Version classiqueVersion mobile

Matières premières et gestion des ressources

 | 
Sarra Ferjani
, 
Amélie Le Bihan
, 
Marylise Onfray
, 
et al.

Les matières premières minérales

Recyclage et innovation

Exemple des transformations du matériel lithique du ve millénaire BP à nos jours sur les sites du Dhar Nema, Mauritanie sud-orientale

Thibault Vallette

Résumé

Malgré la persistance localisée de stratigraphies, la fréquente présence de matériel en surface en contexte saharo-sahélien rend nécessaire la mise au point d’une échelle de conservation de l’information archéologique. L’existence d’occupations néolithiques, médiévales et complexes sur un même territoire interroge l’attribution du matériel lithique référencé et des transformations dont il témoigne. Du recyclage des haches, herminettes, grattoirs et macrolithes au remploi des meules, ces indices de changement dans les pratiques sont mis au regard de l’évolution des territoires et de la reconfiguration des sites.

Texte intégral

Je tiens à remercier ici l’équipe de la mission Nema, Sylvie Amblard-Pison et l’IMRS à Nouakchott. Le travail sur les anciennes collections n’aurait pu se faire sans l’accueil qui m’a été fait au sein du laboratoire de Préhistoire et de protohistoire de l’Institut fondamental d’Afrique noire à Dakar par MM. Ibrahima Thiaw et Seydou Camara. Je les en remercie vivement. Je n’oublie pas bien sûr le soutien constant de M. Hamady Bocoum et les discussions fructueuses avec M. Abdoulaye Camara.

1Le Dhar Nema est la terminaison sud-est d’un ensemble de quatre falaises s’étendant en arc de cercle sur près de 800 km de long au sud-est de la République islamique de Mauritanie (fig. 1). Les échancrures de falaise, les buttes témoins ou guelb et les dépressions en pied de falaise ou baten et les colluvions de pente témoignent d’une forte érosion hydroéolienne. Des formations dunaires s’y sont mises en place à partir de l’Ogolien voici 18 000 ans (Miskovsky et al., 1991). En provoquant l’induration des couches sableuses superficielles, la formation de sols durant les périodes favorables a contribué à la fixation de ces dunes. Celles qui se sont formées dans les échancrures et vallées protégées du vent ont été conservées jusqu’aujourd’hui. À partir du ve millénaire BP, les populations semblent s’être surtout installées sur ces dunes sans toutefois dédaigner le baten, les guelb et la bordure de la falaise. Malgré l’aridification progressive du Sahara qui caractérise cette période, le réseau hydrographique est approvisionné en eau par une connexion pérenne avec le bassin étendu du fleuve Sénégal et les écoulements d’eau de surface (Person et al., 2004). Ce réseau a donc continué de se structurer en entaillant les dunes fixes.

Fig.1. Carte de répartition des sites et attributions chronologiques

Fig.1. Carte de répartition des sites et attributions chronologiques
  • 1 Missions financées avec le concours du ministère des Affaires étrangères en France en association a (...)
  • 2 Université Pierre et Marie Curie, Laboratoire Biominéralisations et environnements sédimentaires UP (...)
  • 3 Entre 1934 et 1982, vingt sites sont référencés (Waterlot, 1935  ; Vaufrey, 1947 ; Corbeil et Mauny (...)
  • 4 Le recyclage des produits de taille se caractérise par leur réutilisation «  selon des modalités ra (...)

2En creusant des fosses dans les couches indurées des dunes, les populations néolithiques vont permettre à leurs inhumations, leurs déchets ou leurs réserves d’outils d’être particulièrement bien protégés (Person et al., 2004 et 2012 ; Vallette et al., 2009). D’un autre côté sur certains sites, les transports de sédiments ont mis au jour du matériel appartenant à deux phases d’occupation séparées par un hiatus. La première s’étend de la fin du vie millénaire BP au début de l’ère chrétienne quand la seconde concerne l’époque médiévale (Person et al., 2004 et 2012 ; MacDonald et al., 2003 et 2009 ; Fuller et al., 2007). Cet état de fait nous a poussé à élaborer une échelle de conservation de l’information archéologique pour caractériser les industries lithiques et discuter de leur attribution chronologique. Contrairement aux autres dhar, la région de Nema ne fit l’objet de recherches intensives qu’à partir de 2000 (MacDonald et al., 2003 et 2009 ; Person et al., 2004, 2006 et 2012 ; Fuller et al., 2007). Les soixante-et-onze sites référencés par la Mission Nema1 menée par Alain Person2 et les trente-neuf sites retrouvés précédemment3 ont été cartographiés à l’aide de Quantum GIS. Nous restreindrons ici l’étude aux vingt et un sites qui associent un matériel concerné par le recyclage et des informations suffisantes pour établir l’échelle de conservation. La pratique du recyclage4 a été reconnue sur des individus de quatre ensembles d’outils. Du matériel à biseau poli et des grattoirs en jaspe ont été recyclés en d’autres outils. Certains macrolithes en dolérite et meules sont quant à eux devenus des éléments d’architecture. Ils se distinguent tous néanmoins par l’époque où ont eu lieu ces recyclages. Nous verrons que le recyclage des grattoirs et des macrolithes apportent des informations sur les modalités de gestion de l’outillage au Néolithique lorsque meules et matériel à biseau poli donnent surtout des informations sur les attitudes des populations récentes.

