Version classiqueVersion mobile

La coopération universitaire entre la France et le Québec

 | 
Jacques Portes
, 
Sylvain Simard

III. Une cooperation pour les etudiants

B) La parole aux etudiants

Philippe A’Cloque, Michèle Champagne, Serge Nadeau, Christophe Villard, Pierre Guillaume, Alain Bideau et Pierre Guillaume

Texte intégral

Philippe A’CLOQUE – Gestion

1Je suis allé au Québec, à HEC Montréal, qui est affiliée à l’université de Montréal entre septembre 1983 et décembre 85. C’est donc assez récent. Auparavant j’avais fait toutes mes études en France, une maîtrise de sciences économiques et un DSS de marketing à Aix-en-Provence. J’ai par la suite travaillé pendant trois ans dans la distribution et dans le marketing, et un beau jour j’ai pris conscience que j’étouffais un peu en France. L’idée de partir en Amérique du Nord me trottait derrière la tête depuis un petit moment. Au départ c’était une idée de partir de France et de faire quelque chose d’autre, mais suite à des rencontres que j’ai eues avec certains professeurs de l’université d’Aix-en-Provence, j’ai pris connaissance des programmes de MBA. Ce sont des programmes de formation, en gestion axée sur le côté pratique et fonctionnel, et qui exigent, du moins pour les MBA sérieux une expérience professionnelle. Il y a deux types de MBA, ceux qui peuvent se faire tout de suite ou même en équivalence, et d’autres qui durent deux ans ou deux ans et demi et qui exigent une expérience professionnelle de deux ans.

2Le choix devait se faire entre les Etats-Unis et le Québec. Je ne savais pas. Je voulais partir en Amérique du Nord. Au départ j’avais pensé aux Etats-Unis, mais je dois dire que j’ai opté pour le Québec, au départ, je dis bien au départ, pour une solution de facilité. D’abord il y avait le trac de me "planter" en anglais, je n’avais pas le temps ni les moyens financiers, d’autre part le coût des études, parce que je suis parti totalement en "free lance", c’est-à-dire je n’étais dans le cadre d’aucun accord d’échange. Aux Etats-Unis un MBA coûte au minimum, seulement pour les frais d’inscription, dix mille dollars. A l’époque, en 83, le dollar US était à dix francs. En contrepartie au Québec, on est assimilé, suite à un accord franco-québécois, au statut d’un étudiant canadien, donc on paie ce que paient les étudiants canadiens. Je payais environ deux cent cinquante dollars canadiens d’inscription par trimestre, ce qui est beaucoup plus raisonnable. Donc j’ai opté pour le Québec et j’ai fait à ce moment-là deux applications. Là j’ai essayé de voir quelles étaient les possibilités ; j’ai fait application à Sherbrooke et à HEC Montréal. J’ai été admis aux deux programmes, mais suite à de nombreux conseils, – alors là je suis allé voir de nombreux professeurs, beaucoup de gens –, finalement j’ai opté pour HEC Montréal.

3Si à l’époque j’ai choisi finalement le Québec pour une solution de facilité, aujourd’hui je ne le regrette pas du tout. Mon séjour au Québec m’a apporté énormément sur deux points. Bien sûr sur l’acquis universitaire, mais j’estime que l’intérêt différentiel par rapport à la France ne réside pas là, car au niveau du concret, le niveau est sensiblement le même en France ainsi qu’au niveau du contenu des programmes, du moins pour des programmes de gestion ; à part, bien entendu, les spécificités nord-américaines qui, lorsqu’on fait du marketing et de la gestion, sont quand même très importantes. Il y a un point qui diffère – là je fais une petite parenthèse, c’est la façon dont les étudiants et les professeurs travaillent au Québec et en France. Au Québec, du moins à HEC Montréal puisque je ne peux pas parler au nom des autres universités – on ne chôme pas durant l’année scolaire et c’est beaucoup moins relax que ce que j’avais vécu à Aix-en-Provence. C’est un travail dense et continu en permanence, on a des examens constamment, deux fois, voire trois fois par trimestre alors qu’en France on a juste tendance à bourrer pendant les examens. Je tiens aussi à préciser, comme l’a dit monsieur Pelletier, la disponibilité des professeurs au Québec qui n’existe pas forcément en France. A l’IEE d’Aix-En-Provence qui est une petite école de gestion, il y avait une disponibilité totale, mais je précise que ce sont tous des professeurs qui ont des diplômes américains et qui ont vécu ce contexte américain. Par contre, à la faculté de sciences économiques d’U2 à Aix-en-Provence pour ne pas la citer, la disponibilité était beaucoup plus restreinte, à quelques exceptions près bien entendu. Alors là je viens de vous parler de l’acquis universitaire qui est quand même important mais qui, à mon avis, n’est pas l’essentiel, n’est pas l’intérêt primordial. L’acquis essentiel dont j’ai profité au niveau du Canada est au niveau de l’ouverture d’esprit, du changement culturel. Je crois que c’est absolument capital. C’est l’acquisition d’une façon de vivre, de travailler, de voir les choses, dans une culture différente qui, pour moi, n’en déplaise à certains, se rapproche sur certains points quand même un peu plus de la culture américaine que de la culture française. C’est très enrichissant, et je dirais qu’aller au Québec c’est une invitation en douceur au contexte nord-américain.

