Version classiqueVersion mobile

Une incertaine alliance

 | 
Pierre Mélandri

Quatrième partie. Dans la tempête 1980-1983

I. 1980 : Européens et américains affrontent un monde incertain :

Texte intégral

  • 1 – BRZEZINSKI (Zbigniew) : op. cit., p. 307.

« L’Iran, l’Afghanistan et l’Amérique centrale, à côté des problèmes soulevés par les relations Est-Ouest en Europe, devinrent l’objet de débats, voire de querelles entre nous-mêmes et nos alliés... Les tensions étaient importantes et elles semblent encore durer. »
Brzezinski en 1983.1

  • 2 – CARTER (Jimmy) : Mémoires d’un Président, Paris, Plon, 1982, p. 415-416.

1Rarement tournant aura été aussi étroitement identifié à une année. Fin 1979, l’invasion soviétique de l’Afghanistan provoque chez les Américains un indéniable durcissement. Fin 1980, la fin de la détente est sanctionnée par l’élection de Reagan. Entre-temps, la crise aura ouvertement éclaté entre une Amérique apparemment déterminée à retrouver son influence passée et des alliés peu impressionnés par ce tardif sursaut de volonté. D’abord, les Etats-Unis jugeront avoir à se plaindre de l’appui insuffisant que leurs alliés leur apporteront dans leurs démélés avec l’Iran ou dans l’affaire de l’Afghanistan. Mais ce sera à propos du vieux continent que les différends atteindront leur point culminant : Carter se rappelera « l’algarade » qui l’opposera à Schmidt à Venise, le 21 juin 1980, comme « sans aucun doute la rencontre avec un chef de gouvernement étranger la plus désagréable de toute ma présidence. »2

  • 3 – BRZEZINSKI (Z.) : op. cit., p. 567.

2Pourtant, son souvenir, à peine meilleur, du Sommet de Tokyo suggère que 1980 correspond moins à une brutale rupture qu’à une intensification des divergences entre Occidentaux. Au fond, sous bien des aspects, l’invasion soviétique de l’Afghanistan joue un rôle similaire à celui de la guerre de Corée : elle précipite une alchimie qui, depuis longtemps, se préparait. Comme l’agression communiste en Corée, elle accrédite l’idée que le camp opposé n’hésite plus à recourir à la force armée et offre un ultime argument à une décision qui a déjà été arrêtée : celle de réarmer.3

  • 4 – BRZEZINSKI (Z.) : op. cit., p. 567.

3Faisant écho, trente ans après, au général Bradley, Brzezinski peut désormais affirmer : « Le comportement soviétique est symptomatique de l’évolution historique à long terme : le pouvoir militaire supplante l’idéologie marxiste comme source dynamique fondamentale. »4 Comme trente ans auparavant, les événements l’avaient fait pour l’Extrême-Orient, l’invasion provoque l’élévation d’une nouvelle région, le Sud-ouest asiatique, au rang de zone vitale pour l’Occident. Enfin elle entraîne un retour anticipé au pouvoir du GOP, un regain de popularité pour ceux qui voudraient voir l’Amérique défendre plus unilatéralement ses intérêts et une nouvelle vague de méfiance pour tous ceux soupçonnés de mollesse face au camp opposé.

  • 5 – Time, 11 février 1980.
  • 6 – CARTER (J.) : op. cit., p. 418.
  • 7 – En novembre, la majorité hostile sera encore plus massive (111 contre 22) qu’en janvier parce que (...)
  • 8 – AP, 1980, p. 258.

4Entre 1950 et 1980, pourtant, l’analogie ne peut être poussée à l’excès. En 1950, le principal souci des dirigeants des Etats-Unis était de « vendre » NSC-68 à l’opinion et au Congrès. En 1980, c’est sur ceux-ci que l’Administration semble plutôt s’aligner : en janvier 1980,5 une bonne partie de l’opinion juge encore trop modérées les représailles du Président américain et à l’approche de l’été, c’est Carter qui doit tempérer l’enthousiasme du Congrès pour les dépenses armées.6 En 1952, les « internationalistes » avaient réussi à imposer l’investiture d’un des leurs, Eisenhower, comme candidat du GOP. En 1980, ils ne peuvent que s’assurer que leur point de vue ne sera pas ignoré par un nouveau Président, initialement appuyé par des forces opposées. En 1980, les Américains s’étaient vus pressés par leurs alliés de ne laisser aucun doute sur leur volonté de donner une dimension militaire concrète à leur solidarité. En 1980, les Européens renâclent à sacrifier la détente sur le vieux continent à l’endiguement de l’URSS en Afghanistan et ils ne cachent guère leur scepticisme devant les nouveaux penchants de Washington pour le réarmement. En 1950, surtout, les alliés s’étaient tournés vers les Etats-Unis comme vers leur leader naturel, seul capable de les protéger. En 1980, aux doutes des Européens sur ce que peuvent faire pour eux les Américains, s’ajoute le scepticisme de ces derniers sur l’aide qu’ils peuvent raisonnablement escompter des premiers ! Dès lors, au lieu de provoquer chez eux un réflexe de solidarité, les provocations de l’URSS tendent, au contraire, à engendrer des analyses et donc des réactions opposées. C’est là qu’est peut-être la vraie dimension tragique de cette année. Pour l’URSS, c’est sans doute la pire qu’elle ait jamais connue depuis la fin des hostilités. L’invasion de l’Afghanistan porte un coup terrible à sa popularité : le 24 janvier et le 20 novembre 1980, c’est à une très large majorité que l’ONU décide de la condamner.7 Sa situation intérieure n’est guère, il est vrai, de nature à séduire l’étranger : l’exil de Sakharov est plus que n’en peut supporter même le PC français et, durant l’été, dans plusieurs régions de la Russie d’Europe, les cartes de rationnement sont réinstaurées.8 Enfin et surtout, les événements de Pologne vont le rappeler, son emprise sur l’Europe de l’Est paraît menacée.

  • 9 – USA Document, 20 juin 1980, p. 3.

5Pour l’Occident, ses déboires pourraient être autant de victoires : « Ce n’est pas les démocraties, pourra proclamer le 20 juin le Président des Etats-Unis, que des millions de réfugiés ont fui... »9 Pourtant, les agressions comme les déboires de la Russie aiguisent les divergences entre l’Europe et les Etats-Unis : en sapant l’ordre établi et en provoquant des réactions differentes de la part de l’Amérique et des vieux pays. Si 1980 reste une année aussi pénible pour les démocraties, c’est sans doute parce qu’elle leur aura rappelé la précarité de l’état de paix.

A. Le triomphe de la ligne dure :

  • 10 – USA Document, 24 janvier 1980, p. 3.

« Les implications de l’invasion soviétique de l’Afghanistan créent la plus sérieuse menace pour la paix à laquelle nous ayons été confrontés depuis la fin de la deuxième Guerre mondiale. »
Carter, dans son « Message sur l’Etat de l’Union ».10

  • 11 – BRZEZINSKI (Z.) : op.cit., p. 457.

61980 voit les Américains « sonner le tocsin. » Pourtant, à quelques exceptions près, le renversement n’est que l’aboutissement d’une inflexion qui, avant même l’Afghanistan, était pratiquement achevée : le triomphe de la « ligne dure » identifiée au NSC dans les relations avec le camp opposé. C’est le 12 décembre 1979 que Carter avait annoncé sa décision d’accroître fortement le budget des armées et c’est en novembre qu’avait été approuvée la première directive présidentielle visant à doter les Etats-Unis de la capacité de gérer un conflit nucléaire prolongé.11 Pourtant, en précipitant les événements, l’Afghanistan leur donne une dimension dramatique qu’ils n’auraient peut-être pas eu autrement et en infléchit dès lors le sens.

  • 12 – Les Russes sont en passe, dans ces années, de constituer une minorité en déclin dans l’URSS. Ils (...)

7L’invasion soviétique suscite, en effet, en théorie, trois types d’explications différentes. Elle peut constituer un geste défensif essentiellement : l’opération n’aurait visé qu’à prévenir le renversement d’un gouvernement communiste par des forces islamiques dont la contagion est redoutée en Union soviétique.12 Elle constituerait donc simplement une extension de la « doctrine Brejnev » au Tiers Monde.

  • 13 – An Assessment of the Afghanistan Sanctions : Implications for Trade and Diplomacy in the 1980’s, (...)
  • 14 – Cité par Jean LALOY in Le Monde, 13 février 1981.

8A l’opposé, certains croient y déceler un mouvement de plus dans une manoeuvre d’encerclement que l’URSS mènerait pour contrôler l’accès à une région vitale pour l’Occident. Un tel dessein, font-ils remarquer, n’aurait rien d’étonnant : « La zone du Sud de Batoum et de Bakou dans la direction générale du golfe Persique, est reconnue comme le centre des aspirations de l’Union soviétique » affirmait déjà un mémoire adressé le 26 novembre 1939 par Molotov à Hitler.13 « En 1955, j’ai appris que notre politique au Proche-Orient allait changer profondément, afin de ’placer les pays occidentaux dans un état de dépendance pétrolière’ » confirmera Sakharov le 20 octobre 1980.14

9D’autres, Kissinger en particulier, verraient plutôt dans l’agression du camp opposé une décision opportuniste, visant à consolider l’influence soviétique dans un pays où, au XIXe déjà, la Russie rivalisait dans un « Grand Jeu » machiavélique avec l’Empire britannique. L’URSS s’est convaincue de l’impuissance d’une Amérique, jusqu’ici passive, et désormais plongée dans une affaire d’otages qui semble l’accaparer. Elle n’a guère, par ailleurs, de raisons d’espérer une amélioration des relations Est-Ouest alors que SALT II paraît menacé au Congrès. Aussi a-t-elle estimé ne rien avoir à perdre à pousser ses pions dans une région-clé et ne rien avoir à gagner à s’en réfréner.

  • 15 – CARTER (Jimmy) : Mémoires d’un Président, Paris, Plon, 1982, p. 196.
  • 16 – BRZEZINSKI (Z.) : op. cit., p. 429.
  • 17 – USA Document, 7 janvier 1980, p. 3.

10Réaction défensive ? Étape dans un grand dessein stratégique ? Ou prise de gage opportuniste ? L’invasion de l’Afghanistan procède peut-être des trois à la fois. Pour les Américains, elle crée une nouvelle situation géostratégique en tout cas. Carter choisit de la dramatiser contre l’avis du département d’Etat. Il est ulcéré, en effet : dans ses Mémoires il affirme avoir mis Brejnev en garde, lors du Sommet de Vienne, contre toute tentation d’ingérence dans la région.15 Dès le 28 décembre, il exprime sa colère devant le NSC.16 L’on peut redouter, affirme-t-il le 4 janvier, que l’Afghanistan ne soit un « tremplin pour une mainmise éventuelle sur la plus grande partie des réserves de pétrole mondiales ».17

  • 18 – An Assessment of the Afghanistan Sanctions..., p. 20.

11Plus tard, il se montrera plus nuancé et, à plusieurs reprises, il se dira incapable de décider si l’Afghanistan est, pour le camp opposé, l’« objectif » final ou le « prélude » à d’autres forfaits.18 Mais, à ce moment, une idée sera déjà bien ancrée : le salut des démocraties réside dans l’instauration d’une puissance armée susceptible de dissuader toute illusion chez ceux qui ne cessent de les guetter.

1) Vers une nouvelle « Guerre froide » ? Sanctions à l’égard de l’URSS et « doctrine Carter » pour le Moyen-Orient :

  • 19 – BRZEZINSKI (Z.) : op. cit., p. 432.

« Avant d’être un Président Wilson, vous allez devoir être, l’espace de quelques années, un Président Truman. »
Brzezinski à Carter le 3 janvier 1980.19

  • 20 – USA Document, 17 juin 1980, p. 7.

12Tout au long de l’année, certains milieux américains, ceux proches du département d’Etat en particulier, s’attacheraient à affirmer que parler d’avènement d’une « seconde Guerre froide » était prématuré. « Oui, la détente demeure, » déclarera Carter lui-même à un journaliste italien le 12 juin.20 Mais, ajouterait le Président américain, les Etats-Unis ne pouvaient agir, depuis l’invasion de l’Afghanistan, comme si rien ne s’était passé. En fait, les événements suggéraient bien que l’on était entré dans une phase nouvelle des relations entre Washington et le Kremlin.

  • 21 – STIVERS (William) : « Doves, hawks and detente » in FP, no.45, hiver 1981-1982, p. 126-144.
  • 22 – L’on désigne ainsi la région incluant le Pakistan, l’Afghanistan, l’Iran, l’Irak et les Etats pét (...)
  • 23 – RAMSES, 1981, p. 37.
  • 24 – NATO After Afghanistan, Report prepared for the Committee on Foreign Affaire, U.S. House of Repré (...)
  • 25 – BRZEZINSKI (Z.) : op.cit., p. 446.

13Le changement était en gestation depuis longtemps. Le rétablissement des relations diplomatiques avec la Chine avait symbolisé l’ascendant croissant des vues, plus dures, du NSC. Mais cela faisait aussi un certain temps qu’elles s’étaient affirmées, au détriment de celles du département d’Etat, dans la zone du Moyen-Orient et de l’océan Indien. Au départ, en effet, Carter avait apparemment souhaité limiter aux trois gros vaisseaux que, depuis 1973, ils y maintenaient, la présence militaire américaine dans ce dernier. En mars 1977, il en avait proposé la « démilitarisation » au camp opposé.21 Mais la brutale augmentation de l’activité navale soviétique durant le conflit entre l’Ethiopie et la Somalie avait abouti à la suspension des pourparlers en février 1978. L’instabilité croissante de l’Iran, l’expansionnisme de l’autre camp et la faveur croissante de l’opinion américaine à un durcissement avaient eu raison de l’idée définitivement. Au contraire. Fin 1978 Brzezinski avait lancé l’expression d’« arc de crise » à propos du Sud-Ouest asiatique.22 Politiquement sismique, cette zone présentait un potentiel explosif. En 1979, les Etats du Golfe n’avaient-ils pas assuré, à eux seuls, 33 % de la production mondiale de gaz et de pétrole ?23 Ne détenaient-ils pas 56 % des réserves prouvées de ce dernier ? En juin 1979, l’Administration avait décidé de porter de 3 à 5 le nombre de vaisseaux qu’elle y déployait.24 En fait, dès le 28 février, Brzezinski avait suggéré l’élaboration d’un « nouveau cadre de sécurité » pour cette région à ses yeux menacée.25

14Aussi l’invasion de l’Afghanistan ne provoque-t-elle pas une prise de conscience « soudaine » de l’Administration américaine. Elle précipite cependant deux mouvements importants, destinés à la fois à « punir » et à « endiguer » l’autre camp : l’adoption de sanctions officielles et l’élévation du Moyen-Orient en zone vitale pour la sécurité nationale.

  • 26 – CARTER (J.) : op. cit., p. 365.
  • 27 – BRZEZINSKI (Z.) : op. cit., p. 430.

15« A moins que les Soviétiques ne se rendent compte qu’ils se sont trompés, nous allons être confrontés à l’avenir à d’autres cas d’invasion ou de subversion. »26 Le 3 janvier 1980, Carter notait dans son carnet l’esprit des sanctions qui allaient être annoncées. Quoi que l’Administration ait pu affirmer, ses membres ne durent jamais vraiment espérer voir ces mesures contraindre les Soviétiques à se retirer.27 Leur but fut double en réalité : faire payer à l’URSS le « juste prix » pour son basculement dans l’illégalité et transmettre un message sans ambiguïté.

  • 28 – Les Etats-Unis fourniraient les 8 millions de tonnes que l’accord de 1975 les astreignait à livre (...)
  • 29 – An Assessment of the Afghanistan Sanctions..., p. 115.

16Aussi les sanctions furent-elles élaborées de façon à frapper deux secteurs où le Kremlin était en position de vulnérabilité. Le 4 janvier, outre de très fortes restrictions aux droits de pêche soviétiques dans les eaux côtières américaines et un rappel de son ambassadeur à Moscou, Carter annonçait un embargo, partiel, sur les céréales destinées à l’URSS28 et la suspension, en attendant l’élaboration de critères plus sévères, des transferts de haute technologie à cette dernière. De plus, en dépit de l’opposition véhémente de Vance, Carter devait partiellement approuver le principe de ventes d’armes à la Chine que, depuis plus d’une année, Brzezinski et Brown préconisaient : des armements non meurtriers pourraient lui être transférés.29

17Les sanctions économiques n’étaient, il est vrai, qu’un substitut à une action stratégique, impossible au regard de la situation géopolitique (encore que la résistance afghane semble avoir bénéficié d’une aide militaire clandestine substantielle de l’Amérique). Mais elles n’excluaient pas, au contraire, une vigoureuse réaction diplomatique. Celle-ci devait d’abord s’incarner dans le vote de la résolution des Nations unies du 14 janvier. Surtout, le 20 du même mois, le Président annonçait une décision devant laquelle, début janvier, il avait encore hésité : dans l’hypothèse, probable, où les envahisseurs n’auraient pas quitté l’Afghanistan dans un délai d’un mois exactement, l’Amérique demanderait un transfert des Jeux Olympiques de Moscou vers un lieu différent ou les boycotterait le cas échéant.

  • 30 – Ibid., p. 19.

18En elles-mêmes, les sanctions concrétisaient le durcissement des rapports entre les deux Géants. Mais les tensions devaient se trouver encore exacerbées par la rhétorique les accompagnant. S’adressant le 8 janvier à des membres du Congrès, Carter parlait de « la plus grave des menaces qui aient jamais pesé sur le monde depuis la deuxième guerre mondiale. »30 Et, le 23 janvier, il retrouvait l’accent d’un Truman pour proclamer sa détermination à défendre, par les armes le cas échéant, les intérêts vitaux de l’Amérique dans le golfe Persique.

  • 31 – BRZEZINSKI (Z.) : op. cit., p. 454.

19Cette « doctrine Carter » était l’aboutissement des efforts entrepris par Brzezinski en réalité. Ce dernier pouvait être satisfait. Comme, plus tard, il devait le noter : « La chute de l’Iran et l’invasion soviétique en Afghanistan... précipitèrent la reconnaissance officielle, à partir de 1980, de trois zones d’importance stratégique pour les Etats-Unis au lieu de deux : l’Europe occidentale, l’Extrême-Orient et le Moyen-Orient. »31

20La « doctrine Carter » serait très vite, il est vrai, l’objet de critiques sévères. Beaucoup d’experts, en particulier, reprocheraient à l’Administration de ne pas en avoir les moyens militaires. Mais son énoncé ne faisait que sanctionner en même temps qu’il la précipitait, une inflexion majeure de l’attitude du pays envers les forces armées.

b) Retour à l’endiguement militaire :

  • 32 – USA Document, 24 janvier 1980.

