919 et 1920, la Heimag Altona construit 478 logements, dont 367 maisons, 38 appartements, 54 logements dans des foyers pour célibataires (en fait attribués en grande partie à des familles sans abri) et 19 logements attenant à des commerces. Cette première tranche, qui couvre une vingtaine d’hectares, comprend aussi onze commerces et un restaurant avec salle de réunion. L’attribution des logements semble préparée dans des conditions contestables. Les candidats venant déposer une demande de maison individuelle confondent le bureau de la Gagfah avec l’Office municipal du logement qui l’héberge, si bien qu’ils sont préalablement dépêchés à Hambourg prendre une adhésion à une organisation d’employés. Finalement, la Ville aura son mot à dire. Malgré le relatif succès de l’opération, les différents contentieux entre la Heimag et la Ville provoquent le retrait de la société de construction, qui ne conserve que les maisons de la rue Emmich. La Ville gère le reste et confie la poursuite du projet à la société de construction municipale qu’elle crée en 192218.

Cité-jardin d’Altona-Steenkamp, extension par la Gagfah, 1920 : le jardin avec son cabanon.

20Malgré ce hiatus, la cité de Steenkamp constitue un maillon essentiel de l’histoire des cités d’habitation en Allemagne, car elle est, avec Hellerau (ill. 24) et Staaken (ill. 28), l’un des trois prototypes construits avant et pendant la Première Guerre mondiale, même si sa notoriété est moindre. Bien que la Gagfah s’en soit rapidement retirée, cette cité revêt une importance considérable, par sa valeur d’expérimentation comme par son succès public. L’évolution de la conception de la cité-jardin est indissociable du parcours d’Hermann Frank, instigateur et premier codirecteur de la Gagfah. Outre l’affinement typologique et la simplification architecturale des maisons, la Gagfah, instruite par la rapide dégradation de certaines parties du bâti et les graves litiges opposant le maître d’ouvrage aux occupants, tire de cette expérience une leçon essentielle : n’employer pour la construction que des matériaux d’excellente qualité.

La cité emblématique de la Gehag : le « Fer à cheval »

21À la différence de la Gagfah, qui prolonge et systématise des expériences menées avant guerre et ayant fait leurs preuves, la Gehag, pour relever le défi de l’habitat de masse, est à la recherche de solutions radicalement novatrices. Elle se place dans une situation où tout est simultanément à expérimenter : l’immeuble-barre, le logement minimal, la préfabrication, la rationalisation du chantier, la forme architecturale. Dans ce contexte, l’engagement personnel des architectes joue un rôle décisif, leur réponse n’étant portée par aucune tradition, aucun organisme préexistants. Lorsque la Gehag nouvellement créée obtient la commande d’un millier de logements à Berlin-Britz, elle va en faire le banc d’essai de toutes ses conceptions constructives, architecturales et sociales. Ce coup d’essai est un coup de maître, dans la mesure où la cité du Fer à cheval (Hufeisensiedlung) suscite admiration et intérêt, mais il marque en même temps, pour ce qui est de l’industrialisation de la construction, les limites de l’économie communautaire défendue par les socialistes.

L’expérience préalable de Bruno Taut et Martin Wagner

22Avant de présenter la cité du Fer à cheval, nous allons revenir sur l’expérience architecturale de ses deux auteurs en matière de logement social : Martin Wagner et Bruno Taut, son complice à la Gehag, que nous avons déjà rencontrés. En effet, les deux hommes font partie des rares architectes d’avant-garde à posséder une expérience en matière de logement social : Taut, en raison de son engagement avant guerre dans le mouvement pour la cité-jardin, et Wagner, en tant qu’édile d’une commune non encore incorporée au Grand-Berlin.

  • 19 Cette importance de Theodor Fischer dans le parcours de Taut a été mise en relief par B. Zöller-St (...)

23Le premier contact de Taut avec le logement ouvrier remonte à son apprentissage chez Theodor Fischer, chez qui il est parvenu à entrer en 1904 et qu’il considérera toujours comme son maître19. Il y est notamment chargé de la maison pour contremaître de la cité patronale construite entre 1903 et 1915 à Gmindersdorf près de Reutlingen : il s’agit de son premier contact avec la typologie de la maison en bande. Par ailleurs, Taut s’intéresse au mouvement pour la cité-jardin et participe en 1910 à un voyage d’études organisé en Angleterre par la Société allemande pour la cité-jardin, qu’il découvre à cette occasion et dont il devient architecte-conseil. En 1912, il visite la cité-jardin Reform, qui vient d’être mise en chantier à Magdebourg. Le projet le séduit à un tel point qu’il décide de s’y impliquer, en réponse à la demande des ouvriers des industries sidérurgiques Krupp, pour la plupart sociaux-démocrates, qui avaient en 1908 fondé la coopérative éponyme. Malgré l’hostilité de la municipalité à la construction d’un « bastion rouge », ils étaient en 1911 parvenus à construire une vingtaine de logements sous la direction d’un maître maçon, mais souhaitaient désormais l’aide d’un architecte. Taut conçoit donc les plans d’une centaine de logements modestes. L’architecture de la cité est d’une très grande simplicité ; seuls les crépis colorés souhaités par les habitants lui confèrent un aspect spectaculaire.

  • 20 F. Bollerey et K. Hartmann, « Bruno Taut. Vom phantastischen Ästheten zum ästhetischen Sozial(idea (...)
  • 21 Zeitschrift für Wohnungswesen, a. 12, 1913-1914, p. 35, cité par E. Meyer, Paul Mebes..., op. cit. (...)

24Taut approfondit cette première expérience en collaborant à la construction de la cité-jardin de Falkenberg, due à l’initiative de plusieurs membres de la Société allemande pour la cité-jardin20. La grande exposition d’urbanisme qui se tient à Berlin en 1910 incite cette dernière à faire la démonstration du bien-fondé de ses thèses par l’aménagement d’une cité-jardin à Berlin, dont les objectifs sont ainsi formulés : « Apporter la preuve, par un ensemble modèle de types de petites maisons, que l’idée de cité-jardin est réalisable à Berlin, la faire connaître à de larges cercles et habituer à la vie dans une maison individuelle21. » Taut conçoit en 1912 le plan de masse et les plans types pour les maisons. La rue principale, dont la courbure suit la géographie du terrain, croise plusieurs voies, dont l’une mène au point le plus haut du terrain, souligné par des maisons formant un demi-cercle. La pente qui en descend est aménagée en parc. Au centre de la cité, une voie si large qu’elle est presque une place et forme l’artère commerçante de la cité-jardin. Elle conduit à une école avec gymnase et, de là, à une église dont le clocher constitue un point de repère dans la cité. Le projet distingue entre rues de circulation et rues d’habitation, plus étroites et dépourvues de trottoir. Les mille cinq cents logements prévus peuvent accueillir environ sept mille habitants. La première tranche, située autour de la cour aux Acacias (Akazienhof) et le long d’une voie tautologiquement nommée rue de la Cité-jardin (Gartenstadtstrasse), est mise en chantier en 1913. La cour aux Acacias forme une cour d’habitation (Wohnhof) telle que la propageait le mouvement anglais pour la cité-jardin : on la trouve déjà dans les villages industriels de Robert Owens. Elle forme une impasse, ce qui permet d’éviter le passage de voitures, favorise les jeux des enfants et garantit la sécurité des piétons.

Cité Lindenhof, Berlin-Schöneberg : plan de masse, 1919, M. Wagner et B. Taut arch.

25Une trentaine de plans types forment une combinatoire de une à cinq pièces, dont les surfaces utiles s’étagent entre quarante et cent mètres carrés. Avec ces types, Taut met au point une typologie de l’habitation qui, si elle s’affinera, est d’ores et déjà définie dans ses grandes lignes. Le prototype « tautien » de la petite maison située dans une rangée comprend deux pièces au rez-de-chaussée, deux chambres, dont une petite, et une salle de bains avec W.-C. à l’étage. La porte d’entrée de la maison ouvre sur le départ de l’escalier, en face, et latéralement sur la pièce de séjour, qui commande l’accès à la Wohnküche. Cette Wohnküche relativement spacieuse donne sur le jardin, pour des raisons pratiques d’économie domestique. Nous verrons que ce plan, avec des dimensions un peu modifiées, sera, dix ans plus tard, toujours utilisé par Taut : le type n° 3 de la cité du Fer à cheval en est un exemple.

  • 22 B. Kampffmeyer et A. Otto, « Die architcktonische Einheitlichkeit in der Siedlung Falkenberg bei G (...)
  • 23 L’erker, fenêtre en encorbellement formant saillie en façade, est un motif architectural omni- pré (...)
  • 24 D’après Vorwärts, 23 octobre 1910, cité par B. Zöller-Stock, Bruno Taut..., op. cit., p. 45.

