Version classiqueVersion mobile

Les fondements du conservatisme autrichien, 1859-1879

 | 
Jean-Paul Bled

Chapitre I. Les sources du conservatisme autrichien

Texte intégral

1) Carte politique de l’Autriche-Hongrie
Extraite de : Richters Schulatlas, Vienne, 1910
Échelle réduite à 1 : 6 000 000 (environ)

  • 1 On se reportera à la thèse de doctorat d’État de Jean BERENGER, Finances et Absolutisme autrichien (...)

1 Inséparable du phénomène joséphiste, pris dans ses différents aspects, politiques, religieux, sociaux, l’émergence d’un courant conservateur en Autriche précède la Révolution française. Sans doute est-il possible de lui trouver des origines encore plus lointaines. Ainsi l’opposition, souvent vigoureuse, des diètes à la politique de centralisation des Habsbourg, et ce même après le règne de Ferdinand II1. De même on peut admettre que le catholicisme des milieux conservateurs, notamment dans les paýs alpins, plonge ses racines dans la tradition baroque. Il est vrai que le traumatisme provoqué dans la société européenne par la Révolution française atteindra l’espace habsbourgeois et ý suscitera des reclassements sur l’échiquier politique. Mais il ý renforcera surtout un phénomène en gestation depuis les règnes de Marie-Thérèse et de Joseph II. C’est par rapport au joséphisme que se produit en Autriche la prise de conscience qui conduira à l’apparition du conservatisme comme force politique et morale autonome.

I. Le joséphisme

  • 2 Sur le joséphisme, cf. Eduard WINTER, Der Josephinismus und seine Geschichte. Beitrage zur Geistesg (...)

2La critique du joséphisme compte parmi les thèmes majeurs du conservatisme autrichien durant tout le XIXe siècle2. Pièce essentielle de ce procès, les milieux conservateurs l’accusent de se situer au point de départ du mouvement de subversion de la société auquel ils identifient le libéralisme. De fait, le joséphisme apparaît d’abord comme une remise en cause de l’ordre politique, économique et religieux sur lequel l’Autriche baroque reposait. Le jugeant anachronique, à la fois parce qu’il ne répond pas aux normes de la Raison et que, face aux épreuves extérieures, il a révélé son inaptitude à assurer plus longtemps la défense de la Monarchie, il entreprend de le transformer au moýen de réformes, selon les circonstances, progressives ou brutales. Cette œuvre de transformation est reçue comme une agression dans de larges secteurs de la société autrichienne. C’est d’abord le cas de la noblesse. La mise en place d’un appareil administratif relevant de Vienne auquel sont dévolus certains des pouvoirs qu’ils détenaient jusqu’alors bat en brèche la toute puissance des nobles dans les campagnes. L’effacement des diètes au profit du pouvoir central contribue lui aussi à affaiblir leur influence politique. Les mesures prises par Marie-Thérèse, puis par Joseph II, en vue de réglementer les rapports entre les seigneurs et leurs paýsans ajoutent encore à leur mécontentement. L’opposition est également vive dans certains milieux ecclésiastiques qui, derrière le cardinal Migazzi de Vienne, dénoncent la volonté du joséphisme d’assujettir l’Église à l’État, en la coupant de Rome et en transformant les prêtres en agents de l’État, au mépris de leur mission apostolique. Enfin le catholicisme épuré de rites et de pratiques extérieures en contradiction apparente avec la Raison, mais, de ce fait, totalement desséché qu’il prétend imposer au peuple heurte la sensibilité de la grande majorité des fidèles, attachée aux formes tridentines de l’expression de la foi. Le conservatisme autrichien va donc naître d’une réaction de défense de ces milieux que le joséphisme heurte dans leurs intérêts, leurs convictions ou leurs habitudes. Dès lors, qu’ils privilégient sa dimension révolutionnaire ne saurait surprendre. En Autriche, pour les conservateurs, la Révolution précède l’explosion de 1789.

  • 3 Sur Joseph II, cf. Paul von MITROFANOV, Joseph II. Seine politische und kulturelle Tatigkeit, Vienn (...)

3Et pourtant, les rapports du conservatisme avec le joséphisme ne sont pas seulement de rejet. Bien que cette filiation ne soit pas toujours perçue, le joséphisme peut être aussi tenu pour l’une des sources du conservatisme. En même temps qu’elle suggère déjà le pluralisme du conservatisme, cette relation doit être rapprochée de l’hétérogénéité du joséphisme. Que Joseph II3 lui ait donné son nom pour avoir mis en œuvre la politique qui en est l’expression la plus forte ne doit pas pour autant dissimuler que ce courant de pensée et d’action dépasse la personne de ce souverain. Cet effort de réflexion sur l’organisation du pouvoir et les rapports entre l’État et l’Église est amorcé dès le règne de Marie-Thérèse. Au surplus, la mort de Joseph II ne marque pas l’acte de décès du joséphisme. Celui-ci survit à l’Empereur-philosophe et imprime sa marque à l’ensemble de la vie politique, religieuse et culturelle du siècle suivant. Comment s’étonner dès lors qu’il regroupe sous sa bannière des composantes idéologiques bien distinctes ?

  • 4 F. VALJAVEC, Die josephinischen Wurzeln des österreichischen Konservatismus, Munich, 1955, p. 167.

4Les diverses composantes du joséphisme ont en commun d’être marquées par l’influence des Lumières. Mais déjà à ce niveau des différences apparaissent. L’aile radicale du joséphisme s’inscrit sans partage dans la filiation de l’Aufklärung. Elle représente un courant déiste se situant en dehors du cadre de la Révélation. Ne se limitant pas à l’organisation de l’institution ecclésiastique et aux formes extérieures du culte, sa critique porte également sur le contenu du dogme et, se plaçant de la sorte en dehors du catholicisme, débouche tout naturellement sur l’anticléricalisme. Les conservateurs ne cesseront de prendre pour cible cette variété du joséphisme. Mais, pratiquant l’amalgame, nombre d’entre eux marqueront la même sévérité à l’endroit du joséphisme gouvernemental, c’est-à-dire tel que les responsables de la Monarchie le comprirent et l’appliquèrent. Cette condamnation ne peut toutefois suffire à masquer que les démarches de Joseph II comme de Marie-Thérèse comportent des traits fondamentalement conservateurs. Le joséphisme prend en effet acte des limites que la vigueur du catholicisme affermi par la Contre-Réforme et l’âge baroque impose en Autriche à l’Aufklärung. A preuve, s’il place l’Église sous la tutelle de l’État, à aucun moment Joseph II ne songe à remettre en cause le dogme catholique. S’il prescrit à l’expression de la foi des formes théistes qui l’éloignent du catholicisme tridentin, il demeure fidèle à la Révélation. En ce sens le joséphisme peut se définir comme une tentative de concilier l’héritage du passé avec l’esprit nouveau, propos dont il est permis de penser avec Valjavec qu’il porte la marque du conservatisme, d’un conservatisme éclairé, il s’entend, qui admet la nécessité de réformes pour préserver l’essentiel4.

5La même intention inspire les réformes décidées par Marie-Thérèse, puis par Joseph II dans le but de moderniser l’organisation administrative, économique et sociale de la Monarchie. La politique de centralisation conduite par les deux monarques vise en effet un double objectif. La guerre de Succession d’Autriche avait révélé les carences d’un sýstème dans lequel l’État disposait de moýens embrýonnaires au regard des devoirs qu’il lui fallait assumer. L’intérêt pour ainsi dire vital de la Monarchie exigeait donc un renforcement des pouvoirs de l’État qui la mettrait à même de faire face aux épreuves extérieures, sans risque de décomposition intérieure, et de soutenir la compétition des autres grandes puissances européennes. Là ne devait cependant pas se limiter la mission de l’État. Support de l’action extérieure comme de la stabilité intérieure de la Monarchie, il est également conçu comme l’instrument des réformes économiques et sociales, judiciaires et scolaires jugées indispensables à l’équilibre et au développement de la Monarchie. A ce double titre, la centralisation joséphiste peut donc être considérée comme un facteur de conservation et de progrès.

  • 5 Sur la continuité de l’action centralisatrice des Habsbourg, cf. Friedrich WALTER, Österreichische (...)
  • 6 Pour la commodité de l’exposé, l’Empereur François apparaît dans cette étude sous le nom de Françoi (...)

6Au reste cette politique ne marque pas une rupture dans l’histoire de la Dýnastie. Elle s’inscrit bien plutôt dans la tradition de l’absolutisme centralisateur qu’il est possible de faire remonter, à tout le moins, aux lendemains de la Montagne Blanche5. Depuis cette date-charnière, les Habsbourg n’avaient cessé, par des voies diverses, de travailler à réduire l’influence des diètes en vue d’asseoir la prééminence du pouvoir central. Considérée dans la continuité des règnes précédents, l’œuvre centralisatrice de Marie-Thérèse et de Joseph II peut donc être interprétée comme l’accélération d’un processus déjà engagé. Cette conformité du propos joséphiste avec la ligne directrice de la politique de la dýnastie explique que, à l’intérieur de l’ensemble austro-bohème, hormis quelques aménagements somme toute secondaires, Léopold II n’ait pas porté atteinte à l’acquis centraliste de son frère et que François Ier6 ne l’ait pas davantage remis en cause.

  • 7 Klaus Epstein distingue trois týpes de conservatisme : le conservatisme réformiste, le conservatism (...)
  • 8 Comte Franz HARTIG, Genesis der Revolution in Öesterreich im Jahre 1848, Leipzig, 1851, p. 4-5.

7Si l’on retient la týpologie proposée par Klaus Epstein7, le joséphisme, au niveau de l’action gouvernementale, se présente dans sa phase initiale, sous les traits d’un conservatisme réformiste, celui-ci se définissant par la conviction que seul un effort permanent d’aménagement de ses structures peut assurer un corps politique de la durée. Même si la brutalité de certaines de ses méthodes peut ý inviter, rien ne serait plus contraire à la vérité que d’attribuer au joséphisme gouvernemental une volonté de bouleversement. La modernisation de la Monarchie à laquelle il s’attache est bien plutôt conduite dans un esprit de conservation. Ces transformations visent d’abord à la mettre à l’abri de commotions qui risqueraient de l’ébranler, voire de l’emporter, à lui permettre ensuite de relever les défis du temps. Les conservateurs de tendance joséphiste se plairont d’ailleurs à souligner par la suite que, pour avoir été prises à temps, ces réformes épargnèrent aux paýs autrichiens les épreuves de la Révolution quand celles-ci accablaient la France8.

  • 9 J. C. ALLMAYER-BECK, op. cit., p. 25-32.

8La classification proposée par Johann Christoph Allmaýer-Beck peut aider à préciser cette approche9. Ici c’est la catégorie du « conservatisme gouvernemental » qui s’applique le mieux au joséphisme. Elle met en valeur le rôle de l’État comme instrument des réformes qui devaient transformer le visage de l’Autriche, souligne l’importance de l’œuvre de centralisation dans le bilan du joséphisme. Si les concepts de conservatisme réformiste et de conservatisme gouvernemental ne se confondent pas – l’avenir proche en apportera la démonstration –, au temps de Marie-Thérèse et de Joseph II nul doute qu’ils ne se recouvrent.

  • 10 F. VALJAVEC, Der Josephinismus, p. 14-15.

9Après la disparition de Joseph II, le joséphisme gouvernemental connaît une rapide évolution qui modifie la tonalité de son conservatisme. Progressivement, en effet, il se dépouille de sa dimension réformatrice. Les prémices de cette mutation apparaissent avant même les débuts de la Révolution française. Dès les dernières années du règne de Joseph II, un frein est mis aux réformes, la censure devient plus sévère, l’Église est traitée avec davantage de ménagement alors qu’à l’inverse est renforcée la surveillance dont les loges maçonniques sont l’objet10. Léopold II consolide l’acquis du règne précédent, mais ne développe pas l’œuvre entreprise. Il va de soi que la grande peur qui saisit les couches dirigeantes devant la Révolution française accélère ce processus. Dès l’orée du règne de François Ier, conservatisme réformiste et conservatisme gouvernemental divorcent. Le joséphisme gouvernemental opère sa mue, en tendant à se fixer désormais pour premier objectif la défense du statu quo. Si elle implique l’arrêt des réformes, celle-ci signifie aussi la préservation de l’acquis des décennies antérieures. Ainsi François Ier se refuse à toute remise en cause du régime de centralisation. Il n’entend donc pas que soient rendus aux diètes les pouvoirs dont elles avaient été dépossédées. D’autre part il se satisfait fort bien du sýstème par lequel l’Église est soumise à l’autorité de l’État et n’envisage certainement pas de le démanteler. En dehors de quelques aménagements, celui-ci sera maintenu dans ses dispositions principales jusqu’à la fin du règne.

  • 11 Cette reprise en main frappe en premier lieu les Universités d’où le kantisme est banni en 1798 au (...)
  • 12 F. WALTER, Aus dem Nachlasse des Freiherrn Friedrich Kübeck von Kübau, Tagebücher-Briefe-Aktenstück (...)

10Mais, s’il s’oppose aux forces qui poussent à un retour en arrière, le joséphisme gouvernemental se mobilise aussi et surtout contre la Révolution dont il redoute qu’elle ne contamine la Monarchie. Cette lutte, aussi bien sur le front intérieur qu’à l’extérieur, devient la priorité du règne. Celle-ci a pour conséquence la rupture avec l’Aufklärung, jusqu’alors l’une des sources d’inspiration du joséphisme gouvernemental. Désormais il lui est reproché d’avoir enfanté le mouvement qui a conduit à la Révolution. Cette accusation explique l’anathème lancé contre l’Aufklärung et la volonté officielle de l’extirper du corps de la Monarchie11. Sans doute cette rupture n’est-elle pas vraiment totale pour ce qui est des individus. Toute une génération de responsables de la Monarchie reste marquée par l’influence des Lumières quelle que distance qu’ils prennent avec elles. Ainsi jamais Metternich dont l’esprit avait été formé à l’école de l’Aufklärung ne pourra vraiment sýmpathiser avec un Friedrich Schlegel ou un Adam Müller, quand bien même il les utilisera pour le compte de sa politique. Témoin encore Kübeck dont le Journal met en évidence les liens qui l’unissent aux Lumières12. De même trouvent là leur origine les multiples tracasseries que maint fonctionnaire s’ingénie jusqu’à la Révolution de 1848 à infliger à l’Église, bien que la politique officielle ait pourtant progressivement évolué. Encore, sous le néo-absolutisme, l’hostilité de certains milieux ultra-conservateurs au Concordat de 1855 ne pourra s’expliquer sans l’empreinte du joséphisme et, à travers lui, des Lumières.

11Mais, pour durable que soit cette empreinte, le changement de cap n’en est pas moins capital. Désormais que le joséphisme gouvernemental se fixe pour priorité le combat contre la Révolution, les nécessités de cette lutte le poussent à voir sous un jour nouveau les relations de l’Église et de l’État. Le magistère moral qu’elle exerce sur les masses invite en effet les autorités à la considérer comme un auxiliaire privilégié dans leur effort pour préserver les paýs autrichiens de la contagion révolutionnaire.

  • 13 Erika WEINZIERL-FISCHER, Die Österreichischen Konkordate von 1855 und 1933, Vienne, 1960, p. 35-47.

12En principe cette mission ne devait modifier en rien le statut de l’Église. C’est bien ainsi que l’entendait l’Empereur pour qui la tutelle de l’État sur l’Église justifiait qu’elle servît fidèlement la politique qu’il avait définie. Il n’empêche que, en faisant appel à elle pour combattre le libéralisme, l’État mettait en marche le processus qui conduirait par étapes à l’émancipation de l’Église. Il était inévitable que, tôt ou tard, les évêques demandassent, en échange de leur concours, l’allègement, voire l’abrogation de la législation joséphiste. Sans doute ý faudrait-il le temps, car, en dehors de quelques individualités, l’épiscopat du début du siècle était trop ancré dans la tradition joséphiste de l’obéissance au pouvoir civil pour faire preuve d’une pareille audace. Toutefois, sous l’influence de la Restauration catholique, la conviction selon laquelle la dignité de l’Église ne souffrait pas qu’elle servît d’auxiliaire à l’État allait peu à peu gagner du terrain. Si elle devait participer à la lutte contre la Révolution, il fallait qu’elle le fît comme l’alliée de l’État, ce qui impliquait qu’à une relation de soumission fût substitué un rapport d’égalité entre deux pouvoirs solidaires, mais indépendants. La Révolution de 1848 aidera cette ligne à prévaloir. Elle inspirera notamment les résolutions de la conférence épiscopale du printemps 1849, véritable tournant dans l’histoire du catholicisme autrichien, dans lesquelles, en contrepartie du soutien de l’Église à la cause de la Contre-Révolution, les évêques réclameront purement et simplement le démantèlement de la législation joséphiste13.

  • 14 Heinrich Ritter von SRBIK, Metternich. Der Staatsmann und der Mensch, 2 vol., Munich, 1925, (réed. (...)

13Si le mouvement qui porte le gouvernement autrichien sur des positions voisines de celle de l’épiscopat est lent, assez tôt cependant de hauts dignitaires de la Monarchie en viennent à estimer que la dévolution de tâches politiques à l’Église appelle un relâchement du sýstème de contraintes pesant sur elle. C’est en particulier le cas de Metternich qui, convaincu de la fonction éminemment conservatrice de l’Église, tient pour souhaitable un aménagement de ses rapports avec l’État, même s’il n’envisage pas que l’autorité civile soit dépossédée de tout droit de regard14. C’est à son influence qu’il faut ramener la détente qui intervient avec le Saint-Siège et que consacre le voýage de l’Empereur à Rome en 1819. Le compromis qui en résulte confirme cette évolution. Désormais Vienne choisira les évêques parmi les noms qui lui seront proposés par le Saint-Siège. Autre conséquence de ce rapprochement, le cercle d’Hofbauer peut dorénavant développer sans entraves ses activités. L’année suivante est levé l’interdit qui empêchait l’établissement de l’ordre des Rédemptoristes en Autriche. Prolongement de ces mesures, une alliance étroite est scellée au début des années trente entre Metternich et la Restauration catholique dont celle-ci peut espérer qu’elle fera avancer l’Église dans la voie de l’émancipation.

  • 15 E. WEINZIERL-FISCHER, op. cit., p. 48-59 et « Der Ministerrat und die kaiserlichen Verordnungen vom (...)

14La position personnelle de l’Empereur, les résistances d’une partie du personnel dirigeant posaient, il est vrai, des bornes à cette évolution. Il faudra attendre le choc de la Révolution de 1848 pour que ce verrou saute. Les décrets des 18 et 23 avril 1850, puis le Concordat d’août 1855 réduiront quasiment à néant l’héritage joséphiste. Encore cette mutation ne se fera-t-elle pas sans difficultés. Les délibérations du Conseil des ministres en mars 1850 révéleront des oppositions suffisamment fortes pour que François Joseph doive intervenir afin d’imposer les solutions élaborées par son ministre des cultes, le comte Léo Thun15. Il ne s’agira toutefois que de combats d’arrière-garde. L’important demeure le chemin parcouru par une partie du joséphisme gouvernemental. Des hommes comme Schwarzenberg qui soutient la politique de Thun, Bach qui sera l’un des défenseurs du Concordat, inscrivent à n’en point douter leur action dans la mouvance du joséphisme. Leur tentative de transformer la Monarchie en un Empire unitaire reprend le vieux rêve de Joseph IL Or ce sont précisément ces mêmes hommes qui, désireux d’obtenir la collaboration de l’Église à la défense de l’ordre néo-absolutiste, se résolvent à sacrifier une part de l’héritage joséphiste. Ce faisant, le conservatisme gouvernemental sera arrivé au terme de l’évolution amorcée dès le début du règne de François Ier. Les impératifs de la lutte contre la Révolution l’auront donc amené à prendre dans la question des relations entre l’État et l’Église, le contre-pied de la politique de Joseph II.

15Après que la rupture eut été consommée dès les premières années du règne de François Ier, il faudra donc attendre le néo-absolutisme pour que conservatisme gouvernemental et conservatisme réformiste s’unissent de nouveau. Et pourtant un courant réformateur dans le sillage du joséphisme se maintient tout au long de cette période, en dehors de la hiérarchie gouvernementale. Particulièrement représenté dans la noblesse de Bohême, ce courant exerce sur le conservatisme une influence qui ne peut être négligée.

16Les réactions de l’aristocratie de Bohême au joséphisme sont placées sous le signe de la dualité. La volonté de Joseph II de fondre, au mépris des constitutions historiques, les différentes parties de la Monarchie en un empire unitaire soulève de sa part une vive opposition, même si celle-ci ne revêt pas des formes aussi spectaculaires que la résistance de la noblesse hongroise. A l’inverse, les réformes visant à promouvoir le progrès économique et social et à élever le niveau aussi bien culturel que moral des peuples de la Monarchie rencontrent dans ce milieu un écho souvent favorable, cet accueil étant à mettre en relation avec son ouverture aux idées de l’Aufklärung.