« Je suis décidé à faire en sorte que les Etats-Unis restent la plus puissante de toutes les nations. »
Carter, Message sur l’Etat de l’Union.32

  • 33 – BARNET (Richard) : Real Security, New York, Simon and Schuster, 1981, p. 82.

21Pour justifier la « doctrine Carter », Brzezinski invoque la nécessité où, dans une démocratie, le gouvernement se trouve d’entraîner, par une rhétorique dramatique, le pays. Mais, quelques jours avant l’invasion perpétrée par la Russie, lui-même aurait confié que « la nation s’était finalement débarrassée de son aversion pour les dépenses militaires et pour une éventuelle intervention à l’étranger. »33 Avant même la prise des otages du 4 novembre, les partisans d’un accroissement des dépenses de défense représentaient, en effet, un record historique de 60 %. Ils sont quelque 66 % après l’invasion soviétique de l’Afghanistan.

  • 34 – USA Document, 13 décembre 1979, p. 1.

22Celle-ci ne fait donc que renforcer la conviction que seul un puissant effort de réarmement, assurant au moins l’égalité et, si possible, la supériorité face à l’autre camp, peut sauver l’Occident. Dès le 12 décembre 1979, en effet, Carter a annoncé un programme militaire étalé sur cinq ans, avec une augmentation, en termes réels, de 5 % des dépenses par an. Son but : renforcer aussi bien la triade stratégique face à la menace soviétique que permettre la réalisation de la Force de Déploiement rapide : « Nous devons comprendre que nous ne risquons pas inévitablement de nous trouver entraînés dans un nouveau Vietnam chaque fois que nous faisons résolument la preuve de notre puissance. »34

  • 35 – VANCE (Cyrus) : Hard Choices, Critical Years in America’s Foreign Policy, New York, Simon and Sch (...)

23L’invasion de l’Afghanistan n’en provoque pas moins un certain nombre de bouleversements. Ils touchent au contrôle des armements, à la politique de recrutement, à la présence militaire au Moyen-Orient et à la doctrine stratégique plus largement. Sur SALT II, la position de l’Administration ne change pas théoriquement. Carter et ses conseillers affichent toujours leur attachement au Traité et Vance va même jusqu’à affirmer que Carter aurait toujours rejeté l’idée d’un linkage entre l’Afghanistan et le Traité.35 Pourtant, l’affaire détruisit ses dernières chances, à supposer qu’il en ait gardées, d’être ratifié et contraignit le Président à demander lui-même, le 3 janvier, au leader de sa majorité d’en différer un examen dont la poursuite n’eût pu aboutir qu’à son rejet.

  • 36 – Point de vue contesté par POSEN et VAN EVERA in « Overarming and underwhelming » in FP, no.40, au (...)
  • 37 – FERGUSON (Thomas) and ROGERS (Joel), eds. : The Hidden Election. Politics and Economies in the 19 (...)

24Le rétablissement, par l’Administration, du « recensement » ne pouvait guère être impressionnant dès lors que la restauration de la « conscription » n’entrait pas dans ses plans. Plus importante semble avoir été une série de gestes apparemment destinés à persuader l’adversaire que toute attaque majeure sur le cordon ombilical du pétrole pourrait entraîner une guerre nucléaire. A terme, il est vrai, l’objectif américain était, en concertation avec les alliés, d’instaurer une capacité d’intervention conventionnelle, susceptible de faire face à la plupart des situations dans la région : le 1er mars 1980, le Quartier Général de la RDF était ainsi officiellement créé. Mais il était aussi évident qu’avant un certain temps, l’Amérique ne pourrait opposer à l’adversaire qu’un tripwire.36 Aussi s’arrangea-t-elle, autant que l’on puisse en juger, pour que des plans du Pentagone, prévoyant un recours aux armes nucléaires en cas de franchissement de ce dernier, fussent connus du camp opposé. Une directive présidentielle, PD-51, aurait même été élaborée à ce sujet.37

  • 38 – Les B-52 devaient être équipés de Cruise, les sous-marins de fusées Trident et les ICBM renforcés (...)

25Le dernier grand changement fut peut-être le plus important. Il procédait de l’idée que le camp opposé n’hésiterait guère à exploiter tout avantage que la situation stratégique pourrait lui assurer et qu’une démocratie comme les Etats-Unis serait toujours dans une position de vulnérabilité à moins de jouir d’une situation de parité proche d’une potentielle supériorité. La première mesure à cet effet fut le renforcement de la triade stratégique, annoncée avant même l’invasion soviétique.38 Surtout, le 25 juillet, Carter signait une directive, PD-59, selon laquelle les Etats-Unis devaient pouvoir gérer une guerre nucléaire à la fois « prolongée » et « limitée ».

26Entre les premières « options limitées » applicables seulement au tout début des hostilités et la phase ultime, l’apocalypse atomique, la doctrine Schlesinger n’offrait guère de ripostes à des initiatives intermédiaires. Aux yeux de Brzezinski, ce vide pouvait constituer une incitation suicidaire à une agression de l’adversaire. Le conseiller spécial pour les affaires de sécurité semble, en effet, s’être persuadé que les Soviétiques s’étaient dotés de la capacité réelle de conduire une guerre nucléaire grâce à des structures de Commandement, Contrôle, Communications et Renseignements (les C31) sophistiquées et très protégées et grâce à la doctrine que leurs militaires avaient établie à cet effet. C’était, à ses yeux, un danger de la plus grande gravité. Dès novembre 1979, une directive présidentielle fixait des objectifs précis aux fins de contrer le péril.

  • 39 – Cité in KAPLAN (Fred) : The Wizards of Armageddon, New York, Simon and Schuster, 1983, p. 383.

27Si Brown semble n’avoir jamais cru en la possibilité de tenir, une fois qu’elle aurait été déclenchée, une guerre nucléaire « limitée », il ne s’était pas pour autant opposé au projet : l’URSS pourrait, en effet, croire elle-aussi, à tort, en cette possibilité et ce serait alors, comme il devait l’expliquer en 1979 devant le Congrès, « le summum de la folie de placer les Etats-Unis dans une position où une escalade incontrôlée serait la seule option à leur portée. »39

  • 40 – BRZEZINSKI (Z.) : op. cit., p. 459.
  • 41 – Cf. BROWN (H.) : « Discours devant le Naval War College », USA Document, 27 août 1980.
  • 42 – FREEDMAN (Lawrence) : The Evolution of Nuclear Strategy, Londres, IISS, 1983, p. 393-394.
  • 43 – AP, 1980, p. 270.
  • 44 – BRZEZINSKI (Z.) : op. cit., p. 457.

28Doter le pays de la capacité de C31 susceptible de lui permettre de gérer efficacement une guerre nucléaire limitée et prolongée, serait le premier objectif de la grande directive PD-59, préparée, à la demande de Carter, au début de l’été.40 L’autre principal changement fut un infléchissement des plans de tir sur le camp opposé. Là encore, c’était dès l’été 1977 que Carter avait ordonné un réexamen des plans plus anciens et c’est dès lé début 1979 que Brown lui avait présenté les grandes lignes de la stratégie de compensation qui devait être finalement arrêtée.41 L’idée, avancée voici quelques années, d’un tir destiné à prévenir la reconstruction économique de l’ennemi avait été abandonnée : si l’URSS gagnait une guerre nucléaire, elle serait en mesure de contraindre le reste du monde à se reconstruire. Inversement, un intérêt particulier semble avoir été accordé à deux priorités : aux cibles militaires conventionnelles de l’URSS, y compris aux armées évoluant sur le champ de bataille ; à celles concernant directement les leaders communistes et leurs instruments de contrôle sur l’Union soviétique.42 Aucun ennemi potentiel des Etats-Unis ne devait ainsi « nourrir l’illusion qu’il pourrait mettre hors d’usage des parties de nos forces nucléaires sans perdre à son tour des éléments essentiels de sa propre sécurité... »43 Selon Brzezinski, une étape historique venait d’être franchie. Avant, la planification d’un conflit avait toujours prévu une guerre brève, apocalyptique, sous forme d’un spasme. Désormais, les Etats-Unis se préparaient à gérer un conflit prolongé.44

  • 45 – NYT, 11 août 1980.
  • 46 – Voir IISS : Situation stratégique mondiale. 1981, Paris, Berger-Levrault, 1981, p. 30.
  • 47 – Time, 20 août 1980.

29Brown devait longuement y insister, y compris devant les ministres de la défense alliés, les nouvelles directives « n’étaient pas une nouvelle doctrine stratégique » mais « une version perfectionnée, codifiée » des définitions qui en avaient auparavant été données.45 C’était largement vrai. Le SIOP-5 qui avait pris effet le 1er janvier 1976 fixait déjà 40.000 objectifs potentiels aux avions et fusées !46 Il s’agissait désormais d’adapter la dissuasion aux nouvelles réalités technologiques comme à l’interprétation pessimiste des intentions soviétiques. Surtout, comme la doctrine Schlesinger, PD-59 visait à préserver la crédibilité de la dissuasion « élargie » aux alliés. En août 1980, Brown expliquait à ces derniers qu’elle définissait une stratégie destinée à montrer clairement « que nous avons à la fois la capacité et les plans pour utiliser nos forces au cas où la dissuasion échouerait. »47 A cette époque, il est vrai, entre les alliés, les malentendus s’étaient suffisamment multipliés pour qu’un autre, inutile, ne vînt pas s’y ajouter.

B. La tempête se lève :

  • 48 – USA Document, 30 juillet 1980, p. 10.

« Je serai franc. Il y a quelques mois, nous avons traversé, avec nos alliés, une période délicate... L’invasion de l’Afghanistan par les Soviétiques attentait à nos intérêts communs sans toucher à notre territoire collectif... »
Edmund Muskie, fin juillet 1980 devant le Congrès.48

  • 49 – USA Document, 21 août 1980, p. 2.
  • 50 – Cité in BARNET (Richard J.) : The Alliance, New York, Simon and Schuster, 1983, p. 409.

30C’est peut-être en 1982-83 que les tensions atlantiques atteindraient leur apogée. Mais, dès 1980, une première « tempête » commença à déchirer les alliés. En privé, les dirigeants et diplomates ne cachèrent pas leur colère. Mais même en public, ils ne la nièrent guère. Fin juillet, Muskie laissait, il est vrai, entendre que les Etats-Unis étaient « sortis » de cette phase délicate de leurs relations avec les vieux pays. Pourtant quelques jours après, il reconnaissait : « Le fait est qu’il existe des divergences entre nous. »49 Dès le printemps, en réalité, Kissinger avait remarqué qu’il ne croyait pas en une « détente divisible » dans laquelle « l’Europe devrait avoir un monopole sur la détente et les Etats-Unis un autre sur la défense. »50 Certes, l’Alliance avait toujours eu tendance à se diviser dès lors que des problèmes surgissaient dans des zones non directement couvertes par le Traité. Mais c’est sans doute la première fois qu’une agression caractérisée du camp opposé ne provoque pas un réflexe de solidarité mais une querelle entre les alliés.

  • 51 – La politique extérieure de Valéry Giscard d’Estaing, sous la direction de Samy COHEN et Marie-Cla (...)
  • 52 – TUCKER (Robert W.) and WRIGLEY (Linda), eds. op. cit., p. 79.
  • 53 – Cité in GOLDSBOROUGH (James O.) : op. cit., p. 17.

31A la seule exception des Anglais, l’Europe renâcle, en effet, à vraiment modifier ses relations avec le camp opposé et à se lancer dans un réarmement échevelé. Comme puissance mondiale, les Etats-Unis voient dans l’Afghanistan un défi d’une extrême gravité. Les Européens, eux, y discernent volontiers une affaire régionale qu’il ne faudrait pas trop « otaniser », voire un symptôme des difficultés auxquelles l’adversaire est de plus en plus confronté. Alors que pour les Américains, c’est 1938 que la conjoncture semble rappeler, pour bien des dirigeants alliés, 1914 semblerait mieux approprié.51 En 1980, 57 % des Américains donnent la priorité à la fermeté. La détente, elle, est privilégiée par 67 % des Allemands et 52 % des Français.52 Sur le vieux continent, tous les dirigeants, à l’exception des Anglais évidemment, donnent l’impression de partager ce sentiment du chancelier allemand : « Nous ne permettrons pas que ce que nous avons mis dix ans à réaliser et la politique de détente soient dénigrés ou mis en pièces. »53

32Le scepticisme semble aussi grand pour tout programme massif de réarmement. En détournant des ressources cruciales de visées économiques et sociales jugées plus vitales, une course aux armements menacerait, à leurs yeux, un objectif fondamental : la cohésion des sociétés occidentales. En sanctionnant une remilitarisation des relations entre les deux Géants, elle accentuerait encore l’impuissance ou la dépendance du vieux continent.

  • 54 – USA Document, 10 juillet 1980, p. 2.

33Aussi l’année 1980 laisse-t-elle surtout le souvenir d’une Amérique impatiente et frustrée devant ce que, parfois, elle considère comme une dérive suicidaire vers l’auto-finlandisation de ses partenaires. Dans une intervention diffusée sur TF1 le 2 juillet, Brown admettra ne plus écarter le danger d’un « certain neutralisme » chez les alliés. « Ce qui reviendrait à capituler devant la domination soviétique » s’empressera-t-il de préciser.54

34Lui-même croit pourtant bon d’attribuer la responsabilité de cette évolution à ce qu’il appelle une « fausse impression » : celle d’un « affaiblissement » de Washington. A tort ou à raison, c’est, en effet, une bien piètre opinion que l’Amérique suscite chez les vieilles nations. Les aberrations de sa politique économique comme l’impréparation de ses forces armées sont durement critiquées. Mais, plus encore, c’est la tendance des Etats-Unis au « monologue » et les défaillances de leur système politique qui provoquent les griefs les plus appuyés.

35L’Amérique donne, en effet, l’impression de vouloir profiter des événements pour réaffirmer un ascendant jusqu’ici vacillant et elle suscite, ce faisant, la méfiance des Français comme des Allemands. Mais leurs réactions sont sans doute d’autant plus sévères que le leadership américain semble plus que jamais précaire.

  • 55 – BRZEZINSKI (Z.) : op.cit., p. 451 et p. 458-459.
  • 56 – Voir, par exemple, Helmut Schmidt in NYT, 15 février 1980.

36Que les divisions de l’Exécutif ne soient pas en train de se résorber, la démission de Vance puis les rapports parfois orageux entre Muskie et Brzezinski semblent à tout le moins le suggérer : dans le secret du NSC, le nouveau secrétaire d’Etat tape parfois du poing sur la table pour défendre ses idées ; et il se plaindra publiquement de ne pas avoir été seulement consulté quand PD-59 a été adopté.55 Or cette faiblesse semble se doubler d’un nouveau danger : les oscillations brutales d’une politique excessivement sensible aux préoccupations électorales et domestiques.56

  • 57 – NATO Today, p. 66

37Aussi l’impression prévaut-elle chez bien des alliés qu’à trop suivre l’opinion et ses grands mouvements de balancier, la politique américaine, loin de s’adapter aux nouvelles réalités, aurait tendance à s’en éloigner ! La répudiation, début mars, d’un vote américain aux Nations unies paraît justifier cette anxiété des vieux pays. Le brutal revirement sur l’Afghanistan les déconcerte aussi. Mais ils s’inquiètent plus encore, semble-t-il, du nouvel enthousiasme dont le réarmement bénéficie aux Etats-Unis. Ce nouveau climat guerrier peut obérer, en effet, l’image des démocraties à l’étranger. En mai, ainsi, lorsque l’OTAN décide de procéder au retrait de 1.000 têtes nucléaires du territoire allié, ce geste qui aurait dû être accompagné d’un maximum de publicité sera tenu délibérément sur un registre discret : ne jurerait-il pas avec l’image de fermeté que l’Administration veut désormais donner ?57

  • 58 – 50 % des recrues, dans cette armée de volontaires, appartenaient alors aux couches sociales les p (...)

38Aux yeux des Européens, c’est pourtant ailleurs qu’est le plus grave danger : dans la soudaine prédilection des Etats-Unis pour une puissance militaire dont l’utilisation effective semble à la fois hors de leur portée et, plus généralement, inappropriée. Ils ne peuvent, en effet, ignorer les polémiques entretenues autour de la « fenêtre de vulnérabilité » mais aussi de la médiocrité de la préparation et du recrutement des forces armées.58

39Ils ne peuvent pas non plus ne pas remarquer que rien ne prouve que le syndrome vietnamien soit dissipé. La seule proposition de procéder au recensement des jeunes Américains a soulevé un tollé chez ces derniers. Finalement, elle ne sera acceptée qu’au prix des pires difficultés. L’opposition au service militaire obligatoire reste générale et Reagan, lui-même, se gardera d’en faire figurer l’idée dans son programme électoral.

40Et même en supposant que la puissance militaire puisse être projetée avec succès, rien ne prouve qu’elle puisse résoudre les vraies difficultés : promouvoir au Moyen-Orient un authentique règlement incluant l’OLP, gagner la sympathie des non-alignés, amorcer un dialogue convaincant avec le monde sous-développé.

  • 59 – Time, 18 août 1980.
  • 60 – BOISSONNAT (Jean) : op. cit., p. 204.

41Ces divergences étaient déjà sensibles par le passé. Elles se doublent désormais de la conviction que le pire pourrait arriver. Schmidt, rapporte la presse, se serait effondré en larmes, désespéré par l’incapacité de Carter à voir que le monde courrait à la guerre.59 Le même sentiment a paru partagé par le Président français : « Il dira, dans ses Mémoires, à quel moment précis la faiblesse de l’Amérique de Carter a mis le monde au bord du gouffre », confie, en avril 1981, Giscard à Jean Boissonnat.60

42Aussi, pour endiguer le danger, les Européens cherchent-ils à développer des « alternatives » aussi bien au Moyen-Orient que dans les relations avec le camp opposé. Mais si elle est en mesure de gêner les initiatives de son grand allié, l’Europe ne paraît guère capable d’assurer une réalisation concrète à ses propres idées. Elle fait ainsi, à son corps défendant, en partie le jeu de l’autre camp.

