Version classiqueVersion mobile

Une incertaine alliance

 | 
Pierre Mélandri

Deuxième partie. Une année de dupes : De l’année de l’europe à l’année des arabes : avril 1973-juin 1974

I. L’enjeu : une europe indépendante ou « protégée » ? :

Texte intégral

  • 1 – JOBERT (Michel) : Mémoires d’avenir, Paris, Grasset, 1974, p. 267.

« Je ne sais si l’année 1973 sera l’« Année de l’Europe » mais je suis sûr que, pendant l’année 1973, le problème de la défense de l’Europe sera à l’arrière-plan de toutes les discussions... et peut-être même passera-t-il à l’avant-scène. »
Michel Jobert, le 19 juin, devant les députés français1.

  • 2 – KISSINGER (H.) : Les années orageuses, p. 198.

1Kissinger se dirait volontiers abasourdi par la virulence du débat que l’« Année de l’Europe » allait déchaîner. A l’écouter, il aurait d’ailleurs envisagé d’abandonner dès la fin mai : seul Nixon, en mal de popularité, l’aurait incité à continuer.2 La suite de son récit suggère pourtant que lui-même attachait la plus haute importance à ce qui serait, entre les Français et lui, le principal point d’achoppement :

  • 3 – Cité in Le Monde (LM), 14 décembre 1973.

2« Nous présenter les décisions de l’Europe en train de s’unir comme des faits accomplis non soumis à une discussion réelle, devait-il déclarer à la fin de l’année, est étranger à la tradition des relations entre les Etats-Unis et l’Europe. »3

3Mais si les Européens parurent alors parfois tentés de proclamer leur identité, ce fut parce que nombre d’entre eux, à l’instigation des Français, ressentirent le besoin d’affirmer leurs intérêts spécifiques face à un protecteur qui leur parut de plus en plus hésitant à risquer sa survie pour le vieux continent.

  • 4 – Cf. HOWARD (Michael) : « The relevance of traditional strategy », in vol. 51, no.2, January 1973, (...)
  • 5 – GLADWYN (Lord) : loc. cit., p. 590.

41973 coïncida avec toute une série de réflexions sur les conséquences du rapprochement, dramatisé en 1972, des deux Supergrands. La revue Foreign Affairs multiplia elle-même les articles sur le problème4. Les réflexions les plus significatives furent peut-être celles d’un Anglais, Lord Gladwyn Jebb, qui avait depuis longtemps été lié à la marche de l’Europe vers son unité. Ce qu’il préconisait, c’était la construction d’une force de défense conventionnelle sous la direction de la France. C’était, selon lui, le seul moyen d’exorciser le nouveau spectre qui, à terme, se profilait : celui d’une « guerre nucléaire limitée ». Selon lui, la vraie question restait : « à partir de quel moment, en cas de sérieuses réductions des troupes américaines en Allemagne ou même d’un accord bilatéral entre les deux puissances sur les questions nucléaires, les Russes cesseront-ils de croire que le Président des Etats-Unis d’Amérique appuiera véritablement sur le bouton nucléaire, en dehors d’une riposte à une menace directe sur les Etats-Unis ? »5

5 Alors, concluait-il, les deux Grands pourraient bien se trouver amenés à « limiter leurs échanges nucléaires à l’Europe centrale et occidentale ». Publié en avril, l’article allait reprendre une extraordinaire actualité durant l’été. Toute une série de développements parut alors illustrer l’acuité de sa pensée.

