Version classiqueVersion mobile

Guerre du toit et modernité architecturale

 | 
Christine Mengin

Introduction

Texte intégral

1Dans l’histoire de la modernité architecturale, le programme de l’habitation a joué un rôle crucial, des villas avant-gardistes aux lotissements ouvriers du Bauhaus. Les architectes modernes se sont passionnés pour la « machine à habiter », qui promettait d’offrir à tous un habitat rationnel et confortable. De ce point de vue, le terrain d’expérimentation le plus fructueux a, sans conteste, été l’Allemagne des années 1920.

2Le logement social construit sous la république de Weimar présente en effet la double caractéristique d’allier production à grande échelle et qualité architecturale. Une partie de cette production est due à des architectes d’avant-garde, qui mettent au point un modèle de cité d’habitation appelé à perdurer. Mal connue en France, cette phase d’élaboration constitue le moment crucial où le renouvellement de la culture architecturale, entamé au début du siècle, fait face à l’émergence d’une société de masse, où de nouvelles exigences en matière d’habitat se confrontent avec la définition de la modernité en architecture. La richesse des débats et des réalisations justifierait à elle seule qu’on les étudie.

3Mais cette période de l’histoire du logement présente un second intérêt : à la différence de la situation française, où les architectes novateurs ne reçoivent guère de commandes publiques, l’Allemagne de Weimar voit l’émergence d’une maîtrise d’ouvrage d’utilité publique capable non seulement de construire beaucoup, mais également de susciter l’innovation architecturale. Le logement social construit sous la république de Weimar est en effet célèbre pour deux raisons, la première d’ordre quantitatif, la seconde d’ordre qualitatif. En premier lieu, ce qui frappe est l’ampleur de la politique nationale du logement, qui permet dans les années 1920 de construire, grâce à l’impôt, un nombre extrêmement élevé de logements neufs avec une aide publique. Deux millions et demi de logements sont édifiés de 1919 à 1932, dont les quatre cinquièmes avec une aide publique. À titre de comparaison, ce sont 300 000 logements qui font en France l’objet d’un financement public entre 1919 et 1939, c’est-à-dire pendant une période plus longue. En second lieu, l’architecture de ces réalisations retient l’attention, car nombre d’entre elles sont signées par les architectes les plus prestigieux du Mouvement moderne allemand : Walter Gropius, Hugo Häring, Otto Haesler, les frères Luckhardt, Ernst May, Erich Mendelsohn, Hannes Meyer, Ludwig Mies van der Rohe, Hans Scharoun, Bruno Taut et Martin Wagner, pour ne citer que les plus célèbres.

  • 1 « Personnes peu fortunées » est l’expression employée par la loi Ribot en 1908.
  • 2 Cette intuition a été formulée, mais non traitée, par G. Teyssot : « Civilisation du salarié et cu (...)

4Deux grandes villes allemandes, en particulier, révèlent une concentration exceptionnelle d’opérations de logements dues à l’avant-garde architecturale : Berlin et Francfort-sur-le-Main. Ces deux municipalités ayant par moments eu une coloration politique sociale-démocrate, l’idée s’est naturellement diffusée que la république de Weimar était le lieu de l’élaboration d’une culture sociale-démocrate de l’habitat, conforme à l’esthétique moderniste du Bauhaus. Or, malgré cette connotation progressiste de la politique du logement menée dans l’Allemagne des années 1920, le plus souvent considérée comme due à des conceptions de gauche, la république de Weimar passe pour avoir échoué à loger ceux que l’époque appelle pudiquement les « personnes peu fortunées1 » (minderbemittelt). En effet, tant les observateurs de l’époque que les historiens ont relevé que les logements construits avec l’aide publique, de trop grande qualité, étaient financièrement inaccessibles aux ouvriers. Cette interrogation sur les groupes sociaux pour lesquels ces logements ont été construits rejoint une autre question, née de l’étude des projets et écrits de l’avant-garde architecturale allemande sur le logement, dont l’intense production projectuelle et bâtie est relayée par une activité théorique importante. Cette activité théorique cherche à définir les besoins de l’habitant, à concevoir le plan de logement le plus fonctionnel, combinant confort et rationalisation des usages, à promouvoir des techniques et matériaux de construction économiques. Mais, dans leurs écrits, les protagonistes du Neues Bauen (l’« architecture nouvelle ») ne mentionnent jamais les groupes sociaux auxquels leur architecture est destinée. L’habitant putatif n’est à aucun moment caractérisé socialement ; il est envisagé sous le seul angle de son appartenance à une famille de type nucléaire. D’où la question de savoir quelle est la cible sociale tant de ces projets d’habitation que des logements financés au titre de la politique du logement. Nous formulons l’hypothèse qu’il s’agit des employés, qui forment alors en Allemagne un groupe social numériquement important, à la forte visibilité sociale, et dont la conscience de classe transcende les catégories professionnelles2. Bien Bien organisés sur le plan syndical, les employés sont soucieux de se distinguer des ouvriers et aspirent à se rapprocher des fonctionnaires, dont le statut leur paraît prestigieux. Sur le plan des mentalités, l’employé a un mode de vie par bien des aspects moderne, qui anticipe de nombreux traits de la société de masse. Son comportement démographique, son mode de consommation et ses loisirs notamment en font le vecteur de diffusion du mode de vie moderne.

5Si, comme nous allons tenter de le montrer, le consommateur du logement social est bien l’employé, il reste à déterminer qui en est le producteur. L’idée dominante est que la maîtrise d’ouvrage des cités d’habitation serait une affaire municipale. Or, s’il est exact que la mise en oeuvre de la politique du logement en Allemagne repose avant tout sur les communes, cette idée de l’origine municipale et sociale-démocrate des cités d’habitation modernes, qui se fonde largement sur les exemples de Francfort-sur-le-Main et de Berlin, pose néanmoins plusieurs problèmes. En effet, si de nombreuses municipalités entre les deux guerres ont sous la république de Weimar un maire social-démocrate, elles n’en ont pas pour autant transformé leur ville en laboratoire de la nouvelle culture de l’habitat. À l’inverse, ni le maire de Berlin ni le maire de Francfort, villes où sont, on la dit, concentrées les réalisations d’avant-garde, ne sont membres du SPD : tous deux appartiennent au DDP (droite démocratique). De même, plusieurs grandes cités modernes sont construites à Cologne, dominée par le Parti du centre catholique, plutôt conservateur. La ville de Celle, où la majorité politique, durant la période de construction la plus active, est composée de la coalition des partis dits bourgeois, voit les premiers immeubles-barres de l’histoire du logement allemand, dus à l’architecte moderne Otto Haesler. Enfin, la maîtrise d’ouvrage municipale directe est un phénomène très minoritaire et la construction de logements sociaux est pour l’essentiel confiée à ces instruments de mise en oeuvre de la politique du logement que sont les organismes (sociétés et coopératives) de construction d’utilité publique.

6L’hypothèse sur laquelle repose ce travail est que la mise au point d’un modèle pertinent pour l’habitat de masse est d’origine syndicale et non, contrairement à ce qui est fréquemment affirmé, municipale.