1) L’Amérique désemparée :

  • 61 – Cité in Le Monde, 24 avril 1980.

« Les Européens sont en droit de nous demander quelle est notre stratégie. »
Henry Kissinger à Madrid en avril 1980.61

43En avril 1980, l’échec du raid destiné à libérer les otages détenus en Iran vint exacerber les tensions alliées. Mais il illustra surtout le dilemme dans lequel l’Amérique se trouvait. Face aux difficultés auxquelles elle était confrontée, elle ne pouvait que recourir à des actions collectives, d’ordre économique ou diplomatique, ou à la force armée. Les premières supposaient le concours, que l’expérience allait montrer précaire, de ses partenaires. Les secondes dépendaient de décisions prises en toute souveraineté, mais elles relevaient d’un domaine où depuis la fin des hostilités, les conditions d’exercice de la puissance américaine s’étaient dégradées.

a) Les Européens et les réactions américaines à l’Afghanistan : un suivisme des plus réticents :

  • 62 – VANCE (C.) : Hard Choices, New York, Simon and Schuster, 1983, p. 392.

« Nos alliés européens comme les Japonais furent d’accord sur le principe : nous devions dissuader une nouvelle agression et ils soutinrent des sanctions limitées et des actions diplomatiques... Néanmoins, en ce qui concerne les sanctions commerciales et les crédits aux exportations, ils refusèrent de prendre des mesures substantielles. »
Cyrus Vance dans ses Mémoires.62

  • 63 – GROSSER (Alfred) : Affaires extérieures, Paris, Flammarion, 1984, p. 284.
  • 64 – Ibid., p. 284-285.
  • 65 – Cité in La politique extérieure de VGE, p. 210.

44C’est sans doute Cyrus Vance qui donne la version américaine la plus modérée de l’attitude européenne face à l’agression du camp opposé. Les alliés ne contestèrent guère, en effet, la nécessité d’une condamnation sévère. Dès le 15 janvier, les ministres de la CEE dénonçaient « l’intervention soviétique en Afghanistan » comme « une violation grave des principes » régissant les relations internationales.63 Le 5 février, Schmidt et Giscard qualifiaient l’agression soviétique d’« inacceptable » et ils ajoutaient que la « détente ne résisterait pas à un choc du même ordre. »64 Le 26, le Président français irait même jusqu’à reconnaître que le terme de détente ne décrivait « plus très bien la situation actuelle » et lui préférer celui de « coopération pour la paix. »65

  • 66 – NYT, 18 janvier 1980 : la Constitution allemande interdisait l’envoi de troupes à l’étranger.

45De même, ils devaient, au moins en principe, se rallier à l’idée que l’OTAN devait s’adapter aux nouvelles réalités et aider les Etats-Unis dans une zone aussi vitale pour sa sécurité. Certes, très vite, une quasi-unanimité devait se dégager pour reconnaître l’impossibilité, pour certains pays, de déployer des forces de combat hors de la zone garantie par ce dernier. Inversement, Schmidt qui avait rappelé ces contraintes dès janvier66, aurait le premier évoqué l’idée d’une « division du travail » que les Américains allaient largement lui emprunter.

  • 67 – Time, 4 février 1980.
  • 68 – VANCE (C.) : op. cit., p. 392.
  • 69 – NATO After Afghanistan, p. 36.
  • 70 – La multinationalisation de la RDF aurait peut-être été, un temps, envisagée.

46Très vite, pour commencer, les membres de la CEE devaient s’engager à développer des programmes d’aide militaire et économique pour renforcer les nations en position critique dans l’« Arc de crise » :67 Grande-Bretagne, RFA, France et Italie s’associeraient ainsi, dans un consortium d’aide au Pakistan, aux Etats-Unis.68 Très vite, aussi, la Grande-Bretagne autorisait les Américains à puissamment renforcer leurs bases sur l’île de Diego Garcia dans l’océan Indien.69 De même, les Américains se félicitaient de la présence, dans la région, de plusieurs vaisseaux français.70

47Surtout, le 15 mai, le Comité des Plans de Défense déclarait dans un communiqué que puisque une présence militaire occidentale s’imposait dans le Sud-ouest asiatique, il fallait envisager de nouveaux efforts pour « maintenir et renforcer » la capacité de dissuader, en Europe, toute agression soviétique et procéder à une accélération, en deux étapes, du LTDP.

48C’était, il est vrai, surtout une satisfaction de principe que s’assurait l’Amérique : le deuxième « choc » pétrolier pousserait, de toute évidence, les Européens moins à gonfler leurs dépenses de défense qu’à les diminuer. Pourtant, c’est sur un tout autre problème que les querelles allaient éclater : la plupart des Européens, à l’exception des Anglais, refuseraient des mesures susceptibles de mettre la détente en danger. Partiellement liée à des intérêts politiques ou économiques, cette attitude procède aussi d’un doute sur le leadership de l’Amérique.

  • 71 – VANCE (C.) : op. cit., p. 386 et BRZEZINSKI (Z.) : op. cit., p. 432.

49Nombre d’Européens ne sont pas loin, en effet, de penser qu’ils paient le prix de la négligence ou de l’aveuglement dont les Etats-Unis ont fait preuve dans un récent passé. Outre-Atlantique, il est vrai, l’idée ne tarde pas à se diffuser que l’invasion de l’Afghanistan aurait pu être évitée. Edward Kennedy, Henry Kissinger et bien d’autres ont bientôt suggéré que l’Administration aurait pu l’empêcher en faisant montre de plus de résolution d’emblée. Que le reproche ne soit pas totalement injustifié, Vance et Brzezinski, dans leurs Mémoires, ont l’honnêteté de le confirmer.71 Depuis qu’en avril 1978, des marxistes ont renversé le gouvernement jusqu’ici en principe non-aligné, les Soviétiques ont accru leur influence de façon spectaculaire. Or celle-ci était déjà tout sauf légère. Avant même 1973, date où une révolution de palais avait instauré une « République » nominale en Afghanistan, ce pays dépendait déjà de l’URSS pour son instruction militaire comme pour ses armements. Le Kremlin profitait néanmoins du changement pour s’associer étroitement au nouveau plan septennal de développement. Au bout de cinq ans, il estima le chef du régime, le prince Daoud, trop peu sûr et vacillant et contribua au coup d’Etat d’avril 1978 probablement. Prudent, il ne reconnaîtra la nature « révolutionnaire » du nouveau régime que plus lentement. Le 5 décembre 1978 se produit le tournant : quand est signé un Traité d’amitié et de coopération soviéto-afghan.

  • 72 – BRZEZINSKI (Z.) : op. cit., p. 427-428 et VANCE (C.) : op. cit., p. 387.
  • 73 – Cf. CHRISTOPHER (Warren) in USA Document, 9 janvier 1980, p. 6. Néanmoins, selon Brzezinski, Cart (...)
  • 74 – VANCE, (C.) : op. cit., p. 387.
  • 75 – BRZEZINSKI (Z.) : op. cit., p. 426.

50Mais le radicalisme des nouveaux dirigeants inquiète Moscou rapidement. En février 1979, les risques sont illustrés par un grave incident. L’ambassadeur des Etats-Unis, kidnappé par un groupe de rebelles, est tué au cours d’un assaut que les forces gouvernementales ont mené avec la plus extrême brutalité ! Washington, il est vrai, ne réagit guère avec fermeté. Ses dirigeants se sont alors contentés de ne pas remplacer le diplomate assassiné. Ils ont aussi arrêté l’aide économique qu’ils avaient continué à verser, de peur de perdre le peu d’influence qu’il leur restait. Pourtant, ce n’est que le début des difficultés. En Afghanistan même, en effet, son extrémisme vaut au régime une extrême impopularité. En juillet 1979, pour l’aider à combattre la résistance qui lui dispute avec succès l’autorité partout sauf dans les plus grandes cités, une première unité de combat soviétique était dépêchée. A partir de septembre, pourtant, à la suite d’une révolution de palais, où au grand dam des Soviétiques les extrémistes finissent par l’emporter, les événements se sont encore accélérés. Quand, le 24 décembre, un pont aérien massif est organisé et quand au chef de la faction communiste (le Khalq) la plus dure, assassiné, succède un représentant du Parcham, un groupe plus modéré, cela fait plusieurs fois que les services de renseignements américains signalent le risque d’une intervention du Kremlin. Mais s’ils avaient lancé un certain nombre d’avertissements et même entamé des contacts avec leurs alliés,72 les Américains n’ont, de toute évidence, guère su transmettre un message convaincant à l’autre camp. Peut-être, leurs plus hauts dirigeants n’ont-ils pas vraiment cru que les Soviétiques prendraient le risque d’intervenir ouvertement.73 Peut-être, la crise des otages et d’autres préoccupations les a-t-elle empêchés de prêter à la situation toute l’attention qu’elle requérait.74 Peut-être aussi les négociations puis les problèmes de SALT II devant le Congrès les ont-ils incités à ne pas souligner des développements susceptibles de nuire à la ratification du Traité.75 Toujours est-il que la brutalité de la réaction américaine, une fois l’invasion perpétrée, semble avoir surpris non seulement les Soviétiques mais aussi leurs alliés. Et ceux-ci n’hésitent guère à en contester l’opportunité.

51Que de solides intérêts économiques viennent aussi jouer est difficile à nier. Les Américains évoquent l’aide indéniable que les exportations des technologies occidentales ou les crédits bon marché apportent à l’effort militaire du camp opposé. Mais, pour leurs alliés, dans le climat de récession engendré par le deuxième « choc » pétrolier, les ventes à l’Est représentent des débouchés qui, s’ils sont globalement marginaux, ne sont pas à négliger. Alors que pour les Américains, les exportations technologiques ne représentent qu’un montant (200 millions de dollars), extraordinairement limité, elles forment, en effet, la part essentielle des exportations des Européens vers le camp opposé.

52Est-ce à dire que seules d’étroites considérations mercantiles inspirent les dérobades alliées ? Ce serait probablement très exagéré. Si Schmidt insiste tant sur la préservation du contact avec l’autre camp, c’est parce qu’il s’inquiète de l’avenir des contacts inter-allemands et du contrôle des armements. Si Giscard croit en l’importance des liens économiques, c’est parce qu’il est sensible à leur dimension politique : n’a-t-il pas, en 1970, préfacé l’ouvrage de Samuel Pisar sur Les armes de la paix ?

  • 76 – Voir TATU (Michel) in La politique extérieure de VGE, p. 196-218.

53Le comportement français illustre, peut-être, mieux que tout autre ces ambiguïtés. Longtemps, en effet, Paris semblera à la tête de la résistance aux Etats-Unis. Certains voudront surtout expliquer cette attitude par la volonté de leur substituer la France au deuxième rang (après l’Allemagne) des partenaires commerciaux de la Russie. D’autres pourront y discerner la contrepartie76 de l’appui politique fourni indirectement et par PC interposé, au Président français. Mais ce dernier et ses conseillers pourront rétorquer que ces bénéfices ne sont que les retombées secondaires d’une politique dictée par d’autres considérations prioritaires : refuser une logique de blocs à terme suicidaire et provoquer une prise de conscience « européenne » chez leurs partenaires.

  • 77 – Cf. FONTAINE (André) in FA, vol. 59, no.3, p. 584.
  • 78 – « Conférence de presse du 13 février », USA Document, 15 février 1980, p. 12.
  • 79 – GROSSER (A.) : op. cit., p. 284.

54Le 8 février, Paris rejette ainsi sèchement une idée de Carter77 : une conférence des ministres des Affaires étrangères des pays participant au Sommet des démocraties industrialisées. Ce refus semble avoir pris le Président américain au dépourvu : il avait cru comprendre, d’une conversation téléphonique avec Schmidt que le projet avait reçu l’aval du Français.78 Mais quelques heures après avoir rencontré le chancelier, Giscard ne s’était-il pas dit opposé à toute réunion « qui aurait pour conséquence de faire apparaître une attitude de blocs. » ?79 Cette volonté de jouer un jeu indépendant n’avait a priori rien d’exorbitant. Elle était irréaliste tout simplement dès lors que l’URSS pourrait s’en servir comme un levier pour exacerber les divisions de l’Occident sans que le vieux continent eût les moyens de vraiment peser, faute d’unité ou de puissance militaire.

  • 80 – An Assessment of the Afghanistan Sanctions, p. 37.
  • 81 – Voir La politique extérieure de VGE, p. 65 et An Assessment of the Afghanistan Sanctions, p. 74-7 (...)

55Sur les sanctions, comme on pouvait le redouter, les difficultés n’ont pas tardé à émerger. Certes, le 12 janvier, les représentants des principaux fournisseurs, à commencer par la CEE, s’engagent à ne pas remplacer « directement ou indirectement les céréales » que les Américains vont refuser au camp opposé.80 Certes, de retour de leur tournée en Europe à la mi-janvier, les envoyés américains se disent satisfaits. Mais tout ce qu’ils ont pu obtenir, outre la réaffirmation que les exportations véritablement stratégiques doivent être prohibées, c’est un simple engagement de ne pas remplacer les produits que Washington refusera de livrer et d’envisager un renforcement des listes dont le COCOM peut disposer.81

  • 82 – An Assessment of the Afghanistan Sanctions, p. 75-76 : les délibérations du COCOM étant confident (...)
  • 83 – Ibid., p. 106-107.

56Encore les Français ont-ils refusé de donner leur accord à cette idée et la suite va-t-elle suggérer que leurs réserves sont largement partagées. En octobre 1980, au sein du COCOM, aucune décision n’a apparemment pu être arrêtée sur les desiderata des Américains.82 De même, si la CEE a finalement supprimé les subventions aux exportations de sucre et de beurre vers l’URSS (mais pas vers ses alliés, ) tout ce que les Américains ont pu autrement arracher, en matière de crédits à l’exportation, a été un léger relèvement des taux (à 8 et 8,5 %), plutôt généreux, fixés en 1978 par l’OCDE !83

  • 84 – Ibid., p. 65-66.

57Les réticences des Européens ne sont pas sans fondement, il est vrai. Pour commencer, la politique américaine en matière de commerce avec le camp opposé n’est pas toujours facile à cerner. En 1969, en particulier, l’Export Administration Act est venu sensiblement atténuer les restrictions que VExport Control Act (voté en 1949 et renforcé en 1962) avait imposées. Mais au fur et à mesure que la détente s’est effritée, les exportations de haute technologie se sont vues l’objet de critiques de plus en plus acérées. Sous cet aspect, c’est en 1976 qu’un document essentiel, le rapport Bucy a alerté l’opinion et le Congrès : faute d’avoir été convenablement contrôlées, affirme cette étude commanditée par le Pentagone mais au ton modéré, les exportations de technologie ont dans certains cas largement aidé au développement de la puissance militaire du camp opposé. En 1979, un nouvel Export Administration Act a ainsi été voté. Mais, sa conception n’est pas sans ambiguïté. Deux types de contrôles à l’exportation y sont prévus en effet : des sanctions commerciales visant à assurer à l’Administration un levier dans ses rapports avec le camp opposé ; des embargos sur les produits susceptibles de « contribuer de façon significative au potentiel de l’ennemi ». Aussi la politique des Américains n’est-elle pas toujours claire pour ses partenaires. D’abord, lorsqu’il annonce les premières interdictions le 11 janvier, le secrétaire au Commerce a du mal à préciser s’il s’agit de sanctions justifiées par l’invasion de l’Afghanistan ou de mesures de routine tout simplement.84 Ensuite, fidèles à leur politique du traitement individuel des nations du camp opposé, politique que l’Export Administration Act de 1979 a confirmée, les Américains se satisfont de l’engagement des pays est-européens de ne pas transférer vers le Kremlin les achats, très supérieurs, qu’ils leur passent cette année.

  • 85 – La politique extérieure de VGE, p. 211.

58Surtout, les alliés semblent avoir douté de l’opportunité voire de l’innocuité de la politique qu’on leur suggérait. Giscard devait affirmer que, parce qu’elles provoqueraient un durcissement du pays qui en serait l’objet, les sanctions risquaient d’avoir des effets opposés à ceux qu’elles visaient.85 Par-dessus tout, l’idée se répand que les sanctions font moins de mal à ceux qu’elles prétendent frapper qu’à ceux qui doivent les appliquer. D’un côté, elles risquent d’encore aggraver les difficultés économiques des alliés. De l’autre, elles ralentiront l’accroissement de la production de pétrole soviétique et aiguiseront l’intérêt de l’URSS pour le Sud-ouest asiatique.

  • 86 – An Assessment of the Afghanistan Sanctions, p. 85. Bonn devait toujours le nier mais on peut supp (...)
  • 87 – Ibid., p. 83 : la firme Sears se laissa ainsi persuader de menacer de retirer une promesse de sub (...)

59Le même scepticisme semble avoir inspiré l’attitude de maints alliés à propos des Jeux-Olympiques. L’idée de « boycotter » ces derniers avait peut-être été avancée par l’ambassadeur allemand (souvenir de 1936 oblige) lors d’une réunion de l’OTAN le 1er janvier.86 En tout cas, lors d’une autre rencontre le 15 janvier, un certain nombre de pays acceptaient d’envisager la possibilité que leur transfert fût demandé. C’était précisément ce projet que Carter reprenait le 20 janvier. Quelques jours après, le Comité national américain, d’abord hostile, décidait à l’unanimité de défendre l’idée devant le Comité international les 8-10 février. Le CIO devait rejeter la requête. Il n’en suggérait pas moins qu’il pourrait revenir sur sa décision si un grand nombre de participants se désistaient avant l’ultime délai, fixé au 24 mai. Aussi l’Administration américaine devait-elle multiplier les pressions sur son propre Comité où, à nouveau, la majorité semblait vaciller.87 Le 12 avril, par 1604 mandats contre 797, le boycott était approuvé.

60L’étape cruciale consisterait évidemment à entraîner le maximum d’alliés. Adopté par les pays de la conférence islamique immédiatement après l’invasion soviétique, suivi par un certain nombre de pays d’Afrique et préconisé par les gouvernements canadien, japonais, chinois et britannique, le boycott avait été approuvé par le comité chinois mais rejeté, le 24 mars, par son homologue anglais ! La décision du Comité américain allait partiellement relancer un mouvement qui s’était un peu étiolé. Le 14, Schmidt recommandait le boycott à son propre Comité qui, le lendemain, le suivait. Le 15, c’était le tour du Comité japonais, puis celui du Canadien, une semaine après.

