Version classiqueVersion mobile

Polonais méconnus

 | 
Janine Ponty

Deuxième partie. L’ère des incertitudes (1926-1939)

Chapitre XII. L’enracinement progressif

Texte intégral

1A l’heure actuelle, les Polonais arrivés dans l’entre-deux-guerres paraissent bien intégrés à la société française. Intégrés et non pas assimilés. La communauté d’origine polonaise tient à la distinction qui contient beaucoup plus qu’une nuance de langage. A la différence de l’assimilation qui aboutit à l’absorption complète des immigrés par le milieu d’accueil, l’intégration consiste en une adaptation harmonieuse sans le sacrifice de la sensibilité ni des valeurs culturelles propres.

2Ce résultat, observable plus d’un demi-siècle après le grand flux migratoire des années 1920, tend à occulter l’extrême lenteur du processus. Au moment du déclenchement de la Deuxième Guerre mondiale, il est à peine amorcé. Or les Polonais comptent déjà en moyenne douze à quinze ans de séjour en France. L’espoir toujours vibrant d’un retour au pays, la fierté nationale et les multiples formes de la vie associative freinent l’intégration au moins autant que le manque de chaleur de l’accueil français. Mais le temps qui passe, inexorable, modifie les données du problème. Sans l’avoir cherché, sans toujours s’en rendre compte d’ailleurs, les immigrés commencent à prendre des habitudes et à s’enraciner là où ils résident.

3Un exemple. Les Polonais attachent une grande importance à l’entretien des cimetières. Ils souffrent de ne pouvoir se rendre sur la tombe de leurs parents et espèrent rentrer à temps dans leur pays pour y mourir. Or la camarde n’attend pas. Au cours des années 1920-1930 apparaît dans les cimetières français des cités minières notamment, un carré polonais reconnaissable aux bougies qui y brûlent. Dès lors, ceux qui perdent un enfant, celles dont le mari repose en France doivent-ils souhaiter repartir ou rester auprès d’eux ? La mort crée un lien parfois plus fort que la vie. Le transfert de cercueils, très onéreux, ne se pratique pas en milieu ouvrier. Certains mettent les leurs, surtout les nouveau-nés, à la fosse commune et n’ont que la bière à payer. D’autres s’endettent pour acheter une concession, aidés par les caisses de secours mutuel ou le service social du syndicat.

4L’enracinement progressif se juge à d’autres critères. La Pologne dont rêve l’émigré s’enfonce peu à peu dans le mythe et l’imagerie. Il la magnifie avec d’autant plus d’aisance qu’il ne va guère vérifier sur place. La correspondance qu’il échange avec les membres de sa famille restés là-bas se limite à l’essentiel, l’annonce des décès, des mariages ou des naissances. Même les demandes réitérées d’aide financière de la part de frères et sœurs ne suffisent pas à dissiper l’écran de fumée. Lorsque l’ouvrier évoque la rude vie d’antan, c’est pour ajouter qu’à son retour il n’en sera plus rien. En fait, il s’éloigne de la Pologne sans pour cela se rapprocher de la France, mais uniquement du coin de France où il séjourne.

5 La presse s’enracine elle aussi, Wiarus Polski plus encore que Narodowiec, en réduisant le nombre d’articles qui traitent du pays d’origine au profit de ceux consacrés aux problèmes propres des communautés d’immigrés. La France ne profite guère de cette translation d’intérêt.

  • 1 A. Paczkowski, Prasa i spoleczność polska..., op. cit., p. 195. Id., « La presse des émigrés polona (...)

Sujets des éditoriaux des deux principaux quotidiens1

Sujets des éditoriaux des deux principaux quotidiens1

6Ces prémices posées, soumettons deux questions à une analyse systématique. L’attitude des travailleurs polonais devant la vie et la mort a-t-elle connu une évolution qui permette de parler d’enracinement ou même d’un début d’intégration ? En outre, une éventuelle ascension sociale pouvait-elle changer leurs dispositions face au projet initial de retour en Pologne ?

7Pour tenter de répondre, nous avons testé une méthode d’analyse quantitative, l’appliquant à l’une des communes les plus polonaises qui soient en France, celle de Sallaumines.

Les modifications du comportement démographique

  • 2 G. Bellart, P. Bougard, C. Rollet, Paroisses et communes de France. Dictionnaire d’histoire adminis (...)

8Sallault, ou plus communément Sallau, dans le bassin de Béthune à quelques kilomètres à l’est de Lens, franchit le cap des 1 000 habitants au recensement de 1881, des 2 000 en 1891, des 4 000 en 1906 et des 8 000 en 1911. Par décret du 30 janvier 1897, la localité obtint le droit de changer son nom en celui de Sallaumines qui évoquait les activités nouvelles, causes de sa croissance : trois des fosses de la compagnie des mines de Courrières, les n° 4, n° 5 et n° 13 se trouvaient sur son territoire2. Endeuillée le 10 mars 1906 par la catastrophe de Courrières, évacuée et détruite pendant la Première Guerre mondiale, elle ne comptait plus que 1 800 habitants en 1919. En partie grâce au retour de mineurs français, en partie sous l’effet de l’immigration, elle monta d’un bond à 14 000 en 1926 et plafonna à ce chiffre jusqu’à la crise économique. En 1936, le dernier recensement de l’avant-guerre mentionnait 12 500 Sallauminois.

  • 3 A.M. Sallaumines, registre des demandes de naturalisations (1932 = 1re année).

9Les premiers Polonais arrivèrent en 1922. Très vite, ils approchèrent de la moitié de la population et, en 1931, dépassèrent en nombre les Français. Puis ce fut le déclin, lié aux rapatriements surtout, aux naturalisations à peine : au total 149 décrets accordés de 1932 à 1939, ce qui représente 500 à 600 transferts de nationalité, chaque décret touchant en moyenne trois à quatre personnes3.

  • 4 Calculs effectués à partir des listes nominatives des recensements quinquennaux. A.D. Pas-de-Calais (...)

Répartition des habitants de Sallaumines par nationalité4

Répartition des habitants de Sallaumines par nationalité4

la situation en 1926

10Les registres de l’état civil fournissent des moyens inégalés pour la recherche démographique aux xixe et xxe siècles. A la différence des registres paroissiaux, ils concernent la population en son entier. A Sallaumines, l’aumônier polonais tient ses propres livres mais, outre le fait de n’y voir figurer que le peuple des baptisés, on y perd la trace des mariages mixtes célébrés, lorsqu’ils ont lieu à l’église, par le clergé français.

11Le Code civil précise que les actes de naissance doivent comporter les indications suivantes :

  • jour, heure et lieu de naissance,
  • sexe et prénoms attribués à l’enfant,
  • prénoms, noms, âges, professions et domicile des parents (article 57) ;

les actes de mariage :

  • prénoms, noms, âges, lieux de naissance, professions et domiciles des époux,
  • prénoms, noms, professions et domicile des parents,
  • prénoms, noms, professions et domiciles des témoins (article 76) ;

et les actes de décès :

  • jour, heure et lieu du décès,
  • prénoms, nom, date et lieu de naissance, profession et domicile de la personne décédée,
  • prénoms, noms, professions et domicile de ses parents,
  • prénoms et nom du conjoint si le décédé était marié, veuf ou divorcé (article 79).

12Avant même qu’une circulaire du ministère du Travail en date du 7 juin 1926 le prescrive, à Sallaumines nous trouvons en plus pour les nouveaux-nés le lieu de naissance de leurs parents, renseignement précieux pour établir la nationalité dans les cas où le patronyme laisse planer un doute.

13Reconstituer le total des naissances polonaises (voir tableau p. 366), des mariages (voir p. 370), etc., ne suffit pas. Ces données sont inexploitables si l’on ignore le nombre de femmes en âge de se marier (recherche de la propension au mariage) ou de celles susceptibles d’avoir un enfant (étude de la fécondité). De même, le chiffre des décès n’a de sens que comparé à la répartition de la population par tranches d’âge. Enfin, pour apprécier l’originalité du comportement polonais, il convient d’effectuer les mêmes calculs sur le groupe de citoyenneté française. Par contre, les opérations concernant les autres nationalités étrangères, trop peu représentées dans la commune, ne donneraient pas de résultats significatifs.

14Ceci réduit à trois le nombre d’années sur lesquelles faire porter l’analyse : 1926, 1931 et 1936, lorsque les recensements quinquennaux fournissent les données nécessaires qui manquent dans l’entre-temps, notamment pour la construction des pyramides d’âges. Nous avons dressé ces pyramides par sondage au 10e d’après les listes nominatives des recensements (4). L’échantillon, quartier par quartier, respecte la proportion entre Français et Polonais, en particulier pour le Bas-de-Lens, à l’ouest, où les immigrés sont moins nombreux.

PYRAMIDES DES ÂGES A SALLAUMINES EN 1926

PYRAMIDES DES ÂGES A SALLAUMINES EN 1926

15En 1926, les deux communautés différent profondément entre elles. Chez les Polonais, il y a moins de femmes, plus d’hommes et plus d’enfants que chez les Français, beaucoup plus d’hommes compris entre 20 et 40 ans, mais personne ni d’un sexe ni de l’autre au-delà de 60 ans. Les immigrés n’ont pas encore fait venir leurs parents et le recrutement collectif privilégie les adultes jeunes. La pyramide polonaise est donc déséquilibrée, étroite à droite, renflée dans sa partie médiane gauche et large à la base, ce qui lui donne une physionomie originale par rapport à celle des étrangers en France, toutes nationalités confondues, lesquels ont moins d’enfants en moyenne. La faiblesse numérique du sexe féminin polonais à Sallaumines (36,7 %) est plus accentuée que pour toutes les étrangères en France à la même date (42 %). La consultation du registre des naissances confirmera deux données qui vont de soi : une très forte natalité, une fécondité plus surprenante encore.

16Pour la troisième année consécutive, il naît à Sallaumines plus de 200 petits Polonais : 215 en 1924, 218 en 1925 et 227 en 1926. Pour la première fois en 1926, les naissances polonaises dépassent en nombre celles des enfants français – 210 –. Avec un taux de natalité de 39,9 ‰, les Polonais contribuent fortement au repeuplement de la commune. Grâce à eux, elle atteint, toutes populations mêlées, 35,8 ‰, chiffre énorme pour l’époque. Les Françaises mettent elles-mêmes au monde beaucoup de bébés : leur taux, égal à 32,4 ‰, dépasse largement celui du Pas-de-Calais (26,2 ‰) pourtant le département le plus prolifique de France. Sous l’effet conjoint des deux communautés, Sallaumines approche du double de la natalité française (18,8 ‰) (voir tableau récapitulatif, p. 367).

17On ne saurait affirmer qu’en l’absence de tout apport extérieur, les Français ne seraient plus capables d’assurer, ici du moins, la croissance démographique. Les traditions familiales du nord se maintiennent et la baisse de la pratique religieuse en milieu ouvrier n’entraîne pas nécessairement le refus des enfants. Il n’empêche que la natalité polonaise l’emporte, plafonnant presqu’à 40‰, comme au pays naguère. Mais les circonstances sont toutes autres, en raison du petit nombre d’épouses dans cette communauté d’immigrés récents.

