Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Matières premières et gestion des ressources

 | 
Sarra Ferjani
, 
Amélie Le Bihan
, 
Marylise Onfray
, 
et al.

Les matières premières animales

L’artisanat des matières dures animales : nouvelles connaissances à partir des rebuts d’atelier

Bénédicte Khan

Résumé

Nombreux et variés sont les objets en os, en ivoire, en corne ou encore en bois de cervidé qui furent fabriqués et utilisés en Méditerranée orientale à l’époque romano-byzantine. Néanmoins, l’artisanat de ces matières est encore mal connu. La pauvreté des sources historiques notamment nous enjoint ainsi à fonder nos ana­lyses presque exclusivement sur l’étude des objets archéologiques, avec un intérêt particulier accordé aux éléments provenant de dépôts secondaires artisanaux. Ces dépôts contiennent en effet une source non négligeable d’informations en lien avec les manières de travailler la matière, principalement à travers la diversité des pièces mises au jour, représentatives de différentes étapes de la chaîne opératoire de production. C’est pourquoi il est nécessaire d’étudier ces dépôts sous le triple spectre de l’archéozoologie, de la technologie et de l’expérimentation, leur complémentarité offrant une compréhension plus globale de cet artisanat et facilitant son replacement dans le cadre général de la société romano-byzantine.

During the Roman-Byzantine times in the Levant, objects of bone, ivory, antler and horn were commonly used. However, its craftsmanship is very little known, and very few studies were carried on it. As there are almost no historical sources on the subject, the only material we can rely on are the archaeological remains, especially those coming from workshop waste deposits. This article deals with the importance of studying the artefacts of these deposits from an archaeozoological, technological and experimental point of view. Indeed, they are a great source of information in order to understand the modalities of this industry and replace it in the Roman-Byzantine society’s framework.

Texte intégral

  • 1 Voir notamment Pline, Histoire naturelle, Livre VIII, 10.

1Durant l’Antiquité, l’os, le bois de cervidé, l’ivoire et la corne étaient utilisés sur la côte levantine dans la fabrication d’objets usuels, du plus simple (aiguilles, épingles, etc.) au plus sophistiqué (pyxides, éléments de marqueterie, etc.). Toutefois, alors que de nombreux objets ayant trait à divers aspects de la vie quotidienne ont été mis au jour de manière récurrente sur les sites proche-orientaux, nos connaissances sur cet artisanat restent limitées pour l’époque et la région. Rares en effet sont les documents textuels, épigraphiques et/ou iconographiques qui évoquent cette industrie. Plus rares encore sont ceux qui l’abordent du point de vue de la fabrication, c’est-à-dire en s’intéressant à la chaîne opératoire de production afin d’identifier les techniques et les procédés en jeu, permettant ainsi de remonter aux modalités conceptuelles de transformation mises en œuvre par l’artisan pour fabriquer un objet. De plus, bien que certains ouvrages antiques abordent le sujet du travail de l’ivoire1, celui de l’os, matière considérée comme peu noble, est totalement omis par les auteurs anciens. Enfin, hormis à Pétra, en Jordanie, aucun atelier n’a été mis au jour ou identifié comme tel au Proche-Orient. En effet, l’industrie osseuse ne nécessite qu’un espace réduit et aucune installation particulière, comme le démontrent l’atelier du Qasr al-Bint et ceux fouillés en France, datant de la même période. Il est par conséquent difficile d’appréhender l’artisanat des matières dures animales dans sa globalité ou même d’être en mesure d’évaluer le degré de savoir-faire des artisans. Ainsi, il a longtemps été considéré que l’industrie osseuse était une activité secondaire, pratiquée par les paysans en saison hivernale pour les objets usuels ou dans les ateliers impériaux pour les « beaux objets », comme les diptyques, réservés à une classe sociale élevée.

2Pourtant, par la diversité des champs d’exploitation de la matière osseuse, allant de l’outillage à la statuaire en passant par la toilette et le divertissement, il ne peut être nié que cette industrie avait une place particulière au sein de la société romano-byzantine. En outre, ont été découverts dans l’Orient romain des dépôts secondaires associés à des zones artisanales où se mêlent des déchets, des supports et des ébauches en os et en ivoire, ainsi que des éléments de chevilles osseuses, seuls témoins pratiquement encore conservés d’un travail de la corne (fig. 1). Ces ensembles indiquent l’existence d’un artisanat à part entière. Il est donc primordial que le matériel issu de ces zones de rejet soit étudié avec attention, tant il est porteur d’informations qu’on ne peut obtenir en étudiant seulement les objets finis, dont le degré de transformation est tel qu’on ne peut que rarement identifier les espèces exploitées et/ou les étapes intermédiaires de production.

Fig.1. Cartes des sites proche-orientaux où une industrie osseuse a été mise au jour et publiée

Fig.1. Cartes des sites proche-orientaux où une industrie osseuse a été mise au jour et publiée

Fond de carte : Daniel Dalet (http://d-maps.com).

Une industrie mal connue

3L’artisanat des matières dures animales, quoique relativement visible dans le matériel archéologique, est très mal cerné. Comme il l’a été mentionné ci-dessus, les sources historiques sont presque muettes et les recherches menées sur cette industrie sont peu nombreuses et très récentes.