  • 88 – 81 nations devaient prendre part aux Jeux et 60 s’abstenir dont la RFA, le Canada, la Chine et le (...)

61Pourtant, les Américains ne devaient rencontrer qu’un succès mitigé.88 Parfois contre l’avis de leurs gouvernements, les Comités autrichien, belge, italien et hollandais devaient décider de « participer ». Le 24 mai, dans une décision que Muskie devait vivement critiquer, le Comité français, auquel son gouvernement avait laissé une entière liberté, décidait de se rendre à Moscou.

  • 89 – Sur la sensibilisation du gouvernement français au problème, voir : La politique extérieure de VG (...)
  • 90 – HOWARD (Michael) in FA, vol. 59, no.3, p. 466.
  • 91 – An Assessment of the Afghanistan Sanctions, p. et 82.
  • 92 – Ibid., p. 86-87 et CARTER (J.) : op. cit., p. 415.
  • 93 – BRZEZINSKI (Z.) : op.cit., p. 433.
  • 94 – La politique extérieure de VGE, p. 253.
  • 95 – Voir DURRY (Jean) in Relations internationales, no.38, été 1984, p. 223.
  • 96 – Cf. Le discours de Mondale du 13 avril 1980 in : USA Document, 17 avril 1980.

62La débandade alliée peut sans doute s’expliquer. D’abord, la façon dont le Comité britannique, par exemple, passa outre au souhait des autorités89 rappela qu’à la fin du XXe siècle, les « circenses » étaient aussi importants, pour les peuples des démocraties industrialisées que le « pain » de la prospérité.90 Ensuite, les Américains ne firent pas, une fois de plus, preuve d’un grand savoir-faire ou d’une grande autorité. Non seulement, certains assistants du Président, démentis aussitôt il est vrai, laissèrent entendre jusqu’au 20 février, qu’une position de compromis pourrait être adoptée.91 Mais il n’est pas impossible, Schmidt devait en tout cas le suggérer, que les Américains aient, en privé, d’abord laissé entendre à leurs alliés que le projet de boycott n’était pas sérieux :92 à la mi-janvier, en tout cas, Christopher avait bien reçu pour instruction d’affirmer qu’un boycott n’était pas envisagé.93 Inversement, le caractère inexorable du boycott après le 20 février, même en cas de retrait, semble avoir conforté les responsables français dans leur hostilité.94 La façon abrupte dont Vance procéda à l’ouverture de la session du Comité international olympique à Lake Placid prêta, sans doute, le flanc à la critique.95 Certains de ses partenaires, non plus, ne goûtèrent guère ni l’envoi de multiples missi dominici auprès des vieux pays ni une rhétorique n’hésitant pas, parfois, à invoquer le précédent de 1936 et à rapprocher Hitler et l’Union soviétique.96

63Les Américains pouvaient rétorquer que le principal argument des adversaires du boycott, le refus de mélanger le sport et la politique, était aberrant pour des Jeux organisés par l’Union soviétique. Un manuel de propagande officiel n’hésitait pas, en effet, à présenter le choix de Moscou comme « une reconnaissance générale de l’importance historique et de la justesse de la direction de la politique étrangère » de la nation ! Surtout, ceux des dirigeants alliés qui refusèrent une action psychologique dont l’impact, eût-elle réussi, eût été difficile à nier, prirent deux risques en réalité : celui de souligner les divisions dont non seulement l’Occident mais l’Europe souffraient ; celui d’affaiblir le point fort des reproches qu’ils adressaient à leur grand allié : placer un accent exagéré sur des mesures d’ordre militaire dont un tragique raid d’hélicoptères allait rappeler le caractère toujours précaire.

b) L’Amérique humiliée :

  • 97 – BOISSONNAT (J.) : op. cit., p. 168.

« Ainsi, les Soviétiques peuvent envoyer une armée en Afghanistan tandis que les Américains sont incapables de faire atterrir huit hélicoptères dans un désert iranien. C’est tout ce que le monde retiendra du fiasco américain dans le raid pour libérer les otages de Téhéran. »
Jean Boissonnat, en mai 1980.97

  • 98 – CARTER (J.) : op. cit., p. 359.

64Dans l’affaire des otages, Carter avait eu vite tendance à juger bien tiède l’aide de ses alliés. Là encore, si Thatcher lui avait rapidement promis un soutien plein et entier, Giscard et Schmidt ne lui avaient, selon lui, témoigné que le plus discret des appuis. Aussi presque d’emblée le Président avait-il décidé d’utiliser la crainte des alliés de voir un recours à la force armée mettre en péril leurs approvisionnements pétroliers pour leur arracher le concours qu’ils lui marchandaient.98

  • 99 – VANCE (C.) : op. cit., p. 398.

65L’Afghanistan vint déjouer ce plan, en écartant un temps la possibilité d’un raid militaire contre l’Iran. Quels que fussent leurs griefs contre ce pays, il eût été catastrophique pour les Etats-Unis de le précipiter dans les bras de la Russie. « Les risques, concède Vance, n’étaient pas trop élevés au regard de l’antipathie de Khomeiny pour le communisme et de la crainte de l’Iran à l’égard de la Russie. Néanmoins, ils ne pouvaient être ignorés. »99 Au demeurant, l’idée était alors de mobiliser les pays islamiques modérés contre l’autre camp : une confrontation entre les Etats-Unis et Téhéran ne l’eût pas servie manifestement.

  • 100 – Ibid., p. 400.

66Plus ou moins amenés à suivre les conseils de modération prodigués par leurs alliés, les Américains renoncèrent ainsi à appliquer les sanctions qu’ils avaient présentées au Conseil de sécurité, mais que le veto soviétique avait écartées. Les Européens les avaient persuadés de ne rien précipiter et de se donner le temps de voir comment la situation évoluerait : les présidentielles iraniennes n’étaient-elles pas fixées pour le 29 janvier ? Mais s’ils s’étaient résignés, les Américains n’avaient guère apprécié ce qu’ils considéraient comme un « lâchage » de leurs alliés.100

  • 101 – Ibid., p. 407.
  • 102 – CARTER (J.) : op. cit., p. 387.

67L’ouverture de négociations avec Bani-Sadr et Ghotbsadeh devait un temps apaiser les tensions. Leur échec, fin mars-début avril, ne pouvait que les ressusciter. Dès le 22 mars, Vance se vit ainsi chargé de préparer un message demandant aux alliés de rompre leurs relations diplomatiques avec l’Iran et d’appliquer des sanctions économiques à partir d’une date fixe. « La seule alternative, devait-il leur préciser, serait une action militaire. » Le Président, avait-il noté, « en voulait beaucoup aux alliés. »101 Un temps, pourtant, Carter semble s’être estimé satisfait du tour que les événements prenaient :102 le 1er avril, en effet, un message encourageant arrivait de Téhéran.

  • 103 – AP, 1980, p. 234.
  • 104 – CARTER (J.) : op. cit., p. 391.

68Mais le 4, tout, à nouveau, s’effondrait. Du coup, le 10 Carter reprochait publiquement aux Européens la tiédeur de leur soutien, tout en laissant planer la menace d’une action militaire des Américains. Devant quatre chaînes de télévision européennes, il récidivait trois jours après. Le 17, il agitait à nouveau le spectre d’une opération militaire.103 En apparence, son objectif était clair : arracher l’appui diplomatique de ses partenaires. Le 6, les derniers espoirs d’une libération rapide s’étant envolés, il avait, en effet, annoncé les mesures, rupture des relations diplomatiques et sanctions économiques, qu’il avait arrêtées et multiplié les démarches pour obtenir la coopération des alliés. Le 9, Giscard lui avait annoncé que plusieurs ministres des Affaires étrangères européens allaient se retrouver à Lisbonne et demander aux Iraniens de libérer les otages.104 En cas de refus, ils décideraient des mesures à prendre. Pourtant, Carter semble avoir redouté que les Européens n’acceptent de nouveaux délais : ses pressions visaient sans doute à les en dissuader.

  • 105 – AP, 1980, p. 311.

69La manoeuvre devait connaître un succès partagé. Le 18 avril, le Parlement européen préconisait une rupture des relations diplomatiques si les otages n’étaient pas libérés.105 Les 21 et 22, le Conseil des ministres agissait. Des sanctions immédiatement exécutoires, dont la réduction du personnel diplomatique, étaient appliquées. Mais la principale, l’arrêt de toute relation commerciale ne serait déclenchée que si les otages n’avaient pas été libérés le 17 mai, date à laquelle les Iraniens auraient eu le temps de réunir leur assemblée. Deux jours après, pourtant, Washington déclenchait une intervention !

  • 106 – CARTER (J.) : op. cit., p. 355, BRZEZINSKI (Z.) : op. cit., p. 482.
  • 107 – Idée avancée in American Hostages in Iran, The Conduct of a Crisis, New Haven, Conn., Yale U. Pre (...)

70La possibilité d’une opération militaire avait été envisagée deux jours seulement après que les otages avaient été kidnappés.106 L’Afghanistan, on l’a noté, incita l’Administration à mettre des mesures militaires en retrait. Mais fin mars, elles étaient de nouveau sérieusement examinées. Ce mois là, l’impatience croissante de Brzezinski fut de plus en plus partagée par un Président qui semblait perdre confiance dans l’approche de « coureur de marathon » préconisée par Vance.107

  • 108 – CARTER (J.) : op. cit., p. 394. Huit soldats américains laissèrent leur vie dans cette affaire.

71Le 11 avril, la décision était arrêtée : huit hélicoptères américains quitteraient, le 24, des portes-avions ancrés dans le golfe d’Oman pour atterrir dans une zone, désignée sous le nom de Desert One, située près de Tabas, à 23 heures locales. Ils repartiraient peu après, après avoir fait le plein et atteindraient vers quatre heures du matin un autre point, une zone montagneuse désertique au Sud-Est de Téhéran. C’est de là que les soldats américains partiraient, dans la nuit du lendemain, dans des camions, pour défibrer les orages détenus par l’Iran. Mais quelques heures seulement après avoir été déclenchée, l’opération dut être annulée dans les conditions tragiques que l’on sait.108

  • 109 – CARTER (J.) : op. cit., p. 396-397.

72L’image de Carter ne put que s’en trouver ternie chez ses partenaires. Quand, les 21 et 22 avril, ceux-ci avaient décidé de l’aider, ils ignoraient apparemment que le 11, une décision avait été arrêtée. Certes, les Américains semblent avoir informé (mais non consulté) le Premier ministre et le ministre des Affaires étrangères anglais que les mouvements américains dans la région avaient alertés.109 Mais rien n’indique que ceux-ci aient révélé le secret.

  • 110 – On pourra désormais consulter deux mises au point considérées comme sérieuses et bien informées : (...)
  • 111 – BOISSONNAT (J.) : op. cit., p. 169.

73Dans ce cas, les dirigeants européens eurent de bonnes raisons de s’estimer dupés. Même si l’intervention militaire était justifiée110, la coordination de son déclenchement avec les pressions exercées sur les alliés semble avoir constitué un modèle de ce qui aurait dû être évité. Surtout, dans une région dont l’Occident dépendait tant pour sa sécurité, « les carcasses des hélicoptères de l’US Army jetaient une ombre inquiétante » sur ses capacités.111 Elle conforta l’idée que les Américains n’étaient plus à même d’assurer la stabilité dans une région essentielle et que l’Europe devait rapidement s’en mêler.

  • 112 – BRZEZINSKI (Z.) : op. cit., p. 449-450.
  • 113 – CARTER (J.) : op. cit., p. 379-380 et BRZEZINSKI (Z.) : op. cit., p. 441- 442.

74Le raid manqué ne pouvait guère rassurer les dirigeants saoudiens qui ne cachaient plus, à cette époque, leur perplexité face aux Américains : fin 1979, ils avaient dû faire appel à des gendarmes français pour réprimer une entreprise de subversion au sein même de la Grande Mosquée. En février 1980, ils n’auraient pas caché à Brzezinski l’inquiétude que leur inspirait l’activisme du Kremlin.112 Leur échec confirmait, plus généralement, l’incapacité des Américains à garantir la stabilité au Moyen-Orient en promouvant un règlement équilibré. Un incident, début mars, avait paru la souligner. Le 1er, les Etats-Unis avaient voté à l’ONU une résolution qui contenait un appel au démantèlement des colonies installées en territoire occupé par Israël. Peu après, pourtant, l’Administration répudiait le vote qu’elle venait d’effectuer. Cette volte-face s’expliquait, devait-elle affirmer, par une erreur de communication.113 En réalité, les deux principaux conseillers de Carter en matière électorale, Robert Strauss et Hamilton Jordan étaient venus lui expliquer, le 3 mars, que, chez les Juifs américains, l’affaire avait provoqué un terrible tollé.

  • 114 – CARTER (J.) : op. cit., p. 361.
  • 115 – SCHLESINGER (Arthur) : « Negotiating with terrorists can make sense » in IHT, 28 juin 1985.
  • 116 – Sur le réflexe de solidarité en cas de crise autour des Présidents américains, voir WALTZ (Kennet (...)

75Ces contraintes, l’affaire des otages en Iran devait sans doute encore mieux les illustrer. Certes, le Président était confronté à une situation trop peu ordinaire pour que sa politique pût prêter à un jugement sévère. « Chaque fois, explique-t-il, qu’un membre du gouvernement iranien se montrait un tant soit peu raisonnable, il entrait en conflit avec Khomeiny. »114 II ne semble pas, pourtant, avoir su résister à la tentation de dramatiser, à des fins électorales, la situation. Quand, début 1968, des Nord-Coréens avaient capturé le Pueblo, un navire de renseignements américain, tué plusieurs membres de son équipage et soumis les autres à un traitement cruel, Johnson avait choisi de négocier onze mois durant en secret et de ne pas laisser l’affaire détourner son gouvernement d’autres priorités.115 Très vite, au contraire, Carter avait décidé de tirer le profit maximum du ralliement que la crise allait probablement susciter autour du Président :116 le 4 novembre, il avait, dans les sondages, un retard de 30 points sur Kennedy ; quelques semaines après, il disposait d’une avance du même ordre sur celui-ci qui, du coup, envoyait en secret le sénateur Abourezk négocier (sans succès) une éventuelle libération des prisonniers ! Fin décembre, Carter annonçait son intention de ne plus faire campagne tant que les otages n’auraient pas été libérés. Cette stratégie du « Jardin de Roses », comme on devait l’appeler, pouvait à court terme servir ses intérêts : en le posant en Président au-dessus de la mêlée. Mais en braquant les projecteurs des médias sur la crise, elle rendait le retour des otages encore plus problématique : leur détention devenait un symbole irremplaçable pour des ennemis implacables.

  • 117 – CARTER (J.) : op. cit., p. 392.
  • 118 – BRZEZINSKI (Z.) : op. cit., p. 491.
  • 119 – Ibid., p. 483.

76Du coup, le recours à l’action militaire avait été rendu plus probable. Prétendre indiquer les raisons exactes pour lesquelles celle-ci fut décidée reste évidemment hors de portée. Selon Carter, ce fut une menace, le 10 avril, des « terroristes iraniens » de tuer les otages en cas d’invasion du gouvernement irakien117 qui aurait précipité la réunion et la décision du lendemain. Le 7, il est vrai, le Président estimait que les Etats-Unis avaient encore le choix entre obtenir le soutien de leurs alliés ou recourir à la force armée.118 Des considérations électorales durent pourtant jouer. A la mi-avril, l’avenir du Président paraissait en difficulté.119 Fin mars, dans les sondages, Reagan l’avait pour la première fois rattrapé et 60 % des personnes interrogées jugeaient trop molle son attitude face à Téhéran et au camp opposé. Quoi qu’il en soit, une chose ne peut être contestée : l’opération eût-elle été un succès, la réélection de Carter eût été difficile à empêcher.

  • 120 – Voir, par exemple, son discours du 3 mars. USA Document, 5 mars 1980.
  • 121 – BRZEZINSKI (Z.) : op.cit., p. 494.

77Ce fut pourtant l’échec désastreux que l’on sait et, pour les alliés, sans doute, la confirmation qu’il leur fallait peser sur une situation que l’Occident ne pourrait, peut-être, bientôt plus contrôler. Au demeurant, dans la politique américaine, une évolution semblait s’achever, avec le départ de Cyrus Vance qui, au sein de l’Administration, avait souvent parlé pour les alliés.120 La sympathie que ces derniers lui accordaient n’était pas injustifiée. Quand le 15 avril, au NSC, Vance s’était opposé à une intervention armée, il avait invoqué les efforts désormais entrepris par les alliés pour rejoindre les Etats-Unis dans leurs sanctions.121

  • 122 – Ibid., p. 438-439.
  • 123 – WRITE (Théodore) : America in Search of Itself, p. 19-20.

78En fait, le secrétaire d’Etat avait déjà menacé de démissionner quand, à l’été 1979, le dossier du Moyen-Orient lui avait été, en pratique, retiré.122 Le raid de Tabas fut plus qu’il n’en pouvait supporter : pour avoir, comme secrétaire à l’Armée sous Kennedy, pu jauger la difficulté d’un déploiement de troupes vers le seul Mississippi quand il avait fallu faire admettre dans l’Université de cet Etat l’étudiant noir James Meredith,123 il avait douté autant de l’efficacité du projet que de son opportunité. Avant qu’il eût été lancé, il avait en secret démissionné.

2) L’Europe tente de prendre le relais :

  • 124 – Cité in AP, 1980, p. 316-317.

« L’Europe émerge progressivement comme un élément indépendant dans le jeu des grandes puissances du monde. »
Giscard à l’issue du Conseil européen de Venise, le 13 juin 1980.124

  • 125 – Ibid., p. 213.
  • 126 – NATO After Afghanistan, p. 10.
  • 127 – La politique extérieure de VGE, p. 79.

79Dès le début de 1980, devant la pression des événements, l’Europe avait cherché à exprimer un point de vue à la fois commun et différent des Américains : non sans prudence, il est vrai, ses ministres avaient proposé la recherche d’une « formule permettant à un Afghanistan neutre de se placer à l’écart de la compétition des puissances. »125 De même, pour lutter contre une logique des blocs qui se durcissait, la CEE s’était empressée de conclure avec la Roumanie et la Yougoslavie, qui avaient condamné la Russie, des accords commerciaux plus avantageux que ceux concédés à celle-ci.126 A la mi-février, Giscard avait même estimé que la déclaration qu’il venait de signer avec Schmidt avait marqué « une date dans la réapparition de l’Europe comme centre nouveau de décision et d’influence dans le monde. »127

80Pourtant, partiellement réalisée à propos du Moyen-Orient, une politique européenne commune ne devait pas être seulement esquissée face à l’autre camp.

a) Vers une position européenne sur le Moyen-Orient

  • 128 – Cité in AP, 1980, p. 317.