7À ce stade, trois remarques à l’appui de l’importance de la maîtrise d’ouvrage syndicale en Allemagne. D’une part, le poids considérable, inimaginable au regard de la situation française, des syndicats dans la vie politique, économique et sociale allemande. Les syndicats allemands comptent parmi les plus puissants et les mieux organisés d’Europe. Leur surface financière, leur prospérité, l’importance de leurs avoirs et propriétés font d’eux des acteurs économiques essentiels, au travers des multiples entreprises qu’ils ont créées au fil du temps. Ensuite, pour tous les syndicats allemands, le logement devient une priorité nouvelle après la Première Guerre mondiale, ce qui les conduit à soutenir la politique nationale du logement, non seulement dans ses fondements idéologiques (qui proviennent, ainsi qu’on le montrera, non pas du socialisme, mais bien plutôt du mouvement pour la réforme foncière), mais aussi dans son mode de financement (les syndicats acceptent sans restriction le principe de solidarité présidant à la perception d’un impôt sur les loyers au bénéfice des mal-logés). À partir de la fin de la Première Guerre mondiale, le logement, fait nouveau, occupe une place importante dans les revendications des organisations professionnelles et les adhérents y sont très sensibles. Pendant la république de Weimar, certaines actions sont communes à tous les syndicats, alors même qu’ils se situent politiquement aux antipodes les uns des autres. Enfin, les syndicats se transforment en maîtres d’ouvrage par la création de sociétés syndicales de construction de logements, notamment pour les employés.

8En effet, à côté d’une myriade de petites coopératives locales de construction pour employés, il existe sous la république de Weimar trois grandes sociétés de construction qui bâtissent pour les employés, dans lesquelles les trois grandes centrales syndicales d’employés jouent un rôle déterminant. Historiquement, la première de ces sociétés de construction, la Gagfah, est créée à la fin de la Première Guerre mondiale par l’ensemble des syndicats d’employés. En réalité, elle est dominée par l’Association nationale-allemande des employés de commerce (DHV), organisation corporative, conservatrice et nationaliste qui a pris l’initiative de sa création. Le DHV y jouant un rôle croissant et les conflits idéologiques entre syndicats s’amplifiant, chacune des deux autres grandes centrales fonde sa propre société de construction. La plus connue est la société de construction fondée à Berlin par les syndicats de gauche, la Gehag, qui bâtit, en principe du moins, non seulement pour les employés, mais aussi pour les ouvriers et les fonctionnaires. La moins connue est celle de l’organisation d’employés affiliée aux syndicats libéraux-nationaux (dits de Hirsch et Duncker), la Heimat. Alors que l’action de la Gagfah est préparée pendant la Première Guerre mondiale et immédiatement après, la Gehag et la Heimat ne voient le jour qu’au moment où l’argent commence à couler à flots avec l’introduction de l’impôt sur les loyers, levé pour résoudre la crise du logement.

9En dépit des antagonismes politiques, l’activité de ces trois sociétés de construction aboutit à la mise au point de nouvelles normes de confort et de distribution du logement, d’une nouvelle culture de l’habitat (Wohnungskultur), comme on dit en allemand. Mais le consensus sur la forme d’habitat la plus appropriée aux employés se double d’un conflit architectural qui culmine en 1928, lorsque la conservatrice Gagfah et la progressiste Gehag construisent dos à dos deux cités rivales, destinées à faire la démonstration de leurs esthétiques architecturales antagonistes. En effet, sur le terrain architectural, une ligne de partage divise les maîtres d’ouvrage : la Gagfah adopte une architecture traditionaliste, teintée d’accents régionalistes, tandis que la Gehag se situe du côté de l’avant-garde. Mais ces divergences, qui se teintent d’une hostilité croissante et de plus en plus connotée politiquement, se produisent alors même que le terreau idéologique présidant à l’action des deux sociétés de construction est, à peu d’éléments près, identique. Nous examinerons les ressorts d’un parcours qui, à droite comme à gauche, finit par mener, avec des justifications idéologiques différentes, du pavillon régionaliste à la barre d’habitation moderniste.

  • 3 Une approche comparatiste est esquissée dans C. Mengin, « H.B.M. et Siedlungen : étude comparative (...)

10L’originalité de ces phénomènes — les moyens pris par la république de Weimar, les résultats tant quantitatifs que qualitatifs de la politique du logement, l’importance et la structuration du groupe social des employés, l’implication des syndicats, leur activité comme maîtres d’ouvrage, le volume des réalisations de l’avant-garde dans le programme du logement — constitue l’irréductible spécificité de la situation allemande. Cette spécificité est trop forte et trop large pour que l’on puisse envisager une comparaison terme à terme de l’histoire du logement social dans la France et l’Allemagne des années 1920. C’est donc l’histoire du logement construit par les syndicats pour les employés sous la république de Weimar qui sera seule retracée3.

  • 4 J. Kocka, Les employés en Allemagne 1850-1980. Histoire d’un groupe social, Paris, 1989 (éd. orig. (...)
  • 5 À l’exception de la vaste fresque brossée par R.-H. Guerrand, Une Europe en construction. Deux siè (...)

11La difficulté de ce choix réside dans les lacunes de la bibliographie de langue française : à l’exception d’un unique ouvrage de référence sur l’histoire sociale des employés traduit de l’allemand4, il n’existe aucun livre en français sur l’histoire du logement allemand en général, ni sur les syndicats sous la république de Weimar, a fortiori sur leur position sur le logement ou sur les sociétés de construction qu’ils ont créées5. Aucun ouvrage n’est spécifiquement consacré à l’histoire de l’architecture allemande au xxe siècle et les monographies consacrées à des architectes allemands demeurent l’exception. En conséquence, ces différents points seront développés dans le livre, pour les nécessités de la démonstration.

État de la question

  • 6 Geschichte des Wohnens, Stuttgart : J. Reulecke (dir.), vol. 3 : 1800-1918 : das bürgerliche Zeita (...)

12En dépit de l’enjeu considérable, sur les plans politique, économique, social et culturel qu’a représenté, dans l’Allemagne de l’entre-deux-guerres, le problème du logement, aucune étude d’ensemble ne restitue aujourd’hui la complexité d’un débat aussi lourd de conséquences pour la mise au point de l’habitat moderne. En effet, nous sommes en présence de deux types d’études : les unes, dues à des historiens, s’intéressent à l’aspect quantitatif de la politique du logement. Les autres, dues à des historiens de l’architecture, s’intéressent à l’aspect qualitatif de l’architecture des cités d’habitation modernes construites sous la république de Weimar. Il est rare que les deux aspects soient mis en regard : les cinq volumes de la somme colossale récemment consacrée à l’histoire de l’habitat juxtaposent plutôt qu’ils ne brassent différentes approches de la question6.

  • 7 Pour une bibliographie raisonnée, voir : G. Schulz, « Neue Literatur zur Geschichte des Wohnens un (...)
  • 8 À notre connaissance, la seule étude historique qui soit spécifiquement consacrée à la politique d (...)
  • 9 Les articles fondamentaux sont : M. Drupp, « Gemeinnützige Bauvereine im Wohnungswesen der Weimare (...)
  • 10 G. Schulz, « Von der Mietskaserne zum Neuen Bauen. Wohnungspolitik und Stadtplanung in Berlin währ (...)
  • 11 G. Kuhn, Wohnkultur und kommunale Wohnungspolitik in Frankfurt am Main 1880 bis 1930, Bonn, 1998.
  • 12 A. Von Saldern, Häuserleben. Zur Geschichte städtischen Arbeiterwohnens vom Kaiserreich bis heute,(...)
  • 13 U. Kanacher, Wohnstrukturen als Anzeiger gesellschaftlicher Strukturen, Francfort-sur-le-Main, 198 (...)
  • 14 J. Petsch, Eigenheim und gute Stube, Cologne, 1989.

