Version classiqueVersion mobile

Polonais méconnus

 | 
Janine Ponty

Deuxième partie. L’ère des incertitudes (1926-1939)

Chapitre IX. L’apogée numérique (1928-1931)

Texte intégral

1Le recensement quinquennal réalisé en mars 1931 vient à point nommé pour prendre la mesure de la population à la veille de la grande crise économique. Les Polonais dépassent le demi-million (officiellement : 507 811), soit 200 000 de mieux qu’au recensement précédent. Ils représentent désormais 17,6 % des étrangers (contre 12,9 % en 1926) et 1,2 % des habitants du pays.

2Après la parenthèse de 1927, le flux migratoire a repris, d’abord à un rythme modéré, puis à une allure rapide, surtout si l’on en croit Varsovie dont les statistiques sont plus généreuses que celles de Paris :

  • 1 Bulletin du ministère du Travail, 1928 à 1931.

Travailleurs Polonais ET MEMBRES DE LEURS FAMILLES INTRODUITS EN Franc1

Travailleurs Polonais ET MEMBRES DE LEURS FAMILLES INTRODUITS EN Franc1
  • 2 Maƚy Rocznik Statystyki..., op. cit., 1928 à 1931.

3Une fois soustraits les retours au pays, un peu plus fréquents que dans la période antérieure2

il reste un solde positif de 100 000 à 170 000 personnes, vraisemblablement plus proche de 170 000 que de 100 000 puisque la France néglige toujours d’inclure dans ses listes une partie des familles rejoignantes.

4Ces arrivées se déroulent dans des conditions légèrement différentes de celles de la première phase.

5Donnons d’abord la parole aux immigrés, en puisant, non plus dans les mémoires (Pamiçtniki Emigrantów) comme aux chapitres IV et V, mais uniquement dans nos interviews. Les ayant réalisées après 1975, nous avons rencontré plus de Polonais venus en France à partir de 1928 qu’au début des années 1920. Age oblige ! Parfois le père disparu, la veuve ou le fils ont égréné devant nous leurs souvenirs.

6Récits reconstitués à partir d’entretiens, ils présentent l’inconvénient de toute histoire orale surtout lorsqu’elle a trait à un passé déjà vieux d’un demi-siècle, mais l’avantage d’une liberté de ton, d’un foisonnement de données concrètes que ces hommes et ces femmes peu – ou pas du tout – habitués à écrire, n’auraient jamais couché sur le papier.

Récit N° I

  • 3 Propos recueillis à Wilcze Gardlo (Haute-Silésie) le 3 novembre 1977. Le beau-frère rentra en 1936, (...)

Stanisƚaw naquit en 1906 dans un village de Poznanie. Son père ne possédait aucune terre et travaillait comme ouvrier agricole pour nourrir huit enfants, quatre garçons et quatre filles. Après la fréquentation obligatoire de l’école allemande, il dut se placer, cultiver lui aussi les champs des autres. Marié en 1928 avec une fille du voisinage, tout aussi pauvre et issue d’une famille de douze enfants, il eut en 1929 un garçon qu’il aurait aimé voir fils unique. 11 y avait trop de misère dans les grandes familles.
Même à trois la vie est dure, surtout l’hiver pendant la morte-saison. Une sœur et un frère de sa femme sont partis en France. Le beau-frère travaille aux mines de La Houve à Creutzwald et lui écrit de le rejoindre. La Société minière paye le voyage puisque le beau-frère a fait régulièrement la demande. Il vient en train par Mysƚowice, un train polonais pourvu de banquettes en bois, et il arrive à Creutzwald juste le 14 juillet 1930. Pour son premier jour, c’est la fête ! Le lendemain, il signe le contrat de travail. La mine se charge des formalités administratives. Deux nuits, il dort chez sa sœur et tout de suite après, il reçoit un logement – deux pièces et une cuisine – ainsi que la promesse de lui payer 60 % des frais de voyage de sa femme. Elle est là pour Noël avec le bébé.
Pendant un an, il travaille au fond, remplissant les wagonnets de houille. A l’expiration de son contrat, on lui propose de participer à la construction de la Ligne Maginot, située à 12 km de Creutzwald. La mine est d’accord et lui laisse son logement. Il fait le trajet à vélo. Ici, point n’est besoin d’apprendre le français. Avec l’allemand, Poznaniens et Lorrains se comprennent. Quelques journaux polonais arrivent dans la cité mais irrégulièrement. Pas facile de lire Narodowiec quand il est livré seulement une fois par semaine !
Son beau-frère et lui mettent de l’argent de côté. Ils calculent le temps qu’il leur faudra pour s’acheter au pays une maison et un peu de terre...3

Récit N° II

  • 4 Interview du fils Jan, effectuée à Bytom (Haute-Silésie) le 30 oct. 1977. Ils rentrèrent en Pologne (...)

Né en 1897 dans un bourg de Pologne russe près de Kielce, fils d’un tout petit propriétaire terrien fier des trois hectares hérités de ses parents, il va à l’école quatre années de suite, apprend à lire couramment le polonais et un peu le russe. Les cinq enfants ne peuvent tous vivre sur la terre paternelle. Il tâte de plusieurs métiers, successivement bûcheron, ouvrier dans une carrière de pierre, employé à la construction d’une route. Ce sont des travaux saisonniers, entrecoupés de périodes de chômage.
Marié en 1925, père d’une petite fille un an après, il n’a pas de quoi vivre. Sa femme est très jeune – neuf ans de moins que lui –. Il l’a connue au village où il l’a vu grandir. Il aimerait la ménager. Au cours d’une phase d’inactivité en 1928, le Bureau de la main-d’œuvre de Kielce lui propose de l’ouvrage en France. Pas question de refuser. On le convoque à Mysƚowice...
Il honore son contrat annuel dans les mines de charbon à Forbach. Mais le travail du fond ne lui convient pas. Sur le conseil d’un cousin, il se présente à Rosières et est engagé comme manœuvre en fonderie. A part deux années d’interruption, il y restera jusqu’après la guerre. A l’usine de Rosières, 50 % des ouvriers sont des Polonais. On est entre soi. D’abord logé dans un baraquement de bois aménagé en dortoir, il accomplit les démarches nécessaires pour obtenir une maison individuelle qui lui permette d’accueillir sa femme. Elle arrive à la fin de l’année avec l’enfant. En 1930, nait un garçon enregistré à l’état-civil sous le nom de Jean, baptisé Jan par l’aumônier et en 1931, un second, Henri au nom de la loi, Jarostaw pour l’église et la famille. Au début, ils disposent d’une grande chambre et d’une cuisine : ce n’est pas trop. A Rosières, les salaires ne valent pas ceux versés dans les Houillères, et avec une seule paye on ne fait guère d’économies. C’est pourquoi en 1931, il accepte d’aller travailler comme maître-valet dans une métairie entre Agen et Marmande. Heureusement qu’il n’avait pas de capitaux à y investir car c’est une mauvaise terre. Il aurait tout englouti4.

Récit N° III

Elle vint au monde en 1907 dans un village de Galicie occidentale, sixième enfant d’une famille pauvre. Son père possédait moins de deux hectares. Sa mère mourut aussitôt. Elle alla tout de même quatre ans à l’école et apprit à lire et à écrire en polonais. Puis elle s’employa dans les champs de façon occasionnelle. En 1926, à 19 ans, elle épousa un garçon du village plus âgé qu’elle de cinq ans. Chez lui, il y avait onze enfants et une terre trop petite pour nourrir tout le monde. Il jouait de la trompette et du cornet à piston dans les noces et les fêtes pour se faire un peu d’argent.
En 1927 naît une fille, en 1928 une deuxième. Ils vivent à quatre dans une seule pièce et ne mangent qu’une fois par jour, avec surtout du pain et des pommes de terre. La misère ! Un cousin déjà en France, manœuvre dans les mines de fer de Piennes en Lorraine, parle d’eux à son chef. Oui, on a besoin d’ouvriers polonais de bonne réputation mais seuls, sans leur femme.
 – Il est courageux, ton cousin ? C’est bon. Donne-nous son nom et son adresse.
En 1929, Michaƚ reçoit une convocation. Il se rend en ville, revient avec les papiers en règle, rassemble quelques effets, dit au revoir aux siens et rejoint le convoi collectif qui part de Mysƚowice.
Suivent deux ans de séparation. Les petites filles grandissent. Avec les mandats qui arrivent régulièrement, elle a de quoi faire deux repas par jour. Ils s’écrivent. Lui, veut rentrer. Elle le met en garde :
 – Tu ne trouveras pas de travail.
Manœuvre pendant plus de deux ans aux mines de La Mourière, près de Piennes, c’est un bon ouvrier, sobre et stable, promis à passer à l’abattage. C’est pour cela qu’en 1931, il reçoit un logement à la Cité de la Gare et le droit de faire venir sa famille.

  • 5 Interview réalisée à Wilcze Gardio (Haute-Silésie) le 5 novembre 1977. Ils rentrèrent effectivement (...)

Elle gagne Piennes avec les fillettes par Mysƚowice et Toul. Le voyage dure une semaine. Dimanche, elle part de chez elle. Lundi et mardi, au centre de Mysƚowice pour les examens. Mercredi et jeudi, dans le train. Un wagon de troisième classe avec des banquettes. Elle partage son compartiment avec une autre femme et trois enfants. Il n’y a que des épouses rejoignant leur mari, dans ce wagon-là. A Mysƚowice, elle a reçu des bons à échanger contre de la nourriture. Les bons rouges, c’est pour le lait ; les bons verts, pour autre chose. Dans les gares, des gens montent dans le train avec des aliments. En Allemagne, l’organisation est excellente : les enfants reçoivent leur lait bien chaud et les adultes ont du thé avec du rhum dedans. Elle n’a jamais été aussi gâtée ! Puis deux jours à Toul, le vendredi et le samedi. A l’arrivée, on lui sert un vrai repas : des pâtes, des pommes de terre, de la choucroute et de la viande bien cuite. Et elle touche des provisions pour le voyage suivant. Il sera très court, car son mari travaille non loin de là.
A la Cité de la Gare, elle trouve un logement d’une chambre et d’une cuisine. Pas de jardin, donc pas de cabinets ; il faut aller au bout de la ruelle. Enfin, c’est mieux qu’en Pologne où elle préparait les repas dans l’unique pièce. Elle est très triste parce que tout est nouveau pour elle. Le paysage lui paraît laid et ne lui rappelle en rien son village natal. Elle n’a jamais vécu si près des voisins. Heureusement, la famille est réunie et il y a beaucoup de Polonais, des Italiens aussi, mais très peu de Français. Michat a appris quelques mots d’italien, quelques mots de français et il confond les deux. Un aumônier polonais vient une fois par mois pour dire la messe dans une petite chapelle. On reçoit Narodowiec et un bimensuel qui vient de se créer, Gazeta dla Kobiet (Le Journal des Femmes).
Ils n’envisagent pas de rester en France. Juste le temps d’économiser un peu d’argent. Ou jusqu’à ce que la Pologne leur fournisse du travail régulier. Les mines de Lorraine, c’est une parenthèse5.

Récit N° IV

  • 6 Interview réalisée à Chenérailles (Creuse), le 28 février 1978. Ils changèrent encore dix fois d’em (...)

Ukrainienne, catholique de rite oriental, elle naquit sous le régime autrichien en 1908 dans un village de Galicie orientale rattaché à la Pologne après la guerre et incorporé dans la voiévodie de Lwów. Ses parents ont eu huit enfants. Enfin, huit vécurent sans compter les accidents et les décès prématurés. Elle alla en classe quelques mois en 1915. Son père était mobilisé et fut fait prisonnier par les Russes. Sa mère la retira de l’école parce que cela allait durer longtemps et elle lui confia la garde des petits frères et sœurs. Elle était la troisième, mais la plus grande fille. Les aînés aidèrent leur mère à cultiver les cinq hectares qu’ils possédaient. A 10 ans, elle trayait les vaches. A 12 ans, elle alla traire matin et soir chez un « riche » et reçut son premier salaire. Pendant un an, elle fut gagée comme bonne de ferme tout près de la maison. Une autre année, elle partit à 45 km comme cuisinière dans une grande exploitation agricole. Sa mère, veuve, lui demanda de revenir. On était en 1923. Elle travailla chez elle jusqu’en 1931 avec les frères aînés qui ne lui donnaient pas d’argent, juste nourrie et logée. Au village, des jeunes avaient signé des contrats pour la France. Elle avait un cousin, charretier dans une ferme de la Brie. Son patron qui l’appréciait lui demanda un jour s’il connaissait une fille susceptible de venir comme bonne de ferme. Il pensa à elle et donna son adresse.
Munie des papiers d’invitation nominative, elle se rendit seule à Mysƚowice – elle prononce : Mysƚowice, comme on dit en ukrainien –. Le voyage dura huit jours en tout :
 – J’étais fatiguée !
Un à deux jours d’attente à Mysƚowice même, deux jours dans le train, un jour à Toul. C’est là qu’on lui remet le contrat définitif. Sous le mot « Podpis » (Signature), elle appose son empreinte digitale, car elle a tout oublié et ne sait plus écrire son nom. Dirigée avec quelques autres vers Paris, elle monte ensuite seule dans un train pour Coulommiers. Ignorant tout du français, incapable de lire les noms des stations sur les quais et terrorisée à l’idée de sortir son contrat pour le montrer à quelqu’un – si elle l’égarait ! –, elle compte les arrêts sur les doigts. A la gare de Coulommiers, par la fenêtre, elle aperçoit son cousin. Joie ! Il a accompagné le patron venu en automobile. Toute la tension des jours derniers disparait comme par enchantement. Elle est en pays de connaissance et elle parle, elle parle. Le patron aimable les emmène au café en face de la gare et lui offre du vin blanc sucré. Il n’aurait pas fallu. Elle en reste assommée, ivre tout de suite. Arrivée à la ferme, on lui propose de déjeuner.
 – Non, je veux dormir.
Dans la cuisine, les enfants l’entourent, étonnés. Elle porte de longues nattes blondes dans le dos ;
 – Elle est belle ! – C’est le cousin qui traduit.
Elle dort longtemps. Puis elle va traire les vaches tout de suite.
 – Ça, j’avais l’habitude.
Elle reste un an, le temps du contrat, dans cette exploitation de 250 ha où il y a un personnel important : quatre charretiers dont son cousin, un vacher pour 18 vaches, quatre vachères pour 7 vaches chacune et elle-même comme bonne de ferme qui aide à la traite. Son contrat prévoit un salaire mensuel de 200 F. Elle touche 300 F et ne rembourse pas le prix du voyage. Ils le lui laissent. C’est une bonne place. Elle la quittera pourtant, car elle veut épouser un gars de son village parti trois ans avant elle, employé comme charretier près de Sens. Ici, le patron n’a pas besoin d’un autre ouvrier, tandis que la ferme là-bas peut la prendre, elle, comme bonne. Le mariage est célébré à la mairie de sa nouvelle résidence, puis par le curé français de la paroisse en l’absence de tout prêtre « uniate ». Elle comprend à peu près les discours et le prêche, enfin il lui semble. Et elle répond :
 – Oui, Oui... Pas difficile !
Elle qui a eu de la chance la première fois, saisit tout de suite que cette place ne vaut pas l’autre. Elle gagne moins qu’avant et la patronne veut leur interdire de se parler en ukrainien. Elle persuade son mari et six mois après, ils s’en vont dans une ferme du Loiret.
En 1930, il a trouvé du travail pour un de ses frères. A son tour, elle place les siens : son frère aîné et une de ses sœurs les rejoignent, ouvriers agricoles sur recrutement nominatif dans des fermes voisines6.

Récit N° V

  • 7 Propos recueillis à Katowice le 2 novembre 1977. Le père a été fusillé par les Allemands à Courrièr (...)

La misère la plus noire règne en Lithuanie de Wilno. Piotr, né en 1923, arrivé en France à l’âge de six ans, n’a jamais eu de chaussures là-bas. Il marchait pieds nus, même l’hiver par 30 ° sous zéro. Il n’a jamais mangé de sucre non plus, seulement du chou, des pommes de terre et du pain de seigle. Les réserves de céréales épuisées, on se serrait un peu plus la ceinture jusqu’à la récolte suivante. Un petit frère est mort, qui n’a pas résisté. La première école se trouvait à 25 km à Dzisna. Les enfants du village n’allaient pas en classe. Ni son père, ni sa mère ne savaient lire et s’ils n’étaient pas partis, Piotr serait resté analphabète. Lithuaniens, Russes, Polonais, tous étaient aussi malheureux dans ces contrées. Une fois par semaine, le père allait à Dzisna avec un cheval emprunté à des voisins. Il vendait ses produits au marché et achetait de la laine pour faire des vêtements et un peu de pétrole pour s’éclairer. C’est là qu’il rencontra des agents de la S.G.I. Du travail en France, pourquoi pas ? Il signa d’une croix quand on l’eut assuré qu’il pouvait emmener avec lui sa femme et ses deux fils. Il sentait confusément que c’était très loin. Quand on ne peut même pas s’écrire !
Le voyage fut interminable : en charrette du village à Dzisna, un train pour Wilno à plus de 100 km, un autre vers Varsovie, un troisième pour gagner Mysƚowice où ils passèrent deux jours et où le père fut agréé comme manœuvre dans les Houillères, un quatrième jusqu’à Toul et un cinquième de Toul à Courrières.
Le père descend à la fosse n° 8 de la compagnie des mines de Courrières. Ils habitent la Cité de la fosse 8, un pavillon long de cent mètres, divisé en logements individuels avec une cuisine et une pièce au rez-de-chaussée, deux chambres à l’étage et un jardinet derrière : le luxe pour eux. Il y a tant de Polonais alentour que, arrivé le 14 juin 1929, Piotr n’a pas l’occasion de jouer avec des enfants français pendant l’été. Il est d’ailleurs intimidé, assez solitaire. Le 1er octobre, il entre à l’école communale sans saisir un mot de ce que dit la maîtresse. A Noël, ça va déjà mieux. Un an après il parle couramment et guide sa mère chez les commerçants. A Courrières, point de moniteurs polonais ; il apprend à lire seul dans sa langue maternelle et fait la lecture à ses parents7.