4En ce qui concerne la gestion je dois dire que dans ce contexte culturel j’ai appris à travailler efficacement ; tout est simple, rapide, performant ; la bureaucratie au Québec ça n’existe pratiquement pas... pratiquement pas, du moins moi je n’en ai pas souffert. Chaque fois que j’ai eu affaire avec des autorités québécoises, aussi bien l’ambassade, que HEC Montréal ou le consulat, ça s’est vraiment toujours bien passé. J’ai eu des gros problèmes, ils me les ont résolu très facilement et très rapidement. Donc moi je n’ai pas souffert de la bureaucratie. Au niveau français vous savez ce que c’est ! C’est donc surtout au niveau culturel que j’estime que l’apport a été essentiel.

5J’estime que les échanges devraient s’accroître dans les deux sens car ce qui a été bénéfique pour moi doit l’être pour un canadien qui vient en France. Les ouvertures d’esprit doivent exister dans les deux sens.

6J’insisterai sur une deuxième chose, soit l’accueil fantastique que j’ai reçu à Montréal. Quand je suis arrivé, je ne connaissais absolument personne. J’ai débarqué avec mes deux valises. Je n’avais pas de logement. Ils m’avaient dit que ça se passerait sans problème et ça s’est passé sans problème. J’ai été aidé et accueilli d’une façon fantastique à tous les niveaux, que ce soit pour les problèmes pratiques ou pour les problèmes de logement. Il y avait un centre à Montréal qui s’occupait de recenser les logements disponibles, ça s’est passé vraiment très vite. Particulièrement à HEC Montréal, ils m’ont énormément aidé pour régler mes problèmes matériels. Ils m’ont par exemple proposé de m’avancer de l’argent, alors qu’ils n’avaient même par reçu les frais d’inscription. C’est absolument fantastique ! Et là je remercie la direction d’HEC Montréal.

7Je dois dire une chose que j’ai sur le cœur depuis 1983. J’ai essayé de le faire sortir mais je n’y suis pas parvenu. C’est qu’en 83, du côté français, les autorités françaises non universitaires je précise, certaines autorités françaises ont tout fait pour me décourager et pour me mettre des bâtons dans les roues, et pas des moindres. C’était l’époque du contrôle des changes et normalement, en tant qu’étudiant, j’avais le droit de transférer cinq mille francs par mois. Or la Banque de France a refusé alors que j’étais admis à HEC Montréal, ma qualité d’étudiant. Elle a donc refusé, tout transfert, alors que c’était mon propre argent que j’avais économisé en travaillant pour aller faire des études. La pilule passait difficilement. Ils m’avaient répondu que j’avais droit à trois mille cinq cents francs par an, point à la ligne. J’ai fait bien sûr beaucoup de requêtes, le veto a été maintenu. Je dois dire que je me suis débrouillé par certains subterfuges financiers, pas très légaux. J’ai été obligé de passer par là pour aller faire mes études au Québec. Je ne suis pas seul dans ce cas. Il y a un autre étudiant qui est parti à HEC Montréal et qui a eu exactement les mêmes problèmes. Je me suis donc trouvé certains mois sans argent. Ça n’a pas été facile. J’espère que ce genre de tracasseries n’existent plus. Ceci dit, je modère mes propos car je suis concient que j’ai rencontré des difficultés parce que j’étais free lance, que je n’étais dans le cadre d’aucun accord et surtout parce que je ne connaissais pas les organismes qui pouvaient m’aider comme le centre de coopération universitaire. Malheureusement je m’étais adressé uniquement au consulat du Canada à Marseille qui ne m’avait pas spécialement aidé sur ces points-là. Je pense que la situation actuellement n’est plus la même. Je voudrais simplement terminer sur un point. J’ai fondé, avec la direction d’HEC Montréal, une association européenne des anciens d’HEC Montréal dont l’objectif est de regrouper les anciens étudiants d’HEC Montréal qui sont en Europe, d’assurer la promotion d’HEC Montréal, la promotion des MBA canadiens et d’accroître les échanges interuniversitaires France-Québec. Déjà certains accords ont été passés entre HEC Montréal, l’ESSEC et HEC Paris.

