Version classiqueVersion mobile

Matières premières et gestion des ressources

 | 
Sarra Ferjani
, 
Amélie Le Bihan
, 
Marylise Onfray
, 
et al.

Les matières premières minérales

Les pierres à aiguiser, à affûter et autres outils de l’abrasion dans le monde égéen à l’âge du bronze

Un état de la question

Nathalie Thomas

Résumé

Dès l’apparition de la métallurgie, l’homme aiguise et entretient des outils comme en attestent les pierres à aiguiser, à affûter, les polissoirs et autres outils de l’abrasion retrouvés en contexte archéologique. Dans le monde égéen, à l’âge du bronze, on recherche comme matières premières des outils, des roches abrasives de différentes granulométries, comme le grès, le schiste ou encore l’émeri pour leur mise en forme. Pour ce faire, la collecte de galets, blocs, plaquettes semble avoir été privilégiée. Cependant, l’exploitation de carrières de pierres à aiguiser spécifiques et la circulation des matériaux à grande distance peuvent également être envisagées. En Crète par exemple, les gisements de κρητικὴ ἀκόνη (pierre à aiguiser crétoise), connus par les textes de Pline l’Ancien à l’époque romaine, ont été exploités depuis l’âge du bronze (Hawes et al., 1908) jusqu’à nos jours. Nos analyses préliminaires ont montré la variabilité de l’exploitation des matériaux et la diversité des usages des outils. Nos travaux actuels cherchent à analyser de façon plus globale et approfondie les stratégies d’approvisionnement des matières premières sélectionnées pour leur réalisation et à reconstituer les éventuels réseaux d’échanges. À travers une analyse des traces macroscopiques et microscopiques, nous tenterons d’identifier les différentes fonctions de ces outils et d’éclairer leur contexte d’utilisation. De cette façon, les différentes étapes de la chaîne opératoire, de l’extraction de la matière première à l’utilisation des outils, sont considérées. Des recherches ethnographiques, des analyses pétrographiques, des expérimentations et l’étude de pièces archéologiques sont actuellement en cours.

Texte intégral

Je remercie Gilles Touchais qui dirige ce travail de thèse, Hara Procopiou pour sa codirection, pour son suivi scientifique et ses conseils avisés, Athina Boleti et Rosalia Christidou pour leur soutien méthodologique et les propositions d’échantillons en émeri et en os ainsi que Caroline Hamon pour les échantillons en grès. Ma gratitude revient également à François Allier qui a reproduit les lames en bronze. Je suis reconnaissante à Roberto Vargiolu et au personnel du LTDS (Laboratoire de Tribologie et de dynamiques des systèmes) de l’École Centrale de Lyon, pour leur aide efficace dans le traitement des analyses et des données tribologiques. Je remercie Enora Le Quéré, Cécile Oberweiler, Jérémy Lamaze et Patrice Roux pour leurs conseils et relectures. Je tiens également à remercier l’École française d’Athènes, établissement d’accueil pour les recherches menées en Grèce, l’Académie française (Fonds Jean Walter Zellidja) et le premier programme européen Education and Lifelong Learning (sous l’égide de la Fondation Alexandre S. Onassis, de l’université Kapodistria d’Athènes et de l’Académie de Platon), pour leur soutien financier (bourses de mobilité en Grèce).

Introduction et problématique

1Les outils en pierre depuis la préhistoire (Leroi-Gourhan, 1973) répondent à des besoins quotidiens et interviennent dans des contextes domestiques et artisanaux. Au gré des changements et des adaptations technologiques, ces outils ont évolué parallèlement aux besoins et aux usages des hommes. Comme le rappelle Marcel Kouassi N’dri, « chaque nouvel objet technique (vu comme une performance, une innovation ou un progrès) exige de la société une mue et des restructurations pour son intégration socioculturelle » (Kouassi N’dri, 2011, p. 5). Dans le monde égéen, à l’âge du bronze, la généralisation du travail du métal a amené les hommes à réadapter certains outils lithiques en lien avec les actions d’abrasion. C’est ainsi que sont apparues les pierres à aiguiser. Ces supports permettent d’aviver le fil du tranchant de l’outil en métal concerné, tel un couteau ou une faucille par exemple. Ils sont encore utilisés de nos jours lors des opérations d’aiguisage et d’affûtage. D’autres outils, comme les polissoirs, interviennent dans ces opérations. À ce jour, aucune synthèse sur ces outils, qu’elle soit terminologique ou technique, n’a encore été réalisée. C’est la raison pour laquelle, nous cherchons à reconstituer la chaîne opératoire de l’outillage, prenant en compte l’ensemble des étapes et des séquences successives de l’approvisionnement de la matière première à l’utilisation des outils. Ainsi, l’étude de ce type d’outillage dans le monde égéen à l’âge du bronze tend à mettre en évidence leurs caractéristiques, en se fondant sur la forme et le type d’outils, employés pour des besoins et des fonctions spécifiques. La relation entre la matière première et la fonction de l’outil doit être précisée. Les opérations d’aiguisage, d’affûtage, de polissage et d’abrasion doivent également être mieux définies en tenant compte des usages, des fonctions des outils et des matières premières prises en compte. Il en est de même du lien entre la provenance de la matière première et l’accessibilité à celle-ci.

