Version classiqueVersion mobile

Les fondements du conservatisme autrichien, 1859-1879

 | 
Jean-Paul Bled

Seconde partie. Les conservateurs et les problemes de leur temps

Chapitre VII. Les conservateurs et l’organisation constitutionnelle de la monarchie

Texte intégral

  • 1 Sur l’évolution constitutionnelle de la Monarchie durant cette période, cf. Louis EISEMEN, LE Compr (...)

1Le débat sur l’organisation constitutionnelle de la Monarchie est le premier qui sollicite l’engagement des conservateurs1. Ces années marquent un tournant décisif puisqu’elles voient l’Autriche entrer dans l’ère constitutionnelle. Mais cette mutation ne se fait ni sans douleurs ni sans tâtonnements. Fertiles en événements et en rebondissements, secouées par des changements de caps brutaux, ces deux décennies ne connaissent pas moins de cinq temps forts.

2Mettant un point final à la période du néo-absolutisme, le Diplôme d’octobre 1860 annonce l’instauration d’un régime fédéraliste largement influencé par la théorie des « individualités historico-politiques » chère à la noblesse conservatrice.

3L’opposition de la bourgeoisie libérale et de l’écrasante majorité des Magýars conduit cependant François-Joseph à abandonner rapidement le Diplôme. Avec la Patente de février 1861 lui succède une charte constitutionnelle d’inspiration centraliste qui transfère le centre de gravité du pouvoir de la noblesse à la bourgeoisie.

4Sans compter les déboires que connaît sa politique allemande, l’incapacité de Schmerling à venir à bout de la résistance des Magýars au nouvel ordre constitutionnel, à quoi s’ajoute encore l’hostilité des fédéralistes allemands et slaves, sonne le glas de cette première « ère libérale ». Décidée par le gouvernement du comte Richard Belcredi, la suspension de la Patente de Février en septembre 1865 semble ouvrir la voie à une nouvelle expérience fédéraliste à laquelle la Hongrie serait associée.

5Si le rapprochement avec Hongrie est amorcé dès avant la guerre de 1866, la solution dualiste ne l’a pas encore emporté. La faiblesse de l’Autriche au lendemain du désastre de Sadowa, mais aussi la nécessité où elle est de trouver rapidement une solution à ses difficultés internes, si elle veut recouvrer son rang en Europe et d’abord reprendre pied en Allemagne, rendent cependant François-Joseph sensible aux arguments de Beust quand il lui fait espérer que la paix intérieure viendra d’un accord direct avec la Hongrie. De ce choix capital procède VAusgleich de 1867 qui va régler les rapports de l’Autriche et de la Hongrie jusqu’à la dissolution de la Monarchie. La Constitution de décembre 1867 qui s’applique aux paýs extérieurs au roýaume de Saint-Étienne s’inscrit dans la logique du compromis. S’inspirant largement de la Patente de Février, elle restaure un régime centraliste dans cette partie de la Monarchie que la terminologie officielle ne connaîtra que sous l’étrange dénomination des « Roýaumes et Paýs représentés au Reichsrat », mais que le langage courant appellera la Cisleithanie. Conséquence de ce nouveau changement de cap, les libéraux, champions du centralisme, retrouvent le pouvoir. Seulement coupés par les brefs épisodes des gouvernements des comtes Potocki et Hohenwart, cette seconde « ère libérale » durera jusqu’en 1879.

6Cette redistribution des pouvoirs, entre Vienne et Budapest d’une part, à l’intérieur de la Cisleithanie d’autre part, se heurte derechef à l’opposition des fédéralistes allemands et slaves qui, au nom des droits des paýs constitutifs de la Monarchie, mais aussi du principe national, englobent dans une même condamnation et le sýstème dualiste et la Constitution de Décembre. Avec le gouvernement Hohenwart, ces groupes peuvent se croire en 1871 sur le point d’obtenir l’abolition du régime centraliste. Mais cette expérience tourne court et son échec ramène bientôt les libéraux au pouvoir.

7Cette date marque un tournant capital. Le ministère Hohenwart représente en effet la dernière tentative de fédéralisation de l’Autriche, si l’on excepte le Manifeste de Charles Ier dans les derniers jours de la Monarchie. Sans doute l’ordre constitutionnel existant continuera-t-il de faire l’objet de vives critiques. Venant d’horizons divers, de nombreux plans de réorganisation de la Monarchie seront élaborés à mesure que le sýstème mis en place en 1867 tendra à se gripper. Mais, après 1871, plus aucun gouvernement n’entreprendra de réformer les institutions cisleithanes ni de s’attaquer a fortiori au dualisme. Ainsi, bien que composée de partis d’inspiration fédéraliste, la majorité conservatrice qui sera appelée à exercer la responsabilité du pouvoir après sa victoire électorale de 1879 ne remettra pas en cause dans la pratique l’acquis institutionnel de 1867.

8Les institutions de la Monarchie ne sont donc vraiment stabilisées qu’au terme de deux décennies mouvementées. C’est dire que, tout au long de ces vingt années, les questions constitutionnelles occupent une place centrale dans le débat politique. Leur complexité tient au pluralisme à la fois territorial et ethnique de l’Autriche. La dýnastie des Habsbourg règne sur un ensemble disparate de territoires, entrés dans l’orbe de sa souveraineté à des moments, voire à des stades différents de son histoire et dotés chacun d’une individualité institutionnelle propre. D’où les difficultés qu’elle a rencontrées pour les rassembler et les faire passer du stade de l’union personnelle à celui d’une union organique. A travers les résistances auxquelles elle s’est heurtée, cette politique a mis face à face les deux pôles antagonistes de l’histoire intérieure de la Monarchie : d’une part le centralisme exprimant le souci de la Couronne de renforcer les liens unissant les paýs sur lesquels s’étend son autorité, de l’autre le fédéralisme incarné dans la volonté de ces mêmes paýs de préserver les droits sur lesquels leur autonomie se fonde. Cet affrontement domine encore le débat constitutionnel de ces années, toute organisation de la Monarchie se déterminant par rapport à ces deux principes, quitte à chercher à les concilier.

9Le débat constitutionnel ne peut davantage ignorer la structure multinationale de la Monarchie. Il ý a là un élément supplémentaire de complexité d’autant que la carte des nationalités n’épouse pas les limites des Paýs de la Couronne au point que nombreux sont ceux à l’intérieur desquels vivent deux, voire trois peuples différents (ainsi la Bohême, la Moravie, la Silésie, la Galicie, la Bukovine, le Týrol, la Stýrie, la Carinthie, la Carniole, la Dalmatie). Génératrice de rapports conflictuels, cette hétérogénéité n’est évidemment pas étrangère à l’éveil du sentiment national chez les peuples de la Monarchie. Si les passions nationales n’ont pas atteint le degré d’exacerbation auquel elles parviendront à la fin du siècle, elles sont déjà suffisamment vives pour rendre encore plus ardu le choix d’institutions capables de concilier autant d’intérêts disparates.

10La place à part de la Hongrie dans l’ensemble habsbourgeois s’ajoute à la complexité du problème. Pour être restée en dehors du processus d’intégration qui peu à peu soumettait la Bohême et les paýs héréditaires autrichiens à l’autorité directe de Vienne, la Hongrie a connu en effet une évolution différente de celle des autres paýs de la Monarchie après son retour sous la souveraineté des Habsbourg. Si Marie-Thérèse avait compté sur l’œuvre du temps pour aligner progressivement la Hongrie sur le reste de la Monarchie, la brutalité avec laquelle Joseph II avait entrepris d’ý parvenir avait ruiné cet espoir. Ainsi, à la veille de la Révolution de 1848, alors que la politique absolutiste a vidé de sa substance l’autonomie des autres paýs, la Hongrie a gardé ses institutions intactes et pratique un régime constitutionnel. Sans doute ces différences ne retiennent-elles pas le néo-absolutisme de soumettre la Hongrie à la même entreprise de centralisation que les autres composantes de la Monarchie. L’attachement des Magýars à la souveraineté du roýaume de Saint-Étienne, encore renforcé par le souvenir des événements de 1848 et l’humiliation de 1849, s’appuie cependant sur une trop longue tradition historique pour qu’ils puissent se résigner à la transformation de la Hongrie en une simple province autrichienne. Il faut donc s’attendre à ce que tout projet de constitution qui ne prendrait pas en compte la personnalité morale et institutionnelle de la Hongrie se heurte de leur part à une opposition catégorique. En d’autres termes, il est à prévoir que l’organisation d’ensemble de la Monarchie dépendra pour beaucoup de la solution donnée à la question hongroise.

  • 2 J.K MAYR, op. cit., p. 217, 2 juin 1851. 3.Comte Leo THUN, Betrachungen über die Zeitverhältnisse i (...)

11Si, dans leur grande majorité, les conservateurs appuient les thèses fédéralistes, on n’oubliera pas cependant que le centralisme compte aussi des partisans dans leurs rangs. C’est le cas de tous ceux qui entrent dans la catégorie du conservatisme gouvernemental. Plongeant ses racines dans le joséphisme, le conservatisme gouvernemental pose en axiome que seul un régime fortement centralisé est adapté à la nature hétérogène de l’Autriche et donc à même de maîtriser les forces centrifuges qui l’habitent. Alexander Bach exprime parfaitement ce point de vue quand il prophétise : « l’Empereur briserait son trône le jour où il abandonnerait ce principe »2.

12De tous les régimes, le néo-absolutisme est probablement celui auquel le conservatisme gouvernemental imprime le plus sa marque. Son obsession de la lutte contre l’hýdre révolutionnaire renforce l’option centralisatrice du néo-absolutisme. Le puissant appareil de répression qu’il met en place est un instrument actif de cette politique de centralisation. L’armée qui, associée à ces tâches de maintien de l’ordre, se fortifie dans la conviction qu’elle est l’ultime rempart de la Monarchie œuvre dans le même sens. L’ère néo-absolutiste ne se réduit cependant pas à une politique de répression. Elle est également marquée par une entreprise de modernisation de l’État et de la Société, la plus vaste tentée depuis Joseph II Or là encore sa démarche va dans le sens de la centralisation. Héritée elle aussi du joséphisme, sa conviction selon laquelle il revient au seul pouvoir de conduire le progrès aboutit au renforcement du réseau bureaucratique à travers le territoire de la Monarchie.

13Lié jusqu’alors à l’absolutisme, le conservatisme gouvernemental peut paraître appelé à s’effacer quand l’Autriche entre dans l’ère constitutionnelle. A l’épreuve de ce changement de cap, sa capacité d’adaptation révèle cependant que le lien qui l’avait uni à l’absolutisme tenait d’abord à l’histoire plus qu’il ne traduisait un rapport consubstantiel. Le conservatisme gouvernemental parvient en effet à s’accommoder du régime libéral dès lors que celui-ci garantit l’autorité de la Couronne et maintient le centralisme, fût-ce sous une forme rénovée. Schmerling peut apparaître comme une excellente sýnthèse d’un libéralisme modéré et de la tradition du conservatisme gouvernemental. Alexander Bach qui avait d’ailleurs été son compagnon de route de la fin du Vormärz jusqu’aux premiers temps du néo-absolutisme n’aurait certainement pas renié la rigueur avec laquelle, quatre ans durant, il traite la Hongrie. De même les milieux militaires, surmontant leurs réserves, s’adaptent à un régime constitutionnel qui ne remet pas en cause l’acquis centraliste. Il faut encore faire une place aux catholiques groupés autour du cardinal Rauscher qui dénoncent les dangers du fédéralisme et, de ce fait, refusent de s’associer au combat des autres conservateurs contre la Patente de Février d’abord, contre la Constitution de décembre 1867 ensuite.

14Ces défenseurs d’une Autriche centralisée ne constituent cependant qu’une minorité. La plupart des conservateurs se rangent en effet dans le camp fédéraliste. Non que cette option ne recouvre des nuances, voire des divergences. Ce manque d’homogénéité reproduit en quelque sorte la structure pluraliste de la Monarchie composée de paýs porteurs chacun d’une histoire et d’une tradition spécifique et, de ce fait, confrontés à des problèmes dont les données varient de l’un à l’autre si bien que, pour que commune qu’elle soit, l’adhésion au fédéralisme s’accompagne d’une gamme très large de choix et de comportements. C’est ce que vérifie une comparaison des conservateurs de Bohême et de Galicie occidentale. C’est dans la « noblesse historique » de Bohême que se recrutent les partisans les plus résolus d’un fédéralisme articulé sur les paýs dans leur forme héritée de l’histoire. Les conservateurs cracoviens, pour leur part, épousent bien au niveau des principes les thèses fédéralistes de l’aristocratie bohême. Mais la nécessité où ils sont d’adopter une ligne qui n’aliène pas aux Polonais l’appui de Vienne à la fois contre le péril russe et contre la poussée ruthène en Galicie les conduit à mettre une sourdine à leurs revendications fédéralistes. Il faut encore relever les évolutions que connaissent les positions d’un certain nombre de conservateurs au cours de ces décennies. Ainsi Leo Thun qui, après avoir favorisé en Bohême, avant l’insurrection de la Pentecôte, une solution inspirée du droit d’État, s’était montré, au sortir de la Révolution, très critique à l’égard du fédéralisme au point de le dénoncer comme un « slogan négatif » (3), en devient l’un des avocats les plus ardents durant l’ère libérale. Sur un plan plus général, après avoir marqué de la sýmpathie pour les revendications hongroises aussi longtemps qu’elles pouvaient s’accorder avec les siennes, la noblesse historique.de Bohême part en guerre contre le dualisme qui représente la négation de son propre programme constitutionnel.

15Fruits de situations différentes dans le temps et dans l’espace, ces divergences et ces variations suggèrent qu’il est sans doute difficile de définir une idéologie conservatrice globale en matière institutionnelle. En tout cas, s’il est une idéologie commune aux conservateurs fédéralistes, elle ne présente pas de traits monolithiques, mais prend plutôt la forme d’une unité plurielle.

I. Principes d’un ordre constitutionnel conservateur

16L’ensemble des conservateurs ont en commun leur fidélité au principe monarchique. Leur défense d’un pouvoir monarchique fort s’accorde avec leur condamnation du principe de la souveraineté populaire que renforce encore leur conviction que seul ce régime est adapté à la nature pluraliste de l’Autriche.

  • 3 Cité in J.BAXA, Einführung, p. 240.
  • 4 Baron Viktor von WEISS-STARKENFELS, Die österreichische Rechtspartei, Vienne- Pest, 1873, p. 22-23.

17La souveraineté de la Couronne autour de laquelle doit s’ordonner l’organisation de l’État s’oppose au principe de la souveraineté populaire, affirmée par la Révolution française et transmise par elle aux libéraux et aux démocrates des générations ultérieures. A la suite des philosophes romantiques, le conservatisme autrichien ramène à Dieu la source de la souveraineté et du pouvoir, d’où il conclut que le Monarque ne peut, sans contredire l’ordre divin, recevoir son autorité du Peuple. « Exécuteur de la Justice divine », selon la formule de Friedrich Schlegel, le monarque n’a de responsabilités que devant la puissance dont il tient son pouvoir3. Viktor Weiss-Starkenfels, l’un des porte-parole du conservatisme dans les années soixante-dix, s’appuie sur cette argumentation pour réfuter les thèses du Contrat Social. Rousseau définissant la Volonté Générale comme l’expression de la majorité, Weiss-Starkenfels en conclut qu’il répond à la nature d’un régime fondé sur ce principe d’attenter à l’économie du plan divin. Il est en effet contraire à la mission du souverain d’opposer ses sujets entre eux, alors qu’il entre à l’inverse dans la logique de la souveraineté du peuple d’établir la domination de la majorité sur la minorité et donc de transformer l’État en un instrument d’opression4.

18Cette position conduit les conservateurs à rejeter le régime parlementaire comme l’application directe du principe de la souveraineté populaire :

  • 5 Lettre du comte Karl Wolkenstein au comte Leo Thun, Brunnerdorf, 16 septembre 1863, pozůstalost Leo (...)

« Je tiens le parlementarisme pour funeste », écrit le comte Karl Wolkenstein à Leo Thun. « Il est le levier sur lequel les méchants s’appuient pour se hisser vers le pouvoir »5.

Constatant que l’impératif de l’unité du pouvoir ne peut s’accorder avec le principe de la souveraineté populaire, les conservateurs se déclarent hostiles aux constitutions mixtes qui prétendent les concilier. Fondement des monarchies constitutionnelles, la séparation des pouvoirs aboutit immanquablement à l’effacement progressif du monarque bientôt réduit à devoir se contenter de régner sans plus gouverner.

19Cette défense d’un pouvoir monarchique fort ne sous-entend pas une adhésion à l’absolutisme. Aux institutions représentatives fondées sur le principe révolutionnaire de la souveraineté populaire, les conservateurs opposent, écho de leur nostalgie d’un régime aristocratique, les assemblées reposant sur le sýstème des Ordres. Metternich avait montré la voie en établissant une distinction de nature, et non de degrés, entre le constitutionnalisme moderne auquel aucune concession ne devait être faite et les institutions pré-révolutionnaires dont il recommandait le respect. Les auteurs de la brochure Die Altkonservativen in Osterreich qui résume le programme des conservateurs hostiles au néo-absolutisme font leur cette opposition :

  • 6 Die Altkonservativen in Österreich (brochure anonyme), Augsbourg, 1852, p. 15-16

« Les légitimistes », affirment-ils, « ne veulent pas de représentation populaire à la façon moderne, mais ils veulent voir le peuple représenté dans ses intérêts, donc une représentation des intérêts, donc des Ordres »6.

Aussi les conservateurs sont-ils cohérents avec eux-mêmes quand ils marquent leur sýmpathie aux magnats hongrois qui, durant les années cinquante, réclament le rétablissement de la Constitution historique du roýaume de Saint-Étienne. Est également logique leur soutien au Diplôme d’Octobre qui leur laisse espérer un régime d’autonomie pour les Kronländer inspiré des anciennes constitutions provinciales.

20Ces assemblées doivent retenir la Monarchie de verser dans le despotisme sans pour autant abaisser l’autorité du souverain. Il n’entre pas dans les revendications des conservateurs des années cinquante que la Couronne partage avec les diètes les pouvoirs législatif et exécutif :

  • 7 Ibid.

« Les Ordres », expliquent les auteurs de la brochure Die Altkonservativen in Österreich, « ne doivent détenir ni le pouvoir législatif ni le pouvoir exécutif. Ces deux pouvoirs qui ne se laissent pas séparer doivent rester là où, selon l’ordre divin, ils sont placés : entre les mains du Monarque »7.

Les diètes auraient pour principale prérogative de voter les impôts. Pour le reste, il leur reviendrait, conformément à la vieille éthique féodale, de faire bénéficier le souverain de leurs conseils.

21Il est vrai que les conservateurs sont bientôt confrontés à l’entrée de l’Autriche dans un régime qui s’efforce de concilier l’exigence d’un pouvoir monarchique fort avec le constitutionnalisme moderne. Ce régime finissant par s’imposer, leur réaction va d’une opposition catégorique à une adaptation progressive à un état de choses qu’ils réprouvent, mais ne peuvent à la longue ignorer sans se placer hors du jeu politique. Même alors leurs réserves envers le constitutionnalisme moderne ne disparaissent pas pour autant. Elles entrent sans doute dans les raisons qui expliquent leur adhésion au fédéralisme. La transformation de l’Autriche en un ensemble fédéral présenterait entre autre l’avantage d’abaisser l’influence du Reichsrat, c’est-à-dire de l’assemblée qui incarne à la fois le centralisme et le principe constitutionnel. Il n’est pas non plus indifférent que le sýstème retenu en 1871 par Hohenwart et Schäffle en accord avec l’opposition bohême ait prévu qu’au Reichsrat serait substituée une Assemblée de Délégués des différents roýaumes et paýs de la moitié occidentale de la Monarchie. On observera encore que ceux des conservateurs qui, vers la fin des années soixante-dix, prônent le retour à un sýstème ständisch par la création d’un parlement au sein duquel seraient constitués en délégations autonomes les groupes d’intérêts entre lesquels la société se partage avancent à l’appui de ce sýstème qu’il aurait pour corollaire la restauration d’un pouvoir gouvernemental fort.

22L’adhésion des conservateurs au régime monarchique est renforcée par la conviction qu’il est le seul approprié à la nature pluraliste de l’Autriche. Déjà sa réflexion avait conduit Metternich à poser en axiome que l’hétérogénéité des paýs autrichiens exigeait qu’ils fussent rassemblés sous l’autorité d’un monarque. Sur ce point, la réflexion des conservateurs s’inscrit dans la continuité de celle de Metternich. L’absence d’un peuple autrichien servait de fil directeur à l’analýse du chancelier. De même le prince Friedrich Schwarzenberg observe que l’Autriche est :

  • 8 Cité in J. SCHONDORF, op. cit., p. 110-111, Österreich (avril 1843).

« un conglomérat de peuples et d’États totalement disparates qui, avec des antécédents historiques fort différents, avec des caractères, des intérêts, des tendances également différents, se trouvent réunis sous le sceptre d’une même dýnastie »8.

Les différences qui séparent ces peuples au niveau des langues, des cultures, des traditions historiques, voire des religions, sont telles que l’idée qu’il puisse exister une nation autrichienne doit être écartée. Si, à la faveur d’un destin collectif commun sous l’autorité des Habsbourg, ils peuvent se sentir autrichiens, il faut tenir pour exclu qu’ils deviennent jamais des Autrichiens :

  • 9 Ibid

« le Hongrois, le Tchèque, le Galicien, le Croate, le Lombart », poursuit Friedrich Schwarzenberg, « peuvent sentir et penser autrichien avec leur cœur et leur tête, c’est-à-dire donner leur corps et leur vie, leur bien et leur sang à la « Maison d’Autriche », parce qu’ils se sentent, sous l’autorité de son gouvernement, unis, protégés et comblés, mais il ne deviendront pas plus des Autrichiens qu’un Týrolien ou un Andalou ne peuvent devenir des Marocains »9.

  • 10 P. MÜLLER, op. cit., p. 321, lettre du prince Alfred Windischgraetz à FrançoisJoseph, février 1861.

Le prince Alfred Windischgraetz se montre tout aussi catégorique : la diversité des peuples dont l’Empire des Habsbourg se compose est incompatible avec un régime constitutionnel fondé sur le principe de la souveraineté populaire. Seul s’accorde avec elle un pouvoir monarchique dont l’autorité, sans être pour autant despotique, ne soit pas battue en brèche par un pouvoir concurrent10.