13La plupart des ouvrages historiques d’ensemble traitant du logement social, que ce soit sous l’angle des sources idéologiques, de la pratique coopérative ou patronale, s’arrêtent à la Première Guerre mondiale. Par ailleurs, de nombreux travaux d’histoire urbaine ont permis de bien connaître le processus de l’urbanisation allemande, de chiffrer la crise du logement qui sévit en Allemagne depuis le début de son industrialisation tardive et foudroyante, et s’aggrave pendant et après la Première Guerre mondiale7. Les Les ouvrages d’ensemble sur la politique du logement de la république de Weimar sont moins nombreux8 : il faut pour l’essentiel recourir aux chapitres la concernant au sein de panoramas historiques plus vastes ou à des articles dont certains, essentiels, apportent une information de première main9. Plusieurs monographies concernent plus précisément la politique du logement menée dans certaines municipalités, au premier rang desquelles Berlin10 et Francfort-sur-le-Main11. En ce qui concerne l’histoire de l’habitat, des travaux décrivent les conditions d’habitation du prolétariat12 ou, à l’inverse, sont consacrés aux luxueuses habitations de la bourgeoisie. Les uns et les autres concernent le plus souvent la période wilhelminienne. Deux ouvrages se distinguent toutefois par leur ampleur chronologique. L’étude d’Ursula Kanacher se situe dans la tradition inaugurée par Norbert Elias et se propose de retracer l’interaction entre transformations sociales et évolution de la distribution de l’habitation de 1850 à 197513. L’ouvrage de Joachim Petsch propose un vaste panorama de l’architecture domestique dans son contexte urbanistique et social de 1790 à nos jours14. Il comporte une utile bibliographie par périodes sur un champ traditionnellement négligé par l’historiographie.

Le Neues Bauen

  • 15 B. Miller-Lane, Architecture and Politics in Germany 1918-1945, Cambridge (É.-U.)/Londres, 1985 (1(...)
  • 16 N. Huse, Neues Bauen 1918 bis 1933. Moderne Architektur in der Weimarer Republik, Munich, 1985 (1r (...)
  • 17 Plusieurs articles sont consacrés à l’architecture et l’urbanisme de cette période dans les ouvrag (...)
  • 18 V. M. Lampugnani et R. Schneider (dir.), Moderne Architektur in Deutschland 1900 bis 1950, vol. 1  (...)
  • 19 J. Zukowsky (dir.), The Many Faces of Modem Architecture, building in Germany between the World Wa (...)
  • 20 W. Pehnt, Deutsche Architecture seit 1900, Ludwigsbourg/Munich, 2005.

14Du côté de l’histoire de l’architecture, les études sur l’architecture des années 1920, longtemps consacrées à la saga des héros de l’architecture moderne, se sont diversifiées dans les années 1970. En 1968, Barbara Miller-Lane s’est intéressée aux rapports entre idéologie politique et architecture sous la république de Weimar et le IIIe Reich15. Dans Dans son remarquable Architecture and Politics in Germany 1918-1945, elle a montré comment la jeune démocratie, par les réalisations qu’elle a soutenues et la publicité orchestrée autour de ces cités d’habitation, a été identifiée à l’avant-garde architecturale, dont la postérité n’a retenu que les héros les plus en vue. Elle montre aussi comment cet amalgame entre démocratie et architecture moderne, vivace dans l’opinion publique, a contraint les nazis à occuper le terrain de l’architecture. Par la suite, seul Norbert Huse a proposé une approche d’ensemble du Neues Bauen16. Plusieurs catalogues d’exposition ont contribué à la (re)découverte de l’architecture moderne allemande dans toute sa complexité historique : des grandes expositions, « Tendances des années vingt » en 1977 et « Paris-Berlin » en 197817, à la trilogie organisée par le Musée allemand d’architecture de Francfort-sur-le-Main18. Dans Dans le prolongement de cette révision de l’histoire de l’architecture moderne, l’anthologie photographique de John Zukowsky a également pour objectif de rendre compte de la diversité de la modernité architecturale à travers l’Allemagne de l’entre-deux-guerres19. Enfin, un ouvrage récent propose une lecture globale de l’architecture allemande depuis 190020.

15Si les présentations d’ensemble de l’« architecture nouvelle » demeurent donc exceptionnelles, de nombreuses publications sont venues éclairer l’un ou l’autre de ses aspects. Une série de travaux a été consacrée aux mouvements et organisations fondés ou coanimés par les architectes modernes : le Deutscher Werkbund et les expositions qu’il organise, notamment celle du Weissenhof (Stuttgart, 1927), l’Arbeitsrat für Kunst (Conseil de travail pour l’art), le Novembergruppe (Groupe de novembre), la Gläserne Kette (Chaîne de verre), le Bauhaus et les CIAM sont aujourd’hui mieux connus. Ce n’est pas le lieu de présenter toutes ces publications ; on trouvera les principales références dans les notes du premier chapitre. De même, plusieurs monographies sont-elles venues enrichir la connaissance que l’on avait des figures de l’architecture moderne ; non seulement d’architectes mondialement célèbres, tels Walter Gropius ou Ludwig Mies van der Rohe, mais aussi de leurs collègues moins connus : Richard Döcker, Hugo Häring, Otto Haesler, Ludwig Hilberseimer, Hans et Wassili Luckhardt, Ernst May, Erich Mendelsohn, Adolf Meyer, Hannes Meyer, Hans Poelzig, Wilhelm Riphahn, Otto Rudolf Salvisberg, Hans Scharoun, Karl Schneider, Bruno Taut, Max Taut, Martin Wagner. Un éclairage nouveau a également été apporté sur des architectes qui, engagés dans le renouvellement de la culture architecturale avant la Première Guerre mondiale, se sont après la guerre trouvés rejetés dans le camp conservateur par l’émergence d’une avant-garde architecturale : Paul Bonatz, Paul Schmitthenner, Paul Schultze-Naumburg notamment. Les figures paternelles des « pionniers » ont, elles aussi, fait l’objet de travaux scientifiques : c’est le cas de Peter Behrens, Theodor Fischer, Paul Mebes, Hermann Muthesius, Fritz Schumacher, Heinrich Tessenow, Henry van de Velde.

  • 21 La revue Casabella a consacré plusieurs numéros aux politiques municipales de Hambourg, Vienne et (...)

16Enfin, quelques études concernent les politiques édilitaires. La critique italienne en particulier s’est très tôt intéressée à l’architecture produite par la gestion sociale-démocrate des villes allemandes et autrichiennes entre 1918 et 193321.

Les Siedlungen

  • 22 K. Lembcke, « Der soziale Wohnungsbau 1918-1945. Die politisch-ökonomischen Grundlagen des monopol (...)
  • 23 R. Wiedenhoeft, Berlin’s Housing Revolution. German Reform in the 1920s, doctorat, 1971, Ann Arbor (...)
  • 24 J. Posener, « 12. Vorlesung zur Geschichte der neuen Architektur : Groβsiedlungen », Archi +, n° 4 (...)
  • 25 L. Ungers, Die Suche nach einer neuen Wohnform. Siedlungen der zwanziger Jahre damals und heute, S (...)
  • 26 N. Huse (dir.), Vier Siedlungen der zwanziger Jahre — heute. Vier Berliner Groβsiedlungen 1924-198 (...)
  • 27 Se reporter à la bibliographie du livre de G. Kuhn, Wohnkultur..., op. cit., p. 435-444. Une compa (...)
  • 28 I. Beer, Architektur für den Alltag. Vom sozialen und frauenorientierten Anspruch der Siedlungsarc (...)