Contexte géographique et chronologie

2Le contexte géographique englobe différentes zones du monde égéen réparties en aires chrono-culturelles, ce qui explique une évolution et des particularismes locaux liés aux contextes de production et d’utilisation des outils. Ainsi, les outils étudiés proviennent de plusieurs sites relevant des civilisations helladiques (Nichoria, Malthi, Zygouries, Midea, les palais de Tirynthe, Mycènes), correspondant aux phases d’occupation de l’Helladique Ancien II-III (2350-2000 av. J.-C.), de l’Helladique Moyen I à III (2000-1550 av. J.-C.) et de l’Helladique Récent I à III (1550-1100 av. J.-C.) ; les sites cycladiques d’Agia Irini à Kéos, Phylakopi à Milos, s’inscrivent dans les phases chronologiques du cycladique ancien II-III (2350-1950 av. J.-C.), du cycladique moyen (1950-1600 av. J.-C.) et récent I-III (1600-1050 av. J.-C.) ; tandis que les sites minoens (Tombes de la Messara, Kommos, Mochlos, Malia, Pseira, Myrtos par exemple) appartiennent aux intervalles chronologiques du minoen ancien II-III (2350-2100 av. J.-C.), du minoen moyen (quatre phases réparties entre 2100-1600 av. J.-C.) et du minoen récent comprenant sept phases incluses dans l’intervalle de temps 1600-1100 av. J.-C. Le Nord-est égéen est représenté par les sites de Poliochni (île de Lemnos), de Thermi (île de Lesbos) et la péninsule anatolienne par le site de Troie correspondant aux phases d’occupation du Bronze ancien I-II, du Bronze moyen et récent (3000-1300 av. J.-C.) (Treuil et al., 2008).

Méthodologie et axes d’études privilégiés

3La méthodologie et les axes d’études choisis reposent sur l’analogie ethnographique, l’analyse techno-morphologique, l’analyse des stigmates et des traces d’usures ainsi que les analyses géologique et pétrographique. Cette démarche a plusieurs buts : d’une part, la mise au point d’une terminologie précise des actions et des gestes liés à l’utilisation de la pierre à aiguiser, de la pierre à affûter, des polissoirs et des autres outils de l’abrasion associés, et d’autre part, l’étude des matières premières, la détermination des types de supports lithiques pris en compte et les sources d’approvisionnement possibles.

Analogie ethnographique

  • 1 Abrasif industriel, type papier de verre/abrasif à grains décroissant contenant du corindon. Pierre (...)

4La comparaison des données archéologiques avec les données issues de l’ethnographie peut nous informer sur la fonction et les matières premières privilégiées de l’outillage. De cette façon, les indices relevés en contexte ethnographique nous offrent l’opportunité d’appréhender les gestes d’aiguisage, d’affûtage, de polissage, d’abrasion à divers degrés et les actions reproduites, élargissant ainsi l’éventail des hypothèses et connaissances aux possibilités fonctionnelles. L’analogie ethnographique prend en compte les choix faits par un groupe de personnes dans un contexte précis. C’est pourquoi, nous avons commencé à mener des enquêtes et des études ethnographiques au sein d’ateliers de couteliers modernes. Nos recherches préliminaires auprès de couteliers ont montré l’existence d’une succession d’étapes et de séquences indispensables à l’aiguisage, à l’affûtage et au polissage des lames en métal de couteaux modernes, en acier et en inox. Les premiers résultats tendent à démontrer une utilisation de supports abrasifs à grains variés, qu’ils soient industriels ou naturels1.

L’analyse techno-morphologique

5L’analyse technique et morphologique repose sur la notion de geste technique. Caractérisé par André Leroi-Gourhan comme un « geste efficace sur la matière » (Bril et Roux, 2002, p. 8), le geste technique renvoie à une transformation de l’outil suite à une implication humaine. La manipulation de l’outil en mode actif ou passif peut nous amener à préciser la typologie de l’outillage. L’outillage de petit format, manipulé en mode passif, semble plus naturel et facile d’utilisation (Landrin, 2005 ; Thomas, 2008). Cependant, on n’exclut pas l’utilisation des outils de manière active, surtout lorsque l’on polit des perles en pierre ou des petits objets difficilement manipulables (Choquenet, 2009). D’autre part, on note que les couteliers de Thiers ou de Laguiole conseillent également l’usage de la pierre à aiguiser ou à affûter en mode actif pour l’aiguisage et l’affûtage de couteaux et d’outils tranchants de grande taille.