Michèle CHAMPAGNE - Histoire

8Je fais une thèse en histoire sociale du Québec à l’institut d’études politiques de Paris, et parallèlement je travaille au CNRS. Je suis associée à une équipe de recherche en histoire du XIX et XXe siècles. Alors mon intervention portera sur mon appartenance à ce double réseau, c’est-à-dire le CNRS d’une part et le regroupement des chercheurs en histoire des travailleurs du Québec, relié aux universités de Montréal et du Québec à Montréal. En ce qui concerne la direction de mes travaux au niveau du mémoire de maîtrise, DEA et la thèse en cours, tous les historiens qui ont assuré la direction de mes recherches étaient des professeurs engagés à plein temps dans une recherche en cours, soit dans le cadre du CNRS, ou encore dans celui de l’école des hautes études en sciences sociales. Leurs rapports étaient très particulier dans le sens où ils formaient des étudiants dans les grands axes de la recherche en histoire, notamment la prosopographie, l’étude de nouvelles sources telles que l’iconographie, l’histoire orale, les témoignages, etc. Ils avaient également une ouverture pluridisciplinaire ; c’est ainsi que dans le cadre de certains séminaires de méthodologie, on faisait venir plusieurs enseignants qui étaient engagés dans des recherches qui appelaient d’autres disciplines voisines, notamment à l’histoire et l’éthnologie, la sociologie religieuse, la géographie, la démographie, etc. Parallèlement, j’ai été associée à la préparation de certains séminaires, ce qui m’a valu naturellement des contacts réguliers avec des chercheurs d’autres disciplines, et des historiens. Donc il y avait là une ouverture à une approche de mon sujet qui finalement recouvrait certaines dimensions à la fois de la recherche historique et également une dimension propre à celle du Québec, notamment aux grands courants de l’histoire sociale tels que développés par l’université de Montréal et l’université du Québec.

9Si je compare avec la direction de mes travaux que j’ai eue à l’université de Montréal je remarque que le fait d’appartenir à un réseau de recherche comporte certains avantages, notamment on bénéficie d’un apport institutionnel, c’est-à-dire que lorsqu’on va dépouiller des fonds d’archives dans des entreprises ou dans des bibliothèques et qu’on est associé soit à un groupe de recherche, comme le CNRS, ou un centre de recherche associé à quelques universités, il n’y a aucun problème pour consulter les archives. Nous avons un statut de chercheur qui est reconnu dès le DEA, et ça je ne pense pas qu’on ait l’équivalent au Québec ; on est toujours considéré comme un étudiant et forcément, on doit passer par de multiples démarches administratives pour se faire reconnaître l’accès à certaines sources. Egalement le double réseau comporte l’avantage d’avoir un contact régulier avec des chercheurs qui ont toujours dans l’idée d’être au courant des dernières méthodes, notamment l’utilisation de l’informatique, l’exploitation des données, les contacts avec certains groupes de recherche à l’étranger. J’ai tenu compte de ce double réseau lorsque j’ai élaboré ma problématique au niveau de la thèse, c’est-à-dire que j’ai mis les choses très clairement au point avec mon directeur de thèse qui est Antoine Prost : je tenais à ce qu’un professeur, en l’occurrence un historien québécois soit associé à l’élaboration de ma problématique.

