Version classiqueVersion mobile

Polonais méconnus

 | 
Janine Ponty

Deuxième partie. L’ère des incertitudes (1926-1939)

Chapitre VIII. La nouvelle donne (1926-1928)

Texte intégral

1Deux changements, l’un en Pologne, l’autre en France, marquent par leurs retombées une première cassure dans la vie des travailleurs immigrés. Varsovie, tout d’abord : en mai 1926, le maréchal Piƚsudski revient au pouvoir, inaugurant l’ère de la « Sanacja » ( « l’assainissement moral »). Au nombre des réformes à accomplir, figure le resserrement des liens entre la mère-patrie et ses fils à l’étranger : lente mutation destinée à s’accélérer après 1930, elle s’ébauche aussitôt. Simultanément, les Polonais de France affrontent une première crise économique. Eux qui aspirent à retourner dans leur pays lorsqu’ils pourront y trouver à coup sûr un travail salarié ou lorsque leurs économies leur permettront de s’établir à leur compte, redoutent d’y être contraints sans cela. Or, pendant la crise de 1926-1927, ils essuient reproches et menaces de rapatriement. Les immigrés s’accrochent, comme un moindre mal, à un pays qui semble ne plus vouloir d’eux. Tout le drame de la décennie suivante se trouve en puissance dans l’atmosphère malsaine de 1927.

Premier avertissement : La crise économique de 1926-1927

2Récession propre à la France, perturbation de courte durée et de faible amplitude dans une phase de prospérité économique, crise qui laisse intact le secteur agricole et touche à peine les charbonnages, elle épargne par conséquent la majorité des travailleurs polonais. C’est sur le plan psychologique qu’elle constitue pour eux un moment capital.

3La réduction de la production industrielle s’inscrit à l’intérieur d’une période exceptionnelle sur le plan financier. Pendant près de deux ans, la monnaie française cherche sa voie entre le coup d’arrêt donné à l’inflation le 22 juillet 1926 et la dévaluation opérée le 25 juin 1928.

4La tendance inflationniste durait depuis la guerre. La baisse du franc sur les marchés des changes et la hausse des prix intérieurs s’imposaient à la population qui, n’en comprenant pas les raisons, s’efforçait de les expliquer par la malveillance : complot de l’étranger, opérations spéculatives des milieux de droite pour faire échec au Cartel. Sans nier le rôle d’accélérateur joué par la spéculation, l’on peut observer que le processus était largement amorcé à l’époque du Bloc national. Mais le mouvement s’amplifia ensuite, lorsque la perte de confiance s’ajouta à la cause essentielle : l’avantage que donne l’inflation à un État endetté et à un appareil de production avide de développer ses activités. La baisse du franc rendit possible la Reconstruction en un temps record et, au delà, contribua à assurer le plein-emploi.

5Fin juillet 1926, la livre-sterling culmine à 235 F ; la monnaie française a perdu près des neuf-dixièmes de sa valeur. L’indice des prix de gros établi sur 45 articles industriels et agricoles (1914=base 100) monte jusqu’en septembre 1926 où il atteint son sommet : 804. L’indice des seuls prix industriels s’élève encore davantage : 957.

6La conjoncture se renverse avec la formation du gouvernement Poincaré, le 22 juillet 1926. Le franc se redresse face aux valeurs étrangères et les prix commencent à diminuer. Un danger en remplace un autre, celui de croire que tout est résolu. Pendant deux ans s’affrontent les nostalgiques du passé, partisans d’une revalorisation (Poincaré lui-même y crut, au début) et les financiers plus réalistes autour d’Émile Moreau, gouverneur de la Banque de France. La remontée du franc gêne le commerce extérieur, entrave l’industrie et risque de ruiner la paix sociale par le sous-emploi.

7La dévaluation est inévitable et le 25 juin 1928 elle prend effet légalement. Le « franc-quatre sous » remplace le vieux « franc-germinal », ramenant sa valeur au cinquième de celle de 1914. Le cinquième, et non plus le dixième comme cela aurait été le cas si l’on avait effectué une opération à chaud, deux ans avant.

Un chômage certain mais inégal

8Le raffermissement du franc perturbe donc l’activité industrielle. Est-ce une véritable crise économique qui débute à la fin de l’année 1926 ou simplement une pause dans l’expansion ? La réponse varie selon les secteurs considérés et l’indice mensuel de la production – toutes activités industrielles réunies – est assez impropre à en rendre compte puisqu’il neutralise ces différences. La production globale se maintient et s’accroît même légèrement jusqu’en octobre-novembre 1926. Puis elle accuse une chute rapide, atteint son point le plus bas en avril-mai 1927 et mettra plus d’un an à retrouver le niveau de départ.

  • 1 A.N., F7 13521 et 13523, décembre 1926 et 20 janvier 1927.

9Pour les secteurs les plus touchés – le textile, l’habillement, l’industrie de la chaussure, les industries alimentaires, les chantiers navals – la récession est à la fois plus précoce et plus grave. En réponse à une circulaire du ministre de l’Intérieur du 30 novembre 1926, sur soixante-cinq préfets dont le rapport a été conservé, trente font état de difficultés de l’emploi et onze d’entre eux parlent déjà de chômage total. L’industrie lainière de Tourcoing et de Roubaix vient de se séparer de 250 ouvriers et ouvrières. La soierie lyonnaise compte 625 chômeurs, la confection dans le département du Rhône, 150 et son industrie alimentaire, 315. Les rubanneries de Saint-Étienne ont licencié 400 femmes sur 5 000. Les chantiers de Penhoet ont renvoyé 200 ouvriers sur 4 700. Par contre, les Houillères continuent à embaucher et demandent toujours à la Société générale d’Immigration de leur fournir des travailleurs étrangers, notamment des Polonais. La sidérurgie lorraine, celles du Nord et de la Loire maintiennent leur niveau de production jusqu’en décembre. A la fin de l’année, on observe un léger ralentissement dans la métallurgie mais la prospérité demeure dans les charbonnages1.

  • 2 Décret du 28 décembre 1926, entré en vigueur le 1er janvier 1927.

10Il n’existe aucun procédé satisfaisant qui permette de mesurer la chute de l’emploi. La statistique officielle des chômeurs secourus, invoquée par le gouvernement pour minimiser la crise, reste très inférieure à la réalité. Les communes de plus de 5 000 habitants ont le droit de constituer des caisses municipales de chômage mais n’y sont pas obligées. Celles plus petites peuvent créer des syndicaux intercommunaux ou adhérer à l’organisation départementale de chômage, lorsqu’elle existe. Pour les salariés, le hasard prévaut selon leur lieu d’habitation : tantôt ils percevront des secours, tantôt non. En outre, seuls les travailleurs résidant sur place depuis au moins six mois ont droit aux allocations ; ceux qui ont déménagé pour tenter leur chance dans une autre agglomération ne toucheront rien. D’ailleurs l’ouvrier n’est aidé au maximum que pendant 120 jours ; au delà, il disparaît des listes2. La statistique des chômeurs secourus ne permet donc même pas de tracer la courbe de l’évolution. Quatre mois après les premiers licenciements, par conséquent au plus tard en mars 1927, elle perd toute signification. Son renversement à cette date ne signifie nullement que l’on atteint le bout du tunnel. Dernière difficulté : il faudrait tenir compte du chômage partiel et évaluer le manque à gagner de chacun en fonction du nombre réel d’heures d’emploi. Nous ne pouvons mettre sur le même plan les salariés qui chôment un jour et ceux qui chôment deux jours par semaine. Mais les écarter fausse le résultat.

11Par contre, toute personne licenciée ne se trouve pas nécessairement sans travail puisque la récession n’atteint pas tous les secteurs industriels en même temps. Dans le Nord, une partie des ouvriers limogés des entreprises textiles parvient à s’embaucher dans les Houillères. A partir du printemps, le bâtiment et l’agriculture font de nouveau appel à la main-d’œuvre et puisent parmi les chômeurs. Enfin, dans les zones d’industrialisation récente comme la Moselle, les ouvriers-paysans se replient sur leurs lopins de terre dans l’attente de jours meilleurs.

12En l’absence de chiffres valables, chaque camp fourbit l’arme qui convient à sa thèse. Fin décembre 1926, tandis que Le Journal affirme que :

  • 3 29 décembre 1926.

« La question du chômage ne présente aucune gravité »3,

L’Humanité titre :

« Il y a en France des centaines de milliers d’ouvriers sans travail » (3).

Peut-être 200 000 serait-il plus juste ?

Trois mois plus tard, L’Intransigeant rassure ses lecteurs :

  • 4 28 mars 1927.

« La courbe du chômage descend. »4

L’Humanité répond :

  • 5 2 avril 1927.

« Au cinquième mois, la crise sévit toujours aussi grave »5,

  • 6 A.N., F7 13523, 9 avril 1927.

ce qui paraît maintenant la stricte expression de la vérité, d’autant qu’en avril les Houillères à leur tour commencent à décrocher. Pour la première fois, le préfet du Pas-de-Calais déplore l’existence de chômeurs dans son département : 1 475 au total6.

13Les charbonnages n’auront pas trop à souffrir tout de même. La production annuelle, tous bassins réunis, dépasse en 1927 celle de 1926 : 52,8 millions de tonnes au lieu de 52,4. Simplement, le faible accroissement (0,7 %) tranche sur celui des années antérieures (6,4 % de 1924 à 1925 ; 8,4 % de 1925 à 1926). L’extraction ne diminue pas mais elle stagne, ou peu s’en faut. A cette époque, le charbon représente encore plus de 80 % de l’énergie consommée en France. Les compagnies doivent être en mesure de répondre à la demande. Ne pouvant prévoir la durée de la crise, elles adoptent une politique à court terme qui leur permet de maintenir les possibilités de la relance.

14Tandis que Henri de Peyerimhoff demande au gouvernement un réajustement des droits de douane afin de réduire les importations, les industriels agitent la menace du chômage de manière à faire pression sur les salaires. Fin mars 1927, les syndicats confédérés du Nord et du Pas-de-Calais, acculés, consentent à une réduction des compléments temporaires de traitements de :

152,60 F pour l’ouvrier à base 10,

162,15 F à 2,40 F pour les autres mineurs de fond,

171,50 F à 2,15 F pour les ouvriers du jour,

  • 7 C.C.H.F., carton n° 9, 31 mars et 2 juin 1927.

181,10 F à 1,50 F pour les galibots7.

  • 8 C.C.H.F., carton n° 1 : A.G. du 23 mars 1928.

Le salaire conventionnel du mineur qualifié passe ainsi de 39,51 F (niveau atteint en novembre 1926) à 36,91 F dans le Nord et le Pas-de-Calais. Pour la France entière, le salaire moyen de l’ensemble du personnel, fond et jour, tombe de 32,88 F à 31,08 F, soit une diminution de 1,80 F.A la fin de 1927, il ne sera plus que de 30,69 F8.

19Les licenciements, retardés, interviennent tout de même à partir d’avril et se prolongeront jusqu’au mois d’août.

20Jusqu’à quel point les travailleurs polonais sont-ils concernés par ces dispositions et d’une façon générale, éclaboussés par la crise ?

La réduction des entrées de main-d’œuvre polonaise

21Ce n’est pas la mesure la plus scandaleuse. La convention du 3 septembre 1919 l’avait prévue expressément, tant pour les émigrants à titre individuel que pour ceux arrivés par convois collectifs (articles 10 et 12). A quelques mots près, nous retrouvons la même idée dans les traités signés avec l’Italie (articles 4 et 5) et avec la Tchécoslovaquie (articles 9 et 11).

22L’industrie a déjà eu recours à ces clauses par deux fois, en 1921 et en 1925. Et chaque hiver, la chute du recrutement de la main-d’œuvre agricole peut être assimilée à une adaptation des entrées à l’état du marché français du travail. Pourtant en 1927, la réduction s’opère de façon plus brutale, plus longue et plus globale.

