Version classiqueVersion mobile

Guerre du toit et modernité architecturale

 | 
Christine Mengin

Chapitre I. Les cités de Berlin-Zehlendorf et le conflit entre modernistes et traditionalistes

Texte intégral

  • 1 R. Pommer, « The flat roof : A modernist controversy in Germany », Art Journal, 43, n° 2, été 1983 (...)
  • 2 L’étude la plus complète sur la cité Case de l’Oncle Tom a été commanditée par la société de const (...)
  • 3 La seule étude concernant la cité Fischtalgrund a été confiée à l’architecte Gesine Weinmiller par (...)
  • 4 Les articles parus à cette occasion sont classés par ordre chronologique dans les sources imprimée (...)

1En septembre 1928, les principaux quotidiens berlinois se font l’écho d’un conflit architectural opposant deux cités d’habitation, construites en vis-à-vis dans le quartier résidentiel de Zehlendorf à Berlin, par deux sociétés de construction concurrentes, qui font ainsi la démonstration de conceptions architecturales antagonistes. Cet épisode, bientôt baptisé « guerre du toit » de Berlin-Zehlendorf (Zehlendorfer Dächerkrieg), constitue un moment clé dans la tension croissante entre les différents mouvements architecturaux qui se développent sous la république de Weimar. Issues à l’origine d’une même aspiration au renouvellement des formes et des techniques, les sensibilités architecturales progressistes se clivent progressivement après la Première Guerre mondiale entre deux pôles, l’avant-garde et les traditionalistes de l’École de Stuttgart. La « guerre du toit » de Berlin-Zehlendorf fait suite à la polémique qui a éclaté l’année précédente à propos de la cité du Weissenhof, construite à Stuttgart et composée de villas d’avant-garde. Cette tension ira en s’amplifiant jusqu’au IIIe Reich ; elle est portée par des organisations architecturales qui s’opposent. En dépit de sa notoriété dans l’histoire de l’architecture du xxe siècle, cette « guerre du toit » berlinoise n’a jusqu’à présent fait l’objet d’aucune étude spécifique : le présent chapitre entend combler cette lacune1. Nous allons donc retracer l’histoire de l’édifica- tion des deux cités rivales, la célèbre Case de l’Oncle Tom2, moderniste, et la cité Fischtalgrund3, traditionaliste, considérée comme son repoussoir. Après le récit des faits, nous analyserons l’architecture de l’une et de l’autre, puis nous présenterons la façon dont elles ont été reçues dans la presse, quotidienne comme spécialisée, qui en rend largement compte4. En revanche, les arguments concernant la question particulière du toit feront l’objet d’un développement spécifique au chapitre VII. Enfin, nous situerons les architectes impliqués dans le contexte plus général de l’architecture allemande sous la république de Weimar. En effet, l’événement implique nombre des architectes les plus en vue de l’époque, des figures paternelles de la réforme architecturale (Paul Mebes et Heinrich Tessenow) aux jeunes trublions d’avant-garde (Bruno Taut, Walter Gropius, Hugo Häring), en passant par leurs contemporains traditionalistes (Paul Schmitthenner, Georg Steinmetz), pour ne citer que ceux dont les positions sur l’échiquier architectural sont les plus tranchées. À travers leur parcours, c’est l’histoire de l’architecture du premier tiers du xxe siècle qui s’esquisse : du rejet originel de l’éclectisme au Heimatschutz, de la réforme architecturale à la révolution, de l’émergence d’une avant-garde architecturale à la confrontation entre mouvements rivaux : Block contre Ring.

L’épisode de la « guerre du toit » de Berlin-Zehlendorf : deux cités antagonistes

L’édification des cités Case de l’Oncle Tom et Fischtalgrund, 1926-1928

  • 5 Sur A. Sommerfeld, voir K. Wilhelm, « Adolf Sommerfeld », Bauwelt, a. 77, n° 34, 5 septembre 1986, (...)
  • 6 Lettre de la Gehag à la mairie d’arrondissement en date du 5 août 1926 (dossier 410-27, vol. 1, Ti (...)

2La première des deux cités, à l’aspect résolument moderne, est construite par la Gehag, société de construction fondée en 1924 par les syndicats de gauche (voir chapitre IV), dans un arrondissement de Berlin boisé et peu peuplé, Zehlendorf. Cette cité d’habitation, surnommée Case de l’Oncle Tom, est édifiée en plusieurs tranches s’échelonnant de 1926 à 1932 et couvre trente-cinq hectares. Il s’agit de la seconde réalisation d’envergure de cette toute jeune société de construction. En effet, alors que la construction de sa première grande cité, la cité du Fer à cheval, bat son plein à Berlin-Britz (voir chapitre V), la Gehag prospecte afin de lancer sans tarder un deuxième chantier de grande ampleur. Début 1926, un promoteur lui propose de collaborer au lotissement de l’un de ses terrains. Ce promoteur, Adolf Sommerfeld, compte parmi les figures hautes en couleur du monde de la construction dans le Berlin des années 19205. Quelques opérations audacieuses ayant permis à cet entrepreneur du bâtiment d’amasser un immense capital, il a pu en 1924 acheter à la Ville de Berlin un gigantesque terrain de près de deux millions de mètres carrés au nord de l’arrondissement de Zehlendorf, incorporé à Berlin depuis 1920. Proche de la forêt de Grunewald, généreusement dotée en espaces verts et bénéficiant d’impôts fonciers modérés, cette banlieue résidentielle, bien que très recherchée, était demeurée faiblement peuplée. En juin 1926, la Gehag procède donc à l’acquisition du terrain proposé par Sommerfeld et prend, en vue d’une éventuelle extension, une option sur les parcelles adjacentes. Étant donné le coût élevé du terrain, la clientèle visée est la classe moyenne6. Le plan de masse des cinq cents logements prévus au départ est élaboré par trois architectes, Bruno Taut, Hugo Häring et Otto Rudolf Salvisberg, sous la vigoureuse houlette de Martin Wagner, directeur de la société de construction.

  • 7 Lettre de Martin Wagner au maire d’arrondissement Schumacher, datée du 2 octobre 1926, conservée p (...)
  • 8 A. Hofrichter, « Bezirksamt Zehlendorf. Ein deutsch-nationaler Bürgermeister. Seine Leistungen und (...)
  • 9 « Zehlendorfer Bezirksversammlung. Die Beantwortung der Anfrage betreffend die Grosssiedlung an de (...)

3Le plan initialement soumis par la Gehag concerne la toute première tranche de construction, délimitée par l’allée Grunewald, les rues Riemeister et Spandauer (ill.3). Espaces boisés et surfaces agricoles apparaissent clairement : au nord, le début de la forêt de Grunewald, qui se prolonge vers le sud-est par une coulée en forme de « V » : le parc de Fischtal. Y est signalée la « Case de l’Oncle Tom », guinguette qui donnera son surnom à la cité. Au centre, apparaît la station de métro putative : pour remédier à l’éloignement du centre de la capitale, Sommerfeld envisage en effet de prolonger la ligne de métro. Elle est située sur le futur axe commerçant et encadrée par des immeubles formant un rectangle. Enfin, les rangées de maisons sont orientées vers le sud-est, en direction du parc. Toutefois, alors que les instances techniques et financières de la Ville de Berlin ont, dès juin 1926, signifié leur accord (sauf sur les immeubles à trois niveaux, hauteur exclue par le règlement d’urbanisme en vigueur pour ce secteur), la mairie d’arrondissement, dominée par le parti national-allemand, prend appui sur la loi de 1907 protégeant Berlin contre l’enlaidissement et excipe des conclusions du comité d’experts pour, au mois d’août, refuser le permis de construire. Les réserves des édiles tiennent aux aspects urbanistiques, sociaux et architecturaux du projet. Les réunions entre architectes et représentants de l’arrondissement échouent à dégager un compromis : la Gehag refuse notamment l’échange du site contre un terrain situé dans le quartier ouvrier de Teltow. Devant cette situation bloquée, Martin Wagner choisit l’épreuve de force et décide de lancer les travaux de terrassement, mais la police empêche la mise en route du chantier. Du coup, Wagner menace d’opter pour la prison plutôt que d’acquitter l’amende qui lui a été infligée, afin de donner à l’attitude des autorités envers un « honnête citoyen, soucieux de trouver des solutions rapides à la crise du logement » la publicité qu’elle mérite7. De fait, une campagne de presse, sur laquelle nous reviendrons, oppose les partisans du projet aux journaux locaux, qui rapportent à l’envi l’hostilité de la population locale8. Les édiles de Zehlendorf embrayent le pas, en brandissant la cité du Fer à cheval comme un épouvantail. Les élus de leur côté ne désarment pas9. Finalement, un accord est trouvé sur les modifications à apporter au plan. Conformément aux observations des experts, la construction des immeubles autour de la gare est abandonnée ; le troisième niveau litigieux est transformé en étage sous le toit ; la petite place s’est effacée devant une construction en pourtour d’îlot, bordant ce qui deviendra la cour des Pins. Enfin, l’alignement des rangées de maisons est brisé. Le terrain à bâtir est réparti entre Taut (partie nord), Salvisberg (partie sud) et Häring (partie est) (ill. 4). Toutefois, la Gehag a refusé tout compromis affectant le parti architectural et maintient le toit plat pour l’ensemble de la cité. La maquette (ill. 5) montre les rangées de maisons en direction du parc de Fischtal et les immeubles entourant la pinède de la cour des Pins au centre. Au fond, les immeubles à trois niveaux encadrent la station de métro et ses magasins, destinés à devenir le coeur de la cité. Tout à fait à gauche, on distingue les quatre maisons construites en 1923 par le jeune architecte Richard Neutra avant son émigration aux États-Unis, irruption précoce de l’avant-garde architecturale dans les environs. En octobre 1926, le chantier peut finalement démarrer et les cinq cents premiers logements sont livrés en juin 1927. Avant même l’achèvement de la première tranche de construction, la Gehag entreprend l’extension de la cité : au printemps 1927, 268 nouveaux logements sont confiés au seul Bruno Taut. À l’est de la rue Riemeister, celui-ci dispose une demi-douzaine d’immeubles de part et d’autre de la rue Schlieffen et borde Auerhahnbalz et la partie nord de Fischtal de maisons en bandes. Les travaux de terrassement débutent à l’automne 1927 ; la réception des travaux a lieu mi-août 1928.

Gehag : projet de cité à Berlin-Zehlendorf, extrait du plan de situation, 1926.

Les deux cités rivales de Berlin-Zehlendorf en 1928, plan de masse.

Cité Case de l’Oncle Tom, première tranche, maquette du projet, 1926 : vue prise du sud
(photo A. Köster).

4Mais l’extension de la cité se fait parallèlement à l’édification d’une seconde cité d’habitation, conçue selon de tout autres principes architecturaux. En effet, au moment où les services d’arrondissement délivrent à la Gehag le permis de construire pour cette nouvelle tranche, ils autorisent une autre société de construction, contrôlée par les syndicats de droite, la Gagfah (voir chapitre IV), à construire une cité le long d’une voie située en bordure de la cité Case de l’Oncle Tom : Fischtalgrund. La Gagfah y édifie en 1928 ce qu’elle conçoit comme la riposte régionaliste à l’architecture moderniste de la Gehag. Bien sûr, cette démonstration de savoir-faire n’est pas exempte de visées polémiques : il s’agit de faire pièce aux réalisations de la Gehag, et notamment à l’architecture de Taut. C’est donc à dessein que le terrain choisi fait face à la Case de l’Oncle Tom (ill. 4).

  • 10 Lettre de la Gagfah (filiale est) à la mairie d’arrondissement de Zehlendorf, service de la constr (...)
  • 11 Au départ, dix-sept intervenants sont prévus. Les architectes invités sont Ernst Grabbe, Wilhelm J (...)

5À l’occasion de son dixième anniversaire, la Gagfah a en effet décidé de construire une cité expérimentale pour employés, avec la participation d’architectes de grande renommée10. Considérant que les grandes expositions consacrées au logement, tout en ayant apporté un matériau statistique et technique utile, ont, à l’exception de quelques maquettes grandeur nature, peu touché l’opinion, elle choisit une formule qui s’apparente aux deux grandes expositions in situ dont les maisons ont pu être visitées avant d’être occupées : la Mathildenhöhe à Darmstadt (1901) et la cité du Weissenhof à Stuttgart (1927). Dans les deux cas, les architectes, considérés comme les plus modernes de leur époque, ont eu carte blanche. L’exposition de la Gagfah est donc la troisième de ce genre organisée en Allemagne et la plus importante en volume, puisqu’elle présente cent vingt logements. Toutefois elle a, plus que ses prédécesseurs, le souci de maîtriser les coûts de construction de ces logements qu’elle destine à la classe moyenne. La Gagfah demande à une quinzaine d’architectes, venant de différentes régions d’Allemagne, de collaborer à son projet11, pour lequel elle recherche toutes les cautions : politiques, administratives, scientifiques, financières. Elle obtient notamment le patronage des plus hautes autorités allemandes en matière de logement : le comité d’honneur de l’exposition, présidé par le ministre du Travail en personne, Heinrich Brauns, rassemble des personnalités politiques dont plusieurs ont accepté de signer une contribution dans le catalogue de l’exposition. De même, le comité d’organisation comprend-il des experts en vue du monde de la construction. Le commissaire de la manifestation est le directeur général de la Gagfah, Arnold Knoblauch ; la direction artistique en revient à l’architecte Heinrich Tessenow, que ses pairs ont coopté. C’est à nouveau Sommerfeld qui obtient le chantier.

  • 12 Amtlicher Katalog. Ausstellung Bauen und Wohnen. Gagfah-Siedlung Fischtalgrund, Berlin- Zehlendorf (...)

6Cette cité pilote constitue une véritable riposte, au nombre d’architectes près, à la cité d’avant-garde construite par le Werkbund à Stuttgart en 1927. L’accent est mis à la fois sur l’aspect esthétique du projet et sur la volonté de « donner sa forme définitive au logement des classes moyennes ». Les architectes, traditionalistes pour la plupart, doivent expérimenter plusieurs solutions (maisons individuelles, en bandes, groupées ; immeubles collectifs ; appartements pour célibataires) sur le terrain étroit qui jouxte la cité de la Gehag. Ils sont libres d’agencer la distribution intérieure, dans le respect des superficies ; la seule directive impérative concerne la couverture des habitations ; un toit à deux versants avec une inclinaison de 45 degrés. Ainsi les 29 groupes de maisons forment-ils un contraste voulu et affirmé avec la construction en série de la cité de la Gehag. Et, pour montrer aux syndicats de gauche et à leurs architectes d’avant-garde de quel bois elle se chauffe, la Gagfah fait appel à des sommités du monde de l’architecture : Heinrich Tessenow, chargé de diriger l’ensemble, Alexander Klein, Paul Mebes, Paul Schmitthenner et Hans Poelzig, pour ne citer que les plus célèbres. Comme au Weissenhof, la cité constitue le cadre d’une exposition grandeur nature qui permet au public de découvrir les aménagements intérieurs. Cette exposition, baptisée « Construire et habiter » (Bauen und Wohnen), est ouverte au public pendant les mois de septembre et d’octobre 1928. Outre les maisons meublées, elle présente ustensiles de ménage et appareils électriques, ainsi que le travail de plusieurs organismes proches de la Gagfah. La manifestation s’adresse aux professionnels du logement social, dont elle attend les critiques, mais aussi au profane, dont elle cherche à éveiller l’intérêt pour la question de l’habitation. À cette fin, un catalogue substantiel est édité (ill. 6)12.

Gagfah : exposition Bauen und Wohnen, dépliant, 1928.

  • 13 Sur l’exposition de l’Ahag, voir A. Behne, « Ahag-Ausstellung », i 10, a. 2, 20 décembre 1928, n° (...)

7L’événement est complété par une exposition spécifique commanditée par Sommerfeld, l’Abag-Sonderschau : sur un terrain situé face à l’entrée sud de la cité de la Gagfah, Laszlo Moholy-Nagy et Walter Gropius conçoivent une exposition consacrée à la question du logement et aux projets de l’Ahag. Une buvette légère et colorée, signalée par une grande inscription à la typographie résolument moderne, « À l’homme d’aujourd’hui, la maison d’aujourd’hui », complète le dispositif (ill. 7). Pour cette collaboration, les deux maîtres du Bauhaus, que Sommerfeld a soutenus depuis ses débuts, veulent rompre avec l’entassement habituel de matériau documentaire dans une grande halle d’exposition et mettent en scène différentes thématiques de façon visuellement frappante : le mobi- lier kitsch de naguère opposé à celui du Bauhaus, la construction aux États-Unis, la ville et les espaces verts. Même si, in fine, le message consiste à promouvoir les desseins de l’Ahag, le résultat séduit les visiteurs13.

L. Moholy-Nagy et W. Gropius : buvette et pavillon d’exposition de l’Ahag, Berlin-Zehlendorf, 1928.

  • 14 « Wohnungsbauverbot in Zehlendorf », Vorwärts, 14 juin 1929.

8La cité de la Gagfah, qui constitue une provocation à l’endroit de la Gehag, déclenche la polémique décrite ci-après. En réponse à la cité de la Gagfah, la Gehag décide de surenchérir et demande en 1929 l’autorisation de construire quatre cents nouvelles maisons individuelles en bandes, avec toit plat. À nouveau, les services d’arrondissement se montrent réticents — sous prétexte à présent que les fonds manquent pour financer l’indispensable école — et refusent à la Gehag le permis de construire. Cette fois, c’est Sommerfeld qui passe outre la décision municipale et ordonne à ses ouvriers de commencer les travaux de terrassement. Le bras de fer se reproduit : nouvelle amende, nouvelle intervention des forces de police, nouvelle reculade des autorités14. Cette tranche de construction fait l’objet d’un travail sur la couleur particulièrement élaboré de la part de Taut, qui a valu à la Case de l’Oncle Tom son sobriquet de « cité des perroquets » (Papagaiensiedlung) ou de « pot de peinture » (Farbentopf ). Fin 1929, la ligne de métro est prolongée jusqu’à la cité, ce qui permet aux Berlinois de se rendre dans les bois environnants qu’ils affectionnent, mais aussi de visiter les cités ! La station de métro est baptisée du nom du bistrot voisin, « Onkel-Toms Hutte », d’où le surnom de la cité. La construction de la cité, qui comptera près de deux mille logements, se poursuit jusqu’en 1932.

L’architecture des cités : régionalisme versus avant-garde

  • 15 M. Baumann, Freiraumplanung in den Siedlungen der zwanziger Jahre am Beispiel der Planungen des Ga (...)

9Sous l’impulsion de Martin Wagner, qui dirige la Gehag jusqu’en 1927, les trois architectes Bruno Taut, Hugo Häring et Otto Rudolf Salvisberg, assistés de l’architecte-paysagiste Leberecht Migge, élaborent le plan de masse. Le terrain sur lequel sont édifiées les deux premières tranches de construction de la Case de l’Oncle Tom est relié à deux rues de circulation préexistantes (Schlieffen et Fischtal) par un axe nord-sud, la rue Riemeister, prolongée pour l’occasion. Le site, parcouru de chemins bordés de bouleaux, comprend une pinède trentenaire et une prairie de huit hectares. Tous ces arbres sont protégés au titre de la loi forestière de 1922. Le bois de pins donne à la cité son nom d’origine : Waldsiedlung ou Waldstadt (la cité, la ville de la forêt), avant qu’elle ne reçoive son nom de Case de l’Oncle Tom. Conformément aux préoccupations de Leberecht Migge, le plan de masse tient le plus grand compte du paysage préexistant, dont les voies forestières, sentiers et rangées d’arbres ont été soigneusement relevés et déterminent le tracé des rues15. La rue Im Gestell reprend le tracé d’une voie forestière plantée de bouleaux ; un sentier est conservé et sert de cheminement entre les jardins privés ; le prolongement de la rue Riemeister s’incurve afin de préserver une double rangée d’arbres. La façade nord de la cour des Pins est parallèle à la rangée de bouleaux, et non à la rue. Au nord, la faille courbe du terrain est utilisée pour la ligne de métro qui doit être prolongée. La station de métro et ses magasins constituent le coeur de la cité, qui devait à l’origine être entouré d’immeubles à trois niveaux. Le petit collectif est concentré autour de la cour des Pins, le long de la rue Riemeister et de part et d’autre de la rue Schlieffen, tandis que les petites maisons en bandes, pour la plupart orientées nord-ouest/sud-est, sont situées dans la partie sud s’ouvrant vers le bois de Fischtal (ill. 4).

Cité Case de l’Oncle Tom : O. R. Salvisberg, maisons en bande, Waldhüterpfad vu de Fischtal, 1928 (photo A. Köster).

  • 16 H. J. Rieger, « Diefarbige Stadt. Beiträge zur Ceschichte der farbigen Architektur in Deutschland (...)
  • 17 Les illustrations dont le numéro est précédé d’un C se trouvent dans le cahier en couleurs aux pag (...)
  • 18 H. Häring, « Problème des Bauens », Der Neubau, a. 6, n° 17, 10 septembre 1924, p. 201-203.