  • 2 Aucun atelier n’a été identifié dans le Levant, à l’exception de l’atelier du Qasr al-Bint, à Pétra

4Ainsi, au xxe siècle, alors que des rejets d’atelier d’époque romaine avaient été mis au jour dès les années 1940 à Alexandrie (Wace, 1949, p. 151-156)2, seuls les « beaux objets » tels que la statuaire ou les éléments de marqueterie figurés retenaient l’attention des chercheurs. Si pour les périodes pré- et protohistoriques, un véritable renouveau de l’étude de l’industrie osseuse est apparu à partir des années 1970 sous l’impulsion d’Henriette Camps-Fabrer, il a fallu attendre encore une dizaine d’années avant que la même attention soit portée aux objets d’époques plus tardives.

  • 3 Cette typologie sert encore de référence aujourd’hui, en particulier pour le matériel gallo-romain.

5En effet, c’est en 1983 que Jean-Claude Béal publia la première typologie d’objets en os datant de l’époque romaine (Béal, 1983)3 tandis que, deux ans plus tard, Anthony Cutler proposa une synthèse sur l’artisanat de l’ivoire dans le bassin méditerranéen (Cutler, 1985). Par la suite, en 1988, Marc Barbier présenta les premiers résultats d’expérimentations de tournage sur os (Barbier, 1988).

6Les études portant sur les matières dures animales et leur exploitation à l’époque romaine se sont multipliées dans les années 1990 mais, à l’exception de Sagalassos et Carthage (De Cupere et al., 1993 ; Hurst et Henig, 1994), elles restèrent centrées sur des sites d’Europe occidentale : Rome, Paris, Autun, etc. (St Clair, 1996 ; Dureuil, 1996 ; Deschler-Erb, 1998). Ce n’est qu’à partir de la seconde moitié des années 2000 que les études liées à l’industrie osseuse en général et non pas seulement aux objets finis sont publiées de manière plus systématique. Ainsi, les artefacts issus des fouilles du site de Césarée-Maritime, en Israël, sont publiés sous forme d’une monographie dans laquelle un petit chapitre est consacré aux techniques. La même année, Yehoshua Dray proposa pour la production d’anneaux une première tentative de reconstitution de chaîne opératoire en observant les traces laissées par les outils et à l’aide d’expérimentations, restituant ainsi les techniques usitées à Césarée-Maritime (Dray, 2005) et à Pétra (Studer et Schneider, 2008).

  • 4 Une publication plus importante est à paraître.

7Quelques années plus tard, les ateliers alexandrins (Rodziewicz, 2009)4 ont fait l’objet d’un article. Quant au matériel d’Ashkelon, son analyse technique fut intégrée à l’étude monographique du site ­(Wapnish, 2008).

8Pour autant, les analyses réellement technologiques, possédant un enjeu techno-économique et qui ont pour objet d’étude aussi bien les rejets d’ateliers que les produits finis pour tenter de replacer cet artisanat dans la société dans laquelle il évoluait, sont encore trop peu nombreuses, ou effectuées de manière incomplète. Il existe néanmoins une méthodologie, mise en place au début des années 2000 (Averbouh, 2001b ; Provenzano, 2001 et 2004). Certes, celle-ci concerne principalement les périodes préhistoriques, mais, s’appuyant sur une description fine et très précise des stigmates ou marques laissées par les outils, elle est tout à fait applicable à des époques plus récentes en étant légèrement adaptée. Cette méthodologie a d’ailleurs été appliquée à plusieurs reprises, avec succès, à des industries osseuses des époques néolithique à romaine (Le Dosseur, 2006 ; Minni, 2008 ; Prévot, 2010).

9L’approche technologique permet de comprendre l’artisanat des matières dures animales dans sa globalité en abordant tous les aspects du travail des matières osseuses, de l’acquisition de la matière première à l’abandon de l’objet fini usagé. Elle concerne l’ensemble des artefacts qui peuvent être trouvés sur un site, des rebuts d’ateliers aux produits finis, en insistant particulièrement sur les procédures et processus de production à travers la lecture des stigmates et leur succession.

  • 5 À l’exception de quelques burins et ciseaux mis au jour en France, seule une scie a été découverte (...)

10Parce qu’elle s’intéresse à tous les aspects de l’industrie osseuse, cette approche est multidisciplinaire. En effet, elle se couple et s’appuie sur des données archéozoologiques pour la détermination des espèces exploitées. L’utilisation de données ethnologiques en miroir permet d’explorer le champ des possibilités, sachant qu’il est extrêmement rare qu’un outil explicitement lié à un travail des matières osseuses soit mis au jour5. Ces études tentent ensuite de valider ou d’invalider les hypothèses posées à l’aide d’expérimentations au protocole bien défini et respectant au plus près les conditions de travail de l’époque étudiée. Cette approche à la fois technologique, archéozoologique et expérimentale, mise en relation avec l’ethnologie, apporte des informations sur des pans divers de cet artisanat, ouvrant également de nouvelles pistes de recherches sur l’industrie osseuse et ses relations avec les autres industries.

11Ainsi, si l’on prend l’exemple de la détermination archéozoologique, quand celle-ci est possible, elle apporte de nombreux éclaircissements sur les espèces et les parties anatomiques utilisées par les artisans romano-byzantins. L’analyse de ces données permet d’entrevoir le système économique dans lequel s’inscrit l’artisanat des matières osseuses, notamment pour les questions d’approvisionnement et de choix de la matière première.