Répercussions de la crise économique de 1926-1927 SUR L’ÉMIGRATION POLONAISE VERS LA France

Répercussions de la crise économique de 1926-1927 SUR L’ÉMIGRATION POLONAISE VERS LA France

(D’après l’Office polonais d’Emigration)

Brutale, car elle frappe subitement entre décembre et janvier. Longue, car elle dure quinze mois. Globale, car elle atteint tous les secteurs économiques à la fois. Les statistiques françaises sont plus faibles : l’administration omet assez souvent de compter les membres non salariés des familles de travailleurs. Or en 1927, une proportion importante de ceux qui entrent en France appartient à la catégorie des « rejoignants ». Le recrutement de la main-d’œuvre proprement dite subit une baisse encore plus spectaculaire.

  • 9 Rocznik Statystyczny (Annuaire statistique de la République de Pologne), tome VI, 1928.

23L’émigration vers la France représentait depuis 1922 plus de 40 % des départs de Pologne et avait culminé en 1924 avec 65 %. En 1927, elle n’arrive qu’à 11 %9. Fin janvier 1927, Paris a pris la décision de fermer les frontières à tous les travailleurs étrangers.

24Tant qu’il s’agit du problème de l’introduction de la main-d’œuvre – et non pas du sort des immigrés déjà sur place –, tout le monde ou presque tombe d’accord.

  • 10 A.N., F7 13521, 12 mars et 20 novembre 1926.

25La crise a pour effet de rapprocher les points de vue des différents services ministériels. Jusque là, la Sûreté Générale, responsable de la surveillance des étrangers et inquiète de leur nombre croissant, reprochait au ministère du Travail de faire preuve de laxisme à l’égard de la S.G.I. Dès l’automne 1926, le ministre de l’Intérieur Albert Sarraut et le ministre du Travail André Fallières tiennent le même langage et prônent la suspension de l’immigration ouvrière10.

26L’opinion publique française approuve, de la droite à la gauche. Le parti communiste, convaincu lui-même de la nécessité d’une restriction des entrées, souhaite que l’on profite de l’occasion pour reprendre à la S.G.I. ses privilèges et il lance le mot d’ordre :

  • 11 J. Racamond, « La main-d’œuvre étrangère ne servira pas au plan patronal », L’Humanité, 26 décembre (...)

« Arrêt de l’importation collective de main-d’œuvre organisée par le patronat et les pouvoirs publics comme moyen de concurrence sur le marché du travail »11

27Devant la menace qui plane sur l’emploi, la communauté polonaise cherche à défendre les droits acquis. Elle abandonne à leur sort les compatriotes encore au pays et désireux d’émigrer. La solidarité ne joue pas en leur faveur, bien au contraire : preuve supplémentaire de la constitution d’une conscience spécifique dans les milieux immigrés, d’une sorte de nationalisme local. Wiarus Polski, comme le ministère français de l’Intérieur et comme L’Humanité, accuse la S.G.I. d’avoir introduit beaucoup plus d’ouvriers qu’il était nécessaire, notamment dans la métallurgie et les mines, et d’encombrer volontairement le marché du travail. Narodowiec appelle de ses vœux des mesures draconiennes :

  • 12 S. Malesa, « Les sans-travail », Wiarus Polski, 26 novembre 1926 ; A. Then, « L’émigration polonais (...)

« L’émigration polonaise en France doit être ralentie... arrêtée même, jusqu’à ce que la situation soit éclaircie, afin de ne pas nuire à ceux qui travaillent actuellement et qui ont de lourdes charges de famille. »12

Le mois suivant, il approuvera le gouvernement français d’avoir su s’y résoudre.

28Les seuls sons discordants proviennent des milieux économiques épargnés par le marasme des affaires et toujours demandeurs de main-d’œuvre, autrement dit surtout du patronat agricole. L’O.C.M.O.A. crie à l’étranglement, lors de la fermeture des frontières :

  • 13 A.A.N., K.M. 322 : circulaire n° 44 de l’O.C.M.O.A. à ses adhérents, 21 janvier 1927.

« Nous ne nous attendions pas à une mesure aussi lourde de conséquences, prise aussi rapidement, au mépris des répercussions fâcheuses qu’elle ne peut manquer d’avoir sur notre production. »13

C’est en hiver que les exploitants agricoles dressent leurs plans pour les travaux de la saison suivante. Il faut compter en moyenne six semaines à deux mois pour rassembler leurs demandes écrites et faire venir d’Europe centrale le personnel de ferme qu’ils réclament. La date choisie par les pouvoirs publics gêne particulièrement l’O.C.M.O.A. qui entreprend des démarches pour obtenir des dérogations. Le 23 février, le ministre de l’Agriculture autorise de nouveau le recrutement de travailleurs à l’année lorsqu’il sera établi que l’on ne peut en trouver sur place. A cette condition seulement, le service de la main-d’œuvre du ministère apposera un visa favorable.

29Le gouvernement n’ignore pas les besoins permanents d’ouvriers dans les campagnes mais, par une illusion fortement ancrée malgré les expériences des crises industrielles précédentes, il espère que les chômeurs français vont retourner d’eux-mêmes à la terre.

Les Polonais entre le droit, le fait et la crainte

  • 14 Article5 de la convention franco-polonaise du 14 octobre 1920 ; articles 8 et 11 du traité de trava (...)

30Les conventions d’émigration conclues à partir de 1919 prévoient pour les Polonais, les Italiens et les Belges, indirectement pour les Tchécoslovaques, le droit aux indemnités de chômage au même titre que les ouvriers français14. Et l’égalité des conditions d’emploi garantie par les traités exclut, en théorie, les licenciements prioritaires ou les rapatriements en cas de crise.

31L’opinion publique française dans sa grande majorité ignore ces dispositions ou en fait abstraction. Certains journaux déclarent franchement la guerre aux étrangers :

« La première cause du chômage, c’est l’immigration », affirme L’Ère Nouvelle.
« Si quelqu’un doit pâtir du chômage, n’est-il pas juste que ce soit d’abord l’ouvrier étranger ? »,

  • 15 L’Ère Nouvelle, 16 décembre 1926 ; La Victoire, 5 février 1927.

note Gustave Hervé dans La Victoire 15.

32Le gouvernement n’a pas une position très affirmée. Il louvoie. Les déclarations successives du ministre du Travail André Fallières, dans lesquelles la maladresse s’allie à l’absence d’une ligne logique, le montrent bien :

  • 16 A.N., F7 13521 : circulaire adressée aux préfets, 20 novembre 1926.

« Depuis 1919… cette immigration massive était une nécessité... Elle n’en présente pas moins des dangers à certains points de vue et il serait éminemment souhaitable que notre pays pût se passer de cette main-d’œuvre de complément... »16.

Tantôt il conseille

« de faciliter par tous les moyens le rapatriement de tous ceux auxquels un emploi ne peut être procuré sur notre territoire » (16),

oubliant leur droit aux allocations jusqu’à la fin de la crise et traitant celle-ci a priori comme un phénomène durable, voire définitif. Tantôt il cherche à se rassurer :

  • 17 Supplément du Bull. quotidien du ministère du Travail, 20 janvier 1927.

« On peut être certain... qu’une partie des ouvriers étrangers vont d’eux-mêmes quitter la France sous l’effet de la diminution des offres d’emploi sur le marché du travail. »17

  • 18 A.N., F7 13521 : circulaire confidentielle, 25 novembre 1926.

Il recommande aux offices publics de placement, sinon d’écarter systématiquement les immigrés, du moins de ne pas hésiter à donner la priorité aux Français18.

  • 19 A.N., F7 13521, décembre 1926.
  • 20 28 janvier 1927.

33C’est ici que l’éventail politique se divise. Le parti communiste et la C.G.T.U. redoutent que, sous couvert de rapatriements, l’on refoule les ouvriers les plus politisés. Ils revendiquent pour tous le droit au travail et pour les chômeurs le paiement du salaire intégral19. Pourtant, pas plus que les milieux qui les attaquent, l’extrême gauche ne distingue les Polonais en tant que tels. C’est un hasard si, cherchant à émouvoir ses lecteurs sur le sort des immigrés sans emploi, L’Humanité choisit un Polonais affamé qui « tombe d’inanition devant la Chambre des Députés »20.

34Le chômage touche moins les Polonais que les Belges ou les Italiens, plus nombreux qu’eux dans les secteurs économiques en difficulté. Mais davantage que les Français.

  • 21 S. Wloszczewski, « Le chômage en France et les travailleurs polonais ». Bull, de l’Émigration polon (...)

35Au début de février 1927, 1 000 à 1 500 ouvriers polonais figurent parmi les 56 275 chômeurs secourus21, soit un rapport supérieur à celui des deux populations. Il est d’autant plus malaisé de dénombrer les Polonais réellement sans travail que les seuls renseignements détaillés dont nous disposons se situent immédiatement avant et après le sommet de la crise, soit en novembre-décembre 1926 et en septembre 1927.

  • 22 A.N., F7 13521 : correspondance des préfets, décembre 1926-janvier 1927.

36Un chômage relativement peu important n’exclut pas des licenciements prioritaires. A la fin de 1926, à Saint-Jean-de-Losne (Côte-d’Or) sur 100 ouvriers de la métallurgie, 17 viennent d’être renvoyés, tous polonais. A l’usine métallurgique de Montbard (toujours en Côte-d’Or) sur 851 salariés, 25 se trouvent sans emploi : 15 Polonais, 8 Italiens, 2 Tchécoslovaques, mais aucun Français. Le département de la Meurthe-et-Moselle totalise 483 chômeurs toutes professions réunies ; parmi eux, 39 Italiens et 30 Polonais. Par contre à la même date, la sidérurgie du Nord qui commence à débaucher conserve au maximum ses ouvriers polonais22.

  • 23 A.N., F7 13523 : divers rapports de préfets, notamment celui du préfet du Pas-de-Calais, 8 septembr (...)

37Les immigrés licenciés vont trouver de l’embauche à la campagne pendant la belle saison. On en signale, venus du secteur industriel, dans la Beauce, la Brie, le Berry, également dans le Nord et le Pas-de-Calais où, jusqu’au mois de septembre, l’agriculture absorbe toute la main-d’œuvre polonaise disponible23.

  • 24 C. Jaroszowski, « Le calvaire du chômeur polonais ». Bull, de l’Émigration polonaise en France, 27  (...)

38Peu nombreux certes, les Polonais sans travail en 1927 éprouvent des difficultés pour toucher les secours de chômage. Leurs journaux dénoncent les mairies qui refusent d’inscrire des ouvriers entièrement en règle, simplement parce qu’ils sont de nationalité étrangère24. Le décret du 28 décembre 1926 précise que, pour avoir droit aux subventions du fond de chômage, il faut fournir un certificat portant la mention : « congédié pour manque de travail » ; des employeurs négligent de le remettre aux salariés qu’ils renvoient et les Polonais, comme bien d’autres immigrés qui ignorent la langue française et les usages administratifs, n’en mesurent pas l’importance ou bien n’osent pas le réclamer. Ajoutons à cela la mobilité particulière des étrangers récemment arrivés en France. Tous ne possèdent pas l’ancienneté de six mois de résidence dans la commune lorsqu’ils perdent leur emploi. Wiarus Polski, depuis novembre 1926, lance des conseils de prudence :

« Aujourd’hui où nous sentons la menace, chacun doit rester à son travail et ne pas chercher ailleurs. » (12)

  • 25 A.D. Nord, M 208/135, 13 décembre 1927.

39Contrairement à l’espoir exprimé par le ministre du Travail, les Polonais ne repassent guère la frontière dans une proportion supérieure à celle des années précédentes. Les chiffres sont plutôt contradictoires : en 1927, 12 509 rapatriements selon les sources françaises, 4 143 seulement d’après l’Office polonais d’Émigration. En 1926, la Pologne avait enregistré 6 392 retours et en 1925, 5 126. Les départs volontaires vers les mines belges du Borinage ou celles du Limbourg aux Pays-Bas restent rares, mais font couler beaucoup d’encre. La presse parle de tentatives de débauchage de mineurs polonais vers la Hollande. Or il s’avère que, sur tout l’arrondissement de Valenciennes, seuls 12 ouvriers de la compagnie d’Anzin ont répondu à l’appel en six mois, de juillet à décembre 192725.

  • 26 A.N., F7 13518 : statistiques officielles des expulsions d’étrangers, classées par nationalité. Par (...)