6Tout d’abord, le problème de la présence des troupes américaines en Europe se révéla plus brûlant que jamais. Dans l’atmosphère de tension exacerbée que l’« Année de l’Europe » allait créer, le Congrès était prêt à lancer un avertissement aux Alliés. Le 26 septembre, au moment même où Kissinger laissait percer sa colère face aux propositions de ces derniers, l’amendement Mansfield (prévoyant une réduction de 40 %, de 471.000 à 282.600 des troupes américaines à l’étranger), était approuvé au Sénat par 49 contre 46 voix. Si l’Administration réussit le soir même à le faire abroger (51 contre 44), les sénateurs adoptèrent le lendemain un amendement prévoyant que, dès la fin 1975, ces troupes compteraient 110.000 hommes en moins. Alors même que les MBFR devaient commencer dans quelques semaines, l’Administration parvint à écarter le danger en faisant adopter, en lieu et place de ce projet, l’amendement « Nunn-Jackson ». Selon ce dernier, les réductions seraient modulables au prorata de la part du déficit extérieur que l’entretien de ces troupes entraînait et qui ne serait pas couvert par les contributions alliées. Pourtant, les Européens ne pouvaient être totalement rassurés. Certes, avec l’ouverture de la conférence d’Helsinki, le 3 juillet, la détente paraissait plus que jamais d’actualité. Mais elle n’était pas sans danger : dès l’été, les stratèges américains avaient affiché leur désir de redistribuer leurs forces à l’étranger, de l’Europe vers des régions qui leur paraissaient beaucoup plus menacées, le Golfe et les Etats pétroliers en particulier.

  • 6 – USA Documents, 1368, 26 juin 1973, p. 2.

7L’idée qu’une conflagration en Europe avait peu de chances d’éclater et que le type de guerres auquel se préparer était des conflits limités dans les pays sous-développés avait été puissamment confortée lorsque le 22 juin, à San Clemente, Brejnev et Nixon avaient signé un accord sur la « prévention de la guerre nucléaire ». L’article 4 spécifiait qu’au cas où la situation internationale comporterait un risque de guerre atomique, « les Etats-Unis et l’Union soviétique... entameront immédiatement des consultations urgentes entre eux et déploieront tous leurs efforts pour conjurer ce risque. »6

  • 7 – KISSINGER (H.) : Les années orageuses, p. 325 (souligné par nous).

8En un certain sens, Kissinger pouvait espérer utiliser ce document comme preuve de sa bonne foi. Le texte confirmait explicitement le droit des Etats-Unis à remplir tous leurs engagements à l’égard d’organisations comme l’OTAN. Mieux, l’accord était un substitut qu’il avait lui-même imaginé pour contrer une proposition pernicieuse du camp opposé. C’était, en effet, un « renoncement » des deux Grands à l’usage des armes nucléaires qu’en avril 1972, Brejnev avait suggéré. En septembre de la même année, il avait précisé : « l’accord proposé n’écartait pas le recours aux armes nucléaires dans une guerre impliquant l’OTAN et le Pacte de Varsovie ; leur utilisation, néanmoins, devrait être confinée au territoire des alliés »7

  • 8 – New York Times, 2 décembre 1973, p. 34.

9Si Kissinger avait déjoué le piège qui lui avait été tendu, l’accord du 22 juin ne pouvait totalement rassurer les Alliés, à commencer par les Français. Ceux-ci avaient sans doute été tenus informés en détail de ce qui se tramait. Mais ils avaient été, semble-t-il, incapables d’empêcher l’inclusion des clauses qui les inquiétaient. D’abord, les nécessités de la détente risquaient désormais d’entrer en rivalité avec la solidarité de l’Alliance. Jobert, rencontrant Brejnev peu après, s’était délibérément attaché à évoquer la relation de « partenaire » que les Soviétiques entretenaient avec les Etats-Unis. Loin de protester, son interlocuteur s’était montré enchanté. Ensuite, ce risque put paraître renforcé par la consolidation de la « parité » : dès l’été, l’URSS s’avérait capable de mirver ses fusées. Publié en décembre 1973, un rapport du Congrès remarquait qu’au cours des derniers mois, les doutes persistant quant à la détermination des Américains avaient été « aggravés par la conviction croissante chez les Européens, selon laquelle les Etats-Unis seraient prêts à traiter par-dessus leurs têtes des questions de sécurité avec le Kremlin »8.