26En ce qui concerne l’architecture de la cité, une commission composée de Peter Behrens, Theodor Goecke et Hermann Muthesius définit les principes architecturaux de la cité-jardin de Falkenberg22 : vertu de l’angle droit dans la conception du plan, simplicité de l’élévation, exclusion des tourelles et des toits compliqués, mansardés en particulier. De même, les experts du Werkbund rejettent la décoration, l’emphase tant monumentale que romantique — colonnes classiques comme colombages à l’ancienne. Taut renonce aux éléments de décor empruntés à l’architecture des villas, alors très appréciés pour les maisons modestes (erker23, tourelle, enjolivements du toit). Pour les maisons à deux étages pleins, Taut joue sur les vides et les pleins de la façade : l’entrée et la lucarne qui la surmonte sont en retrait, alors qu’une pergola, signalant la porte d’entrée, forme saillie par rapport au reste de la façade. Les crépis colorés, blanc, rouge clair, vert olive, bleu vif, ocre clair, valent à la cité le surnom de « boîte à couleurs » (ill. C13 à C15). Les variations du plan ont pour vocation de correspondre à des trains de vie divers, en vue du mélange de différentes couches sociales et d’une solidarité transcendant les classes. Les plans de février 1915 améliorent le dispositif de base : la Wohnküche est scindée en cuisine et salle à manger, l’étage comprend une chambre supplémentaire. Comme à Magdebourg, l’exemplarité de la cité doit s’étendre à l’aménagement intérieur : une maison présentant une collection de meubles ouvriers est ouverte au public24. Telle quelle, la cité-jardin Falkenberg constitue l’un des exemples les plus aboutis de cités d’habitation conformes aux mots d’ordre de la réforme du logement, construits avant la Première Guerre mondiale, identifiée comme telle même si ses crépis colorés font l’objet d’une polémique. Cette nouvelle version du logement ouvrier répond à des normes de confort et d’hygiène élevées, et promeut une conception architecturale exigeante et de qualité. Fort de ces trois expériences préalables, Taut supervisera la réalisation de quelque dix mille logements sur les cent trente-cinq mille construits entre 1924 et 1930.

  • 25 Sur la cité de Lindenhof, voir L. Scarpa, Martin Wagner und Berlin. Architektur und Städtebau in d (...)

27Quant à Martin Wagner, lorsqu’il est en 1918 nommé directeur des services de construction de la commune de Schöneberg (incorporée au Grand-Berlin en 1920), il est chargé de la construction d’une cité d’habitation, Lindenhof (la cour aux Tilleuls). A l’origine, les édiles de Schöneberg avaient prévu pour les cinq cents logements projetés des immeubles de quatre étages ; Wagner les transforme en petits immeubles de quatre logements seulement et en maisons individuelles avec jardin cultivable. Au cœur de la cité, il aménage un parc avec deux étangs (ill. 69). Cette cité lui permet de s’essayer à la typisation des plans, au nombre de deux. La monotonie est évitée par le jeu sur les erkers, les loggias et les entrées en saillie. Leberecht Migge et Bruno Taut collaborent à la conception de Lindenhof : Taut conçoit le foyer pour célibataires avec restaurant et cinéma en forme d’accolade : tel un portail aux accents expressionnistes, il marque l’entrée de la cité (ill. 70). Pour Wagner, il forme le lien avec le monde extérieur, dont la cité se distingue. Le plan de masse, qui souligne les bordures extérieures du terrain par un mur de maisons, exprime cette volonté d’une communauté hors la ville, en contact avec la nature par la culture du jardin. La cité, financée par des fonds publics, est gérée par l’association des locataires fondée en avril 1920. Pour Wagner, la cité de Lindenhof est une expérience essentielle, au croisement du réformisme d’avant-guerre et de la rationalisation de la construction qu’il tentera de promouvoir dans les chantiers des années 1920. Au moment de la création des entreprises de construction syndicales, elle constitue sa référence25.

Cité Lindenhof, Berlin-Schöneberg, 1918-1921 : jardins et immeuble d’entrée, M. Wagner et B. Taut arch. (photo d’époque).

Concilier industrialisation du bâtiment et valeurs communautaires

  • 26 La cité du Fer à cheval, très connue, a fait l’objet de nombreux articles à l’époque et de recherc (...)

28Lorsque, à l’hiver 1924, la Ville de Berlin décide de financer pour la première fois une grande cité d’habitation, comprenant deux mille logements, au moyen d’hypothèques provenant du produit de l’impôt sur les loyers, la filiale berlinoise de la Dewog décide de faire la démonstration des thèses défendues par la ligue des maîtres d’ouvrage proches des syndicats libres, et notamment d’illustrer son slogan de rationalisation26.

  • 27 Sur le contexte politique municipal et les péripéties de l’attribution du chantier, voir A. Jaeggi(...)

29La cité est construite sur un terrain agricole de six cents hectares situé au sud de l’arrondissement de Neukölln. La Ville vend pour un prix modique la partie occidentale du terrain à la Gehag, la partie orientale revenant à une autre société de construction, la DeGeWo (Deutsche Gesellschaft zur Förderung des Wohnungsbaus), chacune devant construire un millier de logements27. En février 1925, la mairie d’arrondissement élabore un plan d’aménagement assez proche des conceptions développées par Wagner et Taut pendant la guerre, en particulier par la générosité des espaces verts qu’elle prévoit. Elle prescrit des immeubles à trois niveaux le long des grands axes et des maisons à deux niveaux à l’intérieur de la cité. Les deux premières tranches de construction de la cité de la Gehag s’étendent sur la partie du terrain bordée à l’est par Grüner Ring (aujourd’hui Fritz-Reuter-Allee), de forme légèrement incurvée, la Kirschallee (Parchimer-Allee) au sud, Stubenrauch Ring (Blaschkoallee) au nord. La cité de la DeGeWo est située à l’est de Grüner Ring et s’étend jusqu’à Rudower Allee (aujourd’hui Buschkrug Allee). Le terrain n’étant pas viabilisé, Wagner obtient de la Ville l’autorisation de projeter dans le même temps voirie et constructions. La réduction de la largeur des voies intérieures à la cité, en dérogation à la réglementation, permet de substantielles économies.

30Le projet mêle immeubles collectifs et maisons individuelles en bandes, dus pour l’essentiel à Taut, architecte-conseil de la Gehag, ainsi qu’à Wagner, directeur de la Société de construction et architecte de formation, dont la contribution a longtemps été sous-estimée. Au centre du terrain, un étang occupe le creux d’une dépression. Taut en fait le coeur du lotissement et le souligne par un immeuble de quatre niveaux en forme de fer à cheval, long de 350 mètres. Vers l’ouest, l’architecte articule sur une légère hauteur un losange de maisons en bandes, baptisé Hüsung (en bas allemand, Hus signifie maison). Des rangées de maisons en bandes, groupées de part et d’autre des rues intérieures de la cité, rayonnent à partir des deux motifs centraux, fer à cheval et losange. Au nord, un second étang est intégré à l’espace vert servant d’aire de jeu. C’est la seule irrégularité dans l’organisation de la cité, qui semble attirée par son aimant central. Pour accentuer encore cette impression, le plan ne se conforme pas à la convention selon laquelle le nord est en haut, de façon à présenter le fer à cheval comme le centre de gravité de la cité (ill. C16 et 71).

Gehag, cité du Fer à cheval, Berlin-Britz : maquette des deux premières tranches de construction, 1925-1916, M. Wagner et B. Taut arch.

Gehag, cité du Fer à cheval, Berlin-Britz : immeuble le long de la rue Stavenhagener, 1927, M. Wagner arch. (photo A. Köster).

  • 28 C. Hoh-Slodczyk, « Siedlungsbau als Aufgabe und die Antworten der Architekten », dans N. Huse (dir (...)
  • 29 Idem, p. 33-35.