18La statistique du mouvement de la population en France propose quatre taux différents pour évaluer la fécondité :

  • enfants vivants légitimes pour 1 000 femmes mariées de 15 à 49 ans,
  • enfants vivants illégitimes pour 1 000 femmes non mariées de 15 à 49 ans,
  • enfants vivants pour 1 000 femmes, mariées ou non, de 15 à 49 ans,
  • enfants vivants et mort-nés pour 1 000 femmes, mariées ou non, de 15 à 49 ans.
  • 5 La réputation qu’ont les jeunes Polonaises de procréer hors mariage, la désolation que cela provoqu (...)

19Nous nous sommes volontairement limitée au calcul de deux de ces taux, le quatrième plus significatif pour l’étude de la fécondité potentielle d’un groupe humain donné, encore qu’il faudrait pouvoir y ajouter le nombre de grossesses non menées à terme ; et le troisième, le plus intéressant sur le plan social car il renseigne sur l’apport polonais effectif (voir tableau, p. 367). Nous n’avons pas jugé utile de calculer les deux premiers taux, caractéristiques de la morale de l’époque, mais d’un faible intérêt ici. D’ailleurs, les enfants illégitimes ne sont pas légion chez les Polonais de Sallaumines (voir tableau, p. 368) et les comptes perdent toute valeur à partir de chiffres trop petits5.

20Avec une fécondité de 210 ‰, les femmes polonaises atteignent en 1926 près du double du taux français pour Sallaumines (122‰) et le triple de la fécondité moyenne en France (69 ‰). C’est plus que les résultats enregistrés à la même époque en Pologne, car les émigrants se recrutent dans les catégories sociales à la fois les plus pauvres et les plus fécondes.

21Si, à côté des enfants nés vivants, l’on tient compte des mort-nés dans le calcul du taux de fécondité, l’écart s’accroît encore. La mortinatalité a déjà beaucoup diminué en France (36,6‰), un peu moins d’ailleurs dans les zones minières que dans les autres régions. En 1926, les Polonais de Sallaumines déplorent 17 mort-nés pour 227 naissances vivants, soit un taux proche de 75 ‰ (voir tableau, p. 368). Ils paient un lourd tribut.

22La mortalité infantile sévit encore davantage et touche les deux nationalités presqu’autant l’une que l’autre.

  • 6 Alliance d’Hygiène sociale, La lutte contre la mortalité infantile dans le Pas-de-Calais et le Nord (...)

23La disparition des enfants de moins d’un an constitue un fléau permanent dans le Nord/Pas-de-Calais. Dès la fin du xixe siècle, les services responsables en dénonçaient les conséquences et les premières consultations de nourrissons, coiffées par les compagnies houillères, ouvrirent leurs portes en 1892, mais trop peu nombreuses et fréquentées irrégulièrement par les jeunes mères. La mortalité infantile, bien qu’en baisse, reste supérieure à la moyenne nationale. La progression est caractéristique entre le taux français de 1926 (97‰), le taux du Pas-de-Calais (110 ‰), celui du bassin houiller (122‰) et à Sallaumines, 143‰ chez les Français, 167 ‰ chez les Polonais (voir tableau, p. 368). De toutes les causes de cette hécatombe, les maladies de l’appareil digestif viennent en tête, avant les malformations et les fièvres microbiennes6. Les mères manquent de notions d’hygiène alimentaire et, après le sevrage, donnent à leurs enfants du lait animal non bouilli ou des denrées inadaptées à leur constitution. L’été surtout, la toxicose fait des ravages. Or en ville, on nourrit moins longtemps les bébés au sein qu’à la campagne.

  • 7 Comité d’Assistance des Régions libérées, Notre œuvre de consultation de nourrissons, 1920-1922. Li (...)

24Les enfants amenés à la consultation de nourrissons créée à Sallaumines en novembre 1919 par le Comité d’Assistance des Régions libérées résistent mieux que les autres aux dangers du premier âge. Mais estimant le succès remporté suffisant, l’œuvre supprime en janvier 1923 la prime de 5 F qu’elle versait auparavant à chaque visite. Des mères françaises continuent à y venir, tandis que les jeunes femmes polonaises n’apprennent pas à en connaître le chemin. Sur les listes de consultations, on ne trouve qu’à peine trace de leur présence7.

  • 8 Statistique générale de la France, La mortalité professionnelle en France. Bulletin spécial consacr (...)

25Tous décès réunis, des morts-nés aux adultes, la mortalité polonaise de 1926 paraît bien faible : 13,7 ‰ contre 15 ‰ chez les Français de Sallaumines (voir tableau, p. 369). Cette fois-ci, toutes les comparaisons sont inversées. Le Pas-de-Calais avec 14,8 ‰ dépasse la commune minière (14,1 ‰) et la France (17,4 ‰) surpasse le Pas-de-Calais. L’explication réside en partie dans la jeunesse du groupe. Les Régions libérées comptent moins de vieillards que l’ensemble du pays ; l’on comprend ceux qui renoncèrent à rentrer dans les décombres de Sallaumines après 1918 ; et les travailleurs polonais, au début, sont eux-mêmes fort jeunes. En second lieu, la mortalité des ouvriers mineurs, tant après 1914 qu’avant, suit une courbe différente de la mortalité générale.8

  • 9 En principe, un en Pologne, un à Toul et le troisième à l’arrivée sur le lieu de travail. Voir Chap (...)

26Nettement moins fréquente vers l’âge de 25 ans chez les houilleurs, la mort gagne peu à peu du terrain et, après 45 ans, elle frappe bien davantage. Ce n’est pas incompatible avec l’idée selon laquelle les mineurs « ne font pas de vieux os » : la quarantaine passée, l’épuisement, les maladies des broches les atteignent. Mais à l’origine, les employeurs ont refusé à l’embauche les mal-portants. Quant aux Polonais, ils subissent trois contrôles médicaux successifs avant d’entrer en fonctions9 ; leur robustesse, inopérante face aux accidents, les aide à supporter la pénibilité ordinaire de la profession.

27Le taux brut de mortalité est trompeur puisqu’il ne tient pas compte de la composition par âges. Ainsi à Sallaumines, une fois franchi le cap de la première année de vie, les décès sont extrêmement rares : 4‰ chez les Polonais et 7‰ chez les Français.

28Il est impossible de calculer l’espérance de vie sur un échantillon de population aussi artificiel qu’une communauté d’immigrés récents. Non seulement les personnes âgées sont restées au pays, mais l’habitude qu’ont les garçons de prendre une épouse plus jeune qu’eux aplatit vers la base l’âge moyen des femmes venues en France avec leur mari. On ne retrouve pas sur la pyramide d’âges polonaise la longévité légèrement supérieure qui caractérise le sexe féminin français.

29Au début de leur installation à Sallaumines, les Polonais contractent peu de mariages par manque de fiancées potentielles : pour quelques filles arrivées avec leurs parents, combien de garçons célibataires ! Dans les cités minières voisines, la situation est la même. Reste la campagne où travaillent de jeunes Polonaises qui ne demandent pas mieux que de s’établir. Le Pas-de-Calais en emploie relativement peu et il faut s’aventurer jusque dans le pays voisin de la Somme. Célébré au village de la mariée, l’acte n’apparaît pas sur les registres d’état civil de Sallaumines.

30Sur place, les premières noces ont lieu à l’intérieur du sous-groupe polonais venu de la Ruhr, à la composition plus familiale et qui vit, nous l’avons vu, très isolé des autres. Un ouvrier qualifié n’aime d’ailleurs pas accorder la main de sa fille à un manœuvre et le niveau professionnel des « Westphaliens » les distingue autant que les habitudes, l’instruction, la langue parlée.

31En 1926, les nouveaux mariés polonais ne représentent que 14,9 ‰ de la population totale de la même nationalité, taux inferieur de deux points à celui des mariés de la commune toute entière (16,8 ‰) et de plus de cinq points à celui des Français (20,3 ‰) (voir tableau, p. 369). L’écart aurait été encore plus important si les jeunes Polonaises n’avaient compensé le handicap initial par une forte propension au mariage. Eu égard au nombre total des femmes en âge de prendre époux, les mariées polonaises (3,8 ‰) l’emportent sur les françaises (3,1 ‰).

32On est frappé, en outre, par leur extrême jeunesse. En 1926 sur 42 épousées, 22 n’ont pas 20 ans dont 4, 15 ans seulement, tandis que la plus jeune mariée française a 16 ans et les deux-tiers, plus de 20 ans. La sommet de la courbe de fréquence se situe de 18 à 19 ans pour les Polonaises, de 19 à 21 ans pour les Françaises. Les aumôniers encouragent les engagements précoces, soucieux de la virginité de celles qu’ils marient. L’autorité paternelle, plus forte que dans les familles françaises, s’exerce dans le même sens ; le père inculque à ses filles dès leur plus jeune âge l’idée d’hyménée et les amène, inconsciemment, à accepter la première demande en mariage.

33Les hommes, au contraire, restent longtemps garçons. A Sallaumines en 1926, aucun ne prend femme ni à 18, ni même à 19 ans, un seul à 20 ans, un autre à 21, tandis qu’à cet âge les Français ont déjà, en rangs serrés, gagné la mairie. Le sommet de la courbe de fréquence, situé entre 21 et 23 ans pour les époux français, atteint 25 à 26 ans chez les Polonais (voir tableau, p. 370). La présence de célibataires qui, sans travail dans leur pays n’avaient pas osé y fonder un foyer et qui s’y risquent en France une fois munis d’un emploi stable, peut contribuer à l’expliquer mais de toutes façons, l’ascendant du mari sur la femme, caractéristique des familles traditionnelles, est favorisé par une grande différence d’âge.

34La cellule familiale polonaise, une fois constituée, résiste aux aléas de l’existence et malgré le droit qui leur en est accordé, les époux rompent rarement leur union. Pour évaluer le nombre de divorces nous pouvons, soit rechercher ceux prononcés à la date étudiée, soit relever grâce aux mentions en marge sur les registres d’état civil, les divorces qui affecteront plus tard les mariages contractés cette année-là. En 1926, il n’y en a aucun parmi les Polonais de Sallaumines (voir tableau, p. 370). Et sur les 42 mariages polonais célébrés dans l’année, deux seulement seront suivis d’un divorce, l’un en 1931, l’autre en 1935 tandis que les 63 mariages français donneront lieu à sept ruptures, deux fois plus en proportion. Egalement typique de la solidité de la famille et du respect que son souvenir inspire est la rareté des remariages de veufs (voir tableau, p. 371). En 1926, pour quatre veufs français contractant une nouvelle union, un seul Polonais en fait autant ; pour quatre veuves françaises qui refont leur vie, une Polonaise.

35Les mariages mixtes se comptent sur les doigts. En 1924 et 1925, on enregistre cinq unions entre Polonais et jeunes filles slovaques, hongroises ou belges ; si la nationalité diffère, le statut d’immigré les rapproche. Les mariages polono-français sont encore plus exceptionnels. Le premier est célébré en 1924 entre un mineur polonais célibataire et une jeune veuve française, le second en 1925 entre un Français célibataire et une veuve polonaise, le troisième en 1926 – pas plus d’un par an, donc – unit un commerçant polonais fils de houilleur à une Française fille d’un délégué mineur, tous deux célibataires. Le manque de femmes de leur pays pousse quelques garçons à épouser une étrangère ; l’inverse est moins vrai. Sur les huit cas recensés de 1924 à 1926, sept concernent des Polonais et un seul, une Polonaise.