10C’est ainsi que finalement je bénéficie d’un double encadrement, plus ou moins officiel, l’institut d’études politiques et le département d’histoire de l’université de Montréal. Je pense que c’est très important pour les étudiants-chercheurs qui veulent faire une double carrière tant en France qu’au Québec, de jouer constamment sur les deux niveaux, cela implique naturellement de faire partie d’un réseau, de faire partie également de centres de recherche en France. Je pense notamment au centre d’études canadien de l’institut d’études politiques de Bordeaux, et celui sur le syndicalisme où il y a des échanges très réguliers avec des collègues, avec des professeurs étrangers, etc. Alors je crois qu’il y a là une possibilité pour les étudiants qui veulent justement poursuivre une carrière tant en France qu’au Québec, de faire partie autant que possible d’un réseau de recherche. Ceci naturellement est un avantage pour les publications, et pour le renouvellement des problématiques.

11Là dessus je tiens particulièrement à remercier la bibliothèque du centre culturel du Québec. Les bibliothécaires sont extrêmement gentilles, elles m’ont donné toutes les facilités pour consulter des ouvrages, faire venir des documents. Je pense que le maintien et l’enrichissement de cette bibliothèque est absolument primordial pour les chercheurs. Si je peux me permettre quelques suggestions pour terminer, je crois qu’il faudrait développer des séjours d’études pour le personnel de la recherche qui travaille sur un thème relié à l’histoire du Québec.

12En ce qui concerne ma situation j’aimerais pouvoir bénéficier d’un congé de trois à six mois du CNRS pour aller dépouiller les archives au Québec. Une autre hypothèse aussi serait intéressante, celle de faciliter les échanges inter-bibliothèques notamment au niveau des prêts pour les thèses et les mémoires. J’ai en effet essuyé à quelques reprises des refus systématiques de la part d’universités québécoises pour faire venir des thèses qui étaient indispensables pour rédiger un article ou préparer une communication. Il serait également souhaitable que les chercheurs québécois qui sont en France pour un séjour d’étude soient regroupés, ceci afin de pouvoir se tenir au courant des derniers développements récents dans nos disciplines voisines. Actuellement nous sommes dispersés, nous sommes isolés et lorsque nous nous rencontrons c’est vraiment dans des cadres presques exceptionnels.

13Une liste nominative incluant les thèmes de recherche de chacun permettrait d’échanger des informations sur les travaux en cours et sur les lieux de formation. La nécessité de maintenir la coopération universitaire franco-québécoise n’est plus à démontrer ; il convient pour l’avenir de susciter des initiatives personnelles et d’annexer tous les lieux de recherche à son éventail. Dans l’ensemble mon expérience est très positive.

Serge NADEAU - Géologie

14Je remercie tout d’abord le centre interuniversitaire pour m’avoir demandé de rester pour témoigner parce que ma carte de séjour est expirée. Je devrais déjà être de l’autre côté. J’ai profité doublement des échanges franco-québécois. En 79 je suis venu travailler comme étudiant en géologie pour le BRGM sous la couverture franco-québécoise, puis l’an passé j’ai obtenu un séjour d’une année. Je suis donc venu travailler au laboratoire de géochimie des isotopes stables dans le cadre de mon doctorat que je fais à l’université Mc Gill. Voici comment cela m’a été possible. A l’université Mc Gill je faisais mon doctorat en géologie. J’étudie des gaz qui sont contenus dans des roches qui viennent de l’intérieur de la terre et qui ont été transportées jusqu’à la surface en Alaska et en Colombie britannique par des volcans. A Mc Gill les analyses que je pouvais effectuer étaient qualitatives et semi quantitatives, c’est-à-dire en micro-métrie et en spectroscopie. J’avais donc besoin d’analyses quantitatives. Comme il n’y avait aucun laboratoire au Québec et non plus au Canada qui me permettait d’effectuer ce type d’analyses, j’ai communiqué avec le directeur du laboratoire à Paris. Celui-ci a été très intéressé parce qu’il était également impliqué dans ce type de recherche, c’est-à-dire l’évolution des gaz à l’intérieur de la terre et la relation avec les océans et l’atmosphère. J’ai donc été invité à titre de chercheur, plutôt qu’étudiant, et celà même si j’étais étudiant à Mc Gill, ce qui était un avantage pour moi. J’ai fait par la suite une demande au niveau d’une bourse France-Québec. Celle-ci a été acceptée. J’avais calculé mes chances à 99,99 %, et puis ça a marché.