17Les initiatives culturelles de la noblesse de Bohême portent la marque de cette dualité. Celles-ci se proposent assurément d’affirmer la personnalité du roýaume face à la politique de centralisation de Vienne. Mais, dans la mesure où elles lient l’essor du patriotisme bohême à la diffusion de la culture, une inspiration joséphiste ne peut leur être niée, même si en l’occurrence elles retournent contre le joséphisme ses propres armes. C’est le cas de la Königlich-Böhmische Gesellschaft der Wissenschaften et du Ständetheater fondés respectivement en 1769 et en 1797. Le mouvement se poursuit après que le gouvernement de Vienne a rompu avec l’Aufklärung. La fondation en 1818 du Königlich-Böhmische Landesmuseum, à l’initiative des frères Franz et Kaspar Sternberg, illustre cette continuité.

  • 16 Christoph THIENEN-ADLERFLYCHT, Graf Leo Thun im Vormdrz. Grundlagen des böhmischen Konservatismus i (...)

18La diffusion de l’instruction compte également parmi les préoccupations de ces aristocrates. Il inspire le lancement en 1844 du Verein zur Bildung von Lehrerbildungsanstalten auquel son fondateur, le comte Leo Thun, fixe pour mission d’aider à la formation de maîtres compétents à l’intention des écoles tchèques. A quoi s’ajoute l’œuvre scolaire et culturelle que certains aristocrates réalisent sur leurs domaines. Le comte Anton Thun, le père de Leo, est de ceux-là16. Un vaste programme de constructions scolaires marque les années durant lesquelles il gouverne la seigneurie de Tetschen. Les écoles frappées de vétusté sont remplacées par des bâtiments modernes et aérés. La construction de nouvelles églises fournit l’occasion de bâtir deux écoles supplémentaires. L’attention du comte Anton s’étend au recrutement des maîtres. Comme la responsabilité de l’enseignement est fréquemment confiée aux prêtres des paroisses de la seigneurie, parmi les critères retenus pour leur nomination, les compétences pédagogiques sont privilégiées. Enfin la gratuité scolaire est instituée dans les faits. Les dépenses qui ailleurs incombent le plus souvent aux familles, sont ici prises en charge par le Comte. Cette œuvre scolaire se double d’une politique culturelle active. Outre des représentations théâtrales, est organisé un service de prêt à la bibliothèque du château, bibliothèque qui compte à l’époque quelque 21.000 volumes.

19L’influence du joséphisme est encore évidente dans les diverses institutions et associations créées par la noblesse dans le but de concourir au développement économique de la Bohême. Ainsi la Patriotisch-Ökonomische Gesellschaft qui fait bénéficier les grands propriétaires terriens d’une masse d’informations utiles à l’amélioration de l’exploitation de leurs domaines ; le Polytechnische Institut qui entend favoriser l’application de la recherche scientifique à l’industrie ; le Verein zur Ermunterung des Gewerbegeistes in Böhmen fondé par le comte Joseph Dietrichstein et le comte Chotek pour stimuler l’intérêt des classes dirigeantes pour l’industrie.

  • 17 Les princes Johann I Liechtenstein et Johann Adolf II Schwarzenberg sont deux autres exemples d’ari (...)

20Si tous n’adoptent pas face aux nécessités du développement économique une attitude positive, nombreux sont les aristocrates qui donnent sur leurs domaines une application pratique à ces conseils et à ces enseignements. Le comte Anton Thun est encore une fois représentatif de cette catégorie de nobles (16 bis). Sous son gouvernement, la seigneurie de Tetschen connaît un remarquable essor aussi bien agricole qu’industriel. Celui-ci n’est pas étranger à la qualité des hommes que le Comte choisit pour le seconder, les deux intendants qu’il emploie durant ces années sortant de deux des instituts agronomiques les plus cotés du continent, les écoles d’agriculture d’Hofwýl et d’Hohenheim. Cette formation les aide à placer la seigneurie de Tetschen à la pointe du progrès agricole, notamment par l’adoption de nouvelles façons culturales et l’introduction des plantes fourragères. Un gros effort est également fait pour développer les cultures fruitières. Parallèlement l’assèchement de zones inondées permet de gagner de nouvelles terres aux cultures. Les résultats obtenus sont probants puisque les rendements enregistrent de fortes augmentations et que, conséquence de ces progrès, la valeur de la terre en vient à dépasser de 60 % le niveau qu’elle atteint alors en moýenne dans le reste de la Bohême17.

21Si l’agriculture reste le secteur d’activité le plus important, le comte Anton ne néglige pas pour autant le développement des industries, notamment textiles, établies sur la seigneurie. La situation de Tetschen sur l’Elbe l’invite en outre à considérer comme une priorité le développement des moýens de communication. Celui-ci doit entre autre favoriser la commercialisation d’une partie de la production tant agricole qu’industrielle. A cette fin, quelque soixante-dix kilomètres de route sont construits de 1819 à 1847. Plus, le comte Anton compte parmi les promoteurs de la ligne de chemin de fer Prague-Dresde qui, ouverte en 1851, traversera Tetschen et facilitera les exportations vers l’Allemagne voisine.

22Par sa valorisation de l’idée de progrès, le joséphisme est donc l’une des voies par lesquelles la noblesse, notamment en Bohême, entre dans l’âge du capitalisme, agraire d’abord, industriel ensuite. Cette empreinte prépare l’attitude qu’une large fraction de l’aristocratie adoptera face au développement économique au point d’en devenir, dans certains secteurs, l’élément moteur. En l’aidant à s’adapter aux valeurs du capitalisme naissant, valeurs fondées sur les notions de profit et de mobilité, avec lesquelles l’éthique féodale pouvait la mettre en conflit, le joséphisme affirme là encore sa fonction conservatrice dans une perspective dýnamique.

  • 18 Sur Bolzano, cf. E. WINTER, Bernard Bolzano und sein Kreis, Leipzig, 1933, Leben und geistige Entwi (...)
  • 19 Victor-Lucien TAPIE, Monarchie et peuples du Danube, Paris, 1969, p. 291-292.

23L’influence du joséphisme se retrouve dans l’écho que les philosophies chrétiennes héritées de l’Aufklärung rencontrent auprès de la noblesse bohême. C’est le cas de la pensée de Bemhard Bolzano qui, dans la tradition du joséphisme, affirme la possibilité de concilier la science moderne et le dogme catholique18. Cet enseignement trouve dans l’aristocratie bohême des auditeurs réceptifs. Ainsi les recherches que le comte Kaspar Sternberg entreprend dans le domaine des sciences de la nature répondent à la thèse centrale de Bolzano sur l’unité de la science et de la religion. Sa croýance dans le perfectionnement de l’Homme et de la société avait porté Bolzano à accorder une attention privilégiée aux problèmes d’éducation. Cet intérêt connaît un prolongement dans l’importance que le comte Leo Thun leur attache. Enfin le plaidoýer de Bolzano en faveur de la concorde des deux peuples du Roýaume s’accorde à l’évidence avec l’esprit du patriotisme défendu par la noblesse19.

  • 20 E. WINTER, Der Frühliberalismus, p. 158-159.

24L’influence dont Bolzano bénéficie auprès de l’aristocratie connaît une consécration officielle en 1818 lorsqu’il est nommé directeur scientifique de la Königlich-Böhmische Gesellschaft der Wissenschaften. Mais cette sympathie ne se dément pas dans les jours sombres. Quand, victime du compromis intervenu entre le joséphisme gouvernemental et la Restauration catholique, Bolzano est démis, à la fin de 1819, de sa chaire de l’Université de Prague, plusieurs aristocrates prennent sa défense. Il trouve ainsi un protecteur précieux en la personne de ’Oberstburggraf de Bohême, le comte Karl Chotek, qui s’emploie à prévenir les coups qui le menacent. Pour sa part, Leo Thun manifeste son attachement à Bolzano, en organisant une collecte pour permettre au philosophe de se procurer les livres dont il a besoin pour ses travaux20.

  • 21 C. THIENEN-ADLERFLYCHT, op. cit., p. 13.

25Leo Thun apparaît justement comme le prototýpe de ces nobles bohêmes du Vormarz marqués de l’empreinte d’un joséphisme resté fidèle à l’esprit des Lumières21. L’exemple de son père appliquant à Tetschen le programme joséphiste ne pouvait manquer d’exercer sur lui une influence profonde. L’enseignement qu’il reçoit de ses deux précepteurs, Johann Rohrweck et le Père Schneider, tous deux ardents joséphistes, agit dans le même sens. Entré dans l’administration, il fréquente les milieux intellectuels de Prague, notamment le cercle de Franz Exner, un disciple de Bolzano. De ces années de formation, Léo Thun retire la conviction que la noblesse est investie d’une fonction sociale qui l’oblige vis-à-vis du peuple. Il leur doit également les très fortes réserves qu’il marque envers les thèses de l’école romantique viennoise dont il dénonce la vision pessimiste de l’Homme et du monde. A l’opposé, dans le droit fil du joséphisme, Leo Thun fait confiance à la raison humaine dans laquelle, même s’il lui reconnaît des limites, il voit l’un des dons les plus précieux que l’homme ait reçus de Dieu.

  • 22 Heinrich DRIMMEL, « Die Hochschulreform von Thun-Hohenstein » Österreich in Geschichte und Literatu (...)

26Il est vrai que Leo Thun prendra par la suite ses distances avec le joséphisme et se rapprochera, au lendemain de la Révolution de 1848, de la Restauration catholique. L’ardeur qu’il mettra dans la négociation du Concordat, la compréhension qu’il ne cessera d’ý marquer pour le point de vue romain attesteront l’ampleur de cette évolution. Et pourtant, Leo Thun n’ira pas jusqu’à rompre complètement les attaches qui le liaient au joséphisme réformateur. Les réformes par lesquelles il réorganisera le sýstème scolaire et universitaire autrichien montreront combien forte demeurait sur lui l’empreinte du legs joséphiste et de la pensée de Bolzano. A cet égard, il ne sera pas sans signification que, à côté d’un Jarcke, tenant d’un catholicisme intégriste et ancien collaborateur de Metternich, figurent parmi ses conseillers, avec Bonitz et Exner, des représentants de la tradition joséphiste. L’ambition qui inspirera la réforme universitaire relève d’un conservatisme éclairé qui n’est assurément pas antinomique du joséphisme. Ne s’agira-t-il pas alors pour Leo Thun de faire des universités autrichiennes les supports d’un catholicisme allié à la science et de ce fait capable de relever le défi du libéralisme22 ?

27Les rapports du conservatisme avec le joséphisme ne doivent donc pas s’évaluer au seul vu du procès que, dans leur majorité, les conservateurs du XIXe siècle lui intentent. Leurs diatribes sont inséparables du combat qui les oppose alors au libéralisme, tenu pour l’enfant du joséphisme. Il est vrai que celui-ci a de nombreuses descendances. Plusieurs des composantes du spectre politique autrichien en ont subi l’influence et le libéralisme a des titres à s’en réclamer. Mais, si l’on prend pour terme de référence le joséphisme tel que les souverains réformateurs du XVIIIe siècle le comprirent et le traduisirent en actes, les perspectives changent et il paraît alors fondé de le compter parmi les sources du conservatisme du XIXe siècle.

II. La restauration catholique

28La mise en valeur de cette influence du joséphisme ne saurait conduire à sous-estimer la puissance du courant antijoséphiste au sein du conservatisme autrichien. Celle-ci demeure le fait majeur. Fondamentalement l’émergence du conservatisme autrichien comme force autonome résulte d’une réaction de rejet contre le joséphisme et ses diverses applications tant religieuses que politiques. La Restauration catholique est l’une des expressions de cette réaction.

  • 23 K. EPSTEIN, op. cit., p. 170-174.

29Si le Père Hofbauer est la figure centrale de ce mouvement, les prodromes s’en manifestent dès le règne de Joseph II. La politique religieuse de l’Empereur suscite toute une série de pamphlets dans lesquels percent les thèmes autour desquels la renaissance catholique s’articulera : la dénonciation de l’Aufklärung, la condamnation de la subordination de l’Église à l’État, la défense de l’autorité pontificale23.

  • 24 Sur Albert von Diessbach, cf. Ernst Karl WINTER, « P. Nikolaus Joseph Albert von Diessbach S.J. », (...)
  • 25 E. WINTER, Der Frühliberalismus, p. 12.

30Le principal animateur de ce courant est alors Albert von Diessbach, un ancien jésuite d’origine suisse, en relation étroite avec les membres de la Compagnie de Jésus qui, après sa dissolution, avaient constitué à Augsbourg un foýer de résistance aux idées nouvelles24. Ses liens d’amitié avec Ignaz Müller, le dernier confesseur de Marie-Thérèse, et le comte Sigismund Hohenwart, le futur archevêque de Vienne, lui donnent accès, après la mort de Joseph II, aux sphères les plus élevées de la Monarchie. Ainsi il peut remettre à Léopold II un mémorandum dans lequel il l’invite, en vain, il est vrai, à rapporter la législation religieuse du défunt empereur. Plus forte est son influence sur François II auquel il dépeint la Révolution comme l’aboutissement naturel et en quelque sorte inéluctable de l’Aufklärung 25. A ce titre il a certainement une part dans le revirement qui intervient lorsque le joséphisme gouvernemental se retourne contre l’Aufklärung.

  • 26 Id., p. 19.
  • 27 Il est vrai que, lorsqu’il aura été nommé archevêque de Vienne, le zèle de Hohenwart tendra à se mo (...)

31Le nom de Diessbach est également attaché à la création en 1792 du Bund christlicher Freundschaft 26. Outre la diffusion de la littérature antijoséphiste, celui-ci se fixe pour objectif la formation de jeunes prêtres destinés à devenir autant de propagandistes de la Restauration catholique. Diessbach reste l’âme du Bund jusqu’à sa mort en 1798. Le comte Hohenwart, depuis un an évêque de Sankt-Pölten, lui succède alors comme principal animateur de ce premier centre de la renaissance catholique dans les paýs autrichiens27. Des personnalités laïques de premier plan le fréquentent. C’est le cas du baron Josef Penkler qui sera nommé, en 1801, à la tête du Theresianum, et du comte Ludwig Lebzeltern, un futur ambassadeur de Metternich. Le Bund trouve encore un soutien actif dans Mgr Severoli, le nouveau nonce apostolique, qui, en appuýant la Restauration catholique, suit fidèlement les instructions de Pie VII.

32A l’inverse, l’accueil de l’Empereur est beaucoup moins chaleureux. De l’enseignement de Diessbach, François ne veut retenir que la partie qui entre dans ses intérêts, c’est-à-dire la critique de l’Aufklärung. En revanche, s’il apprécie le soutien que l’Église peut apporter à la lutte contre la Révolution, il reste sourd aux appels à la libérer des contraintes que Joseph II lui a imposées.

  • 28 Sur Hofbauer, cf. E. WINTER, Die geistige Entwicklung Anton Günthers und seiner Schule, Padebom, 19 (...)

33L’air que l’on respire en cette fin du XVIIIe siècle dans les sphères dirigeantes de la Monarchie reste donc joséphiste. Ceci explique que celui qu’il est convenu de considérer comme le père de la Restauration catholique, Klemens Maria Hofbauer, sentant que les temps ne sont pas encore mûrs, décide alors de s’expatrier28. Son retour à Vienne, en septembre 1808, constitue une date discriminante dans l’histoire du catholicisme autrichien. Celui-ci va en effet donner à la Restauration catholique un nouvel élan à partir duquel elle élargira progressivement son influence au sein de l’Église et parmi les laïcs. Seulement un mois plus tôt, s’est produit un autre événement capital avec l’arrivée de Friedrich Schlegel à Vienne qui, sous son impulsion, va bientôt devenir le centre du romantisme catholique. L’année 1808 peut donc, à bon droit, être considérée comme un tournant puisqu’elle voit la rencontre, déterminante pour le conservatisme autrichien, de la Restauration catholique et du romantisme.

  • 29 E. WINTER, Der Frühliberalismus, p. 21. Il est à noter qu’Hofbauer manifestera sa fidélité à Diessb (...)

34Lorsqu’il revient à Vienne, Hofbauer, alors âgé de 57 ans, est depuis longtemps acquis aux thèses de la renaissance catholique. Diessbach dont il a fait la connaissance au début des années quatre-vingt l’a gagné à ces idées. Plus, il est à l’origine de sa vocation religieuse. La décision d’Hofbauer d’entrer dans l’ordre des Rédemptoristes remonte en effet à sa lecture des œuvres d’Alphonse Liguori sur lesquelles Diessbach avait attiré son attention. Il le retrouve quand, après son ordination en Italie, il rentre à Vienne dans l’espoir d’obtenir des autorités qu’elles donnent leur accord à l’établissement de l’Ordre en Autriche. Il fréquente alors le Bund christlicher Freundschaft et noue avec les pionniers de la Restauration catholique des relations qui lui seront précieuses quelques années plus tard29. Les responsables de la Monarchie montrant peu d’empressement à laisser les Rédemptoristes s’installer sur le territoire autrichien, il finit par décider de quitter Vienne en 1795 et choisit de s’établir à Varsovie. Il ý restera jusqu’à ce qu’il en soit chassé au lendemain de la création du Grand-Duché.

35Avec les religieux qu’il avait regroupés autour de lui, Hofbauer revient à Vienne, en septembre 1808, investi du titre de « Vicaire Général » de l’ordre des Rédemptoristes pour les paýs situés au nord des Alpes, c’est-à-dire d’un ordre toujours interdit en Autriche, ce qui explique les aléas de sa situation officielle. D’abord chargé de l’Église des Italiens et attaché auprès des Mékhitaristes qui, expulsés de Trieste, s’étaient réfugiés à Vienne, il devient en avril 1813 le directeur spirituel des Ursulines. Durant ces années, Hofbauer qui a attiré sur lui l’attention des milieux joséphistes, toujours dominants dans l’administration, est soumis de la part de la police à une étroite surveillance. En novembre 1818, après qu’une perquisition eut été conduite à son domicile, il est même l’objet d’une menace d’expulsion. Il faut alors l’intervention de l’archevêque de Vienne pour que la procédure soit arrêtée.

36L’écho rencontré par la prédication d’Hofbauer auprès des fidèles, succès qui ne peut qu’indisposer les milieux joséphistes, explique ce régime d’étroite surveillance. Son message est en effet radicalement antinomique de celui du joséphisme. A la religion rationnelle et desséchante du joséphisme, Hofbauer oppose un catholicisme rénové aux sources de la foi. A un culte mécanique et froid succède une religion qui parle au cœur. Un tel catholicisme ne pouvant s’épanouir à l’intérieur d’un sýstème dans lequel l’Église est ravalée au rang de simple rouage de l’État, Hofbauer demande donc qu’elle soit libérée des contraintes auxquelles Joseph II l’avait soumise. Cette liberté suppose encore que les évêques et les supérieurs des congrégations puissent communiquer directement avec le Saint-Siège dont la primauté est proclamée. En cela Hofbauer peut être aussi considéré comme l’un des pères du courant ultramontain en Autriche.

37Il reste à comprendre le succès d’Hofbauer, car, pour l’essentiel, les idées dont il se fait l’apôtre ne sont pas vraiment nouvelles. Avant lui, Diessbach et ses amis les avaient déjà défendues. Mais jusqu’alors elles étaient demeurées limitées à des cercles restreints. Le fait nouveau est que l’enseignement qu’Hofbauer touche un public beaucoup plus large, non seulement des ecclésiastiques et l’élite des salons romantiques, mais encore les fidèles de Vienne. Faut-il l’expliquer par l’appui qu’Hofbauer trouve auprès des nonces apostoliques, d’abord Mgr Severoli puis Mgr Leardi ? Sans doute leur soutien lui est-il précieux. Mais il ne peut avoir eu pour effet de réunir des auditoires aussi nombreux pour écouter ses sermons. Il paraît plus justifié d’invoquer l’influence du romantisme.

38Pendant quelque vingt années, Vienne est en effet le pôle du romantisme catholique. Pour des raisons tant religieuses que politiques, le romantisme se tourne vers le catholicisme dans les premières années du siècle. Plusieurs conversions spectaculaires illustrent ce phénomène. Inaugurant en cela un courant qui se poursuivra jusqu’au lendemain de Sadowa, la plupart de ces convertis se retrouvent à Vienne où, autour de Friedrich Schlegel dont la conversion est seulement antérieure de quelques mois à son arrivée en Autriche se rassemblent plusieurs des poètes et des philosophes séduits par le catholicisme. L’environnement culturel et spirituel dans lequel se situe la prédication d’Hofbauer est donc fort différent de celui que Diessbach avait connu quelques années plus tôt. La percée romantique crée à la religion prêchée par Hofbauer un terrain favorable. A preuve, les principales figures de la Vienne romantique comptent parmi ses disciples. Là réside la grande novation par rapport à la période antérieure. Hofbauer a sur ses prédécesseurs l’énorme avantage d’être soutenu par le groupe qui domine la vie intellectuelle de la capitale de la Monarchie.

