Version classiqueVersion mobile

Les élections européennes de juin 1984

 | 
Monica Charlot

Chapitre 5. Sociologie du vote et de l’abstention

Roland Voize-Valayre

Texte intégral

1 Le scrutin communautaire, pièce rajoutée à l’échiquier électoral européen, n’a pas fait, à ce jour, l’unanimité chez les observateurs qui, bien souvent, se demandent encore à quoi ils ont affaire. Les résultats, à cause de (ou grâce à) leur inévitable ambiguïté, rassurent ou inquiètent les partis et les électeurs, nourrissent de nouvelles stratégies et des polémiques sans fin.

2Une analyse sociologique de l’électorat du 17 juin 1984 apporte quelques éléments de réponse à une question centrale dans le débat sur la "vraie nature" des élections européennes : existe-t-il une dynamique propre à ce scrutin qui, par ses enjeux, se veut supra-national, tandis que les vainqueurs le présentent comme un test interne, et que les vaincus, en soulignant la faible participation, n’y voient qu’une consultation de peu de portée.

3En fait, l’étude des variables socio-politiques permet d’évoquer trois problèmes. D’une part, le scrutin européen permet-il aux oppositions de progresser auprès de catégories sociologiques traditionnellement acquises aux majorités – ce qui en ferait une sorte de consultation intermédiaire entre deux élections nationales ? D’autre part, on doit s’interroger sur l’absence de demi-teintes, l’affrontement de "blocs" politiques antagonistes, comme si ce scrutin avait décidé du choix d’un gouvernement. Enfin, il convient de qualifier cette élection qui, contrairement aux élections législatives, ne rassemble que les électeurs les plus motivés, les mieux ancrés dans leurs convictions.

4Nous aurions souhaité illustrer cette sociologie du vote européen à partir de données recueillies dans les dix pays de la Communauté. Malheureusement, au lendemain du vote la situation est la suivante :

  • 1 En Allemagne, seul l’institut de recherche de la Fondation K. Adenauer a réalisé un sondage post-él (...)

5L’Eurobaromètre, qui a mesuré les attitudes à l’égard de l’Europe, est resté muet quant à la sociologie de son électorat. Le Bénélux et l’Irlande n’ont pas procédé a des sondages postélectoraux, pas plus que le Danemark ou l’Italie. Restent la Grèce, l’Allemagne1, la Grande-Bretagne et la France.

  • 2 Sondage EURODIM paru dans Greek Opinion, Vol.l, n° 4-5, juillet-octobre 1984, Athènes. Les dates au (...)

6En Grèce, l’institut Eurodim a procédé à une enquête assez complète auprès d’un échantillon de 600 personnes représentatives de l’ensemble de l’électorat national2. Il semble, cependant, que cette enquête soit la première, ce qui ne permettra que des comparaisons limitées avec l’élection législative de 1981.

  • 3 Sondage réalisé du 20 au 26 juin 1984, les interviews ayant été recueillies de trois à neuf jour ap (...)
  • 4 Publié par The New Statesman, 17 juin 1983, pp. 7-8.

7En Grande-Bretagne, où pourtant les média ont quotidiennement recours aux sondages, seul Social Survey (Gallup) a réalisé une enquête post-électorale auprès de 977 personnes représentatives de l’électorat britannique3. Dans le cas présent, la comparaison diachronique est possible, et nous l’avons effectuée à partir des données agrégées par MORI sur l’ensemble des élections législatives nationales depuis 19744.

  • 5 B.V.A. a réalisé 7500 interviews à la sortie de 84 bureaux de vote, l’I.F.O.P. 11.280, et la SOFRES (...)
  • 6 Les données concernant l’élection de 1978 seront empruntées à l’ouvrage de 3. CAPDEVIELLE, E. DUPOI (...)

8Les instituts de sondage français ont, pour leur part, tiré une salve en l’honneur des inscrits qui ne se sont pas abstenus. Par les soins de B.V.A., l’I.F.O.P. et la SOFRES, environ 24.000 personnes ont été interrogées dans des centaines de bureaux de vote de la France métropolitaine5. La France ayant connu, en 1981, un changement de majorité historique, il nous a semblé intéressant de réaliser des comparaisons diachroniques non seulement avec les deux scrutins de 1981, mais aussi avec celui de 19786.

