Version classiqueVersion mobile

Guerre du toit et modernité architecturale

 | 
Christine Mengin

Remerciements

Texte intégral

1Sur le plan institutionnel, les deux seuls apports financiers dont j’ai bénéficié comme doctorante sont une somme de seize mille francs, attribuée en juillet 1990 par la Direction de la recherche et des études doctorales du ministère de l’Éducation nationale, et une bourse d’un montant de sept mille cinq cents marks octroyée en juin 1992 par le Deutscher Akademischer Austauschdienst (DAAD). La préparation de l’ouvrage qui en est tiré a pu s’effectuer dans le cadre confortable d’une délégation de deux années, ce dont je remercie vivement la section « Mondes modernes et contemporains » du Comité national de la recherche scientifique ainsi que le département des sciences de l’homme et de la société du CNRS. Ma gratitude va également au Centre de recherches interdisciplinaires sur l’Allemagne (CRIA), dont le directeur, Michael Werner, a eu la gentillesse de m’accueillir. La publication de ce texte dûment illustré aurait été impossible sans la générosité de Christiane Prigent, viceprésidente de l’université de Paris I Panthéon-Sorbonne, et de Françoise Dumasy, directrice de l’Unité de formation et de recherche d’histoire de l’art et archéologie. Elles seules connaissent ma dette à leur endroit. Merci aussi à Sonia Bledniak et à Adrienne Poisson pour leur indéfectible soutien.

2Les sociétés de construction, la Gagfah et la Gehag, se sont montrées tout à fait coopératives. À la Gagfah, je garde le meilleur souvenir de l’accueil qui m’a été réservé par l’ancien directeur de la filiale de Munich, M. Klaus Hense. J’ai également été très bien reçue par MM. Cäsar à Berlin, Nolte à Hambourg et Ross à Steenkamp. L’ancien directeur de la Gehag, M. Görler, a montré beaucoup de bienveillance à l’égard de ce projet, ainsi que son collaborateur, M. Gonsior. Je remercie MM. Cieszynski, actuel directeur général de la Gagfah, et Tabaczynski, chargé des relations publiques à la Gehag, de m’avoir exonérée de tout droit sur les illustrations concernant leurs sociétés de construction respectives. Au service de construction et d’urbanisme de la mairie d’arrondissement de Zehlendorf, le soutien de Christoph Noack m’a permis de consulter archives et documents. Les coups de main documentaires de Romana Schneider et d’Ulrich Höhns, ainsi que d’Annemarie Jaeggi et Sabine Hartmann aux archives du Bauhaus, ont été précieux. Une mention spéciale à l’aide inappréciable apportée par Winfried Brenne, l’architecte chargé de la restauration de plusieurs des cités d’habitation étudiées dans ce livre, ainsi que par son collaborateur Ulrich Borgert : outre l’accès dans les meilleures conditions aux précieuses archives de l’agence, ce livre leur est redevable, grâce à l’aimable autorisation d’Helge Pitz, de ses plus belles planches couleur.

3Au fil des années, mes séjours en Allemagne ont été source de riches échanges intellectuels avec mes hôtes : Corinne Jaquand puis Claus Käpplinger (Berlin), Wolfgang Voigt (Hambourg puis Francfort-sur-le-Main). À Paris, la première étape de ce livre a été imprégnée de ma complicité intellectuelle avec Caroline Varlet. À dix ans d’intervalle, Colette Franc a relu ces pages avec vigilance et compétence.

4L’essentiel de ma gratitude va à Pierre Duquesne, mon époux, qui a toujours cru en ce travail : son espoir de le voir naître puis paraître a porté mon effort durant quinze années de gestation. Merci enfin à mes enfants, Fabien, Marion, Tristan et Alexis, pour leur patience tour à tour résignée et consentante, à leur irremplaçable grand-tante, Régine Dubois, et à leurs grands-parents : Édith et Jacques Duquesne, Jacqueline et Pierre Mengin — ultime et exigeant relecteur de ce manuscrit.

© Éditions de la Sorbonne, 2007

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search