Version classiqueVersion mobile

Une incertaine alliance

 | 
Pierre Mélandri

Deuxième partie. Une année de dupes : De l’année de l’europe à l’année des arabes : avril 1973-juin 1974

II. L’ébranlement : octobre-mars 1974 :

Texte intégral

  • 1 – SCHAETZEL (R.) : op. cit., p. 63-64.

« La guerre du Moyen-Orient et ses suites fournirent ’une étude de cas’ des maux dont les relations atlantiques étaient affligées. Le pouvoir hégémonique comme l’intimité de l’U.R.S.S. et des Etats-Unis apparurent évidents, de façon dramatique, comme l’impuissance européenne. La consultation au sein de l’OTAN fut oubliée au plus fort de la crise et les Européens démontrèrent que les effets marginaux de l’impuissance étaient une politique d’apaisement à l’égard des producteurs de pétrole... »
Robert Schaetzel1.

1L’ordre occidental était depuis longtemps fissuré par son incapacité à se réformer. Il venait encore de démontrer ses difficultés à le faire quand les événements de l’automne 1973 vinrent l’ébranler.

2 La guerre du Kippour ressembla à Suez sous au moins un aspect : l’Europe prit conscience de sa vulnérabilité en même temps que de son identité dans un différend avec les Etats-Unis à propos du Proche-Orient. Mais les deux événements présentent aussi des aspects très différents. Cette fois, ce fut l’Europe qui refusa d’appliquer la solidarité alliée dans une région « non couverte par le Traité ». Et ce furent les Américains qui s’estimèrent trahis par les vieux pays : la grande majorité de l’opinion, aux Etats-Unis fut ulcérée par le refus de ceux-ci d’aider Washington à soutenir Tel-Aviv. Surtout, la crise diplomatique déboucha sur un bouleversement de l’équation énergétique et, dès lors, sur une remise en cause fondamentale des perspectives économiques. Les trois décennies ou presque de prospérité que l’Occident avait connues parurent définitivement englouties dans un passé révolu.

3Le 27 septembre 1973, Pompidou avait suggéré la tenue de Sommets européens. Il reprendrait sa proposition le 31 octobre. Mais entre-temps, la guerre du Moyen-Orient avait complètement excentré les préoccupations et exacerbé les tensions entre l’Europe et Washington. Surtout, bientôt, le quadruplement des prix pétroliers mettait les Etats-Unis en position de force désormais et donc plus en mesure d’« isoler » les Français.

A. Le révélateur pétrolier :

  • 2 – KISSINGER (H.) : Les années orageuses, p. 871.

« La guerre au Moyen-Orient mit fin à ce qui était une illusion ou un leurre. Sur certaines questions capitales pour les alliés se firent jour des intérêts divergents, voire parfois conflictuels ».
Kissinger.2

  • 3 – Il est vrai qu’à San Clemente, Brejnev avait cherché, sans succès, à prévenir Nixon que l’intrans (...)

4La crise exacerba les divisions alliées. D’abord l’impuissance que l’Europe devait y afficher ne fit que la sensibiliser à l’avertissement que, le 23 avril 1973, Kissinger avait lancé : incapable d’exercer une influence mondiale, elle ressentit avec amertume sa dépendance du leader occidental. Ensuite, la guerre dramatisa la tendance de celui-ci à régler les affaires du monde directement avec la Russie. Etrangement, le conflit marqua à la fois les limites et l’importance de la détente. D’un côté, les Soviétiques n’avaient pas directement averti les Etats-Unis de l’attaque que Sadate préparait contre Tel-Aviv.3 De l’autre, la recherche d’un cessez-le feu se fit d’abord en coopération étroite, ensuite à travers une confrontation serrée, entre les deux Supergrands, anxieux de ne pas laisser le conflit dégénérer. Enfin et surtout, très vite le pétrole fut au coeur des préoccupations alliées et chacun estima qu’il devait avant tout préserver ses propres intérêts.

5Sous cet aspect, le premier réflexe des Européens fut de faire retomber sur les seuls Américains la responsabilité d’un conflit qui risquait fort d’inciter les Arabes à recourir au levier pétrolier. A leurs yeux, les Etats-Unis s’étaient avérés impuissants à dépasser des considérations strictement intérieures et le plus souvent électorales au profit de l’intérêt général. Pour s’être refusés à exercer sur Israël les pressions seules susceptibles de lui faire accepter un règlement négocié, ils avaient mis en péril la prospérité de leurs alliés. Dès lors, ces derniers estimaient disposer de toute liberté. Au plus grand dam de Kissinger qui se jugeait alors seul en mesure de rétablir la paix et, ce faisant, de préserver ce qui pouvait encore être sauvé.

1) Une alliance d’emblée divisée :

6L’embargo pétrolier annoncé le 17 octobre vint sans doute tout exacerber, mais les divergences occidentales s’étaient fait jour bien avant qu’il fût proclamé.

7Déjà, les alliés tendirent à s’opposer sur l’interprétation des hostilités. Alors même que Washington y voyait, du moins officiellement, une violation du cessez-le-feu péniblement instauré voici quelques années, le gouvernement français faisait savoir qu’il avait des conceptions différentes. Le 8 octobre, Jobert déclarait : « Est-ce que tenter de remettre les pieds chez soi constitue une agression imprévue ? » Aussi une première différence allait-elle émerger : alors que les Américains, persuadés qu’Israël ne tarderait pas à redresser une situation momentanément difficile, étaient décidés à gagner du temps avant un cessez-le feu au Conseil de Sécurité, certains Européens parurent prêts à une action immédiate susceptible d’officialiser les progrès dont les Arabes purent, au début, se targuer.

  • 4 – Sur ces questions, voir par exemple notre article « L’Administration Nixon et la guerre du Kippou (...)

8L’incapacité des Israéliens à redresser la situation sur le terrain allait pousser la querelle beaucoup plus loin. Décidés à ne pas laisser leur allié enfoncé par des Arabes armés et continûment réapprovisionnés par le camp opposé, les Américains décidaient d’instaurer le pont aérien qui devait bientôt permettre la reprise de la situation en main par les Israéliens. Kissinger voyait sans doute très loin : maintenant que les Arabes avaient marqué des points, de nouveaux efforts de paix avaient des chances de ne plus rester vains ; mais encore faudrait-il que la situation ne fût pas trop déséquilibrée au détriment de ses alliés. En les aidant à la redresser, il s’assurerait une influence inégalée. Mais dans l’immédiat, il prenait un risque très élevé, que les Européens devaient amèrement lui reprocher : celui d’un embargo pétrolier.4

9Aussi ses alliés devaient-ils ostensiblement refuser de l’aider. La Grande-Bretagne avait très vite fait savoir qu’elle préférait ne pas être ouvertement mêlée à l’affaire. La France avait clairement proclamé son hostilité et si, dans un premier temps, l’Allemagne avait laissé la meilleure partie des stocks d’armes et de munitions entreposées sur son territoire pour les armées américaines expédiée vers le théâtre du conflit, elle s’était opposée à ce que ses bases servissent de relais aux avions israéliens venus récupérer du matériel en provenance du territoire américain. Seul le Portugal avait finalement accepté d’ouvrir ses bases à cet effet, et non sans que Nixon n’ait eu à le bousculer. Alors même, s’indigne Kissinger, que le pont aérien organisé par l’U.R.S.S. en faveur des Arabes pouvait survoler le territoire de certains membres de l’OTAN sans difficultés ! Les Alliés, selon le secrétaire d’Etat, redoutaient avant tout de voir le commerce Est-Ouest menacé.

10Mais les Européens étaient surtout obsédés par le problème pétrolier et la suite ne pouvait que justifier leur anxiété. Longtemps Kissinger n’avait que peu prêté attention aux avertissements que l’Arabie Saoudite avait multipliés, estimant sans doute que l’expérience de Mossadegh, en 1953, avait illustré l’inefficacité d’un embargo. Néanmoins, le 17 octobre, les dix pays arabes de l’OPEP récidivaient. Ils décidaient de réduire, à partir d’octobre, leurs exportations de 5 % par mois « jusqu’à ce qu’Israël se soit complètement retiré des territoires occupés en 1967 et que le peuple palestinien ait été rétabli dans ses droits. » Surtout, s’ils exemptaient de cette mesure les pays amis (la France étant rangée parmi ceux-ci), ils instauraient un embargo total sur ceux qui étaient considérés comme « ennemis » : Pays-Bas, Afrique du Sud et Etats-Unis. Dans les faits, l’embargo allait se répercuter sur l’ensemble des démocraties industrialisées, les compagnies décidant, en dehors des gouvernements et parfois contre leur volonté, de procéder à une redistribution des fournitures réduites dont elles allaient disposer.

  • 5 – BRANDT (W.) : op. cit., p. 241.

11Pour les Arabes, l’embargo eut l’effet recherché : dès le 23 octobre, l’ambassadeur américain à Bonn était informé que la RFA n’approuvait plus l’envoi du matériel à Israël à partir de ses bases et de ses ports. Deux jours après, c’était publiquement que ce revirement était annoncé. L’affaire illustrait cruellement la vraie faiblesse des relations alliées. Les Européens ne voulaient pas être liés à une politique dont les conséquences pouvaient se révéler désastreuses pour leurs intérêts et qu’ils n’étaient pas à même de contrôler. Mais les Américains pouvaient difficilement accepter de les voir se désolidariser d’eux au milieu des difficultés sans avoir de politique de rechange à proposer, sinon un ralliement à ce qui pourrait passer, à la face du monde, comme une victoire du camp opposé. Leurs relations avec l’Allemagne en furent particulièrement affectées. Selon Brandt, Washington faisait mine de considérer que la RFA ne jouissait que d’une « souveraineté limitée », ce que Bonn refusa d’accepter.5

12Et il est vrai que dans la pratique, c’était bien une Europe docile qu’impliquait la nouvelle diplomatie de l’Amérique. Le 23 octobre, le cessez-le-feu imposé par les deux Grands était violé une troisième fois. Déterminé à empêcher Israël d’anéantir la IIIe Armée égyptienne encerclée, les Soviétiques proposaient une intervention directe des deux Grands sur le terrain. C’était un casus belli pour les Etats-Unis, car cela eût signifié l’échec de la politique qu’ils avaient jusqu’ici réussie : écarter toute présence militaire de l’U.R.S.S. en Egypte. Comme Brejnev insistait, Nixon lui adressa un message vigoureusement rédigé. Pour s’assurer que le signal serait bien enregistré, l’Administration décida, avant de le transmettre, de hausser d’un cran le degré d’alerte des forces nucléaires américaines.