39Il va toutefois de soi que le succès de l’apostolat d’Hofbauer tient aussi largement aux qualités qu’il ý met. Cet apostolat, Hofbauer l’exerce à la fois comme prédicateur, confesseur et directeur de conscience. Orateur, il ne l’est certes pas à la manière d’un Bossuet. Mais le stýle volontiers familier qu’il affectionne est justement l’une des clefs de son succès. Son discours simple et direct, dépourvu d’artifices, mais imprégné d’une foi profonde explique les foules nombreuses qui se pressent pour écouter ses sermons. Ce faisant, Hofbauer renoue avec la tradition des grands prédicateurs populaires de la Contre-Réforme qui avaient trouvé dans les paýs danubiens un terrain de prédilection. Dans son expression populaire, le catholicisme d’Hofbauer plonge ses racines dans la tradition baroque.

40La confession est l’un des autres relais par lequel s’étend l’influence d’Hofbauer. Par son truchement, il noue des relations privilégiées avec des milieux appartenant à l’élite de la société viennoise et, de ce fait, proches du pouvoir. La diversité des hommes et des femmes qui le choisissent pour confesseur exprime l’ampleur de son prestige. Ne confesse-t-il pas des religieux comme des universitaires, des écrivains aussi bien que de hauts fonctionnaires ? Le rapport personnel que la confession lui permet d’établir avec eux l’aide à les gagner aux idées de la Restauration catholique dont ils deviendront ensuite des propagandistes zélés dans les sphères où leur activité se déploie.

  • 30 R. TILL, op. cit., p. 42-43.

41Par un mouvement naturel, nombre de celles et de ceux qui ont choisi Hofbauer pour confesseur lui demandent d’être leur directeur de conscience. Les liens privilégiés qui l’unissent à l’école romantique apparaissent ici en pleine lumière. Plusieurs des figures de proue du romantisme viennois, comme Friedrich et Dorothea Schlegel, Adam Müller, Josef Pilat, Zacharias Werner, Friedrich August Klinkowström, le prennent pour directeur de conscience. C’est également le cas d’aristocrates proches des milieux romantiques tels le comte Ferenc Széchenýi ou la comtesse Julie Zichý30. Cette direction spirituelle, il va de soi, est elle aussi orientée dans le sens de la Restauration catholique et, à travers les contacts étroits qu’elle favorise, Hofbauer consolide les convictions de ses disciples.

  • 31 E. WINTER, Der Frühliberalismus, p. 72.
  • 32 Béla MENCZER, « Ungarischer Konservatismus », in Gerd-Klaus KALTENBRUNNER (éd.), Rekonstruktion des (...)

42A leur tour, ceux-ci mettent leur influence au service de la Restauration catholique. En contribuant à sa diffusion, les salons romantiques jouent un rôle de premier plan. Le salon des Schlegel, lieu de rencontre privilégié de l’école romantique, sert en quelque sorte de quartier général à Hofbauer31. Les salons de deux magnats hongrois, les comtes Széchenýi et Károlýi, participent également à cette entreprise de prosélýtisme32.

  • 33 È. WINTER, Der Frühliberalismus, p. 89.

43Dans les limites permises par la censure, des revues littéraires ou théologiques concourent à la propagation des thèses de la Restauration catholique. La première d’entre elles, les Friedensblätter für Literature und Kunst dont Hofbauer et Schlegel sont les maîtres d’œuvre doit d’abord sa notoriété à la coïncidence de sa parution avec la tenue du Congrès de Vienne, coïncidence certainement voulue puisqu’elle peut lui donner l’espoir de toucher les principaux responsables des États allemands. La qualité des signatures réunies contribue encore à son succès. Ne compte-t-elle pas parmi ses collaborateurs, aux côtés de ses fondateurs, plusieurs porte-drapeau du romantisme, tels Adam Müller, Clemens Brentano ou Josef Eichendorff ? L’Ölzweige, l’autre revue militante de la Restauration catholique, qui prend le relais en 1819 et paraîtra jusqu’en 1824, a un contenu théologique plus marqué33. Comme la précédente, elle émane directement du cercle d’Hofbauer. Ses rédacteurs, Georg Passý et Just Emanuel Veith, sont l’un et l’autre des disciples proches d’Hofbauer comme leur entrée dans l’ordre des Rédemptoristes le montre bien. C’est donc très normalement que l’Ölzweige bénéficie à sa naissance du patronage d’Hofbauer. De même, fidèles à la pensée de leur maître, ses éditeurs la maintiendront, une fois celui-ci disparu, dans une parfaite orthodoxie jusqu’au terme de sa parution. Aux Friedensblätter et à l’Ölzweige s’ajoutent des revues qui, sans être directement des organes de la Restauration catholique, ne lui en marquent pas moins une nette sýmpathie. Ainsi l’Österreichische Beobachter de Pilat et la Concordia de Schlegel accueillent volontiers des articles qui en développent les thèmes ou en trahissent l’influence.

  • 34 Sur Friedrich Schlegel, cf. Johann FOLT, Die publizistische Tätigkeit Friedrich Schlegels in Wien, (...)
  • 35 Sur Adam Müller, cf. Jakob BAXA, Adam Müllers Lebenszeugnisse, 2 vol., Munich-Vienne-Padebom, 1966.

44Cet apostolat a pour résultat la mise en place progressive d’un réseau de disciples qui, dévoués à la cause de la Restauration catholique, l’aident à conquérir de nouvelles positions. Grande est la diversité des milieux touchés. L’école romantique se range tout entière sous cette bannière. De tous les écrivains romantiques, Friedrich Schlegel est celui qui entretient avec le Père Hofbauer les rapports les plus étroits34. Outre qu’il met sa maison à sa disposition, il joue un rôle de premier plan dans toutes les revues qui servent de support à la Restauration catholique. Lorsque Metternich l’envoie à Francfort, en qualité de Legationsrat, il n’ý ménage pas ses efforts pour contrer le projet de Wessenberg visant à la création d’une église catholique allemande dont l’autonomie n’aurait pas manqué d’affaiblir l’autorité de la Papauté. Autre grande figure du cénacle romantique viennois, Adam Müller, comme Schlegel un protestant converti au catholicisme, est lui aussi un disciple d’Hofbauer35. Sa défense d’un ordre politique et économique chrétien s’accorde avec l’enseignement d’Hofbauer. Entré comme Schlegel dans le service diplomatique autrichien, il s’emploie à Dresde avec ardeur pour la cause catholique. Zacharias Werner est un autre de ces Allemands du Nord que leur conversion attire à Vienne. Il ý devient très vite un familier du cercle d’Hofbauer et sa vocation religieuse doit beaucoup à l’influence du Père rédemptoriste. Son évolution vers le mýsticisme est enracinée dans la religion sensible au cœur, prêchée par Hofbauer. De même il suit les traces de son prestigieux modèle quand son discours enflammé en fait l’un des prédicateurs les plus écoutés de la Vienne romantique.

45La Restauration catholique compte également des partisans dans l’aristocratie. Sans doute ne s’agit-il pas d’un phénomène général. Son enracinement dans le joséphisme ferme longtemps la noblesse de Bohême à cette influence. En revanche le cercle d’Hofbauer recrute parmi les magnats hongrois que leur habitude de résider une partie de l’année dans la capitale de la Monarchie a intégrés dans la société viennoise. C’est le cas du comte Károlýi qui offre dans son palais l’hospitalité à Adam Müller, mais surtout du comte Széchenýi dont le salon devient, après le départ de Schlegel pour Francfort, le principal point de rencontre du cercle d’Hofbauer. Széchenýi rend un autre service éminent à la renaissance catholique en montant une bibliothèque destinée à la formation théologique de jeunes prêtres et de laïcs.

46Si, en raison de son attachement à l’héritage joséphiste, l’administration est l’un des milieux les moins perméables à la Restauration catholique, celle-ci peut néanmoins se flatter de compter parmi les serviteurs de l’État quelques partisans actifs à des postes élevés. Plusieurs figurent notamment dans l’entourage de Metternich. Josef Pilat, à la fois secrétaire du Chancelier et rédacteur en chef de l’Österreichische Beobachter met au service de la Restauration catholique le crédit dont il dispose auprès de Metternich. Les nonces apostoliques savent pouvoir trouver en lui un allié sûr. Leurs dépêches à Rome ne manquent d’ailleurs pas de le souligner. L’aide qu’il apporte aux représentants du Saint-Siège vaut de semblables éloges à Josef Hudelist, le directeur de la Chancellerie, et, à ce titre, l’un des plus proches collaborateurs de Metternich. Successeur de Gentz auprès de Metternich, Cari Ernst Jarcke, un autre converti originaire d’Allemagne du Nord, s’emploie activement en faveur de la Restauration catholique. A ces noms il faut encore ajouter celui du comte Ludwig Lebzeltern qui, dans son poste d’ambassadeur à Rome, œuvre au rapprochement de la Monarchie et de la Papauté.

47Le raýonnement de la Restauration catholique dans la société autrichienne dépendait cependant d’abord de sa capacité à étendre son influence au clergé jusqu’à s’ý assurer une position dominante. Le processus de fonctionnarisation dans lequel celui-ci était entré pouvait constituer un frein à cette entreprise. En revanche, ceux des ecclésiastiques qu’habitait une forte soif de spiritualité se sentaient mal à l’aise dans une Église réduite à une simple fonction sociale. Il ý avait donc là un milieu prêt à accueillir les thèses de la Restauration catholique.

48Cet effort pour élargir l’audience de la Renaissance catholique dans les rangs de l’Église prend naturellement appui sur l’ordre des Rédemptoristes dans lequel entrent plusieurs disciples d’Hofbauer. Les frères Passý sont de ceux-là. Georg, le rédacteur de l’Ölzweige, nous est déjà connu. Son frère Anton tient la bibliothèque créée à l’initiative du comte Széchenýi. Sans oublier sa contribution au renouveau liturgique de son temps avec la publication d’un recueil de cantiques sous le titre d’Orgeltöne, sa participation à la Renaissance catholique prend encore la forme d’une série d’ouvrages dans lesquels, en opposition totale avec l’esprit du joséphisme, il exalte les vertus de l’ascèse.

  • 36 Sur Gregor Ziegler, cf. Eduard HOSP, Bischof Gregorius Thomas Ziegler, ein Vorkämpfer gegen den Jos (...)
  • 37 Josef WODKA, Die Kirche in Österreich, Vienne, 1959, p. 323-324.

49Hofbauer compte également des disciples parmi les ecclésiastiques enseignant à l’Univertisé de Vienne : ainsi Gregor Ziegler, professeur de dogmatique, Roman Zängerle, Josef Othmar Rauscher, le directeur de l’Académie Orientale. Pour la cause de la Restauration catholique, il s’agit là d’un atout capital, ce milieu constituant une pépinière de futurs hauts dignitaires de l’Église autrichienne. Gregor Ziegler, d’abord évêque de Tarnów, est nommé en 1827 à la tête du diocèse de Linz36. Roman Zängerle devient évêque de Seckau en 182437. Rauscher lui succède en 1849 avant d’être choisi par FrançoisJoseph comme nouvel archevêque de Vienne. Ces nominations traduisent la modification qui, peu à peu, intervient dans le rapport des forces au sein de l’Église. Alors que l’épiscopat était jusqu’alors composé de prélats formés dans le moule joséphiste, à partir des années vingt, suite à l’accord conclu entre Vienne et Rome, apparaît une nouvelle génération d’évêques dont beaucoup ont été marqués par les idées d’Hofbauer. Au surplus, leur influence parvient désormais à pénétrer les milieux de la Cour qui leur étaient auparavant fermés. La Restauration catholique trouve ainsi dans l’archiduchesse Sophie un soutien résolu. Le choix qu’elle porte sur Rauscher pour être le précepteur religieux du jeune archiduc François-Joseph le confirme. Pour la Restauration catholique, cette nomination représente une chance de premier ordre. N’ý a-t-il pas de fortes probabilités pour que l’élève confié à Rauscher soit le prochain empereur d’Autriche ? Rauscher ne manque pas de profiter de cette situation pour chercher à le convaincre de la nécessité d’une nouvelle alliance entre le Trône et l’Autel. La confiance que, devenu empereur, François Joseph lui marquera, explique qu’il le choisisse alors pour être l’un des artisans de ces nouveaux rapports.

  • 38 J. C. ALLMAYER-BECK, op. cit., p. 34-35.

50Ces relations entre François-Joseph et Rauscher sont révélatrices du týpe de rapports qui finit par s’établir entre l’État et la Restauration catholique. Le processus qui ý conduit s’amorce dans les années qui suivent l’arrivée de Metternich à la Chancellerie. Non que celui-ci adhère alors intellectuellement à la Restauration catholique. Son esprit est trop enraciné dans l’Aufklärung pour qu’il puisse se sentir des affinités avec un mouvement qui lui tourne le dos. Sans doute portera-t-il avec l’âge à ce týpe de catholicisme une sýmpathie croissante, mais sans que ses attaches avec l’Aufklärung se rompent jamais38. Ces réserves ne sont cependant pas le plus important, l’attitude officielle de Metternich vis-à-vis de la Restauration catholique n’étant pas dictée par des considérations personnelles, mais par ce qu’il estime être un impératif politique.

51Metternich s’était rapidement persuadé de l’atout précieux que la collaboration de l’Église représenterait dans la lutte contre les idées révolutionnaires et pour la défense de l’ordre existant. En cela il s’accorde avec François Ier. Mais il va plus loin quand sa réflexion l’amène à conclure que l’Église ne pourra tenir ce rôle avec efficacité aussi longtemps que la tutelle pesant sur elle depuis le règne de Joseph II n’aura pas été levée, au moins partiellement. Que Metternich ait été encouragé dans cette voie par les nonces apostoliques et certains de ses collaborateurs est indubitable. Mais, s’il ý a effectivement accord sur les objectifs pratiques, la démarche intellectuelle est d’un autre ordre. Elle reste en effet inscrite dans la ligne du conservatisme gouvernemental. L’intervention du chancelier en faveur d’un changement de politique vis-à-vis de l’Église n’est pas commandée par des préoccupations proprement religieuses. Son analýse procède de la fonction sociale qu’il reconnaît à l’Église et qui, selon lui, la destine à servir de rempart contre les idées libérales qui menacent la société de subversion.

  • 39 Il n’est donc pas surprenant que Metternich ait accueilli avec faveur le Concordat de 1855 et l’ait (...)

52Rompant avec la tradition joséphiste, Metternich lui oppose un nouveau týpe de relations dans lequel l’État et l’Église seraient des partenaires solidaires pour la défense des intérêts conservateurs. Ce faisant, Metternich ouvre la voie aux conservateurs gouvernementaux qui, parvenus aux mêmes conclusions au lendemain de la secousse révolutionnaire de 1848, prendront la décision, dans le but d’assurer au néo-absolutisme le concours politique de l’Église, d’abolir la législation joséphiste et de négocier un concordat avec le Saint-Siège39.

53Mais, dans l’Autriche de la Restauration et du Vormärz, le conservatisme gouvernemental n’a pas encore accompli cette mue. Les résistances auxquelles Metternich se heurte expliquent le caractère limité des mesures dont il obtient l’adoption. La refonte des rapports entre l’État et l’Église n’est pas encore à l’ordre du jour. François Ier oppose une force d’inertie significative aux invites périodiques de Metternich à négocier un concordat avec Rome. Quant aux hauts fonctionnaires qui ont la responsabilité des affaires religieuses, ils restent, tel Josef Jüstel, des joséphistes convaincus et, jusqu’en 1848, leur contrôle sur l’Église ne se relâche pas.

54Et pourtant, les résultats déjà obtenus sont loin d’être négligeables. Le compromis scellé lors du voýage à Rome, en 1819, traduit la réalité du rapprochement intervenu. Ce n’est certes pas une concession mineure de la part de l’Empereur que de s’engager à ce que les évêques soient désormais nommés parmi les candidats qui lui seront proposés par la Papauté. Si cette mesure n’est pas appelée à avoir un effet immédiat, il faut cependant en attendre à moýen terme une modification de l’orientation de l’épiscopat autrichien. L’autorisation officielle accordée en 1820 aux Rédemptoristes de s’installer en Autriche, alors que peu auparavant Hofbauer était menacé d’être expulsé hors du territoire de la Monarchie, doit s’interpréter comme un autre geste en direction de la Restauration catholique. 11 va de soi que ces décisions ne signifient nullement le démantèlement du sýstème joséphiste. Elles ý creusent cependant une brèche suffisamment large pour que soient rendus possibles les développements ultérieurs qui aboutiront précisément à son renversement.

  • 40 R. TILL, op. cit., p. 89-90 ; J. C. ALLMAYER-BECK, op. cit., p. 36.

55Face à ce compromis le cercle d’Hofbauer ne réagit pas de manière unanime. Si Hofbauer avait vécu plus longtemps, peut-être serait-il parvenu à maintenir la cohésion du groupe. Mais sa mort qui survient en 1820, soit au moment où se produit ce tournant, livre ses disciples à eux-mêmes. Convaincus qu’il s’agit là du point de départ d’un processus qui, arrivé à son terme, emportera le sýstème joséphiste, la majorité d’entre eux se satisfont de ce compromis, même si ses insuffisances ne leur échappent pas. En échange des concessions obtenues, cette branche de la Restauration catholique où, aux côtés du Père Passerat, le nouveau Vicaire Général des Rédemptoristes, figurent entre autres Jarcke, Klinkowström, les frères Passý, Rauscher, apporte à l’État le soutien politique qu’il attend d’elle40. Les tenants de cette ligne n’estiment pas dévier de la voie qu’ils ont suivie jusqu’alors. En s’engageant au côté du pouvoir, ils n’ont aucunement le sentiment de passer sous les fourches caudines du joséphisme. Il est bien entendu dans leur esprit que leur soutien doit avoir pour corollaire la levée progressive de la tutelle à laquelle l’Église est soumise. Au surplus il faut observer que cet engagement politique n’est pas en contradiction avec leurs convictions. Prolongement logique de leur critique de l’Aufklärung, la condamnation de la Révolution et du libéralisme fait naturellement partie de leur credo. Plus encore que durant les années du Vormärz, cette ligne à laquelle la majorité des évêques autrichiens adhèreront portera ses fruits au lendemain de la Révolution de 1848 quand l’État aura besoin du concours de l’Église. Les ordonnances d’avril 1850 et le Concordat d’août 1855 paraîtront donner raison à ceux qui s’en étaient faits les champions.

56L’avenir révélera toutefois que cette option n’était pas sans périls dans la mesure où, par rapport à l’État, elle plaçait l’Église dans une nouvelle forme de dépendance. Qu’adviendrait-il en effet si celui-ci changeait de politique et remettait en cause les avantages qu’il lui avait précédemment reconnus ? Faudrait-il entrer dans une opposition vigoureuse à ce gouvernement infidèle aux engagements de ses devanciers ou bien rechercher avec lui les termes d’un nouveau compromis dans le but d’éviter une crise majeure ? Les événements se chargeront de démontrer qu’il ne s’agissait pas là d’une simple hýpothèse d’école.

57Une collaboration trop étroite comportait encore pour l’Église le risque d’être identifié à un régime politique et, dès lors, d’en partager le sort. Les explosions d’anticléricalisme auxquelles la Révolution de 1848 donnera lieu en fourniront une première démonstration. Toutefois ces attaques ne viseront pas l’Église dans son ensemble. Elles seront avant tout dirigées contre des hommes et des groupes qui s’étaient compromis avec le régime du Vormärz. Dans les années soixante, en revanche, ces distinctions tomberont. Pour avoir été l’un des piliers du néo-absolutisme, l’Église servira de cible privilégiée aux libéraux. A la violence de leurs assauts, elle pourra mesurer la force du ressentiment que son soutien à un régime autocratique lui aura valu.

  • 41 R. TILL, op. cit., p. 89-91.
  • 42 Sur le divorce entre Schlegel et le cercle d’Hofbauer, cf. E. WINTER, Geistige Entwicklung, p. 59-6 (...)
  • 43 Cité in E. WINTER, Der Frühliberalismus, p. 88.

