Version classiqueVersion mobile

Polonais méconnus

 | 
Janine Ponty

Première partie. Le grand flux (1919-1926)

Conclusion de la première partie

Texte intégral

1Au terme de sept années d’introduction systématique de main-d’œuvre, l’incompréhension l’emporte largement sur les comportements inverses entre Polonais et Français, et ceci, tant dans les milieux ouvriers qui quotidiennement se côtoient qu’à une plus large échelle, soit dans les sphères dirigeantes, la presse, l’opinion publique. Donnons-en trois exemples, pour clore cette première partie de l’ouvrage.

De 1920 à 1926, Paris ne cherche pas systématiquement à pousser les Polonais dans les voies de la naturalisation comme ceux-ci le craignent

2La presse et les groupements polonais en France ainsi que certains journaux de Varsovie et de Cracovie soutiennent qu’en imposant un enseignement dans la langue de Voltaire, le pays d’accueil veut « dénationaliser » les jeunes. L’ouverture de classes maternelles dans les cités minières, loin d’être toujours considérée comme un avantage, donne parfois lieu à des protestations.

« Ils veulent attirer dans leurs écoles maternelles la plupart des enfants polonais, comptant de cette manière en faire des Français »,

  • 1 M.A.E., Pologne, vol. 283, p. 41-42.

conclut en octobre 1925 le Conseil central des unions et sociétés polonaises en France 1. La réalité paraît plus nuancée et l’attitude de Paris moins logique que l’imaginent ses détracteurs.

3De 1920 à 1924, le gouvernement affiche une hostilité certaine à l’entrée des étrangers dans la communauté nationale. La loi sur les naturalisations date de 1889. Déjà sévère dans ses principes, elle reçoit une application plus restrictive encore depuis la fin de la guerre. Nous pouvons résumer ainsi les conceptions de la droite au pouvoir : école française, oui certes ; nationalité française beaucoup plus tard seulement, lorsque les immigrés auront fait leurs preuves, qu’ils parleront notre langue et renonceront à des comportements particularistes regrettables. Dans cette optique, le changement de passeport se présente comme un aboutissement, une récompense accordée à ceux qui s’en montrent vraiment dignes, à l’issue d’une période probatoire assez longue (dix ans au minimum selon la loi et souvent bien davantage). Si l’intégration des parents s’avère impossible, l’école française préparera celle des enfants.

4La victoire du Cartel marque une rupture sur le plan des intentions. Les radicaux, par la voix du député Charles Lambert, proposent une réforme de la loi de 1889 dans le sens d’un assouplissement des conditions d’accès à la nationalité française, en particulier grâce au raccourcissement du délai imposé pour déposer un dossier de demande. Afin de compenser l’insuffisance de la natalité, les milieux de gauche souhaitent, selon leur propre expression, « assimiler » les étrangers, c’est à dire les fondre dans le creuset national jusqu’à ne plus les distinguer des autres et ils estiment que la législation y fait obstacle. C’est ce qui explique les multiples enquêtes lancées par le ministre de l’Intérieur à la demande du Garde des Sceaux, afin de s’informer sur l’état d’esprit des populations immigrées. A aucun moment on ne parle de leur forcer la main. D’ailleurs, parmi les préfets consultés, ceux chez qui vivent des Polonais en grand nombre signalent l’inutilité de modifier pour l’instant les clauses de textes dont ceux-ci n’ont pas l’intention d’user.

5La nouvelle loi ne sera votée que le 10 août 1927, soit après le retour de Poincaré aux affaires. On ne note donc aucune hâte dans son élaboration de la part de ses défenseurs et un aboutissement tardif qui la fait adopter, en partie grâce aux voix de la gauche, mais sous le gouvernement d’un homme dont bien des partisans la réprouvent.

