Version classiqueVersion mobile

1905

 | 
François-Xavier Coquin
, 
Céline Gervais-Francelle

III. La révolution en province et dans les campagnes (aspects agraires)

Un aspect méconnu de la révolution de 1905 : les « motions paysannes »

François-Xavier Coquin

Texte intégral

  • 1 N.P. Oganovskij, cité d’après A.N. Antsiferov (et autres), Russian Agriculture During the War, New (...)
  • 2 Lenin, Œuvres complètes, t. XXX, p. 322 (5e éd. en russe).

1Si l’on se reporte aux ouvrages qui traitent de la paysannerie au cours de la révolution de 1905-1907, on retrouve presque toujours d’une étude à l’autre les mêmes scènes d’émeutes et de violence, fonction des hauts et des bas du « mouvement paysan » : pillage et incendie des demeures seigneuriales, grève des loyers ou des travaux agricoles, coupes clandestines dans les forêts domaniales qui « résonnent alors sous la cognée des paysans », ou mutilation du bétail des propriétaires fonciers, et par dessus tout ces « illuminations », comme on appelait ces incendies volontaires qui « inscrivaient sur le ciel en lettres de feu la volonté des masses laborieuses »1. Bref, tout ce qui rappelait, ou annonçait Pougatchev, dont le spectre n’avait jamais cessé de hanter les milieux nobiliaires. Et les plus révolutionnaires en venaient à regretter que les paysans n’aient détruit qu’une petite fraction de ce qu’ils « auraient détruire pour effacer complètement de la face de la terre russe l’opprobre de grande propriété féodale »2.

2Exacte pour une bonne part, notamment dans les provinces périphériques, celles du Caucase et des pays baltes en particulier (où les antagonismes de classe se doublaient de conflits ethniques et culturels), cette présentation ne saurait toutefois prétendre donner une image exhaustive de la réalité ; c’est là oublier en effet un aspect, moins spectaculaire peut-être, mais non moins significatif, du mouvement agraire : nous voulons dire les motions paysannes, trop souvent évoquées par prétérition, ou tout simplement passées sous silence.

  • 3 Cf. par ex. Trudy Vol’nogo èkonomiieskogo obščestva, 1908, III, pp. 76-77. Voir également Revoljuci (...)

3Motions paysannes : on appelait de ce nom (prigovor) toute décision adoptée en assemblée communale, sanctionnée par un vote du mir, et obligeant par conséquent tous les membres d’une commune rurale donnée. De caractère le plus souvent économique ou fiscal, ces « motions » fixaient notamment la répartition du terroir entre les ayants-droit ou celle des impôts au sein de la commune, et la quote-part de chacun. Mais ce n’était là qu’un aspect parmi beaucoup d’autres, et la commune réglait également par « motion » les questions les plus diverses de la vie rurale : désirait-on engager (ou résilier) un instituteur ou se donner une école, louer des terres au propriétaire voisin ou lui en contester la possession devant les tribunaux, la décision faisait l’objet d’un vote et d’une « motion » de l’assemblée communale ; et il en allait de même si l’on décidait d’envoyer un homme de confiance à Saint-Pétersbourg ou suspendre « l’ancien » du village. Avec les premiers mois de 1905, ces motions serviront même parfois d’instrument de lutte économique contre les pomeščki, qu’elles inviteront à boycotter, ou à qui elles chercheront à imposer de nouveaux barèmes de salaires ou de location3. Et certaines communes s’engageront même – par motion – à ne plus boire d’alcool, pour priver le Trésor de ses revenus. Mais il s’agissait alors en pareil cas de motions de combat, plus ou moins révolutionnaires, et parfaitement « illégales ».

4En principe, les motions paysannes désignaient donc toute décision adoptée à majorité qualifiée (deux-tiers des voix le plus souvent), et engageant légalement la commune, une fois ratifiée par les autorités locales. Aussi existait-il dans chaque commune un « registre des motions », tenu par le scribe qui y enregistrait à la suite les décisions officielles de la commune. La motion était donc la forme traditionnelle par laquelle la commune faisait connaître sa volonté, et le mode d’expression collective qui lui était le plus familier. Et c’est précisément dans ce moule – qui en garantissait très largement l’authenticité et la représentativité – que prendra naissance au cours de la révolution de 1905 tout un courant d’un type nouveau : motions de caractère non plus économique ou routinier, mais politique, par lesquelles une fraction notable du monde paysan allait exprimer ses doléances et ses aspirations, et qui constituent une source originale sur la vie des campagnes, dont elles permettent de prendre le pouls.

  • 4 Polnoe sobranie zakonov, 3e série, loi n° 25853.
  • 5 Ibid.

5Pour comprendre la genèse de ce courant de « motions », il convient de se reporter à l’oukaze du 18 février 1905, par lequel Nicolas II avait « voulu donner à ses fidèles sujets, que préoccupent le bien public et les besoins de l’État, la possibilité d’être entendus » par Lui4. En dépit de sa nouveauté et de ses répercussions, cet oukaze n’a pas reçu l’attention qu’il mérite, éclipsé qu’il sera par les deux autres textes législatifs promulgués ce même vendredi 18 février : le « manifeste autocratique », et le « rescrit à Boulyguine » qui annonçait pour la première fois la participation d’élus du pays à l’élaboration des lois, et qui devait finir par engendrer la future Douma gouvernementale au terme d’une gestation mouvementée de huit mois. Mais ces deux textes ne venaient pas seuls ; et un nouvel oukaze avait fait le même jour un pas supplémentaire (et quel pas !) à la rencontre du pays. Pour faciliter, semble-t-il, la tâche des diverses commissions de réformes, mises en place depuis le mois de décembre 1904, cet oukaze confiait au conseil des ministres mission d’« examiner les avis et propositions qui Nous sont adressés par les particuliers et par les corps constitués et qui visent à perfectionner la bonne marche de l’État et à améliorer le bien-être de la population »5.

  • 6 Telle est du moins l’interprétation avancée par Witte dans ses « Mémoires », Vospominanija, Berlin, (...)
  • 7 N. Bourdon, La Russie libre, Paris, 1905, p. 383.
  • 8 Reproduites notamment dans la presse libérale, et dans l’hebdomadaire Pravo, où elles attendent tou (...)

6 Pris sans aucune consultation des ministres, cet oukaze qui visait à rétablir cette liaison directe entre le tsar et son peuple inhérente à l’idéologie autocratique6, constituait une concession sans précédent : il aboutissait en effet à reconnaître à l’ensemble de la population un droit de pétition constamment réclamé depuis les années 1860 (pour ne pas remonter plus haut), et non moins constamment refusé depuis plus de quarante ans. Non seulement notre oukaze levait l’embargo qui pesait jusque-là sur la vie politique et légalisait pour ainsi dire, après coup, la pétition du Dimanche rouge, mais il encourageait directement le pays à prendre la parole et relâchait par là le baillon qui « étranglait séculairement la douloureuse Russie »7. Aussi n’avait-il pas tardé à amplifier le courant de résolution issu de la campagne des banquets (et du Dimanche rouge), et à engendrer un véritable déluge de « pétitions », de « motions », de « requêtes », de « déclarations » et autres « adresses » émanant des milieux les plus divers et destinés à peser sur les travaux de la « commission Boulyguine »8. Dernière conséquence, et non la moindre : ce fut précisément cet oukaze-surprise du 18 février qui allait permettre pour la première fois de politiser le « mouvement paysan » et engendrer à terme nos motions paysannes.

  • 9 Pour le texte de cette circulaire, cf. I.P. Belokonskij, K istorii zemskogo dviienija v Rossii, Ist (...)

7A terme : car l’oukaze du 18 février était tout d’abord resté inconnu des paysans, à qui l’administration avait aussitôt tenté de le dissimuler. Prise au dépourvu par un texte contraire aux règles administratives les mieux éprouvées, la bureaucratie impériale s’était ingéniée sans tarder à en restreindre la portée et la diffusion. Pour éviter de se voir débordée par un flot de réunions et de pétitions qui dénonçaient l’arbitraire et les abus de l’administration, le ministre de l’intérieur, Boulyguine, avait adressé cinq semaines plus tard aux gouverneurs de provinces une longue circulaire d’application, secrète bien entendu, mais qui ne tardera pas à s’ébruiter et à discréditer son auteur9. Pour l’essentiel, cette circulaire prescrivait de n’autoriser que les réunions des seuls corps constitués (zemstvos, municipalités, instituts d’enseignement...) tenues régulièrement, et dans le cadre étroit de leurs compétences, à l’exclusion de toutes réunions « spontanées » de personnes privées, assimilées comme précédemment à des « attroupements » ou à des « coalitions », et à ce titre interdites. En outre, les réunions des corps constitués devaient se dérouler à huis clos, en l’absence de toute personne étrangère, et ne pas porter atteinte aux « principes inébranlables » de l’autocratie. Enfin, les « requêtes » portant sur les « besoins locaux et particuliers » de la population devaient être transmises – sans faire l’objet d’aucune publication – par les voies (administratives) habituelles. Ainsi espérait-on faire la part du feu, et maîtriser l’effervescence bien imprudemment suscitée par l’oukaze.