15Je suis donc venu à Paris l’année dernière. Mon intégration s’est très bien faite au laboratoire parce que justement j’étais considéré comme chercheur. Les gens étaient très actifs, dont le directeur, et ensemble on s’amusait à effectuer des analyses sur les appareils. De temps en temps je faisais ses analyses, il faisait les miennes, et puis comme ça on se complétait. On pouvait avoir des discussions scientifiques d’égal à égal. Pour raconter une petite anecdote, tout à l’heure monsieur Pelletier expliquait que ses étudiants appelaient à 23 heures, mon directeur est venu me reconduire à minuit au laboratoire pour que je ferme des appareils... J’avais également la possibilité d’aller au MIT aux Etats-Unis, ou en Allemagne, mais j’ai préféré Paris pour le laboratoire, et en même temps la possibilité de bourse France-Québec, mais également parce que je pouvais effectuer mes recherches en français, ce qui est une chose assez rare dans les autres laboratoires, aussi bien allemand qu’américain. Quand j’ai eu des problèmes financiers parce que ces bourses-là c’est toujours versé chaque mois avec un certain délai, qui est plus ou moins long, le laboratoire m’a appuyé financièrement. Tous ces points réunis, je dois dire que mon expérience est très positive même si je fais peut-être exception par rapport à d’autres étudiants.

16Mon séjour en France a également donné le goût à plusieurs chercheurs français d’aller au Québec pour débuter des échanges ; avec moi par exemple, si je peux avoir un laboratoire pour effectuer le même type de recherche.

17Pour conclure, je pense que ce type d’échanges, soit que des étudiants québécois aient accès aux laboratoires français ou que des étudiants français aient accès aux laboratoires au Québec, est indispensable, pour assurer l’avenir. On parlait, plus tôt, de solutions de rechange légères. Justement c’est ce que j’ai essayé. C’est moi-même qui ait fait toutes les démarches. Je ne suis pas passé par des centres de recherche de professeurs québécois et français ; je suis allé moi-même contacter les gens. Je pense que les étudiants à l’avenir, des deux côtés, devraient prendre un peu d’initiative et essayer ça, parce que ça marche. Je suis peut-être un peu naïf... Enfin j’espère, que les gouvernements vont reconsidérer leurs méthodes de financement pour permettre aux étudiants aussi bien d’aller dans des équipes intégrées, qu’aller d’eux-mêmes et d’avoir les possibilités financières pour effectuer des recherches.

Christophe VILLARD - Médecine

18Je suis chef de clinique assistant au CHU de Poitiers en chirurgie ostéologique. J’ai passé onze mois à l’université Laval à Québec dans le cadre des échanges médicaux franco-québécois, jusqu’à juin 86. Je suis donc rentré il n’y a pas longtemps. Je suis venu aujourd’hui parce que, comme d’autres, j’avais quelque chose sur le cœur. Les échanges médicaux franco-québécois ne se sont pas bien passés cette année et d’après le ministère, ils tendent maintenant vers zéro. Des vingt ou ving-cinq médecins qui partaient chaque année, il n’y en aura bientôt plus, d’après ce que j’ai pu comprendre. C’est très dommage. C’est dommage parce que pour nous c’était la seule voie de passage vers l’Amérique du Nord. Le diplôme de doctorat en médecine n’est reconnu ni aux Etats-Unis, ni au Québec, ni au Canada. Ces échanges médicaux franco-québécois étaient donc une des seules voies de passage vers la médecine nord-américaine, qui est quand même notablement différente de la nôtre. Le problème, c’est que ces échanges soi-disant inter-ministériels, soi-disant bien organisés, eh bien, cette année n’étaient par organisés du tout. Mais avant de détailler là-dessus, j’aimerais vous présenter le côté positif de ces échanges. Ils sont d’une utilité extrême au niveau technique mais également au niveau des mentalités, des changements, que nous avons été obligé d’appliquer chez nous, et puis au retour qu’on appliquera dans les milieux médicaux où nous allons exercer. Je veux dire que d’un point de vue personnel, l’accueil dans le service, médecin-médecin, d’individu à individu a été très très bon à Québec ; une intégration à l’équipe très rapide, avec un souci constant des directeurs d’hôpitaux et des directeurs de départements pour que j’apprenne. On s’est toujours efforcé pour que j’apprenne de me mettre dans les meilleures conditions possibles, médicales et chirurgicales. On m’a changé d’hôpital le cas échéant pour que je n’aie pas fait cinq ou six mille kilomètres pour rien. C’est assez différent de la pédagogie dans les hôpitaux universitaires français où ce n’est souvent pas très bien fait. Il n’y a eu aucune discrimination entre les médecins québécois et moi-même, avec toujours le même souci d’équité et de justice, aussi bien dans les louanges que dans les critiques. J’étais au même niveau que les autres et je pense même qu’ils ont fait un effort supplémentaire pour me faire opérer et travailler davantage afin que je ramène un bon souvenir. Donc ça, c’est vraiment au crédit de l’organisation québécoise.