  • 10 Voir Chapitre V, p. 141.

36Conclure à la faiblesse des relations entre les deux communautés au vu des seuls mariages serait évidemment hasardeux. Le choix du conjoint engage l’avenir. Par contre, le fait de prendre pour témoin de ses noces un collègue ou un voisin ne prête pas à conséquence. Or en 1926, à fort peu d’exceptions près, c’est un garçon de leur nationalité que les jeunes époux convient pour cela. Aucun Polonais ne témoigne dans un mariage français, et sur les quatre signatures françaises au bas d’un acte polonais, il s’agit deux fois de l’employé de mairie appelé au secours à la dernière minute lorsqu’il n’y a personne d’autre présent. Pour 42 mariages intra-polonais, par conséquent 84 témoins, et en réalité 82, 80 sont eux-mêmes des citoyens polonais. Il n’existe peut-être pas de meilleure preuve de la coupure qui existe entre les deux groupes, alors que la disposition du logement à Sallaumines mêle les mineurs immigrés à ceux du pays et que la fréquentation est théoriquement favorisée par la mitoyenneté des jardinets prolongeant, à l’arrière, les maisons des corons10.

Cinq ans après

37En 1926, les Polonais de Sallaumines ne comptaient que peu d’années de séjour en France, et encore moins dans la commune étant donnée la mobilité qui caractérise les débuts du flux migratoire. Ce n’est plus le cas lors du recensement général de 1931. En cinq ans, la durée moyenne de résidence des Polonais dans la localité a plus que doublé. Les listes nominatives du recensement en portent témoignage, avec des familles de plusieurs enfants dont les deux ou trois derniers sont nés sur place.

38La pyramide d’âges s’est modifiée. En 1931, le groupe polonais est plus étalé dans le sens de la hauteur, en partie à cause du vieillissement naturel, en partie grâce aux facilités accordées aux parents à charge pour rejoindre en France leurs enfants qui y travaillent ; et tout comme dans le groupe français, les vétérans sont désormais des grand’mères. Deuxième changement notoire qu’annonçait la remarque précédente : le déséquilibre entre les sexes a diminué. Les femmes de plus de 15 ans représentent près de 36 % de la population adulte au lieu de 31 %, cinq ans auparavant. C’est lié à la politique de construction de logements de la compagnie des mines de Courrières et à l’encouragement donné à l’arrivée des épouses (paiement de 60 % des frais de voyage depuis 1928). C’est aussi la conséquence du temps qui s’écoule et fait passer des fillettes au-dessus de la barre des 15 ans.

39Aussi comprend-on que la base de la pyramide se soit encore élargie depuis 1926, puisqu’elle englobe les enfants nés sur place et ceux arrivés récemment de Pologne. La tranche la plus large reste cependant celle des hommes de 25 à 30 ans, l’âge le plus favorable au recrutement professionnel, compte tenu des impératifs du service militaire avant leur départ. Le tarissement de la source westphalienne contribue à rajeunir la population active masculine.

40Le schéma français a beaucoup moins évolué. On y retrouve, comme cinq ans avant, la forme approchée d’une authentique pyramide en une commune à forte natalité, l’équilibre général entre hommes et femmes et l’étirement du sexe féminin jusqu’à 85 ans.

41Le plus grand changement survenu dans le mouvement de la population depuis 1926 est un abaissement du taux de mortalité chez les Polonais : 8,5 ‰ au lieu de 13,7 ‰. Ce nouveau chiffre est infiniment plus faible que celui de la communauté française, invariablement situé autour de 15 ‰. Grâce à lui Sallaumines, avec 11,4 ‰, reste en avance sur le Pas-de-Calais (13,7 ‰) et surtout sur le taux national (16,2 ‰) qui s’améliore pourtant avec régularité (voir tableau, p. 369).

42Cette diminution provient de la brusque chute de la mortalité infantile polonaise : 93 ‰ en 1931 contre 167 ‰ en 1926. Le phénomène s’observe aussi dans les familles françaises, mais non pas à une telle échelle (voir tableau, p. 368). Les jeunes femmes polonaises, maintenant installées et habituées à leur nouveau cadre d’existence, soignent et alimentent mieux leurs bébés.

PYRAMIDES DES ÂGES A SALLAUMINES EN 1931

PYRAMIDES DES ÂGES A SALLAUMINES EN 1931

43La mortinatalité se réduit elle aussi, encore que de façon moins spectaculaire : 59 ‰ en 1931 au lieu de près de 75 ‰ en 1926, tandis que dans le groupe français elle remonte de dix points, si bien que les deux taux deviennent très proches (voir tableau, p. 368).

44A partir de 1927, les naissances polonaises en données brutes ont commencé à décroître. Il faut donc bien admettre un début de limitation volontaire de la part des familles. La courbe semble refléter la conjoncture économique. L’on y retrouve la courte crise de 1927, son prolongement en 1928 lié au décalage de neuf mois entre fécondation et accouchement, une reprise en 1929 et 1930, puis l’inquiétude latente de 1931 (voir tableau, p. 366). Rapporté au chiffre de la population polonaise de Sallaumines qui n’a jamais été aussi élevé que cette année-là, nous n’obtenons plus que le taux de 30 ‰, sensiblement en retrait sur celui de 1926. Comme les taux de natalité diminuent partout au cours des mêmes années – communauté française de Sallaumines, Pas-de-Calais, France toute entière (voir tableau, p. 367) –, 30 ‰ constitue encore un bon score. Pourtant, l’écart se resserre entre le taux polonais et le taux français de la localité.

45La fécondité, compte-tenu du nombre accru de femmes polonaises en âge de procréer, est en grand déclin : pour les enfants nés vivants, 142 ‰ en 1931 au lieu de 210 ‰ en 1926. Toujours largement supérieure à la fécondité française, elle s’en rapproche cependant (voir tableau, p. 367).

46Par contre, l’institution du mariage conserve ses caractères habituels. A Sallaumines en 1931, se célèbrent 52 noces polonaises, progression qu’explique la croissance de l’élément féminin. L’écart avec le nombre de mariages français est cependant loin d’être compensé (voir tableau, p. 370).

47Les garçons gardent l’habitude de choisir une épouse très jeune, maintenant entre eux la même forte différence d’âge ; l’année 1931 voit encore deux mariées polonaises de 15 ans et cinq de 16 ans, pour une seule Française de cet âge. Chez les hommes, le sommet de la courbe de fréquence s’établit toujours à 25 ans pour les époux polonais au lieu de 22 ans pour les Français (voir tableau, p. 370).

48Comme les années antérieures, nul divorce ne vient rompre en 1931 une union polonaise contractée antérieurement ; les Français y recourent déjà de façon régulière, avec 18 divorces en cinq ans (voir tableau, p. 370). Et sur les 52 mariages polonais célébrés en 1931, un seul se brisera plus tard.

49Enfin et surtout, les Polonais continuent à presque toujours se marier entre eux ou à prendre un conjoint d’une autre nationalité étrangère plutôt qu’un Français, lors des peu nombreux mariages mixtes. En 1931, l’on enregistre 5 unions polono-tchécoslovaques, 2 polono-yougoslaves et 3 polono-françaises seulement.

50Le choix des témoins confirme l’isolement persistant des Polonais de Sallaumines. En 1931, les jeunes époux les prennent tous, sans exception, parmi leurs compatriotes.

Dix ans après

51En 1936, la communauté polonaise de Sallaumines sort amoindrie de la crise économique. Départs volontaires, rapatriements forcés l’ont ramenée au chiffre de 4 809, comme à l’époque lointaine de 1924. Mais ceux qui restent comptent en moyenne une dizaine d’années de séjour dans la localité, davantage encore en France. Les premiers garçons nés sur place commencent à travailler : ils ont juste 14 ans.

PYRAMIDES DES ÂGES A SALLAUMINES EN 1936

PYRAMIDES DES ÂGES A SALLAUMINES EN 1936

52Tentons d’évaluer l’impact du facteur-temps sur une demi-génération.

  • 11 A.D. Pas-de-Calais, M 6677.

53La pyramide des âges perd de plus en plus le caractère original qu’elle avait au début. La partie droite, encore un peu mince, poursuit son rééquilibrage puisque les femmes représentent 42 % de la population adulte : les convois de retours ont emmené plus d’hommes seuls que de familles. La répartition par sexe des Polonais de Sallaumines s’aligne désormais sur celle de tous les étrangers en France, en attendant de la dépasser : en 1939, la commune comptera 44,7 % de femmes. Nous pouvons émettre l’hypothèse d’une évolution semblable dans les cités minières voisines étant donné que la proportion de femmes est de 43,3 % en 1936 et de 44,3 % à la veille de la guerre, pour tout l’arrondissement de Béthune11.

54Peu de changements concernent la longévité du groupe, toujours légèrement moindre que celle des Français. La principale différence entre les deux schémas réside dans l’étranglement de la partie gauche de la pyramide polonaise de 15 à 30 ans ; il traduit le vide consécutif aux renvois de jeunes ouvriers depuis 1932 et surtout depuis 1934.

55Il est intéressant de comparer la pyramide d’âges des Polonais de Sallaumines en 1936 avec celle construite pour l’ensemble de la population étrangère en France, la même année. Nous y trouvons une preuve de plus du sort particulièrement défavorable réservé aux travailleurs polonais pendant la crise économique : il n’y a pas de rétrécissement entre 15 et 30 ans chez les hommes, bien au contraire, dans le schéma général.

56Pour tout ce qui a trait à l’enfance, le comportement polonais se rapproche peu à peu du comportement français, à Sallaumines.

57En 1936, la limitation accrue des naissances touche les deux communautés. Jamais les taux de natalité n’ont été aussi proches l’un de l’autre : 21,3 ‰ chez les Polonais, 20 ‰ chez les Français (voir tableau, p. 367).

58La fécondité polonaise, légèrement supérieure encore qu’en chute vertigineuse, compense l’avantage que tirent les Français d’une population féminine plus dense. Entre les deux, l’écart est passé de 88 ‰ à 14 ‰ en dix ans, si l’on compte seuls les enfants nés vivants, de 98 ‰ à 17 ‰, en englobant les mort-nés (voir tableau, p. 367). De toutes manières, le fossé se comble.

59L’âge au mariage tend à s’aligner sur celui des jeunes gens du pays. Les Polonaises s’engagent un à deux ans plus tard, avec des garçons légèrement plus jeunes qu’avant. En 1936 la courbe de fréquence, en dent de scie, culmine trois fois pour les filles, à 16 ans, à 19 ans et à 22 ans. Celle des époux l’entrecroise, avec un sommet principal à 21 ans et deux autres, secondaires, à 23 et à 25 ans. C’est assez proche de l’âge des mariés français, dont les maxima s’établissent respectivement à 21 ans et entre 22 et 24 ans. Et ce qui retarde le mariage, réduit la fécondité.

60Noces plus tardives, grossesses plus espacées : le sort des jeunes femmes polonaises de Sallaumines commence à ressembler à celui des Françaises. Pourtant, la vie de famille dresse toujours entre elles un mur étanche. Le choix d’un conjoint non polonais reste un fait minoritaire (voir tableau, p. 370). L’année 1937 constitue une exception, non seulement à cause du nombre total de mariages mixtes – 16 –, mais parce qu’elle marque un rapprochement avec la communauté française : sur les 16, 14 sont des couples franco-polonais. Compte tenu de la durée moyenne des fiançailles, il est vraisemblable que les personnes concernées ont lié connaissance l’été précédent dans les fêtes et les bals du Front populaire. Néanmoins, en ce domaine comme partout ailleurs, la vague d’enthousiasme ne dure pas. Dès 1938, le phénomène régresse : cette année-là, on ne compte plus que sept mariages franco-polonais, et en 1939, trois seulement.