L’accès aux vestiges du passé jusqu’à nos jours : proposition d’une échelle de conservation de l’information archéologique

3Les évidences d’occupations multiples observées en surface de certains sites posent le problème de l’accès aux vestiges des populations successives. En effet, la répartition des vestiges montre que l’emprise médiévale recouvre en surface la quasi-totalité du site néolithique (Person et al., 2004). Depuis le début des recherches dans cette région, les chercheurs ont fait mention du remploi de meules et perles (Amblard, 1984, p. 38) et du recyclage de meules, haches et herminettes prélevées sur les sites abandonnés (Puigaudeau, 2002) mais aussi de productions d’anneaux (Lhote, 1950) et de meules (Roux, 1985) par les populations actuelles. Le recyclage de l’outillage lithique dans les murs de certains enclos de concessions concentrées sur le Dhar Tichitt montre que cette pratique fut aussi le fait de groupes néolithiques (Amblard, 1984, p. 269). Il nous a donc paru souhaitable de proposer une échelle de conservation des sites afin de savoir quand le matériel ancien était accessible et quel groupe humain est responsable des actions dont l’outillage porte les traces.

4Le matériel retrouvé dans la zone d’habitat ne montre pas d’évidence de regroupements anarchiques en bordure de site ou de zone d’activité qui indiquerait leur nettoyage par les populations médiévales comptant s’y implanter (Person et al., 2004 et 2012). Ceci tendrait à montrer que la matrice sableuse contenant les vestiges d’occupation néolithique a subi une déflation éolienne après l’occupation médiévale.

5En périphérie des zones d’activités liées à l’habitat, les nécropoles néolithiques constituent une zone tampon entre l’aire habitée et les amas métallurgiques. La présence d’une scorie métallurgique collée au crâne d’un individu inhumé montre que l’activité métallurgique est postérieure à la période d’utilisation de la nécropole (Person et al., 2004). Compte tenu de la localisation des activités liées à la métallurgie en bordure de site et de cours d’eau, la réorganisation des aires d’activité au cours de la période médiévale est néanmoins évidente et gêne la lecture des anciennes occupations.

6Il est donc difficile à première vue d’attribuer la production ou le recyclage du matériel lithique à une période donnée.

7L’absence d’une typologie raisonnée du matériel lithique des périodes post-néolithiques ne fait qu’accentuer le problème. La rareté de niveaux en couche et la difficulté de percevoir des règles dans la dispersion du matériel en surface rendent cruel ce manque de typologie. En son absence, nous nous sommes tournés vers les corpus archéologiques qui ont mis en évidence les occupations successives du Dhar Nema. Nous avons donc comparé le matériel lithique des sites dont les autres vestiges témoignent d’une période d’occupation néolithique aux types présents sur les sites médiévaux. Afin de corréler ce qui émerge de cette comparaison, nous nous servirons des fortes analogies repérées dans les différentes cultures matérielles des dhar mauritaniens (Amblard-Pison et al., 2010 ; Finck, 2001 et 2002 ; Albaret, 2003 ; Fuller et al., 2007 ; MacDonald, 2011 ; MacDonald et al., 2003 et 2009 ; Person et Jousse, 2005 ; Person et al., 2004, 2006 et 2012 ; Vallette, 2005, 2006 et 2010) et de la franche distinction spatiale des occupations néolithiques et post-néolithiques sur les dhar septentrionaux. Nous pourrons, dès lors, faire des propositions d’attribution chronologique du matériel lithique des sites complexes en distinguant les temps de production, d’utilisation et de recyclage.

8Afin de construire notre échelle de conservation, nous nous sommes restreints aux vingt et un sites appelés dans le texte. L’ouverture de fenêtres d’observation sur les sites a permis de relever des indices de conservation. Nous ne prétendons donc pas à une vision globale qu’aurait apporté une fouille exhaustive. Nous avons classé les sites selon leur position topographique en relevant la présence/absence d’évidences d’occupations multiples, des structures archéologiques conservées et des voies de communications et villages actuels à proximité (tableau 1).

Tableau 1. Présence/absence des critères de conservation des sites appelés dans le texte

Tableau 1. Présence/absence des critères de conservation des sites appelés dans le texte

L. : Lithique ; C. : Céramique ; Fer : pièces, structures de réduction et/ou scories métallurgiques ; E. clos : Ensemble clos (sépulture, fosse culinaire) ; Prox. Axe com : Proximité axe de communication (piste, passage régulier du bétail).

9Nous avons ensuite établi une notation en points positifs ou négatifs en fonction du potentiel à conserver ou détruire l’information de chacun des critères du tableau 1 rassemblés sous les catégories suivantes.

  • La position topographique d’un site indique son exposition aux vents et au colluvionnement de pente. Ainsi les fonds de vallée sont notés 2, le baten 1, le pied et la mi-pente de falaise -1, les échancrures de la falaise 2, le plateau et les escarpements rocheux 1.

  • Les indices de conservation des couches archéologiques : la présence d’industrie paléolithique à l’affleurement est notée -1 puisqu’elle indique une potentielle érosion des sols sus-jacents. Les ensembles clos sont notés 1 car ils ne rendent compte que de leur propre état. En revanche les tells sont notés 2 car ils témoignent de l’état global du site.

  • La céramique est la plus à même de donner une idée précise de la chronologie de l’occupation. En nous focalisant ici sur les distinctions entre occupations néolithiques et postérieures, la céramique non attribuée est notée 0. La céramique minérale flammée et le groupe des céramiques des dhar relevant de la première phase d’occupation sont chacune notées 2. La céramique médiévale et la présence de perles de verre sont quant à elles notées -1 car elles peuvent indiquer un simple passage ou une occupation plus pérenne. Enfin la présence d’une métallurgie du fer est notée -2 car elle montre une occupation pérenne et potentiellement destructrice.