  • 10 Cf. Russkie vedomosti, n • 146 (1905), ou encore Pravo, n° 22, et plus généralement la « correspond (...)

8La bureaucratie impériale avait parlé ; mais elle n’était plus en mesure, depuis le 9 janvier, de faire respecter ses décisions, dans les villes tout au moins, d’où continue à affluer tout au long du printemps et de l’été une multitude de pétitions des organismes les plus divers. Dans le cas des campagnes, par contre, les autorités devaient marquer des points, et réussir à tenir l’oukaze du 18 février sous le boisseau, freinant ainsi durablement le vote de « motions » par les assemblées paysannes. Dûment chapitrés, les gouverneurs de province n’allaient pas hésiter à recourir aux moyens les plus divers pour maintenir la paysannerie en marge du mouvement : escamotage pur et simple de l’oukaze impérial, interdiction faite aux paysans (sous peine d’arrestation) de lire la presse libérale ou d’opposition, ainsi que de tenir des réunions communales en réponse aux invites impériales, voire refus d’accepter et d’acheminer les premières motions. Au point que nos paysans avaient parfois « les plus grandes difficultés » à se procurer les journaux où figurait l’oukaze impérial, dont on ne leur donnait parfois qu’une unique lecture, volontairement bredouillante et inintelligible10.

  • 11 Cf. Congrès constitutif de l’Union paysanne panrusse, Protokol, M., 1905.
  • 12 Cité notamment in Russkie vedomosti, n° 171 (27 juin 1905). Nous n’avons pu retrouver le texte de c (...)

9Avec des délais variables d’une province à l’autre, l’oukaze ne sera donc que tardivement connu dans les campagnes ; et les délégués de provinces aussi distantes que celles d’Orël ou de Kherson pourront affirmer au congrès paysan du 31 juillet que les paysans ignoraient encore au bout de quatre mois l’oukaze du 18 février, ou qu’il n’en avait nulle part été donné lecture (comme dans la province de Tchernigov), mais que les paysans en avaient eu vent « par les journaux »11. Et encore en juin 1905, le ministère de l’intérieur n’hésitait pas à inviter les officiers ruraux (zemskie načal’nikf) à « parcourir immédiatement leur ressort... pour s’enquérir des besoins de la population et de son état d’esprit » ; et mission leur était donnée de « veiller tout particulièrement au maintien de l’ordre, ... de combattre dans l’œuf toutes les manœuvres des personnes malintentionnées, et de déférer les coupables aux tribunaux »12. Ultime tentative pour couper court à la propagande libérale, et bientôt révolutionnaire, qui donnait connaissance aux paysans de l’oukaze du 18 février, et les invitait désormais à rédiger eux aussi leurs propres motions.

  • 13 Russkie vedomosti, n • 217 (12 août 1905).
  • 14 Pravo, n° 32, col. 1811.
  • 15 Cf. Naša žizn’, n° 161 (15 juillet 1905), qui reproduit une circulaire du gouverneur parue dans les (...)

10Entre-temps, en effet, le courant de motions avait commencé à prendre une certaine ampleur, même s’il continuait à se heurter aux manœuvres de retardement de la bureaucratie provinciale comme par exemple dans la province de Kherson : encore en juin, le gouverneur de cette province enjoignait au zemstvo de se tenir à l’écart de toute propagande anti-gouvernementale, et de n’accepter, ou de ne transmettre aucune motion13. De toutes les provinces proprement russes, l’une de celles où la surveillance était la plus rigoureuse n’était autre que la province de Saratov, dont le gouverneur était alors le futur premier ministre Stolypine. Dans cette province, nous rapporte (pour la fin du mois de mai) l’hebdomadaire libéral Pravo, les paysans ne pouvaient se procurer qu’avec peine le texte du seul rescrit impérial, et les autorités locales n’hésitaient pas à disperser comme émeutiers les paysans qui s’enquéraient à ce sujet auprès de « personnes instruites », ou à interdire toute forme de réunions14. Vaines précautions : courant juin, le gouverneur Stolypine constatait lui-même dans « un certain nombre de communes paysannes un phénomène extrêmement regrettable : les paysans se réunissent secrètement dans les bois, et ils y débattent de leurs besoins en présence, le plus souvent, de personnes étrangères à leur commune, puis ils rédigent en cachette des motions et autres résolutions qu’ils adressent aux instances gouvernementales »15. Et le gouverneur de préciser à l’adresse des officiers ruraux que les paysans ne devaient débattre de leurs « besoins légaux » qu’au grand jour et dans le cadre de leurs assemblées, sans aucune intervention extérieure. Seuls ceux dont les intentions n’étaient pas « pures » pouvaient éprouver le besoin de se cacher. Force était maintenant de reprendre le contrôle de la situation et de minimiser la portée d’un oukaze qui avait fini par s’ébruiter.

  • 16 Comme le souligne justement P. Maslov (Agramyj vopros v Rossii, t. II, SPb., 1908, p. 206) à propos (...)

11A cette date, en effet, les manœuvres d’obstruction ou d’intimidation de la bureaucratie (dont on pourrait multiplier, en maints endroits, les exemples), ne représentaient plus qu’un combat d’arrière-garde, à moitié perdu. L’oukaze du 18 février offrait un moyen inespéré pour s’assurer la clientèle paysanne et l’enrôler dans la lutte contre l’autocratie. Aussi des agitateurs de toutes tendances s’étaient-ils employés à diffuser le texte de l’oukaze parmi les paysans, tout heureux de pouvoir exprimer des demandes, « dont ils rêvaient depuis longtemps »16 ; et nos paysans leur réservaient un accueil d’autant plus favorable, que toutes ces cachotteries n’avaient fait que les confirmer dans leur méfiance invétérée envers une administration envahissante, et les préparaient à en dénoncer dans leurs motions les abus et l’arbitraire.

  • 17 Russkie vedomosti, n • 178 (4 juillet 1905). Décision prise en vue de contrer la persécution de l’i (...)
  • 18 Ibid.
  • 19 Russkie vedomosti, n – 217.

12Les premiers, semble-t-il, à comprendre le parti qu’on pouvait tirer de l’oukaze du 18 février pour canaliser dans un sens pacifique et constitutionnel l’effervescence paysanne, pourraient bien avoir été les membres de zemstvo, plus ou moins frottés de libéralisme et hostiles à l’autocratie. L’oukaze offrait en effet une occasion unique d’étendre aux masses paysannes leur propagande constitutionnelle, il suffisait pour cela de prendre appui sur le loyalisme présumé du monde paysan, et de l’encourager à répondre à l’appel du souverain, dont une bureaucratie déloyale leur cachait délibérément le texte. C’est pourquoi les membres, élus ou non, des zemstvos et ceux du mouvement de libération avaient bientôt cherché à divulguer le texte de l’oukaze, tout comme ils avaient déjà, au cours de l’hiver, diffusé à plusieurs centaines de milliers d’exemplaires le programme libéral en onze points ou les résolutions de la campagne de banquets. Ainsi par exemple dans la province de Kherson, dont le zemstvo avait décidé, courant avril, lors d’une séance extraordinaire, la diffusion à cent mille exemplaires de l’oukaze (et du rescrit) impérial17. Ce qui avait soulevé la protestation du gouverneur, qui enjoindra au zemstvo de diffuser simultanément la circulaire d’application – restrictive – du ministre de l’intérieur18. Et le même gouverneur se plaindra par la suite que « les organes exécutifs du zemstvo diffusent ces derniers temps [juin-juillet] dans le peuple des publications imprimées, et servent d’intermédiaires pour l’acheminement de diverses requêtes et pétitions à l’adresse du souverain. De plus, on a constaté que les employés de zemstvo étaient fréquemment à l’origine de la rédaction de pétitions sur la bonne marche de l’État par les habitants des campagnes »19.

  • 20 Cf. Sivkov, art. cit., p. 32.
  • 21 Requête du 9 juin, citée in Pravo, n° 33 (21 août 1905).

13Un tel cas n’était pas isolé : il en allait de même dans divers districts de la province de Saratov, où les zemstvos avaient eux aussi diffusé, entre autres textes, celui de l’oukaze impérial20. Ailleurs encore, comme dans la province d’Orël, c’étaient les paysans, désireux de connaître « la volonté du tsar », qui réclamaient au zemstvo de province un complément d’information : « nous savons que certains zemstvos ont pris soin de répandre parmi la population les paroles du tsar et des ouvrages correspondants (sic) en vue des élections à venir... Nous vous prions de veiller à informer également les paysans de notre région des transformations attendues, soit par voie imprimée, soit par voie orale »21.

  • 22 Pravo, n° 23 (12 juin 1905).
  • 23 Pis’mo krest’janina, cité in Rev. 1905-1907,1.11 (1), pp. 385-386.