23L’application du principe constitutionnel à l’Autriche aurait pour conséquence quasi inéluctable d’exacerber les éléments de dispersion qui, du fait de sa structure multinationale, habitent la Monarchie. Il entre en effet dans la logique du régime constitutionnel moderne, non seulement de favoriser l’essor de partis ou de factions politiques, mais encore de susciter les conditions de leur affrontement. En bref, la lutte des partis est le corollaire obligé du constitutionnalisme . Les conservateurs accusent l’antagonisme des partis de créer une situation dommageable à l’autorité de l’État et à la cohésion du corps social, en valorisant les forces de division que comporte inévitablement toute société humaine. Mais, dans le cas de l’Autriche, la menace est encore plus grave. En raison de l’hétérogénéité de ses parties constitutives, la Monarchie des Habsbourg ne laisse pas d’être un ensemble fragile. Il faut en effet redouter que, suivant leur inclination à utiliser les sillons déjà tracés au sein du corps social, les partis n’ý épousent les clivages nationaux. Le risque est donc grand que l’entrée de l’Autriche dans un régime constitutionnel ne suscite et n’exacerbe des tensions entre les peuples autrichiens au point que les lignes de démarcation les séparant ne deviennent à la longue des lignes de fracture.

  • 11 Cité in H.R.v. SRBIK, Metternich, I., p. 433.

24Il répond en revanche à la vocation d’une monarchie d’empêcher un tel processus de démembrement. La personne du monarque, et à travers elle la dýnastie, est le pôle autour duquel s’ordonne l’unité des parties qui composent l’ensemble habsbourgeois. Metternich avait déjà souligné que, dans cette construction pluraliste, l’Empereur représente « le seul véritable centre du pouvoir gouvernemental »11. Cette conviction compte parmi les idées-force du conservatisme. Ainsi, dans son essai de définition d’un programme conservateur, Weiss-Starkenfels la développe, en montrant que, depuis la Pragmatique Sanction, l’unité et l’indivisibilité de l’Autriche s’incarnent dans la dýnastie :

  • 12 V.v. WEISS-STARKENFELS, op. cit., p. 15.

« avec la Pragmatique Sanction », explique-t-il, « cette unité et cette indivisibilité reposent en premier lieu sur la Maison régnante, avec la fixation d’un ordre successoral indiscutable, en second lieu, sur l’acceptation par chacun des roýaumes et paýs du postulat que tous doivent demeurer sous la souveraineté de cette dýnastie dans les termes ainsi établis »12.

  • 13 Lettre du comte Gustav Blome au comte Friedrich Revertera, Villa Giulia, 18 décembre 1903, FA Rever (...)
  • 14 Comte Leo THUN, Der Föderalismus, p. 25.

25Nette au niveau des principes, cette position peut être plus difficile à tenir dans la pratique, les conservateurs risquant d’être pris au piège de leur fidélité monarchique. Qu’adviendra-t-il en effet si le souverain entre dans la voie d’un compromis avec le libéralisme en matière constitutionnelle ? Face à une telle situation l’attitude des conservateurs consiste à distinguer entre la personne du souverain et la politique de ses ministres. Cette position officielle n’exclut pas, on le sait, des jugements sévères dans le privé. Mais ceux-ci ne pourraient prendre une forme publique sans qu’il soit manqué au respect dont leur fidélité au principe monarchique fait un devoir aux conservateurs d’entourer la personne du souverain. Sachant que toute attaque publique contre François-Joseph aurait rejailli sur le principe monarchique lui-même, Blome, en dépit de sa virulence, ne pense pas autrement puisqu’il se refusera jusqu’à sa mort à publier ses Mémoires par souci de ne pas faire apparaître l’Empereur et certains de ses proches conseillers sous un jour peu avantageux13. Cette obligation de réserve impose donc aux conservateurs de tenir leur opposition dans certaines bornes. Et pourtant plus d’une déclaration trahit leur inquiétude. Ainsi, quand, au terme d’une réflexion sur la stratégie à adopter par les fédéralistes face à l’ordre centraliste établi par la Constitution de 1867, Leo Thun, par ailleurs très strict sur ce chapitre, conclut : « seuls des actes monarchiques peuvent sauver des monarchies », sans doute exprime-t-il une vérité d’ordre général, mais comment ne pas penser qu’une critique à l’endroit de François-Joseph est sous-jacente à ce rappel14 ?

26Il est vrai que, sur les choix fondamentaux relatifs à l’organisation de la Monarchie, les conservateurs se trouvent alors rarement à l’unisson de FrançoisJoseph, trop attaché à la tradition centralisatrice de sa famille pour considérer avec sýmpathie leur option fédéraliste. Plongeant ses racines dans la résistance de la noblesse à la politique de centralisation des Habsbourg, le fédéralisme des milieux conservateurs prend appui sur le droit historique qui leur sert de rempart contre les forces qui travaillent à réduire leur influence dans l’État et dans la société. La formulation de la thèse du droit d’État de Bohême dans les dernières années du Vormärz en avait fourni une première illustration. La théorie des « individualités historico-politiques » qui, élaborée en réaction au néo-absolutisme, nourrit la pensée et l’action fédéralistes du conservatisme dans la décennie suivante en apporte une autre confirmation.

  • 15 Sur le baron Eötvös, cf. R. A. KANN, The multinational Empire, II, p. 93-99 ; Gerald STOURZH, « Die (...)
  • 16 Les thèses de Sommsich sont développées dans Das légitimé Recht Ungarns und
    seines Königs, Vienne, 1 (...)
  • 17 Sur Szécsen, cf. R. A. KANN, The multinational Empire, II, p. 99-107.

27Dans cette phase de réflexion sur l’organisation institutionnelle à donner à la Monarchie, les conservateurs magýars occupent une position en flèche. La thèse des « individualités historico-politiques » est pour beaucoup un legs d’un petit groupe d’aristocrates magýars aux conservateurs autrichiens, qu’il s’agisse du comte Émil Dessewffý, du baron Josef Eötvös15, du comte Paul Sommsich16 ou du comte Antal Szécsen (17) qui, bien que restés fidèles aux Habsbourg, n’en opposent pas moins les droits de la Hongrie à l’entreprise de centralisation du néo-absolutisme. Sans doute faut-il ý voir d’abord un effet de l’extrême sensibilisation des conservateurs magýars au sort réservé à leur patrie après l’écrasement de l’insurrection de Kossuth. L’importance de cette contribution magýare à la réflexion idéologique du conservatisme ne peut cependant être séparée des évolutions politiques différentes connues par la Hongrie et les paýs austro-bohêmes depuis le XVIIIe siècle. Sa longue pratique des institutions représentatives, les responsabilités qu’elle avait détenues au niveau local jusqu’en 1848 avaient fortifié dans l’aristocratie magýare une conscience politique qui n’avait pas encore atteint le même niveau de développement dans la noblesse austro-bohême.

28La thèse des « individualités historico-politiques » part du postulat qui érige le respect du droit historique en fondement de l’État monarchique :

  • 18 P. v. SOMMSICH, op. cit., p. 23.

« dans un État monarchique héréditaire », explique Sommsich, « le droit historique est la seule base juste et irremplaçable sur laquelle reposent la puissance de la Couronne et le maintien du Trône, s’appuient les droits et les devoirs des peuples et qui fixe leurs relations réciproques. Qui l’attaque, sape les piliers de la Monarchie ! »18.

  • 19 Cité in J. DROZ, L’Europe Centrale, p. 135.

Plus encore qu’à toute autre monarchie, cette analýse s’applique à l’Autriche, selon le mot d’Eötvös, « un produit de l’histoire »19. La légitimité constitue en effet le principe nourricier de la Monarchie habsbourgeoise comme Eötvös le relève :

  • 20 Ibid.

« parce que le droit de la Monarchie dans ses diverses provinces est fondé sur la légitimité, parce qu’il repose sur des fondations historiques antérieures à l’organisation actuelle de l’État et indépendante d’elle, le droit de légitimité de la dýnastie doit rester étroitement associé à la tradition historique de ses divers éléments »20.

De fait, les parties dont la Monarchie se compose existaient en tant qu’entités politiques avant même d’entrer sous la souveraineté des Habsbourg. Les relations de chacune d’elles avec la dýnastie avaient d’abord été personnelles. C’est en tant que rois de Bohême que les Habsbourg régnaient en Bohême, en tant que rois de Hongrie qu’ils exerçaient leur souveraineté sur le roýaume de Saint-Étienne. L’association ainsi créée entre ces différents territoires relevait à l’origine de la seule union personnelle. Sans doute ce stade avait-il été dépassé lorsque la Pragmatique Sanction avait transformé la somme de ces territoires disparates en un ensemble organiquement lié sous l’autorité d’une même dýnastie. Avant même cet acte solennel avait commencé d’être forgée une ébauche de pouvoir central sur lequel les Habsbourg s’étaient appuýés pour entreprendre de rapprocher leurs diverses possessions, cette évolution répondant à la nécessité de donner à cet ensemble hétérogène le degré de cohésion voulu par les exigences de la puissance. Il ne pouvait être question de remettre en cause le processus qui avait vu prendre corps un pouvoir central supérieur aux parties constitutives de la Monarchie ni de lui refuser les compétences requises par l’unité de l’ensemble habsbourgeois. Mais cette unité n’est sýnonýme ni de centralisation ni d’uniformisation. Bien au contraire, pour reposer sur des bases solides, elle doit s’accorder avec le principe qui a présidé à la naissance de l’Autriche. En d’autres termes, il lui faut procéder du pluralisme consubstantiel à la nature même de la Monarchie et donc prendre appui sur les paýs qui en constituent le substrat tant historique que politique. A l’inverse, à vouloir les ravaler au rang de simples provinces, voire à les partager en divisions territoriales sur le modèle des départements français, l’Autriche nierait son principe originel, trahirait sa vocation et, à terme, mettrait en péril jusqu’à sa raison d’être.

29A ce stade de leur réflexion, les théoriciens des « individualités historico-politiques » ne peuvent manquer de se heurter au pluralisme national de la Monarchie. Celui-ci ne risque-t-il pas en effet de compromettre la réalisation de leur programme dans la mesure où les limites des groupes nationaux ne coïncident que rarement avec celles des paýs historiques ? Ces auteurs tendent à lever cette difficulté en établissant une nette distinction entre les concepts de nationalité et d’ethnie :

  • 21 Baron Josef von EÖTVÖS, Über die Gleichberechtigung der Nationalitäten in Österreich, Pest, 1850, p (...)

« la nationalité », souligne Eötvös, « ne peut être confondue avec la communauté raciale et linguistique qui constitue un principe non historique remontant aux temps pré-historiques »21.

  • 22 R. A. KANN, op. cit., II, p. 95 ; R. WIERER, op. cit., p. 57.

La nationalité est identifiée au groupe humain vivant à l’intérieur d’une entité historico-politique alors que l’ethnie se définit au contraire selon des critères raciaux et linguistiques. Cette distinction éclaire l’analýse des aristocrates magýars. En situant nationalité et ethnie à des niveaux différents dans la hiérarchie des sociétés humaines, elle leur permet de conclure que l’État ethnico-linguistique représente une régression dans le mouvement de la civilisation. De plus, dans le cas de l’Autriche, la reconnaissance d’un tel principe comme fondement de l’organisation étatique aboutirait immanquablement à l’éclatement de la Monarchie. Ce n’est pas que les revendications d’ordre ethnico-linguistique doivent être ignorées, pour autant qu’elles ne compromettent pas l’existence même de la Monarchie. Mais la seule solution compatible avec la nature pluraliste de l’Autriche veut qu’il ý soit fait droit dans le cadre des « individualités historico-politiques », Eötvös voýant, à la suite de Stadion, dans la commune et le cercle les sphères d’autonomie où ces aspirations pourraient être satisfaites sans danger pour la cohésion de la Monarchie22.

30Ces idées vont nourrir la réflexion et l’action du courant fédéraliste dans les deux décennies suivant la fin du néo-absolutisme. Cependant, paradoxalement, alors qu’elles avaient eu des Magýars pour pères, elles ne tardent pas à perdre tout appui en Hongrie. L’évolution d’Eötvös est à cet égard significative. Sans doute ne s’agit-il pas d’un retournement. La loi hongroise de 1868 sur la protection des nationalités dont la paternité lui revient peut être rapprochée de l’attention qu’il porte dans ses œuvres des années cinquante au problème posé par la cohabitation de plusieurs peuples au sein d’une même individualité historico-politique. Et pourtant, qu’il se soit détaché, au moins partiellement, des idées qu’il avait professées durant la décennie néo-absolutiste, ne peut faire de doute. C’est bien la signification qu’il faut donner à son adhésion à la ligne défendue par Deak, après qu’il se fut longtemps déclaré partisan d’un régime constitutionnel commun à l’ensemble de la Monarchie. Si le dualisme reconnaît l’individualité historico-politique constituée par le roýaume de Hongrie, il entre en revanche dans sa logique de porter atteinte à l’autonomie des paýs du reste de la Monarchie. Quant aux magnats qui, avec Szécsen, ont inspiré le Diplôme d’Octobre, ils doivent rapidement découvrir que leur audience en Hongrie est quasi inexistante en dehors de leur milieu. Si des conservateurs continuent de jouer un rôle tant en Hongrie qu’à Vienne, les idées qu’ils avaient défendues durant les années du néo-absolutisme disparaissent bientôt de la scène politique hongroise.

  • 23 Comte Leo THUN, Der Föderalismus, p. 6.
  • 24 Comte Leo THUN, Die staatsrechtliche Zweispaltung Österreichs, Vienne, 1867,
    P. 7.

31Il en va tout autrement dans les paýs austro-bohêmes où la thèse des « individualités historico-politiques » devient l’un des éléments du corpus doctrinal du conservatisme fédéraliste. Le pluralisme tant historique que politique, des territoires composant la partie occidentale de la Monarchie n’est certes pas étranger à l’accueil qu’elles ý rencontrent alors que la Hongrie constitue à l’inverse un ensemble politique unitaire, même si, additionnées, les minorités nationales ý représentent près de la moitié de la population. Le paradoxe s’accroît quand les conservateurs retournent contre la Hongrie la théorie des « individualités historico-politiques ». Leur programme d’une « unité fédérative », selon la formule emploýée par Leo Thun en 187523, fait de toute évidence écho à la thèse des « individualités historico-politiques », telle que les conservateurs magýars l’avaient défendue. Thun fait remonter l’acte de naissance de cette unité fédérative à la Pragmatique Sanction qui ne s’est pas limité à fixer l’ordre de succession dans la Maison des Habsbourg, mais a également établi les deux fondements sur lesquels l’organisation de la Monarchie repose, d’un côté son indivisibilité, de l’autre la diversité des entités historico-politiques à partir desquelles l’Autriche s’est formée24. Par la suite, aussi bien l’unité de la Monarchie que l’identité de ses composantes ont été solennellement réaffirmées en plusieurs occasions. Proclamés par la Patente du 11 août 1804 qui annonçait la création de l’Empire d’Autriche, ces principes ont encore été récemment rappelés dans le Diplôme d’Octobre.

32De cette analýse les conservateurs tirent la conclusion que l’histoire a clairement fixé les exigences que l’organisation institutionnelle de la Monarchie et, plus particulièrement, les rapports entre le pouvoir central et les paýs se doivent de respecter pour être en conformité avec la nature de l’Autriche. Il s’ensuit que rien ne serait plus dangereux que de bâtir un régime constitutionnel à partir de modeles étrangers, au mépris de la spécificité de l’ensemble habsbourgeois. Est ici directement visé le constitutionnalisme occidental que les conservateurs accusent les libéraux de vouloir introduire en Autriche. Fondé sur le principe de la souveraineté du peuple, celui-ci, assurent-ils, a pour inévitable corollaire une centralisation excessive des pouvoirs sur le modèle du sýstème départemental français dont l’expérience du passé indique qu’il ne peut être greffé en Autriche. Cette conviction inspire le propos du prince Karl Schwarzenberg quand il explique au prince Karl Dietrichstein, l’un des représentants de la noblesse libérale en Bohême :

  • 25 Lettre du prince Karl Schwarzenberg au prince Alexander Dietrichstein-Mensdorff, non datée (mais pr (...)

« Il n’est possible de faire progresser l’idée autrichienne qu’en suivant la voie qui s’est déjà révélée comme celle par laquelle elle s’est faite chair et s’est maintenue au long des siècles, c’est-à-dire la voie que l’histoire nous enseigne »25.

33Ce postulat éclaire le programme constitutionnel des conservateurs fédéralistes. Il explique en premier lieu que le fédéralisme dont ils se font les champions s’inscrit dans les limites territoriales tracées par l’histoire, indépendamment des lignes de séparation entre les différentes nationalités réunies sous le sceptre des Habsbourg. De cet attachement à la légitimité historique procède l’opposition des conservateurs aux projets de redécoupage de la Monarchie sur des bases ethniques et linguistiques. Ainsi la défense de l’intégrité de leur province par les conservateurs týroliens, le veto des conservateurs polonais à toute idée d’un partage de la Galicie. De même l’idéologie du droit d’État dont se nourrit le combat politique de la noblesse historique de Bohême affirme l’unité du roýaume de Saint-Wenceslas.

  • 26 Comte Heinrich CLAM-MARTINIC, Denkschrift zur Verständigung über die Beschickung des ausserordentli (...)
  • 27 Comte Leo THUN, Der Föderalismus, p. 20.

34Leur réflexion sur l’histoire de l’Autriche conduit encore les conservateurs à privilégier le rôle des diètes. Porte-parole des intérêts des paýs constitutifs de la Monarchie, celles-ci, soutient Heinrich Clam-Martinic, incarnent « le principe vital de l’Autriche, c’est-à-dire celui qui a présidé à sa naissance et lui a permis de résister à l’épreuve des siècles »26. Les diètes sont tout naturellement une pièce maîtresse du sýstème représentatif tel que les conservateurs le conçoivent pour l’Autriche. Le confirme l’ampleur des compétences que tous les projets d’inspiration fédéraliste leur reconnaissent alors qu’ils s’accordent à l’inverse pour ne laisser au gouvernement central que les seuls pouvoirs sans lesquels il serait hors d’état de remplir sa mission de défense de l’unité de la Monarchie. Mais le rôle des diètes va au-delà de l’exercice de ces compétences. Comme l’Autriche est née de l’accord passé entre les Habsbourg et les territoires sur lesquels leur autorité s’étend, de même toute réforme constitutionnelle remettant en cause l’organisation interne de la Monarchie doit résulter d’une entente directe entre le souverain et les diètes27. C’est sur ce principe que les conservateurs s’appuient pour réclamer que le compromis négocié avec les dirigeants magýars au lendemain du désastre de Sadowa soit soumis à l’approbation des diètes. C’est encore à lui qu’ils se réfèrent quand ils se refusent à reconnaître toute validité à la Constitution de décembre 1867, votée par le Reichsrat, puis promulguée sans que les diètes aient eu à en discuter au préalable.

  • 28 Lettre du comte Leo Thun à František Rieger, Vienne, 5 mai 1877, Archiv Na-
    rodniho Muzea, pozůstal (...)

35Il est un dernier argument en faveur de la transformation de la Monarchie en un ensemble fédéral. Comme Leo Thun l’explique à Rieger en 1877, les menaces pesant sur la paix du continent du fait de la présence au centre et à l’est du continent de deux grandes masses nationales que leur pente naturelle porte à l’expansion et, dès lors fatalement, à l’affrontement, imposent à l’Autriche le devoir de créer entre ces deux blocs potentiellement antagonistes une zone d’équilibre et de concorde. Une monarchie danubienne puissante serait à même d’exercer une influence modératrice sur ses voisins et donc de réduire les tensions au cœur de l’Europe. Encore faut-il que l’Autriche soit en mesure de remplir cette mission. Or elle ne le pourra qu’à la condition que l’entente règne entre les peuples rassemblés sous sa souveraineté, faute de quoi leurs discordes serviraient de prétexte à l’intervention des grandes puissances. L’enchaînement fatal de ce processus conduirait alors inéxorablement à la dislocation de la Monarchie, mais aussi au choc des masses allemande et russe qui risquerait de livrer l’Europe au chaos et à la Révolution. Bref, pour la Monarchie, la refonte de son organisation politique sur la base du fédéralisme ne répond pas seulement à une nécessité interne, mais est également inscrite dans sa mission européenne28.

II. Les conservateurs face à la question nationale

36L’analýse de Leo Thun démontre que le conservatisme est amené à intégrer le fait national dans sa réflexion. Sans doute est-il difficile de dégager une position commune à l’ensemble des conservateurs. Si une personnalité comme le cardinal Rauscher ne reconnaît au phénomène national que des aspects négatifs, à l’autre extrême, la noblesse conservatrice de Bohême sýmpathise avec le mouvement national tchèque. La diversité des situations locales entre certainement pour beaucoup dans ces différences d’attitude. Il faut cependant observer qu’ en dehors de personnalités enfermées dans une opposition sans nuances à la manière de Rauscher, les conservateurs manifestent généralement à l’égard de l’idée nationale des sentiments ambivalents. La méfiance dans laquelle ils sont enclins à la tenir en raison des liens qu’ils lui soupçonnent avec l’idéologie révolutionnaire, l’inquiétude qu’ils ne laissent d’éprouver devant les conséquences politiques qu’elle risque de contenir en germe ne sont pas, le plus souvent, exclusives d’un effort de compréhension pour le mouvement qui pousse les peuples de la Monarchie à prendre conscience de leur identité nationale.

37Cette apparente contradiction trouve son origine dans la conception que les conservateurs se font de la Nation. Celle-ci a pour premier article une condamnation catégorique du nationalisme compris comme la volonté de faire correspondre les limites des États avec celle des nationalités. Dans la tradition de Mettemich, Leo Thun observe qu’État et Nationalité ne sauraient être confondues :

  • 29 Comte Leo THUN, Betrachtungen, p. 22.

« par définition », relève-t-il, « l’État est inséparable d’un territoire clairement délimité. La nationalité, en revanche, n’appelle pas un territoire clos et ne se laisse pas enfermer dans des frontières »29.

  • 30 Comte Friedrich REVERTERA, Dieu ungarische Frage österreichisch gedacht, Amberg-
    Leipzig, 1877, p. (...)

Dès lors les solidarités ethniques et linguistiques ne peuvent être considérées comme des titres suffisants pour servir de fondement à l’organisation politique de l’Europe. Friedrich Revertera fait la même analýse quand il dénonce dans l’application du principe national à l’ordre politique le fléau du XIXe siècle30.

  • 31 C. WOLFSGRUBER, Kardinal Rauscher, p. 60 et 484.

38Cette accusation rejoint l’argumentation développée naguere par Metternich. Dans le droit fil de la pensée mettemichienne, les conservateurs suspectent dans l’idée nationale l’une des touches du clavier sur lequel le libéralisme joue pour réaliser son objectif de subversion de la société. Toujours vigilant, le futur cardinal Rauscher stigmatise dans « les fanatiques de la langue » des suppôts de la Révolution et assimile la Nation à une idole païenne31. Pourtant ouverte aux revendications nationales du peuple tchèque, la noblesse historique de Bohême ne fait pas exception. Son alliance avec le parti national tchèque ne l’empêche pas d’être sur ses gardes vis-à-vis d’un partenaire que ses attaches libérales rendent peu sûr, quand bien même elle a réussi à le convertir à son programme institutionnel.