  • La proximité des populations actuelles peut provoquer une perturbation de l’information par le recyclage ou le remploi du matériel ancien mais aussi par les travaux d’aménagement. Ainsi la proximité d’un axe de communication est notée -1 puisqu’il expose le site mais n’oblige pas à s’y arrêter. La proximité d’un village provoque potentiellement plus de dégâts et est donc notée -2.

10Nous avons ensuite classé les sites selon le degré de conservation obtenu (tableau 2). La mise en convergence de l’échelle de conservation, des mesures radiogéniques (Person et al., 2004 et 2012) et de la comparaison à la typologie de référence (Amblard, 1984 ; Amblard-Pison, 1999 et 2006) a permis de cartographier cinq types de sites en fonction de la présence ou non d’indices de réoccupation (fig. 1).

Tableau 2. Classement des sites selon leur degré croissant de conservation

Tableau 2. Classement des sites selon leur degré croissant de conservation

11Les sites complexes se concentrent dans la zone de recouvrement de l’aire de répartition des implantations néolithiques par celle des habitats médiévaux. Dans l’objectif de faire le tri des industries lithiques présentes sur les sites complexes, nous avons comparé le matériel de ces sites à celui des implantations ne montrant que des traces d’occupation d’une période donnée.

Le matériel à biseau poli, un recyclage de l’objet dans sa fonction d’outil

12Cent trente-cinq éléments se répartissent sur vingt et un sites du Dhar Nema et un site du Dhar Oualata. Malgré l’existence de pièces inachevées et de polissoirs à différents endroits du Dhar Nema, aucun atelier de taille relatif à cette production n’a été retrouvé jusqu’à présent.

13Cent deux pièces correspondent à quinze types de la liste établie par S. Amblard-Pison (Amblard-Pison, 1984 et 1999) (tableau 3). Du fait de son corps taillé, la hache à section hexagonale se distingue du reste du corpus. Trente-deux pièces ne peuvent être classées soit du fait de la fracturation ou de la transformation des parties diagnostiques soit du caractère fragmentaire de l’objet.

Tableau 3. Récapitulatif du nombre de pièces par catégorie et type par sites d’ouest en est et du nord au sud

Tableau 3. Récapitulatif du nombre de pièces par catégorie et type par sites d’ouest en est et du nord au sud

DO = DO04, K. = Keurig, O. = Ourkem, H. S. H. = Hache de section hexagonale.

14Quatorze sites du dhar Nema ont été retenus ici en fonction de la présence d’indices chronologiques (fig. 2a). Nous ne percevons pas de franche distinction entre les sites strictement néolithiques et le site médiéval de DN17. Cependant les brunissoirs ont été retrouvés sur DN17, sur deux sites complexes (DN64 et 48) et un site non attribué (DN49). Les haches de types 92 et 95 ainsi que les herminettes de type 98, 101, 102, 103 et 104 ont été recensées sur quatre sites proprement néolithiques, sur quatre sites complexes et sur quatre sites non attribués. Les gouges, les ciseaux, les hachettes, les haches de types 93 et HSH et les herminettes de types 97 et 100 ont été localisés sur des sites complexes.

Fig.2. Types de matériel à biseau poli par site et exemples de pièces taillées puis polies de DN50 : retaillées en vue d’un autre usage (b et c) ou transformée par l’usure (d)

Fig.2. Types de matériel à biseau poli par site et exemples de pièces taillées puis polies de DN50 : retaillées en vue d’un autre usage (b et c) ou transformée par l’usure (d)

15La comparaison des données des dhar septentrionaux et de celles du Dhar Nema (fig. 2a) permet de voir que les gouges et les herminettes de types 97 et 100 n’ont été retrouvées que sur des sites présentant des réoccupations médiévales. L’étude du matériel lithique d’autres occupations médiévales est nécessaire pour confirmer ou non cette distinction typologique. Mais si elle se confirmait, les productions médiévales et néolithiques se distingueraient un peu plus. En outre les indices d’une matrice sableuse qui se serait mise en place entre les deux occupations montreraient que les autres types de pièce à biseau poli seraient attribuables au Néolithique.

16Sur quatre sites complexes, neuf pièces ont subi une transformation de parties initialement polies ne permettant plus l’utilisation de l’objet selon son objectif initial.

  • 5 Odette du Puigaudeau rapporte ainsi que lors du montage de la tente maure, ce sont les servantes qu (...)
  • 6 Elle apparaît donc dans l’inventaire du type 98 et non parmi les reprises.

17Une hache ou herminette à section plano-convexe (DN50) présente un écrasement continu sur une des extrémités entamant les bords et les flancs polis (fig. 2d). La transformation est due à une utilisation distincte de la fonction première. Elle pourrait se rapprocher des pierres polies recyclées comme marteau pour le montage des tentes au début du xxe siècle5. Les huit autres pièces montrent un aménagement d’une de leur extrémité en vue d’une utilisation radicalement différente. Cette fois-ci les tailleurs­ ont procédé au façonnage unifacial ou bifacial sur la partie apicale et/ou les bords de la pièce (fig. 2b-c). Sinon au prix d’un long polissage, ces profonds enlèvements ne permettent pas la réfection de ces pièces dans leur forme initiale. Nous avons pu déterminer une pièce à coche et un denticulé uniface sur DN48, un grattoir, une pièce à coche, deux unifaces et une pièce bifaciale sur DN50 ainsi qu’un grattoir sur DO04. Enfin, l’aménagement d’un racloir n’entamant que partiellement les parties diagnostiques d’une pièce de DN50, le support se révèle être une ancienne herminette de type 986. À l’instar des pièces de DN50 et DO04, un grattoir aménagé sur une ancienne pièce taillée puis polie a été prélevé dans le village v.340 du Dhar Oualata (Amblard-Pison, 2006, fig. 144b). Aucune trace d’occupation ultérieure au Néolithique n’ayant été remarquée dans ce village, cette évidence montre que le recyclage du matériel à biseau poli ne correspond pas forcément à l’arrivée de populations médiévales.