9On voit déjà que, tant par l’hétérogénéité des données que par la nature différente des systèmes politiques étudiés, les comparaisons trans-nationales n’auront qu’une valeur limitée et que nos conclusions indiqueront des tendances générales plutôt que des phénomènes particularistes.

I. Le terrain conquis

10En Grèce, comme en Grande-Bretagne ou en France, les élections de juin 1984 auront fourni aux oppositions l’occasion de réaliser une percée en territoire majoritaire. Qu’il s’agisse des zones géographiques, des groupes d’âge, du niveau d’instruction ou des croyances et pratiques religieuses, les partis d’opposition progressent partout, comme il est souvent de coutume lors d’une consultation intermédiaire où les plus mécontents sanctionnent le gouvernement en place.

11En Grèce, la majorité socialiste (Pasok) recule devant la droite (Nouvelle Démocratie) et les deux partis communistes (le KKE, pro-soviétique, et le KKEs, euro-communiste). En Grande-Bretagne, les conservateurs perdent du terrain devant les travaillistes qui, grâce au mode de scrutin, chassent l’Alliance (libéraux/socio-démocrates) de la compétition. En France, la droite traditionnelle (RPR/UDF), mais surtout une extrême-droite naissante (Front National), réduisent à peu de chose l’avance du parti socialiste et aggravent la baisse d’influence du parti communiste.

A. La carte électorale

12Le parti socialiste, au pouvoir en France et en Grèce, prend généralement appui sur les zones rurales et les petites agglomérations. Il en va de même pour les grands partis de droite. Les grandes villes, par contre, permettent souvent une meilleure implantation des partis communistes. En Grande-Bretagne, en l’absence d’un parti communiste fort, c’est le parti travailliste qui contrôle les grandes connurbations industrielles, tandis que le parti conservateur et l’alliance sont mieux soutenus par les électeurs des campagnes.

13Or, l’élection européenne de 1984 voit la distribution sinon s’inverser, du moins s’affaiblir de façon sensible (Annexe I). En Grèce, les partis communistes, qui sont des partis d’opposition, gagnent du terrain dans tous les districts, en particulier dans les circonscriptions rurales où le KKEs augmente son score de 157 %. Le parti de droite (Nouvelle Démocratie), progresse lui aussi de quelques points, mais cette fois dans les villes, tandis que la majorité socialiste recule de 4 à 8 points dans l’ensemble du pays.

14En France, où le parti communiste est associé à la majorité, celui-ci recule partout, mais en particulier dans les agglomérations où la part de votes qui lui est attribuée chute brutalement d’environ 5 points. Cette défection de l’électorat citadin à l’égard du parti communiste est l’élément le plus marquant d’une baisse générale de la gauche dans les agglomérations de plus de 100.000 habitants, baisse qui profite peu à la droite traditionnelle, mais beaucoup à l’extrême-droite. Elle sert en particulier le Front National qui, avec 13 %, s’implante dans les grandes villes de la côte méditerranéenne et dans la capitale. Le mouvement écologiste, pour sa part, ne connaît pas de fluctuations violentes, mais gagne petit à petit un électorat rural qui, en 1978, l’ignorait totalement.

15En Grande-Bretagne, un regain de popularité permet aux travaillistes de l’emporter dans certaines zones rurales du Pays de Galles, tandis que les conservateurs couvrent entièrement le Sud rural de l’Angleterre et le Sud de l’Ecosse dont les nationalistes écossais tiennent le Nord. L’alliance, pour sa part, a été mise hors-jeu par le type de scrutin et n’apparaît pas sur la carte. (Annexe IIA)

B. L’âge des électeurs (Annexe III)

16Au vu des résultats français de juin 1984, on peut avec quelque raison s’interroger sur l’idée reçue qui veut que l’on devienne plus conservateur en vieillissant. En effet, c’est auprès des électeurs âgés de 18 à 24 ans que le parti communiste perd le plus de points : une chute de 10 % depuis les législatives de 1981, et de 23 % depuis celles de 1978... Qui plus est, ce même groupe d’âge vote plus volontiers que ses aînés pour la liste de Mme Veil et pour celle de M. Le Pen (chez les 18-24 : 35 % pour la liste de Veil et 10 % pour le Front National contre respectivement 33 % et 9 % chez les 25-34 ans).

