Version classiqueVersion mobile

Guerre du toit et modernité architecturale

 | 
Christine Mengin

Chapitre IV. Les syndicats d’employés maîtres d’ouvrage

Texte intégral

1La présentation de la politique menée par les gouvernements successifs sous la république de Weimar a montré l’importance que revêt désormais, au plan national, la question du logement. Les confédérations syndicales d’employés ne sont pas en reste et interviennent avec conviction dans le débat. Leur action ne se limite pas à l’élaboration d’enquêtes sur les conditions d’habitation de leurs adhérents, ni à la formulation de programmes d’action en direction du Parlement et des autorités, ni au soutien à des entreprises du bâtiment. Elle s’étend également à la création de sociétés de construction d’utilité publique pour employés, qui font l’objet de ce chapitre — nous avons déjà croisé deux d’entre elles. Sous la république de Weimar, les syndicats d’employés fondent trois sociétés de construction. Tout d’abord, un collectif d’organisations d’employés appartenant aux trois tendances du syndicalisme allemand après la Première Guerre mondiale s’accorde en 1918 sur la création d’une société, la Gagfah, chargée de construire des maisons individuelles pour les employés dans tout le Reich, avec l’aide de la Caisse d’assurance retraite des employés, la RfA. Alors que la Gagfah est soutenue par tous les courants syndicaux, la seconde société de construction syndicale est fondée en 1924 par les seuls syndicats libres, proches du SPD. Cette société de construction, la Gehag, constitue la principale filiale de la Dewog, société chargée de coiffer les coopératives de construction idéologiquement proches des socialistes. Active à Berlin, elle se donne pour objectif la construction de logements pour les employés, mais aussi pour les ouvriers et les fonctionnaires. Début 1925, c’est au tour du syndicat d’employés national-libéral, la GdA, affiliée à l’Alliance syndicale Hirsch et Duncker, de fonder une société de construction pour ses adhérents : il s’agit de la Heimat. Pendant la république de Weimar, Gagfah et Gehag seront les deux principales sociétés de construction actives à Berlin. Nous retracerons leurs organisation et fonctionnement, leurs sources de financement, leur mode de mise en œuvre des projets, leurs rapports avec les organisations syndicales actionnaires. La présentation de la Gehag sera précédée de celle de l’organisation dont elle est l’émanation : la Dewog. Nous ferons ensuite le point sur les informations disponibles sur la Heimat, moins connue.

La création par les syndicats d’employés de leur société de construction (1917-1918)

L’appel de 1917 à la création d’une société de construction pour les employés

  • 1 Un précédent mémoire, rédigé en 1914 pour le compte du syndicat des employés des mines de Bochum p (...)

2C’est un mémoire émanant du DHV, principale organisation d’employés, qui a un impact déterminant sur la création d’une société de construction financée par la RfA1. Ses rédacteurs sont Hans Bechly, président du DHV, et Hermann Frank, ancien permanent du DHV à Hamboutg et directeur de la Société de construction d’utilité publique d’Altona-Ottensen (Gemeinnutziger Bauverein Altona-Ottensen GmbH), qui avait en 1914 assigné comme idéal à sa société de construction l’édification de petites maisons individuelles avec jardin.

  • 2 La question soulevée au douzième Congrès des employés de commerce à Breslau, en juin 1911, de savo (...)
  • 3 Cf. H. Frank, « Kriegerheimstätten als zeitgemäβe Stadterweiterungen », Bau-Rundschau, n° 44-6, 25 (...)
  • 4 Hamburger Ausschuβ fur Krieger-Heimstätten, Krieger-Heimstatten. Cedanken und Vorbilder. Erster Te (...)

3Jusque-là, le DHV s’était manifesté par ses enquêtes dont certaines s’intéressaient aux conditions d’habitation des employés de commerce, mais il n’avait pas fait de la construction de logements un réel cheval de bataille2. C’est l’aggravation des conditions de logement pendant la guerre qui l’incite à réagit, l’arrêt presque total des constructions augurant mal du retout des employés démobilisés. Dès 1916, les conférences et articles d’Hermann Frank prônent l’édification de biens de famille insaisissables pout les soldats, en liaison avec la section hambourgeoise de la Fédération allemande pour la réforme foncière3. Dans le prolongement des « Lignes directrices pour une loi nationale pour la création de biens de famille insaisissables pour les anciens combattants » par le Comité national du mouvement, présidé par Damaschke, le Comité hambourgeois édite, avec la complicité de la revue Bau-Rundschau (« Panorama de la construction »), partisan de la réforme architecturale et proche du mouvement pour la cité-jardin, un cahier de propagande intitulé « Biens de famille insaisissables pour les anciens combattants. Réflexions et exemples », réédité et complété dès février 19164. Cette brochure propage l’idée que le pays doit exprimer sa reconnaissance aux soldats, « qui ont défendu le sol de la patrie avec leur sang », en leur offrant la possibilité d’acquérir une parcelle de ce sol, avec une maison et un jardin vivrier. Une telle mesure renforcerait la santé, la force militaire (Wehrkrafi) et la moralité du peuple allemand ; elle permettrait en outre d’éduquer les masses au confort de l’habitation. Et Frank illustre cette revendication au moyen des maisons construites à Altona par la société de construction qu’il dirige et sur lesquelles nous reviendrons au chapitre V. Sur le plan sémantique, la participation de Frank au combat orchestré par la Fédération allemande pour la réforme foncière est importante, car son ralliement à cette cause le décide à abandonner le terme de Gartenheim (foyer dans un jardin), au profit de celui de Heimstätte (maison familiale, foyer avec jardin) qui, nous l’avons vu, fait florès bien au-delà de l’Armistice.

  • 5 H. Bechly et H. Frank, Die Heimstätte des Angestellten. Eine Denkschrift uber die Möglichkeit, die (...)
  • 6 H. Bechly, Die Heimstätte des Angestellten. Eine Denkschrift uber die Möglichkeit, die Wohnungsver (...)
  • 7 Une épreuve de cette toute première version, distincte des éditions de 1917 et de 1918, est conser (...)
  • 8 Cf. chapitre II, n. 64.
  • 9 Curieusement, alors que cette mobilité professionnelle de l’employé est fréquemment évoquée, aucun (...)
  • 10 Cet idéal est partagé par la RfA, dont un représentant, Hermann Thissen, en appelle dans un discou (...)

4En 1917, Bechly et Frank formulent l’idée d’une société de construction pour employés, seule solution à la dramatique situation de leurs conditions d’habitation, dans la perspective de la paix et de la démobilisation. Cette société de construction pour les employés, active dans toute l’Allemagne, permettrait à l’employé qui change de ville en même temps que d’emploi de se loger partout dans les mêmes conditions. Le 7 novembre 1917, leur première plaquette de propagande, intitulée « Le Foyer de l’employé. Note sur la possibilité d’améliorer les conditions de logement des assurés de la RfA par l’édification de petites maisons », incite les employés à passer à l’action5. Publiée par les Editions hanséatiques, elle connaît une seconde édition dès l’année suivante (ill. C10)6. Le dessin de couverture, dû à l’un des deux architectes de la cité-jardin d’Altona-Steenkamp, Kurt F. Schmidt, s’inspire des maisons construites en 1914 par la Société de construction d’utilité publique d’Altona-Ottensen, dirigée par Hermann Frank : le modèle d’habitation proposé aux syndicats d’employés est la petite maison en bande avec jardin, dans un environnement de verdure. Le brouillon de ce mémorandum permet de distinguer les considérations d’ordre idéologique, dues au politique Bechly, des propositions concernant l’organisation de la société, qui reposent sur l’expérience de maître d’ouvrage de Frank7. Bechly s’inquiète des conditions de vie, et en premier lieu d’habitation, qu’auront les anciens combattants à leur retour. Il craint que, après avoir défendu la patrie contre l’ennemi, ils ne soient déçus et amers. Soulignant que la crise régnait déjà avant la guerre, il retient de l’enquête menée en 1911 par la Caisse locale berlinoise d’assurance maladie (AOK) que les logements des assurés sont autant de foyers de tuberculose et autres maladies mortelles8. Plus de trois cent mille nouveau-nés y meurent chaque année, soit un million en trois ans, chiffre que Bechly compare à la saignée démographique provoquée par la guerre. D’une façon générale, la famille répugne à s’agrandir, l’obligation de prendre un logement plus grand dans le cas d’une nouvelle naissance entraînant une augmentation considérable du coût de la vie. Au demeurant, les propriétaires sont peu enclins à louer à des familles nombreuses et il n’est pas rare de voir des annonces de location s’adresser exclusivement à des locataires sans enfant — la naissance d’un enfant étant fréquemment prétexte à rupture du bail. Le recul démographique, qui légitimait avant guêtre l’inquiétude quant à l’avenir du peuple allemand, devient la préoccupation numéro un après l’hécatombe. L’auteur affirme qu’une politique du logement ne saurait bien sûr faire office de panacée, mais prétend qu’en son absence il est illusoire d’espérer une amélioration de la situation démographique. Toutefois, une réforme du logement qui s’appuierait sur les promoteurs privés serait vouée à l’échec, car la logique du profit les incite à ne construire que des casernes locatives. Or celles-ci sont par nature hostiles aux familles nombreuses, le propriétaire craignant la dégradation rapide de ses appartements. Les autres locataires, soucieux de leur tranquillité, supportent mal le bruit et le mouvement des enfants, au point souvent de menacer le propriétaire de dénoncer leur bail s’il ne se résout pas à l’expulsion. Seules la construction et la location de petites maisons individuelles sont à même d’éviter ces inconvénients, mais les promoteurs immobiliers s’y refusent. La réforme de l’habitat doit sauver la famille allemande de la caserne locative et l’enraciner. Cependant, le nombre des naissances n’augmentera que si le sentiment du devoir moral est parallèlement fortifié. Il ne s’agit donc pas seulement d’améliorer le confort, mais également d’éduquer le peuple. Selon Bechly, le groupe social le plus touché par la crise du logement est celui des employés de l’industrie et du commerce habitant dans les grandes villes. L’employé aspire au mode de vie des classes moyennes aisées et dépense proportionnellement plus que l’ouvrier pour se loger ; c’est pour lui une véritable souffrance spirituelle que d’être enchaîné à la ville pour toute la durée de son existence. Dans la version publiée en 1917, Bechly ajoute que ce n’est pas un hasard si c’est précisément l’employé qui fait le moins d’enfants et déplore que ce dernier ait fait sien cet idéal maudit de limiter sa descendance à deux enfants. Il incrimine, en sus de la précarité économique, la vie en ville. Il lui paraît particulièrement difficile d’améliorer cette situation, car l’employé est le nomade urbain moderne (der moderne Grofistadtnomade), qui doit pouvoir à tout moment planter sa tente ailleurs, en fonction des possibilités du marché de l’emploi, du déroulement de sa carrière, des mutations. L’enracinement constitue en effet une menace pour sa disponibilité professionnelle et donc pour ses chances de promotion9. Or tous les efforts en faveur du logement modeste, en tenant pour acquise la stabilité des groupes sociaux concernés, n’ont jusqu’ici profité qu’aux artisans et fonctionnaires de l’État et des communes. L’objectif est donc de garantir à chaque employé la propriété de sa maison, sans qu’elle lui revienne plus cher qu’un appartement dans une caserne à loyer et sans nuire à sa mobilité. C’est donc à cette quadrature du cercle — l’antagonisme pour l’employé des termes carrière et enracinement — que s’attaquent Bechly et Frank, tout en imputant aux employés, qui ne se sont pas pris par la main, leur part de responsabilité. S’il est du devoir de l’État et des communes de soutenir toutes les initiatives en vue de l’amélioration des conditions d’habitation, ces initiatives doivent venir des catégories sociales concernées. En conséquence, les employés doivent s’organiser, afin que soit étendue l’aide des pouvoirs publics en matière de logement, comme en témoigne le dicton figurant en exergue du mémoire : « Aide-toi et le ciel t’aidera. » Le principe qui guide les fondateurs de la Gagfah est celui du secours mutuel, de l’entraide10. Avant guerre, cet idéal du secours mutuel avait animé la mise sur pied des premières coopératives de construction dans le milieu ouvrier, grâce aux moyens consentis par les Caisses régionales d’assurance. Mais, pour les auteurs, cette formule est disqualifiée, car l’assise locale de ces coopératives entraîne pour l’employé qui déménage la perte des droits acquis : la somme qu’il a versée pour en devenir membre ne lui est reversée qu’après un délai d’un ou deux ans et il reste solidaire des pertes pendant plusieurs années. Or la possession d’une petite maison ne doit pas freiner la mobilité de l’employé. Comment éviter qu’un déménagement n’entraîne pour lui la perte de ce dont il a la jouissance ? Il faut une solution qui satisfasse à cette nécessité : l’employé doit trouver, là où le conduit sa nouvelle situation professionnelle, une maison équivalente à celle qu’il occupait précédemment.

5L’idée de génie dont les deux compères vont se faire les zélateurs constitue une nouveauté inouïe, à rebours de toutes les solutions antérieurement mises en œuvre : il s’agit de la création par les organisations d’employés d’une société de construction active sur tout le territoire du Reich et même de l’Autriche allemande. Le projet de Bechly et Frank ne se contente pas de cette suggestion, mais en définit les grandes lignes. Ces dispositions constituent le fondement de l’organisme que les syndicats d’employés vont fonder en 1918. Les initiateurs du projet proposent que les organisations professionnelles d’employés s’unissent pour créer une société unique, sous la forme d’une société par actions d’utilité publique. Ils suggèrent de la baptiser Société par actions d’intérêt public pour l’habitat des employés (Gemeinnützige Aktien-Gesellschaft für Angestellten-Heimstätteri), en abrégé Gagfah. Pour le capital, les auteurs envisagent la participation de la RfA, qui a tout intérêt à ce que ses assurés soient bien logés. Le DHV se déclare pour sa part prêt à apporter une contribution. Le montage financier des opérations combine les prêts hypothécaires de la RfA, la garantie des municipalités pour les emprunts complémentaires et l’apport des futurs propriétaires, d’au moins 10 % du montant, immédiatement reversé en cas de déménagement. Les logements, en accession à la propriété comme en location, construits par la future société seront financièrement accessibles à la majorité des employés. L’assemblée des actionnaires élirait le conseil de surveillance (Aufsichtsrat), essentiellement composé de représentants des organisations d’employés adhérentes, et engagerait le personnel. Des émanations locales seraient chargées de transmettre à la Gagfah toutes les informations utiles sur le contexte local puis de prendre en charge la gestion des réalisations. Enfin, la création d’un journal, Die Heimstätte des Angestellten (« Le foyer de l’employé »), qui ferait la liaison entre ces associations locales et la Gagfah, est envisagée ; il publierait les annonces de logements vacants ainsi que des conseils sur l’aménagement de l’habitation, la culture du jardin, le petit élevage, les jeux, le sport.

6Bechly et Frank ne se bornent pas à décrire les modalités de création, de fonctionnement et de financement de la future Gagfah : se fondant sur l’expérience acquise lors de la première tranche de la cité-jardin d’Altona-Steenkamp (qui sera présentée au chapitre V), ils proposent de ne construire que des maisons individuelles avec jardin. Frank estimant que les réalisations d’Altona ont fait leurs preuves, il publie un choix de trois plans. Dès l’origine, il s’agit en effet de mettre au point un nombre réduit de modèles de plans standard pour les maisons à construire ; aussi trois types (A, B et C) sont-ils détaillés avec plans du rez-de-chaussée et de l’étage (ill. 63), élévation et indication du coût de construction. Des perspectives illustrant une cuisine, un séjour et un jardin sont également fournies (ill. 64, 63 et 66). Pour les auteurs, la similitude des plans présente l’avantage que l’employé peut replacer son mobilier dans une nouvelle maison et que la famille s’y sent tout de suite chez elle. Si les plans types sont au nombre de trois seulement, l’aspect extérieur et la technique de construction en revanche doivent se conformer aux traditions locales. Afin d’éviter que les mêmes maisons ne soient construites dans tout le Reich, et pour perpétuer la façon de construire régionale (zur Pflege und Erhaltung der heimatlicben Bauweise), l’élévation doit être confiée à un architecte local de valeur.

La création de la Gagfah

  • 11 Les organisations d’employés représentées dans ce Comité sont : la Communauté de travail des union (...)
  • 12 En Allemagne, le poste de secrétaire d’État n’est pas politique, mais correspond à la fonction de (...)
  • 13 H. Bechly, Die Heimstätte des Angestellten, op. cit., 2e éd. 1918.