Les outils transformés du groupement de DN48

18À l’heure actuelle, l’origine de la matière première utilisée (le grès quartzite jaspoïde ou « jaspe ») n’a pu être mise en évidence. Les nodules naturels de « jaspe » collectés dans la région de Nema présentent une recristallisation partielle produisant un grain moins fin que le jaspe utilisé par les tailleurs. Toutefois, DN50 révèle la présence de tests et d’armatures façonnées sur plaquette de jaspe (fig. 3 a-d). Il ne faut donc pas écarter la possibilité d’un approvisionnement local.

Fig.3. Tests et armatures façonnées sur plaquette de jaspe sur DN50 et éléments diagnostiques du groupement d’outils et supports débités en jaspe de DN48

Fig.3. Tests et armatures façonnées sur plaquette de jaspe sur DN50 et éléments diagnostiques du groupement d’outils et supports débités en jaspe de DN48
  • 7 Concession villageoise du Dhar Tichitt d’une superficie de 360 ha (Amblard-Pison, 2006).
  • 8 Le second fait une centaine d’hectares (DN64), 4 autres font entre 24 et 43 ha, 3 entre 13 et 15 ha (...)

19DN48 est un habitat complexe de Baten d’une superficie de 463 ha (Vallette, 2006 et 2010 ; Person et al., 2012). Cette superficie est calculée en reliant tous les vestiges localisés en limite de site définie par un espace extérieur exempt d’indice d’occupation humaine. Comme Akhreijit7, il relègue les autres sites loin derrière8.

  • 9 Deux grattoirs ont un émoussé régulier sur le front.

20Deux cent trois pièces sur les deux cent quarante-cinq du groupement de DN48 étaient en dépôt quasi sphéroïde de 15 cm d’épaisseur sur 25 cm de diamètre maximum dans une couche de sable indurée (niveau 7, fig. 3e) (Vallette et al., 2009 ; Vallette, 2010). Les grattoirs constituent 64 % de l’ensemble du groupement et ont le front frais dans la majorité des cas9 (fig. 3f-g). Les proportions similaires de supports corticaux et de plein débitage indiquent certes différentes séquences de débitage mais la prépondérance des talons corticaux sur les talons lisses montre l’absence d’entretien fréquent­ du plan de frappe (fig. 3h). Nous remarquons par ailleurs une tendance de réduction de la longueur technique parallèle aux valeurs constantes des largeurs (fig. 3i-j). La réduction de la longueur n’est donc pas due à la production de supports de classes distinctes mais plus probablement à différentes étapes de ravivage. L’inversion des valeurs des longueurs et largeurs provoquée par cet intense ravivage montre que l’objectif sous-jacent était d’allonger la vie de l’outil et, subsidiairement, d’économiser le plus de jaspe possible.

21C’est donc dans une atmosphère d’utilisation prolongée de l’outillage que s’inscrit la transformation de certains outils et la reprise de partie fracturée. Provenant respectivement des niveaux 1 et 6, deux anciens grattoirs ont vu leur front réaménagé par deux coches qui dégagent une pointe robuste. Respectivement dans les niveaux 4, 6 et 7, trois grattoirs présentent une reprise de la zone de fracture de leur talon par une retouche courte et continue.

22La disposition en couche des grattoirs transformés en perçoir indique que ce recyclage s’est produit pendant la durée de fonctionnement du groupement. De même, si le nombre de pièces est faible, la reprise de pièces fracturées montre une volonté de prolonger la vie de l’outil dans sa fonction première. Cette dernière assertion démontre que le débitage stéréotypé de simple mise en œuvre n’est pas un indice univoque de chaîne opératoire expédiente (Bailly, 2006).

Fig.4. Recyclage de macrolithes en dolérite et exemples de transformations des meules

Fig.4. Recyclage de macrolithes en dolérite et exemples de transformations des meules

d. schéma : Amblard, 1984 ; e., g., h. et i : clichés Alain Person.

Le recyclage de l’objet taillé dans l’édification d’un mur

  • 10 Au sens défini par S. Amblard-Pison (Amblard, 1984  ; Amblard-Pison, 1999 et 2006).

23DN20 est localisé sur un affleurement de dolérite. Une série d’enclos, des structures arquées et des dallages constitués de plaques de dolérite décimétriques disponibles à l’affleurement se trouvent en bordure sud de la falaise. En contrebas, au pied de la falaise, une seconde série d’enclos a été aménagée dans les colluvions de pente. L’espace délimité par les enclos étant souvent parsemé de vestiges liés à l’habitat (macrolithes, meules et molettes, poterie, bases de grenier), il pourrait s’agir de « concessions d’habitats10 » analogues à celles définies sur les dhar septentrionaux.

  • 11 L’inclusion de matériel lithique dans le blocage des murs d’enclos du village d’Akhreijit sur le Dh (...)

24L’architecture des enclos étant déjà connue par ailleurs (Amblard-Pison, 1999 et 2006), nous avons tenu à pratiquer un sondage dans le mur d’une structure arquée. La mise au propre d’un plan et d’une coupe schématiques a mis en évidence une organisation comparable aux murs à double parement et blocage qui structurent les enclos (fig. 4a). Le démontage du mur a révélé la présence de plaques de dolérite naturelles et, en moindre proportion, de pièces et de fragments de pièces taillées. Surtout mise en évidence dans le village d’Akhreijit11, cette pratique montre qu’« avant qu’il y ait des murs, le “territoire” était occupé » (Amblard, 1984, p. 269).