A travers cinq récits, nous percevons, malgré des conditions économiques et familiales assez semblables à celles de la période 1920-1926, plusieurs modifications sur d’autres plans :

  1. L’aire géographique du recrutement se déplace vers l’Est. Les « Westphaliens » ont disparu et l’émigration gagne de plus en plus les confins orientaux. D’où l’impression d’une pauvreté et d’un analphabétisme particulièrement graves.
  2. Mysƚowice devient le lieu de rassemblement unique, même pour ceux de Poznanie ou de la région de Wilno. De Lithuanie, cela fait traverser toute la Pologne en diagonale. On ne note plus aucun trajet en bateau par la Baltique.
  3. Les travailleurs viennent directement de leur village, sans séjour urbain préalable ni aucune expérience antérieure de la vie en émigration. Si bien que la S.G.I. peut proposer plus que jamais des emplois de simples manœuvres.
  4. Le recrutement nominatif prend de l’ampleur, lié à la présence en France d’un noyau de Polonais auxquels les employeurs se fient pour en demander d’autres, lié aussi aux mesures prises par Varsovie pour la protection de la main-d’œuvre féminine agricole. Ici, deux cousins, un beau-frère, un frère, une sœur, soit au total cinq personnes, en font venir six autres. L’isolement des émigrés est réduit d’autant.
  5. Si les hommes partent encore le plus souvent seuls, l’épouse et les enfants les rejoignent assez vite. La politique de regroupement familial s’étend désormais à des régions comme la Lorraine du fer qui la pratiquaient très peu auparavant à l’égard des Polonais. Dans notre cas, pour cinq contrats de travail, arrivent quinze personnes en tout, sans compter les bébés qui vont naître aussitôt après, en France. Le bond de 300 000 Polonais en 1926 à plus d’un demi-million en 1931 ne s’explique pas seulement par la différence entre les entrées et les sorties, mais aussi par les excédents sensibles des naissances sur les décès.

La S.G.I. au maximum de sa puissance

7Lorsque reprend le recrutement de la main-d’œuvre en Europe centrale après le léger temps mort de 1927, les bénéfices de la Société générale d’Immigration plus que jamais s’accumulent. Aucune comparaison n’est possible à cet égard avec les tentatives de colonisation agraire, plus audacieuses mais trop risquées.

  • 8 C.C.H.F., carton n° 109 : d’après les statistiques officielles de la S.G.I.

8De 1929 à 1930, 80 % des immigrants introduits par la S.G.I. viennent de Pologne, 10 % de Yougoslavie, 8 % de Tchécoslovaquie8. Abordant l’activité de la Société sous l’angle polonais, nous l’envisageons donc presque dans sa totalité.

La sauvegarde de ses intérêts et de son indépendance

  • 9 Id., 9 décembre 1929 et 15 mai 1930.
  • 10 Voir Chapitre VIII, p. 240.

9En 1930, l’Assemblée générale de la S.G.I. porte le capital de 10 à 20 millions de francs par incorporation de réserves. L’intérêt annuel versé aux actionnaires reste, comme le prévoient les statuts, de 6 % cumulatifs, auxquels s’ajoutent des pourcentages non cumulatifs après constitution des réserves9. La loi de 1867 permet de consacrer une partie des bénéfices des entreprises à l’établissement d’une réserve légale et d’une réserve statutaire avant de distribuer les dividendes aux actionnaires. Les réserves et les augmentations successives du capital répondent au souci de cacher des bénéfices fabuleux. Après trois ans d’existence (1924-1927), la S.G.I. était passée d’un capital de 3,6 millions à 10 millions de francs10. Une nouvelle tranche de trois ans s’écoule et l’accroissement décidé est encore plus important en valeur réelle.

  • 11 En particulier, J.-Ch. Bonnet, R. Schor, H. Janowska et nous-même.

10Les historiens, tant français que polonais, s’accordent aujourd’hui pour estimer que la S.G.I. traitait son commerce humain comme un trafic de marchandises, dont elle cherchait à tirer le plus d’argent possible11. Elle s’en vantait d’ailleurs. Georges Le Fèvre met dans la bouche du directeur du centre de Mysƚowice une déclaration que celui-ci ne démentira pas :

  • 12 G. Le Fèvre, op. cit., p. 29.

« Je suis exportateur de Polonais... il y a un marché du travail avec une offre et une demande comme pour le caoutchouc, le cuivre ou le coton... J’expédie pour la France. »12

De là à accuser la S.G.I. d’abus supplémentaires, il n’y a qu’un pas, déjà franchi par ses adversaires de l’époque qui la soupçonnaient de multiplier les départs, quitte à favoriser les retours afin de toucher deux fois le prix du transport. Que cela rapportât à la S.G.I. ne fait aucun doute. Mais qu’elle le recherche systématiquement reste à démontrer.

  • 13 A.A.N., K.M. 585, 13 mai 1927. Polexpress s’occupe de tourisme et, accessoirement, d’émigration à t (...)

11Jusqu’en 1930 les chiffres de rapatriements restent modestes et les Polonais qui repartent ne sont pas obligés d’utiliser les services de la S.G.I. Ils peuvent s’adresser – et ils ne s’en privent pas – à l’agence de voyages Polexpress fondée à Paris en 192713 qui propose des tarifs dégressifs aux familles et des prix intéressants aux personnes seules. Le retour n’est pas gratuit pour les travailleurs. La prime versée en fin de contrat doit servir à régler en partie le voyage de ceux qui ne veulent pas prolonger l’expérience. Seuls ont droit à une aide financière les victimes d’une rupture de contrat du fait de l’employeur. La S.G.I. est contrainte d’assumer le transfert des gens échoués au centre de Toul ou de ceux expulsés pour vagabondage s’ils sont entrés en France munis d’un contrat de travail régulier. Pendant la grande crise, le mouvement va s’inverser : beaucoup de rapatriements et peu d’entrées. A aucun moment, la S.G.I. ne profite donc d’un flux et d’un reflux d’égale ampleur. En outre, ne donnons pas à la Société générale d’Immigration plus de pouvoirs qu’elle en possède déjà. Détentrice d’un monopole de fait sur le recrutement en Pologne, elle ne peut pas intervenir sur le marché français de l’emploi et doit s’adapter à la demande des employeurs. Issus des mêmes milieux, possédant des intérêts communs, S.G.I. et dirigeants d’entreprises diffèrent souvent dans leur stratégie immédiate. L’immigré le plus susceptible de regretter rapidement sa décision et de vouloir retourner au pays est le célibataire sans qualification. La S.G.I. en embauche beaucoup, mais ce n’est pas elle qui s’oppose à la venue des familles, plus stables par essence. Ce sont les patrons qui freinent, soit qu’ils manquent de logements pour les accueillir et refusent d’investir pour en édifier, soit qu’ils refusent de verser 60 % des frais de voyage de la femme et des enfants. Les directeurs des mines et des usines sidérurgiques cherchent en moyenne à équilibrer le nombre de familles et d’hommes seuls. Les exploitants agricoles préfèrent les ouvriers et ouvrières célibataires. La S.G.I. se plie aux vœux formulés sur les demandes de main-d’œuvre, sous peine de mécontenter ses clients.

12Peu menacée par la tutelle du gouvernement français qui continue de couvrir ses activités sans trop lui demander de comptes, elle doit prendre garde aux tentatives d’immixtion des autorités de Varsovie. La « Sanacja » se scandalise de la présence en Pologne d’organismes français, publics ou privés, exerçant des fonctions qui devraient selon elle relever de la souveraineté nationale. Exemple d’organisme public : la Mission militaire française, de plus en plus mal supportée par l’armée polonaise et surtout par son chef, le maréchal Piƚsudski. Exemple d’organisme privé : la S.G.I. Périodiquement, la presse gouvernementale réclame leur suppression et l’établissement d’un régime d’émigration imité de celui d’Italie, que rendrait possible une révision de la convention du 3 septembre 1919.

13Fin 1929, dans une offensive où les objectifs nationaux et les appétits financiers se mêlent, un haut fonctionnaire de l’ Office d’Émigration offre à Jean Duhamel de remplacer la S.G.I. par une société mixte dans laquelle le capital polonais serait représenté :

  • 14 C.C.H.F., carton n° 109 : de J. Duhamel à H. de Peyerimhoff, 16 décembre 1929.

« Inconvénients, m’a-t-il dit, vous perdez une partie de votre liberté. Vous êtes soumis en fait à un contrôle polonais plus strict puisque les Polonais seraient associés à votre gestion. Avantages : c’est la stabilisation de votre situation qui, jusqu’ici, n’a jamais cessé d’être précaire, et c’est la garantie d’un monopole durable qui mettrait entre vos mains toute l’émigration polonaise, sans risque possible de concurrence. »14

Jean Duhamel esquive la menace en se retranchant derrière deux arguments. L’un de droit : la S.G.I. a des activités multiples et ne travaille pas qu’en Pologne. Les capitaux polonais s’associeraient à elle exclusivement pour le recrutement de la main-d’œuvre polonaise ; il faudrait par conséquent créer une filiale. L’autre, politique : la S.G.I. est, dit-il, étroitement dépendante de l’administration française à laquelle, en dernier ressort, appartient la décision. Effectivement, Picquenard, représentant du ministère du Travail aux commissions consultatives et aux conférences franco-polonaises relatives à l’immigration ouvrière, préfère encore la voir aux mains d’une société privée française que d’un service officiel étranger.

RÉPARTITION DES IMMIGRANTS PAR VOIEVODIE D’ORIGINE (1928-1931)

RÉPARTITION DES IMMIGRANTS PAR VOIEVODIE D’ORIGINE (1928-1931)

14La S.G.I., peu de temps auparavant, sollicitait de Varsovie l’investissement de capitaux dans l’œuvre de colonisation agraire. Elle les récuse aujourd’hui pour le recrutement des travailleurs manuels parce qu’elle risque d’y perdre son pouvoir de décision et qu’en outre elle n’en a, pour ce faire, nul besoin.

15La répartition des immigrants par voiévodie d’origine permet d’observer un glissement vers l’est, mais qui ne remet pas en cause l’ancienne prépondérance du sud.

16Sur dix-sept centres provinciaux de sélection que contrôle la S.G.I., deux se situent dans la province de Lwów (à Jarosƚaw et à Przemyśl), un dans celle de Cracovie, un en Haute-Silésie (à Sosnowiec) et un dans la province de Kielce, soit cinq en un périmètre restreint, proche de Mysƚowice. Les habitants de la moitié nord du pays transitent eux-mêmes à présent par Mysƚowice (récits I et V), ce qui accroît la durée du voyage et le rend plus coûteux. La S.G.I. tient à ce que tous les émigrants partent du camp d’hébergement qu’elle contrôle le mieux. Dans ces conditions, elle a grand intérêt à orienter l’essentiel du recrutement vers l’extrême-sud.

17Les conditions de vie à la campagne restent précaires en Pologne. Ce n’est pas que la réforme agraire ait été abandonnée, ou mise en sommeil, comme les adversaires de Piƚsudski l’en accusent. Au contraire, le nombre d’hectares parcellés s’accroît régulièrement de 1925 à 1929, jusqu’à l’aube de la grande crise économique. Mais cela reste insuffisant pour sortir la paysannerie de la misère.

18L’ancienne Galicie, où la population rurale l’emporte très largement, fournit à l’émigration des contingents accrus. Les voiévodies de Cracovie et de Lwów, en 1927 respectivement quatrième et cinquième après celles de Ƚódz, de Kielce et de Poznań pour le nombre total de départs à l’étranger, gagnent les années suivantes la tête du peloton, celle de Lwów bonne première, celle de Cracovie au second rang.

  • 15 Maƚy Rocznik Statystyki, op. cit., 1928-1931.
  • 16 Voir Chapitre IV, p. 111-112.

19En ce qui concerne la France, la voiévodie de Lwów prend de plus en plus d’importance. En 1927, 18 % des Polonais franchissant la frontière en venaient ; de 1928 à 1930, 27 % en moyenne15. La réouverture officielle des frontières allemandes après la signature du traité germano-polonais de novembre 192716 ne renverse donc pas la tendance. La S.G.I. canalise le potentiel migratoire de la province à son profit. Il s’établit une sorte de partage de la Pologne entre la direction-France (le sud et le centre) avec contrats annuels et la direction-Allemagne (le nord) avec contrats saisonniers, ce qui ne correspond plus aux traditions d’avant-guerre. La S.G.I. a imposé ses vues.

20L’idéal pour elle serait de remplir les convois de natifs de Silésie ou de Galicie occidentale : plus grande qualification des ouvriers, plus faible distance à parcourir. Devant la réalité économique, elle s’enfonce vers le sud-est, balaie largement la voiévodie de Lwów et aborde celle de Tarnopol. Les Ukrainiens comptaient peu en France avant 1927. A l’orée de la décennie 1930, leur nombre augmente. L’émigration reste bien sûr très majoritairement de culte catholique romain. Pourtant, à côté des juifs, les uniates et même les orthodoxes progressent. Les statistiques polonaises d’entrées en France le prouvent :

Les efforts consentis pour l’organisation du voyage

21Lentement, les conditions de transport des ouvriers s’améliorent. Les Polonais qui signent un deuxième contrat de travail après un retour au pays y sont sensibles. Et les personnes que nous avons interviewées, si elles sont arrivées entre 1928 et 1931, ne gardent pas de leur voyage un souvenir cauchemardesque. Pourtant, l’autosatisfaction des organisateurs à ce sujet demande à être nuancée.

22Nous disposons de deux documents contradictoires : d’un côté, un plaidoyer enthousiaste en faveur de la S.G.I. ; de l’autre, les rapports d’un employé du consulat général polonais à Paris qui, sur l’ordre de l’ Office d’Émigration, a été délégué deux fois à quinze mois d’intervalle pour veiller sur un convoi parti de Mysƚowice.

  • 17 G. Le Fèvre, op. cit., p. 28, 44 et 45.

23En octobre 1928 un reporter, Georges Le Fèvre, publie dans Le Journal les résultats d’une enquête menée en Pologne du sud et dans le train qui le ramena vers Toul avec les ouvriers recrutés. Jean Duhamel lui a fourni une documentation écrite et le personnel de la S.G.I. l’a guidé dans sa visite. Étoffé, rassemblé dans un ouvrage, le récit paraît en 1929 sous le titre provocateur : Homme-Travail. L’auteur compare la main-d’œuvre polonaise surabondante au pétrole jaillissant, les centres provinciaux de sélection à des puits auprès desquels s’effectue une première épuration et Mysƚowice à une usine de raffinage17 : humour grinçant, qui n’exclut pas une certaine pitié, parfois même de la compréhension pour les travailleurs obligés de s’expatrier. Mais ce qui domine en ce petit livre nerveux, c’est une admiration sans borne pour les réalisations de la S.G.I. Selon Georges Le Fèvre, les bâtiments de Mysƚowice sont spacieux, propres et l’organisation, parfaite :

« Un vestiaire géant canalisé par des rampes d’accès qui aboutissent à la salle du docteur. Pas besoin de suivre le guide, l’orientation est automatique... On est entraîné malgré soi à continuer, à pousser plus avant. »

Le directeur « travaille comme un enragé », les agents savent trier les candidats, « choisir d’un coup d’œil et ne pas se tromper ». La S.G.I. pourvoit à tout :

« (Elle) choisit, rassemble, examine, contrôle, photographie, épouille, désinfecte, héberge, embauche, embarque, accompagne, ravitaille, reçoit, répartit, expédie à domicile la main-d’œuvre polonaise. »

  • 18 Id., p. 28, 31, 38, 40, 57-61, 72-74.

Pas un mot sur la Mission française de la Main-d’œuvre. Juste une allusion à l’ Office d’Émigration de Varsovie à propos de son délégué, présent dans le train. A Toul, ce sont encore les employés de la S.G.I. qui se chargent de la besogne essentielle, dans des bureaux ultramodernes équipés d’un répartiteur automatique.18.

  • 19 Comparer les p. 118-119, 124-125, 127-128 de l’ouvrage de G. Mauco, (op. dt), avec les p. 39-40, 43 (...)

24Georges Mauco, dans sa thèse de géographie consacrée en 1932 aux étrangers en France, a largement puisé dans ce récit et, comme Le Fèvre, fait silence sur les dortoirs de Mysƚowice, moins reluisants19.

  • 20 A.A.N., M.S.Z. 10344, 5 février 1929 (42 p.) et 3 mai 1930 (7 p.).

