Version classiqueVersion mobile

Matières premières et gestion des ressources

 | 
Sarra Ferjani
, 
Amélie Le Bihan
, 
Marylise Onfray
, 
et al.

Des matières premières à la mise en évidence de réseaux et d’enjeux sociopolitiques

Observations sur les North Syrian Amphorae de Halabiyye-Zénobia (Syrie)

Nairusz Haidar Vela

Résumé

Le site de Halabiyye-Zénobia, situé au bord de l’Euphrate en Syrie était, durant l’Antiquité tardive, une ville de garnison. L’ensemble des monuments visibles aujourd’hui est l’œuvre de l’empereur Justinien, bien que l’occupation du site ait perduré au-delà de l’époque protobyzantine. Lors de la campagne de fouille de 2010, des nouvelles pièces d’une structure découverte en 2009 ont été exhumées et l’ensemble a pu être interprété comme un habitat. Le nombre important de céramiques répertoriées, ainsi que leur diversité confèrent au site un intérêt archéologique indéniable. Cet article traitera de la production d’une forme de céramique spécifique, les North Syrian Amphorae 1, typiques d’une période très restreinte chronologiquement. En effet, de par les comparaisons établies avec le matériel provenant des sites environnants, il apparaît que cette structure date de la fin de l’époque protobyzantine et aucune occupation omeyyade n’a été identifiée avec certitude. Les caractéristiques de ces amphores, l’identification de leur contenu ainsi que la place qu’elles occupaient au sein du commerce régional seront abordées dans cet article.

Texte intégral

1Le site de Halabiyye, situé sur la rive ouest de l’Euphrate en Syrie, était une ville de garnison durant l’Antiquité tardive. L’ensemble des édifices visibles aujourd’hui est l’œuvre de l’empereur Justinien (527‑565 apr. J.-C.) ; toutefois, une occupation du site est attestée au-delà de l’époque protobyzantine, bien qu’elle n’ait laissé que peu de traces en élévation. Lors des campagnes de fouilles de 2009 et 2010, un bâtiment domestique, dont l’occupation est datée du viie siècle, a été mis au jour (fig. 1). Compte tenu du corpus de céramiques exhumé, certains espaces ont pu être interprétés comme lieux de stockage au sein de la structure. En effet, un grand nombre d’amphores et de jarres de stockage y a été recueilli, représentant 81 % du matériel, ce qui pourrait évoquer un cellier. Excepté de rares fragments d’amphore de Gaza LRA 4 B, de LRA 1 et de LRA 3, le secteur d’habitat a exclusivement livré des amphores typiques de la région de l’Euphrate, dites North Syrian Amphorae 1 (Pieri, 2005).

2Le passage de la céramique byzantine à la céramique omeyyade n’est pas toujours facile à percevoir dans cette région où les productions, tout en restant tributaires des caractéristiques locales, s’imprègnent d’influences extérieures. Loin de rompre totalement avec la tradition de l’Antiquité classique, la céramique du viie siècle est empreinte de traits propres à l’époque protobyzantine, auxquels se mêlent de nouvelles caractéristiques qui se développeront tout au long des premiers temps de l’Islam ; le matériel issu des fouilles de Halabiyye constitue un témoignage explicite de ce phénomène.

3L’identification des NSA 1, dont la production majeure est attestée au cours de cette époque de transition byzantino-omeyyade (580-640 apr. J.-C.) est assez récente. Leur étude, de la composition de la matière première à la distribution spatiale, a contribué à une meilleure connaissance de la production et diffusion des biens de consommation dans la Syrie septentrionale intérieure.

Le contexte archéologique

  • 1 Opérations menées sous la direction de Mme Sylvie Blétry (Université de Montpellier).
  • 2 Les informations communiquées sont issues du rapport de fouilles de M. Al Besso (responsable du sec (...)

4L’étude réalisée repose essentiellement sur le matériel issu du secteur d’habitation, situé en contrebas de la basilique ouest. Les premières interventions sur cette zone ont été entreprises en 20071, afin d’établir le lien entre la basilique et le forum, identifiés par J. Lauffray (Lauffray, 1983). Les éléments découverts ont alors révélé la présence d’une structure d’habitat, attestant d’une occupation tardive sur le forum. Lors des campagnes de 2009 et 2010, de nouveaux sondages ont été effectués, permettant de compléter le plan précédemment établi et de préciser la nature de l’occupation2.

Fig.1. Vue du complexe domestique du secteur 6

Fig.1. Vue du complexe domestique du secteur 6

© Mission archéologique de Halabiyye-Zénobia.

