Version classiqueVersion mobile

Les élections européennes de juin 1984

 | 
Monica Charlot

Chapitre 1. L’élection européenne comme évènement de presse

Jean-Claude Sergeant, Marc Auchet, Bruno Granozio et René Lasserre

Texte intégral

1 Les élections européennes de juin 1984 n’ont pas vraiment réussi à s’imposer en tant qu’événement à la presse, sauf peut-être en France où le scrutin, sans doute plus qu’ailleurs, a pris les couleurs d’un test pour le gouvernement en place. Dans la presse des différents pays considérés (Allemagne fédérale, Danemark, France, Italie, Royaume-Uni), l’attention accordée par la presse à l’événement dépasse rarement 10 % de la surface rédactionnelle, exception faite là encore de la France où la presse quotidienne fait une place sensiblement plus importante à la présentation de la campagne et des résultats.

2De fait, l’élection au Parlement européen dont aucun résultat spectaculaire ni immédiat n’est attendu ne prend d’importance que dans la mesure où elle peut servir de révélateur à une situation politique nationale mouvante ; tel est le cas en Italie où chacun se demande à la suite de la mort du dirigeant communiste Berlinguer si le PCI va réussir à devenir la première force politique du pays (le fameux "sorpasso") ; il en va de même en France où l’inconnue du Front national polarise l’attention.

3L’environnement informationnel fait naturellement écran à la présentation de l’enjeu européen en tant que thème dominant. En Italie, la mort de Berlinguer éclipse toutes les autres informations, mais le procès Negri, les suites de l’affaire de la loge maçonnique P 2 constituent également des thèmes concurrents auxquels les quotidiens font une large place. En Allemagne, la grande affaire de la période est constituée par la grève des imprimeurs qui pertube considérablement l’activité de la presse. Au Royaume-Uni, c’est la grève des mineurs qui retient l’intérêt, ainsi que la préparation de l’élection partielle de Portsmouth. En France, comme au Danemark, la Coupe d’Europe de football anime la "une" des quotidiens qui accordent en outre une large place aux Internationaux de France à Roland Garros, à l’effondrement de Creusot-Loire ou, plus accessoirement, aux cérémonies marquant le 40e anniversaire du Débarquement. De façon plus générale et sur un plan internationale, la fin du Sommet de Londres (le 10 juin), la réunion des membres de L’U.E.O. à Paris ou la préparation du Sommet européen de Fontainebleau constituent autant de thèmes exploités de façon privilégiée par les rédactions dans les différents pays concernés. C’est assez dire à quel point les élections européennes risquaient d’être reléguées au second plan compte tenu de la richesse et du poids de l’information concurrente.

4Il convient d’autre part de souligner que le terme "presse" recouvre des réalités fort différentes selon le milieu national envisagé. Seul le Royaume-Uni possède une authentique presse nationale ; tel n’est déjà plus le cas de la France où un quotidien régional, Ouest-France, à la plus forte diffusion des quotidiens français. Quant à l’Allemagne, au Danemark et à l’Italie, le facteur régional revêt dans ces pays une importance prépondérante, de sorte qu’au total l’analyse ne peut faire l’économie d’une étude spécifique par pays qui seule permettra de dégager les caractéristiques du rôle joué par la presse de chaque pays dans la perception de l’événement européen.

Allemagne fédérale

5L’analyse a porté sur quatre quotidiens "supra-régionaux" à diffusion nationale, à savoir Frankfurter Allgemeine Zeitung (FAZ) publié à Francfort, Die Welt, publié à Bonn et a Hambourg, Süddeutsche Zeitung (SZ) publié à Munich et la Frankfurter Rundschau (FR), elle aussi publiée à Francfort. Ont été ajoutés à l’échantillon deux hebdomadaires publiés à Hambourg – Der Spiegel et Die Zeit – ainsi qu’un hebdomadaire économique, la Wirtschaftswoche.

6La période de référence retenue (du mardi 12 au vendredi 20 juin pour les quotidiens et du 4 au 25 juin pour les hebdomadaires) ayant été assez gravement perturbée par la grève des imprimeurs, l’analyse quantitative de la place réservée à l’élection européenne n’a qu’une valeur relative. Quelques titres, en effet, n’ont pas paru certains jours (la FAZ et la FR ne sont parues que les 12 et 13 juin) ou sont parus avec une pagination irrégulière (SZ, Die Welt) ou partielle avec tirage réduit (Zeit du 22 juin).

7Si l’on s’en tient aux deux seuls quotidiens pour lesquels l’appréciation quantifiée de la place réservée à l’élection européenne a une certaine validité, on note que cette place représente en moyenne 2,3 % de la surface rédactionnelle du Süddeutsche Zeitung et 3 % de celle de la Welt, la journée du 19 juin n’étant pas prise en compte dans ce calcul dans la mesure où la présentation et l’analyse des résultats occupent ce jour-là une place inusitée dans les deux quotidiens (respectivement 15,3 % et 19,3 % de la surface rédactionnelle).

8Du côté des hebdomadaires, l’attention n’est guère plus soutenue. Le Spiegel consacre 4,5 % de sa surface rédactionnelle au scrutin européen dans son numéro du 4 juin, 2,8 % le 11 juin avant de passer le thème sous silence dans ses deux numéros suivants. La place accordée à l’Europe est encore plus chétive dans le Zeit (1,2 % le 8 juin, 2,1 % le 15). Quant l’hebdomadaire économique, seul son numéro du 15 juin fait une place à l’Europe (10 % de sa surface rédactionnelle) sous la forme d’un article consacré aux obstacles au commerce intra-communautaire et de deux interviews, l’un de Willy Brandt, l’autre d’Edward Heath. La place toute relative que fait la Wirtschaftswoche à l’événement ne préjuge d’ailleurs pas d’un intérêt plus marqué des milieux économiques allemands pour la consultation et plus généralement pour l’Europe. En effet, pendant la période considérée, et indépendamment des perturbations qui ont marqué sa parution, il convient de signaler que le quotidien économique Handelsblatt n’a fait aucune référence spécifique à l’élection du Parlement européen et aux problèmes de la Communauté.

9Dans l’ensemble, la couverture de l’événement n’a guère fait appel à un traitement rédactionnel original, si ce n’est dans le fait que l’élection a fourni à la presse allemande l’occasion de publier des reportages sur la campagne et des analyses de correspondants sur le climat et la situation politiques intérieurs à la veille et au lendemain de l’élection dans l’ensemble des autres pays membres. La presse quotidienne, en particulier, s’est ainsi efforcée de mettre à profit le réseau assez dense de correspondants dont elle dispose dans les pays voisins pour traiter l’événement dans sa dimension géographique européenne. Ces reportages, analyses et comptes rendus sont généralement parus sous forme de dossiers placés à l’intérieur des rubriques politiques.

10A l’exception de la Zeit le vendredi 15 juin et des numéros des quotidiens parus le 19 juin, l’élection n’a jamais fait la "une" des journaux analysés. Dans les magazines, le thème de l’Europe n’apparaît que sur la couverture de la Wirtschaftswoche du 15 juin en annonce du dossier déjà évoqué. Der Spiegel ne consacre aucune de ses couvertures à l’élection ou à l’Europe lesquelles ont été éclipsées pendant la période considérée par l’Imam Komeiny, par les dangers de la pollution chimique, par Herbert von Karajan et finalement par le déclin de Genscher et du FDP.