17Comme pour mieux démentir les schémas traditionnels, le parti communiste résiste mieux auprès des électeurs de plus de 65 ans. La liste UDF/RPR, pour sa part, subit le phénomène contraire, pendant 5 points chez les plus de 65 ans (soit au total 11 % de moins qu’en 1978), alors qu’elle dépasse largement le parti socialiste auprès des 18-34 ans.

18Un phénomène peut-être comparable doit être relevé dans l’électorat britannique. On note, en effet, que les progrès du parti travailliste se font pratiquement toujours au dépend de l’alliance plutôt qu’à celui du parti conservateur. Toutefois, les électeurs les plus âgés font exception à cette règle puisqu’ils sont plus nombreux à se détourner du parti conservateur tandis que leur fidélité à l’alliance est remarquable.

19Est-ce à dire que la jeunesse est moins perméable aux idées de gauche ? On pourrait le croire en regardant l’électorat français chez qui le conservatisme n’est plus l’apanage des citoyens les plus âgés : en 1984, 39 % du groupe des 18-24 a voté pour un parti de gauche, contre 65 % en 1978.

20Il se peut, toutefois, que cette classe d’âge présente une sensibilité particulièrement forte aux idées d’opposition. L’exemple de la Grande-Bretagne est, à cet égard, révélateur puisque, une fois passé "l’effet Faulklands" et la nouveauté de l’alliance, les 18-24 semblent être revenus en nombre vers le parti travailliste. En Grèce, en tous cas, les idées de gauche paraisssent avoir été adoptées par la jeunesse : 8 électeurs de moins de 35 ans sur 10 ont opté pour une liste socialiste ou communiste, tandis qu’au-dessus de 49 ans, seulement 1 sur 2 avait choisi cette option.

C. Croyance et pratique religieuse (Annexe V)

21En France, comme en Grèce, on a dénoté un lien étroit entre la croyance, la pratique religieuse, et les choix politiques. Dans ces deux pays la majorité des pratiquants réguliers ou occasionnels vote à droite tandis que les électeurs sans religion apportent leur soutien à la gauche.

22Le scrutin européen ne fait pas mentir cette règle : environ 70 % des catholiques pratiquants français ont voté pour une liste de droite contre environ 50 % des non-pratiquants et 20 % des "sans religion". De même, en Grèce, les deux premiers groupes donnent à la liste Nouvelle Démocratie (droite) respectivement 63,5 % et 50,5 % de leurs suffrages. Les non-pratiquants et les "sans religion", eux, se tournent vers la gauche et, comme en France, se rapprochent des partis communistes au fur et à mesure qu’ils s’éloignent de la religion.

23Néanmoins, l’association "naturelle" entre pratique religieuse et comportement électoral doit être pondérée, du moins en ce qui concerne la France. En gagnant la Présidence en 1981, M. Mitterrand avait conquis une partie de l’électorat religieux. Au premier tour des présidentielles, le candidat socialiste avait fait un score de 6 à 11 points supérieur à celui de son parti en 1978. En 1984, l’avance prise trois ans plus tôt est entamée, mais pas annulée : le parti socialiste recule de 1 à 7 points chez les catholiques, tandis qu’il continue à résister (+6 %) chez les "sans religion".

24Ce dernier groupe d’électeurs qui, en 1978, donnait 41 % de ses voix aux candidats communistes, n’a cessé de délaisser ce parti et ne le soutient plus qu’à 30 % en 1984. La droite traditionnelle, elle aussi, a perdu les faveurs d’une partie de son électorat "naturel". Moins violente qu’en 1981, la baisse est néanmoins confirmée en 1984 : depuis 1978, le RPR et l’UDF auraient perdu à eux deux environ 20 % de l’électorat pratiquant, 17 % des non-pratiquants et 11 % des sans-religion.

25A quoi correspondent ces défections ? Hormis le fort taux d’abstention qui a probablement affecté la majorité plus durement que l’opposition, les résultats des élections européennes mettent en relief deux mutations de la société française. Tout d’abord, le renouveau de la pratique religieuse qui a été observé au cours de ces dernières années ne se serait pas obligatoirement effectué au profit de la droite traditionnelle, comme l’indiquent les fortes pertes de la liste Veil. Ensuite, la montée du Front National – dont on doit s’étonner qu’elle ait affecté indifféremment les catholiques pratiquants et non-pratiquants (11 %) – peut être interprétée de deux manières différentes. Chez les pratiquants réguliers, elle semble correspondre à un glissement de l’électorat de droite, puisque les défections de gauche ne sauraient y suffire. Chez les non-pratiquants, par contre, elle n’a été possible que grâce à la participation d’électeurs qui, en mai 1981, avaient voté pour M. Mitterrand.