10Les maisons en bandes sont traitées par chaque architecte avec le souci de donner une unité à la rangée, tout en évitant qu’elle paraisse répétitive. À cette fin, tous utilisent le travail sur la couleur. Comme il l’avait fait au Jardin botanique16, Salvisberg individualise chaque maison en la délimitant au moyen d’une rangée verticale de briques saillantes et en lui donnant une nuance colorée spécifique (ill. 8). Le long de Waldhüterpfad, la gamme colorée qu’il emploie s’étend du jaune vif au vert olive en passant par l’ocre et le caca d’oie (ill. C117) ; sur Reiherbeize, elle décline le rouge-brun. Les maisons situées sur les pourtours nord et sud, et particulièrement celles qui font face à celles de Bruno Taut sur Im Gestell, sont d’un bleu soutenu. Chaque façade est comme encadrée par le soubassement en brique, la bande verticale proéminente et le débord du toit, qui semble reposer sur de petites poutres rouge vif. Les portes d’entrée, de deux types, sont particulièrement colorées : bleu foncé et rouge lumineux se détachent sur un cadre gris clair. Les fenêtres, conformes aux prescriptions de la Commission nationale de normalisation, sont dépourvues de petits-bois horizontaux : leur cadre noir tranche sur les façades jaune ou bleu — lorsque les façades sont dans zles rouges, le cadre est blanc. Le percement de l’étage sous le toit, tout en longueur, est souligné par des jalousies en bois. Salvisberg évite toute monotonie à ses longues rangées (qui comprennent jusqu’à une petite quarantaine de maisons) le long de Waldhüterpfad et Reiherbeize en jouant sur le rétrécissement des rues, obtenu par l’avancée que forment les groupes de maisons aux tons de rouge, ou au contraire sur leur élargissement, par le retrait des maisons peintes en beige. Les rangées s’achèvent sur Fischtal par des maisons doubles, à la fonction conclusive. Avec cette contribution, Salvisberg s’engage dans une esthétique radicalement moderne. Häring, pour sa part, traite la rangée comme une unité et ne la subdivise pas. Les maisons sont agencées par deux, en miroir, les portes d’entrée pourvues d’un auvent commun. Un coffrage en bois courant sous l’arête du toit renforce l’impression que les maisons forment un immeuble. Les façades sur rue sont peintes du même vert tilleul et toutes les fenêtres sont blanches (ill. C3). Des notes colorées sont apportées par la couleur rouille du coffrage sous le toit, le brun des portes d’entrée, le rouge des briques du perron ou de l’encadrement des portes. En façade, Häring superpose en alternance les fenêtres verticales à deux battants et les petits percements rectangulaires. Comme Salvisberg, il est hostile aux petits-bois, qui gênent la vue18. Côté jardin, les façades sont blanches, les fenêtres surlignées de rouge ont trois battants, de façon à faire pénétrer lumière et soleil, et le coffrage sous le toit est peint en vert. La porte menant à la terrasse est du même brun que celui de la porte d’entrée. Seuls les arrondis des balcons reliant les maisons posées perpendiculairement viennent animer cette architecture austère : repris au sol par des murets percés d’une barrière en bois blanc, ils soulignent l’accès de la cité par le sud. Il s’agit de la réalisation la plus fonctionnaliste de Häring. Quant aux maisons de Taut, elles se situent à mi-chemin entre l’interprétation collective qu’en donne Hàring et le traitement individualisé de Salvisberg. Les façades sont organisées comme un tout : l’auvent est commun aux deux entrées des maisons placées en miroir. Taut délimite chaque unité par une verticale en briques et démarque l’étage des combles par une rangée de briques horizontale (ill. C2). Cet étage sous le toit est uniformément blanc, percé de petites fenêtres oblongues jaunes et noires : il souligne la continuité de la rangée. Au-dessous, en revanche, les façades sont colorées deux par deux, le jaune orangé alternant avec le blanc cassé. Les bois de fenêtres sont peints en noir et blanc lorsque la façade est jaune ; en rouge et noir lorsqu’elle est blanche. Plus précisément, la coloration des fenêtres s’effectue selon un rythme ternaire : noir/ blanc/noir ou rouge/noir/rouge). Ailleurs dans la cité, cette solution plastique est inversée : la façade est blanche et l’étage sous le toit bicolore : jaune-bleu-jaune.

11Ce jeu sur la couleur comme élément d’architecture concerne aussi les immeubles de faible hauteur (chaque cage d’escalier ne dessert que quatre logements). Aux intersections, les barres sont ponctuées d’ailes en retour ou de décrochements en retrait de l’alignement. Le long de la rue Schlieffen, ce parti est renforcé à certains croisements, où les balcons accentuent l’effet de place. Afin de créer de l’animation urbaine, deux rues sont dotées de commerces (ill. 9). Les façades sont de deux types : jaunes et plates, et blanc et bleu avec saillies et renfoncements. Les façades crépies en jaune clair sont rythmées par les hautes verrières des cages d’escalier, aux huisseries blanches et noires. Les panneaux des portes d’entrée, verticaux, alternent le noir, le jaune vif, le blanc. Les fenêtres sont blanches et noires, sauf les petites ouvertures carrées de l’étage sous le toit, blanches et rouges. Plates lorsqu’elles s’étendent sur plusieurs dizaines de mètres, elles s’animent aux extrémités de balcons et de loggias. Par contraste avec ces façades plates, un autre type de façade joue sur des contrastes de volumes, renforcés par l’alternance du bleu et du blanc (ill. C6). Sur la cour des Pins également, balcons et loggias animent plastiquement la façade. Le bleu des combles et des loggias tranche avec la blancheur des étages courants et des balcons. Ce contraste bleublanc est rehaussé par l’intervention de la brique : plinthe, couronnement d’où s’élancent les cheminées, piles séparant les balcons, corniche délimitant l’étage sous le toit (ill. C4).

Cité Case de l’Oncle Tom : B. Taut, petit immeuble collectif et magasin à l’angle des rues Riemeister et Im Gestell, 1927 (photo A. Köster).

12Le traitement des espaces extérieurs est identique chez les trois architectes. Les accès aux immeubles sont plantés de gazon et délimités par une bordure en béton. Les jardins de devant, de six mètres de profondeur (huit pour les rues d’une largeur supérieure à quinze mètres), ne sont pas davantage clôturés. Une mince bordure de pierre doublée d’une basse haie de troènes marque la limite avec la rue et borde les accès aux logements. Des murets de brique soulignent les intersections et encadrent les entrées des passages desservant les jardins. Ils sont reliés par des barrières en bois posées sur un socle en béton et peintes en blanc. La plantation d’arbres est variée : outre les bouleaux anciens, les trottoirs sont plantés d’épicéas, de saules pleureurs, de tilleuls ou de sorbiers. Le long de la large rue Riemeister, ce sont les volumineuses frondaisons des hêtres à feuilles pourpres qui occupent la largeur inhabituelle de la rue. Côté jardin, les façades sont, chez les trois architectes, percées de larges fenêtres à trois vantaux, de façon à profiter de la verdure. Leurs petits-bois, verts chez Salvisberg, rouges chez Häring, jaunes, rouges et noirs chez Taut, se détachent nettement sur la façade, qu’elle soit blanche ou verte (ill. C5). Une terrasse meublée d’un banc de jardin ménage une transition entre la salle de séjour et le jardin, entre l’architecture et la nature. Au départ, cet espace est protégé par une pergola en bois, rapidement remplacée, à la demande de l’association des habitants, par une marquise de verre. Les jardins de derrière sont des jardins d’agrément, car le sol sablonneux de Zehlendorf se prête malaisément à la culture vivrière. Étant donné leur faible superficie (cent à deux cents mètres carrés), les arbres fruitiers en sont proscrits, afin d’éviter que la cité ne prenne l’allure d’une colonie de jardins ouvriers. Les jardins sont séparés par un simple grillage. Quant aux appartements, la plupart de ceux qui ouvrent sur la cour des Pins ont un jardin, situé le long des bâtiments. Quatre voies d’accès mènent à la partie centrale, plantée d’herbe et accessible à tous. En effet, la cour des Pins constitue le seul espace vert commun de la cité : elle sera rapidement utilisée comme place des fêtes (ill. C4).

13L’ensemble de la cité, y compris les maisons individuelles, a adopté le toit plat. Le recours à certains éléments en série (portes, fenêtres, balcons) et, à l’inverse, l’absence d’éléments traditionnels tels que les persiennes, la symétrie axiale ou la surélévation du rez-de-chaussée donnent à la cité un visage nettement identifiable. Avec ses couleurs vives, ses jeux volumétriques originaux, l’utilisation en contrepoint de la brique, ses fenêtres sans traverses, l’adaptation originale à un environnement boisé exceptionnel, la Case de l’Oncle Tom constitue la première opération berlinoise où une nouvelle esthétique architecturale se donne à voir à grande échelle. À Britz, en effet, les maisons individuelles avaient un toit incliné et la plupart des fenêtres des croisillons (ill. 74, C17 à C19). Au moment où l’exposition d’architecture moderne de Stuttgart suscite une vive attention dans le public par ses villas modernes signées de différents architectes d’avant-garde, la cité de la Gehag fait le choix pour le logement social d’une homogénéité modulant la diversité. La nouveauté et la cohérence de l’ensemble, si elles convainquent nombre d’observateurs, suscitent des opinions contrastées : nous y reviendrons.

14En face, le terrain choisi par la Gagfah a la forme d’une courbe étroite, orientée nord-est/sud-ouest. Bordé par la rue Am Fischtal, il s’étend entre la cité de la Gehag et une dépression aménagée en parc, Fischtalgrund. La courbe va en s’évasant légèrement : dans la partie la plus étroite, au nord, un seul édifice est construit dans la profondeur, tandis que la partie méridionale est bordée de maisons sur deux côtés (ill. 10). De plus, du nord au sud, le volume des bâtiments va croissant : maisons individuelles, puis maisons doubles, puis petites rangées de maisons, jusqu’aux immeubles au croisement avec la rue Riemeister. Comme le montre le plan de masse (ill. 4), l’agencement de la partie sud est moins systématique : entre les immeubles de Klein (nos 1 et 2) et celui de Tessenow (n° 14), de petites rangées de maisons (nos 5, 7, 11, 13) donnent sur la rue, tandis que les maisons doubles (nos 4, 6, 10, 12) sont situées en fond de parcelle (ill. 11). Mais cette règle souffre quelques exceptions, puisque la maison n° 9 est une maison double et la maison n° 8 une maison individuelle. La volonté d’expérimenter le plus de solutions possible aboutit à densifier la partie sud. Au centre de la composition, les immeubles de Mebes (n° 15) et Tessenow (n° 14), placés en recul de l’alignement — au demeurant imprécis — de la cité, forment une esquisse de place, au débouché de l’axe principal de la cité de la Gehag, la rue Riemeister. L’extrémité sud-ouest est marquée par un immeuble d’Alexander Klein posé perpendiculairement, le long de la rue Spandauer (n° 1). À l’extrémité septentrionale, c’est une maison de Knoblauch (n° 29) qui clôt la composition. D’une façon générale, le plan de masse de la cité obéit à un souci de pittoresque romantique et se soucie peu d’une articulation harmonieuse avec le tracé de l’opération de la Gehag. Tout au plus peut-on noter que la maison n° 12, due à Paul Schmitthenner, est placée dans l’axe de Reiherbeize. Au nord en particulier, l’éparpillement des maisons individuelles empêche que soit traité le face-à-face avec l’immeuble de Bruno Taut (ill. 20). L’échelle des bâtiments s’étend de la maison pour femme célibataire et active (Heinrich Tessenow, n° 28, ill. 12) à l’immeuble collectif (Paul Mebes, n° 15, ill. 13). La répartition de la commande trahit une forme de hiérarchie au sein de la scène architecturale traditionaliste : avec quatre bâtiments, le maître révéré, de surcroît directeur artistique de la cité, Heinrich Tessenow, se taille la part du lion. Autre figure incontestée : Paul Mebes, qui en construit trois. Au demeurant, nous avons noté que leurs immeubles encadrent le centre de la composition. Le troisième architecte à l’honneur est Alexander Klein, mais l’Alsacien Paul Schmitthenner et le Prussien Georg Steinmetz sont également des architectes connus. Et la Gagfah peut s’enorgueillir d’avoir récupéré dans ses rangs Hans Poelzig, membre du Ring qui, l’année précédente, avait construit dans le cadre de la cité du Weissenhof à Stuttgart une maison présentant toutes les caractéristiques formelles de l’architecture d’avant-garde (ill. 31).

Cité Fischtalgrund : maquette du projet, 1928.

Cité Fischtalgrund : réalisations n° 23 à 27, façades sur jardin, 1928 (photo E. Leitner). De droite à gauche : maisons de Tessenow (coupée) et Schmitthenner, maisons doubles de Steinmetz, Weishaupt, Rüster.

Cité Fischtalgrund : H. Tessenow, maison pour femme célibataire et active, façade sur rue, 1928 (photo E. Leitner).

15Les grandes lignes du parti architectural sont consignées dans le mémorandum joint par la Gagfah à la demande de permis de construire qu’elle transmet à la mairie d’arrondissement en février 1928. Nul doute qu’elles portent la marque de l’architecte Hans Gerlach, directeur de la filiale régionalement compétente. Les maisons, à deux niveaux habitables et un sous-sol, seront « exécutées selon les meilleures règles de l’artisanat ». Le toit en bâtière, couvert de tuiles plates et percé de lucarnes, reposera sur une bonne charpente en bois. Ultérieurement, Knoblauch justifiera ce parti du toit en pente par la nécessité d’asseoir l’identité de Fischtalgrund par rapport à celle, très marquée, de la Gehag. En dépit des variations de hauteur, cette directive contribue à une relative homogénéité de l’architecture de la cité, grâce à l’inclinaison à quarante-cinq degrés des deux versants versants du toit, aux tuiles plates rouge-brun et au faîtage uniformément parallèle à la rue (ill. 11). Toutefois, ces lignes directrices n’empêchent pas l’opération d’afficher une diversité que revendique la Gagfah, pour qui diversité ne saurait se confondre avec individualisme. C’est sciemment que la société de construction a fait appel à des architectes de toutes les régions d’Allemagne, avec la conviction que la variété ne risque pas de heurter les autochtones, catégorie de population absente de la métropole qu’est Berlin. Et précisément, la cité de la Gagfah est destinée à des employés qui, de toutes les régions de l’Allemagne, se pressent dans la capitale du Reich. Dès lors, la recherche d’originalité, notamment par l’introduction de motifs d’autres époques et d’autres régions, est recevable — toutefois, les piliers de Jost sont décriés comme relevant de la Virginie de l’époque coloniale !

Cité Fischtalgrund : P. Mebes, immeuble, façade sur rue, 1928 (photo E. Leitner).

16Les maisons sont construites en maçonnerie de brique, parfois savamment travaillée pour les linteaux ou la partie supérieure du mur gouttereau. Les façades en brique sont peintes, le plus souvent sans crépi intermédiaire (ill. C8), voire blanchies au lait de chaux (ill. 120) — sauf lorsque l’architecte prend quelque distance avec le vocabulaire le plus traditionaliste, auquel cas la maison est crépie, comme celles de Klein, Poelzig et Mebes. Gouttières, cadres de fenêtres, volets et portes d’entrée ont des couleurs soutenues, dans une gamme limitée (ill. C9).

17L’organisation des façades diffère selon les architectes ; la plupart d’entre eux sont fidèles à la symétrie axiale, l’exception étant représentée par l’une des réalisations de Mebes, qui s’en affranchit (n° 6), ainsi que par les maisons de Poelzig (nos 8 et 9). Les solutions employées par les architectes pour les animer sont très variées. Le motif le plus populaire est celui de la pergola, mais son utilisation obéit à des considérations diverses selon les architectes. Chez Gerlach, Volz, Mebes, Grabbe, la pergola encadre la porte d’entrée sur la rue ; chez Rüster, Tessenow et Klein, tantôt la porte d’entrée, tantôt l’accès au jardin, tantôt les deux. Un Jost la place sur le mur-pignon. Chez Tessenow, Gerlach et Volz, la pergola joue la même fonction qu’à la Gehag, abritant la terrasse qui prolonge le séjour vers le jardin. Chez Mebes et Jost, elle se fait élément d’architecture animant les angles de la maison double, plutôt qu’agrément de jardin. Chez Weishaupt, elle abrite un banc, situé à proximité de la porte de derrière. La pergola située sur la rue est remplacée par un auvent au-dessus de la porte d’entrée chez Mebes et Schopohl (minimaliste chez ce dernier), à moins qu’il n’abrite une porte percée dans le mur-pignon : Weishaupt, Steinmetz. Chez Knoblauch, la porte est protégée par une marquise en verre. On trouve aussi des balcons (Poelzig, Riister, Schmitthenner, Gerlach), parfois quasiment réduits à un gardecorps (Jost, Mebes), ainsi que quelques loggias (Klein, Poelzig). Le balcon d’angle de Klein ou la véranda de Steinmetz font figure d’unica. Knoblauch justifie le recours limité au balcon et à la loggia dans la cité par la nécessité d’adapter les fenêtres au climat nordique : Berlin n’a que quarante jours d’ensoleillement par an. Enfin, chez Mebes (n° 15), la cage d’escalier forme saillie. Les espaliers sont un ornement plus rare, que l’on trouve chez Rüster et Schmitthenner, mais seul ce dernier dote le jardin d’une cage en treillage. Les persiennes en revanche, qui n’appartiennent pas au vocabulaire de l’historicisme en Allemagne (sauf peutêtre dans le cas du Biedermeier méridional), constituent un élément récurrent. Leur présence est limitée au rez-de-chaussée, ce qui indique que leur fonction est avant tout de protéger contre l’insécurité urbaine. Largement présentes dans les maisons de Steinmetz, Schmitthenner, Weishaupt et, dans une moindre mesure, chez Tessenow, Knoblauch et Jost, elles peuvent s’allonger pour protéger toute la hauteur des portes-fenêtres sur jardin ou se transformer en volets pleins, voire en volets roulants.

18Les percements diffèrent grandement, tant par la forme que par la taille, d’une maison à l’autre. A la différence des baies de Taut, Häring ou Salvisberg, qui donnent le sentiment d’affleurer, les fenêtres sont ici placées dans l’épaisseur du mur, de trente-huit centimètres — la profondeur exacte dépendant de traditions régionales liées au climat. L’assemblage des arcs de décharge est élaboré et les croisillons sont la règle (ill. C8) : seuls Klein, Poelzig et Rüster y ont renoncé. Mebes, s’il équipe ses immeubles de fenêtres sans petits-bois, les conserve pour la maison double. Le motif de la petite fenêtre grillagée revient fréquemment ; l’œil-de-bœuf a moins d’adeptes : on le trouve surtout chez Schmitthenner et, dans une moindre mesure, chez Steinmetz. Sur la façade arrière, plusieurs architectes ont opté pour la grande porte-fenêtre ouvrant sur le jardin : Wolf, Volz, Schmitthenner (ill. 14 et 120), Weishaupt, Jost, Mebes (maisons nos 15 et 16), Keller, Schopohl.

19Conformément à la directive mentionnée plus haut, toutes les maisons sont surmontées d’un toit à deux versants dont la pente est inclinée à quarante-cinq degrés. À l’exception des maisons de Poelzig, les rives de toiture ne forment pas saillie. Les pans de toiture sont délimités par le faîtage recouvert de tuiles arêtières et l’égout en léger surplomb du mur gouttereau ; ils sont recouverts de tuiles plates ordinaires, d’un brun-rouge courant. Lucarnes et tabatières n’entament guère la massivité de ces couvertures, d’où émergent quelques tuyaux d’aération. Les souches de cheminée sont parfois parallèles, parfois perpendiculaires à la ligne de faîtage. Le volume et l’homogénéité de ces toitures rouges signalent la cité de loin. De près, en revanche, le spectateur peut noter la très grande diversité des types de lucarnes (ill. 16). Faut-il y voir une hésitation sur la forme optimale de ce percement, qui constitue toujours un risque pour l’étanchéité ? Ou la variété des interprétations régionales du percement du toit, en réponse aux traditions et au contexte climatique du lieu ? À titre d’exemple, les réalisations de Georg Steinmetz, qui passe pour le plus doué des architectes régionalistes de sa génération, utilisent la lucarne rampante, motif typique de l’architecture traditionnelle du nord de la Prusse, particulièrement performant pour éviter les infiltrations d’eau. En tout état de cause, elles indiquent qu’il est possible d’aménager dans le comble un espace habitable.

Cité Fischtalgrund : P Schmitthenner, maison double côté jardin, 1928 (Photo E. Leitner).

Cité Fischtalgrund : H. Poelzig, maison double côté jardin, 1928 (photo E. Leitner).

20Sur la rue, les maisons sont mises en valeur par un jardin de devant profond, planté de gazon, séparé de la rue par une simple bordure de béton. Un muret de brique, parallèle à la rue et protégeant l’accès au jardin de derrière, court entre les façades. Alors que les maisons de la Gehag sont pratiquement de plain-pied, la présence d’un sous-sol surélève les maisons de la Gagfah, selon le mode de construction habituel en Allemagne. Du coup, un perron est nécessaire et le lien avec le jardin est moins immédiat qu’à la Case de l’Oncle Tom. De la terrasse, l’accès au jardin situé en contrebas se fait en descendant une volée de marches (Mebes, Poelzig, Rüster, Tessenow, Wolf, Jost, Gerlach). Là où la cité de la Gehag soigne le vis-à-vis de l’architecture avec la nature, les architectes de la Gagfah aménagent des transitions au moyen de tonnelles, de balcons de bois, d’espaliers, de volets. L’aménagement de l’espace extérieur revêt ici une importance secondaire.

21Au sein de cet ensemble, une contribution mérite une mention particulière : celle d’Hans Poelzig (ill. 15). Le parti architectural est identique pour la maison simple (n° 8) et la maison double (n° 9). Un cadre de briques met fortement en valeur la forme irrégulière des murs-pignons en débord. Sur la rue, les percements diversifiés accentuent l’asymétrie de la façade. La façade arrière est tout aussi originale : surmontant l’étage en retrait, la masse du toit fait place dans toute la longueur à un balcon reliant les deux pignons. Sous les bacs à fleurs, le garde-corps est également souligné par une rangée de briques horizontale. Au rez-de-chaussée, deux renfoncements prolongent la terrasse en l’abritant. Les scansions en briques mettent en valeur cette volumétrie sans équivalent dans la cité. Avec son crépi lisse, ses fenêtres sans meneaux, elle tranche sur le parti plus traditionnel défendu par les autres architectes et détonne dans cet ensemble d’où le spectaculaire est banni.

Cité Fischtalgrund, élévations, 1928.

22Car ce qui est valorisé est une voie médiane entre esprit collectif et diversité architecturale. Conformément à cette modestie revendiquée, les maisons ne doivent pas se faire remarquer : la solidité artisanale de la cité, les toits en pente percés de lucarnes, les fenêtres à croisées, les persiennes, les pergolas encadrant les entrées relèvent d’un registre nostalgique de la maison du passé, mais aussi d’une éthique protestante qui refuse l’étalage des richesses. Cette absence d’ostentation prend le contre-pied de la cité du Weissenhof, à qui, plus qu’à la Case de l’Oncle Tom, elle entend répliquer.

La réception critique dans la presse quotidienne et professionnelle

  • 19 Deutscher Werkbund, Bau und Wohnung, Stuttgart, 1927.