25En février 1929 et en mai 1930 Adam Koch, agent polonais de l’ Office d’Émigration, fait à son tour le voyage. Ses deux compte-rendus, conservés aux archives de Varsovie sous leur forme originale dactylographiée, sont peu connus20.

26Adam Koch dénonce l’état des dortoirs de Mysƚowice, ceux des hommes surtout, petits et bas de plafond, froids et sales, où s’entassent 40, 60 ou même 68 personnes. Les chambrées de femmes font meilleure impression. Mais les lits superposés se touchent, sans aucun couloir entre eux. On y accède en rampant à partir du pied de lit. C’est très malcommode pour les mères de famille que leurs enfants font lever au cours de la nuit. Et en cas d’incendie, de panique, elles risquent l’asphyxie avant de pouvoir s’échapper. Interrogé à ce sujet, le directeur du centre d’hébergement répond qu’il manque de place et que, d’ailleurs, c’est mieux pour la sécurité des enfants. En 1930, Koch constate des changements : les dortoirs ont été réaménagés avec un intervalle tous les quatre lits. On ne dit pas si les bébés en tombent !

27Les convois en direction de la France partent toujours le soir et les émigrants doivent arriver la veille à Mysƚowice, de préférence la veille au matin. Or cela ne dépend pas d’eux. Ceux que les horaires des trains amènent l’après-midi ou la nuit – et le 4 février 1929, Koch observe que ce sont les plus nombreux – ne trouvent personne sur le quai. L’agent de la S.G.I. préposé à l’accueil ne travaille que jusqu’à midi. Les voyageurs gagnent donc seuls les baraquements, proches de la gare mais difficiles à trouver dans l’obscurité, car le chemin qui y mène n’est pas éclairé. Comme les opérations de douche et de désinfection s’effectuent uniquement le matin, les retardaires se voient refuser l’accès aux dortoirs. Le portier les introduit dans des salles d’attente. Les femmes et les enfants s’étendent sur des lits en bois, sans matelas, à même la planche. Les hommes restent assis sur des bancs ou par terre. Telle est la situation en 1929. Quinze mois après, de nouveaux bâtiments ont surgi à la limite du camp. Les ouvriers qui atteignent trop tard la station y trouvent une literie équipée de paillasses. Autre amélioration : la mise à la disposition des jeunes mères de pièces spéciales avec des berceaux pour faire dormir les bébés dans la journée ; avant, elles les gardaient tout le temps sur les bras. Par contre, il n’y a toujours personne sur le quai de la gare à partir de midi, ni représentant de la S.G.I., ni agent polonais. Koch avait suggéré que l’Office d’Émigration délègue quelqu’un. Il n’a pas été entendu.

  • 21 A.A.N., M.S.Z. 10344 : du consul de Pologne à Prague au M.S.Z., 13 décembre 1929.

28Le voyage vers la France dure deux jours. Pour nourrir plusieurs centaines de passagers (608 dans le premier convoi et 561 dans le second), un effort considérable a été nécessaire. Les premières années, les émigrants recevaient des vivres au départ, pain et saucisses, pour tout le trajet. A présent, ils mangent chaud. Ceux qui ont souffert de privations chez eux, en gardent un souvenir enchanté cinquante ans après et peuvent citer sans se tromper ce qu’on leur a servi. Ce thé au rhum (récit n° III) a bien été distribué, non pas une fois ou deux par exception mais régulièrement, en gare de Cheb à la frontière entre la Tchécoslovaquie et l’Allemagne21. On l’offre même aux enfants à partir de quatre ans, ce qui n’est pas très recommandé pour eux, note Adam Koch. Il demande dans son premier rapport de le remplacer par une soupe qui coûterait à peine plus cher et nourrirait mieux. Il déplore aussi que certains voyageurs soient privés des mets liquides (soupe, thé, lait pour les bébés) parce qu’ils n’ont aucun récipient dans lequel les verser et il suggère que la S.G.I. les munisse tous au départ de pots en fer blanc. Il recommande de conserver le système de bons détachés d’un carnet à souche que la S.G.I. songe à remplacer par des jetons récupérables, par mesure d’économie. Les ouvriers risqueraient d’égarer les pièces, alors qu’ils rangent le carnet dans leur passeport ; les illettrés pourraient se tromper de jeton, alors qu’ils se fient à la couleur du bon ou à son dessin : une tasse de thé, une assiette de soupe, un saucisson, pour échanger le moment venu.

29En fait, les émigrants sont satisfaits des repas, même lorsqu’Adam Koch trouve un curieux goût à la soupe ou que le lait des enfants arrive refroidi en plein hiver. Ils ont quitté la Pologne pour manger à leur faim et dès le voyage, ils se trouvent rassasiés. Ils en oublient l’inconfort du camp d’hébergement qui n’est pas pire que ce qu’ils ont connu en travaillant chez autrui. Dans l’angoisse qui les étreint devant l’inconnu, ces repas servis deux fois par jour, tant à Mysƚowice, dans le train qu’à Toul s’élèvent pour eux au niveau du symbole : celui de la promesse réalisée.

30A la présentation par Georges Le Fèvre d’un service rationalisé, doué d’une efficacité totale, répondent les observations d’Adam Koch qui estime l’organisation de la S.G.I. défectueuse, beaucoup de laisser-aller, un personnel insuffisant et des dirigeants surtout préoccupés d’économiser sur tout.

31La S.G.I. ne malmène pas systématiquement sa « marchandise », soucieuse de l’intérêt des employeurs qui la lui ont commandée. Sensible aux imperfections du système, elle est assez forte cependant pour refuser les pressions extérieures et améliorer les conditions de voyage à son rythme.

32Quant au centre de Toul, Adam Koch critique entre autres :

  • le quai militaire où se rangent les convois, trop éloigné de la sortie de la gare, ce qui oblige les voyageurs à traverser un tunnel, donc à descendre et à remonter des marches, les bagages dans les jambes ;
  • le fait que seules les femmes déposent leurs paquets les plus lourds à la consigne tandis que les hommes se rendent toujours à pied jusqu’à la caserne Marceau avec leurs colis ;
  • le manque de coordination entre le camp et les chemins de fer. Les gens sont ramenés à la gare beaucoup trop tôt pour le départ du train qui les emmène sur leur lieu de travail ; certains attendent ainsi des heures dans le froid et la nuit ;
  • enfin, le fait que l’entrée de la caserne lui soit interdite (c’est classique !) : il n’a pas pu visiter les bâtiments.
  • 22 A.D. M.-et-M., 10 M 37, 2 septembre 1930.

33De 1927 à 1930, le dépôt de Toul s’est très peu amélioré, tant sur le plan de l’organisation que sur celui du confort. L’équipement reste rudimentaire22. Le ministère du Travail se garde bien d’adresser des reproches à la S.G.I., alors que les autorités françaises se préoccupent aussi peu de l’entretien et du confort du seul maillon de la chaine de recrutement qui reste entièrement sous leurs ordres.

L’ébauche d’une nouvelle distribution professionnelle et spatiale

34Ce n’est pas une révolution. Les Houillères restent en tête, et avec elles les cités minières du Pas-de-Calais. Pourtant des changements s’amorcent. L’importance des métiers du charbon diminue en valeur relative. D’autres secteurs économiques interviennent. Et sur la carte, des zones auparavant toutes blanches se teintent légèrement.

L’Introduction de Polonais dans des secteurs industriels plus diversifiés

  • 23 G. Le Fèvre, op. cil., p. 27.

« – Prévisions pour le 3 août ?
 – Cinquante-sept. Nous avons toujours la demande de Cheffoix...
 – Ce sont les dix carriers. Ils partent demain soir.
 – Et les vingt-cinq familles demandées pour la troisième décade de juillet ?
 – Il y en a quatorze de parties. Nous solderons le compte à la fin du mois.
 – Restent les quatre-vingt manœuvres de Pont-à-Mousson.
 – Je peux les fournir si les contrats sont prêts. »23

35Pour peindre l’activité fébrile de Mysƚowice, Georges Le Fèvre – toujours lui – choisit trois exemples : la métallurgie lorraine, les carrières de pierres de Vendée et le recrutement familial... dont on ignore la destination exacte : les mines du Pas-de-Calais ou du Nord peut-être ? Mais le nom de ces deux bassins n’apparaît pas, alors que toute description de deux ou trois ans antérieure aurait commencé par eux. Le charbon a perdu son caractère symbolique.

  • 24 A.A.N., K.M. 353 : plus de 60 feuillets dactylographiés.

36Corrigeons ces touches impressionnistes à l’aide des listes mensuelles dressées par la S.G.I. de juin 1929 à janvier 1931, d’une étonnante précision : elles répertorient tous les industriels ayant fait appel à ses services, avec en regard le nombre de Polonais qui leur ont été envoyés. Elles permettent d’établir la courbe de l’évolution du recrutement, d’apprécier la répartition de la main-d’œuvre par région, par type d’activité et même par entreprise24. En un an et demi, la S.G.I. fournit à l’industrie française 36 366 ouvriers polonais sous contrat. Ce chiffre concerne uniquement les salariés, à la différence des statistiques du ministère du Travail ou de l’ Office d’Émigration qui incluent les épouses sans emploi et les enfants.

3716 214 sont dirigés vers les Houillères, soit près de 45 %. Les charbonnages tiennent encore une large place, ce qu’indiquaient déjà nos interviews (Creutzwald, Forbach et Courrières comme lieu initial de destination dans les récits I, II et V). Ils conservent la première place, mais avec une avance moins nette qu’avant. Après octobre 1929, la chute est brusque et l’interruption définitive survient à Noël 1930. Le bassin du Pas-de-Calais entre pour la moitié de l’ensemble ; le dernier Polonais recruté sur contrat arrive à la compagnie de Marles en avril 1930, à celle de Courrières en juillet, ailleurs en août. Le bassin du Nord se classe comme toujours en second, avec 15 % des entrées dans les Houillères ; la réduction s’y étale sur toute l’année 1930 ; la S.G.I. adresse encore 102 Polonais à la compagnie d’Anzin en novembre. L’étirement dans le temps est encore plus marqué pour les mines du centre et du midi dont certaines recrutent autant en 1930 qu’en 1929, telles Rochebelle et Bessèges (Gard) ou Aubin (Aveyron). Il n’est plus aucune société houillère française qui n’emploie à présent quelques manœuvres polonais, de La Mure dans les Alpes à la petite mine de Faymoreau en Vendée. Guidées par la S.G.I., elles pénètrent les unes après les autres dans le circuit. Malgré des chiffres très réduits chacune, elles contribuent à prolonger la courbe des introductions dans les charbonnages.

TRAVAILLEURS INDUSTRIELS POLONAIS INTRODUITS PAR LA S.G.I. (JUIN 1929 -JANVIER 1931)

TRAVAILLEURS INDUSTRIELS POLONAIS INTRODUITS PAR LA S.G.I. (JUIN 1929 -JANVIER 1931)

Source : A.A. N. KM 353.

38Ce n’est pas l’approche de la crise économique qui explique ce malthusianisme récent. La production continue à s’accroître. Pour l’ensemble des bassins français : 52,4 millions de tonnes en 1928, 54,9 en 1929 et 55 millions de tonnes en 1930. Mais les effectifs n’augmentent qu’à peine :

janvier 1929 297 000
décembre 1929 301 425 (25)
  • 25 O. Hardy-Hemery, « Rationalisation technique... », art. cit., p. 4-10.
  • 26 C.C.H.F., carton n° 1 : chiffres fournis aux Assemblées générales.

A la compagnie d’Anzin entre 1928 et 1930, la direction s’engage de façon décisive dans une politique d’augmentation de l’efficacité et de réduction des coûts, avec la nomination de porions à la tête de groupes plus réduits pour améliorer la surveillance, des chronométrages répétés afin de fixer le prix des tâches, un allongement de la durée effective du travail par réduction du temps de descente, de remontée et de parcours dans les galeries. Entre le 2e semestre 1927 et le 1er semestre 1930, Anzin enregistre un accroissement du rendement au fond de 36,6 %25. Si la compagnie recrute encore des ouvriers en Pologne, c’est en nombre réduit, pour compenser une partie des vides que provoque la mobilité ordinaire de la main-d’œuvre. Sans atteindre les records de la compagnie d’Anzin, les rendements s’améliorent partout : de 1927 à 1930, dans le bassin du Nord de 27 %, dans celui du Pas-de-Calais de 14 % et dans celui de la Loire de 10 %26. Les entreprises qui tardent à aborder la rationalisation du travail ont recours plus longtemps que les autres à la main-d’œuvre étrangère. Les compagnies du centre et du midi maintiennent leur embauche extérieure pendant toute l’année 1930, pour cette raison précisément.

39Les mines de fer effectuent une percée avec 7 753 Polonais recrutés de juin 1929 à janvier 1931, soit 21 % des introductions de travailleurs industriels de cette nationalité ; par deux fois, en juin 1929 et en mai 1930, elles l’emportent sur les charbonnages. Cela s’explique : l’Italie a pratiquement fermé ses frontières ; d’autre part, le métier ne retient pas les manœuvres polonais et il faut sans cesse en appeler d’autres. La réduction est moins brutale que dans les Houillères ; c’est seulement à la fin du printemps 1930 que la demande se contracte, puis se bloque, sauf à Rombas qui reçoit des Polonais jusqu’en janvier 1931 compris. La Lorraine reste le lieu principal de destination, mais non pas le seul ; elle accueille 91 % des Polonais de la profession ; les 9 % restant s’éparpillent entre la Normandie, les marges armoricaines et les Pyrénées. Comme pour les métiers du charbon, l’extension géographique est totale. La ventilation des ouvriers polonais à travers la France entière reproduit assez fidèlement la répartition de l’extraction du minerai de fer : 9/10e en Lorraine, 1/10e ailleurs.

  • 27 Notes pour servir à l’histoire des mines de Kali Sainte-Thérèse, 1980, 8 p. dactyl. Document mis à (...)

40Les mines de potasse appartiennent à deux entreprises situées l’une et l’autre autour de Mulhouse : la Société domaniale des Potasses d’Alsace créée en 1919 après confiscation de biens allemands et les Mines de Kali Sainte-Thérèse fondées en 1910 par des industriels alsaciens. L’extraction de la potasse est relativement récente. Les forages commencés en 1910 ont abouti en 1913. Au bout d’un an d’exploitation, les hostilités sont venues tout suspendre : puits inondés par interruption du courant électrique, galeries effondrées. Après l’armistice, les responsables profitent de la reconstruction pour adopter des méthodes ultramodernes : travail par grandes tailles en 1922, emploi de couloirs oscillants et premiers essais de soutènements élastiques en 1924. La rationalisation technique précoce retarde d’autant la crise de main-d’œuvre qui éclate seulement à la fin des années 1920, liée à la poursuite des forages et au fort accroissement de la production. On manque même d’ouvriers pour les travaux du jour à cette date27. La potasse employait déjà des manœuvres polonais, mais fort peu. De juin 1929 à mars 1930, il en arrive 1 170, 769 aux Mines domaniales des Potasses d’Alsace et 401 à Kali Sainte-Thérèse. Recrutement très conjoncturel, concentré sur quelques mois ; en mars 1930, tout est terminé.

41Mises à part les sociétés minières, les autres industries accueillent 11 230 travailleurs polonais sous contrat en vingt mois, 30 % de l’ensemble, ce qui ne s’était jamais vu. La sidérurgie les recherche davantage qu’avant. Des entreprises qui débauchaient des Polonais déjà installés en France et n’utilisaient guère les services de la S.G.I. passent désormais par le canal régulier. Des secteurs nouveaux, habitués à faire venir des Italiens, se tournent par nécessité vers les Slaves. Ainsi la métallurgie lorraine avec de Wendel à Hayange et à Moyeuvre, les acieries de Rombas, les hauts-fourneaux de Thionville et ceux de Pont-à-Mousson, les acieries de Micheville. L’introduction d’ouvriers polonais s’étale sur les deux années et parfois, comme c’est le cas à Micheville, augmente en 1930 par rapport à 1929. Les établissements Schneider au Creusot sont sur les rangs ; eux qui boudaient plus ou moins la main-d’œuvre polonaise dans la période précédente, se réveillent sur le tard et reçoivent 747 travailleurs sous contrat en un an. Les usines de Rosières continuent sur leur lancée avec 456 nouveaux manœuvres polonais, imitées par d’autres sociétés spécialisées dans la fabrication d’appareils de cuisson et de chauffage, comme les établissements Chappée à Port-Brillet (Mayenne). Une poussière d’entreprises ardennaises s’y joignent. Plus les Tréfileries du Havre et des chantiers navals tels ceux de Dunkerque ou de Blainville (Calvados). A la différence des mines, il ne s’agit pas dans la métallurgie d’un phénomène général. La sidérurgie du Nord fait encore pâle figure et le secteur de pointe qu’est l’industrie automobile reste totalement absent du recrutement collectif : ni Renault, ni Citroën, ni Peugeot n’apparaissent sur les listes de la S.G.I.

42Le textile s’engage timidement avec un embauchage très limité en volume et circonscrit à des régions secondaires. Le Nord qui trouve toujours les ouvrières dont il a besoin dans les familles de mineurs de la région, le coton vosgien et la soierie lyonnaise n’y ont pas recours. De même, les métiers parisiens du vêtement qui emploient des travailleurs en chambre, généralement juifs, souvent clandestins. Restent la Normandie et le Doubs avec une centaine de Polonais demandés par les filatures.