14A cela ne se bornait pas, bien entendu, l’action des zemstvos, qui organisaient également çà et là des « conversations » avec les paysans ou des réunions avec les représentants des communes rurales pour débattre de la question agraire, et qui soumettaient à cette occasion un canevas de doléances, ou même un projet de « motion »22. Gageons que c’est également des milieux proches du zemstvo qu’émanait tel ou tel tract, comme cette « lettre d’un paysan » qui invitait la paysannerie à « prendre son sort en mains », et qui jouissait d’une réelle popularité23. Dans ce tract, tout entier bâti autour de l’oukaze du 18 février, la paysannerie était conviée à « réunir partout et sans tarder des assemblées [paysannes] et à adresser au conseil des ministres, comme il est dit dans l’oukaze, des motions visant à l’amélioration de notre bien-être ». Soit essentiellement : restitution des terres perdues en 1861, et meilleure justice fiscale ; mais aussi et surtout fin de la tutelle administrative, et scrutin direct, égal (sans égard pour les ordres traditionnels) et secret, « afin que le faible n’ait pas à craindre le fort ».

15Enfin, et pour nous en tenir là, un dernier moyen consistait à faire circuler les exemplaires des journaux contenant les textes litigieux, et surtout de reproduire dans la presse libérale les premières motions paysannes adoptées sous l’influence des membres de zemstvo. Reproduites dès les mois d’avril-mai dans l’hebdomadaire Pravo et dans les quotidiens libéraux (avant de l’être par l’organe socialiste-révolutionnaire, Revoljucionnaja Rossija), ces motions étaient alors lues en assemblée communale, et contribuaient à populariser le mouvement.

  • 24 P.N. Miljukov. Ze Crise russe, Paris, 1907, p. 375.
  • 25 Rev. 1905-1907,1.11 (1), p. 585.

16Avec la guerre russo-japonaise, le monde rural s’était mis en effet à manifester un intérêt nouveau pour la presse à laquelle il vouait même « une confiance totale et quelque peu enfantine ». A vrai dire, cette curiosité pour l’imprimé datait de quelques années déjà, et les services de police notaient depuis les premières années du siècle un attrait nouveau chez les paysans de « diverses parties de la Russie » pour les brochures de propagande antigouvernementale, que les paysans – fait nouveau – « lisent volontiers et se prêtent les uns aux autres »24. La guerre n’avait fait qu’amplifier le phénomène, comme le soulignait, dès avril 1905, le gouverneur de la province de Tver : « intéressés par les nouvelles militaires, les paysans se sont mis, quand ils en ont l’occasion, à lire les journaux, et, pleins de confiance pour tout ce qui est écrit dans les publications autorisées par la censure, ils se familiarisent à cette occasion avec tous les problèmes débattus dans les colonnes de nombreux journaux, de diverses tendances »... Il faut dire, concluait le gouverneur, que « l’influence de la presse sur les paysans est à présent considérable, et cette dernière exerce même – vu le ton passionné de tous les écrits actuels – une influence aiguillonnante »25.

  • 26 K. Stâhlin, Geschichte Russlands, t. IV(2), p. 776.
  • 27 Cf. par ex. Rev. 1905-1907,1.11 (1), p. 832 (doc. n° 562).

17Cela ne valait pas (faut-il le dire ?) pour la seule province de Tver : naguère encore considéré comme une chose qui ne regardait que les « maîtres », le journal était soudain devenu objet de l’attention générale26. De fait, bon nombre de motions feront expressément état du rôle d’information, et d’incitation, joué par la presse, qui avait permis de connaître les intentions du tsar, et d’y répondre. Et l’on en profitait pour réclamer en sa faveur pleine liberté d’expression, qui seule « protégeait contre l’injustice »27.

  • 28 On trouvera le texte des résolutions de l’Union paysanne reproduit in « Congrès constitutif de l’Un (...)

18Mais les membres des zemstvos, dont la propagande bénéficiera ultérieurement au futur parti « cadet », n’étaient pas seuls à intervenir. S’y ajoutait également, à des degrés divers, l’action des partis socialistes (S-R et S-D), et même paradoxalement la publicité involontaire des autorités. Afin de contrer la propagande des milieux d’opposition, certaines autorités locales avaient en effet cherché à faire adopter par leurs administrés des motions loyalistes et jusqu’au-boutistes, dites motions « patriotiques ». Et c’est pour répondre à ces pressions officielles, que certains milieux paysans fonderont – avec le concours d’intellectuels d’opposition – l’Union paysanne. Or cette Union, qui s’inscrivait dans le mouvement de fédération professionnelle déclenché par le Dimanche rouge (et l’oukaze du 18 février), devait exercer une double influence à la fois sur la teneur et la propagation de nos motions. Avant de se séparer, l’Union paysanne avait en effet voté une résolution-programme qui dénonçait les méfaits du « gouvernement bureaucratique en place », face auquel elle opposait les principales revendications libérales et constitutionnelles de l’heure : assemblée législative, libertés publiques, égalité civique, ... et suffrage universel, – seul moyen de résoudre une crise agraire plus actuelle que jamais28. Et cette résolution, diffusée abondamment sous forme de tracts et par la presse libérale (ou agricole), inspirera maintes motions paysannes, promptes à instruire à sa suite le procès d’une bureaucratie envahissante et arbitraire.

  • 29 Soit par ex., pour ne citer qu’elles, les provinces de Kharkov, Tchernigov, Toula ou Koursk. Cf. Ma (...)

19En outre, l’assemblée avait également, on le sait, invité les paysans de toutes provinces à adhérer à l’Union paysanne nouvelle née ; et cette idée rencontrera un écho favorable dans les provinces les plus diverses29. Or cette campagne d’adhésions sera fréquemment jumelée, lors des assemblées communales, avec la mise au point d’une motion correspondante, comme on le voit par l’exemple de la motion citée en annexe, et votée en peu de temps par quelque soixante-dix communes de la région du Don.

20Enfin, pour faciliter l’organisation de la paysannerie, notre Union paysanne avait lancé l’idée d’un congrès paysan panrusse, qui se tiendra deux mois plus tard à Moscou (les 31 juillet et 1er août) ; et ce congrès donnera aux socialistes-révolutionnaires l’occasion d’affirmer leur emprise sur le monde paysan, qu’ils encourageront à leur tour maintenant à rédiger des motions, considérées jusque-là d’un œil critique.

  • 30 Ibid., p. 214.
  • 31 Tract de mars 1905, reproduit in : N. Kmpov, Kresr’janskoe dviženie v revoljucü 7905g., L., 1925,p. (...)
  • 32 Ibid., ?. 31.
  • 33 Tract diffusé dans la province de Simbirsk, et cité in Rev. 1905-1907,1.11 (1), p. 855.

21Initialement en effet, les socialistes-révolutionnaires ne s’étaient guère montrés favorables à la rédaction de motions : à leurs yeux, ces motions faisaient en un sens le jeu du pouvoir, et ils y voyaient pour cette raison un risque de « démoralisation » pour la paysannerie30, ainsi détournée de formes plus radicales de lutte. De fait, les socialistes-révolutionnaires avaient diffusé dès le début de la révolution des tracts incendiaires, véritables appels à la « révolution sociale », ou au « soulèvement final », et plus conformes à la devise du parti : « c’est dans la lutte que tu gagneras tes droits ». Et tels de ces tracts s’achevaient sur des exhortations bien dignes des grands ancêtres populistes : « flanquez à la porte propriétaires fonciers et koulaks, hors de leurs bonnes petites sinécures ; rossez, égorgez, étranglez les serviles officiers du tsar ; frappez-les sans pitié, eux qui n’en ont aucune pour vous, sans défense » comme vous l’êtes31. Un certain revirement avait toutefois commencé à se faire jour avec la fondation de l’Union paysanne ; et d’autres tracts, moins violents, avaient commencé à inviter les paysans à « se réunir en assemblées, pour discuter des moyens de perfectionner l’État et d’introduire plus de justice », et à « adopter des résolutions à ce sujet »32. Mais on cherchait à insuffler dans les motions un esprit plus combatif : en ce cas, nos paysans étaient alors appelés à se concerter, et à exiger tout à la fois la terre, la suppression des arriérés d’impôts, la fin de l’arbitraire administratif, la remise du pouvoir législatif aux élus du pays, ainsi que des écoles et l’ouverture des lycées et des universités à la paysannerie (et non pas aux seuls « messieurs »), afin que nos élus puissent « se débrouiller »33. Toutes « exigences » qui inspireront par la suite bien des motions.

  • 34 Cf. Congrès constitutif de l’Union panrusse des paysans, Protokol, p. 67 sq.