D. Les catégories socio-professionnelles (Annexe VI)

26Le but des oppositions consiste tout d’abord à conserver les voix de leurs électeurs les plus proches, puis à tenter d’attirer l’électorat de prédilection de la majorité. Ceci revient principalement, pour la droite française, à gagner les faveurs des ouvriers et des employés, et pour les travaillistes britanniques, à séduire les "cols-blancs". Ceci s’est effectivement réalisé, mais les circonstances de cette reconquête appellent, dans les deux cas, des commentaires.

27En Grande-Bretagne, tout d’abord, le solde du parti travailliste est globalement positif : quelle que soit la classe socioprofessionnelle considérée, le parti de M. Kinnock se remet de sa défaite de, 1983. Il semblerait qu’en 1984 les travaillistes aient récupéré la majeure partie des voix que l’alliance leur avait soufflées un an plus tôt – si tant est qu’un taux de participation plus fort ne démente pas cette analyse. De plus, les travaillistes ont repris quelques points aux conservateurs, y compris auprès de l’électorat bourgeois (Classes A/B/C1). Malgré tout, au vu des chiffres, il faut bien reconnaître qu’en juin 1984, la montée des travaillistes ressemble plus à un réglement de compte entre partis d’opposition qu’à une véritable percée contre une majorité qui ne se sent pas encore menacée.

28En France, la droite traditionnelle marque des points, surtout grâce à son électorat "col-blanc", mais elle en perd auprès des ouvriers. L’extrême-droite, par contre, semble avoir reçu un accueil uniforme dans toutes les catégories socio-professionnelles. Des petits commerçants et artisans (15 %) aux ouvriers (9 %) en passant par les cadres supérieurs et les professions libérales (14 %), le Front National s’impose à l’époque comme une "quatrième force".

29Il va ainsi occuper pendant plusieurs mois l’avant-scène politique, en posant à la droite traditionnelle le problème des alliances impies et à la gauche celui de la réforme électorale. Parce qu’il pénètre indifféremment toutes les catégories socio-politiques et qu’il défie les règles du clientélisme en vigueur, "l’effet Le Pen" inquiètera au point d’influencer toutes les stratégies de l’élection cantonale de l’année suivante.

30A l’issue de la consultation européenne de 1984, on peut sans doute parler de scrutin intermédiaire dans la mesure où les urnes ont été utilisées pour réévaluer l’équilibre politique national. Reste à savoir si, dans les trois cas qui nous occupent, les notions de "majorité" et d’ "opposition", ou encore de "droite" et de "gauche" recouvraient, lors du scrutin européen, des entités sociologiques homogènes au sein de l’électorat.

II. "Deux nations" ?

31En Grande-Bretagne, travaillistes et conservateurs se partagent le pays. En Grèce, la droite est forte dans les régions où les communistes sont faibles, et inversement. En France, le Front National prospère là où le parti socialiste et l’extrême-gauche obtiennent des résultats inférieurs à leur moyenne nationale.

  • 7 84 % des parents ayant au moins un enfant dans l’enseignement privé votent à droite contre 43 % des (...)

32De plus, le scrutin de 1984 confirme, en Grèce, l’existence de deux catégories d’électeurs que la pratique religieuse, l’habitat, l’éducation et le revenu distinguent de façon radicale ; il rappelle, en Grande-Bretagne, la faiblesse de l’alliance auprès des classes laborieuses et rassure quant à l’avenir d’une bipolarité gauche/droite ; de même, en France, il souligne les divisions nées, par exemple, du récent débat sur l’enseignement et présente un électorat aisément divisible par deux7.