19Le côté très utile des échanges vient de l’organisation du système de santé québécois. Je ne vais pas détailler mais simplement il faut savoir qu’à l’université Laval à Québec, dans ma discipline, il y a à peu près douze médecins à temps plein pour huit résidents – moi compris – en formation. En France pour huit personnes en formation il y aurait dans un hôpital trois médecins à temps plein. Donc le rapport est de quatre pour un. Il est bien évident que le temps imparti à l’enseignement, à la pédagogie, à l’encadrement est complètement différent au Québec et en France. Si l’on va là-bas ce n’est pas pour voir tellement des techniques qui ne se font pas en France, c’est simplement pour bénéficier d’une pédagogie d’encadrement dont on ne bénéficie pas dans les hôpitaux universitaires français. Ces douze personnes avaient toutes une sur-spécialité, c’est-à-dire qu’elles avaient toutes fait un "fellow" d’un an aux Etats-Unis. Ils étaient donc assez pointus dans leur domaine, c’était très intéressant pour moi.

20Au niveau de l’organisation des cours : dans les hôpitaux français parfois il y a des cours, parfois il n’y en a pas. Là-bas il y en avait deux à trois par semaine. Les gens prenaient le temps en salle d’opération de s’asseoir à côté de moi, de me faire opérer. Ils le faisaient avec beaucoup de gentillesse, beaucoup de patience. Quelqu’un parlait tout à l’heure des mandarins en France, c’est épouvantable, ils piquent des crises, ils lancent des instruments, ils engueulent tout le monde. Je n’ai jamais vu ça à Québec. Ce qui veut dire que c’est très agréable, plutôt que de voir des mandarins avec le col de blouse relevé, un stéthoscope et puis un air comme ça, d’œuvrer avec des gens d’une grande gentillesse, d’une grande disponibilité. Il fallait que ce soit dit.

21La différence avec le milieu français est donc au niveau de ce rapport enseignant-enseigné. C’est l’enseignement théorique, c’est la sur-spécialisation et surtout un sytème universitaire axé sur l’enseignement, avec des planifications d’enseignement, avec un cadre. Je doute que, dans le milieu médical, des Québécois puissent trouver en France l’équivalent de ce que j’ai trouvé au Québec. Le fonctionnement du système universitaire médical français est souvent pas très organisé, l’interne peut être la cinquième roue du carrosse, le patron s’occupant d’autres choses. Je pense que s’il y a des problèmes dans le programme médical franco-québécois c’est parce que bien des Québécois n’ont pas trouvé dans le programme français l’équivalent de ce que moi j’ai pu trouver au Québec.

22Les aspects négatifs sont essentiellement des aspects logistiques, c’est-à-dire que lorsque nous avons été choisis pour partir – il y avait trois cents demandes de médecins, vingt-cinq ont été pris, on nous a annoncé en même temps, que notre salaire était ramené à quinze mille dollars par an. C’est-à-dire qu’un résident québécois chirurgical, quatrième année toucherait trente, à trente-deux mille dollars par an, alors que nous nous ne toucherions que quinze mille dollars. Il y avait donc un volonté de pourrir la situation. Je ne sais pas si ça venait du côté québécois ou de Paris. Donc à partir de cette année, à travail égal il n’y avait plus salaire égal. Il faut savoir qu’avec quinze mille dollars, ça fait mille deux cent cinquante dollars par mois. Nous avions tous entre vingt-neuf et trente-et-un ans, tous spécialistes ou en fin de spécialité. Nous avions besoin de voiture pour prendre nos gardes d’un hôpital à un autre, les conditions financières étaient donc assez épouvantables. Sur les mille deux cents dollars, mille étaient incompressibles, c’est-à-dire que nous ne pouvions pas faire face à un coup dur, que ce soit la voiture qui tombait en panne ou un problème de santé, etc. Alors nous nous sommes un petit peu démené. Nous avons fait des lettres au ministre français, au ministre québécois, etc., ça n’a rien donné. J’ajoute que sur la première paye on nous a ponctionné trois cents dollars pour l’université, trois cents dollars d’assurance professionnelle, enfin, vous voyez un petit peu les difficultés financières dans lesquelles nous nous sommes débattu. Impossible de vivre à deux sur un salaire de ce type. Nous étions trois à avoir laissé les conjointes en France, ce qui n’est pas très agréable. Nous n’avions pas non plus d’argent pour acheter des bouquins américains ou des choses comme ça qui font partie des échanges. Le président de la corporation des médecins du Québec m’a répondu en substance que nous prenions la place de Québécois. Enfin il y a eu une très très mauvaise ambiance.