« Les neuf pays de la Communauté européenne estiment que les liens traditionnels et les intérêts communs qui unissent l’Europe au Moyen-Orient leur imposent de jouer un rôle particulier et leur commandent aujourd’hui d’oeuvrer de manière plus concrète en faveur de la paix. »
Déclaration des Neuf, le 13 juin 1980.128

811973 avait déjà suggéré que le Moyen-Orient était une terre privilégiée pour l’élaboration d’une politique étrangère commune de la CEE. 1980 allait le confirmer.

  • 129 – QUANDT (William B.) : « The Middle East crises » in FA, vol. 58, no.3, p. 547-548.
  • 130 – CARTER (J.) : op. cit., p. 415.

82Souvent divisés, les Européens, les Anglais, les Allemands et les Français en particulier, semblent s’être entendus sur au moins une idée : en cette fin du XXe, le Moyen-Orient ressemblait beaucoup aux Balkans du début du siècle. Il importait d’y sauver la paix et d’y faire triompher l’« autodétermination » tant que faire se pourrait. Début 1977, les Américains leur avaient semblé suivre la voie qu’ils préconisaient. Puis Carter avait emprunté une voie opposée, celle d’un règlement séparé. Au début, il est vrai, les ministres de la CEE avaient apporté au processus une approbation modérée, assortie d’une condamnation de plus en plus sévère de la présence israélienne sur les territoires occupés. Pour les Américains, leur attitude n’avait peut-être pas été sans intérêt. Carter était déçu par les limites du Traité qu’il avait arraché. Au début de l’été 1979, les Arabes modérés avaient émis l’idée de proposer au Conseil de Sécurité un projet reprenant largement les résolutions 238 et 242 mais recourant à un langage « neuf » sur le droit des Palestiniens à l’auto-détermination. Les Américains qui, depuis 1977, tentaient de faire entrer l’OLP dans le processus de négociation, avaient cherché à saisir l’occasion et Carter avait sans doute approuvé un projet visant à « compléter » le texte de la seconde révolution.129 Mais quand, quelque neuf mois après, leurs alliés parurent vouloir à leur tour le modifier, les Etats-Unis devaient instamment leur adjoindre d’y renoncer. Peu après, Schmidt devait se plaindre à Carter d’avoir été dupé par Vance à ce sujet.130

83La vérité était peut-être que Washington avait abandonné une idée qui, inversement, avait de plus en plus séduit ses alliés. L’initiative « non-autorisée » qu’Andrew Young avait prise de rencontrer un membre de l’OLP, avait provoqué un tel tollé que l’ambassadeur aux Nations unies avait dû, le 15 août 1979, démissionner. Surtout Begin mais aussi Sadate avaient exprimé leur hostilité. L’approche d’une année électorale n’avait pu qu’inciter les Américains à renoncer.

  • 131 – ARTNER (Stephen) » : The Middle East : a chance for Europe ? » in International Affairs, p. 434.

84Tout autre fut l’évolution des Européens. A leurs yeux, l’Afghanistan et le deuxième « choc » pétrolier suggéraient que la situation était plus explosive qu’on ne le pensait et qu’une initiative s’imposait pour sortir de l’impasse où elles se trouvaient, les négociations sur l’autonomie palestinienne avant leur échéance en mai. Bientôt, le bruit courait que Lord Carrington était prêt à proposer à la CEE la résurrection d’un projet que, dès le 15 janvier 1976, l’ambassadeur anglais aux Nations unies avait avancé : modifier la résolution 242 pour ne plus faire des Palestiniens un « problème de réfugiés » mais un « peuple distinct » ayant droit à l’auto-détermination.131 Début mars, de passage au Koweit, Giscard reprenait explicitement cette idée.

  • 132 – NATO After Afghanistan, p. 52.

85En tout cas, le 29 avril, quelques jours après l’échec de l’expédition américaine en Iran, le Conseil européen donnait instruction aux ministres des Affaires étrangères de lui soumettre, à l’occasion de sa future session à Venise les 12 et 13 juin, un rapport sur un « règlement global » au Moyen-Orient.132 Dans la ville des Doges, les Neuf adoptaient une déclaration qui reprenait largement les points de vue britannique et français.

  • 133 – AP, 1980, p. 253.

86Demandant la participation de l’OLP au processus de négociations et l’auto-détermination pour le peuple palestinien, condamnant les colonies de peuplement israéliennes et offrant leur participation à un éventuel « système de garanties internationales, y compris sur le terrain », les Neuf appelaient à « la reconnaissance des deux principes suivants : droit à l’existence et à la sécurité de tous les Etats de la région, y compris Israël et justice pour tous les peuples, ce qui implique la reconnaissance des droits légitimes du peuple palestinien. »133 Par ailleurs, le ministre luxembourgeois des Affaires étrangères, Gaston Thorn était invité à se rendre au Proche-Orient pour évaluer les chances d’une nouvelle « initiative ».

  • 134 – AP, 1980, p. 253 et NATO After Afghanistan, p. 10.
  • 135 – Le Monde, 9 et 11 juin 1980.

87Le texte traduisait la volonté des Européens d’affirmer leur identité. Mais il était aussi, selon certains, une élégante alternative à une initiative, apparemment souhaitée par Paris, qui eût mis directement les résolutions antérieures en péril.134 Après avoir donné un temps l’impression de la souhaiter, le 1er juin, Carter avait en effet menacé de recourir à son veto contre toute modification de la résolution 242 au Conseil de Sécurité. Le 9, de même, Muskie adjurait ses alliés de ne pas briser Camp David et de ne pas provoquer un « ouragan de destruction » au Moyen-Orient.135

  • 136 – USA Document, 30 juillet 1980, p. 6. Souligné par nous.
  • 137 – La politique extérieure de VGE, p. 63.

88Fin juillet, le nouveau secrétaire d’Etat devait encore exprimer ses plus vives réserves face au texte, pourtant modéré, retenu par ses alliés.136 Et, déjà, il avait eu, avec Jean François-Poncet, une opposition très vive lors du Sommet qui avait rassemblé, fin juin à Venise, les responsables des démocraties industrialisées.137 Pourtant, l’incident le plus exacerbé avait eu trait à la situation stratégique sur le vieux continent.

b) L’Europe et le maintien du contact avec le Kremlin : ,

89Le durcissement des Américains semble avoir inspiré une réelle inquiétude aux Allemands et aux Français. Alors que la puissance des premiers semblait en plein désarroi, leurs alliés ne pouvaient voir une rupture du dialogue avec l’autre camp qu’avec effroi. Pourtant, Schmidt comme Giscard se révélèrent incapables de rallier les Anglais et de développer une politique européenne commune à ce sujet. Et les deux hommes prirent, avec un inégal succès, le risque d’agir de façon isolée.

90Apparemment persuadé que son pays ne devait ni accepter un fait accompli ni entretenir une escalade diplomatique dangereuse face à la Russie, Giscard devait fonder sa politique sur la recherche conjuguée du dialogue et de la fermeté. Tout le problème, pour lui, serait que la seconde resterait, dans le rapport des forces qui prévalait, sans grand effet, mais que Moscou saurait exploiter son souci de dialoguer.

  • 138 – Ibid., p. 212.

91Dès le 5 février, rappelle Michel Tatu, il avait déclaré : « Il est très important que chacun des grands acteurs de la vie internationale sache exactement les données dont il doit tenir compte dans ses décisions à venir. »138 Aussi, en dépit du ton très dur qui, en avril, devait caractériser l’entretien entre Gromyko et François-Poncet, estimait-il que le dialogue devait être préservé. Le 1er mai, tout le monde remarquait que seul, parmi ses collègues occidentaux, l’ambassadeur de France à Moscou n’avait pas reçu instruction de boycotter les cérémonies officielles. Quelques jours après, la nouvelle retentissait : le 19, Giscard rencontrerait à Varsovie le leader de la Russie.

  • 139 – Ibid., p. 251.
  • 140 – BRZEZINSKI (Z.) : op. cit., p. 503.
  • 141 – La politique extérieure de VGE, p. 213.

92Ce sommet, mis au point directement par l’Elysée, devait entrer dans l’histoire comme un fiasco complet. Certes, la rencontre devait laisser le souvenir d’« une rencontre dure et difficile » chez les Soviétiques.139 Mais en échange du crédit que son déplacement leur avait conféré, le Président n’avait obtenu d’eux aucune concession digne d’intérêt. Brejnev avait, semble-t-il, simplement proposé d’intercéder auprès de Khomeiny à condition que la demande lui en fût adressée par les familles des otages et non par le gouvernement des Etats-Unis, projet auquel Carter devait refuser de répondre sur le conseil de Brzezinski.140 Plus tard, à la veille du Sommet des démocraties industrialisées, il lui ferait directement part de son intention de retirer une fraction de ses contingents de l’Afghanistan. Mais ce geste, qui pousserait peut-être le Français à se prononcer, le 26 juin, contre une aide militaire à la « rébellion » afghane,141 se révélerait une simple manoeuvre destinée à semer le trouble chez les alliés et à éviter une condamnation par trop accentuée.

  • 142 – Voir FONTAINE (André) in FA, vol. 59, no.3, p. 585. Voir surtout COHEN (Samy) : La monarchie nucl (...)
  • 143 – COHEN (S.) : op. cit., p. 128.

93Quel secret espoir poussa donc le Président français à prendre un risque aussi élevé ? Peut-être la proposition, avancée par Gierek, de tenir à Varsovie une conférence de désarmement ouverte à tous les signataires d’Helsinki lui laissa-t-elle espérer que l’Est s’apprêtait à se rallier à un projet qu’il avait le premier avancé ?142 Peut-être, plus simplement, ne crut-il pas que Brejnev oserait se servir de lui de cette façon là et se persuada-t-il que les Soviétiques préfèreraient lui faire une offre séduisante plutôt que de voir la France dénoncer la détente ? Pourtant le Président semble avoir été par avance informé qu’il n’avait pas grand chose à attendre de ce côté.143

  • 144 – BRZEZINSKI (Z.) : op. cit., p. 436.
  • 145 – Voir, par exemple, .4P, 1980, p. 250.

94La suite devait prouver qu’aucun de ces espoirs n’était fondé. Du coup, la démarche susciterait aux Etats-Unis une colère à peine cachée. Alors même qu’ils avaient envisagé des contacts dès la fin février144 et qu’une recontre entre Muskie et Gromyko avait été arrangée pour le 16 mai, les Américains se gardèrent de condamner le principe même d’un dialogue avec le camp opposé. Mais ils reprochèrent vigoureusement le caractère solitaire de la démarche de leur partenaire. Ils devaient déplorer, en particulier, l’absence de consultations qui l’avait précédée et l’encouragement à de nouvelles manoeuvres que l’URSS pourrait y déceler.145

  • 146 – NATO After Afghanistan, p. 9.

95A l’opposé, il est vrai, Schmidt évoquerait, le 9 juin, la « dangereuse absence de communications (avec l’URSS) qui avait duré jusqu’à une date avancée en mai. »146 Cet hommage à Giscard n’était pas désintéressé. Quoique les Américains eussent souhaité le voir l’annuler, le chancelier avait décidé de maintenir la visite qu’il devait rendre à Brejnev. Tout au plus avait-il accepté de la renvoyer après le Sommet des démocraties industrialisées.

  • 147 – Cité in CARTER (J.) : op. cit., p. 413-414.

96Les menaces pesant sur le contrôle des armements semblent, en effet, avoir obsédé le chancelier : il redoutait de voir la « double voie » abandonnée. Dès le 22 avril, il avait exprimé le souhait de voir, au cours des trois prochaines années, les deux camps renoncer à tout déploiement et entamer des pourparlers rapidement.147

  • 148 – NYT, 10 juin 1980.
  • 149 – BRZEZINSKI (Z.) : op. cit., p. 462.
  • 150 – CARTER (J.) : op. cit., p. 414.

97Alarmé par les réactions que ses propos avaient suscitées, le chancelier s’était empressé de les préciser : il ne s’était pas prononcé, devait-il affirmer, contre un déploiement, mais avait simplement suggéré que des négociations pourraient commencer avant 1983, date à laquelle les premières fusées devaient être installées. Le 9 juin, ainsi, il récidivait et déplorait que l’URSS eût rejeté la proposition de « gel » qu’il avait avancée.148 Mais aux yeux de Carter et, à écouter ce dernier, de plusieurs alliés, ses propos risquaient de créer un climat nouveau où la double décision pourrait se voir contestée. Un coup de fil de Brzezinski au principal conseiller du chancelier sur les questions de sécurité ne suffisait pas à rassurer le patron du NSC.149 Le lendemain, avec Brown et Muskie, il demandait à Carter de préparer un message pour lever toute ambiguïté. Le document n’eût peut-être pas provoqué d’éclat s’il était resté secret. Il évoquait surtout des « comptes rendus de presse contradictoires » qui « avaient déformé les propos » du chancelier.150 Seulement, le 17 juin, le New York Times indiquait que le magazine Stern venait de publier un « message au langage puissamment articulé » dans lequel Carter demandait au chancelier de ne pas suggérer un « gel » dans la rencontre qu’il devait avoir avec Brejnev fin juin-début juillet.

  • 151 – CARTER (J.) : op. cit., p. 415.

98C’était plus, on s’en doute, que Schmidt n’en pouvait supporter. Il s’estimait « insulté ». A la veille du Sommet de Venise, il exigeait de rencontrer Carter en privé. L’entretien semble s’être très mal passé, Schmidt rappelant que « l’Allemagne n’était pas le 51e Etat des Etats-Unis. »151 Un compromis put finalement être établi mais l’algarade avait été rude entre les leaders des deux pays.

3) Sous le signe de l’instabilité :

99Durant l’été, les querelles devaient partiellement s’apaiser. Mais l’instabilité mondiale devait s’accentuer et, avec elle, les sources potentielles de divisions ou de menaces pour les alliés.

100Le Sommet trilatéral de Venise se tint à l’issue d’une période des plus critiques pour les relations atlantiques. Le 17 mai, en effet, le Conseil de la Communauté n’avait finalement adopté, à l’encontre de l’Iran, que des sanctions très modérées. Depuis Tabas, Carter ne pouvait plus agiter le spectre d’une intervention militaire et il manquait d’un levier sur ses partenaires. Ces mesures limitées devaient pourtant se révéler supérieures aux sacrifices que les élus anglais étaient prêts à s’imposer. Les Communes s’étaient refusées à handicaper un commerce avec l’Iran qui s’accroissait sur un rythme accéléré.

  • 152 – NATO After Afghanistan, p. 55.

101A Venise, des compromis se firent jour cependant et les alliés allèrent jusqu’à considérer l’invasion de l’Afghanistan comme un péril large pour la paix mondiale. Tout le monde s’entendit pour ne pas se laisser impressionner par le retrait limité que Brejnev avait annoncé aux Français et pour déclarer : « l’occupation militaire soviétique est inacceptable aujourd’hui et nous sommes déterminés à ne pas l’accepter dans l’avenir. »152

  • 153 – PUTNAM (Robert D.) : « Summit Sense » in FP, no.55, été 1984, p. 82.

102Dans l’histoire des Sommets, Venise est le premier à avoir revêtu un caractère géopolitique aussi marqué. Néanmoins, l’essentiel des points du communiqué concernaient encore les questions économiques. Ses principales décisions avaient fait l’objet d’une préparation systématique, en sorte que les leaders n’eurent à leur consacrer qu’une attention limitée.153 On y proclama la priorité de la lutte contre l’inflation et la nécessité de privilégier le développement d’énergies de substitution pour rompre le lien entre la hausse de la consommation de pétrole et la croissance économique.

  • 154 – AP, 1980, p. 257 et NYT, 3 juillet 1980.
  • 155 – NATO After Afghanistan, p. 20.

103L’été devait être également marqué par une série de progrès limités. Le principal fut sans doute la reprise des pourparlers sur les missiles à moyenne portée. A Moscou, les Soviétiques annonçaient à Schmidt qu’ils renonçaient à exiger l’abrogation de la « double décision » ou la ratification de SALT II comme préalable aux négociations.154 Finalement, après des contacts entre Gromyko et Muskie, le 25 septembre, aux Nations unies, les discussions préliminaires pouvaient s’ouvrir le 16 octobre à Genève. Mais l’URSS n’avait pas fait une concession gratuite à l’Alliance : en maintenant ouverte la perspective d’une solution négociée, elle pouvait espérer semer le trouble chez les alliés. Fin septembre, le gouvernement belge confirmait que son ultime décision dépendrait du résultat des négociations.155

  • 156 – Il la contraignait à consacrer 70 à 80 % de ses recettes d’exportation à l’acquisition de cette s (...)
  • 157 – AP, 1980, p. 277.

104L’été vit aussi la situation du flanc Sud-Est de l’Alliance s’améliorer, puisqu’après une absence de plus de six années la Grèce reprenait sa place dans l’armée intégrée. Le 12 septembre aussi, l’ Armée avait mis un terme à la dérive vers l’anarchie qui menaçait la Turquie. Celle-ci avait été cruellement affectée par le deuxième « choc » pétrolier.156 L’Armée s’était depuis longtemps considérée comme en charge des intérêts supérieurs de la nation et le coup d’Etat ne semble guère avoir surpris ou embarrassé les alliés. Certains devaient remarquer qu’il avait été précédé d’une visite du Commandant en chef de l’Armée de l’Air à Washington et avait été effectué alors qu’en Thrace occidentale se tenaient des manoeuvres de l’OTAN. En tout cas, le département d’Etat s’empressa d’y déceler la volonté de restaurer un « pouvoir démocratique qui fonctionne. »157 Plus prudents, il est vrai, les Allemands renoncèrent alors au rôle de premier plan qu’ils avaient jusqu’ici assumé. Par la suite, les alliés s’inquiéteraient des menaces que la férule militaire faisait peser sur les Droits de l’Homme et les libertés et la situation en Turquie serait un sujet de controverse avec les Etats-Unis. Mais en septembre 1980, ils semblent s’être surtout réjouis de voir le pays échapper à l’anarchie.