25Le temps séparant ces deux modalités d’occupation du bord de la falaise est difficile à estimer. Cependant, le matériel retrouvé dans une fosse culinaire sur le site de DN04 comprend un fragment de pièce façonnée en dolérite prélevé à 50 cm de la surface (fig. 4b). Ce fragment peut être comparé à la partie proximale d’une herminette prélevée sur DN20 (fig. 4c). Des mesures radiogéniques sur émail dentaire de bovin prélevé à -40 cm et à la base à -90 cm font remonter l’utilisation de cette fosse au tout début du ive millénaire BP (Person et al 2004, 2006 et 2012). Cet exemple unique ne nous permet pas de trancher entre des tailleurs qui édifient la structure arquée en y incluant leurs déchets et un matériel plus ancien qui aurait été recyclé par les bâtisseurs. Il reste qu’au moins une partie de la production lithique taillée en dolérite est antérieure ou synchrone des occupations les plus anciennes du Dhar Tichitt et du Dhar Oualata.

Tableau 4. Récapitulatif des meules de DN48 et DN04 selon leur ensellement et leur dépôt

Type A

Type B

Total

DN48

Ensellement unique

105

7

112

2e ensellement type A

27

27

2e ensellement type B

2

2

3e ensellement type A

5

5

Ensellement accolé A

1

1

Ensellement opposé A

4

1

5

Total

174

8

182

Dépôt

Sur la base

104

5

109

Sur le flanc

4

4

Retournée

43

3

46

Recyclage dans une structure

2

2

DN04

Ensellement unique

18

3

21

2e ensellement type A

1

2

2e ensellement type B

3

3

Ensellement accolé B

1

1

2e ensellement A et opposé A

1

1

2e ensellement B et opposé B

1

1

Total

24

4

28

Dépôt

Sur la base

18

4

22

Sur le flanc

2

2

Retournée

4

4

Recyclage dans une structure

1

1

Recyclage des meules ou évolution de pratique due à l’usure, les cas de DN04 et de DN48

26À ce jour, 296 meules ont été référencées sur 19 sites du Dhar Nema. Les corpus de meules les plus importants appartiennent à DN48 (182 meules) et DN04 (28 meules). L’évolution de l’utilisation des meules et le recyclage de certaines d’entre elles dans des structures architecturées monumentales d’époques variées peuvent y être mis en exergue.

Les meules sens dessus dessous : une lecture taphonomique

27Sur les deux sites, les meules sont majoritairement disposées sur leur base (tableau 4). D’autres sont par contre soit retournées soit disposées sur chant. Le retournement des meules peut être lié à :

  • L’hygiène : à l’instar des habitants actuels de la ville de Tichitt (Roux, 1985), les utilisateurs évitent l’accumulation de sable dans l’ensellement en retournant les meules après usage.

  • Le confort : la base d’une bouteille d’eau en plastique fabriquée à Nouakchott a été retrouvée coincée entre le sol et le rebord d’une meule retournée de DN48. Un passant a pu la retourner pour s’y asseoir.

  • La protection au surnaturel : l’au-dehors de la tente est considéré par les populations de la région comme le lieu de tous les dangers (Boulay, 2004 ; Bonte, 2006) où il est toujours possible de rencontrer un esprit fourbe (djinn). Les meules constituant des réceptacles naturels de l’eau de pluie où les djinns peuvent s’abreuver, elles représentent des obstacles certains sur les sites localisés en bord de cours d’eau pour les bergers qui amènent leur troupeau se désaltérer.

28Plus rares, les meules sur chant posent d’autres problèmes. Si pour les meules isolées il est bien difficile d’attribuer une utilité ou une signification, leur réutilisation dans les structures monumentales pose la question de leur recyclage. Entières ou fragmentées, elles peuvent être associées à des blocs naturels pour édifier, notamment, des tombes musulmanes avec ou sans agadirs (fig. 4j).

Usure et typologie des meules

29L’ensellement étant la partie de la meule la plus susceptible de présenter des traces évidentes de transformation (fig. 4d), nous utiliserons la terminologie proposée par S. Amblard (1984). L’ensellement de type A est une « cuvette ovale correspondant à l’utilisation d’un instrument de type broyeur dissymétrique allongé » dont la percussion a été posée diffuse. Le type B est une « cuvette circulaire de faible diamètre, correspondant à l’utilisation d’un objet cylindrique allongé » dont la percussion a été lancée (Amblard, 1984, p. 80). Une meule de DN48 appartient au type A mais diffère du reste du corpus par la forme quadrangulaire de sa cuvette (fig. 4g-h). À l’instar des meules des dhar septentrionaux, certaines meules présentent des ensellements multiples discernables par les observations suivantes :

  • Pour les sous-types AA et AAA, les aménagements successifs se repèrent uniquement grâce à la rupture de pente entre les différents ensellements (fig. 4 e-i) ;

  • Le sous-type AB se distingue par la forme de l’ensellement le plus récent.

30Sur les deux sites, le type A est le plus présent et le plus souvent modifié (tableau 4). Pour DN48, trente-quatre meules présentent les stigmates d’au moins deux temps d’utilisation. Ces transformations de l’ensellement traduisent soit une continuité dans le mode de production (sous-types AA et AAA) soit une modification (sous-type AB). Une de ces meules présente un ensellement de type A qui recoupe en partie un ensellement de même forme élargissant ainsi la surface de l’ensellement (fig. 5-i). La forme d’usure B induit un axe privilégié de percussion qui ne peut laisser trace d’éventuelles reprises et ne permet pas l’aménagement ultérieur d’un type A. Ce dernier possède donc une plus grande plasticité morphologique que le type B.