22Deux mois après la fondation de l’Union paysanne, le congrès paysan panrusse, auquel prendront part plus de cent délégués de vingt-deux provinces différentes, assistés d’intellectuels S-R, allait s’employer à élargir et à radicaliser le mouvement amorcé. Alors que l’Union paysanne n’avait guère mis en avant que des revendications d’ordre constitutionnel, le Congrès devait adopter des résolutions nettement plus avancées, – soit essentiellement : sur le plan agraire, l’abolition de la propriété privée du sol et l’expropriation (avec ou sans indemnité selon les cas des gros propriétaires fonciers) ; et sur le plan politique : une assemblée, non plus seulement législative, mais constituante, élue au suffrage universel, égal et direct. En outre, il se prononcera pour un enseignement obligatoire et gratuit, également ouvert à tous (enseignement secondaire et supérieur compris), ainsi que pour l’extension du self-gouvernement local34. Et les motions devaient se ressentir de cette progression.

23Enfin, le premier congrès paysan avait conclu ses travaux par une dernière résolution bien faite pour populariser ce nouveau genre politique : « il est instamment conseillé (y lisait-on) aux paysans (...) de faire usage de leur droit à rédiger des motions portant sur le perfectionnement des rouages de l’État et l’amélioration du bien-être populaire ». Et il avait même été donné lecture au cours des débats d’une motion publiée dans les Russkie Vedomosti, et proposée à l’imitation des paysans. Aussi ce premier congrès paysan sera-t-il suivi d’une propagande accrue qui ne sera pas étrangère à la généralisation du courant de motions à partir de l’été.

  • 35 Rev. 1905-1907,1.11 (2), p. 285.
  • 36 Rev. 1905-1907,1.11 (2), p. 285.

24Depuis quelque temps déjà, en effet, les campagnes étaient soumises à une sorte de feu roulant de tracts et de proclamations, comme on le voit par l’exemple de la province de Kherson, où les premières motions paysannes avaient été signalées courant mai. Dans cette province, notait le 12 juin le chef de la gendarmerie, la propagande révolutionnaire se concentre depuis peu sur les villages : « cette propagande s’y effectue avant tout par distribution (razbroskd) de proclamations, qui y sont déversées en énormes quantités. On peut affirmer à coup sûr qu’il n’est pas dans toute la province de village ou de bourgade où des proclamations n’aient pas déjà été déversées à plusieurs reprises »35. Et ces tracts étaient fréquemment distribués par les paysans eux-mêmes qui, pour éviter d’être identifiés, distribuaient cette « littérature clandestine » loin de chez eux, « à quelques dizaines de verstes » parfois36.

  • 37 Pravo, n ° 33 (21 août 1905).
  • 38 Rapport du ministre Dumovo, en date de février 1906, cité in Krasnyj arhiv.

25Ce témoignage valait également pour d’autres provinces, à en croire l’hebdomadaire Pravo, qui relevait deux mois plus tard des contacts nouveaux entre paysans et intellectuels d’opposition, dont l’influence était relayée sur place par une « intelligentsia paysanne que l’on voit naître sous nos yeux »37. Et de fait, ce seront des paysans qui se chargeront dans plus d’un cas de proposer eux-mêmes, et de faire adopter par leurs villages des motions mises au point à l’extérieur. Au point que le ministre de l’intérieur, P.N. Doumovo, résumant l’opinion d’une « majorité de gouverneurs », soulignera quelques mois plus tard « l’influence immense de l’Union paysanne dont les résolutions révolutionnaires, adoptées lors de la session de Moscou, furent reproduites dans de nombreux organes de presse » ; et cette influence était même d’autant plus grande, précisait Dournovo, que « la majorité des paysans croit, aujourd’hui, que tout ce qui est imprimé est autorisé et légal »38. Juste retour de la censure prise maintenant à son propre piège.

26La publication (6 août 1905) du projet de « Douma Boulyguine », dont le boycott est aussitôt préconisé par une forte part de l’opposition socialiste, n’allait pas tarder à gonfler encore le courant de motions paysannes. Un article du S-R Tchemov, paru le 15 août dans l’organe socialiste-révolutionnaire Revoljucionnaja Rossija, est à cet égard significatif. L’auteur y appelait la paysannerie à un « boycott actif » de la future Douma, simple « parodie » de parlement, condamnée à ne jouer qu’une « comédie indigne et dérisoire ». Boycott actif : il s’agissait, précisait Tchemov, de mettre à profit les assemblées communales qui seraient tenues en vue des élections prochaines, pour faire acte (comme nous dirions aujourd’hui) de désobéissance civique. Soit essentiellement : révoquer les notables paysans élus sous la pression des autorités, et réunir l’ensemble du mir en assemblée plénière sans tenir compte des conditions de cens imposées par la loi du 6 août. Et Tchernov invitait ces assemblées plénières à « rédiger chacune sa motion », où elle énumérerait ses principaux « besoins et revendications » (maintenant bien connus), et à la mettre sans plus tarder à exécution. Ainsi s’opérait un couplage entre élections et motions, qui aboutissait indirectement à faire de ces motions une sorte de mandat à l’usage des futurs députés. Ces exhortations, qui ignoraient le loyalisme persistant de la paysannerie envers le tsar ne seront qu’incomplètement suivies : les paysans ignoreront cet appel à la désobéissance civique, mais ils retiendront les invites à rédiger des motions dont le nombre ne cessera plus désormais de croître.

27N’évoquons ici que pour mémoire le cas des sociaux-démocrates dont le cheminement n’était pas sans rappeler, dans ce cas précis, celui des S-R, mais qui ne parviendront jamais vraiment à mordre sur la clientèle paysanne au cours de la période 1905-1907. A l’exception de certaines provinces du sud et du sud-ouest où la mécanisation en cours des grands domaines avait généralisé le salariat agricole, ou encore des provinces baltes dont la population agricole était soumise à une double sujétion, à la fois nationale et économique, l’influence social-démocrate restera limitée. Non seulement le programme S-D ne contenait, sur le plan agraire, rien de bien séduisant pour les « camarades paysans », mais nombre de sociaux-démocrates n’envisageaient aucune concession à la petite propriété paysanne. Et de leur côté, les motions paysannes ignoreront le plus souvent les problèmes et les revendications du monde ouvrier.

  • 39 Tract du POSDR en réponse à la « lettre d’un paysan ». Cf. Rev. 1905-1907, t. II(1), p. 387.

28En fait, les sociaux-démocrates avaient tout d’abord combattu (tout comme les S-R) le principe même des motions tout juste bonnes à entretenir des « illusions monarchiques », dont le Dimanche rouge avait démontré l’inanité. Aussi avaient-ils vivement critiqué par exemple la « lettre d’un paysan » qui supposait une confiance injustifiée envers un tsar « oppresseur » et « imposteur » qu’il importait au contraire de renverser et de chasser, lui et ses ministres, « sans laisser pierre sur pierre de l’édifice gouvernemental tsariste... et de ses ignobles institutions »39.

  • 40 Selon l’expression du programme du POSDR, reproduite dans un certain nombre de tracts.
  • 41 Rev. 1905-1907,t. II(2), p. 175.
  • 42 « Aux paysans » : tract reproduit in Rev. 1905-1907,1.11 (1), p. 660.
  • 43 Ibid., p. 391.

29« Prendre ses destinées en mains », faisaient valoir les tracts sociaux-démocrates, cela signifiait avant tout constituer des comités paysans révolutionnaires, sur le modèle des « comités ouvriers », et soutenir la lutte armée des ouvriers pour le renversement – insurrectionnel – de l’autocratie tsariste à remplacer par une « autocratie du peuple »40. Aussi la presse social-démocrate n’avait-elle qu’exceptionnellement reproduit des motions paysannes, celles notamment de la province industrielle de Tver dont les paysans étaient plus ouverts que d’autres aux problèmes ouvriers. Les espoirs éveillés en milieu paysan par l’oukaze du 18 février et l’empressement mis à y répondre seront toutefois les plus forts, et les sociaux-démocrates en viendront peu à peu à rectifier leur tir, mais sans emboîter réellement le pas aux campagnes. Sans doute quelques tracts sociaux-démocrates avaient-ils, dès avril, invité les paysans à rédiger eux aussi, à l’exemple de la « Pologne » ou de la Géorgie, des motions pour exiger pêle-mêle le renversement de l’autocratie et l’abolition des annuités de rachat, ainsi que l’Assemblée constituante, une réforme fiscale et les libertés politiques et publiques41. Mais ce ne sera guère avant la fin de l’été et le renouveau, en septembre, de la vague révolutionnaire, que les sociaux-démocrates, devant le succès de ce genre politique, s’y convertiront effectivement, tout en cherchant à le transformer (à l’imitation des S-R) en instrument de combat socialiste contre l’autocratie. Exigez, proclamaient désormais les tracts sociaux-démocrates à l’adresse des paysans, la fin de l’absolutisme tsariste, la convocation des représentants du peuple et les libertés publiques. Secouez le joug des propriétaires fonciers, refusez de payer aucun impôt, de livrer aucune recrue, ou même d’obéir à ce gouvernement de « forbans ». Et rédigez dans vos assemblées communales ou régionales des motions dans ce sens42. Ainsi s’efforçait-on à présent de rallier le monde rural à une sorte de boycott actif de la Douma, « qu’on nous jette comme un os à ronger pour que nous nous y cassions les dents »43. Et l’on s’employait, non sans retard, à lester d’un contenu révolutionnaire nouveau des motions dédaignées la veille encore comme une forme de lutte trop pacifique et conciliatrice.