61Les mariages mixtes seraient un peu moins rares si les familles ne s’y opposaient pas. Les Polonais donnent encore plus difficilement leur accord à l’union d’un de leurs fils avec une Française que d’une de leurs filles avec un Français. Ils craignent pour leurs petits-enfants l’éducation différente que ne manquerait pas de leur donner une mère française. Sur 27 noces franco-polonaises célébrées de 1935 à 1939 inclus, il s’en trouve 10 dans un sens et 17 dans l’autre. La situation est donc renversée par rapport à celle de 1926 et celle-ci a davantage de chances de durer, car la première était conjoncturelle – manque de filles polonaises à marier – tandis que la seconde correspond aux préoccupations fondamentales des immigrés : conserver et transmettre leur identité culturelle.

62Au même rythme très lent, progresse le nombre de témoins d’une nationalité autre que celle des époux : trois fois en 1936, quatre fois en 1937, un Français signe au bas d’un acte de mariage intra-polonais. L’ouverture, d’ailleurs, se fait en sens unique. Aucun Polonais n’est encore convié comme témoin dans une noce française.

63En 1936 à Sallaumines, l’excédent des naissances polonaises sur les décès n’a plus la même importance que dix ans auparavant : 9,7 ‰ au lieu de 26,2 ‰, d’autant que le vieillissement progressif du groupe fait remonter à présent le taux de mortalité (voir tableau, p. 369). Le bénéfice sur le plan démographique escompté par les natalistes, ceux qui, lors des débats parlementaires précédant le vote de la loi de 1927 souhaitaient englober dans la communauté nationale les étrangers si prolifiques, tire à sa fin. Personne n’a pensé alors que des Polonais, en moins d’une génération, aligneraient leur taux de natalité sur celui des Français auprès desquels ils seraient appelés à vivre.

  • 12 A.D. Pas-de-Calais, M 6677.

64L’évolution de la natalité, de la mortalité infantile et de l’âge au mariage des Polonais de Sallaumines s’expliquent à la fois par l’amélioration de leurs conditions d’existence et par une sorte de mimétisme, d’adaptation aux habitudes qu’ils perçoivent alentour. Le maintien de l’endogamie répond au souci de « polonité ». Exactement l’inverse de ce que le pays d’accueil attendait d’eux.12

***

  • 13 C. Klessmann, op. cit. ; R.C. Murphy, Guestworkers in the German Reich. Boulder, Colo., E.E.M., 198 (...)
  • 14 Les Dossiers de l’Action populaire, 15 septembre 1925, art. cit.

65La tendance des Polonais à se marier entre eux se vérifie partout, et elle dure très longtemps. Dans la province de Westphalie de 1902 à 1912, la proportion de mariages mixtes ne dépassait pas 3,8 %. Et à Bottrop dans les années 1930, les unions intra-polonaises restent les plus fréquentes : 60,5 %13. En France, tous les observateurs notent le même phénomène, y compris à la campagne. L’Opieka Polska d’Amiens en 1925 estime à 9 % les mariages mixtes de Polonais dans le département de la Somme14. A la veille de la Deuxième Guerre mondiale, l’enquête d’Albert Demangeon et de Georges Mauco sur les étrangers dans l’agriculture fait ressortir l’originalité du comportement polonais par rapport à celui des ouvriers venus d’autres pays, et ceci en toutes régions :

  • 15 A. Demangeon et G. Mauco, Documents pour servir à l’étude des étrangers dans l’agriculture..., op. (...)

« Pas de mariages franco-polonais. » (Sailly-lès-Lannois, Nord).
« Les immigrés polonais... se marient entre eux. » (Babeuf, Oise).
« Jamais on ne voit un mariage franco-polonais. » (Pampelonne, Tarn).
« Une seule tentative de mariage mixte avec un Polonais n’a pas duré. » (Sainte-Alvère, Dordogne).
« Les Polonais aiment les fêtes, les bals et s’y mêlent à la population française. Mais les mariages mixtes ne sont pas très nombreux. » (Bohain, Aisne).
« Jamais de mariages entre Françaises et Polonais, mais quelques-uns entre Polonaises et Français. » (Carnières, Nord).
« Les jeunes Polonais vont retrouver les Polonaises dans les fermes voisines... Livrée à elle-même, sans famille, la jeune fille polonaise n’a pas toujours une conduite bien édifiante. Mais généralement, tout se passe entre compatriotes. » (canton de Valenciennes, Nord)15.

La dispersion propre au secteur rural ne modifie pas fondamentalement l’attitude polonaise. Le garçon parcourt volontiers le dimanche des kilomètres à pied ou à vélo pour fréquenter une fille de son pays.

66L’endogamie polonaise se double d’une endogamie interne. Les « Westphaliens » épousent des « Westphaliennes », les Ukrainiens, des Ukrainiennes. L’on note souvent des cas de retrouvailles de garçons et de filles du même village d’origine.

67En ce qui concerne la limitation des naissances dans les familles polonaises, nous manquons d’éléments comparatifs. Sujet tabou ou sujet oublié ?

68Globalement, les travailleurs polonais en France ont, dans l’entre-deux-guerres, moins d’enfants que leurs parents en Pologne. En une génération, la fécondité des familles diminue, même chez les « Westphaliens » : preuve qu’il ne s’agit pas du résultat exclusif du passage du village à la ville. Autre constatation : ceux qui se marièrent au pays et eurent là-bas leurs premiers nés, se mettent à espacer les naissances une fois parvenus en France. Le fait est surtout observable au cours de la décennie 1930. Au cours des premières années du flux migratoire, le rythme annuel des grossesses menées à terme se maintenait plus longtemps dans les foyers polonais. Les travailleurs qui arrivent vers la fin de l’ère de la prospérité subissent probablement une double influence, celle du comportement français (« les années creuses ») et celle de leurs compatriotes installés avant eux.

  • 16 Id., p. 589.

69La baisse progressive de la fécondité des familles d’ouvriers étrangers n’est pas une exclusivité polonaise. On l’observe à la même époque chez les Italiens, tant de Lorraine que de Gascogne16. Le processus surprend davantage quand il touche les Polonais, étant donnés l’isolement dans lequel ils vivent par rapport au milieu d’accueil, la solidité de la cellule familiale et l’intensité de leurs sentiments religieux.

70En pratique, catholicisme fervent et restriction des naissances peuvent fort bien coexister.

Les naissances a Sallaumines (1922-1939)

Les naissances a Sallaumines (1922-1939)

Source : Registres de l’état civil de Sallaumines.

La natalité a Sallaumines

La natalité a Sallaumines

D’après les registres de l’état civil

71A titre de comparaison :

Statistique Générale de la France

La fécondité a Sallaumines

La fécondité a Sallaumines

D’après les registres de l’état civil

72A titre de comparaison :

Pour toute la France

Pour toute la France

Statistique Générale de la France

Naissances illégitimes a Sallaumines

Naissances illégitimes a Sallaumines

D’après les registres de l’état civil

La mortinatalité a Sallaumines

La mortinatalité a Sallaumines

D’après les registres de l’état civil

73A titre de comparaison :

Statistique Générale de la France

La mortalité infantile a Sallaumines

La mortalité infantile a Sallaumines

D’après les registres de l’état civil

74A titre de comparaison :

Statistique Générale de la France

La mortalité a Sallaumines

La mortalité a Sallaumines

D’après les registres de l’état civil

75A titre de comparaison :

Statistique Générale de la France

Les nouveaux mariés a sallaumines (Par rapport à la population)

Les nouveaux mariés a sallaumines (Par rapport à la population)

D’après les registres de l’état civil

76A titre de comparaison :

Statistique Générale de la France

L’age DES nouveaux époux a Sallaumines (En pourcentages)

L’age DES nouveaux époux a Sallaumines (En pourcentages)

D’après les registres de l’état civil

Mariages et divorces a Sallaumines

Mariages et divorces a Sallaumines

D’après les registres d’état civil

Remariages a Sallaumines

Remariages a Sallaumines

D’après les registres d’état civil

L’extrême lenteur de l’ascension sociale

77Comment définir l’ascension sociale dans l’entre-deux-guerres ? Gagner davantage, être mieux logé, disposer de loisirs, devenir son propre maître en sont autant d’éléments qui ne s’additionnent pas toujours. L’ouvrier mineur soumis à l’autorité du porion est avantagé sur le plan matériel par rapport au petit agriculteur, plus libre que lui en ce qui concerne l’aménagement de son temps de travail. Y a-t-il progression dans l’échelle sociale lorsqu’un houilleur polonais du Nord s’installe comme métayer sur une terre de Gascogne ? Ce n’est pas prouvé.

78Les critères d’ascension sociale varient selon les types de sociétés. Les immigrés polonais venus de leur village privilégient l’indépendance de soi. Recrutés en France par les compagnies minières, ils ne considèrent pas, les premières années du moins, leur accession à l’industrie comme une promotion, plutôt comme un préalable à celle qu’ils entendent réaliser ensuite en leur pays, grâce à l’argent rapporté, sur une terre qui leur appartiendra. Ceux d’origine silésienne ou westphalienne se sont déjà coulés dans la condition ouvrière et leur attitude est différente, plus diversifiée d’ailleurs ; certains, par solidarité de classe, désirent rester des prolétaires, voire même des manœuvres pour pouvoir militer dans les syndicats sans courir le risque d’être rétrogradés ; d’autres envisagent de s’élever à l’intérieur de la profession de mineur ; leur rêve : devenir aide-porions ; il en est aussi qui, pour eux-mêmes ou pour leurs fils, cherchent une échappatoire.

79Le temps qui passe modifie les comportements. La vie dans les corons ou dans d’autres cités industrielles, la scolarisation des enfants, non pas la fréquentation mais le côtoiement d’ouvriers français entraînent des transformations de même nature que celles qui ont affecté les mineurs de Pologne prussienne pendant leur séjour en Westphalie : substitution progressive de critères d’ascension caractéristiques des civilisations urbaines à ceux, traditionnels, apportés de la campagne. Comme tous ne sont pas arrivés en France en même temps, à la veille de la Deuxième Guerre mondiale certains s’en tiennent encore aux schémas originels et d’autres, pas.

80Si nous admettons que le passage du statut de « travailleur agricole » à celui de « travailleur industriel » équivaut à une ascension sociale par l’amélioration des conditions de vie qui l’accompagne, la conclusion s’impose : ce premier degré est, pour les Polonais comme pour tous les étrangers en France, très facile à franchir jusqu’en 1931 puis, après une interruption de cinq ans et malgré les entraves légales, également réalisable de 1936 à 1939. L’étape suivante, par contre, se heurte à d’infinis obstacles. Le transfert des bassins miniers vers la région parisienne avec toutes les possibilités professionnelles qu’offre celle-ci reste rare, encore qu’un mouvement s’esquisse en ce sens, lors du Front populaire. S’embaucher chez Babcock à La Courneuve ou chez Renault à Billancourt, c’est troquer la nuit pour le jour mais rester salarié et souvent manœuvre. Dans les Houillères, le Polonais ouvrier à base 10 atteint généralement son bâton de maréchal. On cite ici ou là un aide-porion ou un porion polonais : porion alibi ! Quant au secteur tertiaire, il n’occupe en 1939 qu’une part infime des Polonais introduits en France sous contrat de travail.