5Les campagnes de fouilles menées sur ce secteur ont permis de définir trois phases architecturales distinctes. La phase d’occupation la plus ancienne est apparue uniquement sous la forme d’une cour dallée, constituée de briques cuites carrées, de 40 cm de côté. L’ensemble, orienté nord-est/sud-ouest, est modifié lors d’une deuxième phase, qui est la plus importante architecturalement. Au cours de celle-ci, la construction de cinq nouvelles pièces est attestée, ainsi que la réutilisation de la cour dallée, conservant l’orientation initiale. La cour, dont la fonction est préservée, présente alors un nouvel élément puisqu’un escalier est ajouté. La couche stratigraphique située directement sur le dallage contenait peu de céramiques mais une grande quantité de mobilier en fer, associé à l’armement. Les autres pièces mesurent en moyenne 5,30 m de coté ; une seule est plus petite avec 3,50 m dans sa largeur est-ouest. Enfin, les changements opérés au cours de la troisième phase sont de moindre envergure. Ils consistent essentiellement en une diminution de la surface des pièces par augmentation de la largeur des murs, ainsi qu’à l’aménagement de structures domestiques, telles que des tannur-s. Ces modifications sont associées à la dernière phase d’occupation du secteur, à laquelle sont rattachées les NSA 1 du corpus présenté.

La typologie des North Syrian Amphorae 1 de Halabiyye

  • 3 Les seules différences que celles-ci présentent avec les plus tardives étant leur plus petite dimen (...)

6Les NSA 1 de Halabiyye s’inscrivent dans la continuité des amphores présentes à Zeugma, dès la fin du ive siècle3. Elles se caractérisent par un corps globulaire avec une carène très marquée, un col cylindrique et un fond bombé. L’amphore est façonnée en deux parties : la partie supérieure est tournée en premier lieu, allant de la carène à la lèvre. Lorsque celle-ci a un peu séché et pris la consistance du cuir, elle est retournée sur le tour et calée dans un cylindre d’argile. Un colombin est alors rajouté au niveau de la carène, puis monté, en le resserrant au fur et à mesure, afin de constituer le fond. Une fois les finitions réalisées, telles que le lissage de la surface avec un outil ou un tissu mouillé, et l’accentuation de la carène à l’aide d’une estèque, les anses ainsi que le décor sont rajoutés.

Fig.2. North Syrian Amphorae 1 variante A

Fig.2. North Syrian Amphorae 1 variante A

Dessins et DAO N. Haidar Vela.

  • 4 La variante A est attestée en Anatolie sur le site 26 (Wilkinson, 1990, fig. B.16 no 4 et 7), Busei (...)
  • 5 La variante B est attestée sur les sites suivants: Akpinar Köy (Wilkinson, 1990, fig. B.16 no 36), (...)
  • 6 La variante C est attestée à: Akpinar Köy (Wilkinson, 1990, fig. B.16 no 36), Buseire (Geyer, Montc (...)

7Trois variantes de lèvres ont pu être identifiées : la variante A (fig. 2) possède une lèvre triangulaire simple d’épaisseur variable, à la pointe plus ou moins marquée4, tandis que la variante B (fig. 3 no 1-4) regroupe des amphores à bord droit, la lèvre étant légèrement épaissie à l’intérieur et rainurée sur le dessus5. Le type C présente, quant à lui, une lèvre rentrante, arrondie ou avec un faible angle, se démarquant peu du bord et munie d’un bourrelet intérieur (fig. 3 no 5-8)6. La variante A est la plus répandue ; néanmoins aucune évolution chronologique n’a pu, pour l’heure, être établie entre ces trois profils. Il se pourrait également qu’ils aient tous trois été produits simultanément puisqu’ils se trouvent toujours associés à Halabiyye.

Fig.3. North Syrian Amphorae 1

Fig.3. North Syrian Amphorae 1

no 1-4 : variante B, no 5-8 : variante C.

Dessins et DAO N. Haidar Vela.

Le décor des North Syrian Amphorae 1

  • 7 Il s’agit certainement de la trace en négatif laissée par les pigments.

8Le haut de la panse et le col de ces amphores accueillent systématiquement un décor peint à l’ocre rouge, pouvant virer au brun, voire au noir, en fonction de la cuisson et de la concentration des oxydes. La mauvaise conservation des amphores peut entraîner une altération de cette peinture, le décor devenant alors blanc, ce qui ne doit pas être retenu comme un critère de distinction7. Le décor est binaire, symétrique de part et d’autre des anses ; il a été réalisé sur le tour, après séchage et avant cuisson de l’amphore. La plupart du temps, il est constitué d’une bande horizontale au niveau de la carène, sur laquelle vient se poser une ligne spiralée, surmontée de motifs végétaux stylisés alternant avec des volutes (fig. 4). Le col présente souvent des coups de pinceau obliques et une bande horizontale au niveau de la lèvre. Certaines amphores semblent cependant comporter uniquement une ligne spiralée, mais il est probable que le reste du décor se soit effacé. La présence de dipinti, inscriptions peintes à l’ocre rouge, de décors de croix (Abadie-Reynal et al., 2007, p. 190), peintes ou gravées, ainsi que des monogrammes cruciformes, permettent de rattacher cette production à la tradition protobyzantine (Pieri, 2005, p. 583).