6La démarche des dirigeants manque souvent de cohérence. Les Houillères contrecarrent leurs efforts en favorisant la reconstitution d’un milieu national polonais et Paris ne l’ignore pas. Lors de la signature du protocole d’avril 1924, carte blanche a été laissée à Henri de Peyerimhoff pour subventionner les cours de langue étrangère. Les milieux conservateurs font preuve eux aussi d’illogisme dans cette affaire. Ils préfèrent l’école privée à l’école publique et font confiance à un enseignement qui permet bien plus que l’autre la transmission des valeurs polonaises.

L’ambiguïté de l’image de la Pologne amie

7Il est inexact de dire que la France a toujours souhaité la renaissance d’un État polonais. De 1892 à 1917, c’est à dire depuis la conclusion de l’alliance franco-russe jusqu’à la Révolution de février, Paris a chassé la question de ses préoccupations afin de ne pas nuire à Saint-Petersbourg. On traitait alors les exilés polonais en sujets du tsar, de l’empereur Guillaume ou de François-Joseph. La création de l’armée polonaise en France en avril 1917 s’explique par le retournement de la situation diplomatique : elle suit de près la première Révolution russe et la déclaration du gouvernement provisoire en faveur de la Pologne.

  • 2 C. Smogorzewski, La politique polonaise de la France. Paris, Librairie franco-polonaise, 1926, 120  (...)
  • 3 J. Ponty, « L’attitude des milieux politiques français envers la Pologne à l’époque de Locarno ». R (...)

8La parenthèse fermée, l’on retrouve les accents émotionnels des années 1830 pour parler du pays de la Vistule et chacun s’ingénie à faire oublier la période d’infidélité précédente. De mars à octobre 1925, Casimir Smogorzewski, correspondant de la Gazeta Warszawska, procède à une enquête sur la Pologne auprès de 91 personnalités françaises, ministres ou anciens ministres, sénateurs, députés, journalistes, écrivains, hommes d’affaires. Les réponses contiennent de nombreux points de convergence, quelle que soit l’orientation politique de leurs auteurs. Tous évoquent les liens séculaires qui unissent les deux États et se déclarent « amis sincères de la Pologne »2. Conventionnelle, la formule manque parfois justement de sincérité. Au moment où la France se rapproche de l’Allemagne et se prépare à signer les accords de Locarno, le gouvernement ne peut plus accorder à Varsovie son appui exclusif. Les radicaux et les socialistes éprouvent à l’égard de la Pologne des réticences qu’ils n’osent pas exprimer dans les déclarations officielles. Langage obligé, immuable, l’éloge de la jeune République polonaise sert en partie à cacher la réalité du jeu diplomatique3.

  • 4 A. Markiewicz, L’image de la Pologne et des Polonais dans la presse nancéienne, 1918-1925. Maîtrise (...)

9La presse, à la fois reflet et guide de l’opinion publique, montre l’ignorance fâcheuse des Français sur ce qui a trait à la Pologne. Même les journalistes lorrains, que la présence à Nancy au xviiie siècle de Stanislas Leszczyński devrait inciter à plus d’intérêt pour sa terre d’origine, pensent qu’en célébrant le souvenir du « bon prince », ils peuvent se dispenser du reste. Le passé de la Pologne se réduit pour eux à quelques épisodes concernant les relations franco-polonaises revues en fonction des intérêts de la France : comme nous, elle sut résister aux Prussiens ; elle a toujours servi de rempart contre les envahisseurs venus de l’Est, Mongols d’abord, Ottomans ensuite, Bolcheviks à présent4. Parce que Chopin mourut jeune et tuberculeux, la presse peint volontiers ses compatriotes frêles, rêveurs et musiciens, idée que vient renforcer le fait que Paderewski, président du Conseil en 1919, est lui-même pianiste et compositeur.

10Les ouvriers qui arrivent munis d’un contrat de travail n’ont rien de commun avec Frédéric Chopin. En bonne santé – les faibles ont été écartés lors des contrôles sanitaires – , les cheveux ras – le coiffeur de Poznań ou de Mysƚowice les a tondus de près –, jamais pianistes, ils surprennent d’emblée car ils ne correspondent pas à l’image que bien des Français se sont faite d’eux. Les employeurs, qui ne cherchent pas des poètes mais des travailleurs de constitution robuste, échappent à cet a priori. Ils ne représentent qu’une petite part de l’opinion publique.