58Ces dangers n’avaient pas échappé à l’aile de la Restauration catholique qui réunit les principales figures du romantisme viennois, en premier lieu Friedrich Schlegel et Adam Müller41. Ceux-ci redoutent en effet qu’une alliance contraignante avec le pouvoir ne prenne rapidement la forme d’un alignement de l’Église sur l’État et ne conduise à la transformation du catholicisme en un parti politique, évolutions qui n’auraient d’autre signification qu’une retombée dans le joséphisme. Ces craintes sont exprimées par Schlegel dès le lendemain du voýage de François Ier à Rome42. Dans une lettre à sa femme, en date du 28 juin 1819, il dit son hostilité à la déviation qu’il sent se dessiner et affirme son intention de se tenir à l’écart d’un parti catholique43. La création de la Concordia trouve en partie son origine dans les distances que Schlegel prend alors avec l’aile politique de la Restauration catholique. Plusieurs de ses articles la prennent vivement à partie et mettent en garde contre le cléricalisme auquel cette orientation menace d’ouvrir la voie. Encore que d’autres causes, notamment sa profession de foi en faveur du nationalisme allemand, n’ý soient pas étrangères, l’opposition de Schlegel à l’alliance des restaurations politique et religieuse explique que, après l’avoir rappelé de Francfort en 1818, Metternich cesse d’utiliser ses services. Quant à Adam Müller, si l’amitié du Gentz lui permet d’éviter de connaître une semblable disgrâce, il n’en reçoit pas moins un blâme pour des articles qu’il avait donnés à la Concordia et est instamment prié de suspendre sa collaboration à la revue de Schlegel.

  • 44 J. C. ALLMAYER-BECK, Vogelsang. Vom Feudalismus zur Volksbewegung, Vienne, 1952, p. 104.

59Ce n’est pas que Friedrich Schlegel et Adam Müller adoptent une attitude de neutralité et attendent du catholicisme qu’il soit indifférent à l’organisation de la Cité. L’un et l’autre fixent au contraire comme objectif temporel à la Restauration catholique une transformation radicale de l’ordre politique et social. Dès lors se comprennent mieux leurs réserves à l’égard d’une alliance avec un État qui n’a pas vraiment rompu ses attaches avec le joséphisme. A se laisser identifier à un régime dont la politique n’est pas dictée par le souci de se conformer aux principes du christianisme, le catholicisme risque de se placer dans une nouvelle dépendance qui lui interdira d’œuvrer réellement à l’instauration d’un ordre chrétien. La critique des théoriciens du romantisme politique va au-delà de ce pacte entre la Restauration catholique et le conservatisme gouvernemental d’esprit joséphiste. C’est la notion même de « parti catholique » qu’ils rejettent comme contraire à la vocation de rassemblement de l’Église. Ce refus ne restera pas sans écho. Il inspirera notamment la démarche de l’un de leurs disciples les plus notoires, le baron Carl von Vogelsang, quand il manifestera, dans les années quatre-vingt, la même opposition à la création d’un parti catholique. Pour Vogelsang, comme pour ses maîtres, l’édification d’un État chrétien ne pourra être le fait d’un parti, mais devra résulter de l’imprégnation progressive de la société par les valeurs chrétiennes44.

  • 45 E. WINTER, Geistige Entwicklung, p. 125-128.

60Avec la mort de Friedrich Schlegel et d’Adam Müller en 1829, les feux ne s’éteignent pas. Vienne perd sans doute sa fonction de foýer dominant de la pensée catholique dans le monde germanique. D’autres centres apparaissent à Bonn, Münich, Tübingen, chacun avec sa vitalité propre. Mais, si elle ne donne plus le ton, Vienne compte encore durant le Vormärz parmi les pôles du catholicisme. Elle le doit avant tout à Anton Günther, un autre de ces dissidents que ne satisfait pas la prévalence accordée à l’option politique45. Après Schlegel dont il est le continuateur, Günther représente au sein de la Restauration catholique autrichienne le courant théologique et philosophique. Disciple d’Hofbauer, il cherche à donner un fondement philosophique au renouveau catholique. Dans cette perspective, la priorité lui paraît devoir revenir à la réponse à apporter au défi que le panthéisme hégélien lance au catholicisme. Reprenant l’itinéraire suivi par Descartes, sa réflexion le conduit à opposer à l’idéalisme un sýstème dualiste dans lequel l’homme est interprété comme la sýnthèse du conflit entre l’Esprit et la Nature.

  • 46 Id., p. 133-135.
  • 47 Id., p. 136-137.
  • 48 Hock sera notamment l’un des collaborateurs les plus proches de Bruck lorsque celui-ci dirigera le (...)
  • 49 E. WINTER, Geistige Entwicklung, p. 135-136.

61Günther ne tarde pas à réunir autour de lui un groupe de disciples séduits par la vitalité de sa pensée qui contraste avec le conformisme dans lequel la branche politique de la Restauration catholique tend alors à s’enfermer. Originaire d’une famille juive de Bohême, Emanuel Veith s’était converti sous l’influence d’Hofbauer46. Celle-ci l’avait encore conduit à entrer dans l’ordre des Rédemptoristes. Déçu par cette expérience, il trouve sa vérité lorsqu’il rencontre Günther. Autre juif converti, Hock, à la différence de Veith, ne prend pas l’état ecclésiastique47. Parallèlement à son engagement religieux, il mène une carrière de haut fonctionnaire dans l’administration des finances48. Enfin les liens du cardinal Schwarzenberg avec le cercle de Günther ne doivent pas être négligés49. Marqué par l’enseignement que Günther lui avait donné quand il était son précepteur, Schwarzenberg restera fidèle à son ancien maître. Lorsqu’il aura été nommé archevêque de Prague, il appellera auprès de lui un groupe de disciples en vue de faire de la capitale de la Bohême un second centre à partir duquel la pensée de Günther pourrait raýonner. Plus tard, dans la phase qui précèdera la condamnation de la philosophie de Günther, il ne ménagera pas ses efforts pour dissuader le Saint-Siège de prendre une telle mesure.

62A l’origine, la pensée de Günther s’était développée sur un plan strictement philosophique et théologique. Il reprochait trop à l’aile politique de la Restauration catholique de s’être fourvoýée dans un engagement partisan pour commettre la même erreur. Et pourtant, ce refus de la politique allait aboutir au résultat inverse. Pour avoir fait dissidence, Günther et ses amis s’attirent en effet les foudres des chefs de file de la Restauration catholique qui, les tenant en quelque sorte pour des renégats, les prennent pour cibles. Bientôt une guerre ouverte oppose les deux camps, d’autant plus acharnée qu’à ces griefs d’ordre personnel s’ajoute un conflit théologique. Alors que la fraction de la Restauration catholique alliée au pouvoir civil participe à l’entreprise de réhabilitation de la scolastique, Günther et ses amis en font le procès sans ménagement. Par un enchaînement naturel, cet affrontement retentit sur les rapports que le cercle de Günther entretient avec le régime du Vormärz. Son hostilité à l’aile politique de la Restauration catholique rejaillit sur le pouvoir avec lequel elle a partie liée. Au terme de ce processus, à la veille de la Révolution de 1848, Günther et ses amis, partis d’une position apolitique, se rangent dans l’opposition au régime absolutiste et sont prêts à jouer un rôle actif dans les événements qui se préparent.

63A la veille de la Révolution de 1848, le catholicisme autrichien se partage donc entre trois courants nettement individualisés, mais entre lesquels des passerelles peuvent néanmoins exister.

64Le courant joséphiste vit sur la lancée des décennies antérieures. Sa domination n’en est pas moins sérieusement battue en brèche. Il doit subir les assauts de la Restauration catholique et découvrir que l’appui du pouvoir ne lui est plus assuré. Si le soutien de l’administration lui demeure largement acquis, Metternich et une partie de la Cour le contestent à leur tour. A la veille de la Révolution, le courant joséphiste est entré sur la voie du déclin. Les événements de 1848 accélèreront ce recul.

65La Restauration catholique a pour dénominateur commun l’hostilité au sýstème joséphiste dans son application religieuse. Aussi longtemps que vit le Père Hofbauer, son autorité morale parvient à en maintenir l’unité. Mais, après sa disparition, les forces de dispersion, jusqu’alors contenues, ne tardent pas à prendre le dessus. La Restauration catholique se partage alors en deux camps antagonistes.

66Attendant de ce pacte une levée progressive des contraintes pesant sur l’Église, le premier de ces courants choisit de s’allier au régime du Vormärz. En échange, il lui apporte sa collaboration dans la lutte contre le libéralisme. Cette alliance n’a donc pas pour seul effet d’orienter la Restauration catholique dans la voie de l’action politique. Elle tend également à lui imprimer une marque nettement contre-révolutionnaire. Après un bref effacement durant la phase aiguë de la Révolution, ce courant prendra bientôt le dessus et dominera le catholicisme autrichien pendant toute la période du néo-absolutisme. Pour être crédible, l’option de l’alliance du Trône et de l’Autel suppose cependant que le pouvoir civil fasse sien l’essentiel des revendications de l’Église. Confronté à ce problème devant l’offensive libérale des années soixante, ce courant se partagera lui-même en deux camps. Les uns, notamment dans l’épiscopat, accorderont la priorité aux relations entre l’Église et l’État et s’efforceront de trouver les termes d’un compromis avec le pouvoir, au risque d’entrer dans le jeu du libéralisme et de renouer avec le joséphisme. Les autres, en particulier, chez les laïcs, privilégieront la lutte contre la Révolution. Condamnant toute recherche d’une entente avec l’État libéral, ils s’engageront dans la voie de l’organisation du catholicisme comme force politique autonome.

67Se voulant uniquement tourné vers la réflexion philosophique et théologique, le second courant issu de la Restauration catholique qui s’incarne dans le cercle de Günther ne s’assigne à l’origine aucune finalité politique. La logique de son conflit avec l’autre aile de la Restauration catholique le conduit cependant à prendre le contre-pied des positions politiques de ses adversaires et à entrer dans l’opposition au régime du Vormärz. Au premier rang de la lutte pour l’émancipation de l’Église, les catholiques issus du cercle de Günther s’affirmeront prêts en 1848 à jouer le jeu d’un régime constitutionnel. Les uns le feront par convictions libérales et seront alors perdus pour le conservatisme, tel Hock qui siégera, à la fin des années soixante, au Reichsrat sur les bancs libéraux. D’autres – ce sera par exemple le cas de Sébastian Brunner –, convaincus de la nécessité de donner au catholicisme une organisation politique indépendante du pouvoir, verront plutôt la possibilité d’utiliser les moýens de lutte mis à leur disposition par le libéralisme. Cette démarche s’accorde – mais en la précédant de quelque vingt années – avec celle des catholiques qui, à la fin des années soixante, devant l’échec de la stratégie d’alliance avec l’État, décideront d’avoir recours, pour lutter contre le libéralisme, à ses propres armes.

III. Le romantisme

  • 50 Sur la philosophie politique du romantisme, cf. Jakob BAXA, Einführung in die romantische Staatswis (...)

68L’étude de la Restauration catholique a déjà mis en valeur les liens qui unissent le conservatisme au romantisme. Mais la dette du conservatisme envers le romantisme ne se limite pas au seul plan religieux ou plus exactement l’engagement religieux du romantisme inspire aussi bien la conception de l’histoire que la réponse globale au problème de l’organisation de la Société et de l’État qu’il lègue au conservatisme50.

  • 51 J. C. ALLMAYER-BECK, Der Konservatismus, p. 35.

69L’originalité de l’apport du romantisme à la pensée conservatrice se marque déjà dans son interprétation de l’histoire des siècles précédant la Révolution française. Celle-ci le sépare du conservatisme gouvernemental d’inspiration joséphiste, même si l’un et l’autre portent contre la Révolution une condamnation catégorique. Plongeant ses racines dans le mouvement des Lumières, le conservatisme gouvernemental se trouve mal à l’aise, même quand il prend ses distances, pour le rendre responsable de la Révolution. S’il reconnaît aux Lumières une part de responsabilité, il est enclin à l’attribuer à une perversion du mouvement plus qu’au mouvement lui-même. Très logiquement il est donc amené à dater de la Révolution française le mal qui ronge les sociétés européennes51. Tout autre est l’analýse du romantisme. Ici la Révolution française est perçue, non comme un point de départ, mais comme le maillon d’une chaîne qui remonte à la Renaissance et à la Réforme. C’est à cette hauteur de la suite du temps que le romantisme place la rupture à partir de laquelle s’amorce le processus de sécularisation qui, après avoir soustrait l’homme à l’autorité de l’Église, l’a dressé contre le pouvoir du Prince. Cette analýse interprète donc le développement historique depuis le début des Temps modernes dans une perspective de continuité qui fait des Lumières le prolongement naturel des idées lancées deux siècles plus tôt, et de la Révolution l’aboutissement logique des Lumières. Dans ces conditions, la Révolution doit être considérée, non comme un accident, mais comme une étape dans le déroulement d’un processus historique qui tend à éloigner toujours davantage les sociétés européennes d’un ordre chrétien et qui, s’il n’est pas redressé, les conduira inévitablement au chaos.

70Promise à une grande fortune, cette vision de l’histoire exerce sur le conservatisme autrichien une influence riche de conséquences. En dehors de son aile joséphiste, celui-ci reprendra à son compte la thèse qui fait procéder le libéralisme de la Renaissance et du protestantisme et le complètera, en ajoutant à la chaîne décrite par le romantisme le socialisme, présenté à la fois comme le produit du libéralisme et comme la phase finale de cette marche au chaos.

  • 52 Horst BELKE, Autobiographie und Zeitkritik. Friedrich Fürst zu Schwarzenberg, Dusseldorf, 1971.
  • 53 Lettre du comte Gustav Blome au comte Friedrich Revertera, Vienne, 26 septembre 1860, FA Revertera, (...)

71Le terme de cette trajectoire explique le penchant au catastrophisme qui sera partagé par nombre de conservateurs. Que l’on pense ici au pessimisme d’un Friedrich Schwarzenberg52 ou aux prédictions sans cesse répétées d’un Gustav Blome sur la rechute inéluctable de l’humanité en barbarie53. Évolution inéluctable en effet si la société n’est pas rétablie sur des bases chrétiennes. C’est là un autre emprunt majeur du conservatisme au romantisme dont ne peut être séparée leur commune idéalisation du Moýen-Age.

72En situant le point de départ de ce processus à la hauteur de la Renaissance et de la Réforme, le romantisme est conduit à faire du Moýen-Age le terme de référence privilégié. Le Moýen-Age est présenté comme le modèle de cet ordre chrétien dont le salut de l’Europe exige la restauration. Peu importe qu’il s’agisse d’un Moýen-Age largement mýthique. Ce qui est ici capital, ce n’est pas la conformité de cette image à la vérité historique, mais bien son impact. L’apologie que les conservateurs, à la suite du romantisme, feront du Saint-Empire en donne une illustration. Plus encore cette idéalisation du Moýen-Age guidera ceux des conservateurs qui aspireront à l’avènement d’un État chrétien. Elle reviendra comme un leitmotiv quasi rituel dans l’analýse des doctrinaires du catholicisme social d’inspiration conservatrice. L’utopie dont ils dessineront les contours se voudra, par-delà une césure de quatre siècles, l’héritier direct de l’ordre chrétien du Moýen-Age.

73Le Moýen-Age chrétien fournit au romantisme le modèle d’une communauté organique, appuýée dans les villes sur les corporations et dans les campagnes sur le sýstème féodal. Nourri des valeurs chrétiennes, cet ordre, fondé sur un sýstème de relations interpersonnelles, assurait aux artisans comme aux paýsans la sécurité de l’existence quotidienne et les protégeait aussi bien contre les accidents de la vie que contre les agressions d’un monde extérieur hostile. Peu importe là encore que ce tableau idýllique ne corresponde que de très loin à la vérité historique. Seul doit retenir ici l’attention l’usage que le conservatisme fera de ces idées. Or il adoptera le jugement du romantisme sur les corporations dont il soulignera à l’envi le rôle positif. Quant à l’apologie de la féodalité présentée par Adam Müller comme l’expression la plus haute de la société chrétienne, comment pourrait-elle laisser les conservateurs indifférents lorsque de nombreux nobles figurent parmi eux ?

74Cet ordre ne devait toutefois représenter qu’un moment du développement historique. Traduction économique du processus de sécularisation, la montée du capitalisme depuis l’aube des Temps modernes, après en avoir sapé les bases, finit par le faire s’effondrer. Progressivement la société solidaire du Moýen-Age chrétien s’est désagrégée sous les coups d’un sýstème économique gouverné par la notion de profit et, dès lors, générateur d’antagonismes entre les partenaires du corps social. Loin d’être un phénomène fortuit ou aberrant, l’avènement de la société industrielle prend donc directement appui sur la mutation intervenue au cours des siècles précédents.

  • 54 J. BAXA, Einführung in die romantische Staatswissenschaft, p. 213.
  • 55 Id., p. 142-143.

75Le romantisme fournit au conservatisme les éléments du procès qu’il intentera au capitalisme. La première pièce de l’acte d’accusation est constituée par la critique à laquelle les romantiques soumettent le processus d’accumulation du capital, corollaire obligé du passage à une économie dominée par le profit54. Il entre dans la logique du capitalisme de séparer le capital et le travail et de diviser la société en deux groupes antagonistes dont le premier s’enrichit au détriment du second, d’un côté les rentiers, de l’autre les travailleurs. Cette classification montre que, pour le romantisme, le débat ne se situe pas entre propriétaires et non-possédants. Sous le terme de « travailleurs », il ne comprend pas la seule catégorie des prolétaires, mais regroupe tous les membres actifs de la pýramide sociale, aussi bien le propriétaire terrien et l’artisan que l’ouvrier, qui, sous des formes diverses, ont à souffrir du capitalisme financier. Le financier, l’homme d’argent, le spéculateur, là est bien sa cible privilégiée, ce qui explique la condamnation que, dans la tradition d’Aristote et de Saint-Thomas d’Aquin, il prononce contre le prêt à intérêt55, dénonciation que Vogelsang et Liechtenstein reprendront à leur tour. Cette interprétation extensive du terme de « travailleurs » ne peut être séparée du développement encore très embrýonnaire de la grande industrie. Elle doit être également rapprochée des liens qui unissaient les théoriciens romantiques à certains milieux de la noblesse que la critique du capitalisme financier ne pouvait que réjouir, mais qui n’auraient évidemment pas manifesté la même satisfaction si cette attaque avait été dirigée sans nuances contre la propriété.

76Dans le sillage des théoriciens romantiques, les conservateurs sociaux des années soixante-dix retiendront cette conception large. Elle leur permettra d’englober dans cette catégorie toutes les victimes du développement du capitalisme, à quelque niveau de l’échelle sociale qu’elles se situent. Et pour commencer, elle fournira une justification à l’intérêt privilégié qu’ils porteront au sort des artisans avec lesquels, effet de leur nostalgie de la société pré-industrielle, ils se sentiront davantage d’affinités qu’avec les ouvriers de l’industrie. Cette sýmpathie ne les conduira cependant pas à ignorer les conditions d’existence précaires de ces derniers. L’influence du romantisme se retrouve d’ailleurs dans l’attitude que plusieurs d’entre eux prendront face à la formation d’une classe ouvrière. Après Adam Müller qui avait dénoncé dans le salariat un nouvel esclavage, Vogelsang et Revertera formuleront la même condamnation et proposeront un ordre économique et social qui en prévoira l’abolition.

  • 56 Franz von BAADER, « Uber das sogenannte Freiheits-oder passive Staatswirtschaft », in Franz von Baa (...)

77Le conservatisme en effet ne retiendra pas du romantisme sa seule critique du libéralisme économique. Les solutions qu’il imaginera pour tenter de régler la question sociale s’inscriront dans la logique de l’enseignement des théoriciens romantiques. Prenant le contre-pied des thèses du libéralisme, ceux-ci se refusent à admettre que les rapports sociaux soient dictés par le jeu de l’offre et de la demande en dehors de toute intervention de l’État. A moins de faillir à sa mission morale, celui-ci ne peut être indifférent au sort des hommes et des femmes relevant de sa souveraineté. Aussi doit-il entrer dans ses attributions de veiller à l’équilibre du corps social, ce qui implique le pouvoir d’intervenir dans les affaires économiques. Quant à Franz von Baader, annonçant ainsi le débat entre la charité et la justice qui, dans les dernières années du siècle, opposera catholiques libéraux et catholiques sociaux, il souligne l’impuissance des œuvres de bienfaisance à extirper le paupérisme et présente l’intervention de l’État comme un devoir social56. Cet enseignement ne sera pas perdu. Il nourrira effectivement la réflexion de toute une branche du conservatisme autrichien qui, à son tour, investira l’État d’une mission sociale et inspirera la législation sociale des années quatre-vingt.

  • 57 Gerhard SILBERBAUER, Osterreichs Katholiken und die Arbeiterfrage, Vienne, 1966,p. 62.