13Au même moment, il est vrai, la CIA suggérait qu’un cargo soviétique, transportant probablement des armes nucléaires tactiques, venait de franchir le Bosphore vers la Méditerranée. Sa mission était sans doute de rassurer les Egyptiens et les Syriens : ils ne seraient pas démunis au cas où Israël aurait les moyens d’entamer une escalade nucléaire. Du coup, dans un message privé, Washington indiquait-il à Moscou qu’il pourrait se trouver dans l’incapacité d’« empêcher quelqu’un d’autre (Israël) » d’éliminer les ANT que les Soviétiques auraient distribuées.

  • 6 – KISSINGER (H.) : Les années orageuses, p. 878.

14Cette stratégie allait être couronnée de succès, Brejnev devant être satisfait de démontrer à ses alliés arabes que, pour promouvoir leurs intérêts, il était allé au bord du conflit nucléaire avec les Etats-Unis. Mais en novembre, Pompidou devait confier à Brandt qu’elle confirmait le danger que de Gaulle avait si souvent dénoncé : un Président américain aurait recours à la force militaire sans consulter préalablement ses alliés. Ce que reconnaît Kissinger : « L’imminence du danger ne permettait pas l’échange d’opinions et pour être franc, nous n’aurions pas accepté un jugement différent du nôtre. »6

  • 7 – Vestige des « relations spéciales » : Londres avait été informé avant les autres capitales.

15Le secrétaire d’Etat concède par ailleurs qu’il eut tort de ne communiquer la teneur du message adressé au Kremlin qu’une heure après à ses alliés européens : de peur que ceux-ci ne fussent tentés de faire part aussitôt au camp opposé des apaisements qui leur auraient, en même temps, été prodigués !7

  • 8 – KISSINGER (H.) : Les années orageuses, p. 880.

16Le 26 octobre, pour protester, les Neuf décidaient, à l’instigation des Français, de suspendre la rédaction de la Déclaration alliée. Nixon était ulcéré : « L’Europe, s’exclamait-il, qui importe du Moyen-Orient 80 % de son pétrole serait morte de froid s’il n’y avait pas eu un règlement ».8 Mais l’Europe, humiliée, traitée comme une « non personne » selon la formule que Jobert devait lancer devant les députés français, pouvait difficilement accepter ce que les événements venaient d’étaler : sa totale impuissance sur une affaire cruciale pour sa prospérité !

2) Divergences sur la paix :

17Les divergences devaient s’accentuer une fois le cessez-le-feu instauré : parce que la diplomatie des « petits pas » qu’allait peu à peu improviser le secrétaire d’Etat se heurterait à la détermination rhétorique des Européens à obtenir rapidement un règlement « global » au Proche-Orient. Désireux de désamorcer une situation à ses yeux encore susceptible d’« exploser », Kissinger chercherait à promouvoir des mouvements limités, de nature à combler insensiblement le fossé séparant Israël de l’Egypte et des Etats arabes modérés. Redoutant l’enlisement d’un processus qu’ils jugeaient par trop timoré, les Européens s’impatientaient des réticences des Américains à imposer à Tel-Aviv la résolution 242 du Conseil de Sécurité. Ils estimaient urgente l’ouverture d’un dialogue avec les producteurs pétroliers, processus que Kissinger alors rejetait. Car selon lui, dans un tel rassemblement, les extrémistes feraient prévaloir leurs thèses sur les modérés.

18La divergence des projets devait s’incarner dans l’adoption par les Neuf, le 6 novembre 1973, d’une résolution préparée par les Anglais. Le document proclamait :

  • 9 – Année politique, 1973, p. 284.

19« la nécessité pour Israël de mettre fin à l’occupation territoriale qu’il maintient depuis le conflit de 1967 ; le respect de la souveraineté, de l’intégrité territoriale et de l’indépendance de chaque Etat de la région et leur droit de vivre en paix dans des frontières sûres et reconnues ; la reconnaissance que dans l’établissement d’une paix juste et durable, il devra être tenu compte des droits légitimes des Palestiniens. »9

20C’était la première fois que les Européens adoptaient une politique étrangère commune. Ils le faisaient à propos du Proche-Orient et dans un souci évident : prendre leurs distances avec les Américains. Ils inauguraient ainsi un processus qui se répéterait à Venise en juin 1980 mais qui, à chaque fois, démontrerait leur impuissance sur le terrain. Dès le 13 octobre, d’ailleurs, le Quai d’Orsay avait publié un communiqué commun des Neuf appelant à un cessez-le-feu et à des négociations dans le cadre de la résolution 242. Mais en dépit d’un appel du parlement de la Communauté, les Neuf avaient été incapables de donner à leur initiative le moindre prolongement concret : la guerre les avait montrés vulnérables à l’excès aux pressions des producteurs pétroliers.

  • 10 – Même si les ministres arabes devaient discrètement indiquer qu’ils ne s’opposeraient pas à ce que (...)

21Surtout, ils étaient divisés. Sous cet aspect, la résolution du 6 novembre masquait les difficultés. Elle ne disait rien de l’embargo qui frappait les Hollandais et qui, contrairement à ce que les Anglais et les Français avaient laissé espérer à ces derniers, ne devait pas s’en trouver abrogé.10 Tout ce qu’elle rapporterait, ce serait un report, le 18 novembre, de la nouvelle réduction de 5 % à l’encontre de la C.E.E. du 1er décembre au 1er janvier.

22Mais dans l’esprit de ses dirigeants, l’affirmation de ses intérêts spécifiques devait précisément convaincre l’Europe de se donner les moyens de les préserver en renforçant son poids à travers son unité. Le 21 novembre, cherchant à exploiter la conscience que l’Europe venait soudain de prendre de sa vulnérabilité, Jobert proposait à l’Assemblée de l’UEO que la question d’une défense européenne, sans les Etats-Unis mais avec la participation des troupes américaines en Europe, fût examinée. De même Brandt et Pompidou suggéraient la création d’un Conseil de l’Energie. Surtout, le 31 octobre, le second avait expliqué que l’absence de l’Europe de l’« arrêt des combats et des tentatives en vue d’ouvrir les négociations » démontrait l’urgence pour elle d’une plus grande union : à travers la tenue de « Sommets » réguliers. Le lendemain, il demandait au président danois de la Communauté d’en convoquer un pour la fin de l’année.

  • 11 – Cité in DE LA SERRE (Françoise) : « L’Europe des Neuf et le conflit israélo-arabe » in Revue fran (...)

23Telle fut l’origine du Sommet de Copenhague des 14 et 15 décembre. Il fut pour l’Europe à la fois un reflux et une apogée. Dans un certain sens, il concrétisa, après la déclaration du 6 novembre, la longue marche que, depuis 1972, elle avait commencée pour affirmer son identité. A cette occasion, ce fut au niveau des chefs d’Etat et de gouvernement qu’une « Déclaration d’identité » put être adoptée. Surtout la France put y faire triompher ses idées sur la façon d’aborder les problèmes pétroliers : le communiqué du 15 décembre consacrait formellement l’ouverture d’un dialogue euro-arabe devant porter « sur un régime global comprenant une coopération étendue en matière de développement économique et industriel, d’investissements industriels et de l’approvisionnement stable des pays membres en énergie à des prix raisonnables. »11

  • 12 – Sur le dialogue euro-arabe, voir en particulier CORBINEAU (Bernard) : « Le dialogue euro-arabe » (...)

24En lieu et place d’un affrontement avec les pays pétroliers qui donnerait aux Etats-Unis un avantage incontesté et présenterait pour elle des risques élevés, l’Europe sembla donc se rallier à une stratégie de coopération a priori plus favorable à ses intérêts, mais dont le prix politique risquait d’être hors de sa portée. Très vite, en effet, les Arabes avaient cherché à exploiter les divergences apparentes entre les alliés. Dès la mi-novembre, l’Arabie Saoudite offrait quelques concessions et le 29, elle assurait à la France, la Grande-Bretagne et l’Espagne qu’elles ne seraient pas affectées par les réductions du flux pétrolier. Le 28 novembre, la conférence arabe d’Alger rappelait à l’Europe qu’elle était liée aux pays arabes à travers la Méditerranée. Saisissant la balle au bond, Jobert répondait. Il proposait bientôt aux Neuf une conférence regroupant les Etats arabes et ceux de la CEE en vue d’une planification économique à moyen et long terme.12

25C’est dans ce contexte qu’une délégation de ministres arabes devait « débarquer » à Copenhague en plein Sommet, permettant aux Français de faire prévaloir la nécessité d’un dialogue euro-arabe séparé. Mais, outre qu’elle rappelait peu opportunément sa nouvelle vulnérabilité, cette visite n’aurait pas tous les résultats escomptés. Déjà, alors même qu’il eût dû être de la délégation arabe à Copenhague, le ministre saoudien des Affaires étrangères avait jugé plus utile de rester à Riad pour y accueillir Kissinger. Quant à ses partenaires, leur déception fut sans doute amère. Ils étaient venus, convaincus que le pouvoir résidait dans le Sommet. Ils se rendirent compte que l’Europe n’existait que sur le papier. Quelques semaines après, elle se révélait même totalement déchirée.