23Tout comme l’exposition grandeur nature du Werkbund à Stuttgart, l’exposition Bauen und Wohnen, dont l’intitulé paraphrase le titre du catalogue publié l’année précédente19, a les honneurs de la presse quotidienne et professionnelle. Avant d’analyser plus précisément les arguments en présence dans cette « guerre du toit » de Berlin-Zehlendorf, nous présenterons la réception critique de l’ensemble de l’opération : l’offensive de l’été 1926 contre le projet initial de la Gehag, les comptes rendus des visites de la cité sortie de terre. Symétriquement, un tour de Fischtalgrund est organisé le 14 mai 1928 : dès lors, la plupart des chroniqueurs notent, pour le déplorer, le contraste entre les différents types de toits et reprochent à la cité de la Gagfah son emplacement, qui dénature l’ensemble construit par la Gehag. Pendant que s’achève la construction de la cité, la parution régulière d’articles éveille l’intérêt du public pour ce conflit architectural qui va faire les choux gras de la presse quotidienne durant les quinze premiers jours de septembre 1928, au moment de l’inauguration de l’exposition Bauen und Wohnen. Reportages et prises de position approfondies se succéderont ensuite dans la presse professionnelle jusqu’au début de l’année 1929. Nous allons donc détailler les arguments employés lors de cette polémique qui, bien que demeurée dans les annales, n’a jamais été précisément analysée. Ce qui concerne le toit, en revanche, sera analysé au chapitre VII.

  • 20 E. J. Siedler, « Ein GroSsiedlungsvorhaben in Zehlendorf », Die Baugilde, a. 8, n° 17, 10 sep- tem (...)
  • 21 E. J. Siedler, « Ein GroSsiedlungsvorhaben... », op. cit., dont les arguments sont repris dans « E (...)
  • 22 Cf. A. Hofrichter, « Wie Berlin die Baulust fördert... », Berliner Tageblatt, 28 août 1926 ; « Wie (...)
  • 23 « Zehlendorf gegen "gewöhnliche" Leute », op. cit.
  • 24 « Auch eine Forderung des Wohnungsbaus... », op. cit.
  • 25 « Zehlendorf gegen "gewöhnliche" Leute », op. cit.
  • 26 « Eine berechtigte Forderung... », op. cit.
  • 27 B. Taut, « Erklärung zur Siedlung der "Gehag" in Zehlendorf », Die Baugilde, a. 8, n° 18, 25 septe (...)
  • 28 « Zehlendorfer Bezirksversammlung... », op. cit., 23 septembre 1926.

24Qu’un projet à l’architecture audacieuse, conduit par un syndicat de gauche au profit d’une population aux revenus modestes, ne soit pas passé inaperçu dans la banlieue huppée qu’est Zehlendorf ne saurait surprendre. Lors des difficiles tractations qui accompagnent l’instruction du permis de construire au cours des mois d’août et septembre 1926, la presse locale polémique contre le projet. Au sein du comité d’experts de l’arrondissement, l’architecte le plus en vue, Eduard Jobst Siedler, est également secrétaire général du Bund Deutscher Architekten, principale organisation professionnelle des architectes allemands. Il s’exprime dans la très conservatrice revue Die Baugilde (« La guilde du bâtiment »), dont il est le rédacteur en chef. Sans oser s’en prendre de front à Bruno Taut, il tente de régler ses comptes au projet en dénigrant l’architecture de Britz et souhaite que « le ciel préserve Zehlendorf de cette expérience malheureuse20. ». Redoutant qu’il s’agisse en réalité de l’avant-poste d’une ville-satellite de 15 000 à 20 000 habitants, Siedler met en cause l’étage sous le toit plat, que sa hauteur transforme en véritable niveau supplémentaire, ainsi que la notion de coeur de la cité, alors que la gare n’a qu’une existence virtuelle. La localisation dans un secteur non viabilisé, dépourvu d’équipements, de commerces et de moyens de transport, est objectée. Il reproche à l’architecture de Britz de manquer singulièrement de charme et souhaite que le vieux Zehlendorf jouisse de son droit centenaire à la forêt de Grunewald, sans qu’un corps étranger vienne s’interposer21. La polémique concerne aussi la régularité des procédures, mais la riposte se place sur un terrain politique lorsque les partisans du projet reprochent aux autorités de vouloir réserver Zehlendorf aux riches et de rejeter employés et fonctionnaires modestes22. Le Berliner Volkszeitung renchérit : « Les gens distingués de Zehlendorf veulent rester entre eux et empêcher l’installation de plébéiens indésirables — même si lesdits plébéiens appartiennent à la classe moyenne ou sont fonctionnaires23. » Sur le plan de l’architecture, le quotidien socialiste Vorwärts de même que le Berliner Volkszeitung relèvent la notoriété internationale des trois architectes et reprochent au maire de Zehlendorf d’avoir qualifié leur œuvre d’« art de boîtes à cigares, à sa place en Amérique du Sud », inapproprié pour les petites gens, qui ont eux aussi « droit à des édifices esthétiquement irréprochables ». Et de noter que le même maire a autorisé Erich Mendelsohn à construire, dans les parages, une villa pour un citoyen fortuné24. L’architecture du projet de cité est qualifiée de moderne et fonctionnelle, « sans la surcharge ostentatoire de stuc et de tourelles » de l’époque wilhelminienne25. À l’inverse, le Berliner Tageblatt vient à la rescousse des autorités de l’arrondissement et se fait l’écho de leur inquiétude quant à ce « corps étranger », pierre de touche d’une future citésatellite26. Bruno Taut se défend d’être l’unique responsable de la conception du projet et décrit la collaboration avec ses collègues comme le « travail indépendant de chacun des trois architectes, qui se sont mis d’accord, de leur plein gré et avec conviction, sur la tonalité générale homogène de l’ensemble27 ». Enfin, vers la fin du mois de septembre, la gazette locale, le Zehlendorfer Anzeiger, qui a publié des appels au sauvetage de la forêt berlinoise, triomphe, car le conseil municipal de Berlin a formulé les mêmes reproches que le comité d’experts de l’arrondissement. Le pourtour de la « gare fictive » ne sera donc pas construit ; l’agencement des rangées de maisons, trop longues, doit être revu. Il faut intégrer un espace de jeu et des magasins, et renoncer au troisième étage, auquel les édiles locaux s’étaient vigoureusement opposés, au nom du plan d’occupation des sols de la zone. La densité sera donc maintenue au niveau favorable de 125 habitants à l’hectare. Mais cette victoire ne calme pas le lectorat, et un certain R., sans doute élu municipal, vitupère contre l’impossibilité dans laquelle se trouve la Ville de Berlin de racheter à Sommerfeld les parcelles menacées. Il ne digère pas non plus que le conseil ait dû céder et reproche aux maisons de ressembler « à des prisons orientales de Palestine ou d’Italie » et de constituer, avec « leur toit plat et leur étage sous le toit, le sommet du mauvais goût28 ». Il mentionne l’effroi des élus membres de la Commission construction lors de leur visite de la cité du Fer à cheval, dont les maisons ressemblent à des silos à grain, et désespère des pouvoirs publics qui ont laissé commettre cette abomination. Sur quoi le chantier démarre et les esprits se calment.

  • 29 « Siedlung Zehlendorf Mitte, 500 Wohnungen für Minderbemittelte », Berliner Morgenpost, 23 juin 19 (...)
  • 30 « Neue Häuser in Zehlendorf Mitte. Die zweite Grosssiedlung der Gehag », 23 juin 1927, édi- tion d (...)
  • 31 « Eine neue Grobsiedlung in Zehlendorf », coupure conservée au Heimatmuseum Zehlendorf sans source (...)
  • 32 « Grosssiedlung Zehlendorf », Steglitzer Anzeiger, 23 juin 1927.
  • 33 « Grosssiedlung Zehlendorf. Flachbau-Kasernen im Grunewald », Berliner Lokal-Anzeiger, 25 juin 192 (...)
  • 34 A. Scholz, « Eine neue Grosssiedlung in Zehlendorf », Wohngemeinschaft-Das Blatt der Crosssiedlung (...)

25Une visite de la première partie de la cité (immeubles de Taut, maisons de Salvisberg et Häring), organisée le 22 juin 1927, suscite un regain d’intérêt : Martin Wagner fait les honneurs du chantier aux milieux intéressés. La critique est partagée. Pour certains, les architectes ont été guidés par des considérations nouvelles : pratiques, hygiéniques, dictées par le souci d’une utilisation optimale de l’espace (les cuisines équipées, notamment, séduisent). L’architecture, avec ses grandes fenêtres qui laissent entrer l’air et le soleil, et avec ses toits plats, fait l’objet d’une appréciation positive29 : « Les maisons blanches, belles, lisses, sans fioritures30 » annoncent une « nouvelle ère de l’art d’habiter31 ». Elles peuvent bien paraître un peu schématiques, mais « le pinceau du peintre va créer pour elles des nuances changeantes qui s’adaptent bien à la nature enchanteresse32 ». D’autres en revanche reprochent aux « rangées de boîtes blanches, laides et aux teintes étranges », d’avoir anéanti la forêt de Grunewald et de se contenter de de substituer aux sinistres casernes à loyers verticales des constructions basses du même acabit33. Les premières familles emménagent et Wohngemeinschaft (« Communauté »), tout récent petit journal de plusieurs cités, loue l’architecture dépouillée et le plan paysager de la cité34. La polémique se tait et l’extension de la cité, de même que la mise en route du chantier de la Gagfah, adjacent, se déroulent sans encombre.

Moderne Wohn-Kultur im Berliner Westen

Moderne Wohn-Kultur im Berliner Westen

Visite de la cité Case de l’Oncle Tom, 17 mars 1928 (Wide-World Photo).
De gauche à droite : O. Braun, W. Gropius, A. Sommerfeld, M. Wagner.

  • 35 « Fabrikmässiger Wohnungsbau. Théorie und Praxis der neuen Sachlichkeit », Berliner Lokal- Anzeige (...)

26Un an plus tard, l’intérêt du public est relancé par une seconde visite de la cité dans le cadre d’une journée consacrée à la maison en série, le 17 mars 1928, alors que la construction de la deuxième tranche bat son plein. Plusieurs quotidiens berlinois rendent positivement compte de cette manifestation soigneusement conçue par ses promoteurs. La visite, suivie d’un thé-conférence chez Adolf Sommerfeld, rassemble des représentants de l’administration, des maîtres d’ouvrage, des financiers, des journalistes. La présence du ministre-président de Prusse lui-même, le social-démocrate Otto Braun, n’échappe pas à la presse qui, sous le titre « Culture moderne de l’habitat dans l’ouest berlinois », publie sa photo aux côtés de Gropius, Sommerfeld et Wagner (ill. 17). Tout d’abord, le maître de maison fait part de son intention de se lancer rapidement, à l’issue des expériences qu’il mène depuis un moment, dans la construction industrielle de maisons pour les classes moyennes : à cette fin, il projette un voyage d’étude en compagnie de Walter Gropius aux Etats-Unis afin d’acheter des brevets. Puis Gropius montre, diapositives à l’appui, les progrès accomplis dans la construction en série, tout en précisant que le style fonctionnel est encore en devenir. Pour lui, les nouveaux matériaux que sont le fer et le béton conditionnent certes une approche formelle spécifique, mais la relative uniformité induite par l’industrialisation fait néanmoins place à la créativité individuelle. Il convainc les participants que l’Allemagne n’est qu’au début du chemin qui mènera la construction du stade artisanal aux méthodes de l’ingénierie moderne. Wagner pour sa part s’insurge contre l’idée que le logement constituerait un secteur improductif et plaide que les coûts de construction pourraient être substantiellement abaissés par la normalisation de certains éléments et le recours au travail à la chaîne. À cet égard, il cite l’exemple d’une usine de portes hollandaise, dont la production suffirait à couvrir les besoins du Brandebourg, de Saxe et de Thuringe. Enfin, un ancien directeur du ministère, Hirsch, traite des aspects financiers de la crise du logement. Au total, la cité de la Gehag apparaît comme un banc d’essai pour la fabrication en série. Plusieurs quotidiens rapportent l’événement et commentent l’architecture de la cité en des termes élogieux35. Le journaliste du Berliner Tageblatt, Georg Stein, juge le crépi vert des maisons de Hering (sic) tout à fait assorti au paysage et apprécie les jeux volumétriques et colorés de Taut, l’individualisation des maisons de Salvisberg ainsi que les arêtes supérieures des toits plats, qui se détachent heureusement sur le ciel. Son confrère du Vossische Zeitung souligne le rôle structurant de la couleur, qui permet de bien distinguer les différents groupes : « Certains de nos meilleurs jeunes architectes ont utilisé avec bonheur le principe des maisons types, régies par des normes, pour des édifices aux formes modernes et simples. Les façades tranquilles, la volumétrie cubique, les lignes simples, les toits plats correspondent à la sensibilité laconique de notre époque. »

  • 36 « Eine Mustersiedlung am Fischtalgrund », Deutsche Bauzeitung, a. 62, n° 28-29, 7 avril 1928, p. 2 (...)
  • 37 « Eine Mustersiedlung », op. cit.
  • 38 « Großhäuser und Großsiedlungen. Aus der Praxis des modernen Volkswohnungsbaues », Der Abend, supp (...)

27C’est également à ce moment que l’initiative de la Gagfah en faveur de l’habitation des classes moyennes commence à être annoncée dans les revues d’architecture : la maquette du projet paraît en avril dans Deutsche Bauzeitung, et Wasmuths Monatshefte für Baukunst publie l’ensemble des plans et élévations dans son numéro de mai36. Plusieurs périodiques d’architecture reprennent les éléments du communiqué de presse de la Gagfah sur les objectifs de cette opération expérimentale. Mais, dès avril 1928, les critiques relèvent qu’elle contraste violemment avec la cité de la Gehag37. Le quotidien du SPD, Der Abend, s’en prend à la légèreté irresponsable de la mairie d’arrondissement, qui a autorisé que la perspective unique s’offrant de la rue Riemeister soit bâtie et défigurée par la Gagfah38.

  • 39 Le repas du bouquet est une coutume ancienne chez les charpentiers : il célèbre la finition de la (...)
  • 40 G. Stein, « Richtefest. Die neue Angestelltensiedlung in Zehlendorf », Berliner Stadtblatt, 15 mai (...)
  • 41 « Die neue Gagfah-Siedlung im Spiegel der Berliner Presse », Wohnungswirtschaft, a. 5, n° 12, 15 j (...)
  • 42 « Bauen und Wohnen. Die Ausstellung im Fischtalgrund », Deutsche Allgemeine Zeitung, 15 mai 1928.
  • 43 « Häuserbau, wie er nicht sein soll ! Ein verfehltes Experiment. Winzige Küche und unerschwinglich (...)

28Le repas du bouquet39, le 14 mai 1928, est l’occasion pour la Gagfah de convier à son tour des officiels locaux et nationaux, en présence de la presse. À cette occasion, le critique Georg Stein, très actif dans le déclenchement des hostilités, écrit dans le Berliner Tageblatt que les volumes cubiques de la Case de l’Oncle Tom avec leurs toits plats ont remporté, grâce au parti architectural concerté de ses auteurs, une grande victoire. Mais il note que l’image urbaine harmonieuse offerte par la cité a été détruite par la Gagfah, qui a fait exprès de barrer les toits plats par une chaîne de toits inclinés faisant obstruction. Il regrette que les divergences d’opinion entre architectes trouvent à s’exprimer non dans les colonnes des revues spécialisées mais dans le bâti, au détriment de l’intérêt général. Et que dire des autorités qui cautionnent ce méfait, alors même qu’il existe un précédent à Britz, où deux mondes opposés se font également face de part et d’autre de la même rue40 ? Le Berliner Börsen-Courier va plus loin : « Cet acte d’urbanisme héroïque [qui] a voulu verrouiller les toits plats de la cité de la Gehag » montre que l’expérience du Weissenhof de Stuttgart, « succès mondial grâce à l’unité de la conviction architecturale, n’a pas connu de prolongement ici, en raison de l’ignorance crasse qui règne à Berlin en matière d’urbanisme et d’architecture ». Sinon, les seize architectes n’auraient jamais uni leurs forces à Fischtalgrund pour commettre contre le toit plat un acte si réactionnaire41. Si le Deutsche Allgemeine Zeitung déclare attendre l’achèvement du chantier pour juger si « un contraste dérangeant dans le paysage se produit42 », Der Abend indique sans ambages que, bien que le directeur général de la Gagfah prétende que la cité, loin de s’opposer à celle de la Gehag, la complète, « n’importe quel enfant voit bien que l’effet unique de la cité de Taut est anéanti43 ».

  • 44 E. Fader, « Ausstellung "Bauen und Wohnen". Gagfah-Siedlung Fischtalgrund - Steiles und flaches Da (...)
  • 45 « Eine Mustersiedlung in Berlin », Der Baumeister, a. 26, n° 5, mai 1928, supplément p. 97.
  • 46 H. Tessenow, Der Wohnhausbau, Munich, 1909 (2e éd. 1914 ; 3e éd. revue 1927).
  • 47 G. Lampmann, « Verbände, Vorlesungen, Ausstellungen », Zentralblatt der Bauverwaltung, a. 48, n° 2 (...)

29Du côté de la presse professionnelle, la revue Der Neubau, tout en indiquant que chaque cité est en elle-même plutôt une réussite, déplore également le contraste entre les deux types de toits, insatisfaisant, qui aurait dû être évité44. Der Baumeister regrette la proximité immédiate avec la cité résolument moderne de Taut, Häring et Salvisberg : « Elle est comme un verrou transversal, détruisant un ensemble homogène et créant ainsi une concurrence durable entre architecture traditionaliste et architecture moderne. La Gagfah aurait pu trouver un autre emplacement45. » Gustav Lampmann, dans Zentralblatt der Bauverwaltung, décrit la cité de la Gagfah comme marquée par l’esprit de simplicité bourgeoise et artisanale qui imprègne le livre de Tessenow, « La construction de la maison46 », tandis que celle de la Gehag procure l’impression forte et nouvelle d’un cadre de vie et d’habitation adapté à la grande ville. Et il note qu’il est peut-être avantageux pour le public de pouvoir de la sorte comparer des conceptions radicalement différentes, mais que les urbanistes en revanche n’apprécieront pas cette brutale confrontation. Et, le premier, il l’illustre en opposant une élévation de la maison de Schmitthenner à la photo d’une rangée de maisons de Salvisberg47. À ce stade, Tessenow juge utile de s’expliquer : la directive de la Gagfah a posé problème à plusieurs architectes, très réticents à juxtaposer à la cité de la Gehag une cité exhibant une telle masse de toits inclinés. Et s’ils se sont décidés à le faire, ce n’est en rien une déclaration de guerre contre la cité de la Gehag ou contre ses architectes. C’est dans la conviction que ce qui importe aujourd’hui pour la construction de logements n’est pas telle orientation stylistique ou telle tendance moderne, mais une certaine façon, simple et raisonnable, d’exécuter les travaux. Tessenow ajoute :

  • 48 H. Tessenow, « Der Zehlendorfer Dächerkrieg. Die dachlose Gehag, die bedachte Gagfah », Deutsche B (...)

« Nous ne prétendons pas avoir trouvé une vérité supérieure à celle des collègues Taut, Häring et Salvisberg, avec qui nous sommes parfois liés d’amitié, pas plus que les formes bâties de la cité de la Gehag ne peuvent être considérées comme absolument exemplaires ou comme nous engageant nécessairement. Ici comme là, il s’agit pour l’essentiel de la recherche honnête des meilleures solutions architecturales et si cela donne des tons de vert d’un côté et des tons de rouge de l’autre, c’est probablement très regrettable et nous architectes sommes certainement ceux qui regrettons le plus ces oppositions, mais nous n’avons pas la capacité de mettre de l’ordre dans le désordre qui règne aujourd’hui sur la vision que l’on a des choses, sur les orientations générales et sur les formes d’expression plastique. Comme si d’autres le pouvaient48 ! »

30Avec cette déclaration soulignant la modestie du rôle de l’architecte, Tessenow, mal à l’aise, se garde de jeter de l’huile sur le feu.

  • 49 M. Deri, « Die hinkende Siedlung », Berliner Zeitung am Mittag, 17 juillet 1928.
  • 50 G. Stein, « Wie es euch gefällt. Die "Gagfah" zum Dächerkrieg in Zehlendorf », Berliner Tageblatt,(...)
  • 51 « Die Gagfah-Siedlung in Fischtalgrund in Berlin-Zehlendorf und die Ausstellung "Bauen und Wohnen" (...)
  • 52 « Politik und Wohnung - Wem die Versicherungsanstalt für Angestellte ihre Gunst zuwendet », Der Ab (...)

31L’offensive de la presse quotidienne reprend au creux de l’été. Mi-juillet, le critique du Berliner Zeitung am Mittag intitule son réquisitoire « La cité boiteuse » et oppose à l’ensemble de la Gehag « les petites maisons posées à côté de petites maisons, chacune pour soi seule, dispersées comme après un séisme, séparées par une rue courant d’air avec des toits à pignon hauts et pentus, bons pour les cigognes49 ». Début août, l’infatigable Georg Stein intitule son article « Comme il vous plaira. La Gagfah vers la guerre du toit à Zehlendorf50 ». La Gagfah ne laisse pas retomber la tension et, le 24 août, Tessenow s’explique une nouvelle fois : le Deutsche Bauzeitung reprend son plaidoyer en faveur de la démarche expérimentale, seule à même de trouver l’habitat le mieux agencé, le plus fonctionnel et le meilleur marché. Le directeur artistique de l’exposition se défend qu’un type unique puisse être trouvé ; il se contenterait de l’apport que constituerait l’élaboration de quelques types répondant à des besoins différents. À nouveau, Tessenow défend l’option du toit en pente, non par opposition de principe avec la Gehag, mais parce qu’il est fondamentalement le plus fonctionnel. Et il tempête contre le combat à coups de propagande et de slogans entre les deux types de toits51. Ce qui ne convainc pas Der Abend, qui reproche à la Gagfah d’avoir juxtaposé aux toits plats de la Gehag, dont la valeur artistique est reconnue, les toits en bâtière censés convenir aux Allemands. Et l’article oppose la photo d’une rangée de « belles maisons de la Gehag » à une vue des bâtiments qui « verrouillent la cité de la Gehag52 ».

La « guerre du toit » de Berlin-Zehlendorf : caricature, Berliner Börsen-Courier, 4 novembre 1928.

  • 53 « Ausstellung Bauen und Wohnen. Gagfah-Siedlung Fischtalgrund, Berlin-Zehlendorf 1928 », Bauwelt, (...)