11Dans la presse quotidienne, l’événement a été très largement éclipsé par la grève de l’industrie des métaux et de l’imprimerie pour la réduction de la semaine de travail à 35 heures. En dehors du 19 juin, ce conflit social d’une ampleur et d’une durée exceptionnelles en RFA a fait régulièrement la "une" des quotidiens, qui ont suivi jour après jour, dans des conditions de parution difficiles, l’évolution du mouvement, le déroulement des négociations et analysé, non sans inquiétude, ses conséquences sur l’activité économique du pays. Remarquons enfin que dans la même période, et indépendamment des perturbations qui ont affecté leur volume rédactionnel, les quotidiens ont consacré chaque jour entre une et deux pleines pages à la coupe d’Europe de football, soit en moyenne 10 à 12 % de leur surface rédactionnelle.

12A l’occasion d’une élection qui, de l’avis général, n’a pas suscité un intérêt considérable parmi la population allemande, la presse d’outre-Rhin n’a pas manqué de s’interroger sur la situation présente de l’Europe. La tonalité générale de ses commentaires et éditoriaux est marquée par un assez profond désenchantement à l’égard de la construction européenne et par une vision critique du fonctionnement de l’Europe communautaire.

13Le désenchantement et la déception que l’on perçoit à travers les différents éditoriaux témoignent du retournement qui s’est produit au cours des dernières années dans l’opinion allemande : alors que jusque vers le milieu des années 70 l’unification de l’Europe a constitué un cadre d’identification et une finalité politiques pour la presque totalité de l’opinion ouest-allemande, l’Europe apparaît désormais comme une réalité incertaine sur laquelle il ne semble plus réaliste de fonder de grands espoirs.

14"A partir de l’Europe des Etats nationaux s’est développée, par un dévoiement honteux des projets des pères fondateurs de la Communauté, une non-Europe communautaire" (Wirtschaftswoche 15. 06.). "Les échecs des conférences au sommet, les querelles budgétaires permanentes, la faillite financière menaçante de la Communauté, le coût excessif et largement incontrôlé de la politique agricole, les dissensions fréquentes des dix Etats tant en matière de politique extérieure qu’en matière de protection de l’environnement sont autant de motifs qui pourraient en fait enlever à plus d’un citoyen le goût de participer à cette élection... Devant cette image décevante de la Communauté, le danger est grand que beaucoup de citoyens soient tentés, à cette occasion, de témoigner de la piètre opinion qu’ils ont de l’Europe par un refus de vote" (Zeit 15. 06).

15L’abstention comme expression du "malaise à l’égard de l’Europe" (SZ 16/17. 06.) apparaît d’autant plus compréhensible aux commentateurs que le bilan qu’ils dressent du rôle et de l’activité du Parlement européen est généralement très critique.

16Certes, le Parlement n’est pas responsable de l’état déplorable de la Communauté ; bien plus, est-il lui-même la victime des égoïsmes nationaux qui ont empêché l’unification du Vieux Continent... Mais comment peut-on inciter le citoyen à aller donner sa voix pour une assemblée qui n’a pratiquement aucun pouvoir et qui de ce fait ne peut défendre ni ’ses’ intérêts et ni apparaître comme ’son parlement’ " (SZ 16/17. 06.).

17Dans l’enquête de trois pages et demie, qu’il consacre à l’activité du Parlement européen dans son numéro du 11 juin, Der Spiegel dresse un réquisitoire particulièrement sévère qui tourne en dérision à la fois l’impuissance et l’inutilité, mais aussi le fonctionnement bureaucratique et dispendieux de l’Assemblée de Strasbourg. "Pour les gouvernements nationaux, ce parlement ne constitue pas un facteur susceptible d’être pris au sérieux. C’est ce qui explique sans doute que les parlementaires européens tournent sans arrêt sur eux-mêmes. Ils le font parfois à un rythme étonnant, mais à qui y regarde de plus près, cela peut donner le vertige". Suit sur trois pages une description à la fois kafkaïenne et courtelinesque des pérégrinations d’une assemblée partageant son activité entre Bruxelles, Luxembourg et Strasbourg. L’analyse de l’activité du Parlement a tout de même donné lieu à une vision plus nuancée de la part de la FAZ qui dans un article paru le 13 juin souligne "l’application, le sérieux du travail" des parlementaires. Dans le bilan mesuré qu’il dresse de l’activité du Parlement au cours des cinq dernières années, le rédacteur de la FAZ souligne néanmoins que "le Parlement n’a que partiellement rempli les espoirs et les attentes peut-être un peu démesurés que l’on avait au départ placés dans son élection au suffrage universel direct.

18Cela vaut surtout pour l’espoir selon lequel un Parlement élu directement par le peuple pourrait combler le ’déficit en démocratie’ de la Communauté et remplir son véritable rôle : contrôler ce qui échappe désormais au contrôle national démocratique et constitutionnel" (FAZ 13. 06).

19Devant cette absence de perspectives et ce scepticisme vis-à-vis de l’avenir de l’Europe et du rôle du Parlement, les commentateurs n’ont pas manqué de souligner l’ambiguïté de l’élection, notamment quant à ses enjeux politiques réels.

20"Les Européens sont placés devant un choix inconfortable. Ils doivent élire les députés d’un Parlement dont la nature et l’action leur sont largement étrangères. Ils doivent confier un mandat sans réellement savoir par qui et pour quoi il sera utilisé (...). Dans cette situation, les partis ont fait de nécessité vertu (...). A défaut d’ingrédients européens dans leur rhétorique électorale, c’est le poivre de la politique intérieure qui est censé donner son piment à l’élection" (Zeit 15.06.).

21"Les partis ont trompé consciemment les électeurs sur le sens de l’élection et à part quelques spots publicitaires bon marché, ils n’ont aucun programme crédible à proposer pour renforcer l’Europe (...). En cela ils ont failli à leur mission dans cette campagne électorale d’une manière que l’on peut considérer comme scandaleuse. Cela n’est d’ailleurs pas propre à la République fédérale mais s’applique à tous les Etats membres". Sans exception tous les partis ont détourné l’élection européenne de son objet (umfunktioniert) pour en faire un test de politique intérieure" (SZ 16/17. 06.).

22"Dans ces circonstances, la consultation électorale simultanée dans les dix pays qu’on a eu tant de peine à imposer, a perdu beaucoup de sa valeur symbolique. Elle est moins une expérience vécue communautairement que l’organisation concomitante de numéros de politique intérieure menés en solo dans les différents pays" (Zeit 15. 06.). Il convient néanmoins de souligner que la façon dont la presse allemande a rendu compte de l’élection dans les différents pays membres a très largement participé de la même logique en privilégiant notamment les enjeux politiques intérieurs spécifiques à chaque pays. Inversement, la presse allemande n’a consacré qu’une attention limitée à la campagne des partis en République fédérale. De ce fait on peut dire qu’en ne l’amplifiant pas, elle a assez peu contribué au processus de politisation interne. Mais ceci est dû au fait que le débat électoral a été, à la même période, très largement éclipsé par un événement intérieur de grande ampleur, à savoir le conflit des 35 heures et les débats auxquels ce dernier a donné lieu.

23L’analyse des résultats de la consultation telle qu’elle est intervenue dans la presse allemande le surlendemain du scrutin présente des dominantes thématiques assez identiques à celles de la campagne. En l’occurrence, l’appréciation de la portée politique interne de l’élection l’emporte très largement sur celle de sa signification pour l’Europe.

24L’analyse de la dimension proprement européenne de l’élection se limite en effet à deux éléments :

  • la présentation, à caractère presque exclusivement statistique, de la composition du futur Parlement européen, avec une comparaison avec sa composition antérieure. Cette analyse ne donne cependant lieu à une réflexion politique particulière quant à l’activité future du Parlement que dans un article de la Welt du 19 juin.
  • l’appréciation du faible taux de participation, aussi bien au niveau européen global, qu’à l’échelle de la seule République fédérale où il a reculé de près de neuf points (56,8 % contre 65,7 en 1979).