7Bechly et Frank envoient la première version du mémorandum à l’ensemble des organisations d’employés en les conviant à une réunion à Berlin, le 23 janvier 1918. Quarante-six syndicats répondent à l’appel. À l’issue de cette rencontre est constitué un Comité des organisations d’employés pour l’habitat (Wohnungsausschuf der Angestelltenverbànde), composé de sept membres représentant notamment les quatre groupes de travail des unions d’employés créées pendant la guerre11. A ces réunions, la RfA est représentée par le conseiller Hermann Thissen, qui a voix consultative. Les futurs membres du directoire de la Gagfah, Max Koska et Hermann Frank, assistent également aux séances en tant qu’experts. Le Comité est chargé d’élaborer les lignes directrices de l’activité de la nouvelle société. Il approuve globalement le projet de Bechly, qui préside aux travaux, mais manifeste son indépendance de vues en recommandant de ne pas imposer exclusivement la construction de maisons individuelles. Le projet de statuts esquissé par les auteurs et soumis à la RfA est adopté. Le plan de fondation, qui comprend une invitation à souscrire des actions pour un montant de deux millions de marks, un programme de travail et un contrat de société, est élaboré les 21 et 22 février 1918. Des visites d’opérations de logement sont organisées pour les membres du Comité des organisations d’employés pour l’habitat. Le 8 avril 1918, la direction de la RfA décide d’accorder un million de marks de subventions à fonds perdus pour la création de la Gagfah, décision approuvée par le secrétaire d’État12 de l’Office national de l’économie. Le Comité ayant exprimé le souhait que le mémorandum de Bechly et Frank serve d’outil de propagande, la seconde édition en paraît mi-1918 aux Éditions hanséatiques, sous le seul nom de Bechly, en sa qualité de président du Comité des organisations d’employés pour l’habitat13. Les modifications apportées au texte permettent de retracer la teneur des objections formulées à l’encontre des propositions initiales. La revendication principale des unions d’employés tend à inclure les immeubles locatifs parmi les objectifs de la société de construction. L’organisation est un peu transformée par la création de filiales locales et toute perspective d’action en Autriche est exclue. Cette seconde version, qui intègre le programme de travail et le projet de création définis par le Comité, est plus richement illustrée. Pour faire droit à l’ajout par les syndicats d’employés de l’immeuble collectif parmi les objectifs de la future Gagfah, Bechly ajoute dans la seconde édition de la brochure la perspective d’un immeuble construit en 1908-1909 par Paul Mebes à Berlin-Niederschönhausen pour le compte de l’Association pour l’habitat des fonctionnaires de Berlin (ill. 76). Le choix de cette réalisation n’est pas fortuit : il témoigne du prestige dont jouit le fonctionnaire auprès de l’employé.

  • 14 Le texte en est reproduit dans Gagfah, GAGFAH 1918-1968. Eine Dokumentation, Hambourg, 1968, p. 30 (...)

8Dès la fin du mois de mai 1918, une invitation à souscrite des actions est diffusée auprès des organisations d’employés14. En dépit des signes Avant-coureurs de l’inflation, qui rendent problématique la souscription d’actions, les représentants de vingt-sept syndicats se réunissent le 14 août 1918 à Berlin. Ils adoptent à l’unanimité la version du plan de fondation reproduite dans la brochure et le projet de contrat de société, et élisent Koska et Frank au directoire. La nouvelle société est immatriculée au registre du commerce le 2 octobre 1918 sous le nom de Société par actions d’intérêt public pour l’habitat des employés (GemeinnûtzigeAktien-Geselhchaft fürAngestellten-Heimstätten, Gagfah), avec un capital de deux millions de marks. L’ensemble du capital est souscrit par six membres, pour le compte des organisations d’employés présentes dans le Comité, sous la forme d’actions de 1 000 marks chacune, donnant droit à des voix pour l’élection des membres du conseil de surveillance. La répartition du capital confirme la prédominance des organisations d’employés de commerce : elles détiennent 1 524 voix pour l’élection des membres du conseil de surveillance, les organisations de techniciens ne disposant que de 330 voix et les syndicats libres de 153. Il est à noter que le DHV à lui seul souscrit le huitième du capital — près du tiers du capital apporté par des personnes morales. La RfA fait don d’un million de marks pour la mise sur pied de la société et demande que le siège de la Gagfah soit à Berlin, de façon à faciliter la coopération entre les deux organismes. Bien que censée être la société de construction de tous les employés, la Gagfah est profondément marquée par l’influence du DHV, dont le président, Bechly, est à la fois l’initiateur du projet et le président du conseil de surveillance de la Gagfah, position qu’il occupera jusqu’en 1933.

  • 15 Voir par exemple W. Heinemann, « Das Heim der Angestellten », Soziale Praxis und Archiv für Volksw (...)
  • 16 H. Thyssen, « Die Wohnungsfrage, ihre soziale und politische Bedeutung für die Angestellten », Gag (...)

9La création de la Gagfah est largement relatée dans les revues du Mouvement pour la réforme de l’habitat et dans la presse syndicale des employés, mais aussi dans plusieurs organes des assurances sociales15. Le DHV informe régulièrement ses membres de la marche des affaires dans les différentes revues qu’il édite. Il fait de la publicité pour la brochure éditée par Bechly et Frank, que l’adhérent peut se procurer pour 1,50 — puis 1,80 mark— dans toutes les librairies. Il demande à ses sections locales d’élire un correspondant et engage les adhérents à la patience, car l’activité de la Gagfah, qui n’est pas encore créée, ne peut pas aller plus vite que la musique. Pour appuyer leurs revendications en matière de logement, les syndicats d’employés prévoient une manifestation commune le dimanche 10 novembre 1918, lors de la reprise de l’activité parlementaire. Le Comité des organisations d’employés pour l’habitation appelle à y participer, mais l’abdication de Guillaume II et la proclamation de la République, survenues le 9 novembre, ainsi que la formation du Conseil des commissaires du peuple le lendemain, font capoter la manifestation. À cette occasion, Thissen, de la RfA, avait prévu un long discours, que la Gagfah publie dans sa circulaire n° 216.

La Gagfah : une architecture régionaliste définie de façon centralisée

10Largement influencée par les thèses de Bechly et l’expérience de Frank, la Gagfah se fixe pour objectif la construction de logements sains et fonctionnels, sur le modèle des cités-jardins d’avant-guerre, accessibles aux employés aux revenus modestes, principalement les assurés à la RfA. Elle veut permettre à la famille nombreuse de devenir propriétaire de sa maison. La structure et le mode de fonctionnement de la Gagfah connaissent deux phases distinctes : la première formule, décentralisée, se révélant rapidement insatisfaisante, une réorganisation d’ensemble, qui coïncide avec la création de l’impôt sur les loyers, survient en 1924.

Une organisation centralisée

  • 17 Gagfah, GAGFAH 1918-1968..., op. cit., p. 35.
  • 18 Gagfah, « Rundschreiben 1, betreffend die Gemeinnüfzige Aktien-Gesellschaft für Angestellten- Heim (...)
  • 19 Ces statuts types sont reproduits dans la brochure de la Gagfah, Wie komme ich als Angestellter zu (...)
  • 20 Dès le début, ce service est dirigé par le conseiller à la construction (Baurat) Theodor Harnacher (...)

11Au départ, la stratégie de la Gagfah est d’aboutir, à l’issue d’une première phase où elle se comporterait en société mère supervisant l’activité de filiales locales, à une situation où elle agita comme une société de construction supra-régionale. À l’origine, les organisations d’employés avaient envisagé le tôle de la Gagfah comme celui d’une instance drainant les prêts bonifiés de la RfA vers les sociétés de construction déjà existantes, y compris municipales et coopératives, pour inciter à la construction de logements adaptés aux besoins spécifiques des employés. Le rassemblement d’employés à la recherche d’un logement devait aboutir à la création de véritables groupes de pression, avec l’aide des sections syndicales locales. La Gagfah serait alors intervenue comme une société d’encouragement à la construction de logements pour procurer les financements nécessaires. Elle aurait également eu pour tâche de gagner les municipalités à la cause des employés et d’obtenir la mise à disposition de terrains, son atout étant l’obtention de prêts de la RfA et, par là, le cautionnement de prêts hypothécaires de second rang aux sociétés locales de construction17. Dans les faits, cette stratégie ne porte pas ses fruits, les sociétés de construction locales préexistantes ayant été créées dans l’optique de construire des logements pour ouvriers, grâce à l’aide des Caisses régionales d’assurance et des Sociétés régionales d’encouragement à la construction de logements. Celles qui ont un statut coopératif construisent pour leurs membres ; les autres œuvrent prioritairement pour les assurés des Caisses régionales d’assurance et non pour les employés. La Gagfah envisage donc de créer ses propres filiales de construction, les « Heimags », selon une procédure originale. Dans une circulaire du 29 juillet 1918 adressée aux diverses organisations d’employés, elle les invite à susciter la création d’associations locales pour l’habitat des employés (Ortsvereinigungen für Angestellten-Heimstätten) partout où les employés manifestent un intérêt à ce que soient construits des logements pour eux18. Ces associations locales pour l’habitat des employés, dont la Gagfah a défini les statuts types, ont pour mission la diffusion des objectifs de la Gagfah : propager l’idée d’un habitat propre à l’employé, réunir les intéressés, leur faire connaître la Gagfah19. Elles doivent aussi susciter la collaboration des autorités municipales aux projets et obtenir leur soutien financier. À l’autre bout de la chaîne, elles sont chargées de répartir équitablement les logements construits par la Gagfah. Elles adressent un questionnaire à tous les employés assurés pour mieux connaître leurs conditions d’habitation et leurs souhaits, notamment concernant le nombre de pièces, afin de déterminer la part respective des logements de deux pièces, deux pièces et demie, trois pièces, etc. à construire, ainsi que la proportion des logements locatifs et en accession à la propriété. Les associations sont priées de joindre aux résultats de l’enquête des plans typiques et de transmettre le tout à la Gagfah, qui fera des propositions et se mettra en rapport avec un architecte local. Lorsque le projet d’opération prend corps, une filiale de la Gagfah est constituée sous la forme d’une « Heimag », personne morale dotée de son propre directoire et conseil de surveillance. La Gagfah souscrit la majorité des actions, tandis que le reste du capital est apporté par la municipalité ou par des industriels. Un membre du directoire de la Gagfah est détaché à la Heimag, tandis qu’un fondé de pouvoir est chargé d’appliquer les directives de la maison mère en son sein. La Gagfah agit comme une holding. Elle fournit l’essentiel du capital de la Heimag et prend en charge le montage technique et financier de l’opération. La Heimag pour sa part s’engage contractuellement auprès de la Gagfah à mener à bien le programme de logements, pour lequel la municipalité de son côté garantit des moyens publics. Deux raisons essentielles à cette organisation sophistiquée : la création de liens étroits avec les autorités locales devait permettre à la Gagfah de parer au reproche d’être une grosse société centralisée, en butte à une vive résistance de la part des sociétés locales de construction comme des instances chargées de la répartition des subventions publiques. D’autre part, localiser les risques financiers résultant de l’inflation évitait de fragiliser la maison mère. La Gagfah première mouture, d’une grande prodigalité associative, met sur pied une ultime forme d’organisation : l’association d’habitants chargée de la gestion et de l’entretien de la cité. En ce qui concerne l’activité propre de la Gagfah, le service construction élabore dès 1919 les plans types pour les maisons construites par les filiales. Il s’occupe également des aspects techniques de l’approvisionnement en matériaux de construction20.

  • 21 En 1919 également sont fondées les Heimags de Stettin, Grand-Berlin, Grand-Dresde, Munster en West (...)
  • 22 1919 : 304, 1920 : 951, 1921 : 881, 1922 : 770, 1923 : 290.

12En 1919, la Gagfah commence son activité selon ce schéma d’organisation. En février, les premières Heimags sont créées à Stuttgart (capital : 50 000 marks) et Munich (200 000 marks) ; en mars, à Altona (200 000 marks). D’autres créations dans les mois suivants portent le total de Heimags à plus de vingt fin 191921. En juin 1919, aucune maison n’est encore sortie de terre, mais terrains et plans sont prêts pour les premières opérations, à Munich et Stuttgart. Le premier chantier de la Gagfah démarre à Altona, dont l’activité en matière de logement social a été décisive pour le processus de création de la société, puisque c’est la visite de la cité de Steenkamp, construite en 1914 sous l’égide d’Hermann Frank, qui avait incité Bechly à formuler les propositions contenues dans le mémorandum. En outre, les modèles publiés dans la brochure sont directement inspirés des maisons réalisées par la Société de construction d’utilité publique d’Altona, dont H. Frank est directeur. À sa création, la Gagfah reprend, avec l’accord des autorités municipales, la cinquantaine de maisons édifiées juste avant la guerre et hérite de la totalité du terrain de Steenkamp. L’entente entre la Gagfah et la Ville d’Altona aboutit en mars 1919 à la création de la Heimag Altona, dont les deux partenaires souscrivent pour moitié le capital de 200 000 marks. Nous reviendrons au chapitre V sur l’importance de la cité-jardin de Steenkamp, tant comme source que comme modèle, dans les conceptions architecturales de la Gagfah. De sa création à l’inflation, la Gagfah aura construit 3 200 logements22, ce qui constitue un bilan appréciable à un moment où les prix des matériaux de construction ne cessent d’augmenter. À l’été 1918, ils étaient de 100 à 180 % supérieurs à ceux d’avant-guerre. Début 1919, ils ont atteint 400 % de leur niveau de 1914. De 1919 à 1923, la proportion de maisons individuelles construites par la Gagfah (84 % de ses réalisations) par rapport aux appartements locatifs frôle la moyenne nationale pour les logements aidés (87 %). La proportion s’inversera par la suite.

  • 23 Sur la Gagfah à Dantzig, voir G. Lance, « Die Gagfah im Auf und Ab der Wohnun gspolitik », dans J. (...)

13En dépit de ce relatif succès, l’organisation initiale de la Gagfah dévoile rapidement ses faiblesses et une importante restructuration survient en 1924. Les inconvénients sont divers. L’existence d’une cinquantaine de Heimags oblige chacun des deux directeurs de la Gagfah à être membre du conseil de surveillance d’une bonne vingtaine de filiales. Outre leur activité au sein de la maison mère, ils doivent se répartir les réunions des conseils de surveillance et les assemblées générales de l’ensemble des Heimags, et sont donc littéralement débordés. Or cette ubiquité est d’autant plus nécessaire que le recrutement de cadres compétents pour les Heimags se révèle hautement problématique. L’établissement et la vérification d’au moins cinquante rapports annuels suscitent une bureaucratie pesante. L’absence d’autonomie des Heimags — par exemple, seul le président est habilité à verser au compte de la Heimag à Berlin le montant des loyers ou des traites encaissés — aboutit à une extrême lenteur dans le traitement des affaires, ce qui devient intolérable au moment de l’inflation. Les tentatives du département technique de la Gagfah pour agir contre l’augmentation des coûts de construction par le conseil préalable, l’achat centralisé de matériaux de construction et la diffusion de portes et de fenêtres préfabriquées demeurent vaines, car les communes préfèrent faire travailler l’artisanat local. La plupart des filiales obtempèrent aux desiderata municipaux, ce qui les conduit à refuser l’aide technique de la Gagfah. Ces graves dysfonctionnements convainquent in fine de renoncer à ce système. Les Heimags qui n’ont pas de réalisation en cours sont dissoutes et ce d’autant plus facilement que leur capital a fondu pendant l’inflation. Les autres sont réunies les unes aux autres sur une base régionale et fusionnées avec la Gagfah, sauf dans quelques cas particuliers. Parallèlement, la Gagfah réorganise ses structures centrales, à partir du recrutement en avril 1924 d’Arnold Knoblauch comme directeur général. Cette vigoureuse reprise en main s’accompagne du départ de la plupart des membres de l’ancienne équipe encore en place et aboutit à une rapide transformation de la société. Dans les fourgons de Knoblauch arrivent plusieurs cadres de la société de construction qu’il dirigeait depuis janvier 1920, Mitteldeutsche Heimstätte, dont Hans Gerlach, qui devient chef du service construction, puis, à partir de 1927, membre du directoire. Mais la réorganisation ne se borne pas à la suppression des Heimags, ni au renouvellement de la direction : elle repense à neuf le mode d’implantation locale de la Gagfah, avec trois émanations régionales seulement. Le territoire du Reich est couvert par trois grandes succursales, auxquelles sont subordonnées, lorsqu’elles existent, agences régionales et Heimags. Notons enfin que, bien que le principe de la création de filiales dans des pays de langue allemande ait été refusé par les autres syndicats, la mainmise du DHV sur la Gagfah lui permet de mettre en œuvre ses visées expansionnistes à Dantzig et en Autriche23. La carte localisant les réalisations de la Gagfah sur le territoire du Reich en 1930 indique l’aire de compétence respective des trois succursales ouest, sud et est, et pointe les agences de Dantzig et Vienne (ill. 39).