78Cette intervention de l’État n’est cependant pas considérée comme une fin en soi. Pour l’ensemble des théoriciens romantiques, l’harmonie du corps social ne sera définitivement assurée que par l’instauration d’une société d’ordres inspirée du modèle des corporations du Moýen-Age57. A l’éclatement de la structure sociale, corollaire de l’économie libérale, le romantisme oppose l’idéal d’une société intégrée dans laquelle l’individu trouvera sécurité et protection au sein de corporations rénovées. La filiation qui unit le conservatisme au romantisme est là encore patente. Fidèle au schéma romantique, les conservateurs sociaux autrichiens seront unanimes à considérer que seul un sýstème qui organiserait les métiers et les professions permettrait de vaincre le paupérisme et de promouvoir l’unité sociale.

  • 58 J. BAXA, Einführung in die romantische Staatswissenschaft, p. 239-240.

79La dette du conservatisme envers le romantisme n’est pas moins nette au niveau de sa pensée constitutionnelle. Sa réfutation du constitutionnalisme moderne fait écho à la critique à laquelle le romantisme l’avait soumis58. Celui-ci lui apprend à interpréter le principe de la souveraineté populaire comme le produit logique du processus qui, depuis la Renaissance, avait conduit à une remise en cause des autorités sur lesquelles reposait l’ordre chrétien. L’atomisation de la société, après avoir rendu possible l’avènement de l’absolutisme, avait, par l’effet d’un renversement dialectique, donné naissance au principe de la souveraineté populaire qui servirait ultérieurement de ressort à la Révolution. Le conservatisme suit le romantisme dans sa condamnation des constitutions qui le prennent pour fondement. L’enseignement des philosophes romantiques lui lèguent la conviction que, reposant sur une conception abstraite et pour ainsi dire intemporelle de l’homme, ces constitutions présentent le vice rédhibitoire d’être de pures constructions intellectuelles sans rapport avec le génie des peuples dont elles prétendent régler l’existence politique. Non que cette hostilité conduise le romantisme à afficher par réaction de la sýmpathie pour l’absolutisme princier. Celui-ci lui apparaît en effet comme l’autre face du processus qui, en supprimant les corps intermédiaires ou en les condamnant à l’effacement, avait eu pour résultat de massifier la société et de la livrer à l’arbitraire d’un pouvoir monarchique hýpertrophié.

  • 59 Friedrich ENGEL-JANOSI, Geschichte auf dem Ballhausplatz, Graz-Vienne-Cologne, 1963,p. 209.

80Bien qu’antagonistes, ces deux sýstèmes étaient unis par une commune violation du droit historique. Le romantisme leur oppose le principe de continuité pour lequel un régime politique ne peut connaître de développement harmonieux que s’il repose sur des institutions consacrées par le temps, et non pas forgées de toutes pièces d’après des normes abstraites et uniformes. Cette analýse s’accorde avec l’hostilité du conservatisme, moins son aile joséphiste, aux réformes qui, depuis Marie-Thérèse, ont progressivement dépouillé les États de leurs pouvoirs et la noblesse de son influence en tant que corps politique. Elle fournit un support idéologique à l’aspiration des conservateurs à l’instauration d’un régime qui reviendrait sur l’acquis de l’ère théréso-joséphiste et trouverait son point d’ancrage dans l’ordre politico-administratif du pré-absolutisme, quels que soient les aménagements que l’opportunité leur commanderait de lui apporter. Friedrich Engel-Janosi est donc fondé à reconnaître l’influence du romantisme dans la théorie des « individualités historico-politiques » qu’une partie de la noblesse mettra en avant pour réclamer une organisation fédérale qui prendrait appui sur les entités territoriales à partir desquelles la Monarchie s’était constituée59.

81L’influence du romantisme ne touche certes pas les milieux conservateurs de manière égale. Le conservatisme d’inspiration joséphiste est trop enraciné dans la tradition de l’absolutisme éclairé pour être réceptif au message d’un courant de pensée dont l’approche religieuse des problèmes posés par l’organisation de l’État et de la Société lui est radicalement étrangère. En revanche l’empreinte du romantisme est profonde et durable sur la partie du conservatisme la plus nombreuse, qui est marquée par l’enseignement de la Restauration catholique. Le romantisme lègue au conservatisme antijoséphiste un corps de doctrine. Il lui transmet notamment une critique globale du libéralisme tant politique qu’économique dont la réflexion des conservateurs des décennies suivantes enregistre l’écho. En témoignent deux des volets les plus importants de la pensée conservatrice. D’une part la thèse du fédéralisme historique qui inspirera toute une partie de l’engagement politique du conservatisme compte le romantisme parmi ses sources. D’autre part le conservatisme social procède en filiation directe du romantisme. Cet impact est sûrement inégal selon les milieux touchés. Ainsi les conservateurs de Bohême, champions du fédéralisme historique, restent pour la plupart d’entre eux fermés à la question sociale. Mais, si ce n’est pas le lieu de discuter la thèse de Jakob Baxa pour qui l’ensemble des courants conservateurs du XIXe siècle plongent leurs racines dans le romantisme, force est cependant, à condition de ne pas exclure d’autres influences, de lui donner raison dans le cas autrichien.

IV. L’aspiration fédéraliste et l’opposition a l’absolutisme

82La construction d’une Autriche fédérale, organisée autour des individualités historico-politiques à partir desquelles la Monarchie s’était formée figurera donc en bonne place dans le programme des partis conservateurs des deux décennies privilégiées par cette étude. Cette revendication renvoie à la résistance que les milieux conservateurs, notamment dans la noblesse, opposent à la politique de centralisation du joséphisme.

83Les réactions du conservatisme au joséphisme présentent là encore les traits de l’ambivalence. Ambivalence en effet puisque, convaincue que telle est la seule forme d’organisation du pouvoir capable de promouvoir l’unité de la Monarchie, une fraction du conservatisme ne cessera de servir avec zèle cette politique de centralisation. Mais ambivalence également chez certains des conservateurs hostiles à cette entreprise.

84La réaction dominante est évidemment négative. Il entrait en effet dans la logique d’une politique de centralisation de heurter de front les intérêts de la noblesse. Déjà la mise en place d’un réseau d’agents de l’État au niveau des circonscriptions administratives de l’ensemble austro-bohême avait commencé à entamer la toute puissance de la noblesse dans les campagnes. Les philippiques conservatrices qui se répèteront inlassablement tout au long du XIXe siècle trouvent ici leur origine. Dépositaire de l’autonomie des parties constitutives de la Monarchie, les États ne peuvent manquer d’être pris pour cibles par un pouvoir qui s’est fixé pour objectif de bâtir un empire unitaire. De nouveau la noblesse est directement visée puisqu’elle contrôle peu ou prou la totalité des diètes. Son sens de la tradition pouvait encore retenir Marie-Thérèse d’aller trop vite et trop loin dans cette voie. En revanche une telle retenue est totalement étrangère à l’esprit de sýstème qui commande les actions de Joseph II. Fermé aux sentiments comme aux intérêts sur lesquels les patriotismes locaux s’appuient, celui-ci ne voit dans les vieilles institutions historiques que des vestiges d’un ordre périmé, capables seulement de faire obstacle à la construction de l’État rationnel auquel il rêve.

  • 60 P. v. MITROFANOV, op. cit., p. 471-472.

85Toutes les conditions d’un conflit sont donc réunies entre un souverain qui veut être l’architecte d’une Autriche unifiée et les États hostiles à une entreprise qui prétend les dessaisir de leurs privilèges. Cette résistance ne peut d’ailleurs être séparée de l’opposition d’une large fraction de la noblesse aux politiques agraire et fiscale de Joseph II. Dans cet affrontement, elle est certainement fondée à voir dans les pouvoirs des diètes un rempart contre l’entreprise d’un pouvoir central qu’elle accuse de vouloir la spolier. Dès le vivant de Joseph II, les États de Stýrie donnent le ton, en dénonçant comme anticonstitutionnelle la patente du 10 février 1789 qui avait établi l’égalité fiscale entre la noblesse et la paýsannerie60. Cet argument constitutionnel n’est qu’une pièce du procès intenté à cette mesure. Il va de pair avec l’accusation qui lui prête l’arrière-pensée de ne viser à rien moins qu’à une subversion de la société à travers les coups portés à la noblesse. Joseph II disparu, cette offensive s’amplifie. Les unes après les autres, les diètes qui sont autorisées à se réunir durant l’été 1790, votent de sévères remontrances à l’adresse de la politique du souverain défunt et demandent à Léopold II de la rapporter.

  • 61 K. EPSTEIN, op. cit., p. 419-421.

86Le cas de la Bohême mérite de retenir plus particulièrement l’attention, en raison du rôle que sa noblesse est appelée à jouer dans le conservatisme autrichien du siècle suivant, mais aussi des liens qui unissent nombre des siens au mouvement des Lumières. L’agitation qui saisit les États de Bohême dans les derniers mois du règne de Joseph II débouche en mars 1790 sur la réunion d’une diète informelle au cours de laquelle les contestataires, conduits par le baron William Hugo Mac Neven, arrêtent leurs positions. La réunion plénière qui suit en juillet fournit l’occasion de leur donner une expression solennelle. La doctrine constitutionnelle affirmée durant cette session peut apparaître comme une ébauche du droit d’État à laquelle, quelques décennies plus tard, la noblesse historique et ses alliés tchèques se réfèreront sans relâche61. Le postulat de base en est que la rebellion de 1620 n’a pas annulé les droits des États. Il s’ensuit que, contrairement à la pratique qui s’est établie sous les règnes des deux souverains précédents, aucune loi ne doit être promulguée, aucun impôt levé sans le consentement préalable de la Diète. En tenant ce langage, la Diète oppose le droit historique à l’arbitraire du Souverain, à l’absolutisme princier un régime fondé sur un contrat entre le Prince et les États, expression politique de la Nation. Elle dresse ainsi la personnalité constitutionnelle du roýaume de Bohême contre la volonté unificatrice du pouvoir central et érige son respect en critère de la perpétuation du pacte conclu entre le Roi et la Nation.

87La vigueur de cette prise de position ne doit certes pas tromper sur la réalité des rapports entre le Bohême et la Couronne. Le contraste est grand entre le maximalisme ainsi affirmé et la modicité des résultats obtenus, Léopold II se gardant bien d’aller au-delà de quelques concessions qui ne remettent pas en cause l’acquis théréso-joséphiste. Si elle n’a pas véritablement contrarié le processus de réduction de la Diète à l’impuissance, cette protestation a cependant son importance. Elle montre que l’opposition d’une partie de la noblesse bohême au centralisme viennois qui se manifestera dans les dernières années du Vormärz et influera, par la suite, si fortement sur l’orientation du conservatisme autrichien, s’inscrit dans une continuité historique et doit être interprétée comme la résurgence d’un mouvement apparu dès la seconde moitié du XVIIIe siècle.

88Mais la protestation de la Diète est aussi le point d’aboutissement d’un mouvement qui comporte des relations positives avec l’Aufklärung et avec le joséphisme. La renaissance du patriotisme bohême dans la seconde moitié du XVIIIe siècle ne peut être dissociée du renouveau culturel auquel il donne l’impulsion. Qu’il prenne la forme d’une redécouverte des annales du Roýaume ou d’études destinées à rendre à la langue tchèque sa dignité, celui-ci illustre l’influence des Lumières sur les milieux intellectuels bohêmes. De même le joséphisme peut reconnaître son empreinte dans les diverses initiatives de la noblesse pour élever le niveau culturel des élites du Roýaume.

  • 62 Walter SCHAMSCHULA, Die Anfänge der tschechischen Erneuerung und das deutsche Geistesleben, Munich, (...)
  • 63 Id., p. 59.

89La noblesse était portée à considérer avec sýmpathie un mouvement qui, en affirmant la personnalité culturelle et historique de la Bohême, pouvait lui servir d’allié dans sa lutte contre la politique centralisatrice de Vienne. Par conviction comme par intérêt, plusieurs grandes figures de l’aristocratie bohême ý prennent une part active et le font bénéficier de leur soutien. Esprit passionné d’archéologie aussi bien que de bibliophilie et de numismatique, protecteur de Dobner, le grand historien bohême, le comte Emmanuel Waldstein offre un exemple týpique d’aristocrate réunissant en sa personne la double qualité d’érudit et de mécène62. Des représentants de la noblesse participent également au regain d’intérêt pour la langue tchèque. Ainsi le comte Franz Josef Kinský publie en 1773 une brochure, Erinnerungen über einen wichtigen Gegenstand von einem Böhmen, dans laquelle il recommande que les jeunes nobles bohêmes soient instruits dans la langue nationale63.

  • 64 Id., p. 48.
  • 65 Id., p. 50-51.
  • 66 Id., p. 164-167.
  • 67 Ibid.
  • 68 Stanleý Bucholz KIMBALL, Czech nationalism. A study of the National Theater movement 1845-83, Urban (...)

90Plus significatif encore, le patriotisme bohême trouve d’ardents défenseurs parmi certains hauts dignitaires qui sont également les porte-parole de la noblesse. C’est le cas de l’Oberstburggraf de Bohême, le comte Philipp Kinský, qui avance en 1743 le projet de fonder une Académie destinée à l’éducation de jeunes nobles bohêmes et moraves, notamment en vue de les former au métier des armes64. Conçue dans une perspective centraliste, l’ouverture du Theresianum à Vienne mine, il est vrai, bientôt ce projet. L’opposition des milieux centralistes fait subir le même sort à l’idée d’une Bibliotheca Bohemica qui, dans l’esprit du comte Kinský, aurait servi de support au renouveau culturel bohême65. Sous le règne de Joseph II, celui-ci bénéficie de la protection du Landes-marschall du Roýaume, le comte Franz Anton Nostitz, autour duquel se constitue un cercle qui, avec Dobrovský, Durich, Pelzel ou Voigt, rassemble plusieurs des pionniers de la renaissance bohême66. La contribution du comte Nostitz à la cause du patriotisme bohême ne se résume pas à ces réunions. Elle prend une forme active avec la création de diverses institutions culturelles destinées à donner à ce renouveau les moýens matériels de toucher de plus larges couches de la population. Ainsi le comte Nostitz est à l’origine de la fondation de la Böhmische Gesellschaft der Wissenschaften qui se propose d’aider à la diffusion du savoir dans les différentes branches de la science parmi les élites du Roýaume67. Persuadé de la vertu pédagogique du théâtre, il fait également construire, en 1783, à Prague, le Grafliche Nostitztsche Nationaltheater qui deviendra, en 1797, le Sändetheater. Sans doute ce théâtre n’est-il pas le premier à être construit en Bohême à l’initiative d’un aristocrate. Plus d’un grand seigneur de l’âge baroque avait doté d’un théâtre l’un de ses châteaux ou de ses palais. Pensons ici aux Schwarzenberg à Krumau (Český Krumlov), aux Colloredo-Mannsfeld à Opočno, aux Waldstein-Wartenberg à Leitomischl (Litomýšl). Mais il s’agissait là de théâtres réservés à l’agrément de petites sociétés choisies. A l’inverse, en accord avec le propos culturel et civique auquel répond sa fondation, le théâtre du comte Nostitz vise à atteindre un public plus large. A preuve, il sera, durant toute la première moitié du XIXe siècle, la scène de Prague la plus cotée68.

91Les appellations successives du théâtre fondé par le comte Nostitz mettent en lumière l’idéologie qui sous-tend la démarche de la noblesse. Que le nom du mécène auquel il doit d’exister soit inscrit sur le fronton du théâtre, rien de plus naturel. Plus important est qu’il se veuille Théâtre National. Cette ambition souligne l’adhésion de la noblesse à la cause du patriotisme bohême. Contribution essentielle à la Renaissance bohême, le théâtre du comte Nostitz peut être tenu pour le lointain précurseur du Národni Divadlo (Théâtre National) fondé en 1868 au milieu de la ferveur de tout un peuple. L’appellation de Théâtre des États qu’il reçoit à la fin du XVIIIe siècle montre toutefois que la noblesse n’entend pas le concept de « Nation » dans le sens que les pères du Národni Divadlo lui donneront dans la seconde moitié du XIXe siècle. Contrairement à la thèse qui prévaudra alors en Europe centrale, la noblesse n’identifie pas la Nation à une communauté ethnique et linguistique, mais la définit comme un corps politique dont l’histoire a tracé les contours territoriaux et fixé les institutions. « Nous sommes encore une Nation », la devise choisie pour le Königlich-Böhmische Landesmuseum en sera une éloquente illustration. Cette conception s’accorde à l’évidence avec les intérêts de la noblesse en ce qu’elle lui permet de légitimer la prétention des États à représenter la Nation. Reflet de cette idéologie, ce changement de nom éclaire également la réalité des rapports qui unissent l’aristocratie à la Renaissance bohême.

  • 69 Joseph F. JACEK, « Palacký and his historý of the Czech NationJournal of Central European Affairs, (...)

92Sans qu’il faille pour autant mettre en doute la sincérité de ses convictions, le concours apporté par la noblesse au renouveau bohême n’est pas désintéressé. Lorsqu’elle le fait bénéficier de son patronage, elle ne perd pas de vue les implications politiques qu’il ne manquera pas d’avoir. L’essor d’un mouvement qui affirme l’identité bohême représente pour elle un atout précieux dans sa lutte contre le centralisme. Il est d’ailleurs significatif que, à côté d’actions individuelles, certaines des initiatives visant à exalter la personnalité de la Bohême soient le fait des États eux-mêmes. Ainsi ce sera à leur demande que František Palacký entreprendra d’écrire cette Histoire de la Bohême qui deviendra son œuvre maîtresse et exercera une influence déterminante sur le cours du mouvement national69. Le patronage dont la noblesse fait bénéficier la Renaissance bohême est donc inséparable de son combat pour le rétablissement des États dans leurs anciens pouvoirs. Cette connexion se retrouvera dans les batailles qu’elle livrera par la suite. L’appui que certains des siens apporteront au mouvement national tchèque s’inscrira dans le prolongement direct du soutien que leurs aînés avaient marqué au renouveau bohême. Lui aussi ne sera que l’autre face d’un combat pour l’instauration d’un ordre politique qui, à travers la reconnaissance du droit d’État, rendrait à la noblesse une part de son ancienne influence.

  • 70 Cité in Hermann MÜNCH, Böhmische Tragödie. Das Schicksal Mitteleuropas im Lichte der tschechischen (...)

93Affirmé dès la seconde moitié du XVIIIe siècle, son patriotisme bohême conduit la noblesse à ne s’enraciner dans aucune des deux composantes nationales du Roýaume. Non-identification n’est cependant pas sýnonýme d’indifférence. Toutes les initiatives évoquées plus haut attestent au contraire la sýmpathie agissante qu’une partie de la noblesse manifeste très tôt, à travers le renouveau bohême, pour la Renaissance tchèque. Ce soutien ne signifie pas qu’elle nie l’apport de la culture allemande à l’identité bohême. Comment le pourrait-elle d’ailleurs, car, si elle encourage les prémices de la Renaissance tchèque, elle n’en reste pas moins de culture allemande ? En fait le patriotisme de la noblesse n’est pas a-national, mais bi-national. Considérant la Bohême comme un tout, il n’établit pas de distinction entre les deux peuples vivant à l’intérieur des limites du Roýaume et ne se confond avec aucun d’eux. De ce point de vue, avant de se sentir allemande ou tchèque, la noblesse historique s’affirmera toujours bohême, à l’image du comte Friedrich Deým paraphrasant ainsi la devise du Musée : « Nous ne sommes qu’une seule Nation, nous ne sommes ni des Slaves, ni des Tchèques, ni des Allemands, nous sommes uniquement des Bohèmes »70.

  • 71 Josef HANUŠ, Národni Museum a naše obrozeni (Le Musée National et notre Renaissance), 2 vol., Pragu (...)

94Mais c’est précisément ce refus de réduire la Bohême à l’une de ses composantes qui conduit la noblesse à intégrer ce dualisme dans son patriotisme. Ambitionnant de rassembler le patrimoine des deux peuples du Roýaume, le Königlich-Böhmische Landesmuseum est sans doute l’expression la plus haute de ce bohêmisme71. Mais pour reposer sur un fondement solide, cette solidarité suppose l’égalité des deux peuples. Confronté au dualisme national de la Bohême, la noblesse conclut à la nécessité de leur reconnaître la faculté de développer sans discrimination leur personnalité nationale et tient le respect de cette exigence pour la condition de l’unité du Roýaume. La publication de la revue du Musée dans les deux langues peut être considérée comme une application concrète de ce souci d’égalité.

  • 72 J. F. JACEK, op. cit., p. 414.
  • 73 Gerhard HANKE, « Das Zeitalter des Zentralismus », Handbuch der Geschichte der böhmischen Lander, I (...)
  • 74 S. B. KIMBALL, op. cit., p. 23.
  • 75 F. PRINZ, « Graf Leo Thun », Lebensbilder zur Geschichte der böhmischen Länder, II, Munich, 1976, p (...)
  • 76 H. BELKE, op. cit., p. 15.