Fig.4. Éléments de décor attestés sur les North Syrian Amphorae 1

Fig.4. Éléments de décor attestés sur les North Syrian Amphorae 1

Dessins A. Cador, DAO N. Haidar Vela.

Les caractéristiques de l’argile

9La pâte des NSA 1 est souvent très cuite et cassante. Elle varie des tons beiges à brun clair en passant par le rose. Une différence de couleur entre la surface et le cœur de la céramique est notable, résultant de la variabilité du degré d’oxydation au cours de la cuisson ; dans la majorité des cas la surface est beige, tandis que le cœur est rosé. L’argile présente une matrice calcaire homogène et contient des inclusions variées, le plus souvent fines et arrondies, provenant de différents types de roches (sédimentaires, métamorphiques et volcaniques). Parmi elles, nous comptons essentiellement des grains de quartz, d’oxyde de fer, de micas (biotite et muscovite), de feldspaths potassiques, de plagioclases et quelques grains de pyroxène.

  • 8 Analyses réalisées par M. Daszkiewicz (Laboratoire Archea de Varsovie) et G. Schneider (Laboratoire (...)

10La diversité des minéraux identifiés dans la majorité des pâtes céramiques recueillies dans la vallée de l’Euphrate indique clairement leur provenance alluviale. En effet, le fleuve traverse, dès la Turquie, une grande variété de roches, qui se retrouvent dans les inclusions de l’argile. Au cours d’une étude menée sur les sédiments de la région, G. ­Philip (Philip, 1968) aboutit à la conclusion selon laquelle les minéraux sont de même nature tout au long du fleuve, créant un environnement géologique homogène. Cela se traduit par une difficulté à établir des groupes de pâtes fiables à l’œil nu, les inclusions étant toujours identiques au sein des productions de la région de l’Euphrate. Aussi, des analyses physico-chimiques ont été effectuées sur un lot de céramiques communes et de NSA provenant de Halabiyye8, afin de pouvoir constituer des groupes de production plus précis.

11Les résultats des analyses effectuées sur les amphores de Halabiyye mais également de Zeugma, de Qal’at Sem’an et de Tell Dgherat ont montré une telle homogénéité, que nous pouvons supposer qu’elles proviennent toutes d’une même zone de production, différant de celle des céramiques communes. Bien que les ateliers de production des NSA 1 n’aient pas encore été localisés, l’origine euphratéenne est indéniable ; aussi, la chôra de Zeugma a été proposée comme lieu de production (Pieri, 2005, p. 584). Dans ce sens, il est intéressant de noter que, dans les niveaux du viie siècle de Zeugma, certaines céramiques communes présentent le même décor peint que les NSA (Kenrick, 2009, fig. 18.4 - PT 572, PT 573). De plus, deux modules de NSA sont attestés à Zeugma : parallèlement au module standard, variant entre 40 et 55 cm de hauteur, il existe des sous-modules qui se distinguent par leur petite taille, d’une trentaine de centimètres (fig. 5). Le premier module est exporté dans l’ensemble de la Syrie du Nord, tandis que le second n’est présent qu’à Zeugma.

Fig.5. Grand et petit module de North Syrian Amphorae 1 provenant de Zeugma

Fig.5. Grand et petit module de North Syrian Amphorae 1 provenant de Zeugma

Dessins A. Cador, DAO N. Haidar Vela.

12Les exemplaires les plus précoces de NSA 1 ne sont attestés qu’à Zeugma ; leur présence sur les sites de la Syrie du Nord n’est en effet relevée que dans des contextes datant de la fin de l’époque byzantine, au début de l’époque islamique. De plus, plusieurs caractéristiques telles que la similitude dans le décor entre les NSA 1 et la céramique commune, la présence de décors inédits par ailleurs, ainsi que l’existence de petits modules de NSA 1 à Zeugma, ne se retrouvent sur aucun autre site de la région de l’Euphrate. Aussi, l’ensemble de ces éléments favorise l’hypothèse d’un lieu de production proche de cette ville (Abadie-­Reynal et al., 2007, p. 189).

La détermination du contenu

  • 9 Comme évoqué auparavant, les petits modules ne sont attestés qu’à Zeugma. La contenance des NSA 1 i (...)
  • 10 Les sources littéraires font part de cet usage. Voir en particulier Pline l’Ancien, Histoire nature (...)