25Ce niveau élevé de l’abstention est de manière générale mis au compte de la désillusion et du scepticisme qu’éprouvent les citoyens à l’égard de l’évolution de l’Europe communautaire en général et du rôle du Parlement en particulier.

26"Pour beaucoup d’électeurs, l’Europe ne mérite même pas une croix sur un bulletin de vote, mais tout juste un haussement d’épaules. La participation électorale fut plus médiocre. Et cela ne tient certainement pas seulement au beau temps de juin. Ceux qui ne sont pas allés aux urnes savaient ce qu’ils faisaient : ils ont voté délibérément contre l’Europe" (Stuttgarter Nachrichten 19. 06.).

27Moins sévère dans le jugement, l’éditorialiste de la Süddeutsche Zeitung souligne : "Le bas niveau de participation a d’ailleurs des raisons compréhensibles. Les derniers mois, en particulier, ont amené les électeurs à douter que l’Europe existait réellement en tant qu’entité et que volonté politique. De plus, le bruit s’est répandu un peu partout que ce qui se passe au Parlement européen n’a pas grand chose de comparable avec le débat politique au sein des parlements nationaux" (SZ 19. 06.).

28L’essentiel des commentaires est cependant consacré à l’interprétation des résultats nationaux, tant en République fédérale que dans les autres pays membres. Pour les résultats de l’élection en République fédérale d’Allemagne qui ont fait dans les quotidiens l’objet d’une analyse complète et détaillée sur une pleine page, les commentaires portent sur deux éléments majeurs :

  • L’échec du parti libéral qui ne parvient pas à franchir la barre des 5 % et qui, de ce fait, ne sera plus représenté au Parlement européen. Les commentaires des différents journaux et hebdomadaires s’attardent sur les incertitudes que fait peser le déclin du FDP sur l’avenir de la coalition gouvernementale.
  • le succès des Verts et leur entrée au Parlement de Strasbourg après celle du Bundestag en mars 83. Ce succès quelque peu inattendu dans son ampleur (8,2 %) pour un scrutin national est généralement mis au compte du faible enjeu de l’élection, d’un vote de protestation (Welt) ou de défoulement (SZ) ainsi que d’une meilleure mobilisation de l’électorat "écologiste" par rapport à celle des partis traditionnels, en particulier celui du SPD.

29L’analyse des résultats dans les autres pays membres à laquelle la presse quotidienne a réservé globalement une place comparable à celle des résultats nationaux, fait ressortir les phénomènes politiques les plus marquants pour chaque pays. Ainsi la percée du Front National et le déclin du PC et le recul global de la gauche en France, le succès du PCI et le "sorpasso" en Italie, la victoire du Labour en Grande-Bretagne.

30Au total, la presse allemande a exprimé une attitude critique et un scepticisme assez marqués et nettement plus prononcés que par le passé à l’égard de l’Europe communautaire, de son fonctionnement et de ses institutions. Cette attitude nous semble être l’indicateur d’une évolution très sensible de l’opinion allemande face à l’Europe.

31Enfin, la presse allemande n’a- pas échappé à la tentation de valoriser la dimension politique intérieure du scrutin, mais y a sans doute moins succombé que ses homologues dans d’autres pays. Par ailleurs, elle a accordé une attention régulière et systématique au déroulement de l’élection dans le reste de l’Europe et on ne peut, de ce fait, lui reprocher d’avoir fait preuve de germano-centrisme et de ne s’être efforcée de traiter l’événement dans sa dimension géographique européenne.

Danemark

32Afin de composer un échantillon représentatif de la presse danoise, il était essentiel de tenir compte du fait que 90 % environ des quotidiens danois ont une sensibilité politique conservatrice et partagent les idées des partis dits "bourgeois". Un tel échantillon se devait d’autre part de refléter l’opposition marquée entre la capitale où se trouve concentrée l’élite intellectuelle et progressiste et le Jutland, plus attaché à la tradition, où les intérêts du milieu rural sont prépondérants. Nous avons complété notre échantillon en y incluant un quotidien d’audience nationale représentant le courant social-démocrate, Aktuelt, propriété de la centrale syndicale LO. Nous avons également retenu l’un des principaux quotidiens populaires, BT dont le tirage dépasse les 200 000 exemplaires, ainsi qu’un journal indépendant s’adressant aux milieux intellectuels, Information, au tirage beaucoup plus modeste. Les différents titres quotidiens faisant paraître de copieuses éditions dominicales, il n’existe au Danemark qu’un seul hebdomadaire d’information, Weekendavisen, que nous avons intégré à notre échantillon. C’est donc, au total sur les sept publications suivantes qu’a porté l’analyse :

  • Politiken (Copenhague, social-libéral, 140 000 ex.)
  • Berlingske Tidende (Copenhague, conservateur, 117 000 ex.)
  • Jyllands-Posten (Jutland, conservateur, 105 000 ex.)
  • Aktuelt (Copenhague, social-démocrate, 63 000 ex.)
  • Information (Copenhague, indépendant, 38 000 ex.)
  • BT (Copenhague, quotidien populaire conservateur, appartenant à la même chaîne que Berlingske, 205 000 ex.)
  • Weekdendavisen (hebdomadaire, même chaîne que Berlingske, 45 000 ex.)

33La part consacrée par la presse danoise à l’élection européenne peut s’apprécier selon deux critères, d’une part en mesurant la part de surface rédactionnelle réservée à l’événement, d’autre part en évaluant ce qui, dans la surface publicitaire touche à la campagne électorale. On aboutit ainsi au double classement suivant :

Surface publicitaire Surface rédactionnelle consacrée
consacrée à la campagne au scrutin
(% surf, pub.) (% surf, rédac.)
Aktuelt 22,0 Information 7,8
Information 15,5 Aktuelt 7,4
Bt 8,0 Weekendavisen 6,5
Politiken 4,2 Jyllands-Posten 6,4
Jyllands-Posten 3,8 Berlingske 4,7
Berlingske 2,4 Politiken 4,0
Weekendavisen BT 3,0

34Ces classements appellent certains commentaires. S’agissant de la surface publicitaire consacrée à la campagne, on notera, par exemple, que la position des deux premiers quotidiens s’explique par la place réduite qu’occupe la publicité dans ces deux publications. Dans le classement rédactionnel en revanche, il faut souligner que le rang assez modeste occupé par Berlingske résulte de l’abondance de sa matière rédactionnelle. Ce classement reflète, par ailleurs, le moindre intérêt accordé par les quotidiens de la capitale au thème européen. On en retient surtout que, sans être négligeable, l’attention réservée à ce thème est restée globalement faible. De fait, l’événement européen a été éclipsé dans bien des cas par trois thèmes concurrents jugés plus mobilisateurs : la Coupe d’Europe de football et singulièrement la rencontre France-Danemark, les festivités entourant le cinquantième anniversaire du Prince Henrik et, dans le cas des journaux de la capitale, les réjouissances organisées à l’occasion du Carnaval de Copenhague.

35Il reste que l’élection européenne apparaît à maintes reprises à la "une" des quotidiens et fournit le thème de nombreux éditoriaux. Elle alimente également l’inspiration des caricaturistes mis à contribution par la totalité des journaux, Weekendavisen et Aktuelt exceptés. Mais, là encore, les différences entre publication sont marquées. Ainsi, l’élection européenne est mentionnée sept fois entre le 7 et le 19 juin à la première page de Berlingske qui consacre au cours de la même période quatre éditoriaux au scrutin alors que le thème européen ne figure qu’une seule fois (le 15 juin) à la "une" du quotidien populaire BT.