6De même, on relève que le choix du support est aussi un critère important (De Beaune, 2000). Plusieurs supports différents peuvent être distingués pour la conception et la réalisation des pierres à aiguiser, à affûter, polissoirs et autres outils de l’abrasion : supports sur galets, sur blocs ou sur plaquettes. Ainsi, le choix du support influence la morphologie de l’outil. Lors de l’utilisation de celui-ci, la morphologie joue un rôle déterminant et elle a indubitablement une incidence sur le mode de préhension de l’outil. Enfin, selon l’usage recherché, on ne distingue pas les mêmes traces d’usures en surface des outils. L’étude des traces d’usures, identifiables en surface de l’outillage complète l’analyse techno-morphologique.

Analyse des stigmates d’usures

  • 2 J’adresse mes sincères remerciements à Harriet Blitzer, Joseph et Maria Shaw qui m’ont autorisée à (...)

7Chaque technique employée, chaque usage spécifique entraîne la présence de stigmates singuliers, piégés en surface de l’outillage. On cherche à relever spécifiquement les traces d’usures similaires, telles que les polis, les stries, perceptibles à la surface des outils archéologiques et des outils expérimentaux, ainsi que sur les matières travaillées telles que le métal, l’os (Christidou, 2004) et la pierre (Thomas, 2009)2. L’analyse des stigmates est réalisée de façon macroscopique et/ou microscopique. Plusieurs critères sont privilégiés pour l’étude de ce type d’outillage. On distingue trois types de stigmates : le poli (fig. 1A), les stries (fig. 1B) et les résidus (fig. 1C). Selon le type de roche et la granulométrie des supports, les stigmates peuvent varier en fonction des roches utilisées. De plus, le milieu d’enfouissement peut avoir une incidence sur la présence ou non de stigmates.

Fig.1. Observations macroscopique (photographies) et microscopique (à différents grossissements)

Fig.1. Observations macroscopique (photographies) et microscopique (à différents grossissements)

Pierre à aiguiser S. 308 (phyllithe  ?) Kommos, Minoen moyen/récent

Photo : N. Thomas.

Analyses géologique et pétrographique

8Les analyses géologiques et pétrographiques visent à déterminer, décrire, classer et interpréter les roches et les variétés lithiques (Foucault et Raoult, 1984) présentes sur les sites à partir des échantillons de roches disponibles. Les analyses pétrographiques se fondent sur l’étude de lames minces d’échantillons de roches, au microscope pétrographique.

9Grâce à l’appui de telles analyses, on cherche ainsi à comprendre les choix effectués par les hommes ayant sélectionné, ramassé ou extrait la matière première lithique avant la mise en forme éventuelle des outils et/ou leur utilisation par la suite.

Caractéristiques morphologiques, facture et granulométrie de l’outillage

  • 3 Nos recherches portent sur le petit outillage utilisé pour l’essentiel en mode actif. De prochaines (...)

10Les pierres à aiguiser et à affûter, les polissoirs et les autres outils de l’abrasion actifs3 présentent des caractéristiques communes et singulières qui s’appuient sur la morphologie, la facture et la granulométrie. Une de leurs caractéristiques est leur petit format (fig. 2A et 2B). Il s’avère en effet que la majorité des exemplaires découverts en contexte archéologique a une longueur inférieure à 20 cm. De plus, on constate que les outils présentent généralement une forme oblongue, trapézoïdale, carrée ou rectangulaire. Il faut toutefois bien distinguer deux types de morphologies sur les outils : la morphologie dite « primaire », initiale, et la morphologie « résiduelle », découlant de l’utilisation de l’outil (Procopiou, à paraître ; Stordeur, 1988, p. 129). On relève également une surface de l’outillage lisse (Evely, 2000), induite par l’usure et/ou la fabrication de celui-ci. Plusieurs spécificités peuvent en outre être mises en évidence. Ainsi, de nombreux exemplaires de pierres à aiguiser et à affûter présentent une perforation ou une cannelure pour laisser passer une attache qui peut permettre d’ajuster l’outil à la ceinture par exemple (fig. 2A et 3).

Fig.2.A. Morphologies des outils. Exemples de pierres à aiguiser et à affûter

Fig.2.A. Morphologies des outils. Exemples de pierres à aiguiser et à affûter

Fig.2.B. Exemples de polissoirs

Fig.2.B. Exemples de polissoirs

11Les polissoirs (fig. 2B), présents dès le Néolithique ancien, perdurent au cours de l’âge du bronze et peuvent jouer un rôle complémentaire à celui des pierres à aiguiser et à affûter. Leur utilisation intervient bien souvent en phase finale de l’abrasion. Ces outils sont de formes variées et ressemblent souvent aux pierres à aiguiser. Leurs surfaces sont lisses et les bords apparaissent comme plus arrondis que ceux des pierres à aiguiser et à affûter, d’où une certaine confusion avec les galets naturels. On note également qu’un polissoir peut présenter une surface plus unie et parfois moins accidentée, qu’une pierre à aiguiser et à affûter. Concernant la granulométrie, en début d’abrasion, on emploie un outil à grains grossiers. Au cours des phases de finition ou lorsque l’on souhaite rendre le brillant d’une surface, les utilisateurs vont privilégier un outil lithique à grains fins. L’évolution de la granulométrie est constante sur les outils de type polissoir et pierres à aiguiser ou à affûter, quelle que soit la matière travaillée.