31Cinq meules sur DN48 et trois sur DN04 présentent un ensellement opposé c’est-à-dire se retrouvant sur l’une et l’autre face de la meule. Dans la majorité des cas, un ensellement très profond est opposé à un ensellement de faible profondeur (fig. 4k). Trois meules sur DN48 et deux sur DN04 de type A ont un ensellement opposé de type A de faible profondeur. Il pourrait s’agir de deux phases d’une même activité de meunerie : l’ensellement le plus profond servant à dégrossir la mouture, le plus faible servirait à affiner la production. Sur DN48, deux meules, l’une de type A, l’autre de type B, reposant face contre terre présentent un ensellement de type A à cuvette quadrangulaire de plus faible profondeur. Nous avons donc ici des ensellements de forme inédite à ce jour qui ont été probablement aménagés dans un second temps. La distinction chronologique s’associant à la distinction typologique pourrait indiquer la présence de groupes plus réduits et/ou plus mobiles apportant des pratiques différentes.

Conclusions et perspectives

32En posant des jalons sur l’histoire de l’outil, le recyclage du matériel lithique constitue bien moins une perturbation gênante qu’un apport historique. Il montre un changement radical de l’usage et peut indiquer les manières dont l’espace a pu être réinvesti. Nous avons isolé deux ensembles de pratiques séparées dans le temps.

33Au Néolithique, la réoccupation ou la transformation d’un lieu entraîne localement le recyclage de pièces taillées dans la construction des murs de nouvelles structures sur DN20 quand l’entretien de l’habitat occasionne la vidange du matériel lithique devenu inutile dans une fosse culinaire (DN04). Selon une tout autre dynamique le recyclage et la reprise de certains outils du groupement de DN48 confirment l’impression d’économie de matière que dégagent la profusion d’outils, leur intense ravivage et la présence de supports bruts. Il semblerait donc que les utilisateurs de ce groupement aient plus de difficultés à se procurer la matière première que ceux des petits groupements retrouvés dans des habitats de pied de falaise. Du fait de la localisation de ces derniers, leurs habitants ont pu avoir un meilleur accès aux réseaux liés à l’exploitation des gisements de jaspe. Étant donné l’emprise spatiale de l’habitat de DN48, il est possible que les déplacements de l’utilisateur du groupement soient contraints par des demandes d’un nombre d’habitants plus important que dans les habitats de dimensions réduites. En l’absence de mesures radiogéniques pour ces groupements et en sachant qu’une innovation qui circule se transforme bien souvent au cours de sa transmission (Archambault de Beaune, 2008, p. 130), il demeure toutefois impossible en l’état actuel de trancher entre les raisons d’ordre chronologique ou culturel.

34Si les populations de l’époque médiévale se sont en partie établies sur les sites anciennement occupés, les éléments présentés ici montrent que l’implantation d’une nouvelle forme d’habitat a peu perturbé l’organisation précédente. En revanche, il semble qu’entre la fin de cette période et l’époque actuelle les habitants du Dhar Nema ont commencé à entretenir des rapports sélectifs avec les vestiges des populations passées. L’exemple du matériel de meunerie est ici révélateur d’attitudes variées. Les raisons de la conservation de la morphologie générale des meules ne se résument pas en effet à des objectifs communs de production de mouture. Elles peuvent aussi être motivées par l’intégration de ces objets anthropiques dans la sphère symbolique. Ainsi liés à la mythologie qui entoure les meules et les pièces à biseau poli, les usages actuels rendent vie à des objets que l’on aurait pu croire morts.

Bibliographie

Albaret C. (2003) – La métallurgie du fer en zone sahélienne, du Dhar Néma au Delta intérieur du Niger : une réflexion paléoécologique, mémoire de DEA, université Paris 1 Panthéon-Sorbonne.

Amblard S. (1984) – Tichitt-Oualata (République islamique de Mauritanie), civilisation et industrie lithique, Paris.

Amblard-Pison S. (1999) – Communautés villageoises néolithiques des Dhar Tichitt et Oualata (Mauritanie), thèse de doctorat d’État, université Paris 1 ­Panthéon-Sorbonne.

Amblard-Pison S. (2006) – Communautés villageoises néolithiques des Dhars Tichitt et Oualata (Mauritanie), Oxford.

Amblard-Pison S., Vallette T., Jousse H., Albaret C. et Person A. (2010) – Les gravures rupestres d’anthropomorphes du Dhar Néma (Mauritanie sud-orientale), Afrique : archéologie & arts, 6, p. 67-84.

Archambault de Beaune S. (2008) – L’homme et l’outil. L’invention technique durant la préhistoire, Paris.

Bailly M. (2006) – Faire simple : oui, mais comment ? Production lithique et dynamique des relations sociales dans le Néolithique moyen et le Néo-
lithique final de l’arc jurassien, dans L. Astruc, F. Bon, V. Léa, P.-Y. Milcent et S. Philibert (dir.), Normes, techniques et pratiques sociales. De la simplicité des outillages pré- et protohistoriques, XXVIè rencontres internationales d’archéologie et d’histoire d’Antibes, Antibes.

Bonte P. (2006) – Anthropologie des sociétés nomades. Fondements matériels et symboliques (première partie), cours du second semestre, mineure d’anthropologie, département de sociologie, université Paris 8.

Boulay S. (2004) – Quand un objet change de statut : trajectoire de la tente dans la société maure (Mauritanie), Ethnographiques.org, 6.

Claud E., Mourre V., Thiébaut C. et Brenet M. (2010) – Le recyclage au Paléolithique moyen. Des bifaces et des nucleus utilisés comme percuteurs, Archéopages recyclage et remploi, 29, p. 6-15.