31Sur son pourtour extérieur, la cité de la Gehag est bordée, le long de Grüner Ring, d’immeubles à quatre niveaux surnommés le Front rouge (Rote Front) et, le long de Kirschallee, par quatre barres identiques. Au nord, l’immeuble de clôture est conçu par Martin Wagner (ill. 72) comme un mur d’enceinte, avec ses cages d’escalier en forme de tourelles et ses angles surélevés évoquant des bastions28. Le « Front rouge » (ill. C17) fait face à la « sentimentalité romantique » (B. Taut) de la cité d’habitation pour fonctionnaires construite par la DeGeWo. Les deux « murs », celui de Wagner et celui de Taut, cherchent à défendre contre l’extérieur la collectivité des habitants, perçue comme antagoniste du reste de la société29. Toutefois, le Front rouge s’interrompt pour marquer l’entrée de la cité, encadrée par deux bâtiments bas et de couleur blanche, tels deux pavillons accueillant l’un une pâtisserie et l’autre le bureau de l’Einfa qui gère la cité (ill. 73). Ainsi protégée, la cité s’oriente vers son centre. De nombreux auteurs ont souligné la réminiscence de la pensée utopique de Taut dans ce dispositif spatial, avatar d’Une couronne pour la ville qu’il a publiée en 1919, tout à la fois centre social et lieu d’une nouvelle religiosité. Sa fonction d’aimant est certes une réminiscence du diagramme d’Ebenezer Howard, mais la Gehag exploite sa connotation populaire de porte-bonheur : en le tournant vers le soleil levant, elle l’investit d’une promesse de vie meilleure, plus solidaire. Cet élément d’utopie sociale se retrouve dans le choix du nom du second étang, au demeurant asséché pendant les travaux : le terme de « paradis » se situe dans la tradition des coopératives ouvrières et des colonies de jardins ouvriers.

Gehag, cité du Fer à cheval, Berlin-Britz : l’immeuble en fer à cheval, B. Taut arch., 1926-1927 (photo A. Köster).

Gehag, cité du Fer à cheval, Berlin-Britz : maisons en bande rue Paster-Behrens, B. Taut, arch., 1926-1927 (photo A. Köster).

32Dans l’espace délimité par les immeubles qui longent le pourtour du terrain et l’immeuble en fer à cheval de part et d’autre du losange, des rangées de maisons individuelles sont agencées conformément aux préconisations du mouvement pour les cités-jardins : jardins attenants, alignement non rectiligne, toits en pente simple, dans le respect de la tradition du Brandebourg et de son architecture vernaculaire. Les 472 maisons, construites en briques, sont crépies de différentes couleurs : rouge, jaune et bleu (ill. C18). Les maisons en bandes sont alignées avec des variations et des effets de paires et de miroirs fuyant tout ordonnancement systématique (ill. 74). L’encadrement de briques unit les deux maisons en miroir. La simplicité de l’architecture est conforme aux aspirations du mouvement pour la cité-jardin, de même que le décrochement de l’alignement.

33Pour les immeubles collectifs en revanche, l’architecture de Taut veut exprimer le principe de la série. Le long de l’avenue principale, il conçoit un front uni d’immeubles, rouges et à toit plat, face à la cité de la DeGeWo. Le même motif y est répété trente-deux fois — si bien que le Front rouge a été surnommé la Muraille de Chine (ill. C17). Les autorités berlinoises ont tenté de s’opposer réglementairement, et même physiquement, à l’achèvement du Front rouge, en saisissant le prétexte du toit plat. Lin autre motif de l’architecture de Taut consiste à distinguer l’étage sous le toit des étages courants au moyen de la couleur, cette bande colorée mettant en valeur les percements carrés spécifiques. À Britz, cette bande bleue a pour fonction de rapetisser visuellement les immeubles et d’unifier à ce niveau la succession d’éléments répétés (ill. C19). Ce bleu de l’étage sous le toit et l’utilisation de la brique contribuent à donner un aspect homogène à la cité, malgré le contraste entre immeuble collectif et maisons en bande.

34À la différence des immeubles, les maisons individuelles reçoivent un toit en pente, pour des raisons décrites comme économiques et culturelles. Pour Taut en effet, il s’agit d’une forme traditionnelle, sans connotation historiciste, exprimant la simplicité traditionnelle de l’habitat rural allemand. Le caractère de l’immeuble urbain, sur le pourtour de la cité, s’oppose au caractère villageois de l’espace intérieur, proche du parc et de l’environnement de nature de la cité. L’alliance des deux doit témoigner que la nouvelle architecture réunit la ville et la campagne. Le motif du balcon, très présent dans la cité, participe, indépendamment de ses qualités plastiques, de la même démarche. Au revers des « murailles », des balcons doubles prolongent les logements vers l’intérieur de la cité : la saillie qu’ils forment est rehaussée par la couleur. Chez Wagner, le bleu dont ils sont revêtus tranche sur la façade blanche ou jaune pâle ; chez Taut, leur blancheur tranche sur le brun-rouge du Front rouge. De même les loggias du fer à cheval sont-elles mises en valeur par un encadrement de brique rouge ou un fond peint en bleu.

35Comme à la Case de l’Oncle Tom, l’architecte-paysagiste Leberecht Migge est sollicité pour aménager les extérieurs de la cité : espaces verts publics et jardins privés. Toutefois, à la différence de Zehlendorf, le terrain n’est pas boisé, à l’exception des bosquets d’acacias situés au nord de la cité. Toutes les maisons, les appartements en rez-de-chaussée et quelques-uns situés en étage ont un jardin, conçu à la fois comme jardin d’agrément et comme jardin potager. Migge en développe quatre types, respectivement à dominante de légumes, de pelouse, de fleurs ou d’arbres fruitiers.

  • 30 W. Brenne, « Wie die Siedlungen gebaut... », op. cit., p. 47.

36En 1925, la Gehag se lance dans ce chantier d’un millier de logements, qui représente 11 % de la production totale de logements à Berlin cette année-là. La première tranche, commencée en octobre 1925, accueille les premiers habitants en septembre 1926. Elle comprend 500 logements, dont 300 appartements et 200 maisons. La deuxième tranche, de 527 logements (255 appartements, 272 maisons), lancée en juin 1926, est achevée en mai 1927. Wagner cherche à abaisser les coûts de construction en jouant sur trois facteurs : la limitation du nombre de plans, l’emploi d’éléments de construction standardisés et l’organisation rationnelle du chantier. Les plans des logements, théoriquement limités à quatre types, se conforment aux prescriptions de la Société berlinoise d’encouragement au logement. En effet, l’opération est financée pour plus de la moitié par des prêts hypothécaires provenant de l’impôt sur les loyers, auxquels s’ajoutent des hypothèques supplémentaires, le tout attribué par la Société berlinoise d’encouragement au logement. Nous y reviendrons au prochain chapitre. Cette typisation est relayée par la standardisation de certains éléments de construction. En particulier, Taut conçoit un escalier, réutilisé pour la Case de l’Oncle Tom et comptant au nombre des éléments standard de la Gehag. L’effort de standardisation porte également sur les portes et les fenêtres30, mais nous verrons au chapitre VII que le chantier, confié à différentes entreprises du bâtiment, sociales pour la plupart, ne peut en fait être rationalisé dans les proportions souhaitées par Wagner. La construction en panneaux de béton préfabriqués qu’il aurait souhaitée n’étant d’aucun intérêt pour la myriade de petites entreprises artisanales concernées, la technique de construction demeure la maçonnerie traditionnelle.

37L’architecture veut également exprimer des valeurs telles que le progrès, la solidarité et l’égalité. Le motif central de la cité, le fer à cheval, dont la Gehag fera son emblème, symbolise la fraternité et la dignité du travail chères aux guildes de bâtisseurs et célébrées non seulement par l’architecture, mais aussi par les fêtes du travail que les syndicats organisent chaque année dans la cité. La célébration de ces valeurs se révèle toutefois contradictoire avec la constatation de Wagner selon laquelle seules les très grandes entreprises gérées industriellement sont capables, par la mécanisation et l’investissement dans des engins de chantier, de mener une production de masse. Ce semi-échec de la rationalisation de la construction de la cité de Britz entraîne le départ de Martin Wagner. Par la suite, la cité du Fer à cheval est étendue par tranches, d’abord à l’est de Rudower Allee (1927-1929), puis au sud de Kirschallee (1929-1933).

38À Britz, si le chantier industriel demeure un rêve, l’architecture de la cité cherche néanmoins à représenter symboliquement la façon dont construire rationnellement. Cette nouvelle expression architecturale, qui refuse les éléments de décoration, veut apparaître dans toute sa pureté, tel un avion, une locomotive ou un moteur. La rationalisation est devenue un principe esthétique de la nouvelle culture architecturale. Dès son achèvement, la cité connaît la célébrité en Allemagne et au-delà, tant en raison de l’efficacité du motif du fer à cheval qu’en raison de son caractère programmatique pour la nouvelle architecture.

La Heimat et Paul Mebes : la cité de la Spree

  • 31 Cf. chapitre I, n. 70.
  • 32 Sur Paul Mebes et l’architecture de l’habitation, l’ouvrage de référence est E. Meyer, Paul Mebes. (...)