36Les matériaux de l’information et les formes de l’attention varient bien entendu considérablement d’une publication à l’autre. Jyllands-Posten, avec les reportages de ses correspondants dans plusieurs pays étrangers et Berlingske Tidende, avec sa rubrique pronostics et sa table ronde sont les plus complets à cet égard. La plupart des quotidiens font une large place aux hommes politiques et notamment aux députés européens, tel le populaire Erhard Jacobsen. Les quotidiens les plus engagés – Jyllands-Posten, Berlingske Tidende et Aktuelt – font paraître l’information relative au scrutin dans une rubrique spécifique propre à la valoriser tout en engageant un réel effort didactique matérialisé par de nombreux tableaux, récapitulatifs factuels, etc... Les quotidiens ont également recours à la photo pour traiter l’événement, son emploi variant selon la nature de la publication. De ce point de vue, BT qui exploite la veine de la personnalisation, en fait en usage plus systématique que ses confrères. Sans aller jusqu’à consacrer à l’élection européenne un traitement en rubrique individualisée, Politiken publie les 5, 8 et 13 juin une "chronique" très argumentée dont deux sont signées par des personnalités politiques en vue favorables à la CEE. Par ailleurs, ce quotidien fait une large place aux lettres de lecteurs dont beaucoup portent sur les élections (le 13 juin notamment). On note de la part de ce quotidien une volonté d’ouvrir le débat en conviant les acteurs – candidats et électeurs – à y participer largement. C’est un peu dans cette direction que s’engage également Berlingske Tidende qui, au moyen de rubriques inédites s’efforce d’élargir le débat en conviant même les représentants du Mouvement populaire contre la CEE, tenu à distance par la grande majorité des publications, à s’exprimer dans ses colonnes.

37En dépit de ces quelques efforts méritoires, la campagne ne parviendra pas à capter l’intérêt ; elle sera, du reste, jugée fort insipide par la presse elle-même qui incitera cependant sans ambiguïté les lecteurs à se rendre aux urnes pour des raisons évidemment différentes : barrer la route aux conservateurs (Aktuelt), s’opposer au Mouvement anti-européen (BT), affirmer la présence du Danemark au sein des institutions européennes (Jyllands-Posten). Aucun des journaux étudiés ne prône l’abstention ni n’appelle à voter pour la liste N qui regroupe les opposants à la CEE, ce qui peut paraître surprenant dans un pays où près de 60 % de la population souhaite le retrait de la Communauté européenne.

38Au cours de la campagne, le débat a effectivement porté sur l’Europe, thème autour duquel la vie politique danoise s’est réorientée de façon profonde dès le début des années soixante-dix.

39La presse danoise a accordé une réelle attention aux élections européennes de juin 84 dans la période du 7 au 19 juin, même si cet événement est loin d’occuper le premier plan de l’actualité ! La couverture journalistique est plus abondante dans les journaux les plus engagés (2 conservateurs, 1 social-démocrate) et dans le journal indépendant Information (milieux intellectuels). L’impact réel des divers médias est évidemment pratiquement impossible à mesurer. La table ronde qui a réuni les grands "ténors" des divers partis à la TV la veille du scrutin (repoussée de 2 jours à cause d’un match de la coupe d’Europe) a certainement exercé une influence sur le comportement des électeurs. Toutefois, si la télévision a un impact ponctuel très important (la personnalité des candidats y joue un rôle central), l’influence de la presse écrite s’étale dans le temps et se prête mieux à un débat d’idées. Lors de cette campagne électorale, la presse danoise, en ouvrant largement ses colonnes aux hommes politiques (candidats en particulier) et à certains détenteurs d’informations (le président danois d’une des commissions européennes ; le chef du bureau d’information et de presse de la CEE à Copenhague) a fourni un certain nombre de thèmes de discussion, et lancé plusieurs polémiques qui se sont poursuivies d’un organe de presse à l’autre. La presse a donc servi en quelque sorte de "caisse de résonance". Quand il y a un consensus de la part des partis impliqués et sollicités par les journaux, l’effet produit par cette technique journalistique peut être très sensible. L’une des têtes de file du Mouvement populaire contre la CEE, Else Hammerich, s’est plainte de la campagne de dénigrement orchestrée (selon elle) par le journal populaire BT, qui tire à plus de 200.000 exemplaires. En réalité, d’autres quotidiens (sauf Information) ont pratiqué une stratégie identique, en recommandant de voter pour les partis représentés au Folketing (le Mouvement populaire n’y est pas). La presse a ainsi contribué à orienter l’opinion.

40Les statistiques montrent que l’opposition de l’opinion publique contre la CEE va en augmentant au Danemark (37 % en 72 ; environ 59 % aujourd’hui). Cette opposition est toutefois passive. Le problème du Mouvement populaire contre la CEE est de la mobiliser et de la canaliser. Le fort taux d’abstention (47,7 %) indique qu’il est très difficile de surmonter l’apathie de l’opinion dans ce domaine. Tout se passe comme si la question européenne était tellement insignifiante qu’il ne vaut même pas le peine de se déplacer pour exprimer son opposition lors du scrutin. Le Mouvement populaire, comme la Social-démocratie d’ailleurs, ont tiré de ces élections décevantes pour eux, la leçon qu’il fallait changer de stratégie, et entreprendre une campagne d’information auprès de l’opinion. Le parti conservateur avait deux personnalités populaires parmi ses candidats (Poul Moller et Claus Toksvig), qui ont été de véritables "avaleurs de voix" (stemmeslugere). Erhard Jakobsen a aussi bénéficié de sa popularité. Mis à part Else Hammerich, du Mouvement populaire, les autres candidats étaient nettement moins connus. Le facteur de popularité a eu une répercussion sensible sur les résultats, favorable donc surtout aux défenseurs de la CEE. Les adversaires de la CEE ont souvent voté "sur leur divan" (sofa-vaelgere). Fait caractéristique, le Mouvement populaire laisse entendre qu’il pourrait ne pas se présenter aux prochaines élections européennes. Il envisage de renforcer sa ligne politique. Il se peut que son évolution future le rapproche du mouvement des Verts de la RFA. Ceci lui permettrait de s’affirmer à côté des partis de l’establishment politique.

41En tout état de cause, il y a un écart sensible entre l’attitude modérément pro-européenne de la presse danoise analysée ici, et le fort courant anti-européen qui caractérise l’opinion publique. Ekstra Bladet (quotidien populaire nettement anti-européen) a peut être trouvé le ton juste pour caractériser un sentiment fortement répandu au Danemark, quand il écrit dans un éditorial du 11 juin 1984 : "Non, les élections de jeudi ne peuvent servir qu’à deux choses : 1) Mesurer l’opposition à la CEE 2) Elire quelques espions à plein temps qui nous diront ce qui se passe dans le Marché commun (...) Ekstra Bladet poursuit : "Il faut flanquer une gifle aux dirigeants des partis (...) et nous verrons ensuite si les instances dirigeantes des partis continueront à prétendre en savoir plus long que la majorité de leurs électeurs".