  • 44 Cf. par ex. pour la province de Tver, le rapport du gouverneur en date du 12 avril 1905,ibid., p. 7 (...)

30Histoire mouvementée, on le voit, et même relativement complexe que celle de ces motions paysannes, dont la naissance et la propagation avaient connu bien des péripéties que l’on peut approximativement schématiser comme suit : les premières d’entre elles étaient apparues simultanément, semble-t-il, dans les provinces polono-baltes et caucasiennes comme moyen de lutte contre la domination multiforme de l’empire tsariste, et, en ordre dispersé, en diverses provinces russes. Il s’agissait alors avant tout dans ce cas, de dicter aux propriétaires fonciers de meilleures conditions de salaire ou de location, de leur réclamer des terres dont la commune avait été privée en 1861, ou même de s’en partager les terres. Dès le début du printemps, des motions de ce genre avaient commencé à « circuler de mains en mains » entre villages voisins44, accompagnées de diverses rumeurs sur de nouvelles libertés. Mais le phénomène n’avait commencé à prendre de l’ampleur et à se politiser qu’avec l’intervention des zemstvos, plus prompts que d’autres à faire connaître l’oukaze du 18 février et à l’exploiter dans un sens conforme à leurs vues : celui d’une propagande libérale et constitutionnelle tacitement destinée à détourner la paysannerie de ces formes plus violentes d’action que le printemps favorisait traditionnellement.

  • 45 S.M. Dubrovskij, Krest’janskoe dvžienie v revoljucii 1905-1907 gg., M., 1956, passim.

31Il faudra toutefois attendre l’entrée en scène de l’Union paysanne, puis le premier congrès paysan et la propagande inlassable d’agitateurs radicaux, salariés de zemstvo ou militants socialistes, avant tout S-R, pour que le mouvement de motions commence à faire tache d’huile et à se radicaliser : c’est alors – à partir de juin-juillet – que les villages adhèrent par dizaines, ou même par districts entiers à l’Union paysanne (comme dans la région du Don), et adoptent à cette occasion des motions réclamant notamment, en écho au programme socialiste-révolutionnaire : l’abolition de la propriété privée du sol, la réunion d’une Assemblée constituante, la fin de la société d’ordres et de privilèges, l’égalité devant l’impôt ou l’enseignement, et la mise au pas de la bureaucratie, – bref une transformation sociale, et non plus avant tout politique, de l’autocratie. Avec l’été, et la préparation (ou le boycott) des élections à la « Douma Boulyguine », le courant de motions acquiert une ampleur nouvelle, et les motions commencent à se muer en instructions à l’usage des futurs députés. Enfin, dernière étape, le manifeste d’octobre, la marche promise au suffrage universel et l’imminence de la campagne électorale finissent par généraliser le mouvement ; et l’on assiste à l’adoption, par milliers, de motions d’un caractère de plus en plus stéréotypé, dont un historien soviétique (SAI. Dubrovskij) a donné un décompte malheureusement bien succinct45.

  • 46 Soit Revoljucija 1905-1907 gg. Dokumenty i materialy, et accessoirement : 1905 : agramoe dviženie v (...)

32Il ne saurait être question d’analyser ici le détail de ces motions qui n’ont fait jusqu’ici l’objet – en dépit de leur intérêt – que de publications limitées. Aujourd’hui encore, à soixante-quinze ans de distance, on ne connaît guère que les seules motions parues dans la presse de l’époque, complétées de quelques échantillons nouveaux reproduits essentiellement dans le monumental recueil de documents consacré à la révolution de 1905-190746. Soit au total une petite centaine de motions, qui ne permettent malheureusement pas d’établir la cartographie exacte du mouvement et de la mettre en rapport avec celle des émeutes agraires. En lui-même, cet assortiment de motions nous en donne toutefois une image assez fidèle pour qu’il soit possible d’en synthétiser brièvement les principales caractéristiques.

  • 47 Cité in Maslov, op. cit., p. 224.

33De toutes les doléances présentées par nos paysans, les plus instantes concernaient, bien entendu, la terre, et – secondairement – le poids de la fiscalité. Pour la terre, ce n’était d’une motion à l’autre qu’un même refrain : la terre devait revenir à ceux qui la cultivent et ne faire l’objet d’aucune transaction ni location, dont on déplorait sur tous les tons le constant enchérissement. Chaque cultivateur devait en recevoir assez pour pouvoir vivre « décemment », « à l’abri de la faim, du besoin et de l’ignorance », et payer normalement ses impôts. Ce qui supposait une expropriation des grands domaines, réclamée inlassablement de motion en motion. La conviction générale était résumée par le délégué de la province de Vladimir au 1er congrès paysan : « les paysans à la terre, et les nobles – [objet au passage de maintes imprécations] – à la Cour ! »47 .

34Deuxième doléance : la fiscalité, dont la dénonciation débouchait sur le procès de la bureaucratie tsariste, tenue pour principale responsable de la crise agraire. Des taxes et redevances locales aux impôts fonciers ou indirects, en passant par des annuités de rachat dont le total excédait largement la valeur de la terre, on n’en finissait pas de condamner une fiscalité « inique », « oppressive », « discriminatoire », et dont le paysan ne retirait aucun profit. Et l’on entendait lui substituer l’égalité de tous devant l’impôt, sous forme d’un impôt progressif sur le revenu, dont les paysans montraient, par leurs commentaires, qu’ils en avaient parfaitement compris le mécanisme.

35Pénurie de terres et oppression fiscale : ces deux points préoccupants entre tous, n’étaient finalement qu’un aspect d’une oppression bureaucratique généralisée, dont les motions instruisaient ensuite le procès avec l’aide des propagandistes et de l’intelligentsia rurale. Non contente de soutirer au paysan ses derniers kopecks, et de les dépenser sans aucun contrôle, cette « armée » de fonctionnaires, « aussi nombreux que les étoiles dans le ciel », la tyrannie et l’arbitraire faisaient l’objet de tirades vengeresses. Étrangère au monde rural, cette bureaucratie profitait de son ignorance des lois pour faire la pluie et le beau temps, pour « l’empêcher d’organiser sa vie à sa guise » et le « maintenir dans les ténèbres de l’ignorance » pour mieux « contrôler ses pensées et sa conscience ». Humiliations, arbitraire, oppression, ignorance, ... tel était finalement le lot quotidien des paysans, tenus au surplus dans l’ignorance de l’oukaze impérial, et privés de la possibilité d’exprimer leurs desiderata.

36Il était dès lors aisé aux agitateurs locaux de rallier l’assemblée communale aux principales revendications « constitutionnelles » : égalité de tous devant la loi et la justice, mais aussi libertés publiques : liberté de presse (« car un journal libre protège de l’oppression ») et de parole – pour « faire connaître nos besoins », et même « inviolabilité de la personne » pour protéger les paysans contre l’arbitraire des autorités locales ;... réunion enfin d’une assemblée nationale, ou même constituante, assemblée permanente, souveraine et élue au suffrage universel et secret, pour que l’on puisse voter « sans crainte » et se donner comme députés des élus « venus du peuple ». Ainsi se dégageait, sur le modèle de la pétition du 9 janvier, un amalgame original de doléances économiques et de revendications politiques, qui toutes visaient à abolir la société d’ordres et de privilèges, responsable de l’oppression où croupissait le monde paysan. La mise au point de ses motions avait en effet permis à toute une fraction de la paysannerie de prendre conscience de la servitude à peine déguisée qui était la sienne, et dont la nouvelle génération – fils et petits-fils de l’émancipation – ne voulait plus s’accommoder. Aussi réclamait-on, avec la même détermination et le même loyalisme monarchique que les ouvriers encore à demi-paysans du Dimanche rouge, une seconde émancipation, qui ferait enfin du moujik un citoyen de plein droit.

37Nouvelle redistribution du sol, accès de la paysannerie à la majorité civique et participation, sur un pied d’égalité, à la vie politique dans le cadre d’une assemblée nationale chargée de résoudre la question agraire et de contrôler l’administration : c’était bien là réellement une nouvelle émancipation que sollicitaient ces motions, dont chacune constituait une synthèse originale du programme constitutionnel, des propositions socialistes (révolutionnaires) et des aspirations paysannes de toujours. Appelée à se prononcer sur l’amélioration des rouages de l’État et du bien-être de la population, la paysannerie (ou tout au moins une notable fraction d’entre elle) avait répondu par un panachage, nouveau pour elle, de revendications économiques et politiques. C’était là prendre Nicolas II au mot, et l’inviter à se muer en un second tsar émancipateur, comme certains de ses ministres l’y encourageaient depuis le début de la révolution.