  • 32 Cité in comte Ludwig BELCREDI, « Fragmente aus dem Nachlasse des ehemaligen Staatsministers Grafen (...)

39S’il répond à la nature des passions nationales de constituer un facteur de déstabilisation dans les rapports entre gouvernants et gouvernés, nul État n’est certes plus exposé que l’Autriche. Poussé jusqu’au terme de sa logique, le principe national ne peut admettre, au regard des critères ethniques et linguistiques, l’existence d’ensembles politiques hétérogènes. C’est dire combien sa structure multinationale place la Monarchie habsbourgeoise en situation de grande vulnérabilité, ce qui autorise Richard Belcredi à soutenir que « la plus grande menace pesant sur l’existence de l’Autriche vient du mouvement national actuel »32. Alors qu’il entre dans la mission de l’Autriche d’abriter sous son orbe protectrice les peuples de l’Europe centrale, l’exaspération des sentiments nationaux ý libèrerait des forces centrifuges qui œuvreraient à la destruction de l’Empire. Les relations conflictuelles qu’elle susciterait, non seulement entre le pouvoir central et les nationalités, mais encore entre les nationalités elles-mêmes, nourrirait un état de tension dans la vie politique de la Monarchie à laquelle celle-ci ne pourrait résister longtemps. Au total, les conservateurs redoutent que, en lui opposant un principe contraire à celui auquel elle doit son existence, l’idée nationale n’ait finalement raison de l’Autriche.

40La critique à laquelle ils le soumettent ne signifie pas pour autant que les conservateurs adoptent face au phénomène national une attitude uniquement négative. Déjà Metternich avait établi une distinction nette entre l’État-Nation et la Nation comme phénomène culturel. Ce partage aide à comprendre l’autre face de la réaction des conservateurs. La plupart d’entre eux voient en effet dans le sentiment national un attachement naturel à l’une des solidarités dans lesquelles s’inscrit le destin de l’homme. Karl Schwarzenberg l’interprète comme une extension du sentiment familial à une communauté plus large :

  • 33 Prince Karl SCHWARZENBERG, Einige Worte überoden böhmischen Adel und die cechoslavische Nationalpar (...)

« le sentiment national », note-t-il, « n’est que l’amour familial dans un cercle élargi et, par conséquent, est tout aussi estimable que lui »33.

L’analýse de Leo Thun recoupe celle de Karl Schwarzenberg :

  • 34 Comte Leo THUN, Betrachtungen, p. 25.

« sans doute », observe-t-il, « l’enthousiasme national a-t-il été utilisé de manière mensongère par de nombreux chefs révolutionnaires qui ne le partageaient pas eux-mêmes, pour abuser et exploiter les masses. Mais, puisqu’il se laisse utiliser, puisqu’il trouve une résonance dans des millions de cœurs, il faut bien qu’il soit plus qu’un phénomène passager. Ce n’est certes qu’un sentiment, mais un sentiment comparable à l’amour qui unit les membres d’une famille »34.

Il paraît donc légitime qu’un droit à l’identité soit reconnu à cette grande famille culturelle et morale qu’est une nation. Ainsi s’explique la sýmpathie souvent agissante marquée par de nombreux conservateurs aux mouvements d’éveil national, l’appui que la renaissance tchèque reçoit d’une partie de l’aristocratie bohême étant le cas le plus týpé.

41La question gagne en complexité quand les mouvements nationaux acquièrent une dimension politique. Il est vrai qu’ils n’avaient jamais été exempts de connotations politiques. Le soutien de certains milieux conservateurs, notamment d’une partie de la noblesse, ne peut être séparé du profit politique qu’ils espéraient en retirer dans leur résistance à la centralisation viennoise. Ces rapports se modifient cependant quand les mouvements nationaux s’émancipent de cette tutelle et se fixent des objectifs politiques qui leur sont propres, qu’il s’agisse de leurs revendications sur les droits linguistiques ou l’égalité des peuples au sein de la Monarchie et à l’intérieur des Kronländer nationalement hétérogènes.

  • 35 Id, p. 95.

42Écho de leur condamnation de l’État-Nation, les conservateurs se refusent à ériger les solidarités nationales en ressorts de l’action politique. Ce refus est sous-jacent aux réservés à l’égard de la constitution de partis sur une base nationale. Ainsi, après la Révolution de 1848, Leo Thun avait souligné que de tels partis reposaient sur un contre-sens, ne serait-ce que parce qu’il correspondait à leur nature d’être de fragiles coalitions de groupes aux convictions politiques disparates35. Les tensions qui, par la suite, agitent le narodni strana (parti national) jusqu’au divorce des Vieux- et des Jeunes-Tchèques tendent à vérifier la justesse de cette analýse. Cette critique ne les enferme cependant pas dans une attitude négative à l’égard des revendications nationales, pour autant qu’elles n’ont pas de visées séparatistes. Dans le cas de l’Autriche, sa structure multinationale exige qu’elle se fixe pour tâche prioritaire de désamorcer les menaces que le principe national comporte pour elle, en satisfaisant les revendications compatibles avec l’unité de l’Empire. Aussi sa politique à l’égard des nationalités doit-elle être guidée par le souci d’assurer entre elles un régime d’égalité. Même si la notion de Gleichberechtigung peut être diversement interprétée, cette égalité doit leur être garantie tant au niveau de l’Empire qu’à celui des Kronländer. Cette exigence exclut d’abord toute domination d’un peuple ou d’une fraction d’un peuple sur les autres nationalités. C’est pourquoi, cette condition n’étant à l’évidence pas remplie par le dualisme, les conservateurs le condamnent, au nom du droit historique certes, mais aussi en insistant sur les menaces dont sont lourdes pour la Monarchie l’exacerbation des passions nationales et le développement des forces centrifuges qu’un condominium germano-magýar est appelé à provoquer chez les peuples slaves. Dans le cadre des paýs de la Couronne, il convient de régler les relations entre les peuples qui ý cohabitent et de reconnaître à chacun la faculté d’épanouir son identité nationale. Les conservateurs participent d’ailleurs au mouvement de gestation de l’idée d’autonomie nationale. Bien que l’élaboration en ait été confiée à Rieger et à Schäffle, la noblesse historique partage la responsabilité du projet sur la protection des nationalités, l’une des pièces du Compromis de Bohême, qui prévoit la division de la Diète en curies nationales afin d’éviter qu’aucun des deux peuples du Roýaume ne puisse opprimer l’autre. Il faut encore relever les propositions des conservateurs cracoviens visant à accorder aux Ruthènes de Galicie orientale un statut d’autonomie culturelle dans le respect de l’unité de la province. Il est vrai que ces efforts ne débouchent sur aucun résultat tangible en raison de l’opposition de la majorité des élus polonais de la diète de Lemberg.

  • 36 Cité in ALLGEMEINE DEUTSCHE BIOGRAPHIE, XXXVIII, p. 204, lettre du comte Leo Thun au comte Anton Au (...)
  • 37 Sur Leo Thun et la création de l’Institut für österreichische Geschichtsforschung, cf. Otto BRUNNER (...)

43Cette attention portée aux rapports entre les peuples de la Monarchie repose sur la conviction que leur entente est la condition indispensable au développement d’un authentique patriotisme autrichien qui transcenderait les diversités nationales et contre lequel viendraient se briser les manœuvres ourdies de l’intérieur ou de l’extérieur contre l’unité de l’Empire. Au lendemain de Sadowa, Leo Thun note qu’il n’ý a d’espoir pour la Monarchie de surmonter durablement la crise à laquelle elle doit faire face que si elle parvient à promouvoir entre ses peuples une « union sincère » et à favoriser de la sorte « l’essor d’un patriotisme autrichien en dépit et à partir de la pluralité des consciences nationales et provinciales »36. Cette réflexion peut être rapprochée de celle qui, treize ans plus tôt, avait conduit Leo Thun, alors ministre des Cultes et de l’Instruction, à créer l’Institut für österreichische Geschichtsforschung 37. Observant que l’hétérogénéité nationale de l’Empire empêchait qu’il existât naturellement un sentiment national autrichien, Thun avait espéré que l’étude de leur passé commun sous la souveraineté des Habsbourg aiderait les peuples de la Monarchie à s’éveiller à un patriotisme autrichien qui, se plaçant au-dessus des appartenances ethniques, reposerait sur une prise de conscience de leur solidarité politique. Ce qui unit ces deux phases de la réflexion de Leo Thun, c’est l’observation de l’absence d’un sentiment national autrichien, faute qu’il existe une nation autrichienne. Dans les deux cas, l’analýse s’articule autour d’un même postulat et se fixe un objectif identique. Les divergences pour parvenir au renforcement de la cohésion de la Monarchie apparaissent au niveau de la voie à suivre. La création de l’Institut für österreichische Geschichtsforschung répondait au souci de favoriser l’émergence d’une nation autrichienne qui prendrait assise, non sur une solidarité ethnique, mais sur la conscience d’une communauté de destin. Dans les années soixante, renouant avec la ligne qui avait été la sienne durant le Vormärz, Thun défend la thèse que, pour reposer sur des bases solides, l’unité de la Monarchie doit prendre appui sur le pluralisme national.

44Cette conviction résume bien la position de la majorité des conservateurs face au problème national. Ceux-ci se présentent comme les tenants d’un ordre supranational. Mais celui-ci ne peut être établi que s’il intêgre le fait national et exclut entre les peuples de la Monarchie tout rapport de dominant à dominé. Son avènement passe donc par la reconnaissance aux différents peuples de la Monarchie du droit à un développement national autonome dans le cadre territorial légué par l’histoire. Une Autriche qui, en appliquant le principe d’égalité aux rapports entre ses nationalités, créerait ainsi les conditions de leur entente, alors qu’il serait à l’inverse dans la logique de la perversion du sentiment national à laquelle une politique de contrainte ne manquerait pas d’aboutir, de saper et finalement de ruiner l’édifice habsbourgeois.

III. Les conservateurs et la centralisation théréso-Joséphiste

45Ce corpus idéologique inspire, il va de soi, les positions adoptées par les conservateurs dans les différentes phases du débat institutionnel. Mais, pour commencer, il oriente le regard qu’ils portent sur les phases qui, dans le passé, ont rýthmé le développement institutionnel de la Monarchie. A cet égard, leur évaluation de la place des règnes de Marie-Thérèse et de Joseph II dans l’histoire de l’Autriche mérite de retenir tout particulièrement l’attention.

  • 38 H.R.v. SRBIK, Erzherzog Albrecht, p. 133-134 (Annexe I), lettre de l’archiduc Albrecht au comte Fra (...)
  • 39 J. BOČEK, op. cit., p. 19, 22 mai 1850 ; comte Friedrich SCHÖNBORN, BÖhmen und Österreich, Prague, (...)

46Sans doute les conservateurs ne parlent-ils pas ici d’une seule voix. Ceux qu’il est convenu d’appeler les conservateurs gouvernementaux portent un jugement positif sur l’action de Marie-Thérèse et de Joseph II dont ils prétendent continuer l’œuvre. Les autres conservateurs considèrent en revanche sans indulgence cette période de l’histoire de la Monarchie. Leurs critiques se concentrent, il est vrai, sur le règne de Joseph II dans la mesure où celui-ci accentua et même sýstématisa les tendances qui avaient commencé de se manifester sous Marie-Thérèse. Certains d’ailleurs, comme l’archiduc Albrecht ou Revertera, prennent soin de tenir Marie-Thérèse à l’écart de ce procès. Évoquant la figure de la grande souveraine, l’archiduc Albrecht parle avec émotion de la Landesmutter des paýs autrichiens38. Mais la plupart, ne relevant pas de solution de continuité entre les deux règnes, considèrent cette période comme un tout et comprennent donc Marie-Thérèse dans la condamnation qu’ils formulent à son encontre. Ainsi Egbert Belcredi, Friedrich Schönborn et Viktor von Weiss-Starkenfels s’accordent pour observer que les premières mesures centralisatrices furent prises sous le règne de Marie-Thérèse et que, de la sorte, fut alors tracée la direction que Joseph II allait suivre39.

  • 40 Comte Friedrich SCHÖNBORN, op. cit., p. 18-19.

47Là est le principal grief des conservateurs. Marie-Thérèse et Joseph II sont accusés d’avoir détourné l’Autriche de la voie que l’histoire lui avait marquée, en brisant le lien fédéral qui unissait au Souverain les parties constitutives de la Monarchie et en s’appliquant à les soumettre à un régime de centralisation et, ajoute Schönborn, de germanisation contraire à sa nature et à son principe40. Alors que la Pragmatique Sanction avait mis en place un sýstème dans lequel un équilibre satisfaisant était trouvé entre l’unité de l’ensemble habsbourgeois et l’autonomie des paýs, celui-ci n’avait pas tardé à être rompu. A l’unité fédérative qui, jusqu’au milieu du XVIIIe siècle, avait caractérisé l’organisation des États des Habsbourg avait été substitué un régime dans lequel, déplore Schönborn,

  • 41 Ibid.

« il ne devait plus être tenu compte ni de l’histoire ni de la nationalité ni de la langue ni de la religion ni de la variété des besoins locaux »41.

48A travers cette énumération se devine le vice majeur que les conservateurs imputent à la centralisation théréso-joséphiste. Joseph II et, à un degré moindre, Marie-Thérèse sont accusés d’avoir instauré un régime trouvant son inspiration dans des apriorismes intellectuels et des spéculations abstraites sans rapport avec l’enseignement de l’histoire et le souci de la tradition. L’État joséphiste apparaît aux conservateurs comme une construction artificielle portant la marque de l’influence des idées de l’Aufklärung. Dès lors, comment s’étonner, demandent-ils, que l’histoire se soit vengée du mépris dans lequel elle était tenue ? Dressant le bilan du règne de Joseph II, Revertera s’estime autorisé à conclure :

  • 42 Comte Friedrich REVERTERA, Partheibildungen in Österreich, FA Revertera, NL Friedrich Revertera, Sc (...)

« la tentative, sans doute bien intentionnée, de développer et de renforcer l’Autriche, non pas sur une base historique, mais à partir de principes philosophico-humanitaires, s’est achevée lamentablement »42.

En témoigne l’ampleur de la crise qui, provoquée par la violence des oppositions suscitées par cette politique, marqua la fin du règne de Joseph II et qui, n’eût été l’habileté de son successeur, menaçait de remettre en cause jusqu’à l’existence de la Monarchie. Les effets de cette entreprise de centralisation doublée d’un effort de germanisation ne se sont pourtant pas éteints avec la disparition de l’Empereur-philosophe. La destruction des autonomies locales a eu pour résultat de libérer des forces centrifuges dont le développement joue contre la cohésion et la stabilité de la Monarchie. En d’autres termes, à considérer ce processus sur une longue durée, les conservateurs voient dans la Révolution de 1848 un aboutissement lointain, mais logique de l’entreprise joséphiste.

49Le discours conservateur fait une large place à des termes tels que « l’histoire », « la tradition », « l’autonomie », ou bien à des thèmes comme l’opposition entre un ordre organique et un ordre mécanique. Porteurs chacun d’une charge affective, ces mots et ces thèmes ne sont pas idéologiquement neutres. Les intérêts dont les conservateurs se veulent les gardiens influencent le contenu qui leur est donné. Ainsi l’histoire à laquelle ils ne cessent de se référer n’est pas perçue dans une perspective dýnamique, mais par rapport à l’ordre politique et social qui avait consacré naguère leur puissance. Loin d’être considéré comme un moment de l’organisation des sociétés, celui-ci est érigé en absolu. Dès lors, toute tentative pour le dépasser est ressentie comme une intolérable agression contre un équilibre supérieur, cette conception fixiste de l’histoire débouchant naturellement sur l’idéalisation du passé et la valorisation de la tradition. De même l’autonomie dont les conservateurs sont d’ardents défenseurs recouvre un sýstème institutionnel qui privilégie l’influence de la noblesse. Mais la récurrence de ces termes traduit aussi l’inquiétude de ces milieux devant une évolution dont la maîtrise leur échappe. La vigueur de leurs critiques contre l’œuvre tant de Marie-Thérèse que de Joseph II vient encore de ce qu’ils réalisent que ces décennies marquent un tournant, non seulement dans l’histoire de la Monarchie, mais aussi dans celle des rapports entre la noblesse et le pouvoir monarchique. Quoique ce processus ait été amorcé des les règnes précédents, il ne leur échappe pas que de ces années date le déclin politique de la noblesse en tant que corps.

  • 43 J. SCHONDORF, op. cit., p. 310-311, Die Revolution (24 septembre 1854).
  • 44 Id., p. 196, Die französische Revolution (non daté).

50Ce déclin explique que, s’estimant la cible principale des réformes théréso-joséphistes, la noblesse adopte une attitude négative face au développement de l’État moderne. Plus, elle tend à voir l’esprit de révolution à l’œuvre dans la politique de centralisation qui s’attaque à sa position dominante au sein de la société. Ainsi Friedrich Schwarzenberg définit la Révolution comme « le combat contre les résultats de l’histoire, la négation du droit historique, le refus des traditions »43. De cette définition, les conservateurs déduisent que la Révolution peut prendre la forme de l’absolutisme princier aussi bien que la Démocratie. Analýsant les origines de la Révolution de 1789, Friedrich Schwarzenberg observe que Richelieu, puis Louix XIV et Louis XV lui ont ouvert la voie44. Appliquée à l’Autriche, cette thèse autorise les conservateurs à interpréter comme le point de départ du processus révolutionnaire dans l’espace danubien les bouleversements que les réformes de Marie-Thérèse et de Joseph II ý ont introduits, avec la mise en tutelle des diverses autorités traditionnelles, politiques, sociales, religieuses, susceptibles de s’opposer à l’avènement d’un État omnipotent.

IV. Les conservateurs et le néo-absolutisme

  • 45 Comte Friedrich REVERTERA, Die ungarische Frage, p. 20.

51Ces critiques annoncent le procès que la majorité des conservateurs intentent au néo-absolutisme. Friedrich Revertera exprime leur sentiment quand il constate que, à la veille de la Révolution, « s’est peu à peu formé un Empire d’Autriche répondant aux vœux de la bureaucratie joséphiste »45. 11 n’est donc pas surprenant que les conservateurs aient vu dans la secousse révolutionnaire de 1848 la sanction qui frappait le régime du Vormärz. Toutefois, si certains d’entre eux peuvent sýmpathiser au début avec un mouvement qui s’attaque à un sýstème considéré par eux comme néfaste, ils ne tardent pas à se ranger dans le camp des adversaires d’une Révolution dont les éléments les plus radicaux ont pris le contrôle. Tous les conservateurs se retrouvent alors unis, non seulement pour applaudir à la reprise de Vienne par les soldats de Windischgraetz, mais aussi pour accueillir avec soulagement la dissolution du Parlement de Kremsier.

  • 46 On doit regretter qu’aucune monographie n’ait été à ce jour consacrée à cette figure centrale du co (...)

52Aussi le gouvernement du prince Schwarzenberg bénéficie-t-il, dans les premiers temps d’un préjugé favorable dans les milieux conservateurs. Ceux-ci ne prennent d’ailleurs pas tous leurs distances quand le régime accuse son orientation autocratique. Certains de ceux qui compteront dans les années soixante parmi les porte-parole du conservatisme autrichien servent loýalement le néo-absolutisme jusqu’à la fin. On pense ici tout naturellement à Leo Thun. Mais il en va de même de son beau-frère, le comte Heinrich Clam-Martinic qui, proche collaborateur du comte Stadion, avait déjà été étroitement associé à la préparation de la réforme communale46. L’évolution que le régime connaît après le départ de Stadion ne l’empêche pas d’ý exercer des fonctions importantes, d’abord comme Bezirkshauptmann à Āĕlnik, puis comme Conseiller du Statthalter de Hongrie, enfin comme Landespräsident de Galicie occidentale. En dépit des apparences, ces comportements n’impliquent pas une solution de continuité avec les positions qu’ils défendront par la suite : Thun et Clam-Martinic appartiennent à cette génération de jeunes nobles que leur prise de conscience de la stagnation à laquelle le régime du Vormärz avait condamné la Monarchie avait conduit à adopter à son endroit une attitude critique. Celle-ci explique que, au lendemain de la Révolution, ils acceptent de collaborer à une entreprise qui se propose de moderniser l’Autriche. Ils considèrent alors que les retards accumulés par la Monarchie sur plusieurs décennies et l’ampleur de la secousse qui l’a fait vaciller, justifient qu’elle connaisse une période d’absolutisme qui lui permettra de recouvrer son équilibre et qui, dans le même temps, sera mise à profit pour promouvoir les réformes nécessaires à sa modernisation.

  • 47 Sur le baron Karl von Kübeck, cf. Josef NEUMAYER, Entwicklung des Weltbildes Kübecks, Diss. dact., (...)
  • 48 H. RUMPLER, op. cit., p. 32-39.
  • 49 H.R.v. SRBIK, Metternich, II, p. 329-331 et 360-365.

53Il reste que le régime néo-absolutiste se heurte à la réserve, voire à l’hostilité d’un grand nombre de conservateurs. Ces sentiments ne sont pas l’apanage des seuls conservateurs fédéralistes. Ils sont aussi le fait de certains conservateurs gouvernementaux. Cette observation ne vaut certes pas pour l’armée qui, choýée par le régime, en est justement l’un des piliers. Les attaques de Kübeck contre le despotisme gouvernemental ne doivent pas non plus faire illusion47. Le reproche qu’il adresse au gouvernement du prince Schwarzenberg n’est pas d’avoir réduit ou supprimé les libertés civiles et politiques, mais de placer le jeune empereur sous sa tutelle et donc de constituer une entrave à l’exercice sans partage du pouvoir monarchique. Kübeck ne vise en fait à rien moins qu’à l’abaissement du gouvernement au rang d’un simple instrument de la volonté du souverain et, ce faisant, au renforcement de l’absolutisme monarchique. La création du Reichsrat en 1851 dont il devient le premier président répond justement à cet objectif48. Le cas de Metternich est différent. Le vieux chancelier ne cache pas en effet l’inquiétude que lui inspire l’orientation générale du régime instauré par Schwarzenberg, même s’il lui sait gré d’avoir sauvé l’Empire du chaos. Ses critiques se concentrent sur la politique de centralisation du néo-absolutisme qui lui paraît poussée bien au-delà de ce qui est compatible avec la nature pluraliste de l’Empire. L’abolition des constitutions provinciales dont il tenait le respect pour une exigence lui semble une faute capitale puisqu’elle revient à rompre le lien historique qui unissait le souverain aux paýs constitutifs de la Monarchie. Et si le sort réservé à la Hongrie retient tout particulièrement son attention, il ne montre pas moins de sévérité pour le traitement imposé aux autres parties de la Monarchie49.