39Nous avons vu que la Heimat n’a pas eu d’architecte maison, mais qu’à Berlin, elle a entre 1925 et 1933 confié le tiers de ses projets à l’architecte Paul Mebes. Le parcours de Mebes illustre de façon exemplaire l’évolution de l’architecture allemande au cours du premier tiers du xxe siècle, car son œuvre est successivement traversée par tous les courants novateurs de la période. S’il est surtout connu pour le livre, déjà mentionné, qu’il a publié en 1908, « Autour de 180031 », il a également construit sans interruption, de 1906 à 1938, plusieurs milliers de logements pour le compte de coopératives ou de sociétés de construction d’utilité publique à Berlin. Seul Bruno Taut a exercé une influence comparable sur l’architecture de l’habitation à Berlin, et encore sur une période plus brève. L’œuvre de Mebes, quantitativement très importante, a concerné des programmes divers, mais nous nous limiterons à présenter ses réalisations en matière de logement32.

Mebes et l’habitation du fonctionnaire

40Sa carrière commence au service de la plus puissante des coopératives de construction actives à Berlin au début du siècle, la Société berlinoise pour l’habitation des fonctionnaires (Beamten-Wohnungs-Verein zu Berlin), qui le recrute en 1906. Créée en 1900, cette société est exclusivement composée de fonctionnaires, dont l’apport, 300 marks, est relativement élevé, si on le compare à celui requis par les coopératives de construction, qui oscille entre 20 et 100 marks. En dépit de cet obstacle, elle connaît un vif succès : de près de trois cents l’année de sa création, le nombre d’adhérents s’élève à quatre mille six mois plus tard et atteint en 1905 le nombre record de dix mille. Après cette date, le dynamisme de la promotion privée à Berlin fait décroître le nombre de membres. Parrainée par de hauts fonctionnaires, favorisée par l’administration, la société parvient à édifier, entre 1900 et 1906, quelque 1 800 logements sous la forme d’immeubles collectifs implantés sur le pourtour d’une vaste parcelle, autour de cours spacieuses. En 1905, l’activité de la société de construction a pris une telle ampleur que la gestion bénévole ne suffit plus : un directeur architectural est embauché pour diriger le bureau technique, qui emploie une douzaine d’architectes et de chefs de chantier. La Société berlinoise pour l’habitation des fonctionnaires est en effet la première société de construction d’utilité publique à avoir un bureau d’architecture intégré. La candidature de Paul Mebes est retenue : il restera en fonctions de 1906 à 1922. De 1906 à 1912, Mebes édifie pour la société de construction huit opérations, totalisant quelque mille trois cents logements, dans des immeubles de trois à cinq étages, sans typologie urbanistique nettement repérable. Les appartements, de deux ou trois pièces, sont dotés d’un équipement inhabituel à l’époque : salle de bains, W.-C., cuisinière à charbon et à gaz. De plus, les logements offrent un confort équivalent quels que soient l’étage et le corps de bâtiment, à la différence des casernes locatives traditionnelles. En 1910, sa participation à la Grande Exposition d’urbanisme le fait connaître. Sont particulièrement admirées les deux solutions alternatives au mode de lotissement habituel à Berlin qu’il a expérimentées à Steglitz en 1907-1908 (ill. 77) et à Niederschönhausen en 1908-1909 (ill. 76), avec leurs rues privatives au tracé non rectiligne qui aèrent et dédensifient l’îlot berlinois. Nous avons vu au chapitre précédent que l’opération de Niederschönhausen est l’exemple choisi par Bechly pour illustrer, à la demande des syndicats d’employés réunis pour créer une société de construction, ce que pourrait être un immeuble d’habitation pour les employés.

P. Mebes : ensemble d’habitations à Berlin-Steglitz, Société berlinoise pour l’habitation des fonctionnaires, 1907-1908, vue cavalière et plan de masse.

41Cependant, malgré le succès rencontré par ces deux opérations, le souhait se fait jour parmi les membres de la Société berlinoise pour l’habitation des fonctionnaires d’habiter dans une maison individuelle. Pour répondre à ce vœu largement partagé, la Société demande en 1910 à Mebes d’élaborer des plans de maisons individuelles en bandes, avec des superficies et des distributions différentes. Les propositions de Mebes font, au mois de juin 1911, l’objet d’une exposition d’une semaine, ouverte à tous les fonctionnaires. Les visiteurs sont invités à indiquer sur un questionnaire le type de maison et le quartier souhaités. Les dix types conçus par Mebes ont deux niveaux, cave et grenier, jardin de devant et jardin de derrière. La largeur varie entre six mètres et neuf mètres cinquante, la profondeur de neuf mètres cinquante à douze mètres. Au sous-sol, cave et buanderie ; à l’étage deux ou trois chambres et salle de bains avec W.-C. ; sous le toit, grenier et petite chambre. Les différences les plus nettes concernent l’organisation du rez-de-chaussée. L’entrée, sas minuscule dans les types les plus modestes, se dédouble ensuite en pièce jouant le rôle de tambour et vestibule. Quant aux pièces de séjour, elles se multiplient et se spécialisent au fur et à mesure que l’on monte dans la gamme. La salle à manger a alors un lien privilégié avec la cuisine. Il est intéressant de noter que la cuisine est une entité spatiale autonome dès le type le plus modeste : la Wohnküche populaire est incompatible avec le standing du fonctionnaire. L’enquête montre une préférence pour les trois types les plus petits, dont les annuités sont comprises entre 650 et 850 marks (les types n° 10 coûtant 1 500 marks par an).

P. Mebes : immeuble à Berlin-Niederschönhausen, Société berlinoise pour l’habitation des fonctionnaires, 1908-1909, publié dans la brochure « Le Foyer de l’employé ».

42Les trois quarts des fonctionnaires interrogés souhaitant habiter dans les quartiers situés à l’ouest de Berlin, soit la zone résidentielle la plus recherchée de la capitale, la Société berlinoise pour l’habitation des fonctionnaires met en chantier la cité-jardin de Zehlendorf, qui sera construite en trois tranches entre 1913 et 1923. Pour Mebes, il ne s’agit à vrai dire pas d’une cité-jardin au sens défini par la Société allemande pour la cité-jardin (ce dont témoignent les guillemets dont il entoure systématiquement le terme de « cité-jardin de Zehlendorf »), mais d’une cité d’habitation située dans la zone résidentielle desservie par la gare de banlieue de Berlin-Zehlendorf, près du centre commerçant et scolaire du quartier. Le plan de masse cherche à créer une impression pittoresque, avec ses rues courbes qui s’élargissent pour former une place, conformément au processus ancien de formation des places en Italie décrit par Camillo Sitte. Les voies sont différenciées selon qu’il s’agit de rues de circulation (rues Schrock, Camphausen et Dallwitz) ou de voies résidentielles, plus étroites (rues Thiir, Radtke, Gertrud et Bismarck, Grenzpfad, Rotherstieg). Au total, trente-huit groupes de maisons comprennent deux cent soixante-quatorze logements de deux étages avec grenier. Les parcelles font en moyenne trois cents mètres carrés, le jardin de devant est profond de cinq mètres trente, celui de derrière de vingt à vingt-cinq mètres. Les maisons de la première tranche, construites de 1912 à 1914 le long des rues Camphausen, Berlepsch, Dallwitz et Thür, sont spacieuses et confortables. Au sous-sol, elles comprennent cave à provisions et buanderie ; au rez-de-chaussée, vestibule, W.-C., cuisine, salle à manger, pièce de séjour et véranda avec accès au jardin ; à l’étage, salle de bains avec second W.-C. ; sous le toit, grenier et Kammer. L’exemple d’une maison de quatre pièces et demie, de cent onze mètres carrés (sans compter la superficie du sous-sol et de l’étage sous le toit, ni du vestibule, de la salle de bains et des W.-C.), montre que les pièces sont généreusement dimensionnées : le séjour fait trente mètres carrés, la salle à manger vingt, la cuisine douze, les chambres une vingtaine chacune, la Kammer neuf. L’idée de Mebes, pour répondre à la demande des membres de la Société berlinoise pour l’habitation des fonctionnaires, est de concevoir les maisons de façon à procurer à leurs occupants l’impression d’« être maîtres chez eux », afin que les locataires se sentent propriétaires. Ce caractère individuel des maisons à l’intérieur d’une rangée est souligné par toute une série de moyens architecturaux (ill. 77). Les rangées sont fréquemment animées par des maisons en retrait ou en saillie, les portes d’entrée sont individualisées par le traitement différencié des impostes et la position alternée de la porte d’entrée par rapport à la façade : au centre ou située latéralement. En outre, Mebes joue sur les barrières des jardinets de devant, utilise parfois les gouttières comme encadrement, alterne persiennes et volets, groupe par deux certaines maisons, qu’il traite comme unité architecturale, par la lucarne-fronton, varie la hauteur des bandeaux (ou les supprime) et de la corniche, décline la gamme des lucarnes, emploie différents revêtements (crépi le plus souvent ou brique), ajoute ponctuellement un motif architectural comme la tourelle et le bow-window, s’amuse avec les fers forgés, prévoit parfois un petit emmarchement pour accéder à la porte, etc. La première tranche tend à susciter l’idée que la cité a été construite par plusieurs maîtres d’ouvrage et maîtres d’œuvre. Cette impression superficielle est au second abord démentie par la continuité des couvertures, souvent communes à différentes maisons et utilisant les mêmes tuiles, ainsi que par les clôtures.