France

42Si la campagne pour les élections européennes a été très largement suivie par la presse française, celle-ci l’a pour l’essentiel exploitée à des fins de politique nationale. Afin que l’on ne s’y trompe pas, L’Humanité ouvrait chaque jour sa couverture de la campagne par un chapeau intitulé : "élection du 17 juin : enjeu national". Sauf dans le cas du Parisien Libéré qui n’accorde à l’élection qu’une attention assez mince, les principaux quotidiens parisiens consacrent à la campagne entre 10 % et 20 % de leur surface rédactionnelle, cette proportion atteignant 40 % dans Libération. Ce quotidien réalise d’ailleurs chaque jour à partir du 11 juin un cahier de six pages en moyenne intitulé "Trans Europe Express" qui propose un regard inédit sur une Europe qui, de façon significative, ne se limite pas à celle des Dix. La campagne est donc perçue comme une affaire importante et symboliquement les quotidiens choisissent de présenter les informations qui s’y rapportent dans un cadre rédactionnel explicite dominé par un logo (urne, carte de l’Europe) ou par un bandeau distinctif. La campagne se voit ainsi d’emblée conférer un statut particulier qui atteste l’importance que lui accordent les rédactions.

43La couverture de la campagne est sensiblement analogue dans les différents quotidiens. Les chefs de file des grandes listes dominent incontestablement l’ensemble de l’information, soit que leur campagne sur le terrain soit directement relatée, soit que leurs interventions sur les différents médias soient largement relayées et commentées (Jospin au Club de la Presse, Le Pen au Grand Jury RTL le 11 juin, par exemple). On trouve également dans la majorité des quotidiens un florilège d’extraits de déclarations effectuées par les personnalités politiques en campagne et présenté sous le titre "Propos et débats", "Echos de la campagne", "Ils ont dit".

44Si les ténors monopolisent l’attention et sont les interlocuteurs privilégiés des médias, les "petites" listes se voient également accorder la parole par les quotidiens, avec un éclectisme variable. Il est significatif, à cet égard, que parmi les "grandes" listes dont Le Monde récapitule les propositions le 13 juin, la liste ERE (entente radicale écologiste) figure aux côtés de listes authentiquement importantes. Le Figaro pour sa part présente la veille du scrutin un panorama des propositions des quatorze listes accompagnées de la photo du chef de file, mais dans la mise en page adoptée, la liste Veil qui bénéficie d’un traitement privilégié (texte de présentation plus fourni, photo plus grande) ne partage sa catégorie qu’avec la liste Jospin. La liste ERE se trouve, elle, placée dans la deuxième catégorie, entre la liste communiste et celle du Front national présentée de façon plus détaillée que ses deux voisines.

45La part plus ou moins grande faite aux petites listes est en soi l’indice d’une volonté d’ouverture, voire de distanciation par rapport aux listes les plus en vue. On ne sera pas surpris, à cet égard, de l’extrême focalisation sur les thèses communistes opérée par L’Humanité. Plus que tout autre, ce quotidien se met au service de l’action, il s’agit de mobiliser les électeurs et à cette fin, d’utiliser la campagne pour leur démontrer le bienfondé des thèses du parti. "Six jours pour convaincre" peut-on lire à la une du quotidien le 11 juin ; à la veille du scrutin le quotidien rappellera que le vote communiste est le seul vote efficace. Pour affermir les convictions, on fait appel aux responsables les plus célèbres et notamment aux ministres (Fiterman, Rigout, Ralite) mais on a également recours à l’effet d’identification induit par le témoignage d’humbles militants ou de membres plus prestigieux (notables, intellectuels). La parole est donc aux communistes, les déclarations des dirigeants des autres formations se trouvant le plus souvent consignées sur le mode laconique dans la rubrique "ils ont dit". J. Chirac est la seule personnalité non communiste à laquelle L’Humanité réserve un traitement moins parcimonieux, sans doute parce qu’il incarne plus commodément que S. Veil l’adversaire de droite qu’il faut combattre. Chirac est du reste la cible de la seule caricature publiée par le quotidien communiste au cours de la dernière semaine de la campagne. Elle représente le président du RPR en tenue de footballeur aux couleurs du drapeau américain donnant du pied dans un ballon estampillé "Euro 84" (13 juin). Il est d’ailleurs à remarquer que L’Humanité passe pratiquement sous silence l’existence du Front national auquel les autres quotidiens consacrent de nombreux articles, le Quotidien de Paris allant jusqu’à prendre l’initiative d’un débat entre Le Pen et J.-F. Khan reproduit le 15 juin sur cinq pages. Pour L’Humanité, Le Pen n’apparaît qu’au détour de mentions incidentes comme si l’on redoutait que l’évocation du chef de l’extrême droite cautionne son droit à l’existence politique.

46L’autre caractéristique importante de la campagne telle que les quotidiens l’ont reflétée réside dans l’intérêt porté aux partenaires de la Communauté. Là encore, les différences sont sensibles. Ainsi, le Parisien Libéré se borne le 12 juin à présenter dans un bref encadré le mode de scrutin de nos partenaires, présentation complétée le 14 juin par révocation sommaire de la campagne menée dans les quatre pays appelés à se rendre aux urnes ce jour-là. Le samedi 17, le Parisien Libéré fait état des premières estimations de participation dans ces mêmes pays. Il s’agit là au total d’un intérêt factuel minimal de la part d’une rédaction qui à aucun moment ne tente de rendre compte d’une réalité étrangère observée sur le terrain. A l’autre extrême se situe Libération qui multiplie les reportages consacrés aux aspects les plus quotidiens de la vie dans seize pays européens. Cette volonté de dépasser le cadre strict des limites géographiques de la Communauté se retrouve également dans Le Monde dont les correspondants en poste à Washington, Tokyo, Lisbonne et Stockholm relatent la façon dont est perçue la campagne pour les européennes dans ces capitales. En revanche, aucune enquête systématique n’est effectuée parmi les Dix au cours de la dernière semaine. Cette composante extra-nationale de la campagne est simplement prise en compte dans une série de quatre articles intitulée "L’Europe à la recherche d’une voix". Deux autres enquêtes à double volet, l’une consacrée à la situation du PCI après la mort de Berlinguer et l’autre à l’état économique de l’Allemagne font marginalement référence à l’Europe. Paradoxalement, Le Monde a choisi de rendre compte de cette campagne dans un cadre essentiellement national tout en privilégiant dans ses commentaires et dans les questions posées aux représentants des différentes formations les aspects européens du scrutin. Pour sa part, L’Humanité n’évoque guère que l’Allemagne fédérale dans un reportage consacré aux pacifistes, qui prend place aux côtés d’autres articles replaçant l’enjeu de l’élection européenne dans la perspective du désarmement.

47Au total, sous le double rapport de l’audience accordé aux petites listes et de l’attention portée aux autres partenaires européens, on pourrait tenter de dresser une typologie des quotidiens informatifs spéculatifs regroupant Libération, Le Monde et, dans une moindre mesure Le Quotidien de Paris des quotidiens au militantisme plus accusé parmi lesquels Le Figaro et France Soir, Le Matin et L’Humanité.

48A la veille du scrutin, chaque quotidien rappelle à ses lecteurs les modalités de l’élection et consacre quelques colonnes au Parlement européen dont on évoque le rôle et le fonctionnement avant de livrer les dernières consignes de vote ou d’établir un bilan de la campagne. A cette occasion, Serge July, en page 2 de Libération n’évoque qu’une seule fois l’Assemblée européenne dans son analyse de la campagne, encore est-ce pour la présenter comme une "institution indolore et sans saveur qui légitime les abstentionnismes". Sous une forme moins pittoresque, c’est la même analyse que fait Le Monde le mardi 19 juin en notant : "Les pouvoirs de l’Assemblée de Strasbourg sont trop faibles pour que les enjeux proprement communautaires l’emportent sur les considérations partisanes".