40Rappelons la différence entre les expulsions, les refoulements et les rapatriements proprement dits, car trop souvent les trois termes sont employés l’un pour l’autre. La loi du 3 décembre 1849 permet d’expulser les étrangers qui ont subi une condamnation et ceux « dont l’attitude est de nature à troubler l’ordre public ». La mesure ne touche ni le conjoint ni les enfants puisque le droit français ne reconnaît pas la responsabilité familiale. Apparemment indulgent, le principe aboutit à des résultats anti-humanitaires. L’homme seul est reconduit à la frontière, sa femme demeure. Du 1er janvier au 10 octobre 1927, on compte 50 Polonais expulsés pour propagande communiste et du 21 juillet 1926 au 20 octobre 1927, 146 expulsés polonais quelle que soit la cause, politique ou non26. La ponction n’allège pas sensiblement le marché du travail.

  • 27 A.N., F7 13522 : circulaire du ministre de l’Intérieur, 8 janvier 1927.

41Le refoulement frappe les étrangers en situation administrative irrégulière, qu’ils aient pénétré en France clandestinement et n’aient pas régularisé leur position ou qu’ils exercent un emploi salarié sans posséder de contrat d’embauchage dûment visé ni de carte d’identité de « travailleur »27. La carte d’identité vaut permis de séjour ; en cas de refus de la délivrer ou en cas de retrait, l’immigré doit quitter le territoire, théoriquement dans les huit jours, en fait dans un laps de temps plus long, car les autorités lui accordent des délais. Il part avec sa famille puisqu’aucun de ses membres n’est en règle. Le nombre de Polonais refoulés, un peu supérieur à celui des expulsés, ne s’accroît cependant pas en 1927 par rapport aux années antérieures. Tenant compte des protestations récentes, la loi de finances du 26 mars 1927 a réduit la taxe perçue pour l’obtention de la carte d’identité à 20 F pour les « travailleurs » et à 100 F pour les autres étrangers. La police ne trouve que peu de salariés en infraction à cet égard.

  • 28 Id. : note émanant du ministre du Travail adressée au ministre de l’Intérieur, 17 janvier 1927.
  • 29 A.N., F7 13523, mars 1927.

42Reste la troisième sanction : rapatrier des chômeurs, en prenant prétexte de la restriction des besoins de main-d’œuvre. Peut-on forcer à partir les ressortissants des États avec lesquels Paris a signé une convention d’émigration ? Aucune clause ne l’interdit formellement, mais le principe de l’égalité de traitement avec les Français semble y faire obstacle. De plus, il faudrait leur payer le voyage. Les employeurs qui avancèrent le prix du trajet-aller pour les ouvriers recrutés par leurs soins, n’ont aucune raison de régler le billet de retour de chômeurs, par conséquent de gens qui ne dépendent plus d’eux. Un accord intervenu entre le ministère des Travaux publics et les grands réseaux de chemin de fer permet, de janvier à juin 1927, de raccompagner gratuitement à la frontière les immigrés démunis de toutes ressources28. Lorsqu’il s’agit d’Italiens, de Belges, c’est suffisant. Les Polonais et autres citoyens d’Europe centrale doivent encore traverser l’Allemagne. A Strasbourg, au printemps 1927, fonctionne un petit camp d’hébergement dans lequel vivent des Polonais ayant perdu leur emploi ; entretenus aux frais de la municipalité, ils attendent la formation d’un convoi gratuit de rapatriement. La ville de Strasbourg proteste, soucieuse de ses deniers et inquiète du risque de violences que comporte la présence d’étrangers amers et désœuvrés29.

43La question se posera de façon beaucoup plus aigüe dans les années 1932 à 1936, lorsque le gouvernement français décidera de passer outre aux notions de droit international et d’organiser autoritairement des rapatriements en grand nombre.

Les variantes régionales

44La crise influe différemment sur la composition démographique des colonies polonaises selon l’activité économique qui est la leur et selon la politique patronale.

  • 30 A.D. Pas-de-Calais, M 6677 : statistiques semestrielles des étrangers.

45Dans le Pas-de-Calais, la population polonaise commence à diminuer au deuxième semestre 1927 : 10 % de perte en six mois pour l’arrondissement de Béthune qui passe de 104 000 à 93 000 Polonais. Les adultes de sexe masculin sont les plus touchés30. La date du renversement de la courbe s’explique par l’effet conjugué du chômage et de la fin de la saison agricole qui a servi de relais. La situation ne devient préoccupante qu’à l’automne. A ce moment, si les compagnies minières ne licencient plus de nouveaux ouvriers, elles hésitent à réembaucher les Polonais, sauf lorsqu’il s’agit des fils de leurs mineurs, jeunes garçons de treize ans au sortir de l’école que, par une politique familiale cohérente, il ne convient pas de laisser partir travailler ailleurs. Ceux qui, sans emploi, quittent le département sont surtout des célibataires.

  • 31 Chiffres communiqués par le Service statistique des Houillères du Nord et du Pas-de-Calais ; cités (...)

46Licenciements et restriction de l’embauchage conduisent, pour les Houillères du Nord et du Pas-de-Calais à une réduction en un an de 3 % des effectifs globaux. Seuls les étrangers en pâtissent. Les contingents français demeurent inchangés31

  • 32 O. Hardy-Hemery, « Rationalisation technique et rationalisation du travail à la compagnie des mines (...)

47Le maintien de la production à son taux antérieur provient du redressement des rendements individuels, lié aux toutes premières tentatives de rationalisation du travail dans les charbonnages. A la faveur de la crise économique, quelques compagnies minières comme celles d’Anzin, de Lens ou d’Ostricourt prennent en 1927 deux séries de mesures : un renforcement de la surveillance des mineurs de fond et le début du chronométrage des opérations. Mais, sur le plan technique, les hommes travaillent toujours par petites équipes et utilisent, au mieux, des marteaux piqueurs. A peine voit-on apparaître dans les parties les plus régulières des gisements les premières longues tailles qui caractériseront le mode d’exploitation des années 193032. La rationalisation dans les mines ne fait que commencer et déjà des différences se font jour entre les salariés français et étrangers. Les manœuvres polonais et slovaques en sont les premières victimes.

48Tout en restant la principale région polonaise de France, le Pas-de-Calais marque donc en 1927 un léger recul. L’absence de statistiques spécifiques des étrangers interdit de tester le même phénomène avec précision dans le département du Nord. Il est tout à fait vraisemblable, notamment sur le territoire des mines d’Anzin.

  • 33 A.D. M.-et-M., 4 M 149 et 4 M 150 : statistiques semestrielles des étrangers.
  • 34 A. Sömme, La Lorraine métallurgique. Paris, Berger-Levrault, 1930, 252 p. (ici, p. 147-149). G. Noi (...)

49A l’inverse, en Lorraine du fer, la population polonaise enfle, et singulièrement la population adulte masculine. En Meurthe-et-Moselle de janvier 1926 à juin 1927, les Polonais connaissent un accroissement de 43 % (de 12 723 à 18 177) et les hommes âgés de plus de quinze ans, de 58 % (7 176 à 11 318)33. Les Polonais passent ainsi de 13 % à 19 % des étrangers du département, toujours derrière les Italiens. Néanmoins l’écart se resserre entre eux car l’effectif italien se tasse. Il s’opère une redistribution. Les établissements miniers du plateau de Briey renvoient des Italiens et prennent à leur place des Polonais, moins exigeants, pour des tâches difficiles et mal payées. Les nouveaux arrivés sont des hommes seuls, déjà en France et sans emploi. Certains viennent du Pas-de-Calais : la crise favorise de façon temporaire un déplacement géographique inverse de celui observé antérieurement. En 1925, les Italiens représentaient 51 % des mineurs de fer du département et les Polonais, 12 % ; en 1927, respectivement 36 % et 30 %34.

  • 35 C.C.H.F., carton n° 48 : lettre de J. Duhamel, 15 juin 1927.

50La crise économique profite également aux colonies polonaises du midi de la France, jusqu’ici de très faible poids. En juin 1927, tandis que les Houillères du Pas-de-Calais et du Nord en sont à leur troisième mois de licenciements, le C.C.H.F. reçoit encore des demandes de main-d’œuvre étrangère de la part des mines d’Aubin (Aveyron), de Bessèges (Gard), de Noyant (compagnie de Châtillon-Commentry). Il est alors impossible d’obtenir du ministère du Travail le visa favorable nécessaire pour procéder à des recrutements en Pologne ; difficile également d’imposer un transfert à des chômeurs du bassin de Béthune ou de la compagnie d’Anzin habitués à des salaires supérieurs35. Ceux qui en viennent le font de leur plein gré. Pour le reste, les sociétés embauchent – procédé classique – des ouvriers agricoles polonais en fin de contrat dans la région, quand bien même ils ne les débauchent pas, malgré la loi d’août 1926. Ici, aucune disposition n’a encore été prise en vue de rationaliser l’extraction. Dans une situation économique incertaine mais nullement catastrophique, les Houillères poursuivent donc leur politique traditionnelle axée sur l’utilisation de la main-d’œuvre et favorisent l’arrivée de Polonais parce que, de tous les étrangers, ce sont, selon l’expression de l’ingénieur en chef de la société des mines de Rochebelle :

  • 36 A.A.N., K.. M. 313 : rapport du consul de Marseille sur les colonies polonaises du Gard, 1er mai 19 (...)

« les meilleurs travailleurs, très souples et faciles à conduire. »36

Une formule propre à soulever la colère des syndicats ouvriers !

Les réactions syndicales et para-syndicales

51Année creuse sur le plan des grèves, année souvent pénible en ce qui concerne les relations avec les ouvriers français, année décevante pour ceux des Polonais qui croyaient en la capacité du Z.R.P.F. à les défendre, 1927 s’inscrit négativement dans l’histoire du syndicalisme.

52Le signe le plus tangible d’un changement d’état d’esprit est la tentative effectuée par la Société des ouvriers polonais en France (Zwigzek Robotników polskich we Francji – Z.R.P.F.) pour se rapprocher de son ex-ennemi, la C.G.T. Finie, l’ère des bravades où le Z.R.P.F. annonçait son intention d’arracher tous les travailleurs polonais à l’emprise des syndicats français. A l’automne 1926, admettant que son statut l’empêche d’agir réellement face à la réduction du temps de travail et aux licenciements, une partie des dirigeants estime inutile de poursuivre le double jeu. Plutôt que de laisser éclater au grand jour leur inefficacité, ils reprennent à leur compte un projet ébauché en 1925 par certaines sections et pensent parer le danger en offrant à la C.G.T. leur collaboration, tout en se réservant, à l’intérieur d’« un programme unique de travail », les tâches spécifiques autorisées par la législation française. Les partisans de la manœuvre de repli l’emportent et le 2 janvier 1927, le conseil d’administration du Z.R.P.F. vote la déclaration suivante :