38Arrêtons ici cette brève analyse de nos motions dont il importe d’évaluer rapidement la valeur (comme source) et la portée.

  • 48 Ibid., p. 205.
  • 49 ZWd., p. 206.
  • 50 B. Pares, « A Peasant Meeting, August 1905 », The Contemporary Review, London, Jan.1906.
  • 51 Ibid., p. 797. On trouverait in Maslov, op. cit., d’autres exemples de ce genre.
  • 52 B. Pares, art. cit., p. 793.

39La première question qui se pose est la suivante : dans quelle mesure les signataires de ces motions en comprenaient-ils véritablement le sens, et jusqu’à quel point ? Question délicate, mais qui appellerait tout compte fait une réponse plutôt positive. Certes, nos paysans avaient tendance comme le note un auteur contemporain, à donner à chaque fois raison au dernier orateur qui prenait la parole ; mais tous suscitaient une véritable « effervescence intellectuelle » en lançant parmi eux une « foule d’idées neuves »48. En fait, tous ces orateurs trouvaient chez les paysans, inquiets de la détérioration de leur sort, les « auditeurs les plus attentifs »49 ; et la mise au point (ou la signature) d’une motion était l’occasion de débats animés, comme on le voit par l’exemple d’un village (Prjamukhino) de la province de Tver, dont un observateur britannique nous a conservé le compte rendu50. Non seulement les membres de l’assemblée avaient manifesté « un intérêt très vif » pour chaque paragraphe de la motion, mais ils s’en étaient fait « longuement expliquer » les expressions qui leur étaient le moins familières, telles que : fiscalité indirecte, impôt sur le revenu, droit de grève... ou divers modes de scrutin. Et loin d’être approuvées en bloc, ces motions faisaient l’objet d’une discussion, de retouches, et d’un vote paragraphe par paragraphe, avant d’être signées par la quasi-totalité des assistants, au terme d’une séance qui se prolongeait parfois bien avant dans la nuit51. Au point que notre observateur considérait de telles réunions comme « un pas en avant considérable », qui le remplissait de confiance dans la marche pacifique de la Russie vers l’ordre et la liberté, à l’exemple de la Grande-Bretagne52.

  • 53 Pravo, n° 33 (21 août 1905), col. 2689.

401) Indéniablement, et c’est là le premier point à noter, ces motions avaient rencontré un profond écho au sein de la paysannerie, condamnée depuis trop longtemps au silence pour ne pas saisir avec empressement ce droit de pétition et de doléance qui lui était subitement rendu. A cette occasion, les campagnes s’étaient familiarisées avec des idées, un vocabulaire, ou des conceptions nouvelles ; elles apprenaient à formuler leurs aspirations et à établir un lien, également nouveau pour elles, entre économie et politique. A cet égard, l’hebdomadaire Pravo n’avait sans doute pas tort de noter, dès le mois d’août 1905 : en dépit de tout un côté stéréotypé, ces motions sont « extrêmement précieuses et instructives... et une bonne part de ce qui semble de prime abord emprunté ou étranger se révèle à l’examen remarquablement assimilé et très consciemment adopté par les paysans »53. De toute évidence, le village russe sortait de sa « léthargie » antérieure pour s’éveiller à la vie politique, et prendre conscience de son hilotisme et de son ignorance. C’est assez dire le rôle éducateur joué par ces motions qui rapprochaient les campagnes des villes, et les arrachaient tant soit peu à la « puissance des ténèbres ».

412) L’année 1905, précisait Witte dans son mémorandum du 9 octobre au tsar, avait entraîné une « révolution dans les esprits », et fait avancer la Russie de nombreuses années en popularisant des idées qui étaient jusque-là l’apanage des seuls extrémistes, telles que le suffrage universel ou la nationalisation du sol. Cela valait également pour les campagnes qui avaient fait plus de progrès en deux ans qu’au cours du demi-siècle écoulé, et qui commençaient à leur tour à « dépasser (autre expression de Witte) le régime existant ». Aussi y avait-il quelque imprudence à miser sur le conservatisme ou sur le patriarcalisme du monde paysan et à lui assurer une relative prépondérance dans une Douma de type censitaire, à l’heure même où les paysans se prononçaient dans leurs motions pour l’abolition des ordres et pour le suffrage universel, égal et direct. Les motions paysannes préjugeaient très largement le vote ultérieur des paysans à la Douma, et les responsables se seraient montrés moins surpris s’ils s’étaient donné la peine de les lire. La paysannerie de 1906 n’était plus celle de 1904, et les motions n’étaient pas étrangères à cette mutation.

  • 54 Cf. par ex. B. Pares, art. cit., pp. 791-792. Nombreuses sont les motions qui se défendaient d’être (...)

423) Mutation encore bien incomplète toutefois : les motions restaient en effet imprégnées d’un loyalisme monarchique qui rappelait bien souvent à s’y méprendre la pétition du 9 janvier. Non seulement, elles ne réclamaient nulle part le renversement de la monarchie, exigé par tant de tracts, mais les agitateurs se gardaient soigneusement de s’en prendre à la personne du tsar54, dont on ne pourfendait que les seuls ministres. Comme on le voit, le Dimanche rouge n’avait guère ému les campagnes indifférentes, sauf exception, ou même hostiles au monde ouvrier, et n’avait nullement entamé la popularité du tsar auprès des masses rurales. Ce qui ruinera sa popularité dans les campagnes ne fut pas le massacre du 9 janvier, mais la double dissolution (1906-1907) de la Douma, sur laquelle les paysans avaient reporté leurs espoirs, et l’amputation brutale de leur représentation à la troisième Douma.

43C’est que le loyalisme de la paysannerie passait désormais par la satisfaction des « besoins et doléances » exprimés dans les motions, et par la redistribution des grands domaines réclamée à cor et à cri par l’ensemble de la paysannerie. En invitant le pays à faire connaître son avis sur la réforme de l’État, le tsar avait en quelque sorte engagé sa responsabilité sur le sort de ces réformes. D’où la confiance, bien naïve parfois, placée dans ces motions. Sans être aucunement remis en cause, le loyalisme des paysans n’en était pas moins devenu conditionnel : la popularité du tsar dépendait maintenant d’un règlement de la question agraire conforme aux vœux des paysans.

444) Aussi y aurait-il lieu de réexaminer les chances de la réforme agraire de Stolypine à la lumière de nos motions qui exprimaient tant bien que mal et pour la première fois la grande voix collective de la paysannerie. Unanimement réclamée (ou presque) en 1905, la redistribution du sol au bénéfice de la « paysannerie laborieuse » conditionnait désormais le ralliement du monde rural au nouvel ordre légal. Par là, nos motions s’inscrivaient par avance en faux contre une politique qui – en expropriant les communes et non les pomeščki – allait à l’encontre de l’aspiration la plus profonde des campagnes.

455) Qui mieux est, la commune sortait singulièrement renforcée (s’il en était besoin) de la révolution. De même que les émeutes paysannes s’étaient déroulées solidairement et sous le couvert de la commune, de même les motions avaient été adoptées dans le cadre de la commune qui s’était affirmée une fois de plus comme le mode d’expression naturel de la paysannerie. Sauf de rarissimes motions qui réclamaient (dans un cas) la propriété privée du sol, ou (dans trois cas) l’individualisation des exploitations, la commune n’avait nulle part été remise en question, ni même contestée ou seulement évoquée. C’était là une institution qui allait en quelque sorte de soi et qui s’identifiait plus que jamais avec les rêves et les aspirations du monde paysan. S’en prendre à une commune dont la révolution avait renforcé l’emprise et la vitalité, signifiait donc heurter de front l’attente collective de la paysannerie. C’était ainsi un double handicap qui pesait sur la politique agraire de Stolypine, adoptée sans consultation de la paysannerie et contre l’avis de l’ensemble de ses motions.

  • 55 A. Sestakov, Krest’janskaja revoljucija 1905-1907 gg. v Rossii, M. – L., 1926, p. 60. De fait on no (...)

46Pour la première fois depuis des générations, le monde paysan avait donc pris – au moins partiellement – la parole, et il s’était exprimé avec une louable pondération, au point que certains avaient pu craindre que ces motions ne « noient sous un déluge de mots l’incendie de la révolution »55. La preuve était faite que l’émeute « aveugle et insensée » à la Pougatchev n’était pas fatale, et qu’il y avait place pour une révolution légale et pacifique. La leçon méritait d’être entendue ; elle ne le sera pas. En refusant au monde paysan cette nouvelle redistribution du sol, dont ses motions faisaient le préalable à son ralliement, le gouvernement rejetait la paysannerie du côté de la subversion violente. Tout comme déjà auparavant les pétitionnaires du 9 janvier. « Le peuple russe est entraîné à une révolution dont il ne veut pas et que l’empereur peut prévenir », augurait en décembre 1904 le prince Troubetzkoï, l’un des porte-parole du « libéralisme russe ». De fait, l’image qui ressort de ces motions nous paraît bien celle d’un monde paysan révolutionnaire malgré lui.