26La suite devait rapidement dissiper les illusions que le Sommet avait pu engendrer. Non seulement, la multiplication des démarches séparées des gouvernements européens en quête de contrats privilégiés devait déjà jeter une ombre sur un dialogue euro-arabe dont d’autres manœuvres allaient, par la suite, éroder l’intérêt. Mais la plupart des perspectives ouvertes à Copenhague devaient bientôt se refermer. Dès le Conseil des Ministres des 17 et 18 décembre, la création d’un Fonds de Développement était repoussée. Du coup, la mise en place d’un Comité de l’Energie et le passage à la deuxième phase de l’Union économique et monétaire étaient bloqués par l’Angleterre.

27Ces escarmouches étaient le reflet de profonds conflits d’intérêts. L’Europe, en fait, n’avait pas les moyens des positions qu’elle affichait. L’appel de Jobert en faveur d’une défense autonome s’était heurté au scepticisme déclaré de son collègue allemand Hans Leber et, ce qui semble avoir plus étonné le Français, à un non tout aussi net de son collègue anglais : Londres, comme Bonn, souhaitait que les discussions à ce sujet soient liées à l’Eurogroupe dont Pompidou ne voulait pas entendre parler. A Copenhague, les réticences des petits pays étaient venues à bout de la proposition de Paris de tenir des Sommets à intervalles réguliers, sur la base de deux chaque année. Les Français devaient aussi s’indigner du refus des Allemands, Anglais et Hollandais de participer à la construction d’une usine européenne de « séparation isotopique » par la diffusion gazeuse. Mais eux-mêmes préféreraient sortir du serpent monétaire le 19 janvier plutôt que d’accepter le prêt que leur proposaient les Allemands pour les aider à résoudre leurs problèmes de Balance des Paiements. Et plus tôt, Georges Pompidou avait affirmé, en privé, que c’étaient les seuls intérêts français qui devaient l’inspirer.

B. L’Europe entre les États-Unis et la France :

  • 13 – KISSINGER (H.) : Les années orageuses, p. 899.

« Le mot ’Europe’, tel qu’il apparaît dans ce chapitre, est en fait inapproprié. L’opposition aux Etats-Unis fut dirigée par la France, en la personne de Michel Jobert, soutenue par Heath et tolérée par Brandt... Les pays du Benelux, le Danemark et l’Italie s’inquiétaient de voir s’aggraver les différends. »
Kissinger.13

  • 14 – Ibid., p 787.

28Kissinger avait eu du mal à maîtriser son impatience durant l’été quand les disputes avaient tourné autour de « déclarations » et de « calendrier ». La rébellion de l’Europe dut exacerber le mépris qu’il avait tendance, en novembre, à ressentir pour des alliés, incapables de véritablement s’affirmer mais déterminés, par principe, à ne pas « suivre » son pays. Les termes d’« abdication » et d’« abjecte faiblesse » qu’il utilise dans des Mémoires14 écrits près de dix années après, suggèrent l’ampleur de son ressentiment. A ses yeux, la résolution du 6 novembre illustrait l’irresponsabilité de la Communauté qui réduisait la marge de manoeuvre dont Sadate allait disposer : « Pouvait-il accepter moins que ne lui proposait l’Europe ? » La suite allait encore envenimer les divergences alliées. Beaucoup d’Européens n’arriveraient pas à imaginer que certains pays pétroliers, l’Iran en particulier, aient pu décider l’augmentation brutale de la fin de l’année sans un « feu vert » de Washington. Kissinger aurait l’impression, de son côté, que les Européens avaient parfois exprimé le voeu de voir l’embargo sur les Etats-Unis prolongé, pour justifier la politique « pro-arabe » qu’ils avaient adoptée !

29Néanmoins, le danger d’une Europe contrecarrant ses plans au Proche-Orient était assez grand pour que le secrétaire d’Etat ne se contente pas de déplorer le comportement du vieux continent : le 22 novembre, les Japonais n’adoptaient-ils pas une déclaration similaire à celle publiée le 6 par la Communauté ? Une contre-offensive rapide s’imposait. Du moins l’embargo constituait-il une occasion inégalée de regrouper le ban et l’arrière-ban des alliés.

30Cela faisait un certain temps, en effet, que les Américains s’apprêtaient à utiliser les difficultés prévisibles du marché pétrolier ! S’il paraît pour le moins hasardeux d’affirmer, comme certains l’ont fait, que la crise du pétrole fut organisée par Washington pour renforcer son influence, il semble difficile de nier que les Américains aient été mieux préparés que les Européens pour l’affronter. Une crise énergétique était depuis quelque temps considérée comme inévitable par l’Amérique. Certes, l’Administration Nixon avait longtemps considéré qu’il n’y avait pas de quoi s’inquiéter. Lorsque en 1969, le Shah d’Iran avait proposé d’aider les Etats-Unis à constituer un stock de pétrole en remplissant leurs mines de sel désaffectées, afin de les protéger contre un embargo possible en cas d’hostilités, l’offre avait été poliment déclinée : tous les experts du gouvernement n’y avaient vu que des inconvénients, parce que les quotas d’importation ne pouvant être augmentés, ils eussent dû accroître la part de l’Iran au détriment des Etats arabes modérés.

31Mais dès le début de 1970, il était apparu clairement que les Majors perdaient leur pouvoir de fixer les prix et les quantités. Denrée autrefois considérée comme inépuisable, le pétrole commençait, en effet, à faire figure de matière rare. 1972 avait été un tournant sous cet aspect : obligés de produire à pleine capacité, les Etats-Unis avaient perdu tout moyen d’accroître leur production à volonté comme par le passé. « Nous sommes en train de faire l’histoire » avait déclaré, en 1960, l’un des participants à la création de l’OPEP. Treize ans après, cette prophétie longtemps irréalisée trouvait un prolongement concret.

32Tout au long des années 1950 et 1960, il est vrai, les prix du pétrole avaient baissé : en fixant des quotas de production aux champs pétrolifères les plus importants du Texas, de la Louisiane et de l’Oklahoma, les Etats-Unis ou plutôt la Texas Railroad Commission contrôlaient les prix mondiaux. Tant que les Etats-Unis étaient capables d’augmenter la production pour répondre à l’accroissement de la demande étrangère, le cartel de l’OPEP restait impuissant. Tout le problème était que leur politique énergétique accélérait l’épuisement des réserves dont les Etats-Unis disposaient. A la fin des 1950, un système de contingentements avait été imposé pour protéger les producteurs américains de la concurrence de l’étranger et leur garantir des prix plus élevés. Mais en même temps, la faiblesse de la fiscalité avait permis aux consommateurs de bénéficier de prix extrêmement bon marché. Du coup, la production et la consommation avaient été toutes deux accélérées. Bientôt la production intérieure américaine allait s’avérer insuffisante pour les besoins nationaux. Tandis que ceux-ci augmentaient, elle, au contraire, se raréfiait d’autant plus que l’environnementalisme écologique triomphant bloquait l’exploitation des réserves de l’Alaska. De plus en plus dépendants des importations, les Etats-Unis étaient de moins en moins en mesure de contrôler les prix. La crise énergétique n’était donc pas une surprise pour leurs dirigeants.

  • 15 – En mai 1972, le directeur des combustibles et de l’énergie au département d’Etat, n’hésitait pas (...)

33Au début des années 1970, Nixon avait encore refusé, largement sous la pression d’une efficace campagne de lobbying montée par les grandes compagnies, de supprimer les quotas sur les importations de pétrole étranger. Mais le 18 avril 1973, il les supprimait tout en affirmant, il est vrai, que pour peu qu’elles fussent correctement exploitées, les ressources nationales suffiraient. Très vite, aussi, les Etats-Unis avaient placé la crise de l’énergie au centre de leurs relations avec les vieux pays. D’abord sans doute parce qu’ils avaient moins à perdre qu’à gagner à une augmentation modérée mais régulière des prix pétroliers puisque, comme producteurs, ils seraient moins directement affectés que les Européens ou les Japonais et seraient les premiers à bénéficier du flux de pétro-dollars ainsi créés : dès 1971, ils avaient autorisé sinon encouragé les producteurs du Moyen-Orient à augmenter leurs prix et à les maintenir à un niveau élevé15. Mais aussi et surtout parce qu’une aggravation des difficultés leur donnerait un atout supplémentaire dans leurs querelles commerciales et monétaires. Dans un domaine où leur supériorité était incontestée, leur aide pourrait paraître tout aussi à rechercher que leur hostilité à écarter.

  • 16 – Le Monde diplomatique, novembre 1974.

34En 1972, les Américains avaient déjà proposé que l’OCDE étudie comment la répartition des ressources disponibles pourrait se faire en cas de pénurie. Mais ils auraient alors refusé d’envisager la redistribution du pétrole produit sur leur sol, en sorte que leur offre, peu intéressante pour les nations européennes, serait restée vaine. Le discours du 23 avril 1973 proposait publiquement une action concertée et dans son message de mai au Congrès, Nixon reprenait l’idée. Celle-ci était d’ailleurs présentée comme l’un des atouts majeurs des Etats-Unis dans la « stratégie liée ».16 Comment s’étonner si elle fut refourbie dans la foulée de l’embargo quelques mois après ?

35L’imposition de l’embargo n’avait guère provoqué de réflexe de solidarité. La volonté manifeste de chacun de préserver les meilleures relations avec les pays pétroliers ne pouvait qu’inciter ces derniers à récidiver. « Si j’étais Yamani, devait déclarer un responsable européen à l’OCDE, j’augmenterais les prix de 100 % une nouvelle fois. » L’OPEP allait même faire un peu mieux avant la fin de l’année. Ses décisions suggéraient que les Etats-Unis avaient joué les apprentis-sorciers : en tolérant, pour le moins, les premières hausses des produits pétroliers, ils avaient laissé s’enclencher un mécanisme qu’ils ne pouvaient plus contrôler. Mais de l’autre, elle allait permettre à Kissinger de rassembler ses alliés autour de lui.