43L’électro-chimie et l’électro-métallurgie présentent plus d’intérêt. Grâce à elles, des régions neuves s’ouvrent aux Polonais. Caractéristiques à cet égard sont les différents établissements Ugine de Savoie, de Haute-Savoie et d’Isère. Et l’Aluminium français de Chambéry. Le recrutement se concentre sur les mois de mars à juin 1930. Élan tardif que viendra briser la crise économique. L’industrie chimique toulousaine elle aussi, est intéressée. La présence à Villemur d’un Centre de formation agricole et l’arrivée en Haute-Garonne de quelques familles de métayers et de maîtres-valets n’y sont pas étrangères. En juillet et août 1929, mais ces deux mois-là seulement, la S.G.I. fournit à l’Office national industriel de l’Azote (O. N. LA.) de Toulouse 53 manœuvres polonais sur sa demande. Ailleurs, les Manufactures de glaces et de produits chimiques de Saint-Gobain dans le Rhône, les établissements Solvay à Dombasle en Lorraine et à Tavaux dans le Jura font appel à une centaine d’ouvriers polonais sous contrat.

44Un mot enfin sur les sucreries, au recrutement saisonnier, exclusivement automnal. Elles emploient, et elles seules se trouvent dans ce cas, à la fois des « travailleurs agricoles » et des « travailleurs industriels ». Les premiers, affectés aux champs de betterave l’été, sont versés à l’usine par leur employeur au moment de la fabrication du sucre, soit pendant quatre-vingt dix à cent jours d’octobre à janvier. Comme ils ne suffisent pas à la tâche et que l’on manque de main-d’œuvre occasionnelle, les sucriers s’adressent à la S.G.I. afin de recevoir pour trois à quatre mois d’autres Polonais pourvus cette fois d’un contrat de travailleur industriel. Des sucreries situées dans l’Aisne (Soissons, Chauny), dans l’Oise (Longueil-Sainte-Marie), la Marne (Vauciennes), l’Eure (Nassandre, Étrepagny) ou le Pas-de-Calais (Béghin à Corbehem) recrutent par le canal de la S.G.I. 268 Polonais de septembre à novembre 1929. En principe, à l’issue de la saison, ils retournent chez eux leur voyage payé. Certains pourtant restent en France, cherchant de l’ouvrage ailleurs.

45L’analyse détaillée par secteur professionnel permet de constater que, si des pans entiers de l’économie industrielle font encore fi du recrutement collectif, et dans la région parisienne plus que partout, il pénètre par contre en 1929-1930 dans de nouvelles branches et de nouvelles zones qui n’ont pas la possibilité de débaucher des ouvriers étrangers ou qui n’osent plus le faire en raison de la loi d’août 1926.

  • 28 Le « Bloc sans parti de collaboration avec le gouvernement » (Bezpartyjny Blok Wspóƚpracy z Rządem  (...)

46La politique mussolinienne de limitation de l’émigration joue un rôle incontestable quant aux translations d’une nationalité à l’autre. Mais on aurait tort d’opposer systématiquement la rigueur de Rome à un prétendu laxisme de Varsovie. Le pouvoir en Pologne s’affirme avec les années. Les élections législatives de 1928, puis celles de 1930 confortent sa position, quel que soit le jugement porté sur les conditions dans lesquelles les secondes se déroulent28. Décidés à laisser partir leurs compatriotes vers l’industrie française, les Pilsudskiens accentuent encore leurs exigences quant à la main-d’œuvre agricole, notamment féminine : nouvelle étape dans l’escalade.

L’agriculture française toujours en quête de bras

47Une lettre d’Édouard de Warren traduit les craintes de l’O.C.M.O.A. et de la S.G.I. :

  • 29 C.C.H.F., carton n° 48 : lettre manuscrite, 25 septembre 1928.

« Mon vieux, J’ai eu avant-hier et aujourd’hui de longues conversations avec Duhamel. Il est très impressionné par les difficultés que notre immigration rencontre en Pologne. Elles sont réelles. Elles pourraient devenir graves. Elles sont plus d’ordre moral que d’ordre technique. Il y a beaucoup de diplomatie à employer et à imposer à nos représentants en Pologne... Mais il n’y a pas à se décourager. Je suis ennuyé de certaines phrases de ce brave Duhamel :
 – Nos collaborateurs se demandent si l’immigration a encore de l’avenir ! Etc.
En réalité, les besoins français sont loin de diminuer. On commence seulement à se rendre un peu compte de la crise de la main-d’œuvre agricole... La Pologne ne peut en arriver à fermer ses portes. La Yougoslavie doit arriver à nous les ouvrir.
A toi, de tout cœur. »29

Ce n’est plus le ton claironnant de l’enquête de Georges Le Fèvre. Parlant à un ami – Peyerimhoff, Bonnet ? – le président de l’O.C.M.O.A. ne cherche pas à parader. Il perçoit très bien le caractère « moral » de l’obstacle à contourner et espère encore y parvenir.

48Or Varsovie ne cède pas. Ses représentants accordent seulement des délais et, devant l’inertie du partenaire, frappent un grand coup. Après avoir réduit progressivement le contingent d’ouvrières agricoles dont ils autorisaient le recrutement, ils décident qu’aucune ne partira plus en 1930 quel que soit son âge, sauf sur demande nominative, et ceci jusqu’à ce que soit créé dans chaque département un Comité de protection des femmes dans l’agriculture doté d’une inspectrice appointée parlant polonais, susceptible de se déplacer pour rendre visite aux immigrantes.

  • 30 A.A.N., K.M. 330 : protocole du 22 décembre 1929, article 3.

« Au fur et à mesure que les conditions auront été réalisées dans un département donné, l’émigration féminine y sera de nouveau autorisée par le conseiller d’émigration. »30

49Le grand marché aux filles, le brassage de paysannes polonaises et ukrainiennes prêtes à s’offrir pour toutes les tâches de fermes, décrit par Georges Le Fèvre en 1928, est terminé. La composition des convois le montre. Le premier train qu’accompagne Adam Koch en février 1929 ne comprend déjà que 29 femmes avec contrat de travail agricole contre 65 hommes destinés à l’agriculture et 329 hommes embauchés dans l’industrie ; plus 65 épouses « rejoignantes » et 120 enfants, au total 608 personnes. Parmi les 29 femmes engagées sur contrat :

508 ont 30 ans ou davantage

5116 ont de 21 à 29 ans

525 encore mineures, vont retrouver des parents.

On applique à la fois les limitations imposées depuis octobre 1927 au recrutement des filles de moins de 21 ans et le quota de femmes de plus de trente ans introduit par le protocole du 28 décembre 1928. Dans le second train, en mai 1930, Adam Koch ne trouve plus aucune ouvrière partant pour l’agriculture ; le convoi se compose de 247 hommes et de 148 femmes, une poignée d’entre elles avec un contrat industriel, les autres, mères de famille sans emploi qu’accompagnent 166 enfants, au total 561 personnes (20). L’Office d’Émigration de Varsovie s’en tient donc strictement aux résolutions prises. La France est obligée de composer, si elle veut voir lever l’embargo.

  • 31 A.A.N., K.M. 322, 329 et 424 : correspondance des autorités françaises avec le conseiller polonais (...)

53On aurait pu éviter d’en arriver là. Lors de la conférence franco-polonaise réunie à Varsovie en octobre 1928 sous la direction de Stanisiaw Gawroński, Charles Picquenard avait pris l’engagement de favoriser la création de Comités de protection des femmes polonaises employées dans l’agriculture. Le mois suivant, l’O.C.M.O.A. demandait aux directeurs des Bureaux de main-d’œuvre des départements recrutant le plus d’ouvrières de prévoir la constitution de ces comités. Le 26 décembre 1928, un arrêté du ministère de l’Agriculture leur donnait naissance sur le papier, et en avril 1929 le ministre conseillait de choisir, pour veiller sur le sort des Polonaises, des notables locaux. Ce seraient des hommes et ils ne parleraient que le français. Varsovie refuse, estimant qu’en cas de litige, ils donneraient raison aux employeurs. Son exigence est double : des responsables-femmes et une connaissance minimale du polonais31. L’année 1929 n’a donc pas servi à régler le différend. A l’aube de 1930, les exploitants agricoles se retrouvent au pied du mur et ils protestent contre ce qu’ils considèrent comme un étranglement.

  • 32 A.A.N., K.M. 423 : procès-verbal de la réunion du 29 janvier 1930 et lettre de Paon à Dalbor, 10 ma (...)

54Le 29 janvier 1930, un échange de vues entre Marcel Paon, chef du Service de la M.O.A. au ministère de l’Agriculture et le conseiller d’émigration Dalbor fait avancer le dossier sur un point. Paris accepte la désignation d’inspectrices itinérantes parlant polonais. Elles seront nommées par les Comités de protection départementaux après agrément du ministère français de l’Agriculture et de l’ Office d’Émigration. Le gouvernement tient par dessus tout à ce qu’elles soient appointées par les comités eux-mêmes afin de garantir leur indépendance dans l’exercice de leurs fonctions ; elles ne toucheront pas le moindre argent de l’employeur auprès duquel elles interviendront. Une circulaire adressée aux préfets le 20 mars 1930 confirme cette absolue nécessité32.

  • 33 Id. : dossier complet sur l’organisation du cycle d’enseignement.

55Pour former des Polonaises à la profession d’inspectrices, le directeur de l’Office d’Émigration accorde une subvention à l’Association du Travail civique des Femmes (Związek Pracy Obywatelskiej Kobiet) qui inaugure un cours à Varsovie en août 1930. Il en approuve le programme et adresse une circulaire à toutes les voiévodies pour recueillir des candidatures. Conditions : parler français et avoir déjà exercé un métier à caractère social ou encore avoir fait des études dans ce but. Un examen écrit, thème et version, suivi d’une conversation en français permettent de retenir 20 étudiantes qui, pendant trois semaines, suivent un stage intensif puis visitent le centre de Mysƚowice un jour de départ de convoi. Les 15 reçues ont entre 23 et 51 ans ; l’une est professeur de français, une autre institutrice, une troisième avocat-stagiaire ; on compte des infirmières, des animatrices sociales, une traductrice. Mais le ministère de l’Agriculture fait traîner les dossiers, car ce type de recrutement des inspectrices lui déplait33. Il préfèrerait des personnes n’ayant rien à voir avec les organisations polonaises d’émigration, des Françaises parlant polonais, s’il s’en trouve !

  • 34 A.A.N., K.M. 424 : rapports et correspondance de mai 1930 à janvier 1931.

56Les Comités de protection des femmes immigrantes tournent à vide. Celui du Pas-de-Calais tient deux séances par an, sans exercer d’action réelle. Celui du Nord, où personne n’entend le polonais, s’adresse au consulat de Lille pour demander l’aide d’un interprète sans lequel il ne peut rien faire. Pour l’Aveyron, l’Office d’Émigration refuse la candidature d’une femme originaire de Poznań, médecin à l’hôpital de Rodez, parce qu’il veut une employée à plein temps et que celle-ci ne consacrerait au comité que quelques heures par semaine. C’est la quadrature du cercle. Tant qu’il n’y a pas d’inspectrice nommée, Varsovie bloque tout recrutement. Paris finit par accepter les lauréates du cours de l’Association du Travail civique des Femmes, car il n’y a plus moyen de faire autrement34. En 1931, département par département, la Pologne lèvera son interdiction.

  • 35 Protocoles des 14 mars 1928, 28 décembre 1928 et 22 décembre 1929. Pour l’année 1930, il est entend (...)
  • 36 Protocoles des 14 mars 1928, 28 décembre 1928 et 22 décembre 1929. Pour l’année 1930, il est entend (...)

57Les bras que réclament les exploitants français, ils les trouvent tout de même en Pologne grâce à la main-d’œuvre masculine. Au fur et à mesure que l’Office d’Émigration freine les départs des filles vers l’agriculture, il autorise un accroissement correspondant du nombre de garçons. Les contingents maxima fixés lors des conférences franco-polonaises s’élèvent35 36

  • 37 A.N., F10 2748.

La S.G.I. s’efforce de les placer tous, afin que les employeurs n’aillent pas trop puiser en Tchécoslovaquie dont elle ne contrôle pas le marché. Elle en est définitivement évincée en mars 1929 par le ministère de l’Agriculture qui crée, sous la dépendance directe du Service de la M.O.A., une Mission d’Immigration en Europe centrale dirigée par Jean Paulik. La Mission siège à Prague et, à partir de mars 1930, ouvre un bureau annexe à Bratislava car les ouvriers disponibles sont surtout des Slovaques. La tentative de riposte de la S.G.I. avec l’ouverture d’une Société tchèque de Colonisation se solde par un échec37.

58Il n’existe pas de statistique détaillée du recrutement des travailleurs agricoles équivalente à celle que nous avons analysée pour l’industrie. Les deux seuls groupes sur lesquels nous possédons des renseignements précis sont les métayers d’une part, la main-d’œuvre agricole juive de l’autre, tous deux fort minoritaires mais intéressants car ils contribuent à l’élargissement spatial et à la diversification professionnelle.

  • 38 A.A.N., K.M. 353 : liste des métayers polonais placés par la S.G.I. avec en regard, le nom du domai (...)

59En août 1929, la S.G.I. estime avoir installé 71 familles de métayers polonais depuis deux ans : 30 en Dordogne, les autres dispersées de la Vienne aux Pyrénées et, débordant l’Aquitaine vers l’est, jusque dans la Corrèze, le Puy-de-Dôme et l’Allier. En comptant les membres des familles occupés dans les exploitations, on arrive à un total de 323 personnes38. Ce ne sont plus à proprement parler des « travailleurs ». Ils ne bénéficient pas de la carte d’identité à tarif réduit puisque le statut de travailleur est réservé aux seuls salariés, ce que n’est pas un métayer.

  • 39 A.A.N., K.M. 351 : 31 décembre 1929 et 17 janvier 1930.

60Les ouvriers agricoles juifs, eux, possèdent ce statut, mais leur recrutement n’est pas assuré par la S.G.I. La Société centrale juive d’Émigration en Pologne (Zydowskie Centralne Towarzystwo Emigracyjne w Polsce – Z.C.T.E.P.) qui a son siège à Varsovie accuse la S.G.I. de refuser de fournir des contrats de travail aux Juifs sous prétexte que les exploitants français ne voudraient pas d’eux. Dans la voiévodie de Lwów, des Juifs vivant à la campagne et cultivant la terre se trouvent dans une situation identique à celle des catholiques ou des uniates : propriétés minuscules, surpeuplement rural, misère. Certains expriment le souhait de se rendre en France pour y gagner leur pain. Le Ż.C.T.E.P. dont la vocation est plutôt d’organiser les départs vers la Palestine et les pays d’Outre-Atlantique décide en 1928 de les guider, après avoir prévenu la Mission française de la Main-d’œuvre et l’Office d’Émigration afin de se garantir contre l’accusation de pratiquer un recrutement clandestin. Les candidats subissent un contrôle professionnel à l’agence de Lwów de l’Office d’Émigration. Puis ils signent un contrat de travail d’un an fourni par le ministère français de l’Agriculture, en tous points semblable à celui que l’on remet aux autres immigrants agricoles au départ de Mysƚowice. Le Z.C.T.E.P. leur donne de 50 à 100 F pour contribuer aux frais de voyage, car ils partent par les lignes régulières, trop peu nombreux pour que l’on organise à leur intention des convois spéciaux. A leur arrivée en France, le relais est assuré par le Comité central d’Assistance aux Émigrants juifs – le C.C.A.E.J. – créé à Paris en 1927 et présidé par William Oualid, ancien chef du Service de la M.O.E. au ministère du Travail, qui se charge de leur trouver un employeur et de faire viser les contrats ainsi complétés par le ministère de l’Agriculture. En deux ans, de 1928 à 1929, les deux sociétés placent environ 200 ouvriers agricoles juifs, tous originaires de la province de Lwów, soit dans le Vaucluse, soit dans la partie limitrophe des Bouches-du-Rhône, régions choisies tant à cause de la proximité de la colonie juive de Carpentras que parce que le type de cultures pratiqué, très diversifié, permet un apprentissage assez complet des méthodes de travail sur le sol français. William Oualid et son représentant dans le sud-ouest restent en contact avec eux et leur assurent l’assistance morale ou juridique dont ils ont besoin. A l’expiration du contrat, six partiront pour la Palestine, trois rentreront en Pologne, neuf monteront à Paris et quatre, en Seine-et-Oise. Les autres demeureront sur place, ce qui constitue pour l’agriculture un record de stabilité39.

61De ce recrutement exceptionnel, tirons deux enseignements. Il prouve que l’on pouvait, en restant dans la stricte légalité, tourner le monopole de fait de la S.G.I. Il fournit quelques éclaircissements sur les réticences à l’égard de la main-d’œuvre juive dans l’émigration ouvrière de Pologne vers la France. Ici, ce n’est pas un organisme polonais mais la S.G.I., une société française, qui semble s’en rendre coupable.

Bilan au printemps 1931

62Trois éléments entrent dans la composition des colonies polonaises : le noyau en place depuis plusieurs années, les immigrés qui le rejoignent venant d’ailleurs en France, et les ouvriers avec ou sans leur famille qui viennent de passer la frontière. Voilà pourquoi une augmentation ou une diminution du recrutement en Pologne ne se traduit sur le plan démographique, pour une zone donnée, que par des fluctuations amorties.