Corbeil R. et Mauny R. (1948) – Compte rendu sur la mission de préhistoire de Corbeil et Mauny, Bulletin de la Société préhistorique française, 45, p. 68.

Finck A. (2001) – La céramique néolithique de Néma au Méma, étude d’échantillons de prospection au Sud-Est de la Mauritanie et au Nord-Ouest du Mali, mémoire de maîtrise, université Paris 1 Panthéon-Sorbonne.

Finck A. (2002) – Approche de la céramique du site de Boû Khzâma (Mauritanie sud-orientale), mémoire de DEA, université Paris 1 Panthéon-Sorbonne.

Fuller D. Q., MacDonald K. C. et Vernet R. (2007) – Early Domesticated Pearl Millet in Dhar Néma (Mauritania) : Evidence of Crop Processing Waste as Ceramic Temper, dans R. T. J. Cappers (éd.), Fields of Change. Progress in African Archaeobotany, Groningen, p. 71-76.

Guitat R. (1972) – Carte et répertoire des sites néolithiques de Mauritanie et du Sahara espagnol. Notes et documents, Bulletin de l’IFAN, série B, 34/1, p. 192-227.

Lhote H. (1950) – L’anneau de bras des Touaregs, ses techniques et ses rapports avec la préhistoire, Bulletin de l’IFAN, 2, p. 456-487.

MacDonald K. C. (2011) – Betwixt Tichitt and the IND : the Pottery of the Faïta Facies, Tichitt Tradition, Azania : Archaeological Research in Africa, 46/1, p. 46-69.

MacDonald K. C., Vernet R., Fuller D. et Woodhouse J. (2003) – New Light on the Tichitt Tradition : A Preliminary Report on Survey and Excavation at Dhar Néma, dans P. Mitchell, A. Haour et J. Hobart (éd.), Researching Africa’s Past. New Contributions from British Archaeologists, Oxford, p. 73-80.

MacDonald, K. C., Vernet, R., Martinón-Torres, M. et Fuller, D. Q. (2009) – Dhar Néma : From Early Agriculture to Metallurgy in South-
eastern Mauritania, Azania : Archaeological Research in Africa, 44/1, p. 3-48.

Mauny R. (1951) – Du nouveau sur la préhistoire et l’archéologie de l’Aouker et du Hodh (Mauritanie), Bulletin de la Société préhistorique française, 48/1-2, p. 78-83.

Miskovsky J.-C., Saos J.-L. et Bonkel A. (1991) – Paléohydrologie et paléoclimatologie des bassins endoréïques du sud de la Mauritanie depuis 18 000 B. P, Bulletin de la Société géologique de France, 162/6, p. 1141-1150.

Person A. et Jousse H. (2005) – Les Néolithiques des marges saharo-
sahéliennes, dans Archéologies, vingt ans de recherches françaises dans le monde, Paris, p. 317-320.

Person A., Ibrahim T., Jousse H., Finck A., Albaret C., Garenne-Marot L., Zeitoun V., Saliège J.-F. et Ould M’Heimam S. (2004) – Environnement et marqueurs culturels en Mauritanie sud-orientale : le site de Boû Khzâmâ (DN4), premiers résultats et approche biogéochimique, dans A. Bazzana et H. Bocoum (éd.), Du nord au sud du Sahara : cinquante ans d’archéologie française en Afrique de l’Ouest et au Magreb, bilan et perspectives, Paris, p. 195–213.

Person A., Jousse H., Maurer A.-F. et Vallette T. (2006) – Les sites du Néolithique final du dhar Néma (Mauritanie) : relations peuplement-environnement, dans C. Descamps et A. Camara (éd.), Senegalia. Études sur le patrimoine ouest-africain, Hommage à Guy Thilmans, Paris, p. 297-307.

Person A., Amblard-Pison S., Jousse H., Vallette T., Albaret C., Raimbault M., Maurer A.-F. et Suire J. (2012) – Influence de l’environnement sur la gestion des ressources au Néolithique dans la zone refuge du Dhar Néma (Mauritanie sud-orientale), Journal of African Archaeology, 10/2, p. 133–164.

Puigaudeau O. du (2002) – Arts et coutumes des Maures, Paris.

Roux V. (1985) – Le matériel de broyage : étude ethnoarchéologique à Tichitt (R. I. Mauritanie), Paris.

Vallette T. (2005) – Étude typotechnologique de trois sites dits « Néolithiques » du Dhar Néma, Mauritanie sud-orientale, mémoire de maîtrise, université Paris 1 Panthéon-Sorbonne.

Vallette T. (2006) – Matériel lithique et architecture, quelles vies pour la matière ? L’habitat de DN48 durant la seconde partie de l’Holocène, Dhar Néma, Mauritanie sud-orientale, mémoire de master 2, université Paris 1 Panthéon-Sorbonne.

Vallette, T. (2010) – Lors de la dernière aridification du Sahara (4500-2000 BP), les vastes concentrations humaines des marges sud du désert ont-elles été un indice pertinent d’une économie de (dé)croissance ?, Archéo.Doct 2, Paris, p. 239–264.

Vallette T., Amblard-Pison S., Albaret C., Jousse H., Dicko A. et Person A. (2009) – Les groupements de pièces lithiques peuvent-ils être des indices de modes de vie des sociétés néolithiques ? Le cas du Dhar Néma (Mauritanie sud-orientale) du second au premier millénaire av. J.-C., dans S. Magnavita, L. Koté, P. Breunig et O. A. Idé (éd.), Crossroads/Carrefour Sahel. Cultural and Technological Developments in First Millennium BC/AD West Africa, Francfort-sur-le-Main, p. 3-13.