ANNEXE I REQUETE DES PAYSANS DE TAšINO (district d’Odessa) A NICOLAS II (1ère quinzaine de mai 1905)

47Nous, paysans du village de Tašino, district de Odessa (province de Kherson), – ayant lu Ton oukaze du 18 février, par lequel Tu nous donnes la possibilité d’être entendus directement par Toi – nous Te présentons les besoins depuis longtemps pressants qui sont nôtres.

48Grande est notre misère, Sire ! Voici bien des siècles que les paysans que nous sommes portent sur leurs épaules toutes les infortunes et toutes les erreurs de l’État. Nos ancêtres ont versé leur sang pour l’agrandissement de la Russie ; deux siècles et demi durant, nous avons supporté le servage, et avons ainsi permis aux ordres privilégiés de vivre sur notre dos dans l’insouciance ; nous seuls avons supporté un service militaire rigoureux ; durant des siècles nous avons supporté, et supportons encore des impôts et redevances disproportionnés à nos moyens. Et pour tout ce fidèle et rude service de l’État des siècles durant, nous avons reçu en partage un lot de mendiant, assorti de lourds paiements de rachat, mais sans aucun droit, et nous continuons à végéter dans l’ignorance comme depuis des siècles.

49Voici, Sire, la liste des principales mesures qui peuvent seules nous faire passer nous autres, paysans, et avec nous la Russie tout entière, de l’arbitraire, de l’ignorance et de la pauvreté dont nous continuons encore aujourd’hui à souffrir, à la justice, à la lumière et au bien-être national :

  1. convoquer sans tarder les hommes les plus dignes, investis de la confiance du pays et élus par la population, en une Assemblée constituante permanente, comme Tu l’as annoncé dans Ton rescrit du 18 février, afin que ces élus investis de la confiance du pays puissent mettre leurs talents au service de notre patrie martyrisée ; il est indispensable de les élire dans des conditions de : liberté de parole et de presse, inviolabilité de la personne et du domicile, et sur la base du suffrage universel, direct, égal et secret. Par de telles élections, nous sommes convaincus que nos besoins de paysans seront satisfaits.
  2. Remise aux paysans qui les travaillent des terres domaniales et privées par rachat aux frais de l’État.
  3. Abolition de la tutelle administrative et octroi d’une large autonomie locale.
  4. Égalité de tous sans exception devant la loi et la justice.
  5. Rendre la liberté à ceux qui ont souffert pour leurs idées ou pour leurs actes contraires aux vues de l’administration. En terminant cette requête, nous attendons et espérons que nous ne serons pas

toujours des souffre-douleur de notre patrie, et que le cri de notre âme meurtrie parviendra enfin jusqu’à Toi. Aide-nous, Sire ! Soutiens en nous la foi en Ton aide.

tiré de : Revoljucija 1905-1907gg. Materialy i Dokumenty, M.-L., 1960, t. II, 2, p. 278-279.

ANNEXE II MOTION DES PAYSANS DE EKATERININSKIJ

50Nous, paysans soussignés du village de Ekaterininskij, volost de Krivoï-Rog, district du Donetz (Région du Don), nous étant réunis ce 18 juin 1905 en assemblée communale, en présence de notre staroste, avons adopté à l’unanimité les résolutions ci-après :

  1. La principale mesure pour améliorer la bonne marche de l’État et le bien-être du pays doit être la création d’une représentation nationale élue au suffrage universel, direct, égal et secret.
  2. Les représentants de la nation auront des pouvoirs législatifs indépendants,
    y compris l’initiative des lois, fixeront les impôts d’État et contrôleront l’administration.
  3. Pour mettre cette réforme à exécution, il est nécessaire de garantir dès à présent à tous les citoyens russes, sans distinction de naissance, de nationalité, de religion ni de sexe, les droits suivants : inviolabilité de la personne et du domicile, liberté de parole et de la presse, droit de grève, de réunion et d’association, et égalité de toutes les langues nationales.

51L’examen de notre propre misère actuelle nous a également conduits à la conclusion unanime que la pauvreté, l’ignorance et l’oppression dont nous souffrons ont également pour causes le manque de terres et les loyers élevés que nous font payer les propriétaires fonciers pour nous permettre tout simplement de cultiver leurs terres.

52Il est en conséquence nécessaire d’abolir la propriété privée de la terre et de remettre à la disposition de tout le peuple les terres privées, celles de l’État, des apanages, des monastères et de l’Église ; ne doit jouir de la terre que celui qui la cultive avec sa famille ou en association, mais sans recourir au travail salarié, et en proportion de ce qu’il peut cultiver. Sont également indispensables :

  1. enseignement populaire général et obligatoire aux frais de l’État,
  2. suppression des « ordres » (soslovija) et égalité de tous sans exception devant la loi,
  3. remplacement des impôts indirects par un impôt direct et progressif sur le revenu,

53d) abolition des annuités de rachat.

54Pour faire aboutir nos demandes ci-dessus par la voie législative, nous, soussignés, adhérons à l’Union paysanne panrusse, et nous y élisons comme délégués (suivent les noms...), paysans de notre village. En foi de quoi nous apposons nos signatures au bas de la présente motion.

55parue in : Russkie Vedomosti

56(juin 1905)

DISCUSSION (Résumés)

57Valdo ZILLI (Naples)

58insiste sur la nouveauté de la communication : ces cahiers de doléances ont en effet été très peu utilisés malgré l’existence d’un grand nombre de documents semblables. Le temps est venu d’en faire une analyse systématique, comme on l’a fait pour ceux de la Révolution française, à la suite du grand historien qu’était Aulard et il y aurait lieu de compléter dans ce sens les recueils soviétiques consacrés aux sources de la révolution de 1905 et à la présentation des archives.

59A. STRYCEK (Centre d’études russes de Meudon)

60L’oukaze du 18 février 1905 ne se situe-t-il pas dans la ligne du manifeste d’août 1903 ou de l’oukaze de décembre 1904, et en quoi consiste alors sa nouveauté ?

61Terence EMMONS (Stanford)

62pose la question de savoir s’il est possible de démontrer que c’est bien l’expérience de la première Douma qui a détruit le loyalisme monarchique au sein de la paysannerie. Ne serait-il pas en outre préférable d’appliquer tout simplement le terme de « cahier de doléances » à ces motions, dont l’existence a été signalée par divers historiens soviétiques, dont Dubrovskij, mais également Pershin. Le temps semble en effet venu d’entreprendre l’analyse de ces cahiers de doléances paysans qui ont été pour une part décrits dans un recueil consacré aux sources pour servir à l’histoire de la révolution de 1905.

63V. I. BOVYKIN (Moscou)

64souligne l’intérêt de la communication : Les sources qui indiquent ce que pensent les paysans sont en effet rares, et elles ne donnent qu’une image incomplète ; aussi est-il nécessaire de les compléter par d’autres. S’agissant du revirement dans l’attitude des paysans envers le tsar, les expéditions punitives de 1905-1906, qui ont étouffé la révolution dans les campagnes, n’en sont-elles pas responsables ? Quant à l’appréciation finale sur les paysans « révolutionnaires malgré eux », le sens ne m’en apparaît pas clairement.

65Wladimir BERELOWITCH (CNRS Paris)

66demande si l’on sait dans quel esprit a été adopté l’oukaze du 18 février. S’agissait-il seulement d’une mesure tactique d’apaisement ou de visées à plus long terme ? Quant à l’attachement des paysans à leur commune, il convient de noter que cet attachement n’était pas unanime, comme le prouvent certains départs de paysans malgré le mir, et ne faudrait-il pas dès lors nuancer l’emprise de la commune et la portée de ces motions ?

67François-Xavier COQUIN

68évoque tout d’abord l’oukaze du 18 février qui constitua une surprise pour le pays, mais dont l’élaboration est fort mal connue. A en croire les Mémoires de Witte, cet oukaze se situe dans la tradition autocratique qui cherchait à établir un lien direct avec la population de l’Empire sans passer par l’intermédiaire de la bureaucratie. Afin de faire contrepoids à la Douma projetée, Nicolas II aurait cherché à établir en contre-partie un lien direct avec le pays et les classes populaires.