36Le 10 décembre au Conseil de l’OTAN, en effet, il avait déjà proposé une action commune face à la crise de l’énergie. Mais l’offre avait été quelque peu éclipsée par la discussion sur les deux « déclarations » en projet (et sur lesquelles on avait entre-temps travaillé) et, plus encore, par l’altercation entre lui-même et Jobert. A Kissinger qui suggérait des rencontres régulières entre les secrétaires d’Etat aux Affaires étrangères sur les problèmes communs aux alliés mais extérieurs à la zone couverte par le traité, le Français rétorquait que deux événements avaient tout changé : l’accord des deux Grands sur la prévention de la guerre nucléaire et la guerre du Moyen-Orient qui avait souligné les divergences d’intérêts entre les Etats-Unis et le vieux continent.

37Si les deux hommes devaient se réconcilier le lendemain lors d’un petit-déjeuner, leur rivalité avait encore devant elle de belles journées. Le 12, en effet, parlant à Londres devant la Société des Pèlerins, Kissinger utilisait la question de l’énergie comme « point de ralliement » (« rallying point ») pour les démocraties. D’un côté, il exposait avec force et clarté ses griefs sur l’année qui venait de s’écouler :

38« L’unité de l’Europe ne doit pas se faire aux dépens de la Communauté atlantique... l’attitude de l’Europe en voie d’unification semble élever le refus de consulter en un principe définissant l’identité européenne... »

39De l’autre, il prenait l’exemple des approvisionnements pétroliers pour démontrer la supériorité de l’approche « Communautaire » et atlantique :

40« A cette fin, les Etats-Unis proposent que les nations européennes, l’Amérique du Nord et le Japon mettent sur pied un groupe d’action pour l’énergie. »

41Deux jours après, pourtant, à Copenhague, les Européens ignoraient l’offre des Américains. Le 20, Pompidou expliquait à Kissinger qu’il se méfiait d’une déclaration Europe-Etats-Unis et qu’il était hostile à un groupe d’action pour l’énergie. « C’en était fait de l’’ Année de l’Europe’ » déplora le secrétaire d’Etat qui, pourtant, ne désarma pas. Quelques jours après, en effet, l’OPEP réunie à Téhéran (22-23 décembre) annonçait une mesure qui allait, infiniment plus qu’un embargo décrété pour une période limitée, menacer la prospérité du monde industrialisé : le quadruplement des prix pétroliers (par rapport au 1er octobre 1973).

42On ne pouvait plus dramatiser le renversement qui s’était opéré, mais aussi le clivage qui opposait consommateurs et producteurs désormais. Alors même que la prospérité générale était menacée, Kissinger voyait sa position renforcée face à ses alliés. D’abord sans doute parce que seuls les Etats-Unis paraissaient armés pour empêcher un dérapage catastrophique à ce sujet : le 4 janvier, Schlesinger expliquait que les pays arabes prendraient le risque d’une réaction violente s’ils utilisaient leur pétrole pour « paralyser la grande masse du monde industrialisé » (et il semble bien qu’à ce moment, l’option d’une intervention armée fut étudiée, avant d’être finalement rejetée). Ensuite parce que, paniquée, l’Europe n’était plus guère tentée par des schémas, novateurs sans doute, mais qu’il fallait encore éprouver. Enfin et surtout parce que, comme Kissinger l’avait aussitôt deviné, les pays européens n’étaient pas prêts à renoncer, dans cette affaire, à leur souveraineté et à « confier leur avenir (énergétique) à un représentant unique ». Les courses dispersées que leurs dirigeants étaient en train de mener à des accords bilatéraux de troc avec les pays pétroliers reflétaient une anxiété qui n’était pas le meilleur gage d’unité. En même temps, l’Américain savait que les Français avaient une autre carte à jouer : le lancement d’un « dialogue Nord-Sud » où, forts de de la popularité de certaines de leurs thèses auprès du monde sous-développé, ils pourraient faire figure d’« intermédiaires obligés ». Le 18 janvier, d’ailleurs, Jobert devait écrire au secrétaire général des Nations unies pour lui demander de convoquer d’urgence « une conférence mondiale de l’énergie. »

43Pour contrôler une situation qui menaçait de lui échapper, Kissinger avait décidé de tout précipiter. Le 9 janvier, une invitation était envoyée aux membres de la Commission sur l’énergie de l’OCDE et à la CEE en tant que telle pour une conférence à Washington en février. Les réponses devaient trahir les mêmes sentiments mitigés que l’offre du 23 avril avait suscitées. Mais cette fois, les rapports des forces s’étaient inversés et personne n’envisagea de décliner.

44La position des neuf membres de la Communauté (les petits pays, au départ non invités, devaient l’être, à leur demande, quelque temps après) n’était pas pour autant arrêtée. La Grande-Bretagne et la RFA (qui, par ailleurs, ne cachait pas sa sympathie pour l’initiative du secrétaire d’Etat) se disaient encore hostiles à l’instauration de tout « groupe permanent » qui pourrait passer, aux yeux des producteurs, pour un geste provocant. Selon elles, ces derniers devraient être le plus tôt possible associés aux travaux que les consommateurs allaient entamer. Les Français, de leur côté, insistaient sur la tenue d’une conférence sur l’Energie au sein des Nations unies. Lors d’un voyage au Moyen-Orient où il cherchait à conclure des accords bilatéraux avec certains pays pétroliers, Jobert dénonça même la conférence de Washington comme une manoeuvre anti-arabe.

45Seulement, deux données allaient peu à peu tout dominer. D’abord la France ne pouvait sérieusement envisager la position à laquelle elle s’était initialement rangée : n’envoyer que son ministre de l’Energie à la conférence organisée par les Etats-Unis. Sans doute Pompidou eût-il pu envisager d’envoyer son ministre des Finances. Mais le Président était de moins en moins enclin au compromis et Giscard avait incarné l’esprit de conciliation qui avait encore animé la France à Nairobi. Au demeurant, l’espoir manifesté par certains représentants des Etats-Unis de le voir désigné, ne pouvait que desservir le patron de la rue de Rivoli. Du coup, ne pas envoyer Jobert eût été dramatiser ses divergences avec les autres membres de la Communauté. Or la France qui avait dû, le 19 janvier, laisser flotter sa monnaie ne pouvait beaucoup compter si elle s’isolait d’emblée. Et ce d’autant plus qu’en offrant de financer le Fonds régional européen le 24 janvier, Brandt s’était assuré un ascendant, à ses dépens, sur les Italiens et les Anglais. Inversement, Paris ne pouvait prendre le risque de participer à l’entreprise à un niveau aussi élevé si ses efforts devaient aboutir à des résultats contraires à ses propres idées. Aussi sa tactique fut-elle de négocier sa participation, que ses partenaires étaient tout aussi soucieux de s’assurer, contre une position de négociation européenne écartant en principe tout danger. Le 5 février, les ministres des Neuf désignaient Walter Scheel, président du Conseil des ministres et Xavier Ortoli, président de la Commission, pour les représenter et ils fixaient un mandat précis à la Communauté : celle-ci devrait, en particulier, encourager un dialogue rapide avec les producteurs, s’opposer à la création d’organisations permanentes, et confier tous les travaux sur l’Energie aux institutions existantes. La formation de groupes de travail qui constitueraient un prolongement sinon en droit du moins en fait de la conférence ne semble pourtant pas avoir été totalement prohibée. Le lendemain, Paris annonçait que Michel Jobert irait à Washington.

46Mais quand il y arriva, à la suite d’un fatigant périple qui l’avait d’abord amené au Moyen-Orient, le Français devait découvrir que l’unité des Neuf s’était facilement disloquée. En fait, Kissinger avait très soigneusement préparé la négociation et tout fait pour mettre à profit l’arrivée tardive du représentant de Paris. Très vite, il avait compris à quel point les Européens étaient partagés. Le jeu, pour lui, avait tout simplement été de leur offrir assez de concessions pour justifier leur renoncement à leur position. Dès le 10 février, il proposait à Scheel un compromis : d’un côté on ferait partiellement droit à l’exigence de Paris de confier aux institutions existantes les questions de l’énergie, mais de l’autre on prévoirait la création d’un « groupe d’action » pour résoudre les questions nouvelles qui se posaient. D’autres consultations durent rapidement le persuader qu’en cas d’affrontement, l’Amérique ne serait pas isolée. En fait seul Jobert, qu’il rencontra en dernier, maintint son hostilité.

47Dans ces conditions, la conférence ne pouvait que se transformer en réaffirmation du leadership des Américains sur leurs alliés. Ceux-ci, certes, eussent sans doute préféré louvoyer, car ils ne voulaient ni heurter les Français ni provoquer les pays pétroliers. Mais Kissinger bénéficiait d’un atout-clé : une proposition précise et concrète que ses collaborateurs avaient « sué comme des bêtes » à préparer et qu’aucun des alliés, sauf Paris, n’était prêt à rejeter. Son projet conciliait d’ailleurs une rhétorique modérée (son discours d’ouverture prônait un dialogue sans délai avec les pays sous-développés et la « coopération » avec les pays pétroliers) avec une proposition de partage des ressources disponibles en cas d’urgence ou de pénurie prolongée. Un moment fatidique fut, du coup, l’appui que lui apporta Helmut Schmidt : quand Kissinger, invoquant son inexpérience, s’inquiéta de savoir dans quels sens il devait donner la parole, le ministre allemand devait lui suggérer un ordre qui plaçait Jobert parmi les derniers. Lorsqu’il prit la parole, le Français était déjà marginalisé : il ne pouvait plus que dénoncer ce qu’il considérait comme une reprise de la parole donnée.