Vaufrey R. (1947) – Le néolithique para-toumbien. Une civilisation agricole primitive du Soudan, Revue scientifique, 15 février 1947, p. 205-232.

Waterlot G. (1935) – Une nouvelle station préhistorique des environs de Bamako (Soudan français), séance de l’Institut français d’anthropologie du 16 mai 1934, L’Anthropologie, XLV, p. 247-249.

Notes

1 Missions financées avec le concours du ministère des Affaires étrangères en France en association avec l’Institut mauritanien de recherches scientifiques à Nouakchott, Mauritanie ; les universités Pierre et Marie Curie et Paris 1 Panthéon-Sorbonne ; UMR 7041 ArScAn équipe Afrique et environnements en France et l’Institut de recherches pour le développement, Dakar, Sénégal.

2 Université Pierre et Marie Curie, Laboratoire Biominéralisations et environnements sédimentaires UPMC, ISTEP-UMR 7193.

3 Entre 1934 et 1982, vingt sites sont référencés (Waterlot, 1935  ; Vaufrey, 1947 ; Corbeil et Mauny, 1948 ; Mauny, 1951 ; Guitat, 1972). En 1982, Annie Ravisé rapporte du matériel d’un site dénommé «  Nema ». Il ne reste que le matériel et le catalogue au laboratoire de l’IFAN à Dakar, Sénégal. Dix-neuf ont été référencés par la mission menée en 2000 par K. MacDonald (MacDonald et al. 2009).

4 Le recyclage des produits de taille se caractérise par leur réutilisation «  selon des modalités radicalement distinctes de leur fonctionnement initial » (Claud et al., 2010).

5 Odette du Puigaudeau rapporte ainsi que lors du montage de la tente maure, ce sont les servantes qui enfoncent les piquets de la tente « en les frappant avec une pierre marad ; il est préférable que ce soit une grosse pierre polie néolithique, dite “pierre du ciel” ou “pierre de chacal” à laquelle les Maures prêtent des vertus bénéfiques » (Puigaudeau, 2002).

6 Elle apparaît donc dans l’inventaire du type 98 et non parmi les reprises.

7 Concession villageoise du Dhar Tichitt d’une superficie de 360 ha (Amblard-Pison, 2006).

8 Le second fait une centaine d’hectares (DN64), 4 autres font entre 24 et 43 ha, 3 entre 13 et 15 ha, 17 font entre 5 et 10 ha, 15 font entre 1 et 4,8 ha, 10 enfin font entre 0,04 et 0,8 ha.

9 Deux grattoirs ont un émoussé régulier sur le front.

10 Au sens défini par S. Amblard-Pison (Amblard, 1984  ; Amblard-Pison, 1999 et 2006).

11 L’inclusion de matériel lithique dans le blocage des murs d’enclos du village d’Akhreijit sur le Dhar Tichitt a été mise en évidence par Henri-Jean Hugot. Même si cette pratique semble se concentrer dans les sites à proximité d’Akhreijit, les autres villages à enclos des dhar septentrionaux sont aussi concernés (Amblard, 1984, p. 269).

Table des illustrations

Titre Fig.1. Carte de répartition des sites et attributions chronologiques
URL http://books.openedition.org/psorbonne/docannexe/image/5143/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 924k
Titre Tableau 1. Présence/absence des critères de conservation des sites appelés dans le texte
Légende L. : Lithique ; C. : Céramique ; Fer : pièces, structures de réduction et/ou scories métallurgiques ; E. clos : Ensemble clos (sépulture, fosse culinaire) ; Prox. Axe com : Proximité axe de communication (piste, passage régulier du bétail).
URL http://books.openedition.org/psorbonne/docannexe/image/5143/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 468k
Titre Tableau 2. Classement des sites selon leur degré croissant de conservation
URL http://books.openedition.org/psorbonne/docannexe/image/5143/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 400k
Titre Tableau 3. Récapitulatif du nombre de pièces par catégorie et type par sites d’ouest en est et du nord au sud
Légende DO = DO04, K. = Keurig, O. = Ourkem, H. S. H. = Hache de section hexagonale.
URL http://books.openedition.org/psorbonne/docannexe/image/5143/img-4.png
Fichier image/png, 89k
Titre Fig.2. Types de matériel à biseau poli par site et exemples de pièces taillées puis polies de DN50 : retaillées en vue d’un autre usage (b et c) ou transformée par l’usure (d)
URL http://books.openedition.org/psorbonne/docannexe/image/5143/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 1,1M
Titre Fig.3. Tests et armatures façonnées sur plaquette de jaspe sur DN50 et éléments diagnostiques du groupement d’outils et supports débités en jaspe de DN48
URL http://books.openedition.org/psorbonne/docannexe/image/5143/img-6.jpg
Fichier image/jpeg, 988k
Titre Fig.4. Recyclage de macrolithes en dolérite et exemples de transformations des meules
Crédits d. schéma : Amblard, 1984 ; e., g., h. et i : clichés Alain Person.
URL http://books.openedition.org/psorbonne/docannexe/image/5143/img-7.jpg
Fichier image/jpeg, 1,6M

Auteur

Université Paris 1 Panthéon-Sorbonne – UMR 7041 : Archéologie et Sciences de l’Antiquité. Sujet de thèse : Les habitats du géo-écosystème du Dhar Nema (Mauritanie sud-orientale) durant la seconde partie de l’Holocène. Approche typo-technologique du matériel lithique.
Directrice de thèse : Sylvie Amblard-Pison.
Soutenance prévue en décembre 2014.

© Éditions de la Sorbonne, 2014

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search