« 1. La Société des ouvriers polonais en France reconnaît la nécessité de la solidarité générale des ouvriers, basée sur le principe de l’égalité et de la justice sociales (déclaration du 24 janvier 1926).
2. La Société des ouvriers polonais en France tenant compte du caractère similaire des intérêts ouvriers polonais estime que tous les travailleurs salariés polonais résidant en France, sans distinction de leurs convictions personnelles, doivent créer un front unique ouvrier, susceptible de défendre l’intégralité de leurs intérêts matériels.
3. La Société des ouvriers polonais en France étant une organisation apolitique, animée du vif désir de conserver dans son travail une parfaite loyauté envers les syndicats ouvriers français, considère que seule une action solidaire peut rendre possible la défense rationnelle des intérêts collectifs et individuels des ouvriers polonais. Il s’ensuit qu’elle emploie, dans sa lutte pour l’amélioration du sort ouvrier, les mêmes méthodes que celles adoptées par les organisations ouvrières françaises, ceci pour faire face d’une manière plus efficace aux menées patronales dirigées contre les ouvriers français.
4. Etant donné que les syndicats français faisant partie de la C.G.T. – l’organisation la plus ancienne et la plus nombreuse – sauvegardent dans l’état actuel des choses le plus efficacement les intérêts ouvriers, le conseil d’administration de la S.O.P. estime qu’il y aurait lieu d’arrêter le programme d’une collaboration étroite avec la C.G.T. dans toutes les questions relatives à la lutte des classes. La Société des ouvriers polonais irait même jusqu’à en faire partie.
Vu l’importance capitale de ce qui précède, le conseil d’administration de la S.O.P. espère que l’action solidaire, dans le sens le plus étendu du mot, avec les syndicats français soit bientôt réalisée par la mise en œuvre d’un programme unique de travail.
5. Mais considérant que le fait du séjour des ouvriers polonais dans un pays étranger dont ils ignorent la langue et les coutumes a créé une situation particulière et avec elle une divergence d’intérêts comme, par exemple, ceux résultant :
 – des dispositions légales relatives au séjour des étrangers en France,
 – de l’application de la convention de réciprocité conclue entre la France et la Pologne,
 – de leur séjour volontaire hors de la Pologne (affaires consulaires, etc.),
 – des intérêts touchant leurs prétentions envers les institutions de prévoyance sociale allemandes, autrichiennes et autres,
 – et enfin, des intérêts concernant leurs besoins intellectuels et sociaux, ne pouvant être satisfaits qu’en langue maternelle, le conseil d’administration de la Société des ouvriers polonais en France estime que la sauvegarde de ces intérêts, eu égard à leur caractère spécifique, doit être confiée à une organisation autonome polonaise groupant dans son sein tous les ouvriers polonais et pouvant faire partie, tout en conservant son autonomie, des organisations françaises affiliées à la C.G.T.
Le conseil d’administration de la Société des ouvriers polonais en France exprime les vœux que son intention sincère de contribuer à la concentration de toutes les activités dans la lutte des classes sur la base d’une entente réciproque, susceptible de mettre fin aux discordes existant au sein des groupements ouvriers, trouvera l’approbation qu’elle mérite.
La Société des ouvriers polonais en France souligne son attitude loyale vis-à-vis de la République polonaise. De même, elle tient à faire ressortir son attitude très courtoise et très amicale vis-à-vis des autorités locales de la République française.
Vive le front unique !!!! »

  • 37 Déclaration publiée les jours suivants dans la presse polonaise en France. Stefan Rejer est alors p (...)

Le conseil d’administration de la S.O.P.
Rejer, Nowak, Kalinowski, Nerent, Wosiek
Domagala, Kapciewicz, Napierala, Hartwich
La commission de révision de la S.O.P.
Szlachta, Kowalewski, Piechocki, Bolarowicz, Wtoch.37

53C’est vraiment se rendre à Canossa !

  • 38 M. Launay, La C.F.T.C., origines et développement (1919-1940). Paris, Publ. Sorbonne, 1986, 504 p.

On notera le vocabulaire employé, l’affirmation de la nécessité d’une « solidarité générale des ouvriers », les allusions à « la lutte des classes » et au « front unique » ouvrier, susceptibles de plaire à la C.G.T.U. plus encore qu’à la C.G.T. Sur le plan des principes, le Z.R.P.F. distingue mal entre elles les deux formations. Lorsqu’il analyse les obstacles à un rapprochement entre la C.F.T.C. et la C.G.T. à la même époque, Michel Launay met en avant le fait que les syndicats libres récusent la notion de lutte des classes. En outre, l’anticléricalisme des Confédérés les choque38. Ici, non seulement le Z.R.P.F. se réclame d’un principe marxiste, mais il tait le différend religieux afin de ne pas gêner l’interlocuteur.

  • 39 Le préfet du Pas-de-Calais établira ainsi les effectifs syndicaux chez les mineurs de son départeme (...)

54Après avoir tiré à boulets rouges sur la C.G.T., la Société polonaise la choisit comme tuteur éventuel plutôt que l’une des deux autres Centrales syndicales, pour des raisons purement tactiques. C’est « l’organisation la plus ancienne et la plus nombreuse » ; la C.G.T.U. obtient moins de succès chez les mineurs et la C.F.T.C. est à peine implantée dans les métiers du charbon, même dans le Pas-de-Calais où elle tente une percée39. Malgré leur attachement aux idéaux chrétiens, les travailleurs polonais n’ont que faire d’une Confédération composée surtout d’ouvriers du textile et d’employés de commerce. Les initiatives du Z.R.P.F. répondent toujours aux besoins des Polonais mineurs de houille, dictées par leur implantation majoritaire dans ce secteur, également par l’origine « westphalienne » du président Stefan Rejer et de la plupart des dirigeants.

55En tout cas, l’opération échoue. Elle se heurte au refus hautain de Léon Jouhaux. La C.G.T. consent à accueillir les Polonais individuellement mais non pas en tant que représentants d’un autre mouvement :

« La Société des ouvriers polonais en France n’aurait à supporter aucun préjudice si ses membres décidaient d’entrer chacun dans le syndicat régulier de sa profession... »

Et reprenant l’idée célèbre de la Charte d’Amiens, elle ajoute :

  • 40 A.N., F7 13469, 29 janvier 1927. La « Charte » du congrès confédéral d’Amiens (8-16 octobre 1906) a (...)

« En dehors du syndicat, les travailleurs sont absolument libres d’adhérer aux groupements de leur choix. »40

Les Confédérés n’ont plus rien à craindre de la Société polonaise. Ils la tiennent à leur merci.

56La résolution du 2 janvier 1927 déconcerte une partie des adhérents. Leur proposer de privilégier la défense de leurs intérêts matériels « sans distinction de leurs convictions personnelles » va à l’encontre de leurs sentiments nationaux et religieux. Jan Brejski, dans Wiarus Polski, critique fortement l’initiative. Il s’ouvre donc une brèche à l’intérieur des milieux polonais traditionnalistes.

57Il ne semble pas que les membres du Z.R.P.F. démissionnent. Au congrès annuel tenu en mars 1927, il est fait état de 13 000 adhérents. Mais ceux-ci renouvellent leur confiance à une simple association d’entraide. Ils le savent. La situation s’en trouve clarifiée.

58A la Fédération nationale des travailleurs du Sous-sol C.G.T., l’existence de sous-sections polonaises apporte une nouvelle dimension au problème de l’accueil à réserver aux immigrés.

59En 1927, La Tribune est beaucoup plus favorable aux Polonais qu’en 1925. Elle n’émet aucune remarque hostile, ni dans les articles de fond, ni dans la chronique des sections, même entre avril et septembre, les mois critiques. Le 1er janvier 1927, les vœux de Nouvel An sont présentés à la « une » dans les deux langues. De temps en temps, paraît un article en polonais suivi ou précédé du même texte en français. Il s’agit d’appels publiés par ailleurs dans Prawo Ludu. Leur insertion, ici, est surtout destinée aux lecteurs français. Alors pourquoi la version bilingue ? Toutes les affiches apposées sur les murs, tous les tracts distribués par la Fédération des travailleurs du Sous-sol se présentent eux aussi en français et en polonais : souci d’entraîner les étrangers dans le mouvement syndical ; souci également de consacrer, au regard des ouvriers français, la présence polonaise.

60Le conseil d’administration du Syndicat des mineurs du Pas-de-Calais, sur trente-huit membres, compte désormais deux Polonais dont Casimir Noga, délégué à la propagande. Et pour renforcer les contacts directs, le congrès des sections polonaises du département, tenu à Lens le 18 avril 1927 en présence de 53 délégués mandatés par leurs camarades, désigne sept nouveaux propagandistes qui, à l’instar de Noga, vont sillonner les corons.

61Ces progrès ne doivent pas dissimuler les fausses notes. Les Polonais syndiqués de Houdain déplorent que la Fédération ne s’occupe pas suffisamment d’eux. Bien des cités minières ne comptent pas encore de sous-section polonaise.

  • 41 Congrès annuel du Syndicat des mineurs du Pas-de-Calais, 24 avril 1927.

« Si vous leur tendez une main fraternelle, dit Coine aux délégués français, bientôt nous aurons réussi à grouper tous nos camarades étrangers sous le drapeau du syndicat. »41

Le « si » en dit plus long que tout un discours !

62Confrontés à des difficultés matérielles accrues, choqués par la campagne de presse et des remarques désobligeantes tout alentour, intrigués par la démarche du Z.R.P.F., la majorité des mineurs polonais s’abstient de tout engagement, attitude dont la Fédération du Sous-sol n’est pas l’unique responsable.

63La C.G.T.U. perd du terrain à partir de 1927, victime de la répression et victime de sa stratégie. Elle s’obstine dans des arrêts de travail à répétitions qui mobilisent de moins en moins de participants.

  • 42 T. Olszanski, op. cit., p. 242-248.

64Thomas Olszanski évoque en son livre Zycie Tuƚacze, trois grèves locales « glorieuses » qui se déroulent cette année-là, l’une au puits Agache de la compagnie d’Anzin, l’autre à Hussigny en Lorraine, la troisième à Champagnac-les-Mines42. Il ne dit mot, par contre, de la journée nationale du 24 avril, grave revers pour la C.G.T.U.

  • 43 A.N., F7 13796 : rapports des préfets, 24-25 avril 1927.
  • 44 6e congrès de la Fédération unitaire des travailleurs du sous-sol, Douai, 18-22 octobre 1927 : rapp (...)

65Le 24 avril 1927, un mot d’ordre de grève générale lancé par la Fédération unitaire des travailleurs du Sous-sol ne rencontre presque pas d’écho. Dans le Nord, sur 50 000 mineurs, 1 100 répondent à l’appel ; à Anzin, une manifestation ne réunit que 250 personnes. Dans le Pas-de-Calais, la journée est encore plus calme : à Bruay, il n’y a même pas de cortège, malgré la présence d’Olszanski qui harangue un auditoire de 300 mineurs, en majorité polonais. De même dans le centre de la France et les bassins du midi43. Il s’agissait de protester contre la diminution des salaires consentie au mois de mars par les syndicats confédérés et d’exiger la réduction de la journée de travail à sept heures afin de résoudre la crise minière internationale. Pour un motif purement économique, à la différence de ce qui se passait un à deux ans plus tôt, les Polonais se récusent. Cela s’explique : les Français ne débrayent pas, ou peu s’en faut, les compagnies commencent à licencier du personnel et une nouvelle vague d’expulsions désorganise les sous-sections polonaises du syndicat unitaire. En neuf mois, de janvier à octobre 1927, 34 militants polonais du Nord et du Pas-de-Calais repassent la frontière44. Parmi eux Jerzy Dugas, proche collaborateur d’Olszanski et Jan Baczkowski, l’adjoint de Dugas.

66Né en 1893 en Pologne, donc âgé de 34 ans, ouvrier mineur à Lallaing (Nord) Jerzy Dugas, communiste et syndiqué unitaire, prenait de plus en plus souvent la parole dans les réunions locales depuis quelques mois et en octobre 1926, il se rendit avec Olszanski au 5e congrès de la Fédération unitaire des travailleurs du Sous-sol à Alès. On pouvait voir en lui une étoile montante de l’organisation révolutionnaire. En décembre 1926, le préfet du Nord propose son expulsion au ministre de l’Intérieur mais demande d’en retarder l’exécution jusqu’à la fin de l’hiver pour différer la grève que la mesure risque de provoquer parmi les mineurs de la région de Douai : les compagnies ont encore des commandes urgentes à honorer, explique-t-il. L’arrêté signé le 21 mars 1927, Jerzy Dugas se cache et échappe aux recherches policières jusqu’au 10 novembre suivant où il sera reconnu à Lille et interpellé.

« En raison de la situation économique actuelle, je doute fort qu’ils (les ouvriers) réussissent à déclencher un mouvement d’une certaine ampleur »,

  • 45 A.D. Nord, M 154/202 B, 14 décembre 1926, 5 mars, mai-juin 1927 ; A.N., F7 13796, 23 avril 1927.

écrit le commissaire de police de Douai pour recommander l’expulsion. Effectivement, la solidarité se limite à une agitation verbale, à des protestations dans L’Humanité et à une grève de quarante-huit heures circonscrite à la fosse Bonnel à Lallaing où travaillait Jerzy Dugas. C’est peu pour un militant. Après la signature de l’arrêté d’expulsion de Jan Baczkowski le 18 juin 192745, les mineurs réagissent encore moins.