48A midi, le soutien des partenaires de la France à la création d’un « Groupe de Coordination » était acquis. A 16 heures, un début d’accord parut se dessiner. Jobert avait décidé de ne pas fermer la porte à un ultime compromis au cas où Pompidou eût choisi de composer avec ses alliés. Il proposa une solution qui eût apparemment sauvé la face aux Américains comme aux Français, la convocation dans un mois, sous l’égide de l’OCDE, d’une conférence qui instaurerait l’organisme controversé. Kissinger semble avoir hésité à le rejeter. Peut-être savait-il que le département de l’Energie, récemment créé aux Etats-Unis, partageait certaines des vues de Paris et sans doute était-il prêt à beaucoup céder pour obtenir l’accord unanime des alliés. Mais Pompidou n’était plus d’humeur à transiger. Il s’était alors persuadé que l’Amérique n’assumait plus son leadership comme par le passé et qu’il n’y avait rien à attendre de compromis qu’elle interpréterait à son gré. Déjà la désinvolture avec laquelles les Américains auraient traitée les engagements monétaires secrets qu’ils avaient pris aux Açores avait éveillé la méfiance du Français. Mais c’est en septembre 1973 que son siège semble avoir été fait : quand le voyage outre-Atlantique de Robert Galley avait révélé que les perspectives de coopération nucléaire ouvertes en juin ne seraient, elles non plus, pas suivies d’effet.

49Bientôt, Jobert était informé que le Président lui confirmait les instructions très strictes qu’il lui avait données. La rupture était inéluctable désormais : le 13, le communiqué final voyait la France refuser de s’associer aux parties pratiques concernant la mise en route d’un dispositif énergétique. Peu après, en public, Jobert accusait Schmidt d’avoir sacrifié l’Europe à l’Amérique.

50Kissinger avait apparemment réussi à ressusciter l’isolement traditionnel des Français. Très vite, pourtant, il devait découvrir que sa victoire était limitée, les Huit ne voulant pas plus sacrifier l’Europe que leurs relations avec l’Amérique, et étant décidés à donner, dès qu’ils le pourraient, une consolation aux Français : sous la forme d’une réactivation du dialogue euro-arabe séparé.

  • 17 – Le processus retenu était le suivant :
    a) Scheel allait se mettre en rapport avec les vingt pays (...)

51A Washington, la Communauté s’était déchirée. Rentré à Paris, Jobert devait déclarer qu’à la prochaine réunion des Neuf, il lancerait « avec le sourire » un « Bonjour les traîtres » à ses partenaires. Mais ceux-ci étaient anxieux de renouer. Quand les Américains convoquèrent une première réunion du « Groupe de Coordination » pour le 25 février, les Européens indiquèrent qu’ils jugeaient cette action prématurée et réussirent à en limiter l’objet aux questions de procédure. Surtout, pour éviter des heurts que tout le monde regretterait, Scheel avait reporté la rencontre prévue entre Européens pour le 14 février à Bruxelles au 4 mars à Bonn. Là, les ministres se déclaraient prêts à engager le dialogue euro-arabe envisagé à Copenhague à la fin de l’année.17 Kissinger, alors de passage dans la capitale belge, devait apprendre la nouvelle de la bouche d’un journaliste. La veille, certes, Scheel lui avait confié que quelques apaisements sous forme d’« accords techniques » seraient accordés aux Français, mais il ne l’avait apparemment pas préparé à une décision d’une telle portée. Le revoyant quelques heures après, il ne lui aurait pas caché sa façon de penser. Et bientôt, du côté américain, le bruit courait que tout l’édifice atlantique était mis en danger par l’obstination des Français.

52Les semaines qui suivirent furent sans doute parmi les plus pénibles dans les relations alliées. La presse rapporta à plusieurs reprises les propos de Kissinger sur la « méprisable couardise » de ses alliés, incapables de suivre une voie sans aussitôt s’en détacher. Quelques mots eurent tôt fait de porter la tension à son apogée. Le 11 mars, ignorant apparemment la présence de journalistes dans les travées de la salle, Kissinger révélait que les relations interalliées posaient plus de problèmes aux Etats-Unis que celles avec le camp opposé. Surtout, après avoir évoqué l’effet dévastateur de la Première Guerre mondiale et de ses « grandes saignées », il déclarait :

  • 18 – FERRO (Maurice) : Kissinger. Diplomate de l’impossible, Paris, France-Empire, 1976, p. 333.

53« Le problème le plus profond qui se pose à l’Europe aujourd’hui est qu’il y eut rarement, depuis la première Guerre mondiale, des gouvernements pleinement légitimes dans aucun pays d’Europe »18.

54Quatre jours après, à Chicago, c’était au tour de Nixon de rappeler ce qu’il avait déjà suggéré lors du grand dîner qu’il avait offert à l’occasion de la conférence de Washington le 11 février :

55« Dans l’éventualité où le Congrès aurait le sentiment que nous allons nous trouver placés devant un affrontement économique et face à l’hostilité des « Neuf », il sera presque impossible d’obtenir son appui pour le maintien de la présence américaine au niveau qu’elle atteint actuellement pour assurer la sécurité (de l’Europe) ».

56De fait, dès le 6 mars, dans une lettre adressée à Brandt, son président en exercice, Nixon avait annulé toute participation américaine à la rédaction d’une déclaration « Etats-Unis-Communauté ». Du coup, la célébration du 25e anniversaire de l’ Alliance, le 4 avril 1974, qui eût dû être marquée par la signature de cette « Déclaration », fut discrètement enterrée. Plus que jamais, l’« Année de l’Europe » paraissait avoir éloigné les Alliés.

C. Épilogue :

57Pourtant, le 18 et 19 juin, à Ottawa, une « Déclaration sur les relations atlantiques » était solennellement approuvée avant d’être non moins solennellement signée à Bruxelles quelques jours après, à l’occasion du voyage attendu depuis si longtemps de Nixon sur le vieux continent (26 juin). Elle mettait un terme à la querelle qui avait déchiré l’Occident à travers une série de concessions aux deux camps :

58« 6... les pays européens, qui fournissent les trois quarts du potentiel classique de l’Alliance en Europe, et dont deux disposent de forces nucléaires en mesure de jouer un rôle dissuasif propre..., s’engagent à apporter la contribution nécessaire au maintien de la défense commune...

59« 7. Les Etats-Unis, de leur côté, réaffirment qu’ils s’engagent à n’accepter aucune situation qui exposerait leurs alliés à une pression extérieure politique ou militaire susceptible d’aliéner leur liberté... »

60« 8. Les membres de l’Alliance affirment... que la finalité de toute politique de défense étant d’interdire à l’adversaire éventuel d’atteindre par un conflit armé les objectifs qu’il voudrait imposer, toutes les forces nécessaires seraient employées à cette fin...

  • 19 – Cité in OTAN Documentation, janvier 1976, p. 370-373.

61« 11. Les Alliés sont convaincus que pour atteindre les buts qui leur sont communs, il leur faut maintenir entre eux une étroite consultation et un esprit de coopération et de confiance mutuelle... ils sont fermement résolus à se tenir pleinement informés et à renforcer la pratique de consultations franches et en temps opportun, par tous les moyens qui pourraient être appropriés sur les questions touchant leurs intérêts communs..., en tenant compte de ce que ceux-ci peuvent être influencés par des événements survenant dans d’autres parties du monde... »19

62Que s’était-il passé ? Les partenaires avaient simplement préféré renoncer à une querelle qui les affaiblissait alors même que d’autres dangers les menaçaient : dès les 18-19 mars, l’on s’efforçait d’adopter un ton beaucoup plus modéré tant du côté américain que français.

63L’Europe, il est vrai, avait perdu de sa combativité. Les nuages que le quadruplement des prix pétroliers amoncelaient sur sa prospérité étaient déjà une source de vulnérabilité. Surtout, le personnel politique y avait été largement renouvelé. La « constellation » que Pompidou, Heath et Brandt avaient pu constituer appartenait au passé. Heath avait été battu par Wilson le 28 février. Le 2 avril, Georges Pompidou décédait et Jobert devait bientôt quitter le Quai d’Orsay. Elu le 19 mai, Valéry Giscard d’Estaing semblait plus favorable à une politique d’apaisement à laquelle il était probablement enclin. D’autant qu’à la suite d’une affaire d’espionnage touchant un de ses plus proches conseillers, Brandt avait dû démissionner le 6 mai, laissant la place à Helmut Schmidt avec lequel l’ancien ministre des Finances français avait noué des relations privilégiées. L’espoir pouvait ainsi émerger de voir l’Europe, dans le cadre d’un rapprochement avec l’Amérique, s’entendre pour préserver ses intérêts les plus spécifiques.

  • 20 – KISSINGER (H.) : Les années orageuses, p. 173 et p. 175.

64En tout cas, la preuve semblait avoir été assenée qu’une politique européenne par trop indépendante était hors de portée. Déjà, Heath avait éprouvé de plus en plus de difficultés à faire prévaloir les convictions qui l’animaient. Kissinger devait par la suite lui-même concéder qu’il y avait eu presque de l’« héroïsme » dans le comportement du Premier anglais. Préférant une « position dirigeante en Europe à un rôle de conseiller écouté à Washington », il avait cherché non seulement à « transformer un modèle diplomatique, mais l’attitude même de son peuple »20. Le gouvernement Wilson, ajoute l’ancien secrétaire d’Etat, « avait une vision plus subtile des nécessités de l’unité européenne. » Avec le retour des travaillistes, c’était le clan des sceptiques et des atlantistes qui l’emportait. Le Discours du Trône rédigé par le nouveau Premier mentionnait une « renégociation fondamentale » des conditions de l’adhésion à la Communauté. Le 4 juin, James Callaghan, le ministre des Affaires étrangères, demandait toute une série de changements concrets dont l’adoption eût bouleversé la nature même de la C.E.E.

  • 21 – Les Britanniques n’obtinrent que des aménagements limités au Sommet de Paris de décembre 1974 et (...)