17Un ensemble de contributions ont tardivement constitué l’architecture du logement de masse, les Siedlungen (cités d’habitation), comme objet d’étude. Mentionnons pour mémoire les doctorats pionniers de Kurt Lembcke en RDA22 et de Ronald Wiedenhoeft aux États-Unis23. Parallèlement, Julius Posener, chargé de couvrir l’Allemagne pour la revue L’architecture d’aujourd’hui dans les années 1930, est revenu sur les cités d’habitation dans ses cours d’histoire des années 1970, publiés et largement diffusés24. D’autres D’autres études se sont interrogées sur la façon dont les cités d’habitation de la république de Weimar avaient évolué et vieilli25. De nombreuses études sont aujourd’hui consacrées à des cités berlinoises, la plus remarquable étant le catalogue d’exposition consacré à quatre des grandes cités du Grand-Berlin26. Mais c’est le Nouveau Francfort qui détient sans conteste la palme des monographies27. Les réalisations d’autres municipalités en matière de logement ont également été étudiées : Hambourg, Cassel, Cologne, Brême, Hanovre et, plus récemment, Magdebourg. La tendance à la patrimonialisation des cités d’habitation multiplie les enquêtes historiques sur les réalisations locales : la volonté d’inventorier, de documenter et éventuellement de protéger les cités d’habitation construites dans les années 1920 produit des études monographiques ou régionales. La sociologie n’est pas en reste : plusieurs enquêtes ont ausculté la vie dans les cités des années 1920, dont l’une fait le point sur ce qu’elles cherchaient à induire sur le plan social, et notamment sur la vie des ménagères28.

Les sociétés de construction

  • 29 R. Spörhase, Wohnungsunternehmungen im Wandel der Zeit, Hambourg, s.d. (v. 1947).
  • 30 Il existe très peu de monographies scientifiques traitant d’une société de construction. Citons K. (...)
  • 31 W. Blumenthal, E. Keller et K. Kuba, Mit den Groschen der Mitglieder. Gewerkschaftshäuser in Berli (...)

18Il n’existe qu’un ouvrage d’ensemble, ancien, sur la maîtrise d’ouvrage : celui de Rolf Spôrhase, publié en 194729. Pour connaître les sociétés de construction, on est contraint d’avoir recours aux recueils d’autocélébration qu’elles élaborent lors de leurs différents anniversaires30. Quant au logement patronal, les analyses s’arrêtent généralement à la Première Guerre mondiale. Signalons enfin l’approche originale adoptée par un guide récent, qui recense les réalisations berlinoises des syndicats de 1900 à 1933 – exhaustif en ce qui concerne leurs sièges sociaux, il est lacunaire pour ce qui est des cités d’habitation31.

  • 32 Voir notamment K. Novy et M. Prinz, lllustrierte Geschichte der Gemeinwirtschaft. Wirtschaftliche (...)

19Dans le présent travail, il sera question à la fois d’une maîtrise d’ouvrage originale, celle des syndicats, et d’une cible particulière : les employés (Angestellten). Or, de même que les sociétés de construction n’ont pas fait l’objet d’études scientifiques, la construction destinée à une catégorie socio-professionnelle particulière n’a pas été étudiée. La position des syndicats sur le logement n’a pas davantage fait l’objet de travaux, à l’exception de ceux de Klaus Novy sur le mouvement des coopératives de construction32. Mais aucun ouvrage n’a tenté de faire le point sur le problème spécifique du logement, de toutes les approches mises en oeuvre à l’époque, des partis et des arguments en présence, des réalisations banales et des expériences novatrices, en situant le tout dans le contexte historique de la politique du logement. Quant aux employés, il existe de nombreuses études, mais aucune n’aborde de façon détaillée leur habitat. De même, les ouvrages consacrés aux syndicats d’employés sous la république de Weimar ne traitent-ils pas du logement, ni des sociétés de construction qu’ils ont fondées.

Sources

20La situation archivistique est particulièrement défavorable, du fait de la mise au pas des syndicats sous le IIIe Reich, du séquestre de leurs avoirs, des destructions occasionnées par la Seconde Guerre mondiale, de la transformation du statut de la propriété en Allemagne de l’Est à la fin des années 1940. À la réunification, les tractations des sociétés de construction en vue de récupérer leur parc immobilier situé sur le territoire de l’ancienne RDA ont provoqué la méfiance des occupants. Si bien qu’il a fallu se tourner vers les sources imprimées, également éparses et incomplètes.

Sources imprimées

21Sur bien des points abordés par cette étude, les lacunes de la bibliographie ou son caractère fragmentaire ont conduit à compléter la présentation de questions historiques générales (notamment la position des syndicats sur la politique sociale ou sur le budget de l’employé) par le recours à des sources primaires, en particulier les revues et publications syndicales des années 1920 et du début des années 1930. En effet, l’étude des archives syndicales est impossible, celles du DHV et de l’AfA-Bund ayant disparu. Certains fonds de bibliothèques ont été détruits par les nazis, particulièrement ceux qui recelaient les publications syndicales de la république de Weimar. Les collections sont dispersées, rares.

22La presse syndicale a été épluchée : tous les journaux des syndicats d’employés (AfA-Bundeszeitung, Deutsche Handelswacht, Sozialpolitische Mitteilungen, GDA-Zeitschrift des Gewerkschaftsbundes der Angestellten, Materialblätter), ainsi que les recueils (Die Angestelltenbewegung, Deutsche Angestelltentag), annuaires et actes de congrès. De même, toute la presse des assurances sociales des employés a été consultée (Die Angestellten-Versicherung, Mitteilungen der RFA, Die Reichsversicherung), ainsi que les rapports annuels de la Caisse nationale d’assurance retraite des employés (RfA). Du fait de la disparition des archives des syndicats d’employés et du séquestre de leurs avoirs sous le IIIe Reich, ces sources imprimées sont éparses. Un centre s’est toutefois révélé d’une grande utilité : la bibliothèque des syndicats de l’ancienne RDA, dont le fonds, bien qu’incomplet, est assez riche (Johannes-Sassenbach-Stiftung). La Confédération syndicale des employés (DAG, Hambourg), héritière du DHV, si elle n’a pas d’archives, possède quelques sources imprimées.

  • 33 A. Oeckl, Die deutsche Angestelltenschaft und ihre Wohnungsverhältnisse. Eine sozialpolitische Stu (...)
  • 34 Gagfah, 16.000 Wohnungen für Angestellte. Denkschrift herausgegeben im Auftrag der Gagfah anlä ?il (...)

23Sur le plan documentaire, l’aspect le plus original de ce travail concerne l’activité de la Gagfah (Société par actions d’intérêt public pour l’habitat des employés, Gemeinnützige Aktien-Gesellschaft für Angestellten-Heimstätten), société de construction ignorée par les historiens de l’architecture. Fondée en 1918 par l’ensemble des syndicats d’employés à l’initiative du plus conservateur d’entre eux, le DHV, la Gagfah se donne pour mission la construction de maisons individuelles dans l’ensemble de l’Allemagne, afin de permettre à l’employé qui change de ville en même temps que d’emploi de se loger partout dans les mêmes conditions. Des sources imprimées et d’autres archives que les siennes propres ont permis de recueillir des informations. D’une part, une thèse a, vers 1934, été consacrée au logement de l’employé en général et à la Gagfah en particulier : elle recèle des informations utiles, bien que pas toujours vérifiables33. D’autre part, la Gagfah a publié trois recueils, à l’occasion respectivement de son dixième anniversaire, de son cinquantenaire et de ses soixante-quinze ans34. En outre, les responsables de la Gagfah se sont régulièrement exprimés dans la revue Die Wohnung, fondée en 1926. De 1933 à 1939, la Gagfah publie sa propre revue : Die Heimstatt. Zeitschrift der Gagfah. Et la presse de l’époque, professionnelle et syndicale, se fait fréquemment l’écho de son activité.