81Utilisons de nouveau Sallaumines comme terrain d’investigation. Que deviennent les ouvriers de la compagnie des mines de Courrières lorsqu’ils demeurent dans la commune un laps de temps suffisamment long pour que l’on puisse les suivre d’un recensement quinquennal à l’autre ? La dominante charbonnière du bassin de Béthune réduit considérablement leur marge de manœuvre. Si, pour changer de condition, des Polonais quittent Sallaumines, nous perdons leur trace. C’est la limite de ce type de recherches sur terrain. Il convient donc de compléter le travail quantitatif par l’observation du devenir de quelques familles.

Colporteurs et boutiquiers

82Les listes nominatives des recensements généraux de la population fournissent, outre le nom, l’adresse, la nationalité, l’année et le lieu de naissance de chacun, trois renseignements utiles pour l’étude professionnelle :

  • l’activité exercée,
  • le nom de l’entreprise qui emploie la personne recensée, avec l’indication « patron », si cette personne travaille à son compte,
  • le lien de parenté avec le chef de famille, ce qui permet de repérer l’utilisation de la main-d’œuvre familiale dans les métiers artisanaux.

83Les registres d’état civil, en particulier les registres des mariages, complètent ces renseignements ; nous y trouvons jusqu’à six indications de professions, celles de chacun des époux et des quatre parents s’ils sont encore en activité. A Sallaumines, l’employé de mairie précise même : « retraité » pour les anciens mineurs.

84A travers ces deux sources d’informations complétées par les propos recueillis sur place, la pratique du petit commerce de détail apparaît comme le principal, sinon le seul moyen dont disposent les Polonais pour échapper au statut de « travailleur ».

  • 17 A.D. Pas-de-Calais, M 4330.

85En 1926, Sallaumines compte officiellement 30 boutiquiers polonais pour environ 1 800 ouvriers mineurs de la même nationalité. Le secteur de l’alimentation domine avec : 4 bouchers, 2 boulangers, 2 épiciers, 1 laitier, 4 débits de boissons inscrits sous des noms divers : café-bal, estaminet, buvette, cabaret, soit 13, près de la moitié du total. Les 17 autres se répartissent de la manière suivante : 5 tailleurs, 4 cordonniers, 3 coiffeurs, 2 photographes, 1 forgeron, 1 menuisier et 1 « commerçant » pour lequel il n’est fourni aucune autre précision quant à sa spécialité17.

86Ces boutiquiers prennent parfois comme local une pièce du logement fourni par la compagnie des mines de Courrières, dont les responsables ferment les yeux sur ce détournement d’utilisation. Ou bien, ils s’installent dans un baraquement donnant sur une ruelle des corons.

  • 18 Id., 1 Z 501, 4 novembre 1924.

87Trente, c’est très peu. Or déjà les commerçants sallauminois protestent contre ce qu’ils considèrent comme un accaparement, et le commissaire de police craint des incidents. Les Français déplorent d’une part que des Polonais ouvrent boutique sans avoir achevé leur contrat de travail, d’autre part que leur situation soit irrégulière c’est-à-dire que leur commerce ne soit pas déclaré18. S’agit-il de reproches fondés ?

88Il arrive que des Polonais s’installent à leur compte sans avoir terminé le contrat d’un an qui les lie à la compagnie de Courrières. Mais quelquefois, la femme est inscrite au registre du commerce. Nous avons trouvé, dans le quartier de l’Epinette à l’ouest de la ville, une « cabaretière » dont le mari était « houilleur ». Les hommes font alors des journées doubles et, après les huit heures passées à la mine, ils prennent place dans le petit magasin tandis que leur épouse s’efface pour vaquer aux soins du ménage. Les apparences sont trompeuses, et ce sont elles que relèvent les commerçants français.

89Des Polonais tiennent-ils des commerces clandestins ? C’est vraisemblable. Un cas est resté si célèbre, il fut si fréquent à Sallaumines que les gens âgés en conservent le souvenir : celui des merciers ambulants. Il n’y a aucun mercier polonais sur les listes nominatives du recensement de 1926. Or des mineurs immigrés achetaient des mètres de tissus, des réserves de fil et ils faisaient du porte à porte après la journée de travail, chez leurs compatriotes du coron. Il n’est nullement impossible que dans d’autres métiers, certains aient agi de même, soit parce qu’ils ignoraient la législation française sur le commerce, soit parce qu’ils voulaient tenter leur chance très petitement. On ne saurait nier le décalage qui existe entre la situation vécue et les professions signalées lors du recensement. D’ailleurs, le commissaire de police de la ville évaluait à 11 le nombre de boucheries polonaises et à 12 les débits de boissons en novembre 1924 (17). Plutôt que d’imaginer leur disparition en un aussi grand nombre au cours des seize mois suivants, on peut admettre que certains d’entre eux n’avaient aucune existence légale.

  • 19 A.M. Sallaumines.
  • 20 Voir Chapitre V, p. 129 et Chapitre IX, p. 267-268.

90Cherchons à savoir si ces petits commerçants sont bien des anciens mineurs ou des fils de mineurs. Les listes nominatives du recensement ne permettent guère de répondre à la question. Notons simplement que les deux photographes sont nés à Varsovie ; il y a de fortes chances pour qu’ils soient venus en France avec un visa individuel et qu’ils n’aient jamais été « houilleurs ». D’autre part, sur les cinq tailleurs, deux portent nom et prénom juifs. Peu de Juifs polonais travaillent dans les mines de charbon du Pas-de-Calais. Néanmoins, en décembre 1940 lorsque les autorités allemandes imposeront à toutes les administrations communales le décompte de leur population juive, Sallaumines fera état de trois familles parmi lesquelles quatre ouvriers mineurs : deux pères sur les trois et les deux fils aînés de l’un d’eux19. Aucun métier n’appartient de façon exclusive à un groupe ethnique ou religieux donné. S’il est excessif d’affirmer qu’aucun Juif polonais ne fut mineur de fond, ouvrier d’usine ou ouvrier agricole en France dans l’entre-deux-guerres20, il serait aussi inexact de prétendre que tous les tailleurs polonais étaient des Juifs, voire même tous les commerçants polonais. Il existe à cette époque, chez les immigrés de la région du Nord, parallèlement au petit commerce des corons, celui-là très majoritairement tenu par des fidèles de l’Eglise catholique, un commerce spécifiquement juif à Lens et à Lille. Et les métiers pratiqués sont souvent les mêmes. Pensons aux merciers ambulants cités plus haut. Des marchands juifs se rendent en train dans les cités minières et, munis de valises, font eux aussi du porte à porte. La présence simultanée de boutiques juives et non juives dans un périmètre restreint, de colporteurs juifs et non juifs proposant les mêmes produits à la clientèle sont d’ailleurs un facteur de rivalité et d’antipathie réciproques. Il y a bien dualité, mais la différence essentielle réside dans le processus d’accession à la profession. Les commerçants et artisans juifs du nord de la France l’étaient déjà en Pologne. Les autres, très rarement.

  • 21 42 mariages intra-polonais, plus un mariage mixte polono-français.

91En 1926, il est très difficile de mesurer l’ascension sociale entre générations en comparant la condition des jeunes Polonais avec celle de leurs parents, car le registre des mariages de Sallaumines ne fournit, sur 43 époux21, que huit fois l’indication du métier du père. Pour les 35 autres, nous trouvons la mention : « décédé en Pologne » ou, le plus souvent, une ligne blanche. Ou le fils est sans nouvelles de sa famille demeurée au pays, ou le père n’a pas, là-bas, d’activité fixe.

92Les 43 mariés polonais sont presque tous, eux-mêmes, ouvriers à la compagnie des mines de Courrières, à l’exception de trois : un monteur, un coiffeur, un commerçant. On ne sait rien des pères du monteur et du coiffeur – qui est peut-être d’ailleurs un garçon-coiffeur, car l’employé d’état-civil inscrit la profession que déclare l’intéressé et la formulation en est toujours très brève. L’un et l’autre épousent la fille d’un mineur polonais. Quant au jeune commerçant, né à Essen, « Westphalien » par conséquent, il est fils de mineur et prend pour femme une Française, fille d’un délégué mineur. On ne peut tirer aucune conclusion à partir d’un échantillon aussi réduit.

93Même pour les mariés français, au nombre de 63, la promotion s’amorce à peine. Sur les 28 qui ne travaillent pas dans les mines, seuls quatre sont des fils de mineurs. Les 24 autres évoluent hors du milieu minier : un instituteur fils d’instituteur, un boulanger fils de boulanger, etc. Les activités des gens du pays sont plus diversifiées que celles des immigrés, mais les catégories ont encore tendance à se reproduire d’une génération à l’autre.

94En 1931, Sallaumines compte 36 commerçants polonais déclarés et environ 1 900 ouvriers mineurs de la même nationalité. La proportion entre les deux professions est restée sensiblement identique. Pourtant, la situation a évolué.

95Les patronymes ne sont pas toujours ceux de 1926. Les deux photographes nés à Varsovie ont quitté la commune, les deux tailleurs juifs également. Par contre, six des commerçants de 1931 étaient encore mineurs cinq ans auparavant à Sallaumines, ce qui n’exclut pas que d’autres le fussent aussi, en habitant ailleurs.

96Les magasins, même alimentaires, quittent les ruelles des corons pour gagner l’artère principale, la Route nationale. On n’en trouve plus aucun dans le quartier de l’Epinette autour de la fosse n° 13, ni près de la fosse n° 4 et fort peu dans les corons au nord de la fosse n° 5. Un boulanger s’est installé dans une artère transversale, à proximité de l’église et du Rond-point : position stratégique à égale distance des maisons de mineurs et de la grande rue marchande. Cette translation est significative. D’une part, elle correspond à l’abandon du provisoire, à l’installation dans de vraies boutiques. Le commerçant polonais a désormais pignon sur rue à l’égal de ses collègues français. En second lieu, si la clientèle reste surtout polonaise, elle ne l’est plus à 100 %. On fait d’ailleurs fabriquer des étiquettes bilingues.

97Les entreprises prennent de l’extension. Un des boulangers a quatre employés, tous polonais, qu’il loge chez lui et un jeune porteur de pain qui habite chez ses parents. Un des bouchers, qui travaillait seul en 1926, a également quatre employés logés et un livreur. Un autre boulanger a trois commis logés, un boucher a engagé un aide. Il s’agit souvent de membres de la famille, jeunes beaux-frères, fils ou neveux, certainement peu rémunérés. Il n’en faut pas moins subvenir à leur entretien.

98A côté de ces changements notoires, il existe une permanence. Ce sont toujours les mêmes professions qui l’emportent : 4 bouchers, 5 boulangers, 2 épiciers, 7 cafetiers, soit 18 dans l’alimentation, très exactement la moitié. Plus : 8 tailleurs, 4 cordonniers, 1 horloger, 1 photographe, 1 marchand forain, 3 commerçants (sans autre indication sur la nature de leur commerce).