  • 158 – BRZEZINSKI (Z.) : op. cit., p. 453.
  • 159 – RAMSES 1981, p. 38.

105Ils devaient aussi manifester sur d’autres sujets un minimum de solidarité. Quand, le 21 septembre, l’Irak transforma en conflit armé la guerre froide qui, depuis le printemps, l’opposait à l’Iran, Giscard répondit, semble-t-il, positivement à l’appel de Carter pour établir une présence conjointe dans le golfe arabique.158 Les Américains, il est vrai, avaient entre-temps renforcé leur présence dans cette zone clé en envoyant des avions AWACs surveiller les frontières saoudiennes, en négociant l’accès à des installations en Egypte, Somalie, Oman et Kenya et en poursuivant le renforcement de la base de Diego Garcia.159

  • 160 – Ibid., p. 120-129.

106Les alliés devaient aussi, dans l’ensemble, afficher une relative unité face au principal problème surgi durant l’été : la montée de la contestation contre le gouvernement polonais. Cela faisait, en réalité, un an et demi que les menaces s’accumulaient sur celui-ci. En Pologne, la domination soviétique et les pesanteurs du système bureaucratique étaient, en effet, l’objet d’un regard toujours plus critique. L’affaiblissement de la menace du « revanchisme allemand » et l’élection d’un pape polonais n’avaient pu qu’encore éroder la sympathie du pays pour le Kremlin et renforcer le sentiment de solidarité avec les pays ouest-européens. La politique de Gierek, qui avait cru résoudre par une ouverture sur l’économie occidentale les problèmes de son économie nationale,160 avait non seulement échoué, mais elle avait laissé le pays terriblement endetté. Au printemps 1979, les banquiers occidentaux s’étaient même vu concéder un droit de regard sur l’économie polonaise. En 1980, la dette de Varsovie à l’égard de l’Occident représentait 20 milliards de dollars et tous les ans, la Pologne devait importer trois milliards d’aliments pour éviter la pénurie et le rationnement. Bientôt Gierek ne pourrait plus contrôler les événements. Le 3 avril, deux semaines avant la réunion des banquiers occidentaux, il se sentait obligé d’annoncer une politique d’austérité. Par la suite, d’autres mesures encore plus dures étaient arrêtées.

107Bientôt, du coeur même du monde ouvrier, la révolte montait. La crise était d’autant plus grave qu’un autre élément-clé de la Communauté nationale, l’Eglise, la soutenait, lui conférant une profonde légimité. Après qu’une augmentation des prix de la viande eut été annoncée le 1er juillet, une vague de grèves soulevait le pays tout entier. Elle incitait tous les syndicats libres déjà constitués à s’unir en un mouvement unique, Solidarité. Le 31 août, finalement, devant cette impressionnante unanimité, le gouvernement avait la sagesse de s’incliner : il se résignait à l’existence de ce dernier.

  • 161 – BRZEZINSKI (Z.) : op. cit., p. 464-468.

108Très vite, évidemment, le risque d’une intervention soviétique se profilait. Les attaques de la presse moscovite, le renvoi de Gierek et des déclarations menaçantes de la Tchécoslovaquie et de la RD A fin septembre, n’étaient, il est vrai, guère rassurantes. Aussi pour les Etats-Unis, le principal souci serait-il d’éviter les erreurs commises en 1968. Alors qu’ils ne l’avaient pas fait pour la Tchécoslovaquie, Washington et ses alliés devaient clairement indiquer à la Russie le prix que lui coûterait une intervention militaire contre Varsovie. Bientôt, des consultations étaient entamées avec les alliés pour étudier la préparation de plans d’urgence en cas d’intervention armée. Début octobre, comme la situation s’obscurcissait, Muskie fit savoir avec force à Gromyko qu’une telle éventualité constituerait un risque majeur pour la paix. Début décembre, pourtant, selon les services de renseignements, des divisions soviétiques s’apprêtaient à entrer en Pologne pour y conduire des « manœuvres pacifiques. » Le 7, les Américains déclenchaient ce qu’ils semblent avoir considéré comme une opération de dernière heure pour éviter le pire. Ils demandaient, entre autres, à leurs alliés de manifester sans réserve leur hostilité. Une liste détaillée des sanctions qu’une action militaire provoquerait fut publiée. Et le Président français aurait adressé aux Soviétiques un message très appuyé.161

109Pourtant, ces événements reflétaient une tendance inquiétante pour les relations alliées. Face à la multiplication des dangers, les divergences occidentales risquaient fort de se multiplier. Or, le plus souvent, l’Europe s’avérerait seulement capable de contrer la politique de son grand allié, pas de le remplacer.

110Ce serait vrai au Moyen-Orient pour commencer : durant l’été, aux Nations unies, l’Europe et l’Amérique devaient durement se heurter sans que les positions de la seconde s’en trouvent modifiées ni l’influence de la première réellement renforcée. D’abord, le 29 juillet, sur une résolution appelant à la formation d’une nation palestinienne, les membres de la CEE s’abstenaient, isolant le vote « contre » de la délégation américaine. Puis, le 30 août, au Conseil de Sécurité, le représentant de Washington se retrouvait seul à s’abstenir sur un texte demandant à tous les Etats ayant leur ambassade à Jérusalem de la retirer.

111Seulement, quel que fût le mérite de leurs idées, les Neuf manquaient trop de sources d’influence pour qu’elles ne parussent pas autant le produit de leur vulnérabilité que de la quête impartiale de l’équité. La mission accomplie au Moyen-Orient par Gaston Thorn durant l’été ne devait guère permettre de progresser. Mais en novembre, dans le cadre du DEA, les Européens rencontraient une délégation arabe présidée par un membre de l’OLP, organisme qu’ils refusaient, par ailleurs, de reconnaître de jure. Ils acceptaient aussi de discuter, lors d’une future conférence des ministres des Affaires étrangères, du conflit israélo-arabe, alors qu’ils l’avaient jusqu’ici refusé.

  • 162 – AP, 1980, p. 295.

112En réalité, faute de moyens pour appuyer leur diplomatie, la marge de manoeuvre restait étroite pour les vieux pays et son évaluation semble avoir été un motif de division pour ceux-ci. Tandis que Paris souhaitait voir les Neuf lancer rapidement une « initiative », les Anglais semblent avoir préféré les voir rester en réserve pour ne pas mettre le processus de Camp David en danger et être en mesure d’influencer l’action que l’Administration Reagan entendrait mener. Au conseil de Luxembourg, à la fin de l’année, les Neuf devaient se contenter d’établir un nouveau calendrier de contacts, formule qui reflétait un compromis entre Londres et Paris.162

113Quant à la guerre entre l’Iran et l’Irak, elle illustrait avec une particulière gravité les risques de l’instabilité dans une zone clé. Pourtant, si les puissances européennes, la France en particulier, témoignaient leur intention de « coopérer », aucune action « atlantique » à proprement parler ne pouvait, une fois de plus, être envisagée. Cette fois, c’était le chancelier allemand qui s’y était opposé.

  • 163 – Sur les difficultés, voir AP, 1980, p. 270

114Une fois de plus, surtout, l’instabilité du Moyen-Orient semblait s’inscrire dans l’incapacité, plus globale, de l’Occident à définir une politique commune et satisfaisante face au monde en voie de développement. En 1980, un accord sur le Droit de la mer avait sans doute pu se dessiner163. Mais en janvier 1981, l’Assemblée générale des Nations unies suspendait ses travaux sans avoir pu corriger l’échec de la session extraordinaire tenue quelques mois plus tôt. En décembre 1979, en effet, l’ONU avait voté une résolution qui prévoyait l’ouverture de « négociations globales » pour le début 1981. Du 25 août au 15 novembre, une session extraordinaire examinait l’état des travaux préparatoires. Mais elle devait se séparer sans avoir pu s’entendre ni sur les procédures d’adoption de l’acte final, ni sur l’objet de certaines discussions. Tandis que les pays sous-développés souhaitaient voir un vote sanctionner l’aboutissement des pourparlers, les pays occidentaux n’envisageaient qu’une approbation par consensus : ils redoutaient, autrement, de se voir imposer la volonté d’une majorité aux intérêts opposés. Tandis que les premiers souhaitaient voir leur pouvoir étendu aux grandes organisations monétaires et financières, les seconds tenaient à y conserver un système de vote censitaire. Sur ce plan, l’Occident s’était montré, semble-t-il, assez solidaire. Payer un succès diplomatique à un prix exorbitant sur le plan économique serait un calcul catastrophique, avaient su expliquer les représentants de l’Amérique. C’était sans doute vrai. Mais à terme, l’impasse vers laquelle on allait risquait d’encore ajouter à l’instabilité.

  • 164 – NATO After Afghanistan, p. 25.
  • 165 – RAMSES, 1981, p. 22 et 24.
  • 166 – An Assessment of the Afghanistan Sanctions, p. 104.
  • 167 – Cf. André Fontaine in FA, vol. 59, no.3, p. 582 et Sanctions, p. 70.

115Sur les relations avec le camp opposé, les divergences n’avaient guère diminué. D’abord, en novembre, les Allemands avaient annoncé que l’objectif d’une augmentation de 3 % des dépenses armées ne pourrait être réalisé. Quant aux Danois, à l’instar des Belges, c’était à une stricte compensation de l’inflation qu’ils décidaient de s’en tenir pour cette année.164 Ensuite, le problème du commerce avec l’Est était loin d’être réglé. Les Européens ne devaient guère se priver d’exploiter le handicap que, pour leurs concurrents américains, l’embargo constituait. Certes, ils respecteraient plus ce dernier que l’Argentine qui, dès le départ, s’était dite incapable de contrôler ses exportations de blé ou que le Canada. En octobre, la Communauté avait renouvelé son engagement de ne pas remplacer le blé et autres céréales que les Américains refuseraient à l’URSS. Mais le gouvernement français ne cachait pas son intention de reprendre sa liberté et surtout, sur les exportations technologiques, les Américains avaient largement échoué. Schmidt avait profité de son voyage à Moscou pour signer un « accord cadre » sans précédent dans le passé. Et les Français, à l’instar des Allemands, avaient entamé des négociations destinées à leur assurer des approvisionnements abondants en gaz relativement bon marché contre la vente d’équipements pétroliers. Les Français semblaient, d’ailleurs, avoir systématiquement profité des marchés que les firmes américaines avaient dû abandonner.165 Déjà, en 1978, Honeywell-Bull avait vendu à l’agence Tass, pour les Jeux Olympiques de Moscou, les ordinateurs dont une firme américaine s’était vu interdire la livraison par l’ Administration.166 En 1980, grâce à une subtilité, Creusot-Loire avait pu récupérer un contrat que la firme Armco n’avait pas été autorisée à honorer.167 La réplique de Washington n’avait pas tardé : sous prétexte qu’ils contenaient du nickel cubain, les aciers spéciaux de la firme française s’étaient vu interdire le territoire américain.

  • 168 – NYT, 15 juin 1980.
  • 169 – Cf. BALL (G.) : in FA, vol. 59, no.3, p. 486.

116Aux Américains, l’Europe paraissait ainsi divisée entre la loyauté (non sans faiblesse, l’affaire des sanctions contre l’Iran l’avait suggéré) des Anglais, la politique parfois exagérément « subtile » des Français et l’agacement de plus en plus ostensible des Allemands. Son incapacité à vraiment s’organiser et son entêtement à s’affirmer semblaient parfois la précipiter là même où, selon elle, l’URSS voulait l’entraîner. Aux yeux des Européens, notait Flora Lewis en juin 1980 : « l’objectif de Moscou n’était pas une conquête ou une domination directe, mais l’acquisition d’une arrière-cour docile, même si elle est indépendante, et productive, assez détachée de l’influence des Etats-Unis pour fournir des compensations sérieuses aux échecs du bloc communiste. »168 L’idée se répandait, en particulier, que l’Allemagne n’était plus l’allié sûr du passe.169

  • 170 – Voir là-dessus : An Assessment of the Afghanistan Sanctions, p. 23 et suivantes.
  • 171 – Ibid., p. 35.
  • 172 – RAMSES, 1981, p. 18.

117Les Européens pouvaient facilement rétorquer que l’Administration américaine était elle-même divisée. C’était vrai des sanctions économiques pour commencer. Au départ, l’embargo avait reçu le soutien des fermiers. Mais bientôt, ceux-ci s’étaient rebellés de même que les firmes américaines exportatrices de blé. L’embargo, il est vrai, ne pouvait plus mal tomber. Avant qu’il n’ait été arrêté, le département de l’Agriculture estimait, pour 1980, à quelque 20 % déjà la chute des revenus des fermiers américains. En dépit des efforts déployés pour en atténuer les effets170, c’était, après l’embargo, à 40 % que cette chute était estimée. Très vite, ainsi, la question était posée : qui, de l’URSS ou des Etats-Unis, était le plus handicapé ? En tout cas, le 20 juin, l’Administration décidait d’autoriser ses firmes spécialisées, comme Cargill, à vendre à l’URSS du blé non-américain à travers leurs filiales à l’étranger. Le même jour, Robert Dole, sénateur républicain du Kansas, introduisait un projet visant à abroger un embargo qui « n’avait valu que quelques inconvénients mineurs aux Soviétiques, mais entraînait des pertes énormes pour les fermiers et les contribuables » de l’Amérique.171 Finalement, le 20 novembre, les élus décidaient de laisser la décision au nouveau Président dont personne n’ignorait qu’il avait dénoncé l’embargo comme un échec plusieurs mois auparavant. Pourtant un document confidentiel de la Communauté suggérait que les livraisons de céréales américaines au Kremlin avaient largement dépassé les 8 millions de tonnes officiellement annoncées : elles auraient atteint les 15,3 millions en réalité.172

  • 173 – BRZEZINSKI (Z.) : op. cit., p. 464.
  • 174 – CARTER (J.) : op. cit., p. 445.

118Aux yeux des alliés, ce n’était d’ailleurs pas le seul sujet de perplexité. Quand, en septembre, l’AFL-CIO avait fourni une assistance financière à Solidarité, Brzezinski avait été consterné de savoir que Carter avait approuvé l’idée de Muskie de convoquer l’ambassadeur soviétique pour lui dire que le gouvernement américain n’en portait pas la responsabilité. Du moins avait-il obtenu qu’il convoque aussi l’ambassadeur polonais.173 Début novembre, Carter n’avait toujours pas répondu aux nouvelles demandes (des équipements destinés à équiper leurs F-15 et des AWACs en toute propriété) que les Saoudiens lui avaient adressées : il était évident que la question ne pourrait être soumise au Congrès avant le 20 janvier.174

  • 175 – USA Document, , 10 juillet, p. 1.
  • 176 – NATO After Afghanistan, p. 25-26.

119Mais ce que les Américains voyaient, de leur côté, c’était qu’ils étaient bien souvent « lâchés » par des alliés dont ils assuraient la sécurité. Et tout naturellement, le mansfieldisme avait opéré un retour discret mais remarqué. Le 2 juillet, Brown estimait lui-même insuffisants les efforts militaires des alliés.175 Mais il se faisait simplement l’écho de multiples plaintes et propos. A la Chambre, les membres de la Commission des Services armés devaient expliquer que c’était dans une véritable « détresse » que les positions du gouvernement danois sur les dépenses militaires les avaient plongés. Au Sénat, surtout, la Commission des Services armées décidait de demander au secrétaire à la Défense d’indiquer dans son rapport annuel désormais la mesure dans laquelle les Etats-Unis et leurs alliés de l’OTAN auraient respecté leurs engagements d’accroître leurs dépenses militaires de 3 % par an et celle dans laquelle le « partage du fardeau » avait été réalisé entre Occidentaux.176

120Mais ces remous n’étaient que le reflet d’une évolution beaucoup plus générale.

C. Le triomphe des néo-nationalistes :

  • 177 – USA Document, 17 novembre 1980.

« Le pouvoir découle de la puissance économique, militaire et stratégique... Seule notre force peut permettre une paix solide. »
Ronald Reagan, le 19 octobre 1980.177

121L’Europe avait toujours eu du mal à se faire aux changements brusques de direction chez son partenaire. Mais en 1980, le choc risquait de s’avérer encore plus sévère.

122La campagne allait, en effet, réfléchir avant tout l’anxiété et, du coup, la colère d’un pays fatigué de se sentir, depuis de longues années, « floué » ou bousculé. En 1980, les déboires de l’Amérique atteignent une sorte d’apogée. Déjà, le Vietnam, le Watergate, les deux « chocs » pétroliers ont ébranlé la confiance que le pays nourrissait dans sa destinée. Mais il a l’impression de toucher le fond désormais. La « Grande Humiliation », que l’échec du raid d’avril paraît constituer, portera ce désarroi à son sommet.

  • 178 – New York, Simon and Schuster, 1980.
  • 179 – Cité in DRAPER (Théodore) : « The Western Alliance » in The Washington Quarterly, hiver 1981, vol (...)

123Cette anxiété, dont le livre de Norman Podhoretz, The Présent Danger,178 reste le meilleur exposé, se double des craintes que l’évolution interne inspire plus que jamais. Dans son numéro du 30 juin 1980, Business Week publie un diagnostic accablant pour l’appareil industriel américain. Selon le magazine, sa perte de compétitivité est à la mesure d’un « désastre économique ».179 Un fait vient tout résumer : en 1972, les Américains, en matière de niveau de vie, restaient les premiers. Ils sont au cinquième rang désormais. Entre-temps, loin de progresser, le pouvoir d’achat des travailleurs a diminué.

  • 180 – TUCKER (Robert) : « Reagan without tears » in The New Republic, 17 mai 1980.

124Le système politique semble lui-même ajouter d’autres motifs de morosité. A la mi-avril, un sondage suggère que la moitié des personnes interrogées sont consternées à l’idée qu’elles auront probablement à choisir entre Reagan et Carter à la fin de l’année !180

125Pourtant, si ce désenchantement se traduira, en novembre, par un taux d’abstention sans précédent (47 %), les votants donneront une très large avance à Reagan. Sans doute moins par adhésion à toutes ses idées que pour en finir avec une « ère Carter » identifiée à un affaiblissement exagéré.