13Le contenu des NSA 1, dont le volume varie entre 6 et 40 litres9, n’a pas été identifié avec certitude ; néanmoins, l’hypothèse la plus plausible est qu’il s’agit d’amphores vinaires. Les analogies entre leur décor et celui des amphores vinaires bag-shaped produites dans les environs de Césarée Maritime et Beisan ont été soulignées (Pieri, 2005, p. 585). De plus, le fait que ce type d’amphore soit présent à Nisibe, à une époque où la ville ne faisait plus partie de l’Empire byzantin, laisse également présumer qu’il s’agit de conteneurs destinés à l’importation, dans la cité, de produits tels que le vin (Lyonnet, 2001, p. 27). Enfin, la présence de traces de poix a été observée sur la surface interne de quelques exemplaires de Halabiyye. Ce procédé est utilisé pour étanchéifier les amphores et tout récipient en terre cuite nécessaires à la production, au transport et à la conservation du vin10.

La diffusion des North Syrian Amphorae 1

14La diffusion de ces amphores semble se limiter à la Syrie du Nord, dans ses frontières antiques (fig. 6). Elles se répartissent régulièrement tout au long des rives de l’Euphrate par lequel elles étaient acheminées et, même si les données actuelles ne permettent pas de l’affirmer, il est fort probable que si des prospections aussi systématiques que celles réalisées dans le Bas-Euphrate (Geyer et Monchambert, 2003) avaient été menées dans la haute et la moyenne vallée du fleuve, leur densité serait tout aussi importante. Il est également possible que la diffusion de cette amphore se soit poursuivie jusqu’à l’Euphrate irakien, puisque des exemplaires sont attestés jusque sur le site de Es-Susa à la frontière syro-irakienne, mais le manque de données ne permet pas de répondre à la question.

Fig.6. Carte d’attestations de North Syrian Amphorae 1

Fig.6. Carte d’attestations de North Syrian Amphorae 1

Fond de carte H. David.

  • 11 Ces étapes sont indiquées sur la table de Peutinger.
  • 12 Dans le Massif calcaire, les sites de Qal’at Sem’an (matériel en cours d’étude), Qal’at Qalota (Rou (...)

15Outre le fleuve, les routes terrestres internes à la région de ­l’Euphrate devaient être employées pour acheminer ces amphores sur des sites plus retirés dans les terres. Les sources relèvent la connexion entre nord et sud, de Zeugma à Soura, par une série de villes étapes longeant la rive droite du fleuve11 et c’est sans doute à partir de cette voie que Sergiopolis-Resafa et Qusair as-Saila étaient approvisionnées, par la Strata Diocletiana. Les amphores pouvaient également être acheminées par voie fluviale jusqu’à la hauteur de Callinicum-Raqqa, grand centre de commerce de la région, puis être distribuées par voie de terre vers les sites du sud. L’acheminement vers le Massif calcaire12 se faisait vraisemblablement en suivant la voie de Zeugma à Antioche. Le manque de données sur le matériel provenant des fouilles d’Antioche ne nous permet pas de confirmer la présence de cette amphore, mais cela devait certainement être le cas.

Le matériel associé aux North Syrian Amphorae 1

  • 13 Cela est en particulier le cas à Dibsi Faraj, Resafa et Déhès (Pieri, 2005, p. 586).
  • 14 Étude en cours.

16Au sein des contextes étudiés, il est intéressant de noter l’association quasi systématique de certaines formes de céramiques, avec les NSA 1 (fig. 7). Ainsi, les différents contextes de Syrie du Nord publiés montrent la présence récurrente d’amphores LRA 1 B et d’amphores de Sinope13, accompagnant les NSA 1. En ce qui concerne les céramiques communes, des coupelles-couvercles en pâte calcaire leur sont toujours associés. La majorité d’entre eux présentent un large marli, pouvant être orné de décors striés, festonnés ou peignés (fig. 7 no 3-4). L’ingéniosité de ces objets réside dans leur adaptabilité aux embouchures de vases divers, que ce soit sur des marmites ou sur des amphores. Deux types de cruches, au bord trilobé, sont également associés à ces amphores : le premier se caractérise par un corps piriforme et un petit pied annulaire (Fig. 7, no 6-7), le second présente, quant à lui, un corps plus trapu avec une carène bien marquée et un fond ombiliqué (Fig. 7, no 5). Enfin, de nombreux fragments de jarres de stockage au décor peigné, ont été découverts aux côtés des NSA 1 (fig. 7, no 1). Leur profil présente plusieurs similitudes avec ces dernières : le corps globulaire, le fond bombé et la carène, qui les placent dans une tradition commune. Il faut néanmoins noter que la carène, moins marquée, est située plus bas sur le corps et que celui-ci est toujours étranglé dans sa partie inférieure, laissant supposer que ces vases pouvaient se poser sur un support ou être fichés dans le sol. En ce qui concerne la céramique culinaire, nous pouvons relever l’association de trois types de marmites en pâte dite Brittle Ware (Vokaer, 2012) avec les NSA 1 : les marmites à lèvre triangulaire biseautée, les marmites à col strié dont la lèvre est plate sur le dessus et les marmites à lèvre moulurée, repliée en trois bourrelets. L’assemblage de ces trois formes est typique de la fin de l’époque byzantine (fin du vie-première moitié du viie siècle), et se retrouve en particulier à Déhès (Bavant et Orssaud, 2001), Qal’at Sem’an14 et Zeugma (Kenrick, 2009, fig. 18.4).