  • 35 Gehag 1924-1957. Entstehung und Entwicklung eines gewerkschaftlichen Wohnungs- unternehmens, Berli (...)

24Pour ce qui est de la Dewog, société d’encouragement à la construction de logements qui coiffe les sociétés de construction fondées par les syndicats de gauche, ainsi que de sa principale filiale, la Gehag, active à Berlin, les sources secondaires ont été exploitées (la monographie de Wolfgang Schäche sur la Gehag, l’ouvrage de Novy et Prinz, ainsi que les informations contenues dans le catalogue d’exposition présentant quatre cités berlinoises). En outre, les revues publiées par la Dewog, Soziale Bauwirtschaft, Bauen-Siedeln-Wohnen et Wohnungswirtschaft, ont été épluchées, ainsi que les organes de la Gehag : Gehag Nachrichten, EinfaNachrichtenblatt, et ses différents recueils commémoratifs35.

25L’épisode connu sous le nom de « guerre du toit de Berlin-Zehlendorf » ayant été largement relaté dans la presse, une quête bibliographique spécifique a permis de réunir plus d’une centaine d’articles consacrés aux cités rivales de la Case de l’Oncle Tom (Gehag) et de Fischtalgrund (Gagfah), aussi bien dans les quotidiens que dans les revues spécialisées.

Archives

  • 36 T. A. Glootz, Geschichte der Angestelltenversicherung des 20. Jahrhunderts, Berlin, 1999.

26La Gagfah existe toujours, mais elle n’a pratiquement rien conservé. Les deux déménagements de la direction générale, de Berlin à Weimar sous le IIIe Reich, puis de Weimar à Essen en 1949, expliquent largement la pauvreté des archives. Comme la plupart des sociétés de construction, elle n’a gardé que les titres de propriété des ensembles de logements restés en sa possession. Ces dossiers, classés par ville et par opération, comprennent le plus souvent des documents concernant le montage financier, les actes de propriété des acquéreurs et parfois le plan indiquant l’implantation des immeubles sur le parcellaire. Toutes les sources retrouvées, y compris dans les filiales de Berlin, Munich et Hambourg, ainsi qu’à la Heimag de Munich, ont été utilisées : rapports annuels, brochures, documents internes, etc. La Caisse nationale d’assurance retraite des employés, la RfA, largement mise à contribution dans les années 1920 et 1930 pour le financernent de logements destinés aux employés, présente la même situation que la Gagfah : pratiquement pas d’archives provenant de l’administration centrale, mais des dossiers classés par opération, du moins lorsque le remboursement par la société de construction n’est pas achevé, ce qui n’est le cas que pour les opérations situées sur le territoire de l’ex-RDA. Une véritable conspiration du silence entoure l’activité de la RfA, qui a dû consentir des prêts à quelque cent cinquante sociétés et coopératives de construction pour les employés, sur des bases qui paraissent souvent idéologiques. L’ouvrage récent qui lui est consacré ne s’intéresse pas à cette activité36. Des informations complémentaires ont été glanées dans les archives du Brandebourg à Potsdam, ainsi que dans les archives d’un cadre du DHV, Alfred Diller, à ce titre membre du conseil de surveillance de la Gagfah, dans les archives du NSDAP à Hambourg. Des archives en possession des familles d’anciens responsables de la Gagfah ont également pu être retrouvées : chez Anneliese Frank (Hambourg), la belle-fille d’Hermann Frank, cofondateur de la Gagfah, et chez Paul Knoblauch, fils du directeur général de la Gagfah (Ostfildern près de Stuttgart). Le fils d’un collaborateur berlinois de la Gagfah, M. Nowottnyk, a été mis à contribution. Enfin, le descendant de l’un des premiers occupants de la cité-jardin de Steenkamp à Altona a conservé de précieux papiers. Quelques documents relatifs à la Gehag se trouvent aux archives berlinoises du Bauhaus et à l’Akademie der Künste. Les archives du Bauhaus sont également dépositaires des archives de Walter Gropius, qui comprennent plusieurs coupures de presse sur la guerre du toit. À l’Akademie der Künste, les fonds Bruno Taut et Martin Wagner ont été consultés. Ces deux institutions, ainsi que la Kunstbibliothek, sont riches en photos d’époque documentant les cités analysées dans ce livre. La Gagfah a mis les épreuves photographiques de la cité Fischtalgrund en dépôt à la Knoblauch Haus à Berlin. D’intéressants documents sont conservés au Heimatmuseum et à la mairie d’arrondissement de Zehlendorf, ainsi qu’au Landesdenkmalamt de Berlin. Enfin, la documentation réunie au fil des années par l’architecte chargé de la restauration de plusieurs des cités mentionnées, Winfried Brenne, est très riche.

Méthode

27L’utilisation de ces sources, imprimées et archivistiques, est complétée par l’analyse des plans, élévations et perspectives rassemblés dans le cadre de ce travail, ainsi que par l’analyse du bâti tel qu’il figure dans les photographies de l’époque. En outre, le travail d’auscultation historique, accompli par les architectes chargés de la restauration et restitué sous forme graphique, constitue un complément instructif. D’une façon générale, le matériau visuel revêt une importance cruciale dans l’historiographie architecturale et le livre présente le plus amplement possible au lecteur les documents utilisés pour l’analyse. La dimension matérielle actuelle des lieux est également traitée comme une source témoignant de leur état originel. L’analyse s’est efforcée de prendre en compte la morphologie urbaine des opérations, l’organisation des plans de logements et le parti architectural, dans le but de restituer les similitudes de la pratique architecturale des différentes sociétés de construction et de mieux cerner leurs divergences.

28Les annexes, notices biographiques et lexique, visent à faciliter la lecture d’un texte à la grande densité informative. Le lexique développe les sigles utilisés dans le texte, mais est en outre conçu comme un glossaire des termes allemands révélateurs d’attitudes profondément différentes des nôtres, et pas seulement en matière d’habitation. Ces différences, dont la profondeur n’était pas soupçonnée au départ, ont en effet des conséquences sémantiques complexes pour la rédaction d’un travail en français. Les connotations, tant idéologiques qu’affectives, liées à un certain nombre d’objets (Heimstätte par exemple) ou de courants culturels (Reformbewegung, Heimatschutz) ne peuvent être rendues en français. En conséquence, un certain nombre de termes sont laissés en allemand ou alors restitués par un terme français proche, mais dépourvu d’équivalent historique en France. Dernière remarque : toutes les citations sont traduites de l’allemand par l’auteur.

Organisation du livre

  • 37 Le terme de moderniste est ici dépourvu de toute connotation péjorative ; il désigne une posi- tio (...)

29Notre cheminement prendra pour point de départ la « guerre du toit » berlinoise, qui présente deux conceptions architecturales opposées : moderniste37 d’une part, traditionaliste de l’autre ; en 1928, la construction simultanée et polémique de deux cités d’habitation à Berlin fait grand bruit. Cet épisode, connu sous l’expression de « guerre du toit » de Berlin-Zehlendorf (Zehlendorfer Dächerkrieg), focalise l’attention du public et mobilise les architectes. Pourquoi les deux principales sociétés de construction berlinoises se livrent-elles à cette démonstration hostile de leur savoir-faire ?