14En revanche, les structures locales sont épargnées par le vent de réforme qui souffle à la Gagfah. Pour les toutes petites réalisations, c’est toujours un délégué élu par les organisations locales qui joue le rôle d’intermédiaire entre la Gagfah et les employés souhaitant se loger. Pour les projets de plus grande ampleur, la formule d’association locale rassemblant les employés intéressés continue à prévaloir. En revanche, les associations d’habitants, mises en place pour gérer et entretenir les cités, sont supprimées et leurs missions confiées à l’administration de la Gagfah.

  • 24 O. Backhaus, « Aus der Tatigkeit der “Gagfah, Gemeinnützige Aktien-Gesellschaft für Angestellten-H (...)

15Quant au financement de la Gagfah, il provient largement de la Caisse nationale d’assurance retraite : l’une des clés du succès de la Gagfah réside en effet dans ses rapports privilégiés avec la RfA. La question des intermédiaires a été abordée au chapitre III. Il semble que la Gagfah ait été le principal d’entre eux. C’est donc la RfA qui fournit à la Gagfah la plus grande partie des hypothèques nécessaires, dans l’intérêt de ses assurés s’entend, car les opérations construites par la Gagfah sont réservées aux employés assujettis à l’AVG. Or la RfA espère, par la construction de logements irréprochables sur le plan de l’hygiène, prévenir les innombrables troubles de santé dus à des conditions d’habitation insatisfaisantes, et réaliser des économies sur les dépenses de santé24. Elle parvient à jouer auprès de cette institution à la considérable surface financière le rôle d’interlocuteur unique pour les questions de logement. Rapidement, la RfA en arrive à considérer la Gagfah comme l’organe spécialisé dans l’investissement et la gestion d’une partie de ses avoirs. Dès le départ donc, la Gagfah est envisagée comme instance centrale de transmission et de contrôle des prêts au logement. Pour la RfA, la Gagfah, entreprise privée dont les activités s’étendent à tout le Reich, peut prendre en charge des missions impossibles à accomplir par l’État, comme la vétification et l’expertise des demandes de financement adressées par des sociétés de construction pout des logements destinés à des employés assurés. La Gagfah a dès lors le pouvoir de transmettre ces requêtes avec avis favorable ou bien de refuser les projets sous-dimensionnés, trop coûteux ou irréalisables. Elle obtient également de servir d’intermédiaire rémunéré entre la RfA et les municipalités emprunteuses — très enclines à subventionner des projets dirigés par la Gagfah, bénéficiaire de prêts hypothécaires de premier rang à 4,5 % (contre 8 à 10 % sur le marché) et 1 % de taux d’amortissement.

Ill. 39. — Organisation de la Gagfah et localisation des opérations de logements 1930

  • 25 C’est ce que l’on appelle le système Ulm, car c’est la ville d’Ulm qui pour la première fois a ren (...)
  • 26 G. Lange, « Die Gagfah im Auf und Ab der Wohnungspolitik », op. cit., p. 239.

16De 1924 à 1933, la Gagfah a construit 6 738 maisons, financées par des prêts hypothécaires de premier rang octroyés par la RfA, ainsi que par des hypothèques de second rang de la RfA cautionnées par une municipalité ou par le Reich. Cet apport financier est particulièrement précieux, car la Gagfah est quasiment indépendante du marché des capitaux. C’est cette autonomie qui constitue la particularité du financement de la Gagfah sous la république de Weimar. Elle est d’autant plus fondamentale que les banques hypothécaires répugnent à consentir des prêts pour la construction de maisons individuelles, dont les annuités sont faibles. La RfA fournit à la Gagfah la quasi-totalité des prêts hypothécaires de premier rang, à des conditions qui lui permettent d’établir des plans de remboursement acceptables pour les acquéreurs. Les prêts sur hypothèques de premier rang couvrant environ 60 % du coût de projet, le reste se répartit entre un crédit hypothécaire de second rang, pour lequel la Gagfah doit trouver un cautionnement, et l’apport personnel de l’acquéreur, généralement de 10 %25. A partir de 1927, la RfA consent à la Gagfah des hypothèques dites Ib, pouvant s’élever à 90 % du coût, à condition qu’elles soient garanties par l’État, le Land ou la commune. D’une façon générale, le montage financier dans la seconde moitié des années 1920 est le suivant : prêt sut hypothèque la à hauteur de 40 %, prêt sur hypothèque Ib (garanti par une municipalité) à hauteur de 20 %, prêt public sur hypothèque HZS à hauteur de 30 %, apport personnel de l’acquéreur : 10 %26. Par la suite, la Gagfah bénéficiera des prêts publics consentis dans le cadre du produit de l’impôt sut les loyers, dont le taux d’intérêt s’élève en règle générale à 3 %. Ces aides publiques arrivent à point nommé cat, après la stabilisation, la RfA ne peut plus financer la Gagfah dans les mêmes proportions qu’auparavant. En contrepartie des prêts qu’elle obtient, la Gagfah doit soigner la réalisation de l’objet gagé, assurer sa qualité constante et limiter les coûts d’entretien et de chauffage.

  • 27 Gagfah, Wohnung und Eigenheim für den Angestellten durch die Gagfah, s.l.n.d. (fin 1927 ou début 1 (...)

17Quant à l’apport personnel, conforme aux prescriptions officielles, il est indispensable, puisque les prêts bonifiés couvrent au mieux 90 % des coûts de construction. L’employé devant fournit la somme manquante avant le début des travaux, la Gagfah a passé des accords avec nombre d’employeurs, afin de trouver des solutions de prêts permettant à des salariés modestes d’acquérir leur logement. Par son intermédiaire, l’aspirant propriétaire peut contracter un emprunt, lié à une assurance vie, auprès des établissements d’assurance des organisations d’employés27. Cet engagement de la Gagfah s’explique par le fait que l’apport personnel du futur propriétaire revêt à ses yeux une véritable valeur morale.

  • 28 Gagfah, idem, p. 14.

18L’octroi de prêts hypothécaires pour la construction de logements dans le cadre de la loi sur l’assurance des employés est régi par des règles interdisant d’évaluer la valeur du gage avant l’occupation des logements, ce qui permet à la RfA de s’assurer que le pourcentage requis est bien occupé pat des assurés. Le paiement du prêt n’est donc effectué que bien après l’achèvement du chantier, lorsque toutes les servitudes ont été inscrites sur le livre foncier, ce qui prend généralement plusieurs mois. La Gagfah doit trouver des prêts-relais, qu’elle obtient grâce à ses relations dans le milieu bancaire. Or ces crédits intermédiaires, dont le taux d’intérêt est plus élevé que celui de l’hypothèque définitive, sont répercutés sur l’acquéreur28. Ce problème conduit en 1923 la Gagfah à contribuer à la création d’un institut de crédit intermédiaire : la Deutsche Wohnstätten-Bank, qui deviendra en 1926 la Banque immobilière et foncière allemande (Deutsche Bau- und Bodenhank, Baubo).

  • 29 Gagfah, GAGFAH 1918-1968..., op. cit., p. 40.
  • 30 GdA, Jahresbericht für 1927, p. 114.
  • 31 A. Oeckl, Die deutsche Angestelltenschaft, op. cit., p. 73.

19Nous avons vu que, au moment de la création de la Gagfah, la RfA, statutairement dans l’impossibilité de souscrire au capital social, avait accordé à la Gagfah une subvention d’un million de marks. En 1920, elle lui consent un prêt de fonctionnement sans intérêt de quatre millions de marks, remboursable sur trente-trois ans un tiers. En contrepartie, la RfA obtient quatre sièges au conseil de surveillance et un droit de veto sur certaines décisions financières29. Lors de la réforme monétaire de 1924, les sommes prêtées par la RfA à la Gagfah s’élèvent à quatre millions de marks de crédits de fonctionnement et à douze millions de prêts garantis par une hypothèque. Après la stabilisation, la Gagfah a une dette de 300 000 marks auprès de la RfA, qui lui consent un prêt de fonctionnement du même montant. Au même moment, son capital, augmenté en 1922, s’élève à 460 000 marks-or, ce qui est largement insuffisant pour une société possédant un parc de 3 200 logements, une participation dans de nombreuses sociétés dont elle a suscité la création et des stocks non négligeables de matériaux de construction. C’est l’une des raisons qui président en 1924 à la restructuration présentée plus haut. En conséquence, les organisations d’employés procèdent en 1925 à une augmentation du capital, qui atteint presque les deux millions de marks. De nouvelles augmentations portent le capital à quatre millions en 1926 et à six millions en 1930. En 1931, le DHV, détenteur de 42 % du capital-actions, est de loin le plus gros actionnaire. Avec ses collègues des syndicats chrétiens, il frôle la majorité. Les syndicats de gauche arrivent en deuxième position, avec 26 % des actions, et les organisations d’employés libérales-nationales se partagent 21,5 % du capital. En 1927, la GdA avait une participation de 575 000 marks, soit 14,4 %, dans le capital de la Gagfah30. Bien qu’ayant dans l’intervalle fondé sa propre société de construction, la Heimat, la GdA a dû souscrire à l’augmentation de capital en apportant un montant assez considérable, puisqu’elle détient désormais 20 % des actions appartenant aux syndicats, alors même que le capital est passé de quatre à six millions de marks. Neuf autres organisations professionnelles se répartissent les 3,5 % restants. Lors de l’augmentation suivante, en 1932, le DHV se taille définitivement la part du lion, en détenant désormais 75 % du capital31.

20Le réseau que tisse patiemment la Gagfah ne se limite pas aux institutions financières, mais s’étend à d’autres instances actives dans le domaine du logement d’utilité publique. Le premier type d’organisations dont la Gagfah cherche à se rapprocher sont les sociétés d’encouragement à la construction de logements, avec lesquelles elle souhaite échanger expériences et réflexions. Ces contacts sont rapidement consolidés par des prises de participation réciproques, ce qui permet à la Gagfah d’y faire valoir les besoins des employés avec une efficacité accrue. Le rôle de ces sociétés est d’influer sur les coopératives et sociétés de construction ainsi que sur les maîtres d’ouvrage privés, afin que tous se conforment aux prescriptions techniques et financières définies dans le cadre de la politique nationale du logement. Dans ce contexte, la Caisse régionale d’assurance de Westphalie a joué un rôle pionnier, en fondant la première société d’encouragement à la construction de logements de Prusse : les Foyers de Westphalie (Westfälische Heimstätte). Toujours dans le cadre de la loi prussienne sur le logement du 28 mars 1918, de nouvelles sociétés d’encouragement à la construction de logements sont par la suite fondées dans les autres régions prussiennes. Sur le plan national, ces organismes se fédèrent en 1920 en une Union nationale des sociétés d’encouragement à la construction de logements, rebaptisée Union nationale des Foyers allemands (Reichsverband deutscher Heimstätten) en 1931, date à laquelle y adhère la Gagfah. De plus, la Gagfah noue des liens avec une vingtaine de ses consœurs, sociétés de construction d’utilité publique, sous la forme de prises de participation réciproques.

21La Gagfah, dont le capital social avait presque intégralement été apporté par les organisations d’employés, se proclame au service de tous les employés. Cette revendication de neutralité, politique comme professionnelle, revient comme un leitmotiv dans ses brochures ; elle en veut pout preuve la participation de toutes les centrales syndicales à son capital. Les listes d’habitants qui ont pu être retrouvées ne mentionnent généralement pas l’appartenance syndicale. Il est pourtant certain que la Gagfah s’intéressait de près à cette question, comme en témoigne le coutrier que l’administration centrale adresse le 8 mars 1927 à un gérant de la Heimag de Francfort-sur-l’Oder :

  • 32 Lettre de l’administration centrale de la Gagfah, département C, à l’antenne (örtliche Geschäftsst (...)

« Nous vous remercions pour la liste des locataires et des acquéreurs des tranches de construction I et III. Malheureusement, l’appartenance syndicale n’est donnée que pour les membres du DHV. Pour nos statistiques, il est très important que nous puissions établir la participation des occupants de nos logements à d’autres organisations professionnelles. En conséquence, nous vous prions de compléter autant que possible les listes en ce sens32. »

  • 33 Lettre de la Heimag de Francfort-sur-l’Oder à l’antenne locale, 11 octobre 1929, même dossier.
  • 34 Dossier « Augsburg 8 », Gagfah Munich : l’opération de construction, comprenant une trentaine d’ap (...)

22De même la Heimag de Francfort-sur-l’Oder précise-t-elle que le gérant doit veiller à ce que la proportion de locataires assurés à la RfA soit suffisante ; elle ajoute qu’une appartenance syndicale est également souhaitée33. A l’autre bout de l’Allemagne, cette pratique est confirmée par un document conservé dans le dossier d’une opération de construction menée en Bavière : l’appartenance syndicale des locataires est spécifiée pour chaque appartement34. Un bon quart des locataires est membre de la GdA, un autre quart est adhérent du DHV, un autre petit quart se répartit entre d’autres organisations ; le dernier quart n’est pas syndiqué.

L’intervention à tous les stades des projets

23Selon ses propres termes, la Gagfah a pour objectif d’édifier :

  • 35 Gagfah, Eigenheim und Wohnung..., op. cit., p. 5.

« des maisons d’habitation qui, par l’utilisation fonctionnelle et économique de l’espace bâti, contiennent des logements spacieux, bien ensoleillés et aérés, impeccables sur le plan de l’hygiène, avec les espaces de service (Nebenräume) nécessaires. Les maisons sont construites selon les meilleures règles de l’artisanat d’avant-guerre, en recourant à des matériaux irréprochables et avec un équipement soigné. L’aspect extérieur ne doit faire effet que par sa simplicité et sa fonctionnalité (Sachlichkeit). [...] Pour ce qui est des détails, le projet s’adapte aux prescriptions des villes, aux particularités du terrain, aux revenus et aux souhaits des futurs habitants. Les types de logements utilisés pour les opérations sont unanimement reconnus comme présentant une distribution fonctionnelle (zweckmäβige Grundriβlösung) et répondant à tous les besoins du Mittelstand en matière de logement35. »

24Ces logements sont construits sous deux formes : maison individuelle en accession à la propriété et appartement locatif situé dans un immeuble collectif. La maison individuelle, le plus souvent agencée pat deux ou en bande, dispose d’un jardin. La superficie de chaque parcelle est calculée pour accueillir, outre l’emprise de la maison au sol et le jardinet de devant, un jardin potager (Nutzgarten) d’une superficie de 150 à 300 mètres carrés : elle varie entre 250 et 400 mètres carrés. La formule de l’immeuble collectif n’est retenue que dans les villes d’une certaine importance, généralement sous la pression des organisations locales d’employés ou des pouvoirs publics. Dans les deux cas, la Gagfah accorde une importance primordiale aux études préalables ; elle ne lance une opération que lorsque tous les aspects financiers sont clarifiés et qu’elle a l’assurance que les délais seront tenus.

  • 36 Gagfah, Wohnung und Eigenheim..., op. cit., p. 8.