67La menace qui pèse sur l’emploi facilite la tâche des services de la Sûreté générale. Les travailleurs polonais sont plus prudents et les syndiqués français peu enthousiastes à l’idée de prendre leur défense. Des allusions émanant de l’organisation elle-même, glanées d’octobre 1926 :

  • 46 La Vie Ouvrière, 10 octobre 1926.

« Le courant xénophobe se développe rapidement, même chez les syndiqués unitaires »46

à octobre 1927 :

« Il est nécessaire... de voir dans tout ouvrier étranger son frère de misère » (44)

démontrent une fois encore l’écart entre les idéaux internationaux et le vécu quotidien.

***

68La crise économique de 1926-1927 marque infiniment plus la communauté polonaise en France que celle de 1920-1921. Certes, on avait alors freiné les entrées et la presse s’était répandue en protestations contre la concurrence étrangère sur le marché du travail. Mais dans les Régions dévastées où l’on employait surtout les Polonais, jamais la question du chômage ne s’était posée.

69La mobilité professionnelle des premiers immigrés aidant, ceux qui en 1926-1927 comptent déjà cinq à six ans de séjour en France sont rares et la proportion de ceux qui gardent le souvenir de cette première secousse, à peu près nulle. Ils traversèrent la crise de 1921 sans séquelles d’ordre psychologique. Au contraire, celle de 1926-1927, même lorsqu’elle ne les atteint pas directement, s’inscrit dans la mémoire de plus de 300 000 Polonais.

Les effets du changement politique en Pologne

  • 47 Né le 5 décembre 1867, décédé le 12 mai 1935.

70Un demi-siècle après sa mort, le maréchal Piƚsudski47 continue de diviser ses compatriotes et les historiens de tous pays. En mai 1926, a-t-il trahi le socialisme de sa jeunesse ? A-t-il ou non fait un coup d’État ? A-t-il établi une dictature à son profit ?

71Socialiste, il le fut vers vingt ans lorsque, mêlé à un attentat contre le tsar, il subit une condamnation à cinq années d’exil en Sibérie. Il l’était encore en 1900 quand on l’arrêta comme animateur du journal Rohotnik (L’Ouvrier), organe clandestin du parti socialiste polonais du Royaume du Congrès. Puis il prit ses distances, ce que les Polonais n’ont pas perçu. De 1918 à 1922, devenu chef de l’État, les socialistes le soutinrent et la droite le combattit en tant qu’homme de gauche. En fait, il était déjà inclassable. Depuis le 28 mai 1923 où il résilia ses fonctions de chef d’État-major et se retira près de Varsovie, Piƚsudski entretint autour de lui un réseau de partisans, souvent socialistes ou anciens socialistes.

  • 48 J. Pilsudski, Du révolutionnaire au chef d’État, 1893-1935. Paris, Société française d’Éditions lit (...)

72Deux éléments priment qui peuvent expliquer son passage à l’acte : en premier lieu, son attachement à l’indépendance et à la grandeur de la Pologne pour lesquelles il a lutté pendant la guerre mondiale, puis en 1920 contre l’Armée rouge, et que le régime en place ne défend pas suffisamment, à son avis ; plus particulièrements et se greffant sur ce sentiment général, l’horreur que lui laisse le souvenir de l’assassinat du président de la République Gabriel Narutowicz le 16 décembre 1922, preuve du mépris dans lequel est tenue la plus haute fonction de l’État48. Le 12 mai 1926, il avance sur Varsovie à la tête de ses partisans en armes et en deux jours de combats, se rend maître du terrain. Bilan : 400 morts et 1 000 blessés. Witos, chef du gouvernement et Wojciechowski, président de la République, démissionnent. Pourtant de nombreux habitants de la capitale accueillent Piƚsudski en libérateur. Les syndicats de traminots ont lancé une grève dans la ville pendant les heures de combats et les cheminots ont empêché, par un arrêt de travail, le transport des troupes que Wojciechowski voulait faire venir de Poznanie pour renforcer sa défense. Le P.P.S. et les organisations professionnelles pensent que le Maréchal est toujours des leurs. Le parti communiste lui-même, de façon conjoncturelle, lui accorde son soutien afin de balayer la droite. Tous imaginent qu’il dissoudra la Diète et que les élections législatives suivantes constitueront un triomphe pour eux. Malentendu total. Piƚsudski, très hostile aux partis politiques et au système parlementaire, veut surtout renforcer le pouvoir exécutif. Il laisse la Diète, discréditée, achever son temps légal. Leurs illusions perdues, les milieux de gauche dénonceront le « Coup d’État ». Pourtant à l’heure actuelle, les historiens polonais, marxistes ou non, pour désigner le changement de pouvoir qui se produisit en 1926, n’emploient guère l’expression « Zamach Stanu » (« Coup d’État »). Ils lui préfèrent « Przewrót majowy » (mot à mot : « Le renversement de mai », ou mieux « Le tournant de mai »).

73La nature du régime mis en place est encore plus difficile à définir que l’acte qui lui donna naissance. Piƚsudski refuse le titre de président de la République et se contente du portefeuille de ministre de la Guerre dans un cabinet dirigé par Kazimierz Bartel. Apparence plus que réalité ! Le nouveau président, Ignacy Mościcki et tous les ministres appartiennent à l’entourage de Piƚsudski qui exerce sur eux une influence hors de proportion avec ses fonctions officielles. C’est lui qui domine le premier ministre et non l’inverse. Et le mot d’ordre d’« assainissement moral », érigé en règle de gouvernement, correspond à ses préoccupations essentielles.

74Régime autoritaire ou dictature qui n’avoue pas son nom, le nouveau pouvoir indispose les milieux politiques français attachés au parlementarisme et inquiets des idées de Piƚsudski sur le plan européen. Jusqu’ici, la Pologne s’appuyait sur la S.D.N. et marchait dans le sillage de la France. L’alliance défensive franco-polonaise conclue en février 1921 continue de fonctionner, mais le Maréchal ne nourrit pas des sentiments très francophiles.

75Pour les ouvriers polonais en France, les changements sont imperceptibles au cours des premiers mois. Prolongeons l’observation jusqu’en 1928 pour mieux les saisir.

Varsovie et les activités culturelles en émigration

76Auprès de l’ambassadeur Alfred Chƚapowski qui reste en poste, prend place en décembre 1926 un nouveau conseiller d’émigration, Adam Lisiewicz, lequel déclare :

  • 49 Narodowiec, 26 janvier 1927.

« Le gouvernement polonais a pris l’engagement de soutenir moralement et matériellement l’émigration polonaise. Celle-ci, de son côté, doit être loyale vis-à-vis du gouvernement polonais. »49

  • 50 A.A.N., M.S.Z. 10217, 25 mars 1927.

Un document confidentiel émanant du M.S.Z., adressé à tous les consuls le 25 mars 1927, les prie de resserrer les liens avec leurs compatriotes en veillant surtout aux « actions culturelles, la presse et la religion »50.

77A l’égard des journaux, il existe plusieurs attitudes possibles : en créer un entièrement dévoué au gouvernement, racheter un titre déjà existant, ou accorder des subsides à plusieurs feuilles contre la promesse d’y voir publier des articles fournis par l’ambassade. Après bien des hésitations et devant l’impossibilité de faire mieux, Adam Lisiewicz se ralliera à la troisième solution.

  • 51 Voir Chapitre VI, p. 170.
  • 52 A.N., F7 13470 : enquête des services de la préfecture de police, avril 1927.

78Varsovie avait subventionné Życie Polskie de 1923 à 192551 sans parvenir à le sauver de la faillite. A cette époque, Wacƚaw Budzyński aurait bien aimé obtenir l’aide des autorités, car son hebdomadaire Polonia était également en difficulté ; mais ses propositions s’étaient heurtées à un refus. Affairiste, Budzyński fonda en 1924 une agence fictive d’émigration vers les États-Unis ; les personnes intéressées devaient souscrire un abonnement à Polonia et verser de l’argent. Confondu, il dut tout rembourser et quand son journal cessa de paraître en juin 1926, les caisses étaient vides et l’homme criblé de dettes52. Le « tournant de mai » change du tout au tout la situation de Budzyński, ancien membre des Légions de Piƚsudski. Il touche de l’argent du gouvernement Bartel et reprend ses activités en décembre 1926 avec un autre titre, Polonia Nova, aussitôt subventionné. A la « une » du premier numéro, s’étale un portrait du Maréchal.

  • 53 A. Paczkowski, op. cit., p. 85-87.

79Parallèlement, une tentative de création de toutes pièces d’un hebdomadaire sous les auspices des autorités, Echo Polskie (L’Écho polonais) se solde par un échec. Le consulat général de Pologne à Paris lui remet 2 500 F par mois et malgré cela, il ne dure qu’un an. En mars 1928, Lisiewicz revient donc à la charge en direction de Polonia Nova qu’il considère comme « le plus proche de la ligne de l’actuel gouvernement ». L’hebdomadaire porte en sous-titre : « Organe de la démocratie polonaise en France et de l’Union des sociétés Józef Piƚsudski ». Il tire en principe à 4 200 exemplaires, la plupart expédiés dans le Nord et l’Est. Très anticommuniste, le périodique est relativement bien vu de l’administration française qui semble vouloir oublier l’escroquerie de 1924. Les milieux polonais, eux, s’en souviennent. La mévente s’installe, les tirages diminuent. Pour Varsovie, c’est le moment d’intervenir. Décision est prise en haut lieu de concentrer tout l’effort financier sur Polonia Nova et d’essayer de le racheter. Si les tractations s’éternisent et finalement n’aboutissent pas, c’est que Budzyński, grisé, fait monter les enchères53.

  • 54 A.N., F7 13470, 18 septembre 1928 ; A. Paczkowski, op. cit., p. 88, 127-129.

80Lisiewicz se replie par conséquent sur les positions antérieures et distribue des crédits à plusieurs journaux. Il s’intéresse en particulier à une nouvelle publication, Kurjer Polski, fondée par Aleksander Then qui fut successivement rédacteur au Wiarus Polski et au Narodowiec. A la différence des autres feuilles subventionnées, celle-ci est provinciale, imprimée d’abord à Lille sur les presses de L’Écho du Nord, ensuite à Thionville, donc toujours au cœur de l’émigration ouvrière. Lancé en décembre 1927, Kurjer Polski tire à 3 000 exemplaires et a besoin d’une aide financière. Lisiewicz la lui offre. Paraissent alors dans Kurier Polski des articles inspirés par l’ambassade et par les consulats. Les crédits accordés permettent de le transformer en quotidien le 1er mai 1928. Et c’est à l’instigation du consul de Strasbourg que Then gagne Thionville en septembre suivant, afin de créer dans l’est de la France un journal polonais qui serve de contrepoids aux grands titres de Lille et de Lens54. L’échec est total et Kurjer Polski disparaît en décembre 1928. Malgré l’aide gouvernementale, il aura juste vécu un an.

81Les sommes dépensées par Varsovie ne changent pas foncièrement les habitudes de lecture des travailleurs immigrés.

82A partir de 1930, le gouvernement interviendra directement dans les activités et le développement de trois groupes d’associations : les Cercles Piƚsudski, les Sociétés de Tir et celles d’Anciens Combattants. Pour le moment, il se contente d’encourager et d’aider financièrement les sections qui existent.

  • 55 Cela ressort de la lecture de Polonia Nova, leur organe de presse.

83La première Société Pitsudski est née en décembre 1924 à Firminy/Saint-Étienne. C’était une structure limitée au bassin de la Loire, qui regroupait des Polonais ayant servi pendant la guerre, les armes à la main, aux côtés de Piƚsudski. Après « mai » le cadre éclate, les conditions d’adhésion s’assouplissent à dessein et l’Union ouvre des sections dans la région parisienne, le Nord et l’Est. En 1927, on en compte une trentaine avec, officiellement, 10 000 membres. A partir de buts très généraux (« Développer l’instruction, défendre les sentiments nationaux... »), les cercles ont plus d’ambitions. Ils veulent organiser des cours de gymnastique pour les jeunes, secourir les chômeurs et les malades, faciliter les relations des travailleurs polonais avec les autorités françaises55 : juxtaposition des activités du Sokol, de l’Opieka Polska et du Z.R.P.F. que les sociétés Piƚsudski cherchent à doubler. Les buts sont identiques, l’esprit diffère.