23Lorsque je suis allé voir les autorités québécoises à l’université, j’ai eu l’impression, qu’elles n’étaient pas au courant de notre situation. Elles m’ont dit que des Québécois n’avaient pas été très bien reçus en France. Je vous ai dit tout à l’heure que moi je pouvais le concevoir, et qu’il ne fallait pas qu’on s’étonne si on était baissé de salaire. Par la suite je me suis également aperçu qu’il n’y avait aucune coopération entre les universitaires québécois et le consulat. Quand j’allais au consulat, j’avais un son de cloche, quand j’allais à l’université Laval j’en avais un autre. Je crois qu’ils ont réglé des problèmes sur notre dos que nous en avons fait les frais avec cette brutale diminution de salaire. J’ajoute que je trouve qu’il est un petit peu inacceptable d’envoyer des médecins de trente ans, travailler douze heures par jour, six jours sur sept – parce que c’était un petit peu ça – pour mille deux cents dollars par mois. Ça ne me paraît pas tout à fait normal. J’avais très envie de retourner faire un fellow-ship à l’université Mc Gill à Montréal mais ce n’est plus possible parce que les échanges franco-québécois s’arrêtent. Si l’on est hors échanges, et bien il faut refaire des années là-bas, il faut repasser des équivalences, ce n’est pas possible. Les échanges sont la seule solution.

– La présentation des expériences de coopération vécues avec et par des étudiants a soulevé beaucoup de réactions des participants. En voici quelques unes.

24J’ai moi-même des étudiants qui se rendent au Canada chaque année mais avec seul critère de sélection, le niveau de ressources de leur famille, ce qui n’est pas très satisfaisant. Alors, je voudrais signaler l’intérêt de l’aide que peut apporter dans ce cas très précis l’office franco-québécois pour la jeunesse. On en n’a pas parlé mais il y a là des possibilités de recours pour les étudiants qui sont extrêmement intéressants.

25Et je reviens sur un autre point. Ce que j’ai voulu dire tout à l’heure quand je disais que les études canadiennes ou les études québécoises, lorsqu’on crée un centre d’études politiques, ne sont pas reconnues par les instances nationales françaises, c’est qu’en tant que spécialiste du Canada on a aucune chance d’avoir un soutien du CNRS, qu’on obtiendrait en tant qu’historien, en tant que linguiste ou en tant que géographe. Il y a un seul programme à ma connaissance qui ait jamais été susceptible de soutenir des études du type de celles qui nous intéressent, c’était le programme lancé par Joseph Goy, celui des aires culturelles. C’est le seul programme à ma connaissance qui permettait de se réclamer d’études québécoises ou d’études canadiennes et d’avoir un soutien d’un organisme officiel français.