11En forgeant le mythe d’une fraternité franco-polonaise allant jusqu’à la ressemblance entre les deux peuples, la littérature et la presse desservent les immigrés. La véritable amitié lie des êtres qui acceptent leurs différences réciproques. L’amitié entre la France et la Pologne existe surtout dans les discours. C’est une façade.

Un abcès de fixation : l’affaire des bandits polonais

12En 1927, la Cour d’assises de la Seine sera amenée à juger dix-neuf Polonais (dix-huit hommes et une femme) pour des délits et crimes commis d’avril 1924 à juin 1925. L’acte d’accusation leur impute dix meurtres, cinq tentatives de meurtre, une cinquantaine de cambriolages à main armée et divers vols. Un procès important !

  • 5 Gazeta polska w Paryzu (Le Journal polonais de Paris), 23 janvier 1927 : résumé de l’acte d’accusat (...)

13Les inculpés ont lié connaissance à Paris et installé leur quartier général dans un débit de boissons du quartier du Marais près de l’église Saint-Paul. Ils ont opéré dans la capitale, en banlieue et sur toute la moitié nord de la France. A part trois domestiques de ferme ou gens de maison qui fournirent au groupe le moyen d’entrer dans la demeure de leur maître et lui indiquèrent la cachette du magot, les autres ne sont pas et n’ont jamais été des ouvriers. Ils se livrent depuis longtemps à de petits larcins ou à des métiers occasionnels pour vivre. Mais certains pénétrèrent en France à la faveur des convois collectifs, munis d’un contrat de travail régulier, non honoré par la suite5.

  • 6 L’Intransigeant, 27 mai 1925.
  • 7 Joseph Bonnot fut abattu en 1912 à Choisy-le-Roi au moment d’être arrêté. En 1913, les Assises pron (...)

14La grande presse s’empare de l’affaire. Le Journal, Le Matin, L’Intransigeant consacrent de longues colonnes en 1925 et en 1926 à ceux qu’ils nomment « les bandits polonais ». L’Intransigeant suggère de créer une brigade spécialisée dans la recherche et l’arrestation des malfaiteurs polonais parce que, selon lui, la police ne dispose pas des moyens nécessaires pour lutter efficacement6 ; on croirait qu’un vaste complot menace le pays et que les Polonais constituent, parmi les criminels, une espèce particulière, plus dangereuse que les autres, plus difficile à maîtriser. Le Peuple, organe de la C.G.T., mérite une attention spéciale puisqu’une proportion considérable de ses lecteurs vit en contact permanent avec les travailleurs étrangers. De février à juillet 1925, il publie huit articles sur l’affaire, relatant l’enquête sans commentaire ; néanmoins le vocabulaire employé trahit la réprobation. Les « bandits polonais » deviennent « la bande des Polonais ». Quelle est la pire des deux formules ? Treize ans après l’assaut donné à Choisy-le-Roi, douze ans après le procès intenté aux survivants de « la bande à Bonnot », l’association d’idées est génératrice d’angoisse chez les lecteurs qui se souviennent encore des exactions des anarchistes7. Le Peuple réserve d’ailleurs le mot « bande » aux criminels polonais. Sans cesse deux poids et deux mesures selon que Le Peuple parle de ses compatriotes ou des étrangers, c’est ce qu’un relevé des titres des faits divers permet de dégager :

19.1.1925 « A Orléans, un mari tue sa femme ivre. » (le couple est français)
22. I.1925 : « Un sous-directeur d’usine tire sur sa dactylo et se suicide. » (français tous
deux)
27. VII.1925 : « Un Polonais est arrêté avec sa maîtresse. »
15. X.1925 : « Une Polonaise tue son mari. »
2. XI.1925 : « Un ouvrier tué par un Algérien. » (la victime était française et l’Algérien est
aussi un ouvrier)
20. XI.1925 : « Un Espagnol frappe une femme à coups de rasoir. »
27. XI.1925 : « Un Hongrois blesse un ouvrier d’un coup de couteau. » (l’agresseur est aussi
un ouvrier).