Exploitation des ressources naturelles

  • 4 Je remercie François Sigaut d’avoir attiré mon attention sur cette référence.
  • 5 Entreprise Perakis – Pierre à aiguiser naturelle d’Élounda.
  • 6 D’après le compte rendu d’une discussion tenue avec un coutelier d’Heraklion en Crète au cours de l (...)

12L’exploitation des ressources naturelles pour la confection de cet outillage montre une volonté d’optimisation de l’acquisition des matières premières. Dans un environnement proche du site, des galets, des blocs et des plaquettes étaient prélevés dans le but d’obtenir des outils performants (De Beaune, 2008). Aussi, les roches privilégiées étaient-elles ramassées dans les lits de rivières ou de cours d’eau. On peut aussi envisager l’hypothèse que des carrières de pierre aient été utilisées comme lieu d’extraction de la matière première. Au cours de la période de l’Antiquité romaine en Crète, on relève l’existence de carrières aménagées et entretenues. Celles-ci avaient même un statut juridique particulier. Au sujet des carrières crétoises, on sait que les « […] mines de pierres à aiguiser [étaient][…] utiles aux armées romaines pour affiler les armes ; la vente de ces pierres faite à l’ennemi était punie de mort, comme celle du blé, du fer et du sel, et César, en louant les cotorias de la Crète, avait interdit à toute personne, à l’exception de l’adjudicataire, d’ouvrir ou d’exploiter en Crète de semblables carrières » (Rivière, 1856)4. De nos jours, près du village d’Élounda situé dans la partie orientale de la Crète (district de Lassithi), on peut encore apercevoir des tailleurs de pierres exploitant des carrières de pierres à aiguiser5. En Crète notamment, nos études sur la matière première des outils nous amènent à prendre en considération d’une part l’analyse pétrographique et d’autre part l’analyse des techniques d’approvisionnement. Ces dernières concernent le ramassage des blocs6 mais aussi l’éventualité qu’ils soient extraits d’une carrière.

Matières premières

  • 7 Roche sédimentaire: roche « exogène », formée à la surface de la terre.
  • 8 Roche métamorphique : roche (magmatique ou sédimentaire) qui a subi un métamorphisme sous l’effet d (...)

13Plus précisément, on observe deux catégories de roches exploitées ; d’une part, des roches sédimentaires7, comme les grès, le calcaire ou le quartzite  ; d’autre part, des roches métamorphiques8 comme l’émeri ou la phyllithe. Les roches étaient choisies en fonction de leur abrasivité naturelle, ce qui permettait d’user et de polir la matière plus facilement selon la finalité fonctionnelle souhaitée. L’émeri par exemple (Boleti, 2006 et 2009), le grès et le schiste étaient employés pour des actions abrasives de degrés différents lors des actions d’aiguisage, d’affûtage et de polissage.

  • 9 Pline, Histoire naturelle, XLVII, 164 et 165.

14Pline l’Ancien9 mentionne l’existence de pierres à affûter utilisées par les tailleurs de pierre. D’après ses récits, les plus prisées étaient celles de Crète, puis celles de Laconie, provenant du Taygète. Dans un souci d’optimiser l’efficacité des outils, les propriétés mécaniques d’abrasivité, de rugosité et de ténacité des supports lithiques étaient prises en compte et comparées selon les régions de provenance.

  • 10 Étude réalisée en septembre 2011. Je suis reconnaissante à l’école allemande, à Joseph Maran, Susan (...)

15À partir des premières observations archéologiques, réalisées notamment sur l’outillage pierre à aiguiser, à affûter, et polissoir du site de Tirynthe10, on reconnaît que certains échantillons ont subi des degrés de métamorphisme faible à plus avancés. Plusieurs outils sont en roches sédimentaires (grès) dont la dureté varie de modérée à extrême (fig. 3). Par conséquent, la dureté des échantillons apparaît de façon globale comme significative, voire élevée. Les outils en quartzites, en roches siliceuses et schisteuses, de couleurs et de granulométries diverses, semblent majoritaires (fig. 3). L’outillage du site de Tirynthe apparaît comme standardisé, respectant des intervalles de dimensions et de poids peu élevés et constants (longueur inférieure à moins de 10 cm et poids inférieur à 100 g).

Fig.3. Échantillonnage de pierres à aiguiser du site de Tirynthe

Fig.3. Échantillonnage de pierres à aiguiser du site de Tirynthe

Photo : N. Thomas.