10La crainte du condominium, était-il expliqué, s’accompagnait, chez les Européens, de celle d’une guerre nucléaire limitée en cas de rupture de la détente. L’inquiétude que cette perspective suscitait avait, en effet, été accentuée par toute une série de témoignages au Congrès et discussions au sein du NPG. La cause en avait été l’éventuelle introduction, dans les ANT, des nouvelles technologies qui, selon certains, pouvaient modifier leur condition d’emploi en cas d’hostilités. Les partisans de la war fighting school qui étaient, rappelons-le, une minorité, n’avaient jamais été satisfaits des conclusions auxquelles étaient parvenus les premiers travaux du NPG et ils cherchaient à remettre en cause les hypothèses sur lesquelles elles avaient été fondées. Selon eux, la possibilité de fabriquer des armes miniaturisées et à faible charge explosive (mininukes) combinée avec l’extrême précision et intelligence des nouveaux vecteurs disponibles (Precision Guided Munitions ou PMG) permettait d’envisager un usage essentiellement militaire des ANT.

11La réalité du débat est attestée par les échos qui, en dépit du secret usuel dans ce genre d’affaire, finirent pas en filtrer. Déjà le 7 mai, le Times de Londres annonçait l’imminente mise au point d’un grand programme de mininukes par les Américains. Ceux-ci s’empressaient de nier l’existence d’un tel projet. Mais le 15 juillet, la Commission mixte sur l’Energie atomique publiait, fait assez rare pour être relevé, un témoignage selon lequel les Alliés risquaient de refuser l’autorisation d’employer les ANT sur leur territoire par crainte des retombées d’une guerre nucléaire limitée. Telle était la raison qui justifiait, selon plusieurs responsables militaires, les demandes de l’Armée (que le Congrès devait provisoirement repousser) de milliers de nouvelles têtes plus petites et plus précises. Plus susceptibles d’être utilisées, elles seraient, expliquaient leurs partisans, plus dissuasives. Pourtant le bruit ne tardait pas à se diffuser que loin de les rassurer, le programme des mininukes inquiétait les alliés : ils redoutaient de voir le « seuil nucléaire » abaissé. Le problème avait d’ailleurs été soulevé par le ministre allemand Leber dès la session de printemps du NPG. En novembre 1973, celui-ci décidait de lancer deux études sur le sujet. En fait, la question retint tellement l’attention que, quelques mois après, le sénateur Nunn demanda au nouveau secrétaire à la Défense, James Schlesinger, de préparer pour le Congrès un rapport expliquant le rôle des ANT dans la stratégie alliée.

  • 9 – JOBERT (M.) : L’autre regard, p. 283.

12Dans ce nouveau contexte, les Européens parurent plus sensibilisés à ce qui, depuis longtemps, était le thème favori des Français : la nécessité pour l’Europe, si elle voulait préserver ses intérêts, de définir son identité politique et militaire. Pompidou qui voyait dans l’URSS « une eau, toujours prête à s’infilter et cherchant sans cesse la pente de faiblesse de l’autre »9 était persuadé que la neutralisation de l’Europe centrale restait, pour elle, l’objectif fondamental. Et il jugeait plus nécessaire que jamais d’ancrer la République fédérale à l’Europe occidentale.

13Aussi Jobert n’a-t-il probablement pas tort de rappeler l’importance des problèmes militaires tout au long de l’année. Sous son égide d’ailleurs, la France chercha à profiter des bonnes dispositions que, dans le cadre de l’« Année de l’Europe », les Américains affichaient, pour établir avec eux des liens nucléaires privilégiés. Mais si, à Reykjavik, un certain nombre de concessions semblent avoir été accordées aux Français, les promesses que, selon Jobert, Kissinger lui aurait faites, fin juin, à San Clemente, ne devaient jamais recevoir de prolongement concret : en septembre 1973, un voyage de Robert Galley devait confirmer qu’il n’y avait rien à attendre de ce côté.

  • 10 – Voir essentiellement là-dessus WEED (Mary Kathleen) : Michel Jobert et la diplomatie française de (...)