30D’un côté, la cité de la Case de l’Oncle Tom de la Gehag, avec ses immeubles à toit plat, sa volumétrie cubique, sa blancheur rehaussée de crépis aux couleurs vives, ses percements au dessin nouveau. De l’autre côté, la cité Fischtalgrund de la Gagfah, avec ses maisons à l’aspect traditionnel et aux variations régionalistes. Le retentissement de ce conflit architectural dans la presse vaut à la « guerre du toit de Zehlendorf » une renommée internationale. Pourtant, les deux cités procèdent de préoccupations communes : l’édification de logements répondant à des normes de distribution et de confort élevées, au moyen de techniques de construction contemporaines. Elles s’adressent à la même clientèle : celle des employés. Les architectes impliqués dans la construction de l’une et de l’autre ont un temps appartenu aux mêmes mouvements. De quoi ce conflit est-il donc l’indice ? Pour répondre à cette question, l’étude envisagera la question du logement de l’employé à la fois dans ses aspects politiques, sociaux, syndicaux, distributifs, urbanistiques et architecturaux. Par cette analyse, elle se propose de replacer le conflit architectural qui divise avant-garde et traditionalistes dans le contexte plus large de la modernisation à l’oeuvre sous la république de Weimar.

31Le premier chapitre présentera cet épisode, célèbre mais jamais étudié, de la « guerre du toit de Berlin-Zehlendorf ». L’histoire mouvementée de l’édification des cités « Case de l’Oncle Tom » et « Fischtalgrund » préludera à la description de l’architecture de ces deux réalisations et à l’analyse de sa réception critique dans les quotidiens et les revues professionnelles. Dans la deuxième partie de ce chapitre, les principaux architectes impliqués dans ce qui fait les choux gras de la presse à l’automne 1928 seront situés par rapport à l’histoire et aux débats architecturaux de la république de Weimar. Le livre se donne pour objectif de comprendre les tenants et aboutissants de cette polémique.

32Le deuxième chapitre est consacré aux employés. Dans un premier temps, il présente la constitution de ce groupe social, ses caractéristiques sociologiques et économiques, son mode de vie. Dans un second temps, il s’intéresse à ses organisations syndicales. Enfin, il mène l’enquête sur ses conditions d’habitation et ses aspirations en la matière.

33Le troisième chapitre présente les grandes lignes de la politique du logement de la république de Weimar, ambitionnant la construction de Heimstätten financées par le moyen d’un impôt perçu sur les logements dans l’ancien. Il expose la position des syndicats d’employés sur cette politique ainsi que le rôle central de la Caisse nationale d’assurance retraite des employés dans le financement du logement.

34Le quatrième chapitre expose les conditions de la création et le mode de fonctionnement des sociétés de construction fondées par les syndicats d’employés : la Gagfah, créée en 1918 par tous les syndicats d’employés, la Gehag (qui construit également pour les ouvriers et les fonctionnaires) et la Heimat, moins connue.

35Le cinquième chapitre présente trois cités, chacune étant envisagée comme paradigmatique des conceptions des trois maîtres d’ouvrage : la cité-jardin d’Altona-Steenkamp, modèle originel pour la Gagfah, la cité du Fer à cheval à Berlin-Britz, emblématique de la démarche de la Gehag, et une cité construite par la Heimat à Berlin, due à l’architecte Paul Mebes, spécialiste du logement du fonctionnaire qui met sa compétence au service des employés.

36Le sixième chapitre recherche ce qu’il y a de commun dans la démarche des trois sociétés de construction, au-delà des antagonismes politiques et des différences dans l’expression architecturale. Il montre les profondes affinités de tous les acteurs avec l’idéologie de ce qu’il est convenu d’appeler la réforme de l’habitat : haine de la grande ville et de l’immeuble de rapport, adhésion à l’idéal de la cité-jardin pavillonnaire, volonté d’abaisser les coûts de construction par l’adoption d’éléments de construction standardisés et de plans types, définition de normes de confort élevées, conviction qu’il faut éduquer l’habitant.

37Le septième chapitre revient sur le conflit qui ouvre le livre : l’édification dos à dos de deux cités d’habitation rivales à Berlin-Zehlendorf. Il met en regard les positions architecturales de la Gagfah et de la Gehag, à travers l’oeuvre de Paul Schmitthenner, référence de la première, et de Bruno Taut, architecte-conseil de la seconde. L’accent est cette fois mis sur ce qui les oppose : le rapport à la tradition, à l’esthétique de la série, le clivage entre recherche de la germanité et tentation internationale, l’utilisation de la couleur. Nous formulerons l’hypothèse que les lignes de fracture formelles correspondent à l’antagonisme plus profond en Allemagne entre Kultur et Zivilisation. Nous nous interrogerons ensuite sur l’éventuel recoupement du conflit architectural avec des positions idéologiques et sociales en revenant sur la guerre du toit. Nous verrons que l’un des points nodaux de cette confrontation dans le bâti provient de l’imaginaire social du groupe des employés, selon que le maître d’ouvrage bâtit pour la « corporation » ou pour la « classe sociale » des employés. Enfin, nous nous intéresserons aux expérimentations de la Gagfah dérogeant à sa fidélité à l’artisanat et à sa sensibilité régionaliste, en nous demandant si ces anomalies ne proviennent pas de ce que la Gagfah incarne, sur le plan architectural, le reactionary modernism identifié parmi les courants de pensée de la république de Weimar.

38Le huitième chapitre fait rapidement le point sur la politique du logement menée lors de la crise économique puis sous le IIIe Reich, et le sort des sociétés de construction au moment de la mise au pas des syndicats. Il aborde l’évolution du débat architectural sous la Terreur brune et l’échec final du Heimatschutz.

39Enfin, un bref épilogue évoque la tendance à la patrimonialisation des principales cités d’habitation étudiées.

Une position dans le champ de l’histoire de l’architecture

40Ce travail vise à montrer que l’intelligence de la « guerre du toit » et, au-delà, des positions architecturales tranchées des protagonistes implique de quitter la scène architecturale pour interroger les phénomènes sociaux. En l’occurrence, ce conflit célèbre engage non seulement des architectes, mais des maîtres d’ouvrage construisant pour le même groupe social, sur le fondement d’exigences de confort et de distribution comparables. En effet, les syndicats d’employés, qui ont fait du logement une priorité nouvelle, décident de construire pour leurs adhérents. À la différence de la situation française, où le logement populaire relève historiquement de l’initiative philanthropique et/ou patronale reprise par les pouvoirs publics, l’élaboration de l’habitat de masse en Allemagne est portée par une action provenant des destinataires eux-mêmes, par l’intermédiaire de leurs syndicats, phénomène inconnu en France. Ces syndicats s’instaurent maîtres d’ouvrage et développent une pratique constructive qui s’insère dans les débats de l’époque sur le logement, jusqu’à y jouer un rôle dominant. Les modèles ainsi produits et testés, sur le plan tant urbain que domestique, sont appelés à devenir des références. Ils sont distincts à la fois de la distribution des habitations des couches aisées de la société, de la structure traditionnelle de l’habitat ouvrier et des modèles élaborés par les réalisations patronales du début du siècle. Ces cités d’habitation traduisent un consensus fondamental sur les modalités de la réforme de l’habitat, alors même que l’expression architecturale adoptée par les différents syndicats-maîtres d’ouvrage se situe dans des courants rivaux, recoupant par là des conceptions distinctes du statut social de l’employé.

41Tant la compréhension des enjeux symboliques à l’oeuvre derrière la forme du toit que la démonstration de l’origine syndicale du logement de l’employé, c’estdireàdire du modèle opératoire pour l’habitat de masse, désignent le maître d’ouvrage comme acteur essentiel de l’histoire de l’architecture. En lieu et place d’une histoire de l’architecture traditionnellement focalisée sur le maître d’oeuvre, il nous semble en effet que le maître d’ouvrage joue un rôle déterminant dans l’élaboration du processus bâti.