16En ce qui concerne les échanges de matière première, Athina Boleti a mis en évidence une circulation de l’émeri à partir du Bronze moyen et surtout au Bronze récent en Crète (Boleti, 2006 et 2009). Nous cherchons actuellement à montrer les qualités abrasives de la pierre crétoise κρητικὴ ἀκόνη et à préciser son utilisation et les réseaux éventuels qui peuvent lui être associés.

Vers une classification de l’outillage actif : pierre à aiguiser, polissoir et autres « outils de l’abrasion »

  • 11 Extrait d’un échange avec un apprenti coutelier à Thiers (Auvergne).

17L’identification de ces outils reste problématique, d’autant que la terminologie est confuse (De Beaune, 2000, p. 103). Cette ambiguïté s’appuie sur les actions abrasives équivoques (Dierckx, 2005). La terminologie, détermination typologique des pierres à aiguiser et à affûter, reste ambigüe tant les définitions d’aiguisage et d’affûtage sont nombreuses. Les dictionnaires énumèrent diverses définitions et les couteliers eux-mêmes ne sont pas tous du même avis lorsqu’on leur demande de clarifier ces termes. Par exemple, en coutellerie, l’aiguisage et l’affûtage peuvent être considérés comme des synonymes, même si l’aiguisage serait davantage réservé aux couteaux et l’affûtage aux autres outils tranchants nécessitant un entretien de la lame11.

18Concernant l’usage de l’outillage, il apparaît que les pierres à aiguiser et à affûter sont utilisées dans le cadre du travail du métal, tandis que les polissoirs et autres petits outils abrasifs permettent de travailler davantage l’os, les peaux ou les roches (tendres et dures). Cependant, on note qu’une lame polie présente un fil de tranchant défini et entretenu, nécessitant des actions d’aiguisage, d’affûtage et de polissage. De plus, les polissoirs peuvent intervenir pour le travail du métal, en phase finale de l’aiguisage et de l’affûtage afin de donner le brillant aux lames. À l’époque moderne, en Auvergne, dans le village de Thiers, les polisseurs et polisseuses intervenaient et interviennent encore (bien que de façon industrielle) en phase finale de l’abrasion pour rendre brillante la surface d’un couteau, devenant alors « miroir » (Liabeuf, 1995, p. 13).

19En orfèvrerie, les artisans emploient un outillage en pierre varié, tels des pierres à aiguiser, à affûter, des polissoirs et des outils d’abrasion. On relève notamment l’utilisation d’un outil particulier, la pierre de touche qui permet de tester les métaux précieux, principalement l’or. En tant que pierre dure, elle sollicite par frottement la matière première. L’empreinte et les traces laissées en surface de la pierre servent ensuite à l’identification des métaux (Armbruster, 2006 ; Eluère, 1985).

Mise en perspective et intérêt d’une approche pluridisciplinaire

20On relève des utilisations variées dans des contextes artisanaux et domestiques. Par exemple, sur le site minoen de Malia, H. Procopiou a montré que la pierre à aiguiser et à affûter pouvait être utilisée par le charpentier, le fondeur, le graveur de sceaux, comme outil d’entretien et/ou de finition pour un outillage et des productions diversifiées (Procopiou, à paraître). Cet outil était aussi employé dans la vie quotidienne (Thomas, 2010) au sein de l’habitat, et il pouvait s’exporter en extérieur pour l’affûtage des couteaux et des faucilles lors des activités agricoles (Procopiou, à paraître). Certains outils pourraient avoir été privilégiés pour des actions d’aiguisage et d’autres pour l’entretien, en tant que pierre à affûter. L’étude approfondie des matières premières des supports des outils nous livre des informations sur la granulométrie et les degrés d’abrasivité recherchés. On note que le contexte de découverte est souvent insuffisamment documenté, voire imprécis. C’est pourquoi, le travail de recherche vise à définir la fonctionnalité de chacun de ces outils, en déterminant leurs fonctions exactes et en distinguant les formes de fonctionnement possibles (Sigaut, 1990).

21François Sigaut précise que « la technique est action » et qu’« il ne suffit jamais de savoir comment on fait pour savoir faire : pour passer de l’un à l’autre, il faut un minimum d’expérience, c’est-à-dire d’apprentissage » (Sigaut, 1999, p. 521). L’apprentissage s’acquiert progressivement et passe par l’observation minutieuse d’actions structurées. En archéologie des techniques, l’expérimentation est une pratique indispensable que l’on considère comme partie intégrante de l’apprentissage. L’expérimentation de nouveaux gestes, de nouvelles actions, l’étude et la comparaison d’outils expérimentaux de matières premières et de granulométries variées, avec des outils archéologiques, provenant de différents sites de l’âge du bronze dans l’ensemble du monde égéen – Grèce continentale, Crète, Cyclades, Nord-Est égéen – permet de confronter les traces caractéristiques abrasives, sous forme de référentiels. Une telle application aide à remédier aux difficultés d’identification et de compréhension fonctionnelle de ces outils (fig. 4). Grâce à elle, on restitue les gestes techniques en tenant compte du degré de performance des outils (Astruc et Anderson, 2004) (fig. 4A, 4B, 5).