69A ce titre, l’oukaze du 18 février ne saurait être assimilé aux oukazes précédents, celui de 1903, notamment, sur la réforme de l’administration et de l’État. A la différence des oukazes précédents, celui du 18 février invitait le pays à faire connaître ses avis et suggestions sur les réformes envisagées. C’était là reconnaître à la population un droit de pétition (et de doléance), qui n’avait cessé de lui être refusé depuis les réformes des années 1860. Quant aux paysans proprement dits, ce droit de pétition leur avait été retiré un siècle plus tôt par Catherine II, et ils n’avaient jamais pris leur parti d’en être dépouillés. Autoriser le pays à faire connaître ses vues sur le perfectionnement des rouages de l’État, qui était jusqu’alors la chasse gardée de la bureaucratie impériale, constituait une concession sans précédent, dont les zemstvos allaient s’emparer pour relancer leur campagne de pétitions et y associer la paysannerie. L’oukaze offrait en effet un levier d’action remarquable sur les campagnes, et permettait d’inviter la paysannerie à présenter ses doléances et son désir de réformes au nom même de la fidélité au tsar, et en réponse à ses invites. C’était là une innovation sans précédent.

70En ce qui concerne le loyalisme monarchique des paysans il est difficile de dire à quel moment précis (si ce moment existe) ils se sont détachés du tsar. La date du Dimanche rouge, qui n’eut aucun écho dans les campagnes, ne saurait être retenue. Mais de toutes les dates-repères auxquelles accrocher cette désaffection, la meilleure paraît être la dissolution de la première, puis de la deuxième Douma. Dans la mesure où les paysans avaient mis leurs espérances dans le tsar et dans la Douma, sa double dissolution eut un grand retentissement dans les campagnes, et dut ébranler de façon décisive la confiance de la paysannerie dans le tsar, qui avait attaché son prestige à la satisfaction des demandes présentées par le pays et la paysannerie. Comme nous l’avons vu, le loyalisme des paysans est devenu conditionnel, et les lois de Stolypine achèveront, semble-t-il, de le ruiner, beaucoup plus que les expéditions punitives de 1905-1906. Déjà dans le passé il y avait eu des expéditions punitives qui n’avaient nullement ébranlé le loyalisme des paysans. En admettant qu’elles aient joué un rôle en 1906-1907, elles ne l’ont fait que de façon ponctuelle, et localisée. Or la désaffection de la paysannerie (que révélera 1917) est beaucoup plus générale, à l’échelle du pays tout entier. Par contre les lois de Stolypine n’ont pas manqué de heurter l’attachement des paysans pour leur commune, que la révolution de 1905 paraît bien avoir encore renforcé. Dans le cas des motions, celles-ci étaient en effet adoptées en assemblées communales et donnaient lieu à des discussions animées. Sans examiner ici qui avait (le cas échéant) voix prépondérante dans ces assemblées communales, ce fut la commune qui servit de cadre à cette prise de parole que furent les motions, ainsi d’ailleurs qu’à la résistance et aux émeutes paysannes. A ce titre, son emprise ne pouvait que sortir renforcée de la révolution.

71Dernier point enfin, le terme de « cahier de doléances » présente de tout autres connotations – que ce soient celles de la révolution de 1789 ou, à la rigueur, celles de la Grande Commission législative de 1767 et de ses « instructions » – et ne nous paraît pas convenir. En abandonnant le terme de « motion » qui s’enracine dans les usages communautaires, on change de registre et on détache les motions de leur contexte.

Notes de fin

1 N.P. Oganovskij, cité d’après A.N. Antsiferov (et autres), Russian Agriculture During the War, New Haven, 1930, p. 267.

2 Lenin, Œuvres complètes, t. XXX, p. 322 (5e éd. en russe).

3 Cf. par ex. Trudy Vol’nogo èkonomiieskogo obščestva, 1908, III, pp. 76-77. Voir également Revoljucija 1905-1907 gg. Dokumenty i materialy, M. – L., 1955, t. II (l), passim. Ouvrage cité ultérieurement sous la forme : Rev. 1905-1907.

4 Polnoe sobranie zakonov, 3e série, loi n° 25853.

5 Ibid.

6 Telle est du moins l’interprétation avancée par Witte dans ses « Mémoires », Vospominanija, Berlin, 1922, t. 1, p. 339,note 2.

7 N. Bourdon, La Russie libre, Paris, 1905, p. 383.

8 Reproduites notamment dans la presse libérale, et dans l’hebdomadaire Pravo, où elles attendent toujours d’être dépouillées.

9 Pour le texte de cette circulaire, cf. I.P. Belokonskij, K istorii zemskogo dviienija v Rossii, Ist. sbomik, SPb., 1907, pp. 57-60.

10 Cf. Russkie vedomosti, n • 146 (1905), ou encore Pravo, n° 22, et plus généralement la « correspondance provinciale » de la presse libérale. Cf. également N. Sivkov, « Krest’janskie prigovory 1905 goda », Russkaja mysl’, 1907, III, p. 24.

11 Cf. Congrès constitutif de l’Union paysanne panrusse, Protokol, M., 1905.

12 Cité notamment in Russkie vedomosti, n° 171 (27 juin 1905). Nous n’avons pu retrouver le texte de cette circulaire.

13 Russkie vedomosti, n • 217 (12 août 1905).

14 Pravo, n° 32, col. 1811.

15 Cf. Naša žizn’, n° 161 (15 juillet 1905), qui reproduit une circulaire du gouverneur parue dans les Saratovskie gubemskie vedomosti.

16 Comme le souligne justement P. Maslov (Agramyj vopros v Rossii, t. II, SPb., 1908, p. 206) à propos de paysans de la région de Krivoï-Rog.

17 Russkie vedomosti, n • 178 (4 juillet 1905). Décision prise en vue de contrer la persécution de l’intelligentsia locale par les forces conservatrices.

18 Ibid.

19 Russkie vedomosti, n – 217.

20 Cf. Sivkov, art. cit., p. 32.

21 Requête du 9 juin, citée in Pravo, n° 33 (21 août 1905).

22 Pravo, n° 23 (12 juin 1905).

23 Pis’mo krest’janina, cité in Rev. 1905-1907,1.11 (1), pp. 385-386.

24 P.N. Miljukov. Ze Crise russe, Paris, 1907, p. 375.

25 Rev. 1905-1907,1.11 (1), p. 585.

26 K. Stâhlin, Geschichte Russlands, t. IV(2), p. 776.

27 Cf. par ex. Rev. 1905-1907,1.11 (1), p. 832 (doc. n° 562).

28 On trouvera le texte des résolutions de l’Union paysanne reproduit in « Congrès constitutif de l’Union paysanne panrusse », Protokol, p. 139 sq.

29 Soit par ex., pour ne citer qu’elles, les provinces de Kharkov, Tchernigov, Toula ou Koursk. Cf. Maslov, op. cit., pp. 220-221.

30 Ibid., p. 214.

31 Tract de mars 1905, reproduit in : N. Kmpov, Kresr’janskoe dviženie v revoljucü 7905g., L., 1925,p. 34.

32 Ibid., ?. 31.

33 Tract diffusé dans la province de Simbirsk, et cité in Rev. 1905-1907,1.11 (1), p. 855.

34 Cf. Congrès constitutif de l’Union panrusse des paysans, Protokol, p. 67 sq.

35 Rev. 1905-1907,1.11 (2), p. 285.

36 Rev. 1905-1907,1.11 (2), p. 285.

37 Pravo, n ° 33 (21 août 1905).

38 Rapport du ministre Dumovo, en date de février 1906, cité in Krasnyj arhiv.

39 Tract du POSDR en réponse à la « lettre d’un paysan ». Cf. Rev. 1905-1907, t. II(1), p. 387.

40 Selon l’expression du programme du POSDR, reproduite dans un certain nombre de tracts.

41 Rev. 1905-1907,t. II(2), p. 175.

42 « Aux paysans » : tract reproduit in Rev. 1905-1907,1.11 (1), p. 660.

43 Ibid., p. 391.

44 Cf. par ex. pour la province de Tver, le rapport du gouverneur en date du 12 avril 1905,ibid., p. 720.

45 S.M. Dubrovskij, Krest’janskoe dvžienie v revoljucii 1905-1907 gg., M., 1956, passim.

46 Soit Revoljucija 1905-1907 gg. Dokumenty i materialy, et accessoirement : 1905 : agramoe dviženie v 1905-1907,t. I, M. – L., 1925.

47 Cité in Maslov, op. cit., p. 224.

48 Ibid., p. 205.

49 ZWd., p. 206.

50 B. Pares, « A Peasant Meeting, August 1905 », The Contemporary Review, London, Jan.1906.

51 Ibid., p. 797. On trouverait in Maslov, op. cit., d’autres exemples de ce genre.

52 B. Pares, art. cit., p. 793.

53 Pravo, n° 33 (21 août 1905), col. 2689.

54 Cf. par ex. B. Pares, art. cit., pp. 791-792. Nombreuses sont les motions qui se défendaient d’être « séditieuses », et qui protestaient de leur fidélité au tsar.

55 A. Sestakov, Krest’janskaja revoljucija 1905-1907 gg. v Rossii, M. – L., 1926, p. 60. De fait on notait souvent une atténuation du « mouvement paysan » là où les motions se multipliaient.

Le texte et les autres éléments (illustrations, fichiers annexes importés) sont sous Licence OpenEdition Books, sauf mention contraire.

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search