La richesse de ces dépôts : la matière première

12Les fouilles de zones de rejet d’ateliers nous apportent de précieuses informations, notamment sous la forme de restes qui, bien qu’en partie travaillés, peuvent être rattachés au moins à un type de matières dures animales, si ce n’est à une espèce animale. Ceux-ci nous permettent d’approfondir nos connaissances sur la matière première osseuse prisée par ceux qui les travaillaient.

13Sur tous les sites fouillés, l’os est la matière que l’on retrouve en plus grande quantité ; son accessibilité – principalement via les réseaux de boucherie – et son faible coût en sont les principales raisons. Dans les dépôts sont majoritairement mis au jour des extrémités osseuses ou épiphyses, délaissées car non utilisées pour fabriquer des objets. Celles-ci proviennent des os longs et sont majoritairement issues des métapodes. Le fémur, le tibia et le radius-ulna sont également représentés, en plus ou moins grande quantité (De Cupere, 2001, table 45, p. 148 et p. 149-153). Leur emploi n’est pas anodin, puisque ces os longs offrent une longueur et une épaisseur de tissu compact, le tissu solide et dense dans lequel sont fabriqués les artefacts, nettement supérieures à celles des autres types d’os. En comparaison, les os plats (omoplates, côtes) ou les os courts (phalanges) proposent d’autres morphologies ou des proportions supérieures de tissu spongieux, le tissu alvéolé et fragile de la matière osseuse, ne permettant pas une aussi grande variabilité dans les types d’objets produits (Krzyszkowska, 1990, p. 53-58 ; MacGregor, 1985).

14D’après les différentes études archéozoologiques, ces os proviennent presque exclusivement de grands herbivores domestiques, le plus souvent arrivés à l’âge adulte, car ce sont les animaux les plus grands et les plus larges à disposition immédiate et en grand nombre. Les grands herbivores étaient élevés pour leur viande (bovidés), leur force de traction (camélidés, bovidés) ou leur aptitude à parcourir de longues distances (camélidés, équidés). Ces espèces, devant supporter de manière presque constante un poids important, que ce soit le leur ou celui de charges leur étant imposées, ont développé des os épais et robustes. À Sagalassos (Turquie), l’analyse faite par Bea De Cupere sur le matériel provenant du remplissage de la bibliothèque antique a démontré l’utilisation quasi exclusive de bovidés comme source de matière première, avec quelques rares occurrences d’équidés et de cervidés (De Cupere, 2001, p. 147-148). Le bœuf est l’animal de référence pour l’artisan de l’os dans tout l’Empire romain et au-delà. Néanmoins, d’autres espèces sont utilisées en tant que source de matière première : à Pergame (Turquie), le cheval représente un tiers des ossements déterminés dans les éléments travaillés (von den Driesch et Boessneck, 1982, p. 567). Les os de camélidés ont également été manufacturés, comme le démontrent les fouilles des dépôts mis au jour à ez-Zantur à Pétra (Jordanie). D’après l’étude menée par Jacqueline Studer et Annegret Schneider, non seulement les os longs de camélidés ont été transformés, principalement pour obtenir des anneaux, mais également les omoplates, utilisées en tant que têtes de pelles (Studer et Schneider, 2008, p. 590).

  • 6 Pour l’instant, seuls des déchets extraits de défenses d’éléphant ont été mis au jour, et ceux-ci n (...)

15Sur certains sites, des déchets provenant du travail de l’ivoire d’éléphant6 ont été retrouvés dans les mêmes dépôts que ceux témoignant du travail de l’os ; c’est le cas à Césarée-Maritime en Israël (Ayalon, 2005) et à Alexandrie en Égypte (Rodziewicz, 2007, p. 10). Néanmoins, il semble que l’ivoire a également pu être travaillé séparément, comme à Aksoum en Éthiopie, où des rebuts liés à un travail de l’ivoire uniquement ont été mis au jour (Phillipson, 2000, p. 460-462).

16Enfin, la découverte de chevilles osseuses de bovidés et/ou d’ovi-caprinés portant des traces de sciage mêlées à des éléments en os travaillés lors des fouilles du Qasr al-Bint, second atelier mis au jour à Pétra, ainsi qu’à Sagalassos, indique un très probable travail de la corne, matière prisée mais qui ne se conserve que très exceptionnellement (Khan, 2011) (fig. 2).

Fig.2. Exemple de rebuts mis au jour dans les zones de rejet (Qasr al-Bint, Pétra)

Fig.2. Exemple de rebuts mis au jour dans les zones de rejet (Qasr al-Bint, Pétra)

Photo B. Khan.

17La présence de ces différents matériaux dans les mêmes dépôts conforte l’hypothèse suivant laquelle les matières dures animales peuvent avoir été travaillées conjointement, dans les mêmes ateliers, ou du moins dans les mêmes zones artisanales.

18Il est important de noter l’absence d’éléments du squelette autres que les os longs ou les chevilles osseuses déjà sciées dans les dépôts. Ce fait indique une acquisition prédéterminée de la matière première : les artisans ne prélèvent ou ne font prélever de la carcasse que ce dont ils ont besoin.

19Les épiphyses présentant des stigmates techniques mises au rebut et retrouvées dans les dépôts en assez grandes quantités témoignent d’un approvisionnement plutôt important. Un système relativement organisé devait donc avoir été mis en place pour la récupération de la matière première chez le boucher ou à l’abattoir afin que les artisans soient fournis, probablement de manière à peu près continue. Pour la corne et surtout l’ivoire, présents en – beaucoup – moins grandes quantités, il est plausible qu’ils s’approvisionnaient plutôt en fonction des commandes, en raison de la préciosité de ces matières et de leur accessibilité nettement plus restreinte.