Fig.4. Expérimentation d’actions et de gestes d’abrasion

Fig.4. Expérimentation d’actions et de gestes d’abrasion

Thomas, 2009.

  • 12 Dans le cadre de tests expérimentaux, la méthode d’analyse privilégiée en laboratoire s’est initial (...)

22Suite au développement des sciences exactes depuis plusieurs décennies, l’archéologie s’associe aux méthodes scientifiques ainsi qu’à leurs applications techniques. De nouvelles études et données concernant la fonction de ces outils apparaissent. De même, de nouvelles méthodes d’observation, réalisées en macroscopie et microscopie optique, sont mises au point. Ainsi, des projets interdisciplinaires menés en laboratoire, notamment avec l’appui de la tribologie – science du frottement de l’usure et de la lubrification (technologie de surfaces solides en contact (Georges, 2000) – nous offrent la possibilité d’acquérir des informations sur les usures, les modes d’utilisation des outils ainsi que leur contexte de fabrication. De fait, la méthode tribologique offre de nouvelles données, complémentaires à l’approche tracéologique (Semenov, 1964 ; Dubreuil, 2002 ; Hamon, 2003), en apportant des données qualitatives et quantitatives sur les aspects des usures résultant de l’utilisation et/ou de la fabrication des outils (Vargiolu, 2008 ; Georges, Zahouani et Vargiolu, 2004). La tribologie peut s’appliquer à l’outillage en pierre et aux matières travaillées archéologiques et expérimentales (analyses par interférométrie, rugosimétrie12) (fig. 6). Dans le cas de notre étude, le mobilier archéologique de référence se trouvant hors de France, des empreintes en silicone sont réalisées sur certaines pièces afin d’être traitées ensuite en laboratoire, à partir de moules.

Fig.5. Problématiques fonctionnelle et technologique

Fig.5. Problématiques fonctionnelle et technologique

Reconstitution possible des adaptations nécessaires préalables à la caractérisation des outils.

Fig.6. Rugosimétrie

Fig.6. Rugosimétrie

Comparaison des images en 3D des surfaces en os (tibia de bœuf) à différents temps d’actions d’abrasion en fonction des supports lithiques travaillés (émeri et grès) ; tests expérimentaux réalisés au sein du LTDS, École centrale de Lyon.

Thomas, 2009, p. 22.

Recherche future et conclusion

23La validation des hypothèses sur la fonction et l’utilisation de ces outils ne peut être réalisée sans la convergence de méthodes d’approche diverses et l’exigence d’interdisciplinarité. Les prochaines étapes de l’étude privilégieront l’exploitation des matières premières ainsi que le contexte d’utilisation, (artisanal et/ou domestique) de ces outils, afin de reconstituer le système techno-économique des populations qui les ont produits et utilisés. L’étude nous permettra ainsi d’appréhender les choix des hommes et les transformations progressives opérées sur cet outillage. On tentera de retracer les possibles réseaux d’échanges pour l’acquisition des matières premières, ainsi que les modes d’extraction dans les carrières et leurs spécificités dans le monde égéen, en recherchant aussi d’autres exemples similaires, hors de cette zone géographique de référence. En Grèce, le mobilier archéologique étudié fait actuellement l’objet de comparaisons entre zones géographiques proches mais distinctes. Cette démarche repose d’une part sur la mise en évidence de corrélations dans l’appréhension de la matière première et d’autre part, sur la détermination du critère typo-morphologique. C’est sur cette base que l’on parviendra à préciser l’évolution chronologique de l’outillage pierre à aiguiser et à affûter au cours des différentes phases de l’âge du bronze.

Bibliographie

Armbruster B. (2006) – L’outillage en pierre du métallurgiste ancien, dans Normes techniques et pratiques sociales, de la simplicité des outillages pré- et protohistoriques, Actes des rencontres d’Antibes, Antibes, p. 321-332.

Astruc L. et Anderson P. C. (2004) – Vers une restitution des gestes techniques, Dossiers d’archéologie, 290, p. 24-25.

De Beaune S. A. (2008) – L’homme et l’outil, Paris.

De Beaune S. A. (2000) – Pour une archéologie du geste. Broyer, moudre, piler, des premiers chasseurs aux premiers agriculteurs, Paris.

Boleti A. (2006) – The Use of Emery in the Bronze Age Aegean and Eastern Mediterranean : Methodological Approaches and Preliminary Results, 2nd International Conference, Ancient Greek Technology, Athènes.