  • 40 Statistique générale de la France, Résultats du recensement de la population effectué le 8 mars 193 (...)

63La comparaison entre elles des deux cartes établies à partir des données des recensements de mars 1926 et de mars 193140 en est une première illustration. D’une façon générale, les surfaces ont noirci. Dans le peloton de tête, celui des circonscriptions de plus de 5 000 Polonais, cinq départements nouveaux ont rejoint les onze précédents : le Haut-Rhin (grâce aux mines de potasse), le Calvados (mines de fer), les Ardennes (métallurgie de transformation), la Somme et la Marne (agriculture) ; par contre, aucun n’a rétrogradé. La deuxième rubrique, celle des 2 000 à 5 000 a gonflé : douze de ses dix-neuf départements se situaient en 1926 dans la catégorie immédiatement en dessous (1 000 à 2 000) et quatre autres encore plus bas. Pourtant, une diagonale séparant un Nord-est à forte implantation polonaise d’un Sud-ouest moins touché, passerait presque par les mêmes points.

64C’est trop vite jugé. En cinq ans, la communauté polonaise a progressé officiellement de 64,2 % (de 309 312 à 507 811 personnes). Or la carte du taux d’accroissement constitue le négatif de celle de la répartition des Polonais en France en 1931. Peu de départements industriels atteignent la barre des 64 %. Le Pas-de-Calais et la Saône-et-Loire en sont loin. Le Nord et la Loire s’en approchent. Dans le secteur houiller, la franchissent seuls la Moselle, le Gard et l’Aveyron. La Meurthe-et-Moselle dépasse le cap des 120 % : les mines de fer gagnent du terrain. Et celles de potasse encore davantage, puisque le Haut-Rhin accuse un mieux de plus de 200 %. Les records d’accroissement affectent une poussière de circonscriptions qui comptaient à peine et comptent encore fort peu, telles la Vendée grâce au charbon de Faymoreau, le Gers agricole et les départements qui restent en dessous de 200 unités, donc toujours en blanc sur une carte mais en noir sur l’autre : l’Ariège par exemple. Finalement, seule la Bretagne intérieure demeure vraiment réfractaire.

POPULATION POLONAISE EN FRANCE

POPULATION POLONAISE EN FRANCE

D’APRÈS LE RECENSEMENT DU 7 MARS 1926

POPULATION POLONAISE EN FRANCE

POPULATION POLONAISE EN FRANCE

D’APRÈS LE RECENSEMENT DU 7 MARS 1931

TAUX D’ACCROISSEMENT DE LA POPULATION POLONAISE ENTRE LES RECENSEMENTS DE 1926 ET DE 1931

TAUX D’ACCROISSEMENT DE LA POPULATION POLONAISE ENTRE LES RECENSEMENTS DE 1926 ET DE 1931

65Il y a donc tassement au sommet, tandis que la base décolle. Bien sûr, quatre-cinquièmes des Polonais se concentrent sur un cinquième du territoire (les seize départements marqués en noir sur la carte, p. 270). Cependant le Pas-de-Calais et le Nord qui totalisaient 45,5 % de l’ensemble en 1926 n’arrivent plus qu’à 37 %. Le Pas-de-Calais surtout, est touché : 22 % au lieu de 29 % cinq ans avant. Tout en restant bon premier, il recule relativement. Pour lui, il n’y a pas d’apogée numérique en 1931. Il retrouve à peine les chiffres atteints en 1924-1925. La légère augmentation constatée entre les deux recensements est trompeuse : elle provient uniquement du fait que le printemps 1926 n’était pas la meilleure date de départ. La stagnation démographique s’explique par le quasi-monopole des métiers du charbon dans le Pas-de-Calais. Lorsque les mines rationalisent le travail et limitent à l’extrême l’embauche d’ouvriers étrangers, la S.G.I. cesse de les diriger vers la région. Et les immigrés qui abandonnent la tâche trouvent difficilement à se recaser sur place. En 1926, 93 % des Polonais de sexe masculin employés dans le département exerçaient la profession de mineur. Ils sont encore plus de 88 % en 1931.

66Une progression démographique stoppée au plan général n’empêche pas le Pas-de-Calais d’enregistrer des succès numériques sur certains points. La population polonaise de quelques grosses localités minières continue d’augmenter, à la faveur du regroupement des ouvriers autour des colonies déjà existantes. C’est en 1931 que des villes comme Bruay, Maries, Sallaumines totalisent l’effectif polonais le plus important de leur histoire.

67De même, la part relative des Polonais dans le nombre d’habitants du département s’est encore accrue : 9,6 % en 1931 au lieu de 7,7 % en 1926. Succès un peu illusoire, il faut en convenir, qu’explique un développement global de la population encore plus lent que celui des immigrés. D’ailleurs, dans l’arrondissement de Béthune, le record de 20 %, atteint en 1926, constitue un plafond. On n’ira jamais au-delà.

  • 41 Fin 1930, sur 4 665 habitants, il n’y a que 159 Français (3 %) contre 2 166 Polonais (47 %), 1 586  (...)

68Les mines de fer et la métallurgie remontent progressivement leur handicap de départ. En Lorraine, notamment dans le bassin de Briey, les colonies polonaises commencent à peser d’un certain poids. Le cas extrême est constitué par le bourg de Tucquegnieux sur le territoire de la compagnie d’Anderny-Chevillon, à 12 km de Briey : depuis 1928, les Polonais y ont ravi la première place aux Italiens ; à l’entrée de la cité, l’arrêt du bus s’appelle « Petite Varsovie »41. Dans les mines, malgré la dureté du travail et la faiblesse des salaires, malgré une mobilité toujours impressionnante, un noyau polonais se fixe sur place à partir du moment où les entreprises ne refusent plus d’attribuer aux ouvriers un logement familial (voir récit n° III).

  • 42 A.A.N., M.S.Z. 11139 : chiffres communiqués par la Société de Pont-à-Mousson à l’ambassadeur Chƚapo (...)

69La sidérurgie lorraine se laisse également gagner, bien qu’à un degré moindre. La Société des Hauts-fourneaux et Fonderies de Pont-à-Mousson fait vivre en 1931 une colonie de 5 000 Polonais, à Pont-à-Mousson même, à Foug, à Auboué et Marbache : environ 2 000 salariés, plus 3 000 femmes et enfants. L’usine sise à Pont-à-Mousson compte, sur 2 670 ouvriers, 1 300 étrangers dont 1 044 Polonais parmi lesquels 600 ont plus de deux ans de service42. Notons l’importance numérique du groupe et sa relative stabilité.

  • 43 Au 31 décembre 1930 : 28 860 Polonais, 50 880 Italiens. A.D. M.-et-M., 4 M 151.

70A raison d’un Polonais pour deux Italiens en Meurthe-et-Moselle43, on ne peut plus dire que la Lorraine soit le pays de la seule immigration italienne.

71Métallurgie parisienne et industrie du bâtiment, sans recourir au recrutement collectif, emploient davantage de Polonais chaque année, puisant essentiellement dans la main-d’œuvre agricole de l’Ile-de-France, impatiente de rejoindre la ville.

  • 44 Évaluation à partir des listes nominatives du recensement (A.D. Paris, D2 M8) en tenant compte du f (...)

72Nous en trouvons 700 en 1931 chez Renault à Billancourt44 soit 2,5 % de l’effectif ouvrier, sans doute autant entre Aubervilliers, Saint-Denis et La Courneuve, principalement dans les grandes usines. Les chantiers de construction, jusqu’ici chasse gardée des Italiens, s’entr’ouvrent aux Polonais au grand dam des premiers, si l’on en croit Cavanna :

  • 45 Les Ritals. Paris, Belfond, 1978, 280 p. (ici, p. 36-37). Souvenirs d’enfance d’un fils de maçon it (...)

« Papa dit que dans le Nord c’est plein de Polacks... ils vont dans les mines piocher le charbon. Mais le bâtiment, ils pourraient pas, c’est trop fin, trop délicat. Faut avoir l’œil juste. Faut penser avec la tête. »45

  • 46 Gazeta Polska w Paryzu, (hebdomadaire) : chronique régulière sur la communauté polonaise du Blanc-M (...)

73Il s’est constitué une petite colonie polonaise au Blanc-Mesnil, autour d’une centaine de familles venues y loger à partir de 1927 pour échapper aux hôtels meublés des zones industrielles. Les hommes ont retapé ou construit eux-mêmes les maisons. Ici, c’est déjà la vie moderne de banlieue avec ses déplacements quotidiens : le matin, le père se rend à l’atelier ou à l’usine aux portes de Paris et la mère demeure seule tout le jour avec les enfants. Au Blanc-Mesnil, fonctionne le jeudi un cours de polonais à l’école communale et une société culturelle regroupe les adultes, organise des fêtes. L’atmosphère nationale préservée permet d’échapper à la dispersion du monstre parisien46.

74D’un sexe à l’autre, la répartition par branche d’activité varie du tout au tout. Les femmes qui comptent à peine dans les mines, la métallurgie, le bâtiment, l’emportent dans l’industrie textile et les services domestiques. Elles tiennent une place non négligeable dans l’agriculture.

75Les chiffres les concernant sont fortement sous-estimés. Comment se fier, par exemple, aux statistiques fournies par le recensement général de 1931 selon lequel les ouvrières polonaises, toutes professions réunies, ne seraient au total que 43 000, une femme pour cinq hommes ? Les agents recenseurs se sont laissés abuser par les tâches non déclarées. Des Polonaises officiellement « sans profession » ou, selon la terminologie de l’époque « ménagères », ne s’occupent pas uniquement de leur intérieur. Tout porte à croire que le phénomène est encore plus répandu chez les étrangères que chez les Françaises. Donnons deux exemples propres à le démontrer.

  • 47 J. Ponty, « Des Polonaises parlent... », art. cit., p. 732, 734.

76Le nombre de femmes polonaises augmente beaucoup entre 1928 et 1931 du fait du recrutement familial. Les épouses d’ouvriers se voient attribuer une carte d’identité qui ne leur donne pas le droit d’exercer une profession. En période de prospérité, notamment dans les textiles du Nord, les employeurs ferment les yeux et les embauchent tout de même47, main-d’œuvre particulièrement malléable que ne protègent pas les conventions d’émigration. En 1930, le C.C.H.F. proteste parce que des femmes de mineurs polonais prennent le chemin des fabriques lainières du périmètre lillois :

  • 48 A.A.N., M.S.Z. 10649 : du C.C.H.F. au conseiller polonais d’émigration, 10 mai 1930.

« Elles ont tendance à laisser leurs jeunes enfants dans les garderies mises à leur disposition par les exploitations minières »48,

ce qui coûte cher aux compagnies, sans aucun bénéfice pour elles. Le cas, relativement peu fréquent dans les corons, beaucoup plus banal dans la métallurgie, devient quasi-général lorsque le mari travaille lui-même dans une entreprise textile. Plus le salaire versé au père de famille est faible, plus souvent la jeune mère cherche à tourner la loi pour apporter un léger supplément au foyer. Mais lors du recensement quinquennal, tout le monde se tait. L’épouse n’a plus de profession !

77Deuxième cas. En milieu minier, encouragées par les compagnies qui les logent, les familles polonaises, à l’instar des familles italiennes, prennent en pension des ouvriers célibataires. C’est vrai en Lorraine du fer, dans les potasses d’Alsace comme dans les bassins houillers. A partir de combien de jeunes gens logés et nourris, la besogne qui en résulte représente-t-elle un emploi à temps plein pour la femme ? Ou au moins, à temps partiel ? Nul ne le sait. Nul n’y songe. Ce n’est pourtant pas un travail au noir : les logeurs tiennent, à la demande du commissariat de police, un registre spécial avec les nom, prénom, âge, lieu de naissance et références du passeport de leurs pensionnaires. Mais le registre est établi au nom du chef de famille. C’est lui le logeur. L’épouse reste « sans emploi ».

78Les données concernant le personnel agricole paraissent plus crédibles, car il existe peu de Polonaises et de Polonais non déclarés dans ce secteur. Selon le recensement général de 1931, elles seraient 14 500, eux 31 500, donc 46 000 au total, soit 31 % de femmes et 69 % d’hommes.

79Malgré la réduction progressive, puis l’interruption en 1930 de l’arrivée de femmes seules dans l’agriculture, les ouvrières comptent encore pour près du tiers de l’effectif agricole polonais. Cela prouve que, si les ruptures de contrat restent fréquentes chez les nouvelles venues, par contre la tentation de la ville mord moins sur les filles que sur les garçons.

80Les ponctions de l’industrie n’empêchent pas la catégorie des « travailleurs agricoles » de croître en valeur absolue. Ils étaient 28 000 lors du recensement de 1926 (18 000 hommes et 10 000 femmes) et à présent, 46 000. Progression logique puisque, si deux Polonais sur trois quittent la campagne, le troisième reste et vient étoffer le groupe initial.

  • 49 Voir Chapitre VIII, p. 240 sq.

81La colonisation agraire en Aquitaine ne donne manifestement pas les résultats escomptés49. Les Polonais qui gagnent le Sud-ouest s’installent rarement à leur compte.

  • 50 L’établissement des Polonais..., op. cit., p. 233-235 ; Id., « Notre enquête parmi les métayers pol (...)
  • 51 A.A.N., M.S.Z. 3918, 10 février 1931. Depuis novembre 1930, la Gascogne, le Languedoc et les Pyréné (...)
  • 52 A.A.N., M.S.Z. 11090 et K.M. 434 : correspondance sur les projets de colonisation agraire et les di (...)

82Lors du recensement de 1931, il s’en trouve 3 350 dans les six départements de Haute-Garonne, Gers, Tarn-et-Garonne, Lot, Lot-et-Garonne, Dordogne, dont 2 500 vivent de l’agriculture. L’absence de toute statistique concernant leur répartition catégorielle laisse le champ libre aux estimations. Stéphane Wlocevski, optimiste, conclut à un progrès, ce qui est indéniable50. Il y a progrès lorsque l’on passe d’une trentaine de métayers à 100 ou 200, mais cela reste modeste. Le consul polonais de Toulouse, au contraire, s’inquiète du retard pris dans la réalisation d’une œuvre qui devait permettre à ses compatriotes d’échapper au statut salarial51. La différence entre Italiens et Polonais ne réside pas tant dans leur état de fortune au moment de l’arrivée sur les lieux que dans les formes d’aide financière qui permirent aux premiers de démarrer et qui manquent pour les seconds. La Caisse de crédit agricole mutuel franco-polonaise créée par Agricolon et reprise depuis par la S.G.I., ainsi que la Banque nationale polonaise pour l’Agriculture (Państwowy Bank Rolny) envisagent toujours de fournir des prêts aux futurs colons52, mais ceux-ci ne voient rien venir. De projet en projet, le temps passe. Ni propriétaires, ni fermiers, ni même la plupart du temps métayers, les Polonais du Sud-ouest se partagent entre les deux catégories peu enviables de maîtres-valets et d’ouvriers agricoles.

  • 53 A.A.N., K.M. 314, 26 octobre 1929.

83Les maîtres-valets signent un contrat dont les clauses varient d’une exploitation à l’autre. Des avantages en nature et une pièce de terre pour leur usage personnel réduisent d’autant le salaire en espèces. L’Opieka Polska de Toulouse signale en 1929 le cas d’un maître-valet de Haute-Garonne qui ne reçoit que 700 F par an ; sa femme est payée à la journée de 5 à 12 F selon la tâche ; un demi-hectare de terre mis à la disposition de la famille, 18 sacs de farine et 500 litres de vin doivent leur permettre d’attendre la fin de l’année pour toucher le salaire de l’homme versé en une seule fois53. On comprend que, comme les Français naguère, des Polonais s’estiment perdants et repartent. Certains rentrent en Pologne, d’autres rejoignent les mines ou l’usine qu’ils avaient quittées, croyaient-ils, pour toujours (voir récit n° II). Sans l’espoir de devenir au moins métayers, la Gascogne présente peu d’attrait pour eux.

  • 54 Officiellement, 267 375 personnes actives pour 507 811 Polonais.

84En 1931, sur deux Polonais en France, un seul exerce une profession déclarée54, ce qui s’explique par le nombre croissant de familles, par conséquent d’enfants et de femmes au foyer.

  • 55 Officiellement, 252 035 ouvriers (Recensement quinquennal).

85Sur dix « actifs » polonais, l’on compte neuf ouvriers55, proportion anormalement élevée dont rend compte le recrutement systématique de « travailleurs ». De ce point de vue, la communauté polonaise en France ne constitue pas encore un groupe social complet. Elle manque de cadres, de diplômés et d’une façon générale d’éléments du secteur tertiaire.

L’envers du décor

86L’apogée se limite au plan démographique. Que les Polonais soient plus nombreux ne peut suffire. Le reste ne suit pas. L’encadrement national traditionnel marque le pas. De plus, des facteurs nouveaux de division interviennent.

87Curieuse période, comparée aux années 1922-1926 où tout s’était mis en place, tant les organisations de défense de la polonité que les sous-sections étrangères à l’intérieur des syndicats français. A présent, rien ne bouge ou presque. Le gouvernement de Varsovie hésite encore. Les immigrés restent perplexes :

  • à quand le retour en Pologne, s’il est vrai que le nouveau régime s’avère capable de faire décoller l’économie ?
  • convient-il d’adhérer aux sociétés de Tir, aux cercles Piƚsudski ?