33Autant d’arguments qui rendent attrayante la thèse des "deux nations" autrefois appliquée à une société victorienne où riches et pauvres s’opposaient, et plus récemment évoquée pour qualifier les scissions politiques qui divisent la Grande-Bretagne de Mme Thatcher. Toutefois, la dichotomie politique, lorsqu’elle existe, n’est jamais parfaite. Le parti socialiste grec (Pasok), tout comme le groupe RPR/UDF, fait un score majoritaire et relativement homogène sur l’ensemble du pays. D’autre part, s’il est vrai que le Front National a profité des faiblesses du parti socialiste, il est aussi vrai qu’il obtient ses meilleurs résultats dans les mêmes zones géographiques que le parti communiste français, ce qui tendrait a prouver que s’il existe des antagonismes irréconciliables, il existe aussi une assez grande mobilité politique. Ce fait trouve d’ailleurs confirmation en Grande-Bretagne où l’assise du parti travailliste dans les classes laborieuses est loin d’être sans faille puisque 58 % des ouvriers qualifiés ont voté contre ce parti.

34En fait, peut-être l’exemple français permet-il de suggérer une autre forme de dichotomie qui aujourd’hui transcenderait les divisions sociologiques traditionnelles tout en exploitant leur existence : celle qui distinguerait l’électorat capable de résister à la tentation extrémiste de celui qui y céderait. On ne saurait nier que le 17 juin 1984 a vu s’affronter une "gauche" et une "droite" bien différenciées, tant au plan politique qu’au plan social ; mais, tout en débouchant sur une redistribution bipolaire, cet affrontement a fait apparaître des faiblesses partagées.

35Dans les diverses catégories sociologiques, les grands partis ne peuvent empêcher une fraction de leur électorat "naturel" de se disperser vers les extrêmes. Ainsi voit-on l’extrême-gauche gagner 7 points chez les ouvriers et 2 chez les employés, et l’extrême-droite respectivement 9 et 10 points. A droite, le glissement ne se fait que dans la direction du Front National, mais il est impressionnant : chez les plus jeunes 20 % en faveur des petites listes de droite et d’extrême-droite, chez les catholiques de 15 % à 17 % ; chez les cadres supérieurs, les professions libérales et les indépendants, de 18 % à 28 % !

  • 8 Jérôme JAFFRE, "Les Fantaisies de l’extrême-droite", in SOFRES Opinions publique 1985, Paris : Gall (...)

36L’étude du rapport entre le vote et la proximité partisane nous apprend que cette dispersion vers les extrêmes (et en particulier vers l’extrême-droite) n’est pas le privilège des électeurs qui se définissent comme des extrémistes, mais atteint tout le spectre des sympathies partisanes : 9 % des partisans d’extrême-gauche, 2 % des communistes et 5 % des socialistes auraient voté pour le Front National. Mouvement transversal, donc, qui dépasse les divisions socio-politiques admises jusque là. Comme le rappelle J. Jaffré, il n’y a pas alors "une progression de la famille politique d’extrême-droite mais une montée du Front National parce qu’il a réussi à déborder ses frontières naturelles"8.

37Dans ce contexte, les divisions partisanes et idéologiques se transforment en éléments de résistance ou d’accélération du processus de corrosion de la "clientèle" des grands partis. Chez militants et sympathisants de gauche, lorsque l’on n’a pas choisi les extrêmes, on forme le carré autour du parti de prédilection. A droite, plus on s’éloigne du centre, plus l’hémorragie est forte. Depuis 1978, non seulement les électeurs qui se plaçaient à l’extrême-droite ont abandonné les grands partis, mais ils ont entraîné à leur suite 10 % des sympathisants du R.P.R. et 2 % de ceux de l’U.D.F.

38Nous ne nous trouvons donc pas en face d’une division simple de la société en deux masses qui s’affronteraient par l’intermédiaire de grandes organisations politiques et dans le cadre d’idéologies acceptées par les électeurs, mais bien devant un mouvement de l’électorat régi par une logique d’enjeux (immigration, sécurité) et dont les limites ne peuvent être tracées avec précision par la seule étude des variables sociodémographiques.

39Au lendemain du scrutin européen, le Front National s’est taillé une place parmi les vainqueurs sans avoir pu acquérir une identité sociologique. Sa faiblesse, qui est aussi sa force, est de plaire un peu à toutes les strates de la société. Les consultations suivantes diront si le parti de Mr Le Pen possède des moyens de résister (à l’instar de l’alliance britannique qui, malgré un recul, rassemble 19,1 % des suffrages), de progresser (à l’instar des euro-communistes grecs qui ont doublé leur score des élections législatives de 1981), ou si, au contraire, il est voué à disparaître dans un avenir proche. Il fait peu de doute que la pérennité du phénomène apparu lors du scrutin européen dépendra de la capacité du Front National à se créer un "espace" socio-politique qui lui permette de s’ancrer dans l’électorat, au-delà de la manipulation habile de quelques enjeux explosifs.