126Peut-être la défaite du Président fut-elle plus le résultat de ses déboires domestiques que de ses fiascos diplomatiques. Pourtant, elle illustra aussi la lassitude du public pour les idées que, lors de la campagne de 1976, il avait proclamées : les Etats-Unis ne disposaient plus, du fait de la parité stratégique, de leur liberté de manoeuvre passée ; un nouvel ordre économique devait être élaboré en concertation avec les autres démocraties industrialisées et le monde sous-développé ; le libéralisme douanier, gage vital de la prospérité, devait à tout prix être préservé.

  • 181 – Cité in Time, 21 juillet 1980.

127Blessé dans sa fierté, mais aussi inquiet, le pays n’était que trop enclin à se lancer dans un sursaut de colère et de jingoïsme. Longtemps, les Américains avaient eu tendance à se demander : « Comment avons-nous pu autant nous déshonorer ? » Désormais, ils seraient plutôt tentés de s’exclamer : « Comment avons-nous pu nous laisser autant bousculer ? » Ce patriotisme, très longtemps refoulé, avait déjà émergé durant l’élection de 1976. Il s’était bruyamment manifesté lors du débat autour des Traités avec Panama. Mais c’est en 1980 qu’il devait atteindre son apogée : quand l’équipe de hockey américain eut battu sa rivale soviétique, une poussée de nationalisme chauvin allait s’emparer d’un grand nombre d’Américains. Dès février, l’ancien conseiller de Nixon, Leonard Garment, avait noté qu’un « nouveau nationalisme » était en train de triompher.181

  • 182 – Republican Platform, p. 54.

128Ce nationalisme montant, Carter avait d’abord cru pouvoir l’exploiter. Mais bien que sa politique eût profondément changé, il ne parviendrait pas à se débarrasser de l’image à laquelle il était associé : celle d’un « libre-échangiste » doctrinaire, toujours prêt à sacrifier les intérêts des Etats-Unis au succès du désarmement douanier ; celle d’un idéaliste qui avait contribué à endormir le pays face aux ennemis qui le guettaient ; celle d’un velléitaire, surtout, incapable de le guider. Dès lors, il avait joué les apprentis sorciers et fait le lit du GOP. Il s’assurerait, avait-il sans doute proclamé en janvier, que les Etats-Unis restent la « plus puissante de toutes les nations ». Mais les républicains bénéficieraient d’une plus grande crédibilité quand ils promettraient, en juillet, de réaliser cette « supériorité militaire que le peuple américain réclamait. »182

  • 183 – Ibid., p. 74.

129Ce changement ne serait pas sans importance pour les alliés. Certes, l’année semblerait correspondre, outre-atlantique, à un regain d’« internationalisme ». La proposition « en définissant leurs positions de politique étrangère, les Etats-Unis doivent tenir compte de celles de leurs principaux alliés », qui ne recueillait que 69 % d’adhésions en 1974, en rassemblait 79 % six ans après : les records des années 1960 se voyaient ainsi frôlés. Seulement, la campagne et d’autres mouvements de l’opinion allaient le suggérer, cette conviction s’accommoderait mal de la nouvelle fascination du pays pour la puissance armée comme du sentiment que l’économie américaine devait être mieux protégée contre les pratiques déloyales des alliés. « Une Administration républicaine, promettait la plateforme du GOP, mettrait l’accent sur une politique de libre-échange, mais elle attendrait de ses partenaires qu’ils en fassent autant. »183

1) Les démocrates désemparés :

  • 184 – USA Document, 17 novembre 1980, p. 3.

« Le sénateur Kennedy a déclaré cette année... qu’on ne devrait pas réélire un Président sous le prétexte qu’il se trouvait être toujours là alors que sa politique étrangère s’était effondrée tout autour de lui. »
Reagan, dans un discours télévisé du 19 octobre 1980.184

130Le premier signe qu’une nouvelle époque était en train de se dessiner fut la désintégration de la coalition sur laquelle le New Deal avait été fondé. En 1976, Carter avait réussi à la reconstituer. Mais, par la suite, il devait s’échiner sans succès à concilier des intérêts opposés : ceux des hommes d’affaires multinationaux, industriels ou banquiers, qui souhaitaient un renforcement de la puissance militaire et du crédit économique des Etats-Unis à l’étranger, et ceux de ses troupes de militants, aux yeux de qui la préservation des dépenses sociales restait la vraie priorité. Dans ses obsessions, à la « Grande Humiliation », allait, en effet, rapidement se substituer la « Grande Inflation ».

  • 185 – CARTER (J.) : op. cit., p. 405.
  • 186 – WHITE (Théodore) : America in Search of Itself, The Making of the President, 1956-1980, New York, (...)

131L’impact du fiasco militaire d’avril sur l’élection ne peut, évidemment, être sous-estimé. De plus, le Président n’hésita pas à se déjuger : le 30 avril, il renonçait à s’abstenir de toute campagne électorale jusqu’à ce que les otages eussent été libérés.185 Sa situation était délicate, il est vrai. Le 22 février, la nouvelle tombait : les prix avaient progressé sur un rythme qui semblait annoncer une inflation de 18 % cette année.186

  • 187 – Cf. USA Document, 17 mars 1980 : « Programme anti-inflationniste en cinq points présenté par le P (...)

132Alors que Volcker venait de mettre en place sa politique monétaire, la nouvelle pouvait étonner. Mais c’était oublier une autre donnée : alors que les élections approchaient, l’Administration n’avait pas envisagé les mesures d’austérité qui, seules, eussent pu lui permettre d’absorber, sans inflation accélérée, le deuxième « choc » pétrolier. Dès lors, une brutale hausse des prix ne pourrait être évitée, de même qu’un regain de méfiance à l’étranger. Bientôt le dollar se voyait à nouveau attaqué et le 14 mars, le Président devait se résigner : il présentait son quatrième plan « anti-inflationniste » au Congrès !187

  • 188 – Cf. FERGUSON (Thomas) and ROGERS (Joël), eds. : op. cit., p. 34.
  • 189 – CARTER (J.) : op. cit., p. 411.

133Apparemment inspiré par des démarches alarmistes des milieux financiers188 et visant à un rééquilibrage dès 1981 du budget, le programme devait provoquer, chez nombre de militants démocrates, un véritable tollé et ouvrir à la campagne de Kennedy une brèche dans laquelle il saurait s’engouffrer. Plus tard, Carter devait déplorer que le sénateur fût allé jusqu’à affirmer aux personnes âgées qu’elles en seraient réduites à manger du « Ronron » en cas de victoire du Président sortant aux élections !189

  • 190 – Truman était tombé à 23 % et Nixon à 24 %. Cf. Time, 16 août 1980.
  • 191 – CARTER (J.) : op. cit., p. 418.

134En juin, évaluée autour de 20 % la popularité de Carter était la plus basse jamais enregistrée par un Président depuis la fin des hostilités.190 Il n’avait guère les moyens d’accorder aux groupes les plus préoccupés par le déclin de la puissance américaine à l’étranger le surcroît de dépenses militaires qu’ils auraient souhaité. Mais il n’en avait pas moins préconisé la suppression de certains programmes auxquels la base de son parti était attachée. Et il se refusait à une réduction fiscale, que le GOP tendait de plus en plus à présenter comme une panacée, et en faveur de laquelle certains des caciques de son propre parti s’étaient prononcés.191

  • 192 – CARTER (J.) : op. cit., p. 407-409.

135La cassure des forces sur lesquelles le Président avait cru pouvoir compter devait s’illustrer dans l’échec de son programme pétrolier. Le 14 mars, il avait annoncé l’imposition d’une taxe de 4,62 dollars par baril de pétrole importé. Mais c’était prendre un risque élevé, car le prix de l’essence allait s’en trouver fortement augmenté. Bientôt, les deux Chambres votaient à une écrasante majorité une loi qui lui retirait toute autorité sur le pétrole importé. Le Président lui opposa son veto mais celui-ci était surmonté aussitôt.192

136Dans un parti démocrate aussi ouvertement divisé, la compétition électorale allait exercer ses ravages sans entraves. Quoique ses espoirs d’emporter l’investiture eussent été assez vite dissipés, Kennedy lançait l’idée d’une « convention ouverte » fin mai. Si le 11 août, sa manoeuvre avortait, le 12 il réussissait à rallier le parti à une plateforme beaucoup plus progressiste que Carter ne l’eût souhaitée. Du coup, le 28, sous le label de plan de « renaissance économique », c’était maintenant son septième programme de relance que le Président lançait. Evidemment, l’objectif de l’équilibre budgétaire était totalement abandonné. Mais cette volte-face ne suffirait pas à le sauver.

2) Les républicains sur la voie du succès :

137Tandis que la coalition démocrate était en train d’éclater, c’était une agrégation tout aussi disparate que Reagan allait, lui, réussir à rassembler. Surtout appuyé, au départ, par les forces les plus populistes du GOP, il allait non seulement s’assurer un soutien total de ce dernier, mais étendre son audience vers des couches favorables, jusqu’ici, à l’autre parti.

  • 193 – Sur ces problèmes, voir PHILIPS (Kevin P.) : Post-Conservative America, New York, Random House, 1 (...)
  • 194 – Ce fut d’abord la preuve que l’argent ne suffisait pas, des sommes sans précédent ayant été accor (...)

138Au départ, les républicains étaient divisés eux-aussi. Depuis qu’en 1964, Goldwater avait reçu l’investiture, les clivages n’avaient cessé de s’accentuer : entre les républicains « traditionnels », représentant les milieux d’affaires et la bourgeoisie aisée, les country club republicans d’un côté et, de l’autre, une droite populiste, souvent protectionniste et violemment opposée aux forces qui avaient dominé le pays depuis la fin des hostilités. En 1968 et 1972, Nixon avait paru en passe d’effectuer une synthèse entre ces forces opposées. Mais l’affaire du Watergate était venue tout gâcher et, en 1976, la rivalité entre Reagan et Ford avait à nouveau creusé le fossé.193 En 1980, l’opposition paraissait devoir être plus dure que jamais, la candidature de compromis incarnée par Connally ayant rapidement avorté.194 Entre l’Establishment de l’Est, que George Bush, quoique texan désormais, paraissait incarner et les forces montantes du Sud et de l’Ouest, la querelle ne semblait guère pouvoir être évitée.

139Dans ces affrontements, les questions intérieures ne jouaient pas un rôle mineur. Si tous les républicains s’accordaient pour dénoncer l’ingérence exorbitante du gouvernement dans l’économie et dans la société, les milieux financiers, préoccupés d’orthodoxie budgétaire et monétaire, n’étaient guère rassurés par l’enthousiasme des « populistes » pour un projet, le Roth-Kemp Bill, de réduction brutale de la fiscalité. La Droite religieuse et fondamentaliste voulait surtout en finir avec le « sécularisme » à ses yeux forcené que les décisions de la Cour suprême, comme l’influence des médias, avaient instauré.

140Mais ce combat, pour elle, devait s’accompagner d’un effort pour restaurer la grandeur et la puissance américaine passées. Sur ce plan, son ennemi était tout désigné. C’était la Commission trilatérale à laquelle non seulement l’Administration Carter mais, au sein même du GOP, divers membres de l’aile opposée, tels George Bush et John Anderson, deux des candidats majeurs à l’investiture cette année, avaient été liés. Comme au moment de la guerre de Corée, la Droite populiste soupçonnait ceux qui, traditionnellement, avaient dominé les relations des Etats-Unis avec l’étranger, d’une propension à choyer indûment les alliés et d’une tendance à la « mollesse » face au camp opposé.

  • 195 – FERGUSON (T.) and ROGERS (J.), eds. : op. cit., p. 47.

141Toute l’habileté de Reagan consistera à concilier ces intérêts au départ opposés. En 1979, sa base ressemblait à celle de Goldwater sous bien des aspects. Mais en novembre 1980, elle embrassera des couches beaucoup plus étendues et diversifiées. Fin février, l’inflexion était donnée : John Sears, le directeur de sa campagne, se voyait limogé au profit de William Casey, un avocat new yorkais, dont le partenaire, Charles W. Robinson, avait été membre du Comité exécutif de la Commission trilatérale.195 Alors que l’équipe de Reagan dénonçait avec férocité les liens de Bush et d’Anderson avec celle-ci, le rapprochement avec des « internationalistes » comme George Shultz s’organisait dans la coulisse.

  • 196 – Ibid., p. 48-49 ; National Journal, 26 avril 1980.
  • 197 – Congressional Record, 3 juin 1980, S 6202.

142Rien, pourtant, ne semblait définitivement joué. En avril, en effet, Reagan publiait une liste de conseillers de politique étrangère. Elle excluait ostensiblement l’ancien « grand prêtre » de la détente, Kissinger, ainsi que d’autres poids lourds, jugés trop modérés, parmi les experts du GOP.196 Inversement, les anciens membres de la Team B y étaient largement intégrés. Au début juin, les déchirements paraissaient à leur apogée. Goldwater faisait imprimer toute une série d’informations sur la Trilatérale dans le Journal officiel du Congrès.197 Et au sein du parti, le débat faisait rage pour savoir si le président national, William Brock, lié à la Commission, devait être limogé. Mais bientôt, la décision de Reagan tombait : Brock resterait.

  • 198 – WHITE (T.) : op. cit., p. 321 et suivantes et Time, 21 juillet 1980.

143A la mi-juin, la transformation de l’équipe Reagan était bien en train. En juillet, l’atmosphère générale de la convention était dominée par les manifestations bruyantes d’une nouvelle Droite apparemment triomphante. Mais en coulisse, Casey faisait mander Kissinger dont il s’était assuré qu’il serait invité à s’adresser, malgré tout, aux troupes du GOP : voulait-il convaincre Ford de figurer avec Reagan sur le ticket ? La manoeuvre devait avorter, Ford ayant exigé, en privé, le retour de Kissinger aux responsabilités et aussi une co-présidence lors d’une émission télévisée.198 Mais elle reflétait bien ce qui, pour Reagan, constituait la vraie priorité : élargir sa base populiste vers l’Establishment internationaliste, industriel et financier. Peu après, c’était le « trilatéraliste » Bush qui devenait son « co-listier ».

144La tactique devait être couronnée de succès : par la suite, nombre de membres du Big Business et de Y Establishment internationaliste, Kissinger en particulier, allaient vigoureusement l’appuyer. Les dirigeants des grandes entreprises manufacturières s’étaient ralliés, dans leur grande majorité, au candidat du GOP. Les banquiers d’affaires, qui redoutaient l’impact des programmes militaires de Reagan sur l’équilibre budgétaire, préféraient, semble-t-il, Carter.

  • 199 – CARTER (J.) : op. cit., p. 426 .

145Au fur et à mesure que le 4 novembre approchait, la situation de ce dernier semblait s’améliorer. Après la convention démocrate, les sondages indiquaient que l’avance du candidat républicain était tombée de 25 à 7 points. Trois semaines avant l’élection, ils suggéraient même que les deux hommes étaient à égalité.199 La conjoncture économique avait, en effet, été partiellement redressée. Non seulement, le programme de relance annoncé le 28 août, laissait espérer une reprise, au moins temporaire, de l’activité. Mais la politique économique de Volcker s’était relâchée. Face à la récession qui menaçait, la « Fed » procédait à un desserrement du crédit assorti d’une baisse des taux d’intérêt dans laquelle certains croyaient déceler une aide discrète de Volcker à Carter. Par ailleurs, le Shah étant entre-temps décédé (27 juillet), tout espoir d’obtenir la libération des otages n’était pas dissipé.

  • 200 – Time, 20 octobre 1980. Voir aussi WHITE (T.) : op. cit., p. 389-391.
  • 201 – Time, 1er décembre 1980. Voir aussi CARTER (J.) : op. cit., p. 436-438.

146Pourtant, les espérances de Carter ne devaient pas se concrétiser. Déjà, les attaques virulentes qu’il avait lancées pour assimiler toute élection de Reagan à une menace pour la paix, n’avaient guère rehaussé, semble-t-il, son autorité.200 L’éclatement, le 23 septembre, de la guerre entre l’Irak et l’Iran ne pouvait que le handicaper. Redoutant une nouvelle flambée des prix pétroliers, Volcker revenait à une politique sévère, qui aboutirait à des taux de 20 % à la fin de l’année. Une libération des otages eût peut-être prévenu une victoire du GOP. La déception des espoirs que l’Administration laissa planer à ce sujet contribua probablement à transformer en raz-de-marée la victoire de Reagan.201 L’ampleur de son avance (44 millions de voix contre 35,5) ne pouvait être contestée. Pour la première fois depuis 1953, il amenait une majorité républicaine au Sénat.

147La réaction européenne semble avoir été mitigée. Schmidt et Giscard durent, en un certain sens, se sentir soulagés d’être débarrassés d’un homme dont les volte-face les exaspéraient. Mais l’arrivée de Reagan ne pouvait pas non plus ne pas leur inspirer une certaine anxiété : la vague de « jingoïsme » qui l’avait porté n’était pas de nature à les enchanter.

148La désignation du général Haig, ancien SACEur de l’OTAN comme secrétaire d’Etat était, sans doute, susceptible de les rassurer. Comme le fait que, pour le poste, le nom de George Shultz, l’Américain le plus lié à la préhistoire des Sommets, ait été avancé en premier. Bref, les « internationalistes » et « atlantistes » pouvaient ne pas être entièrement pessimistes. Inversement, la nomination de Richard Allen, qui ne cachait guère ses convictions « nationalistes », comme conseiller spécial du Président, rappelait que la définition de la future politique américaine ferait l’objet de débats permanents.

  • 202 – AP, 1980, p. 302.

149Bref, rien n’était joué. Les 1er et 2 décembre, le Conseil européen proposait « pour mieux servir la paix... un dialogue et une concertation (entre) une Amérique forte et une Europe assurée d’elle-même et de son rôle. »202 Mais la suite devait suggérer que cette vision serait difficile à concrétiser.

Notes de fin

1 – BRZEZINSKI (Zbigniew) : op. cit., p. 307.

2 – CARTER (Jimmy) : Mémoires d’un Président, Paris, Plon, 1982, p. 415-416.

3 – BRZEZINSKI (Z.) : op. cit., p. 567.

4 – BRZEZINSKI (Z.) : op. cit., p. 567.

5 – Time, 11 février 1980.

6 – CARTER (J.) : op. cit., p. 418.

7 – En novembre, la majorité hostile sera encore plus massive (111 contre 22) qu’en janvier parce que le texte a été atténué. De plus, la Roumanie et la Yougoslavie, le PC espagnol et le PCI condamnent aussi sévèrement l’action de la Russie. Cf. HOWARD (Michael) : « Return to the Cold War ? » in FA, vol. 59, no.3, p. 467.