14La France, il est vrai, pouvait aussi espérer amorcer une coopération nucléaire avec l’Angleterre. Heath n’avait-il pas affirmé qu’il gardait son arsenal atomique en « fidei commis » (in trust for) pour ses nouveaux partenaires ? Mais cette offre à laquelle Pompidou ne semble jamais s’être beaucoup intéressé mais que Jobert chercha sans doute à explorer, se heurta, autant que l’on puisse en juger, aux restrictions que sa dépendance de l’Amérique faisait peser sur la « force de frappe » britannique.10 Enfin, lorsque le 21 novembre, Jobert affirma à l’UEO la nécessité d’une collaboration européenne en matière de défense, il connaissait d’avance la réponse allemande. Le 9, Leber lui avait indiqué que c’était dans le cadre de l’Eurogroupe, dont la France ne voulait pas entendre parler, que celle-ci devait être envisagée.

15Encore une fois, le réflexe des partenaires de la France fut de ne pas risquer la protection américaine indispensable dans l’immédiat au profit d’une autre voie, aux très hypothétiques résultats. Sensibles, en effet, aux inquiétudes de leurs alliés, les Américains multiplièrent les signes de sollicitude pour les rasséréner.

16Une de leurs initiatives consista à relativement dévaloriser et, en même temps, démythifier, le rôle des ANT. En 1976-1977 lorsque elles furent achevées, les études lancées fin 1973 dans le NPG devaient constituer une nouvelle défaite pour les partisans de la war fighting school : leur principale conclusion était que, puisque l’URSS serait probablement en mesure de maîtriser les nouvelles technologies, aucun avantage décisif n’en résulterait pour les démocraties. Les objectifs d’un recours aux ANT resteraient essentiellement politiques comme par le passé. Dès mars 1974, dans son rapport au Congrès, Schlesinger avait déclaré :

  • 11 – Secretary of Defense, James R. SCHLESINGER : Annual Defense Department Report, FY 1975, (March 4, (...)

17« Je dois insister sur un fait : notre système nucléaire tactique ne constitue pas et n’a guère de chance de constituer dans l’avenir une alternative sérieuse pour une défense non nucléaire vigoureuse. »11

18En fait, dès la fin 1973, l’Administration avait laissé le Congrès publier un document, certes largement censuré, mais très informé, sur la stratégie nucléaire alliée. Le recours sélectif aux ANT à des fins d’avertissement au camp opposé y était longuement exposé. Néanmoins, c’était sur un autre aspect que le rapport insistait : sur le « recouplage » par avance planifié au cas où l’évolution sur le terrain rendrait une « frappe générale » (general release) indispensable pour arrêter l’offensive de l’ennemi. Le tir de quelque 2.000 têtes nucléaires stationnées en Europe serait alors coordonné avec celui de missiles lancés du territoire de l’Amérique vers l’Union soviétique.

19Ces efforts pour « recoupler » la défense de l’Europe et l’arsenal stratégique américain devaient culminer dans l’adoption officielle d’une nouvelle stratégie nucléaire, la « doctrine Schlesinger ». La MAD, il est vrai, était critiquée depuis de longues années et dans un article publié à l’hiver 1974, le grand stratège Albert Wohlstetter avait remarqué :

  • 12 – WOHLSTETTER (Albert) : « Threats and promises of peace. Europe and America in the new era » in Or (...)

20« Nous ne pouvons garantir qu’une guerre nucléaire n’éclatera pas en nous contentant de répéter que ce serait une catastrophe infinie. Et nous ne pouvons pas éliminer la possibilité d’une guerre nucléaire en prenant toutes les précautions pour que, si elle se produit, elle soit à coup sûr une telle catastrophe. »12

  • 13 – KAPLAN (Fred) : The Wïzards of Armageddon, New York, Simon and Schuster, 1983, p. 319.

21Le reproche était un peu injuste en réalité. Dès le début, la « destruction assurée » avait été beaucoup plus une inflexion déclaratoire qu’un concept opératoire : dans sa rhétorique, McNamara avait déplacé l’accent d’une stratégie visant à éviter, en cas de guerre, les cités, vers une autre visant à éviter la guerre en priorité. Mais il n’avait jamais pensé que si celle-ci éclatait, elle devrait être conduite selon les principes de sa rhétorique. Bien au contraire, il avait toujours estimé que la priorité serait alors de « limiter » au maximum les hostilités comme les dommages que l’URSS pourrait infliger. Le document qui avait le premier incarné la MAD prévoyait qu’en 1969, encore, seulement 18 % des bombardiers et missiles en état d’alerte permanente seraient pointés sur des cités. Tous les autres viseraient des cibles relevant de l’appareil stratégique soviétique.13