Fig.7. Céramiques associées aux North Syrian Amphorae 1

Fig.7. Céramiques associées aux North Syrian Amphorae 1

Dessins et DAO N. Haidar Vela.

17Les NSA 1 s’inscrivent dans la typologie des amphores protobyzantines orientales et forment un groupe très homogène, de par leur forme et leur décor. La durée de fabrication de ces amphores est assez longue, puisqu’elles sont attestées dès la fin du ive siècle apr. J.-C. à Zeugma ; toutefois c’est durant la transition byzantino-omeyyade que la production atteint son apogée et que les ateliers commencent à exporter dans l’ensemble de la région.

18Le fait de retrouver ces amphores sur des sites de garnisons militaires tels que Halabiyye, Resafa (Knötzele, 2006, fig. 7 no 1-4 ; Mackensen, 1984, fig. 13 no 1, fig. 14 no 19), Soura et Dibsi Faraj (Harper, 1980, fig. E 69.), laisse supposer que leur production était liée à l’annona militaris instaurée sur le limes oriental de l’Empire (Pieri, 2005, p. 586). La Syrie du Nord aurait alors participé à l’effort de guerre en produisant le vin, produit de consommation courante des troupes, pour les armées d’Héraclius. Leur présence sur des sites semi‑urbains du Massif calcaire démontre que la diffusion de ce vin aux civils se poursuit même au viie siècle (Pieri, 2005, p. 587). Le fait que cette production se poursuive après la conquête arabo-musulmane témoigne ainsi du maintien d’une activité agricole en Syrie du Nord. Il en ressort donc que la fourniture des armées n’était pas l’unique motivation de cette production mais aussi que la période post‑justinienne demeure très dynamique, en dépit des épreuves successives qui affectent la région.

Bibliographie

Abadie-Reynal C. (2004) – Les amphores méditerranéennes d’importation trouvées à Zeugma : présentation préliminaire, dans J. Eiring et J. Lund (éd.), Transport Amphorae and Trade in the Eastern Mediterranean, Acts of the International Colloquium at the Danish Institute at Athens (September 26-29, 2002), Aarhus, p. 15-21.

Abadie-Reynal C., Martz A.-S. et Cador A. (2007) – Late Roman and Byzantine Pottery in Zeugma : Groups of the Beginning of the 5th Century, Byzas, 7, p. 181-194.

Abadie-Reynal C. et Martz A.-S. (2010) – La céramique commune de Zeugma et les problèmes de provenance (ve-viie s.), dans S. Menchelli et al. (éd.), LRCW 3. Late Roman Wares, Cooking Wares and Amphorae in the Mediterranean. Archaeology and Archaeometry, Comparison between Western and Eastern Mediterranean, Oxford, vol. II, p. 839-845.

Algaze G., Breuninger R. et Knudstad J. (1994) – The Tigris-Euphrates Archaeological Reconnaissance Project. Final Report of the Birecik and Carchemish Dam Survey Areas, Anatolica, 20, p. 1-96.

Alp A. O. (2009) – A Group of Late Roman Pottery from Harabebezikan Mound in Upper Euphrates (Turkey), Anadolu University Journal of Social Sciences, 9/1, p. 201-215.

Bavant D. et Orssaud D. (2001) – Stratigraphie et typologie. Problèmes posés par l’utilisation de la céramique comme critère de datation : l’exemple de la fouille de Déhès, dans E. Villeneuve et P. M. Watson (éd.), La céramique byzantine et proto-islamique en Syrie-Jordanie (ive-viiie siècles apr. J.-C.), actes du colloque international (Amman, 3-5 décembre 1994), Beyrouth, p. 33-48.

Cador A. (1999) – Étude d’un corpus de jarres peintes des vie-viiie siècles trouvées sur le site de Zeugma (Turquie), mémoire de maîtrise, université Paris 1 Panthéon-Sorbonne.

Gerber Ch. (1996) – Die Umgebung des Lidar Höyük von hellenistischer bis frühislamischer Zeit : Interpretation der Ergebnisse einer Geländebegehung, dans K. Bartl et S. Hauser (éd.), Continuity and Change in Northern Mesopotamia from the Hellenistic to early Islamic Period : Proceedings of a Colloquium Held at the Seminar für Vorderasiastische Altertumskunde, Freie Universität Berlin, 6th-9th April 1994, Berlin, p. 303-332.