99Certains couples se livrent encore à une activité mixte. Sur les 36 commerçants, on relève cinq femmes, parmi lesquelles une bouchère dont le mari est ouvrier mineur. D’autres, au lieu de se lancer directement dans les affaires, commencent par prendre en gérance un magasin français. Et dans les corons, il existe encore de toutes petites échoppes, celles-là non déclarées et ouvertes assez récemment par les moins expérimentés. Le problème reste complexe et les listes nominatives du recensement, comme cinq ans auparavant, n’en donnent qu’une vision partielle.

100Sur l’activité de la génération précédente, nous sommes mieux renseignés qu’en 1926 grâce au fait que, dans les registres des mariages, la profession du père est plus souvent indiquée : à peu près une fois sur deux. Ces hommes sont, soit cultivateurs en Pologne, soit ouvriers mineurs en France. L’unique exception est constituée par un marchand juif de Lens dont le fils épouse une jeune fille de Sallaumines. Les 55 jeunes mariés eux-mêmes se répartissent ainsi : 47 « houilleurs », 2 manœuvres, 2 mécaniciens, 1 tréfileur, 1 menuisier, 2 commerçants. On ignore si le menuisier travaille à son compte et s’il tient boutique. Restent les deux commerçants, le fils de celui de Lens et l’autre – cas unique – qui est fils de mineur.

101La mine impose donc encore sa loi. D’ailleurs, sur 73 mariages contractés entre Français, parmi lesquels cinq commerçants, on ne trouve qu’un cordonnier qui soit fils de mineur. Les pères des quatre autres sont, l’un directeur d’école, deux commerçants eux-mêmes et le dernier, rentier.

102Malgré la crise économique, Sallaumines compte officiellement 46 commerçants polonais en 1936, tandis que les ouvriers mineurs ne sont plus que 1 400. Globalement, le nombre de boutiquiers a augmenté, et proportionnellement, bien davantage. Pourtant certains de ceux installés en 1931 ont disparu. En particulier, dans la portion de la Route nationale appelée « rue Edouard Vaillant », en plein centre de la ville, il n’y a plus que deux commerçants polonais au lieu de sept. Les magasins existent toujours, mais ils ont été repris par des Français.

103Le commerce alimentaire s’est encore développé : 12 bouchers, 1 charcutier, 6 boulangers, 2 épiciers, 7 cafetiers, soit 28 cas sur 46, c’est-à-dire 60 % du total. Plus : 4 tailleurs, 2 cordonniers, 1 horloger, 1 photographe, 1 marchand forain, 8 commerçants (sans autre précision), 1 négociant. Le fait que la catégorie des « commerçants » dont on ignore ce qu’ils vendent atteigne le chiffre de 8, soit 17 %, rend les interprétations assez aléatoires. S’ils proposent un peu de tout, ils peuvent encore accroître la part du commerce alimentaire.

104Les professions restent à peu près les mêmes, mais certaines se gonflent ou se dégonflent : 12 bouchers au lieu de 4 auparavant ; 4 tailleurs au lieu de 8. Malgré les apparences, le marchand forain a changé : celui de 1931 qui était juif est parti ; celui-ci est installé rue de Caen, une ruelle près de la fosse n° 13 où il habitait déjà cinq ans plus tôt lorsqu’il travaillait à la mine. Trois commerces sont encore tenus par des femmes dont le mari est « houilleur ». Et l’un des cafetiers salarie et loge chez lui un garçon-coiffeur qui exerce dans un coin de son magasin. La colonie polonaise n’a donc pas renoncé aux activités mixtes et aux couplages de tous genres. Quant au négociant, c’est le frère cadet d’un des patrons bouchers. En 1931, celui-ci l’employait comme commis : mutation intéressante.

105Le registre des mariages confirme ce que l’examen des listes nominatives du recensement permettait d’entrevoir. Le carcan de la mine se desserre et un début de promotion sociale se fait jour, tant au cours des carrières professionnelles que d’une génération à l’autre. Dans une communauté saignée par les rapatriements et appauvrie par la crise, l’on se marie peu en 1936 : deux fois moins qu’en 1931. Or, sur les 28 jeunes époux polonais, il n’y a plus que 19 « houilleurs ». Des ouvriers, naguère salariés de la compagnie de Courrières, ont quitté Sallaumines, soit pour rentrer dans leur pays, soit pour occuper un emploi de travailleur agricole. La diminution du nombre de mineurs est donc loin de constituer un progrès. Pourtant, sur les neuf autres, nous trouvons cinq commerçants et un employé de bureau. Et tous les six sont des fils de mineurs. La crise économique a eu, par conséquent, des effets contraires sur la colonie polonaise : d’un côté, le départ de chômeurs dépourvus de ressources, de l’autre, le développement du petit commerce. En fait, les deux phénomènes sont liés. Des ouvriers alertés par la réduction des horaires de travail dès 1931-1932, n’ont pas attendu que la situation se dégrade davantage pour tenter leur dernière chance en s’installant à leur compte, ce qui suppose évidemment un minimum d’économies. Les autres ont vu leur maigre pécule fondre jusqu’à disparaître. La crise est génératrice de différenciation sociale, chez les immigrés, avec une tendance générale à l’appauvrissement et quelques exceptions dans le sens inverse. Les commerçants eux-mêmes ne sont pas à l’abri : certains sont contraints de céder leur magasin, comme nous l’avons vu. Il en est qui se replient dans les corons, afin de réduire leurs frais.

106En tous cas il devient inutile, voire même dangereux, de ne pas déclarer son activité puisque le rapatriement guette, surtout en 1934 et 1935, les Polonais sans travail. Si bien que le chiffre de 46, établi à partir des listes nominatives du recensement est moins la preuve d’un accroissement réel du nombre des boutiques que la manifestation de la quasi-disparition du commerce clandestin.

107Les changements survenus en 1936 représentent-ils une exception ou sont-ils le point de départ d’une évolution irréversible ? Le dépouillement des registres d’état civil jusqu’à l’année de la guerre permet d’esquisser une réponse.

108En 1937, avec la reprise économique, les mariages redeviennent plus nombreux. Or, sur 49 jeunes époux polonais, on ne compte que 2 commerçants contre 41 « houilleurs » (plus quelques garçons-livreurs, garçons-bouchers, etc.). En 1938, nouveau rush vers la mairie : sur 60 mariés polonais, 3 commerçants pour 53 « houilleurs ». En 1939 : 45 mariages parmi lesquels ceux de 41 « houilleurs » et d’un seul commerçant. On est donc revenu à la situation antérieure. Ce que la crise avait provoqué était éphémère et la compagnie des mines de Courrières qui embauche de nouveau des travailleurs étrangers a retrouvé sa position dominante.

109Par contre, d’une génération à l’autre, le passage est très net du statut de salarié à celui de petit patron. Tous ces boutiquiers sauf un, ont pour père un mineur ou un ancien mineur. De ce point de vue, le décollage de 1936 semble bien se confirmer.

110Les commerçants se marient tout de même beaucoup à Sallaumines : un calcul du taux aboutirait à un résultat nettement supérieur à la normale. On peut admettre que ce sont des hommes jeunes qui, une fois installés, prennent femme afin de parfaire leur statut social et pour qu’elle les aide à tenir la boutique.

L’assise incertaine du petit commerce polonais

111Les mineurs polonais las de descendre au fond des puits et de travailler sous la férule d’un chef n’ont pas grand choix. Peu nombreux, nous l’avons vu, sont ceux qui partent comme colons-partiaires ou comme métayers dans le sud-ouest de la France. En général, ils s’accrochent à l’idée de ne retourner à l’agriculture que dans leur pays, sur une terre à eux. En attendant, ils préfèrent rester à Sallaumines ou dans toute autre cité minière parce qu’ils y souffrent moins d’isolement. Or leur niveau d’instruction ne dépasse pas, au mieux, le certificat d’études primaires – ou plutôt son équivalent allemand. Et l’on compte encore, parmi ceux arrivés des provinces du sud et de l’est, bon nombre d’analphabètes. Les croix en guise de signatures sur les registres d’état civil en témoignent. Les emplois de bureaux leur sont donc pratiquement inaccessibles, d’autant que lorsqu’ils savent lire et écrire, c’est rarement en langue française. A Sallaumines, pour un jeune typographe au journal Narodowiec (édité à Lens, la commune voisine) et une employée au consulat polonais de Lille, combien n’ont d’autre perspective que la boutique : commis, vendeurs s’ils n’ont aucune ressource, à leur compte dans le meilleur des cas. La scolarisation dans les écoles françaises produira surtout ses effets après 1945, avec la deuxième génération, celle née ou tout au moins élevée dans les corons. Les Français de Sallaumines, comme de l’ensemble du bassin minier, ont davantage d’ouverture : ils peuvent devenir employés dans les bureaux de la compagnie houillère, employés de mairie, employés aux chemins de fer, employés des postes, employés de banque, employés au syndicat des mineurs, sans compter la garde républicaine et l’armée de métier, par définition fermées aux étrangers.

  • 22 En 1913, 1,3 % des commerçants de Rhénanie-Westphalie sont des Polonais, souvent anciens mineurs qu (...)

112Les commerçants polonais sont plus souvent des anciens « Westphaliens » que des immigrés venus directement du pays. Bien des raisons l’expliquent. Les « Wesphaliens » sont issus d’un milieu déjà urbanisé. Ouvriers qualifiés, ils touchent de meilleurs salaires et mettent plus facilement de l’argent de côté. D’autre part, ils ont vu là-bas avant 1918 des compatriotes ouvrir des magasins. Les motifs en étaient les mêmes que plus tard en France : le logement des Polonais par quartiers entiers incitait à créer des structures pour eux seuls et, bien que citoyens du Reich, ceux venus des « provinces de l’Est », peu prisés, n’avaient aucune chance de devenir fonctionnaires22. Il est rare que les boutiquiers polonais de Westphalie aient quitté l’Allemagne pour la France après la guerre. Ce ne sont donc pas les mêmes ; néanmoins, leur exemple a joué. Dans le registre des mariages de 1938 à Sallaumines, les six jeunes époux polonais qui ne travaillent pas à la mine, soit les trois commerçants, deux ajusteurs et un préparateur en pharmacie sont tous nés en Westphalie : à Bottrop, à Recklinghausen, à Bochum, et tous de pères ouvriers mineurs. Cependant cette dominante ne constitue pas un monopole. Les « Westphaliens » sont plus nombreux, ils commencent plus tôt, mais certains Polonais n’aiment pas acheter chez eux, non seulement parce qu’ils détestent entendre parler l’allemand ou un polonais germanisé et guttural, mais parce qu’ils ont l’impression d’être méprisés, eux les « péquenots », par ces « messieurs » de la ville. Ceci donne évidemment leur chance aux autres, ceux chez qui l’on peut bavarder à loisir, dans la boutique desquels on se sent vraiment chez soi.