8 – AP, 1980, p. 258.

9 – USA Document, 20 juin 1980, p. 3.

10 – USA Document, 24 janvier 1980, p. 3.

11 – BRZEZINSKI (Z.) : op.cit., p. 457.

12 – Les Russes sont en passe, dans ces années, de constituer une minorité en déclin dans l’URSS. Ils ne représentent plus désormais, en effet, que 52 % d’une population dont les autres groupes augmentent plus rapidement. Parmi ces groupes, les 40 millions de musulmans ont eux-mêmes un taux de croissance annuel plusieurs fois supérieur aux autres. Cf. Sur cette question, voir évidemment CARRERE D’ENCAUSSE (Hélène) : L’empire éclaté, Paris, Flammarion, 1978. Sur l’Afghanistan, on consultera surtout du même auteur : Ni paix, ni guerre, op. cit., p. 188-233.

13 – An Assessment of the Afghanistan Sanctions : Implications for Trade and Diplomacy in the 1980’s, Report prepared for the Committee on Foreign Affaire, U.S. House of Représentatives, 97th Cong., 1 Sess, avril 1981, p. 12.

14 – Cité par Jean LALOY in Le Monde, 13 février 1981.

15 – CARTER (Jimmy) : Mémoires d’un Président, Paris, Plon, 1982, p. 196.

16 – BRZEZINSKI (Z.) : op. cit., p. 429.

17 – USA Document, 7 janvier 1980, p. 3.

18 – An Assessment of the Afghanistan Sanctions..., p. 20.

19 – BRZEZINSKI (Z.) : op. cit., p. 432.

20 – USA Document, 17 juin 1980, p. 7.

21 – STIVERS (William) : « Doves, hawks and detente » in FP, no.45, hiver 1981-1982, p. 126-144.

22 – L’on désigne ainsi la région incluant le Pakistan, l’Afghanistan, l’Iran, l’Irak et les Etats pétroliers du golfe.

23 – RAMSES, 1981, p. 37.

24 – NATO After Afghanistan, Report prepared for the Committee on Foreign Affaire, U.S. House of Représentatives, 96th Cong., 2 Sess., 27 octobre 1980, p. 30.

25 – BRZEZINSKI (Z.) : op.cit., p. 446.

26 – CARTER (J.) : op. cit., p. 365.

27 – BRZEZINSKI (Z.) : op. cit., p. 430.

28 – Les Etats-Unis fourniraient les 8 millions de tonnes que l’accord de 1975 les astreignait à livrer.

29 – An Assessment of the Afghanistan Sanctions..., p. 115.

30 – Ibid., p. 19.

31 – BRZEZINSKI (Z.) : op. cit., p. 454.

32 – USA Document, 24 janvier 1980.

33 – BARNET (Richard) : Real Security, New York, Simon and Schuster, 1981, p. 82.

34 – USA Document, 13 décembre 1979, p. 1.

35 – VANCE (Cyrus) : Hard Choices, Critical Years in America’s Foreign Policy, New York, Simon and Schuster, 1983, p. 389.

36 – Point de vue contesté par POSEN et VAN EVERA in « Overarming and underwhelming » in FP, no.40, automne 1980, p. 120.

37 – FERGUSON (Thomas) and ROGERS (Joel), eds. : The Hidden Election. Politics and Economies in the 1980 Presidential Campaign, New York, Pantheon Books 1981, p. 208. Voir Aussi, BARNET (R.) : op. cit., p. 77.

38 – Les B-52 devaient être équipés de Cruise, les sous-marins de fusées Trident et les ICBM renforcés par la construction du MX.

39 – Cité in KAPLAN (Fred) : The Wizards of Armageddon, New York, Simon and Schuster, 1983, p. 383.

40 – BRZEZINSKI (Z.) : op. cit., p. 459.

41 – Cf. BROWN (H.) : « Discours devant le Naval War College », USA Document, 27 août 1980.

42 – FREEDMAN (Lawrence) : The Evolution of Nuclear Strategy, Londres, IISS, 1983, p. 393-394.

43 – AP, 1980, p. 270.

44 – BRZEZINSKI (Z.) : op. cit., p. 457.

45 – NYT, 11 août 1980.

46 – Voir IISS : Situation stratégique mondiale. 1981, Paris, Berger-Levrault, 1981, p. 30.

47 – Time, 20 août 1980.

48 – USA Document, 30 juillet 1980, p. 10.

49 – USA Document, 21 août 1980, p. 2.

50 – Cité in BARNET (Richard J.) : The Alliance, New York, Simon and Schuster, 1983, p. 409.

51 – La politique extérieure de Valéry Giscard d’Estaing, sous la direction de Samy COHEN et Marie-Claude SMOUTS, Paris, Presses de la Fondation nationale des Sciences politiques, 1985, p. 30.

52 – TUCKER (Robert W.) and WRIGLEY (Linda), eds. op. cit., p. 79.

53 – Cité in GOLDSBOROUGH (James O.) : op. cit., p. 17.

54 – USA Document, 10 juillet 1980, p. 2.

55 – BRZEZINSKI (Z.) : op.cit., p. 451 et p. 458-459.

56 – Voir, par exemple, Helmut Schmidt in NYT, 15 février 1980.

57 – NATO Today, p. 66

58 – 50 % des recrues, dans cette armée de volontaires, appartenaient alors aux couches sociales les plus défavorisées, ce qui pouvait entraîner des problèmes difficiles à sous-estimer : parfois, dans certaines divisions, plus de la majorité des soldats étaient noirs, le Commandement restant blanc quasi exclusivement. Cf. Situation stratégique mondiale, 1981, p. 54-59 et pour un exposé journalistique de la question, voir, par exemple, Time, 9 juin 1980 : « Who’ll fight for America ? »

59 – Time, 18 août 1980.

60 – BOISSONNAT (Jean) : op. cit., p. 204.

61 – Cité in Le Monde, 24 avril 1980.

62 – VANCE (C.) : Hard Choices, New York, Simon and Schuster, 1983, p. 392.

63 – GROSSER (Alfred) : Affaires extérieures, Paris, Flammarion, 1984, p. 284.

64 – Ibid., p. 284-285.

65 – Cité in La politique extérieure de VGE, p. 210.

66 – NYT, 18 janvier 1980 : la Constitution allemande interdisait l’envoi de troupes à l’étranger.

67 – Time, 4 février 1980.

68 – VANCE (C.) : op. cit., p. 392.

69 – NATO After Afghanistan, p. 36.

70 – La multinationalisation de la RDF aurait peut-être été, un temps, envisagée.

71 – VANCE (C.) : op. cit., p. 386 et BRZEZINSKI (Z.) : op. cit., p. 432.

72 – BRZEZINSKI (Z.) : op. cit., p. 427-428 et VANCE (C.) : op. cit., p. 387.

73 – Cf. CHRISTOPHER (Warren) in USA Document, 9 janvier 1980, p. 6. Néanmoins, selon Brzezinski, Carter lui a demandé de prévoir des plans d’urgence en cas d’intervention.

74 – VANCE, (C.) : op. cit., p. 387.

75 – BRZEZINSKI (Z.) : op. cit., p. 426.

76 – Voir TATU (Michel) in La politique extérieure de VGE, p. 196-218.

77 – Cf. FONTAINE (André) in FA, vol. 59, no.3, p. 584.

78 – « Conférence de presse du 13 février », USA Document, 15 février 1980, p. 12.

79 – GROSSER (A.) : op. cit., p. 284.

80 – An Assessment of the Afghanistan Sanctions, p. 37.

81 – Voir La politique extérieure de VGE, p. 65 et An Assessment of the Afghanistan Sanctions, p. 74-75.

82 – An Assessment of the Afghanistan Sanctions, p. 75-76 : les délibérations du COCOM étant confidentielles, il est difficile de dire quelles furent les propositions officielles. Il semble qu’y aient figuré l’interdiction (sans doute peu acceptable pour les alliés) de toute transaction individuelle supérieure à 100 millions de dollars et le retour aux critères antérieurs à 1976 en matière d’ordinateurs.

83 – Ibid., p. 106-107.

84 – Ibid., p. 65-66.

85 – La politique extérieure de VGE, p. 211.

86 – An Assessment of the Afghanistan Sanctions, p. 85. Bonn devait toujours le nier mais on peut supposer que le souvenir des Jeux de 1936 n’était pas étranger à ce projet.

87 – Ibid., p. 83 : la firme Sears se laissa ainsi persuader de menacer de retirer une promesse de subventions de 25.000 dollars en cas de participation, tandis que l’Administration évoquait discrètement la possibilité d’une abrogation de l’exemption fiscale dont bénéficiait le Comité national !

88 – 81 nations devaient prendre part aux Jeux et 60 s’abstenir dont la RFA, le Canada, la Chine et les Etats-Unis.

89 – Sur la sensibilisation du gouvernement français au problème, voir : La politique extérieure de VGE, p. 253.

90 – HOWARD (Michael) in FA, vol. 59, no.3, p. 466.

91 – An Assessment of the Afghanistan Sanctions, p. et 82.

92 – Ibid., p. 86-87 et CARTER (J.) : op. cit., p. 415.

93 – BRZEZINSKI (Z.) : op.cit., p. 433.

94 – La politique extérieure de VGE, p. 253.

95 – Voir DURRY (Jean) in Relations internationales, no.38, été 1984, p. 223.

96 – Cf. Le discours de Mondale du 13 avril 1980 in : USA Document, 17 avril 1980.

97 – BOISSONNAT (J.) : op. cit., p. 168.

98 – CARTER (J.) : op. cit., p. 359.

99 – VANCE (C.) : op. cit., p. 398.

100 – Ibid., p. 400.

101 – Ibid., p. 407.

102 – CARTER (J.) : op. cit., p. 387.

103 – AP, 1980, p. 234.

104 – CARTER (J.) : op. cit., p. 391.

105 – AP, 1980, p. 311.

106 – CARTER (J.) : op. cit., p. 355, BRZEZINSKI (Z.) : op. cit., p. 482.

107 – Idée avancée in American Hostages in Iran, The Conduct of a Crisis, New Haven, Conn., Yale U. Press, 1985. Voir aussi BRZEZINSKI (Z.) : op. cit., p. 486.

108 – CARTER (J.) : op. cit., p. 394. Huit soldats américains laissèrent leur vie dans cette affaire.

109 – CARTER (J.) : op. cit., p. 396-397.

110 – On pourra désormais consulter deux mises au point considérées comme sérieuses et bien informées : SICK (Gary) : AU Fall Down : America’s Tragic Encounter with Iran, New York, Random House, 1985 et American Hostages in Iran, cité plus haut. Les deux, significativement, aboutissent à des conclusions opposées sur la question : l’opération de sauvetage d’avril 1980 devait-elle être tentée ?

111 – BOISSONNAT (J.) : op. cit., p. 169.

112 – BRZEZINSKI (Z.) : op. cit., p. 449-450.

113 – CARTER (J.) : op. cit., p. 379-380 et BRZEZINSKI (Z.) : op. cit., p. 441- 442.

114 – CARTER (J.) : op. cit., p. 361.

115 – SCHLESINGER (Arthur) : « Negotiating with terrorists can make sense » in IHT, 28 juin 1985.

116 – Sur le réflexe de solidarité en cas de crise autour des Présidents américains, voir WALTZ (Kenneth N.) : Foreign Policy and Démocratie Politics, Boston, Little, Brown, 1967, p. 267-297. Voir aussi PO, février-mars 1980, p. 28-30.

117 – CARTER (J.) : op. cit., p. 392.

118 – BRZEZINSKI (Z.) : op. cit., p. 491.

119 – Ibid., p. 483.

120 – Voir, par exemple, son discours du 3 mars. USA Document, 5 mars 1980.

121 – BRZEZINSKI (Z.) : op.cit., p. 494.

122 – Ibid., p. 438-439.

123 – WRITE (Théodore) : America in Search of Itself, p. 19-20.

124 – Cité in AP, 1980, p. 316-317.

125 – Ibid., p. 213.

126 – NATO After Afghanistan, p. 10.

127 – La politique extérieure de VGE, p. 79.

128 – Cité in AP, 1980, p. 317.

129 – QUANDT (William B.) : « The Middle East crises » in FA, vol. 58, no.3, p. 547-548.

130 – CARTER (J.) : op. cit., p. 415.

131 – ARTNER (Stephen) » : The Middle East : a chance for Europe ? » in International Affairs, p. 434.

132 – NATO After Afghanistan, p. 52.

133 – AP, 1980, p. 253.

134 – AP, 1980, p. 253 et NATO After Afghanistan, p. 10.

135 – Le Monde, 9 et 11 juin 1980.

136 – USA Document, 30 juillet 1980, p. 6. Souligné par nous.

137 – La politique extérieure de VGE, p. 63.

138 – Ibid., p. 212.

139 – Ibid., p. 251.

140 – BRZEZINSKI (Z.) : op. cit., p. 503.

141 – La politique extérieure de VGE, p. 213.

142 – Voir FONTAINE (André) in FA, vol. 59, no.3, p. 585. Voir surtout COHEN (Samy) : La monarchie nucléaire, Paris, Hachette, 1986, p. 129.

143 – COHEN (S.) : op. cit., p. 128.

144 – BRZEZINSKI (Z.) : op. cit., p. 436.

145 – Voir, par exemple, .4P, 1980, p. 250.

146 – NATO After Afghanistan, p. 9.

147 – Cité in CARTER (J.) : op. cit., p. 413-414.

148 – NYT, 10 juin 1980.

149 – BRZEZINSKI (Z.) : op. cit., p. 462.

150 – CARTER (J.) : op. cit., p. 414.

151 – CARTER (J.) : op. cit., p. 415.

152 – NATO After Afghanistan, p. 55.

153 – PUTNAM (Robert D.) : « Summit Sense » in FP, no.55, été 1984, p. 82.

154 – AP, 1980, p. 257 et NYT, 3 juillet 1980.

155 – NATO After Afghanistan, p. 20.

156 – Il la contraignait à consacrer 70 à 80 % de ses recettes d’exportation à l’acquisition de cette source d’énergie. Cf. LUDINGTON (Nicholas S.) and SPAIN (James W.) : « Dateline Turkey. The case for patience » in FP, no.50, p. 150-168.

157 – AP, 1980, p. 277.

158 – BRZEZINSKI (Z.) : op. cit., p. 453.

159 – RAMSES 1981, p. 38.

160 – Ibid., p. 120-129.

161 – BRZEZINSKI (Z.) : op. cit., p. 464-468.

162 – AP, 1980, p. 295.

163 – Sur les difficultés, voir AP, 1980, p. 270

164 – NATO After Afghanistan, p. 25.

165 – RAMSES, 1981, p. 22 et 24.

166 – An Assessment of the Afghanistan Sanctions, p. 104.

167 – Cf. André Fontaine in FA, vol. 59, no.3, p. 582 et Sanctions, p. 70.

168 – NYT, 15 juin 1980.

169 – Cf. BALL (G.) : in FA, vol. 59, no.3, p. 486.

170 – Voir là-dessus : An Assessment of the Afghanistan Sanctions, p. 23 et suivantes.

171 – Ibid., p. 35.

172 – RAMSES, 1981, p. 18.

173 – BRZEZINSKI (Z.) : op. cit., p. 464.

174 – CARTER (J.) : op. cit., p. 445.

175 – USA Document, , 10 juillet, p. 1.

176 – NATO After Afghanistan, p. 25-26.

177 – USA Document, 17 novembre 1980.

178 – New York, Simon and Schuster, 1980.

179 – Cité in DRAPER (Théodore) : « The Western Alliance » in The Washington Quarterly, hiver 1981, vol. 4, no.1, p. 13-69.

180 – TUCKER (Robert) : « Reagan without tears » in The New Republic, 17 mai 1980.

181 – Cité in Time, 21 juillet 1980.

182 – Republican Platform, p. 54.

183 – Ibid., p. 74.

184 – USA Document, 17 novembre 1980, p. 3.

185 – CARTER (J.) : op. cit., p. 405.

186 – WHITE (Théodore) : America in Search of Itself, The Making of the President, 1956-1980, New York, Warner Books, 1983, p. 21 et 23. Comme certains économistes l’ont noté, l’inflation avait au moins un intérêt, celui que Milton Friedman avait décelé et dénoncé : réduire une dette nationale du coup systématiquement dévaluée. En 1980, le déficit du budget serait théoriquement de 61,2 milliards de dollars. Mais la dette nationale se trouverait, en termes réels, amputée d’un montant encore plus élevé. En sorte que certains parleraient d’un excédent de 7,3 milliards en réalité. Cf. IHT, 26 mars 1985.

187 – Cf. USA Document, 17 mars 1980 : « Programme anti-inflationniste en cinq points présenté par le Président Carter ».

188 – Cf. FERGUSON (Thomas) and ROGERS (Joël), eds. : op. cit., p. 34.

189 – CARTER (J.) : op. cit., p. 411.

190 – Truman était tombé à 23 % et Nixon à 24 %. Cf. Time, 16 août 1980.

191 – CARTER (J.) : op. cit., p. 418.

192 – CARTER (J.) : op. cit., p. 407-409.

193 – Sur ces problèmes, voir PHILIPS (Kevin P.) : Post-Conservative America, New York, Random House, 1982.

194 – Ce fut d’abord la preuve que l’argent ne suffisait pas, des sommes sans précédent ayant été accordées à l’ancien gouverneur du Texas. Ce fut aussi le rappel que Connally, très lié avec la NEP, ne rassurait l’Establishment de l’Est qu’à moitié. Enfin, le candidat semble s’être laissé piégé en fonçant, tête baissée, vers une politique trop favorable aux thèses des pays arabes pétroliers et à l’OLP.

195 – FERGUSON (T.) and ROGERS (J.), eds. : op. cit., p. 47.

196 – Ibid., p. 48-49 ; National Journal, 26 avril 1980.

197 – Congressional Record, 3 juin 1980, S 6202.

198 – WHITE (T.) : op. cit., p. 321 et suivantes et Time, 21 juillet 1980.

199 – CARTER (J.) : op. cit., p. 426 .

200 – Time, 20 octobre 1980. Voir aussi WHITE (T.) : op. cit., p. 389-391.

201 – Time, 1er décembre 1980. Voir aussi CARTER (J.) : op. cit., p. 436-438.

202 – AP, 1980, p. 302.

© Éditions de la Sorbonne, 1988

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search