25Rappelons les modalités de prospection : il s’agit d’évaluer les conditions de logement et de revenu des employés dans une ville donnée, ainsi que le potentiel d’acquéreurs ou de locataires solvables. Les représentants de la Gagfah visitent systématiquement toutes les villes du Reich, afin de négocier avec les administrations municipales la construction de logements pout employés. Lorsqu’un projet s’esquisse, la Gagfah invite les organisations locales à propager l’idéal du foyer de l’employé auprès des adhérents, à recenser le nombre d’employés sans logement ou mal logés, puis à communiquer le résultat de ces enquêtes à la Gagfah. Dans l’éventualité d’une opération, une commission locale est créée — une association déclarée si le projet s’étend sur plusieurs années. Le volume de l’opération est déterminé à la fois par la demande locale et pat le nombre de prêts octroyés par les pouvoirs publics. La Gagfah réalise de préférence des cités formant une entité, dans ou à proximité de villes industrielles formant un bassin d’emploi. Mais elle considère de son devoir de construire aussi pour des groupes restreints d’employés habitant dans des petites villes. Selon le paragraphe 2 de ses statuts, la Gagfah construit essentiellement pour des employés soumis à l’AVG. Toutefois, lorsque cette clause contrevient à ses intérêts économiques, qui supposent de construire un volume important de logements, la Gagfah n’exclut pas d’intéresser d’autres groupes sociaux (fonctionnaires, ouvriers, professions libérales), d’autant que sa mission d’utilité publique lui interdit théoriquement de ne construire que pour des employés36.

  • 37 Gagfah, ibid., p. 9.
  • 38 La Gagfah a parfois recours au droit de superficie héréditaire (Erbbaurecht), qui présente l’avant (...)
  • 39 En 1927, Knoblauch constate que le recours à un architecte privé renchérit le coût du projet, car (...)

26La sélection du terrain obéit à des critères précis : sans dénivellation, à la même hauteur que les rues alentour, constructible, viabilisé, il doit en outre être accessible par les transports en commun, afin d’une part que les logements trouvent constamment preneur et d’autre part que les habitants de la future cité puissent aisément se rendre à leur lieu de travail37. La desserte des cités d’habitation est un souci propre aux employés, puisque le vieux Mittelstand, formé par les artisans et les petits commerçants, travaille sur place et n’est pas salarié à l’extérieur. La Gagfah acquiert le terrain d’un propriétaire privé ou, mieux, d’une municipalité. Dans ce dernier cas, le paiement de la transaction est suspendu, contre prise d’hypothèques de second, voire de troisième rang38. Les services techniques des succursales de Berlin, Essen et Munich constituent le dossier technique, qui comprend le plan du terrain avec la voirie, existante et projetée, et les courbes de niveau ; le plan de la ville avec la situation de l’opération prévue ; le règlement de construction local ; des informations sur la viabilisation du terrain à construire (présence de canalisations de gaz, eau, de câbles électriques, d’égouts). Enfin, les données municipales sur les coûts fonciers, les coûts de construction et les loyers d’avant guerre servent à déterminer le montant des prêts. Puis les services techniques élaborent les plans d’exécution et les devis, avant de contracter avec des entreprises locales et de calculer les coûts de construction. En outre, en vue de l’obtention de toutes les autorisations administratives, ils préparent les documents cadastraux, au premier rang desquels les feuilles parcellaires du livre foncier. En 1927, la construction d’une maison coûte, selon le type, de vingt-cinq à trente-cinq marks par mètre cube ; le coût de construction d’un logement, parcelle comprise, s’élève en moyenne à treize mille marks. Les contrats sont le plus souvent passés avec des entreprises locales réputées et bon marché, à l’issue d’un appel d’offres restreint. La surveillance du chantier est confiée soit à un conducteur de travaux (Bauleiter) expérimenté fourni par la Gagfah, soit à un architecte local ayant fait ses preuves39. Le déroulement est contrôlé par les services ad hoc de la succursale de la Gagfah. Lorsque les équipements extérieurs sont réalisés, les jardins aplanis et les cours d’immeubles plantées, il faut régler les inscriptions sur le livre foncier, afin d’obtenir le versement des prêts, qui survient généralement six mois après l’achèvement de l’opération.

27L’idéal des premières années, soit la maison individuelle, cède rapidement du terrain à l’immeuble collectif. Le recours partiel aux prêts hypothécaires provenant de l’impôt sur les loyers distribués par les municipalités, indispensable complément aux hypothèques de la RfA, explique en partie cette importance croissante de l’immeuble dans les réalisations de la Gagfah, contrainte de composer avec ses bailleurs de fonds. Le tableau n° 6 fait ressortir cette inversion, qui s’amorce en 1924 et s’accentue en 1927.

Tableau n° 6 : Maisons individuelles et appartements locatifs construits par la Gagfah de 1918 à 1932

Tableau n° 6 : Maisons individuelles et appartements locatifs construits par la Gagfah de 1918 à 1932

Source : Gagfah, GAGFAH 1918-1968, op. cit., p. 114.

Ill 40. —Trois maisons doubles construites par la Gagfah ouest dans les années 1920

28À Berlin, où est situé le quart de ses réalisations, la Gagfah ne construit pratiquement plus de maisons individuelles dans la seconde moitié des années 1920. Dès la stabilisation du mark, et si l’on excepte le cas particulier de Fischtalgrund, la maison individuelle est abandonnée au profit de la construction d’immeubles collectifs. La taille moyenne de ce dernier type d’opération est de deux cent cinquante logements et la Gagfah ne recule pas devant la réalisation de chantiers d’envergure : un tiers de ses opérations berlinoises compte plus de trois cents logements. A Hambourg, les deux tiers des logements qu’elle construit sont des appartements. En Allemagne méridionale, à l’inverse, plus de la moitié des logements construits sont des maisons avec jardin. La Gagfah sud semble mettre un point d’honneur à répondre à toutes les demandes locales d’employés et elle répartit des opérations comprenant au maximum une douzaine de maisons dans une quarantaine de communes, les immeubles étant pour l’essentiel concentrés dans les villes d’une certaine taille : Augsbourg, Fribourg-en-Brisgau, Karlsruhe, Mannheim, Nuremberg, Stuttgart. Encore les chantiers de plus de cent unités sont-ils l’exception : on n’en trouve d’exemples qu’à Augsbourg, Mannheim et Stuttgart. Partout, les mêmes plans types sont adoptés, mais partout, l’architecte local jouit d’une importante marge de manœuvre pour l’élévation (ill. 40). À l’inverse, l’aspect régionaliste (ill. 41) joue de moins en moins pour les immeubles, généralement couverts d’un toit en pente, percés de fenêtres à croisillons et caractérisés par la sobriété des éléments décoratifs.

29Nous avons relaté l’opération de prestige à Berlin-Zehlendorf, mais ce n’est pas la seule occasion où la Gagfah s’affiche. En 1926, elle participe à la Grande Exposition pour l’hygiène, l’aide sociale et la culture physique (Gesolei) organisée à Dùsseldorf dans la tradition de celle de Dresde en 1911. Nous y avons déjà noté la présence de la RfA. L’exposition s’étend sur deux ou trois kilomètres le long du Rhin, dont la rive aménagée en terrasses, jardins et allées forme le cadre dans lequel Wilhelm Kreis édifie plusieurs réalisations architecturales massives et durables. Différents thèmes sont abordés : l’origine et les caractéristiques de la crise du logement, les solutions urbanistiques satisfaisantes du point de vue de l’hygiène, la lutte contre la tuberculose, les techniques de chauffage, l’alimentation en eau, l’écoulement et le traitement des eaux usées, la construction de piscines, écoles, hôpitaux, cimetières. Dans la section hygiène, le thème « logement et cité d’habitation » se taille la part du lion. La Gagfah y présente les plans et élévations des principaux types de maisons qu’elle construit, des perspectives et plans de masse de ses cités, une maquette, des graphiques, des cartes d’Allemagne indiquant les communes où elle est active. Le document le plus surprenant est le « portrait de Gagfah-ville » (die « Gagfahstadt »), « destiné à visualiser ce que la Gagfah a déjà accompli » (ill. 42). La légende indique : « Les 4 700 logements édifiés jusqu’à présent par la Gagfah peuvent accueillir les 25 000 habitants de Quedlinburg. » La vue à vol d’oiseau met en scène les maisons anciennes blotties contre les édifices religieux et se garde bien de représenter les industries textiles, chimiques et mécaniques de Quedlinburg. Cette perspective établit une analogie entre les réalisations de la Gagfah et une ville moyenne ayant conservé ses caractéristiques et ses monuments de l’époque préindustrielle, sans que la Gagfah s’explique sur les raisons qui l’ont conduite à choisir métaphoriquement cette ville du Brandebourg.

Ill 41.— Gagfah : immeuble d’habitation, Berlin-Lankwitz, Deutsche Bau-Union atch., 1925.

Ill. 42.— « Gagfah-ville » : vue perspective de Quedlinburg, 1926.

30En tout état de cause, le retentissement de la manifestation lui ayant paru insuffisant, la Gagfah décide, ainsi que nous l’avons vu, de mettre à profit son dixième anniversaire pour faire la démonstration de ses conceptions sous la forme d’une cité d’habitation grandeur nature à Berlin-Zehlendorf. De même que la RfA, elle est à nouveau présente à l’Exposition internationale d’hygiène qui se tient à Dresde en 1931 : elle y présente maquettes et photos de cités d’habitation. Quelques opérations se distinguent par leur valeur expérimentale, dérogatoire des pratiques habituelles de la Gagfah : la cité de Berlin-Haselhorst, commanditée par la Société nationale de recherche pour l’économie du bâtiment et de l’habitat (RFG), la cité patronale de Mersebourg, et une cité de quatre cents logements à Zehlendorf (1930). Il faut enfin signaler plusieurs ensembles d’habitation confiés à des architectes modernistes. Nous reviendrons sur les chantiers expérimentaux comme sur les cités modernistes de la Gagfah au chapitre VII.

  • 40 Heimstätte und Arbeit. Eine Monatsschrift für Heimstätten- und Siedlungsarbeit auf gewerkschaftlic (...)
  • 41 Gagfah, Wie komme ich als Angestellter zum Eigenheim ?, Berlin, s.d. (1925), 19 p. ; Gagfah Zweign (...)
  • 42 Gagfah, 16.000 Wohnungen für Angesteilte. Denkschrift herausgegeben im Auftrag der Gagfah anlassli (...)

31Dernier volet de la politique de communication de la Gagfah : l’édition. Dans le mémorandum de 1918, Bechly avait préconisé la publication par la future société de construction d’une revue maison, chargée de propager l’idéal de la cité et de diffuser des conseils d’aménagement et d’entretien. Outre les rubriques santé, culture des fruits et des légumes, animaux, jeux et sports, cette revue, organe des associations d’habitants, devait publier les annonces concernant l’offre et la recherche de maisons Gagfah. En 1921, la société de construction se dote d’une imprimerie. Un organe d’information sur le logement des employés, « Foyer et travail. Mensuel pour la construction de maisons et de cités sur des bases syndicales », est lancé en mai 1922, mais ne survit pas à l’inflation (ill. 108)40. Échaudés par cette expérience, les responsables de la Gagfah s’expriment ensuite dans l’organe de l’Association allemande pour la réforme de l’habitat et de l’Académie allemande libre pour la recherche en matière de construction, Die Wohnung. Zeitschrift für Bau- und Wohnungswesen (« L’habitation. Revue du bâtiment et du logement »), fondée en 1926, dont la vision recoupe la sienne. L’équipe de rédaction s’élargit rapidement à Hans Gerlach puis à Otto Kämper, membre du conseil de surveillance de la Gagfah et directeur de la Banque immobilière et foncière allemande (Baubo). La revue est d’abord éditée à Magdebourg par la Société d’encouragement à la construction de logements d’Allemagne centrale (Mitteldeutsche Heimstätte) d’où viennent, on l’a vu, la plupart des dirigeants appelés en 1924 pour la réorganisation de la Gagfah. Ce n’est que sous le IIIe Reich que la Gagfah réalisera le rêve de Bechly, en créant la revue Die Heimstatt. Zeitschrift der Gagfah, publiée de 1933 à 1939. Sous la république de Weimar, la Gagfah édite également plusieurs brochures41 ainsi qu’un recueil en l’honneur de son dixième anniversaire42.

  • 43 Source : A. Oeckl, Die deutsche Angestelltenschaft..., op. cit., p. 191.

32Le bilan des réalisations de la Gagfah montre que ses efforts de prospection systématique ont porté leurs fruits : le nombre de villes où elle est parvenue à être présente est impressionnant : 34 en 1921, 113 en 1927, 180 fin 1928, 222 fin 1929 (20 500 logements), 255 villes du Reich fin 1930, 272 en 1933, sans compter Vienne et Dantzig. Elle a construit dans toutes les villes de plus de cent mille habitants et dans la moitié des villes de vingt mille à cent mille habitants43. L’effort a d’abord porté là où les besoins étaient particulièrement importants : les villes industrielles et commerçantes d’Allemagne du Nord et du Centre, et les environs des grandes villes portuaires. La carte des réalisations (ill. 39) fait apparaître un axe hanséatique et une forte concentration en Basse-Silésie, Saxe, Thuringe, dans la Ruhr autour d’Essen, le long d’un axe Trêves-Francfort et dans le Bade. En Bavière et en Prusse orientale, les opérations sont plus diffuses.

  • 44 Les chiffres donnés par Oeckl diffèrent légèrement de ceux figurant dans le recueil commémoratif p (...)
  • 45 Cité par U. Herzberg, « Geschichte der Berliner Wohnungswirtschaft unter besonderer Berücksichtigu (...)
  • 46 « Gagfah, Gemeinnützige Aktien-Gesellschaft für Angestellten-Heimstätten, Berlin », Die Wohnung, a (...)

33Selon Oeckl, la Gagfah a, au 31 décembre 1932, achevé 33 318 logements, dont 9 328 maisons et 23 936 appartements en immeubles collectifs44. C’est-à-dire que 28 % seulement des réalisations ont revêtu la forme prônée par la société de construction. Nous avons déjà noté le poids croissant du collectif dans les réalisations de la Gagfah. À Berlin en particulier, où la Gagfah construit, sous la république de Weimar, 16 à 18 % des nouveaux logements édifiés chaque année45, elle abandonne rapidement la construction de maisons individuelles. D’une façon générale, elle se heurte aux exigences des municipalités, enclines à financer des logements petits, au regard des standards de la Gagfah, puisqu’ils ne comprennent, outre la cuisine, qu’une à deux pièces. La Gagfah reproche aux communes d’ignorer les aspirations spécifiques de l’employé qui, pour des raisons tenant tant à sa culture qu’à sa formation intellectuelle, est prêt à consacrer une part exceptionnellement importante de son salaire à un logement de plusieurs pièces. Mais, en dépit des efforts qu’elle déploie pour influer sur les politiques municipales et obtenir que la demande en trois pièces soit satisfaite, la part des deux pièces-cuisine, limite inférieure à ses yeux, est majoritaire dans les immeubles qu’elle édifie46. Dans les années 1930, elle se refuse à construire les logements d’urgence auxquels vont les financements, car leur dénuement ne lui semble pas correspondre aux exigences minimales d’une réforme de l’habitat.

  • 47 Gagfah, 1918-1933. 75 Jahre Gagfah, Berlin/Essen, 1993, p. 65.

34Le volume global de prêts hypothécaires octroyés par la RfA entre 1924 et 1932 s’élève à 800 millions de marks, dont environ 185 millions, soit un peu moins du quart, ont été consentis à la Gagfah. Cette aide a, pendant la période, couvert à peu près 45 % de ses besoins d’argent. Dans le même laps de temps, le produit global de l’impôt sur les loyers s’est élevé à 12,1 milliards de marks, dont 5,2 milliards ont été consacrés au logement. La part obtenue par la Gagfah est de 154 millions de marks, soit environ 3 % de la part du produit de l’HZS investie dans le logement47. Le parc immobilier édifié par la Gagfah depuis sa fondation représente, au Ier janvier 1934, environ 1,1 % de l’ensemble des logements construits en Allemagne depuis la fin de la guerre et grosso modo 2 % des réalisations des sociétés de construction d’utilité publique. Un employé sur cent environ vit dans un logement construit par la Gagfah. L’effort constructif de la Gagfah, pour moitié aidé par la RfA, comprend deux volets distincts : la construction de maisons individuelles, qui correspondent à son idéal de départ et sur lesquelles elle porte toute son attention, et les immeubles locatifs. La Gagfah se présente constamment comme un maître d’ouvrage construisant des maisons individuelles avec jardin situées dans des cités d’habitation. Elle est en revanche très discrète sur ce qui constitue quantitativement l’essentiel de son activité : les appartements locatifs situés dans des immeubles collectifs, et incrimine la mauvaise volonté des municipalités face aux besoins de l’employé. D’une façon générale, l’idéologie prononcée de la Gagfah, dont la dépendance par rapport au DHV, loin de s’atténuer, se renforce pendant la période, s’efface derrière un solide pragmatisme. Toutefois, sa vision corporatiste de l’employé et de ses aspirations demeure intacte. Elle va de pair avec un centralisme tout à fait atypique en Allemagne : c’est qu’il y a pour la Gagfah un mode de vie de l’employé, dont la condition moderne transcende toutes les particularités professionnelles et régionales.