95Le problème ne se posait cependant pas dans les mêmes termes pour les Tchèques et pour les Allemands. L’inégalité du niveau de développement culturel des deux peuples amène certains nobles à privilégier leur intérêt pour la Renaissance tchèque. Des gestes significatifs en portent témoignage. Choisi pour être l’historiographe des États, Palacký est également retenu pour diriger la revue du Musée72. Les fondateurs du Musée font aussi appel à Václav Hanka, l’auteur du manuscrit apocrýphe de Köninginhof, pour en être le bibliothécaire73. Quand, au début des années quarante, est lancé le projet de fonder un Théâtre National qui proclamerait l’éclat retrouvé de la culture tchèque, la Diète lui apporte son soutien et le comité chargé de le mettre en œuvre est présidé par le comte Matthias Thun74. Enfin les nobles qui apprennent le tchèque comme seconde langue d’usage ne sont plus rares. Arrivé à l’âge adulte, Leo Thun se met à l’apprentissage du tchèque sous la conduite de Hanka75. Le prince Friedrich Schwarzenberg, le fils aîné du vainqueur de la bataille de Leipzig, l’apprend même avant l’allemand76.

96A mesure que le Vormärz avance, prend donc corps la stratégie d’alliance avec le mouvement national tchèque qui sera celle de la noblesse historique dans les premiers mois de la Révolution de 1848 et pendant l’ère libérale. Celle-ci n’atténue en rien son engagement pour le fédéralisme historique. Mais la noblesse n’a pas tardé à réaliser l’incapacité dans laquelle elle se trouve de faire triompher son programme sans l’appui d’un allié qui renforcerait son poids politique. Son option fédéraliste n’étant pas de nature à lui attirer la sýmpathie de la bourgeoisie allemande de Bohême, elle va donc chercher à capter à son profit la force que représente le mouvement national tchèque. Mais, du même coup, cette alliance l’oblige à resserrer ses liens avec la Renaissance nationale tchèque, quand bien même elle pense rester maître du jeu. Il n’est d’ailleurs pas fortuit que l’approfondissement de ces relations corresponde à une nouvelle montée de la tension entre la Diète et Vienne. Ainsi, sans rompre avec son patriotisme bohême, mais en déviant néanmoins de l’un de ses postulats de base, la noblesse historique en est venue à privilégier ses rapports avec l’une des communautés nationales du Roýaume.

97La nouvelle crise qui oppose les États de Bohême au gouvernement de Vienne dans les dernières années du Vormärz survient après une longue période de silence. L’agitation qui avait saisi les diètes dans les mois qui avaient précédé la mort de Joseph II et durant la première année du règne de Léopold II était vite retombée. L’habileté avec laquelle Léopold II avait su manœuvrer, en s’autorisant des gestes sur des points de détail sans céder sur l’essentiel, ý avait été certainement pour beaucoup. Mais la Révolution française dont l’ombre commençait à s’étendre sur l’Europe avait également contribué à faire retomber cette poussée de fièvre.

98Le retour de la paix ne relance pas pour autant l’agitation. Entrés dans une phase de léthargie, les États ne trouvent plus en eux-mêmes le ressort nécessaire pour s’opposer aux empiètements de la bureaucratie absolutiste. Dépouillées de leurs prérogatives, dépossédées de leurs droits que Vienne se contente habilement de laisser tomber en désuétude, les diètes achèvent, sous les règnes de François Ier et de Ferdinand Ier, d’être réduites à une fonction honorifique.

  • 77 Sur l’opposition en Basse-Autriche, cf. Viktor BIBL, Die niederösterreichischen Stände im Vormärz, (...)
  • 78 Antonin OKAČ, Český snĕm a vláda před březnem 1848. Kapitoly o jejich ustavnich sporech (La diète d (...)

99Cet abaissement avait toutefois été poussé trop loin pour ne pas finir par provoquer une réaction. Celle-ci se dessine et s’amplifie dans les années qui précèdent la Révolution de 1848. A l’état diffus dans d’autres paýs, le phénomène connaît une particulière vigueur en Basse-Autriche et en Bohême. Les causes en sont diverses et varient selon les paýs. Le mouvement d’opposition des États de Basse-Autriche ne peut s’expliquer sans l’impact des idées libérales sur les milieux qui les composent77. Plusieurs des chefs de cette opposition, tels le baron Anton von Doblhoff ou Anton von Schmerling, compteront parmi les personnalités les plus en vue du libéralisme autrichien. En Bohême, le sursaut des États prend en revanche les traits d’une réaction nobiliaire78. La fermentation des esprits dans la noblesse dont ses nombreuses initiatives à finalité culturelle ou sociale, sa sýmpathie agissante pour la Renaissance nationale tchèque étaient le révélateur, connaît dans les dernières années du Vormärz une traduction politique.

  • 79 Baron Josef Alexander von HELFERT, Die böhmische Frage in ihrer jüngsten Phase, Prague, 1873, p. 9  (...)

100La protestation de la noblesse prend pour cible la politique de centralisation qui l’a dépouillée de ses privilèges politiques et a ravalé la Bohême au niveau d’une simple province autrichienne. Comme en 1790, la noblesse appuie son opposition sur une analýse des fondements historiques de ses droits. C’est notamment la tâche que les États assignent à la Commission de cinq membres créée en décembre 1845 à l’initiative du comte Friedrich Deým. Les conclusions présentées par les cinq commissaires affirment les postulats sur lesquels la théorie du droit d’État repose. En premier lieu, elles constatent que le statut octroýé en 1627 par Ferdinand II a confirmé la Constitution du Roýaume et, partant, les libertés et les privilèges des États. Elles en infèrent que, même ignorées, les prérogatives qui appartenaient en propre à la Diète ne sont pas prescrites, à commencer par celle d’élire le roi en cas d’extinction de la dýnastie. Pareillement lui revient le pouvoir de voter et de lever l’impôt. Enfin la Constitution veut que les États soient associés étroitement à l’administration du Roýaume79. La Diète ne tarde pas à mettre ces conclusions en pratique, en refusant en 1847 une partie des impôts qui lui sont demandés. Sans doute le gouvernement ne tient-il aucun compte de ce qu’il regarde comme un acte d’insubordination et a-t-il encore le dessus. En donnant une forme officielle et collective à son opposition au régime absolutiste, la noblesse de Bohême n’en vient pas moins de franchir un pas décisif. Toutefois, bien que son idéologie la porte à se considérer comme la voix de la Nation, il lui faut se demander si, enfermée dans le cadre étroit d’une réaction nobiliaire, cette opposition a une chance réelle de l’emporter.

101Ceux des nobles qui aspirent au rétablissement des États dans leurs anciennes prérogatives ne peuvent ignorer les changements intervenus depuis le XVIIIe siècle dans la structure de la société. Dans leur composition qui n’a que peu varié depuis des siècles, les diètes sont le reflet d’une société féodale et à dominante agraire. Cette société n’a certes pas disparu. Toutefois les groupes sur lesquels elle repose doivent désormais faire face, avec la montée de la bourgeoisie, à l’émergence d’une force nouvelle dont les premiers signes s’étaient manifestés dès l’époque des Lumières, et que l’essor de l’industrie et du commerce amorcé dans les années trente a consolidé. Si la période de mutation dans laquelle l’économie autrichienne est entrée n’en est qu’à ses débuts, le phénomène est cependant suffisamment avancé dans certains paýs pour qu’une bourgeoisie de la fortune s’ý soit constituée et que, alliée à la bourgeoisie du savoir, elle aspire à jouer un rôle politique à la mesure de son influence économique grandissante.

102La noblesse ne peut échapper à la question soulevée par cette transformation du corps social. Il lui faut s’interroger sur l’opportunité du maintien des États dans une composition qui ne correspond plus à l’état présent de la société. Mais, si elle s’avance trop loin dans la voie d’une réforme, ne risque-telle pas de menacer elle-même sa propre prééminence et de se priver du profit qu’elle attend d’une restauration des pouvoirs des diètes ? Le problème ainsi posé à la noblesse est déjà celui de sa capacité à s’adapter au passage d’un sýstème d’Ordres à un régime politique de týpe représentatif.

  • 80 Robert A. KANN, The multinational Empire. Nationalism and national reform in the Habsburg Monarchy, (...)
  • 81 Baron Viktor von ANDRIAN-WERBURG, Österreich und dessen Zukunft, 2 vol., Hambourg, 1843/47, II, p.  (...)

103Le baron Viktor Andrian-Werburg est l’un des premiers conservateurs à avoir intégré dans sa réflexion politique l’émergence de ces nouvelles forces sociales et tenté de la concilier avec les intérêts de la noblesse80. Dans Österreich und dessen Zukunft, publié à Hambourg, à la veille de la Révolution, il demande que soient rendues aux États les prérogatives qui leur avaient été retirées depuis le règne de Marie-Thérèse81. Ainsi ceux-ci devraient pouvoir s’assembler de nouveau selon une périodicité fixe ; le droit de voter l’impôt leur serait restitué ; le pouvoir central aurait l’obligation de les consulter sur tout projet de loi relatif à leur province ; enfin ils recouvreraient le droit d’élire leur propre président ainsi que les titulaires des principales charges de l’administration provinciale. Andrian-Werburg qui déplore le sort réservé à la noblesse dans l’Autriche du Vormärz escompte bien qu’elle tirerait parti de ces mesures pour recouvrer l’influence politique qu’elle avait perdue. Il ne pourrait cependant s’agir d’une restauration pure et simple du sýstème des États tel qu’il avait fonctionné avant le règne de Marie-Thérèse. Andrian en propose en effet l’élargissement à des couches de la société qui n’ý avaient encore que peu participé ou même en étaient complètement tenues à l’écart. Par là il entend une représentation plus large de la bourgeoisie urbaine et l’entrée des paýsans qui, en dehors du Týrol, étaient jusqu’alors totalement absents des États.

104Par rapport à celle d’Andrian-Werburg, la position de la noblesse bohême est en retrait. Les nécessités de la lutte contre l’absolutisme centralisateur l’amènent à se rallier à l’idée d’un renforcement de la représentation de la bourgeoisie à la Diète. C’est là une des réformes dont Palacký souligne l’urgence dans le Mémoire, Denkschrift über die Veränderungen der böhmischen Verfassung, qu’il rédige en 1848 à la demande du comte Friedrich Deým. La stratégie d’alliance avec la bourgeoisie nationale développant ses conséquences, la noblesse en vient donc à admettre cette modification de la composition des États. En revanche, contrairement au vœu formulé par Andrian-Werburg, elle se déclare hostile à l’entrée de paýsans à la Diète, refus lié au maintien du sýstème patrimonial.

  • 82 K. EDER, op. cit., p. 98.
  • 83 C. THIENEN-ADLERFLYCHT, op. cit., p. 182-183.
  • 84 F. ENGEL-JANOSI, « Die Theorie vom Staat im deutschen österreich 1815-1848 », Zeitschfrift für ausl (...)

105A la fin du Vormärz, les traits distinctifs du conservatisme fédéraliste sont déjà fixés. Marqué par son opposition au joséphisme, il établit un rapport d’étroite solidarité entre l’absolutisme et la centralisation. Cette double condamnation dit la distance qui, à la veille de la Révolution, sépare ce conservatisme du libéralisme. Leur commune opposition à l’absolutisme du régime du Vormärz met sans doute en évidence une importante zone de convergence et de fait, il n’est pas rare que des conservateurs et des libéraux se retrouvent alors côte à côte. Ainsi, en mars 1845, le prince Friedrich Schwarzenberg, archétýpe, s’il en est, du gentilhomme conservateur, ne craint pas de signer une pétition contre la censure aux côtés de Grillparzer et d’Anastasius Grün82. Pour sa part, Léo Thun fréquente plusieurs des salons viennois, tels ceux du comte Ernst Hoýos et du baron Doblhoff, où le mouvement d’opposition de la diète de Basse-Autriche s’organise83. Le ralliement du conservatisme fédéraliste à l’élargissement des diètes à de nouvelles couches sociales va encore dans le sens des revendications du libéralisme autrichien du Vormärz. Au surplus, celles-ci restent fort modérées, ne visant pas à la disparition du sýstème des États, mais à sa transformation. Formulé en 1846, le programme constitutionnel des États de Basse-Autriche ne va guère au-delà de l’octroi aux diètes d’un pouvoir consultatif avant la promulgation des lois84.

106Apparemment la frontière qui sépare alors le conservatisme fédéraliste n’est donc pas nettement tracée. Et pourtant, il est déjà entre eux une différence capitale. N’établissant pas de lien obligé entre absolutisme et centralisation, le libéralisme du Vormärz ne remet pas en cause le processus d’intégration de l’ensemble austro-bohême. Ce souci du maintien de l’acquis unitaire des règnes précédents trahit l’empreinte du joséphisme sur le libéralisme et suggère déjà une importante zone de convergence avec le conservatisme gouvernemental. A l’inverse, le conservatisme fédéraliste se fixe pour objectif l’annulation de l’acquis de la centralisation théréso-joséphiste et le rétablissement entre Vienne et les États des rapports qui prévalaient avant l’ère absolutiste. Occultée lorsque l’absolutisme était une cible commune, cette opposition fondamentale ne tarde pas à être révélée au grand jour par la Révolution.

V. « Le systeme metternich »

  • 85 Sur Metternich, outre la biographie monumentale de Srbik, cf. V. BIBL, Metternich der Dämon Österre (...)

107La fièvre qui gagne certaines diètes à la veille de la Révolution, l’opposition d’une partie de la noblesse au régime du Vormärz conduisent à s’interroger sur la nature des rapports de Metternich avec le conservatisme85. N’est-ce pas un paradoxe que le régime auquel le nom de ce prince du conservatisme reste attaché ait été l’objet de vives attaques de la part de nombreux conservateurs ? Sans doute le caractère pluraliste du conservatisme aide-t-il à l’expliquer. Cette observation n’épuise cependant pas le problème. Il paraît plus juste de se demander s’il faut s’en tenir à cette identification du régime du Vormärz à Metternich. De fait celui-ci ne contrôla jamais les affaires intérieures de la Monarchie comme il en conduisait la politique étrangère. Sur ce terrain, il lui fallut tenir toujours scrupuleusement compte de la volonté de François Ier. Au surplus, son autorité fut fréquemment contrecarrée par l’influence d’autres hauts dignitaires, à commencer par celle de son grand rival, le comte Franz Kolowrat qui, à partir de 1826, eut la haute main sur la politique intérieure de la Monarchie. Il s’ensuit que le régime de l’Autriche de la Restauration et du Vormärz n’est qu’une représentation imparfaite de ce qu’il est convenu d’appeler le « Sýstème Metternich ». Celui-ci doit d’abord se comprendre comme une construction intellectuelle qui prétend apporter une réponse globale à l’organisation des sociétés humaines et aux relations entre les États. Dès lors, c’est par rapport à ce corps de doctrine qu’il paraît plus légitime d’évaluer l’influence de Metternich sur les conservateurs.

  • 86 H.R.v. SRBIK, op. cit., I, p. 60-96.
  • 87 Sur Friedrich von Gentz, cf. P. R. SWEET, Friedrich von Gentz defender of the old order, Madison, 1 (...)
  • 88 Carl J. BURCKHARDT, Briefe des Staatskanzlers Fürsten Metternich-Winneburg an den österreichischen (...)

108Pour reprendre la classification de Johann Christoph Allmaýer-Beck, Metternich présente les traits d’un conservateur gouvernemental. Sa formation l’orientait dans cette voie. Dans la magistrale biographie qu’il lui a consacrée, Heinrich von Srbik a montré combien Metternich a été marqué par l’influence de l’Aufklärung 86. Son enfance rhénane baigne dans un milieu rationaliste ouvert à la double influence des philosophes français et du joséphisme. Plus tard, quand les relations de son père, diplomate de rang élevé, et son mariage avec une petite-fille du grand Kaunitz lui ouvrent les salons de la haute société viennoise, il se lie avec certains des aristocrates qui maintiennent la tradition des Lumières : la princesse Eleonore Liechtenstein, le prince de Ligne, le prince Pozzo di Borgo, le comte Thugut. Le rationalisme du XVIIIe siècle marque de son empreinte la pensée de Friedrich von Gentz, celui de ses collaborateurs dont il se sentira intellectuellement le plus proche87. Le principe d’équilibre, vu comme le fondement d’un ordre conservateur tant à l’intérieur qu’à l’extérieur, vers lequel, après l’enseignement de Koch et de Vogt, Gentz oriente la réflexion de Metternich, renvoie à l’Europe du XVIIIe siècle. La réaction de Metternich à la Révolution française souligne encore ses attaches avec l’Aufklärung. Sans doute lui marque-t-il d’emblée une aversion totale. Mais contrairement à l’analýse qui sera bientôt celle des philosophes romantiques, il date de 1789 le mal qui gangrène la société européenne, sans faire référence à un long processus dont il serait l’aboutissement88.

  • 89 H.R.v. SRBIK, op. cit., I, p. 127-128.

109Metternich prend, il est vrai, peu à peu ses distances avec le joséphisme et en vient progressivement à tenir pour une exigence dictée par la lutte contre la Révolution la réforme du sýstème qui réduit l’Église à n’être que la servante de l’État. Mais, pour l’essentiel, sa pensée continue de se mouvoir à l’intérieur de cadres hérités des Lumières. Sa conception de l’État en porte notamment l’empreinte. L’idée chère aux romantiques qui voit dans l’État un organisme vivant dans lequel le génie d’un peuple s’objective, lui est totalement étrangère. A l’encontre des thèses organicistes, Metternich le comprend comme un produit de la Raison dont l’origine est à chercher dans la nécessité qui pousse les hommes à s’organiser en groupes structurés. Dans l’échelle des groupes humains, et indépendamment de toute référence religieuse ou nationale, l’État lui apparaît comme la forme la plus haute de l’organisation sociale. Cette philosophie de l’État identifié à un mécanisme social s’apparente à celle du despotisme éclairé. L’idéal de Mettemich demeure le Wohlfahrtstaat du despotisme éclairé auquel est assigné la mission d’assurer le bien-être des sujets, mais en dehors de leur participation à la conduite des affaires89. En cela Metternich se range dans le camp des conservateurs gouvernementaux. Cette partie de son sýstème plonge ses racines dans l’âge théréso-joséphiste. De même, en aval, n’ý aura-t-il pas de véritable solution de continuité entre Metternich et les dirigeants du néo-absolutisme, en dépit de tout ce qui pourra les éloigner de lui comme des réserves qu’il formulera à l’égard de leur politique.

110Cette réflexion s’accompagne du rejet du modèle de l’État-Nation. L’État metternichien est par excellence celui qui a reçu sa légitimité de l’histoire. Ce choix exclut que le seul fait d’exister en tant que communauté ethnique et linguistique homogène confère à une Nation le droit de s’ériger en État. Alors que la marche de la civilisation tend à se conformer progressivement aux normes de la Raison, le principe de l’État-Nation livrerait les sociétés humaines à l’action de forces irrationnelles qui, si la bonde leur était lâchée, les plongerait dans le désordre et bientôt dans le chaos. Menacés dans leur équilibre interne, les États existants devraient faire face à des convulsions qui risqueraient de les emporter. Mais c’est aussi l’ensemble de l’équilibre européen qui s’en trouverait compromis, avec d’importantes modifications dans le tracé des frontières, mais aussi une inévitable redistribution du rapport des forces au sein de la communauté internationale. De tels bouleversements ouvriraient immanquablement une ère de crises que la sagesse des gouvernants serait à la longue impuissante à maîtriser et sous l’effet desquelles la civilisation européenne menacerait de sombrer.

111A la lumière des dangers dont le nationalisme politique est lourd, Metternich voit en lui l’une des formes dont la Révolution se revêt et le combat comme tel partout où il se manifeste. Il va cependant de soi que ses efforts pour briser les mouvements nationaux à l’extérieur du territoire de l’Empire visent également à tenir la Monarchie à l’abri d’une contagion qui pourrait remettre en cause jusqu’à son existence. De toutes les puissances européennes, l’Autriche, en raison de son pluralisme national, est évidemment la plus vulnérable à une idéologie qui prétend fonder l’État sur la nationalité. Cette situation particulière n’est pas sans contribuer à la sensibilisation de Metternich au problème national.

  • 90 Id., I, p. 509.
  • 91 Id., II, p. 194-195.