  • 56 A.D. Pas-de-Calais, 1 Z 501 ; janvier 1924 ; A.D. Moselle, 304 M 86.

84A Nœux-les-Mines en 1924 fonctionnait une organisation de Tir, à Merlebach en 1925 une Union d’anciens Combattants de l’armée polonaise56. De 1926 à 1928, il s’en crée quelques autres, de façon non systématique, disséminées et encore peu coordonnées.

85Le premier bénéficiaire de la réorientation n’est pas, comme on pourrait le croire, le gouvernement de Varsovie, mais la Mission catholique polonaise en France. En 1926, l’Église de Pologne change elle aussi de chef. Pour succéder à Mgr Edmund Dalbor, le Vatican choisit August Hlond de préférence à Ƚukomski directement lié au parti national-démocrate. Depuis 1919, par le biais de Roman Dmowski, l’Église et l’État avaient partie liée. Avec Mgr Hlond, le clergé retrouve son indépendance ce qui, au moment où la Nationale-Démocratie va passer dans l’opposition, devrait théoriquement lui éviter les critiques des dirigeants.

86En 1927, le recteur Szymbor, fort des recommandations du nouveau Primat, reprend un projet vieux de trois ans : créer une structure unique qui regroupe toutes les associations sous son autorité. Il est près de réussir. Dans le Comité central polonais (Centralny Komitet Polski – C.K.P.) auquel il donne naissance, entrent notamment l’Union des associations catholiques, l’Union des associations chorales et le Sokol.

87Seul absent notoire : le Z.R.P.F. Après l’échec de la tentative de rapprochement avec la C.G.T., sa direction préfère solliciter l’appui des milieux pilsudskistes. En janvier 1927, Varsovie a d’ailleurs accueilli favorablement le projet d’alliance avec la Centrale syndicale française :

  • 57 Sita, 6 février 1927.

« Le conseiller d’émigration Lisiewicz déclare que les cercles gouvernementaux acceptent avec bienveillance la déclaration de la direction du Z.R.P.F., trouvant son initiative heureuse, conforme à la ligne de la politique d’émigration des autorités polonaises »57

A cette date, la politique d’émigration de l’équipe au pouvoir n’est pas encore fixée définitivement.

88Au fur et à mesure qu’elle se précise, le Wiarus Polski prend ses distances. Jan Brejski, du parti national ouvrier, fut d’abord chaud partisan de Piƚsudski et publia de 1925 à 1926 plusieurs articles élogieux, même au delà du 14 mai. Il reste bienveillant à l’égard du régime jusqu’en 1927, bien que ses relations avec les consulats s’enveniment. Au cours de l’année 1928, des articles de plus en plus critiques entraînent la rupture.

89On voit donc s’esquisser de nouveaux clivages : d’un côté, le Wiarus qui défend le Comité central polonais (C.K.P.) et la Mission catholique ; en face, Polonia Nova, Kurjer Polski, Gazeta Polska w Paryzu, Ognisko, Glos Wychodźcy, les cercles Piƚsudski et le Z.R.P.F., ainsi isolé des autres associations traditionnelles. La presse polonaise progouvernementale lance une violente campagne contre Wiarus Polski et Varsovie recommande aux consuls de ne plus lui fournir ni communiqués, ni nouvelles d’aucune sorte. Jan Brejski s’abreuve désormais à d’autres sources ; le nombre d’éditoriaux consacrés à la vie en Pologne diminue tandis qu’augmente la part de ceux qui traitent des problèmes propres à l’émigration polonaise en France.

  • 58 A. Paczkowski, op. cit., p. 195 ; ld., « La presse des émigrés... », art. cit., p. 158.

90Quant au Narodowiec, sans participer directement à la polémique, il prête un appui discret à l’ambassade et recueille une partie de la clientèle du Wiarus, désorientée par les divergences58.

91En un peu plus de deux ans, les autorités par leurs interventions, au lieu de rassembler la « Polonia » autour d’un projet unique, l’ont divisée davantage.

Varsovie et les conditions d’émigration

92Dans l’impossibilité de mettre fin à l’hémorragie de main-d’œuvre, la nouvelle équipe au pouvoir affirme sa volonté de mieux protéger ses concitoyens contraints de s’expatrier.

93L’année 1927 apporte une innovation d’ordre légal avec un décret-loi du président de la République en date du 11 octobre, qui précise le statut de l’émigré polonais et fixe les catégories autorisées à se rendre à l’étranger pour y exercer une profession. Au moment où la France entr’ouvre de nouveau ses frontières après la crise économique, la Pologne veut empêcher une reprise pure et simple du recrutement d’antan. Dans l’intérêt des plus jeunes, le décret-loi exclut de façon définitive les filles de moins de 21 ans et les garçons de moins de 18 ans s’ils ne sont accompagnés de leur famille ou s’ils ne vont la retrouver. En 1924, le gouvernement polonais avait déjà amorcé une manœuvre en ce sens, limitée à la main-d’œuvre féminine. Ici, le projet plus large risque, s’il est bien appliqué, de priver les agriculteurs français d’un certain nombre de domestiques de ferme. Car les jeunes gens de 16 à 18 ans sont très recherchés des employeurs qui sous-payent ainsi des garçons en pleine forme physique.

94Un arrêté du ministère polonais du Travail du 23 octobre 1927 étend les attributions de l’Office d’Émigration (Urzqd Emigracyjny), ceci de façon toute théorique puisque la S.G.I. conserve la haute main sur le choix des ouvriers.

95Les réunions de la commission consultative prévues par la convention du 3 septembre 1919 se succèdent désormais à un rythme plus rapide : trois fois en 1928, en mars, en octobre et en décembre. Les délégués ajoutent à leurs tâches celle de fixer « le nombre et la catégorie des travailleurs » pouvant dans les mois à venir « faire l’objet d’un recrutement collectif ». La clause, prévue par l’article 12 de la convention d’émigration de 1919 n’avait pas reçu jusqu’ici d’application pratique. Aux lendemains de la conférence de mars 1928, Lisiewicz note :

  • 59 A.A.N., K.M. 329, 13 avril 1928.

« Les questions abordées ont un caractère plutôt préparatoire et seront reprises par les conférences suivantes. Du côté polonais, il s’est agi d’introduire toutes les doléances dans l’ordre du jour et d’obtenir ne fut-ce qu’un brin de promesses du côté français, ce qui en effet est arrivé. Il faudra à la prochaine conférence présenter une documentation précise démontrant que dans le cadre de la convention il existe toutes sortes de lacunes, de résolutions non exécutées qui vont exiger un assainissement... »59

Assainissement (en polonais « Sanacja ») : le maître-mot des nouveaux dirigeants de la Pologne !

96Ce qui frappe, en 1928, c’est le souci prioritaire de protection des femmes employées dans l’agriculture.

97A la conférence de mars, la délégation française dirigée par Picquenard, directeur du Travail et Pouillot, chef du service de la M.O.E. du ministère du Travail, estime pour la période du 1er avril 1928 au 1er janvier 1929 ses besoins en ouvriers polonais à :

988 000 hommes et 1 000 femmes dans l’industrie,

9910 000 hommes et 5 000 femmes dans l’agriculture.

A celle de décembre, elle fixe ses demandes pour l’année 1929 à un maximum de :

10020 000 hommes et 1 000 femmes dans l’industrie,

1016 000 hommes et 3 000 femmes dans l’agriculture.

La délégation polonaise conduite par Lisiewicz et Gawroński, directeur de l’ Office d’Émigration, accepte à la condition que la proportion de deux hommes pour une femme soit respectée dans l’agriculture au cas où le plafond numérique ne serait pas atteint, afin que les cultivateurs ne recrutent pas massivement des paysannes auxquelles ils confieraient des travaux masculins. Elle précise que les femmes ne doivent plus être employées au pansage ni au harnachement des chevaux ; si exceptionnellement l’une d’entre elles en est chargée, elle recevra une rémunération égale à celle d’un homme effectuant la même besogne, ce qui suppose dans les contrats-types l’introduction d’une nouvelle catégorie féminine aux salaires plus élevés. Enfin, on convient de lutter contre l’isolement dont elles sont les victimes ; en mars, l’administration française promet de « favoriser » le placement des ouvrières agricoles par groupes de deux sur une même exploitation ; à la conférence d’octobre, la délégation polonaise marque encore deux points : le cultivateur qui n’emploie pas déjà une Polonaise ne pourra en recevoir qu’une âgée de plus de 30 ans ; pour celles de 21 à 29 ans, il devra prouver à l’aide d’une attestation visée par le maire qu’une de leurs compatriotes réside dans la localité ou bien qu’un prêtre, une institutrice française s’engagent à veiller sur elles. Il est question de Comités spéciaux de patronage destinés à encadrer les Polonaises travaillant dans le secteur agricole. Aucun n’existe encore. L’administration française promet d’en favoriser la création : première pierre d’un édifice si long à construire que l’on en discutera encore à la veille de la guerre.

  • 60 A.A.N., K.M. 329 : texte intégral des protocoles de mars, octobre et décembre 1928.

102En outre, au cours des trois conférences franco-polonaises de 1928, la S.G.I. accepte de faire endosser par les employeurs industriels 60 % des frais de voyage des familles rejoignantes, lorsque le travailleur est arrivé en France postérieurement au 1er avril 1928 : mesure doublement limitative qui lèse l’homme recruté avant cette date et tous les ouvriers agricoles, mais qui va aider les regroupements familiaux dans les cités minières60.

La S.G.I. réactive les projets de colonisation agraire

103Un extrait du rapport présenté par Jean Duhamel à l’Assemblée générale de la S.G.I. le 31 mai 1927 résume les innovations de l’année en cours :

« Issue d’une alliance intime avec d’importantes personnalités polonaises, la Société d’Expansion agricole et coloniale (Agricolon) se propose de substituer à la forme fugitive d’emploi qu’est le salariat, l’accession progressive de l’étranger à la petite propriété rurale et de concourir ainsi à restaurer la population paysanne.
L’insuffisance des races européennes dans certaines de nos colonies, les dangers qui peuvent naître de la prédominance dans telles autres d’un seul élément étranger ne vous ont pas non plus échappé. Vous tentez actuellement d’ouvrir à l’émigration polonaise nos terres d’Afrique du Nord.
…………………………………………………………………………
Abordant la tâche infiniment complexe que représente l’institution en France et peut-être en Tunisie de centres de colonisation, en étroite liaison avec votre filiale l’Agricolon, nous avons besoin d’un fonds de roulement élargi. Aussi votre conseil d’administration envisage-t-il... de procéder à une augmentation de capital... » (61)

  • 61 C.C.H.F., carton n° 109.

104La Société générale d’Immigration est prospère. La manière dont elle traverse la crise économique de 1926-1927 le prouve. Elle diversifie de plus en plus ses activités. Parallèlement à l’introduction de travailleurs sous contrat en provenance d’Europe centrale, la S.G.I. met au point en 1927 un courant d’émigration polonaise vers l’Etat de Sao-Paulo au Brésil, dont elle escompte de substantiels bénéfices. L’espoir, justifié, d’une fin prochaine du marasme industriel et d’une reprise vigoureuse de l’immigration collective en France, les projets de colonisation agraire dans le sud-ouest et en Afrique du Nord, tout concourt à l’optimisme au sein de la S.G.I. et explique l’adoption par l’Assemblée générale du 31 mai 1927 du projet d’augmentation du capital social, porté de 3,6 millions à 10 millions de francs. Le C.C.H.F. reste l’actionnaire principal61.

  • 62 A.A.N., K.M. 322 : lettre manuscrite de J. Duhamel à un haut responsable de la S.G.I. (probablement (...)

105La S.G.I. accueille favorablement le « tournant de mai ». Loin de s’inquiéter de ses tendances autoritaires, elle voit dans la stabilité du nouveau pouvoir une garantie pour les investissements (elle possède des intérêts dans le port de Gdynia et dans l’exploitation de forêts en Pologne orientale). Persuadée que le redressement économique sera lent et que le pays disposera pendant longtemps d’excédents de population active, elle envisage d’acheter le terrain et les bâtiments du camp de Mysƚowice dont le bail expire en 1933. D’autre part, connaissant l’importance que le gouvernement polonais attache aux essais de stabilisation de la main-d’œuvre émigrée, elle lui demande une garantie et des subventions pour son entreprise de colonisation agraire. En 1927, le principe d’une aide financière est acquis et l’on en négocie le volume62.