32À la veille de l’exposition paraît le catalogue, qui comprend plusieurs contributions d’experts : un long avant-propos de Knoblauch, des articles techniques portant sur le logement et le revenu des employés, sur les assurances sociales et la question du logement, sur la construction d’utilité publique à Berlin. C’est à Paul Mebes qu’il revient de commenter l’architecture de la cité. Puis tous les édifices de la cité sont documentés par des élévations, des plans et des coupes, chaque architecte explicitant brièvement son parti pris distributif. Début octobre, ce catalogue est complété par un cahier de photographies d’Emil Leitner : elles illustrent l’ensemble de la cité ainsi que quelques intérieurs53. La conférence de presse a lieu le vendredi 31 août. Après l’allocution de Knoblauch, dans laquelle il souligne la dimension expérimentale de la cité, véritable exploration théorique pour la production en série du logement du futur, c’est curieusement, en l’absence de Poelzig, souffrant, Gropius, en tant qu’architecte de l’exposition spéciale, qui parle au nom de l’équipe d’architectes. Dans son discours, il mentionne l’intense couverture médiatique, signe de l’intérêt passionné avec lequel l’opinion publique suit les initiatives visant à résoudre la crise du logement. L’ancien directeur du Bauhaus tente de minimiser le conflit architectural ; il déclare que les aspects esthétiques sont secondaires par rapport aux enjeux et se refuse à donner son point de vue subjectif sur la production individuelle de ses collègues.

« La question de savoir si l’on construit un toit plat ou en pente doit exclusivement être traitée en fonction de considérations fonctionnelles, techniques et économiques. C’est une erreur d’en faire un symbole religieux, comme c’est le cas dans le combat autour de l’architecture nouvelle aujourd’hui. »

Photo-montage intitulé « La rue boiteuse. La guerre du toit de Zehlendorf », Berliner Tageblatt, 9 septembre 1928.

  • 54 W. Gropius, « Zur eröffnung der gagfah-ausstellung "bauen und wohnen" », discours tenu à la confér (...)
  • 55 « "Bauen und Wohnen". Eröffnung der Ausstellung in Zehlendorf », Der Abend, 1ER septembre 1928 ; C (...)
  • 56 G. Stn [G. Stein], « Die hinkende Strasse... », op. cit., 9 septembre 1928.
  • 57 G. Stein, « Dächer als Rebellen... », op. cit., 9 septembre 1928.

33Et Gropius de défendre la conception de l’architecte, au-delà de ses compétences techniques, comme organisateur des besoins sociaux54. Le lendemain, samedi Ier septembre, a lieu l’inauguration officielle, alors que les travaux — d’aménagement intérieur en particulier — ne sont pas terminés. L’ouverture de l’exposition suscite un très vif intérêt dans la presse. Dans les deux semaines qui suivent, une quinzaine de quotidiens lui consacrent un article55. Der Abend, qui a déjà traité de la cité de la Gehag, se déchaîne sur la question des coûts. Toujours sur la brèche, Georg Stein reprend l’offensive avec une mise en pages spectaculaire, parue dans Berliner Tageblatt du 9 septembre, sous le titre « La rue boiteuse. La guerre du toit de Zehlendorf » (ill. 19). Il reproche aux architectes réunis sous la houlette de Tessenow d’avoir déclenché, après la victoire du toit plat remportée par Taut, Häring et Salvisberg, la guerre du toit de Zehlendorf : « Les deux cités qui se dressent avec hostilité de part et d’autre de la même rue ne feront jamais la paix. » Les légendes sont éloquentes : « Cette rue boite, car toits plats et pentus s’y heurtent » ; « Autre exemple discordant produit par deux méthodes de construction différentes » ; « Vue aérienne avant que n’éclate la guerre du toit. Sur la pelouse à droite se trouve le regrettable verrou des maisons à toit en pente » ; « Une belle rue, non défigurée56 ». Dans un autre article, paru le même jour dans un supplément du même quotidien, Stein reprend la teneur d’une conférence sur l’urbanisme prononcée quelques années auparavant par Tessenow pour lui opposer la réalisation de Fischtalgrund, « dont les faîtes aigus et les pignons pointus ne se marieront jamais avec les gouttières plates de l’autre côté de la rue. Même s’il existe une loi qui interdit de défigurer rues, places et sites, la cité abîmée n’obtiendra pas réparation de la "rue des Professeurs", ainsi que la surnomme la vox populi57 ».

  • 58 A. Behne, « Die Zehlendorfer Siedlung der Gehag », Die Form, a. 4, n° 1, 1er janvier 1929, p. 4-8.
  • 59 A. Behne, « Der Krieg um die Dachform. Die Ausstellung am Fischtalgrund », Die Welt am Abend, 5 se (...)
  • 60 « Gagfah - aha ! » Wohnungswirtschaft, a. 5, n° 18, 15 septembre 1928, p. 260.

34Le critique d’architecture Adolf Behne se livre à un examen détaillé des deux cités, dans la presse quotidienne et professionnelle. Il se montre très élogieux sur la Case de l’Oncle Tom : il s’agit selon lui « de l’une de nos grandes cités les plus réussies. On peut y voir le type de la ville résidentielle moderne, dans un équilibre heureux de simplicité résolue et de charme serein ». Le toit plat contribue à l’unité des lieux et tout systématisme est banni. Les couleurs, manipulées avec goût et délicatesse, contribuent à animer les façades et à leur donner un aspect enjoué. D’avoir logé les magasins dans des bâtiments spéciaux, à des emplacements bien choisis, évite que vitrines et enseignes ne défigurent les maisons. Les grands jardins, la cour des Pins sont autant d’éléments de qualité. La seule réticence exprimée par Behne concerne l’agencement des maisons : la répartition d’une surface habitable de quatre-vingts mètres carrés sur trois niveaux ne .lui paraît guère rationnelle. À cette réserve près, il souhaite que les futures cités prennent exemple sur Oncle Tom et son respect tant des hommes que de la nature58. Quant à la cité de la Gagfah, Behne juge qu’elle se situe bien au-dessus de la moyenne : même si l’on tient les réalisations de Taut, Wagner et Salvisberg pour incomparablement supérieures, il ne faut pas être injuste à l’égard de Tessenow. On peut certes regretter que, à proximité d’une cité qui compte parmi les œuvres modernes les plus parfaites, la cité de la Gagfah se contente d’être correcte et solide, mais l’on ne saurait lui dénier toute qualité. Les maisons de Tessenow, Poelzig, Mebes ou Klein ne peuvent pas être mises dans le même panier que le tout-venant des constructions de Zehlendorf. Se défendant de tout dogmatisme sur la question du toit, Behne considère que le plus gênant dans la juxtaposition des deux cités est l’opposition entre l’alignement des rangées de la Gehag et l’espacement des maisons de la Gagfah (même s’il comprend son souci de ne pas boucher la perspective), d’autant qu’il n’en juge pas la disposition très heureuse. Et de conclure que ce contre-pied du Weissenhof marque en réalité le triomphe de la jeune génération, de ces novateurs qui pourraient s’enorgueillir d’avoir contraint les tenants de la tradition à choisir la simplicité, à renoncer à toute décoration et à adopter une attitude commune59. Quant Quant à la revue de gauche Wohnungswirtschaft (« Économie du logement »), elle s’émeut qu’il y ait deux poids, deux mesures : d’une part, le projet de la Gagfah n’a pas été soumis aux services de construction de la Ville de Berlin, si bien que le directeur, Martin Wagner, bien que membre du comité d’organisation, ne l’a découvert qu’à l’achèvement du gros oeuvre. D’autre part, le comité d’experts de Zehlendorf, dont plusieurs membres sont des architectes Gagfah, avait posé comme condition expresse, pour le permis de construire de la cité de la Gehag, que la cité soit ouverte sur Fischtalgrund. Or ces mêmes autorités ont l’année suivante autorisé le verrouillage de Fischtalgrund par une longue bande de toits à la hauteur démesurée60.

  • 61 H. Eitel, « Eindrücke von der Ausstellung "Bauen und Wohnen" », Die Baukunst, a. 4, 1928, p. 296-2 (...)
  • 62 W. Lotz, « Die Gagfah-Siedlung », Die Form, a. 3, n° 10, 1er octobre 1928, p. 289-298.
  • 63 « Die Gagfah-Siedlung Fischtalgrund », Deutsches Bauwesen, a. 4, n° 10, octobre 1928, sup- plément (...)
  • 64 A. Behne, « Die Zehlendorfer Siedlung », op. cit., p. 4.
  • 65 « Die Gagfah-Mustersiedlung "Bauen und Wohnen" in Berlin-Zehlendorf, Fischtalgrund. Eine städtebau (...)

35Du côté de la presse professionnelle, Die Baukunst, revue munichoise éditée par une entreprise de construction, se réjouit de ce que l’architecture, moins tonitruante qu’à Stuttgart, soit redescendue de l’estrade des variétés dans le réel et construise à nouveau des maisons habitables, à pignon, simples, sans en annoncer à grands sons de trompe la fonctionnalité à la terre entière. Le spectre de la machine à habiter ayant exercé peu d’influence à Fischtalgrund, les idéaux de la maison d’avant-guerre, habitable, confortable, pratique, ont pu reprendre leur place. L’absence de toit-terrasse, inutile sous ces latitudes, est saluée, de même que son remplacement avantageux par une véranda abritée, comme chez Poelzig par exemple, voire chauffable, comme chez Wolf. Et l’auteur crédite Tessenow de la considération nouvelle dont jouit la pergola — en bois ou en béton armé. Doutant de la longévité du slogan « l’ornement est un crime », l’auteur s’avoue nostalgique du décor sculpté61. L’organe du Werkbund (dont la section wurtembergeoise a organisé la manifestation du Weissenhof l’année précédente), Die Form, prétend que la Gagfah n’aurait pas pu trouver un emplacement qui mette plus crûment en lumière les défauts de sa cité. Mais Wilhelm Lotz ne souhaite pas polémiquer sur la question du toit, pas plus qu’il ne tient le vis-à-vis de couvertures différentes pour un péché urbain capital. La véritable ligne de démarcation se situe ailleurs : à la structuration spatiale des petites maisons en bandes s’oppose la diversité des emplacements et des formes de ces maisons entourées de murs élevés, avec leurs grands greniers logés sous de hauts toits, dont on peut tout imaginer sauf qu’elles sont habitées par des employés de la grande ville62. Deutsches Bauwesen, la revue de l’Union des associations d’architectes et d’ingénieurs, exprime sans ambages la déception de ses membres berlinois venus visiter la cité. Le choix raisonné du toit pentu fait espérer des façades charmantes, pas ces maisons simplistes aux fenêtres de toutes les tailles, ni ce revêtement rural. Par contraste, la cité de la Gehag avec ses maisons modernes et sans toit leur paraît presque agréable63 ! Adolf Behne, s’exprimant cette fois dans la presse professionnelle, reproche à la Gagfah de ruiner l’organisation de la cité de la Gehag en venant boucher la perspective vers Fischtal. Il ne comprend pas qu’une équipe animée par Tessenow n’ait pas respecté les éléments urbanistiques en place, ni cherché à les développer. C’est en cela, plus qu’en raison des toits en pente, que la cité de la Gagfah n’est pas à la hauteur de sa voisine : elle aurait pu se montrer digne du traitement des angles, du maintien des bouleaux, bref du remarquable travail urbain de la Gehag, sensible, vivant et plein de tact64. À la différence des quotidiens, les revues spécialisées dans leur ensemble refusent de polémiquer sur la question du toit. Même la revue de la Société allemande par actions d’encouragement à la construction de logements pour les fonctionnaires, employés et ouvriers (Dewog), Wohnungswirtschaft, qui n’avait pas hésité à dénoncer les avatars du projet de la Gehag, se refuse, dans le dossier qu’elle consacre à la cité achevée, à endosser une position de principe hostile au toit en pente ou à la juxtaposition de différents types de couvertures65. Elle préfère opposer l’architecture de Bruno Taut, à laquelle l’étage d’attique donne une impression de continuité, au désordre de la cité de la Gagfah, provoqué par la différence de hauteur des gouttières et la succession irrégulière des maisons le long de Fischtal (ill. 20). La revue dénonce visuellement l’intrusion de la cité Fischtalgrund en opposant deux clichés : la vue de la cité de la Gehag avant la construction de la cité de la Gagfah, avec ses rangées de maisons débouchant sur Fischtal (ill. 21), et la vue prise du même emplacement après l’achèvement de la cité modèle de la Gagfah (ill. 22), qu’elle légende ainsi : « Les maisons placées au premier plan, avec leurs toits rouges en pente raide, s’interposent entre la Gehag et le parc de Fischtal. »

Contraste entre « la tenue des immeubles de la Gehag et le désordre des maisons à pignons » (photo publiée dans Wohnungswirtschaft, 1er octobre 1928).

Vue de la cité Case de l’Oncle Tom avant la construction de la cité de la Gagfah (photo publiée dans Wohnungswirtschaft, Ier octobre 1928).

Même vue après l’achèvement de la cité Fischtalgrund (photo publiée dans Wohnungswirtschaft, Ier octobre 1928).

36Au total, le ton de la presse quotidienne est plus vif et plus tranché que celui de la presse professionnelle. Nous reviendrons en détail sur la polémique concernant le toit au chapitre VII. Mais, d’une façon générale, il est clair que cette question du toit sert de détonateur à un débat plus large sur l’architecture.

Architectes et courants architecturaux

  • 66 Les deux travaux de synthèse sur l’architecture sous la république de Weimar sont l’ouvrage fondam (...)

37Les architectes partie prenante de ce conflit architectural comptent parmi les figures les plus en vue de la scène architecturale allemande des années 1920, tant par l’importance de leur œuvre bâti que par leurs écrits et le rôle qu’ils jouent dans les organisations professionnelles de l’époque. Quelque différents qu’aient pu être leurs parcours, tous sont impliqués à un titre ou un autre dans le vaste mouvement de renouvellement de la culture architecturale allemande entamé au début du xxe siècle ; tous appartiennent à un moment ou à un autre à l’une des composantes du Neues Bauen. Toutefois, en dépit de préoccupations communes, les positions iront en divergeant jusqu’à la crispation, dont l’aboutissement sous le IIIe Reich sera dramatique. Nous allons situer les principaux protagonistes de la « guerre du toit » dans le contexte plus large de l’architecture sous la république de Weimar, dont nous retracerons rapidement les grandes lignes66. Les années précédant la Première Guerre mondiale sont marquées par l’aspiration à une nouvelle simplicité en architecture, à l’œuvre chez un Paul Mebes comme chez un Heinrich Tessenow, et par la naissance du Heimatschutz, ce mouvement de protection du patrimoine régional dont l’impact essentiel sur l’architecture allemande de la première moitié du xxe siècle est méconnu en France : Georg Steinmetz en est l’une des figures de proue. Troisième courant important : la réforme de la vie et sa composante architecturale, dont certains membres s’impliqueront après guerre dans le mouvement révolutionnaire : c’est à travers Bruno Taut que nous envisagerons ce parcours qui mène de la réforme à la révolution. La forte coloration expressionniste de ces aspirations révolutionnaires largement répandues dans l’immédiat après-guerre se transforme à partir de 1923 en « Nouvelle Objectivité » (Neue Sachlichkeit), ainsi que nous le verrons à l’aune du Bauhaus fondé et dirigé par Gropius. Ce courant fonctionnaliste se structure en un mouvement, le Ring, chargé de promouvoir l’architecture radicalement moderniste de ses membres : le secrétaire en est Hugo Häring. Enfin, nous présenterons le développement concurrent de l’École de Stuttgart à travers la figure dominante de Paul Schmitthenner, avant de montrer comment la cité du Weissenhof, construite à Stuttgart en 1927, entraîne le durcissement des positions et aboutit à la création du Block, machine de guerre dirigée contre le Ring.

Mebes et Tessenow à la recherche de la simplicité en architecture

  • 67 Il n’existe pas de panorama d’ensemble de la réforme architecturale antérieure à la Première Guerr (...)
  • 68 À ce stade, la seule monographie consacrée à Paul Mebes se concentre sur ses réalisations en matiè (...)
  • 69 La meilleure introduction à l’oeuvre de Tessenow est le catalogue raisonné établi par M. De Michel (...)
  • 70 P. Mebes, Um 1800. Architektur und Handwerk im letzten lahrhundert ihrer traditionellen Entwicktun (...)
  • 71 P. Mebes, Um 1800, op. cit., vol. 2, p. 17 et 25.
  • 72 P. Schultze-Naumburg, Kulturarbeiten, Munich, neuf volumes parus de 1901 à 1917. Sur Schultze-Naum (...)
  • 73 H. Muthesius, Stilarchitektur und Baukunst. Wandlungen der Architektur im XIX. Jahrhundert, Mülhei (...)

38Au début du xxe siècle, le refus de l’historicisme et de l’éclectisme stylistiques se diffuse chez nombre d’architectes, concomitamment avec l’aspiration à une culture architecturale renouvelée67. Plusieurs des architectes impliqués dans la « guerre du toit » sont issus de ce milieu réformateur : Mebes68 et Tessenow69 en particulier font partie de ces pionniers. Par leurs œuvres comme par leurs écrits, ils acquièrent une stature de pères fondateurs d’une nouvelle architecture, marquée par la quête de la simplicité. À ce titre, une source d’inspiration importante est l’architecture du début du xixe siècle, redécouverte et érigée en modèle par Paul Mebes, dont l’ouvrage « Autour de 1800. Architecture et artisanat au cours du dernier siècle de leur évolution traditionnelle », publié en 1908, connaît un vif succès70. L’idée de Mebes n’est pas de reproduire à l’identique les maisons de l’époque Biedermeier, mais de s’inspirer de leur simplicité et de leur modestie pour inventer une architecture du quotidien, en lieu et place des pâtisseries édifiées par la spéculation immobilière. Cette enquête mène Mebes dans différentes régions d’Allemagne ; il en rapporte des exemples qui vont de l’ensemble urbain formé par la rue ou la place à la grille de fer forgé. En particulier, une vaste sélection de palais classiques, de maisons de ville et de manoirs, d’orangeries, de mobilier et d’intérieurs présente le classicisme bourgeois de l’Empire et de l’époque Biedermeier. Les oeuvres des architectes Weinbrenner, Gilly et Schinkel y côtoient celles de maîtres d’œuvre inconnus. De toutes les princières demeures qu’il a sélectionnées, le palais Wittum, construit en 1767 à Weimar, paraît à Mebes particulièrement digne d’admiration : « Avec des moyens simples et des matériaux modestes, l’architecte a créé une œuvre qui restera longtemps encore le modèle de la maison élégante et cependant confortable71 » (ill. 23). Avec cet ouvrage, Mebes s’inscrit dans le chemin tracé par Paul Schultze-Naumburg et Hermann Muthesius. Les « Travaux de culture » du premier72, visant à éduquer le goût du grand public, avaient contribué à mettre cette période historique à l’honneur, en opposant les « bons » exemples tirés de la période 1750-1850 aux « mauvais » exemples contemporains, dans le but de revenir à la tradition artisanale. Toutefois, à la différence de Schultze-Naumburg, résolument passéiste, Mebes a une appréciation positive du travail d’architectes contemporains tels qu’Alfred Messel ou Ludwig Hoffmann. De même, l’architecte Hermann Muthesius avait en 1902 signalé que les villes moyennes allemandes regorgeaient d’exemples de cette remarquable architecture bourgeoise du xviie siècle, qui pourrait avoir valeur de modèle73. Au total, ce que condamnent les trois auteurs est l’excès de tourelles, d’oriels, de galeries dans les villas modernes, la profusion d’ornements puisant dans tous les styles du passé, mais aussi la fabrication industrielle de meubles dont l’inspiration historiciste échoue à dissimuler la piètre qualité. Pour Mebes, le problème n’est pas d’imiter les formes de ce passé harmonieux, mais de retrouver le rapport qu’il avait à l’acte de bâtir et qui produisait des formes simples, claires, sans élément de décor superflu. Parmi tous les ouvrages valorisant le début du xixe siècle, celui de Mebes connaît un retentissement particulier et procure la célébrité à son auteur.

Exemple d’architecture « autour de 1800 » particulièrement abouti : le palais Wittum à Weimar, publié dans l’ouvrage de P. Mebes.

H. Tessenow : cité-jardin de Hellerau, rangée de maisons ouvrières, détail d’une façade, 1910.

  • 74 Cf. n. 46.
  • 75 H. Tessenow, Hausbau und Dergleichen, Berlin, 1916 (2e éd. 1920 ; 3e éd. revue Munich, 1928 ; 4e é (...)
  • 76 H. Tessenow, Handwerk und Kleinstadt, Munich, 1919.

39L’année suivante, c’est au tour de Tessenow de se faire l’avocat de la simplicité en architecture, dans son ouvrage « La construction de la maison74 ». En 1910, sa participation à la cité-jardin de Hellerau, dans les environs de Dresde, lui offre l’occasion de donner forme à cette démarche. Dans ces rangées de logements ouvriers, Tessenow se concentre sur l’essence de la maison, au détriment du décor de la façade. Il renonce aux lucarnes, à tout élément en saillie, à l’auvent surmontant la porte de la maison (ill. 24). Cette extrême simplicité, si elle est perçue comme dénuement de la part des habitants, vaut au jeune architecte l’admiration de ses pairs. Son caractère radical, décrit par certains critiques comme puritain, va bien au-delà de l’inspiration Biedermeier des premières maisons de la cité-jardin, conçues par Richard Riemerschmid. Le second livre de Tessenow, en 1916, ne concerne pas tant la petite maison que la nature même du travail de l’architecte et sa fonction sociale, à un moment où dominent les thèmes du retour à la petite ville et à la qualité du travail artisanal75. Le titre de l’ouvrage suivant, Artisanat et petite ville, promeut de façon plus explicite encore ces deux antidotes à l’ère wilhelminienne et à ses corollaires, l’industrialisation et l’urbanisation76. La sobriété et la rigueur sans précédent de ses réalisations d’avant-guerre font de Tessenow la référence incontestée des architectes réformateurs.

  • 77 Sur le Deutscher Werkbund, voir L. Burckhardt (dir.), Le Werkbund. Allemagne, Autriche, Suisse, Pa (...)