22La MAD n’en était pas moins contestée. Tout d’abord, les frappes antiforces qu’elle envisageait risquaient, au regard de la multiplication rapide des cibles nucléaires dans le camp opposé, d’être peu différentes d’une « riposte massive » aux yeux de ce dernier. Ensuite, elle paraissait obsolète en raison des progrès de la technologie : la miniaturisation des armes et l’obtention de tirs infiniment plus précis. Comme Schlesinger devait l’expliquer dans son rapport de mars 1974 au Congrès :

  • 14 – Annual Defense Department Report, FY 1975, p. 37.

23« Il est de fait que nous-mêmes éprouvons du mal à croire que nous mettrons à exécution la menace de la destruction assurée en représailles contre une attaque militaire limitée sur des objectifs militaires qui n’aurait causé que peu de morts civiles : dès lors, on ne peut être sûr que, en cas de crise, des adversaires éventuels ne soient pas tentés de mettre notre résolution à l’épreuve ».14

24En fait, cela faisait des années qu’un certain nombre de stratèges américains préconisaient l’établissement d’options de tir « limitées » et, dès 1970, sans doute à l’instigation de Kissinger, Nixon avait déclaré :

  • 15 – Cité in FREEDMAN (Lawrence) : The Evolution of Nuclear Strategy, London, Macmillan, 1981, p. 376.

25« Est-ce que, en cas d’attaque nucléaire, un Président devrait être confronté à une option unique, celle consistant à ordonner la destruction massive de la population civile de l’ennemi, tout en ayant la certitude que son geste sera suivi du massacre tout aussi massif de ses concitoyens ? »15

26Les initiés savaient que les choses n’étaient pas aussi simples que Nixon les présentait. Mais, politiquement, le débat était lancé. Les choses devaient surtout se précipiter dix-huit mois après : James Schlesinger qui succédait, en juillet 1973, à Richardson à la tête du Pentagone, avait lui-même rédigé en 1968 une étude favorable à des « options de tir limitées ». Quelques semaines après, la nouvelle aptitude des Soviétiques à mirver leurs fusées semblait rendre une révision de la doctrine américaine plus urgente que jamais. A l’automne, deux documents étaient prêts, dont un National Security Decision Mémorandum, NSDM-242, sur lequel Nixon aurait à se prononcer. Le 10 janvier, Schlesinger annonçait qu’il élaborait un changement dans la stratégie de tir de façon à développer des alternatives « à la mise en route d’une frappe suicidaire sur les villes de l’adversaire ». Peu après, un document officiel expliquait que l’objectif serait « de frapper des cibles importantes avec une combinaison ’précision-charge’ suffisante pour ne détruire que les cibles visées et éviter de trop importants dommages collatéraux ». Nixon avait, en effet, approuvé NSDM-242 le 14 janvier.

  • 16 – Cité in KAPLAN (Fred) : op. cit., p. 369-370.

27Dans le débat que la « doctrine Schlesinger » allait susciter, l’Administration put l’emporter grâce à un argument clé : des options limitées étaient nécessaires pour dissuader le camp opposé de lui-même en effectuer. Pourtant, Schlesinger ne semble pas avoir été obsédé par cette éventualité. Son principal souci fut sans doute de redonner quelque crédibilité au concept de « frappe en premier », le vrai pilier de la dissuasion « élargie » aux alliés. Les Etats-Unis, était-il expliqué dans NSDM-242, devraient avoir une « posture nucléaire plus flexible » : en particulier, elle ne devrait pas exclure « le recours aux armes atomiques en réponse à une agression classique. » En cas de guerre, le but serait de « rechercher une fin rapide à des termes acceptables pour les Etats-Unis et leurs alliés, au niveau de conflit le plus bas possible. »16 En pratique, l’idée était sans doute de permettre à l’arsenal stratégique de remplir des missions militaires rapides : en arrêtant une agression ; en créant une « pause » propice à l’ouverture de négociations et en bouleversant la perception que les leaders ennemis pourraient avoir eue de la situation.