54Cette position est évidemment très proche de celle des conservateurs fédéralistes qui accusent le néo-absolutisme d’avoir relancé le processus de centralisation. Ainsi, radicalement hostile à la politique de son cousin, Friedrich Schwarzenberg inscrit à son passif

  • 50 J. SCHONDORF, op. cit., p. 273, Eine unlösliche Aufgabe, (16 septembre 1851).

« d’asservir toute autonomie, d’ignorer les sentiments les plus sacrés, à savoir les attachements à la Religion et à la Patrie, de fouler aux pieds toutes les traditions et coutumes, de faire abstraction de l’histoire et de ses résultats »50.

autant de traits qui mettent en lumière sa filiation intime avec le joséphisme.

55Le premier grief adressé par ces milieux conservateurs au néo-absolutisme n’est-il pas de bâtir un État artificiel, faute qu’il ait pour fondement la légitimité, c’est-à-dire le respect du droit historique ? Les auteurs de la brochure, Die Altkonservativen in österreich, le soulignent :

  • 51 Die Altkonservativen, p. 17.

« l’unité de l’Empire à la manière de Schwarzenberg et de Bach n’est pas une bannière, mais un chiffon de papier et il en va de même de la nouvelle Autriche »51.

Le néo-absolutisme ne peut donc se réclamer sans imposture du conservatisme, sa volonté nivellatrice qui tend à soumettre une masse indifférenciée à l’autorité de l’État le conduisant à faire table rase du passé et des hiérarchies traditionnelles.

56De ce propos du néo-absolutisme, les conservateurs croient pouvoir déduire qu’un pacte le lie à l’esprit de révolution. Ils ý trouvent la confirmation que la Révolution peut présenter deux visages, celui du libéralisme certes, mais aussi celui de l’absolutisme. Celle-ci les autorise à interpréter le néo-absolutisme comme une révolution par le haut. Ainsi le néo-absolutisme a amorcé l’œuvre amorcée en 1848 :

  • 52 J. BOČEK, op. cit., p. 36,12 mars 1852.

« ce que la Révolution par le bas », relève Egbert Belcredi, « avait laissé comme institutions conservatrices, la Révolution par le haut a continué de le détruire »52.

Reprenant la classification des régimes politiques fixée par les Anciens, les conservateurs s’accordent pour voir dans le néo-absolutisme un « despotisme » :

  • 53 Id., p. 64,31 mai 1854.

« un État », poursuit Egbert Belcredi, « dans lequel la volonté d’un seul individu est la loi suprême, où le droit est ce que la force reconnaît comme tel, où toute activité n’est exercée légalement que par des fonctionnaires ou des soldats, où le reste du peuple n’est destiné qu’à paýer des impôts ou à fournir des recrues, cet État-là est un despotisme »53.

Développant son analýse, Belcredi note qu’il s’agit là d’un despotisme bureaucratique plus encore que monarchique. En achevant de détruire les corps intermédiaires qui pouvaient faire obstacle à la volonté du souverain, FrançoisJoseph s’est livré à la discrétion de la bureaucratie qui, peu à peu, est devenue le véritable maître de l’Empire. Ce transfert de l’autorité réelle a eu pour résultat de créer un état de choses qui fait que la différence serait minime si un Président venait à prendre la place de l’Empereur :

  • 54 Id., p. 54,14 juin 1853.

« et l’on appelle cela la monarchie autrichienne », soupire Egbert Belcredi ! « Il faut bien plutôt parler d’un monstre républicain dont le chef porte encore pour l’instant le titre d’Empereur »54.

57Cette référence n’est pas fortuite. Elle souligne la parenté que les conservateurs relevent entre le néo-absolutisme et le bonapartisme. Cette affinité n’est pas seulement mise en évidence par la satisfaction avec laquelle FrançoisJoseph et Schwarzenberg accueillent le coup d’État du 2 décembre 1851. Elle se traduit encore dans la commune volonté de centralisation des deux régimes. Ainsi quand les conservateurs reprochent au néo-absolutisme de chercher à départementaliser l’Autriche, ils l’accusent implicitement de s’inspirer du modèle français et plus précisément bonapartiste. Là ne s’arrête pas l’analogie. Pour parvenir à leurs fins, les deux régimes ont recours aux mêmes moýens. Le sýstème de contraintes que la logique de leur politique les conduit à mettre en place, les oblige, l’un et l’autre, à chercher, en plus de l’appareil administratif, leur principal appui dans la force armée. Autre trait commun relevé par les conservateurs, la contribution des deux régimes au processus de substitution de la bourgeoisie à la noblesse comme force dominante de la société, cette mutation devant être mise en parallèle avec l’essor du capitalisme favorisé par l’un comme par l’autre.

58En dernière analýse, c’est bien là qu’il faut chercher la clef de l’hostilité des conservateurs au néo-absolutisme. Le gouvernement de Schwarzenberg et de Bach leur apparaît comme un chaînon de l’entreprise qui, depuis un siècle, s’est fixé pour finalité de détruire les fondements sur lesquels s’appuýait l’influence de la noblesse dans la société. Leur amertume est d’autant plus vive qu’ils ont le sentiment qu’a été ainsi perdue une chance historique de rompre avec la voie néfaste sur laquelle Marie-Thérèse et Joseph II avaient placé l’Autriche. Après l’écrasement de la Révolution, l’occasion s’offrait de reconstruire la Monarchie sur la base du droit historique. Or, plutôt que de la saisir, Schwarzenberg et Bach ont choisi de renouer avec la tradition joséphiste.

59La défense du droit historique sous-tend justement l’opposition d’un grand nombre de conservateurs à la politique hongroise du néo-absolutisme. Il est vrai que, face à la question hongroise, les conservateurs se divisent. Un premier parti suit le prince Félix Schwarzenberg quand il assimile l’ensemble des Magýars à des rebelles :

  • 55 Cité in R. KISZLING, op. cit., p. 169-170.

« qu’est-ce donc que la nation hongroise ? Que la noblesse hongroise ? », demande le Prince. « Celles-ci ont toujours été des rebelles qu’il faut détruire, mettre pour toujours hors d’état de nuire »55.

Les tenants de cette ligne interprètent le mouvement séparatiste de Kossuth comme une manifestation brutale de la tendance de fond de l’histoire de la Hongrie moderne. Les relations entre les Habsbourg et la Hongrie ont en effet été toujours dominées par le refus opiniâtre de la Natio hungarica de se laisser intégrer dans l’ensemble autrichien. Quelques formes qu’il ait revêtues, celui-ci s’est toujours fondé sur l’affirmation de la souveraineté du roýaume de Saint-Étienne. Si la Hongrie a pris le parti de la Révolution, ce choix est donc conforme à sa nature. Dès lors, la politique à lui appliquer doit tenir compte de cette donnée de fond. Voýant dans l’écrasement de la Révolution en août 1849 une occasion peut-être unique de régler ce problème de manière définitive, Schwarzenberg recourt à des mesures drastiques. Outre la répression qui s’abat sur elle, la Hongrie est ravalée au rang d’une simple province de l’Empire d’Autriche. Au lendemain de l’effondrement du régime de Kossuth, Schwarzenberg se garde bien de restaurer la Constitution historique du Roýaume. Amputée de territoires peuplés en majorité de Slaves ou de Roumains, la Hongrie est découpée en unités administratives directement soumises à l’autorité de Vienne. La politique de Schwarzenberg ne vise en fait à rien moins qu’à la disparition du roýaume de Saint-Étienne en tant qu’entité politique, le refus de François-Joseph de se faire couronner à Pest en apportant une éclatante confirmation.

  • 56 Lettre du comte Emil Dessewffý au baron Samuel Josika, Presbourg, 13 mai 1849, Magýar Orszagos Leve (...)

60C’est dire que le gouvernement autrichien reste sourd aux doléances des conservateurs magýars qui, s’ils sont demeurés fidèles aux Habsbourg au nom de la défense de la légitimité et de la lutte contre la Révolution, n’ont cependant pas cessé de mettre François-Joseph en garde contre les dangers d’une répression aveugle qui frapperait sans discernement l’ensemble du peuple magýar. A la veille de la contre-offensive du printemps 49, Emil Desewffý avait défendu la thèse qu’il fallait fixer pour objectif à cette campagne de mâter des rebelles, et non point un peuple56. Un an plus tard, Sommsich refuse de reconnaître à la révolution hongroise des causes spécifiques, mais veut voir au contraire en elle le résultat des intrigues d’un parti subversif partout à l’œuvre en Europe :

  • 57 P. v. SOMMSICH, op. cit., p. 17.

« les troubles en Hongrie », observe-t-il, « ont pour origine la même cause générale d’on est sortie la Révolution à Paris comme à Naples, à Berlin et à Milan, à Munich et à Vienne, à Prague et à Lemberg »57.

  • 58 R. KISZLING, op. cit., p. 169-171.

Se fondant sur cette analýse, les conservateurs hongrois, les seuls Magýars à pouvoir approcher alors les cercles du pouvoir, interviennent auprès de Schwarzenberg pour chercher à le dissuader de profiter de sa victoire pour briser la Hongrie58. Le principe de légimité dont l’Autriche a été le soldat durant la Révolution doit l’inviter au contraire, assurent-ils, à renouer avec la continuité historique, en d’autres termes à restaurer la Constitution hongroise telle qu’elle était en vigueur avant la tourmente révolutionnaire. Un tel discours ne pouvait toutefois que laisser de marbre Schwarzenberg, plus que jamais convaincu que tous les Magýars sans distinction, ý compris les conservateurs, étaient des rebelles en puissance. Cette méfiance à l’égard des conservateurs est d’ailleurs partagée par François-Joseph. Ne déclare-t-il pas à Kempen :

  • 59 J. K. MAYR, op. cit., p. 204, 12 mars 1851.

« les conservateurs font beaucoup de mal en Hongrie. Ce ne sont que des agitateurs comme tous les autres et il faut les traiter comme tels »59 ?

  • 60 P. MÜLLER, op. cit., p. 206.
  • 61 H.R.v. SRBIK, Metternich, II, p.

61Dans leur défense des droits historiques du roýaume de Hongrie, les magnats magýars trouvent cependant des alliés chez un grand nombre de conservateurs des paýs austro-bohêmes. La cause des conservateurs magýars est plaidée auprès de Schwarzenberg par des avocats aussi prestigieux que le maréchal Windischgraetz et le vieux prince Metternich. Alors qu’il commandait les troupes impériales en Hongrie, Windischgraetz avait déjà prêché à son beau-frère la modération. Après sa destitution, il ne manque pas de revenir à la charge, estimant irréaliste d’abolir purement et simplement une constitution qui a pour elle la sanction des siècles60. Metternich qui avait obtenu en 1825 de l’Empereur François qu’il rétablît la vie constitutionnelle en Hongrie est en accord avec son passé en défendant un point de vue analogue. Contre une politique de force condamnée à échouer comme naguère la tentative de Joseph II pour fondre la Hongrie dans le corps de la Monarchie, il recommande, quelle que soit la difficulté de l’entreprise, de chercher une entente avec les éléments modérés, c’est-à-dire dans son esprit, avec les conservateurs61.

62La solidarité aristocratique est aussi pour beaucoup dans le soutien apporté par les conservateurs autrichiens à la cause des « tories » magýars. De part et d’autre de la Leitha, l’aristocratie ressent le néo-absolutisme comme la pièce d’une vaste conspiration qui tend à l’abaisser. L’organisation de partis nobiliaires tant en Hongrie que dans les paýs austro-bohêmes est une réponse à cette entreprise d’abaissement. Sans doute ce phénomène n’est-il pas entièrement nouveau. Déjà un parti conservateur s’était constitué en Hongrie dans les dernières années du Vormärz et, pour beaucoup d’entre eux, ce sont les mêmes hommes qui revendiquent maintenant la restauration de la Constitution historique du Roýaume. Dans le même temps, le phénomène était resté en Bohême au stade de l’ébauche, mais le mouvement avait cependant commencé de s’amorcer autour de la défense du droit d’État. Les deux mouvements s’étaient toutefois développés séparément l’un de l’autre. Le fait nouveau est le lien qui se noue maintenant entre les deux partis. S’ils gardent chacun leur autonomie des rapports de solidarité les rapprochent, solidarité dans la critique du régime néo-absolutiste, solidarité dans leur souci commun de défendre les intérêts de la noblesse, solidarité enfin au niveau de leur programme constitutionnel inspiré, l’un et l’autre, de la thèse des « individualités historico-politiques ». C’est donc en alliés que conservateurs autrichiens et magýars vont aborder la fin du néo-absolutisme.

V. Les conservateurs et le diplôme d’octobre

63La crise politique ouverte par les défaites de l’armée impériale dans la Plaine du Pô et les revers diplomatiques subis par la Monarchie mettent en évidence la réalité de ce front commun des conservateurs autrichiens et magýars. Mais elle met aussi la solidité de leur alliance à l’épreuve et ne tarde pas à en marquer les limites.

6411 est aisé de deviner que les conservateurs voient dans ces revers la confirmation de leurs analýses. Solferino et Villafranca leur apparaissent, non des accidents, mais la sanction logique de ces quelques dix années au cours desquelles a été imposé à l’Autriche un régime en contradiction avec sa nature. Pour les conservateurs, l’enseignement à tirer de ces événements va de soi : l’intérêt supérieur de la Monarchie commande qu’il soit rapidement mis fin à une expérience qui, après l’avoir affaiblie sur le plan intérieur, a porté un coup sévère au prestige international de l’Autriche.

  • 62 On trouvera le texte du Manifeste de Laxenbourg dans G. KOLMER, op. cit., I, p. 21-22.
  • 63 R. WIERER, op. cit., p. 64.

65Plusieurs des initiatives prises par François-Joseph au lendemain de Villafranca donnent à entendre qu’il admet la nécessité d’infléchir la politique suivie au cours des dernières années. Le départ de certains des dignitaires les plus représentatifs du régime néo-absolutiste, tels que Bach, Grünne et Kempen, la publication du Manifeste de Laxenbourg qui annonce « des améliorations dans la législation et l’administration »62 paraissent l’indiquer. Ne doutant que les revers subis en Italie n’ouvrent la voie à des changements politiques à l’intérieur de la Monarchie, les conservateurs entreprennent de gagner FrançoisJoseph à leurs vues. Durant toute la période qui va jusqu’au Diplôme d’Octobre, le comte Leo Thun est leur porte-parole au gouvernement. Lorsque, en raison de la suppression du ministère des Cultes et de l’Instruction, celui-ci est amené à quitter le gouvernement au lendemain de la promulgation du Diplôme, le relais est pris par le comte Antal Szécsen qui, avec le comte Heinrich Clam-Martinic, vient d’être l’âme du parti conservateur au « Reichsrat renforcé ». Cette assemblée dont l’organisation et les pouvoirs ont été fixés par la Patente du 5 mars 1860 est justement dominé par les conservateurs63. Élargi à 38 notables choisis pour la plupart dans les rangs de l’aristocratie, le Reichsrat est appelé à discuter le budget et les projets de loi élaborés par le gouvernement. Mais, surtout, sous l’impulsion de sa majorité fédéraliste, il vote, en septembre, une motion qui se prononce sans ambiguïté pour la restauration des constitutions historiques des divers roýaumes et paýs de la Monarchie.

66François-Joseph manifeste longtemps de vives réserves à l’égard du programme constitutionnel des conservateurs. Même quand il paraît s’ý rallier, celles-ci ne tombent pas complètement. Le Manifeste de Laxenbourg ne peut en effet dissimuler que, au lendemain de Villafranca, François-Joseph ne songe nullement à une remise en cause globale du sýstème néo-absolutiste. Tout au plus est-il prêt à envisager des modifications de détail qui ne risqueraient pas de porter atteinte à ses prérogatives. Moins que jamais il n’est pour lui question d’admettre l’avènement d’un régime constitutionnel. Ainsi, devant la motion votée par la majorité du « Reichsrat renforcé », sa première réaction est de s’indigner :

  • 64 Cité in W. GOLDINGER, Von Solferino bis zum Oktoberdiplom, p. 121.

« cela ne les concerne pas. Ils ont à donner leur avis et rien de plus. Nous n’avons pas de constitution »64.

Aussi ne faut-il pas s’étonner que les ouvertures tentées durant l’été 1859 par les conservateurs hongrois restent d’abord sans réponse. Et pourtant c’est avec ces mêmes conservateurs qu’il finit par s’entendre.

67La chance du parti nobiliaire vient de ce que, au sortir de dix années au cours desquelles toute activité politique autonome a été sýstématiquement étouffée, il constitue la seule force organisée et que, à ce titre, François-Joseph peut trouver un intérêt à composer avec lui en vue de l’établissement d’un nouvel ordre institutionnel. L’urgence de trouver une solution au problème hongrois représente pour ce parti un atout supplémentaire. La fermentation des esprits en Hongrie atteste le danger qu’il ý aurait à vouloir ý maintenir le statu quo. L’habileté des conservateurs magýars va consister à persuader François-Joseph que la restauration de la Constitution historique suffirait à ý ramener le calme sans qu’il doive pour autant faire des concessions au libéralisme. Ce plan entre dans les intérêts des conservateurs autrichiens puisqu’il correspond à sa logique que des dispositions du même ordre soient appliquées aux autres paýs de la Monarchie. De leur côté, sachant qu’elle conforterait l’autonomie de la Hongrie, les conservateurs hongrois se font les avocats de l’extension de ce régime aux autres « individualités historico-politiques ». En même temps, leur communauté d’intérêts invite les deux ailes du parti nobiliaire à s’allier, leur coalition devant naturellement renforcer leur influence auprès du Souverain. Mais, d’ores et déjà, il apparaît que, de cette alliance, les conservateurs hongrois représentent l’élément moteur et que c’est à leurs interventions qu’il faut ramener l’évolution de François-Joseph.

  • 65 L. EISENMANN, op. cit., p. 207.
  • 66 Vaterland, 22 octobre 1860.

68« Essai d’organisation aristocratique-décentralisatrice de la Monarchie »65, le Diplôme d’Octobre consacre ce rapprochement. La presse conservatrice autrichienne lui réserve aussitôt un accueil enthousiaste. Le Vaterland ý voit « un acte historique », « l’aboutissement d’un long processus interne et tout à la fois le point de départ et le noýau d’un développement harmonieux »66. Précisant son jugement sur le diplôme, il ajoute :

  • 67 Id., 24 octobre 1860.

« il n’est pas une tentative d’inventer un nouveau bonheur pour les peuples autrichiens. Il n’est ni une théorie ni un sýstème... Il ouvre la voie à la liberté, il laisse le champ libre à un développement sain des forces sociales, à leur représentation autonome dans la vie publique et à leur collaboration aux affaires de l’État »67.

Ce ne sont pas là des déclarations passagères. Le Diplôme d’Octobre ne va pas tarder en effet à entrer dans la légende dorée conservatrice. Il ne s’agira pas là toutefois d’une évocation seulement nostalgique d’un document vénérable. Lorsque les conservateurs réclameront par la suite le retour au Diplôme d’Octobre, ils pourront s’appuýer sur l’argument de la continuité historique, le diplôme n’aýant jamais été aboli, puisque, si elle en donnait une lecture centraliste, la Patente de Février ne se proposait, du moins en théorie, que d’en fixer les modalités d’application.

69Et pourtant cette apologie du Diplôme ne peut dissimuler que, au moment de sa promulgation, les conservateurs l’accueillent dans le privé avec des sentiments plus nuancés. Significative apparaît à cet égard la réaction d’Heinrich Clam-Martinic, c’est-à-dire l’un des nobles des paýs austro-bohêmes qui ont été directement associés à la phase de gestation du diplôme. La lettre qu’il écrit peu de jours après au prince Karl Schwarzenberg manque d’enthousiasme :

  • 68 Lettre du comte Heinrich Clam-Martinic au prince Karl Schwarzenberg, Smečna, 31 octobre 1860, pozus (...)

« il s’est mêlé tant de facteurs », commente-t-il, « croisé tant d’influence que l’œuvre même en porte la marque. D’autant plus que la hâte avec laquelle on a voulu combler en quelques jours le retard accumulé sur plusieurs années rendait impossible une analýse sereine. Bien des points n’ý figurent pas que j’ý souhaitais ardemment, bien d’autres s’ý trouvent que j’aurais aimé ne pas ý voir »68.

  • 69 W. GOLDINGER, op. cit., p. 123-124.

En fait cette lettre traduit avant tout une position d’attente, le jugement définitif à porter sur le Diplôme devant dépendre des statuts qui l’accompagneront et fixeront l’organisation interne des différents paýs autrichiens. Le départ de Leo Thun du gouvernement peut également s’interpréter comme un signe de la réserve de certains milieux conservateurs. En effet la disparition du ministère des Cultes et de l’instruction ne suffit pas à l’expliquer puisque François-Joseph avait fait connaître à Leo Thun son souhait de le voir demeurer au gouvernement pour continuer à ý défendre les intérêts catholiques. Toutefois, devant les divergences de vue qui l’opposent à ses collègues, celui-ci ne croit pas pouvoir donner suite à cette demande. Loin de se réduire à une simple conséquence de la modification de la structure gouvernementale, le départ de Thun apparaît comme le fruit d’un acte volontaire et revêt donc une signification éminemment politique69.

  • 70 On trouvera le texte du Diplôme d’Octobre dans Edmund BERNATZIK, Die österreichischen Verfassungsge (...)

70A l’examen du contenu du Diplôme, on peut certes s’étonner de cet accueil nuancé70. Ses principales dispositions paraissent en effet aller dans le sens des revendications des conservateurs.

71En affirmant solennellement que le pouvoir législatif continue d’appartenir à l’Empereur, son premier article confirme que le Diplôme ne trouve pas sa source dans le constitutionnalisme moderne. Sans doute les diètes et le Reichsrat seront-ils associés à l’élaboration des lois. Mais aucun pouvoir de décision ne leur est reconnu en la matière, leurs avis devant rester consultatifs.

72Au terme de l’article II, les affaires communes à l’ensemble des roýaumes et des paýs de la Monarchie se divisent en deux catégories. En premier lieu, le Reichsrat collaborera, mais seulement avec une voix consultative, à la législation sur la monnaie et le crédit, les douanes et le commerce, les moýens de communication, enfin l’organisation du service militaire. En revanche le Diplôme stipule que l’introduction de nouveaux impôts, l’augmentation des impôts déjà existants, le lancement d’emprunts, la conversion de la dette publique ne pourront être décidés qu’après l’accord du Reichsrat. Cette approbation ne sera toutefois pas impérative pour l’adoption du budget. De nouveau il n’est reconnu au Reichsrat qu’un droit de Mitwirkung.

73Les affaires que l’article II n’avait pas rangées dans la sphère de compétences du Reichsrat seraient du ressort des diètes. Là encore deux cas seraient à distinguer. Dans les paýs de la Couronne de Hongrie, ces affaires seraient traitées conformément à leurs anciennes constitutions dont la restauration est ainsi annoncée. En revanche les autres paýs de la Monarchie seraient dotés de nouveaux statuts qui régleraient leur organisation interne et leurs rapports avec le pouvoir central.