26Je voudrais apporter un témoignage suite à l’intervention qui a été faite à propos du problème des médecins résidents. Il existe, dans le cadre de la coopération avec le Québec, un programme qui s’appelle "Actions régionales", et la région Rhône-Alpes a participé à ce programme en juin. Une mission d’une dizaine de personnes dont faisait partie le directeur des Hospices civils de Lyon, Christian Dutreil, est partie au Québec. Or justement, nous avions mis à l’ordre du jour de cette mission le problème des résidents. D’abord la réponse politique qui a été faite, c’est que cette question était un terrain miné, qu’il ne fallait surtout pas aborder le problème et que le problème serait abordé en commission permanente. Alors la première question que l’on peut poser c’est : ce problème a-t-il été abordé à la commission permanente ou le sera-t-il lors des prochaines commissions permanentes ? Mais je voudrais vous dire que les lyonnais sont têtus et que Christian Dutreil, directeur des Hospices civils, – les Hospices civils ça représente quand même un budget supérieur à celui de la ville de Lyon, la Courlie, la région Rhône-Alpes, est le plus gros employeur du Rhône, – a fait une offre très précise en disant : nous, sur le terme de la réciprocité, nous sommes près à accueillir dans les hôpitaux de Lyon des résidents québécois, mais il ne faut qu’en aucun cas les responsables politiques considèrent qu’il s’agit d’un transfert de charge. C’est-à-dire que les hôpitaux lyonnais peuvent fournir un encadrement, fournir un certain nombre de prestations auprès des résidents québécois, mais à la condition qu’il y ait réciprocité, c’est-à-dire que si par exemple six ou sept québécois sont accueillis dans les hôpitaux lyonnais, six ou sept résidents Rhône-Alpins doivent être accueillis au Québec. Pour celà il faut qu’il y ait une volonté politique et que les problèmes de financement que vous avez soulevés soient résolus.

27La deuxième chose que je voudrais préciser c’est qu’on a parlé de bourses pour les étudiants mais je crois qu’un autre problème très important est celui des stages en entreprises au Québec, et des stages d’étudiants québécois dans les entreprises françaises. La région Rhône-Alpes a également offert pour une dizaine d’étudiants québécois des stages en entreprises. On s’aperçoit qu’il est plus facile d’offrir des stages en entreprises à des québécois que d’obtenir des stages en entreprises pour des français au Québec. Je donne un autre exemple. Pour les résidents en pharmacie, on peut parfaitement offrir à des québécois des stages dans des entreprises pharmaceutiques mais par contre il est très difficile d’obtenir des stages dans les entreprises pharmaceutiques québécoises pour les étudiants en pharmacie français ou Rhône-Alpins. On peut ajouter que c’est extrêmement valorisant pour les étudiants français de pouvoir faire figurer dans leur curriculum un stage raisonnable et sérieux en Amérique du Nord et au Québec en particulier. La difficulté au Québec vient du fait que les stages en entreprises sont considérés par les étudiants québécois comme un moyen de se payer leurs études universitaires, donc lorsqu’on offre un stage en entreprise à un étudiant français, ça fait un stage de moins à un étudiant québécois. Pour ma part, ces stages en entreprises sont fondamentaux pour deux raisons : premièrement parce qu’ils mettent en relation le monde scientifique et culturel avec le monde économique, deuxièmement parce que je crois qu’on ne pourra déboucher sur des échanges concrets que si l’on prend conscience que paradoxalement et pour un fois ça l’est, c’est plus facile en France de trouver des stages en entreprises pour des étudiants québécois que l’inverse. Le problème devrait donc être envisagé et ça devrait être le rôle des commissions permanentes de proposer des solutions.

28La troisième et dernière remarque que je désire faire c’est que les collectivités locales peuvent être très utiles. A titre d’exemple la région Rhône-Alpes vient d’offrir une bourse d’excellence de deux cent mille francs à un étudiant qui sera choisi à l’échelle nationale, qui ira pendant une année poursuivre des recherches à l’institut de biotechnologie de Montréal. La seule condition qui a été émise par le Conseil régional Rhône-Alpes, c’est que ce chercheur revienne travailler dans une entreprise Rhône-Alpine. Je voudrais donc dire que le dynamisme des collectivités locales peut également apporter beaucoup de moyens.

29Je voudrais abonder dans le sens d’Alain Bideau sur ces problèmes de stages. En effet, lorsque l’on parle des besoins des étudiants, on pense toujours en années universitaires ; or il y a un autre besoin qui n’est absolument pas couvert à l’heure actuelle, c’est ce besoin en stages, de stages en entreprises ou dans les administrations, quel que soit d’ailleurs le niveau de l’administration. Nous avons des demandes considérables et cette expérience de quelques semaines ou de quelques mois en entreprises ou dans une administration publique ou parapublique québécoise est souvent extrêmement importante pour la formation de nos étudiants. C’est beaucoup plus facile pour un étudiant français de consacrer trois ou quatre mois à un séjour au Québec évidemment que sacrifier une année universitaire en France ; et cela c’est vraiment un domaine qui est très très mal couvert à l’heure actuelle.

© Éditions de la Sorbonne, 1987

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search