113Originaires de Westphalie ou non, ces petits commerçants manquent le plus souvent de toute formation professionnelle. Seuls les tailleurs, les cordonniers et les horlogers ont appris leur métier en Pologne, quitte à l’avoir interrompu quelques années pour venir en France travailler dans les mines. Ceux qui ouvrent un magasin alimentaire n’ont en général d’autres notions que celles acquises jadis à la campagne et transmises de génération en génération. Les femmes savent toutes pétrir la pâte à pain. Les hommes savent tuer et découper le cochon. Tenir une épicerie-buvette semble encore plus facile au profane. Et la réglementation sur ces métiers est très souple alors en France. L’apprentissage existe, mais qui vient en contrôler l’exécution ? On comprend ainsi la prépondérance du commerce alimentaire. C’est celui qui correspond le mieux aux besoins immédiats de la clientèle polonaise. C’est surtout le plus accessible. Nous observons d’ailleurs des permutations surprenantes : à Sallaumines, un Polonais inscrit comme boucher aux recensements de 1926 et de 1931 est devenu boulanger en 1936. Les témoignages recueillis sur place confirment la tendance : en 1930, une Polonaise ouvre un débit de boisson ; elle succède à un compatriote qui se lance dans la boucherie sans l’avoir apprise ; celui-ci reprend un fond de boucher à un autre Polonais qui décide de tenter sa chance dans la boulangerie. Et ainsi de suite.

114Faut-il s’étonner, dans ces conditions, du grand nombre de faillites ? Le commerce ne constitue pas un milieu stable. Tentatives artificielles pour la plupart, les petites entreprises polonaises changent souvent de mains. A l’heure actuelle, plusieurs des boutiquiers polonais de Sallaumines sont les fils de ceux qui, avant-guerre, ont réussi. L’on est frappé par la continuité du processus familial. Cependant la survie des plus robustes ne doit pas faire oublier les échecs des autres. Tout y concourt : l’absence de qualification certes, mais aussi la méconnaissance de la réglementation commerciale, l’insuffisance des capitaux qui rend vulnérable en période de récession – nous avons vu l’incidence de la grande crise économique sur les magasins polonais de la rue Edouard Vaillant –, la malhonnêteté des prêteurs d’argent ou simplement leurs exigences de remboursements, enfin la concurrence des établissements français qui joue bien davantage à partir du moment où les immigrés les rejoignent sur la Route nationale : les étiquettes bilingues fleurissent à tous les étalages et les ménagères polonaises savent compter.

115En 1931, le Conseil d’Organisation des Polonais de l’Etranger (Varsovie) publie un rapport montrant que le petit commerce du nord de la France qui n’a jamais été très florissant est en train de perdre du terrain. Et l’on n’est encore qu’à l’aube de la crise.

« Il est donc nécessaire d’assurer nous-mêmes l’encadrement de ces boutiquiers grâce à des organisations coopératives »,

  • 23 A.A.N., K.M. 419, 24 novembre 1931.
  • 24 Seule la coopérative de consommateurs fondée à Maries (P.-de-Cal.) en 1926 et nommée Zgoda (La Conc (...)

conclut l’auteur de l’enquête, Bolesiaw Przegaliński, farouche défenseur depuis plusieurs années du mouvement coopératif23. Vœu pieux ! Le dit Conseil ne dispose pas de crédits suffisants pour soutenir les coopératives et les intéressés eux-mêmes se montrent réticents. Ils soupçonnent les magasins coopératifs de leur faire concurrence, donc de leur nuire au lieu de les aider. En s’installant à leur compte, ils veulent « être leur maître » et non pas retomber dans les ornières d’un système qui les dépasse. Tout compte fait, ils préfèrent encourir les risques de l’échec plutôt que de subir une tutelle quelconque24. Les disparitions successives de magasins polonais autour d’eux ne troublent pas ceux qui se lancent à leur tour.

116Finalement, la pratique du petit commerce constitue moins une rupture avec le milieu dominant qu’un appendice. Nous observons une rotation constante entre les deux secteurs, la boutique et la mine. Les commerçants polonais viennent du salariat et parfois y retournent. Tel ouvrier boulanger, ancien « houilleur », ouvre un magasin en 1928. Il loue un âne et une charrette afin de porter le pain à domicile chez les Polonais du coron et croit que son courage lui suffira pour réussir. Il emprunte, s’endette et doit abandonner au bout de dix-huit mois, amer, déçu, sans bien comprendre. Son ancien patron boulanger n’a plus besoin de lui. Il retourne donc frapper au bureau d’embauche de la compagnie des mines de Courrières lui qui, cinq ans plus tôt, avait cru dire adieu à la fosse.

117Mais il existe aussi une complémentarité entre les deux domaines. Le boutiquier qui n’a pas besoin d’un commis envoie son fils travailler comme mineur. C’est le cas du marchand forain de 1936 dont le garçon a 18 ans. C’est le cas également d’un épicier-cafetier de la Route nationale.

  • 25 Voir les deux numéros spéciaux de la revue Le Mouvement social, 1979 (n° 108) et 1981 (n° 114), con (...)

118L’osmose entre la boutique et les professions salariales prévalut longtemps en France, au xixe siècle25. Ici, le fait est plus tardif et particulièrement fréquent. Il témoigne de la permanence du processus et du décalage chronologique dans lequel vivent les immigrés récents.

  • 26 A.D. Moselle, 27 Z 81 : autorisations accordées par la sous-préfecture de Thionville pour l’ouvertu (...)

119Si limitées dans leurs ambitions et dans leurs résultats que soient ces micro-entreprises populaires du Nord et du Pas-de-Calais, elles n’en constituent pas moins un phénomène spécifique, lié à la forte concentration de la population polonaise. En Lorraine, rien de semblable : un café-épicerie de loin en loin, souvent non déclaré26. Dans les cités minières du Massif central, pas davantage.

  • 27 E. Gogolewski, « Kupiec Polski we Francji, organe des commerçants polonais en France ». Colloque La (...)

120L’Union des Commerçants polonais en France, déclarée à la sous-préfecture de Béthune le 24 mai 1933 et liée au Conseil d’Entente, est essentiellement une association régionale : sur 15 districts, 10 se situent dans les deux départements du Pas-de-Calais et du Nord ; les cinq autres – Metz, Nancy, Paris, le Centre, etc. – recouvrent des espaces d’autant plus vastes que les boutiquiers polonais se font plus rares. Et encore attire-t-elle dans ses rangs des commerçants qui tous n’arrivèrent pas en France en tant qu’ouvriers. Les chiffres dont elle fait état – 1 000 membres en 1933, 498 en 1936 – nous renseignent sur un point : l’effet dévastateur de la crise économique, que le décret-loi du 12 novembre 1938 instituant une carte d’identité pour les commerçants viendra encore prolonger27.

121Le fait d’ouvrir boutique est-il réellement un facteur d’ascension sociale pour un mineur polonais ?

122Catégorie objective, la promotion par le commerce suppose la réussite et des ressources améliorées par rapport au salaire antérieurement perçu. Catégorie subjective, elle peut se mesurer aux modifications du comportement et aux réactions de l’entourage.

123Il est difficile de comparer les bénéfices du commerçant et les rentrées fixes de l’ouvrier. En l’absence de livres de comptes, nous n’avancerons guère sur ce terrain. Une recherche dans ce sens supposerait d’ailleurs la prise en considération de tous les boutiquiers, y compris les faillis. Le succès, lorsqu’il survient, reste le plus souvent modeste et la satisfaction qu’en éprouve l’ancien « travailleur » est d’ordre essentiellement psychologique. Celui qui a tenu un magasin, si brève soit l’expérience, ne l’oubliera plus et ses projets s’en trouvent bouleversés. Au lieu d’aspirer à l’achat d’un bien fond en Pologne, il songe à l’acquisition d’une boutique plus spacieuse et d’un stock de marchandises. Si la chance lui sourit, que la guerre ne détruit pas son échoppe ni ne l’oblige à s’en séparer, il restera en France après la Deuxième Guerre mondiale, tout comme les commerçants polonais de Westphalie sont restés en Allemagne après 1918.

124De 1933 à 1939, le mensuel Kupiec Polski we Francji, organe de l’Union des Commerçants, insiste sur le patriotisme de ses adhérents et affirme que, pour eux comme pour les autres, le séjour en France est provisoire (26). Certes, les boutiquiers se veulent bons Polonais mais, même sans le changement de régime survenu à Varsovie en 1945, ils ne seraient guère repartis en Pologne. L’installation à son compte d’un ancien ouvrier constitue, quelles que soient ses motivations de départ, un puissant facteur d’enracinement.

***

  • 28 D. Braun, divers articles parus dans la presse spécialisée, le dernier en date : « Nos ancêtres les (...)

125Infime mais révélatrice, l’ascension par le football s’amorce également au cours des années 1930. C’est sur les terrains vagues, autour des terrils et parfois en tapant dans une vieille boîte de conserves que des garçons de la région de Lens commencent à s’entraîner. Ils jouent d’abord au sein d’équipes polonaises, s’affirment dans des championnats entre clubs polonais. Plus doués que la moyenne, quatre « Westphaliens », Wawrzeniak, Kowalczyk, Nowicki et Dembicki deviennent professionnels dès avant guerre puis seront sélectionnés en équipe de France. D’autres plus célèbres, après 1950, Kopa en tête, effaceront le souvenir des premiers qui ont pourtant tracé la voie28. La pratique du football est très répandue dans les corons, chez les jeunes Français comme chez les fils d’immigrés : un sport peu onéreux. Mais en faire son métier n’est réservé qu’à une minorité. L’absence de perspectives d’ascension sociale semble avoir poussé les Polonais à exploiter cette veine. Eux aussi, bien sûr, resteront en France.

126Le fait d’avoir trouvé quelques fils de mineurs promus commerçants ou footballeurs ne saurait faire illusion sur le sort du plus grand nombre. En 1939, quel que soit le désir de leurs parents ou le leur, les enfants d’ouvriers polonais plus encore que ceux des Français, quand ils ont 14 ans, deviennent ouvriers à leur tour et la plupart du temps dans la même unité de production. Il s’agit de garçons nés au milieu des années 1920. Leurs cadets, de cinq à dix ans plus jeunes, grandissent dans des conditions différentes. Moins ballottés au cours de leur petite enfance, scolarisés à l’âge normal donc promis au certificat d’études primaires et parfaitement francophones, ils deviendront citoyens français par option lors du service armé. En outre, grâce à la pratique du polonais en famille, le bilinguisme leur fournit un atout certain sur le plan du développement des mécanismes mentaux. Reste cependant l’emprise de l’employeur. Lorsque la compagnie des mines menace le père :

« Si votre fils ne vient pas travailler tout de suite chez nous, ensuite ce sera trop tard. Nous n’en voudrons plus »,

il est rare que l’enfant poursuive des études au cours complémentaire ou dans une classe technique, même si le maître d’école l’y encourage. Les Polonais n’ont pas oublié les convois de rapatriements de 1934-1935 et la peur joue chez eux dans le sens d’une extrême prudence dont les compagnies houillères savent profiter. En outre, les bourses sont réservées aux écoliers de nationalité française : seuls les fils d’immigrés polonais dont les parents ont procédé à une « déclaration acquisitive » ou ceux, aussi peu nombreux, dont le père est naturalisé peuvent y prétendre.

127Une comparaison avec la communauté polonaise de la Ruhr et avec celle des Etats-Unis s’impose.

  • 29 V. Greene, « Poles ». Harvard Encyclopedia of American ethnie groups. Ed. Stephan Thernstrom, 1980, (...)