Boleti A. (2009) – L’exploitation de l’émeri en Méditerranée orientale à l’âge du bronze, thèse de doctorat, université Paris 1 Panthéon- Sorbonne.

Bril B. et Roux V. (2002) – Le geste technique, Toulouse.

Choquenet C. (2009) – Les techniques de fabrication des perles en pierre dans le monde égéen protohistorique, mémoire de master 2, université Paris 1 Panthéon-­Sorbonne.

Christidou R. (2004) – Fabrication d’outils en os : exemples d’opérations de raclage et d’abrasions, Dossiers d’archéologie, 290, p. 56-57.

Dierckx H. (2005) – Ground Stone Implements from Crete : An Overview of Research, dans A. Dakouri-Hild et A. Sheratt (éd.), Autochthon : Papers Presented to OTPK Dickinson on the Occasion of his Retirement, Institute of Classical Studies, University of London, 9th November, Oxford, p. 225-228.

Dubreuil L. (2002) – Étude fonctionnelle des outils de broyage natoufiens : nouvelles perspectives sur l’émergence de l’agriculture au Proche-Orient, thèse de doctorat, université Bordeaux 1.

Eluère C. (1985) – Attention aux pierres de touche  !, Bulletin de la Société préhistorique française, 82, p. 203-205.

Evely D. (1993) – Minoan Crafts : Tools and Techniques, vol. I, Studies in Mediterranean Archaeology, XCII/1.

Evely D. (2000) – Minoan Crafts : Tools and Techniques, vol. II, Studies in Mediterranean Archaeology, XCII/2.

Foucault A. et Raoult J.-F. (1984) – Dictionnaire de géologie, Paris.

Georges J. M. (2000) – Frottement, usure et lubrification : tribologie ou science des surfaces, Paris.

Georges J. M., Zahouani h. et Vargiolu R. (2004) – Divers visages de la tribologie, Dossiers d’archéologie, 290, p. 4-7.

Hamon C. (2003) – De l’utilisation des outils de mouture, broyage et polissage au Néolithique en Bassin parisien : apports de la tracéologie, Bulletin de la Société préhistorique française, 100, p. 100-116.

Hawes H. B., Williams B. C., Seager R. B. et Hall E. H. (1908) – Gournia, Vasiliki and Other Prehistoric Sites on the Isthmus of Hierapetra, Crete ; Excavations of the Wells-Houston-Cramp Expeditions, 1901, 1903, 1904, Philadelphie, p. 31-32.

Kouassi N’dri M. (2011) – Gilbert Simondon, un optimisme technique sans illusion, www.contrepointphilosophique.ch.

Landrin M. H. (2005) – Manuel du coutelier, traité théorique et pratique de l’art de faire tous les ouvrages de coutellerie, Saint-Egrève [1835].

Leroi-Gourhan A.(1971) – L’homme et la matière, Paris [1943].

Leroi-Gourhan A. (1973) – Milieu et techniques, Paris [1945].

Liabeuf B. (1995) – Histoires de couteaux, Thiers.

Pline l’Ancien Histoire naturelle, XXXVI, texte établi par J. Andre, traduit par R. Bloch et commenté par A. Rouveret, Paris.

Procopiou H. (à paraître) – Les outils lithiques du quartier Mu de Malia, dans J.-C. Poursat (éd.), Les activités domestiques au quartier Mu de Malia, Mu V, Études crétoises.

Procopiou H. (2006) – Artisans et artisanat dans le monde égéen proto-historique : état de la question, Techniques et culture, 46, p. 299-319.

Rivière A. (1856) – Histoire de biens communaux, Paris.

Semenov S. A. (1964) – Prehistoric Technology : An Experimental Study of the Oldest Tools and Artefacts From Traces of Manufactures and Wear, Londres.

Sigaut F. (1990) – Un couteau ne sert pas à couper mais en coupant. Structure, fonctionnement et fonction dans l’analyse des objets, dans 25 ans d’études technologiques en préhistoire, Actes des XIe Rencontres internationales d’archéologie et d’histoire d’Antibes : bilan et perspectives, octobre 1990, Juan-Les-Pins, p. 21-34.

Sigaut F. (1999) – Revenir à une géographie des techniques  ?, dans J.-L. Jamard, A. Montigny et F.-R. Picon, Dans le sillage des techniques, hommage à Robert Cresswell, Paris.

Stordeur D. (1988) – Des technologies nouvelles au service de la technologie  ? L’exemple des outils d’os préhistoriques, dans J. Tixier (dir.), Technologie préhistorique : journée d’études technologiques en préhistoire, Meudon, 26 février 1986, Paris, p. 127-150.

Thomas N. (2008) – Les pierres à aiguiser, polissoirs et autres « outils abrasifs » en Crète minoenne, mémoire de master 1, université Paris 1 Panthéon-Sorbonne.

Thomas N. (2009) – Les outils de l’abrasion en Crète minoenne, mémoire de master 2, université Paris 1 Panthéon-Sorbonne.