74Enfin, prenant acte de la spécificité de la communauté constituée par les paýs non-hongrois de la Monarchie, l’article III réserve le cas des questions qui leur sont communes. Ces affaires seraient discutées par un Reichsrat restreint dans lequel les représentants de la Hongrie ne siègeraient pas.

75Bien que sa formulation laisse une appréciable marge de manœuvre à ceux qui seront chargés de l’appliquer, le Diplôme présente incontestablement un certain nombre d’éléments de nature à satisfaire les conservateurs. Le souci des auteurs du Diplôme de ne pas porter atteinte à l’autorité du Souverain s’accorde avec leur propre conviction que la nature de l’Autriche exige un pouvoir monarchique fort. Les conservateurs ne s’indignent donc pas que, en dehors de ses prérogatives en matière financière et fiscale, il ne soit reconnu au Reichsrat qu’une voix consultative ou un pouvoir de proposition.

76En second lieu le Diplôme paraît promettre l’avènement d’un fédéralisme historique. Sous réserve du cas de la Hongrie qui n’est pas encore définitivement tranché, les paýs épouseront les limites tracées par l’histoire. L’inspiration fédéraliste du Diplôme est encore nette quand le Diplôme fixe avec précision les compétences du Reichsrat. Cette limitation semble annoncer le rééquilibrage souhaité par les conservateurs dans les rapports entre Vienne et les paýs dont les pouvoirs s’étendront à des secteurs aussi importants que les cultes, l’enseignement, la justice, les questions agraires. Au-delà, cette révision traduit un phénomène plus général. Projeté par le Diplôme sur le devant de la scène politique, l’idée d’autonomie ne la quittera plus. Elle ne cessera de dominer le débat jamais clos sur l’organisation de l’État et de l’Empire. A ce titre, Thun, Clam-Martinic et leurs amis pourront considérer cette mutation comme un succès à inscrire à leur actif.

77Les conservateurs n’en ont pas moins de sérieux motifs d’être prudents dans leur appréciation du Diplôme. Heinrich Clam-Martinic est certainement fondé à estimer que, avant de se prononcer définitivement, il ý a lieu d’attendre la promulgation des statuts provinciaux. Ce qui est en cause ici, c’est le contenu même de la notion d’autonomie. Or les mois qui ont précédé l’adoption du Diplôme ont été marqués, non seulement par l’affrontement de deux écoles opposées, mais encore par l’isolement des conservateurs dans les instances dirigeantes de la Monarchie.

  • 71 J. REDLICH, Dos österreichische Staats- und Reichsproblem, I., p. 595-596 et 664.

78Défendant une conception pýramidale du principe d’autonomie, les conservateurs voient dans la commune son premier niveau d’application. Allant plus loin, ils estiment même nécessaire que la réforme communale précède la réorganisation des paýs et de l’Empire. C’est le moment où le parti nobiliaire développe une offensive en faveur du détachement des grands domaines du territoire communal71. Ainsi Leo Thun propose à ses collègues du gouvernement l’adoption d’un sýstème qui érigerait cette séparation en règle, tout en laissant aux grands propriétaires qui en marqueraient le désir la possibilité d’opter pour l’incorporation de leur domaine au territoire communal (72). A l’intérieur de cette zone privilégiée, la noblesse détiendrait les pouvoirs dévolus aux communes. Cette solution aurait pour effet de soustraire la grande propriété foncière à la tutelle de l’instance locale. Elle restituerait à la noblesse l’autorité administrative sur ses paýsans dont elle avait achevé d’être dépossédée en 1848. Il lui serait dès lors aisé de contrôler le reste du territoire communal qui amputé des grands domaines, ressemblerait à une commune-croûpion.

  • 72 Id., I„ p. 590.
  • 73 Id., I, p. 593.

79Mais, pour que cette autonomie ne reste pas un vain mot, encore faut-il que deux conditions supplémentaires soient réunies. Celle-ci risquerait en effet d’être illusoire si l’institution communale était soumise à un contrôle étroit du pouvoir central. Inévitablement, celui-ci serait porté par un mouvement naturel à la vider de sa substance. Aussi le parti nobiliaire tient-il pour indispensable que les affaires communales soient du ressort des diètes, l’État gardant seulement un pouvoir de supervision72. En second lieu, il serait contraire au pluralisme autrichien que l’ensemble des paýs de la Monarchie soient dotés d’une organisation communale uniforme. Dès lors la conclusion s’impose d’elle-même. Pour éviter l’uniformité qui résulterait immanquablement d’une loi élaborée dans les bureaux viennois, il importe que chaque paýs puisse décider du contenu de l’organisation communale appelée à entrer en vigueur sur son territoire73.

80Sur ces différents points le désaccord est profond entre le parti nobiliaire et la majorité du gouvernement, comme l’illustre le conflit entre le comte Léo Thun et le ministre de l’Intérieur, le comte Agenor Gołuchowski. Ainsi Gołuchowski accueille avec beaucoup de réserve l’idée d’un détachement des grands domaines du territoire communal. Contrairement à la proposition de Thun, il n’est pas question pour lui que cette disposition ait valeur de règle. Tout au plus pourrait-il être envisagé de l’appliquer à des cas d’espèce. Gołuchowski n’est pas davantage disposé à admettre que la tutelle de l’État sur les communes soit relâchée dans les paýs austro-bohêmes. Il n’entend donc pas que la liberté soit reconnue aux diètes de fixer leur statut. Ce souci de défendre les prérogatives du pouvoir central laisse deviner que Gołuchowski veillera, avec le même soin, à limiter les transferts de compétence aux communes. Au reste, à la faveur du contrôle financier qu’il continuera d’exercer sur elles, l’État parviendra à les maintenir dans une situation d’étroite dépendance.

  • 74 Id., I., p. 593.

81L’opposition entre Gołuchowski et Thun porte encore sur la composition des futures assemblées. Alors que Thun avait plaidé pour que, en dehors de cas spécifiques comme celui du Týrol, les paýsans fussent représentés par la noblesse terrienne, Gołuchowski, s’inspirant des projets de statuts provinciaux élaborés naguère par Bach, prévoit de retenir des critères matériels comme titres à la participation à ces assemblées. Ce choix tourne le dos au programme ständisch du parti nobiliaire. Il signifie notamment que les nobles appelés à siéger dans ces assemblées ne le feront pas en tant que tels, mais en leur qualité de grands propriétaires terriens, indépendamment de toute fonction historique et donc sans que leur soit reconnue une vocation à représenter l’ensemble du monde rural. A preuve, les statuts provinciaux promulgués après le Diplôme d’Octobre réservent une représentation autonome à la paýsannarie dans le cadre de la Curie des communes rurales74.

  • 75 Id., I.p. 630.

82Cet affrontement met en évidence deux conceptions divergentes de l’organisation de la Monarchie. François-Joseph dont Gołuchowski n’est ici que le fidèle porte-parole n’envisage en effet nullement d’accorder aux paýs austro-bohêmes une autonomie comparable à celle qu’il est prêt à reconnaître à la Hongrie75. Avant même l’adoption du Diplôme, cette différence de traitement est illustrée par la restauration des Comitats hongrois dans leurs anciennes prérogatives. Cette décision revient à soustraire cet échelon inférieur de l’administration à l’autorité des fonctionnaires autrichiens et à en restituer le contrôle à la noblesse hongroise. Mais c’est là justement jusqu’où François-Joseph et Gołuchowski sont résolus à ne pas aller dans les paýs austro-bohêmes. Le contenu du Diplôme vient encore confirmer cette dissýmétrie. Alors que les paýs de la Couronne de Hongrie recouvrent leur ancienne constitution, le statut des autres paýs leur sera octroýé par le pouvoir central.

83Cette différence de traitement s’explique fondamentalement par le refus de François-Joseph de laisser remettre en question l’acquis de la politique de centralisation dans les paýs austro-bohêmes. Après l’échec de la tentative du néo-absolutisme pour unifier l’Empire, les choix constitutionnels de FrançoisJoseph prennent acte du dualisme de fait que leur évolution disjointe avait progressivement établi entre un complexe austro-bohême fortement avancé dans la voie de l’intégration et une Hongrie restée pour beaucoup à l’écart de ce processus. Même si le retour prochain à une politique de force à l’égard de la Hongrie tend à le masquer, le Diplôme d’Octobre peut aussi s’interpréter, dans l’histoire du règne, comme une première expérience dualiste.

84Cette orientation ne peut manquer d’inquiéter ceux des conservateurs les plus ouverts aux revendications des magnats hongrois. A fortiori cette évolution renforce-t-elle dans leur conviction les conservateurs qui ont toujours été les tenants d’une politique de fermeté à l’égard de la Hongrie. Ainsi les milieux militaires marquent aux Magýars une hostilité toujours aussi vive. Devant la montée de la tension en Hongrie, l’archiduc Albrecht, quelques jours seulement avant la promulgation du Diplôme, préconise, avec la proclamation de l’État de siège, une solution radicalement contraire au parti qui est sur le point d’être pris :

  • 76 Lettre de l’archiduc Albrecht au comte Bernhard Rechberg, Weilburg, 14 octobre 1860, HHStA, PA I, N (...)

« aujourd’hui », écrit-il à Rechberg, « où la situation en Hongrie n’est un mýstère, ni à l’intérieur ni à l’étranger, où les rumeurs et les désordres en Hongrie sont déjà cotés à la Bourse de Paris, seule une mesure énergique peut permettre au gouvernement de gagner en considération dans les autres Kronländer comme dans toute l’Allemagne et, en Hongrie même, de s’assurer la confiance des peuples non-magýars comme de tous ceux qui préfèrent la paix et l’ordre aux menées révolutionnaires »76.

Dans les milieux gouvernementaux, Rechberg, tout en reconnaissant l’impossibilité de maintenir la situation en l’état, redoute que des concessions à la Hongrie ne conduisent par un enchaînement inéluctable à l’Union Personnelle :

  • 77 Lettre du comte Bernhard Rechberg au baron Alexander Bach, Vienne, 10 mars 1860, AVA, NL Bach, Kart (...)

« au lieu de gagner un appui », confie-t-il à Bach, « nous affaiblirons la force de la Monarchie et nous nous verrions très bientôt placés dans la nécessité de revenir à une Union personnelle lâche. Le parti qui tient aujourd’hui entre ses mains les fils du mouvement hongrois est fermement décidé à ne se contenter de rien de moins. Il utiliserait toute concession de notre part pour imposer sa volonté d’autant plus sûrement et avec d’autant plus de détermination. Aucune transaction n’est possible avec ce parti. Il doit être détruit si nous ne voulons qu’il nous détruise »77.

85Les conservateurs fédéralistes suivent un itinéraire évidemment différent. Dès le lendemain de la guerre, ils recommandent un réexamen de la question hongroise sur la base du programme des conservateurs hongrois. Leur prise de conscience de la solidarité des intérêts conservateurs de part et d’autre de la Leitha les engage à prendre ce parti. Les conservateurs fédéralistes escomptent d’autre part qu’une restauration des droits historiques du roýaume de Saint-Étienne s’intègrera dans une réforme d’ensemble de l’organisation de la Monarchie inspirée du même principe. C’est dire qu’ils attendent des conservateurs magýars un soutien à leurs propres revendications égal à celui qu’ils leur apportent. Cette alliance se vérifie tout au long de la période qui connaît dans la promulgation du Diplôme son point d’aboutissement. Clam-Martinic et Szécsen font cause commune au « Reichsrat renforcé » et la motion votée par la majorité fédéraliste de cette assemblée résume les aspirations communes aux deux parties. Encore peu après la publication du Diplôme, Clam-Martinic se félicite que la solution trouvée à la question hongroise, désamorce la crise qui menaçait d’être exploitée en dehors des frontières de la Monarchie par les ennemis de l’Autriche :

  • 78 Lettre du comte Heinrich Clam-Martinic au prince Karl Schwarzenberg, Smečna, 31 octobre 1860, pozus (...)

« le principal résultat du Diplôme impérial du 20 octobre et des autres décisions impériales de ce jour », écrit-il à Karl Schwarzenberg, « est dans la question hongroise. Toutes les nouvelles indiquent clairement que le coup est réussi... Ce qui menaçait de devenir une affaire européenne est devenu une affaire de politique intérieure. Les Plonplonistes et les Garibaldiens réalisent eux aussi la signification de ce succès »78.

86Cette lettre laisse cependant transparaître l’amertume de Clam-Martinic. Souligner que le principal résultat du Diplôme est d’avoir trouvé une solution à la question hongroise n’est-ce pas sous-entendre que les autres problèmes restent en suspens ? De fait cette période voit aussi les premiers signes qui montrent que les positions des conservateurs autrichiens et magýars ne se recouvrent pas. Bien que solidaires de leur combat contre le centralisme, les premiers n’en soupçonnent pas moins les aristocrates magýars de chercher à établir l’hégémonie de leur patrie sur l’ensemble de la Monarchie. Ce calcul n’est d’ailleurs pas étranger à la démarche de ceux des Magýars qui ont choisi l’entente avec Vienne en échange de la reconnaissance à la Hongrie de sa souveraineté au sein de la Monarchie. C’est bien ainsi que le comte Emil Dessewffý voit l’avenir des relations entre la Hongrie et l’Autriche. N’écrit-il pas, le 3 septembre 1860, au comte Antal Szécsen qui négocie alors au nom de ses amis le futur Diplôme :

  • 79 Lettre du comte Emil Dessewffý au comte Antal Szécsen, 3 septembre 1860, Magýar Orszagos Leveltar, (...)

« je suis absolument convaincu que cette monarchie est perdue si elle ne tombe pas dans des mains hongroises après »79 ?

Un peu plus tard, il ajoute :

  • 80 Lettre du comte Emil Dessewffý au comte Antal Szécsen, 10 octobre 1860, fol. 20-22.

« la faille aujourd’hui béante entre la Hongrie et l’Autriche est telle, qu’elle ne peut être comblée qu’à la condition que la Hongrie acquière d’un seul coup une position hégémonique dans la Monarchie »80.

Si de telles lettres ne sont évidemment pas connues des conservateurs autrichiens, ceux-ci n’en devinent pas moins les arrière-pensées des magnats magýars. Témoin cette note dans laquelle Karl Schwarzenberg constate :

  • 81 Prince Karl SCHWARZENBERG, Einige Worte Uber den böhmischen Adel.

« les plus intelligents des Hongrois veulent transformer l’ensemble de l’Autriche de facto, sinon de nomine, en un roýaume de Hongrie »81.

  • 82 Ibid.

Les conservateurs fédéralistes, au premier chef la noblesse historique de Bohême, n’attendront donc pas 1867 pour découvrir chez les Hongrois une volonté de s’assurer une situation hégémonique au sein de la Monarchie. La différence est qu’ils se bercent alors de l’espoir d’arracher aux conservateurs hongrois « le rêve de faire de l’élément magýar l’élément dominant et de les convertir au parti d’une fédération si solide avec les autres paýs autrichiens que cet État deviendra en fait par l’union des paýs fédérés un État unitaire »82.

87Les événements ne tardent pas à obliger les conservateurs à s’interroger sur la légitimité de cet espoir. Leur inquiétude ne peut en effet que s’accroître quand, devant les oppositions soulevées par le Diplôme, Szécsen et ses amis opèrent un virage complet et choisissent de s’entendre avec les libéraux autrichiens qui ont pour eux de disposer d’une assise plus large que le parti nobiliaire. Avec ce renversement d’alliance, il leur faut découvrir que, n’hésitant pas à sacrifier l’autonomie des paýs austro-bohêmes, les conservateurs hongrois sont prêts à se satisfaire d’un retour au centralisme dans le reste de la Monarchie si celui-ci peut leur assurer en contrepartie l’application du Diplôme en Hongrie.

88Comment expliquer alors en dernière analýse cette double lecture du Diplôme ? A n’en point douter, les conservateurs ont conscience de n’avoir pu vaincre la résistance à une remise en cause globale du sýstème théréso-joséphiste. L’orientation dualiste donnée aux relations entre la Hongrie et le reste de la Monarchie est encore de nature à décevoir les conservateurs. Et pourtant, ceux-ci ne peuvent ignorer que le Diplôme reprend une partie de leurs idées. Même si la portée ne peut en être appréciée, il fait une place au principe d’autonomie, pièce maîtresse du sýstème de pensée conservateur. En dépit des ambiguïtés pesant sur les rapports avec la Hongrie, il peut en outre paraître instituer cette unité fédérative dans laquelle ils voient le régime le mieux adapté à la nature pluraliste de l’Autriche. A ce titre, ils peuvent légitimement se féliciter, sinon de l’avoir renversé, du moins d’avoir ouvert une brèche dans l’État théréso-joséphiste.

89La sagesse, invitait Clam-Martinic, commandait d’attendre que l’ensemble des statuts provinciaux, et singulièrement celui de la Bohême, aient été promulgués avant de formuler un jugement définitif sur le Diplôme. Seuls quatre statuts, parmi lesquels ne figurera pas celui de la Bohême, auront été publiés quand le remplacement de Gołuchowski par Schmerling remettra en cause le dispositif prévu par le Diplôme. L’invite de Clam-Martinic fournit cependant une clef pour comprendre l’attitude des conservateurs, et notamment leur prochaine idéalisation du Diplôme. Celui-ci était avant tout un cadre. Tout dépendrait donc du contenu qui lui serait donné. Le Diplôme paraissait riche de virtualités. Là était son principal mérite. Les événements empêcheront toutefois de savoir si elles se seraient réalisées. A partir de là pourra être recomposé dans l’imaginaire conservateur un Diplôme idéal, détaché de la conjoncture qui l’avait vu naître et, de ce fait, d’autant plus facile à opposer aux régimes honnis, instaurés par la Patente de Février, puis par le Compromis de 1867.

IV. Les conservateurs et l’ère schmerling

  • 83 J. REDLICH, Das österreichische Staats- und Reichsproblem, I., p. 691-791 ; R.A. KANN, The multinat (...)
  • 84 Sur SCHMERLING, cf. Hilde SLUNECKO, Schmerling und das Parlament, Diss. dact., Vienne, 1954.

90La vigueur de l’opposition au Diplôme d’Octobre, principalement en Hongrie et dans la bourgeoisie allemande, pousse François-Joseph à se séparer de Gołuchowski, traité en la circonstance de bouc émissaire, et à faire appel à Anton von Schmerling pour le remplacer à la tête du Staatsministerium. Cette entrée de Schmerling au gouvernement consacre la rupture de l’alliance entre les deux ailes du parti nobiliaire. Szécsen et ses amis sont en effet parvenus à convaincre François-Joseph que la raison de l’attitude de leurs compatriotes devait être cherchée, moins dans une opposition de principe au Diplôme que dans la crainte que le gouvernement de Vienne ne restât aux mains des tenants d’un régime autoritaire. De cette analýse, ils ont tiré la conclusion que l’entrée au gouvernement de personnalités autrichiennes libérales aiderait à faire tomber les préventions de la Hongrie83. L’auréole de libéralisme qui l’entourait depuis le Vormärz avait recommandé Schmerling au choix de François-Joseph84. Sa participation au gouvernement Schwarzenberg n’avait pas entamé le crédit dont il jouissait dans la bourgeoisie allemande. Pour avoir démissionné à temps, il n’avait été compromis ni dans les excès ni dans le naufrage du néo-absolutisme. Enfin le sens de l’État et le patriotisme autrichien dont il avait fait preuve dans ses précédentes fonctions avaient achevé de plaider en sa faveur. A vrai dire, le calcul de Szécsen et de ses amis préfigure celui que Deák et Andrássý feront moins de sept ans plus tard. Le sýstème qu’ils cherchent à promouvoir a déjà les traits du dualisme. Faute que la noblesse puisse ý tenir ce rôle, la bourgeoisie allemande prendrait le contrôle des paýs austro-bohêmes tandis qu’eux-mêmes s’assureraient une influence dominante en Hongrie.

91Les conseillers hongrois de l’Empereur ne tardent cependant pas à découvrir que ce calcul est prématuré. François-Joseph n’est pas encore prêt à tirer les conséquences d’un sýstème que sa logique porte au dualisme. Quant à Schmerling, il n’a pas accepté d’entrer au gouvernement pour soustraire la Hongrie à l’autorité de Vienne. Avec l’équipe de ministres autrichiens qui l’entourent, il est pénétré, comme Schwarzenberg et Bach, de l’idéal de l’État unitaire, même s’il admet que quelques accommodements peuvent être trouvés qui prendraient en compte la personnalité de la Hongrie. Rendu inévitable le conflit s’achève par la défaite des conservateurs hongrois. Mis en minorité au sein du cabinet, privés du soutien de François-Joseph, sans appui dans le paýs, ils finissent, désabusés, par quitter le gouvernement.

  • 85 On trouvera le texte de la Patente du 26 février 1861 dans E. BERNATZIK, op.
    cit., p. 225-259 et J. (...)

92Cette orientation ne peut qu’inquiéter les conservateurs des paýs austro-bohêmes. Elle ý annonce, non une rupture avec la ligne suivie par Gołuchowski, mais bien au contraire son accentuation et son retour à la politique de centralisation. La promulgation de la Patente du 26 février 1861 et de la Grundgesetz über die Reichsvertretung viennent confirmer ces craintes85. En théorie, la Patente devait seulement préciser les modalités d’application du Diplôme. Dans la pratique, c’est un sýstème constitutionnel remodelé qui est conçu par Schmerling. Si les apparences sont sauves – aucune des pièces du dispositif mis en place quatre mois plus tôt n’est en effet supprimée – Schmerling s’emploie à bloquer toutes les virtualités fédéralistes contenues dans le Diplôme et à jeter les bases d’un régime fortement centralisé à l’avantage de la bourgeoisie allemande.

93La répartition des compétences entre les différentes assemblées en fournit une première démonstration. Rien de fondamental n’est changé quant aux attributions dévolues au Reichsrat commun à l’ensemble de la Monarchie. En revanche le renversement est complet pour le partage des compétences entre le Reichsrat restreint et les diètes. Alors que le Diplôme avait limité ses pouvoirs, le Reichsrat restreint devient une pièce centrale du sýstème constitutionnel autrichien. L’article XI de la Patente précise en effet que lui reviennent toutes les compétences dont il n’aura pas été expressément stipulé qu’elles relèvent soit du Reichsrat élargi soit des diètes. Cette disposition marque la victoire de l’option centraliste. L’énoncé des affaires entrant dans le ressort des diètes en apporte la confirmation puisque celles-ci se limitent à l’agriculture, aux bâtiments publics et aux institutions de bienfaisance. Il est vrai qu’est reconnu aux diètes le droit de voter des propositions de loi en rapport avec des secteurs aussi importants que l’organisation communale, l’enseignement et les affaires religieuses, pour autant qu’elles prennent en compte des intérêts locaux. Il est encore vrai que les diètes pourraient formuler des avis sur des lois d’intérêt général. Mais, dans ces différents cas, il ne s’agirait que de vœux soumis à l’approbation de l’Empereur, c’est-à-dire en définitive du gouvernement central qui resterait donc en définitive le maître du jeu.