La Gehag : une architecture industrialisée pour l’habitat de masse

35De leur côté, les syndicats de gauche, dont nous avons vu les tentatives pour instaurer une économie de type coopératif dans le secteur du bâtiment, ne sont pas en reste et font également porter leur effort sur la maîtrise d’ouvrage. Ils créent un organisme de coordination des sociétés de construction, la Dewog, dont la filiale la plus puissante est la Gehag, la société berlinoise de construction qui a édifié la cité Case de l’Oncle Tom. Nous présenterons successivement ces deux structures.

La Dewog et la maîtrise d’ouvrage du logement de masse

  • 48 M. Wagner, Neue Wege zum Kleinwohnungsbau. Ein Programm zut Selbsthilfe, 1924.
  • 49 Cf. « Geschäftsbericht der deutschen Wohnungsfürsorgegesellschaft für Beamte, Angestellte und Arbe (...)
  • 50 R. Linneke, « Gewerkschaften und Gemeinwirtschaft im Wohnungswesen », AfA-Bundeszeitung, a. 9, n° (...)

36C’est l’infatigable Martin Wagner qui conçoit l’organisation centralisée à même de développer l’économie communautaire dans le secteur du logement. Cette organisation a pour but non d’encadrer les entreprises du bâtiment, ce dont s’occupe l’Union des entreprises sociales de construction (VsB) décrite au chapitre III, mais la maîtrise d’ouvrage coopérative en matière de logement. Wagner, inquiet des conditions précaires dans lesquelles s’exerce l’activité des entreprises sociales du bâtiment, veut leur garantir des commandes régulières, seul moyen pour rationaliser les chantiers et investir dans des engins mécaniques. Du côté des coopératives de construction, même faiblesse : leur dispersion aboutit à l’éparpillement des opérations, isolées et coûteuses. Pour devenir une arme économique permettant la construction de logements à grande échelle, il leur faut s’unir aux syndicats et aux communes48. La construction d’utilité publique rejoindrait ainsi la production moderne et rationnelle, avec des résultats quantitatifs et un abaissement des coûts significatifs. Wagner propose donc la création d’une société qui coordonnerait toutes les coopératives de construction. Mais les pourparlers avec les responsables des autres confédérations syndicales, nationales-libérales et chrétiennes, échouent, les autres syndicats rejetant le principe de l’économie communautaire. Les syndicats libres sont donc seuls à fonder cette instance centrale49 : en mars 1924, la Société allemande d’encouragement à la construction de logements pour les fonctionnaires, employés et ouvriers (Deutsche Wohnungsfürsorge Aktiengesellschaft fürBeamte, Angesteilte und Arbeiter, qui sera désormais citée par l’abréviation Dewog)50. La Dewog, société-holding, ne construit pas elle-même, mais coiffe des filiales locales. Au sein de l’économie communautaire, dont elle est un rouage essentiel, elle a pour fonction de faire baisser le prix des loyers. Dans le même ordre d’idées, elle installe des magasins coopératifs dans ses cités d’habitation. Un graphique de 1928 montre comment l’action des syndicats de gauche en matière de logement intègre le bâtiment et la maîtrise d’ouvrage dans un système global visant à instaurer une économie parallèle, alternative au capitalisme (ill. 43).

Ill. 43.— VsB et Dewog au centre de l’économie communautaire.

  • 51 M. Wagner, « Groβsiedlungen, der Weg zur Rationalisierung des Wohnungsbaues », Wohnungswirtschaft, (...)
  • 52 L. Scarpa, « Das Groβsiedlungs-Modell... », op. cit., p. 21-22.

37La création de la Dewog coïncide avec la mise sur pied, mentionnée au chapitre III, de la Société berlinoise d’encouragement à la construction de logements (WFGB), chargée de répartir les prêts hypothécaires provenant du produit de l’impôt sur les loyers. Mais pour Wagner, le mode de fonctionnement de l’organisme municipal va à l’encontre de la rationalisation du bâtiment, qui suppose financement stable et concentration des opérations. Or la WFGB, afin de soutenir le plus grand nombre de sociétés de construction, répartit l’argent sur de multiples chantiers. Wagner note qu’en 1924 la municipalité de Berlin a consenti des prêts HZS pour la construction de 10 000 logements répartis sur 575 chantiers différents, soit une moyenne de 17 logements par chantier. Sachant qu’il manque 200 000 logements à Berlin, la Ville aurait été mieux inspirée de financer dix opérations de 1 000 logements ou vingt opérations de 500 logements que de traiter 575 dossiers de prêt, sans même mentionner les coûts fonciers51. Le mot d’ordre à la Dewog est donc de centraliser la répartition du financement52.

38Comme la Gagfah, l’organisation de la Dewog connaît deux périodes distinctes. Dans un premier temps, elle ne construit pas elle-même, mais se conçoit comme une société-holding coiffant une vingtaine de filiales. En effet, refusant le modèle centralisé de la Gagfah, et plus tard de la Heimat, elle délègue la maîtrise d’ouvrage à des organismes locaux ou régionaux. Son rôle est d’organiser et de conseiller le mouvement, grâce à un appareil administratif léger. Elle établit les lignes directrices pour l’activité de ses filiales, trouve le financement nécessaire à leurs projets, apporte une assistance technique, contrôle leurs comptes. La Dewog a également une activité d’étude et de recherche dans les domaines de l’abaissement des coûts de construction, la mise au point de normes et de types pour la construction de logements, les ustensiles ménagers, la rationalisation de la gestion du parc locatif. Une revue bimensuelle, Wohnungswirtschaft, conçue comme un lieu d’échanges d’expériences et de diffusion de l’idéal de l’économie communautaire, est publiée aux éditions de l’ADGB de 1924 à 1931. Jusqu’au 31 décembre 1926, la Dewog est dirigée par Martin Wagner, auquel succède l’architecte Richard Linneke. Le conseil de surveillance est présidé par Theodor Leipart, président de l’ADGB.

39En 1927, un changement survient dans l’organisation de la Dewog. Jusque-là, la centrale avait peu de participations dans le capital des sociétés locales. Mais il apparaît nécessaire de resserrer leurs liens avec la centrale. La Dewog décide de les transformer en filiales et prend une participation majoritaire à leur capital. Un service nouvellement créé centralise désormais l’assistance financière. En 1928, elle se dote de deux succursales, à Hambourg et Breslau. L’homogénéité de l’action de la Dewog est ainsi accrue, non seulement en ce qui concerne le financement et le contrôle des comptes, mais aussi pour les loyers et la gestion du parc locatif.

  • 53 K. Novy et M. Prinz, lllustrierte Geschichte..., op. cit., p. 131.

40Les filiales de la Dewog ont une double activité : elles agissent comme maîtres d’ouvrage pour leur propre compte et elles réalisent des opérations pour le compte de coopératives de construction qui ne disposent ni du financement ni des spécialistes nécessaires. Dans ce dernier cas, elles s’occupent des opérations de financement, élaborent les plans, assument la direction des travaux. Une fois achevés, les logements sont remis à la coopérative commanditaire, censée assumer des missions d’assistance sociale (jardins d’enfants, conseil juridique, activités sociales et culturelles), économique (prêt d’outils de jardinage, de semences, achat de denrées alimentaires à bon marché) et politique (défense des habitants dans les instances municipales, impôts). Les filiales sont au nombre de treize en 1928, de vingt en 1930 ; à cette date, les succursales sont au nombre de cinq. En outre, quelque deux cents coopératives de construction sont liées à la Dewog53.

41Le capital de départ de la Dewog, de 50 000 marks, est en novembre 1927 porté à 400 000 marks, en octobre 1928 à un million et en 1929/1930 à trois millions de marks. L’essentiel du financement provient d’hypothèques HZS, les prêts hypothécaires de premier rang étant fournis par des organismes financiers coopératifs et syndicaux. À partir de 1927, la Dewog bénéficie également de l’aide de la RfA. Le capital propre est apporté par les coopératives ou les futurs locataires.

42Les chiffres disponibles sur le nombre de logements construits par la Dewog diffèrent assez sensiblement d’une source à l’autre. Fin 1928, la Dewog et ses filiales ont construit 14 962 logements, dont 11 888 sont propriété des filiales. Quant aux coopératives affiliées à l’Office de contrôle de la Dewog, elles ont construit près de 30 000 logements depuis la stabilisation. En 1930, le nombre des logements construits par les filiales de la Dewog s’élève à 20 000 environ. Fin 1930, l’ensemble des sociétés liées à la Dewog comptent environ 40 000 logements à leur actif, soit plus de 2 % de l’ensemble des logements construits en Allemagne entre 1925 et 1930. Fin 1933, le nombre de logements édifiés par les seules filiales de la Dewog atteindrait les 25 000, pour une bonne part construits par les guildes de bâtisseurs.

  • 54 R. Linneke, « Zum 3. AfA-Kongress in Hamburg », Wohnungwirtschaft, a. 5, n° 19-20, 1er octobre 192 (...)

43Nous allons à présent examiner plus spécifiquement les rapports entre la Dewog et la centrale libre des employés, l’AfA-Bund. En contrepartie de sa participation au capital de départ de la Dewog, l’AfA-Bund a deux sièges à son conseil de surveillance. Mi-1927, l’AfA-Bund et la Dewog prennent contact avec la RfA pour solliciter l’obtention de prêts hypothécaires de premier rang à un taux bonifié. La RfA, qui finance la Gagfah et la Heimat, donne son accord au syndicat des employés de gauche. En conséquence, l’AfA-Bund, dans une circulaire de juin 1927, informe ses sections locales sur la procédure à suivre pour mener une opération de logements en coopération avec la Dewog et ses filiales. Localement, les employés syndiqués — une vingtaine ou une trentaine au minimum —, intéressés par la construction de logements, se regroupent, cherchent un terrain viabilisé, s’informent sur les possibilités d’obtention de crédits municipaux financés par l’impôt sur les loyers et sur le montant local des loyers. Muni de tous ces renseignements, le délégué désigné par la section locale de l’AfA-Bund ou l’association des locataires potentiels prend contact avec la filiale locale de la Dewog, qui élabore un programme d’action et décide qui construira les logements. En effet, à la différence de la Gagfah, la Dewog ne souhaite pas se trouver à la tête d’un parc immobilier dispersé dans tout le Reich, dont la gestion imposerait un pesant appareil administratif : elle laisse donc la propriété des logements aux sociétés de construction locales. S’il existe une coopérative de construction sympathisante, la filiale l’encadre pour les aspects techniques et financiers de l’opération, la centrale prenant en charge la demande de prêt à la RfA. S’il n’existe pas de coopérative, c’est la filiale de la Dewog qui construit les logements. Dans tous les cas, la centrale de la Dewog doit, pour présenter une demande à la RfA, fournir une notice descriptive du projet avec les plans de situation, de masse, des logements et de financement. À l’automne 1928, le nombre de logements sur lesquels la RfA doit statuer s’élève à 1 200. Les chantiers lancés en 1928 par la Dewog pour le compte de l’AfA-Bund se répartissent comme suit : 50 logements à Chemnitz, 150 à Halle-sur-Saale, 200 à Duisbourg, 180 à Hambourg, 25 à Finsterwalde, 52 à Nauen, 64 à Altona, 150 à Leipzig, 90 à Berlin-Tegel et 80 à Francfort-sur-le-Main. Le troisième congrès de l’AfA-Bund, qui se tient à Hambourg en octobre 1928, confirme l’engagement du syndicat en faveur du logement54. Dans son discours, le directeur de la Dewog annonce que des prêts hypothécaires de premier rang courent pour 1 600 logements et avance que la moitié des logements construits par la Dewog, ses filiales ou les coopératives affiliées (10 000, selon les comptes rendus dans la presse) sont occupés par des employés. Tous situés dans des immeubles collectifs, où habitent également des fonctionnaires et des ouvriers.

La Gehag et la construction de grandes cités à Berlin

  • 55 Sur la Gehag, voir : R. Linneke, « Zwei ]ahre Gehag-Arbeit », Wohnungswirtschaft, a. 3, n° 8, 15 a (...)

44Au sein de la vingtaine de filiales de la Dewog, la première et la plus importante est la Gehag (Gemeinnutzige Heimstàtten Spar- und Bau- Aktiengesellschaft : Société par actions d’épargne et de construction d’intérêt public pour l’habitat), dont l’activité se concentre à Berlin55. À l’initiative du même Martin Wagner, la Gehag est fondée le 14 avril 1924 par les sections berlinoises des syndicats libres, cinq coopératives de construction berlinoises, l’organisme des guildes de bâtisseurs de Berlin et du Brandebourg, et la Société berlinoise d’encouragement à la construction de logements (WFGB). Son capital de départ s’élève à 50 000 marks. L’ADGB, de loin le premier actionnaire, domine le conseil de surveillance : pas moins de cinq membres de la section berlinoise de la centrale ouvrière y siègent. Les sections berlinoises de l’AfA-Bund et de la centrale des fonctionnaires n’ont qu’un représentant chacune. Lors des augmentations successives du capital (500 000 marks en 1927, un million en 1929), l’ADGD continue à détenir le quart du capital. Avec 8 %, la participation de l’AfA-Bund n’est pas considérable, alors que l’on peut estimer, comme on le montrera plus loin, qu’une moitié des logements construits par la Gehag est habitée par des employés. Inscrite au registre du commerce le Ier mai 1925, la Gehag se voit octroyer le statut d’organisme d’utilité publique en mai 1926. Selon le paragraphe 2 des statuts, l’objectif de la société est la « construction de logements sains à prix modérés pour les classes les plus défavorisées, en particulier pour les familles et personnes seules membres d’une coopérative de construction ».

45Pendant les deux premières années de son existence, la Gehag compte deux directeurs, un directeur technique et un directeur commercial. Le premier est l’architecte Richard Linneke, le second, à partir de 1925, est le ciseleur Franz Gutschmidt, qui, après le départ de Linneke à la Dewog, restera seul directeur de 1927 à 1933. Le nom de Bruno Taut, qui assure la direction artistique du service construction, n’apparaît pas dans l’organigramme de la Gehag : moyennant une enveloppe annuelle d’honoraires, il travaille à tous les projets en cours.

46Les premiers 1 200 logements construits par la Gehag sont financés à 50-55 % par des prêts hypothécaires fournis par l’impôt sur les loyers, à 25-30 % par des prêts hypothécaires provenant de sources diverses, en premier lieu de la Volksfürsorge de Hambourg, mais également de la Caisse régionale d’assurance berlinoise et de la RfA. Le reste, 20 à 25 %, doit être apporté par les coopératives ou par les locataires. Or la pratique montre qu’il est très difficile à réunir. Aussi la Gehag salue-t-elle la décision du conseil municipal de Berlin qui, à l’initiative du SPD, octroie aux sociétés d’utilité publique une seconde hypothèque complémentaire, à 4 %. Cette aide permet de dispenser le locataire d’apport personnel et de maintenir les loyers à un niveau décent. Comme en témoigne le terme d’épargne (Spar) intégré dans la raison sociale de la Gehag, les fondateurs avaient envisagé la création d’un système d’épargne pour faciliter l’apport de capital propre. En réalité, la gestion de ces dépôts s’est rapidement révélée fastidieuse, d’autant que le souhait des locataires de récupérer leur avoir rapidement était incompatible avec le financement sur le long terme des opérations de logement.

47Les chantiers de la Gehag sont de deux types : construction de logements pour le compte de coopératives actionnaires et édification de cités d’habitation pour son propre compte. En moyenne, les opérations menées pour les coopératives comptent deux cents logements. La Gehag renonce, après une expérience difficile, à construire pour des clients privés. Rapidement, la Gehag se concentre sur ce qui est sa raison d’être : l’élaboration de types standard en vue de la réalisation dans des délais serrés d’un grand nombre de logements pour les couches les plus modestes, au moyen de grands chantiers rationalisés. Ces vastes cités d’habitation, presque toutes dues à Bruno Taut, sont construites en plusieurs tranches tout au long de la période.