Geyer B. et Monchambert J.-Y. (2003) – La basse vallée de l’Euphrate syrien du Néolithique à l’avènement de l’islam, vol. II : Annexes, Beyrouth.

Gschwind M. et Hasan H. (2006) – Die spätrömisch-frühislamische ­Zivilsiedlung Tall ar-Rum und die spätantike Besiedlung des Euphrattales zwischen Zenobia und Circesium, DaM, 15, p. 321-382.

Harper R. (1980) – Athis-Neocaesareia-Qasrin-Dibsi Faraj, dans J.-Cl. ­Margueron (éd.), Le Moyen Euphrate, zone de contacts et d’échanges. Actes du colloque de Strasbourg, 10-12 mars 1977, Leyde, p. 327-341.

Kenrick P. (2009) – On the Silk Route : Imported and Regional Pottery at Zeugma, dans M. Mundell Mango (éd.), Byzantine Trade 4th-12th Centuries : The Archaeology of Local, Regional and International Exchange : Papers of the Thirty-Eight Spring Symposium of Byzantine Studies (St John’s College, University of Oxford, March 2004), Farnham, p. 263-273.

Knötzele P. (2006) – Resafa Die Gefäsßkeramic der Stadtgrabung 1997-1999, dans F. Bloch, V. Daiber et P. Knötzele (éd.), Studien zur spätantiken und islamischen Keramik : Hirbat al-Minya - Baalbek – Resafa, Rahden, p. 167-209.

Konrad M. (2001a) – Resafa V, Der spätrömisches Limes in Syrien : archäologische Untersuchungen an den Grenzkastellen von Sura, Tetrapyrgium, Cholle und in Resafa, Mayence.

Konrad M. (2001b) – Umayyad Pottery from Tetrapyrgium (Qseir es‑Seileh), North Syria. Traditions and Innovations, dans E. Villeneuve et P. M. Watson (éd.), La céramique byzantine et proto-islamique en Syrie-Jordanie (ive et ve siècles apr. J.-C.), actes du colloque international (Amman, 3-5 décembre 1994), Beyrouth, p. 163- 191.

Konrad M. (1992) – Flavische und späntike Bebauung unter der Basilika B von Resafa-Sergiopolis, DaM, 6, p. 313-402.

Lauffray J. (1983) – Halabiyya Zenobia, place forte du Limes oriental et la Haute Mésopotamie au vie siècle, Beyrouth, vol. 1.

Lyonnet B. (2001) Prospection archéologique du Haut-Khabour (Syrie du Nord-Est). Problématique, méthodologie et application à la période byzantino-sassanide, dans E. Villeneuve, et P. M. Watson (éd.), La céramique byzantine et proto-islamique en Syrie-Jordanie (ive-viiie siècles apr. J.-C.), actes du colloque international (Amman, 3-5 décembre 1994), Beyrouth, p. 23-32.

Mackensen M. (1984) – Resafa I, eine befestigte spätantike Anlage vorden Stadtmauern von Resafa, Mayence.

Montero Fenollos J.-L. (2006) – Ciudades fortificadas en el valle del medio Éufrates. Primeras investigaciones sirio-españolas en el asentamiento bizantino de Tall As-Sin (Siria), Erytheia, 27, p. 17-41.

Napoleone-Lemaire J. et Balty J.-Ch. (1969) – Fouilles d’Apamée de Syrie I, 1. L’église à atrium de la grande colonnade, Bruxelles.

Orssaud D. (1992) – Le passage de la céramique byzantine à la céramique islamique. Quelques hypothèses à partir du mobilier trouvé à Déhès, dans P. Canivet et J.-P. Rey-Coquais (éd.), La Syrie de Byzance à l’Islam (viie et viiie siècles), actes du colloque international (Lyon-Paris, 11-15 septembre 1990), Damas, p. 219-228.

Orssaud D. (1991) – La céramique, dans J. Lauffray, Halabiyya Zenobia, place forte du Limes oriental et la Haute Mésopotamie au vie siècle, Paris, vol. 2, p. 260- 275.

Philip G. (1968) Mineralogy of the Recent Sediments of Tigris and Euphrates Rivers and some of the Older Detrital Deposits, Journal of Sedimentary Research, 38/1, p. 35-44.

Pieri D. (2005) – Nouvelles productions d’amphores de Syrie du Nord aux époques byzantine et omeyyade, dans Mélanges Jean-Pierre Sodini, Paris, p. 583-596.

Reynolds P. (2013) – Transport Amphorae of the First to Seventh Centuries : Early Roman to Byzantine Periods, dans W. Aylward (éd.), Excavations at Zeugma conducted by Oxford Archaeology, vol. 2, p. 93-161, http://zeugma.packhum.org (consulté le 27 septembre 2013).