49Au lendemain de l’élection, deux faits retiennent l’attention des commentateurs : le recul de la gauche et singulièrement du PC et la percée du Front national. C’est sur ce dernier élément que Libération choisit de faire sa couverture du 18 juin, photo de Le Pen à l’appui. Pour leur part, Le Figaro et France Soir titrent respectivement : "Les Français rejettent la gauche" et "La gauche s’effondre", France Soir publiant côte à côte une photo de S. Veil et de Le Pen. Pour L’Humanité, il était prévisible que les résultats allaient plonger la rédaction dans l’embarras. La manchette du 18 juin est de fait ambiguë : "Un avertissement sérieux", titre que le commentaire interprète comme un appel à la recherche d’une nouvelle politique qui s’attaque enfin aux "vrais problèmes". Une dernière fois le scrutin européen se métamorphose en élection nationale. De ce point de vue, le quotidien communiste ne se singularise guère par rapport aux autres titres de la presse parisienne pour qui l’élection du 17 juin a été avant tout un test pour l’équipe au pouvoir.

Italie

50Il n’existe pratiquement pas de presse nationale en Italie ; la majorité des 81 quotidiens ont une diffusion régionale, parfois interrégionale. On peut aller jusqu’à affirmer qu’il n’y a que deux quotidiens de dimension nationale, La Repubblica dont le but déclaré a été, dès sa fondation récente, de privilégier l’information nationale et L’Unità, c’est-à-dire l’organe du Parti communiste italien. Par ailleurs, deux autres quotidiens ont une diffusion très large sur tout le territoire national, encore qu’ils soient très ancrés dans des réalités locales marquées, le Corriere della Sera de Milan et La Stampa publié à Turin. Afin d’augmenter la représentativité national de l’échantillon constitué, il a été décidé de retenir également le Messagero de Rome qui, avec un tirage de près de 300.000 exemplaires est le plus grand quotidien régional.

51Les cinq quotidiens composant l’échantillon sont des quotidiens du matin qui, à l’exception de la Repubblica, paraissent sept jours sur sept. Si la majorité d’entre eux est restée fidèle à la célèbre "terza pagina", la troisième page traditionnellement consacrée à la culture, la Repubblica l’a remplacée par une double page centrale, symbole de son originalité, au même titre que son supplément satirique hebdomadaire ou sa rubrique quotidienne de commentaires.

52Au cours de la période de référence retenue du 11 au 24 juin, les quotidiens considérés ont consacré en moyenne 11 % de leur surface rédactionnelle à l’élection européenne, exception faite du quotidien communiste qui réserve en moyenne près de 20 % de sa surface rédactionnelle au scrutin, ce score remarquable n’étant pas sans rapport avec les autres thèmes indirectement liés à l’élection européenne qui ont retenu l’intérêt des Italiens au cours de ces deux semaines. Au premier rang de ces événements figure, bien entendu la mort de Berlinguer, secrétaire du PCI, qui a dominé l’actualité entre le 11 et le 15 juin, jour de la clôture de la campagne électorale. La mort de l’homme politique communiste est pour la presse l’occasion de préciser deux thèmes déjà intégrés à la campagne, celui du "sorpasso", c’est-à-dire l’éventualité que le PCI devienne le premier parti italien devançant la Démocratie chrétienne qui détient la majorité depuis 1948, et le thème de l’abstentionnisme qui prend toute sa valeur si l’on se souvient qu’en 1979 en Italie, où le vote n’est pas obligatoire 85,3 % des inscrits étaient allés voter. La mort de Berlinguer déclenche ainsi une réflexion politique généralisée sur la pratique politique et, indirectement sur les rapports de la classe politique avec l’élection européenne. On dénonce l’hypocrisie ambiante et l’on découvre que l’Europe a jusqu’alors été absente du débat politique. Les quotidiens jouent en cette circonstance un rôle d’instigateur ou de caisse de résonance.

53L’élection européenne est d’autre part l’occasion d’un de ces bilans (verifica) qui émaillent la vie politique italienne et permettent aux gouvernements, souvent éphémères, de vérifier l’état des forces politiques qui les appuient. En juin 1984, Bruno Craxi, président socialiste du Conseil, s’interrogeait précisément sur la solidité de la coalition qui le soutenait.

54Parmi les autres thèmes concurrents, il faut encore retenir la fin du procès Negri, les retombées des révélations de Gelli, personnage-clé dans l’affaire de la loge maçonnique P 2, le beau temps et la fermeture anticipée des écoles pour permettre le déroulement du scrutin. Plus tard, la grève dans les transports publics et la préparation des élections administratives du 25 juin retiendront également l’attention des médias.

55L’élection européenne est également présente dans la presse sous la forme de messages publicitaires publiés par les partis politiques dans les différents journaux qui font preuve dans leurs choix d’un éclectisme variable. Si L’Unità ne vante les mérites que du seul PCI, la Stampa ne se limite pas à la promotion des seuls partis gouvernementaux ; on trouve également dans ses pages des messages en faveur du PCI justement, mais aussi du Parti radical, de la Fédération des minorités ethniques et linguistiques et même de la Démocratie prolétarienne. La diversité des appels politiques publiés par ce quotidien n’est certes pas sans rapport avec l’importance de sa diffusion (près de 400 000 exemplaires) mais elle peut également s’interpréter comme l’indice d’un plus net engagement dans la couverture des élections.

56Les formes de l’attention que la presse consacre à l’élection européenne se retrouvent presque identiques d’un quotidien à l’autre, l’essentiel de cette attention s’incarnant en une rubrique "spécial élection" publiée dans les pages nationales et, en partie également, dans les pages régionales, le cas échéant. D’autres éléments plus spécifiques paraissent en outre dans chaque quotidien. C’est ainsi que le Corsera publie des interviews de personnalités étrangères (Kohl et Ortoli) ainsi que certains articles relatifs à l’Europe dans sa page culturelle. On relève également des articles à caractère culturel dans la Stampa, L’Unità et le Messagero, ce dernier quotidien ayant commandé un sondage dont les résultats, publiés chaque jour, nourrissent le commentaire. Pour sa part la Repubblica consacre son supplément satirique aux résultats des élections, quant au Corsera, c’est dans un dossier spécial qu’il choisit de présenter et de commenter ces mêmes résultats.

57Dans sa rubrique intitulée "Europa/elezioni ’84", le Corsera fait paraître des articles se rapportant aux différents pays de la Communauté illustrés par des cartes et d’autres consacrés aux régions italiennes. Il s’agit ainsi d’une rubrique hybride, à mi-chemin entre le domaine étranger et la politique intérieure. De son côté, La Stampa sépare nettement sa rubrique "Europa/élection 84" en deux parties dont l’une, centrée sur la présentation des pays européens concernés par le scrutin, figure parmi les informations étrangères, l’autre, consacrés aux candidats nationaux aux élections, se trouvant placée dans les pages de politique intérieure, l’appartenance de ces deux parties au même thème étant toutefois rappelée par un logotype unificateur. Si l’information concernant l’élection européenne se trouve parfois affectée à des emplacements distincts, selon qu’il s’agit d’informations nationales ou extra-nationales, il arrive que des articles ayant trait à l’un des pays de la Communauté, mais sans rapport direct avec l’élection, se trouvent placés dans le volet extra-national de la rubrique "Europe/ élection 84".. C’est ainsi que pour étoffer sa présentation de la France, la Repubblica publie un long article consacré à J.H. Hallier occupant un espace plus important que les commentaires portant sur la première phase du scrutin du 14 juin.