40Dans les années qui précèdent la Première Guerre mondiale, pratiquement tous nos architectes adhèrent à l’organisation fondée pour améliorer la qualité des produits industriels allemands : le Deutscher Werkbund (Lien allemand par l’œuvre)77, des aînés : Hans Poelzig (1869-1936), Paul Mebes (1872-1938), Heinrich Tessenow (1876-1950), aux plus jeunes : Bruno Taut (1880-1938), Leberecht Migge (1881-1935), O. R. Salvisberg (1882-1940), Walter Gropius (1883-1969), Paul Schmitthenner (1884-1972). Les recherches menées par ces différents architectes novateurs sont très variées, mais elles ont en commun la volonté de simplifier les formes et le rejet de l’ornement. Cette palette d’expérimentations menées dans des directions différentes n’a en 1914 pas produit de style, mais une variété de solutions nouvelles qui contribuent au renouveau de l’architecture allemande. Les réalisations les plus audacieuses sont dues à deux représentants de la jeune génération : Taut et Gropius, tous deux adhérents du Werkbund, qui s’efforce de faire connaître les réalisations de ses membres par l’organisation d’expositions et la diffusion de publications. En 1914, le Werkbund organise une grande exposition à Cologne qui présente quelques réalisations architecturales particulièrement novatrices : les locaux pour l’administration d’une usine modèle conçus par Gropius et un Pavillon de verre (Glashaus) dû à Bruno Taut (ill, C7).

Georg Steinmetz, praticien du Heimatschutz

  • 78 Sur les différentes composantes du « mouvement de réforme de la vie », voir D. Kerbs et J. Reuleck (...)
  • 79 Pour un aperçu, voir E. Kluetin, « Heimatschutz », dans D. Kerbs et J. Reulecke (dir.), Handbuch, (...)

41La création du Werkbund n’est que l’un des aspects de la nébuleuse connue au début du xxe siècle sous le terme « réforme de la vie » (Lebensreform), dont plusieurs mouvements concernent directement l’architecture78. Un courant moins connu en France, mais très influent sur l’évolution de l’architecture allemande, est le Heimatschutz, ce mouvement de protection du patrimoine régional dont un volet concerne l’architecture79. Dans les années 1920, il sera qualifié de traditionaliste, car il cherche à actualiser la pratique architecturale par l’étude des traditions constructives vernaculaires et le retour à la simplicité de l’architecture civile de l’ère préindustrielle. Il ne s’agit pas d’imiter ou de construire à l’identique, mais de chercher des règles constructives utilisables pour le projet.

  • 80 J. Petsch, « Le Deutscher Werkbund de 1907 à 1933 et les mouvements de "réforme de la vie et de la (...)
  • 81 I. M. Greverus, Auf der Suche nach Heimat, Munich, 1979, p. 63-64. Sur l’étymologie du mot Heimat,(...)
  • 82 Pour une introduction, voir : R. vom Bruch, « Kunstwart und Dürerbund », dans D. Kerbs et J. Reule (...)
  • 83 Sur le Heimatschutz et la reconstruction en Prusse orientale, voir H. Frank, « Heimatschutz und ty (...)
  • 84 G. Steinmetz, Grundiagen für das Bauen in Stadt und Land, mit besonderer Rücksicht auf den Wiedera (...)

42L’intensité du processus d’industrialisation dans l’Allemagne wilhelminienne a pour corollaire une urbanisation spectaculaire, qui entraîne en d’innombrables endroits la destruction du paysage et la mue brutale des villages en grandes villes de l’ère industrielle. Ces mutations provoquent une véritable aversion pour la grande ville et développent la nostalgie du village et des traditions. Un mouvement de découverte du pays (au sens de terroir, Heimat), du village natal, des coutumes folkloriques, de la culture régionale et de l’art local se développe à travers toute l’Allemagne. Au début du siècle, ce mouvement s’organise pour la défense du patrimoine culturel et artistique préindustriel80, et se baptise du néologisme créé en 1897 par le musicien Ernst Rudorff : Heimatschutz (défense du patrimoine régional). Ce vocable vient du mot Heimat, qui en son sens premier désignait la propriété, la maison paternelle dont on avait hérité, de façon à la fois concrète et spatiale81. Par la suite, le terme de Heimat a pris le sens de village ou sol natal, de lieu dont on est pays, avec une connotation plus sentimentale et émotionnelle. Dans un troisième temps enfin, Heimat est devenu synonyme de patrie, au sens où l’on est chez soi dans son pays natal, et le terme Heimatschutz était une expression militaire désignant la défense de la patrie. C’est volontairement que Rudorff reprend l’accent martial du terme de Heimatschutz, car il s’agit dans son esprit de signifier le combat à mener pour la défense du patrimoine et des traditions contre l’ennemi désigné : le développement économique et social lui-même. Rudorff s’insurge notamment contre les hôtels de luxe qui gâchent de magnifiques panoramas, contre le remembrement qui détruit le découpage ancien des terres agricoles en petites parcelles, contre la construction de routes et de lignes de chemin de fer dévastant les plus beaux sites naturels, contre la présence de plus en plus envahissante de la réclame. Lorsqu’il prend connaissance des premiers volumes des Travaux de culture de Paul Schultze-Naumburg, Rudorff propose à l’architecte d’unir leurs forces. L’appel qu’ils lancent en 1903 est entendu et la Fédération pour la défense du patrimoine local (Deutscher Bund Heimatschutz) est fondée à Dresde l’année suivante et présidée par Schultze-Naumburg. Le Dürerbund (voir infra, chapitre III) fait partie des membres fondateurs82. Les objectifs sont l’entretien des monuments historiques, le maintien des traditions constructives rurales et civiles, la protection du bâti et du paysage — ruines comprises —, la sauvegarde de la flore et de la faune locales, la promotion de l’art populaire, l’étude des us et coutumes, des fêtes, des costumes traditionnels. Le Heimatschutz est lié à plusieurs mouvements de découverte du patrimoine allemand : les associations pour l’histoire de l’Antiquité et du Moyen Âge, et les associations d’ethnologie populaire, toutes très actives et impliquées dans la création de musées locaux. Dans les années 1910, le Heimatschutz se rapproche en outre des conservateurs du patrimoine et des acteurs engagés dans l’inventaire et la protection des monuments historiques ; il joue un rôle actif pour sauver les ruines du château d’Heidelberg d’une sur-restauration. Avant la Première Guerre mondiale, les activités de la Fédération pour la défense du patrimoine local relèvent pour l’essentiel de la protection des paysages. Elle veille à la discrétion des ponts, des installations électriques et hydrauliques, tente de protéger l’image des petites villes, lutte contre la publicité et milite pour le toit de chaume. À partir de ces prémisses écologiques et ethnologiques, le mouvement pour le Heimatschutz va développer un tour plus architectural. Dépassant la seule préservation, il cherche à définir des règles guidant l’activité édificatrice contemporaine. La guerre donne une nouvelle urgence à cette question, car il faut reconstruire les régions de Prusse orientale dévastées en 1914. Pour le Heimatschutz, seule la connaissance de l’architecture locale peut guider l’adaptation du nouveau à l’ancien. L’analyse des traditions régionales a repéré deux grands courants en Allemagne : un courant septentrional caractérisé par l’ossature de bois, le toit à deux versants et la couverture de tuiles, et un courant méridional privilégiant l’emploi de pierres de carrière et de crépi, le toit en croupe, la couverture d’ardoises. D’une façon générale, le modèle qui prévaut est celui de l’architecture de l’époque préindustrielle, telle qu’elle a fleuri « autour de 1800 » dans ces petites villes environnées de campagne, à l’époque où les élites urbaines dominaient une société corporative harmonieuse. Les architectes du mouvement Heimatschutz cherchent les racines de leur pratique dans ces formes architecturales antérieures à un académisme perçu comme stérilisant. L’annonce de la destruction par l’armée russe de vastes territoires situés en Prusse orientale suscite une activité frénétique de la part de tous les mouvements engagés dans la réforme architecturale. La Fédération allemande pour la défense du patrimoine local est en 1915 officiellement chargée de faire des propositions pour la reconstruction des régions dévastées83. C’est à Georg Steinmetz qu’est confiée l’élaboration de lignes directrices. Or une reconstruction à l’identique est impossible, car les édifices détruits ne sont pratiquement pas documentés. De plus, la Prusse orientale n’a pas à proprement parler d’architecture vernaculaire ; les seuls témoignages historiques proviennent des chevaliers teutoniques ou des colonies de l’époque de Frédéric II, sans compter les manoirs édifiés par les élèves de Schinkel dans la première moitié du xixe siècle. Aucun d’entre eux n’est donc véritablement autochtone. Steinmetz, résolu à s’écarter de toute démarche historiciste, tente de dégager les traits typologiques d’un style prussien utile pour tout type d’édifice. Il publie ces enseignements dans un traité, « Fondements de l’art de bâtir », qui rencontre un très large écho auprès des architectes allemands et fera l’objet de plusieurs rééditions84. Cette même recherche est à l’oeuvre dans la reconstruction du village de Goldap par Fritz Schopohl, lui aussi invité à participer à la cité Fischtalgrund.

43Le secrétaire général de la Fédération allemande pour la protection du patrimoine régional, Werner Lindner, explicite en ces termes la position architecturale des Heimatschützer :

  • 85 W. Lindner, « Heimatschutz und neuzeitliches Bauwesen », dans C. J. Fuchs (dir.), Die Wohnungs- un (...)

« Les représentants d’une préservation bien comprise du terroir cherchent à identifier dans des édifices traditionnels exemplaires les règles constructives essentielles et leur cohésion profonde, sans se laisser influencer par des préoccupations de détail, et à mettre ces règles parfaitement en accord avec les exigences du présent. C’est ainsi que revivra l’esprit de la construction traditionnelle et que l’on évitera tant l’emphase de l’apparence extérieure que les trompeuses afféteries moyenâgeuses — et l’on aura gagné un outillage utile pour les missions d’aujourd’hui85. »

Couverture d’un traité sur le Heimatschutz paru en 1928.

  • 86 Idem, p. 151.

44En effet, le Heimatschutz refuse tant les emprunts stylistiques de façade, qui transforment les édifices en mascarade de style gothique ou Renaissance, que la croyance selon laquelle la « force créatrice trouve sa voie nouvelle à l’écart de tout préalable, c’està-dire indépendamment du passé86 ».

  • 87 H. Wille, Heimatschutz und Heimatpflege, Berlin, 1928, p. 76-77, avec une préface de W. Lindner.

45Sous la république de Weimar, le mouvement bénéficie de l’appui de la nouvelle Constitution, dont l’article 150 attribue à l’Etat le devoir de protéger et d’entretenir les « monuments de l’art, de l’histoire et de la nature ainsi que du paysage ». En dépit de cette proclamation, une ligne de partage s’établit au sein du mouvement. Alors que l’instance centrale siège dans toutes les commissions nationales, ce sont les associations régionales et locales qui constituent le véritable cadre d’action. En 1928, le Bund regroupe une trentaine d’associations, dont les centres d’intérêt vont des oiseaux à la gymnastique. Sur le plan architectural, il constitue la toile de fond des thématiques traditionalistes, de l’École de Stuttgart au Bund zur Förderung der Farbe im Stadtbild, nouvellement créé87. Ensemble, agriculteurs, architectes et artisans du bâtiment doivent restaurer le paysage allemand avec ses petites villes, ses villages et ses ponts, paysage dont l’idéal-type est restitué en couverture du vade-mecum du mouvement publié en 1928 (ill. 25).

BrunoTaut, de la réforme à la révolution

  • 88 Une somme collective a récemment fait le point : W. Nerdincer avec K. Hartmann, M. Schirren et M. (...)
  • 89 Sur Theodor Fischer et l’influence qu’il a exercée sur l’architecture allemande, voir U. Kerkhoff, (...)

46Bruno Taut, l’une des figures majeures de l’architecture du xxe siècle88, est au début du siècle introduit dans le milieu des architectes réformateurs et du Werkbund par son premier patron, Theodor Fischer89. De là, le jeune Taut va évoluer dans différents cercles, du mouvement pour la cité-jardin au mouvement activiste, avec des accents qui ont souvent été qualifiés d’expressionnistes, de visionnaires ou d’utopiques. Cet enthousiasme pour des idéaux irrationnels est aujourd’hui difficile à comprendre, mais il est typique de cette génération d’architectes, profondément imprégnée des indignations et des espoirs de la nébuleuse « réforme » du début du siècle.

  • 90 Cette insertion de B. Taut dans le milieu de l’activisme littéraire a été mise en avant par I. B. (...)
  • 91 P. Scheerbart, Glasarchitektur, Berlin, 1914 (trad. française : L’architecture de verre, Saulxures (...)
  • 92 Sur la thématique cristalline dans l’oeuvre de B. Taut, voir : R. Prange, Das Kristalline als Kuns (...)
  • 93 A. Thiekotter (dir.), Kristallisationen, Splitterungen ; Bruno Tauts Glashaus, Bâle, 1993.

47L’activisme littéraire se développe pour l’essentiel entre 1914 et 1919, et tente de réunir les deux tendances de la vie intellectuelle radicale des années d’avant-guerre que sont l’expressionnisme d’une part et le mouvement réformateur de l’autre, pour former une nouvelle force culturelle et politique90. Les deux refusent ce qu’ils perçoivent comme une culture urbaine et matérialiste, le premier en un violent désespoir psychologique, le second en propageant l’idéal d’une vie communautaire à la campagne. Néanmoins, il existe à la veille de la guerre peu de passerelles entre les deux courants, le mouvement réformateur recevant un écho favorable dans des milieux politiques allant des conservateurs libéraux au socialisme révisionniste, alors que l’aspiration communautaire lyrique de l’expressionnisme, largement en retrait de la sphère politique, ne touche au mieux que les petits cercles anarchistes et libertaires. Taut se situe à l’intersection des deux courants : depuis 1912 conseiller de la Société allemande pour la cité-jardin, il fréquente à partir de 1913 le cercle de la galerie et de la revue Der Sturm (« La Tempête », « L’Assaut »), fondées par le galeriste Herwarth Walden. Taut est introduit dans ce cercle par l’historien de l’art Adolf Behne, critique particulièrement averti de l’actualité architecturale et artistique. Il y rencontre un personnage capital pour l’avant-garde architecturale : le poète Paul Scheerbart, auteur en 1914 d’un roman-culte, L’architecture de verre, dédié à Bruno Taut91. Mais c’est bien avant cette date que Scheerbart a commencé à développer sa conception du verre coloré comme vecteur d’un monde meilleur, son idéal d’une architecture cristalline dont les reflets translucides et colorés formeraient un authentique univers cosmique, à même de réenraciner l’homme moderne, aliéné, dans la nature et le cosmos. Cette thématique cristalline traverse toute la production de Taut, de la maison Reibedanz de 1911 à ses dernières oeuvres en Turquie92. De De ce point de vue, la réalisation la plus célèbre est sans conteste le Pavillon de verre construit en 1914 pour l’exposition du Werkbund à Cologne, véritable « cathédrale du futur », dont le retentissement dans l’Allemagne d’avant-guerre peut être qualifié d’exceptionnel93. La transparence et la coloration du verre, la structure en losanges de la partie supérieure forment une coupole immatérielle, tandis que, aux niveaux inférieurs, des vitraux forment un kaléidoscope translucide et étincelant (ill. C7). Cette double appartenance de Taut à la réforme architecturale et au Sturm le qualifie pour tenter la réconciliation prônée par les activistes. Pour Taut, il s’agit depuis longtemps de fusionner les capacités sociales et pratiques de l’architecte avec l’imagination et la subjectivité du peintre. Il est en fait déchiré entre ces idéologies rivales, de la réforme architecturale et du Sturm, ce que reflètent clairement ses deux principales réalisations de 1914 : le Pavillon de verre et la cité-jardin de Falkenberg, sur laquelle nous reviendrons au chapitre V.

  • 94 B. Taut, « Genossenschaftsarchitektur », Wohnungswirtschaft, a. 3, n° 1, 1926, p. 12-13.
  • 95 B. Taut, Alpine Architektur, Hagen, 1919 (trad. française : Architecture alpine, Paris, 2005).
  • 96 B. Taut, Die Stadtkrone, avec des contributions de Paul Scheerbart, Erich Baron, Adolf Behne, léna (...)
  • 97 B. Taut, Die Auflösung der Städte oder die Erde einer guten Wohnung oder auch der Weg zur Alpinen (...)
  • 98 B. Taut, Die Auflösung der Städte oder die Erde einer guten Wohnung oder auch der Weg zur Alpinen (...)

48Pendant la guerre, Taut échappe à la mobilisation, ce qui lui permet de poursuivre son activité d’architecte sous la forme de projets et d’écrits. La guerre étant perçue comme un grand tournant pour le corps social allemand, il s’agit de préparer l’ère nouvelle qui naîtra lorsque le conflit prendra fin et de savoir qui guidera cette révolution. Pour Bruno Taut, ce ne peut être que les architectes, seuls artistes à développer leurs créations à partir de la volonté du peuple, à remplir leur mission en « identifiant les besoins et souhaits » et en « leur donnant une forme visible94 ». Adolf Behne reprend ces thèmes dans un livre rédigé en 1918 et publié en 1919, « Le retour de l’art » : la mission de l’architecte est de réunir tous les arts afin de rétablir l’union de l’homme avec son semblable, avec la nature et avec le cosmos95. Pour ce cercle d’architectes engagés, le prophète est Scheerbart. Dans cette phase de croyance en la régénération du monde par l’architecture, le rejet des tendances nationalistes d’avant-guerre est largement partagé. Chez Taut, il s’exprime avec une virulence particulière dans un ouvrage publié en 1919, Architecture alpine, manifeste hostile à la guerre96. La même année, le recueil Une couronne pour la ville exprime la foi en l’architecture et la nécessité d’un couronnement spirituel pour les villes97. Une semblable veine utopique s’exprime l’année suivante dans deux ouvrages traduisant l’espoir d’une régénération du monde par l’architecture de verre et ses trois éléments fondamentaux (structure, lumière, couleur), mais avec la virulence et la fantasmagorie propres à l’immédiat après-guerre98.

  • 99 E. Steneberg, Arbeitsrat für Kunst Berlin 1918-1921, Düsseldorf, 1987.
  • 100 H. Kliemann, Die Novemhergruppe, Berlin, 1969.
  • 101 I. B. Whyte et R. Schneider, Die Briefe der Gläsernen Kette, Berlin, 1986.
  • 102 L’essentiel de la revue, qui a paru de 1920 à 1922, a été réédité en 1963 : B. Taut, Frühlicht 192 (...)

49En écho aux événements politiques, de nombreux artistes et architectes se solidarisent avec la révolution spartakiste, qui semble donner corps aux aspirations à un monde nouveau. Taut est, avec Walter Gropius, le chef de file des architectes engagés dans le mouvement révolutionnaire. En effet, au début de la république de Weimar, un groupe d’architectes réagit au cataclysme de la guerre par la participation à l’action révolutionnaire et, dans le domaine plastique, par le rejet radical de toute l’architecture du passé. Ce groupe proclame dès 1918 qu’il prépare une nouvelle architecture, à la conscience sociale, appelée à jouer un rôle déterminant dans la nouvelle culture et la nouvelle société que la révolution va produire. Écrits et expositions la font connaître auprès d’un large public au début de la république. Cette association des architectes à l’action révolutionnaire est propre à l’Allemagne. En novembre 1918, Taut signe le programme du Conseil politique des travailleurs intellectuels, avant d’être l’un des fondateurs du Conseil de travail pour l’art99 (Arbeitsrat für Kunst) et du Groupe de novembre100 (Novemhergruppe). Il n’est pas le seul réformateur à adhérer à ces mouvements radicaux : Poelzig, Mebes, Tessenow, Schmitthenner et Gropius sont également membres du Conseil de travail pour l’art ; Poelzig, Tessenow et Häring appartiennent au Groupe de novembre. L’action politique est relayée par un échange théorique, mené en 1919 sous forme épistolaire par une petite dizaine d’architectes, à l’initiative de Taut : les correspondants forment la « Chaîne de verre101 » et éditent la revue Frülicbt « Lumière de l’aube102 ». Cette période utopique connaît un terme, tout au moins sur le plan de l’activité politique, dès 1921-1922. Toutefois, ces thématiques continuent à travailler l’œuvre de Taut et à alimenter sa pratique architecturale, sous une forme moins paroxystique.

Walter Gropius et l’émergence d’une avant-garde architecturale au début des années 1920

50Cette alliance des architectes et des plasticiens au sein de mouvements radicaux va donner naissance à l’avant-garde. Progressivement, le consensus entre architectes réformateurs se fracture, laissant place à l’émergence de deux tendances architecturales rivales, dont l’hostilité ira croissant. La radicalisation des modernistes va progressivement rejeter les pionniers d’avant-guerre dans le camp conservateur.

  • 103 Le terme de Bauhaus, inventé par Gropius pour la nouvelle école, combine les mots de Bau (construc (...)
  • 104 L’ouvrage de référence sur l’architecture expressionniste demeure celui de W. Pehnt, Die Architekt (...)

51L’un des éléments décisifs dans la constitution d’une avant-garde architecturale est la création à Weimar d’une nouvelle école d’arts plastiques, soutenue par le nouveau gouvernement : le Bauhaus103, qui a pour objectif de renforcer la collaboration entre les arts — artisans, peintres et sculpteurs travaillant ensemble à des projets combinant tous les talents, projets constructifs car, ainsi que le déclare la première phrase du « Manifeste de fondation du Bauhaus », l’« objectif ultime de toute activité créatrice est l’architecture ». Il s’agit aussi d’élever le statut de l’artisanat au même niveau que celui des beaux-arts. L’organisation de la scolarité repose sur la conviction que l’art ne saurait être enseigné et que l’important est d’acquérir en atelier les techniques des métiers manuels. En conséquence, il n’y a ni professeurs ni étudiants mais, suivant l’exemple des guildes, des maîtres, des compagnons et des apprentis. Le Bauhaus va jouer le rôle de laboratoire de la forme architecturale et du design, alors même que l’architecture n’y est dans un premier temps pas enseignée. L’une des premières réalisations est la maison que Gropius construit en 1920-1921 pour l’entrepreneur Adolf Sommerfeld, en collaboration avec les étudiants. Avec d’autres réalisations de l’immédiat après- guerre (le théâtre que Poelzig construit pour le metteur en scène Max Reinhardt, l’observatoire d’astrophysique d’Erich Mendelsohn pour Einstein), elle exprime la conviction que l’architecture va régénérer le monde, ce qui leur a valu d’être qualifiées d’expressionnistes par certains auteurs104.

W. Gropius : locaux du Bauhaus à Dessau, 1926, vue aérienne (photo Junkers).

  • 105 Voir, en français, C. Humblet, Le Bauhaus, Lausanne, 1980.
  • 106 D. Sharp, Bauhaus, Dessau. Walter Gropius, Londres, 1993 ; C. Engelmann, Die Bauhaus-Bauten in Des (...)