20Ainsi, à travers une première étude portée sur l’ensemble des données provenant des dépôts liés à la transformation des matières dures animales, on s’aperçoit que les artisans choisissaient avec soin les matières premières qu’ils manipulaient. Ils recherchaient un certain format pour une production quelque peu standardisée : chaque atelier ne semble avoir fabriqué qu’un nombre réduit de types d’objets, entre quatre et cinq différents. Ils utilisaient certains types d’os et certaines matières pour leurs productions, non pas seulement à cause de leurs dimensions, mais aussi en fonction de leurs propriétés intrinsèques, notamment les proportions de tissus organique/minéral, qui déterminent la rigidité et l’élasticité de l’objet à venir et donc entre autres sa capacité à répondre aux chocs ou à une pression, ce qui est non négligeable dans la fabrication de manches par exemple. Ces éléments indiquent que les artisans connaissaient la matière osseuse et ses propriétés. Cette maîtrise se voit également dans la manière dont les artisans ont par la suite façonné la matière.

Le savoir-faire des artisans à travers la lecture des stigmates

21Il est rare, voire même presque impossible, de retrouver des os, des chevilles osseuses et/ou des défenses entiers ou complets sur les sites d’atelier et dans les dépôts. Généralement, à l’exception de certains éclats issus d’une fracturation involontaire, les éléments mis au jour portent tous des traces d’outils à une fin artisanale, dans un but de débiter des supports, ou encore témoignant des étapes de façonnage. Ces stigmates liés à la production d’objets sont très différents de ceux laissés par la découpe bouchère. De ce fait, ils constituent une précieuse source d’informations sur les techniques employées ; leur observation fine permet de remonter à la fois à l’outil utilisé mais aussi aux gestes qui ont imprimé ces stigmates sur la matière. Leur étude permet ainsi d’identifier l’action même qui a mené à la formation de ces stigmates, ainsi qu’à la chronologie de ces actions, chaque stigmate effaçant en grande partie le précédent. Reprendre le déroulement des différentes étapes de fabrication, c’est-à-dire la reconstitution de la chaîne opératoire, permet par la suite de reconstruire les procédures et les processus de production.

  • 7 Voir notamment les travaux d’Aline Averbouh (Averbouh, 2001a et b) et Noëlle Provenzano (Provenzano (...)

22Pour l’instant ces analyses, fortement inspirées comme il a été énoncé plus haut des travaux des préhistoriens7, n’ont porté que sur les objets issus des fouilles du Qasr al-Bint et sur ceux provenant de la bibliothèque de Sagalassos en ce qui concerne le matériel des sites du Proche-Orient romano-byzantin. Néanmoins, ces deux cas d’étude permettent d’ores et déjà d’apporter quelques lumières sur l’industrie osseuse de la zone chronoculturelle considérée.

23Sur les deux sites, les extrémités osseuses mises au jour présentent toutes des stigmates spécifiques au sciage : les os sont sectionnés transversalement pour récupérer les diaphyses, c’est-à-dire la partie centrale de l’os long, relativement large et à peu près tubulaire ; certaines d’entre elles présentent une surface régulière, notamment les métapodes et le tibia, très utiles et très usités par les artisans dans la fabrication d’objets. Souvent, l’artisan s’y est pris à plusieurs reprises avant d’attaquer véritablement la matière : sur le plan de débitage juxtaposé au pan de sillon principal, de courts sillons, plus ou moins profonds, en U, et dont la largeur ne dépasse pas les deux mm, témoignent de ces ratés. Les lames des scies utilisées sont donc très fines. Enfin, la présence de très fines stries de profondeurs diverses à l’intérieur de ces sillons souligne le fait que ces scies étaient dentelées. Les stigmates apportent donc aussi des précisions sur la morphologie et les dimensions des outils (fig. 3).

Fig.3. Stigmate de sciage transversal visible sur une épiphyse exhumée à Sagalassos

Fig.3. Stigmate de sciage transversal visible sur une épiphyse exhumée à Sagalassos

Photo : B. Khan.

24Quelques diaphyses découvertes dans ces mêmes dépôts présentent des pans de sillon dans l’axe de l’os, c’est-à-dire dans le sens de la longueur, attestant d’un sciage longitudinal. Selon leur emplacement, ces stigmates témoignent de diaphyses qui ont été bipartitionnées, voire tri- ou quadripartitionnées pour produire plusieurs supports aux dimensions déterminées par les objets à produire.

25Sur ces supports apparaît un autre type de stigmate : il est possible de voir, surtout sur les faces externe et interne des stries fines, parallèles entre elles et organisées en faisceaux, attestant d’une activité de raclage. L’objectif de cette action est d’aplanir les surfaces afin d’avoir un objet de section assez rectangulaire. Ensuite, ces supports sont retravaillés, généralement pour obtenir des éléments de plus petites dimensions, qui se présentent pour la plupart soit sous la forme de baguettes, soit sous la forme de plaquettes, en fonction de l’objet désiré. Cette opération est souvent faite par sciage, transversal ou longitudinal, et produit de nombreux éléments de tailles diverses qui sont rejetés, à moins que certains, aux dimensions proches de celles nécessitées pour un autre type d’objet, soient réutilisés pour fabriquer ce dernier.