106La colonisation agraire (en polonais « Osadnictwo ») englobe tout procédé d’installation d’étrangers en tant que propriétaires, fermiers, métayers ou maîtres-valets. Elle se distingue du recrutement d’ouvriers agricoles sous contrat par la longueur présumée du séjour et par le caractère familial immédiat de l’opération.

107Jean Duhamel part de quatre postulats : le plus souvent, les Polonais ne disposent d’aucun capital ; il serait hasardeux de leur confier directement des terres car ils ignorent les procédés de culture méridionales et en particulier n’ont jamais travaillé la vigne ; il faut vaincre la défiance des propriétaires à leur égard ; mieux vaut remplacer le plus possible d’Italiens par des Polonais, tant dans le sud-ouest qu’en Tunisie, pour faire échec aux prétentions mussoliniennes.

108D’où l’idée de créer des domaines d’apprentissage appelés Centres de Rayonnement. Chaque centre se composera d’un terrain de 200 à 300 hectares, acheté ou loué à bail assez long par la S.G.I. ou par l’Agricolon et qui exercera son influence sur 30 à 40 km à la ronde. Des familles d’agriculteurs polonais engagées spécialement s’y entraîneront sous la responsabilité d’un intendant français, assisté d’interprètes. Les employeurs des alentours viendront les voir à l’œuvre et choisiront la famille leur convenant le mieux, une fois celle-ci rodée aux pratiques culturales de la région. L’idéal serait d’ouvrir une dizaine de Centres de Rayonnement, couvrant toute la Gascogne.

109Pendant ce temps, on aiderait les ménages sans ressources à se constituer un capital en mobilisant leur épargne, afin de leur permettre de passer du stade de maîtres-valets à celui de métayers, puis éventuellement de propriétaires. C’est ici qu’intervient Varsovie :

  • 63 C.C.H.F., carton n° 109 : projet de Jean Duhamel concernant la colonisation agraire, 15 avril 1927, (...)

« L’Agricolon servira d’agent collecteur des économies. Mais la gestion de la capitalisation serait faite par le gouvernement polonais, tant pour retirer à l’Agricolon et à notre groupe (la S.G.I.) une responsabilité morale que pour faire profiter l’épargnant de la garantie de son gouvernement, du taux d’intérêt élevé en Pologne et pour donner à la Pologne, en compensation de la garantie qu’elle accorde, l’avantage du retour en Pologne des capitaux épargnés.
…………………………………………………………………………
Le gouvernement polonais (trouvera) là le moyen de porter secours à ses nationaux dans la question de la protection de l’épargne polonaise en France, question devenue très difficile depuis la faillite des banques de dépôts polonaises en France. »63

En échange, les banques polonaises dirigeraient les sommes épargnées vers les terres de colonisation au moment où les familles désireraient en effectuer l’achat. Des Caisses françaises de crédit agricole consentiraient des prêts complémentaires, concours financier indispensable pour que la Pologne ne puisse se prévaloir d’un droit quelconque sur ces terrains. A la fin de l’opération, la S.G.I. et l’Agricolon pourraient lotir les Centres de Rayonnement entre plusieurs familles de colons désireuses de s’y installer définitivement, soit en revendant le domaine si on l’a acheté, soit en servant d’intermédiaire entre le propriétaire et les acheteurs polonais si l’on s’est contenté de le louer.

  • 64 Voir Chapitre III, p. 70.

110Tout repose sur la garantie donnée par le gouvernement de Varsovie. Le principe de cette garantie est acquis à la suite d’un vote du Conseil national de l’Émigration 64, intervenu fin février 1927 pour ce qui a trait aux frais d’introduction des premières familles. Mais le ministère du Travail et de la Protection sociale (M.P.O.S.) attend de voir les Centres de Rayonnement à l’œuvre pour s’engager davantage.

111L’opération va buter sur le problème financier. L’importance du fond de roulement nécessaire à l’exploitation et aux améliorations à apporter sur chaque domaine de plus de 200 hectares évalué à 500 000 F au minimum, il faut 5 à 7 millions de francs pour en ouvrir une dizaine, comme prévu. Les moyens de la S.G.I. et de l’Agricolon n’y suffisent pas. Et les compagnies minières du nord de la France, les grands propriétaires fonciers polonais sollicités d’y investir des capitaux font la sourde oreille. De dix, l’ambition descend à un seul. L’unique Centre de Rayonnement créé se situe à Villemur près de Toulouse sur le domaine dit de « La Forêt » pris en métayage. C’est un terrain de 400 hectares environ, avec des habitations pour une dizaine de familles ouvrières. Agricolon fait venir de Pologne un régisseur polonais muni d’un diplôme agronomique et sept familles de Galicie qui commencent à y travailler, encadrées à la fois par un spécialiste français et un de leur pays.

  • 65 S. Wloszczewski, « Notre visite à Villemur ». Bull, de l’Émigration polonaise en France, 8 avril 19 (...)

« Il existe près de Toulouse un curieux laboratoire... un centre d’acclimatation. On sélectionne des familles polonaises pour la culture du sol français. Quatre cents hectares de bonne terre... Étables cimentées pour deux cents bêtes. Et toutes les sortes de cultures : vigne, blé, maïs, pommes de terre, betterave... Villemur est une école... En un an, les maîtres-valets sont bons à placer comme métayers. Place à d’autres. »65

« Laboratoire », « école », « centre d’acclimatation » : termes optimistes, version suggérée par les organisateurs. Le résultat aura moins de panache. L’Agricolon ayant engagé des frais va être déclaré en faillite en 1929 et l’expérience abandonnée.

  • 66 En 1928, la S.G.I. est également obligée de consentir au gouvernement polonais un versement de 12 F (...)

112Un échec de la S.G.I. est rarissime. A-t-elle vu trop grand ? Ce n’est pas certain. Ses autres entreprises ont une ampleur comparable. Mais ici elle a commis deux erreurs, la première de compter sur des placements de fonds privés dans un projet sans rentabilité immédiate, l’autre de croire le gouvernement polonais bien naïf. Si Varsovie tient à l’implantation de colons sur des terres étrangères, ce ne saurait être à n’importe quel prix. Stanisiaw Gawroński, le directeur de l’Office d’Émigration, accuse depuis le début la S.G.I. de chercher à obtenir le plus de bénéfices possible des opérations avec la Pologne. Celle-ci tire son épingle du jeu avec habileté66.

113Parallèlement, l’O.C.M.O.A. entreprend de placer dans le sud-ouest des familles polonaises déjà en France. La crise industrielle favorise ses plans. Menacés de perdre leur emploi, des mineurs d’origine rurale pourraient être intéressés par un retour à la terre immédiat.

114Les représentants de l’O.C.M.O.A. visitent les corons et dressent des listes de candidats. Même lorsqu’ils désirent devenir métayers, les Polonais préfèrent presque toujours commencer comme maîtres-valets, tant par manque d’argent que pour voir s’ils s’adapteront. Les employeurs choisissent sur les listes et se déterminent en fonction du nombre des enfants en âge de travailler. Plus le noyau familial est dense, plus il a de chances d’être accepté. Les personnes retenues signent un contrat, emballent leurs meubles, leur linge, leurs ustensiles de cuisine comme les « Westphaliens » naguère et, par le train, se rendent du Pas-de-Calais, du Nord, de Lorraine ou du bassin de la Loire vers l’adresse indiquée. L’O.C.M.O.A. avance les frais de transport aux maîtres-valets qui en font la demande, quitte à récupérer la somme par mensualités prélevées sur les traitements. Elle rémunère un interprète polonais qui ménage les premiers contacts et se rend ensuite sur place pour aplanir les difficultés éventuelles. Ces immigrés qui ont vécu, même un temps très court, en milieu urbain sont plus exigeants sur les conditions de logement et moins faciles à berner en cas de distorsion entre les termes du contrat et la réalité des salaires, versés comme toujours dans la région, partie en espèces partie en nature.

  • 67 A.A.N., K.M. 322 : rapports d’inspections, 1927-1928.

115L’expérience reste des plus limitées. En 1927, l’O.C.M.O.A. ne place que huit familles de métayers et une trentaine de maîtres-valets, en 1928 moins de deux cents familles au total. Les mineurs polonais venus des campagnes, nombreux à souhaiter reprendre leur ancienne activité, préfèrent attendre de pouvoir le faire chez eux. Investir de l’argent en France risque de retarder leur projet final. Quelques-uns parmi ceux qui tentent l’aventure, regagnent d’ailleurs les Houillères sitôt finie la crise économique67.

116C’est donc en Pologne même que les exploitants du sud-ouest ont le plus de chances de trouver des candidats. Mais pour le recrutement à l’étranger, l’O.C.M.O.A. ne peut pas agir seul. Il est obligé de s’adresser à la S.G.I.

117Quant aux projets tunisiens de la S.G.I., ils sont à réinsérer dans le contexte beaucoup plus général du peuplement européen du Maghreb.

118En Algérie, à la deuxième génération, la plupart des Européens adoptent la nationalité française. En Tunisie, le gouvernement rencontre plus de réticences : la politique qui réussit avec les Maltais échoue avec les Italiens. Au début du siècle, on comptait un Français pour trois Italiens ; en 1911, un pour deux. L’écart se resserre peu à peu mais en 1926, les Français n’ont pas encore réussi à prendre la tête. Sur 173 380 Européens recensés cette année-là, il se trouve :

  • 68 « Le recensement des Européens en Tunisie ». L’Afrique française, 1926, p. 499-500.
89 315 Italiens soit 51,5 %
71 020 Français – 41,0 %
8 395 Maltais – 4,8 %
4 650 Grecs, Espagnols, etc. – 2,7 %68

119Pour contrebalancer l’influence italienne, on cherche à introduire des citoyens d’autres pays, considérés comme francisables. La S.G.I. intervient pour recommander les Polonais. En avril 1926, une mission composée de quatre députés de la Diète visite la Tunisie, guidée par deux hauts responsables de la S.G.I. et de l’O.C.M.O.A., Édouard de Warren et Henry Bonnet. L’un des quatre, le socialiste Jan Kwapiński, devenu président du Syndicat national des travailleurs agricoles, s’intéresse davantage aux possibilités d’implantation en milieu rural qu’au recrutement de salariés dans les mines de phosphates, et de Warren lui donne des assurances à ce sujet. En décembre 1927, le consul polonais de Marseille relance l’opération qui préoccupe Varsovie. Il est pessimiste :

« Peut-on espérer faire de la colonisation agraire en Tunisie ? »,

  • 69 « Une mission polonaise à Tunis ». L’Afrique française, 1926, p. 187 ; A.A.N., K.M. 334, 17 décembr (...)

écrit-il à Zaleski, ministre des Affaires étrangères. En effet, en dix-huit mois, moins de dix familles sont arrivées du nord de la France, tandis qu’une clause interdit de les rechercher directement en Pologne. L’immigration à grande échelle est compromise. En 1928, on estimera à une centaine le nombre total de Polonais en Tunisie69.

120Choix doublement étrange que celui d’avoir voulu peupler un pays d’Afrique du Nord de Slaves ! Le climat ne leur convient guère – encore que certains se sont bien adaptés au Brésil –. Mais surtout, la tendance des Polonais à conserver leur nationalité n’aurait pas permis de modifier le rapport numérique entre Français et Italiens.

***

121L’attitude polonaise face à la loi sur les naturalisations du 10 août 1927 s’inscrit dans cette logique.