Rousset M.-O. (1998) – Remarques sur la céramique de Qalota. Rapport de mission, 1998, http://halshs.archives‑ouvertes.fr/halshs‑00359917 (consulté le 7 juillet 2012).

Taha A. (1991) – Prospection du site romain tardif de Juwal (cuvette d’El Kowm, Syrie), Cahiers de l’Euphrate, 5-6, p. 61-78.

Viviers D. et Vokaer A. (2009) – Travaux de la mission archéologique belge à Apamée de Syrie XLII campagne (2008), Revue belge de philologie et histoire, 87, p. 105-144.

Vokaer A. (2012) – La Brittle Ware en Syrie. Production et diffusion d’une céramique culinaire de l’époque hellénistique à l’époque omeyyade, fouilles d’Apamée de Syrie 2, Bruxelles.

Wilkinson T. J. (1990) – Town and Country in Southeastern Anatolia, vol 1 : Settlement and Land Use at Kurban Höyük and Other Sites in the Lower Karababa Basin, Chicago.

Notes

1 Opérations menées sous la direction de Mme Sylvie Blétry (Université de Montpellier).

2 Les informations communiquées sont issues du rapport de fouilles de M. Al Besso (responsable du secteur, doctorant, université Lyon 2) et A. Vernet (doctorante, université Paris 1).

3 Les seules différences que celles-ci présentent avec les plus tardives étant leur plus petite dimension (Abadie-Reynal et Martz, 2010, p. 841), l’absence de carène ainsi que le répertoire des motifs peints (Abadie-Reynal et al., 2007, p. 189).

4 La variante A est attestée en Anatolie sur le site 26 (Wilkinson, 1990, fig. B.16 no 4 et 7), Buseire 2 (Geyer et Montchambert, 2003, no 1232), Déhès (Orssaud, 1992, fig. B/2 no 14), El Fleif 5 (Geyer et Montchambert, 2003, no 1366), Halabiyye (Orssaud, 1991, fig. 123 no 35), Humeyli Höyük (Algaze, Breuninger et al., 1994, fig. 31, J), à Lidar Höyük cette céramique est attestée sur le site 44 (Gerber, 1996, fig. 4 no 2, 6-8, fig. 5 no 11), sur le site 76 (Gerber, 1996, fig. 6 no 21), sur le site 104 (Gerber, 1996, fig. 7 no 15-16), sur le site 122 (Gerber, 1996, fig. 6 nos 1 et 10) et sur le site 126 (Gerber, 1996, fig. 3 no 10), à Qusair as-Saila (Konrad, 2001b, fig. 5 no 2; Konrad, 2001a, fig. 86 no 9-13), Resafa (Knötzele, 2006, fig. 7 no 7; Konrad 1992, fig. 11 nos 6-8 ), Tall ar-Rum (Gschwind, Hasan, 2006, fig. 8 nos 80 et 82, fig. 9 no 83), dans la vallée du Balikh (Bartl, 1996, fig. 2 no 1) et à Zeugma (Abadie-Reynal 2002, fig. 2, Abadie-Reynal et al., 2007, fig. 32; Abadie Reynal et Martz, 2010, fig. 3).

5 La variante B est attestée sur les sites suivants: Akpinar Köy (Wilkinson, 1990, fig. B.16 no 36), Anatolie site 12 (Wilkinson, 1990, fig. B.15 nos 12 et 4), Apamée (Viviers et Vokaer, 2009, p. 117), Buseire (Geyer, Montchambert, 2003, no 948), Diban 11 (Geyer et Montchambert, 2003, no 1601), Dibsi Faraj (Harper, 1980, fig. E 69), El Fleif (Geyer et Montchambert, 2003, no 1307-1308), Halabiyye, Juwal (Taha, 1991, pl. II no 15), vallée du Khabour: le long du fleuve sites 6, 8, 10 et 11 (Lyonnet, 1996, fig. 4 no 4), dans le triangle formé par le Khabour et le Zerkan sites 18, 21, 23 et 25 (Lyonnet, 2001, fig. 32). Elle est également attestée dans la région de Lidar Höyük sur le site 44 (Gerber, 1996, fig. 4 no 3-5), sur le site 76 (Gerber, 1996, fig. 6 nos 19 et 22), sur le site 118 (Gerber, 1996, fig. 8 no 16), sur le site 126 (Gerber, 1996, fig. 3 nos 7 et 9) et sur le site 136 (Gerber, 1996, fig. 9 no 10), Nisibe (Lyonnet, 2001, p. 27), à Qusair as-Saila (Konrad, 2001b, fig. 5 no 1 et 3; Konrad, 2001a, fig. 85 no 8-11), Résafa (Knötzele, 2006, fig. 7 no 1-4; Konrad, 1992, fig. 10 nos 1-2, 4 et 7; Mackensen, 1984, fig. 13 no 1, fig. 14 no 19), Şaşkan Büyüktepe (Wilkinson, 1990, fig. B.25 no 27), Taiyani 6 (Geyer et Montchambert, 2003, no 1298), Tall ar-Rum (Gschwind, Hasan, 2006, fig. 8 nos 70,73, 75 et 77), Tall as-Sin (Montero Fenollos, 2006, fig. 9 Ts.05.B2.154.01 et Ts.05.B2.154.05, fig. 10 Ts.05.C.106.01 et Ts.05.C.106.04), Tell Sheikh Hasan (Bartl, 1994, fig. 11 no 4), Zeugma (AbadieReynal et al., 2007, fig. 28 no 14081-47; Abadie-Reynal et Martz, 2010, fig. 4).