P. Mebes : cité-jardin de Berlin-Zehlendorf, rangée de maisons rue Dallwitz, Société berlinoise pour l’habitation des fonctionnaires, 1912-1914 (photo d’époque).

P. Mebes : cité de la Spree supérieure, Berlin-Niederschöneweide, projet de maison pour quatre familles, Société berlinoise pour l’habitation des fonctionnaires, 1919, perspective.

  • 33 P. Mebes, « Das zweigeschossige Haus », Die Volkswohnung, a. 1, 1919, p. 167-170, cité par E. Meye (...)

43Par la suite, la guerre et les transformations sociales et économiques modifient profondément la philosophie de la « cité-jardin » de Zehlendorf. Les tranches de construction d’après-guerre tournent le dos aux vœux d’une clientèle aspirant à la maison bourgeoise du xixe siècle. L’espace et le luxe le cèdent à une modestie évoquant davantage la petite bourgeoisie. L’opulence des maisons de Zehlendorf ne résiste pas à l’ensemble des mesures prises par les pouvoirs publics en faveur du logement qui, si elles incitent à construire des maisons individuelles avec jardin, n’en prônent pas moins l’économie de la construction et la typisation des logements. L’expérience menée par Mebes pour les fonctionnaires de la capitale wilhelminienne le conduit après la Grande Guerre à prendre une position originale. En effet, voix discordante dans le consensus qui entoure la petite maison, Mebes considère que la seule forme architecturale cohérente avec le deux pièces-cuisine est le petit immeuble collectif33. À l’appui de cette thèse, il met en avant la cité de la Spree supérieure (Siedlung Oberspree) qu’il projette alors pour la Société berlinoise pour l’habitation des fonctionnaires. Dans cette cité, construite en 1920-1921, c’est l’ensemble de l’immeuble de deux étages, comprenant quatre petits logements de soixante-dix mètres carrés, qui est conçu comme une vaste maison bourgeoise, avec caves et greniers (ill.. 78). L’environnement planté offre les avantages du jardin, mais sans contraindre les occupants, âgés ou malades en particulier, au jardinage. Quelles que soient ses réticences envers la petite maison individuelle, la production de Mebes après la guerre comprend nombre de cités d’habitation avec des maisons, et ce pour le compte de différents organismes de construction, le plus souvent d’utilité publique.

P. Mebes : cité-jardin de Berlin-Zehlendorf, rue Radtke, Société berlinoise pour l’habitation des fonctionnaires, 1919-1921 (photo d’époque).

44La seconde tranche de la cité-jardin de Zehlendorf, qui comprend une soixantaine de maisons, ne retient que les plans les plus modestes de la typologie de 1910 ; la superficie moyenne de quarante mètres carrés est inférieure à celle de la première tranche. Dans le plan le plus fréquent (soixante-treize mètres carrés de surface habitable), salle à manger et salon sont réunis et forment une pièce de vingt-cinq mètres carrés, tandis que les chambres ont une superficie comprise entre dix et quinze mètres carrés. Désormais, Mebes utilisera fréquemment ce plan. Par ailleurs, il s’est rallié à l’architecture de la série, et les rangées de maisons de la deuxième tranche présentent une unité formelle accrue que l’on peut peut-être, avec Edina Meyer, interpréter comme une réaction positive à la découverte des cités de Falkenberg (ill. C13 à C15) et de Staaken (ill. 28). Les façades, lisses, sont peintes sur leur pourtour, en rouge pour les maisons situées aux extrémités, en jaune ou en bleu pour le reste de la rangée (ill. 79). Portes et fenêtres reçoivent la même couleur que le cadre de la maison. Il faut dire que Paul Mebes est, aux côtés de Bruno Taut, l’un des signataires de l’« Appel à l’architecture en couleurs » (Aufruf zum farbigen Bauen), sur lequel nous reviendrons au chapitre VII. Les entrées sont marquées par un perron couvert d’un auvent reposant sur des piliers en bois. Mebes réutilisera souvent ce motif, notamment dans la plus célèbre des cités qu’il construit pour la Heimat : la cité Sans feu ni fumée (Feuer- und Rauchlose Siedlung) à Steglitz.

45C’est avec le petit chantier de Fischtalgrund (à ne pas confondre avec la cité expérimentale du même nom, construite par la Gagfah en 1928), une vingtaine de maisons en bandes édifiées entre 1921 et 1923, que s’achève la collaboration de Mebes à la Société berlinoise pour l’habitation des fonctionnaires, contrainte, du fait de la piètre situation économique dans laquelle se trouve l’Allemagne, à ralentir son activité constructive. Avec ses toits en croupe et l’alignement de fenêtres identiques encadrées de persiennes bicolores, l’architecture de ce petit ensemble est directement inspirée des grands manoirs terriens du début du xixe siècle. Enfin, c’est pour la Wohnstättengesellschaft, Société de construction pour les fonctionnaires et les employés de l’administration publique, maître d’ouvrage pour lequel il a en 1921-1923 édifié la troisième tranche de la « cité-jardin » de Zehlendorf, que Mebes érige en 1923-1925 celle de ses cités qui connaîtra le plus grand retentissement dans la presse : la cité « am Heidehof ». Également située à Zehlendorf, elle est souvent considérée comme un exemple d’architecture expressionniste, avec ses motifs tirés de l’architecture gothique — passages en ogive, pignons triangulaires — et son parement de briques dont la cuisson inégale semble faire vibrer la surface. Avec ses huisseries blanches et ses persiennes vertes, cette réalisation évoque l’architecture de brique de l’Allemagne du Nord, dans l’esprit de ce que construisent Fritz Schumacher ou Fritz Höger à Hambourg. Cette cité est le dernier ensemble de maisons individuelles construit à Berlin par Mebes : sa production s’oriente ensuite vers les immeubles collectifs.

Mebes, architecte de l’employé

46Après la guerre, les maîtres d’ouvrage pour lesquels travaille principalement Mebes sont la Société pour l’habitation des fonctionnaires de Neukölln (Beamten-Wohnungs-Verein Neukölln), la Heimat et la DeGeWo. Sans renoncer à la variété formelle, son architecture se transforme et se simplifie. Le plan de masse de la plupart des cités et ensembles d’habitation qu’il construit après 1924 aligne les immeubles le long des bordures extérieures de la parcelle.

47L’une de ses réalisations les plus originales est l’ensemble de trois cents logements « Werrablock », édifié en 1924-1926 pour la Société pour l’habitation des fonctionnaires de Berlin-Neukölln. Le jeu sur les matériaux, dont l’alternance souligne les horizontales, intègre plusieurs éléments du vocabulaire « expressionniste » : petites fenêtres en ogive et saillies en pointe (ill. 80). D’une façon générale, l’architecture de Mebes dans les années 1920 suit deux tendances. La première consiste à se rapprocher des caractéristiques stylistiques développées par l’architecture moderne, que ce soit par la généralisation de la façade lisse ou l’adoption du toit plat, une volumétrie cubique, des saillies vitrées, comme dans les immeubles de la rue Rubens pour la Gemeinnützige Baugesellschaft Berlin-Heerstraße (1926-1928), dans ceux édifiés Innsbrucker Platz pour la DeGeWo (1926-1927), ou dans ceux de la rue Berg (Gemeinnutzige Baugesellschaft Berlin-Heerstraße, 1928-1929). La seconde tend plutôt à s’aligner sur une sorte d’architecture intermédiaire, de voie moyenne, entre les immeubles wilhelminiens traditionnels et la simplification des formes opérée par lavant-garde, comme à Prenzlauer Allee pour la DeGeWo (1927).

P. Mebes : cité Werrablock, rue Inn, Société pour l’habitation des fonctionnaires de Neukölln, 1924-1926 (photo d’époque).

48En choisissant de confier plusieurs de ses opérations berlinoises à Mebes, la Heimat choisit un architecte confirmé, ayant une longue pratique du logement destiné aux fonctionnaires. Cette expérience va désormais profiter aux employés, au cours d’opérations dont l’échelle ira croissant.

  • 34 « Die Spreesiedlung von Mebes und Emmerich », Die Wohnung, a. 6, n° 11, février 1932, p. 278-281.