  • 38 Cité par G. Teyssot, « Architecture et social-démocratie », op. cit.

42De l’histoire que nous nous proposons de retracer, l’historiographie de l’architecture a surtout retenu l’épisode de la « guerre du toit », sans pour autant lui conférer de statut autre qu’anecdotique. Or, pour comprendre ce qui se joue dans l’adoption du toit plat ou du toit en pente, c’est-à-dire pour comprendre pleinement la ligne de fracture qui traverse la modernité architecturale, opposant les audacieuses expérimentations formelles de l avant-garde à la volonté des régionalistes d’actualiser en puisant dans la tradition, il faut remonter au maître d’ouvrage. En l’occurrence, derrière le conflit architectural, ce sont les positions idéologiques des syndicats-maîtres d’ouvrage concernant le statut social de l’employé qui sont en jeu — et, donc, la vision que l’employé a de lui-même. La vision conquérante du célèbre couple d’employés goûtant son temps libre sur le toit-terrasse de sa cité du Nouveau Francfort (ill. 1) tranche avec l’intimité protectrice que le jardin de la Heimstätte aux réminiscences vernaculaires procure à la mère de famille et à son fils mis en scène par la Gagfah (ill. 2). L’architecte Aldo Rossi avait déjà remarqué que la Siedlung, « plus qu’un modèle spatial, est probablement un modèle sociologique38 ». Cette revalorisation du maître d’ouvrage ne cherche pas à nier le rôle de l’architecte, à qui sont délégués le savoir-faire spatial, la production de la forme, la conception des dispositifs qui accueillent les modes de vie : il est le seul à détenir cette compétence. Mais il nous semble que l’histoire de la forme n’est pas réductible au geste architectural : dès lors que l’on quitte l’architecture de papier, la complexité des processus transforme le maître d’oeuvre en acteur du champ social, confronté en amont à la commande, en aval à l’usage. L’émergence de l’habitation fonctionnaliste ne saurait être comprise en étant rapportée à sa seule dimension architecturale. L’observation de l’objet architectural, de ses qualités esthétiques et morphologiques doit être croisée avec la lecture historique des phénomènes sociaux et politiques. L’historien n’a pas pour objectif la promotion de tel style ou parti formel ; il s’attache à comprendre comment le génie de l’architecture répond au monde qui l’entoure — en l’occurrence, à l’ère de la modernité.

Ill. 1.- Temps libre sur le toit-terrasse : un couple d’employés dans sa cité du Nouveau Francfort, 1927 (photo Paul Wolff Tritschler).

Ill. 2.- Intimité familiale dans le jardin : une mère et son fils dans leur Heimstätte construite par la Gagfah, Bochum 1930.

Notes

1 « Personnes peu fortunées » est l’expression employée par la loi Ribot en 1908.

2 Cette intuition a été formulée, mais non traitée, par G. Teyssot : « Civilisation du salarié et culture de l’employé. Variation sur Siegfried Kracauer, Ernst Bloch et Walter Benjamin », Les cahiers de la recherche architecturale, n° 15/16/17, 1er trimestre 1985, p. 37-38. C’est toutefois à tort qu’il impute aux grandes municipalités la « première effectuation sur le plan international de l’architecture d’une société de salariés et d’une société d’employés » : id., « Architecture et social-démocratie », Archives d’architecture moderne, n° 17, 1980, p. 66.

3 Une approche comparatiste est esquissée dans C. Mengin, « H.B.M. et Siedlungen : étude comparative du logement social en France et en Allemagne (des débuts à la crise de 1929) », dans C. Zimmermann (dir.), Europäische Wohnungspolitik in vergleichender Perspektive 1900-1939/ European Housing Policy in Comparative Perspective 1900-1939, Stuttgart, 1997, p. 130-152.

4 J. Kocka, Les employés en Allemagne 1850-1980. Histoire d’un groupe social, Paris, 1989 (éd. orig. allemande 1981).

5 À l’exception de la vaste fresque brossée par R.-H. Guerrand, Une Europe en construction. Deux siècles d’habitat social en Europe, Paris, 1992.

6 Geschichte des Wohnens, Stuttgart : J. Reulecke (dir.), vol. 3 : 1800-1918 : das bürgerliche Zeitalter, 1997 ; G. Kaehler (dir.), vol. 4 : 1918-1945 : Reform, Reaktion, Zerstörung, 1996 ; I. Flagge et M. Andritzky (dir.), vol. 5 : 1945 bis heute : Aufbau, Neubau, Umbau, 1999.

7 Pour une bibliographie raisonnée, voir : G. Schulz, « Neue Literatur zur Geschichte des Wohnens und der Wohnungspolitik. Sammelbericht », Vierteljahrschrift für Sozial- und Wirtschaftsgeschichte, 73, 1986, p. 366-391 ; et B. Hamm et W. Naber, Wohnverhältnisse von Industriearbeitern. Ein Überblick über Forschungsschwerpunkte und Forschungsstand in der Bundesrepublik Deutschland 1945-1968, Bonn, 1989.

8 À notre connaissance, la seule étude historique qui soit spécifiquement consacrée à la politique du logement de la république de Weimar reste celle de M. Stratmann, Wohnungsbaupolitik in der Weimarer Republik. Studienarbeit, Stuttgart, 1976.

9 Les articles fondamentaux sont : M. Drupp, « Gemeinnützige Bauvereine im Wohnungswesen der Weimarer Republik », dans W. Abelshauser (dir.), Die Weimarer Republik als Wohlfahrtsstaat, Stuttgart, 1987, p. 124-146 ; M. Ruck, « Der Wohnungsbau. Schnittpunkt von Sozial- und Wirtschaftspolitik », dans ibid., p. 91-123 ; M. Ruck, « Die öffentliche Wohnungsbaufinanzierung in der Weimarer Republik », dans A. Schildt et A. Sywottek (dir.), Massenwohnung und Eigenheim, Francfort-sur-le-Main/New York, 1988, p. 150-200 ; G. Schulz, « Kontinuitäten und Brüche in der Wohnungspolitik von der Weimarer Zeit bis zur Bundesrepublik », dans H. J. Teuteberg (dir.), Stadtwachstum, Industrialisierung, Sozialer Wandel, Berlin, 1986, p. 135-173 ; P.-C. Witt, « Inflation, Wohnungszwangswirtschaft und Hauszinssteuer. Zur Regelung von Wohnungsbau und Wohnungsmarkt in der Weimarer Republik », dans L. Niethammer (dir.), Wohnen im Wandel, Wuppertal, p. 385-407.

10 G. Schulz, « Von der Mietskaserne zum Neuen Bauen. Wohnungspolitik und Stadtplanung in Berlin während der zwanziger Jahre », dans P. Alter (dir.), Im Banne der Metropolen. Berlin und London in den zwanziger Jahren, Göttingen, 1993, p. 43-86. Quelques chapi- tres concernent la période de la république de Weimar dans U. Herzberg, « Geschichte der Berliner Wohnungswirtschaft unter besonderer Berücksichtigung der gemeinnützigen (Klein- Wohnungswirtschaft », doctorat d’économie, Université libre de Berlin, 1957 ; et Verband Berliner Wohnungsbaugenossenschaften und —gesellschaften, Geschichte der gemeinnützigen Wohnungswirtschaft in Berlin, Hambourg, 1957.