Thomas N. (2010) – La pierre à faux, un outil précieux, Agrimuse, 9-10, p. 17.

Treuil R., Darcque P., Poursat J.-C. et Touchais G. (2008) – Les civilisations égéennes du Néolithique et de l’âge du bronze, Paris.

Vargiolu R. (2008) – De la fabrication à l’utilisation d’objets archéologiques. Apports de la tribologie, thèse de doctorat, École centrale de Lyon.

Notes

1 Abrasif industriel, type papier de verre/abrasif à grains décroissant contenant du corindon. Pierres naturelles : comme par exemple les pierres à aiguiser naturelles des Pyrénées, de Lombardie ou de Crète.

2 J’adresse mes sincères remerciements à Harriet Blitzer, Joseph et Maria Shaw qui m’ont autorisée à consulter et étudier un échantillonnage d’outils de l’abrasion – pierres à aiguiser du site de Kommos (Crète).

3 Nos recherches portent sur le petit outillage utilisé pour l’essentiel en mode actif. De prochaines études pourraient davantage s’intéresser à l’outillage passif (bloc en pierre passive/dormante fixe, implanté près d’une source d’eau par exemple), ou au petit outillage passif.

4 Je remercie François Sigaut d’avoir attiré mon attention sur cette référence.

5 Entreprise Perakis – Pierre à aiguiser naturelle d’Élounda.

6 D’après le compte rendu d’une discussion tenue avec un coutelier d’Heraklion en Crète au cours de l’été 2012 (H. Procopiou) où il était question du ramassage de la matière première.

7 Roche sédimentaire: roche « exogène », formée à la surface de la terre.

8 Roche métamorphique : roche (magmatique ou sédimentaire) qui a subi un métamorphisme sous l’effet de la température et/ou de pressions élevées.

9 Pline, Histoire naturelle, XLVII, 164 et 165.

10 Étude réalisée en septembre 2011. Je suis reconnaissante à l’école allemande, à Joseph Maran, Susanne Prillwitz ainsi qu’aux archéologues et étudiants présents sur place à la maison de fouille du site, pour leur accueil et leur disponibilité pendant mon séjour.

11 Extrait d’un échange avec un apprenti coutelier à Thiers (Auvergne).

12 Dans le cadre de tests expérimentaux, la méthode d’analyse privilégiée en laboratoire s’est initialement portée sur la rugosimétrie. Ce type d’analyse consiste à enregistrer les variations du microrelief d’une surface, ce qui permet d’obtenir des vues topographiques des surfaces en deux ou en trois dimensions (Vargiolu, 2008).

Table des illustrations

Titre Fig.1. Observations macroscopique (photographies) et microscopique (à différents grossissements)
Légende Pierre à aiguiser S. 308 (phyllithe  ?) Kommos, Minoen moyen/récent
Crédits Photo : N. Thomas.
URL http://books.openedition.org/psorbonne/docannexe/image/5162/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 888k
Titre Fig.2.A. Morphologies des outils. Exemples de pierres à aiguiser et à affûter
URL http://books.openedition.org/psorbonne/docannexe/image/5162/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 88k
Titre Fig.2.B. Exemples de polissoirs
URL http://books.openedition.org/psorbonne/docannexe/image/5162/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 72k
Titre Fig.3. Échantillonnage de pierres à aiguiser du site de Tirynthe
Crédits Photo : N. Thomas.
URL http://books.openedition.org/psorbonne/docannexe/image/5162/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 968k
Titre Fig.4. Expérimentation d’actions et de gestes d’abrasion
Crédits Thomas, 2009.
URL http://books.openedition.org/psorbonne/docannexe/image/5162/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 328k
Titre Fig.5. Problématiques fonctionnelle et technologique
Légende Reconstitution possible des adaptations nécessaires préalables à la caractérisation des outils.
URL http://books.openedition.org/psorbonne/docannexe/image/5162/img-6.jpg
Fichier image/jpeg, 372k
Titre Fig.6. Rugosimétrie
Légende Comparaison des images en 3D des surfaces en os (tibia de bœuf) à différents temps d’actions d’abrasion en fonction des supports lithiques travaillés (émeri et grès) ; tests expérimentaux réalisés au sein du LTDS, École centrale de Lyon.
Crédits Thomas, 2009, p. 22.
URL http://books.openedition.org/psorbonne/docannexe/image/5162/img-7.jpg
Fichier image/jpeg, 241k

Auteur

Université Paris 1, Panthéon-Sorbonne – UMR 7041 : Archéologie et Sciences de l’Antiquité. Sujet de thèse : De la conception à l’utilisation des pierres à aiguiser, polissoirs et autres outils de l’abrasion dans le monde égéen à l’âge du bronze.
Directeur : Gilles Touchais.
Soutenance prévue fin 2014.

© Éditions de la Sorbonne, 2014

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search