Version classiqueVersion mobile

Une incertaine alliance

 | 
Pierre Mélandri

Deuxième partie. Une année de dupes : De l’année de l’europe à l’année des arabes : avril 1973-juin 1974

Avant propos

Texte intégral

  • 1 – KISSINGER (H.) : Les années orageuses, p. 894.
  • 2 – Année politique, 1973, p. 297.

« Nous voulions donner une portée nouvelle aux relations atlantiques, tandis que nos alliés accordaient la priorité à la construction d’une Europe unie. »
Henry Kissinger dans ses Mémoires,1
« Le 23 avril dernier, M. Kissinger annonçait que l’année 1973 serait l’année de l’Europe... Elle risque plutôt de finir comme année des Arabes. »
Le président de l’Assemblée parlementaire européenne, au sortir d’un entretien avec Georges Pompidou, le 4 décembre 1973.2

1 Lancée en avril 1973, 1’« Année de l’Europe » trouva son aboutissement quatorze mois après. Le 26 juin 1974, Kissinger obtint apparemment ce qu’il recherchait : de passage sur le vieux continent, Nixon signait une « Déclaration sur les relations atlantiques ».

2Pourtant, l’« Année de l’Europe » s’avérait une « Année de Dupes » dès ce moment. Si le texte sur lequel ils avaient fini par s’entendre était, en effet, bien anodin, sa rédaction avait prélevé un coût énorme sur les Européens et les Américains. Si les vieilles nations avaient, une fois de plus, étalé le spectacle de leurs divisions, l’affaire avait tout autant souligné les nouvelles faiblesses de Washington : oppressé par le Watergate, Nixon était de plus en plus anxieux d’arracher des succès à l’étranger et, du coup, de moins en moins susceptible d’en remporter ; surtout, comme l’explosion de la « guerre d’octobre » et la métamorphose de l’« Année de l’Europe » en année « des Arabes » ou « du Moyen-Orient » allait le rappeler, le monde se révélait de plus en plus réfractaire au contrôle que Kissinger et lui-même avaient espéré restaurer.

  • 3 – KISSINGER (H.) : Les malentendus transatlantiques, Paris, Denoël, 1965, p. 271 et p. 41-42.

3Pourtant, il serait hâtif et erroné de taxer les acteurs de cette pièce manquée de futilité. Ce serait oublier l’importance de l’enjeu. Apparemment, sans doute, le débat entre Henry Kissinger, promu secrétaire d’Etat en septembre et Michel Jobert, patron, à partir d’avril, du quai d’Orsay, serait une simple redite d’une querelle franco-américaine désormais classique. Professeur à Harvard, le premier avait pourtant paru sensibilisé au point de vue français : « Quinze ans d’hégémonie nous ont accoutumés à croire que nos points de vue représentent l’intérêt général. » Mais il avait aussi proclamé : « l’histoire de l’Occident est pleine de tragédies évocatrices de moments où les communautés d’intérêts les plus fondamentaux ont été submergées par des rivalités subsidiaires ou un manque de compréhension »3. Au pouvoir, il devait finir par estimer que seul Washington pouvait organiser un « ordre » où l’intérêt commun des démocraties industrialisées pourrait être à la fois défini et préservé. Pour Jobert, c’était là le principal danger : ne rien décider par elle-même avant d’en avoir discuté avec l’Administration américaine, comme Kissinger le lui demandait, serait, pour l’Europe, renoncer, par avance, à affirmer ses propres intérêts.

4La vraie question fut, en effet, celle de la place et du rôle de l’Europe dans une « structure stable de paix » de plus en plus dominée par la parité atomique entre les Etats-Unis et l’Union soviétique. Plus tard, Jobert pourrait noter :

  • 4 – JOBERT (Michel) : L’autre regard, Paris, Grasset, 1976, p. 309.

5« Je crois que les Européens auraient accompli bien des progrès dans la perception de leur unité, grâce à l’initiative fracassante d’Henry Kissinger, si la crise du Proche-Orient, en octobre, avec ses fureurs et ses menaces, n’avait redonné la main aux Etats-Unis et démontré l’insignifiance présente de l’Europe. »4

6L’Europe aurait-elle réussi la marche vers l’unité qu’elle semblait avoir alors entamée ? il reste aujourd’hui encore difficile de se prononcer. Mais l’importance de la guerre d’octobre 1973 est impossible à nier. Déjà, un événement exogène, la guerre de Corée, avait porté un coup terrible à l’intégration que le plan Schuman venait d’impulser, en contraignant les dirigeants français à jouer leur va-tout avec la CED. En privilégiant l’« immédiat » et le « concret » et en soulignant l’urgence des dangers, la guerre ou plutôt l’embargo pétrolier détournèrent les Européens de la réflexion à long terme qu’ils avaient entamée. En leur rappelant l’importance de la solidarité atlantique, ils leur donnèrent un alibi pour renoncer aux sacrifices qu’impliquait la recherche d’un meilleur équilibre avec les Etats-Unis.

Notes de fin

1 – KISSINGER (H.) : Les années orageuses, p. 894.

2 – Année politique, 1973, p. 297.

3 – KISSINGER (H.) : Les malentendus transatlantiques, Paris, Denoël, 1965, p. 271 et p. 41-42.

4 – JOBERT (Michel) : L’autre regard, Paris, Grasset, 1976, p. 309.

© Éditions de la Sorbonne, 1988

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search