28Tous ces efforts pour recoupler la défense de l’Europe et l’arsenal stratégique de l’Amérique devaient laisser les alliés quelque peu sceptiques. Les Américains, il est vrai, souhaitaient de plus en plus clairement voir les Européens développer une capacité conventionnelle susceptible d’écarter tout recours aux ANT et l’adoption de la « doctrine Schlesinger » sanctionnait la disparition définitive de l’idée de « représailles massives ». En sens inverse, la vigueur avec laquelle la Pravda avait dénoncé le programme de modernisation des ANT et les options de tir limitées suggérait aux Européens que les Américains cherchaient vraiment à concilier les exigences de la dissuasion avec leur souci d’éviter une conflagration.

29Dire très exactement quels furent les liens entre le débat qui allait se dérouler et les problèmes qui viennent d’être évoqués, est aujourd’hui encore difficile à préciser : le risque d’une entente par trop poussée des Etats-Unis avec le camp opposé pouvait inciter les Européens aussi bien à affirmer leur propre identité qu’à renforcer leur solidarité avec leur grand allié. Deux choses semblent néanmoins difficiles à contester : les questions de défense constituèrent la toile de fond du débat qui allait opposer Paris et Washington ; si elle dut travailler plutôt en faveur de la France en pleine apogée de la détente, voire en plein coeur d’une guerre d’octobre qui démontra à l’Europe son « inexistence », la perplexité des alliés dut les inciter à ne prendre aucun risque élevé dès lors que l’embargo pétrolier leur eut rappelé leur aveuglante vulnérabilité.

Notes de fin

1 – JOBERT (Michel) : Mémoires d’avenir, Paris, Grasset, 1974, p. 267.

2 – KISSINGER (H.) : Les années orageuses, p. 198.

3 – Cité in Le Monde (LM), 14 décembre 1973.

4 – Cf. HOWARD (Michael) : « The relevance of traditional strategy », in vol. 51, no.2, January 1973, p. 253-266 ; IKLE (Fred Charles) : « Can nuclear strategy last out the century ? » in Ibid., p. 267-285 ; GLADWYN (Lord) : « The defense of Western Europe » in vol. 51, no.3, April 1973, p. 588-597 ; PIERRE (Andrew J.) : « Can Europe’s security be ’decoupled’ from America ? » in vol. 51, no.4, July 1973, p. 761- 777 ; PANOFSKY (Wolfgang K.H.) : « The mutual-hostage-relationship between America and Russia » in vol. 52, no.l, October 1973, p. 109-118.

5 – GLADWYN (Lord) : loc. cit., p. 590.

6 – USA Documents, 1368, 26 juin 1973, p. 2.

7 – KISSINGER (H.) : Les années orageuses, p. 325 (souligné par nous).

8 – New York Times, 2 décembre 1973, p. 34.

9 – JOBERT (M.) : L’autre regard, p. 283.

10 – Voir essentiellement là-dessus WEED (Mary Kathleen) : Michel Jobert et la diplomatie française de 1973 à 1974, à paraître à Paris, aux éditions Lanore. Sur le mécontentement de Georges Pompidou, voir JOBERT (M.) : L’autre regard, p. 307- 308.

11 – Secretary of Defense, James R. SCHLESINGER : Annual Defense Department Report, FY 1975, (March 4, 1974), p. 82.

12 – WOHLSTETTER (Albert) : « Threats and promises of peace. Europe and America in the new era » in Orbis, 17 (4), hiver 1974, p. 1126.

13 – KAPLAN (Fred) : The Wïzards of Armageddon, New York, Simon and Schuster, 1983, p. 319.

14 – Annual Defense Department Report, FY 1975, p. 37.

15 – Cité in FREEDMAN (Lawrence) : The Evolution of Nuclear Strategy, London, Macmillan, 1981, p. 376.

16 – Cité in KAPLAN (Fred) : op. cit., p. 369-370.

© Éditions de la Sorbonne, 1988

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search