88L’attentisme l’emporte. 1928-1931 est une phase de transition.

Le gouvernement polonais et les émigrés

89La politique de la « Sanacja » à l’égard des Polonais en France s’inscrit dans un plan général concernant tous les émigrés d’origine polonaise dispersés de par le monde. Attitude dont le défaut saute aux yeux : ce qui est bon pour les États-Unis ne l’est pas forcément pour la France.

  • 56 A.A.N., M.S.Z. 10451 : compte-rendus des débats.

90Au cours de l’été 1929, se déroule à Varsovie le premier Congrès des Polonais de l’Étranger, en présence de représentants des organisations polonaises des continents américain et européen. Réunion très officielle, sous la haute présidence du ministre des Affaires étrangères, August Zaleski. Les délégués repartent bardés de recommandations qui sont presque des directives56. En novembre 1929, le département consulaire du M.S.Z. adresse une note confidentielle à tous les ambassadeurs et consuls polonais :

  • 57 A.A.N., M.S.Z. 10217.

« La Pologne dont l’accroissement démographique est considérable – 450 000 à 480 000 par an – devra compter encore longtemps avant de pouvoir rapatrier tous ses enfants. Une partie d’entre eux ne rentrera jamais.... Certains sont nés en Pologne et ont eu des contacts avec la mère-patrie, d’autres nés et élevés à l’étranger ne connaissent pas leur pays.
…………………………………………………………………………
En dix ans d’existence de l’Etat polonais, des efforts ont été accomplis en faveur des Polonais de l’étranger, mais trop dispersés et trop épisodiques. Le ministère des Affaires étrangères estime nécessaire d’uniformiser et d’intensifier cette action fragmentaire.
…………………………………………………………………………
Le développement des œuvres de protection culturelles et sociales des émigrés polonais a également une autre raison d’être. Ce pourrait être une grande mission de propagande. Pensons au rôle de propagande politique, économique et culturelle, à l’efficacité de l’action déployée par les Allemands à l’étranger en faveur de leur patrie... Ils font pénétrer là où ils vivent la culture, la science allemandes. Ils créent des centres de commerce avec l’Allemagne et ouvrent la route à l’expansion économique allemande. Ils exercent même une influence sur les gouvernements étrangers et sur leurs assemblées législatives. D’ailleurs, les Allemands ne sont pas les seuls à agir ainsi. Les Italiens, les Français, les Anglais, etc. en font autant à l’égard de leurs propres compatriotes vivant au loin. »57

  • 58 Voir ci-dessus, récits n° I et n° III. On retrouve la même espérance dans la plupart des Mémoires e (...)

91De ce texte se dégagent trois idées essentielles. Varsovie ne se fait plus aucune illusion sur les possibilités de donner du travail à chacun dans un laps de temps court. « La Pologne... devra compter encore longtemps avant de pouvoir rapatrier tous ses enfants ». La fécondité des familles n’en est pas la cause unique. C’est la seule évoquée ici, de manière à dégager la responsabilité du régime. Malgré l’espoir soulevé par les succès industriels et commerciaux des années 1927 et 1928 où l’on crut voir l’aube d’une ère nouvelle, les retards accumulés étaient trop importants pour permettre d’éponger rapidement le déséquilibre du marché de l’emploi. Et la grande crise touche la Pologne très tôt, dès la fin de 1929. L’argument démographique semble irréfutable, tandis que les mécanismes économiques sont plus complexes à aborder, plus difficiles à dissocier de l’activité de l’équipe au pouvoir. Il existe une opposition poignante entre le vœu de la grande majorité des émigrés polonais en France qui attendent toujours que leur patrie les rappelle58 et la froide constatation exprimée ici : « Une partie d’entre eux ne rentrera jamais ».

  • 59 Voir Chapitre VIII, p. 235.

92Le gouvernement polonais procède par étapes. En 1927, il désirait simplement resserrer les liens d’ordre culturel avec ses concitoyens hors des frontières59. Maintenant, il cherche à tout embrasser, l’économie, la politique et souhaite jouer un rôle mondial. Loin de nuire à la Pologne, la dispersion de nombre de ses fils deviendrait un avantage. L’exemple allemand correspond à une réalité. Sous Guillaume II, industriels et négociants commencèrent à utiliser les services de compatriotes partis en Amérique latine, afin de concurrencer la Grande Bretagne sur les marchés commerciaux. Des techniques de vente extrêmement fouillées, le souci de satisfaire les goûts de la clientèle jusque dans leurs moindres détails, expliquent les succès obtenus autant que le bilinguisme des agents d’affaires. L’allusion faite à la France et à l’Italie paraît plus contestable. Varsovie veut simplement prouver que le phénomène est très répandu, donc licite, et que la Pologne aurait tort de rester sur la touche. Se comparer à l’Allemagne ne manque pas de superbe. Encore faut-il en posséder les moyens. L’on voit mal les ouvriers polonais en France jouer ce rôle ; il suppose au minimum la connaissance de la langue française que bien peu d’entre eux, en 1930, manient avec aisance.

  • 60 Józef Beck, né en 1894, a gagné rapidement la confiance de Piƚsudski. Chef de cabinet du Maréchal e (...)

93Dans le débat toujours ouvert sur l’évolution du régime de Piƚsudski, ce document peut être versé au dossier. La « politique de grandeur » imputée généralement au colonel Beck précède, sur ce point précis, son arrivée au pouvoir. En janvier 1930, le portefeuille des Affaires étrangères est encore aux mains de Zaleski, et Beck n’a même pas pris pied rue Wierzbowa60.

94Bien sûr le M.S.Z. tient, officiellement, un langage plus nuancé et les représentants de l’ Office d’Émigration, lors des réunions des commissions consultatives franco-polonaises, ne font aucune allusion à un projet semblable. En 1930, la « Sanacja » consolide son pouvoir. La dissolution des Chambres trois ans avant le terme normal de la législature, l’arrestation de députés d’opposition enfermés à la forteresse de Brześć et l’organisation des élections législatives de novembre l’occupent bien davantage que le sort des Polonais de l’étranger. On commence à parler d’une nouvelle politique à leur égard, témoin cette circulaire, témoin également la fermeté manifestée dans le recrutement des femmes seules en milieu agricole. Mais les grandes manœuvres sont pour demain.

95En France, les consuls polonais analysent la situation avec pessimisme. Le « tournant de mai » n’a pas suscité d’élan populaire parmi les immigrés. L’éloignement leur a fait considérer l’événement avec plus de recul qu’en Pologne et l’attitude critique de Wiarus Polski depuis 1928 conforte ses lecteurs dans une opposition à peine voilée.

96Cherchant des responsables, le nouveau consul de Lille, Tadeusz Brzeziński s’en prend aux « Westphaliens » dont le rôle prépondérant dans la presse et la vie associative le préoccupe :

« La psychologie westphalienne est un amalgame d’esprit patriotique polonais et des formes d’organisation allemande, sans compter des particularités négatives comme l’habitude de s’opposer au gouvernement en tant que pouvoir oppressif, notion héritée de la longue vie sous le régime allemand. Après la guerre... les conditions ont changé. La Pologne a son propre gouvernement. Face à cela, les organisations westphaliennes ont continué à vivre selon les vieux modèles. »

  • 61 A.A.N., K.M. 314, 19 février 1929.

97Afin de remédier à un état d’esprit qu’il juge « nuisible au gouvernement polonais », Brzeziński suggère de créer des corps d’animateurs spécialisés qui dirigeraient les associations théâtrales, chorales ou sportives, d’envoyer en Pologne de jeunes volontaires issus des milieux ouvriers pour faire d’eux en quelques années de « parfaits agents de la propagande nationale chez les émigrés en France » et surtout de préparer les instituteurs polonais à un « travail socio-culturel » en dehors de leurs heures de classe. Le consul de Lille leur reproche de ne pas tenir le rôle qu’exige la situation et « pour lequel ils sont faits »61. La tâche du moniteur serait ainsi détournée de ses fonctions d’enseignement. Il deviendrait un agent du pouvoir officiel. Alors que tant d’enfants ne profitent que d’une petite partie de l’horaire autorisé dans les écoles, il paraît pour le moins hasardeux de réduire encore la disponibilité des maîtres. Un nouveau clivage risque d’apparaître entre les moniteurs rémunérés par les Houillères qui enseignent et ne font que cela, et ceux payés par l’ambassade, propagandistes de surcroît.

98Il est de fait que l’encadrement scolaire polonais reste insuffisant. Ni progrès, ni recul en valeur relative : 145 moniteurs exercent en France en 1930 contre 88 en 1926, soit un accroissement de 64 % sensiblement égal à celui des écoliers polonais.

  • 62 A.A.N., M.S.Z. 10651 : statistiques sur la scolarisation.

99Ça et là, quelques progrès ont été réalisés. Sallaumines compte à présent quatre moniteurs, dont trois sont des maîtres diplômés d’État. Mais Maries, colonie polonaise encore plus dense, n’en a toujours qu’un seul. Des inégalités flagrantes demeurent d’un lieu à l’autre. Les élèves d’Aubin et de Cransac restent exclus du système, comme la plupart de ceux de la région parisienne, Le Blanc-Mesnil excepté. Et ne parlons pas des enfants d’ouvriers agricoles62.

  • 63 A.A.N., M.S.Z. 10647 et 10649 ; A.D. Moselle, 3 T 78.

100L’on entend toujours le même concert de doléances : insuffisante qualification des maîtres, insalubrité des locaux, chicaneries de l’administration française au sujet des autorisations d’enseigner. Une commission privée, présidée par Jean Duhamel, composée de plusieurs personnalités du C.C.H.F., du conseiller polonais d’émigration et de son inspecteur scolaire, examine annuellement les candidatures. Or les préfets tardent à accorder les agréments et parfois les refusent pour des raisons sans rapport avec la valeur pédagogique63. A lire certains rapports datés de 1930, l’on se croirait cinq ans en arrière. La situation paraît figée.

  • 64 18 février 1930.

101Les associations qui jouissent de la préférence gouvernementale – Cercles Piisudski, Sociétés de Tir, Anciens Combattants – obtiennent un succès des plus réduits. Wiarus Polski observe avec satisfaction qu’elles ne sont pas dangereuses64. Il arrive que des gens y adhèrent tout en restant membres des mouvements traditionnels gérés par les « Westphaliens », un pied dans l’un, un pied dans l’autre, ce qui minimise la valeur du geste.

  • 65 Voir Chapitre VIII, p. 237, 238.

102Les consuls, conscients de cette faiblesse, leur suggèrent de se regrouper. En décembre 1930, les trois Unions forment le Bloc du Travail national (Blok Pracy Państwowej) qui se donne pour but officiel de renforcer les liens avec la mère-patrie, en particulier parmi les jeunes. Wiarus Polski ironise : comparant avec le Bloc sans Parti de Collaboration avec le Gouvernement (B.B.W.R.) qui vient de remporter les élections législatives en Pologne, il qualifie celui-ci de « petit Bloc » et doute de son efficacité. Il est effectivement isolé des autres formations, notamment du Comité central polonais (C.K.P.) qui coiffe, sous la bannière de l’Eglise, toutes les associations catholiques, le Sokol et l’Union des sociétés chorales 65. L’immigrant obligé désormais de choisir, abandonne rarement le C.K.P. au profit du Bloc.

  • 66 A.A.N., K.M. 401, K.M. 414 et K.M. 423 ; A.D. Creuse, 4 M 152.

103L’Opieka Polska est difficile à classer. Elle touche des subventions du ministère du Travail et de la Protection sociale (M.P.O.S.) : œuvre privée, elle n’est pas totalement indépendante. Mais elle reste en dehors de tous les regroupements et se développe en marge. Elle ouvre de nouveaux centres, celui de Toulouse en 1927, de Clermont-Ferrand en 1929, de Nancy en 1930. A cette date, elle compte 13 points d’implantation : Lille, Amiens, Soissons, Metz, Nancy, Mulhouse, Paris, Le Havre, Caen, Saint-Étienne, Clermont-Ferrand, Lyon, Toulouse, et rend de grands services, encore que son budget réduit l’empêche de répondre à toutes les demandes d’assistance qui lui sont adressées66.

104Aspirations grandioses, politique des petits pas. Telle peut être qualifiée l’attitude de Varsovie à l’égard des Polonais en France entre 1928 et 1931. La « Sanacja » cherche les moyens d’obtenir des résultats à peu de frais et elle minimise les facteurs de résistance.

L’encadrement religieux en souffrance

105Les effectifs d’aumôniers progressent moins vite que ceux de la population. La situation, déjà préoccupante, va donc en s’aggravant. L’encadrement religieux est encore plus défavorisé que l’encadrement scolaire où un équilibre fragile se maintient.

106Depuis 1927, indice révélateur, la Mission catholique polonaise a renoncé à rendre public le nombre de ses aumôniers en France. Faute de statistiques d’ensemble, donnons quelques coups d’éclairage sur les régions pour lesquelles, grâce aux archives françaises, nous pouvons suivre l’évolution.

  • 67 J.C. Bonnet, « La vie religieuse des catholiques polonais du bassin stéphanois... », art. cit., p.  (...)

107Les Polonais du bassin de la Loire, particulièrement avantagés sur le plan religieux, profitent de la présence de trois aumôniers à poste fixe, soit en moyenne un prêtre pour 3 500 immigrés. Le premier, qui fut longtemps le seul, séjourne à Beaulieu/Roche-la-Molière, rémunéré par la compagnie des mines de Roche-la-Molière et Firminy ; le second, installé à La Ricamarie depuis 1928, est logé et salarié par la société des mines de Montrambert et de La Béraudière ; le troisième vient d’arriver à Saint-Étienne, par suite d’un accord conclu en 1931 entre six entreprises qui, toutes ensemble, emploient 1 100 ouvriers polonais (les Houillères de Saint-Étienne, les Mines de la Loire, les Mines de la Chazotte, etc.)67.

108Un tel encadrement tranche, non seulement sur celui des Italiens de la même région qui, plus nombreux, n’ont pourtant qu’un aumônier, mais sur celui des autres colonies polonaises, moins bien servies et parfois en perte de vitesse.

  • 68 A.D. Pas-de-Calais, 1 Z 501.

109C’est le cas du diocèse d’Arras où l’on trouve 13 aumôniers en 1931, soit un seul de plus qu’en 192668. Le taux d’encadrement est passé en quatre ans d’un ecclésiastique pour 7 500 Polonais à un pour 9 000. Avec l’augmentation du nombre de familles, donc d’enfants, se pose de façon aigüe le problème du catéchisme. Les prêtres sollicitent de plus en plus les services de laïques pour les seconder.

  • 69 A.A.N., M.S.Z. 11062, 18 juillet 1928 ; Id., K.M. 415, 21 mars 1931.

110L’arrivée de travailleurs polonais dans des régions nouvelles, leur dispersion à travers la France, nuit à l’encadrement religieux. La pastorale itinérante tend à se généraliser et les aumôniers auparavant responsables de quatre à cinq diocèses ruraux s’en voient confier neuf ou dix. L’abbé Unszlicht, toujours basé à Changis-Saint-Jean près de Meaux, arpente les campagnes, besace sur le dos avec des livres de prières, jusqu’aux abords du Jura. Perte de temps et fatigue s’ensuivent. Un poste créé à Lyon en 1928 couvre les départements du Rhône, de l’Ain, de l’Ardèche, de la Drôme, de la Savoie, de la Haute-Savoie et de l’Isère. Un autre poste, ouvert en 1929 à Saint-Jean-de-Valériscle (Gard) met fin à quatre ans d’interminables pourparlers avec les compagnies du Midi. Son titulaire, Jan Prusakiewicz, a la charge de tous les Polonais du sud de la France. Il visite les colonies minières de Cransac, du Gua, de Decazeville (Aveyron) en avril 1930, celles de Carmaux et de Cagnac (Tarn) en juillet suivant, de Graissessac (Hérault) en août. On le réclame dans le Vaucluse et jusqu’à Marseille où il vient confesser avant Pâques 193169. Pour les fidèles, sa présence est tout à fait épisodique. On ferait mieux de parler d’assistance religieuse que d’encadrement.

111La division et le malaise s’installent à la Mission. Après le retour en Pologne du recteur Szymbor en 1928, le centre de la rue Saint-Honoré passe des mains des Lazaristes à celles du clergé diocésain de Poznań et Gniezno, donc sous la responsabilité directe du Primat Hlond, archevêque de ces deux villes. Le nouveau recteur, Léon Ƚagoda, vient lui-même de Gniezno et l’Église de Pologne pourvoit désormais les postes vacants avec des vicaires poznaniens. Les immigrés natifs de Galicie ou de l’ancienne zone russe ont l’impression que les aumôniers les méprisent : éternelles frictions entre les Polonais qui ont vécu sous le régime prussien et les autres !

112Un second motif de tension provient de la tendance de quelques aumôniers à se croire investis, là où ils résident, d’un pouvoir de décision sur toute la vie de la colonie polonaise. A Barlin et à Roubaix en 1930, des incidents éclatent qu’expliquent l’attitude hégémonique du prêtre à l’égard du moniteur scolaire. Le consul Brzeziński considère sans indulgence les vicaires trop zélés :

  • 70 A.A.N., M.S.Z. 10651, 19 mars 1930.