49La troisième d’entre elles, la cité de la Spree construite en 1929-1930 à BerlinNiederschöneweide, montre le chemin parcouru depuis les ensembles conçus par Mebes pour les fonctionnaires. Elle comprend 384 logements d’une pièce et demie à trois pièces et demie, des magasins, une laverie collective et une installation de chauffage central. Le terrain, irrégulier, se situe de part et d’autre de la rue Hain, qui débouche au nord sur la rue Hasselwerder et au sud sur la rue Britzer. Il est bordé à l’est par la Spree, qui donne son nom à la cité. Le plan de masse cherche à ménager le plus de points de vue possibles sur la rivière : des barres en peigne sont placées perpendiculairement à la Spree, de façon à ce que l’immeuble longeant la rue Hain puisse également bénéficier de la vue (ill. 81). Lorsque ce n’est pas possible, Mebes aménage l’espace en jardins. Au demeurant, il préserve les arbres, tant le long des allées privatives menant à la rive que le long de la promenade bordant la Spree (ill. 82). Le socle des immeubles est revêtu de brique rouge, percé à intervalles réguliers de soupiraux. L’importancee la salle de séjour est mise en valeur par un dispositif à mi-chemin entre le bowwindow et la loggia vitrée, dont la superposition dans un avant-corps formant saillie est soulignée par la couleur blanche se détachant sur la façade courante, ocre (ill. C20). Au milieu courent les gouttières, qui jouent le rôle de divisions verticales. L’entrée des immeubles est soulignée par un cadre de béton brut évoquant le portique, et les percements adoptés pour les cages d’escalier, rectangulaires et bas, identifient les espaces communs des immeubles, souvent en légère saillie (ill. C21). Les façades arrière jouent sur le décrochement des volumes, les fenêtres tripartites et séparées par un unique petit bois horizontal étant identiques, tandis que les façades d’accès aux immeubles, plus plates, déclinent des percements différenciés, mais uniformément peints en blanc. La gamme colorée, blanc et ocre, a gagné en netteté par rapport à l’opération de construction que Mebes a précédemment menée pour la Heimat à Lichtenberg (rue Lincoln) et constitue une nouvelle étape vers la cité d’habitation blanche. Au total, le toit plat, la volumétrie orthogonale, le jeu coloré, l’importance de la surface vitrée, la mise en scène de la répétition situent cette réalisation de Mebes du côté du Neues Bauen : tout motif historiciste a disparu de cette architecture désormais égalitaire. Notons que la cité de la Spree fait en 1932 l’objet d’un article extrêmement élogieux de la part de la revue Die Wohnung, animée comme on le sait par les ténors de la Gagfah34.

P. Mebes : cité de la Spree, Berlin-Niederschöneweide, rue Hain, Heimat, 1929-1930, vue axonométrique.

P. Mebes : cité de la Spree, Berlin-Niederschöneweide, rue Hain, immeubles et espaces verts, 1929-1930 (photo d’époque).

P. Mebes : cité Sans feu ni fumée, Heimat, 1930-1934, plan de masse.

  • 35 P. Mebes, « Die Feuer- und Rauchlose Siedlung in Berlin-Steglitz », Wasmuths Monatshefte für Bauku (...)

50La plus grosse opération de construction menée par Mebes pour la Heimat prolonge cette tendance : il s’agit des quelque neuf cents logements de la cité Sans feu ni fumée, répartis dans des immeubles de quatre niveaux construits à Berlin-Steglitz, entre 1930 et 1932. Le plan de masse (ill. 83), conçu par Mebes en concertation avec la mairie d’arrondissement, aligne une série d’immeubles de part et d’autre de Munsterdamm, tandis que huit barres, parallèles les unes aux autres et distantes de vingt-sept mètres, sont perpendiculaires à Immenweg et à la rue Mariendorfer (aujourd’hui Steglitzer Damm ; ill. 84). C’est l’architecte Heinrich Straumer qui conçoit les immeubles en bordure de Munsterdamm, tandis que les barres sont dues à Mebes. L’école prévue au nord du terrain, de l’autre côté du vaste espace vert central, n’a finalement pas été construite. Les buanderies situées entre les barres le long d’Immenweg sont figurées en gris ; des magasins terminent la barre plus courte. Pour cette cité, Mebes a renoncé aux cages d’escalier en saillie ; les entrées sont simplement marquées par un auvent reposant sur deux piliers. Les plans des logements sont tous identiques, à l’exception de ceux de deux des immeubles-barres : deux appartements par palier, l’un de deux pièces, l’autre de deux pièces et demie. Mais si les plans sont habituels, l’innovation réside dans l’équipement « tout-électrique » des logements : ainsi que le signifie le surnom de la cité, les cuisinières à charbon et à gaz ont disparu au profit d’appareils électriques. Le chauffage central et l’eau chaude sont fournis par l’usine de chauffage de Steglitz. Les buanderies situées dans les intervalles entre les barres bénéficient également d’un équipement dernier cri. Le plus grand soin est apporté aux espaces verts de la cité, d’autant que la cité est dispensée de ménager des chemins d’accès aux camions de pompiers. Chaque logement dispose d’une loggia accessible de la salle de séjour. Groupées par deux, dotées de garde-corps rehaussés de couleurs vives, ces loggias animent la façade arrière de chaque barre35.

P. Mebes : cité Sans feu ni fumée, Heimat, 1930-1934, deux barres perpendiculaires à la rue Mariendorfer (photo d’époque).

51Le parcours de Mebes contribue à brouiller le profil de la Heimat, aux options architecturales nettement moins théorisées que celles de la Gehag et de la Gagfah. Mais il est clair que les cités qu’il construit pour la Heimat constituent l’aboutissement d’une trajectoire, qui mène de la forte individualisation de l’habitation du fonctionnaire wilhelminien à une architecture collective exprimant l’anonymat de la condition des employés. Le logement social que conçoit Mebes pour le nouveau Mittelstand est à ce titre symptomatique de l’évolution sociale.

  • 36 G. [H. Gerlach], « Berliner Wohnungsbauten von Mebes und Emmerich », Die Wohnung, a. 4, n° 2, mai (...)

52Paul Mebes semble métaphoriquement faire le lien entre l’architecture de la Gagfah et celle de Bruno Taut pour la Gehag. En effet, dans une situation de rivalité des courants architecturaux régionaliste et fonctionnaliste, Mebes montre des affinités et avec la Gagfah et avec Taut. D’un côté, Mebes et Gerlach (l’architecte en chef du service Construction de la Gagfah) sont tous deux membres du comité de rédaction de la revue Die Wohnung-, Mebes est l’un des architectes invités en 1928 par la Gagfah à participer à la cité de Fischtalgrund ; Gerlach publie un article élogieux sur les cités que Mebes construit pour la Heimat36. De l’autre côté, en dépit de sensibilités différentes, la complicité entre Mebes et Taut date de leur appartenance commune au Werkbund, auquel Mebes adhère en 1912 ; elle est renforcée par le fait qu’ils assument conjointement la direction de l’exposition Miama (Mitteldeutsche Ausstellung für Siedlung, Sozialfürsorge und Arbeit) à Magdebourg en 1922 et par leur collaboration à la construction en 1929-1931, pour la coopérative Eintracht (« Concorde »), de la cité Friedrich Ebert, l’une des toutes premières cités d’habitation exclusivement composées de barres. Et l’année même où la Gagfah construit sa cité-manifeste, Mebes expose des projets d’architecture scolaire avec le Ring, dans le cadre de la Grande Exposition d’art à Berlin. Pourtant, Taut est généralement considéré comme un architecte appartenant au noyau dur du Neues Bauen, tandis que Mebes apparaît le plus souvent comme une figure paternelle de la réforme architecturale, dont un large spectre d’architectes peut se réclamer.

53Les exemples architecturaux choisis montrent en fait qu’il y a un milieu professionnel engagé dans la rénovation de la culture architecturale de l’habitation, qui se connaît et est fréquemment amené à collaborer, par exemple au sein de la RFG. Notons aussi que leurs recherches et expérimentations s’effectuent dans l’univers syndical : leur ancrage social s’opère donc avant tout d’abord dans le monde des organisations professionnelles. Enfin, l’évolution en cours tant chez nos trois maîtres d’ouvrage que chez les maîtres d’œuvre qu’ils emploient mène de la maison individuelle en bande s’inscrivant dans un vernaculaire local (Altona, Falkenberg) ou social (la maison bourgeoise, le grand domaine) à l’immeuble-barre, y compris à la Gagfah, dont les plans de masse tendront au début des années 1930 à emprunter à l’urbanisme fonctionnaliste.