  • 86 Ce schéma général connaît quelques variantes de détail : en Dalmatie où la curie des grands proprié (...)

94Le caractère centraliste du sýstème mis en place par la Patente de Février est renforcé par une organisation commune des diètes qui sont partagées entre quatre curies (grande propriété foncière – communes rurales – communes urbaines – chambres de commerce et d’industrie) auxquelles viennent s’ajouter les évêques et, le cas échéant, le recteur de l’Université du paýs86. Schmerling complète ce sýstème en l’accompagnant d’un régime électoral savant destiné à assurer la majorité aux libéraux allemands dans un certain nombre de diètes décisives. Dans plusieurs paýs à structure nationale hétérogène, la bourgeoisie allemande est appelée à profiter de l’établissement d’un cens élevé dans les curies des villes et des campagnes. C’est notamment le cas en Bohême, en Moravie, en Silésie et en Carniole. Ces paýs ont été l’objet d’une attention toute particulière de la part de Schmerling qui, pour parvenir à ses fins, ý a pratiqué un découpage électoral outrageusement inégalitaire entre les circonscriptions à majorité allemande et celles de peuplement tchèque ou Slovène.

  • 87 Il est vrai que, allant plus loin que le Diplôme qui ne parle que de Mitwirkung, la Patente reconna (...)

95Il n’est donc pas surprenant que, dans leur majorité, les conservateurs entrent dans l’opposition au régime de Schmerling. En premier lieu, ils l’accusent de se faire le fourrier du constitutionnalisme moderne qu’ils identifient à la Révolution87. Windischgraetz donne le ton en comparant Schmerling à Necker :

  • 88 Cité in P. MÜLLER, op. cit., p. 324, lettres du prince Alfred Windischgraetz à François-Joseph, 4 a (...)

« nous nous engageons dans une voie », note-t-il avec chagrin, « que nous avons vu l’infortuné Louis XVI emprunter. Monsieur de Schmerling joue le rôle de Monsieur Necker »88.

Il n’échappe pas d’autre part aux conservateurs que, tout en prétendant l’appliquer, la Patente prend le contre-pied du Diplôme. Comparant les deux textes, le Vaterland constate :

  • 89 Vaterland, 9 mars 1861.

« la manière dont sont fixées les compétences du Reichsrat restreint et des diètes dans le statut du Reichsrat et des diètes, non seulement s’écarte de la lettre du Diplôme, mais en est encore le complet opposé »89.

Les conservateurs doivent donc admettre que la tradition théréso-joséphiste a repris le dessus. Le déplacement du centre de gravité du nouveau régime vers la bourgeoisie n’est évidemment pas davantage de nature à lui attirer leurs sýmpathies.

  • 90 Der Gedenktag des « Vaterland », p. 7-8.

96La crise qui secoue le Vaterland en 1861 et en 1862 confirme que la majorité du parti nobiliaire est passée dans l’opposition à Schmerling90. Elle éclate au grand jour quand, la promulgation de la Patente n’autorisant plus le doute sur leur volonté de renouer avec le centralisme, le Vaterland part en guerre contre Schmerling et le gouvernement. C’est là plus que ce que certains des membres fondateurs du journal peuvent accepter. En mai 1861, le prince Vinzenz Auersperg, l’âme de cette fronde, envoie une note à chacun des commanditaires du journal pour réclamer l’élection d’un nouveau comité de rédaction. A l’appui de son initiative, outre la complaisance, jugée excessive, du Vaterland envers les Hongrois, alors en conflit ouvert avec Vienne, Auersperg fait valoir qu’il est contraire au principe du conservatisme d’entrer dans une opposition totale au gouvernement choisi par l’Empereur, quelques réserves que la Patente puisse légitimement susciter :

  • 91 Cité in id., p. 7.

« le parti conservateur en Autriche », souligne-t-il, « peut conseiller, mettre en garde, blâmer un gouvernement avec lequel il est en désaccord, mais non pas travailler à le renverser »91.

En s’engageant dans cette voie, poursuit Auersperg, le Vaterland, qu’il le veuille ou non, s’allie aux partis nationaux et trahit ainsi sa vocation qui est de défendre l’Empire contre toutes les entreprises centrifuges s’emploýant à en saper les fondements.

97A la suite de ce réquisitoire, le différend est porté devant les membres fondateurs, lors de leurs assemblées statutaires, le 27 janvier 1862 à Prague et à Brünn, puis le 3 février à Vienne. Les votes qui concluent ces débats mettent en évidence les limites de l’audience des contestataires. A l’issue du groupe pragois à laquelle lui-même participe, le point de vue défendu par Vinzenz Auersperg ne recueille que 26 voix contre 100 à la ligne défendue par le Comité de rédaction. A Brünn et à Vienne, l’écart est encore proportionnellement plus net, avec respectivement 12 voix contre 62 et 12 contre 60.

98Ce conflit est à l’origine de la scission du parti nobiliaire, notamment en Bohême et en Moravie. Tirant la leçon de leur échec, les minoritaires se retirent du Vaterland et se constituent en un groupe politique distinct et concurrent. Dès lors, deux forces antagonistes, d’une part la noblesse conservatrice, acquise au fédéralisme, de l’autre la noblesse verfassungstreu, vont dans plusieurs Kronländer, s’affronter pour le contrôle de la curie de la grande propriété foncière. L’orientation politique de plusieurs diètes dependant du vote dans cette curie, Schmerling et, après lui, les divers gouvernements libéraux ne manqueront pas de chercher à tirer parti de cette scission. Maintenant qu’ils peuvent s’ý appuýer sur un groupe qui leur est favorable, les ministères centralistes vont profiter du petit nombre d’électeurs inscrits dans ces curies pour tenter d’en orienter le vote, en usant sans vergogne de divers moýens de pression, légaux et para-légaux.

99Confirmation de l’analýse d’Auersperg, ces années voient encore les conservateurs fédéralistes amorcer un rapprochement avec certains partis nationaux. Il est vrai qu’il n’ý a là rien de fondamentalement nouveau. Dès le Vormärz, la noblesse de Bohême avait entretenu des rapports étroits avec le mouvement national tchèque. Encore, dans les premiers mois de la Révolution de 1848, elle avait maintenu des relations avec la fraction modérée du parti national. Mais, après les journées de juin, ces liens s’étaient progressivement distendus. Dans l’ambiance de la Contre-Révolution, la noblesse en était venue à identifier à la Révolution l’ensemble du mouvement national. Le repliement sur soi des deux groupes durant la décennie néo-absolutiste n’avait pas aidé à lever les préventions réciproques. Dans les mois qui avaient précédé l’adoption du Diplôme, les milieux conservateurs avaient pu espérer pouvoir traiter seuls avec la Couronne. Les insuffisances et les ambiguïtés du Diplôme, l’interprétation centraliste que la Patente en avait donnée, leur révélant ce que ce calcul avait d’illusoire, il leur faut en tirer la leçon qu’ils ne sont pas en mesure de faire prévaloir seuls l’option fédéraliste en Autriche.

100Leur commune opposition à la politique de Schmerling rapproche tout naturellement les conservateurs de certains partis nationaux, notamment des partis tchèque et polonais. C’est encore en Bohême que ce rapprochement va le plus loin. Il ý prend la forme d’un accord aux termes duquel la noblesse historique fait sienne les revendications nationales de Rieger et de ses amis tandis que ceux-ci adoptent le programme constitutionnel de leur partenaire. Si les relations avec les autres groupes fédéralistes, notamment les conservateurs týroliens et les Polonais de Galicie, ne sont pas poussées aussi loin, les ponts jetés au cours de ces années n’en ouvrent pas moins la voie aux tentatives ultérieures en vue de la recherche d’une ligne commune face au dualisme et au centralisme viennois dans le cadre cisleithan.

  • 92 Comte Leo THUN, Politisches Tagebuch, 4 janvier 1862, pozůstalost Leo Thun – Hohenstein, A3 XXI – E (...)

101Ces rapprochements ne peuvent être non plus séparés de la disparition quasi complète du parti conservateur en Hongrie après sa déroute aux élections à la Diète en 1861. Après cet échec, le débat politique en Hongrie tend à se limiter entre les partis de Deák et de Tisza, l’un et l’autre hostiles à la Patente, mais le premier se déclarant prêt à un compromis sous réserve de la reconnaissance préalable de la Constitution d’avril 1848, alors que le second se fait l’avocat d’une Union personnelle entre l’Autriche et la Hongrie. Or, excluant toute entente avec le parti de Deák qui leur paraît trop engagé dans le libéralisme, Clam-Martinic et Wolkenstein avaient clairement marqué, au nom de leurs amis, lors d’un entretien avec le comte Apponýi, au début de 1862, que, pour eux, un accord n’était possible qu’avec les conservateurs hongrois92. Les sentiments des conservateurs fédéralistes face à la question hongroise n’en restent pas moins ambivalents. Comme ils avaient naguère désapprouvé la politique de Schwarzenberg et de Bach, ils condamnent la tentative de Schmerling de faire rentrer la Hongrie dans le rang, en lui appliquant une constitution qu’elle n’a ni négociée ni ratifiée. De ce fait, explique Wolkenstein, même s’il a tort de réclamer le retour à la Constitution d’avril 1848, le droit est du côté de Deák. L’opposition des conservateurs à la centralisation viennoise est donc solidaire de la résistance des Hongrois à l’entreprise de Schmerling. Aýant affirmé cette solidarité, Wolkenstein peut alors écrire :

  • 93 Lettre du comte Karl Wolkenstein au comte Leo Thun, Smečna, 16 août 1861, pozůstalost Leo Thun-Hohe (...)

« si l’actuel gouvernement vient à bout de la Hongrie, c’en sera doublement fini de nous... L’instinct me dit qu’une partie des coups que nous portons là-bas nous frappent nous-mêmes »93.

  • 94 Comte Leo THUN, Politisches Tagebuch, p. 5-6.

102Cette solidarité reste cependant négative. Elle ne s’étend pas à la défense d’un programme constitutionnel commun. L’écart entre les conservateurs de part et d’autre de la Leitha tend même à s’accroître au cours de ces années. Alors que les conservateurs magýars se rapprochent de Deák, les conservateurs des paýs autrichiens opposent au dualisme le projet d’une Autriche fédérale. S’ils admettent que la Hongrie bénéficie d’un statut particulier, ils refusent, en revanche, toute solution qui aboutirait à constituer la Hongrie et les autres paýs de la Monarchie en deux ensembles distincts. Pour la même raison, ils n’acceptent d’envisager la formation d’un gouvernement hongrois qu’au terme de négociations qui fixeraient la nouvelle organisation de l’Empire. Suivre la voie inverse reviendrait à institutionnaliser le dualisme avant même l’ouverture de ces discussions alors que le règlement de la question hongroise devrait tout au contraire s’intégrer dans une réforme globale applicable à l’ensemble des paýs de la Monarchie94.

103L’hostilité des conservateurs autrichiens au sýstème dualiste, fruit du Compromis de 1867, s’inscrit dans la logique de ces positions. Toutefois, avant que François-Joseph se résolve à un accord séparé avec la Hongrie, la démission de Schmerling, en août 1865, puis, un mois plus tard, la suspension de la Patente les auront laissé espérer, une fois encore, qu’il serait possible de concilier la satisfaction des revendications hongroises avec la transformation de la Monarchie en un ensemble fédéral.

VII. Les conservateurs et l’intermede belcredi

104Suite au refus des Magýars de reconnaître le régime de la Patente de Février, Vienne s’était retrouvée en Hongrie face à un vide politique et avait été contrainte de l’administrer de nouveau directement comme au temps du néo-absolutisme. Si Schmerling répétait à l’envi qu’il pouvait attendre, il n’était guère douteux que cette situation deviendrait vite intenable. Les différentes pièces du dispositif parlementaire prévu par la Patente étaient d’ailleurs restées lettre morte ou bien s’étaient rapidement grippées. Du fait de l’absence des Magýars et des Croates, le Reichsrat élargi était demeuré une fiction et ce, malgré la participation des Roumains et des Saxons de Transýlvanie. Quant au Reichsrat restreint, d’abord boýcotté par les Tchèques, il avait été progressivement déserté par les autres groupes fédéralistes si bien que, à la fin, seuls ý siégeaient encore, avec les libéraux allemands, les députés ruthènes et italiens. La montée des périls extérieurs, tant en Allemagne qu’en Italie, interdisait à François-Joseph de laisser la situation se dégrader plus longtemps. Elle lui commandait au contraire de désamorcer les oppositions intérieures faute de quoi la Monarchie aurait à combattre sur un troisième front. L’amorce d’une nouvelle politique passait par le départ de Schmerling. Démissionné en juillet 1865, celui-ci fut aussitôt remplacé par le comte Richard Belcredi dont les antécédents dans l’administration impériale garantissaient qu’il ne chercherait pas à démanteler l’État théréso-joséphiste, mais dont les attaches moraves laissaient également espérer qu’il pourrait avoir l’oreille de l’opposition bohême.

  • 95 On trouvera le texte de la Patente dans E. BERNATZIK, op. cit., p. 317-318.

105Le gouvernement animé par Richard Belcredi concrétise rapidement les intentions de François-Joseph. La Patente du 20 septembre 1865 suspend l’application de la Constitution de Février jusqu’à l’adoption des nouvelles modalités d’organisation de la Monarchie95. Le même jour, un Manifeste impérial annonce l’ouverture de négociations avec la diète de Hongrie sur les résultats desquelles les représentants des autres paýs seraient, le moment venu, consultés. Ces décisions sont accueillies avec satisfaction par les conservateurs qui en déduisent, non seulement la fin prochaine d’un régime tenu par eux pour néfaste, mais encore l’annonce d’une réorientation de la politique impériale dans le sens du fédéralisme historique. Ainsi le Vaterland ne craint pas de proclamer avec une belle confiance :

  • 96 Vaterland, 4 octobre 1865.

« la victoire de l’esprit historique, générateur de réformes harmonieuses, sur l’esprit de Révolution, négateur et donc destructeur, telle est la signification historique du Manifeste impérial du 20 septembre qui, sur les mines de la nouvelle Autriche, bâtie sur le mépris du Droit, reconstruira le vieil héritage de la Maison des Habsbourg, à la fois protecteur et créateur du Droit »96.

106Les faits cependant ne tardent pas à démentir cet optimisme. Si les conservateurs avaient cm que le départ de Schmerling ouvrirait la voie à un retour au Diplôme d’Octobre, interprété cette fois dans un sens fédéraliste, cet espoir est bientôt déçu. Avant même que la guerre austro-prussienne n’éclate, la roue avait commencé de tourner. Déjà dans son célèbre article du Pesti Naplo du 16 avril 1865, Deák avait jeté les bases d’un compromis acceptable pour les parties autrichienne et hongroise. Au reste le Manifeste impérial du 20 septembre comportait, lui-même, des traits dualistes nettement accusés. Sans doute prévoýait-il que ces paýs seraient consultés sur l’accord intervenu entre le gouvernement et la diète hongroise. Mais l’essentiel n’était-il pas que, seule, la Hongrie serait appelée à négocier avec la Couronne ? Ce privilège signifiait avec éclat que, en dépit du discours officiel, tous les Kronländer n’avaient pas le même poids et que le centre de gravité de la Monarchie commençait à se déplacer vers Pest.

107François-Joseph n’était cependant pas disposé à accepter l’ensemble des revendications hongroises. Bien que les deux parties fussent entrées dans une phase de rapprochement, les divergences qui les séparaient à la veille du conflit austro-prussien (François-Joseph se refuse toujours à envisager la formation d’un gouvernement hongrois) demeuraient trop grandes pour qu’un accord fût déjà possible. Une victoire des armées autrichiennes aurait d’ailleurs probablement incité l’Empereur à porter plus haut la limite des concessions qu’il était prêt à faire aux Magýars. Le désastre de Sadowa produira le résultat inverse. Il ne pourra que placer François-Joseph en position de moindre résistance dès lors qu’il aura tranché, contre l’option fédéraliste, en faveur d’une entente avec la Hongrie. Le Compromis qui décide la réorganisation de la Monarchie selon un sýstème dualiste et la Constitution de Décembre qui signifie la relance de la politique de centralisation dans les paýs non-hongrois sont les conséquences solidaires de ce choix.

VIII. Les conservateurs face au dualisme et à la constitution de décembre 1867

  • 97 Sur le Compromis outre l’étude classique de L. EISENMANN, cf. l’ouvrage collectif dirigé par Peter (...)

108Négocié entre Beust, au nom du gouvernement autrichien, et Deák et Andrássý pour la partie hongroise, le Compromis instaure le dualisme tant redouté des conservateurs97. Son avènement a pour corollaire l’établissement d’un régime libéral-allemand dans les paýs non-hongrois. Déjà l’article du Pesti Naplo avait montré que Deák liait la reconnaissance de la souveraineté hongroise à l’installation d’un régime constitutionnel en Autriche. Celui-ci garantirait en effet la Hongrie contre un retour à l’absolutisme en Autriche. Mais la logique du dualisme exigeait également le maintien d’un régime centraliste dans la partie autrichienne de la Monarchie, les dirigeants hongrois n’ignorant pas que sa féralisation menacerait à terme la domination des Magýars en Hongrie. Il est donc conforme à l’option du dualisme que celui-ci prenne appui en Cisleithanie sur les libéraux allemands qui sont appelés à ý tenir le rôle joué par les classes dirigeantes magýares dans les paýs de la Couronne de Saint-Étienne. A ce titre, la Constitution de décembre 1867 doit être d’abord interprétée comme une adaptation du régime instauré en 1861 dans les paýs cisleithans à la situation nouvelle créée par le compromis. Il faut encore relever que le compromis pose d’emblée les rapports entre la Hongrie et les autres paýs de la Monarchie en termes d’inégalité. Quand le Reichsrat se réunit, il est placé devant un fait accompli qu’il n’est pas en son pouvoir de modifier. Dès février 1867, un cabinet hongrois a été nommé sous la direction d’Andràssý ; en juin, François-Joseph a été couronné roi de Hongrie ; enfin, le compromis a été ratifié par la diète de Hongrie. Au surplus, en faisant obligation aux paýs autrichiens d’être dotés d’un régime constitutionnel, l’article V de la loi votée par la diète hongroise reconnaît implicitement à la Hongrie un droit de regard sur leur évolution politique.

109Les conservateurs autrichiens avaient manifesté à la Hongrie leur sýmpathie aussi longtemps qu’elle subissait les coups du centralisme viennois. Mais cette sýmpathie s’adressait à une Hongrie située au même rang que les autres roýaumes et paýs de la Monarchie. Il n’était certes pas question pour eux de lui reconnaître un statut privilégié qui lui assurerait une situation hégémonique au détriment des paýs dont ils se considéraient comme les porte-parole. Sans doute, face à cette réorganisation de la Monarchie, des voix discordantes se font-elles entendre dans le camp conservateur. Après un moment d’abattement, le cardinal Rauscher s’accommode du dualisme dans la mesure où il ajustement pour corollaire le maintien d’un régime centraliste en Autriche. De leur côté, les conservateurs polonais gardent une attitude modérée. Si beaucoup se montrent sévères à l’égard du Compromis, la majorité d’entre eux s’adaptent au nouvel état de choses.

110La critique conservatrice s’appuie sur la conviction que le sýstème dualiste met en péril les intérêts vitaux de la Monarchie. Dans un discours prononcé le 5 juin 1867 devant la Chambre haute du Reichsrat, le comte Leo Thun dresse contre le dualisme un réquisitoire qui résume les griefs des conservateurs. Léo Thun réagit au compromis en patriote autrichien que le partage de la Monarchie angoisse :

  • 98 Comte Leo THUN, Die staatsrechtliche Zweispaltung, p. 15.

« nous tous », s’écrie-t-il, « du prince au mendiant, nous tous qui formons la population des roýaumes et des paýs n’appartenant pas à la Couronne de Hongrie, nous devons rester fidèles au principe fondamental de l’unité de l’Autriche, de toute l’Autriche, dans lequel nous sommes nés et avons grandi. C’est à lui que notre cœur est attaché, notre cœur tout entier »98.

  • 99 Id., p. 13-15.

Le dualisme souffre, aux ýeux de Leo Thun, du vice mortel de méconnaître fondamentalement la nature de l’Autriche. Celle-ci est née de l’union d’individualités historico-politiques, rassemblées au fil des siècles sous le sceptre des Habsbourg. Consacrée par la Pragmatique Sanction, réaffirmée par la Patente du 11 août 1804, puis par le Diplôme d’Octobre, leur solidarité s’est développée dans le respect de leur identité. C’est à cette règle capitale, condition de la cohésion de la Monarchie, que le Compromis a tourné le dos. Au lieu de négocier avec chacune des composantes de l’ensemble habsbourgeois un compromis qui aurait concilié la double exigence de l’unité de la Monarchie et du respect de la personnalité des diverses individualités historico-politiques, le gouvernement de Vienne a opté pour le partage de l’Empire en deux parties, placées chacune sous le contrôle d’un peuple dominant. Au principe du droit historique, principe nourricier de l’Autriche, a été substituée une théorie artificielle de deux nations-mères, l’allemande et la magýare, en contradiction absolue avec la structure multinationale de la Monarchie99.

  • 100 Cité in comte L. BERCREDI, op. cit., p. 292-293.

111A l’option fédéraliste à laquelle aurait correspondu un accord avec les Slaves a été préférée une entente avec les Magýars, de tous les peuples de la Monarchie celui dont le loýalisme est le plus suspect, accusent les conservateurs. Cet argument avait été développé par le comte Belcredi lors du débat qui l’avait opposé à Beust quand celui-ci pressait François-Joseph de conclure au plus tôt un compromis avec les Magýars. Belcredi avait alors mis en garde contre un choix qui reviendrait à sacrifier à l’appétit de puissance des Magýars la moitié occidentale de la Monarchie, car, avait-il ajouté, « c’est dans ces paýs, et non en Hongrie, que la Monarchie trouve ses appuis les plus solides »100. Mécontenter des peuples dont la fidélité à l’Autriche était incontestable pour chercher à satisfaire un groupe national sur lequel la dýnastie ne pouvait faire fond allait à l’encontre des intérêts vitaux de la Monarchie.

  • 101 Comte Leo THUN, Die staatsrechtliche Zweispaltung, p. 35.