52Dans cette atmosphère visionnaire, un tournant se produit à partir de 1922, en premier lieu au Bauhaus, dont le directeur décide de renouer avec les conceptions progressistes d’avant-guerre et préconise un changement d’orientation dans le sens d’un rapprochement entre art et industrie. Le Bauhaus se donne désormais pour tâche de former des « designers », capables de créer des objets fabriqués industriellement. Ce virage n’est du reste pas propre au Bauhaus, mais se produit, à peu près au même moment, dans tous les arts en Allemagne : l’expressionnisme, dont la mort est proclamée, doit être remplacé par un style sobre, rationnel, connu sous le nom de Neue Sachlichkeit (Nouvelle Objectivité). C’est à partir de ce moment que se forme le « style Bauhaus », dont les surfaces lisses et les volumes orthogonaux deviendront les caractéristiques de l’architecture moderne après 1924105. Inaugurés en 1926, les locaux conçus par Gropius pour loger l’école à Dessau récapitulent les thématiques du modernisme architectural : séparation spatiale des différentes fonctions de l’établissement dans des corps de bâtiment distincts, volumétrie cubique, structure en béton armé, toit plat, façades vitrées, blancheur éclatante des façades, huisseries métalliques (ill. 26). Cet édifice-manifeste, visité par des centaines de curieux, largement publié, célébré par les zélateurs de la modernité, récapitule les valeurs du fonctionnalisme architectural naissant106.

Hugo Häring, secrétaire du Ring

  • 107 Cf. C. Käpplincer, « Wohnungsbau zwischen konservativer Moderne und Neuem Bauen », dans W. Hofmann(...)
  • 108 En 1926, le Ring comprend 27 membres : Otto Bartning, Walter Curt Behrendt, Peter Behrens, Richard (...)
  • 109 H. Häring, » Baurat, nein — Bauherr », Das Tagebuch, a. 6, n° 27, 4 juillet 1925, p. 977-982 ; et (...)
  • 110 W. Voigt, « Zwischen Weissenhof-Streit und Pour le mérite : Paul Schmitthenner im Architekturstrei (...)

53Ce qui se dessine alors est une querelle des anciens et des modernes qui oppose dans un premier temps la génération née dans les années 1880 à ses aînés. Au milieu des années 1920, le conflit prend un tour d’autant plus vif que la reprise économique, la stabilisation monétaire et d’énergiques mesures fiscales relancent le bâtiment. La jeune génération se trouve directement en concurrence avec les ténors de l’architecture d’avant-guerre et doit unir ses forces pour augmenter ses chances d’obtenir des commandes107. Afin d’accroître sa crédibilité auprès des maîtres d’ouvrage berlinois et de triompher de l’architecture académique soutenue par le responsable des services d’urbanisme de la Ville, Ludwig Hoffmann, l’avant-garde se met en ordre de bataille. À l’initiative de Ludwig Mies van der Rohe et de Hugo Häring, le Zehnerring (Alliance des Dix) est fondé en avril 1924. Rapidement, le mouvement cherche une audience nationale : en 1926, il se transforme en Ring tout court108. Dans ce contexte, les articles offensifs publiés par Hugo Häring contre le bureaucratisme et le conservatisme des édiles berlinois le désignent comme secrétaire du groupe, tâche rémunérée qu’il assumera jusqu’à sa dissolution en 1933109. Le premier principe retenu pour l’action est une solidarité sans faille entre les membres, afin de propager sans fausse note les positions du Ring sur les questions d’actualité, d’influer sur l’organisation des concours et de diffuser des clichés éloquents. Renonçant à créer sa propre revue, le groupe décide de s’exprimer dans les supports existants, telle la revue Bauwelt. Son influence croissante sur le Werkbund et sur sa revue, Die Form, lui permet d’élargir son audience de la scène berlinoise à l’échelle nationale. La tactique est payante : en 1925, Mies van der Rohe et Gropius sont élus au conseil d’administration du Werkbund et peuvent ainsi prendre le contrôle de la cité expérimentale construite à Stuttgart en 1927. La même année, le Ring expose collectivement dans le cadre de la « Grande Exposition berlinoise de la construction » et le vote conjoint de ses membres permet l’élection de Gropius au comité directeur de la Fédération des architectes allemands (BDA). Plus spectaculaire encore, la campagne orchestrée par le Ring aboutit à la nomination de l’un des siens, Martin Wagner, à la direction des Services de construction de la Ville de Berlin, levier efficace pour la commande d’édifices à des architectes d’avant-garde. De même le Ring compte-t-il parmi ses membres le directeur de la puissante administration prussienne des bâtiments, Walter Curt Behrendt, qui a la haute main sur la construction des édifices publics dans les deux tiers du Reich110. En 1927 enfin, le groupe parvient à noyauter la toute nouvelle Société nationale de recherche pour l’économie du bâtiment et de l’habitat (RFG), chargée de distribuer des subsides pour l’expérimentation constructive. Ce lobbying se révèle un puissant facteur d’accès à la commande et de diffusion des réalisations de l’architecture moderne.

Paul Schmitthenner et l’École de Stuttgart

  • 111 Sur l’École de Stuttgart, voir W. Voigt, « Schmitthenners Werklehre und die Stuttgarter Schule », (...)
  • 112 Sur Paul Bonatz, voir N. Bongartz, Paul Bonatz 1877-1956, Stuttgart, 1977 ; M. Roser, Paul Bonatz  (...)
  • 113 Sur Paul Schmitthenner, voir la remarquable monographie publiée à l’occasion de la récente exposit (...)
  • 114 « Heinz Wetzel und die Geschichte der Städtebaulehre an deutschen Hochschulen. Eine Veröffentlichu (...)

54Parallèlement à cette structuration de l’avant-garde, une tout autre orientation architecturale se développe, à partir des mêmes prémisses : l’École de Stuttgart, à partir de laquelle rayonne dans les années et 1930 le courant de pensée traditionaliste. Si ce courant a longtemps été occulté par une historiographie architecturale focalisée sur l’architecture moderniste, l’École de Stuttgart fait depuis quelques années l’objet d’un intérêt nouveau, plus attentif à la complexité de ses thématiques111. Marquée par l’héritage de Theodor Fischer, dont l’enseignement au début du siècle était fondé sur le refus de l’historicisme et l’intérêt pour les traditions régionales, la faculté d’architecture de l’Université technique de Stuttgart constitue le cadre où s’élabore et se diffuse une approche de l’architecture soucieuse d’actualiser la tradition. Ces recherches sont animées par trois enseignants, Paul Bonatz112, qui a dès 1908 succédé à Fischer, Paul Schmitthenner113, appelé à la chaire de construction et de projet en 1918, et Heinz Wetzel114, chargé de cours dès 1921 et professeur d’urbanisme à partir de 1925.

P. Bonatz : gare de Stuttgart, 1911-1928 (photo prise en 1932).

  • 115 Sur la cité-jardin de Staaken, voir K. Kiem, Die Gartenstadt Staaken (1914-1917) : Typen, Cruppen, (...)

55Paul Bonatz a été profondément marqué par Theodor Fischer, dont il a été l’élève et l’assistant. Son oeuvre comprend de très nombreuses maisons particulières, urbaines et rurales, ainsi que de puissants ouvrages d’art liés à la canalisation du Neckar, qui ambitionnent tout à la fois de réconcilier l’art de l’ingénieur et celui de l’architecte, et d’intégrer harmonieusement ces réalisations techniques dans le paysage. Bonatz s’illustre aussi dans des commandes plus monumentales, dont la massive gare de Stuttgart, qui lui vaut la célébrité (ill. 27). La construction s’étale sur plus de quinze ans, du concours de 1911 remporté par Bonatz à la livraison en 1928. Au fil du projet, l’emphase wilhelminienne du début s’épure en une volumétrie cubique et austère, dépourvue d’ornements. Paul Schmitthenner, Alsacien formé dans les universités techniques de Karlsruhe et de Munich, s’est également illustré dans les réalisations d’architecture domestique — et nous avons noté l’allure bourgeoise des deux maisons qu’il a construites pour la Gagfah en 1928. Mais il est aussi l’un des pionniers de la rationalisation constructive en Allemagne. Dès 1914, sa passion pour la standardisation l’avait conduit à travailler sur l’élaboration de types, dans le cadre de la cité-jardin construite à Staaken près de Berlin pour héberger les ouvriers des usines d’armement de Spandau (ill 28). Pour ces mille logements, dont seul un cinquième est réalisé, Schmitthenner avait défini cinq plans types, ainsi que des normes pour les éléments de construction, à un moment où la normalisation du bâtiment n’existait pas encore. Conformément à l’idéal « autour de 1800 » alors de rigueur pour les cités d’habitation, le style évoque le quartier hollandais de Potsdam, qui date du xviiie siècle115. La cité de Staaken, très admirée à son achèvement, constitue un modèle fréquemment imité jusque dans les années 1930. Sur le plan urbanistique enfin, c’est Heinz Wetzel qui exerce une influence déterminante sur la pratique de la Stuttgarter Schule. Chef du Bureau d’extension urbaine de Stuttgart depuis 1919, il ne compte pratiquement aucune réalisation à son actif, mais élabore une doctrine fondée sur la conviction d’avoir, grâce à l’étude des villages souabes, découvert les principes d’organisation urbaine développés au Moyen Âge par les bâtisseurs de ville. La genèse et l’organisation urbaine de petites villes, telles Horb-sur-Neckar ou Gmund, sont analysées par le dessin (ill. 29). Lui aussi élève de Theodor Fischer, dont il a été le collaborateur, Wetzel transforme les aspirations romantiques du maître en une méthodologie précise, à même de permettre concrètement l’insertion indolore de l’architecture dans le paysage. Son enseignement repose sur l’observation des lieux, dont il s’agit de comprendre l’ordonnancement optique et les particularités topographiques. Cet urbanisme pittoresque, à l’unisson des courbes de terrain, trouve son champ d’application dans la planification de lotissements et de petites villes.

P. Schmitthenner : cité-jardin de Staaken, place du Marché, 1914-1917.

H. wetzel, analyse graphique du village de Horb sur Neckas, 1925

56L’École de Stuttgart pratique à partir de 1918 une réforme ambitieuse, à l’unisson des thématiques propagées par les groupes révolutionnaires auxquels appartiennent ses promoteurs : Bonatz est membre du comité exécutif du Conseil ouvrier et militaire de Stuttgart, et Schmitthenner a adhéré au Conseil de travail pour l’art et au Groupe de novembre. Comme au Bauhaus, l’objectif est de parvenir à l’œuvre d’art totale (Gesamtkunstwerk), fruit de la collaboration d’architectes, d’artisans et d’artistes, et de fonder l’apprentissage sur l’artisanat. Si les difficultés économiques et l’opposition des étudiants conservateurs empêchent la mise en place d’ateliers, l’enseignement accorde une grande place à la qualité de la construction. Dans les années 1920, l’école d’architecture de Stuttgart est la plus fréquentée d’Allemagne, avec celle de l’Université technique de Berlin- Charlottenbourg où enseignent Tessenow, Poelzig et Taut. Dans les années 1930, sa seule rivale est la Bauhochschule de Weimar où officie Paul Schultze-Naumburg. La position dominante de l’École de Stuttgart se prolonge sous le IIIe Reich, où son hégémonie ferait, pour un peu, craindre pour la survie de l’architecture vernaculaire d’Allemagne septentrionale et orientale ! En conclusion, retenons que la Stuttgarter Schule est, entre les deux guerres, le foyer du traditionalisme en architecture et exerce une influence décisive sur l’architecture des années 1920 et 1930, notamment sur le programme de la maison d’habitation, de la villa à la maison en bande. Et ses recherches sont dictées par le souci de proposer des solutions à la fois contemporaines et issues des acquis d’une expérience constructive et plastique séculaire.

La cité expérimentale du Weissenhof, Suttgart, 1927 (photo Wedekind).

La cité du Weissenhof et la création du Block

  • 116 Sur la cité expérimentale du Weissenhof, voir K. Kirsch, The Weissenhofsiedlung. Experimental hous (...)

57L’antagonisme croissant entre la jeune avant-garde et les architectes traditionalistes connaît une escalade en 1925-1927, lors des péripéties qui marquent la construction de la cité-modèle du Weissenhof116. Cette opération, conduite à Stuttgart en 1927 sous les auspices du Werkbund, se distingue des cités d’habitation construites au même moment à Berlin ou Francfort-sur-le-Main par sa vocation démonstrative : il s’agit d’une exposition consacrée à l’habitat, ainsi qu’aux possibilités des nouveaux matériaux et techniques de construction (ill. 30). Due à l’initiative de la dynamique section wurtembergeoise du Werkbund, elle est intitulée Die Wohnung (« L’habitation »).

  • 117 Sur les CIAM, voir M. Steinmann, CIAM : Dokumente 1928-1939, Bâle/Stuttgart, 1979 ; et E. Mumford, (...)

58En réalité, la toute nouvelle influence exercée par les architectes du Ring dans l’organisation, et illustrée par l’élection de Ludwig Mies van der Rohe au poste de vice-président en 1926, leur permet de prendre le contrôle de l’opération. Mies parvient, contre la municipalité et contre l’avis des architectes du Wurtemberg, à éliminer les architectes locaux, et notamment les représentants de l’École de Stuttgart, au profit de vedettes internationales de l’architecture moderne. Cette exposition constitue la première présentation d’ensemble de l’architecture moderne. Jusque-là, les réalisations du Neues Bauen étaient géographiquement éparses, à l’exception des Siedlungen, qui donnaient d’emblée une impression d’homogénéité. En effet, bien que Mies, chargé de la direction artistique, n’ait donné que peu de directives aux architectes (toit plat, crépi si possible blanc cassé), les conventions stylistiques étaient déjà si fortes au sein de l’avant-garde qu’il pouvait dès le départ espérer une apparence unitaire et homogène de l’ensemble. Outre Mies, les célébrités conviées sont Le Corbusier, Oud et Gropius, et, dans une moindre mesure, Bruno Taut. Un hommage est rendu aux anciens : Peter Behrens et Hans Poelzig (ill. 31) — Tessenow ayant pour sa part décliné l’invitation. Sur le plan local, l’éviction de Schmitthenner et Bonatz, pourtant membres de la section wurtembergeoise du Werkbund depuis les origines, est ressentie comme une provocation, d’autant que Stuttgart est représenté par deux jeunesses : Richard Docker, assistant de Bonatz converti au Neues Bauen, et Adolf Schneck. Cette présentation au public d’un ensemble de maisons dues à seize architectes du Mouvement moderne, originaires d’une demidouzaine de pays différents, provoque un large débat en Allemagne. L’opinion publique prend soudain conscience de l’existence d’une nouvelle pratique architecturale : l’exposition attire plus de cinq cent mille visiteurs et est largement commentée dans la presse. Cette homogénéité est reçue comme la manifestation de l’esprit même d’une époque nouvelle, du siècle nouveau. La cité du Weissenhof manifeste de façon éclatante que, en lieu et place des différents courants et groupuscules de l’immédiat après-guerre, un Mouvement moderne s’est constitué, en Allemagne certes, où le Werkbund lui donne une audience nationale, mais encore au-delà des frontières. La rencontre d’architectes modernes dans le cadre de l’exposition de Stuttgart les incite à se regrouper dans le but de défendre l’architecture moderne à l’échelon international, d’autant que le projet de Le Corbusier pour le concours pour le Palais de la SDN à Genève est au même moment rejeté : une association internationale de défense de l’architecture moderne est fondée en 1928, sous la forme des CIAM (Congrès internationaux d’architecture moderne)117. Toutefois, cette nouvelle étape dans l’organisation des architectes modernistes consacre une ligne de partage entre une tendance dominante, fonctionnaliste, et la sensibilité expressionniste et organique. Cette dernière, défendue par le Ring, sera progressivement marginalisée.

H. Poelzig: villa, cité du Weissenhof, Stuttgart, 1927 (photo Otto Lossen).

  • 118 W. C. Behrendt, Der Sieg des Neuen Baustils, Stuttgart, 1927. Cf. D. Mertins, « Introduction », Wa (...)
  • 119 Sur ce projet, voir W. Voigt, « Gartenstadt, Volkswohnung und fabriziertes Fachwerk : Paul Schmitt (...)
  • 120 Cf. W. Voigt, « Zwischen Weissenhof-Streit... », op. cit., p. 70.
  • 121 Cf. R. Pommer et C. Otto, Weissenhof, op. cit., p. 140-144.
  • 122 Schultze-Naumburg refusant d’accepter Alexander Klein au sein du Block en raison de ses origines j (...)

59Face à ce qui apparaît comme « La victoire de l’architecture nouvelle », pour reprendre le titre du manifeste publié par Walter Curt Behrendt en 1927118, les traditionalistes, dont l’influence au sein du Werkbund est mise à mal, tentent à leur tour de se regrouper. Schmitthenner et Bonatz, démissionnaires, se joignent à l’initiative de trois membres de l’Académie des beaux-arts de Prusse visant la création d’une organisation capable de répliquer au Ring. Le danger apparaît clairement lorsque le clan moderniste fait annuler la subvention que la Société nationale de recherche pour l’économie du bâtiment et de l’habitat (RFG) devait verser au projet de cité préfabriquée en bois soumis par Schmitthenner, pourtant membre du comité d’experts119. Fondé en mai 1928, le Block est présidé par Paul Schultze-Naumburg ; Georg Steinmetz et Hans Poelzig y adhéreront par la suite120. Le manifeste originel exprime la volonté de trouver une expression appropriée aux constructions contemporaines, mais sans se priver de ce que la tradition a expérimenté avec succès. Cependant, en dépit de la notoriété de ses membres, originaires de différentes régions d’Allemagne, les dissensions sont trop fortes pour que le Block parvienne à s’accorder sur autre chose que sur son opposition au Weissenhof. Mais s’il ne parvient pas à se constituer en lobby, le Block appartient à la nébuleuse des organisations proches du Parti nationallistesocialiste (Nationalsozialistische-Deutsche-Arbeiterpartei : Parti national-socialiste allemand des travailleurs, NSDAP). En effet, le durcissement des positions au sein de la communauté architecturale à l’occasion du Weissenhof n’est pas le seul fait du Block. La cité d’avant-garde est également dans le collimateur du Bund für Heimatschutz121 qui, qui, sous l’influence croissante de Paul Schultze-Naumburg, a dès 1925 commencé à mâtiner d’antisémitisme le recours aux traditions locales pour l’élaboration d’une architecture germanique et nordique : le refus de tout matériau ou élément de construction contemporain (carton bituminé, panneau de béton ou toit plat) est justifié par l’absence de lien avec la terre et la race allemandes, ce qui, partant, les disqualifie comme « non aryens ». Les scrupuleuses recherches typologiques le cèdent à la nostalgie du village médiéval et de la cathédrale gothique. Dans le même ordre d’idées, Bonatz, pourtant peu suspect d’antisémitisme122, lance la formule de la « Nouvelle Jérusalem », à propos de la blancheur des maisons qui s’étagent sur la colline. Un photomontage transforme le Weissenhof en « Village arabe de Stuttgart ». Ces thèmes seront accentués et politisés par la Ligue de combat pour la culture allemande (Kampfbund für deutsche Kultur) créée par Alfred Rosenberg en 1929 en vue d’étendre l’influence du Parti national-socialiste dans le domaine de la culture : Schultze-Naumburg en sera l’un des piliers et Schmitthenner un conférencier occasionnel.

60La cité Fischtalgrund est donc bien la réponse à la cité du Weissenhof, dont elle prend le contre-pied stylistique et constructif. Mais l’année qui s’est écoulée entre les deux expositions a consolidé les positions de l’architecture moderne et accentué sa diffusion dans le grand public : le Neues Bauen, plus familier, est désormais perçu comme incarnant la modernité de l’époque. Du coup, la démonstration de la Gagfah, face à la réussite de la Gehag, paraît d’un traditionalisme outrancier. Comme l’a rétrospectivement exposé un jeune visiteur de l’exposition, alors élève de Poelzig et plutôt sceptique quant à l’architecture d’avant-garde :

  • 123 J. Posener, » Weissenhof und danach », Der Baumeister, a. 78, n° 6, juin 1981, p. 596-607.

« Ainsi, ça ne marchait plus tout à fait, après le Weissenhof et en face d’Oncle Tom. Mais plus encore le Weissenhof. Il y a en art des pas qui, une fois franchis, rabaissent les oeuvres des autres au rang d’anachronismes123. »

61Julius Posener, devenu le critique et historien de l’architecture que l’on sait, note que, en dépit des qualités réelles de son architecture, la cité traditionaliste paraît désormais étrangement rétrograde.

  • 124 B. Taut, » Siedlungsmemoiren », manuscrit daté du 30 août 1933, p. 18-19, Berlin, Akademie der Kün (...)

62Quelques années plus tard, dans le regard qu’il porte sur cette affaire, Bruno Taut note que la pente du toit de la cité Fischtalgrund était bien plus raide que celle des maisons traditionnelles de ce quartier de Berlin et raille la Gagfah qui, deux ans après la « guerre du toit », a trahi son romantisme en construisant tout à côté une cité à toit plat — ce qui ne la rend pas moderne pour autant. Avec le recul, le conflit lui apparaît comme la préfiguration de ce qui vient de se passer en Allemagne — le texte est écrit en 1933124.

63L’épisode de la « guerre du toit » de Zehlendorf montre ainsi que, en dépit de la similitude du programme architectural (le logement des classes moyennes dans une cité d’habitation située en périphérie urbaine), les deux sociétés de construction optent pour un parti architectural radicalement opposé. D’un côté, des maisons en bande ou petits immeubles à l’allure résolument moderne, formant un tout homogène ; de l’autre, des maisons traditionnelles et individualisées. Ces deux esthétiques tranchées sont la traduction de positions opposées au sein de la corporation des architectes, qui, bien qu’unanimes dans leur rejet de l’historicisme et dans leur recherche d’un art de bâtir contemporain, empruntent des chemins formels qui divergent. Pour éclairer cet antagonisme, sur lequel nous reviendrons au chapitre VII, nous allons nous intéresser de plus près à la cible sociale de cette architecture, les employés, ainsi qu’aux objectifs poursuivis par les maîtres d’ouvrage de ces deux opérations : la Gagfah et la Gehag.

Notes

1 R. Pommer, « The flat roof : A modernist controversy in Germany », Art Journal, 43, n° 2, été 1983, p. 158-169, se contente de mentionner cet épisode au sein d’une fresque plus générale.