48Le premier chantier de la Gehag, la cité du Fer à cheval à Berlin-Britz, fait la démonstration des convictions de Martin Wagner en matière de logement. Première cité du Mouvement moderne construite à Berlin, elle deviendra le symbole de la politique du logement social de Berlin sous la république de Weimar et l’une des réalisations phares de l’histoire de l’architecture moderne. Avant d’y revenir en détail au chapitre suivant, notons que c’est avec cette cité que se clôt la collaboration de Wagner avec la Gehag, qu’il quitte en novembre 1926 pour les services de construction et d’urbanisme de la Ville de Berlin.

  • 56 En ce qui concerne le nombre de logements de la cité du Fer à cheval, les chiffres de l’AfA-Bund s (...)

49Dans les années 1920, la Gehag ne cesse d’intensifier ses efforts en vue de la typisation du logement et de la normalisation des éléments de construction. Son but est de parvenir à l’élaboration d’un nombre restreint de plans types pour des chantiers à grande échelle. Cette volonté de concentrer l’activité constructive ne reste pas lettre morte : sur les 6 354 logements qui demeurent sa propriété, 5 632, soit 89 %, sont répartis dans quatre cités seulement : la cité du Fer à cheval (2 138), la cité Case de l’Oncle Tom (1 245, sans compter la construction de 640 maisons en accession à la propriété56), l’AfA-Hof (1 014, ill. 45) et la Wohnstadt Cari Legien (1 145, ill. C28). Le photo-montage de couverture du catalogue « Le logement Gehag 1931 » met en scène l’ampleur des réalisations (ill. 44). Les travaux sont le plus souvent réalisés par les entreprises sociales du bâtiment, au premier rang desquelles la Bauhütte Berlin. Au total, la Gehag aura construit dix mille logements sous la république de Weimar. 84 % des logements locatifs construits par la Gehag pour son compte sont des appartements dans des immeubles collectifs, tandis que 16 % seulement sont des maisons individuelles. En revanche, les coopératives lui commandent presque autant de collectif (53 %) que d’individuel (47 %).

Ill. 44.— Couverture du catalogue d’exposition « Le Logement Gehag 1931 ».

50En mai 1925, la Gehag crée une société pour gérer son parc locatif : la Einfa, Berliner Gesellschaft zur Förderung des Einfamilienhauses. L’idée en a germé en 1925, lors de la construction de la cité du Fer à cheval, la question s’étant posée de savoir à qui confier les logements. L’idéal coopératif initial, caressant le rêve du locataire convaincu, payant de sa personne pour entretenir la cité, ayant fait long feu, la Gehag décide de confier la gestion de son parc immobilier à un organisme spécifique, chargé de susciter l’intérêt des locataires pour leur cité, de créer un lien affectif allant au-delà du bail. Cette préoccupation la conduit à organiser des conférences et à éditer, à partir de 1930, une feuille d’information, Einfa-Nachrichtenblatt, dans laquelle les habitants peuvent s’exprimer. En revanche, l’expérience tentée dans certaines cités, où des comités de locataires sont incités à établir un contact permanent entre les habitants et l’administration, se révèle décevante. Le capital de départ de l’Einfa, d’un montant de 100 000 marks, est intégralement apporté par la Gehag. En 1932, il est augmenté à 200 000 marks. Le parc locatif dont elle a la gestion croît régulièrement : en novembre 1929, il s’élève à 1 353 logements ; fin 1931, à 5 546 logements (dont 4 300 répartis en quatre cités).

51La plupart des détracteurs de la Gehag ont mis en avant le fait que la gauche avait échoué à loger les ouvriers. Il semble bien qu’il faille leur donner raison. Pour la première tranche de Britz (1925-1926), par exemple, les loyers s’élèvent à :

  • 48-55 marks pour un logement d’une pièce et demie (49 m ) ;
  • 63 marks pour un logement de deux pièces et demie (65 m2) ;
  • 75 marks pour un logement de trois pièces et demie (96 m) ;
  • 88 marks pour un logement de quatre pièces et demie (100 m).
  • 57 A. Jaeggi, op. cit., p. 122.
  • 58 « Fragebogen zur Ermittlung der Wünsche des Wohnungsuchenden », Gehag, 1927, reproduit dans N. Hus (...)
  • 59 Rapport annuel de la Gehag en 1929, p. 62.
  • 60 « Das Wahlergebnis in der Groβ-Siedlung Britz », Cehag-Nachrichten, a. 1, n° 1, 1930, s.p.

52En outre, un ticket d’entrée est demandé aux locataires, de 300 à 500 marks selon la superficie du logement, payable en plusieurs fois, rapportant 5 % et remboursé en cas de déménagement. Pour les ouvriers, qui gagnent environ 148 à 160 marks par mois, le loyer est inaccessible. Et l’annuaire téléphonique de 1930 montre que la cité est essentiellement habitée par des employés, des fonctionnaires et des artisans57. D’une façon générale, il apparaît que les cités de la Gehag sont pour moitié au moins habitées par des employés. C’est du moins ce qui ressort d’une liste de locataires datant de 1928 : en additionnant les professions relevant de la nomenclature légale (enseignants, employés d’assurance, contremaîtres, architectes, techniciens, ingénieurs, pharmaciens, herboristes, permanents syndicaux, professions du graphisme), on obtient le nombre de 756 employés, soit plus de la moitié des 1 478 locataires ayant indiqué leur profession. En novembre 1929, l’Einfa estime à 60 % environ le nombre de ses locataires assurés à la RfA. Ce pourcentage augmente encore au début des années 1930, avec la construction pour l’AfA-Bund d’une cité d’un millier de logements. Par ailleurs, la Gehag, qui souhaitait loger prioritairement les familles des membres des différentes coopératives de construction affiliées au mouvement, se plaint de n’avoir pas le contrôle de l’attribution des logements : elle est tenue en effet d’accepter les locataires inscrits sur les listes d’attente des offices du logement. Si bien que les partisans de l’économie coopérative du logement sont lésés et les cités habitées par des locataires indifférents, voire hostiles à l’idéal coopératif. Un droit de proposition lui étant accordé en 1927, la Gehag élabore un questionnaire comprenant une vingtaine de rubriques : situation professionnelle et familiale de l’impétrant, inscription sur les listes de l’Office du logement, souhaits : maison ou appartement, quartier de Berlin, location ou achat. La dernière question concerne l’appartenance à l’une des organisations syndicales ou coopératives actionnaires de la Gehag58. Des négociations aboutissent en août 1929 à ce que les sociétés de construction d’utilité publique berlinoises puissent procéder elles-mêmes à la répartition des logements. Deux restrictions à cette latitude nouvelle obligent : toutefois à privilégier les locataires qui libèrent un logement ancien tombant dans l’escarcelle des offices du logement et les familles avec enfant habitant depuis un an à Berlin. Comme le note pudiquement le rapport annuel de l’AfA-Bund pour l’année 1929, « la marge de manœuvre accrue dont jouit la Gehag dans l’attribution de ses logements s’effectue au profit des candidats appartenant aux organisations qui sont actionnaires de la Gehag59 ». De fait, l’analyse des résultats électoraux des trois bureaux de vote — sur les cinq au total — réservés aux habitants de la cité de Britz montre que ces derniers ont voté social-démocrate à 50,75 %, communiste à 16 %, national-allemand à 12 %, démocrate à 6,5 %, national-socialiste à 5 %, populiste à 4 %, centre catholique à 2 %60.

Ill. 45— La cité « AfA-Hof » construite par la Gehag pour l’AfA-Bund à Berlin-Treptow, 1929-1931, L. Förstner arch.

Ill. 46.— Le système Gehag, graphique, 1931.

53Cette attention particulière portée par la Gehag aux besoins des employés est renforcée par le fait que le représentant de la section berlinoise de l’AfA-Bund, Erich Flatau, est vice-président du conseil de surveillance de la Gehag, ce qui est d’autant plus remarquable que la centrale des employés n’a apporté que 8 % du capital social de la Gehag. Nous avons constaté le resserrement des liens entre l’AfA-Bund et la Dewog à partir de 1927-1928. Les deux organisations entreprennent conjointement une démarche auprès de la RfA pour obtenir l’augmentation de prêts hypothécaires, ce qui se traduit nécessairement par l’attribution d’un pourcentage élevé de logements à des assurés. En outre, cette collaboration renforcée se traduit, à partir de 1929, par l’introduction, dans le rapport annuel de l’AfA-Bund, de longs développements consacrés à l’activité de la Gehag. En 1929 également, la section berlinoise de l’AfA-Bund, en collaboration avec la Gehag, conçoit le projet de construire une cité d’un millier de logements pour les employés syndiqués, dans l’arrondissement de Berlin-Treptow. Cette opération, baptisée sans équivoque « AfA-Hof », est menée en trois tranches, de 1930 à 1931, dont deux sont financées par la RfA. Exceptionnellement, cette réalisation n’est pas confiée à Bruno Taut, mais à un architecte peu connu, Ladislaus Förstner, qui adopte les grandes lignes du vocabulaire architectural de Taut (ill. 45). L’inscription arborée par le mur-pignon célèbre la collaboration entre la Gehag et la centrale syndicale des employés.

54Un graphique publié en 1931 récapitule clairement cette insertion de la société de construction dans un réseau structuré : en bas, les actionnaires (syndicats, coopératives de construction, autres organismes) ; en haut à gauche, les coopératives pour lesquelles la Gehag a construit des maisons en accession à la propriété : à droite, les grandes cités gérées par l’Einfa. Sur le côté gauche les entreprises amies : Banque ouvrière, assurance, guildes berlinoises du bâtiment (ill. 46)

La Heimat : adapter l’habitation du fonctionnaire à l’employé

  • 61 GdA, lahresbericht für 1925, p. 171-174 ; et GdA, Jahrbuch für Deutsche Angesteilte, 1927, p. 236- (...)

55En 1925, c’est au tour de la GdA, la Confédération des syndicats d’employés d’inspiration nationale-libérale et antisocialiste, de créer sa propre société de construction. Le Foyer, société de construction et de cités d’habitation d’utilité publique (Heimat, Gemeinnützige Bau- und Siedlungs-Aktiengesellschaft)61, que nous désignerons dorénavant par le terme de Heimat, est fondé à Berlin-Zehlendorf en janvier 1925. Cette société de construction, active dans tout le Reich, a pour objectif de construire des logements sains, à l’équipement fonctionnel, accessibles aux employés modestes soumis à l’AVG.

Un fonctionnement mal connu

  • 62 B. Skrobotz, « Die Angestellte und die Lösung der Wohnungsfrage », GdA-Zeitschrift des Gewerkschaf (...)
  • 63 GdA, « Wohnungsfürsorge für Angesteilte in Chemnitz », s.d. (v. 1925), 22 p.
  • 64 Wohnungsbauten der Heimat 1926-1927, Düsseldorf, s.d. (1928), 84 p.
  • 65 Wohnungsbauten der Heimat 1928-1929, Wuppertal-Barmen, s.d. (1930), 120 p.

56Les informations sur la Heimat sont fragmentaires et parfois contradictoires. La Heimat n’a, semble-t-il, pas publié de recueil commémoratif. La revue de la GdA, GdA-Zeitschrift des Gewerkschaftsbundes der Angestellten, qui paraît de 1920 à 1932, est muette sur la société de construction, à l’exception d’un unique article qui la mentionne, à propos de l’exposition de Breslau62. Les rapports annuels du syndicat n’y font guère allusion, à l’exception de celui de 1925. Un paragraphe lui est consacré dans l’annuaire de la GdA pour 1927 et un petit cahier vante une opération menée à Chemnitz en 1925-192663. Enfin, deux recueils d’illustrations, datant respectivement de 1928 et 1930, ont été édités à l’occasion de l’assemblée générale des actionnaires ; ils semblent avoir fait l’objet d’une diffusion confidentielle, car le rapport annuel pour l’année en cours y est joint (ill. 47). Une courte préface du président de la Heimat précède dans les deux cas le cahier de photographies présentant les principales opérations des deux années qui précèdent — une vingtaine pour le premier64, une trentaine pour le second65. Cette discrétion exceptionnelle s’explique difficilement. Il pourrait s’agir de la volonté de ne pas donner prise sur l’attribution des logements qui semble, d’après ses détracteurs et concurrents (Gagfah et Dewog), s’être opérée au bénéfice de ses seuls syndiqués.

Ill. 47.— Recueils de la Heimat pour les années 1926-1927 et 1928-1929.

  • 66 R. Spörhase, Wohnungsunternehmungen..., op. cit., p. 111.
  • 67 K. Novy et M. Prinz, lllustrierte Geschichte..., op. cit., p. 115.
  • 68 « Bericht der “Heimat” uber das Geschäftsjahr 1929 ».
  • 69 GdA, « Wohnungsfürsorge für Angestellte in Chemnitz », op. cit., p. 22.

57Les rares documents disponibles présentent l’organisation de la Heimat comme très centralisée. Sur place, elle est représentée par des délégués des sections locales de la GdA, sauf dans deux villes, où elle a une filiale : la Magdeburger Heimat et la Danziger Heimat66. Novy indique que la Heimat participe parfois à la création de coopératives de construction locales et cite l’exemple de la Gemeinnütziger Bauverein des Gewerkschaftsbund der Angestellten à Eberfeld67. Les deux principaux établissements auprès desquels la Heimat se procure des hypothèques sont la RfA et la Deutsche Wirtschaftsbank. Cette banque, fondée en 1923 à Berlin par la GdA et FAlliance des syndicats Hirsch-Duncker, rassemble les avoirs de l’organisation ainsi que l’épargne des syndiqués ; elle est à même de consentir à la Heimat des prêts à un taux bonifié. Mais à partir de 1928, c’est exclusivement auprès de la RfA qu’elle se procure les prêts hypothécaires de premier et de second rangs68. Le capital de la Heimat, de 250 000 reichsmarks au départ, est en novembre 1925 porté à 500 000 marks puis progressivement à cinq millions en 1930 ; il se trouve pour l’essentiel entre les mains de la GdA. En 1927, la participation de la GdA au capital de la Heimat s’élève à un million de marks, ce qui ne l’empêche pas, on l’a vu, de continuer à soutenir financièrement la Gagfah. Enfin, bien que la quasi-totalité des logements demeurent propriété de la Heimat, les locataires sont tenus de fournir un apport personnel, d’un montant de 300 à 1 500 marks, en contrepartie duquel ils reçoivent des actions au porteur. Il semble que, en cas de rupture du bail ou de déménagement, la Heimat ne soit pas obligée de racheter l’action obligatoirement versée avant la signature du bail. À l’inverse, elle distribue des dividendes aux petits actionnaires de la Heimat ou déduit l’apport du montant du loyer. Ce système d’actions délivrées par la Heimat contre apport personnel semble avoir engendré de virulents conflits entre bailleur et locataires. La plupart des sources mentionnant la Heimat s’accordent sur le fait qu’elle construit pour ses adhérents. L’AfA-Bund lui reproche d’utiliser sans scrupules, à des fins partisanes, l’argent versé par l’ensemble des employés à la RfA. De fait, la brochure publicitaire consacrée à l’opération de Chemnitz comprend non seulement plusieurs pages de réclame pour la GdA et ses institutions (assurances diverses, maisons de repos), mais aussi un bulletin d’adhésion au syndicat69. De plus, la deuxième question du formulaire à remplir par les locataires intéressés concerne leur appartenance syndicale et leur numéro d’adhérent. Enfin, les logements sont en principe attribués dans l’ordre de la liste d’attente par une commission de trois personnes, composée du président, du secrétaire général et d’un autre membre de la section locale de la GdA. Ce procédé semble donc confirmer la critique souvent formulée à l’encontre de la GdA, de privilégier ses adhérents et d’en gagner des nouveaux par tous les moyens. À dire vrai, elle ne s’en cache pas et annonce dans l’opuscule de Chemnitz que, afin de mettre la Heimat au service des adhérents de la GdA, elle augmente de 5 % le loyer des habitants non syndiqués ou ne reprenant pas leur carte. Il est difficile de savoir dans quelle mesure ces méthodes ont convaincu les occupants d’un logement de la Heimat de s’inscrire au syndicat. A titre de comparaison, on ne trouve rien de tel dans les nombreux opuscules de la Gagfah, tenue il est vrai à plus de neutralité syndicale par ses actionnaires de tous bords.