11 G. Kuhn, Wohnkultur und kommunale Wohnungspolitik in Frankfurt am Main 1880 bis 1930, Bonn, 1998.

12 A. Von Saldern, Häuserleben. Zur Geschichte städtischen Arbeiterwohnens vom Kaiserreich bis heute, Bonn, 1995.

13 U. Kanacher, Wohnstrukturen als Anzeiger gesellschaftlicher Strukturen, Francfort-sur-le-Main, 1987.

14 J. Petsch, Eigenheim und gute Stube, Cologne, 1989.

15 B. Miller-Lane, Architecture and Politics in Germany 1918-1945, Cambridge (É.-U.)/Londres, 1985 (1re éd. 1968).

16 N. Huse, Neues Bauen 1918 bis 1933. Moderne Architektur in der Weimarer Republik, Munich, 1985 (1re éd. 1975).

17 Plusieurs articles sont consacrés à l’architecture et l’urbanisme de cette période dans les ouvrages publiés à l’occasion de grandes expositions : dans le cadre de Tendenzen der Zwanziger Jahre, voir P. Pfankuch, M. Schneider et A. Wendschuh, Von der futuristischen zur funktionellen Stadt. Planen und Bauen in Europa 1913-1933, Berlin, 1977 ; Wem gehört die Welt. Kunst und Gesellschaft in der Weimarer Republik, Berlin, 1977, ainsi que les catalogues de trois expositions organisées au centre Georges-Pompidou : Paris-Berlin. Rapports et contrastes France-Allemagne 1900-1933, 1978 ; Architectures en Allemagne 1900-1933, 1979 ; La ville, art et architecture en Europe, 1870-1933, 1994.

18 V. M. Lampugnani et R. Schneider (dir.), Moderne Architektur in Deutschland 1900 bis 1950, vol. 1 : Reform und Tradition, Stuttgart, 1992 ; vol. 2 : Expressionismus und Neue Sachlichkeit, Stuttgart, 1994 ; vol. 3 : W. Wang et R. Schneider (dir.), Moderne Architektur in Deutschland 1900 bis 2000. Macht und Monument, Ostfildern-Ruit, 1998.

19 J. Zukowsky (dir.), The Many Faces of Modem Architecture, building in Germany between the World Wars (éd. en langue anglaise)/Architektur in Deutschland 1919-1939. Die Vielfalt der Moderne (éd. en langue allemande), Munich/New York, 1994.

20 W. Pehnt, Deutsche Architecture seit 1900, Ludwigsbourg/Munich, 2005.

21 La revue Casabella a consacré plusieurs numéros aux politiques municipales de Hambourg, Vienne et Berlin. Voir aussi C. Aymonino (dir.), « Il ruolo dell’abitazione nella formazionee nello sviluppo della città modernae contemporanea. Elaborazionie alternative della cultura architettonica », Venise, 1971 ; M. Tafuri, Projet et utopie. De l’avant-garde à la métropole, Paris, 1979 (éd. orig. italienne 1973) ; M. De Michelis et G. Teyssot, « Architecture et social-démocratie : les condi- tions historiques du projet social-démocrate sur l’espace urbain », Paris, tomel, 1979.

22 K. Lembcke, « Der soziale Wohnungsbau 1918-1945. Die politisch-ökonomischen Grundlagen des monopolisierten, sozialreformistischen Wohnungsbaus und dessen Bedeutung für die Entwicklung der Wohnkultur », doctorat, faculté d’architecture, Hochschule für Architektur und Bauwesen, Weimar, 1964.

23 R. Wiedenhoeft, Berlin’s Housing Revolution. German Reform in the 1920s, doctorat, 1971, Ann Arbor, 1985.

24 J. Posener, « 12. Vorlesung zur Geschichte der neuen Architektur : Groβsiedlungen », Archi +, n° 48, 1979, p. 68-73.

25 L. Ungers, Die Suche nach einer neuen Wohnform. Siedlungen der zwanziger Jahre damals und heute, Stuttgart, 1983 ; U. Herlyn, A. von Saldern et W. Tessin (dir.), Neubausiedlungen der 20er und 60er Jahre. Ein historich-soziologischer Vergleich, Francfort-sur-le-Main/New York, 1987 ; W. Prigge et H.-P. Schwarz, Das Neue Frankfurt. Städtebau und Architektur im Modernisierungsproze ?. 1925- 1988, Francfort-sur-le-Main, 1988.

26 N. Huse (dir.), Vier Siedlungen der zwanziger Jahre — heute. Vier Berliner Groβsiedlungen 1924-1984, catalogue d’exposition, Berlin, 1984 (2e éd. 1987).

27 Se reporter à la bibliographie du livre de G. Kuhn, Wohnkultur..., op. cit., p. 435-444. Une comparaison avec d’autres politiques municipales est proposée par G. Kähler, Wohnung und Stadt. Hamburg Frankfurt Wien. Modelle sozialen Wohnens in der zwanziger Jahren, Brunswick/ Wiesbaden, 1985.

28 I. Beer, Architektur für den Alltag. Vom sozialen und frauenorientierten Anspruch der Siedlungsarchitektur der zwanziger Jahre, Berlin, 1994.

29 R. Spörhase, Wohnungsunternehmungen im Wandel der Zeit, Hambourg, s.d. (v. 1947).

30 Il existe très peu de monographies scientifiques traitant d’une société de construction. Citons K. Novy et B. von Neumann-Cosel, Zwischen Tradition und Innovation. 100 Jahre Berliner Bau- und Wohnungsgenossenschaft von 1892, Berlin, 1992.

31 W. Blumenthal, E. Keller et K. Kuba, Mit den Groschen der Mitglieder. Gewerkschaftshäuser in Berlin 1900 bis 1933, ein Stadtführer, Berlin, 2004.

32 Voir notamment K. Novy et M. Prinz, lllustrierte Geschichte der Gemeinwirtschaft. Wirtschaftliche Selbsthilfe in der Arbeiterbewegung von den Anfängen bis 1945, Berlin/Bonn, 1985.

33 A. Oeckl, Die deutsche Angestelltenschaft und ihre Wohnungsverhältnisse. Eine sozialpolitische Studie unter besonderer Berücksichtigung der Gagfah, Munich, s.d. (v. 1934).

34 Gagfah, 16.000 Wohnungen für Angestellte. Denkschrift herausgegeben im Auftrag der Gagfah anlä ?ilich ihres zehnjährigen Bestehens, Berlin, 1928 ; Gagfah 1918-1968. Eine Dokumentation, Hambourg, 1968 ; 1918-1993. 75 Jahre Gagfah, Berlin/Essen, 1993.

35 Gehag 1924-1957. Entstehung und Entwicklung eines gewerkschaftlichen Wohnungs- unternehmens, Berlin, s.d. (1957) ; 50 Jahre Gehag. Ein Bericht, Berlin, 1974 ; W. Schäche (dir.), 75 Jahre Gehag 1924-1999, Berlin, 1999.

36 T. A. Glootz, Geschichte der Angestelltenversicherung des 20. Jahrhunderts, Berlin, 1999.

37 Le terme de moderniste est ici dépourvu de toute connotation péjorative ; il désigne une posi- tion qui, au sein du champ architectural de l’époque, privilégie l’innovation au détriment de la tradition.

38 Cité par G. Teyssot, « Architecture et social-démocratie », op. cit.

Table des illustrations

Légende Ill. 1.- Temps libre sur le toit-terrasse : un couple d’employés dans sa cité du Nouveau Francfort, 1927 (photo Paul Wolff Tritschler).
URL http://books.openedition.org/psorbonne/docannexe/image/520/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 532k
Légende Ill. 2.- Intimité familiale dans le jardin : une mère et son fils dans leur Heimstätte construite par la Gagfah, Bochum 1930.
URL http://books.openedition.org/psorbonne/docannexe/image/520/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 532k

© Éditions de la Sorbonne, 2007

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search