2 L’étude la plus complète sur la cité Case de l’Oncle Tom a été commanditée par la société de construction qui l’a édifiée, la Gehag : malheureusement non publiée, elle comprend l’analyse architecturale détaillée de l’ensemble des sept tranches de construction : H. Pitz et W. Brenne, « Waldsiedlung Zehlendorf (Onkel-Toms Hutte), Dokumentation und Rekonstruktion des Originalzustandes der Siedlung », neuf classeurs, 1985-1990 ; ainsi qu’une étude historique : A. Jaegci et J. Tomisch, « Waldsiedlung Zehlendorf (Onkel-Toms Hutte). Planungs- und Baugeschichte », Gutachten fur die Gehag, Berlin, 1991, 442 p. dactyl. Je remercie J. Tomisch, W. Brenne et C. Noack de m’avoir permis d’accéder à cette mine documentaire. Seul un aperçu en a été publié : A. Jaegci, « Waldsiedlung Zehlendorf ″Onkel-Toms Hutte″ », dans N. Huse (dir.), Vier Berliner Siedlungen..., op. cit., p. 137-158.

3 La seule étude concernant la cité Fischtalgrund a été confiée à l’architecte Gesine Weinmiller par le bureau municipal d’urbanisme de Zehlendorf : elle date de 1996. À nouveau, je remercie C. Noack de m’avoir autorisée à la consulter. Pour une présentation succincte de la cité, voir G. Silbereisen, « Die Waldsiedlung "Onkel-Toms Hutte" », dans Historische Kommission zu Berlin, Zehlendorf, 1992, p. 116-138 ; M. Gärtner et C. Keim, « Waldsiedlung Zehlendorf » et « Versuchssiedlung Am Fischtal », dans Baudenkmale in Berlin. Bezirk Zehlendorf, Ortsteil Zehlendorf (Denkmaltopographie der Bundesrepublik Deutschlands) édité par le Landesdenkmalamt, 1995, Berlin, p. 201-211 ; P. Güttler, « Neues Bauen in Zehlendorf » et « Die Siedlung am Fischtalgrund », Berlin und seine Bauten, IVe partie : Wohnungsbau, vol. D : Reihenhäuser, Berlin, 2002, p. 146-156.

4 Les articles parus à cette occasion sont classés par ordre chronologique dans les sources imprimées réunies à la fin du livre, sous la rubrique « Les deux cités et la guerre du toit ».

5 Sur A. Sommerfeld, voir K. Wilhelm, « Adolf Sommerfeld », Bauwelt, a. 77, n° 34, 5 septembre 1986, p. 1258-1267.

6 Lettre de la Gehag à la mairie d’arrondissement en date du 5 août 1926 (dossier 410-27, vol. 1, Tiefbauamt, archives municipales de Zehlendorf).

7 Lettre de Martin Wagner au maire d’arrondissement Schumacher, datée du 2 octobre 1926, conservée par la mairie de Zehlendorf.

8 A. Hofrichter, « Bezirksamt Zehlendorf. Ein deutsch-nationaler Bürgermeister. Seine Leistungen und seine Berichtigungen », Berliner Stadtblatt, 5 septembre 1926 ; « Die Wahrheit über die Zehlendorfer Gross-Siedlung », Zehlendorfer Anzeiger, 8 septembre 1926 ; « Die Zehlendorfer Grosssiedlung. Das Bezirksamt wehrt sich gegen den Vorwurf der Bauverzôgerung », Berliner Lokal-Anzeiger, 9 septembre 1926 ; « Bauvorhaben der "Gehag" in Zehlendorf. Ein Vermittlungsvorschlag », Vorwärts, 12 septembre 1926 ; « Eine berechtigte Forderung. Berliner Stadterweiterung und Stadtbauamt », Berliner Tageblatt, 15 septembre 1926 ; « Nochmals die Zehlendorfer Gross-Siedlung », Zehlendorfer Anzeiger, 20 septembre 1926 ; « Öffentliche Meinung : Rettung des Zehlendorfer Waldes », Zehlendorfer Anzeiger, 23 septembre 1926 ; « Die Waldbebauung bei Zehlendorf », Deutsche allgemeine Zeitung, 24 septembre 1926.

9 « Zehlendorfer Bezirksversammlung. Die Beantwortung der Anfrage betreffend die Grosssiedlung an der Spandauer- und RiemeisterstraSe », Zehlendorfer Anzeiger, 23 septembre 1926.

10 Lettre de la Gagfah (filiale est) à la mairie d’arrondissement de Zehlendorf, service de la construction, datée du 8 février 1928 (archives municipales de Zehlendorf, Hauptakte der Gagfah- Siedlung (Generalakte), Grundstück am Fischtal). La lettre précise que la cité, nommée Gagfah- lubiläumssiedlung et composée de 74 maisons individuelles et 44 appartements, sera achevée le 31 juillet 1928 et ouverte plusieurs mois à la visite du public. Le lendemain, une nouvelle lettre précise que le chantier a été confié à l’Ahag et que les logements pourront être habités dès le mois d’octobre. La Gagfah demande une autorisation de principe afin de pouvoir démarrer le chantier instantanément.

11 Au départ, dix-sept intervenants sont prévus. Les architectes invités sont Ernst Grabbe, Wilhelm Jost, Fritz Keller, Alexander Klein, Paul Mebes, Hans Poelzig, Erich Richter (dont le projet n’est fina- lement pas construit), Emil Rüster, Paul Schmitthenner, Fritz Schopohl, Georg Steinmetz, Heinrich Tessenow, Karl Weishaupt, Gustav Wolf. Les autres viennent de la Gagfah : Arnold Knoblauch, directeur général (en collaboration avec sa nièce, Gertrud Droste), Hans Gerlach, membre du directoire, et F. W. Volz, responsable du service Construction.

12 Amtlicher Katalog. Ausstellung Bauen und Wohnen. Gagfah-Siedlung Fischtalgrund, Berlin- Zehlendorf, Sept. Okt. 1928, qui constitue le n° 34 de Bauwelt, 23 août 1928. Le graphisme de l’af- fiche couleur de l’exposition, repris pour la couverture du catalogue de l’exposition et le dépliant d’accompagnement, est dû au peintre Fritz Ahlers (1890-1973).

13 Sur l’exposition de l’Ahag, voir A. Behne, « Ahag-Ausstellung », i 10, a. 2, 20 décembre 1928, n° 17-18, p. 94-95 ; ID., « Ausstellung der Ahag am Fischtalgrund. Architekt Walter Gropius. Ausstellungsleitung L. Moholy-Nagy », Das Neue Berlin, a. 1, 1929, n° 1, p. 20-22 (même texte) ; W. Nerdinger, Walter Gropius, Berlin, 1985 (2e éd. 1996), p. 108-109 ; id., « Walter Gropius : permanenze dell’effimero », Casabella, v. 61, mars 1997, p. 56-67.

14 « Wohnungsbauverbot in Zehlendorf », Vorwärts, 14 juin 1929.

15 M. Baumann, Freiraumplanung in den Siedlungen der zwanziger Jahre am Beispiel der Planungen des Gartenarchitekten Leberecht Migge, Halle, 2002, p. 152-153.

16 H. J. Rieger, « Diefarbige Stadt. Beiträge zur Ceschichte der farbigen Architektur in Deutschland und der Schweiz 1910-1939 », doctorat de philosophie, université de Zurich, 1976, p. 114.

17 Les illustrations dont le numéro est précédé d’un C se trouvent dans le cahier en couleurs aux pages 431-446.

18 H. Häring, « Problème des Bauens », Der Neubau, a. 6, n° 17, 10 septembre 1924, p. 201-203.

19 Deutscher Werkbund, Bau und Wohnung, Stuttgart, 1927.

20 E. J. Siedler, « Ein GroSsiedlungsvorhaben in Zehlendorf », Die Baugilde, a. 8, n° 17, 10 sep- tembre 1926, p. 956-961. Les réactions sont publiées dans Die Baugilde, a. 8, n° 18, 25 septembre 1926, p. 1017-1018.

21 E. J. Siedler, « Ein GroSsiedlungsvorhaben... », op. cit., dont les arguments sont repris dans « Eine berechtigte Forderung... », op. cit.

22 Cf. A. Hofrichter, « Wie Berlin die Baulust fördert... », Berliner Tageblatt, 28 août 1926 ; « Wie Berlin die Baulust fördert. Eine Erklärung des Bezirksamtes Zehlendorf », Berliner Tageblatt, 3 septembre 1926 ; « Auch eine Forderung des Wohnungsbaues. Gute Wohngegenden nur fur vermögende Leute ? », Vorwärts, 3 septembre 1926 ; « Zehlendorf gegen "gewöhnliche" Leute », Berliner Volkszeitung, 4 septembre 1926.

23 « Zehlendorf gegen "gewöhnliche" Leute », op. cit.

24 « Auch eine Forderung des Wohnungsbaus... », op. cit.

25 « Zehlendorf gegen "gewöhnliche" Leute », op. cit.

26 « Eine berechtigte Forderung... », op. cit.

27 B. Taut, « Erklärung zur Siedlung der "Gehag" in Zehlendorf », Die Baugilde, a. 8, n° 18, 25 septembre 1926, p. 1017.

28 « Zehlendorfer Bezirksversammlung... », op. cit., 23 septembre 1926.

29 « Siedlung Zehlendorf Mitte, 500 Wohnungen für Minderbemittelte », Berliner Morgenpost, 23 juin 1927.

30 « Neue Häuser in Zehlendorf Mitte. Die zweite Grosssiedlung der Gehag », 23 juin 1927, édi- tion du matin, coupure conservée au Heimatmuseum Zehlendorf.

31 « Eine neue Grobsiedlung in Zehlendorf », coupure conservée au Heimatmuseum Zehlendorf sans source ni date.

32 « Grosssiedlung Zehlendorf », Steglitzer Anzeiger, 23 juin 1927.

33 « Grosssiedlung Zehlendorf. Flachbau-Kasernen im Grunewald », Berliner Lokal-Anzeiger, 25 juin 1927.

34 A. Scholz, « Eine neue Grosssiedlung in Zehlendorf », Wohngemeinschaft-Das Blatt der Crosssiedlung Britz, Neukölln-Dammweg und des Siedler-Vereins Neu-Rudow, a. 1, n° 19, 7 juillet 1927.

35 « Fabrikmässiger Wohnungsbau. Théorie und Praxis der neuen Sachlichkeit », Berliner Lokal- Anzeiger, 18 mars 1928 ; G. Stein, « Typisierung des Wohnungsbaues. Eine neue Reihensiedlung am Fischbachgrund [sic] in Zehlendorf », Berliner Tageblatt, 19 mars 1928 ; « Typenhäuser. Die Wohnkolonie am Fischtalgrund in Zehlendorf », Vossische Zeitung, 20 mars 1928 ; « Neue Baugedanken », Deutsche Allgemeine Zeitung, 20 mars 1928 ; « Moderne Wohn-Kultur im Berliner Westen », Berliner Morgenpost, 22 mars 1928. Plusieurs de ces articles sont conservés sous la forme de coupures dans les archives Gropius, Bauhaus-Archiv, Berlin.

36 « Eine Mustersiedlung am Fischtalgrund », Deutsche Bauzeitung, a. 62, n° 28-29, 7 avril 1928, p. 264 ; « Gagfah-Siedlung Fischtalgrund in Berlin », Wasmuths Monatshefte für Baukunst, a. 12, n° 4, avril 1928, p. 182 ; et « Ausstellung Bauen u. Wohnen. Berlin-Zehlendorf 1928. Gagfah- Siedlung Fischtalgrund in Grundrisse und Schnitte », Wasmuths Monatshefte für Baukunst, a. 12, n° 5, mai 1928, p. 211-242 (également sous la forme d’un tiré à part de 32 pages).

37 « Eine Mustersiedlung », op. cit.

38 « Großhäuser und Großsiedlungen. Aus der Praxis des modernen Volkswohnungsbaues », Der Abend, supplément, 24 avril 1928.

39 Le repas du bouquet est une coutume ancienne chez les charpentiers : il célèbre la finition de la charpente des combles par la pose d’une poutre enrubannée de couleurs vives, censée porter chance à la maison.

40 G. Stein, « Richtefest. Die neue Angestelltensiedlung in Zehlendorf », Berliner Stadtblatt, 15 mai 1928.

41 « Die neue Gagfah-Siedlung im Spiegel der Berliner Presse », Wohnungswirtschaft, a. 5, n° 12, 15 juin 1928, p. 142, cite cet extrait d’un article paru dans Berliner Börsen-Courier.

42 « Bauen und Wohnen. Die Ausstellung im Fischtalgrund », Deutsche Allgemeine Zeitung, 15 mai 1928.

43 « Häuserbau, wie er nicht sein soll ! Ein verfehltes Experiment. Winzige Küche und unerschwingliche Mieten », Der Abend, 15 mai 1928.

44 E. Fader, « Ausstellung "Bauen und Wohnen". Gagfah-Siedlung Fischtalgrund - Steiles und flaches Dach », Der Neubau, a. 10, n° 10, 24 mai 1928.

45 « Eine Mustersiedlung in Berlin », Der Baumeister, a. 26, n° 5, mai 1928, supplément p. 97.

46 H. Tessenow, Der Wohnhausbau, Munich, 1909 (2e éd. 1914 ; 3e éd. revue 1927).

47 G. Lampmann, « Verbände, Vorlesungen, Ausstellungen », Zentralblatt der Bauverwaltung, a. 48, n° 23, 6 juin 1928, p. 377-378.

48 H. Tessenow, « Der Zehlendorfer Dächerkrieg. Die dachlose Gehag, die bedachte Gagfah », Deutsche Bauhütte, a. 32, n° 14, 27 juin 1928, p. 213.

49 M. Deri, « Die hinkende Siedlung », Berliner Zeitung am Mittag, 17 juillet 1928.

50 G. Stein, « Wie es euch gefällt. Die "Gagfah" zum Dächerkrieg in Zehlendorf », Berliner Tageblatt, 8 août 1928.

51 « Die Gagfah-Siedlung in Fischtalgrund in Berlin-Zehlendorf und die Ausstellung "Bauen und Wohnen" », Deutsche Bauzeitung, a. 62, n° 70, 1er septembre 1928, p. 612.

52 « Politik und Wohnung - Wem die Versicherungsanstalt für Angestellte ihre Gunst zuwendet », Der Abend, 28 août 1928.

53 « Ausstellung Bauen und Wohnen. Gagfah-Siedlung Fischtalgrund, Berlin-Zehlendorf 1928 », Bauwelt, a. 19, n° 40, 4 octobre 1928, p. 1-16 (cahier de photographies).

54 W. Gropius, « Zur eröffnung der gagfah-ausstellung "bauen und wohnen" », discours tenu à la conférence de presse, manuscrit daté du 30 août 1928 et publié dans Deutsche Bauzeitung, a. 62, n° 8, août 1928, p. 112. Sa conférence est suivie par une intervention de Lubbert, au nom de la RFG (Société nationale de recherche pour l’économie du bâtiment et de l’habitat), puis de Sommerfeld pour les sociétés de construction. (Le fait de supprimer toute capitale dans la typo- graphie relève d’un choix idéologique partagé par l’ensemble du Bauhaus.)

55 « "Bauen und Wohnen". Eröffnung der Ausstellung in Zehlendorf », Der Abend, 1ER septembre 1928 ; C. Koch, « Bauen und Wohnen eröffnet. Die Gagfahsiedlung am Fischtalgrund », Berliner Börsen-Courier, 1er septembre 1928 ; « "Bauen und Wohnen". Heute Eröffnung der Ausstellung im Fischtalgrund », Berliner Tageblatt, 1er septembre 1928 ; « Bauen und Wohnen. Die Ausstellung am Fischtalgrund », Deutsche allgemeine Zeitung, 1er septembre 1928 ; « Die Gagfah-Siedlung in Fischtalgrund in Berlin-Zehlendorf und die Ausstellung "Bauen und Wohnen" » ; « Bauhandwerk oder Bauindustrie ? Heute Eröffnung der Ausstellung "Bauen und Wohnen" in Zehlendorf », Germania, 1er septembre 1928 ; « Modernes Bauen und Wohnen. Die Forschungssiedlung in Zehlendorf », Neue Preussische Kreuzzeitung, 1er septembre 1928 ; « Bauen und Wohnen. Die "Gagfah" Ausstellung in Zehlendorf », Berliner Morgenpost, 2 septembre 1928 ; « Die Mittelstandswohnung der Zukunft. Eröffnung der Berliner Ausstellung "Bauen und Wohnen" », Hannoverscher Anzeiger, 2 septembre 1928 ; A. BEHNE, « Bauen und Wohnen. Die Musterhäuser am Fischtalgrund - Siedlung und Ausstellung der Gagfah - Die Aufgabe des Bauens », Die Welt am Abend, 3, 4 et 5 septembre 1928 ; « Wohnen und Bauen. Die Gagfah-Ausstellung in Zehlendorf », Die Welt am Montag, 3 septembre 1928 ; « Bauen und Wohnen. Die Zehlendorfer "Gagfah" Siedlung », Vorwärts, 4 septembre 1928 ; « Zweckmässiger und billiger Wohnungsbau », Hamburger Fremdenblatt, 7 septembre 1928 ; G. Stein, « Die hinkende Strasse. Der Dächerkrieg in Zehlendorf », Berliner Tageblatt, 9 septembre 1928 ; id., « Dächer als Rebellen. Ausstellung "Bauen und Wohnen" », Berliner Tageblatt, 9 septembre 1928 ; E. Briggs, « Bauen und Wohnen. Zur Ausstellung in Zehlendorf », Berliner Tageblatt, 11 septembre 1928 ; « Gagfah mit Giebeln », Frankfurter Zeitung und Handelsblatt, 13 septembre 1928 ; « Leben heisst Wohnen », Volkszeitung, 13 septembre 1928 ; « 5000 neue Wohnungen ? Ein Angebot an die Stadt Berlin », Berliner Tageblatt, 15 septembre 1928 ; L. Fütterer, « Die Ausstellung "Bauen und Wohnen" », Germania, 18 septembre 1928.

56 G. Stn [G. Stein], « Die hinkende Strasse... », op. cit., 9 septembre 1928.

57 G. Stein, « Dächer als Rebellen... », op. cit., 9 septembre 1928.

58 A. Behne, « Die Zehlendorfer Siedlung der Gehag », Die Form, a. 4, n° 1, 1er janvier 1929, p. 4-8.

59 A. Behne, « Der Krieg um die Dachform. Die Ausstellung am Fischtalgrund », Die Welt am Abend, 5 septembre 1928.

60 « Gagfah - aha ! » Wohnungswirtschaft, a. 5, n° 18, 15 septembre 1928, p. 260.

61 H. Eitel, « Eindrücke von der Ausstellung "Bauen und Wohnen" », Die Baukunst, a. 4, 1928, p. 296-297 et 302-310.

62 W. Lotz, « Die Gagfah-Siedlung », Die Form, a. 3, n° 10, 1er octobre 1928, p. 289-298.

63 « Die Gagfah-Siedlung Fischtalgrund », Deutsches Bauwesen, a. 4, n° 10, octobre 1928, sup- plément, p. 1-2.

64 A. Behne, « Die Zehlendorfer Siedlung », op. cit., p. 4.

65 « Die Gagfah-Mustersiedlung "Bauen und Wohnen" in Berlin-Zehlendorf, Fischtalgrund. Eine städtebauliche, wohnwirtschaftliche und soziale Kritik », Wohnungswirtschaft, a. 5, n° 19-20, 1er octobre 1928, p. 276-287.

66 Les deux travaux de synthèse sur l’architecture sous la république de Weimar sont l’ouvrage fondamental de B. Miller-Lane, Architecture and Politics in Cermany 1918-1945, op. cit., et celui de N. Huse, Neues Bauen 1918 bis 1933, op. cit., focalisé sur l’architecture moderne. Plus récemment, le livre très illustré dirigé par J. Zukowsky présente la production architecturale dominante sous la république de Weimar : The Many Faces of Modem Architecture, op. cit. Quant à la tri- logie publiée par le Deutsches Architektur-Museum, elle a, dans sa volonté de relire l’histoire de la modernité architecturale, apporté de nombreux éclairages nouveaux : Moderne Architektur in Deutschland, op. cit. (cf. Introduction, n. 18).

67 Il n’existe pas de panorama d’ensemble de la réforme architecturale antérieure à la Première Guerre mondiale. Le meilleur ouvrage demeure : J. Posener, Berlin auf dem Wege zu einer neuen Architektur. Das Zeitalter Wilhelms II., Munich, 1979. Voir aussi G. Schickel, « Der Kampf um den Stil : Architektur in Deutschland von der Jahrhundertwende bis zum Ersten Weltkrieg », dans Moderne Baukunst 1900-1914, catalogue d’exposition, Krefeld/Hagen/Berlin, 1993, p. 26-38.

68 À ce stade, la seule monographie consacrée à Paul Mebes se concentre sur ses réalisations en matière de logement : E. Meyer, Paul Mebes. Mietshausbau in Berlin 1906-1938, Berlin, 1972.

69 La meilleure introduction à l’oeuvre de Tessenow est le catalogue raisonné établi par M. De Michelis, Heinrich Tessenow 1876-1950. Das architektonische Gesamtwerk, Stuttgart/Milan, 1991.

70 P. Mebes, Um 1800. Architektur und Handwerk im letzten lahrhundert ihrer traditionellen Entwicktung, Munich, 1908, 2 vol. (2e éd. 1918 en un seul volume ; 3e éd. 1920 ; rééd. Berlin, 2001).

71 P. Mebes, Um 1800, op. cit., vol. 2, p. 17 et 25.

72 P. Schultze-Naumburg, Kulturarbeiten, Munich, neuf volumes parus de 1901 à 1917. Sur Schultze-Naumburg, voir N. Borrmann, Paul Schultze-Naumburg Maler, Publizist, Architekt 1869- 1949, Essen, 1989.

73 H. Muthesius, Stilarchitektur und Baukunst. Wandlungen der Architektur im XIX. Jahrhundert, Mülheim-Ruhr, 1902.

74 Cf. n. 46.

75 H. Tessenow, Hausbau und Dergleichen, Berlin, 1916 (2e éd. 1920 ; 3e éd. revue Munich, 1928 ; 4e éd. Baden-Baden, 1953 ; 5e éd. Brunswick/Wiesbaden, 1985).