« Il faut dire nettement au clergé que son désir de tout régenter ne répond pas à sa mission en émigration. »70

Le recteur de la Mission se voit contraint d’intervenir et, pour apaiser la tourmente, de muter les coupables. Solution qui ne fait que déplacer le problème.

113Les aumôniers éprouvent de plus en plus de peine dans leur tâche, pour un résultat qui va se détériorant. La pratique religieuse a tendance à diminuer par rapport aux années 1920.

La participation syndicale au point mort

114La première raison qui l’explique réside en la faiblesse du syndicalisme français lui-même, au cours d’une période de prospérité économique qui aurait pu voir relancer l’action.

115La tactique « classe contre classe » adoptée par le parti communiste aux élections législatives de 1928 rend plus que jamais impossible un rapprochement entre la C.G.T.U. et la C.G.T. Las d’être injuriés, les ouvriers confédérés font la sourde oreille lorsque les Unitaires leur proposent « le front unique à la base ». Rarement commencées ensemble, les grèves finissent toujours séparément, les Cégétistes reprenant l’ouvrage aussitôt un premier résultat obtenu, parfois dès le début des négociations avec les représentants patronaux.

  • 71 A. Moutet, Labour conflicted with employers’rationalization in France, 1919-1929. Rapport du XVe Co (...)

116La rationalisation du travail offre un nouveau mobile à la lutte entre les deux Confédérations. La C.G.T.U. la dénonce, à cause du surmenage qu’elle engendre et du gain supplémentaire qu’elle procure aux employeurs. Cette attitude s’exacerbe en 1929 après que le plenum de l’Internationale communiste ait condamné la rationalisation du travail en milieu capitaliste. Désormais toute grève, quels qu’en soient les motifs initiaux, stigmatise la rationalisation, ce qui lui donne un caractère révolutionnaire conforme aux vœux de l’I.C.A l’inverse, la C.G.T. approuve les nouvelles méthodes de production, les jugeant utiles au maintien d’une industrie française compétitive, les croyant profitables à la classe ouvrière libérée, grâce à elles, des tâches les plus astreignantes et les imaginant porteuses de progrès, à condition de les assortir d’un contrôle exercé par les syndicats71.

  • 72 A. Prost, op. cit., p. 200-202. La Fédération du Sous-sol C.G.T. passe de 72 000 adhérents en 1926  (...)

117Résultat tangible de ces dissensions : les effectifs syndicaux diminuent, notamment chez les mineurs. En quatre ans, de 1926 à 1930, la Fédération du Sous-sol C.G.T. chute de 20 %, la Fédération du Sous-sol unitaire, de 35 %72. Les immigrants ont peu de raisons d’embarquer à bord de navires qui prennent l’eau.

118La deuxième cause réside dans la plus grande dispersion de la population polonaise et son établissement en des régions et des métiers où le syndicalisme perce à peine. En particulier, le développement des colonies polonaises en Lorraine du fer a un effet désastreux.

  • 73 Le Travailleur du Sous-sol, n° 123, janvier-février 1930, p. 2.

« La Meurthe-et-Moselle n’est pas un département français, mais le duché de Lorraine dont M. de Wendel est le duc »73,

conclut avec amertume la Fédération du Sous-sol C.G.T. après une vaine campagne de recrutement. En juin 1929, Jesionowski a effectué une tournée de conférences dans les cités où vivent ses compatriotes ; le bilan du voyage est à peu près nul. La présence du militant n’a servi qu’à ranimer la flamme pendant quelques jours. La situation est encore pire dans le centre et le sud de la France. L’éloignement et l’isolement sont les meilleurs remparts de l’employeur contre la visite de propagandistes.

  • 74 A.A.N., M.S.Z. 10073, 18 janvier 1929 : chiffres fournis au consul polonais de Lyon.

119Le charbon lui-même souffre de langueur. Selon Alfred Vernay, député de Saint-Étienne, sur plus de 5 700 mineurs polonais du bassin de la Loire au début de 1929, 15 appartiennent au syndicat unitaire, 50 au syndicat confédéré, 400 au Z.R.P.F. et plus de 5 000 restent en dehors de tout74.

  • 75 Congrès de la Fédération nationale des Travailleurs du Sous-sol C.G.T., Saint-Etienne, 14-18 mai 19 (...)

120Le bassin de Béthune reste le seul où des noyaux actifs d’adhérents se maintiennent. En 1929, le Syndicat des mineurs du Pas-de-Calais (confédéré) aligne les sous-groupes polonais – au nombre d’une trentaine – sur la structure des groupes français, en les réunissant en fédérations par concession minière, avec à leur tête un président et un secrétaire en contact permanent avec la fédération des sections françaises de la même concession. Ils assistent aux entrevues avec la direction, consultent leur base et rencontrent régulièrement les propagandistes Guillaume Hordis et Désiré Coine75.

121Le syndicat du Pas-de-Calais est également le seul à envoyer des délégués polonais aux congrès nationaux de la Fédération des Travailleurs du Sous-sol. En 1929, Marciniak de Barlin, Majorczyk de Lens et Gawiec de Calonne-Ricouart assistent au congrès de Marseille, en 1931 Hordis et Zabczyk de Sallaumines à celui de Saint-Étienne. Cependant le flou volontaire des responsables en ce qui concerne le nombre d’adhérents permet de cacher que, si certaines sous-sections polonaises se développent, d’autres perdent des membres.

  • 76 A.A.N., M.S.Z. 11062. Il existe également en Pologne à la même époque un T.U.R. très lié au P.P.S.

122Dans le Pas-de-Calais commence à fonctionner, sous le patronage des sous-sections polonaises de la C.G.T., l’ Association des Universités ouvrières (Towarzystwo Uniwersytetów Robotniczych – T.U.R.), déclarée le 23 mai 1928 à la préfecture de police de Paris. Reprenant une idée qui eut quelque succès en France au début du siècle, elle se propose d’élever le niveau de formation générale des ouvriers adultes par des cours et conférences sur des sujets scientifiques ou artistiques. Elle cherche également à organiser des représentations théatrales et cinématographiques, des concerts populaires, à créer des bibliothèques, à encadrer la jeunesse, bref à concurrencer dans un esprit laïque et progressiste les associations polonaises traditionnelles ou gouvernementales sur leur propre terrain. Son siège social est à Lens et les premières conférences qu’elle donne se déroulent dans la région de Béthune. Une section T.U.R. s’ouvre également en 1929 dans le bassin de Saint-Étienne76.

123Il serait faux de dire que les Polonais ne font pas grève au cours de ces années. Lieu par lieu, certains répondent à l’appel des Unitaires ou des Confédérés. Mais cela constitue un épiphénomène dans leur vie. Qu’ils obtiennent ou non gain de cause, ils ne recommenceront pas et n’adhèrent pas davantage au mouvement auquel ils doivent une augmentation de salaire ou la réintégration d’un camarade limogé.

  • 77 A.A.N., M.S.Z., 10073 : cinq rapports du consul polonais de Lyon, adressés à Varsovie du 29 décembr (...)

124Sursaut et illustration de la tactique de la C.G.T.U., la grande grève des bassins de la Loire et du Gard dure quatre semaines, du 26 décembre 1928 au 22 janvier 1929. Des pourparlers engagés entre le Comité des Houillères de la Loire et les délégués mineurs, en novembre 1928, avaient abouti à un relèvement de salaires de 0,10 F à 1,50 F par jour et l’accord accepté par les syndicats confédérés entra en vigueur le 1er décembre. Les Unitaires, qui veulent mesurer leur influence dans la région, exigent une augmentation moyenne de 5 F afin de retrouver la somme perçue avant les réductions imposées en 1927. Ils posent un ultimatum le 18 décembre et, en l’absence de toute réponse de la direction, décident un arrêt de travail de durée illimitée à partir du 26. Le succès est immédiat et va se prolonger plus de dix jours avant que s’amorce un reflux : 55 % de grévistes au poste du matin, 60 à 62 % à celui de l’après-midi pour l’ensemble du bassin de la Loire, davantage aux Houillères de Saint-Étienne (88 %), beaucoup moins aux Mines de Roche-la-Molière et Firminy, fief réformiste (23 %). Le consul polonais de Lyon affirme que les ouvriers polonais se sont présentés au travail le premier jour mais que, sous la menace des Français, ils ont été obligés de suivre, toujours moins nombreux qu’eux dans la grève. Le préfet de la Loire les juge au contraire acharnés dans la lutte et la chasse aux « renards »77.

125Qui a raison ? Le témoignage de Thomas Olszanski nous aide à voir clair :

  • 78 T. Olszański, op. cit., p. 257-259.

« Quand la grève éclata, j’étais à Saint-Étienne. Au deuxième jour, je reçus un télégramme de la Centrale C.G.T.U. de Paris de me rendre à Montceau-les-Mines. On me dit à Montceau :
 – A Blanzy, les Polonais s’agitent. Nous organisons une réunion et ton nom est annoncé sur les affiches.
J’allais à Blanzy, parlais et ne restais qu’un jour car je reçus un télégramme :
 – Vas tout de suite à Alès.
J’y allais. J’étais tellement enroué que je pus à peine m’exprimer. Le même soir, à La Grand-Combe, je parlais de nouveau après avoir absorbé un grog au rhum. Au début, les gens de la salle m’entendaient à peine :
 – Plus fort, plus fort !
Je ne restais qu’un jour. Un télégramme m’appelait à Albi et de là, à Decazeville. Après deux jours, un autre télégramme :
 – Reviens à Saint-Étienne.
Là, on me dit :
 – A La Ricamarie, des Polonais ont brisé la grève et sont retournés au travail.
On m’explique tout. Dans deux puits travaillent quelques centaines d’ouvriers récemment arrivés de Pologne. Ils habitent un baraquement sur le terrain de la mine ; ils mangent à la cantine de la direction des Mines. Quand les Polonais se sont mis en grève, la direction a fermé la cantine. Le comité de grève a fait servir pour eux des repas dans un restaurant voisin. Mais un prêtre polonais a visité les baraquements :
 – Vos familles attendent l’argent que vous leur envoyez en Pologne. Le comité de grève peut vous nourrir, mais n’a pas de sous à vous donner.
Et les ouvriers sont retournés au travail... »78

Les Unitaires misent sur les étrangers, masse considérable dans le personnel des mines, pour chercher à entraîner les Français à leur suite. Tactique révolutionnaire, le mouvement de masse est recherché en soi, bien plus que comme moyen d’obtenir des adhésions. Dans cette optique, Olszanski et les ouvriers polonais, ses interlocuteurs privilégiés, ont un rôle essentiel à jouer. Le responsable de la M.O.E. n’agit pas de son propre chef ; il obéit aux ordres quotidiens reçus de Paris par télégramme. Les Polonais ne s’en aperçoivent guère ; ils croient suivre Olszanski. Les mineurs subissent des pressions venues des deux camps. Les consuls de Lyon et de Marseille se scandalisent que des « agitateurs » aillent dans les colonies polonaises, organisent des réunions pour eux, prennent la parole en polonais et rédigent des tracts en polonais (76). Ce qui serait porté au crédit de leur auteur si celui-ci appartenait aux milieux gouvernementaux, devient ici inadmissible : s’adresser à ses compatriotes dans leur langue ! Olszanski dénonce les procédés utilisés par les employeurs et les aumôniers à l’encontre des nouveaux immigrants. L’arrivée constante de convois collectifs renouvelle le contingent d’hommes seuls logés et nourris par les Houillères, donc totalement à leur merci. On retrouve une situation identique à celle de 1920-1923 pour une tranche du personnel polonais. A partir du 5 janvier 1929, la participation à la grève décline. Le 17 janvier dans les mines de la Loire, le 22 dans le Gard et l’Aveyron, les ouvriers reprennent le travail sans avoir rien obtenu de plus que l’augmentation de salaire initiale et négociée. Parmi les mineurs arrêtés et condamnés pour entrave à la liberté du travail, se trouvent quelques Polonais. Les autres se terrent. Le silence retombe.

126En 1929, une nouvelle enquête ministérielle auprès des préfets donne à peu près les mêmes résultats que ceux recueillis en 1925 : Français d’un côté, Polonais de l’autre.

  • 79 A.D. Pas-de-Calais, M 6857/3, 11 octobre 1929 ; A.N., F7 13469, 16 septembre 1929.

« Les Polonais travaillant aux mines... n’ont que peu ou pas de rapports avec nos ressortissants. » (Pas-de-Calais)
« Leurs habitudes, leur caractère, leurs moeurs, tout les retient loin de nous. » (Meurthe-et-Moselle)79

On pourrait retourner la formule : habitudes, caractère, moeurs des Français, tout les retient éloignés des Polonais, dix ans après l’arrivée des premiers convois collectifs. Malgré les efforts d’une poignée de militants syndicalistes, le mur d’incompréhension demeure entre les deux communautés.

***

127Pendant ces années de plein emploi, les travailleurs polonais en France mettent un peu d’argent de côté. Pas tous. Et généralement, de faibles sommes.

128Nous ne possédons aucun chiffre. Depuis la faillite des banques privées polonaises en 1926-1927 et le choc psychologique qui en résulta, les immigrés sont devenus méfiants à l’égard des grands organismes bancaires. Certains, contre toute logique, font confiance à de petites officines sans garantie, parfois véreuses, qui engloutissent leur avoir. Le krach de la banque Nowak à Merlebach en 1929 entraîne une perte de 700 000 F pour les ouvriers mineurs. Celui de la banque Kamiński à Montceau-les-Mines au printemps 1931 prive la colonie polonaise de plus de 200 000 F. La Caisse d’Épargne postale (Pocztowa Kasa Oszczȩdności – P.K.O.), après avoir conclu en 1928 un arrangement avec la Caisse d’Épargne française mène une campagne de publicité dans Narodowiec et quelques autres journaux afin d’attirer l’attention de ses compatriotes sur la possibilité de déposer dans les bureaux de poste des sommes en francs dont l’équivalent en zlotys leur sera remis aux guichets des Caisses d’Épargne polonaises dès leur retour au pays. La formule est peu séduisante, car le transfert des fonds en Pologne rend impossible le retrait rapide de l’argent qui assure le succès du système auprès des petits épargnants.

  • 80 A.A.N., K.M. 948 : compte-rendu d’activité de la P.K.O. de Paris pour l’année 1932, 40 p.

129En 1930, trois grandes banques polonaises prennent une initiative plus intéressante. La Caisse d’Épargne postale (P.K.O.), la Banque nationale de l’Économie (B.G.K.) et la Banque nationale pour l’Agriculture (P.B.R.) ouvrent à Paris une filiale commune dénommée Polska Kasa Opieki (Caisse polonaise de Protection), nom choisi exprès pour conserver le sigle « P.K.O. ». Les premières années, elle draine surtout les ressources de la colonie parisienne. Fin 1931, elle compte tout au plus 300 livrets d’épargne appartenant à des ouvriers mineurs et une centaine au nom d’ouvriers agricoles80.

130Les autres préfèrent glisser leur bien sous le matelas ou dans l’armoire. Ils gardent en espèces des sommes représentant deux à trois ans d’économies, ce qui ôte tout espoir d’en connaître la valeur.

131Les hypothèses ébauchées à l’époque semblent trop généreuses. Le consul polonais de Marseille, interrogé sur ce point, répond en 1929 :

  • 81 Id., K.M. 434, 18 juillet 1929. « Ici » désigne l’ensemble des 23 départements du midi inclus jusqu (...)

« Il y a ici 3 000 mineurs qui en moyenne sont en France depuis quatre ans. En admettant que les trois-quarts d’entre eux économisent 2 000 F par an, on arrive à :
3 000 x 2 000 x 4 x 0,75 = 18 000 000 F.
En admettant également que les 4 000 ouvriers d’usines et ouvriers agricoles aient économisé dans le même temps la moitié de cette somme, on arrive à 27 millions de francs. »81

132Première erreur : les domestiques agricoles venus seuls n’ont pas d’argent capitalisable. Ils envoient des mandats à leur famille de manière à assurer son entretien. Sortie de devises, certes. Épargne, non pas. Si les parents du jeune homme ou de la jeune fille dont ils constituent le soutien financier, si la femme et les enfants de l’homme marié arrivaient en France, il ne resterait rien, tant sont faibles les salaires versés.

133Deuxième erreur : il faut un certain délai, de six mois à un an, pour que l’ouvrier mineur commence à économiser. Les premiers temps, tout lui sert à équiper la maison allouée par les Houillères : lits, meubles et ustensiles de cuisine. En supposant qu’en 1929 les mineurs vivent en France depuis quatre ans – moyenne assez plausible –, ils n’ont mis d’argent de côté que pendant trois ans. Les frais d’installation constituent un des arguments de ceux qui dénoncent l’infériorité des revenus des ouvriers polonais par rapport aux Français. On n’est plus à l’époque des convois de « Westphaliens » escortés de leur mobilier.

134Troisièmement, le consul de Marseille minimise les impondérables en les réduisant à un cas sur quatre. Il y a l’homme peu sérieux qui joue sa paye ou la dépense à boire. L’ouvrier qui perd sa femme doit mettre les enfants en nourrice car la grand’mère est loin à qui, au pays, il les aurait confiés. Un décès coûte cher : obsèques, concession au cimetière, même si la Caisse de la mine y aide. Survienne un accident du travail ou simplement une maladie à la maison et tout ce que l’on possédait est englouti.