58L’Europe dont il est question dans les quotidiens a, au total, un double visage ; le bon, celui de l’Europarlement, le mauvais représenté par les gouvernements nationaux et les autres institutions européennes. Mais, pour être le dépositaire des bonnes intentions des idéaux politiques et culturels, le Parlement européen n’en est pas moins en crise. Le bilan établi est affligeant à cet égard : dépourvu de pouvoir, c’est un gouffre financier, un lieu d’affrontements et d’interminables palabres sur des points souvent secondaires. En fait, l’aspect positif du Parlement réside dans sa simple existence ainsi que dans la vitalité dont il sait à l’occasion faire preuve, lors de l’éboration du projet Spinelli par exemple. Cela dit, la crise que traverse le Parlement européen est telle qu’il est l’objet de la méfiance de la population. Seul un sursaut psychologique, qu’un projet tel celui de Spinelli est de nature à fournir, pourrait restaurer sa crédibilité. Toute la presse, avant le vote, partage les mêmes déceptions et les mêmes espoirs à l’égard du Parlement.

59Même concordance de vues lors du commentaire des résultats. D’une campagne électorale sans passion naît un Parlement sans identité menacé par les forces hostiles présentes en son sein même. Cette crainte est d’ailleurs justifiée par l’affluence relativement faible aux urnes et l’on aurait tort de confondre taux de participation et degré d’intérêt pour l’Europe et ses institutions. Bien que l’abstentionnisme italien soit resté minime, il convient de noter que si en apparence les Italiens ont marqué leur adhésion à l’Europe en allant voter, leur choix s’est porté en majorité sur une force d’opposition minoritaire dont le ralliement à la cause européenne est d’assez fraîche date, L’Unità, bien entendu ne partageant pas cette analyse.

60Plein accord de la presse encore quant aux questions à dimension européenne ; l’éventail à cet égard est large qui va de l’équilibre Nord-Sud au chômage, de la paix aux restructurations industrielles, de l’agriculture aux problèmes financiers en passant par l’écologie et les conditions de travail. L’Europe est le creuset de tous les problèmes. Née d’un élan fondé sur l’optimisme et une relative abondance, l’Europe incarnée par son Parlement connaît aujourd’hui une crise qui n’est peut-être que l’image de la difficulté des temps que nous traversons. Et pourtant, estime la presse unanime, l’Europe dispose encore d’un atout, celui de la culture ; elle peut faire confiance à son histoire et à ses intérêts communs. C’est bien sur la culture qu’il faut miser.

61Voilà donc le cadre général qui se dessine lorsqu’on essaie de faire parler la presse a propos de l’Europe. Une exception significative toutefois, celle de la Stampa qui, prenant fait et cause pour l’Europe et le Parlement dès l’origine, s’engage dans une véritable campagne électorale. Ce quotidien ne nie pas la crise du Parlement, indiscutable, mais il souligne avec vigueur tous les points positifs de la récente histoire communautaire. La Stampa confirme cette position de départ lors des commentaires des résultats : grâce au Plan Spinelli, l’Europe a retrouvé un nouveau souffle, l’indifférence populaire a régressé. Du reste, au mépris des contradictions, d’autres quotidiens se départissent de leur défiance, tel le Corsera qui, après avoir évoqué un parlement sans visage, estime que les représentants étroitement nationalistes sont a présent moins nombreux dans ce même parlement.

62Sans exception, en revanche, la presse affirme que l’Europe a été, en fait, totalement exclue de la campagne électorale ; tous les quotidiens rappellent alors ce qui constitue à leurs yeux le véritable enjeu de ces élections, certains allant jusqu’à dénoncer l’hypocrisie de la campagne, d’autres préférant souligner l’importance prise par certains thèmes nationaux par rapport aux thèmes proprement européens. Mais tous sont unanimes pour souligner que la mort de Berlinguer a introduit dans la vie politique une authenticité trop éphémère. Des nuances sont à introduire, il est vrai, quant aux problèmes nationaux dont les quotidiens pensent qu’il est réellement question. Pour certains le vote porte sur la politique économique, pour d’autres, sur la crise politique et l’inévitable "sorpasso" ou sur la "question morale", d’autres encore sur l’implantation des missiles de croisière en Italie. En tout cas, au moment des résultats, il est facile d’affirmer que la deuxième élection européenne a éclaté en dix élections nationales et qu’en Italie, notamment, les partis en sont responsables pour avoir, justement, fait campagne exclusivement sur des thèmes de politique intérieure. En un mot, les élections deviennent un test qui fait désormais problème : les partis politiques avaient à ce propos des divergences que les quotidiens, ont eux respecté en fonction de leur sympathie politique ; il s’agissait donc ou bien de rappeler que les élections européennes n’avaient en aucun cas la même portée que des élections politiques ou administratives, ou bien d’insister sur les inévitables et importantes répercussions des résultats du vote sur les équilibres politiques italiens.

Royaume-Uni

63Les Britanniques sont allés aux urnes le jeudi 14 juin comme les Danois, les résultats ayant été gelés jusqu’au dimanche suivant. La campagne a été relayée par la presse de qualité dès le 28 mai. La distinction traditionnelle entre presse de qualité (Daily Telegraph, Times, Guardian, Financial Times) et presse populaire (l’ensemble des tabloïds) prend ici toute son importance. L’élection européenne est un sujet sérieux, presque théorique qui n’avait guère de chance de retenir l’attention des quotidiens populaires ; de fait, si, en moyenne les quotidiens de qualité consacrent quelque 5 % de leur surface rédactionnelle à la préparation du scrutin européen, on peut véritablement se demander en feuilletant les quotidiens populaires au cours de la semaine précédant l’échéance si l’on est bien en période préélectorale.

64Cette remarque ne vaut pourtant pas pour les journaux populaires dominicaux qui furent nombreux à consacrer le 10 juin un éditorial à la valeur de l’élection du 14. Tel fut notamment le cas du News of the World, du Mail on Sunday et du Sunday People. Déjà se précisent les lignes de force qui vont orienter la campagne au cours des derniers jours. Pour le Sunday People de sensibilité travailliste, la situation est claire : il s’agit par le vote du 14 juin d’exprimer une opposition au gouvernement Thatcher, dernière chance pour les électeurs de faire connaître leur mécontentement avant les prochaines élections générales. Quant à l’Europe, elle n’existe que sous la forme de la dérision ; l’élection européenne, précise l’éditorialiste, suscite autant d’intérêt qu’on peut en éprouver en regardant grossir une montagne de beurre. Les journaux populaires conservateurs, les plus nombreux, insistent sur le caractère historique de l’occasion offerte aux électeurs (jamais une élection n’a concerné un aussi grand nombre d’électeurs précise le Mail on Sunday) quant au News of the World, il établit un lien entre les cérémonies du Débarquement et l’élection présentée comme un acte de foi dans la démocratie, soutenue par l’alliance américaine. Si ce journal invite très explicitement ses lecteurs à refuser leur suffrage à la gauche, le Mail on Sunday ne donne pas de consigne de vote précise, tout en faisant remarquer le caractère extrêmement limité des pouvoirs du Parlement de Strasbourg. Le Sunday Times partage très largement cette manière de voir et indique dans son éditorial que le rêve européen doit devenir plus crédible avant que l’on commence, en Angleterre comme ailleurs à le prendre au sérieux. Ces élections à un Parlement privé de pouvoir ne font que renforcer le scepticisme des Européens, poursuit le journal qui n’en ouvre pas moins ses colonnes à un plaidoyer argumenté d’Edward Heath en faveur de l’Europe. Les deux autres dominicaux de qualité ne traitent pas l’élection en éditorial mais sous forme de reportage ou de chronique. Le Sunday Telegraph évoque en un tiers de page les enjeux européens pour les agriculteurs britanniques tandis que l’Observer réservant sa colonne éditorial à la stratégie économique mondiale (à l’issue du Sommet de Londres) et à la répression contre les Sikhs, confie à Roy Jenkins, l’ancien président de la Commission européenne, le soin de critiquer la position frileuse des Britanniques à l’égard de l’Europe.