La nationalité des étrangers apparaît dès le titre. Un Français pourra être signalé par sa catégorie professionnelle (sous-directeur, ouvrier) ou par son lien de parenté avec la victime. Un immigré, jamais. Les Polonais ne subissent pas un traitement différent des autres. Espagnols, Hongrois, Algériens, Italiens, tous sont montrés du doigt. Leur nationalité, qui leur tient lieu d’identification, s’affiche en caractères gras ce qui revient à mettre l’accent sur leurs actes, même si l’on ne relève aucune animosité contre eux dans l’article. Cela s’ajoute aux colonnes consacrées aux « exploits de la bande des Polonais » et contribue à forger une image négative.

15L’opinion publique n’a pas toujours besoin des journaux pour nourrir sa méfiance. En avril 1925, la population de Dombasle en Lorraine veut lyncher un ouvrier polonais après le meurtre d’une fillette. Il faut dire que, peu de mois auparavant, deux Polonais ont été exécutés à Nancy pour l’assassinat d’une famille toute entière ; les gens généralisent aussitôt. L’enquête innocente l’homme et l’on retrouve le coupable. Pour éviter d’autres manifestations hostiles, le préfet de Meurthe-et-Moselle fait insérer dans L’Est Républicain une déclaration destinée à calmer les esprits :

  • 8 A.D. M.-et-M., 4 M 137. Ensemble de rapports sur le crime de Dombasle et coupures de presse.

« Parce que certains Polonais ont commis des délits ou des crimes, parce que chaque fois qu’un crime reste mystérieux on arrête un homme ignorant de la langue et de la loi françaises et que parmi ceux-ci on rencontre des Polonais, les Polonais ont une fort mauvaise presse... Il ne faut pas jeter sur l’ensemble des Polonais une suspicion atroce. La masse des travailleurs polonais est parfaitement honnête. »8

Il semble répondre à l’inquiétude de l’ambassadeur ChƗapowski, lequel redoute lui aussi les effets de la généralisation :

  • 9 A.A.N., K.M. 311 : lettre adressée aux consuls polonais en France, 30 juillet 1925.

« Cette campagne porte tort non seulement aux ouvriers polonais en France mais au renom de la Pologne en général et peut nuire à notre action politique. »9

16« Mauvaise presse », les Polonais la conserveront longtemps. Le procès des dix-neuf inculpés jugé et deux condamnations à mort prononcées, la malédiction trainera comme une queue de comète. Un universitaire varsovien de renom, égrenant ses souvenirs cinquante ans plus tard, en garde une désagréable impression :

  • 10 Entretien avec le professeur Stefan Kieniewicz, historien, 31 août 1981.

« Quand je suis venu à Paris pour la première fois en 1930, on parlait des « bandits polonais ». Nous étions très mal considérés en France, comme les Arabes maintenant. »10

17Georges Simenon s’est inspiré de l’affaire des « bandits polonais » dans certains de ses romans. Ainsi, dans Pietr-le-Letton composé en 1929 :

  • 11 Paris, Fayard, 1931 ; réédité en « Livre de Poche », 1975, p. 104.

« La fameuse bande des Polonais, dont les chefs ont fini sur l’échafaud, fut plusieurs fois mise à contribution par des malfaiteurs d’un autre rang désireux de ne pas se souiller les mains de sang. »11

  • 12 Paris, Fayard, 1941, p. 46.

Dix ans plus tard, L’Outlaw met en scène les activités d’une « bande de Polonais » qui habitent Paris dans le quartier Saint-Paul et vivent de rapts que leur procure l’assassinat de plusieurs riches fermiers de Picardie. Ils sont cinq dont une femme. L’un d’entre eux subira la peine de mort12. Conscientes ou non, partiellement déformées, les réminiscences historiques ne font guère de doute.