6 La variante C est attestée à: Akpinar Köy (Wilkinson, 1990, fig. B.16 no 36), Buseire (Geyer, Montchambert, 2003, no 945), Déhès (Bavant et Orssaud: à paraître), El Fleif 5 (Geyer et Montchambert, 2003, no 1367), Lidar Höyük (Gerber, 1996, fig. 6 no 5, fig. 11 no 1), Halabiyye, Qusair as-Saila (Konrad, 2001a, fig. 85 nos 25 et 27, fig. 86 no 2-4), Resafa (Konrad, 1992, fig. 11 no 3-4; Mackensen, 1984, fig. 13 no 32), Tall ar-Rum (Gschwind, Hasan, 2006, fig. 8 no 81), Zeugma (Cador, 1999, fig. 38, fig. 53).

7 Il s’agit certainement de la trace en négatif laissée par les pigments.

8 Analyses réalisées par M. Daszkiewicz (Laboratoire Archea de Varsovie) et G. Schneider (Laboratoire de Berlin).

9 Comme évoqué auparavant, les petits modules ne sont attestés qu’à Zeugma. La contenance des NSA 1 issues des fouilles de Halabiyye varie de 25,5 à 40 litres.

10 Les sources littéraires font part de cet usage. Voir en particulier Pline l’Ancien, Histoire naturelle, Livre XIV, 57, 127, 134.

11 Ces étapes sont indiquées sur la table de Peutinger.

12 Dans le Massif calcaire, les sites de Qal’at Sem’an (matériel en cours d’étude), Qal’at Qalota (Rousset, 1998, fig. 11), Déhès (Bavant et Orssaud, 2002, fig. 5 no 25), Sergilla (Pieri, 2005, fig. 3 no 9-14) et Apamée ont livré des NSA 1.

13 Cela est en particulier le cas à Dibsi Faraj, Resafa et Déhès (Pieri, 2005, p. 586).

14 Étude en cours.

Table des illustrations

Titre Fig.1. Vue du complexe domestique du secteur 6
Crédits © Mission archéologique de Halabiyye-Zénobia.
URL http://books.openedition.org/psorbonne/docannexe/image/5222/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 584k
Titre Fig.2. North Syrian Amphorae 1 variante A
Crédits Dessins et DAO N. Haidar Vela.
URL http://books.openedition.org/psorbonne/docannexe/image/5222/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 284k
Titre Fig.3. North Syrian Amphorae 1
Légende no 1-4 : variante B, no 5-8 : variante C.
Crédits Dessins et DAO N. Haidar Vela.
URL http://books.openedition.org/psorbonne/docannexe/image/5222/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 256k
Titre Fig.4. Éléments de décor attestés sur les North Syrian Amphorae 1
Crédits Dessins A. Cador, DAO N. Haidar Vela.
URL http://books.openedition.org/psorbonne/docannexe/image/5222/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 168k
Titre Fig.5. Grand et petit module de North Syrian Amphorae 1 provenant de Zeugma
Crédits Dessins A. Cador, DAO N. Haidar Vela.
URL http://books.openedition.org/psorbonne/docannexe/image/5222/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 280k
Titre Fig.6. Carte d’attestations de North Syrian Amphorae 1
Crédits Fond de carte H. David.
URL http://books.openedition.org/psorbonne/docannexe/image/5222/img-6.jpg
Fichier image/jpeg, 288k
Titre Fig.7. Céramiques associées aux North Syrian Amphorae 1
Crédits Dessins et DAO N. Haidar Vela.
URL http://books.openedition.org/psorbonne/docannexe/image/5222/img-7.jpg
Fichier image/jpeg, 236k

Auteur

Université Paris 1 Panthéon-Sorbonne – UMR 8167 : Orient et Méditerranée. Sujet de thèse : La céramique en Syrie du Nord du ve au viie siècle.
Directeurs : C. Jolivet-Lévy et D. Pieri. Soutenance prévue courant 2014.

© Éditions de la Sorbonne, 2014

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search