III. Une élection militante

40Militante, l’élection européenne l’aura été à plusieurs titres. Tout d’abord, de par sa nature hybride, elle aura servi à faire passer un message national par le canal d’une consultation trans-nationale. Ensuite, de par son manque d’incidence directe sur la vie politique des nations, elle aura fait du scrutin une profession de foi. Enfin, de par son faible taux de participation, elle n’aura attiré que les électeurs les plus motivées et les plus facilement mobilisables.

41A ce sujet, on peut à juste titre s’interroger sur la portée des analyses qui précèdent alors qu’étaient absents 43,2 % des électeurs français, 67,6 % des électeurs britanniques, et 33 % des électeurs grecs qui, pourtant, sont légalement tenus de voter. Deux sondages, l’un français, l’autre britannique, permettent de faire quelques remarques sur la nature de l’abstention et ses effets sur le vote.

42Ces enquêtes confirment que, tant en France qu’en Grande-Bretagne, l’abstentionnisme varie, entre autres, en fonction du sexe, de l’âge, de la catégorie socio-professionnelle et du niveau d’instruction des électeurs.

  • 9 Le sondage Gallup fait apparaître, pour la première fois une majorité féminine au sein de l’élector (...)

43Le fait que les femmes se soient abstenues davantage que les hommes peut expliquer partiellement le recul du parti socialiste français et celui de parti conservateur britannique, dont les électorats sont en majorité féminins9. Par contre, on ne peut expliquer par l’abstention féminine le recul des communistes français. Néanmoins l’abstention des jeunes, des ouvriers et des électeurs les moins instruits à très probablement fait défaut à la gauche française. Cette cruelle absence sera confirmée par le meilleurs score des partis socialiste et communiste aux élections cantonales de 1985.

44En Grande-Bretagne, il n’est pas impossible que le parti conservateur, et surtout l’alliance, aient fait les frais de l’abstention d’une partie des ouvriers spécialisés qui sont les plus susceptibles de s’écarter du parti travailliste. Par contre, l’absence des jeunes et des moins instruits devrait permettre au travailliste d’espérer de meilleurs résultats dans ces deux groupes lors d’un prochain scrutin.

45En conclusion, la consultation européenne de 1984 se distingue autant par ses vertus que par ses défauts. Trop partisane pour être assimilée à une élection locale, pas assez mobilisatrice pour être traitée comme une consultation nationale, elle donne une mesure ambiguë du pouls des Etats, mesure qui est amplifiée par la forte motivation des électeurs, et déformée par le taux d’abstention élevé. Elle produit, malgré tout, une image socio-politique précise des couches les plus disponibles de l’électorat, celles qui formeront probablement le "noyau dur" des consultations mieux suivies. Toutes ces caractéristiques lui confèrent une identité propre et un rôle spécifique à jouer, tant dans la somme que dans les parties de la Communauté Européenne.

Annexes

Annexe I*

*toujours augmenté des électeurs de la liste E.R.E., afin de comparer avec 1978 (P.S.+M.R.G.)
France : Electorat par type d’habitat

Source : 1978=France de Gauche, Vote à droite (FGVD)/ 1984= B.V.A.

Annexe I (suite)

Grèce: Électorat par catégorie de bureau de vote
* Les statistiques contenues dans ces annexes ont été établies à partir de sondages réalisés par plusieurs instituts et parfois adaptés par l’auteur pour rendre la comparaison possible. Toute erreur de calcul ou incohérence par rapport aux données originales doivent être imputées à l’auteur de cet article.

Source: Statistiques officielles, (comparaison avec les legislatives de 1981)

Annexe II

France : Distribution selon le sexe des électeurs

Source : 1978 : FGVD ; 1981 & 1934 : SOFRES

Annexe II (Suite)

Grande-Bretagne : Distribution selon le sexe des électeurs

Source : 1984 : Gallup/ 1983,1979,0ct1974 : MORI (élection législative de 1979)

Grèce : Distribution selon le sexe des électeurs

Source : d’après les résultats officiels.