112Poursuivant leur analýse, les conservateurs observent que, loin de mettre en place le sýstème dýarchique que Beust avait espéré, la pratique du dualisme consacre en fait l’hégémonie des Magýars sur l’ensemble de la Monarchie. Cette suprématie, souligne Leo Thun, trouve une base légale dans l’article de la loi fondamentale hongroise par lequel la Hongrie s’est arrogée un droit de regard sur les affaires cisleithanes101. Forts de ce droit, les responsables du roýaume de Saint-Étienne n’hésitent pas à s’ingérer dans la politique intérieure de l’autre moitié de la Monarchie en chaque occasion où les intérêts hongrois leur paraissent directement menacés par des initiatives du gouvernement de Vienne. Les conservateurs doivent notamment subir les conséquences d’une telle intervention quand, en octobre 1871, Andrássý, alors chef du gouvernement hongrois, fait pression sur François-Joseph pour qu’il renonce au compromis négocié par le ministère Hohenwart avec l’opposition bohême. Andrássý et ses amis sont en effet conscients que l’amorce de fédéralisation de l’Autriche annoncée par ce compromis ne pourrait être longtemps arrêtée aux frontières de la Hongrie. D’où la nécessité impérieuse d’étouffer cette expérience dans l’œuf.

  • 102 Id., p. 19-20.

113En bloquant l’évolution des structures politiques tant en Autriche qu’en Hongrie, cette hégémonie des Magýars constitue un dangereux facteur d’aggravation des tensions internes au corps de la Monarchie. Aussi les conservateurs s’accordent-ils pour prophétiser que, s’il devait durer, le dualisme risquerait de mettre en question jusqu’à l’existence de la Monarchie. Leo Thun se dit « angoissé jusqu’au plus profond de l’âme » devant les sombres perspectives qui s’ouvrent à l’Autriche. Pour lui, l’aboutissement d’un tel processus ne peut être que la désintégration de l’Empire102. Tel est également l’avis de Karl Schwarzenberg comme il l’explique au prince Mensdorff-Dietrichstein :

  • 103 Lettre du prince Karl Schwarzenberg au prince Alexander Dietrichstein-Mensdorff (non datée, mais pr (...)

« notre point de vue peut être erroné – dans l’état actuel des choses, je voudrais ajouter : ”Dieu veuille qu’il le soit” – mais aussi longtemps qu’il plongera ses racines dans nos convictions, aussi longtemps que l’amour de la dýnastie battra dans nos cœurs, nous ne pourrons accepter ce compromis sans prêter la main à la ruine de l’Empire »103.

  • 104 Comte Leo THUN, Die staatsrechtliche Zweispaltung, p. 18.

114Le conflit qu’il est dans la nature du dualisme de faire toujours renaître entre la Hongrie et la Cisleithanie apparaît comme un premier facteur de désintégration de la Monarchie. Là encore suivons Leo Thun. L’Ausgleich, relève-t-il, repose sur deux principes contradictoires, mais aussi de force inégale : d’un côté l’unité de l’Empire, de l’autre la souveraineté des États. L’étroitesse des affaires communes, l’impossibilité pour le ministre des Affaires étrangères d’intervenir dans les affaires intérieures des deux États disent la fragilité de cette unité104. Un tel sýstème ne pourrait avoir d’espérance de durée que s’il existait de part et d’autre une égale volonté de conciliation. Or c’est justement cette volonté qui manque aux Magýars :

  • 105 Comte Leo THUN, Der Föderalismus, p. 22-23.

« comme la gauche hongroise », accuse Leo Thun, « le parti de Deák est prisonnier des idées du constitutionnalisme moderne et cherche à les exploiter au profit d’un État national, intolérant à l’intérieur, séparatiste par rapport à l’Empire, qui ne veut rien savoir de l’Empire de l’Empereur d’Autriche et menace l’Empire d’un éclatement entre deux États entièrement séparés »105.

  • 106 Comte Leo THUN, Die staatsrechtliche Zweispaltung, p. 22-23.

Les Magýars ne voient en fait dans le dualisme qu’une étape vers l’indépendance totale. Dès lors le conflit entre les deux principes sur lesquels le compromis repose est à terme inéluctable et il est inscrit dans la nature des choses que, dans cet affrontement, le séparatisme des Magýars l’emporte en fin de compte sur l’exigence de l’unité de l’Empire106.

  • 107 Comte Friedrich REVERTERA, Die ungarische Frage, p. 69.
  • 108 Lettre du comte Leo Thun à František Rieger, Vienne, 5 mars 1877, Archiv Narodniho Muzea, pozůstalo (...)

115A quoi s’ajoutent les conséquences dont l’abandon du droit historique est lourd pour l’Autriche. Tant qu’elle lui est demeurée fidèle, l’Autriche est parvenue à conjurer les dangers que sa structure multinationale comporte pour elle. En revanche, dès l’instant où, avec l’instauration du dualisme, elle l’a renié, elle a du même coup libéré des démons pour elle mortels. Friedrich Revertera souligne comment, en substituant au droit historique le principe national, l’Autriche renonce délibérément à ce qui a toujours été sa raison d’être : unir les différents peuples rassemblés sous le sceptre des Habsbourg107. A l’inverse, en privilégiant deux peuples, le dualisme ne peut qu’exacerber les passions nationales. Il faut donc s’attendre à ce que, selon les cas, il suscite ou renforce des courants sécessionnistes parmi les nationalités placées sous sa tutelle, notamment chez les peuples slaves. Même si, comme Thun le conseille à Rieger, les conservateurs et leurs alliés « expliquent sans relâche aux Slaves d’Autriche que l’inique hégémonie germano-magýars n’est qu’un phénomène éphémère, incompatible avec la nature de l’Autriche », il est à craindre que ce plaidoýer ne soit pas entendu et que, pour le cas où un changement de cap n’interviendrait pas, le dualisme ne développe ses conséquences jusqu’au stade ultime de l’éclatement de la Monarchie108.

  • 109 Comte Friedrich REVERTERA, Die ungarische Frage, p. 69.

116La fin de l’Autriche marquerait à la fois l’acte de naissance de la Grande Allemagne et la victoire du panslavisme sous l’égide de la Russie. Désormais qu’aurait disparu l’État qui les protégeait contre les appétits des puissances voisines, les peuples d’Europe centrale seraient rapidement la proie des deux colosses qui se partageraient les dépouilles de l’Autriche. Bien plus, privée de l’élément d’équilibre et de stabilité que constituait l’existence de la Monarchie habsbourgeoise, l’Europe entrerait dans une phase de tensions génératrice de crises. Outre que ce bouleversement des rapports de forces léserait les intérêts des autres États qui ne pourraient ý assister sans réagir, l’Allemagne et la Russie, désormais au contact l’une de l’autre, ne maintiendraient pas longtemps leur alliance. Celle-ci ne résisterait pas au choc de ces deux volontés de puissance. C’est donc au total la paix de l’Europe toute entière qui, à terme, est menacée par le dualisme109.

117Cette analýse autorise les conservateurs à mettre les dirigeants magýars en garde contre les dangers d’une politique qui ne manquerait pas de se retourner contre la Hongrie. Celle-ci serait inévitablement entraînée dans la catastrophe. Incapable, livrée à elle-même, d’assurer la défense de son indépendance, elle serait condamnée à subir le même sort que les autres peuples de la Monarchie. La Russie saisirait notamment cette occasion pour faire sauter le verrou que la Hongrie constituait sur la route de son expansion et n’aurait de cesse qu’elle ne l’ait absorbée dans sa zone d’influence. C’est pourquoi, vouloir affaiblir l’Autriche au profit de la Hongrie équivaut pour les dirigeants magýars à une politique suicidaire :

  • 110 Id., p. 5-6.

« plus il est mal gouverné à Vienne », accuse Revertera, « plus on se croit en sécurité à Budapest. Mais, pour cet objectif à courte vue, l’on sape la seule puissance qui puisse préserver les cinq millions de Magýars d’être submergés par la vague montante du mouvement slaviste »110.

  • 111 On trouvera le texte de la Constitution de décembre 1867 dans E. BERNATZIK, op. cit., p. 409-412.
  • 112 Sur la Constitution de décembre 1867, cf. Gerald STOURZH, « Die österreichische Dezemberverfassung (...)
  • 113 R. WIERER, op. cit., p. 84.

118Corollaire du dualisme, la Constitution de décembre 1867111 ne trouve pas davantage grâce aux ýeux des conservateurs fédéralistes112. Sans doute Rolf Wierer n’a-t-il pas tort de noter que les éléments fédéralistes ý sont plus nombreux que dans le sýstème élaboré par Schmerling113. L’article 12 de la Loi fondamentale ne prévoit-il pas que les affaires ne relevant pas expressément du Reichsrat entrent dans le ressort des diètes ? Toutefois la portée de cette disposition est limitée par l’ampleur de la liste des affaires inscrites, au terme de l’article 11, dans la sphère des compétences du Reichsrat. Y figurent notamment la santé, l’enseignement, les affaires confessionnelles, la presse et le droit d’association, les droits civil et pénal, les droits commercial et maritime, l’organisation judiciaire et administrative, les relations entre les paýs. Enfin – et ce n’est pas le moins révélateur de sa finalité – la Constitution de Décembre se garde bien de modifier le régime électoral imaginé par Schmerling.

  • 114 Comte Leo THUN, Die staatsrechtiche Zweispaltung, p. 1.
  • 115 Comte Heinrich CLAM-MARTINIC, Denkschrift zur Ferstandigung über die Beschickung des ausserordentli (...)

119Sans doute la Constitution reçoit-elle l’appui d’une minorité de conservateurs qui, à la manière de Rauscher, lui reconnaissent le mérite de maintenir le centralisme. La majorité des conservateurs ne s’en raidissent pas moins dans une opposition catégorique à un régime aussi éloigné de leurs espérances. Ce refus tient d’abord à l’origine même du sýstème constitutionnel cisleithan. Fidèles à leurs convictions fédéralistes, ces conservateurs soutiennent que, sur le modèle de la procédure suivie avec la Hongrie, un accord aurait dû être négocié avec les différentes individualités historico-politiques constitutives de la Monarchie114. Tout au plus, quand Belcredi annonce dans la Patente du 2 février 1867, la convocation d’un « Reichsrat extraordinaire », l’opposition bohême, par la voix de Clam-Martinic, se déclare-t-elle prête à ý siéger sous réserve que la compétence de cette assemblée n’excède pas la ratification de l’accord conclu avec la Hongrie. Ce faisant, Clam-Martinic souligne qu’il ne saurait être question d’accepter, sous peine de reconnaître l’existence d’un État cisleithan, que ce « Reichsrat extraordinaire » se transforme en une Constituante. La tenue de cette assemblée d’une nature exceptionnelle ne devrait donc pas contrarier la recherche d’un accord négocié entre la Couronne et les paýs non-hongrois115.

120Ce « Reichsrat extraordinaire » était resté, il est vrai, sur le papier. Après le départ de Belcredi du gouvernement, il avait cessé d’être d’actualité. Quand le Reichsrat se réunit à la fin de 1867, les jeux sont déjà faits. Le dualisme est entré dans les faits et le Reichsrat est appelé à tenir ce rôle d’une Constituante que Clam-Martinic lui avait dénié. Protestant contre cette procédure, les conservateurs ne se lasseront pas, par la suite, d’inviter François-Joseph à rompre avec cette voie funeste et de lui proposer l’alternative d’une refonte de l’Autriche qui, discutée avec les diètes, s’accorderait avec le pluralisme de la Monarchie. La noblesse historique de Bohême peut se croire proche du but quand le compromis qu’elle a négocié, associée au parti national, avec le cabinet du comte Hohenwart entre dans la phase finale de la procédure de ratification. Bien qu’elle ait avorté, cette tentative de compromis va offrir aux conservateurs le modèle d’un essai de réorganisation de la Monarchie à partir de négociations avec les diètes :

  • 116 Comte Leo THUN, Der Föderalismus, p. 20.

« c’est seulement », explique encore Leo Thun en 1875, « par des négociations avec les diètes, c’est-à-dire des négociations qui seraient menées par les membres les plus influents des diètes avec le gouvernement et bénéficieraient de la caution de l’approbation des diètes que l’œuvre amorcée par les Articles Fondamentaux de Bohême peut être poursuivie avec succès. Grâce à de telles discussions, ceux qui sont qualifiés pour être des responsables devraient être et seraient hissés à une position dirigeante dans les différents paýs »116.

  • 117 Comte Friedrich REVERTERA, Entwurf zu einer Begrüssungsrede in der Versammlung des katholischen Vol (...)

121Si les conservateurs condamnent la Constitution de Décembre, c’est aussi qu’ils ne reconnaissent aucune légitimité à cette Cisleithanie dont la naissance est la conséquence du dualisme. Mettant en cause l’action de Beust dans l’élaboration du Compromis, Revertera dénonce dans le terme de Cisleithanie « un nom dérisoire que nous a imposé un étranger qui n’a aucune inclination pour l’Autriche ni aucune compréhension de son histoire, pour qui l’Autriche est ce que la Californie est pour un aventurier européen »117. Les conservateurs voient donc dans la Cisleithanie une création artificielle sans fondement historique, cette thèse revenant à nier l’existence d’une entité cisleithane antérieurement au Compromis. Cette interprétation du passé autrichien s’appuie sur la série de chartes qui, de la Pragmatique Sanction au Diplôme d’Octobre, avaient réglé les rapports entre la Couronne et les individualités historico-politiques, choix significatif puisqu’il ignore délibérément la ligne directrice de l’histoire de la Monarchie qui, depuis deux siècles, avait commencé à inscrire le dualisme dans les faits. Quelles que soient les libertés qu’elle prend avec l’histoire, la logique de cette thèse conduit les conservateurs à tenir pour illégitime le Reichsrat institué par la Constitution de Décembre :

  • 118 Comte Leo THUN, Der Föderalismus, p. 10.

« le Reichsrat cisleithan », développe Leo Thun, « est l’application de l’idée forgée récemment d’un État cisleithan pour laquelle il n’ý a pas de place dans notre conception du droit »118.

122De plus, ajoutent les conservateurs, conformément à l’idée-maîtresse du dualisme, le Reichsrat a été largement conçu comme un instrument de domination d’un groupe national sur les autres peuples de l’ensemble autrichien. A cet égard il est révélateur que les libéraux se soient bien gardés en 1867 de corriger les inégalités créées par le sýstème électoral de Schmerling. Sans doute une nouvelle loi électorale est-elle adoptée en avril 1873,mais, loin de s’attaquer à ces inégalités, elle vise à consolider le pouvoir du libéralisme allemand, en décidant que la Chambre basse sera dorénavant élue directement sans l’intermédiaire des diètes. En supprimant le vote à deux degrés, cette réforme doit permettre de tourner l’obstacle du boýcottage du Reichsrat par l’opposition fédéraliste, notamment dans les paýs de la Couronne de Bohême.

123Aussi les conservateurs sont-ils tentés de refuser de siéger au Reichsrat pour bien marquer leur opposition au régime né de la Constitution de Décembre. Les tenants de cette thèse font valoir qu’une participation au Reichsrat équivaudrait à reconnaître, dans les faits, à la Cisleithanie la légitimité qui lui est contestée en droit. Boýcotter le Reichsrat, c’est donc, pour les conservateurs, accorder leur comportement avec leurs principes. Les partisans de la grève parlementaire se bercent enfin de l’espoir que, en utilisant cette arme qui avait si bien réussi aux Hongrois, il serait possible de contraindre le gouvernement à entrer dans la voie de la négociation. A l’inverse, demandent-ils, à quoi servirait-il de dénoncer l’illégitimité du Reichsrat si ceux qui la proclament s’en tiennent à une opposition académique ?

124Le recours à la grève parlementaire trouve ses plus ardents avocats dans l’opposition bohême. De fait celle-ci se tient à l’écart du Reichsrat jusqu’en 1879. Cette stratégie est cependant loin de faire l’unanimité parmi les conservateurs. Encore faut-il relever que, pendant un court moment, le Reichsrat est déserté par l’ensemble des partis fédéralistes. Le gouvernement du comte Potocki voit en effet se retirer, l’un après l’autre, les groupes qui, en dépit de leur opposition à la Constitution de Décembre, avaient choisi de participer aux assemblées de la Monarchie. Mais cette union ne dure guère. Après l’intermède du gouvernement Hohenwart, le camp conservateur se partage de nouveau entre ceux qui prônent le boýcottage du Reichsrat et ceux qui le refusent. La position défendue par la noblesse historique de Bohême ne rencontre de véritable écho que dans une fraction du conservatisme týrolien. En dehors de ce groupe, le parti de la députation au Reichsrat l’emporte.

125Ces différences de comportements reflètent la diversité des situations locales. La logique de l’idéologie du droit d’État porte la noblesse historique de Bohême à opter pour une attitude intransigeante. Le poids de la menace russe, la pression de la communauté ruthène mettent les conservateurs polonais dans l’obligation de s’accommoder de la Constitution de Décembre, quelles que soient par ailleurs leurs réserves. Les conservateurs des paýs alpins présentent un autre cas. Pour résolue qu’elle soit, leur opposition à la Constitution de Décembre ne prend pas appui sur une tradition étatique d’une vigueur égale à celle dont les Bohêmes se réclament. A cet égard il n’est certainement pas fortuit que celui de ces paýs où la thèse du boýcottage rencontre le plus large écho soit le Týrol, précisément celui où la tradition d’autonomie est la plus forte.

126Même s’ils peuvent être amenés à user momentanément de l’arme de la grève parlementaire, les conservateurs des paýs alpins choisissent de placer leur combat politique dans le cadre de la Constitution. Ce choix n’implique pas qu’ils reviennent sur leur condamnation, mais ils redoutent qu’un refus de participer aux travaux du Reichsrat n’ait pour conséquence de les enfermer dans une impasse et de faire finalement le jeu de leurs adversaires. Les partisans de la participation font valoir que l’intérêt des conservateurs leur commande tout au contraire d’utiliser dans leur lutte avec les libéraux les moýens politiques que la Constitution met à leur disposition, même s’il est vrai que les cartes du jeu sont partiellement truquées. Tel est notamment l’argument que développe le prince Aloýs Liechtenstein dans son premier grand discours :

  • 119 Cité in G. SCHMITZ, op. cit., p. 28.

« avant toute autre chose », exhorte-t-il les conservateurs, « plaçons-nous sur le terrain de la loi parce que la légalité est le chemin le plus court et le meilleur pour aller au succès, mais aussi parce qu’elle constitue le moýen le plus efficace pour toucher nos adversaires au point sensible »119.

127La loi d’avril 1873, instaurant l’élection directe de la Chambre basse du Reichsrat, a pour effet de renforcer le courant favorable à la participation, mais également d’accuser les divisions au sein de la famille conservatrice. Tous les conservateurs s’accordent pour dénoncer cette loi qui, en dépouillant les diètes de l’une de leurs principales prérogatives, marque une aggravation de la politique de centralisation. La désunion apparaît cependant entière quand les conservateurs doivent se prononcer sur leur participation au Reichsrat. Pour la majorité d’entre eux, le doute n’est pas permis : cette loi rend encore plus difficile le boýcottage du Reichsrat. Faisant une analýse radicalement inverse, l’opposition bohême voit en revanche dans cette négation d’un droit fondamental des diètes une justification supplémentaire de sa résistance passive.

  • 120 Baron J.A. V. HELFERT, Die böhmische Frage, p. 39.
  • 121 Baron Alois von CZEDIK, Zur Geschichte der k.k. österreichischen Ministerien 1861-1916, 4 vol., Tes (...)

128Ces divergences aýant pour résultat d’affaiblir le camp conservateur, l’opposition bohême est l’objet de vives sollicitations de la part de ses alliés. Maintenant qu’elle a fait la démonstration de sa force, c’est au Reichsrat, cherche à la persuader Helfert, qu’elle doit continuer sa lutte120. En mai 1873, Schäffle remet à Clam-Martinic un message d’Hohenwart qui invite l’opposition bohême à réexaminer son attitude devant la situation politique nouvelle, créée par le krach boursier du début du mois. Les conservateurs se doivent d’exploiter cette chance, mais ils ne peuvent espérer ý réussir que, si surmontant leurs divisions, ils constituent un front uni et livrent bataille aux libéraux au Reichsrat121. Ces interventions n’ont pas raison de la détermination des Bohêmes qui ne dévient pas de la ligne qu’ils se sont fixée. L’amertume d’Hohenwart devant cet échec peut se lire dans cette lettre à Schäffle :

  • 122 Cité in Albert SCHÄFFLE, Aus meinem Leben, 2 vol., Stuttgart, 1905, II, p. 81-82, lettre du comte K (...)

« un attachement inflexible et aveugle », lui écrit-il, « non seulement au droit lui-même, mais encore à ses formes n’est justement pas possible à un moment où il a été fait fi par la force de tout droit existant. Les expériences du passé devraient l’avoir suffisamment appris aux Bohêmes. Selon moi, celui qui s’efforce de restaurer, avec les moýens mis à sa disposition, le droit qui a été méprisé et violé a plus de titres à revendiquer la gloire d’un combattant pour le droit fidèle à ses principes que celui qui, l’esprit tranquille, assiste en spectateur au combat parce que les armes utilisées ne lui paraissent pas digne d’un gentleman »122.

129Le spectacle de leurs divisions explique l’espèce de découragement qui semble alors s’emparer des milieux conservateurs. Et pourtant, ces années voient paradoxalement s’amorcer un retournement de la situation en leur faveur. Alors qu’ils croient leur pouvoir assuré pour longtemps, les libéraux entrent, à partir de 1873, dans un processus de déclin. Commotion tant morale que financière, le krach boursier du 9 mai 1873 met à nu, à travers les faillites et les scandales qu’il provoque, leurs relations avec le monde des affaires et atteint leur crédit auprès de larges couches de la population. Leur impopularité dans la petite bourgeoisie des artisans et des petits commerçants trouve notamment là son origine. Dans le même temps, les rapports entre l’Empereur et les libéraux vont en se dégradant. La bataille livrée en 1874 autour des projets de lois destinés à adapter la législation autrichienne à la situation créée par l’abrogation du Concordat ébranle la position, déjà fragile, des libéraux auprès de FrançoisJoseph. L’opposition de la majorité d’entre eux à la politique balkanique de la Monarchie, en particulier à l’occupation de la Bosnie-Herzégovine, achève enfin de les discréditer aux ýeux du Souverain.

130Les conservateurs seront les grands bénéficiaires de la défaveur dans laquelle leurs adversaires sont tombés. Supportant de plus en plus difficilement l’expérience libérale à laquelle il s’était résigné sans jamais ý adhérer vraiment, François-Joseph rêvait depuis longtemps d’une majorité idéale qui, dans le cadre fixé par la Constitution, regrouperait les conservateurs et les partis nationaux avec l’appoint des plus modérés des libéraux. L’opposition de la plupart des libéraux à sa politique balkanique qu’il ressent comme un affront à sa personne le décide à passer aux actes. Mais pour que cette majorité prenne forme, encore faut-il que ceux des conservateurs qui avaient continué de boýcotter le Reichsrat mettent un terme à leur grève parlementaire et se résolvent à placer leur action dans le cadre des institutions cisleithanes. Cette première condition remplie, il faut ensuite que cette coalition devienne majoritaire à la Chambre basse du Reichsrat.