65Eclipsée par la commémoration du Débarquement et par les exégèses suscitées par le Sommet de Londres, l’élection européenne a bien du mal à mobiliser une attention spécifique, encore que le thème européen soit souvent abordé marginalement à la faveur de l’analyse des deux événements précités, ne serait-ce que pour souligner l’importance du soutien américain à l’Europe.

66L’ambiguïté est donc totale ; lorsque le scrutin n’est pas ouvertement présenté comme un instrument de censure de la politique gouvernementale (position des journaux du groupe Mirror), il est soit largement passé sous silence (il est pratiquement occulté dans le Sun, premier quotidien britannique par la diffusion) soit présenté comme le symbole d’une entité idéale mais pour l’heure dépourvue de pouvoir, donc d’intérêt. Car l’apathie de la presse n’est en rien le reflet d’une quelconque défiance face à un nouveau type de pouvoir dont on craindrait les excès ; le Parlement de Strasbourg n’est pas dépeint sous les couleurs d’un Léviathan usurpateur de légitimité ; on lui reprocherait plutôt aujourd’hui d’être enfermé dans le rôle d’une assemblée fantoche incapable de s’opposer à la Commission en matière de prix agricoles et d’accroissement budgétaire. Pour l’ensemble de la presse britannique, le Parlement devrait, pour acquérir quelque crédibilité, devenir le lieu d’une authentique résistance aux pressions des eurocrates et des égoïsmes nationaux. On peut ainsi mesurer l’évolution intervenue dans les positions de la presse face au Parlement par rapport au précédent scrutin de 1979.

67Certains correctifs méritent cependant d’être apportés. Ainsi le Daily Telegraph met-il en garde les électeurs dans son éditorial du 14 juin contre la tentation qui les conduirait à exprimer leur opposition au gouvernement en place en votant pour les candidats de l’Alliance ; une telle décision, assure le quotidien conservateur, reviendrait à cautionner une certaine idée de l’Europe fondée sur une intégration plus poussée que le Daily Telegraph récuse ; l’institution en soi reste suspecte à ses yeux ; elle est notamment le symbole de l’inefficacité comme le rappelle le 14 juin un article intitulé "les députés européens ne siègent que cinq jours par mois". Toutefois le Daily Telegraph, aussi réservé soit-il à l’égard de la construction européenne, n’en publie pas moins le 13 juin une publicité pour le compte des conservateurs invitant les électeurs à aller voter, l’abstension revenant à faire le jeu des adversaires travaillistes.

68Il reste que le Daily Telegraph est le seul quotidien avec le Guardian à commander régulièrement des sondages dont les résultats nourrissent les titres de première page et appellent le commentaire éditorial. Loin de se désintéresser de l’affaire, le Daily Telegraph reste vigilant cependant, son attention n’allant pas jusqu’à conférer à l’information relative à la campagne un statut particulier, instrument de la valorisation, au moyen d’une signalisation spécifique intégrant un logo emblématique comme dans les pages du Guardian ou du Times.

69C’est en effet dans une rubrique particulière intitulée "Euro Campaign" pour le Guardian et "European Elections" dans le Times que ces deux quotidiens font paraître les reportages de leurs correspondants en poste dans les capitales européennes, les enquêtes réalisées dans les circonscriptions, ainsi que l’essentiel des conférences de presse tenues chaque matin par les états-majors des partis. Si par son ampleur et sa variété la couverture de la campagne assurée par les deux quotidiens est pratiquement équivalente, celle du Times retient l’attention par sa tonalité propre. La publication dans les pages d’informations générales ou dans la page "features" d’articles ou de commentaires critiques à l’égard de la Communauté colore insidieusement le vaste ensemble informatif proposé dans la rubrique consacrée aux élections. Ainsi le 7 juin, un article du correspondant à Bruxelles fait état d’une fabuleuse augmentation du stock de beurre. Le même jour un éditorial évoque le problème de l’apprentissage des langues étrangères et conclut sur la nécessité de réserver les ressources disponibles à l’enseignement de l’anglais dans les écoles. Le 12 juin un article publié en page 2 présente les conclusions d’une commission parlementaire faisant état des effets négatifs pour l’industrie manufacturière britannique de l’appartenance à la Communauté. Le même jour, soit quarante-huit heures avant le scrutin, le Times ouvre ses colonnes à Roger Scruton, rédacteur en chef de la Salisbury Gazette qui présente l’élection européenne comme une farce coûteuse, cet article servant le lendemain à étayer la thèse farouchement anti européenne défendue par le Daily Star dans son éditorial du 13 juin qui consitue un véritable appel à l’abstentionnisme. Si, en apparence, le Times continue à remplir consciencieusement son devoir d’organe d’information au cours de la campagne, il n’en demeure pas moins qu’il a sensiblement infléchi sa position à l’égard de l’institution européenne depuis 1979. A la différence du Guardian, il ne souhaite pas le renforcement des pouvoirs du Parlement ; le volontarisme chargé d’espoir qui animait le quotidien lors du premier scrutin a fait place à une circonspection teintée de nationalisme et l’on peut se demander si le changement de propriétaire intervenu en 1981 n’est pas pour quelque chose dans cette évolution.

70Pour le Guardian au contraire l’élection est l’occasion d’espérer que les nouveaux élus sauront arracher aux eurocrates les pouvoirs qui permettront à la Communauté d’être autre chose qu’un "supermarché regorgeant de marchandises" (éditorial du 18 juin). Si au lendemain du scrutin l’ensemble de la presse s’accorde à souligner l’apathie de l’électorat, en lui trouvant d’ailleurs bien des circonstances atténuantes, le Guardian est bien le seul à tirer des résultats quelque raison d’espérer.

71L’investigation qui précède a eu pour but de mesurer l’attention accordée par la presse européenne à l’élection au Parlement de Strasbourg, les formes spécifiques de cette attention, ainsi que les traits dominants du discours journalistique relatif à l’Europe d’une part, au scrutin européen d’autre part.

72On a tenté par l’harmonisation des procédures et l’homogénéisation des échantillons de réduire les disparités entre des systèmes de presse fort différents ; l’aléatoire n’a cependant pas pu être totalement neutralisé : la grève qui a touché les entreprises de presse allemandes a, par exemple, faussé en partie la comparaison.

73Il reste que la somme des observations effectuées permet de dégager quelques traits saillants concernant, en particulier, le rôle que la presse s’est assigné au cours de la campagne. Selon les cas, les journaux se sont mués en auxiliaires didactiques volontiers incitatifs ou, à l’autre extrême, en enregistreurs impassibles fortement sélectifs, la majorité des publications adoptant du reste le plus souvent une attitude composite s’inscrivant entre ces deux pôles.

74Comme il était prévisible, c’est l’appropriation du scrutin européen à des fins de politique intérieure qui caractérise essentiellement la couverture de ces élections par les journaux des différents pays européens considérés. Bien entendu, ce jugement global est à nuancer au gré des situations nationales mais si l’origine nationale du discours journalistique sur l’Europe explique en partie les variantes que l’on peut relever d’un pays à l’autre, les ancrages idéologiques des différents journaux, ainsi que les composantes sociologiques de leurs lecteurs ont exercé des effets au moins aussi importants.

75A l’évidence, la presse, de par la diversité de son fonctionnement, ne pouvait rendre compte du scrutin européen qu’en fonction de la coloration nationale des différentes facettes qui composent le prisme de la presse européenne.

Le texte et les autres éléments (illustrations, fichiers annexes importés) sont sous Licence OpenEdition Books, sauf mention contraire.

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search