122La nouvelle loi réduit de dix à trois ans la durée de résidence à l’issue de laquelle un immigré peut faire une demande de naturalisation, et ceci dès l’âge de 18 ans au lieu de 21 antérieurement (article 6). Sont automatiquement et irrévocablement français les enfants nés en France d’une mère française, d’une mère ou d’un père étrangers qui y ont eux-mêmes vu le jour (article 1). La femme qui épouse un étranger a le droit de conserver sa nationalité d’origine, tandis que l’immigrée épousant un Français a toujours la possibilité de devenir française le jour de ses noces (article 8). Ainsi les enfants de mariages mixtes seront-ils français dans la plupart des cas. Enfin, les parents ont le droit de procéder à une « déclaration acquisitive » pour leurs descendants mineurs nés en France (article 3). La participation au conseil de révision en vue du service militaire tient lieu de déclaration acquisitive pour les garçons. Par contre, afin d’apaiser les milieux de droite qui redoutent l’infiltration d’agents de la IIIe Internationale, la loi permet pendant dix ans après une naturalisation de revenir sur la décision (article 10).

123Au lieu de 11 000 décrets de changement de nationalité enregistrés en 1926, on en compte 30 000 en 1927 et près de 25 000 en 1928. En ajoutant les épouses et les enfants naturalisés d’office avec le chef de famille, les réintégrations de femmes françaises mariées à des étrangers avant le vote de la loi et les déclarations acquisitives pour enfants mineurs, le total atteint 86 000 en 1927, 71 000 en 1928 (70).

  • 70 Statistique générale de la France, Annuaire statistique, 1946, p. 67 : résumé rétrospectif ; Id., L (...)

124A ce rush, les Polonais ne participent guère. La date de 1927 est trop précoce pour que des bébés viennent au monde en France d’une mère ou d’un père polonais eux-mêmes nés dans le pays. Il faudra attendre au minimum les années 1936-1937 pour que la clause porte effet sur la grande vague migratoire de l’après-guerre. La rareté des mariages mixtes franco-polonais réduit presqu’à néant la disposition de l’article 1er concernant les enfants de mère française. Mais la véritable raison est ailleurs : les Polonais ne font guère usage des facilités accordées. Les naturalisations ne concernent que 592 Polonais en 1927, 893 en 1928, 804 en 1929 et 1 042 en 1930. Au cours de ces quatre années, les Italiens entrent pour près de la moitié dans le nombre d’étrangers naturalisés, les Espagnols pour 11 % et les Polonais seulement pour 5 %, ce qui est loin de correspondre à leur part dans la population immigrée70. La proportion serait encore plus faible sans les Juifs. Ceux-ci, peu attachés à la citoyenneté polonaise, profitent au contraire de la loi du 10 août 1927 pour changer de passeport. Les seuls secteurs où les naturalisés polonais pèsent d’un poids un peu plus lourd sont précisément ceux où ils résident : Paris et sa proche banlieue, Mulhouse, Strasbourg.

125Peu de mois après que les Polonais aient pu craindre devoir quitter la France par manque d’emploi, la loi leur apparaît presque comme une incongruité. Au moment où le gouvernement de Varsovie rappelle leurs devoirs à ses concitoyens dispersés de par le monde, elle semble venir à contre-courant.

126Pourtant, adopter la nationalité française constitue une garantie contre un nouveau coup du sort, une assurance en cas de crise économique plus grave. Les Italiens et les Espagnols le comprennent mieux que les Polonais, lesquels de 1932 à 1936 seront beaucoup plus vulnérables.

Notes

1 A.N., F7 13521 et 13523, décembre 1926 et 20 janvier 1927.

2 Décret du 28 décembre 1926, entré en vigueur le 1er janvier 1927.

3 29 décembre 1926.

4 28 mars 1927.

5 2 avril 1927.

6 A.N., F7 13523, 9 avril 1927.

7 C.C.H.F., carton n° 9, 31 mars et 2 juin 1927.

8 C.C.H.F., carton n° 1 : A.G. du 23 mars 1928.

9 Rocznik Statystyczny (Annuaire statistique de la République de Pologne), tome VI, 1928.

10 A.N., F7 13521, 12 mars et 20 novembre 1926.

11 J. Racamond, « La main-d’œuvre étrangère ne servira pas au plan patronal », L’Humanité, 26 décembre 1926.

12 S. Malesa, « Les sans-travail », Wiarus Polski, 26 novembre 1926 ; A. Then, « L’émigration polonaise en France doit être ralentie », Narodowiec, 8 décembre 1926.

13 A.A.N., K.M. 322 : circulaire n° 44 de l’O.C.M.O.A. à ses adhérents, 21 janvier 1927.

14 Article5 de la convention franco-polonaise du 14 octobre 1920 ; articles 8 et 11 du traité de travail signé avec l’Italie ; article 7 du traité avec la Belgique du 24 décembre 1924 ; moins explicitement, l’article 3 de la convention franco-tchécoslovaque.

15 L’Ère Nouvelle, 16 décembre 1926 ; La Victoire, 5 février 1927.

16 A.N., F7 13521 : circulaire adressée aux préfets, 20 novembre 1926.

17 Supplément du Bull. quotidien du ministère du Travail, 20 janvier 1927.

18 A.N., F7 13521 : circulaire confidentielle, 25 novembre 1926.

19 A.N., F7 13521, décembre 1926.

20 28 janvier 1927.

21 S. Wloszczewski, « Le chômage en France et les travailleurs polonais ». Bull, de l’Émigration polonaise en France, 13 février 1927.

22 A.N., F7 13521 : correspondance des préfets, décembre 1926-janvier 1927.

23 A.N., F7 13523 : divers rapports de préfets, notamment celui du préfet du Pas-de-Calais, 8 septembre 1927.

24 C. Jaroszowski, « Le calvaire du chômeur polonais ». Bull, de l’Émigration polonaise en France, 27 février 1927.

25 A.D. Nord, M 208/135, 13 décembre 1927.

26 A.N., F7 13518 : statistiques officielles des expulsions d’étrangers, classées par nationalité. Parmi les causes qui les expliquent, les vols augmentent en nombre pendant la crise économique. Des chômeurs sans ressources dérobent des objets usuels et purgent une peine de deux à quatre mois de prison ; à la sortie, le préfet de leur département propose leur expulsion, parfois acceptée par le ministère de l’Intérieur.

27 A.N., F7 13522 : circulaire du ministre de l’Intérieur, 8 janvier 1927.

28 Id. : note émanant du ministre du Travail adressée au ministre de l’Intérieur, 17 janvier 1927.

29 A.N., F7 13523, mars 1927.

30 A.D. Pas-de-Calais, M 6677 : statistiques semestrielles des étrangers.

31 Chiffres communiqués par le Service statistique des Houillères du Nord et du Pas-de-Calais ; cités par A. Girard et J. Stoetzel, Cahier n° 19, I.N.E.D., op. cit., p. 446.

32 O. Hardy-Hemery, « Rationalisation technique et rationalisation du travail à la compagnie des mines d’Anzin (1927-1938) ». Le Mouvement social, 1970, n° 72, p. 3-48.

33 A.D. M.-et-M., 4 M 149 et 4 M 150 : statistiques semestrielles des étrangers.

34 A. Sömme, La Lorraine métallurgique. Paris, Berger-Levrault, 1930, 252 p. (ici, p. 147-149). G. Noiriel, op. cit.

35 C.C.H.F., carton n° 48 : lettre de J. Duhamel, 15 juin 1927.

36 A.A.N., K.. M. 313 : rapport du consul de Marseille sur les colonies polonaises du Gard, 1er mai 1927.

37 Déclaration publiée les jours suivants dans la presse polonaise en France. Stefan Rejer est alors président et Piotr Kalinowski, secrétaire général de l’organisation.

38 M. Launay, La C.F.T.C., origines et développement (1919-1940). Paris, Publ. Sorbonne, 1986, 504 p.

39 Le préfet du Pas-de-Calais établira ainsi les effectifs syndicaux chez les mineurs de son département en juillet 1928 : C.G.T., 52 000 ; C.G.T.U., 6 000 ; C.F.T.C., 3 000 (A.N., F7 13796).

40 A.N., F7 13469, 29 janvier 1927. La « Charte » du congrès confédéral d’Amiens (8-16 octobre 1906) affirmait « l’entière liberté pour le syndiqué de participer, en dehors du groupement corporatif, à telles formes de luttes correspondant à sa conception philosophique ou politique ».

41 Congrès annuel du Syndicat des mineurs du Pas-de-Calais, 24 avril 1927.

42 T. Olszanski, op. cit., p. 242-248.

43 A.N., F7 13796 : rapports des préfets, 24-25 avril 1927.

44 6e congrès de la Fédération unitaire des travailleurs du sous-sol, Douai, 18-22 octobre 1927 : rapport d’Olszanski sur la M.O.E.

45 A.D. Nord, M 154/202 B, 14 décembre 1926, 5 mars, mai-juin 1927 ; A.N., F7 13796, 23 avril 1927.

46 La Vie Ouvrière, 10 octobre 1926.

47 Né le 5 décembre 1867, décédé le 12 mai 1935.

48 J. Pilsudski, Du révolutionnaire au chef d’État, 1893-1935. Paris, Société française d’Éditions littéraires et techniques, 1935, 424 p. (ici, p. 349-350).

49 Narodowiec, 26 janvier 1927.

50 A.A.N., M.S.Z. 10217, 25 mars 1927.

51 Voir Chapitre VI, p. 170.

52 A.N., F7 13470 : enquête des services de la préfecture de police, avril 1927.

53 A. Paczkowski, op. cit., p. 85-87.

54 A.N., F7 13470, 18 septembre 1928 ; A. Paczkowski, op. cit., p. 88, 127-129.

55 Cela ressort de la lecture de Polonia Nova, leur organe de presse.

56 A.D. Pas-de-Calais, 1 Z 501 ; janvier 1924 ; A.D. Moselle, 304 M 86.

57 Sita, 6 février 1927.

58 A. Paczkowski, op. cit., p. 195 ; ld., « La presse des émigrés... », art. cit., p. 158.

59 A.A.N., K.M. 329, 13 avril 1928.

60 A.A.N., K.M. 329 : texte intégral des protocoles de mars, octobre et décembre 1928.

61 C.C.H.F., carton n° 109.

62 A.A.N., K.M. 322 : lettre manuscrite de J. Duhamel à un haut responsable de la S.G.I. (probablement E. de Warren), 22 avril 1927.

63 C.C.H.F., carton n° 109 : projet de Jean Duhamel concernant la colonisation agraire, 15 avril 1927, 16 p. dactyl. Sur la faillite des banques, voir Chapitre VI, p. 173-174.

64 Voir Chapitre III, p. 70.

65 S. Wloszczewski, « Notre visite à Villemur ». Bull, de l’Émigration polonaise en France, 8 avril 1928 ; G. Le Fèvre, Homme-Travail. Paris, Baudinière, 1929, 221 p. (ici, p. 137-138 et 141).

66 En 1928, la S.G.I. est également obligée de consentir au gouvernement polonais un versement de 12 F par travailleur recruté sous contrat, afin de lui permettre de subventionner les associations polonaises d’aide aux migrants installés en France (Opieka Polska...) : deuxième victoire de l’équipe de Piƚsudski sur Jean Duhamel et qui scandalise certains députés français parce que cette somme va servir à financer des œuvres destinées à maintenir les Polonais « dans le souvenir de leur patrie et de leur culture nationale » (J.O. Doc. Pari. Ch. Députés, annexe n° 607, 1928, p. 1579).

67 A.A.N., K.M. 322 : rapports d’inspections, 1927-1928.

68 « Le recensement des Européens en Tunisie ». L’Afrique française, 1926, p. 499-500.

69 « Une mission polonaise à Tunis ». L’Afrique française, 1926, p. 187 ; A.A.N., K.M. 334, 17 décembre 1927, 25 juin et 3 septembre 1928 ; A.A.N., K.M. 414, août 1928. Sur Kwapiński, voir Chapitre VII, p. 200.

70 Statistique générale de la France, Annuaire statistique, 1946, p. 67 : résumé rétrospectif ; Id., Les naturalisations en France (1870-1940), p. 24, 45.

Table des illustrations

Titre Répercussions de la crise économique de 1926-1927 SUR L’ÉMIGRATION POLONAISE VERS LA France
Crédits (D’après l’Office polonais d’Emigration)
URL http://books.openedition.org/psorbonne/docannexe/image/50983/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 14k
URL http://books.openedition.org/psorbonne/docannexe/image/50983/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 12k

© Éditions de la Sorbonne, 1988

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search