58Ses premières grandes réalisations se situent à Berlin-Zehlendorf, où elle acquiert d’importants terrains, ainsi qu’à Chemnitz. Puis son activité s’amplifie. Elle est très active en Saxe, où les conditions financières sont favorables : à Leipzig, Chemnitz, Zwickau, Mittweida, Hartha, Glauchau, Limbach, Waldenburg, Plauen, Zittau, et mène de nombreux chantiers en Thuringe : Altenburg, Bad Langensalza, Géra, Nordhausen, Poessneck, Sondershausen. Egalement présente en Basse-Saxe, à Hambourg et environs (Lokstedt, Barmbeck, Harbourg, Altona), ainsi qu’à Lunebourg et Hanovre, elle intervient aussi dans plusieurs villes industrielles rhénanes : Aix-la-Chapelle, Cologne, Düsseldorf, Gelsenkirchen, Wuppertal. Le reste des opérations est plus dispersé. Fin 1929, 10 293 logements sont achevés ou en cours de construction dans 44 villes, dont 10 000 sont sa propriété. Les logements se situent à 90 % dans des immeubles collectifs. Leur superficie habitable moyenne est de 69 mètres carrés. En raison de la crise économique, le bilan reste sensiblement le même. Fin 1932, la Heimat a construit 10 840 logements dans une cinquantaine de villes.

Des immeubles de qualité, à l’architecture variée

  • 70 Wohnungsbauten der Heimat 1928-1929, op. cit., p. 4.

59Plus rapidement qu’à la Gagfah et dans des proportions bien supérieures, l’aspiration originelle à la maison individuelle cède le terrain aux cités composées d’immeubles collectifs. Le cahier retrouvé affirme en 1925-1926 que la plus grande misère sociale de la patrie est la crise du logement. Les salariés intellectuels, les employés sont touchés non seulement dans leur santé, mais dans leur capacité de travail. La Heimat proclame qu’elle s’efforce autant que possible de construire des maisons individuelles avec jardin, afin de promouvoir une notion saine de la propriété : posséder son foyer sur son coin de terre, tout en renforçant l’attachement au sol de la patrie. « Foyer, famille, terroir, patrie » : il faut tenir compte de ces valeurs culturelles car le logement ne doit pas seulement être un abri, mais la forge du bonheur et de la satisfaction. Parvenir à ce bien-être implique que l’habitat permette l’épanouissement individuel et soit associé à un bout de jardin, dont la culture contribue de manière décisive à l’équilibre physique et moral du propriétaire. En dépit de cette rhétorique qui évoque celle de la Gagfah, la Heimat se concentre très rapidement sur la construction d’immeubles locatifs. Dans son annuaire de 1927, elle annonce qu’elle construit principalement des immeubles, dont les logements reviennent moitié moins cher que les maisons de superficie et de confort équivalents. En outre, les immeubles restent pratiquement toujours propriété de la société. La Heimat en effet privilégie le locatif, car l’acquéreur d’une maison fait au bout de quelques années face à des charges beaucoup plus lourdes que les locataires. Néanmoins, la Heimat précise que, en dépit de son intense activité de bâtisseur, elle ne néglige pas la qualité constructive de ses réalisations, aux antipodes des casernes locatives. Les immeubles n’ont jamais d’aile sur cour ; les plans sont conçus de façon à laisser pénétrer lumière, air et soleil dans les appartements. La plus grande partie de la parcelle est utilisée comme espace vert et des sommes importantes sont consacrées à l’aménagement de cours avec petits parcs, arbres et aires de jeux pour les enfants. Le principe est de mettre à la disposition de chaque locataire un bout de jardin lié à son logement. Dès le bilan de sa première année d’activité, la proportion de collectif est nettement supérieure à celle d’individuel en accession à la propriété. Les exemples publiés dans la brochure de 1928 montrent que la forme privilégiée est la construction d’immeubles en pourtour d’îlot, qui libère au centre jusqu’à plusieurs hectares d’espaces verts. Au moment où la crise économique ralentit l’activité constructive, la Heimat réitère son intention de construire des logements solides et irréprochables, au service de la vie des familles allemandes, avec un loyer abordable70.

Ill. 48.— Le siège social de la Heimat à Berlin-Zehlendorf, au cœur de la cité Schönow, Ernst Rossius-Rhyn arch., 1926-1929.

60À la différence de la Gehag, la Heimat n’a pas d’architecte maison, mais fait toujours appel à des architectes locaux. En Saxe et en Thuringe, l’agence Gerber & Kerner, située à Chemnitz, se voit confier la conception de nombreuses cités (à Altenburg, Chemnitz, Glauchau, Limbach, Plauen, Poessneck, Zittau, Zwickau). À Hambourg, toutes les opérations reviennent à Ernst et Eduard Theil. Mais cette situation de monopole constitue l’exception. En règle générale, la Heimat privilégie la variété des maîtres d’œuvre, dont certains sont des modernistes résolus, tels Franz Roeckle à Francfort ou Wilhelm Riphahn à Cologne. Dans la capitale, où elle construit plus de six mille logements, la société de construction fait appel à divers architectes : Hans Altmann, Joseph Braun & Alfred Gunzenhauser, Georg Schmidt, Eugen Schmohl. La plupart d’entre eux participent à la grande cité de Wilmersdorf, ainsi que Jean Kràmer, Hans Kraffert, Heinrich Straumer et Hans Jessen. C’est aussi le cas d’Ernst Rossius-Rhyn, à qui elle a confié la construction de son siège social (ill. 48). En ce qui concerne la cité de Siemensstadt, elle fait appel à l’architecte de Siemens, Hans Hertlein. Mais c’est à Paul Mebes que la Heimat confie le tiers de ses commandes. Nous reviendrons sur ce point au chapitre V.

Ill. 49.— Heimat : petit immeuble construit à Elberfeld, August Kegel arch., 1926-1927.

Ill. 50.— Heimat : petit immeuble construit à Chemnitz, Gerber & Kerner arch., 1926-1927.

Ill. 51.— Heimat : opération à Harbourg-sur-Elbe, portes d’immeuble collectif, Ernst & Eduard Theil arch., 1926-1927.

61Rapidement, les petites opérations du début cèdent la place à des cités de grand ampleur. L’architecture détourne différents éléments du vocabulaire monumental et emprunte des éléments de décor de la demeure aristocratique pour magnifier l’aspect résidentiel des immeubles. Portiques à arcades, frontons, soubassements en bossage, portes-fenêtres donnant accès au jardin ont pour fonction d’anoblir l’habitat de l’employé (ill. 49 et 50). Dans le cas des immeubles collectifs de cinq niveaux et plus, la qualité des logements est suggérée par la présence de bow-windows ou de loggias, et les entrées sont traitées avec le plus grand raffinement (ill. 51). Contrairement à l’immeuble wilhelminien, les étages n’affichent pas de différenciation sociale, mais tendent vers l’égalité des occupants (ill. 52). Enfin, ces ensembles résidentiels sont souvent ornés d’une fontaine ou d’un groupe sculpté.

  • 71 B. Srobotz, « Der Angesteilte und die Lösung... », op. cit., p. 287-288.

62En 1928, la GdA était présente à l’exposition Bauen und Wohnen ; en 1929, elle participe avec la Heimat à une opération de prestige : l’exposition « Habitation et lieux de travail » (Wohnung- und Werkraum-Ausstellung, Wuwa), organisée par le Werkbund à Breslau — aujourd’hui Wroclaw en Pologne. La Wuwa s’inscrit dans la lignée des expositions d’architecture en grandeur réelle dont les réalisations, confiées à des architectes célèbres, sont destinées à durer. Organisée par la section silésienne du Werkbund, l’exposition entend faire la démonstration des possibilités ouvertes par l’industrialisation du logement et présenter des maisons et appartements bon marché. Elle se décompose en deux parties : la présentation de matériaux, de techniques de construction et de meubles dans la célèbre « Halle du siècle » construite par Max Berg en 1913, et la cité expérimentale construite par une dizaine d’architectes locaux : le clou de l’exposition est le foyer pour célibataires construit par Hans Scharoun. La GdA présente les bâtiments administratifs et les maisons de repos qu’elle a fait construire dans toute l’Allemagne, ainsi que les maquettes de ses locaux à Leipzig et à Munich. La Heimat expose des photos et des maquettes des cités qu’elle a construites à Berlin, Francfort, Dantzig, Kassel, Chemnitz, Mannheim, Erfurt71. Il s’agit là de sa seule participation connue à une manifestation publique.

Ill. 52.— Heimat : immeuble en pourtour d’îlot, Berlin-Lichtenberg, P. Mebes arch., 1926-1927.

63Malgré ses zones d’ombre, la pratique de la Heimat reflète le balancement des maîtres d’ouvrage entre petites cités pavillonnaires à l’architecture traditionnelle et grandes cités modernes d’immeubles collectifs, qui n’excluent pas l’expérimentation constructive et technique. Le parcours de Mebes, l’architecte favori de la Heimat, illustre cette évolution, ainsi que nous le verrons au prochain chapitre.

64En conclusion, il est frappant de constater que toutes les sociétés de construction construisent avant tout à Berlin : le quart des réalisations de la Gagfah, toutes les réalisations de la Gehag — soit pratiquement la moitié de ce qu’ont construit les filiales de la Dewog — et la moitié des logements construits par la Heimat. Cette concentration des réalisations correspond au tropisme berlinois de l’employé. La RfA finance de façon inégalitaire les trois sociétés de construction. La Gagfah, à qui est délégué l’effort de la Caisse nationale d’assurance retraite des employés, est son interlocuteur privilégié et obtient tous les crédits qu’elle demande. La GdA, qui se situe politiquement à droite, a de bons rapports avec l’une comme avec l’autre, si bien que la Heimat bénéficie également des bons offices de la RfA. L’AfA-Bund en revanche est durant toute la période en situation de conflit ouvert avec la RfA, et le rapprochement tenté par la Dewog à partir de 1927 n’aboutit que de façon très limitée à l’obtention de prêts hypothécaires. Enfin, dans la pratique édificatrice des trois maîtres d’ouvrage et quels que soient leur discours et leurs regrets, c’est quantitativement l’immeuble locatif qui l’emporte. Toutefois, tous sont très attentifs à ne pas reproduire les inconvénients de la caserne locative et à définir un type d’immeuble conforme aux exigences des hygiénistes et réformateurs sociaux. Quant au statut d’occupation, seule la Gagfah fait de l’accession à la propriété un cheval de bataille, les deux autres sociétés de construction privilégiant la location. Mais dans tous les cas, l’habitant est tenu d’apporter son écot, signe de l’univers militant dans lequel s’inscrit la maîtrise d’ouvrage syndicale.

Notes

1 Un précédent mémoire, rédigé en 1914 pour le compte du syndicat des employés des mines de Bochum par Fritz Hecht, avait développé des arguments et esquissé des solutions très proches. Toutefois, comme il n’a pas été transmis à la RfA, il ne sera mentionné ici que pour mémoire : F. Hecht, Wohnungsnot, Wohnungsbauselbsthilfe und Hypothekenbank der Angestellten (Denkschrift des Deutschen Gruben- und Fabrikanten-Verband Bochum), s.d. (1914). La RfA n’en apprend l’existence qu’en mai 1918, au moment où elle doit prendre position sur la brochure du président du DHV.

2 La question soulevée au douzième Congrès des employés de commerce à Breslau, en juin 1911, de savoir si le DHV ne devrait pas promouvoir et soutenir, par des mesures appropriées, la création d’associations de construction de logements par ses adhérents ne semble pas avoir retenu l’attention des autorités du syndicat. A. Oeckl, Die deutsche Angestelltenschaft..., op. cit., p. 64.

3 Cf. H. Frank, « Kriegerheimstätten als zeitgemäβe Stadterweiterungen », Bau-Rundschau, n° 44-6, 25 novembre 1915.

4 Hamburger Ausschuβ fur Krieger-Heimstätten, Krieger-Heimstatten. Cedanken und Vorbilder. Erster Teil. Mit Bildern aus der Cartenvorstadt Steenkamp-Bahrenfeld, édité par Bau-Rundschau, 2e éd. augmentée, février 1916.

5 H. Bechly et H. Frank, Die Heimstätte des Angestellten. Eine Denkschrift uber die Möglichkeit, die Wohnungsverhëltnisse der Versicherten der Reichsversich.-Anstalt fur Angesteilte durch Erbauung von Kleinhëusern zu verbessern, Hambourg, 1re éd. novembre 1917.

6 H. Bechly, Die Heimstätte des Angestellten. Eine Denkschrift uber die Möglichkeit, die Wohnungsverhëltnisse der Versicherten der Reichsversich.-Anstalt für Angesteilte durch Erbauung von Kleinhäusern zu verbessern, Hambourg, 2e éd. 1918.

7 Une épreuve de cette toute première version, distincte des éditions de 1917 et de 1918, est conservée par Anneliese Frank, belle-fille d’Hermann Frank, Hambourg-Ottensen.

8 Cf. chapitre II, n. 64.

9 Curieusement, alors que cette mobilité professionnelle de l’employé est fréquemment évoquée, aucune statistique ne tente de cerner l’ampleur du phénomène.

10 Cet idéal est partagé par la RfA, dont un représentant, Hermann Thissen, en appelle dans un discours de 1918 à l’autoadministration (Selbstverwaltung) des employés.

11 Les organisations d’employés représentées dans ce Comité sont : la Communauté de travail des unions commerciales, représentée par Bechly et Zachar, tous deux de Hambourg, la Communauté de travail des unions techniques (Friedrich Barthel, Cottbus), la Communauté de travail des unions féminines (Johanna Waescher, Cassel), la Communauté de travail des unions libres (Cari Ciebel, Berlin). Deux autres organisations d’employés en sont également membres : l’organisation des Deutschen Privatbeamten (Dr Görnandt, Magdebourg), celle des employés de chemin de fer (Privateisenbahn-Beamten) (Friedrich Öser, Berlin).

12 En Allemagne, le poste de secrétaire d’État n’est pas politique, mais correspond à la fonction de directeur d’administration centrale en France.

13 H. Bechly, Die Heimstätte des Angestellten, op. cit., 2e éd. 1918.

14 Le texte en est reproduit dans Gagfah, GAGFAH 1918-1968. Eine Dokumentation, Hambourg, 1968, p. 301-303. L’exemple de la Deutscher Privatbeamtenverein de Magdebourg témoigne des efforts des organisations d’employés pour sensibiliser leurs adhérents à la création de la Gagfah. Son organe, le Privatbeamten-Zeitung, y revient régulièrement. Le 14 mars 1918, un article rend compte des tractations en cours ; le 11 avril, le syndicat appelle chaque adhérent à verser 400 marks. Cet appel est réitéré à plusieurs reprises. En juin, un article de fond explicite les objectifs de la Gagfah. Le dernier appel est publié le 1er août 1918, en prévision de la réunion de fondation de la Gagfah mi-août. À cette date, le syndicat a pu réunir 25 000 marks, ce qui lui permet d’obtenir un siège au conseil de surveillance de la Gagfah, dont la création est relatée en détail début septembre : « Tatkräftige Eingreifen der Angestelltenverbände in der Wohnungsfrage », 14 mars 1918 ; Aufsichtsrat und Direktorium des Deutschen Privatbeamten-Vereins, « Aufruf ! An die Arbeit ! », 11 avril 1918 ; « Vereinskollegen ! », 10 mai 1918 ; « Haben Sie schon daran gedacht ? », 6 juin 1918 ; M. Zachau, « Zur Wohnungsfrage », 6 juin 1918 ; « Mitarbeit des deutschen Privatbeamten-Vereins an der Lösung der Wohnungsfrage », 1er juillet 1918 ; « Letzte Bitte ! », 1er août 1918 ; Dr Görnandt, « Die gemeinnùtzige Aktien-Gesellschaft fur Angestellten-Heimstatten », 1er septembre 1918.

15 Voir par exemple W. Heinemann, « Das Heim der Angestellten », Soziale Praxis und Archiv für Volkswohlfahrt, 10 janvier 1918 ; id., « Das Heim der Angestellten », Zeitschrift für Wohnungswesen, 10 février 1918 ; « Eine Reichsorganisation für die Wohnungsfrage der Privatangestellte », Die Arbeiterversorgung, 11 avril 1918 ; « Privatangestellte und Wohnungsfrage », Deutsche Wirtschaftszeitung, 1er septembre 1918 ; « Privatangestellte und Wohnungsfrage », Die Arbeiterversorgung, 21 septembre 1918 ; « Unsere Wohnung », Jahrbuch für Handlungsgehilfinnen, 1919.