18Au xxe siècle, tous les pays qui accueillent des travailleurs étrangers se plaignent de leur propension à la délinquance. Auparavant, l’on déplorait de même celle des migrants récemment transplantés de la campagne vers la ville.

  • 13 L. Chevalier, Classes laborieuses et classes dangereuses à Paris pendant la première moitié du xixe(...)

19Relisons Classes laborieuses et classes dangereuses de Louis Chevalier. Les gens qui volent, qui assassinent dans les ruelles enchevêtrées du centre de Paris avant 1848 sont de nouveaux arrivés, issus pour la plupart du Massif central ou de la moitié nord de la France, généralement jeunes, souvent célibataires, logés dans des garnis, voire dans des taudis. Déracinement, misère et criminalité forment trois éléments inséparables. Enquêtant sur les villes de Flandre à la fin de l’Ancien Régime, Pierre Deyon aboutit à des conclusions semblables13. Une psychose de l’agression s’empare des nantis qui englobent mendiants, vagabonds, domestiques et ouvriers dans la même méfiance. Un à deux siècles après, la main-d’œuvre coloniale et européenne inquiète à son tour les descendants de ceux qui souffrirent de ces soupçons.

20Le taux de criminalité apparent des étrangers se trouve accru par divers facteurs : leur jeune âge à l’arrivée en France, la forte proportion de célibataires et d’hommes seuls parmi eux (encore que les Polonais vivent souvent en famille), les entrées clandestines ou mal contrôlées qui permettent à des malfaiteurs de venir exercer ici leurs talents, et surtout l’amalgame sous le terme général de « crimes » d’actes qui relèvent du simple délit. A n’en pas tenir compte, on fausse le problème et les statistiques globales ne servent qu’à conforter les préjugés. Il est vrai que le nombre d’arrestations et de condamnations d’étrangers dépasse celui des Français, eu égard à leur importance relative dans la population. Il est vrai également que le taux augmente de 1919 à 1926, lié au grand flux migratoire. Les statistiques détaillées, précisant la nature des infractions, permettent de rectifier le jugement. Dans le Pas-de-Calais, de juillet 1924 à décembre 1925, sur 2 348 Polonais appelés devant les tribunaux et 2 287 condamnés à des peines diverses, on compte :

  • 14 Statistique fournie par les tribunaux de Béthune et d’Arras, reproduite dans Les Amis de la Pologne(...)
36,5 % de contraventions à la police des étrangers
6,0 % de vagabondage
32,4 % de rixes, querelles et tapage nocturne
21,9 % de vols et recel
2,8 % de cas d’ivresse
0,4 % d’affaires graves (coups et blessures, meurtres ou tentatives de meurtre)14

21En Meurthe-et-Moselle, de janvier à juillet 1925, sur 118 Polonais incarcérés, on relève :

  • 15 A.D. M.-et-M., 4 M 137 : chiffres communiqués par les quatre procureurs de la République auprès des (...)
34,7 % de vagabondage
12,7 % d’infractions à un arrêté d’expulsion
31,4 % de vols et recel
14,4 % de coups et blessures
3,4 % de meurtres
3,4 % d’affaires diverses15
  • 16 P. Deyon, op.cit., p. 73.

22Les critères catégoriels varient d’un département à l’autre, ce qui ne facilite pas la comparaison. Pourtant, dans les deux cas, les délits propres aux immigrés atteignent près de la moitié du total. Le vagabondage qui, du xvie au xviiie siècle, joua un grand rôle dans la délinquance française, a progressivement reculé jusqu’à presque disparaître. Quant à la police des étrangers et les expulsions, elles ne concernent évidemment pas les citoyens français ; parmi les motifs d’expulsion, le vagabondage figure également en tête. Le vol occupe une place importante, mais c’est un fait général de société. En France dès le xviiie siècle, les crimes contre les biens ont augmenté en nombre et dans les années 1920, ils continuent à s’accroître16. Les affaires graves portant atteinte à la sécurité des personnes, celles sur lesquelles l’opinion publique construit le mythe des « bandits polonais » sont finalement assez rares.