65Si la France devait s’opposer à ces revendications avec un certain succès21, elle fut impuissante à sauvegarder le dialogue euro-arabe tel qu’elle l’avait envisagé. Le 4 mars, elle n’avait d’ailleurs remporté qu’une victoire limitée, dont la colère de Kissinger avait considérablement amplifié la portée : en dépit de l’insistance de Jobert, ses partenaires s’étaient refusés à inclure explicitement les questions pétrolières dans le projet adopté. Dès le 8 mars, le porte-parole du gouvernement allemand faisait savoir qu’il ne fallait pas surestimer la signification de ce dernier. La mauvaise conscience des Européens suggérait qu’ils ne resteraient pas insensibles aux avertissements très durs qui leur vinrent, à la mi-mars, de l’Amérique. Le nouveau gouvernement anglais semble, sous cet aspect, avoir joué un rôle particulier. Le 4 mars, le Cabinet n’ayant pas encore été formé, son représentant avait réservé la position du Royaume-Uni sur le projet. Quinze jours après, Callaghan mettait publiquement ses partenaires en garde contre toute initiative susceptible de gêner les efforts de Kissinger au Moyen-Orient. Au conseil des ministres des 3-4 avril, un accord sur le système de consultation Etats-Unis-Communauté n’ayant pu être réalisé, le dialogue euro-arabe était ajourné.

  • 22 – Au Sommet de Dublin, le 13 février 1975, on décida qu’il n’y aurait que deux délégations, une eur (...)
  • 23 – Il fut levé le 10 juillet 1974.

66L’entreprise se heurtait, de toute façon, à trois graves difficultés. D’abord, elle n’était sans doute prioritaire pour aucun des deux partenaires. Ensuite, ceux-ci n’avaient pas les mêmes objectifs. Si pour la Communauté, l’essentiel était sans doute économique, pour les Arabes, l’objectif était surtout politique. Or, il ne faudrait pas moins d’une année pour résoudre au Sommet de Dublin, le 13 février 1975, la question de la participation de l’OLP.22 En fait, et c’était là la troisième difficulté, les Arabes comme les Européens étaient divisés. Rien, en particulier, ne prouvait que l’Europe pût jouer le rôle de « Troisième Force » tel que les Arabes l’avaient, semble-t-il, un temps envisagé. Les Allemands hésitaient à heurter de front les Américains, les Anglais étaient décidés à se rapprocher de ces derniers et les Hollandais ne pouvaient sans doute oublier l’embargo dont ils étaient frappés.23 Alors qu’Algériens et Tunisiens étaient favorables au projet, l’Arabie Saoudite allait s’y montrer de plus en plus opposée. Après les tensions que la guerre d’octobre avait provoquées, les Américains avaient multiplié, il est vrai, les gestes destinés à les rapprocher d’un pays qui, avec l’Iran, constituait un des deux piliers de leur politique au Moyen-Orient.

67La création, le 8 juin 1974, d’une commission économique mixte américano-saoudienne eut une retombée positive pour la coopération européenne : elle persuada les Anglais, quelque peu dépités devant l’influence croissante de Washington au Moyen-Orient, d’autoriser le lancement du dialogue euro-arabe au début de l’été. Mais il était déjà clair que l’entreprise resterait limitée. Le 2 août, La Croix remarquait que « le pétrole n’était plus maintenant évoqué qu’à mots couverts et avec la plus grande prudence... »

68Entre-temps, il est vrai, l’embargo à l’encontre des Etats-Unis avait été levé (18 mars 1974) et le retour du flux pétrolier symbolisait la percée qu’au Moyen-Orient, Washington était en train de réaliser. Kissinger avait convaincu les pays arabes modérés que si d’autres pouvaient « donner des armes », seuls les Etats-Unis, en raison de leur influence sur Israël, pourraient « donner des territoires ». Pourtant, l’Amérique avait tout autant intérêt à un compromis que ses alliés. De nouveaux problèmes se profilaient : la chute du gouvernement Caetano au Portugal, le seul qui ait coopéré avec les Etats-Unis durant les hostilités, allait, de toute évidence, ouvrir dans ce pays une période agitée. Et surtout l’Exécutif américain était trop affaibli pour refuser une porte de sortie à sa querelle avec les vieux pays. Nixon pouvait nourrir l’illusion qu’en signant une nouvelle Déclaration, il renforçait son image à Washington. Kissinger ne devait pas s’y tromper. Le Président était politiquement condamné. Mais ce n’était qu’une raison de plus pour régler les problèmes avant que le pays ne soit plongé dans la crise que son départ provoquerait.

  • 24 – Le Comité politique est formé par les Directeurs des Affaires politiques des ministères des Affai (...)

69Or, le climat, de toute évidence, s’améliorait : en juin, par exemple, un compromis était adopté sur l’impact, pour les Etats-Unis, la Nouvelle-Zélande et l’Australie, de l’adhésion du Royaume-Uni. L’heure paraissait arrivée de s’entendre sur des textes qui avaient longtemps divisé. Pourtant, il serait impossible d’arriver à un accord sur une Déclaration « Etats-Unis-Communauté ». Paris s’était opposé à un projet avancé en mars par Walter Scheel, selon lequel le président du Comité politique24 de la Communauté aurait informé et consulté à l’avance les Etats-Unis sur chaque projet important conçu au titre de la coopération politique. Jobert s’était élevé contre tout système européen qui serait contraint de passer par un « filtre américain ». Dans une réunion informelle, à Gymnich, le 21 avril, un compromis était adopté : les Neuf renonçaient à une définition contraignante des relations transatlantiques. Celles-ci seraient menées par le président de la Communauté quand un pays membre le demanderait et que le Conseil, unanime, le déciderait. Une dernière tentative fut effectuée, à l’instigation de Kissinger, par James Callaghan. Mais le refus opposé par Jean Sauvagnargues, le nouveau ministre des Affaires étrangères français, mit un terme au projet.

  • 25 – GERBET (Pierre) : La construction de l’Europe, Paris, Imprimerie nationale, 1983, p. 428. Une déc (...)

70Inversement, celui de Déclaration sur les relations atlantiques avait toujours paru placé sous de meilleurs auspices, surtout depuis qu’en novembre 1973 la France avait accepté que mention y fut faite des questions économiques. Le 11 décembre, Kissinger avait rappelé à Jobert tout le bien qu’il pensait de son projet. L’idée avait alors été de le signer à l’occasion du 25e anniversaire de l’OTAN. Le délai, on le sait, n’avait pu être respecté mais l’affaire était bien engagée. Certes, le texte initial devait être quelque peu remanié et Jobert devait regretter les concessions de dernière heure faites par le nouveau gouvernement français : celui-ci avait accepté une allusion au « désir commun » des Alliés de « réduire les charges des dépenses de défense », qui allait à l’encontre de son souhait de voir l’Europe plus se pencher sur les besoins de sa, sécurité ; il avait aussi accepté de voir un processus de consultation envisagé à propos de régions non couvertes par le Traité. Mais la déclaration sanctionnait le « rôle dissuasif propre » des arsenaux britannique et français. Elle affirmait le rôle « irremplaçable » de la « présence continue » de troupes américaines en Europe pour la défense des Etats-Unis eux-mêmes. Et elle rappelait la détermination de tous les alliés à recourir à toutes leurs armes en cas d’agression du camp opposé. Surtout elle fournissait une conclusion opportune à plus d’un an de méfiance et de rivalités.25

Conclusion :

  • 26 – JOBERT (M.) : L’autre regard, p. 284.

« Tout à coup, leurs yeux durent s’ouvrir sur l’imprévu, si bien dessiné sous leurs pas depuis des années qu’ils l’avaient assimilé à une banalité négligeable. Le monde parut s’ébrouer comme un animal immense qui aurait dormi sous l’orage tant que l’éclair ne l’avait pas atteint entre les yeux. »
Michel Jobert.26

71L’« Année de l’Europe » fut une « Année des Dupes ». D’abord sans doute parce qu’elle ne produisit, à un très haut prix, que de faibles résultats. Ensuite parce que la rivalité ne se termina ni en victoire ni même en « pat », comme cela était arrivé une première fois, mais en défaite simultanée pour l’Europe et pour l’Amérique.

  • 27 – OSHIBA (N.), ALLISON (G.) and DE MONTBRIAL (T.) : Sharing International Responsibilities, The Tri (...)

72L’Europe fut sans doute la première « Dupe » de cette année : début 1973, même si l’incertitude planait sur maints de ses projets, ses prétentions à s’affirmer en troisième puissance mondiale était une des données fondamentales de la vie internationale. C’était cette perspective qui avait incité Kissinger à lancer son projet. C’était elle qui avait aussi poussé Jobert à le détourner. A la mi-1974, les perspectives s’étaient inversées. L’embargo pétrolier avait cruellement, car trop facilement, étalé la fragilité des bases de sa prospérité. Comme une analyse de 1983 devait le rappeler : « L’aspect le plus frappant de la décennie qui vient de s’écouler en Europe a été la détérioration de la performance économique, sous le coup, en particulier, du choc pétrolier de 1973-1974 ».27

73La période avait en effet coïncidé avec le recul des espérances « monétaires » des Européens : il était évident que la lire et la livre ne rejoindraient pas le serpent dans un avenir prévisible et la pression en sens inverse qui s’exerçait aussi bien sur le dollar et sur le mark qu’entre le mark et le franc au sein du serpent rendait chaque jour l’édifice plus fragile. Le tunnel disparut le premier et si le serpent devait subsister, le franc en était sorti dès janvier. L’Europe ne se montrait guère plus unie en matière d’énergie : les 22 et 23 juillet, les Anglais qui fondaient de grands espoirs sur l’exploitation du pétrole de la mer du Nord, s’opposaient à la proposition des Français de définir une politique commune à ce sujet.

  • 28 – Cf. VERNON (Raymond) : « Rogue elephant in the forest » in Foreign Affairs, vol. 51 (3), April 19 (...)