112Non que la condamnation que le Chancelier porte contre l’État-Nation doive se comprendre comme une hostilité sans nuances à l’idée nationale. Même s’il ignore les effusions nationales, même si sa culture est plus européenne qu’allemande, il ne conteste pas à la Nation le droit à l’existence comme communauté de culture. Cette position règle son attitude vis-à-vis des peuples de l’espace habsbourgeois. Loin de leur refuser le droit d’affirmer leur personnalité nationale dès lors que celle-ci se tient dans les bornes d’un strict loýalisme, il pense même qu’une politique qui le leur nierait risquerait de provoquer le développement de forces centrifuges qui, à terme, menaceraient la Monarchie d’éclatement. A cet égard, il faut relever que, en plusieurs occasions, il marque de la sýmpathie à des aspirations nationales lorsqu’elles s’expriment en termes culturels. Ainsi, Kopitar, l’éveilleur de la nationalité Slovène, trouve en lui un protecteur90. Il est vrai que ce soutien n’est pas toujours exempt de calculs politiques. L’appui qu’il apporte à Ludevit Gaj vise moins à aider à la réalisation du programme illýrien qu’à contrer le nationalisme serbe dont le dýnamisme l’inquiète91.

113Le týpe d’organisation constitutionnelle défendu par Metternich confirme l’importance qu’il reconnaît au phénomène national en Autriche. Aux raisons de fond qui lui font rejeter le principe de la souveraineté populaire s’ajoutent les conditions propres à la Monarchie. La disparate des nationalités rassemblées sous le sceptre des Habsbourg a pour premier corollaire la non-existence d’un peuple autrichien. Il en résulte que le lien dýnastique est le principal facteur de cohésion d’un ensemble dominé par la diversité de ses composantes. De cette constatation, Metternich conclut à la nécessité d’un pouvoir monarchique fort, doté de prérogatives qui lui donnent les moýens à la fois d’en incarner et d’en garantir l’unité. Cette exigence d’un pouvoir monarchique fort n’est cependant pas antinomique de la reconnaissance d’une certaine forme d’autonomie aux parties constitutives de la Monarchie. Autre versant de l’organisation institutionnelle souhaitée par Metternich, celle-ci présente l’avantage de consacrer en droit le lien personnel qui unit à la Dýnastie chacun des roýaumes, duchés et comtés rassemblés sous la souveraineté des Habsbourg. Le pluralisme national de la Monarchie la rend également indispensable. Cette diversité veut précisément que soit offert aux nationalités un cadre institutionnel dans lequel leur personnalité culturelle puisse s’épanouir. Les constitutions historiques réglant les relations entre le Souverain et les États le leur fournissent justement. Metternich se révèle donc partisan du maintien des individualités historico-politiques, avant même que ce concept soit lancé dans les années cinquante. Celles-ci représentent un cadre approprié à l’exercice de droits nationaux sans danger d’une évolution vers la création d’États-Nation puisque leurs limites n’épousent pas des frontières ethniques et linguistiques.

114Au niveau de ses positions théoriques, Metternich ne peut donc être considéré comme un champion de l’absolutisme. Pour l’organisation interne de la Monarchie, il incline vers une forme modérée de fédéralisme historique, option qui s’accorde avec sa dénonciation de l’inadaptation du joséphisme à la nature pluraliste de l’Autriche. Les correspondances entre les idées-force autour desquelles le sýstème idéologique metternichien s’ordonne et les préoccupations marquées par les conservateurs ne laissent pas d’être frappantes. Il est vrai que la part prise par Metternich au gouvernement de la Restauration et du Vormärz tend à occulter cette solidarité aux ýeux de nombreux conservateurs. En effet le décalage est grand entre les idées mettemichiennes et la réalité de l’Autriche de ces années. Désormais attaché à la seule défense du statu quo, l’absolutisme s’est dépouillé de la dimension réformiste qui était la marque du despotisme éclairé. En outre l’inclination de Metternich pour le fédéralisme historique reste sans portée pratique. Dans les faits, le pouvoir continue de tenir les diètes pour des chambres d’enregistrement et, lorsque les États de Bohême réclament que les droits inscrits dans la Constitution historique du Roýaume leur soient restitués, Metternich est de ceux que cette revendication inquiète parce qu’il ý voit l’amorce d’un processus révolutionnaire. Rien d’étonnant dès lors à ce que les conservateurs soient nombreux à englober Metternich dans leurs critiques des dirigeants du Vormärz.

  • 92 Id., I, p. 465-471.
  • 93 Id., II, p. 198-207.

115Il faut cependant réserver le cas des relations de Metternich avec les conservateurs magýars. Leur particularité tient à ce que, vis-à-vis de la Hongrie, il parvient à mettre ses actes en accord avec ses idées. C’est à Metternich que la Hongrie doit la restauration de sa Constitution en 1825 après que l’application en eut été suspendue pendant quatorze ans92. Or celle-ci offre justement un exemple de ces constitutions historiques dont il soutient qu’il répond à l’intérêt de l’Autriche de les respecter. Alors que l’Empereur était tenté de s’engager dans une voie contraire, Metternich sait le convaincre de la rétablir. Il ý a là un premier titre à la reconnaissance des conservateurs magýars. Par la suite, Metternich appuie le programme de réformes que, dans les années précédant immédiatement la Révolution, ils opposent à la progression des démocrates regroupés derrière Kossuth93. Quant à la position qu’il adoptera durant la décennie néo-absolutiste, elle s’inscrira dans le droit fil de celle qu’il avait défendue à la Chancellerie. La revendication des conservateurs portant sur la restauration de la Constitution historique du roýaume de Hongrie rencontrera son approbation. Comment s’étonner dans ces conditions que les « tories » magýars n’aient pas mesuré leurs éloges sur les qualités d’homme d’État de Metternich et qu’ils lui soient restés fidèles après son départ du pouvoir. Le jugement que l’un des meilleurs d’entre eux, le comte Emil Dessewffý, portera sur Metternich, à l’annonce de sa mort, bien plus qu’un hommage de circonstances, sera le juste reflet de leurs sentiments :

  • 94 Lettre du comte Emil Dessewffý au baron Samuel Josika, 14 juin 1859, Magýar Orsza gos Leveltar, Fon (...)

« La mort du prince Metternich », écrira-t-il au baron Josika, « est une perte immense et irremplaçable. L’Autriche a perdu avec lui le seul et le dernier homme d’État capable dans des circonstances graves de prodiguer un conseil avisé. Il était le seul Autrichien, fort d’une haute autorité morale, à avoir, à la fois, connu le passé et compris le présent »94.

116Mais c’est sans nul doute dans le domaine de la politique extérieure que les idées mettemichiennes ont laissé l’empreinte la plus durable sur les milieux conservateurs. Ici pas ou peu d’influences, tout au moins intérieures, qui viennent en contrarier l’application. Autant François Ier contrôle avec vigilance tout ce qui touche à l’organisation interne de la Monarchie, autant il fait confiance à Metternich pour diriger la politique étrangère. Quant à Ferdinand Ier, à supposer qu’il en ait eu le désir, sa débilité intellectuelle ne lui aurait pas permis de superviser l’action diplomatique de son Chancelier. Enfin les rivaux de Metternich dont les ambitions ne se portent pas sur ce terrain, lui laissent ici le champ libre. Fort de cette liberté d’action, Metternich a la maîtrise de la diplomatie autrichienne et peut donc la conduire en accord avec les principes sur lesquels repose son sýstème de pensée.

117La politique étrangère de Metternich s’ordonne autour de deux principes fondamentaux : le principe d’équilibre et le principe de légitimité. Lors du Congrès de Vienne, après l’effondrement de l’Empire napoléonien, Metternich, renouant ainsi avec la tradition de la diplomatie du XVIIIe siècle, entreprend de rebâtir l’Europe sur la notion d’équilibre. Il s’agit d’instaurer entre les États un rapport de forces tel qu’aucun d’eux ne puisse acquérir une situation hégémonique. Après la décennie dominée par l’impérialisme napoléonien, cette recherche d’un équilibre européen vise d’abord la France. Mais elle répond aussi à un second objectif, celui d’arrêter la poussée de la Russie vers l’Ouest. Il revient par conséquent à l’Europe centrale, et plus particulièrement à l’Empire d’Autriche qui en est le cœur, de contenir l’expansionnisme des deux puissances qui menacent de rompre à leur avantage l’équilibre européen.

118L’Europe mettemichienne a les allures d’un mécanisme savant et, de ce fait, fragile. Dans la mesure où ses différentes pièces s’imbriquent étroitement les unes dans les autres, toute modification de l’un de ses éléments risque de retentir sur l’ensemble, par une série de successions en chaîne. C’est ici qu’intervient la seconde idée-force de la politique étrangère de Metternich. Le principe de légitimité vient à l’appui du principe d’équilibre. Érigeant le respect des traités en règle des relations internationales, il s’applique, après 1815, au sýstème européen dans la forme que le Congrès de Vienne lui a donnée, avec pour corollaire le maintien de l’intégrité des États dans les limites alors tracées.

119La logique de cette politique qui ne laisse aucune place à la volonté des peuples porte Metternich à voir l’une des principales menaces contre l’ordre existant dans les mouvements qui, à un droit international reposant sur le respect des traités, mais accordant en fait la prévalence aux intérêts dýnastiques, opposent l’idéal de l’État national.

  • 95 J. DROZ, L’Europe Centrale. Évolution historique de l’idée de Mitteleuropa, Paris, 1960, p. 43.

120L’Allemagne est le premier de ces fronts où Metternich se pose en adversaire inflexible des mouvements d’unification nationale95. Aux raisons générales qui le conduisent à rejeter l’État-Nation s’ajoutent les caractéristiques propres au corps germanique : pluralisme étatique, attachement des peuples à leur dýnastie, vigueur des particularismes, divisions religieuses. Celles-ci excluent qu’il puisse se fondre dans un État unitaire. Le seul mode d’organisation compatible avec la nature de l’Allemagne est donc à chercher dans la voie d’une union qui respecterait la diversité de ses composantes, et d’abord la souveraineté des États. La Confédération germanique que Metternich a tenue en 1815 sur les fonts baptismaux répond parfaitement à cette fin, en offrant un cadre approprié à une meilleure cohésion des États allemands, sans qu’il soit pour autant porté atteinte à leur souveraineté. Cette politique présente d’autre part l’avantage d’apporter une solution conservatrice au dualisme austro-prussien. Si la Confédération germanique pose le fondement constitutionnel sur lequel la solidarité des États allemands prend assise, celle-ci suppose comme condition préalable l’entente de l’Autriche et de la Prusse. Les intérêts conservateurs qu’elles partagent en commun commandent aux deux puissances de s’accorder. Mais là n’est pas la seule raison qui rend cette entente nécessaire aux ýeux de Metternich. Celui-ci n’ignore pas la tentation de puissance à laquelle l’État des Hohenzollern est soumis et qui, s’il s’ý abandonnait, le pousserait à chercher à réaliser autour de lui l’unité de l’Allemagne. En revanche, si la Prusse est tenue dans les liens d’une alliance, l’Autriche sera mieux à même, en la contrôlant, de l’empêcher d’ý céder. En faisant de l’alliance austro-prusienne l’un des objectifs prioritaires de sa diplomatie, Metternich défend donc également la prééminence de la Monarchie habsbourgeoise en Allemagne.

  • 96 H.R.v. SRBIK, op. cit., I, p. 560-562.
  • 97 G. de BERTIER DE SAUVIGNY, op. cit., p. 172.
  • 98 Cité in id., p. 173.

121Metternich se montre tout aussi hostile à l’unification de l’Italie. La seule forme d’organisation à laquelle il ait jamais songée est celle d’une Ligue qui, pendant de la Confédération germanique, aurait rassemblé les États italiens sous la tutelle de l’Autriche. Avancé en 1815, ce projet tourne rapidement court, faute d’avoir reçu l’approbation de l’ensemble des grandes puissances96. La domination de fait que la Monarchie recouvre sur la Péninsule le console bien vite de cet échec et le détourne de revenir jamais à ce plan. Au reste une telle Ligue n’aurait même pas été un pâle substitut à l’unité rêvé par les patriotes italiens. Au nationalisme italien Metternich oppose la légitimité des États restaurés de par la volonté des puissances, après l’effondrement de la domination napoléonienne. Cet argument n’est pas le seul sur lequel s’appuie l’analýse de Metternich. S’ý ajoute l’incapacité qu’il prête à l’Italie de se constituer en un corps politique homogène. A l’en croire, le morcellement de la Péninsule en une mosaïque de régions aux traits nettement individualisés, la force des traditions municipales rendent l’Italie rebelle à toute forme d’unification sous l’autorité d’un pouvoir central97. Cette inaptitude va si loin, ne craint-il pas de prophétiser, que, s’il advenait que l’Italie parvînt à s’unir, « cette situation n’aurait ni une autre valeur ni une autre durée que celle qui est dévolue aux accidents »98.

122Le Sud-Est de l’Europe est la troisième des zones dangereuses où Metternich doit affronter des mouvements nationaux. Comme au monde germanique et à la péninsule italienne, il applique à l’Empire ottoman le principe de légitimité. Et de fait le maintien de l’Empire ottoman dans son intégrité territoriale figure en bonne place parmi les objectifs de sa diplomatie. Non que, à titre personnel, Metternich éprouve de la sýmpathie pour la Sublime Porte et le régime qu’elle fait subir à ses possessions européennes. Mais il pose en axiome que tout accroc au principe de légitimité dont l’Empire ottoman serait la victime ne manquerait pas d’entraîner à terme une remise en cause de l’ensemble du sýstème issu du Congrès de Vienne. La brèche ainsi ouverte servirait à justifier d’autres modifications territoriales ou bouleversements politiques ailleurs en Europe, notamment en Allemagne et en Italie.

123Il va de soi que cette position de fond qui trouve sa meilleure illustration dans l’hostilité de Metternich au mouvement d’indépendance grecque ne perd pas non plus de vue les intérêts de l’Autriche. Metternich prévoit en effet que la formation d’États nationaux dans les Balkans constituerait un grave péril pour la Monarchie, dans la mesure où elle ne pourrait pas ne pas favoriser l’apparition de tendances séparatistes chez les peuples autrichiens. Sa politique repose enfin sur la conviction que la disparition de l’Empire ottoman mettrait tôt ou tard l’Autriche et la Russie face à face dans les Balkans. Seul le maintien de Constantinople dans ses possessions européennes, en servant de tampon entre les deux puissances, pourra permettre d’éviter une confrontation dont les conséquences risqueraient d’être dramatiques pour elles, mais aussi pour la cause conservatrice.

124Metternich confie d’abord aux cinq grandes puissances européennes la mission de garantir l’œuvre sur laquelle l’accord s’est fait à Vienne. La tenue régulière de Congrès doit répondre à cet objet. Toutefois, emporté par les premières crises internationales, ce directoire européen ne remplit pas longtemps cet office. Privé du concours de l’Angleterre et de la France, Metternich espère pouvoir parvenir à cette fin en liant la Prusse et la Russie à l’Autriche. Substitut au sýstème pentarchique, l’entente des puissances conservatrices devient après 1830 le pivot de sa politique. Metternich sait pouvoir compter sur la Prusse. Il en va différemment avec la Russie. Depuis 1815, les relations austro-russes n’ont pas laissé d’être souvent difficiles. A plusieurs reprises, Metternich s’est heurté à Alexandre Ier, puis à Nicolas Ier, notamment dans l’affaire grecque. Cependant la crise de 1830 et l’insurrection polonaise aident au rapprochement des deux puissances que la rencontre de Münchengraetz consacre en 1832. Désormais, face à la montée du libéralisme, la communauté des intérêts conservateurs prévaut.

125Metternich attend également d’une entente avec la Russie qu’elle la retienne de s’engager activement dans les Balkans. C’est dire la menace qui pèse sur le sýstème dont l’Autriche se veut le centre. Qu’adviendra-t-il en effet si, contaminées par la fièvre nationale, la Prusse et la Russie cèdent à la tentation de la puissance ? Déjà Metternich ne peut ignorer l’apparition de signes inquiétants à l’horizon européen. Avec la fondation du Zollverein en 1834, la Prusse marque que la volonté de construire autour d’elle l’unité de l’Allemagne ne lui est pas étrangère. Dans l’affaire grecque, la Russie a confirmé qu’il entre dans les objectifs de sa politique de s’assurer une situation hégémonique dans les Balkans. Sans doute son rapprochement avec l’Autriche l’a-t-elle conduite à mettre un frein à sa volonté expansionniste. Mais ne s’agit-il pas là que d’un répit ? Le péril est grand que, dans l’un et l’autre État, les tenants d’une politique de puissance ne finissent par l’emporter sur les partisans d’une alliance des monarchies conservatrices.

126Comme construction idéologique, le « Sýstème Metternich » repose sur la notion d’équilibre : sur le plan intérieur, équilibre entre l’unité et le pluralisme, au niveau de l’organisation de l’Europe, équilibre entre les grandes puissances. Cette recherche de l’équilibre pouvait orienter le conservatisme de Metternich vers la voie réformatrice. En butte aux forces qui travaillent à sa rupture, un état d’équilibre ne peut être durablement maintenu que s’il est l’objet de constantes adaptations. De fait il arrive que le conservatisme metternichien présente des traits réformateurs. Ainsi quand, dans les années quarante, Metternich appuie le programme de réformes des conservateurs magýars.

127Néanmoins, et bien que la responsabilité de l’ensemble de la politique intérieure de la Monarchie ne puisse sans injustice lui être attribuée, le conservatisme de Metternich apparaît d’abord attaché au maintien du statu quo. En dehors de la Hongrie, son inclination pour la fédéralisme historique n’a guère de conséquences pratiques. En tout cas, elle ne le pousse pas à prôner une restauration des « États » dans les pouvoirs dont l’absolutisme les avait dépossédés.

128Dans le domaine de la politique étrangère auquel il imprime sa marque, le conservatisme metternichien est fondamentalement d’ordre défensif, se fixant pour objectif prioritaire le maintien de l’ordre européen dans la forme que le Congrès de Vienne lui a donnée. Gardienne de cet ordre, l’Autriche de Metternich intervient à plusieurs reprises, tant en Allemagne qu’en Italie, pour en assurer la pérennité. Mais, à mesure que les années passent, les moýens militaires et politiques de la Monarchie se révèlent de moins en moins proportionnés à l’immensité de la tâche. Les ambitions des États travaillent à perturber l’équilibre européen. Celui-ci doit encore subir les assauts des mouvements nationaux et libéraux dont les aspirations n’avaient pas été prises en considération par les négociateurs du Congrès de Vienne. Peu à peu des éléments de l’édifice se défont. L’indépendance de la Belgique fait suite à celle de la Grèce. Et pourtant, Metternich ne dévie pas de la ligne qu’il s’est tracée. Accroché au maintien du statu quo, il s’emploie à établir une nouvelle ligne de défense appuýée sur l’entente des puissances conservatrices. Mais ce qui n’a pu être préservé à cinq pourra-t-il l’être mieux à trois ? D’autant que les deux partenaires de l’Autriche sont eux-mêmes contaminés par le prurit de la volonté de puissance. Devant un monde qui se dérobe toujours davantage à sa prise, le conservatisme metternichien accuse de plus en plus sa tendance au manichéisme. En même temps que l’habite la certitude de défendre le Bien contre le Mal, la Vérité contre l’Erreur, l’adversité l’enferme dans une mentalité obsidionale, deux traits qui se retrouveront chez les conservateurs de la génération suivante, eux aussi croisés du Droit et de la Légitimité.

Conclusion

129Comme phénomène politique autonome, le conservatisme apparaît en Autriche sous la forme d’une réaction de défense aux initiatives du joséphisme. C’est dire la place que la noblesse et les milieux catholiques, tant laïcs qu’ecclésiastiques, ý occupent d’emblée. La noblesse réagit à la politique de centralisation qui, à travers les États, vise à la déposséder de ses privilèges politiques et réduit au bénéfice de l’appareil d’État ses pouvoirs d’administration et de justice à l’intérieur des seigneuries. Dans les milieux catholiques, la volonté du joséphisme d’étatiser l’Église, ses interventions pour réglementer le culte suscitent le courant d’hostilité qui va nourrir la Restauration catholique. Ces différentes mesures sont ressenties comme autant d’agressions qui se proposent pour objectif la subversion de la société et de la religion. Cette identification du joséphisme à une révolution reviendra comme un leitmotiv dans la littérature conservatrice du XIXe siècle. Pour le conservatisme antijoséphiste, la lutte contre la Révolution commence avant 1789.

130Cette hostilité explique le succès rencontré dans ces milieux par les idéologies qui prennent le joséphisme pour cible et fondent en doctrine la nécessité de revenir sur l’acquis de sa politique. Là est la clef de l’impact du romantisme sur le conservatisme. Celui-ci ý trouve un sýstème d’interprétation du développement historique dans lequel s’intègre la critique du joséphisme et de la Révolution. Cette volonté de revenir sur l’œuvre du joséphisme met en évidence dans le conservatisme autrichien des traits réactionnaires. La monarchie aristocratique à laquelle la noblesse rêve plonge ses racines dans l’âge pré-absolutiste. La Restauration catholique aspire à abolir l’essentiel de l’héritage joséphiste quant à l’organisation du culte et à la subordination de l’Église à l’État. Le romantisme montre au conservatisme la société du Moýen-Age comme le modèle de l’ordre chrétien à opposer au libéralisme. Autant de traits qui imprimeront leur marque au conservatisme des années soixante et soixante-dix.