26Puis ces pièces sont façonnées pour leur donner une morphologie proche de celle de l’objet fini. Il s’agit alors d’ébauches, souvent présentes dans les dépôts ; la plupart du temps, c’est une cassure ayant eu lieu lors des toutes dernières étapes de mise en forme qui leur a valu de se trouver parmi les rebuts. Ces ébauches sont extrêmement importantes car ce sont les seuls éléments, en l’absence d’objets finis dans les zones de rejet et/ou dans leur environnement proche, qui permettent de savoir quels artefacts sont produits au sein de l’atelier.

27Une fois la mise en forme terminée, survient une dernière étape dans le processus de production : la phase de polissage. Certaines ébauches sont en partie polies et se sont brisées lors de cette ultime phase de travail, d’après le matériel mis au jour dans les zones de rejet, comme à Sagalassos. Les objets finis retrouvés dans d’autres zones de ce site et ailleurs, notamment dans les sépultures où souvent ils sont créés pour l’inhumation et n’ont donc pas forcément été utilisés lors du vivant de la personne, sont aussi polis. Polir la pièce uniformise la surface de l’artefact, effaçant aussi presque toute trace de travail et lui offre un fini lustré.

28Ainsi, l’étude fine des stigmates techniques permet d’obtenir de nombreuses informations sur un artisanat jusqu’alors peu cerné. Un des exemples les plus probants est l’atelier du Qasr al-Bint, où trois à quatre types d’objets ont été fabriqués.

Le cas de l’atelier du Qasr al-Bint à Pétra

  • 8 La mission du Qasr al-Bint est dirigée par François Renel (INRAP) et Christian Augé (CNRS, IFPO). J (...)

29Mis au jour en 2005 par la Mission archéologique française « De Pétra au wadi Ramm » lors des fouilles menées sur le téménos du Qasr al-Bint8, l’atelier fait partie d’un complexe d’habitation installé sur les ruines des salles situées à l’arrière du bâtiment à abside d’époque impériale. Le complexe, dont l’accès s’effectuait par une ouverture dans l’exèdre, se composait d’un lieu d’habitation, d’une arrière-cour et de l’atelier. On pénétrait dans ce dernier par un petit vestibule, avant d’entrer dans une pièce presque carrée, d’environ 16 m2(fig. 4). Dans cette salle furent trouvés de nombreux déchets liés à un travail de l’os, et principalement des ébauches. Dans la cour, plusieurs dépôts au matériel plus varié furent découverts. Par les monnaies et la céramique retrouvées durant les fouilles du complexe d’habitation, l’atelier semble avoir fonctionné sur une période relativement courte, moins d’une soixantaine d’années. Il est daté d’entre 363 et 420 environ, ces deux dates étant les limites les plus larges de son fonctionnement (Renel, à paraître).

Fig.4. Localisation de l’atelier par rapport au Qasr al-Bint, d’après le plan de la Mission archéologique française

Fig.4. Localisation de l’atelier par rapport au Qasr al-Bint, d’après le plan de la Mission archéologique française

Mission archéologique française « De Pétra au wadi Ram ».

30Aucun objet fini ne fut déterré ; les seuls éléments nous guidant sur les productions de l’atelier furent les ébauches. D’une étude préliminaire menée dans le cadre d’un mémoire de master 2 (Khan, 2011) et continuée dans le cadre de la thèse, trois à quatre productions furent identifiées.

31En premier lieu, l’analyse du matériel a permis de discerner deux productions principales : les anneaux et les épingles, dont le nombre d’éléments pouvant être rattachés à la fabrication de l’un ou l’autre type concerne les trois quarts du matériel appartenant à une production identifiée. Les épingles sont de facture simple, avec des têtes coniques. Les anneaux sont également relativement sommaires, assez petits mais soignés. D’autres éléments permettent d’avancer l’hypothèse d’une fabrication de fusaïoles. Enfin, la production de cuillères a été déterminée grâce à la présence de quelques ébauches de cuillerons cassés à la base du manche. La présence anecdotique de ces deux derniers types d’objets dans le matériel pourrait être due plutôt à des commandes qu’à une réelle production standardisée de l’atelier. Ainsi, les ateliers seraient spécialisés dans certaines productions, mais il est tout à fait envisageable que des demandes particulières aient été exécutées par les artisans.

  • 9 Aucune étude archéozoologique n’a encore été portée sur le matériel issu des fouilles du Qasr al-Bi (...)

32Ensuite, la présence d’épiphyses en nombre assez élevé indique une utilisation massive des os longs. Leurs mensurations démontrent qu’il s’agit de grands herbivores uniquement, soit issus de la famille des camélidés soit de la famille des bovidés9. De plus, bien qu’aucun élément en corne n’ait été découvert en raison de conditions de conservation défavorables, la présence, dans les dépôts de l’atelier, de chevilles osseuses portant pour la plupart des traces de sciage en partie proximale dévoile l’existence d’un travail de la corne parallèlement au travail de l’os.