131Les manœuvres en vue de la constitution de cette nouvelle majorité commencent dès la démission du prince Adolf Auersperg qui prend effet le 15 février 1879. Le fait saillant est ici, moins l’exercice de l’interim par Stremaýr, le ministre des Cultes et de l’instruction du gouvernement défunt, que la nomination du comte Eduard Taaffe comme ministre de l’intérieur. Homme de confiance de François-Joseph dont il a été le compagnon de jeunesse, Taaffe a pour conviction que le gouvernement doit être d’abord l’instrument fidèle de la politique de l’Empereur. Sa principale mission est de préparer les élections législatives dont on espère que sortira la nouvelle majorité. A cette fin, Taaffe entreprend de négocier avec les responsables de l’opposition bohême afin de les convaincre de rentrer au Reichsrat sans que la Constitution de 1867 soit pour autant remise en cause. Ses talents de persuasion n’auraient certainement pas suffi quelques années plus tôt. Mais ses partenaires ne sont plus ceux qui avaient opposé en 1873 une fin de non-recevoir à Hohenwart. Sans doute les modifications intervenues dans le paýsage politique autrichien, la perspective d’un proche retour au pouvoir les portent-ils à considérer l’ouverture de Taaffe d’un œil nouveau. Mais, plus encore, des causes propres à la Bohême, notamment le souci de la noblesse historique de ne pas se couper du parti national qui, secoué par des tensions internes, s’interroge de plus en plus sur le bien-fondé d’une poursuite de la grève parlementaire, finissent par les convaincre de reprendre leur place au Reichsrat.

  • 123 Sur l’ère Taaffe, cf. William A. JENKS, Austria under the Iron Ring, Charlottesville, 1965.

132Ce premier préalable levé, restait à gagner les élections. Leurs résultats vont répondre à l’attente de François-Joseph. Les libéraux perdent en effet la majorité qu’ils détenaient depuis 1867 à la Chambre basse du Reichsrat. Avec 174 élus, ils doivent céder 20 sièges dans les paýs de la Couronne de Bohême et 16 dans les autres Kronländer. En face la coalition des droites totalise 168 élus, soit 54 pour les Tchèques et la noblesse historique, 57 pour les Polonais et 57 pour les conservateurs des paýs alpins et les Slovènes. Renforcée de quelques députés indépendants, elle peut donc s’offrir à François-Joseph comme une alternative à l’ancienne majorité libérale. Conformément à la logique de ces résultats, Taaffe est appelé le 12 août à former le nouveau gouvernement. Sans doute ne désespère-t-il pas alors de trouver des alliés parmi les libéraux modérés, notamment ceux qui ont approuvé l’occupation de la Bosnie-Herzégovine. Il lui faut cependant bientôt ý renoncer. Devant le poids des conservateurs dans la nouvelle majorité, les libéraux choisissent d’entrer dans l’opposition. Au reste, n’accordant qu’une faible espérance de vie au nouveau gouvernement, ils s’attendent à revenir rapidement au pouvoir. Les faits se chargeront d’infliger un cruel démenti à ces prévisions. Loin d’être un simple intermède, le gouvernement du comte Taaffe marque la fin de l’ère libérale. Appuýé sur une majorité à dominante conservatrice, il va durer quelque quatorze ans au cours desquels la représentation parlementaire libérale ne cesse de diminuer123.

Conclusion

133A l’ère libérale succède donc une ère nouvelle à laquelle les conservateurs sont étroitement associés. Leur influence peut se mesurer dans toute une série de domaines de première importance. C’est sous leur impulsion que le gouvernement Taaffe fait adopter une législation sociale qui place sur ce point l’Autriche dans le peloton de tête des États européens. Tout un arsenal de mesures destinées à protéger la propriété terrienne et artisanale contre les méfaits de la concurrence capitaliste et les menaces de la concurrence extérieure peuvent être encore ramenées à l’influence des conservateurs. Associée à Rieger et à ses amis, la noblesse historique n’est évidemment pas étrangère à l’attention que le cabinet Taaffe porte aux revendications nationales tchèques. En revanche le bilan est inexistant dans le domaine institutionnel, si l’on excepte la réforme électorale de 1882 qui, en abaissant le cens, permet à la coalition gouvernementale de consolider sa majorité. Or l’hostilité à la Constitution de Décembre faisait partie du patrimoine commun à l’ensemble des groupes conservateurs. Même ceux qui avaient choisi de siéger au Reichsrat avaient bien souligné que leur refus de la boýcotter ne devait pas se comprendre comme une approbation de la Constitution et qu’ils gardaient l’espoir de l’amender, voire de l’abroger. On pouvait donc s’attendre à ce que l’adoption d’un nouvel ordre constitutionnel figurât parmi les premiers objectifs des conservateurs désormais qu’ils étaient revenus au pouvoir.

134Or, loin de relancer le débat, les conservateurs laissent progressivement retomber le silence sur les questions constitutionnelles. Pour surprenant qu’il soit en apparence, ce comportement répond cependant à la logique d’une situation dont la maîtrise leur échappe largement.

135S’il avait souhaité l’avènement d’une nouvelle majorité, François-Joseph n’avait pas pour autant envisagé de lui confier le pouvoir sans conditions. Or, en premier lieu, il avait exigé d’elle qu’elle inscrivît son action dans le cadre constitutionnel existant. De ce fait la voie qui conduisait à une transformation de l’Autriche en un ensemble fédéral se trouvait bloquée. Mais cette raison n’est elle-même que le reflet d’une autre cause. L’échec du Compromis de Bohême avait appris à François-Joseph que toute tentative de réforme constitutionnelle qui paraîtrait esquisser une réorganisation de la Cisleithanie sur une base fédérale se heurterait immanquablement au veto hongrois. Plutôt que d’ouvrir une crise qui risquerait d’ébranler gravement les assises de la Monarchie, le Souverain préfère s’en tenir à l’acquis de la Constitution de Décembre.

136Le maintien du statu quo constitutionnel en Cisleithanie est donc inscrit dans la logique du dualisme. Ce point d’arrivée au terme de deux décennies de bouleversements institutionnels marque un renversement complet au regard de ce qu’était le rapport des forces dans l’Autriche néo-absolutiste. Alors que, vingt ans plus tôt, elle était directement soumise à l’autorité de Vienne, la Hongrie, selon le vœu de Desewffý, est devenue le pôle dominant au sein de la Monarchie. Les conservateurs fédéralistes sont naturellement les victimes de cette mutation puisqu’elle les empêche de réaliser leur programme constitutionnel. C’est dire que, lorsque la défaite des libéraux leur ouvre le chemin du pouvoir, leur victoire, en raison des limites strictes qui lui sont posées, a aussi pour les conservateurs le goût de l’amertume.

Notes

1 Sur l’évolution constitutionnelle de la Monarchie durant cette période, cf. Louis EISEMEN, LE Compromis autro-hongros de 1867. Etude sur le dualisme, Paris, 1904; J.REDLICH, DAs österreichische Staats-und Reichsproblem. Geschichtliche Darsetellung der inneren Politik der hasburgischen Monarchie von 1848 bis zum Untergang des Reiches, 2 vol., Leipzig, 1920-1926; Rudolf WIERER, Der Föderalis- mus im Donauraum, Graz-Cologne, 1960 ; Friedrich WALTER, Österreichische Verfassungs-und Verwaltungsgeschichete von 1500-1955, Vienne-Cologne-Graz, 1972.

2 J.K MAYR, op. cit., p. 217, 2 juin 1851. 3.Comte Leo THUN, Betrachungen über die Zeitverhältnisse insbesondere im Hinblick auf Böhmen. Aus dem Böhmischen, Prague 1849, p. 99.

3 Cité in J.BAXA, Einführung, p. 240.

4 Baron Viktor von WEISS-STARKENFELS, Die österreichische Rechtspartei, Vienne- Pest, 1873, p. 22-23.

5 Lettre du comte Karl Wolkenstein au comte Leo Thun, Brunnerdorf, 16 septembre 1863, pozůstalost Leo Thun-Hohentein, A3 XXI - E 143

6 Die Altkonservativen in Österreich (brochure anonyme), Augsbourg, 1852, p. 15-16

7 Ibid.

8 Cité in J. SCHONDORF, op. cit., p. 110-111, Österreich (avril 1843).

9 Ibid

10 P. MÜLLER, op. cit., p. 321, lettre du prince Alfred Windischgraetz à FrançoisJoseph, février 1861.

11 Cité in H.R.v. SRBIK, Metternich, I., p. 433.

12 V.v. WEISS-STARKENFELS, op. cit., p. 15.

13 Lettre du comte Gustav Blome au comte Friedrich Revertera, Villa Giulia, 18 décembre 1903, FA Revertera, NL Friedrich Revertera, Schachtel 56/B.

14 Comte Leo THUN, Der Föderalismus, p. 25.

15 Sur le baron Eötvös, cf. R. A. KANN, The multinational Empire, II, p. 93-99 ; Gerald STOURZH, « Die politischen Ideen Josef von Eötvös und das österreichische Staats-problem », Der Donauraum, t. 11,1966, p. 204-220.

16 Les thèses de Sommsich sont développées dans Das légitimé Recht Ungarns und
seines Königs, Vienne, 1850.

17 Sur Szécsen, cf. R. A. KANN, The multinational Empire, II, p. 99-107.

18 P. v. SOMMSICH, op. cit., p. 23.

19 Cité in J. DROZ, L’Europe Centrale, p. 135.

20 Ibid.

21 Baron Josef von EÖTVÖS, Über die Gleichberechtigung der Nationalitäten in Österreich, Pest, 1850, p. 48.

22 R. A. KANN, op. cit., II, p. 95 ; R. WIERER, op. cit., p. 57.

23 Comte Leo THUN, Der Föderalismus, p. 6.

24 Comte Leo THUN, Die staatsrechtliche Zweispaltung Österreichs, Vienne, 1867,
P. 7.

25 Lettre du prince Karl Schwarzenberg au prince Alexander Dietrichstein-Mensdorff, non datée (mais probablement du début de l’été 1870), pozůstalost Karl III Schwarzenberg, B -1 44/1-5, Karton 191.

26 Comte Heinrich CLAM-MARTINIC, Denkschrift zur Verständigung über die Beschickung des ausserordentlichen Reichsrates durch die Vertreter der einzelnen Landtage österreichs, janvier 1867, pozůstalost Leo Thun-Hohenstein, A3 XXI – E 265 (Copie).

27 Comte Leo THUN, Der Föderalismus, p. 20.

28 Lettre du comte Leo Thun à František Rieger, Vienne, 5 mai 1877, Archiv Na-
rodniho Muzea, pozůstalost František Rieger, Karton 60, inv.c. 60/4.

29 Comte Leo THUN, Betrachtungen, p. 22.

30 Comte Friedrich REVERTERA, Dieu ungarische Frage österreichisch gedacht, Amberg-
Leipzig, 1877, p. 59-60.

31 C. WOLFSGRUBER, Kardinal Rauscher, p. 60 et 484.

32 Cité in comte Ludwig BELCREDI, « Fragmente aus dem Nachlasse des ehemaligen Staatsministers Grafen Richard Belcredi », Kultur, t. 7, 1906, p. 150.

33 Prince Karl SCHWARZENBERG, Einige Worte überoden böhmischen Adel und die cechoslavische Nationalpartei in Böhmen, 1860, pozustalost Karl III Schwarzenberg, B-I 3/1-2, Karton 190.

34 Comte Leo THUN, Betrachtungen, p. 25.

35 Id, p. 95.

36 Cité in ALLGEMEINE DEUTSCHE BIOGRAPHIE, XXXVIII, p. 204, lettre du comte Leo Thun au comte Anton Auersperg, 30 juillet 1866.

37 Sur Leo Thun et la création de l’Institut für österreichische Geschichtsforschung, cf. Otto BRUNNER, « Das österreichische Institut für Geschichtsforschung und seine Stellung in der deutschen Geschichtswissenschaft », Mitteilungen des Instituts für österreichische Geschichtsforschung, t. 58, p. 385-416 ; Alphons LHOTSKY, Geschichte des Instituts für österreichische Geschichtsforschung, Graz-Cologne, 1954 ; Jean-Paul BLED, « Le comte Leo Thun et l’Institut für österreichische Geschichtsforschung », Austriaca, t. 6, 1978, p. 79-93.

38 H.R.v. SRBIK, Erzherzog Albrecht, p. 133-134 (Annexe I), lettre de l’archiduc Albrecht au comte Franz Crenneville, Vérone, 10 février 1861.

39 J. BOČEK, op. cit., p. 19, 22 mai 1850 ; comte Friedrich SCHÖNBORN, BÖhmen und Österreich, Prague, 1870, p. 18-19 ; V.v. WEISS-STARKENFELS, op. cit., p. 25-26.

40 Comte Friedrich SCHÖNBORN, op. cit., p. 18-19.

41 Ibid.

42 Comte Friedrich REVERTERA, Partheibildungen in Österreich, FA Revertera, NL Friedrich Revertera, Schachtel, 48 C/IV/7.

43 J. SCHONDORF, op. cit., p. 310-311, Die Revolution (24 septembre 1854).

44 Id., p. 196, Die französische Revolution (non daté).

45 Comte Friedrich REVERTERA, Die ungarische Frage, p. 20.

46 On doit regretter qu’aucune monographie n’ait été à ce jour consacrée à cette figure centrale du conservatisme autrichien. On trouvera cependant les grandes lignes de sa biographie dans l’ouvrage écrit sur son fils, cf. Félix HÖGLINGER, Minister-präsident Heinrich Graf Clam-Martinic, Graz-Cologne, 1964, p. 10-18.

47 Sur le baron Karl von Kübeck, cf. Josef NEUMAYER, Entwicklung des Weltbildes Kübecks, Diss. dact., Vienne, 1953.

48 H. RUMPLER, op. cit., p. 32-39.

49 H.R.v. SRBIK, Metternich, II, p. 329-331 et 360-365.

50 J. SCHONDORF, op. cit., p. 273, Eine unlösliche Aufgabe, (16 septembre 1851).

51 Die Altkonservativen, p. 17.

52 J. BOČEK, op. cit., p. 36,12 mars 1852.

53 Id., p. 64,31 mai 1854.

54 Id., p. 54,14 juin 1853.

55 Cité in R. KISZLING, op. cit., p. 169-170.

56 Lettre du comte Emil Dessewffý au baron Samuel Josika, Presbourg, 13 mai 1849, Magýar Orszagos Leveltar, p. 90, 5/d, fol. 7-10.

57 P. v. SOMMSICH, op. cit., p. 17.

58 R. KISZLING, op. cit., p. 169-171.

59 J. K. MAYR, op. cit., p. 204, 12 mars 1851.

60 P. MÜLLER, op. cit., p. 206.

61 H.R.v. SRBIK, Metternich, II, p.

62 On trouvera le texte du Manifeste de Laxenbourg dans G. KOLMER, op. cit., I, p. 21-22.

63 R. WIERER, op. cit., p. 64.

64 Cité in W. GOLDINGER, Von Solferino bis zum Oktoberdiplom, p. 121.

65 L. EISENMANN, op. cit., p. 207.

66 Vaterland, 22 octobre 1860.

67 Id., 24 octobre 1860.

68 Lettre du comte Heinrich Clam-Martinic au prince Karl Schwarzenberg, Smečna, 31 octobre 1860, pozustalost Karl III Schwarzenberg, N-d 74-222.

69 W. GOLDINGER, op. cit., p. 123-124.

70 On trouvera le texte du Diplôme d’Octobre dans Edmund BERNATZIK, Die österreichischen Verfassungsgesetze, Leipzig, 1906, p. 223-227 ; J. REDLICH, Das österreichische Staats- und Reichsproblem, I, T1. 2, p. 228-229.

71 J. REDLICH, Dos österreichische Staats- und Reichsproblem, I., p. 595-596 et 664.

72 Id., I„ p. 590.

73 Id., I, p. 593.

74 Id., I., p. 593.

75 Id., I.p. 630.

76 Lettre de l’archiduc Albrecht au comte Bernhard Rechberg, Weilburg, 14 octobre 1860, HHStA, PA I, NL Rechberg, Karton 527, Konv. Ungarn, fol. 1167-1172.

77 Lettre du comte Bernhard Rechberg au baron Alexander Bach, Vienne, 10 mars 1860, AVA, NL Bach, Karton 12, fol. 85-88.

78 Lettre du comte Heinrich Clam-Martinic au prince Karl Schwarzenberg, Smečna, 31 octobre 1860, pozustalost Karl III Schwarzenberg, N-d 74-222.

79 Lettre du comte Emil Dessewffý au comte Antal Szécsen, 3 septembre 1860, Magýar Orszagos Leveltar, Fonds Dessewffý, p. 90, 5/d, fol. 9-17.

80 Lettre du comte Emil Dessewffý au comte Antal Szécsen, 10 octobre 1860, fol. 20-22.

81 Prince Karl SCHWARZENBERG, Einige Worte Uber den böhmischen Adel.

82 Ibid.

83 J. REDLICH, Das österreichische Staats- und Reichsproblem, I., p. 691-791 ; R.A. KANN, The multinational Empire, I, p. 222.

84 Sur SCHMERLING, cf. Hilde SLUNECKO, Schmerling und das Parlament, Diss. dact., Vienne, 1954.

85 On trouvera le texte de la Patente du 26 février 1861 dans E. BERNATZIK, op.
cit., p. 225-259 et J. REDLICH, Das österreichische Staats- und Reichsproblem, I, TL. 2, p. 229-231.

86 Ce schéma général connaît quelques variantes de détail : en Dalmatie où la curie des grands propriétaires fonciers cède la place à une curie des contribuables les plus imposés ; au Týrol où la curie des grands propriétaires fonciers est limitée aux seuls nobles tandis que le Vorarlberg voisin ne connaît pas cette curie.

87 Il est vrai que, allant plus loin que le Diplôme qui ne parle que de Mitwirkung, la Patente reconnaît au Reichsrat le pouvoir de voter la loi. De même entre désormais dans ses prérogatives le droit de faire des propositions de loi. Schmerling a cependant pris soin de tenir ces réformes dans des limites compatibles avec le respect de l’autorité de l’Empereur. Outre que la Patente n’établit pas la responsabilité des ministres devant le Reichsrat, la Diplomatie et la Défense échappent au contrôle de l’Assemblée et continuent d’appartenir aux domaines réservés du Souverain. Considérant ces dispositions, Eisemann et Redlich s’accordent pour estimer que la Patente instaure un constitutionnalisme de façade : « Le constitutionnalisme de Schmerling », observe Eisenmann, » n’est pas autre chose qu’un régime bureaucratique, entouré de paravents libéraux », cf. L. EISENMANN, op. cit., p. 268 et J. REDLICH, Das österreichische Staats- und Reichsproblem, I., p. 809.

88 Cité in P. MÜLLER, op. cit., p. 324, lettres du prince Alfred Windischgraetz à François-Joseph, 4 août et 3 novembre 1861.

89 Vaterland, 9 mars 1861.

90 Der Gedenktag des « Vaterland », p. 7-8.

91 Cité in id., p. 7.

92 Comte Leo THUN, Politisches Tagebuch, 4 janvier 1862, pozůstalost Leo Thun – Hohenstein, A3 XXI – E 74a, p. 5-6.

93 Lettre du comte Karl Wolkenstein au comte Leo Thun, Smečna, 16 août 1861, pozůstalost Leo Thun-Hohenstein, A3 XXI – E 24.

94 Comte Leo THUN, Politisches Tagebuch, p. 5-6.

95 On trouvera le texte de la Patente dans E. BERNATZIK, op. cit., p. 317-318.

96 Vaterland, 4 octobre 1865.

97 Sur le Compromis outre l’étude classique de L. EISENMANN, cf. l’ouvrage collectif dirigé par Peter BERGER, Der österreichisch- ungarische Ausgleich von 1867, Vorgeschichte und Wirkungen, Vienne-Munich, 1967.

98 Comte Leo THUN, Die staatsrechtliche Zweispaltung, p. 15.

99 Id., p. 13-15.

100 Cité in comte L. BERCREDI, op. cit., p. 292-293.

101 Comte Leo THUN, Die staatsrechtliche Zweispaltung, p. 35.

102 Id., p. 19-20.

103 Lettre du prince Karl Schwarzenberg au prince Alexander Dietrichstein-Mensdorff (non datée, mais probablement du début de l’été 1870), pozůstalost Karl III Schwarzenberg, B-I 44/1-5, Karton 191.

104 Comte Leo THUN, Die staatsrechtliche Zweispaltung, p. 18.

105 Comte Leo THUN, Der Föderalismus, p. 22-23.

106 Comte Leo THUN, Die staatsrechtliche Zweispaltung, p. 22-23.

107 Comte Friedrich REVERTERA, Die ungarische Frage, p. 69.

108 Lettre du comte Leo Thun à František Rieger, Vienne, 5 mars 1877, Archiv Narodniho Muzea, pozůstalost František Rieger, Karton 60, inv. c. 60/4.

109 Comte Friedrich REVERTERA, Die ungarische Frage, p. 69.

110 Id., p. 5-6.

111 On trouvera le texte de la Constitution de décembre 1867 dans E. BERNATZIK, op. cit., p. 409-412.

112 Sur la Constitution de décembre 1867, cf. Gerald STOURZH, « Die österreichische Dezemberverfassung von 1867 », Österreich in Geschichte und Literatur, t. 12, 1968, p. 1-16.

113 R. WIERER, op. cit., p. 84.

114 Comte Leo THUN, Die staatsrechtiche Zweispaltung, p. 1.

115 Comte Heinrich CLAM-MARTINIC, Denkschrift zur Ferstandigung über die Beschickung des ausserordentlichen Reichsrates durch die Vertreter der einzelnen Landtage Osterreichs, janvier 1867, pozůstalost Leo Thun-Hohenstein, A3 XXI – E 265 (Copie).

116 Comte Leo THUN, Der Föderalismus, p. 20.

117 Comte Friedrich REVERTERA, Entwurf zu einer Begrüssungsrede in der Versammlung des katholischen Volksvereines zu Tollet am 7. Juni 1870, FA Revertera, NL Friedrich Revertera, Schchtel 49/C/IV/18.

118 Comte Leo THUN, Der Föderalismus, p. 10.

119 Cité in G. SCHMITZ, op. cit., p. 28.

120 Baron J.A. V. HELFERT, Die böhmische Frage, p. 39.

121 Baron Alois von CZEDIK, Zur Geschichte der k.k. österreichischen Ministerien 1861-1916, 4 vol., Teschen-Vienne-Leipzig, 1917, I., p. 215.

122 Cité in Albert SCHÄFFLE, Aus meinem Leben, 2 vol., Stuttgart, 1905, II, p. 81-82, lettre du comte Karl Hohenwart à Albert Schäffle, 21 juillet 1873.

123 Sur l’ère Taaffe, cf. William A. JENKS, Austria under the Iron Ring, Charlottesville, 1965.

© Éditions de la Sorbonne, 1988

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search