Annexe II A

Carte 1 : Grande-Bretagne. Elections législatives 1983.
Parti majoritaire

Source: d’après stat. officielles

Annexe II B

NB : Ces cartes ont été établies d’après les cartes des contes fautes de povoir disposer de la cartes des disconscriptions européennes britaniques
Carte 2 : Grande-Bretagne. Elections européennes 1984.
Parti majoritaire

Source: d’après stat.officielles

Annexe III

France : Vote par groupes d’âge

Source : 1978 = FGVD, 1981 & 1984 = SOFRES

Annexe III (suite)

Grande-Bretagne : Vote par groupes d’âge

Source : 1934 & 1983 = Gallup.

Grèce : Vote par groupes d’âge

Source : Eurodim

Annexe IV

France : Vote par niveau d’instruction

Source : 1978 = FGVD ; 1984= SOFRES

Annexe IV (suite)

Grèce : Vote par niveau d’instruction

Source : Eurodim

Annexe V

Annexe V (suite)

Grèce : Croyance et pratique religieuse

Source : Eurodim

Annexe VI

France : Vote par catégories socio-professionnelles

Source : 1978= FGVD ; 1981 & 1984 = SOFRES

Annexe VI (suite)

Grande-Bretagne : Vote par catégories socio-professionnelles

Source : 1984 = Gallup ; 1974 – 1983 = MORI

Grêce : Vote par catégories socio-professionnelles

Source : Eurodim

Annexe VII

France : Vote selon la proximité partisane

Source : 1978 : FGVD, 1984 : SOFRES

Notes

1 En Allemagne, seul l’institut de recherche de la Fondation K. Adenauer a réalisé un sondage post-électoral. Malheureusement, les données ne pourront être communiquées aux chercheurs qu’à l’automne 1985.

2 Sondage EURODIM paru dans Greek Opinion, Vol.l, n° 4-5, juillet-octobre 1984, Athènes. Les dates auxquelles les enquêtes ont été réalisées ne sont pas indiquées.

3 Sondage réalisé du 20 au 26 juin 1984, les interviews ayant été recueillies de trois à neuf jour après le scrutin, il est à craindre que, à cause du délai, les réponses aux questions sur le vote n’aient fait l’objet de distorsions.

4 Publié par The New Statesman, 17 juin 1983, pp. 7-8.

5 B.V.A. a réalisé 7500 interviews à la sortie de 84 bureaux de vote, l’I.F.O.P. 11.280, et la SOFRES 5.886 à la sortie de 84 bureaux de vote. La méthode utilisée pour ces sondages de sortie des urnes (S.S.U.) consiste généralement à faire remplir un questionnaire par l’électeur qui doit ensuite le glisser dans une urne. Ces questionnaires sont anonymes, il n’y a pas d’interrogation directe ni de possibilité de vérifier la véracité des réponses ou la fiabilité de l’échantillon.

6 Les données concernant l’élection de 1978 seront empruntées à l’ouvrage de 3. CAPDEVIELLE, E. DUPOIRIER, G. GRUMBERG, E. SCHWEISGUTH et C. YSMAL, France de gauche, vote à droite, Paris : Presses de la Fondation Nationale des Sciences Politiques, 1981. Les données concernant les deux scrutins de 1981 seront empruntées aux enquêtes SOFRES publiées dans Le Nouvel Observateur, 1er juin et 4 juillet 1981.

7 84 % des parents ayant au moins un enfant dans l’enseignement privé votent à droite contre 43 % des parents d’élèves de l’instruction publique.

8 Jérôme JAFFRE, "Les Fantaisies de l’extrême-droite", in SOFRES Opinions publique 1985, Paris : Gallimard, 1985, p. 190.

9 Le sondage Gallup fait apparaître, pour la première fois une majorité féminine au sein de l’électorat travailliste. On ne peut encore dire si ce phénomène est dû à une distorsion, à une réaction conjoncturelle de l’électorat ou à une transformation profonde des clientèles.