33Notre analyse technologique sur le riche matériel en os qui compose le corpus de l’atelier du Qasr al-Bint a permis de reconstituer les principales étapes de la chaîne opératoire de fabrication des anneaux et des épingles. D’après les artefacts qui ont pu être rattachés à la production d’anneaux, l’artisan sciait transversalement les épiphyses de l’os long pour récupérer la diaphyse. Il la sciait ensuite longitudinalement pour obtenir une plaque relativement étroite mais assez longue, qu’il raclait pour obtenir un support plan et rectangulaire. Cette plaque était ensuite sectionnée par sciage transversal pour obtenir plusieurs petites plaquettes quadrangulaires, plus ou moins carrées. L’artisan les perforait en leur centre, très probablement à l’aide d’un foret à trépan, puis en extrayait des éléments circulaires peut-être grâce à une scie trépan. Ces éléments étaient à nouveau perforés avec une scie trépan ou son ancêtre. Les anneaux extraits étaient alors polis, et prêts à l’emploi (fig. 5 et 6).

Fig.5. Étapes de la chaîne opératoire des anneaux représentées dans le matériel issu des fouilles du Qasr al-Bint

Fig.5. Étapes de la chaîne opératoire des anneaux représentées dans le matériel issu des fouilles du Qasr al-Bint

Photo : B. Khan.

Fig.6. Reconstitution de la chaîne opératoire telle qu’elle est représentée dans le matériel issu des fouilles du Qasr al-Bint

Fig.6. Reconstitution de la chaîne opératoire telle qu’elle est représentée dans le matériel issu des fouilles du Qasr al-Bint

Jade Lê Kim. 

34Pour les épingles, les objets suggèrent que l’os long avait également été sectionné pour récupérer la diaphyse, et que celle-ci était partitionnée en longues baguettes assez épaisses de section rectangulaire. Les baguettes étaient facettées par raclage afin de leur donner une section à peu près octogonale. La tête d’épingle était ensuite mise en forme par raclage, et le corps était affiné, également par raclage, puis limé afin d’obtenir une section circulaire ou légèrement ovale. Les extrémités étaient ensuite retravaillées : la tête d’épingle prenait alors sa forme finale et l’extrémité opposée était appointée. En phase finale, les épingles étaient polies (fig. 7).

Fig.7. Éléments ayant permis la reconstruction de la chaîne opératoire de production des épingles telle qu’elle semble avoir eu lieu à l’atelier du Qasr al-Bint

Fig.7. Éléments ayant permis la reconstruction de la chaîne opératoire de production des épingles telle qu’elle semble avoir eu lieu à l’atelier du Qasr al-Bint

Photo : B. Khan.

35Enfin, l’étude des artefacts liés à la production d’anneaux a mis en lumière une chaîne opératoire très différente de celle qui fut employée à Césarée-Maritime ou même à ez-Zantur, à Pétra (Dray, 2005 ; Studer et Schneider, 2008). En effet, à Césarée, les artisans utilisèrent la forme naturellement tubulaire des diaphyses pour produire des anneaux de deux diamètres distincts par segmentation. À l’inverse, au Qasr al-Bint, l’étude des stigmates a démontré que les anneaux, présentant tous un diamètre similaire, étaient fabriqués non pas par segmentation mais par extraction à partir de plaquettes quadrangulaires perforées, vraisemblablement avec une scie trépan. Ainsi, pour un même objet, il peut donc y avoir plusieurs schémas opératoires aboutissant à des résultats proches mais employés dans des cadres différents pouvant être liés à une préférence personnelle de l’artisan ou de traditions culturelles, techniques, etc. et qu’il est important d’appréhender pour comprendre l’artisan et son univers.

36À travers l’exemple de l’atelier du Qasr al-Bint, à Pétra, l’étude des rejets d’atelier prend tout son sens. Par la lecture précise des stigmates et l’observation des différents éléments qui ont pu être exhumés, de nombreuses informations peuvent être apportées à la connaissance de l’artisanat des matières dures animales.

37Ainsi, les zones de rejet sont des sources précieuses d’informations dont on ne disposerait pas si elles étaient laissées de côté. L’observation et la description détaillée de chacun des artefacts permettent de retrouver des techniques, des manières de faire qui peuvent varier pour la production d’un même objet. Elles apportent également quelques indices révélateurs sur les actions et les outils, éléments aujourd’hui disparus. Le geste et ainsi l’intention derrière ce geste ont pu être appréhendés, attestant d’un savoir-faire acquis, et donc d’un artisanat spécialisé. Le choix même de la matière première démontre une préférence technique, réfléchie, effectuée avant l’acheminement de la matière jusqu’à l’atelier.

38Par l’étude du matériel, on s’aperçoit également que les artisans prévoient ce qu’ils vont produire avant même de partitionner la diaphyse ; la production est donc prédéterminée. C’est une production présentant des standards, peut-être même réalisée « en série ». En effet, la lecture des stigmates nous permet de voir que les gestes étaient pratiquement les mêmes pour les éléments d’un même type d’objet, de l’extraction de la diaphyse aux étapes de finition de l’artefact produit.

39Tout ceci conforte l’idée d’un véritable corps de métier, d’artisans expérimentés, maîtrisant l’ensemble des caractéristiques de la matière première utilisée, à un degré nécessitant un apprentissage. Ceci n’est pas dû au hasard, il s’avère être le fruit d’une transmission des connaissances, de génération en génération. L’outillage qui semble avoir été usité ne paraît pas non plus à la portée de tous, et notamment le tour, le trépan à archet ou encore la scie trépan requièrent ne serait-ce qu’une petite formation pour être employés correctement.

40L’artisanat des matières dures animales est donc un artisanat riche, développé, nécessitant un certain savoir et un certain savoir-faire, qu’il est intéressant de connaître et d’appréhender pour mieux comprendre cette industrie de manière générale, son fonctionnement et son rayonnement dans les cités de l’Empire romain d’Orient.