128Aux U.S.A., si les immigrés polonais restent en bas de l’échelle sociale par rapport aux W.A.S.P. – White Anglo-Saxon Protestants – et s’ils ne deviennent pas millionnaires, ils n’en amassent pas moins un petit bien qui, eu égard à l’extrême pauvreté de leurs parents restés en Pologne apparaît comme une véritable fortune. La majorité vit d’un travail salarié : mineurs de charbon en Pennsylvanie, ouvriers de fabriques dans les centres urbains situés du Massachusetts aux Grands Lacs. Mais déjà certains sont parvenus à s’installer comme fermiers dans le Middle West ou se sont lancés dans les affaires29.

  • 30 C. Klessmann, op. cit.

129En Allemagne rhénane, l’ascension sociale fut beaucoup plus lente et limitée quantitativement. Les mineurs polonais devenus ouvriers qualifiés avant 1914, plafonnaient à ce stade. Les carrières administratives, nous l’avons vu, leur étaient pratiquement fermées ; le petit commerce n’occupait qu’une partie infime d’entre eux et se portait plutôt mal : comme plus tard en France, le manque de formation professionnelle et la concurrence des détaillants allemands entraînaient de nombreuses faillites30. Or, ce n’est pas une question de délais : le séjour des Polonais en Rhénanie-Westphalie avant la Première Guerre mondiale a duré en moyenne plus longtemps que sur le territoire français dans l’entre-deux-guerres. On ne peut pas invoquer non plus la conjoncture économique puisqu’en Allemagne comme aux Etats-Unis, à la phase de dépression (1873-1895) a succédé une phase d’expansion (1895-1913).

130Il faut en conclure que l’Europe occidentale, de la fin du xixe siècle au premier xxe siècle possède en commun nombre de caractères propres, au mépris des frontières et des régimes politiques. De toutes façons, le métier de mineur constitue un mauvais tremplin pour une ascension sociale rapide, au sens moderne du terme. A fortiori, lorsqu’il s’agit de travailleurs étrangers.

Notes

1 A. Paczkowski, Prasa i spoleczność polska..., op. cit., p. 195. Id., « La presse des émigrés polonais en France... », art. cit., p. 160.

2 G. Bellart, P. Bougard, C. Rollet, Paroisses et communes de France. Dictionnaire d’histoire administrative et démographique : le Pas-de-Calais. Univ. de Lille III, Ed. universitaires, 1975, 2 vol., 1 438 p.

3 A.M. Sallaumines, registre des demandes de naturalisations (1932 = 1re année).

4 Calculs effectués à partir des listes nominatives des recensements quinquennaux. A.D. Pas-de-Calais, M 4330, M 4367 et M 4395.

5 La réputation qu’ont les jeunes Polonaises de procréer hors mariage, la désolation que cela provoque chez les aumôniers et les soins qu’apportent les Comités de Protection des Femmes étrangères employées dans l’agriculture pour tenter de lutter contre, ne trouvent pas ici confirmation. Le phénomène est manifestement plus répandu à la campagne, lié à l’isolement des ouvrières. A Sallaumines, la vie de famille l’emporte et avec elle, la virginité des filles ou, à tout le moins, un mariage en catastrophe dans le cas inverse.

6 Alliance d’Hygiène sociale, La lutte contre la mortalité infantile dans le Pas-de-Calais et le Nord. Congrès d’Hygiène sociale d’Arras, juillet 1904. Bordeaux, 1904, 60 p. ; S. Cabaj, « La mortalité infantile dans le Pas-de-Calais de 1919 à 1970 ». Revue du Nord, 1974, p. 411-420.

7 Comité d’Assistance des Régions libérées, Notre œuvre de consultation de nourrissons, 1920-1922. Lille, Impr. Plateau, 1923, 23 p. ; A.M. Sallaumines : registre de fréquentation des consultations de nourrissons, 1920-1926.

8 Statistique générale de la France, La mortalité professionnelle en France. Bulletin spécial consacré à ce sujet, juillet 1912, p. 412. Id. Table de mortalité des ouvriers mineurs, 1923-1928. Paris, Impr. nationale, 1933, 40 p.

9 En principe, un en Pologne, un à Toul et le troisième à l’arrivée sur le lieu de travail. Voir Chapitre III, p. 52, 53, 55-60, 74, 75, 77.

10 Voir Chapitre V, p. 141.

11 A.D. Pas-de-Calais, M 6677.

12 A.D. Pas-de-Calais, M 6677.

13 C. Klessmann, op. cit. ; R.C. Murphy, Guestworkers in the German Reich. Boulder, Colo., E.E.M., 1983, 225 P.

14 Les Dossiers de l’Action populaire, 15 septembre 1925, art. cit.

15 A. Demangeon et G. Mauco, Documents pour servir à l’étude des étrangers dans l’agriculture..., op. cit., p. 353- 427.

16 Id., p. 589.

17 A.D. Pas-de-Calais, M 4330.

18 Id., 1 Z 501, 4 novembre 1924.

19 A.M. Sallaumines.

20 Voir Chapitre V, p. 129 et Chapitre IX, p. 267-268.

21 42 mariages intra-polonais, plus un mariage mixte polono-français.

22 En 1913, 1,3 % des commerçants de Rhénanie-Westphalie sont des Polonais, souvent anciens mineurs qui ont économisé sur leurs salaires pour s’installer (C. Klessmann, op. cit.).

23 A.A.N., K.M. 419, 24 novembre 1931.

24 Seule la coopérative de consommateurs fondée à Maries (P.-de-Cal.) en 1926 et nommée Zgoda (La Concorde) connaît un développement harmonieux (A.A.N., K.M. 419).

25 Voir les deux numéros spéciaux de la revue Le Mouvement social, 1979 (n° 108) et 1981 (n° 114), consacrés aux conclusions de l’enquête de l’I.F.H.S. sur la petite entreprise.

26 A.D. Moselle, 27 Z 81 : autorisations accordées par la sous-préfecture de Thionville pour l’ouverture des débits de boissons de 1901 à 1935 ; il n’y figure aucun Polonais.

27 E. Gogolewski, « Kupiec Polski we Francji, organe des commerçants polonais en France ». Colloque La presse polonaise en France, Univ. Lille III, 20-22 nov. 1984.

28 D. Braun, divers articles parus dans la presse spécialisée, le dernier en date : « Nos ancêtres les Polaks », Le Sport, 28 novembre 1987. Edouard Wawrzeniak, dit Waggi, né à Oberhausen en 1912, a été international en 1935. Ignace Kowalczyk, né en 1913 à Kastrop, fut international en 1935-1938. Edmond Nowicki, né en 1912 en Allemagne devint international en 1936-1937. Stanislas Dembicki, professionnel avant 1939, n’a pas été sélectionné en équipe de France.

29 V. Greene, « Poles ». Harvard Encyclopedia of American ethnie groups. Ed. Stephan Thernstrom, 1980, 1076 p. ; Pamiȩtniki Emigrantów – Stany Zjednoczone (Mémoires des Emigrants polonais – Etats-Unis). Varsovie, Książka i Wiedza, 1977, 2 vol., 619-632 p.

30 C. Klessmann, op. cit.

Table des illustrations

Titre Sujets des éditoriaux des deux principaux quotidiens1
URL http://books.openedition.org/psorbonne/docannexe/image/51003/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 17k
Titre Répartition des habitants de Sallaumines par nationalité4
URL http://books.openedition.org/psorbonne/docannexe/image/51003/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 20k
Titre PYRAMIDES DES ÂGES A SALLAUMINES EN 1926
URL http://books.openedition.org/psorbonne/docannexe/image/51003/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 31k
URL http://books.openedition.org/psorbonne/docannexe/image/51003/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 11k
Titre PYRAMIDES DES ÂGES A SALLAUMINES EN 1931
URL http://books.openedition.org/psorbonne/docannexe/image/51003/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 37k
Titre PYRAMIDES DES ÂGES A SALLAUMINES EN 1936
URL http://books.openedition.org/psorbonne/docannexe/image/51003/img-6.jpg
Fichier image/jpeg, 33k
URL http://books.openedition.org/psorbonne/docannexe/image/51003/img-7.jpg
Fichier image/jpeg, 16k
Titre Les naissances a Sallaumines (1922-1939)
Crédits Source : Registres de l’état civil de Sallaumines.
URL http://books.openedition.org/psorbonne/docannexe/image/51003/img-8.jpg
Fichier image/jpeg, 20k
Titre La natalité a Sallaumines
Crédits D’après les registres de l’état civil
URL http://books.openedition.org/psorbonne/docannexe/image/51003/img-9.jpg
Fichier image/jpeg, 13k
Crédits Statistique Générale de la France
URL http://books.openedition.org/psorbonne/docannexe/image/51003/img-10.jpg
Fichier image/jpeg, 9,5k
Titre La fécondité a Sallaumines
Crédits D’après les registres de l’état civil
URL http://books.openedition.org/psorbonne/docannexe/image/51003/img-11.jpg
Fichier image/jpeg, 25k
Titre Pour toute la France
Crédits Statistique Générale de la France
URL http://books.openedition.org/psorbonne/docannexe/image/51003/img-12.jpg
Fichier image/jpeg, 8,8k
Titre Naissances illégitimes a Sallaumines
Crédits D’après les registres de l’état civil
URL http://books.openedition.org/psorbonne/docannexe/image/51003/img-13.jpg
Fichier image/jpeg, 11k
Titre La mortinatalité a Sallaumines
Crédits D’après les registres de l’état civil
URL http://books.openedition.org/psorbonne/docannexe/image/51003/img-14.jpg
Fichier image/jpeg, 13k
Crédits Statistique Générale de la France
URL http://books.openedition.org/psorbonne/docannexe/image/51003/img-15.jpg
Fichier image/jpeg, 8,5k
Titre La mortalité infantile a Sallaumines
Crédits D’après les registres de l’état civil
URL http://books.openedition.org/psorbonne/docannexe/image/51003/img-16.jpg
Fichier image/jpeg, 12k
Crédits Statistique Générale de la France
URL http://books.openedition.org/psorbonne/docannexe/image/51003/img-17.jpg
Fichier image/jpeg, 7,8k
Titre La mortalité a Sallaumines
Crédits D’après les registres de l’état civil
URL http://books.openedition.org/psorbonne/docannexe/image/51003/img-18.jpg
Fichier image/jpeg, 12k
Crédits Statistique Générale de la France
URL http://books.openedition.org/psorbonne/docannexe/image/51003/img-19.jpg
Fichier image/jpeg, 8,1k
Titre Les nouveaux mariés a sallaumines (Par rapport à la population)
Crédits D’après les registres de l’état civil
URL http://books.openedition.org/psorbonne/docannexe/image/51003/img-20.jpg
Fichier image/jpeg, 12k
Crédits Statistique Générale de la France
URL http://books.openedition.org/psorbonne/docannexe/image/51003/img-21.jpg
Fichier image/jpeg, 8,3k
Titre L’age DES nouveaux époux a Sallaumines (En pourcentages)
Crédits D’après les registres de l’état civil
URL http://books.openedition.org/psorbonne/docannexe/image/51003/img-22.jpg
Fichier image/jpeg, 41k
Titre Mariages et divorces a Sallaumines
Crédits D’après les registres d’état civil
URL http://books.openedition.org/psorbonne/docannexe/image/51003/img-23.jpg
Fichier image/jpeg, 47k
Titre Remariages a Sallaumines
Crédits D’après les registres d’état civil
URL http://books.openedition.org/psorbonne/docannexe/image/51003/img-24.jpg
Fichier image/jpeg, 17k

© Éditions de la Sorbonne, 1988

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search