16 H. Thyssen, « Die Wohnungsfrage, ihre soziale und politische Bedeutung für die Angestellten », Gagfah Rundschreiben, n° 2, 1918 (reproduit dans Gagfah, GAGFAH 1918-1968..., op. cit., p. 315-327).

17 Gagfah, GAGFAH 1918-1968..., op. cit., p. 35.

18 Gagfah, « Rundschreiben 1, betreffend die Gemeinnüfzige Aktien-Gesellschaft für Angestellten- Heimslätten (G.A.G.F.A.H.) », Berlin, juillet 1918, 8 p.

19 Ces statuts types sont reproduits dans la brochure de la Gagfah, Wie komme ich als Angestellter zum Figenheim ?’, s. d. (1925).

20 Dès le début, ce service est dirigé par le conseiller à la construction (Baurat) Theodor Harnacher. En 1921, un chef d’opération est recruté à ses côtés : l’architecte Ferdinand Köhler, ancien associé de l’entreprise Köhler & Kranz (Berlin-Charlottenbourg), qui quitte la Gagfah en 1924.

21 En 1919 également sont fondées les Heimags de Stettin, Grand-Berlin, Grand-Dresde, Munster en Westphalie, de Thuringe (siège : Gotha), Breslau, Cottbus, Fribourg-en-Brisgau, Siemensstadt, Düsseldorf, Francfort-sur-le-Main, Erfurt, Gelsenkirchen, Hanovre, Lichtenfels, Magdebourg, Mülheim (Ruhr) et Rinteln. Fin mars 1922, elles sont au nombre de cinquante.

22 1919 : 304, 1920 : 951, 1921 : 881, 1922 : 770, 1923 : 290.

23 Sur la Gagfah à Dantzig, voir G. Lance, « Die Gagfah im Auf und Ab der Wohnun gspolitik », dans J. Fischer-Dieskau (dir.), Beiträge zut Théorie und Praxis des Wohnungsbaues. Festschrift für Arnold Knoblauch zum 80. Geburtstag, Bonn, 1959, p. 240. En 1929, la Gagfah participe à la création de la Österreichische Gemeinnützige Siedlungsgesellschaft (OGSG) à Vienne. C’est le chancelier fédéral d’Autriche lui-même, le Dr Schober, qui souhaitait la création d’une telle société de construction, impliquant les organisations autrichiennes d’employés. La crise économique semble en avoir suspendu l’activité dès 1931.

24 O. Backhaus, « Aus der Tatigkeit der “Gagfah, Gemeinnützige Aktien-Gesellschaft für Angestellten-Heimstätten”, Berlin », Die Wohnung, a. 2, n° 7/8, novembre-décembre 1927, p. 227.

25 C’est ce que l’on appelle le système Ulm, car c’est la ville d’Ulm qui pour la première fois a rendu possible l’accession à la propriété avec un apport personnel ne dépassant pas 5 à 10 % du coût total.

26 G. Lange, « Die Gagfah im Auf und Ab der Wohnungspolitik », op. cit., p. 239.

27 Gagfah, Wohnung und Eigenheim für den Angestellten durch die Gagfah, s.l.n.d. (fin 1927 ou début 1928), p. 15.

28 Gagfah, idem, p. 14.

29 Gagfah, GAGFAH 1918-1968..., op. cit., p. 40.

30 GdA, Jahresbericht für 1927, p. 114.

31 A. Oeckl, Die deutsche Angestelltenschaft, op. cit., p. 73.

32 Lettre de l’administration centrale de la Gagfah, département C, à l’antenne (örtliche Geschäftsstelle) de la Heimag de Francfort-sur-l’Oder, 8 mars 1927, Brandenburgisches Landes-hauptarchiv, cote Pr. Br. Rep. 69 Gagfah Nr. 77.

33 Lettre de la Heimag de Francfort-sur-l’Oder à l’antenne locale, 11 octobre 1929, même dossier.

34 Dossier « Augsburg 8 », Gagfah Munich : l’opération de construction, comprenant une trentaine d’appartements, est menée en 1932 à Augsbourg (rue Prinz).

35 Gagfah, Eigenheim und Wohnung..., op. cit., p. 5.

36 Gagfah, Wohnung und Eigenheim..., op. cit., p. 8.

37 Gagfah, ibid., p. 9.

38 La Gagfah a parfois recours au droit de superficie héréditaire (Erbbaurecht), qui présente l’avantage de ne rien coûter, mais dont la capacité à être mise en gage est limitée, ce qui handicape l’obtention de prêts hypothécaires.

39 En 1927, Knoblauch constate que le recours à un architecte privé renchérit le coût du projet, car il faut lui régler des honoraires correspondant à 2 % des coûts, contre 1,7 % à la Gagfah.

40 Heimstätte und Arbeit. Eine Monatsschrift für Heimstätten- und Siedlungsarbeit auf gewerkschaftlicher Grundlage (Altona-Steenkamp), a. 1, 1922, 8 numéros (mai-décembre).

41 Gagfah, Wie komme ich als Angestellter zum Eigenheim ?, Berlin, s.d. (1925), 19 p. ; Gagfah Zweigniederlassung Bayern, « Der Heimstättenbau in Bayern. Wegweiser für Angestellten-Verbände und Ortsvereinigungen von Interessenten », Munich, 1925, 11 p. ; Gagfah, « Der Heimstättenbau im jahre 1925 », Berlin, février 1925, 8 p. ; Wohnungsbauten der Gagfah, Düsseldorf, Rhenania-Verlag Th. P. Braun, s.d. (1927), 24 p. ; Gagfah, « Gagfah, Gemeinnützige Aktien-Gesellschaft für Angestellten-Heimstätten », s.l.n.d. (fin 1927 ou début 1928), 46 p. ; Gagfah, « Wohnung und Eigenheim für den Angestellten durch die Gagfah », s.l.n.d. (fin 1927 ou début 1928), 26 p. ; Gagfah Zweigniederlassung Süddeutschland, « Siedlungen in Stuttgart », s.l.n.d. (1929), 25 p. ; Gagfah, « Eigenheim und Wohnung für Angesteilte », Berlin, s.d. (1930), 48 p.

42 Gagfah, 16.000 Wohnungen für Angesteilte. Denkschrift herausgegeben im Auftrag der Gagfah anlasslich ihres zehnjährigen Bestehens, Berlin, 1928.

43 Source : A. Oeckl, Die deutsche Angestelltenschaft..., op. cit., p. 191.

44 Les chiffres donnés par Oeckl diffèrent légèrement de ceux figurant dans le recueil commémoratif publié pour le cinquantenaire de la Gagfah en 1968. Mais à quelques centaines d’unités près, les ordres de grandeur sont cohérents.

45 Cité par U. Herzberg, « Geschichte der Berliner Wohnungswirtschaft unter besonderer Berücksichtigung der gemeinnützigen (Klein-)Wohnungswirschaft », doctorat d’économie, Université libre de Berlin, 1957, p. 150.

46 « Gagfah, Gemeinnützige Aktien-Gesellschaft für Angestellten-Heimstätten, Berlin », Die Wohnung, a. 5, n° 3, juin 1930, p. 96 ; et A. Oeckl, Die deutsche Angestelltenschaft..., op. cit., p. 191.

47 Gagfah, 1918-1933. 75 Jahre Gagfah, Berlin/Essen, 1993, p. 65.

48 M. Wagner, Neue Wege zum Kleinwohnungsbau. Ein Programm zut Selbsthilfe, 1924.

49 Cf. « Geschäftsbericht der deutschen Wohnungsfürsorgegesellschaft für Beamte, Angestellte und Arbeiter für das Geschäftsjahr 1924 », Soziale Bauwirtschaft, a. 2, n° 12, 15 juin 1925, p. 93-96.

50 R. Linneke, « Gewerkschaften und Gemeinwirtschaft im Wohnungswesen », AfA-Bundeszeitung, a. 9, n° 3, mars 1927, p. 40-41 ; id., « Die Dewog als gemeinwirtschaftliche Bauherrenorganisation », Soziale Bauwirtschaft, a. 8, n° 3/4, 15 février 1928, p. 35-38 ; id., « Fünf Jahre Dewog-Arbeit », Wohnungswirtschaft, a. 6, n° 6/7, 20 mars 1929, p. 78-80 ; et id., « L’organisation “Dewog” en Allemagne », Wohnen und Bauen, a. 2, mai-juin 1930, p. 114-131.

51 M. Wagner, « Groβsiedlungen, der Weg zur Rationalisierung des Wohnungsbaues », Wohnungswirtschaft, a. 3, n° 11/14, 1926, p. 102-103.

52 L. Scarpa, « Das Groβsiedlungs-Modell... », op. cit., p. 21-22.

53 K. Novy et M. Prinz, lllustrierte Geschichte..., op. cit., p. 131.

54 R. Linneke, « Zum 3. AfA-Kongress in Hamburg », Wohnungwirtschaft, a. 5, n° 19-20, 1er octobre 1928, p. 265-270.

55 Sur la Gehag, voir : R. Linneke, « Zwei ]ahre Gehag-Arbeit », Wohnungswirtschaft, a. 3, n° 8, 15 avril 1926, p. 53-60 ; « Was die Gehag im Jahre 1927 schuf », Wohnungswirtschaft, a. 5, 1er août 1928, p. 185-186 ; « Gehagarbeit in Berlin », Soziale Bauwirtschaft, a. 11, n° 13, 1er juillet 1931, p. 210 ; « Vom sozialen Bauen. Die Gehag berichtet », Bauen-Siedeln-Wohnen, a. 12, n° 13, 1er juillet 1932, p. 172-173 ; A. Jaeggi, « Kurzgefaβte Firmengeschichte der GEHAG », dans N. Huse (dir.), Vier Berliner Siedlungen..., op. cit., p. 206 ; ainsi que les recueils publiés à l’occasion des différents anniversaires de la société : Gehag 1924-1957. Entstehung und Entwicklung eines gewerkschaftlichen Wohnungsunternehmens, Berlin, s.d. (1957) ; 50 Jahre GEHAG. Ein Bericht, Berlin, 1974 ; W. Schäche (dir.), 75 Jahre Gehag 1924-1999, Berlin, 1999.

56 En ce qui concerne le nombre de logements de la cité du Fer à cheval, les chiffres de l’AfA-Bund sont cohérents, à une unité près, avec ceux compilés par Annemarie Jaeggi. La situation est différente pour la cité-jardin de Zehlendorf, qui, selon ses calculs, compte 1 915 logements. Si l’on fait le compte des unités construites lors des sept tranches de construction en fonction des chiffres de l’AfA-Bund, on arrive au nombre de 1 885. Ces trente logements de différence proviennent d’un décompte différent des tranches 2 et 5, celles des maisons en accession à la propriété.

57 A. Jaeggi, op. cit., p. 122.

58 « Fragebogen zur Ermittlung der Wünsche des Wohnungsuchenden », Gehag, 1927, reproduit dans N. Huse (dir.), Vier Berliner Siedlungen..., op. cit., p. 224.

59 Rapport annuel de la Gehag en 1929, p. 62.

60 « Das Wahlergebnis in der Groβ-Siedlung Britz », Cehag-Nachrichten, a. 1, n° 1, 1930, s.p.

61 GdA, lahresbericht für 1925, p. 171-174 ; et GdA, Jahrbuch für Deutsche Angesteilte, 1927, p. 236-238 ; A. Oeckl, Die deutsche Angestelltenschaft, op. cit., p. 142-143 ; C. Mengin, « La société de construction Heimat : de l’habitation du fonctionnaire au logement de l’employé », Histoire de l’art, n° 31, octobre 1995, p. 69-76.

62 B. Skrobotz, « Die Angestellte und die Lösung der Wohnungsfrage », GdA-Zeitschrift des Gewerkschaftsbundes der Angestellten, n° 20, 16 octobre 1929, p. 287-288.

63 GdA, « Wohnungsfürsorge für Angesteilte in Chemnitz », s.d. (v. 1925), 22 p.

64 Wohnungsbauten der Heimat 1926-1927, Düsseldorf, s.d. (1928), 84 p.

65 Wohnungsbauten der Heimat 1928-1929, Wuppertal-Barmen, s.d. (1930), 120 p.

66 R. Spörhase, Wohnungsunternehmungen..., op. cit., p. 111.

67 K. Novy et M. Prinz, lllustrierte Geschichte..., op. cit., p. 115.

68 « Bericht der “Heimat” uber das Geschäftsjahr 1929 ».

69 GdA, « Wohnungsfürsorge für Angestellte in Chemnitz », op. cit., p. 22.

70 Wohnungsbauten der Heimat 1928-1929, op. cit., p. 4.

71 B. Srobotz, « Der Angesteilte und die Lösung... », op. cit., p. 287-288.

Table des illustrations

Légende Ill. 39. — Organisation de la Gagfah et localisation des opérations de logements 1930
URL http://books.openedition.org/psorbonne/docannexe/image/524/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 3,9M
Titre Tableau n° 6 : Maisons individuelles et appartements locatifs construits par la Gagfah de 1918 à 1932
Légende Source : Gagfah, GAGFAH 1918-1968, op. cit., p. 114.
URL http://books.openedition.org/psorbonne/docannexe/image/524/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 625k
Légende Ill 40. —Trois maisons doubles construites par la Gagfah ouest dans les années 1920
URL http://books.openedition.org/psorbonne/docannexe/image/524/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 635k
Légende Ill 41.— Gagfah : immeuble d’habitation, Berlin-Lankwitz, Deutsche Bau-Union atch., 1925.
URL http://books.openedition.org/psorbonne/docannexe/image/524/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 4,4M
Légende Ill. 42.— « Gagfah-ville » : vue perspective de Quedlinburg, 1926.
URL http://books.openedition.org/psorbonne/docannexe/image/524/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 3,4M
Légende Ill. 43.— VsB et Dewog au centre de l’économie communautaire.
URL http://books.openedition.org/psorbonne/docannexe/image/524/img-6.jpg
Fichier image/jpeg, 485k
Légende Ill. 44.— Couverture du catalogue d’exposition « Le Logement Gehag 1931 ».
URL http://books.openedition.org/psorbonne/docannexe/image/524/img-7.jpg
Fichier image/jpeg, 5,6M
Légende Ill. 45— La cité « AfA-Hof » construite par la Gehag pour l’AfA-Bund à Berlin-Treptow, 1929-1931, L. Förstner arch.
URL http://books.openedition.org/psorbonne/docannexe/image/524/img-8.jpg
Fichier image/jpeg, 969k
Légende Ill. 46.— Le système Gehag, graphique, 1931.
URL http://books.openedition.org/psorbonne/docannexe/image/524/img-9.jpg
Fichier image/jpeg, 1,0M
Légende Ill. 47.— Recueils de la Heimat pour les années 1926-1927 et 1928-1929.
URL http://books.openedition.org/psorbonne/docannexe/image/524/img-10.jpg
Fichier image/jpeg, 2,3M
Légende Ill. 48.— Le siège social de la Heimat à Berlin-Zehlendorf, au cœur de la cité Schönow, Ernst Rossius-Rhyn arch., 1926-1929.
URL http://books.openedition.org/psorbonne/docannexe/image/524/img-11.jpg
Fichier image/jpeg, 5,6M
Légende Ill. 49.— Heimat : petit immeuble construit à Elberfeld, August Kegel arch., 1926-1927.
URL http://books.openedition.org/psorbonne/docannexe/image/524/img-12.jpg
Fichier image/jpeg, 804k
Légende Ill. 50.— Heimat : petit immeuble construit à Chemnitz, Gerber & Kerner arch., 1926-1927.
URL http://books.openedition.org/psorbonne/docannexe/image/524/img-13.jpg
Fichier image/jpeg, 978k
Légende Ill. 51.— Heimat : opération à Harbourg-sur-Elbe, portes d’immeuble collectif, Ernst & Eduard Theil arch., 1926-1927.
URL http://books.openedition.org/psorbonne/docannexe/image/524/img-14.jpg
Fichier image/jpeg, 855k
Légende Ill. 52.— Heimat : immeuble en pourtour d’îlot, Berlin-Lichtenberg, P. Mebes arch., 1926-1927.
URL http://books.openedition.org/psorbonne/docannexe/image/524/img-15.jpg
Fichier image/jpeg, 4,5M

© Éditions de la Sorbonne, 2007

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search