Bibliographie

Averbouh A. (2001a) – Methodological Specifics of the Techno-Economic Analysis of Worked Bone and Antler : Mental Refitting and Methods of Application, dans A. M. Choyke et L. Bartosiewicz (éd.), Crafting Bones : Skeletal Technologies through Time and Space, Oxford, p. 111-121.

Averbouh A. (2001b) – Technologie de la matière osseuse travaillée et implications palethnologiques : l’exemple des chaînes d’exploitation du bois de cervidé chez les Magdaléniens des Pyrénées, thèse de doctorat, université Paris 1 Panthéon-Sorbonne.

Ayalon E. (2005), – The Assemblage of Bone and Ivory Artifacts from Caesarea Maritima, Israel (1st-13th centuries C.E.), Oxford.

Barbier M. (1988) Le travail de l’os à l’époque gallo-romaine, Dossiers histoire et archéologie, 126, p. 48-55.

Béal J.-Cl. (1983) Catalogue des objets de tabletterie du Musée de la civilisation gallo-romaine de Lyon, Lyon.

Cutler A. (1985) – The Craft of Ivory : Sources, Techniques, and Uses in the Mediterranean World, A.D. 200-1400, Washington D.C.

De Cupere B., Van Neer W. et Lentacker A. (1993) Some Aspects of the Bone-Working Industry in Roman Sagalassos, dans M. Waelkens et J. Poblome (éd.), Sagalassos II. Report of the Third Excavation Campaign of 1992, Louvain, p. 269-278.

De Cupere B. (2001) Animals at Ancient Sagalassos : Evidence of the Faunal Remains, Turnhout.

Deschler-Erb S. (1998) Römische Beinartefakte aus Augusta Raurica : Rohmaterial, Technologie, Typologie und Chronologie, Augst.

Dijkman W. (1988) Antler, Bone, Horn, Ivory and Teeth : the Use of Animal Skeletal Materials in Roman and Early Medieval Maastricht, Maastricht.

Dray Y. (2005) The Technology of Bone and Ivory Crafting in Caesarea Maritima, Israel, dans H. Luik et al. (éd.), From Hooves to Horns, From Molluscs to Mammoth : Manufacture and Use of Bone Artefacts from Prehistoric times to the present : proceedings of the 4th Meeting of the ICAZ Worked Bone Research Group at Tallinn, 26th-31st of August 2003, Tallin, p. 247-252.

Driesch, von den A. et Boessneck J. (1982) Tierknochenabfall aus des spätrömischen Werkstatt in Pergamon, Archäologischer Anzeiger, 1982, p. 563-574.

Dureuil J.-F. (1996) La tabletterie gallo-romaine et médiévale, Paris.

Hurst H. R. et Henig M. (1994) Bone-Working, dans H. R. Hurst, Excavations at Carthage : The British Mission, vol. 2.1. The Circular Harbour, North Side : The Site and Finds Other than Pottery, Oxford, p. 105-107.

Krzyszkowska O. (1990) Ivory and Related Materials : An Illustrated Guide, Londres.

Le Dosseur G. (2006) La fabrication et l’entretien des poinçons en os au Levant sud : investissement technique et règles de production du natoufien au PPNB récent, dans L. Astruc, F. Bon, V. Léa, P.-Y. Milcent et S. Philibert­ (dir.), Normes techniques et pratiques sociales, de la simplicité des outillages pré- et protohistoriques, actes des XXVIe rencontres internationales d’archéologie et d’histoire d’Antibes, Antibes, p. 345-357.

Khan B. (2011) Le travail de l’os au Proche-Orient protobyzantin : l’atelier de Pétra, Jordanie, mémoire inédit de master II, université Paris 1 Panthéon-Sorbonne.

MacGregor A. G. (1985) Bone, Antler, Ivory and Horn. The Technology of skeletal Materials since the Roman Period, Londres/Sydney.

Minni D. (2008) Technologie des matières dures d’origine animale à l’âge du fer en Europe celtique, dans I. Bertrand (éd.), Le travail de l’os, du bois de cerf et de la corne à l’époque romaine : un artisanat en marge ? actes de la table ronde instrumentum, Chauvigny (Vienne), 8-9 décembre 2005, Montagnac, p. 15-23.

Phillipson L. (2000) Ivory-Working Techniques, dans D. W. Phillipson, Archaeology at Aksum, Ethiopia, 1993-7, vol. 2, Londres, p. 460-467.

Prévot P. (2010) – Un atelier de fabrication de règles en os dans une villa gallo-romaine de Cuperly (Marne)  ?, Revue archéologique de l’Est, 59, p. 539-565.

Provenzano N. (2001) Les industries en os et bois de cervidés des Terramares émiliennes, thèse de doctorat, université Aix-Marseille II.

Provenzano N. (2004) Fiche terminologie du travail des matières osseuses, du Paléolithique aux âges des métaux, dans D. Ramseyer (éd.), Matières et techniques, Paris, p. 29-37.

Renel F. (à paraître) L’abandon du secteur du Qasr al-Bint à Pétra : nouveaux éléments archéologiques, dans XIe Conférence internationale d’Histoire et Archéologie de la Jordanie, Paris, 7-12 juin 2010.

Rodziewicz E. (2007) Bone and Ivory Carvings from Alexandria, Le Caire.