Notes

1 Entretien de l’auteur avec Anneliese Frank, belle-fille d’Hermann Frank, à Ottensen, le 3 juin 1992. Sur les frères Frank, outre le curriculum vitae conservé par A. Frank, voir T. Schmidt, « Kontinuitât und Brüche im Hamburger Wohnungsbau des Zwangzigsten Jahrhunderts. Das Beispiel Paul A. R. Frank », mémoire pour le diplôme de l’Institut für Bau-und Kunstgeschichte, université de Hanovre, 1990 ; et la monographie qui leur est consacrée : D. Schubert, Wohnsiedlungen, Wohnbauten und Wohnreform, Hambourg, 2001.

2 Cf. « Satzung der Gartenstadt-Gesellschaft Hamburg-Wandsbek », 1910 ; H. Frank, « Gartenstadtgesellschaft Wandsbek », Gartenstadt. Mitteilungen der deutschen Gartenstadtgesellschaft, a. 4, n° 6, juin 1910, p. 70-71 ; Das Eigenheim und die Gartenstadt-Gesellschaft Wandsbek, Hambourg, 1910 ; et 50lahre gemeinniitzige Gartenstadtgesellschaft Wandsbek in Wandsbek 1910-1960, Hambourg, 1960.

3 Cf. T. Schmidt, « Kontinuität und Brüche... », op. cit., p. 100-101.

4 Cette collaboration est matérialisée par un contrat entre la Ville et la société de construction : Gemeinnutziger Bauverein Altona-Ottensen, Vertrag mit der Stadt Altona, 12.3.1914 (Hauptvertrag, Muster-Mietervertrag mit Kaufanwartschaft, Muster-Kaufvertrag, Satzungsentwurf der Heimbesitzer-Vereinigung), Altona, 1914.

5 Vom Fischmarkt zum Klövensteen. Altonas topographische Entwicklung, Altonaer Museum in Hamburg-Norddeutsches Landesmuseum, catalogue d’exposition, 1990.

6 Führer durch die Kleinwohnungshàuser des Gemeinnutzigen Bauvereins Altona-Ottensen G.m.b.H. auf der Jubiläums-Gartenbau-Ausstellung zu Altona 1914, Altona, 1914, p. 6.

7 Information donnée par Anneliese Frank à l’auteur, 3 juin 1992.

8 « Über die neue Gartenstadt in Bahrenfeld », Hamburger Echo, 14 décembre 1915.

9 Hamburger Ausschuß für Krieger-Heimstätten, Krieger-Heimstätten, op. cit. (cf. chapitre 4, n. 4).

10 Fin 1916, la société possède quarante-deux hectares et a mis en chantier la cité-jardin d’Altona-Steenkamp : elle projette la construction de plus de mille maisons. Cf. H. Kampffmeyer, « Die Gartenstadtbewegung », dans C. J. Fuchs (dir.), Die Wohnungs- undSiedlungsfrage..., op. cit. ; et le tableau reproduit dans A. Schollmeier, Gartenstädte in Deutschland. Ihre Geschichte, städtebau- liche Entwicklung und Architektur zu Beginn des 20. Jahrhunderts, Münster, 1990 (Abb. 9).

11 La rue Lauenburger est devenue Ebert-Allee, la rue Möllner s’appelle rue Notke.

12 Hamburger Ausschuß für Krieger-Heimstätten, Krieger-Heimstätten..., op. cit., p. 4.

13 J. Matthiessen, « Zehn Juhre Steenkamp », dans HoimstättenVereinigung Steenkamp, Zehn lahre Steenkamp 1920-1930. Festschrift zur Zehnjahr-Feier der Siedlung Steenkamp, août 1930, p. 4.

14 Gemeinnützige Heimstätten-A.-G. Altona, FFeimstätten-Siedelung [sic] Steenkamp, n° 2, mars 1920, p. 5.

15 Idem, p. 2-25.

16 A. Obenhaupt, « Wie Steenkamp entstand », dans Heimstâtter-Vereinigung Steenkamp, Zehn Jahre Steenkamp..., op. cit., p. 10.

17 « Kaufvertrag » zwischen Heimag und Heinrich Munk, 26 juin 1922.

18 Sur l’histoire de Steenkamp, voir P. Hoffmann, Neues Altona 1919-1929. Zehn lahre Aufbau einer deutschen Grossstadt, léna, 1929, p. 121-138 ; et H.-G. Bluhm, « Wohnungsreform und Heimatidyll. Zur Geschichte der Steenkamp-Siedlung in Hamburg-Bahrenfeld », dans Altonaer Muséum in Hamburg/Norddeutsches Landesmuseum, lahrbuch 1989, vol. 27, Hambourg, 1992, p. 133-162.

19 Cette importance de Theodor Fischer dans le parcours de Taut a été mise en relief par B. Zöller-Stock, Bruno Taut. Die Innenraumentwürfe..., op. cit., p. 14-20.

20 F. Bollerey et K. Hartmann, « Bruno Taut. Vom phantastischen Ästheten zum ästhetischen Sozial(ideal)isten », dans Bruno Taut 1880-1938, Akademie der Kunste, juin-août 1980, p. 15-85 ; et K. Junghanns, Bruno Taut 1880-1938, Berlin (RDA), 1970, p. 22.

21 Zeitschrift für Wohnungswesen, a. 12, 1913-1914, p. 35, cité par E. Meyer, Paul Mebes..., op. cit., p. 75.

22 B. Kampffmeyer et A. Otto, « Die architcktonische Einheitlichkeit in der Siedlung Falkenberg bei Günau. Grundsätze und Bestimmungen für ihre Durchführung. Aufgestellt von der Bauabteilung der deutschen Garten-Gesellschaft GmbH », septembre 1913, cité par F. Bollerey et K. Hartmann, « Bruno Taut. Vom phantastischen Ästheten... », op. cit.

23 L’erker, fenêtre en encorbellement formant saillie en façade, est un motif architectural omni- présent dans l’architecture domestique wilhelminienne.

24 D’après Vorwärts, 23 octobre 1910, cité par B. Zöller-Stock, Bruno Taut..., op. cit., p. 45.

25 Sur la cité de Lindenhof, voir L. Scarpa, Martin Wagner und Berlin. Architektur und Städtebau in der Weimarer Republik, Brunswick/Wiesbaden, 1986, p. 25-28 ; et M. Wörner, D. Mollenschott et K. H. Hüter, Architekturführer Berlin, Berlin, 3e éd. 1991, p. 129.

26 La cité du Fer à cheval, très connue, a fait l’objet de nombreux articles à l’époque et de recherches récentes. La plus détaillée a été commanditée par la Gehag dans le cadre de la res- tauration de la cité, mais n’est malheureusement pas publiée : « Gross-Siedlung Britz (Hufeisen- Siedlung) : Dokumentation und Rekonstruktion des Originalzustandes. Grundlage für zukünftige Erneuerungs- und Instandhaltungsmassnahmen im Rahmen des Denkmalschutzes ». Elle se com- pose de A. Jaeggi et J. Tomisch, vol. 1 :» Planungs- und Baugeschichte », 1991, 250 p., et de H. Pitz et W. Brenne, neuf classeurs, 1984-1990. Seuls quelques aperçus ont été publiés : W. Brenne, « Wie die Siedlungen gebaut wurden. Damals-Heute Bautechnik, Konstruktion und Ausstattung », dans N. Huse (dir.), Vier Berliner Siedlungen..., op. cit., p. 47-58. ; A. Jaecci, « Hufeisensiedlung Britz », dans ibid. p. 111-136.

27 Sur le contexte politique municipal et les péripéties de l’attribution du chantier, voir A. Jaeggi, « Die Berliner Hufeisensiedlung von Bruno Taut. Architektur im Spannungsfeld von Politik und Wirtschaft », dans K. G. Beuckers et A. Jaeggi (dir.), Festschrift für Johannes Langner, Münster, 1997, p. 273-296.

28 C. Hoh-Slodczyk, « Siedlungsbau als Aufgabe und die Antworten der Architekten », dans N. Huse (dir.), Vier Berliner Siedlungen..., op. cit., p. 33.

29 Idem, p. 33-35.

30 W. Brenne, « Wie die Siedlungen gebaut... », op. cit., p. 47.

31 Cf. chapitre I, n. 70.

32 Sur Paul Mebes et l’architecture de l’habitation, l’ouvrage de référence est E. Meyer, Paul Mebes..., op. cit.

33 P. Mebes, « Das zweigeschossige Haus », Die Volkswohnung, a. 1, 1919, p. 167-170, cité par E. Meyer, Paul Mebes..., op. cit., p. 79.

34 « Die Spreesiedlung von Mebes und Emmerich », Die Wohnung, a. 6, n° 11, février 1932, p. 278-281.

35 P. Mebes, « Die Feuer- und Rauchlose Siedlung in Berlin-Steglitz », Wasmuths Monatshefte für Baukunst und Städtebau, a. 16, mars 1932, p. 115-122.