76 H. Tessenow, Handwerk und Kleinstadt, Munich, 1919.

77 Sur le Deutscher Werkbund, voir L. Burckhardt (dir.), Le Werkbund. Allemagne, Autriche, Suisse, Paris, 1981 ; J. Campbell, The German Werkbund. The Politics of Reform in the Applied Arts, Princeton, 1978 et F. Schwartz, The Werkbund. Design Theory & Mass Culture Before the First World War, New Haven/Londres, 1996.

78 Sur les différentes composantes du « mouvement de réforme de la vie », voir D. Kerbs et J. Reulecke (dir.), Handbuch der deutschen Reformbewegungen 1880-1993, Wuppertal, 1998.

79 Pour un aperçu, voir E. Kluetin, « Heimatschutz », dans D. Kerbs et J. Reulecke (dir.), Handbuch, op. cit., p. 47-57 et C. Otto, « Modem environment and historical continuity : the Heimatschutz discourse in Germany », Art journal, a. 43, n° 2, été 1983, p. 148-157. Les deux études spécifique- ment consacrées au Heimatschutz sont les doctorats de A. Knaut, « Zurück zur Natur : Landschafts- und Heimatschutz im wilhelminischen Zeitalter », université de Munich, 1992, publié sous le titre Zurück zur Natur ! die Wurzeln der Ökologiebewegung, Greven, 1993, et de W. Rollin, A Greener Vision of Home : Cultural Politics and Environmental Reform in the German Heimatschutz Movement 1904-1918, Ann Arbor, 1997. Tous deux concernent la période antérieure à la Première Guerre mondiale.

80 J. Petsch, « Le Deutscher Werkbund de 1907 à 1933 et les mouvements de "réforme de la vie et de la culture" », dans L. Burckhardt (dir.), Le Werkbund, op. cit., p. 88 ; et E. Kluetin (dir.), Antimodernismus und Reform. Zur Geschichte der Heimatbewegung, Darmstadt, 1991.

81 I. M. Greverus, Auf der Suche nach Heimat, Munich, 1979, p. 63-64. Sur l’étymologie du mot Heimat, voir H. Frank, « Nostalgie et tradition dans l’habitation allemande des années 20 et 30. La mise en scène de la "Heimat" », dans M. Eleb-Vidal et A. Debarre-Blanchard (dir.), « La maison. Espaces et intimités », In extenso, n° 9, 2e trimestre 1986, p. 114.

82 Pour une introduction, voir : R. vom Bruch, « Kunstwart und Dürerbund », dans D. Kerbs et J. Reulecke (dir.), Handbuch, op. cit., p. 429-438. L’ouvrage fondamental reste : G. Kratzsch, Kunstwart und Dürerbund : ein Beitrag zur Geschichte der Gebildeten im Zeitalter des Imperialismus, Göttingen, 1969.

83 Sur le Heimatschutz et la reconstruction en Prusse orientale, voir H. Frank, « Heimatschutz und typologisches Entwerfen. Modernisierung und Tradition beim Wiederaufbau von Ostpreussen 1915- 1927 », dans V. M. Lampugnani et R. Schneider (dir.), Reform und Tradition, op. cit., p. 104-131.

84 G. Steinmetz, Grundiagen für das Bauen in Stadt und Land, mit besonderer Rücksicht auf den Wiederaufbau in Ostpreussen, Munich, 1917 ; Grundiagen für das Bauen in Stadt und Land, vol. 1, « Körper und Raum », Munich, 1928, et vol. 2, « Besondere Beispiele », Munich, 1921.

85 W. Lindner, « Heimatschutz und neuzeitliches Bauwesen », dans C. J. Fuchs (dir.), Die Wohnungs- und Siedlungsfrage nach dem Kriege, Stuttgart, 1918, p. 150.

86 Idem, p. 151.

87 H. Wille, Heimatschutz und Heimatpflege, Berlin, 1928, p. 76-77, avec une préface de W. Lindner.

88 Une somme collective a récemment fait le point : W. Nerdincer avec K. Hartmann, M. Schirren et M. Speidel (dir.), Bruno Taut 1880-1938 : Architekt zwischen Tradition und Avantgarde, Stuttgart, 2001. Historiquement, la première monographie consacrée à Bruno Taut, marquée par le contexte idéologique de l’ancienne RDA, est l’importante biographie que lui a consacrée K. Junghanns, Bruno Taut 1880-1938, Berlin, 1970, rééditée en 1983 puis en 1998. L’exposition pour le centenaire de sa naissance a été accompagnée d’un catalogue : Bruno Taut 1880-1938, Akademie der Künste, juin-août 1980. Parmi les ouvrages postérieurs, mentionnons les éclairages nouveaux apportés par I. B. Whyte, Bruno Taut. Baumeister einer neuen Welt, Stuttgart, 1981 ; B. Zöller-Stock, Bruno Taut. Die Innenraumentwürfe des Berliner Architekten, Stuttgart, 1993 ; et M. Speidel, Bruno Taut. Natur und Fantasie 1880-1938, Berlin, 1995.

89 Sur Theodor Fischer et l’influence qu’il a exercée sur l’architecture allemande, voir U. Kerkhoff, Theodor Fischer. Eine Abkehr vom Historismus oder ein Weg zur Moderne, Stuttgart, 1987 ; et W. Nerdinger, Theodor Fischer. Architekt und Städtebauer 1862-1938, Berlin, 1988.

90 Cette insertion de B. Taut dans le milieu de l’activisme littéraire a été mise en avant par I. B. Whyte, op. cit.

91 P. Scheerbart, Glasarchitektur, Berlin, 1914 (trad. française : L’architecture de verre, Saulxures, 1995).

92 Sur la thématique cristalline dans l’oeuvre de B. Taut, voir : R. Prange, Das Kristalline als Kunstsymbol. Bruno Taut und Paul Klee, Hildesheim/Zürich/New York, 1991.

93 A. Thiekotter (dir.), Kristallisationen, Splitterungen ; Bruno Tauts Glashaus, Bâle, 1993.

94 B. Taut, « Genossenschaftsarchitektur », Wohnungswirtschaft, a. 3, n° 1, 1926, p. 12-13.

95 B. Taut, Alpine Architektur, Hagen, 1919 (trad. française : Architecture alpine, Paris, 2005).

96 B. Taut, Die Stadtkrone, avec des contributions de Paul Scheerbart, Erich Baron, Adolf Behne, léna, 1919 (réimpr. Nendeln/Liechstenstein, 1977, et Berlin, 2002 ; trad. française : Une couronne pour la ville, Paris, 2004).

97 B. Taut, Die Auflösung der Städte oder die Erde einer guten Wohnung oder auch der Weg zur Alpinen Architektur, Hagen, 1920 ; Der Weltbaumeister. Architekturschauspiel für symphonische Musik, Hagen, 1920.

98 B. Taut, Die Auflösung der Städte oder die Erde einer guten Wohnung oder auch der Weg zur Alpinen Architektur, Hagen, 1920 ; Der Weltbaumeister. Architekturschauspiel für symphonische Musik, Hagen, 1920.

99 E. Steneberg, Arbeitsrat für Kunst Berlin 1918-1921, Düsseldorf, 1987.

100 H. Kliemann, Die Novemhergruppe, Berlin, 1969.

101 I. B. Whyte et R. Schneider, Die Briefe der Gläsernen Kette, Berlin, 1986.

102 L’essentiel de la revue, qui a paru de 1920 à 1922, a été réédité en 1963 : B. Taut, Frühlicht 1920-1922. Eine Folge für die Verwirklichung des neuen Baugedankens, Berlin, 1963.

103 Le terme de Bauhaus, inventé par Gropius pour la nouvelle école, combine les mots de Bau (construction) et Haus (maison), en les inversant par rapport au terme habituel de Hausbau (construction de la maison), soit « maison pour la construction ». Davantage qu’une école fessionnelle du bâtiment, le terme de Bauhaus évoque la Bauhütte médiévale, c’est-à-dire la lpogroedes bâtisseurs de cathédrales qui rassemblait maçons, bâtisseurs et décorateurs. Sur le Bauhaus, la bibliographie est abondante. En français, F. Whitford, Le Bauhaus, Paris, 1989, et M. Droste, Bauhaus 1919-1933, Cologne, 1994 (rééd. Paris, 2002) constituent d’agréables introductions. Sur les aspects plus spécifiquement architecturaux de l’activité du Bauhaus, voir K.-J. Winkler, Die Architektur am Bauhaus Weimar, Berlin/Munich, 1993 ; et ID., Baulehre und Entwerfen am Bauhaus 1919-1933, Weimar, 2003 ; M. Droste, Hannes Meyer 1889-1954, Architekt Urbanist Lehrer, Berlin, 1989 ; Bauhaus in Berlin. Bauten und Projekte, Berlin, 1995.

104 L’ouvrage de référence sur l’architecture expressionniste demeure celui de W. Pehnt, Die Architektur des Expressionismus, Stuttgart, 1973 (3e éd. augmentée Ostfildern, 1998). Voir aussi R. Stamm et D. Schreiber (dir.), Bau einer neuen Welt. Architektonische Visionen des Expressionismus, Cologne, 2003 ; et, sur l’expressionnisme au Bauhaus : W. Herzogenrath (dir.), Bauhausutopien. Arbeiten aus Papier, Stuttgart, 1988.

105 Voir, en français, C. Humblet, Le Bauhaus, Lausanne, 1980.

106 D. Sharp, Bauhaus, Dessau. Walter Gropius, Londres, 1993 ; C. Engelmann, Die Bauhaus-Bauten in Dessau, Berlin, 2e éd. 1998 ; M. Kentgens-Craig, Das Bauhaus-Gebäude in Dessau 1926-1999, Bâle, 1998.

107 Cf. C. Käpplincer, « Wohnungsbau zwischen konservativer Moderne und Neuem Bauen », dans W. Hofmann et C. Kuhn (dir.), Wohnungspolitik und Städtebau 1900-1930, Berlin, 1993, p. 223-244.

108 En 1926, le Ring comprend 27 membres : Otto Bartning, Walter Curt Behrendt, Peter Behrens, Richard Docker, Walter Gropius, Hugo Häring, Otto Haesler, Ludwig Hilberseimer, Arthur Korn, Karl Krayl, Hans Luckhardt, Wassily Luckhardt, ErnstMay, Erich Mendelsohn, Adolf Meyer, Ludwig Mies van der Rohe, Bernhard Pankok, Hans Poelzig, Adolf Rading, Hans Soeder, Hans Scharoun, Walter Schilbach, Karl Schneider, Bruno Taut, Max Taut, Heinrich Tessenow, Martin Wagner. Cf. Deutsche Bauzeitung, a. 60, n° 62, 4 août 1926, p. 512.

109 H. Häring, » Baurat, nein — Bauherr », Das Tagebuch, a. 6, n° 27, 4 juillet 1925, p. 977-982 ; et ID., « Die Unterdruckung der neuen Baukunst », ibid., a. 6, n° 40, 3 octobre 1925, p. 1484-1489. Sur Häring, voir les ouvrages récents de M. Schirren, Hugo Haring. Architekt des Neuen Bauens, Ostfildern-Ruit, 2001 ; et P. Blundell-Jones, Hugo Häring. The Organic versus the Geometric, Stuttgart/Londres, 1999.

110 W. Voigt, « Zwischen Weissenhof-Streit und Pour le mérite : Paul Schmitthenner im Architekturstreit der zwanziger bis fünfziger Jahre », dans id. et H. Frank (dir.), Paul Schmitthenner, 1884-1972, Tübingen/Berlin, 2003, p. 69.

111 Sur l’École de Stuttgart, voir W. Voigt, « Schmitthenners Werklehre und die Stuttgarter Schule », dans 10. et H. Frank(dir.), Paul Schmitthenner, op. cit., p. 27-45 ; id., « Die Stuttgarter Schule und die Alltagsarchitektur des Dritten Reiches », dans H. Frank (dir.), Faschistische Architekturen. Planen und Bauen in Europa 1930 bis 1945, Hambourg, 1985, p. 234-250 ; et F. Werner, « Stuttgarter Architektur bis 1945 », dans H. Heissenbütte (dir.), Stuttgarter Kunst im 20. Jahrhundert, Stuttgart, 1979, p. 172-205.

112 Sur Paul Bonatz, voir N. Bongartz, Paul Bonatz 1877-1956, Stuttgart, 1977 ; M. Roser, Paul Bonatz : Wohnhäuser, Stuttgart, 1992 ; F. Tamm (dir.), Paul Bonatz, Arbeiten aus den Jahren 1907 bis 1937, Stuttgart, 1937.

113 Sur Paul Schmitthenner, voir la remarquable monographie publiée à l’occasion de la récente exposition au Deutsches Architektur-Museum : W. Voigt et H. Frank (dir.), Paul Schmitthenner, op.cit.

114 « Heinz Wetzel und die Geschichte der Städtebaulehre an deutschen Hochschulen. Eine Veröffentlichung des Städtebaulichen Instituts der Universitàt zum 100. Geburtstag von Heinz Wetzel am 19. Oktober 1982 », Stuttgart, 1982 (avec une liste des écrits de H. Wetzel, p. 147).

115 Sur la cité-jardin de Staaken, voir K. Kiem, Die Gartenstadt Staaken (1914-1917) : Typen, Cruppen, Varianten, Berlin, 1997.

116 Sur la cité expérimentale du Weissenhof, voir K. Kirsch, The Weissenhofsiedlung. Experimental housing built for the Deutscher Werkbund, Stuttgart, 1927, New York, 1989 ; et surtout : R. Pommer et C. Otto, Weissenhof 1927 and the Modem Movement in Architecture, Chicago/Londres, 1991.

117 Sur les CIAM, voir M. Steinmann, CIAM : Dokumente 1928-1939, Bâle/Stuttgart, 1979 ; et E. Mumford, The CIAM Discourse on Urbanism, 1928-1960, Cambridge (É.-U.), 2000.

118 W. C. Behrendt, Der Sieg des Neuen Baustils, Stuttgart, 1927. Cf. D. Mertins, « Introduction », Walter Curt Behrendt, The Victory of the New Building Style, Los Angeles, 2000, p. 1-84.

119 Sur ce projet, voir W. Voigt, « Gartenstadt, Volkswohnung und fabriziertes Fachwerk : Paul Schmitthenner und die Rationalisierung im Wohnungsbau », dans ID. et H. Frank (dir.), Paul Schmitthenner, op. cit., p. 9-25 ; et S. Plarre, Die Kochenhofsiedlung. Das Gegenmodell zur Weissenhofsiedlung. Paul Schmitthenners Siedlungsprojekt in Stuttgart von 1927 bis 1933, Stuttgart, 2001, p. 91-101.

120 Cf. W. Voigt, « Zwischen Weissenhof-Streit... », op. cit., p. 70.

121 Cf. R. Pommer et C. Otto, Weissenhof, op. cit., p. 140-144.

122 Schultze-Naumburg refusant d’accepter Alexander Klein au sein du Block en raison de ses origines juives, Bonatz quitte le groupe dès 1932. Cf. W. Voigt, « Zwischen Weibenhof-Streit... », op. cit., p. 70.

123 J. Posener, » Weissenhof und danach », Der Baumeister, a. 78, n° 6, juin 1981, p. 596-607.

124 B. Taut, » Siedlungsmemoiren », manuscrit daté du 30 août 1933, p. 18-19, Berlin, Akademie der Künste.

Table des illustrations

Légende Gehag : projet de cité à Berlin-Zehlendorf, extrait du plan de situation, 1926.
URL http://books.openedition.org/psorbonne/docannexe/image/521/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 1,3M
Légende Les deux cités rivales de Berlin-Zehlendorf en 1928, plan de masse.
URL http://books.openedition.org/psorbonne/docannexe/image/521/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 556k
Légende Cité Case de l’Oncle Tom, première tranche, maquette du projet, 1926 : vue prise du sud(photo A. Köster).
URL http://books.openedition.org/psorbonne/docannexe/image/521/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 490k
Légende Gagfah : exposition Bauen und Wohnen, dépliant, 1928.
URL http://books.openedition.org/psorbonne/docannexe/image/521/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 1,2M
Légende L. Moholy-Nagy et W. Gropius : buvette et pavillon d’exposition de l’Ahag, Berlin-Zehlendorf, 1928.
URL http://books.openedition.org/psorbonne/docannexe/image/521/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 1,4M
Légende Cité Case de l’Oncle Tom : O. R. Salvisberg, maisons en bande, Waldhüterpfad vu de Fischtal, 1928 (photo A. Köster).
URL http://books.openedition.org/psorbonne/docannexe/image/521/img-6.jpg
Fichier image/jpeg, 1,3M
Légende Cité Case de l’Oncle Tom : B. Taut, petit immeuble collectif et magasin à l’angle des rues Riemeister et Im Gestell, 1927 (photo A. Köster).
URL http://books.openedition.org/psorbonne/docannexe/image/521/img-7.jpg
Fichier image/jpeg, 1,4M
Légende Cité Fischtalgrund : maquette du projet, 1928.
URL http://books.openedition.org/psorbonne/docannexe/image/521/img-8.jpg
Fichier image/jpeg, 219k
Légende Cité Fischtalgrund : réalisations n° 23 à 27, façades sur jardin, 1928 (photo E. Leitner). De droite à gauche : maisons de Tessenow (coupée) et Schmitthenner, maisons doubles de Steinmetz, Weishaupt, Rüster.
URL http://books.openedition.org/psorbonne/docannexe/image/521/img-9.jpg
Fichier image/jpeg, 210k
Légende Cité Fischtalgrund : H. Tessenow, maison pour femme célibataire et active, façade sur rue, 1928 (photo E. Leitner).
URL http://books.openedition.org/psorbonne/docannexe/image/521/img-10.jpg
Fichier image/jpeg, 437k
Légende Cité Fischtalgrund : P. Mebes, immeuble, façade sur rue, 1928 (photo E. Leitner).
URL http://books.openedition.org/psorbonne/docannexe/image/521/img-11.jpg
Fichier image/jpeg, 285k
Légende Cité Fischtalgrund : P Schmitthenner, maison double côté jardin, 1928 (Photo E. Leitner).
URL http://books.openedition.org/psorbonne/docannexe/image/521/img-12.jpg
Fichier image/jpeg, 314k
Légende Cité Fischtalgrund : H. Poelzig, maison double côté jardin, 1928 (photo E. Leitner).
URL http://books.openedition.org/psorbonne/docannexe/image/521/img-13.jpg
Fichier image/jpeg, 268k
Légende Cité Fischtalgrund, élévations, 1928.
URL http://books.openedition.org/psorbonne/docannexe/image/521/img-14.jpg
Fichier image/jpeg, 306k
Titre Moderne Wohn-Kultur im Berliner Westen
Légende Visite de la cité Case de l’Oncle Tom, 17 mars 1928 (Wide-World Photo).De gauche à droite : O. Braun, W. Gropius, A. Sommerfeld, M. Wagner.
URL http://books.openedition.org/psorbonne/docannexe/image/521/img-15.jpg
Fichier image/jpeg, 133k
Légende La « guerre du toit » de Berlin-Zehlendorf : caricature, Berliner Börsen-Courier, 4 novembre 1928.
URL http://books.openedition.org/psorbonne/docannexe/image/521/img-16.jpg
Fichier image/jpeg, 177k
Légende Photo-montage intitulé « La rue boiteuse. La guerre du toit de Zehlendorf », Berliner Tageblatt, 9 septembre 1928.
URL http://books.openedition.org/psorbonne/docannexe/image/521/img-17.jpg
Fichier image/jpeg, 407k
Légende Contraste entre « la tenue des immeubles de la Gehag et le désordre des maisons à pignons » (photo publiée dans Wohnungswirtschaft, 1er octobre 1928).
URL http://books.openedition.org/psorbonne/docannexe/image/521/img-18.jpg
Fichier image/jpeg, 178k
Légende Vue de la cité Case de l’Oncle Tom avant la construction de la cité de la Gagfah (photo publiée dans Wohnungswirtschaft, Ier octobre 1928).
URL http://books.openedition.org/psorbonne/docannexe/image/521/img-19.jpg
Fichier image/jpeg, 141k
Légende Même vue après l’achèvement de la cité Fischtalgrund (photo publiée dans Wohnungswirtschaft, Ier octobre 1928).
URL http://books.openedition.org/psorbonne/docannexe/image/521/img-20.jpg
Fichier image/jpeg, 139k
Légende Exemple d’architecture « autour de 1800 » particulièrement abouti : le palais Wittum à Weimar, publié dans l’ouvrage de P. Mebes.
URL http://books.openedition.org/psorbonne/docannexe/image/521/img-21.jpg
Fichier image/jpeg, 288k
Légende H. Tessenow : cité-jardin de Hellerau, rangée de maisons ouvrières, détail d’une façade, 1910.
URL http://books.openedition.org/psorbonne/docannexe/image/521/img-22.jpg
Fichier image/jpeg, 123k
Légende Couverture d’un traité sur le Heimatschutz paru en 1928.
URL http://books.openedition.org/psorbonne/docannexe/image/521/img-23.jpg
Fichier image/jpeg, 159k
Légende W. Gropius : locaux du Bauhaus à Dessau, 1926, vue aérienne (photo Junkers).
URL http://books.openedition.org/psorbonne/docannexe/image/521/img-24.jpg
Fichier image/jpeg, 131k
Légende P. Bonatz : gare de Stuttgart, 1911-1928 (photo prise en 1932).
URL http://books.openedition.org/psorbonne/docannexe/image/521/img-25.jpg
Fichier image/jpeg, 387k
Légende P. Schmitthenner : cité-jardin de Staaken, place du Marché, 1914-1917.
URL http://books.openedition.org/psorbonne/docannexe/image/521/img-26.jpg
Fichier image/jpeg, 358k
Légende H. wetzel, analyse graphique du village de Horb sur Neckas, 1925
URL http://books.openedition.org/psorbonne/docannexe/image/521/img-27.jpg
Fichier image/jpeg, 174k
Légende La cité expérimentale du Weissenhof, Suttgart, 1927 (photo Wedekind).
URL http://books.openedition.org/psorbonne/docannexe/image/521/img-28.jpg
Fichier image/jpeg, 148k
Légende H. Poelzig: villa, cité du Weissenhof, Stuttgart, 1927 (photo Otto Lossen).
URL http://books.openedition.org/psorbonne/docannexe/image/521/img-29.jpg
Fichier image/jpeg, 140k

© Éditions de la Sorbonne, 2007

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search