Rodziewicz E. (2009) – Ivory, Bone, Glass And Other Production at Alexandria, 5th-9th centuries, dans M. Mundell Mango (éd.), Byzantine Trade, 4th-12th Centuries, Burlington, p. 83-96.

Pline (1848-1850) Histoire naturelle, traduction française par Émile Littré, Paris.

St Clair A. (1996) – Evidence for Late Antique Bone and Ivory Carving on the Northeast Slope of the Palatine : The Palatine East Excavation, Dumbarton Oaks Papers, 50, p. 369-374.

Studer J. et Schneider A. (2008) – Camel Use in the Petra Region, Jordan : 1st Century BC to 4th Century AD, dans E. Villa, L. Gourichon, A. M. Choyke et H. Buitenhuis (éd.), Archaeozoology of the Near East VIII, t. 2, Lyon, p. 581-596.

Wace A. J. B. (1949) – Excavations on the Government Hospital Site, Alexandria : Preliminary Report, Bulletin of the Faculty of the Arts, Farouk I University - Maǧallat kullīyat al-ʾādāb, p. 151-156.

Wapnish P. (2008) – The Manufacture of Bone Artifacts, dans L. E. Stager, J. D. Schloen et D. M. Master (éd.), Ashkelon 1 : Introduction and Overview (1985-2006), Winona Lake, p. 587-637.

Notes

1 Voir notamment Pline, Histoire naturelle, Livre VIII, 10.

2 Aucun atelier n’a été identifié dans le Levant, à l’exception de l’atelier du Qasr al-Bint, à Pétra.

3 Cette typologie sert encore de référence aujourd’hui, en particulier pour le matériel gallo-romain.

4 Une publication plus importante est à paraître.

5 À l’exception de quelques burins et ciseaux mis au jour en France, seule une scie a été découverte en lien avec un travail de bois de cervidé à Maastricht (Dijkman, 1988).

6 Pour l’instant, seuls des déchets extraits de défenses d’éléphant ont été mis au jour, et ceux-ci ne permettent pas de déterminer s’il s’agit d’éléphants d’Afrique ou d’éléphants d’Asie. Cependant, même si aucun élément lié à un travail de l’ivoire d’hippopotame n’a à ce jour été découvert, l’existence d’objets finis dans ce matériau indique que l’ivoire d’hippopotame était aussi manufacturé.

7 Voir notamment les travaux d’Aline Averbouh (Averbouh, 2001a et b) et Noëlle Provenzano (Provenzano, 2001 et 2004).

8 La mission du Qasr al-Bint est dirigée par François Renel (INRAP) et Christian Augé (CNRS, IFPO). Je les remercie vivement pour m’avoir permis de travailler sur leur matériel et pour m’avoir grandement aidé pendant toutes mes recherches, et encore maintenant.

9 Aucune étude archéozoologique n’a encore été portée sur le matériel issu des fouilles du Qasr al-Bint ; il n’est donc pour l’instant pas possible d’apporter plus de précisions quant à la détermination des espèces animales exploitées.

Table des illustrations

Titre Fig.1. Cartes des sites proche-orientaux où une industrie osseuse a été mise au jour et publiée
Crédits Fond de carte : Daniel Dalet (http://d-maps.com).
URL http://books.openedition.org/psorbonne/docannexe/image/5099/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 204k
Titre Fig.2. Exemple de rebuts mis au jour dans les zones de rejet (Qasr al-Bint, Pétra)
Crédits Photo B. Khan.
URL http://books.openedition.org/psorbonne/docannexe/image/5099/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 64k
Titre Fig.3. Stigmate de sciage transversal visible sur une épiphyse exhumée à Sagalassos
Crédits Photo : B. Khan.
URL http://books.openedition.org/psorbonne/docannexe/image/5099/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 1,6M
Titre Fig.4. Localisation de l’atelier par rapport au Qasr al-Bint, d’après le plan de la Mission archéologique française
Crédits Mission archéologique française « De Pétra au wadi Ram ».
URL http://books.openedition.org/psorbonne/docannexe/image/5099/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 308k
Titre Fig.5. Étapes de la chaîne opératoire des anneaux représentées dans le matériel issu des fouilles du Qasr al-Bint
Crédits Photo : B. Khan.
URL http://books.openedition.org/psorbonne/docannexe/image/5099/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 1020k
Titre Fig.6. Reconstitution de la chaîne opératoire telle qu’elle est représentée dans le matériel issu des fouilles du Qasr al-Bint
Crédits Jade Lê Kim. 
URL http://books.openedition.org/psorbonne/docannexe/image/5099/img-6.jpg
Fichier image/jpeg, 52k
Titre Fig.7. Éléments ayant permis la reconstruction de la chaîne opératoire de production des épingles telle qu’elle semble avoir eu lieu à l’atelier du Qasr al-Bint
Crédits Photo : B. Khan.
URL http://books.openedition.org/psorbonne/docannexe/image/5099/img-7.jpg
Fichier image/jpeg, 58k

Auteur

Université Paris 1 Panthéon-Sorbonne – UMR 7041 : Archéologie et Sciences de l’Antiquité. Sujet de thèse : Le travail des matières dures animales au Proche-Orient du iiie s. avant J.-C. au viie après : une approche techno-économique.
Directrices : J. Dentzer-Feydy et M. Christensen.
Soutenance prévue en 2015.

© Éditions de la Sorbonne, 2014

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540