23La criminalité polonaise, compte tenu des circonstances – transplantation massive et déracinement – n’atteint pas, et de loin, celle des migrants parisiens avant Napoléon III. Sans doute faut-il en chercher les causes dans la présence de nombreux noyaux familiaux et dans le statut de « travailleur étranger » qui, malgré ses défauts, assure les ouvriers contre la misère la plus noire.

***

241919-1926 : les années primordiales ! En sept ans, tout le décor s’est mis en place et tous les problèmes sont posés. Le heurt entre deux civilisations et entre deux conceptions des migrations à caractère économique s’est produit avec quelque âpreté.

25Les ouvriers polonais qui ont perdu la plupart de leurs illusions, en conservent cependant une. Ils imaginent le marché du travail français capable de leur assurer éternellement de l’ouvrage. A part une légère interruption du recrutement dans les Houillères au cours du deuxième semestre de 1925, ce fut un flot continu d’arrivées et ceux qui se trouvent déjà sur place n’ont jamais éprouvé la moindre difficulté à se replacer lorsqu’ils quittaient un emploi. Dans ces années, la France absorbe les surplus de main-d’œuvre de la Pologne et n’en renvoie presque pas. Les immigrés acceptent de tout supporter du moment qu’ils gagnent « leur pain ».

26Or à l’automne 1926, avec la crise économique qui s’amorce, la dernière illusion s’envole. L’ère du grand flux migratoire laisse la place à une longue période d’incertitudes et d’angoisses qui, coupée de courtes rémissions, durera jusqu’à la deuxième guerre mondiale.

Notes

1 M.A.E., Pologne, vol. 283, p. 41-42.

2 C. Smogorzewski, La politique polonaise de la France. Paris, Librairie franco-polonaise, 1926, 120 p.

3 J. Ponty, « L’attitude des milieux politiques français envers la Pologne à l’époque de Locarno ». R.I., 1975, n° 4, p. 81-90.

4 A. Markiewicz, L’image de la Pologne et des Polonais dans la presse nancéienne, 1918-1925. Maîtrise, Univ. Nancy, 1976, 142 p. dactyl.

5 Gazeta polska w Paryzu (Le Journal polonais de Paris), 23 janvier 1927 : résumé de l’acte d’accusation. La Gazette des Tribunaux, nov.déc. 1927.

6 L’Intransigeant, 27 mai 1925.

7 Joseph Bonnot fut abattu en 1912 à Choisy-le-Roi au moment d’être arrêté. En 1913, les Assises prononcèrent quatre condamnations à mort et onze peines de travaux forcés ou de prison.

8 A.D. M.-et-M., 4 M 137. Ensemble de rapports sur le crime de Dombasle et coupures de presse.

9 A.A.N., K.M. 311 : lettre adressée aux consuls polonais en France, 30 juillet 1925.

10 Entretien avec le professeur Stefan Kieniewicz, historien, 31 août 1981.

11 Paris, Fayard, 1931 ; réédité en « Livre de Poche », 1975, p. 104.

12 Paris, Fayard, 1941, p. 46.

13 L. Chevalier, Classes laborieuses et classes dangereuses à Paris pendant la première moitié du xixe siècle. Paris, Plon, 1958, 566 p. ; P. Deyon, Le temps des prisons. Lille, PUL, 1975, 196 p.

14 Statistique fournie par les tribunaux de Béthune et d’Arras, reproduite dans Les Amis de la Pologne, février 1926, p. 20.

15 A.D. M.-et-M., 4 M 137 : chiffres communiqués par les quatre procureurs de la République auprès des tribunaux de première instance de Nancy, Briey, Toul et Lunéville.

16 P. Deyon, op.cit., p. 73.

© Éditions de la Sorbonne, 1988

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search