74Déjà, bien des observateurs avaient remarqué que dans toutes sortes de domaines où ils éprouvaient des difficultés à maintenir leur compétitivité (industrie, énergie, technologie), les gouvernements européens n’avaient presque jamais cherché à les surmonter à travers une coopération plus poussée. Ils avaient essayé de renforcer ou de créer des champions nationaux, puis de les associer, si besoin était, avec leurs homologues américains28. Alors même que l’Europe allait au-devant des difficultés, ce réflexe semblait se généraliser.

75La construction européenne, en effet, était née dans un climat de prospérité qui, en 1974, appartenait déjà au passé. Les traités de Rome n’étaient guère adaptés aux problèmes qu’inflation et chômage allaient engendrer : leur conception datait des années 1950 et de ce qui apparaissait alors comme une marche sans fin vers la croissance. En 1974, cette « réalité rose » se dissipait, au profit d’une autre, beaucoup plus sombre pour la Communauté. Dès février 1974, la Commission jugeait la situation assez alarmante pour évoquer, dans un communiqué, « une crise de confiance, une crise de volonté, une crise de lucidité. »

  • 29 – Cf. HOFFMANN (S.) : op. cit., p. 164.

76Ne disposant d’aucun monopie susceptible de lui permettre d’exercer une influence marquée sur le nouveau système économique mondial, l’Europe aurait du mal à bien profiter des atouts (financiers ou technologiques) qu’elle s’était acquis, car force lui serait, dans les négociations qui allaient s’engager, de ménager des partenaires dont elle aussi dépendait. Les armes des faibles (le chantage) comme celles des forts (la puissance) lui seraient déniées.29

77Sous cet aspect, son drame fut d’avoir été à la fois trop et pas assez frappée. Trop parce que le « choc » pétrolier cassa l’élan vital dont elle avait paru, un temps, animée. En 1972, le sommet de Paris multipliait les projets. Dès la mi-1974, la prudence était de règle chez les dirigeants de la Communauté. Mais loin de fournir à l’Europe l’énergie du désespoir face au nouveau péril qui se profilait, le « choc » ne s’avéra pas suffisant pour la tirer de la complaisance où trois décennies ou presque de croissance l’avaient plongée.

78Pour les Etats-Unis, le bilan allait se révéler tout aussi négatif, tout compte fait. Manifestement, l’Administration n’avait plus sur les événements le contrôle qu’elle avait pu exercer. L’« Année de l’Europe » était devenue l’« Année du Proche-Orient » et l’« Année de la Paix » que Nixon avait proclamée s’était achevé sur un conflit alarmant. Comme Stanley Hoffmann le fait cruellement remarquer, à partir de 1973, Kissinger qui avait rêvé de remodeler le globe, passerait trois années à l’empêcher de le balayer. En août 1973, quand sa nomination comme secrétaire d’Etat était arrivée, il avait expliqué qu’une nouvelle phase s’ouvrait. Après quatre ans consacrés à effectuer les bouleversements nécessaires, une autre priorité allait désormais dominer sa politique étrangère : l’instauration d’une « structure stable de paix ». Mais cet espoir allait être emporté .

79L’« Année de l’Europe » avait paradoxalement mis en évidence le refus des alliés de se contenter d’un rôle de mandataire consciencieux et dévoué que la vision américaine impliquait. Mais elle allait aussi coïncider, dans le contexte du Watergate, avec une véritable rébellion de l’opinion et du Congrès. L’Exécutif en sortirait ébranlé et sa crédibilité auprès du camp opposé amputée. Pour un Kissinger qui avait dénoncé la légitimité douteuse des gouvernements européens, il devait y avoir un côté « arroseur arrosé » à observer l’effondrement de l’autorité de l’Exécutif américain.

80Ce n’était pourtant que le début des difficultés. L’embargo pétrolier avait encore érodé les frontières traditionnelles qui avaient pu faire, dans le passé, des politiques intérieures et étrangères des domaines séparés : en 1973, pour la première fois, des Américains s’étaient retrouvés sans essence à cause de l’embargo pétrolier. Or, l’attitude du public, largement reflétée au Congrès, donnait à méditer. Inaugurant son second mandat, Nixon avait déclaré :

  • 30 – SZULC (Tad) : The Illusion of Peace. Foreign Policy in the Nixon Years, New York, Viking, 1978, p (...)

81« Proclamons que la période qui s’ouvre devant nous ne sera pas identique à beaucoup d’autres après-guerre : une époque de retraite et d’isolationnisme qui engendre la stagnation à l’intérieur et suscite de nouveaux périls à l’extérieur. »30

82Mais les nouveaux rapports établis entre politique intérieure et relations avec l’étranger n’étaient pas de nature à inciter le peuple américain à accorder aux seconds la priorité. Le 7 novembre, alors que le pays commençait à découvrir la pénurie, Nixon avait annoncé une série de mesures destinées à économiser l’énergie. C’était la première fois depuis la deuxième Guerre mondiale que les Américains se voyaient demander des sacrifices personnels pour éviter des dislocations internes fondamentales. Leur réticence à les accepter laissait mal augurer de la capacité du pays à exercer le leadership qu’il réclamait. De toute évidence, les responsabilités impériales n’avaient plus la priorité.

83De 1972 à 1974, le nombre des isolationnistes s’était brutalement gonflé (de 9 à 21 %) alors que les internationalistes retombaient, pour la première fois depuis longtemps, en deçà de la majorité (42 % contre 56 %, deux ans auparavant). A la question « les Etats-Unis devraient-ils maintenir leur position de première puissance mondiale à tout prix, y compris au risque d’une guerre ? », le nombre de réponses négatives était désormais supérieur à celui des positives (43 % contre 42 %).

84Dans ces conditions, toute la politique étrangère allait se retrouver en question. Dès l’été 1973, Schlesinger avait dû concéder que l’URSS commençait à « mirver » ses fusées, annulant un avantage que les Américains avaient espéré préserver peut-être encore quelques années. Mais le Sénat avait par deux fois, en septembre, refusé les fonds nécessaires à l’accélération du missile MX qui, à l’instar du B-1, avait toujours été un corollaire obligé de SALT dans le système de détente nixonien. L’URSS fut-elle incapable de résister aux avantages que cet affaiblissement unilatéral des Américains lui permettrait d’escompter ? Ou sa décision était-elle, de toute façon, et pour d’autre causes, déjà arrêtée ? Toujours est-il que Kissinger situe en avril 1974, le retournement dans l’attitude de l’autre camp.

85Ce revirement intervenait au pire moment. Si l’« Année de l’Europe » fut une « Année des Dupes » à la fois pour l’Europe et pour les Etats-Unis, ce fut parce que le système économique et politique international qu’ils avaient dominé, fut alors profondément altéré. Sa lente dégradation s’était brusquement accélérée. Comme Robert Triffin l’a fait remarquer :

  • 31 – Cité in MARCHAL (Jean) : Le système monétaire international, Paris, Cujas, 7e édition, 1979, p. 1 (...)

86« Les réserves mondiales se sont accrues autant au cours des trois années comprise entre 1970 et 1972 qu’au cours des siècles passés. Nul ne peut mettre en doute la relation qui existe entre ce phénomène et l’une des pires inflations qui ont sévi dans le monde, d’une part, et la crise ultérieure due aux prix du pétrole, d’autre part. »31

  • 32 – KISSINGER (H.) : Les années orageuses, p. 1084.

87L’arrivée en force des producteurs pétroliers indiquait aux démocraties industrialisées qu’elles ne seraient plus les seules à compter. Elle les contraignit à affronter, divisées et affaiblies, de nouveaux périls. En janvier 1973, le New York Times titrait : « Un renversement économique favorable apparaît possible dans la décennie à venir ». Mais Kissinger put noter que les décisions de Téhéran des 22 et 23 décembre 1973 furent « un des tournants de l’histoire de ce siècle. Les chiffres sont suffisament accablants. En 48 heures, la facture pétrolière des Etats-Unis, du Canada, de l’Europe occidentale et du Japon avait augmenté de 40 milliards de dollars par an ».32 Le bouleversement des balances commerciales entre pays importateurs et exportateurs de pétrole devait sans doute représenter le plus grand transfert géographique de ressources depuis le début du XXe siècle.

88Non seulement, les démocraties industrialisées se retrouvaient appauvries. Mais leur espoir de résoudre, à terme, leurs problèmes était infiniment réduit ! D’abord, les bouleversements intervenus dans les Balances des Paiements fournirent aux adversaires d’un retour aux parités fixes un irrésistible argument : en juin 1974, le projet de réforme monétaire envisagé à Nairobi se voyait l’objet d’un renvoi indéfini.

89En d’autres termes, l’incertitude allait dominer. Les investissements ne seraient pas les seuls à en être affectés. Après avoir sans doute été la principale raison du choc pétrolier, l’inflation allait aussi en devenir un indéniable effet. Elle s’en trouverait assez exacerbée pour que l’on parle de « Grande Inflation » désormais. Entraînant une sorte de « guerre civile larvée » entre les différents groupes sociaux cherchant à s’assurer la part maximale du gâteau, elle accentuerait les rivalités, réveillerait les oppositions de classe et surtout éroderait, aux yeux des groupes les plus touchés, la légitimité de la société. Longtemps, le système néolibéral avait pu opposer à ceux qui dénonçaient ses inévitables iniquités, la prospérité générale à laquelle il s’identifiait. Le chômage, qui serait souvent le premier effet des mesures prises pour endiguer l’inflation, tendrait à lui aliéner les plus jeunes générations. Il prendrait, avec l’écologie, le relais du Vietnam comme moteur de la contestation.

  • 33 – Ibid., p. 1085.

90Celle-ci serait d’ailleurs alimentée par une autre retombée : la montée, dans le Tiers Monde, de toute une série de revendications. Kissinger n’aurait pas tout à fait tort de déclarer, en septembre 1975, aux Nations Unies : « le coup au développement économique le plus dévastateur de cette décennie n’est pas venu de la ’rapacité impérialiste’, mais d’une hausse des prix arbitraire et monopoliste par le cartel des pays exportateurs de pétrole. »33 Ce n’en seraient pas moins les démocraties industrialisées qui auraient à faire face aux griefs que les nouvelles difficultés susciteraient dans le « Quart Monde » des moins favorisés comme au mécontentement populaire que l’URSS, on s’en doute, ne se priverait pas d’exploiter.