Table des illustrations

Légende *toujours augmenté des électeurs de la liste E.R.E., afin de comparer avec 1978 (P.S.+M.R.G.)France : Electorat par type d’habitat
Crédits Source : 1978=France de Gauche, Vote à droite (FGVD)/ 1984= B.V.A.
URL http://books.openedition.org/psorbonne/docannexe/image/52121/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 49k
Légende Grèce: Électorat par catégorie de bureau de vote* Les statistiques contenues dans ces annexes ont été établies à partir de sondages réalisés par plusieurs instituts et parfois adaptés par l’auteur pour rendre la comparaison possible. Toute erreur de calcul ou incohérence par rapport aux données originales doivent être imputées à l’auteur de cet article.
Crédits Source: Statistiques officielles, (comparaison avec les legislatives de 1981)
URL http://books.openedition.org/psorbonne/docannexe/image/52121/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 23k
Légende France : Distribution selon le sexe des électeurs
Crédits Source : 1978 : FGVD ; 1981 & 1934 : SOFRES
URL http://books.openedition.org/psorbonne/docannexe/image/52121/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 33k
Légende Grande-Bretagne : Distribution selon le sexe des électeurs
Crédits Source : 1984 : Gallup/ 1983,1979,0ct1974 : MORI (élection législative de 1979)
URL http://books.openedition.org/psorbonne/docannexe/image/52121/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 22k
Légende Grèce : Distribution selon le sexe des électeurs
Crédits Source : d’après les résultats officiels.
URL http://books.openedition.org/psorbonne/docannexe/image/52121/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 20k
Légende Carte 1 : Grande-Bretagne. Elections législatives 1983.Parti majoritaire
URL http://books.openedition.org/psorbonne/docannexe/image/52121/img-6.jpg
Fichier image/jpeg, 54k
Légende NB : Ces cartes ont été établies d’après les cartes des contes fautes de povoir disposer de la cartes des disconscriptions européennes britaniquesCarte 2 : Grande-Bretagne. Elections européennes 1984.Parti majoritaire
URL http://books.openedition.org/psorbonne/docannexe/image/52121/img-7.jpg
Fichier image/jpeg, 50k
Légende France : Vote par groupes d’âge
Crédits Source : 1978 = FGVD, 1981 & 1984 = SOFRES
URL http://books.openedition.org/psorbonne/docannexe/image/52121/img-8.jpg
Fichier image/jpeg, 45k
Légende Grande-Bretagne : Vote par groupes d’âge
Crédits Source : 1934 & 1983 = Gallup.
URL http://books.openedition.org/psorbonne/docannexe/image/52121/img-9.jpg
Fichier image/jpeg, 19k
Légende Grèce : Vote par groupes d’âge
Crédits Source : Eurodim
URL http://books.openedition.org/psorbonne/docannexe/image/52121/img-10.jpg
Fichier image/jpeg, 17k
Légende France : Vote par niveau d’instruction
Crédits Source : 1978 = FGVD ; 1984= SOFRES
URL http://books.openedition.org/psorbonne/docannexe/image/52121/img-11.jpg
Fichier image/jpeg, 34k
Légende Grèce : Vote par niveau d’instruction
Crédits Source : Eurodim
URL http://books.openedition.org/psorbonne/docannexe/image/52121/img-12.jpg
Fichier image/jpeg, 21k
URL http://books.openedition.org/psorbonne/docannexe/image/52121/img-13.jpg
Fichier image/jpeg, 51k
Légende Grèce : Croyance et pratique religieuse
Crédits Source : Eurodim
URL http://books.openedition.org/psorbonne/docannexe/image/52121/img-14.jpg
Fichier image/jpeg, 29k
Légende France : Vote par catégories socio-professionnelles
Crédits Source : 1978= FGVD ; 1981 & 1984 = SOFRES
URL http://books.openedition.org/psorbonne/docannexe/image/52121/img-15.jpg
Fichier image/jpeg, 50k
Légende Grande-Bretagne : Vote par catégories socio-professionnelles
Crédits Source : 1984 = Gallup ; 1974 – 1983 = MORI
URL http://books.openedition.org/psorbonne/docannexe/image/52121/img-16.jpg
Fichier image/jpeg, 24k
Légende Grêce : Vote par catégories socio-professionnelles
Crédits Source : Eurodim
URL http://books.openedition.org/psorbonne/docannexe/image/52121/img-17.jpg
Fichier image/jpeg, 9,6k
Légende France : Vote selon la proximité partisane
Crédits Source : 1978 : FGVD, 1984 : SOFRES
URL http://books.openedition.org/psorbonne/docannexe/image/52121/img-18.jpg
Fichier image/jpeg, 43k

© Éditions de la Sorbonne, 1986

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search