36 G. [H. Gerlach], « Berliner Wohnungsbauten von Mebes und Emmerich », Die Wohnung, a. 4, n° 2, mai 1929, p. 38-47.

Table des illustrations

Légende Cité-jardin de Wandsbek, maisons doubles, 1910.
URL http://books.openedition.org/psorbonne/docannexe/image/525/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 259k
Légende Les trois maisons-modèles construites par la Société de construction d’Altona-Ottensen à l’Exposition des jardins, Altona, 1914, perspective cavalière, F. Neugebauer arch.À gauche le type n° 6, au centre le type n° 4, à droite le type n° 1.
URL http://books.openedition.org/psorbonne/docannexe/image/525/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 105k
Légende Les trois maisons-modèles construites présentées à l’Exposition des jardins, Altona, 1914, plans du rez-de-chaussée et de l’étage, F. Neugebauer arch.À gauche le type n° 6, au centre le type n° 4, à droite le type n° 1.
URL http://books.openedition.org/psorbonne/docannexe/image/525/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 277k
Légende Wohnküche (type n° 1)
URL http://books.openedition.org/psorbonne/docannexe/image/525/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 97k
Légende Bureau placé au droit du bow-window (type n° 6)
URL http://books.openedition.org/psorbonne/docannexe/image/525/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 80k
Légende Salon (type n° 6).
URL http://books.openedition.org/psorbonne/docannexe/image/525/img-6.jpg
Fichier image/jpeg, 75k
Légende Chambre à coucher des parents (type n° 6)
URL http://books.openedition.org/psorbonne/docannexe/image/525/img-7.jpg
Fichier image/jpeg, 46k
Légende Cité-jardin d’Altona-Steenkamp, Société de construction d’utilité publique d’Altona-Ottensen, rangée de maisons rue Emmich, 1914, F. Neugebauer arch.De droite à gauche : maison d’angle de type n° 5, puis maisons de type n° 4, n° 3, n° 2.
URL http://books.openedition.org/psorbonne/docannexe/image/525/img-8.jpg
Fichier image/jpeg, 400k
Légende Cité-jardin d’Altona-Steenkamp, première tranche de construction, rue Emmich, plan de masse, 1914.
URL http://books.openedition.org/psorbonne/docannexe/image/525/img-9.jpg
Fichier image/jpeg, 125k
Légende Cité-jardin d’Altona-Steenkamp, projet d’extention : plan de situation, 1915, F. Neugebauer, arch.
URL http://books.openedition.org/psorbonne/docannexe/image/525/img-10.jpg
Fichier image/jpeg, 224k
Légende Brochure « Le Foyer de l’employé » : proposition de maisons-modèles A, B et C, plans du rez-de-chaussée et de l’étage, 1917.
URL http://books.openedition.org/psorbonne/docannexe/image/525/img-11.jpg
Fichier image/jpeg, 263k
Légende Brochure « Le Foyer de l’employé » : la cuisine de la maison-modèle C, 1917 (perspective Kurt F. Schmidt).
URL http://books.openedition.org/psorbonne/docannexe/image/525/img-12.jpg
Fichier image/jpeg, 386k
Légende Brochure « Le Foyer de l’employé » : le salon de la maison-modèle C, 1917 (perspective Kurt F. Schmidt).
URL http://books.openedition.org/psorbonne/docannexe/image/525/img-13.jpg
Fichier image/jpeg, 414k
Légende Brochure « Le Foyer de l’employé » : jardin potager avec poulailler, 1917 (perspective Kurt F. Schmidt).
URL http://books.openedition.org/psorbonne/docannexe/image/525/img-14.jpg
Fichier image/jpeg, 488k
Légende Cité-jardin d’Altona-Steenkamp, extension par la Gagfah, 1920.
URL http://books.openedition.org/psorbonne/docannexe/image/525/img-15.jpg
Fichier image/jpeg, 464k
Légende Cité-jardin d’Altona-Steenkamp, extension par la Gagfah, 1920 : le jardin avec son cabanon.
URL http://books.openedition.org/psorbonne/docannexe/image/525/img-16.jpg
Fichier image/jpeg, 494k
Légende Cité Lindenhof, Berlin-Schöneberg : plan de masse, 1919, M. Wagner et B. Taut arch.
URL http://books.openedition.org/psorbonne/docannexe/image/525/img-17.jpg
Fichier image/jpeg, 237k
Légende Cité Lindenhof, Berlin-Schöneberg, 1918-1921 : jardins et immeuble d’entrée, M. Wagner et B. Taut arch. (photo d’époque).
URL http://books.openedition.org/psorbonne/docannexe/image/525/img-18.jpg
Fichier image/jpeg, 391k
Légende Gehag, cité du Fer à cheval, Berlin-Britz : maquette des deux premières tranches de construction, 1925-1916, M. Wagner et B. Taut arch.
URL http://books.openedition.org/psorbonne/docannexe/image/525/img-19.jpg
Fichier image/jpeg, 126k
Légende Gehag, cité du Fer à cheval, Berlin-Britz : immeuble le long de la rue Stavenhagener, 1927, M. Wagner arch. (photo A. Köster).
URL http://books.openedition.org/psorbonne/docannexe/image/525/img-20.jpg
Fichier image/jpeg, 270k
Légende Gehag, cité du Fer à cheval, Berlin-Britz : l’immeuble en fer à cheval, B. Taut arch., 1926-1927 (photo A. Köster).
URL http://books.openedition.org/psorbonne/docannexe/image/525/img-21.jpg
Fichier image/jpeg, 290k
Légende Gehag, cité du Fer à cheval, Berlin-Britz : maisons en bande rue Paster-Behrens, B. Taut, arch., 1926-1927 (photo A. Köster).
URL http://books.openedition.org/psorbonne/docannexe/image/525/img-22.jpg
Fichier image/jpeg, 262k
Légende P. Mebes : ensemble d’habitations à Berlin-Steglitz, Société berlinoise pour l’habitation des fonctionnaires, 1907-1908, vue cavalière et plan de masse.
URL http://books.openedition.org/psorbonne/docannexe/image/525/img-23.jpg
Fichier image/jpeg, 191k
Légende P. Mebes : immeuble à Berlin-Niederschönhausen, Société berlinoise pour l’habitation des fonctionnaires, 1908-1909, publié dans la brochure « Le Foyer de l’employé ».
URL http://books.openedition.org/psorbonne/docannexe/image/525/img-24.jpg
Fichier image/jpeg, 350k
Légende P. Mebes : cité-jardin de Berlin-Zehlendorf, rangée de maisons rue Dallwitz, Société berlinoise pour l’habitation des fonctionnaires, 1912-1914 (photo d’époque).
URL http://books.openedition.org/psorbonne/docannexe/image/525/img-25.jpg
Fichier image/jpeg, 340k
Légende P. Mebes : cité de la Spree supérieure, Berlin-Niederschöneweide, projet de maison pour quatre familles, Société berlinoise pour l’habitation des fonctionnaires, 1919, perspective.
URL http://books.openedition.org/psorbonne/docannexe/image/525/img-26.jpg
Fichier image/jpeg, 200k
Légende P. Mebes : cité-jardin de Berlin-Zehlendorf, rue Radtke, Société berlinoise pour l’habitation des fonctionnaires, 1919-1921 (photo d’époque).
URL http://books.openedition.org/psorbonne/docannexe/image/525/img-27.jpg
Fichier image/jpeg, 218k
Légende P. Mebes : cité Werrablock, rue Inn, Société pour l’habitation des fonctionnaires de Neukölln, 1924-1926 (photo d’époque).
URL http://books.openedition.org/psorbonne/docannexe/image/525/img-28.jpg
Fichier image/jpeg, 362k
Légende P. Mebes : cité de la Spree, Berlin-Niederschöneweide, rue Hain, Heimat, 1929-1930, vue axonométrique.
URL http://books.openedition.org/psorbonne/docannexe/image/525/img-29.jpg
Fichier image/jpeg, 359k
Légende P. Mebes : cité de la Spree, Berlin-Niederschöneweide, rue Hain, immeubles et espaces verts, 1929-1930 (photo d’époque).
URL http://books.openedition.org/psorbonne/docannexe/image/525/img-30.jpg
Fichier image/jpeg, 359k
Légende P. Mebes : cité Sans feu ni fumée, Heimat, 1930-1934, plan de masse.
URL http://books.openedition.org/psorbonne/docannexe/image/525/img-31.jpg
Fichier image/jpeg, 249k
Légende P. Mebes : cité Sans feu ni fumée, Heimat, 1930-1934, deux barres perpendiculaires à la rue Mariendorfer (photo d’époque).
URL http://books.openedition.org/psorbonne/docannexe/image/525/img-32.jpg
Fichier image/jpeg, 367k

© Éditions de la Sorbonne, 2007

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search