  • 34 – Le 31 janvier 1974, le Président Boumedienne avait élargi la proposition de Paris d’une conférenc (...)

91Un fait, peut-être, symbolisait l’ampleur du bouleversement. Dans son message du 10 avril 1973 accompagnant son programme tarifaire, Nixon avait prôné l’avènement d’un « nouvel ordre économique international ». La nécessité de ce dernier serait proclamé aux Nations unies un an après.34 Mais le sens du terme aurait totalement changé. Il ne serait plus question d’une réforme entre démocraties industrialisées, mais de la recherche d’un nouveau système, susceptible d’assurer aux pays du Tiers Monde la part de prospérité à laquelle ils aspiraient. En fait, le « révélateur pétrolier » avait précipité un mouvement depuis longtemps amorcé. C’était à la CNUCED, en 1964, que les pays sous-industrialisés avaient affirmé, en formant le « groupe des 77 » depuis lors largement gonflé, la spécificité de leurs intérêts. En septembre 1973, leurs idées avaient été pour la première fois entièrement partagées par l’autre grand mouvement du monde en voie de développement : 84 pays non alignés avaient affirmé, lors de leur 4e Sommet à Alger, la priorité d’un nouvel ordre économique international, le NOEI. Un consensus les avait alors rassemblés sur une idée, « la décolonisation » et une stratégie : l’action concertée et l’aide mutuelle des producteurs de matières premières. Le diagnostic était, il est vrai, consternant (30 % des revenus avec 70 % de la population, quadruplement de la dette en dix ans, un milliard de personnes souffrant de malnutrition) et le mécontentement se tournait naturellement vers les pays riches de l’Occident.

  • 35 – Pour une comparaison à l’époque, voir HOROWITZ (Irving Louis) : « The Europeanization of American (...)

92Comment s’étonner si, face à cette marée de revendications dont ils étaient l’objet, les Occidentaux devaient tenter de se rapprocher ? Certes, les plaies seraient longues à panser et rien ne serait exactement comme par le passé. Mais les Européens ne pourraient non plus oublier que leur destin était largement, qu’ils le veuillent ou non, lié à celui des Américains. Avec Nixon disparaissait le dernier Président à avoir eu une connaissance réelle du vieux continent. Pour celui-ci, sa démission constituait un signal inquiétant. Sous bien des aspects, elle résultait d’une rébellion de l’opinion et du Congrès contre la politique impériale conduite par la Maison Blanche depuis la fin des hostilités et une réaction aux risques de « contamination » qu’elle comportait. Que le Watergate ait pu, dès cette époque comme par la suite, être interprété comme un avatar de l’« européanisation » de l’Amérique ne pouvait être sous-estimé.35

  • 36 – KISSINGER (H.) : Les années orageuses, p. 132.

93Aussi n’est-il pas surprenant que les partenaires aient, dans les années suivantes, cherché à définir une formule intermédiaire. Ne serait-ce que pour exorciser le diagnostic sévère que l’« Année de l’Europe » inspire à Kissinger : « En fin de compte, cette tentative rata parce que les pays clés furent incapables de coordonner leur politique intérieure aux nécessités évidentes de l’avenir – mettant ainsi en lumière le problème majeur de la démocratie moderne. »36

Notes de fin

1 – SCHAETZEL (R.) : op. cit., p. 63-64.

2 – KISSINGER (H.) : Les années orageuses, p. 871.

3 – Il est vrai qu’à San Clemente, Brejnev avait cherché, sans succès, à prévenir Nixon que l’intransigeance de ses alliés finirait par entraîner un retour des hostilités.

4 – Sur ces questions, voir par exemple notre article « L’Administration Nixon et la guerre du Kippour » in Relations internationales, no.20, hiver 1973, p. 409-430.

5 – BRANDT (W.) : op. cit., p. 241.

6 – KISSINGER (H.) : Les années orageuses, p. 878.

7 – Vestige des « relations spéciales » : Londres avait été informé avant les autres capitales.

8 – KISSINGER (H.) : Les années orageuses, p. 880.

9 – Année politique, 1973, p. 284.

10 – Même si les ministres arabes devaient discrètement indiquer qu’ils ne s’opposeraient pas à ce que le pétrole à destination de la Belgique et de l’Allemagne « transite » par Rotterdam.

11 – Cité in DE LA SERRE (Françoise) : « L’Europe des Neuf et le conflit israélo-arabe » in Revue française de Sciences politiques (RFSP), XXIV (4), août 1974, p. 806 et WEED (M.) : op. cit., p. 517-523.

12 – Sur le dialogue euro-arabe, voir en particulier CORBINEAU (Bernard) : « Le dialogue euro-arabe » in RFSP, XXX (3), juin 1980, p. 560-598. Sur la politique de Jobert à l’égard de l’Algérie, voir WEED (M.) : op. cit., p. 306-310.

13 – KISSINGER (H.) : Les années orageuses, p. 899.

14 – Ibid., p 787.

15 – En mai 1972, le directeur des combustibles et de l’énergie au département d’Etat, n’hésitait pas à déclarer lors du Congrès arabe du Pétrole, tenu à Alger en mai 1972 : « Notre préoccupation principale est la sécurité d’approvisionnement. Nous ne recommandons pas la hausse des prix, mais nous reconnaissons qu’elle est inévitable. » Cité in MIHAILOVITCH (L.) et PLUCHART (J.-J.) : L’OPEP, Paris, PUF, 1980, p. 31. Voir surtout : OPPENHEIM (V.H.) : « Why oil prices go up. The past : we pushed them » in Foreign Policy, no.25, Winter 1976-1977, p. 24-57. Il faut noter que ces décisions coïncident avec l’abandon par les Britanniques de leurs dernières responsabilités dans la région. L’Administration qui venait de décider de s’appuyer sur l’Arabie Saoudite et l’Iran pouvait voir dans la hausse de prix un moyen de renforcer les deux piliers de son influence au Moyen-Orient.

16 – Le Monde diplomatique, novembre 1974.

17 – Le processus retenu était le suivant :
a) Scheel allait se mettre en rapport avec les vingt pays membres de la Ligue arabe ;
b) des Commissions euro-arabes pourraient alors être instituées.
c) puis une conférence des ministres européens et arabes pourrait se réunir aux alentours de l’automne 1974.

18 – FERRO (Maurice) : Kissinger. Diplomate de l’impossible, Paris, France-Empire, 1976, p. 333.

19 – Cité in OTAN Documentation, janvier 1976, p. 370-373.

20 – KISSINGER (H.) : Les années orageuses, p. 173 et p. 175.

21 – Les Britanniques n’obtinrent que des aménagements limités au Sommet de Paris de décembre 1974 et à celui de Dublin en 1975. Mais, comme on le sait, la question devait rester d’actualité !

22 – Au Sommet de Dublin, le 13 février 1975, on décida qu’il n’y aurait que deux délégations, une européenne et une arabe, celle-ci pouvant dès lors comporter, sans que la Communauté ait à l’approuver ou désapprouver, une représentation de l’OLP.

23 – Il fut levé le 10 juillet 1974.

24 – Le Comité politique est formé par les Directeurs des Affaires politiques des ministères des Affaires étrangères des Etats-membres.

25 – GERBET (Pierre) : La construction de l’Europe, Paris, Imprimerie nationale, 1983, p. 428. Une déclaration de principes fut, inversement, intégrée dans le communiqué commun des entretiens Ford-Tanaka, le 20 novembre 1974.
Sur les modifications de la « Déclaration atlantique », voir WEED (M.) : op. cit., p. 482-490.

26 – JOBERT (M.) : L’autre regard, p. 284.

27 – OSHIBA (N.), ALLISON (G.) and DE MONTBRIAL (T.) : Sharing International Responsibilities, The Trilatéral Commission, 1983, p. 50.

28 – Cf. VERNON (Raymond) : « Rogue elephant in the forest » in Foreign Affairs, vol. 51 (3), April 1973, p. 573-587.

29 – Cf. HOFFMANN (S.) : op. cit., p. 164.

30 – SZULC (Tad) : The Illusion of Peace. Foreign Policy in the Nixon Years, New York, Viking, 1978, p. 662.

31 – Cité in MARCHAL (Jean) : Le système monétaire international, Paris, Cujas, 7e édition, 1979, p. 113.

32 – KISSINGER (H.) : Les années orageuses, p. 1084.

33 – Ibid., p. 1085.

34 – Le 31 janvier 1974, le Président Boumedienne avait élargi la proposition de Paris d’une conférence de l’Energie en conférence sur toutes les matières premières. Il fallait, expliquait-il dans sa lettre au secrétaire général Kurt Waldheim, aborder le problème global des relations entre pays sous-développés et pays industrialisés. Acceptée le 12 février, la conférence se réunit du 9 avril au 2 mai et approuva sans vote, le 1er mai, une « Déclaration sur l’établissement d’un Nouvel Ordre économique International » ainsi qu’un « Programme d’Action » pour l’instaurer. Voir, par exemple, OLSON (Robert K.) : U.S. Foreign Policy and the NIEO. Negotiating Global Politics : 1974-1981. Londres, Francis Printer, 1981, p. 11-15.

35 – Pour une comparaison à l’époque, voir HOROWITZ (Irving Louis) : « The Europeanization of American politics » in Ideology and Utopia in the U.S. 1956-1976 New York, Oxford U. Press, 1977, p. 46-53. En 1984, Gary Hart, candidat à l’investiture démocrate, affirmait encore que des pratiques comme le Watergate avaient fait de Nixon le premier Président « européen » des Etats-Unis.

36 – KISSINGER (H.) : Les années orageuses, p. 132.

© Éditions de la Sorbonne, 1988

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search