  • 82 A.A.N., K.M. 322 : rapports de l’O.C.M.O.A., 1928-1929.

135Les sommes épargnées doivent tourner autour de quelques centaines de francs par an seulement, et non pas autour de 2 000. Nous en voulons pour preuves l’impossibilité où se trouvent les immigrés d’acheter en Pologne, après plusieurs années de séjour en France, les dix hectares qui assureraient leur indépendance économique, et les difficultés qu’éprouvent les promoteurs de la colonisation agraire pour recruter des métayers : ils leur demandent de disposer d’un capital d’environ 15 000 F, afin de participer à l’achat du bétail et assurer la marche de l’exploitation82. Même les familles nombreuses comprenant deux ou trois houilleurs, le père et les fils ainés, ne disposent pas de cette somme. S’ils économisaient 2 000 F par an chacun, il leur suffirait de peu de temps pour la réunir. Et malgré leur préférence marquée pour une installation définitive en Pologne, il y aurait beaucoup plus que 100 à 200 métayers polonais dans le Sud-ouest en 1931.

  • 83 1 000 à 2 000 par an seulement (A.A.N., M.S.Z. 10075, novembre 1930).

136Nous croyons tenir l’explication d’un phénomène souvent observé, mais généralement mal compris. Les Polonais ne vont presque jamais en congé chez eux83. Rares sont ceux qui partent chercher leur famille : ils la font venir. Également rares, les enfants d’ouvriers qui se rendent au cours de l’été chez leurs grands parents demeurés au pays, sauf lorsque le trajet leur est offert – cela arrive depuis 1927 – par le gouvernement de Varsovie.

  • 84 A.A.N., K.M. 329, décembre 1930.

137Pendant les années de prospérité économique, le travailleur étranger ne court aucun risque de perdre son emploi en demandant un congé temporaire. Il reçoit de son employeur un certificat précisant le lieu de destination ainsi que le délai accordé, et une lettre de rappel légalisée par le maire et l’Office départemental de placement pour lui permettre de revenir en France sans contrat de travail84. La procédure est la même pour tous les immigrés. Mais les Polonais en font peu usage.

  • 85 Voir Chapitre I, p. 20.

138L’éloignement n’est pas seul en cause85, ou très indirectement. Le nombre de frontières induit en erreur. On imagine souvent l’Italie proche et la Pologne lointaine. Or la distance de Lille à Poznań (1 200 km environ) n’excède qu’à peine celle de Nancy à la Toscane (1 000 km). Des ouvriers italiens retournent quelquefois au pays. Pas tous les Italiens. Plutôt ceux du bâtiment, libres pendant la morte-saison que les mineurs de fer qui s’alignent sur le régime français et ne cassent pas le rythme de l’année de travail. Plutôt les spécialistes qui gagnent bien leur vie que les manœuvres préoccupés de leurs fins de quinzaines.

139Les Polonais n’en ont pas les moyens. Le trajet aller et retour coûte, selon la distance, de 550 à 850 F pour un adulte, sans compter le manque à gagner pendant l’absence. Partir mangerait les maigres économies, ou même les dépasserait. Dans l’optique d’un séjour en France destiné à amasser un peu d’argent, les ouvriers ne peuvent ni ne veulent se permettre d’entamer leur pécule. Pour retourner en Pologne plus tard, ils s’abstiennent de s’y rendre de temps en temps.

Notes

1 Bulletin du ministère du Travail, 1928 à 1931.

2 Maƚy Rocznik Statystyki..., op. cit., 1928 à 1931.

3 Propos recueillis à Wilcze Gardlo (Haute-Silésie) le 3 novembre 1977. Le beau-frère rentra en 1936, ayant assez économisé car il n’avait pas d’enfants. Stanisƚaw repartit en 1946 avec sa femme, le garçon de 17 ans et une fillette de 11 ans.

4 Interview du fils Jan, effectuée à Bytom (Haute-Silésie) le 30 oct. 1977. Ils rentrèrent en Pologne en 1948 et le père mourut en 1976.

5 Interview réalisée à Wilcze Gardio (Haute-Silésie) le 5 novembre 1977. Ils rentrèrent effectivement en Pologne, avec six enfants, en 1947. Michaƚ est décédé en 1971.

6 Interview réalisée à Chenérailles (Creuse), le 28 février 1978. Ils changèrent encore dix fois d’employeur. Elle resta en France après la guerre parce que son village, annexé par l’U.R.S.S., lui était interdit et parce que son mari mourut en 1944 dans la catastrophe d’Oradour-sur-Glane. Elle voulut pouvoir aller au cimetière et eut des facilités pour élever ses enfants, naturalisés d’office et « pupilles de la nation ».

7 Propos recueillis à Katowice le 2 novembre 1977. Le père a été fusillé par les Allemands à Courrières en 1940. Piotr est rentré avec sa mère, son beau-père et une petite sœur en Pologne en 1946.

8 C.C.H.F., carton n° 109 : d’après les statistiques officielles de la S.G.I.

9 Id., 9 décembre 1929 et 15 mai 1930.

10 Voir Chapitre VIII, p. 240.

11 En particulier, J.-Ch. Bonnet, R. Schor, H. Janowska et nous-même.

12 G. Le Fèvre, op. cit., p. 29.

13 A.A.N., K.M. 585, 13 mai 1927. Polexpress s’occupe de tourisme et, accessoirement, d’émigration à titre individuel.

14 C.C.H.F., carton n° 109 : de J. Duhamel à H. de Peyerimhoff, 16 décembre 1929.

15 Maƚy Rocznik Statystyki, op. cit., 1928-1931.

16 Voir Chapitre IV, p. 111-112.

17 G. Le Fèvre, op. cit., p. 28, 44 et 45.

18 Id., p. 28, 31, 38, 40, 57-61, 72-74.

19 Comparer les p. 118-119, 124-125, 127-128 de l’ouvrage de G. Mauco, (op. dt), avec les p. 39-40, 43, 48, 63-64, 66, 75 de celui de Le Fèvre.

20 A.A.N., M.S.Z. 10344, 5 février 1929 (42 p.) et 3 mai 1930 (7 p.).

21 A.A.N., M.S.Z. 10344 : du consul de Pologne à Prague au M.S.Z., 13 décembre 1929.

22 A.D. M.-et-M., 10 M 37, 2 septembre 1930.

23 G. Le Fèvre, op. cil., p. 27.

24 A.A.N., K.M. 353 : plus de 60 feuillets dactylographiés.

25 O. Hardy-Hemery, « Rationalisation technique... », art. cit., p. 4-10.

26 C.C.H.F., carton n° 1 : chiffres fournis aux Assemblées générales.

27 Notes pour servir à l’histoire des mines de Kali Sainte-Thérèse, 1980, 8 p. dactyl. Document mis à notre disposition par la Société elle-même.

28 Le « Bloc sans parti de collaboration avec le gouvernement » (Bezpartyjny Blok Wspóƚpracy z Rządem – B.B.W.R.) obtient 122 sièges à la Diète, soit 29 % des mandats aux élections de mars 1928, puis 247 sièges, 56 % des mandats à celles de novembre 1930. Plus qu’à la gauche et aux groupes représentant les minorités nationales, c’est d’abord à la droite, notamment aux Nationaux-Démocrates de R. Dmowski, ses principaux adversaires, que le B.B.W.R. prend des voix en 1928. On appelle la consultation de 1930 « les élections de Brest », à cause de l’arrestation récente et de la détention à la prison de Brześé (Brest, en français) de 19 chefs de file du centre et de gauche, parmi lesquels Witos leader du groupe Piast, Korfanty démocrate-chrétien de Silésie, Liebermann et Barlicki socialistes.

29 C.C.H.F., carton n° 48 : lettre manuscrite, 25 septembre 1928.

30 A.A.N., K.M. 330 : protocole du 22 décembre 1929, article 3.

31 A.A.N., K.M. 322, 329 et 424 : correspondance des autorités françaises avec le conseiller polonais d’émigration.

32 A.A.N., K.M. 423 : procès-verbal de la réunion du 29 janvier 1930 et lettre de Paon à Dalbor, 10 mai 1930.

33 Id. : dossier complet sur l’organisation du cycle d’enseignement.

34 A.A.N., K.M. 424 : rapports et correspondance de mai 1930 à janvier 1931.

35 Protocoles des 14 mars 1928, 28 décembre 1928 et 22 décembre 1929. Pour l’année 1930, il est entendu que les femmes demandées nominativement, épouses, filles ou sœurs d’ouvriers polonais déjà en France, seront imputées sur les 16 000 unités prévues (article 3 du protocole du 22 décembre 1929). Les contingents autorisés pour l’industrie sont beaucoup plus élevés : 9 000 en 1928, 21 000 en 1929 et 45 000 en 1930, largement au dessus des besoins français.

36 Protocoles des 14 mars 1928, 28 décembre 1928 et 22 décembre 1929. Pour l’année 1930, il est entendu que les femmes demandées nominativement, épouses, filles ou sœurs d’ouvriers polonais déjà en France, seront imputées sur les 16 000 unités prévues (article 3 du protocole du 22 décembre 1929). Les contingents autorisés pour l’industrie sont beaucoup plus élevés : 9 000 en 1928, 21 000 en 1929 et 45 000 en 1930, largement au dessus des besoins français.

37 A.N., F10 2748.

38 A.A.N., K.M. 353 : liste des métayers polonais placés par la S.G.I. avec en regard, le nom du domaine et la composition de la famille.

39 A.A.N., K.M. 351 : 31 décembre 1929 et 17 janvier 1930.

40 Statistique générale de la France, Résultats du recensement de la population effectué le 8 mars 1931. Paris, Imprimerie nationale, 1935, tomes I, II et III.

41 Fin 1930, sur 4 665 habitants, il n’y a que 159 Français (3 %) contre 2 166 Polonais (47 %), 1 586 Italiens (34 %) et 754 étrangers d’autres nationalités (16 %). A.D. M.-et-M., 4 M 151.

42 A.A.N., M.S.Z. 11139 : chiffres communiqués par la Société de Pont-à-Mousson à l’ambassadeur Chƚapowski, 19 juin 1931.

43 Au 31 décembre 1930 : 28 860 Polonais, 50 880 Italiens. A.D. M.-et-M., 4 M 151.

44 Évaluation à partir des listes nominatives du recensement (A.D. Paris, D2 M8) en tenant compte du fait que certains d’entre eux habitent dans les communes alentour.

45 Les Ritals. Paris, Belfond, 1978, 280 p. (ici, p. 36-37). Souvenirs d’enfance d’un fils de maçon italien à Nogent-sur-Marne, dans les années 1930.

46 Gazeta Polska w Paryzu, (hebdomadaire) : chronique régulière sur la communauté polonaise du Blanc-Mesnil.

47 J. Ponty, « Des Polonaises parlent... », art. cit., p. 732, 734.

48 A.A.N., M.S.Z. 10649 : du C.C.H.F. au conseiller polonais d’émigration, 10 mai 1930.

49 Voir Chapitre VIII, p. 240 sq.

50 L’établissement des Polonais..., op. cit., p. 233-235 ; Id., « Notre enquête parmi les métayers polonais ». Bulletin de l’Émigration polonaise en France, 29 avril 1928.

51 A.A.N., M.S.Z. 3918, 10 février 1931. Depuis novembre 1930, la Gascogne, le Languedoc et les Pyrénées ne dépendent plus du consulat de Marseille mais d’un nouveau poste ouvert à Toulouse, ce qui porte à six le nombre de consulats polonais en France (Voir carte, p. 424).

52 A.A.N., M.S.Z. 11090 et K.M. 434 : correspondance sur les projets de colonisation agraire et les difficultés de financement.

53 A.A.N., K.M. 314, 26 octobre 1929.

54 Officiellement, 267 375 personnes actives pour 507 811 Polonais.

55 Officiellement, 252 035 ouvriers (Recensement quinquennal).

56 A.A.N., M.S.Z. 10451 : compte-rendus des débats.

57 A.A.N., M.S.Z. 10217.

58 Voir ci-dessus, récits n° I et n° III. On retrouve la même espérance dans la plupart des Mémoires et dans les interviews réalisées tant en France qu’en Pologne.

59 Voir Chapitre VIII, p. 235.

60 Józef Beck, né en 1894, a gagné rapidement la confiance de Piƚsudski. Chef de cabinet du Maréchal en 1926, il entre au gouvernement en août 1930 comme sous-secrétaire d’Etat à la présidence du Conseil. Le 10 décembre de la même année, il deviendra sous-secrétaire d’État aux Affaires étrangères, donc adjoint d’August Zaleski, et le remplacera le 2 novembre 1932 à la tête de la diplomatie polonaise.

61 A.A.N., K.M. 314, 19 février 1929.

62 A.A.N., M.S.Z. 10651 : statistiques sur la scolarisation.

63 A.A.N., M.S.Z. 10647 et 10649 ; A.D. Moselle, 3 T 78.

64 18 février 1930.

65 Voir Chapitre VIII, p. 237, 238.

66 A.A.N., K.M. 401, K.M. 414 et K.M. 423 ; A.D. Creuse, 4 M 152.

67 J.C. Bonnet, « La vie religieuse des catholiques polonais du bassin stéphanois... », art. cit., p. 25-28.

68 A.D. Pas-de-Calais, 1 Z 501.

69 A.A.N., M.S.Z. 11062, 18 juillet 1928 ; Id., K.M. 415, 21 mars 1931.

70 A.A.N., M.S.Z. 10651, 19 mars 1930.

71 A. Moutet, Labour conflicted with employers’rationalization in France, 1919-1929. Rapport du XVe Congrès international des Sciences historiques, 1980. Editura Academiei Republicii Socialiste România. Tome II. Section chronologie, p. 774-789.

72 A. Prost, op. cit., p. 200-202. La Fédération du Sous-sol C.G.T. passe de 72 000 adhérents en 1926 à 57 000 en 1930 ; la Fédération du Sous-sol unitaire, de 22 000 à 14 000.

73 Le Travailleur du Sous-sol, n° 123, janvier-février 1930, p. 2.

74 A.A.N., M.S.Z. 10073, 18 janvier 1929 : chiffres fournis au consul polonais de Lyon.

75 Congrès de la Fédération nationale des Travailleurs du Sous-sol C.G.T., Saint-Etienne, 14-18 mai 1931 : rapport sur la M.O.E. dans le Pas-de-Calais (A.N. F7 13789).

76 A.A.N., M.S.Z. 11062. Il existe également en Pologne à la même époque un T.U.R. très lié au P.P.S.

77 A.A.N., M.S.Z., 10073 : cinq rapports du consul polonais de Lyon, adressés à Varsovie du 29 décembre 1928 au 17 janvier 1929 ; A.N., F7 13904 : grèves des ouvriers mineurs, 1928-1929.

78 T. Olszański, op. cit., p. 257-259.

79 A.D. Pas-de-Calais, M 6857/3, 11 octobre 1929 ; A.N., F7 13469, 16 septembre 1929.

80 A.A.N., K.M. 948 : compte-rendu d’activité de la P.K.O. de Paris pour l’année 1932, 40 p.

81 Id., K.M. 434, 18 juillet 1929. « Ici » désigne l’ensemble des 23 départements du midi inclus jusqu’en 1930 dans le ressort du consulat de Marseille.

82 A.A.N., K.M. 322 : rapports de l’O.C.M.O.A., 1928-1929.

83 1 000 à 2 000 par an seulement (A.A.N., M.S.Z. 10075, novembre 1930).

84 A.A.N., K.M. 329, décembre 1930.

85 Voir Chapitre I, p. 20.

Table des illustrations

Titre Travailleurs Polonais ET MEMBRES DE LEURS FAMILLES INTRODUITS EN Franc1
URL http://books.openedition.org/psorbonne/docannexe/image/50988/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 14k
URL http://books.openedition.org/psorbonne/docannexe/image/50988/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 13k
Titre RÉPARTITION DES IMMIGRANTS PAR VOIEVODIE D’ORIGINE (1928-1931)
URL http://books.openedition.org/psorbonne/docannexe/image/50988/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 80k
URL http://books.openedition.org/psorbonne/docannexe/image/50988/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 15k
Titre TRAVAILLEURS INDUSTRIELS POLONAIS INTRODUITS PAR LA S.G.I. (JUIN 1929 -JANVIER 1931)
Crédits Source : A.A. N. KM 353.
URL http://books.openedition.org/psorbonne/docannexe/image/50988/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 33k
URL http://books.openedition.org/psorbonne/docannexe/image/50988/img-6.jpg
Fichier image/jpeg, 8,8k
Titre POPULATION POLONAISE EN FRANCE
Crédits D’APRÈS LE RECENSEMENT DU 7 MARS 1926
URL http://books.openedition.org/psorbonne/docannexe/image/50988/img-7.jpg
Fichier image/jpeg, 103k
Titre POPULATION POLONAISE EN FRANCE
Crédits D’APRÈS LE RECENSEMENT DU 7 MARS 1931
URL http://books.openedition.org/psorbonne/docannexe/image/50988/img-8.jpg
Fichier image/jpeg, 120k
Titre TAUX D’ACCROISSEMENT DE LA POPULATION POLONAISE ENTRE LES RECENSEMENTS DE 1926 ET DE 1931
URL http://books.openedition.org/psorbonne/docannexe/image/50988/img-9.jpg
Fichier image/jpeg, 122k

© Éditions de la Sorbonne, 1988

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search