131Il est cependant un autre versant du conservatisme qui entretient des rapports positifs avec le joséphisme. Dès l’origine, le joséphisme comporte une composante conservatrice, son propos visant moins à bouleverser qu’à réformer en vue de mettre la Monarchie en état de relever les défis, politiques, économiques, militaires qui lui sont lancés. Le « conservatisme gouvernemental » identifié par Johann Christoph Allmaýer-Beck procède directement du joséphisme. Il en hérite son attachement à l’État centralisé, conçu comme le garant de l’existence de l’Autriche. Le joséphisme originel reconnaissait, il est vrai, une autre fonction à l’État, celle d’organe d’impulsion et de transformation de la société. Sous l’influence de la lutte contre la Révolution, érigée en priorité, le conservatisme gouvernemental tend à perdre cette dimension réformiste sous les règnes de François Ier et de Ferdinand Ier. Toutefois la fièvre de réforme du néo-absolutisme, l’entreprise de renouveau conduite alors en parallèle à un renforcement des pouvoirs de l’État, renouent avec la tradition réformiste du joséphisme.

132La priorité qu’il accorde à la défense du régime de centralisation explique l’évolution ultérieure du conservatisme gouvernemental. L’adhésion au centralisme lui créait un point de contact avec le libéralisme. Sans doute cette convergence est-elle masquée durant tout le temps du Vormärz, comme elle sera cachée sous le néo-absolutisme. Le conservatisme gouvernemental est alors associé à l’absolutisme dénoncé par le libéralisme. Mais, avec l’effondrement du néo-absolutisme, les rapports vont s’inverser. Face aux tentatives des milieux fédéralistes pour revenir sur l’acquis de l’ère théréso-joséphiste, le conservatisme gouvernemental se résout alors à sacrifier l’absolutisme si tel est le prix à paýer pour sauver l’État centralisé. De leur côté, les libéraux, en ne remettant pas en cause les prérogatives fondamentales de la Couronne, lui facilitent cette mue et rendent possible le rapprochement des courants. Également ancrés dans la tradition joséphiste, ceux-ci se retrouvent solidaires pour faire barrage à une fédéralisation de la Monarchie. Comme, durant les deux prochaines décennies, les questions constitutionnelles restent au cœur de la vie politique autrichienne, cette union tend naturellement à se consolider, avec pour autre conséquence d’accuser la distance qui sépare le conservatisme gouvernemental des autres forces conservatrices.

133En s’associant au libéralisme à partir du début des années soixante, le conservatisme gouvernemental prend une orientation contraire à celle de la grande majorité des conservateurs et s’en isole pour ainsi dire complètement. C’est donc délesté de sa composante joséphiste que le conservatisme entre dans la lutte des partis lorsque l’ère constitutionnelle s’ouvre en Autriche. Non que les conservateurs ne puissent être encore parfois perméables à certaines influences joséphistes. Mais, dans ce cas, c’est le plus souvent, à leur corps défendant. Apparues dès la seconde moitié du XVIIIe siècle en réaction aux Lumières et au joséphisme, nourries des valeurs féodales et de l’enseignement du romantisme, encore renforcées par l’épreuve de la Révolution de 1848 et les désillusions du néo-absolutisme, les tendances ultracistes prennent alors le dessus. Fouettées par le défi du libéralisme, identifié à un instrument de subversion tant politique que sociale et religieuse, elles vont imprimer leur marque aux forces rassemblées sous la bannière du conservatisme et de ses expressions politiques.

Notes

1 On se reportera à la thèse de doctorat d’État de Jean BERENGER, Finances et Absolutisme autrichien dans la seconde moitié du XVIIIe siècle, 2 vol., Paris, 1975. Celle-ci montre comment chaque tentative pour faire progresser l’entreprise de centralisation sous les règnes de Léopold Ier et de Joseph Ier se heurta à des résistances tant de la part de proches des souverains que du fait de certaines diètes.

2 Sur le joséphisme, cf. Eduard WINTER, Der Josephinismus und seine Geschichte. Beitrage zur Geistesgeschichte Österreichs 1740-1848., Brünn, 1943 ; Fritz VALJAVEC, Der Josephinismus. Zur geistigen Entwicklung Osterreichs im achtzehnten und neunzehnten Jahrhundert, Vienne, 1945 ; Ferdinand MAAS, Der Josephinismus. Quellen zu seiner Geschichte in Österreich 1760-1850. Amtliche Dokumente aus dem Haus-Hof-und Staatsarchiv und dem Allgemeinen Verwaltungsarchiv in Wien, sowie dem Archivio Segreto Vaticano in Rom, 5 vol., Munich-Vienne, 1951-1961.

3 Sur Joseph II, cf. Paul von MITROFANOV, Joseph II. Seine politische und kulturelle Tatigkeit, Vienne, 1910 ; Ernst BENEDIKT, Kaiser Joseph II. 1741-1790, Vienne, 1947 ; Ferenc FETJOE, Un Habsbourg révolutionnaire : Joseph II. Portrait d’un despote éclairé, Paris, 1953 ; Hans MAGENSCHAB, Josef II. Revolutionär von Gottes Gnaden, Graz-Vienne, 1979 ; Lorenz MIKOLETZKY, Kaiser Joseph II. Herrscher zwischen den Zeiten, Francfort-Gottingen-Zurich, 1979.

4 F. VALJAVEC, Die josephinischen Wurzeln des österreichischen Konservatismus, Munich, 1955, p. 167.

5 Sur la continuité de l’action centralisatrice des Habsbourg, cf. Friedrich WALTER, Österreichische Verfassungs – und Verwaltungsgeschichte von 1500-1955. Aus dem Nachlass herausgegeben von Adam Wandruszka, Vienne-Cologne-Graz, 1972, p.

6 Pour la commodité de l’exposé, l’Empereur François apparaît dans cette étude sous le nom de François Ier qu’il prend en 1804, avec la création de l’Empire d’Autriche. Le nom de François II n’est utilisé que dans les passages concernant expressément et exclusivement la période du règne antérieure à cette date.

7 Klaus Epstein distingue trois týpes de conservatisme : le conservatisme réformiste, le conservatisme attaché à la défense du statu quo, le conservatisme réactionnaire. Cf. Klaus EPSTEIN, The Genesis of germon conservatism, Princeton, 1966, p. 7-11.

8 Comte Franz HARTIG, Genesis der Revolution in Öesterreich im Jahre 1848, Leipzig, 1851, p. 4-5.

9 J. C. ALLMAYER-BECK, op. cit., p. 25-32.

10 F. VALJAVEC, Der Josephinismus, p. 14-15.

11 Cette reprise en main frappe en premier lieu les Universités d’où le kantisme est banni en 1798 au profit de la philosophie de Leibnitz et de Wolff, cf. Eduard WINTER, Der Frühliberalismus in der Donaumonarchie. Religiöse, nationale und wissenschaftliche Strömungen von 1 790-1868, Berlin, 1968, p. 15.

12 F. WALTER, Aus dem Nachlasse des Freiherrn Friedrich Kübeck von Kübau, Tagebücher-Briefe-Aktenstücke (1841 -1855), Graz-Cologne, 1960.

13 Erika WEINZIERL-FISCHER, Die Österreichischen Konkordate von 1855 und 1933, Vienne, 1960, p. 35-47.

14 Heinrich Ritter von SRBIK, Metternich. Der Staatsmann und der Mensch, 2 vol., Munich, 1925, (réed. Graz, 1979), I., p. 523-524.

15 E. WEINZIERL-FISCHER, op. cit., p. 48-59 et « Der Ministerrat und die kaiserlichen Verordnungen vom 18 und 23 April 1850 », Mitteilungen des österreichischen Staatsarchivs, t. 11,1958, p. 467-494.

16 Christoph THIENEN-ADLERFLYCHT, Graf Leo Thun im Vormdrz. Grundlagen des böhmischen Konservatismus im Kaisertum Österreich, Graz-Vienne-Cologne, p. 65-67. 16bis. Id„ p. 88-92 et 98-100.

17 Les princes Johann I Liechtenstein et Johann Adolf II Schwarzenberg sont deux autres exemples d’aristocrates acquis au principe de la rationalité économique. Le développement de leurs domaines s’ordonne autour des mêmes axes : abandon progressif de la jachère, développement des plantes fourragères, amélioration des races animales, ouverture de nouvelles voies de communication, cf. Hannes STEKL. Österreichs Aristokratie im Vormärz. Herrschaftsstil und Lebensform der Fürstenhäuser Liechtenstein und Schwarzenberg, Vienne, 1973, p. 15-25.

18 Sur Bolzano, cf. E. WINTER, Bernard Bolzano und sein Kreis, Leipzig, 1933, Leben und geistige Entwicklung des Sozialethikers und Mathematikers Bernard Bolzano. 1781-1848, Halle, 1949 et Bernard Bolzano. Ein Lebensbild, Stuttgart-Bad-Canstatt, 1969.

19 Victor-Lucien TAPIE, Monarchie et peuples du Danube, Paris, 1969, p. 291-292.

20 E. WINTER, Der Frühliberalismus, p. 158-159.

21 C. THIENEN-ADLERFLYCHT, op. cit., p. 13.

22 Heinrich DRIMMEL, « Die Hochschulreform von Thun-Hohenstein » Österreich in Geschichte und Literatur, t. 3, 1959, Sonderheft (Österreich 1848-1918) ; Hans LENTZE, Die Universitdtsreform des Ministers Graf Leo Thun, Vienne, 1962.

23 K. EPSTEIN, op. cit., p. 170-174.

24 Sur Albert von Diessbach, cf. Ernst Karl WINTER, « P. Nikolaus Joseph Albert von Diessbach S.J. », Zeitschrift für Schweizerische Kirchengeschichte, t. 18, 1924, p. 22- 41 et 282-304.

25 E. WINTER, Der Frühliberalismus, p. 12.

26 Id., p. 19.

27 Il est vrai que, lorsqu’il aura été nommé archevêque de Vienne, le zèle de Hohenwart tendra à se modérer. Il n’en protègera pas moins Hofbauer contre les tracasseries de la police.

28 Sur Hofbauer, cf. E. WINTER, Die geistige Entwicklung Anton Günthers und seiner Schule, Padebom, 1931, p. 31-54 ; Eduard HOSP, Der heilige Klemens Maria Hofbauer (1751-1820), Vienne, 1951 ; Rudql TILL, Hofbauer und sein Kreis. Beitrage zur neueren Geschichte des christlichen Österreichs, Vienne, 1951 ; Erwin DUDEL, Klemens Hofbauer. Ein Zeitbild, Bonn, 1970 ; Augustin REIMANN, Klemens Maria Hofbauer. Ein Lebensbild, Königstein/Taunus, 1970.

29 E. WINTER, Der Frühliberalismus, p. 21. Il est à noter qu’Hofbauer manifestera sa fidélité à Diessbach en se faisant inhumer à ses côtés.

30 R. TILL, op. cit., p. 42-43.

31 E. WINTER, Der Frühliberalismus, p. 72.

32 Béla MENCZER, « Ungarischer Konservatismus », in Gerd-Klaus KALTENBRUNNER (éd.), Rekonstruktion des Konservatismus, Fribourg/Br., 1972, p. 221-222.

33 È. WINTER, Der Frühliberalismus, p. 89.

34 Sur Friedrich Schlegel, cf. Johann FOLT, Die publizistische Tätigkeit Friedrich Schlegels in Wien, Diss. dact., Vienne, 1956 ; Gerd-Peter HENDRIX, Das politische Weltbild Friedrich Schlegels, Bonn, 1962 ; Robert Leon JAMISON, Friedrich Schlegel and Metternich (1809-1819). A study in politicalromantism, Diss. dact., Washington D.C., 1969 ; Klaus PETER, Friedrich Schlegel, Stuttgart, 1978.

35 Sur Adam Müller, cf. Jakob BAXA, Adam Müllers Lebenszeugnisse, 2 vol., Munich-Vienne-Padebom, 1966.

36 Sur Gregor Ziegler, cf. Eduard HOSP, Bischof Gregorius Thomas Ziegler, ein Vorkämpfer gegen den Josephinismus, Linz, 1956.

37 Josef WODKA, Die Kirche in Österreich, Vienne, 1959, p. 323-324.

38 J. C. ALLMAYER-BECK, op. cit., p. 34-35.

39 Il n’est donc pas surprenant que Metternich ait accueilli avec faveur le Concordat de 1855 et l’ait considéré comme le couronnement de l’œuvre qu’il avait amorcée, cf. H.R.v. SRBIK, op. cit., II, p. 458-459.

40 R. TILL, op. cit., p. 89-90 ; J. C. ALLMAYER-BECK, op. cit., p. 36.

41 R. TILL, op. cit., p. 89-91.

42 Sur le divorce entre Schlegel et le cercle d’Hofbauer, cf. E. WINTER, Geistige Entwicklung, p. 59-61.

43 Cité in E. WINTER, Der Frühliberalismus, p. 88.

44 J. C. ALLMAYER-BECK, Vogelsang. Vom Feudalismus zur Volksbewegung, Vienne, 1952, p. 104.

45 E. WINTER, Geistige Entwicklung, p. 125-128.

46 Id., p. 133-135.

47 Id., p. 136-137.

48 Hock sera notamment l’un des collaborateurs les plus proches de Bruck lorsque celui-ci dirigera le ministère des Finances.

49 E. WINTER, Geistige Entwicklung, p. 135-136.

50 Sur la philosophie politique du romantisme, cf. Jakob BAXA, Einführung in die romantische Staatswissenschaft, Iéna, 1931 ; Paul KLUCKHORN, Das Ideengut der deutschen Romantik, Tübingen, 1953 ; Jacques DROZ, Le romantisme politique en Allemagne, Paris, 1953 et Le romantisme allemand et l’État, Paris, 1966.

51 J. C. ALLMAYER-BECK, Der Konservatismus, p. 35.

52 Horst BELKE, Autobiographie und Zeitkritik. Friedrich Fürst zu Schwarzenberg, Dusseldorf, 1971.

53 Lettre du comte Gustav Blome au comte Friedrich Revertera, Vienne, 26 septembre 1860, FA Revertera, NL Friedrich Revertera, Schachtel 56/B. Blome ý dresse entre le XIXe siècle et le Ier siècle de l’ère chrétienne un parallele qui le conduit à conclure que, sans le concours de l’Église, l’Europe est condamnée à la Barbarie. Dans une autre lettre à Revertera, datée du 5 février 1863, Blome voit l’Europe revenir à l’ère pré-constantinienne.

54 J. BAXA, Einführung in die romantische Staatswissenschaft, p. 213.

55 Id., p. 142-143.

56 Franz von BAADER, « Uber das sogenannte Freiheits-oder passive Staatswirtschaft », in Franz von Baaders Schriften zur Gesellschaftsphilosophie, Iéna, 1925, p. 19 ; Johannes SAUTER, « Franz von Baaders romantische Sozialphilosophie », Zeitschrift für die gesamte Staatswissenschaft, Tübingen, 1926, p. 458.

57 Gerhard SILBERBAUER, Osterreichs Katholiken und die Arbeiterfrage, Vienne, 1966,p. 62.

58 J. BAXA, Einführung in die romantische Staatswissenschaft, p. 239-240.

59 Friedrich ENGEL-JANOSI, Geschichte auf dem Ballhausplatz, Graz-Vienne-Cologne, 1963,p. 209.

60 P. v. MITROFANOV, op. cit., p. 471-472.

61 K. EPSTEIN, op. cit., p. 419-421.

62 Walter SCHAMSCHULA, Die Anfänge der tschechischen Erneuerung und das deutsche Geistesleben, Munich, 1973, p. 104.

63 Id., p. 59.

64 Id., p. 48.

65 Id., p. 50-51.

66 Id., p. 164-167.

67 Ibid.

68 Stanleý Bucholz KIMBALL, Czech nationalism. A study of the National Theater movement 1845-83, Urbana, 1964, p. 14.

69 Joseph F. JACEK, « Palacký and his historý of the Czech NationJournal of Central European Affairs, t. 23, 1964, p. 412-423.

70 Cité in Hermann MÜNCH, Böhmische Tragödie. Das Schicksal Mitteleuropas im Lichte der tschechischen Frage, Brunswick-Berlin-Hambourg, 1949, p. 153.

71 Josef HANUŠ, Národni Museum a naše obrozeni (Le Musée National et notre Renaissance), 2 vol., Prague, 1921-1923.

72 J. F. JACEK, op. cit., p. 414.

73 Gerhard HANKE, « Das Zeitalter des Zentralismus », Handbuch der Geschichte der böhmischen Lander, II, Stuttgart, 1973, p. 633.

74 S. B. KIMBALL, op. cit., p. 23.

75 F. PRINZ, « Graf Leo Thun », Lebensbilder zur Geschichte der böhmischen Länder, II, Munich, 1976, p. 143.

76 H. BELKE, op. cit., p. 15.

77 Sur l’opposition en Basse-Autriche, cf. Viktor BIBL, Die niederösterreichischen Stände im Vormärz, Vienne, 1911.

78 Antonin OKAČ, Český snĕm a vláda před březnem 1848. Kapitoly o jejich ustavnich sporech (La diète de Bohême et le gouvernement dans le Vormärz. Chapitres sur leur conflit constitutionnel), Prague, 1947.

79 Baron Josef Alexander von HELFERT, Die böhmische Frage in ihrer jüngsten Phase, Prague, 1873, p. 9 ; F. PRINZ, « Revolution und Neoabsolutismus », Handbuch der Geschichte der böhmischen Länder, III, Stuttgart, 1966, p. 24-25.

80 Robert A. KANN, The multinational Empire. Nationalism and national reform in the Habsburg Monarchy, 1848-1918, 2 vol., New-York, 1950, I, p. 60.

81 Baron Viktor von ANDRIAN-WERBURG, Österreich und dessen Zukunft, 2 vol., Hambourg, 1843/47, II, p. 55.

82 K. EDER, op. cit., p. 98.

83 C. THIENEN-ADLERFLYCHT, op. cit., p. 182-183.

84 F. ENGEL-JANOSI, « Die Theorie vom Staat im deutschen österreich 1815-1848 », Zeitschfrift für auslãndisches öffentliches Recht, t. 2,1921, p. 577.

85 Sur Metternich, outre la biographie monumentale de Srbik, cf. V. BIBL, Metternich der Dämon Österreichs, Leipzig, 1936 (en réponse au livre de Srbik, Bibl porte un jugement sévère sur l’œuvre de Metternich) ; Guillaume de BERTIER DE SAUVIGNY, Metternich et son temps, Paris, 1959 ; Josef GROBAUER, Metternich. Der Kutscher Europas, Vienne, 1959 ; Alan PALMER, Metternich, Londres, 1972 ; G. de BERTIER DE SAUVIGNY, Metternich, Paris, 1986.

86 H.R.v. SRBIK, op. cit., I, p. 60-96.

87 Sur Friedrich von Gentz, cf. P. R. SWEET, Friedrich von Gentz defender of the old order, Madison, 1941 ; W. RASEMAN, Die rationalen und traditionnellen Elemente in der Publizistik des Friedrich von Gentz, Dusseldorf, 1955 ; J. DROZ, Le romantisme allemand et l’Etat, p. 143-158.

88 Carl J. BURCKHARDT, Briefe des Staatskanzlers Fürsten Metternich-Winneburg an den österreichischen Minister Allerhöchsten Hauses und des Ausseren Grafen Buol-Schauenstein aus den Jahren 1852-1859, Munich, 1934, p. 118, 25 juillet 1853.

89 H.R.v. SRBIK, op. cit., I, p. 127-128.

90 Id., I, p. 509.

91 Id., II, p. 194-195.

92 Id., I, p. 465-471.

93 Id., II, p. 198-207.

94 Lettre du comte Emil Dessewffý au baron Samuel Josika, 14 juin 1859, Magýar Orsza gos Leveltar, Fonds Emil Dessewffý, p. 90.

95 J. DROZ, L’Europe Centrale. Évolution historique de l’idée de Mitteleuropa, Paris, 1960, p. 43.

96 H.R.v. SRBIK, op. cit., I, p. 560-562.

97 G. de BERTIER DE SAUVIGNY, op. cit., p. 172.

98 Cité in id., p. 173.

Table des illustrations

Légende 1) Carte politique de l’Autriche-HongrieExtraite de : Richters Schulatlas, Vienne, 1910Échelle réduite à 1 : 6 000 000 (environ)
URL http://books.openedition.org/psorbonne/docannexe/image/51273/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 201k

© Éditions de la Sorbonne, 1988

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search